Issuu on Google+

sudissimo

magazine

2

ARCHITECTURE

DESIGN

GASTRONOMIE

ART DE VIVRE

CITY BREAK

TENDANCES


TISSUS D’AMEUBLEMENT C R I N S & P A P I E R S P E I N T S

VICTORIA’S GALLERY

9, Av. de la Reine Victoria - BIARRITZ Tél. 05 59 22 14 14 / 06 82 99 93 91 Victoria’s Gallery

www.victoriagallery.fr

SHAD GALLERY

31, rue Bouquières - TOULOUSE Tél. 05 61 32 78 67 / 06 82 99 93 91 Shad Gallery

www.shadgallery.com


Mais quand d’un passé ancien rien ne subsiste, seules, plus frêles Mais plus vivaces, plus matérielles, plus persistantes, plus FIDÈLES.

L’odeur et la saveur restent encore longtemps.

RESTAURANT LA MADELEINE DE PROUST 11 Rue Riquet 31000 Toulouse Tél. 05 61 63 80 88 www.madeleinedeproust.com


sommaire édito 6 SHOPPING

ARCHITECTURE MAISON D’HÔTES GOURMANDISES Tout vient à point à qui sait attendre !

Sudissimo magazine édité par Sudissimo Productions, Place de l’ancien presbytère 31510 Cier-de-rivière Publicité : 05 62 00 39 41 / 06 85 13 05 82 contact@sudissimo.com www.sudissimo.com Directeur de la publication : Christophe Dasté Design graphique : Priscilla Bergès Rédaction & participation : Louis Pola, Patricia Fourcade Périodicité : Semestrielle Dépôt légal à parution Numéro ISSN en cours Impression : Indugraf Offset (ESPAGNE) TIRAGE : 10 000 exemplaires

Reproduction interdite sous peine de poursuites pénales. Ne pas jeter sur la voie publique.

On aura attendu longtemps pour avoir un printemps digne de ce nom. Dans un climat globalement morose et un hiver à rallonge, rarement le soleil ne se sera laissé autant désirer. Maintenant qu’il est là, profitez, découvrez, savourez nos belles trouvailles. Un grand merci à nos annonceurs qui, avec nous, ont choisi la différence et l’élégance. Bel été à tous. Christophe DASTÉ

Responsable de la publication

GASTRONOMIE VINS & CHÂTEAUX BOUTIQUE HÔTEL HÔTEL DESIGN ESCAPADE CULTURE ADRESSES

10 14 16 18 22 24 26 28 32 34


A TABLE

1

2

3

4

5

6

7

8

9

1/ SORT OF COAL Baton de charbon pour purifier l’eau 23,5€ 2/ CAVIAROLI Perle d’huile d’olive 44,90€ 3/ SAL DE AÑANA Stalactite de sel à partir de 58€ 4/ LØV ORGANIC Thé bio 11,60€ 5/ BORDER LINE Jus de fruits décalés 2,40€ 6/ JULIE ANDRIEU Infusion 100% bio 4,90€ la boite 7/ HUILERIE DE BEAUCAIRE Huile d’olive vierge extra et 100% Picholines 14,80€ le litre 8/ DELICA Aurea Range bouteilles 63€ 9/ SUGARPOVA Confiserie 5€ PAGE

6


TECHNO

1

2

3

4

5

6

7

8

9

1/ HEWLETT PACKARD Hp Envy tablette & pc à partir de 629€ 2/ CYKNO Vélo électrique vintage cykno.com 3/ SONY Lecteur Blu Ray 109€ 4/ LOMOGRAPHY Appareil photo La Sardina 99€ 5/ LIQUID IMAGE Masque de plongée et caméra à partir de 199€ 6/ CARDBOARD Radio en carton recyclé 38€ 7/ STADLER FORM Ventilateur Charly 119€ 8/ LIBRATONE Enceinte sans fil Zipp 450€ Idea Toulouse 9/ URBANEARS Casque audio 59€ PAGE

7


JARDIN

1

2

3

4

5

6

7

8

9

1/ FERMOB Fauteuil St Tropez à partir de 385€ 2/ FATBOY Lampe Edison The Petit 59€ 3/ HURBZ Potager design 249€ gardncity-shop.com 4/ BACSAC Sacs à plantes recyclables à partir de 30€  5/ TOBIAS GRAU Lampe à poser 209€ 6/ MANUTTI Ensemble outdoor manutti.com 7/ TOLIX Fauteuils & chaises à partir de 189€ Cour Intérieure Biarritz 8/ CUISINART Barbecue à gaz nomade et pliable 349€ 9/ BLOFIELD Fauteuil gonflable 475€ pulseshopping.fr PAGE

8


DESIGN

1

2

3

4

5

6

7

8

9

1/ PORRO Armoire Mikado 3930€ 2/ CATTELAN ITALIA Table noyer et verre 3/ GUBI Chaise en chêne 472€ 4/ MOROSA Chaises Mafalda by Patricia Urquiola 5/ SELETTI Suspension Egg of Columbus 24€ 6/ ACCUPUNTO Fauteuil Kama 890€ 7/ PROGETTI Pendule Petali 262€ 8/ OFFECCT Pouf Carry On 720€ 9/ SANCAL Canapé modulable à partir de 2380€ www.greloo.com PAGE

9


PAGE

10


architecture

Abu Dhabi L’Archi culture Reportage : Christophe Dasté - Crédits photos : Tourism Development & Investment Company (TDIC)

C

onscient que ses ressources naturelles ne seront pas éternelles, l’émirat diversifie son économie en investissant massivement ses pétrodollars dans les énergies renouvelables, les loisirs, le tourisme haut de gamme et la culture. En construisant cinq grands musées dans son nouveau quartier culturel sur l’île de Saadiyat, le riche émirat pétrolier d’Abu Dhabi compte faire une entrée remarquée dans le monde de l’art. Imaginés par cinq « starchitectes », tous lauréats du prix Pritzer, ces musées futuristes devraient tous voir le jour avant la fin de la décennie. Une fabuleuse ruée vers l’art ou comment un petit émirat veut s’imposer comme un haut lieu du tourisme culturel mondial.

