Page 1

square MAGAZINE

2

.3

alexandfelix chris rain kati rudlova nelli palom채ki meunier/tourneboeuf jennifer shaw larry fink andrea boyer anthony jones


Featuring only beautiful square pictures !


Squarebook #1 LE LIVRE DU CARRÉ

U

(90°). Ceci signifie que les cotés opposés sont paral-

A

La surface d’un carré contient une émulsion de ni-

lides, specific dyes or specialised inks. This layer de-

n carré se définit comme un polygone

dont tous les cotés sont égaux et dont les angles intérieurs sont tous à angle droit

lèles.

trate d’argent, de teintures spécifiques ou d’encres spécialisées.

Cette couche dépeint des sujets variés, soit en mou-

vement, soit gelés dans la performance d’un acte historique.

Ces portions d’instants sont réunies, coupées à dimension (20 cm par 20 cm), puis attachées et empilées ensemble.

Elles acquièrent du volume. Squarebook #1 : 120 pages de carrétude. Plein plein plein de photos. Du bonheur.

square is defined as a polygon having all sides equal, with interior angles being all

right angles (90°). This means that the op-

posite sides are parallel.

The surface of the square is layered with silver hapicts a variety of subjects, either in motion or frozen in the performance of some historical act.

These portions of instants are then gathered, cut

at a dimension of 20 cm by 20 cm, then bound and stacked together.

They acquire volume. Squarebook #1: 120 pages of squareness.

Loads and loads and loads of photos. Happiness. To gets your hands on a copy, please click here!

Pour en commander un exemplaire, cliquez ici !

3


ALEXANDFELIX 8 CHRIS RAIN

20

KATI RUDLOVA

32

NELLI PALOMÄKI

44

MEUNIER/TOURNEBOEUF

56

JENNIFER SHAW

68

LARRY FINK

82

ANDREA BOYER

94

ANTHONY JONES

4

106


M. X, Laboratoires Kodak

T

ous les jours, l’équipe de Square Magazine bénit l’ingénieur de Kodak qui, en ce beau jour de 1901, a eu la bonne idée d’inventer le format carré. Personne ne se souvient de son nom, il n’a peut-être

pas de descendants... C’eut été judicieux de sa part de s’autoportraiturer, comme ça chacun d’entre nous pourrait se recueillir de temps à autres devant son auguste personne. L’époque à laquelle il appartint est désormais révolue ; Kodak a arrêté la fabrication de films qui ont nourrit sa légende - RIP Kodachrome et consorts – et pour beaucoup la photographie se résume à capter des instants privilégiés avec un téléphone portable contenant des applis qui permettent de « dégrader » les images, leur donnant un aspect vieilli, hors du temps. Le XXIe siècle aime entretenir les confusions, fait du vieux avec du neuf et vice-versa, distord le temps et l’espace par l’immédiateté du monde 2.0, nous poussant à faire toujours plus d’images, les partager, alors qu’on ne sait même pas comment elles seront conservées, puisque beaucoup d’entre elles ne seront jamais imprimées. Dans les années 50, les photos de famille était réalisées la plupart du temps avec de petits appareils dont les réglages approximatifs entraînaient de nombreux ratages. Même floues, mal cadrées, mal exposées, ces images étaient pour les gens le moyen de se souvenir de moments heureux et c’est encore la seule manière pour nous de voir à quoi ressemblaient nos aïeux. Je donnerai cher pour savoir comment mes arrières-arrières-petits-enfants pourront voir la tête que j’ai.... Pas vous ? Bonne lecture

Yves Bigot, septembre 2011

5


Usine Kodak de Sevran, Seine-Saint-Denis (France) vers 1900

6


Mr X, Kodak laboratories Every day, the team at Square Magazine blesses the Kodak engineer who, on that day in 1901, had the good idea to invent the square format. No one remembers his name, maybe he has no descendants ... It would have been wise of him to do a self portrait so that we could bow from time to time to a marble effigy of his greatness. Kodak has stopped making the films that fed its legend - RIP Kodachrome and al- and for many now photography means capturing more or less privileged moments with a mobile phone containing apps that allow you to “degrade” the images, giving them an aged look, out of time. The 21th Century likes maintaining confusion, mixing old and new and vice versa, distorting time and space via the immediacy of the World 2.0, urging us to take more pictures and share them. We do not even know how these images will be preserved, since most of them will never be printed. In the 50’s, family photos were taken mostly with small devices whose approximate settings resulted in many failures. Even blurry, poorly framed, poorly exposed, these images were a way for people to remember happy times and they still are the only way for us to get an idea of what our ancestors looked like. I’d give a lot to know how my great-great-grandchildren will see what I looked like… What about you? Happy reading.

