Page 1

Société de Saint-Vincent-de-Paul

Panorama 73

Dec 2013

n° 34 EDITO DU PRÉSIDENT

L’émigré

Ces dernières semaines l’affaire Leonarda et la tragédie de Lampedusa ont défrayé la chronique et fait couler beaucoup d’encre et de salive. Ces deux évènements m’ont conduit à choisir aujourd’hui de parler de l’émigré. Je dis bien de l’émigré non pas de l’émigration vue comme un phénomène sociologique ou historique de façon abstraite, lointaine et désincarnée. L’émigré est une personne, un frère, une sœur même si son apparence diffère de la mienne : physique, costume, habitudes culturelles nous surprennent voire nous choquent de prime abord. Mais force est de reconnaître que nous sommes tous des émigrés. Qui de nous n’a pas un ancêtre qui a quitté son village, sa région, son pays pour tenter de trouver de bonnes conditions de vie ailleurs loin de ses parents et amis. J’aimerais aujourd’hui vous raconter quelques histoires vraies de ces émigrés que nous avons rencontrés, que nous rencontrons encore pour certains et aussi de ces émigrés célèbres qui nous ont apporté tant de richesses. Histoire des Novarina. J’avais été étonné de voir à Thonon la vie de cette famille. L’arrière grand père arrive à pied de son Piémont natal avec pour toute richesse sa truelle et son talent de maçon, son fils devient entrepreneur de maçonnerie, le petit fils est architecte et non des plus inconnus, c’est par exemple lui qui a dessiné les « portiques » d’entrée dans les tunnels de Dullin et du Chat, l’église du plateau d’Assy pour ne prendre que deux exemples proches ainsi que 32 églises, etc..membre de l’Académie des Beaux arts et enfin l’arrière petit fils, Valère, est écrivain, romancier, dramaturge traduit en 16 langues mais aussi dessinateur, peintre... Voilà ce qui s’appelle une intégration réussie. Les haut savoyards ont oublié qu’ils étaient d’origine italienne comme beaucoup de savoyards le sont : il suffit de feuilleter l’annuaire du téléphone pour s’en convaincre. Un dernier exemple d’émigré. En l’an 2000 le prix Nobel de littérature a été attribué au Français... Gao Xingjian né en Chine en 1940, exilé en 1987, accueilli en France comme réfugié politique en 1988 et naturalisé en 1998. Alain Begnez, Président de la Savoie

Pier Giorgio Frassati, un exemple de fraternité, de charité et de foi « Jésus me rend visite chaque jour pour la communion, et moi je le Lui rends modestement en visitant ses pauvres ». Telle est la moti­ vation centrale de Pier Giorgio Frassati, un homme comme les autres qui agissaient au nom du Sauveur. L’exemple de Pier Giorgio témoigne de la force de l’Esprit Saint. « Le vrai bien se fait comme par inadvertance, petit à petit, quotidiennement, familiè­ rement » Pier Giorgio est né à Turin le 16 avril 1901. Alors qu’il n’a que 4 ans, il se retrouve nez à nez avec une femme dans le besoin qui vient sonner à la porte. Pier Giorgio enlève ses bas et ses chaussures et les donne « pour vos enfants ». Cet événement est un condensé de la vie de Pier Giorgio remplie de charité et de spontanéité. Issu d’une famille bourgeoise, il renonce à prendre la suite d’Alfredo, son père, rédacteur en chef de la « Stampa », un journal national. Malgré les réticences d’Adélaïde, sa mère, il assume et grandit dans la foi. Il hésite même à entrer dans les ordres, et y renonce au soulagement de sa sœur cadette, Luciana mais il obtient l’autorisation de communier tous les jours. A l’âge de 17 ans, Pier Giorgio s’investit dans la société de Saint-Vincentde-Paul de Turin. Il crée également la « compagnie des types louches » dont la devise est la convivialité. D’un côté, il visite « les pauvres de Jésus » avec la société et de l’autre, vit pleinement ses passions : le théâtre et surtout l’alpinisme. Initié dès son plus jeune âge à cette pratique par sa mère, Giorgio dépasse ses propres limites. La montagne est un élément central dans sa vie. Il se retire fréquemment dans le village montagnard de Pollone, non loin de la frontière française, pour étudier et méditer la Parole et notamment les livres de l’apôtre Paul. Il a été très actif durant sa courte existence. Pragmatique et enjoué, Pier Giorgio parvient à sortir nombre de familles et de personnes seules de leur soucis financiers. Il devient au passage le compagnon de jeux des enfants, le confident des parents. Il offre sa présence sympathique et ses paroles réconfortantes. Il incite encore et toujours à prier. Il décède en 1925, à l’âge de 24 ans, suite à une poliomyélite, une maladie virale intraitable. A la surprise de ses proches, une foule s’est alors amassée dans la rue pour lui rendre hommage. Pier Giorgio a été béatifié en 1990 par Jean Paul II. C’est l’ensemble de ses actions ainsi que sa joie de vivre et son goût pour la montagne qui ont touché la conférence de jeunes de la SSVP de Chambéry. Nous n’avons pas la prétention d’égaler l’œuvre de Pier Giorgo, il est un exemple pour nous. Nous sommes également poussés par notre foi pour agir auprès de notre prochain, au nom du Seigneur. Jérémie


