Page 1

CÉLINE PLANEL : PARLONS ENTREPRISE…

A quoi bon avoir une entreprise performante et fiable si on ne sait pas le faire savoir ? Pour pallier à ce qu’elle considère être une lacune majeure à Maurice, Céline Planel a lancé Beyond Communications en janvier de cette année. Son objectif : grandir, et vite… Edition 116 – Mercredi 13 février 2013

LA DIFFÉRENCE, C’EST LE CONTENU

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Votre hebdomadaire à Rs 15

PROFESSOR ANDREW HAYNES,

SCHOOL OF LAW, UNIVERSITY OF WOLVERHAMPTON

QUESTIONS À MÉDITER POUR NMH LTD

“BASEL III IS GOING TO BE A WORRY FOR MAURITIUS”

Vendredi, l'heure sera certainement aux questions pour le conseil d'administration de NMH Ltd. Lesquelles ? Certains actionnaires ont rencontré Capital, lors de la semaine écoulée, pour nous en donner un aperçu

Professor Andrew Haynes talks about the issues pertaining to insider dealing, money laundering, fraud and suggests how these economic crimes can be prevented. The eminent professor was in Mauritius to give a lecture on how to reconcile efficiency and fraud avoidance in the public sector

Me GREGORY HART DE KEATING, NOTAIRE

« La VEFA n’est pas litigieuse dans l’affaire Elite Tower-Sicom » Acheter un bien immobilier neuf est un rêve pour beaucoup. Ces projets attirent également les investisseurs en quête d’un placement sûr. La Vente en État Futur d’Achèvement est aujourd’hui le mécanisme privilégié pour commercialiser l’immobilier « neuf ». Or, même si le terme projette l’image d’un concept complexe, il est doté d’un mécanisme simple à comprendre. Me Gregory Hart de Keating, notaire, fait le point pour Capital

FONDS DE PENSION PRIVÉS

TERRA

AXIOS GROUP

SERGE THIERRY MICKOTO

LE CASSE-TÊTE ‘CASH FLOW’

RIEN QUE DU VERT !

POUR UNE SANTÉ AU NATUREL

« LE GABON SE PRÉPARE À L’APRÈS-PÉTROLE »


2>

ACTA PUBLICA

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 CAPITAL | EDITION 116

ANITA FUNG, CHIEF EXECUTIVE OFFICER, HSBC HONG KONG

Qianhai taking RMB internationalisation to the next level

T

he renminbi revolution is gathering pace. A ceremony in the southern Chinese city of Shenzhen on Monday 28 January marked the formal beginning of a challenging new phase of a process that is already changing China’s financial sector in subtle and important ways. A group of 15 banks signed an agreement to offer loans to Shenzhen’s new Qianhai enterprise zone, opening the door for offshore participation in China’s domestic lending market for the first time since 1949. Monday’s signing comes on top of Friday’s long-awaited announcement that the People’s Bank of China has signed a renminbi clearing agreement with Taiwan, further expanding the currency’s global footprint. The Pearl River Delta, just over the border from Hong Kong, has long been the test bed for Chinese economic reform. Experiments which started in Shenzhen, ranging from the mainland’s first Special Economic Zone in 1979 to renminbi trade settlement in 2009, have formed the foundations of China’s transformation. Qianhai, formally known as the Qianhai Shenzhen-Hong Kong Modern Service Industries Cooperation Zone, is the special economic zone’s special economic zone: a crucible for economic reforms that will bring China, now the world’s second largest economy, into line - and competition - with the great global powers in the financial marketplace. Qianhai is physically and economically a relatively small experiment: the development is just 15km2 and media reports have indicated that inbound loans are likely to be limited to a total of RMB50bn, but its impact is likely to be profound. The local authorities describe it as “a useful exploration for China to create a new opening up layout with a more open economic system”. Not only will Hong Kong banks be allowed to ex-

WORDS FROM ALASTAIR BRYCE, CEO, HSBC MAURITIUS:

tend commercial renminbi loans to Qianhai-based onshore mainland entities, but the PBoC has also indicated that such loans will for the first time not be subject to the benchmark rates set by the central bank for all other loans in the rest of China.This loosening of the capital account restrictions is not merely a means to an end – the Shenzhen authorities are predicting that Qianhai will generate GDP of some RMB150bn by 2020 – but an end in itself. This is the first step along China’s

road to interest rate liberalisation, a key milestone on the road to full internationalisation of the renminbi. The potential benefits of the new development go beyond mere economics. When it is fully developed, Qianhai will form a bridge where the mainland can try out new accounting and legal measures, and a protected environment where international service industries can learn more about doing business in China. In financial terms, Qianhai presents a series of challenges and opportunities to

As for Mauritius, the RMB is already an established medium of exchange for businesses importing goods and services from China; and with the relaxation of capital controls, foreign investors,

using Mauritius as an investment and treasury platform, are increasingly converting foreign currencies into RMB to fund their investments and trade with mainland China. Hence, as these exchanges

banks on both sides of the border. HSBC believes that fears that the project will drain Hong Kong of RMB liquidity are misplaced. With some RMB570bn as of Nov 2012 (Source: HKMA) currently on deposit with Hong Kong banks, the likely cap on permissible loans amounts to less than 10 per cent of the deposit pool, and the PBoC has said that it will monitor and counter any potentially destabilising fallout from the loan programme. This new RMB financing channel will add an extra degree of depth and maturity to the offshore market, making it more attractive for investors. We believe that the Qianhai experiment would help boost both the RMB loan business and cross border RMB liquidity. The cost of RMB loans in Hong Kong, currently between 4 and 5 per cent, is typically 100-200 basis points cheaper than on the mainland. Qianhai represents a valuable toehold in the mainland markets for Hong Kong banks, and the latest measure reflects the true sense of “act first try first (“ ) This new measure on cross border lending will enhance the co-operation between Hong Kong and Shenzhen, the co-operation between Hong Kong and Guangdong, and accelerate crossborder convergence. Qianhai represents significant progress in China’s three-step programme towards full convertibility of the renminbi. The redback is well on the way to becoming a significant trade currency; the ongoing relaxation of capital controls, represented by Qianhai and the Renminbi Qualified Foreign Institutional Investor programme, signal that it is well on its way to becoming a global investment currency. The renminbi as a global reserve currency is still some way off, but Qianhai is another clear indication, if one was needed, that Beijing is not intimidated by the challenges of reforming the financial sector to achieve its aim.

between Mauritius and China gather momentum, I see excellent opportunities for HSBC as the preferred solutions provider in RMB, as it connects potential investors from Asia to Africa.


ACTA PUBLICA

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

<3

Vendredi, l'heure sera certainement aux questions pour le conseil d'administration de NMH Ltd. Lesquelles ? Certains actionnaires ont rencontré Capital, lors de la semaine écoulée, pour nous en donner un aperçu

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

QUESTIONS À MÉDITER POUR NMH LTD

▼ RUDY VEERAMUNDAR

Domaine de l'Harmonie

La fin n’est pas pour demain

L

a messe des actionnaires, c'est pour vendredi. En effet, l'assemblée générale de New Mauritius Hotels Ltd (Ndlr : ancien Beachcomber), se tiendra dans deux jours, à l'hôtel Labourdonnais, avec comme toile de fond un départ de taille, au coût de Rs 40 millions. Il s'agit de celui de Jean Marc Lagesse. Un épisode encore très frais dans la tête des actionnaires, puisque l'impensable s'est produit seulement trois semaines plus tôt. Ce dernier étant considéré comme un monument au sein de Dinarobin et Le Paradis, personne n'aurait osé parier sur une séparation entre le groupe NMH et lui. Un autre départ, commence, depuis peu, à être le « talk of the town ». Il s'agit de celui d'un directeur financier, connu comme étant proche de Jean Marc Lagesse. S'est-il vu dans l'obligation de plier bagage à cause de cette proximité ? La question se pose pour certains... TABLE RONDE Dans le but d'avoir un aperçu de l'ambiance qui prévaudra vendredi, après les récents événements, Capital s'est joint à une petite table ronde entre quelques actionnaires. Chez certains, il n'y avait que des interrogations. Vu que des employés du groupe sont, d'une manière ou d'une autre, proches de certains actionnaires et directeurs, certains voudraient savoir si cette « faveur » est applicable à tous les actionnaires. C'est-à-dire si les enfants ou parents de ces derniers peuvent être recrutés comme c'est le cas pour d'autres. « Y a-t-il des appels à candidature pour le poste X ou Y ? On voudrait bien connaître les critères utilisés comme bases pour le recrutement de certains employés. Nous sommes une compagnie listée et non familiale », argue-t-on.

Par rapport à l'item des dépenses, nos interlocuteurs voudraient avoir plus amples détails concernant les achats des véhicules. « Avec cette habi-

ou s'agit-il simplement d'une relation commerciale ou autre, avec certains concessionnaires, peu importe le prix que l'on doit payer ? Qu'en est-il des fruits et des légumes ? Est-ce vrai qu'acheter des produits à meilleur marché chez un concurrent serait considéré comme hors normes chez nous ? » s'interroge-t-on. Bien entendu, l'aspect phare de l'assemblée générale sera l'état financier du groupe. L'attention sera surtout focalisée sur un endettement qui tournerait autour de Rs 11 à 12,2 milliards. Dans le rapport annuel, sous l'item cash flow and expenditure, on peut notamment lire : « The Rs 1,3b cash generated by the operating activities during the year has been principally used to finance

Nous sommes une compagnie listée et non familiale tude de déverser des tonnes de littérature et de discours au sujet de la bonne gouvernance, nous avons bien des exigences. Y a-t-il eu des appels d'offres et des critères définis concernant les véhicules achetés aux frais des actionnaires,

construction works in Marrakech and the renewal of operating equipments for local operations. Net borrowings increased from Rs 11, 817m to Rs 12, 256m, total asset per share from Rs 181, 23 to Rs 183, 74 and net asset value per share from Rs 75, 78 to Rs 75, 46 ». Sur le plan des perpectives, le groupe ne prévoit pas d'amélioration majeure avant le deuxième trimestre. « It is to be expected that the operating results for the current financial year will not improve », explique le conseil d'administration de NMH Ltd dans le rapport annuel. Il est à noter que le prix de l'action de NMH Ltd est même descendu à son niveau le plus bas en décembre dernier, soit à Rs 59, alors que trois ans avant, il avait dépassé la barre des Rs 140. A lundi dernier, la séance boursière s'était clôturée avec l'action de NMH se vendant à Rs 76. Ça progresse...

Dans son rapport annuel, le conseil d'administration indique que la bataille juridique autour du projet résidentiel « Domaine de l'Harmonie » est quasiment de l'histoire ancienne. Cependant, selon les recoupements de Capital, tel pourrait ne pas vraiment être le cas. « The project was delayed by the prayer for an interlocutory injunction lodged before the Supreme Court in January 2012 by Les Salines IRS Co Ltd and Ors to restrain and prohibit the Company from parcelling, selling or disposing of, in any manner, any part of the property. The Supreme Court's final ruling obtained on 26 November 2012 was in favour of NMH. The necessary steps are being taken to finalise the details of the project and reactivate the formalities with the Authorities concerned so as to allow this upmarket property development to start at the soonest », affirme le board de NMH. Les Salines IRS Co Ltd avait obtenu un ordre du Senior Puisne Judge Keshoe Persad Matadeen, en 2008, interdisant à NMH de vendre ou de morceller les terrains de Les Salines. Dans une décision prononcée par les juges Saheeda Peeroo et David Chan Kan Cheong en novembre dernier, l'injonction avait été enlevée. Mais c'était sans compter sur les intentions de Les Salines IRS Co Ltd de saisir le conseil privé pour contester la décision de la cour suprême de Maurice. Selon les recoupements de Capital, Les Salines IRS Co Ltd aurait entrepris les démarches nécessaires pour obtenir la permission de loger sa contestation en Angleterre. Nous y reviendrons avec plus de détails dans un numéro ultérieur.


4>

FINAL REPORT

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 CAPITAL | EDITION 116

Acheter un bien immobilier neuf est un rêve pour beaucoup. Ces projets attirent également les investisseurs en quête d’un placement sûr. La Vente en État Futur d’Achèvement est aujourd’hui le mécanisme privilégié pour commercialiser l’immobilier « neuf ». Or, même si le terme projette l’image d’un concept complexe, il est doté d’un mécanisme simple à comprendre. Me Gregory Hart de Keating, notaire, fait le point

Me GREGORY HART DE KEATING, NOTAIRE

« LA VEFA N’EST PAS LITIGIEUSE DANS L’AFFAIRE ELITE TOWER-SICOM » ▼ HERRSHA LUTCHMAN-BOODHUN

bâtir pour lui. Il donne la description du lot proposé à la vente, ses dimensions, les plans de côté, les matériaux qui seront utilisés, les couleurs, les finitions, et le prix de vente proposé... Si l'acquéreur est satisfait, il fait une réservation. « Un contrat est passé entre les parties : l'acquéreur s'engage à payer au fur et à mesure de la construction, tandis que le promoteur s'engage à livrer le bien conformément aux plans et à la notice descriptive à une date précise. Les conditions de l'achèvement sont encadrées de manière précise pour protéger l'acquéreur. Inspirée de la loi française, elle est extrêmement protectrice de l'acquéreur », soutient le notaire.

L

e rachat d’un immeuble embryonnaire de 15 niveaux au coût de Rs 600 millions, avec un contrat en VEFA, par la SICOM, suscite une vague d’intérêt depuis le début de l’année. Les projets de Zoobair et Oosman Timol – qui ont donné naissance au Beachfront Villas Scam – ont aussi été fixés selon la formule de VEFA. Certains investisseurs sud-africains, à l’instar du défunt Robin Bosomworth, avaient même souligné que leurs biens avaient été saisis pour cause de non-paiement. Mais qu’en estil réellement de la Vente en État Futur d’Achèvement (VEFA) ? Est-ce une plateforme obscure ? Quel est le mécanisme derrière ? Pour Me Gregory Hart de Keating, l’utilisation de la VEFA dans le cadre de l’achat effectué par la SICOM ne contient aucun élément litigieux en ce qu’il s’agit du mécanisme utilisé. S’il ne fait pas une grande lecture de ce cas particulier, c’est parce que la Vente en Etat Futur d’Achèvement est un mécanisme qui encadre parfaitement la vente d’immeubles à construire, en protégeant l’acquéreur. « C’est le principe même d’une VEFA. Il ne s’agit pas d’acheter du vent. Si j’en crois certains articles de presse, les conditions qui ont été imposées au promoteur de ce projet sont même plus strictes que celles prévues par la loi. Si c’est le cas, je trouve que la transaction a été faite avec beaucoup de prudence, en ce qui concerne la structure juridique choisie pour l’acquisition. » La VEFA est, en effet, un outil tout à fait transparent et légal. PETITE HISTOIRE… Pendant longtemps, à Maurice et en France – parce que la loi mauricienne est inspirée de la loi française – il y a toujours eu des ventes sur plan. Cela se faisait à travers des sociétés civiles immobilières. Tous les acquéreurs potentiels d'un projet intégraient une société. Chacun répondait aux appels de fonds de la société et, une fois le projet finalisé et les paiements effectués, le partage s'effectuait. Ce mécanisme est encore valide à ce jour, mais il y a un nouveau mécanisme qui est entré en vigueur depuis les années 2000: la Vente en État Futur d'Achèvement (VEFA).

Quand on parle d’un projet de Rs 4 milliards, ce n’est pas le promoteur qui investit cette somme, mais les acquéreurs pour en faire l’acquisition Me Gregory Hart de Keating, notaire Par exemple, A est un promoteur immobilier et il souhaite vendre à B quelque chose qu’il s’engage à construire si B souhaite l’acheter. Elle représente une manière plus moderne d'appréhender les ventes d’immeubles à construire. La VEFA est donc un mécanisme qui vient encadrer la vente d'immeubles à construire, avec toujours le même principe. Un promoteur propose un pro-

jet immobilier. « Il ne peut construire d'abord et vendre. Il faut d’abord qu’il atteigne un nombre suffisant de ventes lui permettant de financer la construction complète du projet : quand on parle d'un projet de Rs 4 milliards, ce n'est pas le promoteur qui investit cette somme, mais les acquéreurs pour en faire l'acquisition. » Le promoteur propose à l'acquéreur d'acheter un immeuble qu'il s'engage à

DES GARANTIES EXIGÉES La VEFA ne concerne que les biens immobiliers à construire. Me Gregory Hart de Keating insiste sur la spécificité de la VEFA, qui vient lui donner toute sa raison d'être. C'est la nécessité ou l'obligation, tant qu'il y a un composant résidentiel dans le projet, d'avoir une Garantie Financière d'Achèvement (GFA). Cette dernière offre une sécurité


FINAL REPORT

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

<5

extrêmement forte à la transaction. En d'autres termes, le promoteur doit fournir à l'acquéreur une garantie (en général par un tiers – la banque ou une assurance ou autre institution financière) – qui sera caution du promoteur pour l'achèvement de l'immeuble : « Si le promoteur fait défaut financièrement, tout acquéreur peut requérir auprès de l’institution financière l’achèvement de l’immeuble, pourvu qu’il lui ait payé les sommes dues. On parle alors de garantie extrinsèque d’achèvement. Cette garantie financière peut aussi être intrinsèque, mais elle est plus rarement utilisée, car elle exige des promoteurs une solidité financière exceptionnelle ». Au final, tout tend à garantir le client que le projet sera complété. EN TOUTE SÉCURITÉ Quelles sont les étapes à suivre pour la VEFA ? Dans un premier temps, avance notre interlocuteur, le promoteur présente un projet qui existe seulement sur papier, il le précise et précise à l’acquéreur potentiel qu’il n’ira de l’avant que si toutes les conditions sont réunies pour que le projet arrive à son terme, notamment une commercialisation réussie, et l’obtention d’une garantie financière d’achèvement... En ce qui concerne le deuxième critère, la banque peut, par exemple, demander au promoteur de compléter et vendre à hauteur de 60 à 70% des lots commercialisés pour que la GFA soit fournie. Toutefois, le promoteur se donne la possibilité de se dédire dans un délai stipulé au contrat de réservation si ces conditions ne sont pas réunies : le client intéressé fait ainsi un dépôt en contrepartie de sa réservation, mais qui n’est pas remis au promoteur mais à un tiers (banque ou notaire) et lui sera retourné si le projet ne réunit pas toutes les conditions exigées. Ce qui représente une première sécurité puisque l’argent reste en séquestre, et non entre les mains du promoteur. Si le projet est abandonné, le client peut être sûr d’être remboursé. Si le projet va de l’avant, le notaire dresse un contrat où il est clairement mentionné que c’est un projet en VEFA, incluant le prix de vente et l’existence de la GFA, et comprend aussi bien les obligations du promoteur (de suivre les plans et la notice descriptive) que celles de l’acquéreur (de payer au fur et à mesure que les travaux avancent). A la livraison, les parties se rencontrent, l’acquéreur s’assure que le projet a été respecté et la transaction est complète, l’acquéreur paie la balance de la somme due, et le promoteur fait lever l’inscription qu’il avait contre l’acquéreur en garantie du paiement du prix de vente. Au-delà de ce contrat, le promoteur reste tenu envers l’acquéreur d’une garantie de dix années contre les vices cachés de construction affectant la structure de l’immeuble, et de deux années contre les mêmes vices affectant les éléments autres que structurels. PAS D’INCONVÉNIENTS L’avantage avec la VEFA est qu’elle est synonyme de sécurité juridique, soit la

ACTUALITÉS. Le terme VEFA a été vulgarisé ces derniers temps dans l’affaire Elite Tower-Sicom

LE NOTAIRE : UN TÉMOIN IMPORTANT Son rôle, c’est de recevoir l’acte. Le notaire constate l’accord des parties et explique à chacun ses droits, ses obligations, ses responsabilités par rapport à cet engagement.. «Le notaire s’assure à ce qu’il y ait un équilibre dans le contrat, et que la sécurité juridique de ce contrat est assurée.», explique Me Gregory Hart de Keating. Ce dernier exerce comme notaire depuis 2005. Il a été le notaire de nombreux projets immobiliers commercialisés sous la Vente en l’État Futur d’Achèvement, tant sur le marché immobilier local que ceux développés sous le Real Estate Development Scheme.

