__MAIN_TEXT__

Page 1

De Saint Aygulf à Saint Raphaël Un littoral à réinventer

- Carnet d’analyse et de stratégies territoriales

Steve Hardy - Victorine Leborgne S10-AVT 2017-2018 - Studio Habiter demain le littoral Delphine André, Eric Dussol, Frédéric Gimmig, Jean-Michel Savignat Ecole nationale supérieure d’architecture de Marseille


De Saint Aygulf à Saint Raphaël Un littoral à réinventer

Carnet d’analyse et de stratégies territoriales

Victorine Leborgne et Steve Hardy département “Architecture, Ville et Territoire” studio “Habiter demain le littoral”


BRIANÇON

GAP

BARCELONNETTE

DIGNE-LES-BAINS FORCALQUIER AVIGNON

CASTELLANE

NICE ARLES

SALON-DE-PROVENCE

MONACO

GRASSE DRAGUIGNAN PLAINE DE L’ARGENS

AIX-EN-PROVENCE

BRIGNOLES MARSEILLE

TOULON

0

50

5


6


sommaire

Un littoral en danger

6

introduction9 site31 aléas61 littoral77

Un littoral à réinventer : enjeux du territoire

92

les étangs : conserver la structure paysagère tout en incluant un nouveau front de mer de la base nature à Port Fréjus: comment concilier sauvegarde du tourisme et maintien de l’habitat du quotidien ? le littoral : comment réinventer les déplacements le long de la bande littorale ?

107 119

Un littoral à réinventer : stratégies

128

redéfinir la mobilité sur le territoire: comment réinventer les déplacements le long de la bande littorale ? une nouvelle route du littoral: réaménager les activités au cœur de la plaine grâce à la montée des eaux. les étangs: conserver la structure paysagère tout en incluant un nouveau front de mer de la base nature à Port Fréjus: comment concilier sauvegarde du tourisme et maintien de l’habitat du quotidien ? les Sablettes: réinterpréter le plan d’aménagement du littoral varois d’Henri Prost pour mettre en valeur le boulevard de bord de mer synthèse des stratégies territoriales

97

133 141 157 165 183 193

7


Un littoral en danger

La rencontre entre deux eaux 8


Population

Superficie

Densité

52 532 hab

17,3 km2

514 hab/km2

Puget-sur-Argens

6 915 hab

26,9 km2

257 hab/km2

Roquebrune-sur-Argens

12 155 hab

106,1 km2

115 hab/km2

Saint Raphaël

34 115 hab

89,6 km2

381 hab/km2

105 717 hab

239,9 km2

Fréjus


introduction

un territoire entre Marseille et Nice

Fréjus et Saint Raphaël sont situées à l’extrémité est du département du Var, dans la plaine alluviale commune à l’Argens et au Reyran, entre le massif des Maures à l’Ouest et celui de l’Esterel. Elles cernent d’ouest en est le golfe de Fréjus sur la mer Méditerranée. Le territoire de Fréjus est située à 111km à l’est de Marseille, à 26km au sudouest de Cannes et 75km de la frontière Italienne. Il est traversé : - au nord par l’autoroute A8 - la Provençale -, le péage du Capitou est situé sur son territoire ; - au sud par l’ancienne nationale 98 qui parcourt tout le littoral entre La Valette-du-Var et Roquebrune-Cap-Martin ; - au centre par l’ancienne nationale 7 qui entre en centre-ville, venant de Puget-sur-Argens en direction des Adrets-de-l’Esterel en empruntant le chemin de l’ancienne voie romaine Julia Augusta - la Via Aurélia. La voie ferrée de la ligne de Marseille-Saint-Charles à Vintimille emprunte le même chemin mais s’en écarte pour rejoindre Saint-Raphaël sur le littoral L’axe routier composé des départementales D559 (ancienne nationale 98), DN7 (ancienne nationale 7), D100 et D37 forme maintenant une rocade pour l’agglomération de Fréjus - Saint-Raphaël, la D98 étant la pénétrante qui relie les deux centres-villes. Ce territoire se caractérise donc par sa fragmentation entre grandes infrastructures, plaine agricole, parcs d’activités, zones pavillonaires et centres urbains denses, lieux de balnéarité et loisirs de plein air.

11


Forum Julii, une concurrente romaine de la grecque Massalia Superposition des tracĂŠs antiques sur plan de ville

12


un territoire habité dès l’Antiquité

Situé sur le territoire de la tribu celto-ligure des Oxybiens, et point stratégique de entre les cités grecques d’Antipolis - Antibes - et de Massalia - Marseille -, le site fut colonisé en 49 avant Jésus-Christ par un lieutenant de César qui, en hommage à son chef, lui donna le nom de Forum Julii. Par la suite, Jules César lui décernera le titre de « Colonia octavonorum », la colonie de la huitième Légion. Située entre Maures et Esterel sur l’estuaire de l’Argens et du Reyran, et édifié sur un éperon rocheux dominant la mer, cet oppidum allait devenir un important centre de production agricole et artisanale, auquel son port abrité et sa situation sur la Via Aurelia vaudrait quatre siècles de prospérité. Forum Julii devint une base navale dotée d’un arsenal et d’un port aménagé dans un étang de près de 20ha, bordé de quais et relié à la mer par un chenal artificiel.

13


0

1

une histoire romaine 14

2km


15


16


le long de la Via Aurelia

C’est pour activer les communications entre l’Italie et la Gaule que, dès 12 avant Jésus-Christ, l’Empereur Octave-Auguste fit entreprendre l’établissement d’une nouvelle voie, bien plus directe, dite Voie Julia-Augusta. Elle remontait du Cap Martin à La Turbie, descendait le vallon de Laguet, passait à La Trinité-Victor, l’Ariane, grimpait à Saint-Pons, près du Monastère, traversait le plateau de Cimiez et parvenait au Ray par Gairaut. Un embranchement rejoignait à Magnan la voie héracléenne par Corbella et Saint-Etienne. De ce carrefour, par Saint-Sylvestre, à travers les collines, elle rejoignait le Var qu’elle traversait à Bellett puis grimpait vers La Gaude, Vence puis Grasse vers Castellane. De Vence, un embranchement descendait vers Antibes, puis gagnait Fréjus et la Provence. La Voie Julia fut refaite en 179 sur l’ordre de l’Empereur Hadrien et en 211 sous le règne de Caracalla, puis le nom de Voie Aurélia semble avoir remplacé celui de Voie Julia. C’est donc autour de cette voie que le développement du territoire se limitera, le reste de la plaine étant principalement agricole et marécageuse.

17


0

ĂŠtat-major - 1850 18

1

2km


19


Localisation des camps d’ouvriers agricoles

droite : Camp CAIS p de LA LEGUE devenu ensuite LECOCQ p GALLIENI p DES SABLES

20


un territoire longtemps resté rural

De temps immémoriaux, la rivière est sujette à de grands débordements et forme des marécages. De tout temps, les agriculteurs ont équipé le cours d’eau d’une multitude de prises d’eau donnant naissance à des canaux d’irrigations. Au début du XVIème siècle. la prospérité économique de Fréjus s’appuie sur plusieurs ressources artisanales et agricoles comme la production de blé, de vins, la pêche, l’élevage de moutons ou encore la poterie. L’Argens était, au XIXème siècle, le seul cours d’eau flottable du département du Var et ce sur une distance de 62km entre sa confluence avec la Bresque et la Mernotes à Carcès. Le pin débité en planches aux scieries du Muy et de Fréjus constituait alors l’essentiel du bois flotté. Vers 1880, le bois était conduit à Saint-Raphaël pour être ensuite transporté vers Marseille ou Toulon. Fréjus a été le premier port militaire de toute la Méditerranée romaine et il était logique que tout au long de la guerre, l’armée édifia à Fréjus Saint-Raphaël un immense complexe militaire comprenant des camps d’hébergement, des bâtiments pour la logistique, des hôpitaux, des champs de manœuvre et de tir. C’est au début de l’année 1915 que l’armée décida de loger des troupes coloniales à Fréjus. Les premières réquisitions de terrains furent effectuées en mars, dans le quartier des Sables. Les camps étaient situés sur le bord de mer, non loin du cours d’eau de la Garonne séparant Fréjus de Saint-Raphaël. A la fin de la guerre ces camps servirent à l’hébergement de la main d’œuvre agricole, pour la plus part des tirailleurs restés sur site, avant que l’exploitation touristique de Fréjus, servie par son cadre prestigieux, par son climat si clément et par sa situation privilégiée, ne s’établisse solidement au cours des Trente Glorieuses.

