Issuu on Google+

Assemblée générale

Un mouvement pour l’alternative économique et sociale

(AG du 20 juin 2011)


Sommaire Introduction..........................................................................................................................................................................5 PRIORITÉ 1 : Membres..........................................................................................................................................................7 En 2010.................................................................................................................................................................................9 2 coups de projecteurs.........................................................................................................................................................9 2 zooms...............................................................................................................................................................................10 Plan d’actions 2011............................................................................................................................................................13 3 points forts.......................................................................................................................................................................13 2 priorités............................................................................................................................................................................15 PRIORITÉ 2 : Identité...........................................................................................................................................................17 En 2010...............................................................................................................................................................................19 3 coups de projecteurs.......................................................................................................................................................19 4 zooms...............................................................................................................................................................................21 Plan d’actions 2011............................................................................................................................................................25 3 points forts.......................................................................................................................................................................25 3 priorités............................................................................................................................................................................27 PRIORITÉ 3 : Coopération....................................................................................................................................................29 En 2010...............................................................................................................................................................................31 3 coups de projecteurs.......................................................................................................................................................31 3 zooms...............................................................................................................................................................................33 Plan d’actions 2011............................................................................................................................................................35 2 points forts.......................................................................................................................................................................35 2 priorités............................................................................................................................................................................36

3


PRIORITÉ 4 : Politique.........................................................................................................................................................37 En 2010...............................................................................................................................................................................39 2 coups de projecteurs.......................................................................................................................................................39 2 zooms...............................................................................................................................................................................40 Plan d’actions 2011 ...........................................................................................................................................................42 3 points forts.......................................................................................................................................................................42 2 priorités............................................................................................................................................................................43 Les chiffres . .......................................................................................................................................................................45 Bilan 2010...........................................................................................................................................................................47 Résultat 2010......................................................................................................................................................................50 Membres SAW-B par Provinces..........................................................................................................................................54 Equipe et CA........................................................................................................................................................................56


Introduction Début 2010, SAW-B présentait son plan stratégique à quatre ans. Véritable fil d’Ariane déroulé en symbiose par les administrateurs et l’équipe, ce plan, approuvé par les membres, a été minutieusement réfléchi et élaboré pour tracer les priorités de SAW-B, mouvement pour l’alternative économique. Les 4 grandes priorités, et objectifs liés qui s’en dégagent, constituent dorénavant 4 lignes directrices pour les actions à venir et autant de balises repères pour présenter les activités de l’année écoulée.

5


6


PRIORITÉ 1 :

membres

7


---> Objectifs Elargir et renforcer le membership pluraliste de SAW-B pour augmenter le nombre de ses membres, en veillant à ce qu’ils représentent à la fois des citoyens, des entreprises, les membres des fédérations membres, les fédérations non-membres qui ont une démarche pluraliste et les travailleurs. Informer et concerter les membres pour organiser les prises de positions politiques de la fédération, structurer les services et projets de l’agence-conseil et de l’éducation permanente. Mais également pour s’assurer des membres motivés, impliqués et coopérants autour d’une identité commune, grâce à l’adoption systématique de la charte de coopération, tandis que SAW-B garantit leur satisfaction. La fédération tend de manière générale à pérenniser, améliorer et développer la participation de ses membres.

8


2

En 2010 coups de projecteurs --> Mise en valeur des membres

---> Une offre de services... e retravaillé A la question piège souvent posée « Qu’est-ce que vous faites chez SAW-B ? », les membres de l’équipe se lancent dans une longue liste d’exemples d’activités, d’actions, de publications et autres réalisations. Car SAW-B est une fédération mais, également, un acteur d’éducation permanente et une agence-conseil. Il en ressort une multitude d’axes de travail, pas toujours faciles à expliquer clairement à nos membres, candidats membres et au tout public de manière large. Une réflexion a donc été entamée en 2010 pour mieux définir et clarifier notre offre de services. Une réflexion participative qui a inclus des réunions d’équipes et se clôturera en 2011 à l’occasion de la mise au vert.

Mettre nos membres à l’honneur constitue un leitmotiv pour SAW-B. Plusieurs outils de communication le permettent et ont largement été alimentés en 2010. Le site Internet comprend la rubrique « actu membres » régulièrement mise à jour. Les pavés d’annonces « news » et « agenda » doublent les possibilités de mise en évidence d’activités organisées par les membres, lorsqu’elles participent à la promotion de l’ES et concernent un large public. D’autre part, ces deux « teasers » permettent d’amener les internautes à consulter la rubrique « actu membres » lorsqu’elle est mise à jour. L’ES-Infos, newsletter mensuelle de SAW-B, reprend aussi régulièrement des actualités de nos membres. Suite à des contacts pris avec les médias par SAW-B, le quotidien l’Echo a sorti, durant l’été 2010, une série de portraits d’entreprises d’économie sociale actives en éco-construction. Quatre des cinq entreprises mises à l’honneur étaient des membres de SAW-B. De manière générale, lors d’événements, comme les petits déjeuners de l’ES, les séances de formations sur les clauses sociales dans les marchés publics, les workshops ImpulCera, etc., SAW-B fait prioritairement appel à ses membres. Autant de tribunes qui leur sont ouvertes pour se faire connaître d’un plus large public.

9


Enfin, grâce à une base de données étayée, SAW-B communique de manière plus ciblée, sur demande des membres, vers certains acteurs, secteurs ou publics visés. Une communication qui va dans les deux sens puisque SAW-B informe ses membres de toutes ses activités, leur fournit des informations spécifiques, voire en exclusivité. Ainsi, en 2010, une vingtaine de communications ont été envoyées en primeur ou en exclusivité vers nos membres ou vers des publics cibles particuliers, sur demande de nos membres.

2

zooms

24 NOV. 2010 TABLE-RONDE

Ordinateu rs, clavie portable rs, télép s, hones électron etc. Les équip ements iques ter minent en plu s de plus leu r pa rco urs pays en da ns les voie de dévelop Un geste pement. de solida tion con rité et un crète po ur lutter e solufracture con numériq ue. Oui tre la Une fois mais… mi et là-bas, s au rebut en Eu qu Démante e deviennent-il rope s? lés ? Recyc dans de lés ? Entas s Sans tra décharges sauvag sés ite ces matér ment en fin de es ? vie iaux, le «poubelle Sud devie de nt la numériq riches. ue» des Qu tives po elles sont les alt plus ssibles ? erna-

Discuton

s-en !

Programm e détaillé

Pas à n’im

porte qu

el prix...

CF2D, la Commune à une tab de Forest le-r et SAW-B des déchet onde sur la pro vous inv blé iten s des équipe électroniques et matique de la réc t upération électri ments info rmatiques. ques, en particu lier, Avec qui ? • Opéra teurs et act • Déc eurs du sec ide teur du rée • Déc urs locaux mploi et ide du recycla • Toute urs européens ge entreprise qui souhai électroniq te recycle ue inutilis r son ma é tériel

Pourqu oi ? Pour ana lyse pratiques r la faisabilité, les de conditions des popula développement d’initiative juridiques, institut tions du Pour sou Sud et de ionnelles s tenir et ima l’environne économiques res et qui offre pectueuse ment. des produi giner la création s d’une vra ts et de l’écono ie filiè mie sociale des services de qualité, bas re de réutilisatio . n, ée sur les valeurs

---> SAW-B au service de ses membres

10

SAW-B se veut disponible pour appuyer et soutenir ses membres dans des projets, des démarches, du lobbying, ou pour intervenir dans des événements qu’ils organisent. Quelques exemples marquants en 2010 :

Une intervention à une conférence sur l’intégration des primo-arrivants, organisée par Pour la Solidarité. Intervention qui expliquait en quoi l’économie sociale participe activement à leur intégration.

Une participation active au Prix de l’économie sociale qui se traduit par des visites sur le terrain des présélectionnés au titre. Munie du questionnaire type, fourni par le Prix de l’ES, notre chargée de projets en EP, Frédérique, a minutieusement complété son rapport de visite. De son côté, notre directrice, Marie-Caroline, a endossé le difficile rôle de membre du jury pour désigner les entreprises lauréates. Enfin, l’équipe communication de SAW-B a fourni les différents communiqués et le dossier de presse du Prix 2010.

Un accompagnement communicationnel et un appui pour l’organisation d’une table-ronde sur les déchets électroniques. Sous l’intitulé «Des claviers pour tous? Pas à n’importe quel prix... » CF2D a proposé cette rencontre pour discuter des opportunités de nouvelles filières dans le recyclage et le réemploi de matériel informatique. Un événement qui s’inscrivait dans la semaine européenne de réduction des déchets.


Une implication dans la thématique de l’habitat groupé en collaboration avec Habitat et participation. D’une part, via l’intervention de l’agence-conseil à un « midi d’H&P » dont le thème portait sur les projets économiques qui naissent au sein des habitats groupés. L’agence-conseil y a présenté un cadrage plus théorique sur les coopératives à finalité sociale et sur le businessplan social. D’autre part, suite à la présence de SAW-B en tant qu’exposant au 1er salon de l’habitat groupé, le 25 avril 2010 à la ferme du Biéreau à Louvain-laNeuve.

---> Réseautage et échanges d’informations En 2010, se sont tenus : 7 conseils d’administration, 4 réunions des fédérations membres et 2 assemblées générales. Une régularité de rencontres qui démontre toute l’importance accordée aux temps de réseautage et d’échange d’informations entre SAW-B et ses membres. En termes de retour sur ses activités, SAW-B communique trimestriellement vers le CA par le biais du « SAW-B Infos ». Un feuillet informatif qui reprend les derniers dossiers en cours dans chacun des 3 pôles. Par ailleurs, le rapport d’activités constitue toujours un document travaillé, tant du point de vue du fond que de la forme. Sa publication, rendue attractive par une mise en page soignée et un format original, s’accompagne systématiquement d’une présentation plus concise lors d’une AG.

---> 8 nouveaux membres

Design Point ou l’éco-design industriel au service de l’environnement et de l’insertion. L’association crée des objets à partir de matériaux industriels recyclés. Une façon de sensibiliser les industries à une démarche écologique et de former des personnes recyclage..

Jeunes sc haerbeek ois au tra Un atelier vail : de formati on par le (AFT) aux travail métiers du jardinage, menuiseri de la e et du pa vage.

Bois vert Quand la filière bois allie insertion socioprofessionnelle, formation et préoccupation environnementale. Bois Vert propose des travaux forestiers et agroforestiers, des aménagements Life et Natura 2000, la transformation, la fourniture et l’utilisation de déchets bois.

11


---> 8 nouveaux membres

SUITE ACT (Artistes et créateurs au travail) Une association qui vise l’insertion socioprofessionnelle et la formation des artistes et créateurs qu’elle encadre pour les aider à structurer leur projet.

groupeparticiper à un « ACT souhaite le but de ie sociale dans ment d’économ riences avec d’autres expé partager les 3è secteur. » du associations

Al’Binète : Des paniers bio, des marchés régionaux et 2 magasins… les meilleurs créneaux locaux pour de la vente au détail de produits biologiques.

