Page 1

LE

Numéro 14

Les nouvelles fraîches du campus de Montbéliard DUT Services et Réseaux de Communication

Couverture : Adeline Berdin

Bonne rentrée !

Octobre - Novembre 09 ��� ������� �� ���

�����������

Retrouvez votre magazine sur srcmontbeliard.com/mag


Carte

2009 2010 7€

Infos et points de vente sur www.jeunes-fc.com

Plein de

réduc’ •culture••••• •sport •••••• •loisirs•••••• •shopping••• •sorties•••••

. . . e x e l f é r e l z Aye e 30 ans d s t n ia d u ans / ét 6 2 e d s e un enfants & je

Une action du Bij de Montbéliard soutenue par la Région Franche-Comté ••• Bij de Montbéliard 03 81 99 24 15


ÉDITO

Le Frigo n°14 octobre-novembre 2009 Bimestriel

Directeur de publication : Philippe Pracht

Comité de rédaction : Jean-Claude Domenget

Rédacteur en chef : Benjamin Lupo

Conseiller technique : Simon Vieille

Rédacteurs :

Romain Anselmetti, Brice Bernard, Delphine Binet, Thierry Czich, Aurélie Eymann, Elsa Fachinetti, Toufik Mebrak, Marine Ménétrier, Pauline Osmont, Justine Paleo, Florent Petit, David Prati, Simon Vieille

C’est reparti pour un tour ! Nouvelle rentrée, nouvelle année pour profiter de la belle vie d’étudiant. Alors, bienvenue aux nouveaux et bien le bonjour aux anciens, le Frigo, c’est reparti pour un tour ! Ce mois, découvrez les 10 bons conseils pour réussir votre année, un dossier à prendre au second dégré, mais aussi toutes les bonnes choses à ne pas manquer sur le campus : la carte Avantages Jeunes, l’université ouverte ou encore le forum «oser l’international». Et bien sûr, un nouveau partenaire Fresh up : Net Soluce, qui vient s’ajouter à la liste. Si vous projetez de vous équiper en microinformatique, allez donc faire un tour dans ce magasin avec votre exemplaire du Frigo sous le bras et vous obtiendrez une sympathique réduction de 5%. Bonne lecture à tous !

Benjamin Lupo

Maquettiste en chef : Audrey de Melo

Maquettistes

Adeline Berdin

Emile Santi

Correcteur :

Basile Delhautal

Impression :

Communauté d’Agglomération du Pays de Montbéliard (CAPM) 8 av Alliés 25200 Montbéliard

����

� � �� �

é les tu

Création :

par é s

Réali

Photographe :

��

diants

Jean Cadart, Valentin Flausse, Brice Sarrazin

Un projet étudiant ? Une information sur la vie du pôle ? Une soirée au concept original ? N’hésitez pas à nous soumettre vos idées de sujets ! Pour partager une information, vos réactions ou vos attentes, contactez-nous sur : lefrigo.montbeliard@gmail.com.

03


SOMMAIRE E CULTURELLE QUE

13

11

L’université ouverte

Ayez le bon REFLEX !

OUVERTE

DU PAYS D E

MONTBÉLIA RD

PROGRAMM E 09|10

De Montréal à 14Montbéliard, avis d’étudiantes

ACTUALITES 03

Edito

C’est reparti pour un tour

06

Actualités

LA VIE DU PÔLE 08 Le nouveau bâtiment de l’UTBM

14 Bien démarrer son année

10 Forum « Oser l’international »

16 De Montréal à Montbéliard, avis d’étudiantes

Des précisions sur le chantier du campus

Et si vous alliez voir ailleurs ?

11 Ayez le bon REFLEX !

Portrait d’une passionnée de photo

12 Carte Avantages Jeunes 2009/2010

Remplie à bloc de bons plans

13 Université Ouverte session 2009/2010 Le savoir à la portée de chacun

04

DOSSIER

Les 10 conseils pour réussir

Montbéliard vu par deux Canadiennes


SOMMAIRE

20

Jeux vidéo

26

30

Actualité technologique

CHRONIQUE CULTURELLE

La fête de la BD

AUTOUR DU PÔLE

MULTIMEDIA

18

Idées détente

26 Actualité technologique

30

Fête de la BD 2009

19

Cinéma

Le logiciel libre

32

Rob’s in Belfort

Un festival à ne pas louper

28

Sélection de sites

Une rencontre avec un guitariste d’exception

29

Illustration étudiante

33 La guerre de la boue à Landresse !

20

Jeux vidéo

21

Musique

22

Littérature

23

Faits d’actualité

24

Billets d’humeur

Financer ses études

Le nouveau partenaire du Fresh up

25

Œil du photographe

35

La grippe A

Les outils pour faire son blog

Making of de l’événement

34 Une rentrée sous le signe du Wifi pour les Audincourtois !

Création

05


E CULTURELLE QUE

Copain du Monde et SRC Réalisé dans le cadre d’un projet collectif de deuxième année SRC, ce site, d’une portée nationale, a été lancé officiellement à l’occasion de la dernière fête de l’Humanité. Cette année, le Secours Populaire dédie cette fête aux enfants pour le 20è anniversaire de la convention des droits de l’enfant. Autant dire que la fameuse équipe du projet dirigée par Nicolas Davi (www.nicolasdavi.fr), et composée de Anthony Wittmann (graphiste : www. evade.fr), Thomas Minot (développeur) et Florian Dupré (illustrateur : krev8corp.fr) sera saluée pour son travail. Florian Dupré, dessinateur et illustrateur de la mascotte, poursuit d’ailleurs sa collaboration avec les membres du mouvement afin de faire vivre sa progéniture numérique. Le site à voir sur www.copaindumonde.org.

Nocturne Etudiante La Communauté d’Agglomération du Pays de Montbéliard organise pour le jeudi 22 octobre la Nocturne Etudiante du Pays de Montbéliard. Tous les étudiants de l’Aire Urbaine sont invités à participer à cet événement (dans la limite des places disponibles). Au programme : - A partir de 18h00, tournoi de Jeux Vidéos aux EPN (Espaces Publics Numériques), sur inscription. - A 20h, Accueil des étudiants au «village associatif» à la Roselière de Montbéliard - De 20h à 23h, Visite nocturne et gratuite des musées de Montbéliard (Pavillon des sciences, musée de Château, musée Beurnier et le centre d’art contemporain le 19) - A partir de 23h00 à la Roselière, fin de soirée avec la participation de la Belle Epoque, club-discothèque à Mathay.

06


ACTUALITÉS

C’est le montant du chèque que vous pourrez recevoir si vous participez à l’opération «Micro Portable Étudiant», qui apporte un soutien financier et une offre de formation aux étudiants du Pays de Montbéliard s’équipant d’un ordinateur portable d’une valeur d’au moins 450€, acheté entre le 1er juillet et le 31 décembre 2009. Plus d’informations sur epn.agglomontbeliard.fr/mipe.

27

Le 27 septembre dernier, des étudiants de l’IUT Belfort-Montbéliard ont participé à la course du Lion. À cette occasion, près de cent étudiants se sont mobilisés pour encourager les coureurs et mettre en place différentes animations, tout au long du parcours. Leurs objectifs, représenter l’IUT dans la course, animer le passage de l’ensemble des coureurs et affirmer la participation des étudiants dans la vie citoyenne. La coordination de ce mouvement par les étudiants de la licence professionnelle MOSEL, créateurs d’évènementiels, est un bel exemple d’initiative.

600

C’est le nombre de festivaliers qui ont participé au Freeze organisé le samedi 4 juillet dernier, durant les Eurockéennes. Dans la grande montée du chapiteau vers la grande scène, de 18h30 à 18h34, tous les participants ont arrêté de bouger. L’équipe du «Foule Freeze», composée d’étudiants et d’enseignants de l’IUT de BelfortMontbéliard, a filmé ce moment unique, visible sur eurockeennesfoulefreeze.blogspot.com.

07


LA VIE DU PÔLE

Le nouveau bâtiment de l’UTBM L’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard s’agrandit. Un nouveau bâtiment est en construction sur le campus de Montbéliard. A qui s’adresse-t-il, comment a-t-il été financé, quelles en sont les attentes ?

L’EDIM succès

est

récompensée

de

son

En septembre 2007, une nouvelle formation ouvre ses portes à l’UTBM de Montbéliard : Ergonomie Design et Ingénierie Mécanique. C’est une première en son genre. L’UTBM propose une formation d’ingénieur en mécanique alliant conjointement l’ergonomie et le design de manière innovante et unique en France. Elle connut très vite le succès, à la fois par l’intermédiaire des entreprises partenaires - PSA, Faurecia, GIAT Industries, Renault - et aussi par sa capacité de réunir des étudiants issus d’horizons variés. Grâce à son propre processus de fabrication efficace, la formation répond à l’évolution du besoin des entreprises et de leurs méthodes de conception. De plus, un des atouts majeurs de cette filière est son ouverture à l’international et donc au brassage culturel: accueil d’étudiants étrangers, interventions d’enseignants et de chercheurs de plusieurs pays d’Europe ainsi que des échanges

08

spécifiques avec les universités asiatiques. Faut-il encore rappeler que la terre est plate dorénavant ? Il est donc naturel qu’un bâtiment soit érigé pour développer cet aspect de la filière.

