Page 15

P

récédé du martèlement émis par sa canne, Marty s’engage dans l’avenue. A sa suite, le vent s’engouffre comme une traîne de mariée. Il marche, décidé et volontaire, même si sa foulée d’une lenteur exaspérante semble indiquer le contraire. Il avance comme s’il était seul au monde, et peutêtre l’est-il. Voilà des années qu’il refait le même parcours. Des années depuis Machenka. Des années sans Machenka. Pourtant, malgré ce temps, l’instinct le guide plus que l’habitude. Car tout le ramène là-bas, au bout de son périple, à ce lit défait, à ces draps aussi froissés que les plis de sa peau. Il entame quelques pas, dépassant l’imposante statue de la place centrale. Etrangement, seule cette sculpture a résisté aux dernières catastrophes. Le colosse de bronze reste aussi droit et fier que son temps fut ridicule. Il représente un monde désormais révolu, loin de celui dans lequel Marty a basculé. Continuant plus avant sur l’avenue, les arbres lui offrent protection. Les poteaux télégraphiques, points de repère idéal, bourdonnent au-dessus de sa tête. Ce monde ne tient plus debout au propre comme au figuré. Et Marty pas plus. Fatigué par ces quelques pas, Marty est contraint de s’agenouiller un temps. A ses pieds, des fleurs minuscules défoncent la chaussée. Des inscriptions, seuls vestiges de la main de l’homme, plastronnent sur les murs. Ces composantes du puzzle citadin veulent chacune leur part du gâteau. Elles se livrent bataille, béton contre écorce, brique contre branche, racine contre fondation. L’impression première est que les éléments n’ont pas encore choisi: Qui de la création humaine ou des éléments naturels prendra le dessus ? Dans ce bas monde, là où Marty piétine, seule cette dernière question reste en suspens. En suspens, sauf pour Marty.

CHAOS SILENCIEUX  

Les composantes du puzzle citadin veulent chacune leur part du gâteau. Elles se livrent bataille, béton contre écorce, brique contre branche...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you