Issuu on Google+

TECOMA AWARD : LE TRIOMPHE DU RÉALISME

Malgré la mauvaise santé des grands groupes hôteliers mauriciens, JeanMichel Pitot, CEO d’Attitude Resorts, a su miser sur un autre tourisme pour bâtir son succès. Une approche qui lui a valu le prix de l’entrepreneur de l’année

Edition 102 – Mercredi 31 octobre 2012

LA DIFFÉRENCE, C’EST LE CONTENU

MAURITIUS PROPERTY SCAM : ROBIN BOSOMWORTH’S LAST INTERVIEW

British investor Robin Bosomworth was ready for a big fight in Mauritius to get his millions back. Three weeks before he passed away in South Africa, where he lived, he gave an interview to Capital at Le Meridien Hotel. As promised last week, we are publishing the draft interview

Votre hebdomadaire à Rs 15

EQUAL OPPORTUNITIES COMMISSION : UN PREMIER RAPPORT INTÉRIMAIRE PRÊT

Après six mois d'opération, l'Equal Opportunities Commission (EOC) présidée par Brian Glover a traité plus de 400 cas. Parmi les recommandations présentées dans un premier rapport intérimaire figurent un amendement à la loi-cadre et la prise en considération, par le pouvoir législatif, des cas des fonctionnaires

Alors que le conflit Rundheersing Bheenick Xavier Duval focalise les attentions à Maurice, Michel Camdessus trouve normal qu’il y ait des divergences entre un ministre des Finances et le gouverneur d’une Banque centrale. L'ancien gouverneur de la Banque de France et ancien directeur du Fonds monétaire international parle également de la nécessité de contenir l’inflation

MICHEL CAMDESSUS,

ANCIEN DIRECTEUR GÉNÉRAL DU FMI

« BHEENICK EST AUSSI LÉGITIME QUE DUVAL » CONSTRUCTION

FIRST IMPRESSION

ELYN HU JIANGCHUAN, PRESIDENT OF AIESEC-MAURITIUS

L’APRÈS-2013 INQUIÈTE

THE PERFECT SWING

“THE MAURITIAN YOUTH IS TOO ATTACHED TO FAMILY TRADITIONS”


2

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

|

EDITION 102

CAPITAL

ACTA PUBLICA

MAURITIUS PROPERTY SCAM

ROBIN BOSOMWORTH’S LAST INTERVIEW

British investor Robin Bosomworth was ready for a big fight to get his millions back and before leaving Mauritius for South Africa, where he lives, he informed lawyers Maxime Sauzier and Jaykur Gujadhur of his intentions to see justice done. He didn’t know he wouldn’t be back. Robin Bosomworth passed away on Monday 15th last, in South Africa. Three weeks before his death, he gave an interview to Capital at Le Meridien Hotel, after a few mails exchanged with journalist Herrsha Lutchman-Boodhun. Questioned by journalists Rudy Veeramundar and Leevy Frivet, Bosomworth conceded that he provided information to controversial website mauritiuspropertyscams.com, but pointed out that « it is not my website ». As promised last week, we are publishing the draft interview of Robin Bosomworth ❚ You told us you want to put a case

in London but what about here in Mauritius? The only way we can touch these people is through a criminal case. I've said that long before. I know who they are, where they work. ❚ A case has been lodged in 2010.

What happened? Nothing happened. But I need you with your questions to make the scam know, that it was raised two years ago, the charges were made and we need to know who are protecting those behind the scam. Money has been stolen. By double and triple funding the money has been structured out from these two beach villas scam. The money has gone into Centrepoint, that the foreign guys have not utilised. The money has been stolen, misused. They said they were selling property, they were advertising it The properties were largely define in terms of the legislation so it has not be freehold land but it can be property rights. People were paying but it should have properly been done by the banks. So the banks were involved in these criminal activities. They were breaking the law. The Timols knew they were breaking the law. Everybody knew what was going on but they say, ok, we take the shortcuts but at the end you can't correct all the criminal activities. And in the end, there were no money. All had been used in Centerpoint.

potential if one is allow. I told Maxime about the justice system. If you had a good minister of Justice, you could have changed these, get rid of crooked judges, just clean that and He said that it would be a hard job that this place be cleaned up. They (ICAC) wanted to prove that Kirk was a fronting for me. That was the basis of the ICAC case. I think, I don't know but whether it was simply to intimidate but once they turned onto ICAC, I knew about this because I had phone calls from people, from the banks...I want to know who are pushing the buttons behind the Timols, because it does not matter how high they are. Where has all the money gone? I know a lot of it never came to Mauritius because a lot of these were

Everybody is looking to trade up with each other at doing deals... So you got those conditions in a little economy where everybody is stabbing everybody’s back, everybody is intimidated...You don’t want to make enemies

❚ Are you 73 years old?

Yes, why? (laughs) ❚ And you are still running?

This is not my choice. I have been running as these guys have been taking three and four years in my life and it's making me very angry. These crooks, you see ! When you come to my stage in life, the most important is the family, the principles and I don't care who the crooks and how big they are. This is a wonderful country and it's got so much

overseas buyers. A lot of it is foreign money, Indian money. You see, these scams are quite clear because they actually catch a lot of Indian money. Because people in India have offshore money...In fact 70 % of the FDI getting into India pass through Mauritius. So there is a lot of money out there that’s prepared to back politicians and partisans. Now that is that external offshore operations is what the world looks at

and says oh Mauritius has fantastic economic freedom. But, if you come to the domestic economy, you find complete obstacles, too many people operating in too small a market...Everybody is looking to trade up with each other at doing deals...So you got those conditions in a little economy where everybody is stabbing everybody’s back, everybody is intimidated...You don’t want to make enemies in a little island. ❚ Can we come back on the main

issue? Do you know where Beach House is? Opposite there, there is a development and shops… is done by the Timols. And the builder, he was working with… brought to the Timols. Some relations from India came along...paid the Timols cash. They took the cash and then we got the problems. Rs 240 million package ostensibly to fund Centrepoint. It was a 2008 development. They got all the money in and they borrowed USD 5 millions, for the double fund of it, from Bank One. I wasn’t even on the island at this stage. But this Mauritian Rory Kirk is right from the…and I had this idea of online booking system and …I said we were budgeting USD 10 or 15 millions just to secure that beach front property to get this whole thing and we had...the biggest guest house operators. They came in the island twice. There are 30 units or so. Then people pay their money, some people paid 100% and they got like a …or something. So that was more than cash deposit. The Timols took the USD 5 millions from Bank One, plus the sales. And I know the builder of that building, they haven’t paid him …The Timols didn’t had money to put into Centrepoint. This is all. So they couldn’t complete them...So they fired the builders, they fired the architects, every reason was an excuse not to

complete... In 2010, Kirk and Winter, both put affidavits at the CCID and nothing happened. I went to see Paul Berenger. When I spoke to him about it, I say look : what can you do? Speak to the Prime minister Ramgoolam...

People don’t hear about the real Mauritius. The point is that unless you get rid of the cancer, then no foreign direct investment...

I do not know if that is true but the Timols are after me now for breaking his stories. It is not my website (mauritiuspropertyscams.com) but I have been providing informations and they don’t like that. You know these types of scams that tie you up in the courts may take 10 years. The stories did break out two years ago. I brought it here but it was kind of shut off. People don’t hear about the real Mauritius. The point is that unless you get rid of the cancer, you don’t cut out the cancer, then no foreign direct investment, nobody’s gonna trust… I mean I mix with people and they say ‘how is Mauritius?’ and I …. Its lovely when you start, on the border house of Tamarin or a golf course, the double... Why are they anti south Africans? What have south Africans done other than bring competition? Wherever they have done well, they have put in a bar, put in a restaurant. People gone for them. Why? Because they want that space. But too many people on the island competing for too little business... I met with Maxime Sauzier going through all these issues that he knows I am talking with you...


FINAL REPORT

EDITION 102

|

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

CAPITAL

3

MICHEL CAMDESSUS, ANCIEN DIRECTEUR GÉNÉRAL DU FMI

« BHEENICK EST AUSSI LÉGITIME QUE DUVAL »

Alors que le conflit Rundheersing Bheenick - Xavier Duval focalise les attentions à Maurice, Michel Camdessus trouve normal qu’il y ait des divergences entre un ministre des Finances et le gouverneur d’une Banque centrale. L'ancien gouverneur de la Banque de France et ancien directeur du Fonds monétaire international parle également de la nécessité de contenir l’inflation | LEEVY FRIVET ❚ Vous avez précisé à tout

le monde que vous n'êtes pas à Maurice pour parler du pays mais de la crise financière en général. Que pensezvous, malgré tout, de la performance économique de Maurice, dans le contexte de la crise ? On évoque, du côté des décideurs, sa résilience... D'une manière pas trop inégalitaire, Maurice a su saisir toutes les chances que lui offraient les accords avec l'Union européenne, dont, à un moment donné, le protocole sucre. Elle a su enfin vivre selon un consensus, selon l'ensemble des forces politiques, pour continuer sur la lancée des réformes des années 80. Car si vous regardez l'histoire de Maurice, on voit qu'entre 1983 et les grands accords avec le Fonds monétaire international et 1993, Maurice a su maîtriser son inflation, a gardé son budget proche d'un équilibre acceptable, et, en réduisant l'inflation, a accumulé des réserves d'échanges suffisantes. Pourtant, je lisais récemment qu'en 1979, Maurice n'avait que le financement d’un jour et demi pour l'importation. Mais elle est sortie du bord de l'abîme pour donner cette résilience dont vous parlez. Évidemment, depuis tout ce temps, il y a eu des hauts et des bas. Les gouvernements ont été tentés, parfois, de dépenser un petit peu plus, mais dans l'ensemble, le consensus est resté aligné sur des positions de sagesse. C'est ce qui fait qu'aujourd'hui, alors même que le grand partenaire, qui est l'Europe, traverse une crise profonde, Maurice continue de garder la maîtrise de son inflation. Malheureusement, le pays conserve des niveaux

jours là, même s'il faut, pour cela, ralentir un peu la progression des revenus des plus favorisés. ❚ Dans votre exposé à l’u-

de déficit budgétaire probablement trop élevés, qui entraînent un niveau d’endettement qui n'est pas encore préoccupant, mais qui pourrait le devenir si on abandonnait cette discipline. Donc, si j'avais des conseils à donner à Maurice – qui ne m'en demande pas – je dirais que le pays doit rester en ligne avec ce qu'elle a établi il y a maintenant 25 ans, conserver le souci de l'équilibre des finances publiques et d'un endettement modéré, mais surtout préparer l'avenir. Il faut préparer la jeunesse et continuer l'effort de formation dans cette économie mondiale diversifiée. Il faut former la jeunesse à l'ensemble des métiers de l'avenir, pas seulement dans les industries traditionnelles, mais dans les nouveaux secteurs qui s'ou-

vrent à Maurice. Je parle des secteurs comme celui des services financiers, des hautes technologies, de l'innovation… Dans tous ces domaines que je viens de mentionner, Maurice a sa chance. Il faut qu'elle la saisisse. ❚ Y a-t-il un « mais » à

ajouter à ce conseil particulier ? Oui. Maurice a ses chances, mais en tenant bien compte du fait que le processus de développement est un processus qui risque, en permanence, de créer des inégalités. Et les inégalités sont dangereuses pour l'équilibre et la cohésion sociale. Il faut donc faire très attention à ce que les ressources nécessaires à la promotion des plus pauvres, en particulier, soient tou-

niversité de Maurice, les chiffres n’avaient pas trop leur place. Vous avez parlé de Dieu et affirmé votre foi dans le catholicisme, donnant ainsi l’impression que la religion et les bonnes valeurs peuvent nous sortir de la crise financière… J'ai également parlé du dalaï-lama, je vous signale. Oui, les bonnes valeurs ont leur place. Je crois que c'est fondamental. Chacun a sa propre foi. Loin de moi de dire que tout passe par la doctrine de l'église catholique, mais il y a un fond commun dans les grandes croyances, un fond commun du sens de l'autre, du respect des plus pauvres, du respect des droits fondamentaux, ainsi qu’une recherche de la fraternité entre les hommes, qui me semblent être des fondements de plus en plus essentiels pour la croissance du monde. Je maintiens que je crois beaucoup à cela. Je travaille moi-même non seulement auprès de l'église catholique, mais aussi dans le cadre interreligieux, pour essayer de réfléchir sur tous ces sujets. Je suis membre de la commission Justice et Paix du Vatican. Nous avons, par exemple, sorti un document sur les questions de gouvernance mondiale. ❚ Parlant de fraternité

entre les hommes, c'est loin d'être le cas, à Maurice, entre le ministre des Finances – un élu du peuple –et le gouverneur de la Banque centrale, nommé, lui, par le chef

du gouvernement. Quel est votre avis là-dessus, vous qui avez été gouverneur de la Banque de France ? D'abord, je n’opposerais pas du tout le ministre des Finances, en tant qu’élu du peuple, au gouverneur de la Banque centrale, qui ne serait pas aussi légitime. Je pense que le gouverneur a aussi sa légitimité, qui est inscrite dans les statuts de la banque, et poser le problème en ce sens-là ne peut que conduire à des raisonnements qui, en termes économiques – et c'est uniquement cela qui nous concerne – ne ferait pas beaucoup de sens. Il est totalement normal que deux hommes qui ont des responsabilités différentes – l'un étant chargé de l'économie générale, l'autre de la défense de la monnaie – aient des points de vue différents. C'est pour cela qu'il y a un dialogue, en permanence, entre les Banques centrales et les ministères des Finances. De temps en temps, ils peuvent avoir des avis différents sur certains points, mais en règle générale, ils semblent être du même côté pour défendre une croissance soutenable, lutter contre l'inflation et s’assurer que l'épargne est convenablement orienté vers l'investissement. Je suis persuadé que c'est le régime qui prévaut à Maurice. ❚ L’une des divergences

entre ces deux hommes concerne la politique monétaire. L'un est pour une roupie faible, alors que l'autre est toujours pour une roupie forte… Je ne me prononcerai pas là-dessus, parce que je ne connais pas du tout les conditions actuelles de l'économie de Maurice.


4

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

|

EDITION 102

CAPITAL

ACTA PUBLICA

CONSTRUCTION

L’APRÈS-2013 INQUIÈTE

La situation n'est guère réjouissante pour le secteur de la construction. Les projets, surtout côté bâtiments, se font rares, alors que la concurrence étrangère ne manque pas. Certains acteurs du secteur sont pessimistes pour le moyen-terme | H.L-B LA CONSTRUCTION, pour certains acteurs de l'industrie, est le meilleur baromètre de l'économie. C'est pourquoi le ralentissement enregistré au niveau de la construction des bâtiments inquiète, bien que les projets d'infrastructures routières majeurs, en cours ou prévus, constituent une éclaircie. « Nous sommes plutôt inquiets pour la période post2013. On n'a pas de visibilité. Cela va dépendre du gouvernement, s'il compte, ou non, investir dans des projets de génie civil. Nous pensons que le gouvernement devra investir dans la construction », laisse-t-on entendre dans le secteur. Ce pessimisme des acteurs de l'industrie s'explique également par le fait qu'ils doivent faire face aux compétiteurs étrangers, pour la plupart des Chinois. « Dans le

bâtiment, il y a de plus en plus de compagnies étrangères, alors que Maurice est un petit pays et qu'il y a déjà suffisamment de compétiteurs locaux. Cela rend les choses encore plus difficiles », ajoute-t-on. Henri Harel, Group Chief Financial Officer (CFO) de Terra, a pour sa part avancé, vendredi dernier, que Rehm-Grinaker Construction Co Ltd, dont elle détient 35,5% de l'actionnariat, est l'une des rares compagnies du groupe à avoir enregistré « un repli au niveau de sa profitabilité ». Ainsi, pour l'année 2011, Rehm Grinaker a enregistré une perte de Rs 11,3 millions, alors qu'en 2010, les profits s'élevaient à Rs 23 millions. Un des acteurs importants de l'industrie ajoute que, pour faire face à la compétition, ils sont intervenus auprès du gouverne-

ment pour demander que les critères de 'tendering' soient revus, afin d'éviter que toute l'industrie ne s'écroule. « Les compétiteurs étrangers ont commencé à s'accaparer des projets liés à la construction de bâtiments, et maintenant, le côté civil aussi », affirme-t-il. Certains, malgré tout, gardent une dose d'optimisme. Un haut cadre d'une entreprise très connue nous a ainsi affirmé être confiant que le marché reprendra. « Lorsqu'un avion atterrit à Singapour, on ne voit que des bâtiments. A Maurice, c'est encore tout vert. Si Singapour, qui est beaucoup plus petit, abrite tant de bâtiments, ce sera plus ou moins la même chose à Maurice dans les années à venir ». L'industrie de la construction aurait donc encore un avenir...

