Page 1

Saint-Martinfo N° 004 / avril 2013

Sommaire Nouveau conseil municipal Cité de l’énergie Vivre à Saint-Martin ! SMS citoyen / Application Cnoté Inauguration de la Crèche – UAPE Bibliothèque intercommunale

2 3 3 4 4 5

CO Hérens : rénovations L’invité : Jean-Claude Lelièvre Pompiers : nouveau commandant Promotion civique - Police intercommunale Appel à la collaboration Cabane des Becs de Bosson

5 6 6 7 8 8

Editorial

Par Louis Moix, Président

Depuis la dernière parution du journal « Saint-Martinfo », de nombreux évènements se sont déroulés dans notre commune. L’un des plus récents est la mise en place d’une équipe presque entièrement nouvelle à la tête de la commune ; il ne reste qu’un « rescapé » de l’ancien conseil. Le fameux sursis de 100 jours est à notre porte ; il s’agit maintenant, pour la nouvelle équipe, de montrer ce qu’elle vaut et ce qu’elle est en mesure d’entreprendre. Elle n’a bien sûr pas attendu 3 mois pour se mettre au travail. Avec cœur et détermination, elle a mis à profit ce délai pour se mettre au courant des principaux dossiers et projets communaux et s’immerger dans l’ambiance particulière de la conduite des affaires communales. Les principaux défis qui attendent notre communauté montagnarde sont le lent et régulier déclin de notre population, dû au manque de logements pour les jeunes couples et nos aînés. A cela s’ajoute la difficulté de trouver du travail sur place ; l’acceptation de la Lex Weber et de la modification de la Loi sur l’aménagement du territoire (LAT) par le peuple suisse ne vont pas dans le sens d’une amélioration sur ce point. Enfin, notre tourisme ne pourra se développer et apporter de la substance à nos

habitants que si nous offrons à nos hôtes des logements leur permettant de rester quelques jours chez nous et de consommer sur place. Ce constat, qui pourrait paraître défaitiste, doit au contraire nous pousser à entreprendre dès maintenant des actions permettant de corriger cet état de fait. Des projets sont en cours, qui devront être réalisés le plus rapidement possible, par étapes, et en fonction de nos moyens financiers. Il n’est pas raisonnable de penser que nous pourrons mener à bien tous les projets existant dans la commune ; ce serait condamner nos descendants à payer nos dettes pendant de longues années. Ce n’est pas ce que nous voulons. Au contraire, et indépendamment des actions que la commune pourra mettre en œuvre, les petites entreprises et les artisans locaux doivent se concerter et, ensemble, trouver des solutions pour maintenir, voire développer, l’activité économique et les postes de travail. Dans ce contexte, la commune devra probablement s’engager à donner quelques impulsions, sans pour autant se substituer à l’initiative privée. Enfin, nos commerçants et restaurateurs doivent se persuader qu’un accueil de qualité constitue, avec un bon produit, la base même de toute activité touristique digne de ce nom. Comme on le voit, il y a de quoi faire. L’équipe en place, dynamique et motivée, ne manquera pas de s’investir de toutes ses forces pour que Saint-Martin reste un lieu privilégié où il fait bon vivre, toutes générations confondues.


2

Nouveau conseil municipal Mais que font donc nos élus ? Dans toute activité humaine impliquant plusieurs personnes, une organisation est nécessaire pour atteindre un certain résultat. C’est ce que vos nouveaux élus ont mis en place, en décembre 2012 déjà, en se répartissant les dicastères et les commissions. A noter que le premier nommé de chaque commission la préside et que les membres de ces commissions ne sont pas tous des élus. Merci à eux de nous consacrer du temps et de nous apporter leurs compétences et connaissances pour la bonne marche de notre commune.

Geneviève Pralong, vice-présidente Culture, loisirs et culte Culture, loisirs et culte : Geneviève Pralong, Patrice Gaspoz, Jacques-A. Théoduloz. Parcs publics, chemins pédestres et aménagements touristiques : Geneviève Pralong, Patrick Cuenin, Patrice Gaspoz. Communication, journal « Saint-Martinfo » : Geneviève Pralong, Louis Moix, Raphaël Bolli, Michel Gaspoz, Patrice Gaspoz.

