Page 1

Stora Enso Wood Products Building Solutions

Š Stora Enso 2015 / All rights reserved Version 05/2015


Remarques STORA ENSO BUILDING SOLUTIONS

04/2012

1. Le contenu du (des) présent(s) document(s) se réfère aux normes européennes. 2. Il convient de souligner que la France a promulgué des réglementations qui peuvent diverger en partie des normes européennes (normes, documents d’application nationale et réglementations relatives à la construction). 3. Les informations fournies dans le(s) présent(s) document(s) doivent par conséquent être adaptées en fonction des réglementations qui s’appliquent sur le territoire français.


I nf or mat i onst echni ques Car act ér i st i quest echni quesdespanneauxCLT St r uct ur esst andar ddespanneauxCLT Qual i t édessur f aces Cer t i ficat i ons

Const r uct i on Const r uct i ondugr osoeuvr e St r uct ur edescouches Dét ai l s Aut r esappl i cat i ons

Physi quedubât i ment I sol at i ont her mi que Ét anchéi t éàl ‘ ai r Humi di t é Éval uat i ons

St at i quedescont r uct i ons Cal cul sst at i quesetdi mensi onnementdespanneauxCLT Logi ci eldecal culst at i quepourpanneauxCLT Lest abl esdedi mensi onnementpr él i mi nai r epourpanneauxCLT Séi smes

Gest i ondepr oj etett r anspor t Pr océdur edecommande Tr anspor t Condi t i onsr el at i vesaut r anspor t Text ed‘ appelápr oposi t i ons

Découpe

Bât i ment sder éf ér ence

Not e


Informations techniques


Informations techniques

04/2012

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES DES PANNEAUX CLT

Application

Les panneaux CLT sont principalement utilisés pour la réalisation des murs, plafonds et éléments de toiture des constructions d’habitation et des édifices commerciaux et publics.

Largeur maximum

2,95 m

Longueur maximum

16,00 m

Épaisseur maximum

40 cm

Structure des plis

Les panneaux CLT sont constitués d’au moins trois plaques monocouches collées les unes sur les autres et disposées à plis croisés, c’est-à-dire perpendiculairement les unes par rapport aux autres.

Essences

Épicéa (les plis intérieurs peuvent contenir du pin ; mélèze et pin sur demande)

Classe de résistance

C24 (d’après l’homologation, la proportion de lamelles correspondant à la classe C16 peut représenter jusqu’à 10 % de la totalité des lamelles ; autres classes de résistance sur demande)

Humidité

12 % ± 2 %

Adhésif

Colles sans formaldéhyde pour collage des chants, aboutage et collage des faces

Qualité visuelle

Qualités non visible, visible industrie et visible habitat ; les surfaces des panneaux sont toujours poncées.

Poids propre Altération de forme lors des variations du taux d’humidité

5,0 kN/m³ selon la norme DIN 1055-1:2002 – pour les calculs statiques ; utiliséde pour déterminer transport : environ kg/m³. sous la zone de saturation Taux gonflement et le depoids retraitde(selon la norme DIN 470 1052:2008) des fibres :  perpendiculairement au panneau de bois massif : 0,02 % de variation de longueur pour

1 % de variation du taux d’humidité du bois  verticalement par rapport au panneau de bois massif : 0,24 % de variation de longueur

pour 1 % de variation du taux d’humidité du bois Selon la décision 2003/43/EC de la Commission : Classe de protection incendie

 éléments de construction en bois, excepté pour les planchers  planchers

Coefficient de résistance à la diffusion de la vapeur d’eau () 

 Euroclasse D-s2, d0

 Euroclasse Dfl-s1

Selon EN 12524  entre 20 et 50

 0,11 W/(mK)

Conductivité thermique 

Selon le rapport d’expertise émis le 10/07/2009 par SP Suède

Inertie thermique cp

Selon EN 12524  1600 j/(kgK)

Étanchéité à l’air

Les panneaux CLT étant fabriqués à partir de plaques monocouches, cela leur confère une excellente étanchéité à l’air. Conformément à la norme EN 12114, des tests ont été réalisés afin de déterminer le coefficient d’étanchéité à l’air d’un panneau CLT à trois plis et de ses joints. Les résultats ont montré que les flux volumiques se situent en deçà des valeurs mesurables.

Classe d’utilisation / domaine d’application

Emploi correspondant aux classes d’utilisation 1 et 2 telles que définies par la norme EN 1995-1-1.


Informations techniques 04/2012

STRUCTURES STANDARD DES PANNEAUX CLT

Longueur

Panneaux C Épaisseur nominale [mm]

Dénomination [—]

Plis [—]

60 80 90 100 120 100 120 140 160

C3s C3s C3s C3s C3s C5s C5s C5s C5s

3 3 3 3 3 5 5 5 5

Disposition des lamelles [mm] C 20 30 30 30 40 20 30 40 40

L 20 20 30 40 40 20 20 20 20

C 20 30 30 30 40 20 20 20 40

L

C

L

C

C3s

20 20 20 20

20 30 40 40

C5s Longueur

P ann ea ux L Épaisseur nominale [mm] 60 80 90 100 120 100 120 140 160 180 200 160 180 200 240 220 240 260 280 300 320

Dénomination [—]

Plis [—]

L3s L3s L3s L3s L3s L5s L5s L5s L5s L5s L5s L5s-2* L7s L7s L7s L7s-2* L7s-2* L7s-2* L7s-2* L8s-2** L8s-2**

3 3 3 3 3 5 5 5 5 5 5 5 7 7 7 7 7 7 7 8 8

L 20 30 30 30 40 20 30 40 40 40 40 60 30 20 30 60 80 80 80 80 80

Disposition des lamelles [mm] C L C L C 20 20 20 30 30 30 40 30 40 40 20 20 20 20 20 20 20 30 20 20 20 40 20 40 20 40 30 40 30 40 40 40 40 40 40 60 20 30 20 30 20 40 20 40 20 40 40 30 40 30 40 30 40 30 60 20 40 20 80 30 40 30 80 40 40 40 80 30 80 30 80 40 80 40 80

* Couches de surface constituées de 2 couches longitudinales. ** Les couches de surface ainsi que la couche intérieure sont constituées de 2 couches longitudinales. Largeur (largeurs facturées) : Longueur (longueurs de production) :

Largeur

Largeur

L

L3s

L5s

L5s-2*

30 20 30

L7s

L7s-2*

L8s-2**

Dernière mise à jour . 04/2012

245 cm, 275 cm, 295 cm à partir d’une longueur de production minimum de 8,00 m par largeur de facturation ; jusqu’à une longueur maximum de 16,00 m (avec progression par incréments de 10 cm).


Informations techniques STRUCTURE DES PANNEAUX

04/2012

Les panneaux CLT sont constitués d’au moins trois plaques monocouches collées les unes sur les autres et disposées à plis croisés, c’est-à-dire perpendiculairement les unes par rapport aux autres. Lorsqu’un panneau CLT est composé de cinq plis ou davantage, les plis intérieurs — en l’occurrence les plis transversaux — peuvent ne pas être encollés chant sur chant. À l’heure actuelle, nous produisons des panneaux CLT de 2,95 m sur 16,00 m. Exemple : structure d’un panneau CLT en bois massif composé de cinq couches collage des chants (longitudinales)

aboutage à plat sans épaulement

+ collage des surfaces

+

collage des chants* (plis transversaux)

+

+ max. 16,00 m

max. 2,95 m

=

*Lorsqu’un panneau CLT est composé de cinq plis ou davantage (plis transversaux), les plis intérieurs peuvent alors ne pas être encollés chant sur chant.


Informations techniques QUALITÉ DES SURFACES

04/2012

QUALITÉ DES SURFACES DES PANNEAUX CLT Classification selon l’aspect des faces et les propriétés des panneaux CARACTÉRISTIQUES

VI

IVI

NVI

Collage

admis de façon isolée : écart au niveau du joint ne dépassant pas 1 mm

admis de façon isolée : écart au niveau du joint ne dépassant pas 2 mm

admis de façon isolée : écart au niveau du joint ne dépassant pas 3 mm

Bleuissement

non admis

admis : légère décoloration

admis

Décolorations (taches brunes…)

non admis

non admis

admises

Poches de résine

pas d’accumulation de poches de résine ; max. 5 × 50 mm

max. 10 x 90 mm

admises

Entre-écorce

admis si apparaissant de façon isolée

admis si apparaissant de façon isolée

admis

admises

admises

admises

admises

Gerces

Cœur

admises : gerces superficielles apparaissant de façon isolée admises de façon isolée pourvu que leur longueur ne dépasse pas 40 cm

Piqures d’insecte

non admises

non admises

admises : petites piqûres d’insecte ; pas plus de 2 mm

Nœuds sains

admis

admis

admis

Nœuds noirs

max. 1,5 cm de diamètre

max. 3 cm de diamètre

admis

Trous de nœud

max. 1 cm de diamètre

max. 2 cm de diamètre

admis

Flaches

non admises

non admises

max. 2 x 50 cm

Surface

entièrement poncée

entièrement poncée

Qualité de la finition des surfaces

admis : petits défauts si apparaissant de façon isolée

admis : défauts si apparaissant de façon isolée

surface rugueuse : max. 10 % de la surface totale admis : défauts si apparaissant de façon isolée

Qualité de surface des bordures et du collage des chants

admis : petits défauts si apparaissant de façon isolée

admis : défauts si apparaissant de façon isolée

admis : défauts si apparaissant de façon isolée

Chanfrein sur les panneaux L

oui

non

non

Finition des arêtes de coupe au papier de verre

oui

non

non

Découpe – scie à chaîne

non admise

admise

admise

Largeur des lamelles

≤ 130 mm

max. 230 mm

max. 230 mm

Qualité visible habitat VI

Qualité visible industrie IVI

Qualité non visible NVI


Informations techniques QUALITÉ DES SURFACES

CARACTÉRISTIQUES

VI

IVI

NVI

Humidité

max. 11 %

max. 15 %

max. 15 %

Mélange d’essences

non admis

non admis

autorisé pour épicéasapin/pin

Retouche des surfaces (au moyen de chevilles, de baguettes, etc.)

admise

admise

admise

04/2012


Informations techniques DÉNOMINATION DES QUALITÉS

Pour ses panneaux CLT, Stora Enso propose trois qualités de surface différentes : NVI qualité non visible IVI qualité visible industrie VI qualité visible habitat

Sur la base des trois qualités de surface, Stora Enso propose les qualités de CLT suivantes : Qualité NVI NVI (qualité non visible)

………………………………

NVI (qualité non visible)

………………………………

NVI (qualité non visible)

………………………………

Qualité INV IVI (qualité visible industrie)

…………………………

NVI (qualité non visible)

………………………………

NVI (qualité non visible)

………………………………

Qualité VI VI

(qualité visible habitat) ………………………………

NVI (qualité non visible)

………………………………

NVI (qualité non visible)

………………………………

04/2012


Informations techniques 04/2012

DÉNOMINATION DES QUALITÉS

Qualité BVI VI

(qualité visible habitat) ………………………………

NVI (qualité non visible) VI

………………………………

(qualité visible habitat) ………………………………

Qualité IBI IVI (qualité visible industrie) ……………………………… ………………………………

NVI (qualité non visible)

IVI (qualité visible industrie) ………………………………

Qualité IVI VI

(qualité visible habitat) ………………………………

NVI (qualité non visible)

………………………………

IVI (qualité visible industrie)

………………………………

Récapitulatif Couche de surface

NVI

VI

VI

IVI

IVI

VI

Qualité

NVI

VI

BVI

INV

IBI

IVI

Couche de surface

NVI

NVI

VI

NVI

IVI

IVI


Informations techniques CERTIFICATIONS

Certification technique générale (DIBt)

En qualité d’organisme d’accréditation, le Deutsches Institut für Bautechnik (DIBt) a pour fonction de délivrer des certifications générales relatives à la conformité des bâtiments et types de construction. La « Certification technique générale » règle la fabrication et l’utilisation des panneaux CLT. Elle constitue par ailleurs la référence de base pour l’attribution de la marque de conformité.

Agrément technique européen (ATE)

L’Agrément technique européen règle la fabrication et l’utilisation des panneaux CLT à l’intérieur de l’espace européen. Il constitue en outre la référence de base pour l’attribution du marquage CE.

PEFC Le Programme de Reconnaissance des Certifications Forestières ou PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification Schemes) est une marque de certification qui garantit que les produits des industries du bois et du papier proviennent d’exploitations forestières pratiquant une gestion durable. La certification PEFC est un gage de responsabilité écologique, économique et sociale. Pour le client, la certification PEFC atteste que le produit acheté participe à la promotion d’une sylviculture durable soumise à des critères de gestion écologique. Le logo PEFC garantit que ce produit a été soumis à des critères de contrôle très stricts sur l’ensemble de la chaîne de production, depuis la forêt jusqu’au produit final. Stora Enso apporte confirmation que ces critères sont respectés, notre société étant elle-même régulièrement contrôlée par des organismes indépendants.

04/2012


Informations techniques INFORMATIONS GÉNÉRALES

04/2012

Montage Afin d’éviter tout dommage physique ou matériel, on veillera à prendre toutes les mesures nécessaires afin d’assurer la bonne sécurité pendant le montage. Les points suivants doivent être respectés :   

     

N’employez que des accessoires de levage et d’élingage parfaitement appropriés. Les accessoires de levage et d’élingage doivent être soumis à un examen visuel avant chaque utilisation. Pour les panneaux présentant des ouvertures particulièrement importantes (fenêtres par exemple), veillez à assurer la bonne stabilité et le raidissement correct de ceux-ci (danger que les panneaux ne cèdent et ne se brisent lors de l’opération de levage). Les chutes des ouvertures, vissées aux panneaux dans nos ateliers, doivent être retirées avant d’installer le panneau sur le chantier. Leur fixation ne sert qu’à leur maintien lors du chargement et du déchargement. Veillez à ne pas endommager les parties particulièrement fragiles ou exposées telles que les arêtes des panneaux ou la face visible de ceux-ci. Prenez les mesures nécessaires afin d’éviter de salir les panneaux ; protégez par exemple les panneaux à face visible VI et IVI au moyen de films plastiques ou de panneaux en carton. Protégez également les panneaux CLT contre l’eau et les intempéries. Veillez à prendre toutes les mesures requises en matière de protection incendie et de protection contre le bruit (normes à respecter). N’utilisez les panneaux CLT que pour des applications correspondant aux classes d’utilisation I et II. Il est important de souligner qu’il est interdit de soumettre les panneaux CLT à une exposition directe aux intempéries ou à une humidité de l’air qui serait en permanence extrêmement élevée. Si c’est cependant le cas, l’utilisateur s’engage à en assumer pleinement les éventuelles conséquences. Prenez soin de fournir aux différents corps de métier impliqués dans le projet de construction toutes les informations nécessaires et faites référence à notre site www.clt.info.

Comportement au gonflement et au retrait Le bois a pour propriété d’absorber et de restituer l’humidité en fonction de la température et de l’hygrométrie. 

Gonflement (surface ondulée) : L’humidité de l’air est trop élevée, en raison par exemple de l’humidité générée par le béton ou les chapes. À prescrire impérativement ! Le bois retrouvera toutefois en partie sa structure plane dès que l’équilibre hygrométrique aura été rétabli, soit par déshumidification de l’air, soit par un réchauffement progressif de l’air ambiant. Pour les panneaux CLT, il est recommandé d’avoir une humidité de l’air comprise entre 40 et 60 %. Gerces de retrait (surface présentant des fissures) : L’humidité de l’air est trop faible, en raison par exemple de la ventilation ou d’une température trop élevée à l’intérieur du bâtiment pendant la période de chauffage. À prescrire ! Le bois retrouvera toutefois en partie sa structure d’origine dès que l’équilibre hygrométrique aura été rétabli par humidification de l’air. La bonne humidité de l’air peut être assurée au moyen d’humidificateurs, de fontaines d’intérieur, de plantes, etc.

Les gerces de retrait et écartements de jointures n’ont néanmoins absolument aucune incidence sur la capacité de portance ou sur les caractéristiques physiques des panneaux CLT. Celles-ci ne constituent en aucune manière un défaut des panneaux CLT en bois massif. Du fait des propriétés naturelles du bois, il se peut que les panneaux massifs contrecollés soient soumis à des contraintes qui entraînent dans les premiers temps l’apparition de certaines fissures.


Informations techniques INFORMATIONS GÉNÉRALES

04/2012

Altération de la couleur des surfaces Du fait des rayons ultraviolets, la lumière naturelle a pour effet de provoquer à la longue un assombrissement et un jaunissement des surfaces en bois d’épicéa. Il est donc important de ne pas attendre trop longtemps pour effectuer les retouches ou les travaux complémentaires (ponçage par exemple) si l’on veut éviter d’avoir des surfaces aux couleurs inégales. Lors du montage des panneaux VI, on veillera à ce que ceux-ci ne soient pas partiellement recouverts afin d’éviter des différences de coloration de la surface des panneaux.

Traitement des surfaces De manière générale, on peut utiliser pour les panneaux CLT toutes les peintures et tous les vernis employés habituellement pour le bois. Pour plus d’informations sur les panneaux CLT, veuillez consulter notre site www.clt.info.


Construction


Construire en CLT GÉNÉRALITÉS

04/2012

Les informations indiquées ici constituent des exemples de construction proposés par Stora Enso. A Construction du gros œuvre Socle et ancrage des murs Joint de mur Linteaux Plafond Nœud de jonction « paroi étage inférieur – plafond – paroi étage supérieur » Toit Porte-à-faux et renforcement supérieur de plancher B Structure des couches Murs extérieurs Parois intérieures structure de plancher Dalle de plancher (face inférieure) Toit Paroi de séparation (dans appartement) Paroi de séparation (entre bâtiments) C Détails Socle et ancrage des murs Joint de fenêtres Joint de portes Porte-à-faux Toit à forte pente Toit plat Installations électriques Installations sanitaires Cheminée Escaliers D Autres applications Bâtiments industriels et commerciaux Immeubles d’habitation Agrandissements Ouvrages de génie civil Les constructions et les structures doivent pour chaque cas particulier faire l’objet de vérifications et de calculs portant sur la statique et la physique des constructions ainsi que sur la faisabilité de chaque projet. La réalisation effective des projets conformément aux règles de l’art est de la responsabilité des corps de métiers auxquels est confiée l’exécution des travaux.


A Construction du gros oeuvre


Construire en CLT A CONSTRUCTION DU GROS OEUVRE

Sommaire 1 SOCLE ET ANCRAGE DES MURS 1.1 Socle avec lit de mortier 1.2 Socle avec semelle 1.3 Socle avec semelle surélevée 1.4 Socle en béton (lit de mortier) 1.5 Socle en béton (semelle) 2 JOINTS DE MUR Règles de base en matière de construction 2.1 Joint de coin 2.2 Joint en T 2.3 Joint de mur horizontal (planche-joint) 2.4 Joint de mur horizontal (assemblage bord à bord) 2.5 Joint de mur horizontal (planches-joint extérieures) 2.6 Joint de mur vertical (joint en nez-de-marche) 2.7 Joint de mur vertical (planche-joint) 3 LINTEAUX 3.1 Linteau continu 3.2 Linteau en appui 4 PLAFOND 4.1 Joint de plafond (planche-joint) 4.2 Joint de plafond (joint en nez-de-marche) 4.3 Joint de plafond (statique, traction transversale) 4.4 Entrait en acier 4.5 Entrait en bois 4.6 Entrait (évidement dans la paroi) 4.7 Entrait (étançon) 4.8 Entrait (support de fixation métallique) 4.9 Couronne de plafond 4.10 Plafond à entraits 4.11 Plafond à nervures

4/2012


Construire en CLT A CONSTRUCTION DU GROS OEUVRE

5 NOEUD DE JONCTION « PAROI ÉTAGE INFÉRIEUR – PLAFOND – PAROI ÉTAGE SUPÉRIEUR » 5.1 « Platform framing » 5.2 « Balloon framing » 6 TOITURE 6.1 Toiture en CLT (coyaux) 6.2 Toiture en CLT (assemblage bord à bord sur le panneau mural) 6.3 Toiture en CLT (entaille) 6.4 Toit à chevrons (évidements réalisés dans la paroi pour les chevrons) 6.5 Toit à chevrons (entaille réalisée dans le chevron) 6.6 Ligne de faîtage (avec panne) 6.7 Ligne de faîtage (sans panne) pour les charpentes de couverture à redents 7 PORTE-À-FAUX ET RENFORCEMENT SUPÉRIEUR DE PLANCHER 7.1 Renforcement supérieur de plancher réalisé en bois 7.2 Renforcement supérieur de plancher réalisé en acier 7.3 Paroi faisant fonction de renforcement supérieur de plancher

4/2012


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

1 Socle et ancrage des murs 1.1 Socle avec lit de mortier panneau mural en CLT

étanchement contre les remontées d’humidité étanchement vertical

connecteur de mur (en fonction des exigences statiques)

assise

lit de mortier

Réalisation • Le panneau CLT peut être posé aussi bien sur un lit de mortier sec qu’un lit de mortier humide (compensation des tolérances). Attention ! Toute la face du panneau est en contact avec le lit de mortier. Le panneau CLT doit être protégé des remontées d’humidité par un joint d’étanchéité approprié.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Lors de la mise en place des connecteurs de mur, on veillera à respecter les écartements autorisés entre les bords des organes d’assemblage.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

1.2 Socle avec semelle

panneau mural en CLT joints d’étanchéité étanchement vertical étanchement contre les remontées d’humidité

connecteur de mur (en fonction des exigences statiques)

assise

semelle (sablière)

Réalisation • Posez un joint d’étanchéité entre la semelle (en mélèze par exemple) et le panneau CLT. On veillera par ailleurs à protéger la semelle des remontées d’humidité provenant de l’assise.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Lors de la mise en place des connecteurs de mur, on veillera à respecter les écartements autorisés entre les bords des organes d’assemblage.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

1.3 Socle avec semelle surélevée

panneau mural en CLT joints d’étanchéité étanchement vertical connecteur de semelle (selon les exigences statiques) étanchement contre les remontées d’humidité

connecteur de mur (en fonction des exigences statiques)

assise

semelle (sablière)

Réalisation • Posez un joint d’étanchéité entre la semelle (en mélèze par exemple) et le panneau CLT. On veillera par ailleurs à protéger la semelle des remontées d’humidité provenant de l’assise. • Une semelle surélevée permet le cas échéant d’obtenir une hauteur de paroi supérieure en faisant passer celle-ci de 2 950 mm à 3 050 mm.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Lors de la mise en place des connecteurs de mur, on veillera à respecter les écartements autorisés entre les bords des organes d’assemblage.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

1.4 Socle en béton (lit de mortier)

panneau mural en CLT

étanchement contre les remontées d’humidité

connecteur de mur (en fonction des exigences statiques)

étanchement vertical assise

lit de mortier

Réalisation • Le panneau CLT peut être posé aussi bien sur un lit de mortier sec qu’un lit de mortier humide (compensation des tolérances). Attention ! Toute la face du panneau est en contact avec le lit de mortier. Le panneau CLT doit être protégé des remontées d’humidité par un joint d’étanchéité approprié.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Lors de la mise en place des connecteurs de mur, on veillera à respecter les écartements autorisés entre les bords des organes d’assemblage.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

1.5 Socle en béton (semelle)

panneau mural en CLT

étanchement vertical connecteur de semelle (selon les exigences statiques) étanchement contre les remontées d’humidité

connecteur de mur (en fonction des exigences statiques)

assise

semelle (sablière)

Réalisation • Posez un joint d’étanchéité entre la semelle (en mélèze par exemple) et le panneau CLT. On veillera par ailleurs à protéger la semelle des remontées d’humidité provenant de l’assise. • Au moment de l’ancrage des murs, on tiendra compte des contraintes horizontales et verticales particulières qui s’exercent du fait de la surélévation et on prendra soin d’utiliser les connecteurs appropriés (cf. photo de gauche).

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Lorsque vous vissez le panneau CLT à la semelle, prenez soin de respecter les écartements autorisés entre les bords des organes d’assemblage.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

2 Joints de mur

Règles de base en matière de construction

Joints de mur : 1. On emploiera de préférence des panneaux CLT dont la hauteur est égale à la hauteur de l’étage, donc sans aucun joint. pa

hauteur max. de paroi : 2 950 mm (voire 3 950 mm sur demande)

2. Si la hauteur des parois est supérieure à 2 950 mm ou bien si l’on veut éviter l’utilisation de panneaux de très grande largeur (nécessité dans ce cas de transports exceptionnels), il est alors possible d’abouter les panneaux verticalement. (pour plus de détails, reportez-vous aux points  2.6 et 2.7)

nn ea en u mu CL ra l T

panneau mural en CLT

pa

nn ea en u mu CL ra l T

panneau mural en CLT

dalle de plancher en CLT

joint de mur vertical

3. Si les solutions 1 et 2 ne sont pas applicables, il faudra alors abouter les panneaux muraux horizontalement. (pour plus de détails, reportez-vous aux points 2.3, 2.4 et 2.5) joint de mur horizontal dalle de plancher en CLT

pa

pa

nn ea en u mu CL ra l T nn ea en u mu CL ra l T


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

2.1 Joint de coin

collage du joint vertical au moyen d’une bande adhésive appropriée (variante) joints d’étanchéité panneau mural en CLT

connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

Réalisation • Afin d’obtenir l’étanchéité à l’air voulue pour le bâtiment, on pourra — en plus des joints d’étanchéité — employer des bandes adhésives appropriées que l’on appliquera sur les faces intérieures et extérieures des joints verticaux.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Selon les exigences, le boulonnage du joint de coin sera réalisé soit d’un point de vue purement constructif (vis à 90° par rapport à la paroi), soit de manière statiquement effective (vissage oblique en bout).


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

2.2 Joint en T

joints d’étanchéité

panneau mural en CLT

connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

Réalisation • Si les pièces d’un bâtiment doivent présenter une parfaite étanchéité à l’air, les joints des panneaux CLT devront alors être équipés de joints d’étanchéité.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Selon les exigences, le boulonnage du joint en T sera réalisé soit d’un point de vue purement constructif (vis à 90° par rapport à la paroi), soit de manière statiquement effective (vissage oblique en bout).

Illustration


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

2.3 Joint de mur horizontal (planche-joint) Les assemblages montrés dans les illustrations présentent une limite de résistance aux contraintes exercées. panneau mural en CLT espace d’assemblage

panneau mural en CLT

planche-joint connecteurs vissés (selon les exigences statiques) espace d’assemblage

planche-joint

joints d’étanchéité

joint d’étanchéité

(une deuxième feuillure peut nécessiter une finition sur les deux faces)

Réalisation • Si vous utilisez des planches de jointure (panneau à trois plis ou bois de placage par exemple), prenez soin pour les feuillures de respecter les dimensions standard qui sont de 27 × 80 mm. • Il faudra poser des joints d’étanchéité pour assurer au bâtiment une bonne étanchéité à l’air.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Si vous utilisez des planches-joint pour assembler des panneaux feuillurés, gardez à l’esprit qu’en raison de la feuillure, la surface de bois de bout des panneaux CLT s’en trouve réduite d’autant (pression superficielle).


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

2.4 Joint de mur horizontal (assemblage bord à bord)

connecteurs vissés (selon les exigences statiques) panneau mural en CLT

joint d’étanchéité

sert également si nécessaire de surface d’appui supplémentaire pour les entraits, les chevrons ou les pannes (pression superficielle)

montant mural disposé dans la couche d’isolation (tenir compte du risque de flambage)

Réalisation • Il faudra poser des joints d’étanchéité pour assurer au bâtiment une bonne étanchéité à l’air. • Lorsque les murs intérieurs sont positionnés de façon adéquate, ceux-ci peuvent également assurer la fonction du montant mural indiqué sur le dessin.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Le montant mural peut servir de surface d’appui supplémentaire pour des entraits ou des pannes par exemple (pression superficielle plus élevée).


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

2.5 Joint de mur horizontal (planches-joint extérieures)

planche-joint

panneau mural en CLT

joint d’étanchéité assemblage (par des clous, vis ou clameaux) avec le panneau (en fonction des exigences statiques)

Réalisation • Si vous utilisez des planches-joint extérieures faisant saillie (panneau à trois plis ou bois de placage par exemple), veillez à ce que la structure des couches qui seront posées ensuite leur soit adaptée. • Il faudra poser des joints d’étanchéité pour assurer au bâtiment une bonne étanchéité à l’air.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Pour ce type d’assemblage des panneaux CLT, il faudra tenir compte tout particulièrement du risque de flambage de la paroi. • On peut augmenter la rigidité de l’assemblage par des collages supplémentaires.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

2.6 Joint de mur vertical (joint en nez-de-marche) panneau mural en CLT

joint d’étanchéité panneau mural en CLT

espace d’assemblage connecteurs vissés utilisés dans des conditions normales (selon les exigences statiques) connecteurs vissés utilisés lorsque le joint est soumis à des forces de cisaillement importantes (selon les exigences statiques)

Réalisation • Il faudra poser des joints d’étanchéité pour assurer au bâtiment une bonne étanchéité à l’air. • On prendra soin lors de la conception de prévoir un espace d’assemblage suffisant (sur un côté). Celui-ci sera fonction du type de construction. • Si nécessaire, prévoyez également à hauteur de la feuillure suffisamment de place pour permettre la pose d’un joint d’étanchéité.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • S’il n’est pas possible d’éviter des forces de cisaillement importantes au niveau du joint, les organes d’assemblage devront alors être dimensionnés et positionnés de manière à correspondre aux forces exercées.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

2.7 Joint de mur vertical (planche-joint)

panneau mural en CLT joint d’étanchéité panneau mural en CLT espace d’assemblage planche-joint connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

Réalisation • Si vous utilisez des planches de jointure (panneau à trois plis ou bois de placage par exemple), prenez soin pour les feuillures de respecter les dimensions standard qui sont de 27 × 80 mm. • Il faudra poser des joints d’étanchéité pour assurer au bâtiment une bonne étanchéité à l’air.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Au lieu de connecteurs vissés, la planche-joint peut être assemblée aux panneaux CLT au moyen de colles appropriées qui ont pour avantage de garantir une meilleure transmission des forces de cisaillement.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

3 Linteaux 3.1 Linteau continu

ouverture de fenêtre

panneau mural en CLT dalle de plancher en CLT

hauteur du garde-corps

linteau continu

panneau mural en CLT

ouverture de fenêtre

Réalisation • Si d’un point de vue statique la hauteur du garde-corps se révèle être insuffisante, il faudra dans ce cas prévoir un renforcement supérieur de plancher dimensionné de façon correspondante et auquel on pourra suspendre le linteau. Si l’on utilise comme renforcement de plancher une paroi se trouvant au-dessus du linteau, il faudra alors tenir compte de la hauteur du garde-corps pour les ouvertures de fenêtre.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • L’assemblage du linteau au renforcement supérieur de plancher (paroi supérieure) peut être réalisé par exemple au moyen de tôles perforées ou de connecteurs vissés (évitez dans ce cas le vissage oblique en bout).


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

3.2 Linteau en appui

ouverture de fenêtre

panneau mural en CLT dalle de plancher en CLT

linteau en appui (bois lamellé-collé)

ouverture de fenêtre

linteau en appui (CLT)

panneau mural en CLT

Réalisation • Le dimensionnement d’un linteau en appui doit correspondre aux charges et aux forces qui s’exercent sur celui-ci.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• Il convient de tenir compte de la pression superficielle qui s’exerce au niveau de la surface d’appui du linteau.

• Un linteau en CLT absorbe et transmet bien mieux les forces de cisaillement qu’un linteau en bois lamellé-collé. Ceci s’explique par le fait que le bois lamellé-collé ne comporte pas de couches transversales.


Construire en CLT CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

4 Plafond 4.1 Joint de plafond (planche-joint)

dalle de plancher en CLT espace d’assemblage planche-joint

dalle de plancher en CLT

joint d’étanchéité organes d’assemblage (selon les exigences statiques)

Réalisation • Si les joints de plafond sont réalisés au moyen d’une planche-joint (panneau aggloméré à fibres orientées [OSB], panneau à trois plis ou bois de placage par exemple), prenez soin pour les feuillures de respecter les dimensions standard qui sont de 27 × 80 mm. • Selon les exigences, on posera également des bandes d’étanchéité afin d’assurer la parfaite étanchéité du joint.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • On utilisera comme connecteurs des clous, des vis ou des clameaux correctement dimensionnés (vérifiez que le diamètre minimum imposé par l’agrément technique est bien respecté).


