Page 1


LA VIANDE BŒUF peut présenter des caractères très différents. Il s’agit de choisir une viande de bonne qualité et d’acheter les morceaux convenant exactement aux préparations qu’on se propose de leur faire subir.

AloyAu

cArré des côtes

1 2

9

6

12 15

4 3

13 7

5

10 14

8

11

16

17

1 2 3 4 5

4

Rumsteak Culotte Gîte à la noix Tranche Gîte

6 Filet et faux filet 7 Bavette d’aloyau 8 Flanchet

9 Côtes première Côtes seconde Côtes découverte 10 Plates côtes 11 Poitrine

12 13 14 15 16 17

Collet Épaule ou paleron Poitrine Tête Jarret Pied

5

LA CôTE DE BŒUF Un classique incontournable que tout bon marmiton doit savoir faire ! Plus la cuisson est longue et lente, meilleur sera le résultat....

JK INGREDIENTS Pour 4 Personne(s) • 50 g de beurre • 1 filet d’huile d’olive • 1 kg de boeuf à braiser (gite ou paleron) • 1 verre de vin blanc • 3 ou 4 oignons de taille moyenne • Sel • Poivre du moulin • Thym et laurier

1 Dans une cocotte, faire fondre doucement 50g de beurre, y ajouter un filet d’huile d’olive.

2 Faites revenir le boeuf (un morceau à braiser : gite ou paleron) sur toutes ses faces. l faut chercher la coloration de la viande.

3 Faire blondir doucement les oignons avec la viande et ajouter le vin blanc. Saler, poivrer, et ajouter thym et laurier. Couvrir d’eau et porter à frémissement. Assaisonner.

4 Faire bouillir. Ajouter les carottes épluchées et coupées en rondelles.

5 Il ne vous reste plus qu’à faire mijoter deux à 3 heures environ. C’est cuit lorsque le boeuf est devenu tendre.

12

13

Morceaux choisis, Hugo Desnoyer Nouveau livre aux éditions Tana. Principe graphique des pages intérieures.


cuisine


Tendance gourmande Nouvelle collection aux éditions Larousse. Principe graphique des pages intérieures et réalisation du titre Made in london, Made in Bretagne, Made in New-York.


A B

D

E F G H A

I

E LIC

ÔME DUH ET JÉR AM EL

Le

J K du pa r fa i r e i M N uO P n i is LE S

P

c

! T PE OU T TIT T ST GEN RU C S QUI CHAN

R S

T U V X Y Z Le manuel du parfait cuisinier Principe graphique du livre pour les éditions First Editions.


A

ABRICOTS SECS

AGNEAU

ACRAS DE MORUE

Pour se débarrasser de l’odeur de l’agneau, en fin de cuisson du gigot ou du rôti d’agneau, ajouter 2 cuillerées de vinaigre de vin dans le jus de cuisson. Arroser trois à quatre fois la viande avant la fin de la cuisson. Laisser reposer 10 minutes, four entrouvert.

Faire sécher des abricots secs n’est pas très difficile : les couper en deux, les dénoyauter et les mettre au four – à basse température – en les surveillant attentivement (par beau temps, en été, on peut aussi simplement les mettre à sécher au soleil).

Pour obtenir des acras de morue parfaitement réussis, un impératif absolu : ceux-ci doivent être frits à l’exacte température – c’est-à-dire 180 °C. Dans le cas contraire, ce sont des éponges que vous obtiendrez…

AIL (épluchage)

● L’ail a souvent la peau fine : il est donc difficile à peler. Un truc fort simple pour l’éplucher facilement : ranger les gousses d’ail dans le bac à légumes du réfrigérateur et s’en servir au fur et à mesure. Une tactique qui permet à la peau de s’ôter facilement. Pour éplucher plus facilement ses gousses d’ail, les placer quelques minutes dans de l’eau bien chaude : la peau s’en détachera rapidement. ● Autre solution : les passer 15 secondes au micro-ondes. Il faut savoir aussi qu’une gousse d’ail glissera facilement de sa peau si on l’aplatit légèrement avec un couteau lourd. ● Quelle déception et quel gâchis quand, au moment d’utiliser de l’ail, on ne trouve que quelques gousses sèches, voire pourries… Pour éviter cela, il suffit d’éplucher son ail à l’avance et d’en congeler les gousses séparément, avant de les mettre, une fois bien congelées, toutes ensemble dans un sac. Ne reste plus qu’à se servir en fonction des besoins. Fini, les pertes inutiles !

Afin d’avoir toujours de l’ail à disposition pour la cuisine, hacher plusieurs gousses avec un mini-hachoir, déposer l’ail haché dans un bocal et le recouvrir de jus de citron. Puis placer au réfrigérateur. L’ail se conservera longtemps et l’on gagnera un temps précieux. Lorsqu’on a de l’ail en surplus, on peut le conserver facilement pendant plusieurs mois avec une méthode simple : garder les poches en papier que donne l’épicier et stocker les gousses d’ail à l’intérieur, dans un milieu frais. Une autre astuce consiste à plonger les gousses d’ail dans de l’huile. Elles resteront ainsi toujours fermes, et on pourra se servir de cette huile parfumée pour la préparation de certains plats. Pour que l’ail ne germe pas trop vite, versez une couche de gros sel (1 cm environ) au fond du récipient dans lequel vous l’entreposez.

7

6

AIL

AIL

Pour atténuer le goût de l’ail, mais aussi pour le rendre plus digeste, il est impératif d’enlever le germe qui se trouve au centre (partie souvent verte). On évite ainsi les désagréments d’une mauvaise haleine. On peut aussi atténuer le goût de l’ail de façon notable tout en en gardant le parfum : il suffit simplement de peler les gousses d’ail et de les faire tremper dans de l’eau froide durant une heure juste avant de s’en servir. Autre méthode : faire blanchir les gousses épluchées pendant une petite minute dans de l’eau bouillante. Les retirer ensuite et les utiliser comme à l’habitude. Avez-vous été trop généreux en rajoutant de l’ail frais dans votre plat ? Remplissez une petite boule (ou un filtre) à thé avec du persil séché et placez-la pendant quelques minutes dans le plat : le persil absorbera une bonne partie du goût de l’ail.

Vous trouvez l’ail indigeste ? Pensez bien sûr à toujours en retirer le germe. Ou bien adoptez le vieux principe de la cuisine asiatique qui associe très souvent ail et gingembre : là où il y a une pointe d’ail, on trouve généralement du gingembre qui en facilite l’assimilation et la digestion. Si, malgré tout, il vous reste un goût désagréable d’ail dans la bouche, croquez quelques grains de café, de sucre ou du persil frais.

(saveur)

AIL

(conservation)

(digestion)

AIL

(POÊLÉ)

Une recette exige de l’ail poêlé ? Ne l’ajoutez qu’à la fin : sinon, il brûle vite et devient alors profondément amer.

AÏOLI

Le véritable aïoli ne comporte pas de jaune d’œuf : le remplacer donc par une pomme de terre bien cuite et écrasée. Le secret pour monter un aïoli à la main est de toujours tourner dans le même sens. Votre aïoli est parfait quand le pilon peut tenir droit dedans.

8

Amandes —

Quand on apprécie le goût des amandes fraîches, le mieux est d’attendre la saison… Sinon, il existe un truc pour pouvoir en consommer toute l’année : placer les amandes – avec leur peau – dans un récipient et les recouvrir d’eau bouillante. Les laisser ainsi pendant toute une nuit et une journée (environ 36 heures). Les amandes ainsi obtenues ne seront pas loin d’avoir les mêmes qualités que les fraîches. Émonder des amandes ? Il suffit de les plonger 2 minutes dans de l’eau bouillante pour les éplucher plus aisément. Les faire ensuite sauter rapidement dans une poêle pour les sécher – en prenant garde de ne pas les faire dorer. Des amandes oubliées dans un placard et retrouvées toutes flétries ? Il existe un moyen de les remettre en forme rapidement : pour les raviver, les tremper 30 secondes dans du lait. Après ce bain rapide, les amandes auront retrouvé leur goût, leur croquant et leur saveur ! Pour rendre des amandes moins huileuses et plus craquantes, les faire préalablement griller quelques minutes au four, tout en les surveillant pour éviter qu’elles carbonisent !