21


camps d’ouvriers agricoles près de la plaine de l’Argens carte postale, 1920

22


Entre traces romaines, agriculture et modernitĂŠ carte postale, 1930

23


0

1

2km

un territoire anciennement agricole - 1950 24


25


le tourisme de masse, la ville balnéaire archive d’époque - plage des Sablettes, Fréjus - 1959

image aérienne - 1963 26


L’essor touristique des Trente Glorieuses

Dès 1920, le quartier de Fréjus-Plage est organisé pour accueillir les touristes : hôtels, casino, établissements de bains. Le plan régulateur de René Danger, de 1922, appuie le projet d’extension sur la définition de l’économie régionale et locale de Saint-Raphaël dont il dresse ainsi le tableau : Saint-Raphaël n’est pas un centre agricole, ni industriel, même si l’on a une exploitation importante de la pierre du Dramont et le transit des bauxites par le port. L’activité la plus importante est le tourisme, les séjours d’hiver et d’été, même si la ville n’est plus reconnue comme station médicale. Ce qui est important ce sont ses “merveilles naturelles” qu’il faut valoriser en faisant de Saint-Raphaël un centre de tourisme et de grand sport. Le territoire connaîtra un grand essor surtout après 1936 avec le développement du tourisme estival. Le territoire s’urbanise alors autour du Golfe et les deux villes sont désormais rattachées par un tissu urbain continu. Les petites stations du Var connaissent un essor un peu différent (1960) : elles sont autant de banlieues chic, estivales ou hivernales pour l’ancienne aristocratie, la nouvelle ploutocratie, la classe des artistes et intellectuels. Dans le Var, l’activité touristique tend à devenir indispensable à l’économie globale du département qui, grâce à son climat et ses sites, représente une terre d’accueil et de loisirs par excellence.

27


Une ville s’étendant sur les massifs

Jusqu’à la guerre, le développement de la station s’est appuyé sur la programmation d’équipements balnéaires et de loisirs. L‘allotissement des communes se fait sur des initiatives privées, le découpage en parcelles de superficies différentes suivant les secteurs de la commune, desservies par des voies reprenant d’anciens chemins vicinaux ou créées arbitrairement. A la structure de type urbain de la ville répondaient les parcs des grandes villas de Valescure ou de Notre-Dame. L’extension suivait le littoral et la topographie comme à Notre-Dame ou aux Cazeaux, ou bien les villas étaient dispersées dans la colline comme à Valescure. La loi Cornudet de 1919, premier essai de planification, rend obligatoire l’établissement d’un plan d’extension pour les villes. Sur le littoral varois, elle se décline en 1922, avec le plan directeur d’extension et d’embellissement d’Henri Prost, projet économique et d’aménagement urbain basé sur la balnéarité. Au plan communal, un plan d’embellissement et d’extension est dressé en 1922-1923 par René Danger, géomètre d’Etat, et Abella. Le projet ne sera jamais réalisé car le nombre de constructions déjà existantes est alors trop important. L’extension continuera à se faire au coup par coup essentiellement sur le mode des lotissements dont Esterel-Plage constitue l’exemple le plus important. Ce vaste projet devait s’étaler sur environ 150ha de forêt situés sur les quartiers des Plaines, des Tasses et de la Péguière jusqu’au Boulouris. A partir de 1968, ce sont des édifices de 10 logements ou plus qui sont majoritairement construits soit pour la résidence principale, soit, à partir de 1975, majoritairement pour la résidence secondaire. Le recensement de 1999 nous montre une population constituée majoritairement de personnes âgées - 9 295 pour 30 671 habitants à Saint Raphaël -. soit une augmentation de 31,1% depuis 1990. Près de la moitié des logements sur le territoire sont des résidences secondaires.

29


0

1

2km

une ville s’Êtendant sur les massifs - 2006


31


la vallée de l’Argens, un paysage structuré


site

33


une urbanisation entre les massifs et la Méditerranée

L’Argens prend sa source en Provence Verte - en contrebas du village de Seillons-Source d’Argens -, à quelques kilomètres de la frontière entre les départements des Bouches-du-Rhône et du Var. Le fleuve descend ensuite sur la plaine de Brignoles traversant le village de Bras avant de rejoindre le lac de Carcès. Son tracé est alors suivi en parallèle par la nationale 7 jusqu’à la plaine du Muy. Après un léger vallon, la vallée se dilate à hauteur du rocher brun sur la commune de Roquebrune sur Argens. Cette plaine, à l’embouchure de l’Argens dans la Méditerranée, se caractérise par sa situation, entre les massifs des Maures à l’ouest, et de l’Esterel à l’est. Essentiellement agricole, le paysage présente de nombreux contrastes, entre une plaine vouée à l’agriculture et au tourisme autour des méandres de l’Argens, des zones d’activités le long des axes de communication, des éperons rocheux habités depuis l’Antiquité et une côte fortment artificalisée. A l’embouchure de l’Argens, la présence des étangs de Villepey ferme la plaine cultivée. Sur les hauteurs enfin, le mitage pavillonnaire caractéristique de l’urbanisation du département crée une transition entre la ville et les collines.

35


PUGET SUR ARGENS

ROQUEBRUNE SUR ARGENS

a

b

0

1

2km

entre les massifs et la Méditerranée, une plaine urbanisée 36

c


FRÉJUS

SAINT RAPHAËL

c

d

37


les Maures

village de Roquebrune

les Maures

exploitation agricole

D7

campings

les Maures

0

l’Argens

villas de Saint Aygulf

exploitation agricole

D7

la

l’Argens

exploitation agricole

étangs de Villepey

20m

du nord au sud, une urbanisation entre les massifs et la Méditerranée soumise aux crues 38

l’Argens

friche

la Gr Garo


zone d’activités

lac de l’Arèna

serres

la Grande Garonne

poche forestière

le Reyran canalisé

DN7 (ex-N7)

exploitation agricole

zone d’activités, friches et exploitations agricoles

D559 (ex-N98)

l’Argens

autoroute A8

le Béal

logements sociaux

base nature

39


0

1

2km

Entre espaces naturels et forte urbanisation

40


entre espaces naturels et forte urbanisation

Déjà urbanisée pour sa majeure partie, la basse vallée de l’Argens est cependant, et depuis toujours, utilisée pour l’agriculture qui occupe une partie prépondérante de la plaine alluviale - cultures maraichères, horticulture, terres labourables ... La ripisylve du fleuve est assez étroite et les espaces naturels se font donc rares dans la plaine agricole. A l’embouchure de l’Argens, les divagations successives du fleuve et l’extraction de sable au XIXème siècle ont créé une zone humide côtière d’envergure : les étangs de Villepey qui s’étendent sur plus de 260ha. Dans ce système lagunaire rare sur le littoral varois, les échanges continus entre eaux douces et marines induisent une grande diversité de milieux humides de salinités différentes. La préservation des zones humides et des ripisylves, au-delà des enjeux écologiques, permet le maintien de champs naturels d’expansion de crues. Enfin, un liseré côtier est constitué de plages et d’habitats dunaires riches et particulièrement fragiles.

41


2 Plaine de l’Argens

1 Etangs de Villepey

Zone humide littorale de 260ha et espace de biodiversité classé Natura 2000

Zone agricole humide et risques d’inondations. Présence de canaux

Data SIO, NOAA, U.S. Navy, NGA, GEBCO Data SIO, NOAA, U.S. Navy, NGA, GEBCO

3 Centre historique Tissu dense et rues étroites. Ancienne ville fortifiée sous l’êvèque Riculphe en 990

42

4 Capitou Zones d’activités Accès à l’autoroute A8


4

5

3 2 1

5 Massif de l’Esterel Forêt de 5370ha surplombant le territoire. Les villages de Saint Jean sont reliÊs par le col du Testanier 43


0

1

2km

L’eau, une prÊsence forte dans le paysage

44


l’eau, une présence forte dans le paysage

Principal cours d’eau du département du Var, le fleuve Argens s’écoule d’ouest en est sur un linéaire d’environ 114 kilomètres. Les Romains nomment le fleuve Argenteus, ce choix fait référence à la pureté des eaux aux reflets argenté. Son bassin versant couvre une superficie de 2 750km2, soit près de la moitié de la superficie totale du département, depuis Seillons-Source d’Argens à 269m d’altitude jusqu’à Fréjus. Dans la basse vallée, l’Homme a profité du fleuve pour créer un réseau de canaux d’irrigation pour ses cultures. Ce système possède un double avantage, permettant de réguler l’eau du fleuve en cas d’augmentation de son niveau. Malheureusement, ce réseau est aujourd’hui très peu entretenu. Plus à l’est, le territoire de Saint-Raphaël est drainé par des petits fleuves côtiers issus du massif de l’Esterel comprenant principalement le Pédégal et la Garonne, qui confluent au niveau de leur exutoire à la mer.

