Issuu on Google+

LE

Numéro 4

Les nouvelles fraîches d’ DUT Services et Réseaux de Communication IUT Belfort-Montbéliard

Cet été, détendez-vous ! Cinéma, musique, jeux vidéo...

Mathieu Collé Cap sur les Gobelins !

Télévision HD Le futur est déjà là

Couverture : Tokkun Studio

Devenir infographiste :

Un maître mot, l’imagination ��� ������� �� ���

�����������

Produit le 1er juin 2007, à consommer tout l’été ! Télécharger le magazine : srcmontbeliard.com/mag


Editorial

Le Frigo n°4 été 2007 bimestriel Directeur de publication : Philippe Pracht Comité de rédaction : Jean-Claude Domenget Rédacteur en chef : Nicolas Tarier (gamersfrance@hotmail.com) Maxime Febvet (adjoint) (vokalz@hotmail.fr) Ont collaboré à ce numéro : Antoine Arnoux, Thomas Balland, Pierre-Alain Besançon, Emilie Boulet, Mathieu Claudel, Mathieu Collé, Nicolas Come, Lisa Demortain, Alexandre Donzé, Fatemeh Farajmandi, Maxime Febvet, Benoit Ferrière, Jessica Fiat, David Froidevaux, Mikaël Geljic, Gwenn Guihal, Jeremy Guillois, Pierre Klein, Benoit Letondor, Cédric Nirousset, Xavier Petiaux, Quentin Petitjean, Clémentine Poivey, Samuel Rollier, Ioan Roxin, Xavier Senente, Nicolas Tarier, Julien Verdy, Maxime Viargues, Olivier Vuillemenot, les étudiants de Middlesbrough. Maquettistes : Sandra Leboeuf (ask_maxwell@hotmail.com) Jessica Fiat, Mickael Jombart, Céline Laurent, Jérémie Schmitt, Nicolas Tarier Photos : Emilie Boulet, Damien Jordan, Alexis Lepanot, Cédric Nirousset, Pascal Richon Impression :

éDITO Paradoxalement, alors qu’approchent les vacances et un repos bien mérité pour tous les étudiants, il n’y aura jamais eu autant d’activité sur le pôle universitaire et dans toute l’aire urbaine d’ailleurs. Commençons par un bref retour en arrière si vous me le permettez, avec le doublé Coupe Gambardella – Coupe de France réalisé par le FC Sochaux Montbéliard le 12 Mai dernier. L’équipe a montré un beau football et un bel exemple de solidarité, prouvant que son image de club formateur et familial n’était pas volée. Grâce à ce succès, la moitié de la France sait enfin où Montbéliard se situe ! Du côté du pôle universitaire maintenant, le site de Montbéliard vient d’accueillir le Festival du Film d’Un Jour et y présentait notamment une équipe constituée d’étudiants de première année en Services et Réseaux de Communication. Autre évènement organisé par le pôle, et plus précisément par le département Mesures Physiques : le concours de robots Lego Mindstorms. Tous les détails sur ce concours à la pointe de la technologie sont donnés en page 20. Enfin notre nouvelle équipe de rédaction, prenant la suite des «fondateurs» partis en stage, n’a pas chaumé non plus et vous propose comme d’habitude 32 pages riches en informations, en interviews, en images et en bonus sur le blog… Il ne me reste donc plus qu’à vous souhaitez une bonne lecture (chez vous ou sur la plage) et de bonnes vacances. Nous vous donnons rendez-vous début octobre pour le cinquième numéro. Nicolas Tarier, rédacteur en chef.

Communauté d’Agglomération du Pays de Montbéliard (CAPM)

Agenda Ensemble de Musique interactive Vendredi 15 Juin à 20h30 Au Palot à Montbéliard Dirigé par Jacopo Baboni Schilingi Découvrez l’interaction entre la lutherie traditionnelle (les instruments) et la lutherie électronique (l’ordinateur et les instruments virtuels). Promenade musicale et bal Renaissance Samedi 16 juin à 15h et 18h Par le Département de Musique Ancienne 15h - Concert Promenade autour du Pont Sarrazin : Rendez-vous à la table d’orientation de Vandoncourt (route d’Abbevillers) 18h - Bal Renaissance : Zone de loisirs à Vandoncourt (route du Pont Sarrazin) Concert de clôture Jeudi 28 juin 2007 à 20h30 Au Centre Culturel de Mandeure Interprètes : L’Harmonie de chambre Au programme : Leonard BERNSTEIN – Divertimento, William GROSJEAN - 5 Miniatures, Igor STRAVINSKY - Symphonies d’instruments à vent, Edgard VARÈSE – Intégrales

La Fête du Cinéma 2007 Du dimanche 24 au mardi 26 Juin 2007 aura lieu la fête du cinéma. Le principe est identique aux précédentes éditions : après avoir acheté un billet au prix fort, le spectateur peut ensuite aller voir autant de films qu’il le désire à un tarif très fortement réduit. L’occasion de vous laissez tenter par des productions que vous n’iriez pas voir en temps normal ou par les suites très attendues de blockbusters hollywoodiens tel que Shrek 3, Ocean 13 ou La Colinne a des Yeux 2. Les Eurockéennes 2007 Comme chaque année, les Eurockéennes de Belfort auront lieu durant le dernier week-end de Juin. La presqu’île du Malsaucy devrait accueillir plus de 90 000 visiteurs du vendredi 29 Juin au dimanche 1er Juillet. La programmation (très éclectique) de cette nouvelle édition est détaillée page 17.

n°4 été _2007

Le

3


Actualité

Sochaux dans l’histoire Il est rare que nous abordions l’actualité sportive dans le magazine mais cette fois nous ne pouvions pas y échapper. Comment ne pas parler du fabuleux doublé Coupe Gambardella – Coupe de France réalisé par le FC Sochaux Montbéliard le 12 Mai. Des milliers de supporters du club avaient fait le déplacement à Paris, d’autres au parking du stade Bonal pour suivre le match sur écran géant, tandis que d’autres encore avaient préféré le confort de leur canapé. Pendant plusieurs heures notre cœur a vibré au rythme des jaunes et bleus. Deux matchs totalement fous prouvant la qualité du jeu sochalien et de son centre de formation. Cela faisait 70 ans que le club n’avait pas remporté la Coupe de France et la fête n’en a été que plus intense. Acclamés par 20 000 personnes au stade de France, les joueurs furent également accueillis en héros à l’aérodrome de Courcelles le lendemain vers 17h30. Après une longue parade en bus, les sochaliens tentèrent de fêter le sacre au stade Bonal mais des discours politique inutiles et critiques envers l’entraîneur Alain Perrin vinrent gâcher la soirée. Cela restera quand même comme un moment historique et inoubliable pour tous les fans de football et du club.

La caravane des entrepreneurs Le 8 juin prochain aura lieu à Belfort, place Corbis, un évènement qui devrait en intéresser plus d’un. La Caravane des Entrepreneurs a pour objectif d’aider et d’informer les jeunes entrepreneurs, étudiants ou revendeurs qui ont pour projet de créer ou de revendre leur entreprise. Le visiteur, après un court diagnostic, se voit orienté vers des experts afin d’y obtenir des conseils personnalisés. Plusieurs conférences auront lieu et un espace d’autoformation (avec 130 formations enregistrées en vidéo interactive) permettra aux visiteurs qui veulent se former sur des sujets pointus (diagnostiquer l’entreprise, négocier l’entreprise…), de bénéficier d’une réponse professionnelle. En complément, les formations sur la création d’entreprises permettront de former les créateurs qui visitent la Caravane des Entrepreneurs.

4

Le

n°4 été _2007

La TV Locale poursuit son développement L’omniprésence de la télévision par satellite dans les foyers, couplée à l’essor de la TNT et au boom de la télévision par ADSL a dors et déjà poussé plusieurs régions à s’offrir une télévision locale. L’aire urbaine devrait prochainement en faire de même. L’association de préfiguration de la télévision locale Aire urbaine – réseau métropolitain Rhin-Rhône œuvre actuellement pour la mise en place d’une chaîne de télévision qui offrirait des programmes plus proches des citoyens, en couvrant notamment les nombreux évènements sportifs et culturels locaux ainsi que l’actualité. Rappelons que l’Aire urbaine propose de nombreuses formations dans l’audiovisuel et le multimédia et le pôle multimédia (Numerica) est actuellement en pleine extension. L’association tente de réunir tous les acteurs capables de porter haut le projet et ce, quelque soit le support audiovisuel de diffusion (aussi bien sur le réseau hertzien que sur internet). Cette télévision locale devrait ciblée au final plus de 300 000 foyers de l’Aire urbaine.


Sommaire

03

Edito

04

Actualité

06

Interview Benoit Ferrière

Un discours clair et sans détour sur la réalité du secteur de l’infographie...

Graphisme 09

La chronique de Xavier Senente

10

Expo Le 10 Neuf

11

Illustration

12

Tutoriel Création

Colorisation par ordinateur

Technologie 13

Actualité informatique

14

Dossier TV HD

15

Tutoriel PHP

16

Les Flux RSS

Pôle universitaire 20

Concours Lego Mindstorms

21

Etudiants internationaux

22

Les projets en PSM

23

Festival du Film d’un Jour

Interview de Fatemeh Farajmandi

La vie en SRC 24

Les projets en SRC

25

Stages des étudiants en deuxième année

Après SRC 26

Etudier à Middlesbrough

27

Interview de Mathieu Collé - Gobelins

Chronique culturelle Loisirs/Détente 17

Eurockéennes (programmation)

18

Cinéma : Cet été, sortez !

19

Jeux vidéo

Motorstorm, Virtua Tennis...

30

Vis ma vie en SRC

BD

31

L’œil du photographe

Les détails

n°4 été _2007

Le

5


Le dossier du mois

Benoît Ferrière

un discours clair et sans détour sur la réalité du secteur de l’infographie… Tout d’abord peux-tu te présenter ? Je m’appelle Benoit FERRIERE, je suis co-gérant et directeur artistique de la société de prestations de services dans le multimédia TOKKUN STUDIO.

Peux-tu décrire ton cursus scolaire, notamment tes études post-bac ? A qui conseilleraistu les formations que tu as suivies ? Qu’est ce qu’elles t’ont apporté à titre personnel ? Mon cursus est à la fois classique et original, j’ai suivi toute ma scolarité dans la voie scientifique, une 1ère MPI – Mesure Physique et Informatique, puis un Bac Sciences de l’ingénieur obtenant donc un diplôme en Génie Mécanique et en Génie Electronique. J’étais évidemment déjà totalement passionné par le graphisme et le multimédia mais j’ai préféré ne me fermer aucune porte et obtenir un Bac le plus généraliste et le plus poussé possible en cas de reconversion et pour montrer mon sérieux. J’ai ensuite effectué une formation longue en école supérieure 2D/3D (Aries à Annecy) pour obtenir les compétences et les diplômes qui m’étaient nécessaires. A titre personnel, cette formation m’a apporté plusieurs choses. Tout d’abord la possibilité d’aborder l’ensemble des techniques du multimédia (programmation, graphisme 2D, graphisme 3D, animation, son, conception internet, édition, maquettisme, etc.) dont de nombreux domaines m’étaient totalement inconnus. Mais également de voir que les personnes, attendant qu’on leur mette tout dans la bouche et qui croient tout ce qu’on leur dit, se plantent royalement. Le problème des écoles privées est que

6

Le

n°4 été _2007

souvent le niveau des professeurs est très limité, et qu’ils n’hésitent pas à encenser les élèves en leur faisant miroiter des talents qu’ils n’ont pas. Mais bon à 10 000 €uros l’année, il ne vaut mieux pas contrarier les élèves, n’est-ce-pas ? J’avoue être assez aigri par cette formation, même si elle m’a appris à utiliser de nombreux logiciels. Je suis tout de même très heureux du fait que je connaissais déjà très bien l’industrie dans laquelle je me lançais avant d’intégrer cette école. Cela m’a permis de tisser mon réseau de contacts et de trouver de nouveaux contrats en tant que graphiste 2D/3D indépendant. La leçon est donc simple, le milieu est mille fois plus bouché et élitiste que les écoles le font croire, et seuls les meilleurs des meilleurs pourront rivaliser avec les graphistes et les grosses boîtes qui se sont imposées depuis des années.