Droits qu dique a otidiens : Un ea cc tions ju essible à tou ssociation qu i rend l’ s. Droit ridique s s in diffuse , comp déterminante Quotidiens id formation jur réhens is e ntifie d a n s la vie ibles et des cito les quesactualis y ées, ve rs les p ens et les ersonn es.

Phare : Une EFT qui fait rimer formation aux métiers de l’Horeca et du bâtiment avec insertion de personnes handicapées, fragilisées ou en grande précarité, pour leur offrir une autonomie.

déjà en colbon moment un is pu de lle le cadre du « Phare travai amment dans ot N . -B W SA s aux clauses laboration avec s adjudicateur de n tio sa ili ib lleurs, Phare travail de sens publics. Par ai és ch ar m s le généraux de sociales dans aux principes é ch ta at t en SAW-B est est profondém de membre de ité al qu La e. al une pluralité l’économie soci er aux côtés d’ m fir af é) (r le leurs. » une manière de t ces mêmes va en ag rt pa i qu d’associations

12

« L’AS BL Dr oi d’app arten ts quotidie ir à u ns es phone t in n r a de no fin d’écha éseau bel téressée nger s ge fra tre éc on u n de l’é conom omie. Vu r les spécifi cola rég cités tant d ie soc ion ’ê i versen tre à la sou ale, il sem alisation ble im rce de t le se c p c’est é s galem teur. Etre m débats qu ori traent un embre une p e lu d afin d s grande v opportunité e SAW-B, e nou i d s e don i b i l i té er des parten à notre a ner ction ariats . »

Le Groupe Foes offre un travail utile et rémunérateur aux personnes handicapées dans divers secteurs d’activités  : conditionnement, textile, lavage auto écologique, archivage, mise à disposition de personnel pour divers travaux et services…


Plan d’actions 2011 Les occasions de rencontrer, identifier, contacter et convaincre de nouveaux membres sont nombreuses : une participation à un ciné-débat avec le Parc naturel des Plaines de l’Escaut et de son Groupe d’Action et de Réflexion Agricole pour parler des GAC et de l’étude 2010 ; une intervention dans le cadre d’une conférence sur les emplois verts et l’emploi des personnes handicapées, organisée par Pour la Solidarité et l’EWETA ; une collaboration à un atelier sur l’habitat groupé avec Habitat & participation ; ou, encore, une présence active aux 20 ans de l’APERe pour débattre sur les énergies vertes et la participation citoyenne… L’équipe de SAW-B est déjà sollicitée pour des interventions ou des invitations diverses. Chacune d’elle constituera une opportunité, que les membres de l’équipe ne manqueront pas de saisir pour obtenir de nouvelles adhésions au mouvement social porté et défendu par SAW-B.

3

points forts

---> Une offre de services... revisitée Après la réflexion, la concrétisation. En 2011, SAW-B publiera son offre de services revisitée et retravaillée. Les services se répartissent entre les 3 pôles de SAW-B, chacun visant un public cible spécifique. Des services dès lors très diversifiés qui s’entrecroisent, parfois, et sont souvent complémentaires.

La forme que prendra cette offre de services sera réfléchie dans une vision communicationnelle. Elle se déclinera en une offre adaptée aux membres, une offre orientée vers un public plus large et une mise en avant de celle-ci sur le site Internet remanié.

13


Transparence et réseautage entre SAW-B et ses membres SAW-B s’engage à maintenir le rythme soutenu des réunions des fédérations, conseils d’administration et assemblées générales. D’abord dans un souci de transparence envers ses membres mais également parce qu’il lui semble qu’un travail en réseau renforce d’autant le secteur. Cinq réunions des fédérations, 5 CA et 2 AG figurent déjà au programme de 2011. Pas de « réunionite » aigüe mais des ordres du jour réfléchis et alimentés en informations utiles pour se renforcer mutuellement, coopérer sur certaines thématiques et entretenir les alliances nécessaires pour faire poids en tant que mouvement social. « Mouvement social », un terme mûrement pesé et approuvé par les membres dans le cadre du plan stratégique à 4 ans de SAW-B. Dès lors, les 4 grandes priorités dégagées de ce plan constitueront dorénavant la trame suivie pour structurer les rapports d’activités et plans d’actions à venir. Une façon de voir clairement quels objectifs remplissent les multiples actions de SAW-B et à quelle priorité elles participent. Enfin, la publication d’analyses, à la demande ou en collaboration avec les membres, marque un autre point fort de 2011. Au menu des publications à venir figurent, entre autres, des thématiques comme jobcoaching et le coaching, le sens du travail social, la catégorisation des chômeurs, l’impact des services de proximité sur l’offre de formation des EFT et OISP ou encore la nouvelle ordonnance bruxelloise sur l’ES.

---> Tribune ouverte aux membres Certains événements organisés par SAW-B offrent des occasions de mettre ses membres en avant. En 2011, « Les petits déjeuners de l’économie sociale » se poursuivront. Parmi les témoins invités à intervenir sur la thématique mise à l’honneur, SAW-B veillera à laisser une place de choix à ses membres. Par le public souvent diversifié qu’ils touchent, ces débats leur permettent de se faire connaître auprès d’autres acteurs de l’ES mais également d’autres secteurs. La formule originale de ces rencontres permet, en outre, de nouer des contacts formels ou informels, de susciter des collaborations pour des projets futurs ou de trouver de précieuses sources d’information, voire d’expertise. Plus commerciales pour les entreprises qui y participent, les rencontres-formations sur les clauses sociales dans les marchés publics seront également des occasions de valoriser les savoir-faire de certains de nos membres.

Les petits déjeuners de l’économie sociale

16 juin 2011 de 9h30 à 12h30

L’égalité hommes-femmes au travail : et si ça concernait votre entreprise ? Invitation

14


2

priorités

---> Les membres et leurs actions mis en lumière En 2011, SAW-B poursuivra son effort de communication vers ses membres. Divers points d’attention seront suivis pour ce faire. D’une part, la fédération veillera à communiquer sur ses activités, publications et autres actualités. Elle relayera des informations pertinentes en primeur ou en exclusivité, comme des enjeux politiques, des appels à projets, des opportunités de partenariats, etc. D’autre part, elle se tiendra à disposition pour diffuser des informations communiquées par ses membres vers des publics cibles en utilisant ses bases de données. L’ES-Infos et le site Internet serviront, comme habituellement, de canaux de communication dont bénéficieront les membres. A noter que, dans la nouvelle structure du site, SAW-B veillera à mettre plus en avant l’actualité de ses membres.

---> Des conseils personnalisés Les membres représentent des clients privilégiés pour l’agence-conseil. C’est avant tout pour eux qu’a été créé le pôle de conseil de SAW-B, auprès duquel ils bénéficient d’ailleurs d’une remise sur leurs factures ! Certaines conventions se profilent déjà pour 2011 ou ont été signées en 2010, pour un accompagnement qui se poursuivra sur l’année 2011. Citons par exemple: Fobagra, qui a sollicité un soutien pour l’organisation d’une table-ronde sur les espaces publics numériques à Bruxelles. Le travail avec La Lorraine, en bonne voie puisque ce sont aujourd’hui 4 filières innovantes qui sont à l’étude. La FEBRAP, soutenue dans le cadre de ses réflexions sur les tendances économiques nouvelles. Par ailleurs, courant 2011, l’AC veillera à peaufiner un questionnaire de satisfaction sur ses services. Il sera soumis aux clients en fin de mission pour évaluer et ajuster les services offerts par l’agence-conseil.

15


16


PRIORITÉ 2 :

identité


---> Objectifs Renforcer l’identité de SAW-B – et de ses membres – comme fédération d’alternatives économiques innovantes pour promouvoir l’économie sociale et les valeurs par lesquelles elle se définit, mais, également, stimuler l’innovation économique. Cela participe également à améliorer la définition de l’ES en renforçant le sentiment d’appartenance au mouvement et la cohésion entre ses acteurs. S’inscrire dans une économie sociale à l’identité forte pour un positionnement politique et une reconnaissance en tant que partenaire de développement économique et social. Rassembler des acteurs d’économie sociale soutenus publiquement et qui développent des partenariats grâce à des outils et projets qui renforcent l’identité du mouvement qu’ils portent.

18


3

En 2010 coups de projecteurs

---> Etude 2010 : L’économie sociale de demain ? Ces dernières années, de nombreuses initiatives économiques sont nées, portées par des individus dont ce n’est a priori pas la spécialité. En 2010, SAW-B a souhaité analyser trois de ces « initiatives citoyennes » qui ont récemment connu des développements importants : les groupes d’achats alimentaires, les coopératives éoliennes et les systèmes d’échange local (SEL). L’étude s’est particulièrement intéressée au potentiel de pérennité de ces structures, souvent portées par des bénévoles. Doivent-elles se professionnaliser pour durer ou peuvent-elles se maintenir dans leur organisation actuelle ? En pratique, ces initiatives sont proches de l’économie sociale tant par leur mode d’organisation (démocratie interne et auto-gestion) que par leur finalité de service à la collectivité. Peut-on voir dans ces nouveaux circuits les contours de « L’économie sociale de demain » ? Comment l’économie sociale peut-elle porter et soutenir le développement de ces initiatives ? Autant de questions abordées au travers de cette étude qui a été largement diffusée et a rencontré un succès important.

---> Entrepreneuriat social, RSE et ES : vrais ou faux amis ? Souvent confondues, parfois mélangées avec l’économie sociale, les notions d’entrepreneuriat social et de responsabilité sociale des entreprises (RSE) obtiennent un écho grandissant auprès du tout public. En concurrence ou au détriment de l’économie sociale ? Pas facile à élucider et encore plus complexe de délimiter les frontières dans certains cas… Après des analyses déjà publiées sur ces thèmes, SAW-B a souhaité ouvrir le débat pour tenter de creuser plus avant ces questions. Résultat : un colloque, organisé le 15 décembre à Namur, qui a rassemblé une centaine de personnes. Parmi les invités : plusieurs académiques, dont Jean-Louis Laville, Sybille Mertens, Marthe Nyssens, Matthieu de Nanteuil, des représentants d’entreprises d’économie sociale et des acteurs de la RSE et de l’entrepreneuriat

19


social. Des interventions qui ont permis de clarifier ces concepts, d’en faire ressortir les différences mais également les points communs et de pointer les alliances possibles. Les actes du colloque ont trouvé un écho jusqu’en France, où le portail « Nord-social Info » a repris l’événement.

---> SAW-B com Programmée en 2010, l’évaluation du site Internet en vue de sa refonte a pu être bouclée. Elle a abouti à un cahier des charges détaillé pour une interface de gestion plus performante et qui procure une plus grande autonomie. L’objectif étant de pouvoir repenser l’arborescence du site, son ergonomie et son contenu. Par ailleurs un outil « tableau de bord de suivi », fourni par le consultant qui a réalisé l’évaluation, permet déjà de travailler sur le référencement du site. Autant d’améliorations qui, une fois mises en place, participeront à renforcer l’identité de SAW-B et de l’économie sociale qu’elle défend. Une identité très souvent mise en forme avec l’appui des services graphiques de SAW-B. Membres ou non membres, en 2010, « SAW-B com » a accompagné une vingtaine de clients. Des interventions qui vont de mises en page à la création de logos, en passant par un travail global sur l’identité graphique d’une structure, parfois avec la prise en charge à la fois

20

du fond et de la forme. Exemples de grandes réalisations en 2010 : un travail global sur une nouvelle image pour l’EFT Le Germoir, la mise en page du nouveau catalogue du CREE, ou encore la réalisation des outils de communication (invitations, banner et manuel pédagogique) d’un événement organisé par CF2D.