Un chantier de deux ans Quatre projets sont alors annoncés. Un jury se réunit pour délibérer et choisir celui qui connote au mieux la filière EDIM. Le projet élu s’assimile parfaitement au site, et possède également une économie de fonctionnement de 25% par rapport aux autres projets, notamment grâce aux facteurs de développement durable. À partir du 21 Avril 2009, c’est 11 600 m² de surface de terrain, dont 6 254 m² pour les locaux, qui devront mettre en pratique les notions de l’EDIM, soit l’ergonomie, pour un confort d’usage, et le design. Le cahier des charges prévoit deux ans de travaux. Ainsi, le nouveau bâtiment devrait ouvrir ses portes en Septembre 2010. Le coût global de la construction atteint 12 300  000 €, versés par la Communauté d’Agglomération du Pays de Montbéliard,


LA VIE DU PÔLE

propriétaire du terrain , la région de FrancheComté, le Fonds Européen de Développement Régional et l’Etat , ce dernier devenant propriétaire du bâtiment après la construction ; un budget assez considérable pour s’allier à la dynamique de compétitivité des entreprises.

domaine en plein essor, avec espoir de l’implanter durablement dans notre région. Le jour de son inauguration, les portes de l’EDIM s’ouvriront sur un bel avenir, c’est tout le mal que l’on puisse leur souhaiter.

Florent Petit

Entre attente et renouveau Comme vous pouvez le deviner, la construction de ce bâtiment suscite de nombreuses attentes. Sa situation sur le campus universitaire des portes du Jura n’est pas anodine, au contraire, c’est un axe stratégique visant à « accompagner l’évolution industrielle et sociale des secteurs du transport, de l’énergie et de l’automobile dans le Nord-Est Franche-Comté ». En d’autres termes : accompagner et développer une industrie locale, qui souffre actuellement de la délocalisation. Un bâtiment consacré entièrement à cette filière ne concerne pas simplement sa capacité à recevoir un certain nombre d’élèves et de la place mise à leur disposition, mais permet aussi de solidifier et de représenter un

09


LA VIE DU PÔLE

Forum « Oser l’international » : Et si vous alliez voir ailleurs ? Travailler, suivre des études ou mener un projet à l’étranger, ça vous tente ? Oui, me direz-vous, mais vous ne connaissez pas les démarches à effectuer et ne savez pas à qui vous adresser ! Pas de panique, le forum «Oser l’International» s’installe sur le campus pour répondre à toutes vos interrogations...

2009

oser l a n o i t a n r l’inte A comté et l’ e Francheniversité d

2009

Balise ton avenir… avec un départ à l’étranger.

oser l ationa l’intern

Une expérience à l’étranger valorise ton parcours personnel et professionnel auprès de tes recruteurs de demain…

N’Hésite plus !

n pec Besanço

besanc e bes resse l’adress à à l’ad nt, renseigneme Pour tout e Elodie Bell te.fr contacte @univ-fcom elodie.belle 56 50 66 03 81

(du 5 novembre au 3 décembre ) sur les thèmes de la mobilité internationale, la Suisse, le travail à l’étranger, le marché anglo-saxon, allemand, africain, le Québec.

Programme à télécharger sur www.univ-fcomte.fr Inscris-toi à l’adresse besancon.cour@apec.fr Pour tout renseignement, contacte Elodie Belle elodie.belle@univ-fcomte.fr, 03 81 66 50 56

«Oser l’International» est, comme son nom l’indique, l’occasion pour les étudiants de rencontrer une foule de professionnels pour échanger avec eux sur les actions qu’ils souhaitent mener à l’étranger. Cette année encore, et ce, pour la troisième fois consécutive, le forum débarque à l’Université de Franche-Comté pour trois miniforums d’une demi-journée chacun. Que vous cherchiez un petit job ou vouliez monter un projet en Europe ou ailleurs, rendezvous de 13h30 à 17h30 à Montbéliard, le mercredi 14 octobre sur le site des Portes du Jura, à Belfort, le mercredi 21 octobre à la Bibliothèque Universitaire, faubourg des Ancêtres, ou à Besançon le jeudi 19 novembre, à la Maison des Étudiants, rue de l’Observatoire, pour poser toutes vos questions. Cette année, «Oser l’International» est organisé en partenariat avec l’APEC, l’Association pour l’Emploi des Cadres, qui proposera, elle aussi, un atelier. De nombreuses conférences prendront également place. Voici d’ores et déjà le programme : Jeudi 5 novembre de 14h à 18h à IUT de Besançon : «La Suisse» par le Groupement Transfrontalier d’Annemasse. Jeudi 12 novembre de 14h à 18h Salle Quemada, CLA (Centre de Linguistique Appliqué), La City, 6 rue Gabriel Plançon à Besançon : «Le

Partenaire

Conception : Noir sur Blanc - Illustration :

Une série de conférences et d’ateliers tous les jeudis

férences i aux con r ec.fr Inscris-to @apec.f our@ap on.cour ancon.c

Septembre 2009

Un Un projet, projet, un un stage, stage, un un emploi, emploi, un un job, job, du du bénévolat, bénévolat, une une expérience expérience humanitaire…à humanitaire…à l’étranger l’étranger

Echange avec des professionnels ! Renseigne-toi sur les possibilités de financement ! Découvre la culture, le marché du travail de ta destination avec le programme « Oser l’international ». 3 Forums, entrée libre, 13h30-17h30

• A Belfort, le mercredi 21 octobre 2009 (13h30-17h30) Bibliothèque universitaire, faubourg des Ancêtres • A Besançon, le jeudi 19 novembre 2009 (13h30-17h30) Maison des Etudiants, 36A avenue de l’Observatoire A 18h30 la soirée du volontariat (Recidev) Resto U, 36 rue Mégevand à Besançon

Une série de conférences et d’ateliers à thème organisés par l’Apec Besançon : • Jeudi 5 novembre de 14h à 18h

• Jeudi 12 novembre de 14h à 18h

Un projet, un stage, un emploi, un job, du bénévolat, une expérience humanitaire…à l’étranger

• A Montbéliard, le mercredi 14 oct. 2009 Site des Portes du Jura (UFR STGI et IUT BM) • A Belfort, le mercredi 21 oct. 2009 Bibliothèque universitaire, faubourg des Ancêtres • A Besançon, le jeudi 19 novembre 2009 Maison des Etudiants, 36A avenue de l’Observatoire A 18h30 la soirée du volontariat (Recidev) Resto U, 36 rue Mégevand à Besançon

• A Montbéliard, le mercredi 14 octobre 2009 (13h30-17h30) Site des Portes du Jura (UFR STGI et IUT BM)

à l’IUT, amphi A, 30 avenue de l’Observatoire à Besançon : La Suisse par le Groupement Transfrontalier d’Annemasse

U

avec l’

3 Forums, entrée libre

Echange avec des professionnels ! Renseigne-toi sur les possibilités de financement ! Découvre la culture, le marché du travail de ta destination avec le programme « Oser l’international ». Viens rencontrer des structures professionnelles qui proposent des soutiens financiers pour partir, des informations sur la vie à l’étranger, les stages, les emplois, les types de contrat, des témoignages…

au CLA (Centre de linguistique appliqué), Salle Quemada, La City, 6 rue Gabriel Plançon à Besançon : Le marché de l’Afrique par Tidiane Diop ETHIKONSULT/Partageons le progrès Développement, Culture, Concept & Com, D3C Europe & Afrique de l'Ouest

• Jeudi 19 novembre de 9h à 12h à la Maison des étudiants, salle 303, 36 A avenue de l’Observatoire à Besançon : Atelier Mobilité internationale de l’ APEC par Jean François Rieffel, responsable APEC Mulhouse

• Jeudi 19 novembre à 17h à la Maison des étudiants, salle 303, 36 A avenue de l’Observatoire à Besançon : Travailler dans un contexte multiculturel par Céline Ducloz, Coach certifiée & formatrice internationale

• Jeudi 26 novembre de 14h à 17h à l’UFR SLHS, salle D02, 32 rue Mégevand à Besançon : Le marché anglo-saxon par Jean Eberhart de SPACE

• Jeudi 26 novembre de 17h à 19h à l’UFR SLHS, salle D02, 32 rue Mégevand à Besançon : Le marché du travail en Allemagne par un représentant du ZAV (l’équivalent allemand de Pôle emploi)

• Jeudi 3 décembre de 14h à 18h à l’UFR STAPS, amphi STAPS, 32 chemin de l’épitaphe à Besançon : Le Québec par Evelyne Bettez

Inscris-toi à l’adresse besancon.cour@apec.fr

marché africain» par Tidiane Diop ETHIKONSULT/ Partageons le progrès Développement, Culture, Concept & Com D3C Europe & Afrique de l’Ouest. Jeudi 19 novembre de 9h à 12h à la Maison des étudiants, salle 303, 36 A avenue de l’Observatoire à Besançon : «Atelier Mobilité internationale de l’ APEC» par Jean-François Rieffel, responsable Apec de Mulhouse. Jeudi 19 novembre à 17h à la Maison des étudiants, 36 A avenue de l’Observatoire à Besançon : «Travailler dans un contexte multiculturel» par Céline Ducloz, Coach certifiée & formatrice internationale. Trois autres conférences sont également prévues, mais leur lieu n’était pas encore déterminé au moment de la rédaction de cet article. Elles porteront sur : « Le marché anglo-saxon », par Jean Eberhart de SPACE, jeudi 26 novembre de 14h à 18h. «Le marché du travail en Allemagne », jeudi 26 novembre de 17h à 19h. «Le Québec», jeudi 3 décembre de 14h à 18h. Vous pouvez vous inscrire aux conférences à l’adresse besancon.cour@apec.fr. N’hésitez donc pas à venir exposer vos interrogations à des professionnels pour bâtir solidement tous vos projets en dehors de nos frontières !