Le Louvre Conçu par Jean Nouvel, ce « Louvre des sables » occupera une superficie de 64000 m2 et sera surmonté d’une vaste coupole de 180 mètres de diamètre reproduisant à l’infini le motif des feuilles de palmier entrelacées afin de laisser passer la lumière extérieure. Avec l’objectif avoué de « mettre en regard les civilisations », la collection permanente du musée proposera aussi bien des chefs-d’oeuvre de la peinture européenne (Picasso, Gauguin, Magritte...) que des miniatures islamiques ou de l’art pharaonique. Contractuellement, la France fournira chaque année quatre expositions au Louvre Abu Dabhi dont l’ouverture est annoncée pour 2015. PAGE

11


architecture

Le Guggenheim 4ème musée du nom après New York, Venise et Bilbao, il a été imaginé par le californien Franck Gehry à qui l’on doit notamment le musée du pays basque espagnol. Il proposera sa propre collection d’art moderne et contemporain centrée sur les artistes du proche orient. Elle sera complétée par les oeuvres de la fondation Guggenheim. Particularité du musée, des oeuvres monumentales seront créées in situ par de grandes signatures de l’art contemporain. Prévu pour 2017 et avec une superficie de 30 000 m2, il sera le plus grand Guggenheim au monde.

Le Centre des Arts Vivants Autre monstre sacré de l’architecture, l’anglo irakienne Zaha Hadid devrait construire le Performing Arts Center. Inspiré par la nature, avec des airs de pieuvre géante rampant vers l’eau, ce bâtiment futuriste comptera des salles de théâtre et de concerts et un opéra de 1200 places. D’immenses baies vitrées offriront une vue exceptionnelle sur la mer ou la skyline illuminée d’ Abu Dhabi. Comme le musée maritime, il fait partie de la seconde tranche de travaux et devrait voir le jour à la fin de la décennie.

Le Zayed National Muséum Confié à l’architecte britannique Norman Foster auteur entre autres du Viaduc de Millau et du British museum de Londres, il rendra hommage au Cheick Zayed, fondateur de la fédération des Emirats Arabes Unis qu’il dirigea dès sa création en 1971 jusqu’à sa mort en 2004. Ses cinq tours inclinées sont sensées représenter l’extrémité des ailes du faucon, puissant symbole culturel de l’émirat. Composé de sept galeries, dont les collections sont mises en place avec le concours du British Museum, il présentera les valeurs et les passions du défunt monarque et devrait par ailleurs être un modèle d’écologie.

Le Musée Maritime Situé au large de l’île de Saadiyat, il célébrera le patrimoine maritime de l’émirat. Le bâtiment, imaginé par l’architecte japonais Tadao Ando, sera d’une trompeuse simplicité et combinera l’eau, l’espace et la lumière à l’intérieur comme à l’extérieur. D’une surface totale de 33 000 m2, ses espaces d’expositions comprendront notamment un aquarium de très grande taille.

PAGE

12

Photo 1 : Le Louvre par Jean Nouvel Photo 2 : Le Guggenheim par Franck Gehry Photos 3 & 4: Le Zayed National Muséum par Norman Foster Photo 5 : Vue aérienne du projet Masdar City


Toulouse_S2eiche_110x190 13.06.13 14:48 Seite 1

SieMatic Individual Design

Masdar City l’autre défi futuriste d’Abu Dhabi Masdar signifie source en arabe. Cette éco cité expérimentale dans les domaines de l’énergie solaire, du recyclage des déchets et des transports propres devrait accueillir 50 000 habitants dès 2020. Avec la culture, c’est l’autre grand défi d’Abu Dhabi : devenir un état pionnier en matière d’énergies renouvelables. Futur pôle d’excellence technologique, cette cité, sans émissions de carbone et sans déchets, attire étudiants, experts et chercheurs du monde entier. Pour réaliser ce vaste projet d’une superficie de 6 540 hectares, seront construites une centrale solaire d’une puissance de 100 mégawatts, une ferme éolienne de 20 mégawatts ainsi qu’une centrale à hydrogène. Tous les toits de la ville seront recouverts de 5000 m2 de panneaux photovoltaïques. Les eaux usées seront réutilisées pour l’irrigation des cultures destinées à l’alimentation et des agrocarburants issus de cultures utilisant les eaux usées permettront de remplacer les énergies fossiles. Côté transport, le système de Personal Rapid Transit (PRT) a été retenu. Composé de petits véhicules indépendants pouvant emporter jusqu’à 10 personnes, le PRT est automatisé et circule sur voie définie. Le coût total de ce projet innovant et ambitieux avoisine les 20 milliards de dollars.

Ouvrez-vous de nouveaux horizons créatifs pour aménager votre cuisine, avec des concepts originaux qui permettent d’associer parfaitement les fonctions de la cuisine et l’architecture. Venez les découvrir chez votre conseiller SieMatic Esquirol : 32, rue des Marchands 31000 Toulouse tel: +33 (0)5 61 32 93 85 info@siematic-esquirol.fr www.siematic-toulouse.com

