Page 1

avril 2009

Technique Agricole

Une technique de fauche parfaite pour un stockage optimal


Le système GreenStar Lightbar

Aussi simple que l’alphabet A un prix imbattable:

CHF 2‘500.(TVA inclus)

L‘entrée idéale dans le monde des systèmes de guidage Vous souhaitez plus de performance, moins de frais d‘exploitation et une bonne visibilité en toutes conditions? Le système GreenStar Lightbar en liaison avec le récepteur StarFire 300 EGNOS est la solution idéale aussi pour les petites entreprises et peut être utilisé universellement sur toutes vos machines et pour différentes applications. Utilisation très simple. Contacter encore aujourd‘hui votre concessionnaire John Deere.

Le système GreenStar Lightbar – naturellement chez votre concessionnaire John Deere

Matra 3250 Lyss, Industriering 19, tél. 032 387 28 28 l 1400 Yverdon, Le Bey, tél. 024 445 21 30 l 6517 Arbedo, Via Cerinasca 6, tél. 091 820 11 20 l 7302 Landquart, Weststr. 5, tél. 081 300 05 80

ACO 7509.1 FR

www.johndeere.ch


n Editorial

n Sommaire TA spécial En fauchant, tout tourne rond..................................... 5

L’esprit de la halle 7 Le Salon mondial de l’agriculture et de l’élevage, le SIMA à Paris-Nord, s’est agrandi d’une nouvelle halle (voir compterendu page 29). Construite selon les tous derniers standards techniques, cette halle a abrité, pour la première fois, les secteurs «Energies renouvelables», «Entretien du paysage rural» et «Foresterie». Cette halle 7 est un havre d’optimisme où le progrès technique répond aux questions existentielles sur la sécurité de l’alimentation, l’assurance des ressources et la biodiversité. Bien sûr, il est inévitable que tout le monde lorgne le volume des ventes et le chiffre d’affaires. Mais l’esprit rencontré dans la halle 7 se retrouvait aussi dans les six autres halles. Et ne citer, comme nouveauté, que le tracteur à hydrogène de New Holland, serait omettre toutes les autres propositions susceptibles d’utiliser avec parcimonie les ressources et l’énergie. On aurait tort de croire que cela se fait sans contrainte. Pour y parvenir, il faut une pression sociale et politique qui aboutit à des paragraphes pertinents comme nous en avons dans ce pays et chez nos voisins de l’UE, et à de véritables prouesses techniques notamment dans la construction des moteurs. L’été dernier, il a aussi fallu subir l’envol des prix du diesel jusqu’à la limite du supportable pour enfin se pencher très sérieusement sur le potentiel des économies. Nous verrons ce que la deuxième grande foire européenne Agritechnica nous réserve, cette fois-ci sous le signe d’une économie en chute libre et d’un prix du baril de pétrole moins élevé. L’épargne de l’énergie est possible grâce à l’application de processus rationnels qui favoriseront de grands rendements de surface: on utilisera alors de meilleures techniques de fauche (TA spécial) et de plus grandes largeurs de travail pour la récolte de fourrage (page 11). Adapter la technique à la taille de l’exploitation, il le faudra toujours afin de rester dans une logique d’économie et d’écologie car, comme on le sait, tout à des limites.

Technique des champs Conservation des fourrages: l’agro-entrepreneur est sollicité.................................. 11

ASETA A nouveau deux personnes à la rédaction . ................15 Tarifs indicatifs 2009 . ............................................... 15

Cours de conduite G40 . ........................................... 19 Nouvelles des sections NE: Max Binder présent à l’ANETA ............................ 16 FR: Démonstration d’épandage; Roger Berset a quitté la gérance ............................... 17 VD: Formation pour obtenir le permis G ................... 17 Rétrospective du SIMA Feu d’artifice de technique agricole . ......................... 21

Dans la perspective de Pâques et de Pentecôte, que l’esprit de la halle 7 se mue en vision globale.

Agro-entrepreneurs Un Bernois au comité d’Agro-entrepreneurs Suisse ..................................... 27

Ueli Zweifel

Impressum . ............................................................ 30 ART 704 Comparaison des nids de porcelets ........................... 31

Page de couverture: Bon comportement sur la chaussée: repli de la faucheuse vers le haut, supérieur à 90° et près de l’essieu arrière. (Photo: Ueli Zweifel)

avril 2009  Technique Agricole

3


PLUS MALIN !

UN DÉBIT DE CHANTIER MAXIMAL,UNE PUISSANCE REQUISE MINIMALE Faucher avec une Lely Splendimo vous fait gagner de l’argent ! Jusqu’à 20% de carburant économisé et un préfanage encore plus rapide grâce à la technologie éprouvée du conditionneur Impeller de Lely

innovators in agriculture Bruno Spicher • Area Manager West Schweiz • 3186 Düdingen • Natel 079 673 76 79 Karl Buob • Area Manager Ost Schweiz • 9404 Rorschacherberg • Natel 079 601 20 37

4

avril 2009  Technique Agricole


TA spécial n

Une puissante faucheuse à deux essieux constitue une condition pour pouvoir bénéficier des avantages des conditionneuses dans les exploitations de montagne. (Photos: Patricia Wolf, Ruedi Hunger)

En fauchant, tout tourne rond Les faucheuses dominent la technique de fauche depuis quarante-cinq ans. Alors que le principe est resté identique, beaucoup de choses ont évolué. Ce que l’on veut aujourd’hui, c’est une répartition régulière et bien aérée derrière la conditionneuse.

Ruedi Hunger

La faucheuse rotative PZ construite par Piet Zweegers s’est largement répandue dans la pratique dès 1964. La cession de la licence à Fahr en Allemagne, Bamfordy en Angleterre et Kuhn en France a marqué le début de l’époque faste des faucheuses rotatives. Devenues aujourd’hui incontournables, elles ont également pris pied jusque dans les endroits extrêmes et sur les surfaces résiduelles, ainsi que dans le secteur «loisirs». Dans les années septante, la FAT Tänikon (aujourd’hui ART), a examiné les effets de la hauteur et du système de coupe sur le rendement (rapport FAT 87 cité dans Technique agricole 9 /07).

 Les conditionneuses s’imposent rapidement Par rapport à l’Europe, les conditionneuses se sont imposées assez rapidement et en grand nombre dans l’agriculture suisse. Il s’agissait d’obtenir du fourrage de toute première qualité pour la production laitière. Les efforts de la FAT en vue de tester les nouvelles techniques dans la pratique, puis de publier les résultats sous la forme de rapports FAT pour les rendre accessibles aux praticiens, ont été prépondérants. Ainsi les conditionneuses, toujours plus nombreuses, ont été testées au milieu des années septante et les résultats publiés dans le rapport FAT 102 / 76 par E. Höhn. Ce dernier constatait alors que l’objectif du conditionnement du fourrage tendait

à «blesser» mécaniquement les plantes, sans provoquer ni fragmentation, ni pertes supplémentaires.

Répartition régulière du fourrage – les clefs du succès Jusqu’à aujourd’hui, rien n’a changé quant à cet objectif. Les efforts tendent toujours à n’endommager que l’enveloppe des feuilles et des tiges afin que l’eau s’évapore rapidement. Divers types de construction des conditionneuses entraînent également différents résultats de séchage. Des dents synthétiques fixes en V vissées permettent un séchage rapide du fourrage chez JF-Stoll, Kuhn, Lely et Ziegler. Chez Claas, Pöttinger, Krone, les dents métalliques fixes en V permettent d’atteindre

avril 2009  Technique Agricole

5


n TA spécial Graphique 1: Avec une vitesse de fauche de 10 km/h, la teneur en MS est plus élevée qu’à une vitesse supérieure.

40

30 000

42,29 kW

39,67 TS %

20 000

34,89 TS % 30,74 kW

30

10 000

20

kW à 10km/h

% MS après 21 h

des résultats équivalents mais entraînent un poids supérieur à celui des dents synthétiques. Les conditionneuses à dents mobiles, réglées de manière agressive de Deutz-Fahr, Krone et Ziegler impliquent des besoins en puissance nettement plus élevés. Il est bien connu que le séchage du fourrage dépend de la façon dont il est réparti derrière la conditionneuse. Les meilleurs résultats de séchage (en % MS) sont atteints avec une largeur de coupe de trois mètres, lorsque l’herbe est répartie de façon la plus régulière possible sur toute la largeur, derrière la conditionneuse. La répartition régulière du fourrage constitue donc en conséquence la clef d’un processus de séchage réussi. Elle est influencée par des critères de construction spécifiques, le réglage manuel et le régime du rotor. Ce dernier peut être déterminé, avec la plupart des conditionneuses, entre deux plages principales de 600-800 t/min et 900-1100 t/min. Si le régime reste toujours le même, l’on peut renoncer à un entraînement adaptant la puissance aux conditions et opter

avril 2009  Technique Agricole

SM 31 JF 0 -S to ll G X3 20 Kr 5 on e Ea sy Cu t Ku hn FC 31 Le 3 ly Sp el di Pö m o tt in ge r3 Zi 05 eg H le rP ow er D isc D ur ch sc hn it t

te r as

Fe lla

-F

kW à 13km/h

pour un régime fixe de 900-1100 t/min (Claas, Fella, JF-Stoll, etc.). Les conditionneuses à rouleaux ou à tambours sont proposées pour les peuplements de légumineuses, en particulier de luzerne. Le principe de travail des tambours synthétiques, qui présentent en général une surface profilée, consiste à tordre et à écraser. Ainsi, les plantes sensibles, aux feuilles riches en nutriments, ne devraient pas être endommagées.

rotative Pöttinger de 3 m de large comprend 4 disques qui tournent par paire, les deux disques externes tournant vers le milieu. Le spécialiste Fella offre la possibilité de faire changer le sens de rotation de tous les disques vers le milieu en remplaçant deux unités d’entraînement. A l’inverse, le changement de deux boîtiers chez Krone permet un fonctionnement par paire.

Les disques comme standard

Les tambours pour les cas particuliers

Une faucheuse à disques ou assiettes permet d’obtenir une répartition du fourrage large et régulière. La tendance à la formation d’andains derrière l’unité de coupe est inférieure à celle des faucheuses à tambours, ce qui permet à la conditionneuse de reprendre l’herbe plus régulièrement et de la redéposer ensuite de manière équilibrée. Les différences de travail entre les machines sont insignifiantes, quel que soit le constructeur. Les disques des faucheuses Krone et Ziegler tournent vers l’intérieur, alors qu’ils fonctionnent par paire en sens contraire chez Fella, JF-Stoll, Kuhn et Lely. La faucheuse

La tendance à l’abandon des tambours au profit des disques se poursuit. Certains constructeurs proposent cependant toujours des faucheuses à tambours. Pöttinger, par exemple, souligne le guidage facile du fourrage de son Eurocat, qui assure une fauche propre et un andainage parfait, même avec peu de fourrage ou de l’herbe couchée. Ce n’est pas le fruit du hasard si le système Alpha-motion est également disponible depuis deux ans pour les faucheuses frontales. Chez Claas, ce sont les mêmes éléments qui caractérisent la faucheuse à tambours Corto, avec de plus la possibilité de ré-

La combinaison adéquate de la faucheuse et du tracteur assure les performances et un travail de qualité.

6

D isc

D isc o

% MS après 21 h

D

0

M

31 00

0

10

Cl aa s

Besoins de puissance à la prise de force kW resp. TS % nourriture

50

Graphique 2: Prix d’achat approximatif des ­faucheuses de 3 mètres

Faucheuse à l’avant et conditionneuse à l’arrière: idéal pour une bonne répartition du poids.


TA spécial n glage de la hauteur de coupe par paliers. JF-Stoll propose aussi des faucheuses à tambours d’une largeur de 1,65 à 3,05 mètres. Après la récente acquisition de l’usine Vicon de Geldrop, Kuhn dispose également d’une faucheuse à disques dans son programme.

Utilisation de la largeur totale grâce au Beetmanagement Depuis peu, les fabricants de faucheuses utilisent des concepts spécifiques à l’affouragement. «Les performances doivent être telles que l’espace temps optimal pour garantir la qualité et l’appétence du fourrage puisse être utilisé», indique Rainer Krug de la firme Kuhn, car la qualité du fourrage, respectivement la haute teneur en MJ NEL est déterminante pour la rentabilité de la production laitière. Afin d’atteindre ces performances, on mise sur des largeurs de travail importantes. Cela entraîne l’augmentation du poids des machines et, par conséquent, des contraintes plus élevées sur le sol, en particulier en bout de champ, lorsque la faucheuse est relevée, et surtout en combinaison avec une conditionneuse. Certains constructeurs tentent de limiter la perte de temps lors des manœuvres et la diminution de la largeur de travail par le biais de systèmes de guidage automatiques (AMS). John Deere s’appuie sur l’AutoTrac et le «Beetmanagement» qui en fait partie. Il s’agit d’un système qui guide le tracteur et sa combinaison papillon de manière à ce que la totalité de la surface soit fauchée dès l’entrée sur la parcelle. Cette «conduite assistée» permet un gain de temps pouvant aller jusqu’à 10 %. Le dispositif AMS se justifie en production fourragère uniquement si

l’on peut l’utiliser avec d’autres machines comme l’épandeur d’engrais ou la citerne à lisier. Pöttinger est bien connu pour la compatibilité Isobus de ses machines, par exemple avec sa NovaCat V10 d’une largeur de travail de près de 10 m. Ainsi, toutes les fonctions comme l’optimalisation de la largeur de coupe par déplacement hydraulique d’une unité de fauche, la réunion ou la séparation des andains ou le réglage de la conditionneuse peuvent être commandées depuis le terminal du tracteur.

fauche jouant également un rôle. Lorsque le longeron subit une certaine retenue, l’intensité de la décharge augmente automatiquement. Chez Vicon et Deutz-Fahr également, un système hydropneumatique assure la décharge. JF-Stoll propose un système à ressort qui permet de faire varier la pression de charge avec l’aide du relevage du tracteur. Plus le cadre du trois-points est soulevé, plus le poids de la faucheuse est transféré au tracteur à l’aide d’un dispositif à ressorts.

Le soulagement de la charge entraîne une économie de carburant

Anticiper les irrégularités du sol

Pour la fauche, le poids de la charge influence la force de traction et la consommation de carburant de manière importante. La propreté du fourrage en subit également les conséquences. Le fait qu’il s’agisse d’un système de décharge à ressort ou d’un dispositif hydropneumatique n’a qu’une importance secondaire. Comme l’homme, par nature, tend à préférer un certain confort, les systèmes hydrauliques présentent quelques avantages. Chez Claas, le système de décharge Active Float, réglable pendant le travail et utilisé pour la première fois sur la Cougar, est disponible pour toutes les largeurs de dispositif de coupe. Elho appelle son système de décharge breveté «Hydro-Balance». Grâce à une manivelle, la pression de la charge peut être régulée en continu sur la faucheuse Turbo de Fella. Les conditionneuses John Deere sont équipées d’un guidage au sol hydropneumatique qui gère la pression de la charge. Chez Kuhn, le LiftControl supervise la répartition équilibrée de la charge, le type de construction du longeron de

Les peuplements de luzerne sont plus sensibles au conditionnement. Il faut préférer les conditionneuses à tambours.