VERS UN RECORD DES PROMOTEURS ? Il est un fait qu'il n’existe aujourd’hui aucune réglementation pour exercer la profession de promoteur. N’importe qui peut s’autoproclamer « promoteur ». Me Gregory Hart de Keating concède qu’il est très important pour le marché de l’immobilier que les acquéreurs se sentent en confiance, et qu’il suffit qu’un ou deux projets soient défaillants pour que cela attire une méfiance sur d’autres projets, qui ne le méritent pas forcément. Il serait donc peut être intéressant de créer une sorte de «record» pour les promoteurs, afin que ceux qui sont systématiquement en défaut puissent se voir refuser le droit d’agir en tant que tel. «Je parle ici en termes généraux, mais je voudrais préciser que tant que les ventes seront faites dans le cadre de la vente en l’état futur d’achèvement, ce risque est largement évacué, puisqu’encore une fois, une institution financière se porte caution du promoteur, et elle s’assure en général très bien du sérieux de ce promoteur avant d’accepter de se porter caution pour lui. »

garantie que le projet sera achevé, quelle que soit la santé financière du promoteur. De plus, il y a tout un ensemble de procédures inhérentes à la VEFA qui fait que l’acquéreur est en sécurité. A titre d’exemple, pour octroyer une garantie financière, l’institution financière exigera du promoteur qu’il choisisse un constructeur de grade A ou B pour garantir une construction de qualité. La banque effectue également un contrôle strict sur les flux et sur les sommes à payer aux divers sous-contractants. « C’est la sécurité dans la rigueur qui est très forte. L’autre élément contribuant à la sécurité, et que le client ne paie que contre production d’une attestation d’un homme de l’art établissant que les travaux pour lesquels les paiements sont requis ont bien été complétés. » Ainsi, il n’existe pas, selon notre interlocuteur, d’inconvénients particuliers à la VEFA, les seuls soucis éventuels ne résultent pas du mécanisme de la VEFA lui-même, mais du fait qu’il s’agit de la vente d’une chose promise et non encore construite: l’acquéreur peut toujours être déçu du résultat final, mais il a des recours si sa déception résulte du non-respect des engagements contractuels du promoteur.

EN CAS D’INACHÈVEMENT Il est utile de préciser que la Garantie Financière d’Achèvement est justement là pour couvrir le risque d’inachèvement des travaux, mais avec une double nuance. L’obligation de fournir une garantie financière n’est que dans le cas où il existe une partie résidentielle dans l’immeuble. Si le bien vendu est uniquement à destination professionnelle ou commerciale, le promoteur n’est pas légalement tenu d’avoir une GFA parce qu’on considère que les acquéreurs sont des hommes d’affaires, qui comprennent parfaitement la portée de leurs engagements, tandis que pour le résidentiel, on considère le client comme quelqu’un qui ne connaît pas forcément la loi, et qui doit donc être protégé plus particulièrement. «Toujours en ce qui concerne le résidentiel, il y a un plafond dans les paiements requis à l’acquéreur à chaque étape de construction qui ne peut être dépassé par le promoteur tandis que pour le professionnel, le montant varie. » La garantie de remboursement existe aussi: le client est remboursé de toutes les sommes payées si l’immeuble n’est pas achevé. Mais en général, cette forme de garantie est peu utilisée car le client n’y a pas injecté de l’argent pour être remboursé, mais bien pour acquérir un bien; de plus, cette forme de garantie ferait augmenter le risque pour l’institution créancière au fur et à mesure de l’avancement des travaux, alors que c’est l’inverse dans le cadre d’une garantie financière d’achèvement. L’existence de cette garantie rend pratiquement inutile le recours à la justice en cas de défaut d’achèvement, lorsque la GFA est fournie par une institution financière. Par contre, dans le cadre de garanties financières intrinsèques, cela est envisageable. Ainsi, acheter sans voir le produit fini ne veut pas dire acheter à l’aveuglette. La législation a strictement réglementé ce type de transaction.


6>

ACTA PUBLICA

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 CAPITAL | EDITION 116

MEF

La crise perdure, l’emploi stagne ▼ JESSEN SOOPRAMANIEN

L

a Mauritius Employers' Federation s'inquiète du niveau de chômage à Maurice. Dans son dernier Eco Brief, publié la semaine dernière, l'organisation patronale, qui regroupe plus de 1000 entreprises, fait un constat du marché du travail sur les plans local et mondial. Alors que le taux de croissance est passé de 3,5 % en 2011 à 3,3 % en 2012, le taux de chômage a atteint les 8%. Ce sont les jeunes âgés entre 16 et 30 ans, constate la MEF, qui sont les plus touchés, puisque 25 % d'entre eux seraient au chômage au troisième trimestre 2012. Selon le rédacteur du rapport, le Dr. Vishal Ragoobur, Head of Economics, SMEs & Social Affairs Division à la MEF, c'est une croissance lente, une incertitude économique persistante et des mesures politiques jugées inadéquates face à des faiblesses dans l'économie mondiale qui ralentissent la création d'emplois et contribuent à un niveau élevé du chômage

CHÔMAGE. 25% des jeunes entre 16 et 30 ans étaient au chômage au 3e trimestre 2012

dans la plupart des régions du monde. L'impact de la crise sur les marchés du travail dans les économies avancées, en particulier en Europe, a été sévère. Depuis le début de la crise économique et financière, cinq ans de cela, le nombre

de chômeurs a augmenté de plus de 28 millions. La crise échappant à notre contrôle, mais ayant des répercussions directes sur Maurice, il faut des solutions à court et à moyen termes pour essayer d'alléger son impact.

PRODUITS PÉTROLIERS

Maurice favorable à un troisième contrat avec Mangalore LE GOUVERNEMENT s'apprête à renouveler le contrat entre la State Trading Corporation (STC) et la Mangalore Refinery and Petrochemicals Ltd (MRPL) pour notre approvisionnement en produits pétroliers. Le présent contrat, apprenons-nous, arrive à terme en juillet prochain. Le ministre du Commerce et de la Protection des consomateurs, Cader Sayed Hossen, accompagné de son Permanent Secretary, du directeur de la STC, Megh Pillay, et du directeur du Board Of Investment (BOI), Ken Poonoosamy, ont pris l'avion

pour l'Inde hier. Ils regagneront Maurice le 19 février prochain. Il convient de souligner que tout contrat de renouvellement sera signé par les plus hautes instances des deux pays, comme cela a toujours été le cas. « But we have to set the tone for the next negociations » nous a tout de même déclaré une source proche du dossier. Les discussions entre la délégation mauricienne et la MRPL, même si elles relèvent de la routine, revêtent de l'importance pour entretenir les relations commerciales entre les deux parties, étant donné le poids,

financier s'entend, du contrat. A noter que la firme indienne fournit actuellement à la STC plus d'un million de tonnes de produits pétroliers annuellement, comprenant l’essence, le diesel, l’huile lourde et le jet fuel. Enfin, tout porte à croire que ce contrat ne sera pas rendu public comme les deux précedents, le gouvernement arguant que c'est un contrat commercial. Ce qui ne manquera pas d'attiser la colère des associations de consomateurs qui ont toujours milité pour la transparence autour de ce dossier.

Phoenix Beverages Ltd triplement affectée LES DERNIERS chiffres enregistrés par Phoenix Beverages Ltd (PBL) ne sont pas très encourageants. Les profits, pendant les six derniers mois de 2012, ont en effet chuté de Rs 120,6 millions, pour atteindre Rs 92,2 millions. Le volume de vente a également accusé une baisse de 5% en comparaison à la période correspondante en 2011. Plusieurs facteurs ont joué en sa défaveur. Dans un premier temps,

le marché de la bière a été grandement affecté par la hausse de la taxe entrée en vigueur en novembre 2012. PBL s'est vue dans l'obligation de revoir son prix à la hausse, ce qui n'a pas plu aux consommateurs. A cause de la morosité prévalant, le marché des boissons gazeuses et de l'eau minérale a également été en recul. Finalement, la compagnie a accusé des pertes suite à une baisse du

volume de vente, ainsi qu'une perte des parts de marché à Madagascar, à travers son associé, Nouvelle Brasserie Madagascar. Selon la direction de PBL, cette compagnie serait victime de la « contre-attaque agressive » de son compétiteur direct. Toutefois, ces facteurs n'ont pas empêché les revenus du groupe d'enregistrer une hausse de 9,3% à la suite des hausses de prix en novembre.

« Une dépression des marchés du travail à travers le monde, en particulier dans nos marchés principaux en Europe, ont des conséquences néfastes sur l'économie nationale et sur le marché du travail », note le Dr Vishal Ragoobur. Ce dernier estime ainsi qu’une politique nationale de l'emploi est nécessaire pour améliorer les perspectives d’emploi pour les jeunes. « A la MEF, on est pour un environnement des affaires qui soit propice à l'investissement, la croissance, la création d'emploi et le monde des affaires. Il faut davantage de formations continues en adéquation avec les besoins des employeurs et par rapport aux métiers d'avenir, car l'employabilité dépend beaucoup de la formation. Il faut, en ce sens, une politique nationale de l'emploi, en passant par une réforme de notre système d'éducation. Avec le récent lancement du Youth Employment Program (YEP) - un programme Public Private Partnership - la MEF agira comme facilitateur auprès des employeurs », explique notre interlocuteur.

Gamma Civic Ltd : profits en hausse de 500%

LE GROUPE Gamma Civic Ltd a connu une performance robuste pour les six derniers mois de 2012. Si les revenus ont connu une légère baisse, passant de Rs 2 409 millions en 2011 à Rs 2 268 millions en 2012, les profits, eux, ont enregistré une hausse de plus de 500%. Ils passent ainsi de Rs 32 millions à Rs 201 millions. Fort de ces chiffres, le groupe affiche son optimisme dans le dernier bilan financier rendu public lundi. Les mois à venir sont ainsi prometteurs. Le 'contracting business' est au centre de la stratégie du groupe, qui est confiant en sa capacité à réitérer, voire à améliorer, dans un proche avenir la performance enregistrée en 2011. Quant aux matériaux de construction et au ciment, ils demeurent le pilier des opérations du groupe, et ont largement contribué à la profitabilité de ce dernier. En ce qui concerne le Loto, Gamma Civic Ltd avance que le litige opposant Lottotech Ltd, la Gambling Regulatory Authority et le ministère des Finances, concernant le « non-approval of games », a été résolu en cour suprême le 30 octobre dernier. « The Board regards this resolution to represent partial compensation for the initial high capital expenditure outlay and the loss in revenue and profits that would have otherwise been achieved should all the games submitted been approved from the commencement of our Lottery operations in Mauritus », estime ainsi le groupe. Gamma Civic Ltd dit d'ailleurs s'attendre à ce que Lototech connaisse une meilleure performance financière à l'avenir, même si ses opérations à Madagascar font toujours face à certaines difficultés.


FEU ROUGE

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

<7

FONDS DE PENSION PRIVÉS

LE CASSE-TÊTE ‘CASH FLOW’ Vous êtes enfin à la retraite et vous comptez bien en profiter pour réaliser tous vos projets restés en suspens. Encore faut-il, pour cela, que vous touchiez une pension adéquate. L’état de santé des fonds de pension privés, déficitaires pour certains, et les mesures strictes prévues par la Private Pension Schemes Act 2012 peuvent inquiéter ▼ HERRSHA LUTCHMAN-BOODHUN

E

n 2003, le Financial Stability Assessment (FSA) Report du Fonds monétaire international (FMI), recommandait à Maurice de « strengthen regulation and supervision of occupational pension funds ». Le rapport de 2008 reprenait la même logique, avec, pour conséquence, la promulgation de la Private Pension Schemes Act 2012. Mais aujourd’hui, alors qu’on attend que l’autorité régulatrice, la Financial Services Commission (FSC), vienne de l’avant avec ses recommandations, certaines entreprises craignent la fermeture des fonds de pension privés. La cause de cette crainte : les fonds de pension déficitaires. En effet, selon Bernard Yen et Imrith Ramtohul, respectivement Managing Director et Senior Investment Consultant de la firme d’actuaires Aon Hewitt Ltd, il existe plusieurs fonds de pension, à Maurice, qui sont déficitaires par rapport à la norme IAS 19 (Ndlr : International Accounting Standard 19). Les obligations (temps de service et salaire des employés) dépassent les actifs, alors que seule une poignée d’entreprises sont en surplus sur ce plan. Face à un déficit, les entreprises essaient de corriger le tir à travers des cotisations additionnelles sur une période de 10 ou 15 ans, ou une période de temps avant la retraite prévue des employés. Toutefois, la FSC pourrait venir de l’avant avec une mesure qui risque de jeter un froid dans un secteur déjà en difficulté. « A travers la Private Pension Scheme Act, la FSC pourra imposer un temps moratoire de moins de dix ans pour réduire les déficits des fonds, soit une accélération du processus de réduction de déficit. Un problème de cash-flow risque de se présenter pour les entreprises », explique Bernard Yen. La demande de la FSC obligera en effet les entreprises à injecter plus d'argent sur une courte période. Ce qui n'est pas évident, car certaines sont déjà très endettées. « Il leur faudra probablement emprunter l'argent. Il y a une probabilité que les entreprises soutiennent ne pas pouvoir le faire et décident de mettre fin à ces fonds de pension. Ceci n'est à l'avantage de personne », ajoute Imrith Ramtohul. Si la FSC se montre trop stricte vis-àvis de ces fonds, les employés pourraient se voir dans l’obligation d’accepter de toucher moins en termes de pension, ou alors les entreprises pourraient décider de convertir le plan de pension en un système où le risque serait davantage trans-

SPÉCIALISTES. Bernard Yen et Imrith Ramtohul, respectivement Managing Director et Senior Investment Consultant de la firme d’actuaires Aon Hewitt Ltd

Si on injecte l’argent des fonds de pension dans l’entreprise, et qu’elle fait faillite, les employés perdent leur droit à la pension Bernard Yen, Managing Director d’Aon Hewitt Ltd

mis aux employés. Ils pourraient même, comme l’affirme Bernard Yen, mettre fin à ces fonds. Ils en ont d’ailleurs le droit, puisque depuis le départ, il s’agit de quelque chose de volontaire. En effet, contrairement au NPF, dont l’existence est régie par une loi, les entreprises déficitaires ont créé des fonds de pension pour leurs employés alors qu’elles n’avaient aucune obligation de le faire. « De manière générale, on craint que trop de lois tuera quelque chose de volontaire. Cela a fonctionné jusqu'à présent, hormis des lacunes qu'on pourrait certainement résoudre », affirme-t-il. LIMITER LES INVESTISSEMENTS L’autre aspect préoccupant concerne le ‘self-investment’, c’est-à-dire l’utilisation, par une entreprise, de l’argent de son fonds de pension pour l’injecter au sein de l’entreprise elle-même. « Si on investit trop dans une seule catégorie d'investissements, l’immobilier par exemple, ou sur un seul bâtiment, et que cela ne marche pas, on met à risque beaucoup d'argent. De même, si on injecte l’argent des fonds de pension dans l’entreprise, et qu’elle fait faillite, les employés perdent leur droit à la pension », soutient Bernard Yen. C’est pourquoi Aon Hewitt souhaite que la FSC vienne de l’avant avec un seuil raisonnable pour ce type d’in-

vestissement, soit entre 5 à 10% du fonds. Limite au-delà de laquelle certains fonds de pension, à Maurice, se situeraient actuellement. Ces derniers, selon le Managing Director de la firme d’actuaires, devront s’adapter rapidement, surtout si on leur donne peu de temps pour le faire. UNE LOI RAISONNABLE Bien que la Private Pension Schemes Act et les futures recommandations de la FSC inquiètent, la première est, dans l’ensemble, une bonne loi. C’est l’avis de nos deux interlocuteurs, qui considèrent qu’elle vient pallier un manque de communication et, surtout, de transparence. Désormais, les membres et employés des fonds de pension auront accès aux informations régulières sur la santé du fonds, sur les investissements ou encore sur les retours sur investissements. Quant aux ‘trustees’ ou ‘management committees’, ils devront être composés, pour un tiers, des élus des membres des fonds. « La grande majorité des fonds ont déjà ce mécanisme, sauf pour quelques nouveaux. Ces derniers vont devoir s’adapter et choisir un à trois ‘trustees’ élus par les employés », expliquent nos interlocuteurs. En somme, la loi est venue encadrer ces fonds et prôner plus de transparence. Après dix ans, il en était temps !


8>

FEU ROUGE

FSC : L’UNIQUE RÉGULATEUR Tandis que le National Pension Fund (NPF) et le National Savings Fund (NSF) ont leurs propres législations, le ‘voluntary private pension’ n’a pas, pendant longtemps bénéficié d’une loi spécifique. Ni plus, d’ailleurs, d’un régulateur fixe, puisqu’ils sont trois à avoir, par le passé, assumé ce rôle. Il s’agit du Registrar of Associations, de la Mauritius Revenue Authority (MRA) et de la Financial Services Commission (FSC). Une lacune à laquelle on a finalement pallié en mettant finalement la seule FSC en charge des fonds de pension privés.

DÉFICITS À COMBLER Le secteur des pensions privées comprend quelque 1 500 fonds approuvés par la Mauritius Revenue Authority (MRA) sous les Income Tax Regulations de 1996. Parmi, une cinquantaine de fonds sont enregistrés auprès du Registrar of Associations sous l’Employees Superannuation Fund Act, une quinzaine sous la Trusts Act et une bonne majorité est gérée par des compagnies d’assurance. Ces fonds couvrent plus de 100 000 employés et sont estimés à plus de Rs 34 milliards. Bien que le secteur soit promis à un bel avenir et une bonne croissance, les déficits de ces fonds de pension suscitent l’inquiétude. La firme Aon Hewitt a ainsi dressé, à partir des chiffres de 2011, une liste présentant le montant du déficit de dix compagnies listées. Les deux dernières colonnes laissent comprendre qu’il sera difficile, voire impossible, pour certaines d’entre elles de trouver le financement nécessaire à la réduction de leur déficit.

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 CAPITAL | EDITION 116

COTISATION DÉFINIE : LA NOUVELLE INQUIÉTUDE DES EMPLOYÉS Il existe deux types de plans de pension. La « Prestation Définie » est calculée sur une formule qui prend en compte le salaire et le temps de service accumulé de l’employé. La pension de retraite est fixée à l'avance, et c'est le fonds qui supporte les risques liés aux investissements. Par contre, la « Cotisation Définie » est moins certaine. Le niveau des cotisations est défini au départ, et ce sont les cotisants qui supportent les risques liés aux investissements. Il ne fait plus de doute que le besoin de financement des retraites constitue l’un des principaux problèmes de la société de demain. L’une des conséquences majeures est qu’une grande partie des risques assumés dans les systèmes actuels sera de plus en plus transférée vers les investisseurs individuels, c'està-dire les nouveaux fonctionnaires, à partir de 2013. C’est la tendance mondiale. Il semblerait que face au cumul des risques, les organismes étatiques et les entreprises publiques et privées ne peuvent ou ne veulent plus les assumer seuls, du moins sous la forme traditionnelle d’une Prestation Définie. Ces « acteurs historiques » ne se sentent plus à même de s’engager auprès des salariés à leur servir une retraite proportionnelle à leur rémunération ou, ce qui était encore plus généreux, à celle perçue en fin de carrière. « Tout nouveau fonctionnaire qui intègre le secteur public ou les corps paraétatiques en 2013 adhérera à une Cotisation Définie au lieu du traditionnel fonds à Prestation Définie, où les obligations et actifs sont équilibrés. Ils n'ont pas le choix. C'est prévu dans le Budget et c'est passé inaperçu. Le gouvernement contribuera à hauteur de 12%, les employés 6%, et le retour n'est pas garanti. Il sera défini par rapport au cours financier. En ce qui concerne la Prestation Définie, l'employé connaît à peu près ce qu'il percevra à la retraite, mais pas dans la Cotisation Définie, où l'employé doit assumer les risques. Les employés ne comprennent pas encore les risques associés à ce nouveau type de plan de pension », expliquent les experts d’Aon Hewitt. Une ‘News Alert’ de la firme, en décembre est par ailleurs consacrée à ce changement. Capital vous en propose un extrait : PUBLIC PENSIONS DEFINED CONTRIBUTION PENSION SCHEME

One of the most important developments in the retirement landscape over the past years has been the global trend away from defined benefit

(DB) plans towards defined contribution (DC) plans. In line with this, the Finance Bill makes provision for the launching of a Public Pensions Defined Contribution Pension Scheme, for government officers appointed on or after 1 January 2013. All participants will have an individual account and the scheme will be administered by SICOM or authorized agents. A Public Pensions Advisory Committee will oversee the Scheme. The Committee will be chaired by the Financial Secretary and be responsible for operational decisions, investment strategy and recommendations, as well as ensuring that the Scheme is kept viable. We note that the committee structure is similar to the actual National Pensions Fund/ National Savings Fund Investment Committee. Officers (appointed on or after 1 January 2013) will be required to contribute a minimum rate of 6 % of pensionable emoluments to their individual account. The Government will in turn contribute 12% of pensionable emoluments to the account. WHAT HAPPENS IN THE CASE OF PARTICIPANTS WHO RESIGN FROM PUBLIC SERVICE?

