Page 1

Technique Agricole

mai septembre 2011 2012


Concours d’innovation Une initiative d’emmental assurance

Les innovations dans l’agriculture, naturellement rentables!

La date limite d’inscription est le 30 juin 2012. Informations sur www.agroprix.ch

Vous proposez une prestation de service unique en son genre ou fabriquez un produit innovateur? Si oui, n’hésitez pas à postuler.

Nouveau:

Outre un gain total d’environ 50 000 francs, les nominés bénéficient d’un large écho médiatique dans toute la Suisse.

Organisateur

Patronage: Union Suisse des Paysans

Sponsors

AGROPREIS_2012_INSERAT_183X261_FR+DE_DEF.indd 2

16.03.12 13:28


Editorial • Sommaire mai 2012

Editorial Ueli Zweifel

n

Marché

5 12 17 21

Presses à balles rondes : Nouveautés Renouvellement des prairies Pirouettes : La forme des dents définit leurs profils Les exigences de l’andainage

n

12

Seul le meilleur est assez bien Qu’est-ce que le meilleur ? Les opinions divergent – tant mieux – sinon la vie serait fade au lieu d’être colorée ! Le présent numéro de Technique Agricole est justement très varié avec un point fort : la récolte des fourrages. En couverture, sur ce thème, les tout derniers développements réalisés dans le secteur des presses à balles rondes. Selon l’utilisation principale prévue pour ces dernières, les presses sont équipées de nouveaux modules, s’inscrivant ainsi dans l’histoire et la réussite de cette technique d’ensilage. Quant aux pirouettes, les vendeurs et utilisateurs ne jurent que par leurs produits (qui sont les meilleurs) dotés de formes de doigts différentes pour retourner avec précaution les précieux fourrages (p. 17). Alors qu’ici la construction s’est, en principe peu modifiée, l’andaineur se voit concurrencer par l’andaineur à tapis et un peu aussi par l’andaineur soleil et l’andaineur-râteau, de vieilles connaissances… (p. 21). Le renouvellement précis d’une prairie joue un rôle déterminant dans la composition du rendement. Lire pour cela un résumé des réflexions de base sur le sujet en p. 12. A cela s’ajoute une profusion d’autres articles qui méritent d’être lus. L’ASETA ne désire aussi que le meilleur pour ses membres. Le compte-rendu de la Conférence des cadres à Riniken met en lumière les nombreuses activités mises en route par l’association.

n

Plate-forme

24

André Steiner, nouveau membre au comité ASETA

n

Passion

26 28

Chiblins, une page se tourne Fribourg « OnRoad »

n

ASETA

20 20 30 31 32

VD catégorie F/G Tarifs indicatifs 2012 Cours de conduite G40 Section TI : Assemblée générale Conférence des cadres ASETA

20 n

En savoir plus

34 36 39

PI en grande culture : 20 ans déjà ! L’onduleur, cœur de l’installation photovoltaïque Choix d’un tracteur : Caractéristiques du moteur

36 n

Management

43 46

L’homme – Facteur de risque Le désherbage thermique

n

Sécurité

48 51

Véhicules et machines sortent les griffes Motofaucheuses sans accidents

54

Impressum et les gymkhana dans les sections

Le numéro de juin/juillet paraîtra le 14 juin 2012. Page de couverture : Les presses à balles : un potentiel de marché toujours présent. (Photo : Dominik Senn)

5 2012

Technique Agricole

3


PNEUhAUS EDI LEU

VENTE & CONSEIL CE MONTAGE SUR PLACE STOCK IMPORTANT PROFITEZ DE NOS SERVICES

PNEUhAUS EDI LEU Hohenrainstrasse 44 CH-6280 Hochdorf Tél. +41 (41) 910 03 10 Fax +41 (41) 910 52 05 www.pneuhausleu.ch

PNEUS AGRICOLES, ROUES COMPLèTES, ESSIEUx

Au printemps, il doit pouvoir compter sur ses mAchines. en été Aussi. et encore plus en Automne.

Hanspeter Ryser, entrepreneur travaux agricoles, Richenthal

pourQuoi penseZ-vous Qu’il ne Jure Que pAr nous? L’entrepreneur de travaux agricoles Hanspeter Ryser de Richenthal le sait bien: il n’y a pas que le mauvais temps qui puisse l’empêcher de donner le meilleur de lui-même. Mais également une machine agricole qui ne fonctionne pas au doigt et à l’œil. Peu importe le nombre de mois d’hiver qu’elle a passé au garage. Et quel que soit le nombre d’heures de service qu’elle a déjà derrière elle. Toujours vouloir donner le maximum – c’est aussi la caractéristique de MOTOREX. Et c’est pourquoi MOTOREX est le partenaire idéal pour Hanspeter Ryser. Découvrez comment nos huiles aident les entrepreneurs les plus divers à donner le meilleur d’eux-mêmes: www.motorex.com

Unbenannt-1 1

25.01.12 13:25


Marché 

n

Grâce au système d’éjection rapide de John Deere, les performances des presses à balles rondes peuvent être améliorées.  (Photos d’usine)

Presses à balles rondes : nouveautés On ne peut toujours réinventer la roue. Les presses  à balles rondes à la rigueur. Lors de l’Agritechnica  en novembre 2011, les visiteurs ont eu un aperçu  des tendances de développement actuel dans le  domaine des presses à balles rondes.  Ruedi Burkhalter Les presses à balles rondes subissent une évolution continuelle. Sur le marché des presses, ce sont surtout cinq tendances principales de développement qui se font remarquer. Elles constituent par ailleurs les propriétés essentielles pour l’utilisa-

teur et, par là même, les arguments principaux d’achat d’une telle machine : • Qualité  et  propriétés  des  balles  rondes : Elles ont un effet direct sur la qualité du fourrage, les coûts de transport et d’entreposage, ainsi que l’utilisation

finale du fourrage. Elles sont déterminées par tous les composants de la machine entrant en contact avec le fourrage. • Vitesse de travail : Elle conditionne le taux d’utilisation annuelle possible, ainsi que le volume de fourrage pouvant être traité dans un laps de temps déterminé. • Coûts  par  balle : Ils dépendent d’un ensemble de facteurs comme la consommation d’énergie, les frais d’entretien, les besoins de réparation, l’usure et la durée de vie. • Polyvalence d’utilisation : Elle limite la variété de travaux réalisables (ensilage, paille, foin) avec la même machine (en tenant compte objectivement des points 1 à 3). • Utilisation  dans  la  pratique : Elle permet de prendre en compte l’aspect de l’usage au quotidien de la machine et de faire le lien entre la théorie et la pratique. 5 2012

Technique Agricole

5


n   Marché

Chambre fixe avec dispositif de chaînes à  barrettes : construction légère avec bonnes  facultés de convoyage.

Chambre fixe avec chaînes à barrettes et  rouleaux : réunit les avantages des deux  systèmes.

Chambre fixe à rouleaux : particulièrement  adaptée pour les travaux lourds avec  l’ensilage.

Les organes de pressage  déterminent la qualité

balles absolument parfaites avec le MPS II. Moins de puissance nécessaire pour davantage de densité, des balles bien rondes, parfaitement comprimées et entreposables aisément, tels sont selon Claas les avantages du système MPS II.

fourrage sec, court et friable. Comme les rouleaux ne sont pas exactement en contact avec toute la surface du fourrage lorsqu’il commence à tourner dans la chambre de compression, le risque existe que des amoncellements de fourrage se forment avec en conséquence une mise en rotation insuffisante. Les pertes de récolte mécaniques supérieures ne proviennent pas seulement du nombre plus fréquent de transferts, mais également du fait que la chambre n’est pas complètement fermée entre deux rouleaux. Ceci n’est pas le cas avec la presse munie d’un système de pressage à chaîne et barrettes entièrement caréné par une tôle en métal. Ces considérations ont conduit à concevoir des presses qui combinent les rouleaux et les chaînes à barrettes. Avec ce type de construction, le fourrage est en premier lieu amené à l’arrière de la chambre de compression, puis vers le haut, par le biais des chaînes à barrettes, pour être ensuite compacté dans la partie avant de la chambre de pressage sous l’effet des rouleaux. Ainsi, le nombre de points de transfert est réduit de moitié, ce qui permet de combiné les avantages

L’on distingue fondamentalement les presses à chambre fixe, variable et plus récemment semi-variable. Les balles rondes sont formées dans la chambre de compression sous l’effet conjoint des parois latérales et des éléments de pressage mécanique rotatifs. Diverses combinaisons de rouleaux et de dispositifs d’alimentation à barrettes sont utilisés comme organes de pressage. Dans la conception la plus simple et légère, la courbure de la chambre de compression consiste en un dispositif de chaînes à barrettes, habituellement combiné avec deux ou trois rouleaux, qui veillent à une alimentation en douceur de la récolte. Ce dispositif de chaînes à barrettes se caractérise par une faible consommation d’énergie, de bonnes facultés d’alimentation, mais en revanche par un degré d’usure relativement élevé et de moins bonnes capacités pour l’ensilage.

Besoins en puissance élevés avec  les rouleaux Pour les travaux lourds avec l’ensilage, ce sont essentiellement des presses dont l’arrondi de la chambre se compose de rouleaux. Ceux-ci sont très robustes et ils réalisent les meilleures valeurs en termes de densité des balles dans ces conditions. Claas atteint une densité encore supérieure avec son « Maximum Pressure System » MPS. Grâce à une pression supplémentaire exercée sur trois rouleaux mobiles, une place supplémentaire pour du fourrage peut être aménagée en phase finale. La forme recourbée de ces rouleaux permet de n’utiliser qu’un minimum de puissance pour faire tourner la balle dans le chambre de compression. Avec une pression atteignant jusqu’à 1,3 t pour la densification du cœur de la balle avec le MPS II et 20 % de pression en plus en phase finale, soit une pression de 4,8 t, la presse ROLLANT fournit des 6

5 2012

Technique Agricole

Le transfert coûte de l’énergie Fondamentalement, plus souvent le fourrage est transféré d’un organe de pressage à l’autre, plus la puissance nécessaire pour l’entraînement est importante, et plus les pertes mécaniques sont élevées pour le fourrage sec. Avec une presse munie d’un dispositif d’entraînement à chaîne et barrettes, le transfert ne se fait que trois fois d’un organe de pressage à l’autre, alors qu’avec une presse équipée de 17 rouleaux, ce phénomène se reproduit 17 fois ! La raison pour laquelle les besoins de puissance de la presse à rouleaux sont plus élevés est que, dans la zone de transfert du fourrage d’un rouleau à l’autre, les deux rouleaux rotatifs tournent en principe en sens contraire. Cela induit donc un changement de direction, assorti de contraintes importantes exercées sur le fourrage. La presse à rouleaux n’est pas bien adaptée pour du

Kverneland propose, en plus de la chambre variable classique (en haut), la chambre de  compression Intelligent Density, également bien adaptée pour l’ensilage.


Marché 

n

La combinaison « IBIO » de Kuhn est la seule  qui enrubanne également dans la chambre  de pressage.

La « RPC 445 Tornado » von Lely Welger est une combinaison presse-enrubanneuse unique  avec sa chambre variable, son système CPS et sa table d’enubannage relevable.

Dans le système « MPS II » de Claas, une  pression supplémentaire est exercée sur  trois rouleaux.

Avec le système « Constant Pressure System (CPS) » de Lely, les courroies sont tendues par des  ressorts au début du processus, puis hydrauliquement. Ainsi, une pression constante est  assurée.

des deux systèmes. Toutes les presses à chambre fixe présentent la propriété que la chambre doit d’abord être remplie de fourrage en vrac avant que la rotation de la balle et que le processus de pressage ne commencent. Il n’en va pas de même avec les presses à chambre variable, où la compression commence avec un noyau de 60 cm de diamètre et ne s’achève que lorsque la taille souhaitée de la balle est atteinte. Avec les presses à chambre variable à gestion électronique, trois niveaux de compression (cœur, milieu, ex-

térieur) sont sélectionnables selon les propriétés spécifiques du fourrage.

Nouvelle catégorie semi-variable Seul constructeur jusqu’à présent, Krone a mis sur le marché en 2007 sa presse semi-variable dénommée « Comprima ». La chambre de compression de cette presse présente deux particularités : au lieu d’un système d’alimentation à chaînes et barrettes, Krone utilise un dispositif à courroies et barrettes « NovoGrip ». Ce système combine les propriétés

d’alimentation des dispositifs à chaînes et barrettes avec le silence de fonctionnement d’une presse à courroies. La seconde caractéristique de cette chambre de pressage est le guidage continu des sangles en caoutchouc à barrettes métalliques. Dans la première phase, le système NovoGrip est conduit par des roulettes de guidage et forme une chambre polygonale. L’effet de roulement qui en résulte fournit un compactage de haut niveau. Au fur et à mesure du remplissage, l’élément de pression est repoussé vers l’exté-

La chambre semi-variable de Krone travaille selon le principe de la chambre fixe. Au départ (à gauche), la chambre est angulaire. Après avoir  atteint le format normal (au milieu), l’organe de pressage se lève au-dessus des roulettes de guidage, ce qui permet un diamètre plus grand (à  droite).

5 2012

Technique Agricole

7


Davantage de rendement avec les presses KUHN

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail !

2012

3%

Rückvergütung Ristourne Ristorno

Case postale, 8021 Zurich Tél.: 044 257 22 11 Fax: 044 257 22 12 info@grele.ch www.grele.ch

Innovation

Une affaire rondement menée

LELY WELGER RP 245 Profi Densité des balles élevées en toutes circonstances. La réalisation de balles de haute densité permet de réaliser des économies de film, de transport et de stockage.

HARVEST RESULTS. www.lely.com

NH-FS20120002 - Terre et nature_89x128.indd 1

Samuel Stauffer & cie 021 908 06 00

Plus de performance grâce au rotor intégral KUHN • Plus grande capacité d’alimentation, même en pente. • Acheminement direct du fourrage entre le pick-up et le rotor. • Pas de tendance à l’enroulement grâce aux grandes pales de vis sans fin. • Transmission simple et robuste, exempte d’usure.

Chez KUHN vous trouvez une large gamme de presses les plus performantes du marché. Ces presses pleines d’innovations, en version simple ou combinée avec un système d’enrubannage, vous convaincront par le soin des détails, leurs performances, leur fiabilité et leur qualité de travail. A l’exemple du rotor intégral qui, en comparaison avec le rotor conventionnel, permet une haute capacité d’alimentation même lors d’un travail en pentes prononcées ou de l’absence d’enroulement du fourrage grâce à la vis sans fin de grande dimension. Conséquence : une vitesse élevée de récolte et des balles parfaitement formées. Kuhn Center Schweiz, 8166 niederweningen Telefon +41 44 857 28 00 • Fax +41 44 857 28 08 www.kuhncentresuisse.ch

élevages l cultures l paysages innovators in agriculture

2/16/2012 5:54:43 PM

be strong, be KUHN

01444-PROD-PRESSES-EU-CH-FR

Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l’aide d’une couverture d’assurance globale contre les aléas climatiques.


Marché 

n

des avantages des presses à bandes et des presses à chambre fixe : elles permettent de réaliser sans problèmes des balles solides et denses également, mais aussi de travailler précautionneusement le foin.

Une éjection rapide augmente les  performances

Avec le système d’éjection rapide de la série  900 de John Deere, il a été renoncé au hayon  arrière. Lors de l’éjection, les parois de la  chambre s’ouvrent vers l’extérieur, et le  rideau s’ouvre.

rieur par le fourrage lui-même. Finalement, les sangles sont sorties de la poulie supérieure. La courroie tendue est plus longue que celle d’une presse à chambre fixe et est à même, au besoin, de réaliser des balles jusqu’à un diamètre maximal de 1,50 m. Avec les presses à chambre variable, ce sont généralement des courroies, respectivement des sangles, voire chez Krone des chaînes à barrettes également, qui sont utilisées. Il existe ici une différence si les courroies entourent les balles en une ou deux phases. Vicon, par exemple, propose les deux systèmes dans son programme : les presses à chambre variable Vicon RV4116 (diamètre des balles de 80 à 165 cm) et Vicon RV4118 (diamètre des balles de 80 à 180 cm) sont construites selon le concept habituel sur le marché

des presses à cinq courroies et capables d’assurer un travail à grand débit et en douceur pour une utilisation dans le foin et la paille. Les autres modèles à chambre variable RV4216 (diamètre des balles de 60 à 165 cm) et RV4220 (diamètre des balles de 60 à 200 cm) travaillent également avec cinq courroies de pressage. Elles sont cependant équipées du nouveau système de chambre de pressage « Intelligent Density » (ID) en tant que norme. Les bras de tension des sangles sont agencés dans ce système de telle sorte que la balle est de bout en bout entourée par une courroie. Les deux sangles les plus agressives des trois rouleaux sont pourvues de racleurs. Cette conception assure que la balle commence immédiatement de tourner. D’autre part, ce système permet de profiter à la fois

La Krone Ultima est la première combinaison presse-enrubanneuse qui, grâce à une chambre  de précompression, permet de lier et éjecter sans s’arrêter.

Avec son nouveau système de chambre de compression et son concept d’éjection novateur, John Deere veut établir de nouvelles références en termes de productivité et de polyvalence avec sa série 900. La chambre de pressage complètement séparée des autres composants, avec son système d’éjection rapide révolutionnaire, constitue le cœur du système et retient l’attention. Dès que la balle est complètement terminée, les parois latérales de chambre s’ouvrent vers l’extérieur et permettent la libération de la balle en moins de 5 secondes. Ainsi, les presses John Deere de la série 900 ont besoin de moins d’un cinquième du temps habituel des presses conventionnelles pour l’éjection de la balle. Le système de libération rapide est caractérisé par la suppression du hayon traditionnel. Selon le constructeur, plus de 70 balles à l’heure peuvent être confectionnées avec une presse compatible ISOBUS. Autre caractéristique de cette machine : l’automatisation tracteur-presse à balles (TBA) est la première solution de branche permettant l’automatisation de tous les processus en tirant profit de la technologie ISOBUS. Des capteurs placés dans la presse signalent au tracteur que la chambre est remplie. A ce moment-là, l’entraînement arrête automatiquement le tracteur. Le processus de liaison et d’éjection de la balle est alors lancé, et le système informe le conducteur aussitôt qu’il peut recommencer le travail. Des conducteurs inexpérimentés, en particulier, verront leur

Avec ses modèles Comprima et Ultima,  Krone utilise un dispositif de sangles à  barrettes NovoGrip au lieu de chaînes à  barrettes.

5 2012

Technique Agricole

9


n   Marché

Dans la chambre de stockage se trouvent à  la fois le filet et les feuilles « manteau ».

la première machine de série n’est pas prévue avant 2013. Avec son « HiQ Smartbaler », Orkel propose la première et la seule combinaison capable de  lier les balles avec un filet ou une feuille « manteau ».

productivité augmenter considérablement grâce à ce système, car il limite au minimum les périodes d’inactivité et permet de se concentrer davantage sur le pilotage et le réglage correct de la vitesse. Hormis la chambre de compression, l’alimentation constitue l’un des principaux facteurs qui déterminent la qualité de la balle. Le fourrage devrait entrer dans la chambre sous la forme d’un « matelas » régulier. Dans le principe, plus la couche de fourrage est épaisse, plus il est difficile d’obtenir une bonne compression. Dans la dernière phase du processus de compression surtout, une vitesse élevée demande une grande puissance. Les développeurs cherchent à optimiser par divers moyens techniques l’approvisionnement en fourrage. L’un de ces moyens consiste à accélérer le matériau récolté d’abord par un rotor libre tournant à grande vitesse, avec système de maintien bas, puis de le ralentir avant le chargement ou le rotor de coupe. Grâce à cet effet de dosage, les andains irréguliers peuvent être égalisés et mieux répartis sur la largeur de la chambre de pressage. Le constructeur d’autochargeuses Strautmann utilise un effet similaire avec le système CFS, le fourrage étant saisi tout d’abord par un rouleau accélérateur permettant une meilleure répartition dans la largeur.

