Issuu on Google+

Rapport annuel 2011 FéDéRATION SUISSE DU TOURISME PARTENARIAT. POLITIQUE. QUALITÉ.


Fédération suisse du Tourisme | Finkenhubelweg 11 | Case postale 8275 | 3001 Berne Tél. 031 307 47 47 | Fax 031 307 47 48 | info@swisstourfed.ch | www.swisstourfed.ch Direction: Mila Trombitas | Impression: Länggass Druck AG, Berne | Rédaction: Chantal Beck, Fabienne Känel, Nadja Matthey-Doret, Mario Lütolf Lectorat: Renate Dubach, Berne | Photos: Yoshiko Kusano, Berne | Design: Grünig Corporate Design, Berne et info-werkstatt, Berne Toutes les photos dans ce rapport annuel montrent la région du Grimsel. Nous remercions les Forces motrices del l’Oberhasli SA pour le soutien pendant la séance photo.


1

sommaire

AVANT-PROPOS

3

Tourisme

5

Le tourisme au plan international

6

Le tourisme en Suisse

8

La parahôtellerie en Suisse

11

Politique et économie

13

Politique touristique

14

Prises de position

16

Économie touristique

18

Développement durable

19

Promotion de la qualité

21

Programme qualité du tourisme suisse

22

Classification des appartemens de vacances et des chambres d’hôtes

23

Labels familles bienvenues et destination wellness

25

Formation

27

Fédération

29

Annexe

32

Commentaires aux comptes annuels

32

Bilan

34

Compte de pertes et profits

35

Rapport de l’organe de révision

36

Organes

37

Membres

39


3

AVANT-PROPOS

Plus de touristes en Suisse. Moins de nuitées. Records dans les villes. Pertes dans les régions alpines. Hausse du nombre de visiteurs venant de pays lointains. Perte de clients réguliers issus des principaux marchés de la zone euro. – Les ressources supplémentaires pour la promotion du tourisme vont-elles compenser la faiblesse de l’Euro?

taire et conjoncturelle qui a lourdement pesé sur le tourisme suisse. L’évolution du taux de change entre le franc suisse et l’euro a réduit à néant la plupart des progrès en matière de productivité et rogné le succès remporté par les prestataires touristiques. Les acteurs politiques ont réorienté les instruments de la politique touristique et assuré le financement de la promotion de la demande et de l’innovation pour 2012– 2015. Mais ils sont toujours mis au défi de contribuer à l’amélioration des conditions cadres économiques.

En 2011, la Suisse a accueilli 26 213 touristes de plus qu’en 2010. Cette bonne nouvelle a été gâchée par le fait qu’ils sont restés moins longtemps, ce qui a abouti à une diminution de 2 % du nombre de nuitées. La part des touristes suisses est restée élevée ; les séjours en ville ont été appréciés, mais les destinations alpines ont perdu en part de marché. Des changements en ce qui concerne les marchés d’origine donnent à penser que la promotion est excellente sur les marchés de croissance. En outre, ils attestent d’une dynamique qui va placer le tourisme suisse face à de grands défis.

La Fédération suisse du tourisme a défendu les intérêts communs de ses membres au plan national, et continuera à le faire, car elle est convaincue qu’il est d’une importance capitale – de veiller à ce que le secteur touristique, qui compte tant pour l’économie publique, se fasse entendre d’une seule voix face aux enjeux professionnels majeurs, – de garantir activement la qualité des offres dans les établissements touristiques et les destinations, – de se consacrer aux exigences de formation et de perfectionnement des spécialistes touristiques qualifiés.

Au cours de l’année record 2010, on avait déjà insisté sur l’importance de la stabilité des conditions cadres économiques et politiques. Mais en 2011, c’est justement la situation moné-

Nous vous remercions de la confiance que vous accordez à l’équipe de la FST.

En 2011, les médias ont suscité le désarroi en publiant les gros titres suivants:

– – – –

Dominique de Buman Président

Mario Lütolf Directeur


5

Tourisme PRèS D’UN MILLIARD DE VOYAGEURS

Le secteur du tourisme a continué sa croissance mondiale en 2011. Les arrivées internationales ont progressé de près de 4,4 %. Les arrivées nationales ont augmenté de façon marginale, le total des nuitées dans l’hôtellerie s’est replié de 2 % à 35,5 millions. Tandis que les clients suisses restaient fidèles à la Suisse, le nombre des clients venant de la zone euro a diminué. Cette perte a pu être partiellement compensée par une forte hausse venant de la Chine, de l’Inde et du Brésil.


6

Tourisme | Tourisme AU PLAN international

LE TourismE AU PLAN International

Les arrivées internationales ont progressé en 2011 de 4,4 % pour atteindre au total 980 millions (contre 939 millions en 2010), bien que l’année ait été marquée par des turbulences conjoncturelles, des bouleversements socio-politiques en Afrique du Nord et au Proche-Orient ainsi que l’accident nucléaire au Japon. Les progressions les plus importantes ont été enregistrées en Amérique du Sud (+ 10 %) et en Europe (+ 6 %). Contrairement aux années précédentes, la croissance dans les régions économiques très développées a été supérieure à celle des pays émergents (+ 3,8 %). Cela s’explique avant tout par les forts résultats venant d’Europe et par les chiffres moins bons pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord. «En 2011, le tourisme international a battu de nouveaux records malgré des conditions difficiles», a déclaré à cet égard le Secrétaire général de l’OMT, Taleb Rifai. «C’est encourageant pour un secteur qui est directement responsable de 5 % du produit intérieur brut mondial, de 6 % des recettes d’exportation et d’un emploi sur douze dans le monde (..).»

L’EUROPE FRANCHIT LE SEUIL DES 0,5 MILLIARDS

Malgré des incertitudes économiques qui perdurent, l’Europe a enregistré 503 millions d’arrivées. A l’échelle mondiale, 41 millions d’arrivées supplémentaires ont été obtenues, dont 28 millions (68 %) dues à l’Europe. L’Europe centrale et orientale et les destinations méditerranéennes ont présenté les meilleurs résultats, avec + 8 %. Les destinations européennes au bord de la Méditerranée ont profité de voyages initialement prévus au Proche-Orient et en Afrique du Nord, mais aussi d’une hausse des parts venant de marchés tels que la Scandinavie, l’Allemagne ou la Russie. En 2011, l’Asie et le Pacifique ont augmenté de 11 millions (+ 6 %) pour atteindre un total de 216 millions d’arrivées internationales. L’Asie du Sud et l’Asie du Sud-est (tous les deux + 9 %) ont à nouveau profité de la forte demande interrégionale, alors que celle-ci était un peu plus faible en Asie du Nord-est (+ 4 %) et en Océanie (+ 0,3 %), en partie à cause du recul temporaire du marché japonais des voyages.

ARRIVéES INTERNATIONALES 2010–2011 chiffres ABSOLUS (EN MIllion) ET Relatifs

99|101 + 2,9 %

474|503 + 6,0 %

204|216 + 5,6 %

60|55 – 8,0 % 50|50 + 0,0 % 52|55 + 6,8 %

2010 2011


7

Tourisme | Tourisme AU PLAN international

Les continents américains ont vu une augmentation de 4%, soit 6 millions d’arrivées, pour un total de 156 millions de voyageurs. L’Amérique du Sud a à nouveau progressé de 10%. L’Amérique centrale et les Caraïbes (+ 4 % dans les deux cas) ont conservé leurs taux de croissance de l’an dernier. L’Amérique du Nord a dépassé le seuil des 100 millions grâce à un taux de croissance de 3 %.

ARRIVéES INTERNATIONALES (en million)

2000

2005

2009

Europe

385

439

Asie / Pacifique

110

154

Amérique du Nord

92

Amérique centrale, du Sud, Caraïbe

37

Afrique

27

Proche-Orient

L’Afrique a conservé un nombre d’arrivées de 50 millions de visiteurs. Avec un total de 55 millions d’arrivées internationales, le Proche-Orient en a perdu près de 5 millions (– 8 %). Malgré tout, des destinations de voyages telles que l’Arabie saoudite, Oman et les Emirats arabes unis (EAU) ont profité d’une croissance soutenue.

Total

2010

2011

461

474

503

181

205

216

90

92

98

101

43

48

52

55

35

47

50

50

24

36

52

60

55

674

797

882

939

980

1000 980

900

898

939

917 882

842

800

797 753

700

Pour 2012, l’OMT prévoit une croissance du tourisme légèrement ralentie, mais ininterrompue. Le nombre d’arrivées doit augmenter de 3 à 4 % et dépasser d’ici la fin de l’année le seuil magique d’un milliard de voyageurs. Les moteurs de la croissance seront à nouveau les marchés d’Asie, du Pacifique et d’Afrique (4 à 6 %), suivis par les continents américains et l’Europe (2 à 4 %). Les marchés du Proche-Orient vont sans doute se remettre des pertes de l’année écoulée (0 à 5 %).

674

600 561

500

400

586

603

673

693

682

625

528

1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010

2011

IL FAUDRAIT QUE LES GOUVERNEMENTS FACILITENT LES VOYAGES

Pour exploiter plus efficacement le potentiel existant, l’OMT réclame des allègements aux voyages dans le trafic international, dont elle escompte des effets positifs. Elle conseille aux gouvernements de mettre à profit les nouvelles technologies de l’information et de continuer à améliorer les procédures de travail relatives à la délivrance des visas.

Source: Organisation mondiale du tourisme OMT Les chiffres pour 2011 sont des estimations de l’OMT. Les valeurs définitives seront publiées en juin 2012.


8

Tourisme | LE Tourisme EN SUISSE

LE TOURISME EN SUISSE

L’année dernière, les nuitées dans l’hôtellerie suisse sont tombées à 35,5 millions. En revanche, le nombre des arrivées a à peine augmenté à 16,2 millions. Le recul des nuitées dans l’hôtellerie par suite de la récession mondiale en 2009 a pu être stoppé relativement rapidement. L’appréciation du franc par rapport aux principales monnaies sur le marché suisse a cependant provoqué en 2011 un recul des nuitées dans l’hôtellerie de 2 %. La légère progression de 2010 (+ 1,7 %) n’a donc pas pu être maintenue. Ces quatre dernières années, l’euro et la livre sterling ont perdu plus d’un tiers de leur valeur par rapport au franc suisse.

NUITÉES ET ARRIVÉES NUITÉES Suisses

15,8 mio.

– 0,1 %

Etrangers

19,7 mio.

– 3,5 %

Total

35,5 mio.

– 2,0 %

Suisses

7,7 mio.

+ 1,6 %

Etrangers

8,5 mio.

– 1,1 %

16,2 mio.

+ 0,2 %

ARRIVéES

Totale

NUITÉES SELON LES PAYS D’ORIGINE

Si l’on analyse les données de la statistique de l’hébergement de l’Office fédéral de la statistique (OFS), on constate – que les clients suisses sont restés fidèles à leur pays malgré les avantages des taux de change à l’étranger, – que le recul des clients de la zone euro perdure, – que la croissance du continent asiatique reste constante, – que les régions rurales ont subi une perte plus que proportionnelle des nuitées dans l’hôtellerie par rapport aux zones urbaines. Les Suisses, qui, depuis des années, représentent de façon constante autour de 44 % des clients d’hôtels en Suisse, sont restés fidèles à l’hôtellerie nationale malgré l’avantage de change à l’étranger. Cela n’a pas été le cas des clients de la zone euro. Le recul de l’ordre de 8,6% a été considérable, au vu d’une part de marché de 30%. En particulier les clients allemands (–10 %), néerlandais (– 14 %) et britanniques (–8,3 %) sont restés éloignés de la Suisse.

EuropE Allemagne

5,2 mio.

– 10,5 %

Royaume-Uni

1,7 mio.

– 8,3 %

France

1,4 mio.

– 3,8 %

Italie

1,0 mio.

– 6,2 %

Pays-Bas

0,8 mio.

– 14,4 %

Belgique

0,7 mio.

– 8,6 %

Espagne

0,5 mio.

+ 0,4%

Autriche

0,4 mio.

– 3,2%

États-Unis

1,5 mio.

– 0,9 %

Chine sans Hongkong

0,6 mio.

+ 47,3 %

Russie

0,5 mio.

+ 9,8 %

Japon

0,5 mio.

– 5,4 %

Inde

0,5 mio.

+ 17,2 %

Pays du Golfe

0,4 mio.

– 1,1 %

INTERNATIONAL

DAVANTAGE DE CLIENTS VENANT D’ASIE

Le recul de 5,4 % des nuitées japonaises est une conséquence du tsunami du printemps dernier.