Elsa Fachinetti 10


LA VIE DU PÔLE

Ayez le bon REFLEX ! On a tous un hobby, une passion, voire un talent, qui nous permettent de nous démarquer. Adeline Berdin, étudiante du département SRC, a choisi la photographie. Ou peut-être est-ce la photographie qui l’a choisie. Rencontre avec une étudiante pas comme les autres...

Quand et comment a débuté ta passion pour la photographie ?

Travailles-tu pour tes magazines, peux-ton voir tes photos quelque part ?

La question que je redoutais le plus, parce que je ne sais jamais quoi répondre. Déjà toute petite on m’avait offert un appareil photo de gosse, et ça m’avait bien plu. Après sont arrivés les APN (Appareils Photos Numériques). J’adorais prendre mon appareil partout avec moi que ce soit en concert, en vacances, en sorties, n’importe où. Jusqu’au jour où on me l’a volé, aux Eurockéennes (Il y a deux ans). C’est là que j’ai réalisé d’une certaine manière que je ne pouvais pas me passer d’appareil photo. J’ai donc décidé de m’acheter un Reflex, et c’est là que c’est devenu, je pense, une vraie passion.

Je ne travaille pas pour des magazines, mais j’ai déjà eu une parution dans le magazine Phosphore grâce à un concours photo, c’est ce que j’ai fait pour avoir mes photos dans l’album de Dionysos, ils ont organisé un «concours» pour leur nouvel album «eat music», j’ai envoyé quelques photos et ils en ont pris deux. De plus, nous (Jonas, Jérémy, Pierre Antoine, Mathieu et moi) avons eu la chance de travailler avec Rencontres et Racines l’année dernière pour notre projet collectif, j’ai pu donc faire des photos pendant le festival, celles-ci sont disponibles sur le site de R&R : (rencontres-et-racines.audincourt.com).

Comment organises-tu une journée de shooting, est-ce que tu prévois à l’avance les photos que tu vas prendre, ou tu y vas au feeling ?

Visionnez ses photos sur : www.flickr.com/photos/smallberad/ Interview par David Prati

Les journées shooting, tout un programme ! D’abord il faut que j’ai absolument une idée de photo en tête pour pouvoir l’organiser. Après je choisis l’endroit, les personnes, le «décor», les vêtements. J’essaie de ne rien laisser au hasard. Alors je pourrais dire que mes shooting sont prévus à l’avances, mais ça ne se passe presque jamais comme prévu. Souvent une idée de dernière minute, ou tout le contraire de ce que je voulais faire au départ. Mais c’est ça qui est bon !

Que photographies-tu ? Pourquoi ? Tout ce qui me passe par la tête (ou les yeux !), mais plus particulièrement les portraits. J’adore créer des mise en scène jusqu’au moindre petit détail, chercher des expressions, des émotions chez les personnes que je photographie.

11


Carte

LA VIE DU PÔLE

Carte Avantages Jeunes 2009/2010

2009 2010 7€

Elle est plate, elle est rectangulaire, elle est stylée et elle va vous permettre de faire des économies toute l’année. La voici, toute de couleurs chatoyantes vêtue : la carte avantages jeunes 2009/2010 !

Avantages Jeunes Infos et points de vente sur www.jeunes-fc.com 2009 2010

www.jeunes-fc.com

Imaginez-vous, oui vous, qui avez moins de 26 ans ou êtes étudiant et avez moins de 30 ans. Un beau matin, marchant d’un pas nonchalant dans les rues de votre ville, disposant de 7€ en poche, vous passez devant un point de vente de la carte avantages jeunes, comme par exemple, le BIJ de Montbéliard, l’Office de Tourisme ou encore la Bibliothèque Universitaire de la ville. Vous entrez et faites l’acquisition de ce passeport vers l’aventure quotidienne de l’économe amateur. Dès lors, tout un monde de réductions s’offre à vous pour :

Développer votre culture : Avec des bons d’achat librairies, un an d’abonnement dans une bibliothèque, des places de cinéma à partir de 4 €, des voyages en Europe, une journée culturelle à Paris...

Concilier services et vie pratique :

Plein de

Assurance, auto-école, beauté, formation, logement, petite annonce, presse, restaurants, …

réduc’

Avec des centaines de réductions sur la Franche-Comté, dont plus de 150 sur le Pays de Montbéliard, on peut dire qu’elle en a dans le ventre.

•culture••••• •sport •••••• •loisirs•••••• •shopping••• •sorties•••••

Pour résumer, pour un prix de 7 €, votre carte avantages jeunes est valable du 1er septembre 2009 au 31 août 2010 et est remise avec un livret qui comprend : - des réductions permanentes. Valable à chaque présentation de votre carte. - des réductions valables une seule fois, sous forme de coupons détachables. Valables sur présentation de la carte et sur remise du coupon.

. . . e x e l f é r e l z e Ay Pratiquer sports et loisirs : Accrobranche, karting, musique, parc aquatique, parc de loisirs, golf, discothèques, piscine, danse, parapente, voile, forfait ski, … Flâner dans les boutiques et commerces : Bijouteries, cadeaux, habillement,

Benjamin Lupo

Retrouvez d’ailleurs la liste des ces réductions sur le site internet www.jeunes-fc.com.

30 ans e d s t n ia d ans / étu 6 2 e d s e un enfants & je

fleurs, piercing, tatouage…

12

Une action du Bij de Montbéliard soutenue par la Région Franche-Comté ••• Bij de Montbéliard 03 81 99 24 15


LA VIE DU PÔLE

Université Ouverte session 2009/2010 À l’origine, l’Université Ouverte a pour but d’entreprendre des actions concrètes visant à restaurer l’accès au savoir à tout un chacun. Un peu comme Robin des bois, version culturelle. Depuis le temps ça a bien évolué et l’idée s’est notamment transmise sur les pôles universitaires de Franche-Comté.

Gratuit pour les étudiants, il faut s’inscrire et débourser 62€ pour les autres, pour la session 2009/2010 sur le pôle de Montbéliard. S’inscrire donne accès à toutes les activités proposées par l’Université Ouverte, aussi bien à Besançon que dans toutes les autres antennes de la région comme Dole, Montbéliard, Vesoul, etc.

Vous pourrez trouver plus d’informations en vous rendant directement sur place. Tout est en ligne sur le site : universite-ouverte.agglo-montbeliard.fr

Qu’est-ce que c’est exactement ? L’Université Ouverte regroupe tout simplement des conférences ou ateliers, sur des thèmes précis, ouverts à tous sans aucune distinction. Pour reprendre les mots du directeur de l’université de Franche-Comté: «elle s’adresse à toute

personne sans considération d’âge ou de diplôme et ne vise qu’à une formation culturelle désintéressée.». Bien que les

esprits taquins y verront une revalorisation de la masturbation intellectuelle, les autres auront une bonne opportunité de nourrir leur esprit. Certains doivent se demander si le fait d’ouvrir les portes à tous, sans aucune vérification des acquis, ne risque pas de conduire à des conférences triviales et sans grand intérêt. Il n’en est rien, et le directeur insiste là-dessus, l’université se porte garante du niveau et de la rigueur scientifique de toutes les activités proposées dans le cadre de l’Université Ouverte.

Pour se donner une idée, citons quelques thèmes qui seront abordés dans les mois à venir, comme l’histoire de la théorie de l’évolution biologique, de l’Antiquité jusqu’au milieu du XXe siècle ; la géopolitique du pétrole : USA, Chine, Russie, OPEP ou encore les éléments structurants du bouddhisme, comme l’éthique, la métaphysique, la psychologie, la méthodologie, caractérisant cette philosophie/religion ; sans oublier, bien sûr, l’histoire du FC Sochaux-Montbéliard. Bref, tous les publics trouveront leur compte dans ce programme de l’université de FrancheComté, complet, varié et poussé. Il y en aura pour tous les profils et tous les niveaux !

Brice Bernard 13


DOSSIER

URELLE

Les 10 conseils essentiels pour réussir son année

2

Cultivez-vous à la Bibliothèque Universitaire

Détendez-vous à la MeMo

Une salle complètement dédiée au repos de l'étudiant, et qui permet aussi de réviser entre amis.

Antre du savoir et de la connaissance, voici le lieu où chacune de vos questions trouvera une réponse.

Mais surtout, un coin où glander entre deux cours ou quand un prof n'est pas là. Y a un baby-foot et de quoi s'asseoir, c'est l'essentiel.

Mais surtout, l'hiver on peut s'y planquer pour être au chaud et c'est plein de prises pour brancher des ordinateurs portables.

GYMNASE

Sustentezvous au Restaurant Universitaire équilibré repas Un contribue à passer une bonne journée et à garder l'esprit vif durant toute l'après-midi de cours.

Mais surtout, c'est le moment de voir de près, certains disent «mater», les autres étudiants et étudiantes, au cas où on voudrait faire plus ample connaissance. En plus le repas est pas cher, c'est cool.