4

zooms

---> Professionnaliser le secteur En 2010, le soutien de la Région bruxelloise pour organiser des formations en vue de renforcer le secteur a été reconduit. Comme en 2009, elles abordaient la gouvernance et la gestion financière. Ces deux modules de formations s’adressaient en priorité aux administrateurs et directeurs d’entreprises d’économie sociale bruxelloises. Les horaires ont été revus spécifiquement pour ce public. Le module gouvernance a rassemblé une quinzaine de participants. Il se clôturait par un exercice d’auto-évaluation des CA. Dans sa prolongation, l’agence-conseil proposait un retour en interne des structures et un accompagnement pour améliorer leur gouvernance. Par ailleurs, l’une des organisations participantes qui possèdent plusieurs implantations, chacune dotée d’un CA propre, a sollicité SAW-B pour une formation personnalisée à ses administrateurs. Une formation que SAW-B a coordonnée avec les 2 formateurs, Julie Rijpens, Chargée de recherche au Centre d’Economie Sociale (HEC-ULg), et Michel de Wasseige, consultant spécialisé dans l’accompagnement d’entrepreneurs en économie sociale.

Le module sur la gestion financière proposait de pouvoir comprendre et interpréter un bilan et un compte de résultats. Organisé en collaboration avec la Boutique de Gestion, c’est Vincent Oury, économiste et formateur au sein de la Boutique de Gestion, qui a donné la formation. Quelques entreprises ont ensuite été rencontrées pour des suivis internes dans ce cadre. Soit pour procéder à un exercice d’analyse de leur compte sur base de notre outil d’analyse financière par ratio, soit pour l’analyse d’un volet de leur activité ayant une incidence importante sur leurs finances.

21


---> Premier bilan pour ImpulCera Après deux années d’existence, l’appel à projets ImpulCera donne des premiers résultats concrets. En effet, 2010 a marqué l’attribution des premières bourses de lancement. Des projets présentés par des capsules vidéos réalisées en 2010, destinées à être mise en ligne sur le site internet de l’appel. D’une part, la coopérative « ACTÉCO », active en éco-construction, d’autre part, « BOIS VERT », une structure axée sur la filière bois. Cette dernière a été accompagnée par l’Agence-conseil de SAW-B. Fin 2010, ImpulCera compte 21 projets retenus pour bénéficier d’une bourse de faisabilité. Certains d’entre eux postuleront prochainement à la deuxième bourse pour le lancement des activités. D’autres, malheureusement, constatent, suite à l’étude réalisée, que la faisabilité apparaît trop difficile. Une ouverture à candidats a démarré mi-novembre pour se clôturer mi-février 2011. Prochains résultats à venir dès le 1er trimestre 2011 donc. Par ailleurs, début 2010, s’est tenu le premier Forum ImpulCera. Lieu de réflexion en termes d’étude de filières et d’identification de projets prometteurs, il a rassemblé près de 80 participants dans 4 ateliers thématiques. Autre moment fort, la tenue du 2è workshop, début décembre. Destiné aux étudiants et jeunes diplômés, cet événement a été organisé à l’Université de Mons, en collaboration avec la Faculté Warocqué. Pas moins d’une petite centaine d’universitaires étaient au rendez-vous.

22

*


---> Développement économique L’agence-conseil a suivi une grosse quarantaine de dossiers. Principalement en Wallonie, le niveau d’activité étant plus limité en Région Bruxelles-capitale, même si l’agence-conseil est disponible pour des projets de membres ou particulièrement novateurs. Les dossiers accompagnés varient entre des interventions très ponctuelles et des conseils ou interventions beaucoup plus en profondeur. Ils concernent des porteurs individuels, des entreprises du secteur ou encore des projets qui impliquent plusieurs partenaires. Pour une série de dossiers, l’agence-conseil a développé des projets de mutualisation et coopératifs. Parmi les réalisations 2010, citons : L’aboutissement du projet Points Vélos. Bien que le travail ait déjà été clôturé, les points vélos wallons ont officiellement ouvert leurs portes en 2010, à Namur et à Liège. Ottignies accueillera le sien début 2011. Un projet de mutualisation de services pour les ONG membres des Fédérations Acodev et Coprogram a donné une analyse des cadres légaux et fourni, aux demandeurs, un modèle organisationnel, des modèles de statuts, un profil de fonction pour le gestionnaire à recruter et un outil de projection financière. Ethical Property, société fondatrice des Mundo-B et –N, a été accompagnée en vue d’une évaluation des solutions de mutualisation de services et autres options fiscales pour ses différentes entités. A la suite de la prestation, la solution fonctionnelle optimale a pu être identifiée.

*

Trois projets ImpulCera ont abouti : « Vert d’Iris », dont l’objectif est de stimuler l’agriculture urbaine, « Vins de Liège », coopérative viticole, et « Bois vert », entreprise axée sur la filière bois. Al’Binète, une coopérative de 25 ans, suivie pour obtenir le financement nécessaire à ses travaux de transformation en vue de doubler son espace de vente.

La Fédération des Maisons Médicales, qui a créé FEDEMMCOOP, une coopérative de mutualisation de trésorerie pour démocratiser l’accès au crédit de ses membres, en collaboration avec Crédal et Triodos.

Autres missions à pointer, l’AC a procédé à des audits d’entreprises d’insertion en difficulté, sur base de dossiers de financement octroyés par la Région wallonne pour ce type de situation. Par ailleurs, elle a accompagné des passages d’ASBL en statut juridique de SFS et des demandes d’agréments en tant qu’entreprise d’insertion, comme Asta, venue chercher des conseils à ce sujet pour tous ses membres. Enfin, 2010 a marqué l’annonce d’un plan de relance pour les entreprises de travail adapté (ETA) par la Ministre Tillieux. Les sollicitations auprès de SAW-B ont été nombreuses. Des conventions qui se concrétiseront, pour la plupart, au cours du premier semestre 2011.

23


---> L’ES en chantiers En 2010, SAW-B a poursuivi la dynamique des « Chantiers de l’ES » au travers, principalement, d’une recherche de soutiens politique et financier. Ce qu’elle a obtenu pour trois ans: 2011, 2012 et 2013. Une belle reconnaissance pour le travail réalisé et à venir. Ce soutien va en effet permettre de renforcer la dynamique de réflexion et de débat au sein des entreprises, avec et pour les travailleurs du secteur. De nouvelles animations vont être proposées en 2011, à un nombre plus important d’entreprises. Les premiers contacts, entrepris en 2010, ont d’ailleurs montré un intérêt marqué de la part des entreprises et de nombreuses animations sont d’ores et déjà prévues. Chaque année, une journée d’échange et de débat sera par ailleurs organisée, comme ce fut le cas en 2009. Ce moment devra permettre aux travailleurs de l’économie sociale de mieux comprendre notre secteur, ses membres, ses activités, ses valeurs mais également de réfléchir et débattre, ensemble, sur plusieurs thématiques qui sont transversales et cruciales pour tous : logement, alimentation et santé, participation à la gestion de l’entreprise, mobilité, pouvoir d’achat et consommation, etc.

24

---> Point ExpertisES Avec plus de 200 outils, bonnes pratiques ou personnes ressources, le portail « Point ExpertisES.be » reste un site de référence pour les acteurs de l’ES. Il remplit son rôle de réseautage et rend accessible une foule de supports pour développer un projet, renforcer sa structure, mener une animation, aborder une thématique, etc. Régulièrement mis à jour et alimenté en nouveaux outils, le site poursuivra son développement en 2011.


3

Plan d’actions 2011

points forts

---> ImpulCera, la communication en action e

Les 1 concrétisations d’ImpulCera offrent une belle occasion de créer l’événement. Pour leur mise en valeur, plusieurs actions de communication seront menées dès le début 2011. D’une part le site sera réorganisé pour plus de clarté de l’information et pour une meilleure mise en avant des lauréats. Les capsules vidéo réalisées en 2010 seront également mises en ligne. La version néerlandaise du site sera aussi mise en ligne. ères

Ensuite, une conférence de presse mettra à l’honneur les bourses de lancement attribuées en 2010. Les projets étant tous issus de la région liégeoise ou actifs dans ce territoire, la conférence visera plutôt les médias locaux. Outre l’actualité des activités créées, la conférence permettra de revenir sur l’appel à projets toujours en cours, les différentes ouvertures à candidats pour 2011 et, plus globalement, de valoriser l’économie sociale au sens large. Une manière de rappeler l’existence, la force et toute la richesse de l’alternative économique portée par notre fédération.

ll annue e d u t é ---> L’ SAW-B de

L’étude 2010 sur les initiatives citoyennes a attiré l’attention. SAW-B a été sollicitée à plusieurs reprises pour la présenter, en tout ou en partie, dans des événements programmés en 2011. Toutes les invitations n’ont pas pu être acceptées ; cependant, SAW-B prolongera la réflexion ouverte par l’étude lors d’une conférence en mars 2011. Une matinée de débat déclinée en ateliers thématiques pour envisager les pistes de soutien pour le développement et la pérennisation de ces initiatives. L’étude 2011 portera, quant à elle, sur les coopératives. Une question plus que jamais d’actualité puisque l’ONU et l’Organisation internationale du travail leur consacrent l’année 2012. SAW-B reviendra sur l’histoire du mouvement coopératif et le sens de ce modèle aujourd’hui, dans un monde dominé par le capitalisme. Elle analysera les statuts et principes coopératifs mais également les nécessaires changements à effectuer pour que les coopératives puissent, demain, en Belgique comme ailleurs dans le monde, se développer comme une réelle alternative crédible au modèle actuel.

25


---> Attention, travaux en cours ! La dynamique des « Chantiers de l’économie sociale » avait été lancée en 2009. En 2011, elle prendra un nouvel essor. L’objectif reste identique mais les actions seront renforcées, avec un plus grand nombre d’entreprises participantes. Des Chantiers pour quoi faire ? Mener, avec les travailleurs des entreprises d’économie sociale, une réflexion de long terme sur une série d’enjeux et de thématiques qui les concernent : valeurs de l’économie sociale, sens du travail, participation à la gestion, pouvoir d’achat et crédit, santé, mobilité, etc. Il s’agit, sur base de ces réflexions, d’enclencher un mouvement d’identité positive pour et par les travailleurs de l’économie sociale. Plus d’une trentaine d’entreprises y participeront. Des actions grand public seront également menées : cinédébat, colloque, midi-formation, etc. Par ailleurs, les partenariats sont recherchés avec des associations telles que RFA, la Fédération des maisons médicales, Relogeas, Barricade, etc. Une journée de rassemblement des travailleurs est prévue le 16 septembre à Namur. L’occasion pour les travailleurs de se rencontrer, de prendre conscience de la diversité des activités et des services proposés par notre secteur et de mieux connaître ses valeurs et ses modes de fonctionnement. Des ateliers permettront aux participants de débattre et croiser leurs points de vue sur une dizaine de thématiques.