Yves Bigot, September 2011

7


alexandfelix

13 Queens

F

or more than 12 years, alexandfelix - alias

The current project by alexandfelix, ÂŤQueensÂť,

the two Lucerne-based artists Alex Gerts-

marks the consistent continuation of their work

chen and Felix Meier - have built their

and at the same time some kind of coronation. For

dream worlds together, bringing them to life in

the first time, the models leave their backdrops.

lusciously composed photographic productions. One of their trademarks is the construction of dra-

They carry the objects themselves as if they were

matic backdrops. From initial ideas sketches are

pieces of clothing and by doing so turn into some

developed before the hard work begins: timbering,

kind of backdrop themselves. On their bodies, the

gluing, painting and constructing, up to the point

wondrous realm of which they are Queens spreads

where a small universe starts to take shape.

out. The insignia of power, the signs of their dreamland, are hanging from their bodies, stick to

With a complexity that is unique in their field, the

their skin, stand above head and shoulders.

artists craft every single detail of their various sceneries themselves.

These queens have truly incorporated their sen-

What follows are the costumes and staging of

sual empire. Each for herself a proud queen,

the models with colours and materials that come

patron saint of ornaments, ruler over an empire

close to a baroque opulence. In an age of compu-

of symbols, in which the viewer is invited to lose

ter manipulation, this working method appears

themselves.

anachronistic, but much more than that, it comes across as refreshingly authentic.

www.alexandfelix.com

8


9


10


11


12


alexandfelix

13 Queens

P

endant plus de douze ans, alexandfelix,

chronique, mais en fait elle serait plutôt fraîche-

alias les artistes Lucernois Alex Gerts-

ment authentique.

chen et Felix Meier, ont construit leurs

Le projet « Queen » est une marque de la constance

mondes de rêve ensemble, les amenant à la vie

de leur travail tout autant qu’il en est une sorte de

au travers de productions photographiques somp-

couronnement. Pour la première fois les modèles

tueuses. Une de leurs signatures est la construc-

quittent leurs décors. Elles portent elles-mêmes

tion de décors dramatiques. Les idées initiales se

les accessoires comme autant de vêtements, et de

transforment en sketchs, puis le dur labeur de

ce fait se transforment elles-mêmes en éléments

construction commence : coupage du bois, col-

de décor. Le royaume duquel elles sont reines

lage, peinture et assemblage, jusqu’à ce qu’un

s’étale sur leurs corps mêmes. Leurs sceptre de

univers miniature prenne forme.

pouvoir, les signes de leur imaginaires s’y accrochent, ils leurs collent sur la peau et sont drapé

Avec une complexité unique dans cette discipline,

autour de leurs épaules.

les artistes façonnent chaque détail de leurs scènes eux-mêmes… ensuite viennent les cos-

Ces reines sont bel et bien incorporées à leurs

tumes et la mise en scène des modèles, utilisant

empires sensuels. Ce sont des reines fières, des

des tissus et des couleurs évoquant une opulence

Patronnes-saintes ornementées, régnant sur un

toute baroque. En cet âge de manipulation numé-

monde de symboles, un monde dans lequel le visi-

rique, cette manière de faire peut sembler ana-

teur est invité à se perdre.

www.alexandfelix.com

13


14


15


Page de droite : dfkj qùsdf ùqskjf kqjsù -------Page de droite : dfkj qùsdf ùqskjf kqjsù

16


17


18


19


20

20


Chris Rain

Portraits

I

n line with Deutsch expressionist cinema

This small everyday life theatre offers a shadowy

and surrealism, at the edge between fantasy

transvestism of reality, a worrying although fa-

and materiality, Chris Rain’s photography

miliar strangeness. Poetry exudes from reality,

deals with the domain of the impalpable. Dissol-

which brings it to be reconsidered. The dazzling

ving reality by multiplying the mists, erasing the

visual extravaganza in black and white of these

common realism of forms and matters, the artist

little oneirics ‘’fairy tales’’ of intriguing characters

seems to capture his own dreams and not what

puzzles by its gloomy singularity and fascinates

he sees. In his images, fiction and fantasy take

with its immanent lyricism. These photographs

on shapes. Everything seems possible. Objects

explore the world of paradox and illusion, by offe-

(cranes, lamp posts) and animals (jellyfish, fishes)

ring the eye an ambiguous riddle that disrupts the

become monumental and hover in space. The pho-

rational.

tograph’s illusionism asserts itself.

