Issuu on Google+

Le mouvement ouvrier et   la révolution antiautoritaire 

L'anarchisme   en Espagne  (Recherche bibliographique) 

 

                   Octavio Alberola         

 

1


2


Le mouvement ouvrier et   la révolution antiautoritaire 

L'anarchisme en Espagne  (Recherche bibliographique) 

Octavio Alberola   Octavio Alberola est anarchiste. Il est né en Espagne, à Alaior, Îles Baléares,  en  1928.  Aujourd'hui,  il  vit  à  Perpignan,  France.  En  1939,  il  s’exile  au  Mexique avec leurs parents. Dès ce moment, il commencé son militantisme  anarchiste dans les Jeunesses Libertaires et à la CNT espagnole au Mexique.  En  1962,  il  s’incorpore  à  l'organisation  clandestine  "Défense  Intérieure"  constitué par le Mouvement libertaire espagnol après le congrès de la CNT  de 1961. Actuellement, il est un des animateurs du "Groupe pour la révision  du  procès  Granado­Delgado",  qui  depuis  1998  exige  l'annulation  des  sentences  franquistes,  et  du  "Groupe  de  soutien  aux  libertaires  et  syndicalistes  indépendants  à  Cuba"  (GALSIC).  Infatigable,  il  collabore  également à d'autres initiatives libertaires en Europe. Il est un homme plein  d'histoires écrites à travers d’une vie libertaire agitée et intense. 

Extraído de:  Matériaux pour l'histoire de notre temps,  n° 3‐4, 1985.   http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/issue/mat_0769­3206_1985_num_3_1 

 

« Le mouvement ouvrier et la révolution anti­autoritaire :   l'anarchisme en Espagne »  http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mat_0769­ 3206_1985_num_3_1_403908         

  http://starm1919.blogspot.com.es/  

http://elsetaproducciones.blogspot.com.es/ 

 

3


4


Le mouvement ouvrier et la révolution antiautoritaire  

L'anarchisme en Espagne    Ce  texte  parut  en  1985  dans  le  numéro  3‐4  de  la  revue  Matériaux  pour  l'histoire  de  notre  temps,  éditée  par  la  Bibliothèque  de  Documentation  Internationale  Contemporaine  (BDIC) et dédié à “L'Espagne de 1900­1985”.    Consacrer  un  numéro  de  Matériaux  pour  l'histoire  de  notre  temps  aux  recherches historiques et aux sources documentaires relatives à l'Espagne  du XXe siècle me paraît être une initiative excellente et très opportune. Non  seulement  parce  que  la  parution  de  ce  numéro  coïncide  avec  le  deuxième  anniversaire de la mort de Franco et le soixante quinzième anniversaire de  la fondation de la « Confédération Nationale du Travail » (CNT) d'Espagne,  mais  aussi  parce  que  nous  allons  célébrer  l'année  prochaine  le  cinquantième  anniversaire  de  la  « guerre  civile »  ou  « révolution  espagnole ».    Il  me  semble  donc  tout  à  fait  justifié  d'inclure  une  contribution  consacrée  exclusivement  à  l'anarchisme  en  Espagne;  car  je  crois  qu'il  n'est  pas  possible de comprendre l'histoire de cette Espagne du XXe siècle, ni celle de  cette  révolution  sans  s'attarder  ‐  si  peu  que  ce  soit  ‐  à  l'étude  du  rôle  historique joué par les idées et les organisations ouvrières anarchistes dans  les  luttes  politiques  et  sociales  menées  par  le  prolétariat  espagnol  tout  au  long  de  ce  siècle.  Or,  non  seulement  l'historiographie  officielle  (de  l'État  franquiste ou monarchique et des partis) a jusqu'à aujourd'hui minimisé et  dénaturé  l'action  et  les  réalisations  des  anarchistes  au  cours  de  ce  siècle,  mais sur tout très peu d'études rigoureuses et objectives ont été faites pour  mesurer  le  poids  réel  de  la  présence  et  de  la  praxis  de  l'anarchisme  en  Espagne. Et cela bien que nous sachions tous que ces études permettraient   sûrement  de  mieux  saisir  les  mécanismes  et  les  événements  qui  ont  contribué à l'évolution de l'Espagne de 1936 vers la société « consensuelle  et démocratique » de nos jours.   Longue et paradoxale évolution d'une société en proie aux contradictions et  aux antagonismes internes, les plus flagrants et les plus radicaux, au cours  d'un siècle qui a été témoin non seulement de luttes sociales très violentes,  mais aussi d'une des tentatives révolutionnaires les plus avancées de notre  temps.  Tentative  révolutionnaire  animée,  précisément  et  essentiellement,  par les anarchistes.        

