Page 1


Roger Ferrero

Felipe Gustavo

20

Selon toute vraisemblance, la vidéo Plan B ne devrait plus trop tarder… Une bonne partie du team est récemment passée par la case Barcelone pour compléter les parts de chacun, loin des vigiles et autres policiers californiens. Vu la proximité des différents spots barcelonais, les images se sont rapidement accumulées, dont ce switch flip backside smithgrind, un trick parmi tant d’autres…


21


Frontside flip

Street Spot – Holborn Street Sur le trajet pour rejoindre le prochain spot, Lucien passe devant une petite bite en béton qui semble lui donner de l’inspiration. Alors que l’on vient tout juste d’apprendre le décès d’une certaine Margaret Thatcher, Mr Clarke s’exécute et survole ce phallus urbain en frontside flip. Un bel hommage à l’ancienne Premier Ministre britannique, dont la mort ne semble pas non plus traumatiser la troupe qui m’accompagne. St Paul Cathedral – New Change Street Rapide passage par un joli gap juste devant la Bank of America. Alors que Lucien tente un deuxième essai de nollie heelflip qu’il catche mais ne parvient pas à replaquer, la session est avortée par un gardien aussi gracieux et magnanime qu’un pitbull enragé. Nous décidons alors de rejoindre un set de marches volumineux, non loin de là, que Lucien envisage de skater depuis un moment. Les cloches

42

de l’église St Paul résonnent tandis que nous nous faisons une nouvelle fois virer des lieux. Cette foisci le gardien était nettement plus sympathique, mais pour autant il ne laissera même pas le temps à notre cascadeur vedette de faire le moindre ollie en flat… Fast Food –Cannon Street Face à tant de déconvenues, rien de tel qu’une petite pause “restauration rapide” à base d’anti-vomitifs, de légumes génétiquement modifiés et de viandes folles… Il faut bien reconnaître que dans ce domaine, les Anglais sont quand même parmi les meilleurs au monde. Henry opte, quant à lui, pour une tartine de humus, mais regrette la bonne baguette made in France qu’il a pu déguster tous les jours lors de notre récente virée de l’autre côté de la manche. Peu à peu la nuit commence à s’installer tandis que les quelques degrés Celsius de passage à Londres ce jour-là commencent sérieusement à se faire la malle. La fin de journée s’annonce quelque peu vigoureuse…

St Paul Cathedral – New Change Street Blindé aux OGM, Lucien n’entend pas lâcher l’affaire avec ce set de marches. Après un méticuleux repérage des lieux, je m’installe subrepticement. Quelques minutes plus tard Lucien s’élance et survole le monticule de marches en switch backside 180. Aveuglé par les flashs, il lui faudra finalement six essais pour valider son trick sans l’ombre d’un gardien sur le spot. Comme quoi une pause OGM ça a parfois du bon…


Par KĂŠvin MĂŠtallier

Switch backside 180 43


Frontside five-O

48

Salut Vincent, ça roule ? C’est ta première interview, il va falloir te présenter… Ouais, ça va plutôt bien… Alors je m’appelle Vincent Milou, j’ai 16 ans, j’habite à Saubrigues dans les Landes et je skate depuis que j’ai 8 ans, à peu près…

ne voulaient pas que je skate. Allez savoir pourquoi… Du coup, j’ai fait tous les sports qui existent, même du rugby ! Jusqu’au jour où ils m’ont amené au Hall 04. Depuis, je ne me sépare plus de mon planchon, et je skate tous les jours si je peux, avec mon meilleur pote Jean Baylac.

Tu as donc déjà passé la moitié de ta vie sur un skate ! Comment tu as commencé ? Je ne sais plus trop… J’avais une vieille planche chez moi, quand j’étais tout petit, mais mes parents

Vous avez un spot de prédilection ou vous essayez de bouger le plus possible ? Quand j’étais petit, j’étais tous les jours au Hall 04, mais depuis que le skatepark a fermé, je bouge dans les Landes ou au pays Basque, et puis plus loin aussi, autant que possible.