9


Une année en cuisine Principe graphique de la couverture et des pages intérieures pour les éditions Tana.


Les recettes de ma campagne Principe graphique et rĂŠalisation du livre pour les ĂŠditions Rustica.


Le livre de cuisine à offrir à Nouvelle collection aux éditions Tana. Principe graphique des couvertures et des pages intérieures.

Comme à Nouvelle collection aux éditions Tana. Principe graphique des couvertures et des pages intérieures.


L’âme des plantes Principe graphique et réalisation du livre avec choix iconographique pour les éditions Rustica.


nature


Instants de jardin Principe graphique et rĂŠalisation du livre avec choix iconographique pour les ĂŠditions Rustica.


U

ne Source de bienfAitS

Sai nte Hi ldegarde d it du l ierre terrestre : « Sa virid ité [force vitale] est uti le : si quelqu’un souffre de l an gueu r et perd l a rai son [est dépri mé], qu’i l en fasse tremper dans de l’eau froide, avant de le faire cuire dans du jus ou dans des légumes, et qu’i l en man ge souvent avec de la vi ande ou des plats de légumes, et i l s’en portera bien. »» À l’étable, la plante protégeait le lait des sortilèges, et peutêt re le s herb e s gl i s sée s entre les d raps des jeu nes accouchées jouaient-el les un rôle analogue sur la lactation des femmes. En outre, portée sur la tête, la nuit de Walpurgis (30 av ri l), l a cou ron ne-det er re p er met t a it de voi r les sorcières qu i fend aient l’air sur leur manche à balai . Une couron ne faite d’herbeaux-m ille-trous (Hypericum perforatu m) procu rait d’ailleurs le même effet.


Grimoire des plantes de sorcière Grimoire des plantes de sorcière Principe graphique et réalisation du livre pour les éditions Rustica.

Grimoire de sorcière


Guilhem lesaffre

Plus d’ 1 heure de promenade mélodieuse !

Les émissions

vocales des oiseaux Chacun le sait, la communication et la transmission d’informations sont plus que jamais à l’ordre du jour dans nos sociétés modernes. À travers le monde animal, la communication est également, et depuis toujours, un phénomène fondamental.

La communication animale

L

es animaux doivent communiquer tour à tour pour se signaler, séduire, dominer ou avertir, entre autres fonctions. Le loup qui hurle de nuit indique sa présence à ses congénères, qu’ils fassent partie de sa meute ou des clans voisins. Le papillon qui écarte brusquement les ailes pour révéler des ocelles ressemblant à des yeux afin d’effrayer un intrus potentiellement dangereux entre en communication avec celui-ci. La transmission d’informations peut même être passive. c’est le cas des animaux dont les couleurs vives signalent la toxicité. Les grenouilles arboricoles des forêts tropicales d’amérique du sud portent ces fameuses couleurs dites « aposématiques » qui indiquent aux prédateurs qu’ils doivent les éviter absolument sous peine d’empoisonnement fatal ! chez les oiseaux aussi, la communication peut être passive. ainsi, les marques du plumage, notamment sur les ailes et/ou le croupion, d’un oiseau qui s’envole contribuent à le faire repérer. il s’agit là d’un système à double tranchant. en cas de danger, ces signaux visuels contribuent certes à avertir le reste de la troupe de la nécessité de fuir mais ils attirent en même temps l’attention du prédateur incriminé… autre exemple de communication passive, les couleurs et l’état du plumage et des parties nues (bec et pattes) des mâles renseignent les femelles sur l’état physiologique de celui qui pourrait devenir leur partenaire pour la reproduction. un « beau mâle » a plus de chances de séduire une femelle !

10

Les émissions vocaLes des oiseaux

Les oiseaux enchanteurs Nouveau livre aux éditions Rustica. Principe graphique et réalisation de la couverture et des pages intérieures. Projet réalisé avec Charlotte Merle (studio Daniella).

Pour ce qui est de la communication intentionnelle, elle se manifeste pour une part à travers les attitudes, le comportement. ceci est tout particulièrement vrai à l’époque des parades lorsque les mâles se livrent à des démonstrations parfois tout à fait spectaculaires.

Se peut-il qu’un homme soit moins sage qu’un oiseau ? ConfuCiuS

Page 8 : troglodytes mignons. Ci-contre : mésange-noire et mésange charbonnière.

Ci-dessus : oiseaux aquatiques, mosaïque romaine du ive siècle provenant de Trèves (Allemagne).

Les émissions vocaLes des oiseaux

11


À la rencontre des chevaux du monde Nouveau livre aux éditions Glénat. Principe graphique et réalisation de la couverture et des pages intérieures. Projet réalisé avec Charlotte Merle (studio Daniella).


Herbes folles et fleurs sauvages Roses de mon jardin Principe graphique et rĂŠalisation des coffrets et des livres pour les ĂŠditions Rustica.


S L M M J V S D 18 19 20 21 22

vendredi Estelle

11

samedi Achille

8

8

9

9

10

10

11

11

12

12

13

13

14

14

15

15

12

16

17

17

18

18

19

19

20

20

dimanche

3 10 17 24 31

13

4 11 18 25 -

NOTES

8

12

20

ou Long ?

Si vous laissez inf user brièvement votre boisson (m oins de 3 minute s), c’est surtout la th éine qui va agir : vous obtiendrez une infusion stimulante, idéale pour démarrer la journée. Au-delà de 3 minutes d’infusion, ce sont les tanins qui prendront le dess us, neutralisant la théine pour vo us offrir un cocktai l d’antioxydants.

Attention également aux séances de piscine, qui fragilisent les muqueuses. Oubliez le tabac, qui aggrave les symptômes ! Lorsque vous programmez vos vacances, choisissez bien sûr la mer plutôt que la campagne… et évitez la montagne en été : le pollen s’y répand plus tard qu’en plaine, vers les mois de juillet et d’août.

57

Agenda Body Nature

2 91 16 23 30

5 12 19 26 -

6 13 20 27 -

Pour ingérer du calcium en quantité suffisante et bien l’assimiler, ne comptez pas trop sur le lait de vache, riche en graisses allergisantes : privilégiez le sésame, les amandes, les noisettes, le parmesan, les algues, le soja, le chou, le persil et le fromage de chèvre.

Le thé, Court

Principe graphique et réalisation de l’agenda 2012 pour la marque Body Nature fabriquant de produits écologiques et biologiques.

1 8 15 22 29

Du CaLCium sans Le Lait

Rolande

16

30 7 14 21 28


Les bonnes plantes de nos grands mères Nouvelle collection aux éditions Rustica. Principe graphique des couvertures et des pages intérieures.


Dossier

Pièges à voir, pièges à penser.

Présences cachées dans l’image. Coordonné et présenté par Carlo severi

228 4

Présentation par Carlo Severi

8

L’espace chimérique. Perception et projection dans les actes de regard.

CoMpTe renDus

Article de Carlo severi 48

226

Le masque de l’animiste. Chimères et poupées russes en Amérique indigène. Article de Carlos Fausto

68

162

présenté par Giordana Charuty

Le graphisme sur les corps amérindiens. Des chimères abstraites ?

227

Article de els Lagrou 94

Flûtes des hommes, chants des femmes. Images et relations sonores chez les Kuikuro du Haut-Xingu.