Louis Moix, président Administration générale : traitement par le conseil municipal. Economie publique Agriculture : Louis Moix, Daniel Beuret, André Gaspoz, Christophe Mayor, Jean-Yves Zermatten. Tourisme : Louis Moix, Valentine Beytrison, Nadine Moix, Benoit Bès, Patrice Gaspoz, Stéphane Morand, Jean-René Vuissoz. Energie : traitement par le conseil municipal. Finances et impôts : traitement par le conseil municipal.

André Gaspoz, conseiller Enseignement et formation Enseignement et formation : André Gaspoz, Suzanne Malo, Jocelyne Pralong, Fabienne Rossier, Nathalie Zermatten, le futur directeur des Ecoles.

Jessica Fardel, conseillère

Pierre Mérinat, conseiller

Santé et prévoyance sociale Crèche-UAPE : Jessica Fardel, Laetitia Perren, Christiane Moix, Michel Gaspoz. Jeunesse : Jessica Fardel, Geneviève Pralong, Bastien Rey. Avenir Saint-Martin : Louis Moix, Geneviève Pralong, Jessica Fardel, Cédric Beytrison, Pierre Mérinat, Michel Gaspoz. Cette commission intègre le projet de Maison des Générations.

Sécurité publique Sécurité publique (police, police du feu, protection civile) : Pierre Mérinat, Patrick Cuenin, Cédric Beytrison, Patrice Gaspoz, Sébastien Théoduloz. Etat-major de crise : Louis Moix, Pierre Mérinat, Cédric Beytrison, Michel Gaspoz, Patrice Gaspoz, Giovanni De Luca, Guy-Olivier Pralong, Fabienne Rossier, Sébastien Théoduloz. Taxes et mensurations cadastrales : Pierre Mérinat, André Gaspoz, Jacques-A.Théoduloz.

Cédric Beytrison, conseiller

Jean-Philippe Moix, conseiller

Trafic, Bourgeoisie et forêts Trafic (réseaux routiers, CarPostal) : Cédric Beytrison, André Gaspoz, David Beytrison, Patrick Cuenin, Roger Moix. Bourgeoisie et forêts : Cédric Beytrison, Patrick Cuenin, Frédéric Pralong.

Protection et aménagement de l’environnement Construction et édilité : Jean-Philippe Moix, André Gaspoz, Patrick Cuenin, Bertrand Mayor. Salubrité publique : Jean-Philippe Moix, Patrick Cuenin, Giovanni De Luca, Fabienne Rossier. Eau, égouts, service de la voirie, torrents : Jean-Philippe Moix, Guy-Olivier Pralong, Patrick Cuenin. Aménagement du territoire : traitement par le conseil municipal.

Ces commissions se sont mises au travail rapidement et ont toutes tenu une séance au moins, la première généralement en présence du responsable de l’ancienne administration, afin de passer le témoin dans les meilleures conditions. Merci à nos anciens, président et conseillers, de nous apporter leur soutien. Merci également aux responsables et à tous les membres des commissions pour leur travail et leur engagement.


3

Saint-Martin obtient le label « Cité de l’énergie » Saint-Martin a reçu en juin 2012, le label « Cité de l’énergie ». Une précieuse distinction qui récompense des années d’efforts entrepris dans les domaines des économies d’énergie et de la promotion des énergies renouvelables. Saint-Martin devient ainsi la 312e commune labellisée au niveau suisse. Saint-Martin a adhéré dès l’an 2000 à l’association « Cité de l’énergie ». Ayant rempli les conditions pour l’obtention du label « Cité de l’énergie », la commune entre ainsi dans le cercle des 321 communes labellisées. (Voir la liste sur www.citedelenergie.ch/fr/les-cites-de-lenergie)

Les principes de la politique énergétique de la commune de Saint-Martin sont calqués sur ceux des Cités de l’énergie. Globalement, la commune vise à : 1. Augmenter la part des énergies renouvelables, si possible indigènes, dans la consommation finale (chaleur et électricité), sur l’ensemble du territoire. 2. Améliorer l’efficacité énergétique et augmenter la part des énergies renouvelables dans les bâtiments communaux. 3. Assurer un approvisionnement durable en énergie sur l’ensemble du territoire communal et tendre vers l’autonomie énergétique (chaleur et électricité). 4. Informer et sensibiliser la population et les entreprises locales

sur les économies d’énergie et l’utilisation des énergies renouvelables par des actions concrètes. 5. Promouvoir et soutenir financièrement les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique sur l’ensemble du territoire en fonction des moyens financiers. 6. Participer aux cours de formation continue dans le domaine de l’énergie. Saint-Martin a entrepris des actions dans les six domaines définis par SuisseEnergie pour les communes : le développement territorial et bâtiments privés ainsi que les installations communales, l’approvisionnement et la dépollution des activités communales, la mobilité, l’organisation interne et l’administration et la communication avec les habitants et l’extérieur. La biomasse : Le soleil :

