Issuu on Google+

Stéphanie Brun

/ Portfolio / 2008_2013

/ Architecte DE / Designer d’Espace DE


Stéphanie Brun

/ Architecte DE / Designer d’Espace DE stephanie_brun_@hotmail.fr 06.74.41.48.03 81 rue saint maur 75011 Paris 27 / 01/ 1986 permis B

Formations 2010_2013 Master en Architecture / ENSA Paris-Belleville 2008_2009

Licence 2_3 / ENSA Paris-Belleville

2006_2008

B.T.S. Arts Appliqués / Spécialisation Design d’Espace / Bellecour école d’art / Lyon (69)

2006_2008 Bachelor In Science Of Design / majoring in: Interior and Spatial Design / E.A.B.H.E.S. 2005_2006 Mise à Niveau aux Arts Appliqués / École Bellecour / Lyon (69) 2004_2005 Baccalauréat Scientifique / avec mention / Lycée St Victor / Valence (26)


Logiciels AutoCAD ArchiCAD Artlantis Photoshop Illustrator InDesign 3Ds Max Suite Office

///// ///// /// ///// //// //// // ////

Expériences Professionnelles 2011_ Sept./Nov.

GRAAM ARCHITECTES / Montreuil (93) / emploi / Étude de faisabilité: logements mixtes et locaux d’activité / D.C.E.: 38 Logements mixtes

2011_ GRAAM ARCHITECTES / Montreuil (93) / stage Juil./Août / Plans d’exécution / D.Q.E.: 38 logements mixtes / Suivi de chantier 2011_ EUROPAN 11: Quelles architectures pour des villes durables / Projet présélectionné 2010_ R. VADALA Charpentier-Lauzeur / Ste-Foy (73) / stage Août / Chantier Logement individuel

2008_ SALTI ARCHITECTES / Valence (26) / stage / Réalisation des plans : Maison particulière / Agencement et plans d’exécution : Laboratoire d’analyse / Réalisation des plans: Cabinet dentaire / Suivi de chantier : C.A.T. d’Orange / Suivi de chantier : Concession automobile


PLACE AUX JEUNES !

.7

Équipement + Logement

ÇA BALANCE À PANAME

.19

Équipement

LE GRAND RETOURNEMENT

.27

LA VILLE SUSPENDUE

.43

RÉUNION DE FAMILLE (S)

.49

EUROPAN 11: LES PRÊTRESSES

.55

MOBILIER

.65

Équipement + Logement

Logement

Logement individuel

Projet urbain


Ce bâtiment multi-programmatique répond aux besoins du 13e arrondissement. Le bâtiment trouve sa place à proximité du parc Kellermann, aujourd’hui peu fréquenté; or les étudiants et les enfants en bas âge (avec leurs familles) sont les deux catégories qui fréquentent le plus les parcs, il était donc important que le bâtiment qui vient réanimer une des entrées du parc leur soit dédié. Le socle du projet joue avec le site, avec sa topographie pour créer de nouveaux espaces et, ainsi redonner vie à l’entrée du parc qui avait été condamnée. Le socle accueille les

équipements : une crèche de 50 berceaux et un restaurant universitaire de 100 places. Si le socle appartient au quartier et joue avec sa topographie, l’émergence des logements, elle, appartient au grand paysage. Située à proximité du périphérique et surplombant le territoire, elle a vocation à être un signal ; signal du renouvellement urbain et populaire du 13e arrondissement en pleine restructuration. Cette résidence a pour vocation d’être vue, mais aussi de donner à voir ; donner à voir le grand paysage du Paris métropolitain et du plateau de Saclay.


.7 PLACE AUX JEUNES ! Programme: Équipements et logements dédiés aux jeunes Lieu: Paris 13° session: PFE / février 2013 Enseignants: B. Leroy / S. Guevel


Ce bâtiment qui joue en partie avec la topographie, a pour objectif de devenir une nouvelle place urbaine. Située entre un lycée et un parc, il faut, pour être attractive, qu’elle accueille des pratiques jeunes, plutôt que de chercher à s’en protéger. Cette place aura donc une partie dédiée aux sports urbains type (BMX, skate…).La « mappe monde », située dans le square Robert Bajac est un lieu connu pour ces pratiques. Cette sculpture de Peter Kogler fait partie des sculptures installées pour l’arrivée du T3 en 2006. Cette sculpture a été réalisée pour qu’elle soit « skatable », avec une dalle béton autour pour s’élancer. Cette sculpture a initié une nouvelle fréquentation du site par les sports urbains et le projet pourrait confirmer et renforcer cette pratique. Comme lors de la rénovation des quais du Rhône à Lyon, un aménagement approprié peut permettre et favoriser une mixité des usages (promenades, skate, running…) dans un même espace et donc une mixité sociale.

Coupe sur l’entrée du restaurant

NOU

VEL

ESPA

CE P

UBL

RE ST AU RA NT ÉT UD IAN T AC CES A

U PARC

pe 1 Cou

CCÈ

CR ÈC HE

pe 2 Cou

Répartition des programmes

IC, A

S AU

PAR

C

RÉS

IDE

NCE

ÉTU

DIA

NTE


CrĂŠer ĂŠquipements attractifs

Offrir le parc

Profiter du territoire

.9


rez de parc: le restaurant universitaire et la crèche


EntrĂŠe du restaurant

.11

Salles de jeux de la crèche


rdc: entrÊe crèche / logements, nouvelle place urbaine


Entrée de la crèche

.13

Place aux jeunes!


