Issuu on Google+

Les Fables de Louis de LaFontaine Le jeudi l 25 juillet 2013

Dans la série « Les Fables de Louis de LaFontaine » voici « Le Nouveau Loisir de la Reine Fortuna : Pêchons pêcheurs, pêchons! » Comme plusieurs serfs, vous avez vous-aussi remarqué les travaux qui se font (font! font!) à une lieue et ½ par la droite, si vous suivez le chemin à l’an droit de la Reine Fortuna qui tourne inutilement autour du Royaume jusqu’au Pavillon du Lahaise, ainsi nommé. La route a été bloquée pour les carrosses et voitures pendant quelques lunes, le non-sens unique parfois même bafoué (Oh Sacrilège!), des esclaves venus de l’extérieur y ont fait même de l’excavage! Notre mercenaire espion engagé à grands frais (que nous appellerons Jardinus pour préserver sa couverture et sa pension) a réussi à percer le mystère de ce canal creusé de plusieurs pieds vers le Lahaise. Selon toute vraisemblance, la reine Fortuna, dans sa toujours très grande philanthropie et ouverture d’esprit pour les loisirs de ses 368 protégés pris entre ses murs, leur prépare toute une surprise pour la rentrée, tenez-vous bien, une rivière pour la pêche à la truite! Imaginez! Sous le cornet, Reine Fortuna aurait avoué « si le Régis du Canton le veut bien, nous pourrons dès l’an prochain ensemencer cette rivière avec de la truite et du saumon, imaginez le loisir pour nos protégés! Et quel nom cela nous fera!» Certaines mauvaises langues font cependant circuler la rumeur voulant que le Royaume du Château-Fort devienne plutôt celui de l’Institruite, et que cette excavation ne soit que le début des douves qui en couvriront tout le tour, avec un courant d’eau à l’envers évidemment de l’an droit de la route pour les carrosses. Le « kaizen » et le « feng shui » seraient ainsi en totale harmonie. On parle même de couper les Gardiens du Fort pour mettre dans les douves des alligators, sécurisant ainsi ses abords. En séance secrète avec son état-major de 168 scribouillards dans un racoin du donjon, Reine Fortuna a pris le temps de souligner que la réalisation complète de ce merveilleux projet novateur ne pourra se faire sans l’ajout d’une bonne trentaine de


nouveaux scribes pour gérer ce loisir inédit et de quelques frais afférents pour en assurer son financement, la réserve d’écus du Royaume étant à sec. ªOn devra donc s’attendre à la vente d’un permis de pêche pour les résidents/nonrésidents ainsi que les serfs (les scribes, les apothicaires et les lunatiques seraient épargnés), ªUn atelier « lean & mean » de fabrication d’agrès de pêche sera mis en place avec les talents cachés de scribes volontaires sur leur temps de travail (pour économiser sur le transport), puis leur production sera mise en vente les jeudis de tombola, à l’entrée du Bourget en même temps que les Vendeurs du Temple (vous comprendrez que ce projet d’agrès attend évidemment la validation de l’Agrèment), ª Le local de la cantine changerait de vocation et deviendrait un kiosque pour la vente et l’interprétation du vers à pêche. À cet effet, nos sources souterraines confirment qu’une importante firme de Grands Penseurs appelés « Génivers » serait intéressée à s’occuper de la production de lombrics en vrac. Seul bémol à cette technique révolutionnaire et peu coûteuse selon eux (moins de 8millions d’écus tout au plus), il faudrait au minimum doter la cuisine de la Reine d’une « couche en liaison chaude » pour assurer la vitalité des prospects. Assis au fond de la salle, Léonidas et la Désse Hiesse ont tout de suite sauté sur l’occasion pour proposer qu’on utilise les moisissures déjà présentes sous le Bédard pour en potentialiser la prolifération et s’adonner aussi à la mycologie éducative. -En plus, aurait dit Léonidas, on pourra en profiter pour faire rénover nos secrétaires qui datent de Pilate! Il y eu de grands rires dans le donjon et la soirée se termina par de longs et poignants applaudissements. Le buffet fut somptueux et dura 3 jours et trois nuits. Il n’y manquait qu’Aladin! Au moment du lendemain et le chignon un peu en tapon, la Reine Fortuna ajouta : « Sachez tous qu’il n’y aura pas de crocodile dans les douves, ça n’existe que dans les contes de fées! Et en plus, j’ai plus d’écus!»

**************** Louis de Punès, dit de Lafontaine


2013-Les fables de Louis de Lafontaine-Tract juillet 2013