Le vent : La géothermie : c L’eau :

Les énergies renouvelables en Suisse

« Vivre à Saint-Martin ! » A travers cette brochure, la commune de Saint-Martin étrenne son titre d’ambassadrice du développement durable. Sous le titre « Vivre à Saint-Martin », la commune a réalisé un inventaire non exhaustif des actions et projets mis en œuvre sur son territoire et destinés à assurer de manière durable une meilleure qualité de vie. Sur la base des « 16 engagements du canton du Valais en matière de développement durable », et à travers 16 actions exemplaires, des élus communaux, des spécialistes en diverses matières, des personnes d’expérience, des témoins d’hier et d’aujourd’hui, des jeunes et leurs aînés, des artisans, des indépendants… apportent des réponses et des solutions au fil des pages qui agrémentent cette brochure dont l’encre encore toute fraîche exhale des parfums de développement durable.

Des thèmes à choix et de choix ! De l’exemplarité communale au programme d’actions pour l’avenir, en passant par le tourisme, l’agriculture, l’industrie, l’énergie, la biodiversité, la cohésion sociale, la santé ou encore l’école, tout y est ! Emmenée, guidée et conseillée par la « Fondation pour le développement durable des régions de montagne », l’équipe de rédacteurs, de correcteurs, de photographes, de graphistes, d’investigateurs, de coordinateurs… s’est consacrée corps et âme à la réalisation de cette « Bible » du développement durable. En feuilletant la brochure « Vivre à Saint-Martin », vous avez tout

loisir de disséquer les différentes actions entreprises jusqu’à ce jour et pour le futur. S’identifiant à une démarche promotionnelle, ce produit, haut en couleur et très abouti, ambitionne de susciter l’intérêt de résidents en quête d’une qualité de vie fort enviable. En outre, le slogan « Vivre à Saint-Martin » s’emploie à véhiculer à travers la géographie une image touristique alléchante.


4

SMS citoyen / Application Cnoté Comme Lucky Luke… Tout le monde le sait, Lucky Luke est « l’homme qui tire plus vite que son ombre ». Aujourd’hui, Saint-Martin diffuse l’info à la « vitesse de la lumière ». En effet, la commune propose à ses concitoyens un nouveau système d’informations officielles… par SMS. Ce procédé vous permet de recevoir gratuitement sur votre téléphone mobile des informations liées aux urgences, aux alertes, à la prévention (évacuation d’urgence, panne d’électricité, inondation, pollution de l’eau, risques naturels, pandémie...), aux travaux (fermeture de routes, coupures d’eau…) et aux services administratifs (votations, convocations aux assemblées primaires et autres prestations).

Rappelons-le, ces alertes et ces messages sont entièrement GRATUITS ! Pour ceux qui l’ignoreraient encore, un téléphone mobile, également nommé téléphone portable, téléphone cellulaire (en Amérique du Nord), natel (en Suisse), GSM, ou familièrement G (en Belgique), permet de communiquer par téléphone, sans être relié par câble à une centrale. Les sons sont transmis par des ondes électromagnétiques dans un réseau spécifique. On peut donc communiquer de tout lieu où une antenne de relais capte les émissions de l’appareil utilisé.

Et qu’est-ce qu’un SMS ? Le terme anglais « Short Message Service » est un service proposé conjointement à la téléphonie mobile, voire à d’autres appareils mobiles comme le Pocket PC, qui permet de transmettre des messages textuels de petite taille. Afin de vous envoyer des SMS, la commune de SaintMartin sollicite votre accord explicite. Pour vous inscrire, rien de plus simple ! Envoyez au 363 le message suivant :

STMARTIN SMS NOM PRENOM Il vous est possible, à tout moment, de renoncer à ce système. Pour cela, adressez-vous directement à l’Administration communale, par téléphone ou email. Tél. 027 282 50 10 – www.saint-martin.ch - commune@saint-martin.ch