5


Or,  si  ‐  comme  l'on  dit  couramment  ‐  la  fonction  de  l'historien  dans  la  société  « est  de  conserver  les  faits  et  de  les  rendre  intelligibles »,  il  me  semble que, dans le cas de l'anarchisme, les historiens manqueraient à leur  devoir déontologique et à leur fonction scientifique s'ils ne lui rendaient pas  sa place et son rôle dans cette Espagne du XXe siècle. Et cela  tant du point  de vue des « faits » que de la possibilité de les rendre intelligibles à partir,  précisément, du rôle décisif que dans la plupart des « faits majeurs » de ce  siècle ont joué les anarchistes espagnols.   Donc, non seulement par conscience professionnelle mais aussi par l'intérêt  que nous avons tous de préserver l'indépendance et le crédit scientifique du  « métier »  d'historien  face  aux  pressions  de  tous  les  pouvoirs  et  des  tentatives  manipulatrices  partisanes,  il  me  semble  nécessaire  de  dénoncer  et  de  déplorer  une  fois  de  plus  le  manque  d'objectivité  et  d'honnêteté  intellectuelle  des  historiens  qui,  pour  des  raisons  idéologiques  ou  obligations  partisanes,  ont  tronqué,  interpolé  ou  se  sont  laissé  aller  aux  trous  de  mémoire,  quand  ils  ont  écrit  sur  les  faits  dans  lesquels  les  anarchistes espagnols ont été les principaux protagonistes.   Bien  sûr,  la  pression  de  l'histoire  en  train  de  se  faire  et  les  nouvelles  possibilités  actuelles  pour  les  chercheurs  indépendants  de  disposer  de  sources  documentaires,  jusqu'alors  restés  dans  l'oubli,  n'ont  pas  manqué  ces  dernières  années  d'ébranler  les  certitudes  de  la  vision  historique  officielle  sur  l'anarchisme.  Dès  lors,  rien  de  plus  normal  que  quelques‐uns  des historiens qui, hier, troquaient, interpolaient ou se sont laissé aller aux  trous de mémoire, quand il s'agissait d'écrire ou de parler des anarchistes,  reconnaissent aujourd'hui leurs manipulations et leurs aveuglements.    Mais,  à  dire  vrai,  et  même  si  certaines  institutions  ont  renoncé,  plus  ou  moins sincèrement, à contrôler le passé pour essayer d'imposer leurs visées  au  présent,  nous  sommes  encore  dans  une  situation  où  l'histoire  générale  de  l'Espagne  du  XXe  siècle  reste  marquée  profondément  par  toutes  les  tergiversations,  falsifications  ou  travestissements  que  ces  institutions    (ou  les historiens qui se sont laissé influencer par elles) ont diffusé à propos de  l'anarchisme.  Sans  oublier  que  maintenant  nous  avons  à  faire  face  à  de  nouvelles  contrefaçons  de  l'histoire  à  travers  les  improvisations  et  simplifications  (pas  toujours  involontaires)  diffusées  massivement  au  sein  de la société par les tout puissants mass‐médias actuels.    De fait, nous savons tous que l'histoire continue à être un enjeu dans toutes  les sociétés, et par là que le contrôle sur la production historique l'est aussi.  Dans  ces  conditions,  comment  s'étonner  que  la  « vérité  historique »  devienne  suspecte ?  Surtout  quand  elle  sert  de  prétexte  pour  légitimer  l'exercice du pouvoir !    

6


C'est pour cela que, dressant la liste des concessions exigées  par tous ceux  qui  croient  avoir  des  droits  sur  l'histoire,  Marc  Ferro  dénonce  l'histoire  sous surveillance et se fait le défenseur  ‐ critique ‐ dans un livre récent1, à  la  fois  opportun  et  pertinent,  d'une  histoire  en  train  de  devenir  enfin  une  science grâce aux procédures scientifiques  défendues et appliquées dans la  recherche historique par les fondateurs et les continuateurs de l'École des  Annales.  C'est‐à‐dire :  une  histoire  autonome  et  expérimentale,  qui,  pour  chercher  les  lois  et  les  principes  du  développement  des  sociétés,  requiert  des historiens le devoir « d'étayer leurs analyses  sur des fondements ou des  démonstrations  irréfutables »2,  et  non  pas  sur  une  philosophie  quelconque  de  l'histoire.  Une  histoire  capable  d'englober  et  de  rattacher  l'histoire  générale (« avec ses variations et ses variantes, avec ses faits, ses dates et ses  événements »)3,  les  micro  évènements  locaux,  la  vie  quotidienne,  les  faits  divers et les certitudes particulières dues à l'expérimentation systématique  dans l'étude des phénomènes de longue durée.   Il  est  peut‐être  temps,  donc,  d'aborder  ‐  encore  plus  systématiquement  ‐  l'histoire  de  l'Espagne  du  XXe  siècle  (et  aussi  l'antérieure)  d'après  l'étude  de  toutes  les  données  quantitatives  et  anthropologiques  qui  permettront  d'échafauder  des  systèmes  de  corrélations  inédits  et  de  la  confronter  impartialement  à  toutes  les  visions  partisanes  de  cette  histoire  dont  nous  disposons  aujourd’hui.  Premièrement,  parce  que  très  probablement  les  « événements géants » de cette histoire se situent au croisement  de toutes  ces  corrélations,  et,  deuxièmement,  parce  que  ces  visions  sont  aussi  histoire,    à  condition  de  les  présenter  comme  telles  « et  de  considérer  que  l'inventaire  des  croyances  et  des  mythes,  ces  vérités  multiples,  participe  à  la  constitution  de  l'identité  d'un  groupe,  d'une  famille  spirituelle,  d'une  région,  d'une nation »4.  Il  est  urgent  surtout  de  faire  une  critique  sérieuse  de  l'histoire,  de  cette  histoire  qu'ont  imposées  les  avant‐gardes  scientifiques  et  les  experts  parachutés par les partis aux postes clefs des institutions où  est produit le  savoir historique officiel. Particulièrement en ce qui concerne les thèses, les  légendes  et  les  images  stéréotypées  avec  lesquelles  ce  savoir  a  construit  l'histoire de l'anarchisme en Espagne.                                                             1 L'Histoire sous surveillance, Calmann‐Lévy, Paris, 1985.  2 

L'Histoire sous surveillance, p. 113 

3 Ibid, p.166  4 Ibid, p.166 

 