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

4.2 Joint de plafond (joint en nez-de-marche)

dalle de plancher en CLT

dalle de plancher en CLT espace d’assemblage

espace d’assemblage dalle de plancher en CLT

dalle de plancher en CLT

joint d’étanchéité connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

joint d’étanchéité connecteurs vissés utilisés dans le cas d’une direction élevée des efforts tranchants (selon les exigences statiques)

Réalisation • Selon les exigences, on posera également des bandes d’étanchéité afin d’assurer la parfaite étanchéité du joint. • On prendra soin lors de la conception de prévoir un espace d’assemblage suffisant (sur un côté). Celui-ci sera fonction du type de construction.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • SI le joint peut être soumis à une direction accrue des efforts tranchants, il faudra alors dimensionner et disposer les connecteurs en tenant compte de ce paramètre.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

4.3 Joint de plafond (statique, traction transversale)

dalle de plancher en CLT espace d’assemblage dalle de plancher en CLT

joint d’étanchéité

système statique :

dalle de plancher en CLT espace d’assemblage dalle de plancher en CLT

connecteurs vissés servant à accroître la traction transversale (selon les exigences statiques)

connecteurs vissés servant à transmettre les contraintes de cisaillement vers le joint (selon les exigences statiques) système statique :


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

entrait

connecteurs vissés avec entraits (selon les exigences statiques) connecteurs vissés servant à accroître la traction transversale (selon les exigences statiques)

dalle de plancher en CLT

joint d’étanchéité

Réalisation • Selon les exigences, on posera également des bandes d’étanchéité afin d’assurer la parfaite étanchéité du joint. • On prendra soin lors de la conception de prévoir un espace d’assemblage suffisant. Celui-ci sera fonction du type de construction.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Si le système statique l’exige, il faudra employer des vis à filetage total afin de garantir un raccord effectif compte tenu des forces et tractions transversales qui s’exercent au niveau du joint et de la surface d’appui.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

4.4 Entrait en acier

dalle de plancher en CLT

poutre en acier faisant fonction d’entrait (sous le plafond)

dalle de plancher en CLT (espace d’assemblage pour la poutre en acier !)

poutre en acier faisant fonction d’entrait feuillure sur les faces supérieure et inférieure

dalle de plancher en CLT (espace d’assemblage pour la poutre en acier !)

connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

placoplâtre ou plaque de plâtre armé

poutre en acier faisant fonction d’entrait (face inférieure avec feuillure, face supérieure sans feuillure) connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

dalle de plancher en CLT

dalle de plancher en CLT


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

dalle de plancher en CLT (espace d’assemblage pour la poutre en acier !) poutre en acier faisant fonction d’entrait feuillure sur les faces supérieure et inférieure

en fonction des dimensions de la feuillure : protection le cas échéant contre la traction transversale

plaque en matériau dérivé du bois (habillage de l’entrait)

connecteurs vissés (en fonction des exigences statiques)

Réalisation • Selon les exigences, on posera ou collera également des bandes d’étanchéité afin d’assurer la parfaite étanchéité du joint.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• Afin d’éviter toute complication lors de l’assemblage, on prendra soin de ménager un espace d’assemblage suffisant entre les dalles de plancher en CLT et les poutres en acier.

• En cas d’exigences particulières en matière de protection incendie, il faudra revêtir les entraits métalliques d’un habillage ou bien traiter leur surface avec une peinture spéciale.

Illustration


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

4.5 Entrait en bois

connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

dalle de plancher en CLT

dalle de plancher en CLT

connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

entrait (bois lamellé-collé)

entrait (bois lamellé-collé)

Réalisation • Selon les exigences, on posera également des bandes d’étanchéité afin d’assurer la parfaite étanchéité du joint.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

4.6 Entrait (évidement dans la paroi) bande adhésive appropriée (étanchéité à l’air) espace d’assemblage

connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

entrait (bois lamellé-collé) panneau mural en CLT

renforcer en fonction des exigences posées à la surface d’appui (pression superficielle)

Réalisation • Selon les exigences, on posera une bande adhésive appropriée afin d’assurer une parfaite étanchéité à l’air (collage des joints).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• On prendra soin lors de la conception de prévoir un espace d’assemblage suffisant. Celui-ci sera fonction du type de construction.

• Si nécessaire, on prendra soin de renforcer la surface d’appui qui se trouve dans le panneau mural. On utilisera pour ce faire une plaque métallique et des vis à filetage total (pression superficielle).

Illustration


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

4.7 Entrait (étançon)

connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

entrait (bois lamellé-collé)

étançon (surface d’appui pour entrait)

panneau mural en CLT

Réalisation • On prendra soin lors de la conception de prévoir un espace d’assemblage suffisant. Celui-ci sera fonction du type de construction.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

4.8 Entrait (support de fixation métallique)

tôle rainurée et chevilles (réalisation en fonction des exigences statiques) entrait (bois lamellé-collé) panneau mural en CLT

Réalisation • On prendra soin lors de la conception de prévoir un espace d’assemblage suffisant. Celui-ci sera fonction du type de construction.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

fixation de l’entrait au moyen d’un support de fixation métallique (réalisation en fonction des exigences statiques)

entrait (bois lamellé-collé) panneau mural en CLT

Réalisation • On prendra soin lors de la conception de prévoir un espace d’assemblage suffisant. Celui-ci sera fonction du type de construction.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Les supports de fixation métalliques devront être adaptés à la taille des entraits.

Illustration


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

4.9 Couronne de plafond

couronne structure du plafond

entrait de plafond

panneau mural en CLT bande d’étanchéité de joint feuillure (prendre soin de conserver la couche centrale) panneau mural en CLT

couronne structure du plafond

entrait de plafond

panneau mural en CLT bande d’étanchéité de joint

panneau mural en CLT

Réalisation • Selon les exigences, on posera également des bandes d’étanchéité afin d’assurer la parfaite étanchéité du joint. • Il est important de conserver la couche centrale (zone de feuillure) afin de pouvoir garantir la parfaite étanchéité à l’air du panneau mural en CLT.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Attention ! Au niveau du joint des panneaux, la surface d’appui se trouve réduite du fait de la feuillure. En outre, la couronne peut diminuer, ce qui a alors pour effet d’empêcher la transmission des forces (pression superficielle).


Construire en CLT CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

4.10 Plafond à entraits

dalle de plancher en CLT

entrait de plafond (bois lamellé-collé)

connecteurs vissés (en fonction des exigences statiques)

Réalisation • Pensez à tenir compte du fléchissement de la dalle de plancher (vérification de l’aptitude à l’emploi ; prise en compte de l’entraxe des entraits ainsi que des dimensions du plafond).

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

4.11 Plafond à nervures

dalle de plancher en CLT

connecteurs vissés (en fonction des exigences statiques)

nervure (bois lamellé-collé)

Réalisation • Pensez à tenir compte du fléchissement de la dalle de plancher (vérification de l’aptitude à l’emploi ; prise en compte de l’entraxe des nervures ainsi que des dimensions du plafond). • Structure composite statique entre les nervures et le plafond (collages ou connecteurs vissés).

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Le plafond — dont l’axe de portée correspond à celui des nervures — peut être inclus ou pris en compte dans les calculs statiques.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

5 Nœud de jonction « paroi étage inférieur – plafond – paroi étage supérieur » 5.1 « Platform framing » assemblage vissé du joint en T (selon les exigences statiques)

collage du joint au moyen d’une bande adhésive appropriée (variante)

bandes d’étanchéité

panneau mural en CLT assemblage vissé mur-plafond (selon les exigences statiques)

connecteur de mur (selon les exigences statiques) dalle de plancher en CLT

Réalisation • Afin d’obtenir l’étanchéité à l’air voulue pour le bâtiment, on pourra — en plus des joints d’étanchéité — employer des bandes adhésives appropriées que l’on appliquera sur les faces intérieures et extérieures des joints verticaux. • Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

Illustration

• Ancrage des murs effectué de manière à obtenir un assemblage statiquement effectif entre les parois et le plafond (efforts de cisaillement et forces de traction). • Assemblage vissé du joint en T à réaliser soit de l’intérieur, soit de l’extérieur.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

assemblage vissé mur-plafond (selon les exigences statiques) panneau mural en CLT

collage du joint au moyen d’une bande adhésive appropriée (variante)

bandes d’étanchéité

connecteur de mur (selon les exigences statiques)

dalle de plancher en CLT

Réalisation • Afin d’obtenir l’étanchéité à l’air voulue pour le bâtiment, on pourra — en plus des joints d’étanchéité — employer des bandes adhésives appropriées que l’on appliquera sur les faces intérieures et extérieures des joints verticaux.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Ancrage des murs effectué de manière à obtenir un assemblage statiquement effectif entre les parois et le plafond (efforts de cisaillement s’exerçant dans le sens de la paroi ; forces de traction et de compression résultant des contraintes exercées par le vent).


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

5.2 « Balloon framing » panneau mural en CLT

panneau mural en CLT espace d’assemblage

dalle de plancher en CLT dalle de plancher en CLT

équerre en métal servant bande d’étanchéité de joint d’appui (dimensionnement poutre de rive servant d’appui en fonction des exigences (dimensionnement en fonction des bande d’étanchéité statiques) exigences statiques) de joint

Réalisation • En cas d’exigences particulières en matière de protection incendie, il faudra doter d’un habillage l’équerre en métal qui sert d’appui à la dalle de plancher.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

6 Toiture 6.1 Toiture en CLT (coyaux) panneau de toiture en CLT

connecteurs vissés (selon les exigences statiques) bande d’étanchéité de joint coyau connecteurs vissés (en fonction des exigences statiques)

panneau mural en CLT

Réalisation • Il faudra poser des joints d’étanchéité pour assurer au bâtiment une bonne étanchéité à l’air. • Prenez soin de respecter les écarts requis entre les connecteurs vissés. • Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

Illustration

• Les connecteurs vissés utilisés pour assembler les panneaux muraux et les panneaux de toiture absorbent à la fois les forces de cisaillement dans le sens de la surface d’appui et les forces de dépression résultant des contraintes exercées par le vent.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

6.2 Toiture en CLT (assemblage bord à bord sur le panneau mural) panneau de toiture en CLT

bandes d’étanchéité

connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

panneau mural en CLT

Réalisation • Il faudra poser des joints d’étanchéité pour assurer au bâtiment une bonne étanchéité à l’air. • L’arête du panneau mural en CLT doit être chanfreinée. Le panneau de toiture en CLT forme quant à lui l’auvent et la partie inférieure visible de celui-ci.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Les connecteurs vissés utilisés pour assembler les panneaux muraux et les panneaux de toiture absorbent à la fois les forces de cisaillement dans le sens de la surface d’appui et les forces de dépression résultant des contraintes exercées par le vent.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

6.3 Toiture en CLT (entaille)

panneau de toiture en CLT

bande d’étanchéité de joint connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

panneau mural en CLT

Réalisation • Il faudra poser des joints d’étanchéité pour assurer au bâtiment une bonne étanchéité à l’air. • Le panneau mural en CLT présente une arête rectiligne, ce qui nécessite donc la réalisation d’une entaille dans le panneau de toiture. Attention ! Une entaille trop profonde entraînerait une fragilisation de la partie inférieure de la toiture.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Les connecteurs vissés utilisés pour assembler les panneaux muraux et les panneaux de toiture absorbent à la fois les forces de cisaillement dans le sens de la surface d’appui et les forces de dépression résultant des contraintes exercées par le vent.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

6.4 Toit à chevrons (évidements réalisés dans la paroi pour les chevrons)

espace d’assemblage connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

chevron panneau mural en CLT

Réalisation • Prenez soin de prévoir un espace d’assemblage suffisant au niveau des évidements destinés à recevoir les chevrons. • Selon les exigences, on assurera l’étanchéité à l’air de la construction en posant soit des bandes d’étanchéité de joint, soit des bandes adhésives qui seront disposées sur la face extérieure.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Les connecteurs vissés utilisés pour assembler les chevrons et le panneau CLT absorbent les forces de dépression résultant des contraintes exercées par le vent.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

6.5 Toit à chevrons (entaille réalisée dans le chevron)

connecteurs vissés (selon les exigences statiques) chevron panneau mural en CLT panneau mural en CLT

panne d’auvent

bandes d’étanchéité

Réalisation • Lors de la conception et de la réalisation, on veillera à ce que la longueur des pannes d’auvent soit suffisante afin que celles-ci puissent passer au minimum sous un des chevrons situés à l’intérieur des combles (derrière la paroi du pignon). • Selon les exigences, on assurera l’étanchéité à l’air de la construction en posant soit des bandes d’étanchéité de joint, soit des bandes adhésives qui seront disposées sur la face extérieure.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Les connecteurs vissés utilisés pour assembler les chevrons avec le panneau CLT ou la panne d’auvent absorbent les forces de dépression résultant des contraintes exercées par le vent.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

6.6 Ligne de faîtage (avec panne)

panne courante

espace d’assemblage (entre les panneaux CLT) connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

panneau de toiture en CLT

bandes d’étanchéité

Réalisation • Prenez soin de respecter les largeurs et les surfaces d’appui requises. • Veillez également à la bonne profondeur des entailles. Celleci varie en effet en fonction de la structure des panneaux de toiture (nombre de plis des panneaux). • Il faudra poser des joints d’étanchéité pour assurer au bâtiment une bonne étanchéité à l’air.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

6.7 Ligne de faîtage (sans panne) pour les charpentes de couverture à redents connecteurs vissés (selon les exigences statiques) connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

panneau de toiture en CLT

panneau de toiture en CLT

Réalisation • Il faudra poser des joints d’étanchéité pour assurer au bâtiment une bonne étanchéité à l’air. • Montage réalisé à l’aide d’un gabarit.

Illustration

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Dans ce cas, l’assemblage vissé des panneaux de toiture en CLT absorbe et transmet essentiellement les forces de cisaillement.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

7 Porte-à-faux et renforcement supérieur de plancher 7.1 Renforcement supérieur de plancher réalisé en bois dalle de plancher en CLT

renforcement supérieur de plancher (bois lamellé-collé)

connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

Réalisation • Les connecteurs vissés utilisés pour assembler les dalles de plancher au renforcement supérieur de plancher doivent être choisis en fonction des forces exercées. On optera selon les cas soit pour des vis à filetage total, soit pour des vis à tête large et à filetage partiel. • Si vous utilisez des vis à tête large et à filetage partiel, prenez soin de tenir compte de la force de boulon encastré.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

7.2 Renforcement supérieur de plancher réalisé en acier

dalle de plancher en CLT

renforcement supérieur de plancher (poutre en acier)

connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

Réalisation • Dans ce cas, l’assemblage peut être réalisé aussi bien avec des vis à filetage total qu’avec des vis à filetage partiel. Étant donné que le vissage s’effectue de haut en bas, il faudra, pour les poutres en acier de faible section, veiller à ce que la bride supérieure soit elle aussi dotée de forures afin de permettre le passage et le vissage des vis utilisées pour l’assemblage.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

7.3 Paroi faisant fonction de renforcement supérieur de plancher dalle de plancher en CLT paroi faisant fonction de renforcement supérieur de plancher

connecteurs vissés (selon les exigences statiques)

panneau mural en CLT

panneau mural en CLT ha

u te

ur

du

ga

rd e

-co

r ps

Attention ! Si le mur présente une ouverture de fenêtre à cet endroit, il ne pourra en aucun cas faire fonction de porte-à-faux ou d’appui pour d’autres parois !

plaque métallique (renforcement de la surface d’appui)

Réalisation • Si les panneaux muraux de l’étage supérieur servent de renforcement supérieur de plancher (pour la fixation des dalles de plancher vers le haut), pensez à prendre en compte les ouvertures de fenêtre et les hauteurs du garde-corps correspondantes. • Utilisez une plaque métallique et des vis à filetage total afin de permettre la transmission de bois de bout à bois de bout des contraintes exercées sur cette partie de la structure (pression).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Les dalles de plancher en saillie doivent être assemblées aux parois murales qui se trouvent au-dessus en utilisant des vis à filetage total qui seront disposées à faible intervalle les unes des autres.


Construire en CLT CONSTRUCTION DU GROS ŒUVRE

Illustration

04/2012


Construire en CLT B STRUCTURE DES COUCHES

Sommaire 1 MUR EXTÉRIEUR 1.1 Isolation en laine minérale 1.2 Isolation en fibres de bois douces 1.3 Isolation en cellulose 1.4 Isolation en polystyrène expansé (PSE) 2 MUR INTÉRIEUR 2.1 CLT de qualité visible 2.2 Revêtement apposé directement sur le panneau 2.3 Double revêtement de planches 2.4 Parement (lattis) 2.5 Parement (bride de ressort) 3 STRUCTURE DE PLANCHER 3.1 Chape humide 3.2 Construction à sec 4 DALLE DE PLANCHER (FACE INFÉRIEURE) 4.1 CLT de qualité visible 4.2 Revêtement apposé directement sur le panneau 4.3 Parement (lattis) 4.4 Parement (bride de ressort) 4.5 Plafond suspendu 5 TOITURE 5.1 Isolation de toit à forte pente : fibres de bois douces 5.2 Isolation de toit à forte pente : cellulose 5.3 Isolation de toit à forte pente : laine minérale 5.4 Isolation de toit à forte pente : polyuréthane 5.5 Toit plat 6 PAROI DE SÉPARATION (DANS APPARTEMENT) 6.1 Paroi composée d’un panneau de CLT 6.2 Paroi composée de deux panneaux de CLT 7 PAROI DE SÉPARATION (ENTRE BÂTIMENTS) 7.1 Système sans isolation intermédiaire 7.2 Système avec isolation intermédiaire

4/2012


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

1 Mur extérieur 1.1 Isolation en laine minérale

latte de bois (servant de structure intermédiaire dans la couche d’isolation)

dalle de plancher en CLT

bandes d’étanchéité

Structure : –– panneau mural en CLT –– isolation (laine minérale) –– étanchement vertical (étanchéité au vent) –– lattis –– coffrage horizontal

panneau mural en CLT

Réalisation • Les façades qui ont un poids particulièrement important — en tenant compte du poids propre et des charges dues à l’action du vent — doivent faire l’objet d’une analyse statique qui permettra notamment de déterminer le dimensionnement approprié du lattis employé. • Prévoyez une ventilation suffisante (lattis). • Les couches hydrofuges et étanches au vent doivent être conçues et réalisées en fonction de la configuration particulière de chaque façade.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT STRUCTURE DES COUCHES

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

1.2 Isolation en fibres de bois douces

lattis (servant de structure intermédiaire dans la couche d’isolation) dalle de plancher en CLT

bandes d’étanchéité

Structure : –– panneau mural en CLT –– isolation (fibres de bois douces) –– isolation (fibres de bois douces) –– étanchement vertical (étanchéité au vent) –– lattis et contre-lattis –– coffrage vertical panneau mural en CLT

Réalisation • Les façades qui ont un poids particulièrement important — en tenant compte du poids propre et des charges dues à l’action du vent — doivent faire l’objet d’une analyse statique qui permettra notamment de déterminer le dimensionnement approprié du lattis employé. • Prévoyez une ventilation suffisante (lattis). • Les couches hydrofuges et étanches au vent doivent être conçues et réalisées en fonction de la configuration particulière de chaque façade.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

dalle de plancher en CLT

bandes d’étanchéité

Structure : –– panneau mural en CLT –– isolation (fibres de bois douces) –– isolation (fibres de bois douces) –– couche d’enduit (avec structure inférieure)

panneau mural en CLT

Réalisation • Les zones soumises aux projections d’eau sont à réaliser en respectant les exigences posées (panneaux isolants en mousse de polystyrène extrudée [XPS]).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• Veillez à ce que les caractéristiques physiques de la couche d’enduit soient adaptées à la structure de la paroi.

• La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.

• Protégez le pourtour des enduits (arêtes) avec des profils appropriés.


Construire en CLT STRUCTURE DES COUCHES

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

1.3 Isolation en cellulose

poutre en I (servant de structure intermédiaire dans la couche d’isolation)

dalle de plancher en CLT

bandes d’étanchéité

Structure : –– panneau mural en CLT –– isolation (cellulose) –– isolation (fibres de bois douces) –– étanchement vertical (étanchéité au vent) –– lattis –– coffrage horizontal panneau mural en CLT

Réalisation • Les façades qui ont un poids particulièrement important — en tenant compte du poids propre et des charges dues à l’action du vent — doivent faire l’objet d’une analyse statique qui permettra notamment de déterminer le dimensionnement approprié du lattis employé. • Prévoyez une ventilation suffisante (lattis). • Les couches hydrofuges et étanches au vent doivent être conçues et réalisées en fonction de la configuration particulière de chaque façade.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

poutre en I (servant de structure intermédiaire dans la couche d’isolation)

dalle de plancher en CLT

bandes d’étanchéité

Structure : –– panneau mural en CLT –– isolation (cellulose) –– isolation (fibres de bois douces) –– couche d’enduit (avec structure inférieure)

panneau mural en CLT

Réalisation • Les zones soumises aux projections d’eau sont à réaliser en respectant les exigences posées (panneaux isolants en mousse de polystyrène extrudée [XPS]).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• Veillez à ce que les caractéristiques physiques de la couche d’enduit soient adaptées à la structure de la paroi.

• La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.

• Protégez le pourtour des enduits (arêtes) avec des profils appropriés.


Construire en CLT STRUCTURE DES COUCHES

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

1.4 Isolation en polystyrène expansé (PSE)

clou ou cheville d’isolation (fixation à réaliser en respectant les consignes fournies par le fabricant du système d’isolation thermique extérieure) dalle de plancher en CLT

bandes d’étanchéité

Structure : –– panneau mural en CLT –– isolation (polystyrène expansé) –– couche d’enduit (avec structure inférieure)

panneau mural en CLT

Réalisation • Les zones soumises aux projections d’eau sont à réaliser en respectant les exigences posées (panneaux isolants en mousse de polystyrène extrudée [XPS]).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• Si l’isolation en polystyrène expansé (PSE) présente l’avantage d’être moins coûteuse, il n’en demeure pas moins que, dans le contexte des constructions en bois, elle reste très critiquée, notamment en termes d’écologie, d’isolation phonique et d’étanchéité à la diffusion.

• La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT STRUCTURE DES COUCHES

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

2 Mur intérieur 2.1 CLT de qualité visible

Structure : –– panneau mural en CLT

connecteur de mur (en fonction des exigences statiques)

bandes d’étanchéité

Réalisation • Si les pièces d’un bâtiment doivent présenter une parfaite étanchéité à l’air, les joints des panneaux CLT devront alors être équipés de bandes d’étanchéité.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• Pour les panneaux visibles, on distingue entre les panneaux à une face visible et ceux à deux faces visibles.

• La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT STRUCTURE DES COUCHES

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

2.2 Revêtement apposé directement sur le panneau

Structure : –– panneau mural en CLT –– placoplâtre ou plaque de plâtre armé connecteur de mur (en fonction des exigences statiques)

bandes d’étanchéité

Réalisation • Si les pièces d’un bâtiment doivent présenter une parfaite étanchéité à l’air, les joints des panneaux CLT devront alors être équipés de bandes d’étanchéité.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT STRUCTURE DES COUCHES

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

2.3 Double revêtement de planches

Structure : –– panneau mural en CLT –– placoplâtre ou plaque de plâtre armé connecteur de mur (en fonction des exigences statiques)

–– placoplâtre ou plaque de plâtre armé

bandes d’étanchéité

Réalisation • Si les pièces d’un bâtiment doivent présenter une parfaite étanchéité à l’air, les joints des panneaux CLT devront alors être équipés de bandes d’étanchéité.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• En cas d’exigences particulières en matière de protection incendie, les panneaux en CLT seront recouverts d’une double couche de placoplâtre ou de plâtre armé.

• La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

2.4 Parement (lattis)

Structure : –– panneau mural en CLT –– lattis, isolation (entre les lattis) –– placoplâtre ou plaque de plâtre armé connecteur de mur (en fonction des exigences statiques)

bandes d’étanchéité

Réalisation • Si les pièces d’un bâtiment doivent présenter une parfaite étanchéité à l’air, les joints des panneaux CLT devront alors être équipés de bandes d’étanchéité.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• Si le vide technique permet une certaine amélioration de l’isolation phonique, il présente cependant des inconvénients en termes de régulation de l’humidité et de capacité thermique.

• La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

2.5 Parement (bride de ressort)

bande d’isolation (entre lattes et panneaux en CLT)

Structure : –– panneau mural en CLT –– lattes (sur bride de ressort), isolation (entre les lattes)

connecteur de mur (en fonction des exigences statiques)

–– placoplâtre ou plaque de plâtre armé

bandes d’étanchéité

Réalisation • Si les pièces d’un bâtiment doivent présenter une parfaite étanchéité à l’air, les joints des panneaux CLT devront alors être équipés de bandes d’étanchéité.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• Si le vide technique permet une certaine amélioration de l’isolation phonique, il présente cependant des inconvénients en termes de régulation de l’humidité et de capacité thermique.

• La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT STRUCTURE DES COUCHES

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

3 Structure de plancher 3.1 Chape humide Structure : –– chape –– couche de séparation –– isolation aux bruits d’impact –– empierrement de base (gravillonnage)

panneau mural en CLT

–– protection contre le ruissellement (facultatif) –– dalle de plancher en CLT

bande de rive (séparation entre chape et panneaux)

bandes d’étanchéité

dalle de plancher en CLT

Réalisation • Veillez à toujours concevoir la structure du plancher conformément au principe « masse-ressort-masse » (capacité d’isolation phonique).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• N’oubliez pas de poser la bande de rive qui fera séparation entre la chape et les panneaux (afin d’éviter les effets de dérivation acoustique).

• La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

Structure : –– chape (chauffage par le sol) –– couche de séparation –– isolation aux bruits d’impact –– empierrement de base (gravillonnage)

panneau mural en CLT

–– protection contre le ruissellement (facultatif) –– dalle de plancher en CLT

bande de rive (séparation entre chape et panneaux)

bandes d’étanchéité

dalle de plancher en CLT

Réalisation • Veillez à toujours concevoir la structure du plancher conformément au principe « masse-ressort-masse » (capacité d’isolation phonique).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• N’oubliez pas de poser la bande de rive qui fera séparation entre la chape et les panneaux (afin d’éviter les effets de dérivation acoustique).

• La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT STRUCTURE DES COUCHES

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

3.2 Construction à sec

Structure : –– chape sèche –– isolation aux bruits d’impact –– empierrement de base (gravillonnage)

panneau mural en CLT

–– protection contre le ruissellement (facultatif) –– dalle de plancher en CLT

bandes d’étanchéité

dalle de plancher en CLT

Réalisation • Veillez à toujours concevoir la structure du plancher conformément au principe « masse-ressort-masse » (capacité d’isolation phonique).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

Structure : –– plaque de plâtre armé –– plaque de plâtre armé –– panneau léger en laine de bois

panneau mural en CLT

–– isolation aux bruits d’impact –– empierrement de base (gravillonnage) –– protection contre le ruissellement (facultatif) –– dalle de plancher en CLT

bandes d’étanchéité

dalle de plancher en CLT

Réalisation • Veillez à toujours concevoir la structure du plancher conformément au principe « masse-ressort-masse » (capacité d’isolation phonique).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

Structure : –– panneau aggloméré à fibres orientées (OSB) –– panneau léger en laine de bois

panneau mural en CLT

–– couche de séparation –– laine de roche –– empierrement de base (gravillonnage) –– protection contre le ruissellement (facultatif) –– dalle de plancher en CLT

bandes d’étanchéité

dalle de plancher en CLT

Réalisation • Veillez à toujours concevoir la structure du plancher conformément au principe « masse-ressort-masse » (capacité d’isolation phonique).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

4 Dalle de plancher (face inférieure) 4.1 CLT de qualité visible

Structure : –– dalle de plancher en CLT

Réalisation • Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

4.2 Revêtement apposé directement sur le panneau

Structure : –– dalle de plancher en CLT –– placoplâtre ou plaque de plâtre armé

Réalisation • Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

4.3 Parement (lattis)

Structure : –– dalle de plancher en CLT –– lattes (posées sur des bandes d’isolation) –– placoplâtre ou plaque de plâtre armé

Réalisation • Si un plafond suspendu offre l’avantage d’une meilleure isolation phonique, il présente cependant des inconvénients en termes de régulation de l’humidité et de capacité thermique.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

4.4 Parement (bride de ressort)

isolation (entre les lattes)

Structure : –– dalle de plancher en CLT

bande d’isolation bride de ressort

–– lattes (fixées au moyen d’une bride de ressort) –– placoplâtre ou plaque de plâtre armé –– placoplâtre ou plaque de plâtre armé

Réalisation • Si un plafond suspendu offre l’avantage d’une meilleure isolation phonique, il présente cependant des inconvénients en termes de régulation de l’humidité et de capacité thermique.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

4.5 Plafond suspendu

installations techniques Structure : panneaux de plafond suspendus

–– dalle de plancher en CLT –– espace vide (installations techniques) –– système suspendu avec panneaux de plafond

Réalisation • Si un plafond suspendu offre l’avantage d’une meilleure isolation phonique, il présente cependant des inconvénients en termes de régulation de l’humidité et de capacité thermique. • Il est possible de dissimuler les installations techniques.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT STRUCTURE DES COUCHES

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

5 Toiture 5.1 Isolation de toit à forte pente : fibres de bois douces

espacement des liteaux en fonction du type de couverture frein-vapeur (facultatif)

chevron (fixation à réaliser en fonction des exigences statiques [ancrage contre les forces de succion])

Structure : –– (couverture) –– lattage (liteaux) –– contre-lattis –– matériau de sous-toiture –– fibres de bois douces (sur les chevrons) –– fibres de bois douces (double couche) –– frein-vapeur (facultatif) –– panneau de toiture en CLT

Réalisation • Si la structure de la toiture a été bien conçue et si par ailleurs les différentes couches sont correctement agencées (construction plus perméable à la diffusion du côté extérieur), on pourra alors se permettre de faire l’économie d’un frein-vapeur.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

5.2 Isolation de toit à forte pente : cellulose

espacement des liteaux en fonction du type de couverture frein-vapeur (facultatif)

poutre en I (structure intermédiaire dans la couche d’isolation)

Structure : –– (couverture) –– lattage (liteaux) –– contre-lattis –– matériau de sous-toiture –– fibres de bois douces (sur les chevrons) –– isolation en cellulose –– frein-vapeur (facultatif) –– panneau de toiture en CLT

Réalisation • Si la structure de la toiture a été bien conçue et si par ailleurs les différentes couches sont correctement agencées (construction plus perméable à la diffusion du côté extérieur), on pourra alors se permettre de faire l’économie d’un frein-vapeur.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

5.3 Isolation de toit à forte pente : laine minérale

espacement des liteaux en fonction du type de couverture frein-vapeur (facultatif)

chevron (fixation à réaliser en fonction des exigences statiques [ancrage contre les forces de succion])

Structure : –– (couverture) –– lattage (liteaux) –– contre-lattis –– matériau de sous-toiture –– laine minérale –– frein-vapeur (facultatif) –– panneau de toiture en CLT

Réalisation • Si la structure de la toiture a été bien conçue et si par ailleurs les différentes couches sont correctement agencées (construction plus perméable à la diffusion du côté extérieur), on pourra alors se permettre de faire l’économie d’un frein-vapeur.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

5.4 Isolation de toit à forte pente : polyuréthane

espacement des liteaux en fonction du type de couverture frein-vapeur

Structure : –– (couverture) –– lattage (liteaux) –– contre-lattis –– matériau de sous-toiture –– isolant en polyuréthane –– frein-vapeur –– panneau de toiture en CLT

Réalisation • Compte tenu des caractéristiques physiques de l’isolant en polyuréthane (non perméable à la diffusion), on prendra soin d’installer un frein-vapeur.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT STRUCTURE DES COUCHES

Illustration

04/2012


Construire en CLT STRUCTURE DES COUCHES

04/2012

5.5 Toit plat

Structure : –– empierrement de base (gravillonnage) –– couverture en feutre ou en plastique –– isolation en biseau (polyuréthane expansé [PSE]) –– laine de roche –– film bitumeux –– panneau de toiture en CLT

Réalisation • Le gravillonnage sert d’une part à maintenir en place la couverture et d’autre part à protéger celle-ci de l’exposition directe aux rayons du soleil. En effet, une telle exposition conduirait à une diminution de la résistance du matériau dont elle est composée.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT STRUCTURE DES COUCHES

04/2012

Structure : –– dalles à engazonner –– empierrement de base (gravillonnage) –– couverture en feutre ou en plastique –– isolation en biseau (polyuréthane expansé [PSE]) –– laine de roche –– film bitumeux –– panneau de toiture en CLT

Réalisation • Le gravillonnage sert d’une part à maintenir en place la couverture et d’autre part à protéger celle-ci de l’exposition directe aux rayons du soleil. En effet, une telle exposition conduirait à une diminution de la résistance du matériau dont elle est composée.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT STRUCTURE DES COUCHES

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

6 Paroi de séparation (dans appartement) 6.1 Paroi composée d’un panneau de CLT

bande d’isolation (entre panneau de CLT et lattis ; entre panneau et bride de ressort)

Structure : bride de ressort (isolation phonique)

–– placoplâtre ou plaque de plâtre armé –– lattes (fixées au moyen d’une bride de ressort), isolation (entre les lattes) –– panneau mural en CLT –– lattes (fixées au moyen d’une bride de ressort), isolation (entre les lattes) –– placoplâtre ou plaque de plâtre armé

Réalisation • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

Structure : –– élément de construction composite (panneau léger en laine de bois revêtu des deux côtés de placoplâtre) –– isolation aux bruits d’impact –– panneau mural en CLT –– isolation aux bruits d’impact –– élément de construction composite (panneau léger en laine de bois revêtu des deux côtés de placoplâtre)

Réalisation • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

6.2 Paroi composée de deux panneaux de CLT

bande d’isolation (entre panneau de CLT et lattis ; entre panneau et bride de ressort)

Structure : bride de ressort (isolation phonique)

–– placoplâtre ou plaque de plâtre armé –– lattes (fixées au moyen d’une bride de ressort), isolation (entre les lattes) –– panneau mural en CLT –– isolation aux bruits d’impact –– panneau mural en CLT –– lattes (fixées au moyen d’une bride de ressort), isolation (entre les lattes) –– placoplâtre ou plaque de plâtre armé

Réalisation • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

Structure : –– placoplâtre GKF –– panneau mural en CLT –– isolation aux bruits d’impact –– panneau mural en CLT –– placoplâtre GKF

Réalisation • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

7 Paroi de séparation (entre bâtiments) 7.1 Système sans isolation intermédiaire

Structure : –– placoplâtre GKF –– panneau mural en CLT –– plaque de plâtre armé (double couche) –– espace vide –– plaque de plâtre armé (double couche) –– panneau mural en CLT –– placoplâtre GKF

Réalisation • Attention ! Si par mégarde des objets ou outils venaient à tomber dans l’espace vide, celui-ci pourrait par la suite constituer un pont acoustique.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

STRUCTURE DES COUCHES

7.2 Système avec isolation intermédiaire

Structure : –– placoplâtre GKF –– panneau mural en CLT –– plaque de plâtre armé (double couche) –– laine minérale –– espace vide –– plaque de plâtre armé (double couche) –– panneau mural en CLT –– placoplâtre GKF

Réalisation • Attention ! Si par mégarde des objets ou outils venaient à tomber dans l’espace vide, celui-ci pourrait par la suite constituer un pont acoustique.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La structure des couches doit répondre et être adaptée aux caractéristiques physiques requises pour le bâtiment.


