Page 1

Mars /Avril 2013  Magazine des membres de l’Association suisse et liechtensteinoise de la technique du bâtiment

suissetecmag

«

Passionné à 200% par le métier de ferblantier.

»

Alois Affolter remporte le concours créativité à la journée ferblanterie.

› Page 6

Journée ferblanterie 2013

Innovations et sécurité Page 4 Interview de Wolfgang Schwarzenbacher

L’efficacité énergétique attire les jeunes Page 8


En bref

8e Journée suisse de planification Haustech à Zurich

Formation continue pour constructeurs d’installations de ventilation

« Technique du bâtiment – le tournant énergétique comme une chance » En lien avec le thème de la journée, des ex­ perts ont notamment débattu des questions suivantes : comment la recherche peut-elle contribuer au tournant énergétique ? Quel rôle incombe à la politique ? Quelles nouvelles ap­ plications et évolutions maximisent l’efficacité énergétique dans la technique du bâtiment ? Pour le responsable de la journée, Urs Rieder, directeur du département Technique du bâti­ ment de la Haute école de Lucerne, les bâti­ ments jouent un rôle clé dans le tournant éner­ gétique. Ils consomment en effet environ 50% de l’énergie totale. « Avec les bâtiments, nous disposons d’un très grand levier pour faire avancer rapidement le tournant énergétique », a souligné Urs Rieder, avant d’ajouter que la technique du bâtiment peut contribuer dans une grande mesure à réduire les besoins éner­ gétiques et les émissions de CO2.

Nouvel examen pro­ fessionnel de contre­ maître en ventilation Après l’apprentissage professionnel, les

Journée de planification Haustech

Plus de 600 participants à la Journée de planification Haustech au Centre des congrès de Zurich. suissetec soutient cette journée en tant que partenaire.

constructeurs d’installations de ventilation ont aujourd’hui uniquement le choix entre une formation continue de technicien ES en climatisation ou un « bachelor of science » en technique du bâtiment. Une offre de per­ fectionnement technique dans le domaine manuel n’existe pas au niveau de l’examen professionnel. Le comité central a donc dé­ cidé de développer la nouvelle formation de contremaître en ventilation avec brevet ­fédéral. L’objectif est de rendre le métier de constructeur d’installations de ventilation plus attrayant et de combler une lacune dans le paysage de la formation de la technique du bâtiment. La première session commen­ cera probablement en mars 2014 à l’Ecole technique de Winterthour (STFW).

Première application web de suissetec

Etablir des cahiers de contrôle en ligne Avec la première application web développée par suissetec « Contrôle et entretien des installations sanitaires », les professionnels du sani­ taire établissent des cahiers de contrôle individuels adaptés aux bâti­ ments de leurs clients. Pour ce faire, ils n’ont pas besoin d’installer des logiciels car le programme fonctionne directement dans l’environ­ nement web de suissetec. L’application web est structurée en onze domaines thématiques. Le cahier de contrôle comprend de nombreuses installations précon­ figurées : installations d’eau chaude et d’eau froide, installations

s­ olaires, installations d’eaux usées, diverses robinetteries, etc. Les do­ maines thématiques incluent tous les composants rencontrés par ­l’installateur sanitaire et le maître de l’ouvrage lors de l’entretien et du contrôle d’une installation. Sous « Installation d’eau froide », figurent par exemple les éléments suivants : vanne d’arrêt principale, vanne d’arrêt et réducteur de pression. La plupart des composants sont déjà accompagnés de textes explicatifs. Ainsi, le client obtient des infor­ mations précieuses sur son installation et des indications sur le type et la fréquence des contrôles qu’il peut effectuer seul.

Cahiers de contrôle sur mesure

Editeur : Association suisse et liechtensteinoise de la technique du bâtiment (suissetec) Rédaction : Benjamin Mühlemann (muhb), Marcel Baud (baud), Natalie Aeschbacher (aesn) Traduction : Marion Dudan, Lambro Bourodimos Contact : suissetec, Auf der Mauer 11, case postale, 8021 Zurich ­ Téléphone +41 43 244 73 00, fax +41 43 244 73 79 info@suissetec.ch, www.suissetec.ch Concept / réalisation : Linkgroup, Zurich, www.linkgroup.ch Direction artistique : Beat Kühler Impression : Printgraphic AG, Berne, www.printgraphic.ch Remarque : Par souci de lisibilité, cette publication utilise par endroits le masculin comme une forme générique pour se référer aux deux sexes. Toute reproduction technique (même partielle) des textes et photos est soumise à l’autorisation expresse de l’éditeur. Photo de la couverture : Béatrice Devènes. Alex Affolter, lauréat du concours ­créativité pour apprentis ferblantiers, présente son objet primé.

2

L’installateur sanitaire peut adapter le cahier de contrôle de manière ­individuelle et détaillée. Des champs de saisie peuvent être ajoutés, ­déplacés ou supprimés, et les textes enregistrés peuvent être modifiés. L’utilisation est facilitée par des menus avec des listes déroulantes ou des champs de texte. Le spécialiste en sanitaire peut saisir par exemple le cycle de contrôle ou l’emplacement des divers appareils dans un ­bâtiment donné. Bien sûr, le logo et les coordonnées de l’entreprise en question peuvent être intégrés sur les cahiers de contrôle. Ces données sont sauvegardées sous forme de modèles, qui sont ensuite dispo­ nibles dans l’application web pour d’autres cahiers de contrôle. Une fois établis, les cahiers de contrôle ne sont pas enregistrés dans la web app, mais directement sur l’ordinateur de l’utilisateur, sous forme de fichier PDF. Ils sont ainsi prêts à être imprimés et remis aux clients.

+   POUR EN SAVOIR PLUS www.suissetec.ch/webapp/fr


Editorial

Sommaire

La technique du bâtiment, source de plaisir dans une maison

« Savoir, réfléchir, appli­ quer », telle était la devise de la journée fer­ blanterie 2013. Les ­exposés techniques et l’exposition ont attiré ­environ 600 ferblantiers au Kursaal de Berne. Dans le cadre du con­ cours créativité, les ­apprentis ferblantiers ont réalisé des objets sur le thème « 100% ­hobby, 100% ferblantier, 200% moi ».

Chère lectrice, cher lecteur, Quand je rentre à la maison en fin de journée, je jette toujours un œil au régulateur de mon installation solaire. Je me réjouis à chaque fois comme un gamin de constater que, grâce à la technique du bâti­ ment, une nouvelle énergie issue du soleil a été accumulée. Tous les soirs, je suis ainsi conforté dans mon idée : la technique du bâti­ ment est source de plaisir dans une maison ! Bien sûr, d’autres domaines de la technique du bâtiment procurent aussi ce sentiment positif : une chaleur agréable grâce au chauffage, un climat confortable grâce à la ventilation, de l’eau disponible en tout temps dans la salle de bains ou encore la simple vue d’une toiture esthétique. Le vif intérêt rencontré, cette année aussi, par la journée ferblanterie montre que nos professionnels sont conscients de jouer un rôle central dans le second œuvre. Dans ce numéro, vous en ­apprendrez davantage sur cette manifestation d’envergure conduite une fois de plus avec succès. Du point de vue de la politique énergétique, un rôle tout aussi essentiel incombe aux professionnels de la technique du bâtiment. Vous ­pourrez lire dans ce numéro un article sur l’importance de la Stratégie énergétique 2050 pour nos branches et l’engagement politique de suissetec dans ce domaine.

