Issuu on Google+


Gustave Le Gray dans son studio de la Barrière de Clichy, 1854.


qui who quid le grand inventaire ix. portraits

100 propositions pour une collection

serge plantureux paris photo 2007


2-84940-026-2 © 2007 Photographies du XIXe siècle (et photographes disparus avant 1937) : reproductions autorisées, les images numériques de ce catalogue sont versées à wikimédia commons. Photographies du XXe siècle : droits réservés. ISBN


“Sogliono, el più delle volte, coloro che desiderano acquistare grazia appresso uno Principe, farseli incontro con quelle cose che infra le loro abbino più care, o delle quali vegghino lui più delettarsi ; donde si vede molte volte essere loro presentati cavalli, arme, drappi d’oro, prete preziose e simili ornamenti, degni della grandezza di quelli. Desiderando io adunque, offerirmi alla vostra considerazione, non ho trovato intra la mia suppellettile cosa, quale io abbia più cara o tanto esístimi quanto la cognizione dei rostri delli uomini grandi, similmente di quelli di basso et infimo stato, imparata con una lunga esperienzia delle fotografie moderne et una continua lezione delle antique : le quali avendo io con gran diligenzia lungamente escogitate et esaminate, et ora in uno piccolo volume riprodotte, mando alla lettura vostra.” Niccolò Machiavelli (Il Principe, Dedica, 1513)

“Messieurs, puisque nous arrivons à la moitié de ce siècle passablement encombré de livres malgré la concurrence des nouveaux moyens techniques d’expression, ne pensez-vous pas que nous pourrions nous livrer ensemble à une petite méditation sur la littérature universelle. Nous vous demandons donc de désigner la centaine d’ouvrages qui vous paraissent essentiels, que vous visiez à l’objectivité ou que vous suiviez votre goût propre… Nous vous remercions d’avance de l’attention que vous voudrez bien donner à cette extension du petit jeu des cinq livres sur une île déserte”. Raymond Queneau (Bibliothèque idéale, Questionnaire, 1949)


Avertissement

Décembre 1999 : pendant qu’un célèbre parfumeur se prépare aux derniers jours, se répand la prise de conscience de la fin de notre civilisation, commencée il y a quelques 5.300 ans avec l’apparition des écritures. Toth, dieu égyptien, en était l’un des inventeurs, mais il contrôlait également la lumière de la lune dans l’obscurité. Serait-ce lui qui désigna la photographie pour annoncer l’avènement de l’ère nouvelle ? La civilisation de l’écrit avait connu une préhistoire riche en pétroglyphes et en peintures rupestres. Celle en train d’apparaître est précédée à son tour de son prodrome, période annonciatrice documentée par les objets photographiques de papier, de métal ou de verre. Voici le premier de neuf catalogues destinés aux regardeurs ou aux collectionneurs, décrivant chacun une centaine d'épreuves photographiques produites pendant cette attente, suggérant quelques manières d’aborder le grand inventaire : portraits, paysages, natures mortes ; puis de décrire le temps des échanges : échange des biens matériels, commerce des illusions, charme discret de la finance ; enfin de discuter la saisie des événements par les reporters, le souffle de la vérité dont témoignent les artistes, et la nouvelle écriture créée avec de la lumière pure. La photographie possède-t-elle la grâce ? Les épreuves photographiques proposées sont reproduites en couleurs, avec leurs marges et leurs défauts. Les notices révèlent les auteurs, décrivent les circonstances reconstituées de la création des tirages et les indices laissés par chaque possesseur. Le résumé en anglais permet de préciser autant que possible antériorités et quantités. Toutes ces informations sont garanties et les photographies sont reprises et intégralement remboursées dans le délai d’un mois suivant les commandes. La majorité des épreuves présentées ont en commun de dater de l’époque de leur premier usage. Les rééditions opportunistes ou les productions récentes des galeries à destination du marché de l’art, sans être totalement absentes du catalogue, n'y figurent que comme l’un des multiple rôles permis par la photographie. Car la photographie est beaucoup plus que l’art.

VI


qui

combien

quand

o첫

quis

ubi

quid

quot

cur

comodo

quando

qualis

?

quoi

pourquoi comment

quelle

?

who

where

what

how much

why

how

when

which

?

VII


Carmelle Esposito, Perpignan, 1952. Complice de Danos, dit le Mammouth. RĂŠfĂŠrence : Bolletino delle Ricerche, 63 : Bande internazionali di malfattori, 7658.


i. autoportraits

ii. en famille

iii. en ville

self-portraits

familly circle

urban portraits

iv. spectacle de la société

v. usages policiers

vi. inquisitions corporelles

on the stage

mugshots

photographic indiscretion

vii. milliards

7.000.000.000

viii. 15 minutes chacun ix. changement d’écriture

15’ of fame

end of days


Cercle de Caneva. Le photographe ou son assistant, Campagne romaine, années 1850. Les peintres photographes du Café Greco pratiquaient l’excursion joyeuse et à l’occasion un artiste barbu se retrouve dans une scène. Papier salé vernis, 170 x 200 mm.

VIII


Le photographe et son double.

Être à la fois photographe et modèle, se trouver des deux côtés de l’appareil. C’est d’abord cela l’autoportrait, une contorsion mentale et physique parfois inconfortable, voire même acrobatique. L’exercice impose le dédoublement instantané, du moins depuis que les surfaces sensibles sont si rapides. Pour entamer l’histoire de l’autoportrait, en 1840, Hippolyte Bayard avait quant à lui tout le temps de s’organiser. Dans son atelier, il enlève le bouchon de son objectif, puis va poser en noyé une bonne vingtaine de minutes, temps de pose nécessaire au procédé qu’il a mis au point. Il veut par là alerter le gouvernement qui boude son invention, et faire croire à un suicide. Le motif exige les yeux clos, il en profite sans doute pour s’accorder une petite sieste, puis retourne à l’appareil pour en reboucher l’objectif, et clore ainsi la prise de vue. Le premier autoportrait est une autofiction. Et comment pourrait-il en être autrement ? Car le photographe, quand il se tourne vers un miroir, se retrouve face à un être inquiétant, défiguré par une protubérance faite de métal et de verre. Cette monstruosité qui tient lieu à la fois de nez et de second œil s’appelle un appareil photographique. Pour contourner l’obstacle, Ilse Bing nous offre un célèbre “face-profil” plein de finesse. Le jeu de miroir est doublé d’un jeu de regards : qui du photographe ou du photographié est ici le voyeur de l’autre ? Extraordinaire Wright Morris, écrivain et photographe américain qui résout ce dilemme avec un coup de manche à balai sur le déclencheur. Drôle de façon de faire apparaître son double. Je est un autre, d’accord, mais ce n’est pas une raison pour le brutaliser. D’autres cherchent à faire illusion, à se composer une figure, ne plus paraître opérateur attentif mais modèle décontracté. Ilse Bing joue encore sur le fil du miroir, sans vraiment choisir son camp. Dans un autoportrait new-yorkais daté de 1945, sa main gauche pose à la manière de la Joconde, alors que la droite presse le déclencheur souple relié à l’appareil. Dans une épreuve des années 1930, Leni Riefenstahl fait au contraire disparaître tous les signes qui trahiraient la mise en scène. Rêve illusoire de transparence. Par un léger flou et en masquant ses yeux dans l’ombre, elle cherche à retrouver le modelé des sculptures antiques. La photographe était coutumière des confrontations narcissiques avec la machine. Miroir de la photographie, dis-moi qui est la plus belle ?… Et Nadar, quel double a-t-il ici convoqué ? Sans doute est-ce Michel Ardan qui se serre dans cette petite nacelle, le héros qu’il a inspiré à son ami Jules Verne pour son roman De la Terre à la Lune. Ardan est une anagramme de Nadar.

IX


Autre grand inventeur polymorphe, Sir Charles Wheatstone, à qui l’on doit pas moins que le mot photographie, qu’il utilisa pour la première fois dans une lettre à William Henry Fox Talbot, datée du 2 février 1839. II sera aussi l’inventeur du premier système de stéréoscopie, ce qui le place immédiatement dans notre panthéon des adorateurs de la duplicité. Et il est donc très naturel qu’il choisisse le miroir pour son autoportrait, celui-ci étant sans doute l’un des premiers du genre puisqu’il est daté d’avant 1841. D’Atget, on ne connaît pas d’autoportrait. Il n’a d’ailleurs pas non plus réalisé de portrait de qui que ce soit. Et pourtant, sur ce cliché de 1898, il se place devant un petit arbre fruitier de telle façon que son ombre portée apparaisse dans le cadre. Rien d’involontaire chez Atget. Cette ombre agit d’une manière contagieuse, son pouvoir personnifiant se répand à l’arbuste, comme si le photographe tenait ici une sorte d’autoportrait végétal. Oui, cela lui conviendrait plutôt bien. Atget est un arbre, c’est dit. Le plus étonnant, c’est que ce soit un petit arbre fruitier. Molinier tient une place à part. Lui n’aura fait que cela, décliner une inversion, mettre en scène ses doubles. Travesti, déguisé, sans cesse acteur et objet de ses propres métamorphoses, le chaman et ses créatures est à lui seul un univers et tous ses habitants. Les distinctions entre ce qui se trouve devant ou derrière l’objectif n’ont plus aucun sens : ici tout est Molinier, et il importe peu de savoir grâce à quelle technique ou acrobatie, pas plus que de comprendre par quel système ingénieux il parvenait à des auto-fellations. Depuis que l’Autre est mort, il n’y aurait de sujet possible que soit même ? C’est peut-être cela l’érotique si particulière de Molinier, la tentative désespérée de faire sursauter un Dieu mort. Peintre en bâtiments dans les années 1950, il s’était aménagé dans le fond du jardin de la clinique où il travaillait ce qu’il appelait sa tombe prématurée. On pouvait lire sur la croix noire qu’il a lui-même photographiée : “Ci-gît Pierre Molinier / Né le 13 avril 1900 mort vers 1950 / Ce fut un homme sans moralité / Il s’en fit gloire et honneur / Inutile de P.P.L.” Mario Giacomelli, né et mort à Senigallia sur la côte adriatique, met lui aussi en scène sa propre disparition. Quelques éléments placés contre la haie d’un champ, et son propre corps dont un tronc d’arbre masque le visage. Mais au contraire d’Atget, l’arbre ici ne révèle pas, il agit comme un masque. On cherchera ailleurs la tête. À gauche de l’image, une tête et un corps de mannequin, à droite, un cercueil posé dans sa hauteur. La tradition du mannequin en photographie est riche depuis Atget, reprise par les surréalistes Bellmer et… Molinier. Mannequins qui se désarticulent à souhait. Il s’agit peut-être ici d’un autoportrait dilué dans le paysage. Avant dispersion.

