Page 59

Julie, jolie Julie… qu’est ce que tu sais faire le mieux ? – Donner envie / les caïpirinhas / lire des histoires aux enfants. donner envie de quoi ? de manger une glace fraise et chocolat ? d’écouter le vent ? d’allumer les oiseaux le matin ? de marcher sur les mains entre les lignes jaunes ? de faire un bouquet de fleurs avec des hippopotames ? de te poser des questions ? – Envie de prendre des risques. Et oui, aussi d’écouter le grand vent… comment vas-tu ? ce prix ça fait quoi ? pour de vrai. – Bonjour Marie-Antoinette, je vais bien. Je vais très bien. J’ai l’impression d’avoir une cathédrale de verre dans le plexus et de grands gongs qui résonnent dans le ventre et la tête ouverte sur le dessus et pleine de bleu. Ce prix, je découvre ce que ça fait un peu chaque jour. Quand je pense à ta question. Ça fait pas seulement plaisir. Ça fait que je me sens dans le flux juste, dans le lieu où les choses circulent, s’offrent et se reçoivent. Je n’ai pas vraiment eu de père dans ma vie. Et il y a deux ou trois ans, Thomas Prattki, un homme que j’admire et qui était un de mes maîtres à Paris chez Lecoq et un disciple de Jung et Dürckheim, m’appelle pour me dire qu’il aimerait que je l’assiste dans sa nouvelle école de Londres pour pouvoir, un jour, enseigner sa pratique théâtrale. J’ai évidemment tout laissé pour être à ses côtés pendant un an. Tous les jours, je l’assistais, lui et d’autres profs aussi, et je voyais de jeunes créateurs émerger. C’est un métier vraiment difficile et incroyable que de faire la place à la créativité des gens. Bref, tous les matins, Thomas prenait cinq minutes avec moi pour papoter des cours, de la vie, J.B.

56/57

Prix Culturels de l'Etat du Valais 2011  
Prix Culturels de l'Etat du Valais 2011  

Catalogue: Prix Culturels de l'Etat du Valais 2011 / Katalog: Kulturpreise des Staates Wallis 2011 Prix Culturel / Kulturpreis: André Raboud...

Advertisement