Dans la plupart des faucheuses, arrière et latérale, l’attelage central s’est imposé. Ce type d’attelage permet une répartition équilibrée de la charge sur le longeron. Cela garantit également une hauteur de coupe régulière. Le guidage des faucheuses frontales sur les irrégularités du sol est souvent un dispositif très complexe. Claas mise sur un point de rotation extrêmement bas de son système d’adaptation au sol, ce qui doit éviter que les couteaux ne pénètrent dans le sol. Pöttinger nomme son système trois-points des faucheuses frontales Alpha-motion. Le cadre et les bras réagissent immédiatement en présence d’une irrégularité du sol grâce à cette cinématique.

Transferts de charge ponctuels importants Le poids de la faucheuse et les transferts de charge en position transport que cela implique influencent l’attitude au volant et la sécurité lors des trajets sur route. Une faucheuse d’une largeur de 3  m pèse en général quelque 1200 kg. En position «transport», l’essieu avant peut être soulagé d’environ

Les faucheuses frontales nécessitent un cadre trois-points avec cinématique sophistiquée.

avril 2009  Technique Agricole

7


n TA spécial 700 kg selon le tracteur, la fourchette allant de 490 à 1090 kg en fonction de la machine! Plus le centre de gravité est rapproché de l’essieu arrière, moins la décharge de l’essieu avant est importante. Les faucheuses dont le relevage latéral excède 90° (par exemple chez Claas, Deutz-Fahr, Krone et Lely) chargent également la roue gauche avec 44 à 47 % de leur poids. Lorsqu’une faucheuse est inclinée vers l’arrière, comme cela se passe chez Kuhn ou JF-Stoll, des valeurs positives sont atteintes en matière de répartition latérale du poids. La décharge de l’essieu avant se voit cependant accentuée, ce qui nécessite la plupart du temps des contrepoids avant afin de pouvoir circuler. Pöttinger et Ziegler replient d’abord la faucheuse vers l’arrière, puis la redressent. Cela s’avère positif en ce qui concerne la charge de l’essieu avant, car le centre de gravité se rapproche ainsi du tracteur. Cependant, celui-ci se situe à grande hauteur, ce qui influence négativement le comportement routier. Avec le relevage latéral à 90°, la faucheuse dépasse le gabarit du tracteur jusqu’à 35 cm et une répartition du poids de 35:65 peut se révéler relativement défavorable. Les combinaisons de fauche appelées «papillon» en construction dispersée (1 devant, 2 derrière), chargent le tracteur de façon régulière. Aucun effet négatif ne doit être redouté lors des trajets sur route. Lorsque cette triple combinaison est exclusivement attelée à l’arrière, l’essieu postérieur s’avère très fortement chargé. Cela impose un lestage conséquent à l’avant. Les faucheuses tractées ne posent aucun problème quant au comportement sur routes. Le facteur limitant constitue la largeur to-

Graphique 3: Le poids des machines et le positionnement en mode transport constituent des valeurs déterminantes pour la mesure de la charge sur l’essieu avant. 1500

1000

500

0 Claas Disco D-F Fella SM 310 JF-Stoll 3100 DiscMaster GX3205

Poids utile   

avril 2009  Technique Agricole

Allégement essieu avant

Récapitulatif des coûts avec et sans conditionneuse: Faucheuse de la classe 3 m; taux d’utilisation 70 ha/an; durée d’utilisation 12 ans. Valeur à neuf avec conditionneuse CHF 23 481.–; sans conditionneuse CHF 15 000.– Faucheuse avec condition- sans conditionneuse neuse Eléments de coût CHF CHF 1956.75 1250.00 Amortissements: val. neuve / durée d’utilisation (12 ans) Intérêts moyens   563.54   360.00 Valeur neuve CHF x 0,6 x 4,0% 3 Location bâtiment (CHF 7.–/m )   301.00   280.00 Avec conditionneuse 43 m3, sans conditionneuse 40 m3 2821.29 1890.00 Frais fixes annuels    40.30    27.00 Frais fixes par UT (ha) Frais de réparation par UT    14.09     9.00 Valeur neuve x facteur de réparation / 1000 ha     1.35     0.54 Frais d’entretien par UT    55.74    36.54 Coûts propres / UT 19.20 Différence avec ou sans conditionneuse

tale qui ne devrait en général pas excéder 3 m. De telles faucheuses sont considérées comme des remorques de

Les éléments de conditionnement mobiles nécessitent davantage de puissance que les éléments rigides.

8

Krone Kuhn FC 313 Lely Ziegler Pöttinger Easy Cut Speldimo PowerDisc 305 H

travail et seront porteuses de plaques brunes.  n

Un délestage mécanique ou hydraulique n’est qu’une question de confort.


nez-nous 034Nous 460 01 sommes 01 ou heureux visitez notre de vous shopservir. www.blaser.com Téléphonez-nous 034 Nous 460sommes 01 01 ouheureux visitez notre de vous shop servir. www.blaser.com Téléphonez-nous 034 4

adio

VA

our

r

> PRODUITS ET OFFRES

> PRODUITS ET OFFRES

> PR

Rendement optimal avec le système Pöttinger

Rendement optimal avec le système Pöttinger

pour un entretien facilité. La distance entre les couteaux de 43 mm permet de garder un fourrage riche en fibres favorisant la rumination. L’Euroboss 330 avec 33 m3 de voSchweizer Berghilfe lumeAide deSuisse chargement est équipée aux Montagnards Aiuto Svizzero ai Montanari de rouleaux doseurs en version Agid Svizzer per la Muntogna surélevée et surbaissée. Un dosage avec tapis transversal permet une dépose régulière du fourrage à gauche ou à droite. Le tapis transversal se laisse rapidement coulisser sous l’autochargeuse.

Rend le sys

Euroboss – son nom De notre publicité à la radio veut tout dire Pöttinger offre avec l’Euroboss un produit attractif pour les petipour incl. TVA tes et moyennes ex(prix catalogue Fr. 365.--) ploitations. Le châssis de l’Euroboss 370 est en construction vissée. Avec une largeur de pick-up de 1,8 m, la machine est adaptée à la récolte Euroboss 330 T de grands andains. Elle est pourvue d’une adaptation Le dispositif de coupe est équipé au sol optimale tout en ménageant du système renommé des coula couche végétale grâce à ses teaux à sécurité individuelle. Tout STIHL MotoMix – le carburant deux roues de jauge pneuma- à spécialement chez Pöttinger: faible teneur en polluants pour le pitiques. votement sur leetcôté du dispositif moteurs 2 temps 4-MIX Le système est de coupe – EASY MOVE pour un STIHL de FSchargement 38 pourvu de trois ou quatre ame- entretien facilité. Avec la comPetite débroussailleuse avec poignée circulaire. Idéale pour maintenir neursendivisés et petits séparés. Celui-ci mande confort, toutes les foncforme les terrains et effectuer des travaux de nettoyage permet une tions sont dirigeables. sous desmontée arbres, surdu desfourrage chemins et des escaliers de jardin. VotreLes autorégulière sur les rampes cou-vous chargeuses Pöttinger sont de revendeur spécialisé estde là pour conseiller. teaux. série, dès les Euroboss compaLe nouveau dispositif de coupe tible ISO-BUS. STIHL VERTRIEBS AG Supermatic est déjà renommé. 8617 Mönchaltorf Tel. 044 949 peut 30 30 se composer L’équipement Pöttinger AG 044 949 30 20 d’uneFax double rangée de 31 couinfo@stihl.ch teaux;www.stihl.ch en option le système EASY- CH-5413 Birmenstorf MOVE permet d’escamoter les Tél. 056 201 41 60 deux barres de coupe sur le côté www.poettinger.ch

Eurobo veut to Pötting l’Eurob attracti tes et ploitati sis de l est en vissée. geur d 1,8 m, adapté de gra Elle es au sol o la cou deux r tiques. Le sys pourvu neurs d permet réguliè teaux. Le nou Superm L’équip d’une teaux; MOVE deux b

Légèreté, fiabilité et polyvalence signent le programme proposé par le leader mondial dans le domaine des autochargeuses. Avec son assortiment élargi pour la récolte de fourrage sec et les autochargeuses de grand volume, Pöttinger peut satisfaire les besoins des agriculteurs autant que ceux des entrepreneurs.

pour un entretien facilité. La distance entre les couteaux de 43 mm permet de garder un fourrage riche en fibres favorisant la rumination. L’Euroboss 330 avec 33 m3 de voSchweizer Berghilfe lumeAide de Suisse chargement est équipée aux Montagnards Aiuto Svizzero ai Montanari de rouleaux doseurs en version Agid Svizzer per la Muntogna surélevée et surbaissée. Un dosage avec tapis transversal permet une dépose régulière du fourrage à gauche ou à droite. Le tapis transversal se laisse rapidement coulisser sous l’autochargeuse.

Euroboss – son nom De notre publicité à la radio veut tout dire Pöttinger offre avec l’Euroboss un produit attractif pour les petipour incl. TVA tes et moyennes ex(prix catalogue Fr. 365.--) ploitations. Le châssis de l’Euroboss 370 est en construction vissée. Avec une largeur de pick-up de 1,8 m, la machine est adaptée à la récolte Euroboss 330 T de grands andains. Elle est pourvue d’une adaptation Le dispositif de coupe est équipé au sol optimale tout en ménageant du système renommé des coula couche végétale grâce à ses teaux à sécurité individuelle. Tout STIHL MotoMix – le carburant deux roues de jauge pneuma- àspécialement chez Pöttinger: faible teneur en polluants pourle pitiques. votement sur le et côté du dispositif moteurs 2 temps 4-MIX Le système est de coupe – EASY MOVE pour un STIHLdeFSchargement 38 pourvu de trois ou quatre ame- entretien facilité. Avec la comPetite débroussailleuse avec poignée circulaire. Idéale pour maintenir neurs en divisés Celui-ci mande confort, toutes les foncforme et lesséparés. petits terrains et effectuer des travaux de nettoyage permetsous une dudes fourrage sont dirigeables. Les autodesmontée arbres, sur chemins ettions des escaliers de jardin. Votre régulière sur lesspécialisé rampesestdelà couPöttinger sont de revendeur pour vouschargeuses conseiller. teaux. série, dès les Euroboss compaLe nouveau dispositif de coupe tible ISO-BUS. STIHL VERTRIEBS AG Supermatic est déjà renommé. 8617 Mönchaltorf Tel. 044 949peut 30 30 se composer L’équipement Pöttinger AG 044 949 30 20 d’une Fax double rangée de 31 couinfo@stihl.ch teaux;www.stihl.ch en option le système EASY- CH-5413 Birmenstorf MOVE permet d’escamoter les Tél. 056 201 41 60 deux barres de coupe sur le côté www.poettinger.ch

100% STIHL Fr. 299.--

PUBLITEXTE Téléphone 044 712 60 60, www.berghilfe.ch

Téléphone 044 712 60 60, www.berghilfe.ch

PUBLITEXTE

Légèreté, fiabilité et polyvalence signent le programme proposé par le leader mondial dans le domaine des autochargeuses. Avec son assortiment élargi pour la récolte de fourrage sec et les autochargeuses de grand volume, Pöttinger peut satisfaire les besoins des agriculteurs autant que ceux des entrepreneurs.

100% STIHL Fr. 299.--

avril 2009  Technique Agricole

PU

Légère signen le leade des au sortime fourrag ses de peut s agricul entrepr

9


La révolution des bombes aérosols ! produit, un véritable outil Plus qu‘un prod professionnels ! pour les profes

Plus de perte d du tube prolongateur

c!

Cl

Tube relevé : pour effectuer des applications avec toute la précision souhaitée!

Grâce à ce sys système de valve révolutionnaire Plus besoin de changer de valve

c

!

Cli

spécialement développée Innovation spéc professionnels, le Smart Straw pour les profess de WD-40, simp simplifie l‘application et améliore le con confort des utilisateurs.

✔ ✔

a

Tube abaissé : pour pulvériser WD-40 largement!

ça marche! La nouvelle tête pulvérisatrice convainc immédiatement!

Importateur Su Suisse : e+h Services AG · Industriestrasse 14 · 4658 Däniken · Tél. : 062 288 61 11 info@wd40.ch

UNE TECHNOLOGIE MAINS LIBRES.

UNE PRÉCISION FAIT-MAINS.

Précision cm avec swipos VRS Voici la meilleure équipe pour l’agriculture mains libres. La barre de guidage AgGPS® EZ-Guide® 500 vous procure exactement ce dont vous avez besoin pour labourer, semer et pulvériser. Sans omission. Sans chevauchement. Et aucune barre de guidage ne fournit une meilleure précision. Ajoutez à cela un système d’assistance à la conduite AgGPS EZ-Steer® 500, un RTK pour une exactitude au centimètre près et un système AgGPS EZ-Boom® pour un taux d’application précis. Vos travaux agricoles seront plus précis, plus productifs et plus rentables. Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.trimble.com/agriculture ou adressez-vous à votre revendeur.

Trimble Agriculture. La ligne de référence.

©2008, Trimble Navigation Limited. Tous droits réservés. Trimble, le logo du Globe et Triangle, AgGPS, EZ-Boom, EZ-Guide, et EZ-Steer sont des marques déposées de Trimble Navigation Limited enregistrées aux États-Unis et dans d’autres pays.Toutes les autres marques appartiennent à leurs propriétaires respectifs. AG-054-FRA (12/08)

allnav ag Ahornweg 5a 5504 Othmarsingen 043 255 20 20 www.allnav.com


Technique des champs n

Un rendement élevé assure la meilleure qualité …

Conservation du fourrage: L’agro-

­entrepreneur est sollicité Les agro-entreprises sont devenues d’incontournables prestataires de services de l’agriculture suisse pour les travaux des champs et la récolte du fourrage. Les clients posent des exigences élevées en ce qui concerne la réalisation du travail en général, et plus particulièrement sur la conservation du fourrage. Que faut-il observer tout spécialement et que doivent savoir les agro-entrepreneurs sur les agents conservateurs d’ensilage?

Ueli Wyss*

Le contexte a passablement évolué ces dernières années et continuera à le faire: les exploitations agricoles d’une part et les machines, d’autre part, sont devenues de plus en plus grandes. Un nombre croissant de travaux sont confiés aux agro-entreprises. Les exigences augmentent, comme d’ailleurs la responsabilité envers une récolte et un stockage réussis du fourrage. Ce ne sont pas seulement des machines mo-

… mais un compactage parfait du silo-tranchée est indispensable. (Photos: Ueli Zweifel, Ueli Wyss, ALP)

* Ueli Wyss, Station de recherches Agroscope Liebefeld-Posieux ALP. Cet article est un résumé de l’exposé tenu lors de l’Assemblée générale de l’Association Agro-entrepreneurs Suisses au Strickhof Wülflingen

avril 2009  Technique Agricole

11


n Technique des champs dernes et performantes qui sont requises, mais également des connaissances techniques relatives à la préparation de l’ensilage et du foin. Tous veulent profiter des périodes de beau temps. La pression du temps et des coûts s’accroît. Cependant, seule la confiance et la qualité du travail assurent un avenir à long terme aux agro-entreprises.

Fig. 1: Du champ à la crèche Fourrage vert • soins aux prairies • fumure • fauche et travaux de fanage 

Du champ à la crèche Il y a quelques années, les agro-entrepreneurs se limitaient à quelques opérations en matière de conservation du fourrage, comme le pressage des balles d’ensilage de foin ou de paille, respectivement le hachage d’herbe ou de maïs pour l’ensilage. Aujourd’hui, c’est fréquemment l’ensemble de la chaîne de récolte (fig. 1), comprenant la fauche, le fanage, la récolte et le stockage, qui est effectué en régie. Le semis, l’épandage d’engrais et les traitements phytosanitaires sont également délégués aux agro-entrepreneurs, l’agriculteur ayant alors des exigences concrètes en matière de qualité et de réalisation du travail. Il s’agit, d’une part, de préserver les sols et d’autre part de stocker des fourrages irréprochables et de haute qualité.