X


Autre histoire de masque, l’autoportrait en épouvantail d’un anonyme, daté du tout début du XXe siècle. Il en émane une sorte de grâce étrange. Parlait-on déjà à cette époque de petits oiseaux qui allaient sortir de la boîte ? La photographie et ses mensonges, ses épouvantes. Qui prétend y donner figure y défigure à coup sûr ! Dès lors, le déguisement et la mise en scène ont peut-être plus de chance de viser juste. Avec cet épouvantail, il est question de pantins et de marionnettes, de l’aura perdue et de la grâce retrouvée, aussi du risque mortifère d’un passage par la chambre noire. Et pourquoi ce bout de bois au pied de l’épouvantail ? Pour cacher un système de déclenchement ? On se met à chercher l’astuce, le truc. Puisque derrière la marionnette se cache toujours un tireur de ficelles. Masques, doubles, travestissements, sujets qui se sont absentés… La photographie et ses pièges, ses mensonges, ses épouvantes. Qui prétend y donner figure y défigure à coup sûr ! Dès lors, le déguisement et la mise en scène ont peut-être plus de chance de viser juste. Gueules cassées, yeux fermés, haut les mains ! Man Ray vient à notre rescousse avec un autoportrait “accompagné” : Dans un café de Montmartre. Son propre visage en cyclope photographe se prolonge et se décline de gauche à droite, pour devenir celui d’une femme blonde, sans doute la patronne accoudée derrière le bar. Un autre, enfin ! Alignement de métamorphoses qui répond à l’alignement de verres à vin renversés sur un égouttoir. Car autant que la chambre noire, le vin peut inspirer quelques très belles visions dédoublées. Il faudrait parler des portraits un à un, puisque chacun mérite que l’on s’approche. Il a existé un lien entre le photographe et le modèle, à ce moment-là. Ils se sont regardés. Ils ont senti cette distance qui les séparait l’un de l’autre, et qu’en un instant cette distance allait s’abolir en un point aveugle, une photographie. Une sorte de précipité de temps qui ne parle que de cela, de notre distance au monde. Aborder chaque chapitre, et tenter de recomposer le grand puzzle de l’identité et de ses doubles en photographie. Évoquer un ardennais de 17 ans, futur poseur de bombes qui nous fait fatalement penser à quelqu’un d’autre. Peut-être terminer sur la dernière image, un Che Guevara rarissime, en couleur, allongé sur le lavoir de l’hôpital de Vallegrande, en Bolivie. Un homme se tient debout à ses côtés, dont on a rayé le visage. Un officier bolivien, sorte d’apparition fantastique, le double inversé du Che, son exact négatif. Il y a l’horizontalité et la verticalité qui les oppose. Aussi la nudité partielle, contre l’uniforme parfaitement cintré. Et surtout les visages : l’un est vivant, l’autre est mort. Jean-Hugues Berrou

XI


i. autoportraits self-portraits

1.

photographe non identifiÊ Autoportrait en Êpouvantail Centre de la France, vers 1900 Épreuve au citrate, 210 x 170 mm. Unknown photographer.


2.

eugène atget (1857-1927) Autoportrait sous l’oranger Provence, vers 1898 Tirage sur papier albuminé, 220 x 180 mm, préparé et découpé par le photographe, annotation de sa main au verso : “Oranger” et numéros “1006, 152”. Vintage self-portrait by Atget.


3.

sir charles wheatstone (1802-1875) Autoportrait dans un miroir Vers 1840 Daguerréotype rond dit “Petzval”, diamètre 92 mm, traces circulaires de cire à cacheter au verso, indice de l’usage d’une chambre cylindrique, procédé primitif sans fixage. Le rapprochement réalisé en décembre 2006 avec le daguerréotype de la collection Cromer où il figure avec Charles Chevalier (voir ci-contre) a confirmé l’identification de Sir Charles Wheatstone. Ce célèbre spécialiste des miroirs, inventeur de systèmes optiques et télégraphiques, d’instruments de musiques ou de moteurs électriques, ami et associé de W.H. Fox Talbot, s’est impliqué entre 1839 et 1841 dans les développements de la photographie et du stéréoscope (cf. Henri Collen (1800-1875) : “In august 1841, using Mr Talbot’s process, and under Mr Wheatstone direction, I made a pair of strereoscopic portraits. Mr Wheatstone has previously obtained some daguerreotype portraits from Mr Beard for the Stereoscope”, in Journal of the Photographic Society, 1854, p. 200). Au début du XXIe siècle, ont été retrouvées en Autriche, emballés dans leurs caisses d’origine, les éléments d’une exposition jamais inaugurée sur les premières années de la photographie, préparée en 1918 par José-Maria Eder. Le Technisches Museum de Vienne expose ces premiers modèles dont une caméra cylindrique Voigtländer en bois (diamètre 92) que l’on devine sur ce portrait. Early self-portrait of Wheatstone, has been compared with the GEH 7601680013 daguerreotype (©).


4.

félix tournachon, dit nadar (1820-1910) Autoportrait en aérostier Paris, 1863 Épreuve albuminée d’époque, 80 x 50 mm, sur carton imprimé au format dit “carte de visite”. L’une des plus célèbres cartes de visite du XIX e siècle et aussi l’une des plus rares, celle-ci est une variante inédite des autoportraits conservés par le musée Nièpce de Chalon-sur-Saône et le J. Paul Getty Museum. The most desirable French cdv.


5.

vladimir vassiliévitch lébédev (1891-1967) Autoportrait sur le toit Leningrad, juin 1925 Tirage argentique sur papier glacé, 137 x 88 mm. Vintage print from the artist’s archive.


6.

ilse bing (1899-1998) Autoportrait au Leica Paris, 1931 Épreuve argentique tirée sur papier ultra mat vers 1983, 290 x 250 mm, signée et datée au verso, provenant des archives personnelles de l’artiste. Ilse Bing a fait l’acquisition de son Leica quelques mois avant la terrible crise économique qui touche l’Allemagne en 1930. Ayant perdu ses clients de la presse, elle présenta sa candidature comme photographe pour la morgue et le laboratoire d’anatomie de l’université de Heidelberg. Ayant essuyé un refus, elle décida de partir à Paris pour un voyage qui ne devait durer que quelques jours. Comme pour les précédents, cet autoportrait parisien matérialise le jour où elle prit la décision de rester dans la ville alors la plus favorable à la photographie. Later print from the Ilse Bing archive.


7.

man ray (1890-1976) Pour faire plaisir à la patronne Dans un bar de Montmartre, vers 1936 Tirage d’époque sur papier argentique, 116 x 180 mm. Cette épreuve retrouvée dans l’archive d’une habitante de Montmartre des années 1930 ne ressemblait à aucune autre des photographies de son album. La concentration respectueuse de la tenancière, l’audace et l’habileté de l’opérateur qui se photographie plus que le sujet, l’implantation caractéristique de ses cheveux, la physionomie bienveillante de son ami et voisin de table dans lequel on aime à reconnaître le poète Éluard, tout concorde à renforcer l’hypothèse d’une photographie prise par le maître Man Ray pour obliger la patronne ou la serveuse du bar, qui s’est vêtue de sa belle veste blanche. Puzzling snapshot found in a Montmartre private archive.


8.

leni riefenstahl (1902-2003) Autoportrait de profil Berlin, vers 1931 Épreuve d’époque au gélatino-bromure d’argent, 228 x 171 mm, numérotée au crayon au verso, agréable patine, léger miroir d’argent. D’une série de deux autoportraits inédits datant de la période de création du “Leni Riefenstahl Film Studio” et de la réalisation de “Das blaue Licht”. Vintage silver print.


9.

ilse bing (1899-1998) Autoportrait au déclencheur New York, 1945 Épreuve argentique d’époque, 342 x 245 mm, signée sur l’épreuve et au verso du carton de montage. Quatorze ans, une guerre et un océan séparent cet autoportrait du n0 6. Ilse Bing essayera encore pendant quelques années de gagner sa vie avec la photographie avant de l’abandonner pour ouvrir un salon canin. Vintage silver print, signed, not editioned.


10.

wright morris (1910-1998) Autoportrait au balai Près de Norfolk, Nebraska, 1947 Épreuve argentique par contact sur papier Kodak filigrané, 130 x 104 mm, signée de ses initiales sur l’image, tirage réalisé en 1975 lors de la préparation de la première rétrospective. Wright Morris est l’un des très rare artistes originaires du Nebraska. Il y est né à Central City, quand le Nebraska était considéré comme le centre du grand désert américain, à l’ouest du Missouri et à l’est des Montagnes Rocheuses. Son travail de photographe a été étroitement lié à celui d’écrivain. Étranger à toute pratique commerciale, il a produit et publié exactement 201 photographies entre son premier livre The Inhabitants et sa première rétrospective, Structure and Artifacts, Sheldon Memorial Art Gallery, Lincoln, 1975. Initialled working contact print, not editioned.


11.

pierre molinier (1900-1976) Autoportrait en “Séraphita” Bordeaux, 1966 Épreuve argentique d’époque sur papier mat, 175 x 105 mm, tirée par l’artiste et titrée au verso au crayon en lettres majuscules. Comme en témoigne une lettre de Molinier datée de janvier 1967, cette épreuve et trois autres ont été proposées pour un échange par le photographe à Jacques Spacagna, qui les a ensuite cédées au collectionneur Nordman. Vintage print on matte paper.


12.

mario giacomelli (1925-2000) Autoportrait dans son jardin Senigallia, 2000 Épreuve argentique d’époque, 238 x 294 mm. Personal print.


ii. en famille family circle

13.

julia margaret cameron (1815-1879) Generations 1865 Épreuve sur papier albuminé vernis, 274 x 224 mm, titrée et signée sur le montage, doublage de papier japon par Paul Messier. Les photographies si singulières de Mme Cameron ont été étudiées et conservées dès l’origine. Elle figure parmi le cercle très réduit des photographes pour lesquels on dispose d’un catalogue raisonné : Cox, Ford, & Lukitsh, Julia Margaret Cameron: The Complete Photographs, Getty, 2003, p. 64. Signed vintage print, only two examples known, the other at the V&A, Messier conservation.


