Page 1

Fiche de  lecture  :  Blasselle,  Bruno.  Histoire  du  livre  numérique.  Paris  :  Gallimard,  2008,  319p.  

Fiche de  lecture     Référence  de  l’ouvrage  :  Blasselle,  Bruno.  Histoire  du  livre  numérique.  Paris  :  Gallimard,  2008,  319p.     Chapitre  1  :  Le  livre  à  la  main   •

Page 17   o Le   livre   est   né   de   l’écriture   et   est   le   témoin   de   la   pensée   humaine.   Il   repose   sur   3   constantes  :  un  support  plus  ou  moins  maniable,  la  reproduction  et  la  diffusion  d’un   texte  selon  des  modalités  pouvant  varier.  Le  livre  moderne  est  l’aboutissement  d’une   évolution   qui   a   débuté   plus   de   3500   ans   après   l’apparition   de   l’écriture   et   près   de   1000  ans  avant  celle  de  l’imprimerie.     Page  18   o Le   mot   «  livre  »   vient   du   latin   liber,   terme   qui   désignait,   à   l’origine,   la   pellicule   située   entre  le  bois  d’un  arbre  et  l’écorce  extérieure  et  qui  a  été  le  support,  avec  la  pierre,   des  premières  écritures.     o Le  nom  grec  pour  «  livre  »  est  biblion  et  provient  de  biblios,  qui  signifie  «  papyrus  ».  Il   a  donné  le  mot  «  bible  »  et  se  retrouve  dans  de  nombreux  termes  français  tels  que   bibliophile,  bibliothèque,  etc.   o D’autres   supports   ont   été   utilisés   pendant   l’Antiquité  :   les   tablettes   d’argile   (Mésopotamie),  l’os,  le  tissu,  les  tablettes  de  cire  et  de  bois,  les  feuilles  de  palmier,   les  peaux  d’animaux,  la  pierre  et  différents  métaux.     o Le  papyrus,  apparu  au  IIIème  millénaire  avant  Jésus-­‐Christ,  triomphe  en  Egypte  puis   en  Grèce  et  à  Rome.  Il  est  fabriqué  à  partir  de  la  plante  du  même  nom,  qui  pousse   dans  la  vallée  du  Nil.  Il  constitue  le  support  le  plus  répandu  dans  l’Antiquité  mais  il  se   prête   mal   au   pliage   et   ne   permet   pas   une   écriture   recto   verso.   De   ce   fait,   les   premiers   livres   se   présentent   sous   la   forme   de   rouleaux   (volumen   en   latin,   qui   a   donné   le   nom   français   de   «  volume  »)   composés   de   feuilles   collées   côte   à   côte   et   enroulés   sur   des   bâtons   de   bois   ou   d’ivoire.   Ces   rouleaux   pouvaient   atteindre   une   longueur  d’une  dizaine  de  mètres  et  les  textes  y  étaient  copiés  en  colonnes  de  25  à   45  lignes  de  hauteur.  Peu  d’entre  eux  sont  parvenus  intacts  jusqu’à  nous.  La  plupart   d’entre  eux  ont  été  retrouvés  dans  des  tombeaux.     Page  20   o Le   «  codex  »  :   une   première   révolution   dans   l’histoire   du   livre.   La   forme   du   livre   change   au   début   de   notre   ère.   Elle   passe   du   volumen   au   codex.   Le   codex   est   un   assemblage  de  cahiers  cousus  ensemble,  prenant  ainsi  l’aspect  que  nous  connaissons   aujourd’hui.   Le   codex   est   plus   simple   à   manier   que   les   rouleaux   de   papyrus,   qui   devaient   être   tenus   à   deux   mains   et   il   est   également   plus   facile   à   stocké   et   moins   encombrant   (il   voyage   donc   plus   aisément),   il   support   également   l’écriture   recto   verso.  Son  usage  se  généralise  avec  la  diffusion  du  christianisme  entre  le  IIème  et  le   IVème  siècle.    

