Page 17

INSIDE

MERCREDI 18 SEPTEMBRE 2013 EDITION 147 | CAPITAL

PHOTOS : PATRICE BRETTE

PETIT COURS D’HISTOIRE

Idéalement située au carrefour des principales agglomérations, Moka offre une proximité avec les centres commerciaux, d’affaires, éducatifs, médicaux et sportifs, dont l’hôpital Apollo Bramwell, le Bagatelle Shopping Mall et l’Ecole du Centre CONFIANCE. Le groupe ENL mise beaucoup sur les 153 unités de prix qui varie entre Rs 2.9 et Rs 7.5 millions

Idéalement située au carrefour des principales agglomérations, la région offre une proximité avec les centres commerciaux, d’affaires, éducatifs, médicaux et sportifs, dont l’hôpital Apollo Bramwell, le Bagatelle Mall of Mauritius et l’Ecole du Centre. Pour les promoteurs, Moka, où ENL possède beaucoup de terrains, offre ainsi tous les atouts pour un style de vie moderne et agréable, et donc un investissement rentable. « Nous avons constaté ce phénomène avec le projet d’Helvétia. Des gens ont acheté les appartements et si certains ont revendu à plus cher pour faire des profits, d’autres ont choisi de louer à des prix rentables. On peut vous assurer que, dans les deux cas, ils n’ont éprouvé aucune difficulté à trouver des clients prêts à y amé-

nager », explique Johan Pilot. Cela fait une année et demie que les promoteurs travaillent sur le projet, consacrant notamment un temps important à mener une étude de marché. En effet, les projets d’appartements ne manquent pas à Maurice. Le Merritt Elipsis, Palmyra et River Island Residence à Trianon, les Allées d’Helvétia, Le Tamarinier et Les Lauriers à Flic-en-Flac… La liste est longue. UN PAYSAGE TRANQUILLE Ce qui différencie principalement Minissy de ces autres projets, selon Johan Pilot, ce sont les aspects prix et accessibilité : « Il existe beaucoup de projets d’appartements dont les prix commencent à partir de Rs 6 millions à 20 millions. Qui sont ceux qui pourront s’en offrir à un prix aussi exorbitant ? Pour Minissy, nous

avons voulu optimiser sur l’espace et le design pour sortir avec un prix abordable. Ainsi, nous visons principalement une clientèle mauricienne. » Les promoteurs souhaitent également offrir aux clients une grande liberté d’aménagement en termes de décoration. Raison pour laquelle ils proposent 153 unités non-meublées de 1 à 3 chambres à coucher, allant de 48 à 125 mètres carrés, avec de nombreuses configurations, à des prix allant de Rs 2,9 millions à Rs 7,5 millions. Alors que le démarrage des travaux de construction n’est prévu que pour avril 2014, et la livraison pour septembre 2015, une vingtaine d’unités ont d’ores et déjà été réservées. Qui dit Moka dit aussi de superbes paysages avec la chaîne de montagne en arrière-plan.

< 17

C’est pourquoi, selon les promoteurs, ENL n’est pas pour un développement tous azimuts dans cette région prisée pour son paysage et sa tranquillité. Au contraire, rassurent-ils, le groupe veut empêcher tout développement sauvage qui peut devenir de plus en plus agressif dans le futur. Ce qui explique pourquoi le groupe s’engage à effectuer un travail d’harmonie autour du projet avec des urbanistes, pour le développement du paysage urbain. ENL s’engage ainsi à gérer les développements qui se font autour de ses différents projets, que ce soit en termes d’infrastructures ou autres. Les futurs propriétaires pourront ainsi bénéficier des avantages d’un aménagement semi-urbain maîtrisé et planifié, qui répond aux exigences des propriétaires qui ont choisi la région de Moka. « Ce n’est pas comme si aujourd’hui, vous habitez un appartement à Quatre-Bornes, et le lendemain, à votre réveil, vous constatez qu’une tour a été érigée juste en face », lance Johan Pilot. Et pour s’assurer qu’au-delà de la vente des appartements, les propriétaires disposent du meilleur service possible, ENL fera appel à une compagnie de syndic professionnelle, qui vient d’être constituée, pour assurer une bonne gestion des espaces communs et le respect des règlements de copropriété. « La compagnie gérera tous nos développements post-construction. Ce n’est pas comme si nous ne faisons que construire et livrer », explique le Development Manager. Voilà qui devrait attirer et rassurer les futurs investisseurs.

Minissy. Nom intrigant pour un projet d’appartements. Est-ce lié au fait que le prix proposé par les promoteurs est « minime » comparé à d’autres projets du genre ? Lorsque nous avons posé la question à Johan Pilot, c’est en riant (peut-être bien de notre ignorance !), que ce dernier nous a fait découvrir l’histoire derrière le nom. A la base, nous a-t-il expliqué, chaque section de la propriété sucrière des Espitalier-Noël portait un nom. On connaît ainsi Bagatelle, qui a donné son nom au centre commercial, Helvétia, où le groupe a érigé le projet immobilier Les Allées d’Helvétia, ainsi que Gentilly… Dorénavant, à cette liste, il faudra rajouter Minissy.

MINISSY EN MODE VEFA Le VEFA (Vente en Etat Futur d’Achèvement) est une formule encadrée par la loi et parfaitement sécurisée pour l’acquéreur. En termes simples, avec la VEFA, une personne devient propriétaire au fur et à mesure de l’avancement des travaux, et règle le montant de son acquisition lors de grandes étapes de la construction. Le promoteur est tenu de justifier, sous peine de ne pouvoir signer les ventes, d’une garantie d’achèvement de l’immeuble en cas de défaillance. La Garantie Financière d’Achèvement (GFA) peut être fournie par un organisme bancaire (garantie extrinsèque) ou reposer sur la santé financière du promoteur, l’avancement des travaux et le succès commercial de l’opération (garantie intrinsèque). Dans le cas de Minissy, c’est la Mauritius Commercial Bank (MCB) qui offre la garantie. « Cela coûte cher de donner des garanties. Souvent, on voit des promoteurs qui ne font pas l’effort de proposer la VEFA, et cela leur permet de vendre leurs projets à des prix plus compétitifs que ceux ayant recours à ce dispositif », soutient Johan Pilot. Ce dernier avance que dans le cas présent, la MCB prend des risques si jamais des problèmes ou obstacles surviennent au niveau des travaux. Mais ce n’est pas pour autant qu’ENL voudrait outrepasser un tel dispositif légal. « Nous avons bien réfléchi, et pour nous, il est important que les acheteurs soient confortables et aient une tranquillité d’esprit. Cette tranquillité a un prix », ajoute-t-il Pour expliquer davantage le choix de la VEFA, les promoteurs font état des cas où des promoteurs n’ont pu livrer leurs projets à temps, ou font face à des travaux inachevés en raison d’un problème financier, tandis que l’acquéreur a déjà déboursé une somme correspondant à 90% du projet !

Capital Edition 147  
Capital Edition 147  

Capital Edition 147

Advertisement