45


1 Etangs de Villepey

2 L’Argens

4 Mer Méditerranée

5 Le Reyran

Zone humide littorale de 260ha et espace de biodiversité classé Natura 2000

Une côte fortement urbanisée

46

Fleuve côtier prenant sa source à SeillonsSource d’Argens

Rivière canalisée dans sa partie basse en raison de ses importantes crues


5

6

3

2 1

4

3 Les affluents côtiers Des fleuves dévalant les pentes des massifs et aux débits faibles

6 Les canaux agricoles Situés dans la plaine agricole.

47


0

1

2km

la plaine de l’Argens, entre ruralité, espaces naturels et activités de loisirs

48


la plaine de l’Argens, entre ruralité, espaces naturels et activités de loisirs La plaine de l’Argens est occupée de manières multiples et diverses activités y sont pratiquées. La plus importante occupation est celle de la Base Nature François Léotard à Fréjus, qui est un espace de liberté de 135ha en bord de mer. Ancienne base aérienne militaire transformée en prairie sportive, 85ha sont aujourd’hui constitués d’espaces naturels protégés, le reste étant destiné à des activités de sports et de loisirs. Une plage d’un kilomètre et demi longe cet espace au bord de la mer Méditerranée L’aménagement de cette base nature s’effectue au fil des ans permettant à chacun de pratiquer en toute sécurité et en toute liberté l’activité de son choix : la natation par des bassins couverts, les sports de cycles prolongés par un aménagement cyclable jusque Saint Aygulf, de street ou de VTT. De nombreux plateaux sportifs complètent le dispositif pour du tennis, du beach-volley, du football, handball, basketball et autres jeux de ballons. La surface arborée permet la mise en place de parcours d’orientations et offre un lieu de promenade en complément du pourtour des étangs de Villepey. Enfin, des espaces couverts permettent l’organisation d’événements sportifs majeurs ou de foires. Il est accolé d’un restaurant de plage, d’un espace de pique-nique et de jeux pour enfants. La plaine se caractérise également par ses nombreux camping. En 1980 le département recense 276 terrains aménagés regroupant 74 520 emplacements pour tentes ou caravanes, soit une capacité d’accueil officielle d’environ 150 000 lits. La région de Fréjus - Saint-Raphaël, Roquebrune, Puget regroupe 60 terrains et 20 214 emplacements, soit 27 % du département. La plus forte concentration est celle de Fréjus où l’espace communal est en partie confisqué par 26 terrains et leur 10 224 places ; c’est le 1/6 de la dotation varoise. Enfin, la plaine se caractérise par des lacs artificiels à Roquebrune ayant permis l’implantation de bases nautiques au nord de la basse vallée.

49


Une plaine de loisirs Près de Villepey, à proximité des étangs, des sentiers de randonnées et des campings

50

Une plaine agricole La vallée est caractérisée par une succession de champs aux productions multiples


Le rocher brun Un élément fort du paysage à l’entrée de la vallée basse.

51


0

1

2km

connectée aux métropoles de la région

52


connectée aux métropoles de la région

Le territoire de Fréjus Saint Raphael est traversé par un vaste réseau routier : - au nord par l’autoroute A8 - la Provençale -, le péage du Capitou est situé sur son territoire, - au sud par l’ancienne nationale 98 qui parcourt tout le littoral entre La Valette-du-Vas et Roquebrune-Cap-Martin, - au centre par l’ancienne Nationale 7 qui entre en centre-ville, venant de Puget-sur-Argens en direction des Adrets-de-l’Esterel en empruntant le chemin de l’ancienne voie romaine Julia Augusta (Via Aurélia). L’axe routier composé des départementales D559 (ancienne Nationale 98), DN7 (ancienne Nationale 7), D100 et D37 forme maintenant une rocade pour l’agglomération de Fréjus - Saint-Raphaël, la D98 étant la pénétrante qui relie les deux centres-villes. Cette offre diversifiée est complétée par la ligne ferroviaire Marseille Saint Charles - Vintimille permettant au territoire de rayonner à l’échelle nationale. Quatre gares régionales de voyageurs desservent le territoire. La gare de Saint Raphaël-Valescure, en plein centre-ville est par ailleurs desservie par des relations grandes lignes vers Bordeaux, Marseille ou Nice. Des trains à grande vitesse font aussi halte dans cette gare connectant le territoire à cinq heures de Paris et sept de Bruxelles. Enfin, le train eurocity Marseille-Milan s’arrête une fois par jour. L’offre est complétée d’une desserte auto-train vers Paris. Enfin, la plaine est desservie par un réseau de transports en commun intercommunaux gérée par la Communauté d’Agglomération.

53


1 La nationale 7

2

3 L’autoroute A8

4

La route historique des vacances

Un axe de communication en Europe important reliant l’Espagne à l’Italie. 54


3 1

4

2

2 La nationale 98 La route du littoral

4 La ligne Marseille - Vintimille Axe ferroviaire majeur reliant les principales villes de la région à l’Europe 55


0

1

2km

un réseau façonné par le territoire

1

3

56

2


un réseau façonné par le territoire

L’urbanisation plutôt récente du territoirea permet d’appercevoir un maillage orthogonal des tissus urbains de Saint Aygulf et Saint Raphaël. La forte topographie des lieux vient cependant contrarier ce maillage à l’orée des massifs.

1 Un réseau suivant les vallées

Le long du Reyran ou longeant la plaine de l’Argens

2 Un maillage orthogonal...

Une trame urbaine définit les centres urbains Images ©2017 Google, Données cartographiques ©2017 Google

France

200 m

3 ... perturbé par la topographie Cette trame se déforme avec les reliefs Images ©2017 Google, Data SIO, NOAA, U.S. Navy, NGA, GEBCO, TerraMetrics, Données cartographiques ©2017 Google

France

200 m

57


3

1

1 Le centre historique

Un tissu de rues étroites et denses.

58

2

2 Le boulevard d’Alger

Le boulevard du bord de mer longé d’une promenade desservant la zone balnéaire.

3 Les zones pavillonaires

Jonchées sur les massifs, des rues en impasses ou en boucles.


structure territoriale

Le territoire de la plaine de l’Argens se caractérise donc par des tissus urbains anciens très denses liés entre eux par des zones pavillonnaires ou d’activités, s’étendant sur les massifs ou le long des grands axes de communication reliant les pôles urbains à l’autoroute A8 au nord. Coincé entre deux massifs montagneux - les Maures et l’Esterel -, le territoire dispose d’atouts naturels majeurs : son golfe sur la Méditerranée, les étangs de Villepey, et sa plaine agicole. Tourné vers le tourisme, le site offre tous les services de villes balnéaires : une promenade le long de la mer, de grandes plages, des ports de plaisance, un casino, des logements en front de mer, ... Sa procimité avec la nature a permis l’installation de nombreux campings et d’espaces de loisirs à l’embouchure de l’Argens. Son passé antique a quant à lui laissé un patrimoine exceptionnel.

59


0

structure territoriale 60

1

2km


61


En 1959, l’effondrement du barrage de Malpasset provoque la destruction d’une partie de la ville de Fréjus. Le Reyran sera alors canalisé les années qui suivent pour prévenir des risques de crues.


alĂŠas

63


0

1

2km

la montée des eaux à +1m 64


un territoire menacĂŠ par la montĂŠe des eaux

65


1 Port de Plaisance de Santa Lucia

Présence d’hôtels et restaurants. Parking municipal et vente de poissons. Hôtel et restauration touristique Pêche

Le niveau de la mer dépasse en partie le niveau du quai et immerge le parking et certains espaces de l’hôtel.

66

2 Lanterne d’Auguste

A proximité du centre historique de Fréjus, grands ensembles et espaces agricoles. Ferme Supermarché

Passant par la percée de Port Fréjus, l’eau envahit la plaine et ses collectifs. La voie ferrée, en léger surplomb, est épargnée.


3 Plage des Sablettes

Logements balnéaires et commerces estivaux. Ecole de voile

Hôtels et commerces

Logements

La plage est immergée sous la mer.

4 Plaine de l’Argens

Agriculture, hébergement de plein air et espaces protégés.

Marais maritimes protégés

Plaine agricole

Campings

Une grande partie de la plaine agricole et des étangs de Villepey disparaissent avec la montée des eaux mettant fin à l’installation de campings.

67


0

1

2km

des dispositifs pour se protĂŠger

68


des dispositifs pour se protéger

Dans la vallée de l’Argens, les canaux d’irrigation de la plaine agricole permettent une régulation de l’eau en cas de submersion marine. D’autres éléments infrastructurels permettent de se protéger de la montée des eaux sur l’ensemble du littoral. Les brise-lames et enrochements sont des infrastructures purement défensives. Le cordon dunaire favorise la biodiversité et réduit l’érosion des côtes. Dans les campings de la plaine de l’Argens, depuis les inondations de 2010, des plateformes de mise en sécurité ont été installées permettant, lors de crues ou de submersions marines, de se mettre à l’abri à 3m au-dessus du niveau du sol. Enfin, après la catastrophe de Malpasset en 1959, le Reyran a été canalisé permettant d’éviter, en cas de crues, que le fleuve ne sorte de son lit et inonde la vallée.

69


Dans la plaine de l’Argens, le Reyran est canalisé afin d’empêcher un débordement de la rivière

Sur le littoral, les cordons dunaires, les enrochements et les digues permettent à la fois de réduire l’érosion des terres. Les deux derniers permettent aussi de prévenir de la montée des eaux.