› Page 4

Stratégie énergétique 2050

7

suissetec l’approuve fondamentalement

Interview de Wolfgang  Schwarzenbacher

8

Le nouveau membre du comité central accorde une grande importance à la relève

Les conditions cadres politiques sont fondamentalement favorables aux branches de la technique du bâtiment. De plus, si nos profes­ sionnels parviennent à procurer aux clients autant de plaisir que l’ins­ tallation solaire dans l’exemple ci-dessus, je suis convaincu que nous sommes sur la bonne voie. Car qui apporte du plaisir dans une maison ? « Nous, les techniciens du bâtiment. » Urs Hofstetter Responsable Mandats et politique

Remise des brevets fédéraux

10

Nombre record de nouveaux diplômés

Procédure de qualification uniforme

13

Harmonisation en cours

Offre de formation

suissetecmag  Mars/Avril 2013

15

3


Evénement

Forte affluence à la journée ­ferblanterie Les dernières connaissances sur les toitures métalliques et les toitures inclinées, l’informatique dans le bâtiment ou les nouveautés en matière de protection contre les chutes – voilà quelques-uns des thèmes de la journée ferblanterie, qui a attiré 600 participants à Berne. Outre les exposés techniques, les objets présentés ont aussi été très appréciés. L’exposition technique et le concours créativité en faveur de la relève ont constitué le cadre de cette journée, animée par la comédienne et humoriste Stéphanie Berger. Marcel Baud

4


La branche suisse de la ferblanterie a ré­ pondu présente : jamais un aussi grand nombre de représentants du métier ou de spécialistes proches du domaine n’avait participé à la journée ferblanterie de suissetec. Sous la de­ vise « Savoir, réfléchir, appliquer », la journée a proposé un programme varié avec dix exposés techniques présentés par d’éminents acteurs de la branche. Dans son discours, Peter Schilliger, conseiller national et président central de suissetec, s’est réjoui qu’autant de professionnels se soient déplacés à Berne. Cet intérêt marqué prouve que l’avenir de leur branche les préoccupe.

Connaissances sur la toiture métallique – technique de fixation Claudio Cristina, maître ferblantier et membre du comité de domaine ferblanterie / enveloppe du bâtiment de suissetec, a présenté un exposé sur les aspects statiques intervenant lors de la fixation de panneaux solaires sur des couver­ tures à joint debout. On utilise ici des pinces sur agrafe. Généralement, les fabricants in­ diquent uniquement la charge que ces pinces supportent jusqu’à la défaillance, soit l’« arra­ chement de l’agrafe double ». Par contre, on ne sait rien de la transmission des forces à travers les pinces, les agrafes doubles et les pattes, jusqu’à la sous-construction. Claudio Cristina a évoqué divers aspects techniques et phy­ siques, et donné des indications sur la planifi­ cation, le calcul et le montage corrects de telles constructions de toitures. Il faut ainsi détermi­ ner si un toit métallique existant est équipé après coup de modules solaires ou s’il s’agit d’une nouvelle couverture. Les points suivants sont aussi décisifs : poids individuel de l’instal­ lation et charge de neige maximale ; charges dues aux systèmes pare-neige ; et conditions locales (charge de neige, exposition au foehn). La construction porteuse de l’installation solaire est dimensionnée pour ne pas freiner la dilata­ tion thermique de la couverture en tôle ; ainsi, on prévient la déformation du profil de la bande et de ses agrafes, et on évite toute surcharge et création de fissures. Le cas échéant, un spécialiste en statique est nécessaire.

Toitures inclinées – la sous-couverture Gery Wetterwald, responsable systèmes toits, Sika Sarnafil AG, s’est penché sur la nouvelle norme SIA 232 / 1 Toitures inclinées et ses consé­ quences. Le bâtiment terminé, la sous-couver­ ture n’est certes plus visible, mais constitue une couche importante pour le fonctionnement à long terme de la structure de toiture. Lors de la planification, on tient compte de l’esthétique et des lois de la construction ; cependant, on ne prend souvent pas en considération les fortes contraintes auxquelles est soumis le

suissetecmag  Mars/Avril 2013

01

02

03

Trois des dix intervenants : 01 Claudio Cristina (« Connaissances sur la toiture métallique ») 02 Gery Wetterwald (« Toitures inclinées ») 03 George Scott (« L’informatique dans le ­bâtiment  »). système de sous-couverture en cas de condi­ tions météorologiques extrêmes. Les toitures inclinées sont très variées. Les formes, inclinaisons et couvertures exigent une planification et une exécution rigoureuses, adaptées à l’objet. Les barrières de glace en hiver ou l’eau accumulée lors des phases de rosée constituent un défi pour la sous-couver­ ture et les raccords et bords. La norme SIA 232 / 1 tient compte de ces exigences. Gery Wetterwald a rappelé des principes impor-

Un programme inté­ ressant, de la tech­ nique à l’esthétique A en juger par le nombre record de visiteurs, suissetec a remporté un vif succès avec sa 12e journée ferblan­ terie – avant tout grâce au pro­ gramme intéressant élaboré par le comité de domaine ferblanterie /  enveloppe du bâtiment. En plus des exposés susmentionnés, Andreas Buck, maître ferblantier d’Allemagne et rédacteur en chef de la revue « Baumetall », a présenté des solutions techniques exécutées à la perfection. Patrick Wickli s’est concentré sur l’assurance qualité pour les toitures plates et Stefan Aerni a abordé la « sécurité planifiée avec EPIaC ». Une fois de plus, la journée ferblan­ terie a aussi fait état des impression­ nantes performances esthétiques de la branche ; la rénovation de l’hôtel Atlantic Kempinski à Hambourg (présentée par Levente Barta et Her­ mann Bade) et la halle de montage de Pilatus Aircraft Ltd. à Stans (par Jürg Senteler) en sont deux brillants exemples. +   POUR EN SAVOIR PLUS Brochure de la journée avec les ­résumés des exposés, sur clé USB : CHF 30 (non-membres : CHF 60), www.suissetec.ch /shop/fr

tants : une sous-couverture doit être considé­ rée comme une couche faisant partie d’une structure globale avec pare-vapeur / étanchéité à l’air et isolation thermique ; de plus, la cou­ verture doit respecter l’inclinaison minimale. Il a aussi abordé l’étanchéité provisoire, la couche de support désormais exigée pour l’isolation complète des chevrons ou les caractéristiques des quatre catégories de sous-couvertures. Les principaux facteurs sont ici l’inclinaison, la couverture et les conditions climatiques à l’em­ placement de l’objet.

