__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

MAGAZINE 501

Roberta Neidigh Anastasia Taylor-Lind Alma Haser Tony Blood Odeta Catana Olivier Du TrĂŠ Mary Mattingly Krzysztof Wladyka Paola Leonardi Adam Paczuk


roberta Neidigh

4

a.taylor-lind 16 alma haser

28

tony blood

38

odeta Catana

48

olivier du trĂŠ

60

mary mattingly

70

KRZYSZTOF WLADYKA

84

Paola leonardi

96

adam paczuk

106

The images published in this magazine are copyrighted to their corresponding creators.


Let’s do multimedia On passe au multimédia This issue is a bit different from the others.

Ce numéro est un peu différent des autres.

First of all, it’s the first issue of our fifth year of publication. We’re

Tout d’abord, c’est le premier numéro de notre cinquième année

having a celebratory exhibition in Rennes, home of Yves Bigot,

de publication. Nous fêtons le coup en organisant une exposition

who is co-founder of the magazine. This show is scheduled then

à Rennes, le coin d’Yves Bigot, qui est cofondateur du magazine.

travel to Oxford and Derby and Birmingham in the UK, and who

Il est prévu que cette expo s’en aille à Oxford, puis Derby et

knows, maybe it’ll come back to France.

Birmingham au Royaume-Uni et qui sait, peut-être reviendra-t-

Secondly, Squaremag (UK) C.I.C. is now a Community Interest

elle en France.

Company. It’s a bit like a charity really. It means that now we are

Deuxièmement, Squaremag (UK) C.I.C est maintenant une

a legal, bone fide company with proper statutes. That doesn’t

Community Interest Company. C’est un peu comme un

mean we’re making money. It’s not that kind of company.

organisme caritatif en fait. Cela signifie que nous sommes

Lastly, and for the first time, this issue contains square videos

maintenant une vraie société, avec de vrais statuts. Cela ne

as well as photographs. It means that you need to open it using

signifie pas qu’on va se faire des sous. Ce n’est pas ce genre

Adobe Acrobat Reader (or any other PDF reader software),

de société.

otherwise you won’t see them. It is a bit of a bother, but it is well

Finalement, pour la première fois, ce numéro contient des

worth it.

vidéos carrées ainsi que des photographies. Cela signifie que vous devez ouvrir le fichier PDF avec Adobe Acrobat Reader (ou tout autre lecteur de PDF), sinon vous ne les verrez pas. C’est un peu ennuyeux, mais ça en vaut la peine.

Christophe Dillinger, 04/2014. Also, please take some time filling in our quick survey / Prenez aussi le temps de remplir notre petit questionnaire svp

3


Roberta Neidigh Property line

www.robertaneidigh.com

Where two plots of suburban land meet, a visual dialogue begins. This point of contact, on the property line, reveals communication between neighbors. Landscape becomes an extension of the self. There is no margin here. Are we connected or divided where our land touches the land of another? How is this line drawn? In this body of work, I explore the way we protect our boundaries by creating a buffer in a place that has none, and how we cling more strongly to our own identity as our space nears its edge.

4

Lorsque deux parcelles de banlieue se rencontrent, un dialogue visuel commence. Ce point de contact, sur la ligne de propriété, révèle un début de communication entre voisins. Le paysage devient une extension de soi. Il n’y a aucune marge. Sommes-nous connectés ou divisés là où notre terre touche la terre d’un autre? Comment cette ligne est-elle tracée? Dans cette série, j’explore la façon dont nous protégeons nos frontières en créant un tampon dans un lieu qui n’en a pas, et comment nous nous accrochons plus fortement à notre identité à mesure que notre propre espace se rapproche de sa limite.