Conservation • faire des balles d’ensilage (presser et enrubanner) ou ensiler dans des silos (hacher, remplir, tasser et fermer) • faire du foin en grandes balles ou remplir le séchoir

12

avril 2009  Technique Agricole

Désilage et affourragement La taille des silos doit: • être adaptée au cheptel • garantir un prélèvement journalier minimal

Fig. 2: Causes et effets des post-fermentations Phase

Causes

Conséquences

Ensiler • tassement insuffisant • silo pas étanche • fermeture pas parfaitement hermétique

Fourrage + air ➝ les levures se développent

• formation d’une population de levures

Stockage

Pas d’air (bonnes conditions)

• les ensilages sont stables

Avec de l’air (mauvaises conditions)

• les ensilages se dégradent

Ensilage + air ➝ les levures sont de nouveau très actives ➝ développement d’autres micro-organismes (p. ex. moisissures)

• les ensilages s’échauffent • pertes en nutriments • les ensilages se dégradent • diminution de l’ingestion

Désilage • prélèvement journalier insuffisant • remuage des couches de surface

Facteurs de qualité de l’ensilage La date de la coupe ainsi que la composition botanique de la prairie influencent la valeur nutritive du fourrage de manière déterminante. La hauteur de coupe et le réglage approprié des machines de fanage et de récolte permettent de garantir la propreté du fourrage. Des essais avec du fourrage d’automne effectués à ALP ont montré qu’une hauteur de coupe à 3-4 cm augmente la teneur en cendres de quelques 100 g par rapport à une coupe normale à 7-8 cm, et réduit les valeurs NEL de 0,9 MJ/kg MS. Un degré de souillure élevé augmente également les risques de fermentation butyrique.

Stockage (état des stocks) • ensilage: silo-tour, silo-tranchée, balles d’ensilage • foin: lieu pour stocker les balles ou séchoir

Le maillon le plus faible L’agro-entrepreneur utilise des ensileuses et des remorques de grandes capacités pour des rendements de plus en plus importants. Pour que la qualité continue d’être adéquate, la chaîne d’ensilage doit prendre le maillon le plus faible en considération. Il ne faut donc décharger que la quantité de fourrage capable d’être répartie et tassée par le tracteur destiné à cet effet. En cas de compactage insuffisant, des post-fermentations sont à prendre en considération. L’agriculteur s’expose souvent à des problèmes, lorsque par exemple la grandeur du silo ne

correspond pas au cheptel et que la quantité prélevée s’avère insuffisante, provoquant ainsi des post-fermentations. Les relations de causes à effets des post-fermentations sont décrites à la figure 2. Des silos bien compactés, respectivement l’emploi de bonnes bâches sont des conditions élémentaires pour assurer une bonne étanchéité à l’air. Il s’agit ici principalement de ne recouvrir les silos-tranchées et d’enrubanner les balles d’ensilage qu’avec des films plastiques de qualité. L’utilisation de matériaux bon marché augmente le risque de formation de moisissures.


Technique des champs n

L’additif adéquat pour ensilage

Illustrations: Faucher, faner, andainer, ramasser: Les performances et la qualité font des agro-entrepreneurs un prestataire de services incontournable.

Fig. 3: Schéma du choix d’un agent conservateur pour l’herbe

33 31 29 27 25 23 21 19 17

} }

Fourrage vieux

35

Acides ou sels d’ensilage Liste A

Fourrage jeune

(modifié selon Nussbaum) Cellulose brute, % dans

L’agro-entrepreneur est également mis à contribution pour l’utilisation d’agents conservateurs d’ensilage. Il est de sa compétence de déterminer quel est l’additif le mieux approprié à une situation donnée. Le coût joue un rôle déterminant sur le choix des produits utilisés. En général, les produits chimiques sont plus chers que les produits inoculants à base de bactéries lactiques. Les prix varient cependant d’un produit à l’autre à l’intérieur d’une même catégorie. Les effets s’orientent vers deux directions: • Amélioration du processus de fermentation (favorisant la fermentation lactique au détriment de la fermentation butyrique) • Prévention des post-fermentations. La figure 3 présente schématiquement l’utilisation des additifs pour les ensilages d’herbe. Il n’existe cependant aucun produit miracle qui puisse s’utiliser dans toutes les circonstances. A cela s’ajoute le fait que l’agro-entrepreneur n’ensile pas toute une journée chez un même agriculteur et qu’il ne lui est pas toujours possible de changer de produit d’une exploitation à l’autre. Dans l’orientation «amélioration de la fermentation principale», le choix de l’agent conservateur est influencé par l’aptitude du fourrage à être ensilé.

Acides ou sels d’ensilage Liste A 15

    

20

    

Bact. lact. Sels d‘ensilage ou (homo) + sucre Acides, sels d’ensilage ou bact. lact. Liste A, si produits combinés (homo) + sucre quantité désiListe B Liste A lée suffisante Sans agent Acides, sels d’ensilage, Bact. lact. conservateur, produits combinés ou bact. (homo) si les conditions lact. (hétéro) Liste A sont optimales Liste B 25

    

trop mouillé

30

35

    

    

40

    

45

    

Teneur en MS, % ideal

Problème de fermentation butyrique

50

      55    

60

    

65

trop sec Problème de postfermentations

Liste A: Agents conservateurs d’ensilage autorisés pour favoriser la fermentation lactique et contrer les fermentations indésirables Liste B: A  gents conservateurs d’ensilage autorisés pour contrer les post-fermentations et les moisissures Bact. lact. (homo): Bactéries lactiques homo-fermentaires Bact. lact. (hétéro): Bactéries lactiques hétero-fermentaires

• Avec du fourrage humide difficile à ensiler de moins de 25% MS, il est recommandé d’utiliser des produits chimiques. • Avec du fourrage moyennement difficile à ensiler, des produits biologiques à base de bactéries lactiques peuvent constituer une alternative favorable aux produits chimiques. Il faut cependant disposer de suffisamment de substrat pour nourrir les bactéries lactiques, faute de quoi elles mourront de faim. Dans cette perspective, le fourrage âgé est particulièrement problématique. • Avec du fourrage facile à ensiler, un ensilage de bonne qualité peut en

général être réalisé sans aucun additif. Afin d’éviter les post-fermentations, les produits chimiques surtout à base d’acide propionique offrent une bonne efficacité. Les produits inoculants homo-fermentaires à base de bactéries lactiques ne sont pas appropriés pour cet usage. Les ensilages traités sont souvent plus sensibles aux postfermentations que les ensilages non traités, particulièrement lorsqu’une quantité insuffisante est prélevée pour l’affouragement. Les bactéries hétéro-fermentaires constituent une bonne alternative aux produits chimiques. Elles produisent,

avril 2009  Technique Agricole

13


n Technique des champs hormis l’acide lactique, également de l’acide acétique. Une bonne efficacité est également obtenue avec des produits associant des composants chimiques et des bactéries lactiques homofermentaires.

Stockage et utilisation Avec les produits inoculants à base de bactéries lactiques, il est important de respecter les dates limites d’utilisation et d’assurer un entreposage dans un réfrigérateur ou dans un endroit frais et sec. La vitalité des bactéries lactiques est limitée et diminue avec le temps. En ce qui concerne la forme d’utilisation, les produits se distinguent sous forme de poudre, de granulés ou liquide. Comme tous les éléments actifs des produits, aussi bien chimiques que biologiques, n’agissent que sous forme liquide, il faut préférer des additifs liquides lorsque le fourrage est particulièrement sec. De plus, les produits inoculants à base de bactéries lactiques appliqués sous forme liquide agissent plus rapidement et entraînent une baisse du pH beaucoup plus rapide, ce qui inhibe la formation d’entérotoxines. L’application des agents conservateurs se fait de préférence avec des appareils spécifiques de dosage. Il existe des doseurs pour les granulés ou la poudre, des doseurs pour liquides et des doseurs spéciaux à volumétrie ultra basse qui ne peuvent cependant n’être utilisés qu’avec des ensileuses. Par ailleurs, il est de primordial de nettoyer soigneusement l’appareil de dosage et son réservoir après l’utilisation de différents produits de conservation. Lorsque des résidus d’agents conservateurs chimiques restent dans le doseur et qu’un autre produit chimique est introduit, des réactions peuvent survenir (par exemple la formation de gaz nitreux). Si des résidus d’agents conservateurs chimiques restent dans le doseur et qu’un produit biologique y est introduit (préparation de bactéries lactiques), cela peut conduire à la mort des bactéries lactiques.

•U  n bon fourrage initial et le respect des règles d’ensilage constituent les conditions pour une bonne qualité. Les agro-entrepreneurs sont astreints à élargir leurs connaissances. Les séminaires de trois jours «Devenir un pro de l’ensilage (SiloProfi werden)» de la DLG sont bien connus. Lors de ces séminaires, les participants apprennent à planifier correctement les méthodes de récolte en regard à la technique utilisée et au personnel disponible. Le programme traite aussi l’appréciation des

propriétés de fermentation biologiques de différentes plantes fourragères, les mesures pour influencer le processus de fermentation et la maîtrise du remplissage et de la fermeture étanche des silos. Des exercices pratiques d’appréciation de la qualité des ensilages et de silos remplis complètent ces séminaires. Si ce type de cours fera l’objet de demandes, l’Association Agroentrepreneurs Suisses devra réfléchir sur l’opportunité d’en organiser en Suisse.  n

Lorsque des agents conservateurs sont utilisés, le choix du produit, le dosage et la répartition doivent être en adéquation.

Résumé • L es agro-entrepreneurs doivent bien connaître les facteurs influençant la qualité de l’ensilage.

14

avril 2009  Technique Agricole

Application des agents conservateurs d’ensilage: la technique avec doseur à volumétrie ultra basse ne peut s’utiliser qu’avec les ensileuses. (Photo: Gerhard Ziehli, Matra)


ASETA n ASETA interne:

A nouveau deux personnes à la rédaction A partir du 1er mai, Gaël Monnerat entrera au service de l’Association suisse pour l’équipement technique de l’agriculture. C’est pour succéder à Edith Moos-Nüssli que Gaël Monnerat, 28 ans, a été engagé à la rédaction de Technique Agricole et Schweizer Landtechnik, et au secrétariat pour d’autres activités liées aux prestations de l’ASETA. Gaël Monnerat a grandi sur l’exploitation de ses parents et habite à Courfaivre, JU. Après son certificat de maturité commerciale, il a suivi la formation d’agriculteur et obtenu la maturité professionnelle à la Haute école suisse d’agronomie à Zollikofen où il a achevé ses études en 2006 par un diplôme d’ingénieur. Gaël Monnerat a été successivement responsable des ventes pour DeLaval AG de la région de l’arc jurassien et collaborateur scientifique responsable de la formation des techniciens inséminateurs pour Swissgenetics. Cette activité a également inclus la rédaction d’articles spécialisés pour le journal TORO. Gaël Monnerat travaille encore régulièrement sur le domaine familial et occupe le poste de gérant d’une société de machines. Ses riches expériences réalisées dans l’industrie, dans le service-conseil et la pratique lui ont aussi permis d’acquérir un style d’écriture. C’est l’amalgame de tous ces critères qui a motivé d’une part, Gaël Monnerat à poser sa candidature au poste de rédacteur et l’ASETA, d’autre part, à l’engager.

Tarifs indicatifs 2009 Les tarifs indicatifs sont établis sur la base des données «Coûts-machines», Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART. Ils sont indiqués sans TVA. Les tarifs sont calculés pour des travaux exécutés dans des conditions normales (frais de tracteur et de main d’œuvre bruts inclus). Le barème se base sur un prix de diesel de Fr. 1.71 le litre. Tout supplément de prix pour des coûts de carburant, de ficelles pour balles, de film d’enrubannage ou d’autres tâches particulières sera facturé en sus. Le donneur d’ordres est responsable de tous les dégâts exceptionnels causés aux machines par des pierres ou d’autres corps étrangers. 1. Récolte des céréales Froment, orge, avoine, seigle, triticale, épeautre, féveroles Colza avec broyeur et équipement spécial Broyeur de paille pour moissonneuse-batteuse Soja, pois protéagineux, tournesol avec broyeur

2. Récolte du maïs

Fr./a 4.15 4.65 –.55 5.15

Fr./a

Maïs-grain (CCM), broyage de la paille compris 4.85 Moulin CCM, main d’œuvre incluse: 1 personne 2.70 Broyage d’épis, paille compris 5.95 Ensileuse automotrice à plusieurs rangs 6.– 3 remorques, soufflerie, entraînement sans main d’œuvre 2.90 Ensilage, service complet jusqu’au silo 10.30

3. Récolte d’herbe

Fr./h

Ensileuse automotrice (250 kW) 400.– Ensileuse automotrice (350 kW) 464.– 2 remorques, soufflerie, entraînement sans main d’œuvre 180.– Autochargeuse-ensileuse, 35m3, 46 couteaux (sans main d’œuvre / tracteur) Prix par chargement 90.–

Nous souhaitons la bienvenue à ce nouveau collaborateur au sein de l’ASETA et à la rédaction de Technique agricole.  n Au nom de l’ASETA: Au nom de la rédaction: Willi von Atzigen, Ueli Zweifel, directeur rédacteur responsable.

Balles rondes d’ensilage 13.40 Enrubannage de balles 15.50 Balle rectangulaire, 11.35 1,4 m3 / 180 kg Broyeur auxiliaire ou rotor avec couteaux (supplément) CHF/pièce  3.10 Grandes balles rectangulaires 16.50 2,0 m3, 300 kg Broyeur auxiliaire (supplément) 5.15 Grandes balles rectangulaires 13.40 d’ensilage 1,2 m3 Enrubannage de grandes balles 15.50 (1,2 m3)

6. Travaux au sol Charrue Chisel Préparation avec Rotovateur Préparation avec herse rotative

7. Semis

Fr./a 2.90 1.55 2.05 2.05

Fr. /a

Semoir monograins pour betteraves sucrières 1.65 Semoir monograins pour maïs 1.15 Distributeur d’engrais pour semis de mais –.55 Supplément pour micro-granulés –.35 Semoir 1.15 Combinaison d’outils 2.80 Semis sur bandes fraisées (traitement et fumure incluse) 4.75 Semis direct 2.05

4. Récolte de betteraves sucrières et fourragères Fr./a

8. Fumure

Betteraves fourragères, sans ramassage des feuilles 10.30 Betteraves à sucre, sans ramassage des feuilles 7.20

Fumure avec épandage centrifuge –.55 Distributeur en lignes, monté sur bineuse –.35

5. Balles haute densité – Balles rondes Fr./Pièce Ramasseuse-presse, reprise au champ (ficelle incluse) –.80 Ramasseuse-presse, reprise du tas (ficelle incluse) 1.05 Balles rondes (env. 200 kg de paille) avec filet 10.30 Balles rondes (env. 400 kg de paille) 18.55

9. Protection des plantes/ Sarclage Traitement Traitement en ligne Sarcleuse pour betteraves, sans main d’œuvre Sarcleuse pour maïs, sans main d’œuvre Sarcleuse étoile pour maïs, sans main d’œuvre

Fr. /a

Fr./a 1.05 –.60 1.45 –.95 –.95

avril 2009  Technique Agricole

15


n Nouvelles des sections Neuchâtel Max Binder présent à l’assemblée de l’ANETA L’association neuchâteloise pour l’équipement technique agricole (ANETA) s’est réunie en assemblée en mars dernier à La Chaux-de-Fonds avec la présence de Max Binder, président de l’Association suisse pour l’équipement technique de l’agriculture (ASETA). Ce dernier est venu expliquer la décision de l’association centrale, soit d’augmenter les cotisations de CHF 20.–, ce à quoi la section neuchâteloise était farouchement opposée. Max Binder justifie cette augmentation par le recul du nombre de membres, le renchérissement et la diminution de la subven-

tion fédérale sur la formation. Ainsi, pour maintenir les mêmes prestations, l’ASETA a engagé un processus de réforme afin de pouvoir stabiliser la situation d’ici deux ans. Concernant l’état de santé de la section Neuchâtel, le gérant, Bernard Tschanz, commente les comptes 2008 qui sont bouclés avec un bénéfice de Fr. 2667.– Deux activités majeures ont contribué à ce succès: le gymkhana de tracteurs aux Ponts-deMartel (84 participants) et les cours de cat. F/G pour les futurs conducteurs de tracteurs. Ainsi la fortune s’élève à Fr. 31 511.– en fin d’exercice 2008. Dans son rapport, le président Bernard Stähli se déclare satisfait par le suivi des cours pour le permis G. Quant au cours de conduite G40, il a atteint une participation record de 18 participants. Il rappelle que la section Neuchâtel accorde une ristourne de Fr. 50.– par participant pour autant qu’il soit mem-

Trelleborg TM600. Le pneu radial agricole qui allie excellente capacité de traction et respect du sol. Conçu pour répondre aux applications traditionnelles de l’agriculture, le TM600 est le plus fiable de sa catégorie. Son excellente capacité de charge et de traction, l’efficacité de son autonettoyage et sa haute résistance à l’usure en font un pneu efficace et fiable dans le temps. Trelleborg, la meilleure solution pour toutes les applications.