. Le restaurant universitaire s’adosse à la cité, sans lui masquer la vue vers le parc. Il est totalement tourné vers ce parc, afin d’offrir toutes les qualités du site aux personnes se situant à l’intérieur, comme celles se situant sur la nouvelles place en toiture. Le restaurant se divise en trois parties, un espace café, un espace restaurant type « cantine » et un espace restaurant traditionnel. Le restaurant tire partie des lanières afin d’aménager l’espace, de créer des ambiances différentes sans pour autant les séparer. Les étudiants peuvent ainsi profiter pleinement du paysage tout en traversant ces différents espaces. Le travail de la bande et de son épaisseur a permis aussi de créer des espaces de jeux et d’éveil pour la crèche. En effet le projet se développe en lanière, chacune fonctionnant sur le même principe. Dans la partie la plus intérieure du bâtiment se situent les dortoirs, puis les espaces de change, ensuite, on trouve les salles de jeux d’éveil qui donnent sur les patios et enfin vers le parc se trouvent les salles de jeux et de motricité. Ces salles alternent les vues sur le parc et sur le patio. Le projet se développe linéairement d’une intériorité vers des cadrages sur le paysage du parc. Schéma structurel

Coupe perspective sur la relation crèche / logements


Un nouveau dynamisme pour le parc Kellermann

.15

Logement ĂŠtudiant type


.17


Le projet melant sport et équipement associatif prends place sur la Petite Ceinture. Il s’installe dans ce lieu de mixité en apportant une nouvelle forme de divertissement. Ce lieu a une forte dynamique,l’équipement devait donc refleter cet aspect et amener une nouvelle pratique elle aussi dynamique. L’équipement combine des salles de Squash, et des studios d’enregistrement. Le squash est un sport dynamique, qui “bouge”, et il est compact, ce qui lui permet de bien s’intégrer au site de la gare d’Avron. Les salles de musique du projet associatif viennent faire écho à la salle de concert de la Flèche d’Or. Intervenir sur la Petite Ceinture revient à

comprendre le lieu, s’imprégner de l’ambiance qui y règne. La gare d’Avron où se situe mon projet est un lieu de mixité, elle accueille déjà de la photographie, de la vidéo, de la musique avec la Flèche d’Or qui se situe à un kilomètre, et surtout de la peinture et art urbain avec de nombreux tags. Les salles de squash et les salles de musique se situent dans le même bâtiment toujours afin de favoriser les croisements entre les différents usagers. Sur le site de la gare d’Avron les murs pignons sont tous tagués, excepté un seul. Ce projet, à la manière d’un tag, vient coloniser ce mur pignon. Tout comme les tags, le projet se développe d’une manière dynamique qui peut paraître désordonnée.


.19 ÇA BALANCE À PANAME Programme: Centre sportif et associatif Lieu: Paris 20° / la Petite Ceinture session: Licence 2 - février 2009 Enseignant: B. Jullien


.21


Un complexe ouvert sur l’extérieur

Niveau rue

Niveau petite ceinture


Un nouveau visage pour la Petite Ceinture

.23

EntrĂŠe du complexe


r+4

r+1

Élévation

r+5

r+2

r+3


Un signal fort pour le quartier

.25


A l’origine, les jardins ouvriers sont une création du patronat dans un but précis. Avec la montée en puissance des syndicats, et des mouvements politiques populaires, les ouvriers commencent à s’organiser et à se révolter. Les mouvements s’organisent lors de réunions des ouvriers, pour contrer cette nouvelle organisation, le patronat met à disposition de ses ouvriers des parcelles qu’ils peuvent cultiver afin d’améliorer leur quotidien grâce à leurs cultures. Mais la finalité est tout autre, en effet le but était d’éloigner les ouvriers les uns des autres, et des lieux de réunions.

Plus d’un siècle plus tard les jardins ouvriers n’ont plus du tout la même vocation. Ils ont d’abord changé de nom et s’appellent désormais Jardins Familiaux. Les jardins familiaux sont aujourd’hui accessibles à tous les corps de métiers. Après avoir rencontré les différentes personnes cultivant un jardin à Gagny, la problématique de la « pièce en plus » ressort, mais aussi le besoin de se réunir. En effet si à l’origine les jardins ouvriers permettaient d’empêcher les réunions, les jardins familiaux sont aujourd’hui un lieu de rencontre et de partage.


.27 LE GRAND RETOURNEMENT Programme: Bureaux associatifs et ĂŠvolutifs Lieu: Gagny / Ile de France session: Master 2 - Juin 2012 Enseignant: A. Nouvet / E. Robin


LE GRAND RETOURNEMENT "Moi ça fait depuis 90 que je suis ici. Je vous préviens c'est du boulot!. Le terrassement, c'est moi qui l'ai fait et c'est tout à la main. Que du remblai" "Le bout là, je l'ai filé à deux jeunes filles, je m'en servais pas. C'est elles qui s'en occupent, je paye le loyer mais le reste c'est tout elles." "Oui y'a du vandalisme. Moi je me suis fait piquer tous les cables de mon motoculteur, c'est pas grave mais c'est pénible, je vais en avoir pour une plombe pour le réparer maintenant. Ils ont pas pu le voler parce qu'il était attaché." "On fait que jardinner,mais on sert aussi à la SNCF, on leur signale quand quelque chose ne va pas. Regardez, ce matin encore y'avait une armoire ouverte avec tous les cables arachés. Ca coute 7000€ la tonne, alors ça vaut le coup. Mais franchement, ils passent sur les voies, ils sont fous. Le TGV entre gagny et Le Chenay il passe à 160 km/h, alors les mecs sur la voie ils ont plus qu'à faire un signe de croix parce qu'il peut pas freiner."