7


De  plus,  dans  un  monde  où,  malgré  la  faillite  des  idéologies,  les  beaux  discours  continuent  et  où  l'oppression  et  l'avilissement  sont  encore  des  valeurs  dominantes,  il  est  nécessaire  ‐  et  de  notre  intérêt  ‐  de  faire  une  claire  distinction  entre  les  discours  et  les  faits,  et  aussi  un  véritable  effort  d'honnêteté  intellectuelle  pour  appliquer  nos  définitions  aux  uns  et  aux  autres:  selon  ce  qu'ils  disent  ou  disaient  vouloir  faire.  En  ce  sens,  différencier  discours  et  faits,  et  reconnaître  dans  les  mots  leur  charge  éthique et leur sens ontologique ne signifie pas faire de notre démarche une  idéologisation  camouflée  mais,  au  contraire,  nous  placer  dans  un  contexte  de cohérence sémantique et de conséquence scientifique dans la recherche   de la « vérité » historique et de l'intelligibilité du passé des sociétés ou des  mouvements spécifiques des hommes.    Alors,  il  nous  faut  bien  débusquer,  derrière  les  contenus  manifestes  ou  latents  d'une  certaine  conscience  historique,  ce  qui  pourrait  bien  être  son  « impensé  radical »  ‐  sans  lequel  l'histoire,  privée  de  tout  projet  global,  perdrait  une  partie  de  sa  raison  d'être  ‐  et  opérer  certaines  révisions  sémantiques déchirantes. Et cela même au prix de susciter quelques haut‐ le‐cœur et des vertiges dialectiques à tous ceux qui, au nom du socialisme  scientifique, on refait l'histoire ‐ y compris la leur ‐ pour l'accommoder soit  au  parti,  soit  à  la  théorie  ou  au  dogme ;  car  ils  ne  peuvent  plus  produire  aujourd'hui de l'histoire scientifique ayant, toujours, refusé  à l'histoire son  autonomie  et  n'ayant  plus  de  crédit  après  tant  de  reniements  et  remaniements  faits  pour  payer  leur  tribut  à  l'illusionnisme  de  la  propagande.    Certes, nous savons bien que toute analyse historique ne peut être (et n'est)  ni  neutre  ni  indifférente,  et  que  même  du  côté  de  tous  ceux  qui  ont  écrit,  avec  sympathie  ou  impartialité,  sur  l'histoire  de  l'anarchisme  espagnol,  beaucoup  ont  péché  par  subjectivité  sinon  par  un  certain  moralisme  triomphaliste  pas  toujours  justifié.  Soit  en  valorisant,  au‐delà  de  toute  mesure,  le  rôle  joué  par  les  anarchistes  dans  certains  événements,  soit  en  dénaturant le rôle des autres forces politiques et sociales ‐ en particulier les  communistes.   Au reste, ne sui‐je pas tombé dans semblable piège avec l'ouvrage que nous  avons, Ariane Gransac et moi, consacré à l'anarchisme espagnol  et l'action  révolutionnaire :  1962‐19755.  Et  cela,  même  s'il  se  voulait  un  simple  témoignage d'une période difficile de la lutte antifranquiste des libertaires  espagnols, et même si nous avions commencé à faire ‐ tout en continuant à                                                           5  Edité  en  1974  en  espagnol  par  Ruedo  Ibérico  (El  Anarquismo  español  y  la  acción  revolucionaria, 1961­1974) et en français par Christian Bourgois Éditeur (L'Anarchisme  espagnol et l'action révolutionnaire Internationale 1961­1975).    

8


militer dans la mouvance anarchiste et de la CNT ‐ la critique d'une certaine  dégénérescence  idéologique  et  révolutionnaire  des  milieux  anarcho‐ syndicalistes espagnols ! Critique  que j'ai continué à développer plus tard à  travers mes travaux de recherche et d'analyse en vue d'obtenir  le diplôme  de l'EHESS6.    Ainsi,  loin  des  versions  réductrices  ou  mensongères  des  uns,  mais  également loin des versions moralistes ou triomphalistes de tous ceux qui,  refusant la duperie de l'histoire officielle, ont produit une contre histoire de  l'anarchisme  ‐  également  idéologique  et  ascientifique  ‐  nous  devons  contribuer à cette remise en cause  ‐ nécessaire et urgente ‐ de l'anarchisme  espagnol.  Non  seulement  par  des  raisons  d'honnêteté  intellectuelle  et  scientifique, mais aussi parce qu'elle sera hautement profitable pour écrire,  enfin,  une  histoire  générale  de  l'Espagne  du  XXe  siècle.  Une  histoire  qui,  tout en essayant de faire le diagnostic de la société espagnole de ce siècle, se  garde  de  toute  prétention  thérapeutique  sur  elle.  Même  s'il  y  en  a  encore  qui continuent à faire « de leur profession une chaire où ils expriment leur foi,  identifiant  en  toute  simplicité  leurs  convictions  à  la  vérité  scientifique,  confondant ainsi conscience de l'histoire et histoire »7.       De  fait,  si  « la  recherche  des  structures,  le  privilège  accordée  à  la  longue  durée, à l'étude des mentalités, à l'analyse des événements observés non plus  comme  des  faits  mais  comme  des  'symptômes'  excluaient,  en  effet,  tout  préalable  théorique,  tel  le  déterminisme »8,  cela  ne  voudrait  pas  dire  que  nous ne pourrions  pas continuer à chercher la matrice de l'histoire et que  nous devrions nous enfermer dans un éclectisme idéologique ‐ de surcroît  apparent  ‐,  nous  refusant  « de  repérer  quelques  uns  des  traits  de  l'ordre  historique, de sa fonction et de son fonctionnement »9.   Ceci  dit,  et  sans  prétendre  apporter  ici  des  éléments  nouveaux  en  matière  de sources documentaires, je me permets d'ajouter quelques remarques au  sujet de certains ouvrages  que composent les fonds bibliographiques dont  nous  disposons  aujourd'hui  pour  puiser  une  partie  importante  des  informations  (documents,  témoignages  et  versions  personnelles)  nécessaires  à  consulter  pour  faire  des  recherches  historiques  rigoureuses  sur  l'anarchisme  espagnol.  Car,  comme  nous  l'avons  déjà  dit,  pour  contradictoires  que  soient  ces  informations,  ces  témoignages  et  ces  versions, il est essentiel de les confronter  impartialement et de les intégrer                                                           6 Le Déclin idéologique et révolutionnaire de l'anarcho­syndicalisme espagnol, 1981.  7 

Marc Ferro, L'Histoire sous surveillance, p. 153. 

Ibid, p. 143. 