1


Fiche de  lecture  :  Blasselle,  Bruno.  Histoire  du  livre  numérique.  Paris  :  Gallimard,  2008,  319p.   Le   rapport   de   l’homme   au   livre   se   modifie   pour   évoluer   vers   des   usages   que   nous   connaissons   encore   aujourd’hui,   principalement   dans   l’organisation   des   textes  :   foliotation,  division  en  chapitres,  titres,  tables  des  matières,  séparation  des  mots.   Page  21   o Le   triomphe   de   cette   nouvelle   forme   du   livre   est   liée   à   l’emploi   d’une   nouvelle   matière  première,  qui  sera  utilisée  pendant  plus  d’un  millénaire  :  le  parchemin.     Page  22   o Le  parchemin  est  une  matière  d’origine  animal  :  des  peaux  de  moutons,  de  chèvres   ou  de  veaux  qui,  après  une  longue  préparation,  donnent  une  matière  plus  souple  et   plus  solide  que  le  papyrus  et  utilisable  sur  les  deux  faces.     o Le  vélin  est  un  parchemin  de  qualité  supérieure.  Il  est  obtenu  à  partir  de  veaux  ou  de   chevreaux  mort-­‐nés.   o Le   parchemin   constitue   le   principal   support   de   l’écriture   pendant   la   période   médiévale,  avant  l’apparition  du  papier.     o Plusieurs   peaux   sont   nécessaires   à   la   réalisation   d’un   ouvrage   (un   livre   de   format   standard  en  nécessite  une  quinzaine),  ce  qui  entraine  un  coût  important.     o Par  économie,  les  parchemins  des  textes  jugés  périmés  sont  grattés  et  réutilisés.  Ils   sont   appelés   des   palimpsestes.   Des   procédés   scientifiques   permettent   aujourd’hui   de  faire  réapparaitre  les  textes  effacés.     Page  23   o Après   l’effondrement   de   l’Empire   romain,   la   culture   latine   se   réfugie   dans   les   monastères,   qui   sont   à   la   fois   des   foyers   de   la   vie   spirituelle,   des   centres   de   production  économique  et  des  conservatoires  de  la  culture.     o Toutes  les  règles  monastiques  insistent  sur  le  devoir  fait  aux  moines  de  savoir  lire.  Le   livre   fondamental   est   la   Bible.   Quand   un   monastère   a   besoin   d’un   ouvrage   qu’il   ne   possède  pas,  il  fait  appel  à  un  autre  centre.     Pages  26-­‐27   o Chaque   monastère   est   doté   d’un   scriptorium,   une   salle   réservée   à   l’écriture.   Les   moines  y  recopient  et  illustrent  les  textes  religieux  mais  aussi  des  œuvres  profanes   de   l’Antiquité   classique,   nécessaires   pour   une   bonne   connaissance   de   la   langue   latine.   Les   scriptoria   les   plus   actifs   jouent   un   rôle   analogue   à   celui   d’une   maison   d’édition,   fournissant   en   copies   les   princes   et   les   églises.   Les   plus   grands   de   ces   centres  assurent  la  totalité  de  la  chaîne  de  production  du  livre,  de  la  préparation  du   parchemin  à  la  reliure.     o Le   mouvement   de   création   de   scriptoria   se   renforce   au   moment   de   la   renaissance   carolingienne  (VIII  –  IX  èmes  siècle).   o Le  travail  du  copiste  :  Le  moine  réalise  son  travail  de  copie  sous  la  direction  d’un  chef   d’atelier,  responsable  du  scriptorium.  Assis  sur  un  banc  et  s’appuyant  sur  un  pupitre   incliné   (conditions   parfois   difficiles),   le   moine   écrit   sous   la   dictée   ou   recopie.   Il   utilise   un  encrier  d’argile  ou  une  corne  de  bovidé  contenant  une  encre  d’origine  végétale,   une  plume,  un  crayon  à  mine  de  plomb,  une  règle  de  bois,  un  compas  et  les  cahiers   de  parchemin  sur  lesquels  il  écrit.     o Plusieurs  moines  peuvent  être  employés  simultanément  sur  un  même  ouvrage  afin   d’éviter  une  longue  immobilisation  de  l’original,  souvent  prêté  par  une  autre  abbaye.     o Une  fois  la  copie  terminée,  le  texte  est  relu  pour  d’éventuelles  corrections.     o

2


Fiche de  lecture  :  Blasselle,  Bruno.  Histoire  du  livre  numérique.  Paris  :  Gallimard,  2008,  319p.   •

Pages 28  et  29   o Les   codex   contiennent   d’abord   des   livres   religieux,   dont   la   Bible,   des   missels,   des   sacramentaires,  des  évangéliaires,  des  psautiers,  des  graduels,  des  antiphonaires  et   des  martyrologes,  des  vies  de  saints,  des  œuvres  des  Pères  de  l’Eglise  (saint  Augustin,   saint  Jérôme).   o Les   moines   copient   également   des   textes   juridiques   et   des   œuvres   de   l’Antiquité   classique   en   latin  :   Aristote   et   Platon,   Cicéron   et   Pline   l’Ancien   et   de   nombreux   auteurs  souvent  tardifs.  Des  grammaires  latines  sont  également  produites  ainsi  que   la  copie  des  archives  des  grands  domaines.   o La  langue  latine  est  donc  celle  utilisée  dans  les  premiers  codex  mais  des  textes  laïcs   qui  préfigurent  les  langues  française,  italienne  et  espagnole  apparaissent  à  partir  du   VIIIème  siècle.   Pages  30  et  31   o A  partir  de  la  fin  du  XIIème  siècle,  les  conditions  de  fabrication  et  de  diffusion  du  livre   sont   bouleversées   par   la   renaissance   urbaine   et   notamment   par   la   multiplication   des   écoles.  Sans  que  l’activité  des  scriptoria  ne  cesse,  le  développement  des  universités   suscite   un   besoin   fort   et   nouveau   d’ouvrages   et   engendre   une   évolution   des   métiers   du  livre.  Ils  se  structurent  dans  des  corporations  indépendantes  les  unes  des  autres   (parcheminiers,  copistes,  enlumineurs,  relieurs).     o Le   système   de   la   pecia   se   met   en   place   dans   les   grandes   villes   universitaires   européennes.   Pour   un   texte   donné,   une   copie   officielle,   l’exemplar,   validée   par   les   autorités  universitaires,  est  confiée  à  un  libraire  appelé  stationnaire.  Ce  dernier  est   autorisé  à  en  louer  les  cahiers  ou  pièces  (en  latin  :  peciae)  à  des  étudiants  ou  à  des   scribes   qui   les   emportent   chez   eux   pour   les   recopier.   Ce   procédé,   peu   coûteux,   permet   à   la   fois   d’éviter   l’immobilisation   de   l’ouvrage   entier   et   de   multiplier   les   copies  d’un  même  texte.     Page  32   o L’essor   de   la   bourgeoisie   suscite   l’apparition   d’une   clientèle   de   juristes,   de   marchands,   d’universitaires  ;   des   laïcs.   Ils   s’intéressent   à   des   ouvrages   de   contenus   différents   de   ceux   de   la   production   livresque   traditionnelle.   Les   romans   de   chevalerie,   les   ouvrages   historiques,   le   théâtre   et   les   vies   saintes   deviennent   de   nouveaux  thèmes  de  lecture.     o La   place   du   latin   régresse   à   partir   du   XIIème   siècle,   quand   apparaissent   les   littératures  en  langue  vulgaire.   o Le   livre   religieux   reste   encore,   à   la   fin   du   Moyen   Age,   un   domaine   majeur   de   la   production.     Page  40   o Les   codex   voient   l’apparition   d’illustration,   dont   la   technique   est   appelée   l’enluminure.     o L’illustration   remplit   plusieurs   fonctions  :   structuration   du   texte,   information   ou   ornement.     Page  42   o Certains   recueils   des   XIV   et   XVème   siècles   ne   sont   plus   que   des   recueils   d’images,   semblables  à  des  bandes  dessinées,  et  qui  permettent  de  transmettre  le  savoir  aux   personnes  ne  sachant  pas  lire.     3  