La diminution des nuitées provenant de clients de la zone euro et de Grande-Bretagne est compensée par la progression de l’Asie, à laquelle ont surtout contribué les clients chinois, dont l’augmentation des nuitées de 47 % l’an dernier a été aussi élevée que l’année précédente. Les Chinoises et les


9

Tourisme | LE Tourisme EN SUISSE

Chinois représentent désormais 5,3 % des clients étrangers. Mais ils ne restent que peu de temps, si bien que leur part dans les nuitées dans l’hôtellerie est nettement moins élevée, avec 3 %. Les nuitées de clients venant d’autres pays d’origine en Asie, ainsi que de la Russie et du Brésil, sont considérables et compensent une grande partie des reculs dus à l’Europe. PERTES DANS LES RéGIONS RURALES

Les nouveaux groupes de clients ne parviennent cependant pas à endiguer le recul enregistré dans les destinations rurales. Les baisses les plus importantes sont enregistrées dans les Grisons (– 7,6 %), en Valais (– 4,4 %) et au Tessin (–4,6 %). En Suisse centrale et dans l’Oberland bernois, les clients venant des pays lointains ont compensé dans une large mesure le recul du nombre de nuitées venant d’Europe. Le nombre de nuitées de clients étrangers dans les zones urbaines n’a pratiquement pas baissé.

chaudes d’Asie garantissent une meilleure occupation dans les régions touristiques rurales de mai à octobre. En mai, les clients indiens représentent un sixième des nuitées en Suisse centrale et dans l’Oberland bernois. En juillet, environ un cinquième des nuitées provient des visiteurs des pays du Golfe. Les voyageurs d’Asie de l’Est augmentent le nombre de clients de l’Oberland bernois pendant le semestre d’été. En raison du recul d’autres nationalités, ils sont encore plus importants le reste de l’année, puisqu’ils représentent 30 % des nuitées étrangères en octobre et 40 % en novembre. Ainsi, la promotion touristique en dehors de l’Europe porte ses fruits. En revanche, le tourisme de groupe s’accroît, de sorte que les marges brutes de nombreux établissements diminuent. Le recul des recettes ne peut pas être corrigé par les taux de change actuels, puisqu’une part importante des coûts est déterminée par le niveau des salaires en Suisse.

VENT EN POUPE POUR LES DESTINATIONS URBAINES

NUITÉES PAR RÉGIONS

Ces trois dernières années, la région de Zurich a augmenté ses nuitées dans l’hôtellerie de près d’un demi-million; elles sont désormais passées à 5,2 millions (+ 2,6 %). Genève également a terminé sur un résultat positif (2,8 millions de nuitées; + 1,3 %). Cet indice révèle que les taux de change impactent moins fortement le tourisme urbain et d’affaires que le tourisme de loisirs.

Les Grisons

5,4 mio.

– 7,6 %

Zurich Région

5,3 mio.

+ 2,6 %

Valais

4,1 mio.

– 4,4 %

Oberland bernois

3,6 mio.

– 2,5 %

Lucerne / Lac des Quatre Cantons 3,4 mio.

– 1,2 %

Genève

2,8 mio.

+ 1,3 %

Région du Léman

2,6 mio.

– 1,6 %

Tessin

2,4 mio.

– 4,6 %

MEILLEUR TAUX D’OCCUPATION ANNUEL

Suisse orientale

2,0 mio.

– 2,7 %

Un grand avantage de l’accroissement du flux de touristes venant de pays lointains est que cela répartit de façon plus équilibrée l’occupation des capacités hôtelières dans les régions touristiques rurales. Les clients européens garantissent une occupation élevée surtout pendant les mois d’hiver, notamment en février et en mars. Les touristes de Russie viennent principalement durant les jours fériés du Noël orthodoxe en janvier. Les voyageurs venant de régions plutôt

Bâle Région

1,5 mio.

+ 0,5 %

Berne Région

1,4 mio.

+ 1,2 %

Jura & Trois-Lacs

0,7 mio.

+ 4,5 %

0,4 mio.

+ 6,8 %

35,5 mio.

– 2,0 %

Fribourg Région Total

Source: Office fédéral de la statistique


10

TourismE


11

TourismE | LA PARAHÔTELLERIE EN SUISSE

LA ParahÔtellerie EN SUISSE

ENQUêTE 2011 SUR LA PARAHôTELLERIE

CAISSE SUISSE DE VOYAGES: OCCUPATION PENDANT 222 JOURS

La mesure de la FST repose sur des données d’appartements de vacances gérés qui sont recensées par les communes, les offices du tourisme, les organes de classification de la FST et les systèmes de réservation. Elle n’est pas complète, car près d’un tiers des destinations ne recensent pas les nuitées dans la parahôtellerie. D’autres ne sont en mesure d’indiquer les nuitées des appartements de vacances que pour l’année touristique allant de mai à avril, mais pas pour une année civile. Ces destinations n’ont pu être prises en considération dans les analyses pour 2011 que si elles recensaient les nuitées mois par mois. Le nombre de ces nuitées sera publié pour la première fois dans un document de la FST intitulé «Le tourisme suisse en chiffres en 2012».

Les appartements de vacances Reka en Suisse ont enregistré un léger recul de 2,3 % des nuitées. Dans le même temps, les recettes locatives ont progressé de 4,9 % pour passer à 28 millions de francs. Cette évolution est due en partie aux villages de vacances Reka nouveaux ou rouverts. Les appartements dans les villages de vacances appartenant à la Reka ont été occupés pendant 222 jours. Les chiffres les plus élevés ont été obtenus par l’installation de vacances de Mor­schach (262 jours), suivie par celles de la Lenk (260 jours), de Hasliberg (252 jours) et d’Urnäsch (242 jours). La Reka attire traditionnellement les familles de Suisse: avec 86 %, ce groupe a été à l’origine du plus grand nombre de réservations. AGROTOURISME ET CAMPING

AUBERGES DE JEUNESSE: BON RéSULTAT MALGRé UN CONTEXTE DIFFICILE

L’an dernier, les auberges de jeunesse suisses ont enregistré dans 54 établissements près d’un million de nuitées (913 094), soit un recul de 3,5 % par rapport à l’année précédente. Celuici doit cependant être fortement relativisé du fait que certains établissements étaient fermés pour cause de rénovation. Compte tenu de ces fermetures, le recul n’a été que de 0,7 %. Un coup d’œil sur les divers marchés montre que les nuitées en Allemagne, le principal marché de l’euro, ont régressé de 8,4 %, tandis que sur le marché principal de la Suisse, la diminution était de 2,8 %. Par analogie avec l’hôtellerie, les auberges de jeunesse ont elles aussi enregistré une forte hausse des clients chinois (+ 22 %) et indiens (+ 19 %).

240 000 nuitées sont à porter au compte des établissements d’agrotourisme. Le secrétariat de l’organisation faîtière Agrotourismus Schweiz est en activité depuis le 1er juin 2011. Celle-ci se propose de coordonner les mesures des trois organisations fondatrices «Vacances à la ferme», «Aventures sur la paille!» et «Tourisme rural» et d’améliorer les conditions cadres pour les prestataires de toute la Suisse. La valeur ajoutée des établissements membres (plus de 600 prestataires) doit également être augmentée. 3,1 millions de nuitées ont été passées sur les 420 terrains de camping. Le rapport entre touristes suisses et touristes étrangers est de 44 à 56 %.


13

politique et Économie TURBULENCES ET SUCCèS

L’année 2011 a été mouvementée: en août, le cours de l’euro est brièvement tombé au-dessous de 1,10 par rapport au franc suisse, ce qui a provoqué un grand émoi dans le secteur. La Fédération suisse du tourisme a profité de cette situation pour obtenir, grâce à son lobbying, un relèvement modéré des crédits financiers 2012-2015 alloués à Suisse Tourisme. De même, la promotion de l’innovation touristique a pu être assurée à long terme.


14

Politique et économie | Politique touristique

POLITIQUE TOURISTIQUE

PROGRAMME DE STABILISATION POUR LE TOURISME

Vers la fin de 2010 et le début de 2011, la question la plus débattue dans les milieux politiques a été de savoir comment amortir la force du franc. La FST s’est félicitée, au début de l’année, de la décision du Conseil fédéral de soutenir le marketing touristique en 2011 et en 2012 d’un montant supplémentaire de deux fois 12 millions de francs suisses. En peu de temps, la valeur du franc suisse s’était massivement appréciée par rapport à l’euro, à la livre sterling et au dollar US. Seul l’euro avait perdu près de 23 % par rapport au franc suisse ces deux dernières années. Le tourisme était particulièrement affecté par cette évolution de change. En effet, au contraire des autres branches d’exportation, le tourisme ne connaît pas d’avantages à l’importation, ne peut pas délocaliser la production vers l’étranger pour faire des économies et peut également être fortement touché par le marché intérieur. Suisse Tourisme (ST) a prouvé en diverses occasions que les investissements supplémentaires – en collaboration avec les partenaires du secteur privé – avaient un effet avéré. MESSAGE SUR LA PROMOTION ÉCONOMIQUE 2012–2015

Dans son message de février 2011, le Conseil fédéral indiquait vouloir renforcer la présence de marketing de la Suisse en tant que pays touristique. Cela a fait froncer quelques sourcils, car de facto, il diminuait de 16 millions à 175 millions de francs suisse le crédit alloué à la promotion nationale touristique. Dans le même temps, le Conseil fédéral prévoyait dans son programme d’impulsion pour lutter contre le franc fort un crédit de 12 millions de francs pour Suisse Tourisme, limité à 2012, visant à atténuer le recul attendu des nuitées dans l’hôtellerie par des mesures de marketing à court terme. L’élément positif était que la loi fédérale sur la promotion de l’innova-

tion touristique, limitée dans le temps, devait se transformer en une loi de durée illimitée (loi fédérale encourageant l’innovation, la coopération et la professionnalisation dans le domaine du tourisme). Le Conseil fédéral avait budgétisé 20 millions de francs suisses pour le quadriennat. En liaison avec ses associations membres GastroSuisse, hotelleriesuisse et Remontées mécaniques suisses, la FST a exercé d’intenses pressions sur les Chambres pour annuler la réduction du crédit accordé à Suisse Tourisme. Lorsqu’au mois d’août, l’euro est brièvement tombé à un cours inférieur à 1,10 par rapport au franc suisse, il est devenu manifeste que le Conseil fédéral ne pourrait plus défendre sa position initiale. Sous l’impulsion du Conseil aux Etats, la variante de 222 millions de francs suisses pour Suisse Tourisme s’est imposée, y compris une contribution d’impulsion de 12 millions de francs limitée à 2012. Les Chambres ont octroyé à Innotour un crédit de 20 millions de francs suisses. MESURES EN FAVEUR DE LA PROSPéRITé DU TOURISME

Début août 2011, la Fédération suisse du tourisme a analysé la situation avec les responsables des associations dirigeantes du tourisme, et a proposé au Conseil fédéral un train de mesures à court et à moyen termes. Les mesures à court terme visent à aider les quelque 35 000 PME du tourisme à surmonter la difficile situation en matière de change, tandis que les mesures à moyen terme doivent permettre l’innovation et la diversification dans de nouveaux marchés. – Briser la force du franc: En très peu de temps, le franc suisse est devenu une monnaie de spéculation. Les associations touristiques ont réclamé une attitude claire et nette de la part de la Banque nationale suisse afin d’affaiblir le franc suisse, en particulier vu le faible risque d’inflation.


15

Politique et économie | Politique touristique

– Crédits touristiques 2012–2015: Les branches touristiques ont vu confirmée leur appréciation selon laquelle le crédit financier alloué à Suisse Tourisme devait être ramené aux 227 millions de francs initialement demandés, sans toucher au programme d’impulsion 2012 de 12 millions de francs. Le crédit financier pour la promotion de l’innovation touristique (Innotour) doit être porté de 20 à 32 millions de francs. – Taxe sur la valeur ajoutée propice au tourisme: Les associations ont réclamé un taux de TVA de 2,5 % limité à 2012 pour les prestations dans l’hôtellerie et la restauration. A partir de 2013, l’hôtellerie et la restauration doivent facturer avec le taux le plus bas dans un modèle de TVA à deux taux. – Baisse des prix alimentaires: harmoniser les prix des denrées alimentaires avec les prix étrangers. En particulier le marché de la viande doit être ouvert, afin de pouvoir baisser en très peu de temps les coûts de production dans l’hôtellerie et la restauration. – Politique de la concurrence: Les branches dirigeantes du tourisme insistent pour que la commission de la concurrence et le surveillant des prix soient renforcés afin de garantir la libre concurrence et le bon fonctionnement du marché intérieur. En particulier, les ententes verticales et horizontales sur les prix doivent être réprimées de façon systématique. – Politique de crédit des banques: Au vu du goulet d’étranglement en matière de liquidités traversé par les entreprises touristiques, les branches dirigeantes du tourisme ont incité les banques à faire preuve de générosité face aux engagements de remboursement. – Politique de prix des importateurs: Les associations ont incité les importateurs et les intermédiaires à répercuter immédiatement les gains de change sur le commerce de détail et les consommatrices et consommateurs suisses.