Comment et quand t’es-tu découvert une passion pour l’infographie, les métiers du multimédia, etc ? En fait assez rapidement, à 3 ans j’ai eu mon premier ATARI, achat de travail pour mon père, qui est vite devenu le terrain de jeu de mes frères et de moi-même. Et très rapidement j’ai commencé à vouloir comprendre comment on réalisait les produits auxquels je

jouais. J’ai donc découvert le milieu de la programmation et du graphisme. Etant totalement nul en maths et en physique, et n’arrivant pas à survivre le fait qu’une seule petite virgule foute en l’air 200 000 lignes de codes tapées pendant 1 mois, j’ai très rapidement abandonné l’idée d’être le nouveau Michel-Ange du binaire. Je me suis donc lancé dans le graphisme. Et là j’ai compris ma passion. Cet incroyable potentiel imaginaire et ludique que procure l’infographie tant en 2D qu’en 3D m’a fait voyager. J’ai donc commencé à dévorer des recueils d’arts, des BD, des mangas, des arts books, des dizaines de milliers de sites de graphistes... et là j’en étais sûr, il fallait qu’un jour je devienne moi aussi graphiste. Des personnes comme Boudin, Monet, Craig Mullins, Sparth, Ryan Church, Vyle, m’ont tellement fais rêver que je ne pouvais plus décrocher. L’ensemble de mon temps libre servait à comprendre au mieux une à une toutes les techniques du graphisme. Le dessin, le design, l’architecture, la 3D, le maquettisme, l’animation, la peinture, internet... je

Benoit Ferrière

...


Benoit Ferrière

Le dossier du mois

...

voulais tout comprendre et tout maîtriser. Je savais que cela me prendrait plus qu’une vie mais j’ai décidé tout de même de faire au mieux et de tenter un maximum de technique. Et à un certain niveau, l’on découvre qu’on peut rapprocher ces mêmes techniques pour encore améliorer son travail. Et on continue encore à travailler pour sans cesse atteindre un niveau moins mauvais.

Quelles sont, d’après toi, les principales qualités que doit développer un infographiste ? Il faut être vraiment beaucoup plus motivé que dans la plupart des métiers, car c’est un domaine extrêmement dur professionnellement (il y a déjà des milliers de grands professionnels au chômage, donc il est dur pour les graphistes junior de trouver quelque chose), mais également mentalement. Car il faut sans cesse s’améliorer, et de nouvelles techniques apparaissent, et il faut les maîtriser pour suivre les besoins du marché. C’est tout l’intérêt et toute la difficulté du secteur, son éternelle évolution.

Il faut donc être motivé, ultra curieux et très imaginatif.

Tu t’es lancé dans le grand bain en lançant la société Tokkun Studio récemment. Depuis quand souhaitais-tu fonder un studio ? Quelles sont les principales difficultés rencontrées dans la création d’une société en France ? J’ai toujours voulu créer ma propre structure, c’était une sorte de rêve de gosse. Mais je savais qu’il me fallait d’abord des études et une bonne expérience professionnelle pour comprendre la chaîne de production complète de l’industrie du multimédia et du jeu vidéo. Les principales difficultés étaient au niveau administratif et financier. Il faut énormément d’argent et énormément de temps et d’acharnement pour ne seraitce que passer le cap de l’ouverture de la société. Et encore plus pour démarrer et ne pas faire un effet pétard mouillé.

Peux-tu nous parler plus en détails de ton poste, rôle au sein de la société ? C’est assez complexe. Je suis secrétaire, hotline, commercial, chef de projet, game designer, graphiste 2D/3D, manager... Mon rôle est multicasquettes et nécessaire pour une équipe de plus de 50 personnes. Disons que je suis principalement graphiste, chef de projet et directeur artistique. Je suis donc créatif, exécutant et gérant.

Depuis la mi-mai, les internautes peuvent découvrir la version beta de Lovetreez sur le site Lovetreez.com. Ce jeu en flash vous met dans la peau d’un jardinier qui devra quotidiennement arroser son arbre, arracher les mauvaises herbes, mettre de l’insecticide, etc. Le but étant bien évidemment d’avoir l’arbre le plus beau. Vous aurez notamment à votre disposition des plantes ou autres barrières ayant des capacités intéressantes, tel que réduire le nombre de mauvaises herbes poussant dans votre jardin. Doté d’un concept accrocheur et d’un univers mignon et coloré, ce jeu s’étoffera prochainement avec la sortie de la version finale.

Peux-tu nous présenter certains des projets que tu as réalisés ces derniers mois ?

réalisé un jeu pour enfant (Le monde des ronrons) ayant un très bon accueil dans la presse. Nous sommes également en train de lancer 3 nouveaux projets de grandes ampleurs : Mininaka – Une licence de RTS (jeu de stratégie en temps réel) totalement original qui débarquera sur PC (en premier lieu). GD Community – Une énorme plateforme internet consacrée aux professionnels du jeu vidéo et du graphisme. Love Treez - voir encadré

On entend dire chaque jour que le secteur de l’informatique est bouché et que la concurrence est rude. Quel est ton avis sur le sujet ? En fait il y a 4 choses à bien prendre en compte. Il y a ceux qui font des sites dit « budget » ou « cheap » (en gros très mauvais) mais

Il y a eu GAME DEVELOPMENT MAGAZINE, un gros chantier mené à 4 pour la réalisation d’un magazine sur les coulisses professionnelles du jeu vidéo. Tout le monde nous dénigrait, ils ont eu tord, le magazine est sortie et a très bien marché. Il y eu également de nombreux projets de sous-traitance dans le jeu vidéo sur PC, PS2, DS, etc. A noter que nous avons même

Benoit Ferrière n°4 été _2007

Le

... 7


Le dossier du mois Benoit Ferrière

...

en grande quantité et pour tout type de client. Eux s’en sortent pas mal à coup de commerciaux violents et acharnés qui arrivent à trouver de nombreux sites à réaliser tous les jours, mais le travail est totalement inintéressant, il s’agit de sujets bas de gamme, mal payés, et à la chaine. Il y a les boîtes qui se sont déjà imposées dans le milieu du cinéma, de la télé, du net, etc. qui, elles, cartonnent, et font des projets de grandes envergures, avec des graphistes et des employés

de très haut niveau, ayant beaucoup d’expérience (10-20 ans). C’est l’élitisme du secteur, une qualité maximale, mais donc totalement bloquée pour les juniors. Ensuite, il y a ceux qui essaient de percer pour s’imposer et rattraper ceux énon-

cés juste auparavant. C’est souvent très difficile et pas mal se cassent les dents. Et enfin ceux qui voient « petits » avec des projets à échelle humaine (petite équipe de 5-8 personnes) et qui réalisent des projets à caractère commerciaux évident, et qui permettent de survivre et de monter petit à petit les échelons. C’est la méthode de la sécurité et de la sagesse. Pour résumer l’élite cartonne (les graphistes/programmeurs/musiciens seniors de renom), les juniors travaillent souvent à la chaine dans des emplois d’exécutants barbants mais qui leurs permettent d’obtenir de l’expérience, certains tentent l’aventure avec des grands projets avec le risque de s’endetter, et enfin certains jouent la sécurité et commencent par des projets pas forcément super intéressants mais qui ont au moins le mérite d’exister. Le milieu est donc facile pour les personnes imposées, qui gagnent très bien leur vie. Mais risqué pour les juniors, qui devront soit tenter le tout pour le tout, soit aller à « l’usine du graphisme » soit jouer la sécurité. La conclusion est donc difficile, mais nullement impossible, et avec du talent et du travail, on peut très vite (disons en 4/5 ans) monter vers les personnes imposées avec de gros salaires.

Pour finir, un petit message à passer à tout ceux qui rêvent de percer dans le secteur du multimédia ? Personnellement je n’ai trouvé aucun autre secteur laissant une telle part à l’imagination et à l’originalité, sans compter le plaisir jouissif des projets aboutis. Qui y a t’il de mieux que d’imaginer un univers, de commencer en esquissant les personnages et les bâtiments, puis en les détaillants, en les modélisants en 3D, puis en les animants, en leur donnant une voix, des attitudes, des caractères, pour enfin créer toute une aventure... et voir vivre votre propre pensée !!! Voir les autres jouer à votre propre jeu, lire votre magazine, naviguer dans vos sites, et pouvoir le faire vous même !!! Il n’y a rien de mieux ! Et pouvoir créer dans une synergie complète au milieu des autres graphistes de votre équipe, c’est incomparable. Votre travail, votre imagination, et le caractère réalisable de vos créations sont les uniques limites ! Presque TOUT est possible.

Merci beaucoup d’avoir répondu à cette interview. Merci beaucoup, c’était avec grand plaisir :)

Interview réalisée par Nicolas Tarier

8

Le

n°4 été _2007


Graphisme

Graphisme La chronique de Xavier Senente

Sélection De sites

Régulièrement, par le biais de mails, du forum ou de mon blog, je reçois des nouvelles d’anciens étudiants. Certains travaillent, d’autres poursuivent leurs études, d’autres encore se sont installés au Canada après leur stage ; le contact qu’entretiennent aujourd’hui certains de ces anciens étudiants avec la “communauté SRC” (étudiante et enseignante) me touche beaucoup. L’affiche pour la promotion du département PSM (Produits & Services Multimédia) que vous trouverez dans cette rubrique est le fruit du travail de Mathieu CLAUDEL ; ancien étudiant SRC, il pour-

suit actuellement ses études en Licence professionnelle à Nancy. Vous découvrirez d’autres de ces travaux à l’adresse suivante : http://www.krystalic.com/

ter que la seconde édition du Festival du Film d’un Jour vient de se terminer. Son jury était présidé cette année par Michel Muller. Rendez-vous à cette adresse pour plus d’informations : http://ae.utbm.fr/ Au sommaire de cette rubrique éga- ff1j/2007/v2 lement, l’exposition du dix neuf (“Orthodoxes-hétérodoxes : choisir sa ligne”) qui Bonne lecture à tous propose un éventail d’approches sur la question de la ligne et du linéaire dans Xavier SENENTE enseignant graphiste du département SRC[*]média l’art des 20e et 21e siècles. Concernant l’actualité du 7ème art, outre le festival de Cannes, il est à no-

Desktopography

(http://www.desktopography.net) Depuis sa création en 2005, ce site propose de découvrir chaque année une collection de sublimes fonds d’écran autour du thème de la nature. On trouve déjà 75 réalisations d’artistes du monde entier offrant des visions différentes, étonnantes et très élaborées de la nature. A l’heure où l’écologie est au centre des débats, voici un site à voir.

Shane Seminole Mielke Portfolio

(http://www.shanemielke.com)

Shane Seminole Mielke est un graphiste très talentueux travaillant en permanence avec quelques uns des plus célèbres studios graphiques mondiaux (dont 2advanced présenté dans le dernier numéro) et sur des sites à portée internationale (Ford, Lexus, Mazda, Nintendo, O’Neill, Sony, Electronic Arts, Microsoft…) Auteur de multiples ouvrages et conférences sur le graphisme, Shane a reçu plusieurs dizaines d’awards. Sa créativité n’a d’égale que sa renommée.

n°4 été _2007

Le

9


Graphisme

En savoir plus : Le 10-neuf, Centre Régional d’Art contemporain, 19, avenue des alliés 25200 Montbéliard Du mardi au samedi : 14h-18h, dimanche 15h-18h. Tél : 03 81 94 43 58 www.le-dix-neuf.asso.fr

Orthodoxes / hétérodoxes : choisir sa ligne Expositions ouvertes jusqu’au 17 juin.

Wall drawing (Sol Lewitt)

Réactualisée à chaque nouvelle exposition, l’œuvre de Lewitt nous rappelle, un peu à sa manière, une partition musicale que l’on pourrait interpréter Ni mur ni toile : des librement. Ni mur ni vraiment toile les surfaces deviennent presque théoriques. Elles ne sont plus que suggérées, plus surfaces théoriques. que murmurées. Tous ces traits tendent à s’abstraire et ne se concrétisent, pourrait-on dire, que de façon transitoire, réduit au seuls paramètres de la hauteur et de la largeur.