Les campings disposent de plateformes de mise à l’abri à 3m du sol en cas de crues de l’Argens

70


71


La menace du fleuve inondations des ĂŠtangs de Villepey, FrĂŠjus - 10 juin 2013

72


une menace de la mer, une menace du fleuve

Le 2 décembre 1959 à 21h15, le barrage de Malpasset - qui barre le torrent du Reyran dont le débit s’est considérablement accru avec de récentes pluies diluviennes -, achevé cinq ans plus tôt, cède et libère plus de cinquante millions de mètres cubes d’eau. En quelques minutes, la vallée du Reyran et la ville de Fréjus sont ravagées par une vague de plusieurs mètres de haut déferlant à 70 km/h et qui détruit tout sur son passage - maisons, voies ferrées et routes. Quatre cent vingt trois victimes sont dénombrées. L’armée intervient pour secourir les sinistrés et déblayer la ville. Le Général de Gaulle, accompagné du Premier ministre Michel Debré, se rendirent sur place. Un grand élan de solidarité se développa, orchestré notamment par les radios, permettant de réunir neuf milliards de francs en quelques jours ; le timbre de vingt-cinq centimes est surtaxé de cinq centimes au profit des sinistrés. Cette catastrophe, l’une des plus importantes en France au XXème siècle aboutit à la création de procédures d’indemnisation et à l’obligation légale d’études géologiques avant les travaux d’importance. Depuis, le Reyran a été canalisé. Seulement, la vallée de l’Argens n’en a pas terminé avec les phénomènes d’inondations. En juin 2010, une terrible tempête fit de nombreux morts et des dégâts considérables.Le débordement de l’Argens est un drame humain et économique dans la plaine, où maraîchers et agriculteurs ont tout perdu ou presque, avec plus de deux mètres d’eau par endroits. Leurs outils de productions sont détruits. Le matériel et les cultures qui étaient prêtes pour la saison ont été dévastées. Sur sa demande, le Préfet du Var a imposé la création du Syndicat Mixte de l’Argens et, c’est également à son initiative, que le sénateur Collombat a provoqué la désignation d’une Commission d’Enquête sénatoriale. Un PAPI - Plan d’Aménagement et de Prévention des Inondations - a été institué mais le Syndicat Mixte de l’Argens pratique encore des expertises et des études de marché et ne laisse pas entrevoir de travaux avant trois ou quatre ans dans la vallée.

73


0

1

2km

montĂŠe des eaux et inondations, un impact fort sur le territoire 74


75


-10

-20

0

500m

Carte des aléas inondations - PPRi / Ville de Fréjus R1 - Aléas inondations fort R2 - Aléas inondations moyen à fort R3 - Aléas inondations faible en zone non-urbanisée

76


Un littoral soumis à de multiples aléas

Montée des eaux, submersion marine et crues de l’Argens font partie des aléas qui impactent le territoire. Le plan de prévention des risques d’inondations (PPRi) montre ainsi que le pourtour littoral est fortement impacté hormis les zones urbanisées. Ce plan de prévention nous indique que les zones moyennement impactées par les inondations obligent la réalisation de constructions légères sur site. Couplé avec l’aléas “montée des eaux” d’ici 2100, c’est donc tout un territoire à ré-inventer.

77


les étangs de Villepey

L’embouchure de l’Argens, un littoral mélant agriculture, nature et loisirs 78


littoral

le rocher brun

La plaine agricole et ses campings

la base nature

79


Plaisance et pêche

80

Une côte touristique Espaces naturels et balnéarité Activités aquatiques et sportives


une côte fortement artificialisée

Naturel 9 605m

Artificialisé 13 667m

Plage du Débarquement Port du Poussaï

Plage d’Aigue Bonne

Plage de Boulouris

Plage de la Palmeraie

Port de Boulouris

Plage de Péguière

Pointe des Cadéous

Pointe des Moines

Port de plaisance de Santa Lucia Sud

Port de plaisance de Santa Lucia Nord

Plage René Coty

Vieux Port de Saint Raphaël

Plage des Sablettes

Port Fréjus

Embouchure de l’Argens

Port de Saint Aygulf

La côte de Saint Aygulf à Saint Raphaël se caractérise par un littoral fortement urbanisé, notamment par les ports. Le littoral est ainsi resté intact dans les zones moins densément bâties à dominance pavillonaire comme le Boulouris.

Plages 6 728m

De Saint Aygulf au port du Poussaï, 30 kilomètres de côte

81


le long du littoral, des rapports à la mer différents

0

10m

A / Le parc Areca A Saint Aygulf, le littoral est marqué par une côte accidentée et des falaises surplombant la mer de 5 à 7m. Le parc Areca - Jardin Botanique qui longe la côte et la relie au centre de Saint Aygulf offre un horizon sur la mer et une petite plage de sable.

A

83


0

10m

B / Le long des étangs de Villepey Le long des étangs de Villepey, le littoral se caractérise par sa traversée par la nationale 98, couplée à un parking côté mer séprant les étangs de la plage. Un cordon dunaire limite l’érosion des terres.

84


0

10m

C / Le long de la base nature Passé l’embouchure de l’Argens, le cordon dunaire est prolongé et la plage longe désormais la base nature de Fréjus - l’ancien aérodrome militaire de la ville -, un terrain militaire et une zone marécageuse.

C B

85


0

10m

D / Port Fréjus-Est A Port Fréjus, le littoral adopte un caractère plus urbain grâce au quai Marc Antoine qui longe les bâtiments et le port de plaisance. Cette promenade dispose de quelques commerces. La circulation routière se fait quant à elle sur l’avenue de Port Fréjus derrière l’ilôt donnant sur la mer. Le littoral est alors artificialisé tout le long de la côte jusqu’à Saint Raphaël. C’est la station balnéaire du territoire.

86


0

10m

E / Plage des Sablettes Le long de la plage des Sablettes, des bâtiments de plus grande hauteurs (R+4 à R+7) offrent une vue privilégiée aux logements avec terrasse sur la mer. Une promenade fait face à la mer - les boulevards d’Alger et de la Libération. Quelques constructions ponctuelles existent sur cette limite entre la plage et la promenade : l’école municipale de voile ou des commerces estivaux tels que des bars et restaurants. D E

87


0

10m

F / Promenade Commandant Guibaud Sur le Vieux Port de Saint Raphaël, le cours Commandant Guibaud offre un espace public de qualité avec des commerces, une promenade en bord de port ou ombragée

88


0

10m

G / Le parc Bonaparte De l’autre côté du Vieux Port, le casino et le parc Bonaparte font office de digue de protection pour les bâteaux amarrés. Une promenade est aménagé autour du bâtiment, le long de l’enrochement. L’édifice est composé de 3 niveaux de parking situés sous le niveau de la mer, d’un casino et d’une toiture aménagée en parc.

F G

89


Autour de l’Argens et de la Méditerranée, un littoral entre tourisme et paysage Le littoral entre Fréjus et Saint Raphaël est donc un territoire fortement peuplé, contraint par la présence de deux massifs - l’Esterel et les Maures - offrant aux logements insérés dans la pente une vue imprenable sur la Méditerranée. La plaine de l’Argens permet à cette bande littorale de se dilater. C’est à cet endroit que se trouvent les deux principaux centres urbains et économiques du site : Fréjus et Saint Raphaël. Caractérisée par un espace préservé de l’urbanisation à l’ouest permettant le développement de l’activité agricole et du tourisme de plein air, et d’une zone urbaine balnéaire à l’est de Port Fréjus à Saint Raphaël, elle dispose d’un réseau d’infrastructures routières imposant, mais cependant saturé en période estivale. C’est dans la plaine de l’Argens que se concentrent les principales activités touristiques du site : plages, golf, bases nautiques et de loisirs, parc d’attractions, ... mais aussi, dans les villes, des commerces et services adaptés à la clientèle estivale. Si la Méditerranée n’est pas visible depuis l’ensemble de cette basse vallée, son accès peut se faire grâce aux multiples sentiers le long de la base nature ou des étangs de Villepey, par la voirie urbaine depuis le centre de Fréjus ou par le fleuve.

91


0

vivre le littoral 92

1

2km


93


Un littoral à réinventer : enjeux du territoire

Un territoire mélant balnéarité et espaces protégés en creux des massifs 94


0

200

500m

une réflexion globale à l’échelle du territoire 96


-10 -20

-50

-100

97


0

100

250m

lier et paysage et front de mer autour des ĂŠtangs de Villepey


les Êtangs : conserver la structure paysagère tout en incluant un nouveau front de mer

-10

-20

99


Hangars Activités industrielles et de stockage Entrepôts ou garages à bâteaux Sols pollués ?

Serres agricoles et pépinières Canaux agricoles d’irrigation peu entretenus

Terrains vagues Stationnements à caravanes pour les forains

100

Campings Mobil-homes sur parpaings ou pilotis

Propriété agricole Habitat individuel en rez-dechaussée ou en r+1


des activités existantes à l’embouchure de l’Argens

L’embouchure de l’Argens se caractérise par de multiples activités présentes, à la fois touristiques, agricoles ou des activités industrielles. Ces activités se répartissent de manièrent hétérogènes dans la plaine. On peut cependant remarquer que les activités commerciales se situent notamment à proximité de la nationale 7 et les campings à l’ouest juxtaposant l’Argens.

