Page 1

LE

Numéro 6

Les nouvelles fraîches d’ DUT Services et Réseaux de Communication IUT Belfort-Montbéliard

SRC a dix ans !

Découvrez son histoire

Musique numérique

Quel avenir pour la musique en ligne ?

UTBM

Une université qui bouge !

Couverture : [ars] Numerica

Inauguration de Numerica 2

La scène dans tous ses états ! ��� ������� �� ���

�����������

Produit le 1er décembre 2007, à consommer avant le 1er février 2008 ! Télécharger le magazine : srcmontbeliard.com/mag


Editorial

Le Frigo n°6 décembre 2007 bimestriel Directeur de publication : Philippe Pracht Comité de rédaction : Jean-Claude Domenget Rédacteur en chef : Nicolas Tarier (gamersfrance@hotmail.com) Jessica Fiat (adjointe) Ont collaboré à ce numéro : Bastien Allard, Cécile Besançon, Mickael Bloch, Nicolas Come, Christophe Chaudey, Sandrine Décembre, Maxime Febvet, Luca Felici, Jessica Fiat, Pascale Gil, Jeremy Guillois, Stéphanie Jeanmougin, Frédéric Lassabe, Céline Laurent, Julia Mesner, Bruno Ostertag, Xavier Petiaux, Samuel Rollier, Marion Saul, Xavier Senente, Ekkalak Sitotai, Nicolas Tarier, Olivier Vuillemenot Maquettistes : Sandra Leboeuf (ask_maxwell@hotmail.com) Jessica Fiat, Mickael Jombart, Céline Laurent, Nicolas Tarier Photos : Daniel Mercier Impression : Communauté d’Agglomération du Pays de Montbéliard (CAPM) 8 av Alliés 25200 Montbéliard

éDITO La période des fêtes de fin d’année n’aura jamais aussi bien porté son nom que cette année. Non seulement Noël et le nouvel an sont l’occasion de se réunir entre amis ou en famille, autour de toasts au foie gras, d’une dinde et de cadeaux, mais c’est également sur le campus qu’une ambiance festive va s’installer ces deux prochains mois. En effet l’inauguration de la Scène Numérique de Numerica sera marquée par la présentation de onze œuvres originales et variées à l’occasion de l’évènement « La scène dans tous ses états ». Le Père Noël passera en avance puisque cette exposition de grande envergure durera huit jours, du 14 au 22 décembre. Pour toutes les informations à ce sujet, reportez-vous à notre dossier page 6. Autre évènement au retentissement international (ou presque) : le 10ème anniversaire de notre formation. Le département Services et Réseaux de Communication de l’IUT de Montbéliard existe en effet depuis une décennie et nous vous proposons un bref bilan et historique page 25 et 26. De plus, il s’agit du thème de l’illustration étudiante de ce numéro ainsi que de la rubrique l’œil du photographe, qui prend cette fois la forme d’un trombinoscope géant. En vrac, vous trouverez comme d’habitude de nombreuses critiques de films, de CD et de jeux vidéo qui pourraient bien vous donner quelques idées de cadeaux. Toute l’équipe se joint à moi pour vous souhaiter une bonne et heureuse année 2008.

Nicolas Tarier Rédacteur en chef

Agenda musical Concert de Noël : Magnificat Le 11 décembre 2007 à 20h30 Eglise Saint-Maimboeuf, Montbéliard Magnificat et autres motets de Henry DU MONT (1610 - 1684) Motets et œuvres instrumentales de Jean- Baptiste LULLY (1632 - 1687) et André CAMPRA (1660 - 1744) Café Mélomane : Jazz et Cinéma Le 13 décembre 2007 à 20h00 Hôtel de Sponeck, Montbéliard Nés pratiquement en même temps, le jazz et le cinéma se sont croisés de nombreuses fois. Si très peu de films musicaux souhaitant représenter la vie du jazz ont été réussis, de très nombreuses bandes-son témoignent des affinités d’expression entre le septième art et les jazzmen. Apparitions de musiciens célèbres à l’écran pour une séquence, concerts filés, partitions originales ayant fait date : les affinités entre les deux formes d’expression ne manquent pas.

Concert : Ensemble de Musiques Interactive Le 14 décembre 2007 à 20h30 Palot, Montbéliard Un concert basé sur l’interaction - en temps réel - entre la lutherie traditionnelle (les instruments) et la lutherie électronique (l’ordinateur et les instruments virtuels). Concert d’élève : Heure Musicale de Noël Le 19 décembre 2007 à 18h00 Temple Saint Martin, Montbéliard Avec la participation des choeurs d’enfants dirigés par Maud Poly et Charline Galmiche. Café Mélomane : Musiques/gestes/ mouvements Le 11 janvier 2008 à 20h00 Hôtel de Sponeck, Montbéliard

Concert : Musique de chambre Le 25 janvier 2008 à 20h30 Chapelle, Courcelles-lès-Montbéliard Découvrez la contrebasse ici en formation musique de chambre grâce à deux oeuvres, l’une en duo avec clarinette de Morton Gould, écrite dans un style très jazz, l’autre avec le quintette de Prokofiev. Concert : Sonates pour flûte et clavecin ou clavecin et flûte Le 29 janvier 2008 à 20h30 Eglise, Mathay - J.S. BACH - Sonate en si mineur pour flûte traversière et clavecin - J.J.C. de MONDONVILLE, J.B. de BOISMORTIER : Sonates de clavecin avec accompagnement de flûte - J.P.RAMEAU - Pièces de Clavecin en Concert (1ère et 5e Suite)

Evocation des fructueuses influences réciproques qu’entretinrent au fil des siècles l’art des sons organisés dans le temps, et celui des mouvements organisés dans l’espace. n°6 décembre-janvier _2008

Le

3


Actualité

Le renouveau de PlaSMa PlaSMa, l’association étudiante de la formation Produits et Services Multimédia de Montbéliard est de retour !

Flash-In : le nouveau projet de PixSign L’association Pixel Significatif revient sur le devant de la scène pour vous présenter un nouveau projet. Rappelons que cette association, composée de 4 étudiants du Master 2ème année PSM, propose son aide à tous les étudiants désireux de créer et diffuser leurs œuvres audiovisuelles et multimédias. Dernièrement, vous avez pu apprécier leur première création interne « HORS CATÉGORIE » qui est un court-métrage mêlant images vidéos HD et graphismes animés.

Début novembre, un nouveau bureau composé de 4 étudiants de master 1 a succédé à l’ancienne équipe. A n’en pas douter, le nouveau PlaSMa a déjà trouvé la fibre créative laissée par ses prédécesseurs. La preuve ne serait se faire attendre… Suivez l’actu de l’association sur : www.asso-plasma.info/presentation.html ou contactez-les par mail à l’adresse : assoplasma@gmail.com

À présent, PIXSIGN’ change de registre et vous propose un nouveau projet. Basé sur la photographie, cette œuvre nommée « FLASH-IN » donne une représentation artistique d’émotions négatives. Le casting des 4 modèles pour les séances photos est terminé. Ces sessions se déroulent dans des lieux vétustes afin de souligner un ressenti intérieur négatif. Des tatouages temporaires, en relation avec les émotions à retranscrire, sont appliqués sur le corps des modèles. À l’heure actuelle, 2 sessions restent à effectuer. L’exposition du projet «FLASH-IN» est prévue courant janvier 2008 dans des lieux encore à définir. Consultez le blog de l’association pour en être informé. Voilà comment débuter une nouvelle année artistique !

Etudiants : S’équiper sans s’endetter Si vous êtes étudiant et que votre loyer vous coûte une fortune, il existe un moyen de l’équiper à petit prix. En effet, le Secours Populaire de Belfort vous propose des meubles, de l’électroménager, des canapés, des télévisions (à consommer avec modération pour réussir ses études), de la vaisselle, des vêtements ou encore des livres ou du linge. Pour cela, il suffit de vous rendre dans les locaux muni de votre carte étudiante. Ceux-ci sont situés 10, rue Paul Bert à Belfort. Comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, la livraison est totalement gratuite si vous habitez à Belfort même. Ce nouveau service est proposé par l’équipe du Secours Populaire sans condition de ressources particulières pour la deuxième année consécutive. Pour joindre l’équipe du Secours Populaires, deux solutions :

4

Le

Se rendre au 10, rue Paul Bert à Belfort du lundi au vendredi de 9h à 11h et de 14h à 16h. Appeler le 03 84 22 83 09.

n°6 décembre-janvier _2008

Solidarité Bébés Solidarité Bébés est le nom d’une opération menée par le Secours Populaires de Belfort et qui réside en un principe aussi simple qu’original. En contrepartie de deux litres de lait (pour bébés), 2 petits-pots ou 2 petits plats vous pouvez obtenir un livre de votre choix. Et si vous apportez un paquet de couches, un très bel ouvrage vous est offert. Sachant que la bibliothèque du Secours Populaire dispose de nombreux et variés ouvrages tous plus intéressants les uns que les autres, c’est le moment ou jamais de témoigner de votre solidarité.


Pôle universitaire 21

Conférences de l’UO, théatre universitaire

Actualité

22

Ca bouge à l’UTBM !

06

Inauguration de Numerica 2

23

Interview étudiant international

La scène dans tous ses états

24

Zoom sur le master DEGDR

03

Edito

04

Graphisme 09

La Chronique de Xavier Senente, le 10-neuf, L’ALLAN

10

Sélection de sites

11

Illustration étudiante

12

Tutoriel Photoshop

Technologie 13

Actualité technologique

14

Dossier : L’avenir de la musique en ligne

La vie en SRC 25

Les 10 ans de SRC

Après SRC 27

Un étudiant, une formation

François Jouffroy

Chronique culturelle Loisirs/Détente 16

Les Lumières de Noël

17

Critiques musicales

18

Critiques cinéma

19

Jeux vidéo Les Royaumes Renaissants, Call of Duty 4, Team Fortress 2...

30

10 ans de SRC

BD

31

L’œil du photographe Trombinoscope

n°6 décembre-janvier _2008

Le

5


Le dossier du mois

Inauguration de

Numerica 2

La scène dans tous ses états Situé sur le campus universitaire de Montbéliard, Numerica est le pôle multimédia de Franche-Comté. Numérique pour l’industrie, contenus multimédias, arts numériques et audiovisuel sont les trois axes sur lesquels il repose. L’ouverture imminente de Numerica 2 prouve que le dynamisme et le succès sont au rendez-vous.

[ars] Numerica en quelques mots [ars] Numerica est tout simplement le centre européen pour les arts numériques. C’est une volonté de passer outre les barrières culturelles et de laisser s’exprimer pleinement les arts plastiques et les nouvelles formes d’expression. Des artistes à l’imagination débordante viennent des quatre coins du monde pour profiter des moyens techniques et humains mis à disposition par cette grande « scène numérique ». Par ses caractéristiques et la détermination culturelle

à son origine, cette scène numérique est unique au monde. [ars] Numerica s’accroche aussi à trois valeurs fondamentales : la transmission des savoirs, la médiation culturelle et l’ouverture vers les universités. La culture et la créativité se mêlent au numérique et à l’art pour générer un melting-pot de réalisations toutes plus intéressantes et originales les unes que les autres.

En 2007, plus de 70 artistes européens ont déposé leur projet à [ars] Numerica, preuve de l’engouement général provoqué par la qualité et la richesse des installations disponibles. Seuls neuf ont pu être retenus et accueillis en résidence. Les résidences permettent aux artistes de travailler dans la sérénité avec des moyens en adéquation avec leurs besoins, des installations performantes et des expositions dans un cadre agréable ouvertes au public.