Fabienne Rossier vous invite à adhérer au système d’informations officielles par SMS

Inauguration et bénédiction de la Crèche – UAPE Avant d’ouvrir ses portes le 7 janvier 2013, l’inauguration de la Crèche – UAPE a eu lieu, le samedi 29 décembre 2012, sous la conduite de Pierre-André Rossier, ancien conseiller en charge de la commission. Et ce en présence du personnel, des autorités communales « d’hier et d’aujourd’hui » ainsi que de nombreux habitants de la commune, de parents, de grands-parents et d’enfants. En préambule, le curé Jean-Michel Moix procéda à la bénédiction des lieux en précisant que « cette bénédiction d’un lieu de vie, de travail, d’activités n’est nullement quelque chose d’incongru. Historiquement et religieusement, notre contrée porte l’empreinte du christianisme : manifestée dans la pierre de nos églises ou oratoires, signalée par les croix aux carrefours de nos routes ou chemins, et inscrite, je l’espère vivement, dans nombre de nos cœurs par la foi. Cette foi chrétienne, cette foi en un seul Dieu, Créateur et Père de tous les hommes, cette foi en notre Sauveur et Seigneur Jésus-Christ, cette foi en ce que notre vie, ici-bas, se doit d’être orientée vers la vie du Ciel, a été, dans les temps passés, la motivation, la raison de vivre, de nos ancêtres ».

seuil de cette Crèche – UAPE lors des portes ouvertes inaugurales. Au surplus, une quarantaine d’enfants figurent déjà sur la liste d’inscriptions. Ce qui témoigne, en l’occurrence, du besoin d’une telle structure sur la commune de Saint-Martin. En outre, cette structure de type Crèche – UAPE permet d’accueillir des enfants préscolaires âgés de 18 mois à 5 ans ainsi que des enfants scolarisés, de l’enfantine à la 6e primaire, hors du temps d’école. Y compris durant l’heure du repas de midi. Apprendre avec plaisir, dans un environnement rassurant et moderne, tel est l’objectif du conseil communal quant à l’encadrement des écoliers. Ainsi, du matin jusqu’au soir, les enfants peuvent bénéficier d’une garde ainsi que d’un suivi pédagogique et d’une prise en charge pour le repas de midi. Bon vent à la nouvelle équipe pédagogique en place et longue vie à la structure Crèche - UAPE de Saint-Martin !

Dans un environnement rassurant et moderne

Si la structure peut ouvrir après moins de quatre mois de travaux, cela résulte de la performance. Merci donc, et respectivement, aux entreprises qui ont œuvré avec rapidité et efficacité à la rénovation des locaux, à la commission Crèche - UAPE ainsi qu’au conseil communal d’alors qui a su mettre les moyens nécessaires et qui a soutenu le projet. Cette structure est placée sous la direction de Mme Laetitia Perren, laquelle compte dans son équipe pédagogique, Mmes Emilie Duc, Virginie Quinodoz et Laetitia Carrel-Comina. Celles-ci assurent l’encadrement des enfants. Il convient de préciser que plus de 150 personnes ont franchi le

Devant le panneau « Crèche – UAPE » confectionné par les enfants des classes primaires : Pierre-André Rossier, ancien conseiller communal, accompagné des membres du personnel, Mmes Emilie Duc, Virginie Quinodoz et Laetitia Perren (de gauche à droite). Pierre-André Rossier


5

Bibliothèque intercommunale Les bibliothèques du Val d’Hérens changent… d’ère A l’image de leurs consoeurs valaisannes, les bibliothèques du Val d’Hérens (Saint-Martin, Vex, Hérémence, Mont-Noble, Evolène) ont tourné une page de leur histoire. En effet, elles ont changé… d’ère en optant pour le numérique. Qu’on ne s’y méprenne pas ! Il ne s’agit aucunement d’un apparentement avec le livre électronique. Certes, Internet et les réseaux sociaux ont fait irruption dans le quotidien du « citoyen du monde ». Mais de là à faire « une révolution de palais » dans l’univers de la lecture traditionnelle – le bouquin est (toujours) roi ! – il y a des siècles et des pages d’histoire écrite à bousculer. Ce n’est donc pas demain la veille…