5


6


7


8


9


10


11


12


13


14


15


Anastasia Taylor-Lind Today we mourn

instagram.com/anastasiatl

KIEV, Ukraine — On the morning of Feb. 22, I set up my

across the square, helping us set up the backdrop. A few other

makeshift portrait studio by the barricades on Hrushevskoho

protesters gathered around to help erect the large metal frame

Street for the first time since the horrific violence that gripped

and hoist the black muslin into place. The first portrait I made

Maidan, the city’s Independence Square, last week.

was of Oleg, and then one after another I photographed the battered, blackened, and exhausted young men who made

Before my fixer Emine Ziyatdinova and I got to the spot that we

up the Maidan self-defense force. Many were still visibly

had scouted out the night before, we met Oleg, a 39-year-old

traumatized; some of their hands were still trembling. The

fighter from Zhytomyr. I had photographed him a few weeks

question, «Were you here?» prompted bowed heads and at

ago, when I was last in Kiev and before «bloody Thursday.»

times even stifled sobs.

At first we didn’t recognize him with fresh clothes and a cleanshaven face, but Oleg hugged and kissed us both tenderly,

So much has changed since the last time I set up this

lingering in each embrace. He had a black eye, the only visible

makeshift portrait studio in the square. The barricades here

trace of a beating by police on Feb. 18 that left him hospitalized

saw heavy fighting and were destroyed in a police attack on

for two days. This meant that he had missed the battles on

Feb. 18, only to be taken back and rebuilt two days later. The

Thursday, Feb. 20, when 100 protesters were reportedly killed

buoyant and defiant atmosphere is gone. The young men who

and nearly 600 others injured, which he lamented.

stood in front of my camera have lost their youthful swagger, their cheeky winks, their puffed chests and jokes. They have

Like so many men we have met since the violence of last week,

been replaced by hollow stares and heavy shoulders.

Oleg looked as though he had just stepped out of the battle: wild

16

eyed and stunned, trying to comprehend what has happened

Hrushevskoho Street remains much the same, blacker from

here. Still, he insisted on carrying some of our equipment

the recent fighting, but the cleanup has begun and the smell


Click to activate

If this movie doesn’t show, please open the pdf in Acrobat reader (and not Preview on a Mac) Si vous ne voyez pas d’animation, ouvrez le fichier pdf avec Abrobat reader (et non Preview sur Mac)

17


of burning tires is fading. Now, only a few fighters guard the

Most of these women cried as they stood in my studio. Zoya,

barricade, which is no longer sealed and leads past the old

38, (seen above), choked back tears as she spoke about the

front line where the lines of riot police stood, up the hill, and

violence over the last few days «It’s really hard to talk about

to the Ukrainian parliament, which is now under the control of

what happened here. It’s so sad that people were killed during

protesters.

peacetime, especially that 17-year-old boy. I want my son, who is also 17, to live in an honest and fair Ukraine.»

On Feb. 23, I went back again, and this time I took pictures of the streams of women coming to Independence Square, which was full of people carrying flowers to honor the dead -- Zoya,

with frustration, boredom, at times anger or terror and fear,

Galina, Oksana, and Olga from Kiev, Alla from Dnipropetrovsk,

sometimes jubilation, but today there is mourning.

and Katerina from Donetsk. They arrived with bunches of roses, carnations, and tulips in their arms, which they then gently placed on the barricades, adding to the huge piles of flowers that had been amassing since Saturday evening.

18

In the short time I have worked here, I have felt Maidan filled


19


Click to activate

If this movie doesn’t show, please open the pdf in Acrobat reader (and not Preview on a Mac) Si vous ne voyez pas d’animation, ouvrez le fichier pdf avec Abrobat reader (et non Preview sur Mac)

20


Click to activate

If this movie doesn’t show, please open the pdf in Acrobat reader (and not Preview on a Mac) Si vous ne voyez pas d’animation, ouvrez le fichier pdf avec Abrobat reader (et non Preview sur Mac)