9 Ibid, p. 149. 

 

9


à  la  production  historique  nouvelle;  puisqu'ils  sont  (d'une  certaine  manière) histoire. Et, surtout, parce que c'est à partir de cette confrontation   que  les  chercheurs  pourront  mieux  s'orienter    pour  démêler    les  diverses  contrefaçons  historiques  que  tant  les  détracteurs  que  les  apologistes  de  l'anarchisme espagnol ont produit jusqu'aujourd'hui.       Ainsi,  quel  que  soit  le  jugement  de  valeur  que  nous  portons  sur  les  fonds  bibliographiques  dont  nous  disposons  à  présent  dans  les  bibliothèques   publiques  et  les  centres  de  documentation  privés,  tant  en  Espagne  qu'à  l'étranger, nous ne pouvons que nous réjouir du fait que, depuis les années  soixante‐dix,  la  bibliographie  sur  l'anarchisme  et  l'anarcho‐syndicalisme  s'est notablement enrichie. En effet, à partir de 1970, un nombre important  d'ouvrages parus en cette période ont été publiés en Espagne même, ainsi  que les traductions et les rééditions d'autres antérieurs.  En  Espagne,  les  études  sur  l'anarchisme  et  l'anarcho‐syndicalisme  étaient  jusqu'alors  très  rares.  Non  seulement  il  n'existait  qu'un  nombre  infime  d'ouvrages  sur  ces  thèmes,  mais  la  plupart  avaient  été  publiés  hors  des  frontières  de  l'État  espagnol,  et,  s'ils  arrivaient  à  passer,  ils  circulaient  clandestinement  aussi.  De  telle  sorte  que,  les  archives  des  organisations  ouvrières  et des partis politiques de gauche ayant été ‐ en plus ‐ détruites,  confisquées  ou  mises  en  lieu  sûr  à  l'étranger,  les  sources  documentaires  étaient rares et très peu de chercheurs espagnols en avaient connaissance   et pouvaient y avoir accès. De même que très peu s'aventuraient à consulter  les archives confisquées après avoir obtenu les autorisations nécessaires de  la part des autorités ou à consulter les archives sauvées par les exilés.     Les premières œuvres édités en l'Espagne franquiste

  En réalité, rien n'a été écrit en Espagne de valeur scientifique sur l'histoire  de  l'anarchisme  et  de  l'anarcho‐syndicalisme  jusqu'à  la  moitie  des  années  cinquante. Car non seulement l'accès aux archives publiques était suspect et  dangereux, quand il s'agissait  de consulter des documents en rapport avec  les  organisations  anarchistes,  mais  le  simple  fait  d'avoir  chez  soi  des  documents ou livres de ce genre pouvait créer de sérieuses difficultés. Il ne  faut  donc  pas  s'étonner  qu'aucun  étude  de  valeur  n'ait  été  publié  à  cette  époque  en  dehors  des  ouvrages  de  Máximo  García  Venero  (Historia  de  las  internacionales  en  España,  3  vol.,  Madrid,  1956‐57)10  et  d'Eduardo  Comín  Colomer (Historia del anarquismo  español, 1836­1946.  Madrid,  1956). Bien                                                           10  Cet  ouvrage  fut  complété,  en  1961,  par  la  parution  de  :  Historia  de  los  movimientos  sindicalistas españoles, 1840­1933.   

10


que, de ces deux ouvrages, il faille dire que seul le livre de García Venero a  un  certain  intérêt  de  caractère  historique,  l'autre  tombant  franchement  dans  le  simplisme  et  la  caricature.  De  là  que,  étant  donné  leur  prise  de  position partisane et réactionnaire, ils soient très peu consultes maintenant.   Ce  n'est  donc  qu'à  partir  de  la  fin  des  années  cinquante  que  commence  enfin  et  avec  beaucoup  d'efforts  la  récupération  historique  du  passé  de  la  lutte ouvrière en Espagne même. Les œuvres de Casimir Martí (Orígenes del  anarquismo  en  Barcelona,  Barcelone,  1964),  d'Oriol  Vergés  (La  Primera  Internacional en las Cortes de 1871, Barcelone, 1964) et d'Albert Balcells (El  sindicalismo en Barcelona: 1916­1923, Barcelone, 1965) sont, à mon avis, les  plus remarquables dans cette tâche de récupération historique faite par des  chercheurs  non  militants.  Bien  qu'avec  un  moindre  intérêt,  celle  de  Rafael  Corona  (La  Revolución  internacionalista  alcoyana  de  1873,  Alicante,  1959)  mérite aussi d'être consultée pour tout ce qui concerne le mouvement de la  Première Internationale en Espagne.  Á la même époque, l'on réédita également deux études classiques : celle de  F. Engels sur le bakouninisme en Espagne (inclus dans le livre Revolución en  España de Karl Marx‐Fredrich Engels, Barcelone, 1960) et celle de Juan Diaz  del Moral (Historia de las agitaciones campesinas andaluzas, Madrid, 1967),  ainsi  qu'une  partie  de  l'importante  étude  de  Max  Nettlau  sur  la  Première  Internationale  en  Espagne  (Impresiones  sobre  el  socialismo  en  España,  Revista  de  Trabajo  n°  23,  Madrid,  1968)11,  qui  avait  été  publiée  par  La  Revista Blanca12. Dans la même perspective sur les internationalistes, Carlos  Seco  Serrano  commence,  en  1969,  la  publication  de  documents  de  la  Fédération  Régionale  Espagnole  (AIT),  (Actas  de  los  Consejos  y  Comisión  Federal  de  la  Región  Española,  1870­1874,  Barcelone,  1969),  qui  se  poursuivra les années suivantes. Finalement, pour compléter cette histoire  bibliographique  des  ouvrages  parus  en  Espagne  dans  cette  période  si  difficile  et  si  périlleuse  pour  les  chercheurs  qui  s'intéressaient  avec  honnêteté  intellectuelle  à  l'histoire  de  l'anarchisme  et  du  mouvement  ouvrier espagnols, nous devons mentionner l'appendice que Casimir Marti  ajouta  à  la  traduction  catalane  du  livre  d'Henri  Arvon  (L'Anarquisme,  Barcelone,  1964)  et  qu'il  a  titré  L'Anarquisme  en  el  moviment  obrer  à  Catalunya, et aussi le petit livre d'Enric Jardí sur le terrorisme à Barcelone à  la fin du XIXe siècle (El terrorisme anarquista à Barcelona, Barcelone, 1964).                                                             11 Cette revue fin connaître des études très documentées, sur l'anarchisme et sur le  mouvement ouvrier espagnol en général, les années suivantes.  12 Dans cette revue, parue avant la guerre civile, furent publiés des textes d'une grande 

valeur sur l'anarchisme et l'anarcho‐syndicalisme espagnols.   

