Issuu on Google+

ARCHI PoRtFOlio Institut Supérieur d’Architecture Saint-Luc Bruxelles Septembre 2005 - Juin 2010

StéphanieHERMESSE Opberg 23/11 1970 Wezembeek-Oppem 0484 06 14 81


UNE GARE RER À GENAPPE/ (BAC1) VIVRE ENSEMBLE/ Un habitat unifamiliale et intergénérationnel (BAC2) FACE À FACE / Des logements collectifs à Kortrijk (BAC3) TRAUM UND GARTEN/ Un Kindergarten à Karlsruhe (MA1) PUZZLE 3D/ Réhabilitation d’une ruelle du village de Schaidt (MA1) 2 PARCS ET D’AUTRES/ Revitalisation du quartier de Curreghem (MA2) AU FIL DE LA PENTE/ Un centre de formation et d’entreprise (MA2) «TRACE LA ROUTE...»/ Les Vans (Fr), Rome, Athènes, Istanbul, 3500 km à pied et en dessin


Il s’agit pour ce premier projet d’une gare RER située à Genappe, pouvant accueillir les navetteurs, voyageurs ainsi que les promeneurs et cyclistes de la région. La gare contient un hall d’accueil où il est possible de recueillir les informations utiles ainsi qu’une cafétaria à l’étage, jouissant d’une vue sur le paysage ensoleillé. Le bâtiment épouse un maximum le talus sur lequel il se trouve. La façade principale est orientée vers le nord, ce qui permet de larges ouvertures favorisant les vues et la lumière naturelle. Le parcours à travers le bâtiment devient une promenade emmènant le voyageur sur les hauteurs du talus d’où l’on peut voir passer le Ravel. La structure bois a été choisie pour sa souplesse et la nécessité de marquer les courbes et contre-courbes.

UNE GARE RER / Genappe

BAC1_JUIN 2006 Professeur J. CLAEYS


coupe AA’

plan 2 (niveau cafet’) A’ A

plan 1 (niveau des quais)


Vue aĂŠrienne de la structure


Il s’agit d’une maison unifamiliale et intergénérationnelle implantée à Tournai. Le programme impose qu’une personne extérieure aux membres de la famille (grand-parent...) puisse vivre avec eux. Le site se situe dans une cour à laquelle accèdent aussi les personnes d’une asbl pour enfants handicapés. Cette cour a donc un statut semi-privé. L’espace disponible est minime et l’ensoleillement est réduit par l’environnement. Ces contraintes ont amené le projet a se développer en «éventail», s’ouvrant vers un espace plus privé, empêchant les vues directes depuis le passage dans la cour. La structure poteaux-poutres du projet a une double fonction: structurelle et fonctionnelle à la fois. En effet, elle est parfois laissée visible à l’intérieur et, par un jeu de vues d’un espace à l’autre, ferme les espaces sans qu’ils ne paraissent clos pour autant.

VIVRE ENSEMBLE Un habitat unifamilial et intergénérationnel à Tournai

BAC2_JUIN 2007 Professeur J-L. CAPRON


plan du 2° étage

plan du 1° étage

plan du rez-de-chaussée


Vue arrière du projet/ progression du volume depuis la façade à rue, vers un gabarit de plus en plus petit dans la cour

Façade à rue/ sous le porche, accès à la cour sur laquelle donne les différentes entrées (les logements et l’asbl)


Les façades dans la cour/ Lumière et intimité


Il s’agit d’un projet de logements collectifs implanté à Courtrai. Ce projet était précédé d’une première phase de stratégie urbaine élaborée en groupe. L’intention principale de ce Masterplan était de recréer des ilots tout en maintenant des accès depuis les rues arrières vers la Lys, favorisant ses abords par des fonctions publiques et une priorité aux piétons. Quant aux logements,une partie se situe le long d’un pont routier, provoquant une pollution sonore et visuelle pour les habitants. De plus la façade exposée au pont est orientée sud, sud-ouest. Deux grandes raisons donc de créer un écran entre les logements et l’environnement. Cet écran est concrétisé à l’aide d’une coursive large jouant ainsi le double rôle à la fois de distribution et à la fois d’espace de vie et de rencontre d’où l’on peut apercevoir la Lys. C’est autour de cette caractéristique que le projet prend forme. S’en suivent d’autres réponses au développement durable tel que les matériaux (structure bois pour le bâti, structure acier pour la coursive), des espaces communs généreux, etc. L’accent a aussi été mis sur la mixité des logements.