Filmer et faire des photos est quelque chose d’assez nouveau pour toi… Oui, c’est assez récent. J’ai filmé “ma première part de street” début 2012. Faire des photos, c’est toujours l’occasion de se surpasser un peu pour rentrer des bons tricks. Et puis plus tard je pourrai dire à mes enfants : “T’as vu comme papa il dégradait le mobilier urbain !?!”.


Frontside flip


Tommy est le genre de gars qui ne se défilent pas devant les épreuves de la vie. Son “Die Trying” tatoué sur le torse et ses flingues encrés dans les hanches ne laissent guère de place à la moindre ambiguïté quant à son tempérament de battant. Sur sa planche, c’est un peu la même histoire, Tommy n’est pas là pour compter les galets, comme dirait l’autre. Il fonce dans le lard et les spots en prennent régulièrement pour leur grade, redoutant son prochain passage. Avec la naissance de son second enfant, qui approche aussi vite que les deadlines des vidéos LRG et Zero, il fallait bien que l’on essaie de le cuisiner pour en apprendre un peu plus à son sujet… Des photographies de Dave Chami et des propos recueillis par Mackenzie Eisenhour.


Justement, quels sont ceux que tu surveilles le plus dans la nouvelle génération ? J’ai bien aimé la part d’Adrien Coillard dans la dernière vidéo Cliché. Matt Débauché fait bien plaisir à voir skater aussi. Et puis il y a Max [Geronzi] bien sûr ! Même si ce n’est plus vraiment un jeune… Je le connais depuis qu’il est petit, c’est un bon… Sacré Max ! La relève ! Oui, c’est clair ! Il y a plein de jeunes qui déchirent aujourd’hui. Ils commencent plus jeunes et puis le matos est différent aussi. Nous, on a commencé à skater avec des grosses boards et des trucks super lourds, à faire des catchs… Eux, ils commencent avec du bon matos et font direct des switch flips comme des flips ! Du coup, ils progressent super vite par rapport à ce que l’on a connu à notre époque. Tout est différent aujourd’hui, à tous les niveaux… Quand je vivais aux EtatsUnis, je n’avais même pas de carte bleue, on vendait des boards 20$ pour s’en sortir, on n’avait pas de iPhone, pas d’internet… On vivait tout le temps dehors, on skatait à l’Embarcadero jusqu’à pas d’heure… Que des bons souvenirs ! Tu penses que tout est plus simple aujourd’hui ? Pas forcément plus simple, mais différent, c’est sûr. Les jeunes sont payés plus tôt aussi… Moi, j’ai commencé à gagner de l’argent avec le skate lorsque je devais avoir 22 ou 23 ans… Je crois que c’était lorsque je suis rentré chez DC, puis il y a eu Volcom qui nous a payés, puis Lordz… C’était progressif, au début les marques nous filaient 100 ou 150€ par mois, et puis ça augmentait avec le temps…

C’est bientôt la fin de l’été, qu’est-ce que tu as de prévu dans les mois qui arrivent ? Il faut que je finisse une vidéo-part qui est déjà bien avancée et puis surtout commencer à envoyer des CV pour trouver un boulot. L’automne à Barcelone, il fait encore vraiment bon, donc on va sûrement beaucoup skater ! Et pour conclure ? Je voudrais juste remercier tous ceux qui m’ont aidé et qui m’aident encore aujourd’hui : Hélas, Nike, Milk et Souljah. Peace !

78


Ollie up, puis crook Charley

79


Michael Ryan


Cody McEntire Nollie

SuGaR #149  

La première interview de Luy-Pa en 16 ans de SuGaR, une petite visite londonienne avec Lucien Clarke, Tommy Sandoval & la prochaine vidéo Ze...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you