www.siematic-toulouse.com


PAGE

14


maison d’hôtes

MEtafort

batîsse de charme entre ciel et terre A quelques kilomètres des villages de Gordes et Pernes les Fontaines, du Mont Ventoux et du parc naturel du Luberon, Metafort surplombe un site naturel à couper le souffle. Perchée sur les hauteurs de Methamis, cette bâtisse du XVIIème siècle est une invitation au farniente et au bien-être. La piscine à débordement, contre les anciens remparts semble défier les lois de l’apesanteur. Aux vieilles pierres et au bois, Isa et Philippe ont choisi d’y associer des objets design et du mobilier vintage, ce qui confère à l’ensemble une cohérence dans un esprit contemporain et zen. Les 5 chambres de la maison proposent toutes des lits grands formats, tous les équipements high tech et des jacuzzi avec chromathérapie, playlist spéciale Metafort et huiles essentielles . Au dernier étage, celle « Sous les étoiles » permet de dormir à la belle étoile grâce à un astucieux système de lit monté sur rail qui glisse jusqu’à la terrasse. Un must. Epicuriens et grands voyageurs, Isa et Philippe ont ramené de leurs voyages des techniques de relaxation et des idées gourmandes. Elle, accomode les saveurs d’ailleurs aux produits de saison ou du terroir souvent bio. Lui vous louera les bienfaits des massages qu’il pratique à la perfection. Alors, que vous soyez fous de Provence, mordus de bien-être, accros à la sieste, lézardeuses en bikini ou amateurs de pastis, il vous sera difficile de résister au charme de Metafort. Situation : Carpentras et Pernes les Fontaines à 10 mn. Avignon, Orange et Gordes à 35 mn. Chambres de 135 à 195€ avec petit-déjeuner.

Visitez sudissimo.com et découvrez notre sélection de maisons d’hôtes dans le sud de la France

31, montée du vieil hôpital 84570 Méthamis (Provence) T. 04 90 34 46 84 M. 06 69 74 07 89 www.metafort-provence.com PAGE

15


gourmandise

El Celler de Can Roca Ibarboure, une étoile de 30 ans Sur les hauteurs de Bidart, la Table des Frères Ibarboure fait figure d’institution gourmande en terre basque. En 2013, Philippe et Martin, les deux frères, aujourd’hui séparés car ayant choisi de travailler avec leurs enfants, fêtent leur étoile qu’ils ont su conserver 30 ans durant. Un bel événement et l’occasion unique de réinterpréter les plats millésimés qui ont fait la réputation de la maison. Pensez à réserver ! La Table des Frères Ibarboure Chemin de Ttalienea 64210 Bidart

Hanoï express De retour du Viet Nam, Thomas Dulysse, alias Monsieur Cyclofood, a plaqué sa vie d’agent de voyage pour se lancer dans la restauration de rue. Sillonant Toulouse avec son triporteur, il propose à l’heure du déjeuner ses fameux Bánh mì qui allient saveurs asiatiques à la traditionnelle baguette. Géolocalisable via l’application iphone Glympse, Thomas présente également son itinéraire du jour à ses fans via facebook. Laissez vous tenter par l’Asie !

Savamment orchestré par le magazine anglais Restaurant, le contesté classement des 50 meilleurs restaurants du monde fait le buzz et tente de damer le pion au Michelin. Quelques années après la suprématie de Ferran Adria à Rosas, c’est la merveilleuse table des trois frères Roca à Gérone qui monte sur la plus haute marche du podium. Ils détronent le Noma de René Redzepi à Copenhague qui passe second. Le chef italien Massimo Bottura et son Osteria Francescana à Modène est numéro 3. El Celler de Can Roca www.cellercanroca.com Gérone (ES) Tél. 0034 972 22 21 57

Michel Bras anoblit le fast-food On l’attendait au Capitole, la rumeur l’envoyait place de la Trinité, ce sera finalement tout proche du marché Victor Hugo que Michel Bras, unique chef triplement étoilé de Midi-Pyrénées, s’installera à l’automne. Les toulousains découvriront le capucin, un sandwich gourmand en forme de cône garni des meilleurs produits de la région. Après Toulouse, d’autres points de vente pourraient voir le jour dans les grandes métropoles françaises. Disponible à partir de 4,60€, vous n’aurez plus à choisir entre le prix et la qualité.

Tél. 05 59 54 81 64

PAGE

16

Monsieur Cyclofood

Capucin, signé Bras

www.monsieur-cyclofood.com

6, rue du Rempart Villeneuve

Tél. 06 63 94 93 78

31000 Toulouse

15 envies, le guide des gourmets ! Édité chaque année en versions Toulouse et Côte Basque, les éditions 2013 du pocket guide 15 envies viennent de paraître. Offert dans les hôtels, les marchés et les commerces de bouche principalement, ce mini-guide propose un concentré de tables essentielles, des plus tendances aux chouchous des guides gastronomiques. Gratuit, pratique et esthétique, voici un allié de choix pour préparer vos sorties gourmandes !


FOODPAIRING L’Art d’associer les saveurs

t

r

a

i

t

e

u

Cours de cuisine pour groupes et sociétés

image foodpairing.com

L

ittéralement « appariement d’ingrédients » le foodpairing permet d’associer deux aliments en fonction de leurs ressemblances moléculaires. Tout a débuté dans les cuisines du Fat Duck en banlieue de Londres. Son chef, Heston Blumenthal, grande figure de la cuisine moléculaire est surpris de l’association parfaite du caviar et du chocolat blanc. Désireux d’en connaître les raisons, il se tourne vers une grande société d’arômes qui décèle de nombreuses molécules en commun. Le Foodpairing est né. Tout commence donc par l’analyse d’un produit que l’on cherche à associer. Après analyse, on obtient une carte d’identité des molécules responsables de la saveur d’un produit. Pour schématiser le résultat, le produit principal est placé au centre d’un arbre autour duquel gravitent les aliments qui lui correspondent le mieux. Plus la branche est courte, plus l’association fonctionne. L’intérêt du foodpairing est donc de faire apparaître de nouvelles combinaisons originales. Ne soyez donc pas surpris si l’on vous propose une soupe de fraises aux copeaux de parmesan ou une purée de carottes à la violette.

r

Stéphane Réau Tél. 06 61 82 22 69 www.cooking4u.fr - contact@cooking4u.fr


gastronomie

L’Amphitryon Yannick Delpech Reportage : Christophe Dasté - Crédits photos : David Nakache

E

ntré à l’Amphitryon comme chef pâtissier en 1997, le parcours de Yannick Delpech a tout de celui d’un surdoué. Lorsqu’en 1999, il convient de remplacer le chef de l’Amphitryon sur le départ, les propriétaires de l’époque sont face à un choix délicat : se lancer dans le recrutement long et compliqué d’un nouveau chef ou confier le poste à Yannick Delpech qui connaît bien la maison. Cette seconde solution est finalement retenue, bien leur en a pris. En 2000, il décroche sa première étoile au guide rouge et devient à 24 ans le plus jeune chef étoilé de France.