Première presse non-stop avec  chambre de précompression Krone a présenté une machine avec un système d’alimentation novateur lors de la dernière Agritechnica, Il s’agissait d’un 10

5 2012

Technique Agricole

modèle de présérie « Ultima ». Cette machine est la première combinaison presseenrubanneuse capable de lier et d’éjecter la balle tout en poursuivant la prise en charge du fourrage. Elle dispose de la même chambre de pressage semi-variable que la Comprima déjà mentionnée. Le processus non-stop est rendu possible grâce à une chambre de précompression, celle-ci prenant en charge le fourrage pendant le processus de liage et le précomprimant. Cette chambre de précompression est limitée deux bandes d’alimentation disposées en forme de coin. Après cette phase, le fourrage est transféré en une couche régulière dans la chambre de compression. Selon Krone, le nombre de balles à l’heure augmente de quelque 50 % par rapport aux presses traditionnelles, grâce à la chambre de pré-compression. Lorsque le Tractor Implement Management (TIM) est utilisé en plus, le conducteur est soulagé. La machine régule alors la vitesse du tracteur. Le TIM peut régler la vitesse du tracteur en fonction de la charge de la machine. Malgré une charge maximale, la presse n’est pas « suralimentée ». Il reste suffisamment de temps pour laisser les balles suffisamment longtemps dans la chambre de compression et d’obtenir ainsi une densité élevée. Selon Krone, un déroulement sans problèmes du processus avec une densité des balles et des performances élevées est assuré en continu grâce au système TIM. Il n’existe pour l’instant que quelques machines de présérie du modèle Ultima, et ces machines sont en phase de testage. La livraison de

Tendance dans le domaine des  feuilles plastiques Orkel pose de nouvelles références dans le domaine de la production de balles d’ensilage avec le « HiT Smartbaler ». Il s’agit ici de la première et de la seule combinaison presse-enrubanneuse disposant d’un système breveté enveloppant les balles d’une feuille plastique prétendue. Cela permet de maintenir la balle plus compacte et stable. Les balles équipées d’une feuille enveloppante sont généralement mieux protégées, surtout sur leur côté arrondi, contre les dommages causés par les animaux (par exemple les oiseaux) et sont plus robustes pour le transport de balles. Si la feuille enveloppante est endommagée, le film latéral étanchéifie beaucoup mieux qu’un filet. Cela signifie que l’air ou l’oxygène peut se propager moins rapidement et moins loin à l’intérieur du fourrage. Selon Orkel, la qualité de l’ensilage augmente ainsi de façon significative. Les feuilles plastiques ou les rouleaux de filet peuvent être placés des deux côtés dans le réservoir de stockage du système de liage HiT, sans devoir monter sur la presse. Avantages significatifs par rapport au filet : une étanchéité supplémentaire grâce à l’emballage et déballage plus facile de la balle. La feuille d’enrubannage et la feuille enveloppante forment une unité qui peut être facilement séparée du fourrage. L’ouverture mécanique des balles est possible avec des appareils simples, car la séparation du filet et de la feuille d’enrubannage n’est plus nécessaire pour l’élimination. Pour la paille et le foin, un filet peut être utilisé comme jusqu’à présent ; celui-ci étant fortement tendu, les balles sont ainsi renforcées. n


0b ‘00 a

en

s lle

300

Balles d’ensilage sans filet

S uiss

Ensilage en balles de meilleure qualité

e

Pas de filets ni de liens

Affourrager sans travail manuel

Ouverture plus aisée

Fin des mauvaises fermentations

8311 Brütten Tel.: 052 355 04 04 info@farmtechnik-ag.ch www.farmtechnik-ag.ch

BALTENSPERGER FARMTECHNIK AG

Conseiller de vente: C.A.Bettex 079 705 75 09

Si les arbres vous cachent la forêt, il est temps pour vous de passer au chauffage à bois de Schmid. Et à double titre. Premièrement, le chauffage à bois vous permet de protéger activement les forêts ; le bois local abattu est recyclé, l’industrie de traitement est stimulée. Deuxièmement, les chauffages à bois Schmid surpassent la grande masse des générateurs de chaleur. Par la grande qualité de leur conception technique,

Schmid SA, energy solutions Rue St. Michel 10 Téléphone +41 (0)21 905 35 55 CH-1510 Moudon Fax +41 (0)21 905 35 59

leur faible consommation de combustible et leur fonctionnement économique et écologique, les chauffages à bois de Schmid répondent à tous les besoins. Les chauffages à bois de Schmid – le côté intelligent de la production d’énergie. Pour de plus amples informations : www.schmid-energy.ch

moudon@schmid-energy.ch www.schmid-energy.ch


n   Marché

Soins aux espaces verts et

Renouvellement des prairies A l’entame des soins  aux prairies, la  reconnaissance des  dégâts et des développements insuffisants  sont nécessaires, ainsi  que l’inventaire de la  composition botanique. (Photo : Ursina Heinz)

L’image donnée par une pelouse est toujours le reflet des conditions  environnementales. Il est bien plus facile de maintenir les prairies  dans leur composition idéale par une utilisation et une fumure  adéquates que par des mesures techniques. Grâce à diverses  technologies de semis, des surfaces endommagées peuvent être  réhabilitées en effectuant un sursemis approprié. Ruedi Hunger

Les soins durables appliqués aux prairies et pâturages commencent déjà l’année précédente. Pour les graminées et les trèfles, le passage de l’hiver en toute sécurité dépend fortement de la surface de leurs feuilles lorsque l’hiver s’installe. Plus la surface foliaire du trèfle blanc avant l’hiver est importante, plus vite il évoluera au printemps suivant. En Irlande, on a constaté assez tôt que chaque jour de pâture supplémentaire d’octobre à décembre entraînait une réduction du rendement au printemps. En raison des conditions climatiques différentes entre l’Irlande et la Suisse, il s’est avéré nécessaire de vérifier les effets de l’exploitation en fin d’automne. Les résultats des essais réalisés en Suisse étaient, en moyenne, 12

5 2012

Technique Agricole

quasiment conformes aux résultats obtenus en Irlande. Des essais réalisés en Irlande en 2002 ont montré que chaque jour d’utilisation des prairies en automne entre le 1er octobre et le 11 décembre ont provoqué une baisse de rendement au printemps suivant de 15 kg MS/ha. Les chiffres suisses indiquent une moins-value de 16 kg MS/ha par jour.

Lorsque des lacunes apparaissent ... Un déséquilibre de la fertilisation et une utilisation intensive modifient la composition botanique. Un excès de nutriments promeut les herbes à fortes tiges, alors qu’une insuffisance en la matière favorise les herbes basses en formant des rosettes. Une utilisation trop précoce et fréquente

au printemps, mais aussi trop tardive et longue en automne, s’avère dommageable pour les plantes fourragères de bonne qualité, qui disparaissent progressivement. Les gelées tardives, telles qu’elles se produisent au retour de l’hiver, peuvent causer des dégâts importants. Cela s’applique également à la moisissure dues à la neige et reconnaissables aux filaments blanchâtres qui se développent sous la couche de neige, sur sol non gelé.

... suite à des effets mécaniques ... La disparition de bonnes plantes fourragères s’accroît alors en raison de dommages structurels du sol et laissent des lacunes dans la pelouse. Les causes : de nombreux passages avec des machines


Marché 

n

de plus en plus lourdes, mais aussi le piétinement des animaux au pâturage sur un sol humide, le pâturage sélectif excessif dans des parcs fixes, les réserves de fourrages changeantes, ainsi que l’humidité extrême ou le stress dû à la sécheresse. Des dégâts considérables sont causés par les larves et les souris. Ça et là, le risque d’une population excessive de vers de terre est réel, engendrant une telle souillure de l’herbe que des mesures appropriées sont nécessaires.

... et de mauvais réglages La fauche trop basse endommage de nombreuses graminées et légumineuses, car leurs réserves en nutriments – destinées à assurer une repousse rapide – se voient ainsi détruites. Cela modifie le rapport de concurrence dans le peuplement. Les plantes sont quelquefois étouffées lorsqu’elles sont recouvertes d’une couche de fumier mal réparti ou d’un « tapis de lisier ». Des lacunes préjudiciables dans la couche herbeuse en sont la conséquence. La composition botanique d’une prairie est toujours le reflet des conditions environnementales. Il existe diverses raisons pour lesquelles des prairies et des pâturages ont des lacunes ou une composition botanique relativement mauvaise. Grâce à un sursemis régulier, la réhabilitation des surfaces endommagées et la reconstitution d’un peuplement adéquat sont possibles. Selon la situation, un ou plusieurs sursemis peuvent être effectués chaque année. Le volume de semences s’élève habituellement à 20 kg par hectare. Le sursemis est cependant lié à un certain risque. La station de recherches Agroscope Reckenholz-Tänikon (ART) es-

Voilà ce qui se passe également lorsque les prairies sont abandonnées trop tôt en automne :  une masse végétale importante subsiste. Seules les souris s’en réjouissent !  (Photos : Ruedi Hunger)

time que trois sur sept sursemis ne donnent pas les résultats escomptés.

Pas une garantie de succès ! Le moment adéquat constitue le principal facteur de succès. La concurrence au sein du peuplement et l’approvisionnement en eau s’avèrent également très importants. L’utilisation d’un mélange adéquat ainsi que la quantité de semences appropriée assurent de bonnes conditions pour un sursemis réussi. En fin de compte, la technique de semis utilisée contribue aussi au succès, bien que son effet soit souvent surestimé. Le sursemis n’est en général pas une mesure unique, mais doit être répété avec beaucoup de patience sur quelques années.

Sursemis de printemps, au début  de l’été ou de l’automne ? Un  sursemis  de  printemps se fait au début de la période de végétation. Selon

Trèfles 10-30%

Herbes 10-30%

Graminées 50-70%

la technique d’ensemencement, le sursemis peut se combiner à un entretien de la prairie. Un sursemis au printemps présente l’avantage d’utiliser l’humidité disponible de l’hiver. L’inconvénient le plus important est la grande capacité concurrentielle du peuplement existant. La première coupe doit être faite de manière précoce, de telle sorte que les jeunes plantes disposent le plus vite possible de lumière en suffisance. La  seconde  possibilité se présente après la récolte de la première coupe (après la récolte de foin). La repousse qui suit est moins concurrentielle et laisse une meilleure chance au sursemis. Mais si cela se passe après une période de sécheresse, en début de printemps ou d’été, les jeunes plantes sont difficilement capables de puiser l’eau nécessaire. Pour y pallier, aucun sursemis ne doit se faire après fin octobre. La période suivante sera alors le printemps prochain.

Grafique 1 : Le peuplement souhaité se compose de 50 à 70 % de graminées. Il s’agit d’abord de gramniées fourragères comme le ray-gras italien ou anglais, le vulpin des prés, le dactyle aggloméré, crételle à crêtes et autres. Une grande variété de trèfles, notamment le trèfle blanc et le rouge, sera présente à raison de 10 à 20 %. Cette composition garantit une couche herbeuse dense sur laquelle on peut rouler. Ainsi le fourrage sera nourrissant et appétent pour les animaux, et également utilisable à d’autres fins.

5 2012

Technique Agricole

13


Ausgabe Mai / Juni / November 2012

Prix dès Fr. 1‘265.-(incl. TVA)

MotoPlus – le carburant spécial pour moteurs 4 temps, sans benzène

Vente uniquement par le revendeur spécialisé

au e v u No

■ ■ ■

Protège la couche de l’herbe grâce à la forme idéale des dents comme cela vous gardez votre herbe propre Construction modulaire permette s’adapter au sol dur et humide Grâce à la fermeture rapide montage et démontage immédiatement KlimmFix comme roue SOLO adaptée sur votre motofaucheuse

Fabriqué en Suisse

Demandez des informations!

STIHL VERTRIEBS AG 8617 Mönchaltorf info@stihl.ch www.stihl.ch

Technique agricole 89 x 128.indd 5

r pou s t n a te mp r pen i r g u ues her s rpée o r a c s De fau esc

Schaad Frères SA | 4553 Subingen Tel. 032 613 33 33 | Fax 032 613 33 35 www.schaad.ch

27.03.2012 09:48:24


Marché 

Le  sursemis  d’automne  doit être fait jusqu’à la mi-septembre. Pendant la période de fin août à début septembre, il n’existe que très peu de concurrence du gazon existant. Lorsque le sursemis parvient à se développer jusqu’au stade du 4–5 feuilles, il parvient très bien à résister lors de la période hivernale dans les vallées. Cela présente l’avantage que les jeunes plantes arrivent au tallage dès le printemps. Le sursemis d’automne implique cependant une utilisation cohérente des prairies à cette période et une préservation adéquate en cas de conditions humides.

Technique de semis Pour les sursemis et les ensemencements au large, toute une gamme de machines appropriées est disponible. Lors de l’appréciation de leur mode de travail, il est important de noter que l’échec du sursemis n’est pas prioritairement tributaire de la technologie utilisée. Il est cependant

n

essentiel de mettre en place la semence avec la technique appropriée à l’endroit et aux conditions.

Sursemis • La semence est répandue en surface « sur » le gazon. Des lacunes sont nécessaires pour que les graines puissent toucher le sol. Les semoirs montés sur divers type d’appareils de soins et/ou des rouleaux connus par exemple sous le nom de « Krummenacher » sont bien adaptés. Les semoirs à petites graines et les distributeurs de granulés antilimaces peuvent aussi s’utiliser en combinaison avec des appareils de soins et des rouleaux. Le mode d’épandage travaillant de manière centrifuge est limitée en largeur et sensible au vent. La même réflexion s’applique à l’épandeur d’engrais qui, faute d’alternatives, peut également être utilisé. • La technique de semis consistant à intégrer les graines au lisier et à les distribuer ainsi fait toujours l’objet de discussions.

Dans les pentes, une combinaison d’outils  avant et arrière facilite la conduite et  nécessite des tracteurs moins puissants.

Selon le Dr Karl Buchgraber, du LFZ Raumberg Gumpenstein (Autriche), aucun dommage en termes de germination des graines ne doit être attendu. Toutefois, ce mode d’épandage ne garantit pas le contact avec le sol requis. Beaucoup de graines tombent sur l’herbe avec le lisier, germent, puis sèchent en

Grafique 2 De graves dégâts à la couche herbeuse provoqués par les vers blancs, les souris, la destruction des plantes par le froid et la sécheresse doivent être corrigés par de nouveaux semis (les dégâts peuvent atteindre plus de 50 % de la couche herbeuse). Il faut alors éliminer l’ancien peuplement par traitement chimique (herbicide complet) ou mécanique (charrue).

Moins de 50% de gazon uniforme

Plus de 50% de terres ouvertes

25-50% de lacunes, resp. de terres ouvertes

Grafique 3 Ce peuplement, dépendant de plantes fourragères qui méritent d’être encouragées, peut être corrigé par un sursemis. Au préalable, il faudra éventuellement déterminer les herbicides nécessaires. Les sursemis seront réussis lorsque les semences ont un contact suffisant avec le sol et que leur approvisionnement en eau sera garantit.

50-75% de gazon uniforme

75-100% de gazon uniforme

0-25% de lacunes, resp. de terres ouvertes

Grafique 4 Lors de dommages bénins, un vide d’environ 25 % par exemple, un sursemis est faisable. La germination serait assurée par des outils qui fendront la couche herbeuse et déposeront la semence sur ou dans le sol (dépôt intermédiaire). Sinon une grande partie du semis restera sur la couche herbeuse ; peutêtre qu’il germera, mais n’aura aucun contact avec le sol.

5 2012

Technique Agricole

15


n   Marché

from Austria

Nouvelle vitalité de votre prairie...

Des semoirs pour semences fines peuvent également être utilisés en  combinaison avec un rouleau ou une herse à prairie à l’arrière.

grande partie sous le soleil car l’alimentation continue en eau fait défaut. Le sursemis dans un gazon bien fermé ou feutré n’a guère de chance de succès.

Semis intégré • La semence est plantée dans le sol « à travers » la couche herbeuse. La technique de semis s’avère ici plus exigeante que celle du sursemis. Les socs de semis sont pressés activement sur le sol. Il est avantageux dans ce cas de pouvoir maintenir une pression élevée ou la régler selon les besoins. • Hormis des machines spéciales, les semoirs munis de socs à disques à pression réglable (système hydraulique) peuvent aussi être utilisés. • Par ailleurs, les semoirs pour semis direct sont parfaitement adaptés au sursemis. • Pour les gazons fortement feutrés, une machine munie d’un dispositif de fraisage et de semis spécifiques existe. n

Il n’y a pas d’écart :  les socs sont pressés  au sol à une  distance constante  de 8 cm.

▲ L’Herbamat de Köckerling  ouvre le sol, puis referme  les rainures après le dépôt  des graines.

16

5 2012

Technique Agricole

bl u Do

t en em d en r e

Aére la prairie, enlève la mousse et favorise le tallage, nivelle le terrain. Avec sursemis. Exposition permanente à Gampelen et Andelfingen Station-service à bas prix avec shop et restaurant à Gampelen

Tél. 032 312 70 30 www.aebisuisse.ch Marché de l’occasion

Nouveau : Hatzenbichler Heavy-Vertikator En un seul passage, la herse Vertikator de Hatzenbichler égalise des taupinières et des dégâts de piétinement, elle déchire les cultures enchevêtrées et elle exécute en même temps le semis avec le retassement nécessaire. Maintenant, elle obtient une grande sœur : la herse Heavy-Vertikator. Son but est le renouvellement des prairies sans labour et de garder la productivité la plus haute et la plus longue possible des prairies. Ceci signifie faire avancer les espèces de plantes souhaitées et détruire les mauvaises herbes. Le mécanisme d’action reste le même pour le nouveau matériel. Mais la herse Heavy-Vertikator est conçue de façon plus robuste et elle dispose d’un rouleau Cambridge lourd avec un diamètre de 470 mm comme outil de nivellement. Avec le retasse-

ment conséquent des semences qui en résulte, les conditions de croissance pour l’herbe sont parfaites. Selon la largeur de travail

souhaitée, le semoir pneumatique «AIR 8 » ou «AIR 16 » sera monté sur le nouvel outil.

Informations :

Althaus SA Ersigen Burgdorfstrasse 12 3423 Ersigen Tél. 034 448 80 00 Fax: 034 448 80 01 www.althaus.ch


Marché 

n

Depuis des décennies, les pirouettes constituent l’un des maillons essentiels dans la chaîne de récolte du fourrage.  (Photos : Ruedi Hunger)

Pirouettes : La forme des dents définit leurs profils Les faneuses à toupies occupent une position importante parmi les machines de  fenaison. Ce mode de travail a fait ses preuves depuis des décennies. Les  différences entre les modèles se cachent dans les détails. Malgré des spécificités  conceptuelles, tous les constructeurs promettent une récolte du fourrage optimale,  sans salissure ni dommages à la couche herbeuse. Ruedi Hunger

Depuis les années 60 du siècle dernier, les faneuses à toupies ne sont plus dissociables de la palette des machines de récolte du fourrage. Il a bien été question – ces derniers temps – d’épargner un passage de pirouette grâce à un épandage large avec la faucheuse. Sur une prairie fauchée, il faut distinguer entre « faner » et « retourner ». Des différences

essentielles se trouvent dans la teneur en matière sèche et dans la vitesse de travail qui en découle. En règle générale, la vitesse de travail est de 50 à 70 % plus élevée au deuxième passage. Selon le rapport FAT 588 (Schick et Stark), le nombre de passages dépend du procédé de fauche et de conservation, et s’élève de un à quatre. Le graphique 1 indique

les besoins en temps pour un passage, selon la surface des parcelles et la largeur de travail de la faneuse à toupies.

La machine-clef en culture  fourragère Les faneuses à toupies occupent une position essentielle parmi les machines de fenaison. Son outil de travail, une toupie 5 2012

Technique Agricole

17


0.4 0.4 0.3 0.3

0.2 0.2

10.0 10.0 0.5 0.5

1  Toujours au centre des débats : le  diamètre des ressorts, la longueur des  pointes et la forme des dents. 2  Avec crochets : les dents Lely se différencient dans leur principe de travail par la  forme de leurs dents. 3  L’angle de projection se règle au moyen  d’un clip sur les dents Lely. 4  Claas, Kuhn, Krone et Pöttinger assurent  les dents cassées grâce à une sécurité  antiperte sur le porte-dents.

0.4 0.4 0.4 0.4 0.3 0.3

5.0 5.0 0.5 0.5

0.4 0.4 0.3 0.3

4.0 4.0 0.6 0.6 0.5 0.5

0.0

AB 4.5m AB 5.5m AB 10.5m

0.4 0.4 0.3 0.3

3.0 3.0 0.6 0.6 0.5 0.5

1.2 1.2 1.0 1.0

1.6 1.6 1.4 1.4

AB 6.7m

0.7 0.7

0.5 0.5 0.4 0.4

0.8 0.8 0.8 0.8

2.0 1.0 0.61.0 0.9 0.60.9 0.8 0.50.8 0.8 0.40.8 0.7 0.7

3.0 2.0 0.62.0 0.6 0.50.6 0.6 0.40.6 0.5 0.30.5 0.4 0.4

1.3 1.3 1.2 1.2

0.2

AB AB 6.7m 6.7m AB AB 10.5m 10.5m

0.4

2.0 2.0 0.6 0.6 0.6 0.6

0.6

1.0 1.0 0.9 0.9

0.8

0.5 0.5 1.4 1.4 1.3 1.3

1.0

AB AB 4.5m 4.5m AB AB 5.5m 5.5m

1.2

1.6 1.6 1.4 1.4 1.2 1.2 1.0 1.0 0.8 0.8 0.6 0.6 0.4 0.4 0.2 0.2 0.5 0.0 1.0 0.0 0.5 1.4 0.90.5 AB 4.5m 1.4 AB 4.5m 0.81.4 1.3 AB 5.5m 1.3 AB 5.5m 0.81.3 1.3 AB 6.7m 1.3 AB 6.7m 0.71.3 1.2 AB 10.5m 1.2 AB 10.5m 1.2

0.0 0.0

1.4

4.0 3.0 0.63.0 0.6 0.50.6 0.5 0.40.5 0.4 0.30.4 0.3 0.3

5.0

4.0 0.54.0 0.6 0.40.6 0.5 0.40.5 0.4 0.30.4 0.3 0.3

10.0 5.0 0.55.0 0.5 0.40.5 0.4 0.30.4 0.4 0.20.4 0.3 0.3

Arbeitszeitbedarfjejeha ha(Akh) (Akh) Arbeitszeitbedarf

Les dents à ressort constituent les éléments les plus importants des faneuses à toupies (faneuses, giro-andaineurs, pirouettes) : • dents avec branches de longueur équivalente. Ces dents peuvent en principe tourner aussi bien à gauche qu’à droite, ce qui facilite leur stockage et leur remplacement • dents avec branches de longueur inégale. Elles sont prévues pour des toupies tournant respectivement à droite et à gauche • dents recourbées à leur extrémité en forme de crochet • épaisseur diverse des dents (ex : 9, 9,5 ou 10 mm)

1.6

0.4 0.4 0.2 0.2

Petites pièces, grandes différences 

Faneuses à toupies – besoins en temps de travail Arbeitszeitbedarf mit Kreiselzettwender Arbeitszeitbedarf mit mit Kreiselzettwender Kreiselzettwender Arbeitszeitbedarf

0.8 0.8 0.6 0.6

Besoins d’heures de travail par ha (MOh) je ha (Akh) Arbeitszeitbedarf

rotative équipée de dents à ressort, est resté le même au fil des années. Néanmoins, avec le temps, des améliorations substantielles ont été apportées. Au premier plan figure une récolte propre du fourrage, sans dommage à la couche herbeuse.

Arbeitszeitbedarf Arbeitszeitbedarfjejeha ha(Akh) (Akh)

Arbeitszeitbedarf Arbeitszeitbedarf mit mit Kreiselzettwender Kreiselzettwender

n   Marché

• divers types de fixation • diamètre des ressorts (ex : 70 ou 80 mm).