101


0

1

2km

relocaliser les activités situées à l’embouchure de l’Argens

102


profiter du foncier disponible dans la plaine pour les relocaliser

En envisageant la renaturation du site en rendant cet espace à la mer, nous pensons que cela permettra de mieux contrôler les aléas sur le site. Elle implique cependant de déplacer les activités situées au plus proche de l’embouchure jusque la D8. Le foncier disponible, en amont dans la plaine, est un ensemble de friches qui pourrait permettre de déplacer les activités.

A relocaliser

Campings

60ha

Agriculture

210ha

Activités

20ha 290ha

Foncier disponible

Friches

332ha

103


Envisager un nouveau front de mer en amont et une renaturation de l’embouchure

Conforter le cordon dunaire pour conserver les étangs de Villepey et leur biodiversité

104

Cordon dunaire et aménagements piétonniers

Un espace rendu entièrement à la nature

Lido, Carnon-Hérault

Parc des Salins, Hyères


envisager la renaturation

Le tourisme est un enjeu majeur sur notre territoire. Il apporte des emplois et des milliers d’estivaliers chaque année dans les locations de vacances, les commerces, les services, les hôtels, sur les plages ; dans les parcs d’attractions ou sur les bases nautiques. Il génère ainsi une grande économie sur le territoire. En 2014, le tourisme rapportait 420 millions d’euro à la commune de Fréjus pour près de 1 500 emplois générés (Office de Tourisme de Fréjus, Poids économique du tourisme, 2015). La problématique de la montée des eaux et l’enjeu de renaturation de l’embouchure de l’Argens en le redonnant à la mer impose une reconfiguration des activités touristiques (campings, parcs et base nature) et agricoles en amont. Cela peut être possibles sur les nombreux terrains en friches à l’intérieur. De nouvelles manières d’habiter doivent par ailleurs être trouvées. Renaturer le site permettrait de pouvoir répondre de manière passive à la montée des eaux à l’embouchure de l’Argens. Cette renaturation est possible grâce au busage de la route du littoral permettant d’écouler plus facilement l’eau de la plaine en cas d’inondations et permet aussi d’offrir une zone tampon lors de ces événements et de réduire les risques pour les activités et les résidents en amont.

105


Le concept de vente directe déjà existant Coopérative de la grande bastide, route de Roquebrune, Fréjus

Conserver un mode d’habitat léger, adapté au site mais redéfinir leurs positions sur le territoire 106

Créer une centralité en limite du littoral et à proximité des campings Eco-quartier des Noés, (APM)Architecture, Val-de-Reuil

Définir un hameau habité dans la plaine, lieu de production, de services et de commerces proche du nouveau front de mer Regen villages, Effekt


vivre la plaine, des manières d’habiter et de travailler en adéquation avec le territoire Le littoral de la baie de Saint Raphaël n’est pas vécu que l’été et la montée des eaux impacte de nombreux quartiers pavillonnaires, notamment autour de Port Fréjus - même si l’opération urbanistique est elle moins impactée - et à l’arrière de Fréjus-Plage. Là encore, de nouvelle manières d’habiter le littoral doivent être envisagées sur ces espaces, tenant compte des différents aléas en jeu. La D8 est la nouvelle limite du littoral. En amont, les campings et les installations agricoles pourraient être reclocalisées. C’est le long de cette route qu’une petite centralité pourrait être installée concentrant les commerces de proximité et de services, au plus proche de ces lieux de la balnéarité offrant aux vacanciers un lien entre les producteurs locaux pouvant vendre directement aux consommateurs - et les estivaliers. Une coopérative existe déjà en amont sur la route menant vers Roquebrune sur Argens. Nous proposons de déplacer ce contept au plus proche du nouveau littoral.

107


0

200

500m

s’adapter à la montée des eaux


de la base nature à Port FrÊjus : comment concilier sauvegarde du tourisme et maintien de l’habitat du quotidien ?

-10

-20

109


Evénementiel Roc d’Azur

110

Réhabiliter les hangars en leur donnant une réelle fonction Game Streetmeka Viborg, Viborg, Effekt, 2017

Faciliter l’accès vers les plages Aménagements en bords de plage, Salou


délimiter des espaces et des activités sur la base nature

La base nature, l’ancienne base aérienne militaire, est aujourd’hui le lieu des loisirs et de l’événementiel aux portes de la bande naturelle entre Saint Aygulf et Fréjus. En plus de proposer un lieu de sports de plein air, d’événements - notamment des expositions dans les hanciens hangars ou le Roc d’Azur, une course de VTT -, et de natation, la base nature permet l’accès à la plage des Esclamandes, renforcée par son cordon dunaire, et sa bande végétale le long de l’Argens. L’enjeu est d’ouvrir cet espace à la montée des eaux et créer une mer intérieure en sauvegardant des eaux des éléments forts : les hangars et le départ du Roc d’Azur et en leur donnant de réelles fonctions.

111


Soubassement pour mise à distance de l’eau Jardinières sur terrasse Rez-de-chaussée surélevé Pas de sous-sol

Habitat individuel en lotissement De plein pied ou à étage

Commerces en rez-dechaussée et terrasse couverte Bureaux ou logements à l’étage

Typologies existantes de résidences principales à proximité de la base nature

Le quartier flottant IJburg, Amsterdam, Broekbakema 112

Le parc inondé et la ville surélevée

La base nature, un véritable espace public submersible

Seine-Gare Vitry, Vitry-surSeine, Germe&JAM

Parc des Aygalades, MarseilleEuroméditerranée, François Leclerc


à proximité de la base nature, définir une nouvelle manière de vivre près du littoral au quotidien L’espace laissé à la mer peut être aménagé comme un parc submersible. Les lotissements faisant la liaisons sont voués à disparaître sous les eaux, l’enjeu sera alors de racheter et transformer au cours du temps le quartier en proposant des logements adaptés au devenir du site. Le parc deviendrait alors l’immense jardin des futurs habitants.

113


Installer les campings supprimés à l’embouchure Gites-îlots, Chanaz

114

Se réhausser par rapport à l’eau

Réinventer les parcs d’attractions

Médiathèque, Oloron-SainteMarie, Pascale Guédot, 2011

Copenhaguen Harbour Bath, København, BIG+JDS, 2003


au nord de la base nature, un nouvel avenir pour les parcs d’attractions et l’espace agricole Au nord de la base nature, les parcs d’attractions sont soumis à la fois aux aléas de la montée des eaux et inondations. En proposant un espace événementiel sur la base nature, la suppression du Luna Park est envisageable. Passé sous l’eau, l’Aqualand pourrait devenir un véritable parc aquatique. La réglementation en vigueur dans cette zone nous empêche de proposer des constructions lourdes. Nous pourrions envisager de lier, dans cette entrée de ville, agriculture et relocalisation des campings supprimés à l’embouchure de l’Argens.

115


Une dissymétrie du port qui protège l’est de Port Fréjus. Des logements estivaux au bord du port et des commerces soumis à la montée des eaux à l’ouest.

116


défendre Port Fréjus

Port Fréjus se caractérise par une avancée artificielle de la mer dans la terre, en reprenant l’entrée de l’ancien port antique. Opération urbanistique de la fin des années 80, il possède des quais piétons et d’un grand port de plaisance. Les bâtiments longeant le port sont composés de commerces en rez-de-chaussée et de logements estivaux (appartements ou hôtels) aux étages. Avec la montée des eaux d’ici 2100, la partie ouest du port est vouée à être submergée. L’enjeux sera de défendre Port Fréjus ouest en retravaillant l’espace public, la modification du bâti étant beaucoup plus complexe.

117


par k

ing

box

voit ure

s

Des bâtiments au plus proche de l’eau

Adapter l’espace public aux aléas Deutzer Hafen, Köln, Cobe Architects

118

en

sou

s-so

l


Se défendre contre la montée des eaux en réhaussant le quai.

119


-10

0

200

500m

lier paysage et front de mer autour des ĂŠtangs de Villepey

-20


le littoral : comment rĂŠinventer les dĂŠplacements le long de la bande littorale ?

-50

121


dans les années 30, le train comme moyen de découverte du paysage carte postale - viaduc ferroviaire de la Galiote, Fréjus - années 30

Proposer des sentiers et des lieux submersibles, en adéquation avec le changement du territoire dans le temps 122

Parc Nature, La Garde


La route du littoral déplacée dans les terres, l’ancienne nationale comme axe actif Les principaux axes de communication sur le territoire sont saturés durant l’été et l’arrivée des vacanciers. Pourtant, des infrastructures denses existent. Les enjeux portent ici sur favoriser l’utilisation du train par la ligne existante comme lien entre les différentes villes du territoire pour les relier au littoral. De plus, vivre autour du littoral ramène à l’idéal de vivre en plein air. Cela pourrait ainsi se traduire par la mise en place de mobilités actives et d’une promenade de bord de mer. La connexion des différents pôles entre eux de manière rapide permettrait enfin de proposer un maillage du territoire pour une plus grande fluidité de déplacements. Des pôles d’échanges permettrait là encore de créer un lien entre les différentes villes Enfin, l’existence d’une navette fluviale entre un camping de la vallée et la plage des Sablettes montre la possibilité d’utiliser un tel mode de transport sur le territoire. Le prolongement de ce moyen de transport permettrait de compléter le maillage proposé.