> CHRIS RAIN SHOWS > Crochetan Theater (Monthey, Switzerland) from September 16 to November 3rd, 2011 Rue du Théâtre 6 - 1870 Monthey (Switzerland) Site : www.crochetan.ch/ Monday-friday, 9h - 12h, 14h - 18h and the evenings of spectacles 14h - 23h/minuit > Bagnes Museum (Le Ch‚ble, Switzerland) from October 1st to November 6, 2011 Rue de ClouchËvre 30, 1934 Le Ch‚ble (Switzerland) Site : www.museedebagnes.ch/ Wednesday-Sunday, 14h - 18h

juliahountou.blogspot.com/

21


22


23


Chris Rain

Portraits

D

ans la lignée du cinéma expressionniste

Ce petit théâtre du quotidien offre un travestisse-

allemand et du surréalisme, à la lisière

ment fantasmagorique de la réalité, une inquié-

entre matérialité et fantastique, les pho-

tante et pourtant familière étrangeté. La poésie

tographies de Chris Rain touchent au domaine de

émane du réel qu’elle amène à reconsidérer.

l’impalpable. En multipliant les voiles pour mieux

L’éblouissante féerie visuelle en noir et blanc de

dissoudre le réel, effacer la réalité triviale des

ces petits « contes  » oniriques aux personnages

matières et des formes, l’artiste semble fixer ce

intrigants déroute par sa singularité sombre et

qu’il rêve, et non ce qu’il voit. Dans ses images,

fascine par son lyrisme immanent. Ces images

fiction et fantasmes prennent corps. Tout semble

explorent les mondes du paradoxe et de l’illusion,

possible. Objets (grues, lampadaires…) et animaux

en proposant au regard une devinette ambiguë qui

(méduses, poissons…) deviennent monumentaux

perturbe le rationnel.

et flottent dans l’espace. L’illusionnisme du photographe s’affirme.

Extrait du catalogue d’exposition de Julia Hountou, Commissaire de l’exposition Dr. en Histoire de l’art / Pensionnaire à l’Académie de France à Rome 2009-2010

juliahountou.blogspot.com/

24


25


26


27


28


29


30


31


Kati Rudlova

Fashion victims

J

’adore le format carré. J’avais envie d’en faire, mais il me manquait un sujet. Peut etre des autoportraits, mais comment? Le

I

love the square format. I wanted to take square images, but I was missing a theme. Maybe self-portraits, but how? The square format ap-

format carré m’attirait et me perturbait en même

pealed to me and disturbed me at the same time.

temps.

And then one day I got into it. I photographed

Et puis un jour, je m’y suis mise. Je me suis photo-

myself in square format. That day, all I knew was

graphié en format carré. Ce jour-là, je savais juste

I wanted the result to be colored and square.

que je voulais que le résultat soit coloré et carré.

My first photos of the Fashion Victim series were

Mes premières photos de la série Fashion Victim

born.

etaient nées.

www.katirudlova.com

32


33


34


35


37


38


40


41


42


43


Nelli Palomäki

Elsa and Viola

L

a manière dont laquelle les gens agissent quand ils sont devant l’appareil photo est vraiment fascinante. Ils sont désespéré-

T

he way people act in front of camera is truly fascinating. They are desperately searching for their mirror-face, which only exists in

ment à la recherche d’une sorte de visage-miroir,

their mind. Everyone is aware of their better side

qui n’existe que dans leur tête. Tout le monde

and even more aware of their flaws, unsuccess-

connait son meilleur coté, et connait encore mieux

fully hiding them. They can recognize the same

ses propres défauts et essaie sans succès de les

things in me too; realizing this makes me really

cacher. Ils voient la même chose en moi ; cette

insecure and nervous.

réalisation me fait manquer d’assurance et me rend nerveuse.