Crash crash (Leni Hoffman)

Une remise en question profonde de l’espace. Voila ce que représentent les interventions architecturales de Leni Hoffman. Mais seulement, plus rien ne distingue décoration et art muséal hermétique. C’est également une interprétation directe de la Modernité. Il s’agit d’une simultanéité de discontinu, d’une temporaire dynamisation des mutuelles des lieux.

Beto de Volder

« Je ne cherche rien, bien au contraire je me perds dans une ligne ou dans deux. Je me réjouis dans la ligne qui est sensuelle et je me laisse séduire par elle. J’hésite. J’hésite tout le temps, constamment, le dessin se dévelop« Je me laisse séduire pe en tourbillon duquel naissent des par les lignes.» formes, des trous. Je vois des fragments d’un monde que j’essaie de découvrir et de partager avec un autre. Faisant face à une nouvelle feuille de papier ou morceau de bois je me perds de nouveau dans le plaisir de dessiner. » Xavier Pétiaux

10

Le

n°4 été _2007


Mathieu Claudel www.krystalis.com


Graphisme

Tutoriel Photoshop

Colorier un contour de dessin avec Photoshop, un tutoriel écrit par Olivier Vuillemenot.

# 01 : L’encrage Si vous n’avez pas fait votre dessin au crayon bleu, scannez-le et imprimez-le en bleu avant de passer à l’encrage. Le bleu ne sera pas prit en compte par le scanner ou sinon il pourra être corrigé. Vous pouvez aussi dessiner directement à la tablette graphique : faites votre croquis en bleu dans une image suffisamment grande (1500x1500px ou plus) puis réduisez l’opacité du calque à 25%. Créez un nouveau calque, zoomez de très près et commencez à faire le contour en noir avec un pinceau de petite taille (fig. 1). Il est important de savoir que la couleur ne corrige pas les défauts du dessin. Ils seront mis en évidence, alors prenez le temps de bien travailler les contours ! Fig. 1

# 02 : Numérisation

# 03 : Réglages

Commencez par différencier les éléments principaux de votre dessin qui auront des couleurs différentes, comme les cheveux, la peau , etc. On appliquera un applat de couleur à chacun d’entre eux, sur un calque différent à chaque Fig. 3 fois. Mettez tous les calques de couleur en mode «produit», ainsi le contour sera toujours par-dessus la couleur (fig.3). Pour les applats, vous avez le choix : au pinceau ou avec la plume.

Réglez les niveaux ou la courbe (Image>Réglages>...) pour ajuster le contraste noir/blanc et nettoyer les blancs, puis créez un calque entièrement blanc que vous laisserez en dessous de celui de votre contour, afin d’éviter les effets de transparence à l’avenir (fig.2).

Fig. 2

Ouvrez Photoshop et allez dans «Fichier>Importation> (nom du scanner)». Numérisez-le avec une résolution de 300 dpi au minimum et en mode «niveaux de gris». Une fois votre dessin numérisé, sauvegardez-le au format TIFF. Ce format conserve vos calques, vous permet d’utiliser votre fichier dans d’autres logiciels (Painter...) et vous pourrez visualiser votre fichier sans ouvrir Photoshop (contrairement aux fichiers PSD). (Note : choisir un algorithme de compression réduit la taille du fichier sans en diminuer la qualité, mais l’afficher prendra plus de temps).

# 04 : Applats

Fig. 4

# 05 : Coloriage Activez le verrouillage de la transparence (fig.7) pour pouvoir colorier sans déborder sur les autres calques. Fig. 7 Réduire la dureté du pinceau ainsi que l’opacité et le fond permet de travailler aisément des couleurs nuancées (fig. 8)

Avec cette dernière, en mode «tracés» (fig.4), détourez les zones où appliquer une couleur, faites ensuite un clic droit sur «définir une sélection» (fig.5), puis remplissez cette zone avec ALT + RETOUR ARRIERE (couleur de 1° plan) ou CTRL + RETOUR ARRIERE (couleur d’arrière plan) (fig.6).

Fig. 5 Fig. 8 Pour ajouter un fond autre que blanc sans qu’il superpose les calques «produits», selectionnez-le puis maintenez CTRL+SHIFT et cliquez sur chacun des calques de couleur et faites SUPPR (fig.9). N’oubliez pas d’utiliser les raccourcis Photoshop ! Fig. 9

12

Le

n°4 été _2007

Fig. 6


Technologie

Actualité technologique ... La Xbox 360 Elite débarque aux US Microsoft a lancé aux Etats-Unis le 29 Avril dernier la Xbox 360 Elite. Pour 479$ (soit 80 de plus que le modèle Premium), on acquiert donc une Xbox 360 de couleur noire (au lieu du blanc habituel) mais surtout dotée d’un port HDMI. Le disque dur passe de 20go à 120go pour combler les américains friands de VoD (video on demand). Le bundle contient également un câble component, un câble HDMI, une manette sans fil noire et un casque microphone pour discuter sur le Xbox Live. On regrette toutefois l’absence d’un récepteur wifi intégré, ce dernier étant toujours proposé à part pour 79 dollars ! La sortie de ce modèle Elite dans nos contrées n’est pas attendue avant la fin de l’année. Nokia épate avec le N95 Année après année, les téléphones portables deviennent de véritables bijoux de technologie. Alors que LG sortait l’année dernière en France le premier mobile intégrant un appareil photo 5 megapixels, Nokia suit son concurrent avec le N95. Le N95 est très clairement le must du téléphone mobile à l’heure actuelle. Son objectif 5 megapixels lui permet de prendre des photos d’excellente qualité et des vidéos tout simplement hallucinantes pour un appareil de 120 grammes : 640x480 à 30 images par seconde ! Il ne manque qu’un zoom optique pour rivaliser avec un véritable caméscope. Basé sur l’excellent système d’exploitation S60 de Nokia, le N95 embarque un GPS, un navigateur web (Nokia Web Browser), un processeur dernier cri permettant l’affichage de jeux en 3D très complexes, un écran 240x320 pouvant afficher jusqu’à 16 millions de couleurs, etc. Il est également capable de lire des fichiers Excel ou Word sans problème et sa mémoire est extensible via les peu onéreuses cartes microSD. Il ne lui manque plus que la DVB-H pour recevoir la télévision et il serait complet. Seul hic son prix : environ 650 euros (sans abonnement) à l’heure actuelle. Adobe CS3 : De nouveaux horizons Au fil des années et des versions, la suite CS (pour Créative suite) de Adobe a su s’imposer et devenir une référence professionnelle pour le multimédia. Soucieux d’offrir toujours plus de possibilités aux développeurs et aux infographistes, Adobe lance en Juillet 2007 la toute nouvelle suite CS3. Les nouveautés La suite CS3 intègre les nouvelles versions de tous les logiciels Adobe : In Design, Photoshop, Illustrator, Flash, Dreamweaver et Acrobat Professional. En plus d’une nouvelle interface utilisateur plus ergonomique et plus agréable, on nous promet une parfaite prise en charge des formats entre les différents logiciels de la marque ainsi que de nouveaux outils toujours plus performants. Les logiciels passés au crible Voici un bref aperçu des nouveautés de chaque logiciel : • Photoshop CS3 : Filtres dynamiques, traitement plus efficace des images brutes, nouveaux outils : Sélection rapide et Améliorer le contour, perfectionnement de l’outil Point de fuite… • Flash CS3 : Importation de fichiers Photoshop et Illustrator, conversion d’animations en code ActionScript, développement en ActionScript 3.0,

DirectX 10 s’installe Ca bouge côté carte graphique ! DirectX 10 vient d’arriver sur le marché et propose une gestion nettement amélioré de l’aliasing (grâce à l’anti-aliasing x16), un shader model qui passe en version 4.0, un rendu de la lumière HDR très puissant et un traitement de haut vol des flux vidéo haute définition. Nvidia semble avoir prit les devant en proposant ses nouvelles cartes graphiques moyenne et haut de gamme : 8800 GTS (300 à 450 euros), 8800 GTX (500 à 750 euros) et 8800 Ultra (750 à 900 euros). Cette dernière impressionne sur le papier avec 768 mo GDDR3 de mémoire, une fréquence de mémoire vidéo à 1080 Mhz (oui oui plus d’un 1 Ghz), une fréquence du chipset à 612 Mhz et une fréquence de processeur de flux à 1.5 Ghz. L’autre géant dans le domaine des cartes graphique, ATI, vient pour sa part de lancer la Radeon HD 2900 XT (350 à 450 euros). Une carte de transition en attendant sa future gamme DX10 capable de concurrencer les 8800 de Nvidia. Cette nouvelle génération de carte graphique compatible DirectX 10 marque la mort définitive des bus AGP au profit des PCI Express et la montée en puissance du SLi, technologie de Nvidia permettant de faire tourner deux cartes graphiques en simultanée.

débogueur avancé… • Illustrator CS3 : Nouveaux outils : Outil Zone de recadrage et outil Gomme, performances d’exécution optimisées… • Dreamweaver CS3 : Vérification de la compatibilité avec les navigateurs, Intégration avec Photoshop et Fireworks, gestion de Spry… • InDesign CS3 : Exportation au format XHTML, nouvelles options et effets artistiques, meilleure prise en charge des documents longs… Différentes versions Adobe commercialisera 4 versions différentes de la suite CS3, adaptés aux besoins de chacun : • CS3 Design : InDesign, Photoshop, Illustrator, Flash, Dreamweaver et Acrobat Professional • CS3 Web : Photoshop, Illustrator, Flash, Dreamweaver, Contribute, Fireworks et Acrobat Professional • CS3 Production : After Effects, Première Pro, Photoshop, Flash, Illustrator et SoundBooth • CS3 Master collection : Regroupe l’ensemble des logiciels des autres éditions Par Benoit Letondor et Nicolas Tarier

n°4 été _2007

Le

13


Technologie

La télévision Haute Définition En raison de la compatibilité du signal diffusé avec l’ensemble des postes TV en exploitation, les technologies de la télévision restent figées pour des années (« effet de parc »).En effet, l’image télévisée n’a guère évolué après le passage à la couleur (avec le standard américain NTSC, en 1954). Notre image SECAM (Séquentiel Couleur A Mémoire) – conçue par Henri de France et diffusée depuis le 1 octobre 1967 – présente une définition standard (SDTV) de 576 lignes par 720 colonnes (0,415 Méga pixels). L’arrivée de la TV Haute Définition (TVHD) a été stimulée par les innovations technologiques réalisées en informatique. Ainsi, l’apparition des écrans plats a permis d’envisager la création de modèles d’écrans de grande taille spéci fi quement dédiés à un usage de télévision. Evidement, afin de conserver la finesse de l’image, l’augmentation de la taille des écrans demande une augmentation du nombre de pixels par image (jusqu’à 2 méga pixels !). D’autre part, la qualité est proche du cinéma : une excellente netteté des images avec un très bon contraste et des couleurs naturelles ; un format de l’image 16/9 (contre 4/3 en SD) ; un son multicanaux (Dolby 5.1) ; une distance de visionnage de trois fois la diagonale (par rapport à 7 fois pour la SD).