Comité de rédaction Christine Barthe, David Berliner, Julien Bonhomme, Giordana Charuty, Michèle Coquet, Jean-Charles Depaule, emmanuel Grimaud, Christine Guillebaud, Monique Jeudy-Ballini, Anne Kerlan, Denis Laborde, Jean de Loisy, Carlo severi

Récursions chimériques. De l’anthropomorphisme des robots autonomes à l’ambiguïté de l’image du corps humain. Article de Joffrey Becker.

130

Jean-Hubert Martin et la pensée virtuelle. entretien entre Jean-Hubert Martin, Carlo severi et Julien Bonhomme.

148

edition musée du quai Branly

Article de Dario Gamboni.

Couverture Kasena © Bernard Foubert, AFp imageForum. Diffusion-Distribution : Flammarion n° issn : 0764-8928 revue soutenue par l’institut des sciences Humaines et sociales du Cnrs et l’École des Hautes Études en sciences sociales.

eTuDes eT essAis 162

La chorégraphie du bâton divinatoire comme écriture sonore. (Afrique de l’Ouest) Article de Danouta Liberski-Bagnoud

186

Les métamorphoses d’Omai. Giordana Charuty

204

Images mémorables pour un texte immuable. Les catéchismes pictographiques testériens (Mexique, XVIème – XIXème siècles).

présenté par David Berliner 228

Article de Bérénice Gaillemin

186

Carlo Severi et Julien Bonhomme (dir.), Paroles en actes paris, L’Herne, coll. « Cahiers d’anthropologie sociale » 5, 2009, 188 p.

présenté par Valentina Vapnarsky 231

Lewis Henry Morgan, Le castor américain et ses ouvrages Dijon, les presses du réel, 2010, 333 p.

secrétaires de rédaction olivier Allard, Maïra Muchnik et emeline philis

Nubes cum figuris. L’interprétation des nuages comme paradigme moderne de la création et de la perception artistiques.

Daniel Fabre et Anna Iuso (éd.), Les monuments sont habités paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Cahiers d’ethnologie de la France » 24, 2009, 336 p.

Comité de direction Daniel Fabre, Yves Le Fur, Anne-Christine Taylor

Article de Bruna Franchetto et Tommaso Montagnani 112

Alain Dierkens, Gil Bartholeyns et Thomas Golsenne (éd.), La Performance des images Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles, coll. « problèmes d’histoire des religions » 19, 2009, 258 p.

présenté par stéphane rennesson 234

Gilles Boëtsch, Dominique Chevé et Hélène Claudot-Hawad (dir.), Décors des corps paris, Cnrs éditions, 2010, 398 p.

présenté par Jean-Baptiste eczet 235

Nicolas Menut, L’Homme blanc. Les représentations de l’Occidental dans les arts non européens paris, Éditions du Chêne, 2010, 256 p.

présenté par Julien Bonhomme

Musée du quai Branly département de la recherche et de l’enseignement 222, rue de l’université - 75343 paris cedex 07 Tél : 01-56-61-71-10 / 53-64 Fax : 01-56-61-71-42 gradhiva@quaibranly.fr

2

3

ÉTuDes eT essAis La chorégraphie du bâton divinatoire comme écriture sonore ni un vecteur du contrôle social. Son rôle, on le verra mieux plus loin, est celui d’un intercesseur : partageant désormais le même espace-corps que la puissance, il a la capacité d’inviter celle-ci à répondre aux questions du consultant, et de procurer ainsi à ce dernier l’accès à une parole jugée vraie — un statut qui puise sa garantie dans le montage de gestes et de discours, réitéré en début de chaque consultation, qui établit la maison de Soleil-Dieu comme lieu tiers d’où proviennent toutes les paroles de l’oracle. Tout le monde peut se rendre auprès de l’oracle, sans considération de statut, d’âge ou de sexe. Les plus expérimentés dans le maniement du bâton (cf. infra) se rendent seuls chez le devin, les novices demandent à un proche parent, parfois un ami intime, de les y accompagner. On n’expose jamais les motifs pour lesquels on s’est rendu chez le devin ; le consultant introduit sa demande en la coulant dans une formule fixée par la tradition dont les premiers mots sont : « Je suis venu demander ta bouche pour que tu me dises quelle est la chose qui déloge qui m’a expulsé hors de chez moi. » Autrement dit, il demande à l’oracle de lui montrer ce qui l’a contraint à sortir de chez lui pour venir le questionner. Il est difficile de formuler de façon plus opaque le fond de la demande. Plantés face à face, le devin assis sur une banquette en terre, surplombant de peu le consultant qui est installé sur une peau de bœuf étalée au sol, ils tiennent, chacun, l’une des extrémités de la canne divinatoire — un simple bâton de bois patiné par l’usage qui s’achève, d’un côté, par une fourche que tient le devin et, de l’autre, par un embout ferré que le consultant retient entre le pouce et l’index. Comme soudés l’un à l’autre par cette canne, ils vont se livrer pendant toute la durée de la consultation à un étonnant ballet, coordonnant sans heurts leurs mouvements, donnant à ceux qui les observent l’impression de suivre, et non de guider, les déplacements rapides et continus du bâton. Hors la canne et ses mouvements, la « matière oraculaire »6 est fournie par une collection hétéroclite d’objets fabriqués et de choses prélevées à fleur du monde dont le rassemblement dans une besace en peau constitue la somme de « tout ce qui existe sur terre ». Ces choses, ainsi extraites de la réalité qu’elles auront à signifier, composent un lexique rudimentaire au sein duquel le bâton va sélectionner les autres mots de l’oracle ; les objets choisis sont déplacés et laissés en un coin de la « table » de consultation — le morceau de sol où sont disposés certains des éléments de l’appareil divinatoire. Ils vont y constituer une sorte d’archivage temporaire des différentes « paroles » de l’oracle au cours d’une même séance et viendront soutenir la mémoire du consultant quand, en une ultime mise à l’épreuve de la véracité du « dit » oraculaire, il devra finalement récapituler l’ensemble des prédictions qui lui ont été dévoilées.

Les rares auteurs qui ont eu à répondre à la question de savoir comment « ça parle » se sont attachés, pour l’essentiel, à rendre compte de ce qui relève du code symbolique qui assigne à chaque objet un ou plusieurs signifiés7. Dans cette perspective, la divination est appréhendée comme une technique de communication entre les hommes et les dieux ; le devin est en position de déchiffreur et son client doit monnayer le sens minimaliste et générique de la sentence oraculaire en une prescription détaillée de l’acte rituel qu’il aura à exécuter. Sans être inexacte ou erronée, cette approche a cependant le défaut de réduire la consultation de l’oracle à un pur acte (mental) de décryptage, et manque du même coup un point essentiel de discrimination, à savoir qu’ici tant le corps du devin que celui du consultant sont impliqués dans le procès de fabrication de l’énoncé oraculaire, qu’ils y sont tout entiers engagés. En faisant la part belle au code, tout en réduisant l’aléatoire à un jet de cauris en début de consultation, deux de ces auteurs butent par ailleurs sur ce qui semble constituer pour eux un embarras, à savoir le caractère « objectivement » arbitraire de la technique mise en œuvre — quoi que « subjectivement vécue par les protagonistes comme rationnelle » (Fortes 1987 : 18) ; ce qui les amène nécessairement à faire planer sur ce mode de consultation divinatoire, sous la forme d’une dénégation pour Fortes, d’une affirmation pour Mendonsa, l’ombre du trucage et de la tromperie8. Question, on en conviendra, qui n’a d’autre intérêt que de révéler la croyance de celui qui se la pose.