This is what makes the portraiture, the actual moment of taking the image, extraordinary. Accepting

C’est cela qui rend la portraiture, le moment où

the fact that we are there as we really exist, with

l’image est capturée, vraiment extraordinaire.

our good and bad features, makes the whole thing

Accepter le fait que nous sommes là, vivants, avec

suddenly quite comfortable.

nos qualités et nos défauts, rend l’expérience soudainement plus confortable.

www.nellipalomaki.com

44


45


46


47


48


49


50


51


52


53


54


55


Sylvie Meunier et Patrick Tourneboeuf

«American dream», portrait of an era

C

e sont en apparence des photographies de famille ordinaires, prises par des inconnus, ce que nous nommons communément

T

hey look like ordinary family photographs, taken by strangers, whom we commonly call “amateur photographs”. These photo-

« des photographies d’amateur ». Ces clichés pris

graphs, taken in the 50’s and the 70’s, are part of

entre les années 50 et 70 s’inscrivent dans une tra-

an American photographic tradition; they are all

dition photographique toute américaine ; de format

using the square format, representing men and

carré, représentant des hommes et des femmes

women proudly posing in front of their car, in front

posant fièrement devant leur voiture avec pour dé-

of their home decor. The poses, the framing, the

cor leur maison. Les poses, le cadrage, le point de

perspective, they are all alike ...

vue, sont récurents, tous semblables… Together they reveal - despite themselves, unMises ensemble elles révèlent –et cela mal-

beknown to those who took these photogra-

gré elles, à l’insu de ceux qui ont pris ces pho-

phs - the dream of American families. They

tographies - le rêve des familles américaines.

embody social success, they speak of hap-

Elles incarnent la réussite sociale, elles parlent

piness, and they are a reflection of an era.

de bonheur, elles témoignent de leur temps. The formal simplicity of these images, their famiLa simplicité formelle de ces images, leur familiari-

liarity, endows them with a very strong symbolic

té les dotent d’un très fort pouvoir symbolique. Elles

power. They become icons of the American dream.

deviennent alors des icônes du rêve américain.

Le site d’instantanés ordinaires

56


57


58


59


60


61


62


63


64


65


66


67


68


Jennifer Shaw

BookReview A SQUARE BOOK

Hurricane story

T

o tell a story means to pass on the emo-

the actual destruction of New Orleans by Katrina:

tion you felt because of a certain event or

Jennifer, nine months pregnant and due to deliver

subject from you to me. You’re straight

in a week’s time, left the town with her family just

away hitting a snag though: the chances

before the flood anyway.

are that what is important to you is not what is important to me and that, basically, I don’t care.

When a child has trouble explaining what they are

Furthermore, as a 21st century civilised man, I am

going through, support workers ask them to draw

now seeing so many images, I am swamped by so

their feelings, or act them up using dolls and toys.

many events and issues from around the globe

This is exactly what Jenifer photos look like to me:

that you’ll need to compete pretty hard with thou-

a therapeutic process, an re-enactment, a coping

sands of others for me to have a look at your stuff.

mechanism. The photos are dream like, subdued

It’s like pulling my sleeve to grab my attention

and subtle. Their simple titles place them along

when everybody else is bashing me around with a

a timeline of highly personal and life affirming

baseball bat.

events, like captions in a comic strip. The toys used as props are a perfect counterpoint to the disaster

So forget about heavy symbolism and flashy sen-

that is looming outside, without being mawkish.

sationalism, the kind of stuff everybody does. Go

The book is a study of the chaotic forces of nature

straight for the heart instead.

(be they a newborn baby or a hurricane) and how we, as human beings, relate to and cope with them.

Jennifer Shaw’s new book, Hurricane story, does

They are bright, simple, but slightly spooky too.

just that. It doesn’t show another broken building or an abandoned bicycle. It doesn’t assail me with

Christophe Dillinger, October 2011

the syrupy symbolism of the teddy bear lying in the mud. In fact, it doesn’t show me anything at all of

www.jennifershaw.net

69


70


Parution

Jennifer Shaw

UN LIVRE CARRÉ

Hurricane story

R

aconter une histoire, cela signifie faire

Quand un enfant a du mal à expliquer ce qu’il tra-

passer une émotion éprouvée à cause

verse, les thérapeutes leur demandent de dessi-

d’un certain évènement ou sujet, de vous

ner leurs sentiments, ou de les mettre en scène

vers moi. Et déjà vous tombez sur un os : il y a des

en utilisant des poupées et des jouets. C’est exac-

chances pour ce qui intéresse vous ne m’intéresse

tement ce à quoi les photos Jenifer Shaw res-

pas moi. En un mot, je m’en fiche. De plus, étant

semblent pour moi: un processus thérapeutique,

un homme du 21eme siècle, je suis bombardé à

une reconstitution, un mécanisme d’adaptation.