Assuming that they have made contributions for at least one year, the participants will not be refunded their accumulated benefits. However, they may choose to transfer the accumulated benefits to a pension scheme administered by SICOM or an authorized agent, leave the benefits in the individual account until retirement or death; or else in such manner as may be prescribed. We moreover note that the Statutory Bodies Pension Funds Act will be amended in order to be in line with the new Defined Contribution Pension Scheme. OUR VIEWS

The shift towards Defined Contribution pension plans does have some positive aspects, both for public officers and for the Government. It could encourage labour market mobility because those leaving public service will benefit from greater portability of their individual accounts. However, such a shift will also reallocate investment risk within the financial system from the Government as an employer to the employees concerned and their households. It remains to be seen whether newly recruited public officers will be ready to see high volatility in their individual accounts. Officers who join in as from 1 January 2013 will become increasingly exposed to financial markets, and retirement income may be subject to greater variability than before. It should be highlighted that the initial Defined Benefit Scheme was one of the factors which attracted people to the Mauritian public service. We also believe that the minimum 6% contribution by public officers to the Defined Contribution Scheme could encourage savings. Participants could hence benefit from higher retirement income, although much will depend on the performance of financial markets. We furthermore believe that officers will be encouraged to make additional pension related contributions if the latter become tax deductible. We are of the view that regular presentations/education will be necessary for participants and trade unions. They should be aware that the individual accounts will remain volatile and will depend highly on the performance of financial markets. Regular performance updates should be provided.”


FEU ROUGE

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

<9

Dans un article intitulé « La gestion d'actifs jouera un rôle essentiel dans l'épargne-retraite » [publié dans La Jaune et La Rouge], Olivier Garnier, de DGA Société Générale Asset Management et Membre du Conseil d'analyse économique, brosse un tableau des trois risques conférés aux ménages à travers le système de cotisations définies

TROIS RISQUES POUR LES MÉNAGES « LA GESTION D’ACTIFS JOUERA UN RÔLE ESSENTIEL DANS L’ÉPARGNE-RETRAITE » Le déclin des régimes de retraite par répartition et des fonds de pension à prestations définies ouvre la voie à l'épargne-retraite à cotisations définies. La gestion d'actifs se doit de proposer aux ménages, aussi bien à titre individuel que dans le cadre de leur entreprise, des services et des solutions répondant à leurs nouveaux besoins en matière de retraite. Les risques liés à la retraite ont longtemps été assumés par la solidarité intergénérationnelle dans le cadre des régimes publics par répartition, et par les employeurs dans le cadre de fonds de pension à « prestations définies ». On assiste aujourd'hui à un transfert partiel ou total de ces risques sur les ménages dans le cadre de dispositifs d'épargne-retraite, individuels ou collectifs à « cotisations définies ».

TROIS RISQUES POUR LES MÉNAGES L'épargne-retraite à cotisations définies reporte sur les ménages trois types de risques : le risque décisionnel, puisque c'est au salarié qu'incombe alors la responsabilité de choisir à la fois le montant à épargner pour sa retraite et l'allocation de cette épargne entre les différentes classes d'actifs ; le risque de marché, puisque à cotisations d'épargne données le capital disponible au moment de la retraite est complètement dépendant de l'évolution des marchés financiers durant la phase d'accumulation ; le risque de longévité, puisque celui-ci n'est plus mutualisé ni assumé par l'employeur. Dans ce contexte, le principal enjeu pour l'industrie de la gestion d'actifs dans les années qui viennent sera de proposer aux ménages, aussi bien à titre individuel que dans le cadre de leur entreprise, des services et des solutions répondant à leurs nouveaux besoins en

INFORMATION ET CONSEIL Les ménages sont peu et mal préparés à assumer l'entière responsabilité de leurs décisions d'investissement. La plupart appréhendent mal les risques pesant sur leur niveau de vie futur ; d'où une tendance à sous-estimer leurs besoins d'épargne-retraite, et surtout à commencer trop tardivement à épargner. L'amélioration de l'information des salariés sur leurs droits futurs sera, de ce point de vue, tout à fait utile et contribuera à une prise de conscience. Les décisions d'allocation d'actifs sont extrêmement complexes, ce qui engendre souvent des biais simplificateurs et une tendance à investir principalement dans ce qu'ils connaissent le mieux, c'est-à-dire les titres émis par leur propre employeur ou par les entreprises de leur pays. Un tel comportement les prive de l'un des grands avantages offerts par l'épargne-retraite : la possibilité, via les marchés financiers, de diversifier leurs risques vers d'autres entreprises, d'autres secteurs d'activité et d'autres cycles économiques ou démographiques à l'étranger. La correction de ces biais passe par des efforts accrus des autorités publiques, des régulateurs et des employeurs en matière d'éducation financière et de normes prudentielles. Toutefois, il serait contre-productif d'encadrer à l'excès les choix des ménages, car cela les priverait des nouveaux degrés de liberté offerts par l'épargne-retraite en complément des régimes par répartition1.

rendement offert par les actions sur longue période. Les données américaines sur plus d'un siècle (1900-2006) montrent que le rendement réel moyen des actions s'est établi à plus de 6 % par an pour les actions, contre 2 % pour les obligations et 1 % pour un placement monétaire. Cette hiérarchie se retrouve avec plus ou moins d'ampleur dans tous les pays et sur toutes les périodes suffisamment longues. De même, le rendement des actions apparaît nettement supérieur au rythme de croissance à long terme de l'économie réelle (de l'ordre de 2 % à 3 %), qui, de façon simplificatrice, peut être assimilé au rendement actuariel d'un régime de retraite par répartition. De tels écarts ont des conséquences tout à fait significatives : 1 000 euros immobilisés pendant trente ans deviennent 5 700 euros (en euros d'aujourd'hui) s'ils sont investis au taux réel de 6 %, à comparer à 1 800 euros s'ils sont investis au taux de 2 %. L'allocation d'actifs doit tenir compte du fait que le salarié-épargnant ne détient pas seulement un patrimoine financier, mais aussi un « capital humain ». Ce dernier peut être assimilé à la valeur actualisée des salaires futurs, et décroît donc à mesure que l'âge de la retraite approche. Si les revenus salariaux sont faiblement risqués et peu corrélés aux actions, le salarié devra investir davantage dans l'actif le plus risqué (les actions) lorsqu'il est jeune (et donc gros détenteur de l'actif peu risqué qu'est son capital humain), et réduire cette exposition au profit des obligations à mesure que son capital humain diminuera.

PILOTER L'ALLOCATION D’ACTIFS À LONG TERME L'un des principaux attraits de l'épargne-retraite est de pouvoir faire bénéficier les ménages du supplément de

UTILISER L’ÉPARGNE ACCUMULÉE L'allongement de l'espérance de vie des retraités, combiné au développement de l'épargne-retraite à cotisations définies, soulève des problèmes nou-

matière de retraite.

veaux en matière de gestion du risque de longévité, puisque celui-ci n'est plus mutualisé ni couvert par l'employeur. Le cas le plus courant est notamment celui de la France, où l'épargne-retraite à cotisations définies constitue un pilier complémentaire (souvent facultatif) aux régimes de base obligatoires par répartition. C'est dans ce cas qu'il existe sans doute le plus grand besoin de solutions nouvelles et innovantes. La sortie en rente, qu'elle soit obligatoire ou optionnelle, n'est probablement pas optimale lorsque les régimes de base fournissent un revenu minimum garanti durant toute la durée de la retraite, et c'est encore plus vrai si le ménage considéré est aussi propriétaire de son logement (et bénéficie ainsi d'une sorte de rente implicite). Conserver sous forme de capital l'épargne-retraite accumulée et l'utiliser au moins pour partie (au-delà de retraits programmés réguliers destinés à financer un supplément récurrent de revenus) comme un fonds de réserve peut avoir plusieurs avantages. Du fait que la durée de la phase de retraite est de plus en plus longue et atteint souvent une vingtaine d'années, cela permet de continuer à bénéficier du supplément de rendement qu'offrent les marchés financiers sur le long terme. Une telle réserve peut être utilisée si nécessaire pour faire face à des dépenses non récurrentes ou imprévues, comme celles liées à la santé ou à la dépendance. OFFRIR DES SOLUTIONS PENDANT LA RETRAITE ELLE-MÊME Le principal défi qu'aura à relever notre industrie à l'horizon 2015-2020 sera donc d'offrir aux ménages des solutions de gestion d'actifs non plus seulement pendant la phase d'accumulation de l'épargne-retraite, mais aussi pendant la retraite elle-même.


10 >

ENTRETIEN PROFESSOR ANDREW HAYNES, SCHOOL OF LAW, UNIVERSITY OF WOLVERHAMPTON

“BASEL III IS GOING TO BE A WORRY FOR MAURITIUS”

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 CAPITAL | EDITION 116

Professor Andrew Haynes says it all in an exclusive interview in our paper. He talks about the issues pertaining to insider dealing, money laundering, fraud and suggests how these economic crimes can be prevented. The eminent professor was invited by the Ministry of Civil Service and Administrative Reforms to give a lecture on how to reconcile efficiency and fraud avoidance in the public sector. The event was hosted at La Cannelle Restaurant in Domaine les Pailles, on Wednesday 30th January ▼ JAMIROUDDIN YEADALLY ❚ Not a single arrest or prosecution

pertaining to insider trading. That's a good performance for Mauritius, isn't it? It is difficult to catch people for Insider dealing. The Americans were the first to decide that insider dealing was a bad thing. The Securities and Exchange Commission was given armies of investigators to hound transgressors. The British followed in 1980, though at first half-heartedly. It was only in 1985 that the Companies Securities (Insider Dealing) Act gave teeth to the law. And usually, on average over the thirty-two years since, there has been one or two successfully prosecutions every year. The FSA's (Financial Services Authority) analysis suggested that, just on a quarter of all company annual statements and one in five takeovers were preceded by insider dealing. But if people do the trading through someone who can't be connected with them and there is not an audit trail in the case of traceable phone calls, emails and so on, then it is very difficult to prove the connection. That is why in some parts of the world like in Europe and in America, they have started to use civil law to try and enforce against it. But it barely scratches the surface of the problem.

illegal arms sales, human trafficking and organised crime generally are thriving as never before. Terrorist groups continue to develop and in an attempt to combat them internal spying is introduced in a manner and on a scale never attempted in peacetime in modern history. You see, it tends to be part of a process. Mauritius can be new on the scene, but once fraud is not taken seriously, you get more people from parts of the world like Russia, Nigeria, Mexico who will see it as a centre for parking illegal funds and then invest them or move on again. So the danger would be that, it will start to be a magnet for the worst sort of money.

The requirement to keep so much money in reserve to finance trade is totally ridiculous

❚ You want to say that Mauritius is

new on that scene... Yes. I don't think that it has got enough a big footprint in Mauritius. I think that places that would attract a lot of offshore money are Bermuda, Barbados, the Virgin Island. I think combating fraud is as much a question of business culture. The question is: to what extent the laws are enforced and people can evaluate them? I think that the law is very similar to the subject. It doesn't make much difference. The only difference the money laundering laws make to those laundering illegal money is the minor inconvenience of creating false identities, hiding the true owners of the money and distancing themselves from direct contact with the money itself. Drug sales are higher than ever,

You always get some as it is unavoidable. You don't want a bad reputation, I suppose! ❚ Do you consider that proper train-

ing should be preferably given to financial specialists in order to tackle those issues rather than to traditional police investigating officers? I really think that you must have specialist training if you want to enforce specialist offences because otherwise they will have no chances to unmask those types of scams, specially in Mauritius. Finding the offence is going to require knowing what to look for in terms of cash movements, behaviour and where to look for evidences and so on. It is quite specialised. There seems no convincing evidence the money laundering reporting requirements have made a significant impact on criminals in general or drug dealers and terrorists in particular. Where breakthroughs have been made they normally appear to be the consequence of traditional


ENTRETIEN

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

About Professor Andrew Haynes

police and/or intelligence work. The utilisation of asset forfeiture clearly has potential, though it has certainly not yet been fulfilled. However, the process of seizing criminal and terrorist assets is not predicated by the existence of a money laundering reporting regime.

Professor Andrew Haynes is a visiting Professor of Law at the University of Macau, People’s Republic of China and a Senior Visiting Research Fellow at the Institute of Advanced Legal Studies, University of London. He is also Chairman of the Market Abuse Association. He also holds a number of editorial positions including: Executive Editorial Board, the Company Lawyer, the International Journal of Banking Regulation, the Journal of Financial Crime and the International Journal of Disclosure and Compliance, together with being a member of the editorial team of the Amicus Curiae. He is also a member of the Editorial Advisory Board of the Transactions of the Centre for Business Law at the University of the Orange Free State, South Africa. He was made a Freeman of the City of London by Redemption last year. He has co-authored and edited a more than a dozen of books and four others are going to be published this year. Just to name a few, Professor Haynes has lectured and given speeches in prestigious universities and institutions worldwide, including University of Oxford, Cambridge, London, State University of Tyumen, Russia, Hong Kong Institute of Bankers and The Law Society London.

❚ Recently you gave some evidences

to the House of Lords’ European Union Committee on Money Laundering and the Financing of Terrorism. What was it all about? It’s quite a short story as they only wanted short submissions. The general thrust was that there were problems with the way the law is drafted and secondly that, even if you improve the wording, the basic problem is not going to be solved. ❚ Would you say that emerging

countries are most likely to be involved in corruption, money laundering and fraud relating activities? Everyone is involved in those types of illegal activities in the world. London is the biggest money laundering centre in the world. There is more money going through London everyday than in New York and Tokyo put together. So if you are looking for good money, it always sides with bad money.

❚ What are your views on the

BASEL III rules? That would take hours of discussion. I think that there are problems with it. The requirement to keep so much money in reserve to finance trade is totally ridiculous. It requires banks to keep far too much capital back which is going to make the finance of overseas trade more expensive and I think, that is probably the one thing in the BASEL rules. It is a worry for Mauritius as the island is largely built on trade. These rules require that banks should put a hundred percent of coverage of an off balance sheet trade finance arrangement, just like a letter of credit, in reserve for a year despite the fact that the average letter of credit is ninety days. The failure of non payment rate is less the half of one percent. So it is silly. I think that would be a relevant one for Mauritius. You

PHOTOS : NICHOLAS LARCHÉ

❚ What are your views concerning

Illegal weapon trafficking? I don't know about the specifics of trading of the arms, but people trafficking tends to be an issue in countries with lots of people who are moving and they would tend to want to go to Canada, America and Europe. But that would tend to cause money laundering in Mauritius because the people being smuggled normally pay cash in advance except in southern China where they pay 25% upfront and work for the gang usually for a year and a half when they arrive on the location. And that sort of movement would tend to put money through Mauritius.

< 11

Guilty of insider trading

Mauritius can be new on the scene, but once fraud is not taken seriously, you get more people from parts of the world like Russia, Nigeria, Mexico who will see it as a centre for parking illegal funds and then invest them or move on again don't have to apply that part of BASEL III. The BASEL III rules are what the BASEL Committee recommends. It doesn't mean every last sentence of it has to be applied in Mauritius. ❚ Many tend to refer Mauritius as a

fiscal hub. What do you personally think? The island is developing itself as an offshore banking centre and there is a

lot of competition. You have already got places like the Bermuda, British Virgin Island and Barbados which are very well organised with good legal structures as well as good accounting systems that people are comfortable with. It is difficult to beat them on tax because they don't charge tax on interest payments. If you are going to attract money away from those places, you have to add some value added services.

Roomy Khan, former Intel Corp (INTC) executive was ordered by District Judge Jed S. Rakoff to serve one year in prison for obstructing justice after she agreed to help the U.S. The sentence was pronounced in Manhattan on February 1st 2013. Khan was convicted in 2001 and again in 2009 of passing illegal tips to Galleon Group LLC co-founder Rajaratnam. Defense lawyers and prosecutors sought leniency for Khan, 54, saying she helped the government win convictions against hedge fund managers Rajaratnam, Doug Whitman and others. One of the most prominent cases of white-collar crime was the one against Raj Rajaratnam of the former hedge fund Galleon Group. The billionaire investor was convicted in federal court of 14 counts of insider trading in the largest scheme involving a hedge fund. Mr Rajaratnam was sentenced to eleven years in prison and fined USD 10 million which is the longestever sentence for insider trading. The Justice Department and the Securities and Exchange Commission accused Mr Rajaratnam and five others of relying on a vast network of company insiders and consultants to make more than $20 million in profit from 2006 to 2009.


12 >

GROS PLAN

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 CAPITAL | EDITION 116

Terra : rien que du vert ! U n drôle de bonhomme se tient debout, en ce lundi matin, devant la salle de conférences de Terra. Il porte un chapeau rempli de bouteilles en plastique, des pantoufles de couleurs différentes, une paire de lunettes hors du commun, des boutons en capsules... Lui, c'est GG, la mascotte qui incarne le recyclage ! Sa première apparition a eu lieu lors du lancement de la première édition du « Green Month » de Terra Foundation. Ainsi, durant plus d'un mois, l'ensemble du groupe sera conscientisé aux problèmes environnementaux, au recyclage et aux gestes « écologiques » à avoir. Un total de 1300 employés sera concerné par le cahier d'activités. La première semaine est consacrée au principe des « 3 R » (Réduire, Recycler, Réutiliser) pour prendre fin avec une grande journée de nettoyage, qui aura pour slogan « J'agis, je trie. » La semaine du lundi 18 février portera sur le covoiturage sous le slogan « Je

réduis mon essence ». Viendront ensuite la semaine du « Zéro gaspillage » à partir du 25 février, puis la « Plastic-free week ». « Nous avons demandé le soutien d'organisations non-gouvernementales spécialisées dans les actions environnementales, comme Mission Verte. Leurs actions de conscientisation dureront jusqu'à mi-mars », explique Marie Annick Auguste, responsable de Terra Foundation. SUSTAINABILITY REPORTING Dans son allocution, Cyril Mayer, le Managing Director de Terra, a rappelé la vision du groupe pour un monde où le développement est durable. C’est l’une des raisons pour lesquelles le groupe s'est lancé dans un processus de 'Sustainability Reporting'. « Terra a pour projet de mettre en place un Sustainability Report pour le groupe afin de pouvoir évaluer son impact tant social, qu'environnemental, voire humain et financier. C'est une démarche particulièrement important pour

nous, qui nous permettra de rendre compte de nos activités sur notre environnement et de mettre en œuvre les directives applicables mondialement en matière de développement durable », a-t-il ajouté.

Terra a pour projet de mettre en place un Sustainability Report pour le groupe afin de pouvoir évaluer son impact tant social, qu'environnemental, voire humain et financier Cyril Mayer, le Managing Director de Terra

AfrAsia Bank welcomes La TNT fait l’objet two new members MIGRATION NUMÉRIQUE

TWO WEEKS after the arrival of Robin Bryan Smither in Johannesburg as Head of Regional Corporate Banking, AfrAsia Bank now welcomes Parikshat Tulsidas as Head of Business Development (Africa), while David Wells integrates the Head of Private Banking (East Africa). “We should not let the African opportunity slip by. Mauritius should really be the head office and treasury centre for Africa. There is a pool of talented

Mauritians working in financial services abroad, as well as skilled expatriates and we need to create opportunities for them. These talented professionals provide the Bank and the Africa-Asia trade corridor with fresh expertise and we are committed to further build and invest in AfrAsia Bank’s Group supported by our local, regional management team and employees,” commented James Benoit, CEO of AfrAsia Bank. Parikshat Tulsidas, of

Mauritian origin, will be responsible for the creation of a network of partner Banks within Sub-Saharan Africa. He will also be involved in enhancing the Treasury capabilities on the back of the extensive experience he has gathered in that field. He will be working closely with AXYS and AfrAsia Corporate Finance. David Wells, who has over 25 years experience in International and Private Banking, joins the

bank from Dubai, where prior to a Senior Associate consultancy role with a financial company, he led Private Banking teams with Standard Chartered across the East African and MENAT regions. Previously, he spent almost 20 years with Barclays Bank, which included a variety of Wealth Management and International Banking roles in Dubai and London.