14

RU

4

Soci alise z-vo us avec les Associations Étudiantes Gérées par les étudiants et pour les étudiants, elles vous permettent d'accéder à toutes sortes d'activités et rencontres festives afin de nouer des liens avec vos camarades de classe.

Mais surtout, ce sont elles qui organisent les fameuses soirées étudiantes, principal avantage d'être dans l'enseignement supérieur. On sait à quelle heure elles commencent, mais jamais quand elles finissent. Attention, le lendemain matin, on a souvent des surprises.

Musclez-vous Gymnase

au

Pour garder la forme, rien de mieux qu'un peu de sport. Un esprit sain dans un corps sain, c'est, bien sûr, la devise de l'étudiant. Pensez aussi que pratiquer un sport peut rapporter un bonus sur votre moyenne.

Mais surtout, venez admirer vos copains et copines en petite tenue en train de transpirer sous le coup de l'effort. Bien sûr, si on vous demande, vous êtes là pour la beauté du sport.


DOSSIER

6

Im p li q u ez -v o u s dans les événemen ts de la CAPM Soyez créatifs, prop osez des projets qui rayonn eront sur le pays de Montb éliard, aidez à organiser les manifestations sponsorisée s par la CAPM ou venez sim plement y participer.

Mais surtout, c’est un bon moyen d’aller à de s événements et activités gr atuites et aussi d’obtenir des so us pour financer les idées originales qu’on pourrait avoir, du moment que ça rentre dans les critères de sélection.

Num érise z-vo us avec les formations des Espaces Publics Numériques Quelle chance, des formations pour vous apprendre le rudiment de l'informatique sont disponibles sur simple inscription. Apprenez à manier une souris, retoucher vos photos ou même créer un site web grâce aux conseils d'animateurs avertis.

Mais surtout, y a un réseau wifi à disposition et on peut chercher des jobs gratuitement sur les sites spécialisés. Pratique quand on a oublié de payer la facture Internet de son appart'.

MEMO

Informez-vous en lisant Le Frigo Le merveilleux magazine du campus universitaire vous donne accès à tous les bons plans et informations importantes à connaître pour votre vie d'étudiant, tout en disposant d'un contenu varié, agréable et enrichissant.

Mais surtout, y a des réductions dedans pour les magasins du coin, des infos sur les jeux vidéo et le cinéma, puis ça occupe toujours de le lire quand on a rien d'autre à faire.

10

cours

8

Ressourcez-vous à la Machine à café Sans trop en abuser, une petite tasse de café, le matin avant les cours, réveille votre esprit et vous accorde un moment pour bavarder avec vos collègues.

Mais surtout, c'est indispensable pour les lendemains de fête étudiante, les lendemains de soirée entre amis un peu arrosée, les lendemains de soirée passée à déconner jusqu'à 4h du mat', les lendemains de soirée où on n'a pas réussi à s'endormir, en fait c'est juste indispensable.

Réalisez-vous en travaillant vos

Être étudiant, c'est surtout vou loir réussir ses études, vous êtes évidemment présent à tous les cours, même malade, vous révise z tous les soirs une heure ou deux, si ce n'est plus, et vous ne manquez jamais une occasion d'en appren dre plus sur votre spécialité. Continuez, vous êtes sur la bonne voie. Mais surtou

t, si on veut réussir son année, y a pas de secret, faut se mettre au boulot, cravacher, se sortir les doigts..., bosser, bosser et encore bosser. Ne suivez pas tous ces conseils idiots et allez bos ser vos cours ! Benjamin Lupo

15


DOSSIER

URELLE

De Montréal à Montbéliard, avis d’étudiantes À en croire la plupart des étudiants montbéliardais, la ville serait ennuyante, sans activité, bref, un endroit où il n’y a rien à faire. Mais qu’en pensent deux étudiantes canadiennes, venues faire leur stage en France et justement, à Montbéliard ?

Bonjour à vous, tout d’abord, pourriezvous vous présenter brièvement ? Je m’appelle Anne-Pierre Poirier, j’ai 22 ans, j’habite à Montréal. J’ai eu mon Diplôme d’Études Collégiales (DEC, équivalent du Bac) et je suis étudiante dans la Business Administration.

D’accord, cela paraît être un juste raisonnement, quels stages avez-vous choisis ? Nous sommes venues majoritairement grâce à moi, j’ai choisi de faire mon stage à la compagnie Novotel Atria à Belfort.

Moi c’est Angela Garcia, j’ai 20 ans, j’ai obtenu mon DEC et je suis étudiante en Comptabilité/ Gestion.

Moi, j’ai choisi de le faire à Montbéliard, à la CAPM. Nous sommes toutes deux en stage pour une durée de six semaines.

La question incontournable que tout le monde a dû vous poser, pourquoi avoir choisi la ville de Montbéliard ?

Bien, et comment vous êtes-vous organisées pour le voyage ? Étiez-vous aidées par votre école pour le logement, les moyens de transport ou autres ?

(sourire) Notre choix s’est porté essentiellement sur la nature du stage, donc nous avons opté pour l’opportunité la plus intéressante et il s’avérait qu’elle se trouvait à Montbéliard.

Pour un séjour de dix semaines, nous avons dû faire cinq mois de recherches pour trouver le stage, pour trouver l’appartement, les billets, etc. Tout cela par nous-mêmes et grâce à Internet. Finalement, nous sommes tombées sur un joli pavillon à Courcelles-lès-Montbéliard. Nous sommes arrivées trois jours avant le début du stage, pour repérer le lieu de travail, les moyens de transport et la ville. Nous n’avons pas eu de difficultés à trouver nos repères.

En quoi consistaient vos stages ? Pour Novotel, ce fut génial, même si c’était un peu dur tous les matins en prenant le bus pour aller à Belfort, mais j’ai appris plein de choses, notamment l ’ o r ga n i s a t i o n d’un congrès, comme ce fut le cas pour la General Energy. Je travaillais pour le centre des congrès, dans le domaine environnemental. 16


DOSSIER

Pour ce qui est du stage à la CAPM, c’était bien, j’ai aussi appris beaucoup de choses. Par ailleurs, ce stage a été très pratique, il nous a permis d’assister à la rencontre d’un match de football au stade Bonal (rires) et en plus on pouvait aussi prendre le bus gratuitement. De plus, on a même pu participer aux 40 ans de l’IUT, où nous avons passé un moment bien sympa. Une chose qui nous a marquées au niveau du travail, c’est la hiérarchie qui est beaucoup plus respectée par rapport à chez nous.

Avez-vous fait des rencontres ? Oui, nous avons rencontré Kevin McCornick, un canadien qui est devenu notre colocataire. Malheureusement, il travaillait même pendant les week-ends durant huit semaines, donc il n’a pas pu participer aux sorties avec nous. Sinon, nous connaissions un étudiant qui se trouvait l’année précédente dans notre collège à Montréal et qui habitait à côté de Montbéliard, donc il nous a vraiment aidées pour nous familiariser avec la ville et nous donner de bonnes informations sur les coins sympas.

Quelles étaient vos impressions lors de votre séjour ? Tout d’abord un paysage extrêmement beau, avec des gens très gentils. Mais vos horaires sont ridicules ! (rires) Les commerçants ont la belle vie, ils ne travaillent pratiquement jamais! La ville se vide comme jamais, entre midi et deux, c’est fascinant : tout le monde ferme ! Les horaires de bus ne vous aident pas non plus. Ce que l’on a trouvé génial, c’est le nombre de festivals, c’est impressionnant, comme le nez rouge, la fête de la musique, les Eurockéennes, qui furent vraiment super. Une chose qui nous a marquées : votre pain restera le meilleur du monde ! (sourire)

Qu’est-ce que vous nous proposez pour améliorer notre quotidien? Il manque un peu d’action à Montbéliard, les jeunes n’ont pas grand chose à faire pour bouger dans la ville... à part rire devant l’imitateur d’Elvis ! (fou rire). Par exemple, le près la rose : super parc, mais il manque des gens, de la musique quand il fait beau, il n’y a pas assez de vie alors que tous les éléments sont réunis pour cela ! Ça manque aussi de «dépanneurs», des magasins ouverts 24 heures sur 24. Vous avez besoin aussi de notre spécialité, la poutine ! (Des frites avec de la sauce et du fromage fondu), et bien sûr de beurre d’arachide et de sirop d’érable !

Avez-vous visité d’autres pays ? Oui bien sûr, durant ces dix semaines, nous avons eu le temps de visiter cinq pays. Ce qui est fantastique, c’est la possibilité de voyager en train très facilement, de voir de nouveaux paysages pour pas cher, notamment grâce à la carte 12-25 que nous avons vite rentabilisée. Le gros point positif, c’est l’emplacement géographique de Montbéliard, c’est au centre de l’Europe ! Nous, nous avons seulement les États Unis. Donc nous avons pu voir l’Espagne et la ville de Barcelone, les Pays-Bas, autrement appelés Sin City, la Belgique, et les magnifiques paysages de la Suisse et de Zurich. Bien sûr, nous avons aussi parcouru la France : Dijon, Besançon, Marseille, Nîmes, Montpellier, Avignon et Paris, qui nous a fait beaucoup de bien, nous rappelant Montréal.

Au final que pouvez-vous tirer de cette expérience ? Reviendrez-vous en France ? Au final, cela nous a donné envie de visiter un peu plus notre pays, le Canada est énorme à côté du vôtre ! La chose qui est sûre, c’est que nous reviendrons, avec plus d’argent pour redécouvrir le continent et acquérir un peu plus d’expérience. Une chose à retenir, très positive à notre avis : La France n’est pas beaucoup américanisée par rapport au Québec !