Nouveau projet associatif (Ozanam 2014-2016) Frédéric Ozanam et ses compagnons ont fondé en 1833 la Société de Saint Vincent de Paul. Ils invitaient les laïcs à « suivre le Christ en servant les pauvres », à s’engager à vie dans l’esprit monsieur Vincent de Paul, créant des œuvres de Charité partout afin d’« enserrer le monde dans un réseau de Charité». Bien qu’il y en ait 45 000 Conférences dans 148 pays, leur nombre diminue en France à cause du vieillissement des bénévoles, de la difficulté à se renouveler. La SSVP a mobilisé en 2012 une large réflexion de ses membres afin de renouveler son projet associatif en 2013, l’année du Bicentenaire de son fondateur. Après la Convention nationale du 24 mars 2012 et 13 réunions régionales de brains­ torming et la synthèse des remontées du réseau vincentien, le projet associatif a été approuvé à l’unanimité par l’Assemblée Générale du 9 juin 2013. Lors de la Convention nationale du 26 octobre 2013, les vincentiens ont accepté le plan de déploiement sur 3 ans, 2014-2016. Le temps est venu pour chaque Conférence de se l’approprier et d’appliquer les modalités de sa mise en œuvre : choix des d’actions, fixation d’objectifs, des méthodes et des outils, etc afin de mieux accomplir leur tâche et leur mission. Avant de se lancer dans l’action, chaque Conférence de charité se doit d’évaluer ses forces et faiblesses, ses ressources et ses atouts et de définir ses axes d’action sociale contre les pauvretés en lien avec la Diaconie paroissiale et diocésaine et avec les Collectivités publiques locales.

Vision vincentienne :

« Faute de vision, le peuple dépérit ». Prov 29.13

• La vocation vincentienne, c’est le service du frère : « Aimer, Partager, Servir ». D’une part, la charité de proximité, faite de respect et de fraternité, de bienfaisance et de réciprocité. D’autre part, la spiritualité de l’action : voir le Christ dans les pauvres et les pauvres dans le Christ. La Règle recommande les vertus : patience, douceur, simplicité, humilité, générosité et zèle. • L’identité du mouvement vincentien est définie par un engagement durable (bénévole à vie), par la laïcité indé­ pendance de la hiérarchie ecclésiale mais en lien avec la Diaconie de l’Eglise, par la subsidiarité afin que les décisions sont prises au point d’action, garantie de réactivité et de liberté créative des Conférences.

• La Confédération Internationale de la Société de Vincent de Paul, (CGI) qui « agrège » 45 000 Conférences, est une ONG admise par l’ONU, consultant de l’ECOSOC. La France est bénéficiaire depuis 1927 de la reconnaissance d’utilité publique (RUP). • L’adhésion à la Règle inspire à travers le monde l’action et la spiritualité de 800 000 vincentiens par ses fondamentaux.

La charité de proximité.

« La charité ne doit jamais regarder derrière mais toujours devant ». Frédéric Ozanam.