11


Il  est  nécessaire  et  important  de  signaler  également  qu'en  cette  même  période  l'Éditorial  ZYX13  publia  le  premier  volume  de  l'œuvre de  Diego  Abad  de  Sabtillán  (Historia  del  movimiento  obrero  español.  Desde  sus  orígenes  hasta  la  restauración  Borbónica,  Madrid,  1967),  qu'il  avait  fait  paraître  cinq  années  auparavant  au  Mexique,  et  la  première  histoire  de  l'anarcho‐syndicalisme espagnol   ‐  de la fondation de  la  CNT jusqu'à la fin  de la guerre civile ‐ due à un militant de la CNT, Juan Gómez Casas  (Historia  del  anarcosindicalismo  español,  Madrid,  1968),  qui  venait  de  passer  de  longues  années  dans  les  prisons  franquistes.  Presque  en  même  temps  fut  réédité  le  témoignage  d'Angel  Pestaña  sur  les  visées  et  agissements  politiques des réformistes de la CNT, dits « trentistas », dans les années qui  précédent  le  commencement  de  la  guerre  civile  (Por  qué  se  constituyó  el  partido sindicalista, Madrid, 1969).    Remarquons  que  la  parution  de  ces  trois  ouvrages  fut  favorisée  par  une  certaine  expectative  due  au  contexte  de  crise  interne  du  « syndicalisme  vertical »14 à la fin de la décennie des années soixante. Nonobstant, la liste  réduite d'ouvrages consultés et signalés par Gómez Casas rend compte des  difficultés  de  cette  période  pour  consulter  archives  et  études  sur  le  mouvement anarchiste.     La période 1970 – 1975

  En  effet,  si  beaucoup  d'autres  ouvrages  étaient  déjà  disponibles  hors  de  l'Espagne  des  années  45‐4715,  ce  n'est  qu'à  partit  du  début  de  la  décennie  des  années  soixante‐dix  que  l'on  peut  dater  vraiment  le  regain  d'intérêt  pour la publication d'œuvres dédiées à l'anarchisme et à l'assouplissement  de  la  censure  pour  ce  qui  est  des  conditions  de  la  recherche  ‐  même  universitaire ‐ et de l'écriture historique. Mais, il faut bien tenir en compte  que  ce  ne  sera  qu'après  la  mort  de  Franco  que  certaines  études  ne  seront  plus  interdits  d'édition  en  Espagne,  et  que  les  historiens  pourront  écrire  sans aucune crainte, officielle pour le moins.                                                              13 Cette maison d'édition publia, en ces années difficiles, un grand nombre d'ouvrages de  divulgation  du  syndicalisme  réformiste  et  révolutionnaire.  Elle  était  animée  par  des  militants proches des milieux chrétiens de gauche.  14 La CNS avait commencée des négociations avec un certain nombre de vieux militants 

de la CNT, résidant en Espagne, en vue de palier le discrédit croisant du « syndicalisme  vertical ». 

15 Particulièrement en France, où, dès la Libération, les anarchistes avaient reconstitué 

leurs  organisations  et  leurs  fonds  bibliographiques,  à  Toulouse  et  à  Paris,  et  où  beaucoup de chercheurs venaient consulter les documents et puiser des informations.    

12


Ceci dit, et sans prétendre faire une biographie exhaustive de cette période,  qui  va  du  début  des  années  soixante‐dix  jusqu'à  la  disparition  du  « Caudillo »,  nous  devons  souligner  ‐  tant  pour  leur  intérêt  historique  que  par  le  fait  qu'elles  étaient  l'œuvre de  jeunes  et  sérieux  chercheurs  ‐  les  études  suivantes :  de  Josep  Termes  (Anarquismo  y  sindicalismo  en  España.  La  Primera  Internacional:  1864­1881,  Barcelone,  1972),  de  Nazario  González (El anarquismo en la historia contemporánea de España, Barcelone  1972), de Clara E. Lida (La Mano Negra, Madrid, 1973), d'Antonio M. Calero  (Historia  del  movimiento  obrero  en  Granada:  1909­1923,  Madrid,  1973),  d'Albert Balcells (El anarquismo en Cataluña, Barcelone, 1973), de Constantí  Llombart (Crónica de la revolució cantonal, Valencia, 1973), de Juan Maestre  Alfonso  (Hechos  y  documentos  del  anarcosindicalismo  español,  Madrid,  1973),  de  Joaquín  Romero  Maura  (La  Rosa  de  Fuego.  El  obrerismo  barcelonés:  1889­1909,  Barcelone  1974),  de  B.  Diaz  Nosty  (La  Comuna  asturiana,  Madrid,  1974),  de  Manuel  Cruells  (Salvador  Seguí,  el  Noi  del  Sucre,  Barcelone,  1974),  de  Manuel  Lladonosa  (El  Congrès  de  Sants,  Barcelone,  1975),  de  Marie  Nash  (Mujeres  Libres.  España  1936­39,  Barcelone  1975),  de  Xavier  Cuadrat  (Notas  sobre  el  movimiento  obrero  catalán,  los  socialistas  y  Solidaridad  Obrera:  1907­1909,  Revista  de  Trabajo  n° 46 et 47, 1974) et (De la Confederación regional Solidaridad Obrera a la  CNT, Revista de Trabajo n° 48, 1974), etc.  En  ces  années  cruciales  où  la  vie  culturelle  commença  à  se  manifester  timidement,  mais  publiquement,  la  demande  d'œuvres  historiques  en  rapport à l'anarchisme se fit sentir et, en plus des œuvres déjà cités, furent  publiés  des  rééditions  de  textes  anciens  et  des  traductions  des  ouvrages  d'auteurs  étrangers :  l'oeuvre  fondamentale  d'Anselmo  Lorenzo  (El  Proletariado  Militante,  Madrid,  1974),  préparée  para  Álvarez  Junco,  une  anthologie de documents  (brochures, articles, lettres, etc.) d'Ángel Pestaña   (Trayectoria  sindicalista,  Madrid,  1974),    préfacée  par  A.  Elorza,  une  riche  sélection  d'articles  de  presse  de  Joan  Peiró  (Joan  Peiró,  écrits:  1917­1939,  Barcelone, 1975), préparée et préfacée par Pere Gabriel, une compilation de  quelques écrits de Salvador Seguí (Salvador Seguí, écrits, Barcelone, 1974),  faite par Isidre Molas, des anthologies de textes anarchistes préparées par  Clara E. Lida (Antecedente y desarrollo del movimiento obrero español: 1835­ 1888, Madrid, 1973) et par Vladimiro Muñoz (Anthologia ácrata española. A.  Lorenzo y R. Mella, Barcelone, 1974), une série de biographies de dirigeants  ouvriers  réalisée  par  Juan  José  Morato  (Líderes  del  movimiento  obrero  español:  1868­1821,  Madrid,  19772),  sélectionnées  et  annotées  par  Victor  Manuel  Arbeloa  et  l'œuvre consacré  par  Burnett  Bollotent  à  la  révolution  espagnole  (El  Gran  engaño,  Barcelone,  1975),  publiée  simultanément  en  Grande‐Bretagne et aux Etats‐Unis en 1961.      