Accueil et conseil

Aujourd’hui, les bibliothèques du Val d’Hérens, puisqu’il s’agit d’elles, bénéficient d’un atout fort appréciable et apprécié : la présence d’un personnel aguerri aux nouveaux outils de communication. En effet, l’être humain demeure au centre de l’activité bibliothécaire. L’accueil et le conseil contrastent avec la « froideur » du smartphone ou de la tablette électronique. A Saint-Martin, en l’occurrence, Huguette Constantin et Martine Pralong reçoivent le lecteur ou la lectrice – âges et classes sociales confondus - dans une lumineuse, une chaleureuse, une joyeuse atmosphère. Dans cette « agora des livres », la lecture est, certes, au centre des « débats », mais les sujets abordés, commentés et disséqués se distinguent par leur diversité. A l’instar d’un catalogue informatique « fort en thèmes ». Dans cet ordre d’idée, les bibliothèques intercommunales du Val d’Hérens doivent une fière chandelle à une orfèvre en la matière, Isabelle Micheloud. C’est d’ailleurs elle qui, en 2008, reprend la responsabilité de la bibliothèque d’Hérémence (entre autres) et l’informatise. Jusqu’à l’obtention, en 2011, de la certification Biblio Valais Excellence. Il en va de

même pour la Bibliothèque de Vex. Coordinatrice par excellence, Isabelle Micheloud visite et connaît tous les recoins des bibliothèques du Val d’Hérens. Mais qu’y trouve-t-on dans ces lieux d’enrichissement culturel qui favorisent, notamment, la rencontre des générations ? Interprétant un rôle social (re)connu, les bibliothèques intercommunales proposent, des DVD, des romans pour les adultes, les jeunes, les ados, les enfants ; des documentaires ; des albums pour enfants ; des bandes dessinées pour les adultes et la jeunesse. Jouissant d’un intérêt grandissant, partant d’une affluence accrue, la Bibliothèque de Saint-Martin – elle fait également partie de la Bibliothèque Virtuelle Régionale de Sion (BVR) - a opté, depuis le 1er novembre 2012, pour un nouvel horaire qui s’adapte aux désirs des lecteurs, soit : tous les mercredis, de 16 h à 19 h.

Martine Pralong, de la Bibliothèque de Saint-Martin, à gauche, et Isabelle Micheloud, coordinatrice des bibliothèques intercommunales du Val d’Hérens, ont bénéficié, durant l’été 2012, de la collaboration « informatique » de Gaëtan Rossier, étudiant à l’Université de Fribourg.

CO Hérens : rénovations durant l’été 2012 Le « lifting » du CO suit son cours Durant l’été 2012, la troisième phase des rénovations du bâtiment a eu lieu. Cette étape a été marquée par des travaux de chaufferie et d’isolation. Les travaux ont été denses, mais grâce à une équipe de conciergerie efficace et au dernier coup de reins des entreprises, la rentrée s’est agréablement déroulée, sans encombre. Les réalisations de 2012 ont été les suivantes : Les façades EST et NORD ont été complètement isolées et les vitrages changés. De nouveaux stores ont été posés en automne. Les teintes grise et blanche ont été choisies pour les façades. En 2011, une cage d’ascenseur a été élevée jusqu’au faîte du toit et des murs sismiques érigés. En 2012 l’ascenseur a été installé et des ouvertures dans la toiture, effectuées pour installer des exutoires de fumée. Le bâtiment répond donc aux exigences en matière de sécurité et de risques sismiques. Par ailleurs, l’ascenseur permettra de se mettre aux normes pour aider le déplacement des handicapés et des personnes à mobilité réduite. De plus, les travaux de conciergerie seront allégés avec ce nouvel outil. Le nouveau système de chauffage a été installé durant l’été 2012. Le choix s’est porté sur une installation aux pellets qui permet d’utiliser et de mettre en valeur le bois régional par l’intermédiaire d’une société valaisanne. Des économies substantielles seront réalisées grâce au nouveau système de chauffage et à l’isolation du bâtiment.

Six salles de classe ont également été rénovées et équipées d’une liaison wi-fi. Les peintures et le mobilier fixe sont neufs et permettent aux élèves de la vallée d’occuper des locaux agréables, fonctionnels et modernes. Les investissements consentis par les quatre communes associées améliorent d’année en année la disponibilité de nouvelles technologies pour les élèves et le confort d’utilisation du CO Hérens pour les enseignants, les sociétés et les personnes participant aux cours de l’université populaire du Val d’Hérens. Les travaux se poursuivront ces prochaines années ; les rénovations de la façade ouest et de l’intérieur de l’établissement interviendront durant les deux dernières phases, en 2013 et 2014.