Education et orientation professionnelle 80 PARTICIPANTS, universités et centres de formation professionnelle seront présents au Mauritius International University Career and Job Expo 2013, qui se tiendra les 15, 16 et 17 février, au Centre de Conférences International Swami Vivekananda, à Pailles. Le salon, organisé par le Rotary Club de Grand-Baie, et consacré à l'éducation, à la formation et à l'orientation professionnelle, verra la

participation d’universités et collèges d'Australie, du Canada, de la France, de l'Inde, de la Hongrie et de l'île de la Réunion. Cette présente édition sera rehaussée par un programme de conférences organisé par les professionnels du Rotary Club de Grand-Baie, ainsi que par les exposants. Autre innovation : afin de donner la possibilité à ceux qui veulent intégrer le monde du tra-

vail d'avoir accès aux entreprises exposantes pour présenter leurs candidatures. Ainsi, des entreprises leaders dans leurs domaines, ainsi que le site Myjob.mu, seront représentés. Le Salon sera ouvert le vendredi 15 février, de 9 heures à 18 heures, et le week-end, de 10 heures à 18 heures.

d’un sondage

C'EST À Port-Louis, le 7 janvier dernier, que le ministre des Technologies de l’Information et de las Communication, Tassarajen Chedumbrum Pillay, le directeur de l'Independent Broadcasting Authority (IBA), Trilock Dwarka, ainsi que les membres exécutifs de la Mauritius Post Ltd, ont lancé une étude portant sur la migration digitale. Commanditée par l'Investment Climate Assesment (ICA), l'Information & Communication Technologies Authority (ICTA) et la Mauritius Post, l'étude se focalise sur la pénétration de la Télévision Numérique Terrestre (TNT). Ce sondage, qui touchera l'ensemble des foyers de l'île, est une étape supplémentaire dans la concrétisation de la migration numérique, qui vise à améliorer les services d'informations, de même que la qualité sonore et visuelle, ainsi que le contenu, des informations. Les questionnaires distribués au public devront être retournés, dûment rempli, aux différents bureaux de poste de l’île. A partir de là, les maîtres postiers traiteront les données, qui seront recueillies d'ici fin mars. D'autre part, alors que l'International Telecommunication Union (ITU) a arrêté l'année 2015 comme date butoir pour achever la migration numérique, Tassarajen Chedumbrum Pillay se dit optimiste d’y parvenir en juin 2013. « Nous n'avons rien à envier aux grandes puissances », a affirmé le ministre. V.V.


GROS PLAN

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

▼ JAMIROUDDIN YEADALLY

«C

e jour restera comme un grand jour dans l'histoire d'IBL. » C'est ce qu’a déclaré le CEO d'IBL, Nicolas Maigrot, suite à l’accord de partenariat stratégique signé entre sa compagnie et le gouvernement gabonais, vendredi dernier, à l'hôtel Le Labourdonnais, au Caudan. Une délégation d’officiels du gouvernement du Gabon, conduite par Julien Nkoghe-Bekale, ministre gabonais de l’Agriculture, de l’Élevage, de la Pêche et du Développement rural, a séjourné à Maurice durant deux jours pour conclure ce partenariat publicprivé, qui a pour objectif la mise en place, au Gabon, d’une industrie des produits de la mer s’inscrivant dans la stratégie de diversification de l’économie initiée par son président, Ali Bongo Ondimba. S’appuyant sur l’expertise acquise au cours des quinze dernières années, IBL deviendra, grâce à cet accord, le partenaire stratégique de l'État gabonais pour le développement d’une industrie gabonaise de transformation des produits de la mer. L’accord comprend la réorganisation et le management d’une usine déjà existante, la création d’autres structures industrielles, le développement d’un secteur de pêche hauturière locale et la création d’un chantier naval. L’investissement initial du projet, estimé à 25

< 13

ACCORD DE PARTENARIAT AVEC LE GABON

LE GROS COUP D’IBL Suite à un accord signé vendredi, le gouvernement gabonais confiera les clés du développement de son industrie de transformation des produits de la mer à IBL. Le projet, à multiples facettes, nécessitera des investissements de plus de 100 millions d’euros, dont une partie viendra du groupe mauricien PHOTOS : NICHOLAS LARCHÉ

millions d’euros, sera supporté, à hauteur de 40%, par le Fonds Gabonais d’Investissements Stratégiques (FGIS) et, à hauteur de 60%, par le groupe IBL. Le projet, dans sa globalité, pourrait demander un investissement total de plus de 100 millions d'euros. « DÉVELOPPER ET VALORISER » « Nous sommes particulièrement heureux et fiers d’avoir été choisis par le gouvernement

gabonais et cet accord rejoint parfaitement la vision de 'Go beyond boundaries' de la compagnie. L’industrie de la mer joue un rôle de plus en plus important dans l’économie mauricienne et nous souhaitons, par le biais de ce partenariat, que ce secteur connaisse un essor aussi formidable au Gabon », a affirmé Nicolas Maigrot. « Ce partenariat avec le Groupe IBL est un exemple de coopération Sud-Sud et une véri-

STOCK EXCHANGE OF MAURITIUS

L’heure est à la satisfaction

GAËTAN LAN Hun Kuen (photo), Chairman de la Stock Exchange of Mauritius (SEM), est satisfait de ce début d'année. Les investisseurs étrangers commencent à reprendre confiance. « On note une démarche positive du côté des investissements étrangers. Ils reviennent petit à petit. C'est timide, mais ça revient », at-il soutenu. En ce qui concerne des titres que détiennent les compagnies mauriciennes sur la Bourse, le président du conseil d'administration de la SEM trouve qu'il y a des titres qui ont enregistré des baisses conséquentes, ce qui représente bien des opportunités pour les investisseurs. « Il existe des opportunités dans tous les secteurs. C'est un peu dommage que la Bourse locale n'est pas aussi liquide. Donc il y a de bonnes opportunités pour les investisseurs qui souhaitent investir dans le moyen et le long terme », souligne Gaëtan Lan. « Il est certainement difficile de se

prononcer sur les prévisions de la SEM pour les prochains mois, mais on est en train de suivre la situation de près. Je dirais qu'on est très satisfait car on voit un regain d'intérêt de la part des investisseurs. Nous sommes parmi les Bourses qui ont perdu moins en termes de volume depuis la crise, en comparaison à plusieurs autres qui ont perdu jusqu'à 25% en termes de leurs volumes », a-t-il fait ressortir.

table opportunité pour le Gabon de développer et de valoriser son potentiel halieutique. Le secteur de la pêche est important pour la sécurité alimentaire mondiale et avec ce partenariat, il deviendra un pilier important de l’économie gabonaise. Nous sommes pressés de voir ce partenariat se transformer », a pour sa part déclaré Julien Nkoghe-Bekale. Pour Azad Doomun, ambassadeur de Maurice au Gabon, la signature de cet accord est « tout

juste le début. Nous sommes en discussion en ce qui concerne la visite officielle du vice-Premier ministre mauricien au Gabon, alors qu’une visite d'une délégation gabonaise à Maurice, en vue de signer des accords de partenariat dans le domaine de l’IPPA (Investment Promotion and Protection Agreement) et du Double Tax Avoidance, est à prévoir très prochainement ».

Swan Group récompense ses agents RÉCOMPENSER SES meilleurs agents. Tel était l'objectif de la soirée annuelle organisée par le Groupe Swan, vendredi dernier, à l’hôtel Victoria, à Balaclava. L’événement, qui avait pour thème « Securing tomorrow today », réunissaient les agents d’Anglo-Mauritius et ceux de Swan Insurance. Chez Anglo-Mauritius, JYLL Agency, représentée par Clifford Lim Ah Tock, a remporté, pour la 5e année de suite, le trophée de meilleur agent, alors que du côté de Swan Insurance, la récompense est revenue à JMU Limitée, représentée par Jean-Marc d’Unienville. CROISSANCE DE 8 % « Cette double innovation répond à notre souhait de fédérer non seulement les agents de la Swan Insurance, qui n’étaient pas récompensés jusqu’à ce jour, mais plus globalement tous les agents de notre groupe », a déclaré à cette occasion Louis Rivalland, le Group Chief Executive. Ce dernier est également revenu sur la fusion, l’an dernier, avec CIM, rappelant

que le groupe a beaucoup investi dans l’amélioration de sa compétitivité, afin de permettre à tous ses agents de donner le meilleur d’eux-mêmes. Louis Rivalland a aussi assuré qu’il apporterait tout son soutien à la Financial Services Commission (FSC), qui travaille sur de nouveaux règlements pour les commerciaux en assurance. « Notre force, au Groupe Swan, c’est notre capacité à proposer à nos clients du ‘sur mesure’, ce qui ne laisse aucune place aux agents qui choisiraient la voie de l’amateurisme », a-t-il soutenu. Concernant sa vision pour l’année en cours, le Group Chief Executive, s’est basé sur la performance, en 2011, du secteur des assurances-vie, qui, selon les statistiques publiées par la FSC, a connu une croissance de 8%. « La situation est donc plus qu’encourageante pour le marché des assurances. Les Mauriciens prennent de plus en plus conscience de l’importance d’être assurés, ce qui prouve que nous sommes perçus comme de vrais partenaires à leur égard », analyse-t-il.


14 >

INSIDE

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 CAPITAL | EDITION 116

SERGE THIERRY MICKOTO, DIRECTEUR GÉNÉRAL DU FONDS GABONAIS D'INVESTISSEMENTS STRATÉGIQUES

« LE GABON SE PRÉPARE À L’APRÈS-PÉTROLE » Il est au coeur de la stratégie de diversification de l'économie gabonaise, chère au président Ali Bongo Ondimba. Le fonds qu'il dirige depuis l'année dernière a pour mission de gérer la participation de l'État dans les entreprises et de rentabiliser une partie de la manne pétrolière en investissant dans de nouvelles filières. Maurice fait partie du plan gabonais PHOTOS : NICHOLAS LARCHÉ

▼ JAMIROUDDIN YEADALLY ❚ C'est quoi le Fonds

gabonais d'investissements stratégiques ? L'objectif du Fonds gabonais d'investissements stratégiques (FGIS) est de promouvoir l'épargne intergénérationnel tout en diversifiant les ressources du budget de l'Etat. Aujourd'hui la richesse du Gabon, c'est principalement le pétrole, mais qu'en sera-t-il demain et après demain ? Depuis 1998, le gouvernement a mis en place un fonds de générations futures et chaque année, on y verse 10% des recettes pétrolières. Chose qui est énorme et important. C'est un sacrifice important des générations actuelles pour les générations futures.

❚ L'île Maurice va appren-

❚ Peut-on dire que vous

vous préparez à l'aprèspétrole ? Exactement. Ne dit-on pas que gouverner c'est prévoir ? ❚ Pourquoi choisir Mau-

rice, à cent mille lieux de vos côtes, pour un partenariat de pêche ? Pourquoi pas ? Le FGIS gère les fonds des générations futures du Gabon et pour cela nous n'avons pas de limites géographiques. Le monde est ouvert aux investissements, Maurice est ouvert aux investissements, on investit là où on se sent à l'aise et où on peut faire fructifier ses placements. Lorsqu'on souhaite développer un secteur d'activité comme celui de la pêche, on regarde dans le monde, quels sont les partenaires qui y ont fait leurs preuves et qui peuvent nous amener, nous, à acquérir une expertise particulière. Il se

Seychelles par exemple. Cet archipel a une économie touristique très développée et le Gabon n’avait auparavant aucune ambition dans cette direction, en tout cas le secteur touristique haut de gamme. Il y a donc une experience à partager entre les Seychelles et le Gabon dans ce domaine précis. Le Gabon a 800 km de belles plages. Je suis sûr que nous pourrons nous inspirer de l'expérience seychelloise alliant tourisme et respect de l’environnement. Il y a aussi d’autre expériences que nous pouvons développer avec beaucoup d’autres pays dans l’océan Indien.

trouve que le Gabon et l'île Maurice ont de nombreux points en commun, tant au niveau des juridictions et des structures en passant par la population. Le Gabon a un secteur de la pêche à développer. Nous avons, dans notre recherche d'opérateurs, identifié la mauricienne IBL. Pour nous c'est un gage de qualité et d'efficacité vu que IBL exporte déjà vers l'Europe. Et c'est ce gage d'efficacité que nous souhaitons que IBL apporte dans le cadre d'un éventuel partenariat avec des entreprises gabonaises. ❚ Existerait-il d'autres

secteurs autres que la pêche qui pourraient intéresser les entreprises des deux pays à faire des af-

faires ensemble ? Bien sûr. Le Gabon est couvert à 80% de forêt et une des filiales du groupe mauricien a développé de l'expertise dans le domaine de la transformation du bois. C'est là une des possibilités de partenariat entre les deux pays. Je vois, par exemple, que IBL a dans son portefeuille des sociétés financières, c'est encore une avenue à explorer. ❚ Es-ce que vous comptez

aussi developper des axes économiques avec d'autres pays de l’océan Indien ? Comme je vous ai dit, le Gabon est un pays ouvert et nous sommes prêts à saisir toute opportunité d'investissement. Prenons les

dre le Gabon la mer. Et en retour ? Nous allons apprendre de Maurice la mer certainement. Comme vous le savez, nous sommes un pays pétrolier et minier et je ne sais pas quel est le potentiel de Maurice à ce niveau. Mais je pense qu'il pourrait y avoir des choses à explorer, donc nous pouvons apporter notre expertise à Maurice. Dans le cadre de la préservation de la faune et de la flore, 10% du territoire du Gabon sont des parc nationaux, donc des aires à protéger. C'est une expertise que nous avons à développer et nous croyons savoir que Maurice se soucie beaucoup de son développement qu'il veut durable. Nous investissons aussi, en ce moment, dans un satellite qui va recevoir de l'imagerie spatiale pour surveiller la déforestation au niveau du bassin du Congo. Voilà encore un champ de collaboration possible entre nos deux pays. ❚ L'Afrique, le continent de

l'avenir. Mais les conflits

de nature politique et ethnique n'aident pas à un climat propice aux affaires... L'Afrique est l'un des continents où la croissance de l'économie est à deux chiffres. Beaucoup de pays africains réalisent cette croissance à deux chiffres. Mais il n'y a pas qu'une seule Afrique, il y a plusieurs Afrique. Il y a l'Afrique du Nord, l'Afrique de l'Est, l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique du Sud. Ces différentes Afrique ont eu, à des époques différentes, des mouvements d'émancipation qui ont fait qu’il y a eu une reconfiguration de leur paysage politique. Ces mouvements d'émancipation sont nécessaires. Ce sont des mouvements naturels. Si vous regardez la carte du monde, vous constaterez que c'est n'est pas seulement en Afrique qu'il y a des changements de régime. Pas du tout. L'Afrique n'a pas le monopole des coups d'État, de l'instabilité et des catastrophes naturelles. D'ici une cinquantaine d'années, la population de l'Afrique sera extrêmement importante avec des croissances à deux chiffres, des terres cultivables et des ressources en matière première énormes. C'est donc normal que l'Afrique se présente et est présentée comme un continent d'avenir. Il y a eu l'Europe à un certain moment, puis l'Amérique. Actuellement c'est le temps de l'Asie. Demain, ce sera l'Afrique. Je suis parfaitement confiant. Lorsque les conditions économiques existent et que la majorité des besoins des populations sont satisfaites, il n'y a plus besoin d'exprimer ce manque par la violence.


INSIDE

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

< 15

Donc, forcément, avec la résolution des besoins primaires des populations, les pays seront un peu plus stables. Il n'y a que cette manière que l'Afrique sera forte, aussi forte que les pays d'Asie le sont en ce moment. Mais cela passe aussi, il faut se le dire, par une coopération Sud-Sud. Ce que nous n'avons pas encore suffisamment développé. L'accord signé entre le Gabon avec l'île Maurice est un accord de développement Sud-Sud. C'est ce genre de partenariat que le Gabon veut privilégier. ❚ Qu'en est-il du climat des

affaires au Gabon ? Le Gabon est un pays pétrolier depuis plus de quarante ans et l’objectif pour le gouvernement gabonais est de développer de nouvelles filières capables de générer suffisamment de revenus pour se substituer à ceux tirés du pétrole. Je peux dire qu'aujourd'hui le pays devient de plus en plus minier et se situe dans une zone économique avec une stabilité monétaire, une monnaie commune entre plusieurs pays qu'on appelle le CFA et qui a une convertibilité totale et égale avec l'euro, une réglementation juridique, un droit des affaires commun. Il y a donc une stabilité économique et politique. Les conditions de faire du business sont des conditions idéales pour tout investisseur qui cherche de la stabilité, de la croissance mais aussi de la justice dans le cadre des affaires. ❚ C'est l'avantage du

Gabon sur d'autres pays du continent ? On n'aime pas trop se comparer aux autres. Disons qu'on essaye de faire de notre mieux pour encadrer nos citoyens, les investisseurs et faire la fierté de l'Afrique. Ali Bongo Ondimba, le chef de l'État du Gabon, nous a dit : « Voilà ce que je souhaite que le Gabon soit d'ici 2025 ». Donc, la vision est claire. Lorsqu'un chef d'Etat montre une vision claire et qu'il met en place des instruments tels que le FGIS, ce sont des signaux forts pour tout développeur d'entreprise. Et lorsque vous savez où un pays veut aller d'ici 25 ans, tout de suite vous identifiez les secteurs d'activités dans lesquels vous avez de la capacité à investir et tout de

suite vous investissez. Et, de manière générale, tout de suite vous avez les retours sur l'investissement. Pour terminer sur cette question, il me plaît de dire que la croissance du Gabon pour 2013 est estimée autour de 7% et le taux de l’inflation est maîtrisé depuis plusieurs années à 3%. Ce qui veut dire que chaque jours qui passe, le Gabon gagne de l’argent. ❚ Nous savons que le Fonds

monétaire international et la Banque mondiale

aident les pays en développement de nombreuses façons. Quel est l'apport de ces deux institutions dans le développement du Gabon ? Nous ne sommes pas emprunteur au niveau de la FMI et la Banque mondiale, mais nous entretenons d’excellentes relations avec ces institutions internationales. Nous mettons en place des projets de developpement et nous bénéficions egalement de leur expertise dans certains domaines d’activités.

LE GABON ÉMERGE Ali Bongo Ondimba, fils de feu Omar Bongo qui a régné pendant 42 ans en tant que président du Gabon, est souvent qualifié de visionnaire. Il a mis en place des stratégies afin que le Gabon, longtemps dépendant de ses exportations de matières premières telles le pétrole et les minerais, puisse aujourd’hui diversifier son économie.Sa stratégie de développement durable baptisée « Gabon Émergent » repose sur trois piliers : i) Le Gabon Vert : pour valoriser durablement le formidable écosystème gabonais - 22 millions d’hectares de forêt, 1 million d’hectares de terres agricoles exploitables, 13 parcs nationaux, 800 kilomètres de littoral maritime – à travers l’industrie du bois, l’agriculture et l’écotourisme ;

ii) Le Gabon Industriel : pour promouvoir la valorisation locale des matières premières, l'exportation de produits à forte valeur ajoutée et la diversification de l’économie nationale ; iii) Le Gabon des Services :pour valoriser les ressources humaines gabonaises avec l’objectif de devenir une référence régionale dans les services financiers, les nouvelles technologies de l’information, les métiers de l’économie verte, de l’enseignement supérieur et de la santé. Résultat de la politique de réformes et d’ouverture du pays, le Gabon a attiré plus de quatre milliards de dollars d’investissements directs étrangers depuis 2010 à travers des partenariats avec des entreprises américaines, asiatiques et européennes.


16 >

WIDE ANGLE

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 CAPITAL | EDITION 116

La SBM aux couleurs du printemps chinois

D Marie Josée Leong Mook Seng, deuxième à partir de la gauche, entourée de l’équipe de la succursale de la SBM à la rue Royale, Port-Louis

ans le cadre de son programme « Equality & Diversity », la State Bank of Mauritius (SBM) la SBM a accueilli la nouvelle année chinoise comme il se doit. Le siège central de la banque ainsi que sa succursale de la rue Royale étaient décorées de couleurs chinoises le 12 janvier dernier. Les clients qui ont visité les succursales en ce jour ont été

accueillis par des hôtesses vêtues de Kipow et ont pu déguster des gâteaux traditionnels. Alors qu'une distribution de Foong Pows a aussi eu lieu la semaine dernière. Les clients et non-clients de la banque ont pu apprécier la fameuse danse du lion, au son des incontournables pétarades. Et, c'est devenue une habitude maintenant, les employés de la banque étaient

vêtus d'habits traditionnels. De plus, c'est à travers une carte de vœux électronique personnalisée qu'ils ont présenté leurs voeux de bonne année chinoise à leurs familles, clients et amis. Voeux également véhiculés sur le site web et les ATMs de la banque. La SBM accueillera ses principaux clients de la communauté sino-mauricienne lors d’une réception le 20 février.