L’informatique dans le bâtiment – les 10 prochaines années George Scott, Plancal AG, a souligné que les progrès décisifs en informatique conduisent à des changements rapides, dans le bâtiment aussi. Il a présenté les dernières tendances : conçus à l’origine comme planches à dessin électroniques, les systèmes basés sur DAO sont utilisés comme outils de modélisation des informations du bâtiment (BIM = Building Infor­ mation Model). Il s’agit de modèles tridimen­ sionnels de bâtiments, équipés des éléments nécessaires en technique du bâtiment ; des éléments de construction concrets sont sou­ vent téléchargés en temps réel depuis le ser­ veur du fabricant. La planification inclut aussi la 4e, la 5e et la 6e dimension. La 4e dimension représente le temps (plan de projet) et la 5e les coûts (plan de coûts) d’un projet ; comme 6e dimension, George Scott a mentionné le bilan énergétique d’un bâtiment. Grâce aux outils BIM, les spécialistes des différents métiers planifient le projet sur une plateforme com­ mune. Ainsi, les collisions sont identifiées dès le stade de la planification. La sensorique est aussi en pleine évolution : de nouveaux processus de mesure et de position­ nement permettront des travaux au millimètre près sur le chantier. Ces capteurs, intégrés dans des outils portables, dirigeront la main de l’utilisateur, selon les indications du modèle de bâtiment numérique. George Scott a ensuite évoqué la réalité virtuelle. Les bâtiments sont ici représentés virtuellement par des lunettes 3D ; ainsi, dans un futur proche, il sera possible de construire sans plans sur papier.

5


Evénement

Les jeunes ferblantiers suscitent l’enthousiasme Alex Affolter, de Seewil BE, a remporté l’édition 2013 du concours créativité pour apprentis ferblantiers. Le jury spécialisé a décerné le premier prix à sa sculpture représentant un ballon de football et une chaussure à crampons. Les autres participants ont eux aussi impressionné par leur inventivité et souligné l’importante composante artistique du métier de ferblantier.

Par le biais du concours créativité, suissetec avait invité la relève en ferblanterie à réaliser un objet façonné majoritairement en tôle fine sur le thème « 100% hobby, 100% ferblantier, 200% moi ». Outre des ballons de football, des chaus­ sures de randonnée et des fontaines, on pou­ vait admirer des bateaux, des voitures et même une guitare émettant des sons. Alex Affolter a gagné le concours grâce au potentiel créatif de son œuvre, exigeante sur le plan technique et parfaitement exécutée. Cet objet lui a permis de décrocher le premier prix offert par l’entreprise Debrunner Acifer : un voyage, y compris vol et hôtel, aux Mondiaux des métiers 2013 organisés en juillet à Leipzig. Le football est la passion de ce jeune profes­ sionnel âgé de 19 ans, auparavant comme joueur, aujourd’hui comme arbitre. Il était évi­ dent que pour une fois, il n’allait pas shooter le ballon, mais en façonnerait un en cuivre. Alex Affolter a découpé un ballon de football en cuir et a utilisé les faces hexagonales comme mo­ dèles de découpe. Il a ensuite cintré les faces

Les pros de demain (de g. à dr.) : Alex Affolter, lauréat du concours créativité, et les autres candidats récompensés : Helder Acioli da ­Rocha, Louisa Brunner ; Rahemi Mahdi et Bruno Martins, interviewés par Stéphanie Berger. hexagonales en cuivre et les a soudées en­ semble. Pour la chaussure, il a coulé une forme en béton à l’aide d’une véritable chaussure de football ; il y a ensuite martelé la tôle en cuivre afin d’obtenir la forme souhaitée. Alex Affolter a surtout utilisé de la tôle de cuivre. Pour les bandes de la chaussure, il a choisi du zinccuivre-titane, et du plomb pour les crampons. Seuls les lacets sont en cuir. Afin d’obtenir des contrastes de couleurs, il a bruni certains élé­ ments de son objet avec de l’acide.

Deuxième prix

« Globe terrestre avec bus VW » de Louisa Brunner et Helder Acioli da Rocha (entreprise formatrice : Ramseyer und Dilger AG, Berne).

6

Il a consacré 85 heures de travail à son objet. Il a surtout travaillé dans son entreprise forma­ trice Hegg Spenglerei, à Münchenbuchsee BE, lorsque celle-ci était fermée à Noël. « Les trois dernières heures étaient presque les plus im­ portantes, souligne Alex Affolter. A ce moment, soit on détruit son travail, soit on lui donne la touche finale décisive. » (baud)

Troisième prix

Premier prix

« Ballon de foot et chaussure à crampons » d’Alex Affolter (entreprise formatrice : Hegg Spenglerei AG, Münchenbuchsee).

Yacht de rêve en modèle métallique de Bruno Martins et Rahemi Mahdi (entreprise formatrice : ateliers d’apprentissage de la Ville de Berne).


Environnement professionnel

Photo : lassedesignen / Fotolia.com

suissetec approuve fondamentalement la Stratégie énergétique Les organes de direction de suissetec sont fondamentalement favorables au projet de consultation du Conseil fédéral sur la Stratégie énergétique 2050. La décision de sortir du nucléaire implique une transformation par étapes du système énergétique d’ici 2050. Les diverses mesures nécessaires figurent en grande partie dans la Stratégie énergétique 2050.

suissetec estime en particulier que : tous les agents énergétiques renouvelables doivent contribuer de manière illimitée au tournant énergétique ; les coûts externes doivent être internalisés (marché juste pour tous) ; la production d’électricité par des centrales à combustibles fossiles est contraire aux objectifs climatiques ; la recherche énergétique doit être axée sur la pratique ; les objectifs de protection du climat doivent être prioritaires par rapport à ceux de la protection du paysage.

Bon pour l’économie, l’emploi et la création de valeur La Stratégie énergétique n’engendrera pas seulement des coûts, mais stimulera aussi l’économie suisse et garantira durablement plus d’emploi et une plus grande création de valeur dans le pays. Il s’agit pour suissetec du principal argument en faveur de la Stratégie énergétique 2050. Avec les autres grandes associations du second œuvre, suissetec a toujours défendu cette position, notamment au sein de l’association faîtière. Avec succès,

suissetecmag  Mars/Avril 2013

comme le montre cette prise de position sur la Stratégie énergétique. La Stratégie énergétique constitue justement une chance exceptionnelle pour la branche de la technique du bâtiment. Le thème « Energie et environnement » est absolument prioritaire dans les branches sanitaire, chauffage, venti­ lation, climatisation et ferblanterie / enveloppe du bâtiment : les techniciens du bâtiment par­ ticipent en première ligne à la mise en œuvre du tournant énergétique. Ils contribuent dans une très large mesure à une utilisation de l’énergie aussi efficace et durable que possible dans le domaine du bâtiment. Les possibilités sont ici presque illimitées.