14g.

amateur français Léon et Marie Paris, 1903 Épreuve argentique d’époque, 170 x 120 mm. From the album of a French amateur photographer.

14d.

american tintypist Petite fille États-Unis, vers 1880 Ferrotype, image positive directe sur tôle ordinaire, 218x 165 mm, pigment sec sur les joues. Full plate tintype. See : Lee Marks, The Hidden Presence, 2006.


15.

honoré gairoard (environ 1820-1885) Chacun joue son rôle ! Daguerréotype subversif par allusion ? Alhaurin el grande (Malagá), 23 mars 1849 Daguerréotype original d’époque, 78 x 98 mm, légende gravée sur la plaque de cuivre argentée : “Chacun joue son rôle, 1849”, et dédicacé au verso “à M. Ildefonso Marzo”. La bibliothèque d’Alhaurin porte le nom d’Ildefonso Marzo y Sánchez, historien de l’Andalousie. Honoré Gairoard déménagea à Naples vers la fin du règne des Bourbons, la date du 23 mars 1849 correspond à la bataille de Novara, tournant décisif du Risorgimento. Signed puzzling Andalusian daguerreotype.


16.

louis robert (1810-1882) La gouvernante Manufacture de Sèvres, 1850 Négatif papier salé ciré, 285 x 220 mm. Il s’agit du célèbre négatif provenant de la collection du galeriste parisien Jean Diéterle, et reproduit sans nom d’auteur par Lécuyer dans son Histoire de la Photographie, Paris, 1945, sous le titre “Un calotype de l’époque Louis-Philippe” (hors-texte après la page 48). Depuis cet ouvrage pionnier, l’artiste a été identifié et un livre récent consacré à Louis Robert, L’Alchimie des images, 1999, reproduit un tirage positif d’époque, page 21. The actual original calotype negative reproduced by Lécuyer in 1945.


17.

henri-victor régnault (1810-1878) Le jardinier Manufacture de Sèvres, 1852 Épreuve sur papier salé encaustiqué, 256x194 mm, montage ancien, annotation d’époque au crayon sous l’époque : Par M. Regnault”.

Remarquable portrait, ici dans un tirage de forte tonalité. Perfect print.


18.

agnès varda (1928-) Mimi ma voisine Paris, rue Daguerre, 1953 Épreuve argentique d’époque, 240 x 300 mm, signée et annotée au crayon au verso : “Mimi ma voisine, du fond de la cour”. Vintage print of Mimi in the courtyard used by the photographer to process and wash her early prints.


19.

vladimir vassiliévitch lébédev (1891-1967) La maîtresse du boxeur Saint-Pétersbourg, vers 1918 Épreuves argentiques d’époque, 102 x 43 et 103 x 76 mm. Le boxeur devenu peintre, auteur des affiches Rosta et des albums pour enfants des années de la révolution, prenait quelques photographies dans l’intimité de ses nuits. Après son mariage en 1923, il demanda à son ami le photographe Krassinsky de lui fournir des portraits de sportives des spartakiades. Vintage prints from the artist’s personal album.


20.

man ray (1890-1976) Juliet ou le jeu des 7 différences 1245 Vine Street, Hollywood, vers 1946 Deux épreuves argentiques par contact, 85 x 105 mm, légendées au verso par l’artiste : “Back Yard, Vine street”. Le deuxième portrait intrigue par son extrême ressemblance, n’était soudain obsédant le détail d’une épaule arbitrairement dénudée. The garage sale or an experimental photographic game.


21.

jean cocteau (1889-1963) (cercle de) L’amant Radiguet Piquey, Bassin d’Arcachon, septembre 1921 Épreuves argentiques d’époque sur papiers gaslight, 67 x 112 et 112 x 67 mm. Deux photographies inédites de la mythique série intimiste de septembre 1921. Radiguet composait le Diable au corps. Le troisième homme tenait l’appareil. Vintage snapshots for French connoisseurs.


Diego Rivera à la bouilloire

22.

fritz bach (1918-1978) Le compagnon de lutte (Léon Trotsky accueilli par Diego Rivera) Mexico, janvier 1937 Épreuves argentiques d’époque, 242 x 185 mm, (64 x 89 mm pour la petite), annotations de la main d’André Breton au verso. Trotsky avait bien connu Frida Kahlo à Paris, puis obtenu l’asile politique au Mexique grâce à l’intervention de Diego Rivera. Il arriva en train dans la capitale mexicaine le 9 janvier 1937. Rivera sortit de l’hôpital pour aller l’accueillir accompagné de Fritz Bach, un ancien communiste suisse désormais professeur à l’université de Mexico, auteur des photographies. (cf. : Pages from Trotsky’s Journal : 9 January 1937, in : Fouth International, Vol. II, n°5, June 1941). Vintage prints from the André Breton sale.


23.

cercle d’alphonse capone Le dimanche en “famille” Champ de courses de Chicago, vers 1923 Épreuve argentique d’époque, 117 x 172 mm, montée sur carton. Ses portraits sont très rares, les photographes ne devant pas s’approcher d’Alphonse Capone (1899-1947). Sur cette étonnante photographie privée, souriant, cigare à la bouche, il se tient en retrait, derrière ses aînés : Dion O’Banion (1892-1924), Grover Dullard, Al Jolson, Bugs Moran. Le tirage provient des archives de Grover Dullard (tout à gauche), l’un des rares survivants devenu tenancier de l’un des premiers casinos de Reno après la guerre. Group portrait with Al Capone standing fourth from the right.


iii. en ville urban portraits

24.

daguerréotypiste petersbourgeois Étudiant Tolstoï Saint-Pétersbourg, 1848 Épreuve sur papier argentique tirée vers 1895, 175 x 145 mm, d’après un daguerréotype. Le jeune Léon Tolstoï l’année de ses 20 ans et de son diplôme, daguerréotype original non localisé. Early reproduction of a lost daguerreotype.


25.

david octavius hill (1802-1870) et robert adamson (1821-1898) William McNab Edimbourg, 1843 Épreuve d’époque sur papier salé, 195 x 138 mm, numéroté au crayon au verso. Sur une suggestion de Sir Charles Brewster, célèbre inventeur concurrent de Charles Wheatstone sur les brevets d’optique et de stéréoscopie, deux amateurs écossais passionnés de photographie s’associèrent pour entreprendre la réalisation de portraits des habitants d’une ville : Edimbourg. De 1843 à 1847, entre leurs iniatives de reportage et la clientèle payante de leur premier studio, ils réalisèrent plus de mille portraits, aventure singulière des origines. Il n’est pas anodin de relever que W.H. Fox Talbot, en décidant de ne pas étendre son brevet d’invention à l’Écosse, favorisa l’emergence de remarquables expériences photographiques à une distance relativement faible de Londres. En revanche, en Angleterre et au Pays de Galles, où s’appliquaient dans toute leur rigueur le brevet de l’inventeur anglais ainsi que celui déposé par Daguerre, de nombreux amateurs préférèrent entreprendre de longs voyages sur le Continent ou sous les tropiques pour réaliser leurs destins de photographes. Original calotype, William McNab (1780-1848), Gardener at the Royal Botanic Gardens, Kew, 1801-1810, Superintendent of the Royal Botanic Garden, Edinburgh, 1810-1848.


26.

léon riesener (1808-1878) Eugène Delacroix Vers 1842 Épreuve tirée sur papier salé vers 1854, 142 x 108 mm, d’un daguerréotype 1/2 plaque, retouches. Après s’être laissé capturer au daguerréotype au moins deux fois par son ami et cousin Léon Riesener dans sa campagne de Frépillon en 1842, Delacroix autorise cette épreuve en papier quelques années plus tard pour obliger à nouveau son cousin, sa femme et leurs trois filles. Retrouvée avec quatre autres similaires dans les archives Riesener, elle a été publiée par Raymond Escholier (Delacroix, 1963, III, p. 200). Le rapprochement des deux portraits semble indiquer que cette séance de pose est proche ou légèrement postérieure à celle du daguerréotype réalisé par Léon Riesener et conservé par le Musée d’Orsay, reproduit au catalogue Le daguerréotype français, notice 199. Quand il s’est agi de reproduire sur papier le daguerréotype originel, objet trop unique, Delacroix et Riesener semblent s’être retournés vers leur ami Eugène Durieu (1800-1874), compagnon de leurs aventures photographiques (cf. Journal de Delacroix). Salted paper prints in a Durieu edition of 5, of which all examples were given to Léon Riesener.


27.

eugène disdéri (1819-1889) Miss Cora Pearl Paris, vers 1864 Épreuve albuminée, 52 x 85 mm, sur carton imprimée. Photo-carte de visite, dans un sens inhabituel, pour celle que l’on surnommait la Grande Horizontale, probablement ici dans une robe de Laferrière. Vintage horizontal Cora Pearl cdv.


28.

józsef borsos (1821-1883) Julius Graf Andrássy Pest, 1867 Épreuve albuminée, 291 x 226, carton de montage imprimé et tamponné. Le comte Julius (Gyula) Andrássy (1823-1890), en grand habit de Ministre de Hongrie, a commandé son portrait officiel au meilleur photographe de Pest. Buda et Pest ne sont pas encore réunifiées. Les livres sont à même le sol, prémonition des siècles à venir. Vintage albumen portrait of Sissi’s Hungarian lover.


29.

ferdinand mulnier (1818-vers 1890) Carte de membre de Léon Bonnat, de l’Académie des Cald’arrosti Paris, 1880 Épreuve albuminée embossée et vernie, sur carton format cabinet, 165 x110 mm, signatures de dix Cald’arrosti : Edmond Lebel, Jules Lefebvre, Jean-Jacques Henner, Jean-Paul Laurens, Paul Emile Sautai, Hector Leroux, Constant Moyaux, Charles Lenepveu, Le Clerc. Cette académie réunissait des artistes français ayant séjourné à la Villa Médicis “I Cald’arrosti festeg-

giano ogni 26 dicembre l’anniversario della loro partenza per Roma, viaggio che sconvolse la vita di ognuno dei compagni. Si sono aggiunti ai banchetti annuali, amici incontrati sul posto tra cui JeanBaptiste Carpeaux ed il loro professore Léon Cogniet. La pleiade di artisti riunì fino a venti membri. (cf Edmond Lebel, Le Concours de Rome, Carnets de Rhinoceros jr, 2006, p. 14). Membership card of a French painter.