Des branches de même longueur Les dents à ressort fixées sur les portedents arrondis de la pirouette Claas ont des branches de même longueur. Claas prétend que des dents de longueur égale permettent de prendre le fourrage par couche. L’angle de projection des toupies à six ou sept bras peut se régler entre 12° et 16° ou 13° et 16°. La position des dents sur le porte-dents varie entre –7/0/+7°. Une sécurité est montée à l’extrémité du porte-dents. Fella souligne qu’un mélange optimal du fourrage est possible uniquement au

moyen de branches équivalentes. Les dents utilisées – de 9,5 mm d’épaisseur – ont des ressorts à six spires et un diamètre de 70 mm. A l’exception du plus petit modèle, toutes les faneuses de Fella sont équipées de dents munies d’un système de sécurité antiperte. Le groupe Kverneland, avec ses pirouettes identiques Deutz-Fahr et Vicon, utilise des dents avec branches de même longueur. Ces dents de 10 mm ont un ressort de 80 mm. Elles sont munies d’une fixation des dents « OptiSet » qui permet de régler l’angle de projection. Un dispositif de réglage sans outil de l’angle de répartition se trouve sous chaque assiette de toupie.

Cela peut « chauffer » avec la  perte des dents !

1

2

3

4

18

5 2012

Technique Agricole

Les dents des faneuses et des andaineurs peuvent causer de graves dommages à la machine de récolte suivante. Un couteau brisé dans l’autochargeuse constitue encore un dommage mineur (si elle n’est pas suivie d’une souffleuse !). En plus de dégâts conséquents au tambour de hachage (qui peuvent être évités par un détecteur de métal), certains cas d’incendie ont été signalés avec des presses à balles carrées en raison de dents perdues dans le fourrage. Un tel événement entraîne de graves questions de responsabilité.

10.0 10.0 0.5 0.5 0.4 0.4 0.3 0.3 0.2 0.2


Marché 

n

Branches de longueur inégale Sur les 5 à 7 bras du giro-faneur Kuhn, les dents sont équipées de branches de longueur inégale. Les dents ont des ressorts à 4 spires. Krone mise également sur des branches de longueur différente et nomme ce mode de travail « effet de peigne ». Les dents constituées de matériau super-C ont 9,5 mm d’épaisseur et 5 spires. Trois positions de montage des dents sont possibles grâce à une pièce excentrée. Des dents de diverses couleurs sont montées sur les toupies à 5 ou 7 bras. Ainsi, les dents originales permettent de voir les différents sens de rotation, et le stockage est simplifié. Les dents à ressort introduites sur le tube de maintien sont assurées contre la perte au moyen d’une douille de verrouillage. Pöttinger nomme les outils de travail de ses pirouettes Heavy-Duty. Pöttinger souligne encore une qualité améliorée de la structure des dents. Les toupies, qui comprennent de 5 à 7 bras, disposent d’un réglage de l’angle de projection à trois paliers. La position des dents peut être changée en partie grâce à la rotation du porte-dents. SIP utilise aussi des branches de longueurs inégales. Les dents ont un ressort à 5 spires.

Dents à crochet Dans de nombreux essais de terrain, les « dents à crochet » Lely ont démontré une très bonne saisie du fourrage. Ces dents de 10 mm d’épaisseur, avec leur crochet caractéristique de 7,5 mm de long, râtelle bien la couche de gazon. Pour cela, le fourrage est pris en charge « en tirant », comme avec un râteau. Selon Lely, les dents supérieures plus courtes servent à l’accélération supplémentaire du fourrage. Elles distribuent parfaitement le fourrage et permettent l’obtention d’une courbe d’épandage très uniforme. L’atout principal des « dents à crochet » se concrétise par de grandes quantités de fourrage et des andains épais. En revanche, les résultats sont plutôt moyens lorsque peu de fourrage est disponible. Les dents peuvent être ajustées sur deux positions au moyen d’un clip. Le réglage de l’angle de projection de chaque toupie est réglable sans outil par boulon, ceci entre 10 et 17°.

Résumé Le fait que les constructeurs de faneuses rotatives les plus réputés soient uniformé-

Krone différencie les dents tournant à droite et à gauche au moyen de couleurs diverses.

ment répartis entre les adeptes des dents de longueur égale et les partisans de longueur inégale démontre que cet élément est avant tout une question de conviction. Un réglage adéquat permet

d’une manière ou d’une autre d’obtenir des résultats concluants. Seules les dents à crochet de Lely présentent une réelle différence de conception. n

6 x d comme dents • Les dents sont les outils de travail flexibles et élastiques de la faneuse rotative (pirouette). • Les bras porte-dents sont des éléments fixés à un tube ou une barre d’acier dont l’extrémité supporte les dents. • Les toupies à dents des faneuses se composent de trois éléments avec les pièces de fixation nécessaires, soit les assiettes de toupies, bras porte-dents et dents. Chaque toupie à dents est en général supportée par une roue d’appui à pneu. Grâce au réglage de l’angle d’attaque, la qualité d’épandage peut être adaptée selon la quantité et la structure du fourrage.

• L’angle d’attaque des dents (ou leur positionnement) se mesure en degrés par rapport à la verticale. Pour le réglage, un apprentissage spécifique est souvent nécessaire. • La sécurité antiperte est un équipement avec dents conçu de manière diverse par les constructeurs. • Les toupies sont normalement équipées de 4, 5 ou 6 dents. Leur nombre dépend du diamètre de la toupie et ne donne qu’une indication partielle quant à la qualité de ramassage.

5 2012

Technique Agricole

19


n Nouvelles des sections

Formation pour obtenir le permis G Permis également reconnu pour la conduite d’un cyclomoteur, formation théorique valable pour la catégorie F (véhicule limité à 45 km / h). Sur la voie publique, pour conduire un tracteur dont la vitesse maximale est de 30 km/h, les jeunes gens doivent avoir 14 ans révolus et être porteurs du permis de conduire de la catégorie G. Il est possible de passer l’examen 1 mois avant l’anniversaire. Nos cours théoriques, d’une durée de deux après-midi (le mercredi de 13 h 30 à 16 h 30), vous aident à réussir cette épreuve. Ils sont décentralisés en fonction des inscriptions et accueillent 10 à 15 participants. Prix du cours : membre ASETA-VAUD : CHF 50.– non-membre : CHF 100.– Information, rappel Sur la voie publique, pour conduire un tracteur dont la vitesse maximale est de 40 km / h, les jeunes gens doivent avoir 14 ans révolus, et le permis de conduire devra porter la mention G 40. L’extension G 40 peut être obtenue, par les bénéficiaires de la catégorie G, en suivant un cours pratique de deux journées entières. Renseignements et inscriptions auprès de l’ASETA Riniken, tél. 056 462 32 00.

Tarifs indicatifs 2012 Ces tarifs servent d’indication pour les indemnités des travaux effectués par les agro-entrepreneurs. Etant donné que le prix du diesel est passé à CHF 1.90 (année précédente 1.79), la plupart des tarifs figurant sur la liste ont été relevés. Les salaires horaires sont fixés à CHF 47.– et le prix du carburant à CHF 1.90. Les variations du prix des fournitures (ficelles pour balle, films d’emballage par ex.) ainsi que les charges exceptionnelles seront facturées en sus. Les conditions générales d’affaire (CGA) de l’Association suisse des agro-entrepreneurs forment la base légale pour l’exécution des services. Programme de calcul voir sur www.maschinenkosten.ch. Indication des prix sans TVA. Récolte

CHF/ha

Moissonneuse-batteuse céréales

440.–

Moissonneuse-batteuse colza

554.–

Moissonneuse-batteuse maïs 6 rangs

513.–

Moissonneuse-batteuse tournesol

548.–

Ensileuse automotrice maïs (360 kW) 655.– Ensilage maïs complet : ensileuse, 3 remorques, soufflerie

1240.–

Ensileuse automotrice herbe

572.–/heure

Remorque d‘ensilage 25 m3*

22.–/char

Autochargeuse-ensileuse 46 couteaux, 35 m3*

77.–/char

Récolte des betteraves

CHF/ha

Récolteuse complète, trainée, 2 rangs 967.– Récolteuse automotrice intégrale, 6 rangs 800.– Balles haute densité et balles rondes CHF/balle

Bulletin d’inscription à envoyer à : ASETA, Mme Amez-Droz rte des Chaufours 1, 1147 Montricher, ou à : alamez-droz@bluewin.ch Nom (du participant)

Balles rondes, fourrage sec, 1,4 m3

11.50

Balles rondes, fourrage sec, 2,1 m3

15.60

Ensilage 1,4 m3

14.40

Enrubannage, 1,4 m3

13.60

Balles d’ensilage, presse combinée, 1,4 m3

24.50

Balles rectangulaires, fourrage sec, 1,4 m3

14.40

Balles rectangulaires, fourrage sec, 2 m3

16.30

Balles rectangulaires, ensilage, 1,4 m3 17.20 Balles rectangulaires, ensilage, 2 m3 18.65

Prénom (du père) Date de naissance

Membre ASETA-Vaud

Téléphone

oui

non

Portable

Enrubannage

14.30

Broyeur auxiliaire (supplément)

5.50

Presse à haute densité

1.15

Semis

CHF/ha

Semis betterave, monograin, 12 rangs 176.– Semis maïs, 6 rangs

141.–

Distributeur d’engrais maïs (supplément)

30.–

Semis combiné, 4 rangs

290.–

Semis sur bandes fraisées

442.–

Demande de permis déjà adressée au Service des automobiles

Combinaison de semis

288.–

❏ Oui ❏ Non

Semis direct

219.–

Protection des plantes

CHF/ha

Pulvérisateur

94.–

Engrais de ferme

CHF/unité

Date cours :

Citerne, 12 m3, pendillards 12 m*

2.–/m3

Epandeur universel, 21 t*

30.–/char

❏ 2e semestre 2012 ❏ 1er semestre 2013 ❏ 2e semestre 2013

* sans main d’œuvre ni tracteur

Adresse NPA, localité

Lieu désiré : ❏ Morges ❏ Moudon

20

5 2012

Technique Agricole

❏ Yverdon


Marché 

n

Depuis 50 ans, les andaineurs rotatifs nettoient les surfaces fourragères avec succès et pourtant la pression pour des alternatives s’accroît.   (Photos : Ruedi Hunger)

Les exigences de l’andainage « Pour faire des andains, tu dois envoyer le meilleur de tes hommes sur le terrain ! »  Cette déclaration faite par un agro-entrepreneur montre à quel point l’andainage  est exigeant. De la bonne exécution des travaux dépendent les performances à  l’heure de la technique de récolte. Un coup d’œil à diverses solutions d’andainage  montre qu’une certaine concurrence à la technologie des rotors se développe, mais  que celle-ci n’est pas (encore) trop menaçante. Ruedi Hunger

Gramme par kilo (g/kg)

Résultat de l'analyse 2006 selon SAUTER ART 350 300 250 200 150 100 50 0

Andaineur à toupie

Andaineur à tapis

Cendre

Protéine

Cellulose

92.6

104

316

92.4

105

325

Graphique : les différences en matière de propreté et de teneur en protéines du fourrage avec  les divers andaineurs ne sont pas significatives.

Les pertes mécaniques sont influencées par le mode d’andainage et s’élèvent encore en moyenne à 17 %, indique une évaluation d’Agroscope ART Tänikon. De plus, l’andaineur, notamment son réglage, a une incidence sur le degré de souillure du fourrage (teneur en cendres dans l’analyse du fourrage grossier). Les meilleurs résultats sont obtenus par ceux qui maîtrisent leur machine, la façon de travailler, ainsi que les exigences relatives aux méthodes de conservation.

Râteaux-faneurs La largeur de travail des râteaux-faneurs correspond à environ 90 % de la largeur 5 2012

Technique Agricole

21


n   Marché

Les andaineurs à tapis sont performants, flexibles, mais également chers à l’achat.

Simplicité de construction et performances à la surface caractérisent les râteaux-soleil.  (Photo d’usine)

Faible largeur de transport, durée d’équipement limitée et préservation  du fourrage, tels sont les signes distinctifs du râteau-andaineur.  (Photo d’usine)

de transport. Cela signifie que leurs performances à la surface sont limitées par la largeur de transport maximale possible (ou la hauteur de transport). Ce n’est qu’avec la combinaison de deux éléments individuels que la largeur de travail peut être accrue. Il faut compter avec quelque 100 à 110 kg par mètre de largeur opérationnelle. Les modèles munis de râteaux sur cinq rangées sont plus lourds et peuvent peser de 130 à 145 kg par mètre Les râteaux-faneurs légers à deux rangées sont disponibles, en version de base, pour moins de CHF 3000.–. Lorsque le nombre de double-dents par râteau augmente, le prix s’accroît de CHF 300.– à 400.– par mètre. Les râteaux-faneurs rencontrent des difficultés pour prendre en charge le fourrage encore couché. Le fabricant suisse Knüsel équipe donc son râteau-faneur d’une roue de séparation entraînée. La vitesse de déplacement et la reprise propre du fourrage ne dépendent pas pour le moins du 22

5 2012

Technique Agricole

nombre de dents montées sur la bande de râtelage. Pour les dispositifs installés à l’avant de tracteurs performants, les fabricants recommandent cinq double dents. La firme Bartholet, Flums, équipe ses râteaux-faneurs de quatre rangées. Une ou deux roues d’appui garantissent en permanence une bonne adaptation au sol. Un contre-râteau (Knüsel), qui nettoie les double dents, empêche le fourrage de passer par-dessus la machine.

Andaineurs à tapis – une autre  dimension La préservation du fourrage et les performances à la surface constituent certainement deux propriétés essentielles des andaineurs à tapis fabriqués par Kuhn et ROC. L’andaineur Kuhn se nomme « Merge Maxx 900 ». Son principe de fonctionnement : les éléments du pick-up tournent de manière relativement rapide et déposent le fourrage sur le tapis de transport transversal de 1 m de large. Les pick-up sont

guidés par deux patins au sol. Un système hydraulique de bord est entraîné par la prise de force. En raison de la quantité d’huile s’élevant à 200 l, Kuhn renonce à un refroidissement spécifique. Avec son pick-up en trois parties, la largeur de travail considérable de 9 m est atteinte. Si l’andain doit se former au centre, les deux bandes de 362 cm de long rassemblent le fourrage en tournant en sens inverse l’une de l’autre. Pour que l’andain puisse se constituer, l’élément central de 160 cm de large est relevé. Lorsque tous les éléments de récolte sont utilisés, le fourrage est déposé à gauche ou à droite en andains simples ou doubles. Dans la configuration avec double andain latéral, une largeur totale d’une vingtaine de mètres est travaillée, andains compris. Le constructeur italien ROC, de Camerano (province de Rimini) construit des andaineurs à tapis d’une largeur de travail de 2,5 à 12 m. Les deux plus petits modèles (2,5 et 3 m) sont en une seule partie et


Marché 

peuvent également être montés sur le relevage frontal. Contrairement au Merge Maxx de Kuhn, les éléments individuels du pick-up ne reposent pas sur des patins, mais sur des roues. En raison du système lui-même, le pick-up peut traîner avec lui un peu de fourrage lorsque celui-ci est déposé sur toute la surface. Cela s’explique par le fait que, dans ce cas, un pick-up ne parvient pas à une séparation propre du fourrage. Les deux modèles disposent d’un châssis de transport massif, et ces grosses machines pèsent environ 6000 kg. L’essieu de transport peut être équipé de freins.

Lorsque le soleil brille dans les  prairies Von Cornelis van der Lely est l’inventeur du râteau-soleil. Les râteaux-soleil fabriqués sous licence par de nombreuses entreprises ont finalement été remplacés dans les années 50 et 60 par les machines à prise de force (Fahr) et, plus tard, par les andaineurs à toupie. Jusqu’à sa réapparition récente, le râteau-soleil avait disparu chez nous depuis longtemps de la liste du matériel de fenaison. Pöllinger, de Raumberg Gumpenstein (Autriche), a coupé court aux préjugés relatifs aux andains enroulés de ces machines.

Comparaison des principes de fonctionnement :

Les andaineurs à toupie repoussent le  fourrage sur le sol à une vitesse de 6 à   7,5 m/s. La forme des dents diffère d’un  constructeur à l’autre.

n

Dans certains essais, les râteaux-soleil ont démontré qu’ils sont aussi capables de confectionner des andains bien constitués. Deux raisons vont à l’encontre de ce vieil argument : le fourrage est maintenant récolté beaucoup plus tôt (donc plus court) et ne peut donc plus s’enrouler comme auparavant. En outre, la récolte effectuée aujourd’hui avec les autochargeuses modernes permet d’assumer des quantités de fourrage nettement supérieures à ce que les dispositifs de saisie des machines des années 60 autorisaient. Les râteaux-soleil sont entraînés par leur contact sur le sol. Il y a donc risque que de la terre soit mélangée à l’andain. Cependant, la contamination des aliments et les pertes de fourrage sont gérables, comme avec les andaineurs à toupie. En choisissant le réglage avec soin, un bon résultat peut être obtenu. La conception actuelle est caractérisée par le fait que les « soleils » sont montés de manière indépendante et que la forme de leurs dents a été optimisée. Des vitesses allant jusqu’à 15 km/h au maximum et des largeurs importantes permettent d’atteindre d’excellentes performances à la surface.

Découverte finlandaise

Les râteaux-faneurs ratissent le fourrage  avec une vitesse de 4 m/s sur le côté. Un  nombre différent de dents est proposé  selon les constructeurs.

Les andaineurs à tapis prélèvent le  fourrage avec un pick-up et le transportent avec un tapis à gauche ou à droite.  Un dispositif de maintien au sol assure un  prélèvement propre du fourrage.

Le râteau-soleil (ici avec protection des  dents) est entraîné par son contact au sol.  Les dents de forme spécifique soulèvent  légèrement le fourrage du sol avant de le  déplacer.

La forme spéciale des dents des râteauxandaineurs soulève le fourrage du sol et  le projette sur le côté et vers l’avant. Les  râteaux-andaineurs disposent d’un  entraînement hydraulique.

ELHO est situé dans l’ouest de la Finlande, près de Pietarsaari. En tant que fabricant de technique de récolte du fourrage, les Finlandais voient les avantages suivants avec le principe de travail ELHO : soulever et projeter. Les dents de forme spéciale du double andaineur soulèvent le fourrage brièvement, puis le projettent en avant. Les « paniers de travail » en forme de V, placés en biais, sont équipés de sept biellettes munies d’un total de 322 dents sur ressorts en caoutchouc. La conception en forme de V amène la récolte vers le centre lors du déplacement. Ce râteau-andaineur est disponible en deux dimensions, les VTwin 600 et 750, ainsi qu’en simple Twin 460 frontal-latéral. Le Twin 460 fixé au 3-points, à entraînement hydraulique, a une largeur de transport d’environ 2,5 m.

Résumé L’on peut considérer comme une certaine ironie du sort le fait que les andaineurs écartés dans les années 60 fassent aujourd’hui de nouveau concurrence aux actuels andaineurs à toupie. Bien qu’elles restent encore timides, les chances des râteaux-soleil et autres râteaux-andaineurs s’accroissent à mesure que les andaineurs à toupie deviennent plus grands, lourds et complexes. n 5 2012

Technique Agricole

23


n Plate-forme

André Steiner est directement concerné par le remaniement sur sa commune de Fenin-VilarsSaules. (Photos : Alain Douard)

André Steiner, Fenil (NE), a 64 ans : Nouveaux tournants

pour poursuivre l’activité du domaine ? « Pour l’instant, je travaille à l’extérieur à 60 %, mais on va examiner toutes les solutions », répond l’intéressée. « Plusieurs repreneurs se sont aussi déjà manifestés dans les environs, louer ou vendre est donc également une option. »

événements ne sont jamais qu’une paire de projets supplémentaires dans la vie de cet exploitant qui en a vécus ou gérés quelques autres d’envergure. En 1961, il a quatorze ans quand son père Rodolphe se voit proposer de reprendre et racheter l’actuelle ferme familiale. « On était fermier au Mont-Soleil. On était sept enfants, on avait cinq vaches, des poules et des cochons. » Le cheptel doublera à l’arrivée à Fenil. Il grimpera jusqu’à 15 laitières, des holsteins, en 1997. André Steiner a alors cinquante ans et il décide d’arrêter la production laitière. Le contingent de 75000 kilos est un peu juste en regard des investissements que l’agriculteur devrait consentir pour moderniser étable et installations de traite. La décision mijote quelques mois, on pèse le pour – la paye mensuelle encore assurée à l’époque – et le contre – les dépenses à consentir. André s’amuse aujourd’hui de l’argument qui emporte sa décision. « En 1997, les contemporains organisaient un voyage de quinze jours pour nos cinquante ans. On a arrêté de traire un peu avant ».

Modestes débuts

Le lien du bilinguisme

Pour tout dire, André et Barbara Steiner envisagent cette succession avec sérénité. André est, pour l’instant, plus préoccupé par le remaniement, même si les deux

Barbara Steiner joue un rôle-clé sur l’exploitation ; on l’a souvent vue accompagner André aux réunions de l’ANETA, où il siège depuis une douzaine d’années.

André Steiner a deux grands projets professionnels en route : voir terminer le remaniement parcellaire de sa commune et préparer sa succession. L’automne dernier, ce programme s’est enrichi d’un troisième volet : élu au comité de l’ASETA, cet éleveur bilingue espère être une courroie de transmission entre représentants des communautés linguistiques. Alain Douard

Sur son domaine de 34 hectares – 24 hectares en propre, une dizaine en location – André Steiner élève 33 vaches-mères et songe... à sa future retraite ! Prochaine ? « Ça va se décider dans les semaines à venir », répond tranquillement l’agriculteur de 64 ans. Tant que le remaniement n’est pas fait, je n’arrête pas », assène-t-il, « et après on verra. » Car, de toute façon, André Steiner ne se voit pas cesser, là, subitement, toute activité agricole ou accessoire. Plus jeune que son mari de quinze ans, Barbara Steiner entrera-t-elle en scène 24

5 2012

Technique Agricole

La ferme, le long de la route du village, date de 1775. La fontaine est quasi contemporaine !