123


La promenade surĂŠlevĂŠe pour rester accessible en cas de submersion. Conforter la dune pour maintenir la plage Proposer un transport en commun (navettes autonomes) pour conserver le lien entre Saint Aygulf et FrĂŠjus.

124


Déplacer la route du littoral dans les terres et rendre la voie entièrement piétonne Réduire sa condition de “barrage” en créant des ouvertures pour évacuer l’eau de la plaine en cas de crues de l’Argens

125


Le tourisme de masse, la ville balnéaire Archive d’époque - plage des Sablettes, Fréjus - 1959

Réinventer des usages sur une plage réduite Plage des Eaux-Vives, Genève 126


inventer de nouveaux usages pour la plage des Sablettes

La réduction forte de la plage des Sablettes, ne passant plus qu’à 5,5m de large, va nous obliger à lui définir des usages clairs afin de réguler les flux de touristes le long de cette petite “croisette” terminant au centre-ville de Saint Raphaël.

127


Aujourd’hui, la plage des Sablettes est longée par les boulevards d’Alger et de la Libération. Ils donnent un accès privilégié à la plage par les nombreux stationnements proposés

128


La montée des eaux provoque une réduction de la plage, alors plus que de 5,50m. L’enjeux se pose alors de continuer à donner un attrait à cette promenade en apportant de nouveaux usages sur la bande sableuse.

129


Un littoral à réinventer : stratégies

Le trait de côte fortement déplacé par la montée des eaux 130


0

500

1000m

une réflexion globale à l’échelle du territoire 132


133


temps 0 7 DN GARE

45

FRÉJUS

av. du

8m ai 19

D8

D7

AUTO TRAIN

P

D559

P

bd d’Alge

r bd de l

GARE ST RAPHAËL

a Lib

ST AYGULF

La baie de Fréjus-Saint Raphaël, un territoire bien desservi mais dominé par la place de la voiture.

134

éra tio n

P


redéfinir la mobilité sur le territoire comment réinventer les déplacements le long de la bande littorale ?

Dans les années 30, le train comme moyen de découverte du paysage Carte postale - viaduc ferroviaire de la Galiote, Fréjus - années 30

135


temps 1 7 DN GARE

45

FRÉJUS

av. du

8m ai 19

D8

voie de s étang s

D7

AUTO TRAIN

P

ST AYGULF

Libérer le littoral de la circulation automobile

136

bd d’Alge

r bd de l

GARE ST RAPHAËL

a Lib

éra tio n

P


libérer le littoral de la circulation automobile

Le littoral de la baie se caractérise par une forte présence de la voiture, notamment en été, où les axes sont saturés pour accéder aux plages. Nous proposons de transformer en voies actives, dans un premier temps, la départementale 559, longeant la mer et les étangs de Villepey et reliant Saint Aygulf à Fréjus. La fermeture de ce grand axe de circulation serait compensé par l’agrandissement de la déparementale D8, seule route traversante de la plaine agricole de l’Argens. L’accès à la mer serait réservé aux piétons notamment sur les boulevards de la Mer, depuis le centre-ville de Fréjus, d’Alger et de la Libération reliant Port Fréjus à Saint-Raphaël. Les stationnements au bord de mer serait ainsi supprimés et renvoyés plus en amont.

137


temps 1 P GARE

P

FRÉJUS GARE

P AUTO TRAIN

GARE ST RAPHAËL

P

ST AYGULF

Créer une nouvelle manière de se déplacer

138

P


créer une nouvelle manière de se déplacer

Sur cent ans, la façon de se déplacer devrait être modifiée suite à l’augmentation du coût des carburants, privilégiant les transports en communs, l’autoportage et les véhicules automatiques de petite capacité. Afin de réduire le flux de voitures dans la baie, nous proposons l’installation d’un service de navettes autonomes entre Saint Aygulf, Fréjus et Saint Raphaël. Connectées au réseau ferroviaire avec notamment le réaménagement de la gare auto-train de Fréjus-Saint Raphaël pour accueillir de manière régulière des passagers, elles permetteraient de desservir les principaux lieux de vie du littoral. Cette nouvelle mobilité permettrait aux vacanciers de rejoindre les plages et aux salariés de rejoindre leurs lieux de travail. Le service desservirait un ensemble de parkings pour favoriser le déplacement multimodal. Il serait complété par une navette fluviale descendant l’Argens, sur le modèle de celle existante et gérée par le camping de l’Etoile d’Argens, depuis la départementale D8 pour un meilleur accès des villes depuis l’arrière-pays.

La navette autonome, un service adapté aux zones partagées

La navette fluviale, un service déjà existant dans la plaine pour les vacanciers

Navette autonome easy-mile, Transdev, Perpignan

Navette fluviale de l’Etoile d’Argens, Fréjus

139


temps 2 7 DN

P

GARE

45

FRÉJUS

av. du

P

8m ai 19

D8

GARE

P

voie de s étang s

D7

AUTO TRAIN

P

ST AYGULF

proposer une nouvelle mobilité liée à la découverte du paysage

140

bd d’Alge

r bd de l

GARE ST RAPHAËL

a Lib

éra tio n

P


proposer une nouvelle mobilité liée à la découverte d’un paysage transformé La stratégie en terme de mobilité vise ainsi, à long terme, à proposer une manière de se déplacer permettant la découverte et la mise en avant du paysage par une série de dispositifs liés à ce paysage, à la fois par la route, le train, par bateau, ou à pied. Ils se caractérisent sur le territoire par des belvédères ou des cheminements donnant sur des espaces d’observation de la faune des étangs, liés à la vitesse à laquelle on se déplace.

Proposer des sentiers et des lieux submersibles, en adéquation avec le changement du territoire dans le temps Parc Nature, La Garde

141


une nouvelle route du littoral : réaménager les activités au cœur de la plaine grâce à la montée des eaux. des activités existantes à l’embouchure de l’Argens, relocalisables dans la plaine grâce au foncier disponible L’embouchure de l’Argens se caractérise par de multiples activités présentes, à la fois touristiques, agricoles ou des activités industrielles. Ces activités se répartissent de manière hétérogène dans la plaine. On peut cependant remarquer que les activités commerciales se situent notamment à proximité de la nationale 7 et les campings, à l’ouest, juxtaposant l’Argens. La nouvelle mobilité proposée vise à fermer à la circulation automobile la D559 et à reporter les flux sur la D8. Ainsi, il parait intéressant de supprimer les activités en aval. Cela implique cependant de déplacer les activités situées au plus proche de l’embouchure jusqu’à la D8. Le foncier disponible, en amont dans la plaine, est un ensemble de friches qui pourrait permettre de déplacer les activités.

143


De la D8 aux étangs de Villepey, un espace de transition boisé et renaturé

0

25

50m

temps 0

Plaine agricole

D8

camping La Barque

parcelle agricole

bosquet

temps 2

Parc stationnement D8 agricole

144

renaturation et reboisement cheminements piétons vers le littora


nt ittoral

envisager la renaturation

Le tourisme est un enjeu majeur sur notre territoire. Il apporte des emplois et des milliers d’estivaliers chaque année dans les locations de vacances, les commerces, les services, les hôtels, sur les plages ; dans les parcs d’attractions ou sur les bases nautiques. Il génère ainsi une grande économie sur le territoire. En 2014, le tourisme rapportait 420 millions d’euro à la commune de Fréjus pour près de 1 500 emplois générés (Office de Tourisme de Fréjus, Poids économique du tourisme, 2015). La problématique de la montée des eaux et l’enjeu de renaturation de l’embouchure de l’Argens en le redonnant à la mer impose une reconfiguration des activités touristiques (campings, parcs et base nature) et agricoles en amont. Cela peut être possibles sur les nombreux terrains en friches à l’intérieur. De nouvelles manières d’habiter doivent par ailleurs être trouvées. Renaturer le site permettrait de pouvoir répondre de manière passive à la montée des eaux à l’embouchure de l’Argens. En envisageant la renaturation du site en rendant cet espace à la mer, nous pensons que cela permettra de mieux contrôler les aléas sur le site. La D8, nouvelle route du littoral, deviendrait la limite de cette renaturation permettant un accès facilité à des lieux d’observation et de découverte de la biodiversité existante par des sentiers dans un espace boisé.

camping l’Etoile d’Argens

parcelles agricoles

zone humide

extension des étangs

145


La D7 aujourd’hui

La route dévoilant le paysage La D10 près de l’étang de Berre, Saint Chamas

La route comme support de découverte Kleivodden utsiktspunkt, Andøya, Landskapsfabrikken, 2013 146


la route du littoral comme support à la découverte du paysage

Située à flanc de vallée, la D7 deviendra la route au bord des étangs de Villepey à l’ouest, jusqu’à son intersection avec la départementale 8. Parfois au contact immédiat avec l’eau, la route peut devenir support à la découverte du paysage par des aménagements spécifiques comme des belvédères où la plateforme routière élargie permettra un stationnement des visiteurstouristes pour admirer le paysage marécageux des étangs, et la vue sur l’Esterel, Fréjus et Saint-Raphaël. Dans la vallée, la D8 deviendra la porte d’entrée vers les étangs constituant la limite entre la plaine agricole et la zone renaturée. Les accès jusqu’aux étangs sont possibles grâce à des cheminements à travers l’espace boisé tampon entre le rivage et la plaine, à la manière du travail du littoral varois proposé par Henri Prost en 1923.