26


3

priorités

---> Clauses sociales dans les marchés publics n se poursuit... la sensibilisatio Les séances de formations sur l’intégration de clauses sociales dans les marchés publics se poursuivront en 2011. Pas moins d’une quinzaine de rencontres figurent au programme de SAW-B. Chacune d’elle vise à pousser les mandataires publics à faire régulièrement usage des clauses sociales dans leurs appels d’offres. Mais, surtout, à faire connaître les entreprises d’économie sociale et leur savoir-faire. Le help desk, l’expertise développée par SAW-B et l’annuaire « Préférences » leur fournissent autant de possibilités de confier des marchés à notre secteur. Par ces rencontres, SAW-B s’efforce de consolider la place de l’ES dans les commandes de services et travaux qui émanent des pouvoirs publics. En 2011, les occasions de mettre en avant l’outil « clauses sociales » seront nombreuses puisque SAW-B organisera 4 rencontres thématiques, 6 rencontres traditionnelles et 2 speed-dating en Wallonie ainsi que 3 rencontres à Bruxelles.

---> Les outils de communication revus et corrigés Après un temps d’évaluation, se profile un temps de mise en action. L’évaluation du site Internet clôturée, le choix du prestataire pour fournir un nouvel outil de gestion et nous accompagner pour la refonte du site se fera en 2011. Le but étant d’aboutir à un nouveau site d’ici la fin de l’année, voire début 2012, pour sa réelle mise en ligne. Autre priorité 2011, la révision ou l’implémentation d’un nouvel outil de gestion des bases de données de SAW-B. L’outil actuel n’ayant jamais été totalement exploité dans son ensemble, il apparaît actuellement indispensable d’évaluer sa pertinence et son efficacité. L’étape suivante sera, soit de boucler son installation et d’en faire une utilisation efficace et efficiente, soit de se doter d’un nouvel outil mieux adapté aux besoins de notre structure. Un gros chantier d’évaluation et de mise en place au programme de 2011.

27


---> Des services agence-conseil Les accompagnements de l’agence-conseil se poursuivront au même rythme que les années précédentes. Naturellement, beaucoup des conventions signées en 2010 se prolongent en 2011. Des missions d’accompagnement à la création peuvent parfois dépasser les deux années de suivi. Exemples de quelques dossiers déjà programmés :

« Alodgî », un projet d’entreprise, porté par deux praticiens de la santé et trois infirmières, qui vise à développer, gérer et donner en location un réseau immobilier spécifique et adapté à des patients psychiatriques stabilisés. Un dossier pour lequel l’agence-conseil a d’ailleurs de nombreux contacts avec Habitat et participation, membre de SAW-B.

Entra, qui est venu trouver de l’aide pour une révision complète de la charte graphique du groupe.

L’équipe de l’AC ne perd pas de vue les occasions de prospection pour garder suffisamment de dossiers en cours. Chaque nouveau client constitue une occasion d’appuyer le développement du secteur et, par là même, participe à renforcer l’identité de l’ES en tant que mouvement économique, créateur d’activités et d’emplois, au même titre que l’économie classique.

L’APAC, dont une mission de communication entamée en 2010 se clôture en 2011 avec la proposition d’une identité graphique et le design de leur site Internet.

Pascal SIMON

al Directeur Génér

900 +32 (0)71 253 psimon@entra.be

Blanchisserie Electricité Services en entreprise Traitement du linge Peinture - Déco Sous-traitance Telesite ZI Est, rue du Tilloi 11 6220 Heppignies Tel +32 (0)71 253 900 Fax +32 (0)71 351 907

www.entra.be entra@entra.be

ZI Est, rue du Tilloi 11 - 6220 Heppignies Tel +32 (0)71 253 900 - Fax +32 (0)71 351 907 Gontrode Heirweg 192 - 9090 Melle Tel +32 (0)9 266 10 76 - Fax +32 (0)71 917 750 www.entra.be - entra@entra.be

28

ZI Est rue du Tilloi 11 6220 Heppignies

ENTRA asbl agréée par l’AWIPH (ETA 101) - TVA BE 0406 645 972 ENTRA CALL scrlfs • TVA BE 0477804182 ENTRA BAIE scrlfs • TVA BE 0882654270 DEXIA 799-5500474-91 - IBAN BE23 7995 5004 7491 - BIC GKCCBEBB ING 360-0254584-62 - IBAN BE51 3600 2545 8462 - BIC BBRUBEBB

ZI Est, rue du Tilloi 11 Tel +32 (0) 71 253 900 6220 Heppignies Gontrode - Fax +32 Hei (0)71 351 Tel +32 (0)9 rweg 192 - 909 907 0 Mel www.entra 266 10 76 - Fax +32 le .be - ent (0)71 917 ra@entra.b 750 e

Avec nos compliment

s,


PRIORITÉ 3 :

coopération

29


---> Objectifs Favoriser la coopération entre les membres au sein du mouvement en mettant en évidence les exemples et les méthodes utilisées, le fonctionnement. Stimuler les partenariats au sein de l’économie sociale pour permettre la mutualisation de moyens, de connaissances et d’expertises, et se renforcer mutuellement dans des alliances économiques comme les clusters, les grappes d’activité ou encore la centrale d’achats. Sous-traiter aux membres quand cela s’avère nécessaire et pertinent pour participer à leur renforcement. Définir notre complémentarité avec d’autres fédérations ou structures pour prendre position dans le paysage institutionnel.


3

En 2010 coups de projecteurs

---> Centrale d’achats SAW-B, en partenariat avec la Mission Locale de Forest, a lancé en 2010 l’étude de faisabilité d’une centrale d’achats pour le secteur de l’ES. Un travail conséquent et complexe mené par Emilie Bres, engagée à durée déterminée pour l’occasion, qui a nécessité l’implication de l’ensemble de l’agence-conseil (+/-400 heures en interne). Après une étude de l’environnement et une analyse du marché, l’AC s’est lancée dans l’analyse des cadres légaux et des obligations liées aux marchés publics. Elle s’est ensuite penchée sur la construction d’un process fonctionnel (fiscalement aussi) et a réalisé d’importantes analyses et projections financières. Enfin, deux focus groupes ont permis de confronter le modèle aux entreprises du secteur. L’étude de faisabilité a abouti à un business plan social étayé et à un outil de projection financière qui a conforté les hypothèses du modèle. Un projet de mutualisation qui, nous l’espérons, renforcera la coopération et l’organisation en réseau des différents opérateurs de l’ES qui y adhéreront. Les perspectives complémentaires de ce projet sont multiples et riches mais le travail d’opérationnalisation sera une première étape lourde et décisive. Des porteurs potentiels de ce projet, qui doit maintenant devenir entrepreneurial, ont été identifiés. Reste aux membres de SAW-B et à tout le secteur de se l’approprier !

e Guild nts a L rça ---> mme o c s de La vaste initiative des « Guildes des commerçants pour un développement durable et solidaire » a compté un moment fort en juillet 2010. Nouvelle arrivée, la Guilde de Mons et du Pays des Collines a été officiellement lancée le 16 juillet 2010 avec un vif succès. En effet, 8 médias, presses écrite et radio confondues, ont relayé l’information suite au petit déjeuner de presse organisé pour l’occasion. Une inauguration qui s’accompagne de la publication d’un nouveau guide « Pensebête pour dépenser malin » mis en page et édité par SAW-B asbl. Le projet, imaginé par l’association de consommateurs « Ainsi fonds font fond » et développé par SAW-B, avec le soutien de Cera et de partenaires locaux, compte aujourd’hui huit guildes locales. Après essaimage, des guildes ont vu le jour à Liège, Charleroi, Bruxelles, Chimay, Namur, dans le Brabant wallon et en Province du Luxembourg. Une dynamique qui repose sur l’implication et la coopération entre commerçants et entreprises d’économie sociale d’une même région.

31


---> Présidence de ConcertES Jusqu’en juin 2010, la directrice de SAW-B, MarieCaroline Collard, a rempli le mandat de présidente de ConcertES, la plateforme de concertation des fédérations francophones de l’économie sociale. A ce titre, outre la participation active au conseil d’administration, aux plénières et aux groupes de travail, elle a participé ou collaboré à plusieurs dossiers. Parmi eux, l’interpellation au fédéral du Secrétaire d’Etat à l’Intégration Sociale au sujet des thématiques de l’appel à projets économie sociale 2010. Si les fédérations membres de ConcertES se sont réjouies des moyens alloués au secteur, elles ont regretté le lien entre les thématiques de l’appel avec les priorités de la Présidence belge à l’Union européenne, à savoir la pauvreté infantile, le sans-abrisme et le revenu minimum. Ces matières donnant de l’économie sociale une vision réductrice. Le courrier a donc a rappelé la source d’innovations sociales que constituent souvent les projets d’économie sociale. Mais, surtout, la notion d’activité économique que revendique le secteur.

Autre moment fort de cette présidence, une rencontre s’est tenue entre le Ministre Jean-Claude Marcourt et les administrateurs de ConcertES, pour évoquer le plan de travail de la législature. Le ministre s’y est engagé à poursuivre la concertation des acteurs de l’économie sociale tant pour élaborer que pour réaliser le plan d’action de la législature.

32


3

zooms

---> Les Petits déjeuners de l’ES Parmi les trois Petits déjeuners organisés en 2010 par SAW-B, celui consacré à la coopération, le 4 octobre 2010 à Bruxelles, a offert une réflexion approfondie sur la question. Une coopération intrinsèque aux principes l’économie sociale. Cependant, la mettre en œuvre n’est pas toujours chose aisée. Cette matinée a montré comment divers acteurs ont développé des programmes de coopération entre eux, à l’intérieur de fédérations ou directement entre entreprises. Il a donné naissance à deux analyses écrites par SAW-B sur le sujet. Les Petits déjeuners de l’économie sociale contribuent eux-mêmes à développer des coopérations au sein de notre secteur, par les rencontres et les échanges qu’ils suscitent. Les deux autres thèmes abordés en 2010 étaient « Le logement coopératif » et «L’emploi durable ».