Plate-forme

n

L’appel du lama « Mais il faut dire », continue notre interlocuteur, « que j’élevais déjà depuis des années trois ou quatre vaches-mères pour la vente directe. » Des regrets, André Steiner n’en a aucun aujourd’hui, même s’il aimait beaucoup traire, confesse-t-il. Ces vaches-mères – des angus des deux couleurs – lui ont permis de s’intéresser à d’autres horizons et à des productions différentes. En 1999, son épouse gagne un concours. Ce sont des vacances à la ferme que le couple va passer dans le canton de Lucerne, au pied du Napf, où il découvre l’existence d’un éleveur de lamas ; il organise des excursions avec ses camélidés qui servent de bêtes de somme pour porter les bagages des marcheurs. « Par rapport à la production laitière, l’élevage allaitant laisse du temps disponible durant la belle saison quand les vaches sont à la pâture, et je cherchais à occuper ce temps libre. » En 1999, alors que cet espèce est encore un objet de curiosité sauvage dont la détention est soumise à une autorisation spéciale, André Steiner importe ses premiers lamas de Bourgogne. Il a été séduit par cet animal rustique, apte à vivre toute l’année dehors et à s’accommoder d’un régime frugal. Ses collègues rient parfois de cette lubie à laquelle beaucoup ne prédisent justement pas un avenir riant. Il en faut plus pour désarçonner l’homme qui va donc être un pionnier dans le canton de Neuchâtel et les régions

« C’est un peu moins le cas aujourd’hui », explique-t-elle, « depuis que j’ai recommencé à travailler à 60 % comme aideinfirmière, mon premier métier. C’est devenu plus difficile pour moi de me libérer, surtout que je continue en plus à donner un coup de main à la ferme à côté des tâches ménagères. » Va-t-elle dans les comités pour suivre son mari ou par intérêt pour l’agriculture ? « Par intérêt pour l’agriculture », répond spontanément cette Bernoise de la ville. « Je ne suis pas fille de paysan, mais, enfant, j’allais chaque année plusieurs semaines en vacances chez une cousine, dans une ferme. Ça me plaisait et je me suis promise d’épouser un jour un agriculteur ! » André Steiner est né à Soleure, où son père occupait une place d’employé de ferme. Mais il a passé le plus clair de sa vie au Val-de-Ruz, après un passage au Mont-Soleil. Le bilinguisme est donc une seconde nature pour cet homme affable et son épouse. « J’ai toujours apprécié de pouvoir faire le lien entre les gens de ces deux langues. » Et ce rôle lui a été confié

Onze lamas constituent la principale attraction de l’exploitation, même si leur rôle dans son chiffre d’affaires est marginal.

voisines ; cela vaut un succès croissant aux excursions qu’il organise par monts et vaux jurassiens. André Steiner semble d’un naturel tranquille et posé. « Les lamas ont été une thérapie pour moi », confesse-t-il cependant. « J’étais quelqu’un de nerveux et impulsif, avec eux j’ai appris à garder mon calme. » Parce que l’animal ne vole pas complètement la réputation caricaturale de cracheur invétéré que lui vaut la fameuse phrase de l’indien Zorrino au

capitaine Haddock : « Quand lama fâché, lui toujours faire comme ça. » « Les miens sont plutôt dociles et crachent rarement contre un humain », explique André Steiner. « Ils s’aspergent plutôt entre eux car se sont des animaux très hiérarchisés. » Les excursions avec les lamas permettent aux Steiner de nouer des contacts avec des gens de tous horizons, même si cette activité accessoire n’est pas forcément de tout repos à gérer en période de récoltes.

Barbara et André Steiner entourent, ici, leur fils Christophe. Aide-infirmière de formation, Barbara Steiner travaille à 60 % à l’extérieur. Christophe est occupé à La Chaux-de-Fonds.

à de nombreuses reprises, notamment lorsqu’il a été appelé comme juge dans les finales nationales de gymkhanas de tracteurs, ou bien quand l’ANETA a organisé l’Assemblée des délégués de l’ASETA en 2009. Sa candidature au comité cen-

tral, lancée par le président de la section neuchâteloise, s’est donc inscrite comme la suite logique d’une série de mandats où André Steiner a pleinement su jouer ce rôle de médiateur linguistique qui lui plaît tant. n 5 2012

Technique Agricole

25


n Passion

C’est dans la très belle salle des banquets du Moulin de Chiblins que s’est tenue, en présence d’une septantaine de membres, l’assemblée générale. Photos Monique Perrottet

Chiblins, une page se tourne 2011 aura été une année particulièrement chargée pour l’Association des Amis du Musée romand de la machine agricole. Outre la gestion courante du musée et la participation au 50e anniversaire du Vétéran Car Club Suisse Romand à Cossonay, le comité a dû faire face, fin 2011, au départ de son conservateur, Victor Bertschi. Une nouvelle organisation devrait voir le jour dans les semaines à venir. Monique Perrottet

Atteint dans sa santé, Victor Bertschi a fait le choix de ne pas se lancer dans une nouvelle saison. Ce passionné de mécanique agricole est non seulement l’initiateur et le créateur de ce musée, mais il en est aussi l’âme. C’est voici plus de 30 ans

Daniel Guidon, président de l’Association des Amis du Musée romand de la machine agricole, a chaleureusement remercié Victor Bertschi qui vient de quitter ses fonctions de conservateur.

26

5 2012

Technique Agricole

que Victor Bertschi, alors vendeur de tracteurs, se met à sauver de la casse les diverses machines et autres outils que l’évolution de la mécanisation rendent désuets. D’abord entreposés dans un hangar genevois, ces objets peuvent

Cette assemblée générale a permis à Marcel Maillard, président de la Fondation du Musée romand de la machine agricole, de présenter l’état d’avancement des différents projets de développement.

enfin être mis en valeur lors de l’acquisition du Moulin de Chiblins. Victor Bertschi, secondé par de nombreux bénévoles, ne cessera, dès lors, d’enrichir les diverses collections, de les mettre en valeur, mais aussi d’organiser de nombreuses manifestations afin de présenter les richesses du patrimoine rural romand. Lieu de mémoire, le Centre historique de l’agriculture dispose de la plus importante collection de machines agricoles anciennes, retraçant ainsi l’histoire de l’agriculture et de sa mécanisation de 1800 à 1950. Le comité a chaleureusement remercié Victor Bertschi pour son engagement, son travail et pour sa passion contagieuse. Daniel Guidon, président, a souligné son rôle moteur et relevé


Passion

n

Victor Bertschi n’est plus Victor Bertschi est décédé le 26 avril à l’âge de 82 ans. Il s’est investi corps et âme pour créer et faire vivre le Musée romand de la machine agricole. Passionné, il savait transmettre sa flamme aux nombreux bénévoles qui le soutenaient dans sa tâche. Il partageait très volontiers ses vastes compétences du machinisme agricole avec les nombreux visiteurs du musée et ne se lassait pas de leur faire découvrir l’histoire et l’évolution de la mécanisation de l’agriculture.

l’important travail qu’il accomplissait par ces quelques mots : « C’est aujourd’hui qu’il faut remplacer Victor Bertschi qu’on s’aperçoit de tout le travail qu’il faisait. » L’assemblée a nommé Victor Bertschi membre d’honneur de l’association.

Structure bicéphale Le Centre historique de l’agriculture, institution romande, peut s’appuyer sur deux entités : d’une part la Fondation du Musée romand de la machine agricole et, d’autre part l’Association des Amis du Musée romand de la machine agricole. Chacun a un rôle bien défini. Ainsi, la

Dans le cadre de son bicentenaire, l’ECA a offert un bien joli cadeau à la Fondation du Musée romand de la machine agricole, représentée ici par son président, Marcel Maillard (au centre). Photo: ECA

fondation est propriétaire de tous les biens et en assume la gestion. Son principal revenu est généré par la location payée par le tenancier de l’espace restauration et banquet. L’association se charge, de son côté, de la gestion du musée, de sa mise en valeur ainsi que de l’organisation de diverses manifestations. Pour ses tâches, elle s’appuie largement sur le bénévolat ainsi que sur les revenus des entrées, des cotisations et des dons. Depuis quelques années déjà, les entrées au musée tendent à diminuer, réduisant d’autant les possibilités de développement. Définir une vision commune de l’avenir de ce magnifique site constitue certainement le prochain défi que les responsables de l’association et de la fondation auront à relever ces prochains mois. Il sera alors temps de rechercher les fonds nécessaires à la réalisation des différents projets et de concrétiser ceux dont le financement est déjà partiellement acquis. La fondation a, en effet, reçu en mars dernier le soutien de l’Etablissement Cantonal d’Assurance (ECA) pour la réalisation de différents travaux relatifs à la sécurité incendie du bâtiment. Quant au projet d’espace pédagogique, le Conseil régional se dit prêt à le soutenir. Spécifiquement dédié aux plus jeunes, un tel espace permettrait non seulement d’attirer de nouveaux visiteurs, mais également de sensibiliser les enfants à l’évolution technique que l’agriculture a connue ces 150 dernières années.

Marcel Maillard, président de la fondation, s’est, par contre, montré plus réservé quant à la réalisation de la centrale hydraulique et à la construction du hangar prévu pour abriter les nombreuses machines ne trouvant pas place au musée. En effet, les contraintes étatiques sont nombreuses et génèrent d’importants surcoûts.

Changement au comité Après avoir œuvré de très nombreuses années au sein du comité, Pierre Dériaz a souhaité se retirer tout en restant à disposition en tant que bénévole. Pour le remplacer, il a fait appel à Sébastien Claude, de Montbrelloz. Ce fromager de formation est un passionné de vieilles machines agricoles. Il est aussi le président de l’Association romande des amis des vieilles machines agricoles (ARAMA). Pour Daniel Guidon, président de l’Association des Amis du Musée romand de la machine agricole, « accueillir le président de l’ARAMA au sein de comité montre que les deux associations ne sont pas concurrentes et que des synergies peuvent naître de ce rapprochement ». Tous les autres membres sont reconduits dans leurs fonctions. n Pour plus d’info www.musee-chiblins.ch

5 2012

Technique Agricole

27


n ASETA

Organisé par l’AFETA, « On Road » n’est pas qu’un concours, c’est aussi une exposition de plus d’une soixantaine de tracteurs et d’engins de manutention.

Fribourg « On Road » C’est la place d’armes de Drognens, près de Romont, qui a récemment accueilli les Championnats fribourgeois de conduite de tracteurs. Plusieurs firmes ont profité de cette occasion pour présenter différents tracteurs et machines de manutention. Monique Perrottet Diverses présentations et démonstrations ont permis d’attirer l’attention des nom-

breux visiteurs sur les difficultés que peuvent rencontrer les agriculteurs dans

le trafic routier, sur les risques de renversement ou encore sur la possibilité de produire de l’énergie photovoltaïque. Organisé tous les trois ans par l’Association fribourgeoise pour l’équipement technique de l’agriculture (AFETA), ce gymkhana permet aux différents concurrents de prouver leur habilité et leur maîtrise de la conduite de tracteurs et d’engins de manutention. Les trois premiers de chaque catégorie défendront les couleurs de Fribourg lors des Championnats suisses de Saignelégier du 26 août prochain.

Un parcours – sept postes D’agriculteur à « énergiculteur », une diversification qui suscite un intérêt de plus en plus marqué (ici, la ferme d’Eric Brand à Düdingen). (Photo : Groupe E)

28

5 2012

Technique Agricole

Ce concours, ouvert à tous les conducteurs et conductrices de tracteur domiciliés dans le canton de Fribourg, a accueilli


ASETA

18 concurrents dans la catégorie des 14-18 ans et 40 chez les plus de 18 ans. Pour évaluer leur dextérité, leur habilité mais aussi leurs connaissances théoriques, les organisateurs avaient concocté sept épreuves à réaliser dans un temps de 3 minutes (5 minutes pour les questions théoriques).

Nombreuses présentations Outre ces championnats de conduite, l’AFETA, avec le concours de nombreux partenaires, a proposé diverses animations et présentations. Une soixante de tracteurs et autres engins de manutention, présentés par les importateurs et revendeurs locaux, pouvaient ainsi être examinés sous toutes les coutures par les visiteurs, voire, même, directement testés sur route. En organisant une démonstration de conduite de véhicules agricoles dans le mobilier urbain, l’AFETA a voulu attirer l’attention du public sur les difficultés croissantes que les agriculteurs peuvent rencontrer lorsqu’ils doivent se déplacer sur les routes. Pour Laurent Guisolan, gérant de l’AFETA : « Une telle démonstration permet de visualiser les problèmes que les ralentisseurs de trafic peuvent poser aux agriculteurs. Impressionné, le public présent en a pris conscience. » Ne dit-on pas qu’une image vaut mille mots ? A méditer lorsque cette problématique doit être exposée aux autorités. De son côté, le Service de prévention des accidents dans l’agriculture (SPAA) a profité de cette manifestation pour attirer, à nouveau, l’attention sur la problématique des renversements de tracteurs. Les visiteurs ont pu, grâce au simulateur de renversement, juger par eux-mêmes de l’utilité de la ceinture de sécurité et de la cabine. Par cette sensibilisation, le SPAA espère une prise de conscience des dangers et une modification des comportements avec, in fine, une réduction des accidents. Enfin, cette plate-forme a permis au Groupe E de présenter une nouvelle culture : la production d’énergie photovoltaïque !

solaire a été quelque peu délaissé dans notre pays : il ne représentait, en 2010, que le 0,1 % de notre consommation ! Pourtant, un grand potentiel existe : en couvrant moins de la moitié de nos toits de panneaux solaires, la production d’électricité serait équivalente à celle de nos centrales nucléaires en 2010 ! Réputées très chères, les installations photovoltaïques ont vu leur coût nettement baisser ces dernières années (environ 30 % entre 2007 et 2010), grâce notamment aux innovations techniques, à une production industrielle et à la force du franc. Le coût par kWh produit décroit fortement avec l’augmentation de la grandeur de l’installation. La production d’énergie photovoltaïque présente un atout indéniable, elle ne nécessite presque aucun travail. Hormis un contrôle et un nettoyage annuels, l’agriculteur n’a pas à intervenir. Financièrement, le rendement dépendra du mode de financement, de la grandeur de l’installation ainsi que du montant de la RPC. Faut-il attendre le feu vert de Swissgrid (www. swisgrid.ch) pour se lancer ? Difficile de répondre à cette question ! En effet, nous ne connaissons l’évolution ni des subventions mis à disposition de l’énergie photovoltaïque, ni de la RPC. Nous savons, par contre, que le prix de l’énergie est appelé à croître ces prochaines années. n

n

Les vainqueurs de la catégorie B des 14 à 18 ans, de gauche à droite : Lucien Terraux (Arconciel), Sébastien Mooser (Charmey), Benjamin Raboud (Grandvillard).

Concours d’habilité : classement Catégorie A, 18 participants (Total pénalités) Mooser Christian, Charmey (405) Terraux Lucien, Arconciel (503) Raboud Benjamin, Granvillard (536) Catégorie B, 40 participants (Total pénalités) Dupasquier Fabien, La Tour-de-Trême (160) Moser Christian, Ponthaux (222) Braillet Olivier, Nierlet-les-Bois (277)

Récolter les rayons solaires – vendre du courant vert C’est en marge du « Drognens 2012 on Road » que le Groupe E a présenté les atouts de la production d’énergie photovoltaïque en zone agricole. Bénéficiant comme d’autres énergies renouvelables de la rétribution à prix coûtant (RPC), le

Bel exercice d’équilibrisme : à l’aide de la grue forestière, les candidats doivent empiler trois rondins et placer à leur sommet une traverse. (Photos : Monique Perrottet)

5 2012

Technique Agricole

29


Cours de conduite

SVLT ASETA

Le cours G40 Après avoir réussi les examens des catégories F/G, les jeunes dès 14 ans peuvent suivre le cours G40. Inscrit dans le permis de conduire, le G40 autorise la conduite de tracteurs agricoles et de véhicules exceptionnels roulant à 40 km/h au maximum. Le G40 se déroule sur deux journées – 20 leçons au total – et le nombre de participants est limité à cinq. Grace à un enseignement intensif, les conductrices et conducteurs de tracteur acquièrent des bases solides qui leur assurent une bonne maîtrise de conduite. Pour suivre le cours : Un permis de conduire de cat. F / G. La première journée : un tracteur roulant à 30 ou à 40 km/h, avec arceau de protection ; les permis de circulation des véhicules, le document antipollution, la convocation au cours. La deuxième journée : le tracteur et une remorque agricole. Prix du cours : CHF 550.–. Le Fonds de sécurité routière ristourne un montant de CHF 100.–.

Lieux des cours 2012 Sous réserve de changement

La confirmation de l’inscription au cours G40 autorise les participants à s’exercer pendant un mois avec un tracteur roulant à 40 km/h, sans remorque. La Vaudoise Assurances versera un montant de CHF 100.– à la conclusion d’un nouveau contrat d’assurance véhicule à moteur à toute personne qui a suivi le cours G40 (ou à un autre membre de sa famille habitant à la même adresse). Ce bon est valable deux ans à compter de la fin du cours G40. Conditions générales Les participants reçoivent la convocation et la facture à peu près deux semaines avant le premier jour de cours. Pour une annulation intervenant après ces deux semaines, un montant de CHF 60.– sera perçu pour les frais administratifs. En cas d’absence injustifiée, l’ASETA se réserve le droit d’encaisser l’intégralité du montant de la facture. n

Pour davantage d’informations

www.coursdeconduite.ch

Avec le soutien du Fonds de sécurité routière (FSR)

Inscription au cours G40 Lieu et date du cours Nom, prénom Date de naissance Adresse NPA/lieu No de tél.

Portable

No du permis de conduire (position 5, format carte de crédit)

J’ai pris connaissance des conditions de ce cours Date et signature Signature du représentant légal ou du maître d’apprentissage Envoyer à : ASETA, case postale, 5223 Riniken, tél. 056 462 32 00, fax 056 462 32 01, courriel : info@agrartechnik.ch

30

Aarberg BE 19.07 + 24.07 30.08 + 04.09 26.07 + 31.07 Balgach SG 12.07 + 17.07 25.10 + 30.10 Bazenheid SG 28.06 + 03.07 25.10 + 30.10 09.08 + 14.08 08.11 + 13.11 Biberbrugg SZ 11.05 + 15.05 18.07 + 24.07 05.06 + 13.06 Brunegg AG 24.05 + 29.05 13.09 + 18.09 08.06 + 12.06 04.10 + 09.10 26.07 + 30.07 Bülach ZH 12.07 + 17.07 18.10 + 23.10 Bulle FR 09.05 + 16.05 13.09 + 18.09 23.05 + 30.05 26.09 + 03.10 06.06 + 13.06 18.10 + 23.10 09.07 + 18.07 24.10 + 31.10 15.08 + 22.08 Claro TI 31.08 + 04.09 Corcelles-près-Payerne VD 20.06 + 27.06 12.09 + 19.09 29.08 + 05.09 07.11 + 14.11 Courtételle JU 31.05 + 05.06 23.08 + 28.08 04.07 + 10.07 20.09 + 25.09 Düdingen FR 10.05 + 15.05 06.09 + 11.09 05.07 + 10.07 25.10 + 30.10 Frauenfeld TG 18.05 + 22.05 06.09 + 11.09 21.06 + 26.06 18.10 + 23.10 26.07 + 31.07 01.11 + 06.11 Gossau ZH 06.06 + 12.06 23.08 + 28.08 17.07 + 25.07 11.10 + 16.10 Hohenrain LU 10.05 + 15.05 23.08 + 28.08 28.06 + 03.07 25.10 + 30.10 Ilanz GR 16.08 + 21.08 Interlaken BE 16.05 + 22.05 23.08 + 28.08 Kägiswil OW 19.07 + 24.07 27.09 + 03.10 La Sarraz VD 10.05 + 15.05 23.08 + 28.08 07.06 + 11.06 06.09 + 11.09 Landquart GR 24.05 + 29.05 06.09 + 11.09 05.07 + 10.07 04.10 + 09.10 Langnau i. E. BE 31.05 + 05.06 20.09 + 25.09 14.06 + 19.06 11.10 + 16.10 12.07 + 17.07 08.11 + 13.11 09.08 + 14.08 Les Hauts-Geneveys NE 16.05 + 22.05 29.08 + 04.09 08.08 + 13.08 11.10 + 16.10

Lindau ZH 13.09 + 18.09 15.11 + 20.11 Lyss BE 13.09 + 18.09 15.11 + 20.11 01.11 + 06.11 Lyssach BE 31.05 + 05.06 18.10 + 23.10 15.06 + 19.06 15.11 + 20.11 06.09 + 11.09 Marthalen ZH 25.05 + 31.05 05.07 + 10.07 21.06 + 26.06 Mettmenstetten ZH 24.05 + 29.05 23.08 + 31.08 05.07 + 10.07 Moudon VD 24.05 + 29.05 09.08 + 14.08 12.07 + 17.07 18.10 + 23.10 Niederurnen GL 21.06 + 26.06 02.11 + 06.11 20.09 + 25.09 Nyon VD 15.11 + 20.11 22.11 + 27.11 Oensingen SO 10.05 + 15.05 26.07 + 30.07 19.07 + 24.07 04.10 + 09.10 Saanen BE 22.05 + 30.05 23.08 + 28.08 Salez SG 08.06 + 12.06 18.10 + 23.10 09.08 + 14.08 Schöftland AG 13.09 + 18.09 Schwarzenburg BE 10.05 + 15.05 16.08 + 21.08 07.06 + 12.06 18.10 + 23.10 Schwyz SZ 05.07 + 10.07 19.06 + 25.06 Sion VS 14.06 + 19.06 25.10 + 30.10 06.09 + 11.09 Sissach BL 21.06 + 26.06 10.08 + 17.08 Sitterdorf TG 24.05 + 29.05 30.08 + 04.09 28.06 + 03.07 11.10 + 16.10 19.07 + 24.07 Sursee LU 10.05 + 15.05 23.08 + 28.08 05.07 + 10.07 06.09 + 11.09 09.08 + 14.08 02.11 + 06.11 Tramelan BE 21.06 + 26.06 27.09 + 02.10 16.08 + 21.08 01.11 + 06.11 Tuggen SZ 10.05 + 15.05 22.11 + 27.11 06.07 + 11.07 Visp VS 21.06 + 26.06 12.09 + 18.09 Willisau LU 18.05 + 22.05 30.08 + 04.09 Zweisimmen BE 19.07 + 24.07 20.09 + 25.09 Zwingen BL 16.08 + 21.08