TGV Est. 40 min à 60 min. 160 km/h 85 dB

M. & Mme ....... "Notre jardin? On l'a depuis 25 ans à peu près. Mais il y en avait déjà avant. Mon mari à eu le sien à l'époque parce que mon beau-père travaillait à la SNCF. On a 300m² à peu près, ça ne nous coûte pas très cher... 70,42€ tous les 4ans, on vient de recevoir la facture justement." "Non mon mari ne travaille pas à la SNCF lui, d'ailleur aujourd'hui les jardins sont accessibles à tous même si la mjorité des locataires sont des cheminots, quand on a un jardin en général on le garde jusqu'au bout." "Maintenant que nous sommes à la retraite, on va y faire un tour tous les jours. On n'y reste pas forcément des heures mais ça nous occupe, on voit les amis comme ça."

"Ici il n'y a rien à faire. A part le parc derrière on ne sait pas où aller lorsqu'on sort." "Oui les terrains de la SNCF je les connais, j'ai fais quelques fêtes clandestines là-bas. C'est le seul endroit où on ne nous embête pas." "On manque d'endroit dans le coin, l'idée de créer des espaces un peu autogérés est bien."

"Le dimanche on y va avec la famille ou des amis pour faire un barbecue, c'est devenu notre deuxième jardin. Mon mari s'est fait un cabanon et il peut passer des heures à bricoler tout et n'importe quoi là-dedans." "On est une petite vingtaine à Gagny, et tous les jardins servent de potager même si on a tous un peu amélioré nos cabanons."

Un objet trouvé pour un diagnostique

Cultiver un verger

Atelier mécanique

Faire la fête avec ses amis / Culture sous serre

Profiter d'un jardin


"De toute façon j'ai toujours su qu'ils finiraient par nous prendre nos jardins." "Moi ça fait 25 ans que je cultive le mien, il est tout aménagé, je viens tous jours, parfois 10 min parfois 1h. C'est du boulot d'avoir un jardin." "Non le bruit des trains ça dérange pas, par contre les gamins de l'école c'est autre chose. J'ai mis une bâche pour me cacher pendant la récré sinon ils m'appellent tout le temps." "Mais vous êtes pas étudiante, vous êtes de la police en vrai?"

"Non ça je vous le dit pas"

"On ne l'a pas depuis longtemps. On l'a pris à deux parce que sinon l'attente est trop longue." "Non personne de ma famille ne travaille à la SNCF, j'ai rencontré un des locataires directement, et il a accepté de nous prêter un bout de terrain." "On travaille à l'école primaire juste au dessus, et je voyais ces jardins tous les jours, ça avait l'air sympa." "Non le bruit des trains on y fait plus attention très vite,les enfants non plus ne me dérangent pas, je ne viens jamais pendant les cours alors..."

"Je m'en sert avant tout comme potager, c'est un moment de détente pour moi de cultiver. Et puis les gens sont sympas ici, on trouve toujours quelqu'un avec qui discuter."

Denis, et son ami. Employés de la SNCF. Cultivent, terrassent, bricolent, invitent parfois des amis les weekends

"Non ça je vous le dit pas." (En fait Yannick et sa femme.) Retraités (De quoi? Non ça je vous le dit pas.) Jardinent, cultivent, gardent leurs petits-enfants, Invitent la famille les weekends.

Carrossier Cultive, bricole. "Les Portugais" Maçons. Cultivent, jardinent, invitent des amis les weekends, "font un peu trop la fête".

Employé de la SNCF. Muté à Versailles mais vient toujours. Cultive, jardine, bricole. "Les Instits" Institutrices de l'école voisines Cultivent, jardinent.

.29

RER E. 15 min à 30 min. 100 km/h 75 dB

Cultiver un potager

Cultiver un verger

Atelier de bricolage

Atelier de Peinture / Jardin des petits- enfants


R.F.F. 2007: RFF confie la gestion de son parc immobilier au groupe Nexity

C1

A3

NEXITY Nexity confie la gestion à sa filliale Adyal A5

ADYAL A1

La filliale Adyal gère les 21 000 bâtiments, 4,85 millions de m², 24 000 terrains, et 108 000 hectares

PARTICULIERS / ENTREPISES / ASSOCIATIONS

5ème

4ème

RFF

C5

€€€

NEXITY

C7

70,42 € / 4 ans

B4 300

C4

En Ile-de-France, RFF est propriétaire de 1600 ha sans prendre en compte les voies férrées. Elle possède 475 sites, les jardins familiaux représentent environ 200.000 m². Il y a actuellement 2.100 Conventions d'Occupations Temporaires.