30.

philippine kallmus (1881-1963) Foujita Paris, 1929 Épreuves argentiques d’époque, 197 x 143 mm et 203 x 160 mm, tamponnées au verso : “Madame d’Ora”, et au recto : “épreuve sans retouche”. En 1931, Foujita organise depuis Cuzco une expédition au Macchu Picchu avec le jeune immigrant japonais Nishiyama qui vient d’ouvrir un bazar pour aventuriers (pioches, coupe-coupe, matériel photo) (voir n°32). Vintage portraits of a famous Parisian Japanese painter.


31.

charles leirens (1888-1963) André Gide Paris ou Bruxelles, 1935 Deux épreuves sur papier extra fin, 180 x 128 mm, émulsionnage d’amateur. Ces portraits très composés sont devenus sculptures : “J'avais modelé... les bustes d'André Gide et

de François Mauriac d'après les magnifiques portraits photographiques que Leirens avait faits avant son départ pour les Etats-Unis où il les avait réunis au sein d'un album. À ma demande d'autorisation d'exposer leurs bustes, Mauriac m'écrivit sa gentille permission, et Gide m'envoya la lettre suivante : "Vu le peu de ressemblance de ce buste, je vous prie de préciser qu'il a été exécuté d'après une photographie". Ossip Zadkine, Le Maillet et le ciseau, p. 189). Vintage portraits of a French publicist, on tissue paper.


32.

martin chambi (1891-1973) Otomatzu Nishiyama Mío, le jour de son mariage Cuzco, 8 juin 1922 Tirage aristotype au collodion, découpe en ovale, 190x144 mm, dans son cadre en argent cuzqueño d’époque, longue dédicace du beau frère de Nishiyama qui présente ce portrait réalisé par le maître Chambi comme cadeau de mariage à sa sœur : “Recuerdo grato que doy a mi hermana Jesús y a su esposo [Otomatzu] Agustin Nishiyama, tu hermano Ricardo [Gonzales López], Cuzco, 8 de junio de 1922”. Beau portrait par le premier photographe indien quetchua d’un des premiers émigrants japonais à Cuzco, par ailleurs patriarche d’une dynastie de cinéastes et photographes. (cf. María Patricia Marín Casafranca. El “Chino” Nishiyama, fotógrafo y cineasta del Cuzco, Diario La República, Cuzco Imperial en escombros, 24 de Junio 2007. Jorge Heredia, La obra de Martin Chambi. Vintage portrait by the first important Inca-Peruvian photographer of the patriarch of a JapanesePeruvian family of photographers.


33.

andré kertész (1894-1985) Anna de Noailles chez elle Paris, 1930 Épreuves argentiques tirées vers 1960 par contact, 106 x 78 mm, tirages de travail des archives de l’artiste, avec ses commentaires au verso. Anna de Noailles reste une référence d’élégance : “Lagerfeld nodded discreetly to his hovering manservant, who vanished, then quickly reappeared with a silver salver upon which sat a pitcher of water, an empty glass, a foil envelope, and a spoon. Lagerfeld sprinkled brown powder from the envelope into the glass, added just enough water to wet the granules, then used the spoon to stir the mixture into a thick paste that resembled chocolate pudding but was, he said, protein. He spooned the substance into his mouth without relish, swallowed it, and was soon speaking again, about his plans to reprint the work of a once-popular poet named Anna de Noailles—“who was born Anna de Brancovan, and was of Romanian descent, and who was one of the first women elected to the Académie in Belgium and her poetry is stunning.…” (The New Yorker, october 2, 2007). Working contact prints from the 1960’s.


34.

pasquale de antonis (1908-2001) Anna Maria Guarnieri Urbs, 1951 Épreuve argentique d’époque sur papier glacé, 295 x 235 mm. “Portrait d’acteur” de la jeune débutante, qui vient d’être dirigée par Visconti dans sa nouvelle mise en scène de la Ménagerie de verre de Tennessee Williams. Tirage personnel conservé par le photographe. Le visage d’Anna Maria Guarneri est depuis devenu célèbre auprès des téléspectateurs italiens. Vintage portrait from the archives of the artist’s studio.


iv. LE spectacle de la société on the stage

35.

jean lombardo (1849 - après 1892) Collection de caricatures Palerme, années 1870 278 épreuves albuminées, découpées et transformées en caricatures, montées sur 50 feuillets (déreliés) dans un album habillé de percaline lie-de-vin, titre doré sur le premier plat : “Collection de caricatures”. Ce trombinoscope irrespectueux à la manière de Nadar, réunit les plus importants personnages de l’Italie désormais réunifiée depuis le Risorgimento. L’artiste les a regroupés selon leurs initiales dans une série de 26 compositions colorées : au bal, dans la rue, chez le photographe, au musée, promenade à cheval. On peut tenter d’identifier ce photomonteur avec Giovanni Lombardo Calamia, né en 1849 et actif à Palerme de 1875 à 1892. Album of 278 vintage collages with cdv elements.


36.

tazio secchiaroli (1925-1998) Fellini domatore (Fellini le dompteur) Cinecittà, plateau de Otto e mezzo, 1962 Épreuve argentique d’époque, format d’exposition, 1180 x 990 mm, marouflée. Ce tirage exceptionnel orna les murs du studio romain de Tazio pendant près de 40 ans. Vintage exhibition print, unique in this size.


37g

leni riefenstahl (1902-2003) L’athlète de l’année : Glenn Morris, décathlon, USA Jeux de Berlin, 1936 Épreuve argentique d’époque sur papier filigrané Agfa Brovira, 300 x 228 mm, référence “202” au verso. Les organisateurs de 1936 ayant signifié aux CIO que Jesse Owens ne pouvait recevoir dans un stade allemand le titre de meilleur athlète, on se retourna vers le médaillé d’or du décathlon. L’Américain Glenn Morris, qui était par ailleurs être l’amant de la photographe officielle des jeux, fit sensation quand il déchira la chemise de Leni Riefenstahl et l’embrassa vigoureusement sur les seins devant 100.000 spectateurs en liesse. On l’embaucha bientôt pour jouer Tarzan dans “Tarzan's Revenge” (1938). Vintage silver print, from Mme Riefenstahl’s archive.

37d

leni riefenstahl (1902-2003) Matti Järvinen, lanceur de javelot, Finlande Jeux de Berlin, 1936 Épreuve argentique d’époque, 295 x 222 mm, référence “201” au crayon au verso. D’une lignée de champions olympiques, Matti, médaille d’or aux jeux de 1932, n’est arrivé que 5e aux jeux de Berlin à cause de ses blessures, mais il a été abondamment photographié par Leni Riefenstahl et 4 pages lui sont consacrées dans le célèbre album “Olympia” récemment republié chez Taschen. Ce portrait est inédit. Vintage silver prints, carefully printed.


38.

max munn autrey (1891-1971) Charlie Chaplin sur La Brea Avenue Hollywood, Los Angeles, 1936 Tirage argentique d’exploitation d’époque sur papier glacé, 182 x 209 mm, tamponné par la “Chaplin film company” et annoté au verso. Max Munn Autrey était le photographe de plateau des “Temps modernes”, tourné dans les “Charlie Chaplin Studios”, installés depuis 1917 au 1416 North de La Brea, à l’angle de Sunset Boulevard. Vintage silver print.


39.

christian skrein (1945- ) Joseph Beuys à la 4.documenta Kassel, 1968 Épreuve argentique d’époque, 505 x 405 mm, tamponnée et signée. Portrait réalisé dans la Chambre de plastique : “Auf der documenta VI in Kassel... Beuys redete praktisch nichts. Als ich ihn fotografierte, durfte ich auch nicht viel sagen. Aber Beuys stand ohnehin in seinem Flanellanzug vor der Flanellwand und vor seiner Raumplastik ausdauernd still... Zwei Jahre später war Beuys in der galerie nächst St. Stephan in der Grünangergasse quasi ein persönlicher Gast von Monsignore Otto Mauer, den Künstlerseelsorger. Drinnen stand Beuys wieder vor seinem ausgestellten Werk, wie schon in Kassel, und sagte...” (cf. Christian Skrein, “68 Künstler, legenden, fotografien”, p. 34). Vintage signed exhibition print, not editioned.


40.

romain honelaître Premières images du petit écran Émissions de la Tour Eiffel, janvier 1930 Impressions d’images à 42 lignes sur un rouleau de papier cyanotype, largeur 132 mm. Il fallait des compétences variées, de l’opiniâtreté et de la détermination pour regarder la télévision en janvier 1930. Sans aucun doute, l’ingénieur chimiste Romain Honelaître décida, quand il réussit à capter les premières images dans son pavillon de St-Cloud, de les archiver en les transférant sur papier grâce à un procédé personnel alliant la technologie du belinographe aux qualités des tirages cyanotypes. (cf René Barthélémy. Les débuts de la Télévision, in Revue générale d’électricité, 1936. Early 42-line television images, vintage experiments.


41.

erich salomon (1886-1944) Première conférence de désarmement Société des Nations, 1932 Épreuve argentique d’époque sur papier brillant, 173 x 243 mm, retouches et repères de recadrage, tampons au verso. La première réunion de la conférence du désarmement de la Société des Nations fait naître un immense espoir. La demande d’image du public mondial est en proportion, mais la télévision ne retransmet pas encore les commentaires des journalistes des démocraties occidentales. En fait, c’est le IIIe Reich qui developpera la première télévision de masse. En recadrant la table de la délégation américaine, le photographe allemand semble désigner les diplomates pacifistes comme des cibles menacés par un nuage de bombes. Vintage Salomon print, deaccession from NYT archive.