ASETA

Roberto Aerni (58 ans) gère, avec ses deux frères, un domaine de grandes cultures avec élevage de vaches-mère de race charolaise ainsi qu’une entreprise de travaux agricoles. Il préside la section Tessin de l’ASETA depuis 24 ans. Roberto Aerni est aussi vice-président de l’Union tessinoise des paysans. Il souhaite passer la main « et faire ainsi de la place aux jeunes ». (Photos : Dominik Senn)

L’effectif de la section tessinoise est stable La section tessinoise de l’ASETA se porte bien. Depuis quelques années, le nombre de son effectif s’est stabilisé. Sur les 180 membres que compte la section, une trentaine ont participé à l’Assemblée générale au Restaurant Millefiori de Giubiasco. Dominik Senn Le président Roberto Aerni, de Gordola, rapporte un récent incident qui lui est arrivé au volant de son véhicule, avec la police : « Dans la plaine de Magadino, de nombreuses routes sont interdites à la

circulation automobile. Les agriculteurs obtiennent une vignette de la commune pour rouler en voiture jusqu’à leur exploitation. Vraisemblablement, la Police cantonale, par excès de zèle, a effectué des

De meilleures prairies Trois exposés se rapportant au projet Pramig viennent conclure la partie statutaire de l’Assemblée générale. Il s’agit d’un compterendu de l’APF, antenne tessinoise de l’ACDF (Association pour le développement de la culture fourragère) qui présente et décrit comment choisir les mélanges fourragers. Mario Bertossa, gérant de l’APF, évoque l’historique, le sens et l’objectif de ce groupement. Durant ces dernières années, le projet a vu le jour en collaboration avec Agridea. Son nom « prati migliori », de meilleures

Giovanni D’Adda, président de l‘ADCF et chef des cultures sur le domaine de l’institut agricole Mezzana à Balerna, lors de son exposé sur le projet Pramig.

n

contrôles et verbalisé les détenteurs de vignette, qui n’avaient pas cette dernière sur leur véhicule. On peut le comprendre, puisque les grandes exploitations détiennent de nombreux véhicules. » Lors de la lecture de son rapport annuel, le président relate les activités de la section durant l’année écoulée. Il mentionne que les contrôles de pulvérisateurs et turbo-diffuseurs étaient organisés jusqu’ici par Antonio Müller, conseiller en agriculture basé à Bellinzona, qui pouvait les facturer au canton. Roberto Aerni explique que, dorénavant, les contrôles devront être effectués au prix coûtant, puisque Antonio Müller part à la retraite. Durant l’exercice précédent, un cours de conduite G40 a eu lieu à Claro. Pour 2012, un cours devrait se dérouler en juillet ou en septembre. Stefano Antonioli, de Ludiano, collaborateur au Service de prévention des accidents dans l’agriculture se charge de coordonner le G40 avec l’ASETA, Riniken, pour le Tessin et les Grisons d’expression italienne. Présent à l’assemblée, il saisit l’occasion de faire de la publicité pour les nouveaux cours de caristes destinés aux agriculteurs. Ces cours se dérouleront au centre logistique de Giubiasco dans le cadre d’agriTOP et sont reconnus par la SUVA et Swissgap ; ils comptent pour une journée de cours dans le cadre de la formation continue exigée par l’Ordonnance pour les chauffeurs poids lourd (OACP). Le gérant Sandro Manzocchi commente les comptes 2011 : 13 000 francs de dépenses pour 12 150 francs de recettes, soit un déficit de 850 francs ; le capital de l’association se monte à quelque 8000 francs. C’est à l’unanimité que l’assemblée approuve les comptes et la cotisation annuelle qui reste fixée à 75 francs par membre. n

prairies. C’est de là que part son lancement : amener une meilleure gestion des prairies dans les diverses régions tessinoises. Emiliano Nucera, responsable pour Agridea au Tessin, explique les piliers du projet qui ont supporté ce projet maintenant achevé. Et Giovanni D‘Adda de conclure en présentant la palette des mélanges fourragers mis sur le marché comme mélanges labellisés par l‘AGFF. Les critères de choix et la technique de semis sont démontrés de façon convaincante, incitant des discussions et d’intéressantes questions relatives à la flore et aux plantes invasives du versant sud des Alpes.

5 2012

Technique Agricole

31


n   ASETA

Pour l’ASETA, la Conférence des cadres est un lien essentiel pour favoriser les échanges et la formation de l’opinion.  Au premier plan, Auguste Dupasquier, vice-président de l’ASETA.  (Photos : Dominik Senn)

Conférence des cadres : Les quatre piliers de l’ASETA Cette conférence s’est déroulée en avril dernier, au siège de l’Association suisse  pour l’équipement technique de l’agriculture, à Riniken (AG), sous la houlette du  président Max Binder. Défense des intérêts, formation continue, prestations de  service et information sont les quatre secteurs qui orchestrent les tâches de  l’ASETA. L’assemblée émet un désir : examiner l’opportunité d’accorder un prix  préférentiel aux membres pour le cours de conduite G40. Ueli Zweifel/Dominik Senn

La Conférence des cadres de l‘ASETA est l’organe mis en place suite à la dissolution

« Présents sur  tous les  tableaux. » SVLT-Präsident Max Binder

vient ainsi l’instrument contributif à la « formation de l’opinion » ; elle se compose des présidents, gérants et membres des comités des sections, ainsi que des présidents des commissions sectorielles et du personnel ASETA.

Quatre secteurs – quatre piliers du Comité central. Cette décision a été prise suite à l’adoption des nouveaux statuts avalisés lors de la dernière Assemblée des délégués. Cette conférence de32

5 2012

Technique Agricole

Animateur de la séance, Willi von Atzigen, directeur de l‘ASETA, explique les divers piliers qui supportent l’association. Tout d’abord, l’« Information » qui est du

« Soigner une  image cohérente. » SVLT-Direktor Willi von Atzigen

ressort du comité. Viennent ensuite les secteurs « Formation continue », « Information » et « Prestations de service » qui seront chapeautés par les trois nouvelles commissions, dont la mise en place est imminente. Le directeur insiste pour une


ASETA 

n

Entre protection des plantes et contravention Sous ce titre, Dominique Berner présente les diverses prestations de service que propose le secrétariat de l’association. Ainsi, sous mandat de l’Office fédéral de l’agriculture, l’ASETA a pour tâche de coordonner les contrôles de pulvérisateurs, une prestation souvent organisée par les sections. Pour le secrétariat, cela signifie une charge administrative importante : enquête pour homologuer les nouvelles stations, visites ponctuelles, concertations du groupe d’experts pour les éventuelles nouveautés, formation continue destinée au personnel et service-conseil prodigué aux stations et aux membres. « Les deux tiers de mes activités sont consacrés à transmettre aux membres des informa-

« Harmoniser  les statuts des  sections. » Geschäftsführerin beider Basel Susi Banga

présence harmonisée de l’ASETA et de ses sections sur internet, tout en veillant aux besoins très divers de ces dernières. Suite à la révision des statuts du siège de l’association, les statuts des sections demanderont aussi certaines adaptations. Mandatée par le secrétariat pour évaluer les statuts des sections, Susi Banga, gérante de la section Bâle, présente le résultat de ses travaux.

Bel élan pour Technique Agricole « Derrière ces mots se cachent une promesse ainsi que l’intention de publier un périodique de première qualité », dit Ueli Zweifel, rédacteur responsable de Technique Agricole/Schweizer Landtechnik depuis de longues années. Là aussi, les conditions-cadres sont excellentes. Pleine

« Technique  Agricole a le  vent en  poupe. » Rédacteur Ueli Zweifel

réussite aussi dans la presse verte, où le journal de l’association jouit d’une grande indépendance. Le renfort de la rédaction a apporté un élan considérable. « Visiblement bien plus étoffée qu’auparavant,

tions relatives à la circulation routière », explique Dominique Berner, « un sujet qui passe bien avant les renseignements sur les coûtsmachines, les assurances, la TVA, etc. »

Dominique Berner du secrétariat ASETA à   Riniken propose une assistance efficace lors  de litiges.

notre publication – dans le giron de l’imprimerie Stämpfli Publications SA et de l’annonceur–partenaire Fachmedien Agrar (Espace Media AG) – est en bonnes mains », souligne Ueli Zweifel, qui encourage vivement les représentants des sections à envoyer leurs annonces et autres évènements à publier dans les pages qui leur sont réservées. Il leur fait part également de quelques suggestions pour optimaliser la rédaction de leurs textes.

G40, OACP, cariste, ateliers Depuis une année, Franz Nietlisbach dirige le secteur « Formation continue » de l’association. Lors de cette conférence, il évoque le développement des divers

«Le cours  G40 : ça  roule ! » Weiterbildungsverantwortlicher Franz Nietlisbach

cours dispensés par l’ASETA : les cours de conduite G40, la formation continue selon les critères de l’Ordonnance pour les chauffeurs poids lourd (OACP) et les cours en atelier. Jusqu’à ce jour, quelque 600 inscriptions ont été enregistrées pour le cours de conduite G40 ; la barre des 1000 participants va vraisemblablement être franchie d’ici en fin de saison. Rappelons ici que pour dispenser ce cours, les instructeurs sont au bénéfice d’une formation spéciale et officielle ; pour les

Autres domaines qui suscitent des questions récurrentes : permis de conduire, poids et dimensions, immatriculations, définir les courses: agricoles ou industrielles, choix des équipements techniques ainsi que vente, achat, garantie et recours. Dominique Berner conseille aux participant de motiver leurs membres à demander conseil et soutien à l’ASETA, surtout en cas d’amendes d’ordre. De nombreux retraits de permis ont pu être suspendus grâce à l’intervention de l’association. Autres volets de ses activités : enseignement (test de freins, arrimage de marchandise) ainsi que des cours pour les instituts agricoles et la police.

participants, au nombre de cinq au maximum, le G40 se déroule sur deux journées. A l’initiative de la section saint-galloise – et en vue d’avoir en main un bon argument pour recruter des membres – la Conférence des cadres préconise un rabais en faveur des adhérents ASETA. En collaboration avec le Centre professionnel de Marly (FR), un premier cours pour caristes (chargeurs télescopiques inclus) a eu lieu. L’objectif de ce cours est de transmettre le savoir-faire nécessaire pour manœuvrer ce type d’engins en appliquant les standards de sécurité. Certains de ces cours peuvent aussi compter comme «formation continue» dans le cadre des exigences requises par l’OACP. D’autres formations dispensées sur divers sites ont aussi donné de très bons résultats.

A bientôt à Saignelégier et à  Lenzbourg Pour conclure, le président de la section argovienne et membre du comité de l’ASETA Pascal Furer invite les membres à Lenzbourg pour la prochaine Assemblée des délégués, en septembre. Quant au président de la section Jura, Pierre Sommer, il espère que les représentants des sections seront nombreux à se disputer le titre de champion suisse de conduite de tracteur lors de la grande finale qui aura lieu le 26 août à Saignelégier (JU) n

5 2012

Technique Agricole

33


n En savoir plus

Les grandes cultures façonnent les paysages de nos campagnes, mais sont aussi, et avant tout, les garantes d’un approvisionnement en denrées alimentaires suffisantes et de haute qualité.

PI en grande culture : 20 ans déjà ! Voici 20 ans que la production intégrée (PI) s’est imposée dans les grandes cultures comme un nouveau système de production, mais elle est née dans les années 1970. Lors de la journée d’information « Grande Culture », ACW faisait le bilan et traçait les perspectives. Monique Perrottet

Face aux problèmes phytosanitaires récurrents et mal maîtrisés par les produits de traitement des plantes, des praticiens et des chercheurs ont entamé une large réflexion afin de proposer une nouvelle voie de production. Si elle a su séduire bon nombre d’agriculteurs, elle peine encore à être reconnue par les consommateurs.

Recherche et formation : indispensable C’est avec l’introduction, au début des années 1990, des paiements directs liés, en partie au moins, à des prestations écologiques que la PI va prendre son envol. Pour donner corps à ce concept, la recherche va développer de nouveaux outils : 34

5 2012

Technique Agricole

seuils de tolérance pour l’utilisation d’insecticides ou d’acaricides, exigences accrues en matière de protection des auxiliaires avec, pour corollaire, l’interdiction ou la restriction d’utilisation de certaines matières actives, mesures supplémentaires pour la protection des sols afin de limiter la déperdition d’éléments fertilisants et ainsi d’améliorer la qualité des eaux, mise à disposition de surfaces de compensation dans le but d’encourager la biodiversité, ou encore exigences en matière de rotation des cultures afin de contenir l’expansion de certains pathogènes. Toutes ces mesures, souvent nouvelles, nécessitaient l’acquisition de compétences. La formation continue a donc été

un axe important du développement de la PI, et les services de vulgarisation ont joué un rôle, déterminant, de courroie de transmission entre la recherche et les agriculteurs. Force est de constater que la PI demeure une marque de fabrique suisse. Elle ne s’est pas imposée dans l’UE et, comme le relevait Philippe Pointereau, agronome chez Solagro en France, le 3 février dernier à Changins, la PAC a plutôt tendance à verdir sur le papier que dans les campagnes ! En créant la certification de haute valeur environnementale (HVE), la France, reconnaît Ph. Pointereau, fait un pas dans la direction de la PI suisse. Pour Dominique Kohli, vice-directeur de l’Office fédéral de l’agriculture, les PER (Prestations Ecologiques Requises) forment le socle des paiements directs et sont les garants des bonnes pratiques agricoles. Face à la crainte d’une écologisation accrue de l’agriculture, Dominique Kohli a rappelé la priorité accordée par les autorités à la fonction productive.

Double révolution verte L’agriculture mondiale se trouve face à un défi de taille : nourrir 9 milliards d’individus à l’horizon 2050 sans augmenter son impact sur l’environnement et en consacrant une part des terres agricoles à la production de carburants, voire à la production de nouveaux textiles ou matériaux ! Si, en 1960, un hectare nourrissait deux individus, aujourd’hui, ce même

Mieux faire connaître la PI auprès des consommateurs, voilà la tâche, ardue, à laquelle IP-Suisse et sa célèbre coccinelle œuvrent depuis plus de 20 ans.


En savoir plus

n

hectare nourrit 4 personnes et, en 2050, il devra fournir la subsistance pour 6 individus ! Au regard de ces chiffres, la fonction productive de l’agriculture apparaît essentielle, alors que la souveraineté alimentaire acquière une dimension politiquement stratégique. Face à cette double révolution, accroître très sensiblement la production tout en limitant son impact sur l’environnement, quels outils faut-il mettre en œuvre ? Proposer des solutions novatrices, respectueuses de l’environnement et permettant une production de haute qualité économiquement rentable, voilà les défis que doivent relever les agronomes.

Axes de recherches Premier sujet de préoccupation : le sol et sa fertilité. Ici, les projets de recherche portent sur la couverture des sols et la restitution des résidus de récolte, mais aussi sur la rotation des cultures et l’introduction de cultures intercalaires de légumineuses. Pour Raphaël Charles, d’ACW, orienter davantage les pratiques culturales vers des techniques de conservation du sol (TCS) procure de nombreux avantages : réduction du temps de travail, érosion limitée, amélioration de la gestion du phosphore et de la vie microbiologique, ou encore réduction du stress hydrique, mais elles peuvent freiner les cultures au printemps. L’intérêt des TCS sur la séquestration du CO2 et du NO2 doit encore être étudié alors, que l’effet sur la lixiviation des nitrates est variable. Malgré de nombreux avantages, l’implantation des TCS reste modeste, et R. Charles n’a pas manqué de rappeler que de nouvelles solutions et innovations sont apportées afin de répondre aux craintes exprimées et de progresser vers une plus grande durabilité. La fertilisation des plantes demeure un sujet incontournable. Les Données de Base pour la Fumure (DBF) constituent, avec l’évaluation des besoins en fumure N (normes corrigées et N min), des outils de pilotage très précieux. Pour la fumure N, Sokrat Sinaj, d’ACW, a fait part des limites des outils actuels : les besoins en N d’une culture variant fortement d’une parcelle à l’autre, une mauvaise estimation peut conduire soit à une baisse de rendement, soit à une pollution. Le logiciel Azofert, utilisé en France, intègre non seulement les informations prises en considération par les deux méthodes de références suisses, mais également des données climatiques afin de simuler

Pour marquer les 20 ans de la PI en grandes cultures en Suisse, ACW a organisé récemment une journée fort bien suivie, permettant ainsi à chacun de se remémorer l’évolution qu’a connu la PI, mais aussi de se plonger dans les défis à venir.

l’évolution des fournitures du sol. Quels intérêts un tel logiciel pourrait présenter pour la Suisse ? C’est la question que se pose S. Sinaj qui veut, dans un premier temps, comparer les recommandations émises par ces outils sur des parcelles de référence. La protection des plantes constitue le second axe de recherche. Face aux changements climatiques, les chercheurs savent que de nouveaux ravageurs ou maladies risquent de faire leur apparition, alors que, pour répondre aux attentes sociétales, le nombre de molécules chimiques est appelé à se réduire. Comment affronter ces nouveaux risques mais aussi répondre aux problèmes actuels ? L’identification des risques potentiels est rendue possible grâce à des monitorings et au réseautage, alors que la sélection de variétés résistantes aux maladies demeure une priorité. L’analyse des cycles de vie apparaît comme un nouvel axe de recherche. L’évaluation et l’optimisation d’un système de culture requière la prise en compte d’une multitude d’aspects : la prise en considération du cycle de vie complet d’un produit permet d’éviter le déplacement de charges et permet également de mesurer l’incidence d’une modification du processus de production. Selon les premières analyses effectuées, le potentiel d’optimisation des systèmes de cultures intégrées est encore

considérable, notamment en matière de gestion des ressources.

Faire connaître les efforts réalisés Pas facile de communiquer les résultats obtenus par la PI auprès du consommateur. L’association IP-Suisse et sa coccinelle s’y emploient depuis plus de 20 ans et a pu enregistrer quelques beaux succès grâce à la collaboration avec plusieurs chaînes de la grande distribution. La prime accordée aux produits labellisés permet de dégager une plus-value annuelle d’environ 30 millions de francs par an pour l’agriculture suisse. L’accent mis sur la promotion de la biodiversité a poussé IP-Suisse à travailler avec des organisations environnementales, notamment la Station ornithologique de Sempach. Ce type de collaboration, parfois mal perçue par les agriculteurs, apporte une légitimité à la démarche qu’il serait faux de sous-estimer et permet de faire partager les préoccupations agricoles à un public souvent peu ou mal informé. Pour conclure, nous citerons encore P. Pointerau pour qui les défis de l’agriculture ne pourront pas être relevés sans impliquer les consommateurs et sans un changement de notre régime alimentaire qui devra être à la fois plus adapté à notre santé et aux ressources de la planète, c’est-à-dire avec moins de calories, moins de protéines animales et plus de protéines végétales. n 5 2012

Technique Agricole

35


n   En savoir plus

Un seul onduleur suffit quand tous les modules bénéficient d’un rayonnement solaire équivalent. Mais lorsque les parties du toit n’ont pas  toutes la même inclinaison, il est recommandé d’équiper séparément chaque groupe de modules d’un onduleur. 

L’onduleur, cœur de l’installation photovoltaïque L’onduleur transforme le courant continu des modules (= panneaux)  solaires en courant alternatif compatible avec le réseau. Il a pour fonction  de régler la tension du courant et de réguler la connection au réseau. Ruedi Hunger La transformation de l’énergie solaire en. électricité est un phénomène physique dû à la mise en mouvement des électrons qui crée ainsi un courant électrique. L’opération a lieu au sein de la cellule photovoltaïque, qui produit du courant grâce à ses composants internes.

L’importance du rayonnement diffus Les variations du rayonnement solaire, dues à l’alternance du jour et de la nuit, du soleil et de la pluie, de l’hiver et de l’été, constituent un problème majeur en matière de photovoltaïque. Les installations profitent non seulement du rayonnement solaire direct, mais peuvent aussi transformer le rayonnement diffus en électricité. On a mesuré que ce dernier équivaut, sur le Plateau suisse, à environ 50 % du rayonnement total. 36

5 2012

Technique Agricole

En raison des variations du rayonnement, le courant électrique produit par les installations photovoltaïques (PV) n’est, en principe, pas directement utilisable par un consommateur ; il faut soit le stocker, soit le convertir et l’adapter.

L’onduleur d’une installation à  injection, couplée au réseau, doit  répondre aux exigences suivantes :  • fonctionner de façon parfaitement sychrone avec le réseau. En courant alternatif, la fréquence est dictée par le réseau • s’enclencher et se synchroniser automatiquement (le matin par exemple), se découpler lorsque le rayonnement est trop faible • se mettre en route uniquement si le réseau est disponible (ne pas fonctionner en îlot)

Définition • Une installation de production électrique est dite « en îlot » lorsqu’elle alimente en énergie un ou plusieurs consommateurs sans couplage avec le réseau (par exemple, les montres ou les calculatrices solaires). Un dispositif d’accumulation (la plupart du temps un accumulateur) est nécessaire pour les consommateurs qui nécessitent un approvisionnement continu en électricité. La batterie renchérit le prix du courant de l’ordre de Fr. 1.–/kWh. • Dans le cas des installations photovoltaïques raccordées au réseau, le courant solaire produit par les modules est injecté dans un réseau électrique publique par le biais d’un onduleur. On économise ainsi les coûts des batteries.


En savoir plus 

Figure 1 : Classement des installations  photovoltaïques selon le type de construction. 