De son côté l’artiste plasticien Fred Périé a réalisé une installation interactive plasticienne sur le thème de l’identité, baptisée S-ici. Le plastique et le multimédia sont intimement liés durant une performance d’un quart d’heure. Les réactions du public au comportement étrange du comédien sont projetés post-traitement sur un écran et fondu dans des images de lieux rendant l’environnement totalement surréaliste.

Others Side Break est le nom d’une installation peu commune mise en place par Eric Herbin et Cléa Coudsi, deux jeunes artistes Lillois. Des demi-disques vinyles mis bout à bout forment deux circuits distincts. Sauf qu’à la différence des circuits pour voitures téléguidées qui font fureur à Noël, les voitures sont ici équipées d’un saphir permettant la restitution du son des microsillons des disques. Tout en roulant, ces bolides génèrent du son créant un mix insensé de voix et de rythmiques.

Retour sur les Résidences 2007 A seulement 27 ans, le parisien Fabien Giraud nous propose une œuvre s’intéressant aux désirs et aux pulsions que les puissantes machines de la vie quotidienne provoquent en nous. Un moteur entouré de tubes d’échappement est posé au sol et fait entendre la pulsation de son fonctionnement de manière très lente comme un gong. Gong étant d’ailleurs le nom donné à cette installation aussi bien mécanique qu’électronique et sonore.

La scène dans tous ses états Les présentations faites, revenons sur l’évènement de fin d’année : l’inauguration de la scène numérique. Des rencontres sont organisées du 14 au 22 décembre. Programmé par Nicole et Norbert Corsino (Seule avec Loup), l’évènement accueille onze artistes venus des quatre coins du monde et deux sociétés (OrganicMotion et Silliconstudio) spécialisées dans le développement des technologies de capture du corps et du visage en temps réel et ce, sans appareillage.

Arabesque (Peter William Holden, Leipzig) Le nom « Arabesque » vient d’une fleur mécanique qui prend ses racines dans l’univers de Frankenstein et dans le laboratoire de l’alchimiste. Des morceaux de corps humains à moitié translucides laissent paraître un intérieur de robot. Les lignes chaotiques des formes abstraites contrastent avec les morceaux de corps totalement symétriques.

6

Le

n°6 décembre-janvier _2008

Numerica 2

...


Numerica 2

Le dossier du mois

... Autogene (Peter William Holden, Leipzig)

Huit parapluies modifiés sont disposés en cercle. Des conduites d’airs et des câbles électriques relient ces parapluies à un ordinateur leur permettant de produire une chorégraphie sur le rythme de la musique et de transformer ces objets banals en magiques objets animés.

Autoportrait (Robbotlab, Karlsruhe) Et si un robot faisait votre portrait ? C’est la folle idée de Matthias Gommel, Martina Haitz et Jan Zappe. Une fois assis sur le tabouret face au robot, ce dernier commence à vous dessiner sur une planche à dessin grâce à un œil vidéo et à un bras articulé. L'image résultante est individuelle et imprévisible car, grâce à sa capacité technique et sa possibilité d'identifier les caractéristiques d'un visage humain, la main du robot forme sa propre image du modèle. Il efface ensuite l’image tout juste créée par luimême.

Bubbles (Wolfgang Munch et Kiyoshi Furikawa, Karlsruhe) Le visiteur bouge devant un projecteur qui projette son ombre sur un écran de grande taille. Des bulles apparaissent également et le contact entre celles-ci et les ombres projetées modifient leur trajectoire de manière réaliste. De plus, ces interactions créent une structure musicale non linéaire générée en temps réel.

Indiscrétion (Xavier Boyaud et Laurent Ostiz, Lille/Montbéliard) Nos souvenirs sont le fruit d’une mémoire très sélective qui a tendance à mettre de côté les détails. Indiscrétion s’est intéressée à cet état de fait. Le mouvement de la lumière et la circulation du son mêlés aux images génèrent une suite de cadres contenant des éléments visuels répartis dans un espace plan et dans la profondeur. L’impression d’être au cœur du dispositif est ainsi saisissante.

Jardin Japonais (TPO, Florence) Comme son nom ne l’indique pas, Jardin Japonais nous vient d’Italie. L’installation place le spectateur sur un grand tapis de 10 x 8 mètres sous lequel sont placés 32 capteurs réagissant aux impulsions. Un projecteur en hauteur projette un jardin sur le sol et le spectateur peut accéder aux différentes zones de celui-ci en se déplaçant sur le tapis et en cherchant les points d’interactions. Il est donc également acteur et l’expérience vécue dans le Jardin Japonais est différente pour tout le monde. Le jardin se divise en cinq sous-jardins : le jardin des nénuphars, le jardin d’herbe, le jardin du pont qui joue de la musique, le jardin des fleurs et le jardin de la mer. L’exploration peut se faire seule ou en groupe.

Selfworld (Ivan Chabanaud et Guillaume Dobbels, Marseille/Montbéliard) A 53 ans, Ivan Chabanaud a à son actif plusieurs créations originales à mi-chemin entre techniques traditionnelles et monde numérique. Sa dernière réalisation en date n’est autre que Selfworld. Il s’agit non seulement d’un outil de création mais aussi d’un médium de diffusion et de communication ayant pour but d’améliorer la visibilité et la lisibilité de la scène artistique contemporaine. Concrètement l’internaute peut suivre en ligne des conférences et évènement ayant pour thème l’art contemporain. Pour les artistes, c’est une source d’inspiration permanente.

Numerica 2 n°6 décembre-janvier _2008

Le

...

7


Le dossier du mois Numerica 2

...

Se Mi Sei Vicino (Sonia Cilari, Amsterdam)

Se Mi Sei Vicini signifie en français « Si tu es proche de moi ». Un nom pas anodin puisque cette expérience rend le spectateur consentant à la proximité et au contact d’autres personnes. Grâce à un sol doté de capteurs sensitifs, tous les mouvements du corps sont enregistrés comme des activités électromagnétiques. La variation de celles-ci génère des projections d’images et des compositions sonores en temps réel.

Unviewed (Osman Khan, Los Angeles) Notre dépendance aux produits digitaux et numériques a changé notre façon de communiquer. Unviewed est un concept original basé sur la technologie infrarouge. Une dalle LED infrarouge de grande dimension diffuse des messages en permanence. Mais ces derniers ne sont visibles que par les possesseurs d’un dispositif infrarouge (téléphone portable, appareil photo numérique, etc). Une façon de réfléchir sur la communication moderne touchant une majorité de la population mais en excluant également une autre partie.

9 Beet strecht (Leif Inge Xi, Oslo) Un concert électro-acoustique de 24h ? Voilà qui est original. La réalisation de Leif Inge Xi crée une véritable atmosphère musicale basée sur la 9 ème symphonie de Beethoven. Cette première représentation sur le sol français est à ne pas manquer, pour tous les fans de musiques classiques et performances hors normes.

Ana (Ana Teixido, Rotterdam) Cette œuvre a été réalisée en relation avec n + n corsino et l’astucieux procédé de motion capture sans appareillage, de la société Organic Motion. Des scénarios courts mettent en scène Ana et son clone (qui évoluent en temps réel) sous forme d’une chorégraphie. Ana est donc à la fois elle-même et sa doublure, ce qui génère une forme inédite de structure narrative interactive.

La scène dans tous ses états est donc un évènement absolument immanquable. La variété et l’originalité des œuvres présentées est telle que de nombreuses villes, à travers le monde, vont être jalouses de cette programmation exceptionnelle. Car c’est bien dans notre petite ville de Franche-Comté que vont défiler des invités d’envergure nationale et internationale. Bref si vous aimez ne serait-ce qu’un minimum l’art vous savez ce qu’il vous reste à faire entre le 14 et le 22 décembre ! Nicolas Tarier

L’évènement « La scène dans tous ses états » ne pourrait avoir lieu sans la participation des partenaires suivants :

La Communauté d’agglomération du Pays de Montbéliard Le Conseil général du Doubs Le Conseil général du Territoire de Belfort Le Conseil régional de Franche-Comté La DRIRE -Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement La Caisse des Dépôts et Consignations La Communauté européenne, fonds FEDER pour la scène numérique L’ADAN -Association pour le Développement des Arts Numériques La MJC Centre Image du Pays de Montbéliard

8

Le

n°6 décembre-janvier _2008

Le Département GACO de l’Université de Franche-Comté Le BTS Audiovisuel du Lycée Viette Le CDDP – Centre Départemental de Documentation Pédagogique L’allan, scène nationale de Montbéliard L’UTBM -Université de Technologie de Belfort-Montbéliard La CTPM – Compagnie des Transports du Pays de Montbéliard Keolis Est IEC Belfort Christie France Telecom France Bleu Belfort-Montbéliard


Graphisme

Graphisme La chronique de Xavier Senente

Voilà bientôt quatre ans que Numérica (structure consacrée aux nouvelles technologies) existe à Montbéliard. Au mois de décembre aura lieu l’inauguration de Numérica 2, extension du bâtiment actuel. Numérica 2 hébergera entre autres [ars] Numerica ; ce centre européen pour les arts numériques accueille des artistes et leur offre la possibilité de réaliser leurs projets. C’est donc ici qu’émergeront de nouvelles installations interactives, numériques, qui font la part belle à l’image et aux nouvelles technologies. Une fois ces projets achevés, ils seront, pour bon nombre d’entre eux, visibles dans différents lieux d’exposition à travers le monde. Une telle

structure dans la région est une aubaine, car elle permettra de faire venir et de rencontrer des artistes de renommée internationale. Au mois de janvier aura également lieu la traditionnelle journée des anciens, durant laquelle d’anciens étudiants SRC viennent rencontrer les étudiants actuels afin de partager leurs différentes expériences professionnelles. Mais cette année, la journée des anciens sera marquée par un événement particulier : l’anniversaire des dix ans d’existence du département Services & Réseaux de Communication de Montbéliard. Ce sera alors l’occasion, pour les

enseignants comme pour les étudiants, de faire le bilan de ces dix années d’existence pour mieux encore préparer celles à venir. Bonne lecture à tous... Xavier SENENTE, Enseignant graphiste

Traverse - du 8 janvier au 21 janvier 2008 Hôtel de Sponeck Parce que devenir un artiste est souvent motivé par l’envie de laisser une trace de soi dans ce monde, L’Allan se propose de dévoiler les œuvres témoignant du passage de nombreux artistes plasticiens qui ont marqué leur empreinte sur le sol montbéliardais. Cueco, Debré, Ubac, Alechinsky, Messagier, Hartung, Vélikovic, BEN, Soulages, Bram Van Velde, Apple, Tapies, Calder… autant de noms qui ont participé à l’élaboration de cette collection depuis près de vingt ans et sont aujourd’hui exposés au grand jour, pour le plus grand plaisir des amateurs d’art contemporain.

En savoir plus : Le 10-neuf, Centre Régional d’Art contemporain, 19, avenue des alliés 25200 Montbéliard Du mardi au samedi : 14h-18h, dimanche 15h-18h. Tél : 03 81 94 43 58 www.le-dix-neuf.asso.fr

Marion Saul

Soirée Projections – 10 janvier 2008 Jeudi 20 décembre à 18h A ne pas manquer si vous êtes fan de vidéo, la soirée Projections, complément de l’exposition, s’intéresse à l’artiste qu’est le vidéaste. Une approche intellectuelle et culturelle des images qui s’imposent à nos yeux et sur leur réalisation, nous ne sommes plus passifs devant l’écran mais nous penchons sur le travail du cinéaste et sur ses volontés artistiques. n°6 décembre-janvier _2008

Le

9


Graphisme

Sélection de sites Par Christophe Chaudey et Nicolas Tarier

Artz Mania (http://www.artzmania.com)

Crommcruac (http://www.crommcruac.com)

Portfolio graphique de Douglas Arthur (http://www.douglasarthur.com)

Il s’agit d’un magazine présentant diverses créations graphiques. Elles sont vraiment d’un très bon niveau, certaines ont même été faites par des professionnels. Le site web permet de télécharger ce magazine gratuitement, et donne accès au forum de ses créateurs. Un détail tout de même, tout est anglophone.