Fiche de  lecture  :  Blasselle,  Bruno.  Histoire  du  livre  numérique.  Paris  :  Gallimard,  2008,  319p.   •

Page 43     o Le  respect  accordé  aux  écritures  saintes  s’est  étendu  à  l’ensemble  de  la  production,   lui  accordant  une  place  de  choix  dans  la  société  et  dans  les  préoccupations  des  élites.   Le  livre,  qui  fait  l’objet  de  soins  longs  et  coûteux,  doit  donc  être  protégé  et  conservé.   o Une   fois   le   travail   du   copiste   terminé,   les   cahiers   sont   cousus   ensemble   sur   des   bandes   de   cuir,   les   nerfs,   qui   sont   fixés   à   des   planches   de   bois,   les   ais,   eux-­‐mêmes   ensuite  recouverts  de  cuir.  La  reliure  a  pour  fonction  principale  de  protéger  mais  elle   permet  aussi  d’embellir  l’ouvrage.     o Le  livre  reste  encore  un  objet  rare  au  milieu  du  XVème  siècle.   o Il   possède,   à   cette   époque,   la   forme   et   la   structure   que   nous   connaissons   encore   aujourd’hui.    

Chapitre 2  :  Gutemberg,  un  inventeur  controversé   • •

Page 45   o Le  premier  livre  imprimé  à  Paris  est  les  Lettres  de  Gasparino  Barzizza.     Page  46   o La   copie   manuscrite   ne   peut   plus   répondre   à   la   demande   croissante   d’ouvrages.   Très   tôt,  des  recherches  sont  menées  pour  trouver  un  procédé  permettant  de  réaliser  des   ouvrages  plus  rapidement.   o L’arrivée   en   Europe   du   papier,   plus   souple   et   moins   coûteux   que   le   parchemin,   permet  à  l’imprimerie  de  connaître  un  grand  essor.   o Invention   chinoise   datée   du   IIème   siècle   mais   sans   doute   plus   ancienne,   le   papier   fut   d’abord  adopté  par  les  pays  musulmans  du  bassin  méditerranéen.  Son  utilisation  se   répand   tardivement   en   Europe   (en   Espagne   puis   en   Italie   au   XIIIème   siècle   où   elle   bénéficie   d’importantes   innovations   techniques   visant   à   obtenir   une   plus   grande   résistance).  Elle  ne  variera  pas  jusqu’à  la  fin  du  XVIIIème  siècle.     o Le   papier   fait   sensiblement   baisser   le   coût   de   fabrication   du   livre  mais   sa   fragilité,   en   regard   du   temps   passé   par   le   copiste,   en   réduit   l’utilisation   pour   les   ouvrages   manuscrits.     Pages  48-­‐49   o La  typographie  consiste  en  la  combinaison  de  caractères  mobiles  métalliques  que  le   compositeur  peut  accorder  à  sa  guise.  On  obtient  ces  caractères  en  gravant  la  lettre   en  relief  sur  un  poinçon  en  acier  que  l’on  frappe  ensuite  en  creux  dans  une  matrice     de  cuivre.  Celle-­‐ci  est  alors  placée  dans  un  moule  dans  lequel  on  coule  un  alliage  de   plomb,  d’étain,  et  d’antimoine.  On  peut  alors  obtenir  des  séries  de  lettres  totalement   identiques,  qui  donnent  à  la  page  imprimée  une  belle  régularité.     o Cette  invention  décisive  est  servie  par  deux  techniques  essentielles  :  l’adaptation  du   principe   de   la   presse   (déjà   connue   dans   d’autres   domaines)   et   la   réussite   d’un   procédé  de  confection  d’une  encre  moins  fluide  que  celle  des  copistes.     o La   mise   au   point     de   ces   3   composantes   déterminantes   du   nouvel   art   d’imprimer   nécessite   au   moins   une   quinzaine   d’années   de   recherches   et   de   nombreux   tâtonnements.   o Précurseurs  et  chercheurs  :  en  Corée,  dès  le  XIVème  siècle  au  moins,  et  en  Chine  un   peu   plus   tardivement,   la   technique   de   multiplication   des   textes   au   moyen   de   caractères   mobiles   métalliques   était   déjà   connue   mais   moins   répandue   que   4  


Fiche de  lecture  :  Blasselle,  Bruno.  Histoire  du  livre  numérique.  Paris  :  Gallimard,  2008,  319p.  