Fig.5 Devin Kasena du Nord du Ghana © Ann Cassiman / IARA

6 Meyer Fortes (1987), Robert Shutherland Rattray (1932) et Eugene Mendonsa (1982). 7 Rattray, plus préoccupé de rendre

compte de la place essentielle qu’occupe ce type de divination dans la vie rituelle des peuples de l’arrière-pays Ashanti, ne s’engagera jamais sur cette pente.

8 La notion ne doit pas être confondue

avec les « actes d’écriture » qu’analyse avec beaucoup de subtilité Béatrice Fraenkel (2007). La direction prise ici ne s’inscrit pas dans le domaine de l’anthropologie de l’écriture qu’elle promeut, bien que, forcément, des lieux de croisement ne peuvent manquer d’exister.

166

Gradhiva, revue d’anthropologie et d’histoires des arts Appel d’offre Musée du quai Branly pour la refonte du magazine Gradhiva en collaboration avec Sara Prince.

167


culture et loisirs


Herbert von

Carlos

Karajan

Keliber

Le concert du

Nouvel An à Vienne

Les débuts du Wiener Neujahrskonzert, le traditionnel concert du Nouvel An viennois, remontent au 31 décembre 1939. À l’époque, il se tenait donc le dernier jour de l’année. C’est en 1941 que les Wiener Philharmoniker ont commencé à donner leur concert de Nouvel An à la date qui s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui. Clemens Krauss – alors directeur du festival de Salzbourg et intendant général des Opéras de Munich – dirigea ces concerts jusqu’à sa mort en 1954 – douze fois au total, faisant ainsi figure de fondateur de tous les Concerts philharmoniques du Nouvel An régulièrement organisés depuis. Dans l’immédiat après-guerre, Krauss dut cependant abandonner le pupitre deux années de suite – en 1946 et en 1947 – en raison de l’interdiction de diriger qui pesait sur lui. En ces deux occasions, ce fut Josef Krips qui prit la baguette. À gauche : Carlos Kleiber

Pour succéder à Krauss, les Wiener Philharmoniker élurent démocratiquement un musicien issu de leurs propres rangs, Willi Boskovsky,

À droite : Zubin Mehta lors du concert du Nouvel An 2007.

Zubin

Metha


Le concert du Nouvel An à Vienne

Le concert du

Nouvel An à Vienne

Le concert du Nouvel An à Vienne Principe graphique et réalisation du coffret pour les éditions Sélection Reader’s Digest.


6e lettre

Pense qu’il y a toi, qu’il n’y aura que toi et toujours TOI.1

Vendredi 27 mai 1949

Édith adorée, Hier, pas de lettre, ce matin non plus mais cet après-midi, j’espère que oui. Quelle joie de te lire et ces belles phrases que tu sais me faire, tu es un ange. Ici [c’est] toujours la même chose, footing, écriture, ping-pong, déjeuner, jacquet, entraînement, rami et sleeping vers dix heures et demie. Voilà, chérie, ma vie au camp d’Evans qui est vide jusqu’à présent mais demain sûrement qu’il y aura du monde pour le week-end. Pour ma part, ça va à part que je pense de trop, j’en parle aussi de trop, ça devient une maladie. Tu te marrerais si tu nous écoutais parler avec Jo de vous deux : et alors, elle me dit ceci, à ce moment, je ferais cela, je prendrais ça, elle doit faire ceci à cette heure-là. Enfin [on] se bourre le crâne nous-mêmes et le plus drôle, c’est qu’on est heureux quand on se raconte tout ça. Je t’aime, chérie, et je me demande où ça va aller. Remarque que c’est un peu trop tard pour penser à cela, mais je deviens mauvais, jaloux, vraiment un sale type. Je vais empoisonner ton existence, chérie. Tu n’aurais jamais dû venir à la campagne, tant pis pour toi. Oh chérie, quoi te dire de plus sinon que je suis fou, ça, tu le sais, et que je pense à ce beau retour. Comme il va être bon le moment où on va se revoir et tomber dans les bras l’un de l’autre. Sentir ta peau contre moi, te serrer bien fort et sentir ton cœur et ta poitrine contre la mienne. Je m’arrête parce que je vais être malade tout à l’heure. Donne une grosse bise à Simone, j’ai mis son pull, il est vraiment beau, tout le monde l’admire, et je fais un boum terrible avec mes blousons. Il paraît que je ne suis pas si mal que ça, mais c’est à toi, tout moi t’appartient. Demande à Loulou qu’il te donne l’adresse pour acheter des films et fais-lui mes amitiés. Une bise à la Marquise et à Raoul2, et toi, chérie, je te serre dans mes bras autant que je t’aime. Moi. Marcel Cerdan

1 Griffonné à l’envers en haut à gauche de la lettre. 2 Il s’agit de Rachel Breton, surnommée la Marquise dans le milieu artistique, et de son époux Raoul Breton.

78

79

Mariage en robe blanche

En mai 1952, Jacques Pills revenait des États-Unis. « J’ai une chanson pour toi », dit-il à Édith. Accompagné par un inconnu qui s’appelait Gilbert Bécaud, Pills a alors chanté Je t’ai dans la peau. La chanson plut à Édith. Pendant quinze jours, sous prétexte de la lui faire répéter, Pills passait toutes les après-midi chez Piaf. Au lieu de travailler, ils parlaient... et se regardaient. Piaf était amoureuse, Jacques aussi. Mais il était trop timide pour se déclarer. Enfin, au bout des quinze jours que durèrent les fameuses répétitions, Jacques murmura : « Je t’aime. » Édith répondit : « Si je te demandais de m’épouser, est-ce que tu le ferais ? – Quand tu veux, où tu veux », balbutia Pills en serrant Édith dans ses bras. Le mariage eut lieu un an plus tard à New York. Le matin de la cérémonie, Pills avait l’air gêné : « Je t’ai menti, avoua-t-il. Je t’ai dit que j’avais trente-neuf ans, j’en ai quarante-six. » Il s’était rajeuni pour séduire celle qu’il aimait.

Malgré sa douceur et sa gentillesse, Jacques Pills se montrait ferme comme un roc. Il dépistait toutes les bouteilles qu’Édith dissimulait. Elle cachait même des canettes de bière sous son lit. Elle était à ce point imbibée d’alcool qu’un seul verre de bière la terrassait. Pills n’était pas assez fort pour lutter. En plus de cela, il ne supportait pas les nuits d’insomnie et, tandis qu’Édith chahutait avec des amis, Jacques s’endormait, affalé sur un tabouret de cuisine. Il n’en pouvait plus, mais s’était juré de désintoxiquer Piaf. Trois fois, il l’obligea à partir en clinique faire une cure. Trois fois, pendant ces deux années, il la crut sauvée. Mais à chaque retour, cela recommençait. En 1955, à Vichy, Pills faisait son tour de chant et Édith était venue le rejoindre. Au moment d’entrer sur le plateau, l’habilleuse dit à Jacques : « N’oubliez pas de retirer votre alliance, monsieur Pills. » Le jour de leur mariage, Jacques avait juré de ne jamais quitter cet anneau. Édith avait compris. Leur bonheur était terminé.

On fut très surpris lorsqu’on apprit qu’Édith Piaf s’était mariée en blanc. Pour elle, cette robe blanche remplaçait celle qu’elle n’avait pas eue le jour de sa première communion. C’était aussi le symbole de tout un passé qu’elle reniait. Autour du cou, elle portait une petite croix en or et en rubis que Marlene Dietrich, témoin de son mariage, venait de lui offrir. Le porte-bonheur fut efficace pendant deux ans. Deux années où Pills fut le plus compréhensif des époux. Il veillait sur Édith comme un frère, passant tous ses caprices. Il entreprit aussi de la guérir de l’alcool et de la drogue. Mais une fois, à Lyon, il se laissa entraîner à boire plus que de raison. Édith et Jacques étaient entrés dans un bistrot décidés à ne boire qu’une bière. Toute la nuit, ils ont fait des mélanges effroyables et quittèrent le café à huit heures du matin, devant le patron et les garçons abrutis de sommeil.