Site personnel Kwon Young Ho

Ce studio d’animation (vidéo, audio, 3D, flash) propose d’époustouflantes créations dans sa galerie. Le site web, rempli de sublimes effets graphiques, n’est pas loin de rivaliser avec le célèbre 2advanced.com. La navigation est très intéressante. En voyageant à travers des tunnels (un par section), on peut retrouver des morceaux cachés de leur logo. Reconstitué, il permet d’entrer dans la rubrique cadeaux. Entre nous, je vous invite à y entrer, vous ne serez pas déçus !

Release 911

Il n’est plus tout neuf (2002) mais il n’en demeure pas moins diablement bien réalisé, le site de Douglas Arthur. Photographies, illustrations, print, web dynamique, ce canadien a expérimenté avec brio tout ce qui touche de près ou de loin aux arts numériques. Un petit tour sur son site vous permettra de vous faire votre propre avis.

E-Frogg

(http://www.release911.com)

(http://www.e-frogg.com)

Si les tutos graphiques du Frigo ne vous suffisent pas vous feriez bien de faire un tour sur Release 911. Ce site met à votre disposition différents tutoriaux très bien expliqués et très utiles. A vous les effets de transparence ou les boutons pixel art à la mode. Une rubrique regroupe aussi des réalisations des membres du site. A voir.

E-Frogg est une jeune société française fondée en 2004. Elle se spécialise dans le web et la 3D et sa grande force est de liée parfaitement 3D et Flash dans le cadre de sites dynamiques et visuellement fort attractifs. Un petit tour sur leur site vous permettra de voir l’étendue de leurs compétences et de faire connaissance avec la mascotte du site… une grenouille forcément.

(http://www.eoside.com)

Si vous ne connaissez pas Kwon Young Ho ne paniquez pas, c’est tout à fait normal. Pourtant ce photographe talentueux a travaillé pour des magazines tels que Elle, Marie Claire ou Cosmopolitan et pour des marques comme Nike ou L’Oréal. Il nous détaille la liste de ses impressionnantes références dans un site en flash plutôt bien fichu.

10

Le

n°6 décembre-janvier _2008


Bastien ALLARD Etudiant 1ère année SRC


Graphisme

Tutoriel Photoshop

Il vous est sûrement arrivé de regarder des catalogues et des prospectus publicitaires en recherchant un effet graphique intéressant permettant de créer la publicité d’un produit. L’objectif de ce tutoriel est de vous présenter une méthode pour réaliser la publicité de n’importe quel produit.

# 02 : Reflet

# 01 : Choix des couleurs Commencez votre travail en réfléchissant aux couleurs de la publicité que vous voulez créer. Vous devez choisir deux couleurs harmonieuses pour l’arrière-plan de l’objet à présenter. Créez ensuite un nouveau document de taille souhaitée et remplissez le calque arrière-plan avec l’une des couleurs choisies. Sur un nouveau calque, dessinez avec l’outil Rectangle de selection un rectangle d’environ 1/4 de hauteur de l’image et remplissez-le avec la seconde couleur choisie. Dans cette exemple j’utilise : #839600 et #DEE100

Il est temps d’insérer l’objet principal – celui-ci doit se trouver plus ou moins au centre de l’image. Pour qu’il semble posé sur un sol en verre, ajoutez un reflet. Pour cela, dupliquez le calque de l’objet et choisissez : Edition>Transformation>Symétrie axe vertical. Mettez ensuite ce calque au-dessous du calque de l’objet, ajoutez un masque et en utilisant un degradé, masquez la partie superieure de l’objet de manière à obtenir un reflet de la partie inférieure.

# 04 : Lumières du sol Pensez à ajouter un dégradé au sol. Cette fois, choisissez le dégradé linéaire et non radial. Le passage tonal doit avoir les couleurs suivantes : la première est celle du sol et la seconde doit être un peu plus foncée. Les paramètres détaillés du dégradé sont indiqués sur la figure.

# 03 : Lumières d’arrière-plan Pour valoriser l’apparence de votre objet, ajoutez un peu de lumière à l’image. La méthode la plus simple pour cela consiste à ajouter un dégradé aux calques d’arrière-plan. En premier lieu, ajoutez un dégradé radial à la zone située derrière l’objet, choisissez : Calque>Style de calque>Incrustation en dégradé. Choisissez un dégradé allant de la couleur de l’arrière-plan à une couleur un peu plus claire – voir les paramètres présentés sur la figure.

12

Le

n°6 décembre-janvier _2008

exemples de combinaisons de couleurs 0c 100m 0j 0n 20c 0m 95j 0n

0c 40m 100j 10n 10c 10m 80j 20n

10c 100m 100j 10n 0c 20m 100j 0n

90c 60m 0j 10n 10c 10m 80j 20n

90c 40m 0j 0n 0c 40m 100j 0n

0c 100m 0j 0n 0c 40m 100j 0n

0c 100m 100j 0n 50c 0m 100j 0n

20c 40m 60j 0n 60c 70m 40j 30n

50c 10m 20j 10n 70c 20m 30j 40n

10c 50m 80j 10n 40c 80m 90j 20n

20c 0m 100j 0n 60c 0m 30j 30n

10c 70m 70j 10n 10c 20m 50j 0n

20c 0m 100j 0n 0c 60m 60j 0n

30c 10m 0j 40n 20c 40m 70j 0n

Mickael Bloch


Technologie

Actualité technologique ... Par Nicolas Tarier

Téléphone mobile ou appareil photo numérique ? Ca bouge du côté des constructeurs de téléphones mobiles. Attendu de longue date, le K850 de Sony Ericsson vient de sortir dans nos contrées. Malgré un mode vidéo qui se contente d’une résolution QVGA (320x240), l’appareil photo numérique monte à 5 mégapixels. Autre nouveauté, la prise en compte du format WMV et la compatibilité avec le format de carte microSD. Sur les pas du G600 et de ses 5 mégapixels, Samsung commercialisera prochainement le G800. Cette évolution intègrera un véritable zoom optique X3 là où tous les téléphones du marché se contentent du zoom numérique. Ce portable slider à l’esthétique raffinée coûte 400 euros sans abonnement.

Samsung G800

Sony Ericsson K850

Enfin LG vient de lancer le Viewty (KU990), véritable concurrent de l’Iphone avec son écran de 3 pouces entièrement tactile et son appareil photo numérique 5 megapixels également capable de filmer en QVGA à 120 images secondes. Une véritable prouesse technique qui fait grimper la facture à 470 euros. De quoi craquer à Noël en somme.

Apple met à jour ses MacBook Après le passage des MacBook d’un écran 4/3 à un écran 16/10ème, voici une nouvelle mise à jour des MacBook qui concerne uniquement leur configuration. Vous trouverez donc dès à présent les configurations suivantes : - Le MacBook 2 GHz Blanc équipé d’un processeur Core 2 Duo 2 GHz, d’1 Go de mémoire, d’un disque dur de 80 Go et d’un Lecteur DVD /graveur CD. - MacBook 2,2 GHz Blanc équipé d’un processeur Core 2 Duo 2,2 GHz, d’1 Go de mémoire, d’un disque dur 120 Go et d’un Graveur DVD SuperDrive - MacBook 2,2 GHz Noir équipé d’un processeur Core 2 Duo 2,2 GHz, d’1 Go de mémoire, d’un disque dur 160 Go et d’un graveur DVD SuperDrive Tous tournent sous Mac OS X Leopard et peuvent être configuré selon vos choix. Pourquoi ne pas glisser 4 Go de mémoire DDR2 à 667 MHz et un disque de 250 Go dans votre petit MacBook ?

L’Ipod Nano découvre la vidéo Le nouvel Ipod Nano est là et il emporte une nouveauté de choix : la vidéo. Ceci est rendu possible par la présence d’un écran de 2,5 pouces, et 65% plus lumineux qu’auparavant. Il reprend le look de l’Ipod classique tout en étant bien évidemment plus petit. L’écran couvre la moitié de la surface et la navigation géniale de la gamme Ipod a bien sûr été conservée. Concernant les tarifs, il faudra compter 159 euros pour la version 4 Go et 209 euros pour la version 8 Go.

IBM lance sa suite bureautique Le géant américain IBM vient concurrencer Microsoft sur son propre terrain. Lotus Symphony, c’est le nom de sa suite bureautique disponible depuis quelques semaines en téléchargement sur le net. Entièrement gratuite, elle propose un éditeur de texte, un créateur de présentation et un tableur riche en fonctionnalités. Le tout est basé sur la technologie Open Office. Rien de révolutionnaire à l’horizon mais l’interface est claire et la suite remplit parfaitement son contrat.

n°6 décembre-janvier _2008

Le

13


Technologie

L’avenir de la musique en ligne

A l’opposé des sursauts archaïques d’un contrôle des téléchargements ou des limitations d’usages plus ou moins cachées (DRMs), les dernières plate-formes gratuites d’écoute en ligne (Deezer) ou de téléchargement (Lala.com), lancées récemment, permettent le développement d’usages qui renforcent la nature de bien collectif de la musique.

disques. En effet, elles n’ont longtemps intégré le web, comme support de distribution de la musique, qu’en pensant à protéger, limiter, cloisonner leurs offres. Leur credo : protéger leur catalogue, tout en trouvant de nouvelles sources de rémunération (l’organisation de concerts, l’édition ou encore le management d’artistes). Cette volonté de maintenir un prix de vente élevé, même pour la forme dématérialisée de leur musique, se retrouve dans plusieurs modèles économiques développés « Les majors n’ont longtemps intégré le web, comme sur le web. Ces derniers jours encore, les ayantsdroit de la musique (et du cinéma), les fournisseurs d’accès à Internet et l’Etat ont annoncé vouloir introduire de nouvelles formes de contrôle afin d’endiguer le fléau du téléchargement illégal de la musique. Le rapport de la mission Olivennes, du nom du PDG de la Fnac, rendu public le 23 novembre 2007, préconise des sanctions graduées, allant jusqu’à la résiliation de l’abonnement de l’internaute en cas d’abus. En contrepar-

support de distribution de la musique, qu’en pensant à protéger, limiter, cloisonner leurs offres » tie, une énième annonce d’une levée, sous conditions, des DRMs (Voir encart). Pourtant des offres de musique en ligne, gratuite et légale, existent.

Les soubresauts de l’ancien modèle (de distribution de la musique)

Cette logique répressive voire coercitive n’est ni plus ni moins celle qui anime les majors (Sony-BMG, Universal Music, Warner, EMI) depuis des années, face au constat de l’effondrement des ventes de

La fin annoncée des DRMs ? Les DRMs (Digital Rights Management system) sont des verrous de protection technique qui permettent de définir de manière aussi complète que possible la totalité des usages autorisés ou interdits : droits de copie, de transfert, durée d’usage… Dans le domaine de la musique, les DRMs ont créé la polémique dès leur lancement, du fait de l’incompatibilité des verrous appliqués aux formats musicaux – FairPlay d’Apple et Windows Media de Microsoft – ou de la limitation des possibilités de transfert d’un terminal à un autre. Les annonces ou déclarations de principes (EMI, Apple…) visant à une suppression de ces verrous ont, pour l’instant, toutes été sans lendemain. Quant aux préconisations de la mission Olivennes, elles avancent une suppresion des DRMs uniquement pour les achats de musique en ligne et dans un délai d’un an « à compter du fonctionnement effectif du mécanisme d’avertissement et de sanction prévu par la loi ».

