Page 18

décroisaient, s’offrant au regard des initiés. Elles abandonnaient ces attributs à des crèmes solaires inutiles, prétextes aux mains les plus lascives. Marty ne ratait rien de ces merveilles. Au beau milieu de Tohu-Bohu, il vaquait, envieux et agité. Son plus grand souhait était de combler ce fossé qui le séparait de ces plaisirs incommensurables : lui aussi rêvait d’être atome sensuel, celui qui dévaste tout sur son passage, qui ravage ciel et terre, qui ne laisse rien derrière lui, sinon un paysage à reconstruire. Animé de ce feu intérieur, Marty entra dans le seul bar de Tohu-Bohu. Il n’eut pas le temps de s’installer au comptoir qu’il était déjà amoureux. Il y regarda à deux fois mais, il était déjà trop tard. A ses côtés, Machenka portait un long collier où prônait, entre ses seins, un énorme médaillon. Une photo jaunie y était insérée. Intrigué, Marty y regarda de plus près. Ce cliché représentait Machenka elle-même, du temps où le soleil régissait encore la terre. Piqué au vif par cette photo, le cerveau de Marty bouillonna. En temps normal, il n’aurait su aborder cette sublime créature. Il aurait tergiversé jusqu’à ce qu’un autre le fasse. Ensuite, il se serait résigné à penser que cette occasion loupée était de toute façon perdue d’avance. Mais, pour une fois, sa détermination lui permit de vaincre son inhibition. Il commanda deux verres et s’approcha aussitôt de cette déesse. Il ne lui demanda aucune autorisation. Dans le souvenir de Marty, Machenka l’avait invité du regard à s’asseoir à ses côtés. Au contraire, Machenka ne cessait de lui répéter qu’elle avait été abasourdie par son culot. Elle avait été à deux doigts de congédier ce malotru. Ces deux versions contradictoires furent la première des nombreuses fois où leurs avis divergèrent. Lors de cette première rencontre, Marty fut particulièrement prolixe. Il avoua venir d’un lieu que tout le monde montrait du doigt, un lieu cause de tous les dangers, emblématique des errements de l’homme : le cratère ouvert suite à l’effondrement d’un tunnel sur la rive gauche. Pour des raisons pratiques et sentimentales, il s’était installé dans cet endroit. Il en avait été l’un des principaux architectes, du temps où chacun s’accordait à considérer cet ouvrage d’art comme un bienfait et non pas comme un choix urbanistique dévastateur. Concepteur de cette horreur, il en connaissait chaque recoin par cœur. De plus, ce champ de ruines offrait un abri douillet par n’importe quel temps. Les carcasses des voitures, immobilisées à vie par la catastrophe, constituaient une maison idéale. Tous les jours, Marty s’en extirpait comme une lave en fusion. Pourtant, le matin-même, sa curiosité l’avait définitivement convaincu de tenter sa chance ailleurs. Marty avait ainsi erré toute la journée jusqu’à se retrouver face à Machenka. En quelque sorte, il venait de quitter l’ombre pour la lumière. Du moins le présenta-t-il ainsi. Mais, ce jour-là, malgré son flot de parole, Marty cacha l’essentiel. Si la vérité avait envahi sa bouche, il aurait avoué être un danger. Comme tout homme, il portait en lui le fruit du péché, le fruit de sa propre

CHAOS SILENCIEUX  

Les composantes du puzzle citadin veulent chacune leur part du gâteau. Elles se livrent bataille, béton contre écorce, brique contre branche...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you