Les formats HD Reconnue comme l’avenir incontournable de la TV de demain, la HD peut être caractérisée par trois paramètres : 1) le nombre de lignes : 720 ou 1080 2) la définition temporelle ou la cadence (nombre d’images par seconde) : 24 en cinéma ; 25 pour la télévision européenne; 30 (plus exactement 29.97) aux Etats-Unis 3) le mode d’affichage ou le balayage : progressif (p) ou entrelacé (i). Si en mode progressif (le mode du cinéma) chaque image est une entité, en mode entrelacé chaque image est divisée en deux trames égales : une trame ne contient que la moitié des lignes (paires ou impaires) de l’image et elle dure moitié moins longtemps. Ainsi, la cadence réelle de prise de vues de la télévision est de 50 ou 60 (plus exactement 59.94) trames par seconde Format (type) 720p24 720p25 720p30 720p50 720p60 1080p24 1080p25 1080p30 1080p50 1080p60

14

Le

Taille 1280x720 1280x720 1280x720 1280x720 1280x720 1920x1080 1920x1080 1920x1080 1920x1080 1920x1080

n°4 été _2007

Les formats de production / diffusion HD les plus courants utilisent une définition spatiale de 1280 x 720 pixels (0,9 Mpx) et 1920 x 1080 pixels (2 Mpx, soit 5 fois plus de pixels qu’une image SD). Le format en 720 lignes existe seulement en mode progressif (720p) tandis que le format 1080 lignes existe en mode entrelacé (1080i) et progressif (1080p). Les formats 720p et 1080i sont équivalents en terme de bande passante et de calcul mais ils sont différents en terme de qualité visuelle : le 1080i donne des images de meilleure qualité (à privilégier pour les reportages, comme Discovery Channel) et le 720p donne un meilleur rafraîchissement (préférable pour les chaînes sportives avec un mouvement vifs). Il semble que le 1080i sera le format le plus utilisé en Europe. Tous les éléments de la chaîne vidéo (caméra (HDV), système de réception (DVB-S2, DVB-T ou TNT, DVB-C), interface (HDMI), terminal (HD Ready, Full HD), enregistreur (HD-PVR), support (HD-DVD, Blu-Ray)) doivent satisfaire les exigences de la HD. En conséquence, la TVHD n’est pas un produit mais un nouveau système de production, de transmission et de réception des images télévisées.

HD READY ou FULL HD

(pas de précision pour la résolution horizontale, les pixels pouvant être rectangulaires) • Un format supérieur à 4/3 (14/9, 16/9, 2,35) ; • Une prise DVI ou HDMI compatible avec la protection HDCP (High-bandwidth Digital Content Protection) • L’écran est capable de recevoir en entrée au moins les deux formats européens 720p50Hz et 1080i50Hz. La résolution native des écrans HD-Rady est très souvent 1280 x 768 ou 1366 x 768 ce qui peut donner quelques défauts car les images 720p sont légèrement agrandies avant d’être affichées. Le label HD ready de l’EICTA garanti au consommateur que l’écran est capable d’afficher tous les programmes HD disponibles en Europe avec un gain de qualité minimal par rapport à la SD. D’après SIMAVELEC, en octobre 2006, dans les foyers français il y avait 2,5 millions de téléviseurs HD Ready (10% de foyers équipés). Les ecrans labellisés Full HD respectent les spécifications suivantes : • 1080 lignes et 1920 pixels par lignes ; • Format 16/9 • Au moins une prise HDMI compatible HDCP • L’écran est capable de recevoir tous les signaux HD tels que définis par le SMPTE (Society of Motion Picture and Television Engineers) et l’ITU (International Telecommunications Union).

Concernant les téléviseurs, il faut faire la distinction entre les formats supportés et la résolution native (le nombre de lignes ou de pixels réellement affichés). Ainsi, il y a des téléviseurs qui supportent en général tous les formats TVHD (720p, 1080i), EDTV (480p) ou SDTV (576i) mais leur résolution native est de seulement 1280x720 Comme tous les téléviseurs plats (LCD ou pixels. Autrement dit, ils afficheront le format Plasma) sont à balayage progressif, un téléviseur 720p sans transformation (d’où leur nom « téléviseurs 720p ») mais ils vont sous-échantillonner Full HD (appelé aussi « 1080p ») doit désentrelacer les signaux 1080i et interpoler les signaux le format 1080i. 720p. Malheureusement cela ne suffit pas d’avoir EICTA (European Information & Communica- un téléviseur HD pour recevoir de la HD à la maitions Technology Industry Association) a labellisé son. Dans le prochaine numéro nous parlerons HD Ready les écrans qui respectent les spécifica- de l’interface HDMI - la « prise péritel du 21e siècle », des ofrres HD ainsi que des HD-DVD et tions suivantes : • 720 lignes de résolution verticale minimale Blu-Ray. Images par seconde (ips) 23.976 ips, progressif 25 ips, progressif 29.97 ips, progressif 50 ips, progressif 59.94 ips, progressif 23.976 ips, progressif 25 ips, progressif 29.97 ips, progressif 50 ips, entrelacé 59.94 ips, entrelacé

Adresses web : http://www.hdforum.fr/ http://www.clubhd.org/ http://www.francetelevisions.fr/hd/index.php http://www.telesatellite.com/television-haute-definition/ http://www.hdnumerique.com/ http://www.haute-definition.info/

Ioan Roxin


Technologie

Tutoriel

PHP

Ce tutorial vous apprendra à réaliser automatiquement des pages avec un nombre défini de news ou de messages par page. L’exemple utilisé ici est un livre d’or qui contient 20 messages par pages. <?php // On met dans une variable le nombre de messages qu’on veut par page $nombreDeMessagesParPage = 20; // On récupère le nombre total de messages $retour = mysql_query(‘SELECT COUNT(*) AS nb_messages FROM livreor’); $donnees = mysql_fetch_array($retour); $totalDesMessages = $donnees[‘nb_messages’]; // On calcule le nombre de pages à créer $nombreDePages = ceil($totalDesMessages / $nombreDeMessagesParPage); /*Exemple : si on a 100 messages, et qu’on veut 20 messages par page. On calcule 100 / 20 = 5 pages. Mais s’il y a 102 messages par exemple, 102 / 20 = 5.1 pages ! Or, on ne peut pas avoir 5.1 pages, donc il va falloir créer une sixième page qui ne contiendra que 2 messages. Pour cela, on utilisera la fonction ceil. Elle renvoie le nombre entier supérieur : si on lui donne 5.1, elle va renvoyer 6 !*/

/*Puis on fait une boucle pour écrire les liens vers chacune des pages*/ echo ‘Page : ‘; for ($i = 1 ; $i <= $nombreDePages ; $i++) { echo ‘<a href=»livreor.php?page=’ . $i . ‘»>’ . $i . ‘</a> ‘; /* on réouvre en fait la même page, mais avec un paramètre différent. On va rajouter un ?page=4 par exemple si on veut aller à la page 4. Si la page du livre d’or s’appelle «livreor.php», le lien vers la page 4 sera donc : <a href=»livreor.php?page=4»>4</a>*/ } // Maintenant, on va afficher les messages if (isset($_GET[‘page’])) { $page = $_GET[‘page’]; // On récupère le numéro de la page indiqué dans l’adresse (livreor.php?page=4) } else

// On se met sur la page 1 (par défaut) } // On calcule le numéro du premier message qu’on prend pour le LIMIT de MySQL $premierMessageAafficher = ($page - 1) * $nombreDeMessagesParPage; $reponse = mysql_query(‘SELECT * FROM livreor ORDER BY id DESC LIMIT ‘ . $premierMessageAafficher . ‘, ‘ . $nombreDeMessagesParPage); while ($donnees array($reponse)) {

=

mysql_fetch_

//Vous mettez ici les données de votre bases de données que vous voulez afficher echo ‘<p><strong>’ . $donnees[‘pseudo’] . ‘</ strong> a écrit :<br />’ . $donnees[‘message’] . ‘</p>’; } ?> Julien Verdy

// La variable n’existe pas, c’est la première fois qu’on charge la page { $page = 1;

n°4 été _2007

Le

15


Technologie

Flux

RSS

Aujourd’hui le web évolue très vite, avec du contenu informatif en perpétuel changement. Le problème est simple : comment rester au courant rapidement d’une telle source d’informations ? Le RSS arrive ici pour nous permettre de « syndiquer » le contenu d’un site qui propose un flux RSS.

est publié, il est ajouté au flux RSS, et les abonnés seront informés par leur agrégateur (cf plus bas) qu’un nouvel article est disponible et pourront le lire d’un simple clic, si celui-ci l’intéresse.

RSS-2.0.html traduction française). La plupart du temps, ce fichier XML sera généré dynamiquement par un script PHP. Evidemment, les articles seront triés par ordre décroissante, et on y

Avec le RSS, ce n’est plus nous qui allons à l’information, mais c’est l’information qui vient à nous !

incluera qu’une dizaine d’articles.

RSS peut signifier différentes choses : Really Simple Syndication (« souscription vraiment simple ») ou de Rich Site Summary (« sommaire développé de site »). Derrière ces termes anglais pas forcément très explicite, il se cache un mécanisme très simple d’utilisation et en pleine évolution. Pour illustrer ce qu’est le RSS, je vous propose de prendre un exemple simple : un site informatif sur un sujet particulier, l’informatique par exemple (PC-Inpact, Le Monde Informatique, etc...). Ce site va être alimenté par une ou plusieurs personnes qui vont ajouter du contenu régulièrement, pour tenir informer les lecteurs des informations toutes fraîches. Le but étant qu’un maxmimum de personnes lisent les articles rédigés, et éventuellement y réagissent sous forme de commentaires ou dans un forum.

Pour un journal papier, ce serait plus simple. Les journalistes écrivent leur article, le donne au rédacteur en chef; il est ensuite intégré au reste du journal, et le tout est imprimé dans la nuit pour être enfin distribué aux abonnés et dans les kiosques le matin. Le RSS va en fait réaliser la distribution du journal, mais article par article. En effet, dès qu’un nouvel article

16

Le

n°4 été _2007

L’agrégateur, c’est le logiciel (ou le site web) qui interroge régulièrement les flux RSS auxquels vous vous êtes inscrits pour vous informer des nouveux articles. Comme logiciel, on trouve par exemple RSS Xpress. FireFox, Internet Explorer 7 ou ThunderBird intégre un agrégateur RSS sous différentes formes. Pour les sites web, notons ici les 2 portails Français Netvibes et Webwag qui se proposent de remplacer votre page d’accueil pour y mettre différents blocs avec vos flux RSS, la météo de chez vous, vos emails, et bien d’autres choses encore... Pour rentrer un peu dans la technique, le flux RSS (on parle aussi de fil RSS) dont je vous parle depuis tout à l’heure n’est ni plus ni moins qu’un fichier XML, mis à jour au fil des publications. Un site peut très bien proposer plusieurs flux RSS correspondant aux différentes catégories de son site, ce qui permet aux lecteurs de cibler les informations qui les intéressent. Cet XML doit simplement respecter quelques règles énoncées dans les spécifications du RSS 2.01 (http://www.scriptol.fr/rss/

Pour la syndication de contenu, il existe aussi Atom. Plus récent et complètement libre, ce nouveau format de syndication veut palier aux différents manques du RSS. Beaucoup de sites proposent maintenant des flux dans les deux formats, pour ne léser personne. Aujourd’hui, les utilisations du RSS sont aussi diverses que variés, les plus basiques étant le site informatif ou les blogs. Le podcasting, qui utilise un flux RSS ou Atom, permet aux utilisateurs d’automatiser le téléchargement d’émissions audio ou vidéo, notamment pour leur baladeur numérique, sur leur ordinateur personnel, pour une écoute immédiate ou ultérieure. Cédric Nirousset


Chronique culturelle

Programmation des

Eurockéennes 2007 Après une attente interminable, la programmation définitive des Eurockéennes 2007 a été révélée le 18 Avril dernier. Toujours majoritairement orienté rock, pop et metal, le festival semble devenir un peu plus éclectique année après année avec une présence remarquée de l’électro et du rap dans cette édition. Le vendredi sera l’occasion d’écouter les riffs lourds de Marylin Manson, Converge ou encore Hellbats, de découvrir les

sonorités plus orientées pop de Juliette and the Licks et Kaolin et d’apprécier la musique soul d’Amy Winehouse. Le célèbre groupe rap Wu-Tang Clan squattera la grande scène, tout comme les inépuisables Rita Mitsouko. Côté électro, les deux français de Justice et le suédois Peter Von Poehl seront présents. La samedi 30 Juin accueillera sont lot d’incontournables groupes rock et pop-rock de tout horizons : The Hives (Suède), Queens of the Stone Age (Etats-Unis), Cold War Kids (Etats-Unis) Maximo Park (Angleterre), The Editors (Angleterre), Phoenix