Les gâteaux traditionnels ont fait le bonheur des grands comme des petits

La danse du dragon a attiré bon nombre de clients de la banque et des passants devant le siège central de la SBM.

HSBC Celebrates ‘Snake’ Year During his speech on the occasion of HSBC's Chinese New Year Dinner, CEO Alastair Bryce highlighted that Mauritius is ideally placed to build on its niche role in the "South-South" trade and that the island enjoys a geographic hub advantage for Africa and India. “This will surely form an increasingly important part of the global economic landscape. There are indeed challenges ahead, as well as opportunities for the HSBC to strive for in its future”, Bryce said at Opium Restaurant, Bagatelle, last Thursday

RED CARPET. Mr Dick Li Wan Po, Director of JLWP Group, Mr Nitin Ramlugon, Head of Retail, HSBC and Mr Alastair Bryce, Chief Executive of the Bank


WIDE ANGLE

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

< 17

Sudesh Basanta Lala, Associate Director d’International Financial Services et Vinod Busawah, General Manager de LCA Mauritius Sham Mathura, CEO de BSP School, Madhavi Ramdin, Head of ACCA Mauritius et Vinod Busawah, General Manager de LCA Mauritius

ACCA

Peggy Soobiah, Head of Corporate Advisory and Risk Management à International Financial Services Ltd, Vijay Bhattu, Lecturer à LCA Mauritius, Den Surfraz et Vashist Gohee, membres de l’ACCA Mauritius Network Panel

Yuvraj Thacoor, Managing Partner chez Grant Thornton, Madhavi Ramdin, Head of ACCA Mauritius, Sudesh Basanta Lala, Associate Director à International Financial Services, Vinod Busawah, General Manager de LCA Mauritius, Jacques du Mée, Managing Partner chez Deloitte et Laura Yeung Audit Partner chez Deloitte

Maurice tient son premier Platinum Approved Learning Partner

F

in janvier 2013, le London College of Accountancy (LCA Mauritius) s'est vu décerner le niveau de certification le plus élevé par l'Association of Chartered Certified Accountants (ACCA), soit l'ACCA Platinum Approved Learning Partner (ALP). LCA Mauritius, qui était déjà le seul à détenir le Gold ALP, est le premier institut de formation, à Maurice, à obtenir la certification Platinum. Une reconnaissance d’autant plus importante qu’au niveau de l’Afrique subsaharienne, seuls six centres de formation ont une telle accréditation. « ACCA Mauritius tient à par-

Sham Mathura CEO de BSP School (troisième à partir de la gauche), entouré des chargés de cours Bilal Hassan, Basharat Ali, Abdul Karim, Umer Farooq, et Inam-Ur-Rahim

ticiper au développement des compétences et à celui des perspectives de carrière dans la République de Maurice. En octroyant, pour la première fois, une certification Platinum ALP à un institut mauricien, l’ACCA confirme que la formation dans cette filière, à Maurice, peut atteindre les plus hauts niveaux mondiaux », a déclaré Madhavi Ramdin, Head of ACCA Mauritius. L’ACCA décerne ces certifications en prenant en considération plusieurs critères : la gestion de l’organisation, la structure, le respect du cursus, la gestion des cours, et le niveau de prestation dans la réalisation des cours. Il est bon à noter que

les certifications sont valables pour une durée déterminée (Trois ans pour le Platinum et un an pour le Gold), et qu’elles sont renouvelables si l’institut prouve qu’elle respecte les critères établis. Pour marquer cet évènement, ACCA Mauritius avait organisé un cocktail, à Ebène, la semaine dernière. Y étaient présents des experts-comptables, des directeurs d’entreprises mauriciennes partenaires d’ACCA et des membres du personnel de LCA Mauritius et de la BSP School of Accountancy & Management, qui a, quant à elle, décroché la certification Gold ALP.

Deoduth Ramkishore, Lecturer à LCA Mauritius, Juela Lutchumun, Human Resource Officer à Apex Fund Services (Mauritius) Ltd, Madvi Jeebun, Compliance Manager de DTOS Ltd, Joëlle Wong Hing Nang, Treasurer à VIVO Energy Mauritius Limited et Shreeganesh Ganga, chargé de cours à LCA Mauritius


18 >

FIL CONDUCTEUR

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 CAPITAL | EDITION 116

Vous l’aurez peut-être remarqué. Les annonces publicitaires informant de ventes aux enchères sont de plus en plus fréquentes dans les journaux. Si ça marche, c’est qu’on doit y faire de bonnes affaires. Capital, à la recherche d’un bon article, s'y est intéressé

VENTE AUX ENCHÈRES

QUI DIT MIEUX... ▼ DOROTHY BONNEFEMME

«1

50 000 piastres le minibus. 150 000 piastres le mini-bus ! » Ces mots répétés en chœur, à haute voix et d'un ton sérieux, pourraient susciter des rires s’ils étaient prononcés ailleurs. Mais chez J.A.L. Auctioneer, la vente aux enchères, ce n'est pas de la rigolade. Pour preuve, lors de la vente à la criée de mercredi dernier, des voitures haut de gamme étaient proposées sous les yeux de Jean Alain Lazarre, commissaire-priseur et directeur de l'entreprise portant son nom. Tel un maître d'école, celui-ci veille au grain. « Je dois m'assurer du bien-être des clients. Ils m'ont confié leurs biens et je veille à leurs intérêts », explique-t-il dans son bureau, où il nous a reçus avant le début de la vente. C'est pour son sérieux, entre autres, que depuis 2007, les particuliers, les entreprises, les hôtels et autres font confiance à J.A.L Auctioneer pour la vente d’objets leur appartenant. En effet, si pour diverses raisons, les gens souhaitent vendre tel ou tel objet, souvent ils ne peuvent pas, ou ne veulent pas, s'en occuper personnellement. C'est alors que J.A.L Auctioneer entre en jeu. On y trouve, de ce fait, un peu de tout. « BONNES AFFAIRES » Nizam, la quarantaine, le sait bien. En ce mercredi, cet habitant du Nord de l'île s’est rendu dans les locaux de J.A.L. Auctioneer, à Bell Village, dès 10h50, car le mini-bus de la Barclays qu’on y met en vente lui a tapé dans l'œil. Ce jeune homme peu bavard travaille pour son propre compte et propose un service de transport aux touristes. C’est la raison de sa présence, ce jour-là, chez J.A.L. Auctioneer. « Je suis un habitué des ventes aux enchères qui se tiennent à travers l'île. Parfois, on y fait de bonnes affaires », nous confie-t-il. C’est ainsi que le mardi, il

s’est rendu à Pailles pour tester le minibus. Satisfait, il est revenu ce matin et lorgne d'un air envieux le véhicule. Il trépide même d'impatience en attendant le début de la vente aux enchères. Il en profite également pour discuter avec les autres habitués. A quelques mètres de lui, Henry Bazille, musicien réputé, joue de la trompette pour attirer les clients. « C'est une tradition pour annoncer une vente aux enchères », nous explique-t-il. Avec une certaine fierté dans la voix, il souligne cependant que c’est uniquement chez J.A.L Auctioneer que cette coutume perdure. Jean Alain Lazarre, le directeur, tient en effet à faire les choses comme il se doit. Quelques minutes après, nous en avons d’ailleurs été témoin. CONDITIONS DE LA VENTE Il est 11h30. Le commissaire-priseur, encadré de son bras droit, Magesh Caullee (Voir hors-texte), et d'autres employés, se dirige d'un pas pressé dans l'arrière-cour de l'entreprise. Motocyclettes, vans et voitures, entre autres, y sont exposés. Une cinquantaine de personnes – majoritairement des hommes – patientent sous un soleil de plomb, alors que les plus rusés essaient de trouver un petit coin ombrageux. Jean Alain Lazarre se met alors au milieu d'eux, tandis qu’un des employés tient un parasol pour le protéger du soleil. D'une voix ferme, dont le ton ne peut qu’impressionner, il prend la parole pour parler des conditions de vente. Il est, entre autres, question du transfert obligatoire du véhicule, de l'à-valoir indispensable aussitôt que l'article est adjugé, des conditions de la vente sous conditions… Le directeur prend cependant le temps, de temps à autre, de fixer quelqu'un dans la foule, pour s'assurer que son message est clair. D'ailleurs, son discours est ponctué d’une question digne d’un maître : « Vous avez compris ? » Entre-temps, certains des clients

PETIT LEXIQUE Piastre : Toutes les ventes se font en piastre – une ancienne monnaie espagnole – pour ne pas déroger à la tradition. Une piastre équivaut à Rs 2. Vente sous condition : Ce terme est utilisé lorsque le commissaire-priseur préfère s'assurer que le propriétaire initial de l'objet accepte de le vendre au prix atteint lors des enchères. Délai : chaque objet demeure chez J.A.L Auctioneer pendant une quinzaine de jours. Parfois, le produit ne trouve pas preneur, car le client exige un prix trop fort. Dans ce cas de figure, soit ce dernier revoit le prix à la baisse, soit il récupère son objet.

commencent à s'impatienter. « Que lui arrive-t-il aujourd'hui ? Depuis plus de dix minutes, il n'arrête pas de parler », lance l’un d’eux à son voisin. Celui-ci répond : « Je suis arrivé en retard. Je pensais que j'allais rater la vente ». « Loin de là », renchérit son interlocuteur, avant que tous deux ne rigolent. L'impatience des clients ne gêne aucunement Jean Alain Lazarre. Pour ce dernier, il est capital que ceux présents comprennent les règles de la vente aux enchères. Ainsi, ce n’est qu’après une bonne quinzaine de minutes qu’il annonce que la vente va démarrer dans la cour à côté de leur bâtiment. C’est l'objet tant convoité par Nizam – le mini-bus de la Barclays Bank – qui

sera mis en vente. Un des employés de J.A.L Auctioneer met alors le véhicule en marche et les intéressés prêtent l'oreille. Jean Alain Lazarre prend cependant le temps de demander à la foule de ne pas empiéter sur le terrain de leurs voisins. Il attire même l'attention de ceux présents sur un petit arbuste. « Ne l'écrasez pas », ordonne-t-il. « ADJUGÉ » Jean Alain Lazarre donne ensuite le coup d'envoi de la vente aux enchères, après un descriptif du véhicule. Il s’agit d’un mini-bus diesel, immatriculé 3232JL05, dont la déclaration est expirée et dont les frais d'enregistrement sont d’environ Rs 8 800. Si le véhicule est en état de marche, il est resté longtemps dans la cour. « Vous savez aussi que lorsque vous faites l’acquisition d'une voiture seconde-main, vous devez tout d'abord l'emmener chez le garagiste », explique le commissairepriseur. Il lance alors les enchères. Aussitôt, une voix s’élève dans la foule. « 150 000 piastres », peut-on entendre. Jean Alain Lazarre et les trois autres employés répètent le chiffre en chœur, en plusieurs occasions. Ils donnent également l'équivalent en roupies, c’est-à-dire 300 000, et invitent d'autres personnes à faire leur offre. « 160 000 », lance alors un autre. « 160 000 piastres le mini-bus,


FIL CONDUCTEUR

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

< 19

COMMENT ÇA FONCTIONNE ?

PARTICULARITÉ. Une gamme impressionnant de produits sont disponibles

160 000 piastres le minibus, qui dit mieux… 160 000 piastres le minibus… » Les chiffres s’enchaînent alors rapidement : 170 000 piastres, 175 000, 180 000, 185 000, 190 000, 200 000 et enfin 210 000. « 210 000 piastres le minibus, 210 000 piastres le minibus, 210 000 piastres le minibus… qui dit mieux ? » crie le commissaire-priseur et ses collègues. Pas une mouche ne vole dans l'assistance. « Adjugé », annonce Jean Alain Lazarre. « Le minibus revient à Roy A. », déclare à haute voix le commissairepriseur, qui connaît l'acheteur, car c’est un habitué. Nizam est déçu. Il a dû arrêter d'enchérir à 175 000 piastres, car il ne s’attendait pas à ce que la criée grimpe à ce point. Vu qu'aucun des autres objets en vente ne l'intéresse, il tourne les talons pour quitter les lieux. VRAIE AUBAINE Tel n'est pas le cas pour Mustapha N. Ce dernier veut mettre la main sur une moto – le deuxième objet mis en vente en ce mercredi. Après la présentation d'usage, les enchères sont lancées, mais ne suscitent pas beaucoup d'engouement. La première offre est de 5 000 piastres, et celle de Mustapha N, qui l’emportera, de 6000 piastres. Le commissaire-priseur annonce alors que l'offre est acceptée, mais sous condition (Voir hors-texte). Le bémol, c’est que l’homme n'a pas les Rs 3 000 que lui réclame le commissaire-priseur comme dépôt. Ce qui fait sortir Jean Alain Lazarre de ses gonds : « Remettez quand même Rs 1 000, car il est indispensable de faire un acompte ». Malheureusement, Mustapha N. ne dispose pas de cette somme. « Vous venez à une vente aux enchères sans sou ? Avezvous au moins Rs 500 ? » demande le maître des lieux. Devant la réponse, de nouveau négative, Jean Alain Lazarre s'énerve. Lui n’est pas là pour plaisanter, et les quatre auditeurs présents pour s'assurer que les choses se passent selon les règles non plus. Faisant malgré tout preuve d’une grande magnanimité, il accorde 15 minutes à Mustapha N. pour qu'il aille chercher l'argent nécessaire. La vente, entre-temps, continue. Cette fois, c’est une Volkswagen décapotable, rouge flamboyant, qui est proposée à l’assistance. C’est une vraie aubaine, annonce Jean Alain Lazarre.

CHOIX. Ce volkswagen décapotable a attiré la convoitise

TROMPETTE. Henry Bazille annonce une vente aux enchères selon la tradition

Les propositions ont cependant du mal à s’élever, puisqu’ils démarrent à 150 000 piastres pour ne s'achever qu’à 165 000. Le véhicule est ainsi vendu, sous condition, à un certain A.K, qui s’acquitte d’un dépôt de Rs 10 000. INVESTIR DANS LA PUBLICITÉ Le temps passe et le soleil devient plus ardent. Certains, surtout ceux qui sont venus assister aux ventes sans enchérir, s’en vont. Les autres restent, car chez J.A.L Auctioneer, il n'y a pas que les véhicules qui trouvent preneurs. Dans la salle de vente, qui ressemble à un fourre-tout, ceux qui souhaitent faire de bonnes affaires ont le choix entre les meubles, les appareils électroménager, les vêtements… Comment ces objets se retrouvent-ils chez J.A.L Auctioneer ? Jean Alain Lazarre explique que les clients les contactent parce qu'ils souhaitent vendre leurs biens pour diverses raisons : départ, rénovations, problèmes financiers… Dans la majorité des cas, ils

viennent déposer l'objet, qui est ensuite mis aux enchères. Il y a aussi des ventes aux enchères effectuées dans les maisons des particuliers. « Nous nous déplaçons uniquement si le jeu en vaut la chandelle. Si ce n’est que pour les meubles du salon, on refuse, car tenir une vente aux enchères chez quelqu'un requiert d'énormes préparations. Le client vous confie sa maison et ses objets, alors il faut s’assurer qu'ils restent en bon état et qu'ils ne soient pas volés. Idem lorsque nous organisons les visites, car avant chacune des ventes aux enchères, une visite publique a lieu », explique le commissaire-priseur. Pour qu'une vente se passe comme il le faut, il est également nécessaire d’investir dans la publicité. Jean Alain Lazarre fait insérer des annonces dans la presse pour spécifier la date, l'heure, le lieu et aussi les objets qui seront vendus. De ce fait, certains se déplacent pour un objet spécifique, tandis que d'autres le font pour voir s'ils peuvent faire de bonnes affaires. C’est le cas de Zyad, un habitant de Pailles, qui nous confie que presque chaque semaine, il vient chez J.A.L Auctioneer, car les items mis en vente l’intéressent. Cependant, en ce mercredi, aucun objet ne l’attire. Néanmoins, Zyad passe du bon temps à regarder, tout en dégustant une glace achetée au marchand qui s'est joint à la petite foule, ceux qui se battent à coups d’enchères et de surenchères pour mettre la main sur l'objet de leur convoitise.

FIERTÉ. Ces hommes ont marqué la carrière de Jean Alain Lazarre

Lorsque vous décidez de vendre un objet, vous pouvez passer une annonce dans le journal. Ainsi, à n'importe quel moment, les potentiels acheteurs peuvent vous téléphoner ou demander une visite. Ce souci est éliminé si vous optez pour la vente aux enchères. Ainsi, vous n’avez qu’à contacter J.A.L Auctioneer ou une autre maison du genre, et déclarer le prix auquel vous voulez vendre. A partir de là, si le commissairepriseur parvient à vendre l’objet plus cher, la différence est partagée entre vous et le commissaire-priseur. A noter que chez J.A.L Auctioneer, les ventes aux enchères ont lieu chaque semaine. Les mercredis, c'est au siège de l'entreprise, à Bell Village, alors que les jeudis et les samedis, elles ont surtout lieu chez des particuliers.

UN MÉTIER EN DEMANDE Magesh Caullee est commissaire-priseur, depuis trois ans, chez J.A.L Auctioneer, après avoir travaillé au sein d’autres entreprises. Il estime que la demande pour le métier qu’il pratique est en recrudescence. L’idéal étant, pour lui, que les professionnels bénéficient d’une formation selon les normes établies, il dit souhaiter qu’un centre de formation voie le jour à Maurice. Ce dernier rappelle par ailleurs que le secteur est régi par le ministère des Finances et que ceux opérant dans ce domaine doivent respecter l'Auction Sales Act. Pour le commissaire-priseur, la vente aux enchères attire la plupart du temps des habitués. « La vente est devenue une drogue pour certains. Ils suivent la plupart des enchères qui se tiennent à travers l’île », nous confie-t-il.

DE JOURNALIER À DIRECTEUR L'histoire de Jean Alain Lazarre peut être qualifiée de success-story. C’est grâce à son dur labeur et à sa droiture que le directeur de J.A.L Auctioneer a gravi les échelons pour être, aujourd'hui, à la tête d’une équipe d’une dizaine de personnes. Ses premiers pas dans le domaine, c’est comme journalier, au sein de la compagnie d'Eric Casset, qu’il les a effectués. « Etudiant, je bossais déjà dans le domaine. J’avais pris de l’emploi chez Eric Casset, dont les ventes aux enchères se tenaient au rondpoint du Caudan. J'étais rémunéré comme journalier et je faisais surtout de la surveillance. Après les études, je m'étais mis en quête d’un boulot. Eric Casset m’a alors invité à me joindre à sa compagnie. J’ai accepté et j’y ai occupé plusieurs postes », nous raconte-t-il. Vu que le métier le captivait, Jean Alain Lazarre n'a cessé d’apprendre et de donner le meilleur de lui-même. En plusieurs occasions, il a postulé pour devenir commissairepriseur. En 2001, son souhait se réalise lorsqu’il obtient sa licence. Il reste toutefois au service d’Eric Casset, tout en assumant davantage de responsabilités. Ce n’est qu’en janvier 2007, après le décès de son mentor, que Jean Alain Lazarre lance sa compagnie. Fait intéressant : la majorité des employés du défunt Eric Casset suivent Jean Alain Lazarre dans sa nouvelle aventure. « En ce moment, nous comptons six employés à plein temps, dont trois sont d’anciens collègues », fait-il ressortir. Dans son bureau, qui déborde d'objets de toutes sortes, le commissaire-priseur a pris le soin d’aménager un coin pour les prières. Sur les murs trônent également trois portraits. D'une voix débordante d’émotion, notre interlocuteur explique qu’il s’agit des fondateurs de la compagnie d'Eric Casset, notamment André Fayd'herbe, Martial Quevauvilliers et Eric Casset lui-même. Reconnaissant envers ces hommes, il a même gardé l'enseigne de l'ancienne boîte, où est gravé leurs noms. Après cette brève incursion dans le passé, nous avons parlé du futur. « Je souhaite aller de l'avant. Je vise plus haut. Je veux faire fructifier l'affaire », conclut Jean Alain Lazarre.


