a product message image
{' '} {' '}
Limited time offer
SAVE % on your upgrade

Page 1

11’ ANNEE -

Л AO UT 193 9

№ 12$

■ T REVUE F MENSUEL LE S LES INDUSTRIES D UMdNER L 30,RUE JACOB PARIS V I î


)

I». K R <M A \ 5 rPl ac e Jus sie u.P ari sf5 ^ toléptoiï со дш вд ох л» Couve rture série L verte des Papeteri es LO UI S M UL LE R et Kl s, 38, rue de Flandre , PARI S

= Encre« de« Etab lissem ents LE FR AN C, m e de Sei ne, PAR IS Vert irlandais 21 et 52

/


PAP YRU S

31 JA OU TJ 93 0

I

BONNES

ADRESSES

Liste des meilleures maisons et des meilleurs fournisse urs To ute so us cr ip tio n do nn e dr oi t au se rv ice des 12 nu m ér os de la Re vue.

La première ligne (pa r an) 90 fra nc s. — Les lignes suivantes 50 fr an cs (Tou te fraction de ligne est comptée pour une ligne enti ère). La sousc riptio n est payable intégra lemen t en an seul ver sem ent . L'ins ertion n'est fai te, qu’après réceptio n du règl eme nt. Le dom icile est à Paris lorsqu 'il n’est pas indiqué .

CHATS-VENT E DE FONDS & MATÉRIEL • F. MAI LLE T, 28, Bd Po iss on ni èr e (9 e ). Prov. 13 -8 5. iu l MA SSON O , 30, Fg M on tm ar tr e. P ro v. 82 -7 3.

* AFFICHES ILLUSTRÉES A FAÇON ucie n SER RE & C l e . 15 à 19, R. du Terrag e. Nord 8 6- 97 .

CARTES POUR IMPRESSIONS TO CH ON , LEPAG E et Cl e , 37 ,R. Réaumur (3 e ). Arch. 84 *8 5.

CARTES VISITE & ADRESSE GA UT , BLAN CAN et C l e , 154, Fa ub . S ‘-De nis (10 e ). TO CH ON , LEPA GE et Cl e , 3 7 ,R. Réa umu r(3 e ) Arch . 8 4 -8 5 .

AFFICHES PASSE PARTOUT ILLUSTRÉES

I{

RTS & SP OR TS , 15, R . du Ter ra ge . No rd 18 -26 .

CARTES & CARTONS COUCHÉS MO NN IER Fi ls , 11, Ru e Pi er re -L ev ée . Ro q. 38 -08 .

CARTES & CARTONS EN FEUILLES

EV ETT E GE RMAIN et C, e , 243 , R. St -M ar tin ,T ur en .75- 66 . MO NN IER Fi ls, 11, Ru e Pi er re -L ev ée , Ro q. 38 -08 .

CARTONNAGE (Matériel pour le)

ATTACHES PARISIENNE S (Fabriques d ) RAVEL et C. RO BE RT , 51, Rue G re né ta , P a ri s.

BILLES POUR MÈTALLOGRAPHIE iNJU N, 108, R. de la Fo lie -M ér ic ou rt. M én il. 97 -80 . GE R je un e, 85, Bd Sé ba sto po l (2 e ). Lo uv. 01 -38 .

A. AB AD IE, 273, Ru e des Py ré né es , P ar is . A. A LB RE CH T, 4, Ru e du Rep os (20 e ). R oq ue t. 46 -22 . COE NCA Fr èr es , 3 bi s, Ci té d ’Haute viU e (10 e ). P . DO PP FE R, 11, R. St . An as tas e, (3 e ). Ar ch . 57- 86. A. LE SP INA SS E. Vo ir an no nc e. MA RI NO NI -B OB ST , 96, R. d ’Assas . Da nt on 64- 60. Ju les NAU DIN, 51, R. de l ’Aqu ed uc . No rd 52- 00. LES PR ES SE S F. L. , 75, Ave nue de la Ré pu bl iq ue . A nc .É ta b. FOU LON et LO NGENH AGEN. Mé nil 51- 98 Us ine s REN GER , St ra sb ou rg . Su cc ur sa le : 143, Bo ul ev ar d M ag en ta, P ar is (10 e ).

BLANCHETS & CAOUTCHOUCS

CASSES POUR IMPRIMERIE

GE R je un e, 85, Bd Sé ba sto po l (2e ). Lo uv . 01 -38 . CE RF , 7, R . d es G r.- A ug us tin s (6 e ). L it tr é 44 -45 .

TO URN AU D F r. et AUPE TIT , 27, R. Blomet. Ségur 1 7 -3 8

CHARIOTS TRANSPORTEURS

BOIS ET VOLIGES D’EMBALLAGE

SLI NG SB Y-SN APT RU CK , 22, R. Ch ab ro l. P r. 1 3-2 7.

.UB ER- VO GLE T et Ci e, Bois d ’in d. et de co ns t, i élé ph . : 80 -80 , 80 -81 , 80- 82 S tr as bo ur g- N eu do rf .

* CHROMOLITHOGRAPHIE A FAÇON

Lu cie n S ER RE e tC 1®, 15 à 19, R. du Ter ra ge . Nord 29 -2 8.

BREVETS D'INVENTION . BO ET TC HE R F ils , In g. Con s., 21, R . C am bo n (1 e r )

CLICHERIE (Matériel pour la)

BROCHEURS

A. LE SP INA SS E, 40, R. Ri ch eli eu . C en tr al 89- 40. P r . à em pr ei nt es . Cl icb . au to m . de Vo gtl and isc be M as ch in en fa br ik de Pl au en . Té l. Ro q. 20- 35. MA RIN ON I, 96, R. d’Assas. Danton 64- 60, 6 4-6 1, 64 -62 . M .S .I ., 6, Ru e Pa piU on, P ar is . Té l. : Pr ov en ce 47 -79 . Fd MIN CE Le tC l e , 16 et 20 ,P .D en fe rt -R oc b. L it .5 8- 49 . S. A. M ., 16, ru e M ilt on (9 e ). Té l. : T ru da ine 28 -84 . Age nce des Us ine s d ’Aug sb ou rg , N ur em be rg .

'. B AU DEL , 31, R . de B ell efo nds (9 e ). M ét . P oi ss on , télé phone : T ru da in e 06- 38. 'L O T (B ro c h .P a p e t. ), 13, R. de Ne sles . L it tr é 42 -2 9. . BO ULI NE AU, 109, Rue Tom be -I ss oi re (14 e ). 'util la ge m od er ne , exé cut ion ra pid e. Go be l. 49 -8 5. NT RE PR . GÉ N. DE BRO CHA GE, 28, R. Cabanis ( 1 4 e ). ia ta lo gu es pé riod iq ue s, ou til , m od er ne . Go b. 40 -4 1. !t . PR AC HE et C l e , an cie nn e Ma iso n D am ic ou rt . l, Ru e Fa lg ui èr e, Ann exe 51, R. M at bu ri n- R ég ni er . élé ph on e : Sé gu r 03 -98 . M étr o : P as te u r. _________

I

BROCHURE (Matériel pour la)

.. A BAD IE, 273, Ru e des P yr én ée s, P a ri s. .. ALBR ECH T, 4, Ru e d u Re pos (20 e ). R oq ue t. 46 -2 2. 1 OENC A F rè re s, 3 bi s, Ci té d ’Haute viU e (1 0 e ). DO PP FE R, 1 1, R . St . A nas tas e, (3 e ). A rc h. 57 -86 . ales NAU DIN , 51, R. de l’Aq ue du c. No rd 52 -0 0.

tRONZE & COULEURS POUR ESTAMPAGE .A. M .I. (PA IX et C l e ), 64, Rue La B oe tie , P a ri s, sé lép ho ne : El ysé es 20-8 3 et la s ui te .

CALENDRIERS DE POCHE

COULEURS POUR TRICHROMIE DA MB RE MÉ , 18 b is , Ru e F es sa rt . Co m b. 14 -66 . Us ine s : 64 et 66, Ru e du Lo ng -P ot à Fi ve s- Li lle . HU BE RT -D RE SS E, 5 b., C. de La Chapelle. Nord 4 8 -2 7 . A. LE SP IN AS SE , 40, R . Ri ch elie u. C en tr al 89 -4 0.

COUTEAUX & LAMES DE MASSIQUOTS

G. BO UC HE R Y, 8 5, R . G us ta ve -D el or y, Lille (N ord ).. CH EV OG EO N, 118 , R de la Tomb e-Iss oire, Gobel. 1 0 -6 9 . A. LE SP IN AS SE , 40, Ru e Ri ch el ie u. C en tr al 89 -4 0.

DÉCALCOMANIES pour toutes INDUSTRIES P au l VIÉ , 13, Ru e P ie rr e- D u p o n t, P a ri s ( 10e )._____

DÉCOUPEUS ES-BOBINEU SES BO NN AU D, 19, Ru e de la L an ce tte . D id er ot 48 -05 .

DESSINATEU RS M ar c MO UR GU E (L it ho -T yp o) , 35, Qu ai d ’Anj ou .

EMPORTE-PI ÈCE G. BO UC HE R Y, 85 , R . G us ta ve -D el or y, Li lle (N or d) .

ENCARTEUSES PIQUEUSES La RO SBA CK à tê te un iq ue . St é CA MC O, 20, Ru e T ou rl aq ue . M ar ca de t : 67 -72 .

ENCRES D’IMPRIMERIE (Produits pour)

Geo G IGN OU X, S. A ., 20, C ou rs M or an d, L yon .

ENCRES POUR IMPRIMERIES

DA MB RE MÉ , 18 bi s, Ru e F es sa rt . C om b. 14 -66 . Us ine s : 64 et 66, Ru e du Lon g- Po t à Fi ve s- Li lle . ÉT AB LIS SE ME NT S P H . HE LL ER . Tel .: Av ro n 01 -2 9. 84, Ru e A rs èn e- C bé re au , M on tr eu il (S ei ne ). HU BE RT -D RE SS E, 5, b., C. de La C hapell e. Nord 4 8 -2 7 . LEF RAN C e t C l e , 1 2, R . de S ei ne .F le ur us 47 -2 6, 47 -2 7. Ch . L OR ILL EU X et C l e , 16, R. S ug er , L it . 48 -00 à 02.

ENLUMINURES D’ART

Je an SAU DÉ , 31, Ru e Bu ff on . Té l. : Go b. 28 -68 .

ENTAILLAGE DE RÉPERTOIRES

EN T. GÉN . de BR OC HA GE , 28, R* Ca ba ni s Gobs 40 -41 .

CLICHEURS-GALVANOPL ASTES BO UD RE AU X, 8, Ru e Ha ute feu iU e. L it tr é 45 -8 6/ Vve CO UD YS ER , 9, Ru e Jac ob (6 e ). L it tr é 45 -06 . Les Fi ls de Vi cto r MIC HEL , 3, R. D ug ua y- Tro ui n. MO RIN , 70 bi s, Ru e B on ap ar te . Té l. : L it tr é 53 -00 . RO US SE T f r. , 54, R. de la Voie Ve rte . Go b. 64 -57 . H . RO YE R, 36, Ru e Se rp en te . Té léph . : L it tr é 47 -89 .

ENVELOPPES

BR UN et C 1®. (Vo ir R ub ri qu e Sa ch et s. ) GA UT , BLAN CAN et C 1®, 154, Fg St -D en is (10 e ). A nc. E ta bl. HE DO UIN , 8 et 10, R. du Del ta, Tru d. 9 5 -7 1 . P ap . de St -M AU R, 28 , R. Bi en f Cr . La b. 33 -32 et 73 -08 . P AR ME NTI ER -DEFO RG E S, 51, R. de Ro m ai nv ill e. P ap et er . RAY NAL et de BRI ENN E, Ro an ne (L oi re ).

COLLES A FROID ET GOMME

ENVELOPPES VITRIFIÉES

CE LL OC HR OM E, 60, Av. R oc ba m be au . La Va re nn e. Us ine s RE NG ER, St ra sb ou rg . Su cc ur sa le : 143, _B ou le va rd _M ag en ta , P ar is (10 e ).

GA UT , BLANC AN et C l e , 154, Fg St -D en is (10 e ). PA RM EN TIE R-D EF OR GE S, 51, R. de Ro m ai nv ill e. P ap et er . RAYNAL et de BR IEN NE , Ro an ne (L oir e) . P ap . d e St -M AU R, 28, R . B ie nf LC. Lab . 3 3-3 2 et 7 3- 08 .

COMPOSITION MÉCANIQUE A FAÇON

h . CA NNAC , 1, Pla ce du Lo uvr e, P a ri s. Lo uv . 2 5- 68 .

IRONZES EN POUDRE POUR IMPRESSION

COUCHÉS (Blancs pour) Geo GIG NO UX , S . A ., 20, Co ur s M or an d, Lyo n.

HU BE RT , 9, Fg St -D en is . Té l. : Pr ov en ce 20 -67 .

CORDONS & SANGLES JAGE R je un e, 85, Bd Sé ba sto po l (2 e ). Lo uv re 01 -38 . LEC ER F, 7, R . d es G r.- A ug us tin s (6 e ). L it tr é 44 -45 .

. DU FF IT , 54, R. d. Vi na igr ier s. No rd 51 -97 . Sp éia l. de c al en dr ie rs de po che . Pri x sp éc iau x p r im p ri m . AU T, BLAN CAN et C 1®, 154, Fg St -D en is (10 e ).

ESTAMPAGE A FAÇON Ane . E t. AMA NE, 45, Fb g. du T em pl e. N or d : 3 0- 08 . M. MA RTI N, 23, Ru e M ic be l-I e- Co m te . A rc h. 60 -9 8. F. MIG UEL , 11, R . d u C he m in -V er t. R oq . 49 -51 . RI BY , 45, Ru e des Bo ul et s. Té l. : R oq ue tte 43 -5 8.

Le SOMMAIRE du pré sen t num éro est à la page 55 9

CARACTÈRE S POUR DORURE Qu

vo us pl uvre, se Pade m en ti on . r h. CANNAC, ’il 1, Pl ac e du Lo ai ris .L ou v. 25 -68 ne

CARTES A PIQUER OC HO N, LEP AGE et C‘®,37 ,R.R éaum ur(3 e ).A rch , 84 *85

ÎARTE COUCHÉE POUR PHOTOGRAV URE OCH ON ,

1

“ P ap yr us ” e n pa ss an t vo s co m m an de s à no s an no nc eu rs . M er ci ! ■ 535 1


ESTAMPAGE (Matériel pour)

Ch.CA NNAC , 1, Place du Lou vre, Pa ris . Louv. 25-6 8.

ÉTIQUETTES

Man ufac . ÉTIQUETT ES de PŒRREFONDS (Ois e). Pa ris , 95, Fg St- M art in. Téléph . : Botz aris 23-36.

ÉTIQUETTES AMÉRICAINES

MACHINES A RÉGLER R. BRISSARD Fil s, 11, R. Colonel- Oudo t. Did. 06-38. KIENAST, 47 b is, Rue du Com mer ce. Ségu r 57-0 4.

MACHINES A VITR IFIER

A. ALBRECHT, 4, R. du Repo s (20e ). R oque t. 46-22 .

MACHINES POURe ÉTIQUETTES

SOC. FR ANÇ .D’IMPRESSIONS, 200, Qu. Je mma pes

S. A.M., 16, Rue Milton (9 ). Tél. : T rud aine 28-84.

ÉTIQUETTES EN RELIEF

A. ALBRECHT, 4, R. du R epos (20°). Roqu et. 46-22.

ÉTIQUETTES POUR EXPEDITIONS

EN RELIEF MÂCHÏNES POUR ÉTIQUETTES e

Manu fac. ÉT IQUETTES de PIERREFONDS (Ois e).

MACHINES P ÉTIQUETTES AMÉRICAINES

Manu fac. ÉTIQUETTES de PIERREFONDS (Ois e).

A. ALBRECHT, 4, R. du Repos (20 ). R oque t. 46-22. Ch. CANNAC, 1, PI. du Louvre , P ar is. Lou vre 25-68.

FILETS DE CUIVRE

POCHETTES MACHINES POUR SACHETS ET e

Sch elte t et Giesecke. LESPINASSE. Voir anno nce.

FILS MÉTALLIQUES A. ABADIE, 273, Rue des Pyr énée s, P ari s.________

FLANS POUR CLICHEURS

A. GROPRÊTE, 158, Bd de Grene lle. Ségu r 03-28. M.S J ., 6, Rue Pa pillo n, P ari s. Tél. : Provence 47-79.

FONDERIES TYPOGRAPHIQUES

BERTRAND Frères e t Cle , 8, R .d el ’Abb aye. Lit.4 1-03 . A. LESPINASSE, 40, R. Richel ieu. Cen tra l 89-40. Ca ractè res de Sche iter et Giesecke d e Leipzi g.____

GOMMAGE-V ERNISSAGE Ane. Et. AMANE, 45, Fbg . du T emp le. Nord : 30-08.

GRAV.-IMPRIM. EN TAILLE DOUCE

At. G. DUBOIS, 12, R. Clavel (19e ). N. 80-81, 80-82. MALINVAUD Frèr es, 238, Avenue Fél ix- Fau re, Lyo n.

GRAVEUR POUR PLAQUES D’ESTAMPAGES

Ch. CANNAC, 1, PI. d u Lou vre, P ar is. Lou vre 25-68. Ch. CHARPENTIER, 3, R. El isa- Bor ey. Roqu. 48-74.

HUILES, GRAISSES, VA SELINE S

S.A.M.I. (PAIX et Cl e ), 64, Rue La Boeti e, P ari s. Téléphone : Elysées 20-83 et la suite .

IMPRIMEUSES ROTATIVES A L’ANILINE

A. ALBRECHT, 4, R. du R epos (20e ). R oque t. 46-22. C. et A. HOLWEG, s.a .r. l., 42, R. J.-K abl é,S tra sbo urg .

LAVAGE (Produits pour)

S.A.M.I. (PAIX et Cl e ), 64, Rue La Bo etie, P ari s. Téléphone : Elysées 20-83 et la suite .____________

MACHINES A BRONZER A. ABADIE, 273, Ru e des Pyrén ées, Pa ris . A. ALBRECHT, 4, Rue du Repos (20e ). Roqu et. 46-22. COENCA F rèr es, 3 b is, Cité d’Hautevi lle (10e ). A. LESPINASSE. Voir annonc e. V. LEYSENS, 82, Quai Jemm apes (10e ). No rd 35-96. Jules NAUDIN, 51, R. de l ’Aqueduc. N ord 52-00. PLANTET-M .S.L, 6, Rue Papi llon , Pa ris .________

MACHINES A COMPOSER MARINONI-INTERTYPE, 96, R. d’Âssas. Danton 6 0- 62 .

MACHINES A ENCOLLER

A. ABADIE, 273, Rue des Pyr énées , P ari s. Usines RENGER, Stra sbo urg. Succur sale : 143, Boulev ard Magent a, Pa ris (10e ).

MACHINES A IMPRIMER

COENCA Frèr es, 3 bis, Cité d’Hauteville (10e ). LA KÉLLY machin e deux t our s im pri ma nt 4.500 à l ’heu re. 20, Rue Tou rlaqu e. T él. : M arca det 67-72. A. LESPINASSE, 40, R. Richelieu. Cen tral 89-40. MARINONI, 96, R. d’Assas. Danton 64-60, 64-61, 64-62. Jules NAUDIN, 51, R . de l’Aqueduc. Nord 52-00. LES PRESSES F. L«, 75, Avenue de la Répub lique. Ane Ét. FOULONT et LANGENHAGEN. Ménil 51-98. S.A.M ., 16, Rue Milton (9e ). Tél. : Tr udai ne 28-84. TAESCH et F ils, 4, R. Napoléon-Chaix. Vaug. 38-54. (Taq uets et poin tures auto mat ique s.) La Péd alett e. Pres ses ° VICTORIA ” , E. Wetzel, 1, Cité River in.

MACHINES A POSER LES ŒILLETS

A. ABADIE, 273, Rue des Pyréné es, Par is.

A. ALBRECHT, 4, R. du Rep os (20 ). Roqu et. 46-22. C. et A. HOLWEG, s.a.r.l », 42, R. J.-K abl é,S tra sbo urg .

PAPIER MACHINES POUR SACS EN e

A. ALBRECHT, 4, R. du Repos (20 ). Roqu et. 46-22. C. et A. HOLWEG, s.a. r.l ., 42 ,R. J.-K abl é,S tra sbo urg «

MACHINES TYPOGRAPHIQUES SPÉCIALES

A. LESPINASSE. Voir annon ce.________________

MARGEURS AUTOMATIQUES

A. ALBRECHT, 4, R. du Repos (20e ). R oque t. 46-22. MARINONI, 69, R. d’Âssas. Danton 64-60, 64-61, 64-62. LES PRESSES F. L., 75, Avenue de l a R épubl ique. Ane. Ét. FOULONT et LANGENHAGEN. Ménil 51-98. S.A.M., 16, Rue Milton (9e ). Tél. : T ruda ine 28-84 .

MARQUES DE FABRIQUE

H. BOETTCHER Fils, Ing. Cons., 21, R. Cambon (1e r )

MASSIQUOTS

A. ABADIE, 273, Rue des Pyréné es, P ari s. A. ALBRECHT, 4, R. du Repos (20e ). R oquet . 46-22. COENCA Frè res, 3 bis, Cité d’Hauteville (10e ). P. DOPPFER, 11, R. St . Anas tase, (3 e ). A rch. 57-86. A. LESPINASSE. Voir annonce. LES PRESSES F. L., 75, Avenue de la Répub lique. An c.É t. FOULONT et LANGENHAGEN. Ménil 51-98. Jules NAUDIN, 51, Rue de l ’Aqueduc. Nord 52-00.

MATÉRIEL le D’IMPRIMERIE

BERTRAND Frères et C , 8, R. de l’Abbaye. Lit.41-03 Vve DURIF et Fils, Con str., 80, R. Ca stagn ary (15e ).

MATÉRIEL ÉLECTRIQUE

A. LESPINASSE, 40, R. Richelieu. Cen tral 89-40.

MÉTAUX POUR IMPRIMERIEd e

E. BUDIN, R. de Pres les, Auber villie rs, Fl , 01-10.

MOLLETONS, VELOURS MOLESKINES e

JAGER jeune, 85, Bd Séba stopol (2 ). Louv. 01-38 .

NUMÉROTEURS E. BRIDIÉ, Mécan., 10, R. Pa ul- Be rt. Roq. 12-95. Tout pr . le n umé rota ge. Machines. Apparei ls access.

OCCASION (Machines et matériel <T)

A. ABADIE, 273, Rue des Pyréné es, P ari s. BONAREL, 81, Bd Voltaire . R oquette 41-69. CHEVOGEON, 118, R. de la Tombe-Issoire. Gobel. 10-69. P.DO PPF ER, 11, R. St . Anastase , (3e ). Arc h. 57-86. ERNER MAX, 26, R. Edo uard -Jac que s. Ségu r 62-09. M.S. I., 6, Rue Pa pillo n, P ari s. Tél. : Provence 47-79.

PAPIERS

BACHTOLD, 54, Rue Tait bou t (9e ). T ruda ine 55-75. LEMARINIER, 11, Rue Bleue, Pa ris . Cen tral 81-77. MAUNOURY et Cle , 10, Rue Coqui llière, Pa ris. OUTHENIN-CHALANDRE, 74, R. Vieille- du-Te mple Vergés, Vélins, Alfa et Pur s chiffons.____________

MONNIER Fils, 11, R. Pier re-L evé e. Roq. 38-0 8 Pau l TACONNET, 6, R. Grenéta, Paris (3e ). Arch. 12-63 WOHLFARTH, 36, Boul. Voltai re. Roq. 49-03.

PAPIERS A DESSIN TO CH ON , LEPAG E etC l e ,37, R. Réaumur (3e ).A rch. 84- 85.

PAPIERS COUVERTURES

BRETON e t Cl e , 245, R . Sai nt- Ma rtin . Tu rb. 75-66. MAUNOURY et Cïe , 10, Rue Coqu illière , Pa ris .

PAPIERS POUR DÉCALCOMANIES

D. RIVAGE e t Cl c , 15, Rue Lauzi n. Nord 01-64.

PAPIERS GÉLATINÉS

MONNIER Fils, 11, Rue Pier re-L evée . Roq. 38-08.

PAPIERS GOMMÉS

CHAPPELLIER et GRAND, 78, R. de Wattigni es. LE GAULOIS, 48, Rue de Bondy. T. Botz aris 19-65.

PAPIERS D’IMPRESSION ET D’ÉDITION

BACHTOLD, 54, Rue T aitb out (9e ). T ruda ine 55-75. BRETON et Cle , 245, R. Sai nt- Ma rtin . Tu rb. 75-66. LEMARINIER, 11, Rue Bleue, Pa ris . Cen tral 81-77. MAUNOURY et CIe , 10, Rue Coqu illière , Pa ris .

PAPIER A LETTRES

GAUT, BLANCAN et Cl e , 154, Fg St-De nis (10e ). Ane. Étab . HEDOUIN, 8 et 10, R. du Delta. Tru d. 95-71. Pa p. de St-MAUR, 28, R. Bienf ce .Lab. 33-32 et 73-08. Pa pe ter . RAYNAL et de BRIENNE, Roanne (Loi re).

PAPIER PARAFFINÉ TOCHON, LEPAGE et CI e , 3 7, R. Réaumur (3e) Arch. 84- 85.

PAPIERS POCHOIR TOCHON, LEPAGEet Cle , 37 , R. Réaumur (3 e ) Arch. 84-8 5.

PAPIER A REPORT

JAGER jeune , 85, Bd Sébas topol (2e ). Louv. 01-38. D. RIVAGE e t Cï e , 15, Rue Lauz in. Nord 01-64.

PAPIER SIMILI-JAPON

BRETON e t Cle , 245, R. Sai nt- Ma rtin . Tu rb. 75-66. LEMARINIER, 11, Rue Bleue, Pa ris . Cen tral 81-77.

PAPIERS & TOILES A CALQUER TOCHON, LEPAGE et C‘e , 37, R. Réanmor (3e ) Arch. 84-8 5.

PARCHEMIN VÉRITABLE

pour Impressions, Reg istr es et Reliures d’art

M. BOURGOIN, 5 et 7, R. St- Bon (4e ). Arch. 2 8-52.

PETITES MACHINES A IMPRIMER

Ch.CANNAC, 1, PL du Louvre, Pa ris . Louvre 25-68.

PHOTOGRAPHIE INDUSTRIELLE

J. CHARDEL, 54, R. Mon tpar nass e. Danton 66-07.

PHOTOGRAVEURS ACRITER, 76, Bd Mon tparn asse. Ségu r 05-61. A. CAYEUX et Cle , 57, Rue de Seine. Lit tré 47-72. COURMONT, 156, Rue St-De nis. Gute nberg 68-73. DEMICHELPLOQUIN, 76, R. de Rennes. Littré 52-79 FERNIQUE, 31, R ue de Fle urus . Tél. : Sé gur 04-00. Ét . LAUREYS Frè res , 17, Rue d’Eng hie n.P rov . 33-50. MALVAUX, 54, R. du Châ tea u-d ’Eau . Botz. 27-00. Les Fils de Victor MICHEL, 3, R. Dug uay- Trou in. ROUSSET Frè res , 54,R. de la Voie-Verte. Gob. 84-54. Ét . RUCKERT, 56 bi s, Ru e des P lante s. Vaug. 1 3-84.

PHOTOGRAVURE (Matériel pour)

Ét. H. CALMELS, 150, Bd Montparn asse. Da nt. 62-58 Tout le ma t. photo mécan . TRAMES. KOH-I-NO OR. MARINONI, 96, R. d’Assas Da nto n 64-60 ,64-61,64-62 M.S. I., 6, Rue Pa pillon , Pa ris. Tél. : Prov ence 47-79. Jules NAUDIN, 51, Rue de l ’Aqueduc. Nord 52-00. M. J. WOLF, 12, Rue de la Voûte, P ari s (12e ).

PHOTOMÉCANIQUE (Matériel pour)

PAPIERS POUR ABAT-JOUR

MARINONI, 96, R. d’Assas J)an ton6 4-60 ,64-61,64- 62

PAPIERS leCOUCHÉS & DE FANTAISIE

FANJUN, 108, R. de la Fol ie-M érico urt. Ménil 97-80.

TOCHON, LEPAGE et Cl e , 37, R. Réaumur (3 e ).Arcb.8 4- 85 BRETON et C , 245, R. Sai nt- Ma rtin , Tur b. 75-66. EVETTE GERMAIN etC I e , 243, R. St-Martin.Turb. 75-66 Marcel LAROCHE, 44, R. des Vinaigri ers. Nord 25-62 LEMARINIER, 11, R . Bleue, Pa ris , Cen tral 81-77.

PIERRES LITHOGRAPHIQUES PLIEUSES

CAMCO, 20, Rue Tour laque . Marc adet : 67-72. Plieuses sans cordons et sans couteau x.

A v a n t de pas ser vos co m m an de s, n ’o u b lie z pas les a n n on ce u rs de " Pa py ru s *, ce so nt les m e ill e u rs fo ur ni ss eu rs .

■ 536 ■


PRESSES A BALLES A. ABA DIE , 273, Ru e des Py ré né es , P ar is . CA MC O, 20, Ru e To ur la qu e. M ar ca de t : 67 -72 . En ac ie r, à b ra s, à fo rc e m ot ri ce . Br ev et é S.G .D .G . Us ine s RE NG ER , St ra sb ou rg . Su cc ur sa le : 143 , Bo ul ev ar d M ag en ta , P ar is (10 e )»

MA RIN ON I, 96,R . d ’Ass as .D an ton 6 4- 60 ,64- 61 ,64- 62 S. A .M ., 16, Ru e M ilt on (9 e ). Té l. : T ru da in e 28 -84 .

PRESSES LITHOGRAPHIQUES MA RIN ON I, 96, R. d ’Ass as .D an to n6 4- 60 ,64 -6 1,6 4-6 2 S. A .M ., 16, Ru e M ilt on (9 e ). Té l. : T ru da in e 28 -8 4.

PRESSES TYPOGRAPHIQUES EN BLANC

PRESSES A DORER A. AB AD IE, 273, Ru e des Py ré né es , P a ri s. A. A LB RE CH T, 4, R . du Re pos (20 e ). R oq ue t. 46 -2 2. Ch . CAN NAC , 1, P I. d u Lo uv re, P ar is .L ou vr e 25 -68 .

PRESSES A IMPRIMER EN CREUX MA RIN ONI , 96, R . d ’Ass as .D an to n6 4- 60 ,64 -61 ,64 -62 Jul es NAU DIN , 51, Ru e de l ’Aqu ed uc . No rd 52 -00 . S.A .M ., 16, Ru e M ilt on (9 e ). Té l. : Tru da in e 28 -84 .

PRESSES A PLATINE A. A BAD IE, 273, R ue d es P yr én ée s, P ar is . COEN CA F rè re s, 3 bi s, Ci té d ’Hau te vi lle (10 e ). A. LE SP INAS SE . Vo ir an no nc e. Jul es NAU DIN , 51, Ru e de l ’Aq ue du c. N or d 52 -0 0. LES PR ES SE S F . L. , 75, Av enu e de la Ré pu bl iq ue . A ne .É t. FO UL ON T e t LA NGE NHA GEN . M én il 51 -98 . Pr es se s “ VIC TO RIA ” , E . We tze l, 1, Ci té R iv er in .

PRESSES AUTOMATIQUES S. A. M ., 16, Ru e M ilt on (9 e ). T él . : T ru da in e 28 -8 4. Pr es se a u to m . VIC TO RIA d e RO CK ST RO H- WE RK E E . WE TZE L, 1, C ité R iv er in (10 e ). B ot za ri s 20 -1 9.

PRESSES ET ROTATIVES OFF SET COE NCA F rè re s, 3 bi s, C ité d ’Hau te vi lle (1 0 e ). A. LE SP INAS SE , 40, R. Ri ch eli eu . C en tr al 98 -40 . En bl an c, re ti r. , n oir et co ul eu r “ VOM AG ” de P la ue n

COE NCÀ F rè re s, 3 bis , Ci té d ’Hau te vi lle (10 e ). A. LE SP IN AS SE . Vo ir an no nc e. S. A .M ., 16, Ru e M ilt on (9 e ). Té l. : Tru da in e 28 -84 . Pr es se s “ VI CTO RIA ” , E . We tze l, 1, Ci té Ri ve rin .

PRODUITS LITHOGRAPHIQUES F. CH AR BO NN EL , 13, Qu ai M on teb ello. G ob . 23 -46 .

REGLEURS BL AN CH ET, 47, R. S t- A nd ré -d es -A rt s. L it tr é 93 -99 . O. B UR G Y, 24, R .S te -C ro ix -B re to nn er ie .A rc h. 41- 01 D. RIVA GE et C l e , 15, Ru e La uz in . No rd 01 -64 .

RÉIMPRESSIONS PH OT OL IT HO S pr êt es po ur ti ra ge su r zin c m ac hi ne , po ur ré im pr es si on , et c. CO UR MO NT , ph ot ., 156, R. St -D en is. G ut . 68 -73 .

RÉPARATION DE MACHINES A IMPRIMER M at hi as HÉNC KÈ S, 6 6,R .Fo nta ine *a u* Ro i. Ménil 90*99 M . OH MA NN , 194, Av . Je an -J au rè s. C om bat 14 -45 .

ROTATIVES TYPOGRAPHIQUES A. A LB RE CH T, 4, Ru e d u R epo s (20 e ). Ro qu et . 4 6- 22 . A. LE SP IN AS SE . Vo ir an no nc e. MA RIN ON I, 96,R . d ’As sa sD an to n6 4- 60 ,6 4- 61 ,6 4- 62 . Jul es NAU DIN , 51, Ru e de l ’Aqu ed uc . N or d 52 -00 . S. A. M ., 16, Ru e M ilt on (9 e ). Té l. : T ru da in e 28 -8 4.

ROULEAUX LITHOGRAPHIQUES Ch ar le s SC HM AU TZ, 224, Bd R as pa il, P a ri s. Té l. : L it tr é 73- 91 et 73 -92 . 57, R. Je an -C la ud e Vi va nt, Ly on -V ill eu rb an ne .

SACHETS ET POCHETTES Sa ch ets DO UB LE PAT TE et TEN A X Bre ve té S.G .D. G. BR UN et C l e , seu ls fa bri ca nts . Té l. : Ro q. 40 -90 . 58, Ave nue P hi lip pe -A ug us te , P a ri s (11 e ). GA UT , BLAN CAN et C l e , 154, Fa ub . Sr -D en is (10 e ). PA RM EN TI ER -D ES FO RG ES , 51, R . d e R om ai nv ill e. TR OM PI ER , 74 , Ru e M ag en ta , V ill eu rb an ne ( R hô ne ).

TABLEAU-RÉCLAME, CALENDRIERS (Façonnage de) An e. E t. AMA NE, 45, Fb g. du Tem pl e. N or d : 30- 08

TIMBRAGE - RELIEF

RELIURE (Matériel pour la) A. AL BRE CH T, 4 , Ru e du Rep os (20 e ). R oq ue t. 46 -22 . BER TRA ND F rè re s e t Cl e , 8, R. de l ’Abbaye . Li t.4 1- 03 Ch . CA NNAC , 1, Pla ce d u L ou vr eæ ar is . Lou v. 25- 68 . COE NCA F rè re s, 3 bi s, Ci té d ’Hau tev ill e (10 e ). A. LES PIN AS SE . Vo ir an no nc e. Jul es NAU DIN, 51, Ru e de l ’Aqued uc . No rd 52 -00 . S.A JÉ t.S MY TH -H OR NE , 3, R .F u rs te n b e rg J >ar is (6 e )

At . G . D UB OI S, 12, R . C lav el (19 e ). N . 80 -8 1, 80 -8 2. MALI NVA UD F rè re s, 238, A ven ue F él ix -F au re , Ly on .

TRAVAUX AU POCHOIR E . SE VEL ING E, 28 , R . M u ll e r, P ar is ( 18 e ). N o rd 89 -23

ZINCS LITHOGRAPHIQUES FA NJU N, 108, R ue de la Fo li e- M ér ic ou rt . M én il 9 7-8 0

-S O M M A IR E -----------------------R- P ........................

LE PA PI ER E. Leclerc............. J. C rolarD. ..........

Causerie sur le Papier. Les principales sortes de papier d’éditio n.

L ’ÉDITI ON ET LA RELIU RE Renée DüNAN.........

Les éditions anciennes.

F.

La fabricat ion moderne du papier peint. Riby.................. L’estampage des papiers.

COL LES ET ENC OLL AGE S M. de Keghel .. .. La gomme arabiqu e. L. Jupet................. Les colles et l’encollage des pa­ piers et cartons.

DüFOUR-MagnavÀL. Les é ditions modernes. Ed. Roch er .......... L’art de la décoration dans la

F.

ChANAT.................. H. F ...................... B À IL L Y .......................

J. TAUPIN..............

reliur e moderne. L’outillage du relieur . La machine à assembler. La doru re sur cuirs. La fabricat ion mécan ique du livre

LE PAPI ER MAN UFA CTU RÉ

R. Collin..............

Le papie r carbone. Mac D iamant . . . . Les papiers d’art. E. Leclerc............. Les papiers de garde. P l ü MERE AU ............ Le papier à lettres (prose rythmée) Jean COUTROT . . . . Organisation rationnelle d’une usine de transform ation du papier . d' ap rè s F . FOLL OT. Origine et histoire du papier peint.

PRIX : 30 francs

------------------------------------ .

LE CART ON LAFAY....................

La fabrication des d ivers cartons.

Porphyre .............. Les origines et la fabrication du papier ondulé.

LE CARTO N MAN UFAC TUR É A. SCHIFFER............ Les machines de ca rtonnage. J. D ...................... Les massiquots. C. M...................... La découDeuse rotative. E. AllaRDI............. Le cartonnage d’emballage. L. BERGERON.......... Le cartonnage de luxe. F . T ....................... Matériel typographiqu e perm et­ tant la fabrication des boîtes pliante s. J. D ........................ Les rotatives automatiqu es.

Franco en France . . . . — a 1E trang er . . .

33 fr s 38 frs

) Payement à la commande )

Les exempl aires non payés à la command e seront envoyé s contre rembourse ment, fra is en plus. P u b l i c a t i o n s P A P Y R U S , 3 0 , r u e J a c o b , P a r is -6 ®

C o m p te d e c h è q u e s p o s t a u x : P a r is 1 6 8 - 8 2

i

DECOU PAGE & ESTAMPA GE A FAÇ ON M. M AR TI N, 23 e t 25, rue M ich el- le- Co m te . Tel. : Archives 6 0-9 S R. C 166.825

4

537 ■


• s jn a s s iu jn o 4 s j n a j j j a u j sa j ju o s э э

0£61 I fl O V

'

s r u X d u j ,, э р

s jn a a u o u u u

sa j sn d z a i j q n o u

's a p u E iu i u o o

so a

ja s s n d

э р :и п л у

HlllllirilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllUlIlllllllllllliiiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiilllllllllllllIIIIIIIIIVIIIII $ ££

’X 18 э ЭНР°1\ »apv[d в jis w d эдаАподо

£6'16

Ю’ 98 »эпаАодд

£8 «? р» эп эо з : *Д*?|?> *Д Р ¥

орШвд ар др рз цд з as n ou S o^

SI HVJ - ЭИ!А9)ПВН.Р ?’’Э ‘.,ч€ ‘s a a s j j V 3 N 3 O D

W AVmi T3IM31VW na S 3W0 saa нпоа snoN-zannsNoo

•u o q san b иэ

ijn p o jd a j

Э |э р о ш

;S 3

p

;u o p

u o srp p j

эип р

aS pd

эцээ

эр

9494

п р U 9 iq ;s 9 9 «s aj A tj э ; э 1иэ1 РЛР S 9 J in p

‘SIOJ PJ P S9 jq PJ Al J S; on bl S S PU I £ ДОЛЭЭЭД э р

эр

Эри РШ ШО Э э ц э л п о и

ээлр

•s p d i i t e j n S y A u ‘u o i s s a j d э р s 9 u i9 is Ä s S 9 ji n p p

lip

S 9 j;

Э1ПШШ

PJ P S 9 d n o 9

S lo nb lS SP U I ХПР n b

4U9IA

Jl n b

J9 UU Op lU P A n o d

эип

•p id sd np S9ij)sn put S3j sojno ; ээлв sub эр uoq - bjocjbjjod э и п р ji np oj d э| ;uos

э п Ь S 3 jd p

3S nV HH

‘9}U P} .I0 dlL n

SnOA 3 S f l V H N s io n b is s p m

!s

зэд п р

э р э д ^ ш о и 9J ‘6 £ 6 l

sn ss9 p -p 9

?U U ü J

*3 S9q

O J ÿ ïip 9 q jn o

eio nb isse pj

ssq

•uo isu pjd эривдЗ ээлв auii ppu i üj в s^^düpB 3fl3}U3Anod s^uu oq -иэш -sns sjq tso dsi p S9j snoj^ •••э р *so)io jp sopucq sop odnoo bj V ?J 3 S ‘ЩЭШэпЬрвш -О}ПРПО РЮШЭПЬШВЭ^Ш ‘UIBUI bj в ;iBj 3s jj ‘joi jo p эпЬвцэ эр sjoijTiDqjBd suiosBcj хпв э^ в р в в p ij B ip пр рэ ш эш вш 9q

‘Э пЬ цР Ш О Щ Р UO IS S9 jd P * S 3 p id p j

lU 3U I3 jn 3S ЭД^Э Д ЭБ э и э и и о ц и э ш

*11ПрЭД ЭДОЭиЭ PJ3 S S 3 in u iu i

■% 991 ” 091 ‘091

d

*Ç! I ‘Wl 7 6 '9i : эр эй п о зэ р jnoSjBj эип j no d s pr up uo o 4и os H Sn V H N sio nb BS Bj v s a q

• э д р i n o i 1иЭ[ПЭЛ S 3 JJ JI ip S 9 0

a a id v u x o n ö is s v w м п 8 S 6 1 « » lu a r e ip a d x a HS HV HM s s u i s f i sa [ JIPAPJ} э р SG^nUIUI S 8 S S 9 l S 9 l n o l 62H-P

iiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiii S n H Â d V d


^ в в в н в в в в в в •

‘ ;

U îî

Ь 1вП

£ш Ы ©

H peF Ç U

<d© tï" 3l V â, II X

ввивннанвнв^

en plusieurs couleurs, recto -vers o, en bronzé seuleme nt ou en bronzé et couleurs avec ou sans gaufrage des parties doiées . — Découpages et façonnages divers obtenu s a u to m a ti q u em en t et en un e se ul e op ér at io n

p i I A H Æ O /^ Ъ Ж Т l—i* V l l M I V I D w I ^ I f

sur mach ines DES ÉTABL ISSEME NTS t

M é tro

B

MAIS ON

B O T Z A R IS

FONDÉ E

EN

1887

6 8

r u e

d e

C r im

0

é e

;

P A R IS -1 9 »

T e l. : N O R D

H

Q l-9 9

•» о ч и 3 1 У 1 0 3 0 Н З

HUSTLER .

S O A P ..

chocolate-

.

/х»

ж

]£ = й [

1

f l M i f e ч '& Э К я

TOM MA DE

я

CADUM

ЛА и.ДЯ1СИП »АЙЦ.Г МСЛ1ТЧ

l .L t

.» *r ' |< Z fia E g

у

:

j

fl llW Ÿ W Y ,? '/

B

fl

В

В

fl

В

LEUR EMPLOI

LES O T A T IV E S

pe rm et de réa lise r des éco no mi es

im po rta nte s de ma in * d’œ uvr e tou t en ob ten an t un tra va il ex ce lle nt et tou jou rs ré gu lie r et en su pp rim an t

Etab uss

re su m en t e x p é ri e n c e

6 4 .7 0 , R U E

d e c r i,

PA RIS

de

tout

i

qua ran te ann ées

'z 1 a s й "X vTÔÔO HO 'l

ga sp illa ge

de pa pi er et d ’enc re.

TÀOLE JELLY

*1

'' J

■ ■ A T13.* . T i a y x

Zs # SÎ 55 SÏ S- X a -

■•

LUX

LUX LUX

VOO RHETW ASSO IE N VAN A IL E F U N G O E D

1

VO ORH ET WASS CHE N [ VA N ALLE F U N G C E D

id z ù T ” ! j

1 1ê Ê r - g T " : 1'

[ « x t k a i c t кяотг еъ] | ВС0МСТ ZIJOC - AA«T I 5 i = l ? î 1AUC n JfcC WtlFSfiLS ]

POUP tO Ur 1АУЛЫ

FU « A U X WASCHE

|fwr a

nUNÇOlS-MCUNlCA

H ,

T OCCT

о

и

(ХМАМВОЧ 1*< ПССА>Я ГАi Ч R** 4« Crimée

VIGO R

682

■ ■

Ensemble de quelques travaux obtenus en un seul passage sur machines rotatives automatiques L. CHAMBO N. b

p b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

b

..y

b

539

в


P A P Y R U S lllllllllllllll llllllllllllllll lliiiiiiiiiiill llllliiiiini iiillllllll lllllliiill lllllllllll lllllllllll lllllllllll lllllllllll lllillllll

MACHINES ET MATERIEL POU R L'IMPRI MERIE ET LES ARTS GRAPH IQUES

LA ROTOCALCO M" 1930

constru ite en 5 formats de 4 7 x 6 0 à 92 х 125 répond par sa gamme de formats, ses qualit és de robustesse , de précision et de vitesse à toutes les exigences de l’imprime rie mode rne

LA MACHINE TRAPUE, VITE ET PRÉCISE 54 0 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiuiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii A O U T 19 30 A v a n t d e p a s s e r v o s c o m m a n d e s , n o u b li e z p a s les a n n o n c e u r s d e " P a p y r u s ". c e s o n t le s m e il le u rs f o u rn is s e u r s


IIIIIIIIII IIIIIIIIII IIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIII IIIII

Atel iers à N oi sy -le -S ec Tél éph one : Co mb at06 -29

Étab lissements Â. LESPINÂSSE

rel ep h. :

PA PYR US

/ Cen tral : 89-40 . 6 2 .76 G u te n b

Tél é. : Elec trim p. T T Paris

40, rue de Richeli eu, Paris

Ses Pr es se s r ot at iv es ty po gr ap hi qu es V om ag ” pour journa ux et illus trations . Ses Pr es se s ro ta ti ve s o ff se t ju sq u’à qu atr e co ul eu rs “ V om ag ” pour journau x et illustra tions.

I

I

Ses cl ic he ri es et pr es se s à em pr ei nt es hy dr au liq ue s au to-

m at iq ue s “ V om ag ”.

I

Nom breu ses référenc es en Fran ce et à l’étrang er du matériel “ V om ag ” de Plau en.

Ses P re ss es de ux tou rs en bl an c au to m at iq ue s “ W in ds ­ br au t ” de Sche iter et Giesec ke se construis ant depu is le for­ mat Ra isi n jusq u’au format Un ive rs . Mar geu r autom atiqu e “ Uni ver sal” faisant corps avec la m achine . Nom breu ses références en Franc e de presse tourn ant depu is vingt-cinq années. Nom bre use s références en Franc e de nos types les plus perfectio nnés. Ses Pr es se s à pl at in e au to m at iq ue s “ Ph én ix ’’ de Sch eite r et Gies ecke se construisa nt depuis le format un qu ar t ra isi n jusq u’au format dem i-jé sus .

I

Plu s de 2. 00 0 machines travaillant depuis trente années. Ses M as siq uo ts au tom ati qu es “ P er fe c ta ” de John e We rk. Se constru isant en 78- 92 -1 02- 1 1 5 ,5 -1 3 0 -1 5 1 et 161 cm .d e longueur de coupe .

I

Nom breu ses références en Franc e de ses types semi-a utom et entiè rem ent autom atique s. De ma nd ez nos réfé renc es

Pre sse à pla tine " P h én ix ” avec mar geu r auto mat iqu e

A O U T 19 30

Mas siqu ot “ Per fect a ” aut om atiq ue, type AZ

iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiniiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 541

Qu’il vous plaise de mentionn er “ Papyrus ” en pa ssant vos commandes à nos annonc eurs. Merci l


P A P Y R U S llllllllll lillllllll llllllllll llllllllll llllllllll limillll lllllllllllll llllllllllllll lllllllllllllll llllllllllllll llllllllllllll lllll

MACHINE S ET MATERIEL P OU R L'IMPRI MERIE ET LES ARTS GRAPHI QUES

LA “REPO RTADDOR” 7

M ac hi ne à re po rts ph ot ol ith og ra ph iq ue s SUPPRESSION DES REPORT S A LA MAIN

Rigoureu se précision de repérage pour le travail polychrome. Simplicité de manœuvre. Sécurité de fonctionnement. La premi ère mac hin e de ce genre cons truit e en France.

54 2 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiliiiiiiiiiiiiHniii A O U T 19 30 A v a n t d e p a s s e r vo s c o m m a n d e s , n 'o u b li e z p a s le s a n n o n c e u r s d e " P a p y r u s ". c e s o n t le s m e il le u rs f o u rn is s e u r s


Illllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll

P A P Y R U S

A O U T 1930 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 543

Qu’ il vous plaise de mentionner “ Papvr us ” en passant vos commandes à nos annon ceurs . Mer ci !


r e c a r t à n o t e r n a i c e ch l a s r ur M e o t p x d i é e. u u o de é t u g e c a nt nn . et e t o f ai ss e e m r t

l r . a P re é c i a l e c e pa c i le . a e sp ur r agit e fà pil e . é o e. p p g u j r R e n d u ion a i e l 44i t h o t a p c C ce lx pr Ré o n t e i o n 3 e t S M te n t 1 x 4 3 Y n u ts: 0 T a a M rm O

N L IA I S ER I S

Fo

S

OC

É N Ç un, PA T IÉ A m a FR 1,

B

d

h l ép Té

Ha

on

e

us :

s

v P ro

c en

e

04

. .S 3

04

.S 4

PE


IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIII1IIIIIII IIIIII1IIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIII!IIIIII!IIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

PAPYRUS

LA NOUVELLE ENCARTEUSE-PIQUEUSE

LES BR OC HE UR S, LES RE LI EU RS Qui achète nt du matériel sans consulter

CH . FI ES CH I & C 1E 2 3 , A v e n u e d e C h â ti il o n - P a ri s X IV e ignorent les derniers perfecti onneme nts apportés sur les

plieuses, couseuses, piqueuse s, encarteu ses. A O U T 1930 Ш111ШШШ111111111Ш1111Ш11Ш1111111Ш1111111111111Ш1Ш1111Ш1Ш1Ш11111111111111Ш111ШШ1111111Ш1111111111111111111111Ш1111Ш11Ш1111111111111111Ш111111111111111111111Ш1111Ш111||||||||||||1ШШ11 545

Qu*il vous plaise de mentionn er “ Pap yrus ” en passant vos commandes à nos anno nceu rs. Mer ci!


PAPYRUS

IIIIIIIIII IIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIHI IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIII K] Kl Kl

P r e s s e 2 t o u r s « E l b y - U é b é » f o r m a t 65 «» » x 1' «. P r e s s e £ t o u r s « E l b y n ° II » f o r m a t 8 0 « » x lu > 2O ,

L es pr es se s ty po gr ap hi qu es n o r m a li sé e s

Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Ю K

Kl Kl Kl Kl Ю

des

É t a b li s s e m e n t s

É d o u a r d -L a m b e r t ,А<Й

349,

A venue

du

P r é s i d e n t - W i ls o n

LA P L A IN E S A IN T -D E N IS T é lé p h o n e

(S e in e )

: A 'o r tl 3 7 - 5 ^

A t l r . (é lé sr a * . x E l a m b e r c o

к

' * 'Л ’ t , r >4 <?t »b? *®» b v

^'e ». /'■ ’‘ » « « л ’ ’

s p r

c

f» r

,o«v

S4OC '

Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Ю KJ Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl Kl

546 llllininillllllllll llllllllllllllll lllinilllllllll llllllllllllllll lllHItlIlinill llUllinilllll llllllllllllllll llllllllllllllll llllllliniUin illlNllllllini llllllllllllllll llllllllllllllll inininiUini llininininill lllllll AOUT 1930 Avant de passer vos commande s, n’oubliez pas les annon ceurs de " Papyrus ", ce sont les meilleurs fournisseurs.


I

H E L IO G R A V U R E R O TO G R A V U R E !!

DEU X MOTS QUI COUR ENT SUR TOUTE S LES LEVRES. IL N'Y A AUC UNE RAISON D'ORDRE PRATI QUE POUR QU’ ILS NE REPRÉSENTENT PAS POUR VOUS LA RÉ ALI TÉ DE DE MA IN.