21


Anastasia Taylor-Lind Today we mourn

instagram.com/anastasiatl KIEV, Ukraine - Dans la matinée du 22 février, je monte mon

ce qui s’est passé ici. Néanmoins, il insiste pour porter une

studio de portrait de fortune près des barricades - Rue

partie de notre équipement à travers la place, nous aider à

Hrushevskoho - la première fois depuis l’horrible violence qui

tendre la bâche de fond. Quelques autres manifestants se

s’empara de Maidan, Place de l’Indépendance, la semaine

rassemblent autour pour nous aider à ériger le grand cadre

précédente.

métallique et hisser la mousseline noire en place. Le premier

Avant que mon associé Emine Ziyatdinova et moi n’arrivions

portrait que je fais est celui d’Oleg, puis l’un après l’autre je

à l’endroit que nous avions repéré la veille, nous rencontrons

prends en photo des jeunes hommes battus, noircis et épuisés

Oleg, un combattant de 39 ans originaire de Jitomir. Je l’avais

qui composent le groupe d’autodéfense de Maidan. Beaucoup

photographié quelques semaines plus tôt, quand j’étais à Kiev,

sont encore visiblement traumatisés ; certains ont encore les

avant «Bloody Thursday». Au début, nous ne le reconnaissons

mains qui tremblent. La question « Étiez-vous ici ? » encourage

pas, avec ses vêtements frais et un visage rasé de près, mais

les têtes baissées et parfois même les sanglots étouffés.

Oleg nous étreint et nous embrasse tous deux tendrement, s’attardant dans chaque étreinte. Il a un œil au beurre noir,

22

Tant de choses ont changé depuis la dernière fois que j’ai mis en

la seule trace visible d’un passage à tabac par la police le 18

place ce studio de portrait improvisé sur la place. Les barricades

février qui l’a laissé hospitalisé pendant deux jours. Cela veut

ont vu de violents combats et ont été détruites lors d’une attaque

dire aussi qu’il avait manqué les batailles du jeudi 20 février,

de la police le 18 février, avant d’être reprises et reconstruites

lorsque 100 manifestants furent tués et près de 600 autres

deux jours plus tard. L’atmosphère dynamique et provocante

blessés, quelque chose qu’il déplore.

n’est plus. Les jeunes hommes qui se tenaient devant mon

Comme tant d’hommes que nous avons rencontrés depuis

appareil photo ont perdu leur arrogance juvénile, leurs clins d’œil

les violences de la semaine passée, Oleg a l’air de sortir de la

insolent, leurs torses en avant et leurs blagues. Tout cela est

bataille : des yeux sauvages, étourdis, essayant de comprendre

remplacé par des regards creux et des épaules voutées.


La rue Hrushevskoho reste la même, rendue plus noire par les

La plupart de ces femmes pleurent dans mon studio. Zoya,

récents combats, mais le nettoyage a commencé et l’odeur

38 ans, étouffa ses larmes en me parlant de la violence des

de pneus en feu s’estompe. Maintenant seuls quelques

derniers jours : « C’est vraiment difficile de parler de ce qui

combattants gardent la barricade ébréchée et ils nous

s’est passé ici. C’est tellement triste que des gens soient tués

font passer devant l’ancien front, là où les lignes de police

en temps de paix, en particulier celle de ce garçon de 17 ans.

anti-émeute se tenaient, sur la colline, jusqu’au Parlement

Je veux que mon fils, qui a aussi 17 ans, puisse vivre dans une

ukrainien, maintenant sous le contrôle des manifestants.

Ukraine honnête et juste ».

Le 23 février, je suis retourné à nouveau là-bas et cette fois

Dans le peu de temps que j’ai travaillé ici, j’ai connu Maidan

j’ai pris des photos des flux de femmes venant de la Place de

pleine de frustration, d’ennui, parfois de colère ou de terreur et

l’Indépendance, peuplée de gens portant des bouquets de

de peur, parfois de jubilation aussi, mais aujourd’hui Maidan est

fleurs pour honorer les morts - Zoya, Galina, Oksana, et Olga

en deuil.

de Kiev, Alla de Dnipropetrovsk, et Katerina de Donetsk. Ils sont venus avec des bouquets de roses, d’œillets, et de tulipes dans les bras, qu’ils ont ensuite placés délicatement sur les barricades, ajoutant à l’énorme tas de fleurs déjà amassées là depuis samedi soir.