S’adapter au monde est le principe fondateur de la Règle : « la SSVP s’efforce de se renouveler sans cesse face aux conditions changeantes des temps ». Au cœur même de l’action, « les vincentiens s’attachent à trouver ceux qui sont victimes d’oubli, d’exclusion ou d’adversité. Ils travaillent sans cesse pour déceler les nouvelles souffrances qui surgissent en permanence. • Une approche globale du pauvre dans une relation personnelle, durable et fraternelle, avec échange et réciprocité. Selon Alain Durand, o, p :« Le bénévole ne rencontre pas une personne qui est pauvre mais un pauvre qui est une personne ». • Mieux cibler les actions : La SSVP a identifié six fléaux contemporains générateurs de pauvreté multiple, celles des travailleurs pauvres, des chômeurs en fin de droits, des démunis, des sans abri, celles des isolés, des exclus, des immigrés. Tous victimes de la solitude « du fait de n’être pas aimé ou de la difficulté d’aimer » Benoît XVI, Caritas in veritate, § 53. • Agir avec les pauvres. Non seulement les accueillir mais « aller vers eux» dans une démarche active. « Etre là où il faut comme il faut ». Promouvoir l’autonomie, la dignité et la réciprocité du pauvre. Combattre l’isolement, la solitude et l’assistance. • Agir en partenariat avec l’Eglise (paroisse, diocèse), avec la Famille vincentienne, avec les Collectivités locales et sociales. Travailler en partenariat avec les acteurs sociaux, associations et pouvoirs publics pour garantir la pérennité des actions. • Agir sur les causes de pauvreté : Veille et concertation avec les instances nationales

et locales afin de mieux éclairer les politiques publiques et les actions locales et afin de lutter contre la précarité et l’exclusion, le délitement du lien social.

La spiritualité de l’action « Sans moi, vous ne pouvez rien faire » Jn15.

L’Evangile inspire la vie intérieure et l’action caritative des bénévoles vincentiens. Sa spiritualité, qui différencie la SSVP des autres associations, est essentielle au dynamisme du mouvement ; elle nourrit l’action commune. Il y a une relation étroite et circulaire entre la charité de proximité et la spiritualité de l’action, se ressourçant l’une l’autre. Mère Theresa faisait oraison et contemplait le Christ souffrant avant d’aller soulager la douleur des malades et de réconforter les mourants. Fondement central du mouvement vincentien, la spiritualité n’est pas une option. Mais son témoignage est communicatif et contagieux.

La subsidiarité renforcée.

« Si la subsidiarité est la garantie du droit irréductible de la personne d’être un acteur et non un objet dans la société, la solidarité est la garantie de l’appartenance à cette société ». Cardinal Scola, archevêque de Milan.

Les membres du réseau vincentien (béné­ voles, compagnons et salariés) adhèrent à la Règle : d’une part, une exigence de démocratie, de transparence, de gestion éthique ; d’autre part, la primauté des opérateurs de proximité et de la solidarité entre eux. Les administrateurs sont élus par une assemblée générale ; le président et le bureau exécutif élus par le Conseil d’administration sous conditions d’âge et de durée de mandat. Le Conseil départemental qui est le support social, administratif,financier, a lui seul la personnalité juridique. Il veille à la légalité des actions, aux délégations des Confé­ rences et à la pérennité de la SSVP.

Le développement de la SSVP. En passant, Jésus vit Levi, Il lui dit : « Viens, suis-moi. Levi se leva et Le suivit » ! Mc 2.14

Cibler des forces nouvelles, les accueillir et les former. Susciter chez les bénévoles et les compagnons le désir « de servir ses frères pauvres ». Créer des Conférences en périphérie des villes et en zones rurales. Définir les axes de l’action sociale. Tel est pour demain l’enjeu prioritaire du mouve­ ment vincentien ! Charles Trouverie