14

Le

n°6 décembre-janvier _2008

Ne nous y trompons pas ! Les nouveaux acteurs (Apple, Fnac.com, Neuf Cégétel, pour ne citer que ceux-là), avec lesquels elles ont dû négocier, ne font que proposer des offres payantes ou limitées. Apple, leader sur le marché de la vente de musique en ligne, avec sa plate-forme payante de téléchargement – iTunes Store – n’a mis en place qu’une stratégie commerciale efficace, proposant d’acheter surtout les morceaux à l’unité et reposant sur une politique tarifaire de prix unique de 0,99 euros. De même, l’absence d’interopérabilité entre les standards des DRMs d’Apple et de Microsoft empêche l’écoute de ces morceaux sur la plupart des autres terminaux que ceux d’Apple (iPod). FnacMusic propose également un catalogue de musique complet mais ce dernier n’est accessible qu’en échange d’un abonnement mensuel de 10 euros par mois.

ger ne renouvelle pas son abonnement. Surprise !

La musique en ligne, légale et gratuite Balayant ces contraintes, certaines plates-formes gratuites d’écoute en ligne (Deezer) ou de téléchargement (Lala. com) proposent, depuis récemment, une vraie évolution, en faisant à la fois des paris concernant les modèles économiques sur lesquels elles reposent, mais surtout en proposant de nouvelles fonctionnalités aux internautes. Elles emboîtent le pas aux artistes qui font le choix d’une mise en ligne de leurs créations gratuitement ou moyennant un paiement laissé au bon vouloir de leurs fans. Deezer en Europe – issu de BlogMusik (lancé fin août 2007) a fait le pari de la musique gratuite financée indirectement par la publicité. Cette plate-forme est partie du constat que certains internautes ne paieront jamais pour de la musique en ligne. Il fallait donc la monétiser différemment. Cette nouvelle forme de radio en ligne permet l’écoute de morceaux issus d’un vaste catalogue ; la pu-

De nouveaux entrants utilisent des « Aujourd’hui des plates-formes gratuites d’écoute stratégies plus pernicieuses, tel Neuf en ligne ou de téléchargement existent. Leur succès Cégétel, derrière une reposera principalement sur l’offre de nouvelles annonce d’accès ilfonctionnalités et surtout sur la confiance » limité au catalogue audio d’Universal Music (compris dans l’abonnement en blication sur le site des mp3 personnels zone dégroupée). La plate-forme de té- de l’internaute après vérification et le léchargement de musique Neuf Music partage ouvert à l’ensemble de la comest non seulement protégée par le DRMs munauté. Légale, cette plate-forme a néWindows Media de Microsoft ; le choix gocié avec la SACEM et les ayant droits est restreint à un seul et unique genre les modalités d’une rémunération, au musical parmi les neufs proposés par le titre des droits d’auteur (contrairement site ; chaque morceau ne peut être trans- à Radio.blog.club qui a dû se délocaliser féré que sur trois terminaux maximum suite à la fermeture de ses serveurs en (ordinateurs ou baladeurs qui doivent mars dernier). Deezer permet aussi de être compatibles avec ce DRMs) mais constituer ses propres playlists et d’exsurtout l’écoute, de morceaux pourtant porter ses morceaux préférés sur son site téléchargés, devient impossible si l’usa- ou son blog. Des suggestions sont faites


Technologie

– comme le font déjà Last.fm ou Pandora aux Etats-Unis. Progressivement, cette fonction de « recommandation musicale » permet d’affiner les propositions aux goûts de l’internaute. Ce modèle a le vent en poupe puisque d’autres web radio personnalisable pointent déjà leur nez comme RKST.org, la petite nouvelle française. Seule limite, qui reste de taille, dans une logique d’écoute en mobilité, il n’est pas possible de télécharger les morceaux. Lala.com est un autre pari puisque ce site propose une écoute gratuite et illimitée, un téléchargement compatible avec le DRMs d’Apple et une possibilité d’achat d’albums. Lancé en juin 2006 aux Etats-Unis, ce site est né d’une idée simple. En laissant les gens écouter de la musique comme ils le faisaient chez les disquaires, ils l’achèteront. Lala.com a démarré en proposant un échange de CD d’occasion contre une faible rémunération (1$), en reversant une partie des revenus aux artistes (20%). Aujourd’hui,

de bien collectif de la musique en ligne. Bien privé (lié à la possession d’un support physique), la musique tend de plus en plus à devenir un « Ces modèles, s’ils réussissent, montreront bien principalement collectif, à l’image de que la gratuité et le marché peuvent être l’ensemble des biens compatibles sans se détruire » informationnels dans l’ère du numérique. du site et d’y accéder sans contrainte, de Ainsi, la musique en ligne permet de partager ses goûts et ses découvertes et nouvelles formes de partage et de noude synchroniser directement son iPod. velles pratiques de discussion autour de L’ensemble de ses services gratuits sont ses goûts musicaux. L’aspect communauassociés à un site de vente en ligne sans taire du web se marie parfaitement avec DRMs. Le succès de ce modèle comme les pratiques déjà anciennes d’échange celui de Deezer reposera donc principa- de musique. Aujourd’hui, il est possible à lement sur l’offre de nouvelles fonction- chacun d’entre nous d’animer sa propre radio et d’établir des liens avec ses audinalités et surtout sur la confiance. teurs. Le principe d’une radio sur mesure n’a jamais été aussi crédible qu’avec ces nouveaux sites. Pourtant, les fonctionLa musique en ligne : un bien collectif nalités proposées ne donneront pas forpar nature cément lieu au développement d’usages sociaux car on ne peut savoir aujourd’hui Le développement des usages, liés quels seront les usages qui demain caen partie aux fonctionnalités présen- ractériseront les modes d’écoute de la tées précédemment, renforce la nature musique en ligne. Les enjeux sociétaux sont eux énormes. Ces modèles, s’ils réussissent, montreront que la gratuité et le marché peuvent être compatibles sans se détruire. De même, la diversité des contenus peut être préservée face aux risques d’homogénéisation des contenus, formatés pour être vendus à l’unité. en plus du service d’écoute et d’échange, il permet surtout « d’uploader » l’ensemble de son audiothèque sur les serveurs

Jean-Claude Domenget

n°6 décembre-janvier _2008

Le

15


Chronique culturelle

Prêts pour

quatre semaines

de magie ?

Cela fait maintenant vingt et un ans que les lumières de Noël resplendissent dans notre ville et nous sommes toujours émerveillés devant toutes ses illuminations. C’est depuis de longs mois que les services de la Ville préparent l’événement. En effet, cette année le travail est un petit peu plus long car le marché s’étend jusqu’à la place Velotte. C’est alors plus nombreux que les artisans vous accueillerons, ainsi que la Tante Airie, et bien sûr, le Père Noël. Il attend d’ailleurs les petits comme les grands dans sa nouvelle maisonnette place Denfert-Rochereau, impatient de vous faire découvrir (ou redécouvrir) la patinoire à ciel ouvert. Petite nuance cette année, nous aurons froid ! Rien de nouveau vous allez me dire ! Mais Montbéliard a décidé d’inviter la Finlande, pays du Père Noël !

60 000 ampoules éclairent notre ville ! Suite à l’anniversaire des 20 ans du marché de Noël, la commune de Montbéliard décide de reconduire le projet. Malgré toutes ses éditions, ce marché ne cesse de nous surprendre et de nous émerveiller. Notre marché de Noël a conquis près de 400 000 l’an dernier et c’est avec 140 artisans venus de toutes les régions de France et parfois de bien plus loin que la 21ième édition est lancée ! L’ambiance ce fait gastronomique, avec l’allée gourmande : Foie gras, saumon, vins liquoreux, champagne sont de la fête. Le square Sponeck concentre une grande partie des saveurs, à consommer sans modération. La cuisine de Franche-Comté est dignement représentée par des salaisons fumées et autres spécialités fromagères, foie gras au vin de paille, escargots. Le stand incontournable demeure celui du vin chaud des

membres du Comité des Fêtes. Cette année, petite nouveauté grâce à l’invité qui est la Finlande : nous aurons le droit de déguster un vin chaud à la vodka.

Plus de 2000km pour venir animer le marché de Noël ! La Finlande est l’invité d’honneur cette année, ce pays conserve un attachement particulier à la période de Noël. C’est alors pour nous une chance de les recevoir. Comme le Père Noël, nos onze artisans Finlandais sont arrivés les bras bien chargés : produits artisanaux originaux, bijoux en bois de rennes, vêtements en laine traditionnels...

Horaires du Marché de Noël : Du 24 novembre au 24 décembre 2007 : tous les jours de 10h30 à 20h - Ouverture à 14h le lundi. Nocturne jusqu’à 21h le samedi. Le 24 décembre, fermeture à 18h.

N’oublions pas la gastronomie bien sûr, puisque l’on découvrira la viande de renne fumée, des biscuits de Noël aux épices ou encore, une boisson aux baies sauvages…

Un voyage en Laponie à gagner :

C’est en costume traditionnels que les artisans finlandais vous vendent leurs produits et vous font découvrir leur culture. Vous pourrez les retrouver place Denfert-Rochereau et à la Salle des Passions. Le village du Père Noël de Rovaniami sera ainsi entièrement reconstitué dès le début du marché de Noël avec des gourmandises sucrées typiquement finlandaises. Une découverte à ne pas manquer !

Partir à la découverte des Lumières de Noël de Montbéliard et gagner un superbe voyage pour deux personnes en Laponie, Pays du Père Noël… Tirage au sort parmi les bonnes réponses à l’issue des quatre semaines de l’Avent.

Horaires de la patinoire : Ouverture. Lundi, mardi, jeudi : 14h-20h ; mercredi et dimanche : 10h20h ; Vendredi :14h-22h ; Samedi :10h-22h.

Le renne, animal majestueux ne manquera pas à l’appel des Lumières de Noël puisqu’il enchantera de toute sa puissance et sa beauté les grands et les petits dans un véritable parc au coeur de la ville. Stéphanie Jeanmougin

16

Le

n°6 décembre-janvier _2008


Chronique culturelle

Critiques

Musicales Le mois dernier, plus précisément le 9 Octobre est sorti le dernier album de Cocosuma, Charlotte’s on Fire. Peut-être avez vous déjà entendu la chanson The Servant, générique de fin de la série française Clara Sheller de Nicolas Mercier diffusée en 2005 sur France2 . Etant donné que je doute que vous connaissiez ce groupe malgré sa célébrité croissante, une petite présentation s’impose. Cocosuma est un trio originaire de Paris né en 2001. Suite à leur premier album, I refuse to grow up, la chanteuse Kacey, quitte leur groupe. Fort heureusement, l’ancien trio, composé alors de Michelle et Chad renaît avec l’arrivée d’Amanda. A leur actif, 4 singles ainsi que 4 albums publiés chez Third Side Records ainsi que Pointed Excitedly to the Sky, album reprenant certaines chansons des 2 albums précédents, publié chez Setanta Records et uniquement disponible au RoyaumeUni. Leurs chansons ont récolté le succès des critiques mais également celui du public, notamment le public anglais.