Interview par Toufik Mebrak

17


CHRONIQUE CULTURELLE

Idées détente Cinéma Lucky Luke – 21 octobre L’adaptation en film du fameux personnage de la BD créée par Morris et Goscinny, avec dans le rôle de l’homme qui tire plus vite que son ombre un Jean Dujardin barbu et à la mèche brillante. Ça va chauffer à Daisy Town !

Jeux Vidéo Pro Evolution Soccer 2010 – 22 octobre Oyez, oyez adeptes de la célèbre simulation de football qui a bercé toute une génération de joueurs. Composez votre équipe, participez aux différentes ligues et affinez votre technique pour maîtriser les dribbles et passes longues. Avec une qualité graphique revue à la hausse, seul ou à plusieurs, participez à des matchs d’anthologie pour remporter la coupe.

Evénement Samedi 17 Octobre à partir de 14h, Sam Bernett auteur de «Johnny 7 vies» viendra dédicacer son livre à l’Espace Culturel Leclerc de Belfort. Sam Bernett, ami de longue date du chanteur et comédien, raconte la star en sept chapitres, qui mettent en lumière la personnalité énigmatique de l’idole des jeunes et des moins jeunes. Et grâce à l’Espace Culturel Leclerc de Belfort, voici un concours vous permettant de gagner le dernier album de Johnny Hallyday en répondant aux trois questions ci-dessous : 1. Quel est le vrai prénom de Johnny Hallyday ? 2. En quelle année Robin Le Mesurier rencontre-t-il pour la première fois Johnny Hallyday ? 3. Pour quelle tournée de Johnny Hallyday, Robin Le Mesurier devient-il directeur musical ? Envoyez vos réponses avant le 31 octobre 2009 sur lefrigo.montbeliard@gmail.com. Les cinq gagnants seront tirés au sort parmi les bonnes réponses et les albums seront à retirer à l’Espace Culturel Leclerc de Belfort.

18


LTURELLE

CHRONIQUE CULTURELLE

Di Caprio et Scorsese, Acte 4 ! Tout nouveau tout chaud, le dernier film de Martin Scorsese, Shutter Island, arrivera dans vos salles obscures le 24 février prochain.

Fidèle parmi les fidèles, Leonardo DiCaprio incarne une fois de plus le personnage principal. Le duo Scorsese/DiCaprio n’a plus rien à prouver, étant donné la qualité et le succès de leurs collaborations passées telles que Les Infiltrés, The Aviator, Gangs Of New York ; mais c’est avec impatience que nous attendons ce nouvel opus, qui promet bien des surprises. S’ajoutent au casting Mark Ruffalo (Eternal Sunshine of the Spotless Mind) et Ben Kingsley (Oliver Twist). L’histoire s’annonce énigmatique et très sombre : en 1954, aux États Unis, Teddy Daniels et Chuck Aule enquêtent sur la disparition d’une patiente échappée d’un hôpital psychiatrique à sécurité maximale. L’hôpital en question est basé sur Shutter Island, une île située à environ une heure au large de Boston. L’ambiance particulière du film, plongée dans la froideur de l’hôpital psychiatrique au beau milieu des années 50, annonce un thriller des plus angoissants, qui nous fait déjà frissonner ! Difficile de résumer rapidement la filmographie de Martin Scorsese. Le réalisateur new-yorkais, âgé de 66 ans, a su s’imposer dans le cinéma policier et les thrillers, et peut être facilement considéré comme la référence du genre. Enfant asthmatique de Little Italy, destiné à devenir peintre puis prêtre, Scorsese filmera en 1965 son premier long-métrage, Who’s That Knocking At My Door, où il rencontrera un de ses futurs acteurs fétiches, Harvey Keitel.

Menant une vie déséquilibrée, accro à la cocaïne, renvoyé de plusieurs tournages, il réussira néanmoins à écrire et réaliser ce qui lancera réellement sa carrière : Mean Streets. Ce film marque sa première collaboration avec Robert de Niro, qu’il dirigera ensuite dans Taxi Driver (Palme d’Or au Festival de Cannes de 1976) et Raging Bull en 1980. Après une période trouble durant les années 80, il revient avec Les Affranchis et Casino. Deux films qui nous plongent de nouveau au cœur de la Mafia, un milieu qui passionne voire obsède le réalisateur, le thème occupant une large part de sa filmographie. Enfin, dans les années 2000, il semble avoir un coup de cœur pour Leonardo Di Caprio, avec lequel il tourne Gangs of New York, The Aviator, mais aussi Les Infiltrés, dont le succès a été salué à plusieurs reprises. On peut aussi noter Shine A Light, où il filme un concert des Rolling Stones, un groupe qu’il affectionne, en témoignent leurs nombreuses apparitions dans ses œuvres. Vous l’aurez compris, Martin Scorsese est LA référence du cinéma mafieux, voire du cinéma américain en général. Il a créé un genre à part entière, et possède déjà le statut de légende du 7ème Art.

Aurélie Eymann & David Prati

19


CHRONIQUE CULTURELLE

Jeux Vidéos

lum Batman : Arkham Asy (PS3 et Xbox 360)

Le nouveau Batman est là et, autant le dire d’emblée, il tient toutes ses promesses ! Très attendu par une horde de fans encore ébahie par le dernier film (The Dark Knight), le titre de Rockteady Studios réussit l’exploit d’être à la fois plaisant à jouer et très fidèle à l’univers du comics. L’ambiance est on ne peut plus sombre, la VF est de très grande qualité et la réalisation graphique fait plaisir à voir. Batman est plus classe que jamais et l’on ressent parfaitement sa puissance et sa capacité à terrifier l’ennemi, manette en main. Au niveau de la jouabilité, Arkham Asylum s’oriente sur deux axes : les combats et l’infiltration. Les combats au corps à corps sont bourrins et se contentent de deux touches : X pour frapper (et faire des combos), Y pour contrer un coup. Différents combos sont à débloquer au fil de l’aventure, n’empêchant pas cependant une certaine répétitivité. Les phases d’infiltration sont plus intéressantes : l’homme chauve-souris peut s’agripper à différents éléments du décor via son grappin et ainsi retomber discrètement derrière l’adversaire pour mieux le surprendre. Jouissif. Bref, les fans de Batman peuvent foncer tête baissée sur cette nouvelle adaptation vidéoludique, le résultat est une réussite incontestable. Vivement une éventuelle suite.

Après l’excellent Uncharted : Drake’s Fortune sorti en décembre 2007 sur PlayStation 3, Naughty Dog remet ça fin octobre avec une suite qui va faire grand bruit : Among Thieves. D’ores et déjà désigné comme le plus beau jeu du monde par certains, ce second opus va encore placer l’aventurier Nathan Drake dans des situations plus périlleuses que jamais et notamment dans un Katmandou bluffant de réalisme. Un travail de titan a été réalisé sur les ombres en temps réel et sur les animations. Il en découle un véritable film d’animation au rythme effréné. Uncharted 2 a en effet boosté sa jouabilité aux hormones. Les phases d’action lorgnent du côté de Gears of War, l’aspect boucherie en moins. Non content de peaufiner l’aventure solo jusqu’au bout des ongles, les développeurs ont aussi travaillé sur un prometteur mode multijoueur en ligne. Une bonne idée, puisqu’il y a clairement une place à prendre en matière de jeu d’action à la troisième personne online sur PlayStation 3. Pour finir d’attiser votre curiosité, sachez que le jeu a été élu Meilleur Jeu du Salon de l’E3 2009 par des dizaines de magazines et d’organismes. Voilà qui est dit.

Uncharted 2 : A

mong Thieves (PS3)

Pauline Osmont 20


LTURELLE

CHRONIQUE CULTURELLE

Jason Becker, le guitariste prodige paralysé.

Cela faisait un moment que l’idée d’écrire un article sur Jason Becker me trottait dans la tête. Becker, un homme d’exception dont l’histoire est aussi bouleversante que son talent est prodigieux.

Un destin tracé C’est à l’âge de cinq ans que Jason Becker se découvre une réelle passion pour la guitare qu’il pratique tous les jours à un rythme effréné. Ses multiples influences musicales allant du Jazz à la musique classique lui procurèrent une oreille musicale hors du commun. Son niveau devient démentiel en seulement quelques années, développant une technique et une rapidité remarquable. A l’âge de 16 ans, il se fait remarquer par Marty Friedman, futur guitariste de Megadeth. Il enregistre alors deux albums avec lui, puis son premier album solo « Perpetual Burn » en 1988. Il se fait alors connaître dans le monde des guitaristes et remplace à 20 ans Steve Vaï dans le groupe de David Lee Roth. Mais alors que sa carrière est au sommet, son médecin lui annonce qu’il est atteint d’une grave maladie .

Le diagnostic Jason est atteint d’une sclérose latérale amyotrophique, une maladie qui va peu à peu le paralyser. Un véritable cauchemar pour le musicien, qui ne touchera plus jamais une guitare. Il sortira son dernier album en 1996. Mais malgré cela, Jason n’abandonne pas la musique, ce qui va rendre son histoire formidable ! Bien qu’il ne puisse plus parler, son père met au point un langage basé sur

la position de ses pupilles pour communiquer avec lui. Équipé alors d’un ordinateur détectant le mouvement de ses pupilles, Jason se remet à composer de la musique assistée par ordinateur. Ainsi, la vie lui paraît plus agréable et moins longue. Mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle il vit.