Favoriser l’efficacité énergétique dans le bâtiment Dans le cadre de la Stratégie énergétique 2050, suissetec approuve clairement le renforcement du Programme Bâtiments. Dès 2015, la Confé­ dération et les cantons doivent soutenir le programme avec au maximum 600 millions de francs. Selon une estimation de suissetec, l’augmentation prévue des moyens garantit la poursuite du Programme Bâtiments, qui a fait ses preuves. On évite ainsi toute incerti-

tude et on continue d’encourager les investis­ sements dans les assainissements énergé­ tiques globaux. Un autre thème concerne les déductions fis­ cales : les coûts d’investissements dans les bâtiments qui servent à économiser l’énergie et à protéger l’environnement doivent pouvoir être déduits fiscalement sur cinq ans, et non sur trois ans. L’objectif est de favoriser des assainissements globaux au lieu de rénovations partielles. L’association soutient aussi l’exi­ gence selon laquelle, à partir de 2025, il ne soit possible de déduire fiscalement les investisse­ ments permettant d’économiser de l’énergie et de protéger l’environnement que lorsque le bâtiment concerné respecte une norme éner­ gétique minimale déterminée. suissetec de­ mande cependant que l’on ne base pas la norme énergétique minimale sur un label, mais sur des exigences énergétiques minimales posées au bâtiment. (muhb)

+   Pour en savoir plus Prise de position détaillée de suissetec : www.suissetec.ch/stellungnahmen2013/fr

7


Gros plan

« Parents et enseignants doivent de nouveau ­recommander des métiers manuels. » Depuis cette année, Wolfgang Schwarzenbacher est membre du comité central de suissetec. Le CEO de l’entreprise Cofely AG a été élu pour succéder à Heinz Rohner à la tête du département des finances. Dans cette interview, Wolfgang Schwarzenbacher explique où il voit les défis pour la branche et sur quels thèmes il souhaite mettre l’accent dans son travail au sein de l’association. Propos recueillis par Marcel Baud

Monsieur Schwarzenbacher, qu’est-ce qui vous a amené à présenter votre candi­ dature au comité central de suissetec ?

ce contexte, je suis ravi de pouvoir participer à la bonne marche des activités de cette ­association.

L’entreprise Cofely souhaitait apporter une contribution à la branche. Jusqu’ici, nous étions certes bien représentés dans les sec­ tions, mais pas au comité central. Mainte­ nant que les délégués m’ont élu comme suc­ cesseur de Heinz Rohner au sein de l’organe de direction, je peux m’engager activement dans l’association, en faveur des intérêts de la branche. A cet égard, la relève profes­ sionnelle, la formation et l’efficacité énergé­ tique me tiennent particulièrement à cœur.

Comment perceviez-vous suissetec jusqu’à présent ?

Quelles sont vos premières impressions ? Tout à fait positives. Le secrétariat et le ­comité travaillent de manière très profes­ sionnelle, collégiale et organisée. Dans

8

En matière de technique du bâtiment, suisse­ tec est sans aucun doute l’association pro­ fessionnelle incontournable en Suisse. Elle possède le plus grand nombre de membres et occupe une position de leader dans les domaines de la formation et des normes. De plus, suissetec mène des activités de lob­ bying politique et est un partenaire de négo­ ciations pour les syndicats. Tous les thèmes liés à la branche sont couverts par suissetec. Pour Cofely et les entreprises de la technique du bâtiment en général, il n’y a pas d’alternative à suissetec.

Avez-vous déjà identifié des domaines sur lesquels vous souhaitez mettre l’accent ? Ma priorité est le département des finances, dont je suis responsable au sein du comité. Mirjam Becher et son équipe du secrétariat central font ici un excellent travail. Je ne vois pas de nécessité d’agir à ce niveau. Je souhaite donner des impulsions dans les ­domaines que j’ai déjà mentionnés : la relève professionnelle et l’efficacité énergétique.

Qu’envisagez-vous ? Il s’agit d’attirer davantage de jeunes dans la branche. Et avant tout des apprentis dans la formation professionnelle initiale. La cam­ pagne « Nous, les techniciens du bâtiment. » est excellente. Le message doit être large­ ment diffusé, auprès des écoles et de la popu­ lation, et en particulier auprès des parents


de candidats potentiels. Nous devons inciter parents et enseignants à recommander de nouveau des métiers manuels aux jeunes. Bien sûr, plusieurs années sont nécessaires pour faire évoluer les mentalités. L’engagement de chaque membre de suissetec est ici impé­ ratif. Nous devons tirer à la même corde pour créer un effet boule de neige important.

Vous citez l’efficacité énergétique comme un autre thème clé. L’efficacité énergétique est une grande chance de rendre notre branche plus attrac­ tive auprès des jeunes. Orientée sur l’avenir et la technique, l’efficacité énergétique est passionnante. Plusieurs arguments plaident en notre faveur : notre branche offre des ­défis stimulants et exigeants, avec des pers­ pectives de carrière intéressantes. Et cela dans un marché qui garantit une sécurité de l’emploi pour de nombreuses années. Une garantie que des branches réputées sûres jusqu’ici n’offrent plus depuis longtemps.

Photo : Sabina Bobst

Avec ses sections régionales, suissetec est structurée de manière fédérale. Cette forme d’organisation exige-t-elle de votre part une nouvelle manière de penser ? Nos activités se déroulent toujours au niveau régional, indépendamment de la dimension de l’entreprise. Cofely est établie de manière régionale et constitue un conglomérat de PME. Dans l’ensemble, nous sommes certes très grands, mais nos diverses succursales agissent en fin de compte exactement comme des PME. On pourrait ainsi dire que nous sommes aussi organisés de manière fédérale. Notre entreprise ne fonctionnerait jamais avec une structure hiérarchique pyramidale. Donc, pour répondre à votre question : non, une nouvelle manière de penser n’est pas nécessaire pour mon travail au sein du comité central.

Environ 80% des entreprises membres de suissetec n’emploient pas plus de 10 colla­ borateurs. En tant que CEO d’une entre­ prise comptant 1400 collaborateurs, pouvezvous vous mettre dans la peau d’un petit entrepreneur ? Comme membre du comité central, je ne ­représente pas une certaine dimension d’en­ treprise, mais une branche et ses intérêts. Toutes les entreprises sont confrontées aux mêmes problèmes, indépendamment de leur dimension. Si un apprenti se décide pour notre branche, cela concerne autant une ­petite entreprise qu’une grande.

Comment prenez-vous le pouls des membres ? J’assisterai à des séances des sections. A Zurich, mais aussi dans d’autres régions, comme en Suisse romande. Lors de ces ­réunions, je pense être proche de la base.

suissetecmag  Mars/Avril 2013

A propos de Wolfgang Schwarzenbacher

L’efficacité énergétique est-elle la grande tendance pour la branche ?