C8

3ème


e

D1

5ème

4ème

B3

B5

3ème

C3

2ème

E1

A4

E2

Paris

2ème

B2

A2 E4

.31 C2

D2

Gares de triage

Jardins familiaux RFF

C6 D4


- Coloniser les espaces délaissés dans le tissu pavillonnaire pour inventer un habitat intermédiaire mêlant logement collectif intermédiaire et jardins potagers pour répondre à une demande de plus en plus important et ralentir l’étalement du pavillonnaire.

- Utiliser l’espace oublié des carrières de Gagny pour implanter des jardins partagés ouvert au public et couplés avec des aires de jeux pour les enfants pour répondre à la demande croissante des jardins potagers et de lieux de réunion tout en répondant aussi à l’appel d’offre lancé par la Mairie pour des aires de jeux.

UNE NOUVELLE POLITIQUE. La nouvelle politique depuis 2005 est de mettre l’accent sur la maîtrise et la valorisation de ses biens. La maîtrise implique notamment toute une gestion opérationnelle pour assurer l’entretien de ce patrimoine, ou veiller à la sécurité sur les sites. Quant à la valorisation, elle ne repose pas seulement sur les cessions mais aussi sur l’occupation temporaire des sites et des bâtiments, contre redevance. La croissance des produits de cession et de gestion patrimoniale est véritablement stratégique pour RFF, puisque ceux-ci couvrent l’ensemble des dépenses d’entretien du réseau ferré

Revalorisation du terrain Mixité programmatique Gestion d'espaces verts

Gare

"IMMEUBLES JARDINS" Les quartiers pavillonaires en partie délaissés participent à l'expansion des jardins familiaux. Une nouvelle forme de logement collectif abordant le thème de la pièce en plus vient miter le tissus pavillonaire, apportant ainsi une forme de mixité programmatique et ralentissant aussi le mitage du territoire agricole par un tissus pavilloainaire trop grourmand.

HANGAR RFF HANGAR RFF LIÉ AUX VOIES FERRÉES

Association / Éq Installation d'éq

Le long des voies ferrées, les anciens hangars de marchandises, et les gares désafectées, constituent des potentiels fonciers bâtis qu'il est possible de venir investir avec un bail précaire RFF. Les bâtiments allient grandes surfaces et grand volumes permettant ainsi d'envisager l'installations de structures accueillant des programmes associatifs et économiques.

LE RESEAU FERRE Le réseau ferré devient le support des déplacements des structures installées dans les entrepôts SNCF. Lorsque que la SNCF estime avoir besoin du bâtiment, les structures d'accueils sont démontées et chargées sur du frêt. Elles sont ensuite acheminées dans un autre entrepôt non utilisé.

GRAND ENSEMBLE

Le grand ensemble prof systèmes de "pièce en p nouvelles possibilités. Les jardins partagés son plus nombreux.


- Implanter des programmes associatifs à « forte valeur ajoutée » expérimentés dans d’autres villes mettant en avant des jeunes entrepreneurs et des activités pour le développement durable, équitable. Développer une réponse innovante à un défi de société.

Revalorisation du terrain Gestion d'espaces verts Rentabilisation Surveillance du territoire CARRIÈRE DE GYPSE Les jardins familiaux prennent ici une nouvelle échelle et deviennent des jardins partagés. Ces jardins s'intègrent dans le projet paysagé en cours. Ils sont aussi couplés à des aires de jeux pour répondre à un appel d'offre de la mairie de Gagny.

Le principe des jardins familiaux est exporté dans différents espaces urbains pour devenir des jardins partagés à l'echelle de la commune.

nt aussi accessibles puisque

Gare

Entretien du patrimoine Rentabilisation Surveillance du territoire Pas d'aménagement possible

.33

JARDINS FAMILIAUX DE RFF Les jardins familiaux appartenant à RFF sont conservés. Leur modèle est exporté et amplifié à l'echhelle de la commune. Ils servent aussi de base pour définir une nouvelle forme d'habitat comprenant l'idée de la pièce en plus.

Ré-utilisation du rail Entretien du patrimoine Rentabilisation

quipement quipement.

fite des aménagements, les plus" leur ouvrent de

- Héberger des activités économiques associatives qui pourraient bénéficier de l’utilisation du rail à l’échelle de la France et d’un foncier peu couteux comme Le Relais. Intervenir de façon sporadique sur un morceau de territoire avec des projets qui mettent le riverain au centre afin de créer une dynamique collective à plus grande échelle.

TERRAINS RFF Les éventuels terrains qui entourent les différents hangars disponibles deviennent des emprises que les programmes peuvent alors envahir de façon plus conséquente HANGARS RFF A proximité des voies ferrées, les hangars appartenant à RFF constituent des potentiels pouvant accueillir des associations (telles que le Relais) de manière temporaire. Leur schéma économique impose de devoir penser des espaces facilement démntables et transportables via les voies ferrées. Le lieu est rendu à l'identique à la fin du bail.


Les délaissés de la SNCF sont plus que de simples territoires abandonnés, ils sont autant de cicatrices dans le territoire qui rappellent quotidiennement le manque d’attention porté aux grand territoire des banlieues. Intervenir dans ces bâtiments et ces espaces abandonnés avec des programmes gérés par les associations, pour les voisins mais aussi pour les différentes ommunes donne donc un moyen aux habitants de se réapproprier leur territoire. Ces architectures de reconquêtes sont donc des objets révélateurs de territoires qui étaient autrefois dénigrés. Abandonnés, futiles, mal famés, dépassés, ils sont aujourd’hui source de rencontres. Rencontres professionnelles, productives, culturelles ou tout simplement humaines. Ces interventions de petite échelle ont en commun l’idée de évéler au plus grand nombre l’existence de lieux fait pour répondre à leurs attentes.