En juillet 1952, à New York, mariage d’Édith Piaf et de Jacques Pills, entourés de leurs témoins, dont Marlene Dietrich.

46

47

Tou s dr

t e r di ts .

Chansons éternelles

CD 1

no

liqu ub

np

ho

gr a

tio

ep

cu

uvr

iq

re

ph

l’œ

1. Les Mômes de la cloche 2. Mon Légionnaire 3. C’est lui que mon cœur a choisi 4. Je n’en connais pas la fin 5. L’Accordéoniste 6. C’était une histoire d’amour 7. Le Disque usé 8. Y’a pas d’printemps 9. De l’autre côté de la rue 10. La Vie en rose 11. Les Trois Cloches, avec Les Compagnons de la Chanson 12. J’men fous pas mal ue 13. C’est merveilleux 14. Les Amants de Paris 15. Hymne à l’amour u et po 16. L’Orgue des amoureux 17. Le Prisonnier de la tour du ue pr o is q 18. Bal dans ma rue 19. Jézébel 20. Plus bleu que tes yeux pri ed c éta de i re 21. Je hais les dimanches 22. Padam, padam de t i on l’œ i l is a 23. Une enfant u vr l ’ ut

ee

de

t ra

t e ur

diod

d uc

if fu s

u p ro

i on s

oi t s d

o nt i n

16.570.3/1

e en

r eg i s

t r ée ré

s e rv é s . S

auf autorisation, la du

pl ica t i

on , l e

p r êt

,

Piaf, à la vie, à l’amour Principe graphique et réalisation du livre coffret pour les éditions Sélection Reader’s Digest.


1

24


Couverture de l’hebdomadaire Voilà de novembre 1939. Édith Piaf fait partie des artistes partant pour le front afin de divertir les soldats au début de la guerre.

C’est lui que mon cœur a choisi, disque enregistré en 1938.

25


AVANT DE SE LANCER : BALAYER LES IDÉES REÇUES

INSTRUIRE EN FAMILLE

Comment faire « travailler » mes enfants ?

Curiosité et découvertes au programme ! L’objectif de maîtrise du socle commun à 16 ans peut être en grande partie atteint par une vie quotidienne riche en curiosité et en découvertes partagées. L’instruction en famille offre de nombreuses opportunités d’explorer toutes les facettes du monde dans lequel nous vivons. Les matières scolaires parlent de connaissances qui se découvrent aussi bien dans différents lieux et milieux, des visites de musées aux ateliers scientifiques en passant par les bibliothèques, les forêts ou les industries. Tous les secteurs de la société abritent des passionnés, prêts à partager leur expérience et leur savoir, du boulanger au député en passant par les spécialistes de tout poil ou les autodidactes fascinants...

À chaque famille son style de vie, en fonction des contraintes communes. Au fond, les parents instruisant leurs enfants ne font rien de bien différent des autres parents : ils entreprennent chaque jour de trouver les moyens de faire vivre leur famille, d’assurer le gîte et le couvert, d’entretenir la maison, de développer des relations sociales, de participer, à leur niveau, à la société dans laquelle ils vivent...

Organisation de l’instruction Au quotidien, certains établissent des horaires. Chez les Walden, les enfants font des activités formelles le matin, accompagnés par le parent présent, puis ils poursuivent leurs exercices ou d’autres activités en autonomie pendant la préparation du repas. L’après-midi est consacré à des sorties, des rencontres avec d’autres familles de la région ou des activités personnelles. Le soir ou le mercredi, ce sont les classiques activités extrascolaires.

Tout est passionnant pour les enfants. Lorsqu’ils sont accompagnés, soutenus, encouragés, ils développent, au travers de leurs passions, toutes les compétences nécessaires à leur développement, et acquièrent sans grande difficulté les connaissances nécessaires à l’obtention de diplômes. Le niveau d’études des parents n’a rien à voir avec leur capacité à transmettre l’envie d’apprendre à leurs enfants. Au contraire, parfois, un parent diplômé conservera peut-être un esprit trop scolaire, une attitude trop didactique ou des attentes trop formelles qui peuvent entraver l’apprentissage de l’enfant. Car lorsqu’un adulte « sait », il a tendance à ne pas comprendre la difficulté de l’enfant qui ne sait pas encore et à s’impatienter en cas de blocage. Mais lorsque l’adulte ne sait pas, il va avoir envie, lui aussi, de comprendre, et parents et enfants pourront coopérer et comparer leurs approches pour suruis-je te rappeler l’époque, pas si monter l’obstacle... lointaine, où tu trouvais qu’Alice, ta fille – aujourd’hui plus grande lectrice Ainsi, sans se transformer en « profesque toi – mettait de la mauvaise volonté à lire les seur », les parents peuvent redécouvrir premiers textes que l’école flanquait sous ses le goût d’apprendre et d’enrichir leurs yeux d’enfant ? Imbécile ! Père indigne ! Tu avais connaissances, s’informer sur d’autres oublié que cette difficulté avait été la tienne ! Et méthodes pédagogiques, découvrir que tu étais infiniment plus lent que ta fille dans des approches très différentes, des resce domaine ! Mais voilà, devenu adulte et sachant, sources et des idées... Monsieur se montrait impatient avec une gamine en apprentissage ! Ton savoir de prof et ton inquiétude de père t’avaient tout bonnement fait perdre le sens de l’ignorance ! »

«

Les Bernard, plus nombreux, se regroupent matin et après-midi dans une grande salle de travail, et chacun des enfants étudie à son niveau le thème choisi en famille. Les Abigail ont une double organisation : les aînés vont au collège, et le petit frère commence sa journée par des exercices qu’il choisit dans son classeur, pendant que sa maman travaille dans l’atelier mitoyen. Puis ils sortent en début d’après-midi pour les différents cours de musique et de sport, et le soir toute la famille se retrouve, les grands à leurs devoirs, le petit à ses jeux. D’autres préfèrent envisager les activités sur le mois, la saison ou l’année.

P

D’autres encore se laissent guider par les intérêts de chaque membre de la famille, naviguant entre des journées de sortie et des journées d’étude intensive d’un thème passionnant. Le plus souvent, l’emploi du temps strict de départ se transforme, au fil des jours, en une trame générale plus fluide, laissant place à l’imprévu... Avec le temps, chacun trouve sa propre organisation, ses propres outils et ses propres méthodes. L’essentiel est qu’ils conviennent aux enfants comme aux parents.

Daniel Pennac, Chagrin d’école, Gallimard, 2007

75

74

VIVRE.indb 74

05/03/13 11:07

VIVRE.indb 75

6

05/03/13 11:07

S’INSTRUIRE DANS LA VRAIE VIE, EN FAMILLE, AU QUOTIDIEN

S’instruire dans la vraie vie, en famille, au quotidien Quelles que soient les raisons initiales de leur choix (problèmes de scolarisation, rythme de vie différent ou continuité du parentage proximal), les parents assumant l’instruction de leurs enfants doivent être prêts à ajuster en permanence leur démarche pédagogique au rythme et à la personnalité de chaque enfant. Toutes les idées préconçues sur les « meilleures méthodes » ne résistent pas à la réalité de l’apprentissage vivant d’un enfant.

Ainsi, l’organisation concrète de l’instruction en famille est toujours évolutive, chaque famille se transforme en un petit laboratoire de recherche et d’expérimentation en sciences de l’éducation… Car dès qu’une méthode ou une manière de faire ne fonctionne pas, les parents peuvent remettre en question leur pratique, s’informer, trouver d’autres voies, d’autres propositions pour permettre à l’enfant de progresser. Malgré la grande hétérogénéité des familles en termes de milieu social et d’habitudes culturelles, certaines constantes se dégagent de leurs pratiques : la confiance dans les capacités d’apprentissage des enfants, le respect des rythmes de chacun, la curiosité et l’ouverture sur le monde.