Construire en CLT C DÉTAILS

Sommaire

1 SOCLE ET ANCRAGE DES MURS 1.1 Socle avec façade ventilée 2 RACCORD DE FENÊTRE 2.1 Installation réalisée au moyen de mousse en polyuréthane 2.2 Installation réalisée au moyen de bandes d’étanchéité Compriband 2.3 Installation réalisée au moyen d’une bande d’étanchéité multifonctionnelle 3 RACCORD DE PORTE 3.1 Porte intérieure 4 PORTE-À-FAUX 4.1 Porte-à-faux avec façade en bois 4.2 Porte-à-faux pour façade avec enduit 4.3 Dalle de balcon (montée sur appui) 4.4 Dalle de balcon (suspendue) 4.5 Balcon (revêtement bois sur isolation en biseau) 5 TOIT À FORTE PENTE 5.1 Raccord entre mur et toiture (auvent en CLT) 5.2 Raccord entre mur et toiture (coyaux) 5.3 Raccord entre mur et toiture (toit à chevrons) 5.4 Ligne de faîtage (avec panne) 5.5 Fenêtres de toit 6 TOIT PLAT 6.1 Acrotère en CLT 6.2 Acrotère avec montant mural 6.3 Auvent 6.4 Raccordement d’un toit plat (avec combles froids au-dessus)

4/2012


Construire en CLT C DÉTAILS

7 INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES 7.1 Exécution avant la mise en place d’un revêtement de planches 7.2 Exécution pour les panneaux de CLT de qualité visible 7.3 Protection contre la foudre 8 INSTALLATIONS SANITAIRES 8.1 W.-C. (parement) 8.2 Lavabo (préparatifs pour le raccordement) 8.3 Installations sanitaires (pièces humides) 9 CHEMINÉE 9.1 Conduit de cheminée en acier spécial (à l’extérieur de la paroi) 9.2 Conduit de cheminée en acier spécial (à l’intérieur de la pièce) 9.3 Cheminée en maçonnerie 10 ESCALIERS 10.1 Assemblage vissé avec les panneaux muraux 10.2 Fixation au moyen d’équerres ou de tôles rainurées 10.3 Utilisation de fixations spéciales 10.4 Escaliers à limons crémaillère 10.5 Escaliers à limon droit (panneau incliné)

4/2012


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

1 Socle et ancrage des murs 1.1 Socle avec façade ventilée

lattis (ventilation)

coffrage vertical

lattis (structure intermédiaire dans la couche d’isolation)

lattis panneau mural en CLT étanchement vertical (étanchéité au vent)

isolation du pourtour avec de la mousse de polystyrène extrudée (XPS) [hauteur des projections d’eau]

connecteur de mur (selon les exigences statiques) assise

Réalisation • Le lit de mortier doit permettre à la totalité de la face du panneau mural CLT de reposer pleinement sur le socle. • Le pourtour correspondant à la partie de la construction soumise aux projections d’eau devra être réalisé correctement en tenant compte du type de revêtement extérieur employé ainsi que de la largeur de l’auvent.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Lors de la mise en place des connecteurs de mur, prenez soin de respecter les écartements autorisés entre les bords des organes d’assemblage.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

2 Raccord de fenêtre 2.1 Installation réalisée au moyen de mousse en polyuréthane

isolation du dormant (par chevauchement)

clou ou cheville d’isolation

ouvrant (avec vitrage)

couche d’enduit (avec structure inférieure)

châssis de fenêtre (dormant) mousse de polyuréthane

bande d’étanchéité de fenêtre panneau mural en CLT

appui extérieur de fenêtre (avec inclinaison)

Réalisation • Raccord de l’appui extérieur de la fenêtre et de l’ébrasement (point faible) : pour les façades en bois, il sera nécessaire de poser une couche d'isolation supplémentaire disposée sous l’appui et qui remontera sur les côtés de la fenêtre. Pour les façades enduites, on veillera à prendre des dispositions particulières au niveau de l’embout de protection de l’appui de fenêtre. On posera tout d’abord une bande d’étanchéité butyle afin de garantir la parfaite étanchéité du raccord entre l’embout de protection et l’appui de la fenêtre. On posera également une épaisse bande d’étanchéité afin d’assurer l’étanchéité du raccord entre l’embout et l’enduit (comportement de dilatation de l’appui extérieur de la fenêtre).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • L’ancrage mécanique des fenêtres doit être réalisé en tenant compte des exigences statiques et des instructions fournies par le fabricant.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

2.2 Installation réalisée au moyen de bandes d’étanchéité Compriband

isolation du dormant (par chevauchement)

ouvrant (avec vitrage)

châssis de fenêtre (dormant)

couche d’enduit (avec structure inférieure)

bande d’étanchéité Compriband

latte murale (fixation)

panneau mural en CLT appui de fenêtre extérieur (avec inclinaison)

Réalisation • Raccord de l’appui extérieur de la fenêtre et de l’ébrasement (point faible) : pour les façades en bois, il sera nécessaire de poser une couche d'isolation supplémentaire disposée sous l’appui et qui remontera sur les côtés de la fenêtre. Pour les façades enduites, on veillera à prendre des dispositions particulières au niveau de l’embout de protection de l’appui de fenêtre. On posera tout d’abord une bande d’étanchéité butyle afin de garantir la parfaite étanchéité du raccord entre l’embout de protection et l’appui de la fenêtre. On posera également une épaisse bande d’étanchéité afin d’assurer l’étanchéité du raccord entre l’embout et l’enduit (comportement de dilatation de l’appui extérieur de la fenêtre).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • L’ancrage mécanique des fenêtres doit être réalisé en tenant compte des exigences statiques et des instructions fournies par le fabricant.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

étanchement vertical (étanchéité au vent) raccord étanche aux pluies battantes ouvrant (avec vitrage)

planche d’habillage d’ébrasement (prévoir un espace suffisant entre la planche et l’appui extérieur de fenêtre)

dormant (élargissement du châssis de fenêtre) bande d’étanchéité Compriband

coffrage horizontal

bande d’étanchéité de fenêtre

panneau mural en CLT appui extérieur de fenêtre (avec inclinaison)

Réalisation • Raccord de l’appui extérieur de la fenêtre et de l’ébrasement (point faible) : pour les façades en bois, il sera nécessaire de poser une couche d'isolation supplémentaire disposée sous l’appui et qui remontera sur les côtés de la fenêtre. Pour les façades enduites, on veillera à prendre des dispositions particulières au niveau de l’embout de protection de l’appui de fenêtre. On posera tout d’abord une bande d’étanchéité butyle afin de garantir la parfaite étanchéité du raccord entre l’embout de protection et l’appui de la fenêtre. On posera également une épaisse bande d’étanchéité afin d’assurer l’étanchéité du raccord entre l’embout et l’enduit (comportement de dilatation de l’appui extérieur de la fenêtre).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • L’ancrage mécanique des fenêtres doit être réalisé en tenant compte des exigences statiques et des instructions fournies par le fabricant. • Le raccord entre la bande d’étanchéité de la fenêtre et la surface étanche au vent doit être réalisé en tenant compte de la norme à respecter et des instructions fournies par le fabricant.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

2.3 Installation réalisée au moyen d’une bande d’étanchéité multifonctionnelle

lattis (structure intermédiaire dans la couche d’isolation) raccord étanche aux pluies battantes ouvrant (avec vitrage)

étanchement vertical (étanchéité au vent) planche d’habillage d’ébrasement (prévoir un espace suffisant entre la planche et l’appui extérieur de fenêtre)

dormant bande d’étanchéité multifonctionnelle (étanche à l’air à l’intérieur, étanche au vent à l’extérieur, isolant phonique)

coffrage vertical

Raccord « coffrage – planche d’habillage d’ébrasement »

panneau mural en CLT

Variante 1 : appui extérieur de fenêtre (avec inclinaison)

Variante 2 :

Réalisation • Raccord de l’appui extérieur de la fenêtre et de l’ébrasement (point faible) : pour les façades en bois, il sera nécessaire de poser une couche d'isolation supplémentaire disposée sous l’appui et qui remontera sur les côtés de la fenêtre. Pour les façades enduites, on veillera à prendre des dispositions particulières au niveau de l’embout de protection de l’appui de fenêtre. On posera tout d’abord une bande d’étanchéité butyle afin de garantir la parfaite étanchéité du raccord entre l’embout de protection et l’appui de la fenêtre. On posera également une épaisse bande d’étanchéité afin d’assurer l’étanchéité du raccord entre l’embout et l’enduit (comportement de dilatation de l’appui extérieur de la fenêtre).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • L’ancrage mécanique des fenêtres doit être réalisé en tenant compte des exigences statiques et des instructions fournies par le fabricant. • Le raccord entre la bande d’étanchéité de la fenêtre et la surface étanche au vent doit être réalisé en tenant compte de la norme à respecter et des instructions fournies par le fabricant.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

3 Raccord de porte 3.1 Porte intérieure

mousse de polyuréthane (fixation)

panneau mural en CLT

cadre de porte

bandes d’étanchéité

dalle de plancher en CLT raccord entre les planchers (lorsque la structure des planchers est différente)

Réalisation • On prévoira au niveau des portes un raccord approprié qui tiendra compte de la structure des planchers des pièces adjacentes. La transition entre les revêtements de sol peut se faire au moyen d’un profilé de transition ou d’un profilé Schlüter (Schlüter®-SCHIENE).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

4 Porte-à-faux 4.1 Porte-à-faux avec façade en bois

dalle de plancher en CLT

étanchement vertical (étanchéité au vent) bandes d’étanchéité panneau mural en CLT

étanchement vertical (étanchéité au vent)

coffrage vertical

lattis (structure intermédiaire dans la couche d’isolation) coffrage (face inférieure)

Réalisation • Il faudra poser des joints d’étanchéité pour assurer au bâtiment une bonne étanchéité à l’air.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La suspension du plancher en porte-à-faux sera assurée par des vis à filetage total (selon les exigences statiques).


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

4.2 Porte-à-faux pour façade avec enduit

dalle de plancher en CLT

appui extérieur de fenêtre bandes d’étanchéité

couche d’enduit (avec structure inférieure)

panneau mural en CLT

prédormant ou extension de cadre de fenêtre (structure de plancher)

Réalisation • Il faudra poser des joints d’étanchéité pour assurer au bâtiment une bonne étanchéité à l’air. • La hauteur du prédormant ou de l’extension du cadre de fenêtre sera fonction de la structure du plancher.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

4.3 Dalle de balcon (montée sur appui)

panneau mural en CLT

montants dalle de balcon

points d’appui

Réalisation • Contrairement aux dalles de plancher en porte-à-faux, les dalles de balcon en saillie empêchent la formation de ponts thermiques.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• Lorsqu’une couche d’isolation continue est requise, les équerres d’appui doivent être montées sur des blocs d’espacement de la même épaisseur que la couche d’isolation.

• Les dimensions de la dalle de balcon seront fonction des exigences statiques du bâtiment.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

4.4 Dalle de balcon (suspendue)

panneau mural en CLT

suspension

dalle de balcon profilé de bordure

points d’appui

Réalisation • Contrairement aux dalles de plancher en porte-à-faux, les dalles de balcon en saillie empêchent la formation de ponts thermiques.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• Lorsqu’une couche d’isolation continue est requise, les équerres d’appui doivent être montées sur des blocs d’espacement de la même épaisseur que la couche d’isolation.

• Les dimensions de la dalle de balcon seront fonction des exigences statiques du bâtiment. • On tiendra compte du risque de flambage de la paroi.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

4.5 Balcon (revêtement bois sur isolation en biseau)

–– treillage en bois de mélèze –– lattis –– empierrement de base –– étanchement –– isolation en biseau –– matériau de sous-toiture (perméable à la diffusion)

tôle résistant au piétinement

–– dalle de balcon dalle de plancher en CLT

élément de fenêtre avec prédormant (faux-cadre) chéneau avec grille (trop-pleins à chaque extrémité du balcon)

panneau mural en CLT inclinaison vers la bouche avaloir

Réalisation • L’isolation est légèrement inclinée afin de permettre à l’eau de s’écouler vers les bouches avaloir. • Un chéneau doté de trop-pleins à chaque extrémité du balcon permet l’écoulement des eaux en excédent. • Il faudra prévoir la mise en place d’une protection contre les projections d’eau. Celle-ci sera fonction du degré de couverture du balcon (toit ou auvent par exemple).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

5 Toit à forte pente 5.1 Raccord entre mur et toiture (auvent en CLT)

contre-lattis

lattage (liteaux) matériau de sous-toiture

rive (partie non isolée)

panneau de toiture en CLT chevron

bordure de rive

panneau mural en CLT

frein-vapeur (facultatif)

Réalisation • L’auvent est formé par le panneau de CLT en saillie. • Il n’est pas nécessaire d’isoler la rive se trouvant en surplomb du pignon. • La bordure de rive peut au choix soit rester visible, soit être recouverte d’une plaque de tôle.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • On tiendra compte du porte-à-faux transversal pour le dimensionnement du panneau de toiture en CLT.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

5.2 Raccord entre mur et toiture (coyaux)

lattage (liteaux) contre-lattis

isolation

matériau de sous-toiture panneau de fibres tendres coffrage de l’égout des eaux de pluie

frein-vapeur (facultatif)

panneau de toiture en CLT coyau enduit (avec structure inférieure) panneau mural en CLT

Réalisation • L’auvent est construit avec un égout des eaux de pluie doté d’un coffrage ainsi qu’avec des coyaux dont l’ancrage permettant de résister aux forces de succion devra être réalisé conformément aux exigences statiques. • L’isolation en fibres tendres doit avoir la même épaisseur que le coffrage de l’égout des eaux de pluie afin d’éviter d’avoir à réaliser une feuillure au niveau du chevron en porte-à-faux.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • La fixation du contre-lattis doit être réalisée en fonction de la résistance ou de la non-résistance de l’isolation à la pression.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

5.3 Raccord entre mur et toiture (toit à chevrons)

freinvapeur placoplâtre ou plaque de plâtre armé (fixé sur un lattis à espacements larges)

lattage (liteaux) contre-lattis matériau de sous-toiture coffrage de l’égout des eaux de pluie

chevron

enduit (avec structure inférieure) panne raccord du frein-vapeur et du panneau mural en CLT panneau mural en CLT

Réalisation • L’auvent est construit avec un égout des eaux de pluie doté d’un coffrage ainsi qu’avec des chevrons dont l’ancrage permettant de résister aux forces de succion devra être réalisé conformément aux exigences statiques. • L’isolation en fibres tendres doit avoir la même épaisseur que le coffrage de l’égout des eaux de pluie afin d’éviter d’avoir à réaliser une feuillure au niveau du chevron en porte-à-faux.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Le raccord entre le frein-vapeur et le panneau mural en CLT doit être parfaitement étanche à l’air.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

5.4 Ligne de faîtage (avec panne)

isolation contre-lattis

frein-vapeur (facultatif)

lattage (liteaux) matériau de sous-toiture

panneau de toiture en CLT

chevron

bandes d’étanchéité panne

espace d’assemblage

Réalisation • Si la structure de la toiture a été bien conçue et si par ailleurs les différentes couches sont correctement agencées (construction plus perméable à la diffusion du côté extérieur), on pourra alors se permettre de faire l’économie d’un frein-vapeur.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Il faudra poser des joints d’étanchéité pour assurer au bâtiment une bonne étanchéité à l’air.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

5.5 Fenêtres de toit

isolation panneau de toiture en CLT

chevêtre (fixation de la fenêtre de toit)

fenêtre de toit

ébrasement horizontal (angle d’incidence de la lumière) lattage (liteaux) matériau de sous-toiture contre-lattis

ébrasement vertical (angle d’incidence de la lumière)

Réalisation • Lors de la mise en place de la fenêtre de toit, on veillera à ce que le raccord avec le matériau de sous-toiture soit parfaitement étanche. • Les ébrasements intérieurs sont à réaliser en fonction de l’angle d’incidence désiré pour la lumière. • Matériau employé pour les ébrasements : plaques de plâtre ou plaques en matériaux dérivés du bois.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

6 Toit plat 6.1 Acrotère en CLT couverture de l’acrotère

étanchement vertical (étanchéité au vent)

lattis

solin formé par l’étanchement

structure de toit plat (en fonction des exigences)

dalle de plancher en CLT façade horizontale ventilée

bandes d’étanchéité

isolation thermique panneau mural en CLT structure intermédiaire dans la couche d’isolation

Réalisation • Isolation du toit plat réalisée avec une légère inclinaison. • Utiliser des équerres pour fixer la paroi de l’acrotère au panneau de plafond (selon les exigences statiques).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

6.2 Acrotère avec montant mural

couverture de l’acrotère solin formé par l’étanchement lattis étanchement vertical (étanchéité au vent)

plaque en matériau dérivé du bois (substructure pour l’étanchement vertical) structure de toit plat (en fonction des exigences)

façade horizontale ventilée

dalle de plancher en CLT

bandes d’étanchéité

isolation thermique montant mural (supporte la structure de l’acrotère)

panneau mural en CLT

Réalisation • Isolation du toit plat réalisée avec une légère inclinaison. • Les montants muraux assurent une fonction statique dans la structure de l’acrotère (dimensionnement et fixation en fonction des exigences statiques).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

6.3 Auvent

étanchement contre strucl’humidité ture de toit plat (en fonction des exigences) ancrage sur la structure intermédiaire (selon les exigences statiques)

panneau de CLT faisant fonction d’auvent

coupe-vapeur

connecteurs vissés au plafond étanchement vertical (étanchéité au vent) façade horizontale ventilée

bandes d’étanchéité isolation thermique

panneau mural en CLT

Réalisation • La face inférieure de l’auvent en CLT peut au choix soit rester visible, soit être recouverte d’une plaque de tôle. • La bordure est à réaliser en fonction de l’inclinaison du toit.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Le dimensionnement du panneau de CLT formant l’auvent sera fonction de la taille de la saillie de toit. Il faudra tenir compte d’un éventuel porte-à-faux transversal.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

6.4 Raccordement d’un toit plat (avec combles froids au-dessus)

structure de la toiture en tôle

chevron

combles froids coffrage vertical plaque en matériau dérivé du bois (OSB par exemple) lattis

structure de toit plat (en fonction des exigences) dalle de plancher en CLT

étanchement vertical (étanchéité au vent)

bandes d’étanchéité isolation thermique panneau mural en CLT

Réalisation • On tiendra compte du transfert des charges exercées par la charpente à la fois sur le panneau mural et le panneau de toiture.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

7 Installations électriques 7.1 Exécution avant la mise en place d’un revêtement de planches

panneau mural en CLT

installations électriques placoplâtre ou plaque de plâtre armé

dalle de plancher en CLT

Réalisation • Réalisation pour les panneaux NVI (qualité non visible). • La réalisation de fraisages transversaux (à angle droit par rapport à la couche de surface) est limitée. Ceux-ci sont à exécuter en respectant les exigences statiques.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Attention à ne pas percer la couche imperméable à l’air lors de la mise en place des câbles.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

dalle de plancher en CLT réalisation d’un joint collé usinage (saignée et trou de forage) pour les installations électriques de plafond (usinage également possible pour les panneaux muraux VI [qualité face visible])

panneau mural en CLT installations électriques

placoplâtre ou plaque de plâtre armé

dalle de plancher en CLT

Réalisation • Réalisation pour les panneaux NVI (qualité non visible). • Pour les panneaux de plancher en CLT par exemple, l’usinage (réalisation de saignées) n’est possible que dans le sens de la couche de surface. Les couches transversales doivent quant à elles demeurer intactes en raison de leur fonction porteuse.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Attention à ne pas percer la couche imperméable à l’air lors de la mise en place des câbles.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

7.2 Exécution pour les panneaux de CLT de qualité visible

panneau mural en CLT

installations électriques

fraisure visible près du sol

dalle de plancher en CLT usinage (trou de forage) pour les installations techniques diamètre de 28 mm longueur maximum : 1 500 mm

Réalisation • Réalisation pour les panneaux VI (qualité visible). • L’usinage (trou de forage pour le tracé des conduites) ne peut être réalisé que sur une seule face longitudinale d’un panneau en CLT. • S’il est nécessaire de réaliser des trous de forage contigus, on prendra alors soin de respecter entre eux un espacement minimum de 50 mm.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Attention à ne pas percer la couche imperméable à l’air lors de la mise en place des câbles.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

panneau mural en CLT

saignée dans l’ébrasement de la baie de porte ; trou de forage jusqu’à l’emplacement de l’interrupteur

installations électriques

dalle de plancher en CLT

Réalisation • Réalisation pour les panneaux VI (qualité visible). • Saignée réalisée dans l’ébrasement de la porte qui sera ensuite habillé par le bâti dormant ; trou de forage allant jusqu’à l’emplacement de l’interrupteur ou de la prise électrique.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Attention à ne pas percer la couche imperméable à l’air lors de la mise en place des câbles.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT DÉTAILS

04/2012

7.3 Protection contre la foudre

Illustration

Réalisation • Les systèmes de protection contre la foudre servent à prémunir les bâtiments et leurs occupants contre des dommages importants. La protection extérieure contre la foudre capte l’électricité pour la conduire dans le sol.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Attention à ne pas percer la couche imperméable à l’air lors de la mise en place des câbles.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

8 Installations sanitaires 8.1 W.-C. (parement)

panneau mural en CLT placoplâtre ou plaque de plâtre armé

parement au niveau des W.-C.

sous-structure (OSB par exemple)

suspension et raccordements pour les W.-C.

installations techniques bandes d’étanchéité dalle de plancher en CLT

Réalisation • Les fixations des installations techniques devront être isolées acoustiquement des autres éléments de construction. • La sous-structure du parement devra quant à elle être isolée acoustiquement du panneau mural et du panneau de plafond.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Attention à ne pas percer la couche imperméable à l’air lors de la mise en place des câbles.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

8.2 Lavabo (préparatifs pour le raccordement)

vide technique panneau mural en CLT placoplâtre ou plaque de plâtre armé

raccordements du lavabo partie amovible du parement (en prévision de travaux de raccordement ultérieurs) installations techniques bandes d’étanchéité dalle de plancher en CLT

Réalisation • Les fixations des installations techniques devront être isolées acoustiquement des autres éléments de construction.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • Attention à ne pas percer la couche imperméable à l’air lors de la mise en place des câbles.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

8.3 Installations sanitaires (pièces humides)

Illustration

Réalisation • Si les joints entre les installations sanitaires et les autres éléments de construction sont étanchéifiés avec du silicone, ceux-ci devront être contrôlés régulièrement et renouvelés chaque fois que nécessaire. • Les carrelages doivent être séparés des panneaux de CLT et des plaques de plâtre par une couche d’isolation supplémentaire, car les joints entre les carrelages ne sont pas parfaitement étanches.

• Attention à ne pas percer la couche imperméable à l’air lors de la mise en place des câbles. • Les fixations des installations techniques devront être isolées acoustiquement des autres éléments de construction.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

9 Cheminée 9.1 Conduit de cheminée en acier spécial (à l’extérieur de la paroi) conduit de cheminée extérieur en acier spécial

panneau mural en CLT coquille isolante avec plaque de finition placoplâtre ou plaque de plâtre armé évent

bande d’étanchéité (en fonction des exigences) ouverture d’entrée d’air (facultative)

bandes d’étanchéité dalle de plancher en CLT

Réalisation • Si vous utilisez une coquille isolante avec plaque de finition, assurez-vous qu’elle est homologuée pour les constructions en bois.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• Respectez l’espacement minimum par rapport au foyer ainsi que les exigences posées par le fabricant en matière de protection contre l’incendie.

• L’installation doit se faire en accord avec votre ramoneur et les autorités compétentes.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

9.2 Conduit de cheminée en acier spécial (à l’intérieur de la pièce)

conduit de cheminée intérieur en acier spécial panneau mural en CLT

raccord

trappe de nettoyage évacuation de l’eau de condensation bandes d’étanchéité dalle de plancher en CLT

Réalisation • Respectez l’espacement minimum par rapport au foyer ainsi que les exigences posées par le fabricant en matière de protection contre l’incendie. • L’installation doit se faire en accord avec votre ramoneur et les autorités compétentes.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

9.3 Cheminée en maçonnerie

panneau mural en CLT placoplâtre (double couche) isolation boisseaux espacement d’au moins 50 mm par rapport aux matériaux inflammables (sur tous les côtés)

dalle de plancher en CLT panneau mural en CLT

raccord

trappe de nettoyage bandes d’étanchéité dalle de plancher en CLT

Réalisation • Respectez l’espacement minimum par rapport au foyer ainsi que les exigences posées par le fabricant en matière de protection contre l’incendie. • L’installation doit se faire en accord avec votre ramoneur et les autorités compétentes.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

10 Escaliers 10.1 Assemblage vissé avec les panneaux muraux placoplâtre ou plaque de plâtre armé

panneau mural en CLT

contremarche en bois massif panneau mural en CLT

placoplâtre ou plaque de plâtre armé marche en CLT

assemblage des marches et du panneau mural au moyen de connecteurs vissés

Réalisation • Les marches sont fixées au panneau mural en CLT au moyen de connecteurs vissés. • Les marches et contremarches sont assemblées par des vis.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

10.2 Fixation au moyen d’équerres ou de tôles rainurées

fixation des marches au moyen de tôles rainurées et de broches (variante)

panneau mural en CLT

fixation des marches au moyen d’équerres

contremarche en CLT panneau mural en CLT

marche en CLT

Réalisation • Les marches sont fixées soit au moyen d’équerres, soit au moyen de tôles rainurées et de broches (variante) qui sont ancrées dans le panneau mural en CLT. • Les marches devront être isolées acoustiquement au niveau de la surface d’appui. On utilisera pour ce faire une couche intermédiaire élastique telle que du Sylomer®.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

10.3 Utilisation de fixations spéciales

panneau mural en CLT placoplâtre ou plaque de plâtre armé

fixations spéciales pour la pose des marches

placoplâtre ou plaque de plâtre armé panneau mural en CLT

insert en pierre (sur la partie supérieure de la marche) marche en CLT

Réalisation • Escaliers réalisés sans contremarches. • Les marches sont posées sur des fixations spéciales (tenir compte des charges maximales autorisées).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

10.4 Escaliers à limons crémaillère

assemblage au moyen de tôles rainurées et de broches

marche en CLT

limon en crémaillère (CLT ou bois lamellé-collé)

Réalisation • Escaliers réalisés sans contremarches. • L’assemblage des marches et des limons se fait au moyen de vis disposées sous la face inférieure des marches (sous les inserts en pierre).

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

DÉTAILS

10.5 Escaliers à limon droit (panneau incliné)

marches en bois massif (CLT)

limon droit [panneau incliné] (CLT)

Réalisation • Le panneau incliné faisant fonction de limon prend appui sur les dalles de plancher. Les marches en bois massif sont vissées par en dessous.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT DÉTAILS

Illustration

04/2012


Construire en CLT D AUTRES APPLICATIONS

Sommaire

1 BÂTIMENTS INDUSTRIELS ET COMMERCIAUX 1.1 Ancrage des murs 1.2 Noeud de jonction « paroi-toiture »

2 IMMEUBLES D’HABITATION 2.1 Noeud de jonction « paroi étage inférieur – plafond – paroi étage supérieur » 3 AGRANDISSEMENTS 3.1 Raccordement d’un toit plat à un mur existant 4 OUVRAGES DE GÉNIE CIVIL 4.1 Panneaux de CLT combinés à d’autres matériaux de construction

4/2012


Construire en CLT 04/2012

AUTRES APPLICATIONS

1 Bâtiments industriels et commerciaux 1.1 Ancrage des murs

ancrage pour permettre à la paroi de résister aux forces de succion (selon les exigences statiques) habillage extérieur

structure intermédiaire dans la couche d’isolation

étanchement vertical (étanchéité au vent)

panneau mural en CLT

connecteur de mur (selon les exigences statiques) étançon (CLT ou bois lamellé-collé) assise

joints d’étanchéité semelle (mélèze) ancrage de la semelle (selon les exigences statiques) équerre métallique (pour permettre la distribution des forces exercées vers l’assise de la construction)

Réalisation • Le panneau mural en CLT et la structure d’étançonnement doivent être protégés des remontées d’humidité au moyen de dispositifs d’étanchéité appropriés.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• Il faudra prévoir la possibilité d’effectuer une compensation de hauteur entre l’étançon et l’assise de la construction (bois, métal ou mortier).

• Les forces qui s’exercent sur le panneau mural en CLT doivent — selon les exigences — être transmises vers les étançons puis vers la construction en dur (assise de la construction) au moyen de vis à filetage total.


Construire en CLT 04/2012

AUTRES APPLICATIONS

1.2 Nœud de jonction « paroi-toiture »

stru habillage extérieur

c tu

re d

étanchement vertical (étanchéité au vent)

e la

toit u

re

pou

tre

structure intermédiaire dans la couche d’isolation panneau mural en CLT assemblage vissé de la paroi avec la structure d’étançonnement (en fonction des exigences statiques)

Réalisation • Si les exigences l’imposent, on veillera également à poser des bandes d’étanchéité entre le panneau mural en CLT et l’élément de toiture afin d’assurer la parfaite étanchéité à l’air de la construction.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques. • L’agencement de la structure doit permettre une transmission correcte des forces depuis la plaque de platelage vers la plaque murale de raidissement.


Construire en CLT AUTRES APPLICATIONS

Illustration

04/2012


Construire en CLT 04/2012

AUTRES APPLICATIONS

2 Immeubles d’habitation 2.1 Nœud de jonction « paroi étage inférieur – plafond – paroi étage supérieur » panneau mural en CLT

placoplâtre ou plaque de plâtre armé structure de plancher (en fonction des exigences)

coussinet élastique intermédiaire (en Sylomer® par exemple)

placoplâtre ou plaque de plâtre armé connecteur de mur (selon les exigences statiques ; avec isolation phonique) dalle de plancher en CLT lattis (suspendu au moyen d’une bride de ressort) isolation

Réalisation • On veillera à assurer l’isolation phonique des différents éléments de construction en fonction des exigences posées précisément en matière d’isolation phonique.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• Les matériels de fixation devront être dotés d’une isolation phonique, en l’occurrence de coussinets élastiques appropriés qui les isolent de l’ossature porteuse.

• Il faudra obligatoirement tenir compte des caractéristiques physiques requises pour ces nœuds de jonction lors de la réalisation des calculs de dimensionnement (isolation thermique, isolation phonique et protection contre l’incendie par exemple).

• Le plafond doit toujours être conçu conformément au principe « masse-ressort-masse ».


Construire en CLT 04/2012

AUTRES APPLICATIONS

panneau mural en CLT lattis (fixé sur une bride de ressort) placoplâtre ou plaque de plâtre armé structure de plancher (en fonction des exigences)

coussinet élastique intermédiaire (en Sylomer® par exemple)

placoplâtre ou plaque de plâtre armé connecteur de mur (selon les exigences statiques ; avec isolation phonique) dalle de plancher en CLT lattis (suspendu au moyen d’une bride de ressort) isolation

Réalisation • On veillera à assurer l’isolation phonique des différents éléments de construction en fonction des exigences posées précisément en matière d’isolation phonique.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.

• Les matériels de fixation devront être dotés d’une isolation phonique, en l’occurrence de coussinets élastiques appropriés qui les isolent de l’ossature porteuse.

• Il faudra obligatoirement tenir compte des caractéristiques physiques requises pour ces nœuds de jonction lors de la réalisation des calculs de dimensionnement (isolation thermique, isolation phonique et protection contre l’incendie par exemple).

• Le plafond doit toujours être conçu conformément au principe « masse-ressort-masse ».


Construire en CLT 04/2012

AUTRES APPLICATIONS

3 Agrandissements 3.1 Raccordement d’un toit plat à un mur existant

contre-solin (avec étanchement permanent au niveau de l’enduit) solin (tôle en équerre avec couverture dissimulée en feutre ou en plastique) gravillons structure de toit plat (en fonction des exigences)

maçonnerie existante

dalle de plancher en CLT

bande d’étanchéité de joint

coupe-vapeur (à coller sur la chape lisse de la maçonnerie existante)

entrait

intérieur de la construction ancrage réalisé par exemple au moyen de tiges filetées collées (selon les exigences statiques)

Réalisation • Selon les exigences, on posera également des bandes d’étanchéité afin d’assurer la parfaite étanchéité à l’air de la construction. • Prenez soin de protéger les panneaux en CLT de l’humidité provenant des structures existantes.

• Le choix et le dimensionnement des organes d’assemblage et des éléments de construction se font en fonction des exigences statiques.


Construire en CLT 04/2012

AUTRES APPLICATIONS

4 Ouvrages de génie civil 4.1 Panneaux de CLT combinés à d’autres matériaux de construction

Illustration

Réalisation • La combinaison de panneaux de CLT avec d’autres matériaux de construction comme le bois, l’acier et le béton s’avère incontournable dans les projets de grande envergure, en particulier lorsque les distances entre appuis sont importantes et que les charges généralement élevées qui s’exercent sur le bâtiment doivent être transmises vers le sol.

• La structure des couches doit être adaptée aux exigences particulières qui se posent en matière de physique du bâtiment, celles-ci étant fonction du type d’utilisation de chaque construction. • Le dimensionnement des organes d’assemblage est d’une extrême importance. Ceux-ci constituent en effet l’un des éléments essentiels de la statique pour les ouvrages de génie civil.