Ci-contre, le groupe « croqué » par Nine

Le style de musique de Cocosuma est un petit peu particulier : en se promenant sur le web, on peut lire d’eux qu’ils font de la musique électronique, de la pop, de la musique d’ambiance, du grindcore, lounge, trip-hop, psychobilly... On en conclura donc qu’il s’agit d’un ingénieux mélange de styles musicaux. Quoiqu’il en soit, leurs chansons sont originales, souvent douces et calmes, dégageant une énergie positive propre au groupe. Le groupe décrit même ses musiques comme remplies d’arcs-en-ciel, de rayons de soleil, d’étranges paroles sur de nombreux thèmes (la vie après la mort, la société de consommation, les lions, les sorcières, etc), de beautés subtiles, de mélancolie et de trésors cachés. Vous avouerez que c’est une énumération plutôt fantaisiste mais je trouve, pour ma part, que cette description reflète parfaitement leurs chansons.

Pour vous faire votre propre idée du groupe et de leurs chansons, voici quelques liens : Leur site : http://www.cocosuma.net/ Leur myspace : http://www.myspace.com/cocosuma Je vous conseille également de faire une petite recherche sur Deezer, ils ont fait une sympathique reprise de The Man Who Sold The World, chanson de David Bowie que vous devez probablement connaître grâce à la reprise de Nirvana. Luca Felici

Epica : The Divine Conspiracy Divin... Dieu est de retour !? Non, mais le thème religieux typique des chansons de Epica est bel et bien de retour avec ce nouvel album, simplement divin. Pourtant les avis divergent concernant ce nouvel opus, certains ne semblent pas conquis par la musique et pourtant cet album est pour ma part, très aboutit et la chanteuse divinement meilleure. Elle représente l’une des meilleures chanteuses après le départ de Tarja de la scène « métal ». La chanteuse Simone Simons nous envoûte vraiment au travers des chansons parfois mélancoliques et parfois brutales, sans parler des duos avec le chanteur Mark Jansen qui sont sublimes ! Je ne peux m’empêcher de m’attarder sur le caractère religieux qui ressort de cet album. Il est présent dans les textes, dans les thèmes musicaux et même dans les « choeurs ». Le thème de la réligion est important dans le sens où le groupe veut attirer l’attention sur ce qu’elle peut apporter de mauvais. Cet album souligne un état actuel de ce monde qu’il est important à mon avis d’en parler et même si cela doit passer par la musique... Jessica Fiat

Nightwish : Dark Passion Play Eva... et Adam ?? Non non, c’est simplement le nouveau titre du nouveau single de Nightwish qui nous revient en charmante compagnie de Anette Olzon. Suite au départ quelque peu brutal de Tarja... enfin au départ forcé, puisqu’elle a été gentillement congédié par les autres membres du groupe, Nightwish a pris le temps de chercher la nouvelle perle qui remplacera l’inégalable Tarja. C’est ainsi, après 3 ans d’attente que le groupe revient au devant de la scène avec une nouvelle chanteuse au style vocale très différent car il n’est plus vraiment question de chant lyrique dans ce nouvel album. Autre nouveauté, les dernières chansons sont dans un style plutôt celtique avec l’intégration de gospel sur d’autre. Et si l’envie vous prend de chercher les traductions, vous découvrirez que le groupe n’a pas pu s’empêcher d’écrire quelques mots sur Tarja... Pour les éternels fans de Nightwish, le changement risque d’être brutal, avec un temps d’adaption parce que même en écoutant plusieurs fois ce nouvel opus, je n’arrive pas à reconnaître le groupe ! Pour ceux qui découvre seulement Nightwish, vous ne serez pas déçu car avant tout, la qualité musicale est présente et la chanteuse est presque parfaite !! Jessica Fiat n°6 décembre-janvier _2008

Le

17


Chronique culturelle

Critiques Cinéma Par Bruno Ostertag et Christophe Chaudey

Bee Movie Barry bee benson est une abeille qui vient tout juste d’être diplômée. Comme chaque abeille, il doit alors choisir un travail au service de Honex pour le reste de sa vie. Ce qui ne l’enchante guère et il décide de sortir de la ruche pour découvrir le monde. C’est alors qu’il brise une des lois les plus importantes : parler à un humain. Il découvre alors que les Hommes exploitent les abeilles pour tirer profit du miel. Barry se lance alors dans une lutte contre les humains pour obtenir réparation. Bee movie est produit par Dreamworks, c’est typiquement un film d’animation portant l’étiquette « film de fin d’année » et on pourrait aller jusqu’à « encore un film d’animation ». On a maintenant bien l’habitude de ces films (Shrek, Ratatouille, Fourmiz, 1001 pattes …) qui pour certains présentaient une nouveauté que ce soit du point de vue technique ou de la réalisation, en étant destinés aussi bien aux enfants qu’aux adultes(*). Mais Bee Movie quant à lui n’apporte rien de nouveau, bien au contraire. De plus, c’est le genre de film qui est utilisé pour véhiculer une morale très pesante (encore plus qu’auparavant). Il s’agit ici de la problématique de l’environnement. Bref, ce film est à conseiller aux enfants sinon c’est une perte de temps. Note :

Les portes du temps Sortie : 31 octobre 2007 Réalisé par : David Cunningham Genre : Fantastique Titre original : The Seeker: The Dark Is Rising

Synopsis : Depuis la nuit des temps, les grands anciens protègent le monde des ténèbres. Un petit garçon, Will, découvre qu’il fait partie des leurs. Il va devoir retrouver les 6 signes de Lumières avant le cavalier noir, sans quoi ce sera la fin du monde. Avis : Ce film est assez mauvais. En effet, le scénario n’a rien de très original, et n’a que peu d’intérêt. Pourtant très bien réalisé, le film est assez ennuyeux, à cause de l’ambiance qui en ressort. Les personnages n’ont aucun charisme, pas même le méchant. Qui plus est, le film est (trop) long. Avec des effets spéciaux ratés, des dialogues presque inutiles, et une musique assez mauvaise, le film manque cruellement d’ambition. Pour finir, il vise un public âgé de moins de 12ans. Note :

Infos : Actuellement en tournage: Terminator 4 (sortie prévue fin 2009), La momie 3 (sortie prévue le 13 août 2008), et Dragon Ball Z (sortie prévue en 2009)

Retour sur : La maison des 1000 morts (House of 1000 Corps) - 2001 - Epouvante/Horreur. De Rob Zombie avec Sid Haig, Sheri Moon, Erin Daniels

Deux jeunes couples partent à la recherche d’une légende locale, le docteur Satan. Surpris par une mauvaise météo ils se réfugient dans la maison d’une famille peu ordinaire … La maison des 1000 morts est le premier film de Rob Zombie qu’il n’est pas forcément nécessaire de présenter. Pour les néophytes, Rob Zombie fait parti de la scène métal depuis longtemps avec un style très particulier (plus visuel que musical). On peut d’ailleurs retrouver un de ces titres dans la BO de Matrix. Le film est en parfaite corrélation avec son univers

18

Le

n°6 décembre-janvier _2008

et encore plus tordu qu’un film de Tarantino et Rodriguez réunis. C’est gore mais moins sanglant que Braindead par exemple, cela dit, comme indiqué avant le film « Réservé à un public averti » met les choses bien en place. Le montage est quant à lui aussi spécial que le film, les split screen sont utilisés à bon escient et des effets sont imposés sur certaines courtes scènes ayant pour effet d’augmenter l’impact de l’atmosphère. Un film devenu culte !

Note :


Chronique culturelle

Les Royaumes Renaissants Julia Mesner a obtenu en juin dernier son DUT Services et Réseaux de Communication à l’IUT d’Angoulême. Désormais en licence professionnelle ATC (Activités et Techniques de Communication) à Paris, elle s’occupe de la communication autour du jeu « Les Royaumes Renaissants ».

Des joueurs de toute origine sociale, géographique et culturelle jouent et discutent ensemble. Le jeu a été traduit en 15 langues et dialectes locaux. Des rencontres entre joueurs sont régulièrement organisées aux quatre coins du monde (France, Canada, Allemagne, USA...) et permettent même à certains joueurs de tisser une amitié solide. Pour la petite anecdote, il y a eu plusieurs mariages entre des joueurs qui se sont rencontrés sur « Les Royaumes Renaissants » et, à notre connaissance, ces unions ont déjà donné naissance à deux bébés !

De 7 à 77 ans « Les Royaumes Renaissants » met l’accent sur la sociabilité au cœur de l’Europe de la fin du Moyen Age. Le jeu possède un panel exceptionnellement large de joueurs, allant du lycéen au proviseur à la retraite, du joueur «tamagotchi» au rôliste avéré, le tout créant une communauté aussi importante que soudée. La moyenne d’âge des joueurs est de 25 ans, ce qui est relativement élevé pour un jeu du genre. Une autre particularité

est que l’on retrouve sur le forum une population aussi bien féminine que masculine, contrairement à beaucoup de jeux en ligne qui sont majoritairement à population masculine.

Une grande liberté d’action « Les Royaumes Renaissants » met l’accent sur la sociabilité et le rapport entre les joueurs. Le forum et les tavernes (tchat) ont une importance primordiale dans le jeu et sont grandement utilisés par les joueurs. Les institutions (villes, comtés et royaumes) sont entièrement gérées par les joueurs et c’est à eux de prendre les bonnes décisions et de faire correctement fonctionner la société. Par exemple, la justice est ainsi entièrement rendue par les joueurs : vote des lois par

les conseils comtaux, application par les forces de l’ordre et sanction en cas de non respect de ces lois (procès gérés par les joueurs, impliquant juge, procureur, avocat et témoins). Aucun personnage non joueur n’intervient dans ce fragile équilibre. Le jeu permet au joueur d’interpréter n’importe quel rôle au sein de cette société complexe et réaliste : éleveur, marchand, moine ou même brigand. La seule limite qui existe est celle de son imagination. Il peut se permettre toutes les facéties mais doit s’attendre à devoir répondre de ses actes devant un tribunal de joueurs si jamais il ne respecte pas la loi. Julia Mesner

n°6 décembre-janvier _2008

Le

19


Chronique culturelle

Team Fortress 2 Premier de la classe

Team Fortress 2 est la suite tant attendue (depuis 9 ans !) du jeu de tir en vue subjective (FPS) basé sur le jeu en équipe. Il fait partie des 5 jeux qui composent l’Orange Box du développeur VALVe, disponible en magasin et sur Steam. Outre des graphiques cartoon mettant en scène des personnages caricaturaux et très expressifs dans une ambiance déjantée, TF2 se caractérise par un gameplay imposant le jeu en équipe et différenciant le joueur par la classe qu’il incarne.

Le but du jeu varie selon la map : capturer des points de contrôle ou voler la mallette de documents secrets de l’ennemi. Le joueur choisit une des 9 classes disponibles et peut en changer lors d’une réapparition en jeu. Chacune possède ses propres caractéristiques : - Le scout, champion de la rapidité - Le soldat, costaud et armé d’un lance-roquettes - Le pyro, pour les psychopathes qui aiment tendre des embuscades avec le lance-flammes - Le demoman et son lance-grenades (et sa bouteille de bière) - Le heavy, grosse brute qui ne se sépare jamais de sa tendre gatling - L’ingénieur, qui construit des tourelles de garde et des appareils de soutien - Le médecin, qui supporte ses amis en les soignant et en leur attribuant une courte période d’invincibilité - Le sniper, «boum, headshot» - L’espion, véritable As du camouflage, peut se déguiser en ennemi et devenir invisible pour semer la zizanie

Le gameplay se base sur la coopération et les différences entre les classes. L’équilibre des forces fait qu’aucune classe ne peut être désignée comme étant la plus forte, chacune ayant ses points forts et ses faiblesses. Pour gagner, l’équipe devra utiliser leurs caractéristiques au maximum. Ainsi, le heavy est très résistant mais aussi très lent et a souvent besoin de l’aide d’un médecin. Le scout capture des points de contrôle plus facilement mais est impuissant face à la tourelle d’un ingénieur dont un demoman ou un espion peut venir à bout. En résumé, TF2 se destine à ceux qui aiment le travail en équipe et les jeux bourrins ! Olivier Vuillemenot

Call of Duty 4 : Modern Warfare Attendu de longue date, le nouveau FPS (First Person Shooter) d’Infinity Ward met tout le monde d’accord en s’imposant comme l’un des titres majeurs de cette fin d’année !