EQUAL OPPORTUNITIES COMMISSION

PIRATERIE ET BLANCHIMENT

habilité à donner des directives APRÈS SIX mois d'opération, à la Public Service Commisl'Equal Opportunities Comsion (PSC), l'agent recruteur mission (EOC) a déjà finalisé de l'Etat. Même si à ce jour la un premier rapport intérifonction publique n'a jamais maire. Rapport, qui, a priori contesté la légitimité de la ne serait pas public, du moins commission - Suresh Seepas avant que le président de baluck, le chef de la fonction la République, le Premier publique, n'est-il pas venu deministre et le leader de l'oppovant Me Glover et ses assition n'en obtiennent une sesseurs à deux reprises depuis copie. l'entrée en opération de la Le président de l'EOC, commission - il s'agit d'un Brian Glover, précise que loop hole qu'il convient de selon la loi, il n'est pas dans corriger le plus tôt possible. l'obligation de faire un rapLa commission recomport intérimaire à ce stade, mande également à ce que des mais que la décision a été prise mesures soient ajoutées à la loi à l'unanimité au sein de la pour protéger ceux qui sont commission pour répondre à victimes de fausses allégations l'attente populaire. La comet dénonciations. En effet, il mission a déjà traité plus de est trop facile d'aller à la com400 cas à ce jour. mission et de dénoncer son Parmi les recommanda- BILAN. Le commissaire Brian Glover est en poste depuis employeur sans pouvoir tions du rapport intérimaire, six mois soutenir les accusations. Sans l'EOC souhaite un amendement à la loi-cadre, mais également dans plusieurs autres oublier la médiatisation du problème qui peut causer beaulégislations traitant de la discrimination. La commission coup de préjudice à l'employeur. A ce stade, seuls les dénonciateurs sont protégés. La comsouhaite que le pouvoir législatif prenne en considération l'ambiguïté sur les cas des fonctionnaires. Si l'Equal Op- mission rappelle que tout plainte de discrimination doit reportunites Act ne fait pas de distinction entre employeurs poser sur l'un des 12 critères établis sous l'Equal et employés du public et du privé, le problème se pose au Opportunies Act. niveau de l'Equal Opportunities Tribunal (EOT). Le problème est d'ordre constitutionnel, car aucun tribunal n'est L.F

LA COMMISSION de l'océan Indien (COI) a organisé les 29 et 30 octobre dernier, aux Seychelles, le premier atelier régional de lutte contre le blanchiment de l’argent de la piraterie. L’atelier a réuni des représentants des pays de la COI, du Kenya, d’Ouganda et de Somalie, des organisations régionales partenaires (COMESA, EAC), de l’Union européenne, ainsi que des experts internationaux de très haut niveau. Pour le secrétaire général de la COI, Jean-Claude De l’Estrac « la lutte contre le blanchiment de l’argent de la piraterie est un aspect essentiel du combat mené contre ce fléau, au même titre que l’appréhension et le jugement des pirates en mer. Elle permet d’atteindre directement les décideurs de la piraterie pour leurs crimes passés, et elle réduit leur motivation à poursuivre leurs actions criminelles ». Le traçage de flux financiers internationaux liés aux activités de piraterie est difficile, et nécessite la mise en réseau et la collaboration étroite entre les organisations régionales impliquées, les organisations internationales les plus compétentes en matière de coopération et d’échange d’informations policières et les bailleurs de fonds qui soutiennent cette mobilisation régionale.

Un premier rapport intérimaire prêt

Coopération COI COMESA souhaitée


6

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

|

EDITION 102

CAPITAL

ACTA PUBLICA

Le ministère de l'Environnement soumettra bientôt une liste de conditions supplémentaires que les promoteurs de CT Power devront respecter pour obtenir la licence Environment Impact Assessment (EIA). Entretemps, les contestataires du projet de centrale à charbon à Pointe-aux-Caves poursuivent leur campagne

CT POWER

LE PERMIS EIA SOUMIS À DE NOUVELLES CONDITIONS LE MINISTÈRE de l’environnement a tranché. Bien que les promoteurs malaisiens de CT Power aient eu gain de cause au Tribunal de l'Environnement en juillet dernier, ils se retrouveront bientôt avec de nouvelles conditions à respecter, au-delà de celles imposées par le tribunal (Voir hors-texte), avant que le ministère de l'Environnement ne leur délivre le certificat Environment Impact Assessment (EIA). Suite à une interpellation, hier, du député Rajesh Bhagwan, le ministre de tutelle, Deva Virahsawmy, a annoncé qu'un comité travaille actuellement sur ces conditions. Mais il a d'ores et déjà indiqué que CT Power devra disposer des dernières technologies destinées aux centrales à charbon. Il a ainsi cité les 'fabrics filters, l'utilisation de 'pulverised coal', qui a pour effet de réduire de 20% l'émission de gaz à effet de serre, ainsi que l'Electro Static Precipitator. 6 500 SIGNATURES Un nouveau Traffic Impact Assessment (TIA) sera également nécessaire afin d'évaluer les conséquences des allers-retours des camions chargés de charbon de terre quand ils quitteront le port pour relier Albion. Cet exercice se fera, sans doute, avec

LES ONZE CONDITIONS DU TRIBUNAL DE L’ENVIRONNEMENT 1.

PERMIS. La partie n’est pas encore gagnée pour Subramaniam S. Mariappan (à gauche) promoteur de CT Power et Menon Murday, président de la Mauritius Tamil Temples Federation

la Traffic Management and Road Safety Unit (TMRSU) et la Road Development Authority (RDA) du ministère des Infrastructures publiques. Toutefois, bien que ces deux organismes aient reconnu, par le passé, qu'il y aurait un problème de circulation routière, aucun de leurs représentants n'a été appelé devant le Tribunal de l'Envi-

ronnement pour témoigner. Devant l'insistance de Rajesh Bhagwan, député du Mouvement militant mauricien (MMM), Deva Virahsawmy a également indiqué qu'il compte rencontrer les habitants d'Albion et de Pointe-aux-Caves. Le ministre de l'Environnement a d'ailleurs précisé avoir reçu une pétition de la Plate-

forme citoyenne composée des forces vives de ces deux localités, qui s’opposent farouchement à l'installation d'une centrale à charbon dans leur région. Selon eux, un tel projet serait synonyme de dangers pour l'environnement et la santé publique. Cette pétition, selon nos sources, aurait recueilli plus de 6 500 signatures.

LA CHRONOLOGIE DES ÉVÈNEMENTS

à Pointe-aux-Caves.

5 JANVIER 2005 : lors de la conférence de Pravasi Bharitya Divas (diaspora indienne), Subramaniam S. Mariappan, principal actionnaire de CT Power, société malaisienne opérant dans l’industrie minière et dans l’imprimerie, rencontre Dhundev Bahadoor, président du Human Service Trust, et Mahen Utchanah, ancien ministre de l’Energie et président de la branche locale du Global Organisation for the people of Indian Origin (GOPIO). Aussi présent à cet événement : le ministre malaisien des Infrastructures, Dato Seri Samy Vellu.

11 MAI 2007 : démarrage des consultations publiques.

15 MARS 2006 : Mauritius CT Power Ltd (MCTP) est incorporée à Maurice. 16 AVRIL 2006 : le 'letter of intent' est accordé par le Board of Investment pour la mise en place d’une centrale à base de charbon d’une capacité de 3x55 MW. 6 AVRIL 2007 : soumission de la demande pour le permis EIA. 9 AVRIL 2007 : visite interministérielle du site proposé par le CEB,

23 DÉCEMBRE 2008 : signature des accords suivants : • Power Purchase Agreement (pour une période de 20 ans) • Interconnection Facilities and Design Agreement • Coal Supply Agreement • Shareholders Agreement • Land Lease Agreement 15 JUILLET 2009 : le ministère de l’Environnement réclame des études poussées. JUIN 2010 : soumission du rapport d’étude effectué par BMT Cordah. 11 JANVIER 2011 : le comité technique rejette la demande de permis EIA. 14 JANVIER 2011 : Le conseil des ministres avalise la décision du comité technique.

Conditions for the control of mercury, acid gases, soot and particulates such as PM10 and PM2.5, the installation of a combination of SO2 emission controls, NOx emissions controls and fabric filters as well as measures that would ensure that stack emissions should comply with the most stringent standards of the WHO, the US EPA or the EEA and the EPA 2002 (Standards for Air); 2. Transportation of coal should be done strictly off peak hours as from 9:30 hrs up to 14:30 hrs and after 18:00 up to 21:00 at latest; 3. Coal to be stocked in such a way so as to avoid dispersion through wind; 4. Effluents resulting from the washing of lorries to be treated so as to avoid any risk of contamination of ground water by heavy metal such as lead and mercury; 5. The stack to be located in the buffer area of the Montagne Jacquot Sewerage treatment plant with offices closer to the residential and commercial zones; 6. The provision of landscaping for green areas at the boundary between the site and residential/business/commercial areas; 7. In addition to the provision of street lighting as proposed by the RDA, the proponent to provide for handrails for the security of the inhabitants of Camp Benoit; 8. Ashes to be disposed of in appropriate mono landfill; 9. Compliance with conditions and requirements set down by all the agencies and authorities forming part of the EIA Committee; 10. Implementation of all measures proposed in the SEIA; 11. Unrestricted access to enforcement agencies of the State to carry out surprise checks and for the collection of stack emission for analysis.

26 JANVIER 2011 : CT Power est officiellement informée de la décision prise par le conseil des ministres. FÉVRIER 2011 : l’ ex-ministre malaisien des Infrastructures, Dato Seri S. Samy Vellu, écrit personnellement au Premier ministre, Navin Ramgoolam, pour lui annoncer que la décision du gouvernement mauricien aura des incidences sur les relations diplomatiques Maurice-Malaisie. 14 AVRIL 2011 : le Premier ministre confirme la réouverture du dossier CT Power, affirmant que l’Etat mauricien a été induit en erreur. 16 JUILLET 2012 : le Tribunal de l’Environnement donne gain de cause aux promoteurs de CT Power 19 JUILLET 2012 : l’Etat renonce au droit d’appel 4 OCTOBRE 2012 : Joseph Robert, Alain Nayna et Georges Roland Brelu-Brelu, des résidents d’Albion et de Pointe-aux-Sables, ainsi que Mohammad Zaheer Allam, de Terre-Rouge, logent, par l’entremise d’Astor Law International, firme d’avocats et d’avoués dirigée par Me Rex Stephen, une demande de Judicial Review


ACTA PUBLICA Une fois n'est pas coutume, la participation populaire est sollicitée pour désigner un logo pour un produit. Non pas par un concours, mais par un vote. Un moyen de conscientisation et de publicité comme un autre. Le Made in Mauritius veut taper dans l'oeil du public consommateur | JAMIROUDDIN YEADALLY

COMMERCE

Produits mauriciens : votez pour votre logo L'INITIATIVE PORTE la signature de l'Association of Mauritian Manufacturers (AMM) qui est à la recherche d'un logo pour le label fabriqué à Maurice. Vincent d'Arifat, président de l'association, en a expliqué la démarche, à un point de presse, au siège de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI), hier : « Différencier les produits locaux de ceux importés sur les étagères dans le but d'inciter à acheter mauricien et de promouvoir la production locale ». La campagne pour le choix du logo démarre le 9 novembre par la présentation au grand public, au moyen de billboards, d'affiches, de spots télé et d'encarts dans la presse, des trois logos développés par la compagnie Circus. Le public consommateur aura jusqu'au 2 décembre pour exprimer ses préférences. Cet exercice de vote se fera dans les grandes surfaces par des représentants de l'association munis de leur tablette tactile et à travers un site web actuellement en voie de création. Le logo qui recueillera le plus grand nombre de votes sera choisi pour figurer sur les étiquettes ou emballages des produits fabriqués localement.

ENCOURAGER LA PRODUCTION LOCALE A ce jour, 32 entreprises représentant plus de 30 marques et 2 000 produits différents ont dit oui à ce projet. L'AMM s'attend à d'autres adhésions une fois la campagne lancée. « Plusieurs compagnies mauriciennes font actuellement face à d’énormes difficultés et sont menacées de fermeture ou de réduction de personnel. Les Mauriciens doivent être sensibilisés sur l'importance de protéger et d'encourager la production locale », plaide

CRISE. Les consommateurs mauriciens sont appelés à protéger l'emploi de leurs compatriotes opérant dans les industries locales

Vincent d'Arifat. D'autant qu'aujourd'hui, ajoute Shirin Boisvenu, Executive Branding Officer de l’AMM, le Made in Mauritius n'a rien à envier, en termes de qualité, aux marques importées. « L’industrie locale représente 165 000 emplois directs et indirects dans une dizaine de secteurs. En clair, cela signifie qu’une personne dans un foyer sur deux contribue à notre industrie. Si chacune de ces personnes se rend compte de l’importance et des avantages pour elle et sa famille d’acheter des produits locaux plutôt que des produits importés, c’est toute l’économie mauricienne qui sortira gagnante », observe Shirin Boisvenu.

LE SBM HOMELOAN, UN PLAN D’ACCOMPAGNEMENT

Les dirigeants de la banque entourés des 16 partenaires

EDITION 102

|

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

CAPITAL

7

CONSOMMATION

De nouvelles variétés de légumes bientôt dans nos assiettes « VERY PROMISING », s'est exclamé, Clifford Dove, Managing Director de la compagnie, en présentant les rapports des semences STARKE AYRES, hier, à un groupe de planteurs, au cours d'un Farmers' Day, à StMartin. C'est la société Roger Fayd'herbe qui commercialisera les semences provenant de STARKE AYRES d’Afrique du Sud, l'un des leaders mondiaux dans le développement des semences agricoles et florales. La propriété Médine a prêté ses terres - un espace de 5 000m2 pour faire la démonstration des rendements de ces semences.

“BE SELF-SUFFICIENT” Une trentaine de variétés de légumes qui, selon les explications de Clifford Dove, devant des planteurs impressionnés, fleurissent beaucoup plus vite et donnant de meilleurs rendements en terme de volume et de temps de pousse jusqu'à maturité. « Une pomme d'amour de semences de STARKE AYRES peut facilement peser 100 à 110 grammes », a déclaré un agronome de la firme Roger Fayd'herbe. Il en a indiqué d'autres caractéristiques invitant à la comparaison avec ce qui se cultive actuellement dans les potagers de l'île : le chou Star 3301, 3-4kg, 80 à 85 jours ; la laitue Snapper, 100-250g, 30 à 40 jours ; la laitue Musketeer, 500-1000g, 50 à 60 jours ; le chou-fleur Star 4418, 0.6kg-1kg, 75 à 80 jours ; la

S'ASSOCIANT AVEC une quinzaine de partenaires, la State Bank of Mauritius Ltd propose un nouveau plan de prêt-logement (SBM Homeloan) qu'elle décrit comme une « offre exclusive qui facilitera grandement les clients dans leur projet de construction ou de rénovation de leur logement ». Le SBM Homeloan, présenté hier, propose ainsi toute une panoplie d’avantages : un cash back allant jusqu’à Rs 200 000 ; un taux d’intérêt fixe de 4,5% pour la première année suivi d’un taux d’intérêt compétitif pour toute la durée du prêt ; la possibilité d’un financement à hauteur de 100% ; aucun frais d’enregistrement pour le rachat d’un prêt d’une autre institution et dans d’autres cas une flexibilité de rembourse-

carotte Victoria, 18-20cm, 85 à 90 jours. L'idée d'introduire ce nouveau type de semences fort adaptées au climat et aux types de sol du pays et dont les pousses requièrent bien moins de pesticides et d'engrais, a ajouté Clifford Dove, découle de l'engagement de Roger Fayd'herbe de contribuer au développement de l'industrie alimentaire en proposant des produits de qualité aux consommateurs. Starke Ayres, a dit son Marketing Director, Nico Van Rensburg, veut « provide the Southern Hemisphere and vegetable growers in Mauritius a new variety of vegetables that will enable them and the country to be self-sufficient ». JAMIROUDDIN YEADALLY

ment allant jusqu’à 30 ans ; et en option, jusqu’à 2 ans de moratoire sur le remboursement du capital et une carte de crédit pré-approuvée. Parmi les partenaires associés à ce nouveau plan bancaire : Batimex, Courts, Dulmar Furniture Ltd, Galeries Fokeerbux, Gamma Materials, Grewals, qui offriront des remises et des cadeaux à l'achat. L'offre SBM HOMELOAN sera valable jusqu'au 31 décembre 2013 alors que les offres des partenaires seront valables jusqu’au 31 décembre 2014. Ce plan de prêt s'adresse également aux non-clients de la banque aussi bien qu’à ceux qui travaillent à leur propre compte.