LA MA IN- D’ŒUVR E RESTE- RARE, C'EST UN FAI T. ELL E N’ EST CEPENDAN T PAS INTR OUVA BLE ET LE SERA TOUJOURS MOINS PUISQUE NOUS LA FORMERONS POUR VOUS A NOTRE ÉCOLE D'ENS EIGN EMEN T TECH NIQUE ET PRATIQ UE A PARIS. LA PREMIÈRE ET LA SEULE DU GENRE EN FRANCE. LE LAB ORA TOI RE do nt l ’in st al la ti on vous fa it HÉSITER PAR RAISONS TECHNIQUES ET ÉCONOMIQUES N'EST PLUS UN OBSTACLE. VOUS ÊTES IMPRI MEUR ET ENT END EZ LE RESTER EXCLU SIVEM ENT. BIEN. NOUS GRAVERONS LES VIROLES POUR VOUS, A FAÇON, C OMME UNE VUL GAI RE SI M IL I CUIVRE. UNE VISIT E DE NOTRE INS TA LL AT IO N MODERNE ET MÉT HOD IQUE VOUS PROUVERA NOS POSSIBILITÉS. LES MA CHI NES ? NOS RÉFÉRENCES PROUVE NT OU'F.I I FS DO NN EN T S ATISF ACTIO N AUX PLUS EXIGEA NTS DES CLIE NTS . LA GAM ME DES CINQ FORMATS RÉPOND A TOUS LFS BESOINS. LES APPA REIL S COM PLÉ ME NT AIR ES, pour ceu x qu i dé sir en t graver EUX-MÊMES, LA VIS ITE DE NOTRE LABORA TOIRE LEUR PERME TTRA DE VOIR QUE NOUS NOUS SOMMES ASSURÉS LA COLL ABO RATIO N DES PREMIERS SPÉCIALISTES EUROPÉENS. PL A N S E T D E V IS D ’I N S T A L L A T IO N S . D É M O N S T R A T IO N S E T E SS A IS GR AT UI TS PO UR LES ÉD ITE UR S ET IMP RIM EU RS FRA NÇA IS. RE NSE I­ GNE Z-VO US, D O C U M E N T E Z VOUS S A N S EN G A G EM EN TS & SANS AUC UNS FRAIS, A L’ L f f i J I l l l l 31, RU E DEP ARC IEUX , PARIS

R« C. Seine 215 .182 B

Télépb. Ség ur 76- 74

Les e ncres qui ont servi au tirag e de la couverture de ce numéro sont de l ’excellente marque LEFRANC 547


PAPYRUS

II II II IU II II II II II II II lil lll lll lll lin ill llI II II H II II II II II II II II II II II II II II II II II H II II II II II II II II II II II II II II II II II II II Iin ill lll

El

Й

и

ВЭ

I L’AUT OPE RFECTION I Й

El

T y p e

El EI EI El El El EI El El EI EI El El El El El El EI El EI

В

№ 3 - Raisi n

- 2 .6 0 0 à l ’h e u r e

№ 4 - Jésus

- 2 .4 0 0

N° 5 - Do ubl e-c arr é- 2 .3 0 0

est munie d’un nouveau margeur

autom atique breveté, simple et précis, spécialeme nt étudi é pour la machine,

possède la touch e et distr ibut ion d’encrage commandées et un nouveau recev eur-t ransp orteu r perm ettan t ainsi El l’exécution des travaux les plus soignés.

El El L’AUTO -PER FECT ION №• 3, 4 et 5 S E CO NS TRU ISE NT AU SS I AVE C RECEV EUR A RAQ UET TES E l El El El El C O N S T R U C T IO N E X C L U S IV E M E N T F R A N Ç A IS E El El El El El Constru cteur, 20 6, rue Sain t-M aur, P A R IS -X ' E l • >. Л V A l_ J l~ t f.L 4 .L L 4 } Métr o : C om b a t — Té lép hon e : N or d 48 -5 2 El Représ entant s pour la Belgi que et le Grand Du ch é du Luxe mbou rg : F on d er ie V A N D ER BO R G H T, 1 5 6 , R u e V e r t e , à B r u x e l l e s E l El

P

P

IIP

Registre du Comm erce, Seine , № 81765

54 8 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

A O U T 193 0

A v a n t d e p a s s e r v o s c o m m a n d e s , n ’o u b li e z p a s le s a n n o n c e u r s d e " P a p y r u s ”, c e s o n t le s m e il le u r s f o u r n is s e u r s .


Illllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllfllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllillllllllllll P A P Y R U S

C O M PO SI TI O N M ÉC AN IQ UE EN C A R A C T È R E S M O B IL E S “ M ON OT YP E ” 34 Machines à fondre et à composer munies :: :: des tout derniers perfectionnements :: :: Maison de la Spécialit é la plus important e et la plus ancienn e de France (fond ée en 1904) .

L. F. P. HUBERT 9-1 1-1 5, Rue du Faubourg-Saint-Denis, 9-1 1-1 5 PA RI S-X e T éléphone : Pr ove nce 20-67

—— ——

R. c . Seine № 27.809

N’imprimant pas et ne travaillant que pour MM. les Imprimeurs

Caractè res Mo der nes et Classiq ues du corps 14 au 7 2 (Al liag e cuivré)

Car actè res de labeur s du corps 5 au 12 Vign ettes et Bordure s du corps 6 au 36 (1 60 Mo dèl es)

:: —■—

::

Filets et Interlignes

::

E n v o i f r a n c o d e s T a r if e t C a t a lo g u e s s u r d e m a n d e

:: —: —

A O U T 19 30 iiiiiiiiiiiilliiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 54 9

Qu’il vous plai se de menti onner “ Pap yru s ” en pass ant vos comma ndes à nos anno nceu rs. Me rci/


1

L a p r e s s e ^ u to m £ itîq u e

"C RA FT SM A N "

d e C h a n d l e r & P r ic e ( C le v e la n d U. S. A.)

marge automatiquement, imprime, trace, déco upe et reçoit automatique ment les papiers minces, bouffant, cari es, cartons, en tous formats, depuis la ca rte po stale 9 x 14 centimètres jusq u'a u format

Demi»Jés us 38x5 6 cm à la vitess e soutenue de 2.500 à l’heur e imp ress ion de la simili el de s fond s à plein for ma i; décou* pa ge de s boîl es pli an tes ; en cra ge cyli ndr ique comb iné av ec en cra ge pa r labié. N O M B R E U S E S R É F É R E N C E S . C A R A C T É R IS T IQ U E S 5 c m. 4 to uc he ur s, dia mè tre . Inté rieu r du ch âs si s .. 37 x 56 c m. 157 x 109c m. En com bre me nt............. Ext éri eur du c h âs si s .. 45 x 62 c/m. 1700 kg s Po ids n e ts ..................... Dime nsion de l a pl ali ne . 38 x 65 c,m. 1 1.-2 C.V. Fo rce m otr ic e............... 62 c m. Diam ètre d e l a ta bl e à enc re. va ri at eu r de vi te ss es do nn an t de 800 à 250 0 im pr es sio ns â l'h eu re.

MACHINES VISI BLE S EN FONCT IONNEM ENT A PA RI S LIVRAISON RAPIDE, RÈGLEMENTS D'ACHAT FACILITÉS PA R DES TR AIT ES ÉCHELO NNÉES OU EN LOCAT ION

RADIGUER & Cie, 13, rue S ie -C éc ile , PARIS

L a T h e r m o g r a p h ie est un nouv eau procédé d ’impression à la portée de tous les imprimeurs typographe s

On imprim e com me on le fer ait pour un tir ag e en noir ordin aire

avec des caractè res typo, imi tant le tim­ brage ou la taille-douce, avec une encre peu siccative ; on saup oudre l’impression avec une laque en poud re et on passe la feuille dans un appa reil chauffé par le gaz ou l’électricité pour cuire l’im­ pression, d ’où le terme Thermographie.

L a T he rm og ra ph ie do nn e im e im ita tio n par fa it e du ti m br ag e en re lie f, sa ns co ntr e- par ti e au re ve rs , et en t ou te s co ule ur s, en or ou en a rg e n t; un e im ita tio n si par fa it e d ’une im pr es si on en ta ill e- do uc e, su r c ui vr e ou a cie r, cpie de s sp éc ia lis te s eu x- m êm e so nt dé çu s. Un m a té ri e l co m p le t po ur im p ri m er en

T h er m o gr a p h ie co m pr en an t un ap pa re il F le xo , ch auf fé a u g az , pa ss an t d es f eu il­ les de 40 ce nt im èt re s de la rg e, lo ng ue ur qu el co nq ue , av ec un re nd em en t de 5.000 feu ille s in-4° à l’he ur e, un as so rt im en t de si x bo îte s de la qu es en po ud re re ­ pr és en te un e dé pe ns e to ta le de

4.300 Fr an cs R a d ig u e r & Lie, 13, ru e Si e- Cé ci le , P ar is Composé d ans les série s Ratio Lntioc

Ecliantilons de trava ux sur demande.

m

550 iiiiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii Hiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii ii

A O U T 1930

A va nt de passer vos com man des, n’o ub lie z pas les ann onc eur s de " Papy rus ” , ce sont les me ille urs fourn isse urs.


PHOTOGR AVEURS HE LIO GR AV EU RS Ne manq uez pas de nous con sul ter chaq ue fois que vous aure z besoin d'u ne tram e simili ou hélio. N’ oub liez pas que nos trame s simili sont munies du jon c éle ctr oly tiq ue qui em pêc he tou te form atio n de zones grises. Vou s avez ainsi la g aran tie de la plus gra nde duré e. Cons ultez -nous pou r ,'assura nce à 1 0 0 % con tre les ac ci­ dents aux trames en cours de trav ail dans vos atelier s. Toute tram e étan t un cap ital pré cie ux doi t êtr e assurée. Stock dans les dimens ions les plus cou ran tes pou r off-se t e t hélio. Livr ai­ son imm édia te pou r tou te la France.

Le plus fo rt stock de tra mes en F rance. Propo sitions , dém onst ratio ns, con ditio ns les plus avantageuses, chez Dan. Nies tlé, 31, rue De par cie ux, Paris-14 e


SI B E A U C O U P

DE

M A C H IN E S

" V IE N N E N T "

il en est fo rt peu qui "a rr iv e n t" . C el le s qu i vi e n n e n t" on t tou tes les qu ali tés ( di t la p u b lic ité ); ce lle s qu i so nt "a rr iv é e s"

APRÈS PLUSIEURS ANNÉE S D'E XPÉ RIE NCE S ET DE MISE AU POINT on t pr ou vé leu rs qu ali té s fo nd am en ta le s. Fixe z do nc vo tre ch oi x sur un e pl at in e au to m at iq ue qui a fa it ses pre uv es e t non sur ce lles ^q ui p ro m e tt e n t de les fa ire .

D É P A R T PA R IS

26.500 A ch et ez ce lle qui ass ure au ma xim um les ava nta ge s de l'a ut om at ism e in té gr al .

EN AC QU ÉR AN T L’EXPRESS VO US NE FAITES PLUS UNE EXPÉRIENCE, VO US METTEZ A PROFIT CELLE DES AUTRES. C ’est moi ns on ér eu x! y иi ......... ...

' .

.


b / p j9 jV

’sj nd au ou m e

son

e sa pn eu iin oo

so a

jn e s s e c f

аэ „ sr u A d vd „ аэ аа оц аэ ш

э р o s ie /tf

snoA u f nQ

£ÇÇ lllllll lllllll lllllll ltlllll lllllll lllllll lllllll llllll lll|| |||| |||| l||l| ||||| |||| |||| |||| |||| ||||| |IU IIII IIII IIII IIII Iilll llllll llllll llllll lllll llllll llU llllll llllll llllil llllll llllll lllll| ||||| |||| |||| |||| |||| ||||| |||| |||| |||| ||| 0 £ 6 1 I fl O V

Ш111111111111111|||||||||||111||||||||||||||||||||||||!111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111|||||||||||||||||||||||||||||||||1||||||||||||||||||||Ш SOUBJJ эр ООО'ООО'ЬЬ :

лэ рр ш цо э эщ по р : 9 - Ц Q

— ’uispcu oj qn op : p -

Q vdA j,

SpOUUOJ XU3Q

I эдплш8оцэ]_[ ua uois sajd uj]

jn od

Балц щоу |

I зпЬ цвш ощ в 3U3LpiJQ sa nb pe uj oi nü su na S jB ^ | SUOUBJlSnjJl xn üi un op jn od

sj no i xn a p ç ia и о ц ш ц а д иэ san biqdüj Sod Ä) sa ss aj j

H iil llH II II II II II II II II II fll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll ill lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll F . S f lH Ä d V d

s s iiiiiiin iiiiiig iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii


*

que des phrases !

Vo ix des Auto rité s mon diale s !

Machine à faire les tubes «RENGER» Type H. W.

E co ut ez la

Machine à encoller avec tap is rou lan t . REN GER » Type G. Z. S.

su r la construction Fabrique de Cartonnages, F. ALLARDI, Paris >

Je saisis avec plaisir l’ occasion de vous dire tout le bien que je pense de la machine à encoller que vous m’avez livrée il y a quelque temps. Cett e machine me permet de travailler avec de la colle à chaud aussi facilemen t qu’ on ait pu le faire avec de la colle à froid c’ est-à-dire obtenir un rendement bien

supérieur à toutes les colleuses existantes. Je n’insiste pas sur l’ avantage que présente également cette machine de permettre à l ’ouvrière qui passe les feuilles de voir, en même temps, les ouvrières qui travaillent. Enfin, son montage est tellement simple qu’il ne nécessite que quelques minutes ce qui permet le nettoyage très ra­ pide, même pendant le cours du travail. Je vous autorise bien volontiers à faire état de cette attestation et suis à votre disposition pour montrer cette machine en travail quand vous le désirerez.

Cartonnages Ma rce l PRI N, Sainte-Saviné Nous vous informons que la machine à encoller en pro­ venance de votre maison nous donne pleine et entière

satisfaction sous tous rapports.

Cartonnages-Imprimerie L. F O U Q U E , Oran (Algérie) Nous sommes heureux de vous faire connaître, par la présente, que la machine à coller les boîtes pliantes, que vous nous avez adressée, nous a donné pleine et entière satisfaction et nous a permis de donner à notre pro­ duction un essor insoupçonné qui a dépassé de loin

toutes nos prévisions.

J. COU LEM BIER , Paris Je m’empresse de vous faire connaître que je suis très satisfait de la machine que vous m’avez vendue. Beaucoup moins chère et mieux conçue que celle de cer­ taine marque étrangère, je l ’apprécie chaque jou r davantage.

Cartonneries EV E T T E G ER M A IN & C ie , Aubervilliers-Paris Nous pouvons certifier que nous avons trois machines à coller (à blanchir le carton) du même type de la maison Renger dont nous sommes extrêmement satisfaits. Habi ­ tués au fonctionnement de deux machines, nous avons monté la troisième machine reçue par nos propres moyens et l’avons mise en route et fait fonction ner en marche nor­ male exactement huit jours après son arrivée à notre usine. Nous devons ajouter que ces machines donnent un col­ lage qui satisfait entièrement notre clientèle. Ont reçu, depuis, une quatrième machine à blanchir ainsi qu’ une encolleuse G Z S avec tapis.

Cartonneries V. WEIBEL, Kaysersberg Nous vous confirmons volontiers que nous avons entière satisfaction de la machine à faire les tubes et de celle à sectionner les tubes. Ces machines sont de construction bien comprise et très soignée et fournissent

un travail impeccable.

Papiers à Cigarettes BRAU NSTE IN Fr èr es , Papeteries de GASSICO URT Nous avons 1 avantage de vous informer que nous décou­ pons sur votre bobineuse du pa pier à partir de 9 grarrn-ps.

Ministère des Finances IMPR IMER IE NATIONAL E, Paris Je soussigné, Ingénieur des Manufact ures de l’ Etat, cer­ tifie que l e ch ef-mont eur de la maison Reng er de Strasbou rg a assuré avec compétence la mise en route de la machine à gommer fournie par M. Renger à l’ Imprimerie Nationale.

N ’ach ete z jam ais des Mach ines à Col ler et Go mm er, Colleu ses En to ur eus es-B oîte s, Bo rde use s, En rou leu ses -Tu bes , Sec tion neu ses, Mi tra ille use s, Cis aille s, Pa raf fin eus es, Vem isse use s, sor tes , Pre sses à Ball es, etc ., etc ., ain si qu e des COLLES A FROID

sa n s c o n s u lt e r le s U si n es

ESÎBER 89 554 и

de Boîte s Pl ian tes , Bob ineus es de tou tes Pre sse s à Liss er, “ Gr an de s M arq ue s


's jn d o u o u u v so u в so pu B ui tu oo

soa

juBS SBd иэ „ s n jÄ d B j „ .1 эи ио ци эш эр e s ie jd

su oa

i! ,n &

ÇÇÇ iiiiiiiiiiHliiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiliiiilliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiii 0£61 I f lO V

,Хs !JBd ‘эпрэпЬуд эр эпл ‘09 р t g ‘МЮПVN ' f : ээивдj

Bjjnod -sn pxa q uas ajda ^

QPJSUDUI siAdp 19 g jg

ou

ээ ц г е^ р n o p d u a so p bj гэ р п в га эц

•ш э ОСТ

S T I * SOT * 8£

5 9dno3

эр xn an Su oq •s oj qï ss aj du io o s9 Ji sj oi du d se p 9d no o B{ jn o d эш эт а a p p p a j d э5 в |§ эд sir es ap d в[ эр sj nd iir eq S9| sd in oi jn o d эп Ь р вш *o iir e u o is s a j j -sB jq в эр пв та та оз в[ a u iu d d n s io u B q 3 np 99 i9A 9jq ЭПЬрВШОгПВ'ТШЭв ЛШЦЭД 9J 19 ЭЗПВЛВД *ЭЭШДЭ| lU9tQ 919|d uiO9 19 9U 0J n o p o n ji su o ^ *ДЭ1Л9| 9ШЭШ 9[ Jüd ЭШЦЭВШ B| Эр 9^BÂBjq -э р 19 9xreÄBi qUI3 e SlU9in9UUOp39JJ[9d вДЭШДЭр S9p ЭПЛДПОД *9S13 -9 jd lu io d rre 9s n n ээл в Э1ИО|ол в lo u B q s np э р в х э эз п в л у ‘9jq Bj -B dx no au i iu 9u in [o sq B 19 ‘э и эп s9 Ji a pi dp j gd no ^ — ‘Q ff lV Э 1?Р°ТМ

заы ун 3Sfi3NDOH W I A T I I J fV * зпз лпс ш и V l/ulJLClVJ

u{nf ,4 ne ;вдо п np

SUBJ зр dJIOJ «I р sa so dx a э}э P эитцэтзш э ц э з

SflHÄdVJ

nilSilllllllllllilllliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii


PAPYRUS

IIIIIIIIIHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHIIIIIHIIHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIinilllllHIHIIIHHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIH

MAC HINE S ET MATERIEL PO UR L'IM PRIME RIE ET LES ARTS GRAPHIQ UES

L a no uv el le R e fo u le u s e R o ta ti v e e n c o n ti n u

“ BO BST ” Type R. R. C. pour cartons cassants

est l’outil id é a 1 pour refouler rotativement tous les cart ons Q R é g la g e e n

m o ii

Marge très facile. à celle des refouleuses verticales dites à pinces. ique ident Qualité de refoulage Re mp lac e 4 refou leuses à pinces.

É co no m ie se ns ib le de m a in -d ’œu vr e,

de fo rc e et

en co m br em en t

ré du it

55 6 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiii A O U T 19 30 A v a n t d e p a s s e r vos c o m m a n d e s , n o u b li e z p a s le s a n n o n c e u r s d e “ P a p y r u s ”, c e s o n t le s m e il le u rs f o u r n is s e u r s .


lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllilllllllllHIIHIIII

m p n m e u rs en

1

PAPYRUS

S o y e z M o d er n es .. .

e m p lo io y a n t des

M achm es

Mod er n es

q u i s a n s a u c u n e m is e e n t r a i n , s a n s e n tr e ti e n , a v e c u n e c o n s o m m a ti o n d e loo rc e r é d u it e

UNE SEULE PERSO NNE et en UNE SEULE OPÉR ATIO N

avec

M a c h in e à im p r im e r en 2 c o u le u rs , n u m é ro te r, p e r f o r e r d e s ti m b re s -p ri m e s d é li v ré s p a r p a q u e ts c o m p té s d e 5o f e u i l l e s e t à i n t e r c a l e r e n tr e c h a c u n e d e ce ll e s- c i u n e fe u il le ré c la m e a n ti m a c u le el le -m ê m e im p ri m é e en 2 c o u le u rs

PE U V E N T IM PR IM E R RE C TO -V ER SO , EN PL U SI EU R S C O U L E U R S, BR O N ZE R, G A U FR ER , N U M ÉR O TE R , P E R FO R E R , C O U P E R , D É C O U P E R , C O M PT ER , R EB O B IN ER OU P L IE R EN PA RA VE NT a v e c u n R e n d e m e n t iS u p é ri e u r e t u n P r i x d e R e v i e n t tr è s I n t é n e u r à c e u x q u e v o u s o b te n e z s u r v o tr e m a té r ie l a c tu e l.

JN^Lanuf: a n u la c tu re Mé tro : Por te des Lilas

Je M a c k in e »

M o â er n es

З1 6 a З 2 2 , R u e d e B e l l e v i l l e P a r i s (X X ')

A O U T 1930 iHiiiiiiuiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiim

Téléphone : Ménil.

96-60 96-61

557

Qu'il vous p laise de m ention ner “ Papyru s " en passan t vos commandes à no s annonceu rs, Merci !


P A P Y R U S

lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllINllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllHi

VO IL A la p re ss e P. 8 el le es t fr a n ç a is e el le es t e x tr a ro b u st e el le d é c o u p e , ra in e , re fo u le , p e r fo r e , g a u fr e le s p a p ie rs et ca rt o n s sa pl'atine 83 x5 8 cm.

son poids 2 .8 0 0 kgs

son châss is 78 x5 4 cm.

c’est une machin e —

JURINE 15 à 25, Av. Edouar d-Âynard L Y O N -P A R IS 37, R. des Boulets (XIe) 55 8 llliililliliiiililJliiiiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii A O U T 19 30 A v a n t d e p asser

vos

c o m m a n d e s , n ’o u b li e z p a s le s a n n o n c e u r s d e " P a p y r u s ". c e so n t le s m e il le u rs f o u rn is s e u r s


1ТП1Г1Г1111''''|1||Г11|||||||||||||||||||11Ш1ГГЛ

||||" ||||||||||||||||

l l l l l l H l l l l l l l l l l l l l l l l l H l l l l l l ......... .

11е Anné e — N” 125

31 Août 1930

Admin istratio n * Rédaction

30, Rue Ja co b, 30 Té lép h. : Lit tré 45-27 -

-

PA RIS (6e)

Chèques Postaux : 168-82

Reg.du Com merc e № 207074 B

T arif des A bon nem ent s : Fra nce et Co lon ies ............... Etran ger (pour les pays ayant adh éré à la convention de Stockolm). . . . — (pour les autres pays)................... Prix du Num éro 4 fr.

40 fr.

60 fr. 75 fr.

Les abonne ments sont toujours payables d’avance

SOMMAIRE Fr. D ufo ur ............... Chro nique : Un typograph e de qu al it é................................................................................................. F. V. HÖ SSL E . . . . Histo ire de quelques anciennes papeteries françaises (suite) . . . . . . . . . . . . . . . . . . H . C hapront . . . . . Les art s graphi ques aux S a lo n s ................................................................................................ ... . . A. T raveller. . . . La normalis ation dans l’industrie américaine d u ca rto nn ag e............................................................... Fr. des M asières. . . Chro nique d e l’édition et de la Lib rairie : La fabrication du papier en Esp agne . . . ...................... E. L eclerc ................ Le prem ier livre imprimé à Marseille. . ..............................................................................' ' . . . . L. M agnaval . . . . L’organis ation commerciale e t i ndustrielle : Les catalogues c o ll ec ti fs ............................................... A. C he m ist ............... Soli dité à la lumière des pi gments pour encres lithog raphiques . . . . . . . . . . . . . . . . Chro niqu e des No uv ea ut és .................................................................................................................... La normal isation des fo rmats de pa pi er ................................................................................................. Éc ho s-F ran ce ................................................................................., ...................................................... Ec ho s-E tra ng er ........................................................................................................................................ Papyr us docu menta ire et économ ique................... , ...................................... ....................................... Bibliog raphie .................................................. . . ' . .......................................................................... In te r- R ev ue s............................................................................................................................................ Petite s ann onc es........................................................................................................................................ Biblio thèque des Arts e t Indust ries g ra ph iq ue s........................................... ... .......................................

RA PPEL

DU

S O M M A IR E

D ES

№ 123 -30 Juin 1930 Chronique. Comment on fabriquait autrefois le carton. L’Exposition des Peintres Graveurs français à la Bibliothèque Nationale. Gilles Bairat . . . Historique de la fabrication des sacs en papier. Fr. des M asières . Chronique de l’Édition et de la Librairie. Gilles Bairat . . . Le Congrès de normalisation des formats de papier. L. Magnaval. . . L’organisation commerciale et industrielle. La XXII 0 Foire de Paris. Échos-France. Échos-Étra nger Papyrus documentaire et économique. Bibliographie. Inter-Revues. Petites Annonces. Bibliothèque des Arts et Industries Graphiques.

Fr. D ufour. . . . A. BOOKWORM. . . Pierre M ornand. .

NUM ÉROS

560 561 563 565 568 569 571 572 573 574 577 579 580 587 589 603 605

PRÉCÉD EN TS

N° 124 -31 Juille t 1930 Fr. D ufour. . . . Chronique : Nos académiciens : Charles Le Goffic. Pierre Mornand. . De quelques livres d’art. Charles P eignot. . Plaidoyer pour la protection légale du caractère d’imprimerie. P. R iegger . . . . Le sac en papier et son évolution mécanique (suite). A. Boxmaker . . . Un nouveau débouché extrêmement importan t pour le carton mince. Le Congrès national des Protes et Correcteurs d’im­ primerie. A. Boxmaker. . . La fabrication automatique des boîtes pliantes. Fr. des M asières . Chronique de l’Édition et de la Librairie. L. M agnaval. . . L’organisation commerciale et industrielle. Échos-France. Échos-Étranger. Papyrus documentaire et économique. Bibliographie. Inter-Revues. Petites Annonces. Bibliothèque des Arts et Industries Graphiques.

AO UT 1930 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiilliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiliiilliiiiiiiuiiiiii 559


0£6l i n o V

iiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiHiHiiii 09Ç

• н п о я п а ’4 •sr oiu ХПЭр }UPpU9d Ij no p 9J } U3J 9pjP S SIUß~S4U42I S 9 3 ’S U V ИЗ э р э§ р д p ‘06 Z I I!JA V L \ Э 1 4n j n o u j u i p ju p j j u iu ip fu o g •o qd ui op q }UP}p p9 sn jd 9[ п р р и э р в д no ‘9U}Pd PS su pp PJ4U9J JI ‘io n b S9j dP Î xj pd эр 94JPJ4 9J JOUSTS s i j p j P }ШЛ JI ‘j ppjo s 4UPJJIPA и э ji sj n p u o o 9S [J 9f] 9nb P[ }UPpU9d ‘9DUPpU9d9pUi p ЭЛ1ЭПх> PJ S9j dP *£g£ | U J •s u o q o u q si p э р 49 s jn o u u o q p oj qu io o 413 JT ;э siuß -S4 P4 7[ so p 9nbT 4ijod Э4тлц эрд p 4U 9t u9 ui qu i jo jo m 9S э р sn jd PSS90 эи ji ‘sjo j S9Q •9 jip qu 34 od iU 9j d 3J4SIUIUI эр 94 ljp nb U9 SOj pUOß P PJJP JI [ иэ 4Э ££ £ [ 113 ‘3IUPAJÄSUU9J э р S94SOd S9p JPJOUOS ДПЭ4ЭЭДТр з ш ш о и }n j JI ‘£££ I 113 -ЭШРЭ -и э ш р эпЬэ1|40Т[С[1С[ o jo iu io jd pj рэд э JT ‘on b ij q n d u o q d ij o -s n o s э и п р иэ Хо ш п р ‘4Э ‘o iq d jo p p ji q j э р S94sod S9p дпэ4 -ЭЭЛр э р lOjdUJOJ 4u p q o JI ‘94UPAinS э эи и рд î oi up aj âs uu oj эр 9JPJ9U3§ 33 jq U I9 SS yj P ЭШШО11 4n j Uï jqU PJJ ‘g£ £ [ U J •9 4т эщ ээ [э д э р su o q p o ij d d p so sn o jq u io u э р 49 *P9IUOUlJPq j ‘UIJ5JUPJJ PJ P ЭЭШШЭуЭ PJ ‘9JJ9UUO4PJPd oj SU0419 ‘so jq oj oo S994S9J suoi4 U9A ui S9S i u i j p j -o n b q q o d PJ P 49 99U9I9S PJ P 4U9UI9AÏSnjOX9 J9J9PSUO9 3S jn o d UOSIPUJ PS р р ээ JJ -э ху 4ПЦЭ s ji n b 4n q 9j 4ШЭ44Р ; tpap ji 49 ‘sup ou io d p 4ГРЛР 3 q d p jê o d  4 ~ jn 9 u iu d u ji j î э ш э ш oss oq ou pj ‘99UPSTPJ UI ß UPJ J P 3J U 90 jd 4JPAP 3 UJPq9 P ïs sn p JIPAPJ4 U ß •SUP bu io -q Su iA 4u pp u9 d sp d 4 ц и эш эр 9S эи m b S999nS u n 4UÏ4qO JI ‘s pjP US pdu iPO S9p oS PS nj P S9 JJ9ns n S39UPS -SIPUUO9 э р ‘9JPJOUI э р S94d9 O9jd э р JÏOnOOJ *S99STP S9SSPJ9 S9J jn o d 4ТР4Э jp u jn o f uos эп Ь ээ 9 jd n 9 d 9j jn o d 4nj m b qo pu pu qp u n ‘piD if jr y di uu io iju og п р ш о и 9j sn o s ‘p q q n d jï ‘£££ j u j •j pu jn of u n 49 jo id p d эр o n b ij q p j эи п 4O4U9iq 4j uâ io fp p jï ‘o u o u i u d u n j p 94 ij9 ds oj d pj э р ЭЮЛ pj su p p э и о р 4TpqojPui u q q u p j j э р o tq s n p u i ß •9IUPAJÄSUU9J э р 9IPUU0UI -J 9id pd п р u o is s o jd m ij ïs sn p 4uqqo ji ‘pjP 4 sn jd ; sjoio -y jo S94OP S9p 49 si oj so p u o i s s o j d u n j дэ уи оэ in j p 424 33 эр 4и эш эи дэ лп о§ э{ po S p S uo u o q P 4nd9j p g - ^ ij o ij o d n s 3jqP4S94 -U09UI эи п JOjnSSP in j P 4i ss n9 j 49 9 SIjd9 J4U9 UOS P J9I4U9 4ПО4 PJ9PSUO9 9S UIJ5JUPJJ ‘9IJ 9U IIj dU IIJ э р Э494 PJ P jn9S 94S 9J •o j ip j j p j su p p 4J Pd -9 4o nb PS u i j q u p j j p 4и рр ээ ‘9j n 4 jn 9 ij â p j jn o d 9 ij 9 u ii jd u ii j [i~4~P44inb i s s n y -s du ip qo so p o jq ij Э1Л PJ 4i pj3 j9 jd JI .‘ d n o onpoq э р 4n pj u o s ji ‘O9UP4SUO9 эш эи т pj sp d 4TPAP U oioo ssp u o g *sp jq p 944 9jj pqo pj 4u ps sn od ‘ojjia pj э р S3 nj S3J su p p si oj s jn o is n jd Л ол э[ 4n d u o n b is u ip 4S3 Q •41Р4ПОЭ in j эи 4JOJJ9 и пэп р : дп эи ио у UOS P 9J-SUOSJP .‘ oi qd jo p - p j i q j э р 3 j3 iu i3 jd pj 9Sijd 9J4U 9 u o s э р 4O4U9iq 4y u i jq u p jj итш рГ иэ д ‘JTPAPJ4 п р 34 in pi ss p u o s jp d ‘Э41эриэ4 ps j p j •oiuojo o PJ э р S49J94UI S9J 4U9j P4no sip 49 SU9ÂO4 н э и о э S9S э р 3 n b q ij o d u o q p o n p o j 4U9 jijd9 J4U9 ‘SU9S u o q э р 49 3s s9 uy э р su i9 jd so jo q jp S9[ 4u op jp u jn o f u n p uo qp o -i jq n d pj рб иэ ш ш оо ji *эд4по U 3 -3 nb is qd э р " ^ э o n b q ij o d э р ‘9JPJOLU э р 4U9TPU949J4U9 S э ш э ш -i n j 4Э siu iP S9S no qn jo u n 4tpsi up S jo ji sd ui9 4 э ш э ш U3 •9 U 9m ij dm i 3tU 9is ioj 4 эи п 9JJIA Э44ЭЭ su pp 41ДЛПО 4Э [IPAPJ4 э р SUOUSpduIOD S9S э р u n 9ЭЛР pio os sp s jï î эш э ш 3 iq d j9 p p ji q j p jn9 Ui udLU i 9J4Jpu i [ иэ ‘4U9IA3p [I ‘JIPAPJ4 э р 49 эи и о и о ээ р <99U9âl[J94Ui p 99J 0J у •Xnej9p9J S9JIPUUOI49UOJ S9p 9JJI9AJ9UJ9 9JOJ4UO9 9J sn os S43jjiq so p o â p jq э[ Р4п ээх э 43 э д л т э э р 9nb pj d 9sn 9jji 9A -J9UI эи п PAPjâ U lj q u p jj ‘4РЭ1[Эр JIPAPJ4 ЭЭ j n o j *Э1РииОШ ~l 3i dp d u o s э р u o is s9 jd u ji j 9 iq d j9 p p ji q j э р эи эш ЕнЗ ии д P р у и о э Ä3SJ9pA\9 JsJ э р 4^ 43 J эп Ь 3nbod9 Э44ЭЭ Р 4 S 9 ß •э д л т э jn s эдп лрд ё pj э ш э ш Р1 рщ э ji î S9J94 -ЭРДР9 S9J o jp u o j P S lj dd p 9JO3U9 4JPAP [I SIPUJ ‘jn 9U JI jd ui I

,< ?4!lB n b

ЭР

»

4Э 9qdpjSodÄ4 4J^4? JJ 4U9uiojn9S uo u : дэ!4эш np su oq ou S9J9IU J3p S9J 4jn b9P JI n b PJ 4S94Q ‘Э ^ п Ь 4JPAP [i nb* э и oiL Hjd un j sup p suo qpd n99 o S9S 4 ijd9 j 49 o iq dj op pp qj p 4шлэд Iï l ЭДЯ°4Э О 11 *S ü d jnj эи 9nbi uuP4 ijq 4РШЦ9 9[ si p p j -ДЭ14ЭШ uos su pp Pu uo i4 99 jj9 d os 4Э ‘s q ^ 4э jo u q p j s jn o u u jd u n s p u p jâ S9J zo qo pj ji pa pj 4 à jj -siouj э р 9u;pzip эи п pp is 9j JI no ‘so jp u o q P 4UIA 4Э J9 âu PJ 49 J P J9SSPd эр рр тэ ^р Ji ‘jn o f nP 9q u n î S9SPÂOA S 9p 4noS 3J 4IPAP UljqUPJj •34 U9 ds ojd 9j qp i9 9j dd p эи п дэ иэ шр Ä P 4Э ‘UOSIPUI PJ э р S9JIPJJP S9J J9A9J9J Эр 4JPJ 404 4ПЭ JIPAPJ4 э р 34i9PdP9 эр ир дЗ PS : S94S9p otu sn jd S9p 3 ij 3 iu u d u n эи п su pp P3 âp âu 9 t s [I ‘Pß ^ iq d j o p p p q j j n o d 4q jp d 49 дпэё рАо л эр uo4 Pq 9j 4ij d 9 j jj -JIPAPJ4 э р sp d рлпо д4 эи ji no ‘qj o ^ M o js j P 4UJ U9 S 49 9[]9UJ94Pd UOSÏPUI PJ puuo p u p q p JI ‘££ £[ U3 t ’SIUIP S9S p 4и эш эд эу 4ip nqiJ4 Sip 9j u i jq u p jj эи пэ ( 3j ‘3iii ud m i 49 9s od ui o9 JJ o a p j S 9 jd y - э п Ь и э ш у иэ jn o f 3J 4IPÂOA m b JPU jnof pUO99S 9J 4JE4?t 9 / lUVJLTlOJ p UDj§U^ ? p d d ü JPU jno f u n э ш э ш -i n j p u n jd u n J J ‘ 12Z[ SJ [9 A •JPUjn of э р S9J9I4JP S9p ЭШЭШ 43 ‘S3JIPJ -n d o d S9 ppjjp q S9p ps od ui oo ji Г э р щ э д p S4in u S9S эр 3 q jp d эи п 4ip sspd JI ‘U 9i pq on b jn o q p j j n p uo s so jd p : S9J449[ soj 49 9JU499J PJ jn o d 4noS UOS Pdd 0J9 A9p UOISSOJOjd 3JJ9AnOU PS эр ээ тэ дэ хэ д ‘ ЭЮЛ PS 9An0J4 и у и э 4JPAP ит шр Ги эд * jn 9m ij dm i u n Z9qo q u 9 jd d p эш ш оо дэд4иэ 4y 3j 9 j3 d u o s ‘81 ZI u 3 •s on by -q u9i9 s so êp jA no so p 43 soj ipjo os sj onupui so p jo jn o o jd 9S P 4ip Âoj dui3 S9j ji *S 99jno ss9 j sojlSip u i S9S 4^ ‘nod 4jPuSpâ JJ •эт хйэ иэ 3j qP 4d ui op ~ui эи п 9ЭЛР sop n4 3 S9S 4i A in sj no d ji ‘u o q o o ji p sup s ‘9J41pu i sups ‘jno s ‘49 o ji u q s u q s э р Jj so p p u p jS u n p 4so jiu pu i ji *su oj 4 -p d S4U 9j9jj ip S9S гэ у э î j n o u jn o 4 ‘jo tq iA ‘uoô pui ‘jo is in u o u i : sj 9 q 3 u i sj n o is n jd luo uio Ai ss oo on s päp sso jj -sp d 4i pu iss op os эи uo qp ooA ps 43 ‘994 9jj p uo iq э э р 1 р sp d 4Ipa p «u 4U Pj U9 ß •9Sn9JJIJ9 d ïs sn p ЭДЭШР9 эи п jo ss p jq u io ит шр Ги эд uo s JIOA sp d 4IPJIS9p 9U JI 49 ‘4OJ94PUJ ЭШШО9 9x5PSU9 SJ1LJ ЭД4ПР u n pfo p 4JPAP J9IUUOAPS 9J : S9JJ9UJ94Pd S99U Pyop ХПР Р4ДПЭу 9S JI ‘SIOJ Э44Э9 Î ЭШДРШ PJ su p p J3J4U9 p эт ли э o p u p jâ 4IPAP 4 u p ju 9 ß q n o â uo s э р sp d 4IP494U jo q o tu ээ sip uj ‘9j o d uo s э р uoAPS эр o n b ij q p j pj su pp od no oo 41Р4Э u q q u p j j ‘su p x ip у •9J[94JOUILUI 94 ljq -9J39 эи п 9jpUI944P p n b sn f ‘sdlU34 UOS э р S3nUUO9 sn jd S9J 49 S9J4SnjJl s n jd S3J S34JJPUUOSJ9d so p эи п л и э л э р p n b s n f J9A 9J9S 4ns U ij q u p jj ш шрС иэ д ‘34s op om 4O4njd uo qp n4 is 04499 o q •so jp iji ui pj so âj pq 9 xn p 4U9 ui9§ 9jjp u n JIPAPJ4 u o s jp d j3 4 jo d d p p дю лэ р x n o u o d m i u n 4U9j y in j 9IA PJ э р S941SS393U S3] no 9 g p j P 4UPJU9J э р 9n by qu 9i 9S oâ pâ pq 9j 4nj J94 ‘j34 dm oo ‘эд и ээ ‘ojij : sj ip uj uj os 4 jo j u o q o n j4 su i эи п^ пЬ jo u u o p m j 4nd эи ‘uoaps э р 4UP9IjqPJ 94S9pOUI ‘9J 9d u o g -S4UPJU3 £[ э р 4ЭрР9 9J 41Р4Э JI

• 90 Z1 Z 1 9 I U °1 S O S[ 12 4i nb pu u q q u p j j ш ш рГ иэ д •siuß->S 4P43 S9j sj oq uo jo A 4U 9S sij ji9 nS jou 9 s 4u op uo qd oo xo p S9 4i jpu uo sjo d so p эи п д ‘u i jq u p j j ш ш рС иэ д 4ip9J4UO9 sups 4S9 S3jdlU3X9 S39 э р 3jqPnfc)JPlLI3J sn jd 9 3 *9SSP9 PJ 4UPA9p 94 nq 3p 4U0 m b S4Pjo jd э р ‘s o n b q q o d so tu ui oq p ‘S943od эр ‘sjo iou pli ioj э р S9jdu i9X9 S9j 4U0S x n o jq u io u î 9jqdpjSodÄ4 pj э р 4Ш24ПР э л р иэ 4iP jj nod ио ‘эд лу п р u o is so jo jd 9J4o u su pp ‘49 ‘4ПО4 P 4inpUO9 ‘ïs sn p Э[[Э ‘UOqP 4nd9 p pj î oui sijp u -j n o f n p JISnj9X9 oâ PU Pd PJ SPd 4S9U os no ij no 9AI4 PSoj 9jd 94499 ‘э4 иэ л pj y ‘3jq 9[ 99 п и эл эр o u is ij o q d p u n S9 jdp p 4U9AnOS J949d9J SnOU~SUOpU3}U9 *(( JJ4JOS иэ p u o q ip u o o p ‘4П04 g 41п рио э ouis ij p u jn o f 3 a£)6 > .

эц с ! ел § ос Щ

up

anöINOMHD iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiimii S H H Ä d V d


IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHiliHIlilllllSE P A P Y R U S

H is to ire de q ue lq ue s a nci enn es p ap et er ies fra nça ises (S uit e (1). Tous droits réservés. Repro ducti on int erd ite .)

•------------------------ — ------------------------------------------------------------------------F. v. HOSSL E

2° L'Offic ial. La papeterie de l’Official sur la Monta ne n’est citée que dans quelques rares docume nts de 1617 à 1622. Elle se trouvait à l’Official même et était comprise dans la paroisse de S aint-J ulien de Tull e. Un acte, du 24 No­ vembre 1617 confirme la vente de 40 cha rretées de papie r « espagnol », la charge de 40 rames au prix de 40 sols, 6 den., la rame, à livr er en un an. Le contra t de vente fu t passé en tre Jean Moussours , papetie r, et Pier re l’Official, commerçan t a Tull e. L Official avança la somme de 120 livres s’en dédomm ageant par déducti on de 3 livres par chaçretee. Il compta ce papier dans les dépenses du village d ’Official et four nit les cordes et la toile d’em­ ballage nécessaires au tran spo rt. Le 26 Octobre 1619, Jean Mousso urs acheta à Arma nd Puchat, chiffonnier dans le village de Malangle, 48 quinta ux de chiffons au prix de 40 sols le quinta l pour lesquels il paya 24 livres. Pucha t s’engagea à livrer les chiffons en l ’espace d ’un an, mais fut cepen dant obligé de ne fourni r personne en chiffons avant l’expédition de la livraison. Moussours dédui sit 10 sols par quin tal. La statis tique locale de 1769 cite un certain Noël Mazin comme directeu r de la papete rie. Sa veuve y fit son testam ent en 1774. 3° La papeterie de Coulau. Cette papet erie située sur la Valouze dans la paroisse de Lague nne, existait sans doute déjà en 1618, car on dit que Jean Daub es était en relation avec elle et y ha bi­ tait bie n qu ’il ne fu t qu e com merçant. Sa veuve, Catherine Meylot, y fit son te stam ent le 9 Février 1653. Le 26 Ju in 1653, le même ou un autr e Jean Daubés, demeurant toujo urs dans la papet erie de Coulau, fit en qualité d ’hériti er l’inventaire de tous les objets constitua nt la succession de son oncle, Berna rd Daubés. Le 16 Janvier 1655, on cite Jean Daubés louant un pré, mais cette fois en qualité de papetier. Le 9 Juillet 1656, son frère lui baille la papeterie de Coulau, contre une somme annuelle de 125 livres. Le 4 Oct obre 1659, Fra nçois Daubés engage l’apprenti Antoine Vareilhe. En 1660, il rec onnaît les dette s de la p apeterie de Co u­ lau, en faveur de Biaise Mailha rd, pren eur épiscopal à Tulle . Le 13 Décemb re 1663, Jean Daubés, papetier, bailla une moitié des immeuble s qu ’il possédait dans la commune de Bobaux à Lagier et l’autre moitié à Etienne Boudrier, père et fils. E n 1669, il engagea po ur deux ans et demi, l’apprenti Martial Meyssonnade. Il paraît qu ’à parti r de cette époque les Daubés n ’exploi­ taient plus la papeterie de Coulau. Le 9 Juillet 1679, elle éta it exploitée par le papetier Antoine Lacombe ; le 5 Décembre 1694 nous y trouvons Léonard Demare, comme propriétaire . La statistique locale de 1769 y cite François Lacombe comme preneu r. (1) Voir Papyrus Mai, Juin, Juillet. Sep tembre, Décembre 1926; Mars, Mai, Oetobre, Décembre 1927; Janvier, Février, Mars, Avril, Mai, Sep­ tembre, Octobre, Novembre, Décembre 1928; Mars, Mai, Septembre, Décembre 1929; Mars 1930. A O U T 19 30

Enfin grâce au testame nt du 29 Janvier 1771 de JeanFrançois Lacombe, compagnon, nous appreno ns que la papeterie de Coulau était, à cette époque, la proprié té d un certain Lavour. Ce simple garçon papetier léguait la somme de 200 livres à son petit-fils, Jean-Fra nçois et à sa petite-fille, Anne Vergne, enfants de sa fille Marianne, épouse défunte du papetier Antoine Vergne, et une rente de 60 livres à sa femme, Margu erite Vergne, sa seconde épouse. Il nomma son fils Guillaume héritier universel. La papeterie de Coulau ne resta pas longtemps la p ro­ priété de Lavour, le bail du 13 Juin 1783, de Léonard Béronye, papetier, domicilié dans la papete rie de Coulau, contracté en faveur de son frère Jean, papetie r, nous indique qu ’il devint prene ur des papeterie s et des mou­ lins à blé de Coulau en établissant un contra t le 12 Avril 1779 avec le propriéta ire, le chevalier de la cour, Louis Martial Borderie, seigneur de Lavour. Le contra t fut d’une durée de trois ans au prix de 188 livres par an. 4° La papeterie de Gouttenègre. Jean Geoffre, proprié taire de la papete rie de Gout tenègre sur la Cérenne, dans la paroisse de Tull e, y fit son testament en 1634. Son fils Antoine s’y établit en 1648. Il l’exploitait sans do ute en core en 1656, quoique le document du 2 Juin 1656 ne mentio nne pas son lieu de séjour. Par suite d’une lettre datée du 29 Mai (envoyée par Abraham Janssen, d’Angoulême), Antoine Geoffre, papetier, décida en son nom et au nom dè Goulas Geoffre, également papetier, domicilié aux environs de la ville, que le roulier Antoine Machet, habi tant la même ville, transpo rterait la somme de 510 livres 16 sols à Angou­ lême. Il le chargea de payer cette somme, mais d ’en dé­ duire auparavant les frais de voiture que les Geoffre lui devaient pour le trans port de 5 charretées de papier que ledit Machet avait transpo rtées à Angoulême. Le prix d’une charge était de 6 livres jus qu’à concurren ce de 30 livres. Machet répond it qu ’il était contra int de retourn er à cause de la présence de nombre ux guerriers sur les rout es. Antoine habitait encore la papeterie en 1664, mais Jean Béronye lui succéda dans la même année ou au début de l’année suivante. Le 4 Octobre, il signa le contrat de mariage de son fils Jacob avec Jeanne Plautades . A partir de l’année suivante (1664), Nicolas Béronye, fils de Jean, fut à la tête de l’établissement. Il vendit à Michel Roux, commerçant à Angoulême, 360 rames de papier fin avec le filigrane de l’agneau pascal, pesant 12 livres au prix de 60 sols la rame et 198 rames de papier fin avec le filigrane de Jésus, pesant 8 livres et demie au prix de 48 sols la rame. Il se maria quelques années plus tard avec Catherine Daubés, fille de Jean, papetier, à PontCharlat. Par le contra t du 22 Décembre 1675 le père Béronye aidait son fils Nicolas d’un versement de 300 livres, son fils Jacob de 100 livres et la mère d’une somme de 200 livres. Daubés donna à sa fille une dot dejSOO livres en dehors des meubles et de l’habillement et sa mère, Catherine Montaignac, lui donna 100 livres.

iiiiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

561


/

PAPYRU S

HIHI,Hilliil llllll lllllll lllllll lllllll HIIIIHIIIIIIIIIII IIIIIII IIIIIII IIIIIH IIIIIII HIIII IIIIIII HIIIIHIIIIIIIIIII IIIIIII IIHII I

En 1677, Nicolas convint avec Pierre Revéry, comm er­ çant à Segonzac, de la livraison de chiffons. D uran t deux ans, il du t lui fournir 5 qui ntaux de chiffons par semaine au pri x de 5 livres le qu intal. Nicolas Béronye fit son te s­ tament le 8 Août 1693, nomma nt sa femme héritière universelle. Il mouru t sans doute peu de temps après car un inventaire de l’héritage fut dressé le 7 Janvier et les jours suivants. Nous en extrayons ce passage : , Dans l’atelier. — Un grand récipien t en cuivre d ’une contenance de 12 seaux pour faire bouillir la coll e; un récipient plus petit, nommé « pistolet » accroché après la grande cuve, entouré d ’un cercle en fer ; deux presses à papier, une baste cerclée de fer, 7 paires de formes à papier, 3 grandes forces. L ’atelier à pilons. — 8 pilons avec récipients et cuves cerclées de fer. Au-dessus de l’atelier. — 13 rames de papier fort et bon. Dans la ch ambre nommée salle, 3 paires de ciseaux à découper les b ords du papier. 311 rames de papier fin, lys, la rame pesant 9 livres. 65 rames de papier « peti te corne », pure toile. 91 rames de papier « comte », fin, pe sant 12 livres. 160 rames de bon papier fort «com te», pesant 12 livres, avec le blason d ’Amster dam. 41 rames de bon papier au lys, 6 rames de petite corne, de pur chiffon, 68 rames de papier fin « comte », pesant 12 livres avec le blason d’Amsterda m, 30 rames de fort papier «co mte » pesant 12 livres. Au séchoir. — 266 rames de bon papier fort « comte », non collé, pesant 12 livres, 39 rames de bon papier fort, 40 rames de papier fort et bon, au « Petit Jésus », 98 rames de papie r « peti te corne » de pur chiffon. Dans la chiffonnerie. — A peu près 7 quintaux de chiffons pr opres, dans une autr e chambre, 126 rames en ' 7 balles de 18 rames pe sant 9 livres, 288 rames en 18 balles de 16 rames pesan t 9 livres, 304 rames en 19 balles de 16 rames pesant 9 livres, 146 rames de papier « grande corne « en 11 balles, 42 ram es de 9 livres, 8 rames « petit comte », 144 rames « lys » en 8 balles,. 720 rames « lys » en 45 balles de 16 rames, 12 rames «lys » en 1 balle, 240 ra mes « pe tit comte » en 20 balles, 570 rames « lys » en 36 balles, 390 rames en 33 balles, 209 rames de 9 livres. Ce p apier ne pu t être vendu à cause de la guer re. Différents docume nts nous prouve nt que la famille de Béronye resta très longtemp s proprié taire de la pa pe­ terie de Goutt enègr e. En 1699, le papeti er Martia l Béronye y fit son testa­ ment. Un contra t de mariage de Marie Béronye, fille de Nicolas et de Henry de Chadebeck, seigneur de Valade, date de 1701. Le papetie r Nicolas Béronye y fit son tes­ tament en 1706. Le 12 Février 1719, le papetie r Jean Béronye bailla pour une durée de six ans contre une somme de 280 livres par an, la papeterie et les moulins à blé de Goutten ègre, à ses frères Nicolas et Je an Antoine, tous deux papetiers. Jean prit à sa charge les frais des grandes réparations et ses frères se chargèrent de ceux des petites. En 1724, eurent lieu le mariage de Jean Béronye, garçon papetier, avec Jeanne Mas, et le testame nt d Angélique Bardon, épouse de Nicolas Béronye. En 1728 on dressa un contra t de mariage entre JeanAntoine Béronye, papetier, et Marie Pauphille, fille de Thomas, fondeur de canons. Un documen t de 1740 nous cite un certain Léonard Béronye dont l’épouse fit son te stament le 3 Avril. D ’après la statistiqu e, la pa pe­ terie de Gouttenèg re fut abandonnée en 1769.