(France) ou encore I’m From Barcelona (Suède) dont les 29 membres devraient remplir le chapiteau. Les fans de rap français retrouveront avec joie le célèbre Joey Starr ainsi qu’Abd Al Malik. Artistes français toujours, Olivia Ruiz et quelques prestigieux invités assureront le spectacle sous le chapiteau. La touche électronique du jour viendra de Digitalism alors que la touche ska viendra pour sa part des japonais de Tokyo Ska Paradise Orchestra. Enfin le dimanche ne sera pas en reste avec deux grands noms de la scène metal-hardcore américaine : Hatebreed et Sick of it All. Des grands noms du poprock s’invitent à la fête : les canadiens d’Arcade Fire, les anglais de Klaxons et de The Good, the Bad and the Queens et les français de Stuck in the Sound. L’inévitable Tryo devrait déplacer les foules à la grande scène. Mais ce sont surtout les fans d’électro qui seront ravis puisque le duo français du groupe Air est au programme, sans oublier l’inévitable Laurent Garnier que l’on verrait bien clôturer le festival avec un show électro-jazz des plus atmosphériques. Pour découvrir la programmation complète, des vidéos et photos des artistes et les informations tarifaires, rendez-vous sur le site officiel www.eurockeennes.fr. Nicolas Tarier

Within Temptation

«The Heart of Everything» Within Temptation, groupe néerlandais de métal symphonique avec des influences gothic métal, nous enchante de ses somptueuses chansons depuis 1997. Après 3 ans d’absence, Within Temptation nous revient avec ce nouvel album «The Heart of Everything» qui est tout simplement une merveille ! Après «The Silent Force» plutôt calme, le groupe revient à un style plus énergique comme Mother Earth mais avec une touche de changement. Cependant, nous retrouvons une pointe de «commercialisation» avec leur premier

single «What Have You Done» en duo avec Keith Caputo, chanteur du groupe Life of Agony. Très mélancolique, la musique nous emporte, la chanteuse nous envoûte, les chansons nous transportent tout au long de l’album. Des thèmes comme l’auto-destruction humaine, la rédemption, la peine, la mort sont évoqués avec beaucoup de gravité et d’espérance. Malgré la noirceur des ses chansons, c’est un album magnifique, à écouter absolument... Jessica Fiat n°4 été _2007

Le

17


Chronique culturelle

L’agenda cinéma d’Alexandre Donzé et Nicolas Tarier

Spiderman 3

Sunshine

de Sam Raimi (trilogie Evil Dead, Spiderman 1 & 2,...)

de Danny Boyle (Trainspotting, 28 jours plus tard, ... )

Résumé : Spiderman va devoir se confronter à 3 nouveaux adversaires ainsi qu’à lui même et à son insatiable envie de vengeance contre l’assassin de son oncle Ben...et non Bens !

Casting : Tobey Maguire (Peter Parker/Spiderman), Kirsten Dunst (Mary Jane), James Franco (Harry Osborn/Le nouveau Bouffon Vert), Thomas Haden Church (Flint Marko/ l’Homme de Sable), Topher Grace (Venom/ Eddie Brock)... Après des bandes annonces alléchantes tout le monde attendait ce nouveau spiderman avec beaucoup d’impatience. Elle est récompensée par un très bon film. Un bon gros blockbuster comme on les aime, plus d’effets spéciaux, plus de méchants, plus de... Malheureusement le nombre impressionnant de personnages secondaires nuit un peu au film, ils ont du mal à exister, en particulier Venom, son ennemi le plus redoutable reste sous-exploité, dommage. Sans ça, Spiderman 3 aurait été le plus réussi de la trilogie, qu’à cela ne tienne, Sam Raimi maîtrise tout de même son sujet et la personnalité de Peter Parker, à l’instar des deux autres volets, s’étoffe davantage (la vengeance le ronge et détruit peu à peu sa relation avec Mary Jane). On se prend à être ému par certaines scènes, de bien rigoler par d’autres et d’être tenu en haleine par l’action. Ce 3ème film clôt de belle manière la trilogie, en attendant peut-être un 4ème mais sûrement sans Sam Raimi et les acteurs(trices) principaux. Un film à ne pas donc manquer pour ceux qui un temps soit peu aime le genre.

18

Le

n°4 été _2007

2057, notre soleil s’éteind, l’extinction de l’espèce humaine approche. Le vaisseau spatial Icarus-II et son équipage ont pour mission d’envoyer une bombe nucléaire à l’intérieur de l’astre en déclin pour le ranimer. Mais rien ne se passe comme prévu.

Casting : Cillian Murphy (Capa), Chris Evans (Mace), Michelle Yeoh (Corazon)...

Avis :

Avis :

L’été sera chaud dans les salles obscures ! En effet nous verrons débarquer plusieurs gros blockbusters, en grande majorité des suites de film à succès. Par ordre chronologique nous aurons tout d’abord le retour du célèbre ogre vert dans Shrek le troisième (13 Juin) puis des braqueurs de banque de Ocean’s 13 (20 Juin). Un film qui comprendra à nouveau une pléthore de star de Matt Damon à Al Pacino en passant par George Clooney et Brad Pitt. Le même jour marquera la sortie sanglante de La Colline a des Yeux 2, suite d’un des meilleurs films d’horreur de l’année dernière. Evènement le 4 Juillet avec le come-back de Bruce Willis dans Die Hard 4 : Retour en Enfer, douze ans après le troisième volet. S’en suivra un long périple des magiciens de Poudlard dans Harry Potter et l’Ordre du Phénix (11 Juillet), un épisode plus sombre et très attendu par les fans du sorcier le plus célèbre du monde. Bien plus gore, Hostel - Chapitre II viendra vous glacer le sang le même jour. Les fans de comics retrouveront les 4 Fantastiques et le Surfer d’Argent le 8 Août alors que les amateurs de comédie se précipiteront sur Evan tout puissant (15 Août), suite du très sympathique Bruce tout puissant mais désormais sans Jim Carey.

Résumé :

Il y avait bien longtemps que le cinéma ne nous avait pas gratifié d’un film de science-fiction aussi intéressant. Il a fallu attendre Danny Boyle pour que le genre regagne enfin ses lettres de noblesse, gachées par trop de séries B (Alien Vs Prédator par exemple). Que dire sur ce film si ce n’est qu’il est palpitant, on reste scotché sur son siège par l’intérêt grandissant de l’histoire. Les acteurs, pas forcément très connus à part Cillian Murphy et Michelle Yeoh, sont tous à la hauteur de l’évènement. L’odysée est intense, les effets numériques rayonnent et brûlent la rétine. Un seul bémol dans l’histoire (que je ne divulguerais pas ici pour ceux qui ne l’ont pas encore vu) qui donne une impression d’étrangeté quand les lumières se rallument mais qu’importe les quelques deniers dépensés en valaient la peine.

Cet été,

sortez !

Pas de panique pour ceux n’aimant pas les suites, l’été apportera son lot de nouveaux films. Comme le thriller horrifique français A l’intérieur (13 Juin), la comédie de Pascal Legitimus New délire, les aventures d’un Indien dans le show-biz (20 Juin) ou encore l’adaptation très mitigée du jeu vidéo Dead or Alive (18 Juillet). Le 25 Juillet devrait être synonyme de cinéma pour plus d’un avec la sortie du très attendu et visuellement impressionnant Transformers (de Mickael Bay et Steven Spielberg) ainsi que du film Les Simpsons, attendu par la grande communauté de fans de cette série mythique. Le nouveau film d’animation pour enfants Ratatouille sortira lui le 1er Août. Enfin le 15 du même mois, Nicolas Cage enquêtera sur la disparation d’une petite fille enlevée par une civilisation primaire sur une île isolée dans The Wicker Man.


Chronique culturelle

Motorstorm Motorstorm était le jeu phare du lancement de la PS3. Qu’en est-il au final ? Joie ou déception ?

Lors du démarrage du jeu on se demande tout d’abord si l’on a une démo en face de soi ! Et oui, le menu principal du jeu est très simplifié : un mode de jeu multijoueurs en ligne et un mode de jeu solo. Pas de mode multijoueurs sur le même écran ce qui est très regrettable pour un jeu de course aussi fun à plusieurs. Pour ce qui est du jeu en lui-même rien à dire. C’est graphiquement ahurissant, la modélisation des véhicules est tout simplement magnifique, la distance d’affichage est plus que raisonnable, les sensations de vitesse sont très bonnes et les traces de boue sur les véhicules et sur le sol sont en temps réel. Tour après

tour, on finit par rouler dans des flaques de boue (un détail qui impressionne). Le choix des véhicules est très vaste : moto, quad, voiture, semi-remorque, buggy ou encore camionnette. Chaque véhicule à son terrain de prédilection par exemple pour les semi-remorques les terrains boueux et pour les motos les terrains secs. Au niveau de la bande sonore on aime ou on n’aime pas. C’est du rock et métal à gogo ce qui colle vraiment bien avec le jeu. Motorstorm offre donc une joie modérée : un jeu de course fun avec une durée de vie rallongée par le mode en ligne mais où l’on ne peut que regretter l’absence d’un mode deux joueurs. Pierre-Alain Besançon

Virtua Tennis 3  Cinq années se sont écoulées depuis la sortie de Virtua Tennis 2 et la série de Sega s’est fait ravir son statut de référence par Top Spin entre temps. Ce troisième opus récupère t-il la couronne que ses prédécesseurs avaient si longuement portée ? La réponse varie selon votre style de jeu. En effet si Top Spin 2 joue dans la cours de la simulation de tennis, VT3 mise sur une appro-

che plus arcade, plus explosive offrant une plaisir de jeu immédiat mais une marge de progression très correcte histoire de renouveler l’intérêt sans cesse. Le mode Tour Mondial vous tiendra en haleine de très longues heures : votre personnage créé de A à Z devra gravir les échelons jusqu’à la première place mondial au fil des tournois et entraînements. En multi-joueurs de 2 à 4 sur le même écran, les sensations sont au rendez-vous et les plongeons des joueurs en bout de course pour sauver une balle qu’on croyait perdue animent la partie. Pour les possesseurs d’un compte Live Gold, le jeu en ligne rallonge la durée de vie bien que le lag soit un peu trop pré-

sent. Catastrophique d’un point de vue sonore, le titre de Sega se montre en revanche convaincant sur le plan visuel. Bref, un achat indispensable pour tous les fans du sport. Nicolas Tarier

Cet été, jouez ! Entre deux lans Counter-Strike ou matchs de Pro Evolution Soccer entre amis, il est intéressant de profiter des vacances pour découvrir de nouveaux titres. Le mois de Juin sera déjà bien chargé avec la sortie de deux jeux de courses attendus au tournant sur Xbox 360 : Forza Motorsport 2 et Colin McRae Dirt. La fin du mois sera sous le signe de l’enfer avec la sortie du très prometteur The Darkness sur PS3 et Xbox 360 alors que les ténèbres continueront de s’abattre en Juillet avec la sortie de Resident Evil

4 sur Wii. Les amateurs de destruction se rabattront sans doute sur la sortie de Ghost Recon Advanced Warfighter 2 sur PC et PS3, où sur FlatOut Ultimate Carnage, un jeu de

course où les voitures franchiront souvent la ligne d’arrivée en état d’épave. Côté PC, Shadowrun, le FPS uniquement jouable online de Microsoft Games, est à surveiller de près. Il marque notamment les grands débuts du jeu inter-supports (Xbox 360 et PC) via la plate-forme Live. Si vous résistez à l’appel du soleil, vous aurez donc de quoi jouer tout l’été dans votre salon. Nicolas Tarier n°4 été _2007

Le

19


Le pôle universitaire

Concours de robots

Lego Mindstorms

Le pôle universitaire de Belfort-Montbéliard se veut très actif et le mois de Juin ne sera pas seulement l’occasion d’assister au Festival du Film d’un Jour puisqu’un autre important évènement aura lieu : le concours de robots Lego Mindstorms. Organisé par le département Mesures Physiques en collaboration le Laboratoire d’Informatique Industrielle de Genève et le département informatique « Computer Vision Group » de l’université de Genève, ce concours annuel est l’occasion pour les étudiants (inscrits dans une école d’ingénieurs ou à l’université) et pour les particuliers de mettre en valeur leur maîtrise la robotique et l’informatique, les robots Lego Mindstorms étant en liaison permanente sans-fil avec un programme. Le déroulement de l’épreuve est le suivant : une plaque blanche de 120 cm sur 120 cm constitue l’air de jeu sur laquelle se déplacera le robot. Quatre trous de couleurs sont placés aléatoirement sur cette aire de jeu et dans chacun d’eux, une boule de couleurs différentes. Le robot, placé dans un coin de la plaque, a pour objectif de récupérer une boule de couleur et de la placer dans le trou de la couleur identique. Et ainsi de suite

20

Le

n°4 été _2007

jusqu’à ce que les quatre boules soient placées dans leur trou respectif. Naturellement la difficulté est corsée par le fait que les boules sont relativement petites (45 mm) et les trous relativement espacés, obligeant le robot à se déplacer de manière précise et rapide. Une fois le robot et le programme informatique activé, ce premier effectue sa mission de manière autonome, sans intervention de l’équipe. Des webcams peuvent être placées autour de la plaque blanche afin de renseigner le robot sur sa position exacte ainsi que la position actuelle des balles et des trous. En effet les robots embarquent un système de communication sans-fil (infrarouge).