20 >

ENTREPRENDRE

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 CAPITAL | EDITION 116

CÉLINE PLANEL, DIRECTRICE DE BEYOND COMMUNICATIONS

PARLONS ENTREPRISE… ▼ DOROTHY BONNEFEMME

A

pporter du sang neuf et du dynamisme dans le domaine de la communication et de l'événementiel. C'est avec cette idée en tête que Céline Planel a lancé, le mois dernier, l'agence Beyond Communications. Cette jeune femme de 27 ans, élégante et tout en cheveux blonds, veut ainsi prouver que la jeunesse a d'énormes potentiels. C'est autour de cinq axes que la pétillante Céline Planel espère se focaliser. « Je ne veux pas en faire trop, et en même temps, je souhaite proposer un éventail de services dans des domaines que je maîtrise parfaitement », explique la directrice de Beyond Communications. Ces domaines sont le conseil en stratégie de communication, la communication financière, les relations presse, le conseil dans la mise en place d'une stratégie de communication à travers les médias sociaux et l'organisation d'événements d'entreprise. Si, pour l'instant, elle est le seul maître à bord, elle peut compter sur des partenaires et a les quelques clients qui lui ont déjà fait confiance. Optimiste, Céline Planel pense que d'ici cinq ans, Beyond Communications aura grandi et sera devenue une entreprise faisant affaire avec des pays du continent africain. Cela n’a rien d’un souhait, puisque pour cette habitante de Beau-Plan, lorsqu'on bosse dur et bien, en général, ça paie. AIDER À MIEUX COMMUNIQUER « La fibre entrepreneuse est innée chez moi. Notant que certaines entreprises à Maurice ne communiquent pas assez et qu'il y a de la place pour ceux souhaitant offrir ces services, j'ai lancé Beyond Communications, car je ne suis pas novice dans ce secteur », souligne notre interlocutrice. Céline Planel a en effet déjà fait ses preuves en tant que Communications Manager chez GML. « Ce n'est guère étonnant qu'en l'espace d'un mois, Beyond Communications ait déjà une liste de clients, alors que je suis en pourparlers avec certains et que d'autres signeront prochainement. » Beyond Communications proposera ses services de deux manières. D'abord, pour ce qui est des projets ponctuels ou de ceux qui s'échelonnent sur la durée,

PHOTOS : NICHOLAS LARCHÉ

A quoi bon avoir une entreprise performante et fiable si on ne sait pas le faire savoir ? Pour pallier à ce qu’elle considère être une lacune majeure à Maurice, Céline Planel a lancé Beyond Communications en janvier de cette année. Son objectif : grandir, et vite…


ENTREPRENDRE

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

< 21

Ici, il y a plus d’agences de publicité que de communication

MOTTO. Travailler beaucoup et bien, telle est l'ambition de Céline Planel

l'objectif est le même : aider l’entreprise à mieux communiquer de façon ciblée. Pour les compagnies travaillant sur le long terme, Beyond Communications fera le suivi. « S’il le faut, nous apporterons des améliorations ci et là, et nous n'hésiterons pas à rectifier le tir », ajoute la directrice avec un joli sourire. Pour l’instant, les deux services les plus prisés sont le conseil en stratégie de communication interne et externe, et la communication financière. « Pour les rapports financiers, nous nous occupons des rapports annuels, nous faisons le lien entre les actionnaires, et nous facilitons les échanges… Nous allons aussi encourager la transparence », fait ressortir la directrice de Beyond Communications. CHOISIR SA CIBLE Avant d'ajouter : « La communication n'est pas vraiment développée dans notre île. A Maurice, il est surtout question de publicité, et non de communication. Est-ce par manque de structure ou de culture ? En tout cas, les sociétés doivent tenir en ligne de compte que la publicité met en exergue un produit ou un service, tandis que la communication s’attarde sur l'image ou le(s) message(s) que l'entreprise veut diffuser. Et pour cela, il faut choisir les outils appropriés ». Céline Planel rappelle également qu'il est essentiel de communiquer de façon

UN TRAVAIL « TITANESQUE » Céline Planel a choisi de baptiser son entreprise Beyond Communications, car « en voyant le mot ‘communication’, les gens savent immédiatement de quoi il est question. Et pour ‘Beyond’, c'est pour faire comprendre que je veux offrir aux clients des services ‘beyond expectation, beyond boundaries…’ J'ai personnellement trouvé cette appellation et je trouve que c'est top », nous confie-t-elle en rigolant. Toujours avec bonne humeur, elle dit qu’elle s’estime chanceuse de n'avoir pas rencontré d’obstacles majeurs lorsqu'elle a souhaité lancer sa boîte. « Vu que je propose des services, je n'ai pas dû investir lourdement. Même les démarches administratives n’ont pas été longues. J'ai été personnellement surprise », explique-t-elle en riant. Céline Planel respire en effet la joie de vivre. La directrice de Beyond Communications adore le contact avec les autres. C’est pour cela qu’après des études au Lycée des Mascareignes, puis en Sciences Po, à Lille, elle s’est spécialisée dans la communication, domaine dans lequel elle est détentrice d'un Master. En 2009, Céline Planel rentre au pays et prend de l'emploi chez GML. L'un des moments phare de sa carrière a été le ‘rebranding’ du groupe précédemment connu comme Mon Loisir. « C'était un travail titanesque. Mais j'ai beaucoup appris et je pense que ce sont ces expériences acquises qui m’ont permis de lancer ma boîte », précise la jeune femme.

intelligente. En premier lieu, il faut choisir sa cible. « A qui adresse-t-on le message ? Il est important de choisir judicieusement son support de communication et passer le message de manière sincère. Ce n'est pas parce que c'est la Journée de l'Environnement qu'on doit prétendre y être sensible », lâche-t-elle avec un brin de moquerie. Parlant de l’importance du serviceconseil dans la mise en place d'une stratégie de communication à travers les médias sociaux, notre interlocutrice est d’avis que ce secteur n'est pas très développé à Maurice. « Les entreprises n'exploitent pas comme il se doit les dernières technologies, comme Facebook, Twitter, You Tube et Pinterest… Beyond Communications viendra combler ce manquement. Ce sont des plateformes intéressantes et ma boîte offrira des concepts novateurs », ajoute la jeune directrice. Comme clients, Céline Planel vise le secteur privé, qui dit-elle, communique de plus en plus. « La communication est un moyen de s'exprimer, de véhiculer des valeurs, de faire preuve de transparence. C'est capital pour les employés, les actionnaires… La transparence rime avec la confiance », explique-t-elle. Mais qu’en est-il de la concurrence. D’emblée, la jeune femme explique qu’elle ne la craint pas : « Ici, il y a plus d'agences de publicité que de communica-

tion. Toutefois, elles font aussi de la com, et elles le font bien. Cependant, moi je viens avec des idées nouvelles et fraîches. Je suis jeune et je compte apporter des innovations dans ce secteur », dit-elle avec confiance. Cette confiance en elle et en ses capacités, elle en a besoin pour faire la publicité de sa compagnie et des services qu’elle offre. Céline Planel multiplie ainsi les rendez-vous avec les clients potentiels et se fait aussi connaître à travers la presse, sa page Facebook, et le bon vieux bouche-à-oreille. « A Maurice, ce mode de communication fonctionne à merveille. Si vous faites du bon travail, on parlera sans aucun doute de vous. Et puis, entre partenaires, on s'entraide. C'est sympa », poursuit-elle. Pour les partenaires qui l’aident à mener son bateau à bon port, la directrice n’a que des bons mots : « J'ai un réseau de jeunes dynamiques et qui aiment l'innovation, comme moi. Alors, pour le ‘copywriting’, le ‘web design’, le ‘e-learning’… je fais appel à eux ». Mais la directrice de Beyond Communications compte, très bientôt, recruter des employés à plein temps. Céline Planel ne compte pas, en effet, demeurer très longtemps la patronne d'une petite entreprise. L’ambition, on l’aura compris, est une autre de ses forces…


22 >

POST SCRIPTUM

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 CAPITAL | EDITION 116

The objective of this paper is to identify and analyze the problems faced by exporters in conducting product export. The analysis is limited to Small and Medium Enterprises (SMEs) considering that they lack resources compared to big enterprises. As we shall see, the cause of some of export barriers is because of human knowledge as well as government authorities and agencies. The most important factors considered to overcome the barriers is to equip SME’s management with training and information

MARKET BARRIERS

EXPORT CONSTRAINTS FACING SMALL AND MEDIUM ENTERPRISES

B

REVIEW BY ECONOMIST VIRENDRA POLODOO

ased on their earnings and capability in facing economic crisis, Small and Medium Enterprises (SMEs) show better performance than that of big enterprises. SME has a strong capability to adapt to the critical business situations and survive in running their businesses. A significant role of government policies in assisting SME is also important to be noticed. During the last five years, the Mauritian government has released an economic policy package focusing on four strategies, i.e., to give a good and easy service to SME, restructuring SME, to open a special window of banking system for SME, and human resource development for SME. Unfortunately, this program cannot run by itself without any involvement from others such relevant ministries and para-statal bodies, and the SMEs. There is no strategy toward market-

ing aids, especially to help SME to be able to penetrate international markets.. Exporting of course will increase SME earnings. Mauritian trading activities with other countries require handling export documents accurately, and fast. For big enterprises, handling export documents effectively and efficiently is not a problem. However, for micro, small and medium enterprises, handling export documents effectively and efficiently is a big problem. Most of the micro, small and medium enterprises are not interested in exporting due to the difficulties in understanding exporting procedures. Due to the micro, small and medium enterprises have a big role in contributing for our revenue as well as their capability in providing a lot of job opportunities, their export channel must be assisted and facili-

tated. Further compared to the national corporations, the majority of SME are still able to survive in their business. In fact, there were plenty of SME business units still obtaining high profits. Besides all good performance shown by SME’s, still considerable improvement in performance is required. There are many factors that influence export performances, which can be categorized as internal and external export barriers. Internal export barriers related to company and product characteristics. External export barriers can be classified as distinctive foreign consumer preferences, unfamiliar business protocols and practices, the imposition of tariff barriers and regulatory import controls by overseas governments, fierce competition, exchange rate fluctuations and limited hard currency for international trade. The aforementioned problems are classified as industry, export market and the macro environment barriers. INTERNAL EXPORT BARRIERS Internal export barriers are intrinsic to the firm and are usually associated with insuffi-


POST SCRIPTUM

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

cient organizational resources for export marketing. For instance, problems pertaining to meeting importer quality standards and establishing the suitable design and image for the export market; problems related to the poor organization of export departments and the firm’s lack of competent personnel to administer exporting activities: the inability to finance exports; insufficient information about overseas markets (the identification of appropriate overseas distributors and communication with overseas customers). Company problems are primarily, the organizational capacity of the firm to execute the marketing function. Product problems are related to quality and technical requirements of the targeted export market segment, such as export product design, style, quality, packaging and labeling requirements and product adaptation or modification. Firm capabilities and constraints profoundly influence their choice of marketing strategy and ability to execute it . Key assets and skills of a firm constitute its source of competitive advantage. Company barriers can be regrouped under marketing knowledge and information, financial resources and human resources. Possession of such assets and skills enables an exporter to identify opportunities in the export market, develop appropriate export marketing strategy and execute it effectively. Marketing knowledge and information are two of export problems which revolve around lack of knowledge of foreign markets, business practices, and competition; and lack of management to generate foreign sales. Lack of knowledge to locate foreign opportunities and promising markets is perceived to be a major barrier in exporting of SMEs in developing countries. Furthermore, several publications show that experienced and inexperienced SME exporters in developing countries believe that poor knowledge of potential markets hinders their export activities. Marketing knowledge is dependent on the relevance and depth of marketing information available to the firm. Firms that use relevant, accurate and timely information are in a better position to respond to export problems. Getting concrete information on prospective foreign markets is essential before exporting can occur. In design intensive industries, regardless of the location of the producer, the need for close and continuous information flows between design setters and manufacturers is pertinent. Distribution is another major problem area in exporting. Many SMEs in developing countries lack information about marketing channels and fail to establish marketing networks. The lack of internationally recognized company brand names, and appropriate marketing and retail networks are export barriers to some manufacturers. Researchers have also identified several other marketing barriers that can inhibit exporting, for instance, pricing of the product in the international market. It is believed that successful exporters rely on international competitive prices as a benchmark and

do not ask for premiums for exchange and extraordinary risks. A sound financial position is one of the keys to secure price advantage in the target market. Many SMEs in developing countries run into problems for lack of timely and adequate working capital, which not only adds costs but can also endanger the entire production operation. Credit unworthiness and transaction costs are reported as major factors that reduce access to credit. Delaying payments is believed to be the most common form of dealing with unexpected liquidity shocks. EXTERNAL BARRIERS We start the discussion of external export barriers with industry barriers. Industry barriers further are classified as industry structure, supply of raw material, technology, competition barriers. The intensity of exporting activities and the nature of export marketing strategies differ considerably across industries. In order to develop a proper export marketing strategy the differences between market systems, firm sizes and presence of foreign competitors across markets should be taken into account. Firm size has been most associated to firms export activities and interest in exporting. The organization size is a key determinant of the propensity to export. The larger the firm, the greater the size advantage over the smaller firms; and this will usually have a positive impact on the export activity. Larger firms possess more lack of managerial and financial resources as well as production capacity, thus enabling them to direct greater efforts to exporting than smaller firms. Firm size and high industry concentration are important export barriers to small firms. Firms graduating from the small informal status show up on the radar screens of regulators and tax collectors and suffer the consequences. Mauritian firms not only have to cope with much more difficult licensing policy but also have to contend with higher labor costs and substantially higher excise duties.

Regarding competition barriers, in principle it should not be considered a barrier if no information asymmetries exist among competitors in the market. However, in practice, information on export opportunities is costly and not easily available. Furthermore, the type of competition perceived by a firm affects its interest in exporting. Export market barriers are related to product requirements in the export market, the country of origin, cultural similarity and brand familiarity. Lack of similarity of legal and regulatory frameworks of the exporting and importing countries and lack of familiarity with market export procedures are also mentioned as export market barriers. These factors are regrouped into customer and procedural barriers. Customer barriers stem from the customer’s perception of product characteristics. An important issue here is that in addition to specific quality problems, exporters from developing countries face the poor reputation of their country, more specifically from the country of origin effect. One of the most cited obstacles with regard to exporting concerns the time and paperwork required to comply with foreign and domestic market regulations. Governments do not solely impose these procedural requirements. Also independent organizations such as banks, shipping organizations and insurance companies, have their own procedures. A firm that wishes to enter the export market or intends to increase its export activity will have to acquire the knowledge and skill to deal with administrative procedures. In particular for inexperienced managers foreign documentation and paper work may appear very difficult to cope with. The upshot is that the mere perception of inability to process the paperwork, either because of cumbersomeness or due to lack of time, constitutes a barrier to exporting. Often, the documents are not properly completed, causing delay in payments and thus creating cash flow problems for the exporter. Macro environment barriers are fac-

< 23

tors beyond the firm’s control such as the lack of proper trade institutions, unfavorable exchange rates, the absence of a stimulating national export policy, and international agreements. They are mainly related to the domestic and foreign external environment to the firm but difficult to classify under industry and export market barriers due to their dual behavior. Macro environment barriers are classified as direct and indirect export barriers. Government authorities and agencies can raise direct export barriers. Government regulations may relate to tariff and non-tariff barriers, such as export regulation of the domestic government; inadequate diplomatic support and protectionist barriers, (Figueiredo and Almeida, 1988); cost of transportation (Brooks and Frances, 1991); and transport service and infrastructure (Brooks and Frances, 1991). Besides, lack of export promotion and assistance programs sponsored by the government (Kaleka and Katsikeas, 1995; Figueiredo and Almeida, 1988) and foreign exchange allocation (Ortiz, 1984), were noted as export problems to SMEs in developing countries. Exporters often suffer because of the inadequacy of government export promotion policies. This includes lack of gathering and provision of information on available export opportunities and ineffective promotion of the country’s exports overseas. Finally, government has a role in building the necessary infrastructure within the country to facilitate exports. Infrastructure problems are still widespread in even relatively well-developed exporting countries. A well designed and manufactured product will not gain export markets unless it can be transported and delivered to import markets safely, punctually and reliably. Indirect export barriers are rooted in the macroeconomic policy of the country and international trade agreements. Both macroeconomic and firm level issues as well as foreign exchange rate policy is a major determinant for international competitiveness of the Mauritian textile industry.


MARKET

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

BANK OF MAURITIUS EXCHANGE RATES TUESDAY 12TH FEBRUARY 2013

This report has been prepared by Vanee Seeneevassen of Island Premier Traders FX Ltd. (FOR MORE INFORMATION, PLEASE VISIT OUR WEBSITE: HTTP://WWW.ISLANDPREMIERTRADERS.COM)

EXCHANGE RATES

MARKET OVERVIEW

BUYING

EUR/USD Euro tumbled last week and was traded within the range of $1.3353 - $ 1.3660 while my forecast was $1.3425 - $ 1.3765. The main reason for this drop was the ECB keeping the interest rate unchanged at 0.75%. Moreover, ECB President Mario Draghi said that despite EUR’s recent strengthening on foreign exchange markets was a sign of renewed confidence on the share currency, he expected modest economic recovery in the half year. EUR/USD gained support this week as European Union leaders reached an agreement on the first ever cut in their common budget seeking to placate millions at home struggling through government cutbacks and recession. For the current week my forecast for the shared currency is within the range of $1.3332 - $1.3711.

STERLING Cable was traded within the range of $1.5632 - $1.5845 as compared to my forecast of $ 1.5620 – 1.5885 for last week. Pound was mostly in the green zone as data showed that trade deficit in United Kingdom narrowed to 8.897 billion pounds while Industrial Production climbed 1.1% and Manufacturing Production grew by 1.6% more than expected. Moreover, Bank of England (BOE) kept interest rate at 0.5% and asset purchasing program at 375.0 billion pounds but BOE attempted to bring inflation back to target sooner by removing the current policy stimulus quicker than currently anticipated by finance markets. For the current week, I would forecast cable to be traded within the range of $ 1.5490 – $1.5827.

GOLD Gold has been trading between $1661.30 and $ 1684.98 last week. Gold rallied from its lowest level in more than a month as North Korea conducted its third nuclear test, spurring demand for a haven. Gold for immediate delivery was little changed at $1,646.40 an ounce early this week in Singapore after losing as much as 0.3 percent to $1,642.90, the cheapest since Jan. 4. Spot silver was 0.3 percent lower after declining as much as 0.7 percent to $30.735 an ounce, the lowest since Jan. 28. North Korea detonated an atomic warhead underground, the official Korean Central News Agency said in a statement yesterday. South Korea’s Defense Ministry estimated the yield at 6 to 7 kilotons, bigger than the previous two tests. The test comes after the United Nations last month tightened sanctions on the totalitarian state after it launched a rocket in December.

BASE METAL Copper reached a one-week low in London and zinc fell as inventories remained elevated at a time when the world’s largest consumer of both metals is absent from the market. Copper stockpiles tracked by the London Metal Exchange touched the highest level since November 2011 and zinc inventories stayed within about 4 percent of an 18-year high, figures showed. Financial markets in China are shut this week for the Lunar New Year holiday. Euro-area finance ministers met yesterday to discuss aid to Cyprus and Greece. Investors bought and sold LME copper contracts equating to 4 percent of the three-month daily average, figures compiled by Bloomberg showed. The equivalent forzinc was 9.4 percent. Copper inventories tracked by the LME expanded to 399,850 tons and zinc stocks

dropped for a ninth session to 1.19 million tons. Orders to withdraw copper from LME-approved warehouses slid for an eighth session in nine to 31,275 tons, extending this year’s retreat to 39 percent.

OIL Oil was traded within the range of $ 95.05 -$ 97.60 per barrel last week. OPEC raised forecasts for the amount of crude it will need to supply this year because of stronger fuel demand in emerging economies. The Organization of Petroleum Exporting Countries will have to provide an average of 29.8 million barrels a day in 2013, or 100,000 a day more than it estimated a month ago. The producer group’s output in January was 500,000 barrels a day larger than this, at 30.3 million, according to OPEC’s monthly market report published yesterday. Brent crude futures have advanced 6.7 percent this year amid signs of economic recovery in the U.S., acceleration in China, and speculation that Europe has withstood the worst of its debt turmoil. Brent traded at $118.60 on the London-based ICE Futures Europe exchange yesterday. Also, OPEC reported that global oil demand will increase by 800,000 barrels a day, or 0.9 percent, to 89.7 million a day. That marks an increase of 80,000 barrels a day from last month’s report. China will account for 400,000 barrels a day of this year’s growth. OPEC’s 12 members trimmed production last month by 21,000 barrels a day to 30.32 million a day, according to the report. That leaves output 320,000 barrels a day higher than the collective target of 30 million that the group’s 12 members reaffirmed at their most recent meeting in December. Saudi Arabia, the group’s biggest member and de facto leader, curtailed supplies by 75,800 barrels a day in January to 9.1 million a day.