L’onduleur, cœur de Photovoltaikanlagen l‘installation photovoltaïque

Installations en îlot Inselanlagen

avecSpeicher batterie mit

sans Speicher batterie ohne

• ne pas envoyer de courant continu dans le réseau • avoir un rendement élevé, même en charge partielle • limiter les pertes à vide • alimenter la gestion électronique du circuit en courant continu • être fiable et avoir une durée de vie élevée, comme un équipement électroménager courant (15 à 20 ans) • fonctionner de façon optimale sur une large plage de rendement • protéger les deux circuits, continu côté modules et alternatif côté réseau, de l’installation contre les surtensions • être immunisé vis-à-vis des commandes centralisées du réseau entre 110 Hz et 2 Hz (signaux de commande cyclique) • être peu sensible à la puissance réactive du réseau • générer un courant présentant une courbe aussi sinusoïdale que possible • ne pas parasiter les appareils électroniques (radio par ex.) à proximité • surveiller l’isolation du générateur solaire.

Les types d’onduleurs  Le taux de rendement des modules (panneaux) et la qualité de l’onduleur sont deux facteurs décisifs pour la rentabilité de l’installation. Les onduleurs se répartissent en trois groupes : • Onduleurs string et multistring : les onduleurs string sont le plus souvent monophasés et servent à injecter dans le réseau le courant de modules uniques ou en faible nombre. Les onduleurs multistring possèdent plusieurs contrôleurs MPP (MPP=Maximum Power Point, point de puissance maximale sur les courbes caractéristiques d’une cellule solaire, soit les points où la cellule fournit sa performance maximale) et peuvent ainsi gérer et équilibrer l’injection du courant produit par plusieurs séries (« string ») de modules (différentes par leur taille, leur exposition

n

Netzgekoppelte Inst. racc. au réseau Anlagen

avec batterie mit Speicher

sans Speicher batterie ohne

au rayonnement, la température, le type de cellules). • Onduleurs  centraux : relativement grands, ils ne sont utilisés que sur des installations de plus de 100 kWc (kilowatt-crête = kilowatt-peak, kWp). • Micro-onduleurs : il s’agit d’onduleurs intégrés aux panneaux solaires. Leur rendement est moindre que celui des onduleurs string. Du coup, on les trouvent encore rarement sur les grandes installations.

Onduleurs et technique des circuits Les onduleurs avec ou sans transformateur ont des caractéristiques différentes. Les transformateurs des premiers cités disposent d’une séparation galvanique qui fait barrière entre le circuit continu et le réseau alternatif. Ces appareils peuvent être mis à la terre, ce qui évite les courants de fuite dans l’installation. Le transformateur occasionne certains coûts et réduit de 2 % ou 3 % le rendement de l’appareil. En échange de quoi les onduleurs à transformateur sont mieux cotés question sécurité. Les onduleurs sans transformateur ont toutefois le vent en poupe. Ils sont devenus plus sûrs, grâce à des dispositifs comme les contrôleurs de mise à terre ou les interrupteurs à courant de défaut (FI).

Compatibilité entre modules et  onduleur En Allemagne, l’Institut Frauenhofer pour les systèmes d’énergie solaire (ISE) a testé la compatibilité des onduleurs avec chaque type de module. D’après l’ISE, il n’y a aucun lien entre la dégradation des modules cristallins conventionnels et l’onduleur utilisé (voir figure 1). Des problèmes peuvent survenir avec les nouveaux modules cristallins et les modules à couche ultrafine. On consultera le fabricant des modules et le fournisseur de l’onduleur pour s’assurer que les deux

L’onduleur, avec ses multiples fonctions,  peut être considéré comme le cœur de  l’installation photovoltaïque.  ▼ 

composants soient parfaitement compatibles. Le nombre d’onduleurs à installer dépend de la pente du toit, de l’inclinaison des modules, de même que de la capacité de l’installation. Si tous les modules bénéficient d’un rayonnement solaire identique, un seul onduleur suffit. Par contre, si les modules occupent des positions différentes sur les parties d’un toit, il est recommandé d’installer un onduleur pour chaque groupe de modules, respectivement chaque pan de toit.

Particularités à surveiller Dans l’agriculture, les onduleurs fonctionnent dans un milieu qui diffère souvent de celui d’autres sites. Le système de refroidissement de l’onduleur est tributaire de la charge en particules de l’environnement immédiat. Dans une atmosphère poussiéreuse, il faudra parfois renoncer à un refroidissement par air. La présence d’humidité ou de vapeur d’ammoniaque est aussi un critère à considérer à l’achat de l’appareil.

Des défis pour le réseau moyenne  tension  La présence d’une multitude de générateurs à énergie renouvelable a des conséquences au niveau du réseau européen interconnecté, et en particulier sur la stabilité du réseau électrique allemand. En temps normal, la fréquence du réseau s’établit à 50,2 Hz. Les variations de 5 2012

Technique Agricole

37


n   En savoir plus

ractéristique est appellée Fault-RideThrough FRT dans le jargon des électriciens. La technologie FRT n’est pas indispensable dans les réseaux basse tension.

Les défis sur le réseau basse  tension

Exemple d’une installation en îlot avec pile : un garde-bétail avec son panneau solaire et sa  batterie. L’accumulateur génère des coûts qui peuvent atteindre 40 % de l’investissement  (remplacement périodique indispensable).  (Photos : Ruedi Hunger)

Des appareils récents sont déjà équipés en conséquence, à l’image de l’onduleur SolarMax du fabricant suisse Sputnik Engeneering SA à Bienne. Il existe aussi des postéquipements pour des appareils déjà en place. Grâce à cette technique, l’installation se déconnecte « en douceur » du réseau en cas d’élévation de la fréquence. La production de courant diminue entre 50,2 et 51,5 Hz. La connection se rétablit à 50,5 Hz. Un tel événement devrait rester très rare. En Suisse, de telles dispositions ne sont pas encore nécessaires. La même, mais vue de face.

fréquence sont mal supportées par les consommateurs électroniques. Aujourd’hui, le maintien d’une fréquence stable sur le réseau est donc devenu un enjeu primordial. Les onduleurs étaient déjà conçus et installés pour se déconnecter automatiquement au-delà d’une certaine charge. Théoriquement, avec un nombre croissant d’installations solaires, de fortes perturbations pourraient affecter le réseau lors de journées très ensoleillées (temps dégagé sur une grande partie de l’Europe) ou en cas de découplage simultané d’un grand nombre de générateurs photovoltaïques. C’est pourquoi, en Allemagne, la directive relative au courant moyenne tension (« Mittel spannungsrichtlinie ») du 1.1.2009, obligatoire depuis le 1.4.2011, prescrit que les installations de plus de 10 kWc doivent être équipées d’un dispositif de découplage progressif.

38

5 2012

Technique Agricole

En Allemagne, depuis le 1er janvier 2012 et après le délai de transition qui courait jusqu’au 31 décembre 2011, les directives pour le réseau moyenne tension s’appliquent aussi au réseau basse tension. A la grosse différence près que la technologie FRT de gestion dynamique n’est pas obligatoire. C’est l’entreprise qui gère le réseau qui envoie par radio à chaque installation photovoltaïque en service le signal de réduction de production. Un récepteur convertit les signaux en signaux digitaux, transmis ensuite à des relais de découplage.

Résumé Le nombre d’installations solaires photovoltaïques va croissant. Mais la quantité de courant produit fluctue en fonction de l’alternance du soleil et des nuages. Avec un parc d’installations restreint, cette fluctuation n’avait aucune incidence. Dotés de fonctions étendues, les onduleurs peuvent faire face aux variations de fréquence prévisibles. Grâce à ses propriétés techniques, l’onduleur peut être considéré comme le cœur d’une installation photovoltaïque.

Une gestion dynamique L’onduleur doit être en mesure de détecter les microcoupures du réseau et ne pas se découpler de l’installation. Cette ca-

Bibliographie : [1] HÄBERLIN ; Photovoltaik, éditions electrosuisse ; Rapport ART 694/2008 n

Rendement en énergie solaire

Energie électrique produite 

R : Rayonnement

Energie solaire issue du rayonnement, resp. lumière ; dépend notamment du site géographique, des conditions météorologiques, de l’orientation de la surface et de l’ombrage.

FO : Facteur d’orientation

Valeur indiquant l’écart par rapport à l’orientation optimale ; orientation optimale (abrégé).

TR : Taux de rendement du module %

Capacité de conversion du module. Taux de rendement TR = puissance électrique/rayonnement.

PS : Pertes liées au système %

Pertes dues, en premier lieu, à l’influence de la température, au taux de rendement de l’onduleur, aux câbles et à la réflexion des rayons.

D : Dégradation %

Recul du taux de rendement des modules solaires (en raison, par exemple, du vieillissement).

Influence de la température

Plus la température augmente, plus la puissance diminue ; un mode de montage avec aération par derrière limite le réchauffement.

Taux de rendement de l’onduleur et pertes liées aux câbles

Capacité de conversion de l’onduleur du courant continu en courant alternatif conforme au réseau, résistance des câbles.

Réflexion

Pertes par réflexion des rayons au niveau du module.


En savoir plus

n

Choix d’un tracteur : Caractéristiques du moteur Lors de l’acquisition d’un nouveau tracteur, les performances du moteur constituent un élément de comparaison important. Les notions de puissance et de couple font partie des critères à évaluer. Sylvain Boéchat*

Puissance, couple moteur, régime nominal, consommation spécifique sont autant de notions qui doivent être connues pour comparer différents modèles entre eux. Cet article a pour objectif de rappeler les bases de l’interprétation des caractéristiques techniques du moteur et d’aborder certains détails de ces aspects.

Il s’agit en fait de diviser par 9550 le produit du couple (en Nm) multiplié par la vitesse (en tr/min) pour obtenir la puissance en kW. Par exemple un tracteur qui donne un couple de 95,5 Nm à

1000 min –1 développe une puissance de 10 kW. Une courbe de puissance se présente généralement sous la forme du schéma 1.

Les courbes caractéristiques du moteur d’un tracteur agricole Les performances d’un moteur sont présentées généralement sous forme de courbes, car elles varient en fonction du régime du moteur. Les caractéristiques techniques d’un moteur sont fournies soit par le constructeur, soit à partir d’essais réalisés par des institutions indépendantes. En Suisse, la Station de recherche fédérale Agroscope ART Tänikon effectue des tests de tracteurs. C’est à partir de leurs protocoles d’essais et des résultats obtenus que nous développerons ici les explications relatives à la lecture et à l’interprétation des courbes de performance.

La courbe de puissance La puissance est le plus souvent exprimée en kilowatt (kW) et se définit en fonction de la vitesse de rotation du moteur. Pour effectuer des calculs précis de puissance à partir des caractéristiques relevées dans les notices de constructeurs ou des rapports d’essais, on utilise la formule suivante :

P (en kW) =

Couple (en Nm) × Vitesse (en tr/min) 9550

* Sylvain Boéchat, AGRIDEA Références & Technique Agricole

Pour des travaux lourds à la prise de force, on privilégiera un couple maximum à un régime moteur le plus proche possible du régime nominal de la prise de force.

5 2012

Technique Agricole

39


n En savoir plus

Schéma 1 : Représentation d’une courbe de puissance

Pour connaître la puissance délivrée à un certain régime, il suffit de se reporter sur le graphique et d’observer la puissance correspondante sur la courbe au régime retenu : par exemple, le nombre de tours de 1500 min –1 correspond à 60 kW. La partie « ascendante » de la courbe (qui s’élève de gauche à droite vers le sommet) correspond à la variation de puissance à pleine charge. La notion de pleine charge signifie qu’à une certaine vitesse, le moteur ne pourra pas fournir un effort plus élevé. La partie « descendante » de la courbe (à droite de son sommet) correspond à la puissance à charge partielle. Elle fait référence à la baisse de puissance constatée lorsque le moteur tourne à vide (en débrayant par exemple). Le moteur n’a plus de résistance à vaincre, sa vitesse de rotation augmente.

Schéma 2 : Représentation d’une courbe de couple

Cette courbe nous montre que le couple n’est pas constant et varie en fonction de la vitesse de rotation du moteur. Son sommet correspond au couple maximum, fournit à un certain régime. Pour l’interprétation : la forme de la courbe est plus importante que la valeur du couple maximal. Plus la pente de la courbe est accentuée, plus le moteur est nerveux car son couple est mis rapidement à disposition et avec une faible chute de régime. Une courbe trop raide n’est pas souhaitable car elle correspond à une plage d’utilisation optimale réduite. Une courbe assez plate indique un moteur plus mou qui risque de caler plus facilement. La partie la plus intéressante de cette courbe se situe à la droite de son sommet : Elle correspond à la réserve de couple. En soit cette notion ne reflète pas réellement les performances du moteur, il s’agit en fait d’un simple calcul théorique : Reserve de couple =

Couple maxi – couple au régime nominal Couple au régime nominal

× 100

La courbe du couple Pour s’assurer que le tracteur répondra à l’utilisation qu’on veut en faire, il faut tenir compte du couple du moteur. Le couple moteur correspond à la capacité du moteur à supporter un effort, il s’exprime en Newton mètre (Nm). Le couple moteur produit soit l’effort de traction soit l’entraînement de l’outil à la prise de force. On retient deux valeurs pour exprimer le couple : • Le couple maximum : valeur maximale du couple à un régime donné (entre 1400 et 1800 min –1 selon les moteurs) • Le couple nominal : valeur du couple au régime maximum du moteur. Pour des travaux lourds de traction (par ex. labour, transports à tonnage élevé) le moteur doit disposer d’un couple de démarrage important. On peut néanmoins pallier à un couple de démarrage faible grâce à une boîte de vitesse bien étagée (à passage sous charge par exemple) pour «lancer » l’ensemble. Pour des travaux lourds à la prise de force, on privilégiera un couple maximum à un régime moteur le plus proche possible du régime nominal de la prise de force. Cela permet d’éviter une perte de régime importante lorsqu’un effort supplémentaire est demandé. 40

5 2012

Technique Agricole

La réserve de couple La réserve de couple (ou augmentation de couple) correspond donc à la différence entre le couple moteur maximal et le couple moteur au régime nominal, exprimée en % du couple au régime nominal. Une réserve de couple élevée correspond à une augmentation possible « importante » de la force de rotation délivrée par le moteur lors d’une chute du régime. Par exemple : un tracteur qui effectue un travail à un régime proche de son régime maximal, si son régime chute dans un passage difficile, le couple augmente et permet au tracteur de mieux faire face à l’effort supplémentaire sans avoir à changer de vitesse. Le couple d’un moteur diesel, et tout particulièrement celui d’un moteur de tracteur, devrait augmenter fortement à mesure que son régime baisse. Le couple maximal devrait être atteint à un régime relativement bas. Sur le graphique ci-dessus à 2200 min –1, le couple fourni équivaut à ~270 Nm. Si pour une raison quelconque (bourrage de la machine, etc.) la résistance opposée augmente, le moteur verra sa vitesse diminuer, et son régime deviendra inférieur à 2200 min –1. En se reportant au gra-

phique, on constate que si la vitesse de rotation diminue, le couple augmente : il peut « vaincre » la résistance supplémentaire opposée. Le régime moteur va se stabiliser à une certaine valeur, mais si la résistance est « vaincue », la vitesse d’avancement du tracteur va quant à elle diminuer puisque le moteur a baissé de régime. Si la résistance opposée au tracteur (donc au moteur) continue de croître, le régime va encore diminuer et le couple augmenter. Mais cette augmentation ne peut aller que jusqu’au couple maximum (obtenu ici à un régime de 1550 tr/min). Si le couple maximum n’est pas suffisant pour vaincre cette résistance, le régime du moteur baissera et deviendra inférieur à 1550 min –1. A partir de ce point le couple diminue lorsque le régime diminue : le moteur n’a plus de couple en réserve et il va caler. La réserve de couple ci-dessus se situe donc entre 2200 et 1550 min –1. Sur le graphique, on peut lire que le couple fournit à 2200 min –1 correspond à ~270 Nm, et celui fourni à 1550 min –1 est de 380 Nm. Ce qui signifie qu’à 2200 min –1 ce moteur est capable, si la charge augmente, de


En savoir plus

Tableau : Comment apprécier l’augmentation d’un couple ? :

Couple moteur maximal

B A

Courbe idéale

Faible perte de couple

Courbe allant en s’aplatissant

Forte augmentation de couple

Embrayer démarrer

Travail de traction plutôt léger

Lourd travail de traction

Prise de force pour régime autonomique 540/750/1000 min -1

Prise de force normale 540/1000 min -1

60-75%

70-100%

Augmentation de couple > 20%

Travail pratique

45-55%

du régime nominal

Gammes de régimes du moteur

La courbe caractéristique du couple d’un moteur de tracteur idéal monte raide dans la plage des régimes élevés (A) et s’aplatit dans la gamme moyenne (B). A raison de 55 à 70 % du régime nominal, le couple moteur devrait atteindre son maximum. Dans la gamme de 45 à 55 % du régime nominal (C, jusqu’à environ 1000 tours/minute), il ne devrait diminuer que faiblement. La position du couple maximum doit se situer le plus bas possible dans les nombres de tours : • Bon : plus bas que 60 % du régime maximale • Normal : entre 60-75 % Ce dernier critère d’appréciation n’est pas déterminant du fait que son influence sur l’élasticité du moteur se montre surtout lors de travaux de traction, rarement lors des travaux à la prise de force. L’interprétation des caractéristiques du moteur, notamment la puissance et le couple, est nécessaire pour s’assurer que le tracteur répondra à l’utilisation que l’on veut en faire. La composition du parc machine présent sur l’exploitation ainsi que les prévisions d’acquisition de nouveaux matériels serviront entre autres de références pour définir la puissance de l’outil à acquérir. Les tracteurs modernes sont plus lourds et mécaniquement plus sophistiqués, ce qui nécessite une augmentation de puissance. Il faut également porter une attention particulière aux options gourmandes en puissance.

faire passer le couple fourni de 270 à 380 Nm, soit une différence de 110 Nm qui correspond à la réserve de couple. La réserve de couple s’exprime le plus souvent en %. Ainsi dans notre exemple, selon la formule énoncée plus haut, on obtient : le couple à 2200 min –1 est de 270 Nm et l’augmentation jusqu’au couple maximum est de 110 Nm, exprimé en % on obtient : (110/270)×100= 40,74, soit une réserve de couple de 40,74 %. Cette référence permet de comparer la réserve de couple de deux moteurs diffé-

rents pour autant que la comparaison s’effectue au même régime. Pour bien comparer des réserves de couples entre elles, il est impératif que les régimes nominaux soient identiques. Une réserve de couple de plus de 20 % indique un moteur « élastique » avec un bon pouvoir de traction.

La consommation spécifique La consommation spécifique donne la quantité de carburant consommée par unité de puissance et par heure, elle

Augmentation

Appréciation

Jusqu’à 20 %

Médiocre

De 20% à 30 %

Bon

Plus de 30 %

Très bon

s’exprime en g/kWh. Elle correspond à la masse de carburant nécessaire pour obtenir un kilowatt. Cette valeur doit être la plus faible possible dans les plages d’utilisation du moteur (entre 1800 et 2200 tours/min). On donnera la préférence à un moteur « économique ». Les valeurs les plus basses sont généralement notées dans la plage de régime où le couple moteur atteint son maximum.

Consommation spécifique à puissance nominale • moins de 270 g/kWh = bon • entre 270 et 290 g/kWh = moyen • plus de 290 g/kWh = élevé On estime que la capacité du réservoir devrait correspondre à 1,5 à 2 litres par kW de puissance. Au-delà des caractéristiques techniques du moteur, le choix d’un nouveau tracteur doit également se réaliser sur la base d’autres éléments tels que l’utilisation prévue, les besoins de l’exploitation, des travaux à effectuer. Ces aspects seront abordés plus en détail dans Technique Agricole. n Texte adapté d’un article paru dans l’Agri du 25.11.2011

Schéma 4 : Représentation de la consommation spécifique Con nsommation de carburant g/kWh

Schéma 3 : La courbe couple moteur idéale

C

n

340 320 300 280 260 240 220 800

1'000 1'200 1'400 1'600 1'800 2'000 2'200 2'400

Moteur [min-1] Consommation spécifique

Machinisme et bâtiments Le classeur de fiches techniques « Machinisme et Bâtiments » aborde plus en détail ces différents aspects. Ces références ont pour but de fournir à l’agriculteur les éléments de base utiles à sa prise de décision. Commande au 021 619 44 00 Ou par internet : www.agridea-lausanne.ch, rubrique « Publications » Accès aux rapports de test réalisés par l’ART : http ://www.traktorentest.ch

• Le point le plus bas de la courbe correspond à la consommation minimum du tracteur pour un régime donné ; • Plus la courbe sera plate, plus économique sera le tracteur • Plus elle sera incurvée, plus le moteur consommera de carburant

5 2012

Technique Agricole

41


UNe miNe d’éNerGie Avec dU poteNtieL d’écoNomies transmission Auto command, console de commande sidewinder, ainsi que la technique scr de motorisation, rendent le t7 particulièrement puissant, confortable et économique.

Pour mes cultures, je rentabilise au maximum chaque chantier.

KUHN, c’est ma force !