---> Renforcement intra-sectoriel SAW-B a lancé la mise en place de plateformes sectorielles, nées d’un souci de consolider et sensibiliser les entreprises de l’ES aux opportunités que représentent les marchés publics. La dynamique initiée a donné naissance à des plateformes tant côté wallon que

bruxellois. Trois secteurs sont représentés : les métiers de l’environnement et l’aménagement d’espaces verts, la construction et l’éco-construction, et les TIC (technologies de l’information et de la communication). En 2010, elles se sont réunies plus d’une dizaine de fois. Elles constituent, pour les entreprises participantes, des lieux uniques d’échange d’informations et de réflexion sur des questions intrinsèques à leurs secteurs. Par ailleurs, le projet REDDI a suivi son cours. Pour le volet lié à la transmission d’entreprises, des fiches techniques sur les différentes thématiques impliquées ont pu être finalisées. Fiches d’ailleurs mises en forme dans une boîte à outils par notre service graphique. Un certain nombre de rencontres et de présentations ont été faites par les quatre agences-conseil (AC) partenaires. Fin 2010, ce groupe de travail a enfin eu un premier contact très intéressant auprès d’un garagiste liégeois. Le volet développement durable suit un autre chemin. La dynamique d’échange, de compilation et de mutualisation de données entre les 4 AC est forte et très constructive. Plusieurs décisions ont été prises pour la suite, dont le renforcement de fiches de renseignement sectorielles et le lancement de travail en binômes pour deux projets. Un autre projet de production d’énergie locale a été apporté au groupe par SAW-B. Il sera poursuivi au premier semestre 2011 par les partenaires, auxquels s’est ajouté NGE2000 dans le cadre d’un projet proche développé avec SAW-B en 2009.

33


---> Séminaire qualité COORACE Suite a la publication de l’étude éducation permanente : « Emplois et services de qualité : enjeux pour l’économie sociale », SAW-B a été invitée par la fédération d’insertion française Coorace à la présenter lors de son séminaire qualité du 14 octobre 2010. MarieCaroline Collard a développé les chapitres et questions de l’étude lors d’une matinée plénière. Deux temps et deux objets composaient la conférence introductive. D’une part, un panorama de l’économie sociale et des activités d’insertion en Wallonie et à Bruxelles a offert aux participants une approche globale et en a situé les principaux enjeux. Panorama qui a également permis de faire découvrir quelques singularités par rapport à l’Economie sociale et à l’insertion par l’activité économique en France. D’autre part, la présentation du volet qualité de l’emploi et qualité des services entendait donner le « la » de la journée pour permettre aux participants de prendre du recul, de percevoir les enjeux et d’être dans une réflexion « politique » structurante. Jean-Luc Bodson est pour sa part intervenu dans un atelier de l’après-midi consacré à la participation des salariés à la vie de l’entreprise. L’objet de l’atelier était de mener une réflexion et un échange de pratiques sur un projet (mettre en œuvre la participation…) en s’interrogeant sur le sens, la faisabilité, les conditions de réussite et les difficultés.

34

ts de SAW-B

nda ---> Les ma

dans plusieurs conseils L’implication de SAW-B urs de l’économie sod’administration d’acte membres de l’équipe. ciale est assurée par des x conseils d’adminisAinsi SAW-B participe au TF (la jeune fédération tration de ConcertES, BF rce équitable), le Réfrancophone du comme atif, Atout’EI, le clusseau Financement Altern nceau-FontainES et le ter éco-construction, Mo e. L’enjeu est de faire Prix de l’économie social membres de SAW-B et valoir les attentes des de certains de ces de mettre à disposition sociale, les réseaux et acteurs de l’économie mandats qui se pouroutils de SAW-B. Des suivent en 2011. Mandat un pe u à part à men tionner, celui ConcertES. Plus de ieurs événem ents et actions gurent déjà au fiprogramme 20 11 dans ce cadr Notamment un e. e réflexion su r le plan de co munication de ml’Observatoire transfrontalier l’ESS à laquelle de SAW-B particip e activement.

Ou encore, un travail sur la qualité des services à domicile, concrétisé par une conférence organisée le 4 avril 2011. SAW -B y présente, avec FEBECOOP et Atout EI, des out ils pratiques pour établir une convention entre les entreprises et les clients. Outils réalisés dan s le cadre du projet REDDI, mis à disposition sur les sites de SAW-B et Point ExpertisES.


2

Plan d’actions 2011 points forts

---> Analyses 2011 Le pôle éducation permanente poursuit la production d’analyses et d’études critiques. En 2011, les thématiques abordées toucheront au travail, à l’insertion socioprofessionnelle, à l’impact de l’Europe sur nos pratiques, aux modèles de société ou à des questions plus ciblées telles le genre ou la communication. Directement liés, trois petits déjeuners seront organisés pour permettre aux acteurs de terrain de mieux s’approprier les analyses mais surtout d’y jeter un œil critique et d’en débattre ensemble.

t

n tiveme c a e p tici -B par e des ETA W A S c ---> e relan d n a l au p

Dans la foulée du plan de relance des entreprises de travail adapté (ETA) et la signature de plusieurs conventions en 2010, l’agence-conseil de SAW-B accompagnera 13 ETA dans le cadre de leurs enveloppes de 5000€, destinées à de la consultance auprès des AC. Parmi elles, 5 ETA créent un partenariat afin de prospecter ensemble, valorisant le réseau au-delà des compétences individuelles. Une proposition d’étude faite par l’AC à 11 ETA partenaires a été sélectionnée par l’AWIPH. Le financement total de plus de 80 000€ doit permettre d’étudier la faisabilité et de modéliser des activités pérennes dans le secteur de la transformation et de l’emballage, principalement, de produits agricoles locaux. Le but de l’étude est de travailler à la construction d’une filière intégrée, proche et respectueuse des producteurs. Enfin, SAW-B a été sollicitée par d’autres ETA pour s’associer à l’agence-conseil Propage-S en vue d’une étude de la filière du démantèlement de panneaux solaires photovoltaïques. Filière sur laquelle l’AC a déjà travaillé il y a trois ans.

35


2

priorités

---> Centrale d’achats L’étude de faisabilité clôturée, la direction et l’agenceconseil entreront en phase de négociation avec de potentiels porteurs du projet «Centrale de marché», qui a déjà suscité un grand intérêt. Une présentation est prévue à l’AG de la Febrap. Une autre chez Crédal, qui a contacté SAW-B pour une évaluation de la pertinence du projet pour les besoins de la fédération des épiceries sociales avec laquelle ils travaillent en tant qu’agence-conseil. 2011 marquera donc une année de transition pour que le projet soit pris en main, qu’il devienne un projet entrepreneurial au service du secteur et, bien entendu, que ce dernier en comprenne les intérêts et se l’approprie au sein d’une coopérative à créer.

---> Plateformes sectorielles Les plateformes sectorielles, véritables lieux d’échange d’informations et de mises en place de projets en réseau, se poursuivront en 2011. Côté wallon, une rencontre commune entre les plateformes namuroise et luxembourgeoise de la construction et des métiers de l’environnement est programmée. Elles seront reçues ensemble par le cluster éco-construction, ce moment constituera une grande première puisque, si certaines entreprises sont membres du cluster, d’autres n’en avaient jamais croisé les membres. Outre les échanges avec le cluster, la réunion permettra aussi aux entreprises de se présenter les unes aux autres. Présentations d’autant plus intéressantes que ces entreprises bénéficient de divers agréments. Une occasion pour des ETA de découvrir des EI et des EFT et inversement. A Bruxelles, la plateforme TIC (technologies de l’information et de la communication) va concrétiser un projet de communication commune élaboré en 2010. Au sein de ces plateformes, une attention particulière sera accordée aux coopérations potentielles. SAW-B veillera d’ailleurs à les articuler au travail des grappes d’entreprises qui sera, lui aussi, mené à partir de 2011. Les plateformes constitueront, en effet, les noyaux de démarrage des futures grappes. De manière générale, le travail de suivi sur les marchés publics continuera avec les différentes entreprises qui participent aux plateformes. A chaque réunion des plateformes, les entreprises informent des marchés publics auxquels elles ont éventuellement répondu, amènent des cahiers des charges qu’elles auraient reçus, etc. 

36


PRIORITÉ 4 :

politique

37


---> Objectifs Construire un meilleur réseau politique et créer des alliances pour augmenter la sphère et la capacité d’influence de SAW-B et porter les revendications de l’économie sociale. Alimenter les contacts politiques avec les prises de positions de SAW-B pour une visibilité de la fédération et une reconnaissance en tant que référence sur l’économie sociale. Egalement, pour être consulté en tant que partenaire pour l’organisation d’événements sur des thèmes liés à l’alternative économique. Développer des collaborations structurelles sur base de socles de valeurs communs avec les acteurs du Non-Marchand et du DD pour élargir le membership de SAW-B vers ces secteurs et créer des alliances objectives sur des dossiers politiques. Favoriser les échanges avec les entreprises classiques pour favoriser un renforcement mutuel sur certaines filières d’activités porteuses.

38


2

En 2010 coups de projecteurs

---> L’ES au programme de la présidence belge à l’Europe SAW-B a inscrit l’ES au programme de la présidence. Sur base d’un dossier commun avec son homologue flamand, VOSEC, notre fédération a obtenu le soutien du Secrétaire d’Etat à l’Intégration sociale pour, avec le SPP IS, organiser une conférence sur l’ES et jouer le rôle de courroie de transmission entre le secteur et les autorités politiques belges et européennes. Les fédérations belges et européennes de l’ES – VOSEC, SAW-B, Social Economy Europe et REVES – le niveau fédéral, les 3 régions et la communauté germanophone se trouvaient autour de la table pour mettre en place cette conférence. Elle s’est tenue les 27 et 28 octobre 2010. 200 participants issus de divers états membres ont répondu présents à l’invitation. L’événement a débouché sur des recommandations à l’attention des autorités européennes. Plus qu’un événement ponctuel, cette conférence européenne poursuivait le travail de veille entamé par SAW-B depuis plusieurs années. 2010 marquait la reprise de l’intergroupe ES du Parlement européen auquel SAW-B a participé et participe encore, parfois même en tant qu’intervenant.

L’année passée a également été l’occasion de collaborer avec Pour la Solidarité à l’organisation de 2 conférences de sensibilisation du secteur aux enjeux liés à la Directive services. L’une, qui s’est déroulée à Bruxelles et s’est prolongée par des groupes de travail sur les secteurs plus spécifiques que sont les entreprises de travail adapté, les services à domicile et l’accueil de l’enfance, l’autre à Namur. Pour plus de visibilité de cette veille européenne, une page spéciale du site Internet de SAW-B a été consacrée à cette matière. Les internautes y trouvent une série de documents clefs pour comprendre les enjeux pour l’économie sociale au niveau européen. Une présence et une action au niveau européen qui, au-delà de participer à un objectif politique, s’inscrivent aussi dans le renforcement de l’identité de l’ES dans un paysage européen trop majoritairement orienté vers une économie de marché.