Au final, le temps de placement, le nombre de balles placées correctement et la durée de placement de la boule blanche (dans le cas où il faudrait départager des ex-aequo) permettra de classer les équipes (constituées de deux personnes) et de déclarer le grand gagnant. Tous les amateurs ou curieux sont donc inviter à se rendre fin Juin à cet évènement au département Mesures Physiques à l’IUT de Montbéliard. Un reportage vidéo de l’édition 2006 est disponible à cette adresse : http:// cui.unige.ch/Nouvelles/ConcoursRobots2006.html.

Nicolas Tarier


Le pôle universitaire

Etudiants internationaux

Fatemeh Farajmandi Tout d’abord peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Fatemeh Farajmandi, je suis Iranienne et je suis en France depuis Septembre 2006. J’étais informaticienne en Iran, mais je préférais la partie artistique (infographie) du domaine multimédia. J’ai travaillé pendant six ans à Téhéran.

gers. Le nombre d’heures de cours par semaine et le travail demandé est assez intense, cela n’aide pas à trouver un créneau pour prendre des cours de français.

Comment se passent les études en Iran par rapport aux études en France ?

Les études sont plus organisées. Au niveau des emplois du temps notamment, il y a beaucoup moins d’improvisations, de changements de dernière minute. La notation se base beaucoup plus sur le contrôle continu qu’en France, les examens finals sont moins pris en compte. En Iran il n’y a pas d’études axées sur le multimédia, j’ai donc voulu partir pour pouvoir étudier ce vaste domaine. En Iran, l’art est encore relativement contrôlé, il y a moins de liberté, on doit s’autocensuré.

Pourquoi avoir choisie la France plutôt qu’un autre pays ?

Quand j’étais petite, je regardais souvent les chaînes arabes et dans les films égyptiens il y avait beaucoup d’acteurs qui parlaient français et je voulais apprendre le français. De plus, la France, notamment Paris, est un grand pays en matière d’art. Donc j’ai souhaité faire une formation dans ce pays. Je m’intéresse beaucoup à la culture française en générale et maintenant que mon année universitaire est finie je peux encore plus sortir pour la découvrir.

Comment s’est passée ton intégration ? Au début j’ai eu quelques difficultés, j’ai peu d’amis en France à part quelques uns à Paris. Ca n’a pas été facile de trouver un logement seule. Il était également difficile de trouver des cours de français ouverts aux étudiants étran-

Ou en est le parc informatique en Iran par rapport en France ? Le développement des technologies et du parc informatique est au même niveau qu’en France. Mais les américains refusent que l’Iran utilise leurs produits. On doit importer ces produits par des voies moins officielles.

Y a-t-il beaucoup de femmes dans les études supérieures en Iran ? Absolument. Un peu moins de 60% des étudiants sont des femmes, il y en a donc plus que les hommes. Cette année on a même atteint 70% d’étudiantes et 30% d’étudiants. Le gouvernement souhaitait mettre une limite pour les admissions dans les études supérieures : 50% hommes, 50% femmes. Mais cette loi n’a pas été votée pour l’instant.

Qu’est-ce que PSM t’a apporté ? Es-tu satisfaite de la formation ?

Il y a beaucoup de travaux, on doit travailler sur beaucoup de logiciels différents et c’est particulièrement plaisant. J’ai appris beaucoup de choses sur les logiciels vidéos, sons, etc. Je suis tout de même un peu déçu car l’option « arts numériques » que j’ai choisi ne m’a pas permis de progresser énormément. J’aurais aimé que les professeurs donnent davantage de conseils pour que je progresse. Ils ne sont pas assez critiques.

Est-ce dur de reprendre les études après avoir travaillé six années ? Quand on est professionnel, il y a beaucoup de responsabilités, notamment vis-à-vis du client qui veut souvent quelque chose de bien précis. Là il y en a moins, c’est moins contraignant. Ce qui est difficile en revanche, c’est de redevenir dépendante du jour au lendemain. Mes parents ont du financer mes études.

Que comptes-tu faire après cette année ? Finir ta formation Produits et Services Multimédia ? Travailler ? Je ne sais pas encore si je serai acceptée en 2eme année mais j’aimerais vraiment continuer. Je ne sais pas non plus si je vais retourner travailler en Iran ou rester en France après les études.

Quelles sont tes passions ?

Hormis l’infographie j’adore aussi la photographie. J’ai d’ailleurs pris de nombreuses photos (et de Montbéliard notamment) qui sont disponibles par ici : http://homepage.mac.com/fatemeh/

Merci de nous avoir accordé cette interview. Merci à vous.

Propos recueillis par Nicolas Tarier

n°4 été _2007

Le

21


Le pôle universitaire

PSM

Les projets du département Produits et Services Multimédia

S’éveiller

Way to Morrow

A l’heure où l’écologie est au centre des débats, quatre étudiants de 1ère année de master Produits et Services Multimédia se sont intéressés de près aux interactions de l’homme avec son environnement. Il en résulte un court métrage en 3D qui fait réfléchir. Un petit homme issu de la sève des arbres dégrade son environnement au fil du temps et des saisons jusqu’au jour où le lieu qui l’a vu naître ne devient qu’une vulgaire décharge (victime de l’évolution de l’homme). Triste, il est alors bien incapable de réparer son erreur. Bien réalisé, ce petit film est servi par une musique particulièrement en adéquation avec l’ampleur du drame.

Kent, année 2108, des bruits suspects dans un immeuble désaffecté sont signalés à la police. L’inspecteur Hernan Gil Wellendes se voit chargé de résoudre ce mystère. Qu’apprendra t-il en explorant le bâtiment ? De simples squatters auraient-ils pris possession de l’immeuble ? Ou s’agit-il de phénomènes plus étranges et plus inquiétants ? Vous le découvrirez en guidant l’inspecteur à travers les différents étages.

www.seveiller.info

www.waytomorrow.fr

Way To Morrow est une histoire interactive, au cours de laquelle vous serez amené à explorer le bâtiment et à résoudre des énigmes afin de comprendre ce qui se trame dans l’ombre des lieux. Des scènes cinématiques orienteront votre aventure.

Maxime Viargues Le projet Way to Morrow s’inscrit dans le cadre des projets Rhizome de la formation PSM. L’environnement du jeu a été créé entièrement en 3D et contient une trentaine de lieux à explorer à l’intérieur du bâtiment : couloirs, pièces abandonnées et escaliers. Tout ces décors sont ensuite incrustés dans le jeu sous forme de panoramiques à 360°, accompagnés de scènes cinématiques permettant au joueur de comprendre le scénario. Le jeu est développé en Flash et utilise un moteur 3D très récent : PaperVision3D. Pour jouer, il vous suffit de vous rendre sur le site : jeu.waytomorrow.fr Gwenn Guihal

Pixel Significatif

www.pixelsignificatif.info www.horscategorie-lefilm.com Pixel Significatif n’est pas seulement un groupe de 5 étudiants du Master PSM, c’est aussi une association qui a pour but d’aider la création et la diffusion d’oeuvres audiovisuelles. Leur première création en interne, est un court-métrage ayant pour titre « Hors Catégorie ». Synopsis : “Jeanne Calment détient le record de longévité avec 122 ans, 5 mois et 14 jours. Comment a-t-elle fait ? A-t-elle un secret ? En tout cas pour Denis tout n’est que technique et style de vie. Il est bien décidé à nous le prouver et à devenir à son tour un supercentenaire. Selon lui, tout réside dans le mouvement et plus précisément dans son optimisation. C’est ainsi qu’il pourra battre ce record !” L’avant-première du court-métrage a eu lieu le mardi 22 mai à l’hôtel Sponeck, à Montbéliard. Elle a permis à l’équipe de remercier toutes les personnes qui ont soutenu le projet ainsi que les partenaires : la communauté d’agglomération du pays de Montbéliard, l’université de Franche Comté, Le CROUS de Franche Comté, Numérica, la fédération COM’ET, PSA Peugeot Citroën, le BTS Audiovisuel du Lycée Viette, le laboratoire LASELDI et le centre commercial CORA de Montbéliard.

22

Le

n°4 été _2007

Vous pouvez retrouver l’association Pixel Significatif au festival des Eurockéenes de Belfort où ils présenteront un clip de sensibilisation sur le tri des déchets pour l’association étudiante GES. Suivez les activités de l’association sur www.pixsign.info/blog/ ou contactez-les par mail à l’adresse studiopixsign@gmail.com Samuel Rollier


Le pôle universitaire

Festival du Film d’Un Jour (FF1J) organisé par les étudiants de l’UTBM comptait quelques prestigieux noms dans son jury, comme le célèbre Michel Muller (le « Président » du Frigo N°3). Les prix à gagner étaient au nombre de quatre : prix de la meilleur photographie, du meilleur scénario, le coup de cœur du public et enfin le chronos d’or (prix le plus important).

Notre département SRC était fier de présenter son équipe au festival du film d’un jour (FF1J) de cette année. En effet, pour cette seconde édition, une équipe SRC s’était présentée pour la première fois.

court métrage sur un thème précis (cette année se fut « L’instant T ») en moins de 50 heures ! De grosses nuits blanches pour tous !

Pour participer à cette manifestation, il faut tout d’abord composer une équipe d’au moins quatre personnes et ensuite réaliser un teaser ayant comme sujet le FF1J. Une fois fait, le teaser est soumis à un jury, et celui-ci en sélectionne dans toute la France (Cette année il y a eu 14 équipes).

Les équipes avaient à leur disposition un van avec pilote pour circuler où elles le désiraient ainsi qu’une salle à l’iut pour dormir (quoique…) et monter le film. La journée du jeudi fut consacrée au repérage, la suite au tournage et au montage. Le tout a été rendu le samedi à 15h ! Ce qui laissait peu de temps pour tout faire !

Là, les choses sérieuses commencent… En effet, les équipes doivent réaliser, tourner et monter un

Le

Les 50 heures se sont déroulées du 17 au 19 Mai. Les réalisations ont été diffusées au cinéma d’Audincourt le samedi 19 Mai à partir de 19h. La séance, qui était ouverte au public, fut aussi suivie par des radios, des télés ainsi que des professionnels. Au total, il n’y avait pas moins de 700 personnes !! Un blog ayant permis de suivre le festival en continu est disponible : http://ae.utbm.fr/ff1j/2007/v2/blog/ De plus un making of sera réalisé relatant ces trois jours de folie.

En raison des impératifs de bouclage du numéro tombant le week-end du festival, nous n’avons pas pu inclure le résumé et le bilan du festival dans ce numéro estival. Nous reviendrons donc plus longuement sur l’évènement dans le numéro de la rentrée. Nicolas Come

festival n°4 été _2007

Le

23


La vie en SRC

Vie extra universitaire

Projet SRC Ce projet a réellement été un « mur d’expression » puisque le sujet était assez large pour me laisser concevoir à peu près tout ce qui me venait à l’esprit. Brièvement, l’histoire est celle d’un jeune homme psychologiquement perturbé, détruit, victime, mais pas tant que ça, d’une culpabilité qui le ronge. Spontanément, il va franchir les limites en tentant l’impossible : l’acte manqué de trop. Ca tournera mal. Il mourra de ses propres mains, seul, au fond d’une ruelle.