Même si tous cultivent leur jardin comme un potager, ils s’en servent aussi pour d’autres activités : aire de jeux pour les petits enfants, résidence secondaire en été, aire de piquenique / Barbecue, atelier de bricolage, atelier artistique,lieu pour faire la fête… Certains d’entre eux habitent dans des pavillons avec jardin mais viennent quand même cultiver un potager dans les jardins de Gagny car ici ils retrouvent une convivialité qu’ils n’arrivent pas à trouver dans des zones où les limites et les frontières sont trop présentes. En s’appuyant sur le potentiel foncier de RFF dispersée en Ile-de-France, les différentes actions ménées par des associations de quartiers, des activités économique et solidaires prennent une échelle métropolitaine etterritoriale. Toutes ses actions donnent une nouvelle énergie à des territoires qui étaient laissés de côté et les mettent au services des habitants et voisins.

TERRAIN VAGUE DÉPARTEMENT ENTREPÔT INOCCUPÉ PARTICULIER STRUCTURE LÉGÈRE ASSOCIATION INFRASTRUCTURE ENTREPRISE COMPLEXE SNCF

TERRAIN VIABILISÉ

TERRAIN AMÉNAGÉ

ARTISTE

ENTREPRENEUR

COMMUNE


Gares de triage Pontoise

Jardins familiaux RFF

Villiers le Bel Gonesse - Arnouville Vernouillet Verneuil Garges - Sarcelles AchèresGrand Cormier

Argenteuil

Bondy

Rosnysous-bois

GagnyLe Chénay

Chelles

Nogentsur-Marne Les YvrisNoisy-le-Grand

Versailles Chantier

Petit JouyLes Loges

ChavilleVélizy

Le Vert Maison

Jouyen-Josas

SucyBonneuil

Villeneuve Triage

Vauboyen Rungis

Bièvres Fontaine Michalon

Orly Ville

Vigneuxsur-seine

MontgeronCrosne

Courcellessur-Yvettes

OrangisBois l'Épine

Marollesen-Hurepoix

EssonnesRobinsons

Dourdan

RECYCLAGE DES ESPACES

PÉPINÈRE D’ENTREPRISE

FAIBLE COÛT

CENTRE D’ART

DISPONIBILITÉ

ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE

STRUCTURE INDUSTRIELLE

LIEUX D’ACCUEIL

ESPACE CENTRE ASSOCIATIF TERRAIN CENTRE DE FORMATION RÉSEAU FERRÉ JARDINS FAMILIAUX VISIBILITÉ

ACCÈS

LIEUX D’EXPRESSION

.35


INTERVENTIONS LOCALES ET RÉSONNANCES TERRITORIALES

INNOVATION - PERTINENCE - DYNAMISME ÉCONOMIQUE - ESPRIT COLLABORATIF

PASSIONÉS - COMMUNAUTÉ DYNAMIQUE - ÉCHANGE - ENGAGEMENT CULTUREL

RECONQUÊTE - DENSIFICATION - DISPARATES - VÉGÉTATION

Les résidents à La Ruche ont donc fait leur preuve auprès de l'équipe de pilotage, composée d'entrepreneurs sociaux, de :

Depuis 1987, l’association Usines Éphémères s’investit dans la requalification de friches urbaines en centres de la création émergente. Ses missions et ses objectifs s’articulent autour des concepts suivants :

Le Relais est un réseau d’entreprises q l’insertion de personnes en situation d’ex

- Développer une réponse INNOVANTE à un défi de société - S'attaquer à un défi DE TAILLE, qui touche le plus grand nombre de personnes possibles - Créer des BUSINESS MODELS qui marchent, s'appuyer sur l'économie de marché pour promouvoir les solutions -Gérer dans la TRANSPARENCE et la collaboration: partager les meilleures pratiques, échanger ouvertement

- Membre d’Emmaüs France et de l’In (IRFS), il porte en lui les valeurs de défendues par l’abbé Pierre.

- Assurer le passage entre deux histoires, DEUX POSSIBLES d’un bâtiment - Générer des aventures artistiques circonscrites dans le temps, garantes d’un dynamisme du faire et du renouveau - Offrir des ESPACES DE TRAVAIL aux artistes sans exclusive de pratiques - AIDER ET PROMOUVOIR la jeune création - ENTAMER DES DIALOGUES avec les populations (activités pédagogiques, rencontres…) - Soutenir les associations et les INITIATIVES LOCALES - Animer un gardiennage créateur d’IMAGE POSITIVE pour des propriétaires ou des commanditaires préoccupés du devenir de leur bâtiment. - S’arrimer à de NOUVEAUX TERRITOIRES, tant artistiques que géographiques.