13


Il faut dire aussi qu'un intérêt (pas toujours historique), pour les thèmes en  rapport avec le mouvement ouvrier, ayant touché un certain type de revues  et  d'hebdomadaires  paraissant  légalement,  beaucoup  d'articles  furent  publiés  au cours de ces années. Néanmoins, les plus intéressants, du point  de  vue  historique,  parurent  dans  des  publications  plus  ou  moins  spécialisées  dans  le  domaine  de  l'histoire :  Revista  de  Trabajo,  Recerques,  Perspectiva  Social,  Saitabi  et  Arguments.  Ne  pouvant  les  signaler  tous,  je  crois  qu'il  faut  ‐  au  moins  ‐  citer  ceux  d'Alfonso  Colodron  ("La  Huelga  general  de  Barcelona,  1902",  Revista  de  Trabajo  n°  33,  Madrid,  1971),  d'Alfons  Cuco  ("L'Anarcosindicalisme  i  l'Estatu  d'Autonomia  del  Pais  Valencia,  1936­1939",  Recerques  n°  2,  Barcelone,  1972),  d'Annalisa  Corti  ("La  Revista  Blanca  i  el  problema  catalá",  Recerques  n°  2,  1972),  de  Josep  Termes  ("El  federalisme  catalá  en  el  période  revolucionari  de  1868­1873",  Recerques  n°  2,  Barcelone,  1972),    d'Albert  Balcells  ("El  moviment  obrer  a  Sabadell  i  la  crisis  de  l'anarcosindicfalisme  entre  1930  i  1936",  Perspectiva  Social n° 1, Barcelone, 1973) et de Xavier Paniagua ("La ideología económica  de los anarquistas  en Cataluña y el País Valenciano", Sarabi, Valencia, 1974)  et  ("Introduccio  a  l'obra  d'Higinio  Noja  Ruih",  Arguments  n°1,  Valencia,  1974).   Franco mort, le processus de libération s'accentua très rapidement. Ainsi, à  partir de 1976 et parallèlement à la reconstitution comme à la réapparition  publique  et  légale  des  organisations  politiques  et  ouvrières  clandestines,  tous  les  ouvrages  historiques  qui  jusqu'alors  n'avaient  pu  paraître  en  Espagne commencèrent a être édités.    La période 1976 – 1980

  De 1976 à 1980 il y a eut un vrai engouement pour ce genre de lectures et  l'édition  s'ensuivit  en  conséquence ;  mais,  il  faut  bien  se  rappeler  que  la  plus  grande  partie  des  œuvres  majeures  sur  l'anarchisme  espagnol  et  des  témoignages des militants de la CNT (morts ou vivants) parut, jusqu'à 1976,  à l'étranger.     Ainsi,  les  premières  œuvres  d'intérêt  historique  dues  à  des  militants  anarchistes parurent logiquement, après la fin de la guerre civile, dans les  milieux  exilés  de  la  CNT  en  Amérique  Latine  et  en  France.  Dès  1943,  fut  réédité à Mexico El Proletariado militante d'Anselmo Lorenzo, et, dès 1945,  sont  éditées  à  Toulouse  les  brochures  Problemas  del  sindicalismo  y  del  anarquismo,  de  Joan  Peiró,  et  Precursores  de  la  libertad:  Fermín  Salvochea,  de Rudolf Rocker.     