8

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

|

EDITION 102

CAPITAL

ACTA PUBLICA

CRISE FINANCIÈRE

Le règne des voleurs de poules…

On s’attendait à une analyse construite sur des chiffres, des pourcentages, des statistiques. Michel Camdessus a pris tout son monde à contre-pied, vendredi, à l’université de Maurice. Son intervention, axée sur la crise et ses causes, s’est concentrée sur la perte de certaines valeurs qui assuraient que le système fonctionne | LEEVY FRIVET POUR QUE le monde financier en soit arrivé là, il aura fallu une combinaison de facteurs. Ceuxci vont de la gourmandise au manque de fraternité en passant par l’échec des garde-fous. C’est pour cela que la crise ne se résoudra pas uniquement avec des chiffres et des billets. Cet avis pertinent ne vient pas d’un sociologue ou d’un philosophe, mais de Michel Camdessus, une sommité mondiale de l’économie, qui a été directeur général du Fonds monétaire international (FMI) de 1987 à 2000. C’est le point de vue qu’il a développé dans un exposé, vendredi dernier, à l'université de Maurice, devant un auditoire composé d’une centaine d'étudiants, de chargés de cours, de l'ambassadeur de la République de France à Maurice, ainsi que de l'ancien ministre mauricien des Finances, Rama Sithanen. Si tout ce beau monde était venu pour connaître les solutions économiques à la crise, quelle initiative prendre ou quelle formule utiliser, ils ont été déçus. Michel Camdessus a en effet choisi d’adopter une approche différente pour expliquer pourquoi les hommes ont échoué. LE GARDE-CHAMPÊTRE ET LES AUTRES... Il estime ainsi que le manque de foi, de valeurs et de respect sont quelques-uns des ingrédients qui ont contaminé la bonne marmite économique. « Commençons par nous demander ce que c'est que cette crise. Je sais

PHOTOS : NICHOLAS LARCHÉ

INVITÉ. Michel Camdesus, ancien directeur du FMI, estime qu’il existe d’autres facteurs, que les chiffres, qui ont causé la crise

que tout le monde, surtout les économistes, ont une interprétation en tête. Mais je vous propose la mienne. Disons d'abord que c'est une crise avec un grand C », a-t-il commencé. Avant, ensuite, d’enchaîner par un récit allégorique que lui racontait sa grand-mère : celui des voleurs de poules ! Du temps de ses ancêtres dans le sud de la France, il existait un comité de sages, qui prenait toutes les décisions. Si le prêtre et l’instituteur faisant par-

tie du comité n'étaient pas souvent sur la même longueur d'onde, il y avait consensus sur les grands sujets d'intérêt dans le village. Cela, le garde-champêtre s’en assurait. Des problèmes survenaient cependant quand le garde-champêtre était ivre, que les autres sages n’étaient pas sur leurs gardes et que l'instituteur et le prêtre se chamaillaient. C’était alors, disait-on, le règne des voleurs de poules. Or, selon l'économiste, c’est

SIX CRISES EN UNE Michel Camdessus affirme qu'il n'a connu que des crises pendant les 13 années qu'il a passé au FMI. Il y a eu la crise de la dette latino-américaine, puis celle de la dette africaine, puis celle provoquée par l'invasion du Koweit, puis la crise en Asie, etc. Néanmoins, selon l'économiste français, la crise du moment n'est comparable à aucune d’entre elles. « Ce n’est pas une crise dans la mondialisation, mais une crise de la mondialisation. C’est évidemment une crise financière, mais surtout une multitude de crises en une seule », affirmet-il. Pour illustrer ce fait, rien de plus facile que de faire référence à la mythologie grecque et à Hercule, qui devait tuer l’Hydre de Lerne, un monstre à sept têtes,

Le manque de foi, de valeurs et de respect Certains des ingrédients de la crise, selon Michel Camdessus exactement ce qui s'est passé dans le monde à partir des années 80 et le règne de Margaret Thatcher et de Ronald Reagan. Le garde-champêtre – comprenez les régulateurs – ne rem-

plissant plus ses fonctions de garant du système, l’ouverture des marchés et la politique néolibérale ont fait qu'il n'y a plus eu de contrôle, ce qui a conduit au chaos économique.

UN PARCOURS ÉLOQUENT qu’il fallait toutes couper, car au cas contraire, les têtes manquantes repoussaient systématiquement. Une façon pour Michel Camdessus de dire que pour résoudre la crise financière actuelle, il est impératif de résoudre les crises qui la composent. Pour l'ancien directeur général du FMI, celles-ci sont au nombre de six. Il y a la crise de pauvreté du tiers-monde, la crise climatique, la crise alimentaire, la crise énergétique, le retour à l’unilatéralisme dans les relations internationales et la crise culturelle et spirituelle, qu’il appelle également la crise du sens. « Si on essaie de régler la crise financière indépendamment des autres crises, on échouera », a conclu Michel Camdessus.

Michel Camdessus est un économiste français né le 1er mai 1922. Diplômé d'études supérieures d'économie politique et de sciences économiques de l'Université de Paris, il est également titulaire d'un diplôme de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris et ancien élève de l'Ecole Nationale d'Administration (ENA). Au cours de sa riche carrière, il a rempli, entre autres, les fonctions de Directeur du Trésor au ministère des Finances et des Affaires économiques (1982), président du Club de Paris

(1978-1984), gouverneur de la Banque de France (1984-1987) et directeur général du FMI (1987-2000). Michel Camdessus a été fait Commandeur (2003), puis Grand Officier (2010) de la Légion d’Honneur. Il a également été nommé au grade de Chevalier de l’Ordre National du Mérite. Il est membre du Conseil Pontifical Justice et Paix et Gouverneur Honoraire de la Banque de France. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et un conférencier très apprécié.


10

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

|

EDITION 102

CAPITAL

POST SCRIPTUM

TEXTILE INDUSTRY

ADAPT OR PERISH The Maurtian Textile Industry registered a significant decline of nearly 18.7% over the period spanning June 2011 to June 2012. Noticeably, the export oriented manufacturing is poised to a decline this coming year on account of a remarkable decline in the textile industry with further contractions being forecast. This article explains how the textile industry has contributed to the economy of Mauritius and what is the future of the industry in the light of newer challenges | VIRENDRA POLODOO HISTORY OF THE MAURITIAN TEXTILE SECTOR Export promotion began in Mauritius in the early 1970’s following the enactment of the Export Processing Zone (EPZ) Act and we saw the first Export Processing Zone to be created in 1971. The EPZ Act was intended to provide various economic incentives and concessions to companies involved in exports. The government intervened massively to grow the export sector through various measures adopted, viz: there were five successive stand-by arrangements and two SAPs( Structural Adjustment programmes between 1980 and 1986); the Mauritius Export Development and Investment Authority was set up to help promote exports; given that the Mauritian rupee was deemed to be an obstacle for export competitiveness, the rupee was devalued twice- in 1979 and 1981 respectively. Mauritius also had a reservoir of educated labour force and was deemed to be cheap compared to other countries. They were however unskilled but could easily adapt to the demand of the textile sector. The success of the textile and clothing sector is partly attributed to factors besides the control of Mauritian authority. Some of the factors which have contributed positively to the Mauritian economy, in particular the textile and clothing sector are: The Multi-Fibre Agreement signed in 1982, which constrained several countries in their exports. It is in this context that investors from Hong Kong came toset up their firms in Mauritius. A combination of lower and falling oil prices together with a lower debt servicing arising due to the depreciation of the overvalued US dollar in 1984. An appreciation of the Taiwanese Dollar

and thereby a fall in Taiwan’s competitiveness on the world market led to Taiwanese investment in Mauritius. After 1984, the appreciation of the European currencies in relation to the Mauritian rupee resulted in Mauritian goods becoming more competitive. During the 1990s, political uncertainty over the future of Hong Kong’s reintegration into China encouraged investors to look for a safe haven and thus relocated to Mauritius bringing capital, marketing networks and technological know-how. Favourable terms of trade combined with

ready markets attracted more foreign investors to set up their textile and garments firms in Mauritius. Investors, both domestic and foreign, successfully exploited all the preferential market access granted by the developed countries. The two main markets, which Mauritius could access through preferential trade agreements, were the EU and the US under the Lomé Convention and the GSP (now AGOA) respectively PRESENT CHALLENGES During the almost 40 years of existence, the Mauritian tex-

In general, the Mauritian Government has been criticised for its lack of vision and for waiting too much before restructuring the textile and clothing sector

tile industry benefited from a plethora of advantages, which helped Mauritius to produce one of the most solid textile industry contributing to high level of employment ( with Mauritius reaching full employment in 1991) and the industry contributing above 10% of GDP in many years. However, today, the textile sector is facing the following challenges and its future is being questioned: ◗ Cut-throat competition from emerging low cost producing economies of the like of China, Pakistan, India, Bangladesh and Asian


POST SCRIPTUM Tigers like Thailand, Indonesia, Malaysia among others. ◗ Rising cost of raw materials such as cotton is impacting on the cost of production and hence profitability. With the upsurge in the price of cotton, domestic suppliers are reluctant to shift the burden onto foreign consumers, in the fear of lost of markets. ◗ A strong rupee vis-à-vis the euro which is deemed to be a problem for the operators as most (above 60% of textile receipts) are from Euro. ◗ The euro crisis, which means a falling demand for textile products and a situation where Europeans are shifting to cheaper textile products. Given the prevailing situation in the euro zone, there are two areas for concern: the first being the level of indebtedness of some European countries and the exchange rate of the Euro, which has been sliding against other major currencies. This is directly impacting on Mauritian exporters and potentially the Textile ndustry as European countries introduce measures to counter the crisis. Europe remains the main market for Mauritian textile products.. The latter is impacting adversely on our textile sector and the evolution of the exchange rate is detrimental to those two key sectors. The Euro was selling at MUR44 at the beginning of the year 2010 and reached about MUR40 by the end of September 2012. WHAT IS THE FUTURE? The Mauritian textile and clothing sector is certainly facing a crisis, which is deepened everyday with news of further closing down of factories. Moreover, the Third Country Fabric derogation, which was granted to Mauritius under AGOA will not stand for long, even if renewed. The textile and clothing sector is therefore at crossroads and various opinions were expressed by stakeholders: ◗ Government wants to restructure the sector to make it more productive, efficient and competitive. In that respect, government is putting a lot of emphasis on training at all levels of the industry. The idea of clustering of small and medium factories has already been expressed and the NPCC has em-

During the 1990s, political uncertainty over the future of Hong Kong’s reintegration into China encouraged investors to look for a safe haven and thus relocated to Mauritius bringing capital, marketing networks and technological know-how barked in a campaign to promote the idea of clustering and benchmarking On the other hand, local producers feel that they have been left without assistance and that the measures taken by government come very late. Big companies such as Compagnie Mauricienne de Textile (CMT) are still able to adapt fairly well to the changing economic environment. It is however, stated that the challenge of the textile and clothing enterprises is to be always faster than competitors like China and that the remoteness of Mauritius from its markets is a definite disadvantage. An appeal is therefore made to all stakeholders and specially freight forwarders to lower their prices and to be pro-active to help the textile and clothing sector survive in Mauritius. ◗ Other local producers argued that Mauritians tend to be too selfish. They should collaborate and work together to be able to meet the new challenges instead of thinking about their own vested interests. There were appeals from small and medium enterprises to get help and to be able to share

the experience of bigger companies. There has also been one clustering initiative, which was not successful. ◗ Trade unions and workers from the sector are desperate for the remaining factories not to close down though they know that there is little they can do to prevent further closures. In general, the Mauritian Government has been criticised for its lack of vision and for waiting too much before restructuring the textile and clothing sector. Many economic observers consider that Government should have started to think strategically about this sector since 2000 when the sector was still fairing well and when it had reached a peak in its development. Government failed to see the threats to the sector and when these became obvious, it could only take short-term measures, which have not proved helpful to prevent factory closures and job losses. The current debate about the sector tends to focus heavily on the rising cost of productions and particularly on the rising cost of labour. Yet, the reality is that it will be almost impossible to reduce the salaries of workers

EDITION 102

to the level they were back in the 1980s when the sector was booming. The challenge lies elsewhere: The textile and clothing industry has to become more efficient, productive and quality-oriented despite the rising costs of production. All efforts of the stakeholders of the sector should be focused towards this goal. Some producers already stated that the only solution is to move up-market or to find a niche market. There were also calls from suppliers for high quality products while other competitors are producing lower quality but in large quantity. SOME PRESCRIPTIONS. Although it has often been prescribed, I believe it is high time for the Mauritian authorities and exporters to start thinking about payment in dollar for our exports. We pay most of our imports in dollar, yet we receive payment for most of our imports in euro. This is a situation which requires some attention among authorities. In essence, Asian countries such as HongKong, India, Pakistan, Bangladesh, China etc exporting to Europe are paid in dollar when claiming payment from France or Great Britain are.. However, it is important to note that while using the dollar as a single currency for our imports and exports would be very practical, this policy would not eliminate the risks of currency fluctuation, for the dollar is also prone to high level of depreciation. On the regional scene, it is also high time for the regional

|

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

CAPITAL

11

bodies like the SADC, COMESA and the African Union to start thinking about a regional currency pegged to a major world currency to immune members from frequent fluctuations in the exchange rates and thus stabilize export revenues for their export operators. Moreover, in order to boost export performance and reduce costs, I would suggest that the existing stimulus package be continued and a special stimulus package for EPZ sectors be put in place to smooth them out of their financial difficulties they might face in the light of an appreciating rupee vis-à-vis the euro. As regards the appreciating USD which is another burden for imports of raw materials, it would be appropriate that import substitution strategies are in place such that investors may be encouraged to produce the imported raw materials in Mauritius at lower cost. Further, I also suggest a diversification of both of our export products and markets. Exports for Mauritius EPZ are concentrated in Europe. Bilateral and regional agreements should be intensified for both markets. The Mauritian authorities should look for new markets, viz the Asian Markets, which still remains untapped. Besides, to boost export performance in the EPZ sector, constraints facing our exporters should be reduced to a desirable level. For example, lower electricity charges, export processing efficiency in terms of reduced time for processing exports and lower rates of interest through the stimulus package. I believe that these additional measures will give the export operators some breathing space in the light of external shocks facing their enterprises. As a last resort, even if the above measures are not proved efficient in improving our exports, I would not suggest a forced depreciation of our rupee, unless it is appropriately set to maintain a long run competitive advantage and ease out inflationary pressures as remember the two consecutive devaluations of the 1979 and 1981 brought inflation to astronomical levels of above 45%. The success of the textile and clothing industry lies therefore in the capacity of all stakeholders to rapidly adapt to the changing economic environment and on their will to meet the new challenges ahead of them together


12

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

|

EDITION 102

CAPITAL

YOUNG PEOPLE are very optimistic about the future of the world and AIESEC is a suitable platform for them to think widely and work hardly for better days around the globe. One of the reason AIESEC was created 64 years ago was to make sure that the new generation thinks, works and believes in peace and making their best for a third World War to be a mere fear and an impossible reality. The President Executive of AIESEC Mauritius, Elyn Hu Jiangchuan insists that peace matters a lot for the largest youth-led organization in the world. She is from China and now is the one who leads AISEC in Mauritius. Elyn Hu says AISEC acts as a platform for young people to explore and develop their leadership potential. Present in more than 1,700 universities in 113 countries, the organization has over 84,000 members, 1 million alumni and has been active for 64 years. Recognized by the UN, AIESEC works in order to develop social impact agents and promising young talents. Its international network allows its members to get in touch with qualified members worldwide, providing to the productive sectors high skilled international trainees. MAURITIAN YOUTH VOICE AISEC is non political and is funded by sponsors. “The sponsors have been reacting quite well in Mauritius. We are not making competition with organisations like Rotary Club. AISEC has its missions and its targets and its members all come from Universities”, says Elyn Hu. AIESEC is present in Mauritius since 2008 as an expansion from AIESECIndia. Since then, the organisation has been showing an exponential growth. From the first year, with 43 members, it managed to deliver 68 exchange opportunities for locals and internationals. Now, AIESEC in Mauritius steps on its 5th year of existence with a current membership of 200 active youngsters. It has delivered 362 volunteer and professional experiences just last year. For the 2012-13 term, the main goal of AISEC Mauritius is to be recognized as the main Mauritian Youth Voice. Democracy prevails at AISEC. Elyn Hu was elected democratically last year as well as Lilian Arruda, from Brazil, who is the Director of Communication of AISEC-Mauritius. “As Director of Communication, my main task, together with the members, is to show the relevance of AIESEC to all our stakeholders in society. We impact communities by our social responsibility, providing the best talent pool locally and abroad. To the youngsters – our main target – we give them the development tools to activate leadership. Step by step we've been advancing on this path. Last recruitment we had more than 1,050 applications for membership and 230 for exchange. The youth wants to use its power to deliver something big and it's our mission to give them the tools for that”, Lilian Arruda says. The organisation organises conferences, train future leaders, promote cultural exchanges and works with

INSIDE AIESEC

Believing and investing in young Leaders University students around the world are a magnificent resource for the globe. Despite their differences, AIESEC brings them together, in a view to have a better future | LEEVY FRIVET

From left to right: Elyn Hu Jiangchuan, Fifi Wei, Melina Mootien, Lilian Arruda, Nataliya Gromenko

companies for internships in many sectors. Making these exchanges possible is the task of another Chinese national. Fifi Wei is the Director of Outgoing Exchanges at AISEC-Mauritius. “I am responsible for recruiting Mauritian youth for International Exchange Program so that they can experience different cultures, contribute to the global issues and develop themselves in an international learning environment; I am in charge of running social projects in Mauritius to raise the awareness of Mauritian society and provide Exchange opportunities for the youth all over the world to come and experience Mauritius. Through joining in Exchange Program and operating projects, my challenge is to develop more and more Mauritian youth to have global mindset, social responsibility and entrepreneurial outlook. And I believe we can make larger impacts for the youth development in Mauritius. AIESEC-Mauritius is one of the fastest growing entities in the global network. During these 4 years since its establishment, we have already achieved huge results and created immense impacts on the society of Mauritius. Our achievements in leadership empowerment also showcases though Mauritius is a small island, there are infinite

potentials for its development and we can proudly see that the Mauritian youth is going to bring Mauritius to a higher level in the future”, says the young lady from Guangzhou. “EXPLORE DIFFERENT WORKING CULTURE” Her colleague from Ukraine, Nataliya Gromenko stresses upon the potential of Mauritian youth. “AIESEC in Mauritius is moving fast in its development from the very moment of foundation 5 years ago. All because Mauritius is open to new opportunities and people strive to make the country and their life better. Young Mauritians went to explore the world and broaden their outlook or developed their leadership potential by making difference in the country itself. As Business Development Director I work with key partners and also provide national businesses with opportunity of bringing young professionals from 100 countries for long-term internship. This way our key partners have an opportunity to interact with young Mauritians and contribute to their development as those youngsters can be future employees and later employers in Mauritius. Companies who open internships for international youth have opportunity to explore different work-

ing culture, receive new ideas and many other things in order to run their businesses differently and better”. The best way to defend the reputation of Mauritius and its people is by a Mauritian citizen. Melina Mootien is the Director of Talent Management at AISEC and says that AIESEC Mauritius is trying to reach more and more young people, giving the opportunity to young Mauritians to engage and develop the country by going through AIESEC experiential development program. “I believe being the only Mauritian working with all internationals, is an evidence of how far the Mauritian youth can go in terms of embracing opportunities around them and also developing their inner potential. During my two last year’s experiences in AIESEC, I have learned so much whether personally or professionally, and being the Director of Talent Management at national level, gives me the opportunity not only to share my story but also give this opportunity to others. I believe I’m contributing in giving a learning environment, giving young students with a practical experience and providing the corporate sector with the best talent pool as employees”, she says..