39


---> Un lobbying politique efficace Les rendez-vous politiques obtenus, suite aux contacts pris dans la foulée des élections régionales d’octobre 2009, se sont poursuivis début 2010. Autant de contacts qui permettent à SAW-B de suivre et d’obtenir des informations utiles sur les dossiers politiques qui constituent des enjeux pour l’ES. Une veille qui a aussi consisté à apporter du soutien à certains députés pour leurs interventions parlementaires ou à leur proposer de relayer, dans les débats législatifs, des interpellations de SAW-B. Enfin, une veille politique qui alimente la rubrique « Actu politique » de l’ES-Infos. Plus concrètement, SAW-B a été l’un des partenaires invités à participer aux groupes de travail pour la mise en place des alliances emploi-environnement. Tant côté wallon que bruxellois, l’économie sociale a pu être largement prise en compte et intégrée aux plans d’actions des différentes alliances. Le débat sur la structure de sensibilisation aux clauses sociales et environnementales en Wallonie a reçu l’apport de SAW-B. En outre, en Wallonie et à Bruxelles, des grappes d’entreprises actives dans l’éco-construction et la construction durable seront lancées, en collaboration avec la Chambre de la construction wallonne, d’un coté, et le cluster écoBuild en Région bruxelloise, de l’autre. Les actions de sensibilisation des adjudicateurs aux clauses sociales dans les marchés publics ont été inscrites dans les deux régions. Quant à la Région bruxelloise, elle a décidé de soutenir 2 bourses de faisabilité dans le cadre d’ImpulCera en 2011, deux bourses de faisabilité et une bourse de lancement en 2012. Par ailleurs, le cabinet du ministre wallon de la Mobilité finance SAW-B pour réaliser des tables rondes de la mo-

40

bilité alternative en zone rurale. Au départ d’un inventaire, d’une analyse des forces et faiblesses de ces initiatives (bien souvent menées par des entreprises d’économie sociale), des recommandations seront émises pour proposer des pistes politiques au ministre. Le projet s’inscrit dans la lignée d’un travail entamé en 2009 en partenariat avec VOSEC. Travail poursuivi par des formations avec les porteurs du projet DAMIER, un encodage d’outils et bonnes pratiques sur le site Point ExpertisES et la publication d’une plaquette informative sur la mobilité.

2

zooms

---> Les clauses sociales se développent En Wallonie, en 2010, 12 rencontres économie sociale/ pouvoirs adjudicateurs se sont tenues. Une a été organisée en partenariat avec NGE2000 et une autre, à Eupen, en collaboration avec WFG. Au total, elles ont rassemblé près de 190 mandataires locaux et membres du personnel administratif en charge de la rédaction de cahiers des charges. Autant de publics cibles qui ont pu être sensibilisés à l’utilisation des clauses sociales et à la pertinence de confier des marchés publics aux entreprises d’économie sociale. Une manière pour ces man-


dataires de soutenir l’emploi et l’économie locale. Deux formations plus techniques et approfondies ont par ailleurs été organisées. L’une en collaboration avec PROGRESS, l’autre pour le compte de la Boutique de gestion. En Région de Bruxelles-Capitale, le programme sur les clauses sociales a également été reconduit et a donc repris en 2010 avec 3 rencontres organisées en partenariat avec les communes bruxelloises.

EN CHIFFRES : 15 rencontres ES-pouvoirs adjudicateurs 238 participants 47 entreprises ES présentées 37 interventions dans des cahiers des charges et/ ou mises en contacts entre pouvoirs adjudicateur et entreprises ES

---> Analyses politiques L’implication politique de SAW-B passe également par l’alimentation des débats et des réflexions sur des dossiers liés à l’ES. En 2010, le pôle Education permanente a publié 5 analyses qui concernent des enjeux de taille pour notre mouvement. Une analyse a passé en revue les alliances emploi-environnement. Des alliances qui ciblent, en priorité, l’isolation des bâtiments par le secteur de l’éco-construction. Elles constituent une occasion importante pour l’ES de mettre en avant son expertise en la matière. Cette analyse cherche donc à voir comment l’ES peut se positionner dans le cadre de ces alliances. Autre thème abordé dans deux analyses distinctes, celui de l’inclusion sociale. La publication « Des emplois durables dans l’insertion ? Ou une économie pour tous ? » abordait la difficile question du croisement entre la politique d’activation des chômeurs, d’une part, et l’exigence, toujours croissante, de l’économie classique en

termes de niveau de compétences pour les postes à pourvoir, d’autre part. Pris entre deux feux, les professionnels du secteur de l’insertion sont de plus en plus confrontés à des publics difficiles à réinsérer et à un nombre croissant de demandeurs d’emploi. L’autre analyse s’intitulait « Europe, inclusion sociale et activation : pourquoi vouloir remettre tout le monde au travail ? ». Elle traitait du contexte (macro-) politique et (macro-) économique plus global dans lequel s’inscrivent ces politiques. Enfin, deux analyses portaient sur des questions européennes. L’une sur « Quelle reconnaissance de l’économie sociale par l’Europe ? » se rapportait au « rapport Toia ». Un rapport d’initiative, adressé par le Parlement européen à la Commission, qui énonce des recommandations en faveur du développement de l’ES. L’autre se penchait sur la place de l’ES en Europe en regard de la stratégie « Europe 2020 ».

41


3

Plan d’actions 2011 points forts

---> Une présence européenne

---> La mobilité pour tous

Si 2010 était l’année de la présidence belge au Conseil européen, 2011 assure la continuité et l’assise d’un lobbying européen pour l’ES par SAW-B. En effet, la conférence européenne organisée par le Secrétaire d’Etat à l’Intégration sociale, en collaboration avec les régions, la communauté germanophone et des fédérations belges et européennes de l’ES, dont SAW-B, se prolonge par une conférence de bilan, fin février 2011. Les contacts établis avec les fédérations européennes se poursuivront puisqu’un réseautage et des rencontres régulières pour échanger des informations et deux conférences sur l’actualité européenne (l’une sur les marchés publics l’autre sur les services sociaux d’intérêt général) sont programmées durant l’année 2011.

Etre mobile est une nécessité pour tous… que ce soit pour se rendre au travail, faire ses courses, sortir au cinéma ou conduire ses enfants à l’école. Or, elle reste encore problématique pour une partie de la population, particulièrement en zone rurale. Pour améliorer l’offre de service de mobilité rurale alternative existante, SAW-B s’est vue confier une mission par le Ministre Henry. L’objectif ? Rassembler les acteurs afin d’inventorier les initiatives existantes en la matière, d’analyser leurs forces et faiblesses, d’identifier les manques et d’élaborer des propositions en vue de les soutenir et les développer. Pour ce faire, SAW-B a imaginé des tables-rondes qui auront lieu en avril, mai et juin 2011. Un rapport sera rédigé par SAW-B et remis au Ministre.

Le fédéral reste le niveau de pouvoir en charge pour le suivi des questions européennes liées à l’ES, SAW-B affirmant ainsi sa volonté d’en faire le lieu de concertation. Philippe Courard et le SPP IS ont déjà fait la proposition d’avoir une représentation de l’ES au sein du Comité de Protection Sociale.

42


2

priorités

---> Un appui ministériel pour la promotion des clauses sociales Le travail de sensibilisation sur l’intégration de clauses sociales dans les marchés publics et la promotion de l’économie sociale, mené depuis plusieurs années, attire l’attention. En 2011, SAW-B répondra à une sollicitation du Ministre wallon des pouvoirs locaux, Paul Furlan, pour organiser une grande conférence sur le thème. Fin mai, SAW-B, aux côtés d’une représentante de la Commission européenne et de Raphaël Dugaillez, expert en la matière, présentera un éventail d’outils pratiques pour inclure des clauses sociales et prévoir des réservations de marchés. Des interventions théoriques appuyées par des témoignages de pouvoirs publics, d’entreprises privées et d’économie sociale qui ont déjà utilisé les clauses sociales, répondu à des appels d’offres ou pratiqué des partenariats pour y répondre. Une occasion unique de toucher, en une matinée, un vaste éventail de villes et communes wallonnes, de mettre en exergue le service de conseil à la rédaction des clauses sociales dans les cahiers de charges pour les communes et autres pouvoirs adjudicateurs et de promouvoir les formations proposées par SAW-B.

---> Veille politique Une procédure s’est mise en place en 2010 pour suivre, au plus près, l’actualité politique, tant au niveau législatif qu’exécutif. En 2011, les ordres du jour des différents parlements seront régulièrement passés en revue, les contacts avec les collaborateurs de cabinets en charge de l’ES, de même que ceux avec les instituts d’étude seront entretenus. Côté wallon, après une législature chargée en actions en faveur de l’ES, le Ministre de l’Economie, Jean-Claude Marcourt est nettement moins actif. SAW-B prévoit une rencontre avec le Ministre pour ramener les dossiers en latence sur la table, proposer certaines pistes d’actions et entendre les priorités qu’il s’est donné pour l’ES.

43


t

ironnemen ---> Les alliances Emploi-Env Dans le cadre des Alliances Emploi-Environnement wallonnes et bruxelloises, SAW-B a déposé une projet de création et de développement de grappes d’entreprises dans les secteurs construction et éco-construction. En Wallonie, SAW-B assure le pilotage de ce programme grappe en partenariat avec la Confédération de la construction et, en Région bruxelloise, avec le cluster Eco-build. Au départ d’un noyau de deux ou trois entreprises d’économie sociale de ces secteurs, une première grappe sera créée. Elle associera, dès le départ, 3 ou 4 entreprises privées classiques. Ce premier pôle s’accordera sur une charte de référence et entamera un travail de longue haleine intégrant des services aux entreprises et des partenariats entre entreprises. Ils peuvent porter sur l’ensemble de leurs besoins à travers des actions de mutualisation ou d’actions collectives, notamment concernant l’innovation sous toutes ses formes, la formation des responsables des entreprises, celle des chefs d’équipe et des ouvriers, l’emploi, l’organisation du travail, la coordination sur chantier, l’efficacité en performance énergétique du chantier et du bâtiment, la communication, les aspects environnementaux, la performance commerciale, etc.

44

---> Avec d’autres secteurs… En 2010, des contacts ont été entamés ou maintenus avec des acteurs du développement durable. Une rencontre avec la secrétaire politique d’IEW a permis de tracer les collaborations futures : analyses liées, interventions techniques mutuelles sur des dossiers, participation de SAW-B à l’université d’automne 2010 et 2011. En nov. 2010, la participation et l’intervention de SAW-B à un midi d’échanges, organisé par Associations 21 sur l’économie sociale a permis d’aller à la rencontre de plusieurs acteurs du développement durable tels LST, IEW, Poseco… Dans le cadre de la rédaction de l’étude 2010 et du suivi du dossier éolien, plusieurs contacts ont eu lieu avec l’APERe, l’association pour la promotion des énergies renouvelables. Ces collaborations se concrétiseront par l’adhésion de l’APERe à SAW-B et par la participation de SAW-B aux 20 ans de l’APERe où « Initiatives citoyennes » sera présentée. RESCOOP, fédération des coopératives d’éoliennes, a aussi été rencontrée à plusieurs reprises.

Par ailleurs, côté bruxellois, l’Alliance Emploi-Environnement a intégré, sur base d’un projet déposé par SAW-B, une extension spécifique des bourses ImpulCera pour des nouveaux entrepreneurs dans le secteur de la construction.

La participation active au conseil d’administration de BFTF se poursuit. A ce stade, BFTF n’a pas été sollicitée pour devenir membre de SAW-B. En effet, son démarrage est trop récent et ses moyens financiers trop réduits pour envisager une adhésion immédiate.

Enfin, tant en Wallonie qu’à Bruxelles, un volet de soutien à l’utilisation des clauses sociales dans les marchés publics concernés par l’alliance assurera une continuité du travail entrepris à ce sujet par SAW-B depuis 6 ans maintenant.