14


Peu à peu, ce petit fonds éditorial s'agrandit avec la publication, en 1946, à  Rennes, du livre inédit de Joan Peiró Problemas y cintarazos et à Toulouse,  en 1947, de celui d'Issac Puente EL comunismo libertario, ainsi qu'une autre  réédition de El proletariado militante d'Anselmo Lorenzo.  Les  vingt  années  suivantes  virent  grossir  de  manière  importante  ce  fond  bibliographique avec de nombreuses œuvres remarquables : de José Peirats  (La CNT en la revolución española, Toulouse, 1959‐43), de Gastón Leval (Ne  Franco  ne  Stalin.  La  collectitivita  anarchiche  nelle  lotta  contra  Franco  e  la  reazione  staliniana,  Milan,  1952),  de  Pere  Foix  (Apostols  i  mercaders.  Quarante anys de lluita social a Catalunya, México, 1957), de Pedro Vallina  (Crónica  de  un  revolucionario.  Con  trazos  de  la  vida  de  Fermín  Salvochea,  Paris, 1958), de José Viadiu (Salvador Seguí. Su vida y su obra, Paris, 1960),  de Diego Abad de Santillán (Contribución a la historia del movimiento obrero  español,  Mexico,  1962),  de  Manuel  Vilar  (España  en  ruta  de  la  libertad,  Buenos  Aires,  1962),  de  Carlos  M.  Rama  (La  crisis  española  del  siglo  XX,  Mexico,  1960)  et  (Ideología,  regiones  y  clases  sociales  en  la  España  contemporánea, Montevideo, 1963), de Manuel Buena Casa (El Movimiento  obrero  español:  1886­1926)  et  (Figuras  ejemplares  que  conocí,  Paris  1966),  de  Ricardo  Sanz  (El  sindicalismo  y  la  política,  Toulouse,  1966)  et  (Los  que  fuímos a Madrid, Toulouse, 1969), d'Abel Paz (Paradigma de una revolución,  Paris,  1967),  de  Rudolf  Rocker  (Revolución  y  regresión,  Puebla,  1967),  de  José  Barruezo  (Contribución  a  la  historia  de  la  CNT  de  España  en  el  exilio,  Mexico, 1967), de José Peirats (Examen crítico constructivo del Movimiento  Libertario  Español,  Mexico,  1967)  et  de  Renée  Lamberet  une  réédition  de  l'œuvre de Max Nettalu (La Première Internationale en Espagne: 1868­1881,  Dordrecht, 1969).   Remarquons  également  que,  du  début  des  années  soixante‐dix  jusqu'à  la  mort  de  Franco,  la  contribution  bibliographique  des  milieux  anarchistes  exiles  est  énorme:  tant  dans  l'édition  d'ouvrages  inédits  comme  dans  la  réédition d'œuvres "classiques".   Ainsi  parurent,  entre  autres  livres  intéressants,  les  suivants:  de  VernonTichards  (Enseñanzas  de  la  revolución  española,  Paris,  1971),  d'Antonio Téllez (La guerrilla urbana en España: Sabaté, Paris, 1972) et (La  guerrilla urbana en España: Facerías, Paris, 1974), de César M. Lorenzo (Los  anarquistas  y  el  poder,  Paris,  1972),  de  Ramón  Álvarez  (Eleuterio  Quintanilla.  Vida  y  obra  del  maestro,  Mexico,  1973),  d'Anselmo  Lorenzo  (Ascendencia  y  transcendencia  del  sindicalismo,  Choisy‐le‐Roi,  1973),  de  Gaston  Leval  (Colectividades  libertarias  en  España,  2  vols.,  Buenos  Aires,  1974),  de  Lola  Iturbe  (La  mujer  en  la  guerra  civil  española,  México,  1974),  de Frank Mintz (La autogestión en la España revolucionaria, Paris, 1974), de  Federica Montseny (Anselmo Lorenzo: el hombre y la obra, Toulouse, 1975),   

15


de Ricardo Mella (Idearic, Toulouse, 1975), ainsi qu'un ouvrage collectif (El  Movimiento  libertario  español,  Paris,  1974)  publié  par  l'Éditorial  Ruedo  Ibérico.  Il  faut  signaler  également  que  cette  maison  d'édition  publie  ces  années  là  les  traductions  en  espagnol    de  la  majorité  des  œuvres majeures  des  historiens  étrangers  consacrées  à  l'Espagne  du  XXe  siècle  et,  en  particulier,  à  l'étude  de  la  guerre  civile  :  La  Guerra  civil  española  d'Hugh  Thomas,  El  Laberinto  español  de  Gerald  Brenan,  Diario  de  la  guerra  de  España  de  Mijail  Koltsov,  El  Reñidero  español  de  Franz  Borkenau,  La  Historia de la España franquista de Max Gallo, etc.  Cet  important  effort  d'édition  des  milieux  exilés  périclita  très  rapidement  après la mort de Franco, et ‐ comme nous l'avons déjà dit ‐ c'est en Espagne  qu'à  partir  de  1976  la  presque  totalité  d'œuvres,  nouvelles  ou  anciennes,  consacrées à la guerre civile est éditée. Comprises ‐ bien sûr ‐ celles écrites  en  langue  anglaise  ou  en  français  par  des  rigoureux  observateurs  des  dramatiques  événements  de  1936  :  de  Georges  Orwell  (Homage  to  Catalonia,  Londres,  1933),  de  John  Brademas  (Revolution  and  social  Revolution. Contribution  to the history of the anarcosyndicalist movement in  Spain:  1930­1937,  Oxford,  1953),  de  Burnett  Bolloten  (The  Camouflage,  Londres,  1961),  de  Pierre  Broué  et  E.  Temime  (La  Révolution  et  la  guerre  d'Espagne, Paris, 1961), de Georges Woodcock (Anarchism, Londres, 1963),  de  James  Joll  (The  Anarchists,  Londres,  1964),  de  Daniel  Guérin  (L'anarchisme, Paris, 1965), de E. J. Hobsbawn (Bandits, Londres, 1969), de  John Connely Ullman (The Tragic Week. A study of anticlericalism in Spain:  1875­1912, Harward, 1968), etc.   Ainsi donc, à partir de 1976, non seulement est rééditée la presque totalité   d'ouvrages  déjà  publiés  jusqu'alors  sur  l'anarchisme  espagnol,  mais  la  grande  majorité  des  nouvelles  parutions  sur  ce  sujet  correspond  à  des  études faites en Espagne même. De cette période, qui va jusqu'à nos jours, je  retiens ‐ malgré leur valeur inégale et pour certains controversée ‐ les livres  suivants:  de  José  Álvarez  Junco  (La  ideología  política  del  anarquismo  español:  1868­1910,  Madrid,  1976),  d'Adolfo  Bueso  (Recuerdos  de  un  cenetista,  Barcelone,  1976),  de  J.  E.  Molina  (El  movimiento  clandestino  en  España:  1939­1949,  Mexico,  1976),  de  Joan  Llarch  (Cipriano  Mera:  un  anarquista  en  la  guerra  de  España,  Madrid,  1976),  de  Cipriano  Mera  (Guerra,  exilio  y  cárcel  de  un  anarcosindicalista  en  acción,  Paris,  1976),  de  Felipe  Alaiz  (Testimonios  de  un  libertario,  Madrid,  1976),  de  Hans  Magnus  Enzensberger  (El  corto  verano  de  la  anarquía.  Vida  y  muerte  de  Durruti,  Madrid, 1976), de José Peirats (Los Anarquistas en la guerra civil española,  Madrid,  1976), de  G. Brey et J. Maurice (Historia y leyenda de Casas Viejas,  Madrid, 1976), de Juan Gómez Casas (Autogestión en España, Madrid, 1976),  d'Antonio Padilla (El Movimiento anarquista español, Madrid, 1976), de J. A.   