- Il a développé pour cela plusieurs a permis de créer plus de 1 800 EMPLOIS. devenu le PREMIER OPÉRATEUR de colle

-Chaque centime généré est réinvesti à d C’est ainsi que le Relais privilégie le main près des territoires, et LA CRÉATION D’E un modèle d’entreprise innovant, l’Entre qui place son développement au service

Le Raincy Villemonble

Gagny

Entrepôt inutilisé

Entrepôt inutilisé

Parcelles abandonnées

Rails adjacent au bâtiment

Rails interne en état

Bonne desserte des transports en commun

Quai de déchargement

Liaison au réseau ferré national

Proximité des grands axes routiers

Proximité des transports en commun

Terrain possible pour un agrandissement

Tailles de parcelles variables

Visibilité depuis le RER

Aire de déchargement pour poids lourds Proximité des grands axes routiers


LE RELAIS RECONQUÊTE - DENSIFICATION - DISPARATES - VÉGÉTATION

PARTAGER - ENTREPRENDRE - CONVIVIALITÉ - NATURE

qui agit depuis près de 30 ans pour xclusion.

N

Suivre trois principes pour reconquérir un tissus pavillonaire qui ne correspond plus aux attentes des habitants.

nter Réseaux de la Fibre Solidaire SOLIDARITÉ ET DE GÉNÉROSITÉ

- Accentuer la place de la nature pour habiter les recoins de cette composition villageoise. Non pas des jardins dessinés et paysagés mais autant de friches faites de plantes venues seules COLONISER LES COINS et les recoins.

Depuis les années 80 les jardins communautaires ou jardins partagés se multiplient. Très souvent expérimentaux, ils s’organisent autour d’associations qui mettent au centre de leur projet le «mieux vivre ensemble.»

activités économiques, qui lui ont . En quelques années, le Relais est ecte / valorisation textile en France.

des fins de lutte contre l’exclusion. ntien de l’activité en France, au plus EMPLOIS LOCAUX. Il a aussi inventé eprise à BUT SOCIO-ECONOMIQUE, de l’Homme.

- Les jardins partagés participent au RENFORCEMENT DES LIENS SOCIAUX, là où les conditions d’existence ont contribué à distendre les mailles de la vie sociales, de l’entraide et du dialogue.

-Allier logement collectif et individuel, bouleverser le fonctionnement du tissus. INTERROMPRE LA MONOTONIE et dessiner la parcelle. Donner à voir des vues de verdure, donner à lire sur un cœur ensoleillé, végétalisé et partagé.

-Les jardins partagés se nourrissent de la diversité des publics et des usagers. Ils favorisent la rencontre, les échanges, l’entraide. La mixité sociale, culturelle et générationnelle des acteurs facilite L’INTÉGRATION DES HABITANTS D’ORIGINE étrangère ou des nouveaux arrivants.

-Utiliser les matériaux disparates présents dans le territoire, AMÉLIORER LE SOL ORIGINEL de la friche urbaine pour atteindre un sol organique profond.

-L’aménagement des jardins partagés doit tenir compte du besoin des jardiniers de s’approprier leur jardin, des spécificités du territoire et du mode de vie des usagers. La souplesse et l’évolutivité permettent UN ANCRAGE ET UNE COHÉRENCE AVEC LEUR CONTEXTE SOCIAL, culturel, environnemental, économique et éducatif.

.37

GagnyLe Chénay Grands espaces disponibles Proximité des grands ensembles Proximité du pavillonnaire Bonne desserte des transports en commun Projet paysager envisagé


LE GRAND RETOURNEMENT

JARDIN POTAGER SECONDAIRE PLANTES AROMATIQUES, PETITS LÉGUMES ET PLANTES D’AGRÉMENT.

ESPACES PARTAGÉS, COURSIVES APPROPRIABLES, JARDINS POTAGERS, TERRASSES MEUBLÉES

MUR VÉGÉTALISÉ PLANTÉ, RECONQUÊTE VERTICALE DU JARDIN PAVILLONNAIRE

REZ-DE-CHAUSSÉE PARTAGÉ, STOCKAGE DES OUTILS, JEUX POUR ENFANTS...

JARDIN POTAGER PRIMAIRE, VÉGÉTATION PLEINE TERRE, VERGER, LÉGUMES VOLUMINEUX, ESPACES DÉDIÉS AUX JEUX.

REZ-DE-CHAUSSÉE SUR RUE, COMMERCE DE PROXIMITÉ, CULTURE BIO, RÉSEAU AMAP.


PLANTES POUR UTILISATION QUOTIDIENNE, PLANTES AROMATIQUES, PETITS LÉGUMES, PLANTES D’AGRÉMENT

LOGEMENT A

LOGEMENT B

BAC POTAGER, COFFRAGE BOIS

TERRE DE DRAINAGE, BILLES D’ARGILES

TERRE VÉGÉTALE,

PLATELAGE BOIS

LOGEMENT F

TERREAU

JARDINS POTAGER SECONDAIRES ESPACES PARTAGÉS

LOGEMENT B

ESPACEMENT DES BACS VARIABLE POUR ACCUEILLIR DIFFÉRENTS TYPES DE VÉGÉTATION

LOGEMENT A

LOGEMENT C

VÉGÉTATION ADAPTÉE AU NORD, MÉLANGE DE VARIÉTÉS,

S

LOGEMENT D

FEUILLAGES CADUC ET PERSISTANT

SYSTÈME DE BAC REDISTRIBUANT L’EAU DE PLUIE DANS LES DIFFÉRENTS ÉTAGES

LOGEMENT E LOGEMENT D

, LOGEMENT C

PASSERELLE D’ENTRETIEN,

PRÉSENTE À TOUS LES ÉTAGES, DESSERT PLUSIEURS BACS.