23


24


25


26


Click to activate

If this movie doesn’t show, please open the pdf in Acrobat reader (and not Preview on a Mac) Si vous ne voyez pas d’animation, ouvrez le fichier pdf avec Abrobat reader (et non Preview sur Mac)

27


Alma Haser Cosmic surgery

www.haser.org

Since leaving University in 2010, Alma has been working on self-portraits, being her own willing and available model. More recently she has started taking portraits of other people and is interested in making work that has a disquieting or disconcerting resonance. Alma has always made things with her hands and now tries to find ways to combine her fine art background with photography. She has used origami in the past as props in her photographs, but in this series ‘Cosmic Surgery’ the origami has become an integral part of the final image. The series has three distinct stages. Firstly Alma photographs her sitter, then prints multiple images of the subjects face and folds them into a complicated origami modular construction, which then gets placed back onto the original face of the portrait. Finally the whole thing is re-photographed. Origami is very meditative, you can get lost in the world of folding for hours. It is also extremely delicate and fragile, so by giving each geometric paper shape somewhere to sit within the final image, the origami has

28

been given a backbone. There is something quite alien about the manipulated faces, as if they belong to some futuristic next generation. In these portraits the children become uncanny, while their parents are seen in a more familiar moment. With the simple act of folding an image Alma can transform each face and make a sort of flattened sculpture. By de-facing her models she has made their portraits into her own creations.


29


30


31


32


Alma Haser Cosmic surgery

www.haser.org

Depuis qu’elle a quitté l’université en 2010, Alma a travaillé sur des autoportraits, devenant son propre modèle, toujours prête et toujours disponible. Plus récemment, elle a commencé à prendre des portraits d’autres personnes et s’attelle à faire un travail dont la résonance est inquiétante ou déconcertante. Alma a toujours aimé manipuler les choses et elle essaie maintenant de trouver un moyen de combiner sa pratique de l’art plastique avec la photographie. Par le passé, elle a utilisé l’art de l’origami comme accessoire dans ses photographies, mais dans la série Cosmic surgery l’origami est devenu une partie intégrante de l’image finale. Cette série comporte trois étapes distinctes : tout d’abord Alma photographie son modèle, puis imprime plusieurs images de son visage et enfin utilise l’art du pliage japonais, en une construction modulaire complexe, qui est ensuite replacée sur le visage original. Le tout est ensuite photographié une nouvelle fois. L’origami est un art très méditatif, il est possible de se perdre pendant des heures dans un monde de pliage.

C’est aussi une pratique extrêmement délicate et fragile, et en trouvant à chaque forme de papier géométrique un endroit où fusionner dans l’image finale, elle donne à cet origami une espèce de colonne vertébrale… Il y a quelque chose de tout à fait étrange dans ces visages manipulés, comme s’ils appartenaient à une nouvelle génération futuriste. Dans ces portraits les enfants deviennent aliénés, alors que leurs parents apparaissent familiers. Avec le simple fait de plier une image, Alma peut transformer chaque visage et en faire une sorte de sculpture aplatie. En maquillant de ses modèles, elle a fait de leurs portraits ses propres créations.

33


34


35


36


37


Tony Blood

Domestic interiors

www.tonyblood.com

Drawing on the influence of Renaissance painting and contemporary still life photography the series of images seeks to address the representation of social issues such as class, identity and the economy within the décor of domestic interior. By carefully placing raw meat and animal body parts alongside everyday objects, the work evokes a forensic quality and suggests a range of subtle meanings.