Reportage en direct de la vie vincentienne en Inde

La conférence St Georges

Le églises pleines au Kerala

Les apprenties couturières à Pondicherry

Les cours de vulgarisation au dispensaire de Dantalingi

De 2 vincentiens en voyage dans le Kerala et Pondicherry Novembre 2013

Durant 15 jours, à 40 km de Cochin, nous avons bénéficié de soins ayurvédiques (méthode ancestrale indienne de soins naturels) ou science de longue vie. Hébergés dans la famille prodiguant ces soins, en pleine forêt tropicale, nous avons baigné dans cette culture empreinte de spiritualité, de respect et de fraternité. Et nous avions la chance de loger à 500 m. d’une église, et d’un couvent de Franciscaines. Il faut savoir que cette région est fortement catholique (20%) avec une église tous les 3 km. avec un prêtre par paroisse. Le prêtre que nous avons rencontré, le samedi, pour lui demander s’il y avait une conférence St Vincent de Paul. “Evidemment nous dit-il, il y en a une par paroisse dans le Kerala, et toutes ont droit à une salle dans le presbytère…” Le lendemain dimanche donc, une équipe de 10 vincentiens est venue nous saluer avant la messe, et nous ont présenté leurs actions : Construction d’un logement pour les pauvres, prise en charge de soins médicaux (il n’y a aucune couverture maladie en Inde), aide au financement des études des enfants nécessiteux, vêtements, et enfin financement du séminaire d’un futur prêtre de la paroisse. Puis ce fut la messe, et là, un moment d’émotion intense. En préparation de la célébration, des ados, durant une ½ heure ont chanté des mélodies ressemblant à des psaumes. Pendant ce temps, l’église se

remplissait, et s’est mise à déborder sur le parvis. Comme il n’y a qu’une rangée de 2 chaises le long du mur, pour les anciens, toute la nef était pleine de personnes assises ou agenouillées par terre, une assemblée de 300 personnes minimum, pour un village de 3000 âmes, et pour la deuxième messe domi­ nicale… Les chants, repris par tous, avec livret, orchestrés avec un orgue électronique ont accompagné le rituel préconciliaire utilisé à beaucoup d’endroits en Inde, dans la langue du pays. Le Prêtre est tourné dos à l’assemblée. Avec une homélie d’une demi-heure, nous ne sommes sortis que 2 heures après le début, sans avoir ressenti d’impatience, en dépit de notre incompréhension de la langue. On ressentait un fort courant de grâces à travers toute l’assistance, et nous ne pouvions que nous émerveiller de ces visages recueillis, jeunes à 80% !!! Le dimanche suivant, nous avons retrouvé la même assistance, après la photo d’usage prise avec nos frères vincentiens. Oui, les semences laissées par les mission­ naires ont produit beaucoup de fruits, et nous sommes fiers d’appartenir à cette église si vivante à travers le monde. A Pondicherry, nous retrouvons nos confrères Vincentiens, Maria Rajkumar, président du conseil diocésain, et qui a mené à bien et cofinancé avec son diocèse et nous même la construction du centre de formation couture et menuiserie en 2008. Nous avons visité le centre, où 7 jeunes se forment aux rudiments

de la menuiserie, et 14 jeunes filles à la couture, sur des cycles de 2 mois renouvelables. Nous faisons également connaissance avec le nouveau président diocésain, qui nous conduit sur le lieu du projet d’une conférence de jeunes, pour la construction de logements pour les personnes âgées, de nos jours souvent abandonnées par leur famille, qui a dû partir en ville pour travailler. L’état ne donne que 60€ de retraite par mois. De l’ Orissa, (au Nord) le président de la conférence Holly familie de Dantalingi a passé 20 heures dans le train pour nous rencontrer et nous exposer le fonctionnement du dispensaire dont SSVP Savoie a financé la construction en 2010. La conférence fournit les médicaments, délivrés, avec les soins, par un médecin et une sœur infirmière. Un ophtalmologue se déplace ponctuellement pour opérer les cataractes. De plus, les membres SSVP organisent des formations aux familles, pour une meilleure hygiène et une nutrition plus équilibrée, (beaucoup de mortalité infantile) . Leur projet actuel : la construction de 2 petits logements pour le médecin, et la sœur qui ont 2 heures de trajet pour arriver au village. Ce projet va être présenté au conseil national de l’Inde pour validation. SSVP Savoie pourra y participer. Voilà la réalité de cette grande famille vincentienne qui dépasse toutes les frontières et les cultures, avant tout unie dans le Christ. Christiane Magnin