INSIDE

EDITION 102

|

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

CAPITAL

13

AIESEC is non-political but one cannot speak of leaders without thinking of political leaders. The youth is not keen to do politics and it's not only in Mauritius that it happens, says Elyn Hu Jiangchuan, President of AIESEC-Mauritius | LEEVY FRIVET

ELYN HU JIANGCHUAN, PRESIDENT OF AIESEC-MAURITIUS

“The Mauritian Youth is too much attached to Family Traditions”

❚ Is it not unfair and discrim-

PHOTOS : NICHOLAS LARCHÉ

inatory to reserve membership of a youth movement for people attending university? Every product have its target audience, AIESEC's targeted customer is university students and recently graduates. It is nature that a product is not for everyone. And change of a large group people comes from the change of a small group of people. But we also have the ambition of engaging every young people. Maybe right now we cannot be ambitious in order to target all these groups, but still, when it comes about our products, like the social projects we provide, we can also spread the AIESEC learning and impact through different stakeholders and community. Our online platform and virtual experiences welcome everyone.

❚ AIESEC was created for

mutual exchange all over the world and preventing a third World War. Is this issue still a major concern for AIESEC's members? The vision of AIESEC is peace and humankind potential and the concept of peace has evolved over time. Peace now does not only mean absence of war, but also the inner peace of humankind, bridging countries from different cultures to erase the prejudice and assumption of each other.

the Mauritian youth? Mauritian youth needs AIESEC. What AIESEC offers to Mauritius youth is very relevant. We offer them leadership experience, chances to go abroad. We also describe it as life changing experience, since it might be their first time to live independently all on their own, to discover who they are. ❚ Are leadership skills so un-

attached to family traditions. Another problem is their lack of being punctual. ❚ Leadership concerns politics

as well. Mauritius seems to have been unable to find a new generation of leaders for the past two decades. What could explain that and what needs to be done in order to change this situation ? Unfortunately this has been a problem worldwide. We come from a generation that experienced previous young-

sters fighting for their rights, but we also witnessed part of them getting into politics and ending up swallowed by the system. There's a common vision that changes concerning politics happen in a slow and bureaucratic way that's not connected with our current fast-speed information reality. This is reflected on the engagement of this generation in independent actions to actually see the impact that can be done in short time. In AIESEC we believe in a

that great leaders inspire action by starting with why. People don't buy what you do, people buy why you do it. Steve Jobs: If Apple were like everyone else, a marketing message from them might sound like this. We make great computers. They are beautifully designed, simple to use, and user-friendly. Want to buy one? Here is how Apple actually communicates. Everything we do, we believe in challenging the status quo. We believe in thinking differently. The way we challenge status quo is by making our products beautifully designed, simple to use, and user-friendly. We just happen to make great computers. Want to buy one? ❚ How have been the Maurit-

university graduates or students. Does it really matters in life for a nation to progress and to have leaders attending universities? University is not the only way we can cultivate talent, but it is one of the most important way. We can see a lot of change makers coming for different realities. Being a leader is more than having knowledge, its having a final goal and will to stand for it, to turn ideas into actions. The academic environment is full of potential ideas, and that's the potential energy that we want to collect and offer the tools to transform it into actions.

ian's firms responding to Corporate Social Responsibility projects proposed by AIESEC in Mauritius? Company that is willing to co-operate with AIESEC in CSR, not only buying our CSR solution but also believing the power of young people, believe that young people can be part of the solution. For example, HSBC, Currimjee, T-Printers have been supporting us since we are in Mauritius. It is like investment in the future employee and future partner. It varies from company to company, it heavily depends on the budget for CSR. Sometimes it falls into marketing budget. Companies here are gradually understanding the importance of employer branding.

❚ According to AIESEC,

❚ You said that at AIESEC,

what are the qualities of a leader and could you state at least one example in the world of a leader with those qualities? In AIESEC, there are five competencies we develop in people; entrepreneurial outlook, emotional intelligence, pro-active learning, global mindset, social responsibility. Take entrepreneurial outlook for example. We believe

they are all dreamers but practical dreamers. How to distinguish one from the other? The difference is we cultivate leadership that drive results, but still keeping the "why" in the heart. Most people communicate from outside to inside, but this does not move people. It does only if you communicate from inside out. It then can inspire action.

❚ All of your members are

❚ What is your opinion on

familiar characteristics in the Mauritian population? I think it goes back to an old question: Can leadership be cultivated or it is nature born? I personally think leadership is always a journey and it's largely related to what you experience and how it is being cultivated. And that's why AIESEC exists and why we stand for it - to activate leadership. I think family tradition may be one of the factors influencing people here being independent but not to the extent of blocking leadership. Nevertheless, it is a fact that the Mauritian youth is too much

leadership style connected with values and competencies that has the final goal of bringing a collective social impact. We hope that by passing this experience our members might also stand to amplify the dimension of this impact - being able to reach the political part.


GROS PLAN

EDITION 102

|

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

CAPITAL

15

McMillan Woods Global Awards 2012 to be launched in Malaysia McMillan Woods Global in collaboration with My Events (M) Sdn Bhd is proud to introduce its inaugural global launch ceremony of the prestigious McMillan Woods Global Awards 2012 to be held on 1st November 2012 in Malaysia THE INAUGURAL McMillan Woods Global Awards 2012 is to highlight and recognise the achievements of the global leading business visionaries across all industry sectors and to honor their great contributions towards the global economic development. This global award ceremony is aimed not only to recognise their achievement and success but to further encourage their determination to stay competitive and to overcome the many challenges globally. The global awards presentation would also create a solid platform for business networking opportunities among the successful entrepreneurs. These initiatives will serve as a catalyst for the emergence of new business potentials and to spur the global industrial growth despite the current global economic slowdown. The main objectives of the global award presentation are as follows: (1) To act as a mark of recognition towards the achievement attained by the business. (2) To act as a mark of honor and encouragement to the entrepreneurs and business. (3) To encourage development of new business and upgrading of existing business. And (4) To act as a catalyst of growth for global economic driver. This global award ceremony is aimed not only to recognise their achievement and success but to further encourage their determination to stay competitive and to overcome the many challenges globally. Since 2010, McMillan Woods Global have organised numerous programmes on human capital development and various corporate social responsibility initiatives. This year, McMillan Woods Global would like to add on to this continuing of human capital development by organising the inaugural McMillan Woods Global Awards 2012. “Through these awards, we wish to recognise entrepreneurs, corporate leaders and outstanding perso- nalities globally, who have excelled in their respective business arena, making up the global business community”, McMillan Woods Global President, Dato Raymond Liew said. The McMillan Woods Global Awards will reward the following categories: Master Class Global Lead-

Innovation Prize for Africa : Deadline extended

Due to the high demand from African innovators, The African Innovation Foundation (AIF) and the United Nations Economic Commission for Africa (ECA) announced the extension of the deadline for submitting entries to the Innovation Prize for Africa (IPA), until November 30. At an event featuring Senegal’s Minister and Deputy Chief of Staff of the President for the Republic of Senegal, Mr Moubarack Lo, the IPA team highlighted the need to invest in innovation to accelerate economic growth on the continent. The event in Dakar was organized in collaboration with the Senegalese Science Academy and Technology, represented by its President, Professor Ahmadou Lamine Ndiaye. "We know that innovation can be an engine for economic development. We continue to look for innovations that have commercial potential and are effective in the long term," said Pauline Mujawamariya of the African Innovation Foundation. Only innovations by Africans for Africans are eligible to enter for the IPA 2013. Africans in the Diaspora can also apply if their innovations are of significance to the continent. The winning proposal will be awarded a cash prize of $100,000 USD, with the two runners-up each receiving $25,000 USD. "We want to encourage young people across the continent to be interested in science, technology and engineering as rewarding careers", said Ms. Eskedar Nega, program officer in ICT policy at UNECA.

Visas britanniques : Les Malgaches plus obligés de passer par Maurice LA CHINE GÉNÉREUSE AVEC LA COI Le secrétaire général de la Commission de l'océan Indien (COI), JeanClaude de l'Estrac et Mme Yanhua Bian, ambassadrice de Chine à Maurice, ont signé la semaine dernière à Belle-Rose un accord de don portant sur un montant de 100 000 US $ . C'est le troisème don fait par la Chine à la COI depuis 2009 en appui au secrétariat général de la commission. Il consolide ainsi le partenariat établi avec la seconde puissance économique mondiale et témoigne de son intérêt pour les actions de coopération régionale menées par la COI. Une mission de la COI a déjà eu lieu en Chine en mars 2010 afin de renforcer les liens entre les deux parties. La Chine n'est pas membre de la COI mais reste un partenaire privilégié pour l'organisation régionale des îles de l'océan Indien.

ership Awards, CSR Award of the Year, Conglomerate Company of the Year and Global Leadership Awards by Industry. The winners of the awards will be announced at a Gala Dinner to be witnessed by invited dignitaries, industry peers and members of the media to be held on 1st November 2012 at the One World Hotel, Kuala Lumpur, Malaysia. “We are proud to be participating in these prestigious awards and be associated with such a dynamic and innovative global network. These Global Awards offer a platform for our clients to be exposed to other business leaders from across the globe and create more business opportunities”, McMillan Woods Mauritius Chief Executive Officer, Osman Badat said.

Voilà une décision qui va plaire aux Malgaches mais également aux Mauriciens, surtout les gens d'affaires de la Grande île. Depuis 2005, ils étaient contraints, faute de consulat ou ambassade britannique à Tananarive, de venir à Maurice pour les formalités d'obtention de visa pour des voyages en Angleterre. Le ministre britannique des affaires Étrangères William Hague vient d'annoncer la réouverture de l'ambassade britannique dans la capitale malgache. « La réouverture de l'ambassade constitue un « signal fort » à propos de l'intérêt de la Grande-Bretagne à l’endroit de Madagascar et l’ensemble de la région, et son engagement à travailler ensemble avec le gouvernement malgache », affirme William Hague qui vient, par là-même, renverser la décision d'un de ses prédécesseurs, Jack Straw. Une décision qui avait mis à mal les relations cordiales qui existaient depuis 150 ans entre Tananarive et Londres.


16

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

|

EDITION 102

CAPITAL

MAURICE FIGURE de nouveau dans le top 20 du rapport ‘Doing Business’ préparé par la Banque mondiale et l'International Finance Corporation (IFC). 24e l'année dernière, le pays gagne cinq places et se positionne maintenant à la 19e place sur un total de 185 pays. Dix indicateurs sont pris en considération pour ce classement et Maurice doit sa remontée à une progression au niveau de l’obtention de prêts, du transfert de propriété et du règlement de l’insolvabilité. Au-delà de notre île, 17 des 50 économies qui ont le plus amélioré leur réglementation des affaires concernant les entreprises locales depuis 2005 se trouvent en Afrique subsaharienne. Toutefois, malgré ces points positifs, la Banque mondiale estime que beaucoup reste à faire, étant donné que le classement moyen dans la région, en matière de facilité de faire ses affaires, est de 140 sur 185. De plus, Maurice et l'Afrique du Sud sont les seules économies africaines qui figurent parmi les 40 premières à l'échelle mondiale. « ENTAMER DES RÉFORMES » Un avis partagé par Jean Michel Lobet, du World Bank Group. Il intervenait par vidéoconférence de Washington lors de la présentation d'un exposé sur les ‘Ten years of Investment Climate Reforms in Africa’. « Le

GROS PLAN

RAPPORT ‘DOING BUSINESS’

MAURICE REMONTE, L’AFRIQUE TRAÎNE

Alors qu’en moyenne, les pays de l’Afrique subsaharienne arrivent en 140e position au classement ‘Doing Business’, Maurice, portée par les réformes qui l’ont rendue ‘business friendly’, grimpe à la 19e place | JESSEN SOOPRAMANIEN QUAND LA COMMUNICATION PASSE MAL... La vidéoconférence organisée, via Skype, entre Washington et Maurice, dans le cadre du rapport Doing Business, ne s'est pas déroulée comme prévue. Du moins au début. Il y avait en effet un souci de communication sur le réseau Skype. Une sonnerie de téléphone se faisait entendre au début et les interlocuteurs, que ce soit à Maurice ou à Washington, ne pouvaient résoudre le problème. Jean Michel Lobet, du World Bank Group à Washington, a parlé de problèmes techniques. Ceux-ci ont d’ailleurs persisté à l'arrivée de Xavier-Luc Duval au Telecom Tower, où se tenait l’événement. Ce qui a inspiré à un ministre des Finances tout sourire une petite boutade. « On aurait dû avoir une meilleure connexion dans le Telecom Tower », a-t-il lancé.

continent africain a été lent à enclencher des réformes. C'est très complexe de faire des affaires en Afrique et les cadres juridiques sont difficiles. Mais maintenant, l'île Maurice peut être perçue comme un exemple pour les réformes. La Banque mondiale espère voir la région se rapprocher de celle de l'Asie centrale, où il y a eu beaucoup de réformes depuis 2005 », souligne Jean Michel Lobet. Par ailleurs, Rafael Munoz

Moreno, World Bank Country Representative à Maurice, a souligné l'importance des réformes pour être plus compétitif. « Doing Business est un excellent moyen pour encourager les pays à entamer des réformes. Maurice est ‘business friendly’, ce qui est un atout très important », a-t-il déclaré. S’il a applaudi cette performance, le directeur du Joint Economic Council (JEC), Raj Makoond, estime quant à lui

qu’il ne faut pas se reposer sur ses lauriers. « C’est une amélioration majeure. Mais nous devrions agir plus vite que les autres pays et travailler sur d’autres indicateurs, comme améliorer les délais de construction d’un bâtiment et réduire le temps que cela prend pour obtenir des ‘Building and Land Use Permits’ », affirme-t-il. XLD REVIENT À LA CHARGE D’autant plus que pour le ministre des Finances XavierLuc Duval, tout est lié. Il est ainsi d’avis que l’indice Doing Business encourage les pays à réduire les tracasseries administratives, ces ‘red tapes’ qui ont une incidence négative sur la croissance. Le grand argentier n’a d’ailleurs pas raté l’occasion de s’en prendre, à nouveau, à la politique monétaire de la Banque de Maurice (BoM), dont le gouverneur est Rundheersingh Bheenick.

« Tout le monde ne comprend pas que la croissance représente l'emploi, plus de revenus, un meilleur train de vie et plus d'argent dans les coffres du gouvernement. Quand Maurice a intégré le rapport Doing Business en 2007, nous étions à la 49e place. Aujourd’hui, on est 19e. Il est clair que les réformes enclenchées portent leurs fruits, car on est revenu dans le Top 20. Il faut constamment s’améliorer en matière de facilitation des affaires », a fait ressortir le ministre des Finances. Dans la même logique, ce dernier place la barre très haut pour la prochaine édition. « Notre objectif est d'être dans le top 15 l'année prochaine », précise Xavier-Luc Duval. Une performance jamais réalisée jusqu'ici, Maurice ayant été 17e en 2010.

Une One-Stop Shop pour investir en Afrique L’AFRICA CENTRE of Excellence for Business, du Board of Investment (BoI), est désormais opérationnel. Lancé en tant que site web d’informations en ligne en juin dernier, ce centre dispose maintenant d'un bureau situé au One Cathedral Square Building, rue Jules Koenig, à Port-Louis. Comme son nom l’indique, le centre fournira des informations sur les opportunités d’affaires dans les marchés émergents en Afrique, y compris des données économiques sur chacun des 54 pays africains, leurs échanges commerciaux, les flux de Foreign Direct Investment (FDI) et les accords bilatéraux qu’ils ont signés. Il sera donc un outil important pour les hommes d'affaires mauriciens et étrangers qui souhaitent exploiter le potentiel du continent noir en y investissant. « Ce centre a un réseau de plus de 500 contacts d’affaires en Afrique, de même que plus de 10 000 au niveau international. Nous avons aussi pu établir des relations étroites avec des agences de promotion d'investissement et autres associations d'affaires en Afrique », fait ressortir Kevin Ramkalaon, directeur du New Business Development au BoI.