Les critiques en sont fans, les guides l’honorent : en 2008, il est distingué d’une deuxième étoile. La belle histoire aurait pu prendre fin dans la nuit du 28 août 2011 lorsqu’un incendie accidentel détruit une grande partie de l’Amphitryon. C’était sans compter la détermination de Yannick Delpech et de Sandrine Batard, sa charmante associée, qui se sont battus pour conserver leur personnel et rouvrir leur Amphitryon après plusieurs mois de travaux. Visite des lieux et dégustation!

PAGE

19


gastronomie

A

vec le concours de l’architecte toulousain Michel Estève, l’ Amphitryon s’est modernisé. De grands cubes contemporains habillent désormais l’ancien bâtiment. Celui de gauche, relié au reste du restaurant par un couloir de verre toute en transparence accueille un petit salon de dégustation. Une fontaine murale et un lustre représentant des gouttes multicolores symbolisent l’Eau, un des quatre éléments déclinés dans la nouvelle décoration du restaurant avec l’Air, le Feu et la Terre. L’autre cube situé à droite est occupé par le laboratoire de pâtisserie et la cuisine. En prolongement du restaurant, la terrasse sur jardin a également pris ses aises pour le plus grand confort des convives. Dès l’arrivée, on apprécie l’accueil souriant, professionnel mais pas guindé comme c’est parfois d’usage dans les maisons de ce standing. Installé sous la grande verrière, la lecture de la carte est un voyage régional entre Lauragais et Bigorre, entre Val d’Aran et Quercy. Pour Yannick Delpech, la sélection des meilleurs produits de la région est essentielle à la réussite de ses plats. Il aime particulièrement la sardine qu’il associe au caviar bio des Pyrénées espagnoles. Il sculpte le Porc Noir de Bigorre de la tête aux pieds, révèle le vrai goût des produits. Tout en respectant les bases de la grande cuisine française, il ose associer les anchois frais et marinés au foie gras poêlée. Ses créations, entre classicisme et modernité, surprennent par leur belle esthétique et la justesse de leurs cuissons.

PAGE

20

En fin pâtissier, ses desserts sont aussi de haute volée. La part de gâteau, praliné aux céréales et gianduja, sorbet au citron confit adroitement réalisée, résume en un plat cette cuisine jeune et créative, véritablement gourmande. Les conseils du sommelier vous seront de grande utilité pour dompter la carte des vins, primée comme étant une des plus belles du Sud-Ouest. Des petits vignobles de la région aux grandes étiquettes, ce n’est pas loin de 1000 références qui se côtoient en sous-sol. Autodidacte et passionné par son métier, Yannick Delpech aime partager ses connaissances deux fois par mois le samedi matin lors de cours de cuisine. Marmitons et épicuriens peu expérimentés se retrouvent dans les cuisine de l’Amphitryon, autour de produits de saison, pour reprendre des plats signatures du chef. Un beau moment de convivialité et de gourmandise. Une occasion presque unique de côtoyer un des chefs les plus talentueux de sa génération. Déjeuner à 36€ en semaine - Menu Par amour du goût à 78€ et menu dégustation à 128€ Ouvert 7 / 7 jours

L’Amphitryon Chemin de Gramont. 31770 Colomiers Tél. 05 61 15 55 55 www.lamphitryon.com


ons sti s e u q ide rap

à Ya D e l nnick pec h

Entre deux services, le chef doublement étoilé de l’Amphitryon a pris quelques minutes pour répondre à nos questions. Où puises-tu ton inspiration au quotidien ? Dans la vie de tous les jours, un lieu, une odeur... Tous types de situations peuvent être source d’inspiration, pas forcément sur le moment d’ailleurs. Certaines émotions restent dans mon subconscient. Quels sont tes produits fétiches, ceux que tu aimes le plus travailler ? En premier lieu les coquillages et crustacés... pour leurs accords à l’infini... l’appel du large. Quelles sont les tables qui te procurent le plus d’émotion, les lieux que tu aimes fréquenter ? Toutes les tables qui racontent une histoire, que ce soit des bistrots ou des restaurants gastronomiques, en famille ou avec de bons amis. Un nouvel Amphitryon, un livre de recettes, as-tu de nouveaux projets? Des nouveaux projets... oui, j’en ai toujours. Comme tous les projets, entre la pensée et la concrétisation, il y a tout un parcours d’obstacles qui peut prendre un certain temps. La troisième étoile, tu y penses le matin en te rasant ? Le matin, je me rase rarement. Et quand je me rase, je siffle.

PAGE

21


vins et châteaux

Château Puech Haut MIP Made in Provence Château Minuty Remarquablement situé sur la presqu’île de Saint-Tropez, ce Côtes de Provence fut l’une des 23 propriétés distinguées comme « Cru Classé des Côtes de Provence » en 1955. 80% de la production du domaine est consacrée aux rosés haut de gamme qui ont assis la réputation de la maison sur les plus belles tables de la Côte d’Azur. Rose et Or est un vin cristallin au caractère franc. Fruité et frais, il accompagnera à la perfection vos repas estivaux. Autour de 20€

Valeur montante en appelation Provence, ce vin rosé tout en finesse du Domaine Sainte Lucie a su autant se faire remarquer pour ses qualités que par l’élégance de sa bouteille. Idéal pour un apéritif entre amis, un repas léger ou des plats provençaux, il est à boire dans l’année suivant la récolte. Autour de 11€

Domaine de Pellehaut Sur les côteaux du Gers, face aux majestueuses Pyrénées, le domaine de Pellehaut perpétue la tradition familiale du travail de la vigne depuis le XVIIIème siècle. Harmonie de Gascogne est le fruit de l’assemblage de Chardonnay et de cépages locaux comme Gros-Petit Manseng, Folle Blanche ou Colombard. Fruité, il ravira les amateurs de blancs légers. A boire jeune dans les deux ans qui suivent le millésime. Autour de 6€