MESURES VISANT à ATTENUER LA FORCE DU FRANC

La Fédération suisse du tourisme a pris connaissance avec déception du train de mesures présenté au 31 août 2011. Certes, elle s’est félicitée de ce que le Conseil fédéral veuille continuer à soutenir les trois instruments de la politique touristique que sont la promotion de la demande et de l’innovation ainsi que la promotion des financements hôteliers. La Société suisse de crédit hôtelier (SCH) a reçu un prêt de 100 millions de francs pour pouvoir réagir rapidement et efficacement en cas d’éventuelle raréfaction du crédit ou d’un élargissement de la demande. La FST est convaincue que l’économie touristique a besoin d’un allègement ayant un effet immédiat, de sorte qu’elle a maintenu sa revendication d’un taux de TVA de 2,5 % pour l’hôtellerie et la restauration, limité à 2012. Dans le cadre des délibérations parlementaires de l’automne/hiver 2011/12, la FST s’est concentrée sur une exonération de la TVA limitée à un an pour les prestations d’hébergement. PODIUM: LE FRANC FORT AFFAIBLIT LE TOURISME

La FST a soutenu l’organisation de cette manifestation destinée à éclairer l’opinion publique. Fin août, elle a invité ses membres à une réunion en podium animée par Ellinor von Kauffungen au nouvel hôtel Schweizerhof à Berne. Le Président de la FST Dominique de Buman, le Dr. Caesar Lack d’UBS SA, le professeur Rudolf Minsch d’economiesuisse et le professeur émérite Peter Bernholz de l’université de Bâle ont discuté de l’idée lancée par UBS d’un fonds d’Etat de 100 milliards. Près de cent participants ont assisté à cette manifestation.


16

Politique et économie | Politique touristique

PRISES DE POSITION

AéROPORT DE ZURICH:

PROJET DE TERRITOIRE SUISSE

INITIATIVE DES AUTORITéS ET CONTRE-PROJET

La FST a évalué le projet de territoire Suisse dans sa prise de position du 7 juin 2011. En résumé, sa position est la ­suivante: – Les stratégies relatives au développement territorial de la Suisse ne doivent pas entraver une action d’entreprise responsable. Elles doivent permettre la création de valeur et dégager un potentiel nouveau. – Les excès du mitage du paysage peuvent être combattus par des concepts innovants: de nouveaux modèles commerciaux dans le secteur de la construction, important pour l’économie régionale, nécessitent de nouvelles procédures d’autorisation de la part des pouvoirs publics. – La «valorisation» ne doit pas se limiter à la protection des espaces paysagers, mais doit également permettre une utilisation durable. – Le tourisme est tributaire de l’interaction des cinq dimensions esquissées dans le projet. Il convient de mieux tenir compte de cette revendication dans le présent projet. – Il faut gérer le sol avec ménagement. Les nouvelles zones constructibles ne doivent pas être exclues a priori – mais ne doivent pas non plus être considérées comme des potentiels arbitraires dont la valeur s’exprime en nuitées. Le but est d’avoir des destinations attrayantes, développées par des planifications maîtres conformes au plan directeur et concordant avec les approches de destinations de la politique touristique. – Le projet ne répond pas à la question de savoir quelles surfaces bâties existent et où, et combien d’entre elles sont utilisées ou doivent être densifiées. – Il manque des recommandations ou des instructions concrètes quant à la manière d’aborder efficacement la coopération transfrontalière et la prise de décisions dans des espaces fonctionnels redéfinis. – Le but ne doit pas être une juxtaposition de nouvelles typologies de l’espace et des régions touristiques qui soient indépendantes de ces typologies. Au contraire, les

Outre les prises de position sur les grands projets de construction sur la route et le rail (voir section Prises de position), c’est surtout la votation cantonale portant sur l’aéroport de Zurich qui a été au cœur des préoccupations en 2011. L’initiative des autorités «Ni nouvelles pistes, ni extension des pistes existantes» et le contre-projet voulaient interdire la construction de nouvelles pistes et l’extension des pistes de décollage et d’atterrissage existantes et supprimer les nouvelles routes aériennes au-dessus de zones à forte densité de population qui avaient été introduites après 2000. Etant donné qu’il s’agit d’une infrastructure cantonale d’importance nationale, la Fédération suisse du tourisme a participé au comité de votation de Swiss et de l’aéroport de Zurich qui plaidait en faveur d’un non aux deux initiatives. La FST a souligné l’importance de l’aéroport pour la Suisse en tant que pôle d’exportation et de tourisme. Les clients venant des marchés lointains deviennent de plus en plus importants pour le marché suisse (voir le chapitre sur le tourisme national), un aéroport performant est indispensable pour pouvoir desservir ces marchés. Le peuple zurichois a nettement rejeté les deux initiatives à 60 respectivement 68 %.


17

Politique et économie | PRISES DE POSITION

intérêts touristiques – et donc leur valeur ajoutée – doivent être de plus en plus concrétisés dans des espaces urbains. POLITIQUE AGRICOLE 2014 –2017

La FST s’est félicitée du changement de système proposé dans la politique agricole 2014–2017. Il est exact que les paiements directs s’appuient sur les objectifs constitutionnels et rémunèrent les prestations de l’agriculture. Mais l’agriculture a besoin de plus de marché et de plus de liberté d’entreprise. L’agriculture de montagne est trop mal lotie dans le projet, par rapport à l’économie des vallées. Elle fournit des prestations importantes pour le tourisme telles que le maintien d’un paysage ouvert, la gestion couvrant tout le territoire et la préservation de la biodiversité dans des conditions topographiques difficiles. En particulier dans les régions de montagne et périphériques, le tourisme et l’agriculture continuent à être les branches d’activités les plus importantes. La commercialisation commune du tourisme et des produits agricoles à l’étranger dégage de nouvelles possibilités de bénéfices. L’agrotourisme doit être encouragé par des allègements sur le plan de l’aménagement du territoire, qui sont préférés à la 2e étape de la révision de l’aménagement du territoire. MODIFICATION DE LA LOI CONCERNANT LA REDEVANCE POUR L’UTILISATION DES ROUTES NATIONALES

Une faible majorité du Comité directeur de la Fédération suisse du tourisme a rejeté l’augmentation du prix de la vignette annuelle et la répercussion sur les usagers de la route des coûts supplémentaires encourus par la Confédération. Elle a justifié sa position par le fait qu’il fallait tout d’abord épuiser les ressources routières existantes venant du financement spécial. Pour la vignette routière, la FST s’est exprimée en faveur de la conservation du montant actuel de 40 francs suisses et pour ce prix, a renoncé à réclamer de surcroît une vignette de courte durée à prix échelonné.

FINANCEMENT DE L’INFRASTRUCTURE FERROVIAIRE

La Fédération suisse du tourisme a soutenu la proposition de fonds d’infrastructure ferroviaire (FIF), qui permettrait de financer à l’avenir l’entretien, l’exploitation et l’aménagement de l’infrastructure ferroviaire. Elle a regretté qu’aucune approche de transport intégrée n’ait été retenue qui englobe le développement et le financement de l’ensemble du réseau de transports. Tant qu’il n’existe pas une telle approche globale avec plans d’aménagement et financement des divers modes de transport, une courte majorité a été hostile à la désaffectation des produits venant de la redevance poids lourds liée aux prestations (RPLP) et de parties de l’impôt sur les huiles minérales au profit de l’aménagement des chemins de fer. RéVISION DE LA LOI BERNOISE SUR LE TOURISME

Dans sa prise de position de janvier 2011, la FST s’est félicitée des modèles financiers qui abordent de façon globale le marketing touristique au-delà des limites des entreprises, qui sont axés sur les besoins des clients et qui impliquent tous les bénéficiaires de la plus-value touristique. Dans ce cas, le financement du tourisme est idéalement harmonisé aux concepts de développement de politique et d’économie régionales, ce qui permet de soutenir les orientations et objectifs stratégiques de la politique touristique nationale. La situation initiale (structures des destinations) est complexe. Pour que le canton puisse efficacement coordonner le traitement du marché sans s’arrêter aux limites des destinations, il doit créer des conditions cadres. Mais la FST est d’avis que la réalisation opérationnelle du traitement du marché n’incombe pas au canton. Au contraire, les compétences professionnelles des destinations doivent être utilisées et, si nécessaire, renforcées, tout en préservant les droits de participation correspondants du canton.


18

Politique et économie | économie touristique

ÉCONOMIE TOURISTIQUE

STATISTIQUE DE L’HéBERGEMENT ET DE LA PARAHÔTELLERIE

MESURES DE LA PARAHôTELLERIE à TITRE TRANSITOIRE

La statistique de l’hébergement (HESTA) qui existe depuis 2005 est un produit conjoint de l’Office fédéral de la statistique (OFS) et des quelque 50 partenaires sous la coordination de la Fédération suisse du tourisme. Elle est financée par des ressources venant de la Confédération, des cantons, des régions touristiques, des associations touristiques et de Suisse Tourisme. La statistique coûte environ 1,6 millions de francs suisses par an.

Depuis 2004, l’Office fédéral de la statistique (OFS) ne recense plus systématiquement les nuitées dans les appartements de vacances. Il manque ainsi à la branche du tourisme la grandeur de référence la plus importante – outre les nuitées dans l’hôtellerie. Les estimations de la branche supposent que le nombre des nuitées dans la parahôtellerie est au moins aussi élevé que dans l’hôtellerie.

La statistique présente tous les mois l’offre de chambres d’hôtel et les nuitées dans l’hôtellerie, ventilées par pays d’origine, canton et région touristique. Elle consigne également les variations par rapport à l’année précédente. Les partenaires contractuels disposent des données pour d’autres analyses individuelles. En 2011, il s’est agi d’assurer le financement de la statistique après la période contractuelle en cours de 2009 à 2012 et d’élargir les données sur la parahôtellerie, que la branche avait réclamé depuis longtemps. A la faveur des harmonisations de registres de la Confédération, la statistique de l’hébergement pourra être complétée à partir de 2015 par des données sur la parahôtellerie. Il est prévu de convenir désormais une phase contractuelle de deux ans (de 2013 à 2014) avec option supplémentaire de prolongation de deux ans. En 2012, l’Office fédéral de la statistique envisage une étude examinant l’opportunité et les modalités du recensement au plan national des appartements de vacances et des hébergements collectifs (statistique PASTA). Cette statistique officielle de la parahôtellerie remplacerait la solution sectorielle «Pasta light» mise au point en 2011.

C’est en novembre 2011 que l’on a pu recenser ces données pour la première fois. Le système utilise les informations venant des quelque 25 000 appartements de vacances recensés dans les banques de données de Suisse Tourisme ainsi que les systèmes de bulletins d’inscription et les propres recensements dans les destinations. Tous les organes de classification d’appartements de vacances de la FST et des partenaires informatiques de la place de marché électronique de Suisse Tourisme (systèmes de réservation) sont connectés. Les premières analyses peuvent déjà être effectuées pour les années 2010 et 2011. OFFENSIVE DE QUALITé POUR LES APPARTEMENTS DE ­VACANCES EN VALAIS

Le canton du Valais a lancé en mars 2011 un programme d’impulsion financier. D’ici la fin de l’année, la classification de chaque nouvel ouvrage a été subventionnée par un montant de 50 francs suisses. Avec près de 1  700 appartements classés en neuf mois, le bilan de l’exercice est positif. On relèvera que c’est le Haut-Valais, où les trois quarts des appartements sont déjà classés, qui a le plus profité de l’initiative. En 2012, la plupart des offices du tourisme du Haut-Valais n’intégreront plus à leur système de réservation que des appartements classés.