Physique du b창timent


Physique du bâtiment 04/2012

ISOLATION THERMIQUE

La capacité de protection thermique d’un élément de construction est déterminée par sa valeur U, autrement dit par son coefficient de transmission thermique. Pour pouvoir calculer cette valeur, il faut connaître les paramètres suivants : la position de l’élément de construction, sa structure ainsi que la conductivité thermique des matériaux dont il est composé. La conductivité thermique du bois est essentiellement fonction de sa masse volumique et de son humidité. Pour un panneau CLT, elle peut être déterminée au moyen de l’équation suivante : 

=

0,000146 * k + 0,035449

 

=

conductivité thermique en [W/mK]



=

masse volumique caractéristique pour une humidité de référence de u = 12 % in [kg/m³]

La masse volumique caractéristique des lamelles de CLT a été calculée sur la base de la valeur suivante : k = 512 kg/m³. À partir de ces données, on obtient pour les panneaux CLT une conductivité thermique équivalant à 0,110 W/mK. = 0,000146 * 512 kg/m³ + 0,035449 = 0,110 W/mK Ce résultat a été confirmé par le « SP Technical Research Institute of Sweden » [1]. La norme autrichienne ÖNORM B 3012 [2] indique également une valeur de W/mK. Pour ce qui est de l’humidité du bois, on suppose une valeur moyenne de 12 %. On notera cependant que dans le cas des murs extérieurs, cette humidité sera généralement inférieure à 12 % pendant les mois d’hiver. Plus le taux d’humidité du bois est faible, plus sa conductivité thermique se réduit d’autant. Pour le bois se trouvant dans la plage de masse volumique correspondante, la norme autrichienne ÖNORM EN 12524 [3] indique une valeur de conductivité thermique équivalant à 0,13 W/mK. Valeur U d'un panneau CLT Le mode de calcul de la valeur U est illustré par l’exemple indiqué ci-dessous. Nous prenons comme hypothèse de travail un panneau CLT d’une épaisseur de 100 mm utilisé comme mur extérieur. Le calcul tient compte des coefficients de transfert thermique extérieurs et intérieurs.

Coefficient de transmission thermique

U

1 d R si   i  R se i

Résistance à la transmission thermique

R si

0,13 m² K / W

R se

0,04 m² K / W

Conductivité thermique du CLT

CLT

0,11W / mK

Coefficient de transmission thermique

U CLT, 100 

1 0,1 m 0,13 m² K / W   0,04 m² K / W 0,11 W / mK  0,927 W / m² K


Physique du bâtiment 04/2012

ISOLATION THERMIQUE

La figure 1 représente un diagramme sur lequel les valeurs U de panneaux CLT non revêtus ont été calculées en fonction de l’épaisseur de ces panneaux.

Figure 1 : Valeurs U pour des panneaux CLT non revêtus.

Valeur U d'un panneau CLT isolé Pour un panneau CLT d’une épaisseur de 100 mm recouvert d’un matériau isolant de 16 cm correspondant à la classe de conductivité thermique WLG 040, la valeur U est déterminée comme suit :

Coefficient de transmission thermique

U

1 d R si   i  R se i

Résistance à la transmission thermique

R si

0,13 m² K / W

R se

0,04 m² K / W

Conductivité thermique du CLT

CLT

Coefficient de transmission thermique

U

0,11W / mK

1 0,1 m 0,16 m 0,13 m² K / W    0,04 m² K / W 0,11 W / mK 0,04 W / mK  0,197 W / m² K


Physique du bâtiment ISOLATION THERMIQUE

04/2012

La figure 2 représente un diagramme sur lequel les valeurs U de panneaux CLT isolés d’une épaisseur de 100 mm ont été calculées en fonction de l’épaisseur du matériau isolant employé (classe de conductivité thermique WLG 040).

Figure 2 : Valeurs U pour des panneaux CLT d’une épaisseur de 100 mm utilisés comme murs extérieurs et revêtus d’un matériau isolant ; les valeurs U sont calculées en fonction de l’épaisseur du matériau isolant (classe de conductivité thermique WLG 040).

Étanchéité à l’air L’étanchéité à l’air et aux déperditions de chaleur par convection constitue également un élément important de la capacité d’isolation thermique des panneaux CLT. Les panneaux CLT sont constitués d’au moins trois plaques monocouches collées les unes sur les autres et disposées à plis croisés, ce qui leur confère une excellente étanchéité à l’air. Le coefficient d’étanchéité à l’air des panneaux CLT et de leurs joints a été testé et confirmé en 2008 par la Holzforschung Austria [4]. Le rapport d’essai indique plus particulièrement que les panneaux CLT et les joints présentent une étanchéité à l’air si élevée que les flux volumiques se situent en deçà des valeurs mesurables. [1] Assessment: Declared thermal conductivity (2009-07-10) ; SP Technical Research Institute of Sweden, SE50462 Boras [2] ÖNORM EN B 3012 (2003-12-01) ; Essences. Caractéristiques des dénominations et abréviations employées par la norme autrichienne ÖNORM EN 13556 [3] ÖNORM EN 12524 (2000-09-01) ; Matériaux et produits pour le bâtiment. Propriétés hygrothermiques. Valeurs utiles tabulées. [4] HOLZFORSCHUNG AUSTRIA (2008-06-11) ; Rapport d’essai ; test d’étanchéité à l’air effectué sur un panneau comportant deux conformations de joints différentes


Physique du bâtiment 04/2012

VALEUR U – EXEMPLES COMPARATIFS

Panneaux CLT en bois massif CLT 100 3s + isolation WLG 040 Valeurs de transmission thermique données : Rsi

=

0,13 m² K/W

Rse

=

0,04 m² K/W

Épaisseur totale [cm]

Valeur U

[W/m²K]

Épaisseur de l’isolation [cm]

CLT

0,11

0

9,7

0,95

Isolation WLG 040

0,04

4

14

0,48

0,04

6

16

0,39

0,04

8

18

0,32

0,04

10

20

0,28

0,04

12

22

0,25

0,04

14

24

0,22

0,04

16

26

0,20

0,04

18

28

0,18

0,04

20

30

0,16

0,04

22

32

0,15

0,04

24

34

0,14

Épaisseur

Matériau de construction

λ

[cm]

[—]

A

10

B

4-24

A B

40-240

extérieur

100

intérieur

W/(m²K)


Physique du bâtiment 04/2012

VALEUR U – EXEMPLES COMPARATIFS

CLT 100 3s + isolation WLG 040 + placoplâtre 12,5 Valeurs de transmission thermique données : Rsi

=

0,13 m² K/W

Rse

=

0,04 m² K/W

[cm]

Matériau de construction [—]

[W/m²K]

A

10

CLT

0,11

C

1,25

Placoplâtre

0,21

B

4-24

Isolation WLG 040

Épaisseur

A

C

B

40-240

extérieur

100

12,5

intérieur

Épaisseur de l’isolation [cm]

Épaisseur totale [cm]

Valeur U

0

11

0,90

0,04

4

15

0,47

0,04

6

17

0,38

0,04

8

19

0,32

0,04

10

21

0,27

0,04

12

23

0,24

0,04

14

25

0,22

0,04

16

27

0,19

0,04

18

29

0,18

0,04

20

31

0,16

0,04

22

33

0,15

0,04

24

35

0,14

λ

W/(m²K)


Physique du bâtiment 04/2012

VALEUR U – EXEMPLES COMPARATIFS

Construction de structures en bois Panneau de placoplâtre, panneau aggloméré à fibres orientées (OSB), isolation WLG 040, montant, panneau en fibres de bois perméable à la diffusion Calculé sur la base de montants en bois massif : b

=

6 cm

e

=

62,5 cm

λ

=

0,13 W/(m²K)

Épaisseur [cm]

Matériau de construction [—] panneau en fibres de bois perméable à la panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

Épaisseur totale [cm]

Valeur U

[W/m²K]

Épaisseur de l’isolation [cm]

0,12

1,5

0,13

1,5

λ

W/(m²K)

A

1,5

B

1,5

C

1,25

Placoplâtre

0,21

1,25

D

4-24

Isolation WLG 040 + bois de construction

0,049

4

8

0,78

0,049

6

10

0,59

D

0,049

8

12

0,48

B

0,049

10

14

0,40

C

0,049

12

16

0,34

0,049

14

18

0,30

0,049

16

20

0,27

0,049

18

22

0,24

0,049

20

24

0,22

0,049

22

26

0,20

0,049

24

28

0,19

A

1,5

40,240

extérieur

1,5 1,25

intérieur


Physique du bâtiment ÉTANCHÉITÉ À L’AIR

04/2012

Sommaire : 1.

Introduction

2.

Importance de l’étanchéité à l’air et au vent

3.

Avantages des panneaux CLT du point de vue de l’étanchéité à l’air

4.

Aspects techniques de l’étanchéité à l’air

5.

Configurations et joints spécifiques

6.

Résumé

7.

Annexe

1. Introduction L’étanchéité à l’air et au vent constitue l’une des exigences essentielles auxquelles doit satisfaire la peau d’un bâtiment ainsi que certains éléments de construction particuliers (panneaux de murs, de plafonds ou de toiture). En effet, cette étanchéité à l’air et au vent influe de différentes manières sur le climat intérieur, l’exposition au bruit, l’intégrité de la structure du bâtiment, la qualité de l’air à l’intérieur de la construction ainsi que le bilan énergétique du bâtiment. La couche imperméable à l’air (en règle générale sur les faces intérieures du bâtiment) et la couche imperméable au vent (sur les faces extérieures du bâtiment) ont pour fonction d’empêcher à elles deux la circulation de flux d’air non admissibles à travers la structure de la construction. Ces couches sont d’une importance déterminante pour la qualité et la durabilité du bâtiment [1]. Longuement testée et soumise à des expérimentations pratiques, la structure des panneaux CLT présente une parfaite étanchéité à l’air. Il n’est donc pas nécessaire, en règle générale, d’installer en plus des films plastiques d’étanchéité sur les faces intérieures du bâtiment. Ceci se répercute de façon positive sur les coûts et permet non seulement d’éviter des erreurs qui pourraient entraîner des vices de construction, mais aussi de réduire le temps d’assemblage et de construction. En effet, d’autres types de constructions en bois (constructions de structures en bois par exemple) nécessitent la mise en place d’une couche imperméable à l’air — et dans le même temps d’un écran pare-vapeur constitué de feuilles pare-vapeur ou de panneaux agglomérés à fibres orientées [OSB] dont les joints sont collés). 2. Importance de l’étanchéité à l’air et au vent a) L’étanchéité à l’air L’étanchéité à l’air a une influence non négligeable sur l’économie thermique et le taux d’humidité d’un bâtiment. Assurer l’étanchéité à l’air d’une construction, c’est empêcher la formation de flux de convection, autrement dit la pénétration d’air provenant du dehors vers l’intérieur du bâtiment. Une étanchéité insuffisante peut donc entraîner l’apparition de flux d’air qui s’infiltrent à l’intérieur du bâtiment. Les conséquences peuvent être diverses et multiples [1] :   

formation de condensation à l’intérieur du bâtiment diminution de l’efficacité de l’isolation thermique abaissement de la température des surfaces


Physique du bâtiment ÉTANCHÉITÉ À L’AIR

04/2012

Les risques encourus sont eux aussi multiples :    

dégradation de certains éléments de la construction apparition de moisissures apparition de courants d’air (provoqués par le refroidissement des surfaces intérieures) augmentation de la consommation énergétique

L’étanchéité à l’air des panneaux CLT de Stora Enso a été testée et contrôlée par la Holzforschung Austria. Ces tests d’étanchéité à l’air ont été effectués sur la base de la norme autrichienne ÖNORM EN 12114:2000 [2]. Ils ont porté sur le panneau de construction à proprement parler, sur un assemblage en nez-de-marche ainsi que sur un joint réalisé avec une planche de jointure. Résultat des tests « Les essais effectués sur les joints de panneaux et sur le panneau CLT lui-même attestent une excellente étanchéité à l’air. L’étanchéité constatée est telle que les flux volumiques filtrant à travers cet élément et ces deux types de joint se situent en deçà des valeurs mesurables » [3]. b) L’étanchéité au vent Pour la peau d’un bâtiment, l’étanchéité au vent est tout aussi importante que l’étanchéité à l’air. Une mauvaise étanchéité au vent peut avoir des conséquences similaires à celles décrites précédemment lorsque l’étanchéité à l’air est insuffisante. Ces effets néfastes sont dus notamment au refroidissement de la couche isolante du bâtiment. La couche étanche au vent se trouve sur les faces extérieures du bâtiment et a pour fonction d’empêcher l’air extérieur de s’infiltrer dans les éléments de construction. Ceci permet de protéger la couche isolante (couche calorifuge) et de préserver les qualités isolantes des éléments de construction [1]. Les thermogrammes ci-dessous illustrent l’importance pour un bâtiment de son étanchéité au vent (thermogrammes extraits de la référence [1]).

Illustration : thermogrammes d’un raccord mur-toiture avec une température extérieure de +3 °C et une température intérieure de +24 °C (extraits de la référence [1])


Physique du bâtiment 04/2012

ÉTANCHÉITÉ À L’AIR

3. Avantages des panneaux CLT du point de vue de l’étanchéité à l’air   

Panneaux de construction de grande taille (jusqu’à 2,95 m sur 16 m)  plus la taille des éléments est importante, plus le nombre de joints d’assemblage est réduit et moins il y a donc de joints à calfeutrer. Il n’est pas nécessaire, en règle générale, d’installer en plus des films plastiques d’étanchéité sur les faces intérieures du bâtiment. Le calfeutrage des joints s’effectue de façon simple et efficace en utilisant des bandes d’étanchéité compressibles.

4. Aspects techniques de l’étanchéité à l’air L’indice d’étanchéité à l’air d’un bâtiment est déterminé par le facteur de renouvellement d’air, en l’occurrence la valeur n50. Explication et définition : Facteur de renouvellement d’air : Le facteur de renouvellement d’air n (unité : 1/h) sert à caractériser le degré de renouvellement de l’air à l’intérieur d’un bâtiment. Ce facteur indique combien de fois le volume d’air d’une pièce est renouvelé en une heure. Valeur50 :

La valeur n50 correspond au renouvellement d’air constaté lorsque la pression à l’intérieur du bâtiment est inférieure ou supérieure de 50 Pa (pascals) à celle de l’extérieur.

Lorsque tous les raccords sont réalisés correctement entre les panneaux CLT (joints de coin, joints longitudinaux, fenêtres, etc.), il est alors possible d’obtenir des valeurs n 50 qui correspondent à celles des habitations passives (n50 = 0,6 1/h). Les facteurs de renouvellement d’air admissibles sont spécifiés par la norme autrichienne ÖNORM B 8110-1:2008 [4]. On distingue trois différents types de bâtiment (cf. [4]) : les bâtiments sans système de ventilation (n50 = 3 1/h), les bâtiments avec système de ventilation (n50 = 1,5 1/h) et les habitations passives (n50 = 0,6 1/h). Le terme « système de ventilation » désigne les dispositifs mécaniques contrôlés utilisés pour la ventilation des pièces d’habitation. La conformité à ces valeurs n50 constitue un facteur déterminant qui permettra de garantir le bon fonctionnement de la peau du bâtiment. Le facteur de renouvellement d’air est déterminé au moyen d’un test d’infiltrométrie (anglais : blower-door test). Stora Enso recommande à ses clients finaux de réaliser un test d’infiltrométrie afin de leur permettre d’évaluer précisément la qualité de la construction et de la réalisation du bâtiment. En plus de la question de l’étanchéité à l’air, nous évoquerons également, pour conclure ce point, la question du comportement de diffusion. Avec les panneaux CLT, toutes les conditions sont réunies pour réaliser des parois perméables à la diffusion sans qu’il soit nécessaire d’avoir recours à des films d’étanchéité en plastique. Si l’on n’utilise pas de films d’étanchéité, il faudra tenir compte du fait que plus on se rapproche de l’extérieur, plus la capacité de diffusion des différentes couches (isolation, enduit, etc.) augmente. La règle générale veut que la couche extérieure présente une capacité de diffusion jusqu’à dix fois supérieure à celle des couches intérieures. On évite ainsi la formation de condensation dans la structure des murs, des plafonds et des toitures. La capacité de diffusion est fonction de l’échelle de résistance à la diffusion de la vapeur () et de l’épaisseur de couche d’air de la même diffusibilité (valeur sd).


Physique du bâtiment ÉTANCHÉITÉ À L’AIR

04/2012

Une étanchéité à l’air insuffisante peut provoquer des infiltrations d’eau de condensation dans les éléments de construction, cette eau étant transportée par des courants d’air humides qui circulent à travers les murs, les plafonds et la toiture. On notera que ces quantités d’eau de condensation peuvent être nettement plus importantes que la condensation résultant uniquement de la diffusion.

4. Configurations et joints spécifiques Pour assurer l’étanchéité à l’air des joints d’éléments de construction, on utilise principalement des bandes d’étanchéité compressibles. On pourra également employer pour certains joints des mousses à élasticité permanente. Les bandes adhésives et les joints tubulaires en caoutchouc sont plus rarement utilisés (cf. « Quelques exemples de matériaux pouvant être utilisés pour assurer l’étanchéité à l’air [g]). Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de réalisation pour assurer l’étanchéité à l’air d’un bâtiment. On notera qu’il ne s’agit là que de quelques variantes parmi de nombreuses autres (cf. [5] et [6]).


Physique du bâtiment 04/2012

ÉTANCHÉITÉ À L’AIR

a) Raccord de socle I

Raccord entre mur et plafond de cave ou entre mur et dalle de béton : L’étanchéité à l’air et la protection contre l’humidité sont deux paramètres importants pour les raccords au niveau du socle.

Raccord de socle II

Raccord entre mur intérieur et plafond de cave ou entre mur intérieur et dalle de béton : Il faudra tenir compte pour cette configuration des mêmes critères que pour les raccords entre mur et plafond de cave ou entre mur et dalle de béton (cf. « Raccord de socle I »).


Physique du bâtiment ÉTANCHÉITÉ À L’AIR

04/2012

p) Joint de mur et de plafond I

Raccord avec assemblage en nez-de-marche : L’étanchement transversal du nez-de-marche est tout aussi important que son étanchement longitudinal (voir illustration ci-dessus).

Joint de mur et de plafond II

Raccord avec planche de jointure (planche-joint) : On procédera pour ce type de raccord de la même manière que pour le raccord en nez-de-marche (voir ci-dessus).


Physique du bâtiment 04/2012

ÉTANCHÉITÉ À L’AIR

c) Joint de mur I

Joint de coin : On veillera, pour tous les étanchements horizontaux et verticaux, à réaliser des joints parfaitement continus (les étanchements horizontaux et verticaux doivent être reliés entre eux).

Joint de mur II

Raccord entre mur longitudinal et mur transversal : Procéder comme pour le joint de coin.


Physique du bâtiment 04/2012

ÉTANCHÉITÉ À L’AIR

d) Raccord de porte et de fenêtre I

Raccord avec un cadre de fenêtre posé sur le panneau : Ici, le cadre de fenêtre est posé sur le mur en CLT. Réaliser le raccord au moyen d’un matériel d’étanchement approprié (bandes d’étanchéité Compriband, bandes d’étanchéité de joint, etc.). Le raccord doit être réalisé avec soin et conformément aux règles de l’art (conformation exacte des coins, etc.).

Raccord de porte et de fenêtre II

Raccord avec un cadre de fenêtre inséré dans le panneau : Ici, le cadre de fenêtre est inséré dans le mur en CLT. Le cadre est inséré dans le mur en CLT en utilisant soit une bande d’étanchéité Compriband, soit une mousse isolante appropriée en polyuréthane (PUR). Il est recommandé d’employer une mousse PU à élasticité permanente. Le raccord doit être réalisé avec soin et conformément aux règles de l’art (conformation exacte des coins, etc.).


Physique du bâtiment 04/2012

ÉTANCHÉITÉ À L’AIR

e) Raccord mur-plafond-mur

bandes d’étanchéité Raccord entre mur et plafond : Les surfaces de contact les plus importantes sont celles entre d’une part le plafond et d’autre part les parois supérieure et inférieure. Le raccord de ces deux surfaces de contact doit être parfaitement étanche à l’air.

f) Raccord mur-toiture

Raccord entre mur et panneau de toiture ou entre mur et combles : Le raccord peut être réalisé de différentes manières. Le joint entre le panneau mural et le panneau de toiture devra cependant être parfaitement étanche. Les raccords au niveau des surfaces de contact avec les encoches, entailles et évidements devront tous être parfaitement étanches à l’air.


Physique du bâtiment ÉTANCHÉITÉ À L’AIR

04/2012

g) Quelques exemples de matériaux pouvant être utilisés pour assurer l’étanchéité à l’air

Joint EPDM

Bande d’étanchéité

Bande d’étanchéité Compriband

Bande adhésive

Les matériaux employés doivent être choisis de manière à répondre aux exigences de chaque cas de figure particulier. On tâchera d’éviter l’utilisation de bandes adhésives en raison de certains emplacements qui sont difficiles d’accès (coins, etc.). Sources : www.trelleborg.com www.ramsauer.at www.siga.ch


Physique du bâtiment 04/2012

ÉTANCHÉITÉ À L’AIR

5. Résumé L’étanchéité à l’air et au vent sont deux des exigences essentielles auxquelles doit satisfaire un bâtiment en panneaux CLT. Seule une excellente étanchéité sera la garantie d’une construction de grande qualité. On veillera pour tous les raccords à adopter un système cohérent et homogène pour assurer l’étanchéité à l'air et au vent. Autrement dit, on fera en sorte que les joints horizontaux et verticaux forment une parfaite unité d’étanchement. Il faudra surtout éviter de laisser des ouvertures dans la construction en CLT. Toutes les ouvertures devront être dotées de joints d’étanchéité réalisés conformément aux règles de l’art de manière à garantir une parfaite étanchéité du bâtiment. Seule une réalisation précise, méticuleuse et soignée permettra d’empêcher les déperditions de chaleur et d’éviter leur cortège de conséquences funestes telle que les infiltrations d’humidité, l’apparition de moisissures, etc. Pour plus d’informations : www.clt.info www.dataholz.com 6. Annexe Références : [1] RICCABONA, CH. et BEDNAR TH. (2008) : e

Baukonstruktionslehre 4 ; 7 édition ; MANZ Verlag, Vienne. [2] ÖNORM EN 12114 (2000) : Wärmetechnisches Verhalten von Gebäuden – Luftdurchlässigkeit von Bauteilen – Laborprüfverfahren; Österreichisches Normungsinstitut (Austrian Standards Institute), Vienne. [3] HOLZFORSCHUNG AUSTRIA (2008) : Rapport d’essai ; test d’étanchéité à l’air effectué sur un panneau comportant deux conformations de joints différentes. [4] ÖNORM B 8110-1 (2008) : Wärmeschutz im Hochbau – Anforderungen an den Wärmeschutz und Deklaration des Wärmeschutzes von Gebäuden/Gebäudeteilen (L’isolation thermique des bâtiments — Exigences en termes d’isolation thermique et déclaration de l’isolation thermique des bâtiments ou de certaines de leurs parties) ; Österreichisches Normungsinstitut (Austrian Standards Institute), Vienne. [5] STEINDL R. (2007) : Diplôme de fin d’études. Catalogue d’éléments de construction pour maisons d’habitation en panneaux massifs contrecollés. [6] www.dataholz.com Internet ; recherche effectuée le 2 avril 2009


Physique du bâtiment HUMIDITÉ

04/2012

Sommaire : 1.

Introduction

2.

La nécessité de protéger les bâtiments de l’humidité

3.

La diffusion

4. 5.

Valeur numérique du coefficient de résistance à la diffusion et valeur sd Le rôle de l’humidité et de la diffusion pour les panneaux CLT

6.

Résumé

7.

Annexe

1. Introduction Les bâtiments et les parties qui les composent ne sont pas uniquement soumis à des contraintes thermiques, mais aussi à des contraintes hygrométriques. Une fois les travaux de construction terminés, il arrive souvent que les éléments de construction contiennent encore un taux d’humidité assez important. L’utilisation de panneaux CLT s’avère donc avantageuse puisque ce matériau de construction permet d’obtenir des bâtiments a priori parfaitement secs. Les éléments de construction doivent néanmoins être suffisamment protégés contre les différentes sources possibles d’humidité. Un taux d’humidité trop élevé peut entraîner un affaiblissement de la résistance mécanique et une diminution de la qualité de l’isolation thermique. Le bois a néanmoins besoin d’un minimum d’humidité afin d’éviter par exemple au maximum l’apparition de gerces de retrait. Ceci concerne tout particulièrement les panneaux à face visible. La figure 1 montre les différentes sources d’humidité auxquelles est exposé un bâtiment et dont il convient de le protéger.

Figure 1 : Sources d’humidité caractéristiques auxquelles est exposé un bâtiment (Fischer et autres, 2008)


Physique du bâtiment HUMIDITÉ

04/2012

Étant que pour les panneaux CLT, la structure porteuse et la couche d’isolation sont séparées l’une de l’autre, il en découle que la construction peut également être considérée séparément sur le plan de la statique et des propriétés physiques. Les panneaux CLT présentent par ailleurs un avantage supplémentaire en ceci que l’inertie thermique de ces éléments de construction est nettement plus élevée que celle d’autres types de construction en bois. En effet, à partir de trois plis (couches), les panneaux CLT présentent déjà une étanchéité à l’air quasiment parfaite.

Figure 2 : Comparaison entre les constructions en bois léger et les constructions en bois massif (Université de technologie de Graz, 2008) 2. La nécessité de protéger les bâtiments de l’humidité Protéger les bâtiments de l’humidité est à la fois utile et nécessaire, aussi bien pour les utilisateurs que pour les propriétaires. Les raisons de la nécessité de cette protection sont les suivantes : a) Utilisabilité des pièces Le climat intérieur des pièces d’un bâtiment doit satisfaire à des conditions très strictes et c’est pour cette raison qu’il faudra éviter tout apport incontrôlé d’humidité. L’humidité contenue dans les matériaux de construction peut entraîner l’apparition de nids de germes et de bactéries. Elle peut par ailleurs être source de mauvaises odeurs. b) Isolation thermique des bâtiments La présence d’une humidité excédentaire a pour effet d’augmenter la conductivité thermique des matériaux et donc d’accroître par là-même la consommation énergétique nécessaire pour chauffer le bâtiment. Il faut par ailleurs savoir que l’évacuation de l’air humide et de l’eau de condensation est elle aussi coûteuse sur le plan énergétique. c) Préservation des qualités du bâtiment Il est fondamental de maîtriser les effets de l’humidité si l’on veut préserver l’intégrité et les qualités de la construction. Dans la plupart des cas, les dommages constatés sur les bâtiments sont provoqués par l’action de l’eau. 3. La diffusion Le terme de diffusion désigne la circulation de particules infiniment petites — atomes, ions et minuscules molécules — résultant de la thermodynamique propre à ces mêmes particules (mouvement brownien).


Physique du bâtiment HUMIDITÉ

04/2012

De manière analogue au flux de chaleur, le flux de vapeur d’eau se déplace :  

en fonction des différences de température, en l’occurrence du plus chaud vers le plus froid ; ou bien en fonction de l’humidité relative, c’est-à-dire du plus humide vers le plus sec.

Le courant de diffusion se manifeste non seulement dans l’air, mais aussi dans les éléments de construction poreux contenant des poches d’air. Plus un élément de construction est étanche et plus son coefficient de résistance à la diffusion sera élevé. Les matériaux humides sont davantage perméables à la diffusion. 4. Valeur numérique du coefficient de résistance à la diffusion et valeur sd a) Valeur numérique du coefficient de résistance à la diffusion L’unité employée pour mesurer l’étanchéité présentée par un matériau de construction face aux molécules d’eau en diffusion est l’unité µ qui représente le coefficient de résistance à la diffusion de la vapeur d’eau. La valeur µ est une grandeur adimensionnelle qui exprime le coefficient d’augmentation de la résistance à la diffusion d’un matériau de construction par rapport à sa valeur de référence. La valeur de référence employée est celle de l’air, car c'est l’air qui dans la pratique offre la résistance la plus faible à la vapeur d’eau (µ = 1). Seuls les métaux et les verres peuvent être considérés comme étant imperméables à la vapeur d’eau. Tous les autres matériaux de construction sont par contre perméables à la vapeur d’eau. même si pour certains le coefficient de résistance à la diffusion peut être très élevé. b) La valeur sd Pour quantifier l’étanchéité d’une couche de matériau de construction — et non pas uniquement celle d’un matériau — à la diffusion de la vapeur d’eau, il ne suffit pas d’indiquer la valeur numérique µ du coefficient de résistance à la diffusion. En effet, le degré de résistance à la diffusion de la vapeur d’eau est fonction à la fois du type de matériau de construction et de l’épaisseur de la couche formé par celui-ci. On peut dire pour simplifier que la résistance d’une couche de matériau de construction se définit par le produit de l’épaisseur de la couche et de la valeur numérique du coefficient de résistance à la diffusion. C’est pour cette raison qu’en physique de la construction, la mesure de la résistance à la diffusion d’une couche de matériau de construction est désignée par le terme « épaisseur de couche d’air de la même diffusibilité sd ».

‫݀ ∗ ߤ = ݀ݏ‬ La valeur sd indique l’épaisseur que doit avoir une couche d’air pour que sa résistance à la transmission de la vapeur soit identique à celle de l’élément de construction. Les panneaux CLT présentent différents niveaux de résistance à la diffusion. Ceux-ci sont fonction de l’épaisseur des lamelles ainsi que du nombre de plis et de joints collés.

෍ ‫ߤ = ݀ݏ‬1 ∗ ݀1 + ߤ2 ∗ ݀2 + ߤ3 ∗ ݀3 + … + ߤ݊ ∗ ݀݊ 5. Rapport d’expertise de la Holzforschung Austria Le rapport d’expertise réalisé par la Holzforschung Austria révèle la chose suivante : Un panneau CLT à trois plis présente la même valeur sd qu’un bois massif en épicéa de la même épaisseur (+ 26 mm pour le joint collé dans le cas d’un panneau CLT). -

Corrélation avec l’humidité du matériau


Physique du bâtiment HUMIDITÉ

04/2012

La valeur µ du joint collé diminue sensiblement dans des conditions de climat d’essai humide. Des volumes poreux se forment dans la couche d’adhésif et des contacts capillaires apparaissent entre le bois de bout et le bois longitudinal. Comparé à des conditions de climat sec, ceci permet donc par climat humide de bénéficier d’un échange d’humidité plus rapide. Ceci dépend toutefois de la colle employée ainsi que de l’humidité relative. -

Vers l’extérieur, la valeur sd devrait être entre 5 et 10 m plus faible que vers l’intérieur. Prenons un exemple : Structure de paroi standard avec façade ventilée

Plaque de plâtre armé : sd = 0,273 m ; panneau massif contrecollé : sd = 3,9 m ; isolation : sd = 0,25 m ; film plastique perméable à la diffusion : sd ≤ 0,3 m Plus on va vers l’extérieur, plus la densité de la structure augmente (calculé sur la base de panneaux massifs contrecollés). Du point de vue de ses propriétés physiques, la structure répond par conséquent aux exigences qui lui sont posées. 6. Le rôle de l’humidité et de la diffusion pour les panneaux CLT À partir de trois plis, les panneaux CLT sont certes étanches à l’air, mais ils ne sont en revanche pas étanches à la vapeur. Cela signifie en d’autres termes que les panneaux CLT sont perméables à la diffusion et que les joints collés constituent les freins-vapeur pour la couche d’isolation. Comme tout autre système de construction, les panneaux CLT doivent eux aussi être protégés de toute humidité permanente. Le CLT joue un rôle régulateur pour l’air intérieur. Lorsque l’humidité ambiante augmente, celle-ci est absorbée par le CLT. Elle est ensuite libérée dès que l’humidité baisse à nouveau. Le CLT peut donc être considéré pour ainsi comme un frein-vapeur à humidité variable. En été, lorsque la température est élevée et l’humidité de l’air importante, le CLT est plus perméable à la diffusion qu’en hiver lorsqu’il fait froid et que l’air est sec. 8. Sources HOLZFORSCHUNG AUSTRIA : rapport d’essai / rapport d’expertise, mesure de diffusion réalisée en juillet 2009. FISCHER H., FREYMUTH H., HÄUPL P. ET AUTRES (2008) : e Lehrbuch der Bauphysik (Manuel de physique de la construction). 6 édition entièrement remaniée ; Vieweg + Teubner Verlag, Wiesbaden. HÄUPL P. (2008) : Bauphysik: Klima, Wärme, Feuchte, Schall (Physique de la construction : climat, chaleur et acoustique). Ernst & Sohn Verlag, Berlin. RICCABONA C., BEDNAR T. (2008) : e Baukonstruktionslehre 4 ; 7 édition entièrement remaniée ; MANZ Verlag, Vienne.


Physique du bâtiment PROTECTION INCENDIE

04/2012

Le bois massif est plus résistant au feu qu’on ne le pense généralement. Les panneaux CLT présentent un taux d’humidité d’environ 12 %. Pour que le bois puisse prendre feu, il faut donc que l’eau qu’il contient se soit préalablement évaporée. En outre, une surface calcinée protège les couches de CLT qui se trouvent en dessous. Contrairement donc aux constructions en acier ou en béton, celles en bois massif présentent l’avantage de ne pas s’écrouler, même lorsque les murs sont calcinés. Pour confirmer cette affirmation, nous avons chargé l’institut agréé Holzforschung Austria de réaliser un test de résistance au feu sur nos panneaux CLT en bois massif. Les résultats parlent d’eux-mêmes et dépassent même ce que nous en attendions de ce test. Les rapports de classification peuvent être téléchargés sur le site www.clt.info.


Physique du bâtiment ACOUSTIQUE

04/2012

Parallèlement aux évaluations qui suivent concernant les questions d’isolation phonique, Stora Enso vous recommande de consulter également le site www.dataholz.com.


Physique du bâtiment 04/2012

GÉNÉRALITÉS

Les évaluations indiquées ici et qui portent sur les caractéristiques physiques de construction ont été réalisées par la Holzforschung Austria (HFA), un organisme européen de certification agréé. Ces évaluations concernent les éléments de construction suivants : 1. 2. 3. 4. 5.