9:44 PM

L’application transmet quelque chose de sombre, de malsain, cette sensation de mal-être qu’un tel individu peu ressentir. Il n’a pas d’identité, pas de nom, pas de visage. L’ambiance est pesante et l’acte, qui dans un premier temps paraît insensé, est dans le fond déchiffré et cohérent. L’histoire du personnage n’est pas entièrement contée. Seuls quelques indices sont fournis et permettent à chacun d’imaginer ses propres événements. Car il est vrai que c’est l’absence de réponse aux questions qui se veut le plus déstabilisant… Une version allégée est accessible à l’adresse : http://g.aa.free.fr

Antoine Arnoux

Les histoires de l’Allumette bleue Quentin Petitjean évoque quelques sujets prépondérants de notre société en personnalisant les allumettes. Dans un premier temps, on retrouve donc le thème du racisme, avec une allumette bleue exclue et agressée par les allumettes rouges, à cause de sa couleur différente. Dans un second temps, c’est la différence dans le bon sens du terme qui est abordée, c’est-à-dire que cette allumette bleue sort du lot, elle surprend et attire. Elle va tomber amoureuse d’une allumette rouge. Enfin, la troisième et dernière histoire aborde la mode. L’allumette ayant la tête bleue devient très tendance si bien que toutes les allumettes rouges veulent se teindre en bleue. Peu à peu les allumettes rouges deviennent exclues de la société, les bleues étant devenues largement majoritaires. Un projet réfléchi et bien réalisé caricature de notre société moderne.

Nicolas Tarier

Mon projet avait pour sujet une souris d’ordinateur à qui j’ai choisi de donner vie. L’histoire est très simple, c’est une souris qui en a assez de son maitre. Il la maltraite et décide d’aller mener sa propre vie. Elle essaie de s’échapper, mais il lui arrive plein de mésaventures. Ce projet authorware est natif de notre première programmation en html. Les consignes étaient de créer un produit le plus intéractif possible afin de plaire aux utilisateurs. C’est pourquoi, j’ai eu l’idée de donner au lecteur le pouvoir de choisir le chemin et les décisions que la souris allait prendre, offrant ainsi la possibilité de participer à l’activité de cette dernière. Ainsi, à la fin de chaque page, plusieurs choix s’offre et c’est à vous de décider, chacun menant à une fin différente. Le tout dans une ambiance de bande dessinée et via une navigation horizontal.

Xavier Petiaux

24

Le

n°4 été _2007

Les malheurs d’une souris


La vie en SRC

Stages des étudiants en deuxième année Capture Production Ltd - Carlow (Irlande)

Je suis parti le 5 Avril 2007 en direction de l’Irlande et plus exactement à Carlow au sud-ouest de Dublin, à deux heures de bus. Mon premier jour en Irlande a été une sacrée galère car nous sommes partis les mains dans les poches ou presque. C’est à dire que nous avions juste un numéro de téléphone d’une personne qui avait peut-être une maison à louer. Bref, après avoir trouvé le bus à l’aéroport et être arrivé à Carlow avec chacun 17kg de valise au bout de chaque bras plus un sac à dos avec un PC portable nous essayons de trouver où loger. Finalement nous passerons notre première semaine dans une auberge de jeunesse qui est très sale. Mon premier jour en entreprise a été une super expérience. L’entreprise Capture Production Ltd est composée de Kévin (le boss), Aron, Owen, Fergus pour les développeurs et Aideen pour la graphiste. L’ambiance est super et il est beaucoup plus simple de comprendre Kévin en direct qu’au téléphone ! Moins d’une heure après être arrivé, nous sommes déjà au boulot avec notre programme pour les semaines qui arrivent. De mon côté : responsabilité dans la création d’un glossaire pour une grosse application DVD d’apprentissage des maths aux enfants et le site du club de rugby de Carlow. Finalement je crée beaucoup de scripts en PHP-AS2-JSFL et c’est super intéressant. Kevin nous laisse une totale autonomie, il nous dit toujours : «You have do to this but I don’t know how !» (en gros : débouille toi). Maintenant, juste un petit mot sur l’Irlande et la ville. Carlow est grand comme Montbéliard, il y a aussi peu d’animation dans les rues mais elles sont un peu plus propres. Cependant la grande différence c’est qu’il n’y a pas qu’un bar d’ouvert après 1h du matin mais une trentaine ! Les pubs sont bien mieux que les bars en France que je n’apprécie pas trop. C’est un mix entre 1 /3 de boite de nuit et 2/3 de bar français. Et moi qui n’aime ni l’un ni l’autre, j’aime toutefois les pubs. Après il ne faut pas avoir peur de discuter car les gens viennent discuter avec vous même si ils ne vous connaissent pas. Il y a une grosse communauté de français ici (ERASMUS).

Pierre Klein

Idéactif - Paris (France) Comment résumer en si peu de mots ce que je suis en train de vivre…Je suis actuellement en stage dans une agence en conseil communication et pôle de production événementiel ce qui permet d’appréhender d’une manière différente le côté graphique (par rapport à une imprimerie, lieu où j’ai fait mon stage de première année) et de travailler avec des dimensions hors normes. Dans mon service, je suis entourée de deux graphistes (très sympathiques) et de 7 personnes dont mes chefs (développeur, web marketing, marketing mobile). L’ambiance est très décontractée, les personnes y travaillant sont jeunes et délurées, et on voit débarquer un tas de stagiaires durant cette période de l’année. Je travaille sur différents projets qui peuvent aller d’un simple carton d’invitation à un covering bus ; allant d’une marque connue mondialement à une simple entreprise du coin. Certaines de mes créations seront visibles sur des festivals cet été tels que les Eurockéennes. Ma vie à Paris c’est : éviter les véhicules motorisés, les pigeons et leur lâché de guanos, essayer de se faufiler dans les rames de métro !! Et mon nouveau passe-temps est de visiter les quartiers et les musées des différents arrondissements. J’avoue que j’ai pris goût à la vie parisienne et à son rythme de vie!!

Clémentine Poivey

Designation – Reading (Angleterre)

Une opportunité unique. Pour dire que je n’avais jamais quitté mon foyer Belfortain, ce stage en Angleterre est vraiment une expérience que je n’aurais manquée pour rien au monde. D’abord sur le plan professionnel : intégrer Designation, une agence à taille humaine (huit personnes), c’est un peu comme une auto-évaluation de sa capacité à mettre en pratique les trois semestres de SRC... Mais c’est aussi l’occasion d’aller au delà de ces enseignements. Jusque là, j’ai surtout fait des petits boulots d’animation en Flash, mais je suis actuellement sur un gros projet vidéo - une série de mini clips assez abstraits sur la boîte - pour lequel j’ai mis After Effects à contribution. J’essaie de rester dans un état d’esprit d’expérimentation, sans me brider, et ça fonctionne plutôt bien ! Ensuite, d’un point de vue personnel, une autre culture, une autre langue, je trouve que l’anglais parlé est à des kilomètres de l’anglais écrit, mais ça c’est un problème bien français ! Cela dit, ça ne m’empêche pas d’apprécier la sympathie et l’humour de mes collègues... enjoy! Mon stage jour après jour : http://sl8er.free.fr/blog_uk

Mikaël Geljic n°4 été _2007

Le

25


Après SRC

étudier à

Middlesbrough… Claire, Virgile et Jean nous présentent les MA (Master of Art) et Msc (Master of science) de l’université de Teesside à Middlesbrough, une petite ville à 1h de Sunderland. Claire prépare un MA, intitulé Creative Digital Media. Elle fait beaucoup de 3D, elle réalise des films en 3D (du script à la création du film), elle réalise également entre autres du dessin sur modèle vivant, de la communication (plusieurs

inscription :

Tout d’abord il y a un dossier à remplir, disponible sur le site (un portfolio est demandé pour le MA), pas de délai pour le rendre, mais il est recommandé de le faire le plus tôt possible pour le logement : Premier arrivé, premier servi ! projets à rendre) et un gros projet de recherche l’attend à partir du mois de juillet jusqu’au mois de septembre. Virgile suit un Msc, intitulé Msc Mobile Computing Applications qui englobe tout ce qui concerne le web (XHTML, ASP.NET, AS…) tout comme Jean, quelques années auparavant. Jean considère le niveau comme élevé, sans être équivalent à une école d’ingénieur. La charge de travail est importante (projets). Il résume l’état d’esprit à posséder pour faire le grand saut. « Casaniers, ne

Le logement :

En colocation, environ 300 euros/mois (charges non comprises et sans adsl), soit en chambre individuelle (plus chère mais où tout est compris même l’adsl).

pas y aller. Aventuriers, ne pas hésiter. beaucoup d’étudiants étrangers, une Ce n’est pas qu’une formation, c’est une méthode de travail et d’enseignement expérience ». Virgile déplore pour sa très différente et intéressante, l’accent mis sur la créativité et non pas que sur la technique et un enseignement à la Les frais d’inscription : Tout d’abord carte par modules. Ils s’élèvent à 3700 livres (environ 5300€). Mais pas de panique, tous les L’anglais est souvent la première motiétudiants sans exception ont droit à vation pour continuer ses études dans une bourse de 2400 livres. Les frais ne le multimédia en Angleterre. Et là, pas reviennent au final plus qu’à 1300 livres de panique ! Claire n’avait réussi que ! Une autre bourse peut également 480 au TOEIC en 2ème année de SRC. être attribuée à certains étudiants, à Aujourd’hui, elle a fait d’énormes prosavoir la bourse ESF (European social grès ! En ce qui concerne Virgile, de son funding) qui prend en charge le reste côté, il est devenu tout à fait bilingue. des frais. Les courses par semaines reviennent à environ 30 euros. Enfin côté débouchés, « tout dépend de la filière choisie (MA ou Msc) et des modules choisis » nous a dit Jean. Ils tournent autour de l’imprimerie, agenpart l’absence d’enseignement lié aux ce com, web agency, webmaster, dévetechnologies mobiles lors du premier loppeur /programmeur.... semestre mais les modules du second semestre sont plus intéressants. Lien de la formation de Claire : http://www.tees.ac.uk/Postgraduate_ Les cours durent d’octobre à juin et un courses/Computing_&_Multimedia/ projet de recherche est à rendre en MA_Creative_Digital_Media.cfm septembre. Au niveau de l’emploi du temps, c’est 12 heures par semaine + Lien de la formation de Virgile et Jean : 2 heures d’anglais dont le cours varie http://www.tees.ac.uk/Postgraduate_ en fonction du niveau des étudiants. courses/Computing_&_Multimedia/ Les points positifs sont nombreux, no- MSc_Mobile_Computing_Applications. tamment le milieu cosmopolite avec cfm

Etre étranger en Angleterre :

Les étudiants étrangers sont tout de suite pris en charge et très bien encadrés. Une association organise en début d’année deux journées qui permettent aux étudiants de faire connaissance. La première journée est une réunion d’information et la seconde est un petit voyage. « Quelqu’un tout seul ne le reste pas longtemps. » précise Virgile. En ce qui concerne les enseignants, les étudiants sont encore une fois très bien encadrés, personne n’est délaissé. Ils sont toujours à l’écoute des étudiants en difficulté et très disponibles quant à leur offrir de l’aide.

Merci à Claire Dravigney, Virgile Lanz et Jean Deschamps (interviewé par Thomas Balland) d’avoir répondu à nos questions.

26

Le

n°4 été _2007


Après SRC

Interview

Mathieu Collé

étudiant aux GOBELINS à Annecy

Salut ! Pourrais-tu te présenter en quelques mots ? Mathieu Collé : Mathieu Collé, 20 ans, Célibataire, j’aime l’informatique (le truc bateau), le développement, les projets web, le rock’n’roll, les femmes, la bière et JC!

ce qui touche au web, avoir un bac+2 en rapport avec le web. SRC est un très bon DUT pour candidater, Montbéliard d’autant plus : cette année on est 3 de Montbéliard sur 16, c’est la formation la plus représentée. Autrement faut avoir un bon site, être super intéressé si tu candidates.