42.

alfred eisenstaedt (1898-1995) Institut Pétrarque Cologne, 1935 Épreuve argentique d’époque sur papier glacé, 155 x 232 mm, tampons et notice imprimée au verso. Ultime image allemande d’Eisenstaedt : “Institut Pétrarque à

Cologne. Une vue dans l’institut culturel italo-germanique. Au centre, le roi d’Italie Victor-Emmanuel, un des plus éminents collectionneurs de monnaies et médailles”. Le plus talentueux photoreporter allemand ne pouvait rester plus longtemps dans ce pays. Dès son arrivée aux USA en 1935, il mit son talent au service du projet X qui sera dévoilé le 23 novembre 1936 sous le nom de “Life Magazine”. Vintage Eisenstaedt print from his German period.


43.

henri cartier-bresson (1908-2004) Robert Kennedy dans son bureau Washington, 1961 Épreuve argentique d’époque, 240 x 178 mm, tampon : “complementary print”. Robert Kennedy reçoit Cartier-Bresson alors qu’il est ministre de la justice, Attorney General, et qu’il ordonne l’enquête fédérale sur la pègre qui va déboucher sur les auditions de la commission McClellan, et la révélation publique par Joe Cargo de l’existence de la “mafia” (voir n°60). Vintage print given by Cartier-Bresson to an American publisher.


44.

pasquale de antonis (1908-2001) Vittorio Gassman Roma, 1949 Épreuve argentique d’époque, 355 x 275 mm, signée sur l’image, tampon au verso. Lucchino Visconti avait proposé à Vittorio Gassman d’interpréter au théatre un Stanley Kowalski frustré et violent dans la pièce de Tennessee Williams : Un tramway nommé désir (A Streetcar named desire). Unique vintage signed print.


45.

christian skrein (1945- ) Arnulf Rainer Cathédrale St. Étienne, Vienne, février 1968 Épreuve argentique d’époque, 415 x 405 mm, tamponnée et signée au verso. Portrait prémonitoire de l’artiste qui allait recouvrir tant de photographies de peinture noire : “Arnulf Rainer, kurz vor seiner neuerliche Provokation in Eingang zum Stephansdom in Wien. Es waren dies im Februar 1968 die ersten öffentlich gezeigten Selbstgestaltungen - schwarze Gesichtsübermalungen. Eine groß angelegte polizeiliche Amtshandlung folgte...” (cf. Christian Skrein, “68 Künstler, legenden, fotografien”, 2001, p. 20). Vintage signed exhibition print, not editioned.


46.

bernard of hollywood (1912-1987) (attribué à) James Dean Hollywood, vers 1955 Tirage argentique expérimental, agrandissement à partir d’un interpositif transparent, 255 x 210 mm, mentions “flop” et “821-837”dans les marges des supports intermédiaires. Pour obtenir ce résultat, il faut tirer une image positive sur un support transparent, que l’on manipule ensuite comme un négatif. De la collection d’un fan new-yorkais qui avait accumulé sur sa star préférée plus de 1000 documents iconographiques célèbres ou inédits. Vintage experimental paper print from a fan’s archive.


47.

marcello geppetti (1933-1998) Marlon Brando Rome, 1967 Épreuve argentique des années 1970, 240 x 180 mm, tamponnée et légendée au verso. En 1967, Marlon Brando était à Rome pour le tournage de la “Comtesse de Hong-Kong” de Charlie Chaplin, avec Sofia Loren. Cinq ans plus tard, Marlon Brando interpréta Corleone dans Le Parrain (Godfather), voir n°60. Il n’y avait pas de tirages d’époque de ce cliché car il n’y avait pas eu de demande. Marcello tira finalement toute une série de ses négatifs à la fin des années 1970, à l’occasion de la commande d’une célèbre agence de presse. Silver print from the paparazzo’s archive.


48.

mario lasalandra (1933-) Solo Este, 1969 Épreuve argentique d’époque, 302 x 392 mm, cachet et signature au verso, dédicace. Mario Lasalandra pratique depuis 40 ans la photographie au dépens de ses voisins (dont celui-ci), tous habitants du périmètre réduit de la petite municipalité d’Este, au sud des monts Euganéens. Ce portrait sortit de l’anonymat pour illustrer la couverture de l’étrange livre de Vincenzo Rabito, Terra matta, Enaudi, 2007. Vintage print, signed and dedicated.


v. usage policiers mugshots

49.

service de l’identité judiciaire Fritz Robert Paris, mai 1880 Fiche signalétique, portrait albuminé, réduction photographique au 1/ 7e, monté sur un carton, 172 x 105 mm, annoté au verso avec le motif : Excitation à la haine des citoyens les uns contre les autres, expulsé. Plus célèbre sous son nom de naissance, Errico Malatesta se fait appréhender par la police parisienne sous sa fausse identité de Fritz Robert en mai 1880. Il vient de quitter Genève où il a publié le journal La Révolte avec Kropotkine, en route pour Bruxelles pour y organiser le premier Congrès international socialiste révolutionnaire. Bertillon vient d’entrer en 1879 comme simple commis aux écritures au service de l’identification judiciaire, il lui faudra 9 ans pour imposer son système unifié de procédures d’enregistrement des photographies signalétiques à ses collègues. Vintage mugshot of an Italian anarchist.


50.

police judiciaire Auguste Vaillant, 17 ans, 6 jours de prison pour manger sans payer dans un restaurant Paris, 19 septembre 1878 Tirage sur papier albuminé, contrecollé sur carton, 102 x 61 mm, tampon sec et annotations au verso : “17 ans, né à Mézières, vol”. Photographie signalétique d’un jeune ardennais qui n’a pas payé son repas dans un restaurant, “foin des bocs et de la limonade... on n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans”. Quatorze ans et l’échec d’une émigration en Argentine plus tard, Auguste Vaillant (1861-1894) tenta de venger la mort de Ravachol en lançant une bombe dans l’enceinte de la Chambre des députés. Il sera décapité le 5 février 1894. Son dernier discours est devenu un manifeste de l’anarchie : Messieurs, dans quelques minutes, vous allez me frapper, mais en recevant votre verdict, j’aurai au moins la satisfaction d’avoir blessé la société actuelle, cette société maudite où l’on peut voir un homme dépenser inutilement de quoi nourrir des milliers de familles, société infâme qui permet à quelques individus d’accaparer les richesses sociales (…) Las de mener cette vie de souffrance et de lâcheté, j’ai porté cette bombe chez ceux qui sont les premiers responsables des souffrances sociales. Vintage mugshot of a French anarchist.


51.

service de l’identité judiciaire Photographie signalétique de Binder, jeune apprenti Paris, 1er août 1888 Tirage sur papier citrate, 125 x 254 mm. Progressivement, de 1883 à 1888, Bertillon réussit à systématiser le service photographique de la Préfecture de police de la Seine. Le système ne semble avoir aucune faille, du moins pour les individus isolés : le seul cas de résistance collective dont a pu retrouver la trace Pierre Piazza (La fabrique “bertillonienne” de l’identité) est celui relaté par Edmond Locard : “J’ai entendu raconter, vers 1903, par un aide de Alphonse Bertillon, que les individus montant de l’étage où se fait l’anthropométrie à celui où l’on opère la photographie signalétique s’entendirent pour donner chacun au policier chargé de ce dernier service le nom de son voisin, ainsi, la photographie du second fut collée sur la fiche du premier, celle du troisième sur la fiche du second et ainsi de suite”, (Traité de criminalistique, Lyon, Desvignes, 1931, volume III, p. 593). Vintage Bertillon of a young boy.


52g.

alphonse bertillon (1853-1914) Ravachol à son procès Paris, juin 1892 Épreuve albuminée, 112 x 82 mm, montée sur carton policier. “Oui, je le répète : c’est la société qui fait les criminels ; au lieu de les frapper, vous devriez employer votre intelligence et vos forces à transformer la société. Du coup, vous supprimeriez tous les crimes ; et votre œuvre, en s’attaquant aux causes, serait plus grande et plus féconde que n’est votre justice qui s’amoindrit à punir les effets” (Déclaration de Ravachol, juin 1892). Unpublished portrait of Ravachol.

52d.

alphonse bertillon (1853-1914) Ravachol Paris, 20 mars 1892 Épreuve aristotype à la gélatine, 82 x 125 mm, sur fiche signalétique, 145 x 145 mm. Ravachol se défendit avec succés à son procès et cru avoir évité l’échafaud. C’était compter sans la détermination de Bertillon qui rapprocha sa fiche signalétique de celle d’un certain Koenigstein, bertillonné à la prison de Saint-Etienne deux ans auparavant. Les crimes cumulés transformèrent la condamnation de Ravachol aux travaux forcés en condamnation à mort. Vintage mugshot of Ravachol.


53.

alphonse bertillon (1853-1914) Album photographique des individus qui doivent être l’objet d’une surveillance spéciale aux frontières Paris, imprimerie Chaix, août 1894 (1ere édition) et septembre 1894 (2nde édition) Deux livrets in-8, 112 x 254 mm, habillés de percaline lie-de-vin. Août : titre, notice, 19 planches rep. en photographie, liste générale alphabétique (15 p.), tableau des abréviations. Septembre : titre et notice, 20 planches en phototypie, liste générale alphabétique (20 p.), tableau des abréviations. Le grand-œuvre de Bertillon : les “ennemis d’état” sont classés selon la forme et la taille de leur nez dans une application directe de ses Instructions signalétiques qu’il vient de publier, lors de sa promotion comme chef du Service de l’Identité Judiciaire. Analysé et reproduit par R.Nagorski, La revue anarchiste internationale, no 2, 15 décembre 1924. Bertillon’s most wanted book.


54g. aaron gerschel (environ 1850-1910) Alfred Dreyfus polytechnicien Paris, 1883 Épreuve aristotype, portrait carte. Dreyfus at Military College.

54d. alphonse bertillon (1853-1914) Dreyfus dégradé École Militaire, 5 janvier 1895 Tirage sur papier albuminé, 125 x 84 mm, inscription au cryon : “Cap. Dreyfus, 5 jer 95”. Guerre des boutons : la dégradation est symbolisée par l’arrachage des boutons de son uniforme. À l’inverse d’autres graphologues plus mesurés, Bertillon fut affirmatif dans la reconnaissance de l’écriture de Dreyfus sur le bordereau à charge. Son témoignage entraîna la condamnation du capitaine. Il serait intéressant de confronter l’inscription ci-contre avec l’écriture de Bertillon. Dreyfus & Bertillon Disgrace Day.