Wolfgang Schwarzenbacher, âgé de 44 ans, est titulaire d’une licence en économie d’entreprise de la Haute école de Saint-Gall (HSG) et d’un MBA du Centre pour la gestion d’entreprise (ZfU). La technique du bâtiment et la construction ­d’installations constituent les points forts de son activité. Pendant six ans, il travaille en tant que CFO de l’actuel groupe Alpiq InTec. Il rejoint ensuite l’entreprise liechten­ steinoise Hilti pour laquelle il est actif à Hong­kong. Deux ans plus tard, il est nommé responsable de la ­technique énergétique et des instal­ lations au sein d’Alpiq en Allemagne. Depuis le 1er janvier 2011, Wolfgang Schwarzenbacher est CEO de Cofely AG en Suisse. Cofely fait partie de la branche Energie Services de GDF SUEZ, l’un des groupes énergé­ tiques leaders dans le monde. Wolf­ gang Schwarzenbacher est né au Liechtenstein et habite à Zurich et Eschen (Liechten­stein).

Absolument. L’optimisation des coûts éner­ gétiques ne cesse de gagner en importance, dans les nouvelles constructions, et surtout les rénovations. Le potentiel est énorme. Ainsi, notre branche a besoin de personnes bien formées, qui relèvent ces défis.

Par exemple des personnes capables de convaincre les clients d’opter pour des solutions énergétiquement efficaces ? Nous revenons ici à la question de l’image. En matière d’optimisation énergétique, le client doit penser à faire appel à une entre­ prise de la technique du bâtiment – voilà notre objectif. La planification, la construction et l’exploitation d’installations font partie de nos compétences. Les techniciens du bâti­ ment offrent toute la gamme de prestations. Nous sommes les seuls à posséder des connaissances interdisciplinaires et béné­ ficions ainsi d’une très bonne position. Cet atout doit être mis encore davantage en avant sur le marché.

Où identifiez-vous des risques ?

«

Dans la tech­ nique du ­bâtiment, l’orien­ tation à suivre est sans aucun doute l’efficacité énergétique.

»

Wolfgang Schwarzenbacher

Où voyez-vous un potentiel de croissance pour la branche ? Dans la technique du bâtiment, l’orientation à suivre est sans aucun doute l’efficacité énergétique. Certes, on ne construit pas plus, mais différemment. Et cela augmente la va­ leur du bien, ce qui génère à son tour un plus grand chiffre d’affaires. Toute la chaîne de création de valeur est couverte : du concept à l’entretien des installations, nous interve­ nons en tant que techniciens du bâtiment. Il nous suffit de saisir cette chance.

Au niveau du marché, nulle part. Car il est certain que celui-ci s’oriente vers l’efficacité énergétique. Un investissement insuffisant dans l’efficacité énergétique constitue selon moi le plus grand risque. Si nous ne dévelop­ pons pas nos propres ressources en consé­ quence, la création de valeur se déplacera toujours plus vers l’étranger. Des personnes bien formées en nombre suffisant garan­ tissent le standard de qualité suisse. Ainsi, le prix n’est pas notre seul argument de vente.

Comment évaluez-vous les conditions cadres suisses pour la branche ? Dans la formation, j’attends plus d’efforts pour promouvoir l’apprentissage professionnel classique. La politique doit remettre davan­ tage en avant les métiers manuels. Une ­stratégie énergétique claire de la Confédé­ ration est nécessaire. Prenons le cas de la ­rétribution à prix coûtant (RPC) : la liste d’at­ tente compte aujourd’hui plus de 2300 pro­ jets, un chiffre décourageant pour les maîtres de l’ouvrage et peu utile pour nous lors des conseils. De plus, le processus d’attribution entraîne une charge administrative consi­ dérable.

Si vous pouviez formuler un souhait pour la branche, quel serait-il ? La technique du bâtiment est passionnante, variée et porteuse d’avenir. Nous pouvons offrir plus que beaucoup d’autres. Nous de­ vons ancrer ce principe dans la perception du grand public et valoriser nos métiers, avant tout auprès des parents et des écoles. Ainsi, nous inciterons un plus grand nombre de jeunes à opter pour nos métiers.

9


Formation

Brevet fédéral pour cadres de la technique du bâtiment

Nombre record de nouveaux diplômés Fin janvier, suissetec a invité à Olten 168 jeunes femmes et hommes à la cérémonie de remise des brevets fédéraux. Un grand nombre d’entre eux s’est rendu à l’hôtel des congrès Arte pour célébrer cette « borne kilométrique », image que Peter Schilliger, conseiller national et président central de suissetec, a utilisée dans son discours pour symboliser l’obtention du brevet. Markus Pfander, responsable des examens et subventions chez suissetec, a par ailleurs salué les quelque 370 proches qui occupaient la salle jusqu’à la dernière place. Un record : avant la session d’examen 2012, on n’avait jamais vu un aussi grand nombre de techniciens du bâtiment réussir l’examen professionnel. Dans son discours, Reinhart Küng, président de la commis­ sion assurance qualité, a souligné à quel point ces nouveaux spécialistes sont les bienvenus dans la branche. On a au­ jourd’hui un besoin urgent de techniciens du bâtiment qualifiés, capables d’assumer la responsabilité de diriger un chantier et d’assurer une qualité élevée. Ont réussi l’examen professionnel : 40 contremaîtres en chauffage, 58 contremaîtres sanitaires, 58 contremaîtres en ferblanterie et 12 chefs de projet en technique du ­bâtiment.

01

02

Lauréats de l’examen professionnel 2012 Pour la deuxième fois déjà, les meilleurs ­diplômés ont reçu un prix spécial (noms mis en évidence dans la liste).

03

Les sponsors des prix sont : Elcotherm AG – contremaîtres en chauffage Geberit Distribution SA – contremaîtres ­sanitaires Foamglas Pittsburgh Corning (Suisse SA) – contremaîtres en ferblanterie Viessmann (Suisse SA) – chefs de projet en technique du bâtiment

04 10


Examen professionnel 2012

Nouveaux ­diplômés 05

06

08

Vous trouverez les noms des diplômés aux pages 11 / 12 01 Chefs de projet en technique du bâtiment avec brevet fédéral 02/03/04 Contremaîtres sanitaires avec brevet fédéral 05/06 Contremaîtres en chauffage avec brevet fédéral 07/08 Contremaîtres en ferblanterie avec brevet fédéral