Votre revenu d’exploitation est soumis à de fortes fluctuations et vous cherchez constamment à optimiser votre investissement en matériel. Dans ces conditions, il est essentiel de vous appuyer sur un spécialiste de la conduite des cultures. Que ce soit pour le labour, le travail du sol, le semis, l’épandage d’engrais ou la pulvérisation, KUHN vous apporte des réponses performantes quelles que soient vos productions, vos sols et la taille de votre exploitation. Pour découvrir comment les matériels et les services KUHN peuvent renforcer votre compétitivité, contactez votre Partenaire Agréé KUHN ou :

ho New

ll a N

dt

oreN rakt

ceNter

schweiz

Nh-test Nous présentons chaque type de tracteur dans la pratique, au besoin, sur votre domaine Nh-test – L’un des services de compétence du New Holland traktoren center schweiz

BucherLandtechnik LandtechnikAG, AG,8166 8166Niederweningen Niederweningen Bucher www.new-holland-traktoren-center-schweiz.ch www.new-holland-traktoren-center-schweiz.ch

KUHN Center Schweiz, 8166 Niederweningen Telefon +41 44 857 28 00 • Fax +41 44 857 28 08 www.kuhncentresuisse.ch Responsable Suisse Romande: Jacques-Alain Pfister, Tél: 079 928 38 97

Offres de combinaisons de semis intéressantes! Renseignez-vous auprès de votre agent Kuhn

élevages l cultures l paysages

be strong, be KUHN

0799-GC-EU-CH-FR – Foto: D. Rousselot

t7


Management 

n

Les transmissions continues permettent de nouvelles stratégies de conduite, mais impliquent également de nouveaux automatismes.   (Photo : Ueli Zweifel)

L’homme – Facteur de risque Les tracteurs à transmissions continues sont vantés  par la publicité avec, entre autres arguments, une  meilleure sécurité par rapport à des modèles à  transmission classique. Ceci est en principe correct.  La prudence est cependant de mise, comme le  démontre notre petite mise au point. Ruedi Burkhalter 

Conduire un tracteur doté d’une transmission continue devient un jeu d’enfant. C’est en tout cas l’impression que l’on peut ressentir en lisant la publicité des constructeurs de tracteurs. Le « stop actif », par exemple, permet même à une personne relativement légère et fluette, d’arrêter et de contrôler un attelage lourd comprenant un tracteur et une remorque chargée dans une pente. Cela se fait sans devoir exercer une forte pression sur la pédale de frein, comme c’était le cas avec les anciens tracteurs. La transmission reste en charge lors d’un arrêt ou d’un

changement de sens de marche et, dans la plupart des situations, il n’est même pas nécessaire d’actionner la pédale de frein. Mais cela ne marche pas dans tous les cas. Tôt ou tard, le conducteur du tracteur à transmission continue se voit confronté à une situation dans laquelle le tracteur réagit de façon inattendue.

Pas de fausse sécurité On croit qu’un tracteur se maîtrise aujourd’hui au moyen d’un joystick et de quelques boutons, ceci presque aussi facilement qu’une course de voitures sur

une console de jeu. N’oublions pas que même la meilleure transmission continue ne peut occulter le « facteur humain ». La formation des conducteurs est essentielle car, en dépit de la transmission continue, il serait plus que jamais irresponsable de mettre quelqu’un sans formation au volant d’un tracteur. En effet, de plus grandes vitesses, des véhicules plus lourds, des concepts d’exploitation plus complexes et la densité accrue du trafic impliquent d’autres exigences qu’auparavant. Une instruction approfondie dans le domaine des transmissions continues n’est pas uniquement indispensable dans le cadre du cours de conduite G40 : de telles connaissances seront également primordiales lors de l’achat d’un véhicule neuf.

La formation est importante  • Les transmissions continues permettent d’autres stratégies de conduite. • Par rapport aux transmissions classiques, le conducteur doit adopter d’autres automatismes afin de conserver la maîtrise de son véhicule, même dans des situations extrêmes. Cela implique une compréhension minimale du concept de fonctionnement du véhicule et demande du temps. • Une transmission continue réagit autrement qu’une transmission classique. 5 2012

Technique Agricole

43


Chargeurs frontaux Stoll – robustes et innovants ! Une fois de plus, le slogan de Stoll, du spécialiste des chargeurs, s’avère. Dès maintenant, le FZ 45 complète la série Profiline. Ce nouveau modèle pour tracteurs jusqu’à 140 Ch accomplit toutes les exigences de cette classe Ch. Le FZ 45 comporte toutes les caractéristiques de la série FZ, comme la cinématique Z (avec bielles à l’intérieur) qui permet un attelage plus proche de la cabine. Ceci déleste l’essieu avant. La commande électrique est équipée avec un nouveau joystick – tous les boutons peuvent être programmés individuellement au choix.

Siège principal Rohrer-Marti AG Industriestrasse 53 3052 Zollikofen Tél. +41 31 910 30 40 Fax +41 31 910 30 41

Succursale Rohrer-Marti SA Route de Cossonay 18 1040 Echallens Tél. +41 21 881 20 07 Fax +41 21 881 20 32

www.rohrer-marti.ch | mail@rohrer-marti.ch

Le nouveau système de caméra pour les chargeurs Stoll assure un bon aperçu et peut faciliter par exemple les travaux avec l’outil lève-palette. Le modèle FC 550 complète la série Compact FC. Il est donc le plus grand de la série des petits chargeurs et ferme la gamme entre les modèles Ecoline et les modèles Compactline pour des tracteurs à voie étroite de 40 à 60 Ch. Stoll, le spécialiste des chargeurs, fabrique les mêmes pièces d’accouplement depuis 1983. Vous pouvez alors monter un nouveau chargeur sur un tracteur avec consoles Stoll ou utiliser un ancien chargeur Stoll avec un nouveau tracteur ! Si vous souhaitez en savoir plus sur les chargeurs frontaux Stoll, n’hésitez pas de demander plus d’informations ainsi qu’une offre détaillé, facultative, chez :

Ott Landmaschinen AG Industriestrasse 49 3052 Zollikofen Tél. 031 910 30 10 mail@ott.ch www.ott.ch

fella.eu Fastrac 8310 Confort et vitesse Le Fastrac 8310 est unique en Suisse, freins à disques avec système antiblocage, vitesse jusqu‘ à 70 km/h.

www.heusser.ch Puissance et innovation.


Management 

• Alors que les concepts de transmission des différents constructeurs étaient uniformes – avec les pédales d’embrayage, de frein et de gaz – une plus grande variété de concepts peut poser problème, voire devenir dangereuse.

Choisir sciemment la stratégie de  conduite Alors, que doit savoir le conducteur avant de démarrer avec un véhicule équipé d’une transmission continue ? Dans un premier temps, il déterminera la stratégie de conduite qu’il compte adopter sur les routes. La plupart des concepts de fonctionnement proposent un choix entre les deux ou trois stratégies de conduite suivantes : Pédale  de  gaz/levier  de  conduite :  Dans ce mode, le fonctionnement du tracteur est comparable à celui d’un véhicule à boîte de vitesses manuelle : la pédale des gaz est utilisée – comme pour le tracteur à boîte manuelle – uniquement afin de faire varier le régime du moteur. Le transfert à la transmission se commande avec la main droite par le biais d’un joystick (levier de commande). La différence avec un véhicule à boîte manuelle se limite au fait que la pédale d’embrayage est superflue pour changer de rapport, s’arrêter et inverser le sens de marche. Tout ceci peut être contrôlé simplement (et peu importe le régime du moteur) en déplaçant la manette des gaz vers l’avant ou vers l’arrière. Ce mode est particulièrement adapté pour les utilisations dans lesquelles le régime du moteur doit évoluer sur le même rapport. C’est le cas, par exemple, lors de l’épandage de lisier avec un tonneau à pression équipé d’une pompe mécanique et devant maintenir un débit constant à différents régimes moteur. Pédale  de  conduite/levier  de  gaz :  Dans ce mode, les fonctions sont inversées par rapport au mode 1. Avec la pédale, le conducteur peut changer les rapports de transmission, tandis que le régime du moteur prédéfini reste inchangé. De la main droite, le conducteur peut contrôler le régime du moteur, comme avec des « gaz à main ». Selon la marque, cela se fait au moyen d’une manette ou d’un bouton. Ce mode est efficace pour les utilisations nécessitant un régime de prise de force constant à vitesse variable, par exemple, avec une faucheuse rotative ou pour l’obtention d’une puissance hydraulique minimale pour les travaux au chargeur frontal.

n

Mode  automotive :  Ce mode est simiAvec l’introduction de la transmission laire à une voiture équipée d’une transcontinue, le contrôle de la force de freimission automatique. Avec la pédale nage du moteur et de la boîte de vitesses d’accélérateur, le conducteur détermine est devenu un sujet sensible. Si l’on roule, la vitesse désirée. Le système de gestion par exemple, en mode automotive, le relâchement de la pédale d’accélérateur de la transmission et du moteur adapte le rapport de vitesse et le régime du moteur provoque, selon le modèle, une décéléraen fonction de l’état de charge, de sorte tion relativement forte sans pour autant que la vitesse du véhicule souhaitée se actionner ni le frein à pied, ni par conséréalise le plus économiquement possible quent le frein de la remorque. Cela peut engendrer des situations délicates en (c’est-à-dire au régime moteur le plus bas courbe sur chaussée glissante. Certains possible). Ainsi, le fait de passer d’une constructeurs offrent la possibilité zone de plat à une pente ne modifie pas d’ajuster le comportement de freinage, la vitesse de déplacement. En revanche, le en particulier sa mise en action. Ainsi le régime du moteur augmente en raison de la demande d’énergie croissante, le raptracteur sur une route glacée par exemple port de transmission étant réduit en peut continuer en roue libre et sans freiconséquence. Ce mode est particulièrenage en relâchant la pédale de gaz. Le ment adapté en cas de changements fréconducteur peut alors ralentir le véhicule quents de la puissance nécessaire sans progressivement au moyen de la pédale utilisation de prise de force, par exemple, de frein, comme avec un véhicule à boîte manuelle. Paradoxalement, cette possibipour les trajets routiers et les travaux de lité de doser le freinage peut aussi reprétraction dans les champs. Tempomat : Ce mode est adapté aux trasenter un danger. En effet, si un conducteur conduit en descente, dans une vaux pour lesquels une vitesse de déplacepente raide, sans se ment, un régime rendre compte que moteur et un régime Quelles sont vos expériences ? l’effet de freinage de prise de force constants sont néest réduit ou suppriEst-ce que votre tracteur à transmission cessaires, par exemmé, son attelage continue a déjà failli échapper à votre ple pour l’épandage peut rapidement atcontrôle dans une descente abrupte ? Ou est-ce que la lourde remorque vous a d’engrais ou de proteindre une vitesse presque fait sortir de la route dans un duits de protection critique. virage lorsque la transmission a brutaledes végétaux. S’il y a Tout comme un ment ralenti le tracteur sur chaussée frein moteur excesalternance entre glissante ? Si quelque chose du genre sif, un frein moteur montée et descente, vous est arrivé, faites nous part de votre insuffisant peut avec des modificaexpérience en la décrivant brièvement. également constitions de l’état de En tenant compte de ces expériences tuer un risque. De charge, le système pratiques, Technique Agricole présentera manière analogue à de gestion du modans les détails, lors d’une prochaine une boîte de vitesteur fait en sorte que édition, les concepts d’exploitation de ses manuelle, le le régime du moteur, différents fabricants. Envoyez vos textes à Ruedi Burkhalter, moteur, et en partiet donc le profil rédaction Technique Agricole culier la transmisd’épandage, reste Ruedi.burkhalter@agrartechnik.ch sion continue, ne exactement le même. E-mail : r.burkhalter@agrartechnik.ch peut ralentir un atLe conducteur doit telage lourd en en tout temps être descente que au clair quant au jusqu’à un certain point. Si l’on aborde mode sélectionné. Ainsi, il peut s’avérer utile, avant une descente raide, de passer une descente à une vitesse trop élevée, la protection de surrégime du moteur entre en mode joystick. C’est seulement de cette en action, ce qui augmente le rapport de manière que l’opérateur est à même de bien sentir comment contrôler le poids de transmission, voire découple complètel’attelage par l’entremise du rapport de ment le moteur, éliminant ainsi l’effet de vitesse, sans solliciter exagérément les freinage du moteur. Cela peut conduire à freins. La difficulté en matière de sécurité un effet de surprise pour un conducteur inexpérimenté : jusqu’à ce qu’il réalise se rencontre quand, par exemple, un emqu’il n’est maintenant plus possible de ployé de l’exploitation passe souvent d’un modèle à l’autre sans vraiment pouvoir ralentir qu’avec le frein à pied, le véhicule établir les automatismes nécessaires pour peut atteindre une vitesse très élevée une utilisation intuitive du véhicule. dans une descente raide. n 5 2012

Technique Agricole

45


n   Management

Quels domaines d’utilisation ? Les désherbeurs thermiques sont aujourd’hui surtout utilisés en prélevée dans des exploitations bio avec de grandes surfaces maraîchères (principalement des carottes) ou pour le défanage des pommes de terre. Mais la technique remplace aussi de plus en plus les herbicides dans le secteur communal. L’ordonnance fédérale sur les substances prohibe l’usage de désherbants sur les toits, terrasses, routes, voies ferrées, chemins et places. Cette interdiction prévaut depuis 1986 dans les espaces publics et s’applique aux propriétés privées et à leurs environs depuis 2001.

Principe de fonctionnment

Défanage de pommes de terre avec un modèle « STfFG7.5LG » de Schaffner Terra-Tech SA,  Oensingen. Largeur 7,5 m, consommation de gaz 100 kg/h, vitesse 2-5 km/h, poids 1400 kg.    (Photo : LDD)

Le désherbage thermique En production intégrée, la lutte contre les  adventices par des moyens physiques présente de  nombreux avantages économiques et écologiques ;  en culture bio, elle est une nécessité. Dans deux  précédents articles, nous avons d’abord mis l’accent  sur les herse-étrilles (TA 10/2011), puis sur les  sarcleuses (TA 1/2012). Cette série s’achève par ce  troisième article qui jette un regard sur le  désherbage thermique. Hansueli Dierauer*

Le désherbage thermique n’est pas une invention nouvelle. Les premiers appareils à pétrole ou à essence ont été testés en 1852 en Amérique. Mais ces dispositifs primitifs étaient peu fiables et avaient de la peine à générer une flamme régulière. * Vulgarisation grandes cultures, Institut de recherche de l’agriculture biologique (FiBL) Frick (AG)

46

5 2012

Technique Agricole

Les premiers systèmes utilisables et efficaces fonctionnaient au gaz liquide ; ils sont apparus en 1948 sur des fermes américaines, dans des champs de maïs, de coton et de canne à sucre. Depuis, ces appareils ont bénéficié d’amélioration et de progrès constants. Sur le plan de la sécurité et de la consommation, les outils actuels n’ont plus rien de comparable avec ces ancêtres précurseurs.

Les protéines contenues dans les cellules des plantes coagulent lorsqu’on les chauffe une seconde à 60-70° C. Un choc thermique d’un dixième de seconde à 110° C fait éclater les parois des cellules. Elles se vident de leur liquide, et la plante sèche. La combustion de gaz liquide permet d’atteindre sans peine les températures nécessaires. Le propane produit plus rapidement de la chaleur que le butane ; c’est lui que l’on préfère pour le flambage. Le désherbage thermique consomme beaucoup d’énergie et revient cher (coût global : environ 600 fr./ha). La technique n’a donc de sens que là où les procédés mécaniques ne sont pas utilisables.

Efficacité En conditions idéales, l’efficacité du désherbage thermique peut atteindre 100 %. Ce taux varie beaucoup en fonction du moment de l’intervention, de la météo, mais aussi des espèces d’adventices et de leur densité. Plus les plantes sont petites, meilleure est l’efficacité. La plupart des plantules sont sensibles à la chaleur jusqu’au stade 4-feuilles. Les plantes pubescentes ou pourvues d’un cuticule épais comme les orties, les pourpiers, les chardons, les rumex, les cressons supportent bien les températures élevées. Toutes les graminées, en particulier le chiendent et le pâturin annuel, tolèrent la chaleur. Les souches des graminées sont protégées par le sol. C’est pourquoi les plantes brûlées peuvent repartir. Dans ce cas, il faut répéter le flambage dans un délai de deux semaines. L’eau et la rosée sur les feuilles empêchent la chaleur de produire son effet. Quant aux brûleurs dépourvus de capots et de


Management 

Test d’efficacité

Le test tactile est la plus importante aide à la décision pour le choix de la vitesse d’avancement, de la pression du gaz, du réglage et de l’espacement des brûleurs. Presser la feuille de l’adventice entre les doigts : après relâchement, la marque du doigt doit être visible. Sinon, l’efficacité sera insuffisante. Si la marque de doigt n’est pas visible, il faut réduire la vitesse d’avancement ou augmenter la pression du gaz. Si les feuilles sont roussies ou brunies, ou si le traitement provoque de la fumée, augmenter la vitesse. Elle doit se situer entre 2 et 6 km/h. (Photo : Hansueli Dierauer, FIBL).

déflecteurs latéraux, ils voient leur efficacité fortement diminuée par temps venteux. Un sol finement grumeleux n’offre pas d’abri aux plantes pour les protéger de la chaleur.

Intervention en prélevée Le désherbage thermique en prélevée convient aux plantes à germination lente

comme les carottes, la doucette (rampon), les oignons en semis et les épinards. Ces cultures supportent mal la concurrence et ont, pour la plupart, une longue période de végétation. Le désherbage thermique s’emploie en prélevée sur le principe de la herse étrille. En cas de sécheresse, on peut légèrement arroser pour faire lever les adventices. Pour déterminer le moment de l’intervention, recouvrir un petit bout de terre de voile de forçage. A partir du 5e jour, par temps chaud et humide, vérifier régulièrement cet espace. Dès que les premiers germes de la culture y sont visibles, contrôler l’ensemble du champ et flamber les endroits où la culture s’apprête à lever. N’intervenir que sur les points où il y a vraiment des mauvaises herbes !

Intervention en postlevée En postlevée, on utilise le flambage sur les plantations d’oignons, de poireaux ou sur le maïs doux. Ces cultures supportent la chaleur, les plantes touchées se rétablissent vite une fois le choc passé. On peut intervenir sur les plantations d’oignons dès la première feuille. On intervient à nouveau dès l’apparition d’une nouvelle feuille.

Défanage de pommes de terre Sur un même champ, des conditions pédologiques hétérogènes et des attaques de milidiou inégales entraînent très souvent une maturation irrégulière des pommes de terre. Effectué au moment idoine, le défanage permet d’obtenir des tubercules de maturité régulière avec une

n

Les inconvénients du flambage • Consommation d’énergie et rejet de CO2 élevés. • En dépit des améliorations constantes apportées aux équipements et à leur sécurité, l’emploi de gaz demande des précautions particulières. • Risque de nuire aux auxiliaires présents dans le sol. Un sol sec conduit mal la chaleur. Sa température à un demi-centimètre s’élève de 6 à 7° C au passage d’un brûleur infrarouge ; l’élévation n’est que de 3 ou 4° C à un centimètre. Les températures atteintes en surface lors du flambage peuvent nuire à des auxiliaires comme les carabes, staphylinidés et acariens. Toutefois, les chaudes journées d’été, ces animaux restent à l’abri, à quelques centimètres dans le sol. On ne devrait, par contre, plus intervenir dès la nuit tombante, du fait que beaucoup d’auxiliaires ont une activité nocturne.

peau résistante, pour une récolte plus précoce. On réduit ainsi les risques de dégâts de vers fil-de-fer et de rhizoctonia, et on empêche que les spores se dispersent sur les tubercules. En culture bio, on effectue normalement un défanage mécanique, plus économique et moins énergivore que le flambage. Un passage de broyeur 4-rangs (3 m) revient à Fr. 150.–/ha, contre Fr. 540.–/ha pour un désherbeur thermique de même largeur. Le flambage permet de traiter 40 a/h, le broyeur est trois fois plus rapide (119 a/h). Le défanage thermique seul emploie entre 110 et 150 kg de propane à l’hectare ; l’utilisation combinée d’un broyeur permet de réduire de moitié cette consommation. Le flambage est recommandé en cas de forte attaque de mildiou et après défanage mécanique des pommes de terre de semence, pour diminuer le risque de germination. Un passage à 8-12 km/h suffit à déclencher le processus de maturation. n

Infos complémentaires

En maraîchage, le traitement thermique intégral en prélevée est très utilisé, en particulier sur  les carottes. Appareil de désherbage « StfFG1.5/3.0SG » (Schaffner Terra Tech SA, Oensingen).   (Photo : LDD)

Sur www.bioactualites.ch, rubrique culture-grandes cultures-régulation des adventices. Fiche (en allemand) sur le désherbage thermique, sur www.fibl.org (téléchargement gratuit dans Boutique). 5 2012

Technique Agricole

47


n   Sécurité

Les outils sur des véhicules agricoles sont autorisés jusqu’à une largeur de 3,5 m. La largeur est indiquée par des panneaux marqueurs rouge/ blanc. Lorsque l’éclairage est caché, une installation équivalente de remplacement doit être apposée. 

Véhicules et machines sortent les griffes ! L’agriculture est la 3e branche la plus touchée par la fréquence d’accidents par  1000 travailleurs. Durant ces 10 dernières années, l’agriculture a enregistré  462 accidents mortels. Des machines et des véhicules étaient impliqués dans au  moins la moitié des cas. A l’aide de diverses check-lists de sécurité, la prévention   des accidents engage le combat. Natanael Burgherr* Le stress généré par les conditions météorologiques mais aussi par des impératifs de rentabilités augmente les risques d’accidents encourus par les agriculteurs et les entrepreneurs agricoles.

Connaître les dangers Couramment utilisés en système combiné, les semoirs en ligne permettent aussi – grâce à diverses extensions – l’épandage d’engrais ou de produits de protection des plantes. D’autres semoirs sont direc* Service de prévention des accidents dans l’agriculture, 5040 Schöftland (AG)

48

5 2012

Technique Agricole

tement installés sur des machines d’entretien des sols. Les dangers suivants peuvent alors survenir : • Non protégées, les transmissions à chaîne des semoirs peuvent happer et entraîner des habits ou des parties du corps • La distance réduite entre le tracteur et la machine engendre des risques de cisaillements et d’écrasement pouvant provoquer de graves blessures. Atteler, dételer et découpler sont des opérations particulièrement dangereuses • En montant ou en descendant du tracteur en marche, le conducteur peut

être happé par le tracteur ou par la herse • Les émanations toxiques des produits phytosanitaires et des engrais passent rapidement dans le sang par la peau et les poumons • Lors de réparations sur des machines levées, celles-ci peuvent, en tombant, écraser la personne

Eliminer les dangers avant  utilisation Avant toute utilisation, il est indispensable de remplacer ou réparer les dispositifs de sécurité défectueux. Les marchepieds et


Sécurité 

La campagne de prévention « Les machines montrent les griffes » est conduite par le Service de prévention des accidents dans l’agriculture. Elle est soutenue par SAFE AT WORK, un label de la CFST. Cette campagne s’est fixée pour objectif une meilleure prise de conscience des risques encourus lors de l’utilisation de machines et vise une modification durable des comportements. C’est par des cours mais aussi par la mise à disposition de brochures et de check-lists que les personnes concernées seront sensibilisées.

plates-formes manquantes doivent être remplacés. Les parties d’escalade appartiennent au passé. Dès que la saison a débuté, il n’y a plus de temps disponible pour ce genre de réparation. Il est donc important de planifier les réparations et de tenir compte des délais, parfois longs, de livraison. Lorsqu’un outil est attelé ou dételé, la commande de relevage ne doit être actionnée qu’en dehors de la zone à risques. Les tracteurs récents sont équipés soit d’un dispositif progressif (commande pasà-pas ») soit de boutons poussoirs sur le garde-boue. Sur les palans mécaniques, il faut en outre s’assurer que le système de relevage est en position « Contrôle de position ». Un tiers ne peut intervenir lors de l’accouplement d’une machine : le tracteur doit être totalement immobilisé et aucune vitesse ne sera engagée. Avant l’accouplement de la prise de force et des autres raccords, le moteur sera arrêté. Afin d’éviter le découplage des outils tant sur la route que dans les champs, les tourillons d’attelage seront assurés par des goupilles à anneaux rabattants ou à ressorts. L’utilisation de goupilles de sécurité, comme celles proposées par Rübig par exemple, est la meilleure solution. Les dispositifs d’attelage automatiques, qu’ils soient montés sur le tracteur ou la machine, facilitent considérablement l’accouplement.