Enfin, une formation au business plan social pour IDEJI, le 27 mai à Bruxelles, a permis de s’adresser à un public associatif et de collaborer avec cette structure très active auprès du non-marchand.


chiffres 2010

45


Bilan 2010 ACTIF ACTIFS IMMOBILISES I.

Frais d'établissement ( ann. I )

Au 31/12/2010 20/28

Au 31/12/2009

41.059

13.816

10.038

9.925

20

II. Immobilisations incorporelles (ann. II)

21

III. Immobilisations corporelles ( ann. III ) A. Terrains et constructions B. Installations, machines et outillage C. Mobilier et matériel roulant D. Location-financem. et droits similaires E. Autres immobilisations corporelles F. Immobilisat. En cours et ac. versés

22/27 22 23 24 25 26 27

IV. Immobilisations financières (an. IV-V)

28

31.021

3.891

29/58

537.188

455.674

29 290 291

0

0

ACTIFS CIRCULANTS V. Créances > 1 an A. Créances commerciales B. Autres créances

130 9.795

10.038

VI. Stocks et commandes en cours exéc. A. Stocks B. Commandes en cours d'exécution

3 30/36 37

VII Créances à un an au plus A. Créances commerciales B. Autres créances

40/41 40 41

VII Placements de trésorerie A. Actions propres B. Autres placements

50/53 50 51/53

0

0

IX. Valeurs disponibles

54/58

315.355

249.966

X. Comptes de régularisation ( ann. XI )

490/1

TOTAL DE L'ACTIF

20/58

0

102.177 119.655

578.247

0

221.832

0

31.313 174.395

0

205.708

469.490

47


PASSIF CAPITAUX PROPRES

Au 31/12/2009

10/15

326.820

258.388

I.

Capital ( ann. VIII ) A. Capital souscrit B. Capital non appelé (-)

10 100 101

0

0

II.

Primes d'émission

11 212.063

149.315

III. Plus-values de réévaluation IV. Réserves A. Réserve légale B. Réserves indisponibles

C. Réserves immunisées D. Réserves disponibles

12 13 130 131 1310 1311 132 133

Bénéfice reporté (+) Perte reportée ( - )

140 141

114.757

109.073

VI. Subsides en capital

15

0

0

16

50.000

25.000

1. Pour actions propres 2. Autres

V.

PROVISIONS POUR RISQUES & CHARGES VII. Prov. pr risques & charges A. Provisions pour risques et charges B. Impôts différés

DETTES

48

Au 31/12/2010

16 160/5 168

212.063

149.315

50.000

50.000

25.000

25.000

17/49

201.427

186.102

VIII. Dettes à plus d'un an ( ann.XI ) A. Dettes financières 1. Emprunts subordonnés 2. Emprunts obligataires non subord. 3. Dettes de location-financt et assim. 4. Etablissements de crédit 5. Autres emprunts B. Dettes commerciales 1. Fournisseurs 2. Effets à payer C. Acomptes reçus sur commandes D. Autres dettes

17 170/4 170 171 172 173 174 175 1750 1751 176 178/9

0

0

IX. Dettes à un an au plus ( ann. X ) A. Dettes > 1an échéant dans l'année B. Dettes financières 1. Etablissements de crédit 2. Autres emprunts C. Dettes commerciales 1. Fournisseurs

42 43 430/8 439 44 440/4

171.427

181.731

0

0

32.086 32.086

0

0

54.928 54.928


5. Autres emprunts B. Dettes commerciales 1. Fournisseurs 2. Effets à payer C. Acomptes reçus sur commandes D. Autres dettes

174 175 1750 1751 176 178/9

IX. Dettes à un an au plus ( ann. X ) A. Dettes > 1an échéant dans l'année B. Dettes financières 1. Etablissements de crédit 2. Autres emprunts C. Dettes commerciales 1. Fournisseurs 2. Effets à payer D. Acomptes reçus sur commandes E. Dettes fiscales, salariales et sociales 1. Impôts 2. Rémunérations et charges sociales 3. Provision pour Péc Vac F. Autres dettes

42 43 430/8 439 44 440/4 441 46 45 450/3 454/5 456 47/48

X.

Comptes de régularisation ( ann. XI )

TOTAL DU PASSIF

492/3 499 10/49

171.427

0

0

181.731

0

0

32.086 32.086

54.928 54.928

112.180 43.588 4.896 63.697 27.161

100.554 30.185 7.755 62.615 26.249

30.000

4.371

578.247

469.490

ACTIF /PASSIF Commentaires Actif Actif Actif Actif Passif Passif Passif Passif

IV. Prise de parts investisseurs Catégorie C chez Crédal pour 25.000 EUR - Prise de parts pour 2.000 EUR dand projet New Bank SCERL VII.A. Fournisseurs débiteurs: des fournisseurs payés au 31 décembre par domiciliation, les factures n’étant établies qu’en janvier suivant VII.A. Créances commerciales - 94.836 EUR clients - pour grosse part, facturation dans le cadre de consultances spécifiques «ETA», factures émises avant 31 décembre, payements à recevoir en 2011 VII.B. Avance au site de Monceau - 6.673 EUR - avance de trésorerie provisoire (remboursée début 2011) au site, en difficulté de trésorerie IV.B. Réserves disponibles : augmentation en 2010 de 62.749 EUR pour couvrir le risque social adapté au 31 décembre VII. A. Provisions pour risques et Charges: provision augmentée de 25.000 EUR, les 50.000 EUR représentant le risque encouru avec une partie de la subvention Cté Française - Education permanente pour 2010. Réglementation «floue», engendrant un risque (le risque a été totalement annulé pour la subvention de l’année suivante, 2011) IX. F. Autres dettes: y compris fond de roulement APE de 15.161 EUR. Le solde : 12.000 EUR reçus dans le cadre «RW Clauses sociales», avance sur action à mener en 2011. X. Produits à reporter: 30.000 EUR. Produits d’une part (environ 50%) des facturations dans le cadre de la consultance spécifique «ETA». Part des prestations qui seront effectuées en 2011

49


Résultats 2010 ---> tableau synoptique PRODUITS A. Ventes & Prestations B. Dons-cotis-parten. C. Subsides structurels D. Subsides ponctuels E. Subsides / prestations F. Autres produits TOTAL PRODUITS

196.261 19.424 354.249 138.832 32.000 4.768 745.533

Budget 2010 128.000 16.000 355.238 133.675 54.000 0 686.913

Différence budget 10 / réalisé 10 + 68.261 + 3.424 - 1.304 + 5.157 - 22.000 + 4.768 + 58.305

81.796 74.512 461.024 9.732 49.924 113

72.873 72.547 514.155 8.000 18.833 450

Différence budget 10 / réalisé 10 + 8.923 + 1.965 - 53.131 + 1.732 + 31.091 - 337

TOTAL CHARGES

677.101

686.858

RESULTAT

+ 68.433

+ 55

CHARGES A. Production Activités B. Fonctionnement C. Frais de personnel D. Amortissements, etc E. Autres charges d'expl. F. Charges financières

Proposition d'affectat. à réserve sociale

Résultat après affectation

50

Résultats 2010

Résultats 2010

Budget 2010

62.749 + 5.684

+ 55

Résultats 2009 156.610 24.673 350.139 242.653 85.875 5.433 865.383 Résultats 2009

Différence 2010-2009 + 39.651 - 5.249 + 4.110 - 103.821 - 53.875 - 665 - 119.850 Différence 2010-2009

206.953 78.469 510.975 8.637 22.435 136

- 125.157 - 3.957 - 49.951 + 1.095 + 27.489 - 23

- 9.757

827.605

- 150.504

+ 68.062

+ 37.778

+ 30.655

+ 62.749

10.338

52.411

+ 5.629

+ 27.440

- 21.756


CHARGES A. Frais de production "Activités" Organisation AGs Cotisation Monceau Cotisation Ages ds Econosoc Cotisations diverses Foires, expos, colloques, etc Site Internet (entretien) Frais dans organisations/projets divers Frais missions diverses frais production service COM Formation du personnel B. Fonctionnement Loyer + Charges bureaux Monceau-Bxl-Liège nettoyage-entret locaux Entr photocopieur + matériel informatique Téléphone + GSM Poste Revues, journaux, documentation Fournitures bureau, papeterie, imprimés, petit mat divers Assurances Secrétariat social Frais CR Moniteur, droits auteur, promo et pub Honoraires réviseur C. Frais de personnel Rémunérations Assurance Loi - médecine travail Coût d'assurance Groupe Exonération de précompte Provision pécule anticipé Utilisation et repr péc sortie D. Amortissements, réd. de valeur & prov. pr risques et chges Dot. amort s/immo corpor. E. Autres charges d'exploitation Pertes sur exercices antérieurs Provisions pr risques liés aux subventions TVA non déductible et taxes diverses F. Charges financières Frais bancaires TOTAL CHARGES

Résultats 2010 82.351 2.346 2.678 1.250 1.524

Budget 2010 72.873 2.400 2.358 1.250 865 4.000 1.000 51.000 10.000

Différence + 9.478 - 54 + 320

74.942 -62.615

+ 659 - 4.000 - 269 - 1.888 + 276 + 12.958 + 1.476 + 1.410 + 2.563 + 87 - 3.163 + 328 + 211 - 88 + 925 + 1.104 - 193 - 142 - 322 + 100 - 53.131 - 38.222 + 91 + 520 - 4.275 - 11.245 +0

9.732

8.000

+ 1.732

9.732 49.924 12.560 25.000 12.364 113 113 677.101

8.000 18.833

+ 1.732 + 31.091 + 12.560 + 25.000 - 6.469 - 337 - 337 -9.757

731 49.112 10.276 12.958 1.476 73.957 30.668 1.167 8.237 9.328 3.211 1.712 10.425 2.904 2.579 1.368 508 1.850 461.024 449.331 3.891 10.995 -4.275 63.697 -62.615

72.547 28.105 1.080 11.400 9.000 3.000 1.800 9.500 1.800 2.772 1.510 830 1.750 514.155 487.553 3.800 10.475

18.833 450 450 686.858

51


PRODUITS

52

A. VENTES & PRESTATIONS Prestations en com Consultance Agence Conseil Consultance Agence Conseil - projet REDDI Mise en place des guildes Expertises diverses Consultance spécifique ETA Ventes diverses Frais divers refacturés (imprévisibles) B. DON-COTIS.-PARTENAR. Securex Cigale Cotisations membres Cotisations guilde commerçants Cotisation ATOUT EI Participations séminaires C. SUBVENTIONS STRUCTURELLES Subvention Agence Conseil RW Complément subv Agence Conseil RW Subv fonctionn CF Education permanente CF volet activités et fonctionnement Mesure APE RW-Forem D. SUBSIDES PONCTUELS Cel SPP IS Mobilité Fédéral présidence UE Loterie Nationale Vélo Subv RBC accompgnt ILDE EI RW MAPU Subv RW ES Infos ASE ImpulCera RBC Centrale d'achats Molenbeek - Sénégal E. SUBVENTIONS PRESTATAIRES cera guilde - suivi action ImpulCera F. AUTRES PRODUITS Ristournes d'assurances Produits sur exercices antérieurs Avantages téléphones sur salaires Intérêts bancaires TOTAL PRODUITS