suissetecmag  Mars/Avril 2013

Photos : Daniela Friedli

07

Contremaître en chauffage avec brevet fédéral Acklin Cyrill, Wil SG Arnold Daniel, Flüelen UR Aymon Fabien, Chippis VS Bartucca Francesco, Muri AG (2 e rang) Berset Anthony, Gruyères FR Burgener Thomas, Visperterminen VS Chapuis Robin, Orbe VD Dedual Bruno, Tinizong GR Dell Elba Giuseppe, Winterthour ZH (2 e rang) Fiorentino Massimo, Winterthour ZH Francisco Patrik, Brunnen SZ Frey Raphael, Binningen BL Güldner Martin, Mettmenhasli ZH Hagmann Marcel, Reinach AG Hosang Sven, Zizers GR Howald Frédéric, Fribourg FR Krähenbühl Daniel, Oberembrach ZH Libert Quentin, Cernier NE Michod Josselin, Salavaux VD Overney Didier, La Roche FR Peterer René, Jona SG (1er rang) Pfister Raffael, Oberuzwil SG Pfister Simon, Abtwil SG Ria Stefano, Küssnacht am Rigi SZ Röschli Ueli, Buchberg SH Roth Christian, Detligen BE Rothacher Martin, Steffisburg BE Rust Emanuel, Diepoldsau SG Ryssel Paul, Eglisau ZH Salzmann Stefan, Langnau BE Schmid Marcel, Triengen LU (2 e rang) Schnell Sven, Laufen BL Schwendener Simon, Kesswil TG Sekic Zelimir, Fribourg FR Shala Zenun, Rennaz VD Spanó Marco, Wohlen AG Stavroulakis Efstathios, Langenthal BE Toribio Véliz Felix Eduardo, Hettlingen ZH Tschumi Martin, Günsberg SO Contremaître sanitaire avec brevet fédéral Azemi Fazli, Coffrane NE Baur Dominik, Sins AG Beerli Christian, Effretikon ZH Béhé Daniel, Gelterkinden BL Berger Patrick, Avry-sur-Matran FR Billeter Stefan, Hinwil ZH Bolliger Daniel, Richigen BE Bouvet Anthony, Genève GE Brander Thomas, Saint-Gall SG (3 e rang) Bumann Guido, Saas-Fee VS

11


Formation

Buser Sandro, Hasle bei Burgdorf BE Caduff Simon, Sedrun GR Castro Hilario, Appenzell AI Celik Yener, Volketswil ZH Chenaux Alexandre, Châtel-St-Denis FR Dalla Valle Bastien, Crissier VD Disler Raphael, Rothrist AG Eberle Manuel, Mauren FL Fuss Andreas, Rümlang ZH Gerber Simon, Felben-Wellhausen TG Giordano Claudio, Winterthour ZH Grichting Jörg, Turtmann VS Gürok Michael, Wettingen AG (2 e rang) Gysi Stefan, Saint-Gall SG Hofstetter Markus, Engelburg SG Hurni Vincent, Vessy GE Iacovo Luca, Lucerne LU Ismaili Leutrim, Renens VD Iunco Roberto, Zurich ZH Jordi Elvir, Emmenbrücke LU Jularic Ante, Goldach SG Kälin Patrick, Zurich ZH Lange Andy, Lucerne LU Lempen Daniel, Schwarzenburg BE (1er rang) Lempen Marco, Seftigen BE Lötscher Marcel, Geuensee LU Mannino Roberto, Heiden AR Martinez Ruben, Lausanne VD Mathis Marius, Frauenfeld TG Muchenberger Remo, Bottmingen BL Pache Xavier, Neyruz FR Pfund Gregory, Dietikon ZH Pharisa John, Broc FR Pult Chasper, Sent GR Rexhaj Blerim, Wohlen AG Sabanovic Haris, Horgen ZH Scheidegger Raphael, Bienne BE Schudel Roman, Schaffhouse SH (2 e rang) Schwestermann Thomas, Birgisch VS Sepe Fabio, Bussigny VD Seydel Simon, Embrach ZH Stadler Dominik, Wiedlisbach BE Stanić Mario, Wädenswil ZH Stierli Remo, Magden AG Suter Christoph, Glaris GL Vogel Lukas, Wolhusen LU von Flüe Andreas, Kerns OW Ziltener Lukas, Winterthour ZH Contremaître en ferblanterie avec brevet fédéral Bätjer Mischa, Allschwil BL Becker Patric, Liestal BL Bertschinger Sascha, Rüschlikon ZH (2 e rang) Biedermann Flavien, Yverdon VD Borer David, Breitenbach SO Candinas Corsin, Laax GR Cassani Adrian, Walenstadt SG Chanson Thierry, Lausanne VD Cramatte Mathieu, Sembrancher VS Dönni Patrick, Hauptwil TG Durakovski Dzavid, Vétroz VS

12

Dürst Matthieu, Prangins VD Emmenegger Roger, Walenstadt SG Fässler Thomas, Unteriberg SZ Fitzé Alexandre, St-Barthélemy VD Gabathuler Richard, Fontnas SG Gallusser Stephan, Romanshorn TG Gassmann Marc, Wengen BE Gaus Remo, Bassersdorf ZH Gubler Simon, Niederglatt ZH Gut Robin, Nürensdorf ZH Haldemann Patrick, Pfäffikon ZH Hari David, Birsfelden BL Hersperger Andy, Küsnacht ZH Hottinger Damian, Effretikon ZH Hübscher Daniel, Rudolfstetten AG Hug Jérémie, Granges VS Hugentobler Michael, Wängi TG Hügli Marc, Bärschwil SO Isler Reto, Mönchaltorf ZH Jelic Mario, Zurich ZH Jetzer Markus, Uerikon ZH Junod Gérard, La Chaux-de-Fonds NE Keller Daniel, Gippingen AG Koch René, Nohl ZH (3 e rang) Kurer Daniel, Wienacht-Tobel SG Leuenberger Yves, Langendorf SO Machado da Silva Filipe Micael, Selzach SO Marbot Jonas, Laufenburg AG Märki Adrian, Klingnau AG Meister Markus, Niederweningen ZH Ostermeier Christian, Surava GR Peter Robert, Sursee LU Scherz Patrick, Uttwil TG Sommer Mauro, Ebikon LU (2 e rang) Staub Emile, Fully VS Stettler Andreas, Zollikon ZH Stocker Philip, Abtwil AG Sutter Stefan, Ottikon ZH (3 e rang) Tiri Curdin, Andeer GR Ueltschi Michaël, Aclens VD Vogt Patrick, Mellingen AG von Känel Ruedi, Kiental BE (1er rang) Wehrli Jörg, Meltingen SO Winiger Simon, Ottikon ZH Wirz Daniel, Subingen SO Zanini Tanja, Hausen b. Brugg AG Chef de projet en technique du bâtiment avec brevet fédéral Bühlmann Andreas, Burgdorf BE D’Ambrosio Silvio, Oberdorf SO Diaz Enrique, Kägiswil OW Giger Fabio, Coire GR Gustin Marco, Ilanz GR (2 e rang) Hotz Michael, Rüti ZH Lutz Daniel, Glis VS Marojević Ivan, Winterthour ZH Schmid Elvir, Baar ZG Wildi Stefan, Seengen AG Wüthrich Peter, Steffisburg BE (1er rang) Zumwald Thomas, Düdingen FR


Informations internes

L’association remercie ses membres de leur fidélité

Deux entreprises fêtent 75 ans d’affilia­tion à ­suissetec

Torsetta SA, Gordola TI Ferblanterie, étanchéités toitures plates, enveloppe du bâtiment 27 collaborateurs, 4 apprentis Directeur : Massimo Frizzi Fondation de l’entreprise : 1927

Jean-Michel Sarrasin SA, Orsières VS Ferblanterie, couverture, sanitaire, ­chauffage 50 collaborateurs, 3 apprentis Directeur : Jean-Michel Sarrasin Fondation de l’entreprise : 1937