l’impression xylographique.   Celle-­‐ci,   attestée   dès   le   VIIIème   siècle,   a   permis   une   large  circulation  de  l’imprimé  dans  plusieurs  pays  d’Orient.     o En   Europe,   Gutemberg   n’est   pas   le   seul   à   effectuer   des   recherches   en   matière   d’impression.   Procope   Waldvogel   était   un   orfèvre   venu   de   Prague,   installé   en   Avignon   vers   1444-­‐1446.   D’après   les   archives,   il   enseignait   l’art   d’écrire   artificiellement   (ars   scribendi   artificialiter)   en   utilisant   un   matériel   métallique.   Cependant,   aucune   de   ses   productions   ne   nous   étant   parvenue,   on   ignore   s’il   s’agissait  déjà  de  typographie.     o Gutemberg,   ce   célèbre   inconnu  :   Johann   Gensfleisch,   dit   Gutemberg,   est   né   à   l’extrême   fin   du   XIVème   siècle,   à   Mayence,   dans   une   famille   d’orfèvres.   Il   a   vécu   durant  plusieurs  années  à  Strasbourg.   Pages  56-­‐57   o La  découverte  de  Gutemberg  ne  reste  pas  longtemps  secrète  et  ses  anciens  associés   ouvrent  de  nouveaux  ateliers.     o La   progression   de   l’imprimerie   commence   par   la   région   de   Mayence   et   les   pays   rhénans,  où  les  ateliers  se  multiplient,  du  vivant  de  Gutemberg.   o Les   anciens   compagnons   de   Gutemberg   jouent   un   rôle   décisif.   Des   imprimeurs   allemands  se  déplacent  avec  un  matériel  restreint  mais  riches  d’un  savoir  nouveau  et   fascinant,   se   lançant   sur   les   routes   de   ville   en   ville,   à   la   recherche   de   commanditaires.   Ceux-­‐ci   peuvent   être   des   mécènes,   les   autorités   ecclésiastiques   et   les  universités.     o La   mobilité   des   premiers   typographes   permet   une   diffusion   très   rapide   de   l’imprimerie.     Pages  62-­‐63   o Dès   1466,   des   livres   sont   en   vente   à   Paris.   Il   semble   que   les   premiers   ouvrages   publiés  en  France  soient  fabriqués  dans  les  locaux  mêmes  de  la  Sorbonne.     o Les  boutiques  parisiennes  se  multiplient  et  le  Quartier  latin  (particulièrement  la  rue   Saint-­‐Jacques)  n’abandonnera  jamais  cette  tradition  éditoriale,  encore  vivante  de  nos   jours.     o Ces   premiers   ateliers   parisiens   font   école.   Au   XVème   siècle,   on   compte   36   villes  en   France   qui   abritent   au   moins   une   imprimerie.   Il   s’agit   principalement   de   villes   universitaires   (Toulouse,   Angers,   Grenoble).   Le   cas   de   Lyon   est   différent.   C’est   son   rôle   de   carrefour   marchand   ainsi   que   la   présence   d’une   classe   bourgeoise   importante  qui  y  expliquent  l’implantation  (1473)  puis  l’essor  rapide  de  l’imprimerie.     Pages  68-­‐69   o Au   début   du   XVIème   siècle,   l’ensemble   de   l’Europe   occidentale   et   centrale   a   été   touché   par   l’invention   de   Gutemberg.   L’Europe   orientale   ne   le   sera   que   plus   tardivement.     o 250   villes   européennes   ont   produit,   avant   1501,   des   livres   que   l’on   appelle   incunables.   Ce   nom,   apparu   au   XVIIème   siècle,   vient   du   latin   incunabulum,   qui   signifie  «  berceau  ».  La  coupure  de  1501  ne  correspond  pas  à  une  modification  des   conditions  de  production  ou  de  représentation  du  livre  mais  elle  a  été  adoptée  pour   tous  les  recensements  et  inventaires  de  bibliothèques.    

5


Fiche de  lecture  :  Blasselle,  Bruno.  Histoire  du  livre  numérique.  Paris  :  Gallimard,  2008,  319p.   Le   fait   que   l’imprimerie   soit   principalement   une   activité   urbaine   n’empêche   pas   le   livre   imprimé   de   circuler   partout   et   il   arrive   bien   souvent   avant   un   atelier   d’imprimerie.  Les  grands  libraires  ouvrent  des  boutiques  à  l’étranger.     Page  70   o Les   colporteurs   diffusent   les   premières   brochures   en   dehors   des   villes.   Les   foires   européennes,   où   s’échangent   les   marchandises   les   plus   diverses,   accueillent   à   leur   tour  libraires  et  imprimeurs.     o Aussi  révolutionnaire  que  soit  l’invention  de  l’imprimerie,  elle  ne  constitue  pas  une   rupture  du  point  de  vue  de  la  forme  du  livre.  En  effet,  dans  le  livre  imprimé  comme   dans   le   livre   manuscrit,   les   volumes   se   composent   de   cahiers,   formés   de   feuilles   pliées,   reliés   ensemble.   La   mise   en   page   reste   la   même.   Les   caractères   utilisés   s’inspirent   des   écritures   existantes,   gothique   et   humanistique,   les   premiers   étant   pour  les  textes  religieux,  les  second  pour  les  textes  classiques.     o Le   livre,   au   sortir   de   l’imprimerie,   n’est   pas   encore   terminé   et   attend   des   interventions  manuelles  :  initiales  ornées,  enluminures,  signes  de  ponctuation.     o

Chapitre 3  :  L’imprimerie  triomphante   •

Page 73   o Le  livre  est  au  cœur  de  la  vie  religieuse  et  culturelle  du  XVIème  siècle.  Il  est  un  outil   de   combat   au   service   des   idées   nouvelles,   un   objet   de   collection,   etc.   Il   est   également  l’objet  de  méfiance  de  la  part  du  pouvoir  politique  et  religieux.     Pages  74-­‐75   o On  assiste,  avec  l’humanisme,  à  un  retour  à  l’Antiquité  classique  qui  caractérise  aussi   une   nouvelle   façon   d’approcher   le   texte,   plus   exhaustive,   avec   une   recherche   du   texte  intégral  et  authentique,  rejetant  les  altérations  qu’il  a  pu  subir.     o Les   humanistes   s’émancipent   de   la   tradition   médiévale   et   fouillent   dans   les   bibliothèques  à  la  recherche  de  textes  oubliés  ou  négligés.     o Les  imprimeurs  ne  peuvent  pas  rester  à  l’écart  d’un  tel  mouvement  et  y  participent   en   corrigeant   les   éditions   fautives   des   copistes   médiévaux.   L’atelier   typographique   devient  le  lieu  d’une  collaboration  entre  l’imprimeur  et  le  savant.     o Alde   Manuce   est   le   plus   célèbre   des   imprimeurs   humanistes.   A   côté   des   éditions   savantes,   il   édite   pour   les   étudiants   des   livres   au   format   de   poche,   qui   sont   moins   coûteux,   et   pour   lesquels   il   est   le   premier   à   utiliser   l’italique,   qui   imite   l’écriture   cursive  des  manuscrits  humanistes.  Ces  ouvrages  sont  souvent  plagiés.   Pages  76-­‐77   o Erasme  fait  publier  des  éditions  critiques  du  Nouveau  Testament  et  d’Aristote  (vers   1521-­‐1529)  accompagnées  d’une  traduction  en  latin.  Grâce  à  l’imprimerie,  sa  pensée   atteint  une  audience  internationale  en  quelques  années.     o Il  a  souvent  été  écrit  que  la  Réforme  a  été  la  fille  de  l’imprimerie.  En  effet,  bien  que   le   nombre   de   personnes   sachant   lire   soit,   à   l’époque,   encore   assez   faible,   la   typographie   a   favorisé   la   rapide   diffusion   des   idées   de   Luther   et   des   Réformateurs.   L’imprimerie   assure   une   diffusion   spectaculaire   des   idées   de   Luther   lorsqu’il   publie   ses  95  thèses  dénonçant  les  indulgences.    