147


temps 0

0

5

10m

La dĂŠpartementale D8 comme limite entre une plaine agricole et un littoral renaturĂŠ 148


temps 2 Proposer des cheminements en bord d’Êtang

149


temps 0

0

5

10m

La dĂŠpartementale D8 comme limite entre une plaine agricole et un littoral renaturĂŠ 150


temps 2 Découvrir les étangs de Villepey en les longeant en voiture, à vélo ou à pied.

151


temps 0

0

5

10m

La dĂŠpartementale D8 comme limite entre une plaine agricole et un littoral renaturĂŠ 152


temps 2 Des plateformes comme lieu de repos et d’observation

153


La plaine de l’Argens, un territoire à rendre traversant

154


réintégrer la nationale 7 à la structure de la plaine

La nationale 7 se caractérise par son caractère de voie rapide à la sortie de Fréjus pour rejoindre l’autoroute A8 à hauteur de Puget sur Argens. Des sorties existent afin de desservir les zones d’activités. La voie ferrée desservant Fréjus et Saint Raphaël depuis Marseille et Vintimille finit de marquer une barrière entre la plaine agricole et ces zones. En donnant un caractère urbain à la DN7, nous cherchons à proposer un espace adouci où le piéton obtient une place dans un lieu dévolu à la voiture. Avec la relocalisation d’activités dans les friches de la plaine, il parait intéressant de pouvoir créer des traversées de la voie ferrée pour les modes actifs créant de nouvelles transversales dans la plaine.

155


temps 0

Réintégrer la nationale 7 à la structure de la plaine 156


temps 1

157


0

250

500m

les ĂŠtangs de Villepey -10


les Êtangs : conserver la structure paysagère tout en incluant un nouveau front de mer

159


0

10m

déplacer la route du littoral dans les terres et rendre la voie entièrement piétonne réduire sa condition de “barrage” en créant des ouvertures pour évacuer l’eau de la plaine en cas de crues 160


une nouvelle promenade sur une basse vallée renaturée, de nouveaux usages éphémères La route départementale 559 est une route-digue fermant la plaine de l’Argens. Notre parti-pris est de rendre cette route uniquement accessible aux modes actifs et aux TCSP. Elle devient alors support de chemins éphémères près des étangs de Villepey. Indissociable de l’action de renaturation de la basse vallée de l’Argens, cette dernière est possible grâce au busage de la route du littoral permettant d’écouler plus facilement l’eau de la plaine en cas d’inondations et permet aussi d’offrir une zone tampon lors de ces événements et de réduire les risques pour les activités et les résidents en amont.

161


temps 0 la départementale 559, une routedigue à l’embouchure de l’Argens

temps 1 en rendant la route uniquement pour les déplacements actifs et les TCSP, elle devient support de chemins éphémères près des étangs de Villepey. La réalisation de busages sous la route à certains points permet de réduire les inondations dans la plaine.

une nouvelle promenade sur une basse vallée renaturée, de nouveaux usages éphémères 162


temps 2 la route entre deux eaux 163


temps 0

temps 1

temps 2

0

5

10m

Transformer la D559 en voie active et renforcer le cordon dunaire pour conserver les ĂŠtangs de Villepey. 164


pour sauvegarder les étangs de Villepey, renforcer le cordon dunaire Les étangs de Villepey, classés en zone Natura 2000, sont dotés d’une biodiversité riche. Créés grâce à la réalisation de la nationale 98 - aujourd’hui la départementale D559 - faisant barrage à l’écoulement des eaux lors des crues, il s’agit d’une zone humide soumise à des aléas climatiques importants : submersion et inondation notamment. La montée des eaux risque d’entrainer la disparition des étangs qui deviendraient des espaces entièrement immergés. En conservant et en renforçant le cordon dunaire, nous souhaitons créer une mer intérieure pour étendre et préserver la zone humide.

165


0

250

de la base nature Ă Port FrĂŠjus

500m


de la base nature à Port FrÊjus : comment concilier sauvegarde du tourisme et maintien de l’habitat du quotidien ?

167


temps 0

Au bord du Reyran canalisé, une entrée de ville à la limite de la plaine.

168


au bord du Reyran canalisé, une entrée de ville vouée à muter

Le Reyran vient, par son dessin, créer une limite visuelle et physique à l’extension de la ville de Fréjus. Aujourd’hui, entre l’avenue du 8 mai 1945 et la rivière, la zone de plus d’une trentaine d’hectares est dédiée à quelques activités de construction et des espaces agricoles. En limite de la D559, deux parcs d’attractions existent : le Luna Park et Aqualand. La modification du trait de côte entraine des transformations dans cette zone. Le lotissement lié autour du boulevard de la mer entre les plages et le centre-ville de Fréjus, à prédominence résidentielle, risque d’être entièrement immergé à long terme. Il est donc nécessaire de réfléchir à une nouvelle manière d’habiter dans cette zone.

169


temps 0

A l’est de la base nature, un lotissement voué à disparaître à cause de la montée des eaux. Au nord, un potentiel à projet.

170


Habitat individuel en lotissement De plein pied ou à étage

Soubassement pour mise à distance de l’eau Jardinières sur terrasse Rez-de-chaussée surélevé Pas de sous-sol

Commerces en rez-dechaussée et terrasse couverte Bureaux ou logements à l’étage

Typologies existantes de résidences principales à proximité de la base nature

171


temps 1

A l’est de la base nature, un lotissement voué à disparaître à cause de la montée des eaux. Au nord, un potentiel à projet.

Adapter les constructions et l’espace public au nord de la base nature à l’inondabilité Cité fluviale de Matra, RomorantinLanthenay, edl architecture, 2011 Seine-Gare Vitry, Vitry-sur-Seine, germe&JAM, 2016

172


exproprier pour reconstruire, étendre la ville pour reloger

Avec la montée des eaux et l’évolution du territoire en domaine maritime public, le processus envisagé est le rachat progressif par la commune des habitations situées dans le lotissement impacté par la montée des eaux. Cela a pour but de pouvoir adapter les logements et de reloger les habitants. Pour cette raison la zone à proximité du Reyran est quand à elle un lieu intéressant pour la création de nouveaux logements permettant un phasage et une transition dans le relogement des habitants grâce à sa proximité avec le centre ville. La densification de ce lieu peut se faire en réponse au tissu existant à proximité, une transition entre des collectifs, allant de manière graduelle jusqu’à de l’intermédiaire et de l’individuel à l‘orée d’un parc : une zone tampon entre la ville et le Reyran. Les manières d’habiter doivent être réfléchies en fonction de l’aléa inondations existant sur le site obligeant des constructions légères, des concepts de logements sur pilotis ou de ville surélevée. Au sud, la base nature doit proposer des aménagements transitoires cheminements, végétation arbustive, parcours santé - en adéquation avec son futur d’espace immergé. La réalisation du quartier flottant en lieu et place du lotissement, se fait de manière progressive. Le boulevard de la Mer devient un ponton, où les allées composées de dalles flottantes s’étendent de manière tentaculaire vers la base nature.

173


temps 1

Reconstruire le lotissement par des logements flottants

174


Au nord de la base nature, une transition entre ville et parc par la mise en place de typologies adaptée à l’inondabilité Coupes de principe

La base nature, un véritable espace public submersible qui changera au cours du temps Parc des Aygalades, Marseille-Euroméditerranée, François Leclerc, 2012 Copenhaguen Harbour Bath, København, BIG+JDS, 2003 Le quartier flottant IJburg floating houses, Amsterdam, Marlies Rohmer, 2011 175


temps 2

Devenant du domaine maritime public, proposer un bail au locataires des logements flottants

temps 0

temps 2 Au bord de la base nature, adopter la même démarche de renforcement du cordon dunaire que de l’autre côté de l’Argens 176


transformer les usages sur la base nature et créer une continuité maritime avec le canal de Port Fréjus pour proposer un quartier lacustre La base nature est aujourd’hui vue comme un espace transitoire entre son côté événementiel - concerts, Roc d’Azur - et son aspect marécageux composé de petites îles. D’espaces jardins pour le quartier flottant, elle deviendra un parc immergé à long terme où de nouveaux usages pourront être envisagés sur les îles et les déplacements pourront se faire en bateau. Les petites îles pourront être le lieux de manifestations, d’activités extrascolaires, ... Dans la partie au plus proche de Port Fréjus, le quartier fait transition et lien avec le canal réalisé dans l’idée de proposer une ville lacustre. La connexion entre les deux quartiers se fait entre Port Fréjus existant et le prolongement des nouvelles réalisations de Port Fréjus 2 pour proposer de nouveaux points d’ammarges à bateau des deux côtés de ces bâtiments.