ATOUT. Le personnel du centre prêt à fournir les information nécessaires

Ce dernier annonce également la tenue de sessions de travail pan-Afrique pour les investisseurs locaux et internationaux et l’organisation de missions de

prospection ciblées sur le continent. Ken Poonoosamy, Managing Director du BoI, a pour sa part insisté sur les opportunités d’affaires. « Avec un taux de

croissance s'établissant à 20% entre 2007 et 2011 pour l'investissement direct étranger, le continent a attiré USD 42,7 milliards de FDI, rien que pour l'année dernière. Les prévisions sont que d'ici 2015, sept des dix économies les plus performantes du monde émaneront de l'Afrique. Avec une croissance sans précédent et son urbanisation rapide, le continent noir est bien placé pour devenir le marché de nouveaux investissements », a-t-il souligné. L’Africa Centre of Excellence for Business a d’ailleurs identifié les villes prioritaires où ses membres souhaitent investir davantage. La plate-forme aidera à y développer des réseaux plus concrets, organisera des visites dans les régions ciblées et y établira, éventuellement, une présence physique. « Nous avons pour ambition de positionner Maurice comme le centre de référence de ceux qui souhaitent investir en Afrique », affirme Kevin Ramkalaon. Si les ambitions sont effectivement grandes, reste qu’il faudrait, en même temps, songer à améliorer la politique d'accès aérien vers l'Afrique… J.S


GROS PLAN

EDITION 102

|

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

CAPITAL

17

INFRASTRUCTURES

LE PORT AUGMENTE SA CAPACITÉ L’Agence française de développement (AFD) a octroyé un prêt direct à la Mauritius Port Authority (MPA) pour le co-financement de l’extension du terminal à conteneurs à hauteur de 42,5 millions de dollars (Rs 1,3 milliards). Ce prêt, assorti d’un taux d’intérêt annuel de 3,3 %, fait l’objet d’une garantie de l’Etat mauricien. | JESSEN SOOPRAMANIEN L'UNION EUROPÉENNE, soutenant les efforts de l’Afrique en matière de développement de ses infrastructures, accorde, de son côté, une subvention de 3 millions d'euros, destinés à réduire les impacts environnementaux et sociaux du projet. L'extension du terminal est la première phase du projet d'un coût au total Rs 4, 3 milliards. L'extension du terminal était devenue une urgence pour des raisons stratégiques, les armateurs opérant avec de gros navires qui transportent entre 8 000 et 11 000 conteneurs dans notre région. Alors que le port ne peut permettre l'accostage de navires de plus de 5 500 conteneurs. Pour Shekur Suntah, directeur général de la MPA, il faut moderniser le port pour pouvoir accueillir des navires avec des charges plus cons��quentes. Les travaux, précise-t-il, vont commencer au début de 2013 pour être complétés en 2015. Ce projet vise à positionner Maurice comme un possible port de transbordement pour la région océan Indien. Ainsi, le port permettra de maintenir les lignes directes et de réduire le taux de fret. Sa réussite repose cependant sur la capacité de Port-Louis à proposer des prestations compétitives en termes de performances, notamment sur la manutention.

INNOVATION. Laurence Breton-Moyet, directrice de l’AFD, expliquant l’importance de moderniser le port

« Maurice, en tant que petite économie insulaire ouverte située au milieu de l'océan Indien entre l'Afrique et l'Asie, dépend de son port et de son aéroport. Ces infrastructures sont d'importance capitale pour assurer le développement socio-économique du pays », a fait ressortir Alessandro Mariani, ambassadeur et chef de la délé-

gation de l'Union européenne à Maurice. La directrice de l’Agence française de développement, Laurence Breton-Moyet, a souligné, pour sa part, l'importance du port « étant donné que les activités portuaires représentent 2% du Produit intérieur brut (PIB) du pays ». Xavier-Luc Duval, ministre des Finances, a lui choisi de laisser parler les chiffres : La hausse dans le traitement des conteneurs entre 2011 et 2012 a été très conséquente ; Ainsi, 334 000 conteneurs seront traités cette année, contre 231 000 l'année dernière. Ce qui représente une hausse de 40%. La Mauritius Port Authority, a encore indiqué le ministre, s’attend à réaliser un chiffre d’affaires dépassant les Rs 1,2 milliard contre Rs 1 milliard l'année dernière. De plus, la MPA entend réaliser des profits opérationnels de plus de Rs 600 millions contre Rs 373 millions en 2011. Le trafic portuaire va dépasser le cap de 7 millions de tonnes cette année, ce qui représente une hausse de 12 %. De plus, le trafic de conteneurs à l'importation a augmenté de 7% de janvier à septembre. Le ministre des Finances voit dans ces indicateurs la démonstration de la santé financière de la MPA malgré la crise. « Cela prouve que les corps-paraétatiques peuvent faire bien quand elles ont la volonté », s'est réjoui le ministre.

Shanti Maurice se Mont Choisy Shopping distingue une nouvelle fois Centre recrute

POUR LA deuxième année consécutive, Shanti Maurice remporte le prix du Meilleur Hôtel à l'île Maurice dans la catégorie Afrique. Une récompense décernée par l'International Hotel Awards 2012. A présent, les gagnants de chaque catégorie, en Asie, au Royaume-Uni, en Europe, aux Etats-Unis, en Arabie et en Afrique, vont maintenant se réunir pour l'élection du Meilleur Hôtel du Monde. Situé sur la côte sud, Shanti Maurice est un hôtel de charme offrant de superbes plages, un accueil impeccable ainsi qu'un spa. L'établissement mise beaucoup sur l'authenticité mauricienne. Celle-ci est présentée à travers le mélange intemporel de la conception mauricienne et africaine de la cuisine. Willibald Reinbacher, le Chief Executive de Shanti Maurice, croit que « la meilleure façon de comprendre une destination et sa culture, c'est à travers sa cuisine ». Les International Hotel Awards sont considérées, par beaucoup dans l'industrie, pour être le plus prestigieux des prix.

DISTINCTION. Shanti Maurice se démarque avec sa cuisine

Une récompense décernée par l'International Hotel Awards 2012. A présent, les gagnants de chaque catégorie, en Asie, au Royaume-Uni, en Europe, aux Etats-Unis, en Arabie et en Afrique, vont maintenant se réunir pour l'élection du Meilleur Hôtel du Monde Ces prix reconnaissent l'excellence parmi les hôtels du monde entier. Le jury, présidé par Sir David Michels, est composé d'experts de l'industrie du voyage

et de l'hospitalité. Les résultats et les gagnants seront annoncés lors d'une soirée de gala à la Marriot Hotel Grosvenor Square, à Londres.

CAISSIERS, VENDEURS, responsables de magasin, serveurs, agents de maintenance et personnel administratif sont demandés par les locataires de Mont Choisy Shopping Centre Promenade. Près d'un millier de personnes se sont présentées au Job Fair organisé par ce nouveau centre commercial en collaboration avec la National Empowerment Foundation (NEF), samedi dernier. Les propriétaires d'une dizaine d'enseignes et boutiques qui ouvriront leur portes en début de novembre au cœur de ce nouveau centre commercial situé à Grand-Baie, proposent une centaines d'emplois. Pick n Pay, Rawat, Emcar, 361, la bijouterie Zea, et bien d’autres enseignes étaient parmi les locataires de Mont Choisy Shopping Centre présents à cette opération recrutement. « Depuis le lancement de ce projet, nous nous sommes attachés à agir en société responsable, tant dans les normes de construction du centre commercial luimême, que vis-à-vis des habitants de la région dont nous voulons améliorer les conditions professionnelles et sociales. La communauté du nord est au centre de ce projet ; le succès de ce job fair est vraiment la preuve que nous avons à cœur le développement, non seulement économique de la région nord, mais également social », à souligné Tim Redman, Development Director de Mont Choisy Shopping Promenade. Accueillant, vivant et animé, Mont Choisy Shopping Promenade se veut un centre commercial à taille humaine, proche de la population et bénéficiant d’un emplacement stratégique à l’entrée de Grand-Baie. Mont Choisy Shopping Promenade prévoit d’ouvrir ses portes d’ici la fin du mois de novembre.


WIDE ANGLE

Indira Thacoor-Sidaya, ambassadrice itinérante pour l’Afrique, entourée de Gérald Lincoln (à gauche) et Ernest Van Rooyen, respectivement CEO et directeur d'Ernst & Young

Anishah Aujayeb (à gauche) et Khemila Narraidoo, Legal Assistant et avocate du Juristconsult Chambers respectivement, et Anuradha Ramphul, directrice de St. Lawrence Management Limited

EDITION 102

|

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

CAPITAL

19

Deepak Jain (à gauche) et Leila Ghurburrun, respectivement CEO et Senior Manager de Zee Network Africa et Ibrahim Ayoub, Managing Director de Daiichi

AFFAIRES

Shamima Mallam-Hassam, directrice au Board of Investment entourée, de Ben Lim, CEO International Trust (à droite) et Tommy Ah Teck, CEO de Gamma Ltd

LE BOARD of Investment (BoI) a lancé, la semaine dernière l’Africa Center of Excellence for Business. Une plate-forme d'information pour les investisseurs locaux et internationaux qui veulent faire des affaires sur le continent noir. Après les discours protocolaires d'usage, s'ensuit un cocktail, une occasion donnée pour établir des réseaux de contacts. Des investisseurs, des diplomates, des décideurs politiques et des personnalités du monde des affaires ont tenu à être présents pour l'ouverture officielle de l’Africa Center of Excellence for Business, qui agira comme passerelle pour investir en Afrique. Capital y était. Pause photos.

James John Lenaghan, directeur de douane à la Mauritius Revenue Authority, Vincent de Labauve d'Arifat, président de l'Association of Mauritian Manufacturers, et Sylvan Oxenham, Chief Financial Officer de E.C Oxenham & Cy. Ltd

Luc De Deken, avocat et directeur d'Optimum Outsourcing (à gauche), Nishan Degnarain, consultant en finance et Olivier Chédel, Managing Partner d'Aquila

Xavier-Luc Duval, ministre des Finances et vice-Premier ministre, entouré d'Ameen Rawat, Group Chairman & CEO de HM Rawat Group, et Saleem Beebeejaun, Directeur d’Africa Practice

PHOTOS : NICHOLAS LARCHÉ

Bernard Ould Yahoui, chef du service économique de l’ambassade de France à Maurice (à gauche), Kemraz Mohee, General Manager de State Informatics Ltd et Mija Rasamizafy, conseiller économique et commercial à l'ambassade de Madagascar à Maurice

L’AFRIQUE VISE L’EXCELLENCE


GREEN BUSINESS Biocarburants : les micro-algues, piste prometteuse mais…

LES BIOCARBURANTS de première génération sont critiqués pour leur pression sur le cours des denrées agricoles et leur bilan carbone contestable. La piste des microalgues séduit nombre d'entrepreneurs, d'investisseurs et de grands groupes, mais le chemin est encore long en termes de coût et de technique. Les biocarburants dits de deuxième génération seront issus de plantes non-alimentaires ou de parties non-alimentaires des plantes. Mais il faut toujours les cultiver, même si certaines espèces (telles que le miscanthus, très utilisé pour le carburant pour avions) sont adaptées aux terres arides. Seules les algues ont l'avantage de ne pas faire du tout concurrence aux terres et denrées agricoles, et présentent en outre un rendement jusqu'à dix fois meilleur que celui des agro-carburants de première génération. Faciles à cultiver et à croissance rapide, elles sont en outre de véritables gouffres à CO2, dont elles ont besoin pour se développer. Seul problème : étudiées depuis une bonne trentaine d'années, les micro-algues (de l'ordre de 8 à 10 microns, invisibles à l'œil nu) n'ont toujours pas livré les clés permettant de les transformer en huile puis en carburant à des prix abordables, et en tout état de cause, compétitifs au regard du baril de pétrole. Une étude du Lawrence Berkerley National Laboratory chiffrait en 2010 entre 240 et 332 dollars le coût de revient d'un baril d'huile produite à partir de micro-algues.

Bruxelles mécontente tout le monde

ALORS QUE la Commission européenne avait fixé un objectif de 10% d'énergies renouvelables dans les transports européens à l'horizon 2020, qui se résumait pour l'essentiel à une incorporation de 10% d'agro-carburants dans l'essence et le diesel, Bruxelles a annoncé mercredi un plafond de 5% pour ce taux d'incorporation. Cette décision ne satisfait personne. Ni les ONG, qui accusent les agro-carburants de première génération (issus de denrées alimentaires, les seuls parvenus au stade industriel aujourd'hui) de deux griefs: alimenter la volatilité et les hausses des denrées agricoles et contribuer ainsi aux crises alimentaires dans les pays pauvres et présenter un mauvais bilan sur le plan des émissions de CO2 en raison du changement d'affectation des sols. Des études récentes ont chiffré à 9 milliards de dollars le surcoût des importations alimentaires des pays pauvres directement lié à la production américaine d'éthanol (essentiellement produite à partir de maïs). Une autre a estimé que, pour atteindre son objectif de 10% de renouvelables dans les carburants, l'Union européenne aurait dû importer 41% de sa consommation de biodiesel et 50% de celle d'éthanol à l'horizon 2020.

EDITION 102

|

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

CAPITAL

21

PÊCHE

LES STOCKS DE THON ROUGE SE RECONSTITUENT LENTEMENT

On va reparler de la pêche au thon rouge. En effet, l'Iccat (acronyme anglais de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique) doit se réunir du 12 au 13 novembre à Agadir, au Maroc LE CONTEXTE a beaucoup changé par rapport aux dernières années. On n'est plus en 1998, quand le conseil scientifique de l'Iccat lançait un cri d'alarme, affirmant que la surpêche menaçait la survie de ce gros poisson prédateur dont les populations de l'Atlantique du nord-est se reproduisent au printemps en Méditerranée. En 2010, l'Union européenne avait même demandé, sans succès, que l'espèce soit inscrite sur la liste rouge de la Convention internationale sur le commerce des espèces menacées, ce qui aurait interdit sa commercialisation. Aujourd'hui, la réduction des quotas de pêche et la mise en place de contrôles plus sévères en 2010 ont permis d'améliorer la situation. Le retournement est spectaculaire. « Toutes les analyses montrent que la biomasse augmente et que le stock devrait être reconstitué en 2022 », assure Jean-Marc Fromentin, de l'Ifremer (Sète), qui siège au comité scientifique. C'est ce que souligne, dans son rapport, le comité scientifique et statistique de l'Iccat qui s'est réuni au début du mois d'octobre à Madrid. Le rapport est aussi consacré aux autres thonidés : albacore, espadon, germon et thon obèse. Le rapport suscite des interprétations très divergentes. Pour les patrons des thoniers senneurs, qui peuvent capturer un banc entier d'un seul coup de filet et à qui presque tous les quotas sont attribués, cela veut dire que les thons rouges sont de retour. À Agadir comme à chaque réunion de l'Iccat depuis 1999, les pêcheurs vont donc faire pression sur les 48 États membres pour que les quotas soient révisés à la hausse. De 1999 à 2008, ils ont été fixés globalement autour de 30 000 tonnes. En 2009 - la situation était catastrophique - ils sont descendus à 22 000 tonnes, 13 500 tonnes en 2010 et 12 900 tonnes en 2011 et 2012. « Le stock n'est pas encore reconstitué, » avertit Jean-Marc Fromentin. « On a de fortes incertitudes sur l'amplitude et la vitesse de sa reconstitution. Le plan de gestion actuel (quotas, taille maximale de capture fixée à 30 kg ) et les mesures de contrôle doivent être maintenus pour les années à venir ». Il ne faut pas croire que la pêche peut reprendre comme avant. « Une augmentation d'abondance n'est pas un recouvrement. Il y a deux ans, on a cru que la morue était revenue à Terre-

Le stock n'est pas encore reconstitué, avertit Jean-Marc Fromentin. On a de fortes incertitudes sur l'amplitude et la vitesse de sa reconstitution. Le plan de gestion actuel (quotas, taille maximale de capture fixée à 30 kg ) et les mesures de contrôle doivent être maintenus pour les années à venir

Neuve, mais aujourd'hui le stock s'est effondré », souligne Philippe Cury, directeur du centre de recherche halieutique méditerranéenne et tropicale, à Sète (Hérault). Les ONG sont très réservées. « On va dans la bonne direction, à condition que la pêche illicite soit éliminée », ex-

plique Rémi Parmentier, de la Fondation américaine Pew qui œuvre pour la préservation des océans. Cette dernière a financé une étude révélant qu'entre 2005 et 2011, il y a eu des gros écarts entre les quotas et les tonnages mis réellement sur le marché (77 % entre 2008 et 2011, quand les contrôles ont été renforcés par l'Iccat). La méthode de calcul utilisée par Antonius Garden, de l'université de Barcelone, n'a pas convaincu le comité scientifique de l'Iccat qui va mettre en place une nouvelle méthodologie. Les calculs sont très complexes car beaucoup de thons sont engraissés dans des fermes aquacoles et peuvent passer dans plusieurs pays avant d'être écoulés sur le marché japonais à prix d'or. Les déclarations électroniques de captures pourraient apporter des améliorations dans ce domaine. « Les senneurs en Méditerranée sont parmi les bateaux de pêche les plus surveillés », affirme Jean-Noël Druon, du centre de recherche de la Commission européenne (JCR). À bord de chacun d'entre eux, il y a un représentant de l'Iccat, les navires sont surveillés par radar et des contrôles inopinés sont régulièrement effectués. La pêche durable interdit la fraude. LE FIGARO