Murs extérieurs Parois intérieures Cloison de séparation Plafonds Toits

Établi le :

12/01/2012

Nº de commande : 2177/2011 – BB

Version : 1.0

Les sources auxquelles il a été fait référence dans le cadre de ces évaluations sont les suivantes : Résistance au feu ÖNORM EN 13501-2 – Classement au feu des produits de construction et des éléments de bâtiment – Partie 2 : Classement à partir des données des essais de résistance au feu, services de ventilation exclus. Procédures destinées à déterminer les caractéristiques relatives à l’isolation thermique ÖNORM B 8110-6 – Wärmeschutz im Hochbau – Teil 6: Grundlagen und Nachweisverfahren – Heizwärmebedarf und Kühlbedarf (Exigences en termes d’isolation thermique des bâtiments – Partie 6 : Principes et méthodes de vérification – Chauffage et refroidissement). Date de publication : janvier 2010. ÖNORM EN ISO 6946 – Composants et parois de bâtiments – Résistance thermique et coefficient de transmission thermique – Méthode de calcul. Date de publication : avril 2008. ÖNORM B 8110-2 – Wärmeschutz im Hochbau – Teil 2: Wasserdampfdiffusion und Kondensationsschutz (Exigences en termes d’isolation thermique des bâtiments – Partie 2 : Diffusion de la vapeur d’eau et protection contre la condensation). Date de publication : juillet 2003. ÖNORM EN ISO 13788 – Performance hygrothermique des composants et parois de bâtiments – Température superficielle intérieure permettant d’éviter l’humidité superficielle critique et la condensation dans la masse – Méthodes de calcul. Date de publication : janvier 2002. ÖNORM B 8110-3 – Wärmeschutz im Hochbau – Teil 3: Wärmespeicherung und Sonneneinflüsse (Exigences en termes d’isolation thermique des bâtiments – Partie 3 : Accumulation de la chaleur et radiation solaire). Date de publication : décembre 1999. ÖNORM EN 12524 – Matériaux et produits pour le bâtiment – Propriétés hygrothermiques – Valeurs utiles tabulées. Date de publication : septembre 2000. Évaluations relatives à l’isolation phonique Les différences de niveau sonore standard qui ont fait l’objet d’une évaluation ont été déterminées d’une part en faisant appel à des éléments de construction comparables du point de vue du niveau de protection à atteindre contre le bruit aérien et d’autre part en intégrant les ouvrages spécialisés relatifs à la question. Nous citerons particulièrement les ouvrages suivants : le catalogue d’éléments de construction « dataholz.com – Catalogue d’éléments de construction en bois testés et contrôlés en termes de propriétés physiques et de qualités écologiques » (date de publication : 2003) ; la norme autrichienne ÖNORM B 8115-4 – Schallschutz und Raumakustik im Hochbau – Maßnahmen zur Erfüllung der schalltechnischen Anforderungen [Isolation phonique et acoustique des bâtiments – Mesures mises en œuvre pour satisfaire aux exigences en matière d’isolation phonique] (date de publication : 2003) ; Holzbauhandbuch (Manuel de la construction en bois), série 3, partie 3, section 4, « Schallschutz – Wände und Dächer » (Isolation phonique – Murs et toitures), publié par le Informationsdienst Holz (date de publication : 2003) ; Holzbauhandbuch (Manuel de la construction en bois), série 3, partie 3, section 3, « Schalldämmende Holzbalken- und Brettstapeldecken »“ publié par le Informationsdienst Holz ; « Hochschalldämmende Außenbauteile aus Holz », publié par le LSW du ift Rosenheim, rapport final 2004.


1 Murs extĂŠrieurs


Physique du bâtiment 04/2012

SOMMAIRE – MURS EXTÉRIEURS

Structure des éléments de construction 1.1

Façade

Matériau isolant

CLT

Structure interne

Enduit

polyuréthane expansé (PSE)

CLT 100 C3s

CLT qualité visible

1.2

Enduit

polyuréthane expansé (PSE)

CLT 120 C3s

CLT qualité visible

1.3

Enduit

polyuréthane expansé (PSE)

CLT 100 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

1.4

Enduit

polyuréthane expansé (PSE)

CLT 120 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

1.5

Enduit

polyuréthane expansé (PSE)

CLT 100 C3s

parement avec placoplâtre GKF

1.6

Enduit

polyuréthane expansé (PSE)

CLT 120 C3s

parement avec placoplâtre GKF

1.7

Enduit

laine minérale

CLT 100 C3s

CLT qualité visible

1.8

Enduit

laine minérale

CLT 120 C3s

CLT qualité visible

1.9

Enduit

laine minérale

CLT 100 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

1.10

Enduit

laine minérale

CLT 120 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

01:11

Enduit

laine minérale

CLT 100 C3s

parement avec placoplâtre GKF

1.12

Enduit

laine minérale

CLT 120 C3s

parement avec placoplâtre GKF

1.13

Enduit

fibres de bois douces

CLT 100 C3s

CLT qualité visible

1.14

Enduit

fibres de bois douces

CLT 120 C3s

CLT qualité visible

1.15

Enduit

fibres de bois douces

CLT 100 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

1.16

Enduit

fibres de bois douces

CLT 120 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

1.17

Enduit

fibres de bois douces

CLT 100 C3s

parement avec placoplâtre GKF

1.18

Enduit

fibres de bois douces

CLT 120 C3s

parement avec placoplâtre GKF

1.19

bois

fibres de bois douces

CLT 100 C3s

CLT qualité visible

1.20

bois

fibres de bois douces

CLT 120 C3s

CLT qualité visible

1.21

bois

fibres de bois douces

CLT 100 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

1.22

bois

fibres de bois douces

CLT 120 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

1.23

bois

fibres de bois douces

CLT 100 C3s

parement avec placoplâtre GKF

1.24

bois

fibres de bois douces

CLT 120 C3s

parement avec placoplâtre GKF

1.25

bois

laine minérale

CLT 100 C3s

CLT qualité visible

1.26

bois

laine minérale

CLT 120 C3s

CLT qualité visible

1.27

bois

laine minérale

CLT 100 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

1.28

bois

laine minérale

CLT 120 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

1.29

Enduit

laine minérale

CLT 120 C3s

parement avec placoplâtre GKF


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.1 Mur extérieur

CLT 100 C3s polyuréthane expansé (PSE)

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) Polyuréthane expansé (PSE) CLT 100 C3s

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

16, 20, 26

0,031

60

18

E

10

0,110

50

470

D

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 60

35

0,16

adéquat

34,7

36

20

REI 60

35

0,13

adéquat

34,8

36

26

REI 60

35

0,11

adéquat

34,9

36

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.2 Mur extérieur

CLT 120 C3s polyuréthane expansé (PSE)

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) Polyuréthane expansé (PSE) CLT 120 C3s

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

16, 20, 26

0,031

60

18

E

12

0,110

50

470

D

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

16

REI 60

35

0,16

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

33,3

36

20

REI 60

35

0,13

adéquat

33,4

36

26

REI 60

35

0,10

adéquat

33,4

36

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.3 Mur extérieur

CLT 100 C3s polyuréthane expansé (PSE)

placoplâtre réfractaire

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) Polyuréthane expansé (PSE)

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

16, 20, 26

0,031

60

18

E

50

CLT 100 C3s

10

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 90

35

0,16

adéquat

38,7

37

20

REI 90

35

0,13

adéquat

38,8

37

26

REI 90

35

0,11

adéquat

38,8

37

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.4 Mur extérieur

CLT 120 C3s polyuréthane expansé (PSE)

placoplâtre réfractaire

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) Polyuréthane expansé (PSE)

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

16, 20, 26

0,031

60

18

E

50

CLT 120 C3s

12

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm]

Protection incendie i → o Résistance au feu

Charge [kN/m]

Isolation thermique Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 90

35

0,15

adéquat

37,4

37

20

REI 90

35

0,13

adéquat

37,4

37

26

REI 90

35

0,10

adéquat

37,4

37

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.5 Mur extérieur CLT 100 C3s laine minérale

polyuréthane expansé (PSE)

lattis en bois

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) Polyuréthane expansé (PSE) CLT 100 C3s

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

16, 20, 26

0,031

60

18

E

10

0,110

50

470

D

5

0,130

50

500

D

18

A1

200-300

600

B

800

A2

Composition du vide technique : Lattis en bois 40/50, e = 62,5 cm Laine minérale

5

0,035

Panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

1,5

0,130

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 120

35

0,13

adéquat

27,2

43

18

REI 120

35

0,12

adéquat

27,2

43

20

REI 120

35

0,11

adéquat

27,2

43

26

REI 120

35

0,09

adéquat

27,2

43

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.6 Mur extérieur CLT 120 C3s laine minérale

polyuréthane expansé (PSE)

lattis en bois

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) panneau aggloméré à fibres orientées (OSB) placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

16, 20, 26

0,031

60

18

E

12

0,110

50

470

D

Lattis en bois 40/50, e = 62,5 cm

5

0,130

50

500

D

Laine minérale

5

0,035

18

A1

Matériau de construction Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) Polyuréthane expansé (PSE) CLT 120 C3s Composition du vide technique :

Panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

1,5

0,130

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

200-300

600

B

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm]

Protection incendie i → o Résistance au feu

Isolation thermique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 120

35

0,13

adéquat

27,2

43

20

REI 120

35

0,11

adéquat

27,2

43

26

REI 120

35

0,09

adéquat

27,2

43

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.7 Mur extérieur

CLT 100 C3s laine minérale

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) Laine minérale CLT 100 C3s

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

16, 18

0,035

1

18

A1

10

0,110

50

470

D

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 60

35

0,18

adéquat

34,7

38

18

REI 60

35

0,16

adéquat

34,7

38

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.8 Mur extérieur

CLT 120 C3s laine minérale

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) Laine minérale CLT 120 C3s

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

16, 18

0,035

1

18

A1

12

0,110

50

470

D

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 60

35

0,17

adéquat

33,3

38

18

REI 60

35

0,16

adéquat

33,3

38

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.9 Mur extérieur

CLT 100 C3s laine minérale

placoplâtre réfractaire

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) Laine minérale

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

16, 18

0,035

1

18

A1

50

CLT 100 C3s

10

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm]

Protection incendie i → o Résistance au feu

Charge [kN/m]

Isolation thermique Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 90

35

0,18

adéquat

38,7

39

18

REI 90

35

0,16

adéquat

38,7

39

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.10 Mur extérieur

CLT 120 C3s laine minérale

placoplâtre réfractaire

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) Laine minérale

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

16, 18

0,035

1

18

A1

50

CLT 120 C3s

12

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm]

Protection incendie i → o Résistance au feu

Charge [kN/m]

Isolation thermique Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 90

35

0,17

adéquat

37,4

39

18

REI 90

35

0,16

adéquat

37,4

39

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.11 Mur extérieur CLT 100 C3s laine minérale

laine minérale

lattis en bois

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) panneau aggloméré à fibres orientées (OSB) placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

16, 18

0,035

1

18

A1

10

0,110

50

470

D

Lattis en bois 40/50, e = 62,5 cm

5

0,130

50

500

D

Laine minérale

5

0,035

18

A1

Matériau de construction Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) Laine minérale CLT 100 C3s Composition du vide technique :

Panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

1,5

0,130

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

200-300

600

B

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm]

Protection incendie i → o Résistance au feu

Charge [kN/m]

Isolation thermique Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 120

35

0,14

adéquat

27,2

45

18

REI 120

35

0,13

adéquat

27,2

45

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.12 Mur extérieur CLT 120 C3s laine minérale

laine minérale

lattis en bois

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) panneau aggloméré à fibres orientées (OSB) placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

16, 18

0,035

1

18

A1

12

0,110

50

470

D

Lattis en bois 40/50, e = 62,5 cm

5

0,130

50

500

D

Laine minérale

5

0,035

18

A1

Matériau de construction Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) Laine minérale CLT 120 C3s Composition du vide technique :

Panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

1,5

0,130

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

200-300

600

B

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm]

Protection incendie i → o Résistance au feu

Charge [kN/m]

Isolation thermique Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 120

35

0,14

adéquat

27,2

45

18

REI 120

35

0,13

adéquat

27,2

45

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.13 Mur extérieur

CLT 100 C3s Homatherm HDP-Q11 standard Homatherm EnergiePlus massive

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

Homatherm EnergiePlus massive

8, 6

0,039

3

140

E

12, 10

0,038

3

110

E

10

0,110

50

470

D

Matériau de construction

Homatherm HDP-Q11 standard CLT 100 C3s

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm]

Protection incendie i → o Résistance au feu

Isolation thermique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Isolation acoustique

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 60

35

0,21

adéquat

34,6

38

20

REI 60

35

0,18

adéquat

34,7

38

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.14 Mur extérieur

CLT 120 C3s Homatherm HDP-Q11 standard Homatherm EnergiePlus massive

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

Homatherm EnergiePlus massive

8, 6

0,039

3

140

E

12, 10

0,038

3

110

E

12

0,110

50

470

D

Matériau de construction

Homatherm HDP-Q11 standard CLT 120 C3s

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 60

35

0,20

adéquat

33,3

38

20

REI 60

35

0,17

adéquat

33,3

38

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.15 Mur extérieur

CLT 100 C3s Homatherm HDP-Q11 standard

placoplâtre réfractaire

Homatherm EnergiePlus massive

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

Homatherm EnergiePlus massive

8, 6

0,039

3

140

E

Matériau de construction

Homatherm HDP-Q11 standard

12, 10

0,038

3

110

E

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

D

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 90

35

0,21

adéquat

38,7

39

20

REI 90

35

0,17

adéquat

38,7

39

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.16 Mur extérieur

CLT 120 C3s Homatherm HDP-Q11 standard

placoplâtre réfractaire

Homatherm EnergiePlus massive

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

Homatherm EnergiePlus massive

8, 6

0,039

3

140

E

Matériau de construction

Homatherm HDP-Q11 standard

12, 10

0,038

3

110

E

CLT 120 C3s

12

0,110

50

470

D

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 90

35

0,20

adéquat

37,4

39

20

REI 90

35

0,17

adéquat

37,4

39

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.17 Mur extérieur CLT 100 C3s Homatherm HDP-Q11 standard

Homatherm ID-Q11 standard lattis en bois

Homatherm EnergiePlus massive

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

Homatherm EnergiePlus massive

8, 6

0,039

3

140

E

12, 10

0,038

3

110

E

10

0,110

50

470

D

4

0,130

50

500

D

4

0,038

3

1,5

0,250

Matériau de construction

Homatherm HDP-Q11 standard CLT 100 C3s Composition du vide technique : Lattis en bois 50/40, e = 62,5 cm Homatherm ID-Q11 standard Placoplâtre réfractaire

110

E

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique Comportement de diffusion

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

16

REI 120

35

0,18

adéquat

18,1

44

20

REI 120

35

0,15

adéquat

18,1

44

Rw

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.18 Mur extérieur CLT 120 C3s

Homatherm ID-Q11 standard

Homatherm HDP-Q11 standard

lattis en bois

Homatherm EnergiePlus massive

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques) placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

Homatherm EnergiePlus massive

8, 6

0,039

3

140

E

12, 10

0,038

3

110

E

12

0,110

50

470

D

4

0,130

50

500

D

4

0,038

3

1,5

0,250

Matériau de construction

Homatherm HDP-Q11 standard CLT 120 C3s Composition du vide technique : Lattis en bois 50/40, e = 62,5 cm Homatherm ID-Q11 standard Placoplâtre réfractaire

110

E

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

16

REI 120

35

0,17

adéquat

18,0

44

20

REI 120

35

0,15

adéquat

18,0

44

Rw

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.19 Mur extérieur

CLT 100 C3s Homatherm HDP-Q11 standard film plastique perméable à la diffusion lattis en bois (ventilé)

façade en bois

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Façade en bois Lattis en bois (ventilé)

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

2,5

0,130

50

500

D

3

0,130

50

500

D

16, 20

0,038

3

110

E

10

0,110

50

470

D

Film plastique perméable à la diffusion Homatherm HDP-Q11 standard, 2 couches CLT 100 C3s

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 60

35

0,21

adéquat

34,7

43

20

REI 60

35

0,17

adéquat

34,8

43

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.20 Mur extérieur

CLT 120 C3s Homatherm HDP-Q11 standard film plastique perméable à la diffusion lattis en bois (ventilé)

façade en bois

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Façade en bois Lattis en bois (ventilé)

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

2,5

0,130

50

500

D

3

0,130

50

500

D

16, 18, 20, 24

0,038

3

110

E

12

0,110

50

470

D

Film plastique perméable à la diffusion Homatherm HDP-Q11 standard, 2 couches CLT 120 C3s

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 60

35

0,20

adéquat

33,4

43

18

REI 60

35

0,18

adéquat

33,4

43

20

REI 60

35

0,17

adéquat

33,4

43

24

REI 60

35

0,15

adéquat

33,4

44

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.21 Mur extérieur

CLT 100 C3s Homatherm HDP-Q11 standard

placoplâtre réfractaire

film plastique perméable à la diffusion lattis en bois (ventilé)

façade en bois

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Façade en bois Lattis en bois (ventilé)

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

2,5

0,130

50

500

D

3

0,130

50

500

D

16, 20

0,038

3

110

E

50

Film plastique perméable à la diffusion Homatherm HDP-Q11 standard, 2 couches CLT 100 C3s

10

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

16

REI 90

35

0,20

adéquat

38,7

44

20

REI 90

35

0,17

adéquat

38,8

44

Rw

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.22 Mur extérieur

CLT 120 C3s Homatherm HDP-Q11 standard

placoplâtre réfractaire

film plastique perméable à la diffusion lattis en bois (ventilé)

façade en bois

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Façade en bois Lattis en bois (ventilé)

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

2,5

0,130

50

500

D

3

0,130

50

500

D

16, 20

0,038

3

110

E

50

Film plastique perméable à la diffusion Homatherm HDP-Q11 standard, 2 couches CLT 120 C3s

12

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm]

Protection incendie i → o Résistance au feu

Isolation thermique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 90

35

0,20

adéquat

37,4

44

20

REI 90

35

0,17

adéquat

37,4

44

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.23 Mur extérieur CLT 100 C3s

Homatherm ID-Q11 standard

Homatherm HDP-Q11 standard

lattis en bois

film plastique perméable à la diffusion lattis en bois (ventilé)

façade en bois

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

2,5

0,130

50

500

D

3

0,130

50

500

D

16, 20

0,038

3

110

E

10

0,110

50

470

D

Lattis en bois 50/40, e = 62,5 cm

4

0,130

50

500

D

Homatherm ID-Q11 standard

4

0,038

3

130

E

1,5

0,250

800

A2

Matériau de construction Façade en bois Lattis en bois (ventilé) Film plastique perméable à la diffusion Homatherm HDP-Q11 standard, 2 couches CLT 100 C3s Composition du vide technique :

Placoplâtre réfractaire

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 120

35

0,18

adéquat

18,1

48

20

REI 120

35

0,15

adéquat

18,1

48

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.24 Mur extérieur CLT 120 C3s

Homatherm ID-Q11 standard

Homatherm HDP-Q11 standard

lattis en bois film plastique perméable à la diffusion lattis en bois (ventilé)

façade en bois

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

2,5

0,130

50

500

D

3

0,130

50

500

D

16, 20

0,038

3

130

E

12

0,110

50

470

D

Lattis en bois 50/40, e = 62,5 cm

4

0,130

50

500

D

Homatherm ID-Q11 standard

4

0,038

3

110

E

1,5

0,250

800

A2

Matériau de construction Façade en bois Lattis en bois (ventilé) Film plastique perméable à la diffusion Homatherm HDP-Q11 standard, 2 couches CLT 120 C3s Composition du vide technique :

Placoplâtre réfractaire

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 120

35

0,17

adéquat

16,5

48

20

REI 120

35

0,15

adéquat

16,5

48

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.25 Mur extérieur CLT 100 C3s laine minérale

bois massif abouté (KVH)

film plastique perméable à la diffusion lattis en bois (ventilé)

façade en bois

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

2,5

0,130

50

500

D

3

0,130

50

500

D

Bois de construction 6/x, e = 62,5 cm

16, 20, 26

0,130

50

500

D

Laine minérale

16, 20, 26

0,035

1

18

A1

10

0,250

800

A2

Matériau de construction Façade en bois Lattis en bois (ventilé) Film plastique perméable à la diffusion Structure en bois massif abouté (KVH) avec isolation :

CLT 100 C3s

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 60

35

0,20

adéquat

34,4

47

20

REI 60

35

0,16

adéquat

34,7

47

26

REI 60

35

0,13

adéquat

34,8

48

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.26 Mur extérieur CLT 120 C3s laine minérale

bois massif abouté (KVH)

film plastique perméable à la diffusion lattis en bois (ventilé)

façade en bois

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

2,5

0,130

50

500

D

3

0,130

50

500

D

Bois de construction 6/x, e = 62,5 cm

16, 20, 26

0,130

50

500

D

Laine minérale

16, 20, 26

0,035

1

18

A1

12

0,110

50

470

D

Matériau de construction Façade en bois Lattis en bois (ventilé) Film plastique perméable à la diffusion Structure en bois massif abouté (KVH) avec isolation :

CLT 120 C3s

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 60

35

0,19

adéquat

33,3

47

20

REI 60

35

0,16

adéquat

33,4

47

26

REI 60

35

0,13

adéquat

33,4

48

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.27 Mur extérieur CLT 100 C3s laine minérale

bois massif abouté (KVH)

film plastique perméable à la diffusion lattis en bois (ventilé) placoplâtre réfractaire

façade en bois

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

2,5

0,130

50

500

D

3

0,130

50

500

D

Bois de construction 6/x, e = 62,5 cm

16, 20, 26

0,130

50

500

D

Laine minérale

Matériau de construction Façade en bois Lattis en bois (ventilé) Film plastique perméable à la diffusion Structure en bois massif abouté (KVH) avec isolation :

16, 20, 26

0,035

1

18

A1

CLT 100 C3s

12

0,110

50

470

D

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 90

35

0,19

adéquat

38,7

51

20

REI 90

35

0,16

adéquat

38,7

51

26

REI 90

35

0,13

adéquat

38,8

52

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.28 Mur extérieur CLT 120 C3s laine minérale

bois massif abouté (KVH)

film plastique perméable à la diffusion lattis en bois (ventilé) placoplâtre réfractaire

façade en bois

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

2,5

0,130

50

500

D

3

0,130

50

500

D

Bois de construction 6/x, e = 62,5 cm

16, 20, 26

0,130

50

500

D

Laine minérale

16, 20, 26

0,035

1

18

A1

50

Matériau de construction Façade en bois Lattis en bois (ventilé) Film plastique perméable à la diffusion Structure en bois massif abouté (KVH) avec isolation :

CLT 120 C3s

12

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm]

Protection incendie i → o Résistance au feu

Charge [kN/m]

Isolation thermique Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16

REI 90

35

0,19

adéquat

37,4

51

20

REI 90

35

0,16

adéquat

37,3

51

26

REI 90

35

0,13

adéquat

37,4

52

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

1.29 Mur extérieur CLT 120 C3s

Homatherm ID-Q11 standard

laine minérale

enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

lattis en bois

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

Enduit (avec apprêt et couche en fibres synthétiques)

0,5

1,000

10-35

2 000

A1

Laine minérale

18

0,035

1

18

A1

CLT 120 C3s

12

0,110

50

470

D

Lattis en bois 50/40, e = 62,5 cm

4

0,130

50

500

D

Homatherm ID-Q11 standard

4

0,038

3

130

E

1,5

0,250

800

A2

Matériau de construction

Composition du vide technique :

Placoplâtre réfractaire

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

18

REI 120

35

0,14

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

16,3

44

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

SOMMAIRE – MURS INTÉRIEURS

Structure des éléments de construction 2.1

Structure côté gauche

CLT

Structure côté droit

CLT qualité visible

CLT 100 C3s

CLT qualité visible

2.2

CLT qualité visible

CLT 120 C3s

CLT qualité visible

2.3

CLT qualité visible

CLT 100 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

2.4

CLT qualité visible

CLT 120 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

2.5

CLT qualité visible

CLT 100 C3s

parement avec placoplâtre GKF

2.6

CLT qualité visible

CLT 120 C3s

parement avec placoplâtre GKF

2.7

revêtu de placoplâtre GKF

CLT 100 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

2.8

revêtu de placoplâtre GKF

CLT 120 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

2.9

revêtu de placoplâtre GKF

CLT 100 C3s

parement avec placoplâtre GKF

2.10

parement avec placoplâtre GKF

CLT 100 C3s

parement avec placoplâtre GKF

2.11

parement avec placoplâtre GKF

CLT 120 C3s

parement avec placoplâtre GKF


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

2.1 Mur intérieur

CLT 100 C3s

Structure de l’élément de construction Matériau de construction CLT 100 C3s

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

10

0,110

50

470

D

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

REI 60

35

0,855

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

29,6

34

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

2.2 Mur intérieur

CLT 120 C3s

Structure de l’élément de construction Matériau de construction CLT 120 C3s

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

12

0,110

50

470

D

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

REI 60

35

0,740

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

31,1

35

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

2.3 Mur intérieur

CLT 100 C3s

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ 50

CLT 100 C3s

10

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

REI 90

35

0,820

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²] GKF 34,5 bois 30,0

Rw 36

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

2.4 Mur intérieur

CLT 120 C3s

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ 50

CLT 120 C3s

12

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

REI 90

35

0,714

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²] GKF 36,0 bois 31,4

Rw 37

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

2.5 Mur intérieur

CLT 100 C3s laine minérale lattis en bois

panneau aggloméré à fibres orientées (OSB) placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

10

0,110

50

470

D

Lattis en bois 40/50, e = 62,5 cm

5

0,130

50

500

D

Laine minérale

5

0,035

18

A1

Matériau de construction CLT 100 C3s Composition du vide technique :

Panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

1,5

0,130

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

200-300

600

B

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

REI 120

35

0,382

adéquat

+ vide technique 27,2 bois 33,8

Rw

41

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

2.6 Mur intérieur

CLT 120 C3s laine minérale lattis en bois

panneau aggloméré à fibres orientées (OSB) placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

12

0,110

50

470

D

Lattis en bois 40/50, e = 62,5 cm

5

0,130

50

500

D

Laine minérale

5

0,035

18

A1

Matériau de construction CLT 120 C3s Composition du vide technique :

Panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

1,5

0,130

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

200-300

600

B

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

REI 120

35

0,357

adéquat

vide technique 27,2 bois 33,0

Rw

41

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

2.7 Mur intérieur

CLT 100 C3s

placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

CLT 100 C3s

10

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

μ 50

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

REI 90

35

0,788

adéquat

35,0

38

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

2.8 Mur intérieur

CLT 120 C3s

placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

CLT 120 C3s

12

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

μ 50

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

REI 90

35

0,689

adéquat

36,2

38

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

2.9 Mur intérieur CLT 100 C3s laine minérale lattis en bois placoplâtre réfractaire

panneau aggloméré à fibres orientées (OSB) placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

CLT 100 C3s

10

0,110

50

5

0,130

Matériau de construction

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

470

D

50

500

D

18

A1

200-300

600

B

800

A2

μ

Composition du vide technique : Lattis en bois 40/50, e = 62,5 cm Laine minérale

5

0,035

Panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

1,5

0,130

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

REI 120

35

0,375

adéquat

vide technique 27,1 bois 38,1

Rw

42

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

2.10 Mur intérieur CLT 100 C3s laine minérale lattis en bois panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

laine minérale lattis en bois

placoplâtre réfractaire

panneau aggloméré à fibres orientées (OSB) placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

Panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

1,5

0,130

Matériau de construction

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

200-300

600

B

50

500

D

18

A1 D

μ

Composition du vide technique : Lattis en bois 40/50, e = 62,5 cm

5

0,130

Laine minérale

5

0,035

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

50

500

D

18

A1

600

B

800

A2

Composition du vide technique : Lattis en bois 40/50, e = 62,5 cm

5

0,130

Laine minérale

5

0,035

Panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

1,5

0,130

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

200-300

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

REI 120

35

0,247

adéquat

27,2

46

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

2.11 Mur intérieur CLT 120 C3s laine minérale lattis en bois panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

laine minérale lattis en bois

placoplâtre réfractaire

panneau aggloméré à fibres orientées (OSB) placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

Panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

1,5

0,130

Matériau de construction

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

200-300

600

B

50

500

D

18

A1 D

μ

Composition du vide technique : Lattis en bois 40/50, e = 62,5 cm

5

0,130

Laine minérale

5

0,035

CLT 120 C3s

12

0,110

50

470

50

500

D

18

A1

600

B

800

A2

Composition du vide technique : Lattis en bois 40/50, e = 62,5 cm

5

0,130

Laine minérale

5

0,035

Panneau aggloméré à fibres orientées (OSB)

1,5

0,130

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

200-300

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

REI 120

35

0,236

adéquat

27,2

46

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

SOMMAIRE – CLOISONS DE SÉPARATION

Structure des éléments de Structure côté gauche construction 3.1 parement avec élément antivibratile

CLT

Structure côté droit

CLT 100 C3s

CLT qualité visible

3.2

parement avec élément antivibratile

CLT 120 C3s

CLT qualité visible

3.3

parement avec élément antivibratile

CLT 100 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

3.4

parement avec élément antivibratile

CLT 120 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

3.5

parement avec élément antivibratile

CLT 100 C3s

parement avec élément antivibratile

3.6

parement avec élément antivibratile

CLT 120 C3s

parement avec élément antivibratile

3.7

CLT qualité visible

2 x CLT 100 C3s

CLT qualité visible

3.8

CLT qualité visible

2 x CLT 100 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

3.9

CLT qualité visible

2 x CLT 100 C3s

parement avec élément antivibratile

3.10

revêtu de placoplâtre GKF

2 x CLT 100 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

3.11

revêtu de placoplâtre GKF

2 x CLT 80 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

3.12

revêtu de placoplâtre GKF

2 x CLT 100 C3s

parement avec élément antivibratile

3.13

revêtu de placoplâtre GKF

2 x CLT 80 C3s

parement avec élément antivibratile

3.14

revêtu de placoplâtre GKF

2 x CLT 100 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

3.15

revêtu de placoplâtre GKF

2 x CLT 80 C3s

revêtu de placoplâtre GKF

3.16

parement avec élément antivibratile

2 x CLT 100 C3s

parement avec élément antivibratile

3.17

parement avec élément antivibratile

2 x CLT 80 C3s

parement avec élément antivibratile


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.1 Cloison de séparation

CLT 100 C3s laine minérale lattis en bois (sur élément antivibratile) placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Placoplâtre réfractaire

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

2,5

0,250

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

Laine minérale

7

0,035

CLT 100 C3s

10

0,110

μ

50 50

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

500

D

18

A1

470

D

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm] 7

Protection incendie i → o Résistance au feu REI 60 EI 120

Isolation thermique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

35

0,34

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

34,0

45

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.2 Cloison de séparation

CLT 120 C3s laine minérale lattis en bois (sur élément antivibratile) placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Placoplâtre réfractaire

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

2,5

0,250

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

Laine minérale

7

0,035

CLT 120 C3s

12

0,110

μ

50 50

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

500

D

18

A1

470

D

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm] 7

Protection incendie i → o Résistance au feu REI 60 EI 120

Isolation thermique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

35

0,32

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

33,1

45

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.3 Cloison de séparation

CLT 100 C3s laine minérale lattis en bois (sur élément antivibratile) placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire placoplâtre réfractaire placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Placoplâtre réfractaire

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

2,5

0,250

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

Laine minérale

7

0,035

CLT 100 C3s

10

0,110

Placoplâtre réfractaire

2,5

0,250

μ

50 50

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

500

D

18

A1

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm] 7

Protection incendie i → o Résistance au feu REI 90 EI 120

Isolation thermique

Isolation acoustique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

35

0,33

adéquat

42,2

46

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.4 Cloison de séparation

CLT 120 C3s laine minérale lattis en bois (sur élément antivibratile) placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire placoplâtre réfractaire placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Placoplâtre réfractaire

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

2,5

0,250

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

Laine minérale

7

0,035

CLT 120 C3s

12

0,110

Placoplâtre réfractaire

2,5

0,250

μ

50 50

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

500

D

18

A1

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm] 7

Protection incendie i → o Résistance au feu REI 90 EI 120

Isolation thermique

Isolation acoustique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

35

0,31

adéquat

41,4

46

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.5 Cloison de séparation CLT 100 C3s laine minérale

laine minérale

lattis en bois (sur élément antivibratile)

lattis en bois (sur élément antivibratile)

placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Placoplâtre réfractaire

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

2,5

0,250

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

50

500

D

μ

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

Laine minérale

7

0,035

18

A1

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

D

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

50

500

D

7

0,035

18

A1

2,5

0,250

800

A2

Laine minérale Placoplâtre réfractaire

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

2 × 7

REI 120

35

0,21

adéquat

22,8

58

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.6 Cloison de séparation CLT 120 C3s laine minérale

laine minérale

lattis en bois (sur élément antivibratile)

lattis en bois (sur élément antivibratile)

placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Placoplâtre réfractaire

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

2,5

0,250

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

50

500

D

μ

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

Laine minérale

7

0,035

18

A1

CLT 120 C3s

12

0,110

50

470

D

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

50

500

D

7

0,035

18

A1

2,5

0,250

800

A2

Laine minérale Placoplâtre réfractaire

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

2 × 7

REI 120

35

0,20

adéquat

22,8

58

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.7 Cloison de séparation CLT 100 C3s isolation aux bruits d’impact MW-T CLT 100 C3s