Quel est ton parcours ?

Plus précisément, dans ta section quels sont les différents cours qui sont donnés ? Mathieu Collé : Les mêmes cours qu’en SRC, à part qu’il y a plus de conception, de management de projet. On a donc toujours du graphisme, de la communication, de la programmation, de l’anglais... Par contre, on n’a plus de droit, ni de marketing, mais beaucoup de cours dans le genre « création de projet » : arborescence, charte graphique, zoning etc...

Mathieu Collé : J’ai fait un bac S option SVT, spé Physique-chimie au lycée A.Malraux à Remiremont pour ensuite faire un DUT SRC à Montbéliard où j’ai pu mettre en pratique mon entraînement alcoolique contre les barbares du Haut-Doubs. Actuellement je suis en première année à l’école Gobelins Annecy, formation ‘Concepteur-Réalisateur Mutlimédia’.

Les cours sont agencés de quelle façon ? Mathieu Collé : On est 16 dans la promo, du coup on a toujours des cours de 16. De plus on a chacun un pc donc je comparerais ça à un TP. On a un intervenant pour chaque cours, et on bosse soit sur pc, soit on écoute et on participe. Vu qu’on est 16, ça aide pas mal, les profs sont disponibles.

Que fais tu aux Gobelins à présent ? Mathieu Collé : Tous les secteurs du web : développement web, graphisme, gestion de projet, avec un accent sur la gestion de projet. Les cours sont très bons. Sinon, une semaine sur deux, c’est en alternance dans une entreprise où je suis développeur back. En clair, je m’occupe des bases de données et de leur relation avec une interface riche en Flash, tout en environnement .Net et c’est super cool ! L’école est top : on est 16 dans la promo, un super poste par personne et l’entreprise, c’est le rêve car « Mégalos » est une des plus importantes en France.

Par rapport à SRC, y a t-il vraiment un fossé en terme de difficulté entre les sections ? Mathieu Collé : En fait techniquement on repart En tant que développeur, faut être geek ; si c’est en graphisme, le talent fait tout. Ca dure 2 ans mais on sort avec un bon niveau.

Quelles sont les différentes filières des Gobelins ? Mathieu Collé : A Annecy, il n’y a que Concepteur

Pourrais-tu me dire les qualités requises pour espérer intégrer cette école ? Mathieu Collé : Il faut être bien intéressé à tout

de zéro vu que certaines personnes n’ont jamais fait de code. En graphisme aussi quasiment, donc je vais pas te cacher que je m’ennuie un peu... J’apprends pas mal en gestion de projet. La partie technique je progresse plus en entreprise mais on en profite pour bosser de notre coté, apprendre des trucs et puis on aide les autres.

réalisateur multimédia. Cette filière se fait en 2 ans en contrat d’apprentissage. Sinon, il y a d’autres possibilités mais je ne les connais pas toutes... Je sais qu’il y a une licence pro développeur à Paris.

Le fait de repartir à zéro doit être un point positif pour les gens qui ont des lacunes dans certaines matières, non ? Mathieu Collé : Oui, mais en même temps on n’a n°4 été _2007

Le

27


Après SRC

pas trop le temps de s’arrêter sur des trucs donc ils ont beaucoup à fournir en peu de temps.

vont partir à 20h, mais le chef de projet devra être là jusqu’au bout.

Revenons au dossier de conception ; en quoi ça Pourrais-tu me dire plus précisément ce qui t’inté- consiste ? resse dans la manière d’enseigner la gestion de projet ? Mathieu Collé : Alors le dossier, tu as plusieurs Mathieu Collé : Heu… En fait, je ne l’aime pas trop, car je sais que je vais être développeur après les Gobelins. Mais je peux te répondre avec ce que j’aime bien quand même dans le boulot de chef de projet. Déja, c’est le fait de pouvoir diriger une équipe : tu vois toutes les phases du projet, de la conception à la réalisation ; le développement, le graphisme... Deuxièmement, tu es le contact avec le client ; tu suis un projet dans sa totalité, c’est une vraie réussite et un investissement personnel. Tu peux dire « ‘x’ est mon projet ». Je dirais que t’as plus de satisfaction personnelle qu’un développeur qui va intervenir qu’à un moment du projet, même si la satisfaction d’un développeur est celle que je préfère. Ensuite, tu rédiges le dossier de conception, ce qui est assez intéressant si on aime ça. Voila à peu près ce que j’aime en tant que chef de projet. Ensuite c’est surtout que tu es la personne la plus responsable dans les projets, et que ça demande d’être toujours là. Le soir si on reste bosser, les développeurs

parties : Il permet de définir le projet, de manière à savoir si tu passes le dossier à une équipe de développeurs et de graphistes, ils puissent le réaliser sans même connaître le chef de projet, le client. Donc dedans tu as : Toute la partie intention : le but du projet, le public visé, l’histoire que raconte le projet, les éléments clés du projet....ça se résume à une note d’intention. Ensuite tu as la phase conception : scénarios utilisateurs, storyboard, arborescence, zoning (c’est un gabarit), charte graphique, charte technique, charte sonore, charte vidéo, sans oublier les plannings de production (avec les équipes précises nécessaires à la réalisation du projet), et un graph avec le coût du projet. C’est une sorte d’étude détaillée mais en plus profond je dirais. C’est aussi le point clé juste après la rencontre avec le client et la définition de ses besoins, et avant la phase de réalisation. Ca va super loin, un vrai dossier de conception précise par exemple dans la charte technique, les logiciels qui seront utilisés, quels serveurs on va prendre pour l’hébergement, comment

le projet sera fait (hiérarchie des dossiers, format des XML,...) On a déjà une bonne idée en SRC de ce que c’est, mais aux Gobelins on approfondit encore.

Et la gestion de projet vous entraîne à cela, non ? Mathieu Collé : Oui, on apprend à faire de tels dossiers avec des intervenants qui sont habitués dans le milieu professionnel à en faire. Après y a un suivi : le chef de projet coordonne les équipes pendant la phase de réalisation, on fait des réunions souvent et le chef de projet est toujours là pour voir l’évolution, discuter des points qui posent problème ; remontrer des choses au client etc... C’est le responsable du projet, mais je préfère être développeur c’est plus mon secteur, je préfère la technique que le chef de projet, avoir les mains dans le cambouis !

Tu pourrais nous dire les projets que tu as déjà fais ? Mathieu Collé : Alors, voilà une petite liste : 1. Harry Potter and the Order of the Phoenix: http://www.darkarts-defence.com • site international du jeu du prochain film Harry Potter • projet au sein de l’entreprise Mégalo(s) • développeur 2. Clio By Rip Curl: http://www.cliobyripcurl. com/ • site international de la Renault Clio Rip Curl • projet au sein de l’entreprise Mégalo(s) • développeur 3. Tetsouille Portfolio: http://www.tetsuhiko. com/ • backoffice du portfolio du graphiste multimédia et ami Tetsuhiko

Tetsouille Portfolio: http://www.tetsuhiko.com/ 4. Dokmixer Portfolio: http://www.dokmixer. com/ • backoffice du portfolio du D.A. et ami Dokmixer 5. Terra • projet collectif Gobelins • proposition d’une solution pour ce client fictif : site de V.O.D. (Video On Demand)

Harry Potter and the Order of the Phoenix: http://www.darkarts-defence.com

28

Le

n°4 été _2007


Après SRC D’accord. Et qu’est ce qui te plaît le plus dans cette école ? Euh tout, mais surtout l’alternance ; l’entreprise c’est génial. C’est vraiment super de pouvoir évoluer dans une entreprise tout en apprenant pas mal de choses en cours.

Mathieu Collé :

Justement, quelles sont tes perspectives de carrière ?

Clio By Rip Curl: http://www.cliobyripcurl.com/

Mathieu Collé : Ingénieur développement, en R&D (recherche et développement), tu manages une équipe, tu as plus de responsabilités.

Et l’ambiance aux Gobelins, elle est comment ? Mathieu Collé : Nickel ! Ca dépend des promos mais la mienne est pas mal. En général ça se passe toujours bien et puis s’il y a quelqu’un avec qui ça ne passe pas, tu ne le vois qu’une semaine sur deux à l’école donc ça va !

Pas trop d’esprit de compétition ? Mathieu Collé : Non. Chacun a son profil (développeur, graphiste, chef de projet, concepteur) du coup on n’a pas à être en compétition. L’esprit d’équipe est bien installé, avec direct un projet collectif en début d’année. Enfin, ce n’est pas comme en SRC, où les 40 premiers du classement ont une place (je sais pas si c’est encore ça aujourd’hui), tout le monde vient pour avoir son diplôme donc il suffit de bosser. En plus, grâce à ce projet collectif de début d’année, on apprend à connaître les autres, on s’entraide.

çais etc... c’était différent. Et j’ai eu le déclic ! Je me suis rendu compte qu’on pouvait se développer à fond dans un truc et en faire sa passion et son boulot, et que ce truc pouvait sortir du tronc commun. Pour la première fois de ma vie je rentrais le soir et j’étais content de bosser. Tu vois c’est un coup de foudre! Du jour au lendemain, tu découvres plein de trucs, tu ne dors plus. Avant c’était impensable de bosser après 22H.... là c’est plutôt 2h ! Surtout, la chose la plus riche dans ce métier : les rencontres. Avec les gens du web, par exemple, mon patron de stage de seconde année avec qui on a trop bien discuté. Ca m’a donné encore plus l’envie. Après j’ai rencontré d’autres acteurs du web plus importants depuis les Gobelins. Bosser avec des gens qui ont créé des sites super connus qui ont fait des buzz énormes comme ‘aplatventre’ ou ‘luvgalz’ : et là tu es encore plus motivé, car tu as 20 ans, tu es jeune, tu peux faire ta place.

Allez, pour finir, quels conseils donnerais-tu aux étudiants de SRC ? Mathieu Collé : SRC, tu vois dès le début si c’est ton truc, donc pour ceux qui passent les 3 mois et qui sont toujours motivés, allez dans votre truc, on est jeune, on a le temps, rien n’est impossible. Ils m’ont pris au Gobelins, c’est pour dire ! Car demande à ma promo en début de seconde année SRC qui aurait pu aller aux Gobelins, ben ils auraient pas répondu moi ! Et surtout les idées sont toujours bonnes à prendre. Les rencontres sont la richesse du métier. Donc pour résumer, n’ayez pas peur de bosser, y a une place à se faire pour chacun d’entre vous. On peut tout avoir du moment que la motivation est là.

Interview réalisée par: Maxime Febvet

Quelles ont été tes expériences les plus marquantes (professionnelles, pendant ton iut...) ? Mathieu Collé : Le stage de seconde année SRC, très enrichissant. Le premier projet première année SRC, très bon pour commencer à faire des projets. Le projet collectif de première année : c’est là ou j’ai eu le déclic de faire du développement. Ce qui est marrant c’est qu’il y a un an et demi, je connaissais rien de ce que je fais, même pas Photoshop. Et donc surtout, ce que j’ai aimé en SRC c’est que ça sortait du tronc normal d’études : maths - anglais - fran-

Dokmixer Portfolio: http://www.dokmixer.com/

Le blog de Mathieu : http://www.druidev.info/

Le site de Mathieu : http://www.druidev.fr/

n°4 été _2007

Le

29


30

Le

n°4 été _2007


Loisirs / détente

L’oeil du photographe : La Macrophotographie Pour ce quatrième numéro, nous avons décidé de mettre à l’honneur la macrophotographie. Où comment voir à travers l’objectif des détails auxquels nous ne prêtons pas attention d’habitude. Ayant reçu de très nombreuses photos, je m’excuse auprès de tous ceux qui n’ont pas pu être publiés ici.

Cédric NIROUSSET

Alexis LEPANOT

Damien JORDAN

Emilie BOULET Pascal RICHON

n°4 été _2007

Le

31



[Le frigo] numero 4