Cinéma Après avoir appris qu’il allait être paralysé, Jason se mit en quête du repos spirituel, c’est ainsi qu’il reçut des enseignements du KriyâYoga, une branche de l’hindouisme permettant de « se réaliser soi même ». Quoi qu’il en soit, ces enseignements lui ont permis de tenir le coup face à sa situation. Maintenant, Jason est un homme serein, sans aucune déception ni rancœur envers la vie. Un mythe raconte qu’un jour, alors qu’il croyait rêver, il se serait levé de son lit d’hôpital pour marcher, puis se rendant compte qu’il ne rêvait pas, tous ses muscles se seraient détendus d’un seul coup et il se serait effondré. Il s’agit ici d’une leçon de vie, ou comment un homme continue la sienne sans sensations physiques, seulement avec sa passion. Jason Becker est aujourd’hui encore paralysé, bien que la rééducation lui ait permis de retrouver l’usage de quelques muscles superficiels. Alors peut-être qu’un jour, Jason pourra de nouveau bouger ses doigts magiques.

Thierry Czich

21


CHRONIQUE CULTURELLE

Le Choc Repos. Tel est (était) le mot d’ordre des vacances. Au bord d’une piscine, de la mer ou dans le jardin, on aime (aimait) flâner – c’est comme en classe, sauf que là, on bronze. C’est (était) le moment idéal pour se créer une vie par procuration…

Un jeu simple Prenez un livre au hasard dans une bibliothèque ou dans un supermarché selon votre convenance – taille, poids, couverture. Je choisis Choke. Bien que la tendance, cette année, soit le vampire, le sorcier, le serial killer ou l’amoureux transi, moi, je serais un … sexoolique. Je travaille dans un musée vivant du XVIIe siècle. Je partage mon temps entre ma mère, internée dans un hôpital psychiatrique, et tenter de réduire ma dépendance sexuelle – même si dans les avions, c’est difficile – avec mon meilleur ami, qui, si vous êtes intéressés peut vous débarrasser de cailloux encombrants.

R è m è d e contre la crise Je me permets une petite idée intéressante pour gagner de l’argent. 1. Choisir un restaurant – le plus cher 2. Prendre l’assiette avec la plus belle pièce de viande – ne pas la couper 3. La mettre dans sa bouche et l’avaler – pensez à prendre votre inspiration 4. Attendre deux minutes qu’une personne soit capable de rassembler son courage 5. Félicitations, un héros est né grâce à vous – vous avez peutêtre sauvé un mariage ou soigné une dépression 6. Attendez-vous à recevoir un chèque pour votre non-anniversaire. Vous avez compris le principe ?

22

Quelqu’un vous sauve la vie, et ce quelqu’un vous aimera pour toujours. Etre un « Saint-Moi » est un travail à plein temps qui peut être également bénévole. Accepter d’endosser la responsabilité : d’une maîtresse, d’un meurtre, d’un viol, de la bombe A, de la Shoah… Tant qu’une personne –dérangée, sénile - s’endort paisiblement.

Avale et tais-toi Ma vie se résume à un amas de morceaux qui m’étouffent*. D’un côté il y a ce que j’avale mais de l’autre ma mère qui m’aliène, depuis ma plus tendre enfance à l’occasion de ses libertés conditionnelles, et sans oublier mes galipettes. C’est ainsi que mon créateur, Chuck Palahniuk, guide mon chemin, multipliant les fausses pistes, les scènes sulfureuses superflues et quelques souvenirs dont je me serais bien passé, cependant j’avoue que je prends mon pied au milieu de ce choc ! Mais ma vie ne pourrait-elle pas prendre un nouveau sens ? Métaphysique. Les sauvetages d’étouffement dans les restaurants comme les miracles d’un sauveur ? La collecte de pierre comme l’entreprise mystique d’un apôtre ? Les orgasmes comme l’accession d’un septième ciel ? « Héros » ce n’est pas le mot le plus approprié mais c’est le premier qui me vient à l’esprit. Lisez-Moi.

Victor Mancini (Florent Petit) *to choke = étouffer


LTURELLE

CHRONIQUE CULTURELLE

Grippe A : A quoi s’attendre ? Appelé grippe mexicaine, puis grippe porcine et enfin grippe A, le virus H1N1 sévit dans le monde entier depuis plusieurs mois. Quels sont les moyens mis en œuvre pour protéger la population, et quel impact cette grippe va-t-elle avoir sur notre vie quotidienne ?

Tout d’abord, cessons les mouvements de panique. Bien que les médias parlent excessivement de ce nouveau virus, il est, pour le moment, à peine plus dangereux que la grippe saisonnière. En juillet, on comptait 800 morts pour 100 000 malades, ce qui équivaut à un taux de mortalité de 0,8%, quand la grippe « commune » atteint entre 0,1 et 0,3%. Certes, il ne fait aucun doute que ces chiffres vont évoluer, et les autorités sanitaires se préparent à ce que vingt millions de Français, soit un tiers de la population, soient contaminés d’ici à la fin de l’année. Suite au passage en phase 5A « extension des cas à l’étranger» - « l’extension des cas en France » étant la phase 5B et la pandémie, la phase 6 -, le gouvernement a établi un plan d’action qui s’articule autour de votre médecin traitant. Si vous pensez avoir été contaminé, c’est lui qu’il faudra désormais contacter, et non plus le SAMU; ceci dans le but de désengorger les urgences des hôpitaux et de ne pas contaminer davantage d’individus, si une grippe A est avérée. La phase 4 prévoyait de distribuer, aux personnes malades et à leur entourage, des masques et des antiviraux déjà efficaces contre la grippe saisonnière : L’Oseltamivir (le Tamiflu™) et le Zanamivir (le Relenza™), en attendant le vaccin prévu pour octobre. Elle rendait également possible la fermeture des crèches, des écoles et des internats dans les zones touchées. La phase 5 permet désormais l’interruption des liaisons maritimes, aériennes et terrestres avec les pays touchés et la mise en quarantaine des voyageurs provenant de ces pays. Les masques doivent être produits très rapidement et en grande quantité, tandis que les personnels indispensables au bon fonctionnement du plan d’action sont soigneusement répartis. Enfin, une cellule de coordination est mise en place dans chaque département.

Le passage en phase 5B puis 6 instaurera quant à lui un contrôle aux frontières et une interruption des vols de passagers allant et venant de l’étranger. Toutes ces actions auront bien sûr des conséquences au niveau économique. On s’attend à observer, dès l’automne, une hausse de l’absentéisme dans les entreprises de l’ordre de 30 à 50% du personnel. De plus, nous serons probablement soumis à des restrictions sanitaires dans nos déplacements et risquons d’être confrontés à des dysfonctionnements dans les transports en commun. Plus d’informations sur : www.pandemie-grippale.gouv.fr.

Elsa Fachinetti

23


CHRONIQUE CULTURELLE

Billet d’humeur : Financer ses études pendant la crise Les études c’est important, oui, mais ce n’est pas gratuit. Heureusement, j’ai la chance de percevoir une bourse scolaire qui me permet de vivre et d’étudier correctement. En effet, ayant changé de région pour venir étudier sur le campus de Montbéliard, cette aide financière disponible chaque mois est très clairement appréciable. C’est une chance, une vraie chance que de pouvoir étudier et aspirer à un avenir dans un secteur qui m’intéresse, je crois que l’on ne s’en rend pas assez souvent compte.

Benjamin Lupo

La vie d’un étudiant est construite autour des cours, des fêtes mais aussi des ennuis financiers. Que ce soit y a 20 ans ou pas, les étudiants ont toujours galéré pour finir les fins de mois et ce début d’année a été dur pour pas mal de monde. Les études coûtent cher et il faut se nourrir. Je ne rentre pas dans les petites cases qui me permettraient d’accéder à une bourse, mais j’ai aussi la chance de ne pas avoir d’appartement à payer. Si, comme pas mal de monde, ça me fait mal de sortir 10 euros, je n’ai pas trop à me plaindre, bien au contraire !

Simon Vieille

La vie étudiante est une véritable expérience, mais une expérience qui coûte cher. Je ne dispose pas de bourse. Je dois tout de même vivre. Heureusement, j’ai mes parents qui me payent l’inscription à l’IUT, qui versent le loyer de mon appartement, me donnent l’argent pour manger ainsi que pour d’autres frais. Pour les soulager un peu, on dispose des APL (Aides Pour le Logement), j’ai aussi choisi la colocation et j’essaie de surveiller mes dépenses pour être économe. Pour le moment, mes parents ont l’air de s’en sortir alors je ne me plains pas et même si ça ne doit pas être tous les jours facile, on vit bien.

Romain Anselmetti 24


LTURELLE

CHRONIQUE CULTURELLE

L’œil du photographe

Marie Simao

25


MULTIMÉDIA QUE CULTURELLE

Le logiciel libre Il est nécessaire de définir le logiciel libre pour d’une part comprendre les mécanismes qui gravitent autour et d’autre part afin de réaliser où le futur nous emmène. S’il existe un monde qui n’est pas près de s’écrouler, c’est bien celui du libre !