6


Fiche de  lecture  :  Blasselle,  Bruno.  Histoire  du  livre  numérique.  Paris  :  Gallimard,  2008,  319p.   •

Pages 78-­‐79   o Tous   les   écrits   réformateurs   atteignent   des   chiffres   de   tirage   exceptionnels   pour   l’époque.   o Dans  le  climat  d’intolérance  religieuse  qui  règne  en  Europe,  le  livre  suscite  méfiance   et   hostilité.   Les   métiers   qui   s’y   rapportent   sont   surveillés   et   font   parfois   l’objet   de   répression,   fondée   sur   la   législation   qui   se   met   en   place   et   qui   va   imposer   une   véritable  tutelle  à  l’industrie  du  livre.     o Dans   toute   l’Europe   les   persécutions   contre   l’imprimerie   prennent   des   formes   variées  :   défenses   de   publier,   de   vendre   ou   d’importer   certains   livres   ou   certains   types  d’ouvrages  ;  interdiction  de  lire  des  éditions  en  langue  vulgaire  ;  autodafés  de   livres  ;  poursuites  contre  les  auteurs,  les  imprimeurs  ou  les  libraires.   o Les  auteurs,  imprimeurs  et  libraires  poursuivis  sont  souvent  emprisonnés  mais  sont   parfois   également   condamnés   à   mort,   comme   ce   fut   le   cas   d’Etienne   Dolet,   qui   fut   brûlé  sur  la  place  Maubert  à  Paris,  en  1546.     o Beaucoup  choisissent  l’exil.   Page  80   o Cependant,   les   différents   appareils   répressifs   mis   en   place   ne   sont   efficaces   qu’au   bout  d’un  certain  temps.   o La  Contre-­‐Réforme  s’appuie  également  beaucoup  sur  l’imprimerie  pour  propager  ses   idées.     Pages  82-­‐83   o Le  livre  voyage  beaucoup  mais  de  manière  lente  car  il  est  lourd  et  fragile.     o En   30   ans,   Christophe   Plantin   produit   plus   de   1500   ouvrages.   C’est   le   premier   imprimeur  industriel.   Pages  86-­‐87   o Avec   l’accroissement   continu   de   la   production   et   le   développement   de   la   réglementation,  les  métiers  du  livre  s’organisent.     Pages  88-­‐89   o Les  premiers  livres  imprimés  étaient  souvent  des  rééditions  de  textes  anciens  mais,  à   la  Renaissance,  le  nombre  d’ouvrages  nouveaux  croît  considérablement.     o La  surveillance  des  idées  et  le  développement  de  la  concurrence  amènent  la  notion   de  privilège,  qui  devient  le  préalable  à  toute  publication.     o Il   s’agit   d’une   permission   d’imprimer   concédée   par   le   pouvoir   politique   et   d’un   monopole   temporaire   pour   la   publication   et   la   diffusion   d’un   texte.   Il   peut   être   accordé,  moyennant  finance,  à  l’auteur,  au  libraire  ou  à  l’imprimeur.     o Les   droits   touchés   par   les   auteurs   leur   permettent   rarement   de   vivre   de   ce   qu’ils   écrivent.   o Le   nombre   de   tirages   varie   de   500   à   1000   pour   les   ouvrages   d’érudition   ou   les   ouvrages  spécialisés  et  de  1000  à  2000  pour  ceux  destinés  à  un  public  plus  large.   o Jusqu’en   1520-­‐1525,   l’aspect   du   livre   ressemble   fortement   à   celui   des   incunables.   Après   cette   date,   il   s’affranchit   de   sa   présentation   médiévale   et   s’invente   de   nouvelles   formes.   L’architecture   de   la   page   s’aère   et   s’organise   et   une   hiérarchie   des   textes   apparaît.   La   ponctuation   apparaît   et   rend   ainsi   la   lecture   plus   simple.   De   nouveaux   caractères   apparaissent   également   (accents   toniques,   cédilles,   trémas,   apostrophes).     7  


Fiche de  lecture  :  Blasselle,  Bruno.  Histoire  du  livre  numérique.  Paris  :  Gallimard,  2008,  319p.   Afin  de  faciliter  l’identification  des  ouvrages,  les  informations  telles  que  le  titre  sont   déplacées  en  première  page.  C’est  ainsi  que  naît  la  page  de  titre.   Pages  90-­‐91   o Le  livre  adopte  une  nouvelle  structure.  Page  de  titre  et  pièces  liminaires  deviennent   systématiques.   Le   titre   courant   est   répété   en   haut   de   chaque   page.   La   foliotation   (numérisation   des   feuillets)   en   chiffres   romains   est   remplacée,   dans   la   seconde   moitié   du   siècle,   par   la   pagination   en   chiffres   arabes   qui   sera   utilisée   pour   la   mise   en   place  des  tables  des  matières.     o La   typographie   est   renouvelée   avec   l’apparition   de   nouvelles   lettres   moins   proches   des   lettres   manuscrites   et   permettant   une   meilleure   lisibilité   ainsi   qu’une   démarcation  des  éléments  du  texte.     Pages  92-­‐93   o Les  illustrations  dans  le  corps  du  texte  sont  de  plus  en  plus  courantes.     o