PAGE

22

Situé au nord-est de Montpellier, sur les premiers contreforts des Cévennes, le Château Puech-Haut s’est imposé en peu d’années comme l’une des propriétés les plus en vue du Languedoc. Vif et fruité, le Prestige Rosé se déguste frais et s’apprécie tant à l’apéritif que lors d’un repas d’été. Autour de 10€

Mazuelo de la Quinta Cruz Miguel Merino est l’un des rares viticulteurs dans le Rioja Alta à produire un 100% Mazuelo, vieux cépage régional longtemps délaissé. Proche du Carignan français, ce cépage donne un vin aux notes épicées et aux arômes de fruits secs qui est très différent des vins produits traditonnellement dans cette région d’Espagne. Millésime 2009 à 16€ la bouteille


19 05

Benoît Serres Une Saga familiale depuis 1841

C

omme aime le préciser Jean-Benoît Serres, qui incarne aujourd’hui la marque qui porte son nom, « les maisons familiales dans ce secteur d’activité doivent se compter sur les doigts d’une main au XXIème siècle ». En Midi-Pyrénées en tous cas, Benoît Serres a su traverser les époques depuis 1841. Il est loin le temps où Antoine Serres distillait dans l’arrière boutique de son bistrot à Salviac, un petit village du Quercy. La marque, qui a connu ses heures de gloire grâce à son Eau de Noix, a évolué au fil du temps en se diversifiant. En 1950, Georges Serres, dans son jardin toulousain, tombe sous le charme d’une petite fleur à la couleur et à l’odeur singulière. Il invente la Liqueur de Violette, aujourd’hui symbole de la ville de Toulouse. Quelques années plus tard, il associe cognac et liqueur à base d’amande : Le Donjon est né. Pourtant peu connu dans sa région d’origine, c’est aujourd’hui le spiritueux le plus vendu de la maison. Le Donjon est très consommé dans l’Ouest de la France où les gens l’apprécient quasi quotidiennement. L’eau de noix s’offre une nouvelle jeunesse La recette de l’Eau de Noix est restée inchangée depuis sa création en 1841. Le jus de noix vertes, cueillies en juillet dans le Périgord, macèrent dans des grands fûts de chêne avec de fines eaux de vies du terroir pendant plusieurs années. A la fin des années 40, elle collectionne les récompenses dans les concours et foires agricoles. Puis, au fil des années, ses ventes stagnent et elle tombe en désuétude : il est en effet difficile de lutter contre les grands groupes de vins et spiritueux qui mènent bataille à coup de massives campagnes publicitaires pour imposer de nouvelles boissons aux goûts standardisés et plaire au plus grand nombre de consommateurs sur la planète. Aujourd’hui, l’ Eau de Noix bénéficie de son ancrage local et son image terroir pour revenir sur le devant de la scène. Le rêve de Jean-Benoît Serres de voir « l’Eau de Noix présente dans tous les restaurants, cafés et cavistes de la région » n’est pas encore réalité. Cependant, il est de plus en plus fréquent de la déguster en cocktail ou en digestif et de la voir associée à la glace en dessert. Certains chefs sont même tombés sous le charme de son goût subtil et la marient aux produits du terroir. Le rêve de Jean-Benoît pourrait devenir réalité beaucoup plus tôt qu’il ne l’imagine.

50 19

une recette d’été de JBS

Soupe de melon aux groseilles rafraîchie à l’Eau de Noix - Claude Taffarello Ingrédients - 4 petits melons bien mûrs - 1 barquette de groseilles - De l’Eau de Noix Serres. Préparation : Façonnez des billes de melon ou des cubes. Déposez-les dans une coupelle et mélangez-y les groseilles. Aujouter au moment de servir l’Eau de Noix Serres. Notre avis : Un dessert fort en goût et léger en ventre. Idéal après un gros repas d’été.

PAGE

23


PAGE

24


Boutique hôtel

Château La

Thuiliere

Boutique hôtel d’un nouveau genre en Périgord noir

Jordi et Eduard, actuels propriétaires originaires de Barcelone, ont réssuscité ce château de style Tudor édifié en 1889 par un prospère commerçant revenu des Indes et qui voulait offrir à sa future femme une résidence d’été digne de ce nom. En construisant leur projet d’hébergement, ils ont réussi à créer une douce harmonie entre les éléments d’architecture anciens, grandes cheminées, vitraux, moulures des plafonds et le mobilier design qui habille les pièces du château. Les chambres, équipées comme dans les hôtels de luxe, offrent toutes des lits king size, cafetières Nespresso, fleurs fraîches et fruits de saison. Au rez-de- chaussée, l’ancienne salle de bal et sa cheminée monumentale s’est muée en salon-bar aux sofas moelleux. Les épicuriens apprécieront la cuisine contemporaine et décomplexée du chef qui marie habilement produits du terroir souvent bio aux saveurs ibériques. Dès les beaux jours, on aime profiter du jardin aux arbres centenaires, d’un bon bouquin à l’ombre des sapins ou du couloir de nage au liner noir du plus bel effet. Bucolique et chic, le Château la Thuilière est un de ces spots discrets comme on les aime. Situation : 55 kms de Saint Emilion, 100 kms de Sarlat et de Bordeaux. Chambres à partir 150€ la nuit.

Visitez sudissimo.com et découvrez notre sélec-

24400 Saint Front de Pradoux (Dordogne) Tél : 06 45 35 36 82

tion d’hôtels et de maisons d’hôtes dans le sud de la

w w w. l a t h u i l i e r e . n e t

France. PAGE

25


hôtel design

Lorsqu’ils ont fait appel aux architectes barcelonais Emiliano Lopez & Monica Rivera, les propriétaires souhaitaient sortir des sentiers battus avec un budget limité. Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître. Depuis sa création en 2007, l’hôtel rafle des prix de design dans le monde entier. Difficile en effet de rester insensible à son architecte minimaliste et atypique dans ce paysage lunaire digne de l’Ouest américain. A seulement deux heures de la frontière française, au pied des Pyrénées, le parc naturel des Bardenas Reales, classé réserve de la biosphère par l’Unesco, est une terre aride balayée par les vents forts avec des écarts de températures extrêmes.