Notre réunion de rentrée La Société de Saint Vincent de Paul est fondée comme nous le rappelons souvent sur trois piliers : amitié entre ses membres, spiritualité et charité de proximité . Aussi outre l’amitié au niveau de la conférence nous aimons nous retrouver au niveau départemental pour partager un moment de convivialité et parfaire notre formation et aiguiser notre sens de l’écoute. Notre réunion de rentrée s’est déroulée cette année à Montmélian à l’espace F. Mitterrand où la conférence d’Arbin avait préparé une salle pour accueillir plus d’une trentaine de vincentiennes et vincentiens. Après un conseil d’administration bien chargé nous nous sommes retrouvés à 11h avec d’autres membres des différentes conférences à l’église où le frère Charles et le père Pedro ont célébré la messe. Le père Jérôme Martin, curé de la paroisse, nous honora également de sa présence en partageant le déjeuner préparé par tout un chacun. Et à propos de formation nous avions invité l’une de nos consoeurs, Annick Rosset, également bénévole à JALMALV de nous présenter son association: Jusqu’à La Mort Accompagner La Vie. Cette association compte 80 bénévoles environ en Savoie et son siège se trouve à la Maison des Associations de Chambéry. (Pour en savoir plus, on peut aussi consulter le site internet JALMALV en Savoie.) C’est l’occasion pour les Vincentiens de ne pas se trouver démunis lorsqu’ils se trouvent dans ces situations auxquelles la vie ne nous a pas forcément préparés. Cependant nous savons apprécier la vie. La conférence “Jeunes”, représentée par Jérémie, nous fit découvrir celui qu’ils ont choisi comme “accompagnateur” spirituel : Pier Giorgio Frassati  avec qui vous avez déjà pu faire connaissance grâce à l’article en première page.  Dans le projet de développer notre Société, l’existence d’un telle conférence Jeunes nous rappelle qu’initialement ce sont des jeunes qui à la suite de Frédéric Ozanam ont fait grandir notre association et commence à « enserrer le monde dans un réseau de charité ».

Prière « Où est ton frère ? », la voix de son sang crie vers moi, dit Dieu. Ce n’est pas une question adressée aux autres, c’est une question adressée à moi, à toi, à chacun de nous. Ceux-ci parmi nos frères et sœurs cherchaient à sortir de situations difficiles pour trouver un peu de sérénité et de paix ; ils cherchaient un rang meilleur pour eux et pour leurs familles, mais ils ont trouvé la mort. Combien de fois ceux qui cherchent cela ne trouvent pas compréhension, ne trouvent pas accueil, ne trouvent pas solidarité ! Et leurs voix montent jusqu’à Dieu ! » «  Aujourd’hui aussi cette question émerge avec force : qui est le responsable du sang de ces frères et sœurs ? Personne ! Tous nous répondons ainsi : ce n’est pas moi, moi je ne suis pas d’ici, ce sont d’autres, certainement pas moi. Mais Dieu demande à chacun de nous : « Où est le sang de ton frère qui crie vers moi ? ». Pape François

Humour

Rolande Lambert

Notre prochain rendez-vous 6 et 7 juin 2014 : Marché des continents Nous serons heureux de vous accueillir sur notre stand.

“Si un jour, nous ne faisons rien que de donner un peu de joie à un voisin, ce jour là ne sera pas perdu. Nous aurons réconforté une âme immortelle.” SSVP 73 Conseil de Savoie 344, Faubourg Montmélian 7300 Chambéry

Tél : 04 79 70 74 42 Mail : ssvp73@orange.fr Site : www.ssvp.fr

SSVP France - Association caritative - 1933 Fondée par Frédéric Ozanam Reconnue d’Utilité Publique - 1927 ONG membre de EcoSoc de l’ONU