6

L’invité : Jean-Claude Lelièvre Le fromage à raclette du Valais AOC lui doit une fière chandelle

Il aurait aisément pu exercer ses activités dans la chimie, la botanique, l’histoire, voire l’enseignement en général. Tout de blanc vêtu, disponible, courtois, passionné et passionnant, cet authentique puits de science vous emmène, d’emblée, dans un univers qui séduit, qui subjugue. Orateur-né, Jean-Claude Lelièvre retrace son parcours familial et professionnel avec un enthousiasme à nul autre pareil. Il égrène ses souvenirs en les agrémentant d’anecdotes liées à l’actualité politique, économique, religieuse ou encore militaire – Saint-Cyr est une référence - de naguère. Certes, la France – son pays d’origine – occupe une place prépondérante dans son cœur et sur son passeport, mais la Suisse, le Valais et Saint-Martin plus particulièrement figurent en bonne et due place dans son « livre d’or ». Avec lui, notamment, le fromage à raclette du Valais a conquis ses lettres de noblesse : AOC. Jean-Claude, d’où êtes-vous natif ? Je vais vous donner une réponse de Normand, puisque j’ai vu le jour à Saussey, un village français de 504 habitants sis en… Basse-Normandie. Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, la date du 6 juin 1944 vous inspire-telle ? C’est effectivement une date historique. Le débarquement de Normandie me rappelle le gaullisme et les exploits d’un fin stratège, le général Leclerc. Sa division devint même le fer de lance des attaques américaines. A propos d’armée, où avez-vous effectué votre service militaire ? J’ai eu la chance d’accomplir mes obligations militaires au Sénégal. Une authentique école de la vie. D’autant que je devais partager mon quotidien avec des hommes de nationalités, de races et de cultures différentes. Vous qui manifestez de l’intérêt pour une multitude de sujets, comment expliquez-vous votre implication dans l’agriculture, la paysannerie, la fromagerie? Ce n’est pas vraiment un choix délibéré. Il s’agit plutôt d’une affaire de famille. Mes parents et mon frère avaient une ferme et de nombreuses têtes de bétail. J’ai donc dû « mettre la main à la pâte », dès mon plus jeune âge. Mais j’avais soif d’apprendre, et ce dans tous les domaines. Rigueur et précision sont des maîtres mots à vos yeux et dans votre discours. Est-ce un héritage ou le fruit d’une formation stricte ? Les deux font la paire. Mais je suis un perfectionniste par définition. D’ailleurs, dans la fabrication du fromage, il importe d’obéir à deux notions que l’on peut assimiler à des outils de travail indispensables : la montre et le thermomètre. En outre, j’ai bénéficié, à mes débuts, du savoir-faire et des conseils de deux moines qui furent des orfèvres en la matière : Frère Amédée et Frère Degois. A quelle époque avez-vous rallié le Valais ? Dans les années quatre-vingts, j’ai posé mes valises à Orsières. A proximité de la première laiterie centralisée en Valais. Dans le district d’Entremont, j’ai eu l’opportunité et le privilège de côtoyer Guy Genoud, ancien conseiller d’Etat, lequel a défendu la cause paysanne. Dans cet ordre d’idée, et parmi les personnalités valaisannes rencontrées dans les districts de Sion, Hérens et

Conthey, je citerai, entre autres, Jean-René Fournier, Louis Berthousoz et Marco Zufferey. Ici, à Saint-Martin, on vous considère un peu comme le « pape » de la fabrication du fromage à raclette, de la tomme, du sérac et de la traçabilité. En convenezvous ? Je n’ai pas cette prétention. Certes, le nouveau pape François apprécierait la qualité de nos produits, mais l’étiquette flatteuse que l’on colle à la Laiterie-Fromagerie de Saint-Martin – première cave climatisée en Suisse - résulte, avant tout, d’un travail d’équipe. L’ambiance de travail y est remarquable. Et la rigueur dans l’exécution du processus de fabrication rivalise d’efficacité avec cette aptitude à retrouver l’historique, l’utilisation ou la localisation d’un produit que l’on nomme « traçabilité »

Jean-Claude Lelièvre, le plus Normand des Valaisans, contribue depuis plus de vingt ans à la réputation des produits de la Laiterie-Fromagerie de Saint-Martin.