5e Le Soleil, dans la paroisse de Saint-Ju lien, à Tulle. En 1639, on fait mention pour la prem ière fois, de cette papeterie située sur la Montane . Un accord eut lieu le 29 Mai entre le papetier de Soleil, du nom de Mesnin Mazin et le maçon Pierre Fès. II se rappo rtait à la constru ction de la papeterie . La présence d ’un Léonard de Marc, simple papetie r, y est prouvée par un contra t de mariage de 1644. Ce Léonard , probab lemen t un fils de Jean, se maria le 15 Août 1675, avec Penelle M azin, fille de Mesnin Mazin. Le pè e, Jean de Marc, dota son fils dé 500 livres et la futu re épouse y ajouta 400 livres ; suivant une vieille coutum e de Tull e l’époux don na à cette époque 60 livres à sa femme et elle lui en rend it 30. S’il y a eu deux Léona rd de Marc, il devait y avoir aussi deux femmes du nom de Penelle Mazin, car le I 1 Février 1677, Antoine Lacombe, papetie r à Pezat, se maria avec Jeanne Lachèze, fille de Pierre Lachèze, également papetier et de Penelle Mazin, tous domiciliés dans la papeter ie du Soleil. Ce Pierre Lachèze y était déjà en 1675. La statistiq ue cite Ant oine Béronye comme prene ur de la papeterie, en 1769. 6° Pont-Charlat ou Pont -Sarl at. Cette papeterie située au Pont de Charla t sur la Cérenne, dans la paroisse de Sai nt-J ulie n de Tull e, fut la propriété de la famille de Fénis ; elle app arti nt d ’abord au chevalier de la cour et avocat au Parlem ent de Bor­ deaux, M. de Fénis, nommé juge à Tul le en 1643, et à Sa inte-F ortuna de, près de Tulle , en 1647 ; puis à par­ tir de 1674, elle fut la prop riété de son fils, Joseph Fénis, médecin. En 1644, elle était exploitée par le papet ier Goulas Béronye qui y fit son testam ent le 2 Nove mbre. En dehors d’un legs de 300 livres au curé de l’église de SaintJulien de Tulle pour des messes, il légua à chacune de ses sœurs 5 livres et à une aut re 20 livres, 50 livres à son neveu et filleul, Goulas Béronye, fils de Pierre, 50 livres à un autre n eveu et filleul, fils de Jean Béronye. II partagea le reste de ses biens entre ses deux frères, les papetiers Pierre et Jean Béronye. Après la mort de Goulas, son frère, Jean Béronye, lui succéda proba ble­ ment comme prene ur. Un docum ent du 31 Mars 1647, d’après lequel il v endit une maison de 80 livres à P ierre Bode, maçon, le mentionn e comme maître papetie r de la papeterie de l’avocat de Fénis. Il fit son testam ent le 16 Mai 1647, nomm ant son épouse héritiè re universelle et léguant 20 livres à chacun de ses enfants. La papeterie de Pont- Charl at fut exploitée jus qu’en 1674 et très probabl ement par les m embres de la famille des Béronye du temps du juge Martial. Le 4 Octobre 1664, Jacob Béronye, papetier, fils du papetier Jean de Goutten ègre, y habitait et s’y maria avec Jeanne Plantades. Dans la même année Jean Béronye y fit son testa ­ ment. Le 2 Janvier 1669, un règlement eut lieu entre M. de Fénis et Jean Béronye, prene ur de la papeterie de Pont-C harlat ; suivant ce règlement, Jean restait devoir la somme de 53 livres 19 sols ou 13 rames de papier depuis le 31 Décembre 1668. Enfin, un contrat de mariage de Géran d Béronye, domicilié dans la pape­ terie à Pont-C harlat et de Françoise Feilhac date de l’année 1671. ( à suivre)

562 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiijiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii AOUT 1930


Illlllllilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllinillllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllillllli

P A P Y R U S

Le s A rt s g ra p h iq u e s au x Sa lo ns ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ш

IL NEUF CENT TRENTE n ’es t

q u e l ’an n iv e rs a ir e d ’un e a u îr e d a te q u i, d an s l ’hi st o ir e d e l’a rt , m ar q u e le d é b u t d ’un e év o lu ti o n q u i d u re e n co re . M il h u it c e n t- tr e n te , d a te d ’un e ré v o lu ti o n p o li ti q u e c o n tr e les d e r ­ n ie rs su rs a u ts d ’un p o u v o ir p é ri m é , in a u g u re l’o p p o si ti o n a rt is ti q u e et li tt é ra ir e c o n tr e u n e tr a d it io n fig ée et ne ré p o n ­ d a n t p lu s au x a sp ir a ti o n s d ’un in d iv id u a li sm e d ’au ta n t p lu s in te m p é ra n t q u ’il av ai t é té c o m p ri m é , p re s q u e à sa na is sa nc e, p a r le ré g im e im p é ri a l. A u ta n t q ue les éc ri v ai n s, le s a rt is te s v o u la ie n t s o rt ir de s fo rm u le s cl as si q u es et la is se r le u r p e rs o n n a li té s’é p a n o u ir se lo n la se ul e rè g le d e le u r s e n ti m e n t d e v a n t la n a tu re , e t ce fu t le rè g n e d e la m a ti è re c o lo ré e, q u i d u re en co re a u jo u rd ’hu i, et q u i, à tr a v e rs le s ex cè s e t le s re to u rs à d ’an ci en n es d is c i­ pli n es , a cr éé u n e g ra n d e v a ri é té d ’éc ol es e t d e fo rm u le s, d o n t q u e lq u e s -u n e s o n t le s a p p a re n c e s d e n o u v e a u té s ré v o lu ti o n ­ n a ir e s, b ie n q u il so it p o ss ib le d ’en d é c o u v ri r l’o ri gin e ch ez d e v ie u x m aî tr e s au g én ie u n iv er se l, e t d o n t el le s ne so n t, en ré a li té , q u e la p e ti te m o n n ai e . P o u r re s te r d a n s le d o m a in e des a rt s g ra p h iq u e s, il es t é v id e n t q u e le ro m a n ti sm e n ’a ri e n a jo u té à l ’ar t d ’un gra veu r co m m e R e m b ra n d t q u i e st si p e rs o n n e l d an s se s e au x -f o rt es et si p é n é tr é d e ce p it to re s q u e ex p re ss if d e la vi e p o p u la ir e et d e la n a tu re , q u ’un ro m a n ti q u e à t o u s c ri n s, A lo ys iu s B e r­ tr a n d , é c ri v it so u s so n in s p ir a ti o n so n « G a sp a rd d e la N u it ». U n p ro c é d é n o u v e a u , la li th o g ra p h ie , p ro d u is it u n e p lé ia de d ’ar ti st e s q u i tr o u v a ie n t là le m o y en d ’ex p re ss io n rê vé p o u r le u r p e rs o n n a li té s e n ti m e n ta le ou ré v o lt ée , et , av ec Ra ffe t e t C h a rl e t, ce fu t l ’an ti th è s e n éc es sa ir e, p o u rr a it -o n d ir e , d u s p ir it u e l G a v a rn i e t d u p u is s a n t sa ti ri s te D a u m ie r. S i la te c h n iq u e a p u p ro g re ss e r, si des m oy en s d e re p ro d u c ­ ti o n p e rf e c ti o n n é s o n t p e rm is d e fix er d e f aç on ex ac te les id ée s e t le s c o m p o si ti o n s des p e in tr e s e t des d e ss in a te u rs , le gé ni e a rt is ti q u e n e s ’es t pa s ré v él é p lu s g ra n d q u ’au tr e fo is , et si les p e in tr e s , d e p u is D e la c ro ix e t so n ex em ple p re st ig ie u x , on t p u d o n n e r li b re c o u rs à le u r fa n ta is ie p e rs o n n e ll e e t a ss o u p li r le m é ti e r ju s q u ’à le d é fo rm e r, p o u r e x p ri m e r le u r pen sé e ou le u r vis io n , le s g ra v e u rs so n t re st é s so us la d is c ip li n e im po sé e p a r la m a ti è re e t l ’ou ti l, e t le s h u m b le s su iv eu rs d u m aî tr e q u i av ai t to u t cr éé . E t je n e c ro is pa s q u e l ’aq u a ti n te , p ro cé d é re la ti v e m e n t ré c e n t, e t la p o in te -s è c h e p u re , q u i es t le dé li ce de s p e in tr e s , p u is se n t a jo u te r q u e lq u e ch ose à 1 e a u -f o rt e d u V ie u x V an R ij n . L e ro m a n ti sm e , p ro d u it d e l ’in d iv id u a li sm e , a a p p o rt é p lu s de l ib e rt é d an s les d if fé re n ts p ro cé d é s p ic tu ra u x e t g ra p h iq u e s et a q u e lq u e p e u b ri sé le s fr o n ti è re s d e ce s d e u x a rt s qu i, se p é n é tr a n t d e p lu s en p lu s, o n t in tr o d u it la c o u le u r d an s la g ra v u re et l ’ar a b e sq u e d an s la p e in tu re . L a g ra v u re su r b ois a la rg e m e n t p ro fi té d e c e tt e li b e rt é et b e a u co u p d e x y lo g ra p h ie s so n t d e v é ri ta b le s ta b le au x . H . B ac he r, d a n s u n e g ra n d e Vu e de St ra sb ou rg ré al is e ce m él an ge h e u re u x d u tr a it et d e la co u le u r, d a n s u n e co m p o si ­ ti o n la rg e et déc o ra ti v e, et ex éc ut e d e b o n s ex -lib ri s d an s la m an iè re de s vi eu x m aî tr e s. R . C o rd o n n ie r a m is en b o n n e s val eu rs p ic tu ra le s se s Vi eil les ma iso ns à Ga rgi les se. Le s Bor ds de la M ar ne , de V an d e P u t, so n t d ’un m é ti e r la rg e et co lo ré . L es gr av ure s d ’A u b e rt , d ’ap rè s Un des sin de V. H ug o et d ap rè s Pi ca ss o so n t de s fa c- si m il é d ’un e g ra n d e h a b il e té . L a Sa pi ni èr e, d ’ap rè s G a b ri e l- B e lo t, re p ro d u it e su r b o is p a r D u te rt re , a de s va le urs ju st e s et lu m in eu se s. A. M a th ie u a u n e b el le i n te rp ré ta ti o n d e Jo ue ur s d*échecs, d ’ap rè s D a u m ie r.

Henr y CHAPR ONT

L es il lu s tr a ti o n s p o u r S a o -V a n -D i, d e Je a n A ja lb e rt , p a r E m . D e fe rt , so n t des bo is s p ir it u e ls e t d ’ex ac te s n o ta ti o n s. L .- H . R uf fe , d a n s la P a ix , d ’ap rè s L .- O . M e rs o n , d o n n e l ’ex em ple d ’un st yl e é lé g a n t e t d ’un e g ra n d e sû re té d e m é ti e r. L es bo is d e C h a p o n , d ’ap rè s R ib e ra , so n t bea u x , ex pre ss if s d a n s le u r ex éc u ti o n fo u d lé e ; ses il lu st ra ti o n s en c o u le u rs so n t tr è s p ic ­ tu ra le s. L e s ca m aï eu x d e P in a l, V a u x -s u r- M e r et T a lm o n tsu r- G ir on de , so n t b ie n co m p o sé s, so b re s e t cl ai rs . D a n s S o u ­ ve ni rs de Po log ne , B u to r n o u s p ré s e n te des ty p es c a ra c té ri sé s ; sa So ur ce s ’ap p a re n te au st y le d e C ar lè g le . Pri nt em ps , d e M ll e C o u zi n ié n o u s a p p o rt e , d a n s sa fa c tu re d is ti n g u é e , « le ch a rm e in a tt e n d u d ’un b ij o u ro se e t n o ir » . A ug. T re ss e , av ec Y E xc ava te ur, b o n b o is e t b e ll e é tu d e , n o u s m o n tr e q u ’il c o n n a ît la m ac h in e e t les c h a rm es d u p le in ai r. M m e M u le t a re p ro d u it h a b il e m e n t u n De ss in de W a tt ea u . H . L e fè v re , av ec le M ara is , d ’ap rè s R u y sd aë l, es t d a n s la b el le tr a d it io n d u m ét ie r sa van t. U ru s h ib a ra a fa it u n e b el le é p re u v e en c o u ­ le u rs à l’e au d e M en to n, m ai s so n ja p o n is m e s a lo u rd it d in ­ flu en ce s o cc id en ta le s. J. M a lc o u ro n n e re p r o d u it h a b il e m e n t et sp ir it u e ll e m e n t les d es si n s m a ri ti m e s d e F o u q u e ra y . L e s boi s de L a n fr a y so n t d é c o ra ti fs ; ce u x d e N a n L e e d e r, le Jo ue ur de Pi pe e t le M arc hé de Co nc ar ne au , so n t so u p le s e t p le in s d e ve rv e d ’un a rt is te sa ns m él an co li e. G eo rg es B ru y e r sa it , d an s se s b ois b ie n co m p o sé s, e x p ri m e r l’e nf an ce et l e p ri n te m p s, av ec u n e p o in te d ’h u m o u r sa n s a c ri ­ m on ie ; sa m an iè re es t tr è s ty p o g ra p h iq u e . LV /e au x ch arm es, d e M ll e C h é n in -M o s e ll y , e st tr è s d é c o ­ ra ti v e ; la Po rte du C ro ux à N ev er s, d e M . G o ll e a u , e st b ie n co m po sé e, d ’un m é ti e r c o n sc ie n ci e u x . L e s b o is d e C h. M e n n e re t su r la B re ta gn e so n t la rg es e t lu m in e u x . L e pè re M a rt in du bou rg, d e M ll e C h e v a ll ie r- K e rv e n , e st u n e p la n c h e ple in e d e ca ra ct èr e. L a li th o g ra p h ie re st e fig ée d a n s le s p o n c if s e t le s b o n s cr ay on na ge s d ’éc ol e. C e p e n d a n t q u e lq u e s en v o is se d é g a g e n t d e ce tt e gr is ai ll e : M ar ie -R os e, d e M m e P as ca li s, a d u c a ra c ­ tè re e t fa it p e n se r à L a u tr e c ; L é a n d re es t fi dèl e à sa m a n iè re p la n tu re u se e t à so n h u m e u r en jo u ée ; A lb e rt -P h il ib e rt sa it tr a n sp o se r la n a tu re e t re n d re d ’un c ra y o n se n si b le la lu m iè re et le fr is so n de la v e rd u re d a n s sa F or êt de R am bo ui ll et ; B eu nk e a u n b o n p o rt ra it d u p e in tr e G e rv a is ; T o u ra ss e , d an s sa R ue basse à M o rl a ix , a u n b e l ef fe t d ’éc la ir ag e ; B ar ia n a u n e b o n n e é tu d e d e V ie ux P êc heu r 1; le re g re tt é M a u ri c e N e u m o n t re st e ra co m m e l ’in te rp rè te s p ir it u e l des él ég an ce s m o n tm a rt ro is e s. Jo n as p ré se n te u n e h ab il e a n ti th è s e d e N o ir et bl an c. M ll e R ic h e rt , d an s Y A te li er , es t u n e li th o g ra p h e vi ve e t s p i­ ri tu e ll e . L e Po nt e Fa br icio , à Rom e, d e E rn e s t B o rn , es t u n e la rg e c o m p o si ti o n , u n p e u b ra n g w in e sq u e . R . S c h a rd n e r tr a ­ va ill e su r p ie rr e co m m e u n a q u a re ll is te . L e V ie ux M o uli n, d e M a u ro is , es t u n e b o n n e é tu d e ; la Fe mm e au x fr u it s, d e R ic h a rd G u in o , es t d ’un e c o m p o si ti o n tr è s d éc o ra ti v e, et so n p o rt ra it ex p re ss if d u pe in tr e Ren oi r es t d ’un cr ay on a le rt e . M al ev il le , d a n s la R ui ne , ra p p e ll e G u st a v e D o ré . L es E xp er ts , d e Jo n a s, so n t d ’un b o n m é ti e r, m ai s u n p eu p h o to g ra p h iq u e . P a rm i les g ra v eu rs su r cu iv re , H e rt e n b e rg e r se d is ti n g u e p a r so n se ns d e l ’il lu st ra ti o n : se s c o m p o si ti o n s p o u r Le s chose s vo ie nt , d ’Es ta u n ié on t d u c a ra ct èr e, m ai s g ag n e ra ie n t à ê tr e m o in s ch ar gée s d e d é ta il s .S o n C al va ir e e st u n b u ri n b ie n co m posé e t u n p e u to u rm e n té . M ar ce l N o rs a c a u n P ont en R oy an s, la rg e m e n t tr a it é , m ai s d e co m p o si ti o n u n p e u b o u ­ ch ée . Ja cq u e s C lé m e n t, d an s Y Eta ng , tr av ai ll e à la m a n iè re d e

A O U T 19 30 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiii

\

56 3


PAPYRUS

!illlillllllllliilIIIIIIII!l!lllllllllllllllllllll1IIIIIIIIIIIIIIIHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHHIIIIHIII^

Victor Hugo. Les eaux-for tes et bois de Cheffer sont d u ne belle virtu osité ; ses dessins de Bre tons sont de bon nes é tudes, un peu dures, peu t-êtr e par trop d e xactitu de. L eau-fo rte de G. Plowman est un bon croquis d’atelier d’imprimeu r. W. Mann ing possède l’art du vernis mou et de l’aquatin te et en tir e des effets trè s so uples : sa Via Ap pia à Rome est un e belle composition aux valeurs intéres santes . Jour d'hiver à la campagne, de Stub be-T eglb joerg , et Dordrecht, de Bacbelon, sont d’habiles eaux-for tes. Les grandes planches maritime s d’André Lemoine , archaïq ues et larges, ont belle allure. Le Val de Loire, de Rollet, est de style large. Franc is Barry traite ses Ponts avec gran deur et quelq ue dure té. Le Voilier en mer, de Ménar deau est une b elle pla nche d e gran d carac tère. Les eaux-fortes d’E. Léon mon trent , de la virtuo sité, de la variété, d’intéres sants motifs. La Cathédrale de Chartres, de Ch. Pinet, est d ’un métie r trè s pouss é et de belles dimensi ons ; le Chœur de la cathédrale d'Al bi, de Fonce, est habile, un peu papill ottant par trop de détail s. L'A ttaq ue d'un bois, de Brémond, d’inspiration guerri ère, est assez fuligineuse. H. Feltesse a dépe nsé b eauco up de ta lent pour re prod uire de banales images coloriées. VE tud e d'arbre, de Haasen, est délicate et dans des gris savoureu x. La Femme à la coiffe, de Lucien Pénat, déno te un méti er sûr et u ne longue patience. Les e auxfortes de Provence, de G. Vallée, d’une exécution légère, ont de jolis effets de lumiè re. L'Etu de, à la pointe-sè che, de H.-B. Buck, est d’un méti er net et sûr. Van-Abbé est un observ ateur amusé et amus ant, à la pointe spiritue lle et savante. Les pointe s-sèc hes de Gil, sont d’un humorist e assez ré aliste. Odalisque, de R. Cott et, est largement burinée, non sans quel que confus ion. De Bessé, une petite eau-forte de Moine en prière, ra chète à pein e l’ennui des autres planches. Abel Jamas int erp rèt e savamm ent et avec style Trois portraits d'après Cranach le Vieux. L es Moulins, de Jean M acquet, sont agités par un vent spir ituel . Les Voiliers, de Mlle A. Griff iths- Jean jean, bien composés, sont d’un métier très poussé. Le pilori d ’Omer Boucherÿ , est d ’une large exécution, à côté d’un po rtr ait min utieu x et savant ; mais la Coquette offre le cont raste d ’un mét ier sec avec un sujet gracieux. Les eaux-f ortes de Cheffer sont d’habiles illustra tions, avec des couleu rs un peu superflue s, mais dans le goût biblio philesque du jour. Bouroux a fait pou r YOblat, de Huysman s, des eaux-fortes légères, claires et bien assorties à la typogra phie. Les grav ures de Si mon, pou r Une année dans le Sahel, de From entin, sont larges e t de nota tion just e. Maye ur a composé dix eaux-fortes soignées et savantes pou r un album sur Amiens et sa cathédrale. Parmi les reliur es, Mme Her dhe ban t expose des plats décorés pour des ouvrages de Duham el, don t l’un, le prince Jaffar, compor te de belles couleur s claires, et l’autre, Nu it d'orage, des lettre s un peu inutile s sur le plat antér ieur. Les cuirs d’art de Mlle A. Jacqu in relèven t plus de la pein ­ ture et même d e la sc ulptu re que de la re liure. De Fonsèq ue, nous voyons une composi tion assez bizarre , avec des le ttres en escalier pour les Contes du lundi ; une grande enl umin ure pour les Saints^Evangiles, de bons fers à froid pour Nana, et un décor géométriq ue en tons sobres pour la Faim d’Hams un. Mlle Picard expose une curieuse mosaïque en pe au de se rpent pour Batouala de René Ma ran; Sai nt-A ndr é, des cuirs décoré s, enluminés? ciselés et dorés, d’une préciosité byzantin e. Les reliures de Mlle Chenet sont sobres et distingué es. Société Nationale. Parmi les toiles de l’exposition rétrospective de Mathey, qui fut un bon photogra phe en couleurs, quelques eauxfortes metten t une note primesa utière et révèlent un observa­

teu r un peu ironiq ue et un am oureux de la na ture qu e ne lai s­ saient pas soupço nner les no mbreu x po rtrai ts, un pe u secs, qu il fit pour la Revue Illustrée. Horn, Volendam sont d e belles visions de Holland e, Largilère, Sain t-Saë ns, des visages expressifs, et des cheminea ux, des animaux, déno tent de l’étude et de la fantaisie. Les gravures de F. de Héra in sont d’une grande variété : Yasmina, très expressive, est d’un travail poussé ; Ahmed Saraou ï est une bonne étud e ; le Père Pailloux offre un contr aste intére ssant de chapeau noir sur un visage gris ; le por trai t du Peintre Oulevay, très spirit uel, nous a rappelé cette périod e d’enthousiasme artis tiqu e et littér aire où Marie Krysinsk a, belle-s œur d’iceluy, reven diqu ait l’invention du vers libre. Mauric e Busset est t oujou rs l’excellent inte rprè te des rus ti­ cités poétiq ues, et ses Auvergn ats, dans le Faucheur et la Veillée de l'Ascension, sont rendu s, par ce maître du bois de fil, d ’une m anière rom antiq ue qui n’est que la r éalité à peine • inter prété e. Vere Lucy Tem plé, d ’un tra it pur et stylisé, dessine s ur cuiv re ses fines Antilopes. Yves Brayer a de la verve et de l’humou r dans ses Illustrations pour Don Quichotte et un métier d ’une large simplic ité dans sa gravure sur Marrakech. Les bois de Mme Jean-H affen, inspir és de la Bretagn e, la Grande Troménie, ont d u c aractè re e t son trait és avec une belle science des valeurs. L.- J. Soûlas, dans son Paysage Solognot, possède t outes les ressources du camaïeu unies au tale nt du paysagiste qui sait, avec la tache claire d’un cours d’eau faire joue r les gris et les noirs d’une natu re un peu mélanc olique . La Cathédrale, de H. Vegetti est une poin te sèche de belle allure avec des gris intéressa nts. Les bois de Mll e M unck sont francs e t clairs. Gabriel- Belot main tient le mét ier à la fois large et précieu x des vieux tailleur s d’images. Son Saint-Ch ristophe est très décoratif dans son inte rpré tati on poé tiqu e d ’une légende naïve. Ses Vues de Toulouse sont des bois clairs et très typ o­ graphique s. L’art de ce grave ur est original et franc. Le Por­ trait d'homme, de I.-K . Lea nde r est un amu sant camaïeu en gris ; et son Image d'hiver de Stockhol m e st du bon japonis me. Les bois de M. -T . Goiffon, inspir és du Berry , so nt souples et bien composés. La Cour du Dragon, de Geva ert, est une ex­ cellente pointe sèche, à la Wis thler . De Mme Javal, Nature morte, à l’atmosphè re intime , et ses étud es d’intérieu rs sont des eaux-fortes assez légères et carac téristi ques ; et celles de M. Achener sont de fin métie r, étud iées et lumine uses. Les gravures de Féau, dans leur minu tie, sont vastes et aérées ; sa Rivière du Cabrerets est une bell e co mpositio n. Les paysages à l’eau-forte , et même au perc hlor ure de fer, de Jacque min, sont savants mais un peu confus. Eugèn e Béjot possède toujour le fin métie r mais n’est pas sans quelq ue sécheresse. Ch. Jonas grave, d’après des Vierges de No tre-Dame de Paris, de bonnes étude s de sculp tures. J. Beurde ley, dans ses pay­ sages gravés d ’une point e un peu sauti llante, a de jolis gris. Richar d Brunck, dans ses Sep t Péchés capitaux, se m ontre un élève attar dé de Dür er, avec un rappe l du roman tique Ton y Joha nnot. Georges Gobo, maître de l’eau-fort e pictural e, donne une bonne étud e dans YHomme au bâton, et montr e de la l argeur et de l’esprit dans Entrée de village, et sauve, par quelques accents, la monoton ie des valeurs causée par le défaut de recul de son Saint-Nicolas-du-C hardonnet. Jeanne Du but a de belle valeurs et des no irs pr ofonds dans son Pont du Cheval à Bruges. L ’eau-forte de R. Drevet e st large e t e xpressive. Le Nu, de Vera Young, est un Goya èxaspéré. Le Coup d'épervier, d’A. Dagnaux, est composé largement et son Entrée de ville SL du caractère. Notre-Dame, de P. Cassien, est une pointe sèche large ment traitée , avec de beaux no irs. A. Dauchez, avec

564 iiiiiiiiiiiHiiiiHi!iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiEiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiijiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii|iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitii AO UT 1930


lllllllliiilllllllllllllilliiliillliiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiilliiligiiigisiHiiiiiiiiiiinillinhüi sa Ba ss e me r à Co nc ar ne au , es t to u jo u rs le g ra v e u r sa v an t des g ra n d s h o ri z o n s. L e B ee th ov en , d e H e in tz e lm a n es t as se z g ri n c h e u x . P . G a ti e r m an ie la p o in te e t le b u ri n av ec ai sa nce , sa it d o n n e r d e fo rt e s v al eu rs , b ie n é tu d ié e s , d a n s Ba rg es an gla ise s, e x p ri m e r s p ir it u e ll e m e n t l ’at m o sp h è re d a n s la Pé ni ch e à vo ile s, re n d re le s d é ta il s sa v o u re u x de s Pl ai si rs du di ma nc he , e t m o n tr e r sa s ci en ce d e m a ri n d a n s Г « Il e- de -F ra nc e à N e w -Y o rk M a u n ie r re n d les d e rn ie rs as p ec ts ro m a n ti q u e s des vi ei ll es ru e d e P a ri s. L e F ou r éle ctr iq ue , d e J o u v e t- M a g ro n es t u n e g ra n d e e t sa v an te p la n c h e . M a y -A im é e S m it h p o ss èd e un m é ti e r p a ti e n t et sa v an t e t sa it re n d re le s v a le u rs p ic tu ra le s d an s se s b o is , co m m e le s Po iss on s, e t p a rf o is le s q u a li té s d e m at iè re s d iv er se s, co m m e d a n s N a tu re mo rte aux ch am pi ­ gn on s. L a Poi nt e de la P et it e- H oll ande, d e R . P in a rd , es t u n e bel le e a u -f o rt e gri se av ec d es n o ir s v ib ra n ts d a n s u n e a tm o sp h è re b ru m e u s e , où s a g it e u n e h u m a n it é en tr a v a il . L a Fe mm e au S e r p e n f ,d e H .D u m a s ,e s t d ’un sy m b o li sm e ha rd i. L es M us ic ie ns ara be s, d e M ll e B o n n e t, so n t tr è s ex p re ss if s. S u r C al e, de

PAPYRUS

B oiz ot, es t u ne b o n n e é tu d e d e b a te a u en c h a n ti e r, d ’all u re as se z im p ré v u e . L e s ti ra g es ja p o n a is de s boi s d ’El is . B ru n to n so n t d é c o ra ti fs . L . M a d ra ss i e st u n a q u a fo rt is te so u p le : L a Fo lle es t d ’un e g ra n d e h a b il e té e t d ’un c a ra c tè re a c c e n tu é , se s é tu d e s d e J u if s so n t d ’un b e a u c a ra c tè re . C e g ra v e u r é ta it to u t in d iq u é p o u r il lu s tr e r la Ra nd on né e de Sa m b a D io us , des fr è re s T h a ra u d ; il s ’y ré vèl e o b se rv a te u r, d é c o ra te u r e t h u m o ri st e . L ’éd it e u r M o rn a y ex po se u n L iv re de la Jung le,, d é c o ré p a r S o û la s, d e c am aï eu x b ie n co m p o sé s e t d es si n és . L e s li th o g ra p h ie s d e D e lu e rm o z , p o u r les H is to ir es n a tu ­ rel les , d e Ju le s R e n a rd , so n t u n p e u lo u rd e s, p ar fo is as se z d rô le s, co m m e l’A n e et le C h a t. A cô té d es m iè v re s a q u a ti n te s d e J o u v e t, p o u r le s Fl eu rs du M a l, le s p la n c h e s d e D e c a ri s, p o u r le Di sc ou rs su r les M isè re s du Te m ps so n t e x tr a o rd in a ir e s d e m é ti e r, de c o m p o si ­ ti o n , e t d e c a ra c tè re , d a n s le u r a rc h a ïs m e tr è s d o c u m e n té . L e h e u tr e a fa it d e fi ne s, tr è s fin es g ra v u re s p o u r D om i­ niq ue , e t F . C h a h in e , de s g ra v u re s la n g u id e s e t d é jà vue s, p o u r M it so u, d e C o le tt e .

La no rm al is at io n da ns l’in du st ri e am ér ic ai ne du ca rt on na ge --------------------------------------------------------------- - ---------------------------------------------------------------------------------------------------- A. TRAVELLER

Pour produire économ iqueme nt, il faut produire en très grandes séries.

p ro d u ir e q u e p eu d e m o d èl e s- ty p es . L ’id éa l, ce se ra it d e ne p ro d u ir e q u ’un se ul m o d èl e s ta n d a rd .

NE des c o n d it io n s d e la p ro d u c ti o n in d u st ri e ll e m o ­ d e rn e ré a li sé e le p lu s é c o n o m iq u e m e n t po ss ib le es t la fa b ri c a ti o n en tr è s g ra n d e s sé ri es . O r, p o u r p ro d u ir e e n tr è s g ra n d e s sé ri es , il es t in d is p e n sa b le d e ne

C ’est ce q u ’a fo rt b ie n c o m p ri s u n « a s » d e la p ro d u c ti o n in d u st ri e ll e fr an ça is e, C it ro ë n : il n ’a pa s h é si té à s u p p ri m e r sa 5 CV , qu i p o u rt a n t se v e n d a it tr è s b ie n , to u t si m p le m e n t afi n de p o u v o ir p ro d u ir e en p lu s g ra n d e sé ri e l ’un iq u e ty p e

Fig. 1. — Une collection de boîtes avant la normalisation.

A O U T 19 30

Н11ШШ11111Ш1111111||1Ш11ШШШ111111Ш1111Ш11111Ш111111|||Ш11Ш11111ШШ1111ШШ111Ш1111Ш11ШШ111111И11Ш11Ш11Ш1П1111111ШШ11111Ш1111111Ш111111Ш1111Ш111Ш11111Ш11ПШ11Ш1ШШ 56 5


PA PY RU S iiimiiminiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii dans une infinité d’industrie s diverse s (1). C’est ce que com prire nt les indu strie ls allema nds qui semb lent avoir main tenan t rattr apé leurs con cur­ rents américains : on jugera de l’extension de la normal isation alleman de par ce fait que le plus récent catalogue des Dinbücher, ou plu tôt des volumes, brochu res et feuilles de types stand ards normalisé s, a plus d’une cinqua ntaine de pages ! Chez nous, les indus triels de la const ructi on mécaniq ue semble nt, jus qu’à présen t, être les seuls qui s’intéress ent au mouveme nt. Dans le cartonna ge en parti culie r, beaucoup de praticiens paraiss ent croire tout essai de normalis ation sim­ plifiée voué imm anqua bleme nt à l’insuccès, parce que le carto nnie r dépe nd de la clientèle, et que chaque client, très parti culari ste, exige son ou ses types spéciaux de carton nages. Loin de nous la pensée de conte ster ce dern ier fait. Mais nous pensons que si réel soit-il , ce fait n’est pas p roban t. Ceci pou r deux raisons : la norm alisation n’entraîne nullem ent l’uniforme et le monoton e ; la clientèle peut être amenée à ch anger son point de vue. ✓

Une production norm alisée n’amène pas inévit ablem ent le monot one.

Fig. 2. — La collection de boîtes après normalisation.

I

de châssis qu ’il fabri que maint enant , d’ailleurs, avec des variantes assez nomb reuses . C’est ce qu ’a compris également Hoover, qui fut ingén ieur bien avant de gouverner les Eta tsUnis, et qui dirigea, quan d il n’était encore que ministre, le formid able mouve ment de la simplified, practice dans le but de ramen er au minim um le nombr e des modèles produit s

Prenon s un exemple dans une indu strie qui touche de près le carton nage : la fabrica tion des machines à prod uire la boîte plian te de façon continu e, avec des bobine s de carton en bande. Sur un même bâti, le con stru cteu r peu t monte r, selon besoins de la clientèle, d ’une p art un certain nombre d’éléments à impr imer, d ’autr e par t des disposi tifs pour entailler et refoule r le carton aux endr oits à plier. Les (1) On pou rra se faire une idée de l’importanc e des ré sulta ts acquis grâce à la campagne lancée p ar Hoover, en lisant l’intéres sante étude publ.ée en 1927, dans Mon Bureau, par M. J. Rous set, sous le t itr e : L 'élimination du gaspillage dans la production par la prati que simplifiée américaine.

Fig. 3. — Graphique des dimensions de boîtes avant (lignes maigres) et après (lignes grasses) la normalisation. A gauche, les largeurs ; au centre, les longueurs ; à droite, les épaisseurs.

AOUT 1930 566 iiuiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiinii


1П1|||111111!11111111111Ш1Ш1111ШШ1!Ш11НШ1ЕШ1иНН1ПН!!1ПНП1ШШШ1ШШШШШШШШШПШШШШШ é lé m e n ts d im p re ss io n p e u v e n t ê tr e p ré v u s : p o u r la ty p o g ra ­ p h ie o rd in a ir e , p o u r 1 im p re ss io n a u x e n cr es à l’ea u av ec c li ch és c a o u tc h o u c , p o u r la ro to g ra v u re , p o u r le b ro n za g e ou l ’ar ­ g e n ta g e . E t le d is p o si ti f te rm in a l p o u rr a , se lo n les ca s, c o m ­ p o r te r de s m éc an is m es d e m is e en p a q u e ts , d ’en le va ge d e « fe n ê tr e s », de p ro d u c ti o n des « d é p li a n ts »... A ve c le je u des p e rm u ti o n s, a rr a n g e m e n ts e t c o m b in a is o n s, on a rr iv e ai n si à p ro d u ir e , av ec u n se ul m o d èl e d e b â ti , d es c e n ta in e s d e m od èl es d iv er s d e m ac h in es . E t ce la of fre 1 én o rm e a v an ta g e d e p o u v o ir f o u rn ir a u x a c h e ­ te u rs , d an s des dél ai s d e li v ra is o n tr è s ra p p ro c h é s, des a p p a ­ re il s d u n p ri x m o in s él ev é q u e s il a v ai t fa ll u, p o u r c h a q u e m o d el e , fa ir e to u te u n e é tu d e sp éc ia le . O n p e u t, en ef fe t, av oir en st oc k le s é lé m e n ts d e v e n te c o u ra n te e t n ’av oi r, d è s la c o m m a n d e, à n ’ef fe ct uer q u e le m o n ta g e .

Le client n est pas int raitab le quand on use de diplo matie . R ev en o n s a 1 e x e m p le a m é ri c a in . A uss i b ie n le p ré s e n t tr a v a il a -t -i l p o u r b u t d e m o n tr e r ce q u i fu t ré al is é d a n s le c a rt o n n a g e a u x E ta ts -U n is (1 ). L o rs q u e fu t e n tr e p ri se la ca m p ag n e d e si m pl ifi ie d pr ac tic e, on se g ar d a b ie n d ’éd ic te r des lo is , d es d é c re ts , d es rè g le m e n ts a y a n t u n ca ra ct èr e d o b li g at io n : sp éc ia li st es g o u v e rn e m e n ta u x d u « B u re a u of S ta n d a rd s », d e W a sh in g to n , e t te c h n ic ie n s d él ég ués p a r les sy n d ic a ts d e p ro d u c te u rs , fu re n t in v it és à é tu d ie r m é th o d i­ q u e m e n t d e c o n c e rt la p o ss ib il it é d u n e ré fo rm e. L o rs q u e la si m p li fi ca ti o n so u h a it é e p a ra ît d a p p li c at io n p ra ti q u e , on p u b li e des « re c o m m a n d a ti o n s » q u i so n t so um is es à l ’ap p ro ­ b a ti o n des in té re ss é s : e t ce s re c o m m a n d a ti o n s on t to u jo u rs u n c a ra c tè re p ro v is o ir e , on le s re v is e p é ri o d iq u e m e n t, p re sq u e (1) D apres le mémoire de Schoffstall et Schenke, Standardization of Hosiery Box Dimension, publié avec le N ° 253, dans la série des Technologie Papers of the Bureau of Standards.

PAPYRUS

to u jo u rs p o u r ré d u ir e d a v a n ta g e le n o m b re de s ty p es n o rm a ­ lis és . A in si les b o ît es en c a rt o n em plo yée s p o u r l ’em bal la ge d e la b o n n e te ri e p a ra is se n t b ie n in u ti le m e n t c o m p o rt e r u n tr è s g ra n d n o m b re d e ta il le s (fi g. 1), en fa it , p rè s d e 45 0 m o d èl es ; v in g t e t u n des p lu s im p o rt a n ts fa b ri c a n ts d e b o n n e te ri e a c c e p tè re n t d ’ét u d ie r d e c o n c e rt av ec u n d é lé g u é d u sy n d ic a t des fa b ri c a n ts d e c a rt o n n a g e , u n p ro g ra m m e d ’ét u d e s ra ­ ti o n n e ll e s p o u r la si m p li fi ca ti o n d e l ’as so rt im e n t. E t l ’on tr a ­ va il la si b ie n q u e le n o m b re d es b o ît e s- ty p e s p e rm e tt a n t d e sa ti sf ai re à to u s les b es o in s des fa b ri c a n ts d e b o n n e te ri e , fu t r é d u it à u n e c in q u a n ta in e (fi g. 2) . N a tu re ll e m e n t, le s fa b ri c a n ts d e b o n n e te ri e s ’en g a g èr e n t à ne p lu s em p lo y e r q u e des b o ît e s d e ta il le s n o rm al is ée s, ca r av ec u n e c o n so m m a ti o n a n n u e ll e d e c a rt o n n ag e a tt e ig n a n t 16 5. 30 0. 00 0 li vre s, le se ul fa it d ’em p lo y e r des b o ît e s co nçu es ra ti o n n e ll e m e n t p e rm e t d ’éc o n o m is er 10 .8 00 .0 00 li vre s de c a rt o n . E n o u tr e , on p e u t ré d u ir e d a n s d e g ra n d e s p ro p o r­ ti o n s le n o m b re d e b o ît e s v id es en st ock . E n fi n , on o b ti e n t d e m ei ll eu re s c o n d it io n s des fa b ri c a n ts d e c a rt o n n ag e s. E n ef fe t, ce s d e rn ie rs , s ’ils o n t à fa ir e a u ta n t d e b o ît e s, en ci nq fo is m oin s d e ta il le s, p o u rr o n t p ro d u ir e en p lu s g ra n d e s sé ri es , c ’es t- à -d ir e fa ir e u n m e il le u r e m p lo i d u m ac h in is m e e t ré d u ir e d ’au ta n t p lu s la d é p e n se d e m a in -d œ u v re .

Comment rationnaliser les taille s des cartonnages d’emballage T o u te s les b o ît es d e la co ll ec ti o n d es ta il le s a v a n t n o rm a li ­ sa ti on fu re n t m es u ré es , e t le s lo n g u e u rs re p o rt é e s le s u n e s p rè s de s a u tr e s so us f o rm e d ’un g ra p h iq u e (2) à b a n d e s (f ig .3 ). Il su ff it d ’un co up d ’œi l su r ce d o c u m e n t p o u r c o n s ta te r q u ’il ex is te e n tr e d e u x lo n g u e u rs , d e u x la rg e u rs o u d e u x (2) Cf. pour le t racé et l’emploi de ces graphiqu es, l’étude complète de Chaplet, publiée dans Papyrus 1929 et 1930.

Fig. 4. — Graphique des fréquences de dimensions à considérer selon le nombre des articles mis dans une boîte. A O U T 193 0 illiiiiiiuillliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiillilliiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiililillllill

56 7


P A P Y R U S

llihSlIIIIllllllllllllllllllllllilllllllllHinillllinilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllinilllllllllllllllll

épaisseurs voisines des différences trop minimes pour qu ’elles puissen t répon dre à un réel besoin. En fait, on peut a priori subs titue r à ce fouillis de di mensions un petit nombre de l on­ gueurs, de largeurs et d ’épaisseurs rationn elleme nt éche­ lonnées de façon qu’il y ait entre chacune une différence utile : les mesures ainsi fixées sont représe ntées en t raits épais sur le graphique . Des graphiqu es de ce genre fure nt établis, afin de pouvoir appréc ier concrè tement les différenc es pour les volume s inté ­ rieurs des boîtes : le rés ultat f ut le même. Ce n ’est pas « à l’œil » que fure nt tracées les lignes figurant sur les graphiqu es, les dimens ions stand ardisé es. On fit au Bureau of S tandar d de très nomb reux essais avec les articles à emballer, des paires de bas aux diverses poin tures , par exemple, en fils de diverses natur es et de diverses grosseurs. Il faut, en effet, que chaque type ration nel de cartonna ge contienn e le nomb re voulu d’articles sans que ces dernie rs soient comprimés , ce qu i prod uira it des p lis de mauvais effet, et sans qu’il reste des vides, car les articles « ba llotte nt » dans les trans port s, ce qui nuit à l’apparen ce, e t les cartonnages partiel lemen t vides ont tenda nce à se démolir. Les articles à emballe r furen t donc étudi és au point de vue dimensio ns, en utili sant également la forme graphiq ue. Notons à ce propo s qu ’il est très facile de compare r le graphi que des article s bonn eteri e et le graphi que des boîtes en tra çant l’un d ’eux sur papie r ou toile à calquer, et le supe r­ posant à l’autre Dans certain s cas, on fut amené à mod i­

fier le pliage de certain s articl es : les chauss ettes par exemple. Enfin, des comparaiso ns sous forme de graph iques (fig. 4) furen t faites en rappr ocha nt les dimen sions des articles à emboî ter selon qu ’on en consid ère plus ou moins à caser dans une boîte. De sorte que l’on p ut finalement étab lir une série stand ard composée d ’un peti t nombr e de types, lesquels fure nt aussi ­ tôt manuf acturé s par un des gros fabrican ts de cartonna ges qui s’étaient intéressé s à la réforme. Les articles ayant servi aux essais à W ashingto n fure nt mis en boîtes et la collection expédiée à Philad elphie , le grand centre américain de fabri ­ cations textiles. On put, d e la sorte, voir comme nt se comp or­ taien t les boîte s et leur conte nu pen dan t le tran spo rt, et mon­ trer le choix à la plu part des fabric ants intéressé s. Ces der ­ niers s’empressè rent, pour la plup art, d’adhé rer à l’heureuse réforme. Le succès obten u dans la norm alisati on des cartonna ges pour la bonn eteri e a provo qué plusi eurs campagnes du même genre conc ernan t d ’autre s genres de boîtes : actue l­ lement c’est le syndi cat de l’épicerie qui vient de rédu ire de 300 environ à 37 le nom bre des tailles de carton nage en carton plein et de 273 à 75 le nomb re des tailles d’em­ ballage en carton creux (papi er ondulé ). Aupara vant l’association des grille urs de café avait réussi à rédui re de 100 à 2 le nombre’ des boîtes employées dans cette spécialité.

C h ro n iq u e de l’Éd it io n et de la L ib ra ir ie Fr . des MASIÈRES

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La f abrica tion du papier en Espagne. confrè re, M. Maria no-Esc ar Ladaga, a publié, récem ment, dans la Gaceta de las Artes graficas, un articl e docu ment é su r les matières premières utilisées en Espagne dans la fabricati on du papier. Il n’est peut -être pas sans inté rêt de résume r, pour nos lecteurs, les renseign ements donné s par le grand spécialiste de Saragosse sur une ind ustr ie qui prése nte pour la France une impor ­ tance capitale. On sait que l’Espagne subi t en ce mo ment une crise papetière d’une certain e gravité ; pou r résoud re partiel lemen t la difficulté, le gou vernem ent espagnol a décidé, il n’y a pas tr ès longtemps, d’accorde r un dro it de priori té aux journaux . Mais ce n’est là qu’un p is-aller, et il fau dra envisager des solu ­ tions plus générales, plus complètes. Dans un discours prononcé le 18 Mars 1922, à la Foire d’échantillons de Barcelone, M. Nicolas de Urgoiti disait : «Si l’éditeur veut obten ir un livre maniable et attray ant, il recherche un papier léger et bouffant ; c’est pour quoi nous fabriquons le papier -plum e. Ce papier se fabriq ue avec le sparte, qui subit une série de transfo rmation s dans la fabr i­ cation de la pâte. » Déjà nous lisions dans le numér o du 1e r Juin 1798, du Semanario de Zaragoza, le conseil d’un jard inie r utilitai re : « Le sparte, que les Aragonais consid èrent comme une espèce sans valeur, devrait fourn ir la matière premiè re d ’une expé­ rience ». Il fallut de longues années pour réaliser ce projet, mais ce fut da ns les environ s de Saragosse que fut fabriqu é en grande quantité le premi er papier à base de sparte. Le nom de sparte est indifférem ment attri bué au stipa tenacissima ou au lygcum spartum. OTRE

Le lygeum spartum, vulga ireme nt appelé atocha, est une graminée originaire de la région médi terra néen ne ; il est abonda mment répa ndu dans les terra ins secs de la p éninsul e ibérique e t sur les coteau x monta gneux d e l’Afrique du nord . Ses fleurs, au nombr e de deux ou trois, form ent un épis soli­ taire termina l, se dégagean t d ’une gaine foliaire. C’est un textile d’une grande puissance de végétation . Le sparte récolté en E spagne et au P ortuga l est d ’une q ua­ lité su périeur e ; aussi , pend ant de lon gues an nées, la dem ande de ce prod uit fut-elle considé rable, et l’Angleterre resta longtemps le princip al imp orta teur : grâce à l’abondan ce du combustib le, ce pays pouvait utili ser largem ent cette grami­ née pour la fabricat ion du papier. Le stipa tenacissima est plus connu sous le nom d'alfa. Depuis la p lus haute antiq uité, on utilise les feuilles coriaces de c ette graminée pour les trava ux d e s parteri e ; de nos jours, la disett e de chiffons a généralisé l’emploi de l’alfa dans la prépar ation du papier. En Algérie, d’immenses plateaux sont couverts de ce tte herbe, qui f ait l’objet d 'un commerce impor ­ tant. Du stipa tenacissima, nous venons de le dire, on n’utilise que la feuille ; celle -ci n ’est pas séparée sur place de la plante, mais po ur éviter toute dépe rditi on de m atière, cette opération n’est effectuée qu ’à l’usine. La quanti té de cellulose obtenue avec l’alfa attein t 50 % de la matière utilisée ; certaines usines espagnoles atteig nent même une propo rtion de 58 %. En 1912, une f abrique d e papier s’installa à S aint- Jean - deMozarrif ar, près d e la riv ière Gallego, do nt la pure té d ès eaux était partic ulière ment utile pour cette industr ie. Tous les cinq ans, la Chambre de commerce de Saragosse publie un remarq uable rapp ort sur le développe ment indu s­ triel et commercial de cette ville ; le r appo rt de 1917 nous dit

568 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii AO UT 1930


llllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllillllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll

notam ment : « La Sociedad Espanola de Papeleria, dans son usine de Saint -Jean -de-M ozarr ifar, prod uit journe llemen t plus de 6.000 kilogrammes de papier fin d’alfa et de pâte mécaniqu e et ch imique. Cette usine a é té la première à uti liser le sparte comme matière premiè re pour la fabrication des papiers fins et qui a essayé d’utiliser les sous -prod uits de cett e fabrication. Cette tentati ve a marqué un imp orta nt progrès de notre indus trie papetièr e. Ses installat ions sont moderne s et très perfectionn ées. » Vers la même époque, les laborat oires de la Papelera espanola firent des essais pour assimil er le sparte aux pâtes fabriquées par ses usines ; mais le manqu e de combus tible (on était alors en guerre) ne perm it pas cette utilisati on sur une gran de échelle. T outefo is, la co uvertu re du journal hebd o­ madaire Nuevo Mundo port ait depui s 1915 cette mention : « Le papier alfa du type Ergos, sur lequel est imprim é cette couvertu re, est fabri qué spéciale ment pou r Nuevo Mundo par la P apelera Espanola . » Ces essais ont donn é d excellents résult ats ; nous n’en voulons d ’autre témoign age éloqu ent que les illustrati ons artist iques en deux couleu rs qui orne nt cette publicatio n. A 1 instar des Anglais, les u sines andalouses utilisai ent le spar te pour obten ir un papier léger, susceptibl e néanmoins de don ­ ner aux livres une impress ion d ’épaisseu r ; ce papier bouffant obtin t une grande vogue, son emploi se généralisa et il est resté une des plus impo rtant es fabrication s papetières de l’Espagne. La fabricat ion du papier d alfa compo rte une opération prélim inaire, le nettoyag e ; il faut débar rasser la plante des impu retés qui l’accompag nent, cela se fait au moyen d’un puissa nt venti lateu r. Puis, les feuilles sont soumises à une cuisson dans la soude caustiq ue, cuisson qui élimine toutes les parties solubles pou r ne laisser que la cellulose. Le blan­ chime nt de celle-ci se fait dans un bain d’hypochlorite de soude jus qu’à obte ntion du blanc pur. La cellulose passe ensuite dans^ une série de dép urat eurs qui arrêt ent les der­ nières impu retés . Enfin vient le raffinage, e t la cellulose d’alfa est mélangée aux a utres pâtes de bois, pâte chimique pour les papiers fins, pâte mécani que pou r le pa pier bouffant. Il existe une autre variété de sparte, Yalpha tenacissima, très abond ante dans la rég ion aragonaise. Les Anglais en im ­

P A P Y R U S

porta ient des quant ités considér ables, qu ’ils ree xpédia ient en Espagne sous forme de papie r. Depui s l’installation d ’une usine à S aint- Jean , la r écolte de cette graminée a trouvé son utilisati on en Espagne même ; cet te usine, à elle seule, emploie journe lleme nt douze tonnes d'alpha. * * * Monta nana est un faubour g de Saragosse, dist ant de la ville de quatre kilomètres. C’est là que Francisco Sorogoyen y Laguna fonda en 1868 une fabriq ue de papie r à base de paille ; ce fu t la p remière création de cette indus trie spéciale. La paille provien t des graminées, surt out du blé ; ce tte der ­ nière donne des fibres mo ins longues que celles du sparte, et sa richesse en cellulose est assez inférieu re. Le rende ment maximum obtenu est de 52 % ; pratiq ueme nt, il ne dépasse guère 45 à 50 %. La prépa ration de la pâte est iden tiqu e à celle du sparte, sauf q u’elle n’est pas soumise au ba in d ’hypo­ chlorite de soude. Dès que furen t connus les excellents résulta ts obtenu s à Saint- Jean par l’emploi du sparte , la S ociedad Montan anesa introd uisit cette graminée dans ses fabrica tions, mais conti­ nua néanmoins à ne pas blanc hir sa cellulose. Sa produ ction journalière est de 12.000 kilos de papie r et de 3.000 kilos de carton ondulé pour emballages ; elle travaille avec deux ma­ chines à papier de 1 m. 80 et de 1 m. 50 de largeur . P apiers et cartons sont livrés en feuilles ou en roulea ux. Une des fabriques de papier de Tolosa travaille également la paille p our le carton ondulé. D ’autres usines se sont installées à Mot ril, à Benalua, sur le littora l méditerr anéen, et dans la région andalou se ; toute s fabrique nt le pa pier et le ca rton d ’emballage à base de cellu­ lose de sparte. * * * Des essais ont été faits également pour prod uire du papie r avec les résidu s de la canne à sucre ; mais les résul tats n’ont pas été satisfaisants. La canne à sucre est uniq uem ent em­ ployée pour le papier indie n; ses fibres larges convien nent à la finesse de ce papier, que l’on rend opaque par l’addit ion de carbonate de magnésie à la cellulose obtenu e.

Le pr em ie r livr e im pri mé à M ar se ill e -------------------------------------------- ---------------------------------------------------- ----------------------------------------------------E

Pr e m æ r l*v r e imprim é à Marseille , qui date de 1595, a donné à M. Antom archi l’idée d’une intéressan te analyse. Comme cet ouvrage a eu quatr e éditions consécutives, il en résulta it pour l’examen de l’auteur de nombreuses difficultés dont il a eu raison ; aussi, le sujet a-t-i l été traité par un typograp he averti. Cet ouvrage, qui porte le titre Obros et Rimos provenssalos, de Loys de la Bellandiero, Gentilho mme prouvenssa u, a été imprimé, en premièr e édition , par Pierre Mascaron ; la deuxième lui a été attribu ée. Quant à la troisièm e et à la quatrièm e, elles so nt anonymes, mais sorten t toutes les deux du même atelier. L ’étude débute par une biographie de Louis de la Bellandière, accompagnée de celle de Pierre Paul, son ami et éditeu r. La vie aventureus e de ce poète mérite d’être notée. Né à Grasse vers 1532-1534, il vint, encore enfant, à Aix, AO UT 1930

E .L E C LER C

ou plus tard, à 1 université de ce tte ville, il fit ses étude s, mais sans grand succès. Il débuta dans la vie, comme clerc de procur eur, avec le génie de la poésie. Pend ant les trouble s politico-religieu x, il guerroya avec les armées royales, ayant le grade de capitaine. A la Saint-B arthélem y, il rent rait dans ses foyers, lorsque des archers royaux se saisirent de sa per­ sonne et il fut emprisonn é à Moulins (1572 ); au bout de dix- huit mois de captivité, au m ilieu de Juin 1574, il recouvra la lib erté. Après un court séjour à Avignon, Arles et Salon, il se fixa à Aix. A la suite de brouille avec la police, il f ut de nouveau incarcéré à deux rep rises et, enfin, libéré dé finitivement. Mais, par suite de sa conduit e déréglée, il tomba dans une misère profonde. Bellandière comptai t parmi ses protec teurs des hommes de lettres, dont Malherbe, qui le firent entre r au service d’Henr i d’Angoulême, grand prieu r de l’ordre de

iiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiii 569 3


PAPYRUS

liiiillliiiiiiiuiiiiiiiiilliiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiliiiiliiiiiiiiiiiiiiilillllllliiiiilllllllllllilllllllii

O B R O s. R IM O S

ET

P R О V-

Le 14 Aoû t 1891, la ville de Grasse lui éleva un monum ent, son buste en bronze sur une colonne ionique dans un square qui, depuis , porte son nom. * * *

M. Antomar chi a fait une judic ieuse critiq ue point de vue typog raphiq ue du travail de au V E N S S A L O S , DE L O Y S Mascaron, citons : de la b e l l a v d ie r o , « Le format, 16x25 cm., fut adop té. Les caractères italiques et romains, ayant servi pour Gentilhomme Proula co mposition des textes, sont du même corps uenflau. et ont été indiffé remme nt employés pour la prose et les poésies. Aucune raison, sinon le caprice de l’imprim eur, et, sans doute aussi, P E R R E V I O V D A D O S l’insuffisance du matérie l, ne peut justifier ce mélange incohé rent, choq uant parfois. Les P IE R R E P A V L , E S C V Y E R capitales et le bas de casse de ces caractères, ont été largeme nt et sans disce rnem ent utilisés M A R S £ I L LO . DE pour les titres . « Une assez fine gravure sur bois et des vignettes typog raphi ques de deux types diffé­ rents alter nen t comme têtes de chapit re ; par de belles lettri nes de deux dimens ions déb uten t certaines pièces. « Si nous examinon s l’ouvrage en nous insp irant de la tech niqu e actuel le, nous devons reconn aître qu ’il prêt e assez le flanc à la cri­ tique : compos ition sans métho de, vignettes désassorties arb itra irem ent mélangées, encrage irréguli er, fausses marges, cons titue nt les pri n­ cipaux défaut s. « En somme, au poin t de vue strict emen t techn ique, l’examen de l’ouvrage déno te l’inex­ périence de tous ceux qui ont cont ribu é à son exécution et la hâte avec laquelle on y procéda. A peine huit mois fure nt nécessaires pou r com­ poser et impr imer 390 pages, tem ps rel ativeme nt court pour une impr imer ie à ses débu ts, ne posséda nt pas le matérie l a déqu at à un e pareille A M tA T ^ S E lL L E , entrep rise, et, reconn aissons- le, confiée à des mains inhabiles. « Accordons au maître et à ses compagnons P ar P i e r r e M a s c a r o n . le bénéfice de cette inexpé rience ; elle peut trou ver son excuse dans la jeunesse de l’art Seiçncuri, defJiu Ал (( auquel ils s’étaient dédié s et dans l’absence de princi pes qui ne fure nt codifiés qu’au fur et à mesure que la pr atiqu e les eût mis en évidence. » I 5 A l’aide d ’une sérieuse d ocume ntatio n, tous les détails d eces diverses éd itions ont été relevés et consignés. Ils Malte ; lorsque ce derni er fut assassiné La Bellandière se nous éclairen t sur les particu larités diverse s de ces éditio ns, ce rendi t à Marseille, près du capitaine Pierre Paul, son oncle a nécessité beaucoup de travail, de recherches et de con­ qui d’alliance, qui lui assura l’existence. Peu de temps après, il frontat ions ; l ’auteu r, en effet, a rassemblé tous les exemplaires retourn a à Grasse, sa ville natale, où il mour ut à l’âge de d’Oiros et Rimos, et les a minuti eusem ent comparés. Ces cinquan te-six ans (1588). indicatio ns seront précieuses pour les bibliophiles et les per­ Peu de tem ps avant sa mo rt, la Bellan dière chargea le cap i­ sonnes qui s’intéressen t aux choses du passé, ils voudr ont taine Masin de remet tre à P ierre Paul « tout ce qu’il avoit à rendr e hommage à M. Antomar chi de l’érudition dont il a disposer en ce monde, qui estoient aucunes de ses œuvres fait preuve en leur présen tant, sous une forme agréable, ce qu il se tro uvoit avoir derriè re luy, tout le reste estant égaré témoin de la première impression marseillaise. et tombé en mains mortes ».