Avant, j’avais des principes, maintenant, j’ai des enfants… Anonyme

95

VIVRE.indb 94

Instruire en famille Principe graphique et réalisation du livre Instruire en famille aux éditions Rue de l’échiquier.

05/03/13 11:07

VIVRE.indb 95

05/03/13 11:07


CHARLOTTE DIEN

INSTRUIRE EN FAMILLE PoURqUoI ? Une alternative au système éducatif CommENT ? À la maison et ailleurs DaNS qUEl CaDRE ? Vos droits et ceux de votre enfant


DANIELLA

30 ACTIVITÉS NATURE

à part ir de

7 ans

Pierre, feuille, pinceau Livre clé en main : concept de l’ouvrage, écriture, réalisations et photographies des ateliers. Principe graphique et réalisation du livre aux éditions Rustica.


Savez-vous planter un monde ? La nature est un formidable réservoir de matériaux en tout genre qui permettent aux petits dieux d’exprimer leur vision de l’univers. Mousses, écorces, cailloux, bâtons seront autant de mers, montagnes, prairies et arbres géants dans les petits microcosmes qu’ils mettront sous cloche. Et quand la nature n’est pas facilement accessible, quel plaisir de la voir s’épanouir sur la table du salon ! FOURNITURES

1

Bocal en verre, plexiglas ou polystyrène extrudé à large ouverture Plantes de petite taille au système racinaire peu développé et d’une croissance lente  : des plantes grasses (Aloes, Sansevieria, Echeveria, Ceropegia woodii, Haworthia, Gasteria), des plantes carnivores (Drosera, Sarracenia, Dionée, Pinguicula), des Platycerium (pour les grands contenants), des Phlebodium (petits contenants)... Mousse et fougères récupérées en forêt avec leurs racines (Davallia) Gravier ou billes d’argile Feutre de jardin, tissu en Nylon ou moustiquaire Terreau universel Un morceau de carton de récupération (boite céréale) Figurines, coquillages, billes, cailloux ou perles

Disposez au fond du bocal une couche de 2 à 4 cm de gravier qui servira de réservoir d’eau. Placez dessus le feutre de jardin.

L’entretien d’un terrarium Adaptez l’exposition lumineuse aux besoins des plantes, mais évitez le soleil direct. Nettoyez régulièrement les plantes en retirant les feuilles et tiges mortes pour éviter les proliférations de bactéries et de moisissures. Arrosez très peu.

Déposez le terreau à l’aide d’un entonnoir (confectionné en carton, il fera très bien l’affaire !) afin d’éviter de salir les parois du bocal. Versezen suffisamment de manière à ce que le gravier et le terreau occupent entre un tiers et la moitié de la hauteur du terrarium. Le reste étant réservé aux végétaux... et à l’air !

Vous pouvez faire des terrariums « humides » (mousse, petites fougères, petites plantes grimpantes, plantes carnivores) ou « secs » (plantes grasses qui nécessiteront moins d’eau). Installez vos différentes plantes sans enterrer le collet. Prévoyez assez d’espace entre deux plantes pour permettre une bonne circulation de l’air. Agencez vos décorations.

16

17

MEP_PIERRE_FEUILLE_PINCEAU_BAT.indd 16-17

24/03/2016 17:59

Loup es Bois Danseurs des bois, cachés derrière leurs masques de feuilles, s’entraînent dans des rondes folles au milieu des clairières. FOURNITURES

1

Feuilles d’automne de formes et de tailles différentes Carton, assiette en carton ou boîte de céréales en carton Ficelle Paire de ciseaux Colle Crayon Agrafeuse Élastique

Dessinez une forme de masque sur votre carton. Découpez et vérifiez les trous des yeux sur votre enfant. Adaptez-les en conséquence. Coupez une longueur d’élastique en fonction de la dimension du masque et de la taille de la tête de votre enfant. Faites un nœud aux extrémités de l’élastique, puis agrafez-le de chaque côté du masque.

Laissez votre enfant agrafer les plus grandes feuilles sur l’extérieur du masque. Ajoutez ensemble les moyennes par-dessus afin de recouvrir l’ensemble du carton.

Collez de plus petites feuilles sur le front et le nez du masque, par exemple. Cela dissimulera ainsi les agrafes et les traces de carton. Laissez sécher avant de porter.

Conservez vos feuilles d’automne Si vous voulez conserver vos feuilles et fabriquer le masque plus tard, utilisez cette potion magique : mélangez une mesure de glycérine végétale dans deux mesures d’eau. Faites tremper vos feuilles dans ce bain pendant 5 jours. Ajoutez des galets pour maintenir les feuilles au fond de votre contenant. Sortez et séchez vos feuilles à l’aide d’un essuie-tout. Devenues douces et flexibles, elles seront plus faciles à installer sur le masque.

Auteurs du livre avec le studio DANIELLA

MEP_PIERRE_FEUILLE_PINCEAU_BAT.indd 48-49

48

L’assemblage des feuilles

49 24/03/2016 17:59


ADAMA

PANIQUE SUR FLORIDA BEACH

DE SIMON ROUBY France 2015 1h21 animation couleur

à partir de 8/9 ans

LE VOYAGE DE CHIHIRO DE HAYAO MIYAZAKI

Japon 2001 2h04 animation couleur VOSTF ou VF

à partir de 7 ans

CINÉMA

Cinéma

du 15 juillet au 6 octobre 2015

N°55

PROGRAMME

19 novembre 2014 au 10 février 2015

PROGRAMME

À l’arrière de la voiture, Chihiro boude. Fille unique et protégée, elle est triste d’emménager à la campagne. Le 4x4 se retrouvant dans une impasse, la famille poursuit à pied et découvre une cité fantôme. Guidée par l’énigmatique Haku, Chihiro est entraînée dans le monde des esprits de la nature (kamis) à vivre une succession d’épreuves. Elle travaille dans les thermes dirigés par Yubaba, la sorcière qui lui confisque son nom. L’enjeu est de sauver ses parents transformés en porcs, métaphore du consumérisme. Miyazaki, cinéaste de l’enfance, met en superbes images le fantastique nippon, comme puissance d’émancipation.

Adama vit heureux dans un village en Afrique, quand Samba, son aîné, rebelle à la loi patriarcale, s’enfuit au pays maudit des Nassaras. Du haut de ses 12 ans, il brave l’interdit et part sur la promesse de ramener son frère pour la récolte. Le récit, inspiré de la vie du tirailleur sénégalais Abdoulaye N’Diaye, déroule le long voyage de l’enfant jusqu’à Verdun en 1916. Des paysages africains aquarellés au paysage urbain d’un Paris fantôme. Sur son chemin le griot Abdou, enrôlé malgré lui, prophétise le fléau de la guerre. Usant de techniques d’animation originales, Simon Rouby a réalisé avec son équipe un film splendide et saisissant. OÙ VOIR CE FILM : ARCHIPEL, BALZAC, BRADY, CINÉMA DES CINÉASTES, LES 3 LUXEMBOURG, ESCURIAL, ÉTOILE LILAS, LOUXOR, LUMINOR HÔTEL DE VILLE, MAJESTIC BASTILLE, MAJESTIC PASSY, NOUVEL ODÉON, STUDIO DES URSULINES

DE JOE DANTE

États-Unis 1993 1h39 couleur et noir et blanc VOSTF

AVEC JOHN GOODMAN, CATHY MORIARTY, SIMON FENTON

LAMB

à partir de 10 ans

DE YARED ZELEKE France Ethiopie Allemagne Norvège 2015 1h34 couleur VOSTF ou VF

AVEC REDIAT AMARE, KIDIST SIYUM, WOLELA ASSEFA

à partir de 9 ans Orphelin de mère, Ephraïm vit dans un village éthiopien, toujours accompagné de Chuni, sa brebis rousse. Son père, sans ressource, l’emmène contre son gré chez des parents éloignés en lui promettant de revenir quand il pleuvra. Animé par les sentiments de la perte et de l’exil, l’enfant ne songe qu’à défendre Chuni et à retrouver sa liberté. Face à son oncle, il résiste au joug des traditions et préfère, en multipliant les ruses, cuisiner plutôt que cultiver la terre. Son parcours révèle la vie rurale, la pauvreté sous-jacente avec des portraits nuancés des femmes dont la cousine rebelle. Un film émouvant dans des paysages magnifiques.