Vous voilà plongé dans un autre monde, une atmosphère étrange comme dans un film de David Lynch. Les 22 chambres et suites, conçues comme des caissons étanches sont dépouillées, habillées de blanc, de bois clair et baignées de soleil. Elles possèdent une large fenêtre en forme d’alcôve qui accentue l’immensité et la singularité du paysage. Certaines disposent d’un patio privatif et de baignoires extérieures grand format déssinées par les architectes catalans.

AIRE DE BARDENAS

En soirée, on apprécie le patio et ses guirlandes d’ampoules qui prolongent le bar. Le restaurant, avec ses tonalités brunes et son sol incrusté de pierres polies de l’Ebre, s’ouvre sur le potager où poussent oignons, artichauts et coeurs de sucrines. Les créations du chef privilégient les produits de Navarre, les légumes verts, l’agneau. La carte des vins permet quelques belles découvertes de crus locaux ou de la Rioja voisine. Et si le luxe était le désert ?

Design dans

le désert

Face à une ligne d’horizon peuplée d’éoliennes, l’hôtel est un assemblage de modules métalliques s’ouvrant à 180° sur le désert. On y accède par une piste de rocaille. Là, des caisses à fruits et légumes superposées faisant office de clôture et de coupe-vent, marquent l’entrée.

AIRE DE BARDENAS * * * * Carretera de Ejeo, km1,5 31500 Tudela - Espagne Tél. 00 34 948 11 66 66 www.airedebardenas.com

A partir de 165€ la nuit

PAGE

27


escapade

Saint-Jean-de-Luz L’art de vivre basque

Saint-Jean-de-Luz est née sur un site original de terres basses et humides à l’embouchure de la Nivelle, d’où son nom basque Donibane Lohizune (Saint-Jeandes-Marais). La ville connut son heure de gloire en l’an 1660 lors du mariage du roi Louis XIV avec l’infante Marie-Thérèse d’Autriche, fille ainée du roi d’Espagne. Unique baie de la côte basque, la cité fut jadis un haut lieu de la pêche à la baleine, les pêcheurs y ayant trouvé un refuge naturel pour abriter leurs bâteaux des caprices de l’océan. La raréfaction des cétacés le long des côtes au cours du XIVème siècle incite les pêcheurs à s’aventurer toujours plus loin, de l’autre côté de l’océan. Les marins découvrent Terre Neuve et la morue, dont la pêche est à l’origine d’un développement économique sans précédent. Reportage : Christophe Dasté - Crédits photos : Earl Eliason - cdt64

PAGE

29


escapade

G

énéreux durant des siècles, l’océan se retourne plusieurs fois contre la ville. A de nombreuses reprises, Saint-Jean-de-Luz faillit être submergée par les effets dévastateurs de la houle et de l’érosion marine. Malgré les travaux entrepris par Louis XVI visant à fermer partiellement la rade, un quart de la ville est détruit lors de la grande tempête de 1822. En 1854, Napoléon III, amoureux de la côte basque, décide la fermeture de la baie. Trois grandes digues sont construites : celle de Socoa (325 mètres), de Sainte Barbe (180 mètres) et de l’Artha (250 mètres). Les travaux sont complexes et dureront 30 ans. Composées de milliers de blocs de béton de 50 tonnes, elles sont chaque année entretenues selon les mêmes techniques que celles utilisées il y a un siècle. Désormais protégée, Saint-Jean-de-Luz va connaître une formidable prospérité avec l’essor des bains de mer dont on découvre les vertus thérapeutiques. Les premiers établissements de bains sont créés en vue d’attirer la clientèle étrangère fortunée. Avec l’arrivée du chemin de fer, de riches étrangers se font construire de splendides villas et s’adonnent aux bains de mer, mode lancée par l’impératrice Eugénie. Les infrastructures de loisirs se développent : casino, dancing et golf ouvrent leurs portes. Au début du XXème siècle, Saint-Jean-de-Luz est une station balnéaire à la mode. On y croise des têtes couronnées de toute l’Europe parmi lesquelles le Prince de Galles, Alphonse XIII d’Espagne, les grands ducs Boris et Paul de Russie ou le prince de Bavière. Avec les premiers congés payés, le développement touristique de la ville s’accélère. Le centre ville est assaini et aménagé, les rives de la Nivelle canalisées par des digues. Hôtels et restaurants ouvrent leurs portes.

PAGE

30

Tout en s’étendant , la cité luzienne a su conserver son âme. Les traditions basques y sont encore vivaces : la région compte de très nombreuses chorales profanes ou religieuses, masculines ou mixtes. On y joue à la pelote basque et chaque été les internationaux de cesta-punta attirent les meilleurs joueurs du monde. Il y a également le golf et le surf. Saint-Jean-de-Luz a accueilli le troisième golf français en 1892 - après Pau et Biarritz - et le mythique spot de Lafitenia est un incontournable pour les surfeurs à la recherche de sensations fortes. La cuisine basque à l’honneur Saint-Jean-de-Luz étant un port, on y déguste d’excellents merlus de ligne, daurades, thons et sardines. Le Ttoro est un plat emblématique de la ville. Entre soupe de poissons et ragoût, il est composé de poissons en morceaux, de coquillages et crustacés relevés de tomate, ail et piment d’Espelette. Plus simple, le Marmitako est lui exclusivement à base de thon. Impossible de venir à Saint-Jean-de-luz sans goûter aux macarons de la maison Adam dont la recette, secrètement gardée depuis 1660, se transmet de père en fils. Les Mouchous, inventés en 1950 par Robert Paries, sont eux de petits macarons légers et moelleux, riches en amande et pauvres en sucre, accolés deux à deux. Ils assurent avec le Kanouga (caramel mou au chocolat noir) la réputation de cette autre maison familiale. Quelques sites à visiter La maison Louis XIV, construite en 1643 par Joannis de Lohobiague, riche armateur luzien. La maison de l’Infante célèbre pour avoir accueilli l’Infante d’Espagne. La place Louis XIV qui accueille bals, concerts et toros de fuego les soirs d’été. Le front de mer à la découverte de l’architecture balnéaire.