570 iiliiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii AO UT 1930


limilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIlllllllllllllllllillllllllllllllUIIIIIIIIIIUIIl P A P Y R U S

L’or ga ni sa tio n co mm er cia le et in du str ie lle -------------------------------------------------------------------

Le s ca ta lo gu es c o ll e c ti fs .

æ

y a quelques mois, M. Ch. Briqu et étud iait dans la revue Le Papetier, de Berne, la question de la ratio­ nalisation des prix-c ourant s. Rationaliser les prix-c ouran ts ne signifie pas, il faut bien l’entendre, uniform iser les prix : ce serait un peu naïf. Dans notre corporat ion, par exemple, tel édit eur puissan t n’étiquett era jamais ses ouvrages au même prix que son modeste voisin d’en face ; dix raisons économiq ues lui perm etten t de travailler à meilleur compte , et ses prix de revient s’en ressente nt. Mais voici c omment M. B rique t expose son idée en procé­ dant pa r analogie : « L ’autre jo ur, le p apetie r du coin, César X..., avait affaire à un client difficile qui voulait une serviette dans une qualité de cuir qui ne se tro uvai t pas en magasin. « César l’assura qu ’il pouvait lui procu rer l’article désiré, mais le c lient voulait être renseigné sur les dim ensions et les prix. César voulut lui fourn ir ces données et dans ce but se mit à la recherche des catalogues d e ses four nisseurs. Malhe u­ reuseme nt, il n ’avait pas encore pris le tem ps nécessaire p our organiser sa bibli othè que de catalogues ; il ne put mettre la main sur le précie ux catalogue, sur le rayon où pêle-mêle il remisa it cette litt érat ure. Le catalogue ne se trouvait pas non plus dans le tiro ir où il avait cou tume de m ettre les objets à classer plus tard, et pas davantage dans les piles de documents entassés sur son pupitre . Enervé , et quelque peu humilié, il d ut offrir à son a chete ur, qui atte ndai t to ujours, de lui pro­ cure r le rense ignem ent dans quelques jours, après avoir consulté son fourn isseu r. Résu ltat : chez le papetier : temps perd u, irrita tion , frais de correspo ndance (et pour le fou rnis­ seur aussi bien) ; chez le c lient : décepti on, et peut-ê tre bien infidélité pour aller auprè s d’une maison mieux outillée. » Ce petit incide nt, nous l’avons tous connu quelque jour au cours de nos emple ttes. Dans beaucoup de librairies, chez beaucoup de papet iers, nous avons eu parfois du mal a obte­ nir un renseig nement , un prix, une indicatio n, parce que le comme rçant n’avait pas sous la main le catalogue nécessaire, ou que celui-ci se trouv ait noyé dans un monceau de pape­ rasses de toutes dimens ions. Clients, nous n étions pas contents , mais le vend eur ne l’était pas davantage, croyez-le bien, et, comme César X..., il se trouva it humilié. Et voici les réflexions de César a près le d épar t de son clien t : « To ut de même, se dit- il, comme ce serait plus simple si l’on po uvait avoir sous la main tous les prix-c ourant s de nos fournisseurs groupés en un seul volume ! Il suffirait qu ils fussent tous imprimé s sur un même format. Hélas ! c est un rêve irréalisable. Comment espérer que tant de maisons s’occupant de tant d’articles divers puissen t s’entendre , et veuillent consen tir à imprim er leurs prix-c ouran ts sur un même papier. Pou rtan t ce serait un avantage même pour nos fournisseurs. Ils auraien t l’assurance que leur prix-c ourant , qui leur a coûté tant de peine et d’argent, sera toujour s à portée de celui qui en a besoin. Mais comme le dis ait un col­ lègue, nos petits- enfant s verront peut- être cela ; pour nous, cela restera une utopie. » César X... est un bien brave homme, il ne manque pas d es prit, et ses réflexions méri tent qu’on s’y arrête. M. Ch. Briquet, qui nous a p résenté César X..., ajou te un paragraphe en manière de conclusion : L

L. MAGNAVAL

« Pour nos collègues des Etat s-Un is (il s’agit de papetiers) , ce n’est poin t une utopie. C’est un fait réalisé. Leu r association a publié, il y a quelques années, un prix -cou rant général de la branche intitu lé « Nat ional Index ». Ce volume ne com prend pas moins de 600 prix-c ouran ts de fournisse urs. La reliure est à anneaux, avec ré perto ire numér oté de 1 à 20. Chaque numér o corresp ond à u ne catégorie de marchand ises, et dans chaque catégorie figurent, par ordre alphab étique , les prix-c ouran ts des fourniss eurs. En dix secondes on peut trouv er le renseig nement désiré. Ce réper toire doit être le compagnon, l’aide q uotid ien du papeti er. » Nous allons conclure, en appl iqua nt à la librair ie française les réflexions de César. Et d’abord, qu’on nous perm ette une simple constata tion personnelle. En raison de nos occupatio ns professionnelles , nous nous t rouvons dans l’obligation de collec tionner les cata­ logues des maisons d ’éditio n. Pour la F rance seule, nous avons plus de 200 de ces catalogues, et ils repré sente nt une gamme inimaginable d e formats, d epuis les minus cules m-32 (1 0x 12 , 8,5 x1 8, etc.) jus qu’aux énormes in-4° (2 5x 33 et plus). Comment classer nor maleme nt et surt out utile men t, des bro ­ chures aussi dispara tes ? Ce manque de normal isation a d ’ailleurs frappé nos gra ndes instituti ons du livre, et des essais collectifs ont été tent és à plusieurs reprises. En Janv ier 1926 et en Avril 1927, p ar exemple, le Syn dicat des Editeu rs fit paraître un catalogue collectif des ouvrages scolaires compor tant 160 pages et réun issan t la produ ction pédagogique de seize maisons d’édition s. De mêm e leS ynd icat des éditeurs de droit a pub lié en Octob re 1927 la Bibliographie pratique d'ouvrages de droit, jurisprudence, économie politique et sociologie, forte brochu re de 188 pages, tenue au courant au moyen de supplém ents annuels . De même encore le Syndicat des éditeur s de médecine publie chaque année une Bibliographie des ouvrages de médecine const amm ent mise à jour. Enfin pa raîtra sous p eu, par les soi ns du Synd icat des édi ­ teurs de technologie, une Bibliographie collective des ouvrages techniques, qui sera également mise à jou r au m oyen de supp lé­ ments annuels. Dans un autre ordre d’idées, l’Office pour la propagat ion du livre français a entrep ris la public ation d ’une ample bibliographie de notre littér ature nationale. L ’ouvrage est divisé en onze volumes, trai tant des matières suivantes : 1° Li ttéra ture française des XIX e et XXe siècles ; 2° Litt érat ure française des origines au X V II I e siècle ; 3° Criti que littéra ire et philologie ; 4° Géographi e ; 5° Histoi re ; 6° Beaux-Arts ; 7° Sciences et technologie ; 8° Droi t, philosophie, religion ; 9° Connaissances pra tiq ues ; 10° Ense igne men t; 11° Livres pour la jeunesse. Quatre fascicules : N o s 1,2 , 4 et 6, ont paru jus qu’ici-; les autres sont en p répara tion. Les auteur s de l’ouvrage o nt tenu à nous avertir, dès leur introd uction , qu’ils n’ont pas la p ré­ tenti on d e faire œuvre compl ète, ils se sont contenté s d ’y faire entre r tous les ouvrages, non épuisés en librairie , ayant une valeur reconnue ou une notoriét é certaine. A la fin de chaque fascicule se trouve une tabl e alphab étique des titres d’ouvrages et une table alphab étique des noms d’auteurs. C’est do nc un instru ment de travail d’un maniement facile et utile, et d’un prix accessible aux plus modestes budget s : 2 francs le fasci­ cule.

A O U T 1930 lllliilillillllll lllliililllliiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiliiliiillliiiiiiiiiillliiiiiiiilllllliiiiiiiiiiiillliiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 571


PAPYRUS

IIIIIIIIIIIIII lllinillllllllllllllllllllllllllllllllllHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIINIIIIIIIIIIIIIIIIII

E n fi n , en N o v e m b re 192 8, n o u s a p p re n io n s av ec la p lu s vi ve s at is fa ct io n q u e le C er cl e d e la L ib ra ir ie v e n a it d e d é c id e r la p u b li c a ti o n d ’un Ré pe rto ir e gé né ra l des liv re s fr an ça is . C ’est u n e œ uv re d e to u te p re m iè re u ti li té n o n s e u le m e n t p o u r la dif fu si o n d e la p en sé e fr an ça is e, m ai s a u ss i p o u r la p ro s ­ p é ri té d e to u te s les in d u st ri e s q u i c o n c o u re n t a la p r o ­ d u c ti o n d u li vr e. C e se ra s u rt o u t u n in s tr u m e n t p ré c ie u x d e tr av ai l et d e re c h e rc h e s p o u r les é d it e u rs , les li b ra ir e s, les co rp s sa van ts , les b ib li o th è q u e s , le s b ib li o p h il e s d u m o n d e e n ti e r. Il s ’ag it i ci d ’un e e n tr e p ri s e d e l o n g u e h al ei n e e t q u i n é c es si ­ te ra de s fr ai s co n si d é ra b le s. L ’ou vra ge c o m p o rt e ra u n e d o u b le ta b le : ta b le p a r a u te u rs , ta b le p a r ti tr e s , d e to u s le s li vr es a c tu e ll e m e n t en v en te en li b ra ir ie , e x c ep ti o n fa it e d es vo lu m es d ’oc ca si on . L a ta b le p a r a u te u rs d o n n e ra t o u s le s re n se ig n e m e n ts u ti le s

c o n c e rn a n t c h a q u e o u v ra g e d a n s l ’o rd re le m e il le u r p o u r fa c il it e r le s re c h e rc h e s e t é ta b li r le s c o m m a n d e s : fi rm e d e l’é d it e u r, n o m d e l ’au te u r, ti tr e d e l ’ou v ra g e, in d ic a ti o n d e la c o ll e ct io n , d a te d e p u b li c a ti o n , fo rm a t, p o id s, n o m b re d e pag es , p ri x ; u n e d e rn iè re c o lo n n e es t ré se rv é e à u n c o d e té lé g ra p h iq u e q u e p o u rr o n t u ti li s e r l es c li e n ts p o u r tr a n s m e tt re le u rs o rd re s a u x é d it e u rs d e fa ço n cl ai re e t é c o n o m iq u e . L a d e u x iè m e p a rt ie es t u n e li st e a lp h a b é ti q u e p a r ti tr e s ; el le d o n n e le ti tr e d e l’o u v ra g e, le n o m d e l ’au te u r, e t u n n u m é ro re n v o y a n t à la pa ge d u p re m ie r v o lu m e p o u r to u te s le s in d ic a ti o n s u ti le s. T o u te s le s li b ra ir ie s d e F ra n c e e t d e N a v a rr e a u ro n t ai n si so u s la m ai n u n ré p e rt o ir e p ré c ie u x , à p e u p rè s c o m p le t, d e la p ro d u c ti o n fr an ça is e c o n te m p o ra in e , e t le u rs c li e n ts n ’au ro n t p lu s à re g re tt e r d es d é fa il la n ce s d e m é m o ir e fâ ­ ch eu se s, e t u n e p e rt e d e te m p s p lu s fâ c h e u se e n c o re .

So lid ité à la lu m ièr e des pi gm en ts p o u r en cre s li th og ra ph iq ue s A. C H E M IS T -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------L im p o rt e b e a u c o u p

q u e le s p ig m e n ts se rv a n t à la fa b ri ca ti o n des e n c re s li th o g ra p h iq u e s so ie n t ca ­ p ab le s d e ré s is te r lo n g te m p s sa ns p â li r à l ’ac ti o n de la lu m iè re : ce s e n c re s n e se rv e n t- e ll e s pa s so u v e n t p o u r l’i m ­ p re ss io n de s af fi ch es q u i d e v ro n t s u p p o rt e r, l ’ac ti o n de s in te m p é ri e s ? O r, le s m a ît re s d e l ’aff ic he e m p lo ie n t tr è s so u ­

0 fi M

- ----------- -----------------------------

ven t de s c o u le u rs e x tr ê m e m e n t vi ve s : en q u o i d a il le u rs ils on t ra is o n p u is q u e le u rs c o m p o si ti o n s d o iv e n t a v o ir le m ax i­ m u m de v is ib il it é . O n e st d o n c a m e n é d a n s la li th o g ra p h ie à em p lo y e r de s en c re s de n u a n c e s tr è s p u re s , ce q u i ex cl u e l ’em plo i de s p ig m e n ts cl a ss iq u e s tr è s so li d e s c o m m e les oc re s, les n o ir s au c a rb o n e , le ro u g e a n g la is , la te r r e v e rt e ,

Solidité l umière des pigments *

P ro p o rt io n s N a tu re de s p ig m e n ts

Ja u n e d e c h ro m e ( c it r o n ) .................. Ja u n e d e c h ro m e (m e d iu m ). . . . L a q u e d e ta rt ra z in e (s u lf at e de b a r y u m ) ............................................... L a q u e b a ry ti q u e a u ra m in e e t ja u n e n a p h t o l ............................................... O ra n g é de c h ro m e ................................ L a q u e d ’or an ge II s u r é ta in . . . . L a q u e b a ry ti q u e d ’or an g é ac id e II . L a q u e ro u g e C ..................................... L a q u e de t o l u i d i n e ............................ L a q u e b a ry ti q u e d e ro u g e li th o l . . L a q u e b a ry ti q u e d ’éc ar la te 3 B. . . L aq u e ca lc iq ue d e li th o l ru b in e B . . L aq u e de ro uge p a r a ............................ L aq u e ta n n iq u e d e v io le t m é th y l. . B le u M il o ri .............................................. B le u b r o n z e .......................................... B le u al ca li n n u an ce v e rd â tr e . . . . B le u al ca li n n u an ce r o u g eâ tr e . . . O u t r e m e r ....................... B le u pa on (l aq ue b a ry ti q u e d ’ér ia u g la u c in e) ................................. N o ir c a rb o n e ............................. V e rt ch ro m e (b le u M il o ri et ja une p r i m e r o s e ) .........................................

P o urc en ta ge

S o li d it é

O b se rv a ti o n

de

de

de p ig m e n t

p ig m e n t

ch ar ge

dan s l ’en cr e

67 67

10 10

61 61

5 5

2

3

22

2

F o n c e u n p e u a v a n t d e p â li r. F o n c e u n p e u a v a n t de p âl ir . Fonce u n peu.

lu m iè re

/ N e « p a ss e » p as , m ai s d e v ie n t u n p lu s so m b re . \

1 3 10 2 1 1 1 10 1 1 1 1 1 1 1 6

4 2 23 3 1 1 • 1 19 2 1 1 0 0 0 0 1

11 43 15 20 25 25 25 20 20 25 25 50 55 50 50 56

1 5 1 1 2 3 2 3 3 ou 4 2à5 1 à2 5 5 2à4 2à4 2 à 5

1 1

0 0

17 33

1 5

N o ir c it a v a n t de p â li r. A u c u n c h a n g em e n t.

1

60

5

B ru n it u n p eu .

4

S o li d it é m o in s m au va is e q u a n d on n ’ajo u te pa s d e la k et in e. B le u it a v a n t de p âl ir . N ’es t so li q u e q u e sa ns la ke ti ne . S e b ro n z e a v a n t de p â li r. D e v ie n t m o in s vi f m ai s n e p â li t p as . ) P â li t m o in s à la l u m iè re é le c tr iq u e * • ( q u au jo u r. ) R o u g it av an t d e p â li r.

1

iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiimiiiiiiuiiiiiiii A O U T 19 30 57 2 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiii'iitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

\


Illllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllligillllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll

lesquels manq uent d’éclat. On leur subs titue très souvent des laques, c’est-à-dir e des poudres de matières minérales comme l’alumine, le sulfate de baryum , incolores à l ’état pur, mais dont les pa rticules subissen t une véritabl e tein ture dans une dissolution de substanc e tincto riale synthé tique. Et l’on sait que le plus grand nombr e des « coul eurs d’aniline » comme on les nomme i mpro prem ent, sont d’une trè s m édiocre solidité : mais il en est aussi bon nom bre s usceptibles de donn er des nuances assez solides. Dans ces condit ions nous pensons utile de résume r ciaprès une série d’essais venant d’être faits au Bureau of Standards, de Washing ton, pour compa rer les divers pig­ ments les plus employés dans la prépa ration des encres lithog raphiq ues. Les pigment s essayés fure nt amenés à l’état d’encres lithogr aphiqu es par broyage avec des propor tions conve­ nables de « vernis» à base d ’huile de lin cuite, de charges (car­ bonate de magnésie, sulfate de baryu m et alumine hydraté) et de siccativants (résinâtes et linoléates de plomb et de man­ ganèse). Les échant illons destinés aux expositions à la lumière fure nt faits avec une presse à tire r les épreuves « offset », sur du papier b lanc de bonne qualité couran te, en employant chaque encre de quat re façons différentes : pure et diluée avec 5, 10, 25 fois son poids de « laketine » dil uante, elle-même composée de : Carbo nate de magn ésium ............................ 4 kg. Alumine hy dr at ée ........................................2 » Carbo nate de pl om b.................................... 1 »

C hr on iq ue

le to ut incorpo ré, avec un peu de résine, à d u vernis litho gra­ phique . Les échanti llons fure nt montés sur des pannea ux, avec numéros d’identifica tion, et les pannea ux, protégé s par des vitres ordinaire s, fure nt exposés sur le toit du labora toire pend ant des temp s varian t de 6 he ures à 480 h eures. D ’au­ tre part, des séries semblables fure nt exposées à l’action de lampes électri ques à arc, don t la lumière , très riche en rayons ultra violets agit chim iquem ent avec beauco up de force, et possède une fixité d’action qu ’on ne peut nat ure l­ lement avoir avec la l umière sola ire. On a const até néanm oins qu’à part quelque s exceptions l’effet des lampes à arc est similaire à celui de la lumiè re solaire. Nous représ enton s en un tableau les chiffres des moyennes obtenue s au cours des essais faits dans les cond itions indiquée s. Les cotes désign ant la solidité lumière varient de 5 po ur une couleur perma nente à 1 pour les couleurs très fugaces. 11 y a souvent plusieu rs cotes pou r un même pigm ent parce que plus le pigme nt est dilué dans la laketine et moins est bonne sa s olidité lumière . De l’ensemble des essais, une conclusio n se dégage : la plup art des laque s ne v alent pas gra nd’chose au poin t de vue solidité lumière, surt out si elles sont mélangées à une forte propor tion de blanc. Et pour avoir des rouges, des violets très vifs, il faut donc éviter de les emplo yer en nuances pâles si l’on veut avoir de la solidit é lumi ère : pou r les jaunes, les oranges, les ble us, les gris, poin t n’est besoin des mêmes précautio ns puisqu e nous disposo ns de pigme nts solides.

des No uv au tés

LE PRO BLÈ ME DU R EFOUL AGE ROTATI F D E CAR TON S BR ISA NT SE T S A S OLUT ION DÉFINITIVE De tout temps , le refoulage des cartons employés pour la confection des boîtes à chaussu res, à vêtements, emballages forts pour expédi tions, etc., a rete nu l’attention toute par­ ticulièr e des carton niers ainsi que des const ructeu rs de ma­ chines à cartonnag es, car, pou r ce genre de boîtes, les prix établis nécessit ent l’emploi de cartons de qualité inférieure, cassants, ou dans certains cas, de cartons ondulés. Jusq u à présen t, ces genres de carton s ont dû être refoulés sur des refouleuses verticales dites à pinces. Mais il a été constaté que ce procédé de travail revient très cher. Les refouleuses verticales travaill ent lente ment et sont sujette s à une usure rapide, ce qui influence le p rix de revient de façon anorm ale. Depuis fort longtemps, on s ’était r endu c ompte que le seul remède à cet état de choses était de cherch er à pouvoir re­ fouler ces cartons d’une manière rotative. La solution pratiq ue de ce pr oblème a fa it l’objet d’études sérieuses de beaucoup de constru cteurs. On a essayé d ’obte­ nir un refoulage rotatif en modifiant les appareils employés sur les mitrailleuses. Ceci n’était qu’un expédie nt qui ne pouvait donne r satisfaction à la longue, car il a été impossible jusq u’à présent d’arriver à un résulta t acceptable prése ntant un progrès comparat ivement aux méthod es employées jusq u’alors. Aujourd'hui, le problème du refoulage rotatif des cartons forts et des cartons brisants peut être considéré comme définitivement solutionné. AO UT 1930

P A P Y R U S

Le Départ ement « Bobst » de la Socié té Mari noni , à St ras ­ bourg (Bas-Rhin), vient de sort ir une nouvelle machine construite d ’après les c onception s les plus mode rnes, machine qui peut être considérée comme une soluti on heure use et parfaite de toutes les question s qui se sont posées pou r le refoulage ro tatif et à grande vitesse d e cartons f orts et de car­ tons de qualité inférieure. Cette nouvelle refouleuse rotative « Bobst » type RRC est destinée à remplacer les refouleuses à pinces don t le faible rendem ent et l’usure rapid e grèvent lour dem ent le coût de fabrication des boîtes exécutées en cartons de qualité infé­ rieure. Avec un seul ouvrier, cette machine travaille sans bru it et remplace aisément quatre à cinq refouleuses, d ’où économie sensible de main -d’œuvre, force motrice, ainsi qu ’encombrement moindre. Elle exécute les refoulages en tira nt et pinça nt le carton dans la machine, comme le fait la refouleuse à pinces, mais ceci rotativ ement. La machine exécute deux refoulages à la fois, les feuilles étan t préalabl ement coupées au format de la boîte. Le refoulage obtenu est impeccable sur toutes les qualités de carton, même très inférieures, et ceci également sur tous les cartons très épais, et même sur deux cartons supe r­ posés. La vitesse de tran spo rt est de 75 mètres à le minute , de sorte que l’ouvrier introd uisan t les feuilles, n’est pas obligé d ’atten dre et peut marger aussi vite que cela lui est possible. Les feuilles sont maintenue s entre deux équerres F et

nNiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiHiiiiiiiiuiiitiiiiiiiiiiiiiHNiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiHWiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

i

573


PAPYRUS

IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIHIII IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IHIIIIHIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIII

sont simplem ent poussées une à une contre les roule aux d’in­ troduc tion. Cette marge très facile perm et d ’obtenir une product ion intense sans fatigue de l’ouvrier, ce qui résulte d’expériences prati ques lesquelles ont prouvé qu’un ou vrier est à m ême de marger les feudles à la cadence de 120 cartons à la minute , au forma t de 50 x6 0 cm. Le réglage de la machine est extrêm e­ ment sim ple, et les cha ngemen ts de format et force de carto n se fon t en moins d’une minute. De ce fait, il est possible d’ut i­ liser cette nouvelle refouleu se rotative pour de très petite s séries de boîtes. Cette rapi dité de réglage s’obtient par le fait que les deux outils refoule urs supér ieurs et i nférie urs A sol idaires d’une vis B, s’app roch ent e t s’écar tent en actio n­ nan t un volant à main C. La distanc e exacte sépar ant les deux refoulages est imm édiate ment indi quée par un index D très visible se dépla çant sur une règle graduée en millim ètres E. La la rgeur et la prof onde ur du refoula ge se rè glen t ins tant aném ent sans clé ni out il, la largeur en ac tionn ant les man ivelles J et la prof ondeur en tou rna nt les volants K. Les deux équer res de marge F s’appro­

chent et s’écarten t au m oyen d ’une vis G ainsi que d un volant L et sont, de ce fait, toujo urs « centrée s » par rapp ort aux outils refoule urs A (cas des boîtes avec fonds et couvercles). Pour les bo îtes ayant des refou ­ lages déxacés (boîtes plian tes, etc.), les équer res F sont instan taném ent libérées de leur écrou respec tif et peu ­ vent être placées à l’endroit désiré. Ces div ers réglages peuve nt se faire pend ant la m arche de la m achine. La constr uction de la machine est partic ulièr emen t robust e et soignée ; de n ombre ux r oulemen ts à billes et butées à billes ont été placés aux endr oits subissa nt des efforts, de sorte que cette refouleuse rotative est à même de rendr e une produ ction énorme sans fatigue et sans usure préma turée. En résumé, cette nouvelle machine est certain ement un progrès réel. Il est dans l’intérê t de tous les cart onnier s de se renseig ner et de se docu men ter plus à fond sur ce nouveau procédé de travail.

La no rm al is at io n des fo rm ats de pa pi er PROCÈ S-VERB AL DE LA RÉUNION DU 3 JUILLET DE LA COMMI SSION DE NORMALISATI ON DES FORMA TS DE P APIE R La séance est ouverte à 15 heures. Ving t-huit membres sont présents. M. Girard eau propose la nominatio n comme Prési dent de la Commission de M. Paul Gaulti er, membre de l’Instit ut. Proposition acceptée à l ’unanimité. Il fait ensuite connaître que : 1° presque tous les groupe ­ ments consultés ont envoyé leurs réponses au questionna ire adressé avec le procès-verbal de la réunion précéde nte ; le détail de ces réponses en sera donné tout à l’heure. 2° Au Congrès d Alger, les Syndicats des Imprim eurs ont adopté les conclusions du projet établi par M. Hardy. Re ctif ica tion s au pr ocè s-v erb al de la réu nion du

14 Mai 1390 . — 1° page 6 : Perçage. Les propositi ons de l’ISA font mention seulemen t du dia mètr e et de l ’espacement des trous de perçage, sans précise r le nombr e de ces trous indiq ué comme étan t de 3 dans ce procès-ver bal. 2° page 3. Il y a lieu d’ajoute r la Rouman ie à la liste des onze pays qui ont, jus qu’à présen t, adhér é au projet ISA. Mét hod e de tra va il. — Il est décidé que la Commission Générale étudi era les deux questions : formats et spécifica­ tions du p apier (ces spécifications devant po rter seulement sur le poids, la couleur, les conditio ns de livraison et de récep­ tion). En ce qui concerne les Sous-Com missions qu ’il convien­ drai t de créer en premi er lieu, et après échange de vues, le program me suivan t est arrê té : création desSou s-Com missio ns a (correspondan ce) ; § (enveloppes) ; c (entrepris es commercielse) ; b (imprimés). Il est décidé également que chaque Sous-Com mission élira son propre Présid ent.

574 iiiiiiiiiiiiiiiiifiiiiiiiiiiifiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiisiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuuiiiiiiiuiiiii AO UT 1930


lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllilllllllllllllllllllll

Enfin, la cré ation de Sous-Com missions proposée à la r éu­ nion du 14 Mai 1930 donne lieu aux échanges de vues et aux décisions suivantes : 1° Périodiques : consti tution d’une Sous-Com mission spéciale pour les périod iques ; 2° Edition : M. Cazalis ayant signalé qu’une Sous-Comm ission fonctionne au sein du Syndicat des Edite urs pour l’Edition propr emen t dite, il propose que cette Sous-Com mission étudi e un pro­ jet qui sera ensuite soumis à la Commission générale. Propo­ sition adoptée. 3° Fiches : M. Hard y propose d’en confier l’étude à la Sou s-Commi ssion e « Imprim és commerciaux » ; M. Suze, faisant rema rquer que les fichiers sont constru its de manière à être utilisés pour tous les formats français et étranger s, estime qu ’il serait désirable de créer une SousCommission spéciale à cet effet. Proposition adoptée. 4° En réponse à une remar que écrite qui a été faite, M. Girard eau fait connaître que la cons titutio n d’une Sous-Comm ission spéciale pour les Ba nques a été signalée comme absolumen t nécessaire. Il ajoute que la Commissi on Interm inistér ielle (Commission de revision des Imprim es des Admin istration s) a bien voulu désigner des repré senta nts pour partic iper aux travaux de la présen te Commission. En résumé, il est déci dé q ue l ’on pr océdera à la constitutio n des Sous-Com missions suivantes : en premi er lieu a) corres­ pondance (lettres, communi cations, document s, papier pelure, papier au charbon, blocs-not es) ; g) enveloppes ; c) entreprises commerciales (offres, commande s, bulletin s de livraison, fac­ tures, quittan ces) ; b) imprimés (catalogues, prix-cou rants, brochu res, règlem ents, réclames et affiches). Nota : en ce qui concern e les Affiches, la Commission, ayant recon nu qu’il s’agit là d’un format très spécial et d’un papier fabriq ué pour un emploi bien déterm iné, est d’avis de conserver le forma t Colom bier 60 x8 0 ainsi que l’ont ré­ clamé l ’Union de l’Affiche Françai se et la Chambre Patronale des Impr imeu rs lithog raphe s de Paris. Ulté rieu rem ent : d) Entreprises techniques (dessins, croquis, feuilles de normes, graphi ques, devis estimatifs) ; e) Ateliers (formulaires, règleme nts) ; f) Expéditions (étiquettes) ; i) Fiches ; j) Périodiques. Il y aura it lieu égalemen t de créer, au sein des Grandes Admin istration s publiq ues et privées (Commission Inte r­ ministériel le, Chemins de fer, Banques, etc.), et de même qu ’il en a été décidé pour l’Edition , des Commissions qui étud ieraie nt, en se limita nt aux séries adopté es par la Commis­ sion Générale de normalis ation, les simplifications qui se­ raient susceptibles d’être apport ées dans les formats utilisés dans leurs services ; les r eprés entan ts de ces Ad ministra tions pourra ient assurer la liaison nécessaire entre ces Commissions spéciales et la Commission Géné rale de l’AFNO R et faire con­ naître, s’il y a lieu, à cette derni ère, leurs deside rata en ce qui concerne les formats particu liers spéciaux qui leur paraî­ traie nt nécessaires. Les questions subsidiaires telles que : perçage, normalisa­ tion des en-têtes, fenêtres transversales dans les enveloppes, etc., pourra ient faire l’objet d’études ultérie ures de la part de So us-Commissio ns compétentes . Au sujet de l’emploi des fenêtres transversales, dont il a été discuté au Congrès de Paris, M. Girard eau rappelle que la question doit être posée par 1 ISA à 1 Union postale Universelle. M. Fougerou se montre assez sceptique sur les résultats de cette dé­ marche. For ma ts de bas e à ado pte r en Fra nce . — M. Gir ar­ deau donne ensuite connaissance des réponses reçues à la première question du questionnair e, joint au procès-verbal du 14 Mai : « Quel est votre avis au sujet du format de base AO UT 1930

P A P Y R U S

qu’il convien drait d ’adop ter en France pour la lettre com­ merciale ? » Sont partisan s du format ISA 21 0x 29 7 : 1° Grou pe pro ­ fessionnel de matériel de fabricatio n pour le papier ; 2° Union Syndicale des Banquiers ; 3° Gran ds Réseaux de che­ mins de fer ; 4° Comité de Normali sation de. la Mécan ique ; 5° le Bureau de Normalisati on de l’Aéronautiqu e (Min istère de l’Air). Sont partisan s du format 21 X27 (projet Hardy) : 1° Fab ri­ cants de papier ; 2° Syndic at des Papetier s ; 3° Union de l’Affiche Française ; 4° Syndicat des Imp rimeu rs typo graphes ; 5° Syn dicat des Imprim eurs lithograp hes ; 6° Syn dicat de la Presse Tech niqu e ; 7° Bure au de Norm alisation de l’Automo­ bile. Sont partisans d ’adop ter et les formats français (coquille, raisin et jésus du projet Hardy) et la série ISA (21 X29,7) : 1° Tran sform ateur s ; 2° Chamb re Syndicale du Commerce du papier de France (les séries coquille, raisin et jésus étant à conserver, les autres formats français étan t à supp rime r peu à peu). N ’ont pas donné leur avis s ur ce point : la Chamb re Syn­ dicale de la Mécanograph ie ; le Synd icat des Edit eurs ; l’Imprimerie Nationale ; l’Union des Synd icats de 1E lec­ tricité ; la Chambre Syndicale de l’Organisati on Comm er­ ciale. N’ont pas répond u : Syndi cat des Patr ons- relie urs et bro ­ cheurs ; Syndicat des J ournau x ; la Commissio n Inte rmi nist é­ rielle ; le Ministère des P. T. T. ; le Sy ndica t des Con struc ­ teurs de Machines d’impr imerie . A titr e officieux, M. Bussy fait connaît re que M. Edou ard Lambert (présiden t du Syndic at des Cons truct eurs de Ma ­ chines d ’imprimerie) serait partisan du format ISA 21 0x 29 7. MM. Duman d et Priaux, représ entant s de la Commissio n Interministériell e, se décl arent disposés à a dopt er les form ats qui auront été choisis par la Commission. M. Ja cquot ajoute que le Minist ère d es P. T . T. et le M inis ­ tères des Finances ont déjà commencé une simplificatio n des formats utilisés dans leurs Services en se basant sur l’emploi des séries coquille (ou carré) et raisin. De son côté, M. Marty, rep résen tant de l’U. S. E., se m ontre personnellement disposé à adop ter le format ISA 21 0x2 97 , parce qu’il est déjà adopté par un certain nombr e de pays. A ce propos, M. Berger signale que le format 21 X29,7 n’est pas, à proprem ent parl er, un f ormat in ternati onal p uisque d autres pays for t impor tants au point de vue consommati on du pap ier (Anglete rre, U. S. A., Fr ance, Italie, etc.) em ploien t le 21 X27. Il ajoute que ce qualificatif d’internat ional a ppliqu é, à to rt lui semble-t- il, au .format ISA a p u inciter certains des membres de la Commission à le choisir. M. Coutro t répond à cette observation que le 21 0x2 97 ayant été adopté par douze pays est bien un format, sinon mondial, du moins internati onal. A l’heure actuelle, il n ’existe aucun autre format adopté par plusieu rs autres pays à la fois et qui soit, par ce fait, susceptible de lui être opposé. Les Etats -Unis et l’Angleterre emploien t des formats se rapp ro­ chant, en effet, du 21 X 27 utilisé en France mais d ont les d i­ mensions sont cepend ant légèrement différentes suivant les pays. M. Hardy, ayant expliqué que l’utilisation du 21 X29,7 entraîn erait une consommation de papier supérieu re d ’environ 10 % à celle occasionnée par le format actuel 21 X27, M. Coutrot fait remar quer qu’il serait peut- être plus logique de co m­ parer le f ormat ISA 21 X29,7 avec le format français 22 x2 8 qui donne, après finissage, le 21 X27. L’augmentat ion réelle de consomm ation de papier serait ainsi très inférieure à 10 %. M. Hard y objecte que si l’on p rend le format bru t français

1111ПШ11Ш11111111111Ш1Ш111111111Ш1111111Ш1111Ш11111111111111111111111111111111Ш111111Ш1ШШ111111111111Ш11Ш1111111111Ш11Ш111111111111111Н1111111Ш111111111Ш1111111111111111ШШ1111111111111Ш1111 57 5


!

PAPYRUS

"

/

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHIIIIIIIIIIIIIIIIfS

22 x2 8, il faut le compa rer, non pas avec le format ISA fini 21 X29,7, mais avec le format bru t corre spond ant (22 x3 0,7 environ) ; il en résulte que l’augmentatio n reste toujou rs de l’ordre de 10 %• M. Coutr ot estime pourtan t que l’on pour rait adop ter la proposition hollando-polonai se qui consiste a p rend re comme seul format de base la feuille de 1 m. 2 (840 X 1189) qui donne après finissage (découpage après pliage), des formats finis d e dimension s un peu inférieu res à ceux proposés par l’Alle­ magne, mais ces différence s étan t considérée s comme de peu d ’importance dans la prati que d ’auta nt que les couver tures des brochur es, par exemple, aurai ent exacteme nt les dim en­ sions prévues dans les séries ISA. M. Maingu et fait rema rque r que si l’on veut faire abou tir une normalisa tion, il faut que celle-ci repose sur des règles rationnelles inatta quable s. Il indiq ue, en conséquence , que si la Commission renonce à l’adoption du format ISA pour s’en teni r à la seule « simplificatio n » des formats français actuellem ent existants, on devrai t choisir les dimension s des formats dans les séries des nombre s normau x établies par la Commission Perm anen te de Stand ardis ation (Fascicule X). Afin de respec ter une progressio n régulière , il suffirait de rempla cer d ans le pro jet Ha rdy le format coquille (44 X 56) par le f ormat carré (4 5x 56 ). II f ait rema rquer que l’adoption de cette propo sition perm ettr ait une réduc tion dans le nombre des formats dérivés envisagés dans ledit projet. Certains membr es de la Commissio n sont d’avis de reteni r la pr oposit ion intére ssant e de M. Maingu et ; celle-ci po urrait valoir, sinon po ur les dimens ions mêmes des formats à adopte r, toqt au moins lors qu’il s’agira de déte rmin er une gamme logique des poids . Après une assez longue discussion au cours de laquelle les repré senta nts des diverses catégories d’industries repré ­ sentées mai ntie nnen t formell ement leurs positions (voir réponses au questi onnair e) la proposi tion suivante est for­ mulée : « Y a-t- il lieu, en tou t état de cause de recomm ander la suppre ssion de tous les formats français actuellem ent exis­ tants, à l’exception des suivants : coquille ou carré, raisin, jésus, et leurs dérivé s, ainsi que le format 60 x8 0 (format colombier) employé spéciale ment pour les affiches. Réponse : oui, à l’unanim ité. » En ce qui concern e les formats de base qu’il conviendra it d’adopte r en France , trois solutions peuvent être envisagées : 1° proje t Hard y seul ; 2° form ats ISA seuls ; 3° pr ojet Hardy et série ISA. La deuxième solution renco ntre des oppositions formelles déjà mentionné es dans les ré ponses au questionn aire. M. Girar deau propose d’aband onne r pour le mom ent cette solution et pose les deux questions suivantes : Première question. — Qui est d’avis d’adopt er le projet Hardy seul ? Réponse : Produ cteurs , Impr imeu rs, Imp rime urs-t ypo­ graphes et Imprim eurs-l ithog raphe s, Presse Tech niqu e, Fabricants de Meubles de Bureaux, Impri merie Nationale,

Union de l’Affiche Française , Edit eurs , repré senta nts de la Commission Interm inistér ielle, B. N. A. Par contre, les Usagers présen ts (sauf M . B erger) et nota m­ ment M. Bussy, repré senta nt du C. N. M. et M. Merl in, repré senta nt le Minis tère de l’Air, se mon tren t opposés à l’idée de ne pas inclure dans la série des formats normalisés, le format ISA. M. Bussy fait rema rquer que pour les cons truct eurs de matériel d ’imprimerie et de matériel de fabricatio n du papier il y a inté rêt à ce que le for mat so it le même dans to us les pays. De même, M. Cout rot insiste sur l’avantage qu ’il y a urait au poin t de vue du commerce d ’exportation à ne pas exclure le format 21 X29,7 (qui fait déjà l’objet de plusieu rs com­ mandes en France). M. Har dy f ait o bserver que la totali té des Usagers n’est pas représ entée à la Réunion et qu ’une enquê te plus générale perm ettr ait peut -êtr e de recueill ir des avis différents. Deuxième question. — Qui est d ’avis d ’adop ter le projet Hard y en y ajout ant le format ISA ? Réponse : Tran sform ateu rs, Cons truct eurs de Matéri el de Fabrica tion du Papier, Cons truct eurs de machines d ’imp ri­ merie, Chamb re Syndi cale du Commer ce de P apier, C. N. M., U. S. E., Banques, Chemin s de fer, Mini stère de l’Air, Mini stère du Commer ce. Sur la sugge stion de M. Cou trot, la tro isième question sui­ vante est posée : « Y a-t- il des memb res de la Commiss ion qui soient irréd uctib leme nt opposés à l’introd uctio n dans la Norme du format 21 X29,7 ? » Les Représ entant s des Fab rican ts de papi er et des Imp ri­ meurs répo nden t affirma tivemen t. MM. Maing uet et Cazalis f ont observ er à ce m oment que si l’introduc tion dans la norme du 21 X29,7 étai t adopt ée, il pour rait arrive r que, la m ode s’en m êlant, ce f orma t nouveau fut de plus en plus utilisé au dét rim ent des autre s formats français. M. Girar deau fait alors rem arqu er que la discuss ion qui vient d’avoir lieu semble mo ntre r que si la non-a dopt ion dans la norme du forma t ISA 21 X29,7 doit occasionner à certains usagers une gêne p lus ou moins grand e, elle p résente au contraire pour les impr imeu rs un inté rêt profession nel, sinon capital, du moins très sérieux. Il s’agit en définitive , de savoir si le fait de res ter en d ehors de la norm alisatio n in ter­ nationale constitu e pour l’Indu strie et le Comme rce français en général un dang er ou un avantage. A la suite de cette remarq ue, les membres de la Commi ssion main tienne nt cha­ cun leur avis. Dans ces conditi ons, la questio n de l’introdu ction dans la norme du forma t ISA 21 X29,7 (en tan t que format suppl é­ mentaire) reste réservée. Il est suggéré de faire une enquête auprè s des princi paux intéressés afin de précise r les raisons sur lesquelles s’appuient l’avis de chacun. La Commission décide de ten ir une prochaine réunion vers fin Octob re 1930. La séance est levée à 18 heures.

a

576

liiiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiilliiiiilllilliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiilliiiililiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiliiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinilliliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

AOUT 1930


LLÇ,

HHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiinniriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiuiiiiiiiiiiiiviiiiiiiihiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii "ДВЩ BJ э р 1П|ЭЭ B jri 9I J9 JU I x u d u n В ЭуЭДВШ 9 jd o jd 3J1OU j n s S94J9JJO ЭДЭ ;U 9A n9 d S3J9êU BJ49 SOSipU BipjBU I so p o n b s m j •JBUI п р Э4ОЭ B 4S9 э р э ш э д 3J SIBp^J U9U I[3U IS э р ЭЭ§1[С[О }U9AnOS 3[BUOqBU ЭЩ БПр ШJ ЭПЬ S9J[94 Э}ЦЭЛ э р SUOqipUOO S9p STBÔUBJJ S4UB5j 9UIUIO3 хп в эд уо ‘si b u ib Cэп Ь 9 ai ss 9 j S b s n jd ‘эдэ §и вд 4э ээ и эд д п эи оэ BJ î э э в и э ш s n o u m b д эё и в р Э[ }S3 p n b щ э ш э л в р э д и о ш ‘s u o ii B jj o d u ji ’ ХПВ 3jqBJOABJ 4U9LU9âjBJ IS ‘э р р д э ш ш о э 99UB|BC| •S99B9 ÿJ9 ;иЭШЭ|[ЭЭД S9jn S9U I S9p ‘ЭДриЭ^Эр BJ ДПС^ эд p u эд d э р sd ui 9} ри вд З д в д эз j i n b ;э э э э в и э ш эл п од ; 9S sÂBd п р э р д э и э ё 9}U?dS CUd BJ эп Ь 9JCJB4S34UO3UI }S9 JI ‘}UBpUSd32 ) •SÏB UIB f9nb 9}s ncj cu ISSn B‘9UIBS ISSnB т и р р д п о (п в }S9 эзт вби вд^ 9U }s npu i j ‘S99UUB S 9n b[ 9n b в Ä j i n b х п эт эв р п в SUIOLU }U9AnOS эд ;и о ш 9s д п э ;э 1 р в д is ‘эд эп З ви э ш ш о э <s 9 ji o y ji p Бэ пи эл -э р эд 4UOS S9JIBJJB S3J IS эп Ь J9UJB pCUd ‘Э4ШВДЭ SUBS ‘}n 3d ио ‘SU BJ э р ЭД10д BJ э р S} B} jnS ^ S9n byi U§ BU I S9J S ^ d B SIBJ^J • э д и л Bj э р ;э u o q B 9 u q B j Bj э р э[ вд эи э5 э у эд вш bj su Bp su oI 4в qд n4 дэ d 8Э8п эдэ*ё ивр э р ^э 4д od dв sub s SBd 4UOS э й S4U9UI9U9A9 S99 SUO4 --- 4иЭ§ДВД э р ДПЭ1ВЛ BJ э р Э4ЭВХЭ UOJ4OU BJ 8Е^ЭД 4UBÂB и п э в ц э 49 SnjOA9J 4UBU94UIBUI 4UB49 J94d lUO 9 SUBS 4JBSU 9d9p u o J n o SdUI94 S9J __ S93UUB $э дэ !и дэ р S9p 8ДПОЭ ПВ ЭЭДЭШШОЭ n p SUOÏ4B3ÿipOUI S3J и у и э ‘4inSU9 S m b эЗвш ОЦЭ 9J 4Э эр ио и д п р SÂBd Xn BdlO UUd S3J SUBp 3U 4sn pui [ э р 9 j p y j i p UOJ4BU41S bj ‘4В1рв р д ю л п о к u o s is ui b э п ш и п р 49 S9 4JO 3^ 8ЭШВ4ДЭЭ э р x u d n p 9SSIUCJ BJ Э]ОЭ1ДЁВ ^n э4 эn poд d п в Э4 дo dd в t n b s u o q d 3 9 9 p S9j ‘3U 9j j9 4o q j э ш ш о э S9J31UUOSIBS S U O lS S 9 ^d 8ЭШВ4ДЭЭ j n s 3S3 d m b 9SIBJBUJ З"- J £ su oq B oi jd dB S3JJ9AnOU S9S SДЭIШЭ^d S9J J9SIJ I4n p UyB ЭПЬ1ШрЭ4ОД40Э]Э ] эр S4U9UI9UU Ol499pi3d 84 иэ ээ д s n jd S9 p 4и вд по э ПВ 4U9UJ9Sn9USïOS 4U9UU914 3S 4Э S9U ïipB lU S3JJ3AUOU э р 4B ipB J дв d J3U?4BUI ДПЭ{ д э зш д э р о ш э р п о д э 4 ^ ш о э э р 4U3SS9O эи s4U B3 uq vj S3j 4и ор sÂBd и п р э п Ь и и о и о э э Э4ЦВ41А bj э р дэ 4п ор ‘4э рэ и з ^ и э ш ш о ^ ) •э э и в ц и о э э р 4U3LU9J9 4UBSSind u n Э81в5ивд£ 9U 4S np UI J в is u ib 94 Jo dd B m b ‘s u b j э р э д ю д эд эш д эр bj э р s4ub sib j -S14BS 4и эш э4 4э и S4B 4jns9 j S9j 4U0S sj 3 ; ‘зэ 4и вэ ёв дп оэ иэ 41BJ в Д П 9Р 4ПО4 э д ю д s ^ d B 8эд 1ву в р sэ лI 4Э эd sд эd *6361 9 Р !п 19 Э ~ 9d ns U9 iq S94Bip9LUUIÏ 8иОЦЭВ8иВД4 S9p эд у1 уэ ‘ЭШП8ЭД U J ‘49 n o f п р 49 Э1ДЭДДЭД BJ э р ‘ЭПЬ1ШВД30 bj э р ‘S 3 n b im iq 3 84 1пр одj S9 p ‘эи дэ ро р\ [ п в э д п д п р ‘s o ij q n d хп влв д^р j n o d j3U 94B j^j п р S 3 d n o jâ S3j su B p *6£61 j n s î s s n p s ? J ^ 0 J d •s4ц oдd S 3jq B j3 pi su oo э р u o q B d io ^ B d bs э р эд цэ д 4и эш э[ ви ц в ‘8дпо ( 8ДЭ1ШЭД^ S9J 4UBp U9d дэ рп ос [ 4JBJC[UI9S m b ‘Э[^ПЭ]Д| Э[ 49

S^ 3d S9 U I 8ЭД^11|Э U9 5ЭД1ВрВ S9p Э81[ВЭД 4UO ‘БШД S9p UOJBg 3j ‘j3i [n oi 4J B d и э ‘4Э ‘и о1 4В 4и эш 1] уд -u oq oB jsq BS 34 9j du io 9 ДПЭ] J3U IUd X9 В S9m iUB Un -IS Bnb 4UOS ‘эё ви эр \[ э р S 9 [0 q jy S9p ‘э5в.ЦПВЦ2) n p ‘S3 [O 9I jS y S3UiqOBJ^[ S9p ‘onblU BOO pj BJ э р ‘34I9U 499J 2JJ э р ‘9U 3j Ä 49 oy j э р S4UBSOdX9 S3J : 94UBJJUCJ 4U 9u i9 j3 ijn oi 4J Bd Э49 в э п Ь ш ц ээ 4 э д ю д bj ‘эд4 ио э дв д • д п э ^ э п о ^ i o q В[ э р и о ц в э -i jd d B p SIOUI s j9 iu i9 jd х п в 41влпод4 3S u o n b 5ДО[в ‘5351 1и]Д[ э р SIOUI п р 4UBUUOISSЭДdШl 8ЭД1ВуВ р 9UinjOA Э[ ЭДрШЭ44В n d в и ‘э ш ш в 4до} 4ЫР4Э и э 4П04 ‘4U9UH4UCj 9J эп Ь э ш э ш э р ‘S9UU9ÄOUI S9JIBJ^B S9p 4U9l U9jn9 S njOUOO 4UO ЭХП| Эр 83[Э14ДВ S9j s jn 9 g -S4U3jj99X9 94Э 4U0 s u B j э р э д ю д bj э р х п в д эи эё s ;B 4 jn s ^ S9j ‘дэ ёп ( 4и эш э[ [э п4 эв 4n 9d и э u o n b 4и в4 пу

o£61 1 H 0 V

•э 3в 4и вл вр ДПоГ ЭПЬвЦЭ BUUyjB S S990nS Э[ ‘S4U9I[O 8ДЩП^ э р 898 8эд рв S9 Sn 3l 39 jd Эр ПО SOpUBUIUIOO S9[J9AnOU э р 84э идв э 8ДПЭ{ ДП8 ЭД1ДЭ8Ш р 4UBSS99 9U S4UBSOdX9 S9J 4Э 9SS33 SUBS 4и в[ эл по иэ д 9S 8ДПЭ4ЭЦЭВ S9p 40 p 9q[ •SЭЛI4ЭЭdSДЭd 8ЭДПЭ[[1ЭШ S9J 4иЭ1ВДЛПО s n o u ‘^ o d s o u i ЭДС[ШОи U9 SnU9A ‘8ДЭЙ -иВД4Э 49 XnBIЭUIЛOДd 8ДПЭ4181Л S3J ‘8ДПОГ SДЭlШЭ^d S3J S9 Q <1 4д ор э э п Ь р ш З в ш ээ э р j9 4 jn s9 j ji-4iB[]B nÇ) *9SSBd э[ jB d эп Ь эп р и э4 э s n jd 43 9SU94ui s n jd dn oo nB 9q ‘sÂBd sn o4 и э Э4 1ш од п р эp u в S в d o д d î 94 U 9p93 ^d э эи и в | В ДПЭ1Д^П8 S4UBSOdX9 S9p эд ср ио и : S94UBAinS s u o q ip u o o S9J SUBp Q £6 | 1В]Д £ [ 9J 3UOp 41ДЛПО 8 UOI4B4S9JIUBUI ЭД4О|^ •SU BJ э р ЭДЮ^[ BJ в эд ри эд 3S B SUOI4BU S3J S94nO4 э р 8ДПЭ4ЭрЭВ S3] ‘S99UBA s n jd S9J S9UUOj ХПВ ‘94UBSS99UI Э p u в âв d o д d э и п дв d BIAUOO ‘ДЭхЗиВД4Д [ в п Ь э эи в д д и э 4UB4 ‘^ л ц э в р 4ив[С1по рэд ‘Э41ШО0 9J 49 94 U9 p9 3^ id э э и и в д эп Ь эд оэ и э э[С [вдэ р18и оэ s n jd эд ср ио и иэ ‘s u B j э р э д ю д bj в э д и э з ш ;и э д р 9S ‘si b u ib C эп Ь 4u эш эs sэ дd ~ш э р sn jd ЭЭЛВ ‘SJ9U 4Snp Ul S9J ‘Д1ОЛПОШЭ ДЭ881В[ 9S SUBg •8 4 и эш эё в д п о ээ р 49 SU OI4d93 9p ‘si o n o s эп Ь ‘ЭД1ВД4иОЭ ПВ ‘4lBSSimmOj in j эи ‘8ЭД1ВрВ S 9p э р и о ш ПВ U9 j4n os u n дэ 4д od dв р u io j ‘эз д п о д bj ‘и р и э ‘S9jbid os si o j s9 jj9 A no u S9J дв d 3U 4S np UI J B 49 ЭЭДЭШШОЭ ПВ S99SOdUII 89 §д вр э S9J ДЭ8 "U 9d m o3 э р ui oj 4U9IB49 s p u o u u B sd u i9 4 âu o j s m d 9 p S4 od un p 84и эш элэ дх ?эр S9nâBA э р ‘э п Ь и и о и о э э UOI4Bn4JS BJ ДП8 s n jd и э sn jd э р д эs эd 4U9iBjc[ui9S S 9n bi 4i jo d s u o q B ^ o n p S9j ‘эд оэ иэ S94U Bp9sq o s n jd 4и э1 ви эл эр s9 4s iu ii ss 9d s u o q o ip ^ id S9j ‘8до[ sm d 9 p ‘siBp^j •9 4d m oo s9 4U9iba b sj i n b m j9 3 в jn 3 U 3 d n s U3icj 8эд1 врв р э д р щ э u n ‘8Э111В8дэд э р Э4ДОд В[ В ‘ДЭД4813эдиэ р s u d u n s 4иЭШЭ{С[ВЭДёв Э4Э 4иЭ1ВЛВ S J9U4 SnpU l S9J ‘63 61 и Э * ^ 3 0

*0£6l

lB IAI 9 P SIO UJ n p

33j3ddB

41В4Э uoj4 B4S 9jiu Bm эд4 ои э п Ь 4U B4 jod uii 4 U 9 U i3 j9 ij n 3 ^B d Э[ОД 3J 4S9 J9JL С з э и в р и о э BJ д эш ш в д п о эл вд ё 3SU 3 э и п р 9 p n j9 jd 9J 8ЭД1ВрВ S9 p ]ЭЩЭВ 9SIBJBUI 9J SUBp 4U3IOA m b ХПЭЭ э р su o is u 9 ij 9 jd d B S3j д эш д р и о э э |J9-4IBJJB s u B j э р э д о д Bqj

*0£6ï P W Э Р s ïo r a n P s u B j эр эдтод в[ эр э п Ь п т ш т а о э 94 so d bj j B d 4и эи дэ8 дп ос [ш эд эд 4и оэ 4 10s ‘4UB4UOUI п р oo di oq uB Э81ШЭД ЭД4иОЭ 4IOS ‘ю л и э д э р э ёд в р э 3S J9 nb 9J SU BJ XOBÎSOJ з / q ) ( э ^ ) SU BJ ‘эд и в ш }и о р \[ g j n o c j n s j ‘ÇÇ ‘x ib j bj э р э л ц в д о ш э ш ш о э э !®ии о|Д[ В[ э р u o q n q u i s i Q э р " H J O .I V ‘n o зэ и в д д э р э u S д в d э t p sossib o 43 41р эдэ э р S4U9UI9SSIJC|B43 S3J SUBp ‘sn s и э ю л и э р 81ВД^ ‘8эив д^ в эху u o is s im o p x u d п в эп и э4 уо ЭД4Э 4n od 4и э§ дв р oo oi d в ^ ’(4 иэ дэ }э р) js io y jo u o ô u io d э[ 49 « 008 0 9 J *P — s îj ç d 9 P OlBUUOJ^J » эу эи вд 4 BJ ДП8 ‘« 6 J 6 J --- 6161 X !Bd -- Э81в5ивдд o n b i j q n d o j bj э р 8дп э41 лдэ д)) 34x94 п р э э д п о щ э o sn o u io g э и п 8дэ лэд п в ‘р и в и д 4э э д в э и ю д ‘п в э э и э ш э ]0 э р S3434 S 9 I *m oj [C ^ и э S 3 ? d n o 3 3 p U91CJ ‘8д эл вд в эд 4и ош 9JJ J q u B jj u q 8ЭД4 4BJO9 u o s 43 oou S io s 8ЭД4 и о ц п э э х э э и п р 4S3 33 3i d Bqj qu ou iu iB S -S39UI в д э э и э ш ш о э ‘oi jc jn d р и вд ё п в u o q n q u 4 S ip bj д no d ‘u o i s s i m 9 0 ' sou b.ij ç э р 33 9i d э и и э ю и в д э р д пэ ри вд ё BJ SUBp ЭЛ14ВДОШЭШШОЭ 31BUUOUI э и п J 3 d ^ J э р 4U9IA ‘XIBd В[ э р ЭД1В8ДЭЛ1ииВ ЭШЭ1Х1р п р UOISBOOOJ В ‘SU BJ э р 9IBUUOJ^[ В0

•X lü d В( э р ЭЛ11ВЛОШЭШШОЭ эт в и и о ш эи т^ р UOÏSSÏUTJ

р

о S H H Ä d V d

isiiiiiillillllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllilllllllllllllllllliillliiiiii


\

PAPY RUS 111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111 chandise française, il est indispens able de dim inue r le prix de revient de la produc tion nationale. Les exposants de la Foire de Paris, pleins d e ntrain et de courage, sont unanimes à le proclamer : les prod ucteu rs français auront tôt fait de rétab lir en notre faveur la balance commerciale, lorsq u’on se sera décidé enfin a prati quer , autrem ent qu’en paroles, une revision profon de et équitab le des charges qui pèsent sur le commerce et l’indust rie, en même t emps qu ’on aura consid érablem ent rédu it l’impôt sur les trans ports . Ce jour-là, agriculte urs, commerç ants et indus triels fran ­ çais, qui ont su jus qu’ici épargn er au pays le terri ble fléau du chômage, disposa nt enfin de la faculté de lutt er à armes égales avec la concurre nce étrang ère, rend ron t rapid emen t à la France toute sa prosp érité .