Key West, 1962. La crise des missiles de Cuba plonge le pays dans la paranoïa d’une guerre nucléaire et la famille de Gene dans l’inquiétude : le père est en mission dans la marine. Gene admire L. Woosley qui vient présenter son film Mant, un homme irradié transformé en fourmi géante. Voici un film drôle et enlevé de teenagers, en mode mineur, et un éloge hilarant du cinéma, en mode majeur. Le pastiche du film d’horreur typique de la guerre froide, avec effets spéciaux en salle, crée la panique. Le pouvoir d’évocation du cinéma s’avère un refus des écrans TV et du mauvais film qu’est le réel. Le film le plus personnel de Joe Dante. OÙ VOIR CE FILM : ARCHIPEL, BALZAC, BRADY, CINÉMA DES CINÉASTES, ÉTOILE LILAS, GRAND ACTION, NOUVEL ODÉON, STUDIO DES URSULINES

OÙ VOIR CE FILM : ARCHIPEL, BALZAC, BRADY, LA CLEF, LES 3 LUXEMBOURG, ESCURIAL, ÉTOILE LILAS, LUMINOR HÔTEL DE VILLE, MAJESTIC BASTILLE, MAJESTIC PASSY, NOUVEL ODÉON, STUDIO DES URSULINES

OÙ VOIR CE FILM : ARCHIPEL, BRADY, CINÉMA DES CINÉASTES, LES 3 LUXEMBOURG, ESCURIAL, ÉTOILE LILAS, GRAND ACTION, LOUXOR, LUCERNAIRE, LUMINOR HÔTEL-DE-VILLE, MAJESTIC BASTILLE, MAJESTIC PASSY, NOUVEL ODÉON, STUDIO DES URSULINES

N°58 6

7

15/06/15 11:53

du 11 février au 5 mai 2015

PROGRAMME

ENFANCE_DE_LART_INT_58_V3.indd 1

N°56

N°59

du 6 mai au 14 juillet 2015

PROGRAMME

du 7 octobre 2015 au 6 janvier 2016

CINÉMA

PROGRAMME

CINÉMA

N°57

Cinéma

L’enfance de l’art Principe graphique et réalisation de la nouvelle brochure des Cinémas Indépendants Parisiens pour les enfants. Projet réalisé avec notre studio Daniella, illustrations de Sara Princé.


Djéco Déco Principe graphique de 5 packagings pour la collection déco de Djéco. Projet réalisé avec notre studio Daniella et l’illustratrice Gaëlle Souppart.


Carrefour Mag Appel d’offre Euro RSCG pour la création d’un magazine Carrefour en collaboration avec Charlotte Merle.


57

UEN AINT-O UEN

RUE DU FAUBOURG PO ISS ONNI ÈR

E

ÉGI

AV. VI

RIE

IS

T-DE N SAIN QU

PA

.A

UG

US

T IN

S

ES

SAI

T-JA SAIN

RUE

NT-

MIC

HEL

CQU

EM

RUE

BOU

27

BD

6

e

AI

DES

ON

LEV

ECO

TE

BE

LLO

ARD

LES

RUE

S

VE

RC

DE

Q.

RUE

L’H Ô

Q.

QNOTRE-DAME .D

IRARD

96

HÔTEL DE VILLE

RI A

DU

GR

AS

URG

CTO

6

46

SA

25

64

LI

S

TI

I VO

HI

DE

E SÉ

SSE

ER

4

RUE

AM

ED

UM

RUE

CENTRE POMPIDOU

LAI

ON

DE L

RÉA

RD

BIGO

DU R

UR DE T

OL

1

BD D

RU

Q UA I

STR

E

DU F AU B O

BD D

RUE OL TO P

BAS

BD D

E SÉ

23

RUE

BAS

É

R. D

E LO

R.

FORUM DES HALLES

R

EN A

EL

UMU

TO P

ARC

UVR

E

E. M

2

RÉA

e

BD

E

DE

65 TE

DE

LD

BO

EV

UR

BO

DE

LA TO U RN S A INT-GERM AIN ELLE

97

12

L

PANTHÉON

5e

67

É

PAI

T-M I

CHE

JARDIN DU LUXEMBOURG

GE

AU G DE V

NOR

ES

S RE

PÈ E

S

RUE BON A PART

NE EN

ER

ED

S NE

EN

ER ED RU

R UE BO NA

R. D

ES

S.

PA R T

RU SE AS CH LE

BE L

DE R.

BD BARBÈS

UL

A IN

CO

UR T

BD BARBÈS

AINT-O E DE S AVENU

RUE D’AMSTERDAM T

HE

NC RO

ER

OYA

LE

AVENUE DE BRETEUIL

UR AV .D

ES

ÉG

AV .D

R. T

N

NO

L

DA EN

LO W

E RT VE

NI X

Q UAIS Q . DE C

AIN

RUE

RUE

B

RUE LINN

OI

ERM

IL

R

IÈRE

6

GE

CR

NT-G

RUE

21

20

D

MA

ONN

Y LÉR EC R. D U K I R O B D’A

ON

LA

RU E

S

BD RAS

DE

SAI

LE F O UR R. DU VRES

RU

RE

FF

JO

E

AC

PL

EL

RM EL OU ED

V SÈ

S RE

AL A

S

DU

UMU

OISS

EM

RU

INVALIDES

A

EM

RU

G AV. DU MARÉCHA L GALLIERI

TO U R M A U B O U R G

BOULEVARD DE L A

P

AV. RA P

QU

I BR AN LY Q UA LES AR

T-C H AIN ES

BOULEVARD DES

AM

GR WA AV. DE ENA

AV. D’I

N ATIO NS UN AV IE .D S

AV. DES

DY NE

EN

TK EN N

AV. DE S

AM GR WA

AM GR WA

IEL UE N AVE N

R

N TO

ÉBÈ

RIS AU

AV. KL

EL

RU

R ÉBÈ AV. KL

LI N

NK RA B. F

R.

Q. M

R AN

BD P

44

RU

RU

EL

SÈ R . DE

SA

EL

EN

T-H O

MUSÉE DU LOUVRE

IT T E

AMP

R.

RÉA

A NT

GR

LEV ARD

AIN

E

GE

BOU DE

’AS

U

UGI

D RAR

E

IT É

ED

DE

I F. M

S CH

PALAIS ROYAL

R. S

LI

RUE

RUE DE SEINE

E

I VO

RE

MA

R.

TE

PLACE DE LA BOURSE

89 E T IT

ARTR

DE

LE

ES

A

BO

BRONNE

RUE

R S ÈV

LTA IR

EM B

O NT M

TE

BD

ID

A NT

ÉS

GE

RS

VO

RU

ED

MA

NNE

EL

APELL

DE

IVE

PAIL

LDI

BE

NER

BD

PR

NO

U

NA

TR

OR

Q.