FACE à FACE Des logements collectifs à Kortrijk

BAC3_JUIN 2008 Professeurs C. FONTAINE, P. VAN ASSCHE, J-L. CAPRON


Implantation des logements traitÊs/ - une partie en regard avec le pont - l’autre partie, plus classique, en regard avec un front bâti

Vue depuis le pont


Coupe AA’


Vue depuis la rue/ Accès vers les quais de la Lys Les logements et le pont en vis-à-vis

Vue dans la coursive/ Espace commun de rencontre, de lumière et de vues sur le pont et la Lys


Coupe technique/ jonction entre la coursive et le b창timent


En Allemagne, dans la ville de Karlsruhe, une aire industrielle va être réhabilitée en quartier culturel. Le site est voisin d’un parc et son château, réaffecté en école de musique. Il a été demandé d’implanter un «Kindergarten» (école maternelle) sur l’une des parcelles de ce site. L’idée était d’offrir aux enfants la superbe vue sur le château et son parc par un volume qui passe au-dessus d’un mur auquel on ne peut pas toucher (élément classé). Cet espace devient le lieu insolite de l’école, la pièce des rêveries... Un deuxième volume se tourne vers un autre parc, dans cette même idée. L’accent a été mis sur une lecture facile des lieux, un minimum d’escalier à parcourir et une large ouverture à la lumière.

TRAUM

UND

MASTER1_FEVRIER 2009 Professeur A. WALL

GARTEN Un Kindergarten à Karlsruhe


Élévation

depuis la rue/

Les passants peuvent apercevoir ce qu’il se passe à l’intérieur, dans l’univers des enfants

Plan du rez-de-chaussée/ La distribution des espaces comme une rue intérieure, à l’échelle de l’enfant


La salle magique, qui grimpe sur le mur... Des volumes simples, ouverts sur les espaces verts


Le village de Schaidt, en périphérie de Karlsruhe (Allemagne) possède en son centre une zone importante (ancienne bâtisse et sa cour) désaffectée. Il nous était demandé de réaffecter ce lieu et ses environs pour favoriser la vie de village et attirer éventuellement de nouveaux visiteurs. Cette recherche a été réalisée en duo. Les analyses et observations nous ont démontré le manque de connexion au sein du village. Nous avons donc décidé de travailler sur cette thématique. La bâtisse devient alors un «Musée des Sens» explorant les caves exceptionnelles du lieu. Nous décidons d’ouvrir la cour qui était fermée au public et améliorons la qualité d’ambiance de la ruelle qui relie le bas et le haut du village. Ce travail était surtout intéressant sur le plan humain. Travailler avec d’autres personnes, venant d’autres écoles, d’autres pays, le tout dans une ambiance type «laboratoire urbain»fut une expérience très enrichissante.

PUZZLE 3D Réhabilitation d’une ruelle du village de Schaidt

MASTER1_JUIN 2009 H. BAVA,M. NEPPL, W. WITTENBERG


Une analyse à l’échelle de la région, à l’échelle du village ensuite...

Un village ponctué de failles...


...et à l’échelle de la rue.


Nouvel aménagement proposé pour la ruelle (passant sous un porche) et réhabilitation du bâti/ La ruelle piétone est jalonnée d’activités publique: un musée, une cafétaria, des ateliers et leur salle d’exposition ainsi qu’une auberge de jeunesse.


Schéma d’organisation des différentes activités Images d’ambiance du bas (en haut) vers le haut de la ville (en bas...)

Coupe dans la rue piétone

Coupe dans la cour du musée


De retour à Bruxelles, nous nous sommes penchés sur la problématique de l’intégration du canal dans la ville, et plus particulièrement du quartier autour des abattoirs d’Anderlecht. Il s’agit d’un quartier bien situé mais fragile socialement et physiquement. Beaucoup de terrains sont laissés à l’abandon et nombreuses maisons sont en mauvais état. Il existe en outre une mauvaise cohabitation entre le marché des abattoirs et la population. A ces grandes problématiques, nous tentons de recoudre des espaces autour du canal par un parc relié de part et d’autre du canal par deux nouvelles passerelles. De nouvelles fonctions publiques sont implantées (un philarmonie, un centre de formation et d’entreprises, une bibliothèque, un centre sportif...) et les rues deviennent des espaces partagés si non piétones. La place des Halles devient un parc minéral où l’eau du canal pénètre dans la ville par un bassin et permet flaneries et détente, où l’on peut se laisser rêver au sein même de son quartier. Le grand défi est de déstigmatiser ce quartier et y favoriser une mixité sociale et générationnelle par une offre de logements, d’emplois et d’activités mixtes.

2 PARCS ET D'AUTRES...

Revitalisation du quartier de Curreghem/BXL- Masterplan

MASTER2_JANVIER 2010 Professeurs M. LACOUR, J. POLET, C. CHANVILLARD,J-L.VANDEN EYNDE


Les axes et les espaces verts (avant et après)/ Recoudre et favoriser les accès autour du canal.

Le bâti (avant et après)/ Restructurer et clarifier les espaces existants sont les intentions des nouvelles interventions sur le site.


Différentes ambiances/ Dans les rues et sur les passerelles du site, où le piéton déambule en toute sécurité.

Les nouvelles fonctions dans le quartier des Halles

Coupe dans la place des Halles et son bassin


MASTE MASTER2_JUIN ER2 JUIN 2010 Professeurs M. LACOUR, J. POLET, C.CHANVILLARD,J-L.VANDEN EYNDE


Ce projet s’insère dans le Masterplan défini ci-avant. Il s’agit d’un centre de formation et d’entreprises qui s’inscrit dans le cadre d’une relance socio-économique pour le quartier. C’est d’un rogramme complexe qui peut être très riche en rencontres et doit donc être équipé d’espaces propices aux échanges entre les mondes de l’apprentissage et du travail.