55.

police judiciaire française 307.237, Fille Lebouleux, meurtrière de M. Leroy Paris, 11 février 1902 Épreuve au chlorure d’argent, 88 x 125 mm, datée et numérotée dans le négatif. La spécificité du portrait anthropométrique policier favorise des réactions stéréotypées, du genre “la tête de l’emploi”. L’année suivante, en 1903, Bertillon instaura l’usage généralisé des relevés d’empreintes digitales. Vintage mugshot of a French female serial killer.


56.

police impériale russe n° 98-1911 : Sergueï Ouskov n° 109 : Moché Moïsévitch Bloch, 1907 Fiches anthropométriques sur carton, 170 x 195 mm, illustrées de trois portraits sur papiers aristotypes. Les archives de la police et de la justice russes ont intégralement brûlé dans les premiers jours de la révolution de février 1917. Early examples of Russian mugshots.


57.

état français (1940-1944) Carte d’identité 41223-H (vrai faux papiers d’un résistant) Valence, 1943 Épreuve argentique d’époque, 40 x 38 mm, tampon de la préfecture de la Drôme. La carte d’identité avec portrait photographique a été généralisée en France le 27 octobre 1940 par le gouvernement de Pétain, conseillé par le Troisième Reich. Les résistants faisaient tamponner des cartes non remplies avant les missions. Une référence bien éprouvante pour les administrations de la Ve République. Fake ID of a French hero, 1943.


58.

police judiciaire d’après-guerre Danos, de la Gestapo française (1904-1952) Paris, 1948 Tirage argentique, 74 x 114 mm, avec un dossier d’Abel Danos, dit le Mammouth, impliqué dans la Gestapo française, qui fut arrêté 4 ans après la libération et fusillé en 1952. Danos représente avec le docteur Petiot, les deux formes extrêmes de l’opportunisme dans la France occupée. Pendant que l’un se présente aux victimes de la répression nazie comme un résistant, pour mieux les entraîner vers son camp d’extermination personnel reconstitué rue Lesueur, l’autre détourne l’uniforme allemand et les locaux de la Gestapo, rue Lauriston, pour mieux les terroriser et rançonner à son profit. Mugshot of a famous nazi-dressed mobster.


59. police judiciaire Jo Attia, le roi du non-lieu Paris, 22 janvier 1965 Épreuve d’époque, 87 x 124 mm. Même s’il lui est arrivé de monter des coups avec Danos puis avec la bande des tractions-avant, “Jo” Attia est également une bien rare figure de la pègre à avoir choisi le camp de la résistance, avec les frères Guerini. Après-guerre, il a bénéficié d’un très grand nombre de non-lieux, bénéficiant pendant plus de 20 ans de multiples témoins à décharge. Mugshot of a clever French mobster.


60.

robert phillips (1919-) Joe Cargo, Vito Genovese, Francesco Castiglia… Washington, octobre 1963 Grands tirages argentiques d’époque, 400 x 491 mm et 470 x 314 mm, tamponnés au verso. Saisis sur le vif au téléobjectif par un reporter de Black Star, pour recréer le recadrage d’un portrait judiciaire, voici les visages des personnages de la réalité, transposés plus tard au cinéma dans le film Le Parrain (Godfather), tiré du roman homonyme de Mario Puzo (1969), directement inspiré des séances de la commission dirigée par le sénateur de l’Arkansas John McClellan à Washington. Pour la première fois les termes de “Parrain”, “Famille”, “Mafia” étaient définis publiquement et le fonctionnement de leur organisation établi devant une commission sénatoriale. Le titre “The Hoods on the Hire”, donné par Robert Phillips à son agrandissement de planche contact pourrait correspondre à : Les gangsters à l’embauche (ou les balances sont à louer), en référence aux remises de peine proposées par le système judiciaire des États-Unis. Vintage enlargements of Italian-American mobsters.


L’épouse de Mao.

61.

agence chine nouvelle Procès médiatisé de la Bande des Quatre Beijing, novembre 1980 Épreuves officielles, 240 x 180 mm, usures. La femme de Mao, Jiang Qing, appartenait à ce groupe. Le procès fut diffusé à la télévision. L’acte d’accusation précisait qu’ils étaient accusés d’être directement responsables de la persécution de 729.511 personnes et de la mort de 34.800 d’entre elles pendant la Révolution culturelle. Vintage prints, edition of 150,000.


62.

pj Nathalie Menigon (Action Directe) Paris, 1980 Bélinographes, sur papier thermique (destiné à disparaître) 201 x 105 mm, et argentique, 114 x 98 mm. Portraits pris par un fonctionnaire pendant la reconstitution de l’arrestation des membres d’Action Directe. Cédés à la presse, ils ont fait la Une des journaux et des magazines (cf. VSD n°495 du 26 février 1987). Police prints.


63.

federal prison center (fpc) Inmate n°57-955 Texas, 5 janvier 1942 Épreuve argentique d’époque, 73 x 123 mm. Dès l’origine, les États-Unis ont adopté avec enthousiasme le bertillonage. Et la société s’y décline en deux grands groupes, ceux qui ont été photographiés et ceux qui n’en ont pas besoin. Même condamnés à de très courtes peines pour des délits mineurs (pennycrimes), les détenus des Federal Prison Centers étaient photographiés face-profil dès leur arrivée. Le photographe resté anonyme de ce centre pénitentiaire texan avait tiré un, voire plusieurs tirages de tous ces portraits, qui n’ayant jamais été contrecollés sont restés dans un état de remarquable conservation, constituant une archive très personnelle de 3874 portraits entre 1937 et 1948. Des 3874 condamnés, un seul semble résister sereinement au photographe car, au lieu de tourner la tête, il a fermé les yeux. Anomaly in the FPC system : the convict did not turn his head, but closed his eyes.


vi. inquisitions corporelles photographic indiscretions

64.

james williamson breeks Profil de Toda Nilgiris, 1873 Épreuve albuminée, 250 x 203 mm, planche VII de son ouvrage. Dans le sud de l’Inde, les habitants des Montagnes bleues ont rencontré fort tard les colonisateurs anglais. L’ouvrage pionnier du capitaine Breeks possédait en 1873 toute l’autorité scientifique de l’ethnographie du XIXe siècle, allant jusqu’à inclure une échelle de pouces dans quelques-uns des 83 portraits de face ou de profil. Vintage albumen print, portfolio edition for the Indian Museum.


65.

georges thomann (1872-1978) Noire et bleue (modèle Baoulé) Kodiofikourou (Baoulé), 1894 Négatif sur verre et tirage d’époque sur papier cyanotype, 125 x 180 mm. Comme le héros du Voyage au bout de la nuit, Georges Thomann est bien jeune quand on l’envoie créer et construire un comptoir au centre de la forêt en Côte d’Ivoire. Sa passion pour la photographie lui permet de photographier, non sans une certaine distance, une jeune Baoulé que son père lui offre en mariage. Forme extrême du portrait : “Dimanche 7 octobre 1894. Hier le vieux Kodiokofi m’a donné en mariage une jeune fille de 14 à 15 ans nommée Donié. Elle est de race Bambara. Les mariages n’ont pas lieu dans le Baoulé de la même façon que chez les autres peuplades noires en général. Sauf les Atoutous, les peuples du Baoulé n’achètent pas leurs femmes, ou pour mieux dire ne donnent pas de dot au père de leur future. Ce dernier à une sorte de fierté à dire qu’il ne vend pas sa fille. Mais la question d’argent une fois écartée de ces sortes d’union, il en résulte qu’elles ne sont que des espèces de collages où l’on se prend et se quitte à volonté” (Carnets de route en Côte-d’Ivoire (1893-1902), éditions Sépia, 1999, p. 85) Unique cyanotype for the photographer’s record.


66.

baron wilhelm von gloeden (1856-1931) Modèle sicilien Vienne, 1867 Tirage au charbon, 218 x 164 mm, montée sur carton. Les riches amateurs avaient, sans jamais le formuler, encouragé le Baron à constituer un catalogue de modèles locaux, où les portraits seraient fidèles et descriptifs. Friedrich Alfred Krupp finança alors une luxueuse édition en 1 seul exemplaire de l’ensemble du catalogue, les épreuves étant tirées sur des papiers au charbon et rassemblées dans les “albums krupp”. Unique carbon print from the famous Krupp albums.


67.

vincenzo galdi (1856-vers 1931) Couple de modèles napolitains Rome, vers 1899 Épreuve albuminée d’époque, 222 x 165 mm, numéro de négatif “3048” au crayon et tampon romain à l’encre violette au verso. Vincenzo Galdi fut probablement le photographe du XIXe siècle le plus précis dans le dévoilement de la nudité des corps ,au nom de la curiosité scientifique ou artistique. Voici une des photographies qui entraîna sa perte. La société européenne d’alors ne pouvait le tolérer trop longtemps et son activité, toujours liée à celle de son maître Wilhelm von Plüschow (1852-1930) à qui il avait servi de modèle, s’arrêtera en même temps en 1904 par une arrestation et une condamnation à la prison (cf. Xavier Mayne, The Intersexes, 1908) : The well-known photographer P-(lüschow), was charged with habitual proxenetism and corruption of minors; a case involving a large number of persons of high station and of all nationalities, professions and social distinctions. This affair was not brought to trial until many months after the arrest of P- and the assistants in his studio: which arrest was made when a noted German concert singer was discovered in the photographer’s premises, in compromising circumstances as to his relations with a youthful cives romanus. The unlucky photographer was shut up in durance all the long delay between his arrest and his trial: it was said, because the Italian authorities wished to give to as many persons as possible their time to escape from Rome and appearances in court. A large and extremely compromising correspondance, between Pand clients all over the world, was seized. The photographer was sentenced to some eight months of imprisonment and to a large fine. The affair was as much as possible kept out of the local journals, to which satisfaction, for all concerned, a general "strike" of the printers of the daily newspapers in Rome most opportunely contributed. Another noted Roman photographer of modelli nudi, G-(aldi) was arrested and punished for “injury to public morality” at about the same date, on account of too-audacious “studies” in photography for general sale - even in Rome ovunque, anche a Roma. Vintage print of an artistic study.


68.

service de radiothérapie Patients de l’hôpital St-Pierre Louvain, années 1920 Tirages sur papier au gélatino-bromure d’argent, 178 x 130 mm, nom du patient au verso. Les portraits de ces premiers patients traités par les rayons étaient distribués anx principaux médecins, un exemplaire conservé pour les archives de l’hôpital. Vintage medical print.