Richard Matthew Stallman, dont les initiales « RMS » ont fait le tour du monde, fait partie de la guilde des barbus de l’informatique. Il est plus reconnu en tant que grand militant du libre. C’est lui qui est à l’origine du projet GNU (un système d’exploitation qui repose sur des logiciels libres) et il est le père de la licence publique générale GNU (GPL) qui fixe les conditions légales pour la distribution des logiciels libres. Il fait l’analogie de l’informatique avec les recettes de cuisine et explique que ces deux choses, pourtant très différentes, se rejoignent dans leur fonctionnement. Une recette de cuisine est un ensemble de règles à suivre pour concocter un plat. Un programme informatique, c’est pareil. Les lignes de code qui le composent, définissent des procédures de fonctionnement. Si vous êtes amené à discuter avec des gens, nul doute que vous partagerez des astuces 26

pour rendre chacun de vos plats meilleur. Prenez un instant et propulsez-vous dans un monde où il serait impossible de partager vos recettes parce que quelqu’un l’aurait exigé. Imaginez que, si vous aviez le cran de le faire, alors vous seriez susceptible de passer des années derrière les barreaux et de payer des milliers d’euros d’amende avec l’étiquette de pirate flottant au dessus de la tête. Si ça semble fou d’imaginer une telle situation pour une recette de cuisine alors ça l’est un peu moins en informatique. Le logiciel libre est cet univers binaire où tout le monde peut partager le code source d’un programme pour le rendre modifiable à n’importe quel moment. Avoir accès au code source n’est pas quelque chose d’exceptionnel en soi. Au début de l’informatique, les logiciels n’étaient que des moyens additionnels pour

vendre du matériel informatique. De grandes entreprises comme IBM soutenaient des groupes d’informaticiens qui partageaient leurs expériences professionnelles. Si les gens achetaient du matériel, alors ils étaient accompagnés d’une batterie de programmeurs, et avant la naissance des lois antitrust, qui ont interdit le partage des sources pour des problèmes de concurrence, les sources se transmettaient pour une bouchée de pain. Il est important de noter que jusqu’au début des années 1970, le droit d’auteur ne s’appliquait pas aux logiciels. Richard Matthew Stallman décida de réagir en 1983, par l’intermédiaire du projet GNU. Aujourd’hui, les logiciels libres sont présents partout. Certains sont très connus comme Firefox ; et des systèmes d’exploitation comme Debian se nourrissent de ceux-ci.


MULTIMÉDIA

Chris_27 fait une thèse sur la génération et la certification du code numérique (notamment autour de l’algèbre linéaire). Il enseigne l’algorithmique et fait des TP de programmation. Il explique qu’il est tombé dans le logiciel libre quand il a commencé ses études avec linux, qu’il utilise pour ses tâches quotidiennes : recherche bibliographique sur le net, lecture et rédaction d’articles ou de notes, pour la programmation (C/C++ et Maple, dans Vim avec Makefile), benchmarks, courriels, IRC, jeux, etc. Il use et abuse des applications en mode texte (mutt pour les courriels, Irssi pour l’IRC, mv/ cp/rm comme gestionnaire de fichiers, vim pour l’édition de textes, etc).

«J’ai beaucoup gagné en productivité.» Après une thèse en optimisation pour le calcul parallèle et actuellement post doctorant à l’Ohio State University dans une équipe de

calcul haute performance, Erik est incertain de l’avenir du libre, bien qu’il l’apprécie beaucoup. «Il est sûr que le logiciel libre ne va pas mourir de sitôt, mais j’ai clairement l’impression qu’il gagne des troupes mais perd ses experts.» Il accuse une vulgarisation des outils mal établie :

«L’exemple typique est Ubuntu qui attire de plus en plus de débutants sous linux, alors que des flots d’experts fuient vers Mac OS X. L’apparition d’une distribution forte comme Ubuntu a tendance à créer des «jeux de pouvoirs.» Il ajoute quelques mots sur l’impact du logiciel dans son milieu professionnel :

«Concrètement l’impact du logiciel libre est important dans le milieu académique.

On construit de nouvelles choses sur ce qu’ont fait nos prédécesseurs et on ne pourrait pas le faire facilement si les logiciels n’étaient pas libres. 95% des outils que j’utilise sont issus du logiciel libre. Ils sont connus, modifiables et durables. Depuis les outils d’écriture de texte : Emacs et Latex, aux outils de développement Gcc, Make, en passant par les outils d’analyse comme Perl ou Ruby, les logiciels sont libres.» Le logiciel libre est quelque chose d’extraordinaire. Il a les épaules assez solides afin de remplir un grand nombre de tâches de la vie quotidienne pour les novices et les informaticiens expérimentés. Si son avenir n’est pas écrit noir sur blanc, on peut «tout de même» imaginer de belles choses d’ici quelques années.

Simon Vieille

Blender

The Gimp

Debian

Tux, le logo de Linux

27


MULTIMÉDIA QUE CULTURELLE

Sélection de sites Pour ce numéro du Frigo, nous avons décidé de vous présenter différentes plateformes web qui permettront aux plus novices d’entre vous de créer un blog, le plus facilement possible. La toile regorge de services du genre, mais qu’en est-il de la qualité et des services ? Fonctionnalités, impact, durabilité... tous ces mots ne sont pas dénués de sens, alors trouvons ce qu’il y a de mieux pour les mettre en avant !

Blogger

www.blogger.com

Cette plateforme est aujourd’hui un point fort du phénomène blogging. Maintenant régie par Google, elle permet aux particuliers comme aux professionnels une visibilité importante sur la toile. Simple et efficace, on se passera des outils qui polluent afin de laisser place à l’efficacité connue de Google. l’acquisition d’un compte gmail donne accès à ce service, comme bien d’autres d’ailleurs !

Over-blog www.over-blog.com Over-blog est un condensé de fonctionnalités qui laisseront l’utilisateur maitre de son blog. Après une inscription qui prendra tout au plus deux minutes, vous pourrez prendre le contrôle de votre contenu avec une facilité déconcertante. La gestion du design est simple et complète pour mettre en avant vos textes, vos photos et vos vidéos.

Canalblog www.canalblog.com Si sobriété fait partie intégrante de votre vocabulaire, alors vous allez adorer CanalBlog. Similaire à son confrère Blogger, Canalblog permet en quelques clics de créer son outil de communication sur le web. Si l’interface de gestion peut paraître un peu froide, elle est sans doute adaptée aux personnes pas très friantes de la souris et du clavier. Claire, simple, ergonomique, cette plateforme répondra aux attentes mesurées d’une personne, ou bien même d’un groupe de personnes désirant partager textes, images et vidéos simplement.

S’il est possible de créer son blog sur des sites dédiés, il est aussi possible d'en installer chez soi, ou plus souvent chez un hébergeur gratuit ou payant. S’il existe encore bon nombre de choix, certains sortent vainqueurs de cette bataille : Wordpress (fr.wordpress.org), sans doute le meilleur CMS libre aujourd'hui ; Dotclear (fr.dotclear.org) bourré de fonctionnalités intéressantes ; et Pluxml (pluxml.org), léger comme une plume.

Simon Vieille 28


Guillaume Lanier Guillaume Lanier

www.2escape.deviantart.com


AUTOUR DU PÔLEURELLE QUE CULT

La fête de la BD Comme chaque année, le festival de la bande dessinée du pays de Montbéliard ouvre ses portes en automne. Les 17 et 18 octobre, la ville d’Audincourt accueillera passionnés et amateurs de bandes dessinées.

L’invité du festival : Joe G. Pinelli Le 27ème festival de la BD aura pour thème le polar, avec en invité d’honneur le dessinateur Joe G. Pinelli. Connu pour ses œuvres telles que Le poulpe, Bande-avant, Trouille, il a également coopéré avec des auteurs comme Didier Daeninckx ou Patrick Raynal. Un espace d’exposition lui est réservé, il animera également une conférence sur l’expressionnisme « de Kirchner à Munoz à travers deux guerres mondiales » et une autre sur le polar et la BD.

Les dix ans de Fil et Flo Vous vous souvenez de ces deux jumelles apparues en 1999 dans le magazine Les p’tites sorcières ? Nées de la plume de Anouk BlochHenry et du crayon d’Anne

30

Teuf, cela fait déjà dix ans qu’elles font rire les petites filles. Fil est pleine de vie et a bien du mal avec sa paresseuse de sœur, Flo. Avec elles, la vie est une aventure remplie de disputes, de gags et de réconciliations. Pour leur anniversaire, dix ans cette année, le festival leur dédie une exposition jeunesse à l’espace Japy d’Audincourt. Elles auront même le droit à un goûter.


AUTOUR DU PÔLE

Un festival très varié La BD, c’est aussi le manga et il sera proposé un espace entièrement réservé à ce phénomène culturel venu du Japon. Un concours de Cosplay (se costumer en personnage de manga, de jeu vidéo, de film) y sera également organisé. Le programme nous propose un grand nombre d’activités : - Des expositions sur l’invité d’honneur Joe G. Pinelli et ses œuvres. - Une présentation de planches proposées par Eurasiam. - Un concert / bande dessinée : un récit dessiné en direct par Vanoli durant le concert de Lauter. - Des animations, des tables rondes. - Des ateliers de dessin BD et manga. - Un spectacle de cirque. de

Une lecture d’un polar (La fille Carnegie de Stéphane Michaka).