Arrêt de sécurité Durant le travail, personne ne doit se tenir sur l’outil attelé sauf si un dispositif adéquat a été prévu à cet effet. Ce point concerne également les collaborateurs de l’exploitation. Lorsque des places de tra-

vail sont aménagées sur les machines attelées, celles-ci ne seront utilisées que lors des travaux aux champs. Elles ne serviront en aucun cas au transport de personnes lors de déplacements sur la route. Des accidents peuvent également se produire lors des travaux de réparation de remisage et de nettoyage. Un mauvais équipement, un manque d’expérience, un accès inadéquat ou encore le manque de temps en sont, souvent, les principaux coupables. Avant chaque réparation, un arrêt de sécurité s’impose en suivant la check-list à côté. L’arrêt de sécurité permet : • lors de bourrage, de mettre la machine hors circuit, immobilisant ainsi les diverses parties mobiles • d’effectuer les travaux de maintenance et les réparations sur machines immobilisées • de s’assurer que la machine ne peut être mise en marche par erreur (le débrayage seul ne suffit pas).

n

La longueur des véhicules agricoles avec des outils portés peut  atteindre au maximum 12 m. Les outils supplémentaires peuvent  atteindre une distance de 4 m vers l’avant, mesurés depuis le milieu  du volant. Des rétroviseurs à vision latérale sont nécessaires lorsque  la distance est de plus de 3 m. (Photos SPAA)

« Arrêt de sécurité » Bien des accidents peuvent être  évités en observant ces simples règles de  comportement  »

BUL SPAA SPIA

agri TOP

Prévention agricole

Arrêt de sécurité 1

Arrêter toutes les sources d’énergie

2

Immobiliser le véhicule

3

4 5

6

Sécuriser les commandes électroniques Arrêter le moteur Enlever la clé, attendre l’arrêt complet! Réparer le dérangement

Règles à respecter dans le trafic  routier Les outils portés sur les véhicules agricoles sont autorisés jusqu’à une largeur de 3,5 m. Afin de garantir la stabilité du tracteur, l’axe directionnel doit porter au moins 20 % du poids de service (tracteur et outil porté inclus). La charge maximale autorisée sur l’essieu du tracteur ne doit pas être dépassée. Celle-ci est indiquée

sur le permis de circulation. Les parties tranchantes, les pointes, les dents à ressorts et les arêtes seront recouvertes de dispositifs de protection.

Eclairage et marquage Les outils portés doivent toujours être équipés de catadioptres ronds ou quadrangulaires blancs à l’avant, rouges à l’arrière. Les parties de l’outil dépassant le 5 2012

Technique Agricole

49


n   Sécurité

Lors de travaux de nettoyage ou de maintenance, un arrêt de sécurité doit être observé. On  interviendra sous une machine qu’après l’avoir assurée contre une chute éventuelle.

tracteur de plus de 15 cm sur le côté seront équipées de bandes ou de panneaux

noirs ou rouges/blancs visibles de l’arrière et de l’avant. Lorsque les feux ou les cli-

Un quad, c’est utile! Une participation record pour cette édition du  concours des lecteurs de la « Vache de l’année »,  concocté par Terre & Nature, Schweizer Bauer et  Technique Agricole. Le premier prix : un quad de  20 000 francs qui a pris ses quatiers à la ferme de  Norbert Hungerbühler, à Flawil (SG). Dominik Senn La famille de Monika et Norbert Hungerbühler ainsi que leurs fillettes de 10, 8 et 6 ans à Flawil sont les heureux gagnants du premier prix. « C’est les enfants qui ont choisi les vaches. Je leur ai simplement donné quelques tuyaux », dit le papa lors de la remise des prix à Sulgen (TG) auprès de l’entreprise Machines agricoles Sulgen. « Lors de la remise des prix, la paysanne n’a d’ailleurs pas pu se retenir : elle s’est assise au volant du quad pour un tour d’honneur », nous confie Hansruedi Erne de Preissponsor Snopex SA, à Balerna (TI), et d’ajouter : « Sur les domaines agricoles, ces tout-terrain sont de plus en plus prisés parce qu’ils viennent à bout de quasiment n’importe quelle topographie. »

Les gagnantes par races Races disposant de plus d’une vache à élire : Race brune : Pedrini Top TI Rhythm 50

5 2012

Technique Agricole

gnotants du tracteur sont masqués, l’outil porté doit être muni d’un dispositif de remplacement. Cela vaut particulièrement pour les semoirs. En ne relevant que partiellement l’outil porté, il est possible d’éviter de masquer les feux et clignotants du tracteur. Les feux arrière et clignotants peuvent être placés à maximum 1,9 m, exceptionnellement 2,1 m au-dessus du sol. C’est pourquoi il est possible d’utiliser des feux arrière et clignotants à la place des feux de gabarit. Lorsque l’outil porté dépasse latéralement les feux du tracteur de plus de 40 cm, il est nécessaire de poser des feux de gabarit de nuit et lorsque les conditions de visibilité l’exigent. Ils seront blancs à l’avant et rouges à l’arrière. Lorsque le porte-à-faux dépasse l’arrière du tracteur de plus de 1 mètre, il faut le munir d’une pyramide. n

Acqua-ET, Ezio Pedrini, Airolo (TI). Holstein : Castel James Jolie, Castella, Zubke et Leslie, Sommentier (FR). Red Holstein : Rubens Ingrid, Hansruedi Allenbach, Wiedlisbach (BE). Swiss Fleckvieh : Eclipse, Nicolas et Christophe Rey, Le Châtelardprès-Romont (FR). Simmental : Bella, Andreas Wittwer, Schwarzenegg (BE). Holstein (Swissherdbook) : Babette, Claire-Lyse Kern, Rossens (VD). Original Braunvieh : Wolga, Sepp von Ah, Giswil (OW). Jersey : Chevreuil, BG Gerber et Amstutz, Mont-Tramelan (BE). n

Monika et Norbert Hungerbühler sont très heureux d’avoir gagné le premier prix. Hansueli  Erne et Patrik Huber, de Snopex SA à Balerna (de g. à d. 1er et 3e), remettent le quad Thundercat  sur l’aire de l‘entreprise Landtechnik Sulgen AG appartenant à Reto Mock (2e à partir de la  gauche). Ruedi Haudenschild (3e à partir de la droite), directeur de publication du Schweizer Bauer ainsi que Daniel Sempach et Andreas Schwab, vente des annonces du Schweizer Bauer.  (Photo : Dominik Senn)


Sécurité 

n

La stabilité intrinsèque de la machine constitue un préalable à un travail en toute sécurité.  (Photo : Ruedi Hunger)

Motofaucheuses sans accidents L’utilisation incorrecte des motofaucheuses et des barres de coupe fait encourir un  risque important de blessure. Sur les pentes raides, les personnes âgées ou mal  formées sont particulièrement vulnérables. Des chaussures de qualité constituent  un élément essentiel pour mener une motofaucheuse en toute sécurité dans les  terrains en pente. Ruedi Hunger

Règles de comportement dans  les pentes : • Pas de changement de vitesse dans la ligne de pente • N’effectuer des demi-tours que sous contrôle • Ne pas se laisser surprendre et tenir la motofaucheuse les manchons des deux mains • Ne laisser que des personnes expérimentées travailler dans les pentes • Adapter la vitesse à la situation • Porter des chaussures bien adhérentes pour les travaux

La sécurité est primordiale lors de la fauche de parcelles en forte pente. Les motofaucheuses sont relativement petites et faciles à visualiser. C’est d’ailleurs précisément pour cela qu’elles sont trop souvent sous-estimées. Malgré leur taille modeste, elles affichent quand même entre 80 et plusieurs centaines de kilos sur la balance. Le conducteur est particulièrement menacé lors du début du processus de fauche ou lors de manœuvres de demi-tour sur les pentes raides. En cas de changement de vitesse raté en faisant demi-tour ou en fauchant dans la ligne de pente, la motofaucheuse risque de recu-

ler. Le danger d’être écrasé et de subir de graves blessures est alors important.

Règles de comportement en cas   de bourrage : • Arrêter et sécuriser la motofaucheuse • Ne jamais dégager la barre de coupe lorsqu’elle fonctionne • Déclencher complètement l’entraînement et enlever les matériaux vers l’avant • Nettoyer soigneusement la barre de coupe et arrêter le moteur avant de changer les couteaux

5 2012

Technique Agricole

51


n   Sécurité

Tableau : Possibilités d’amélioration des aptitudes aux travaux en pente* AEBI • Roues jumelées (combinaison pneus larges et pneus étroits) • Roues jumelées + roues cages • Roues cages jumelées • Roues à crampons arrondis Brielmaier • Rouleaux à crampons avec pointes synthétiques amovibles vissées • Diamètre des rouleaux variable Köppel • Roues jumelées (combinaison pneus larges et pneus étroits) • Plaques à crampons Hill-Spikes montées sur les pneus comme des chaînes à neige Rapid • Roues jumelées (combinaison pneus larges et pneus étroits) •Combinaison pneus et roues à crampons •Combinaison roues à crampons et roues cages (*En principe, toutes les machines peuvent être équipées de presque toutes les combinaisons indiquées.)

Nouvelle génération de  motofaucheuses Les nouveaux concepts d’entraînement et de transmission ont rendu la motofaucheuse plus sûre ces dernières années. Les faucheuses hydrauliques n’ont pas de différentiel, mais chaque demi-axe est entraîné par son propre moteur hydraulique. Cette technique a cependant un prix nettement plus élevé que celui d’une boîte manuelle. Le gain en matière de confort et de sécurité s’avère très important. Attention, il est erroné de penser que toutes les motofaucheuses hydrauliques n’ont pas de point mort. La régulation de la vitesse en continu améliore en tous les cas le contrôle de la motofaucheuse sur les pentes raides. La direction

active constitue ici un élément particulièrement positif.

Dangers liés aux éléments en  mouvement Couteaux mobiles, doigts pointus, lame tranchante, la barre de coupe recèle de nombreuses sources d’accidents; de plus, tenter de procéder à un débourrage lorsque le moteur tourne relève de la négligence grave, comme d’ailleurs de procéder avec les mains ou les pieds. Comme le contour de la barre de coupe est difficile à discerner, elle présente un risque important pour les piétons, les cyclistes et les automobilistes sur les routes et les chemins. Un dispositif de protection muni de la signalisation appropriée est donc

Au lieu d’une roue supplémentaire, la pose de rouleaux à crampons  améliore la sécurité dans les pentes (moins de dérapage).

52

5 2012

Technique Agricole

Les roues jumelées élargissent la voie et  augmentent la surface de contact au sol. De  plus, l’on peut rouler sans problème sur les  routes et les chemins.

essentiel. Lorsque des motofaucheuses sont transportées, les extrémités de la barre de coupe ne doivent pas dépasser le bord du pont de chargement.

Adhérence au sol Pour améliorer la stabilité dans les pentes, les fabricants proposent différents moyens techniques grâce auxquels les aptitudes des machines peuvent être améliorées. Les facteurs déterminants pour la stabilité sont la surface d’appui au sol et la largeur de la voie. Alors que pendant une trentaine d’années les roues cages ou les roues à crampons, ainsi que les roues jumelées préservant le sol étaient essentiellement utilisées, ce sont maintenant plutôt des rouleaux à cram-

Les rouleaux à crampons sont équipés de crampons métalliques  ou synthétiques.


Sécurité 

n

Les documents relatifs à l’utilisation des motofaucheuses dans les pentes, à leur marquage et signalisation corrects, ainsi qu’à la protection de parties dangereuses sont disponibles auprès du Service de prévention des accidents dans l’agriculture, SPAA. (Tél : 021 557 99 18 ou www.spaa.ch)

Les rouleaux à crampons intégraux ne sont utilisables que sur terrain naturel, voire quelque  peu sur des chemins au revêtement pas trop compacté.

pons qui sont proposés. Chaque fabricant défend sa propre philosophie en matière d’adhérence des motofaucheuses dans les terrains en pente (voir aussi tableau).

Pour des travaux plus importants , impliquant une largeur élevée, des rouleaux à  crampons adéquats sont proposés.

Arrêt d’urgence  Un trou, un faux pas ou une glissade sur l’herbe fauchée et humide entraînent une situation dangereuse. L’arrêt immédiat de la machine est impératif. Ce rôle est dévolu à un interrupteur d’arrêt d’urgence sur une machine fixe et à une commande homme mort sur une motofaucheuse. Lorsque cet interrupteur de sécurité est relâché, le moteur et la machine s’arrêtent instantanément. Il est irresponsable de « ponter » cette fonction de sécurité. Toutefois, les constructeurs sont invités à construire des composants et des éléments de sécurité qui n’engendrent ni fatigue ni stress pour le conducteur.

Commande à distance, sans fatigue Quand l’homme et la machine sont séparés par une certaine distance, la sécurité et la charge sonore du bruit du moteur, ainsi que l’exposition aux gaz d’échappement diminuent. Ces dernières années, plusieurs fournisseurs ont intensifié leurs efforts dans le domaine des faucheuses télécommandées. Même sion les trouvre avant tout dans le secteur communal, il semble que les contraintes physiques imposées aux agriculteurs lors de la fauche seront allégées à l’avenir. n

Visite des usines Merlo Merlo est le leader mondial incontesté dans le développement et la construction de chargeurs télescopiques. Les usines de production se trouvent dans la province de Cuneo, dans le nord-ouest de l’Italie. Sur le même site se trouve le centre de recherche et de développement du groupe. Toutes les activités sont regroupées sous un couvert de 130 000 m2. Un terrain d’essais ultramoderne y est également intégré. Merlo dispose d’une production annuelle d’env. 6000 unités qui sont vendues dans le monde entier. L’entreprise W. Mahler AG est importateur officiel depuis 1985 pour la Suisse. Des clients Mahler ont pu vivre et voir de leurs propres yeux les dimensions et les activités de Merlo. Du 20 au 22 mars, environ 30 propriétaires de télescopiques Merlo ont fait une visite au centre de recherche, aux halles de production et au terrain d’essais. Lors de la visite guidée et commentée avec beaucoup de compétence, les clients ont été confortés dans leur décision d’achat d’un produit Merlo. L’ampli-

tude des usines et la précision des processus de fabrication leur ont laissé une forte impression. Dans un télescopique Merlo, plus de 92 % des pièces provienent de la propre fabrication. Les pièces sont produites en exclusivité pour les télescopiques Merlo, des livraisons à des tiers sont exclues. Les responsables Merlo sont persuadés que les investissements conséquents dans la recherche et le développement sont un garant pour la pérennité de l’entreprise. Environ 10 % du bénéfice sont attribués à la recherche et au développement. Aujourd’hui, 40 développements Merlo sont brevetés. Cela confirme sa position absolue de leader dans le domaine des télescopiques. Les collaborateurs Merlo sont un point central dans l’entreprise et grâce à leur engagement et à leur savoir-faire, une haute qualité et l’innovation sont garanties. Lors de la visite, les participants n’ont pas seulement pu voir les usines et les télescopiques, mais également essayer et tester différentes machines sur le terrain d’essais. Il va sans dire que la richesse culinaire piémontaise a été dégustée et hautement appréciée. Ce séjour intensif a laissé d’agréables impressions aux participants, et plus d’un s’est senti parti en courtes vacances. W. Mahler AG Bachstrasse 27 CH-8912 Obfelden Tél. 044 763 50 90 Fax 044 763 50 99 info@wmahler.ch www.wmahler.ch

5 2012

Technique Agricole

53


ASETA

Impressum

Gymkhana de tracteurs 2012 : les concours dans les sections

74e année

Editeur Association suisse pour l’équipement technique de l’agriculture (ASETA), Willi von Atzigen, directeur

Berne Dimanche 17 juin à partir de 9 h Lieu : Althaus AG, Ersigen

Jura/Jura bernois Dimanche 13 mai à partir de midi Lieu : Develier En même temps : Tractorpulling, du 11 au 13 mai Informations : 032 422 02 15 ; j.hanser@bluewin.ch

Rédaction Ueli Zweifel : red@agrartechnik.ch Dominik Senn : dominik.senn@agrartechnik.ch Ruedi Hunger : hungerr@bluewin.ch Ruedi Burkhalter : r.burkhalter@agrartechnik.ch Tél. 056 462 32 50

Soleure Dimanche 24 juin de 9 h à 17 h Lieu : Subingen

Argovie Samedi 19 mai, à partir de midi Dimanche 20 mai, à partir de 9 h Lieu : Schulareal Schmiedrued-Walde Informations : 079 405 03 57 ; info@mc-schmiedrued.ch Inscription sur place

Abonnement, changement d’adresse case postale, 5223 Riniken, tél. 056 462 32 00, fax 056 462 32 01 Internet : www.agrartechnik.ch

Schwyz/Uri Dimanche 8 juillet de 9 h à 16 h Lieu : Markthalle Rothenthurm de 9 h à 14 h

Zurich Dimanche 19 août de 9 h à 17 h Lieu : Rafzerfeld En même temps : Fête des tracteurs et Concours national de labour Inscription sur place

Schaffhouse Dimanche 3 juin à partir de 9 h Lieu : Gächlingen, aire de GVS Agrar/ Grastrocknungsanlage

Annonces Espace Media SA, Agro-Publications, Dammweg 9, case postale, CH-3001 Berne Ingrid Wilms, tél. 031 330 30 17, fax 031 330 30 57, landtechnik@agripub.ch, www.agripub.ch Vente des annonces Daniel Sempach, tél. 034 415 10 41 E-mail : daniel.sempach@agripub.ch Andreas Schwab, tél. 031 330 37 54 E-mail : andreas.schwab@agripub.ch Stephan Widmer, tél. 079 628 31 83 E-mail : stephan.widmer@agripub.ch Tarif des annonces Tarif valable : 2012 Rabais de 25 % sur la combinaison avec Schweizer Landtechnik Imprimerie et expédition Stämpfli Publications SA Wölflistrasse 1, 3001 Berne Coordination de production Roberto Bruno Paraît 11 fois par an Prix de l’abonnement Suisse : CHF 107.– par an (TVA incluse) Gratuit pour les membres ASETA Etranger : prix sur demande

Bulletin de commande ASETA Combinaison enfants 100 % coton, bleu/rouge

N o u ve au

! Combinaison, rouge-noir, CHF 82.– 60 % coton, 40 % polyester Salopettes, rouge, CHF 58.– 75 % coton, 25 % polyester T-shirt, gris chiné, CHF 18.– 100 % coton

Age Taille CHF Quantité Taille Quantité Taille Quantité Taille Quantité

2 3 92 98 38.–

4 104

6 8 10 12 14 116 128 140 152 164 43.– 48.–

S = 44/46 M = 48/50 L = 52 / 54 XL = 56 / 58 44

46

48

50

Presses haute densité Logistique pour petites balles

52

54

56

58

moissonneusses-batteuses en agro-entreprise

S

M

L

XL

En savoir plus Les sièges de tracteurs et leurs possibilités de réglage

Prénom

Adresse

Le numéro 6/7/2012 paraîtra le 14 juin 2012

NPA, lieu

Dernier jour pour les ordres d’insertion : 24 mai 2012

Envoyer à ASETA, case postale, 5223 Riniken, fax 056 441 67 31

54

Management

Planification des

Frais d’envoi et TVA non inclus. Paiement dans les 30 jours, net. Nom

Numéro 6/7/2012

4 2012

Technique Agricole


Rapid Rex La motofaucheuse hydrostatique pour terrains montagneux la plus légère du monde. Ce centre de gravité bas et la transmission hydrostatique autorisent une coupe facile et sûre, également à des emplacements critiques.

Rapid Technic AG Industriestrasse 7 CH-8956 Killwangen T +41 44 743 11 11 www.rapid.ch

Rapid REX La Rapid Rex est encore mieux adaptée aux terrains extrèmement abrupts.

Rapid EURO Sa sécurité, sa fiabilité et sa polyvalence permettent de l’utiliser toute l’année.

Rapid SWISS La motofaucheuse particulièrement légère et maniable pour des régions montagneuses.

10.5.12 schweiz. landtechnik

Rapid REX: 89 kilos seulement dévers à 120%


La presse à tout faire

Offre jubilée: CHF 37‘700.- net (TVA incl.)

Offre jubilée* 623 Multicrop: • Dispositif de coupe Maxicut 14 avec fond abaissable • Pickup 2.0 m • Roues de Pickup standard • Tôle andain • Liage filet CoverEdge • Pneus 19/45 – 17 • Freins hydrauliques • Moniteur ELC Plus • Graissage des chaînes centralisé • Éclairage pour aller sur les routes N‘hésitez pas à contacter le concessionnaire John Deere dans votre région. *L‘offre jubilée est seulement valable avec cet équipement! Paiement 30 jours net, 8 % intérêt de retard. Valable jusqu‘au 15.08.2012.

Matra 3250 Lyss, Industriering 19, tél. 032 387 28 28, info@matra.ch, www.matra.ch, www.JohnDeere.ch

Technique Agricole  

Edition mai 2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you