MUSÉE D’ORSAY E

BD RAS

RU

ER

BD M

S

RE N

RU E

DE

EG

ES P

19 Q UA

L’U N

47

T AYE LA F

T AYE LA F

RUE

M. MONT B.

R. D

ED

IES

N CE

PAIL

N E AU

IBA

ORDE

BD DE LA CH

UGE BE

Q.

DE V ARE

ED

E

AU

U FA

FRA

RUE DE BABYLONE

N

GAR

RUE

OUART

DU

RU

LER

RU

M DE

R.

OLE

ER

ECH OCH

32

ANN S

RINE M AZA RUE E RUE DE SEIN

RUE

LLE

RU

R. D

SEPT

RA

N AT

DE 4

L’OPÉ

ENE

1

er

USSM

E AV. D

AI A

TUI

RA

E GR

RUE

L’OPÉ

E

LEINE

JARDIN DES TUILERIES

ES

9e

ALIEN DES IT

BD

E AV. D

AV .D

BD

CHE

QU

BD D

C HY

RU E B LAN

R. D

INI

CLI

7

PLACE

ES

BD RAS

CI

NO

S

RUE SAINTDOM

DE

RUE SAINT-L A Z A RE R. DE CH ÂTEA UDUN

88

IN

A.

NA

UE

QU

AI D

MA

AI

OR

RG

E LA

MADE

S

RUE CAM

LEV ARD

RE

LEV ARD

RE T-L AZA

AIN VENDÔME T-H ON RU OR ED É ER I VO LI

ER

HÔTEL DES INVALIDES

RU

T-G

QU

BD

NA

E

BASILIQUE DU SACRÉ-COEUR

BD H A

LIDE

FF

QU

NVA

BOU

SU

IEL

OBÉLISQUE

ES I

OURT RÉM IC

DE

BR

ES

BD D

E

54

-EL YS É

R. VA

E

R. F

E

PS

AV. GA

ARS

LL LA

ELL

BD D

É

AIN

NE

REN

NU

AM

VILL

RE

DG

T IN

CA

OPÉRA GARNIER

DS

DG

VAR

AV E

OR

COURS L A REINE

DE AV.

AR EV

ULE

ON

BES

CH

30

TH

S

GRAND PETIT PALAIS PALAIS

Q UE OMINI

ET

UL

BO

OME

AV. DE

HER

. AV

AV. DE TOURVILL E

MILITAIRE

O UR GS AI N

QUAI D’ORSAY

7e

DO O NN .B .J AI V PARC DU S A RUE CHAMPS A D V. DE E LA SU CH DE MARS FÉD FF A ERA 95 T I O RE RLE N N S FL OQ ÉCOLE UE T

DE R

UR

CUS

85

71

USSM A NN RUE DE M ATH URINS

AR EV

BO

SQU

69

LA

O AV. B

A UV

RD

-D AINT

UF AU B

TI MA

RUE DE L’UNIVERSITÉ

R. S

IE

UL

LA

RUE

ER

31

R . SAIN

PÉ R . D E LA BD HA

BO

E

AN N

LES

I TA

E GN

ATIG

RUE

RUE RU ED

70

ES B

ES NOLL

MA

ON

E

BOU

PI N IÈRE

BD

BE

E

LA

BO

COURS ALBERT I

ET

AV .D

Y

E

U

QUAI D’ORSAY

S LY 29BRAN AI 69

CH

OM

EA

ÉT LA BO

IE ÉT

UF

.M AV

E

AV AV . EN UE

O AVENUE EMILE Z

E M I L E ZO L A

ED

NC

BOULEVARD HAUSSM

SQU

BO

82

É

RU -EL YS É ES

R

LI

S

N RO

38

TOUR EIFFEL

OR

PS

O AV. B

RT SE ES

AM

EC

ER

N EI

ON

ED

RUE CAUL AINCOURT

BE

EW EN

K YO R

R

CH

RU

O EM

RD D

ER

ENT WILSON

IER

O

AV. F.D. ROOSEVELT

P

ID RÉS

EP

HA

EC

8e

AV. GEORGE V

PALAIS DE CHAILLOT

EL

RU

C RE

ED

EDL AND

AV. GEORGE V

BD D

AU

CARÉ

R

RCE

ND POIN

DU AV.

39

ME

AV. D’IEN A

MO AV. RAY

OU

37

I NT -H

S

MA AV.

INCARÉ

I CT

AV. DE

PARC DE MONCEAU

ES

RU

LEVA

SH

O AV. R. P

.V AV

OR

HU

ARC DE TROMPHE

GO

SA

CELL

ELLES

RUE DE MIROMESNIL

E

AV. FOCH

NDEL

LD

B.

OUR

. F.DELANO ROOSEVELT AV

L A KO F

PAU AV.

UF AU

RI AV. DE F

O

GES M A

R. D

DE C

COURC

BOU

IERS

LE

BD.

VILL

MA

AV. D E

ES

AR

IERS

LL

DE

VILL

CE

AN

AV. D E

B D. DE

ES

18

RDEN

e

RU

BD

ERN

RUE O

56

ED

E

ET ONN MPI CH A RUE O RDENE R

RUE

RU

IR

NU

S

RE

UE T

BE

GR

55

UR

A AV. DE M

LA

EIRE

MÔQ

GUY

RUE

Y

E D PEREIR

ER

D AR EV UL O B AV. DES T

AV. DE

PER

AR BOULEV

YR

PE

CH

AV E

SH

I

LI

17e

LE

UV

EC

IER

ARD LEV

LIERS

ED

MA

GO

BD

SA

ON

C TIN

U BO

D

NU

BD

AV. DE VIL

UL

TH ER

R VA

ES

BOULEVARD NEY

VE

BO

A EV

B RD

LE

AV E

IER

IÈR

SS

U VA

U BO

H RT BE

U

BE

R.

BO

D AR LE V

84

BOULEVARD NEY

RU

E


La carte… Principe graphique et réalisation de 4 cartes aux éditions Tana. Illustrations des pictos et de la carte.


Île de Ré, secrète et insolite Principe graphique et réalisation du livre avec choix iconographique pour les éditions Glénat.


voyage


La Transorientale Principe graphique et rĂŠalisation du livre pour les ĂŠditions E/P/A.


Lauréat 2013 du prix La Nuit du Livre

Inventaire sentimental des côtes de France Nouveau livre aux éditions Tana. Principe graphique et réalisation des pages intérieures.


Maquereau au vin blanc

isson : 50 min Préparation : 20 min - Cu vinaigre blanc de vin blanc sec - 20 cl de cl 50 x au ere qu ma s tit 4 pe ofl - thym on émincé - 6 clous de gir - 2 carottes - 1 citron - 1 oign - laurier - sel et poivre

cocotte 50 cl ereaux. Versez dans une qu ma s tit pe 4 ez sal et Videz, étêtez lles, 1 oignon émincé, arottes coupées en ronde c 2  z ute ajo , sec nc bla Portez à de vin e, une feuille de laurier. ivr po du m, thy du e, 6 clous de girofl rondelles et 20 cl de outez 1 citron coupé en Aj . mn 10 t an nd pe n yez les ébullitio ition, pendant 5 mn. Essu ull éb à eau uv no de z rte vinaigre blanc. Po pendant 8 mn. tte, maintenez l’ébullition co co la ns da s -le sez po poissons. Dé z refroidir. e avec la marinade, laisse rin ter e un ns da es z-l ace Pl Dégustez le lendemain.

inventaire

SENTIMENTAL des côtes de France


StĂŠphanie Boulay 7 Passage du Grand Cerf 75002 Paris 06 83 32 92 30 stephanie@stephanieboulay.fr Daniella www.daniella.paris

Profile for Stéphanie Boulay Graphiste

Book Stéphanie Boulay  

Book Stéphanie Boulay  

Advertisement