Rose Rose est arrivée du Nigéria il y a trois ans. Anglophone, elle s’est mise au français qu’elle maîtrise si bien qu’elle a pu suivre avec succès une formation de « nounou ». Seulement voilà lorsque l’assistante sociale nous appelle, il ne lui reste plus qu’une semaine pour mettre à jour ses papiers. La dépense s’élève à 260€ pour couvrir les frais de timbres fiscaux et autres démarches administratives. Deux associations ont été sollicitées dont la SSVP. Lors de notre rencontre avec Catherine et l’assistante sociale, l’affaire est mal engagée : l’autre association ne souhaite pas participer à la dépense. Je perçois bien à sa mine que Catherine bout d’une colère intérieure : sans ses papiers, tout le travail aura été effectué en pure perte. Je propose une solution qui mise sur l’espérance et la confiance  : un don pour la moitié de la somme et l’autre moitié en prêt, remboursable dès que Rose sera dans une situation financière acceptable sur un nombre de mensualités de six mois , un an. Pour Rose l’horizon s’éclaircit : non seulement les démarches devraient aboutir, de plus elle sauve la face puisqu’elle participe à sa propre remise à flot. Je la raccompagne chez elle, dans la voiture, elle est détendue, elle bavarde. Une semaine plus tard elle m’appelait pour me dire qu’elle avait enfin obtenu ses papiers et deux mois après elle me proposait de commencer à rembourser le prêt.

A présent j’aimerais vous conter l’histoire d’une famille pour qui il a fallu plus de temps et de patience. Depuis plusieurs mois nous suivons une famille originaire d’Angola La première fois que je avais rencontré le père comme je m’étonnais qu’il parle si bien français alors que l’Angola parle portugais. Il me raconta qu’il avait fait ses études en RDCongo. Notre aide est variée : colis alimentaires, aides matérielles ponctuelles comme acheter un billet de train pour Paris afin d’y effectuer des démarches admi­ nis­ tratives, achat de timbres fiscaux etc. On aurait pu commencer à se lasser, à se dire que cela suffit, qu’il n’y a pas de raisons d’arrêter, qu’il s’agit d’assistanat ad vitam aeternam et pourtant après donc plusieurs mois et après avoir un moment douté de la bonne volonté des bénéficiaires, la situation se décante, les papiers sont prêts : ils ont un permis de séjour et de travail pour dix ans. Monsieur parle plusieurs langues a fait des études de droit ; je parie sans grand risque qu’il trouvera du travail. Il y a quelques semaines lors d’une réunion nationale de notre association s’est présentée à nous Maria, émigrée politique arménienne qui ne parlait pas un traître mot de français en arrivant en France il y a trois ans. Grâce aux membres de la ssvp de Mérignac près de Bordeaux elle a trouvé un logement, des papiers pour régulariser sa situation . Elle a compris aussi qu’il fallait parler français aidée en

cela encore par des Vincentiens et pour valoriser ses connaissances en biologie médicale. Et sur le plan de l’intégration c’est on ne peut plus réussi : elle a intégré le CNRS. En reprenant le train je remarquai à la gare de Lyon ce que l’on appelle pudiquement des techniciens de surfaces : tous étaient d’origine étrangère et avaient accepté des métiers un peu délaissés par nos concitoyens. C’est aussi une forme d’intégration, leurs enfants seront peut-être chefs d’entreprises, enseignants, soldats ... Le point commun de toutes ses histoires c’est la volonté de ceux qui émigrent de réussir, ce sont les plus déterminés qui partent de chez eux. Il y a chez eux l’intelligence, la faculté d’adaptation, la ténacité, la volonté de réussir. Ce qui ne veut pas dire non plus, d’un point de vue politique, qu’il faille ouvrir les portes sans considération ni discernement. Nous ne pouvons pas accueillir toute la détresse du monde mais sans doute une partie. Mais revenons à ce qui nous a tous marqué ces dernières semaines : je veux parler de la tragédie de Lampedusa. Elle a frappé les esprits car même à 2000 km de chez nous les images terribles nous ont rendu proches les victimes. De plus, la visite du Pape François a définitivement ouvert les yeux de ceux qui pensaient que ce n’était pas leur affaire et il a souligné dans son homélie le caractère urgent de prendre en compte le migrant.