MARKET SHARES – TUESDAY 12TH FEBRUARY 2013 COMPANY AIR MTIUS LTD ALTEO LIMITED BRAMER BANKING ENL LAND LTD GAMMA CIVIC H.MALLAC IRELAND BLYTH LTD LUX ISLAND MCB MAURITIUS UNION ASSURANCE NMH OMNICANE ROGERS SBM SUN RESORTS TERRA CIM FINANCIAL DEM CIEL INVESTMENT CIEL TEXTILE CONSTANCE HOTEL DEEP RIVER INVESTMENT ENL INVESTMENT UNION FLACQ LTD UNION SUGAR ESTATE UNITED INVESTMENT

NOMINAL

< 25

LAST CLOSING PRICE

LATEST

CHANGE

% CHANGE

VOLUME

VALUE

10.00 10.00 10.00 10.00 10.00 10.00 10.00 7.50 10.00 1.00 10.00 -

13.80 34.30 7.25 40.00 29.60 130.00 84.50 17.50 179.00 131.00 73.00 76.00 180.00 94.50 28.00 38.80 5.40

13.30 34.50 7.00 40.00 29.60 130.00 84.00 18.00 179.00 130.00 76.00 76.00 180.00 94.50 28.00 38.80 5.40

0.20 -0.25 -0.50 0.50 -1.00 3.00 -

0.58 -3.45 -0.59 2.86 -0.76 4.11 -

399.00 83,705.00 5,018.00 12.00 14,900.00 1,500.00 9,100.00 54,277.00 2,203.00 30,000.00 16,600.00 7,266.00 294,000.00 582,019.00 170,150.00

5,336.10 2,883,385.00 35,935.50 477.60 440,160.00 126,000.00 162,810.00 9,715,565.00 286,896.00 2,275,000.00 1,261,600.00 1,320,040.00 27,787,300.00 16,297,643.90 918,810.00

10.00 10.00 1.00 1.00

2.85 23.90 21.70 42.00 41.80 5.60 47.30 8.75

2.85 23.90 21.70 42.00 42.00 5.60 47.30 8.75

0.20 -

0.48 -

23,800.00 5,020.00 2,400.00 500.00

67,795.00 210,836.00 13,440.00 4,375.00

SELLING

Country

Currency

TT

DD

Notes

AUSTRALIA CANADA EMU JAPAN NEW ZEALAND SINGAPORE SOUTH AFRICA SWITZERLAND U.K. U.S.A.

AUD 1 CAD 1 EUR 1 JPY 100 NZD 1 SGD 1 ZAR 1 CHF 1 GBP 1 USD 1

30.3911 29.4595 40.0775 31.5509 24.7705 23.8324 3.3223 32.1923 46.8861 29.9663

30.2359 29.2837 39.923 31.2417 24.6232 23.7004 3.2782 32 46.7078 29.8726

29.9366 29.0603 39.6993 30.8325 24.3509 23.6028 3.2245 31.8074 46.4574 29.7477

TT/DD/Notes

31.7994 30.8314 41.2968 32.9942 25.8803 24.9723 3.4939 33.6094 48.2773 30.8737

GOLD COINS TUESDAY 12TH FEBRUARY 2013 Denomination

Weight(gm)

Diameter(mm)

Price (Rs)

100 250 500 1000

3.41 8.51 17.03 34.05

16.5 22 27 32.69

6935 16860 33535 66675

MARKET ACTIVITY TUESDAY 12TH FEBRUARY 2013 Market Capitalization

185,746,854,667.40

Total Volume Traded

1,826,245

Total Value Traded

66,986,751.80

TOP 5 – OFFICIAL MARKET Symbol NMH LUX ISLAND PAD INNODIS LTD ALTEO LIMITED

Open 73.00 17.50 68.00 46.70 34.30

MOST ACTIVE – OFFICIAL MARKET Symbol SUN RESORTS 582,019 POLICY 522,619 SBM 294,000 CIM FINANCIAL 170,150 ALTEO LIMITED 83,705 TOP GAINERS - DEM Symbol MEDINE (P) ENL LTD (P) TROPICAL PAR (O) GAZ INDUSTRIELS LIVESTOCK (O) MOST ACTIVE – DEM Symbol SODIA EUDCOS CIEL INVESTMENT ENL INVESTMENT TROPICAL PAR (O)

Open 62.50 3,000.00 5.20 134.00 22.90

Latest 76.00 18.00 69.00 47.30 34.50

% Change 4.11 2.86 1.47 1.28 0.58

Volume

Latest 66.00 3,060.00 5.30 136.00 23.10

% Change 5.60 2.00 1.92 1.49 0.87

Volume 121,000 38,800 23,800 5,020 4,100

DISCLAIMER: Publication of the above figures has been done with reasonable care and diligence. However, Capital makes no representations, gives no warranty and disclaims all liability in respect thereof and shall not be held liable for any damage, loss or costs incurred resulting from any error in the information or any use of the said information. Appropriate independent advice should be obtained before making any investment decision.

Une publication de Channel13 8, rue Mère Barthelemy, Port-Louis Tel : 213 1555 - Fax : 213 1552 Email : info@channel13.mu Imprimé par Yukondale Ltd - Plaine Lauzun

RÉDACTEUR EN CHEF Rudy Veeramundar DIRECTEUR EXÉCUTIF Rajen Valayden CHEF D’ÉDITION Clency Lajoie RÉDACTION Herrsha Lutchman-Boodhun, Dorothy Bonnefemme, Jamirouddin Yeadally, Jessen Soopramanien PHOTOGRAPHE Nicholas Larché COLLABORATEUR Jean-Luc Balancy CONCEPTION GRAPHIQUE Knivel Goonmeter, Ibrahim Atchia CHEF DE PRODUCTION Roland Nicolas Cheneya ADMINISTRATION Nishta Salandy, Essane Auleear, Vishesh Koonjobeeharry


26 >

GREEN BUSINESS

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 CAPITAL | EDITION 116

AXIOS GROUP

Pour une santé au naturel ▼ VRISHNI VALAYDON

J

ean-Luc Willequet est un homme dynamique, averti et visionnaire. Propriétaire de cinq sociétés dont une à la Réunion, il est pionnier dans le secteur de l’alimentation bio à Maurice, en 2004. Sa compagnie AXIOS Group est une société export spécialisée dans la vente d’équipements de fitness, de spa et de sport, se vante d'avoir équipé 35 hôtels ainsi que des salles de gym privées sur toute l’île, tout en étant présente sur l’ensemble de l’océan Indien. Tandis que le service après-vente et la maintenance est l'affaire de sa filiale AXIOS Health Clubs Ltd. La même complémentarité s'étend sur l’île soeur, via AXIOS Réunion. AXIOS Health Shop Ltd est un réseau de magasins de santé naturelle qui ne vend que des produits issus de l’agriculture biologique et/ou du commerce équitable. Fondée en 2004 et associée à Biodiet Sarl de la Réunion, la maisonmère d’AXIOS a élu bureau et magasin à Floréal, mais l'enseigne est aussi présente à Grand-Baie, dans le nord, et à Tamarin dans l'ouest. 2013 verra d'autres installations, notamment à Quatre-Bornes, à Moka et à Port-Louis.

L'homme d'affaires Jean-Luc Willequet ne jure que par le bio. Rencontré vendredi dernier, à sa boutique principale de Floréal, cet homme simple, qui cite Hippocrate, nous explique les implications de la commercialisation des produits biologiques à Maurice

UN CARREFOUR DE NOUVELLES IDÉES La vocation d’AXIOS est de favoriser une prise de conscience sur l’importance de l’écologie et de la santé au naturel. Plus qu’un commerce de détail, AXIOS Health Shop se veut un carrefour de nouvelles idées pour un mieux-vivre et un mieux-être. Vocation exprimée par la devise de l’entreprise ; ‘Your One Stop Shop for Healthy Living’. Sont ainsi proposés, chaque semaine, des paniers frais sur commande (info@axios.mu), comprenant des légumes biologiques de saison cultivés à Bambous, de même que des produits alimentaires secs, de la cosmétique et des produits d’hygiène d’Europe et d’Afrique du Sud, tous certifiés Bio (AB, Ecocert, etc…). « Il y a un lien évident entre une conscience écologique affirmée et le choix de nourrir sa famille en bio », élabore JeanLuc Willequet. Vu les limites évidentes

Il y a un lien évident entre une conscience écologique affirmée et le choix de nourrir sa famille en bio Jean-Luc Willequet

IL DÉCOUVRE LE BIO EN AFRIQUE DU SUD Après avoir terminé ses études à l’Ecole de Commerce de Lille en France, où il se spécialise en commerce international, Jean-Luc Willequet s'envole pour le Burkina Faso. Pendant quinze ans, il a travaillé dans le domaine de la santé en Afrique, notamment dans le domaine d'équipement d’hôpitaux « clé en main ». Puis, bref transit de deux ans au pays natal avant de mettre le cap, en 1995, vers l'Afrique du Sud. « Mandela est au pouvoir, c’est la naissance d’un nouveau monde mais c’est aussi l’époque où je découvre l’univers de l’alimentation biologique et du fitness dans un pays qui commence à s'ouvrir », se rappelle Jean Luc Willequet. Il y passera cinq ans. Une belle aventure qui le marquera à jamais. Mais c'est Maurice son destin. « Oui, je suis né en France, mais j’ai la nationalité mauricienne, ma femme et mes enfants sont Mauriciens !» clame-t-il fièrement. Et il veut voir son pays plus vert et ses compatriotes manger et vivre plus sainement. Il voit Maurice, où il est installé depuis maintenant une douzaine d'années, comme un petit havre de paix fragile qui, au-delà de sa vocation de « hub du commerce international, va devoir se construire une vraie autonomie alimentaire, et donc de commencer à consolider son économie sur le local et le durable ». Tout un programme.


MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

du modèle consumériste industriel prôné par les multinationales agro-alimentaires, de plus en plus de personnes recherchent des produits sains, développés par des petites et moyennes entreprises familiales qui s’engagent réellement pour un commerce équitable et sans concession sur la qualité. « Nous sommes à un tournant actuellement, un nouveau monde est à inventer », affirme le directeur d'AXIOS avec conviction. Propos qu'il illustre par la crise en Europe, aux Etats Unis et au Japon qui n’en finit pas, car « ce n’est pas une crise passagère mais une crise systémique ». Les Mayas n’avaient pas entièrement tort, car nous sommes bien à la fin d’un monde, et donc d’un modèle économique, ironise Jean-Luc Willequet. « LACTOSE INTOLERANT » Nous sommes à un point, poursuit-il, que l’on peut qualifier de ‘paradigm shift’. D’ailleurs, les mouvements écologistes et survivalistes (voir hors texte) sont en plein essor à travers le monde. Dans les grandes villes, à travers le monde, on voit pousser des ‘roof top gardens’ pour pallier à toute éventualité et assurer un système d’autosuffisance pérenne et sain. Alors que le modèle financier et économique est maintenu en vie par du « quantitative easing » illimité des planches à billets. Le cri de ralliement des alter-mondialistes « qu’un autre monde est possible » n'est pas qu'un slogan, avance Jean-Luc Willequet, « ce nouveau monde est nécessaire et il faut qu'un plus grand nombre s'y engage ». Le développement d’une agriculture raisonnée à grande échelle est une urgence pour Maurice, dit-il. Trouvant dans le modèle cubain une source d'inspiration fort val-

GREEN BUSINESS

< 27

A FLÉAU NOUVEAU, MOT NOUVEAU Et si on enrichissait un peu notre vocabulaire écologique ? Savez-vous ce qu’est ‘l’écologisme’ ou le ‘survivalisme’ ? Commençons par le début. L’écologisme est un mouvement écocentrique (qui met la nature au cœur de tout) et qui a pour but de protéger la nature et l’homme contre les pollutions et les destructions des sociétés industrielles. A partir de 1980, l’écologisme a pris une ampleur politique, d’abord en Allemagne, puis s’est développée en France et dans toute l’Union européenne. Un peu plus extrême, le « survivalisme », très en vogue aux USA, désigne un concept de vie où des individus se préparent à une hypothétique catastrophe (naturelle ou économique).

able. Le pays de Fidel Castro s'étant trouvé isolé par la chute de l'URSS et privé du soutien du grand frère en matière d'engrais de pesticides et d'autres intrants chimiques, au début des années 1990, a dû repenser de fond en comble son agriculture. De petits lopins de terre furent exploités à la fois en ville et à la campagne. Ce développement prit une telle ampleur qui a fait que Cuba possède, aujourd'hui, une agriculture à 85% biologique, avec des bienfaits tangibles sur la santé publique. Ceci a été très bien illustré par un documentaire américain : « How Cuba Survived Peak Oil ? », visionnable sur Youtube. Cet exemple de création d’une vraie indépendance alimentaire est à creuser, car Maurice et Cuba sont toutes deux des îles tropicales. Jean-Luc Willequet insiste également sur la notion de « juste prix » pour l’alimentation. Le prix d’un produit alimentaire ne veut rien dire en soi. Explications : Le produit « le moins cher »

Les néo-survivalistes, une variante moderne du survivalisme, prônent un nouveau mode de vie plus sain. Appelés les ‘preppers’ aux EtatsUnis, car ils se préparent, ils sont convaincus que notre civilisation basée sur une consommation sauvage va s'effondrer. Entre autres, ils prévoient l’érosion des économies, minées par le chômage, les grèves et bientôt la guerre. De ce fait, ils ont commencé à développer un mode de vie indépendant. Il s’agit donc de cultiver soi-même, d’être autosuffisant, faire autant que possible tout soimême, à commencer par son jardin potager. Et cela peut se faire dans des zones urbaines, semi-urbaines ou à la campagne.

est forcément pas bon, souvent pauvres en termes nutritifs mais toujours riches en intrants chimiques. Nombre de produits considérés comme des produits alimentaires de base sont en réalité des produits à très faible apport nutritifs (riz blanc, farine blanche, etc…), voire des produits à déconseiller pour de nombreuses personnes (le lait de vache : 75% de la population mondiale est « lactose intolerant »). AXIOS Health Shop se concentre sur les meilleurs produits en termes de valeur nutritive (Superfoods) et d’absence d’allergènes (produits sans gluten, sans gras, sans sucre, etc…) CHANGEMENT D’HABITUDES... Des produits bio et la santé au naturel au concept « Maurice île durable » (MID), il n'y a qu'un petit pas. Que notre interlocuteur franchit facilement. Une excellente idée, estime-t-il, mais qui implique de nombreuses considérations pour une mise en œuvre à grande échelle.

Les Mayas n’avaient pas entièrement tort, car nous sommes bien à la fin d’un monde, et donc d’un modèle économique, ironise Jean-Luc Willequet

Cependant, dit-il, dans cette quête d’un mieux-vivre pour tous, le plus important et le plus difficile restent l’éducation et le changement d'habitudes et d'attitude : « Il y a toute une éducation à faire, c'est la base de tout. C’est pourquoi nous proposons une large gamme de livres et de DVD permettant de mieux s’informer sur sa santé. Et de citer, comme mot de la faim, pardon, de la fin, Hippocrate : « Que ton aliment soit ta seule médecine ! ». Mais n'allons pas croire, non plus, que les médecins sont équipés pour conseiller leurs patients en matière de nutrition. En sept ans d'études, combien de temps estil alloué à l'étude la nutrition et un réel « bien-manger » ? Tout au mieux une semaine ! ROOFTOP GARDENS Phénomène qui prend de l’ampleur de par le monde, les jardins ou les balcons sur les toits sont très en vogue à New York, Londres ou Paris. Ce choix écologique urbain a plusieurs buts : se créer une petite autonomie alimentaire, retrouver le plaisir de la terre, ré-enchanter la ville et donc verdir le tout « béton-métal-verre ». On utilise généralement les termes de toit végétal, de toit végétalisé, d’écotoit, de toit vert ou encore de toiture végétale, pour désigner le fait d’aménager sa toiture de végétaux. En Norvège, fabriquer son toit végétal fait partie intégrante de la culture, car depuis des siècles les pays scandinaves exploitent cette technique. Outre une vocation aménitaire (récréative et décorative), la construction d'un jardin de toiture, peut avoir de multiples intérêts comme la gestion de l'eau, la biodiversité, la production de nourriture, la valorisation de compost, la climatisation de l'immeuble ou encore la qualité de l'air. En effet, les plantes ont la capacité de réduire l’absorption de la chaleur globale des bâtiments ce qui permet de réduire la consommation d’énergie (climatisation par exemple) dans les pays chauds comme chez nous. Ne serait-il pas judicieux de faire la promotion de ces cultures à étages, sur les dalles de nos maisons, afin que les touristes venant visiter notre beau pays, constatent du ciel, avant même l’atterrissage à Plaisance, que Maurice Ile Durable est une réalité visible et tangible.


28 >

GROS PLAN

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 CAPITAL | EDITION 116

SONDAGE SUR LA CORRUPTION

L’HONNÊTETÉ EN RECUL Les Mauriciens sont très pessimistes sur le niveau de la corruption à Maurice. C'est la conclusion d'un sondage réalisé par Moriscopie pour le compte de Transparency Mauritius. L’honnêteté, selon 44% des sondés, n’est pas toujours une bonne chose ▼ JESSEN

SOOPRAMANIEN

L

e Mauricien a du mal à être honnête. C’est le terrible constat du « Sondage sur les attitudes à l’égard de la corruption » mené par téléphone, du 6 au 21 novembre 2012, par l’agence d’observatoire sociétal Moriscopie, auprès d’un échantillon de 976 Mauriciens âgés de 15 ans et plus. Les résultats ont été dévoilés, lors d'une conférence de presse la semaine dernière, par Rajen Bablee et Brigitte Masson, respectivement directeur exécutif de Transparency Mauritius et directrice de Moriscopie. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils sont très révélateurs. Ainsi, trois Mauriciens sur cinq (62%) sont d'opinion que la corruption va s'aggraver dans les cinq prochaines années. Pire : les jeunes, donc les adultes et les employés de demain, sont pessimistes à 90%, alors que la moyenne nationale est de 85,3%.

Ceux qui croient en une baisse de la corruption ne sont, pour leur part, que 14,4%, alors que 22% sont d'avis que la corruption restera au même niveau. Autre chiffre inquiétant : 25% des sondés, soit un Mauricien sur quatre, trouve tout à fait normal de bénéficier d'une récompense en échange d’un vote, alors que 30% trouve normal de recevoir des faveurs personnelles. Cette idée de récompense contre un vote est plus ancrée chez les jeunes. « Plus on est jeune, plus on est favorable à l’idée de recevoir une récompense en échange d’un vote : 36,4% des 15 à 24 ans, contre 18,6% chez les plus âgés », peut-on lire dans le rapport. NI PEUR, NI HONTE La seule arme contre la corruption demeure l'honnêteté, dit-on. Mais force est de constater que près de la moitié des sondés ont une toute autre idée de ce principe, car selon eux « si on est trop honnête dans la vie, les gens

44% Le pourcentage de Mauriciens qui estiment qu’une trop grande honnêteté peut être preuve de faiblesse

CONFÉRENCE DE PRESSE. Le directeur de Transparency Mauritius a rendu le rapport public jeudi

marchent sur votre tête ». En effet, ils sont 44% à croire qu’une trop grande honnêteté peut être

preuve de faiblesse, et qu’elle peut conduire à se laisser dominer par les autres. Le constat, une fois

de plus, est alarmant chez les jeunes. Ils sont ainsi 52% des jeunes de 15 à 24 ans, et 61% des 20 -24 ans, à penser ainsi. Le niveau d'éducation des sondés a, par ailleurs, un impact sur leur façon de voir les choses. Ainsi, selon l'étude de Moriscopie, les Mauriciens les moins éduqués sont surreprésentés parmi ceux qui trouvent normal de bénéficier de faveurs (35%), alors que ceux ayant une qualification universitaire ne sont que 26% à le penser. Un peu plus de la moitié de la population, soit 55%, se dit cependant prête à dénoncer des cas de corruption, avec un plus fort pourcentage chez les hommes (59%), les je-

unes (63%) et les Mauriciens les plus éduqués (67%). En ce qui concerne le niveau de perception de corruption à Maurice, les sondés ont accordé une note moyenne de 3,68 sur 5, avec un Mauricien sur trois accordant une note de 5 sur 5, soit le niveau maximum de corruption. Moins de 10% des Mauriciens ont par ailleurs avoué avoir déjà corrompu quelqu’un. Selon le rapport, ces personnes n’ont ni peur, ni honte de le dire ouvertement. La majorité des Mauriciens (77%) affirment cependant qu'on peut réussir dans la vie sans avoir recours à la corruption, alors que 20% affirment le contraire.