SYSTÈME DE JARDIN VERTICAL ET PASSERELLE D’ENTRETIEN

LOGEMENTS TRIPLE ORIENTATION, ET DUPLEX EN QUINCONCE

.39

,

PHÉNOMÈNE DE RECONQUÊTE DU PAVILLONNAIRE


LE GRAND RETOURNEMENT

ESPACE D’ACCUEIL

ESPACE DE DÉTENTE

PRÉSENTATION DES DIFFÉRENTS ACTEURS

ESPACE TECHNIQUE

LIEU D’ÉCHANGE

EXPLICATION DES PROJETS GESTION DU PUBLIC

POINT PRESSE

STOCKAGE GESTION DE LA TECHNIQUE

ESPACE DE REPOS

PIÈCES DE RECHANGE MODULES SUPPLÉMENTAIRES

EXISTANT SALLE DE CONFÉRENCE

BUREAU INDI

RÉUNION AVEC LES CLIENTS

INTERVENTION REVERSIBLE AMÉLIORATION DE L’EXISTANT

ESPACE OUVERT

RENCONTRE AVEC LES DIFFÉRENTS ACTEURS

IMPACTE MINIMUM

ÉQUIPEMENT INFORMATIQ

TAILLE RÉDUITE

PRÉSENTATION DES PROJETS AUX INVESTISSEURS

MAIN COURANTE EN BOIS

VIS À BOIS (diam. 8mm)

PLANCHER «KLH - 100»

VIS À BOIS (diam. 2mm) Mise en oeuvre tournevis tête 90°

CORNIÈRE 80 R ASSEMBLAGE À QUEUE D’ARRONDE, AILES DROITES

PLANCHER «KLH - 100» PANNEAU «KLH - 150» PROFILÉ EN U

MISE EN OEUVRE D’UN PLANCHER SUR MUR FILANT

FIXATION DU GARDE - CORPS

TOURILLON

LIAISON DES PANNEAUX PORTEUR DE ANCRAGE SUR DALLE BÉTON


COURSIVE CENTRALE

TAILLE ADAPTÉE ESPACE OUVERT MISE EN COMMUN DU TRAVAIL

SALLE DE RÉUNION ESPACE DE VIDÉO-PROJECTION

QUE

ESPACE DE RÉUNION

SALLE À MANGER

ZONE DE REPOS

BUREAUX COLLECTIFS

IVIDUEL

E

MEZZANINE ESPACE D’ÉCHANGE

DESSERTE DES ESPACES VISION D’ENSEMBLE

BUREAU ISOLÉ

TAILLE ADAPTÉE ESPACE OUVERT

TAILLE RÉDUITE

ÉQUIPEMENT INFORMATIQUE

PRESENTATION

ESPACE FERMÉ

LOCATION À LA PLACE

SALLE ISOLÉE

ÉQUIPEMENT INFORMATIQUE

MIXITÉ DES PROGRAMMES

CUISINE

.41

FIXATION DE SÉCURITÉ, BLOCAGE DE L’ASSEMBLAGE

PANNEAU «KLH - 50» VIS À BOIS (diam. 5mm)

100 50

EQUERRE 70 R

FIXATION DALLE BÉTON,

50

PLANCHER «KLH - 100»

EQUERRE MÉTALLIQUE

VIS À BOIS (diam. 8mm) PANNEAU «KLH - 150»

PLANCHER «KLH - 100»

KLH

LIAISON CLOISON / PLANCHER / MUR

CONTINUITÉ DES PLANCHERS

LIAISON MULTIPLEX

PLANCHER «KLH - 100»


Le site de la ZAC Claude Bernard est en pleine mutation. C’est un quatier où l’architecture est très hétérogène, les styles et les hauteurs de bâti sont très disparates. C’est cette hétérogénéité qui interpelle en premier lieu. Le projet est une synthèse de ce quartier, des hauteurs variées, et des typologies differentes. La rue intérieure amene la nature au coeur de l’ilôt et les percées créées amènent des vues lointaines vers Paris à l’ouest, et l’horizon du canal au nord. Les percées sont aménagées en gradins  afin que la nature descende dans la rue. Ces gradins créent aussi la sensation

d’être projeté au delà de l’ilôt car la limite entre la ville suspendue et le quartier n’est plus visible.Les bâtiments sont agencés de façon à ce que le soleil penetre un maximum dans toute la rue intérieure. Le RDC de l’ilôt est continu sur le boulevard et sur le quai, mais de nombreuses baies jouent sur la transparence et permettent aux piétons d’apercevoir la profondeur de l’ilôt ainsi que le gymnase. Ce jeu de baies crée des vues traversantes sur le jardin mais aussi à travers tout le bâtiment.


.43 LA VILLE SUSPENDUE Programme: 120 logements / Commerces / 1 équipement Lieu: Paris 19° / Canal Saint - Denis session: Master 1 - février 2011 Enseignant: M. Devillers


rdc: lier le quartier

Élévation sur les quais


le jardin suspendu

Vue des quais

.45


r+1: le jardin suspendu

ÉlÊvation sur le boulevard


Vue des gradins

Vue des gradins

.47


Le but de ce projet est d’intervenir dans la ville de Montreuil, de densifier le quartier en ajoutant quatre maisons. D’une maison idéale, on décline le concept pour créer plusieurs typologies. Par l’addition de ces maisons j’ai voulu recréer un espace commun qui leur serait propre, à la fois refermé mais très ouvert, et recréer une mini communauté, à la manière des jardins partagés anglais. L’espace commun principal se situe au centre de la parcelle et dessert les quatre maisons. Un second espace commun, un jardin potager se situe au fond de la parcelle. Une envellope permet

à chaque maison de préserver son intimité, cette double peau composée de panneaux mobiles à lattes renforce l’idée de cadrage. Chaque maison possède un patio et des terrasses qui grâce à un jeu d’ouvertures cadre et morcelle le paysage. Ces jeux de double hauteur apportent aussi le ciel dans la maison. Chaque maison possède un toit terrasse, apportant ainsi un espace privé pour les familles.