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

D

Isolation aux bruits d’impact MW-T

6

0,035

1

68

A1

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

D

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm] 6

Protection incendie i → o Résistance au feu REI 60 EI 120

Isolation thermique

Isolation acoustique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

35

0,26

adéquat

34,2

52

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.8 Cloison de séparation CLT 100 C3s isolation aux bruits d’impact MW-T CLT 100 C3s

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

D

Isolation aux bruits d’impact MW-T

6

0,035

1

68

A1

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

D

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm] 6

Protection incendie i → o Résistance au feu REI 90 EI 120

Isolation thermique

Isolation acoustique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

35

0,26

adéquat

38,4

54

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.9 Cloison de séparation CLT 100 C3s isolation aux bruits d’impact MW-T

laine minérale

CLT 100 C3s

lattis en bois (sur élément antivibratile)

placoplâtre réfractaire placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

D

Isolation aux bruits d’impact MW-T

6

0,035

1

68

A1

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

D

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

50

500

D

Laine minérale

7

0,035

1

18

A1

2,5

0,250

800

A2

Placoplâtre réfractaire

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

7+6

REI 120

35

0,19

adéquat

23,1

66

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.10 Cloison de séparation CLT 100 C3s isolation aux bruits d’impact MW-T CLT 100 C3s

placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

800

A2

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

D

Isolation aux bruits d’impact MW-T

6

0,035

1

68

A1

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

D

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm] 6

Protection incendie i → o Résistance au feu REI 90 EI 120

Isolation thermique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

35

0,26

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

38,4

60

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.11 Cloison de séparation CLT 80 C3s isolation aux bruits d’impact MW-T CLT 80 C3s

placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Placoplâtre réfractaire

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

1,3

0,250

800

A2

CLT 80 C3s

8

0,110

50

470

D

Isolation aux bruits d’impact MW-T

6

0,035

1

68

A1

CLT 80 C3s

8

0,110

50

470

D

1,3

0,250

800

A2

Placoplâtre réfractaire

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm] 6

Protection incendie i → o Résistance au feu REI 90 EI 120

Isolation thermique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

35

0,26

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

38,4

60

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.12 Cloison de séparation CLT 100 C3s isolation aux bruits d’impact MW-T

laine minérale

CLT 100 C3s

lattis en bois (sur élément antivibratile)

placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

Matériau de construction

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

D

Isolation aux bruits d’impact MW-T

6

0,035

1

68

A1

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

D

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

50

500

D

Laine minérale

7

0,035

1

18

A1

2,5

0,250

800

A2

Placoplâtre réfractaire

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

7+6

REI 120

35

0,18

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

23,1

67

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.13 Cloison de séparation CLT 80 C3s isolation aux bruits d’impact MW-T

laine minérale

CLT 80 C3s

lattis en bois (sur élément antivibratile)

placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Placoplâtre réfractaire

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

1,3

0,250

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

CLT 80 C3s

8

0,110

50

470

D

Isolation aux bruits d’impact MW-T

6

0,035

1

68

A1

CLT 80 C3s

8

0,110

50

470

D

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

50

500

D

Laine minérale

7

0,035

1

18

A1

2,5

0,250

800

A2

Placoplâtre réfractaire

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm] 7+6

Protection incendie i → o Résistance au feu REI 90 EI 120

Isolation thermique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

35

0,20

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

14,9

66

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.14 Cloison de séparation CLT 100 C3s placoplâtre réfractaire placoplâtre réfractaire CLT 100 C3s

placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

CLT 100 C3s

10

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,5

0,250

Placoplâtre réfractaire

1,5

0,250

6

0,035

Placoplâtre réfractaire

1,5

Placoplâtre réfractaire

1,5

Matériau de construction

Isolation aux bruits d’impact MW-T

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

470

D

800

A2

800

A2

68

A1

0,250

800

A2

0,250

800

A2

CLT 100 C3s

10

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,3

0,250

μ 50

1

50

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm] 6

Protection incendie i → o Résistance au feu REI 90 EI 120

Isolation thermique

Isolation acoustique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

35

0,24

adéquat

36,8

70

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.15 Cloison de séparation CLT 80 C3s isolation aux bruits d’impact MW-T CLT 80 C3s

placoplâtre réfractaire

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Placoplâtre réfractaire

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

1,3

0,250

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

CLT 80 C3s

8

0,110

50

470

D

Isolation aux bruits d’impact MW-T

6

0,035

1

68

A1

Espace vide

2 8

0,110

50

1,3

0,250

CLT 80 C3s Placoplâtre réfractaire

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm] 6

Protection incendie i → o Résistance au feu REI 90 EI 120

Isolation thermique

Isolation acoustique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

35

0,27

adéquat

39,4

60

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.16 Cloison de séparation CLT 100 C3s isolation aux bruits d’impact MW-T laine minérale

CLT 100 C3s laine minérale lattis en bois (sur élément antivibratile) placoplâtre réfractaire

lattis en bois (sur élément antivibratile)

placoplâtre réfractaire placoplâtre réfractaire placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Placoplâtre réfractaire

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

2,5

0,250

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

500

D

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

Laine minérale

7

0,035

1

18

A1

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

D

Isolation aux bruits d’impact MW-T

6

0,035

1

68

A1

CLT 100 C3s

10

0,110

50

470

D

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

50

500

D

Laine minérale

7

0,035

1

18

A1

2,5

0,250

800

A2

Placoplâtre réfractaire

50

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

2 × 7 + 6

REI 120

35

0,14

adéquat

23,1

69

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

3.17 Cloison de séparation CLT 80 C3s isolation aux bruits d’impact MW-T laine minérale

CLT 80 C3s laine minérale lattis en bois (sur élément antivibratile) placoplâtre réfractaire

lattis en bois (sur élément antivibratile)

placoplâtre réfractaire placoplâtre réfractaire placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction Placoplâtre réfractaire

Épaisseur [cm]

λ [W/(mK)]

2,5

0,250

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

800

A2

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

50

500

D

Laine minérale

7

0,035

1

18

A1

CLT 80 C3s

8

0,110

50

470

D

Isolation aux bruits d’impact MW-T

6

0,035

1

68

A1

CLT 80 C3s

8

0,110

50

470

D

Parement sur élément antivibratile :

7

Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm

6

0,130

50

500

D

7

0,035

1

2,5

0,250

Laine minérale Placoplâtre réfractaire

18

A1

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation [cm] 2 × 7 + 6

Protection incendie i → o Résistance au feu REI 90 EI 120

Isolation thermique

Isolation acoustique

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

35

0,15

adéquat

23,1

68

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

SOMMAIRE – DALLES DE PLANCHER

Structure des éléments de construction

Empierrement de base

Matériau isolant

4.4

polyuréthane expansé aggloméré polyuréthane expansé aggloméré polyuréthane expansé aggloméré gravillonage

polyuréthane expansé (PSE) polyuréthane expansé (PSE) polyuréthane expansé (PSE) MW-T

4.5

gravillonage

MW-T

CLT 140 L5s

4.6

gravillonage

MW-T

CLT 140 L5s

4.1 4.2 4.3

CLT

Face inférieure de la dalle de plancher

CLT 140 L5s

CLT qualité visible

CLT 140 L5s

revêtu de placoplâtre GKF

CLT 140 L5s CLT 140 L5s

plafond suspendu avec placoplâtre GKF CLT qualité visible revêtu de placoplâtre GKF plafond suspendu avec placoplâtre GKF


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

4.1 Plancher entre étages

chape de ciment

remplissage en polyuréthane expansé aggloméré protection contre le ruissellement

couche de séparation en plastique plaque en polyuréthane expansé

CLT 140 L5s

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

Chape de ciment

7

Couche de séparation en plastique Plaque en polyuréthane expansé

3

Remplissage en polyuréthane expansé aggloméré

5

Protection contre le ruissellement (pour les joints) CLT 140 L5s

14

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

1,330

50-100

2 000

A1

0,200

100 000

1 400

E

0,04

60

18

E

0,2

423

636

E

0,110

50

470

D

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

8

REI 60

5

0,35

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

Ln,w

55

60

intérieur 32,5 extérieur 140,3


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

4.2 Plancher entre étages

chape de ciment

remplissage en polyuréthane expansé aggloméré protection contre le ruissellement

couche de séparation en plastique plaque en polyuréthane expansé

CLT 140 L5s

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

Chape de ciment

7

Couche de séparation en plastique Plaque en polyuréthane expansé

3

Remplissage en polyuréthane expansé aggloméré

5

Protection contre le ruissellement (pour les joints)

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

1,330

50-100

2 000

A1

0,200

100 000

1 400

E

0,04

60

18

E

0,2

423

636

E

50

CLT 140 L5s

14

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,5

0,250

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

8

REI 90

5

0,35

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

Ln,w

56

59

intérieur 37,7 extérieur 140,4


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

4.3 Plancher entre étages chape de ciment

remplissage en polyuréthane expansé aggloméré protection contre le ruissellement

couche de séparation en plastique plaque en polyuréthane expansé

CLT 140 L5s laine minérale lattis en bois placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

Chape de ciment

7

Couche de séparation en plastique Plaque en polyuréthane expansé

3

Remplissage en polyuréthane expansé aggloméré

5

Protection contre le ruissellement (pour les joints) CLT 140 L5s

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

1,330

50-100

2 000

A1

0,200

100 000

1 400

E

0,04

60

18

E

0,2

423

636

E

14

0,110

50

470

D

5

0,130

50

500

D

5

0,035

18

A1

1,5

0,250

800

A2

Composition du vide technique : Lattis en bois 40/50, e = 62,5 cm Laine minérale Placoplâtre réfractaire

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

8

REI 90

5

0,24

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

Ln,w

60

55

intérieur 16,5 extérieur 140,4


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

4.4 Plancher entre étages

chape de ciment

couche de séparation en plastique isolation aux bruits d’impact MW-T

empierrement de base (gravillonnage) protection contre le ruissellement

CLT 140 L5s

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

Chape de ciment

7

Couche de séparation en plastique Isolation aux bruits d’impact MW-T

4

Empierrement de base (gravillonnage)

5

Protection contre le ruissellement (pour les joints) CLT 140 L5s

14

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

1,330

50-100

2 000

A1

0,200

100 000

1 400

E

0,035

1

68

A1

0,7

2

1 800

A1

0,2

423

636

E

0,110

50

470

D

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

4

REI 60

5

0,37

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

Ln,w

58

51

intérieur 32,0 extérieur 139,3


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

4.5 Plancher entre étages

chape de ciment

couche de séparation en plastique isolation aux bruits d’impact MW-T

empierrement de base (gravillonnage) protection contre le ruissellement

CLT 140 L5s

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

Chape de ciment

7

Couche de séparation en plastique Isolation aux bruits d’impact MW-T

4

Empierrement de base (gravillonnage)

5

Protection contre le ruissellement (pour les joints)

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

1,330

50-100

2 000

A1

0,200

100 000

1 400

E

0,035

1

68

A1

0,7

2

1 800

A1

0,2

423

636

E

50

CLT 140 L5s

14

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,5

0,250

470

D

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

5

REI 90

5

0,36

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

Ln,w

59

50

intérieur 37,5 extérieur 139,3


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

4.6 Plancher entre étages chape de ciment

couche de séparation en plastique isolation aux bruits d’impact MW-T

empierrement de base (gravillonnage) protection contre le ruissellement CLT 140 L5s

laine minérale lattis en bois (sur élément antivibratile) placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

Chape de ciment

7

Couche de séparation en plastique

λ [W/(mK)]

μ

ρ [kg/m³]

Échelle combustibilité

1,330

50-100

2 000

A1

0,200

100 000

1 400

E

Isolation aux bruits d’impact MW-T

4

0,035

1

68

A1

Empierrement de base (gravillonnage)

5

0,7

2

1 800

A1

0,2

423

636

E

14

0,110

50

470

D

6

0,130

50

500

D

7

0,035

1

1,5

0,250

Protection contre le ruissellement (pour les joints) CLT 140 L5s Composition du vide technique sur élément antivibratile : Lattis en bois 6/6, e = 62,5 cm Laine minérale Placoplâtre réfractaire

18

A1

800

A2

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

5

REI 90

5

0,23

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

Ln,w

65

45

intérieur 16,4 extérieur 139,3


Physique du bâtiment 04/2012

SOMMAIRE – TOITURES

Structure des éléments de construction

5.1 5.2 5.3 5.4 5.5 5.6

CLT

Face inférieure de la dalle de plancher

CLT 140 L5s

CLT qualité visible

CLT 140 L5s

revêtu de placoplâtre GKF

CLT 140 L5s

plafond suspendu avec placoplâtre GKF

HWF

CLT 140 L5s

CLT qualité visible

HWF

CLT 140 L5s

revêtu de placoplâtre GKF

HWF

CLT 140 L5s

plafond suspendu avec placoplâtre GKF

Couverture de toit

Matériau isolant

toit revêtu d’une feuille de protection toit revêtu d’une feuille de protection toit revêtu d’une feuille de protection toit revêtu d’une feuille de protection toit revêtu d’une feuille de protection toit revêtu d’une feuille de protection

polyuréthane expansé (PSE) polyuréthane expansé (PSE) polyuréthane expansé (PSE)


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

5.1 Toiture

couverture plastique

polyuréthane expansé (PSE) CLT 140 L5s

coupe-vapeur autoadhésif

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

Couverture plastique

0,3

Polyuréthane expansé (PSE), 2 couches

24

λ [W/(mK)] 0,038

Coupe-vapeur autoadhésif

μ

ρ [kg/m³]

40 000

680

E

60

30

E

470

D

Échelle combustibilité

1 500

CLT 140 L5s

14

0,110

50

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

24

REI 60

5

0,13

adéquat

32,5

36

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

5.2 Toiture

couverture plastique

polyuréthane expansé (PSE) CLT 140 L5s

coupe-vapeur autoadhésif

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

Couverture plastique

0,3

Polyuréthane expansé (PSE), 2 couches

24

λ [W/(mK)] 0,038

Coupe-vapeur autoadhésif

μ

ρ [kg/m³]

40 000

680

E

60

30

E

470

D

800

A2

Échelle combustibilité

1 500

CLT 140 L5s

14

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,5

0,250

50

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

24

REI 90

5

0,13

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

36,7

37

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

5.3 Toiture

couverture plastique

polyuréthane expansé (PSE) CLT 140 L5s

coupe-vapeur autoadhésif

laine minérale lattis en bois placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

Couverture plastique

0,3

Polyuréthane expansé (PSE), 2 couches

24

λ [W/(mK)] 0,038

Coupe-vapeur autoadhésif

μ

ρ [kg/m³]

40 000

680

E

60

30

E

Échelle combustibilité

1 500

CLT 140 L5s

14

0,110

50

470

D

Lattis en bois 40/50, e = 62,5 cm

5

0,130

50

500

D

Laine minérale

5

0,035

18

A1

1,5

0,250

800

A2

Composition du vide technique :

Placoplâtre réfractaire

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

24

REI 90

5

0,11

adéquat

14,7

43

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

5.4 Toiture

couverture plastique

Homatherm HDP-Q11 protect CLT 140 L5s

coupe-vapeur autoadhésif

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

Couverture plastique

0,3

Homatherm HDP-Q11 protect, 2 couches

24

λ [W/(mK)] 0,039

Coupe-vapeur autoadhésif

μ

ρ [kg/m³]

40 000

680

E

3

140

E

470

D

Échelle combustibilité

1 500

CLT 140 L5s

14

0,110

50

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

24

REI 60

5

0,13

adéquat

32,5

38

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

5.5 Toiture

couverture plastique

Homatherm HDP-Q11 protect CLT 140 L5s

coupe-vapeur autoadhésif

placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

Couverture plastique

0,3

Homatherm HDP-Q11 protect, 2 couches

24

λ [W/(mK)] 0,039

Coupe-vapeur autoadhésif

μ

ρ [kg/m³]

40 000

680

E

3

140

E

470

D

800

A2

Échelle combustibilité

1500

CLT 140 L5s

14

0,110

Placoplâtre réfractaire

1,5

0,250

50

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

24

REI 90

5

0,13

adéquat

Isolation acoustique Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

36,7

39

Ln,w


Physique du bâtiment 04/2012

STRUCTURES DES ÉLÉMENTS DE CONSTRUCTION

5.6 Toiture

couverture plastique

Homatherm HDP-Q11 protect CLT 140 L5s

coupe-vapeur autoadhésif

laine minérale lattis en bois placoplâtre réfractaire

Structure de l’élément de construction Matériau de construction

Épaisseur [cm]

Couverture plastique

0,3

Homatherm HDP-Q11 protect, 2 couches

24

λ [W/(mK)] 0,039

Coupe-vapeur autoadhésif

μ

ρ [kg/m³]

40 000

680

E

3

140

E

Échelle combustibilité

1 500

CLT 140 L5s

14

0,110

50

470

D

Lattis en bois 40/50, e = 62,5 cm

5

0,130

50

500

D

Laine minérale

5

0,035

18

A1

1,5

0,250

800

A2

Composition du vide technique :

Placoplâtre réfractaire

Évaluation des caractéristiques physiques de la construction Épaiss. isolation

Protection incendie i → o

Isolation thermique

Isolation acoustique

[cm]

Résistance au feu

Charge [kN/m]

Valeur U [W/m²K]

Comportement de diffusion

Inertie thermique mw,B,A [kg/m²]

Rw

24

REI 90

5

0,11

adéquat

14,7

45

Ln,w


Statique des contructions


Statique des constructions GÉNÉRALITÉS

04/2012

Considérations générales quant à la conception d’ossatures porteuses en CLT Les panneaux étant constitués de couches assemblées et collées à plis croisés, il est possible de bénéficier d’une descente de charge répartie sur deux axes — une propriété qui était jusque-là le privilège des structures en béton armé. Ceci présente l’avantage d’une plus grande liberté dans la conception des agencements intérieurs ainsi que d’une simplification des constructions. Par ailleurs, la hauteur des planchers bruts peut être réduite. Les structures placées diagonalement en porte-à-faux ou bien ne reposant que sur un seul point d’appui nécessitent certes un travail de conception plus important ; elles sont cependant facilement réalisables. La capacité de charge des panneaux CLT est particulièrement élevée. En effet, du fait des couches transversales, la largeur porteuse correspond en général à la largeur du panneau. L’importante rigidité propre des panneaux CLT favorise également le raidissement des bâtiments.

Mode de calcul pour le CLT La différence entre le dimensionnement du bois massif et celui du bois lamellé-collé réside dans les contraintes auxquelles sont soumises les couches transversales. Dans un panneau CLT, une charge exercée perpendiculairement au plan du panneau — le poids de la neige sur un toit plat par exemple — génère au niveau des couches transversales une contrainte de cisaillement qui agit perpendiculairement au sens du fil du bois. Cette contrainte est appelée en anglais rolling shear (en allemand : Rollschub), car en cas de rupture, les fibres du bois « roulent » pour ainsi dire transversalement. Compte tenu de la faible résistance de la couche transversale au cisaillement (contrainte exercée perpendiculairement au fil du bois), il est absolument essentiel de ne pas négliger de telles contraintes ou déformations. Le calcul doit s’effectuer conformément à la théorie des structures composites, en tenant compte des déformations liées au cisaillement. Il existe à l’heure actuelle plusieurs méthodes mathématiques pour calculer le comportement du bois lamellé-collé. La « théorie des couches composites en flexion » (également appelée « méthode gamma ») est l’une d’entre elles. Cette méthode est d’ailleurs la plus couramment employée et elle est décrite dans l’agrément technique européen ATE-08/0271. Organes d’assemblage La vérification des organes d’assemblage est décrite et réglementée dans les homologations.


Statique des constructions CALCULS STATIQUES ET DIMENSIONNEMENT DES PANNEAUX CLT

04/2012

A. Calculs statiques pour les panneaux CLT La particularité des calculs statiques pour les panneaux CLT réside dans le fait que les couches transversales sont davantage sensibles au cisaillement. On ne peut donc de ce fait ignorer ni le fléchissement résultant de la force de cisaillement (force transversale), ni la contrainte de cisaillement par torsion (<cf italic="on">rolling shear</cf>). Plusieurs méthodes de calcul ont été mises en place pour déterminer ces contraintes. Vous trouverez ci-dessous une brève présentation de ces méthodes ainsi qu’une liste de publications plus détaillées. Dans les calculs statiques, les panneaux massifs contrecollés (ou panneaux CLT) ne peuvent être considérés comme du bois massif ou du bois lamellé-collé. Stora Enso met à votre disposition sur le site www.clt.info un logiciel gratuit de calcul statique qui vous permettra de vérifier les paramètres de construction standard des panneaux CLT. A.1. Calculs d’après la théorie des structures composites A.1.1. Au moyen des « facteurs de structure des panneaux » Ce mode de calcul ne tient pas compte du fléchissement résultant de la force de cisaillement (force transversale). Il ne s’applique donc que lorsque le rapport entre la distance entre appuis et l’épaisseur est relativement important (supérieur à 30 environ). Pour ce qui est des panneaux à structure symétrique, vous trouverez dans les textes de référence [1] et [2] des formules permettant de calculer la valeur EJef pour les plaques et les panneaux. A.1.2. Au moyen du « coefficient de correction du cisaillement » Cette méthode permet de calculer la flèche des plafonds en déterminant le coefficient de correction de cisaillement pour chaque section de panneau. On peut recourir par ailleurs à des logiciels de statique des structures portantes en barre qui tiennent compte du fléchissement résultant de la force de cisaillement (force transversale). Les calculs statiques ainsi effectués fournissent pour les panneaux CLT des résultats suffisamment précis pour l’application pratique. Cette méthode de calcul est décrite dans le texte de référence [3]. A.2. Calculs d’après la méthode gamma Cette méthode a été développée afin de pouvoir effectuer les calculs statiques sur des poutres composites en flexion (cf. [4] et [5]) et elle est également applicable aux panneaux CLT. D’un point de vue pratique, cette méthode est considérée comme étant suffisamment précise. Son application aux panneaux massifs contrecollés est décrite dans le texte de référence [2]. Elle est par ailleurs incorporée à de nombreuses normes relatives aux constructions en bois telles que les normes DIN 1052-1:1988, DIN 1052:2008, ÖNORM B 4100-2:2003 et l’Eurocode 5 (EN 1995-1-1).


Statique des constructions CALCULS STATIQUES ET DIMENSIONNEMENT DES PANNEAUX CLT

04/2012

A.3. Calculs d’après la méthode d’analogie du cisaillement La méthode d’analogie du cisaillement est décrite dans l’annexe D de la norme DIN 1052-1:2008. Elle est considérée comme une méthode précise pour les calculs statiques sur des panneaux massifs contrecollés, et ce indépendamment de leur structure ou de leur composition. Vous en trouverez une brève description dans le texte de référence [2]. Pour une description plus détaillée, reportez-vous aux textes [6], [7], [8] et [9]. On notera que cette méthode est relativement plus complexe que les méthodes évoquées plus haut. A.4. Calculs statiques réalisés sur deux axes A.4.1. Au moyen de treillis de poutre Les logiciels de statique des structures portantes en barre permettent de modéliser les structures en deux dimensions. Vous trouverez quelques informations isolées dans les textes de référence [10] et [11]. Pour des informations plus détaillées, reportez-vous au texte [9]. A.4.2. Au moyen de logiciels FEM Les logiciels FEM permettent de modéliser les structures en deux dimensions. Vous trouverez quelques informations à ce sujet dans les textes de référence [9] et [12]. B. Calculs statiques portant sur les organes d’assemblage des panneaux CLT Les calculs statiques relatifs aux organes d’assemblage sont décrits dans l’homologation Z-9.1-559. Pour davantage de détails sur les organes d’assemblage en forme de broche, veuillez consulter les textes de référence [13] et [14].


Statique des constructions CALCULS STATIQUES ET DIMENSIONNEMENT DES PANNEAUX CLT

04/2012

Textes cités : Blaß H. J., Fellmoser P. : Bemessung von Mehrschichtplatten [Dimensionnement de panneaux à plusieurs plis]. Dans : Bauen mit Holz 105 (2003) ; nº 8, pages 36 à 39 ; nº 9, pages 37 à 39 ; également disponible en téléchargement à www.holz.uni-karlsruhe.de sous la rubrique « Veröffentlichungen » (publications). Dernière mise à jour : octobre 2008. [2]

Blaß H. J., Görlacher R. : Brettsperrholz – Berechnungsgrundlagen [Panneaux massifs contrecollés. Principes de calcul]. Dans : Holzbaukalender 2003, pages 580 à 598. Bruderverlag Karlsruhe, 2003.

[3]

Jöbstl R. : Praxisgerechte Bemessung von Brettsperrholz [Dimensionnement pratique des panneaux massifs contrecollés]. Dans : Ingenieurholzbau, Karlsruher Tage 2007. Bruderverlag Karlsruhe, 2007.

[4]

Schelling W. : Zur Berechnung nachgiebig zusammengesetzter Biegeträger aus beliebig vielen Einzelquerschnitten [Pour le calcul de poutres composites en flexion composées d’un nombre quelconque de sections individuelles]. Dans : J. Ehlbeck (éditeur) et G. Steck (éditeur) : Ingenieurholzbau in Forschung und Praxis. Bruderverlag Karlsruhe, 1982.

[5]

Heimeshoff B. : Zur Berechnung von Biegeträgern aus nachgiebig miteinander verbundenen Querschnittsteilen im Ingenieurholzbau. Dans : Holz als Roh- und Werkstoff 45 (1987) ; pages 237 à 241 ; 1987.

[6]

Kreuzinger H. : Platten, Scheiben und Schalen [Panneaux, plaques et coques]. Dans : Bauen mit Holz 1/99 ; pages 34 à 39 ; 1999.

[7]

Blaß H. J., Ehlbeck J., Kreuzinger H., Steck G. : Erläuterungen zu DIN 1052:2004-08 [Commentaires explicatifs sur la norme DIN 1052:2004-08]. Pages 52 à 56 et 81 à 84. Bruderverlag Karlsruhe, 2004.

[8]

Scholz A. : Schubanalogie in der Praxis [L’analogie du cisaillement dans la pratique]. Possibilités et limites. Dans : Ingenieurholzbau, Karlsruher Tage 2004. Bruderverlag Karlsruhe, 2004.

[9]

Winter S., Kreuzinger H., Mestek P. : TP 15 Flächen aus Brettstapeln, Brettsperrholz und Verbundkonstruktionen. TU München (Université technique de Munich), 2008.

[10]

Auteurs divers : Mehrgeschossiger Holzbau in Österreich: Holzskelett- und Holzmassivbauweise. Pages 127 et 128 ; ProHolz Austria (Vienne), 2002.

[11]

Schrentewein T. : Konzentration auf den Punkt. Dans : Bauen mit Holz 1/2008 ; pages 43 à 47 ; 2008.

[12]

Bogensperger T., Pürgstaller A. : Modellierung von Strukturen aus Brettsperrholz unter Berücksichtigung der Verbindungstechnik. Dans : Tagungsband der 7. Grazer Holzbau-Fachtagung ; 2008.

[13]

Uibel T. : Brettsperrholz – Verbindungen mit mechanischen Verbindungsmitteln. Dans : Ingenieurholzbau, Karlsruher Tage 2007. Bruderverlag Karlsruhe, 2007.

[14]

Blaß H. J., Uibel T. : Tragfähigkeit von stiftförmigen Verbindungsmitteln in Brettsperrholz. Karlsruher Berichte zum Ingenieurholzbau – Volume 8 (2007).


Statique des constructions LOGICIEL DE CALCUL STATIQUE POUR PANNEAUX CLT

04/2012

Stora Enso vous propose, en collaboration avec WallnerMild Holz·Bau·Software© un logiciel qui vous permettra d’effectuer le dimensionnement des panneaux CLT. Ce logiciel est disponible en plusieurs langues et peut être téléchargé gratuitement sur le site www.clt.info. Configurations système requises 

Microsoft Excel 11.0 (Office 2003).

Le logiciel a été conçu et testé pour la version Excel mentionnée ci-dessus. Il devrait cependant être également compatible avec les versions allant de Excel 10.0 (Office XP) jusqu’à Excel 12.0 (Office 2010). Première installation Double-cliquez sur l’icône d’installation pour lancer automatiquement l’installation du logiciel. Avant de procéder à l’installation, assurez-vous que le logiciel Microsoft Excel est fermé. L’utilisateur doit par ailleurs disposer des droits d’administrateur pour pouvoir effectuer l’installation. Nous faisons par ailleurs remarquer que les liens entre les fichiers « .xls » et OpenOffice sont susceptibles de causer des problèmes. Sur certains ordinateurs, des problèmes peuvent également se manifester en raison d’add-ins (plug-ins) non autorisés par Windows. Les add-ins sont partie intégrante du logiciel. Ils doivent par conséquent être acceptés par l’ordinateur pour permettre au logiciel de fonctionner. Cette procédure varie en fonction du système d’exploitation utilisé. Elle devra donc être vérifiée sur chaque ordinateur où le logiciel est installé. Enregistrement L’enregistrement du logiciel n’a pour but que de permettre à Stora Enso de connaître la diffusion du logiciel, ceci afin de pouvoir fournir aux utilisateurs la meilleure assistance possible et à les tenir informés des dernières nouveautés. Contrôle de version Une fois que le logiciel de dimensionnement des panneaux CLT est installé, l’utilisateur peut passer par la barre de menu pour vérifier s’il possède la dernière version et, le cas échéant, effectuer la mise à jour.

L’utilisateur est redirigé vers le site www.bemessung.com et reçoit ensuite par courriel un lien qui lui permettra de télécharger la dernière mise à jour. Avant de procéder à l’installation, assurez-vous que le logiciel Microsoft Excel est fermé. L’utilisateur doit par ailleurs disposer des droits d’administrateur pour pouvoir effectuer l’installation.


Statique des constructions LOGICIEL DE CALCUL STATIQUE POUR PANNEAUX CLT

Le logiciel met Ă votre disposition les modules de calcul suivants :

04/2012


Statique des constructions LOGICIEL DE CALCUL STATIQUE POUR PANNEAUX CLT

04/2012

Les tables de dimensionnement préliminaire pour panneaux CLT Nous apportons le plus grand soin à la réalisation des tables de dimensionnement préliminaire présentées sur les pages qui suivent. Celles-ci ne sauraient néanmoins remplacer les calculs statiques nécessaires à chaque cas de figure particulier. Les informations contenues dans ces fichiers correspondent aux connaissances techniques actuelles. Malgré tout le soin et les précautions apportés à l’élaboration de ces documents, nous ne pouvons cependant pas exclure que des erreurs aient pu s’y glisser. Stora Enso se dégage explicitement de toute responsabilité. Nous faisons en outre remarquer que l’emploi de ces tables de dimensionnement préliminaire s’effectue sous l’entière responsabilité des utilisateurs et que ceux-ci sont expressément tenus de vérifier personnellement l’exactitude de chaque résultat.


Statique des constructions 04/2012

MURS INTÉRIEURS

Conformément à l’homologation Z 9.1-559 DIN 1052 (2008) ou EN 1995-1-1 (2006)

Murs intérieurs (pas de surcharge due au vent) Poids propre

Charge utile

gk*)

nk

Hauteur (longueur de flambage) 2,50 m R0

R 30

10,00 20,00 10,00

30,00 40,00

80 C3s 80 C3s 100 C5s

10,00 20,00 30,00 40,00 50,00 60,00

30,00

10,00 20,00 30,00 40,00 50,00 60,00 10,00

40,00

20,00 30,00 40,00 50,00 60,00 10,00

50,00

20,00 30,00 40,00 50,00 60,00 10,00 20,00

60,00

30,00 40,00 50,00 60,00

R 90

R0

R 30

100 C3s

4,00 m R 60

R 90

80 C3s 60 C3s

60 C3s

50,00 60,00

20,00

3,00 m R 60

60 C3s 120 C3s

80 C3s

120 C3s

100 C5s

80 C3s

80 C3s

140 C5s

60 C3s

120 C3s

80 C3s 60 C3s

80 C3s

120 C3s

80 C3s

100 C5s

140 C5s

90 C3s

120 C5s

60 C3s 60 C3s

100 C5s

80 C3s

90 C3s

120 C5s

120 C3s 100 C5s

80 C3s

60 C3s

100 C5s

90 C3s

120 C5s

100 C5s

80 C3s

120 C3s 80 C3s

100 C5s

80 C3s

80 C3s

100 C3s

100 C3s

80 C3s

80 C3s

120 C5s

100 C5s

90 C3s

140 C5s 90 C3s

80 C3s

140 C5s

90 C3s

120 C5s 100 C3s

* Le poids propre du panneau CLT est déjà pris en compte dans la table avec la valeur suivante : ρ = 500 kg/m³.

100 C5s

120 C3s

90 C3s 120 C5s

140 C5s

100 C5s 80 C3s 90 C3s

100 C5s

120 C5s

140 C5s

100 C5s

100 C3s 120 C5s

140 C5s

120 C5s

140 C5s

120 C5s

140 C5s

100 C5s 120 C3s 90 C3s 100 C3s

90 C3s

120 C5s

90 C3s 60 C3s

80 C3s 140 C5s

90 C3s

140 C5s

90 C3s

100 C5s

140 C5s 120 C5s

90 C3s 80 C3s

140 C5s

80 C3s

120 C3s

80 C3s

80 C3s 80 C3s

140 C5s

90 C3s 120 C3s

R 90

100 C5s

90 C3s

140 C5s

60 C3s 60 C3s

80 C3s

100 C3s 140 C5s

80 C3s

80 C3s

100 C5s 80 C3s

80 C3s

90 C3s

R 60

120 C3s

100 C3s

120 C3s 80 C3s

120 C3s 80 C3s

80 C3s 140 C5s

80 C3s

R 30

100 C3s 60 C3s

100 C5s

80 C3s

R0

100 C3s

100 C5s 120 C3s 100 C3s 100 C5s 120 C3s

NKL 1, catégorie de charge utile A (ψ0 = 0,7 ; ψ1 = 0,5 ; ψ2 = 0,3)

Lim ite de charge :

Incendie :

a) Vérification comme barre soumise au flambage par des contraintes de pression (méthode de la poutre équivalente)

v1,i = 0,63 mm/min

b) Contraintes de cisaillement

v1,a = 0,86 mm/min

kmod = 0,8

R0 R30 R60 R90

Attention ! La présente table est conçue uniquement pour effectuer le dimensionnement préliminaire. Elle ne remplace en aucun cas les calculs statiques.