Pompiers : nouveau commandant Le flambeau change de main

Après huit années passées à la tête du corps des sapeurs-pompiers, Claude-Alain Dayer cède le flambeau à Sébastien Théoduloz. La valeur n’attendant pas le nombre des années, gageons qu’une certaine continuité prévaudra. Bon vent au nouveau et à l’ancien commandant ! Et tous nos remerciements pour le temps et l’ardeur investis au service de la protection de la population.

Claude-Alain Dayer et Sébastien Théoduloz


7

« En haut de l’affiche » A Saint-Martin, les promotions civiques font la part belle à la gent masculine Fidèle à la tradition, la commune de Saint-Martin a procédé à « l’intronisation » de ses nouveaux citoyens atteints par ce « phénomène » que l’on appelle « majorité ». Par définition, la « majorité civile, ou majorité légale, est l’âge auquel un individu est juridiquement considéré comme civilement capable ». Avant cette date, et comme dirait un certain Jacques de La Palice, l’individu est dit « mineur ». En Suisse, la majorité civile est fixée à 18 ans, et ce depuis le 1er janvier 1996. Au cours de l’exercice 2012, à Saint-Martin, ce sont neuf garçons et… une fille qui sont entrés dans cette majorité. Leur année de naissance (1994) coïncide, bien évidemment, avec des événements heureux et d’autres qui le sont moins, tels que l’inauguration du Tunnel sous la Manche ; l’élection de Nelson Mandela - « immense » personnalité de race noire - à la présidence de l’Afrique du Sud ; la défaite de Garry Kasparov, champion du monde d’échecs, face à… un ordinateur ; la médaille d’or remportée par la Glaronnaise Vreni Schneider aux Jeux olympiques d’hiver de Lillehammer ; le titre de champion de Suisse décroché par le FC Servette en LNA ; la dernière parution de feu le journal « La Suisse » ; le décès de Zino Davidoff, l’illustre marchand de cigares ; la tragédie de l’Ordre du temple solaire, à Salvan, avec, à la clef, le décès de vingt-cinq membres.

… Charles Aznavour Avoir (eu) 18 ans, en 2012, c’est aussi rendre hommage à un alerte octogénaire, Charles Aznavour. Comédien et chanteur de renommée mondiale, cet illustre artiste doit une fière chandelle à cette chanson qui a fait le tour de la planète et qui est à l’origine de sa brillante carrière : « Je me voyais déjà ». Eh oui, « à 18 ans, il a quitté sa province, bien décidé à empoigner la vie, le cœur léger et le bagage mince. Il était certain de conquérir Paris. Chez le tailleur le plus chic, il a fait faire ce complet bleu qui était du dernier cri. Les photos, les chansons et les orchestrations ont eu raison de ses économies. Il se voyait déjà en haut de l’affiche... ». Et il l’occupe toujours… le haut de l’affiche. A 88 ans ! Chers nouveaux promus, vous avez de la marge. Pour réussir dans la vie, donc ! Bon vent !

Mais il y a Justin Bieber et… L’année 1994 rime également avec la naissance de Justin Bieber, cet auteur-compositeur-interprète et acteur canadien qui a reçu de nombreuses récompenses, dont celle d’« Artiste de l’année » lors des « American Music Awards 2010 ». Avec des millions de fans appelés les « Beliebers » et avec plus de trente millions de Followers sur Twitter, Justin est nommé, en 2012, la « troisième célébrité la plus puissante au monde par le magazine « Forbes ». Ce qui ne l’empêche pas de confondre « Chapelle sixtine » avec « seizième chapelle » et de considérer l’Europe comme un pays… A l’évidence, sa culture générale ne lui rapportera pas un disque de platine. A chacun sa « spécialité ». Et Justin ne risque pas de « faire la manche » dans un avenir proche. Quoique…

« Nouvel agent de police intercommunale » Pour remplacer Robert Fauchère, démissionnaire, les communes d’Hérémence, de Saint-Martin et de Vex ont engagé un nouvel agent intercommunal de police. Il s’agit de Giovanni De Luca, originaire de Vex et domicilié à Bramois. Il est marié et père d’un enfant. Après avoir travaillé dans la vente externe durant dix ans, il a obtenu son brevet de policier en 2010. Il a exercé son métier à Orsières. Son entrée en fonction est prévue le 1er avril 2013.