PERSONNE N'EST PLUS ATTACHÉ QUE NOUS À LA TERRE

Ogilvy&Mather

TRELLEBORG TM600. EFFICACITE AU PREMIER REGARD.

| www.trelleborg.com/wheelsystems |

16

avril 2009  Technique Agricole


Nouvelles des sections n bre de l’ASETA. Quant au test de conformité des pulvérisateurs pour la PER, 42 appareils ont été expertisés en 2008 et le président profite de rappeler aux membres l’obligation d’équiper les pulvérisateurs d’une cuve de rinçage à partir de 2011. Présents également à cette assemblée, des représentants de la brigade de la circulation routière ainsi que Sébastien Berberat, l’agent de la maison Blaser qui accorde des rabais aux membres sur l’achat des produits Après l’assemblée, une bonne soixantaine de personnes se sont retrouvées au manège de Monsieur Gerber. Au programme, une démonstration d’une quinzaine de machines agricoles, toutes conformes à la nouvelle réglementation. C’est Philippe Cossy, expert en en prévention au Service pour la prévention des accidents en agriculture, qui s’est chargé du commentaire.  Yann Huguelit

monstration d’épandage d’engrais de ferme avec «pendillards» le 15 avril et le concours d’habileté de conduite de tracteurs les 13 et 14 juin. Dans les divers, le président Auguste Dupasquier a rendu un vibrant hommage à Roger Berset, gérant de la section fribourgeoise durant 15 ans. Il relève en particulier le travail de groupe et la très bonne ambiance qui a régné au sein du comité durant toutes ces années: «C’est toute cette équipe, cette section fribourgeoise, ces membres qui te disent, mon cher Roger, un tout grand merci du fond du cœur pour avoir su les manager et leur insuffler ton esprit positif.»

Fribourg Démonstration d’épandage à l’aide de rampes à pendillards Le mercredi 15 avril 2009, dès 9 h 00, à Granges-de-Vesin parcours fléché depuis Montet (Broye) Programme: • Action cantonale pour la réduction des émissions ammoniacales de l’agriculture • Evolution des techniques d’épandage • Démonstration pratique de différentes rampes et citernes d’épandage «Le renchérissement de l’azote du commerce justifie la réduction des pertes d’ammoniac» «Les rampes d’épandage réduisent les odeurs et limitent les pertes par volatilisation» Venez le constater par vous-même ! Organisé par l’Association fribourgeoise pour l’équipement technique de l’agriculture et la Station de vulgarisation, d’économie agraire et familiale de l’Institut agricole de Grangeneuve.

Roger Berset a quitté la gérance Saluant les 82 personnes présentes, Auguste Dupasquier a présidé la 66e assemblée générale ordinaire de la section fribourgeoise. Dans son rapport, il a, comme à son habitude, été très critique vis-à-vis du monde économique actuel, mais selon sa philosophie, ils est resté très positif par rapport à l’avenir de notre agriculture. Dans son rapport d’activité pour l’année 2008, le gérant Roger Berset a relevé les points forts suivants: cours et examens pour le permis G avec une participation de 237 élèves, soutien au contrôle des pulvérisateurs avec une contribution de Fr. 3040.– pour les membres, une journée technique, en mars, avec la visite de l’exploitation de Stefan Schick, engraisseur à Gümmenen et Remund / Berger Bio énergie, une journée technique, en novembre, avec la visite de la sucrerie d’Aarberg et un cours au centre de formation de l’USM également à Aarberg (équipement et freinage des remorques), une rencontre très constructive avec les autorités cantonales concernant les aménagements routiers et la circulation des véhicules agricoles. Pour le programme des activités 2009, il faut retenir une dé-

Merci pour l’ouvrage bien faite et bon vent à Roger Berset, entouré ici par Robert Zurkinden, vice-président section FR (à gauche) et Auguste Dupasquier, président FR et vice-président ASETA.

Roger Berset a passé la main de la gérance AFETA à son successeur à l’Institut agricole de Grangeneuve, Jean-Luc Jaton, le 1er avril 2009.  Roger Berset, Auguste Dupasquier

Vaud Jeunes conducteurs de tracteurs

Formation pour obtenir le permis G Permis également reconnu pour la conduite d’un cyclomoteur, formation théorique valable pour la catégorie F (véhicule limité à 45 km/h). Nos cours théoriques, d’une durée de deux après-midi (le mercredi de 13 h 30 à 16 h 30), vous aident à réussir cette épreuve. Ils sont décentralisés en fonction des inscriptions et accueillent 10 à 15 participants. Prix du cours: membre ASETA-Vaud: CHF 50.–, non-membre: CHF 100.– Bulletin d’inscription à envoyer à: ASETA, A.–L. Amez-Droz, 1147 Montricher ou par e-mail: dad@econophone.ch Nom / Prénom (du participant) Date de naissance

Membre ASETA-Vaud: 

oui 

non

oui 

non

Prénom (du père) Téléphone

Portable

Adresse NPA, localité Demande de permis déjà adressée au Service des automobiles:  Morges  Moudon  Yverdon Lieu désiré: Période souhaitée:  2e semestre 2009  1er semestre 2010  2e semestre 2010

avril 2009  Technique Agricole

17


www.fahrersitz.ch CH-Oberbüren info@oscarfaeh.ch

Fon +41-71-955 73 10 Fax +41-71-951 45 69

Seit über 30 Jahren Ihr kompetenter Partner wenn’s um Sitzen geht!

La conception révolutionnaire.

Le virtuose de la pulverisation -

TENOR

Bloc vannes Dualmatic quantités de bouilles à rapport tours du vitesse vidange pratiquement complète rampes de 21 à 42 m 2'800 à 5'500 litres div. options comme essieu suiveur etc.

Vous exigez la perfection? Téléphonez-nous! Vos points d'assistance régionales: 1040 Echallens:

Schiffmann SA

tél. 021 881 11 30

1070 Puidoux:

Perroulaz SA

tél. 021 946 34 14

1113 St-Saphorin-sur-Morges: Atelier Copra Sàrl.,

tél. 021 803 79 00

1168 Villars-sous-Yens:

Lagrico Sàrl.,

1233 Bernex:

Graf Jaques

tél. 021 800 41 49 tél. 022 757 42 59

1242 Satigny:

Grunderco SA

tél. 022 989 13 30

1252 Meinier:

Saillet & Cie

tél. 022 750 24 24

1401 Yverdon-les-Bains:

Agritechnique

tél. 024 425 85 22

1438 Mathod:

Grunderco SA

tél. 024 459 17 71

1438 Mathod:

Promodis Suisse SA

tél. 024 459 60 20

1510 Moudon:

Deillon Bernard SA/Cedima SA tél. 021 905 12 96

1530 Payerne:

Bovey Agri SA

tél. 026 662 47 62

1906 Charrat:

Chappot SA

tél. 027 746 13 33

3225 Müntschemier:

Jampen Landmaschinen AG

tél. 032 313 24 15

3960 Sierre:

Agrol-Sierre

tél. 027 455 12 69

FISCHER nouvelle Sàrl Votre spécialiste de pulvérisation 1868 Collombey-le-Grand En Bovery A, tél. 024 473 50 80 www.fischer-sarl.ch


Cours de conduite G40 pour 2009 n

Lieux et dates 2009

(nouveau lieu de cours: Sursee) Aarberg BE 16.04 + 21.04  24.04 + 28.04  28.05 + 02.06  25.06 + 30.06  23.07 + 28.07  13.08 + 18.08  10.09 + 15.09  Bazenheid SG 09.04 + 14.04  14.05 + 19.05  16.07 + 21.07  29.10 + 03.11 Biberbrugg SZ sur demande Brunegg AG 23.04 + 28.04  11.06 + 16.06  06.08 + 11.08  30.09 + 06.10  29.10 + 03.11 

28.05 + 02.06  27.08 + 01.09 

056 441 20 22

Mettmenstetten ZH 15.04 + 20.04  16.07 + 21.07  15.10 + 20.10

www.

Moudon VD 16.04 + 21.04  06.05 + 11.05  08.07 + 14.07  20.08 + 25.08  10.09 + 15.09

La deuxième journée: le tracteur et une remorque agricole.

Nyon VD 11.06 + 16.06  12.11 + 17.11 Oensingen 09.04 + 14.04  14.05 + 19.05  16.07 + 21.07  01.10 + 06.10

Claro TI 18.09 + 21.09.  Corcelles-près-Payerne VD 14.05 + 19.05  11.06 + 16.06  10.09 + 15.09 Courtételle JU 24.06 + 30.06  09.09 + 15.09  Düdingen FR 27.05 + 02.06  26.08 + 01.09  14.10 + 20.10 

SVLT / ASETA

Marthalen ZH 15.04 + 24.04  30.04 + 05.05  09.07 + 14.07  13.08 + 18.08

Niederurnen GL 16.04 + 21.04  09.06 + 18.06  15.07 + 23.07  15.10 + 20.10

Bülach ZH 23.07 + 28.07 Bulle FR 30.04 + 05.05  22.07 + 28.07  21.10 + 27.10 

Lyssach BE 29.04 + 07.05  28.05 + 02.06  25.06 + 30.06  10.09 + 15.09  22.10 + 27.10  29.10 + 03.11

15.07 + 21.07  23.09 + 29.09 

Erstfeld UR 02.07 + 07.07  17.09 + 22.09 Frauenfeld TG 07.05 + 12.05  11.06 + 16.06  16.07 + 21.07  20.08 + 25.08  15.10 + 20.10  Gossau ZH 09.07 + 14.07  24.09 + 29.09 Hohenrain LU 20.05 + 26.05  09.07 + 14.07  24.09 + 29.09  Ilanz GR 14.08 + 19.08 Interlaken BE 11.06 + 16.06  03.09 + 08.09 Kägiswil OW 18.06 + 23.06  17.09 + 22.09 La Sarraz VD 30.04 + 05.05  14.05 + 19.05  25.05 + 04.06  25.06 + 30.06  02.09 + 08.09  24.09 + 29.09  29.10 + 03.11  Landquart GR 04.06 + 09.06  13.08 + 18.08  08.10 + 13.10 Langnau i.E. BE 23.04 + 28.04  14.05 + 19.05  04.06 + 09.06  23.07 + 28.07  13.08 + 18.08  27.08 + 01.09  24.09 + 29.09  15.10 + 20.10

Pfäffikon SZ 09.04 + 15.04  10.06 + 17.06  14.07 + 22.07  10.09 + 15.09  22.10 + 27.10 Salez SG 16.04 + 20.04  25.06 + 30.06  27.08 + 01.09  29.10 + 03.11 S-Chanf GR auf Anfrage Schöftland AG 20.05 + 26.05  17.07 + 23.07  24.09 + 29.09 Schwarzenburg BE 08.05 + 12.05  18.06 + 23.06  16.07 + 21.07  27.08 + 01.09  22.10 + 27.10

Avec le soutien du Fonds de sécurité routière (FSR) Prix du cours: CHF 540.-. Le Fonds de sécurité routière ristourne une somme de CHF 100.–

Conditions générales Les participants reçoivent la convocation et la facture deux semaines avant le premier jour de cours. Pour une annulation intervenant après ces deux semaines, un montant de Fr. 60.– sera perçu pour les frais administratifs. En cas d‘absence injustifiée, l‘ASETA se réserve le droit d‘encaisser l‘intégralité du montant de la facture.   n

La Vaudoise Assurances remet un bon de 100.– valable en cas de conclusion d‘une nouvelle assurance véhicules à moteur. Pour suivre le cours: Un permis de conduite de cat. F / G La première journée: un tracteur roulant à 30 ou à 40 km/h, avec arceau de protection; les permis de circulation des véhicules, le document antipollution, la convocation au cours.

Schwyz 02.07 + 07.07  17.09 + 22.09 Sion VS 01.07 + 07.07 Sissach BL 07.05 + 12.05  25.06 + 30.06  13.08 + 18.08  10.09 + 15.09  05.11 + 10.11 Sitterdorf TG 09.04 + 14.04  28.05 + 02.06  18.06 + 23.06  23.07 + 28.07  24.07 + 27.07  17.09 + 22.09  22.10 + 27.10 Sursee LU 16.04 + 21.04  18.06 + 23.06  06.08 + 11.08  17.09 + 22.09 

28.05 + 02.06  16.07 + 21.07  27.08 + 01.09  22.10 + 27.10 

Tramelan JU 03.06 + 09.06  07.10 + 13.10 Visp VS 01.07 + 07.07

Les Hauts-Geneveys NE 08.04 + 14.04  17.06 + 23.06  19.08 + 25.08  16.09 + 22.09

Willisau LU 29.04 + 05.05  27.05 + 05.06  16.07 + 21.07  03.09 + 08.09  22.10 + 27.10

Lindau ZH 04.06 + 09.06  08.10 + 13.10

06.08 + 11.08 

Zweisimmen BE 15.04 + 21.04  22.04 + 27.04  04.06 + 10.06  30.09 + 06.10

Lyss BE 08.10 + 13.10  05.11 + 10.11

Zwingen BL 25.06 + 30.06  20.08 + 25.08

La Vaudoise Assurances versera un montant de CHF 100.– à la conclusion d’un nouveau contrat d’assurance véhicule à moteur à toute personne qui a suivi le cours G40 (ou à un membre de sa famille ­habitant à la même adresse). Ce bon est valable deux ans à compter de la fin du cours G40.