19

Politique et économie | Développement durable

DÉVELOPPEMENT DURABLE

CHARTE DU DéVELOPPEMENT DURABLE DU TOURISME SUISSE

La Fédération suisse du tourisme a interprété de façon offensive son rôle dans la mise en œuvre de la Charte du développement durable. Elle s’est engagée en interne (voir chapitre Fédération) comme à l’extérieur. Parmi les nombreuses idées de projets, on a notamment réalisé les projets suivants: – Mandataire d’un projet Innotour sur la gestion durable dans les destinations – avec la Haute École de Lucerne comme partenaire exécutif. – Collaboration à la conception d’un «Certificate of Advanced Studies CAS» en gestion du tourisme durable de la Haute école de Lucerne. – Responsable de projet de la publication «Mobile & écologique» qui indique à l’aide de 12 critères quelle est la qualité de la desserte des lieux de sports d’hiver par les transports publics. En collaboration avec l’Association Transports et Environnement. – Collaboration à une collection d’exemples «Bonnes pratiques pour le tourisme et le développement durable» de l’Office fédéral du développement territorial (ARE). En liaison avec la Hochschule für Technik de Rapperswil. – Organisation d’une manifestation de réseautage sur les systèmes de gestion du développement durable. La Charte oblige la Fédération suisse du tourisme à réaliser régulièrement des enquêtes. Fin 2011, 23 organisations sur 26 ont participé à l’enquête sur l’état de la Charte. L’analyse montre qu’entre temps, les deux tiers des signataires ont proclamé leur attachement au développement durable dans leur mission d’entreprise. Selon la Charte, cette exigence doit

être satisfaite d’ici la fin de 2012. Egalement les deux tiers ont ancré ce sujet dans leur organisation structurelle, et le même nombre sera certifié d’ici la fin de 2012 par un label environnemental ou de développement durable. Pour les mesures d’information, les organisations ont mis au point de nombreux instruments: rapports sur le développement durable, bulletins, brochures, plates-formes ou manifestations d’information. Une autre catégorie est constituée par les offres pour les clients telles que des informations sur l’empreinte écologique des offres, la compensation du CO2, les possibilités de recherche sur un site web en fonction de critères écologiques, une liste préférentielle de partenaires certifiés dans les mesures de marketing ou les offres proches de la nature. Les signataires de la Charte ont des mandats, des structures et une intégration cantonale hétérogènes. Parmi les obstacles à la mise en œuvre de la Charte, ils ont notamment cité: l’absence de possibilités d’influer sur les partenaires qui aménagent les offres, ou le fait que le mandat de prestations ne se rapporte qu’à la promotion. Ces points sont en rapport avec la question de la délimitation systématique entre les organisations de marketing touristique et leurs prestataires touristiques, qui sont pour leur part également organisés en associations sectorielles cantonales et nationales avec leurs propres instances dirigeantes. De même, on a souvent cité l’absence de ressources matérielles et en personnel ainsi que l’attractivité insuffisante de cette question pour le marketing. Une analyse détaillée des réponses figure à l’adresse: www.swisstourfed.ch/nachhaltigkeit.


21

PROMOTION DE LA QUALITÉ PLUIE D’éTOILES DANS LE VALAIS

En 2011, le canton du Valais a fait pleuvoir les étoiles sur les appartements de vacances. Il a soutenu chaque propriétaire d’appartements de vacances par une contribution financière. Ainsi, la Fédération suisse du tourisme a pu décerner, rien que dans le canton du Valais, 1 500 étoiles officielles à des appartements de vacances et des chambres d’hôtes.


22

Promotion de la qualité | PROGRAMME QUALITÉ DU TOURISME SUISSE

PROGRAMME QUALITÉ DU TOURISME SUISSE

L’organe de contrôle du Programme qualité a à nouveau pu décerner en 2011 un nombre réjouissant de labels de qualité. Dans une année difficile pour le tourisme, de nombreux établissement ont compris que la qualité apporte un avantage compétitif décisif. LABELS DéCERNéS EN 2011

Depuis 1998, 6 031 établissements au total ont reçu un label de qualité, dont environ 75% au niveau I, 14 % au niveau II et 11 % au niveau III. L’an dernier, 558 établissements se sont fait labelliser. Le total est ainsi resté à peu près au niveau de l’année record 2010. Alors que le nombre de labels QI a reculé (358), les labels QII et QIII ont fortement progressé. Jamais autant de labels n’ont été décernés à ces deux niveaux que l’an dernier. Le niveau QIII, avec 118 labels, a confirmé la tendance selon laquelle de plus en plus d’établissements touristiques aspirent à une certification ISO. Au niveau II, les nouveaux instruments et processus se sont désormais bien établis. Avec 82 labels, il a été possible de stopper le recul de l’année dernière et de transformer le résultat en un nouveau record. NOUVEAUX LABELS DE QUALITé 2011

33

79

40

29

9

64 93

47 31

10

50

PERSONNES FORMéES

Dans les cours de qualité aussi, la tendance à la hausse s’est poursuivie en 2011: 598 personnes (+ 4,4 %) ont fréquenté un cours de Quality-Coach ou de Quality-Trainer. ACHèVEMENT DU PROJET INNOTOUR

A fin 2011, l’administration a pu achever le projet «Q+» cofinancé par le fonds Innotour. Ces quatre dernières années, le Programme qualité a subi des modifications importantes. Ainsi, les responsables du programme ont révisé tous les trois niveaux et ont publié de nouveaux guides, DVD, dépliants et autres matériels. Des travaux sur la nouvelle conception de la banque de données y compris l’extranet, une offensive de qualité en Suisse romande ainsi que l’aménagement de plaquettes ont conclu les dernières activités dans le cadre du projet Innotour. COOPéRAtionS

23 35

Par rapport à 2010, ce sont les régions des Grisons et de Zurich qui ont enregistré l’augmentation la plus forte. Dans les branches, ce sont la gastronomie (+14 %), les organisations touristiques (+13 %) et l’hôtellerie (+ 4 %). Pour tous les labels actuellement en vigueur, l’hôtellerie continue à représenter la part la plus importante, avec 42 %. En deuxième place, on trouve la parahôtellerie avec 12 %, suivie par les organisations touristiques avec 11 %.

0 – 15 16 – 30 31 – 45 46 – 60 61 – 95

En collaboration avec des associations faîtières, des organisations de marketing et des structures similaires, le Programme qualité se propose de s’adresser aux entreprises d’une façon spécifique à la branche et d’ancrer l’approche de qualité dans l’ensemble du secteur. Ainsi, par exemple, à l’initiative du réseau des parcs suisses, il a été possible d’organiser un cours spécial pour Quality-Coaches venant de parcs de toute la Suisse. De même, le Programme qualité a mis en place des coopérations avec le label Goût Mieux, l’Association des musées suisses (AMS), les régions Enjoy Switzerland ou le label «Steinbock.»


23

Promotion de la qualité | CLASSIFICATION DES APPARTEMENTS DE VACANCES ET DES CHAMBRES D’HôTES

CLASSIFICATION DES APPARTEMENTS DE VACANCES ET DES CHAMBRES D’HôTES

En 2011 aussi, la classification des appartements de vacances et des chambres d’hôtes a été un succès: l’administration a déjà dépassé en 2011 son objectif de plus de 20 000 objets classés d’ici 2012. Au total, à la fin de 2011, les organes de classification avaient classé sur mandat de la FST près de 22 000 appartements de vacances et chambres d’hôtes, dont 3 000 objets recensés pour la première fois. Près de 1 500 de ces objets se trouvent dans la région du Valais. C’est le fruit d’une offensive sur les appartements de vacances soutenue par le canton du Valais (voir chapitre Economie touristique). Elle a accordé aux bailleurs et aux propriétaires des incitations financières pour classer leurs appartements de vacances.

APPARTEMENTS DE VACANCES ET DES CHAMBRES D’HôTES

PAR RéGION Valais

Cette hausse assure au Valais un siège supplémentaire certain à l’assemblée des délégués de la classification (désormais 6 sur un total de 22 sièges). Pour 740 appartements de vacances, les contrôleuses et contrôleurs ont vérifié si le classement de l’objet était correct. Ces contrôleurs de qualité sont formés par la Fédération suisse du tourisme. 97 personnes ont suivi un de ces cours en 2011.

8 008

+ 1 454

Les Grisons

6 171

+ 282

Oberland bernois

2 787

+ 157

Tessin

1 419

+ 160

Lucerne/Lac des Quatre Cantons

992

+ 321

Région du Léman

834

+ 246

Suisse Orientale/Liechtenstein

586

+ 157

Jura & Trois-Lacs

452

+ 145

Fribourg Région

249

+ 62

Zurich Région

80

+ 66

Berne Région

76

+ 40

8

+ 8

Genève Bâle Région Total Source: Office fédéral de la statistique

1

+ 1

21 663

+  2 987


24

Promotion de la qualitĂŠ


25

PROMOTION DE LA QUALITé | LABELS FAMILLES BIENVENUES ET DESTINATION WELLNESS

labels «FamIlles bIenVenues» et «DestInatIon Wellness»

FamIlles bIenVenues En février, la FST a décerné à la région «Sonnenecke Bodensee» le label «Familles bienvenues». Cette association touristique des quatre communes thurgoviennes d’Altnau, Münsterlingen, Langrickenbach et Güttingen satisfait aux exigences rigoureuses du label.

DestInatIon Wellness En liaison avec la commission d’assurance qualité (CAQ), la FST a révisé les critères pour la certification des destinations wellness. Une personne externe a contrôlé toutes les destinations sur place au cours du premier trimestre de l’année. Au total, la Fédération a pu décerner le label «Destination wellness» à 7 destinations pour la période 2012 à 2014.

lIeux/DestInatIons labellIsés 2009 – 2012 Fribourg Région

1 Schwarzsee

DestInatIons labellIsées 2012– 2014

Région du Léman

2 Villars avec Gryon und Bex

Fribourg Région

a Charmey Tourisme

Oberland bernois

3 Diemtigtal +++ 4 Lenk Simmental

Oberland bernois

b Gstaad Saanenland Tourismus

5 Haslital mit Hasliberg und Meiringen

Valais

c Leukerbad Tourismus

6 Nendaz +++ 7 Crans-Montana +++ 8 Leukerbad

Berne Région

D Aargau Tourismus

9 Aletsch Arena mit Riederalp, Bettmeralp, Eggishorn

Lucerne.

e Weggis Vitznau Rigi Tourismus

Valais

Lucerne.

10 Bellwald +++ 11 Grächen

Lac des Quatre Cantons

12 Saas-Fee/Saastal

Zurich Région

F Stadt Baden

13 Engelberg-Titlis

Les Grisons

g Tourismus Engadin Scuol Samnaun Val Müstair AG

Lac des Quatre Cantons Suisse Orientale /

14 Sonnenecke Bodensee +++ 15 Toggenburg

Liechtenstein

16 Braunwald-Klausenpass 17 Triesenberg Malbun Steg

Les Grisons

18 Flims, Laax, Falera mit Trin und Sagogn 19 Brigels +++ 20 Arosa +++ 21 Lenzerheide 22 Davos Klosters 23 Savognin +++ 24 Maloja

14

F D

15 17

E 16 13

A

5

1

3

B

4 7

2 6

18 19

20 21

G 22

23

C8

11 12

9

10

24

Familles bienvenues Destination wellness


27

FOrmation LES EXIGENCES éVOLUENT

«Je suis votre guide, votre guide avec diplôme fédéral», voici ce que l’on pourrait entendre dans quelques années. En effet, la Fédération suisse du tourisme a reçu de l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie le mandat d’élaborer un nouvel examen professionnel. La Fédération suisse du tourisme s’est investie en faveur de formations et de perfectionnements de haute qualité dans le tourisme. EXAMEN PROFESSIONNEL D’ASSISTANT(E) EN TOURISME AVEC BREVET FéDéRAL

32 étudiants ont réussi leur examen en 2011. L’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFIT) a approuvé en 2011 la demande de révision de l’examen professionnel d’assistant(e) en tourisme. En collaboration avec le Büro für Bildungsfragen, la Fédération suisse du tourisme a lancé les travaux sur ce projet en octobre 2011. NOUVEL EXAMEN PROFESSIONNEL POUR GUIDES TOURISTIQUES DE VILLES

En Suisse, les guides touristiques libéraux travaillent le plus souvent sur mandat d’organisations touristiques ou d’agences de voyages. Comme il n’existe pas de filière reconnue au plan fédéral, ces organisations forment les guides individuellement. En collaboration avec l’Association Suisse des Guides Touristiques (ASGT), la FST a déposé auprès de l’Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFIT) une demande d’élaboration d’un examen professionnel de guide touristique de ville. Celle-ci a été acceptée en décembre 2011.

EXAMEN PROFESSIONNEL SUPéRIEUR «MANAGER EN TOURISME DE SANTé ET ACTIVITé PHYSIQUE»

L’offre s’adresse aux dirigeants qui exploitent une installation de wellness, de fitness ou de loisirs. La formation est axée sur la pratique et communique des connaissances de gestion aussi bien que sectorielles. En 2011, 24 candidat(e)s ont été en formation et passeront les examens en 2012. L’examen professionnel supérieur est reconnu au plan fédéral depuis 2010. PLATE-FORME formation-tourisme.ch

La FST a mis en place le portail «Formation-tourisme.ch» pour aider à se repérer dans l’offre volumineuse de formations et de perfectionnements dans le tourisme. Ce portail renseigne sur les filières et programmes de formation dans les diverses branches du tourisme. Cette offre s’est bien implantée sur le marché. COMMUNAUTé D’INTéRêTS DES HAUTES éCOLES SPéCIALISéES DU TOURISME

La FST entretient des échanges permanents et des contacts étroits avec la communauté d’intérêts des quatre hautes écoles spécialisées du tourisme IG-HFT (Bellinzona, Lucerne, Samedan, Zurich/Lausanne) et garantit ainsi un lien important avec les organisations du monde du travail.