Imprimé sur papier FSC

Ils ont eu 18 ans en 2012. Les nouveaux « promus civiques » de Saint-Martin ont reçu leur « laissez-passer » pour la « majorité » lors d’une chaleureuse réception présidée, pour la dernière fois, par Gérard Morand. De gauche à droite : Valentin Gaspoz, Mickael Moix, Florian Gaspoz, Dylan Beytrison, Aurélien Morand, Nicolas Cuenin, Florian Moix, Joël Vuistiner, Simon Fumeaux. Manque : Mélanie Logean

Nous recherchons… … des photos ou coupures de presse en lien avec la fête de lutte suisse et le concert d’Henri Dès ou d’Alain Morisod, manifestations organisées, conjointement, par le Ski-Club de Saint-Martin et le Club des lutteurs de Bramois en 1972 et 1974.

Toute personne en possession de documents est priée de s’adresser à l’administration communale au 027 282 50 10 ou commune@saintmartin.ch. Un grand merci par avance !

Le journal Saint-Martinfo est édité par la commission « Communication » de la commune de Saint-Martin


8

Appel à la collaboration Entre nous…

… mais avec vous !

Aujourd’hui, un journal attrayant – celui de la presse écrite en l’occurrence – est celui que le lecteur attend sur le pas de la porte. Celui qui sent encore bon le papier et l’encre fraîche. Un journal attrayant, aujourd’hui, c’est ce média que l’on touche, que l’on feuillette, que l’on refeuillette et sur lequel on jette notre dévolu. De A jusqu’à Z. Un journal attrayant, aujourd’hui, c’est ce périodique de proximité – « Saint-Martinfo » par exemple ! - que l’on compulse et que l’on dépose sur la table du salon, voire de la cuisine. Eh oui, la recette du succès d’une publication réside dans la diversité de ses rubriques, de ses textes, de ses illustrations. « Saint-Martinfo », puisqu’il s’agit de lui, ne doit ressembler à aucun autre journal. Il ambitionne de dévoiler, de révéler et de véhiculer une image originale, « exclusive ». Il s’emploie à refléter l’authenticité, la « personnalité » d’une commune qui se distingue, encore et surtout, par sa mosaïque de richesses qui s’identifie à la palette de couleurs d’un artiste peintre. Le « Saint-Martinfo » nouveau est arrivé ! Un « cru millésimé » qui se bonifiera tout au long de… la « cuvée 2013 ».

Dans un (grand) esprit d’ouverture et afin d’assouvir la curiosité et de satisfaire les désirs du lecteur, « Saint-Martinfo » sollicite la présence de plusieurs « plumes » dans les colonnes de ses différentes éditions. Un défilé de textes de toute(s) nature(s) serpentant à travers les pages de « Saint-Martinfo », telle est l’une des aspirations de ce journal édité par la commune de Saint-Martin. La culture sous toutes ses formes, l’économie sous toutes ses facettes, l’environnement à l’état pur, le sport dans toutes ses disciplines, le folklore dans toutes ses splendeurs, la vie associative dans toutes ses conceptions, l’humour tendre et aimable – pas trop noir donc ! - et, surtout, « L’INEDIT » cherchent « preneurs ». Annoncez-vous ! Pour tous renseignements ou transmission de textes : Secrétariat communal : tél. 027 282 50 10 e-mail : commune@saint-martin.ch

Nouvelle dimension pour la cabane des Becs de Bosson Afin de satisfaire les tendances et désirs de la clientèle actuelle de nos cabanes de montagne, la société « Cabane des Becs de Bosson » a apporté des améliorations pour un montant de Fr. 750’000 sur les points suivants :

1) Sanitaires 2) Gestion de l’eau potable 3) Gestion de l’énergie 4) Agrandissement de l’espace détente 5) Dortoirs et chambres plus petits et plus conviviaux.

La construction a débuté en octobre 2011

Le local technique

Le volume est augmenté d’un tiers

Des chambres lumineuses et confortables

Des espaces chaleureux

Des sanitaires modernes

Un coin détente avec une vue panoramique

Une ambiance conviviale

La construction s’est terminée en décembre 2012

SOCIETE CABANE DES BECS DE BOSSON - CASE POSTALE 24 - CH-1969 SAINT-MARTIN

Journal avril 2013  

Journal de la commune de Saint-Martin (VS)

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you