Chapitre 4  :  L’édition  sous  contrôle   •

Page 95   o Après  la  Réforme  te  la  Contre-­‐Réforme,  le  monde  de  l’édition  traverse  une  crise.     o Le  marché  est  saturé  d’ouvrages  religieux  et  son  expansion  en  est  freinée.   Pages  96-­‐97   o L’imprimerie   continue   à   se   répandre   dans   le   monde   (vers   1550   en   Russie   et   fin   du   siècle  en  Chine  et  au  Japon,  1638  en  Amérique).   o Le   pouvoir   de   contestation   du   livre   et   sa   capacité   à   accentuer   un   mouvement   d’opinion  sont  toujours  vrais  en  Europe  et  attirent  l’attention  sur  les  métiers  du  livre.   o Avec   l’arrivée   de   Louis   XIV   sur   le   trône,   des   mesures   sont   mises   en   place   afin   de   limiter  le  pouvoir  des  livres  et  de  lutter  contre  les  «  mauvais  livres  »,  qui  mettent  en   cause  la  religion,  la  morale  ou  bien  l’autorité.     o A  partir  de  1667,  le  nombre  de  libraires  et  d’imprimeurs  autorisés  est  limité  à  Paris.   Les   ventes   de   matériel   d’imprimerie   sont   réglementées,   les   colis   de   livres   sont   vérifiés   et   les   ateliers   visités   régulièrement.   Les   contrevenants   sont   envoyés   à   la   Bastille.     o Cette   réglementation   est   couronnée   par   la   création,   en   1701,   de   la   Direction   de   la   librairie.   Bridant   l’imprimerie   française,   elle   profite   grandement   à   la   concurrence   étrangère.   o Des  pratiques  frauduleuses  de  contrefaçon  ou  d’impression  de  livres  interdits  voient   le  jour  en  réaction  à  ces  mesures.     o En   1709,   le   Copyright   Act   est   la   première   tentative   visant   à   protéger   le   droit   d’auteur.     Page  100   o Dès   le   milieu   du   siècle,   la   pratique   ancienne   de   la   contrefaçon   prend   de   l’ampleur.   Contrefaire   un   ouvrage   est   rentable   car   les   contrefaçons   sont   de   moins   bonne   qualité  (papier  et  caractères  typographiques).     o En   France,   les   libraires   de   province,   qui   ont   été   appauvris   par   la   réglementation   y   voient  la  seule  manière  de  ne  pas  faire  faillite.    

8


Fiche de  lecture  :  Blasselle,  Bruno.  Histoire  du  livre  numérique.  Paris  :  Gallimard,  2008,  319p.   La  publication  de  livres  interdits  (ceux  qui  n’ont  pas  obtenu  le  privilège)  se  développe   également.  Le  nom  de  l’auteur  est  alors  omis  et  l’adresse  du  libraire  fausse.     Pages  106-­‐107   o Le   livre   semble   avoir   perdu   sa   capacité   d’innovation   du   temps   de   l’humanisme.   L’atelier  d’imprimerie  et  la  librairie  ne  sont  plus  des  lieux  d’échange  avec  l’auteur.  On   retrouve   désormais   ce   dernier   «  à   la   cour   des   grands   de   ce   monde  »,   dans   les   salons,   dans  les  académies.   o Cependant,  de  nouveaux  genres  inédits  se  développent.  Le  livre  religieux  est  encore   très  présent  (plus  du  tiers  de  la  production)  et  le  livre  d’histoire  privilégie  le  pouvoir   en  place.  Le  théâtre  et  le  roman  émergent  et  consacrent  le  statut  social  de  l’écrivain,   ce  qui  est  symbolisé  par  la  création  de  l’Académie  française  en  1635.  Une  littérature   destinée   aux   enfants   émerge   également   tels   que   les   fables   (La   Fontaine,   etc.),   les   contes  de  fées  (Perrault).  Ces  ouvrages  pour  enfants  sont  souvent  popularisés  par  la   Bibliothèque  bleue.     Pages  108-­‐109   o Le  nombre  de  tirages  reste  faible.   o La  présentation  des  livres  évolue  quelque  peu.  Les  grands  formats  (in-­‐folio)  ne  sont   plus   utilisés   que   pour   certaines   publications   religieuses,   juridiques,   historiques   ou   de   luxe.     o Les  caractères  typographiques  commencent  à  se  renouveler.     o Les  titres  des  ouvrages  continuent  à  être  très  longs.     o

Chapitre 5  :  Le  livre  du  roi   •

Page 113   o Au   XVIIIème   siècle,   le   livre   imprimé   est   le   principal   vecteur   de   la   philosophie   des   Lumières,  qui  est  au  centre  de  la  vie  intellectuelle  et  scientifique  européenne  et  qui   prépare  le  terrain  de  nombreuses  révolutions.     Pages  120   o Au   XVIIIème   siècle,   la   lecture   se   développe.   La   lecture   à   la   maison   devient   prédominante  mais  on  voit  également  apparaître  les  bibliothèques.   Page  130   o Avec   la   Révolution,   les   corporations,   privilèges   et   permissions   sont   abolies   et   permettent  au  livre  de  se  développer  davantage.    

Chapitre 6  :  Un  siècle  de  transformations   •

Page 133   o Le   premier   changement   dans   le   monde   du   livre   depuis   l’invention   de   l’imprimerie   arrive   au   XIXème   siècle.   L’élargissement   rapide   des   marchés   ainsi   que   la   mécanisation   des   techniques   entrainent   une   modification   totale   de   ses   modes   de   production  et  affectent  jusqu’à  se  forme.   o Le  livre  se  développe  grâce  à  la  généralisation  de  l’enseignement  primaire  au  cours   du   XIXème   siècle,   qui   permet   à   l’ensemble   de   la   société   française   d’accéder   à   la   lecture.  

 

9


Fiche de  lecture  :  Blasselle,  Bruno.  Histoire  du  livre  numérique.  Paris  :  Gallimard,  2008,  319p.   •

Page 140   o En   1795,   l’Anglais   Stanhope   met   au   point   un   outil   métallique,   en   fonte   et   au   rendement   plus   élevé.   Le   29   novembre   1814   sort   le   premier   numéro   du   Times   imprimé  industriellement.   Page  153   o On   constate   une   augmentation   significative   du   nombre   de   titres   enregistrés   annuellement   au   dépôt   légal   au   cours   du   XIXème   siècle.   La   production   ne   se   limite   pas  uniquement  à  la  France  ;  elle  exporte  sept  fois  plus  de  livres  qu’elle  n’en  importe.   o Ce   changement   bouleverse   les   anciennes   imprimeries.   Le   nombre   et   la   taille   des   machines  détruisent  l’organisation  traditionnelle  du  travail.  