16


Durán  (Entre  el  anarquismo  agrario  y  el  librepensamiento,  2  vols.,  Madrid  1977), de T. Kaplan (Orígenes sociales del anarquismo en Andalucía, Madrid,  1977),  de  M.  Casal  Gómez  (La  Banda  Negra.  Origen  y  actuación  de  los  pistoleros  en  Barcelona:  de  1918­1921,  Barcelone,  1977),  de  J.  Termes  (Federalismo,  anarcosindicalismo  y  catalanismo,  Barcelone,  1977,  de  Juan  Gómez  Casas  (Historia  de  la  FAI,  Madrid,  1977),  d'Angel  Pestaña  (El  terrorismo  en  Cataluña,  Barcelone,  1977),  de  Cipriano  Damiano  (La  resistencia libertaria, Barcelone, 1977), de H. E. Kaminski (Los de Barcelona,  Barcelone,  1977),  d'Eduardo  Pons  Prades  (Los  derrotados  y  el  exilio,  Barcelone,  1977)  et  (Los  guerrilleros  españoles:  1936­1960,  Madrid,  1977),  de Josep Termes (La CNT y la Generalitat, Barcelone, 1977), de Ricardo Sanz  (El sindicalismo español antes de la guerra civil, Barcelone, 1977), de Camilo  Berneri (Guerra de clases en España, Barcelone, 1977), de Manuel Chapuso  (Los  anarquistas  y  la  guerra  en  Euzkadi,  Bilbao,  1977),  d'Eduardo  de  Guzmán  (La  Segunda  república  fue  así:  1931­1939,  Madrid,  1977),  de  José  Luis  Gutièrrez  (Colectividades  libertarias  en  Castilla,  Madrid,  1977),  de  Terence  Smith  (La  CNT  a  Pais  Valencia:  1936­1937,  Valencia,  1977),  de  Frank Mintz (La autogestión en la España revolucionaria, Madrid, 1977), de  Félix  García  (Colectivizaciones  campesinas  y  obreras  en  la  revolución  española,  Madrid,  1977),  de  Diego  Abad  de  Santillán  (Documentos  inéditos  sobre los trágicos sucesos de mayo de 1937, Madrid 1977), d'Agustín Souchy  (Entre los campesinos de Aragón) et avec Folgare (Colectivizaciones. La obra  constructiva de la revolución española, Madrid, 1977), de Telesforo Tajuela  (MIL,  GARI  y  Puig  Antich,  Paris,  1977),  de  Pere  Foix  (Los  archivos  del  terrorismo blanco / El fichero Lazarte: 1910­1930, Madrid, 1978), d'Abel Paz  (Durruti,  el  proletariado  en  armas,  Barcelone,  1978),  de  Juan  García  Oliver  (El  eco  de  los  pasos,  Paris,  1978),  de  Carlos  Semprún  Maura  (Revolución  y  contrarrevolución en Cataluña: 1936­1937, Barcelone, 1978), de José Peirats  (Figuras del movimiento libertario español, Barcelone, 1978), de Juan Zafón  Bayo (El Consejo Revolucionario de Aragón, Madrid, 1978), de Luis Garrido  (Colectividades  agrarias  en  Andalucía,  Madrid  1979),  de  Carlos  M.  Rama  (Franquismo  y  anarquismo  en  la  España  contemporánea,  Barcelone,  1979),  de José Peirats (Mecanismo orgánico de la CNT en España, Barcelone, 1979),  d'Aurora Bosch Sánchez (Ugetistas y libertarios. Guerra civil y revolución en  el  País  Valenciano:  1936­1939,  Valencia,  1983),  de  Félix  García  (Del  socialismo utópico al anarquismo, Madrid, 1983), de Carlos Diaz (La última  filosofía española:  una crisis críticamente expuesta, Madrid, 1983), de Juan  Gómez Casas16 (Los cruces de caminos) et (Relanzamiento de la CNT: 1975­                                                          16 Actuellement secrétaire général de la CNT‐AIT (orthodoxe), après l’avoir été déjà en  1976, quand la CNT fut reconstituée.   

17


1979,  Paris,  1984),  du  Comité  confédéral  de  la  CNT  rénovée 17  (CNT:  congreso  extraordinario  de  reunificación,  Madrid,  1984),  de  Juan  García  Durán (Fuentes de la guerra civil española, Barcelone, 1985), etc.   Enfin,  encore  deux  remarques  pour  conclure  ce  survol  rapide  du  vaste,  complexe  et  contradictoire  bibliographie  dont  nous  disposons  aujourd'hui  sur l'histoire de l'anarchisme espagnol.   La  première,  pour  rappeler  que  l'extraordinaire  richesse  d'expressions  sociales et culturelles, ainsi que de nuances idéologiques, de ce mouvement  de masse que fut l'anarchisme en Espagne, nous interdit de le définir (soit  pour  le  valoriser,  soit  pour  le  critiquer)  comme  un  ensemble,  comme  un  tout homogène, cohérent et conséquent, tant du point de vue des idées que  de la praxis.  La seconde, pour insister sur la nécessité  de redoubler notre  sens critique  afin  d'échapper  aux  falsifications,  occultations  et  interprétations   historiques  faites  par  beaucoup  de  ceux  qui  ont  écrit  pour  ou  contre  l'anarchisme  en  Espagne.  Et  ceci,  sans  minimiser  l'importance  d'aucun  document,  témoignage  ou  version.  Au  contraire,  en  recommandant  ‐  si  possible  ‐  la  confrontation  de  toutes  les  sources18.  Surtout  quand  il  s'agit  d'aborder les périodes les plus décisives ou dramatiques de son histoire, les  crises internes, la guerre civile, les affrontements avec les communistes, la  clandestinité et l'exil, etc.     Octavio Alberola   Historien                                                                           17 Les « rénovés » se séparèrent des « orthodoxes » à la suite du Ve Congrès qui eut lieu à  Madrid en décembre 1979.  Et même en ce qui concerne les Actes des Congrès reproduites très souvent avec des  lacunes conscientes. C'est pour cette raison que j'ai omis de citer ici se type d'ouvrages.  18 

 

18


19


20


Octavio Alberola