Inscription au cours G40 Lieu et date du cours Nom, prénom Date de naissance Adresse NPA, lieu Numéro de téléphone J’ai pris connaissance des conditions de ce cours Date et signature Signature du représentant légal ou du maître d’apprentissage Envoyer à: SVLT, case postale, 5223 Riniken, tél. 056 441 20 22, fax 056 441 67 31, courriel: info@agrartechnik.ch

avril 2009  Technique Agricole

19


3-IN-ONE

L’outil des véritables s professionnels ! Avec tête de pulvérisation Smart Straw™.* La tête de pulvérisation Smart Straw permet à la fois une *S Super Dégrippant, é i Lubrifiant ifi au Silicone, Si i Super S Dégraissant é i application précise, lorsque le tube de pulvérisation est relevé, et une pulvérisation large une fois le tube abaissé.

Disponible dans les quincailleries spécialisées. Lubrifiant au Silicone

Qualité du fabricant de WD-40. Tous les produits testés ont été certifiés par le label DEKRA, qui confirme la performance, la sécurité d’utilisation et la qualité des produits.* * 5 produits ont été testés.

Super Dégrippant

Graisse Blanche au Lithium

Démarre-Moteur

Super Dégraissant

Importateur Suisse : e+h Services AG • Industriestrasse 14 • CH-4658 Däniken • Tél. : +41(0) 62 288 61 11 • www.3-IN-1.eu • info@3-IN-1.eu

Votre don de sang peut sauver une vie

POMPE À PURIN IMMERGÉE Pompe à purin immergée avec coupeuse pour transvasement, remplissage de citerne et brassage.

www.waelchli-ag.ch

gros débit • très bourrer même avec paille longue • sans stationnaire, mais aussi mobile • fixée sur un axe avec treuil ou posée • au fond d’une fosse garniture au carbure de silicium • double moteurs électriques de 13 et 20 cv •

Graisse Universelle au Lithium

Du fabricant de

> PRODUITS ET OFFRES PUBLITEXTE

Une vitrine – de nombreuses prestations et possibilités Zurich, février 2009 – Avec la nouvelle adresse internet: www.mobilhydraulik.ch, la société Paul Forrer SA a créé une vaste plate-forme d’informations autour des thèmes de l’hydraulique et de la technique d’entraînement. Ce sont plus de 42 000 articles agrémentés chacun d’une description technique détaillée qui peuvent être choisis de façon simple et attractive. Pour Paul Forrer SA, la compétence a toujours été un savant mélange de conseils personnalisés transmis au téléphone ou chez le client par des professionnels de la branche. Cette compétence inclut également des prestations de service répondant aux besoins de la clientèle. L’offre informatisée du site www.mobilhydraulik.ch est attractive, hautement instructive et facile à déchiffrer. La consultation des descriptions techniques et la commande des 42 000 articles proposés sont simples et rapides. La marchandise quitte le magasin de Paul Forrer SA le jour même. Pour Peter Furrer, directeur de la société Paul Forrer SA, un pas important a été fait: «Les nombreux instruments que nous avons mis

en place permettent à nos clients d’optimiser le temps qu’ils passent pour leurs commandes. A la fin de la journée, ils n’auront pas seulement gagné du temps, mais aussi de l’argent.» Paul Forrer SA propose une large palette de prestations de service, par exemple le système de commande à code-barres forrer QuickScan ou l’élaboration de solutions à des problèmes spécifiques. Ces prestations ont pour objectif de faciliter les choses et la vie de tous les jours à une clientèle toujours plus nombreuse et de plus en plus fidèle. C’est ainsi que ces dernières années la société Paul Forrer SA est devenue un partenaire incontournable de la branche hydraulique mobile. L’assortiment de produits à été élargi et couvre aujourd’hui les besoins de la technique agricole, forestière, communale et des machines de chantier. Vous pourrez vous rendre compte du degré de compétences de Paul Forrer SA en hydraulique mobile en consultant le site: www.mobilhydraulik.ch. Paul Forrer AG Aargauerstr. 250 8048 Zurich Tél. 044 439 19 91 www.mobilhydraulik.ch


Rétrospective SIMA n

JCB Fastrac 7270 avec tous les attributs d’un tracteur classique. Force de levage arrière 9 tonnes, avant 3.5 tonnes. (Potos: Ueli Zweifel)

Feu d’artifice de technique ­agricole Le Salon International du Machinisme Agricole SIMA, avec ses 1300 exposants dont un tiers d’étrangers, a connu une nouvelle fois un très grand succès avec quelque 135 000 visiteurs. Cet intérêt s’avère totalement mérité comme le démontre notre article.

Ueli Zweifel

Les constructeurs de pneus de tracteurs déploient d’importants efforts – bien entendu non sans intérêt – dans le développement des pneus, afin de combiner la préservation des sols avec les aspects économiques et la sécurité. Ce ne sont pas seulement les marques réputées qui ont exposé leurs vedettes à Paris, mais également des marques asiatiques – dont BKT en particulier – qui ont fait une entrée en scène remarquée.

Halle 7 Goodyear a installé son stand dans la nouvelle «Halle de l’espoir» avec son pneu BioTred 2 en évidence. De construc-

tion identique au DT 818, ses dimensions sont de 650/65R31, et il se compose – pour ses éléments principaux (charge de renforcement) de matières premières renouvelables. Il s’agit d’huiles de palme plutôt que de composés carboniques fossiles. Ce pneu devrait arriver sur le marché d’ici deux à trois ans et ouvrir ainsi une petite porte vers une réduction de la dépendance au pétrole. Cela montre à quel point il s’agit d’être héroïque pour avoir l’audace d’explorer de nouvelles voies afin d’obtenir des composants, des matériaux de construction et des sources énergétiques provenant de matières premières renouvelables, pour réduire également les émissions de CO2. La halle 7 abritait également une firme suisse: le fabricant de lubrifiant Panolin

(www.panolin.com). Il faisait la promotion de son huile hydraulique «hautes performances» de longue durée, hautement compatible avec l’environnement grâce à sa biodégradabilité. Hormis d’autres constructeurs suisses (voir encadré), on a souvent rencontré un troisième nom en passant dans les stands. En effet, à plusieurs endroits où les roues jumelées étaient citées pour réduire le tassement du sol, un panneau faisait mention du spécialiste pour roues Gebrüder Schaad, Subingen (www.schad.ch) et ses partenaires français.

Le tracteur comme place de travail Des pneus aux tracteurs: Au stand New Holland, le tracteur à hydrogène basé sur

avril 2009  Technique Agricole

21


n Rétrospective SIMA

Futuriste, le New Holland T6000 dans son nouveau design et entraîné par énergie électrique. Celle-ci provient de piles à combustible alimentées à l’hydrogène.

Nouvelle technique de moteur: tout se focalise sur le CommonRail, la réintroduction des gaz d’échappement, Ad Blue, etc. Il existe aussi des moteurs qui, grâce au réglage de l’injection mécanique-hydraulique et de hautes pressions, respectent les nouvelles normes en matière de gaz d’échappement. Par exemple le moteur 3 cylindres turbo avec refroidissement de l’air d’admission produit dans l’usine Same de Treviglio. Sa construction étroite permet son montage dans les tracteurs à voies étroites également (jusqu’à 120 CV).

Le cœur du PUMA CVX, une transmission en continu à quatre gammes de vitesses et technique à double embrayage. Le moteur développe de 167 à 224 CV, avec un accélérateur (boost) à 250 CV. Fendt 211V Vario. Le petit bonhomme n’a pas encore besoin de la plateforme de la cabine! Mais, avec de longues jambes, on est bien content de la place gagnée, ainsi que de la transmission en continu avec une largeur minimale et des performances maximales.

Case IH est spécialisé dans les moissonneuses-batteuses Axial Flow. Grâce à des rotors de plus grandes dimensions, la qualité de la paille doit s’améliorer. L’électronique et de nombreux facteurs mécaniques, entre autres l’agrandissement en continu du tablier de coupe, permettent l’amélioration des performances de récolte.

22

avril 2009  Technique Agricole

Multipack: McCormick et Landini: tracteur / chargeur télescopique avec dispositif de poste inverse.


Rétrospective SIMA n la série T6000 a fait fureur. Il est censé couvrir ses besoins énergétiques dans le cadre d’une exploitation autarcique sur le plan de l’énergie, une pile à combustible produisant de l’électricité secondaire par oxydation d’hydrogène. La production d’électricité primaire doit être alors assurée par biogaz, cellules photovoltaïques, énergie éolienne, etc. Il y avait de nombreuses autres nouveautés intéressantes au stand New Holland, avec la série T7000, équipée d’une trans-

mission Auto-Command ainsi que d’une centrale d’information et de commande «Sidewinder» encore améliorée. Peu visible au premier abord, le variateur à chaîne était également présent sur un tracteur pour gazon. Ce système est également destiné aux plus gros tracteurs à l’avenir. D’autres constructeurs de tracteurs ont mis en évidence leurs nouveautés qui visent à réduire à moyen et long terme notre dépendance aux énergies fossi-

les. Sur ses tracteurs, Deutz-Fahr s’est concentré sur l’utilisation de carburants d’origine végétale (RME). John Deere poursuit ses efforts pour développer des entraînements internes (ventilateurs) et externes par l’électricité, de manière à assurer un fonctionnement indépendant du régime moteur, ce qui permet de travailler toujours dans des plages économisant l’énergie. Il faut relever qu’aucune autre marque, ni aucun fabricant d’outils n’exposait des systèmes de ce genre.

De nombreux constructeurs de machines expérimentent la combinaison du semis et de la fumure. Sulky propose une paroi intermédiaire permettant de remplir le volume complet du réservoir. Semoir de précision Monosem avec sept éléments (relevables) pour le choix de la distance interligne. Tecnoma et Berthoud, comme d’autres marques du groupe Exel, disposent de nouveaux réservoirs plus compacts pour les bouillies, l’eau de rinçage et l’eau fraîche.

Lemken propose un système de changement des éléments d’une charrue à versoirs ajourés sans outils.

Amazone Roller Drill System: exemple de technique de semis de top-niveau pour une utilisation avec ou sans préparation du sous-sol. Rouleau à anneaux, socs à disque, rouleau compacteur et recouvreur veillent à des conditions de germination optimales.

Semoirs Pöttinger Aerosem pour le dépôt précis de la semence et liaison articulée assurant une adaptation optimale au sol.

avril 2009  Technique Agricole

23


Bildmarke und Schriftzug

Notre conseiller de vente pour la suisse romande: Alfred Hofer Tél. 032 636 66 20

Service Company SA Niedermattstrasse 25 4538 Oberbipp Tél. 032 636 66 66 www.serco.ch Basislogo, Helvetica Neue bold

Téléphone 044 712 60 60, www.berghilfe.ch

Schweizer Berghilfe

Schweizer Berghilfe Aide Suisse aux Montagnards Aiuto Svizzero ai Montanari Agid Svizzer per la Muntogna

> PRODUITS ET OFFRES PUBLITEXTE

Pro HEES Plus 46: l’huile hydraulique biodégradable pour les plus hautes exigences

Dirim SA Oberdorf 9a 9213 Hauptwil Tél. 071 424 24 84 www.dirim.ch info@dirim.ch

Avec l’huile biodégradable Pro HEES Plus 46, Blaser Swisslube dispose dans son assortiment d’une huile de première qualité pour les exigences les plus élevées dans des conditions d’exploitation difficiles. En effet, cette huile hydraulique sur la base d’esters saturés remplit les normes sévères des fabricants renommés de pompes et de machines; elle convient particulièrement bien pour les applications CAT BF-1. Grâce à sa caractéristique multi-usage prononcée, Pro HEES Plus 46 s’applique parfaitement aux installations hydrauliques et aux machines subissant de fortes fluctuations de température. L’excellente compatibilité avec les joints élastomères NBR et HNBR diminue fortement les causes de dommage les plus fréquentes. Pour sa compatibilité avec l'environnement, Pro HEES Plus 46 a été distinguée par l’écolabel européen. Le nouveau produit répond ainsi à la sensibilisation grandissante en matière de protection d’environnement et à la demande croissante d’huiles hydrauliques biodégradables. Aujourd’hui déjà, Pro HEES Plus 46 remplit les directives européennes rigoureuses de l’écolabel UE qui remplacera demain les différentes normes nationales.

Par rapport à d’autres huiles hydrauliques, Pro HEES Plus 46 a une durée de vie nettement plus longue. Même en présence de températures basses, le film lubrifiant reste intact, même en cas de sollicitations mécaniques élevées. L’huile hydraulique Pro HEES Plus 46 peut être utilisée pour les machines de chantier, les camions et les véhicules utilitaires, les commandes hydrostatiques, les entraînements hydrauliques, les installations industrielles ainsi que pour les exploitations agricoles et forestières.

Nous sommes convaincus que le produit Pro HEES Plus 46 est le moyen adéquat partout où une huile hydraulique HLP/HVLP selon DIN 51524.2/3, qui combine la capacité technique et l’écologie de façon idéale, est demandée.

Blaser Swisslube AG Kühl- und Schmierstoffe Winterseistrasse 22 3415 Hasle-Rüegsau Tel. 034 460 01 01 Fax 034 460 01 00 blaser@blaser.com


Rétrospective SIMA n Entreprises suisses au SIMA DS Air Avidor hightech, le MontPélerin, VD: Cette maison s’occupe de la combinaison de systèmes optiques et électroniques destinés à la localisation des plantes. Cela permet le traitement ciblé des mauvaises herbes ou le guidage de la herse en arboriculture et en viticulture. Au SIMA, un Greenseeker était exposé. Ce système mesure la biomasse, ce qui permet d’adapter la fumure azotée selon les besoins. www.avidorhightech.com Bärtschi Fobro AG , Hüswil: Cette entreprise développe et produit des machines et des appareils de haute valeur technologique et technique destinés à un usage de niche en technique agricole et à la mécanisation des cultures spéciales. En complément à ses propres produits, cette firme propose également des articles du commerce correspondant.

Bärtschi-FOBRO AG faisait stand commun avec l’importateur français, spécialiste de la technique du hersage Kress.

Autres firmes avec siège en Suisse Caterpillar (www.cat.com) CEA Composants (électriques) pour la signalisation des véhicules agricoles dans le trafic routier www. ceasa.ch Raven Industries: Electronique, GPS, commande par capteurs, etc. www.ravenprecision.com

Sur le stand Case IH, la nouvelle série Puma CVX, avec cinq modèles de 165 à 225 CV et une nouvelle transmission continue attirait particulièrement l’attention. Cette transmission utilise une technique à double embrayage, identique à celle utilisée pour les voitures. Ce type de technique assure un transfert optimal de la puissance sans interruption de la traction; elle est également installée sur le nouveau Steyr CVT 6200. Autre concept de commande ayant poursuivi son développement, la série CVX qui dispose de la nouvelle génération du Multicontroller avec Integrated Control Panel, intégré dans l’accoudoir droit. Comme d’autres marques et séries de tracteur, le PUMA offre également une vision panoramique avec une cabine ne comptant que quatre montants. La cabine absorbe le bruit de manière exemplaire soit une puissance sonore de 69 dB(A) à l’oreille du conducteur. Nouveauté au stand Case IH, les tracteurs arboricoles et viticoles Quantum V et N étaient représentés avec quatre, respectivement trois modèles. Pour rester dans les tracteurs à voies étroites, il faut évoquer aussi les nouveaux Fendt 200 Vario, proposés en trois versions V, F, P pour la viticulture et l’arboriculture et

disponibles maintenant avec une transmission Vario en continu. Elle est conçue de manière à prendre place sous le fond de la cabine, ce qui offre une plateforme parfaitement dégagée. A l’autre extrémité de l’échelle de mesure, sur les plans de la puissance et des dimensions, le nouveau Fastrac JCB 7270 faisait des étincelles comme le plus puissant de la série avec ses 270 CV et son moteur 6 cylindres. Il dispose d’une transmission Powershuttle à six paliers et atteint une vitesse de 70 km/h. Le Fastrac possède maintenant tous les attributs d’un tracteur classique, mais reste original par sa suspension hydropneumatique avant et arrière.