29

FéDéRATION RETOUR VERS LE FUTUR

La Fédération suisse du tourisme se dote d’une nouvelle organisation et d’une direction rationalisée: un Comité réduit dirigera la Fédération et un Comité consultatif remplacera l’ancien Comité. Le Comité consultatif continuera à permettre l’entretien important du réseau touristique. La réforme entrera en vigueur après l’Assemblée générale de 2012.


30

Fédération

FéDéRATION

RéFORME STRUCTURELLE DE LA FST

DéVELOPPEMENT DURABLE ISO 14001/9001

Le Comité de la Fédération suisse du tourisme siège deux fois par an. Il compte 50 personnes qui représentent les multiples intérêts de la branche. Le Comité est placé sous la houlette du Comité directeur de dix personnes, qui fixe la stratégie de la fédération et prépare les objets à l’intention du Comité. Étant donné qu’en raison de sa taille, le Comité s’est de plus en plus transformé en une plate-forme de réseau, le Comité directeur a approuvé une réforme structurelle. Celle-ci avait pour but de réviser les compétences et l’interaction entre les organes de la Fédération. Elle a abouti à renforcer les compétences du Comité directeur, qui assumera désormais les fonctions du Comité. L’ancien Comité sera transformé en Comité consultatif et conservera son caractère de réseau. Pour mieux appuyer les propositions de la direction, des commissions spécialisées seront introduites. L’Assemblée générale de 2011 à Vevey a approuvé cette réforme.

La Fédération suisse du tourisme a satisfait aux exigences de la Charte du développement durable et a été certifiée en septembre 2011 selon la norme ISO 14001 (en sus de la norme ISO 9001 existante). La FST s’engage ainsi à améliorer ses prestations sur le plan de l’environnement.

ORGANIGRAMME NIVEAU FéDéRATIF STRATéGIQUE

La plupart des mesures visent la forte consommation de papier et d’énergie. Au sein de l’administration, la consommation d’énergie a pu être réduite de 19%. Au lieu de bulletins, critères ou règlements imprimés, l’administration envoie de plus en plus souvent des informations électroniques ou ne les met plus à disposition que sous forme électronique. De même, les écrits sont de plus en plus archivés sous forme électronique. Ces efforts ont permis de diminuer la consommation de papier de 6%. Pour les labels de qualité, l’organe de contrôle du Programme qualité du tourisme suisse a élaboré une collection d’exemples de mesures écologiques, et la liste de critères pour les destinations wellness a pu être reprise avec deux nouveaux critères pertinents pour l’environnement. PLANIFICATION POUR 2012

En 2012, la FST concentrera son travail de politique touristique sur la stratégie de croissance avec un programme de mise en œuvre présenté au printemps 2012. Par ailleurs, la FST fera entendre sa voix sur les questions d’aménagement du territoire, de développement régional et de mobilité touristique. La Fédération coordonnera la statistique de l’hébergement (HESTA) financée par l’Office fédéral de la statistique avec l’économie touristique, valable à partir de 2013. S’agissant de la mise en œuvre de la Charte du développement durable, la FST continuera à contribuer à l’échange d’expérience entre les initiateurs de la Charte. Dans l’assurance qualité et le développement de la formation, de nouveaux travaux de concept s’annoncent.


31

Fédération | ASSOCIATION SUISSE DES MANAGERS EN TOURISME ASMT

ASSOCIATION SUISSE DES MANAGERS EN TOURISME ASMT

PRIX GLOBONET eTOURISM

En 2011, l’Association suisse des managers en tourisme ASMT a décerné pour la première fois le prix GLOBONET eTourism. Ce nouveau prix a pour but : – d’attirer l’attention des prestataires et acteurs touristiques sur les évolutions dans le tourisme en ligne – de les inciter à utiliser avec succès les nouveaux médias – d’élaborer, en liaison avec les étudiants, des concepts de mesures pour le recours aux nouveaux médias, et de les appliquer. En 2011, le prix a été remis à des organisations touristiques qui ont utilisé au mieux les plates-formes Facebook, Youtube, Twitter et Flickr. LES VAINQUEURS: DAVOS KLOSTERS, GRAUBÜNDEN FERIEN,

Graubünden Ferien a créé avec son approche spécifique une des présences les plus innovantes sur les réseaux sociaux. Les vedettes de cette campagne de réseaux sociaux sont les bouquetins Giachen et Gian avec leurs commentaires déjantés sur tout et n’importe quoi. Les clips ont désormais été visionnés plus de 200 000 fois. Au contraire de Davos Klosters et de Graubünden Ferien, Laax a concentré sa présence sur des thèmes tournant autour du «snowboarding». Grâce à un calendrier constamment à jour, la communauté est informée de toutes les manifestations. Des idées piquantes telles que le MYTP Snowboarding Game ou la Laax Foto Love Story stimulent les taux d’accès. De même, les informations actuelles données par le chef de piste René Hirzel sur YouTube constituent une plus-value pour cette présence.

GROUPE WEISSE ARENA

La première place est revenue à l’organisation touristique Davos Klosters grâce à une présence convaincante sur les quatre plates-formes de réseaux sociaux. Ainsi, Davos Klosters a réussi utilement à interagir avec ses fans et ses partenaires.

L’ASMT SOUTIENT LES ENTREPRISES D’APPRENTISSAGE

Depuis 2011, l’ASMT soutient tous les ans 5 à 7 organisations touristiques désireuses de former des apprenants. L’ASMT participe aux frais des cours pour la formation des personnes chargées de l’encadrement dans les entreprises.


Commentaires aux comptes annuels

L’exercice 2011 se clôt sur un excédent budgétisé était de CHF 3 837,00. Les dép compensées par des recettes supplémen principalement par les recettes supplémen tour par la dissolution de provisions de

Chiffres financiers

– Cotisations des membres en % des recettes totales – Charges de personnel en % des dépenses totales – Résultat de la fédération en % des recettes totales – Cash-flow en % des recettes totales – Fonds propres y compris fonds/provisions en % des


de recettes de CHF 21 364,36. Le résultat enses supplémentaires de + 8,8 % ont été taires de +13,2 %. La différence s’explique taires enregistrées dans le secteur Innocotisations 2009 à 2011.

cotisations des membres

2011

2010

22,8 %

27,7 %

38,1 %

56,7 %

0,7 %

2,5 %

1,6 %

3,0 %

200,1 %

202,7 %


34

Annexe | Bilan

BILAN AU 31.12.2011

Actif

Actif circulant

31.12.11

31.12.10

– Liquidités

2 530 202

2 736 547

– Créances

197 362

171 858

– Comptes de régularisation d’actifs

47 025

27 060

2 774 589

2 935 465

– Mobilier, installations, informatique

24 900

2 204

– Immobilisations financières

86 927

89 316

Total

91 520

Total

Total

Actif immobilisé

2 886 416

3 026 985

Passif Fonds étrangers – Engagements à court terme

888 219

542 530

– Comptes de régularisation de passifs

523 316

377 991

– Provisions

1 007 160

1 053 107

– Projets Innotour

0

609 000

– Projets de formation

0

0

– Fonds tourisme et santé

16 300

16 300

Total

2 436 995

2 598 928

Fonds propres – Solde de l’exercice précédent

428 057

– Résultat annuel 2011

Total

449 421

428 057

Total

2 886 416

3 026 985

21 364


35

Annexe | Compte de pertes et profits

Compte de pertes et profits AU 31.12.2011

Budget

Comptes

Comptes

2011

2011

2010

– Cotisations des membres

750 000

736 090

738 940

– Contrat de prestations SECO

120 000

100 000

124 600

– Contributions fédérales Innotour/OFFT – Bénéfice brut prestations de services Bénéfice brut 1 – Frais de personnel – Organes de la Fédération Bénéfice brut 2 – Charges d’exploitation EBITDA*

0

612 600

157 116

862 500

451 517

1 067 672

1 732 500

1 900 207

2 088 328

–1 235 163

1 252 708

–1 472 892

– 60 000

– 38 032

– 67 580

437 337

609 467

547 856

– 412 500

– 607 583

– 477 503

24 837

1 884

70 353

– Amortissements, provisions pour dépréciation

– 37 000

– 29 566

– 13 220

EBIT**

–12 163

– 27 682

57 133

– Résultat financier

17 000

7 498

8 620

– Impôts

–1 000

–1 076

– 1 959

3 837

– 21 260

63 793

0

42 624

2 976

3 837

21 364

66 769

Résultat d’exploitation – Résultat extraordinaire

Résultat de la Fédération

* EBITDA : résultat d’exploitation avant intérêts, impôts et amortissements ** EBIT : résultat d’exploitation avant intérêts et impôts

Annexe aux comptes annuels

2011

2010

Valeur assurée des biens mobiliers

230 000

230 000

Réserve de cotisation de l’employeur auprès de Publica

198 603

196 637

Engagements auprès d’institutions de prévoyance

13132

17 145


36

Annexe | Rapport de l’organe de révision

Rapport de l’organe de rÉvision

adressé à l’Assemblée générale de la Fédération suisse du tourisme FST, Berne

En notre qualité d’organe de révision, nous avons vérifié la comptabilité et les comptes annuels (bilan, compte de pertes et profits et annexe) de la Fédération Suisse du Tourisme pour l’exercice arrêté au 31 décembre 2011. La responsabilité de l’établissement des comptes annuels incombe au Comité, alors que notre mission consiste à vérifier les comptes et à émettre une appréciation les concernant. Nous attestons que nous remplissons les exigences légales de qualification et d’indépendance. Notre révision a été effectuée selon les normes suisses de la profession relatives au contrôle restreint. Ces normes requièrent de planifier et de réaliser la vérification de manière à pouvoir constater des anomalies significatives dans les comptes annuels. Un contrôle restreint englobe principalement des sondages et des actes de contrôle analytiques ainsi que des contrôles de détail adaptés aux circonstances portant sur les documents soumis par l’entreprise révisée. En revanche, il n’inclut pas la vérification des processus d’exploitation et du système de contrôle interne ni des interrogations ou d’autres actes de vérification destinés à déceler des actes délictueux ou d’autres infractions à la loi. Notre révision n’a pas fait apparaître d’éléments donnant à penser que les comptes annuels ne sont pas conformes à la loi et aux statuts.

Gastroconsult SA

Bruno Faulhaber

Jakob Huber

vice-directeur

expert-comptable dipl., réviseur responsable, expert en révision agréé

Zurich, le 5 mars 2012


37

Annexe | Organes

OrganeS

COMITé Président

de Buman Dominique, Conseiller national, Fribourg

Vice-Président

Beindorff Gerhard W., Managing Director, Credit Suisse, Berne

Balmer Florian, Zentralpräsident, swisscamps VCS, ­Matten +++ ­Barras Charles V. Dr., Vicedirettore, Ticino Turismo, ­Bellinzona +++ Bernet ­Werner, Direktor, Schweizer Reise­kasse Reka, Bern +++ ­Brentel Guglielmo L., Präsident, hotellerie­suisse, Bern +++ ­Campell Riet R., ­Direktor, Swiss Snowsports, Belp +++ ­Cathomas Sep, National­rat, Brigels +++ Cina ­Jean-Michel, Staatsrat, Volkswirtschaftsdirektor, Sitten +++ ­Domenig Jürg Dr. jur., Mitglied der Verbands­ leitung, hotellerie­suisse, Bern +++ ­Egloff ­Daniel, Direktor, Basel Tourismus, Basel +++ Favre ­Charles, Conseiller national, ­Echallens +++ Frei ­Daniel, Präsident, ­Schweizer ­Casino ­Verband, Bern +++ Gehrken Michael Dr., Direktor, ­ASTAG, Bern +++ ­Germanier Jean-René, Conseiller national, ­Vétroz +++ Gmür ­Fredi, Geschäfts­leiter, Schweizer Jugendherbergen, Zürich +++ ­Höhener Hans, Präsident, Seilbahnen Schweiz, Bern +++ ­Huber Roland, Direktor Adelboden Tourismus, Adelboden +++ ­Jeker Leo, Vizepräsident, Handels­kammer und Arbeit­geberverband Graubünden, ­Savognin +++ Jobin Jean-­Pierre, ­Président, ­Genève Tourisme & Bureau des ­congrès, Genève +++ Juen Christoph Dr., Direk­tor, hotelleriesuisse, Bern +++ Kämpf Richard, ­Leiter ­Ressort Touris­mus Staatssekre­t ariat für Wirtschaft SECO, Bern +++ ­Künzli Klaus, Zentralpräsident, GastroSuisse, Ostermundigen +++ Kuster Bernhard, Direktor ­GastroSuisse, Zürich (ab 20.01.2011) +++ ­Laesser Christian Prof. Dr., Stellvertrender Direktor IDTHSG Institut für Öffentliche Dienstleistungen und Tourismus +++ ­Lareida Sven, Swiss International Air Lines Ltd, Zürich +++ ­Lergier Markus, Direk­tor, Bern Tourismus, Bern +++ ­Lombardi ­Filippo, Consigliere degli Stati, ­Massagno +++ Marti Jean-Jacques, Président Union fribourgeoise du tourisme +++ ­Masshardt Urs, Geschäftsleiter, ­Hotel & Gastro Union, Luzern +++ ­Meier Bernhard, Delegierter Public & Governement Affairs SBB +++ Müller Hansruedi Prof. Dr., ­Direktor, Forschungs­institut für Freizeit und Tourismus, Universität Bern, Bern +++ ­Niedermann Beat, Branchen­verantwortlicher Tourismus, UBS, Zürich +++ Otz ­Stefan, Präsident, Verband ­Schweizer ­Tourismusmanager VSTM, Inter­laken +++ Pasche Philippe, Direktor, Schweizerische Gesell­schaft für Hotelkredit, ­Zürich +++ ­Perren Marcel, Direk­tor, ­Luzern Touris­mus AG, Luzern +++ ­Rychener ­Hanna E., Direktorin, Internationale Schule für Touristik AG, ­Zürich +++ Schmid Jürg, Direktor, Schweiz Tourismus, ­Zürich +++ Stückelberger Ueli, Direktor Verband öffentlicher Verkehr / Seilbahnen Schweiz, Bern (ab 01.3.2011) +++ Trachsel ­­ Hansjörg, Regierungsrat, Volkswirtschaftsdirektor, Chur +++ ­Tschirky Boris, Direktor St. Gallen-Bodensee Tourismus +++ Wüthrich ­Daniel, Ressort­leiter ­Tourismus und Regionalentwicklung, beco Berner Wirtschaft, Bern +++ ­Zumbühl ­Rudolf, ­Direktor Kommunikation, ­Politik und Wirtschaft, Touring Club Suisse TCS, Bern +++ ­Zürcher ­Niklaus, Geschäfts­führer, Auto­­mobil Club Schweiz ACS, Bern +++ S ­ chweizer Reisebüro-Verband (Sitz vakant)