Changement de cadre Après trois volets ayant pour cadre la Seconde Guerre Mondiale, Call of Duty 4 : Modern Warfare change d’époque et nous plonge dans un conflit fictif, résolument moderne et sans doute inspiré par la guerre en Irak et la série 24h Chrono. Jugez plutôt : des ultranationalistes russes et des terroristes islamistes se

20

Le

n°6 décembre-janvier _2008

sont alliés pour lancer des têtes nucléaires (fabriquées à partir de matériel nucléaire récupéré sur le site de Tchernobyl) sur les Etats-Unis. Pour résoudre la crise, l’armée américaine et l’armée anglaise se rendent au Moyen-Orient et en Russie. Diablement courte (5 à 7 heures de jeu), la campagne solo de ce nouvel opus est immersive, explosive et variée. Elle nous plonge littéralement dans un film hollywoodien avec des scripts à foison donnant cette fameuse impression d’être au cœur de la guerre. Le tout est appuyé par de fabuleuses musiques d’Harry Gregson-Williams (Metal Gear Solid, The Rock, Armageddon, etc).

Un mode multi-joueurs au top Le titre est également un vrai régal en multi-joueurs et notamment online jusqu’à 18 joueurs simultanément. Seize maps de très grande taille et au level-design de génie sont disponibles d’emblée et de nombreux modes de jeux sont de la partie, du classique Deathmatch à des challenges par équipe plus

tactiques. La grande force du mode multi-joueurs est son côté jeu de rôle. En effet chaque partie vous rapporte des points d’expériences qui font évoluer votre grade (lieutenant, caporal, etc). Plus vous montez en grade, plus vous disposez d’armes et capacités spéciales pour créer vos classes personnelles. Car au-delà des classes habituelles (sniper, infanterie, etc), la possibilité de créer ses classes sur mesure est un véritable bonheur ! Histoire d’enfoncer le clou, ce Call of Duty 4 est graphiquement dans le haut du panier avec des explosions spectaculaires, des effets de particules au poil et des modélisations de haut niveau. Bref, rien ne doit vous empêcher d’acheter ce nouveau volet tout simplement indispensable ! Nicolas Tarier


Le pôle universitaire

Le Théatre Universitaire

Depuis 1986, le TUFC (Théatre Universitaire de FrancheComté) a créé une quarantaine de spectacles, impliquant 5 à 39 participants, sous la direction d’un professionnel. La variété et le nombre d’adhérents font privilégier la création collective qui permet à chacun de trouver sa place dans le cadre d’une thématique générale axée sur l’actualité. Mais il a aussi monté des pièces d’auteurs classiques et contemporains (Sophocle, Shakespeare, Dario Fo, Kangni Alemdjrodo, Mirbeau). Depuis 1990, chaque année, le TUFC organise des Rencontres internationales de théâtre universitaire à Besançon, Montbéliard et Vesoul. Le TU, c’est aussi : - un cycle de cours sur le théâtre à l’Université ouverte - l’organisation et la participation à plusieurs colloques en France et à l’étranger - une revue théâtrale bi-annuelle, Coulisses, sur la vie théâtrale régionale avec critiques, enquêtes et dossiers thématiques. Tous les jeudi, les adhérents du Théatre Universitaire peuvent prendre part à l’atelier « Production » de 18h à 20h. Il se déroule dans la Salle Théâtre du campus. Si participer à l’élaboration de pièces de théatre vous intéresse, il n’est pas trop tard pour contacter le TUFC ! Infos : http://tufc.univ-fcomte.fr Contacts : TUFC MDE, 36 a avenue de l’observatoire, 25000 Besançon tél : 03 81 66 53 47, fax : 03 81 66 53 75, mail : tufc@univ-fcomte.fr

Conférences de l’Université Ouverte Décembre

Janvier

Jeudi 6 L’organisation administrative en France (de J. Rosselot)

Lundi 7 Les prémisses : de Lépante aux guerres anglo-hollandaises (XVIè – XVIIè siècle) (F. Vion-Delphin)

Lundi 21 L’affirmation de la puissance anglaise : d’Utrechet à Trafalgar (XVIIIè – XIXè siècle) (F. Vion-Delphin)

Jeudi 10 Chansons françaises et colonialisme (F. Montaclair)

Jeudi 24 Vauban, ingénieur militaire et homme du bien public (F. Vion-Delphin)

Mercredi 16 Introduction à l’architecture de la Renaissance en France (C. Chedeau)

Lundi 28 Nouvelles sources d’énergie et environnement (A. Miraoui)

Jeudi 17 L’hépatite B (J-M. Jobard)

Jeudi 31 L’Egypte Musulmane (P. Gresser)

Lundi 10 Rayons X, radioactivité et médecine (C. Luccioni) Mardi 11 Comment peut-on être Finlandais ? (O. Pekonen) Jeudi 13 Biodiversité régionale, l’exemple de la faune (B. Marconot) Lundi 17 Les conditions de la guerre navale (XVIème – XVIIIème siècle) (F-Vion-Delphin) Jeudi 20 Le foie gras : une histoire gourmande (F. Vion-Delphin)

n°6 décembre-janvier _2008

Le

21


Le pôle universitaire

Ca bouge à l’UTBM Afin de toucher tous les étudiants de l’Aire Urbaine, le magazine aborde cette fois l’Université de Technologie de BelfortMontbéliard (UTBM) et plus particulièrement les nombreuses activités qu’elle propose.

L’AE - Association des Etudiants - représente tous les étudiants de l’UTBM qui sont prêts à s’impliquer et à profiter de la vie extrascolaire. Ainsi l’AE propose une cinquantaine d’activités ou de clubs, tous différents les uns des autres, pour satisfaire chacun des 2 000 étudiants de l’UTBM.

S’épanouir en jouant de la musique L’AE possède plusieurs clubs de musique, couvrant tout les styles possibles et inimaginables : entre l’Orchestre et le Big Band en passant par le Club Mix ou encore le Club Zik, l’AE regorge de talents musicaux !

Participer à des actions humanitaires Certaines activités de l’AE ont un but humanitaire. On peut citer par exemple le 4L Trophy qui a pour but de délivrer des fournitures scolaires au Maroc dans une aventure délirante en 4L. Mais l’AE compte surtout sur Solidar’UT, qui

a pour but de mener des actions solidaires et humanitaires : Téléthon, EAD (Education Au Développement), soutien scolaire ou encore vente de produits issus du commerce équitable.

Vivre des sensations fortes en kart, minimoto… Beaucoup de clubs à vocations techniques se créent au sein de l’AE. Chaque année, l’AE participe grâce au Club Zénith au Shell EcoMarathon. Le but ? Parcourir le maximum de kilomètres avec un seul litre d’essence ! Un challenge parmi tant d’autres qu’a choisi de relever l’AE !

Organiser des évènements tels que le Gala ou le Congrès Industriel On compte au sein de l’AE six Grandes Activités. On appelle Grandes Activités les évènements importants organisés par l’AE, en commençant par l’Intégration, premier évènement de l’année, et en terminant par le Gala, soirée de prestige clôturant les 5 années passées à l’UTBM.

Relever des défis durant le Festival du Film d’Un Jour Plus qu’un festival, un défi ! Le FF1J, ce sont 15 équipes d’étudiants qui débarquent des quatre coins de la France pour faire de l’aire urbaine de BelfortMontbéliard un plateau de tournage géant durant 4 jours en mai. Les équipes de 4 à 6 personnes doivent, à partir d’un thème donné le premier jour élaborer leur scénario puis tourner et montrer leur mini métrage. En un temps record, un jury de professionnels récompense les meilleurs.

22

Le

n°6 décembre-janvier _2008

Découvrir et accueillir des étudiants venant du monde entier… Le Club Welcome a pour objectif d’accueillir les étudiants étrangers à l’UTBM en leur apportant une meilleure intégration dans la société française. Le Club Welcome a aussi pour but d’aider les étudiants étrangers à découvrir la culture française et de faciliter les rencontres entre étudiants. De plus, l’AE propose également une multitude de services pour rendre la vie des étudiants encore plus facile et plus agréable : machines à laver, salles de TV, billards, babyfoot sans oublier la Maison des Etudiants sur le site de Sevenans ou le Foyer sur le site de Belfort, lieux de vie incontournables où l’on peut trouver café, chocolat, boissons, viennoiseries, sandwiches à des prix imbattables, à la portée du portefeuille étudiant ! Si tu es intéressé par un des ces clubs, ou si tu désires en savoir plus sur l’AE, n’hésite pas à nous contacter : ae@utbm.fr. Pour connaitre la date de nos évènements, discuter sur le forum : http://ae.utbm.fr Paul Perros


Le pôle universitaire

Etudiants internationaux Ekkalak Sitotai Pour ce sixième numéro nous avons rencontré Ekkalak Sitotai. Originaire du nord de la Thaïlande (Phichit pour être exact), cet étudiant de 22 ans nous explique son parcours atypique.

Bonjour Ekkalak, peux-tu me dire comment es-tu arrivé en France ? J’ai obtenu une bourse d’étude en Thaïlande pour faire mes études accordée par le gouvernement Thaïlandais. La première année j’ai du apprendre le français en France puis je suis resté.

Qu’as-tu étudié en Thaïlande ? J’ai passé un baccalauréat scientifique puis j’ai passé un concours pour obtenir une bourse que j’ai donc réussi.

Comment es-tu arrivé en SRC ? J’ai entendu parler en 2004 du département lorsque j’apprenais le français à Besançon. Je voulais faire de l’informatique et changer de ville donc le choix de SRC m’a paru logique. En 2005 je perfectionnais mon français au Mans. Puis j’ai passé un examen pour pouvoir entrer dans les universités J’ai fait une année d’informatique à l’université des sciences et technologies de Lille.

Quel est ton avis sur SRC ? Je trouve ça intéressant. Les gens sont sympas. J’adore tout particulièrement l’infographie mais j’ai du mal à suivre certains cours comme l’anglais ou les cours amphi qui vont assez vite et que j’ai du mal à noter. J’aimerais que les colles aient lieu le samedi car les colles en semaine retiennent l’attention et font stresser le reste de la journée.

Comptes-tu continuer tes études en France après SRC ? Je compte aller en licence orienté multimédia ou pourquoi pas dans une école d’art. Mon secteur préféré est le webdesign. J’aime bien utiliser Flash. J’utilise beaucoup Photoshop, Dreamweaver, EditPlus, des CMS open-source. Je travaille avec de nombreux logiciels à

la fois. Et je m’intéresse au web 2.0.

Quel métier envisagestu de faire à l’avenir ? Je pense rentrer en Thaïlande pour travailler, en tant que webdesigner en priorité ou pourquoi pas programmeur web. Pour le moment je trouve qu’il ya beaucoup de graphismes en SRC et moins de programmation. De même les cours de réseaux ou de son ne m’intéressent pas spécialement, je pense qu’ils ont une utilité plus limité compte tenu du métier que je veux pratiquer à l’avenir.

Où se situe la Thaïlande dans le domaine informatique, comparé à la France ? En général les PC sont moins chers en Thaïlande, hormis les MAC au même prix. Il y a certaines formations informatiques intéressantes où l’on peut apprendre beaucoup de choses en 4 ans, notamment niveau programmation. Ici il y a des formations qui mélangent plusieurs domaines. En France les informaticiens m’ont l’air de meilleur niveau.