Communiqué de l ’AFNOR. L'Association Française de Normalisation (A FN O R) , poursu ivant l’étude des Spécifications et Simplifications entrepris es, nous comm unique l’état d’avancement de ses travaux en ce qui concerne la questio n suivante : Simplific a­ tions et Spécifications dans l'industrie du papier. Présid ent de la C ommissi on : M. Paul Gaulti er, Membre de l’Institu t. Une séance prép arato ire a eu lieu le 14 Mai de rni er; la Commission s’est de nouveau réunie le 6 Juille t 1930. Au cours de cette dern ière réunio n la Commission a étudié la déterm inatio n des formats de hase à adopt er en France et envisagé l ’étude des Spécifications du Papier (poids, couleurs, condit ions de récep tion et de livraison). Les décisions suivante s ont été prises : 1° Supp ressi on de tous les formats utilisés en France, à l’exception des suivant s : Coquille ou Carré, Raisin, Jésus, et leurs dérivés. Colomb ier desti né spécialem ent à l’affiche. La questi on de l’introdu ction dans la Norme du format de base intern ation al 21/29,7 a été réservée. 2° Parmi les séries d es formats adoptés (formats de base et formats dérivés) la Co mmission déterm inera ceux qui d evront être choisis pou r chaque catégorie de papier et cela suivant la classification indiq uée ci-dessou s : a) Papier pou r corresp ondance , b) Imprim és d ’affaires (catalogues, prix-coura nts), c) Papiers pour entre prises commerciales, d) Papiers pour en trepris es techniqu es, e) Papiers pou r ateliers, f ) Papiers pour expédi tions (étiquettes), g) Enveloppes (classeurs, etc.). Une Commission de l’Edition étudi e actuellem ent la qu es­ tion en ce qui la concerne.

Les distributions de réco mpenses aux élèves de l ’Ecole Es tienne. Le samedi 19 Juille t a eu lieu à l’Ecole E stienne la dis tri­ bution des récompenses aux appre ntis typogra phes et litho ­ graphes des imprimerie s de la région parisie nne, qui suivent à 1 Ecole, les cours spéciaux de perfecti onnem ent qui leur sont destinés. Cette cérémonie était présidé e par M. Roger Henon, Préside nt de la Chambre syndicale patronale desimprimeu rs typographes, qui ouvrit la séance en adressa nt à M. Georges Lecomte, Direct eur, et au personne l enseignant de 1Ecole, des remerciem ents, pour le dévouem ent qu’ils appo rtent à 1 instructi on des appren tis qui leur sont confiés. Puis M. Jouneaux, parle ensuite au nom de la Fédérat ion française du Livre. 57 8

La semaine suivante, le vend redi 25, a eu lieu la dis tri bu ­ tion solennelle des prix aux élèves de l’Ecole. Cette cérém o­ nie était présidé e par M. Fleuro t, Conseille r municipal, ancien Prési dent du Conseil général, qui retraça en quelques mot s'le but et les travaux de l’Ecole. La lecture du palmarès pour les élèves des quatr e années a été faite par M. Decou rt, Surve illant général et de nom ­ breux et vifs applau dissem ents saluaient les noms des élèves en vedette. Quelques interm èdes de musique complét aient la céré­ monie.

Madagascar. Madagasca r ! C’est une grand e et belle île française à l’autre bout de la terre ; c’est aussi un beau papier et c’est de celui-ci que nous voulons parler . On sait que les Papeter ies Navarr e fabri quen t depuis quelques années, sous le nom de « M adagasc ar » un papier de luxe pouva nt concu rrenc er le « Japon ». Po ur prés ente r ce papier aux créateu rs et aux amateu rs de beaux livres, elles viennen t d ’édit er un album don t tous les exemplaires sont numéro tés et qui contie nt trois plaqu ettes différentes. La premi ère est le récit d ’un voyage à Madaga scar et aux îles Comores, fait en l’an de grâce 1827, par le navigateu r Leguevel de Lacombe ; cette plaq uette est jolim ent illustré e de bois de Jacques Boullaire à la maniè re de l’époque. La seconde, donne quelqu es exemples origina ux de tirage sur « Madaga scar », de taille douce, lithogr aphie, bois coloré au pochoir, composi tion typo grap hiqu e et bois en noir. La troisième est un ensembl e d ’attes tation s repro duites en fac-similé par les soins de Daniel Jacom et et mont rant jus qu’à quel poin t ce papi er est appré cié de ceux qui l’em­ ploient, édite urs, artist es, imp rim eurs , etc. L ’ensemble est d ’une prés entat ion qui fera le bonh eur de plus d’un biblioph ile.

Légion d ’honneur. Parmi les de rnière s prom otion s nous avons eu le p laisir de relever le nom de M. Lar och e-Jo ube rt, fabri cant de papier, à Angoulême, prom u officier; de MM . Aug. Garni er, édi ­ teur, Cloarec, relieu r à Land erne au, et Gabrie l Be lot, artis te graveur, nommés chevaliers.

P eut-on calquer sur un papier non-trans parent ? Les papiers trans paren ts que l’on fabri que sont générale ­ ment de bonne qualité, mais cette sorte, pour une raison ou pour une a utre, dans te lle ou telle circonstan ce, peut manqu er à quel qu’un qui a cepen dant besoin de calquer. Que faire ? Rendr e t rans pare nt le pa pier que l’on a sous la main. Le meilleur procédé serait ce lui-ci : On imprègne le pap ier d’huile volatile telle que l’essence de téréb enthin e. On peut alors calquer au crayon sans qu ’il reste trace de l’essence lors qu’elle est pure, le c rayon prend mieux que sur le p apier ordinai re. Il est préférab le d’atten dre que le p apier soit bien sec. Cette p récautio n est indispensab le si le dessin doit être tracé à l’encre. On peut également employer la benzine et tous autres liquides volatils, sous conditi on qu’ils s oient assez p urs pour dispa raître c omplète ment au séchage. L ’alcool do nne une tranpare nce momentanée mais sa vola­ tilité en rend l’emploi moins commode. Quant à l’eau-de-vie, malgré sa teneu r en eau, elle agit à peu près comme l ’alcool pu r e t se volatilise même moins vite. Le mieux est décidém ent de recouri r aux huiles volatiles.

llliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiijiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiliiill

AO UT 1930


'llMlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll l

lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll P A P Y R U S

Î

Mes PIQUEUSES

sont les MEILLEURES

La “ PER FEC TIO N ”

PIQU EUSE

AU

MOT EUR

■••■•■■^••■BBBBBBBnBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBaBBBBBBBBBaBaBBBBBBBBBBBDBaaaBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBB

M.-J. WOLF 12 , Ru e de la V oû te , PA R IS (1 2 e ) Matériel d’imprimerie >tde Photogravure

E c h o s -E tr a n g e r ALLEMAGNE Le caractère Futura. — La fonderi e Bauer de Frankf ort, lance sur le marché un caractère italique maigre « Futu ra » qui succède à l’italique demi-gra sse annoncée précédem ment. A la netteté du caractère fondam ental, cette série nouvelle réuni t le charme d’une italique soigneusem ent équilibr ée dans ses propo rtions . Elle est un autre membre apprécié de la fru ctueus e famille des « Fut ura » et elle t rouvera certaine ­ ment bon accueil auprè s de tous les im prime urs. Cette « Fu­ tura » i talique maigre est, comme la série demi-grasse, gravée dans les corps 6 à 48. Communiqué de la Foire d’automne de 1930 à Leipzig. Bien que la situat ion économiq ue ne se soit guè re améliorée depuis la dern ière Foire de printe mps à Leipzig, on consta te que les mili eux indust riels et commerciaux mani­ festent un inté rêt tout spécial à la prochain e Foire d’automne. C est qu ils sont convaincus que la partic ipati on à la Foire est un des meilleurs moyens, sinon le meilleur, de faire c on­ naître les « nouveau tés » à la cl ientèle et de les in trodui re sur le marché intern ationa l. On sait que, au déb ut de la dern ière Foire de printemp s, nombre d’exposants avaient des prévisions plutô t pessimistes quan t au ré sulta t de leur partic ipatio n, et c ependa nt ils furent agréabl ement surpr is, car elle a bout it très souvent à un plein succès, entre autres parce que le conting ent des acheteurs étrange rs dépassa de beaucoup celui de l’année précédente. Cette année, la Foire d ’autom ne aura lieu du 31 Août au 5 Septem bre, en ce qui concerne la Foire aux échantillons, la Foire techn ique et la Foire du bâtime nt. Feront exception à cette règle la Foire textile, qui pren dra fin le 3 Septe mbre et la Foire aux articles de sport , qui ne durera que jusq u’au 4 Septem bre. Ten ant compte des demand es d’inscription reçues jus qu’à présent, on estime qu ’il y aura environ 8.500 exposants, y compris 600 exposants étrange rs. La Foire aux échantillons comptera, en chiffres ronds, 7.000 exposants, tandis que la Foire tec hniqu e et la Fo ire du bâtim ent en auro nt 1.500. Les stands des exposants à la Foire aux échantillons seront logés, comme d’habitude, dans les quara nte Palais de foire, au centre même de la ville, qui, tou s, serviron t à l’expo­ sition des écha ntillons. En outre, la « Bugramesse » (Foire de la Li brairie), dont la réou verture a eu lieu au printe mps der ­ nier, groupera au Palais dit « Bugramesshaus », Petersstrasse , les livres, le matériel didactiq ue, etc., qui seront exposés à la Foire. La Foire spéciale de la Publicité (réclame et embal­ lages), installée au « Ringmesshaus », fera connaître dans une Exposition intitulée « Tou t le monde peut faire de la publ i­ cité ! » les divers moyens de propagande commerciale dont le commerce de déta il et les artisans peuvent avantageuseme nt disposer. Cette exposition se renouvellera aux Foires d’au­ tomne 1931 et 1932; son but est de montr er pratiq uemen t d abord que les détaillant s ainsi que les artisans sont à même de faire une publicité efficace, ensuite de faire compre ndre quelles fautes ils com mettent et comment ils pe uvent choisir aisément la réclame la plus rationnell e pour leur maison.

Enfin, à l’occasion de cette exposition , il y aura des conférences de spécialistes sur des sujets se rapp orta nt à la propagan de commerciale. Ainsi qu ’il a déjà été dit , p lusieurs halls, cinq en tout, seront occupés en automn e par Г« Ipa », qui compr end, en o utre, un grand parc zoologique et un vaste terra in réservé aux attr ac­ tions de tous genres . L ’« Ipa » est la p remièr e Exp osition inte r­ nationale de la fourr ure et de la chasse, une des plus belles exhibitions qui aient jamais eu lieu. Elle réun it agréabl ement le domaine artist ique et le domain e scientifiqu e et donne un aperçu précis de tout ce qui concerne la chasse et 1 indus trie de la fourrure , depuis la captu re et 1élevage des animaux jusq u’au pr oduit fini sort ant des mains du pellet ier-f ourr eur. Sans aucun doute, l’(( Ipa » intéresse ra vivement les visiteur s de la Foire. Afin de faciliter les commun ications par voie ferrée avec Leipzig, il sera mis en marche, le 29 Août procha in, à 23 h. 20, un train spécial Paris (Est)-Le ipzig. Les voyageurs de ce train spécial béné ficieront d u ne rédu c­ tion de 45 % sur les billets aller et retou r, parcou rs français, avec durée de validité portée à 17 jours, et de 30 % sur le parcours allemand. Pour l’obtention des billets de chemin de fer, la carte de logement, la carte d’identité de Foire avec insigne à prix de faveur, le visa de passepo rt gratui t, s’adresser à : M. Guid o Patricolo, délégué général pour la France des Foires de Leipzig, 45, b oulevard Sain t-M artin , Paris (3e ). Télé phone : Turbi go 84-30 et 84-31.

BELGIQUE Exposition du Livre et des industr ies connexes. — Le Cercle d’études typograp hiques de Charler oi organise avec le concours d u cercle « L ’Effort » de Bruxelles une Exposi tion internationale du Livre et des indus tries connexes. Cette Exposition sera itinéran te c’est-à-dir e qu’elle se trans porte ra dans différentes villes. Elle se formera à Charleroi, où elle sera exposée pour la première fois du 27 Septem bre au 5 Octobre , puis elle ira ensuite à Bruxelles, Louvain, Mons, Gand , etc., et dans divers pays étr angers.

ITALIE A l ’Ecole du Livre de Milan. — L ’Ecole du Livre de Milan vient de publier, en un album, des spécimens de com­ position typogr aphique avec thème obligatoire qu’elle a fait exécuter par ses élèves. Ce thème compo rtait deux pré ­ sentations : Une carte d’adresse, pour les élèves du second cours com­ plément aire du soir. Une page de publici té pour une Revue, pour les élèves du cours de perfecti onneme nt du dimanche . La carte d’adresse a été composée par vingt élèves, et la page de publicit é par quinze. Cet ensemble montre 1 esprit d’initiative des élèves en matière de composition et de pré ­ sentation des modèles imposés, et nous y trouvons quelques fort bonnes réalisations.

AO UT 1930 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 579


I

PAPYRUS

IIIIIIIIIIHIUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII>IIIHIIIIII lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllirillllllllllllllllllllHIIIIIIIIIIIIIIIIIIHI

z _ P ap y ru s D oc um en ta ir e et E co n o m iq u e de 1927 pou r le tota l ; mais en 1927 la Fran ce ét ait la prem ière et la Belgique la seconde ; la situat ion s’est retou rnée en 1928.

MAROC L es imp ort ati on s des indu stri es du pa pie r . L e commerc e ext éri eur .

C art on .

Carton en feuilles. Il a donné lieu, en 1928, à une impo rtati on de 410 to nnes d’une valeur de 710.000 francs, ce qui consti tue une augm en­ tation par rap por t à 1927 don t le poids étai t de 343 tonnes. Les Pays-Bas ont été les princ ipau x impo rtate urs avec 225 tonn es ; la France occupa it le seco nd rang avec 81 tonnes et la Belgiq ue se plaç ait au tr oisiè me avec 76.

Le Maroc est divisé en trois zones : la zone intern ationa le d? Tange r, la zone d’influence espagnole, la zone du prot ec­ tora t français. Ces trois zones sont d’ailleurs soumises à l’autorité du sultan. Nous examinerons ici les i mport ations de la zone du p rotec ­ torat français et celles de la zone de Tang er. Les docum ents officiels atti ren t l’attenti on sur le point que les pays indiq ués comme pays de provenance sont ceux où les marcha ndises ont été embarq uées à destin ation du Maroc. Les statis tique s ne don nent donc pas, à prop reme nt parler , de rensei gneme nts précis sur les pays d’où viennent vérita blem ent les prod uits. Le mot « pays .fournisseu r » employé dans les lignes qui suivent signifie en réalité « pays où la march andise a été emba rquée ». L es imp or ta tio ns de la zone franç aise du M aroc en 1928. P ap ier .

Carton moulé (papier mâché). Il y a pour ce prod uit une grand e différence avec 1927. Pour cette dern ière année l’importa tion atteig nait le p oids de 6,6 tonnes ; en 1928 l’impo rtati on a un poids de 21 tonnes pour une valeur de 26.000 francs. En 1927 les deux seuls impo rtate urs étaie nt la Franc e, 3,7 tonnes et les Pays-Bas, 2 tonnes ; en 1928 la Franc e tom be à 1,2 tonn e, les PaysBas mont ent à 14 tonne s et la Belgiqu e inte rvie nt avec 5,8 tonnes. Carton assemblé en boîtes. L ’importat ion totale atte int 60 tonne s en 1928 pour une valeur de 267.000 francs et la Fran ce est à peu près le seul imp ortat eur avec 57 to nn es ; en 1927, l’impor tatio n totale se montai t à 48 to nnes ; il y a donc augm entat ion de 1927 à 1928. Carton bitumé ou goudronné. L ’importati on a ttei nt 137 tonnes en 1928 contre 81 en 1927 ; la va leur de l’impo rtati on de 1928 est de 263.000 francs. La France a to ut fourn i à très peu de chose près.

Papier d'emballage. L ’importa tion de 1928 est de 50 % plus élevée que l’im­ port ation de 1927. Elle se m onte à 2.296 tonnes d’une valeur de 4.119.000 francs . Les princi paux fournisseur s sont : Franc e, 855 to nn es ; Belgique, 679 ; Pays-Bas, 380 ; Alle­ magne, 149 ; Suèd e, 126. Papier à écrire. En 1928, l’impo rtati on est supéri eure de 60 % à l’impor­ tatio n de 1927 ; elle se monte à 855 to nnes, d’une valeur de 4.496.000 francs, la France étan t le principal impor tateur avec 673 to nn es ; la Belgique a envoyé 67 ton nes ; l’Alle­ magne, 50. Papier à imprimer. On c onstate une légère dimi nutio n de 1i mportat ion de 1928 par rap por t à l’impo rtati on de 1927. L ’importation de 1928 atte int 1.281 tonne s (1927 : 1.402) pour une valeur de 3 m il­ lions 107.000 francs. Les deux princi paux impor tateur s sont la France et la Belgique avec les chiffres respectifs de 596 et 488 tonn es. L ’Autr iche est indiq uée avec 94 tonnes. Papier dit de fantaisie. L ’importat ion de 1928 atte int 53 tonnes, contre 19 en 1927. La valeur de l’impor tatio n de 1928 est de 220.000 francs. La France a fourni 27 tonnes ; le reste est surt out venu de Belgique et d’Allemagne. Papier de tenture. Son impor tation de 65 tonne s en 1928 est en a ugmen tation sur celle de 1927 qui atteig nait 52 tonne s. La valeur de l’im­ portati on de 1928 es t de 380.000 francs. La France a envoyé 56 tonnes ; le reste vient surt out de Belgique. Papier à cigarettes. L’import ation atte int en 1928 un poids de 27 tonnes et une valeur de 368.000 francs. La France a tout fourni . En 1927,1 import ation q ui venait à peu près entière ment de France était sup érieure et s’élevait à 36 tonnes. Papier photographique. L i mportat ion en 1928 est de 7,5 ton nes, dont 4,1 de Bel­ gique et 2,9 de France ; la valeur de l’importat ion totale est de 161.000 francs. Il y a peu de différence avec l’import ation 580

L ivre s.

L ’importat ion totale a, en 1928, un po ids de 65 to nnes pour une valeur de 757.000 francs. La Franc e et l’Egypte sont les deux p rincip aux impo rtate urs, la F rance att eign ant 33 tonne s, 1 Egypte, 23. L ’année 1928 est en augm entat ion par rapp ort à l ’année 1927 qui se m onta it à 47 to nnes don t 26 de France et 14 d’Egypte. G ravures, esta mpes , ph ot og ra ph ies , chr omo s, etc. L ’importat ion totale a un poids de 14 tonnes, en 1928, pour une valeur de 218.000 franc s. La France est de beauc oup le fourn isseur le plus imp orta nt avec 13,4 tonnes. Il y a une légère augme ntation par rapp ort à 1927. E tiq uet tes , anno nces comme rciale s de toutes sortes .

L ’importat ion tota le, en 1928, a un poids de 116 tonnes pour une valeur de 1.168.000 francs, le pri ncipal impo rtate ur étan t la France avec 110 tonnes . En 1927, l’importat ion totale atteig nait 129 tonnes. C artes a jou er .

L ’importation tota le d e 1928 at teint le po ids de 33,8 tonnes pour une valeur de 444.000 francs avec comme fourniss eur à peu près exclusif la France avec 33,5 tonnes. En 1927, l’impor ­ tation a vait un poids de 37 tonnes. A utres articles de pa pet eri e .

Leu r impo rtatio n en 1928 atte int le poids de 189 tonnes pour une valeur de 1.438.000 francs avec comme principa l imp ortat eur la France, 167 tonnes. En 1927, l’importati on totale atteig nait 175 tonne s. iiiiiiiiiliiiiliiiilliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiliiiil iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiililllllllllilliliiiliiiiiiiiii

iiiiiiiiiiii liiiiliiiilliilll iiiiiiiiiiiiliiii iiiiiilliiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitillliiiiiiiiiiiiiii

AO UT 1930


lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll P A P Y R U S

L es imp or ta tio ns de la zone de T anger en 1928.

Nous entrero ns dans moins de détails pour cette zone que pour la zone française, les qu antité s import ées étan t d’ailleurs sensibl ement moindres dans la zone de T ang er que dans celle du Protec torat français. Nous ne parleron s que de l’impor ta­ tion de 1928. Le papier d’emballage a donné lieu à une impor tation de 424 tonnes, d’une valeur de 1 million de francs, avec p rinc i­ paux impor tateurs : France, 237 ton ne s; Pays-Bas, 113; Belgique, 55. Le pap ier à é crire a été impo rté à raison de 34 ton nes d’une valeur de 299.000 franc s, la France ayant fourni 18,8 tonnes et l’Espagne 5,3 tonnes. Le papier à impr imer figure dans l’import ation avec 67 ton nes, d’une valeur de 231.000 francs don t 27 ton nes de France, 14,5 de Belgique, 10 d’Espagne. Le papier à cigarette s d’une impo rtati on de 68,5 tonnes pour une valeur de 925.000 francs, provie nt à peu près exclu­ sivement de France . Pour le carto n en feuilles, l’impor tatio n en poids est de 22 tonne s pour une valeur de 65.000 francs, la France four­ nissa nt presq ue tout . Le carton assemblé en boîtes a donné lieu à une importa,tion de 23 tonnes pour une valeur de 119.000 francs, la France ayant à peu près tou t fourni . Les livres ont figuré d ans l’impor tatio n pour une valeur de 78.000 francs et un poids de 3,2 tonnes dont 1,3 de France et 1 d’Espagne. On trouve , pou r les étiqu ettes et les annonces commer ­ ciales de toutes sortes,, un poids de 19 tonnes, d’une valeur de 258.000 francs don t 15,7 de France. Pour les cartes à jouer, l’impo rtati on a été de 13 tonnes pour une valeur de 148.000 francs ; la France a importé 11 tonnes . Pour la catégorie des « Au tres articles de papeterie » l’im­ port ation a un poids de 12 tonne s pour une valeur de 118.000 francs; la Franc e a fourn i 5,9 tonnes, l’Allemagne 2,6 tonnes, la Belgique 1,3 tonne. Dans cette catégorie sont compris tous les articles qui ne figurent pas nomméme nt dans la liste que nous avons donnée pour la zone française. R ense igne men ts des docu ment s fra nça is .

D ’après ces docum ents la France a envoyé au Maroc 20.348 quint aux de papi er en 1928 ; ce chiffre marque une aug­ mentati on par rap por t à 1927 dont le chiffre était de 17.014 quintaux, mais l’année 1926 était s upéri eure a ux années 1927 et 1928 avec le chiffre d e 24.099 quinta ux. La valeur de l’importa tion de 1928 é tait de 9.370.000 francs. Les envois de la France a u Maro c pou r le carto n et les objets en ca rton ont attei nt le po ids de 3.639 quint aux d’une valeur de 1.170.000 francs ; ce poids est supé rieur à celui de 1927 qui était de 2.632 quinta ux et à celui de 1926 qui était de 3.302 quintau x. Les livres, gravures, journau x et imprim és, etc., figurent dans les expéditio ns de la France au Maroc pour un poids de 3.205 quinta ux et pour une valeur de 3.563.000 francs. Ce poids est inférieu r à celui de 1927 qui était de 4.062 quin ­ taux et à celui de 1926 qui atteig nait 3.860 qu intaux. L e commerce extérieur du M aroc .

Pour complét er ce qui-vien t d’être dit sur les p rodui ts qui nous intéressent plus partic ulièrem ent, nous donnons ciaprès quelques renseigne ments sur le commerce extérieu r du Maroc français, renseigne ments qui perm ettro nt de voir les gra nds progrès des re lations extérieures du Maroc. Constatons d’abord que le commerce extérie ur total du

Maroc français por tait sur 887.000 tonnes en 1923 et sur 2.847.000 t onnes en 1928 ; nous faisons cette compara ison en poids entre les deux années indiqué es pour éviter la comparaison en argent qui se rait faussée par les var iations du change. La progress ion de 1923 à 1928 a été contin ue pour le com­ merce total ; elle l’a ét é également pour les exporta tions qui se monta ient à 365.000 tonnes en 1923 et à 2.065.000 tonnes en 1928. Pour les impo rtatio ns le chiffre était de 552.000 tonnes en 1923 et de 782.000 tonn es en 1928. Mais en 1924 et 1925 les chiffres étaien t inférie urs à celui de 1923 : 466.000 tonnes en 1924, 544.000 tonnes en 1925. Et l’on voit que si les export ations de 1928 sont en poids supérie ures de 465 % à celles de 1923, les impo rtatio ns de 1928 ne sont supér ieures en poids que de 41 % à celles de 1923. L ’accroissement des expor tation s est notam ment dû à l’augmentation des export ations de phosph ates. La pro duc ­ tion des gisements de phospha tes était de 8.200 tonnes en 1921 ; elle était de 2.789.000 tonne s en 1928. En valeur, le commerce total de 1928 se m onte a 3.275 mil­ lions de francs dont 2,000 d impo rtatio n et 1.275 mil­ lions d’exportation . A l’impor tation, la France est en prem ière ligne avec 59,2 % du total en valeur, la Gran de-B retag ne est au second rang avec 12 % . Pour les Etats -Uni s, la Belgique et l ’Italie, le p our ­ centage est de 5,9 %, 4 % , 3,8 %. Les marchandises dont l’impor tatio n a dépassé 50 mil­ lions de francs ont été : les cotonn ades : 330 millio ns ; les sucres : 289 ; les automob iles et leurs pièces détach ées : 119 ; les thés : 106 ; les carbu rants, 91 ; les machines diverse s et leurs pièces détachées : 85 ; les ouvrages en fer et acier : 53. A l’exportation, nous retrou vons la Franc e en tête avec 44,7 % du total en valeur ; l’Allemagne est la seconde avec 16,9 % du total ; l’Espagne vient ensuit e avec 12,8 %. Pour la Grande- Bretagn e, la Belgique, l’Italie et les Pays-Bas le pourcentage est de 6,9 %, 5,1 %, 3,7 %, 3,6 %. Les marchandises qui ont dépassé à l ’exportati on le chiffre de 30 millions de francs ont été : l’orge, 254 millions ; les phosphates, 18 5; le blé, 175 ; les œufs, 88 ; les laines, 74 ; les peaux, 69 ; les aman des, 47 ; les huiles d’olives, 32. Dans le commerce total du Maroc franç ais, la Franc e entre pour 53,5, % la Gran de-Br etagn e pour 10 % , l’Allemagne pour 7,3 %, 1Es pagne pour 5,40 % , la Belgique po ur 4,40 %, les Etat s-U nis pour 4,39 %. Dans le commerce total de la zone de Tan ger, la Franc e entre pour 46,75 %, l’Espagne pou r 17, 05% , la Gra nde Bretagne pour 8,07 % , les Etat s-U nis pou r 6,50 % . M. HE GEL BA CHE R. CAU SER IE JURI DIQU E Les co ntr ats des rep rés en tan ts de co m m er ce (Su ite ) 1 IV. — Du droit de rupture. Il faut à cet égard faire une distin ction très nette entre le repré senta nt manda taire et le repré senta nt employé et il faut aussi faire une distin ction très nette entre le repré senta nt lié par un contr at à durée déter minée et le repré senta nt lié par un contr at à durée indéte rminée . Dans le cas de contr at à durée indéte rminé e, le repré sen­ tant manda taire peut être renvoyé brus quem ent sans avoir droi t à aucune indem nité, à moins qu’il n ’y ai t une faute per(1) Voir Papyrus, Juillet, page 509.

A O U T 1930 iiiiiiiiluililiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuii 581


P A P Y R U S

llllllllllllllliiillllllllllllllllllllllllllllllllilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllIHNIIII

sonneile du patron. Celui qui perçoit un salaire fixe et qui est lié par un contra t de subor dinati on a d roit a un préavis d un mois, si mieux n’aime le patron suppr imer ce préavis et lui payer en représe ntation un mois de salaire fixe. La juris prude nce est sur ce point bien consacrée. Le Trib unal de Commerce de la Seine a tenté d’y d éroger à maintes reprises. Chaque fois ses décisions ont été infir­ mées p ar la Cour de Paris, qui, notamm ent, le 6 Mars 1929, a proclamé que le repré senta nt de commerce exclusivement payé à la commission ne recevant pas de directives des diffé­ rentes maisons q u’il représen te, est cons idéré comme un man­ dataire révocable sans préavis ni indem nité. Si l’on se trouve en présence d’un contr at à durée dét er­ minée, la situatio n est to ut à fait différente . La partie qui veut rompre doit obligato irement s’adresser à justice afin de rési­ liation. Si elle rom pt le contr at d’elle-même, elle s’expose à voir décider judic iairem ent que la rupt ure lui incombe et à se voir également conda mner à des domma ges-inté rêts. Cepend ant, en cas de fautes partic ulière ment lourdes, la partie lésée a le d roit de cesser d ’exécuter le co ntrat, quitte à elle p ar la suite à s’adresser à ju stice afin d ’obtenir des dom­ mages et intérêt s. La partie qui rom pt elle-même est, en pri ncipe, condamnée à des domm ages-in térêts égaux aux avantages qu’aurait pu recueillir le c o-con tract ant jus qu’à la fin du contra t en c ours. Les Tri bun aux cepe ndant ne sont pas liés en l’occurrence par des règles fixes, comme ils le sont en matière de contrat à durée indét ermin ée. Ils ont une latitu de souveraine et peuvent teni r compte du préju dice subi par celui qui se voit contrain t à la rup ture . C’est ainsi que si le repré senta nt en l ’occurrence a retrou vé dès ladite rup tur e une situati on analogue ou supérieure, les domm ages-in térêts q u’il obtiendra peuvent être peu importants. Par contre , s’il est justif ié qu’il s’est trouvé dans l’impossi­ bilité de se replacer ailleurs, on peut concevoir que l’auteur de la rup ture , et cela s’est vu, soit condamné à payer à titre de domm ages-i ntérêt s, le m ontan t de la total ité des avantages qu ’aura it recueillis son contrac tant. Faisons ici une rema rque très impor tante : celui qui assi­ gnerait simpl ement en dommages et intérêts pour ruptu re d’un contr at à durée ind éterm inée entre pren drait une instance non recevable. Le Tri bun al Civil de la Seine statua nt comme jurid ictio n d’appel des décisions pru d homales décide depuis peu, mais main tenan t constam ment, qu il faut obligatoire­ ment assigner en résiliation des conventions pour pouvoir deman der des domm ages-in térêts, ceux-ci n’étant que la conséquence de l adite résiliation et ne pou vant être demandés sans elle. La loi du 19 Juill et 1928 n ’a, contra iremen t à ce que beau­ coup s’imaginent, que fort peu changé les règles du droi t de ruptu re. Le seul point impo rtant modifié par cette dernière est celui relatif à l’impossibilité de réduir e par conventions particulièr es les délais-congés en usage dans les professions. Les principe s consacrés par la juris prud ence antéri eure à la loi sont restés les mêmes. En sus de l’indemni té de rupt ure brusque, laquelle n’est due que dans les professions où il existe u n préavis et qui est toujour s égale à la représe ntation dud it préavis, il n’est dû de dommag es-intér êts qu ’en cas de faute de la pa rtie qui r ompt. Il faut , aux termes d’une juris prude nce c onsacrée, po ur q u’il y ait lieu à dommages -intérêts pour rupt ure abusive, que 1au teur de celle-ci ait agi avec un esprit de malveillance ou de mauvaise foi et dans l’intentio n de nuire. Mais si l ’auteur de la ru ptur e et, notamm ent le p atron, agit sans mauvaise foi quels que soient ses motifs, il ne peut être recherché pour abus de droit.

C’est ainsi qu’il vient d’être décidé par la Cour de Cassa­ tion que le f ait de renvoyer un tr ès an cien ouvri er ou employé, ne const ituait point à lui seul une faute, créat rice de dom ­ mages-i ntérêts. C’est à celui qui invoque la rup ture abusive de rapp orte r la preuve de l’abus de droit . Le renvoi, même sans motif, n’est poin t lui non plus dolosif. La Cour de Cassation, au mois d ’Avril, vient de le décide r. To ut ce que peut obten ir la partie renvoyée, c’est d’obliger le patron à préciser devant le Trib una l les motifs de cette rup ture sur lesquels les magistra ts ont tous les pou ­ voirs d’apprécia tion afin de recher cher la mauvaise foi, l’in­ tenti on de nuire. V. — Agissements dolosifs postérieurs à la rupture. Un ancien employé d ’une maison de commerc e peut par­ faiteme nt fond er une maison rivale et située même dans le voisinage de la prem ière, sans comm ettre pour cela un acte de concurre nce déloyale. Il lui est même permis aux termes d’une ju rispr uden ce constan te de se prévaloir de la fonction qu ’il a remplie chez son ancien patro n. L ’ancien employé d ’une maison de commerce peut entre r dans une maison similaire et peut don ner comme référence aü public le nom de la maison à laquelle il a appa rtenu . (Tri buna l de Commerc e de Roubaix, II Janv ier 1924, notamme nt). Un repré senta nt de commerc e a-t- il le d roi t à la fin de son contrat de créer une maison similair e et de sollici ter les clients ou les agents de son a ncien ne maison ? Il a été décidé par la Co ur d ’Appel d e Roue n, le 23 Mai 1928, que cela ne const ituai t pas un acte dé concu rrenc e déloyale, si l’ex-repr ésenta nt s’abstient de trom per ceux qu ’il avait sollicités par des renseig nemen ts menson gers en disc rédit ant la maison qu ’il venait de qui tter . L ’ex-représen tant ne peut pas se s ervir soit à son bénéfice, soit à celui de son nouveau patro n, de rensei gneme nts qu ’il aurait recueillis dans son ancien ne maison, dessins, modèles, liste d’adresses, etc. Nous signalons qu ’il est parfa item ent possible à un patro n d ins érer dans un cont rat de travail une clause d ’interdictio n pour le repré senta nt de s’établi r lui-mê me, ou de passer au service d une maison conc urren te, mais il faut que cette inte r­ diction ne soit pas illimitée. Il fau t qu elle soit lim itée ou bien qua nt au temps, ou b ien quant au lieu (Cassation, 15 Jui n 1922). Notons enfin qu ’une clause pénale en cas d’infractio n à cette clause est également possible, et que ladite clause pénale prévoyant forfait aireme nt des domma ges-inté rêts, lie les Trib unau x, ces derni ers ne peuven t point, en cas d’in­ fraction, dimi nuer ou au gmen ter la clause pénale invoquée. * * * Nous ne pouvons examiner ici la t rès grave question, bien souvent débat tue, relative au dro it personnel que peuvent avoir les représ entant s de commerce sur la clientèle qu’ils ont créée. Nos lecteurs savent que cette grave question fait actuelle ­ ment l’objet d ’un projet de loi susceptible d ’être examiné prochai nement par les Chambres. A l’heure actuelle le droi t à la clientèle n’est pas consacré par la juris prude nce et nous rappelons à cet égard les décisions que nous signalions plus haut, empo rtant le droi t pour un patron de congédier son représ entant à la commission sans préavis, ni indemn ité. Notons cepend ant que certaines Cours de province, no­ tamme nt celle de Riom, semblent vouloir instau rer une j uris-

582 luiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiihiijiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii AO UT 1930


Illllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllilllllllllllllllilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll

prude nce de laquelle il résulte rait que lors qu’une clientèle a été entière ment créée par un repré senta nt, le patron, en rom ­ pan t sans' motifs valables, commet un abus de droi t et doit à cet égard des dommag es-intérêt s. Cela revient en quelque sorte à consacrer le dro it à la clientèle et ces décisions nous paraissent dépourvu es de t oute valeur juridi que et aller même à l’encontre de la théorie du mandat qui, même salarié, peut être révoqué ad nutum, à quelque moment que ce soit et pour telle cause que ce soit. Jacques ARCH EVÊQ UE, Avocat à la Cour d'Ap pel de Paris. CAU SER IE SU R LES ASS UR AN CE S L’As sur anc e In div idu ell e. Si l’on me dem anda it de défini r en peu de mots ce genre d’assurances je pourr ais ré pond re sans crai nte de me tromper : Assurance de prime modiq ue, de toute première nécessité à l’homme, et je pourr ais même ajouter, la premiè re qu’il doit né cessairem ent souscrire d ès qu’il commence à repr ésen­ ter un capital prod uctif et à de venir le pr otecte ur d’êtres plus faibles que lui, c’est-à-d ire à teni r le rôle que la nature lui a assigné. L ’assurance indivi duelle couvre tous les accidents qui peuvent arriver, aussi bien dans la vie pr ivée que dans l’exer­ cice d ’une pro fession. C’est, en quelqu e sorte, une assurance complète couvrant tous les acciden ts possibles et imaginables. Si je prend s la définiti on de l ’accident : fait subit, violent et indé pend ant de la volonté ; il est facile de compren dre que nul ne peut pré ten dre être à l’abri d’un accident, quelle que soit sa professio n et quel que soit son genre d’existence. La prem ière assurance à contr acter est donc bien l’assu­ rance individ uelle, elle se trouve même plus indispensable que l’assurance incend ie, qui à l’heure actuelle, est passée tout à fait dans nos mœurs en France. Si je consid ère les risques d’incendie, je vois qu’à part certaines professions très dangereuses (usines de produits chimique s, scieries mécaniques de bois), il ne se pr oduit en général que des sinistre s tout à fait partiels et très limités. L’homme, et je désig ne pa r là celui qu i est digne de ce nom, que le d estin aura frappé dans une partie de ses biens, pour­ rait, s’il n’était pas assuré contre l’incendie, se re mettre à la tâche et ré parer à force de labeur ce qui lui aura it été ainsi ravi. 11n ’en est pas de même pour un sin istre frappan t une partie de l’homme lui-même et souvent 1 homme tout entier. Il fa ut parti r d’un princip e absolu que le capital meuble et immeuble est le prod uit du capital humain, et que le prem ier de tous les ca pitaux produc tifs est bien la vie de 1 homme. Ce capital humain est le seul que la volonté, le travail, l’âpreté à la lutte, ne pou rrait recon stitue r, c ’est la pert e réelle, c’est le sinistre irrémédia ble dans toute son horreur. C’est le plus indispensable à assurer. Il faut reconnaîtr e qu’en ces derniè res années notre men­ talité s’est bien adaptée à cet état d’esprit, mais de grands pro­ grès sont encore à réaliser dans cette voie. Je verrai par la suite l’utilité de l’assurance vie qu’il ne faut pas confondre avec l’assurance individuelle, ces deux assurances qui tende nt toutes les deux au même but ne se contred isent pas l’une et l’autre mais se complè tent harmo­ nieusement. Dans l ’assurance ind ividuelle il est impossible d’arguer du montant de la prime pour prétex ter une hésitation, puisque celle-ci est très modique ; c’est l ’assurance que l ’on fait avant celle de son mobilier.

P A P Y R U S

Tro is risques différents peuven t être couverts séparés ou groupés : la mort, l’infirmité et l’incapacité tempor aire. Ce genre de contr at convient tout parti culièr emen t aux chefs d e ntrepri ses et au personnel supér ieur : direct eurs, chefs de service, etc. Ces d ernier s qui ont le bénéfice de la loi des accidents du travail, peuvent cumule r les av antages de celle-ci avec l’in­ dividue lle, notamm ent pour les risques mort et infirmité. En effet, da ns la loi des accidents du travail, le personne l supér ieur est très désavantagé dans le calcul des rentes, le pourcentag e fixé sur la premi ère tranche de salaires allant jus qu’à 8.500 francs se trouve rédu it au qua rt sur la t ranche comprise entre 8.500 francs et 18.000 francs et au huitième seulement sur le supplém ent. En conséquence , le pers onnel supé rieur arrive à ne touche r que des rentes de très peu s upérie ures à celles d ’un manœuvre. Je pour rais c iter à l’infini les nomb reux avantages de l’assu­ rance individuelle puis qu’elle s’adapte à tout le monde et à tous les cas. Je ne doute pas que ceux qui ne sont pas titula ires d’une police semblable puissent encore reme ttre plus longtemps ce par quoi ils auraient dû commence r.

R. ROUHIER fils, Assu reur- conse il.

LE MOIS ÉCONO MIQUE E T FINAN CIER La Bourse continue à vivre des jours maussade s caract é­ risés par un ralentissem ent des transa ctions qui va presq ue jusq u’à un manque total d’affaires et par un effritem ent des cours qui s’est accentué ces derniers temps. L’étroitesse du marché enlève évidem ment à ce recul une signification précise puis qu’il suffit d’un pet it nomb re de titres pour produire un effet souve nt sensible. La petit e spé­ culation qui ne cherche que des gains épiso diques , encouragée par ce recul de la cote, procède à des ventes de peu d’enver ­ gure mais qui, cependa nt, n’en ont pas moins entra îné la dépréciation de certaines valeurs. Peut-êt re faut-il penser également que certain s spécul a­ teurs tenaces, engages a la hausse ont décidé de liqu ider leur position avant de part ir en vacances. On a, d’autre part, indiqué que des ventes de l’étranger avaient, en outre, pesé sur la cote. Quoiqu il en soit la position techn ique du marché est toujours la même : peu chargée à la hausse, elle offrirait des possibilités de reprise au cas ou des conditi ons déte rmi ­ nantes de hausse viendrai ent à se manifester , et ce, d’autant qu’elle y serait grandem ent aidée par la s ituatio n potentiel le, caractérisée par une abondance de l’argent toujour s consi­ dérable et par un taux rému néra teur des valeurs à revenus variables au cours où elles sont actuelle ment revenues. 11 faut cepend ant s’entendr e sur ce dern ier point, car les taux de capitalisation qu ’on assigne à ces valeurs sont cal­ culés sur les derniers dividende s distrib ués. Or, la baisse de la cote actuellem ent conditio nnée par les craintes de cr ise économique accentuée n’escompte pas autre chose qu ’un ralentisse ment des affaires et par conséquen t une dimin ution des bénéfices. Quant à l’abondance de l’argent elle se manifeste par la modicité du taux de l’escompte, de l’intérêt, des reports , par les facilités de crédit, et peut -être aussi par l’augmenta­ tion constatée au bilan de la B anque de France au poste des billets en cir culation. Ce poste a, en effet, attei nt 74 milliards et, si l’on cherche à déte rmin er qu elles peu vent être les causes de cette a ugmenta tion, on ne peu t les trouv er ni dans la hausse des prix qui, somme toute, n’a jus qu’ici été que légère, après

AO UT 1930 iiiiiiiiiiiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 583


CO UR S DE

NEGOC IATION

DE S

VAL EUR S DE PAP ETE RIE S ET EN TR EPR ISE S

p a rt .) (C es cours son t donnés à lit re puremen t indi cati f', sans eng age ment de notr e Lieu de négociation

Désignation des valeurs

Agence Havas B ................................................... Carton neries de la R o c h et te ................................ Di do t-B ot tin .......................................................... — parts de fo nd .................................... —

Paris (I) — — — — — — . — — — — — — — —

Imprime rie et librairie des chemins de fer. . . . (priv.) — — _ ............ Imprim erie Chaix ....................................... Librairie Hache tte (act. 500 f r . ) ........................ Marinoni (Soc iété) . ............................................ Papeteries de F r a n c e ............................................ Papeteries N av ar re ................................................ Papeteries de l’Oues t.............................................. Papeteries Ou the nin -C ha lan dre ........................... Le Pe tit Journa l (ord. 500 ).................................... Le Pe tit Parisien (act. 125 n om. ).......................... __ (parts b é n éf .) ............................ — — — — Publ. Périod iques (Desfossé s)............................... — ........... ............. ............. Le T em p s......................... — — — jo ui ss an ce ............................................ — Adt (Socjété nouvelle des E t s .) ........................ . Paris (2) Obligatio ns Libr airie Hach ette 6. 50 % 1927 e — — (2 série) — — Marino ni 1930 5 % 1930................................... — Obliga tions Papete ries de Franc e 7 % . — . . . % 4 hyp. raud Gou Papete ries — — Pape teries Out heni n-Ch aland re 7 % . — — 7 % 1978 — — — ..... Presse (Bons d e là )...................................... — Obligatio ns Le Tem ps 4,50 % .......................... — Ad t (Ets 5 6,50 % ............................ ..... ............. Paris (3) Edition s litté rair es (Ôl len dor f).......... — Imp rim erie Ro ba ud y............................................ — de mi -p art s........................ — — Libra irie A. Quille t • • •a ................................... — Etabl issem ents Ners on A în é............................... — Papeterie s de P a r i s ............................................... — (p ar ts .) ................................... — — — Papeterie s du Limo usin (j o u is s. )........................ — Papiers p e i n t s ....................................................... — — (p ar ts .) ........................................... — — e Parisienne d’Editi on (1/1 0 p a r t) ........................ — Petit M ar se il la is ................................................... Pâtes, papier textilose s (action s)......................... Paris (4) — Libra irie Hach ette (p ar ts ).................................... — ............ )............ s rt a Papeteries de l’Indochin e (p — Obligatio ns Impr imeri e Crété 6,50 % . . . . — Dup ont 4 % ................ — — — 4, 50 % . . . . — Libr airie s-Im prim eries réunies 5 % . — — Pâtes, papiers textiloses 6 % . . . . — Papeteries Sorel-M oussel (a c ti o n s ).................... Paris (5) — Papeteries de l’Ouest (pa rts) ................................. Nancy Papeteries Weibel (B es an ço n) ............................. Imprime rie Als aci enn e......................................... Strasb ourg _ Strasbou rgeoise « Is tra » . • • • . — _ Établissem ents C. P f i n d e l ................................ — Papeteries de la Robe rtsa u (a c t. anc.) . . . . — (act. n ou v.) . . . . — — — Weibel ( Kay ser sbe rg)........................................... — Papeteries du Bas -Rh in........................................ Lyon Carton m ou lé ....................................................... ....... x ............. ) % 8 Bordeau (bons c Rottersa de es Papeteri ........... ............. s) n io ct (a — — — (1) Marché officiel. (2) Obligations marché officiel.

584 ■

CO NN EX ES

(3) Marché en banque.

Dernier coupon

Cours au 19 Août

Cours au 18 Juillet

1.475 » • 1.490 « Juin 30 . . . '690 » Mai 30 . . . ................ » 1.744 » 1.82 5 Déc. 29 . . . 591 » 595 » Déc. 29 . . . 125 » off. 118 Juil. 26 . . . 875 » 875 » Avr. 30 . . . 1.130 » 1.060 » Avr. 30 . . . 6.1 30 » 6.4 95 » Mai 30 . . . 2.1 20 » 2.0 20 » Juin 30 . . . 602 » 571 » Sept. 29 . . . 486 » 535 » Juil. 29 . . . 111 » » 112 Juin 3 0 .. .. 298 50 310 » Juil. 30 . . . » 418 » 470 . . Sept . 29 . 240 » 220 •> Oct. 29 . . . 1 875 1 840 » Avr 30 1.570 » » 1.550 Avr. 30 . . . 610 » 650 » Juin 30 . . . off. 00 off. 00 4.5 4.5 Avr. 30 . . . 916 » 960 » Avr. 3 ) . . . 700 », » 747 Déc. 29 . . . 510 » 512 » Juil. 30 . . . 511 < 518 » Juil . 30 . . . 960 » Jan v.30 . . . 514 >» 511 » Avr. 30 — » » 455 451 Juin 3 0 .. .. 517 * 507 » Juin 3 0 .. .. 542 » » 527 Mars 3 0 .. .. 18 75 18 25 » 520 » 514 .. .. 9 2 Déc. 32 50 » 517 » 515 Mai 3 0 .. .. 32 50 30 » 32 » c. I at. » 139 » . . . 215 2 Nov. 28 53 04 ex.-c. 279 » 279 » Nov. 28 . . . 2 63 » ex.-c. 740 » .. . » 30 775 Juil. 24 30 » ex.-c. 65 » , 63 50 Jan. 28 . . . » c. 21 att. 143 » 155 » Oct. 28 . . . 19 44 c. 11 att. 1.430 » Oct. 28 . . . 1.57 0 » 41 » c. 8 att. 891 » 900 » 60 » ex.-c. 45 Avr. 30 . . . . . . »> 30 204 Mai » 19 211 ex.-c. 69 15 . . . 50 28 Mars 28 4 28 50 3 19 ex.-c. 252 » 6 Mai 30 . . . 255 » 19 87 ex.-c. 905 » 875 » 30 » ex.-c. 54 Mai 30 . . .