0

5

10m

177


temps 0 lieu d’événementiel

temps 1 parc

la base nature comme jardin pour les habitants

espace naturel et terrain d’exploration pour les jeunes

la base nature immergée, les habitations deviennent flottantes

temps 2

178


Le Reyran canalisÊ, un balcon sur le massif des Maures et la plaine de l’Argens

179


Une dissymétrie du port qui protège l’est de Port Fréjus. D’après litto3D

180


défendre Port Fréjus

Port Fréjus se caractérise par une avancée artificielle de la mer dans la terre, en reprenant l’entrée de l’ancien port antique. Opération urbanistique de la fin des années 80, il possède des quais piétons et un grand port de plaisance. Les bâtiments longeant le port sont composés de commerces en rez-de-chaussée et de logements estivaux (appartements ou hôtels) aux étages. Avec la montée des eaux d’ici 2100, la partie ouest du port est vouée à être submergée. L’enjeux sera de défendre Port Fréjus ouest en retravaillant l’espace public, la modification du bâti étant beaucoup plus complexe.

181


com

me

par k

ing

box

voit ure

s

Des bâtiments au plus proche de l’eau

Adapter l’espace public aux aléas Deutzer Hafen, Köln, Cobe Architects, 2016 182

rce s

en

en

sou

rdc

s-so

l


Les pontons existants dans Port Fréjus sont en béton et fixés depuis le fond. Il est possible d’adapter les pontons avec la montée des eaux par ajout de pontons flottants aux mêmes emplacements pour conserver le même nombres d’attaches dans le port de plaisance.

0

5m

Se défendre contre la montée des eaux en réhaussant le quai. La défense comme support d’usage 183


0

les Sablettes

250

500m


les Sablettes : réinterpréter le plan d’aménagement du littoral varois d’Henri Prost pour mettre en valeur le boulevard de bord de mer

+0 -10

-10

185


temps 0

0

5

10m

Le boulevard au bord de la plage des Sablettes, la “Croisette” de Fréjus à Saint Raphaël

186


le boulevard au bord de la plage des Sablettes, la “Croisette” de Fréjus à Saint Raphaël Le long de la plage des Sablettes, les boulevards d’Alger et de la Libération, créent une promenade face à la mer. Des bâtiments d’assez grande hauteur (R+4 à R+7) donnant sur ces boulevard offrent une vue imprenable sur la Méditerranée.

187


temps 2

temps 0

0

5

10m

Le boulevard au bord de la plage des Sablettes, la “Croisette” de Fréjus à Saint Raphaël

188


adopter une démarche de retrait pour conserver la plage

La montée des eaux provoquera la réduction de la plage de 5,5 à 7m de largeur si rien est mis en œuvre. La stratégie adoptée sur les boulevards est donc de réduire la largeur de ceux ci grâce à la suppression de la circulation automobile afin de pouvoir conserver une largeur de plage confortable. La réinterprétation du plan d’Henri Prost pour l’Aménagement du littoral varois proposé en 1923 passe par la plantation d’un espace arboré transitoire entre la ville et la plage, qui permet de proposer une promenade arborée et ombrée et de se couper de l’ambiance urbaine depuis les sablettes mais également d’offrir une vue depuis la mer sur un littoral végétalisé, masquant l’urbanisation dense.

Se réapproprier la pensée d’Henri Prost pour recréer un littoral arboré et cadrer l’horizon Archive d’époque - plan Prost, Fréjus - 1923

189


temps 2

temps 0

0

5

10m

Le boulevard au bord de la plage des Sablettes, la “Croisette” de Fréjus à Saint Raphaël

190


intégrer les usages et les commerces existants dans l’épaisseur arborée Aujourd’hui, quelques commerces - comme des restaurants - ainsi qu’une école de voile existent sur la plage. La montée des eaux obligent leur suppression. Ces édifices, faisant partie de l’imaginaire de la promenade balnéaire, sont ainsi réintégrés dans l’épaisseur de la promenade arborée pour leur apporter une plus-value (une terrasse côté promenade) et une meilleur intégration paysagère. Le traitement de l’espace public passe aussi par le muret de soutènement et les rampes d’accès à la plage, incluses dans la largeur de la promenade pour garder une taille de plage constante sur tout le linéaire. Le muret est travaillé de manière à garantir la vue aux personnes assises et aux enfants vers l’horizon. Le dispostif spatial des arbres permet de cadrer la vue sur la Méditerranée depuis les boulevards.

191


Se réapproprier la pensée d’Henri Prost pour recréer un littoral arboré et cadrer l’horizon.

192


temps 0

temps 2 Intégrer le front de mer dans le paysage en réduisant la prédominence du bâti par le végétal depuis la mer

193


synthèse des stratÊgies territoriales

195


temps 0

- des axes saturé - une prédomine la voiture

7 DN

Redéfinir la mobilité sur le territoire

GARE

8m ai 19

D8

45

FRÉJUS

av. du

Comment réinventer les déplacements le long de la bande littorale ? D7

AUTO TRAIN

P

D559

P

bd d’Alg er

bd de

GARE ST RAPHAËL

la Lib

érat ion

P

ST AYGULF

Une nouvelle route du littoral

- la D7, une voie de massif

Réaménager les activités au cœur de la plaine grâce à la montée des eaux.

Les étangs Conserver la structure paysagère tout en incluant un nouveau front de mer

De la base nature à Port Fréjus Comment concilier sauvegarde du tourisme et maintien de l’habitat du quotidien ?

Les Sablettes Réinterpréter le plan d’aménagement du littoral varois d’Henri Prost pour mettre en valeur le boulevard de bord de mer

196

- des étangs créé digue de la D55 - un espace natu à l’embouchur l’Argens - un lieu touristi sa biodiversité plages

- un tissu résiden voué à disparaî montée des eau - des commerce logements tour impactés à Port

- la “Croisette” d à Saint Raphaë


temps 2

P

- la mobilité comme support de découverte du paysage GARE

45

FRÉJUS

av. du

P

8m ai 19

D8

GARE

P AUTO TRAIN

voie des

étangs

D7

- la D559 transformée en voie active, la D8 comme nouvelle route du littoral - la mise en place de parkings-relais et de navettes autonomes

7 DN

saturés l’été ominence de e

temps 1

P

bd d’Alg

er bd de

GARE ST RAPHAËL

la Lib

érat ion

P

ST AYGULF

e voie à flanc f

- de nouvelles voies transversales, la DN7 réintégrée au système viaire de la plaine

- la route-belvédère - un accès facilité aux étangs par la D8

gs créés par la la D559 e naturel uchure de

- désimperméabiliser les anciennes zones de stationnement pour renforcer le cordon dunaire - ouvrir la route-digue pour agrandir la zone humide

- une zone humide agrandie - un cordon dunaire renforcé et déplacé pour maintenir une plage le long

résidentiel sparaître par la des eaux merces et des ts touristiques à Port Fréjus

- exproprier et détruire le lotissement, les reloger au nord de la base nature - défendre Port Fréjus - proposer une transition d’usages de la base nature

- habiter l’inondabilité - habiter sur l’eau

ette” de Fréjus aphaël

- adopter une démarche de retrait du boulevard pour conserver la plage - réintégrer la promenade dans la stratégie de mobilité proposée

- arborer le littoral pour cadrer l’horizon et intégrer la bande littoral dans le paysage depuis la mer

ouristique pour ersité et ses

197


temps 0 lieu d’événementiel

temps 1 parc

la base nature comme jardin pour les habitants

espace naturel et terrain d’exploration pour les jeunes

la base nature immergée, les habitations deviennent flottantes

temps 2

Steve Hardy - Victorine Leborgne S10-AVT 2017-2018 - Studio Habiter demain le littoral Delphine André, Eric Dussol, Frédéric Gimmig, Jean-Michel Savignat Ecole nationale supérieure d’architecture de Marseille

Profile for Steve Hardy

De Saint Aygulf à Saint Raphaël. Un littoral à réinventer  

Carnet de stratégies territoriales. Avec Victorine Leborgne Etude sur la plaine de l'Argens face à la montée des eaux Territorial strategies...

De Saint Aygulf à Saint Raphaël. Un littoral à réinventer  

Carnet de stratégies territoriales. Avec Victorine Leborgne Etude sur la plaine de l'Argens face à la montée des eaux Territorial strategies...

Advertisement