Statique des constructions 04/2012

MURS EXTÉRIEURS

Conformément à l’homologation Z 9.1-559 DIN 1052 (2008) ou EN 1995-1-1 (2006)

Murs extérieurs (w = 1,00 kN/m²) Poids propre

Charge utile

gk*)

nk

Hauteur (longueur de flambage) 2,50 m R0

R 30

10,00 20,00 10,00

30,00 40,00 50,00 60,00 10,00 20,00

20,00

30,00 40,00 50,00 60,00

30,00

10,00 20,00 30,00 40,00 50,00 60,00 10,00

40,00

20,00 30,00 40,00 50,00 60,00 10,00

50,00

20,00 30,00 40,00 50,00 60,00 10,00 20,00

60,00

30,00 40,00 50,00 60,00

3,00 m R 60

R 90

R0

R 30

4,00 m R 60

R 90

80 C3s

60 C3s 60 C3s

60 C3s

80 C3s

100 C5s

120 C3s 80 C3s

120 C3s

100 C5s

80 C3s 80 C3s

80 C3s

80 C3s

80 C3s

120 C3s 100 C5s

80 C3s

90 C3s 120 C3s

60 C3s

80 C3s

80 C3s

120 C3s 80 C3s

100 C5s

80 C3s

140 C5s

60 C3s

120 C3s

60 C3s 80 C3s

100 C5s

80 C3s

80 C3s

80 C3s

100 C5s

80 C3s

80 C3s

140 C5s 90 C3s

140 C5s

90 C3s

80 C3s

90 C3s

90 C3s

100 C3s 100 C5s

100 C5s 80 C3s 90 C3s

100 C5s

120 C5s

140 C5s

100 C5s

100 C3s 120 C5s

140 C5s

120 C5s

140 C5s

120 C5s

140 C5s

100 C5s 90 C3s 100 C3s 100 C5s 120 C3s 100 C3s 100 C5s

80 C3s

120 C5s

90 C3s 120 C5s

100 C3s

* Le poids propre du panneau CLT est déjà pris en compte dans la table avec la valeur suivante : ρ = 500 kg/m³.

120 C3s 100 C3s

90 C3s

100 C5s

80 C3s

140 C5s

90 C3s 80 C3s

100 C3s 80 C3s

100 C5s

100 C3s 120 C3s

80 C3s

140 C5s

120 C5s

120 C5s

120 C5s

60 C3s

120 C3s 100 C5s

90 C3s

140 C5s 90 C3s

120 C5s

100 C5s

R 90 120 C3s

120 C5s 100 C3s 80 C3s

120 C3s 80 C3s

140 C5s

90 C3s

140 C5s 90 C3s

60 C3s

120 C3s 100 C5s

80 C3s 90 C3s

90 C3s

R 60

90 C3s

100 C3s

120 C5s

60 C3s 60 C3s

80 C3s

140 C5s 90 C3s

140 C5s

80 C3s

100 C5s

R 30

100 C3s

140 C5s 90 C3s

80 C3s 60 C3s

R0

100 C5s 120 C5s

140 C5s 100 C3s

140 C5s

120 C3s 160 C5s

NKL 1, catégorie de charge utile A (ψ0 = 0,7 ; ψ1 = 0,5 ; ψ2 = 0,3)

Lim ite de charge :

Incendie :

a) Vérification comme barre soumise au flambage par des contraintes de pression (méthode de la poutre équivalente)

v1,i = 0,63 mm/min

b) Contraintes de cisaillement

v1,a = 0,86 mm/min

kmod = 0,8

R0 R30 R60 R90

Attention ! La présente table est conçue uniquement pour effectuer le dimensionnement préliminaire. Elle ne remplace en aucun cas les calculs statiques.


Statique des constructions 04/2012

POUTRE SUR DEUX APPUIS – OSCILLATION

Conf ormément à l’homologation Z 9.1-559 DIN 1052 (2008) ou EN 1995-1-1 (2006)

Poutre sur deux appuis – Oscillation Poids propre

Charge utile

gk*)

nk

Poutre sur deux appuis – Distance entre appuis 3,00 m

1,00

1,00

1,50

2,00

2,50

3,00

2,00 2,80 3,50 4,00 5,00 1,00 2,00 2,80 3,50 4,00 5,00 1,00 2,00 2,80 3,50 4,00 5,00 1,00 2,00 2,80 3,50 4,00 5,00 1,00 2,00 2,80 3,50 4,00 5,00

80 L3s

80 L3s 90 L3s 80 L3s

3,50 m

4,00 m

80 L3s

90 L3s

90 L3s

100 L3s

90 L3s 100 L3s 120 L3s 90 L3s

80 L3s

120 L3s 120 L3s 100 L3s 120 L3s

4,50 m

5,00 m

5,50 m

120 L3s 120 L3s

140 L5s

120 L3s 140 L5s

140 L5s

120 L3s

80 L3s

120 L3s

160 L5s - 2 200 L5s

120 L3s

180 L5s 140 L5s

120 L3s

120 L3s

160 L5s - 2 140 L5s

120 L3s

180 L5s

90 L3s

90 L3s

90 L3s 100 L3s 90 L3s 90 L3s

120 L3s 100 L3s

120 L3s

120 L3s

120 L3s

160 L5s - 2

120 L3s

140 L5s 120 L3s

120 L3s

100 L3s

120 L3s

220 L7s - 2

240 L7s - 2

200 L5s 240 L7s - 2

240 L7s - 2

260 L7s - 2

220 L7s - 2

240 L7s - 2

200 L5s

240 L7s - 2

260 L7s - 2

180 L5s

220 L7s - 2

240 L7s - 2

220 L7s - 2 200 L5s

180 L5s 160 L5s - 2

220 L7s - 2

160 L5s - 2 140 L5s 160 L5s - 2

140 L5s

220 L7s - 2

220 L7s - 2

200 L5s 160 L5s - 2 140 L5s

200 L5s

240 L7s - 2

180 L5s

160 L5s - 2

120 L3s

220 L7s - 2

220 L7s - 2

90 L3s 140 L5s

220 L7s - 2

160 L5s - 2 200 L5s

140 L5s

7,00 m

180 L5s 200 L5s

160 L5s - 2

120 L3s 100 L3s

160 L5s - 2

6,50 m

180 L5s

100 L3s 90 L3s 90 L3s

6,00 m

200 L5s

160 L5s - 2

220 L7s - 2

240 L7s - 2

180 L5s

* Le poids propre du panneau CLT est déjà pris en compte dans la table avec la valeur suivante : ρ = 500 kg/m³.

260 L7s - 2

280 L7s - 2

NKL 1, catégorie de charge utile A (ψ0 = 0,7 ; ψ1 = 0,5 ; ψ2 = 0,3)

Lim ite de charge :

Aptitude à l’em ploi (é tat de s ervice) :

Incendie :

a) Vérif ication des contraintes de f lexion

a) Situation de calcul quasi-permanente

HFA 2011

b) Vérif ication des contraintes de cisaillement

zul w f in = 250 b) Situation de calcul occasionnelle

v1 = 0,65 mm/min

kmod = 0,8

zul w q,inst = 300 zul w f in - w g,inst = 200 c) Oscillation Oscillation selon EN 1995-1-1 et Kreuzinger & Mohr

R0 R30 R60 R90

(f 1 > 8 Hz ou f 1 > 5 Hz avec a = 0,4 m/s², v < v grenz , w EF < 1 ) D = 2 %, chape de ciment de 5 cm, b = 1,2 · ℓ kdef = 0,6

Étant donné que l’oscillation dépend non seulement de la distance entre appuis, mais aussi de la masse, il se peut fort bien que l’on obtienne une épaisseur de plafond importante pour une distance entre appuis relativement faible. La présente table indique les épaisseurs requises pour le dimensionnement à froid (R0). La couleur de fond indique la durée de résistance au feu que l’on obtient également pour l’épaisseur donnée. Si l’on veut bénéficier d’une plus grande durée de résistance au feu, il faudra alors effectuer les calculs appropriés qui s’imposent. Attention ! La présente table est conçue uniquement pour effectuer le dimensionnement préliminaire. Elle ne remplace en aucun cas les calculs statiques.


Statique des constructions 04/2012

POUTRE SUR DEUX APPUIS – DÉFORMATION

Conformément à l’homologation Z 9.1-559 DIN 1052 (2008) ou EN 1995-1-1 (2006)

Poutre sur deux appuis – Déformation Poids propre

Charge utile

gk*)

1,00

1,50

nk 1,00 2,00 2,80 3,50 4,00 5,00 1,00 2,00 2,80 3,50 4,00 5,00 1,00

2,00

2,00 2,80 3,50 4,00 5,00 1,00 2,00

2,50

3,00

Poutre sur deux appuis – Distance entre appuis 3,00 m 80 L3s

80 L3s 90 L3s 80 L3s

4,00 m

80 L3s

90 L3s

90 L3s 90 L3s 100 L3s 120 L3s 90 L3s

80 L3s

100 L3s 120 L3s 120 L3s 100 L3s 120 L3s

4,50 m

5,00 m

5,50 m

120 L3s

120 L3s 120 L3s

140 L5s

90 L3s 90 L3s 80 L3s

120 L3s

120 L3s 140 L5s

160 L5s - 2 160 L5s - 2

120 L3s 140 L5s 120 L3s

100 L3s

120 L3s

90 L3s

90 L3s

5,00 1,00 2,00

100 L3s 90 L3s 90 L3s

120 L3s

100 L3s

120 L3s

120 L3s

120 L3s

120 L3s

140 L5s 120 L3s

120 L3s

160 L5s - 2

160 L5s - 2 140 L5s

180 L5s

100 L3s

120 L3s

200 L5s 180 L5s 200 L5s

220 L7s - 2

180 L5s

200 L5s

200 L5s

220 L7s - 2

180 L5s

200 L5s

200 L5s

200 L5s

220 L7s - 2

220 L7s - 2

220 L7s - 2 160 L5s - 2 180 L5s 160 L5s - 2

140 L5s

160 L5s - 2

180 L5s

180 L5s 220 L7s - 2 200 L5s

220 L7s - 2 240 L7s - 2

160 L5s - 2

200 L5s

140 L5s

180 L5s

220 L7s - 2

160 L5s - 2

5,00

220 L7s - 2

200 L5s

160 L5s - 2 140 L5s

180 L5s

160 L5s - 2 140 L5s

120 L3s

7,00 m

140 L5s

90 L3s 90 L3s

200 L5s 140 L5s

120 L3s

6,50 m 160 L5s - 2

140 L5s

160 L5s - 2 120 L3s

6,00 m

160 L5s - 2

100 L3s

2,80 3,50 4,00

2,80 3,50 4,00

3,50 m

220 L7s - 2 200 L5s

220 L7s - 2

240 L7s - 2

180 L5s

* Le poids propre du panneau CLT est déjà pris en compte dans la table avec la valeur suivante : ρ = 500 kg/m³.

NKL 1, catégorie de charge utile A (ψ0 = 0,7 ; ψ1 = 0,5 ; ψ2 = 0,3)

Lim ite de charge :

Aptitude à l’em ploi (état de service) :

Incendie :

a) Vérification des contraintes de flexion

a) Situation de calcul quasi-permanente

HFA 2011

b) Vérification des contraintes de cisaillement

zul w fin = 250 b) Situation de calcul occasionnelle

v1 = 0,65 mm/min

kmod = 0,8

zul w q,inst = 300

R0

zul w fin - w g,inst = 200

R30 R60

kdef = 0,6

R90

La présente table indique les épaisseurs requises pour le dimensionnement à froid (R0). La couleur de fond indique la durée de résistance au feu que l’on obtient également pour l’épaisseur donnée. Si l’on veut bénéficier d’une plus grande durée de résistance au feu, il faudra alors effectuer les calculs appropriés qui s’imposent. Attention ! La présente table est conçue uniquement pour effectuer le dimensionnement préliminaire. Elle ne remplace en aucun cas les calculs statiques.


Statique des constructions 04/2012

POUTRE SUR TROIS APPUIS – OSCILLATION

Conf ormément à l’homologation Z 9.1-559 DIN 1052 (2008) ou EN 1995-1-1 (2006)

Poutre sur trois appuis – Oscillation Poids propre

Charge utile

gk*)

nk

3,00 m

3,50 m

4,00 m

4,50 m

5,00 m

5,50 m

1,00

60 L3s

80 L3s

80 L3s

100 L3s

120 L3s

140 L5s

2,00 2,80

80 L3s

90 L3s

120 L3s

1,00

1,50

Poutre sur deux appuis – Distance entre appuis

4,00 5,00

80 L3s

1,00 2,00

80 L3s

100 L3s

4,00 5,00 1,00

2,50

3,00

2,00 2,80

80 L3s

120 L3s 120 L3s

140 L5s

90 L3s 80 L3s

100 L3s

1,00 2,00

80 L3s

90 L3s 90 L3s

2,80

120 L3s

160 L5s - 2

180 L5s

120 L3s 120 L3s

140 L5s

160 L5s - 2

140 L5s

160 L5s - 2

220 L7s - 2

220 L7s - 2

240 L7s - 2

220 L7s - 2 200 L5s 220 L7s - 2

240 L7s - 2

200 L5s

240 L7s - 2

260 L7s - 2

180 L5s

220 L7s - 2

240 L7s - 2

240 L7s - 2

260 L7s - 2

180 L5s

160 L5s - 2

220 L7s - 2

220 L7s - 2 200 L5s

140 L5s

160 L5s - 2

160 L5s - 2

180 L5s

* Le poids propre du panneau CLT est déjà pris en compte dans la table avec la valeur suivante : ρ = 500 kg/m³.

200 L5s

220 L7s - 2

240 L7s - 2

260 L7s - 2

280 L7s - 2

220 L7s - 2

NKL 1, catégorie de charge utile A (ψ 0 = 0,7 ; ψ 1 = 0,5 ; ψ 2 = 0,3)

Aptitude à l’em ploi (état de service) :

a) Vérif ication des contraintes de f lexion a) Situation de calcul quasi-permanente b) Vérif ication des contraintes de cisaillement zul w f in = 250 b) Situation de calcul occasionnelle kmod = 0,8

240 L7s - 2

100 L3s

5,00

Lim ite de charge :

220 L7s - 2

240 L7s - 2

120 L3s 80 L3s

140 L5s

220 L7s - 2

200 L5s

90 L3s

4,00 5,00

200 L5s

180 L5s

160 L5s - 2

120 L3s 140 L5s

7,00 m

180 L5s

180 L5s

120 L3s

120 L3s

80 L3s

3,50

3,50 4,00

120 L3s 100 L3s

100 L3s 80 L3s

160 L5s - 2

160 L5s - 2

6,50 m

200 L5s

100 L3s

80 L3s

90 L3s

140 L5s

120 L3s

120 L3s

100 L3s 90 L3s

80 L3s

100 L3s

90 L3s

80 L3s

1,00 2,00 2,80 3,50

90 L3s 100 L3s

80 L3s

2,80

5,00

2,00

120 L3s

80 L3s

3,50

3,50 4,00

90 L3s

6,00 m

zul w q,inst = 300 zul w f in - w g,inst = 200 c) Oscillation Oscillation selon EN 1995-1-1 et Kreuzinger & Mohr

Incendie : β = 0,65 mm/min R0 R30 R60 R90

(f 1 > 8 Hz ou f 1 > 5 Hz avec a = 0,4 m/s², v < v grenz , w EF < 1 ) D = 2 %, chape de ciment de 5 cm, b = 1,2 · ℓ kdef = 0,6

Étant donné que l’oscillation dépend non seulement de la distance entre appuis, mais aussi de la masse, il se peut fort bien que l’on obtienne une épaisseur de plafond importante pour une distance entre appuis relativement faible. Les calculs ont été effectués en considérant la charge utile reposant sur un appui. Si les charges utiles reposent sur les deux appuis, cela peut entraîner une diminution de l’épaisseur requise pour le plafond. La présente table indique les épaisseurs requises pour le dimensionnement à froid (R0). La couleur de fond indique la durée de résistance au feu que l’on obtient également pour l’épaisseur donnée. Si l’on veut bénéficier d’une plus grande durée de résistance au feu, il faudra alors effectuer les calculs appropriés qui s’imposent. Attention ! La présente table est conçue uniquement pour effectuer le dimensionnement préliminaire. Elle ne remplace en aucun cas les calculs statiques.


Statique des constructions 04/2012

POUTRE SUR TROIS APPUIS – DÉFORMATION

Conformément à l’homologation Z 9.1-559 DIN 1052 (2008) ou EN 1995-1-1 (2006)

Poutre sur trois appuis – Déformation Poids propre

Charge utile

gk*)

nk 1,00 2,00

1,00

2,80 3,50 4,00

Poutre sur deux appuis – Distance entre appuis 3,00 m 60 L3s 80 L3s 80 L3s

5,00 1,00

90 L3s 100 L3s 80 L3s

2,00 3,50 4,00

80 L3s

90 L3s 100 L3s

80 L3s

90 L3s 90 L3s 100 L3s

90 L3s

90 L3s

100 L3s

100 L3s 120 L3s 120 L3s 140 L5s 90 L3s

100 L3s

90 L3s

160 L5s - 2

1,00

100 L3s 80 L3s

80 L3s

2,80 3,50

100 L3s

160 L5s - 2

140 L5s

160 L5s - 2 160 L5s - 2

160 L5s - 2

140 L5s

200 L5s 160 L5s - 2 160 L5s - 2

160 L5s - 2 160 L5s - 2

120 L3s

120 L3s

180 L5s

180 L5s

180 L5s 180 L5s 160 L5s - 2

140 L5s

140 L5s

140 L5s

200 L5s 160 L5s - 2

160 L5s - 2

160 L5s - 2

180 L5s

180 L5s 140 L5s

120 L3s

100 L3s

* Le poids propre du panneau CLT est déjà pris en compte dans la table avec la valeur suivante : ρ = 500 kg/m³.

180 L5s

160 L5s - 2

140 L5s 160 L5s - 2

140 L5s

200 L5s

180 L5s

160 L5s - 2

120 L3s

180 L5s

160 L5s - 2 140 L5s

100 L3s

200 L5s 160 L5s - 2

160 L5s - 2

140 L5s

120 L3s

120 L3s

80 L3s

140 L5s

140 L5s 140 L5s

140 L5s

120 L3s

90 L3s

5,00

160 L5s - 2

120 L3s 100 L3s

90 L3s 80 L3s

160 L5s - 2 120 L3s

120 L3s 120 L3s

7,00 m

140 L5s 140 L5s

120 L3s

100 L3s

80 L3s

3,50 4,00

120 L3s

6,50 m

160 L5s - 2 120 L3s

80 L3s

6,00 m

120 L3s

100 L3s

120 L3s

80 L3s

4,00

120 L3s

90 L3s

100 L3s

2,00

5,50 m

90 L3s

120 L3s

1,00 2,80

5,00 m

80 L3s

120 L3s

5,00

5,00

3,00

80 L3s

4,50 m

90 L3s

2,00 2,50

4,00 m

80 L3s

80 L3s

1,00

2,00

90 L3s

80 L3s

5,00

2,80

80 L3s

60 L3s

2,80 3,50 4,00

80 L3s

100 L3s

2,00 1,50

3,50 m

200 L5s

180 L5s

160 L5s - 2 200 L5s

220 L7s - 2

NKL 1, catégorie de charge utile A (ψ0 = 0,7; ψ1 = 0,5; ψ2 = 0,3)

Lim ite de charge :

Aptitude à l’em ploi (é tat de service) :

Ince ndie :

a) Vérification des contraintes de flexion

a) Situation de calcul quasi-permanente

HFA 2011

b) Vérification des contraintes de cisaillement

zul w fin = 250 b) Situation de calcul occasionnelle

v1 = 0,65 mm/min

kmod = 0,8

zul w q,inst = 300

R0

zul w fin - w g,inst = 200

R30 R60

kdef = 0,6

R90

Les calculs ont été effectués en considérant la charge utile reposant sur un appui. Si les charges utiles reposent sur les deux appuis, cela peut entraîner une diminution de l’épaisseur requise pour le plafond. La présente table indique les épaisseurs requises pour le dimensionnement à froid (R0). La couleur de fond indique la durée de résistance au feu que l’on obtient également pour l’épaisseur donnée. Si l’on veut bénéficier d’une plus grande durée de résistance au feu, il faudra alors effectuer les calculs appropriés qui s’imposent. Attention ! La présente table est conçue uniquement pour effectuer le dimensionnement préliminaire. Elle ne remplace en aucun cas les calculs statiques.


Statique des constructions 04/2012

EXEMPLE D’APPLICATION – PLAFOND

1.) Poids propre supposé - On part par exemple de l’hypothèse que le poids propre de la structure du plafond (chape, etc.) correspond à gk = 1,5 kN/m²: Le poids propre du panneau CLT est déjà pris en compte dans la table. 2.) Charge utile supposée - 2,00 kN/m² pour l’espace habitable + 0,8 kN/m² pour la cloison de séparation  nk = 2,8 kN/m². (La charge utile sera différente en fonction de l’utilisation qui est faite de la pièce en question : salle de réunion, bureau, comble non aménagé, etc.) 3.) Déterminer la distance entre les appuis - Il existe deux variantes possibles : poutre sur deux appuis et poutre sur trois appuis  Dans le cas présent, nous utilisons une poutre sur deux appuis de 4,50 m. 4.) Définir le critère servant à vérifier l’aptitude à l’emploi (état de service) - Il existe deux critères différents : la vérification de la déformation (cf. table de dimensionnement séparée) et vérification du comportement vibratoire  Dans le présent cas de figure, c’est la vérification du comportement vibratoire qui est déterminante. 5.) Application de la table de dimensionnement préliminaire - L’élément proposé est un panneau CLT 119 L3s qui répond aux exigences de R30. Conformément à l’homologation Z 9.1-559 DIN 1052 (2008) ou EN 1995-1-1 (2006)

Poutre sur deux appuis – Oscillation Poids propre gk*)

Charge utile nk 1,00 2,00

1,00

2,80 3,50 4,00 5,00 1,00

1,50

2,00

2,00 2,80

Poutre sur deux appuis – Distance entre appuis 3,00 m 80 L3s

80 L3s 90 L3s 80 L3s

4,00 m

80 L3s

90 L3s

90 L3s

100 L3s

90 L3s 100 L3s 120 L3s 90 L3s

80 L3s

120 L3s 120 L3s 100 L3s 120 L3s

4,50 m

5,00 m

120 L3s

120 L3s 120 L3s

120 L3s 140 L5s

140 L5s

4,00 5,00

90 L3s 90 L3s

1,00 2,00

80 L3s

2,80

90 L3s

2,50

2,80 3,50

120 L3s

120 L3s

100 L3s

120 L3s

90 L3s

90 L3s

100 L3s

120 L3s

100 L3s 90 L3s

120 L3s

2,00 2,80

90 L3s

120 L3s

4,00 5,00

160 L5s - 2 200 L5s 180 L5s

140 L5s

140 L5s

120 L3s

120 L3s

160 L5s - 2 140 L5s

160 L5s - 2

120 L3s 120 L3s

140 L5s 120 L3s

180 L5s 160 L5s - 2

100 L3s

120 L3s

220 L7s - 2

220 L7s - 2 200 L5s

240 L7s - 2 220 L7s - 2

220 L7s - 2

240 L7s - 2

220 L7s - 2 200 L5s 220 L7s - 2

240 L7s - 2

240 L7s - 2

260 L7s - 2

220 L7s - 2

240 L7s - 2

200 L5s

240 L7s - 2

260 L7s - 2

180 L5s

220 L7s - 2

240 L7s - 2

180 L5s 220 L7s - 2 200 L5s

180 L5s 160 L5s - 2

220 L7s - 2

160 L5s - 2 140 L5s 160 L5s - 2

140 L5s

7,00 m

180 L5s

160 L5s - 2

160 L5s - 2 140 L5s

6,50 m 200 L5s

200 L5s

5,00 1,00

3,50

160 L5s - 2

200 L5s 120 L3s

140 L5s 90 L3s

6,00 m

180 L5s

120 L3s

120 L3s

4,00

3,00

140 L5s

160 L5s - 2

5,00 1,00 2,00

5,50 m

100 L3s

3,50

3,50 4,00

3,50 m

200 L5s

160 L5s - 2

220 L7s - 2

240 L7s - 2

260 L7s - 2

R0 R30 R60

180 L5s

280 L7s - 2

R90


Statique des constructions 04/2012

EXEMPLE D’APPLICATION – MUR

1.) Calcul des contraintes exercées sur le mur extérieur

Winddruck wk = 0,8 kN/m²

Einwirkung auf Wände OG aus Dach (längs zur Traufe) gk =13 kN/m sk = 27 kN/m

DG

Einwirkung auf Wände OG aus Dach (längs zur Traufe) gk =13 kN/m sk = 27 kN/m

- Il faut pour ce faire disposer d’informations concernant l’emplacement géographique du bâtiment (altitude, emplacement soumis à l’enneigement et/ou au vent, etc.).

- Étant donné que le toit est en général porté par les murs extérieurs, on a par ailleurs besoin d’informations sur la structure du toit.

Einwirkung auf Wände EG aus Decke (längs zur Traufe) gk = 17 kN/m (aus Decke) qk = 13 kN/m (aus Decke)

- Il suffit pour utiliser les tables de déterminer les valeurs caractéristiques. Les valeurs de calcul sont quant à elles automatiquement prises en compte dans la table.

2,9000 EG

Contraintes exercées sur les murs du rez-de-chaussée (le long de l’égout des eaux de pluie) : gk = 13 kN/m (par le toit) + 17 kN/m (par le plafond) sk = 27 kN/m (par le toit) qk = 13 kN/m (par le plafond) sk + qk sk = 0,8 kN/m (provenant de la surcharge due au vent)

=

30 kN/m

=

40 kN/m

2.) Calculer la longueur de flambage du mur - Dans le présent cas de figure, la longueur de flambage correspond à la hauteur du mur (en l’occurrence 2,90 m, soit 3,00 m dans la table). 3.) Définir les critères relatifs aux contraintes de feu - « Résistant au feu pendant 30 minutes » = R 30 4.) Application de la table de dimensionnement préliminaire - L’élément proposé est un panneau CLT 97 C3s. Poids propre

Charge utile

gk*)

nk

Hauteur (longueur de flambage) 2,50 m R0

R 30

10,00

3,00 m R 60

R 90

30,00

60 C3s

80 C3s

100 C5s

20,00

80 C3s 80 C3s

60,00

80 C3s

100 C5s

30,00

30,00

80 C3s

40,00 50,00 60,00

100 C5s

80 C3s

20,00

50,00

20,00 50,00

50,00

50,00 60,00

90 C3s

80 C3s

80 C3s

120 C3s

120 C5s

90 C3s

80 C3s

90 C3s

80 C3s

140 C5s

90 C3s

100 C3s 100 C5s

120 C5s

140 C5s

100 C5s

100 C3s 120 C5s

140 C5s

120 C5s

140 C5s

120 C5s

140 C5s

100 C5s 90 C3s 100 C3s 100 C5s 120 C3s 100 C3s 100 C5s

80 C3s

90 C3s 120 C5s

100 C3s

120 C3s

R0

100 C3s

90 C3s 140 C5s

90 C3s

100 C5s

90 C3s

90 C3s 80 C3s

100 C3s 100 C5s

100 C3s

100 C5s

80 C3s

140 C5s

120 C5s

120 C5s

60 C3s 80 C3s

140 C5s

90 C3s

140 C5s

30,00 40,00

100 C5s

80 C3s 90 C3s

120 C3s 100 C5s

100 C3s 120 C3s

80 C3s

140 C5s 120 C5s

120 C5s

100 C5s

120 C5s

90 C3s

20,00 60,00

80 C3s

80 C3s

140 C5s

60 C3s

60,00 10,00

100 C5s

80 C3s

30,00 40,00

120 C3s 80 C3s

60,00 10,00

90 C3s 60 C3s

60 C3s

30,00 40,00

120 C3s 100 C5s

80 C3s 140 C5s

10,00

40,00

80 C3s

R 90 120 C3s

90 C3s

100 C3s 90 C3s

120 C5s

60 C3s 120 C3s

100 C5s

140 C5s 90 C3s

140 C5s

60 C3s

R 60

80 C3s

80 C3s 80 C3s

100 C5s

R 30

100 C3s

120 C3s 80 C3s

80 C3s

10,00 20,00

80 C3s

90 C3s

60 C3s 120 C3s

80 C3s

R0

140 C5s 90 C3s

60 C3s

40,00 50,00

100 C5s

80 C3s

10,00 30,00

R 90 120 C3s

80 C3s

120 C3s

50,00

20,00

4,00 m R 60

60 C3s

40,00 60,00

R 30

60 C3s

20,00 10,00

R0

80 C3s

R30

100 C5s

140 C5s

120 C5s 100 C3s

140 C5s

120 C3s 160 C5s

R60 R90


Statique des constructions SÉISMES

04/2012

Grâce à leur souplesse et à leur importante résistance statique, les bâtiments construits avec des panneaux CLT en bois massif se comportent de manière remarquable dans les régions à risques sismiques. Le bois massif étant en effet plus léger que le béton, la répercussion des secousses par le simple poids du bâtiment est bien moindre que sur une construction en béton. Ces dernières années, des constructions en bois massif de six et sept étages ont été soumises au Japon, sur la plus grande table vibrante du monde, à des simulations de séismes d’une magnitude de 7,5 sur l’échelle de Richter. Les dommages constatés ont été pratiquement inexistants. (Voir également : http://www.progettosofie.it/ita/multimedia.html) « Comportement sismique des bâtiments en panneaux de bois massif » L’Université de technologie de Graz a rédigé sur demande de Stora Enso un ouvrage de 214 pages portant sur la comparaison du comportement sismique des briques, du béton et des panneaux massifs contrecollés (CLT). Cet ouvrage présente également très clairement la façon dont sont réalisés les calculs statiques relatifs au comportement sismique (conformément à l’Eurocode 8). La brochure d’information peut être téléchargée sur notre site www.clt.info.

« Vérification de la sécurité antisismique des bâtiments en bois » Stora Enso recommande par ailleurs la consultation d’une étude réalisée par la Chambre des ingénieurs de Westphalie et Rhénanie du nord, une étude extrêmement riche en informations quant à la sécurité sismique des bâtiments en bois. (Voir : www.ikbaunrw.de)


Gestion de projet et transport


Gestion de projet et transport PROCÉDURE DE COMMANDE

04/2012

Le devis Nous sommes à votre disposition pour élaborer une offre sur la base des documents que vous nous fournirez. Ceux-ci peuvent être envoyés à Stora Enso sous la forme suivante :  

le texte d’appel à proposition (il convient de tenir compte des déchets de coupe), le dessin de chacun des éléments.

Nous vous proposons volontiers notre assistance pour déterminer le volume de bois nécessaire à partir des plans de demande de permis de construire et de ceux destinés au chef de chantier. Nous mettons par ailleurs gratuitement à votre disposition un logiciel de dimensionnement préliminaire que vous pouvez télécharger à l’adresse suivante : www.clt.info. Pour le cas où vous auriez besoin de notre assistance pour les calculs de dimensionnement préliminaire, nous vous demandons de bien vouloir nous faire parvenir les informations suivantes : la charge utile les charges permanentes (charge permanente verticale, structure des planchers, etc.)  l’emplacement géographique du bâtiment (enneigement, etc.)  

Attention ! Les quantités obtenues par Stora Enso peuvent différer des quantités effectivement nécessaires. Il faut savoir en effet que la segmentation définitive des panneaux en différents éléments de construction n’est réalisée qu’au moment de la préparation des travaux. La commande Lorsque vous aurez reçu de Stora Enso un devis pour votre projet de construction, nous vous prions de bien vouloir nous le retourner signé de manière à confirmer votre commande. Une fois les quantités nécessaires déterminées, celles-ci seront réservées pour la production ultérieure. Cette procédure nous permet ensuite de fixer le délai de livraison. Pour que Stora Enso soit en mesure de respecter ce délai, il est nécessaire que les conditions suivantes soient remplies : 

les dessins techniques de chaque élément de construction (cf. « Dessins techniques requis ») doivent nous avoir été transmis au format « *.dwg » ou « *.dxf » et ils doivent indiquer les informations suivantes :

– – – – – – –

numérotation des panneaux directions des axes de portée épaisseur des panneaux ensemble des dimensions (cotes) assemblage des panneaux qualité des surfaces mention de la face visible



formulaire de commande dûment rempli



les dessins techniques de chaque panneau ainsi que la liste de facturation qui ont été établis par Stora Enso doivent avoir été approuvés par le client au moins 12 jours ouvrables avant la livraison ;



le client ne doit pas exprimer de demande de changements pendant les 12 jours ouvrables précédant la livraison.


Gestion de projet et transport PROCÉDURE DE COMMANDE

04/2012

Dès réception des documents requis, notre équipe d’ingénieurs CLT commencera la planification définitive de votre projet de construction. Une fois les plans élaborés par Stora Enso, ceux-ci vous seront envoyés accompagnés de la liste des panneaux, de la liste de chargement pour le transport ainsi que de la liste de facturation (liste « EVV »). Nous vous demanderons de vérifier l’exactitude des informations contenues dans ces documents et de les avaliser. Stora Enso commencera la production des panneaux CLT dès réception de ces documents. Une fois la finition des panneaux CLT terminée, ceux-ci sont acheminés jusqu’à destination conformément aux délais fixés et selon l’ordre de transport convenu (cf. « Transport »).