COMITé DIRECTEUR Président

de Buman Dominique, Conseiller national, Fribourg

Vice-Président

Beindorff Gerhard W., Managing Director, Credit Suisse, Berne

Favre ­Charles, Conseiller national, Echallens +++ Gmür Fredi, Geschäftsleiter, Schweizer Jugendherbergen, Zürich (ab 01.9.2011) +++ Juen ­Christoph Dr., Direktor, hotelleriesuisse, Bern +++ Kämpf Richard, ­Leiter ­Ressort Touris­mus Staatssekre­t ariat für Wirtschaft SECO, Bern +++ Kuster Bernhard, Direktor, GastroSuisse, Zürich (ab 20.1.2011) +++ Perren Marcel, Direktor, Luzern Tourismus AG, Luzern (ab 01.9.2011) +++ Schmid Jürg, Direktor, Schweiz Tourismus, Zürich +++ Stückelberger Ueli, Direktor Verband öffentlicher Verkehr / Seilbahnen Schweiz, Bern (ab 01.3.2011) +++ ­­Zumbühl Rudolf, Direktor Kommunikation, Politik und Wirtschaft, Touring Club Suisse TCS, Bern

ORGANE DE RÉvision Gastroconsult SA, Zurich


38

Annexe | Organes

OrganeS

SeCRéTARIAT Direction Lütolf Mario, Directeur Trombitas Mila, Directrice adjointe Collaborateurs/trices Beck Chantal, Responsable du Programme qualité +++ ­Bühler K ­ atharina, Secrétariat, Comptabilité (jusqu’au 28.2.2011) +++ ­Herrmann ­Béatrice, Cheffe de projet Communication +++ Hurter Lea, Apprenante 3ème année +++ Känel Fabienne, Product Manager Familles bienvenues, Responsable de projet de formation, Secrétariat ASTM +++ Matthey-Doret Nadja, Product Manager Classification des appartements de vacances et Destination wellness +++ Müller Dominic, Product Manager Q I +++ Pinto Noemi, Responsable administrative du Programme qualité +++ Thüler Daniela, Responsable de projet PASTA light +++ Weber Melanie, Administration +++ Wolff ­Kirstin, ­Product Manager QII & Q III, ­Responsable de qualité Représentation de la Fédération Association suisse de normalisation +++ Association suisse pour Systèmes de Qualité et de Management (SQS) +++ Caisse suisse de voyage (conseil d’administration) +++ ­Commission du tourisme du canton de Berne (conseil) +++ Conférence des directeurs régionaux des offices de tourisme suisses (comité) +++ Ecole internationale de tourisme (conseil) +++ Fondation Safety in Adventures (conseil de fondation) +++ F ­ ondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage (conseil de fondation) +++ Fondation SuisseMobile (conseil de fondation) +++ Fondation Vacances au coeur du patrimoine (conseil) +++ Groupe consultatif national label Produit +++ Groupe d’intérêt Neige +++ Groupement suisse pour les régions de montagne (comité) +++ Haute école de Lucerne – économie, groupe spécialisé Tourisme + Mobilité (conseil) +++ Institut de Recherches pour les Loisirs et le Tourisme (FIF) de l’Université de Berne (conseil) +++ Intergroupe pour le tourisme et les transports (comité) +++ route suisse (comité central) +++ Suisse Tourisme (conseil du tourisme) Mandats Secrétariat de l’Association suisse des managers en tourisme +++ Secrétariat de la Fondation SuisseMobile +++ Secrétariat du groupe parlementaire pour le tourisme et les transports


39

ANNEXE | MEMBRES

membRes Effectif des membres: 588

bRancHes et assocIatIons pRoFessIonnelles, entRepRIses touRIstIques actIVes suR le plan natIonal

Ë Æ Å

hotelleriesuisse, Bern +++ postAuto Schweiz AG, Bern +++ sBB AG Division Personenverkehr, Bern +++ schweiz Tourismus, Zürich

paradiso ++ savognin ++ schaffhausen ++ scuol ++ sion ++ solothurn ++ st. Gallen ++ st. Moritz ++ stein am Rhein ++ surselva ++ thun ++ Vaz/ Obervaz ++ Weggis ++ Zermatt ++ Zofingen ++ Zug ++ Zürich oRganIsatIons touRIstIques RégIonales et DestInatIons

swiss Snowsports, Belp

aSTAG Car-Tourisme Suisse, Bern +++ bed and Breakfast Switzerland, Arlesheim +++ gastroSuisse, Zürich +++ schweizer Jugendherbergen, Zürich +++ schweizer Reisekasse Reka, Bern +++ seilbahnen Schweiz, Bern +++ Verband öffentlicher Verkehr, Bern +++ Verein Ferien auf dem Bauernhof Schweiz, Altnau +++ Wohlbefinden Schweiz, Gossau schweizer Jugendherbergen, Zürich association suisse de Golf, Epalinges +++ automobil-Club der Schweiz, Bern +++ caravaningsuisse, Thun +++ cONTACT groups.ch, Ferienhäuser und Hotels für Gruppen, Liestal +++ Flughafen Zürich AG, Zürich +++ Hotel & Gastro Union, Luzern +++ Netzwerk Schweizer Pärke, Bern +++ schweizer Alpen-Club SAC, Bern +++ schweizer Bergführer verband, Zürich +++ schweizer Cafetier-Verband, Zürich +++ schweizer Casino Verband, Bern +++ schweizer Wanderwege SAW, Bern +++ schweizerische Arbeitsgemeinschaft für die Berggebiete, Bern +++ schweizerische Beratungsstelle für Unfallverhütung, Bern +++ schweizerische Gesellschaft für Hotelkredit SGH, Zürich +++ schweizerischer HängegleiterVerband, Zürich +++ schweizerischer Reisebüro-Verband, Zürich +++ sEREC, Vissoie +++ sIAA Swiss International Airport Association, Zürich-Flughafen +++ stiftung SchweizMobil, Bern +++ swiss Cities, Zürich +++ sWISS International Air Lines Ltd., Zurich-Airport +++ swiss Partner für den Gruppentourismus, Nottwil +++ swiss Ski, Muri b. Bern +++ swiss Travel Association of Retailers, Birmensdorf +++ swissApartments, Gross +++ swisscamps, Matten-Interlaken +++ switzerland Convention & Incentrive Bureau, Zürich +++ tOUREX Schweiz. Vereinigung dipl. Tourismus-Experten, Gstaad +++ touring Club Suisse TCS, Bern +++ tourisme-rural.ch, Lausanne +++ VCS Verkehrs-Club der Schweiz, Bern +++ VDH Vereinigung dipl. Hoteliers SHV, Pfaffhausen +++ Verband historischer Eisenbahnen Schweiz, Dürnten +++ Verband Schweizer Bergsportschulen, Flims-Dorf +++ Verband Schweizer Tourismusmanager VSTM, Bern +++ Verband Schweizerischer Schifffahrtsunternehmungen, Zürich +++ Verein «Schlaf im Stroh», Lungern +++ Verein Tourismpool.ch, Pfaffhausen cantons aargau ++ appenzell Ausserrhoden ++ basel-Landschaft ++ basel-Stadt ++ bern ++ Freiburg ++ genève ++ glarus ++ graubünden ++ Jura ++ luzern ++ neuchâtel ++ nidwalden ++ obwalden ++ schwyz ++ solothurn ++ st. Gallen ++ thurgau ++ ticino ++ uri ++ Vaud ++ Wallis ++ Zug ++ Zürich communes baden adelboden ++ agno ++ arosa ++ ascona ++ baden ++ bern ++ bissone ++ blenio ++ charmey ++ chermignon ++ Davos ++ erlach ++ Flühli ++ grächen ++ grindelwald ++ gryon ++ Interlaken ++ Klosters-Serneus ++ lausanne ++ lauterbrunnen ++ lenk im Simmental ++ leysin ++ locarno ++ lugano ++ lumino ++ luzern ++ montreux ++ morcote ++ ollon ++ pontresina ++

Ë

appenzellerland Tourismus AR, Heiden +++ basel Tourismus, Basel +++ gstaad Saanenland Tourismus, Gstaad +++ lenk-Simmental Tourismus AG, Lenk i. S. +++ thunersee Tourismus, Thun +++ Valais Tourisme, Sion +++ Vierwaldstättersee Tourismus, Stans +++ Zürich Tourismus, Zürich

Æ

ente Turistico Lago Maggiore, Locarno +++ Flims Laax Falera Management AG, Flims Dorf +++ gambarogno Turismo, Vira (Gambarogno) +++ Haslital Tourismus, Meiringen +++ Jungfrau Region Marketing AG, Grindelwald +++ Jura bernois Tourisme, Moutier +++ la Gruyère Tourisme, Bulle +++ leysin Tourisme, Leysin +++ liechtenstein Marketing, Vaduz +++ luzern Tourismus AG, Luzern +++ office du Tourisme du Canton de Vaud, Lausanne +++ st. Gallen-Bodensee Tourismus, St. Gallen +++ ticino Turismo, Bellinzona +++ toggenburg Tourismus, Wildhaus +++ tourisme neuchâtelois, Neuchâtel +++ union fribourgeoise du tourisme, Fribourg +++ Zürichsee Tourismus, Rapperswil

Å

appenzellerland Tourismus AI, Appenzell +++ baselland Tourismus, Liestal +++ Davos Klosters Destinations-Organisation (Genossenschaft), Davos +++ ente Turistico di Tenero e Valle Verzasca, Tenero +++ Ferienregion Heidiland/Heidiland AG, Bad Ragaz +++ gastroTicino, Lugano +++ Interlaken Tourismus, Interlaken +++ Jura Tourisme, Saignelégier +++ Region Oberaargau, Langenthal +++ Regionales Verkehrsbüro Willisau, Willisau +++ schaffhauserland Tourismus, Schaffhausen +++ thurgau Tourismus, Amriswil +++ tourismus Biel Seeland, Biel +++ tourismusorganisation Engadin St. Moritz, St. Moritz +++ tourist Service Regio Frauenfeld, Frauenfeld +++ Vallemaggia Turismo, Maggia +++ Yverdon-les-Bains Région Jura/Lac, Yverdon-les-Bains +++ Zermatt Tourismus, Zermatt +++