Campagne et champs Les grandes cultures sont, hormis les conditions sine qua non faites à la technique des moteurs modernes en matière de maintien de la propreté de l’air, le théâtre de tous les raffinements et de la plus grande inventivité sur les tracteurs, des plus petits aux plus grands modèles. Les constructeurs se concentrent sur des machines de travail du sol performantes – portées ou tractées – équipées pour la plupart de dents ou de socs à disques

BalePack IntelliWrap: par simple pression sur un bouton, le nombre de couches voulu peut être choisi, même en nombre impair. Le logiciel calcule le recouvrement de manière à économiser le plastique, tout en assurant un résultat sans faille. Encore sous les couleurs Vicon … … et déjà aux couleurs Kuhn. Peu après la vente du commerce de pressage et d’enrubannage de balles de Kverneland à Kuhn, les premières presses à balles Kuhn de Kuhn font leur apparition.

Egalement présents au SIMA, ­Panolin et Gebrüder Schaad mentionnés précédemment.

avril 2009  Technique Agricole

25


n Rétrospective SIMA

GKN-Automotive a exposé un châssis provenant de l’usine Telford (GB). Il dispose d’une fixation des essieux à assistance hydraulique et de particularités techniques qui permettent diverses économies en matière d’épaisseur des cloisons. Cela ne diminue pas seulement le poids, mais permet aussi une économie de matériel.

de toutes formes et positions, préparant parfaitement le sol pour le semis. Les semoirs pneumatiques effectuent souvent en même temps le semis de précision et l’épandage d’engrais à la profondeur et au dosage souhaités. Le montage des réservoirs de semences et d’engrais se fait, pour les machines

Système d’accouplement automatique PowerLock permettant un accouplement sur des arbres de transmission sans descendre du tracteur. Le système a été mis au point pas GKN-Walterscheid en collaboration avec Fendt et Pöttinger.

portées, souvent à l’avant du tracteur, car cela permet une répartition plus judicieuse du poids. C’est le cas de la marque Monosem par exemple qui exposait un semoir de précision comprenant sept éléments de semis à déploiement latéral hydraulique et présentait entre autre un kit de montage pour un déflecteur. Sulky proposait un volet central rabattable de la trémie sur son Fertisem équipé de deux réservoirs intermédiaires pour les semences et l’engrais permettant l’adaptation du volume. Dans la perspective de l’enracinement secondaire, Sulky mise sur le dépôt de l’engrais non directement sous la graine, mais dans le proche environnement de celle-ci, notamment dans la zone de développement des racines, au niveau du plateau de tallage.

Hautes performances

Conditionneuse Fella SM 311 Trans RC avec un besoin en puissance de 80 CV seulement. Elle s’accouple au trois-points et dispose d’une roue d’appui, ainsi que d’un convoyeur latéral en option. Les disques sont facilement échangeables, car leur entraînement se fait avec une tige à 6 angles et que ses dimensions ne posent aucun problème sur la route.

26

avril 2009  Technique Agricole

Pour le travail du sol, la multitude des formes de socs est infinie (ex: Quivogne). Il existe aussi toutes les formes possibles d’outils de travail, articulés et amortis (ex: Horsch), afin d’assurer la meilleure adaptation au sol malgré ses irrégularités et la largeur des machines, tout en évitant les dommages au démarrage. A cela s’ajoute le fait que les machines, toujours plus grandes, doivent rester maniables et conformes aux règles de circulation routière. Il va de soi que des réflexions identiques sont faites quant aux machines de récolte du fourrage quand il s’agit, par exemple, de l’adaptation au sol des andaineurs double toupie (ex: fixation sur cardan sur le nouvel andaineur double toupie de

Krone). Ici aussi, il est nécessaire de pouvoir adapter ces machines performantes pour circuler sur la route. La course vers toujours davantage de performances et de polyvalence se retrouve également avec les conditionneuses (ex: Fella) et les presses à balles. Dans ce domaine, la combinaison presse-enrubanneuse de McHale, avec enrubanneuse verticale, constitue une bonne illustration. A relever également, l’arrivée de Kuhn sur le marché des presses, après la vente par Kverneland de l’usine de presses Vicon à l’entreprise alsacienne. Comme bon nombre d’autres constructeurs, Kuhn offre non seulement une palette complète en technique de semis, mais aussi la variante semis direct dans son programme. La marque brésilienne Semeato propage cette technique sans compromis et a poursuivi son développement. Ainsi, la Semeato SHM est conçue pour une utilisation polyvalente en semis au large et de précision. Elle permet, hormis la fumure conjointe, le dépôt superficiel de graines de trèfle. La technique plus ou moins appréciée du semis direct rappelle une fois encore qu’il n’y a pas d’autre possibilité si l’on veut produire de manière durable et économique, tout en considérant la problématique des économies d’énergie et de la production de CO2. Le semis direct dispose incontestablement d’un potentiel en la matière puisque, même si cela n’est pas prouvé, la quantité d’oxyde de carbone pouvant être fixée dans le sol dépend de la masse organique présente.   n


Agro-entrepreneurs n

Dans le cadre de l’assemblée annuelle, Hans Stadelmann (à droite) du Service pour la prévention des accidents dans l’agriculture (SPAA) a remis la plaquette de sécurité à deux agro-entrepreneurs: Thomas Wirz de St-Urban, LU et Ruedi Bolliger de Schlossrued, AG. A gauche, Fritz Hirter, président d’Agro-entrepreneurs Suisse et membre du Comité central de l’ASETA. (Photos: Roland Müller)

Un Bernois entre au comité d’Agro-entrepreneurs Suisse Quelque 120 membres ont participé à l’assemblée générale de l’Association Agroentrepreneurs Suisse à Winterthour. Est élu au comité l’entrepreneur en travaux agricole, Ueli Brauen, un bernois.

Roland Müller

Agro-entrepreneurs Suisse compte 255 entrepreneurs qui proviennent pour la plupart de Suisse alémanique. Ces chefs d’entreprises n’emploient pas moins de 1000 personnes à plein temps ou à temps partiel.

Lutter pour obtenir de bonnes conditions-cadres Les projets de construction des agro-entrepreneurs prévus dans les zones agricoles suscitent toujours quelques remous, constate le président Fritz Hirter de Safenwil, AG, dans son rapport annuel. Les permis de construire pour des extensions de bâtiments existants ou pour de

nouvelles constructions ne sont souvent pas octroyés ou sont liés, dans le cas contraire, à une multitude de contraintes. «Agro-entrepreneurs Suisse», en collaboration avec l’Union suisse des paysans et l’ASETA, veut faire valoir son opinion lors de la révision de la Loi sur l’aménagement du territoire afin d’obtenir de bonnes conditions-cadres à leur intention. Le prix du diesel l’an dernier s’est envolé, justement pendant les moissons. Conseil de Fritz Hirter: indiquer les prix des intrants de manière transparente afin que les clients comprennent le total élevé des coûts.

Dans le coup à Gras 09 L’an dernier, l’une des principales activités d’Agro-entrepreneurs Suisse fut le lancement du «cours pratique sur machi-

nes» pour le personnel des entreprises en travaux agricoles. Faute d’inscriptions suffisantes, ce cours n’a pas pu démarrer; il est à nouveau programmé pour 2010. Par contre, le module «travaux pour tiers» au programme des instituts agricoles a rencontré un succès réjouissant. Les comptes de l’association, tenus sous mandat par l’Association suisse pour l’équipement technique de l’agriculture, ont été approuvés sans commentaire. L’exercice est bouclé par un total de ­dépenses de CHF 154 000.– avec un ­bénéfice de CHF 21 000.–. Agro-entrepreneurs Suisse sera présente lors de la grande manifestation Gras 09 qui se tiendra du 3 au 6 septembre à Oensingen, SO. L’association s’engage aussi dans la formation de base et la for-

avril 2009  Technique Agricole

27


AX OS 330 C AXOS C,, au prix net eur opéen. européen.

Of fr ev ala ble jusqu' au 12.06.2009 Offr fre vala alab Illustration non contractuell peut comporter des équipements optionnels.

Cette fois, une offre de votre agent CLAAS s'impose! �

Moteur 4-cylindre Perkins 4.4-l-turbo

Prise de force 540 et 1'000 U/min

Intercooler, échappement latéral

Capacité relevage hydraulique 4.2 t

92 CV/68 kW puissance selon ISO TR 14396

Bielles de traction à crochets

40% réserve de couple

3 distributeurs, commande en croix

Transmission 20/20 avec inverseur synchronisé

Roues AV 440/65 R24 AR 540/65 R34

Poid total en charge 7'500 kg

Elargisseurs d'ailes

Cabine insonorisée, siège à suspension pneumatique, siège passager, radio Hauteur 2.50 m

Nos conseillers de vente pour la Suisse Romande - JU, NE, VD, FR, VS, GE - FR-D, BE, SO

Richard Debély 032 636 66 21 Jacques Lehmann 032 636 66 56

Service Company SA Niedermattstrasse 25 4538 Oberbipp Tel. 032 636 66 66 www.serco.ch


Agro-entrepreneurs n mation continue de ses membres, notamment au cours de la journée prévue sur le thème «L’entreprise-partenaire».

Des paragraphes qui font obstacle «Les agro-entrepreneurs sont confrontés aux questions relatives à la Loi sur la cir-

culation routière (LCR), de façon plutôt désagréable lorsqu’ils doivent payer une amende ou font l’objet d’une plainte», déclare le gérant d’Agro-entrepreneurs Suisse Willi von Atzigen. Il est important, pour assurer la sécurité juridique et le développement futur de certains paragraphes, d’annoncer tous les cas où

Rita Tenger, de l’entreprise en travaux agricoles Tenger à Schleitheim, SH, démissionne du comité après 4 ans de bons services et prend congé sous les applaudissements de l’assemblée.

l’on se sent injustement traité. Une situation clarifiée peut servir la cause et aider la personne concernée.  n

Ueli Brauen est le nouveau membre du comité. Il gère l’agro-entreprise Brauen Sàrl à Suberg, BE.

L’herbicide maïs le plus polyvalent

Maister

®

Très large spectre d’efficacité Un succès assuré contre ray-grass Nouvelle technologie OD

Marque enregistrée Observer les indications de risques et les conseils de sécurité figurant sur l’emballage

avril 2009  Technique Agricole

29


n ASETA

Prochain numéro 5 / 2009: Parution 14. 5. 2009

Assurer la charge!

Les thèmes:

L’ASETA propose, en collaboration avec la maison SpanSet, une offre spéciale à l’intention de ses membres Sangles d’arrimage en 3 parties Les sangles munies de deux tendeurs sont idéales. Ainsi, un tendeur est disponible de chaque côté et une tension de serrage équilibrée peut être exercée. Le système «Anti-Belt-Slip» permet de détendre la sangle progressivement.

et considérations économiques

 Distributeur d’engrais centrifuge: marché et technique

Energie  Série «Du courant issu de la prise»  1re partie: calculs, coûts supplémentaires, économie d’éclairage

Annonces:  Espace Media AG, Fachmedien Agrar, 3001 Berne, tél. 031 330 30 17, fax 031 330 30 57, inserate@agripub.ch

Impressum

Commande Sangle d’amarrage - Economy - Set 3 parties (CHF 55.– TVA incluse) 2 parties LT 40 cm de AK 40, orange, 50 mm de large, avec tendeur et ­crochet, sangle orange, 49 mm de large, LT 8 m, LC 2000 / 4000 daN Sangle d’amarrage - SpanSet ABS - Set 3 parties (CHF 90.– TVA incluse): 2 parties LT 40 cm de ABS 50, jaune, 50 mm de large, avec tendeur et ­crochet, sangle jaune, 49 mm de large, LT 8 m, LC 2500 / 5000 daN

Nom

Prénom

NPA/Lieu Adresse Date

Signature

Adresse: SVLT, Ausserdorfstrasse 31, 5223 Riniken

Bulletin de commande ASETA Combinaison enfants 100% coton, bleu/rouge

Salopettes pour enfants 100% coton, bleu/rouge

Combinaison, rouge, CHF 78.– 75% coton, 25% polyester Salopettes, rouge, CHF 58.– 75% coton, 25% polyester T-shirt, gris chiné, CHF 18.– 100% coton

technique

Technique des champs  Lisier et technique: précision d’épandage

Informations: • Nos prix s’entendent sans frais de port. Paiement à 30 jours net. • La livraison se fait par la ­maison SpanSet, Oetwil am See. • Facturation par l’ASETA.

Quantité

TA spécial  Les ensileuses au cœur du progrès

Age Taille CHF Quantité Age Taille CHF Quantité Taille Quantité Taille Quantité Taille Quantité

2 3 92 98 38.–

4 104

6 8 10 12 14 116 128 140 152 164 43.– 48.–

3 98 38.–

43.–

44

46

48

50

52

54

56

58

44

46

48

50

52

54

56

58

S

M

Les frais d’envoi sont facturés en sus. Paiement à 30 jours, net. Nom Adresse Envoyer à ASETA, case postale, 5223 Riniken, fax 056 441 67 31

L

XL

71e année Editeur Association suisse pour l’équipement ­technique de l’agriculture (ASETA), Willi von Atzigen, directeur Rédaction Ueli Zweifel: red@agrartechnik.ch Abonnement, changement d’adresse case postale, 5223 Riniken tél. 056 4412022, fax 056 4416731 internet: www.agrartechnik.ch Annonces Espace Media SA, Agro-Publications, Dammweg 9, case postale, CH-3001 Berne Barbara Gusset, tél. 031 3303017, fax 031 3303057 inserate@agripub.ch, www.agripub.ch Vente des annonces Erich Brügger, tél. 032 3383120 e-mail: info@mbveb.ch Daniel Sempach, tél. 034 4151041 daniel.sempach@agripub.ch Daniel Banga, tél. 031 330 37 54 daniel.banga@agripub.ch Tarif des annonces Tarif valable: 2008 Rabais de 25% sur la combinaison avec Schweizer Landtechnik Imprimerie et expédition Weber Benteli AG, Industrie Bernstrasse Nord Bernstrasse 10, CH-2555 Brügg (Bienne) Coordination de production François Faivre Paraît 11 fois par an Prix de l’abonnement Suisse CHF 105.– par an (2,3% TVA incluse). Gratuit pour les membres ASETA. Etranger: CHF 130.–,  80.–. Le numéro 4 / 2009 paraîtra le 14 mai 2009 Dernier jour pour les ordres d’insertion: 22 avril 2009


Rapport ART

No 704 2008

Comparaison des nids à porcelets Grandes différences sur le plan de la consommation d’énergie et de la répartition de température Ludo Van Caenegem et Renate Dörfler, Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART, Tänikon, CH-8356 Ettenhausen, E-mail: ludo.vancaenegem@art.admin.ch Des températures basses dans les por­ cheries réduisent considérablement les besoins de chauffage en hiver et répondent même mieux aux exigences des truies. En revanche, les porcelets, eux, ont besoin de chaleur. La solution idéale est d’avoir des nids à porcelets avec une température optimale et ho­ mogène, dans lesquels les fluctuations sont minimes. La température du nid doit être adaptée en permanence aux besoins des porcelets en pleine crois­ sance. Dans ces conditions uniquement, il est autorisé d’avoir des températures relativement faibles dans le reste de la porcherie (14–18°C). Pour que l’énergie économisée sur le chauffage de la por­ cherie ne soit pas en grande partie dé­ pensée pour le chauffage des nids à porcelets, ces derniers doivent être iso­ lés et équipés d’un chauffage réglé par

une sonde avec une courbe de réduc­ tion automatique de la température en fonction de l’âge des porcelets. Deux nouveaux nids à porcelets isolés thermiquement ont été comparés avec un nid à porcelets traditionnel non isolé en ce qui concerne l’évolution des tem­ pératures et la consommation d’énergie. Un des nids était équipé du système de chauffage et de commande VENG avec lampe et sonde infrarouge, l’autre du système ATX, qui est constitué d’une grande plaque chauffante électrique. L’étude a permis de mesurer la tempéra­ ture, sa répartition et ses fluctuations, ainsi que la consommation d’énergie dans le nid vide, puis occupé par des porcelets. Pour des questions tech­ niques, il n’a pas été possible d’utiliser de véritables porcelets. Ces derniers ont

donc été simulés artificiellement par des appareils de chauffage avec émis­ sion de chaleur réglable en continu. Sur la base de la puissance spécifique me­ surée, un modèle a permis de calculer la consommation énergétique pour le Plateau (données météorologiques de la station de mesure de Zurich SMA).