Résultats 2010 196.261 25.645 76.399 15.860 12.886 14.980 33.221 357 16.913 19.424 74 14.000 3.200 1.250 900 354.249 32.000 9.400 94.727 30.570 187.552 138.832 15.000 4.166 45.000 50.000 8.076 9.440 5.000 2.150 32.000 10.000 22.000 4.768 416 1.650 600 2.102 745.533

Budget 2010 128.000 32.000 70.000 25.000

1.000 16.000 500 12.500 3.000 355.238 32.000 9.000 95.942 26.992 191.304 133.675 20.000 20.000 45.000 40.599 8.076

54.000 10.000 44.000

686.913

Différence + 68.261 - 6.355 + 6.399 - 9.140 + 12.886 + 14.980 + 33.221 - 644 + 16.913 + 3.424 - 500 + 74 + 1.500 + 200 + 1.250 + 900 - 1.304 + 400 - 1.215 + 3.578 - 3.752 + 5.157 - 20.000 - 5.000 + 4.166 + 9.401 +0 + 9.440 + 5.000 + 2.150 - 22.000 - 22.000 + 4.768 + 416 + 1.650 + 600 + 2.102 + 58.305


RW MAPU Subv RW ES Infos ASE ImpulCera RBC Centrale d'achats Molenbeek - Sénégal E. SUBVENTIONS PRESTATAIRES cera guilde - suivi action ImpulCera F. AUTRES PRODUITS Ristournes d'assurances Produits sur exercices antérieurs Avantages téléphones sur salaires Intérêts bancaires TOTAL PRODUITS

50.000 8.076 9.440 5.000 2.150 32.000 10.000 22.000 4.768 416 1.650 600 2.102 745.533

RESULTAT

+ 68.433

40.599 8.076

54.000 10.000 44.000

686.913 + 55

+ 9.401 +0 + 9.440 + 5.000 + 2.150 - 22.000 - 22.000 + 4.768 + 416 + 1.650 + 600 + 2.102 + 58.305 + 68.062

Charg/Produits Poste

Commentaire

Charges A2 Charges A2 Charges C Charges E Charges E Produits A Produits A Produits D Produits E Produits F

48.557 EUR de frais spécifiques liés aux projets: ce montant comprend les charges spécifiques aux projets, notamment les «returns» au secteur, les honoraires. 12.958 EUR de frais de production COM. Frais imprévisibles (impressions, gravures, etc…) résultant de la «sous-traitance» du service d’infographie. Ces frais sont refacturés aux clients, leur influence sur le résultat étant donc neutre. La différence de 53.131 EUR (en moins que le budget) dans les rémunérations s’explique parce que 10 ETP étaient prévus sur 2010. Réalité : une moyenne de 9,28 ETP sur cette année 2010. Influence automatique sur la provision constituée pour pécule anticipé : 11.245 EUR de moins que prévision au budget. pertes sur exercices antérieurs: essentielement 2.192 dans Equal FAME, 8.764 dans Pt Expertise 06-07, plus quelques créances (clients) irrecouvrables. Provision complémentaire de 25.000 EUR: risque subvention Cté Française EP 2010 Diverses prestations «Agence Conseil» ou «Communication» éclatées, pour meilleure lisibilité : mise en place des guildes luxembourgeoises, expertises spécifiques (sous-traitance VOSEC), consultance «ETA» Frais divers refacturés de 16.913 EUR: essentiellement par le service Com. Il comprend tous les travaux d’imprimerie, brochures, etc… qui sont refacturés aux clients. Plus quelques autres frais refacturés dans divers projets. Subsides ponctuels: toujours les variations inévitables entre budget (élaboré dès fin d’année précédente) et résultats, avec les projets non aboutis et les projets «conquis» après budget: Cel SPP Mobilité (finalement en sous-traitance pour VOSEC), ASE ImpulCera, RBC Centrale d’achats et un petit projet avec Molenbeek (plus) Soutien ImpulCera davantage étalé dans le temps (en accord et à la demande de Cera) : 22.000 au lieu de 44.000. Le projet reste toutefois d’actualité. Quelques produits sur exercices antérieurs, essentiellement une récupération de 1.250 EUR d’un ancien projet Leonardo, après moult tractations

53


Membres SAW-B 2011 par Province

BRABANT WALLON APIDES Bardane (la) CIACO Crédal Crédal Droits quotidiens Habitat & Participation SST - Le Bric Village n° 1

asbl scrl scrl asbl sc asbl asbl asbl asbl

LIÈGE AGES asbl Al’Binète scrl Atelier Mosan asbl Ateliers du Monceau asbl Aurélie asbl Barricade asbl BIP Express, La Maison, Le Cortil asbl Bois vert scrlfs Centre liégeois de formation asbl De Bouche à Oreille asbl Hercule scrl Le Pont asbl Les Tournières scrlfs Phare asbl Rcycl asbl Réseau des jardins et fermes solidaires W-B asbl Surdimobil asbl TERRE asbl ULG - Sart Tilman

54

BRUXELLES ACT asbl Action coordonnée de formation et d’insertion asbl Art2Work asbl Benelux Afro center asbl Boutique de gestion (la) asbl Centre de formation 2000 asbl Centre marollien de formation par le travail asbl Collectif Recherche et Expression asbl CSC asbl DESIGNpoint asbl Dimension Economie Solidaire asbl FEBISP asbl Fédération bruxelloise des entreprises de travail adapté asbl Fédération des maisons médicales asbl Ferme Nos Pilifs (la) asbl Fobagra asbl Formeville asbl Groupe Foes (le) asbl Groupe One asbl Jeunes Jardiniers (les) asbl Jeunes schaerbeekois au travail asbl Le Foyer Jettois sc Les Petits Riens asbl Maison africaine (la) asbl Oxfam-Solidarité asbl Poudrière (la) asbl Pour la Solidarité (Think Tank) Pro Vélo asbl Réseau financement alternatif asbl SMART asbl

HAINAUT AZIMUT accompagnement asbl Au Four et au Moulin asbl AZIMUT scrlfs Braseap asbl Centre coordonné de l’enfance asbl Centre de coordination d’étude et de formation (CCEF) asbl CERISIS - UCL asbl Contrepoint asbl Coprosain scrl Droit et devoir asbl Eko Services scrlfs Entente wallonne des entreprises de travail adapté asbl Essor (l’) asbl FGTB asbl Fonds du logement de Wallonie scrl Funoc asbl Germoir (le) asbl Manne à linge bis (la) scrlfs Mission régionale pour l’insertion et l’emploi asbl Neltane scrlfs Picturimage scrlfs Quelque chose à faire asbl Quinquet (le) asbl Relogeas asbl Ressourcerie le Carré asbl Retrival scrlfs SINET scrlfs Xylowatt sa


LUXEMBOURG AEED - Beauplateau asbl Au Travert asbl Centre de développement rural asbl CHERBAI scrl Compagnons de la maison (les) asbl Copalgaume scrl Foyers communautaires 210 asbl Lorraine (la) scrlfs Renardière (la) asbl Source (la) asbl Trusquin (le) asbl

NAMUR ADMR Agribio ALEAP Association des services de transport adapté Atelier (l’) Ateliers de Pontaury (les) Calestienne (la) DAMNET Espaces Forma Handicap et Participation Les Trois Petits Fours Réseau d’entreprises sociales Ressources

asbl scrl asbl asbl asbl asbl asbl scrl asbl asbl asbl scrl asbl asbl

30 membres

9 membres

BXL BW LIÈGE

HAINAUT

19 membres

NAMUR

28 membres

LUXEMBOURG

14 membres 11 membres

55


Equipe (au 1er juin 2011) Marie-Caroline Collard - Directrice Fernande Cobergh - Secrétaire Estelle Mahieu - Graphiste Julie Lecomte - Chargée de communication AGENCE-CONSEIL Pierre van Steenberghe - Coordinateur agence-conseil Jean-Luc Bodson - Chargé de projets EDUCATION PERMANENTE Véronique Huens - Coordinatrice éducation permanente Luca Ciccia - Chargé de projets Frédérique Konstantatos - Chargée de projets Carlo Hublet, SCS CycladES, société consultante externe

Le CA Aurélie (KENLER Raymond) Centre coordonné de l’enfance (MARCELIS Reine) Crédal (PHILIPPE Isabelle) CSC (GOFFINET Bernard) Entente wallonne des entreprises de travail adapté (NISET Guy) PINXTEREN Arnaud Pour la Solidarité (STOKKINK Denis) Réseau d’entreprises sociales (VETRO Salvatore) Réseau financement alternatif (BAYOT Bernard)

56


4

membres de l’équipe

s’expriment

« SAW-B, c’est pour moi l’occasion de mettre Jaurès en pratique, l’occasion de confronter l’idéal et le réel. L’utopie d’une économie alternative se cache pour une part ici, sous nos yeux. Encore faut-il pouvoir la débusquer, la faire connaitre, et la porter. »

Luca Ciccia

« Un serment lancé, imprudemment, à vingt ans : «Jamais plus de cinq ans dans la même société!». Soif programmée de perpétuel renouveau. Angoisse de l’habitude qui endort ou tue. Une promesse tenue à la lettre plus de 30 ans. Et puis SAW-B et la découverte d’un monde inconnu, avec son autre économie. Et un serment aux oubliettes. Plus de 4.000 jours déjà. Et beaucoup trop court pour avoir tout décrypté dans ce drôle de monde alternatif. L’inattendue et durable séduction... »

Carlo Huble t

« 2010 rime avec ma première année de travail chez SAW-B. L’année de mes premiers pas au sein même de l’économie sociale que je pensais connaître mais que je découvre au quotidien tellement plus riche et vaste que je ne l’imaginais. Des centaines d’activités et de secteurs mais surtout, des milliers de personnes engagées dans un véritable mouvement alternatif… Autant de bonnes raisons et motivations de se laisser entraîner avec eux dans cette dynamique d’une autre économie. » Julie Lecomte

« En sortant de mes études, je cherchais un travail qui avait du sens. Après 6 ans passés chez SAW-B, je peux dire que je l’ai vraiment trouvé. Sens dans les objectifs de notre travail réalisé pour et avec les entreprises d’économie sociale mais aussi dans l’équipe soudée qui caractérise notre structure. L’arrivée en 2010 de deux nouveaux collègues et la dynamique des Chantiers de l’économie sociale viennent aujourd’hui donner une nouvelle dimension à mon travail. »

Véronique Huens


Antennes 303-309, chée d’Alsemberg • 1190 BXL 9, rue Volière • 4000 Liège

So wa lida llo rité nn de es sa et l br tern ux ati ell ve ois s es

Design SAW-B com

42/6, rue Monceau-Fontaine 6031 Monceau-sur-Sambre Tél. : 071 53 28 30 • Fax : 071 53 28 31 info@saw-b.be • www.saw-b.be


Rapport 2010