.49 RÉUNION DE FAMILLE (S) Programme: 4 Maisons Lieu: Montreuil / Ile de france session: Licence 3 - juin 2010 Enseignant: E. Girard


Assemblage des 4 maisons


Séquence d’escalier

.51


Coupe transversale: rapport au jardin


Façade rue

Jardin commun

.53

Coupe longitudinale: rapport à la rue


Le but de ce projet est d’intervenir dans la ville de Montreuil, de densifier le quartier en ajoutant quatre maisons. D’une maison idéale, on décline le concept pour créer plusieurs typologies. Par l’addition de ces maisons j’ai voulu recréer un espace commun qui leur serait propre, à la fois refermé mais très ouvert, et recréer une mini communauté, à la manière des jardins partagés anglais. L’espace commun principal se situe au centre de la parcelle et dessert les quatre maisons. Un second espace commun, un jardin potager se situe au fond de la parcelle. Une envellope permet

à chaque maison de préserver son intimité, cette double peau composée de panneaux mobiles à lattes renforce l’idée de cadrage. Chaque maison possède un patio et des terrasses qui grâce à un jeu d’ouvertures cadre et morcelle le paysage. Ces jeux de double hauteur apportent aussi le ciel dans la maison. Chaque maison possède un toit terrasse, apportant ainsi un espace privé pour les familles.


.55 LES PRÊTRESSES Programme: Europan 11: Quelles architectures pour des villes durables Lieu: Stains / Ile de france session: 2011 Projet présélectionné


QUEL HÉRITAGE TYPOLOGIQUE ? 1 CITÉ JARDIN

> 1921-1933 1640 logements

Typologie en nappe

PARC GEORGES-VALBON

PLACE GEORGE

2 CITÉ LA PRÉTRESSE

> 1954-1959 298 logements

Typologie linéaire

ZONE D’ACTIVITÉS

3 MOULIN NEUF

> 1958 621 logements

LES COUTURES

TP A R

Typologie linéaire

LA PRÊ

4 CLOS SAINT-LAZARE

2

> 1966-1970 2186 logements

Typologie organique COLLÈGE JOLIOT CURIE

5 ÎLOT CARNOT

> 1980-1992 300 logements

Typologie assemblée

6 TROIS RIVIÈRES

> 2005 346 logements

Typologie proliférante

5

MAIRIE DE STAINS


HABITER LES INFRASTRUCTURES

IRRIGUER LE TERRITOIRE

FLUIDITÉ DES ESPACES PIÉTONS

N

ES-VALBON

3

PLACE NEWTON

6

ÊTRESSE

GYMNASE ANATOLE FRANCE

.57 CENTRE MUNICIPAL DE SANTÉ

1

ESPACE PAUL ELUARD

4

0m

100m

200m


.59


.61


2

3

6

5 4


Le phasage des travaux des Prêtresses n’est pas un découpage dans l’espace. Il est tout à la fois la transformation progressive de l’existant, la construction immédiate sur des emplacements stratégiques de la cohérence du territoire, et l’expérimentation de ce qui peut être, à terme, construit ou surajoutée. Les Prêtresses mesurent aussi qu’un quartier de ville ne se décident pas, mais qu’il doit se vivre et s’expérimenter. Selon cette proposition le phasage des Prêtresses est horizontal, il fonctionne par strates. Au cours de l’expérience, il est possible de dire si les Prêtresses acceptent ou non une densification supplémentaire. 1

6

JARDIN PÉDAGOGIQUE

SALLE DE CONCERT

ÉQUIPEMENTS SPORTIFS

COMMERCES

ALIMENTAIRE

COMMERCES DE PROXIMITÉ

ACTIVITÉS

BUREAUX

RESTAURATION

CRÈCHE

SERVICES

MAILLAGE

Ce que détermine une conception horizontale du phasage, c’est de structurer un ancrage au sol qui offre un potentiel qu’il revient à l’expérience de réaliser ou non. Le travail des fondations peut dès la première phase établir une cohérence du projet, qui se construit au regard de ce qui arrive. La construction en bois permet un montage extrêmement rapide d’éléments surélevés à des architectures conçues pour les supporter.

POINT DE VUE

TRANSPORTS EN COMMUN

.63


.65

Type: Mobilier modulable Cible: Particuliers / Professionnels AnnĂŠe: 2010 / 2012


.67


.69


.71


.73


.75


81 rue Saint Maur 75011 Paris


StĂŠphanie Brun

MERCI ! tel: 06.74.41.48.03

stephanie_brun_@hotmail.fr


StĂŠphanie Brun stephanie_brun_@hotmail.fr 06.74.41.48.03


Stéphanie Brun portfolio 2013