22

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

|

ENTREPRENDRE

EDITION 102

CAPITAL

TECOMA AWARD 2012

JEAN-MICHEL PITOT : LE TRIOMPHE DU RÉALISME « Et le Tecoma Award 2012 revient à Jean-Michel Pitot ! » Tonnerre d'applaudissement. Mais le sacre n'est pas vraiment une surprise. Car le lauréat a déjà, en seulement quelques années, imprimé ses marques sur l'évolution du secteur de l'hôtellerie mauricienne | DOROTHY BONNEFEMME

SENTIMENTS. Jean-Michel Pitot espère que sa réputation montera d'un cran

LES PARIS allaient bon train, vendredi soir, à l'hôtel Le Maritim, où se tenait la soirée de récompense de l'AfrAsia Tecoma Award 2012. Selon les nombreux invités du monde des affaires, tous secteurs confondus, conviés à cet événement, la joute était entre Pascal Tsin, président directeur général de Super U, et Jean-Michel Pitot, le Chief Executive Officer (CEO) d'Attitude Resorts. Si Pascal Tsin s'est distingué dans la catégorie « Progression », son

concurrent, Jean-Michel Pitot a remporté le trophée de l'AfrAsia Tecoma Award 2012. Cette compétition est une initiative du magazine écono-mique l'Eco Austral. UNE MOTIVATION DE PLUS L'histoire d'amour entre l'hôtellerie et Jean-Michel Pitot dure depuis une vingtaine d'années. Toutefois, la création de son entreprise remonte à quatre ans. Ce

trophée, espère-t-il, permettra à Attitude Resorts un plus grand rayonnement dans le secteur. Le lauréat de l'AfrAsia Tecoma Award 2012 dédie cette récompense aux 25 000 employés du secteur du tourisme. « C'est grâce à leur dévouement que j'ai pu obtenir ce prix. Ces derniers temps, l'hôtellerie fait face à une série de critiques. Ce trophée vient nous motiver », a fait ressortir JeanMichel Pitot dans son discours de cir-

constance. Parlant des tenants et aboutissants de ce secteur, il s'est dit d'avis qu'il faut trouver le mécanisme pour continuer à faire fonctionner cette entité. « Epaulés par les autorités, nous devrons écrire ensemble la recette du succès pour les vingt prochaines années », a-t-il ajouté. Saluant le travail de ses employés à Attitude Resorts, il les a appellé ses « Family Members », ajoutant que pour lui « cette


ENTREPRENDRE

reconnaissance n'est pas celle de l'entrepreneur de l'année, mais de l'entreprise de l'année ». Les quatre autres nominés étaient Pascal Tsin, Dominique Béchard, Benjamine Li et Booshan Ramloll. Jean-Michel Pitot a ensuite profité pour évoquer les réalisations d'Attitude Resorts. Spécialisé dans les hôtels 3 à 4 étoiles, ce groupe gère actuellement les hôtels Tropical Attitude, Coin de Mire et Les Cocotiers. Tandis que les travaux du projet Créolias, d'une superficie de 15 Arpents, avancent à grands pas. LES 4 CRITÈRES DE SÉLECTION Une récompense qui vient donc à point nommé. Pour Jean-Michel Pitot, ce trophée est une motivation pour lui, car il a encore un long chemin à parcourir, avec, dit-il espérer, la confiance des investisseurs et de ses partenaires. Mis à part le Tecoma Award, deux autres récompenses ont été attribuées lors de cette soirée. Pascal Tsin a obtenu l'award « Progression », car pour les organisateurs il est « le commerçant du 20e siècle ». Car c'est à partir d'une petite boutique familiale que ce quinquagénaire a gravi les échelons de ce secteur en

LE GROUPE ATTITUDE MISE SUR L'AUTHENTICITÉ MAURICIENNE Un hôtel au concept 100% mauricien. Mauricien dans le nom, l'architecture, la décoration intérieure, l'animation, la restauration. ZILWA ATTITUDE, 4 étoiles de 215 chambres, déjà réalisé à 30 %, ouvrira ses portes en octobre de l'année prochaine, à Grand-Gaube. « Nous sommes heureux et fiers d’être Mauriciens et nous avons tenu à ce que notre culture et notre art de vivre mauricien soient la source d’inspiration de cet hôtel. Les touristes choisissent notre destination pour vivre l’authenticité mauricienne et nous avons décidé de valoriser notre patrimoine culturel et nos valeurs locales. Nous sommes fiers d’utiliser la langue

perpétuelle évolution. Pascal Tsin se trouve aujourd'hui à la tête de trois supermarchés et depuis l'an 2000, le P.DG de Super U s'est lancé dans l'immobilier.

C’est grâce à leur dévouement que j’ai pu obtenir ce prix. Ces derniers temps, l'hôtellerie fait face à une série de critiques. Ce trophée vient nous motiver Jean-Michel Pitot L'award de l'Innovation est allé à Dominique Béchard. Le directeur de Consultec s'est spécialisé dans la rétro conception, c'est-à-dire passer un bâtiment au scanner tridimensionnel. Les données recueillies par l'appareil sont alors transformées en un nuage de points, puis ils sont traités pour une modélisation en 3D. A ce jour, 75% de

créole pour signer cet hôtel », se réjouit JeanMichel Pitot, CEO du groupe Attitude. Le groupe hôtelier et ses partenaires ont investi près de Rs 1,4 milliard pour ce projet présenté à la presse, au cours d'une beach party, samedi dernier. « Nous pensons que de tels investissements contribuent à soutenir la croissance économique locale affectée par la crise financière. C’est également un signal fort que nous envoyons à nos partenaires, dont les tour-opérateurs et les réceptifs locaux, qui nous ont toujours encouragés et dont nous avons tout le soutien sur ce projet », affirme le CEO d'Attitude. Comme son nom l’indique, ZILWA ATTITUDE reflètera l’art de vivre mauricien en bord de mer, une hymne à notre île. L’architecture al-

l'activité de l'entreprise de Dominique Béchard concerne le Sénégal, les EtatsUnis, l'Algérie, la France. L'AfrAsia Tecoma Award décerne ses trophées selon quatre critères : la progression, l’innovation, le dynamisme à l’extérieur et l'engagement personnel citoyen. Toutefois, comme devait le faire remarquer Alain Foulon, le directeur du magazine, le grand vainqueur doit se distinguer dans les quatre secteurs. La sélection se fait en deux temps : d’abord une sélection des nominés, établie par la rédaction du magazine selon les quatre critères et par rapport à l’actualité économique de l’année écoulée. Puis, l’élection est réalisée par TNS analysis, à travers un sondage téléphonique auprès de 200 dirigeants d’entreprises mauriciennes de six salariés et plus. Pour l'occasion, L'Eco Austral a mis les petits plats dans les grands. C'est dans les Ruines de Balaclava que s'est déroulé la grande soirée des awards de la 10e édition de l'AfrAsia Tecoma Award. Des emblèmes du fameux arbre Tecoma, étaient disposés un peu partout ainsi que les photos et la présentation des cinq nominés.

liant bois et chaume est signée Jean-Marc Eynaud et la décoration intérieure qui se veut rustique chic, est signée Virginie Koenig. Ce neuvième établissement vient confirmer la position du groupe Attitude comme un acteur incontournable de l’hôtellerie mauricienne, et sa réputation des catégories 3 et 4 étoiles. ZILWA ATTITUDE portera le nombre de chambres du groupe à 857 chambres. La beach party de samedi s'est déroulée dans une ambiance particulièrement festive, la direction et le personnel du groupe, ainsi que les nombreux invités profitant pour célébrer le sacre de Jean-Michel Pitot comme Entrepreneur de l'Année du magazine Eco Austral, la veille.

EDITION 102

|

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

CAPITAL

23

L’ENTREPRENEUR RÉUNIONNAIS CONNU BIENTÔT Notre voisine, La Réunion, en est elle à sa dix-septième édition pour son Entrepreneur de l'Année. La soirée des récompenses 2012 se tiendra ce 8 novembre. Cinq entrepreneurs ont été nominés. Les critères et les modes de sélections sont les mêmes qu'à Maurice. Alfred Chane Pane a fait de la petite imprimerie familiale une société leader de l'impression sur rotative. En outre, il a diversifié dans une affaire de transport en hélicoptère. Eric Fruteau est à la tête d'un des plus grands studios d'enregistrement réunionnais et sa réputation a franchi les frontières. Le troisième nominé est Eric Hermann qui mène d'une main de maître sa société Symbiose Medical qui propose aujourd'hui 4 000 références de produits de Recherches et Développement, mis au point au fil de longues années de test. La compétition est féroce. Car Dany Leveneur est aussi de la partie. Il est l'actionnaire majoritaire du groupe LM qui est actif dans la distribution de fruits et de légumes. Ce groupe compte aujourd'hui 18 entités, 150 collaborateurs et traite 14 000 tonnes de produits par an. Il est aussi présent à Maurice, car c'est lui qui a introduit le concept foodcourt avec la franchise sud-africaine Fruit and Veg City. L'unique femme dans la course s'appelle Nathalie Vi Tong. Depuis seize ans, elle dirige l'entreprise familiale Mak Yuen Industries. C'était une petite charcuterie artisanale qu'elle a transformé en une société de salaison et de fabrication de produits charcutiers. Le lauréat de ce concours sera connu lors de la finale qui se tiendra à l'hôtel Mercure Créolia de Saint-Denis.

POURQUOI LE TECOMA ? C'est un symbole fort, fait ressortir Alain Foulon, le directeur d'Eco Austral, car il s'agit d'un arbre qu'on trouve dans nos îles. « Il est profondément enraciné dans le sol et son bois se révèle particulièrement robuste. C'est pourquoi nous avons décidé d'en faire la marque de l'entrepreneuriat de nos îles à l'instar du label 'îles Vanilles' pour le tourisme ».


MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

CAPITAL

|

EDITION 102

ENTREPRENDRE

Habiller la femme en se fiant à ses talents innés de créateur de vêtements. C’est le créneau de Reza Macky, le directeur de Rezmac Decor et propriétaire du magasin Americana. Capital l’a rencontré dans son atelier situé à Rose-Hill | DOROTHY BONNEFEMME

REZA MACKY

DU GÉNIE DANS LES DOIGTS DEPUIS SON plus jeune âge, Reza Macky, directeur de Rezmac Décor a côtoyé le monde de la mode. Sa mère, Nazmoon, était couturière. Elle lui a appris les rudiments du métier. Si le jeune homme a choisi, après ses études, de faire carrière dans l'hôtellerie, après dix ans, il a rendu son tablier pour retourner à son premier amour : la couture. « Mes clients doivent être satisfaits. » Telle une litanie, cette phrase revient dans la bouche de Reza Macky. Pour lui, c'est l'essentiel. C’est pourquoi il n'hésite pas à se mettre en quatre pour faire plaisir à ceux qui font appel à ses services. Comme cette cliente venue dans son magasin Americana lui demander de retoucher son churidar. « Je suis débordé, mais c'est la première fois qu'elle vient ici. Alors je vais tout faire pour réaliser ce travail dans un délai de deux jours », explique Reza Macky d'une voix sereine.

AU FOUR ET AU MOULIN Généreux, calme et professionnel, le propriétaire d'Americana ne nous étonne pas lorsqu'il nous annonce qu'en dix ans de carrière, « une seule fois une cliente est partie de chez moi fâchée. On me dit souvent que je suis une fée qui comprend leur désir et qui fait son maximum pour leur plaire, que ce soit pour les robes de mariées, les tenues de soirée, les churidars, les rideaux ou les retouches ». De cette liste, le dada de Reza Macky demeure les robes de mariées. Tel un designer, le directeur de la compagnie Rezmac Décor personnalise chaque modèle. A 46 ans, il est au four et au moulin dans son atelier situé à Rose-Hill. Comme la semaine prochaine, son cousin va se marier, la majorité des proches de notre interlocuteur ont fait appel à son expertise. « C'est une tradition

PHOTOS : NICHOLAS LARCHÉ

24


ENTREPRENDRE

EDITION 102

|

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

CAPITAL

25

CRÉATION. Chaque tenue est unique chez Rezmac Décor

dans la famille. Alors je ne peux ronchonner. Je dois m'occuper de leurs tenues et aussi de celles de mes clientes. Demain, l'une d'elles viendra pour un essayage, alors que je n'ai encore rien fait. Je dois rattraper mon retard ce soir, afin que le vêtement soit prêt demain », explique sereinement Reza Macky, debout derrière sa table de coupe. ÊTRE À L’ÉCOUTE D'ailleurs, ajoute-il, « je ne voulais pas accepter cette commande, car la cliente s'y est prise à la dernière minute. Mais c'est une femme d'un certain âge. Elle m'a suppliée et j'ai fini par accepter ». Le directeur de Rezmac Décor semble avoir le cœur sur la main. C'est l'une des raisons qui explique, semble-t-il, son succès, tandis que de nombreux tailleurs se plaignent de la concurrence du prêt-à-porter. « J’ai une bonne trentaine de clientes qui me sont fidèles. Certaines m'apportent des commandes toutes les semaines et je me donne toujours à fond pour leur faire plaisir », explique-t-il. Son professionnalisme et son savoir-faire y sont également pour quelque chose. « J'ai l'impression que la mode est innée. Dès que je vois une personne, il y a un déclic dans ma tête. Dans la seconde qui suit, je peux dessiner un modèle pour elle. Cela peut-être une robe de soirée, une robe de mariée ou encore autre chose. Toutefois, je n'impose rien. Je propose et c'est la cliente qui a le dernier mot. Si cette dernière a emmené son modèle, je peux aussi le réaliser sans aucune crainte. Ou alors, nous feuilletons ensemble les magazines et les catalogues et nous nous inspirons de plusieurs modèles pour en créer un », ajoute Reza Macky. L'essentiel, c'est qu'au bout du

nent toujours. Puis il y a le elier de couture et un espace escôté création. Pour les sayage. On y trouve diverses mafemmes, on peut réaliser des chines, ainsi que toute une gamme merveilles. Je n'arrête jamais de fils, d'aiguilles et de ciseaux. C'est de faire travailler mes d’ailleurs le coin fétiche de Reza méninges. Parfois, je m'in- Macky. Il y passe des heures. Fort spire des magazines ou de la heureusement, il peut compter sur Compliment que Reza Macky Toile. Le plus souvent, c’est le soutien de ses deux employées. « reçoit souvent de ses clientes mon imagination qui parle J'ai deux autres employés à Port-Louis, », nous confie-t-il. mais là-bas, je propose uniquement du Pour preuve : les croquis et les prêt-à-porter », précise le patron. compte, la cliente reparte le sourire Pourtant, c’est dans la capitale aux lèvres. Idem lorsqu'elle vient photos traînent un peu partout dans récupérer sa commande. Reza le petit atelier ou le domicile de Reza que Reza Macky a fait ses premiers Macky nous fait d’ailleurs le récit Macky. Il y a aussi quelques modèles pas : « Je possédais un petit atelier sur d’une expérience récente : « Une exposés dans son magasin Ameri- place, il y a dix ans. Puis j'ai eu l'opcliente est venue pour son essayage cana, où un petit coin prêt-à-porter portunité de m'installer ici et je l'ai saisi. Toutefois, même mes clientes de lundi dernier. Lorsqu'elle a vu son re- a été aménagé. Port-Louis me sont restées fidèles ». flet dans le miroir, son visage s'est figé. Une fidélité récompensée, J'ai tout de suite compris qu'elle n'é- LE CLIENT EST ROI tait pas contente de sa robe. Nous en Les clients y ont le choix en puisque notre interlocuteur se fait avons discuté. Je lui ai promis de faire matière de tenues de soirée en den- fort de livrer ses commandes en une des retouches, car j'ai immédiatement telles ou encore en satin, une belle à trois semaines, dépendant des compris ce qu'elle souhaitait. Hier robe de mariée blanc cassé, ornée de modèles et du volume de travail qu’il matin, elle est revenue accompagnée de guipures, qui attire les regards, ou a. Reza Macky est même disposé à se sa belle-sœur. L'appréhension se lisait encore, dans la section ‘casual wear’, rendre au domicile de ses clients sur son visage », continue Reza des jupes, des blouses, des vestes… pour l'essayage ou la livraison. En Macky, sourire en coin. C’est au fond du magasin que effet, chez Rezmac Décor, et même « Elle a réessayé la robe et c'était notre interlocuteur a installé son at- en dehors, le client est vraiment roi ! dans la poche. Son visage s'est littéralement illuminé. Alors elle m'a demandé si j'avais utilisé le même tissu TIREZ LES RIDEAUX SUR 2012 terlocuteur. Depuis lors, cet habitant de BeauA l'approche des fêtes de fin d'année, un coup de pour recoudre la robe. Elle n'arrivait neuf sera de mise, que ce soit dans les maisons ou Bassin n'a cessé de se perfectionner. Maintenant pas à en croire ses yeux. Mais c'est simles entreprises, en matière de décoration. Rezmac les rideaux n'ont plus de secrets pour lui. plement que je suis tout le temps à l'éDécor y a pensé. « Je suis aussi un spécialiste dans Reza Macky touche également à la décoration coute de mes clientes. Celle-ci, en tout la confection des rideaux. Mes modèles, je les intérieure, notamment pour ce qui est des conçois personnellement. Je peux également me rencas, est repartie toute souriante, et m'a mariages, aussi. « Je ne suis pas un ‘wedding plandre chez le client pour prendre les mesures et pour la dit que j’avais des doigts de fée. » ner’, mais lorsque les gens font appel à moi, ils sont pose. S'il a besoin de mes services pour le choix des plus que satisfaits », dit-il avec humilité. Ce compliment, Reza Macky l'a tissus, je réponds également présent », explique Vu son parcours, ce dernier ne peut que bénir entendu plus d'une fois dans la Reza Macky le jour où il a quitté le secteur de l'hôtellerie. « Je bouche de ces dames. C'est l'une des Ce dernier a en effet plusieurs cordes à son arc. détiens un diplôme en ‘hotel management’. CepenIl nous raconte ainsi qu'il s'est lancé dans le doraisons qui l’ont poussé à ne créer dant, les horaires ne me convenaient pas, et j’ai maine lorsqu'il a été victime d'un incident et s'est que pour la gent féminine. « Aupardémissionné. Vu que mes proches et mes amis appréfracturé le pied. Comme il était en congé et qu’il avant, je cousais des chemises, des panciaient mon savoir-faire dans le domaine de la cous'ennuyait, il s'est lancé dans la décoration de son ture, j'ai décidé de faire le grand saut. Dix ans après, talons... Cependant, les hommes salon. Alors qu'il s'attelait à la tâche, une de ses je peux affirmer que je n'ai aucun regret. C'est un dotantes, qui habite en Angleterre, et qui est une repartaient avec un merci. C'est tout. maine où la création est à l'honneur et je suis bien spécialiste des rideaux, a téléphoné. « Je lui ai Alors que les femmes, elle, sont plus dédoué pour ces choses », ajoute ce père de deux parlé de mon projet. Elle m'a donné des conseils et monstratives. Et lorsqu'elles apprécient m'a envoyé plusieurs modèles », raconte notre infilles. votre professionnalisme, elles revien-