OÙ DORMIR

SE RESTAURER Les tables qui célèbrent les produits du terroir ne manquent pas. Parmi les incontournables, Chez Kako, face aux Halles, séduit le tout Saint-Jean-de-Luz et les touristes en goguette avec ses chipirons à la plancha, son merlu à l’espagnole, sa blonde d’Aquitaine et ses tapas au comptoir. Les amateurs de poissons n’hésiteront pas à traverser la Nivelle pour goûter aux créations de Sylvain Mauran qui sublime les produits de la mer dans son restaurant l’Ephémère. Discret et dépaysant avec son incroyable parc arboré, le Parc Victoria vous reçoit en bordure de piscine pour déguster la cuisine gastronomique de Guillaume Applaincourt, très inspirée du Pays Basque. Enfin, sur les hauteurs de la ville, Ilura offre une vue à couper le souffle sur la côte basque : La cuisine inventive et raffinée de Fabrice Idiart est une pure merveille. Chez Kako. Place du marché. Tél. 05 59 85 10 70 L’éphémère. 15 Quai Maurice Ravel. Ciboure. Tél. 05 59 47 29 16

Qu’elles soient de charme, design ou de luxe, les offres d’hébergement ne manquent dans la cité luzienne. Sudissimo.com vous a sélectionné de beaux hôtels et de belles maisons d’hôtes à Saint jean de Luz et dans les villages avoisinnants. Sur l’océan ou en retrait de la côte, vous aurez l’embarras du choix. Visitez notre site pour préparer votre séjour !

Le Parc Victoria. 5, rue Cépé. Tél. 05 59 26 78 78 Ilura La Réserve. 1 Rue Gaëtan de Bernoville. Tél. 05 59 51 32 00

Chambres d’hôtes à partir de 80€ la nuit et hôtels à partir de 95€ .

INSOLITE

BALADES

Egiategia, vignoble atypique

Les possibilités de balades sont nombreuses au départ de SaintJean-de-Luz. Privilégiez le sentier du littoral qui offre de superbes panoramas sur la côte. Long de 25 kms, il rejoint Bidart à Hendaye. Au nord, allez jusqu’à Guethary en longeant le mythique spot de surf de Lafitenia. Au sud, la corniche vers Hendaye offre des vues somptueuses sur les montagnes basques.

Ingénieur agronome et oenologue chevronné, Emmanuel Poirmeur a convaincu en 2007 la commune d’Urrugne de lui louer quelques hectares de terre sur le site classé de la corniche, entre Rhune et océan. Il a installé son chai dans les sous-sols du fort de Socoa, dans une ancienne réserve de poudre du XVIIème siècle qu’il a totalement réhabilitée. Le concept le plus original est d’élever son vin sous l’eau dans des cuves en béton immergées à quinze mètres de fond dans la baie de Saint-Jean-de-Luz. Le fruit de cette vinification hors du commun, un vin doux et minéral légèrement perlant en bouche. Goûtez-le frais lors d’un apéritif !

Saint-jean-de-luz EXPRESS

Enfin, une balade jusqu’au fort de Socoa permet d’accéder à l’une des digues protégeant Saint-Jean-de-Luz.

Accès par avion : Aéroport de Biarritz à 15 kms, aéroport de Fontarrabie à 17 kms Accès par autoroute : A 63, sortie 3 de Bordeaux, sortie 2 de l’Espagne Accès par train : Gare SNCF (Paris environ 5h40, Bordeaux 2h10, Toulouse 4h15) Office du tourisme : 20, bd Victor Hugo 64500 Saint-jean-de-luz Tél. 05 59 26 03 16 www.saint-jean-de-luz.com PAGE

31


culture

La Galerie du Château d’Eau, première mondiale En 1974, sous l’impulsion du photographe toulousain Jean Dieuzaide (1921 - 2003), la ville de Toulouse est la première dans le monde à accueillir une galerie publique entièrement dédiée à la photographie. Elle représente aujourd’hui un fonds de plus de 5 000 photographies, et accueille chaque année 6 expositions permettant d’aborder les champs de la photographie contemporaine. Jean Dieuzaide demeure la figure tutélaire de la photographie toulousaine à plus d’un titre : on attend avec impatience l’émergence d’un lieu qui lui soit consacré, avec une collection potentiellement riche de 600 000 négatifs ! Autre figure toulousaine, membre elle aussi du Cercle des XII, Germaine Chaumel (1895 - 1982 ), fut reporter pour les journaux puis photographe de studio entre les années 30 et 50. Une exposition récente à l’Espace EDF Bazacle a permis de redécouvrir son travail. Le succès qu’elle a rencontré - avec plus de 40 000 visiteurs en trois mois - est un signe de l’intérêt du public pour la photographie à Toulouse...