» ex.-c. 63 » ex.-c. 25 » ex.-c. 85 36 ex.-c. 47 4 » ex.-c. 47 50 ex.-c. 80 60 » ex.-c. 23 225 » ex.-c. 63 H0 » ex.-c. 23 40 » c. 15 att. 30 » ex.-c. 4 6 8 33 éx.-c. 15 17 50 ex.-c. 28 20 » ex.-c. 11 9 83 ex.-c. 116 100 » 100 » ex.-c. 122 9 40 » ex.-c. 50 » ex.-c. 19 50 » ex.-c. 19 9 50 » ex.-c. 32 50 32 50 50 » 35 » 20 » 35 » 35 » 85 35 85 32

16.000 off. 1.20 0 » 470dem. 400 » 350 » 400 « 495 off. 156dem. 1.500 » 680 »

........................ i

680

»

305 500 5.0 00 4.0 00 295 535

» »» » » * »

320

»

5.00 0 4.0 50 290 555

» » » >»

1.280

»

1.270

»

(4) Valeurs non cotées officiellement, cours approxim atif. (5) Valeurs inscrites officiellement au Sy ndicat des Banquiers


IIIIIIIIIIIIIIIUIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIII IIIIIIII d’ailleurs avoir subi une régression assez impo rtante — ni dans la recrudesce nce de l’activité économiqu e, et l’on est cond uit à la cherche r dans une thésau risatio n qui accum u­ lerait les billets non remployés en raison du mauvais état du marché et des craintes que suscite nt les affaires. 11 y aurai t là en tout état de cause une force en puissance susceptible d’agir très efficacement le jour où l’activité boursiè re se mani­ festerait à nouveau. Il faut reconnaî tre, d’ailleurs, que les bourses étrangère s ne sont pas plus brillan tes que le marché de Paris : Berlin demeure dans la prostr ation dans l’attente des élections de septemb re prochain. Bruxelles et Lon dres sont dans le ma­ rasme et Wall stree t a été affecté à nouveau par les craintes auxquelles donne lieu la sécheresse persi stante — qui revêt l’ampleur d’une véritab le calamité — et aussi par le dé velop­ pement de la crise qui se tra du it main tenan t d’une manière tangible par la dimi nuti on ou la suppre ssion des dividende s. Cette prost ratio n générale des affaires sur les différentes bourses, et nota mme nt sur la Bourse de Paris, a des causes diverses don t les unes s app aren tent à la situati on politique et d ’autres à la situa tion économiq ue. En France , la situa tion politi que intérie ure, bien qu’elle ne hante pas encore les esprit s d’une façon immédia te laisse cepen dant quelque s préocc upation s en raison de la clôture brusqu ée de la session et des aléas qui peuvent se produi re à la rentrée . Plus préocc upant e est la situa tion extérieu re : l’Italie, momen tanéme nt assagie, par l ’attitud e qu ’elle a prise au cours des derni ers mois n en a pas moins déter miné un malaise qui s’est amplifié sur d’autre s poin ts de l’Europe. L ’Allemagne, peu t-êtr e en rai son de c ette a ttit ude et à la suite de l ’évacuation de la Rhénani e, semble sujett e à une poussée de certains élé­ ments nationa listes qui n’est pas sans préoccu per les esprits. Aussi l’aléa des élection s de septem bre prochain pèse-t-il sur les d ifférents marchés de l’Europe qui n’en s eront libérés que lorsqu e les résu ltats de la consul tation électorale seront connus. Les éléme nts économ iques conti nuent , d’autre part, à jouer avec beaucou p d ’amp leur : la crise mondiale s’affirme par la baisse persi stant e des matières premières et par la suppre ssion ou la dim inut ion des dividen des ce qui, notam ­ ment en Amériq ue, est un signe caract éristiq ue de la persis­ tance et du dévelo ppeme nt de la crise qu’on s’était plu à conje cturer comme devant être de court e durée. Il n’est pas jus qu’aux perspec tives de la récolte q ui ne jouent outre Atlant ique dans un sens défavorable. Malgré la hausse des céréales, la Bourse a, en effet, marqué un fléchissement sensible. Cepen dant on avait donné comme l’une des causes caractérist iques du déclenc hement de la crise l’avilissement du pouvoir d’achat des fermiers résu ltant de la mévente des blés causée par une trop grande abondan ce. Les stocks s étaien t accumulés et des mesures d’une grande rigueu r avaient été prises po ur en financer et en faci liter l ’écoulement. Or, aujo urd ’hui, la sécheresse en faisant conjon cturer une récolte déficitaire a bien causé un relèvemen t des cours du blé et des céréales mais n’a pas redonn é l ’optimisme in disp en­ sable à une reprise des affaires. C raint-on q ue la déficience de la récolte ne permet te pas au renchér issemen t des prix et à la liquidat ion des stocks de ren flouer la situa tion des ferm iers et de recréer ainsi, po ur l’écoulement des produ its industr iels, grâce au relèvement des pouvoirs d’achat, un marché inté ­ rieu r suffisant ? C est ce que semblerait indiq uer l’état des affaires à la Bourse de New-York. En France, où les condition s climatériq ues sont totaleme nt différentes, mais pres qu’aussi catastrop hiques, les conjonc­

PAPYRUS

tures en matière de récolte n’apparais sent pas non plus comme satisfaisantes ; elles perm ettro nt évidem ment l’écou­ lement des stocks constitué s par les agricu lteurs et les viti­ culteu rs et le relèvemen t des prix, mais en résul tera- t-il également une compensat ion ? C’est ce que seul l’avenir pourr a perm ettre de déterm iner. Quo iqu’il en soit les chiffres récemm ent publiés par la Statis tique générale de la France font resso rtir sur les prix de gros dont l’indice s’était abaissé au cours de ces dernie rs mois, un relèvem ent de quatr e points. Ce relèvem ent est dû à l’augmentatio n de l’indice des produ its nationaux, qui de Juin à Juill et s’est augmenté de 11 points (de 585 à 596) alors que celui des produ its import és a baissé de 10 points (de 470 à 460). Ce qui est caract éristiq ue pour les produ its nationaux4, c’est l’augmentatio n de l’indice des aliments végétaux, qui est passé de 452 à 495 en augmen tation de 43 points et des aliments animau x dont l’indice est passé de 582 à 594, en augmen tation de 12 points. L ’indice des matières industr ielles, par contre, a continu é à baisser de 567 à 557, en dimi nutio n de 10 points. Les résultats escomptés de la récolte comme ncent donc semble-t-i l à se faire sentir sur les in dices des prix. Un autre aspect également préoc cupan t de la situat ion économique est le dumpi ng russe. Ce dern ier pays pou r financer le plan indust riel quin quenn al don t il poursui t la réalisation s’efforce d’exporter à des prix très inférie urs à ceux qui sont pratiqué s sur les marchés extéri eurs. Il tend ainsi vers la réalisation de plusieur s objectifs : d ab ord de se procurer des ressources nécessaires au financem ent de ce plan, en outre, de s’ouvrir des ma rchés extéri eurs et peu t-êtr e enfin de provoquer sur ces marchés des troub les propice s à la propaga nde de ses idées politiqu es en con tribu ant à l’arrêt des industries, au chômage et aux déso rdres qui peuv ent en être les conséquences. Plusieurs pays se sont émus de c ette situa tion qui peut être préoccupante pour l’avenir et l’on sait que les Etat s-U nis ont déjà pris à ce su jet des mesures rigoure uses. En France, la situation budgétaire donn e actuel lemen t lieu à certaines préoccupat ions. On sait qu ’au cours d’un récent Conseil des Minist res, le Gouv ernem ent a pris la décision de comprim er les prévisions budg étaire s dans une mesure imp ortante . Quelles que soi ent les économies réalisées il est des dépenses auxquelles il faudr a faire face : ce .sont celles que des disposition s arrêtées antér ieure men t par le Parlemen t ont déposées en germe dans nos budg ets. Pou r y faire face on peut faire état des dispo nibili tés que peut laisser la sage politiq ue poursuivie par la Caisse d’amorti sseme nt et qui a préparé fort oppo rtuné ment des possibilités de conver­ sions susceptibles de dégager des sommes de l’ordre de un milliard à un milliard et demi. Le Rappo rt récemm ent publié par le Conseil d’Admini stratio n de cette Caisse fait resso rtir d’une façon é loquente les résulta ts de cette gestion. Outre cette possibilité de conversion, la politiqu e poursuiv ie par la Caisse d’amortisse ment a, en effet, abou ti à un e rédu c­ tion en capital de la dette flottante et à un nouvel aménage­ ment de cette dette, qui se trad uit par un allongement des échéances. Le montan t des bons de la Défense Nationale a, en effet, été ramené de 48 milliards e nviron, en Octobre 1926 à 28.491 millions, d’autre part, il n’existe plus que des bons à deux ans et les échéances mensuelles de 7 à 8 milliards à l’origine, ont été ramenées à 1.070 m illions en 1930. D ’un au tre côté, l’intérêt des bons a été rédu it de 6 à 3 % et celui des obligations qui leur ont été substitu ées a été ramené de 6 à 4 1/2 % en nominal. La charge d’intérêt s corres ponda nt au service des bons et

A O U T 1930 iiiiiliiliiiiiliiiiiiiiiiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiiliiliiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiii 585

4


z i‘‘ I J

1 к

PAPYRUS

lllHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIlIlIlllIlllIllllllllEllllllllllllllllllllIllllilllllllllllllllllllll

obligations a été rédui te de 2.700.000.000 à 1 origine a 1 milliard 932.000.000 et elle sera proch ainem ent abaissée à 1 mil­ liard 800.000.000. En outre, le rende ment financier du monopole des tabacs a été développé. Il est, en effet, passée de 3.746.000.000 en 1927, à 4. 417.000.000 en 1929. La conjonction de ces résulta ts a permis de prat ique r, en dehors de l’amortisseme nt des bons, le rachat sur le marché de titres de rente qui ont été annulés . La conséquence en a été la hausse de ces titre s et la sta bilisatio n du marché de nos fond publics. La Caisse fait entrev oir que cette action pourr a être amp li­ fiée par le jeu tant de la dotat ion cons titutio nnell e qui lui est affectée qu e des ressources à prov enir de la mobilisa tion des annuit és Young qui lui ont été dévolues. Les conséquences de cette politi que vienne nt opp ortu né­ ment ouvrir au bud get une soupape que d ’aucuns voudr aient élargie en ralenti ssant l’amortiss emen t effectuée p ar la Caisse d’une façon si satisfaisante . Ce ne serait là en tous cas q u’une polit ique de pis aller et à laquelle on ne pou rrai t se réso udre que si l’on se trouva it acculé à cette altern ative : ou d ’augme nter à nouveau les impôts ou de reco urir à l’empru nt. Il faut espérer qu’une politi que d ’économi e rigou reuse ment conçue et appliquée perm ette d ’éloign er cette perspect ive.

INFORM ATION S FISCALES La suppre ssion du dro it prop ortio nnel sur l'habitation des Finances du patentables, qui d ’après l’article 65 de la loi de e r Janvier 1931 1 du rtir pa 16 Avril 1930, de vait être réalisée à est repo rtée a u 1e r Jan vier 1932 (Loi du 17 Ju illet 1930, art. 2). Le délai spécial de deux ans don t le Tré sor dispose en matière d ’impôt généra l sur le revenu pour réparer les om is­ sions et les insuffisances d’impositi on constatées après le décès du cont ribu able ne par t que de la déclaration définitive du mont ant global de la successio n et non de l’une des décla­ rations provisoire s et partie lles qui ont pu la précé der. (Arrêt du Conseil d ’Etat du 5 J uin 1930.) Lor squ ’un inven teur n’exploite pas son brevet, la somme qui lui est allou ée à t itr e de dommages et intérêts pour contrefaçon de son inven tion ne cons titue pas un reve nu passible de 1 im­ pôt sur les bénéfices des professions non commerciales. (Réponse du Min istre du Budge t à M. Jean Ta urine s, d éputé, № 8.408, J. O. du 23 Mai 1930. Cha mbre Débats, p. 2350.) La cession de toutes les actions d u ne Société a un seul actionnaire devenu ainsi prop riéta ire de to us les biens sociaux y compris ceux repré senta nt les bénéfices non distri bués n’équivaut pas à une dis trib utio n et ne rend pas exigible l’impôt sur le revenu des valeurs mobilières . (Cass. Req., 14 Avril 1930.) (Commu niqué par l’Etud e Fiscale F rancis Lefebvre.),

dié ou reçu par un même e xpéd iteur ou un même destin atair e (ou par groupe d’expé diteur s ou de destina taires) . Con sidé rant : Que les tarifs de cette natur e peuven t se classer en deux catégories ; a) Ceux qui accor dent une réduc tion sur le tonn age en sus d’un certain minim um annuel ou mensuel expédié par un même exp édite ur ou reçu par un même destin ataire (ou un groupe d’expé diteur s ou de destina taires) ; b) Ceux qui accor dent une réduc tion sur le tonnage total expédié (ou reçu) sous condi tion d’un minim um de tonnage annuel ou mensuel ; Que la p remiè re formule perm et au chemin de fer de limi­ ter les réduc tions proposées au trafic nouveau qu ’elles pou r­ ront faire naître, soit par un dével oppem ent de la consom ma­ tion, soit par un refoule ment des prod ucte urs concu rrents , soit, enfin, par une reprise d’une partie des expéd itions à une voie conc urren te ; Mais que les réduc tions ainsi accordées doive nt perm ettre à la navigation de pren dre sa part du trafic et que celles qui trans forme raient les prix de tra nsp ort par fer en prix de « du mpin g » en les abaissant , pou r une tranc he déterm inée du trafic, au-des sous de ceux pratica bles par la navigation doivent donc être rejetées. Que si la formul e b (rédu ction sur l’ensemble du trafic sous con dition d ’un min imum d e t onnage an nuel ou me nsuel) peut également être envisagée dans certai ns cas spéciaux, notamm ent pour les tarifs consent is a ux gr oupeu rs, consid érés comme les auxiliaires du chem in de fer , elle pré sente de sérieux inconvénien ts l orsq u’il s’agit d ’un trafic suscep tible de se par­ tager entre la voie de fer et la voie d ’eau ; Qu’en partic ulier, si le mini mum de tonnag e imposé pour bénéficier des réduc tions accordé es est voisin du tonnage total à trans port er, l’expédi teur intéres sé se trouv e, en fait, dans l’obligation de rem ettre au chem in de fer la tota lité de ses envois et la répa rtiti on du trafic entre la voie de fer et la voie navigable, re connue d ésirab le a u p oint de vue de l ’intérêt général, est ainsi rendu e imposs ible ; Que de pareilles conséque nces parais sent inadmi ssibles ; Emet le vœu : Que les proposi tions de tarifs de chemi n de fer accor dant des réducti ons en fonctio n du tonnag e annu el ou mensuel expédié ou reçu par un même exp édite ur ou dest inata ire (ou par un groupe d’expé diteu rs ou de desti natai res) fassent tou ­ jours l’objet d ’une enquêt e appr ofon die au poin t de vue des intérêt s de la navigation inté rieu re et ne soient homologués que s’il est é tabli que ces tarif s ne c onst ituen t pas des prix de « du mpin g » de natur e à faire une concu rrence systéma tique L. D. à cette navigation.

COURS D’ACHAT DES VIEUX PAP IERS (Comm uniqué par la Chamb re Syndicale des Négociants en vieux papiers de France). 85 » Rognures blanches mêlé es.................... Fr. 80 )) » 65 » - 70 » Rognures blanches № 2 ....................... )) 35 » . 40 » Rognures couleurs c la ir e s.................... » 30 » » 35 » A rc h iv e s............................................... )) 20 » - 25 » Bouquins et j our nau x............................ » 12 » - 1 5 » Cartonnages n e u fs ............................... » 12 » . 15 Papiers mêlés et gros de magasin . . .

CHRONIQ UE DES TRANS PORTS Chem ins de fer . Rédu ction s des tar ifs calcul és d ’après le tonn age annu el tra ns po rté . La Ch ambre de Comme rce de Paris saisie d ’une étud e de la Conférence des Syn dicats de navigation intérie ure réclamant la suppressi on des ta rifs de chemins de fer qui prévoien t des réductions en fonction du tonnage annuel ou mensuel expé­ Pour

v e n d re

vos

ro g n u re s

É t a b lis s e m

de

p a p ie r s

e n t s

et

de

c a rto n s

de

t o u te s

E d g a r d .

s o rte s

c o n s u lt e z

le s

M A I T iT Æ T

Te l. • C en tra l 46 -2 6- 09 -6 5

42 , R u e N o tr e - D a m e -d e s -V io to ir e s , P A R I S . — (S ei ne ) e). Us ine r a cc ord ée a u C he m in de f e r d u N or d à la C ou rn eu ve (Enlèv ement à domicile par 1000 kgs minim um pour Pa ris et banlieu 58 6

iiiiiiiii A O U T 19 30 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiuiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii


iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiriiiiiiiiiiim f ä PYRUS Bib liot hèq ue Inte rna tion ale de» Art» et lndu»trie» du Pap ier, de l'Im pr im eri e et du Livre .

Q

хрь • | LJ 1

»• J1O <O

» • 1Э i l î С 1

П

Bib liot hèq ue Int ern ationa le de» Art» et Indus trie» du Papie r de l'I m pr im er ie et du Liv re.

La Rev ue “ P A P Y R U S ,, se fa it un plai sir de procure r à ses lecteu rs toutes publ icati ons, tous ouvrages qui lui sont demand és Hoir la page c onsacrée à la Bi bl io th èq ue des Ar ts et In du str ies G ra ph iq ue s. • Il est rendu compte de tout ouvra ge, dont deux exemp laires nous s ont adressés graci eusem ent et f ran co de p ort et d'em balla ge.

Le trés or des Bi bli oth èq ue s de Fr an ce , publié sous la direction de M. R. Cantinelli , adm inist rateu r de la Biblioth èque du Palais Bourbon et de M. E. D acier, conser vateur -adjoin t à la Biblio thèque Nationale. (Van Oest, édite ur.) Prix : 90 francs. Un nouveau fascicule de cette belle publication vient de paraître. Il contient, comme ceux qui fo nt précédé, des choses fort intéressantes et toujours présentées avec le soin que met l’éditeur Van Oest à toute sa production. L’étude d'un Livre d'heures manuscrit de la Collection Dutuit au Petit Palais par 1abbé Victor Leroquais, forme le débu t de ce fascicule. Cette étude est accompagnée de douze planches en phototypie reproduisa nt les parties les plus importan tes de la décoration de ce livre d’heures. L Exposition du Romantisme à la Bibliothèque Nationale vient ensuite, avec quatr e é tudes différentes s ur ce même sujet. M. Henri Moncel, biblio­ thécaire à la Bibliothèque Nationale montre l’exemplaire de L* « Ossian » de Napoléon Ie r avec deux planches, dont une en couleurs. M. Paul Gautier, professeur à 1Ecole Nationale des Beaux Arts nous parle des deux minia­ tures de Mme de Staël et de Benjamin Constant incluses dans un recueil de lettres de Mme de Staël à Mme Récamier. Puis, M. E.-D. donne un por­ trait de Mme Récamier et une lettre de Chateaubriand. Enfin, Mme MarieLouise Pailleron nous parle de la jeunesse de Sainte-Beuve et de ses carnets de notes. Ces trois dernières études sont accompagnées chacune d’une planche. M. Richard Cantinelli, admin istrate ur de la Bibliothèque de la Chambre des Dé putés a retrou vé dans un ancien registre de prêts de la Bibliothèque Nationale une pièce curieuse signée du peintre David et fait part aux lec­ teurs des Trésors des Bibliothèques de France des réflexions que cette trou­ vaille lui a suggérées. Ce fascicule se termine p ar une étude de M. E. Dacier, conservateur adjoint à la Bibliothèque Nationale sur une Reliure aux armes de Marie-Antoinette qui est reprod uite en un fac-similé en couleurs parfaitement exact.

Les div er tis se m en ts typ ogr aph iqu es (édités par les Fon­ deries Debe rny et Peignot) .

I

Le fascicule troisième de cette publication vient de paraître. Il est conçu d’une façon un peu différente de ses précédents en ce sens qu’il vise davan­ tage à démont rer les multiples ressources qu’un imprimeur peut tirer des filets, et les effets variés de cadres, de jeux de fonds, de vignettes et d illustration qu’il est possible d’en obtenir. Les différents modèles contenus dans ce fascicule montrent une faible partie des i nnombrables combinaisons artistiques qu’il est possible de tirer avec l’assemblage judicieux des filets et vignettes et viennent fort h eureuse­ ment compléter la série si bien commencée de ces « Divertissements typo­ graphiques » d ont la collection sera po ur l’imprim eur un auxiliaire précieux.

Mé men to du c lic he ur , par E dmo nd F ormet. Une brochure 11 X 18 de 60 pages. (Minc el et Cie, éd iteur s.) Prix : 4 fr. 50.

i

L’emploi de la clicherie s’est excessivement répandu. Aussi, il sera très utile à beaucoup de trouver dans ces quelques pages la façon d opérer. Après une courte notice historique, nous trouvon s l ’exposé de la fabrication d un cliché depuis la préparation des flans jusqu ’au montage. Les explications sont brèves, mais très précises et bien suffisantes. De nombreuses figures accompagnent le texte et nous montrent une grande partie du matériel à employer.

Lex ique typ ogr aph iqu e, par Jean D umont. Un volume 14x22 de 90 pages. Prix : 10 francs. Il reste encore quelques exemplaires de ce lexique typographique qui comprend la pl upart des t ermes techniques qui sont absolument indispen­ sables à connaître. Il comprend en outre de nombreuses illustrations qui aident à la compréhension des termes.

Code s et dic tion nai res tec hni que s de pap ete rie en tro is lan gu es, fra nç ais , an gla is, all em an d, par Albert Z œbisch. (Carl Hofmann, à Berlin, éditeu r.) Les dictionnaires papetiers et codes télégraphiques A Z formés de huit volumes, ont connu un tel succès dans tous les pays que trois d’entre eux

ont nécessité une seconde édition. A cette occasion, Zoebisch les a remaniés sur un système de cinq lettres au lieu de neuf. De cette façon, deux des tomes de ce code peuvent être réunis en un seul dans un télégramme, ce qui économise la moitié des frais de la dépêche. Chaque possesseur des Codes A Z devra donc se procurer la nouvelle édition. Les volumes réédités sont : № 2 : Termes pour papier et cartons (anglais en premier). Prix : 6,50 Rm. N° 6 : Les formats en papeterie. Prix : 3,50 Rm. N° 9 : Tables des prix. Prix : 5,50 Rm.

Une mé tho de pou r ana lys er ra pid em en t une entr e* pr ise , par R. S atet. Un volume 13x2 1 de 16 pages. (Chez l’auteur, 68, rue D uhesme , Pari s, 18e .) Prix : 5 francs . Cette étude, tirée d’un r apport américain, se prése nte sous la forme d un questionnaire-type passant en revue les conditions de fonction nement optima de tous les services d ’une entreprise. Un tel questionnaire ne peu t, évidem­ ment, servir indistinctement à n’importe quel chef de maison, mais il lui permettra d’établir celui destiné spécialement à son édification personnelle. Cette brochure intéresse tou t chef d ’entreprise soucieux de son rôle et qui se doit de surveiller et d’analyser son affaire, afin de déterm iner quels en sont les points faibles et d’y remédier.

Co mm ent rec evo ir ses in vi té s, par Pierre de T rÉVIÈRES. Un volume 12x 19 de 175 pages (Garn ier, édit eur. ) Prix : 8 francs. Com me nt s’ha bil ler , par Pierre de T rÉVIÈRES. Un volume 12 Xl 9 de 170 pages. (Garn ier, édite ur.) Prix : 8 francs. Il existe de nombreuses maîtresses de maison, en particulie r parmi les jeunes mariées, qui se trouvent parfois très embarrassées pour un petit détail dans l’organisation de le ur réception. Depuis la guerre, les cou tumes se sont énormément modifiées. Il fallait donc de nouveaux livres. P. de T révières vient nous en offrir un. Il considère les différents cas depuis les grands dîners jusqu’aux déjeuners sur l’herbe en passant par les cocktails. Les devoirs et la tenue des invités y sont également étudiés. Et l’auteur finit gaiement en nous apprenant comment renvoyer ses invités. Cet ouvrage est utilement complété par un second : Comment s'habiller. D’utilité moins durable que le précédent, il nous offre cependan t de pré­ cieux renseignements sur la tenue à observer pour les mariages et sorties diverses, en vacances et pendant la période de deuil.

Vad e*m ecum du co mm erç an t et du co mp ta bl e. Un volume 19x 14 cartonné, de 448 pages. (Les Publica tions pratiques, édite ur.) Prix : 30 francs. Le Vade-Mecum du commerçant et du comptable est un ouvrage intéressant à consulter par le chef d’entreprise et le comptable qui y trouve nt traitées les questions d ’actualité au point de vue : fiscal, comptable et celles concer­ nant l’agriculture. Il les met au courant d’une façon claire, rapide et simple sur tous les cas particuliers qui surgissent chaque jour. Le Vade-Mecum du commerçant et du comptable est édité par Les Public a­ tions Pratiques, 44-46, rue de Colombes, à Asnières (Seine).

Le № 18 de « Art s et Mé tier s Gra phi que s ». Avec le № 18 qui vient de paraître, la belle revue Arts et Métiers Gra­ phiques termine sa troisième année : l’on peut vraiment dire qu’elle meurt en beauté ; ce dern ier numéro dépasse tous les autres par sa richesse et son intérêt ; en effet, il ne compte pas moins de onze hors-texte dont une lit ho­ graphie originale d’Alexey Brodovitch et une eau-forte originale, elle aussi, d’Edy Legrand. Un article de tête de Régis Gighouc évoque la curieuse figure de CharlesLouis Philippe, illustré de belles eaux-fortes que Dunoyer de Segonzac a gravées pour Bubu de Montparnasse. Un petit essai sur les cartonnages romantiques de M. Herschel fait re­ vivre le charme un peu dés uet de ces reliures qui, avant de nous enchante r, firent la joie de nos grands parents. M. Zuber, poursuivant la série de ses articles si documentés sur les pr o­ cédés de reproduction graphique, étudie la lithographie et les procédés qui en sont issus.

AO UT 1930 iiiiilllliiliiiiiiilliililliiliiliiiiiiiiiuiiiiillillliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiliiiiiiiiliiiiiliiiuiiiiiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiniiiiiihiiiiiiiiiiii 58 7


P A P Y R U S

llllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll

M.-J. WOL F! Notre Grainoir s e fait en 4 Formats 12, Rue de la Voûte, PARIS (12°) S ■

Matériel d’imprimerie et de Photogravure ■

Philippe Soupault nous parle <fAlexey Brodovitch, « artiste sincère, pro­ fond, a uthentiqu e ». On trouve ensuite la fin de l’article très éru dit de Jean Gallotti su r quelques formes d’écritures anciennes dont nous avons déjà eu un aperçu dans le № 9. Charles Vildrac écrit une intéressante monographie d’Edy Le Grand, abondammen t illustrée de dessins et particuliè rement d’eaux-fortes pour le Cantique des Cantiques. Comme de coutume, l’Œil du Bibliophile nous guide parmi les derniers livres de luxe avec son éclectisme et sa sûreté de goût habituels. Pour terminer, les actualités graphiques qui nous arrivent en abondance et très régulièrement maintenant, nous prése ntent les dernières créations des grands éditeurs publicitaires.

N îm es , Ar les , Or an ge, par Roger P eyre. Un volume 19 x2 6 de 1/0 pages. (jLaurens, édite ur.) Prix broché : 18 francs ; relié : 28 francs. Dans la collection « Les Villes d’Art célèbres » vient de p araître une cin­ quième éditio n de l ’ouvrage de Roger Peyre. C’est dire quel succès remp orta jusq u’à mainten ant cet ouvrage. L’auteur nous guide à tr avers ces villes au glorieux passé, et qui font de ce coin du Sud- Est de la France comme une Grèce et une Italie. Au seul nom des trois villes étudiées nous voyons surgir à nos yeux ces merveilles que sont la Maison Carré e, le p ont du Gard à Nîmes, l ’amphithéâtre d ’Arles et les Alyscamps, le théâtr e d’Orange. Et ce sera une vraie joie pour les amateurs d’art ou les to uristes, que d e suivre l’auteur parmi tous ces m onu­ ments célèbres dont la plup art sont représentés parmi les 93 illustrations de cet ouvrage.

Fo rum s et Ba si liq ue s, par Martial D oüEL. Un volume 14 x2 3 de 220 pages. (Edité par la Société d’Editions géo­ graph iques mariti mes et coloniales.) Prix : 22 francs. A l’époque du centenair e de la conquête de l’Algérie, le moment était bien choisi pour nous faire visiter l’Algérie romaine. Nous y trouverons encore plus d’intérêt. Nous connaissons tous de nom les merveilles de l’Algérie et avons tous rêvé bien souvent de les admirer. Le livre de Martial Doüel nous familia­ risera avec elles, tant par son texte clair et précis, que par ses nombreuses photograp hies. Mais cet ouvrage veut être aussi un guide pour ceux qui visitent les monum ents et les aider à en mieux comprendre la beauté. Il est consacré à Timg ad, Djemila, Tipasa de Numidie, Khemissa, Madaure, Cherchell et Tipas a de Maurita nie, chaque ville comprenant une partie historiqu e et une partie descriptive.

La vie de Va uv ena rgu es, par Pierre R ichard. Un volume 12 x1 9 de 250 pages. (Edit ions de la Nouvelle Revue française.) Prix : 15 francs.

La vie de Vauvenargues fut très brève ; au moment de sa mort, il n avait pas encore trente -deux ans. Et les documents biographiques qui sont en notre disposition ne sont pas très nombreux. Néanmoins, en relisant 1 œuvre de Vauvenargues, M. Richard a su t rouver une ab ondante matière pou r son sujet. D’ailleurs, son but n’est pas tellement de nous raconter la suite des événements, mais bien plutô t de nous faire connaître 1histoire de son âme et de sa pensée. Dans sa préface, l’auteur nous montre tout le bien que Vauvenargues lui a fait et ce livre a été écrit pour nous faire mieux con­ naître ce grand homme, apprend re à l’admirer et surtou t à l’imiter.

Guid e Mar chai du To ur ism e et de la Bon ne chè re. Un volume 13, 5x1 9 de 203 pages. (Editi ons Step, Paris.) Prix : 20 francs.

Ce guide réalisé sous les auspices et le contrôle de la Société des Projec­ teurs Marchai observe une impartialité absolue et une scrupuleuse exacti­ tude : aucun restaurant ou hôtel cité ne l ’est à titre de publicité. Grâce à la collaboration de MM. de Pawlowski, Curnonsky et de gourmets réputés, de précieux renseignements ont été réun is. La classification des restaurants comprend la qualité des repas et leur prix. To ut d’abord sont les hôtels de la région parisienne, des «bons soirs d’été », situés dans un rayon de 50 kilomètres, puis ceux des « Week-End » à une distance de 100 à 150 kilo­ mètres ; ensuite viennent les Week-End des grandes villes de France, et, enfin, les grands itinéraires. Sont également mentionnés les électriciens de l’automobile qui ne figurent sur aucun guide actuel et sont souvent fort difficiles à trouver.

« L’or ganis ati on sci en tif iqu e au ser vic e du cont en* tie ux », par R. S atet, licencié en droi t. Une broch ure 20,5 Xl3 ,5 de 8 pages. (Ed iteu r : Comité Nation al de l’Organisat ion Françai se.) Prix : 4 francs. M. R. Satet vient de publier un article sur un second exemple d’appli­ cation de l ’organisation scientifique au service du contentieux. Cet exemple donne, toujours sous forme d’un tableau de marche des op érations, la série de celles qu ’il est nécessaire d’effectuer pour réunir une Assemblée géné­ rale ordinaire de Société Anonyme. Ce travail complète celui qui a déjà été publié sous la même forme au sujet de la constitutio n d’une Société Anonyme, et dé montre, à l’encontre d ’une opinion malheureusement encore trop répandue , que les méthodes d’organisation scientifique peuvent s ap­ pliquer p arfaitem ent à des t ravaux qui, jusq u’à présent, ne pa raissaient pas pouvoir être soumis à des règles scientifiquemen t établies.

Am ou r nu pt ia l, pa r Ja cq ue s de LACRETELLE. U n volum e 19 x1 2 de la Nouvell e Revue Française . Prix : 15 francs. Avec ce nouveau roman, M. de Lacretelle se classe parmi les maîtres de la littéra ture contemporain e. Jamais encore il n’avait poussé aussi loin l’esprit d’analyse. Cette étude de psychologie conjugale, qui suppose un sens aigu de la vie, contien t développées les qualités que 1on apercevait déjà dans Silbermann. C’est une œuvre excellente et qui suscitera chez le lecteur de profonds sujets de réflexion.

La seu le is su e, par Lucie n L ehman. Un volume 12 x1 9 de 300 pages. (Maison neuve, édi teu r.) Prix : 15 francs. Depuis dix ans, la quest ion de la paix d u monde est à l’ordre du jo ur des gouvernements et des peuples. Et si l’on s ’en tenai t aux discours prononcés et aux articles écrits, il semble rait en vérité, que la paix se trouve désormais établie sur d’inébranlables bases, aucun homme d’Etat n ouv rant plus la bouche que pour en proclamer la nécessité et les bienfaits. Pourtan t, si nous en croyons M. Lucien Lehm an, ce n ’est pas tout à fait aussi simple que cela p araît. Ce que disent les gouverna nts est une chose et ce q u’ils font en est une autre. Lente ment, mais sûreme nt, ils nous en­ traînent, selon lui, vers les funestes erreurs du passé, qui produ iront, si l’on n’y prend garde, des résultats plus désastreux que ceux que nous avons connus. M. Lucien Lehman ne se contente pas, toutefois, de critiquer et de se lamenter sur le malheur des temps ; il suggère une solution, une solution hardie, certes, mais une solution. Elle sera du goût des uns, déplaira à d’au­ tres, mais tous devront admettr e que La seule issue est u n beau livre, vigou­ reux, solidement documenté et passionn ant à lire.

Fez ou les Bo ur geo is de l ’Isla m , par Jérôm e et Jean T haraud. Un volume 13 x2 0, de 296 pages. (Plon, édi­ teur.) Prix : 15 francs. La librairie Plon vient d’ouvrir une nouvelle collection : Choses vues, le spectacle du monde et de l'homme. Le premie r volume est un ouvrage des Thar aud sur Fez, qui continue la série de leurs publications sur l’Afrique du Nord, et en particulier sur Rabat et M arrakech. Les coutumes arabes nous étonne nt toujours un peu car la mentalité des occidentaux est très éloignée de celle des orientaux. Aussi nous sommes toujours attirés vers les livres qui nous appor tent des détails nouveaux. C’est un plaisir pour le l ecteur que de pénétrer à la suite de l’auteur dans les milieux bourgeois de Fez, où nous trouvons de nombreux rites et pré­ jugés. Un chapitre sur la réussite d’un mariage difficile vient apporter la note gaie. Enfin, pour terminer, un Algérien venu à Fez après avoir été institu teur en Kabylie, nous raconte ses aventures et nous fait ainsi vivre la vie musulmane.

Au to- Ag end a 1930 . Un volume 21 X28 de 560 pages. (Edité par la Libra irie Contempo raine.) Prix : 40 francs. Voici une nouveauté u nique en son genre : un agenda pou r les au tomobi­ listes. Il se compose de d eux parties. Tou t d’abord l’agenda pro prement dit réservant une demi-page chaque jour pour marquer les dépenses et les recettes avec une place spéciale pou r les dépenses inhérentes à la voiture. A la suite, nous trouvons une encyclopédie de tout ce qui touche à 1auto­ mobilisme : historique, pièces d ’identité à posséder, code le la route, assu­ rances, achat et vente d’une voiture d’occasion, étude du moteur, le remède aux pannes, etc., en un mot, tout ce que doit savoir 1automobili ste actuel. Présenté sous une reliure de luxe bleue et or, il t rouvera sa place normale sur le bureau le plus élégant.

iiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii AO UT 1930 588 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiriiiiiiiiiiiiiii


68Ç ............................................................................. ..................................................................... ‘S^UIUdUH J3 XUBU -jn of хпэ1л sap aäß jau as^ p aj jn od ji ji so d si q •u o u iq j j -;a uu og •[ jauiqBQ aj JBd *daj ‘ajjBABjq sa ua ja dB j sap -u y 915 -93 ajq ui aA o^ jq •9Z6*8A9 •jai dßd ap a§B Stnp uaj jn od jiaj ßdd ß ja ap aa oj g '^ ur y pn nS ua uu y ja âuo q 91g bj jBd -d aj ‘09 ja d e j pu s d |n j реэд о aqjp aj ip a) g •(% J3 ||i nf g | -01 Г8£ 9 •sa jpn aj sap ja ijd в эш цэв эд -s au n^ jBd *daj ‘uoij -Bi odj cQ Äja uiq aß^ j jadßdsAva^j p o o ^ aji p aj g *53 P jj m f 91 *S8p-8£9 •sajaijBui в sj ua ui au uo ija aj ja g ‘pjBaig

sajjnB no

uojjbo

ЭЭНЮ.1 J B d - d 3 -1

эр sajj ina j эр uo ijn qi jjs ip

bj

‘РИ sau wjs uuy -sia jpiA эрр j ig

l 9 H!n f II ’£г£ ’8£9

•jai dßd эр sap ußq saj juamajBSjaAsuBjj ja js d^ s jn od эи пр вд о -s au aq ja is sy jBd *daj ‘•h 'Ч ' ш a •, э ч Э 5 1° н i’ л э ие ш Ри !А\ ” !p ’ ? is '6Z ’ ЭП!П Г 6 ‘е о г вд э •иосрвцо пр эЗец есри эд в sj up sa p ju au is ie pjd s ja id ed иэ soeg ‘bSuojbsbq JBd da j -p |a ji p jB j/ /- jq a Q aji p a} g 'f ä ui nf q -18 Г8£ 9 •sanSojBUB suoij ßaqd dB jn od ja ja idß d в ajßd jn od sas naj jßq sau iqaß ui хпв sj ua ui au uo ija aj ja g -Änu ig p jo uu ou ng ‘uopu Bjg ? jg bj jß d -da j ‘auj ip j ja jj m f щ -дд^вАЭ •jai dßd np uoij Bau qßj bj jn od jnaAaj aj jn aj jß d an bij - buiojub э§в лэ| в sau iqaß ui хпв sju au ia uu oi ja aj ja g •u ou iq j^ -ja uu og •£ p u ’ ÎT O 9 I J B d *d 9 J ‘ajJPABfQ sa c a p d B j s ap -u y ?j g -g£ aj q o ja q |£ , 29Г8 £9 •anâofBUB ajaijBUi ajjnB no jai dß d ua saam moS sapuBq эр a§Bja auinq p ji ji so d si q * p jg P jua Aa ssß qq JBd ‘d aj “ au j saä Bq aßj Ja jj ag aji p ?j g ja jji nf £ ’Ш Ч Д 9

•uoyudauj p s}dadig — (g ’9l £ ‘’AA (‘рив ша цв aj xa qJ -jaid ßd np uo ijß jßd ajd ap sau iqa ßui sap a tj js n p u ij ээлв sjj odd Bj sas p sja not sap au js np ui q Y6Z ‘O ^ 'O Z ‘*Л\ (’рив шэ цв a jx a jJ -saju ßijd saj ioq sap uoijß auqB j Bq ’£6 ‘0£-£"0Z ‘ f ’d CU 9 !S p au iq q B { jn s sn ôj ad y ‘° ^ l -3AJOU a jx a jJ ’sioui qa jai dß d np uoij ßau qBj < z X /

bj

d ’d (‘рив шэ цв aj xa qJ ’эцэвш jai dß d ua saja ijjß p ^цэвщ ja id Bj V

t

’I 6* 0£ -£

9 ‘О (’рчв шэ цв a jx a jJ -sa jja nb ij? sap aa ai d- aj jo du ia j в a äßd noa ap aq

0£61 IflO V

’8££ ‘0£- £"0£ *’Z ('P U G m 9 n B 9 1X 9 JL) •sa nb iqd ejä saui ipBu i sap ju au ia dm b^ j jn od sa n b ij p a p sjn aj ou i sap uo ip si pj n ja s ^ u d o j g

< z X > £ l ; 0£-£'£I ‘d ‘d (’рив шэ цв a jx a jJ ’ajaij ad ed a ij js n p u jj sußp sa nb uj aa p su ib jj ^ •5Э/ОДГ

_

Sdpnq — Sdjoiyy _ (y

• a S u j j n e q j ^ э З в д г е р д ‘э э ъ ц о ш э э д о j ‘u o p o n j ^ s u o Q -g •( aq ny ) auiABg-ajuiBg 4ïu 9Ulv O 9 n U 9 A ü *L ‘?4 9 UBpa q sa jjs iâ aj ap aj nj aß jn uß pj Bj jß d ‘(ç ç l 7 ^u) sa Âo j^ ap -q a p пв 0£~fr-£l aj a ?so d ? p ‘jo ja a jj o q пв sa pc pp pu i ajn jS aj ap saj au a sap jau Sis ap -d -p j ’6S8’89T •v ° à ,S E 3 ‘S0£ ‘lu o iu p g '1Д1 JBd ‘(£80'0fr u 3 U - " ’ N ‘13 3 J 1S ‘W o ) P S B I ЭР Э Э Р ’± n B 0 £ "t * ll 9 I 9 9s o d ?P ‘ajij aa в sa jau a sap jau âi s^ p *d ’X0K £9l •sij Bj ‘uaijsBc pg-ju iBg aäßssBd 7 l ‘P« n i Bd -U V ?’S B 1 J B d ‘(96 97 92 о“) эи юд в( эр э эр пв э[ a?s od? p ‘sapi nb ij sau iui oâ ja saq oa sap jau Sis ap *d *668 ’Z9T •(aui ag) auua jBA Bq ‘пвэсц ивц эод эпи элв ‘Q9 *эг) ja эвр-iQ ?j g Bj jßd ‘(jzZ9’99Z ou ) 9 U Î9 S Э Э Р ' 1 n B Ö£"2'S Э 1 9 ?s °d ?p ‘ 5ЭЦ ОЭ вэр j3u Sis ?p -d -до '9 0 0 9 1 ЭР

чгэц р о щ

]Э n n b i n y j

( J

•sajjoa эр uoijBaijcjBj эр ^p ^a ojg •jaija Q ja sa so j^ ‘xioAßq jß d -da j ‘aBjn q *53 ajcjuiaAO^j 9 - 9 £ ^ 8 9

•иоуиэаиц) $}эаэлд (g f *Z

(‘Ри в Ш 9 Нв

9 *X 9 ± )

'iZl ‘0£~£-8l *S 3 J I 0 U sa ja ua sap ju au ia pu aj aj jn s ju au ia Sn f

‘0£~£~01 ‘*3 *d *S 9 IW ^? A aiSojois Xqd ap ja aiuiojBUB p na d un aj qy Bq 'ÇOZ *Q£'Z'ÇZ *’3 ’d ' J 9 ld B d V 3 ^ d J n o d S 9 U HBLU sanSjB sap ajj au jsn pu i uoijB jiojd xa j ja ajj oa aj Bq : anbsaj uBSiS jaf oj d u q ’Я £££ ’Jai dßd np uo ijß aij qß j ßj sußp uop iui ß q

‘d (’SI B lâ u B

9 î X 9 JL)

•i9£ ‘6Z-Zl ‘‘9 ‘d *IM ’s !°4

•s a n b ra n q o s v n p o jd ;э ЗЭЦОЭ^ШД ЭА ‘в э д э и э ‘S9 )U1U OJO3 8ЭДЭ1)ВШ *ДЭ1<1в j п р s o u i s n p u j say s u e p s a a s i j p n з э д э и п э д й в э д э р в р у - j

‘( э З в д ш о б в } i a s a o p c x n j o j s a e j ) ‘п о р ~ B 3 u q e j ) s a j a p a d ü d s a p i s n p u j j a ‘u o i j e j ‘j a i d e j •£

•sdjopj — sdpnjj — юрпуу — (y

•ÇZÇ ‘0 ^ 1 3 1 V *Я Ср ивш ацв a jx a jJ ‘эрв д в jai dß d np uoij ßau qBj bj ap ajio jsij q ' 7£ fr ‘0£-£~Z ‘ d ‘51 (•р ивш эцв aj xa qJ saSßjjBquia ja saju ßijd saj ioq sap uoij Bau qßj Bq ’6ZI *0£'k **d ‘I "sj na un oS a xnBa jnoj sap aj ij ij n j ap p io jd ui aj a q ч б С о гС -а (•р ивш эрв aj xa qJ *q *}j *y auiajsÄs aj sa jd ß p jai dß d np jua uia jiB j; oq

*a

•sdjofij — sdpnjTj — sdjojpiy — (y

-ip nQ

spu Dp ps inz q

in f

np ju ßjj ßd ua jaidB d в ajßd Bj ap uoijB auqB j ap sa pa ao jd хпв элп ои sa q ’09 Z ‘0£~£ -H “ d ’Я (•рив шэцв aj xa qJ ‘anoqajn oBa ua san biq dB jâ sajaij Bui sap jua uia jiB jj a q ■£2 ‘0£ -£ -J 3| ‘ч ’I ' I -ao uB jj эр sin d sap sioq aj ээлв jBuj nof- jaidB d np ja эпЬ шв ээш ajß d Bj a p uoijB auqB j Bq

•addoj pun idi dD j — •JDU -m ot эр ш} 13(Jd4 i/s ij uq ir ip j/Ц id dD j — 'dUdJdCjDJ D-j — ■}5 ип^ члэ ^ pun ip n g p s/ fQ _ •эЗр>д a uapd og dj эр тэ)1иорц — ■ooi/p jSijo j o p m n jq j g — •( fu nj pz -иэ то иэр к)j -n-u3SDu uojinyj —

pu n f f o p w z — - J ’Z •id ipn ip if u ip s jw z — *2

•saaan^ — ’ß *S •d uz vii icl uij f эр dssin ç эп аэ ^ — •§ ■иэроито[ •§ип)1э^-лэ1с1п^ — *Z ‘d

’J - J ^ S p z u y - p i z i p n i q s ip su njy j--- *y -didlf dcjnj 3Jijs npuj q — *d *1 -до -g 'dld ipd DJ 3ll jsn pu pj эр UOlJDUJlOfujq— ’d ’I *1 *3 ’J ‘SDDlfVir) S3J iy SV} эр Dpa oq D J-- *y а о •ja2 /anjq Jai/ asjn aq _ ’Я ' d ’W 'd ia pj np i d ji in o j — *q -Q sa /o jj sap d iw jn o ii j — •j - q - q pu v 4 W Q 9 V2 — *Э *Я

-Q*Q

-j -до *d ‘Я

•J 9 /4 u d

•ЭЭивАВ р 83^ja»J UOU бэрившэр ХПВ »}1П1 вОПЭП« э ииор BJ36 эи 1] ’ээивлв р ВЭЩВЛн<1 )UOS S3 n A 3H "H 3J -N l.1 Э Р 8 3 îd O J в э 1 » in o g ’JJ “ 2 + 21 “ (I x 2) + (2 x 9) • BJ3 IV°3 ‘(эиосрвэ eaidoa P | bujBuo j) eajiBjduwxa £ ua ‘sibôubjj us гаиЛЦ 00£ ap ajdoa sun : ajduiaxa jb j *aj]B|duiaxa JBd *jj | ap axg iuaiu? |ddne ‘(auoqjeo JaidBd пв eatdoa p p | bul8ijo j) bu p эр ээиэдд пэиоэ в пЬвп! aJiD)uauia]ddne ajiBjdiuaxa jbj [Bupjjo l pj j g шпшш1ш) *jj 21 : eauaij QOI 8 3 I : »эд^аивдэ sanSuaq 3j}B|dtuaxa un Jn oj ( (u j g шпин шш) *jj g : вэиац 0 0 1 bbj : asiBâuBjj эпЯивд : вэ)ивлшв euoijip uoo хпв варрдв р вар и эр вэ ро э eaj j iuj no j эр pu ija d впои ээьмэв 3Q *anbiqdBjao|ApBp aidoa эр papade aaiAjas un aaja виолв mo u ‘S 3f lA 3d ИЯ J- N îtf ®P Ч иэш пэор ja sanbip oij^d saj ja jp eu oo xneajnq sou иэ циал juaAnad au inb e^uB pp sjn apa j sap saenaj^ui ou sn|d ua snjd эр бэрившэр хпв ajp uoda j эр jnq э| bubq

•п ош anb vqa виодаээ х m on anb tajaipuo iu suopBoijqnd 002 эр enjd эр рэш эвв вр э, ‘иорэ эрв vj *»p np j ‘juauua[|inodap 3j ‘uopdas ^j в| ajuas ?jdaj ио рв рэ ш пэ ор e j p g

в aj nj ar aj aj ир эи зв д aj jn o i ‘gg sa jn aq gj и sa jn aq эр ja sa jn aq ц в qE *4 8 ®P 8 иэ л п о juo s xn ea jn q fo ^ *«noseap~ia saji a tju ar an ao p ja ia nb ip ou ?d saj aaejd jn s jaj jns uo a дшэ л juaAnad ejna jaaj sojq

•»aj naq

sanAa^j-jaïui

■ ■ SflOA ■ ■ z3 ±N 3w ri 3o a

■ ■ SflOA ■ ■ Z3N0I3S N3H

BjnABJSojoqj эр ja эиэш ийш ^р р и эр до S

«n s i a v d - ,

SfldÀdV d

-

jj 4(дэрцв|1В]Д[ bj ,nas ‘J3ijpiA ДПОj

h

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHI IIIIIIIIIIIIIII IIIIIIllIllllll llllllllllllll lllllIinililll llllllllllilll lllllllllllllll llllllllllllll llllllll


PAPYRUS

llllllllllllll lllllllllllllll lllllNIIIIllllll llllllllllllllllllllllllll llllllllllllllllllllllllll lllllNIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIl

67 8.7 77 . 19 Juillet 29. Sté dite Thomson National Press Cy, rep. par la

Sté Brandon, Simonnot et Rinuy. Mécanisme de débrayage pour presses à découper et à plisser le papier et les matières analogues. 67 8.9 24 . 14 Novembre 28. Fisch. Nouveaux dispositifs de fonds de sacs en papier à plusieurs couches à grande contenance. 6 7 8 .6 6 5 . 18 Ju illet 29. Koch (L.-B.), r ep. par Blondel. Perfectionnements dans la fabrication des bouteilles en papier. 67 9.0 23 . 23 Novembre 28. Sté Manufacture de Machines Modernes. Appareil effectuant automatiq uement le pliage en paravent d’une ou plu­ sieurs bandes continues de papier. 679 .17 2. 18 Juillet 29. Coty (A.-C.), Coty (T.-E .), rep. par la Sté de Carsalade et Regimbeau. Procédé et machine p our le fond des sacs en papier. 67 9.3 10 . 26 Juillet 29. Ford, rep. par Bert. Perfectionnements apportés dans la fabrication des boîtes d’emballage en carton ou autres produits similaires. 67 9.4 74 . 29 Juillet 29. Haller, rep. par Maulvault. Machine à couper du papier. 67 9.6 07 . 31 Juillet 29. Sté dite I. G. Farbe nindus trie A. G., rep. par Chassevent et Brot. Procédé pou r assembler des surfaces de bois ou de papier avec des surfaces de bois, de papier ou de métal. 67 9.6 63 . 1e r Août 29. Sté dite Th e American Pa per Bottle Cy, rep. p ar Maulvault. Perfectionn ements aux bouteilles à lait en papier ou récipients analogues, ainsi qu ’au procédé et à l’installation servant à les remplir, fermer et cacheter. 68 0.3 37 . 14 Août 29. Milne, rep. par la Sté Brandon, Si monnot et Rinuy. Perfection nements aux machines à papier du type Fourdini er. 68 0. 37 1. 16 Août 29. Sommer, r ep. par Boettcher Fils. Procédé de fabri­ cation de carton bitumineu x. 68 0. 27 0. 13 Août 29. Burdick, rep. par Maulvault. Machine à plier du papier. 68 0. 34 4. 14 Août 29. Issleiber, rep. par Armengaud Jeune. Procédé et dispositif de fabricat ion de soucoupes pour verres à bière et autres. 68 0. 38 7. 16 Août 29. Sté dite Cornell Multi Wall Valve Bag Cy, rep. par la Sté de Carsalade et Regimbeau. Perfectionnement s relatifs aux sacs en papier. 68 0. 41 1. 17 Août 29. Sté dite Universelle Cigarettenmaschinen Fabrik J. C. Muller et Cie, rep. par la Sté de Carsalade et Regimbeau. Procédé et dispositif pour la fabrication d’éléments de boîte à collerette rapportée. 36 .2 13 -6 53 .1 25 . 12 Décemb re 28. Charriaud, rep. par Casalonga. premier certif. d’add. au brevet pris le 20 Avril 28, pour sacs en papier à grande contenance. C ) — M a rq u es et M od èl es . 16 0.7 25 . M. p. désigner tous papiers adhésifs, déposée le 7-4-30, au T. de C. de la Se ine (n° 266.743), p ar M. Villemer (René), 98, avenue de la Républiqu e, Auverbilliers (Seine). 16 0.7 56 . M. p. désigner toutes sortes de papiers et cartons, déposée le 10-2-30 au T. de C. de la Seine (n° 266.799), par la Société des Papeteries Aubry, 71, boulevard Victor-H ugo, Clichy-la-Garenne (Seine). 16 1.1 89 . M. p. désigner des papiers, déposée le 18-2-30 au T. de C. de la Seine (n° 39.922), par Fab riques de Papiers de La ndqua rt (Société an.), Land quart (Suisse). 16 1.4 27 . M. p. désigner des papiers d’emballage, produits divers non spécifiés dans les au tres classes, déposée le 27-2-30 au T. de C. de la Seine (n° 267.163), par la Centrale des Usines à Papiers (Société an.), 6, avenue de l’Opéra, à Paris. 162 .44 9 à 16 2. 45 1. M. p. désigner des papiers à cigarettes, déposées le 19-3-30 au T. de C. de Nantes (n08 6.743 à 6.745), par la Société Nouvelle des Papeteries de Champagne, 4, avenue de Launay, à Nantes. 162 .63 5 à 16 2.6 36 . M. p. désigner des papiers d’emballage de toutes sortes, déposée le 28-3-30 au T. de C. de la Seine (n° 267.664 et 267.665), par M. Lamoine, 27, rue des Bluets, Paris. 16 3.0 04 . M. p. désigner un papier grossier p our recouvrir le sol autour ou au-dessus des semis pour protéger ceux-ci contre la sécheresse et les mauvaises herbes, déposée le 1e r -4-30 au T. de C. de la Seine (n° 40.042), par la Société International Paper Co, 100, East 42nd. Street, New-York (Etats-Unis).