Les chefs experts se réuniront chaque année

Procédure de qualification uniforme ordonnance sur la formation, suissetec vise un nouvel objectif dans la formation profession­ nelle initiale des métiers de montage. Le comité central de suissetec souhaite en effet qu’une procédure de qualification uniforme soit appli­ quée à moyen terme. Les premiers examens nationaux ont été conduits au printemps 2012 déjà. En collabo­ ration avec des chefs experts de toutes les régions linguistiques, des spécialistes de la formation ont élaboré des examens uniformes pour les apprentissages CFC et AFP dans les domaines chauffage, ferblanterie et sanitaire. La charge de travail était considérable. Environ 150 documents ont dû être établis, puis traduits en français et en italien. Compte tenu de la souveraineté des cantons au niveau de la pro­ cédure de qualification, suissetec peut seule­ ment soumettre une proposition pour le contenu des examens. Dietmar Eglseder, responsable de la formation professionnelle initiale chez suissetec, se montre cependant optimiste : jusqu’à 22 cantons ont déjà repris tout ou partie des documents proposés. Les épreuves

suissetecmag  Mars/Avril 2013

Photo : suissetec

Cinq ans après l’entrée en vigueur de l’actuelle

Les premiers examens nationaux ont été conduits au printemps 2012. d’examen écrites, en particulier, présentent déjà une grande uniformité, souligne Dietmar Eglseder.

Des différences logistiques compliquent le processus d’harmonisation Comme les cantons disposent d’infrastructures différentes, l’harmonisation de la procédure de qualification constitue un grand défi, avant tout pour les examens pratiques. Actuellement, les efforts se concentrent sur l’établissement et

l’amélioration du processus d’élaboration d’exa­ mens nationaux, précise Dietmar Eglseder. Pour ce faire, il prévoit 2 à 3 ans. Cependant, le processus d’harmonisation ne constitue pas une tâche herculéenne à ce seul niveau. Le spécialiste de la formation a ainsi noté que les divers points de vue des experts, concernant certains détails des examens ou le niveau d’exigence général, nécessitent de nombreux échanges. Le trilinguisme représente une autre difficulté pour la mise en œuvre. Fin 2012, suissetec a ainsi organisé pour la pre­ mière fois une rencontre entre tous les chefs experts suisses. Au total, 70 professionnels de la formation ont saisi cette occasion et se sont réunis à Berne pour discuter des projets d’exa­ men, soumettre des propositions de modifica­ tion et échanger leurs idées. En repensant à cet échange constructif, Dietmar Eglseder est très satisfait. Il voit dans cette séance une plate­ forme idéale pour la collaboration intercanto­ nale et un instrument important pour l’harmo­ nisation de la procédure de qualification. Dorénavant, la réunion entre les chefs experts aura donc lieu chaque année. (baud)

13


Temps libres

Dans cette rubrique, les collaborateurs de suissetec présentent des lieux ou activités qu’ils apprécient particulièrement.

Il y en a pour tous les goûts

Serge Salathe Age : 30 ans Profession : maître principal sanitaire au centre de formation suissetec de Lostorf Loisirs : canotage, course à pied

«

Partager un moment convivial au bord du Rhin à Bâle, se restaurer à la buvette ‹ Rhyschänzli › en laissant glisser son regard sur l’eau ou simplement ­profiter du soleil et des paysages paisibles en amont : le Rhin propose des activités pour tous les goûts. Traverser le fleuve avec l’un des quatre bacs à traille est sans aucun doute une expérience unique. Le ­bateau, sans moteur, est ‹ tiré › par la seule force du courant le long d’un câble tendu d’une rive à l’autre. Une traversée coûte deux francs environ, et il vaut mieux payer son billet, sous peine d’être débarqué au milieu du Rhin ! J’ai beaucoup de chance de pouvoir contempler ­régulièrement ces beaux endroits lorsque je pratique le canotage. Je m’évade ainsi du quotidien. +   POUR EN SAVOIR PLUS www.rhyschänzli.ch www.faehri.ch www.wfvm.ch

14

Photo : Daniela Friedli

»


Formation

Offre de f­ ormation Centre romand de formation continue / Colombier Organe responsable : Centre romand de formation continue, 2013 Colombier, tél. 032 843 49 52, fax 032 843 49 55 romandie@suissetec.ch www.suissetec.ch Vous trouverez les offres de cours et de séminaires actuelles du centre de formation de suissetec à Colombier sous : www.suissetec.ch. Inscription en ligne ­possible.

Chauffage Contremaître en chauffage avec brevet fédéral. Janvier 2013–juillet 2014 / examen en novembre 2014. Perfectionnement modulaire (selon calendrier du brevet en cours). Maître chauffagiste avec diplôme fédéral. Janvier 2013 – décembre 2014 / examen en 2015.

Sanitaire Contremaître sanitaire avec brevet ­fédéral. Janvier 2013 –juillet 2014 / examen en novembre 2014. Perfectionnement modulaire (selon calendrier du brevet en cours). Maître sanitaire avec diplôme fédéral. Janvier 2013–décembre 2014 / examen en 2015. Projeteur sanitaire avec diplôme fédéral. Janvier 2013 – décembre 2017. Autorisation d’installer l’eau (Eauservice ­Lausanne, Viteos Neuchâtel et Service des ­Energies Yverdon-les-Bains). Printemps 2013–été 2014 (198 heures de cours).

Ferblanterie Contremaître en ferblanterie avec brevet ­fédéral. Janvier 2013 – juillet 2014  / examen en novembre 2014. Perfectionnement modulaire (selon calendrier du brevet en cours). Maître ferblantier avec diplôme fédéral. Janvier 2013–décembre 2014 / examen en 2015.

suissetecmag  Mars/Avril 2013

Divers Revêtements métalliques de toiture. Mars – avril 2013 (2 3 2 jours). Ventilation de confort. Printemps 2013 (1 jour). Présentation des nouvelles directives : Gaz G1 Eau W3 (9 avril 2013) SN 592000 Printemps 2013. Directive Qualité de l’eau dans les installations techniques du bâtiment / SICC BT 102-01 / SIA 385 / 1–2. Eté 2013. Calcul par éléments Automne 2013. Spécialiste en thermique (ImmoClimat suisse). Automne 2013.

Inscription Examen professionnel de conseiller ­énergétique des bâtiments avec brevet fédéral Dates de l’examen 23–26 septembre 2013 (oral) Remise du descriptif de projet Vendredi 14 juin 2013 Remise du travail interdisciplinaire Vendredi 16 août 2013 La taxe de l’examen final (établissement du brevet inclus) s’élève à CHF 1200. Les documents d’inscription (formulaire ­d’inscription, notice, check-list et règlement d’examen) sont disponibles sur www. suissetec.ch/pruefung_energieberater/fr Délai d’inscription Vendredi 14 juin 2013

Cours INtUS : Persona–Développez vos compétences personnelles. 8 modules, avec attestations suissetec. Formez vos monteurs, installateurs, ferblantiers pour CHF 100 / module (repas et support de cours compris). Module A : Ma communication. Une date sera communiquée ultérieurement. Module B : Ma communication. Une date sera communiquée ultérieurement. Module C : Mon organisation. 18 avril 2013 à Genève. Module D : Mon client. 16 mai 2013 à Fribourg. Module E : Entretiens exigeants. 6 juin 2013 à Colombier. Nouveau: Module F : Mes apprentis. Une date sera communiquée ultérieurement. Nouveau: Module G : Mes instructions aux clients. 2 mai 2013 à Tolochenaz. Nouveau: Module H : Mon optimisation des ressources. 20 juin 2013 à Fribourg.