Sommaire 

Page

Problématique 

32

Installation d’essai

32

Dispositifs de mesure

33

Mesures

33

Résultats

35

Interprétation des résultats de mesure

36

Consommation énergétique annuelle des nids à porcelets

37

Résumé

38

Bibliographie

38

Fig. 1: Des nids à porcelets isolés et équipés d’un réglage de température intelligent permettent de réaliser d’importantes économies d’énergie.  (Photos: Ludo Van Caenegem, Agroscope ART)

avril 2009  Technique Agricole

31


n Rapport ART 704 Problématique Dans les premières semaines de leur vie, les porcelets ont un besoin de chaleur très élevé, qu’ils ne peuvent couvrir que dans un endroit protégé comme le nid à porcelets. Or, dans les nids à porcelets traditionnels, la température n’est pas répartie de manière homogène dans l’espace et les fluctuations sont importantes dans le temps. Etant donné l’absence d’isolation thermique, notamment au niveau du sol et les difficultés de réglage du chauffage, la consommation d’énergie pour le maintien du microclimat est plus élevée que nécessaire. L’augmentation du prix de l’énergie contraint à réduire considérablement la consommation énergétique. Le présent rapport montre comment obtenir un tel résultat en optimisant le réglage du chauffage et l’isolation thermique.

Pour le développement des porcelets, il est indispensable que la température soit homogène dans l’ensemble du nid à porcelets et que les fluctuations soient minimales. Si le microclimat du nid est bon, la température du reste de la porcherie peut être relativement basse. Un tel système permet de réduire considérablement les dépenses énergétiques. En outre, les truies allaitantes qui, suivant leur production laitière, doivent émettre 500–600 W de chaleur, se sentent mieux lorsqu’il fait 15–18°C que lorsqu’il fait plus chaud. Plus les températures sont basses dans la porcherie, plus l’énergie nécessaire au chauffage du nid à porcelets devient importante étant donné la différence croissante de température entre le nid et la porcherie. Afin de calculer le potentiel d’économie d’énergie des nids à porcelets optimisés, deux nouveaux nids à porcelets isolés thermiquement (Isonest) ont été comparés à un nid traditionnel non isolé, en ce qui concerne l’évolution des températures et la consommation énergétique.

Fig. 2: Nid Isonest IR ouvert. A droite, à côté de la lampe infrarouge (150 W), on distingue le capteur IR.

Fig. 3: Nid Isonest ATX ouvert (plaque chauffante 200 W). La sonde de température se trouve sur la paroi arrière.

Installation d’essai Les deux nids Isonest (Lxlxh: 135x43x53 cm), nid Isonest IR et nid Isonest ATX, sont faits d’une paroi arrière, de parois latérales (U = 2,3 W/m2K) et d’un sol en profils creux de polypropylène (51 mm). La paroi avant est faite d’un rideau à lamelles en polyéthylène transparent, simple ou double. Lorsque le rideau est double, une bande horizontale se

32

avril 2009  Technique Agricole

Fig. 4: Nid classique ouvert (plaque chauffante 290 W). Les parois sont faites de panneaux de coffrage.


Rapport ART 704 n situe dans la partie supérieure derrière les lamelles mobiles, afin de réduire l’échange d’air dans le nid. Un panneau sandwich en acier avec isolation en polyuréthane (45 mm d’épaisseur, U = 0,5 W/m2K) forme le couvercle du nid Isonest. Le plafond et les parois non isolés du nid conventionnel (150x53x 53 cm) sont constitués de panneaux de coffrage (26 mm d’épaisseur, U = 2,4 W/m2K). A l’avant, le nid se termine par un simple rideau à lamelles en polyéthylène. La dalle de la porcherie en béton recouverte de ciment forme le sol du nid (fig. 1). Le nid Isonest IR est chauffé à l’aide d’une lampe infrarouge (IR; 150 W). Elle est fixée au centre du plafond (fig. 2). La température de la lampe est réglée par une sonde IR, placée à 50 cm du bord du couvercle juste à côté de la source de chaleur. Cette sonde est reliée à un dispositif de commande VENG (contrôleur VE121S-IR). Le dispositif de commande fait varier la puissance de la lampe IR en continu en fonction des besoins de chaleur. Il est également pourvu d’une courbe de réduction qui permet de ré­duire automatiquement et progressivement la température du nid plus les porcelets avancent en âge. Le nid Isonest ATX et le nid classique disposent tous deux d’une plaque chauffante placée sous le plafond (fig. 3). La plaque chauffante a une puissance de 200 W (90x23 cm) dans le nid Isonest ATX et de 290 W (90x34  cm) dans le nid classique (fig. 4). Un dispositif de commande, équipé d’une sonde de température fixée à la paroi arrière, met le chauffage en marche et l’arrête en fonction de la température du nid. Les trois nids à porcelets sont placés sur une dalle en béton aux normes courantes (12 cm) avec un revêtement de Steinit (3 cm) sur la partie supérieure et une isolation thermique en polystyrène (5 cm) sur la partie inférieure.

Fig.5 : «Porcelet» artificiel composé d’un élément chauffant en aluminium (0–30 W).

Tab. 1: Paramètres relevés dans le nid à porcelets non occupé Essais avec des nids non occupés et un rideau simple Nid Isonest IR

Nid Isonest ATX

Nid classique ATX

Répartition de la température de l’air °C

x

x

x

Répartition de la température du sol °C

x

x

x

Fluctuation de la température de l’air °C

x

x

x

Puissance spécifique W/°C

x

x

x

Essais avec des nids non occupés et un rideau double Répartition de la température de l’air °C

x

x

Fluctuation de la température de l’air °C

x

x

Puissance spécifique W/°C

x

x

Tab. 2: Paramètres relevés dans le nid occupé (rideau double) Essais avec 10 «porcelets» de 1,5 kg (6,8 W/porcelet) Nid Isonest IR

Nid Isonest ATX

Répartition de la température de l’air °C

x

x

Fluctuation de la température de l’air °C

x

x

Puissance spécifique W/°C

x

x

Essais avec 4 «porcelets» de 6 kg (20 W/porcelet)

Dispositifs de mesure Pour mesurer la répartition et les fluctuations de température dans les nids à porcelets, on a utilisé des sondes de température en platine (pt100). Les valeurs ont été enregistrées à l’aide d’un squirrel-meter/logger (type 1024, entreprise Grant). Un thermomètre à infrarouge (561 HVACPro, entreprise Fluke) a permis de mesurer la température à la surface de l’aire de repos. Dans l’essai, la situation thermique du nid à porcelets occupé a été simulée à l’aide d’éléments chauffants en aluminium («porcelets artificiels») (fig. 5). La chaleur produite dans une résistance était con­duite

Répartition de la température de l’air °C

x

x

Fluctuation de la température de l’air °C

x

x

Puissance spécifique W/°C

x

x

sur un élément en aluminium formé de lamelles. Un appareil d’alimentation (Delta Elektronika, type Power Supply E 030-10) a permis de commander la puissance thermique de chaque «porcelet». Ce dispositif a permis de régler la puissance en continu de 0 à 30 W. La consommation d’énergie a été calculée à l’aide d’un compteur électronique d’électricité (EMU 1.28K, entreprise EMU Electronique).

Mesures Les essais ont eu lieu en novembre et décembre 2007 dans une halle test d’ART à Tänikon avec une température ambiante de 13–15°C. Dans tous les nids à porcelets, les chauffages étaient réglés de manière à atteindre une température de 34°C. Les relevés relatifs aux nids à porcelets ont eu

avril 2009  Technique Agricole

33


n Rapport ART 704 lieu, d’une part, dans des nids non occupés avec rideau simple et double et d’autre part, dans des nids Isonest avec rideau double occupés par des «porcelets» simulés (tab.1 et 2). Dans un cas, l’occupation a été simulée par dix «porcelets» de 1,5 kg régulièrement répartis dans le nid et dans un autre cas par quatre «porcelets» de 6 kg se tenant sur les bords.

Mesures dans les nids à porcelets non occupés La répartition, les fluctuations de température et la puissance de chauffage spécifique (W par degré Celsius de différence de température entre le nid à porcelets et l’environnement) ont été relevées simultanément dans les trois nids à porcelets non occupés. Les mesures ont été effectuées toutes les cinq minutes avec quatre sondes de température placées à une hauteur de 10 cm du centre jusqu’en bordure. Dans les nids équipés d’un rideau simple, la répartition de température a été relevée pendant trois heures, dans les nids équipés d’un rideau double pendant deux heures. Dans chaque cas, les mesures ont eu lieu après une phase de chauffage de 24 heures et avec une température ambiante (ta) de 14°C. Dans les nids équipés d’un rideau simple, les fluctuations de températures ont été relevées pendant neuf heures, dans les nids équipés d’un rideau double pendant sept heures et demi à partir de la mise en marche du chauffage. La consommation d’énergie (Wh) a été enregistrée pendant cinq heures après la phase de chauffage de 24 heures. Afin de tenir compte des différences de températures dans la halle durant les jours de mesure consécutifs, la consommation d’énergie a été convertie en puissance spécifique (W/°C). La température à la surface du sol a été relevée une seule fois dans les nids non occupés avec rideau simple. La mesure a eu lieu 21,5  h après la mise en marche du chauffage par une température ambiante de 14,3°C.

Fig. 6: Simulation avec des «porcelets» artificiels. Les dix sondes de températures se situent 2 cm au-dessus des «porcelets».

Mesures dans les nids à porcelets occupés Les essais avec les «porcelets» n’ont eu lieu que dans les nids Isonest. La répartition de la température de l’air et la puissance spécifique des nids occupés n’ont pas été relevées simultanément, mais par séquence pour une question de technique de mesure (tab. 2). Les mesures ont été effectuées à l’aide de dix sondes de température placées à intervalles réguliers sur la toute la largeur du nid, 2 cm au-dessus des lamelles consti-

34

avril 2009  Technique Agricole

Fig. 7: Températures de l’air, fluctuations de températures et puissances de chauffage spécifiques mesurées dans les nids à porcelets vides par une température ambiante de 14°C.


Rapport ART 704 n

34 32 30 Température °C

28 26 24 22 20 18

Nid Isonest IR Nid Isonest ATX ATX classique Température de la halle

16 14 12

17:00

16:30

16:00

15:30

15:00

14:30

14:00

13:30

13:00

12:30

12:00

11:30

11:00

10:30

10:00

9:30

9:00

8:30

8:00

10

Heure

tuant les éléments en aluminium (porcelets artificiels) (fig. 6). Pour les mesures avec dix «porcelets», la puissance de chaque élément en aluminium était réglée à 6,8 W, ce qui correspond environ à l’émission de chaleur sensible d’un porcelet nouveau-né de 1,5 kg pour une température ambiante de 32°C. Dans le deuxième essai (quatre «porcelets»), la puissance de chaque élément en aluminium était fixée à 20 W, ce qui correspond environ à l’émission de chaleur sensible d’un porcelet de 6 kg pour une température ambiante de 28°C. La répartition de la température de l’air et la puissance spécifique (W/°C) ont été relevées pendant deux heures après une période de chauffage de 96 heures. La température ambiante (ta) était de 14,2°C.

Fig. 8: Evolution de la température à l’intérieur de la halle et de la température de l’air au centre des trois nids à porcelets après mise en marche du chauffage des nids.

Résultats Dans le nid Isonest IR (lampe IR, puissance nominale 150 W), on a relevé une puissance maximale de 142 W, dans le nid Isonest ATX (élément de chauffage type 420 A, puissance nominale 200 W) une puissance de 230 W et dans le nid classique ATX (type 490 A, puissance nominale 290  W) une puissance de 290 W.

Nid à porcelets non occupé avec rideau simple Nid Isonest IR Dans le nid Isonest IR non occupé avec rideau simple, il n’a été possible d’atteindre la température souhaitée (34°C) à aucun des points de mesure moyennant une température ambiante de 14°C, bien que la lampe IR ait fourni en permanence sa puissance maximale (142 W) (fig. 7). La température maximale de l’air était de 31,2°C, la température moyenne de 24,7°C. Les différences de température entre le centre et les bords du nid s’élevaient à 11,3°C. Les fluctuations de température sur une période de mesure de neuf heures étaient de 0,6°C (fig. 8). La température du sol s’élevait au maximum à 33,1°C (au centre) et au minimum à 17,6°C (sur les bords) (fig. 9). La puissance de chauffage spécifique était de 13,1 W/°C. Etant donné la puissance de chauffage disponible, il a fallu environ deux heures et demie pour que la différence de température maximale soit atteinte entre le nid à porcelets et la halle.

Fig. 9: Températures au sol à 10 et 35 cm derrière le rideau après une période de chauffage de 21,5 heures et pour une température ambiante de 14,3°C

Nid Isonest ATX Dans le nid Isonest ATX non isolé avec un rideau simple, il n’a été possible d’atteindre

avril 2009  Technique Agricole

35


n Rapport ART 704 la température souhaitée (34°C) à aucun des points de mesure moyennant une température ambiante de 14°C (fig. 7). La puissance de la plaque ATX n’a cependant pas été utilisée au maximum (puissance moyenne 165 W). La température maximale atteinte était de 28,9°C, la température moyenne de 27,8°C (fig. 7). Les fluctuations de température sur une période de mesure de neuf heures étaient de 2,6°C (fig. 8). La température du sol s’élevait au maximum à 33,9°C (centre) et au minimum à 19,4°C (bords), (fig. 9). La puissance spécifique était de 12,0 W/°C. Il a fallu environ deux heures pour que la différence de température maximale soit atteinte entre le nid à porcelets et la halle. Nid classique ATX La température maximale atteinte dans le nid à porcelets classique ATX avec rideau simple était de 24,7°C (fig. 7) à pleine puissance, la température moyenne s’élevait à 24,1°C. Les fluctuations de température sur une période de mesure de neuf heures étaient de 0,8°C (fig. 8). La température du sol s’élevait au maximum à 27,3°C (centre) et au minimum à 18,3°C (bords), (fig. 9). La puissance spécifique était de 28,9 W/°C. Etant donné la puissance de chauffage disponible, il a fallu environ six heures pour que la différence de température maximale soit atteinte entre le nid à porcelets et la halle. Dans les trois nids à porcelets, la température de l’air relevée au centre était inférieure de quelques degrés à celle relevée au niveau de la paroi arrière. Nid à porcelets non occupé avec rideau double Après remplacement du rideau simple par un rideau double, la puissance de chauffage spécifique nécessaire a baissé de 9 % (12,1 W/°C) dans le nid Isonest IR et de 14 % (10,3 W/°C) dans le nid Isonest ATX.