PAGE

32

Evoquons aussi Jean-Marc Bustamante, qui fait son retour à Toulouse comme Directeur Artistique du Toulouse Art Festival (anciennement Printemps de Septembre). Il a marqué, avec ses tableaux, l’irruption de la photo dans l’art contemporain. Ses œuvres sont présentes aujourd’hui dans les collections du MoMA à New York ou du voisin MACBA à Barcelone. Septembre 2013 : un Mois et une Nuit de la Photo Clé de voûte du premier mois de la Photo qui aura lieu en septembre 2013, le 14 septembre sera à marquer d’une pierre blanche comme étant la première nuit de la photo. Elle réunira pour des projections nocturnes (de la Prairie des Filtres au Bazacle en passant par l’Espace SaintCyprien et le Château d’Eau) les forces vives de la photographie toulousaine, et elles ne manquent pas, qui font sortir la photographie des cimaises habituelles pour prendre place dans l’espace public ! Photo 1 : Le concorde dans son filet - Jean Dieuzaide 1968 Photo 2 : La galerie Pinxit, Place Saint Etienne - Toulouse Photo 3 : La galerie du Château d’eau, Place Laganne - Toulouse


Manifesto, présente depuis 11 ans au Grand Rond le travail d’une douzaine de photographes sélectionnés par un jury de haut vol après un appel à projet très couru en Europe. Photographies d’auteur, documentaires ou purement artistique, avec en invité d’honneur Alain Fleischer : une ouverture formidable sur des talents à découvrir ! MAP, Mois Amateur de la Photographie, créé à l’initiative de Jean-Stéphane Cantero et Pierre Garrigues, qui en assume seul aujourd’hui la direction, fait la part belle aux amateurs, de plus en plus nombreux, avec le développement de la photographie numérique et de la phonéographie (vous aussi avez peut-être 2356 photos sur votre téléphone !). Biz’Art Pop, où Prune Bérest choisit chaque année un mot – cette année, élégance – abordé par le regard de plusieurs grands photographes (Shoji Ueda, Isabel Muñoz, Jean-Baptiste Huynh et Frank Horvat) dont les 57 photographies très grand format sur Dibond prendront place dans le jardin Raymond VI, à deux pas des Abattoirs. Quant à la Maison de l’Image, en projet pour 2015 à la Reynerie, elle permet d’oreset-déjà à quarante-deux enfants de onze à dix-sept ans, originaires du Mirail, de Bellefontaine et de la Reynerie de travailler avec le grand photojournaliste Reza, sous le parrainage de Clément Poitrenaud. Un travail qui sera lui aussi présenté pendant MAP. Du côté des galeries, on peut saluer l’arrivée récente sur la Place St Etienne, làmême où Mme Dieuzaide tenait galerie, de la Galerie Pinxit. Après Gérard Uféras, Denis Piel et la première exposition toulousaine de Guenahel Orgebin et de ses Madones, elle proposera à partir du 4 juillet sa quatrième exposition, « 1h », du photographe allemand Hans-Christian Schink, où une pose d’une heure avec le soleil invite à une pause poétique ou métaphysique. Suivront cet automne les photographies de Pascal Dusapin, tout juste décrochées des cimaises de la Maison Européenne de la Photographie, et un hommage à Pannonica de Koenigswarter, où Toulouse découvrira après Arles, New York, Berne et Montreux les polaroïds de ses amis jazzmen, et leurs trois vœux… Signalons aussi à deux pas de la Halle aux Grains le Laboratoire Photon, haut lieu du tirage traditionnel ou numérique sur tous supports, qui présente aussi dans sa Galerie ses coups de cœur et l’arrivée récente de Yellow Korner qui commercialise des photographies d’art en tirage limité. N’en doutons pas, si aujourd’hui on associe spontanément au mot photographie les villes d’Arles (et ses Rencontres, fondées par Lucien Clergue, Michel Tournier et Jean-Michel Rouquette) ou de Perpignan (avec son Visa pour l’Image), on peut parier sur Toulouse pour se faire une place bien à elle dans le panorama photographique… au premier plan ! Louis Pola

PAGE

33


adresses sélectionnées

L’INSTANT... CUISINE GASTRONOMIQUE & PRODUITS BIO

HÔTEL 4 ÉTOILES CENTRE VILLE - 200m. grande plage

4, Rue du Port Vieux - 64200 Biarritz 05 59 24 84 65 restaurant-linstant.com

8, rue Maison Suisse - 64200 Biarritz 05 59 22 64 60 www.hotel-alcyon-biarritz.com

Castet

LE PIC SAINT LOUP

HÔTEL & RESTAURANT

RESTAURANT GASTRONOMIQUE & HÔTEL DE CHARME

RESTAURANT GASTRONOMIQUE

Avenue de la Gare - 31220 Martres Tolosane 05 61 98 80 20 - www.hotelcastet.fr

7, rue Saint Léon - 31400 Toulouse 05 61 53 81 51 www.restaurantlepicsaintloup.com

N

carolinenaudin chef à domicile - COURS DE CUISINE TRAITEUR - STYLISME CULINAIRE

HOME STAGING - DÉCORATION D’INTÉRIEUR COACHING DÉCO - CHÊQUE CADEAUX

31000 Toulouse contact@miakhcuisine.com 06 83 89 13 06 - www.miakhcuisine.com

31600 Seysses 06 34 10 29 67 www.carolinenaudin.com

Abonnez-vous à Sudissimo Magazine pour 6€ par an. (2 numéros) Envoyez votre règlement par chèque ainsi que vos nom, prénom, adresse et email à l’adresse : Sudissimo Magazine, Place de l’ancien presbytère - 31510 Cier-de-rivière Offre exclusivement réservée à la France Métropolitaine et dans la limite des stocks disponibles. Conformément à la loi «Informatique et Libertés» N° 78-17 du 6 Janvier 1978 , vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification que vous pouvez exercer en vous adressant au Service Abonnement.

!

devenez curieux

LA VENTE PRIVÉE par sudissimo.com

créateur d’envie

Rejoignez-nous sur FACEBOOK pour être informé du lancement

PAGE

34


Poursuivez l’expérience Greloo depuis chez vous sur greloo.com

mobilier, luminaireS, tapis, linge de maison, art de la table, senteurs, objets déco - showroom 43, rue Pharaon 31000 toulouse 05 61 14 12 37 - www.greloo.com


be apart

www.2beapart.com

Location d’appartements meublés à Paris, Lyon et Bruxelles Et bientôt dans votre région ! Bordeaux, Toulouse, Biarritz Propriétaires, Pour plus d’informations, n’hésitez pas à nous contacter tél.

01 55 30 04 31

contact@2beapart.com


Sudissimo magazine n°2