15


suissetec remercie ses membres de leur fidélité En 2013, les entreprises suivantes fêtent leur longue affiliation à suissetec :

100 ans

25 ans

Alois Herzog AG Ferblanterie, sanitaire, Lucerne Lyrenmann + Co. Sanitaire, ferblanterie, ventilation, Winterthour

Bieri Haustechnik AG Sanitaire, chauffage, ferblanterie, Granges SADA AG Wallisellen Sanima SA Préfabrication sanitaire, Meyrin Kurt Wernli Sanitaire, chauffage, Remigen Leimgruber Fischer Schaub AG Bureau d’ingénieurs USIC, ­Ennetbaden Martin Morger Ferblanterie en bâtiment, ­Eschenbach SG Silvano Murchini Installations sanitaires, Egg Zurich R. Seiz AG Chauffage, ventilation, Wattwil ARGO Arnold Gody Installations sanitaires, Erstfeld Jean Egloff AG Sanitaire, chauffage, Bauma Künzi-Haustechnik AG Matzingen Martin Probst Ferblanterie, sanitaire, Bâle Spenglerei Huber AG Zurich Josef Schönenberger Chauffage, sanitaire, Mosnang A. Vieira S.A. Sanitaire, chauffage, Vevey Stefan Klopfenstein Ferblanterie, Belp Saniplan M. Pfister Sanitaire, bureau d’ingénieurs, Schleitheim Gebr. Wagner Installations sanitaires, Wölflinswil René Décorvet Planification énergie et sanitaire, CVCS, Berne HWT Haus- und Wassertechnik AG Au SG Alfred Frei-Beerle Ferblanterie, sanitaire, Berneck Alvazzi Holding SA Chauffage, ventilation, Orbe Viessmann (Suisse) SA Tech. de chauffage, Spreitenbach

d’affiliation

75 ans d’affiliation

Torsetta SA Ferblanterie, installations ­sanitaires, Gordola Sarrasin Jean-Michel SA Ferblanterie, couverture, Orsières

50 ans d’affiliation

Kasteler-Guggisberg AG Ferblanterie, sanitaire, chauffage, Berne Kopp Spenglerei AG Toits plats, sanitaire, Hitzkirch Leupi Haustechnik AG Sanitaire, chauffage, Winikon Messerli Sanitär AG Sanitaire, chauffage, Thoune Boretti AG Ferblanterie, sanitaire, Erlen Bernhard Ammann Ferblanterie, sanitaire, Niederuzwil G. Schlatter GmbH Installations sanitaires, Möhlin Dorferkorporation Herisau Approvisionnement en eau, Herisau Friedli AG Sanitaire, ferbl., Emmenbrücke Luigi Casutt AG Sanitaire, chauffage, Zurich Josef Hürlimann AG Sanitaire, chauffage, Zoug Robert Equilino AG Ferblanterie, Davos Platz Fux Gebr. V. & K. Sanitaire, chauff., constr. métall., Saint-Nicolas VS Angst AG Ferblanterie, installations ­sanitaires, Frauenfeld Rickenbach AG Sanitaire, chauffage, Kreuzlingen

d’affiliation

Kammer Haustechnik AG Chauffage, sanitaire, Wimmis Ospelt Haustechnik AG Vaduz Gini Planung AG Bureau ing., énergie tech. bât., Lenzerheide / Lai Roman Negele Aktiengesellschaft Sanitaire, chauffage, Triesen Bruno Suter Ferblanterie, sanitaire, Oberglatt ZH Kurt Burri AG Ferblanterie, sanitaire, chauffage, Diessbach Büren Robi Geretti Installations sanitaires, Wängi Berger Klima Aarberg AG Sanitaire, chauffage, ventilation, Aarberg Saudan AG Ferblanterie, sanitaire, chauffage, Soleure Sutter Ferblanterie, install. tech. bât., ­Appenzell Armin Geissmann Tech. bât. sanitaire, Wohlen AG Ueli Reichenbach AG Sanitaire, ferblanterie, Saanen Bossart Spenglerei AG Nebikon J. Guntern AG Installations sanitaires, Gümligen Beat Hofer AG Ferblanterie, sanitaire, ­Schwarzenburg Stadler Heizungen GmbH Wilen Wil Bauspenglerei Kneubühler AG Schötz Rinaldo Casutt Ferblanterie, toitures, Surava Despraz SA Installations techniques, Granges-près-Marnand Egger Theodor Ferblanterie, toitures plates, Root Paul Güntert AG Sanitaire, chauffage, Trüllikon von Känel & Sieber AG Ferblanterie, sanitaire, chauffage, Scharnachtal Cédric Vuille Ferblanterie, sanitaire, Les Ponts-de-Martel Lingg Haustechnik AG San., chauff., solaire, Wolhusen

Daniel Wolf Ferblanterie en bât., Adligenswil AW Haustechnikplanung GmbH Lucerne Jean-Pierre Chavaillaz SA Ferblanterie, couverture, Neyruz FR Hayoz + Brulhart SA Sanitaire, ferblanterie, Fribourg Idrotermica SA Sanitaire, chauffage, Agno Rolf Müller AG Sanitaire, chauffage, Zoug Liechti AG Sanitaire, chauffage, Oensingen Schneider Wärmetechnik GmbH Pieterlen Claivaz-Schneiter & Cie SA Chauffage, sanitaire, couverture, Haute-Nendaz Urs Kissling AG Planification installations, Soleure Tapernoux SA Ferblanterie, sanitaire, Bernex Alain Tremblet Ferblanterie, sanitaire, Genève Konrad Keller Installations sanitaires, Stettfurt Emilio Rigiani SA Install. sanitaires, chauffage, Aquila Roger Genoud Installations sanitaires, Remaufens Spenglerei Arnold AG Ferblanterie en bâtiment, toits plats, Flüelen Alfred Dick AG Ferblanterie, sanitaire, chauffage, Kallnach Sanitär Sprenger & Hauser AG Zurich L. Sutter Ferblanterie, Urnäsch Brunner AG Ferblanterie, constructions métall., Thoune Raymond Rossier SA Ferblanterie, couverture, Echallens Jean-Pierre Schärer Installations sanitaires, Ebikon Trepp Haustechnik AG Ferblanterie, sanitaire, chauffage, Hettlingen Voirol AG Technique ventil. + climat., Bâle Jaquet S.A. La Sagne

suissetec mag 02/2013  

Les dernières connaissances sur les toitures métalliques et les toitures inclinées, l’informatique dans le bâtiment ou les nouveautés en mat...