4. Typographie. A ) — A r ti c le s — É tu de s — N o te s.

L atelier des machines d ’une imprimerie. (Texte anglais.) B . C ., 10-4-30, 346. Causerie sur les capitales. C. D . P ., 5-30, 105. La composition mécanique automa tique. ( Texte espagnol.) G. A ., 1e r -30, 19. La composition typo graphique en Espagne et à l’Etranger. (Texte espa­ gnol.) G. A ., 1-30, 21. Le rendement des machines à composer. (Texte espagnol.) G. A ., 3-30, 20. Comment juger une machine à imprimer ? (Texte espagnol.) G. A ., 3-30, 23.

Cylindres gélatine ou cylindre caoutchouc pour l’impression des jou r­ naux. (Texte allemand.) K. A ., 9-5-30, 769. L’impression rotative des journaux sans stéréotypie. (Texte espagnol.) M. P ., 12-29, 346. Les ruptures dans les minerves. (Texte espagnol.) M. P ., 3-30, 68. Le calendrier et sa charge historique. Problème typographique. (Texte allemand.) O. B ., 2-30, 53. Impression des étiquettes sur presses rapides. (Texte allemand.) O. B ., 3-30, 88. Impositions spéciales. R. S ., 2-30, 58. Typogr aphie et Publicité. S. U ., 2-30, 1416. Nouveaux essais pour l’accélération du séchage des impressions fraîches. (Texte allemand.) Z.,' 11-3-30, 204. Hauteu rs inégales des caractères dans la composition mécanique. (Texte allemand.) Z ., 11-4-30, ,292. Travaux spéciaux de l’imprimeur en travaux de ville. (Texte allemand.) Z ., 16-5-30, 376. B ) — B re ve ts d 'i n ve n ti o n 67 7.7 33 . 2 Juillet 29. Cline, rep. par Maulvault. Mécanisme de com­ mande pour presses d’imprimerie. 67 7.8 23 . 3 Juillet 29. Sté dite Maschinenfabrik Augsburg A. G., rep. par Armengaud Jeune. Système de griffe pour machines à imprime r. 67 7.9 11 . 5 Juillet 29. Mme Gerlach, rep. par la Sté Harlé et Bruneton. Perfectionnements aux instrume nts de nettoyage des caractères. 67 8.0 73 . 9 Juillet 29. Sté dite The Carbor undum Cy, rep. par le Cabi­ net J. Bonnet -Thirion. Procédé d’impression recto-verso sur p apier et a utres matières. 67 8.4 03 . 13 Juillet 29. Morris, rep. par la Sté Brandon, S imonnot et Rinuy. Perfectionnements aux procédés d i mprimerie. 35 .9 81 /6 36 .7 89 . 29 Septembre 28. Schwimmer, Paweck, rep. par Elluin. Premier certificat d’add. au brevet pris le 28 Juin 27, p our procédé pour la fabrication de clichés. 67 9.9 02 . 5 Août 29. Spiess,. rep. par Boettcher Fils. Machine d’impri­ merie à cylindre de retenue. 68 0.5 55 . 13 Décembre 28. Jeannin et Bouillon, rep. par Monteilhe t. Procédé d’impression. 68 0.9 76 . 29 Août 29. Macomie, rep. par la Sté Brandon , Simonno t et Rinuy. Appareils pour le coulage de caractères d’imprimerie et pour la lecture des épreuves. 68 1.4 18 . 6 Septemb re 29. Sté an. dite Ets. Mull er-Fro ssard , rep. par Bert. Procédé d’impression et clichés po ur la mise en œuvre de ce procédé . 68 1.5 68 . 10 Septem bre 29. Sté dite Vogtlandische Maschinen fabrik (Vorm et Drietrich), rep. par le Cabine t J. Bonn et-Th irion. Montage des rouleaux de papier destinés aux machines d’impression rotatives. 68 1.5 79 . 10 Septemb re 29. Stromb erg, Widlung, rep. par la S té Harlé et Bruneton. Procédé et dispositif d’avancement de feuilles pour les appa­ reils introdu cteurs de feuilles des presses d’imprime rie et des plieuses. 68 2.1 93 . 23 Septemb re 29. Holgate, rep. par Lavoix, Mosès et Gehet. Machine à imprimer. 68 2.2 39 . 24 S eptembre 29. Sté dite Selectrograph Cy, rep. par la Sté. Brandon, Simonnot et Rinuy. Appareil à imprim er à commande manuelle. 68 2.2 80 . 25 Septembr e 29. Sté dite Typog raph G. m. b. H., rep. par Bouju. Machine à composer et à fondre les lignes pourvue de matrices guidées par fils métalliques. 68 2.2 93 . 25 Sept embre 29. Sté d ite Adresso graph Cy, rep. par le C abinet J. Bonnet -Thirion. Perfectionne ments aux dispositifs d’impression. C ) — M a rq u es et M o d èl es . 16 3.2 52 . M. p. désigner des clichés d’impression, déposée le 8-4-30 au T. de C. de la Seine (n° 267.818), par M. Serre, 10-12, rue des Con­ court, Paris. /

5. Lithographie, Roto-Cal co ou Off*set et P rocédé! divers d’impre ssion . A ) — A r ti c le s — É tu de s — N o te s.

L’impression en creux sur plaques de cuivre. C. L. , 5-30, 397. Considérations sur la production moderne des estampes par 1impression offset. (Texte allemand.) O. B ., 2-30, 55. Les retouches en héliogravure. (Texte allemand.) O. B ., 3-30, 98. B ) B r e v e ts

d'i n ve n ti o n .

68 3.3 38 . 15 Octobre 29. Sté dite Masa G. m. b. H. zur Herstellung Künstlicher Oberflächen, rep. par la Sté Brandon, Simonnot et Rinuy. Procédé pour imprimer des dessins sur des papiers de revêtement, papiers peints, papiers-tentures, etc. 68 3.2 21 . 12 Octobre 29. Sté dite Maschinenfabrik Augsburg Nürnbe rg, rep. par Armengaud Jeune. Dispositif destiné à interrom pre et à rétablir l’impression. 68 3.2 96 . 15 Octobre 29. Sté Manufacture de Machines Modernes, rep. par Girodit. Perfectionnements aux machines à imprimer en creux.

590 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii(iiiiiiiiiiiii!iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiillllliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiilll A O U T 1930


165 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiuiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiniiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 0£61 If lO V 'S ZI ‘0£'£'V " Z ( Р и в ш -ajjB 9 l X 9 j J -sjn ajn oa эд вп Ь p sioj ; ua uo iss aj du n j jn od ^ij icp idu iO Q •об ‘о г г - t (’Ри в ш э Цв

9 4X9 j J

£ хпэ4поа suioui aä ßd mv pa j aj pu aj 4uauiu io0 *488 ‘0£V ZZ ‘ V ‘X

(•puBUiajjB a jx a jJ 'эи ир вш bj в uo qis od uio a bj suBp a4ijiqB4duioa bj a q

l££ ‘Q£~ç~£

’V

(*ри в ш э Нв

9 4X 9 JL)

uo

P!P9 .P ^9 auauiuduii^p

asu da j4u a au n sup p хпвдэиэЗ sïbjj sap uo qq jB d^ j bj эр au ia jq oj d a q £19 *0£-fr-8 *'V X Ср и в ш э Ив ” х э 1 ) '6361 иэ anbi qdBj S эи р п р ш J jn od au SB ui aj jy j эр дп эи ^х э ЭЭДЭШШОЭ Э-J

•ю /о д- — к> рп ;д _

&рцлу — (у

*<ээшдп88у ‘o si j ‘sau eno g ‘ээлэш шо э ‘a»TjiqBiduw3 ‘щэтлэд »p x u j '£J ’SUBJ ‘ÄJOUBq эр эти ‘0 j ‘ajBia jau iui oq uo qv siu Bg jQ j эр ajBoipuÄg ajq ui Bq q B J J^ d ‘(Ç^0’89Z V £ИУ893 so“ ) 3 “ » S BI Э Р '□ 9 P JL n B O£-V-Z 1 Э 1S33sod? p ‘эидэрош n B3jnq пр 4uauia ddojaA ap пв ;э uoqB siUB 3joj в saAqBjaj suo ipqs ajiu Bui S3;no} ‘suoq -Bai jqnd ‘suo qip a ‘s^u iu du n sno} jau Sis ap *d -до *9£9’£9X V ^89*891 • s s p p o p j }э s m b w j f t

( j

•Çjg *0£"£"9 1 ‘‘V *N СРи в ш э Ив 9 *x 9 j J ‘эиэ цэ тр a u n p uoqBSiuBSjo q ‘0£ - Й 1 ‘*V *N (’рив шэ цв a jx a jJ *3idÂ4O3j3;s э р s ja ip p saj suBp jibabjq np uoqBsiuBSjQ

*^ рд / —

я> рч*у

( y

•[ tb ab j ; np aoi ies mn âxo ‘puuoiss aj -cud 49 эпЫшрэг luamauSpsu^j ‘aSBSspudjddy *jf •(ui qg- qnB jq) JB tu pg B J9« 3 N *g gcp qg saj JBd ‘(6 Q p o u) au ia g bj эр эр ’JL пв O£-J7-Çl 3j aas oda p ‘sjna4B jojja d sap ;э sjnassBja sap 4u au iaj aqn aqj Bd 43 nBa jnq эр sajaq jB sap jau Sis ap -d -j^ j ’£28*891 •(э;иэ1ВЦ0) au ia jn oS uy ‘pnBj jBf -pj Bu oaq эти ‘£ ‘pa qno f -a ip oj B q Э,Э1ЭО5 в[ JBd ‘(Ç^O'Z ? £ZO'Z so“ ) э ш э р о З и у р J эр -j_ пв 0£-£-frZ Э[ a js od ap ‘эиэД Ов й эр гэ рц дв sap jau âi sa p d -jy -p8Z' £91 ? Z 8Z'£ 9I •SIJBJ эр эти ‘£ ■j sq nz -p j J«d *(Ш '89Z V ZZI'8 9Z so“) 3 “ !3 s BI Э Р '□ ЭР '1 n B 0 £ t '6 l a l saa sod ap ‘au a p d e d эр sa p p je sn oj jau Sis ap d -jy '£0Д*£9Х « Z 0Z'£ 9I •su Bj ‘jaS ny эти ‘£i ‘aua qa nq -jqBjg sap 94? po S bj jBd ‘(860 ’89Z ou) 3UiaS Bt эр 0 эр *± пв Q ^ - g l 9 l a aso d ? p ‘s^u iu du ii ‘sa jn ij aj ‘au ap dB d эр s^m poj d sno j jau Sis ap -d *989*891 **(ajasj) s ja jq y хпв ‘(эр ш д) uo qa uB jq -до je d ‘(£б£ и) aj qo ua jg эр о *Э Э Р 4L п в 0 £ V 8 9 l 9 ?s o d ?P ‘xnBaauid sap jau Sis ap -d *Z,£ÿ*89l •(aj asj) иод юд в ‘UBZouag s jn o g ‘g£ ‘[ол эу -p\j JBd ‘(^0 9' L ou ) a p p u a jQ эр -g эр -j , пв 0£-£~ J £3 j aa sod ap ‘auiB jaa jap sajaq jB ‘saja ua ‘xn sa jn qap sajaq jB ‘3UiBjqij ‘aua pd B d ‘suojjbo 43 sj ai ds d ‘sau iu du ii sn o; jau Sis ap -d -pq *805*291 •s aj pu oq ‘XbmsSui ^ j ‘g£ ‘asno jg su aa nj ) ‘"p rj u o p uu ap j э р р о д b| jBd ‘(Z66’6£ Ou ) 9 U I 9 S B I 9 p *э Э Р JL n ç 0£'£~ W 9 I 3 ?s o d ?p ‘sa jn ip j sap ‘jam -u d m i в ‘эди ээ 'в saj oua sap ‘пвэдпд эр ;э 3UiBjqi[ эр ‘au a p d sd эр sa pq jB sap ‘s^u iu du ji sap ‘взЗв ии ор вэ ‘suo; jb 3 sap jau Sis ap 'd ‘Z60 Z91 • • -SIJBj ‘siBAj a0-4 UiB g-aj j np an j 9P

\L

пв

0 £'£'д э1

Э 1 9 ?s o d ?P

‘uip ss oQ *pj JBd ‘(^0^*£93 ou )

‘°{MS V э д э и э

9U n

^ u s p ? p 'd

9 U !9 S B I 9 P

Э

ssn b d p p i —

s jz c w g

( J

(g

9:1 X9 J. ) ’s^ P n b q a sap aa ai d- ap od ui aj в aâBd noa^ p aq ‘68 ‘0£"£ ‘* 9 *O Ср и в Ш 9 Пв 9 }X 9 JL) 'saa dui Bp a sa qa nb q^ saQ

<э»и<>л Bi

*‘9 *0 (’Ри в ш 9 Ив 9 *X 9 L) ’sap id sj sas saj d jn s sa pa nb q? sap uo iss ajd uij •0911 ‘08 V Z ‘*d *Z (*Ри в Ш 9 Ив 94 X 9 JL) ’J9 U9 d B d np auijjiA Bq

•» /о дг —

sspmg — sdjji ^y _ (y

•nuainq ep eo p iu y ‘au ai ad ej ‘д эр эр э и ‘эдиэ э в вэипрвр^ ’ qj •su b j ‘sanbaBj* - juibçj an j j ç | ‘sa;q od ou iso 0 su oq ip q sap 9: pp og bj jBd ‘(Ç££’£9£ P t’£Z'Z9Z so“ ) ‘3 u i3 S B 1Э Р 'Э Э Р 'JL n B 0£~Р~£ э | s 3 ?s °d ?p ‘эиг ек щ э р бэ рщ в sn oj j a an bis nm эр suojiB 3i|c|nd зэр j du âis ^p *d *9£6*Z9l S£6 ’Z91

•юррощ )ЭS3nbw[^ — (J '6K ‘0£-£

‘‘d

Z ( Р“ в ш

-ajjB 3} xa jJ ’ainbBAOjsoaaqaj^ ua aja qa dß d uo rp np oj d bj ap anbu o;sij _j

'£61 ‘0£-£-Z ‘ Z ('Р “ в ш -э[[в 3}X3jJ S3nA3j }Э xn eu jn ot S3[ jn od S33UOUUB S3p uorçisod uioo eq '9111 ‘0£"Z *'П ' S ?4P !iq n d i3 3iL,dEjgodÄj_ Z9 ‘0£'Z *’S *M ’SJn au iud un p sasiAap ;a sauuB sanbjanÇ )

T i l l ‘0£ V £ **Z *d (•рив шэпв э;х э т ) qua iua ddo iaA ap ;a au iS uo : ja qa de d np uosBjq aq •£6 ‘0£-Z “ 9 'O СР“ В Ш Э ИВ Э}хэ_р) onbmdBjSodÄ} sm a jq o jj -o nb uo isi q эЗдвцэ bs 43 дэ ир иэ |вэ э-[ ’&£ ‘6Z-ZI ‘ d 'MI ( l° “8Bds3 34X3JJ 6361 Э Р “ 9 B l ? s’ nb iq di jS s pe бэ-j '8fr8 ‘O£-S-£Z ‘*y (-puBUiajjB 3} xa jJ qj op ja ss nQ ap sa uja po ui sa ua un jd ui i eaq •9 t8 ‘*0£'£-£3 ‘• y •}£ (’puBUiajjB a ;x a jJ qj op ja ss nQ в a u a u iu d u ii j ap an bu oj sij q •ÇZ9 *‘0 £ 4 - « I ‘* y ’}( (-puBUiajjB 3}xa qJ ’эрв д в jai dß d np uoqB auqB j bj ap aji ojs ipj •Ç99 ‘OC 't' ia l ‘’V *N Срп вшэ ив 3 jx a jJ 'э рв д в inq pjno fnB a ua m ud uj i q 79 Ç ’ ‘O £ 4 -« I ‘*V (-puBUiajjB a jx a jJ 'э рв д в a u a u iu d u ii j эр jua uia ddo jaA ^p a q £9£ ‘0£'£ '8£ ‘*V *N ('P U B U J9 IP 9 l X 9 j J *san biq dBj 2o; oqd sa au ou uy 'LLL ‘0£ '£ 4 4 ‘*d *Я (’Ри в ш 9 Пв 9 1X 9 JL) luau iajja npB ;a siojajinB anb iuio uoa a juau iadd ojaA ap uos suBp as sm g bj ap aja qad Bd au js n p u q q

•w/0)V —

npnjg — n p jy y — (У ‘sa nb iq de jS

e u v «эр ajio isij j ‘axp nq nj ‘uop ipg ‘au p jq iq «g ua ija j в no ja qa oj q в sauiqaB ui хпв sj ua ui au uo rp aj ja g -u o p u n jg ;a ?JJBj_j a; g bj jBd -daj ‘jaq a jq g ‘a j i ^ ‘uo ;s og a; g a jq o p Q 9 j q g g -g g g

•uoyudauj p spcwg — (g *элплод

‘aSn ipo jg ‘g

•suoijBaijddB sa jjn e no ap ^ao jd ээ эр эдлпэо ua asiu i bj jn od an biq dB jSo joq d anbBjd 43 эдплвдВ -°4o qd ap ap aa oj g ‘4jag jBd -da j ‘uasSi Apn q -53 aj qu ia aa Q £j -g g j/ g g g

•uoijwaujjp spadig — (g (

9

ч

( siBjauB 34x9j J

‘Z9 KI 91

’XuSis uoj ^ an j ‘9 ‘jif au i uo uy э; а р о д в| jBd ‘(£68 ’99£ J9 168'99 3 sou ) 9 | a^s oda p ‘sajou a p sa ip s; sap дээвдоэ au ia g Bj ap *0 ap пв jn od ap m bi j ‘auiBj qij ‘aua pd B d ‘nBajnq ap ajnj iujB S ‘spjBAnq ‘sjau au a ‘saj qa j в sj ai ds d ‘дээвдоэ в sau uu oâ ‘suoÄB ja-ap od ‘nBajnq эр sa|jo3 ‘sajou a ‘sapq ouj sp q in aj в sjaujB ? ‘sau iu i-a po d ‘sojÄ^s-a^jod ‘jioAja s^j au inj d -a p o d ‘suoÄBja ‘suin jd -a po d sap ja uâ isa p -d ’1^8*091 *9 0^8*091 • a p p o p j )Э

•add opA ua sno s aj pa iu saj в p ja id ed ap saj pn aj saj эр вп Ь иэ ja qd в pajBddB jn od g£ sjbj/\j a| su d ;aAa jq пв 'рр в р jBa yqj aa ja ïu ia jg •ai oo jâa Q jBd -da j ‘иц иэ пф ^ш вд a Q J3UA? j 9^ *Z*T9’0S9 ’9 £89*98 •u o jju ^ a u ^ p

4 6 ‘08 4 *’9 ’О ('Р и в ш э ПИ

■ влпдвлЗоцнцэрр эиацпдйш^р

: Gzi) sia vd

id lO M S f l d Ä d V d

>Z £ ‘0 £ V £ “ Э *9 л ’aiqdBjâoq 4ijo4o qd bj jn od saduiB j 43 jqB âau ja id B j

_ svpnr^ — n p iy y — (y san biq du jS s p y хпв su op Bo ijd dy 4^ arq dü jSo ioq j *9 •xn aja ua uo iss aj du u в sauiqaBui saj suBp a uu oj ap aj puijÄ a n p эЗв4иош э р jq is od si Q ’a un aj рп вЗ иэ ии у jBd -da j ‘Sj o q u jn ^ Sj nq sS ny jp jqB juo uii ps Bj ^ 341p 94g 3jqo43 Q -д е О 'Ш •xn aja ua saj jin aj saj ja ui ud ui i sauiqa Bui хпв jai jna qjB d ua saj jm aj saj ja u iu du n sauiqaBu i хпв ^u qs ap 4uauia jaqna i4JBd jna Aa q -au na f рп вЗ иэ ии у jBd -daj ‘3ja qu jn j\j 3 jn qs3 ny quq Bju aii iqa sB j^ 341p ?4S *6Z 9 J 4 °^ O 9Z *696*889 •sanb iqdBj 3oq4i j sauiqaBui jn od anb{4BuiO4nB j naA aaa j jn od }n oy j j aj su d 43Aajq пв *ррв,р 4ВЭ УР -j aa ja iu ia jd ‘q p s ig jBd -da j ‘qBuiBjq jaiAUBf 9^ *898*859 *9 66K 98 •aan op 9JJIV4 ua ja u iu d u n в sauiqaB ui хпв S4u auia uuoi 4aaj jag ‘4ip oj i0 JBd •da j ‘sauj ap op q sau iqa Bp j ap ajn4aBjnuBpq 94g ’6£ 9 J q ° P 0 £1 *£6Z’£89

;

\ здпАвjSojoiij эр э)Э|(1шоз uoi)B||qsu| I

®p ®n a ‘zi

T - IMÊ

IIIIINIIIIilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII!lllllllllll|||


PAPY RU S

lll lll lll lll llf iil lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lll lH II II II II II II II II II II II II II II II II II II II II II II II II II II II II II II II I ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

PA PI ER S DE FA NT AI SI E LISSÉS,

GLAC ÉS,

GAU FRÉ S IM IT AT IO N

CUI R,

ÉT AIN , OR

CO UC HÉ S po ur ÉD IT IO N Marques : E C L A - E M A IL M ARBRÉS

O R D IN A IR E S

- S PE N D I D - A R T I S T I C

et de L U X E pour R E L IU R E , T O IL E S TOUS AR TIC LES POUR RELI EURS

Papier ILTIS, spécial pour la mise en train, assurant rapidement et

ET

P E R C A LI N E

dans la perfection le découpage des gravures

F rè re s & Cie

P U T O IS

Société à Responsabilité limitée au capitalde 1 .900 .000 fr.

3,

Rue

de

T u r b ig o

Téléphone :

USIN E

au

Gut.

P A R IS

-

(1 er)

37-67.

GRAND - M ONTROUGE

( S e in e )

__________________________ _________ J

AV EZ-VO US TROUVÉ

la petit e presse auto mati que idéale c’est-à-d ire dont :

l'encra ge, la frappe et le repéra ge perm ette nt l’exécution de trava ux en plusie urs couleu rs, et non seule ment de trava ux ordina ires ?

♦Л

Vitesse com me rcia le dépassant fran­ chement 3.500 à l’heure? ac ce ss ibi lit é et sim plic ité,

p r ix a b o r d a b le ?

NON ? M ai s n o u s l’a v o n s t r o u v é e Venez vous en ren dre compte chez nous, ne serait-ce qu ’à t itre de curieux anonyme.

MAI

s.A.M. 16,

RUE

M IL T O N , P A R I S

( O ')

Téléph one : Tr od ain e 28-8 4 et 66-81

59 2 iiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitilliiniuiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

A O U T 193 0

A v a n t d e p a s s e r vo s c o m m a n d e s , n 'o u b li e z p a s le s a n n o n c e u r s d e " P a p y r u s ”, c e s o n t le s m e il le u rs f o u rn is s e u r s


IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIinilllllEIIIIIIIIIHIIIIIimilllllllllllllllllllllllllHI PAPYRUS

La Bronzeuse

u

Ko hm a”

Br on zen t* *' K O H M A ** grand e vites»« i intro duc tion auto mat iqu e pa r cordons et receveu r aut om atiq ue i a rand« pil e i plat eau inte rch ang eab le Ce t deux dispositif» peuvent être appliqués à toute« les bronzeuse« ° K O H M A M

Dem and i t ioas renseignements, prix et références à ГAge nt exclusi f peur la France

V IC T O R T41. i NORD 35- 98 et COMBAT 14-62

P R E S S E S A P LATI N E

P R E S S E S EN B L A N C

LEYSENS

82, Quai de JemmapM, PA RIS (10e )

PRESSES

A

R e s ta » du Com i PARIS A 184.23 7

IM P R IM E R

VICTORIA

P R E S S E S AUTOMATIQUES P R E S S E S O F F S E T

Press e en blanc “ VIC TOR IA” avec Ma rg eu r “ VICTORIA ”

1 C .T É R V E R .N 1

té ub o tz ar ^

AOUT 1930

o^

» E V IS

SUR

D E M A N D E

g .w ETZ E L . PAR I S

C O N C E S S IO N N A IR E P O UR LAFR ANC E ET LES CO LO NI ES DE S RO CK ST RO H- WE RK EA G

ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii it ii u ii u ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii iu ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii iu ii iu ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii it ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii

ii ii ii ii ii ii ii ii ti ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii u ii ii i

Qu ’il vous plais e de mentionner “ Papy rus ” en passant vos commandes à nos anno nceu rs. Me rci!

593


PAPYRUS

IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

................................................ Illllllllllllllllllllllll.. .

P A P E T E R IE S

NAVARRE

SOCIÉTÉ ANONYME AU CAPITAL

DE 100 MILLI ONS

S iè g e S o c ia l: 5 2 , A v e n u e d u M a r é c h a l- F o c h --

r—

D E P O T DE P A R IS

- L yon

: 3, Rue Benjam in-Cons tant (19e)

77/ ; Nord 0 2- 44 ,0 2- 45 , 02- 40, 02 -4 7, 23 -4 8, 23 -49 i Inter-N ord 52 - Télégr. : UN IOPAP ER-10 7-PA RIS- TT

PAPIERS

D ir ec te u r G én ér al : A n d ré N a va rr e, In g. C. P.

Ex tra fins, fins, moye ns et or din air es , en bla nc et cou leu rs po ur E d it io n , E cr itu re et Imp res sio n.

PRODUCTI ON JOURNALIÈRE: 200 000 kil . Pap iers et Ca rto ns . 23.0 00 kil . Pâte M éc an iq ue . 52. 000 kil . Pâte C hi m iq ue .

CARTONS en tous genres, blanc s et cou leu rs, u nic olo res et bi co ­ lores po ur boîtes, bri sto l, ph oto gr ap hie , ph oto typ ie.

( 3 1 M ac hi ne s à P apie r

2 0 U si ne s)

DÉ PÔ TS à PA RI S : 3, r. Be nj. -C on sta nt L Y O N : 9, rue Dom er M A R S E IL L E : 90, bo ul. de Paris B O R D E A U X : 5 à 13, rue Ta st et R O U E N : 14, rue H ar en gu er ie

Age nces à :

T O U L O U S E : 50, ru e M at ab ia u N A N C Y : 9, ru e de Rom e N A N T E S : 2 I, r. T o u rd 'A u v e r. L IL L E : 45, r. de la Ju sti ce S T R A S B O U R G : 2, ru e du Co q

LONDR ES — MIL AN — ALGER — CA SA BL AN CA — ALE XAN DRI E AT HÈ NE S — BELGRADE — CO N ST A N TI N O PL E — BUE NOS- AYRES

l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l t l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l ll l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l l i l l l l l l l l l l

Con stru ction de Machin es pou r

LE TRAVAIL

ET LE S

DE S

TRANSFORMATIONS PAPIERS

Machines et Matériel pour la fabrication des : PA PIE RS DE F A N T A IS IE PA PIE RS C O U C H E S PA PI ER S P E IN T S PA PI ER S P H O T O G R A P H IQ U E S PA PI ER S P A R A F F IN É S , etc., etc. ..

I C A L A N D R E S , S A T IN E U S E S , F R IC T IO N N E U S E S , G A U FR EU SE S, F IL IG R A N E U S E S , B O B IN E U S E S , L A M IN O IR S M A C H IN E S A

A

IM P R IM E R en continu à une ou plusieurs couleurs

E N T O IL E R , V E R N IR ,

IM P R IM E R en relief, en taille -douc e

M A C H IN E S A PA P IE R E N T R E -D E U X , «с. г- г- s>- sGau freu se à papi er conti nue

BR O YE US ES pour couleurs, encres, etc., etc..

Eta bli R E PI Q U E T

D* »•

г- »

»• »• r* »• »•

6 5 -6 7 , Route de Saint-D enis - BOBIGNY (Seine) Anciennement 18 et 20 rue de la Folie-Regnault - Paris.

------------

Télépho ne : Comb at 03-88. Pa nti n 03-96 -------------

59 4 iliiiiiiiillllliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii A O U T 195 0 A v a n t d e p a s s e r vos c o m m a n d e s , n 'o u b li e z p a s le s a n n o n c e u r s d e "

P a p y r u s ". c e s o n t le s m e il le u rs f o u rn is s e u r s


IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIHHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHIIIIIHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

PAPYRUS

Mais aussi vous pouvez perforer plus rapid ement lllllllllllllll lllllllllllllll lllllllll

F A B R IQ U E DE M A C H IN E S

&

A. HOG ENFORST

1

ИНН 11! IHill UH II III

L E IP Z IG

,

ф

llllllllll llllllllllll ll

Afin de pe rfor er des t rav aux à gro s tira ges v ous avez besoin d'une machin e qui fonctionne bien et qui produ ise rap ide ­ men t et p arfait emen t. Ma p er­ foreu se rap ide avec avan ce­ men t auto mati que rep rés en te un aide préc ieux pou r vot re atelier . Demand ez une offre ’ de ce gen re de mach ines pu isq ue j'a i la con vic tio n ferme que mon usine donn era sa tis fa ct io n à vo s dé si rs . Depuis déjà plus de soix ante ans je cons truis qu atr e- vi ng tdix fo rm at s de di ffé ren tes perf oreu ses pou r ma rch e à main, à péd ale et pou r force motri ce dans les longu eurs de coupe ju sq u’à 12 0 c/m.

WIN DMO LLER & HÖ LSC HER — G. m. b. H. — ATELIERS DE CONSTR UCTION — LEN GER ICH (Westphalie).

P E T IT E M A T A D O R La NOUVELLE MACHINE à FABRIQUER les SACS PLA TS et à SOUFFLETS avec comp teur receveur automa tique - combinée avec la nouvelle press e à impri mer en une ou plusieurs couleurs d’aniline modèle QM avec ou sans dispositif pour sacs doublés.

PRODUCTION IN É G A L É E jus qu’à 400 sacs à la minute impr i­ mé s et co m pté s

Format mini mum des sacs : largeur 4 cm 5, longueur 7 centi mètr es » maxim um » » : * 20 centim ètres, longue ur 33 cm 5 pour formats supérie urs voir nos mod èles U n i o n

Albert ALBRECHT

M a ta d o r

“ AGENT GÉNÉRAL - 4, Rue du Repo s -P a ri s-

Té lép ho ne : Roq uett e 46- 22

AO UT 1930 iiiMiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiuiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiHiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiHiiiiuii 595

Qu’il vous pla ise de ment ionn er “ Pap yru s ” en pass ant vos comma ndes à nos anno nceu rs. Merci !


PAP YRU S

IIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIHIIH IHIHIIIII

SP E C IA L pour offset

Z l\ < -,

----

=

g r a in a g e à f a ç o n tltlIH IIHI IHin inilH HIIH IHn

GRAIN OIRS No uv ea u

A

. N. FA N J UN -

BILLES

Ю8, Rue de la Folie-Méricourt

sy stè me

PARIS (IV) Tél éph one : Méni l. 97-80 et 97-81

Breveté S. G. D. G.

FA B R IQ U E

DE

CA RT ES

ET

BR IS TO LS

& C IE

TOCHON - LEPAGE

USINE :

MAGASIN

3 7,

R éaum ur, rue PARI S (3e)

37

Téléphone : ARCHIVES 84-85 et 84-86

4 -6 ,

V e r c in g é to r ix PAR IS (14 e )

rue

Téléphone : SÊGUR 04-99

- D E M I - V E L IN - V E L IN F E U I L L E T O N B L A N C ET C O U L E U R Carte couchée pour Impression et Photogravure — Carte à piquer les Reports Iv oi re s dé co up és po ur V is it e et A d re ss es — C ar te ta il le -d o u c e 59 6

T 193 0 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiniiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiuiiiiiiiuiiiiiniiii A O U A v a n t d e p asser vos c o m m a n d e s,

n 'o u b li e z p a s les a n n o n c e u r s

d e " P a p y r u s ” , c e s o n t le s m e il le u r s f o u rn is s e u rs .


llllllll llllllll llllllllll llllllllll llllllllll llllllllll lllllillll llim

PAPYRUS

R o g n e u s e s U n iv e r s e ll e s et autres, P i q u e u s e s à fil m étallique “ V i c k e r s ” e t t o u t e s M a c h in e s pour le façonnage du papier et du

carton .

Construc t. Mécan. du Midi et Ets

G. DECREUSE

Réunis

Anciens Ets Dabasse (Maison fondée en 1860) Société en Com man dite par actio ns au Capital de 1.350.000 franc s. Siège Socia et Usine à TO UL OU SE R. C. 324.47 B.

45, R ue de C h abrol P a r is (X e )

Tél . Prov. 09-24 Adr. Télégrc ph. MA CH EG ED AM

L E S M E IL L E U R E S M A C H IN E S — LE S M E IL L E U R S P R IX — L E S M E IL L E U R E S C O N D IT IO N S

^IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIILH

Ë

APPAREIL DE REPRODUCTION ‘ ‘ HOHLUX 3 0 ”

P A P E T E R IE S

I ODTHENIN CHBLUNDRE

Brevet allemand en instance et Marque déposée.

So ciét é Ano nym e au C ap it al de 10.000.000 de franc s

=

USINES A »

SS

Geneuille, Chevroz, Deluz (Do ubs ), Savo yeux , Seveu x (H t e -Saô ne)

=

D é p ô t à P a r is , 7 4 , R u e V ie ille * d u - T e m p le ( 3 e )

I

Téléphone i ARCHIVES 19-42 et 19-45

==

R. C. Seine 107.002

PAPIERS DE LUXE GÉLA TINÉS , FIL IGR A­ NES CLAIRS ET OMBRÉS DE SÛR ETÉ PARCHEMINÉS - PAPIERS MAC HINE A ÉCRIRE - PATE A REG ISTR E ET POUR FEU ILLE TS MOBILES - VÉLIN S D ’ÉCR I­ TUR E - VERGÉS PUR CH IFF ON ET ALFA - PAPIERS D’ALFA POUR CHÈQ UES . PAPIERS BICOLORES POUR ENVEL OPPES CARTE IVOIRE. VISIT E ET PHO TOT YPI E

m on té su r pi ed an ti v ib ra te u r m ét al liq ue et m un i d ’un po rt e- m od èl e m ét al li qu e, ex écu té su iv an t de nou vell es do nnées br ev etée s. Dispositif fixateur pour les originaux, disp ositif spécial pour faire des diapositifs const ruit dans le suppo rt métallique du p orte-modèle, etc.

HOH & HAHNE, Leipzig W 35 Fa br iq ue d ’ap pa re ils ph ot og ra ph iq ue s et de m ac hi ne s.

Sp éc ial ité de Pa pi er s de Luxe cou ché s et Pa pi er s d ’alfa po ur l ’imp re ss io n, la l ith og ra ph ie , la m us iq ue :: et la ph ot oty pi e ::

Maison de g ros spé cial isée dans la tech niqu e de la repr oduc tion.

Réprése ntant pour la France :

J. N A U D IN , 5 1 , r u e d e l ’A q u e d u c - P a r is X e

travaux

s o ig n é s

PHOTOGRAVURE

R E Y M O N D & Cl e

P a p i e r s d ’i m p r e s s i o n su r gla cés po ur la si m il i:: gr av ur e :: Pâ te s à la so ud e, d ’alf a, s: pa ill e et cel lul os e . ’ •9

llllllllllllllllllllllllllilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllLE

N o t r e N o u v e a u t é S e n s a t io n n e ll e !

e x é c l t io x r a p id e

111.11 1(1114 .. PLOQ IJIN T6 , ru e tie Re nn es , P a ri s - Té lép li. : L it tr é 5 3 -T 9 R . C. S E I N E

TOUS

C L IC H É S

ET

M A T R IC E S

S4 4S SO

EN

N O IR

OU

EN

COULEURS

POUR

IM P R E S S IO N S T Y P O G R A P H IQ U E S ET L IT H O G R A P H IQ U E S P H O T O L IT H O S D IR E C T E S S U R Z IN C S M A C H IN E S P O U R R É IM P R E S S IO N O F F S E T

AO UT 1930 liliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiitillliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiilliiiiiiiiiiiiiiiliiliiiiliiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiliiiiiiiilliillllillliiiilllilliiiiiliiliiilliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 597

Qu'il vous plaise de ment ionne r "P ap yr us "e n passa nt vos com mandes à nos annonce urs. Merc i!


PAPYRUS

llllllillllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllHIIIIIIHIIHIIIlllllllllllllllllHllllllll

Étab“ LEFRANC 12,

S o c ié té

R ue

de

EN CR ES COULEURS

TYPOGRAPHIE -

-

de

12

10

m illio n s

D ’IMPRIM ERIE

V E R N IS

LITHO GRAPH IE -

TiU ph. FLEURUS 47-26. 47-27

Se ine ,

PA RIS (VI e ) A n o n y m e au C a p ita l

-

702

PATES à RO ULEAUX

PHOTOTYPIE -

ROTOCAL CO -

ROTOGRAV URE R C. S«h. a« 194.64

____________________________________________________________________

a hihiiniiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiniниш111111111hihi 11niniiiii|

I POUR RÉUSSIR I I DANS LES AFFAIRES g =

Lise z la Revu e

=

I “ LA PUBLI CITÉ” J Ë E E S

=

La plus ancienne du contin ent européen qui étudie méth odiqu emen t tout ce qui concerne la publicité et la vente. Elle paraî t chaque mois sur 80 pages abond amme nt illustrées.

E

A b o n n e m e n t a n n u e l : 4 0 f r . (p ou r la F ra n ce )

=

Num éro spécimen gra tui t sur demande.

=

Ë

= E

=

TOUS LES CHEF S D’ENTREPRISES DES INDUSTRIES DU PAPIER q u i c h e rc h e n t à a ss u re r le re n d e m e n t m a x im u m d u tr av ai l d ’un p er so n n el de ch oi x o n t in t é r ê t d e ne fo rm er q u e de s a p p r e n t is p a r f a it e m e n t o r ie n t é s et à s ’en to u re r de c o ll a b o r a t e u r s p a r f a it e m e n t s é le c t io n n é s .

LES JEUNES GENS q u i so n g en t à u ti li se r p le in e m e n t le u rs fa cu lt és p o u r a m él io re r le u r si tu a ti o n o n t in t é r ê t à s e b ie n c o n n a ît r e .

LE CENTRE D’ORIEN TATIO N ET DE SÉLECTION PROFESSIONN ELLES DE LA “ REVUE PAPY RUS

Ë E E

Elle pub lie actuell ement une très impor- E tante série d ’études vécues :« Mes campa- E gnes de Publicité », par Paul-O. Althaus. =

Ë Ë Ë

Vous y trouve rez certaine ment des idées E pratiqu es et un e docume ntation précieuse E pou r votre publicit é. E

Ë

60, F a u b .- P o is s o n n iè re , P A R IS (1 0 e )

Ë

99

P a r is - 3 0 , R u e J a c o b - P a r is

se tient à la dispositi on de tous les intéressés pour les renseigner ou leur établir une étude psycholo gique par la méthode Ru m pf par recoupem ent des sciences psychologiques d'obs ervat ion. Envoi gratuit sur demande de la Brochure P. 14

^IIIIIII IIIIIIIII IIIIIIIII IIIIIIIII IIIIIIIII IIIIIIIII IIIIIIIII IIIIIIIII IIIIIIIIË

C U ïD E

о О” Ф □ 1 7 <O> U H R la p u b l i c i t é l 'i m p r i m e r i e la p a p e t e r i e le b u r e a u (o rg a n is a ti o n

_ Jlîfixeir WUVlâïllr iin 598

л v**

AN NU AIR E DESE CHAL IERS= F O N D E EN 1Ô 95

liiiiiiiiiilltiiliiiliiiilliitiiiiuilliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiliiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiKiiiiiiiiiiiiiiillllliiiuiliiliiiiiiiiiiiiilliliiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiii A O U T I930

A va nt de passer vos com man des , n ou bli ez pas les ann onc eur s de " Papy rus ”. ce sont les me ille urs fou rnis seu rs.


IllUllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllillllllllllllllllllllltllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll

PAPYRUS

PAPETERIES DU MA ISO N FO ND ÉE EN

18 41

PH OT OG RA VU RE

PO NT -D E- CL AI X Usine» à P O N T -D E -C L A IX (Isère)

TOUS CLICHÉS EN NOIR ET COULEURS H É L IO G R A V U R E R O T A T IV E 0

et aux MU REA UX (Seine-et-Oi se)

GALVANOPLASTIE

5 MACHINES

0

C lic hé s C y li ndri ques , C ui vr e et Ni cR el MOULAGE SPÉCIAL POUR TRICHROMIE S

S T E R E O T Y P IE C O M PO SI T IO N 0 C L IC H É S

T Y P O G R A P H IQ U E D ’A N N O N C E S 0

Bureaux et Ateliers : 3, Rue Dug uay- Tro uin, PA RI S-6 e Tél. : Littré 8 0-6 0 à 63 — Métro : St-Placide — N.-S. : N.-D.-des-Champs Jlnnexe à ARC UEIL (Se ine )

Alfa pou r éditions Papiers écritu re et machine à écrire Blancs et teintés pour typo, litho, chromol itho, affiche Surfins et ch ine français Breton frères et C le , G renobl e Papiers pour la couche, collage, couv ertur e, sans-colle Papiers pour la tail le-d ouc e Carte d’un jet et collée

DÉPÔTS : A LYON 32, Cours de la Libe rté

A PARIS 60, BouH Ri cha rd- Lenoir

Té l. : 11-64 Veud rey

TéL ; Roq .71-0 6,71 -07,7 I-08 et7I- 09

*

y

Adr ette télig r. : Pont -de-C laix -Luo »

Adre tte téléfraph. : Claipapie -Par it

•>

a“

T R A IT É

P R A T IQ U E

DE DO RU RE & D E M O S A ÏQ U E S U R C U IR S par

Charles PAGNIER et Charles WALT ER-JA Y A p p lic a tio n

à la

et des A r tic le s

<■

D é c o ra tio n de

du

Li iv re A L a ro c p i m e r ie

Un volu me p e ti t in~4° avec nombre use,) fi g u r e s da ns le te xt e et sep t pla nc he s bo rd -te xte dép liab les.

de s pa pe te ri es

C AX SO X & M O N T G O L F IE R R e m is e o u e n v o i d e s f e u ille t s s u r d e m a n d e a l e u r g a l e r i e d ’e x p o s i t i o n , 4 2 , r u e R o n a p n r t e , P a r i s ( 6 e)

Pr ix : 40 fran cs E n v o i fra n c o en F ra n c e : ^ 3 fra n c s. — — à l ’E t r a n g e r : 4 7 f r a n c s .

P uL li ca tio ns jQ

rue Jacob , Pa rio ( 6 e)

AO UT 1930 iii iii iii iii iiu iii iii iii iit iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iiu iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iu iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iin iii in 599

Qu' il vous plaise de mentionn er " Pap yru s ” en passant vos commandes à nos annon ceurs . Merc i ! Z


PAPYRU S

IlillllllllllllllllllllllllllllllNIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIilllllllllllllllllllllllllHIIIIIIIIIIHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHIIII

IM )U $ S E T ^ = ==F P Ê B E S photogravure ga lvano plast ie co m po si tio n d 'a n n o n c e s s e r v ic e r a p id e 5 A rue de la Voie Verte: PAR

IS

Mètro-.PORTE d O R L É A N S T el . G o b . I Ö 4 - 5 4 3

h o jn . n

Capita) d* 45 ИЛНом - Siig t Soda) rt Direction Céaéral» : 10, Ra» C o e a la « Pari» (U T )

PARIS - 10, Rue Commines - PARIS 2 0 M ai ao na de V e n to et Ag en ce »

8 U »Ine» (P&t ea et Pa pie r» )

60 0 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii!iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii|iiiiiiifiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii A O U T 193 0 A v a n t d e p a s s e r vo s c o m m a n d e s , n ’o u b li e z p a s les a n n o n c e u r s d e

44

P a p y r u s ” . c e so n t le s m e il le u rs fo u rn is s e u rs


PAPYRUS

III IIII IIIH II IIII IIIII IIII IIII IIII IIIII IIII IIII IIIII IIII IIII IIII IIIII IIII IIII IIII IIIII IIII IIII I1 I IIII IIIII IIII IIII IIII IIIII IIII IIII III

TOUS TRAVAUX POU R L'IM PRE SSIO N T LA P UB LIC IT É IÉ -2 C . R U E

C E

C H A . B K O L , ■ ’ A ■< I S . ■ É ! . . I 3 F © V C N C E

L A F L E C H E -B R E H A M L A F L il C H E

G A L V A N O P L A S T IE

F IL S , S u c c e s s e u r s

C L I C H É S N I C K E L d’aprè s mou lage mé talliqu e pour simil ia et Tric hrom ie (Marq ue « LIK EN ES S »)

12, Rue de Toumon, 12 — P A R I S (6e ) Téléphone s L I T T R É

0 7 -9 2

e t 0 7 -9 3

PRO G RÈS

GA LV AN OS CU IVR E (T ex te s et Gr avu res )

Soc iété àresp onsa bilit é lim itée au capita l de 2.000 .000 fr i

DU

О 7 -Э 5 .

= V v'

C O U D Y SER E 9 , R u e J a c o b , P A R I S ( 6 &)

y EN C RE S D 4M PR IM E R IE

Mais on f ondé e en 1888

J

STÉ RÉ OT YP ÉE

Té lép hon e : Fleur ue 45- 06

dlllllllllllllllllinillllllUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIUIIIIIIIIIIIIIIHIIIIKE

C O N S U L T E Z LE C A T A L O G U E

! PA PE R TRAD E JO UR NA LS !

d e n o tr e

BIBLIOTHÈQUE TECHNIQUE à la fin du présent numéro

И .1 3 Г Я ,

OU

COHMHC«

E The P aper Maker and Briti sh Paper I Trade Journal, Lk: | 5 C IN E

P o u r le s fa b r iq u e s d e p a p ie r

N « 1 0 0 .1 0 6 .0 7 5 6 0

H

Ë The Paper Market and Stati onery Ë Z Z P™* de l’ab on ne me nt: 6s. 6d= ZZ U O lltl« Paraît le 17 de cha que mo is. = P o u r l ’a c h e t e u r d e p a p i e r

=

= The Paper Box and Bag Maker. Ë Prix de l’abo nnem ent : 6s . 6d. Parait le 19 de chaq ue mo is.

zz

P o u r le s fa b r ic a n ts d e c a r to n n a g e s

“ ZZ

=

= Phill ips’ Paper Trade Direct ory of = Ë the World. Prix : £ 1. Is - P ubli é ann uell eme nt. ™ P o u r to u s c e u x q u i s e s e r v e n t d u p a p ie r

=

9 9 ET 1О1, B OU LE VA RD S A IN T -G E R M A IN PA RIS (V IE ) P U B LI S H E D B Y г

MACHINES NEUVES ET D’OCCASION

S. C. PHILLIPS & СО.

Dit pon ibl e» de ernte

M A X

E R N

26, R ue E d o u ar d -J ac q u es ,

E R

P A RI S- 14 6

Partner» i

- Tél. SEGUR6 2.0 9

Machines pour Papier, Carton et Parties similaires EXPER TIS ES, L IQ U ID A T IO N S , RÉPARATIO NS, AC HA T, VENTE

I

47,

CA NN ON

I

H. G. P hillips J. L. G uav es

ST RE ET ,

LONDON,

E. C. 4

=

^ÎIIIlllIllll llllllllllllllllllllll llllllllllllllIlllllll lllllIllIllllllHIIIII I^

CH. LORILLEUX & C

IE

1 6 , R ue Suger

P A R IS (6 e)

ENCRES NOIRES, COULEURS, VERNIS pour tous procédés d’impression.

p a p e Dt e r 1e s ° Nd e

PÂTES A ROULEAUX

LA HAYE-DESCAR TES

S o c ié t é A n o n y m e C a p ita l 2 .5 0 0 .0 0 0

Siè ge Soci al : BA LE SM ES (Indr e-et-L oire)

Maison à PARIS, 19, Rue des Archives,

26-16

archiv AR CH IVEes S 26-16 2'

Agents d ’O x fo r d U n iv e r s it y P re ss , de LO ND RE S

Entrepôts : PARIS, 43, Quai de la Gare.

Télépbone :

GOBELINS 31-71

Dé pôt des P a p ie r s d 'A u v e r g n e fabri qués à la main

A O U T 1930 iiiii iiiii iiiii iiiii iiiii iiiii iiiii iiiii iiiii iiiii iiiii iiiii iiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiu iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii iiiiii i 601

Qu' il vous plaise de mentionner “ Papy rus ” en passant vos commandes à nos anno nceu rs. Mer ci! 5


P A P Y R U S

lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllimillllllllllllllllllllllllllllllllllHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

ÎM .-J . W O L F :IMachines pour Clicherie , Galvanoplastie; f r ; 12, Ru e de la V oû te , PA R IS С12e )

■ Matérie l d’imprimerie etde Photograv ure ■

▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼▼ LES

OUV RAG ES HORS-SÉRIE ÉDITÉS PA R

VvW ▼ O u v ra g e d e 100 p a g e s d e te x te , av ec n o m b re u se s il lu st ra ti o n s e t h o r s - te x te . U n V o lu m e in -4 ° c a rr é , su r p a p ie r A lf a , so us c o u v e rt u re ti ré e e n d e u x co ul eu rs . P ri s en nos B u re a u x . . . . Fra nco : en F r a n c e .......... à l’É tr a n g e r .. .. —

2 0 2 3 2 7

O u v ra g e d e 16 0 p a g e s d e te x te , n o m b re u se s g ra v u re s e t h o rs -t e x te e n c o u le u rs . — U n V o lu m e in -4 ° c a rr é , su r b e a u p a p ie r c o u c h é , so us c o u v e rt u re en tr o is c o u le u rs e t g a u fr é e .

PAYEME NT A LA COMMANDE OU ENVOI CONTRE REMBOU RSEMENT

fr. fr. fr.

P ri s en nos B u re a u x ............ F ra nc o: en F ra n c e ...............

à l’É tr an g er ..........

fr. fr. fr.

3 0 3 3 3 8

Veuill ez découper en suivant ce filet

B U L L E T IN

à la R EV U E R evue T é lé p h o n e

de

m en su el le

D 'A B O N N E M E N T

66

99

to u te s le s In du st ri es

: L I T T R É 45-27

D ir e c ti o n

A NOS ABONNÉS N os Ab on né s on t dro it pe nd an t tou t le c our s de Leur ab on ne m en t à : 50 % de ré du ct io n su r le T a r if de nos Pe tite s A n n o n c e s . La co ns ul ta tio n gr at ui te de no tr e O ffi ce de Re nse ign em en ts T o u te de m an de doit êt re ac co m pa ­ gn ée d un tim bre po ur la ré po ns e.

fis 602

«

A d m i n i s tr a t io n

Je soussigné (adress e)______ déclare souscrire à

un

abon nem ent

d’un an à la Revue

“ P A P Y R U S ” , à partir du mois d______________________ Le monta nt de l'abon neme nt vous est envoyé par (1)

nianda t-poste <ch eque postal (n loo-ôz) ( chèq ue barr é Si gn atu re ou ca ch et

TARIF DE S ABON NEME NTS Fr an ce ........................40 franc s Et ra ng er 60 f ran cs ou 75 fran cs

P a p ie r

30, Rue Jacob, PARIS (6 e )

Compte de Chèques postaux 168-82

---Л ------------S ' AVANTA GES OFF ERT

du

(I ) B if fe r les me nt ion s in u til e s


llllllllllllllHiiilliiiiiiiiiiiiiiiiilillllllllllllllllllllllllillllllllllllillllllllllllllllllllllllllilliliiniiliHliSllIlilHiliii P A P Y R U S

PETIT ES AN NO NC ES “ P A P Y R U S ’ □

N’oubliez pas, S. V. P., les TI M BR ES pour réponses ou faire suivre

La Пупе est enviro n de

TARIF des PETITES ANNONCES PAPYRUS 4 0

40 1°

ON NO US OFFR E —

2» ON NO US DEM AN DE ...............................................

OFF RES

DEM ANDE S

lettre s, signe s ou espaces

10

pour M atérie l, Produ ite, Matière s premières . Fon ds de commer ce. Clien tèle, etc,

francs la ligne

8 » 5 »

D ’E M P L O I ............................................... ..... .............................................. D ’E M P L O I..............................................................................................

» »

AN NO NC ES AN ON YM ES par le

bureau de

Sans distinct ion de catégorie, pour les petite s annonces A NO NY M ES dont la corresp ondanc e est à transmettre la Revu e, supp léme nt fixe de : FR AN CE : 5 fr a n cs ; ÉT RA NG ER : 15 fr an cs (prix nets sans aucune réduc tion) par anno nce, pour

опия couvrir des frais de corres ponda nce et de transm ission. R èg le m en t. — To ute s les PE TI TE S AN NO NC ES “ P A PY R U S ” sont payables AV AN T PU BL IC A TI O N . Leur publi catio n n’est assurée qu’aprèô récept ion du règl emen t en espè ces, timb res- post e français, mandats-p oste ou mandats-cartes, bons de poste , chèqu es de banqu es ou chèq ues postau x (No tre comp te î Paris 168-8 2).