" SSVP France Fondée par Frédéric Ozanam Reconnue d’Utilité Publique

Conseil de savoie

Appel à la solidarité 344, Faubourg Montmélian 73000 Chambéry


Adieu Louis atténuée par l’amitié active que lui portait son voisin, Alain. Comme beaucoup, hélas, aujourd’hui, il n’avait plus de famille. Aussi les quelques sorties que l’équipe lui proposait, (goûter, spectacle…) lui faisaient oublier pour un temps ses misères. En plein mois de juillet, alors que beaucoup étaient en vacances, Louis s’en est allé, son voisin bienveillant à ses côtés. « Il était comme un frère, pour moi » disait Alain. Ce sont d’ailleurs Georges, les équipes funérailles et le voisin Alain, qui auront à cœur de prévenir les services sociaux, de retrouver sa demi-sœur et d’organiser ses obsèques. A l’hôtel Dieu, la conférence de St Alban et quelques amis se réunissaient autour du défunt, pour un dernier ADIEU. (Alain, Aldo, Fabio, Georges, Jérôme, Marie et Patricia). Chacun récita une prière

Louis et Alain pour l’anniversaire de Louis

Louis Hiquebrant nous a quittés cet été, victime d’une maladie qui lui rongeait les poumons. C’était un vieux soldat de la légion étrangère. La conférence de St Aban-Leysse lui apportait régulièrement des colis alimentaires, et s’était liée d’amitié avec lui. D’un caractère doux, c’était toujours avec le sourire qu’il nous accueillait dans son petit appartement de Barby . Sa solitude était

appropriée. Quelques jours plus tard, la conférence et Alain se retrouvaient pour déménager l’appartement de Louis, et le laisser propre avant la remise des clés à l’OPAC. Samuel de l’équipe jeunes, avec son véhicule et un ami, apportèrent aussi leur contribution. Après tous ces efforts, tous nos amis, se donnaient rendez-vous à la « Panière » pour un petit repas convivial , bien mérité qui permit, à ceux qui ne se connaissaient pas, de se lier un peu plus… Passés quelques temps, la conférence de St Alban se retrouvait à nouveau, avec Alain, autour d’un café, pour régler tous les papiers administratifs concernant le décès. Une fois encore, Louis avait réussi à nous réunir. Merci à tous. L’équipe St Alban/Leysse

Témoignage de Christine s’est déclarée sous diverses formes. Dia­ gnostic : pancréatite chronique calcifiante, diabète, interventions mensuelles, prothèses au canal cholédoque. Traitement sous morphine, opération, séquelles. Longue maladie, puis invalidité. ..A part une petite indemnité à ce titre, aucune aide sociale pour alimenter le budget. Ma fille souffrant à son tour de problèmes de santé, a perdu son

Voici mon histoire, une histoire de femme… somme toute une histoire banale. J’ai vécu 19 ans avec un homme en toute harmonie. J’étais heureuse. Puis un jour, il s’est éloigné, puis m’a quittée, pour une autre vie… Tout mon univers s’est écroulé. Mon deuil a duré 3 ans. J’avais perdu toute confiance en mon prochain ou en mon devenir. Le tunnel. Puis une lumière est apparue. Elle s’appelle Janine. Professionnellement, je l’avais déjà appréciée. Grâce à elle, à la chaleur de ses encouragements, j’ai pu remonter la pente. Mais malheureusement, les souffrances, les angoisses endurées ont fait que la maladie

"

travail, son appartement qu’elle ne pouvait plus assurer et par nécessité elle est revenue vivre avec moi. Une nouvelle fois, j’ai dû faire appel à Janine et sa conférence St Vincent de Paul. L’aide alimentaire, règlement de certaines factures etc… Grâce à Janine et à l’équipe SSVP, je peux envisager 2014 avec sérénité, en m’investissant même dans la conférence.

La SSVP a besoins de vous, de votre amour, d’un peu de votre temps, d’un peu de votre argent,

Aidez nous à les aider.

Je soutiens la Société Saint-Vincent-de-Paul. Madame

Mademoiselle

Monsieur

Nom.............................................................................. Prénom.......................................................................... Adresse................................................................................................................................................................ Code postale................................................................. Ville............................................................................... Tél................................................................................. E-mail............................................................................

Je désire un reçu fiscal

oui

Je dispose d’un peu de temps

25e

50e

75e

100e

150e

Autre : ....................e

non oui

non

Société de Saint-Vincent-de-Paul - 344, Faubourg Montmélian - 73000 Chambéry - Tél : 04 79 70 74 42

Décembre 2013

Je vous adresse un chèque de

Panorama n 34 internet pageapage  

LA VIE DES CONFERENCES LE DEPARTEMENT ET SES ACTIONS

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you