69.

autochrome lumière Gueule cassée 1917 Autochrome, 180 x 130 mm, modèle 229. Autochrome.


70.

rené ledoux-lebard (1879-1948) Essais de radiothérapie pénétrante Paris, 1925-1928 Tirages argentiques d’époque d’après les radiographies originales, 260 x 190 mm. “Une nouvelle lumière crèe de nouvelles images” : les rayons X de Röntgen permirent à des photographes comme Albert Londe d’explorer les nouvelles possibilités dès les dernières années du XIXe siècle. Un jeune étudiant français en médecine, René Ledoux-Lebard, décide en 1906 de se consacrer à la généralisation de la radiographie dans les hôpitaux français. Pour convaincre les chirurgiens de la Salpétrière puis des autres hôpitaux de l’importance de lier Radiologie et photographie, il n’hésite pas à créer de grandes épreuves positives qu’il expose lors de ses conférences. Il devient, 25 ans plus tard, président de l’association de protection des médecins contre l’abus d’exposition aux rayons-X. (cf. René Ledoux-Lebard, La Radiothérapie pénétrante, Paris, Gauthier-Villars, 1930). Unique medical demonstration prints.


71.

dr pierre pizon (1911-1986) Mme Lathuile, morte par suffocation Paris, 1943 Grande épreuve argentique d’époque, 275 x 395 mm, tirée par les frères Auradon, titrée : “suffocation mt. ut. Docteur Pizon”. Agrandissement artistique de la microphotographie de tissus humains. Intéressant exemple des activités des photographes français sous l’occupation, plus particulièrement de la section technique de la Société Française de Photographie, créée en septembre 1943 par le docteur Pizon. On note la tendance générale des administrations chargées du controle social à favoriser la microphotographie, et plus généralement l’enregistrement de l’ADN des individus, aux dépens du portrait classique. Face aux progrès des leurres et de la chirurgie esthétique, le bertillonnage et la photographie n’inspirent plus suffisamment confiance. Littérature : Françoise Denoyelle, La S. F. P. pendant La Seconde Guerre Mondiale, in : Études Photographiques n°4, Mai 1998. Unique vintage enlargement of a 1943 microphotograph.


vii. SEPT milliards 7.000.000.000

72.

eugène disdéri (1819-1889) Le gouvernement, sa tête, ses membres Paris, vers 1860 Épreuve albuminée, 90 x 55 mm, photomontage dit portrait-mosaïque. Vintage mosaic cdv, huge edition.


73.

karl bulla (1855-1929) La Douma provisoire dans le Palais de Tauride Petrograd, 27 février 1917 Épreuve argentique d’époque, 184 x 245 mm. “Le palais de Tauride offrait un spectacle extraordinaire : législateurs, hauts fonctionnaires, soldats, ouvriers, femmes… Parlement, camp militaire, prison, état-major, ministères… Ici accouraient tous ceux qui cherchaient abri et protection, qui attendaient des directives et des réponses aux questions angoissantes soudainement posées par la vie. Cependant, le même jour du 27 février fut lancée de l’enceinte du palais de Tauride la déclaration suivante : « Citoyens ! Les représentants, siégeant à la Douma, des ouvriers, des soldats et de la population de Pétrograd, annoncent que la première réunion des représentants de ces groupes aura lieu ce soir, à 7 heures, dans le local de la Douma d’Empire. Toutes les troupes qui ont passé du côté du peuple doivent élire immédiatement leurs représentants, à raison d’un délégué par compagnie. Les usines éliront leurs délégués à raison d’un par mille ouvriers…” (Anton Ivanovitch Denikine, La Décomposition de l’armée et du pouvoir). See : Karl Bulla, February 1917, carnets de Rhinocéros jr, 2007.


74.

reporter du petit journal La grève des cheminots Vincennes, février 1920 Épreuves argentiques d’époque à toutes marges, 240 x 178 mm, légendées au verso au crayon. Vintage press prints, suburban rally before the railway workers’ strike.


Enterrement de V.V. Maiakovski 17.4. 1930 Angle rue Verevski et Bolchaia Moltchanovka.

75.

alexandre rodtchenko (1891-1956) L’enterrement de Maïakovski Moscou, 17 avril 1930 Épreuve argentique d’époque, 288 x 235 mm, montée sur carton, datée et légendée au verso par l’artiste. Cette épreuve fut donnée par Rodtchenko à Lili et Ossip Brik en même temps que la photographie prise la veille au chevet du mort (cf. catalogue La route de la photographie, Paris, 2002, n°69). Vintage silver print, not editioned, from the Lili Brik archive.


viii. quinze minutes de célébrité 15’ of fame

76.

pierre petit Les Esquimaux du Zoo Paris, 1877 Épreuve au charbon, 163 x 92 mm, sur carton imprimé. On estime que Pierre Petit, alias Collodion le chevelu, tira plus d’un million de portraits dans sa carrière, dont ceux de 25.000 écclésiastiques et celui de cette famille esquimaude, exhibée dans le Zoo du jardin d’acclimatation, et bientôt célèbre dans l’Europe entière par ce portrait publié dans La Nature, Ve année. Vintage carbon print, the most famous French human zoo image.


77.

photographe parisien non identifié “Indignité nationale” Paris, 26 août 1944 Épreuve argentique d’époque, 181 x 131 mm, légendée au vcrayon : “26 août 1944, les tondues”. Dans les semaines qui suivirent la libération, 18.572 femmes ont été condamnées à l’indignité nationale. Unknown photographer, vintage print.


78.

charles edouard hocquard (1853-1911) Le Doc-Phu Loc Caibé (delta du Mékong), Tonkin, 1885 Épreuve albuminée, 230 x 172 mm. Vintage portrait of a religious dignitary.


79.

louis vignes (1831-1896) Cheik Moslely, fils de Mohammed Midjaly, Cheik Mohammed Midjaly et son cousin Khalil Karak (Jordanie), 1864 Deux épreuves albuminées, 189 x 250 mm, cartons de montage annotés.

“Le jeune lieutenant de vaisseau Louis Vignes aimait expérimenter les possibilités offertes par la photographie à la fin des années 1850, faisant de lui un véritable amateur, dans le sens passioné du terme, et dans la tradition de la Société Française de Photographie. Sa curiosité l’a fait préférer par le duc de Luynes aux nombreux professionnels parisiens... (cf Promenade Méditerranéenne, 2007). Vintage albumen prints from an edition of no more than 10.


80.

carl koller (environ 1825-1880) Aventuriers transylvaniens Bistritz, 1867 Épreuves albuminées, 315 x 245 mm, montées sur cartons imprimés. Carl Koller était professeur de dessin, de peinture et de photographie au lycée de Bistritz, cité germanophone de Transylvanie. Quand ces personnages ont accepté de poser un instant pour le professeur, ils ne se doutaient pas qu’ils figureraient sous le titre Ethnografischen Studien dans les encyclopédies à paraître, ou serviraient de modèles aux lointains cousins hollywoodiens de Van Helsing. Vintage albumen prints, from a limited vernacular edition.


81.

aristocrate russe L’équipage du Transsibérien Sibérie, 1903 Tirages argentiques d’époque par contact, 114 x 70 mm, numérotés au verso. Ces portraits retrouvés dans l’album de voyage d’un aristocrate russe ont été manifestement réalisés avec un trépied. Vintage snapshots, not editioned.


82.

reporter non identifié [manchester guardian ?] “Release the Prisoners”, Cork, avril 1916 Enfants vendant des drapeaux du Sinn Fein, Dublin, avril 1916 Épreuves argentiques d’époque, tirages de lecture par contact, 88 x 120 mm, annotations marginales en français dans les négatifs, numérotées au verso. Reportage réalisé quelques jours après l’insurrection de Pâques, Éirí Amach na Cásca. Dublin Easter Rising vintage prints, from a French magazine.


83.

carl mydans (1907-2004) Lewis Hinter, Negro client with his family (depressed) Lady’s Island off Beaufort, South Carolina, été 1936 Épreuve argentique d’époque, tampon de la “Resettlement Administration” au dos du montage. Références : San Francisco Chronicle : In the summer of 1935, Mydans was asked to join Stryker’s photography unit, then a part of the Resettlement Administration. Told by Stryker that he would find the essence of the story of the Depression in people’s faces, Mydans proceeded to emphasize individuals, singly or in small groups, in his photographs. His knack for telling a story through a single face and expression would stand him in good stead throughout his career. Le négatif original est conservé par la Library of Congress, Washington, Farm Security Administration, Office of War Information Photograph Collection, dossier 1935-1945, référence LC-USF34-006794-D DLC. Vintage print from a Californian FSA executive.


84.

lewis w. hine (1874-1940) Man at Work (Tyre Maker) Hastings-on-Hudson, banlieue nord de New York, vers 1929 Épreuve argentique d’époque, 168 x 121 mm, tampon au verso. Variante publiée dans l’ouvrage de Lewis Hine, Men at Work, 1932, un an avant la réponse surréaliste (érotique voilée) de Man Ray. Ref : Frédéric Perrier, Lewis Hine in Hastings-on-Hudson, Magazine Transatlantica, 2006, n°2. Vintage working print.


85g. 85d.

doris ulmann (1882-1934) Native White American Folk Musician Appalachian Mountains, 1929 Tirages d’époque au platine, 212 x 165 mm. Platinum prints, issued in few copies. Doris Ulmann photographs were taken during 4 trips with young assistant John Jacob Niles, and published in Roll, Jordan, Roll, Robert Ballou, 1933 and in Allen H. Eaton’s Handicrafts of the Southern Highlands, Russell Sage Foundation, 1937.


86.

provveditorato alle opere pubbliche per la calabria Hommes aux chapeaux Gioiosa Ionica, Calabre, octobre 1928 Album complet de onze épreuves argentiques d’époque, 170 x 232 mm, précédées d’une page de titre : Ponte sul torrente Romanó e Cavalcavia sulla ferrovia Calabro-lucane presso Gioiosa Ionica. Un, deux, trois, quatre, élégants, silencieux, immobiles. On les cherche du regard dans chacune des onze compositions. Album of eleven vintage prints.