Les températures de l’air étaient légèrement plus élevées qu’avec un rideau simple.

Nid à porcelets occupé 1 (10 porcelets de 1,5 kg) Nid Isonest IR Dans le cas d’une occupation du nid par dix «porcelets» de 1,5 kg répartis régulièrement sur toute la surface, la température maximale atteinte était de 35,3°C (centre) et la température minimale de 29,3°C (bords), voir figure 10. La puissance thermique de la lampe IR était de 30 W, ce qui veut dire que sa puissance de chauffage spécifique était de 1,7 W/°C. La puissance thermique totale, porcelets inclus, s’élevait à 98 W. Pendant la période de mesure (2 h), les fluctuations de température étaient de 0,4°C en l’espace de 15 minutes. Nid Isonest ATX Dans le nid Isonest ATX avec rideau double, la température maximale atteinte était de 40°C au centre et de 33,6°C sur les bords (fig. 10). La puissance thermique de la plaque ATX était de 75 W, ce qui veut dire que sa puissance de chauffage spécifique était de 3,2 W/°C. La puissance thermique totale, porcelets inclus, s’élevait à 143 W. Pendant la période de mesure (2 h), les fluctuations de température pouvaient atteindre 3°C en l’espace de 15 minutes. Or, il serait souhai­ table que les fluctuations de température ne soient pas supérieures à 2°C.

Nid à porcelets occupé 2 (4 porcelets de 6 kg) Nid Isonest IR Etant donné la position des porcelets, c’est sur les bords qu’on a relevé la température la plus élevée (37,2°C) (fig. 11). Au centre du nid, la température était comprise entre

27 et 32°C. La différence entre la température la plus basse et la température la plus haute était de 11°C. Les fluctuations de température étaient de 1,2°C en l’espace de 15 minutes. La lampe IR fournissait 85,3 W ou 4,5 W/°C. Avec la chaleur des porcelets (80 W), cela correspondait à un dégagement total de chaleur de 165,3 W dans le nid. Nid Isonest ATX Dans le nid Isonest ATX avec le taux d’occupation 2, la température de l’air était supérieure à 40°C sur les bords et était comprise entre 31 et 32°C au centre (fig.  10). La différence entre la température la plus basse et la température la plus haute était de 13,9°C. Les fluctuations de température dans le nid Isonest ATX étaient de 1,9°C en l’espace de 15 minutes. L’élément de chauffage ATX fournissait 73 W ou 3,1  W/°C. Avec la chaleur des porcelets (80 W), cela correspondait à un dégagement total de chaleur de 153 W dans le nid.

Interprétation des résultats de mesure Nid Isonest IR – Le nid à porcelets étant construit en longueur (1,35 x 0,43 m), la chaleur se répartit de manière irrégulière dans le nid vide, car la lampe IR a un rayonnement de forme conique. Dès que les porcelets se trouvent dans le nid, la température s’équilibre rapidement grâce au dégagement de la chaleur des animaux. – Grâce à l’isolation thermique, du sol notamment, la puissance de chauffage spécifique est seulement de 12,1 W/°C avec le rideau double. – Comme la lampe IR se trouve à l’extérieur

Fig. 10: Températures de l’air mesurées dans les nids Isonest occupés par dix «porcelets» de 1,5 kg (6,8 W de chaleur émise par porcelet), fluctuations de températures et puissance de chauffage spécifique pour une température ambiante de 14°C.

36

avril 2009  Technique Agricole


Rapport ART 704 n du nid, seul environ 75–80 % de la puissance thermique arrive directement dans le nid à porcelets. Le reste de la chaleur se perd dans l›air de la porcherie par la couverture conique de la lampe. – Etant donné le réglage rapide et progressif de la lampe IR, les fluctuations de température de l’air à l’intérieur du nid restent très faibles. – Etant donné la forme désavantageuse du nid à porcelets, la sonde de température ne parvient pas à capter les bords du nid. Par conséquent, il peut arriver que le nid soit chauffé inutilement par la lampe IR, lorsque les porcelets se trouvent en dehors de la portée de la sonde. – L’appareil de commande ne comporte pas d’indicateur de température qui permet­ trait à l’agriculteur de contrôler rapidement la température pour éviter de trop ou de ne pas assez chauffer. Un tel dispositif aide­ rait également à réduire les périodes où le chauffage est enclenché sans nécessité. Nid Isonest ATX – Grâce à la répartition de la chaleur sur une large surface du fait du plafond chauffant, les différences de températures entre le bord et le centre du nid sont minimes. – La puissance de chauffage spécifique (10,3 W/°C) se situe environ 15 % en dessous de celle du nid Isonest IR. – La plaque ATX atteint une température allant jusqu’à 90°C et n’émet pas seulement la chaleur vers le bas, mais aussi vers le haut en direction du plafond. Les pertes de chaleur à travers le plafond sont cependant limitées (5–10 W) grâce à une très bonne isolation. – La température se règle en mettant en marche et en arrêtant l’élément de chauffage. Le réglage agit avec retard, ce qui entraîne des fluctuations de température relativement élevées (> 2°C).

– Comme la sonde de température se trouve à l’endroit le plus chaud du nid à porcelets (paroi arrière), la température indiquée est supérieure de 2–3 degrés par rapport à la température au centre, entre la paroi arrière et le rideau. Ce point doit être pris en compte pour fixer la température du nid. Nid classique ATX – Grâce à la répartition de la chaleur sur une large surface, les différences de températures sont minimes. – Etant donné le manque d’isolation, du plafond et du sol notamment (pertes latérales de chaleur par la dalle en béton, U > 5 W/m2K) et la superficie plus importante du nid, les pertes de chaleur sont plus de deux fois plus élevées (28,9 W/°C) que dans les nids Isonest. La puissance du chauffage ATX (290 W) permet seulement d’obtenir une différence de température de 10°C entre le nid à porcelets vide et l’environnement extérieur. – Les fluctuations de températures relevées sont faibles. Ce n’est toutefois pas dû au système de réglage, mais au fait que le chauffage fonctionnait en permanence. Avec une température ambiante de 14°C, le chauffage n’a pas suffi à atteindre la température souhaitée dans le nid à porcelets. – Etant donné la très grande inertie du sol en béton, le nid à porcelets classique a besoin d’une très longue période de préchauffage.

Rideau simple et rideau double La consommation énergétique est environ 15 % plus faible avec le rideau double qu’avec le rideau simple. Cependant, comme le rideau est double, les lamelles sont moins souples dans la partie supérieure

et elles risquent de mal se fermer, d’où une circulation de l’air accrue et une augmentation des pertes totales de chaleur. C’est pourquoi il est très important de veiller au bon raccordement du rideau.

Consommation éner­ gétique annuelle des nids à porcelets La puissance spécifique mesurée a servi à calculer la consommation énergétique annuelle pour le nid Isonest ATX et le nid classique ATX pour une durée d’allaitement de 35, respectivement 21 jours. Comme on trouve dans la pratique en général des nids doubles, les pertes de chaleur à travers la paroi arrière commune ont été déduites. De ce fait, la puissance spécifique nécessaire pour le nid Isonest ATX diminue et passe à 9,6 W/°C. Pour le nid classique ATX, elle passe à 24,6 W/°C. Le calcul s’est également appuyé sur les points suivants: – Séries de températures à l’intérieur de la porcherie provenant de mesures anté­ rieures (rapport ART n°672). – Séries de températures extérieures relevées par la station météorologique de Zurich SMA. – La température de référence dans les nids diminue de façon linéaire du premier jour (36°C) au 35ème jour (20°C). – Les boxes de mise bas sont occupés pendant 35, respectivement 21 jours (période d’allaitement), puis libérés pendant 7 jours. Les chauffages des nids à porcelets sont réenclenchés le 6ème jour de la pé­ riode d’inoccupation. – Il y a en moyenne cinq porcelets dans le nid. Tandis que la consommation d’énergie calculée dans le nid Isonest ATX est de 324, re-

Fig. 11: Températures de l’air mesurées dans les nids occupés par quatre «porcelets» de 6 kg (20 W de chaleur émise par porcelet), fluctuations de températures et puissance de chauffage spécifique pour une température ambiante de 14°C.

avril 2009  Technique Agricole

37


n Rapport ART 704

Résumé Les nids à porcelets classiques ont des besoins de chauffage élevés. Ces besoins peuvent être réduits considérablement par une isolation thermique de l’enveloppe du bâtiment et par l’installation d’un système de chauffage à commande par température. Les résultats de mesures effectuées sur deux nids isolés thermiquement (Isonest) et sur un nid à porcelets classique montrent que le potentiel d’économie d’énergie sur l’année peut aller jusqu’à 70 %. Selon les estimations réalisées à partir des résultats de mesure, un nid Isonest bien géré consomme 800–1100 kWh de moins par an qu’un nid classique avec le même système de chauffage (ATX) (suivant la durée de la période d’allaitement, 35 ou 21 jours). Outre l’isolation thermique, le réglage intelligent du chauffage permet notamment de réduire au minimum la consommation d’énergie. Les sondes de température permettent de baisser le chauffage ou de l’arrêter dès que la chaleur corporelle des porcelets suffit pour atteindre la température souhaitée dans le nid. La réduction automatique de la température de référence dans le nid, plus les porcelets grandissent, permet d’économiser encore davantage d’énergie. Grâce à la plaque sandwich en plastique de faible masse qui sert de base au nid, la température requise à l’intérieur est très rapidement atteinte, ce qui évite les longues périodes de préchauffage nécessaire avec les dalles en béton.

38

avril 2009  Technique Agricole

Consommation d’énergie par nid à porcelets et par an 1800 1600 1400

Nid Isonest ATX ATX classique

1200 kWh/an

spectivement 457 kWh/an pour une pé­riode d’allaitement de 35, respectivement 21 jours, elle est de 1183, respectivement 1630 kWh/ an dans le nid classique ATX (fig. 12). Le fait que la consommation d’énergie soit plus faible lorsque les périodes d’allaitement sont plus longues s’explique: la température moyenne nécessaire dans le nid à porcelets est plus basse et les porcelets dégagent davantage de chaleur plus ils avancent en âge, le chauffage doit donc être enclenché moins longtemps. Pour un prix moyen de Fr. –.15 par kWh, l’utilisation de nids Isonest permet d’économiser des coûts d’électricité de 129, respectivement 176 francs par an et par nid par rapport aux nids classiques. La condition étant que chaque nid Isonest soit très bien isolé thermiquement et qu’il soit équipé d’une unité de réglage avec sonde de température. Pour une durée d’amortissement de 10 ans et un taux d’intérêt de 4  %, les économies d’électricité permettent d’amortir des coûts supplémentaires de 1045, respectivement 1417 francs par nid.

1000 800 600 400 200 0 35 jours

21 jours Durée d’allaitement

Fig. 12: Consommation énergétique annuelle calculée (kWh/an) du nid Isonest ATX et du nid classique ATX pour des périodes d’allaitement de 35 et 21 jours sur le Plateau suisse (Source: données climatiques de la station météorologique Zurich-SMA). La répartition de la température à l’intérieur du nid dépend de sa forme et de la source de chaleur. Dans un nid tout en longueur, une grande plaque chauffante comme dans le système ATX permet d’obtenir des températures plus homogènes qu’une lampe infrarouge centrale. Les fluctuations de température dans le temps dépendent de l’inertie du capteur et du réglage de la puissance. Avec les régulateurs qui augmentent ou diminuent progressivement la puissance de chauffage, comme le système VENG, les fluctuations de températures sont plus faibles qu’avec des régulateurs qui se contentent de mettre en marche et d’arrêter la source de chaleur. Etant donné les considérables économies d’énergie possibles, il est recommandé, non seulement pour des raisons écologiques, mais aussi pour des raisons financières, de ne plus utiliser que des nids à porcelets isolés thermiquement équipés d’un régulateur de température intelligent. Les coûts supplémentaires générés par la mise en place

de tels nids sont amortis en l’espace de quelques années.

Bibliographie Aschwanden A., Beck M., Häberli Ch., Haller G., Kiene M., Roesch A., Sie R. et Stutz M. 1996: Bereinigte Zeitreihen. Die Ergebnisse des Projekts KLIMA90. Band 4: Tabellen. C.I.G.R. 1992: First Report of working group on Climatization of animal houses. UKAberdeen, 1984. Sagelsdorff R. et Frank T. 1993: Wärmeschutz und Energie im Hochbau. Element 29 Schweizerische Ziegelindustrie, Zürich. Van Caenegem, L. et Wechsler B. 2000: Stallklimawerte und ihre Berechnung. Compte rendu FAT (aujourd’hui Compte rendu ART) n° 51, Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART, Ettenhausen, S. 18.

Impressum Edition: Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART, Tänikon, CH-8356 Ettenhausen Les Rapports ART paraissent environ 20 fois par an. – Abonnement annuel: Fr. 60.–. Commandes d‘abonnements et de numéros particuliers: ART, Bibliothèque, Tänikon, CH-8356 Ettenhausen, Tél. 052 368 31 31, Fax 052 365 11 90, E-mail: doku@art.admin.ch, Internet: http://www.art.admin.ch Les Rapports ART sont également disponibles en allemand (ART-Berichte). ISSN 1661-7576. Les Rapports ART sont accessibles en version intégrale sur notre site Internet (www.art.admin.ch).


MFS 30.11.09

SERVICE

ROUGE ETDISPONIBLE VISIONNAIRE PIONNIER LEADER SÉRIEUX FIABLE DISPONIBLE ENGAGÉ FIER

Massey Ferguson est un partenaire de confiance pour tous les agriculteurs et entrepreneurs agricoles en les aidant à satisfaire les exigences toujours plus élevées que requiert la production de denrées alimentaires de demain. Nous avons le tracteur adapté à vos besoins.

CV 100 – 230

MF6400/7400 GVS-Agrar AG, CH-8207 Schaffhausen TÉl. 052 631 19 00, Fax 052 631 19 29 info@gvs-agrar.ch, www.gvs-agrar.ch

Désherbants sans compromis + Pour une plus longue protection contre les millets. Miscible avec d’autres herbicides pour maïs. Action sûr, large et très rapide.

SITRADOL SC

L’herbicide maïs qui fait ses preuves depuis des décennies tôt en postlevée.

TITUS

Le partenaire idéal pour des mélanges contre les graminées comme les millets, raygrass et chiendent. Callisto contient du Mesotrione; Successor T contient du Pethoxamid et du Terbuthylazine; Sitradol SC contient du Pendimethaline; Titus contient du Rimsulfuron. Observer les recommandations de danger sur l’emballage.

Stähler Suisse SA, 4800 Zofingen Tél. 062 746 80 00, Fax 062 746 80 08 www.staehler.ch


On ne prend conscience d’une limite qu’après l’avoir franchie.

Seul celui qui

persévère quand tous les autres abandonnent rend l’impossible possible. Quelle que soit votre ambition: avec l’huile MOTOREX c’est gagné. 062 919 75 75, www.motorex.com

Technique Agricole 04/2009  

Edition avril 2009

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you