Gestion de projet et transport DESSINS DES PANNEAUX

04/2012

Pour une conception de projet réalisée en trois dimensions, nous sommes en mesure — après consultation préalable de notre département technique CLT (clt.technik@storaenso.com) — de traiter les fichiers aux formats suivants : *.ifc-, *.3d-dwg-, *.3d-dxf- et *.sat (acis). Si le projet n’est pas réalisé en trois dimensions, vous devrez alors nous faire parvenir les dessins de chaque élément. Ceux-ci devront comporter les informations suivantes :        

numérotation des panneaux sens du fil du pli de surface épaisseur des panneaux et type de panneaux (C ou L) ensemble des dimensions (cotes) assemblage des panneaux qualité des surfaces position de la surface visible pendant le transport indication de la face qui sera tournée vers le haut pendant le transport

Nous vous demandons par ailleurs de bien vouloir nous faire parvenir les dessins des panneaux suffisamment à l’avance afin de nous permettre de respecter le délai de livraison convenu. Prévoyez de manière générale 20 jours ouvrables entre la réception des plans et la date de livraison. Le dessin des panneaux devra comporter trois vues (projection orthogonale), chacune des faces représentée étant clairement indiquée par une désignation correspondante. Voir les exemples de dessins ci-dessous. Pour les murs


Gestion de projet et transport DESSINS DES PANNEAUX

04/2012

Pour les plafonds

Nous vous demandons de bien vouloir nous faire parvenir les différents dessins techniques réunis en un seul fichier de type « *.dwg » ou « *.dxf ». Il est particulièrement important de veiller à ce que tous les éléments soient nommés et désignés sans la moindre ambiguïté. De manière à éviter tout problème, nous vous conseillons, pour les projets de construction de grande taille, de nous faire parvenir les dessins étage par étage. Il faudra également tenir compte au moment de la réalisation des dessins de l’ordre de chargement des panneaux lors de leur transport (numérotation des panneaux).


Gestion de projet et transport 04/2012

DIMENSIONS FACTURÉES

Longueurs facturées :

à partir d’une longueur de production minimum de 8,00 m par largeur de facturation ; jusqu’à une longueur maximum de 16,00 m (avec progression par incréments de 10 cm).

Largeurs facturées :

2,45 m, 2,75 m, 2,95 m

Exemple 1

15 900 × 2 950 mm

Dimension facturée :

2,95 × 15,90

46,91 m²

Surface nette du panneau : Déchets de coupe :

38,59 m² 8,32 m²

Dimensions facturée :

46,91 m²

Exemple 2

12 100 × 2 450 mm

Dimension facturée :

2,45 × 12,10

29,65 m²

Surface nette du panneau : Déchets de coupe :

23,58 m² 6,07 m²

Dimensions facturée :

29,65 m²


Gestion de projet et transport 04/2012

TRANSPORT

Transport en position horizontale Un camion porteur standard peut transporter une charge maximum de 25 tonnes lorsque les panneaux CLT sont disposés horizontalement. Les dimensions maximums du chargement sont de 13,60 m de longueur sur 2,95 m de largeur. Si l’épaisseur des panneaux le permet, un camion porteur standard pourra aussi transporter des panneaux CLT d’une longueur maximale de 16,00 m. Pour calculer le poids de la charge transportée, on partira d’une masse volumique de 470 kg/m³. Nous mettons volontiers à votre disposition des équipements spéciaux si l’utilisation de tels matériels s’avère nécessaire pour le transport des panneaux. Il est important dans ce cas particulier de tenir compte des modifications que cela entraîne pour les dimensions et le poids maximums du chargement. Équipement standard Porteur standard Équipements spéciaux Remorque télescopique Remorque articulée Remorque articulée à roues motrices

Charge max.

Longueur max.

Largeur max.

25 t

13,60 m

2,95

Charge max.

Longueur max.

Largeur max.

22 t 22 t 20 à 22 t

16,00 m 16,00 m 16,00 m

2,95 m 2,95 m 2,95 m

Une fois chargés, les panneaux CLT en bois massif seront si nécessaire fixés au moyen de courroies métalliques perforées (trois courroies pour chaque côté) afin d’empêcher que le chargement ne vienne à glisser sur le côté. Ils seront ensuite recouverts d’une bâche pour camions. Cette protection est nécessaire afin d’éviter que les panneaux et éléments CLT ne soient exposés aux intempéries. On disposera également entre les panneaux et les sangles d’arrimage des protections en carton destinées à protéger les arêtes des panneaux. Les panneaux à face visible (qualité VI) sont recouverts en usine d’un film plastique imperméable aux ultraviolets. Nous disposons systématiquement sur le porteur au moins 8 madriers (75 x 75 mm ou 95 x 95 mm) sur lesquels vient ensuite reposer la première couche de panneaux CLT. Les couches suivantes sont cependant posées directement les unes sur les autres. Si des madriers doivent être disposés entre les panneaux afin d’en faciliter le déchargement avec la grue ou le chariot élévateur, il faudra songer à le notifier au moment de la commande et fournir également un dessin précisant la disposition des madriers intermédiaires. Ces madriers seront rapportés par le transporteur après déchargement. Ceux-ci vous seront facturés si vous les conservez pour votre propre usage.

madriers disposés sous la première couche (standard) madriers supplémentaires (sur demande) ; pour déchargement avec chariot élévateur courroies métalliques perforées

1,40 m

max. 4,00 m

max. 2,60 m

Longueur standard : max. 13,60 m ; en porte-à-faux : max. 16,00 m (en fonction de l’épaisseur des panneaux)


Gestion de projet et transport 04/2012

TRANSPORT

Transport en position verticale Un megatrailer peut transporter une charge maximum de 20 tonnes lorsque les panneaux CLT sont disposés verticalement. Les dimensions maximums du chargement sont de 13,60 m de longueur sur 3,00 m de hauteur. Il faudra tenir compte du fait qu’en raison des chevalets de transport, le poids de chargement est plus faible que pour le transport en position horizontale (environ 40 m³ max., en fonction des dimensions et de l’épaisseur des panneaux). Pour calculer le poids de la charge transportée, on partira d’une masse volumique de 470 kg/m³. Chaque remorque doit être équipée d’au moins six chevalets de transport sur lesquels viennent s’appuyer les panneaux CLT qui sont ensuite fixés au moyen de vis (l’emplacement des vis est indiqué par des marques de couleur). Ceci fait, les panneaux sont attachés les uns aux autres au moyen de sangles d’arrimage disposées sur le côté des chevalets de transport. L’ensemble du chargement est ensuite solidement arrimé. Les panneaux reposent sur des cales destinées à empêcher qu’ils ne glissent ou ne basculent. Tout comme dans le cas d’un transport en position horizontale, on prendra soin de protéger les panneaux en disposant des protections en carton entre les sangles d’arrimage et les panneaux CLT. Si des panneaux à face visible sont transportés verticalement, il se peut que l’on soit alors obligé de les fixer au moyen de vis de fixation disposées sur la face visible, ceci afin d’assurer la bonne sécurité du chargement. Ceux-ci vous seront facturés si vous les conservez pour votre propre usage.

max. 13,60 m max. 2,50 m

cale tapis antidérapant

max.

chevalet de transport


Gestion de projet et transport CONDITIONS RELATIVES AU TRANSPORT

04/2012

En ce qui concerne le transport des éléments de construction, le client/contractant s’engage à l’égard de Stora Enso à respecter les conditions exposées ci-dessous. 1.

Le site de construction (chantier) doit pouvoir être accessible par des semi-remorques et des camionsremorques (porteurs avec remorque). Il faudra également s’assurer que la voie publique permettant l’accès au chantier puisse être empruntée par des semi-remorques d’une longueur totale d’environ 19 mètres.

2.

Les frais liés au transport, de même que les éventuels coûts supplémentaires dus aux temps d’arrêt, de transbordement ou de manipulation, sont à la charge de l’acheteur. Le prix du transport comprend 3 heures de temps d’arrêt pour le déchargement. Ceci n’inclut cependant pas les coûts de main-d’œuvre pour le déplacement ou le déchargement des marchandises. Chaque quart d’heure supplémentaire entamé sera facturé au prix de 15,00 € (hors taxes) ; ce prix sera de 25,00 € (hors taxes) pour les remorques à essieux directionnels. Les temps d’arrêt sont consignés par le conducteur du camion et doivent être contresignés par le(s) personne(s) prenant réception de la marchandise.

3.

Si les éléments de construction sont transportés en position horizontale, un chargement ne pourra excéder soit 40 m³, soit 25 tonnes de panneaux CLT (ceci dépendant du semi-remorque utilisé). L’ordre de chargement des panneaux ne pourra être respecté que dans la mesure où celui-ci n’oblige pas à contrevenir au code de la route ou aux conditions qui réglementent le transport de marchandises.

4.

Les coûts de transport sont calculés en prenant comme référence un semi-remorque standard. Si le lieu de construction (chantier) n’est accessible qu’au moyen d’un camion-porteur articulé spécial ou de tout autre véhicule similaire, les coûts additionnels occasionnés seront répercutés sur le client.

5.

Le client/contractant peut demander un report de livraison (report habituel de trois jours ouvrables maximum) ; ce report de livraison n’entraîne pas de coûts supplémentaires si tant est que la demande est déposée au plus tard dix jours (jours ouvrables) avant la date de livraison. Si la demande de report est déposée moins de dix jours (jours ouvrables) avant la date de livraison, Stora Enso facturera 100,00 € (hors taxes) par jour de report pour les frais d’entreposage et de manutention.

6.

Les frais de transport s’entendent « port payé jusqu’au lieu de livraison » (CPT ; Carriage Paid To).

7.

Si le client fait retirer lui-même la marchandise, il devra veiller à ce que le transporteur soit équipé de tout le matériel nécessaire et approprié à ce type de transport, de manière à garantir la sécurité non seulement pendant le transport proprement dit, mais également lors des opérations de chargement et de déchargement de la marchandise. Il faudra dans ce cas aussi tenir compte des éventuels reports de livraison (cf. point n° 5) et des coûts d’entreposage et de m anutention qui en résultent. Si les équipements de transport ne répondent pas aux exigences requises et qu’il n’est de ce fait pas possible de garantir la parfaite sécurité du chargement, la société Stora Enso se réserve dans ce cas le droit de ne pas procéder au chargement de la marchandise.

8.

En cas de survenance d’événements imprévus sur lesquels la société Stora Enso n’a aucune influence, celle-ci est autorisée à repousser en conséquence la livraison des marchandises commandées, et ce même si lesdits événements et circonstances n’ont qu’une incidence indirecte sur l’exécution de la commande. Les présentes conditions relatives au transport des panneaux en bois massif CLT de la société Stora Enso sont un élément essentiel des accords passés avec le client. Ils constituent donc un critère déterminant pour l’aboutissement de toute commande.


Gestion de projet et transport TEXTE D’APPEL À PROPOSITIONS

04/2012

Texte d’appel à propositions pour les panneaux CLT en bois massif Les textes d’appel à propositions fournis ci-après constituent des modèles dont on peut s’inspirer, mais qui peuvent bien entendu être adaptés (raccourcis ou rallongés notamment) en fonction des besoins. Ces textes se réfèrent au gros œuvre en panneaux massifs contrecollés et doivent par conséquent être adaptés à chaque projet de construction. Pour les différentes entrées relatives à la structure des couches et à l’assemblage des panneaux (organes d’assemblage…), nous vous conseillons d’utiliser les formulations fournies dans la Leistungsbeschreibungen für den Hochbau (Description des prestations pour le secteur du bâtiment) éditée par le Ministère de l’économie autrichien. A. Panneaux massifs contrecollés : description générale et spécifications techniques Les panneaux massifs contrecollés sont des éléments de construction de grandes dimensions composés d’au moins trois couches en bois massif collées les unes sur les autres et disposées à plis croisés (autrement dit perpendiculairement les unes par rapport aux autres). En règle générale, ces panneaux sont constitués de 3, 5 ou 7 plis. Les panneaux massifs contrecollés sont aussi connus sous les appellations CLT (Cross Laminated Timber) et X-Lam. Ce produit doit être conforme à une « certification technique générale » (Allgemeine bauaufsichtliche Zulassung [ABZ]) délivrée par l’Institut allemand des techniques de construction (Deutsches Institut für Bautechnik) ainsi qu’à un « Agrément technique européen » (ATE). Le fabricant doit disposer des certificats de conformité requis et être en outre autorisé à apposer le label Ü et le marquage CE sur ses produits. L’usine de production doit par ailleurs être en possession d’une autorisation de construction en bois lamellécollé conformément à la norme DIN 1052. La matière première utilisée (bois résineux) doit présenter un taux d’humidité d’environ 12 % et correspondre à la classe de résistance C24 (selon EN338). L’assemblage longitudinal des planches doit être réalisé par aboutage à plat. Pour des questions d’assemblage, de statique et de physique des constructions, les panneaux CLT doivent être composés d’au moins trois plis encollés chant sur chant. Il est strictement interdit d’employer des plis non encollés chant sur chant pour réaliser les couches de surface. Le fabricant doit en outre pouvoir présenter pour le produit en question les certificats d’essai attestant de son étanchéité à l’air. Le collage des joints à entures multiples, des plaques monocouches (collage des planches chant contre chant) et des couches disposées à plis croisés pour obtenir des panneaux à plusieurs plis doit être réalisé en utilisant des colles sans formaldéhyde. La surface des panneaux doit être poncée — quelle que soit le type de qualité (non visible, visible industrie ou visible habitat) — et les panneaux doivent être classés sur la base des critères fixés par Stora Enso. La construction doit répondre exclusivement aux exigences qui s’appliquent aux panneaux massifs contrecollés (jusqu’au format de panneau maximum de 2,95 m sur 16,00 m). Le respect de ces exigences permet d’une part d’obtenir des plaques murales de raidissement, des platelage de plafond et des plaques de patelage extrêmement résistants, et d’autre part de pouvoir limiter au minimum nécessaire le nombre de joints d’assemblage. Produit proposé Les panneaux CLT doivent être conformes à la « Certification technique générale Z-9.1-559 » délivrée par l’Institut allemand des techniques de construction (Deutsches Institut für Bautechnik) ainsi qu’à l’Agrément technique européen ATE-08/0271.


Gestion de projet et transport TEXTE D’APPEL À PROPOSITIONS

04/2012

Fabricant Stora Enso Wood Products OY Ltd Kanavaranta 1 FI-00160 Helsinki

Usines de fabrication Stora Enso WP Bad St. Leonhard GesmbH Wisperndorf 4 AT-9462 Bad St. Leonhard Tél. : +43 (0) 4350 2301-3207 Fax : +43 (0) 2826 7001 88-3207 Courriel : clt.info@storaenso.com www.clt.info

Stora Enso Wood Products GmbH Bahnhofstraße 31 AT-3370 Ybbs/Donau Tél. : +43 (0) 4350 2301-3207 Fax : +43 (0) 2826 7001 88-3207 Courriel : clt.info@storaenso.com www.clt.info

B. Informations générales Panneaux Les panneaux ne subissent aucun traitement (couche de peinture, produit de protection du bois…) au moment de leur fabrication. Les qualités de surface disponibles sont les suivantes :    

qualité visible — VI [visible d’un seul côté] ou BVI [visible des deux côtés] qualité visible industrie — IVI [qualité visible industrie sur un seul côté et qualité visible sur un seul côté] qualité non visible industrie — INV [qualité visible industrie sur un seul côté, qualité non visible sur un seul côté] qualité non visible — NVI [sur les deux côtés]

Construction et statique L’orientation des couches de surface des panneaux doit s’effectuer en tenant compte de la capacité de répartition des charges et des calculs statiques réalisés. Transport et assemblage Les panneaux doivent impérativement être protégés de l’action directe des intempéries, aussi bien pendant leur transport que pendant les travaux d’assemblage ou la phase de gros œuvre. On veillera plus particulièrement à éviter toute tache d’humidité ou tout défaut esthétique lorsque les panneaux sont utilisés comme éléments visibles. Une brève exposition à l’eau ou à l’humidité n’a toutefois aucune incidence sur la fonction technique des panneaux. On prendra soin par ailleurs de recouvrir le gros œuvre de bâches ou de films plastique tant que les éléments de construction n’ont pas encore été rendus imperméables. L’entreprise de construction est tenue de s’informer sur les configurations des lieux (possibilités d’accès, emplacement de la grue, etc.) afin de pouvoir procéder comme il se doit aux opérations de livraison et de montage des panneaux en bois massif. Le déplacement des panneaux CLT s’effectue au moyen d’un engin de levage qui sera fourni soit par le client, soit par l’entreprise contractante. Lors du déchargement, les panneaux muraux seront normalement pourvus de


Gestion de projet et transport TEXTE D’APPEL À PROPOSITIONS

04/2012

deux points d’ancrage et les éléments de plafond de quatre points d’ancrage. Ces points d’ancrage seront choisis en tenant compte du poids de chaque panneau et de sa position pendant le transport. N’utiliser que des suspensions, chaînes ou accessoires d’élingage en parfait état et disposant d’une capacité de charge suffisante. Les crochets de levage devront être équipés d’un linguet de sécurité. On veillera à s’assurer de la bonne stabilité de la grue pendant toute la phase de construction. Assemblages L’assemblage standard recommandé est soit un assemblage avec planche-joint et feuillure des deux côtés, soit un assemblage en nez-de-marche. Les organes d’assemblage pouvant être utilisés sont les clous, les vis à bois (principalement des vis à bois autoforeuses), les boulons (tourillons), les chevilles ainsi que les chevilles et broches spéciales, en conformité avec les certifications. Les organes d’assemblage doivent être disposés de manière à respecter les exigences constructives et statiques. Les joints doivent quant à eux être étanches à l’air et au vent (utiliser par exemple des bandes d’étanchéité Compriband, des bandes en caoutchouc cellulaire, des bandes d’étanchéité Bytil, etc.). Bases et semelles : Les panneaux CLT en bois massif doivent être protégés des remontées d’humidité là où ils sont en contact avec le béton, la maçonnerie, etc. Il faudra, avant le début des travaux, s’assurer que la dalle de plancher ne présente pas d’irrégularités. Si elle n’est pas entièrement plane, il faudra l’égaliser en compensant les différences de niveau au moyen d’éléments de calage ou de semelles. Si les panneaux ne peuvent pas reposer parfaitement à plat sur le sol, il sera alors nécessaire d’égaliser la surface du socle, par exemple avec du mortier fluidifié. Installations techniques Nous recommandons, dans toute la mesure du possible, de faire réaliser les ouvertures techniques en usine. Pour le cas où celles-ci seraient réalisées (en partie ou en totalité) par le maître d’ouvrage, on veillera alors à ce qu’en aucun cas les propriétés statiques des couches longitudinales des panneaux CLT sur lesquelles se répartissent les charges ne soient affaiblies par les coupes ou les fraisages transversaux. Si, pour certaines installations techniques, le maître d’ouvrage confie la réalisation de fraisages à des artisans ou techniciens spécialisés, il sera tenu d’effectuer les contrôles qui s’imposent afin de s’assurer que les propriétés statiques des éléments importants des structures ne pas affaiblies. Calculs Les prix calculés pour chaque entrée doivent intégrer les paramètres suivants : 

   

la totalité des petites pièces et accessoires divers tels que les organes d’assemblage, les planches de jointure (ou planches-joint), les pièces de bois employées comme semelles ou encore les bandes d’étanchéité à l’air et les bandes d’insonorisation ; l’ensemble des coûts relatifs à l’utilisation de la grue et autres engins de levage ; l’ensemble des équipements, accessoires et structures auxiliaires nécessaires pour le montage des panneaux ; les protections utilisées pendant le montage pour préserver les panneaux des intempéries ; les protections pouvant s’avérer nécessaires pour protéger les surfaces visibles une fois le montage effectué (panneaux en fibres tendres, bandes de feutre, films en mousse, etc.).


Gestion de projet et transport TEXTE D’APPEL À PROPOSITIONS

04/2012

Remarque Pour les panneaux CLT, la facturation par le fabricant vis-à-vis du contractant s’effectue sur la base du quadrilatère circonscrit (chutes et découpures comprises), la dimension de référence étant la largeur de facturation (ou largeur facturée). Longueurs facturées : à partir d’une longueur de production minimum de 8,00 m par largeur de facturation ; jusqu’à une longueur maximum de 16,00 m (avec progression par incréments de 10 cm). Largeurs facturées : 245, 275 et 295 cm pour les murs et les plafonds. Conformément aux termes de l’appel à proposition, la facturation par le contractant à l’égard du donneur d’ordre s’effectue selon les règles communément appliquées pour les murs, les plafonds et les toitures (surmesures ou déduction de certaines ouvertures, de pignons, etc.).


Gestion de projet et transport TEXTE D’APPEL À PROPOSITIONS

04/2012

C. Exemples de formulation pour les entrées de l’appel à propositions Panneaux muraux Découpage des panneaux muraux (y compris les ouvertures de portes et de fenêtres, les encoches, les feuillures, etc.), livraison et assemblage sur la substructure. Les calculs doivent inclure les matériels d’assemblage et d’étanchéification ainsi que les planches-joint qui pourraient éventuellement être nécessaires (par exemple des lames de panneau découpées dans des panneaux à trois plis ou des panneaux similaires). Panneaux massifs contrecollés Essence : Surface : Qualité des surfaces : Structure :

Produit recommandé : Fabricant :

épicéa lisse, poncée sur les deux faces qualité non visible (NVI), qualité visible industrie ou qualité visible habitat (VI, visible d’un seul côté) Les panneaux CLT sont constitués d’au moins trois plaques monocouches (trois plis) CLT – Cross Laminated Timber selon Z-9.1-559 et ETA-08/0271 Stora Enso WP Bad St. Leonhard GesmbH ou Stora Enso Wood Products GmbH

Entrée n° 01 : Panneau mural

CLT 100 C3s

Nombre : Épaisseur du panneau : Hauteur et longueur du panneau : Forme des panneaux : Qualité des surfaces :

1 100 mm, 3 plis encollés, couche de surface disposée verticalement 2,95 m × 9,40 m les hauteurs peuvent être identiques ou différentes qualité non visible (NVI)

Nombres des ouvertures < 1,5 m², au nombre de 2 Nombres des ouvertures > 1,5 m², au nombre de 3 Main d’œuvre …………………. Divers …………………. ………. m² Produit proposé : Fabricant :

Prix unitaire ………………….

Total ………………….

…………………………………………………….. ……………………………………………………..


Gestion de projet et transport TEXTE D’APPEL À PROPOSITIONS

04/2012

Dalles de plancher et panneaux de toiture Découpage des dalles de plancher et des panneaux de toiture (y compris les ouvertures, les encoches, les feuillures, etc.), livraison et assemblage sur la substructure. Les calculs doivent inclure les matériels d’assemblage et d’étanchéification ainsi que les planches-joint qui pourraient éventuellement être nécessaires (par exemple des lames de panneau découpées dans des panneaux à trois plis ou des panneaux similaires). Panneaux massifs contrecollés Essence : Surface : Qualité des surfaces : Structure :

Produit recommandé : Fabricant :

épicéa lisse, poncée sur les deux faces qualité non visible (NVI), qualité visible industrie ou qualité visible habitat (VI, visible d’un seul côté) Les panneaux CLT sont constitués d’au moins trois plaques monocouches (trois plis) CLT – Cross Laminated Timber selon Z-9.1-559 et ETA-08/0271 Stora Enso WP Bad St. Leonhard GesmbH ou Stora Enso Wood Products GmbH

Entrée n° 2 : Dalle de plancher ou panneau de toiture Nombre : Épaisseur du panneau : Largeur de panneau : Longueur de panneau : Forme de base :

CLT 180 L5s

1 180 mm, 5 plis encollés, couche de surface disposée longitudinalement 2,75 m 11,20 m rectangulaire

Nombres des ouvertures < 1,5 m², au nombre de 2 Nombres des ouvertures > 1,5 m², au nombre de 3 Main d’œuvre …………………. Divers …………………. ………. m²

Produit proposé : Fabricant :

Prix unitaire ………………….

Total ………………….

……………………………………………………... ……………………………………………………...


Découpe


Découpe 04/2012

CLT – CROSS LAMINATED TIMBER

Nous vous fournissons ici un récapitulatif des différents usinages qu’il est possible de réaliser avec notre centre d’usinage à portique PBA (marque Hundegger). Les différentes possibilités de découpe et d’usinage exposées ici couvrent une bonne partie des opérations les plus couramment réalisées. Pour tout usinage particulier, veuillez consulter le service de production qui évaluera votre demande et décidera de sa faisabilité. Possibilités d’usinage offertes par le centre d’usinage à portique PBA Remarque : Il faut savoir de manière générale que tout travail de découpe ou de fraisage ne peut être effectué que sur un seul côté du panneau, en l’occurrence sur sa face supérieure. Il est toutefois possible — sur demande uniquement — de réaliser ces types d’usinage sur les deux côtés du panneau. Il est donc bien entendu nécessaire dans ce cas retourner le panneau. Remarque : L’illustration (ci-dessous à droite) donne un exemple de plusieurs panneaux qui sont découpés puis usinés individuellement dans un seul et même panneau brut.

Panneau 1

Impossible d’effectuer un usinage des arêtes (feuillure inférieure, gorge ou trou de forage horizontal par exemple).

Panneau 2

Panneau 3 Dans ce cas, il est également possible de réaliser des feuillures sur la face inférieure du panneau. En effet, l’outil d’usinage est capable d’accéder à ce panneau-ci depuis le bord externe du panneau brut.

Panneau 4


Découpe 04/2012

CLT – CROSS LAMINATED TIMBER

a) Ouvertures de portes et de fenêtres Outils utilisés :

  

scie circulaire scie à chaîne défonceuse

Remarque : Pour les panneaux à surface visible (VI), les découpes effectuées dans les angles sont faites en utilisant non pas la scie à chaîne (le risque qu’elle ne glisse en cours d’exécution est en effet trop important ; risque également de projections d’huile), mais la défonceuse (d’où un rayon d’angle d’au moins 20 mm ; pour les panneaux d’une épaisseur supérieure à 160 mm, celui-ci devra être d’au moins 40 mm).

Angles arrondis sur les panneaux VI

Angles vifs sur les panneaux NVI et IVI

b) Adents (évidements) pour pannes, chevrons et entraits Outils utilisés :



scie à chaîne pour les panneaux NVI et IVI



défonceuse pour les panneaux VI

Remarque : Pour les adents (évidements) de pannes, chevrons et entraits, les angles peuvent être réalisés au moyen d’une scie à chaîne, ce qui peut entraîner des défauts esthétiques du fait des entailles de coupe.


Découpe 04/2012

CLT – CROSS LAMINATED TIMBER

c) Découpe pour empannons Outils utilisés :

  

scie circulaire scie à chaîne défonceuse

Remarque : Dans le cas de détails particulièrement compliqués, il peut s’avérer nécessaire de retravailler les angles manuellement avec la scie à chaîne. Il s’agit là d’un aspect non négligeable dont il faut particulièrement tenir compte pour les panneaux VI.

d) Fraisage de gorges et de feuillures Outils utilisés :

fraise cylindrique 3 axes



Remarque : Fraise cylindrique : h = 12 mm

largeur de feuillure max. : 100 mm

Fraise cylindrique : h = 27 mm

largeur de feuillure max. : 80 mm

Fraise cylindrique : h = 40 mm

largeur de feuillure max. : 80 mm

Fraise cylindrique : h = 120 mm

largeur de feuillure max. : 120 mm

d 1) Feuillures simples Outils utilisés :

 

fraise cylindrique défonceuse


Découpe 04/2012

CLT – CROSS LAMINATED TIMBER

d 2) Feuillures doubles Outils utilisés :



fraise cylindrique 3 axes

Remarque : Les feuillures se trouvant sur la face supérieure du panneau peuvent être réalisées dans toutes les largeurs et hauteurs désirées. Le fraisage de feuillures se trouvant sur la face inférieure du panneau dépend en revanche de l’outil employé. Ces feuillures doivent cependant présenter une hauteur minimum de 12 mm.

d 3) Fraisage de gorges ou de saignées Outils utilisés :



fraise cylindrique 3 axes

Remarque : Fraise cylindrique : h = 12mm

largeur de feuillure max. : 100 mm

Fraise cylindrique : h = 27mm

largeur de feuillure max. : 80 mm

Fraise cylindrique : h = 40mm

largeur de feuillure max. : 80 mm

Fraise cylindrique : h = 120mm

largeur de feuillure max. : 120 mm

d 4) Renfoncements Outils utilisés :

 

fraise cylindrique défonceuse (diamètre : 40 mm)

Remarque :

fraise cylindrique

défonceuse (rayon : 20 mm)

Pour réaliser les renfoncements de feuillures, on utilise la fraise cylindrique pour fraiser jusqu’à l’emplacement désiré. La finition de l’angle est ensuite terminée au moyen de la défonceuse (diamètre : 40 mm). On obtient un arrondi de 20 mm de rayon.


Découpe 04/2012

CLT – CROSS LAMINATED TIMBER

e) Pas de chevrons Outils utilisés :



fraise cylindrique 5 axes

f) Usinage d’escaliers ou d’éléments similaires Outils utilisés :

 

défonceuse fraise cylindrique

Remarque : Si l’on utilise une fraise cylindrique, celle-ci devra commencer l’usinage latéralement au niveau du bord de la pièce à usiner. Les défonceuses peuvent en revanche travailler directement du haut vers le bas.

g) Trous circulaires Outils utilisés :



défonceuse (diamètre : 40 / 80 mm)

Remarque : Plus petit diamètre de trou circulaire : 45 mm Profondeur de fraisage max. pour d = 40 mm : 160 mm Profondeur de fraisage max. pour d = 80 mm : 300 mm

ATTENTION ! La défonceuse de diamètre 40 mm et 80 mm ne permet pas de réaliser des trous de forage dont le diamètre serait exactement de 40 mm et 80 mm. En effet, du fait de la chaleur générée et du mouvement de la défonceuse, les trous de forage présentent un diamètre un peu plus large. On veillera donc lors de la conception à prévoir 5 mm de plus qui seront rajoutés aux 40 et 80 mm.


Découpe 04/2012

CLT – CROSS LAMINATED TIMBER

h) Évidements Outils utilisés :



foret ; d = 8 / 10 / 20 / 22 / 30 / 35 mm

i) Canalisations pour conduites électriques Outils utilisés :



défonceuse (diamètre : 40 / 80 mm)

Remarque : Il faut impérativement tenir compte dès la phase de conception des possibles fragilisations statiques que peuvent entraîner les fraisures, les découpes, etc.

j) Trous de forage horizontaux (réalisables uniquement sur PBA 2) Outils utilisés :



foret (diamètre : 28 mm)

Remarque : Profondeur maximum de fraisage : 1 500 mm Distance minimum entre le centre de deux forures horizontales contiguës : 50 mm. Attention ! Pas de forures qui s’imbriquent l’une dans l’autre ! Les forures horizontales ne peuvent être réalisées que sur l’arête longitudinale d’un panneau.

k) Usinage de formes libres Outils utilisés :



défonceuse (diamètre : 40 / 80 mm)

Remarque : Profondeur de fraisage max. pour d = 40 mm :

160 mm

Profondeur de fraisage max. pour d = 80 mm :

300 mm


Découpe 04/2012

CLT – CROSS LAMINATED TIMBER

l) Fraisage de trous borgnes – renfoncements Outils utilisés :



défonceuse (diamètre : 40 / 80 mm)

Remarque : De manière générale, ce type d’usinage est possible sans aucune restriction sur la face supérieure du panneau. Il n’est pas possible de réaliser des angles vifs, car le fraisage des trous borgnes est effectué au moyen d’une défonceuse.

m) Joints de plafond VI Outils utilisés :



rabot à chanfreiner (rabot manuel)

Remarque : Sur la face visible des panneaux VI, les arêtes des joints sont chanfreinées à la main (chanfrein de 2 × 2 mm).

n) Joints de plafond spéciaux Outils utilisés :

 

scie circulaire fraise cylindrique

Remarque : Cette solution est parfois utilisée pour les joints de plafond visibles lorsque les lambourdes de plancher se trouvent sur le même plan que le plafond et que les panneaux sont supportés par une poutre en I.


Bâtiments de référence


Bâtiments de référence JUNGLINSTER (LUXEMBOURG). Environ 450 m³ de CLT

Maison individuelle

04/2012


Bâtiments de référence SISTRANS (AUTRICHE). Environ 150 m³ de CLT

Maison individuelle

04/2012


Bâtiments de référence ST. THOMAS/BLASENSTEIN (AUTRICHE). Environ 110 m³ de CLT

Maison individuelle

0 4/2012


Bâtiments de référence WIEN (AUTRICHE). Environ 40 m³ de CLT

Maison individuelle

04/2012


Bâtiments de référence ÜBELBACH (AUTRICHE). Environ 163 m³ de CLT

École maternelle

.

04/2012


Bâtiments de référence YBBS (AUTRICHE). Environ 120 m³ de CLT

École primaire

Ybbs (AT). Ca. 120 m³ CLT.

04/2012


Bâtiments de référence LINZ (AUTRICHE). Environ 113 m³ de CLT

Établissement d’éducation spécialisée

04/2012


Bâtiments de référence BAD ST. LEONHARD (AUTRICHE). Environ 150 m³ de CLT

Immeuble de bureaux

.

04/2012


Bâtiments de référence GEMEINLEBARN (AUTRICHE). Environ 370 m³ de CLT

Immeuble d’habitation

04/2012


Bâtiments de référence LONDRES (ROYAUME-UNI). Environ 1 300 m³ de CLT

Immeuble d’habitation

Londres (Royaume-Uni). Environ 1 300 m³ de CLT.

04/2012


Note


Notes CLT – CROSS LAMINATED TIMBER

04/2012


Notes CLT – CROSS LAMINATED TIMBER

04/2012


Notes CLT – CROSS LAMINATED TIMBER

04/2012

Dossier technique - Stora Enso Building Solutions CLT - FR  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you