Chapitre 7  :  Editeur  :  l’émergence  d’un  nouveau  métier   •

Page 155   o «  L’éditeur,   intermédiaire   intelligent   entre   le   public   et   tous   les   travailleurs   qui   concourent  à  la  confection  d’un  livre,  ne  doit  être  étranger  à  aucun  détail  du  travail   de   ces   personnes  ;   maître   du   goût   sûr,   attentif   aux   préférences   du   public,   il   doit   sacrifier   son   propre   sentiment   à   celui   du   plus   grand   nombre,   pour   arriver   insensiblement   et   par   des   concessions   graduées   à   faire   accepter   ce   que   les   vrais   artistes  d’un  goût  plus  éprouvé  approuvent  et  désirent.  »  Léon  Curmer,  1839.   Page  157   o A   partir   des   années   1830,   l’éditeur   commence   à   se   séparer   des   autres   métiers   du   livre.   Avant,   dans   l’ancien   régime   typographique,   il   assumait   plusieurs   fonctions   (imprimeur-­‐éditeur,  éditeur-­‐libraire).   o Il  contrôle  toutes  les  étapes  de  production,  du  choix  du  manuscrit  à  la  diffusion.   o Le  fait  de  devoir  atteindre  des  tirages  élevés  pour  demeurer  concurrentiel  demande   une   capacité   d’investissement   et   d’embauche   que   ne   possèdent   pas   toutes   les   entreprises   d’édition.   De   ce   fait,   des   grandes   maisons   émergent,   telles   que   Dalloz   (1824),  Hachette  (1826),  Privat  (1839),  etc.   Page  159   o La   plupart   des   éditeurs   se   regroupent   à   Paris   et   le   quartier   latin   voit   s’installer   des   éditeurs  tels  que  Louis  Hachette,  Victor  Masson  ou  Ernest  Flammarion.    

Chapitre 8  :  Toutes  sortes  de  livres   •

Page 177   o Les   contenus   évoluent   et   se   diversifient   avec   l’évolution   des   modes   de   fabrication   et   l’élargissement   des   publics.   Le   livre   atteint   ainsi   tous   les   âges   et   tous   les   domaines.   Il   a  pour  objectif  de  faciliter  l’accès  de  tous  au  savoir  ainsi  qu’au  loisir.   o Les  éditeurs  se  spécialisent  dans  certains  domaines.   Page  178   o Le  dictionnaire  se  répand  beaucoup  avec  l’école  obligatoire,  ce  qui  fait  la  fortune  de   Louis  Hachette  ;  nom  auquel  le  dictionnaire  est  souvent  associé.   o Les  livres  scolaires  se  diversifient  également.   Page  182  

10


Fiche de  lecture  :  Blasselle,  Bruno.  Histoire  du  livre  numérique.  Paris  :  Gallimard,  2008,  319p.   Les   livres   pour   enfants   sont   de   plus   en   plus   nombreux,   comme   par   exemple   Les   Malheurs  de  Sophie,  de  la  comtesse  de  Ségur.   Page  187   o Le   livre   religieux,   quant   à   lui,   détient   toujours   une   part   importante   du   marché,   allant   de  10  à  20%  du  total.   Pages  188-­‐189   o Les   nouveautés   et   classiques   se   vendent   également   bien   car   ils   font   partie   de   la   culture  française.   o Le  roman  gagne  de  nouvelles  classes  de  la  société.  Cependant,  certaines  littératures   ne   vivent   que   le   temps   d’une   ou   deux   générations,   comme   c’est   le   cas   du   roman   noir.     Page  191   o L’histoire  fait  l’objet  d’une  vaste  littérature.   Pages  192-­‐193   o Les   livres   permettent   également,   au   XIXème   siècle,   l’élargissement   de   l’accès   à   la   culture   scientifique,   notamment   grâce   aux   ouvrages   de   vulgarisation,   qui   se   destinent  tant  aux  adultes  qu’aux  enfants.   o Les  ouvrages  de  Jules  Vernes  ont,  quant  à  eux,  enflammé  les  imaginations.   Page  196   o Enfin,   la   baisse   des   coûts   de   fabrication   permet   le   développement   des   ouvrages   pratiques  dits  «  utilitaires  »,  concernant  la  vie  quotidienne,  les  loisirs,  la  cuisine,  etc.   On  les  retrouve  sous  forme  d’almanachs  nationaux  ou  locaux  ou  bien  d’ouvrages  tels   que  La  cuisinière  bourgeoise,  publié  au  XVIIIème  siècle  et  réédité  32  fois  entre  1815   et  1840.   o

• •

Chapitre 9  :  Littératures   •

Chapitre 10  :  Que  sont  les  livres  devenus  ?   •

Témoignages et  documents   •

Un certain  Gutenberg   o Page  257   § Gutemberg  par  Guy  Bechtel.   § L’apparition  du  livre  par  Albin  Michel.   §   Le  savant  et  l’imprimeur   o Page  258   § Au  XVIème  siècle,  l’imprimeur  est  souvent  un  lettré  et  de  nombreux  savants   deviennent  éditeurs.   Faut-­‐il  brûler  les  livres  ?   o Pages  266-­‐267  