tour de bras par tant de problèmes et d’enjeux

Les photos sont comme des rêves, elles sont

ayant lieu partout dans le monde que la concur-

sobres et subtiles. Les titres simples les placent le

rence sera rude si vous voulez que je jette un œil

long d’une chronologie d’événements personnels

à vos photos. C’est une peu comme essayer de

et formateurs, comme les légendes d’une bande

m’agripper gentiment par la manche avec d’atti-

dessinée. Les jouets utilisés comme accessoires

rer mon attention quand tout le monde me tape

sont un parfait contrepoint à la catastrophe qui se

dessus avec des battes de baseball.

profile à l’extérieur, sans faire dans le mièvre.

Alors oubliez le symbolisme lourd et le sensa-

Le livre est une étude des forces chaotiques de

tionnalisme tape à l’œil, le genre de truc que

la nature (qu’il s’agisse d’un bébé nouveau-né ou

tout le monde fait. Visez droit au cœur à la place.

d’un ouragan) et comment nous, en tant qu’êtres

Le nouveau livre de Jennifer Shaw, Hurricane

humains, nous les vivons et y réagissons. Lumi-

story, fait justement cela. Il ne me montre pas un

neux, simple, mais un peu effrayant aussi.

autre bâtiment en ruines ou un vélo abandonné. Il ne m’assaille avec le symbolisme sirupeux de l’ours en peluche oublié dans la boue. En fait, ce

Christophe Dillinger, octobre 2011

livre ne me montre rien du tout de la destruction

BROKEN LEVEE BOOKS

effective de la Nouvelle-Orléans par l’ouragan

An imprint of Chin Music Press

Katrina : Jennifer, enceinte de neuf mois et à une

ISBN: 978-0-9844576-3-2 , $18 US/$21.50 CAN,

semaine de l’accouchement, quitta la ville avec

Clothbound hardcover

sa famille juste avant l’ouragan de toute façon.

with introduction by Rob Walker

71


72


73


74


75


76


77


78


79


80


81


82


Larry Fink

The vanities You ever find yourself surrounded by stars, close your eyes and wish for the moon...... These images were culled from the night of all nights  9 of them to be sure The heralded vanity fair Oscar party   the dont miss, wanna be, soiree where the wretched go to be reborn... Where illusions hit the ground as fact. and  all of the grace within the gesture cannot paint out the  greed and the anxious fat... live on aspirants life is for the winning Larry Fink, Sept 2011

www.larryfinkphotography.com

83


84


85


86


87


89


90


91


92


93


94


Andrea Boyer

Objetos forzatos

M

M

les matériaux. Les objets que je choisis appar-

sen objects belong to everyday life. I only use natu-

tiennent au monde du quotidien. Je n’utilise

ral light; therefore the contrast and the changes in

que la lumière naturelle ; de cette manière, le

shadows relate to the weather and to the passing

contraste et les changements dans les parties

hours. Each shot has grown individually during

ombrées sont en relation avec les heures qui

post production.

on travail, qui s’inspire du temps qui passe, fait revivre la tradition de la nature morte espagnole du 17ème

siècle, mettant en évidence le contraste entre

y work, inspired by the passing of time, revives the Spanish still life tradition of the seventeenth century, highlighting

the contrast between different materials. The cho-

passent et le temps qu’il fait. Chaque image évolue durant le traitement.

95


96

96


97


98


99


100


101


102


103


104


105


Anthony Jones

Portraits

W

orking in black and white with a me-

of the lone photographer, walking the streets with

dium format camera, Anthony walks

his eyes open to the moment when balance occurs

the streets of his native London looking

and an image can be made.

for momentary juxtaposition of disparate objects creating a pattern that only black and white can

His work does not speak of today or yesterday or

reproduce. His image of a London taxi in front of

tomorrow. Instead they speak of the abstract pat-

the Bank of England holds both the motion and

terns created by the momentary conjunction of

constant change of urban life and the solidity of

objects and places in the modern metropolis. His

tradition and steadfastness. His work has the fla-

images are quiet reflections in the midst of a noisy

vour of Paul Strand’s images of New York in the

city. His images both define and belie the facts of

1930s and of Bill Brandt’s London work a decade

modern urban life.