Po ur nos ABO NN ÉS les tar ifs ci*d essu s sont réd uits de CINQ UANT E PO UR CENT sau f le su pp lém en t de 5 fr . ou de 15 fr . pour anno nces ano nym es qui re ste le m êm e. .'I1IIII IIIII IIIIII IIIII IIIII IIIII IIIII IIIII IIIII IIIII IIIII IIIII IIIII IIIII IIIM

1. — On n o u s O ffr e

j

DORURE SUR TRANCHES

2. — On n o u s D e m a n d e 10 fr . la li g n e

10 fr. la lign e ■

в

в

н

л

в

в

в

в

в

в

и

в

в

в

1332. — A v e n d re : 1° U ne m a c h in e à p li s s e r le pa pi er crê pé po ur art icl es de co till on . 2° U ne m a c h in e M o no po le po ur co ud re les cah ier s d ’écoli ers au fil de lin . 3° U ne m a c h in e F a lc o n , in- 4° rai sin , 4 tou ch eu rs. S ’adr es se r : Ma x Er ne r, 26, rue Ed ou ar d- Ja cq ue s, Pa ris (14 e ). 1333. — A v e n d re : C o u p e -p a p ie r F o u c h e r 1 m. 20 d ’ouv ert ure , pre ssi on au tom ati qu e, ét at neu f. S ’adre sse r : Cie du Ro néo , 120, bo ule va rd de la Li be rté , Le s Lil as (Sei ne) .

I R .B E A U G R A N D ] 8 6 , rue du Ch er che -M id i - P ari s- 6 6

=

= Sp éci ali té de Tra vaux de Luxe

Ê

I

|

=

BI SE AU TA G E EN

TOUS

GE NR ES

B

B

B

B

B

B

B

B

B

B

H

B

B

B

B

1340 — P r e s s e à b r a s , fo rm at ra isi n a vec enc rag e. F air e offre au bu re au del à Re vue . B

B

B

B

B

B

B

B

B

в

в

в

и

в

и

3. — O ff re s d ’E m p lo is 8 fr . la li g n e

i

T é lé p h . : L I T T R É 6 0 -9 5

= 789 = -.I II II II II II H Il lll lU U II II II II II II II II II II II II II II II II II II II Il lll lll lll lll ?

1334. — A c é d e r cau se ma lad ie, mo itié dr oi ts soc iaux dan s im pr im eri e. Q ua r­ tie r Ce nt ral des affai res Pa ris . Bon ne cli en tèle . Pr ix à dé ba ttr e. S ’adre sse r : D ac qu et , 100, rue de Ra mb ute au , Pa ris (1 e r ).

B

B

B

R

B

B

B

B

B

B B B B B B

1337 — r Cb erc ho ns r e p r é s e n ta n t ac tif po ur Pa ris eta Ba nli eu e. Et ab lis sem en ts V. Ley sens ,*82 ,^qu ai Jem ma pe s, Pa ris. 133 9|— R e p r é s e n ta n t sér ieu x et bie n in tro du it |dans im pr im er ie typ o et lit ho et fa bri qu e de ca rto nn age s. Ec rir e au *b ur ea uj Je la Rev ue sou s le N° 1339 en in di qu an t réf ére nce s.

VOUS POUVEZ RÉALISER DE SÉRIEUSES ÉCONOMIES 1331. — M ac h in e a u to m a ti q u e à fai re les bo îte s, syst ème Jag en be rg, cisa illes cir cu lai res , pre sse s à gau fre r, pre sse lit ho gr ap hi qu e à ma rch e ra pi de , à ve nd re à des co nd itio ns trè s ava nta geu ses . Ad res ser les offres sou s le № 1331, à P ap yr us .

de fra is géné raux et de m ai n- d’œu vre EN

O R G A N IS A N T

R A T I O N N E L L E M E N T v o s a te li e r s , m a g a ïi n s, s er v ic e de v e n te e t d 'a c h a ts .

b u re au x,

A d ap ta ti on , s p é ci a le m en t à vo tr e ca s p art ic u li er , d e s m é th o d e s s ci e n ti fi q u e s d 'o rg an is a­ ti o n du tr av ai l as su ra n t le m ax im um de r en d e m e n t e t le m in im u m de fr ai s g én ér au x. E cr iv e z ou té lé ph on ez po ur to us ren sei gn em en ts à

RUM PE,

C on se il en O rg an is at io n

6 , Q u a i d e S e i n e , A r g e n t e u i l . Té lé ph on e : 521

AO UT 1930

iliiii iiiiii iiiiii itiiii iiiiiiii iiiiiiiii iiiiiiiii iiuiiiii iiiiuiii iiiiiiiii iiiiiiiii iiiiiiui iiiiiiiii iiiiiiiii iiiiiiiii iiiiiiiii iiiiiiii iiiiiiiii iiiliiiii iiiiiiiii iiiiiiiil lliiiiiii iiiiiilii iiiiiiiii iiiiiiiii iiiiiiiii iiiiiiiii iiiiiiii

603


PAPYRU S

llllllllllllllllllllllllllllllllllllllHIIIIIHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIlllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll

I M.-J. W OL F i VOULE Z-VOUS ¥

: 12. Rue de la Voûte. PARIS (12 e ) S : M a té ri e l d ’im p ri m e ri e e t de Ph ot og ra vu re J

W

J M a -iä - i

v

UNE BONNE PLATINE ? 'W

La “ TIP -TO P ” ENCR AGE A PLA T

La “ MO NO PO L” ENCR AGE

1336. — Di rec teu r d ’im pr im er ie pos­

4 . - D e m a n d e s d ’E m p lo is 5 fr. la ligne

В В в о в ^ в в и и в п ■■ ■ 1338 — Di rec teu r tech niqu e, impr es­ sions, éditions d’art, publici té, rec herche situation de direc teur d’imprim erie ou service de publici té. Références très sérieuses. Ecrire à la Revue.

sédant à fond toutes connaissances techni ques et commerciales, recherch e direc tion ou poste de chef de fa­ bricat ion dans maison d’impression ou éditio n. Ecrire au burea u de la Revue. ■□iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiÉ

I MÉCANIQUE GÉNÉRALE POU R L’IMPRIMERIE I

1 MIHRAN SOUSMADJIANg

I M .O H M A N N :

Ë (Maison trè s connue - so cial isée dans les arts graphiques = E et pouvant fo urn ir sérieuses référen ces) Ë

g im in ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii n ii ii in ii ii ii ii ii ti ii ii ii ii ii ii ii u ii ii ii n ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii ii n ii ii ii ii n ii '. ii n ù

avenu e Jea n-J aur ès,

=

I

"

I

VENTE

Pari s

Téléphone : Combat 14-45

(XIX e )

|

ACHAT I =

Pi èc es : Ph én ix , Vi cto ria , et c.

|

Dé mé na ge me nt d' im pr im er ie s

^ ll ll ll ll ll ll ll ll ll ll ll ll iH ll ll li ll ll ll ll ll ll ll ll ll ll ll ll ll ll ll ll ll ll ll lI ll Il ll Ii .i ll ll ll ll ll ll ll li lI lI ll Il Il lU ll ll ll ll il ll ll ll ll ll li ï

••

G, r u e A s k i t o u à S a l o n i q u e

ж a

a a

CYL IND RIQ UE

1335 — Chef d ’ateli er connaissa nt les machines modernes litho et chromo litho, impressions sur métaux, cherche situati on Paris ou Province. T rès bonne s références . Ecrir e à Papyrus qui tra ns­ mettr a.

^ ft \\ fi L IT V ZP RZ /Z G R A V E U

|

Ë Cherche rep rése nta tion pour la Grèce de | | maisons françaises de matériel d’imprimerie, | Ë fabrique de papi ers, fournitu res de bureau, etc. Ë

cLts.

P R L J EL ' Ê . 1— I s T e lé p .R o q u . :

B

A

V A R I/ ^ J Ô -7 -4

O

[ R E L 'K

O .C - S e . - e

1 6 9 -7 2 0

Ë ll lll lll lll lll lll lll lI tl III Il It lII II III III III III III III III III III III IM II III IIl If lI lll lll lll lll lll lll lf ?

••• La Vie Economique des Soviets i R evue

A JJ

J .ij& u iJ u r x x A ii.iU A

W O CH ENBLATT für Pappe und Papier verarbe itung

:

b i-m e n s u e lle

Editée par la REPRÉ SENTA TION COMMERC IALE DE L ’U.RJS5. en France 25. Rue d e la VUle-l’Evêque. — PARIS (8e ).

: Z

La Vie Économique des Soviets a p our bu t de fournir aux lecteurs français des informat ions contrôlées et exactes sur le developpernent é conomique de TU. R.S .S. , au moyen d’une documentation complète et précise, multip le et variée recueillie directement près des organisation s et administrations soviétiques officielles.

J Z ; Z •

A BO N NEM EN TS: FRANCE ET COLON IES : Un an. 70 fr. ; six mois, 35 fr. trois mois. 20 fr. Le numéro : 3 fr. 50 ÉTRA NGER : Un an, $ 3 ; six mois. $ 1,5. L.e numéro, $ 0,15

J • • •

Rich. Lange -Verla g, Alle mag ne, 12 M or itD tr. , Papierhaua

DREDEN □

A. 1. □

Organe des grandes associations techn iques Remarq uable par son texte et sa public ité Exemplaire spéc imen g ratu it sans engagement Trè s répan du en Allemagne et à l’étranger Abonne ment : Mark 1,50 par mois O

DE M AN DE Z Ub SPÉ CIM EN

ANNUAIRE DE LA PAPETE RIE DE TOUTES LES NATIONS ------------------------------

(PA PER

MAKERS’ DIRECTOR Y

OF ALL

NA TIO NS)

------------------------------

IIIIIIIIIIIIIIIIIIM IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIU

No uv elle

Éditio n pour 19 30

CO M PREN A N T : L e s n o m s e t a d re s s e s d e p lu s de 5. oo o u s in e s p o u r la f a b r ic a ti o n d u P a p ie r , d e la P â te e t d u C a rt o n , d a n s 5o pa y s d if fé re n ts , a v e c Г le s d if fé re n ts g e n re s de f a b r ic a ti o n ; 2’ le n o m b r e e t la l a r g e u r d es m a c h i n e s ; 3* le r e n d e m e n t en to n n e s ; 4° la fo rc e u ti li s é e ; 5° l ’ad r e s s e té lé g r a p h iq u e ; 6° n o m s d es a g e n ts , d e s u s in e s , c la ss é s p a r o r d r e a lp h a b é ti q u e en u n e li st e s p é c ia le m e n t d is p o sé e s u iv a n t la n a t u r e de la p ro d u c ti o n e t le p a y s. G u id e sp é c ia l d es a c h e te u r s , A g e n ts d e l ’in d u s tr ie d u p a p ie r e t r e p r é s e n ta n ts d ’us in e s (a v e c le n o m d e s u s in e s r e p ré s e n té e s ).

J .0 00 pa ges . — P r ix fr anc o : 2З sh ill in gs st er lin g.

DEAN & SON, Limi ted, 29 , King Str eet, Cov ent Garden, LONDRES, W. C. 2

EST AMPAGE A FA ÇO N, F . 604

Riby fils,

45, R u e

des

Boulets,

45

T el . : RO QU ET TE 4 3 -5 8 .

iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii ui iii iii iii iiu iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii m iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iii iit iii iii iii iii ii

AOUT 1930


llilllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllillllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll

P A P Y R U S

BIBUOTHËQDE PES ARTS ET WP0STK1ES GRAPHIQUES En raison de l’instabil ité des cours et des modifi cations const antes que les Edit eurs font suh.r aux pnx de leurs ouvrages les prix indiq ues ci-de ssous sont sujets à v ariatio ns et sont par suite donné s sans garan tie I*s soin revises auiaiii que possib le à ch acun de nos nume ros. (Les prix indiq ués sont en francs français et nets.) Tout es les comma ndes d’ouvrages doive nt être accompa gnées de leur monta nt en ajou tant le prix du port comme ci-des sous.

pour les ouvrages AU -DE SSO US de

10 fr.

2 fr. 50

-

3 fr. 5Ö

-

-

20 et 30 fr.

4f r. 59

-

-

30 et 40 fr.

5 fr. 50 — — 40 et 50 fr. Au-dess us de 50 fr., ajou ter 10 % (dix pou r cent ) de la valeur. (Po ur l’ÉT RA NG ER , priè re de d o u b le r ce tarif .)

10

»

4

»

8

»

6 50 15 40 8

2. — Co ns tru cti on , Fo rce m ot ri ce , Éc la ira ge , Ch au ffa ge .

A la fin de chaq ue rub riq ue, les ouvrage s indiq ués en italiq ue sont en lang ue étra ngè re, le prix en est indi qué e n monna ie du pays. Ils so nt vendus au cours du jour . 1. — Ma tiè res pr em iè re s ut ili sé es dan s les In du str ies du Pa pie r, m at ièr es co lo ra nt es , en cr es , ve rn is, co lle s et pr od uit s ch im iq ue s.

BOVAR D. — La c ou le u r.............................................................

15 »

V. C ambon. — Fab rica tion des colles et des g él at in es ....................

30 80

A. Chaplet. — Fabrication des encres...........................................

15 3 77 28

» » » »

18 ■ 15 » 12 » 9 » 9 » 9 80

JACOT et HONOL D. — Ce que l'im pr im eu r doit sav oir des encre s et du t ir a g e .................................................................... 13 50 JACOT et HONOL D. — Le m éla nge des encr es dans la p ra­ tiqu e jo ur na liè re ............................................. Fran cs suisses 8 50 H. J umelle. — Pla ntes text iles ............................................................ 5 60 — Plant es et latex à résin es........................................... 5 » De K e GHEL. — Manu el du fabr ican t d ’encres, cirages etcolles . . 22 40 M. DE KEGHEL. — Tr ai té général de là fabr icat ion descolles . . 154 » ’<ISSLING. — Co lle................................................................................. 36 » MAILLET. — Gam me chr om ati qu e.......................................... 2 50 VIargjval. — Les en cr es ..................................................................... 7 » F. Margival. — E ncre s sp éc ia le s..................................................... 16 50 F. Margival. — E ncre s u s u e l l e s ..................................................... 16 50 P fcheux. — Les textile s, les tis sus, le p ap ier ..................................... 5 60 —• Les c o u le u rs .......................................... ............................. 5 60 A. KOMAIN. — Fab rica nt de ve rn is..................................................... 15 » STEVENS. — Manuel du Chim iste pa pe tie r......................................... 30 » U rbain. — Les succéda nés du chiffon en pa pe ter ie........................ 7 » Varlot. — C olorati on du pap ier......................................................... 16 80 B O N O M I D A M ON TE , M . M E Y E R et A. M IA TE LL O . - Couleurs, vernis et leurs principaux usages. (T exte it alie n.). . . Lire s. 22 50 ER FU RT . — Les colorants dans les pâtes à papier. (Te xte alle­ mand. ) .................................................................................... Rm . 10 » U. F O RN AR I. — La fabrication des vernis, laques, mastics, cires à cacheter, encres d'imprimerie. (Te xte ital ien. ). . . . . . Lires 12 50 G AM BL E. — Chimie et fabrication des encres à écrire et à imprimer. (T ex te an gl ai s) ................................................Do llar 1 • F. H O YE R. — La fabrication de la cellulose de paille. (Te xte G. JU NG E. — Les matières agglutinantes. (T ex te allem and.) R m. 2 » K Ü R SC H N E R . — La chimie des corps ligneux. (Te xte ail.) Rm . 4 50 OE M A N . — Théorie du collage résineux. (Te xte allem and.) Rm . 4 50 OE M A N . — Procédés de mesure analytique et leur emploi dans les fabriques de cellulose. (Te xte alle ma nd. )............................ R m . 6 »

AO UT 1930

»

SI E B E R . — Economie de chaleur dans le procédé de cuisson de la cellulose au sulfite. (Te xte al le m an d .) ......................................Rm. F A L E N T A . — M atières grasses, résines, vernis, noirs de fum ée et couleurs noires. (T ex te all em and ).........................................Rm . W EN TZ L. — Production de la cellulose par le. procédé au chlore. (Texte al lem an d) ..................................................................R m .

CO MP RIS EN TR E 10 et 20 fr.

J. Charpentier. — Des num éro teu rs typo grap hiqu es à pressio n Coffignier. — Les ver nis .............................i .................................... DESALME et PlERRON. — Cou leur s, pei ntu res et vern is.................... D e SMAREST et LEHNER. — Man uel pra tiqu e de la fabric ation des e n c r e s .................................................................................................. L. DüRAND. — Les coul eurs dans l’imp ress ion ........................... FoRICHON. — La cou leur , man uel du co lo ris te ............................ . \. - F . GoUILLON. — Tr ai té m éth odi que de la fab ricat ion des encres et cirages, col les de bur eau , cires à c a c h e te r................................ V F . G o ü ILL ON . — T rai té mé tho diqu e d e la fab ricati on des vernis. Y. HENRY. — Plan tes à f ibres. Bro ché ................................................

8

S C H W A L B E . — E tude chimique sur les pâte s vég éta la et des cell u­ loses qui en d érive nt. (T ex te all em an d.) ................................. Rm . D r ln g T R U D O LF S IE B E R . — Su r la restne des conifères et la dérésinifi cation des celluloses. (T ex te a'Ie rna nd .).................. Rm .

PO UR LA FRA NC E 1 fr.

RE M M LE R. — Préparation de la lessive au sulfite. (Te xte alle­ ma nd .)...........................................................................................R m. R IS T E N P A R T . — Technologie chimique des fibres textiles, Ire partie. (Te xte a ll em an d .) ..........................................................R m.

Pacoret. — L ’électrificatio n ind ust riel le et rur ale de la Fra nc e.

50

»

Тл.УЕАи. — Epu ratio n des eaux d ’alim enta tion de chau dière s et dés inc rus tan ts..................................................................................... GR EW IN . — L 'emploi de la chaleur et de la force dans l'industrie du papier. (Tex te alle ma nd. )................................................. Rm .

7

»

n

1

3. — Pa pie r, Car ton et Ind us tri es pa pe tiè re s (f ab ri ca tio n, tr a n s­ fo rm at io n et fa ço nn ag e) . P. Ammann. — Papyr us et papi er de P a p y r u s ........................... 6 » P. Ammann. — Parasoli er et papi er de par aso lier ........................ 12 » E. Arnould. — Tra ité clas iique d’enseig nem ent de la fab rica tion du p a p ie r.......................................................................................... 75 * Bourgeois — Manue l d u commis pap etie r . ................................. 22 » A Bouvier. — L ’état actuel de ’’industri e du pap ier en Fra nc e. 8 » Briquet. — Dict ionn aire des filigranes, 4, vol. relié s. . . . 1.6 00 » J.-G C a RTERET. — Pa pe te r e e' pa pe iie rs de l’an ci en tn u o s . . . 50 » Del MARMOL. — Dictio nnair e des Fili gran es.................................... 175 » F avier et Aribert. — Machines pour la fabri catio n du pa pie r. . 25 H. de G raffigny. — Les indu strie s d’amateur s (le pap ier, la toile, etc .)............................................................................................ 16 80 Re né GUILMA1N. — Orig ine et art de la fab ric ation du

papi er. Vingt fas cic ule s. (Le Tom e pr em ier est par u). . H er7BFRG. — An aly se e» Li sa is de s p a p i e r s .........................................

C. HOFFMANN.— Tra ité prat ique de la fabri catio n du pa pi er . . . . J. Imberdis. — Papyru s sive ars conf ide id papyri (Le papi er ou l’art de fabri quer le papier ). Tex te latin , trad ucti on français e par A. B lanch et................................................................................ A.-L . PASSERAT. — Barème com plet pou r pape terie . . . . . . . G. PETIT. — Manu el du Ca rto nn ier ..................................................... PüGET. — F abric ation du pap ie r......................................................... Riccordel. — Notes prati ques sur les outillage s à déco upe r et em bo ut ir ............................................................................................. D r Pier re See. — Les maladies du pap ier p iq ué ................................. STEVENS. — M anue l du chim iste pa pe ti er ......................................... Varlot. — Colo ratio n du pa pi er ...................................................

60

»

45 85

» >

7 12 15 I8 21 8 30 17

» • » » » » » »

Le» Tr ans form atio ns du p apie r et du c a r to n ........................ 30 > Annuaire des Fabricants de papier du Royau me-U ni. (Te xte an ­ glai s.)................................., ........................................................S h. 5. 6 d. Ann uai re de<Fab ricant s de Papier et Carto n et de leurs dérivés. (T ex te

alle ma nd. ).............................................................. ... Rm . 3 » Annuaire du Papier en Allemagne (Te xte alle man d.). . . . R m . 35 » BI AG O SC H . — Normalisation des types de machines à papier. (Te xte al le m an d .) .................................................................Rm . 15 » BI AG O SC H . — Lexique de préparation du papier, 1er fascicule du 2e volume. (Te xte al le m an d. )........................................ Rm . 3 » B LA SW E IL E R . — L'usage du silicate de sodium dans l'encollage du papier. (Te xte a n g la is )......................................................... S h. 10 6 d F R IC K .— La fabrication suisse du papier. (T exte allem.) Fr. suisses 6 » Willu GR ÜN EW AL D. — La fabrication et l'utilisation du papier d ’imOressinn. (T ex te al le m an d. )..................................................R m . 6 ■ W. G RÜ N EW AL D et C. SE N SE N H A U SE R . — Le Commerce du PaPÎcr. (Te xte all em an d) ................................................... Rm • 11 « H A M BU RG ER . — La fabrication du papier. (Te xte ail.) Rm . 3 25

iiiHiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iii

605


P A P Y R U S

illlllllllllllllllllllirillllllllllllllllllllllirillllfllliHllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllil

iM .-J . W OL F =; Tirez vos Épre uves de fa çon pra tique

E 12, Ru e de la Vo ût e, PA R IS (1 2° )

■ Matériel d’imprimerie et de Photogravure

H EN D ER SO N. — Le fabricant moderne du papier. (Te xte an gl ai s) ......................................................................................S h . HERZBERG» — Essais d a papiers. (Texte allemand). . . Rm . Ca rl H O F M A N N . — / raii e pr ati qu e de la fa br ic at io n du pa pi er . (T ex te a ll e m a n d .) .................................... 2 vol. Rm . 10 et Rm .

HO YE R. — Le travail des vieux papiers. (Te xte al lema nd). Rm. H O YE R . — Lexiqu e des sortes de papier. (Te xte alle ma nd) Rm . Franz K E IL H A C K . — Gu ide p/u tiqu edu t ransformateur de papie r. (Te xte al le m an d. )................................................................. Rm . KR U M B! EGEL et LA N GE. — La pratique du cartonnage. (Texte alle man d)..................................................................................R m. G. LE ST . — Economie des caloriques dans la fabrication du panier. (Te xte a ll em an d. )................................................................ Rm . REI NHO LD. — Traitement du bols pour papeterie. (T . ail.) R m . R U SC H M A N N . — Bases du rouissage. (Te xte allem and.) Rm . / H U M M E S. — De la f abricati on des sacs et sachets. (T ex te a'Iem a n d .) .............................................................................................................Rm . T H U M M E S .— La fabricatio n des comets, sachets et sacs en p a p ie r ...................................................................................... Rm . W AN D RO W SK Y. — - Imperméabilisation du papier. (Te xte allemand) ...................................................................... Rm . W A N D R O W S K Y . - L'emp loi du papier héliographique. (Te xte al le m an d. )......................................................................... Rm. j. W IL L . — Etudes sur les carton ivoire. (T ext e allem and-) . Rm . Albert ZO EB IS C H . — Codes et Dictionnaires tech niqu es po ly ­ glottes de papeterie, en trois langues, français, anglais et alLmnnd. N° 1. Codes et usages en p a p e te r ie ............................Rm . № 2. Termes oour Papiers et cartons (an gla is en 1°). . . Rm . № 3. Le meme (français en p r e m ie r ) ...................... Rm. № 4. Le meme ( allem and en prem ier)............................... R m . № 6. Form ais en pa pet eri e. . . . . . . . . . . Rm . N ° 7. Table des poids avec concordance des poids en livres an­ glaises et kilos “t des rames 480. 500 et 516 feuilles. Rm . № 8. Code pa pier A -Z . Guide épist olaire p olyglo tte et code télé­ graphique............................................................. Rm. N ' 9. Table des p r i x ....................................................... Rm-

31 6 d 27 » 15 » 9 60 13 » 1

»

8 > 5 * 6 50 6 » 12

>

16 » 2

>

3 » 1 75

2. 50 50 6. 50 6 50 2 50 4

s

22 > 5 50

4. — Ty po gr ap hi e. L. Amen . — La typ ogr aph ie à la li no ty pe ........................................ Brodard. — Mé tho de pra tiqu e pou r dét erm ine r les blancs au moyen d ’une mes ure m ét riq ue ......................................................... L. Brossard. — Le cor rec teu r typ ogr aph e........................................ D esormes et M uller. — Dic tion nai re de l’impr ime rie et des arts grap hiqu es en gén éra l........................................................................ D ucrot. — P resses mod erne s ty po gr ap hi qu es ................................ L. D urand. — Les couleurs dans l’impression.......................... H. F ournier . — Tr ai té d e ty po gr ap hi e............................................ H. G iraud. — « L ino typ ie ». La Lin oty pe à la port ée de tous . . .

P. GODEN NE. — Enc yclo péd ie thé ori que et pra tiqu e pour la con dui te des pre sse s ty po gr ap hi qu es ........................... G. G reffier. — Les règles de la c ompo sition typ ogr aph iqu e. . . D. G reffier. — Man uel des sig nes de la cor recti on typ ogra phiq ue. Ch. Ifan. — Le Pr ote ............................................................................ R. L alaurette. —Quest ionn aire à l’usage des apprenti® ’mprime urs ty po gr ap he s................................................................. .............................

E. L eclerc. — Ty po gra ph ie................................................................ L efèvre. — Gui de pra tiqu e du com posi teur et de l’imp rim eur ty p o g r a p h e ....................................................................................................

1-EFÈvre. — I nstr uct ion nou r la lect ure de.®é pre uve s........................ P. L huillier . — L’imprim eur ty p o g ra p h e .............................

J. MARCASSIN. — Essai Typ ogr aph iqu e...................................... Th . MENNETEAU — Desc riptio n ma lyt iqu e des mod. d’imp ositi on. Th . M enneteau. — Notes et rema rque s sur les impos itions diver ses................................................................................................ Th . MENNETEAU. — Quelq ues notion s de géométr ie typog raph ique Th . MENNETEAU. — Barème don nan t le calcul des blancs pou r les g ar n it u re s.................................................................................... A. MlNET. — G al va no pl as tie et G n lv a n o st e g ie .................................... Mr>NFT — M ac hi ne s tv p o grn n^ '^ ue s et pr oc éd és d ’im pre ss io n. .

Ed. ^O R lN . — Pe tit cours de typo grap hie su iv i du Pe tit Dict ionn aire t ypog ra ph iq ue .................................................... M ortson — L ar t de l’i m p r im e u r ............................... .......................... A. MULLER. — Annu aire de l’Im pr im er ie ........................................

606

12 50 1 50 35 ж 8 50 14 » 15 ж 10 ж 5 ж

28 3 2 25

ж

ж 50 ж

2 50 20 ж 60 ж 3 18 ж 20 ж

6

ж

6 ж 4 50 » 7 ж 30 ж

30

6

»

216 8

PA PY RU S. - T y p o g r a p h i e ................................................... L. PoLAIN. — Mar que s des i mpr ime urs et li b ra b o en Fia nce au XVe si èc le ....................................................................................... G. RENARD, — A brège du fonc tion nem en' de là Lino type à l’usage des app ren tis o p é ra te u rs ................................................................. J. de RlOLS. — Galv anop lastie appri se sans ma îtr e......................... SCHOTT. — Les presses à p latin e et leu r empl oi. . . . ................ SE YL. — La tech niqu e du jo ur na l............................................. S eyl. — La composition m éc an iq ue .............................................. S ey l — Les Machines d’imp rim erie ........................................... SOULIER. — Trait é de ga lva no pla sti e....................................................

TASSIS. — Gu ide d u cor rec teu r et du co m p o si te u r......................... — Tr ait é de la p on ctu ati on ..................................................... F. T hib AUDEAU. — La le ttr e d ’imp rim er ie, 2 vo l.............................. — Man uel françai s d? 'vp opr aph ie mo der ne. . A. TuRPAIN. — De la press e à bras à L Lin oiy pe............................ M. V alotaIRE. — La typ og rap hie ..................................................

X.. . — Le Code Typog raphi que

z

...............................................

20 > 125

о

2 50 3 50

6 » 12 . 20 » 12 » 7 » 6 > 6 > 250 » 125 . 7 » 80 » 10 » 4 50 12 » I • 5 >

X. .. — Mé me nto du c l i c h e u i .......................................................... X .. .— Un Voyage auto ur de la L in o ty p e ............................... X... — Signes de c orr ec ti on................................................................. Annuaire italien de Lino type (Te xte it al ie n.) .........................Lires A RN EU D O . — Dictionnaire Historique et technique pour les arts 110 > graphiques. 3 vol. ( Te xte ital ien ). Bro ché....................... Li res . 135 » R e li é .................................................................................. Lir es. BA UE R. — Man uel pour compositeur. (Te xte allem and. ) Frs suisses 13 25 Friedrich B A U E R . — Man uel pour l 'app rent i compositeur. (Te xte 4 » al le m an d .) ................................................................F ran cs suiss es. F R A N K . — Types et sortes de caractères hébraïques. (Text e alle­ mand .) ..................................................................................... R m . 10 > M. H A R T M A N N . — 25 questions et réponses à propos de la machine à composer Linotype. ( Te xte al lem and .)................................Rm» fos ef- A. H E IL M A YE R . — La composition typographique. (Te xte 7 50 allem and. )................................................................ Francs suisses HE RR IC K. — Gaufrage et impression. (Text e anglais.) . . Sh . 3 ô d Robert HOE . — Une courte histoire de la presse à imprimer (Te xte a n g la is .) ..............................................................................D olla r. 1 > Henri-Lewis J O H SO N . — Spéc imens e t t ypes modernes d'impression avec noes sur leu* caractère et leur emploi. (T ex te an glais .) Doll ars 4 50 S. L A N D I. — Typographi e. (T ex te ita lie n). Vol. I. Lir es. 18 » Vol. H ................................................................................. Li res . 28 »

R. M EAN S et A.-G . SW A N K . — Le mécanisme à la linotype. (Te xte a n g la is )..............................................................Dol lar s. R. W. PO LK . — La pratique de l'Imp rimer ie. (Te xte anSl a i s ).......................................................................................Do llar . R. F. S A L A D E . — Le fin i dans l'impression des trav aux de Ville. (Te xte angl ais) ........................................................ Do lla r. W. -H . SL A T E R . — L art et la pratique de l'esthétique typogra­ phique. (Te xte a ng lais .).............................................................Sh . W HETTO N. Corrections typographiques. (Te xte a nglai s.). S h. W O LT ER S. Les machines d composer. (Te xte allem and. ) R m . A. Z A N E T T A et P . M ER LO . — Man uel typographique, l re partie (Te xte ital ien .)........................................................................ Lires

4 50 1 80 2 50 4/6 5 » 2 » 10

»

5. — Li tho gr ap hie , Ro to -C al co ou O ff- se t et Pr oc éd és div ers d ’im ­ pr es sio n. L. BaudIE. — Le l ivret du li th o g ra p h e............................................. Bonnet . — Manu el de ph ot ot yp ie ..................................................... BoNNET. — Manue l d ’héliogra vure et de phot ogra vure en relief. Br0QUELET et Bregeaut. — Manue l de l’impri meur litho grap he à la presse à bras et à la mac hine ........................................................ G. BRUNEL. — Manue l de galva nopla stie et d’ém ai lla ge ............... BuCHETTl. — Alliages métall iques actue ls et mét allog raph ie. . .

I** 8 5

’ •

18 * 11 20 31 50

COU RMO NT. — La roto cal cog rap hie ou o f f s e t ............... 19 > COURRÈGES. — Rep rodu ctio n des gravur es, dessin s, plans, ma­ nus crit s................................................................................................. 5 > G eymft. — Tr ait é pra tiqu e de grav ure et impr ession sur zinc par les p rocéd és hélio grap hiqu es........................................ 2 volumes 13 ‘ J. GiRARD. — Manue l p rati que du rep orte ur lith og rap he................ 1 75 ‘HESSE. — La chrom olith ogra phie et la pho toch rom olith ogra phie . 25 » L aynaud — La pho totyp ie pou r tous et ses appli catio ns directes aux tira?*® ’•*hovia phia ues et typ og rap hia ues ............................ 5 60 L emercier. — La litho grap hie fr a n ç a is e .......................................... 75»

iHiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

AO UT 1930


lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllillllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllll

PERFO REU SES DE

TOUS

SY STÈM ES

L. MoNROCQ. — 1 raité d e zin cog iap hie ............................................... RevilloN. — La métallog raphie mic rosc opiq ue................................. R. Robert. — Impre ssions m ét al lo gr ap bi qu es ..................................

SCHILTZ.— Manuel pratique d’héliogravure en taille-do uce. . . A. S eyl. — L O f f s e t .............................................................................. A. S eyl. — La R ot og ra vu re ................................................................

X.... — Peinture lith och rom iqu e.................................................. Ann uair e Penrose. ( I ex te a n g l a i s .) ...................................................Sh. B E C K E R .— Les étapes d'une impression au moyen du /î//n .(T .all) ,R m . B E CK ER . — Les étapes d'une carie géographique en six couleurs. (T ext e a ll e m a n d .) .................................................................... Rm . H. BE CK ER . — L' autographie. (Te xte alle ma nd.) . . . . Rm . BO H M . — Comment prépa rer soi-même un cliché. ( Te xte ai l.) Rm • BU CH ER . — Manu el technique pour la fabri catio n des emballages et affiches d éta in imprimés. ( Te xte allem and .). . . Fr. suisse s FI SH ER E T WE BE R. — L'im pression en creux, (T ex te ail.) Rm . FL AD ER . — Le procédé Panto ne. (T ex te alle ma nd.) . . R m . IT . HE LL WI G. — Diction naire des Ar ts Graphiques en 7 tangues........................................................................................... Rm.

KL IM SC H ma nd.)

et

C°.

— Annuaire

K'imich . (Tex te alle­ Francs suisses

SI LB E R M A N N . — Machines pour l'impression des textiles. (T ext e alle man d.).................................................................................... Rm . SI LB E R M A N N . — App arei ls nécessaires au teintur ier et au colo­ riste. (T ext e al le m an d. )............................................................ Rm. X. — L a Maison Berth old. (T ex te a ll e m a n d .) ...................... Rm.

7 » 5 » 5 » 14 50 15 » 2 » 8 > 5 50 5 50 1 50 0 75 2 » 1 25 1 25 14

»

23

»

14

«

10 20

» >

6. — Pho tog rap hie et app lica tio ns aux Arts grap hiqu es. L.- P. Cl ERC. — Les repr oduc tion s pho tom éca niq ues mono chro mes L.-P . CLERC. — Les repr oduc tion s pho tom éca niqu es poly chr ome s. Colson . — Proc édés de repro ducti on des dessi ns par la lum ière . CRON ENBE RG. — L a p r a t i q u e d e la p h o t o g r a v u r e a m é r ic a in e . . . D raux. — La phot ogra vure pour to us ............................................... D uc os DU H aURON. — La trip lice phot ogra phiq ue des couleu rs et

22 * 22 » 3 » 8 40 4 >

l’impr ime rie.............................................................................................. 18 20 E der. — Form ules recet tes et tables pour la photog raphie et les procéd és de rep rod uc tio n........................................................................ 10 » F erret. — La photo gravu re facile et à bon ma rch é.............................. 350 FERR ET. — L a p h o t o g r a v u r e s a n s p h o t o g r a p h i e ’............................................... 350 FlSCH. — Les photo tirag es aux encres d’im pri me rie .............................. 480 G eymet. — Proc édés photo grap hiqu es aux coule urs da nd in e. . 7 > F. L amey. — Un progrès dans l’impri merie : La photograv ure rotative , histo riqu e, proc édés, for mu les .......................................... 35 3 » N audet. — La phot ocol logr aphi e sur supp orts so up le s................. N iewenglowski. — Appl icati ons de la photo graph ie aux arts ind ustr iels ................................................................................................. 7 • Poitevin . — Trai té des impr essio ns pho tog rap hiq ues ..................... Il 20 Roux. — Tra ité pratiqu e de zi nc og ra ph ie.......................................... 3 » — Manuel de photo graph ie et de calc ogra phie . . . . . . 3 » — Trait é pratique de photo graph ie décor ative appliqu ée aux arts ind ustr iels ................................................................................ 3 50 V. Ro ux. — T ra it é pratiqu e de la t ransf orma tion des négati fs en positifs servant à l ’héliogravure et aux agra ndis sem ents . . . . 3 > T rutat. — Impress ions photog raphiq ues aux encres gras ses. . . 7 70 Verfasser. — La p hototyp ogravu re à d e m i- te in te s.......................... 8 40 Vidal . — La photograp hie appliqu ée aux arts indu strie ls de repro­ du cti on ................................................................................................. 4 20 Vidal . — Traité pratique de ph ot oc hr om ie....................................... 20 » ViLLEMAIRE. — Le guide de l ’opéiateur dans la photogravure . . 19 » V illo n. — Traité pratique de photograv ure sur ve ri e..................... 3 » R U S S et L. E N G L IS H . — Ma nue l pour la technique des procèdes ™ndprnes de reproduction. (T ex te alle ma nd.). . Fra nce suis ses. 22 » SC H M ID T. — Recueil de notes et d'observations pour la photo­ graphie. (Te xte a ll e m a n d .) ................................................... Rm . 2 » WA LL . — La photographie en couleurs. (Te xte anglais) Dollar s 3 »

7. — Grav ure, Art et Dé cor ation. t^ouis A ubert. — Les Maîtres de l’estamp e japo nais e..................... E. BAYARD. — L’art appliq ué français d’aujour d’hui — L ’art de reconna ître 1еэ sty les. . . -, • . . .

56 45 25

P A P Y R U S

i M.-J. WOLF i S 12, Ru e de b V oû te , PA RI S (1 2 e )

ï

■ Matériel d’imprimerie et de Photogravure ■

E. B ayard. — S tyl e Lo uis X lij — Sty le Ren ais san ce............................................................ — Sty le Lou is X I V ............................................................ — Sty le Rége nce et Louis X V ...................................... — Styl e Lou is X V I ............................................................ — Sty le Em pi re .................................................................... — Sty le M od er n e................................................................ — Sty le An gla is.................................................................... — Sty le Flamand et H ol la nd ai s...................................... BERT HOUD . — Gravure sur r o u le a u x ................................................... BUSSET. — La tech niqu e mode rne du bo is g r a v é ................................ Henri CLOUZOT. — Les métiers d’ar t................................................... A. DoNJEAN. — G ra vu re à l ’eau -f or te ................................................... F raipont . — Manière d’exéc uter l es dessi ns pour 1 pl oto gravure et la gravure sur bo is................................................... ................. Fraipont . — L’art de prendre un croqu is et de l’uti lis er ................. Fraipont . — Eau-for te, poin te sèch e, burin, litho grap hie . . . . J. G authier. Graph ique d’histo ire de l’art .......................... • • J. G authier et C apelle. — Tra ité de com posi tion déc ora tive . . G authiéR. — Dix leçon s de com posi tion déco rati ve.......................... G érard. — Mélang es et associ ations des cou leu rs.............................. G uéri in . — Le paysa ge............................................................................ L iboni s. — Trai té pratique de la c o u le u r ....................................... LlGERON. — La gravure original e en cou leu rs. . . . . . . . . M orin Jean. — Manuel pratique du graveur sur b o i s .................. S aunier — Les décorateurs du Livr e..................... .... P. SlMONS. — La comp ositi on décorati ve dans les Ecole s primaires de P a r is ................................................................................................... J. T hÉZARD. — Le dessin sans ma ître ................................................... J. T hÉZARD. — L ’art décoratif dans la pu blic ité................................. — Save z-vou s croqu ither ? ou le dessin par la phy ­ sique am u sa n te ..................................................................................... Léon Verleye. — La gravure, la cise lure, le mo de lag e...................... V illon . — Gr aveur, 2 vol ........................................................................ B R O W N .— Peintre gra veur sur bois. ( T e x te a n g la is .) . D o ll a r s . D O U G LA S, Mac M U R TR IE . — Le dessin d u caract ère américa in du 20 e siècle. ( Te xte an gla is. ).......................................... Dol lars . PR AL LE . — La gravure sur cuir. (T ext e allem and. ). . R m . Carl -Lar s S V E N S E N . — L 'a rt de la lettr e. ( Te xt e angl ais.) Doll ars

i

8 8 8 8 8 8 8 8 8

> > « a a a

> »

18 a 25 20 9 60 3 50 B

5 5 5 20 32 32 12 9 4 33 15 15

B

1 a a a V a a a a a

10 a 4 50 4 50 1 50 16 20 20 > 1 50 1 7S 2 75 3 50

8. — B ro ch ag e, R el iu re , D o ru re . Bosquet. — Manuel du doreur sur cuir et sur t i s s u s ...................... \n d ré R rue L. — L ’art de la r e l i u r e ...............................

CH AN AT . — La te ch n ol og ie de la re E ur e (s u it e de 10 ta bl ea ux , 60 fi gu re s) . ................................................ ClIANAT — M an ue l pra ti ou e de l’o uv ri er re li eu r. 1e r vol ................ Си ANAT.— M an ue l pra ti qu e le I ouvrier relieur. 2e v o l.................. ClR ALD ON. — Le relieur pratiq ue...................................................... .... Ingeborg BoR JESO N. — Leçons de reliure pour amateurs................ J. L eMALB. — Manuel du relieur ............................................................ Lenormand et M athnf — Reli eur......................

PAGNIER et WALTER-JA Y. — Tra ité pra tiqu e de dor ure et de mo saï qu e sur c u i r s . ..................................................... Roux — Pour le reli eur............................................................................ Eloi Rueiler. — La reliure d’am ate ur...............................................

Les T rans form atio ns du papi er et du ca rto n.......................... A D A M . — Les trav aux simples et routiniers de reliure. (Te xte a ll e m a n d .) ................................................................................. Rm . A D A M . — L'a rt de la dorure d la main, le gaufrage et Гimpres­ sion sur cuir. (Te xte a ll e m a n d .) .........................................R m. M .- K . D U T T O N .— Résumé historique de ГA rt de la reliure. (Te xte a n g la is .) .................................................................... Do llar s. F ra m K F .I LH A C K — Le brocheur (T ex te all em an d.) . . R m . K E R ST E N . — La reliure exacte. (Te xte allem and. ). . . Rm . K E R ST E N . -r~ Guide pour le relieur. (Te xte allem and.) . Rm . K . LO H SE . — La technique de la reliure de registres. (T ext e alle ­ mand) .......................................................................................... Rm. LO U BI ER . — La reliure, de ses débuts d la fin du X V II Ie siècle. (T ext e a ll em a n d .) .................................................................... Rm . H SC H R O D E R . — Assortime nt du brocheur. (T ext e a lle ma nd )R m.

17 3 15 7 7 7 36 22 15

50

» 50 50 50

40

> > a

>

16 80 6 30 5 80 7 50 3

»

6 70 3 50 2 40 12 50 4 •

9. — Lib rair ie, Éd itio n, Pu bli cit é, His toir e des Arts gra phi que L. A nge . — Pour bien faire sa p u b li c it é ...........................................

30

»

A O U T 1930 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 607


у

P A P Y R U S

llllllllllllllllIhlllllllllllllllllllllllllHllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllHIIIIIIll

M .- J. W O L F { 12, Rue de la Voûte, PARIS (12 e )

S ■

Matériel d’imprimerie et de Photogravure

La Novita est la Régleuse parfaite

19 я 45 » Marius ÄUDIN. — Le livre, son illu stratio n, sa décoration . . . . Byblis. — Miroir des arts du Livre et de l’Estampe, abonn emen t. 100 Chambonnaud et C harensol. — Les affaires et l ’impri mé. . . . 26 60 60 20 — Les affaires et l ’annonce . . . . 44 80 Chambonnaud, D ermée et Courmont. — Les affaires et l’affiche. Chambonnaud et Cody. — L’art de faire des affaires par lettre et 27 par ann once.................................................................................... 4 50 Albert ClM. — Petit manuel de l’amateur de li v re s ....................... G erin. — Précis intégral de publ icité .............................................. 35 » J. G erin et C. Espinadel. — La publicité suggestive, théorique 70 » et technique..................................................................................... G uitet-Vauquelin, M ac U rlan et H oudin. — L ’ini ti at io n à la vie du l iv re .................................................................................... 12 » R emet. — Trai té pratiq ue de publicité commerciale et indus ­ trielle............................................................................................... 60 E. H enrIOT. — L’Art de former une bi bl io th èq ue ................... 7 50 R. H esse. — Le livre d ’art du XIXe siècle à nos jours . . . . . . 15 » Histoire du livre et de 1 imprimerie en Belgique des origines à nos jours. l r e , 3e et 4e pa rties. Le v olum e.......................................... 50 » LaVILLE. — L’imprimé de publicité. 3 vol.. Broché, 420. Relié, 525 » J. L eboüC. — Memento du Commis l ibraire .................................. 20 » P. MEILOTTÉE.— Histoire économique de l'Imprim erie . . . . 50 * Pierre M ornand. — L a rt du livre et l’histoire de l’imprimerie 30 » Ch. Mortet. — Le format des l ivr es ............................................. 7 20 L. Ange. — Manuel de publicité', cartonne' . . . . . . . .

PAPYRUS. — La participation du livre et du papier à l’Exposition des Arts Décoratifs.........................................

i

10 »

Louis PoLAIN. — Marques des imp rimeurs et libraires fr ancais du XVe s ièc le........................................................................................ 125 » G. Renard. — Les travaille urs du livre et du journal : Tom e I. 10 > Tom e I I ..................................................................... 10 » Tom e I I I ..................................................................... 10 » 10 » Ed. Rocher. — L es beaux métiers du li v r e .................................. 35 » Schwarz. — Guide du courti er en l ib ra ir ie .................................. 10 . T hevenin et L emierre. — L es é ta p e s d ’u n li v r e ................................. G. Z elger. — Man uel d’Edition et de L ib ra iri e....................... X.... — L ’agencement et l' organisati on d’une librairie moderne. . X.... — L’art de ГЕх-libr is 2 v olu me s.......................................... X .. .. — L*Ex-Iibris modern e en France, 3 séries . . Chacune 35 . 30 . Les Transformations du papier et du ca rton.................... 2 50 AD AM . — La restauration des vieux livres. (Texte allem.) Rm . BE AU JO N. — Fournier et l'imprimerie en France au X V l/ Ie siècle 30 » (Texte a lle m an d. )............................................................. Rm . FR IT Z. — Histoire Jet fonderies typographiques Je Vienne. (Texte 2/0» HO LDE N. — Dictionnaire de Librairie (Texte anglais). Sh . 8/0» JO NE S. — А/fiches et publicité (Texte anglais) . . . . Sh. all em an d.) ........................................ ... .............................. Rm. 20 » LU CK IES H. — Lumière et couleur dans la publicité et le commerce. 3 » (Texte a ng lai s.) ............................................................. Dollars T.-E . N AY LO R. — Les principes et la pratique de la fabrication da 3/6» journal. ( Tex te a nglais.)...................................... ... Sh . 2 » A. N O V A K .— Le livre tchèque. (T exte allemand.) . . . . Rm. G. PA RK ER WIN SH1 P. - De Gutenberg à Planiin. (Texte 3 » anglais.)......................« .................................................Do llars. 7/6» Léon PI CHO N. — Le livre illustré en France. ( Texte anglais.). Sh. 8 » A. S A N T A C LA RA . — Les arts du livre. (Text e alle man d.). L Rm. M. Z IM M ERM AN N . — Manuel commercial du journaliste. (Te xte 9 „ allemand.)................................................................ ... Rm.

10. — Machines à écrire, à calculer, P apeterie, Articles de bureau A. Bourgeois. — Manuel d u com mis- pap etier.............................. D emouy. — Manuel de fabrication des plumes métalliqu es. . . Desechaliers. — Annuaire Le Guide Vert, pour l’imprimerie, la papeterie le bur eau............................................. .......................... Lhomme et Argy. — Ann uaire de la Papeterie Universelle . Ch. L ejeune. — Tr aité pratiqu e de stén ogr aph ie.......................... A. NAVARRE. — Histoire générale de la sténographie...................... — Leçons sténographiques (32® é dit ion )................... N avarre et K oller. — Cours de sténographie franco-anglaise . . N avarre et de PUYTORAC. — Cours de dactylographie et de ma­ chine à écrire................................................................................ Annuaire de la papeterie italienne. (Texte italien) . . . . . . Lires. Annuaire Phillips de la papeterie Universelle. (Texte anglais.). Sh.

Sai nt- Ou en. — lm p. Bu ttne r-T hier ry.

22 » 19 60 30 30 6 50 4 10

» » » » » »

17 » 45 » 21 »

G. KL EIN . — Installation d'un magasin de papeterie. (Texte alle­ m an d. )...........................................................

.....................

KL EI N. - Le commerce de la papeterie. (T ex te al le m an d. )

5 » 5 »

Rm , Rm.

IL — Apprentissage, Enseignement technique et professionnel Organisation du travail Bouillaux-L afont. — Les Chambres des M ét ie rs ....................... 6 L. C hambonnaud. — Les affaires et l’art de les tra iter ............... 23 50 C hambonnaud et C harensol. — Les affaires par correspo ndance. 28 » C hambonnaud, D ermée et Courmont. — Les affaires et le ur lan­ cem ent ......................................................................................... 32 20 C hambonnaud. — Les affaires no uv ell es.................................... 23 80 C lark. — Le graphiqu e Ga ntt ................................................... 50 » C lark. — Un graphiqu e de contrôle pour le Chef d’Entrepr ise . 5 » CLOUZOT. — Les métiers d’art, orientation nouve lle.................... 9 60 A. F ejes. — Pratiq ue de l ’organisation rationnelle....................... 80 » F. M auVEZIN. — Pour que nos enfants réussissent dans leur métier ou p ro fe ss ion ................................................................................. 2 50 F. MAUVEZIN. — Rose des métiers. T raité d ’orientatio n profession­ ne lle ...................................................................................................................

N avarre. — Manuel d’organisation du Bure au.............................. A. NAVARRÉ. — Manuel d’Organisation commerciale moderne . . PlTOTS. — Mé tho de s mo der ne« d ’essais à l’u s i n e ..............................

30

»

15 » 19 60 50 40

H. RAMIN. — Vocabulaire anglais-français et français-anglais des industries du L i v r e ..................................................................... SPRENG. — La sélection professionnelle et son utilité sociale. . T hompson. — Le Système T ay lo r................... . ...................... C.-B. THOMPSON. — La réorganisation des usin es. Tomes I. . .

5 » 20 » 14 40

X.... — L’imprimeur chef d’indus trie et com mer çant ................... 45 HELL WIG. — La composition et l'usage des langues étransères. fT e y te all em an d I .............................................................................Rm. 10 20 W. HEL LWI G. — La compoistion et la façon de traiter les langues étrangères. (Texte a ll e m a n d .) ........................................... Rm. 10 » KI RC HN ER . — Conseiller pour l'exploitation des fabriques de papier, carton, cellulose. (Text e all em an d.) ....................... Rm . 5 »

12. — Hygiène, Économie politique et sociale, Droit et Législation Albert C almes. — Administrati on financière des En treprise s et des Sociétés. . . ............................................................................. 36 » Charpentier. — La lumière et les c oule urs.................................. 9 80 HuMERY et JoULOT. — La question du juste salai re....................... 6 » L. Radiguer. — Maîtres imprimeurs et ouvriers typogr aphes. 30 » HIPP E et Karl WA HL E. — Traité commercial pour le fabricant de papier. (Texte allemand .).................................. . . . . Rm. 5 *

13. — Prix de Revient, Comptabilité, Commerce, Douane. Fisc Assurances CORNIER. — Manuel pratiqu e pour l’établissement des prix de revient d ans l ’imprimerie . ...................................... .................. D urand. — Ca lculateur anglais............................... ... ................... L eROY. — Comptab ilité commerc iale.............................................. A. MULLER. — Notice sur l’établissement des devis et prix de revient dans l’imprime rie............................................................. A. MULLER. — Mét hode rationnelle pour l’établissement des devis et prix de revient dans l ’imprime rie............................................. G. PARIS. — A. B. C. de com ptabilité prat ique ............................. PETIOT. — Tarif raisonné des travaux de ville.................................. PlGIER. — Dictionnaire commercial, comptable et jurid ique. . . Sadoux. — Les prix de vente calculés à 37 taux de bénéfices diffé­ ren ts............................................................................................... URB AIN . — Org anis atio n co mm erc ial e et com pta ble en im pr im er ie .................................................... VuiBERT — Le dépôt lé g a l............................................................. X.... — Le barème -cadran................................................................ X.... — Indicate ur de la prod uction français e.................................. M.-F .-G. SH EP AR D. — L e livre des prix pour l'imprimerie et in­ dustries connexes. (Texte anglais. ).......................................... Sh.

2 80 10 » 5 60 4 50 3 • 8 40 18 » 37 80 30

»

16 50 7 50 50 » 25 » 5

»

Le Géra nt : J D an gu in .

Profile for iBookBinding

French Paper Industry Bulletin 'Papyrus' - August 1930  

One of my recent finds during the trip to Romania was a convoluted collection of the French paper industry edition Papyrus from 1931 that in...

French Paper Industry Bulletin 'Papyrus' - August 1930  

One of my recent finds during the trip to Romania was a convoluted collection of the French paper industry edition Papyrus from 1931 that in...