Le site est longé par la rue de Birmingham (à forte circulation), une rue piétone et le parc. Le terrain présente une pente de 12% ce qui offre en son point le plus haut, un panorama extraordianire sur Bruxelles. Le spectacle y est impressionnant... Afin d’en faire profiter au maximum les usagers, le terrain est travaillé en terrasses et deux des corps de bâti sont implantés perpendiculèrement à la pente, face à la vue, sur deux niveaux différents. D’autre part, un élément parallèle à la pente, telle une colonne vertébrale, fait la connexion entre les différentes fonctions et regroupe les activités communes, ainsi qu’une galerie telle une promenade ponctuée de vues diverses et favorisant les échanges entre les occupants. Le bâtiment étant réellement ancré dans le relief, il a fallu répondre principalement aux problématiques de la lumière, des matériaux et de la structure. Vouloir rassembler autant de fonctions différentes sous un même toit a été une réelle difficulté. Il a fallu donner à l’ensemble une harmonie à travers un système cohérent et omniprésent (le bois sur le béton), des rythmes de façades égaux,... afin que chaque entité ne travaille pas indépendemment mais fasse partie d’un tout.

AU Un FIL DE LA PENTE centre de formation et d’entreprises le long du canal


Schéma d’organisation


Croquis d’ambiance dans la cour supérieure/ Pour des raisons techniques et pour marquer l’ancrage du bâtiment, les niveaux enterrés sont en béton et les niveux supérieurs sont en bois, pour sa légèreté et des réponses écologiques.

Elévation des bureaux, rue de Birmingham

Coupe dans la galerie au niveau de la cour supérieure

Elévation - façades face au canal, vers le parc

Elévation dans la rue piétone/ élancement et ouverture du bâtiment vers le canal et le parc


Plan+12m_EntrĂŠe rue de Birmingham


Plan+6m_Niveau cour_entrée du foyer étudiant

Plan0m_niveau du Parc (ateliers, bibliothèque et restaurant)

coupe dans la pente


Coupe détaillée dans la bibliothèque/ Le bois «flotte» sur le béton

Le vis-à-vis avec le Philarmonie/ Equilibre et lisaison par la passerelle


SEPTEMBRE 2010_MARS 2011

«TRACE LA ROUTE...»

Les Vans(Fr)-Rome-Athènes-Istanbul, 3500 km à pied et en dessin


Et AUTRES... Cours de modèles vivants, Karlsruhe (2009)


CURRICULUM VITAE


PARCOURS 2010-2011

Les Vans (Fr), Rome, Athènes, Istanbul: 3500 km et 6 mois à pied et en dessin à deux.

2005-2010

Baccalauréat et Master obtenus avec distinction à L’institut Supérieur d’Architecture Saint-Luc Bruxelles

2010

Rédaction de mémoire: «Le quartier, une réponse au développement durable»

2008-2009

Première année de Master à Karlsruhe, en Allemagne (échange Ersamus)

1999-2005

Humanités - options langues, latin et histoire - à l’Institut des Dames de Marie, Woluwé-Saint-Lambert

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL, STAGES, JOBS D’ÉTUDIANT Août 2010

Cours de soutien scolaire (anglais et néérlandais) à l’AMO (service d’Aide aux jeunes en Milieu Ouvert) de Neder-Over-Hembeek

Août 2010

Garde d’enfants - animation de tout petits au Réseau Coordinaion Enfance

Mars 2009

Stage à l’Atelier d’Architecture et Développement Durable (Pierre Deru)

Février 2008

Stage à l’Atelier d’Architecure Luc Schuiten et participation à son exposition «Vegetal City»

Juillet 2007

Stage en entreprise sur chantier (Alain Maaschaelk)

LANGUES Français

Langue maternelle

Néerlandais

Connaissance scolaire: bon niveau parlé, bon niveau écrit

Anglais

Connaissance scolaire: bon niveau parlé, bon niveau écrit

Allemand

Année à Karlsruhe, Allemagne: bon niveau parlé, moyen niveau écrit

Italien

Notions


INFORMATIQUE Images

Bonne maîtrise de programmes d’architecture et de traitement d’images (Autocad, Sketchup, Photoshop, In Design)

Textes

Maîtrise de Word et Excel

DIVERS Scoutisme

Engagée dans les mouvements de jeunesse depuis mon enfance (pendant 9 ans) et resopnsable durant 4 ans de jeunes âgés de 8 à 16 ans - Formation d’animatrice à la GCB (brevet obtenu en 2004)

Théâtre

5 ans de théâtre, participation au concours «Scène à Deux», 3 ans dans une équipe d’improvisation

Voyages

Aime les voyages «sac-à-dos»: city-trip, nature, camping sauvage, randonnée et autres.

Autres loisirs

Musique (violon), sport (badminton, vélo, volley), dessin (croquis, aquarelle, modèles vivants), plongée (brevet PADI 2008), vendanges en septembre 2006 et septembre 2009



Stéphanie HERMESSE///portfolio 2011