Coup d’essai, coup de maître POUR SA première participation, Maurice a brillé au Carnaval International de Victoria, qui s’est tenu du 8 au 10 février 2012, aux Seychelles. La troupe de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA), ‘Danse avec la Mer’, a en effet pris la deuxième place, derrière celle du ‘Carnaval de Notting Hill’, mais devant des grosses pointures venues du Brésil, de l’Inde ou encore de l’Angleterre. « C’est une fierté et un honneur pour Maurice. Cette reconnaissance internationale, nous la dédions aux artistes mauriciens, à leurs talents, à leur travail, et à leur dévouement. La MTPA s’est engagée dans des actions de valorisation et de reconnaissance des artistes et de leur contribution au

développement touristique de Maurice », ont déclaré les responsables de l’Office du Tourisme. Axés sur la thématique marine, les costumes et la chorégraphie de la troupe mauricienne – œuvres de Diana Fitton et Jeff Dorza – étaient inspirés des différentes cultures de notre île, tout en mettant en valeur nos lagons, les poissons, les coraux et le sable. La troupe, formée il y a seulement trois semaines, est composée d’artistes des hôtels La Pirogue, Sofitel, Le Touessrok, Le Club Med et du groupe LUX, ainsi que d’artistes sélectionnés par la MTPA. MTPA. Mauritian delegation posing with the prize for the 2nd best performance

V.V.


GROS PLAN

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

▼ JESSEN SOOPRAMANIEN

«L

es deux accords que nous avons signés serviront de plateforme solide sur laquelle les milieux des affaires de la Turquie et de Maurice pourront développer leurs relations les uns avec les autres au cours des années à venir, et également lorsque les deux gouvernements élaboreront des domaines de coopération par la conclusion d'un protocole d'accord. » C'est ce qu’a déclaré Arvin Boolell, ministre des Affaires étrangères, à la signature du Framework Agreement on Trade and Economic Cooperation et de l'Investment Promotion and Protection Agreement (IPPA). Le premier accord a pour but de permettre aux deux pays de mettre en place les structures nécessaires pour approfondir leurs échanges commerciaux et la coopération dans divers secteurs de l’économie, notamment l'agriculture, la pêche, la santé, la science, l'éducation et la technologie. L'accord-cadre permettra également de créer des synergies entre les milieux des affaires des pays concernés, d'identifier des secteurs d'investissement et ce qui doit être fait pour accroître les échanges commerciaux et éliminer les barrières non-commerciales. PLATEFORME STABLE « En guise d'aperçu, les dernières statistiques économiques mettent en évidence les points forts de nos relations économiques bilatérales. La Turquie est le 18e partenaire commercial de Maurice, les exportations et les impor-

< 29

RELATIONS BILATÉRALES

Maurice et la Turquie signent deux accords Promouvoir et consolider les liens économiques entre Maurice et la Turquie. Tels sont les objectifs de deux accords signés entre les deux pays. Arvin Boolell, le ministre des Affaires étrangères, a également plaidé, auprès de son homologue Zafer Caglayan, pour des discussions autour d'un traité de non-double imposition. La cérémonie de signature a eu lieu à Istanbul, capitale de la Turquie, la semaine dernière

SIGNATURE. Le ministre des Affaires étrangères mauricien, Arvin Boolell, et son homologue Caglayan

tations totalisant USD 44 millions et USD 4 millions, respectivement, en 2011. Il y a également eu une augmentation des importations en provenance de Turquie de 10 %. Il existe, cependant, un énorme potentiel pour accroître la diversité et le volume des liens commerciaux et des investissements entre Maurice et la Turquie », a affirmé Arvin

Boolell dans son discours. L'Accord de Protection et de Promotion des Investissements (IPPA) concerne justement cet aspect. Avec la signature de cet accord, le chef de la diplomatie mauricienne dit s'attendre à ce que davantage d'entreprises turques investissent à Maurice. Car, explique Arvin Boolell, Maurice offre des possibilités et

Vol direct Maurice-Shanghai : une première très spéciale VERS 8 heures, samedi dernier, l'île Maurice a accueilli les passagers de son premier vol direct vers Shanghai. Les quelque trois cents passagers du vol MK689 ont été reçus par le directeur de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA), le Dr. Karl Mootoosamy, ainsi que le Chief Commercial Officer d'Air Mauritius, Derek Shanks. Les heureux voyageurs ont également eu droit à un spectacle de danses traditionnelles du dragon et du loup dans le cadre des célébrations du nouvel an chinois, ainsi qu’à des ‘gift packs’ contenant des produits locaux, qui leur ont été remis par des hôtesses de l'Office du Tourisme. Cette opération séduction vise à atti-rer les Chinois – marché en plein

essor – dans notre île. « La MTPA veut vraiment motiver les opérateurs du secteur à s'adapter aux demandes des touristes chinois pour booster ce marché prometteur pour Maurice », a affirmé Robert Desvaux, président de cet organisme. « Avec 7 vols sur Shanghai par semaine, dont 2 directs, Maurice accueille pour la première fois un aussi grand nombre de touristes chinois en même temps », a-t-il expliqué. Une opportunité qu’il s’agit de saisir. Ce dernier dit ainsi souhaiter que les prestataires et les professionnels du secteur touristique se perfectionnent dans la culture chinoise pour mieux servir nos nouveaux clients. V.V.

offre une plateforme stable et prévisible aux investisseurs. Les services étant l’un des secteurs clé de l'économie mauricienne, le ministre a également vanté les services financiers, un domaine à fort potentiel selon lui. Maurice bénéficiant de 35 traités de nondouble imposition et 22 IPPA signés avec plusieurs pays, tels

que l'Inde, la Chine, Singapour et la France, Arvin Boolell invite les hommes d'affaires turcs à en tirer profit. Ce dernier a également proposé, dans la foulée, d’entamer le processus pour des pourparlers autour d’un traité de non-double imposition entre Maurice et la Turquie. Afin de convaincre les Turcs, Arvin Boolell a souligné l'importance du centre régional d'arbitrage, à Maurice, qui permettra aux investisseurs d’y avoir recours pour tout litige découlant de leurs investissements et relations d'affaires sur le continent africain. Par ricochet, les investisseurs turcs sont appelés à domicilier leurs bureaux à Maurice pour leurs investissements transfrontaliers en Afrique. « La signature de l'accord de promotion et de protection des investissements entre Maurice et la Turquie va ajouter la prévisibilité et la sécurité juridique pour les opérateurs turcs qui font des affaires avec Maurice », a conclu Arvin Boolell.

Leadership Develoment Programme in Rodrigues THE NATIONAL Youth Council (NYC) in collaboration with The Leadership Network (TLN) is organising a Leadership Development Programme (LDP) in Rodrigues. The programme is to be held on 23rd and 24th February at Malabar Training Center. The rationale behind this scheme is to empower the Rodrigues Regional Youth Councils' executive members as well as fifty young people from youth organisations. The National Youth Council has the duty to prepare the youth for the challenges they will confront in the future, states its chairperson, Krishna Athal. Thereby, it is with this vision that the NYC has endowed itself with the aim to impart knowledge and skills to the youth as well as opportunities for success. «We, at the NYC, believe that the youth of Rodrigues should grow hand-in-hand with their Mauritian friends, in all aspects of development. Social transformation can only be achieved through valuebased leadership and when individuals

undergo a process of inner change and then collectively begin to chart their destiny as a people », he added. Following the same trend of thought, in August 2012, 81 young leaders from the nine Regional Youth Councils in Mauritius had the opportunity to participate in the Leadership Development Programme, organised by the National Youth Council in close collaboration with The Leadership Network (TLN). The NYC is currently designing innovative strategies to provide a unique opportunity to cope with the new leadership challenges, and to take the field of youth leadership to a new level. In order to maximise this opportunity, NYC is convening an association of collaborators who combine a passionate commitment to supporting a new generation of young leaders.

VRISHNI VALAYDON


30 >

PLEIN RÉGIME

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 CAPITAL | EDITION 116

Secteur pétrolier : la naissance d’AOG O n s’attendait à une vente spectaculaire des activités de distribution de produits pétroliers d’Addax & Oryx, après l'arrêt des négociations en mai 2012 avec le fonds américain Emerging Capital Partners. Il n'en est rien. À l'occasion de ses 25 ans, Addax & Oryx a annoncé « un repositionnement pour mieux exprimer le chemin parcouru depuis ses débuts en 1987 ». Désormais dénommé AOG, le groupe a décidé de regrouper ses principaux domaines d’activités au sein des entités AOG Energy (comprenant Addax Bioenergy, Oryx Energies, Oryx Petroleum), AOG Real Estate et AOG Capital Investment. Il a, dans ce cadre, décidé de « fusionner ses activités de négoce et d’aval pétrolier en une seule plateforme, Oryx Energies », concluant « une stratégie de rapprochement pour-

suivie depuis 2009 » et soulignant l'ambition de « devenir l’une des plateformes d’aval pétrolier les plus étendues et les plus fiables du continent ». Depuis quelques années, le groupe, qui a revendu Addax Petroleum en 2009 pour 7,2 milliards de dollars au chinois Sinopec, a diversifié ses investissements, notamment dans l’agriculture, avec son projet de production de bioéthanol au Sierra Leone, sur 20 000 hectares. Un investissement de 258 millions d’euros soutenu, notamment, par la Banque africaine de développement (BAD) et les agences de développement néerlandaises (FMO) et allemande (DEG). Outre la culture de la canne à sucre, le projet, qui doit démarrer cette année, comprend une raffinerie et une centrale de production électrique.

PARTENAIRES. Paul Renaud et la direction d'Emerging Capital Partners

REPUBLIC OF MAURITIUS COMMUNIQUE NEW GOVERNMENT SCHORLARSHIP SCHEMES ADDITIONAL SCHOLARSHIP BASED ON MERIT AND SOCIAL CRITERIA Applications are invited from suitably-qualified students who have sat for the HSC in October/November 2012 for the award of 24 scholarships under the Additional Scholarship Scheme on the basis of Merit and Social Criteria. The breakdown for these 24 scholarships is as follows: (i) Award of 16 Scholarships 16 scholarships will be awarded as hereunder to students ranked among the first 500 of the Cambridge International Examination Scholarship Rank Orders, and whose total family income does not exceed, in the aggregate, Rs 12,000 per month: Science Economics Arts Technical Rodrigues(any field)

6(3 boys & 3 girls) 4(2 boys & 2 girls) 2(1 boy & 1 girl) 2(1 boy & 1 girl) 2(1 & 1 girl)

The Cambridge International Examination Scholarship Rank Order List for 500 candidates is available on the website of the Mauritius Examinations Syndicate at: http://mes.intnet.mu as well as on the website of the Ministry on http://ministry-education.gov.mu

(iv) Those who opt to study Medicine or Medicine-related fields in an approved local Tertiary Education Institution will get an annual allowance of Rs96, 000 plus tuition fees and related charges up to Rs150, 000 per year for a maximum of five years. They will, however, not be entitled to any postgraduate scholarship awarded by the Government of Mauritius. (v) All beneficiaries of the 24 scholarships on the basis of Merit and Social Criteria under the Additional Scholarship Schemes will have to work for at least 2 years in a Ministry or Government Department in Mauritius immediately after completion of the first degree. Those who opt for studies in Medicine or Medicine-related fields will have to work for at least 2 years in a Ministry or Government Department in Mauritius after being fully qualified, that is, immediately after completing their first degree and internship. (vi) All beneficiaries of the 24 scholarships on the basis of Merit and Social Criteria under the Additional Scholarship Schemes will have to sign an undertaking that they will serve the country upon completion of their studies. 3. Mode of application

(ii) Award of 8 Scholarships 8 scholarships will be awarded to students based on the results of the Cambridge Higher School Certificate examinations (2012) and whose total family income does not exceed, in the aggregate, Rs6,200 per month. The students also must have secured a seat for the first degree in a University abroad or in a locally-approved Tertiary Education Institution. Eligible students who have not yet secured a seat at a University abroad or in a locally-approved Tertiary Education Institution by the time of application may still submit their applications. The final offer of the scholarships to shortlisted candidates will be subject to submission of evidence of admission.

Applicants must be made on the prescribed form available at the Scholarships Section, Ministry of Education and Human Resources, 1st Floor, MITD House, Phoenix. The form may also be downloaded form the Ministry’s website at: http://ministry-education.gov.mu The completed Application form, along with ALL supporting documents should be submitted to the Scholarships Section, Ministry of Education and Human Resources by Thursday 28 February 2013 at 14. hours at latest.

2. Conditions of Scholarship (i) All beneficiaries of scholarships have the option to study either locally or abroad. (ii) Those choosing to study abroad will get an all-inclusive yearly allowance of a maximum of Rs300,000 for a first degree of a maximum duration of 4 years. They will, however, not be entitled to any postgraduate scholarship awarded by the Government of Mauritius. (iii) Those opting to study locally will get an annual allowance of Rs96,000 plus tuition fees and related charges up to Rs150,000 per year for a first degree of up to 4 years duration in an approved Tertiary Education Institution. Except if they opt for studies in Medicine or Medicine-related fields, they will, thereafter, benefit from a full-funded postgraduate scholarship of 1 year duration abroad or not exceeding 2 years in Mauritius.

4. Additional Information Additional information or clarifications may be obtained from the Scholarships Section, Ministry of Education and Human Resources, 1st Floor, MITD House, Phoenix, Phone No: 6860772 and Fax No: 6868581. The Communique has also been placed on the Ministry’s website which is as follows: http://ministry-education.gov.mu Applications forms received after the closing date will not be considered.

6 February 2013

Ministry of Education And Human Resources MITD House, Phoenix


PLEIN RÉGIME

MERCREDI 13 FÉVRIER 2013 EDITION 116 | CAPITAL

L

e champion de la croissance au sud du Sahara, c’est une ancienne colonie britannique, sortie, il y a dix ans, d’une terrible guerre civile. La Sierra Leone, puisqu’il s’agit d’elle, connaît en effet une hausse fulgurante de 32% de son PIB, grâce à son minerai de fer et son pétrole. Le pays fait peu parler de lui et est quasi-absent des médias francophones couvrant l’Afrique. Et pourtant, cet élève un peu timide du fond de la classe, encore classé parmi les pays les plus pauvres de la planète, vient de décrocher les félicitations du jury et succède à un autre « lion africain », le Ghana, anglophone lui aussi, boosté par le pétrole, qui passe de 13,6% en 2011 à un confortable 8,8% en 2012, selon le Fonds monétaire international (FMI). En 2011, la croissance économique de la Sierra Leone était déjà honnête (+5,1%) et devrait rester très élevée en 2013 (+9,1%). Le sous-sol regorge de diamants, or et bauxite et du pétrole off-shore devrait également aider au décollage du pays. Cerise sur le gâteau, la croissance de l’économie va de pair avec l’enracinement démocratique. En conséquence, il serait temps de s’intéresser enfin à cette « success-story » à l’africaine. La deuxième plus forte croissance économique de l’Afrique subsaharienne est enregistrée par un pays francophone, le Niger, avec un beau 14%, qui contraste fort avec le maigre 2,3% de 2011. Mais la performance de 2012 est largement superficielle, essentiellement due au début de l’exploitation du pétrole. Le pays est d’ailleurs toujours classé parmi les plus pauvres du monde, avec un indice de développement catastrophique et une explosion démographique qui handicape tout développement. Le Niger pourrait en outre être contaminé par la « rébellion islamiste » qui a gangréné le Nord-Mali. Pour ces raisons, les perspectives de croissance économique ne s’établissent « qu’à » 6,6% en 2013 RISQUES DE CONTAGION Le pays occupant la troisième place du podium des champions de la croissance 2012 n’est ni anglophone, ni francophone, mais lusophone. Il s’agit de l’Angola, qui dispute au Nigeria la place de premier producteur africain de pétrole, et qui bénéficie d’investissements massifs de la Chine. L’Angola passe de 3,4% de croissance en 2011, à 9,7% en 2012 et devrait frôler les 7% en 2013. Tout roule

< 31

RÉGION SUBSAHARIENNE

Les pays anglophones rois de la croissance Si la langue française a depuis longtemps cédé devant l’hégémonie de l’anglais, il semblerait que celle-ci se répercute, en Afrique subsaharienne, au niveau économique. Les pays ayant en commun l’usage de la langue de Shakespeare connaissent ainsi une croissance que ne peuvent que leur envier leurs voisins francophones

ÉCONOMIE. La Sierra Leone a connu une croissance de 32%

Le pays occupant la troisième place du podium des champions de la croissance 2012 n’est ni anglophone, ni francophone, mais lusophone. Il s’agit de l’Angola

donc pour l’inamovible président Dos Santos, au pouvoir depuis… 1979. Vient ensuite le Liberia, qui, avec une croissance de 8,8% en partie boostée par le pétrole, coiffe au poteau, en 2012, la « locomotive ivoirienne », qui rebondit (+8,1%) après la grave crise de 2011, qui avait fait plonger son PIB de près de 5%. Mais on attendait mieux de l'éléphant ivoirien, les autorités ayant promis une croissance à deux chiffres. Les prévisions pour 2013 ne sont en outre que d’un peu plus de 6%. Le président Alassane Ouattara a donc encore du pain sur la planche. Sur le plan économique d’abord, mais aussi pour stabiliser la situation intérieure, avec des opposants armés qui multiplient les raids ces derniers mois et une politique de réconciliation qui est trop lente. La Côte d’Ivoire est symptomatique de cette Afrique francophone qui pleure en regardant ses voisins anglophones, notamment le cousin ghanéen, prendre le train de la croissance. Il est toujours frustrant de rester à quai à l’heure de l’émergence africaine. En 2012, de la crise au Nord-Mali en passant par la rébellion en Centrafrique et dans l’est de la République démocra-

tique du Congo (RDC), les pays ayant le Français en partage ont occupé la mauvaise rubrique de l’actualité. Et cela devrait continuer en 2013. Rien n’est réglé au Nord-Mali, sous la coupe de bandes armées islamistes qui détruisent des mausolées, témoignages uniques de l’histoire subsaharienne, et terrorisent les populations avec une application médiévale de la charia. La force militaire ouest-africaine n’est pas encore sortie des cartons, et les premiers mouvements auront lieu au plus tôt en septembre 2013. Avec, d’ici là, des risques de contagion à la Mauritanie, au Niger, et peutêtre dans le sud algérien. Autre foyer de tension francophone : la Centrafrique, avec le président François Bozizé très menacé par une alliance hétéroclite de rebelles depuis qu’il semble lâché par la France et son ex-parrain tchadien. Qui lui succèdera pour gouverner le « ventre mou de l’Afrique » ? Difficile d’être optimiste pour ce pays encore hanté par les folies de Bokassa (qui a dirigé le pays de 1966 à 1979). S’il plonge dans l’anarchie, il pourrait devenir le repère de tous les rebelles de la région, à l’instar de ce qui est en train de se passer dans le Nord-Mali, devenant

ainsi une zone grise de plus sur le continent. La situation dans le Kivus congolais, une région potentiellement très riche mais encore une fois déstabilisée par une rébellion soutenue par le Rwanda, ne devrait d’ailleurs pas, en 2013, faire monter la côte de l’optimisme francophone. Pour couronner le tout, autre indicateur du retard francophone, la croissance économique dans les pays de la zone Franc est, depuis au moins 10 ans, systématiquement inférieure à la moyenne subsaharienne. Elle fait pourtant jeu égal avec la moyenne subsaharienne en 2012 (autour de 5,5%), mais c’est uniquement grâce aux chiffres exceptionnels du Niger. En 2013, la croissance de la zone Franc devrait atteindre 4,9%, encore une fois endessous des 5,3% de l’Afrique subsaharienne. Début octobre à Paris, lors d’une cérémonie marquant le 40e anniversaire de la zone Franc, le président Ouattara avait d’ailleurs reconnu qu’il fallait se bouger : « L’heure de l’Afrique a sonné » et « les pays de la Zone Franc ne peuvent rester en marge de cette dynamique ».


Capital Edition 116  

Capital Edition 116

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you