- Sans oublier, évidemment, une foire à la bande dessinée où professionnels et amateurs proposeront des ouvrages mais aussi des affiches et des figurines. En parallèle au festival, le cinéma Megarama Lumina projettera le film Peur du noir, vendredi 16 octobre à 20h00. Avec une programmation complète et variée, le festival de la BD promet donc un week-end de détente et de découverte. Tous les éléments sont réunis pour en faire un événement très réussi.

À savoir Les dates : du 17 au 18 octobre. Le lieu : Parc du Doubs à Audincourt. Le prix : 2,50 €uros. Gratuit pour les enfants de - 12 ans accompagnés. La carte Avantages Jeunes vous permet également d’obtenir une entrée gratuite. Site : fete-de-la-bd.audincourt.com

Avanta Jeunesges

2009 2010

www.jeunes-fc.com

Justine Paleo 31


AUTOUR DU PÔLEURELLE QUE CULT

Rob’s in Belfort Vous ne connaissez peut-être pas encore Robin Le Mesurier, un guitariste de talent. Pourtant, son CV est étoffé et sa réputation n’est plus à faire. Il débarquera en octobre dans notre belle région.

Guitariste de Johnny Hallyday et de Rod Stewart, entre autres, on peut dire que Robin a vu du pays. Passionné par la guitare depuis tout petit, ce gaillard de 56 ans a débuté en s’inspirant des plus grands, d’Eric Clapton à Jimi Hendrix. Dès 16 ans, il signe son tout premier contrat chez EMI, et l’aventure commence. Il se fait connaître en jouant au sein de petits groupes jusqu’en 1976, où il rejoint la compagnie du britannique Rod Stewart, Riva Records. Ayant plusieurs cordes à... sa guitare, c’est également durant cette période qu’il signe, avec son père, la musique d’un conte intitulé The Velveteen Rabbit. L’année suivante, il joue en première partie de Rod Stewart aux États-Unis. Il rejoint la troupe de ce dernier quelques années plus tard, en 1980, et tourne avec lui pendant sept ans. Finalement signé par Sony, sa

carrière fait un énorme bond en avant en 1994, lorsqu’il est appelé par Chris Kimsey, le producteur des Rolling Stones à cette époque. Celui-ci lui demande alors d’écrire pour notre Jojo national, Johnny Hallyday. Après avoir enregistré avec lui son premier album en anglais, Rough town, la même année, il devient son directeur musical. Ils travaillent encore ensemble aujourd’hui. En 2004, il accompagne à nouveau Rod Stewart sur sa tournée américaine, et s’associe à cette occasion à la fille de l’artiste, dans le but de monter un projet musical. De juin 2006 à mars 2007, il rejoint Johnny Hallyday pour sa tournée FlashBack. Le 16 octobre prochain, les deux amis monteront à nouveau ensemble à Montbéliard, sur la scène de l’Axone, pour la nouvelle tournée du rocker intitulée Tour 66.

Mesurier sera présent le 15 octobre à Belfort, de 18h à 20h, à la Maison du Peuple, pour une conférence-rencontre ouverte à tous. Il nous parlera de sa carrière et animera ensuite une Master Class où il dispensera ses conseils techniques. Pensez à retirer vos invitations ! Si vous souhaitez rester informé au sujet de cet évènement, abonnez-vous au twitter : twitter.com/RobinInBelfort Et visitez le blog : robin. inbelfort.com. Retrouvez également le guitariste sur son site officiel : www.robinlemesurier.com À noter que cette rencontre est organisée par l’IUT de Belfort-Montbéliard et la licence Marketing & Communication des Organisations du Sport, de l’Evénementiel et des Loisirs (MOSEL).

A cette occasion, Robin Le

Elsa Fachinetti 32


AUTOUR DU PÔLE

La guerre de la boue à Landresse ! La Guerre du son, un festival rock dans un tout petit village. À priori, nous étions parties pour assister à des concerts comme les autres. Mais ce fut une toute autre soirée qui nous attendit… Flash-back.

www.flickr.com/p

hotos/tedbassm

Arrivée au festival en fin d’après-midi. Rencontre avec les groupes (Déportivo, Lofofora, Enhancer et j’en passe) autour d’un apéro plutôt sympa ! Direction le camping. L’ambiance est à son comble… et la boue aussi. Les festivaliers s’en donnent à cœur joie. Entre bain de boue et bain de bière, le jeu « j’te pousse, tu m’pousses » fait un malheur ! Première surprise, il faut donc lutter contre les forces de la nature et contre les fêtards pour ne pas se retrouver les quatre fers en l’air et le derrière dans la gadoue ! Enhancer. Un groupe qui rappelle l’insouciance, la jeunesse… Super ! On a quinze ans le temps d’un concert ! Et ça donne soif d’être jeune ! On s’avance vers le bar, non contentes d’aller boire une bonne bière et là, deuxième surprise, la boue est à son apogée ! Petits pas par petits pas, un quart d’heure pour une bière, ça a de quoi décourager ! Mon final en beauté. Après une soirée à avoir plus tenté de tenir debout que de profiter des concerts, je tombe la tête la première dans la boue. De la terre plein la bouche et sur 98% de mes vêtements, nous sommes reparties la tête basse, non mécontentes de nos concerts, mais plutôt de mon état… Moralité, un festival aussi bon soit-il ne pourra jamais contrer le mauvais temps !

Delphine Binet

an/

Parmi plus de 5000 courageux défiant corps et âme une météo plus qu’hostile, une guerrière en particulier a retenu notre attention! C’est vêtue d’un K-Way et d’une paire de Doc Martens que nous croisons Alicia aux abords du passage tant convoité pour accéder aux loges. Usant de ses talents d’actrice en simulant des larmes de crocodile, elle amadoue le vigile et réussit à se frayer un chemin direction les backstages. Nous la retrouvons plus tard, en compagnie des Rebel Assholes où elle se justifie « C’est ma première édition, j’ai voulu en profiter un maximum. Mon nom figurait sur la liste des invités, alors pourquoi s’en priver ! Maintenant, que la fête commence !!». Mais cette jeune audacieuse n’en reste pas là. À peine le dos tourné, la voilà méconnaissable, en pleine séance photo avec le groupe Punish Yourself ! « Après mon intrusion dans les loges, j’ai pu rencontrer Punish Yourself, tous maquillés en fluo de la tête aux pieds. Ça m’a fait beaucoup rire et j’ai moi même fini le visage peint! Mon meilleur moment du festival restera sans hésiter l’incroyable show de ce groupe qui envoie de la musique toute en couleur, à l’image de leur accoutrement ! » Un spectacle donc, à la hauteur de vos espérances malgré une météo épouvantable. Il n’y a pas à dire, vous avez été de véritables guerriers !!

Marine Ménétrier 33


AUTOUR DU PÔLEURELLE QUE CULT

Une rentrée sous le signe du Wifi pour les Audincourtois

Véritable «geek», étudiant studieux ou simple amateur de technologie, je vous invite à découvrir le magasin NetSoluce d’Audincourt, spécialisé dans la vente informatique. Ouvert depuis novembre 2008, NetSoluce vend, répare et monte du matériel informatique. En cas de problème, un vendeur peut également se déplacer chez vous, si vous habitez l’Aire Urbaine.

Les produits

En magasin, vous trouverez tout un panel de produits informatiques : PC portables, PC de bureau, accessoires (nettoyage, sacoches), composants (alimentation, carte vidéo, disque dur interne, de lecteur/adaptateur carte mémoire, lecteur/graveur, mémoire, processeur, tours/ boitiers), logiciels (systèmes d’exploitation, antivirus), périphériques (clés USB, écrans, claviers, souris, joysticks, imprimantes).

Site Internet NetSoluce dispose d’un site Internet très complet, sur lequel vous trouverez tous les produits, avec leurs caractéristiques détaillées et les promotions du moment. Vous y apercevrez également un espace contact, ainsi que la possibilité 34

de vous inscrire à la newsletter. Et en plus, vous découvrirez un comparatif de produits, faisant figurer les différents composants des produits à comparer, leur prix et leurs fonctionnalités.

Wifi Autre point positif, NetSoluce met à votre disposition un accès Wifi gratuit. Il suffit de passer au magasin demander vos identifiants et vous pourrez vous connecter gratuitement, même lorsque le magasin est fermé. Il faut savoir que le Wifi gratuit est une nouveauté audincourtoise et tous les commerçants devraient adhérer prochainement à ce partenariat, afin de couvrir la totalité du centre-ville. Sur présentation d’un exemplaire d’un magazine le Frigo ou de votre carte étudiante, NetSoluce vous propose une remise de 5% sur tout le magasin !

P! FRESH U

Déjà bien établi à Audincourt, le magasin souhaite étendre sa clientèle dans la région. Il propose pour cela de nombreuses remises ponctuelles et fait parler de lui par l’intermédiaire des différents médias de l’Aire Urbaine. Sachez que les vendeurs sont des professionnels, et savent de quoi ils parlent. C’est toujours appréciable et encore trop rare dans certains magasins où le chiffre d’affaires prime sur la qualité de la relation client.

En savoir plus : www.netsoluce.fr Coordonnées : 03 81 34 35 93 83 Grande Rue 25400 Audincourt

Aurélie Eymann


Emile Santi Emile Santi Colorisation : Arnaud Duredon


[Le Frigo] numéro 14  

Bien démarrer son année : 10 conseils pour réussir son année. De Montréal à Montbéliard, avis d'étudiantes. Montbéliard vu par deux Canadien...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you