Un petit mot sur le climat local ? Ici il fait vraiment froid, au départ ca surprend. Je trouve qu’il fait plus froid à Montbéliard qu’à Lille. Mais je m’y suis habitué.

Quelles sont tes passions ? J’anime mon site web (un blog sur la communauté Thaïlandaise à Montbéliard), je vais au cinéma. Je fais aussi du ping-pong, du roller et du golf.

Que penses-tu de la ville de Montbéliard ? C’est une petite ville mais il y a beaucoup d’activités, bien que ça reste calme dans l’ensemble. Ca manque d’animations le soir. En Thaïlande même dans les petites villes, il y a des activités le soir. Des magasins de type FNAC sont ouverts le soir et on peut sortir après les cours plutôt que de rester chez soi. D’un point de vue plus large je dirai que la France est un beau pays même si il y a des grèves assez souvent. Je trouve qu’il est difficile de se procurer des tickets pour les transports en commun. Je trouve également que les français fument beaucoup. En Thaïlande peu de jeunes fument.

Merci beaucoup d’avoir répondu à nos questions Ekkalak. Propos recueillis par Nicolas Tarier n°6 décembre-janvier _2008

Le

23


Le pôle universitaire

Zoom sur le Master DEGDR

Diagnostic Environnemental et Gestion Durable des Ressources

Une formation professionnelle appliquée à l’expertise environnementale et à la gestion des milieux naturels et anthropisés.

Nous avons jusqu’à aujourd’hui préseCette formation continue de deux ans est pluridisciplinaire et permet d’appréhender les problèmes environnementaux dans toute leur complexité. Elle a pour but de répondre aux demandes professionnelles actuelles et à l’évolution des métiers en lien avec l’environnement. La spécialité DEGDR débouche principalement sur une insertion professionnelle dans les collectivités territoriales, les secteurs industriels publics ou privés pour des postes de chargés de mission, consultants, chargés d’études ou de conseils. Ce MASTER vise à former des cadres dans les domaines d’activités suivants : gestion des espaces naturels et anthropisés, gestion des énergies, gestion des déchets, réhabilitation de sites naturels ou industriels, mise en conformité des industries aux normes environnementales. Le MASTER DEGDR est la suite logique de la licence de Science de la Vie – Génie de l’Environnement de Montbéliard. Mais il est accessible pour tout étudiant titulaire d’une licence dans le domaine des Sciences de la vie de même que la licence Génie de l’Environnement permet d’envisager d’autres MASTER. Il est également possible d’intégrer directement la deuxième année de formation si l’on possède un niveau de maîtrise dans le domaine des Sciences de la vie. La première année de MASTER propose de renforcer les connaissances dans les domaines des sciences de la vie

24

Le

n°6 décembre-janvier _2008

afin d’offrir de solides bases dans l’ensemble de ses disciplines. Elle constitue une formation à la fois scientifique, technique, juridique et institutionnelle. Le programme comporte des enseignements, à la fois fondamentaux et appliqués, dans les domaines scientifiques de la biologie, l’écologie, la géologie, l’écotoxicologie, d’une part, et des enseignements dans les domaines juridiques et géographiques d’autre part. Un stage à caractère scientifique ou technique d’au moins un mois ainsi qu’un projet professionnel tutoré permettent de découvrir les missions environnementales des différents acteurs dans ce domaine. A l’issue du MASTER 1, les étudiants ont la possibilité de s’insérer dans les secteurs publics (concours de la fonction publique, collectivités) ou privés (domaine de la qualité, de l’aménagement du territoire, du conseil, des services, de l’analyse...). Mais pour l’essentiel, ils poursuivent en MASTER 2 professionnel ou encore pour certain en MASTER 2 recherche. La deuxième année de MASTER met l’accent sur des mises en situation, des travaux pratiques, des sorties de terrain, des rencontres avec des professionnels. La formation concerne les thèmes suivants : diagnostic environnemental, gestion durable des milieux, étude et analyse des outils techniques, économiques mis à dispostion dans ce domaine. Les connaissances acquises à l’issue de la formation porteront principalement sur les savoirs et les techniques relatifs à l’audit et au conseil en environnement ainsi qu’à la gestion des risques environnementaux en milieu rural et urbain au niveau des espaces naturels et du monde industriel. Cette deuxième année se conclue sur un stage professionnel de 6 mois. Avis aux intéressés, sachez que le MASTER DEGDR sera renommé à la rentrée 2008 en MASTER Gestion Durable de l’Environnement.

Les énergies de demain Les énergies de demain est le nom d’une journée environnementale ayant pour thème les énergies renouvelables. Organisée par des étudiants en deuxième année de master DEGDR, la journée se décomposera en trois phases : - Ateliers et stands tenus par des professionnels : ADEME et Gaïa Energie (point information), Vélo & Oxygen (vélo électrique), EDF-GDF (gaz naturel), IUT de Belfort (systèmes énergétiques et piles à combustibles) énergie éolienne, Haute Qualité Environnementale… (liste non exhaustive) - Exposition ponctuelle : les économies d’énergie - Conférences : Gaïa Energie (énergie solaire), ASCOMADE (Haute Qualité Environnementale), Eole-Res (énergie éolienne)... L’évènement se déroulera le 5 février à l’amphithéatre STGI et c’est à ne pas manquer si vous souhaitez savoir comment préserver l’environnement.

Cecile Besançon


Vie extra universitaire

SRC, 10 ans déjà

La vie en SRC

10 promotions, 10 années de rires, de cours, et de talents… Alors qu’SRC va entrer en fête pour son dixième anniversaire, nous allons revenir sur son début assez folklorique.

[*]UN DEPARTEMENT CREE DANS L’URGENCE 1996, la caserne militaire de Montbéliard ferme ses portes et l’avenir des usines Peugeot est encore très flou... Il s’agit donc de trouver quelque chose qui puisse attirer du monde à Montbéliard avant que la ville ne se vide. Louis SOUVET, maire actuel de Montbéliard, lance l’idée d’un pôle universitaire. Idée acceptée : Alain JUPPE, premier ministre de l’époque, signe cet accord (ce sera sa dernière signature à ce poste). La Communauté d’Agglomération du Pays de Montbéliard se met alors à chercher un domaine qui puisse attirer : le numérique est intéressant, mais reste très vague. Puis elle entend parler d’un projet, la demande de création d’une formation Services et Réseaux de Communication à Dijon. Elle se renseigne, et trouve l’idée plutôt bonne. Il faut désormais trouver un responsable : Daniel MERCIER, chef du département Génie Technique de Belfort, se voit contacté et accepte cette proposition. A présent, un programme doit être établi, car la première rentrée est prévue pour septembre 1998. Ceux existant dans les autres établissements SRC sont uniquement basés sur le réseau : on cherche à former des administrateurs réseau, et on

reste trop dans le domaine scientifique. Par exemple, le département SRC de Marne-la-Vallée n’accepte que les étudiants titulaires d’un Baccalauréat Scientifique. Mais dans aucun programme la notion de graphisme n’est enseignée. Daniel MERCIER commença à chercher autour de lui et essaya de constituer une équipe qui pourrait assurer les cours : il incite Pascale GIL, professeur d’anglais, et Anne-Marie QUEYMAR, professeur d’art, à le rejoindre, puis rencontre Jean-Marie FINO dans le domaine de l’informatique.

Les premiers jours de cours se feront sans ordinateur, puis cinq Mac et quatre PC seront achetés, avec une aide dérisoire de 200 000F du ministère : Internet ne sera pas tout de suite installé car il n’y a aucun débit. Enfin, aucun administrateur réseau n’était là pour mettre en place les neufs ordinateurs.

L’improvisation faite au niveau du matériel et des étudiants se fait aussi au niveau de l’équipe enseignante, contrainte toutes les deux semaines à se retrouver afin de définir le programme des deux seSRC est créé avec un an d’avance et on maines à venir. De plus, les cours de grarecherche des étudiants susceptibles de phisme n’étant que très vagues (aucune notion de mise en page ou d’ergonomie), s’inscrire à partir de fin juillet 1997. Daniel MERCIER prit l’initiative de réduire considérablement les cours de réseau. [*]UNE IMPROVISATION TOTALE Septembre 1997, 27 étudiants sont atten- [*]CONCEPTION D’UNE REELLE EQUIPE dus, mais il en arrive 55 : cette promotion PEDAGOGIQUE sera particulièrement diversifiée, car on y retrouve des élèves de tout âge, et de Daniel MERCIER lança une annonce car il différents statuts. lui fallait de réels professeurs sur poste. Il reçut un jour l’appel d’un professionDe plus, Daniel MERCIER, chef du dépar- nel du multimédia, avec un fort accent tement, est le seul professeur titulaire. étranger : Ioan ROXIN fait du multiméEn effet, on trouve autour de lui soit des dia, réalise une dizaine de CD par an (on professionnels tels que Jean-Marie FINO, est encore à l’époque des disquettes), soit des intervenants. Avec tout le recul, connaît l’informatique, les logiciels d’inc’était mieux ainsi car personne n’aurait tégration, ou encore la programmation eu les compétences nécessaires, telles orientée objet et le suivi de projet. Son qu’elles sont enseignées aujourd’hui. profil intéresse Daniel MERCIER qui, suite à plusieurs altercations avec Besançon, lui donne son poste. Ioan ROXIN deviendra le vrai ordonnateur de SRC : il devient administrateur réseau, met de l’ordre en SRC, donne des idées de modifications du programme.

Journée des Anciens

n°6 décembre-janvier _2008

Le

25


La vie en SRC

Vie extra universitaire

Toute une série de professeurs prendront place petit à petit (Pascal GIL, Bruno VIEZZI, Pascal CHATONNAY, …), mais trois d’entre eux sont à l’origine de réels changements : Ioan ROXIN, mais aussi JeanMarie FINO (informaticien) et Xavier SENENTE, qui apportera beaucoup de choses sur la notion du graphisme.

[*]ET LES ANNEES SPECIALES ? SRC commence à devenir une section populaire, mais on se rend compte au fur et à mesure qu’il y a pleins de demandes d’étudiants ayant déjà un diplôme Bac +2 d’informatique, d’art ou de communication. Il s’agit donc de faire passer le DUT SRC en un an pour ces étudiants. Le seul problème a été la diversification des élèves. En effet, on avait dans la même classe un élève avec un BTS d’informatique avec un autre qui n’avait jamais touché un ordinateur. Le manque de place et de professeurs ne permettra pas la création de petits groupes, mais au final, tout se passera très bien.

[*]UN SURNOM BIEN MERITE

ments et animations auront lieu afin de marquer cette première décennie : clash graphique, concours de photos de musiques… Il y en aura pour tous les goûts !

Dans les premières années, SRC n’avait pas le même bâtiment qu’aujourd’hui : tous les jours, les étudiants rentraient dans le « bunker », comme ils l’avaient surnommé (bâtiment de la médecine préventive, actuellement entre les départements R&T et GACO). D’après certains élèves, ces années étaient assez folkloriques car deux à trois professeurs avec leur groupe étaient dans la même salle, Pour plus d’informations, rendez-vous sans fenêtre et sans matériel. sur notre blog, https://src-projet.pu-pm. univ-fcomte.fr/Blog10ans, et suivez chaque jour l’actualité et le déroulement des événements.

L

[*]DU TALENT ET DE LA BONNE HUMEUR !