Vous avez des doigts de fée


MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

|

EDITION 102

CAPITAL

ENTREPRENDRE PHOTOS : NICHOLAS LARCHÉ

26

ABITA

A l’abri du mauvais temps…

Protéger votre intérieur et votre extérieur contre les intempéries. C'est la mission d’Abita, l’entreprise de la famille Toraubally. Installée à Beau-Bassin, celle-ci propose des produits de qualité, notamment des volets, qu’elle fabrique elle-même, ou qu’elle importe d’Europe ou d’Asie | DOROTHY BONNEFEMME PARASOLS, STORES à bras, voiles tendues, garnissage d'extérieur… Abita ne manque pas d'idées pour donner un nouveau look à votre demeure. Razack Toraubally, le directeur, a su varier l’offre de la compagnie et lui faire une place de choix à Maurice. Devant le succès rencontré et une certaine saturation du marché local, il vise maintenant les pays de la région. Cette entreprise familiale a démarré ses activités en 1969, avec la vente de parasols et de prélarts (tarpaulin) à PortLouis. C'est le grand-père qui était au début aux commandes, avant de passer le relais à son fils Iqbal, le père de Razack Toraubally, qui a continué à proposer les mêmes items aux clients. Mais lorsque les deux fils d’Iqbal – Razack et Shabir – ont fait leur entrée au sein de l’entreprise, ils se sont lancés dans un exercice de rebranding. POUR TOUS LES GOÛTS C’est ainsi qu’Abita a vu le jour. La gamme de produits est devenue plus conséquente et l’entreprise a investi dans leur fabrication. « Nous possédons une usine de fabrication, de distribution et de pose », ajoute Razack Toraubally. Les deux frères ont également pu compter sur le renfort de leur sœur Ameena, qui les a rejoints il y a deux ans. Si le trio a des projets tout plein la tête, la réalité est que le marché mauricien, avec ses 1,2 million d'habitants, est restreint. Comme le déplore Razack Toraubally, d'ici quelques années, presque toutes les maisons mauriciennes seront dotées de stores. Pour anticiper la saturation du marché, dès le mois de jan-

vier, Abita commercialisera ses produits à Madagascar, avant de viser, par la suite, l'île de La Réunion et le marché sudafricain. Stagner ne fait pas partie du vocabulaire de Razack Toraubally et de sa famille. C’est ainsi qu’ils ont fait d’une petite affaire ne vendant que des parapluies et des prélarts une société florissante commercialisant une quinzaine de produits. Notre interlocuteur, qui nous a reçus dans son bureau à la route royale, Beau-Bassin, nous parle tout d'abord de ses prélarts, qui sont, dit-il, importés de Thaïlande, de France, de Chine, d'Italie, de Belgique...

Rs 1 200 le mètre carré Le prix des ‘venetian blinds’ chez Abita

ÉTAT D’ESPRIT. Razack et Ameena Toraubally sont fiers de leur parcours

Pourquoi tant de pays ? « La compétition l'oblige. Cela nous permet de mettre l'accent sur le rapport qualité-prix », répond Razack Toraubally. Sur la diversité, aussi, puisque des volets, il y en a pour tous les goûts chez Abita. Ceux-ci sont très utiles pour protéger votre véranda contre les aléas du climat, rehausser son esthétique, ou encore assurer un certain degré d’intimité et de sécurité. Razack Toraubally nous présente d'abord les ‘roman blinds’. « Lorsque vous fermez vos ouvertures, les vantaux se plient


ENTREPRENDRE

EDITION 102

|

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

CAPITAL

27

PASSION. Chaque petit détail révèle toute son importance

les uns derrière les autres et viennent se loger le long de la fenêtre. Les volets forment alors des plis. Les ‘venetian blinds’, eux, sont à l’horizontale et vous permettent de jouer avec la lumière des deux côtés de votre fenêtre ou de votre porte. Quant aux ‘vertical blinds’, ils sont conseillés pour les bureaux », explique notre interlocuteur, pour qui le sujet n'a plus de secret. Autre produit : le store à bras, dont la taille maximale est de 12 x 15 mètres. Il est idéal, selon Razack Toraubally, pour les maisons : « Il est indispensable dans les pays tropicaux, car il protège du soleil et de la pluie. De plus, une garantie de cinq ans est proposée sur l'anti-UV et anti-moisissure ». LIVRAISON EN DIX JOURS Le tout dernier-né de chez Abita, c'est la voile tendue. Importée de France, elle protège votre intérieur aussi bien que votre extérieur contre les intempéries. Une centaine de coloris sont disponibles. La voile tendue est appropriée pour les grands espaces parce qu'elle peut couvrir environ 25 mètres. « De plus, pour la pose il n'y a aucune nécessité de placer de nombreux supports », explique Razack Toraubally, tout en nous montrant celui qui a été installé au plafond, dans la salle d'accueil de son entreprise. Lorsqu'un client est intéressé par un produit Abita, le reste se fait très rapidement. « Il nous soumet tout d’abord ses dimensions, ou alors nous nous rendons sur place. Puis nous lui donnons une cotation. Si nous arrivons à accorder nos violons, nous lui livrons ses produits dans un maximum de dix jours. Je dois toutefois souligner que le volume de la commande doit être pris en ligne de compte », explique le directeur. Question prix, Razack Toraubally, muni d'une feuille où tout est affiché afin d'éviter toute erreur, indique que les ‘venetian blinds’ sont à Rs 1200 le mètre carré. Les ‘bambous blinds’ pour l'in-

térieur coûtent Rs 1 080/m2, et ceux pour l'extérieur Rs 1 400/m2. Quant aux ‘roller blinds’ en tissu, leur prix s’élève à Rs 1 500 le mètre carré. Finalement, pour les voiles tendues, la cotation est basée sur le produit fini, c’est-à-dire la voile, les poteaux, les pitons… Ce qui revient à environ Rs 3 000 le mètre carré. A ces prix, les produits d'Abita trouvent preneur dans les hôtels, les maisons, les compagnies… D'ailleurs, lors du Salon des Petites et Moyennes Entreprises, qui s'est tenu le mois dernier au Centre International de Conférence Swami Vivekananda, à Pailles, nombreux étaient les exposants qui avaient commandé leurs supports chez Abita. CERTIFICATION ISO La qualité tenant une place prépondérante chez Abita, l’entreprise est certifiée ISO depuis 2010. « Vu que nous possédons notre propre usine, nous pouvons

assurer la qualité des produits que nous fabriquons », ajoute Razack Toraubally. D'ailleurs, en visitant l’usine installée à Beau-Bassin, nous avons été charmés par le savoir-faire des employés. Ameena Toraubally, qui faisait office de guide, nous a conduits dans le bâtiment annexé au bloc administratif. Au premier étage, nous avons vu une dame d'une quarantaine d'années, assise devant sa machine à coudre, avec un immense morceau de tissu en écru. Elle était aidée dans sa tâche par sa collègue. A côté d'elles, il y avait tout plein de tissus, de fils, de ciseaux… « C'est pour un parasol de plage », a alors expliqué Ameena Toraubally. Un peu plus loin dans la pièce se trouvaient plusieurs autres objets qui étaient presque terminés et qui attendaient d'être livrés. Dans une pièce annexe, d’autres travailleurs étaient, eux, concentrés sur des ballots de tissus, alors que la radio émettait des morceaux venus de Bollywood. Ameena Toraubally, qui s'occupe surtout des ventes chez Abita, nous a ensuite invités au deuxième étage. Nous y avons surtout rencontré des hommes, car c'est dans ces pièces que les ouvriers s'occupent des travaux de bois, de soudure, de montage… Mais ce jour-là, vu que c'était l'heure du déjeuner, l'endroit était quasiment vide. Nous n’avons donc pas vu à l’œuvre la totalité des 18 employés de la compagnie. Dommage. Car c’est grâce à eux et à la qualité de ses services qu’Abita a connu une telle réussite. « Nous ne faisons pas les choses au petit bonheur, que ce soit pour la qualité des produits ou la livraison. Idem pour le service après-vente. S'il y a un petit bémol, nous agissons en une semaine au maximum, car nous déployons beaucoup d'efforts pour notre service clientèle », estime Razack Toraubally.

DICKSON-CONSTANT : LE MEILLEUR DES TEXTILES ‘OUTDOOR’ Abita propose des produits de la marque Dickson-Constant, que ce soit pour ses stores à bras, ses voiles tendues ou encore ses volets d’intérieur. Cette entreprise – spécialiste du tissu technique, dont les toiles pour la protection solaire et pour le mobilier d'extérieur – est le fruit de l’union, en 1969, de la filature Dickson et du tisseur Constant. Elle est aujourd'hui rattachée au groupe américain Glen Raven, No.1 mondial des textiles ‘outdoor’. Dickson-Constant, c'est aussi une unité de production de pointe. Plus de 25 millions de m2 de tissus sortent chaque année des 110 métiers à tisser. Du bureau de style à la logistique, en passant par le tissage et le traitement technique des toiles, toute la chaîne de production est intégrée sur les 27 500 m2 de l'usine. Cette société met aussi beaucoup d'accent sur l'innovation et le développement durable, visant notamment à minimiser l'utilisation de substances chimiques et à optimiser sa gestion énergétique. A ce jour, les activités de DicksonConstant sont concentrées sur quatre axes : la protection solaire, l’aménagement extérieur, l’ameublement intérieur et l’équipement de bateaux.

DICKSON-CONSTANT EN CHIFFRES 18 000 clients dans le monde

600 collaborateurs Dickson dans le monde

3 500 personnes affiliées au groupe Glen Raven

14

filiales à l’étranger, couvrant 110 pays

75% du chiffre d’affaires réalisé à l’international

27 500 m2 de surface de production

10 000 m2 de site logistique

1 625 références en stock permanent

250 000 bobines réceptionnées par mois

100 000 m2 de tissus produits par jour

25 millions de m2 produits chaque année


28

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

|

MARKET

EDITION 102

CAPITAL

EXCHANGE RATES EUR/USD The shared currency moved lower last week and was traded within the range of $1.2883 - $ 1.3084 against the greenback compared to my forecast of $1.2794 - $1.3085. Euro started last week on a positive note as the Germany’s Finance Ministry was considering a debt buy-back as a possible way to reduce Greece’s debt. However, euro lost its momentum Moody’s Investors Service downgraded credit rating of five Spanish regions including the northern region of Catalonia which accounts for a fifth of Spain’s economic output which revived the concern about the debt

crisis of the Euro-Zone. Moreover, the Markit Composite PMI for the Euro-Zone dropped to 45.8 while Composite PMI in Germany was at 48.1 in October which for the six consecutive month. Euro hit a week low of $1.2883 on last Friday after ECB and European Commission said in a joint statement that Spain was on track to correct the problems in its financial sector but needed more decisive action to deal with challenges facing some banks. With all the uncertainty in Greece, the shared currency might be very volatile and will be traded within the range of $1.2825 - $1.3096 against the US dollar according to my forecast for this week.

STERLING Cable has been swinging between positive and negative last week and has been traded within the range $1.5914 - $ 1.6143 while my forecast was $1.5826 - $1.6092. Bank of England Monetary Policy Committee member hinted more expansionary monetary policy to boost sub-par economic growth. Moreover, Bank of England (BOE) Gov-

ernor Mervyn King said BOE was ready to inject more cash into the fragile Britain economy if recent positive signs faded. ross Domestic production (GDP) grew 1.0% in the third quarter was well above forecasts and it was the fastest growth since the third quarter in2007 dented expectations of further monetary easing from BOE I would forecast cable to move within the range of $1.5889 - $1.6151.

MARKET OVERVIEW GOLD Gold has been trading within the range of $1698.60 $1730.08 and my forecast $1685.06 - $1737.12. This week, I expect gold to move between $1681.82 - $1737.31. Gold extended its third weekly drop a stronger dollar curbed the demand for the precious metal as an alternative investment. Gold reached a 10month high of $1,798.10 on 5th October as central bank from Europe to China to Us pledged more stimulus to boost economies. Silver also followed the same trend as the yellow metal despite the demand for the poor man’s gold in China, the world’s second largest user, is set to jump as much as 10% next year to a record as investors look to preserve wealth. Consumption may climb to 7,700 metric tons after gaining 6 percent to 8 percent in 2012. About 33 percent of the country’s demand comes from jewelry and coins, with the rest from industrial use in photogra-

phy, solar and electrical appliances. BASE METALS The Democratic Republic of Congo may increase state participation in mining projects to 35 percent from 5 percent and raise royalties on mineral exports, according to a preparatory report obtained by the country’s business association. The 35 percent stake would be acquired for free and could not be diluted, according to the report, which was prepared for an inter-ministerial commission charged with updating Congo’s 10-year-old mining code. The Mines Ministry declined to comment on the proposals, while the country’s business association, known by its French acronym FEC, criticized them. Congo is the world’s largest cobalt producer and was the tenth-largest exporter of copper last year, according to CRU Group, a London-based research company. The Central African nation, which is nearly

the size of Western Europe, also has deposits of gold, iron, diamonds, tin and coltan. OIL Oil rose from a four-month low in New York as better-thanexpected company earnings bol-

stered confidence that economic recovery will support fuel demand. West Texas Intermediate crude climbed as much as 0.8 percent as European equities advanced after results from BP Plc (BP/) and Deutsche Bank AG beat analyst estimates. Prices fell

earlier after Phillips 66, Hess Corp. (HES), NuStar Energy LP (NS) and PBF Energy Inc. reduced refinery operations on the U.S. East Coast because of Atlantic storm Sandy. Gasoline dropped from a two-week high. WTI for December delivery increased as much as 70 cents to $86.24 a barrel in electronic trading on the New York Mercantile Exchange, and traded for $85.95 at 10:14 a.m. local time. The contract closed at $85.54 yesterday, the lowest since July 10. Floor trading will be suspended for a second day on the Nymex because of the storm, CME Group Inc., the exchange’s owner, said in an email. Brent for December settlement on the London-based ICE Futures Europe exchange slipped 20 cents to $109.24 a barrel. The European benchmark crude was at a premium of $23.36 to the WTI contract. The spread widened for a sixth day yesterday to $23.90, near the most in more than a year.

This report has been prepared by Vanee Seeneevassen of Island Premier Traders FX Ltd. (FOR MORE INFORMATION, PLEASE VISIT OUR WEBSITE: HTTP://WWW.ISLANDPREMIERTRADERS.COM)

CIM Finance drives the Market THE MUCH awaited day for the Taylor family finally materialised. After having been much talked about, CIM Finance, after its split from Rogers group, has made its official listing on the Stock Exchange of Mauritius. At 10 hrs in the morning, the price was set at Rs 4.45 and reached Rs 5.50, after it peaked at Rs 5.60, representing an increase of 23.60%. A volume of 453,300 had been exchanged since the opening of the market. At the

closure, a total of 1,358,051 was traded during the day. On the other hand, Rogers fell to two year low Rs 153 (-1.3%) and traded a volume of 15,414. Other market news last week showed that the Mauritian rupee lost 0.3% against the US Dollar (to MUR 31.25) whilst gaining 1.0% against the Euro (to MUR 40.42). The Mauritius Commercial Bank stood at a flat Rs 161 yesterday, and dominated (47%) trading on the

back of foreign sales totalling Rs 22.2 million. In economic news, Mauritius' trade deficit rose by 42% y/y in August to MUR 7.5bn (USD 241.41 m) due to a drop in export revenue. Exports fell 9.9%, with revenues from manufactured goods falling to MUR 521m from MUR 579m a year earlier. Imports rose 11.8% to MUR 14.2bn, largely from higher costs of mineral fuels and lubricants.