87.

lewis hine (1874-1940) The Steerage, Italian Family Ellis Island, 1905 Épreuve argentique d’époque, 120 x 178 mm, contrecollée. L'île, achetée par l’État de New York au cultivateur et marchand Samuel Ellis, accueillit environ 20 millions de personnes entre son ouverture le 1er janvier 1892 et sa fermeture en 1954. La plupart des immigrés qui passaient par Ellis Island étaient européens, ou provenaient de l'Empire ottoman. De 1,2 hectare à l'origine, l’île s'est étendue à 11 hectares avec la croissance du centre d'examen des immigrants. Les immigrants de première et seconde classe étaient exemptés mais jusqu'à 5000 personnes par jour subissaient les deux examens, médical (6 secondes) et administratif (29 questions). Environ 2 % furent expulsés. Après 1924 et les lois sur les quotas d'immigration de Johnson-Reed, le mouvement s’est inversé, les examens se sont fait dans les consulats et le centre s’est désormais transformé en un lieu d’examen des demandeurs d’asile et de détention avant expulsion des étrangers jugés indésirables. Un site permets de consulter les archives du centre, et de découvrir par exemple qu’une certaine Alice Prin débarqua en 1923. (http://www.ellisislandrecords.org). Le reportage sur l’arrivée des immigrants à New York est le premier travail de Lewis Hine, et cette photographie dont la George Eastmann House posséde un tirage d’époque est présentée dans leur collection et sur leur site en première position (www.eastman.org/fm/lwhprints/00001.html). One of Hine’s first images, another vintage print at GEH.


88.

Eugene W. Smith (1918-1978)

Jeunes haïtiens Port-au-Prince, 1959 Tirage d’exposition récent, 500 x 600 mm, mentions au crayon au verso. Eugene Smith avait été invité à Haiti par le docteur Nathan Kline qui souhaitait attirer l’attention publique américaine pour financer la construction d’un nouvel asile psychiatrique à Port-auPrince. Le reporter se rendit deux fois en Haiti : “Gene went twice to Haiti, once for the "Before" (the "snake pit"), once for the 'After" (the new clinic) - although of course it was not as simple as that. He produced some stark images” (John Godfrey Morris, Get The Picture, 1968, p. 185). Late large exhibition print of a little-known image, 1990’s.


89.

robert doisneau (1912-1994) Reportage au Marché aux oiseaux Paris, 1933 Épreuves argentiques d’époque, 125x254 mm, tampons et étiquettes de l’agence viennoise Schostal, mention “Agence Rapho” et code “R.Doi”. L’un des tout premiers reportages de Robert Doisneau, âgé de 21 ans, pour l’agence Rapho qui venait d’être créée par Charles Rado. À droite, M. Chambon, ténor de l’Opéra de Paris, est un lauréat heureux car il vient de gagner le 1er prix avec son serin. Vintage Doisneau juvenilia.


90g.

larry fink (1941-) Tavern on the Green New York City, 1976 Édition originale du livre “Social Graces”, avec un tirage, 255 x 217 mm, signé et justifié. Aperture deluxe edition of 250 copies with a signed and numbered silver print.

90d.

Pat Sabatine’s Birthday Party, Martins Creek, Pennsylvania, April 1980 Grande épreuve argentique, 506 x 408 mm, tirés en 1983, signée. Publié en 1983 en tirages très soignés à petit nombre, puis en 1984 sous forme de livre par Aperture, le reportage croisé propose, sans commentaires, de confronter la manière dont les plus riches et les plus pauvres habitants des États-Unis boivent, fument et se comporte dans une fête. First private edition of ca. 15 signed copies, unnumbered.


91.

agnès varda (1928-) Dans la rue Londres, vers 1956 Épreuve argentique d’époque, 152 x 210 mm, signée et annotée au crayon au verso “Londres, entre 56 et 62… je peux retrouver”. Vintage silver print, signed, not editioned.


ix. changement d’écriture end of days

92.

maxime du camp (1822-1894) Portrait du dieu Toth Temple d’Isis, île de Philæ, 1850 Épreuve sur papier salé, 225 x 170 mm, developpée dans les ateliers de Blanquart-Évrard. Le dieu Toth est crédité de l’invention de l’écriture, mais aussi du pouvoir de contrôler la lumière de la lune. Il semble présider à notre changement d’écriture. Salted paper print, 1853 Blanquart-Évrard edition.


93.

manuel alvarez bravo (1902-2002) El retrato de lo Eterno Mexico, 1935 Épreuve d’époque, portant une dédicace “para Antonio, por las buenas e por las malas”. Sur la rareté des épreuves d’époque des images les plus importantes d’Alvarez Bravo, on pourra consulter le catalogue d’une vente du 13 novembre 2007 proposant un tirage de El Ensueño, provenant de la collection Thomas Walther. Le dédicataire du “Retrato” est le photographe ami, Antonio Reynoso Castañeda. La modèle est l’actrice Isabel, Chabela, Villaseñor (1909-1953). Signed vintage print, a deaccession from the collection of the director of a Greenwich hedge fund.


94.

john brampton philpot (1812-1878) (attribué à) Dante Alighieri, trois-quart et profil Palazzo Vecchio, Florence, vers 1850 Épreuves sur papiers salé vernis, 157 x 129 mm, d’après le masque mortuaire du Palazzo Vecchio. Les couleurs nous ont été restituées par Boccace : “Fu adunque questo nostro poeta di mediocre statura, e, poi che alla matura età fu pervenuto, andò alquanto curvetto, e era il suo andare grave e mansueto, d’onestissimi panni sempre vestito in quell’abito che era alla sua maturità convenevole. Il suo volto fu lungo, e il naso aquilino, e gli occhi anzi grossi che piccioli, le mascelle grandi, e dal labbro di sotto era quel di sopra avanzato; e il colore era bruno, e i capelli e la barba spessi, neri e crespi, e sempre nella faccia malinconico e pensoso (Giovanni Boccaccio, da Trattatello in laude di Dante)”. Puis confirmées récemment : “Nel 2005 è stato ultimato il restauro di un affresco fiorentino nella sede dell’Arte dei Giudici e dei Notai, vicino al Bargello. Risalente al 1375, è il più antico ritratto di Dante conosciuto e correge l’affermazione del Boccaccio : l’immagine del poeta è quella di un uomo non bello, scuro di carnagione e dal naso lungo, ma non aquilino” (Wikipedia). Salted paper prints attributed to the Florence-based English photographer Philpot.


95

lewis hine (1874-1940) Richard Pierce, 14 years of age, smokes, visits houses of prostitution Wilmington, Delaware, May 1910 Épreuve argentique d’époque, 127 x 103 mm, virage, numéro au crayon “1521” au verso. Portrait réalisé par Lewis W. Hine au cours du reportage commandité en 1907 par le “National Child Labor Committe”, qui désirait utiliser des portraits d’enfants ouvriers comme pièces à conviction pour réformer les lois américaines et règlementer le travail des enfants. Cover of the Lunn Gallery catalogue : Lewis Hine, Child Labor Photographs, 1980.


96.

manuel alvarez bravo (1902-2002) Obrero en huelga, asesinado Mexico, 1934 Épreuve argentique tirée vers 1973, 190 x 241 mm, signée. Cette photographie de reportage de 1934 est devenue légendaire après diverses publications. Dans les années 1970, elle est entrée dans les galeries d’art après avoir été soigneusement tirée dans cet élégant format choisi par le photographe. Edition of 5 signed silver prints, ca. 1973.


97.

beaumont newhall (1908-1993) Henri Cartier-Bresson (1908-2004) New York, 1946 Épreuve argentique éditée en 1980, 226 x 304 mm, titrée et signée sur le carton. Cartier-Bresson accepta exceptionnellement de se faire photographier à l’occasion de la préparation de sa célèbre rétrospective au MOMA organisée par Beaumont Newhall. Cartier-Bresson was a photographer who hated to be photographed and treasured his privacy above all. Photographs of Cartier-Bresson do exist, but they are scant. When he accepted an honorary degree from Oxford University in 1975, he held a paper in front of his face to avoid being photographed (Wikipedia). Edition of approximately 50 signed, unnumbered prints.


98.

mario giacomelli (1925-2000) Perchè Lourdes, 1957 Épreuve argentique tirée en 1973, 394 x 293 mm, tampons au verso. Les photographies de Mario Giacomelli révèlent sa passion pour son premier métier, typographe, compositeur en caractères de bois et de plomb. Printed at the time of the 1973 Bibliothèque Nationale exhibition.


99.

antanas sutkus (1939-) Jean-Paul Sartre Nida, Lituanie, été 1965 Épreuve argentique ancien à grandes marges sur papier sovietique, 241 x 305 mm, tampon de la “Photography Art Society of Lithuanian SSR” au verso avec les mentions : “Z.P. Sartr”, et “A. Sutkus AFIAP”. Ce portrait fit la célèbre une de Libération lors de la mort de Sartre en avril 1980. Puis la photographie est devenue sculpture. Signée Roseline Granet, elle orne depuis 1987 les jardins de la Bibliothèque nationale de France, rue Vivienne. Sur le sable de la plage du golfe de Courlande se profile l’ombre de Simone de Beauvoir (cf. Sutkus, Sartre & Beauvoir, cinq jours en Lituanie, Latresne, 2005). Early Soviet print. This portrait became famous in the West after 1980.


100. rené cadima (1919-) Ernesto Che Guevara Lavoir de Vallegrande, Bolivie, 11 octobre 1967 Négatif kodacolor, 24 x 36 mm, grattage. René Cadima, photographe et cordonnier de Vallegrande a revendiqué ce mystérieux négatif qu’il avait en sa possession, sans tirages, car ni lui ni personne à Vallegrande ou à Santa Cruz ne pouvait vraiment réaliser de tirages couleurs. Le corps du Che Guevara a été traité au formol, moderne technologie au pays de l’embaumement et des momies. La virulence redoublée chaque année des attaques contre sa mémoire ne semble en rien entamer sa légende. À Vallegrande René Cadima se fait payer par les touristes pour évoquer la présentation du lavoir. Kodacolor negative sold by the Vallegrande photographer.


Notes


Notes


catalogue n o 9 mis en page sous la direction de Robert Delpire fabrication : Idéodis Créations - photogravure : Mike Derez achevé d’imprimer le 25 octobre 2007 sur les presses de Mame ISBN

2-84940-026-2


25 10 2007 neufpdf