Cette année, SRC a 10 ans, et c’est ensemble que nous allons fêter cet événement. En effet, mêlée à la Journée des Anciens prévue le samedi 19 janvier 2008, une journée complète y sera consacrée, et aura pour but de rassembler les anciens SRC et les étudiants actuels. Durant le mois à venir, différents événe-

Céline LAURENT

Le Bâtiment SRC

26

Le

n°6 décembre-janvier _2008


Après SRC

Interview

François Jouffroy Assistant de communication

Ton travail est donc très polyvalent ! Salut François, pourrais-tu te présenter rapidement ? Je m’appelle François Jouffroy, j’ai 31 ans, je viens de la première promotion de SRC. Je suis assistant de communication à l’UTBM à l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard.

En quoi consiste ton métier ? J’ai deux missions principales : -Le web -les événements En fait je suis en charge de l’organisation et de la mise en place des grands événements de l’UTBM : remise des diplômes, inaugurations, assistance sur les colloques du point de vue de l’organisation. Pour le web : Il y a deux ans et demi, alors que je m’occupais des supports de communication de l’UTBM, on m’a proposé de prendre en charge la création du nouveau site web de l’UTBM. Je suis donc reparti de 0 et revenu à mon vrai métier, concepteur de sites web. J’ai donc réalisé le cahier des charges du site. Puis j’ai pris mon bâton de pèlerin et j’ai fait le tour de 20 services de l’UTBM pour définir les besoins utilisateurs. Je suis donc maintenant en charge de la gestion du site internet de l’Université de technologie, mon titre c’est webmaster communication.

Oui en effet, j’organise une remise des diplômes pour 1600 personnes et le lendemain, je lance la campagne de recrutement 2007/2008 sur le web !

Ce genre de travail doit amener beaucoup de pression, ce n’est pas trop difficile de gérer de si gros événements ?

As-tu eu d’autres emplois avant le poste d’assistant de communication ? Oui, j’ai aussi été enseignant en Technologie de l’Information et de la Communication (TIC) dans un Diplôme Universitaire en communication et marketing sportif. C’était des sportifs en reconversion, j’avais 20 h de cours de stratégie web à faire.

« L’événementiel peut se résumer par ces

En fait, la pression est constante, mots clefs : sens pratique, dynamisme et tant du coté des échéances enthousiasme [...] et le plus important : web que sur les événements. planification ! » Cependant, la pression est un moyen pour me faire avancer. Après, il faut Je me suis alors intéressé à fond aux savoir lever le pied de temps en temps politiques marketing des clubs sportifs... mais je ne sais pas faire ainsi, j’ai besoin un domaine que je ne connaissais pas de stress pour avancer... Mais j’ai bien avant. En fait, 4 ans après SRC, mon peur qu’en choisissant la communication entreprise m’a financé une licence en institutionnelle et événementielle, ce soit formation continue en sciences de souvent le cas... l’information et de la communication à Montpellier 3. C’est une formation En tous cas, l’événementiel peut se orientée communication internet et résumer par ces mots clefs qui sont en fait nouveaux medias. les qualités nécessaires pour faire ce genre de travail : sens pratique, dynamisme et enthousiasme, anticipation, écoute, et le Est-ce que le cours communication, plus important : planification ! enseigné en SRC, t’as été utile pour ton L’organisation c’est primordial comme le sens pratique ! Par exemple, comment trouver au dernier moment, en deux heures, sans budget, 150 mètres de pendillons de théâtre noir ! Bref, c’est un travail passionnant autant que la gestion de projet web. Mais il faut un bon réseau de connaissances et donc savoir rendre service souvent ! De plus, il faut partir du principe que chaque problème a une solution !

travail ?

A fond ! Même si j’avais l’impression que c’était loin de mes préoccupations de l’époque. En effet, cela m’a permis de comprendre les mécanismes de communication, mais pour cela, il faut sortir un peu du contexte de la vie quotidienne, avoir une vision plus large.

Et le reste de la formation ? Oui sur toute la partie technique web

n°6 décembre-janvier _2008

Le

27


Après SRC

et infographie, oui c’était les débuts du l’aire urbaine ! web avec le HTML 3, flash 4 et director 6... On n’avait pas encore d’éditeur html Mais n’est ce à l’époque. pas trop difficile Le PHP n’existait pas...quand on voit le web actuel avec les CMS de folie, flickr et le web 2.0 ça calme. Et le JAVA, on ne savait même pas à quoi cela allait pouvoir servir !

Tu as dû donc apprendre tous ces nouveaux langages sur le tas ? En fait, non. Je suis devenu chef de projet et donc je connaissais uniquement les principales technologies que je souhaitait mettre en œuvre. Ensuite, dix ans après le 100 % technique, je suis passé au 80 % stratégique et au 20% technique.

Mais au fait, pourquoi as-tu choisi ce domaine d’activité ? J’ai choisi la communication pour le coté mise en relation des gens. En fait, mon travail est une interface entre ceux qui parlent le binaire et ceux qui sont sur des concepts de communication. Je joue le rôle d’intermédiaire. En plus, j’ai la chance de bosser avec des étudiants (à l’UTBM 2200 étudiants) et c’est que du bonheur : on a lancé le FF1J il y a deux ans, on bosse sur le FIMU pour la vidéo.

de gérer des équipes de cette importance ? Là encore c’est une histoire de bon sens et surtout il faut être bien entouré, par des gens qui en veulent et qui ne sont pas là par hasard, mais c’est pas évident quand même : en 2007 pour le première réunion de briefing communication du festival, il y avait du monde autour de la table et chacun un rôle précis, alors c’était dur à gérer mais super passionnant.

Mais la plus belle récompense du festival pour moi c’est d’imprimer la revue de presse et de montrer que l’événement n’est pas passé inaperçu et « Mon travail est une interface entre ceux que 700 personnes étaient au cinéma le soir des diffusions. qui parlent le binaire et ceux qui sont sur France3 était présent tous les des concepts de communication » jours sur le festival et tous les journalistes appelaient pour trouver et suivre des équipes, là aussi Quel est ton rôle dans ce genre de c’est très speed mais super sympa.

projet ?

Je réalise le plan de communication, je mets au point les supports (dossiers, site web..) avec l’aide d’un graphiste et d’une webmaster, je gère la partie presse et pendant le festival je coordonne l’équipe communication : 25 personnes (blogueurs, photographes, making of, attachée de presse...) . C’est énormément de travail avant le festival, en équipe de pilotage ; quelques jours avant, c’est le feu! Il faut monter l’équipe la diriger. En tous cas, je suis bien content de cet événement qui rassemble toutes les compétences étudiantes de

28

Le

n°6 décembre-janvier _2008

D’ailleurs, les 1,2,3 et 4 mai 2008 , pour passer un message aux étudiants de SRC, on compte sur vous pour venir bloguer cette 3ème édition !

En fait les Scouts et guides de France nous ont demandé d’être les réalisateurs du JT lors de leur plus gros événement pour les 12-14 ans. Il y avait 27 reportages à monter et réaliser en 3 jours, compilés dans 3 journaux tv avec un plateau en public pour le lancement des reportages à faire tous les midis. On a fait les 3/8 et ceux qui finissaient les montages à 7h,

« Je pense que chaque événement est un défi et j’adore relever de nouveaux défis ! »

Tu peux me parler des autres gros projets auxquels t’as participé ? J’ai eu l’occasion de réaliser journal TV lors d’un rassemblement de jeunes en 2006, on devait faire un journal de 15 minutes par jour et diffuser le soir devant 17000 jeunes ! Avec un plateau le midi ! 20 membres du club vidéo !

en allant se coucher, croisaient ceux qui qui se levaient pour aller tourner. Une ambiance de malade, une solidarité de tous les instants et une aventure humaine «surhumaine» : on avait 20 M3 de matériel à transporter Paris , 3 jours temps plein pour le montage des plannings de tournage , 25 h de films , 6 stations de montage, 5 caméras, 1 Km de câble et une grue pour les plateaux.


Après SRC C’était vraiment fou et un peu fatiguant sur la fin où j’ai mis une journée pour rentrer de Paris avec mon gros camion et décharger le matériel... !

année. Tout le monde se prend pour des graphistes et le niveau graphique de communication a beaucoup baissé.

Le côté aventure humaine a l’air d’être la partie de ton travail qui te tiens le plus à cœur, non ?

Au niveau agence, il n’en reste plus qu’une à Montbéliard. Pour ce qui est des métiers du web, il y a eu beaucoup de modifications dans les métiers du web, les développeurs sont très pointus maintenant et sont souvent ingénieurs.

Oui! car dans chaque événement et chaque projet dans lesquels je bosse, il y a beaucoup de personnes impliquées et c’est un véritable paramètre qu’il faut prendre en compte. C’est à mon sens la variable la plus importante a considérer . Je pense que chaque événement est un défi et j’adore relever de nouveaux défis ! Ce sont en fait mes moteurs !

Justement, penses tu que les métiers du web ont un bon avenir devant eux ?

Est-ce que les métiers du web ont ce caractère aussi éphémère ?

Je suis reparti sur le ff1J troisième édition... et mon prochain projet.... Mon mariage en juillet... un vrai projet de vie !

Non, il faut à mon sens savoir rebondir, les SRC doivent apprendre à être chef de projet.

Félicitation ! Et quels sont tes autres perspectives d’avenir ?

Tu aurais un conseil à leur donner ?

Bien soit travailler plus dans les domaines de la culture, organisation d’événements culturels, soit continuer à organiser et suivre des projets dans les domaines de la communication on ou off line.

Spécialisez vous dans un domaine, mais ouvrez vous à tout ce qui vous entoure, culture, technologie, et travaillez en équipe !

Mais au fait, tu as trouvé un travail directement en sortant de SRC ?

Avec le recul, tu en penses quoi de tes années SRC ?

Oui, suite à mon stage j’ai signé direct en agence puis après je suis parti à l’UTBM.

Génial, une formation de base de qualité, un vrai tremplin pour la vie professionnelle.

Tu peux me parler un peu de ton stage ? Oui en fait en src ma passion, c’était le Cdrom et en arrivant en stage j’ai fait que du web et de la veille technologique, sur le référencement principalement. L’avantage de l’agence, c’est que j’y ai appris beaucoup sur la communication, l’infographie et la relation client. J’étais dans l’agence Creaphic, on était 12 employés. Creaphic a fermé cette

« SRC. Génial, une formation de base de qualité, un vrai tremplin pour la vie professionnelle »

Maintenant j’ai l’impression que les entreprises ont compris qu’un site ne dure que 3 ans... avant ce n était pas le cas, ils pensaient qu’un site était gravé dans le marbre.

Et, en ce moment, as-tu un projet en cours ?

en 1ere année : Daniel Mercier et Bruno Viezzi et le reste était des professionnels. On a été 52 au début et 40 en deuxième année, beaucoup sont partis en cours d’année.

Bon allez, le mot de la fin, un petit message pour les étudiants ? Le réseau des diplômés est une force n’hésitez pas à faire appel à eux et bien sur rendez vous en mai au FF1J !

Merci François, bonne continuation !

Pas de regrets ? Non aucun, même si c’était folklo la première année ! On campait dans le bunker (l’ancien vestiaire du stade d’athlétisme) en face de R&T. On ne savait jamais où on avait cours, les cours étaient dans la cafeteria de l’époque.

Propos recueillis par : Maxime Febvet

On avait seulement deux enseignants

n°6 décembre-janvier _2008

Le

29


Après SRC

30

Le

n°6 décembre-janvier _2008


Loisirs / détente

L’oeil du photographe Le Trombinoscope !!!!!

[SRC 1] *

*[SRC 2] n°6 décembre-janvier _2008

Le

31


[Le frigo] numero 6  

6ème numéro du magazine universitaire de Belfort - Montbéliard

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you