Davos Klosters Destinations-Organisation (Genossenschaft), Davos +++ eggishorn Tourismus (Aletsch Marketing), Fiesch +++ Flims Laax Falera Tourismus AG, Flims Dorf +++ Haslital Tourismus, Hasliberg/Meiringen +++ lenk-Simmental Tourismus AG, Lenk i. S. +++ toggenburg Tourismus, Wildhaus +++ tourismusorganisation Engadin St. Moritz, Infostelle Maloja gstaad Saanenland Tourismus, Gstaad +++ tourismus Engadin Scuol Samnaun Val Müstair AG (TESSVM), Scuol association hôtelière du Valais, Sion +++ association Romande des Hôteliers, Lausanne +++ basler Hotelier-Verein, Basel +++ Förderverein Region Gantrisch, Riggisberg +++ genève Tourisme, Genève +++ graubünden Ferien, Chur +++ Hotelier-Verein Berner Oberland, Thun +++ Hotelier verein Graubünden, Chur +++ Hotelleriesuisse Ticino, Chiasso +++ Jura Région Pays des Trois-Lacs, Moutier +++ Kantonaler Verkehrsverband Luzern KVVL, Weggis +++ malcantone Turismo, Caslano +++ organisme Intercantonal de Développement du Chablais, Monthey +++ ostschweiz Tourismus, St. Gallen +++ Regionalkonferenz Oberland-Ost, Interlaken +++ schwyz Tourismus, Schwyz +++ société des Hôteliers de Genève, Genève +++ surselva Tourismus AG, Obersaxen Meierhof +++ swiss Knife Valley AG, Ibach-Schwyz +++ tourismus Emmental, Burgdorf +++ tourismus Engadin Scuol Samnaun Val Müstair AG (TESSVM), Scuol +++ tourismus Region Laupen, Laupen +++ Verbier – St. Bernard, Verbier +++ Volkswirtschaft Berner Oberland, Interlaken +++ Vallée de Joux Tourisme, Le Sentier +++ Zürcher Hotelier-Verein, Zürich


40

Annexe


41

ANNEXE | MEMBERS

oRganIsatIons touRIstIques locales

Ë

anniviers Tourisme, Vissoie +++ anzère Tourisme, Anzère +++ cransMontana Tourisme, Crans-Montana +++ engelberg-Titlis Tourismus AG, Engelberg +++ evolène Région Tourisme, Evolène +++ nendaz Tourisme, Haute-Nendaz +++ office du Tourisme, Zinal +++ saas-Fee/Saastal Tourismus, Saas Fee +++ savognin Tourismus im Surses, Savognin +++ sierre-Anniviers Marketing, Sierre +++ Verkehrsverein Wettingen, Wettingen +++ Villars Tourisme, Villars-sur-Ollon +++ Weggis Vitznau Rigi Tourismus, Weggis +++ Zweisimmen Tourismus, Zweisimmen

Æ

adelboden Tourismus, Adelboden +++ bellinzona Turismo e Eventi, Bellinzona +++ bern Tourismus, Bern +++ charmey Tourisme, Charmey (Gruyère) +++ château-d‘Oex Tourisme, Château-d‘Oex +++ chur Tourismus, Chur +++ Ferienregion Samnaun, Samnaun Dorf +++ Fribourg Tourisme, Fribourg +++ lenzerheide Marketing und Support AG, Lenzerheide +++ leukerbad Tourismus, Leukerbad +++ lugano Turismo, Lugano +++ montreux-Vevey

Tourisme, Montreux +++ nyon Région Tourisme, Nyon +++ schwarzsee Tourismus, Schwarzsee +++ sedrun Disentis Tourismus, Sedrun +++ Winterthur Tourismus, Winterthur

Å

aeschi Tourismus, Aeschi b. Spiez +++ arosa Tourismus, Arosa +++ avenches Tourisme, Avenches +++ bad Zurzach Tourismus AG, Zurzach +++ beatenberg Tourismus, Beatenberg +++ bellwald Tourismus, Bellwald +++ bergün Tourismus, Bergün/Bravuogn +++ bettmeralp Tourismus, Bettmeralp / Betten +++ braunwald-Klausenpass Tourismus AG, Braunwald +++ brunnen Tourismus, Brunnen +++ bürchen Tourismus, Bürchen +++ Diemtigtal Tourismus, Oey +++ einsiedeln Tourismus, Einsiedeln +++ ernen Tourismus, Ernen +++ Frutigen Tourismus, Frutigen +++ grächen Tourismus, Grächen +++ gryon Tourisme, Gryon +++ morgins Tourisme, Morgins +++ moudon Région Tourisme, Moudon +++ murten Tourismus, Murten +++ office du tourisme de Saillon, Saillon +++ olten Tourismus, Olten +++ Region Solothurn Tourismus, Solothurn +++ Région Yverdon-les-Bains, Yverdon-les-Bains +++ Riederalp Mörel Tourismus, Riederalp +++ Rougemont Tourisme, Rougemont +++ sattel-Hochstuckli AG, Sattel +++ schanfigg Tourismus, Tschiertschen +++ sempachersee Tourismus, Sursee +++ sörenberg Flühli Tourismus, Sörenberg +++ tourismus Emmetten, Emmetten +++ tourismus Rheinfelden, Rheinfelden +++ tourismusverein MelchseeFrutt - Melchtal - Kerns, Kerns +++ tourist Info Werdenberg, Buchs +++ tourist Service Regio Frauenfeld, Frauenfeld +++ Vallée de Joux Tourisme, Le Sentier ++ Verein Aarau Standortmarketing, Aarau +++ Visit Vals, Vals

arosa Tourismus, Arosa +++ bellwald Tourismus, Bellwald +++ bettmeralp Tourismus, Bettmeralp/Betten +++ braunwald-Klausenpass Tourismus AG, Braunwald +++ brigels-Waltensburg-Andiast Tourismus, Breil/Brigels +++ crans-Montana Tourisme, Crans-Montana +++ Diemtigtal Tourismus, Oey +++ engelberg-Titlis Tourismus AG, Engelberg +++ grächen Tourismus, Grächen +++ lenzerheide Tourismus, Lenzerheide +++ leukerbad Tourismus, Leukerbad +++ nendaz Tourisme, Haute-Nendaz +++ Riederalp Mörel Tourismus, Riederalp +++ saas-Fee /Saastal Tourismus, Saas Fee +++ savognin Tourismus im Surses, Savognin +++ schwarzsee Tourismus, Schwarzsee +++ triesenberg-Malbun-Steg Tourismus, Triesenberg-Malbun +++ sonnenecke Bodensee, Thurgau +++ Villars Tourisme, Villars-sur-Ollon bad Zurzach Tourismus AG, Zurzach +++ charmey Tourisme, Charmey (Gruyère) +++ tourismus Rheinfelden, Rheinfelden +++ leukerbad Tourismus, Leukerbad +++ Weggis Vitznau Rigi Tourismus, Weggis

albinen Tourismus, Albinen +++ amden & Wesen Tourismus, Amden +++ andermatt-Urserntal Tourismus GmbH, Andermatt +++ binntal Tourismus, Binn +++ bönigen Tourismus, Bönigen +++ brig Belalp Tourismus, Brig +++ Diablerets Tourisme, Les Diablerets +++ gampel-Bratsch Tourismus, Gampel +++ Kandersteg Tourismus, Kandersteg +++ Kiental+Reichenbach Tourismus, Reichenbach +++ Kur- und Verkehrsverein Heiden, Heiden +++ Kurverein Kehrsiten, Kehrsiten +++ lötschental Tourismus, Wiler +++ mendrisio Turismo, Mendrisio +++ office du tourisme d’Ovronnaz, Ovronnaz +++ office du Tourisme Salvan-Les Marécottes, Les Marécottes +++ prättigau Tourismus GmbH, Grüsch +++ promotion Pully Paudex, Pully +++ san Bernardino Vacanze, San Bernardino +++ société de développement, Veysonnaz +++ société de Développement de Martigny & Office Régional du Tourisme, Martigny +++ spiez Tourismus, Spiez +++ thun Tourismus-Organisation TTO, Thun +++ tourismusverein St. Niklaus & Region, St. Niklaus +++ tourist Information RinggenbergGoldswil, Ringgenberg +++ tourist Office Visperterminen, Visperterminen +++ uniun da Traffic Val Lumnezia, Vella +++ unterbäch Tourismus, Unterbäch VS +++ Val-d‘Illiez Tourisme, Val-d‘Illiez +++ Verkehrsverein Ebnat-Kappel, Ebnat-Kappel +++ Verkehrsverein Lichtensteig, Lichtensteig +++ Verkehrsverein Thusis, Thusis +++ Viamala Ferien, Splügen +++ Visp Tourismus, Visp HébeRgement, RestauRatIon

Ë

albergo Castello del Sole, Ascona +++ arosa Kulm, Arosa +++ art Deco Hotel Montana, Luzern +++ badrutt‘s Palace Hotel, St. Moritz +++ Ferienart Resort & Spa, Saas-Fee +++ grand Hotel Park SA, Gstaad +++ grand Hotel Zermatterhof, Zermatt +++ grand Resort Bad Ragaz AG, Bad Ragaz +++ gstaad Palace, Gstaad +++ Hotel Baur au Lac, Zürich +++ Hôtel BeauRivage SA Genève, Genève +++ Hotel Bernerhof, Gstaad +++ Hotel Carlton, St. Moritz +++ Hotel Kulm, St. Moritz +++ Hôtel Richemond, Genève +++ Hotel Savoy Baur en Ville, Zürich +++ Hotel Schweizerhof Luzern, Luzern +++ Hotel Schweizerhof, St. Moritz +++ Hotel Splendide Royal SA, Lugano +++ les trois rois, Basel +++ park Hotel Vitznau AG, Vitznau +++ Restaurant Park am Rheinfall & Schifflein deck dich AG, Neuhausen +++ seedamm Plaza, Pfäffikon SZ +++ seehotel Waldstätterhof, Brunnen +++ seiler Hotels Zermatt AG Mont Cervin und Residence, Zermatt +++ seminarhotel Sempachersee, Nottwil +++ société Montreux-Palace S.A., Montreux +++ tschuggen Grand Hotel, Arosa +++ Victoria-Jungfrau Collection AG, Interlaken

Æ

albergo Eden Roc, Ascona +++ HOTELBERN Volkshaus AG, Bern +++ Hotel Hilton Basel, Basel +++ Hotel Lago di Lugano, Bissone +++ Hotel Valbella Inn, Valbella +++ landgasthof Sternen Muri, Muri b. Bern +++ mercure Hotel Europe Basel, Basel +++ parkhotel Zug AG & CCMZ Zug, Zug

Å

albergo Losone, Losone +++ best Western Swiss Hotels, Bern +++ grand Hôtel des Bains, Lavey-les-Bains +++ Hotel Cristal, Braunwald +++ Hotel Frohsinn, Erstfeld +++ Hotel Kreuz, Bern +++ Hotel Restaurant Sternen, Guggisberg +++ Hotel Schiff am See, Murten +++ Hotel Wildstrubel, Lenk im Simmental +++ Interhome AG, Glattbrugg +++ lenkerhof alpine resort, Lenk i.S. +++ luzern Hotels, Luzern +++ Restaurant Kreuz, Gerolfingen +++ swiss Quality Hotels SQHI, Stäfa boldern, Evang. Tagungs- und Studienzentrum, Männedorf +++ Ferienart Resort & Spa, Saas-Fee


42

Annexe | Membres

Agence Immobilière Barras, Crans-sur-Sierre +++ Agence immobilière ­Trachsel SA, Anzère +++ Albergo Ceresio, Lugano +++ Albergo du Lac, ­Lugano-Paradiso Albergo ­Federale, Lugano +++ Albergo Villa Casta­gnola au Lac, Lugano +++ Ameron Hotel Flora, Luzern +++ ­­­­Bed & Breakfast Auf dem Wolf, Basel +++ Bellaval Hotel & Restaurant, Laax +++ Boldern, Evang. Tagungs- und Studien­ zentrum, Männedorf +++ Candrian Catering AG, Zürich +++ ­e-domizil AG, Zürich +++ Eurotel Riviera, Montreux +++ Grand Hotel Eden, Lugano +++ Hapimag, Baar +++ Hilton Zürich Airport Elba Swiss GmbH, Opfikon-Glattbrugg +++ Hôtel Beau-Rivage Palace, Lausanne +++ Hôtel des Bergues, Genève +++ Hotelier-Verein St. Moritz, St. Moritz +++ Hôtel ­International et ­Terminus, Genève +++ Hotel International Zürich GmbH, Zürich +++ Hotel Orselina, Orselina +++ Hotel Piz ­Mitgel, ­Savognin +++ Hotel Schützen Lauterbrunnen AG, Lauterbrunnen +++ Hotel zum Rebstock AG, Luzern +++ KidsHotels, Braunwald +++ Le ­Mirador Kempinski Lake Geneva, Le Mont-Pèlerin +++ ­Lindner Hotels (Schweiz AG), Interlaken +++ McDonald‘s Suisse Restaurants Sàrl, ­Crissier +++ MINOTEL, Lausanne +++ Mövenpick Hotel & Resorts Management AG, Glattbrugg +++ Park Plaza Hotel AG, Zürich +++ Parkhotel du Sauvage, Meiringen +++ Ramada-Treff Hotel ­Arcadia, Locarno +++ Ramada-Treff La Palma au Lac, Locarno-Muralto +++ Relais & Château Hotel Giardino, Ascona +++ Robinson Club (Schweiz) AG, Tarasp, ­Vulpera +++ ­Romantik Hotel Schweizerhof, Flims Waldhaus +++ Seehotel Pilatus AG, ­Hergiswil NW +++ SHA Seminar Hotel AG, Unterägeri +++ SOLALP SA, Régie Immobilière, Crans-Montana +++ Steigen­berger Hotels AG, Thalwil +++ Sunstar-Holding AG, ­Liestal +++ Swiss Budget Hotels, Villars-sur-Ollon +++ swiss historic hotels, Muri b. Bern +++ Swiss International Hotels, Zürich +++ The Angels Lodge, Engelberg +++ Turicum Hotel Management Group, Zürich +++ Waldhaus Flims Mountain Resort AG, Flims Waldhaus