11


Fiche de  lecture  :  Blasselle,  Bruno.  Histoire  du  livre  numérique.  Paris  :  Gallimard,  2008,  319p.   Des  auteurs  et  libraires  ont  été  brûlés  avec  leurs   livres  lorsque  ces  derniers   allaient  à  l’encontre  des  règles  établies.     o Pages  268-­‐269   § De   grandes   bibliothèques   ont   été   détruites   par   le   feu,   faisant   ainsi   disparaître  de  nombreux  ouvrages  uniques.     § Le   papier   ne   résiste   pas   au   feu   et   des   ouvrages   peuvent   donc   disparaître   totalement  par  son  action,  qu’elle  soit  volontaire  ou  accidentelle.   Portraits  d’éditeurs   o Page  270   § Les   maisons   d’édition   contrôlent   la   fabrication   du   livre   à   partir   du   XIXème   siècle.   Les   éditeurs   qui   sont   à   leur   tête   deviennent   des   intermédiaires   inévitables  pour  les  auteurs  qui  souhaitent  se  faire  publier.     L’incertain  destin  du  manuscrit   o Page  274   § Afin   d’être   publier,   un   auteur   doit   trouver   un   éditeur,   accepter   les   suggestions  de  ce  dernier  et  négocier  son  contrat.   § Certains  manuscrits  échappent  à  la  vigilance  des  éditeurs.   § Le  succès  d’un  livre  ne  s’explique  pas  que  par  ses  qualités.   La  librairie   o Page  278   § La   librairie   fait   le   lien   entre   l’auteur   et   le   lecteur,   leur   permettant   de   se   «  rencontrer  ».   Elle   permet   au   lecteur   de   découvrir   différents   ouvrages,   de   les  feuilleter,  de  se  laisser  séduire  par  ces  derniers.     § Que   ce   soit   la   petite   librairie   de   quartier,   la   librairie   appartenant   à   une   grande   chaine   ou   bien   encore   la   librairie   d’une   grande   surface,   il   existe   différents   types   de   librairies,   permettant   ainsi   à   chacun   de   trouver   son   bonheur.   Premières  lectures   o Page  282   § La   lecture   permet   aux   enfants   de   développer   un   «  monde   merveilleux   où   l’imaginaire  se  déploie  ».     Le  livre  à  l’écran   o Pages  288-­‐289   § «  En   ce   temps   de   révolution   technologique,   les   bouleversements   qui   affectent  le  livre  dans  sa  matérialité  même  auront-­‐ils  un  impact  sur  la  façon   de  lire  un  texte  ?  ».   § Avec  l’informatique  et  la  lecture  en  ligne,  la  page  perd  son  format  habituel  et   devient   «  page-­‐écran  ».   L’aventure   des   écritures  :   La   page,   sous   la   direction   d’Anne  Zali.   § La   lecture   sur   écran   nous   fait   perdre   l’objet   livre   pour   ne   plus   avoir   à   faire   qu’à  un  objet  écran,  qui  est  un  intermédiaire  entre  le  livre  et  le  lecteur.  On   fait   défiler   la   page   verticalement   à   l’écran,   avec   une   lecture   qui   s’assimile   peut-­‐être  plus  à  celle  des  rouleaux  (horizontalement)  qu’à  celle  des  livres.  On   conserve   cependant   les   repères   tels   que   la   pagination,   l’indexation   et   le   découpage   du   texte.     «  Le   texte   électronique   rend   possible   un   rapport   §

12


Fiche de  lecture  :  Blasselle,  Bruno.  Histoire  du  livre  numérique.  Paris  :  Gallimard,  2008,  319p.  

beaucoup plus   distancié,   décorporalisé  ».   Le   livre   en   révolution   par   Roger   Chartier.   Un  livre  à  prix  unique   o Pages  290-­‐291   § La  loi  Lang,  votée  en  1981  a  permis  d’établir  le  prix  unique  du  livre,  ce  qui  a   permis   de   conserver   un   réseau   de   libraires   très   diversifié.   Cependant,   depuis   quelques   années,   des   critiques   s’élèvent   contre   cette   loi   qui   n’est   plus   adaptée  aux  nouvelles  technologies.  Il  faudrait  donc  conserver  l’esprit  de  la   loi   Lang   mais   en   la   faisant   évoluer   pour   l’adapter   à   la   nouvelle   donne   numérique.   L’arrivée  du  livre  numérique   o Pages  292-­‐293   § Toute   la   chaine   du   livre   doit   s’adapter   à   la   dématérialisation   des   contenus,   comme  ce  fut  le  cas  pour  le  cinéma  et  la  musique.     § Le  web  devient  un  concurrent  de  taille  pour  les  libraires  traditionnels.     § Cependant  le  conseil  est  une  arme  que  les  libraires  possèdent  et  qu’Internet   a   plus   de   mal   à   mettre   en   place.   En   effet,   les   lecteurs   peuvent   être   guidés   et   orientés  dans  une  librairie  alors  qu’ils  le  sont  beaucoup  moins  sur  un  site  de   vente   de   livres   en   ligne,   bien   que   ces   derniers   fassent   des   efforts   en   ce   sens,   notamment  avec  les  avis  de  lecteurs,  etc.     § Internet   offre   également,   avec   les   bibliothèques   virtuelles,   l’accès   gratuit   à   des  millions  de  livres  tombés  dans  le  domaine  public.     o Pages  294-­‐295   § Le   marketing   des   maisons   d’édition   migre   sur   Internet   afin   de   continuer   à   attirer   les   lecteurs,   qui   se   tournent   désormais   de   plus   en   plus   vers   le   Web   pour  leurs  achats  de  livres.   § Les   éditeurs   se   convertissent   donc   progressivement   afin   de   faire   face   à   cette   modification  du  monde  du  livre,  qui  deviendra  peut-­‐être  une  révolution.    

Bibliographie (à  consulter)   • • • •

L’édition française  depuis  1945  (dir.  P.  Fouché),  Editions  du  Cercle  de  la  librairie,  1998.   Histoire   de   la   lecture   dans   le   monde   occidental,   sous   la   direction   de   Guglielmo   Cavallo   et   Roger  Chartier,  Paris,  Seuil,  1997.   Le  livre  en  révolutions,  Roger  Chartier,  Textuel,  1997.   Le  livre,  du  manuscrit  à  l’ère  électronique,  Jean-­‐François  Gilmot,  Liège,  1993.    

13

Fiche de lecture Histoire du livre  

Fiche de lecture Histoire du livre

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you