later. Anthony’s work comes from a long tradition

Text by Roger Watson, curator of the Fox Talbot Museum, UK. Extract from a larger text, first published on the blog of the George Eastman House Museum in September 2011. Please read the original version.

www.ajphoto.info

106


107


108


109


110


111


112


113


114


Anthony Jones

Portraits

T

ravaillant avec un appareil moyen format

cennie plus tard. Il appartient à la longue tradition

chargé en noir et blanc, Anthony déambule

du photographe solitaire, les yeux grand ouverts, à

dans les rues de son Londres natal, à la

l’affût du moment où l’équilibre se fait et la photo

recherche de la superposition d’objets divers s’ex-

se capture.

primant dans un langage que seul le noir et blanc peut traduire correctement. Son image d’un taxi

Il ne parle ni d’aujourd’hui, ni d’hier ni de demain.

londonien devant la Banque d’Angleterre contient

Ses images parlent au contraire des dessins

à la fois l’essence du mouvement et du change-

abstraits crées par la conjonction momentanée

ment constant de la vie urbaine, ainsi que la soli-

d’objets et d’endroits dans la métropole moderne.

dité de la tradition et la loyauté.

Elles sont de calmes miroirs au milieu du brou-

Son travail a le goût des images de New York

haha de la ville Elles définissent et masquent à la

prises par Paul Strand dans les années 30 et des

fois les événements de la vie urbaine moderne.

photos de Londres de Bill Brandt datant d’une dé-

Texte par Roger Watson, curateur du Fox Talbot Museum, GB. Ceci est un extrait d’un texte plus long, publié pour la première fois dans le blog du Georges Eastman House Museum, en septembre 2011. Suivez ce lien pour consulter l’article original.

www.ajphoto.info

115


116


117


The Square team > Rédacteur en chef : Christophe Dillinger www.cdillinger.co.uk > Direction artistique : Yves Bigot et Margaux Marie www.yvesbigot.com • www.studiobigot.fr > Aide précieuse, conseils avisés : Carine Lautier > Tête chercheuse éclairée : Audrey Lamandé > Traduction : Vanessa Coquelle - www.vanshawe.wordpress.com > Relecture : Clara Forest, Véronique De Launay > Assistants UK: Timothy Coultas

> > > > >

Sites internet et blog sur mesure Template pour Wordpress Animations Flash et Bannieres XHTML/CSS conforme W3C Référencement naturel

Lemonfig creative a réalisé le site internet de Square Magazine.

www.lemonfig.ie

> > >

Editeur de livres photographiques & tirages d’art Communication institutionnelle & événementielle identité visuelle

Le Studio Bigot a créé la maquette et réalise la mise en pages de Square Magazine.

www.studiobigot.fr


square MAGAZINE

Vous souhaitez participer à Square

2.3

Do you want to contribute

Magazine ? Rien de plus simple :

to this magazine?

envoyez-nous un message à

Drop us a line to

contribute@squaremag.org.

contribute@squaremag.org

Soyez sûrs de ne nous envoyer que des

Please

photos au format carré. Nous acceptons

photographs. We accept anything, even

toute image dans ce format, que ce soit

24x36 or digital cropped, or Polaroid.

du film 24x36, du numérique recadré ou

Square is in the mind, not necessarily in

du Polaroid… Un carré, c’est dans l’œil,

the camera.

send

only

square

format

pas seulement dans l’appareil. We need a coherent series of around Nous

avons

besoin

d’une

série

cohérente d’une quinzaine de photos

15 pictures max as well as an artist statement about your work.

maximum et d’une description de votre travail.

+ D’INFOS ? MORE NEWS? > Abonnez-vous à notre newsletter > Subscribe to our newsletter

WWW.SQUAREMAG.ORG/CONTACT/

Profile for Yves  Bigot

Square Magazine 2.3  

Version FR/UK Featuring work by alexandfelix, Chris Rain, Kati Rudlova, Nelli Palomäki, Meunier/Tourneboeuf, Jennifer Shaw, Larry Fink, Andr...

Square Magazine 2.3  

Version FR/UK Featuring work by alexandfelix, Chris Rain, Kati Rudlova, Nelli Palomäki, Meunier/Tourneboeuf, Jennifer Shaw, Larry Fink, Andr...