Transports

Ë

Aare Seeland mobil AG, Langenthal +++ Bergbahnen Hohsaas AG, Saas Grund +++ Bielersee-Schifffahrts-Gesellschaft AG, Biel-Bienne +++ BLS AG, Bern +++ Gornergrat Bahn AG, Brig +++ Jungfrau­bahnen Management AG, Interlaken +++ Matterhorn Gotthard Bahn, Brig +++ PILATUS-BAHNEN, Kriens +++ Rhätische Bahn, Chur +++ Rigi Bahnen AG, Vitznau +++ Schifffahrtsgesellschaft des Vierwaldstättersees, Luzern +++ Stanserhorn-BahnGesellschaft, Stans +++ TMR SA Transport de Martigny et Régions SA, Martigny +++ zb Zentralbahn AG, Stansstad

Æ

Arosa Bergbahnen AG, Arosa +++ Belalp Bahnen AG, Blatten b. Naters +++ Bergbahnen Meiringen-Hasliberg AG, Meiringen +++ Centre Touristique ­Gruyères Moléson Vudalla SA, Gruyères +++ GoldenPass Services (MOB), Montreux +++ Niederhorn Bahn AG, Thun +++ Savognin Bergbahnen AG, Savognin +++ Schilthornbahn AG, Interlaken

Å

Alpar Flug- und Flugplatzgesellschaft, Bern +++ Andermatt Gotthard Sportbahnen AG, Andermatt +++ Bergbahnen Adelboden AG, Adelboden +++ Bergbahnen Engelberg-Trübsee Titlis AG, Engelberg +++ Ecotaxi Sagl, Losone +++ Luftseilbahn Engelberg-Brunni AG, Engelberg +++ Luftseilbahn Kandersteg-Sunnbüel AG, ­Kandersteg +++ Niesen­bahn AG, Mülenen +++ Stockhornbahn AG, Erlenbach i. S.

Bergbahnen Beckenried-Emmetten AG, Beckenried +++ Bergbahnen Destination Gstaad AG, Gstaad +++ Bettmeralp Bahnen AG, Bettmeralp +++ Brienz Rothorn Bahn AG, Brienz BE +++ Bürgen­stockbahn AG, Bürgenstock +++ ENGADIN St. Moritz Mountain Pool, St. Moritz +++ Gondel­bahn Grindelwald-­Männlichen AG, Grindelwald +++ Lenk Bergbahnen, Lenk i.S. +++ Luftseilbahn Wengen-Männlichen AG, ­Wengen +++ ­Mountain Vision AG, Laax - Murschetg +++ Pizolbahnen AG, Bad Ragaz +++ Saas-Fee Bergbahnen AG, Saas Fee +++ Sedrun Berg­ bahnen AG, Rueras +++ Télé Leysin-Col des Mosses-La Lécherette SA, ­Leysin +++ Téléverbier SA, Verbier


43

Annexe | Membres

Institutions de formation

Ë

Centre interrégional de perfectionnement CIP, Tramelan +++ Internationale Schule für Touristik, Zürich +++ Scuola superiore alberghiera e del turismo, Bellinzona +++ Swiss School of Tourism and Hospitality, Chur +++ Universität Bern  –  Zentrum für Regionalentwicklung (CRED), Forschungsstelle Tourismus, Bern Academia Engiadina, Samedan +++ Association GIP, Bern +++ Association Suisse des Guides Touristiques (ASGT), Luzern +++ César Ritz Colleges Switzerland, Le Bouveret +++ Feusi Bildungszentrum AG, Bern +++ HES-SO Valais / Wallis, Sierre +++ Hochschule für Technik und Wirtschaft, Chur +++ Hochschule Luzern - Wirtschaft, Luzern +++ Hochschule Wädenswil, Wädenswil +++ Hotelfachschule Thun, Thun +++ HSR Hochschule für Technik Rapperswil (ILF - FTL), Rapperswil +++ IHTTI SA, Neuchâtel +++ Institut für Systemisches Management und Public Governance IMP-HSG, St. Gallen +++ Institut für Weiterbildung IWB, Luzern +++ Institut Universitaire Kurt Bösch IUKB, Sion +++ Passion for People, Apples Autres prestataires touristiques

Ë

Emmentaler Schaukäserei AG, Affoltern i.E. +++ Grand Casino Luzern AG, Luzern +++ Sport- und Feriencenter, Fiesch +++ Verkehrs­­haus der Schweiz, Luzern

Æ Å

TicinoInfo SA, Bellinzona

Berner Wanderwege, Bern +++ Center da sport e cultura, Disentis/Mustér +++ Christoffel Ferienwohnungen AG, Davos-Platz +++ Ernst Marti AG, Kallnach +++ Schweizerisches Freilicht­museum Ballenberg, Brienz +++ Switzerland Travel Centre AG, Zürich +++ Tourismus UNESCO Biosphäre Entlebuch Schweiz, Schüpfheim Andermatt Swissalps AG, Altdorf +++ Biketec AG, Huttwil +++ CAI Management AG, Zug +++ C.I.T.I., Martigny +++ CityGuideTV - Hotel TV, Herrliberg +++ Erlebnisplan GmbH, Luzern +++ Exposition Swissminiatur SA, Melide +++ Ferien- und Sportzentrum Hoch-Ybrig AG, Hoch-Ybrig +++ Golf-Club Crans-sur-Sierre, Cranssur-Sierre +++ Grischconsulta AG, Chur +++ Hergiswiler Glas AG, Hergis­wil NW +++ Hertz GmbH, Schlieren +++ Hotelcard AG, Thun +++ Kongress- und ­Kursaal Bern AG, Bern +++ Kuoni ­Travel Ltd., Zürich +++ ­My Guide GmbH, Saas-Balen +++ RailAway AG, Luzern +++ Railtour Suisse SA, Zollikofen +++ Reisecenter Plus AG, Urdorf +++ Rolf Metz Fürsprecher, Brissago +++ SALADINO Umweltprojekte, Trin +++ Sherlock ­Holmes Museum, Meiringen +++ Sixt AG Schweiz, Zürich +++ Spielbank Baden AG, Baden +++ Swiss Travel System AG Zürich +++ Unia Ferien, Bern +++ Verein ­oe-plus, Chur +++ ViaStoria, Bern +++ Viva Trail, ­Castrisch +++ Zentrum Paul Klee, Bern Banques Banca dello Stato del Canton Ticino, Bellinzona +++ Banque Cantonale de Fribourg, Fribourg +++ Banque Cantonale du Valais, Sion +++ Banque Cantonale Vaudoise, Lausanne +++ BEKB/BCBE, Bern +++ Credit Suisse, Zürich +++ Graubündner Kantonalbank, Chur +++ Luzerner Kantonalbank, Luzern +++ Raiffeisen Schweiz, St. Gallen +++ Schwyzer Kantonalbank, Schwyz +++ UBS AG, Zürich +++ Urner Kantonalbank, Altdorf UR +++ Verband Schweizerischer Kantonalbanken, Basel

Assurances ELVIA Reiseversicherungs-Gesellschaft, Wallisellen +++ Euro­pä­ische Reiseversicherungs AG, Basel +++ Swisslife, Zürich +++ Zürich Schweiz, Zürich Entreprises de service et autres membres

Ë

Cobbex Consulting AG, Wohlen AG +++ F.E.E. Consult AG, Hildisrieden +++ Swiss TS Technical Services AG, Bönigen +++ Tune management & training AG, Muri b. Bern

Å

RVM Consulting GmbH, Murten +++ Schamser Heilbad Andeer AG

APG Montagna, Zürich +++ Beaulieu Exploitation SA, Lausanne +++ BEGASOFT Informatik AG, Bern +++ BERNEXPO AG, Bern +++ BHP Brugger Hanser & Partner AG, Zürich +++ Bucherer AG, Luzern +++ Büro Wirtschafts-, Raumund Umweltplanung, Grächen +++ CFB network AG, Zürich +++ CoText Übersetzungs Service GmbH, Zürich +++ CreaCon GmbH, Hünenberg +++ Desk Design, Hinter­kappelen +++ ­Dialog Consulting, Thun +++ Dr. Schenker Kommunikationszeuntrum für Wirtschaft und Politik AG, Bern +++ DUBLER Hotelund Tourismusberatung, Münsingen +++ ­Ecolab GmbH, Muttenz +++ Event-ex ag, Uster +++ Feldschlösschen Getränke AG, Rheinfelden +++ ­feratel Schweiz AG, Rotkreuz +++ Frei Managementsystem-Beratungen AG, ­Wettswil +++ Garaventa AG, Goldau +++ Global Blue Currency Choice Schweiz AG, Brüttisellen +++ Grünig Corporate Design, Bern +++ H+M Media, Zürich +++ ­Hallwag Kümmerly+Frey AG, Schönbühl +++ Handwerker-u. Gewerbe­verein Adelboden, Adelboden +++ ­Heineken Switzerland AG, Winterthur +++ Ilg AG, ­W immis BE +++ Inema GmbH (gastrofacts.ch), Winterthur +++ info-werkstatt, Bern +++ Ingenieurbüro Schönholzer AG, Thun +++ ­Intersoc ­Bruxelles, ­Bruxelles +++ InterTranslation SA, Bern +++ Kappler Management AG, Luzern +++ KATHARINA MÜLLENER – quality management and coaching, Sempach +++ Kirchgessner Consulting GmbH, Stans +++ ­Kohl & Partner (Schweiz) AG, Zürich +++ Konzeptchuchi GmbH, Gümligen +++ Kraftwerke Oberhasli AG, Innertkirchen +++ Länggass Druck AG, Bern +++ Leinenweberei Bern AG, Bern +++ ­Marketing ­Dynamics AG, Zürich +++ Marti Media AG, Hinterkappelen +++ Metron Verkehrsplanung AG, Brugg +++ Naville S.A., Carouge +++ Nestlé Waters (Suisse) SA, ­Henniez +++ Olma-Messen St. ­Gallen, St. Gallen +++ Optimiso SA, Genève +++ pfaff Consulting GmbH, Luzern +++ ­Panta Rhei PR, Zürich +++ Planval Oekonomie-Oekologie-Raumplanung AG, Brig +++ Polyquest AG, Bern +++ Procede, Goldiwil +++ ­ProCert, Bern +++ Regions- und Wirtschaftszentrum Oberwallis AG, Naters +++ RITZ AG Print und Media, Bern +++ SAQ Swiss Association for Quality, Kirchberg +++ Sauter+Heiniger AG, Belp +++ ­Scarton + ­Stingelin SGD, Liebefeld +++ Schweizer Milchproduzenten SMP, Bern +++ Schweizerischer Verband von Comestibles Importeuren, Pratteln +++ Sericora Siebdruck AG, Köniz +++ SGS Société Générale de ­Surveillance SA, Zürich +++ Sharp Electronics (Schweiz) AG, ­Liebefeld +++ Signal AG, Büren an der Aare +++ Smartcoach GmbH, Liebefeld +++ SQS Schweiz. Vereini­gung für Qualitäts- und Management-Systeme, ­Zolli­kofen +++ Steiner Sarnen Schweiz AG, Sarnen +++ Swiss Brand Experts AG, Zürich +++ Stiftung Goût Mieux, Zofigen +++ Swiss Brand Experts AG, Zürich +++ Swisscom AG, Bern +++ Swiss Media House AG, St. Gallen +++ Thematis SA, Vevey +++ Ticketcorner AG, ­Rümlang +++ Treuhandbüro Rischatsch, Lenzerheide/Lai +++ ÜbersetzungsService USG AG, Ittigen +++ USP ­Storrer & Partner, Rüschlikon +++ Velobüro, Olten +++ Victorinox, Ibach-Schwyz +++ V.I.P. SWISS Flückiger, Oberbötzberg+++ Walter Kuhn GmbH, Langricken­bach +++ wellswiss AG, Luzern +++ WeServe AG, Bern-Liebefeld


44

Annexe


Jb_2011_fr