MARKET

EDITION 102

|

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

29

CAPITAL

IMF

Need to Complete Financial Sector Reforms very tight borrowing conditions. This creates a feedback loop of tight credit that stifles investment and growth. Lagarde urged action on the financial reform agenda given the high price the crisis has taken on economic growth. “The financial sector―the source of this crisis―is holding down the recovery in key parts of the global economy,” said Lagarde. “Considering the staggering economic and human costs over the past six years, we must do whatever it takes to make sure this does not happen again.” The IMF recently assessed reform progress as part of the Financial Stability Report, and found that reforms are heading in the right direction, but they have not yet delivered a safer financial system.

Policymakers and bankers need to make a clear commitment to act now and lift the debilitating uncertainty plaguing the global financial system, International Monetary Fund Managing Director Christine Lagarde said in Toronto. Lagarde said the world’s financial system remains weak and policies in the major advanced economies have not been sufficient to rebuild confidence. Change in the global financial structure is not visible yet, in part because policymakers and bankers have delayed implementation of reforms in some places—intentionally or unintentionally—and because some reforms are meeting resistance. In setting out the challenges facing policymakers and bankers, Lagarde said banks are still weak in many countries. As a result, many borrowers still face

BANK OF MAURITIUS EXCHANGE RATES TUESDAY, OCTOBER 31, 2012 Country AUSTRALIA CANADA EMU JAPAN NEW ZEALAND SINGAPORE SOUTH AFRICA SWITZERLAND U.K. U.S.A.

MARKET SHARES TUESDAY, OCTOBER 31, 2012 COMPANY

NOMINAL

LAST CLOSING

LATEST

Buying Currency AUD 1 CAD 1 EUR 1 JPY 100 NZD 1 SGD 1 ZAR 1 CHF 1 GBP 1 USD 1

TT 31.1904 30.1626 38.8815 37.7851 24.7339 24.6837 3.464 32.1983 48.3075 30.1753

Selling Notes TT/DD/Notes 30.6651 32.7655 29.5764 31.6591 38.3435 40.7002 36.6136 39.7012 24.1785 25.9202 24.3216 25.9293 3.3436 3.6701 31.7891 33.717 47.8731 50.5525 29.964 31.5348

DD 30.9774 29.9453 38.6656 37.4409 24.5756 24.5523 3.4217 31.9935 48.0755 30.033

GOLD COINS TUESDAY, OCTOBER 31, 2012

CHANGE

% CHANGE

VOLUME

VALUE

Denomination

PRICE

Weight(gm)

Diameter(mm)

Price (Rs)

100

3.41

16.5

AIR MTIUS LTD

10.00

10.00

9.80

-0.20

-2.00

4,766.00

46,758.00

250

8.51

22

ALTEO LIMITED

-

28.50

28.80

0.30

1.05

118,620.00

3,415,730.00

500

17.03

27

35695

1000

34.05

32.69

70970

BRAMER BANKING

-

8.25

7.50

-0.75

-9.09

10,900.00

82,200.00

ENL LAND LTD

-

41.00

41.00

-

-

7,500.00

307,500.00

GAMMA CIVIC

10.00

320.00

320.00

-

-

-

-

H.MALLAC

10.00

132.00

130.00

-2.00

-1.52

15,000.00

1,950,000.00

IRELAND BLYTH LTD

10.00

77.00

77.00

-

-

2,215.00

170,610.00

LUX ISLAND

10.00

15.00

15.00

-

-

172,000.00

MCB

10.00

161.00

161.00

-

-

MAURITIUS UNION ASSURANCE

10.00

121.00

121.00

-

-

NMH

164,765,705,026.80

Total Volume Traded

2,189,889

2,580,000.00

Total Value Traded

65,548,057.65

189,810.00

30,559,410.00

TOP 5 – OFFICIAL MARKET

-

-

54.50

54.50

-

-

4,435.00

243,110.00

7.50

75.00

75.00

-

-

113,100.00

8,482,550.00

10.00

155.00

153.00

-2.00

-1.29

15,415.00

2,343,525.00

1.00

83.00

80.00

-3.00

-3.61

57,997.00

4,616,416.00

10.00

27.50

27.50

-

-

498.00

13,693.30

TERRA

-

39.10

39.10

-

-

-

-

CIM FINANCIAL

-

4.45

5.50

1.05

23.60

1,358,051.00

7,376,527.50

ROGERS SBM SUN RESORTS

DEM CIEL INVESTMENT

-

2.40

2.40

-

-

-

-

CIEL TEXTILE

-

19.50

19.50

-

-

-

-

10.00

22.70

22.70

-

-

-

-

CONSTANCE HOTEL DEEP RIVER INVESTMENT

MARKET ACTIVITY TUESDAY, OCTOBER 31, 2012 Market Capitalization

-

OMNICANE LIMITED

-

41.00

41.00

-

-

-

-

ENL INVESTMENT

10.00

34.50

34.20

-0.30

-0.87

1,596.00

54,947.50

UNION FLACQ LTD

-

4.95

4.95

-

-

60,020.00

297,100.00

UNION SUGAR ESTATE

1.00

42.00

42.00

-

-

-

-

UNITED INVESTMENT

1.00

7.35

7.50

0.15

2.04

200.00

1,500.00

Symbol CIM FINANCIAL LTD ALTEO LIMITED MSM

RÉDACTEUR EN CHEF Rudy Veeramundar DIRECTEUR EXÉCUTIF Rajen Valayden CHEF D’ÉDITION Clency Lajoie RÉDACTION Herrsha Lutchman-Boodhun, Leevy Frivet, Dorothy Bonnefemme, Jamirouddin Yeadally, Jessen Soopramanien PHOTOGRAPHE Nicholas Larché COLLABORATEUR Jean-Luc Balancy CONCEPTION GRAPHIQUE Knivel Goonmeter, Ibrahim Atchia CHEF DE PRODUCTION Roland Nicolas Cheneya ADMINISTRATION Nishta Salandy, Essane Auleear, Vishesh Koonjobeeharry

Open

Latest

% Change

4.45

5.50

23.60

28.50

28.80

1.05

7.60

7.65

0.66

MOST ACTIVE – OFFICIAL MARKET Symbol

Volume

CIM FINANCIAL

1,358,051

MCB

189,810

LUX ISLAND

172,000

ALTEO LIMITED

118,620

OMNICANE LIMITED

113,100

TOP GAINERS - DEM Symbol UNITED INVEST

Open

Latest

% Change

7.35

7.50

2.04

MOST ACTIVE – DEM Symbol

Volume

BHARAT TELECOM

165,000

UNION FLACQ LTD

60,020

LIVESTOCK (O)

10,000

COVIFRA

Une publication de Channel13 8, rue Mère Barthelemy, Port-Louis Tel : 213 1555 - Fax : 213 1552 Email : info@channel13.mu Imprimé par Yukondale Ltd - Plaine Lauzun

7385 17950

ENL INVESTMENT

5,000 1,596

DISCLAIMER: Publication of the above figures has been done with reasonable care and diligence. However, Capital makes no representations, gives no warranty and disclaims all liability in respect thereof and shall not be held liable for any damage, loss or costs incurred resulting from any error in the information or any use of the said information. Appropriate independent advice should be obtained before making any investment decision.


30

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

|

EDITION 102

CAPITAL

CORPORATE

The ongoing economic crisis carries loads of opportunities which remain to be unearthed and tapped. However only people capable of overcoming the conventional hurdles and creating the difference will be able to succeed. For the vast majority of companies, this is the time to make moves and waves in the business world; where loyalty is being tested, cost-cutting is the order of the day and streamlining is the buzz word. This is where mainly youngsters get a chance to impress. One of the golden rule in these situations is that we have only one chance of creating a first impression. One of the ways of standing out is to deliver a spotless pitch gaining the interest of the audience

FIRST IMPRESSION

THE PERFECT SWING RECENTLY CARMINE Gallo, communications coach for the world’s most admired brands , popular keynote speaker and author of several books, including the international bestsellers (The Presentation Secrets of Steve Jobs, The Innovation Secrets of Steve Jobs, The Apple Experience), highlights the techniques used by one of the most successful entrepreneurs of the 20th century, Sir Richard Branson, as one of the stunning ways to deliver a perfect pitch. When billionaire entrepreneur and Virgin Group founder Richard Branson had the idea of launching Virgin Atlantic, he pitched it to his fellow directors who had no previous experience in the airline business. He delivered the idea simply, concisely, and effectively. Branson offers leaders and entrepreneurs this advice: “It is vitally important to present a clear, concise plan that investors can easily understand and repeat to their own people. In the first meeting avoid overly complicated, numbers-laden presentations.” Branson is a master marketer and communicator. His new book, Like a Virgin, reveals “secrets they won’t teach you at business school.” Many of those secrets involve effective communications and presentations; topics which I covered in a recent interview with Branson in this previous column. In his book, Branson recommends that entrepreneurs who are looking to raise money in these tough economic conditions keep their presentations simple and memorable. He says that the best

investment pitches hit five areas.

WHAT’S IN IT FOR THEM? “Occasionally, an entrepreneur hoping to launch his or her first business puts so much thought into the concept that he or she neglects the financial and legal plan—and unfortunately, this often becomes apparent early in a meeting, when an investor can lack clarity in what exactly the proposed deal is going to look like.”

BE CONCRETE. “Winning the trust of an investor means demonstrating a thorough knowledge of your concept or industry and laying out a step-by-step plan for offering something that’s new, innovative and will deliver healthy returns on their investment.” Branson recommends that communicators avoid ‘wishy-washy’ language and phrases such as “It is hoped…”or “With some luck…” He says look your investors in the eye and be specific, concrete, and confident. One way to craft a concrete and confident story is to use a message map. I revealed the technique to create a short pitch in this column titled, How to pitch anything in 15 seconds.

BE UNAPOLOGETICALLY DISRUPTIVE. According to Branson, investors want to know when they can expect to see a return— what’s in it for them. In my first class at Northwestern’s Medill School of Journalism, my instructor said; “Always ask yourself, ‘why should my readers care?’” I use this journalism principle to teach the art of corporate storytelling. Branson asks the same question of entrepreneurs who pitch him.

“Emphatically explain how your new company will give your customers a better deal than your competitors.” The key word here is ‘emphatically.’ Branson is unquestionably the most passionate business leader I’ve had the pleasure to interview. I believe his passion for disrupting the status quo is a key component of his charisma. The majority of business leaders who I’ve met underestimate the role of passion in delivering presentations. Branson looks for passionate entrepreneurs who understand

the competition and “irreverently explain” why their business will do better than the competition.

PROVE THAT GROWTH IS SUSTAINABLE. “Nothing stays the same for long, so explain how you plan to tackle the inevitable technological changes and market shifts that are heading your way.” Investors and partners want proof that you understand the environment in which you will be selling your product. One way to get your idea across is to start with a problem before the solution. Every great story has a protagonist. Introducing the villain (problem) before the hero (solution) makes for a compelling business narrative. So take some time to explain how your product or service solves the problem.

DEMONSTRATE BENCH STRENGTH. “Show prospective investors that you have found the right people to work at your new company.” I’ve seen investor pitches where CEO’s or founders feel as though they have to carry the show. The best and easiest way to show investors that your company has bench strength is to share the stage. Apple executives— Tim Cook and Steve Jobs—have always done this brilliantly.


CORPORATE Whether you use Microsoft PowerPoint or Apple Keynote to deliver presentations, there is plenty you can learn from the Apple presentation at the Worldwide Developers Conference 2012 (WWDC). Several executives took to the stage to unveil new MacBooks, the new version of the OS X operating system (Mountain Lion), and iOS 6 for mobile devices. Each of the featured Apple speakers are skilled presenters, but the first 30 minutes of the keynote offers an MBA class in presentation skills. Here are eight techniques you can adopt to improve your very next presentation. Grab Attention. Your audience will give you about 90 seconds to grab their attention. If you’re boring right out of the gate, your audience will tune out and it will be very difficult to re-engage them. Apple always has something up its sleeve. At WWDC 2012 the audience expected to see Apple CEO Tim Cook open the keynote. Instead they got Siri, the iPhone personal assistant. Siri warmed up the crowd, literally, with jokes. A new and improved Siri was part of the presentation so it made sense that Apple would choose to shine the spotlight on it. Start strong or you risk losing your audience. BULLET POINTS Avoid bullet points. There are no bullet points in an Apple presentation. There are photos, images, and words, but no bullet points. A slide filled with text and bullets is the least effective way to deliver information. Here’s a trick, though. If you want to show a list of items (such as features, benefits, technical specs, etc), place an image on the left of the side and the list on the right. Apple spokespeople do this frequently in every presentation. When Tim Cook provided an outline of the conference, his slide displayed an image of a WWDC badge on the left and a list of five items on the right. If you need to list items, place them to the right of an image and animate each item separately so they drop in to the slide one at a time. Put numbers into context. Tim Cook and other Apple speakers deliver statistics by putting the numbers into a context that’s relevant to the audience. For example, Cook said there were 400 million accounts on Apple’s App Store. More impressive, he said, “That makes it the store with the largest number of credit cards anywhere on the Internet.” This is a tech-

EDITION 102

650,000 apps, 225,000 apps for the iPad, 30 billion apps downloaded, etc. Whenever Cook mentioned a statistic, the number was the only text on the slide. When Cook said that 30 billion apps had been downloaded from the app store, his slide read: 30 Billion. Avoid the temptation to clutter the slides with extraneous information. Also, think visually when delivering statistics. Cook said that Apple had written $5 billion worth of checks to developers. When he delivered the statistic, the slide showed the image of a check made out to ‘developers,’ in the amount of 5,000,000,000. Tim Cook illustrates, important numbers should stand on their own.

PRESENTATION TECHNIQUES YOU CAN COPY FROM APPLE nique that Cook uses very effectively. In presentations and interviews, Cook will rarely deliver a statistic without adding one sentence that puts into perspective. Other Apple executives do something similar. When vice president Phil Schiller introduced the new MacBook Pro, he said it was just 0.71 inches. Instead of letting the audience figure out

how thin that is, Schiller placed his finger alongside the computer and said, “It’s thinner than my finger. Never has there been a notebook this thin, this light, and this powerful for personal use.” Don’t just deliver statistics: put them into context. Keep number slides simple. Cook delivered a lot of impressive statistics: 400 million accounts on the app store,

A LITTLE DRAMA NEVER HURTS Share the stage. Cook does not dominate the presentation. Instead he introduces several characters in the narrative. In the first thirty minutes of the presentation the audience heard from Cook, Phil Schiller, several app developers, and Apple designer Jony Ive (Ive and the developers were shown in video clips). Several other executives demonstrated new products later in the live presentation. Would you watch a movie with one character? Of course not. Then why would you expect an audience to enjoy a presentation with only one person? If you can’t physically share the stage with another person from your company, introduce them via video or encourage some audience participation. A presentation shouldn’t be all about you. Create headlines. Apple doesn’t wait for bloggers to decide what the headline is. Apple creates and delivers the headline for each of its products. It’s not hard to find the headline. Each new Apple product and key features is summarized in one sen-

|

MERCREDI 31 OCTOBRE 2012

CAPITAL

31

tence and the sentence is repeated in the live presentation and on the home page of the Apple Web site. For example, when Phil Schiller introduced a new MacBook Pro he told the audience that Apple engineers had “re-envisioned the consumer notebook.” The Apple.com home page immediately reflected the new message with the words, “Introducing MacBook Pro. It’s a whole new vision for the notebook.” Don’t wait for someone else to position your product. Do it for them. Deliver wow moments. Molecular biologist John Medina at the University of Washington Medical School likes to say that the brain does not pay attention to boring things. An Apple presentation is never boring. Instead of simply demonstrating the new MacBook Pro, Phil Schiller built up to the moment by showing a slide with a notebook computer draped under a black curtain (it reminded me of 1984 when Steve Jobs built up the excitement for the first Macintosh by pointing to table on the center of the stage with a computer hidden in a black bag). “This is the most beautiful computer we’ve ever made,” Schiller said when he finally revealed the computer. Don’t be boring. A little drama never hurts. Inspire your audience. Like his predecessor and mentor, Steve Jobs, Cook doesn’t just sell products; he likes to inspire his audience, too. After delivering several impressive statistics, Cook said, “What we do together is much more important than any set of numbers could ever reflect. Our goal has always been to do great work and to make a difference in people’s lives. Nothing makes us happier than to see hundreds of thousands of developers around the world using our hardware and software to create and share their latest, greatest ideas.” Cook then introduced a video showing examples of unique apps making a difference in people’s lives (apps that help the blind explore their world or school children in India learn anatomy). At the conclusion of the presentation, Cook remarked, “We are so proud of these products. Ultimately, it’s why people come to work at Apple, to create products that empower people, to make a difference. The products we make, combined with the apps you create, fundamentally change the world.” A good presentation delivers information effectively. A great presentation inspires.



ed 102 31.10.2012