38

S’appuyant sur l’influence de la peinture de la Renaissance et de photographies de natures mortes contemporaines, cette série vise à répondre à la représentation de problèmes sociaux tels que la classe sociale, l’identité et l’économie dans le décor de l’intérieur domestique. En plaçant soigneusement la viande crue et les bouts d’animaux aux côtés d’objets du quotidien, le travail évoque une qualité anatomique et une gamme de significations subtiles.


39


40


41


42


43


44


45


46


47


Odeta Catana Guilty pleasures

www.odetacatana.com

What is a guilty pleasure? This is how all my conversations would start when I would ask people in Berlin to be photographed. Pleasure makes us feel good and it becomes guilty when our reason makes us feel guilty at the same time. So guilty pleasure is a mixed contradictory feeling in which we indulge from time to time. It can be anything, from gestures to attachments to objects or eating habits. People can feel guilty for different reasons: for spending too much money on something, too much time wasted with a habit or when they feel what they consume is not good for them, not healthy. The «guilt» involved can also be sometimes simply fear of others discovering one’s lowbrow or otherwise embarrassing tastes. For this specific type of guilty pleasures, it has been a challenge and an issue to be able to photograph, simply because if you want to hide it, it means you wouldn’t show it in a photo that will be published and displayed. I do believe that we all have somehow guilty pleasures, with no regards to age, culture or gender. The guilty pleasures might be at different levels, and here is

48

involved the degree of guiltiness, which might vary from 1 to 100 per cent. Some persons would easily show a guilty pleasure that they might feel a little bit guilty about but would rarely show something which they feel very guilty about. Each person has different layers of guilty pleasures.


49


50


51


52


Odeta Catana Guilty pleasures

www.odetacatana.com

Qu’est-ce qu’un plaisir coupable ? C’est ainsi que tous mes conversations commençaient quand je demandais à mes amis Berlinois la permission de les prendre en photo. Un plaisir, c’est quelque chose qui nous fait sentir bien et il devient coupable quand notre raison nous fait sentir coupable en même temps. Un plaisir coupable devient alors un sentiment contradictoire, mixte auquel nous nous adonnons de temps en temps. Il peut partir de n’importe quoi, de gestes, de relations à des objets ou d’habitudes alimentaires. Les gens peuvent se sentir coupables pour différentes raisons : de dépenser trop d’argent sur quelque chose, d’avoir un hobby qui prend trop de leur temps, ou quand ils pensent que ce qu’ils font n’est pas bon pour eux, pas sain. La « culpabilité » en cause peut être aussi parfois tout simplement la peur que l’autre ne découvre ses goûts manquant de sophistication ou même embarrassants. Ce fut un défi et un enjeu pour moi d’essayer de photographier ce type spécifique de plaisir coupable, tout simplement parce que si vous voulez le

cacher, cela signifie que vous ne voudriez pas en faire une photo qui sera publiée et affichée. Je crois que nous avons tous en nous un plaisir coupable, quelque soit notre âge, notre culture ou notre genre. Les plaisirs coupables peuvent se jouer à différents niveaux, et intervient ici un degré de culpabilité, qui peut varier de 1 à 100%. Certaines personnes peuvent facilement montrer un plaisir qui les fasse se sentir, disons, à 50% coupables, mais ils montreraient rarement quelque chose dont ils se sentiraient très coupables. Chaque personne a différentes couches de plaisirs coupables. Odeta est notre deuxième résidente. Une vue plus large de son travail sera disponible bientôt.

53


54


55


56


57


58


59


Olivier Du Tré Volts

www.olivierdutre.com

As – predominantly – a landscape photographer, I go a long way to exclude as many human components in my work as possible. With this series I wanted to accomplish the complete opposite. This is a series about electricity-, light- and other utility poles I come across my hometown of Cochrane, Alberta. These poles live a mostly anonymous life. We don’t really look at them anymore and think about the marvelous wonders they bring in our world. The truth is, they hold a very special place in our society these days. They harbor protection, heat, light, and a lot of other amenities – like the Internet – we nowadays take for granted. Without these poles, we would live in an entirely different world. This series revolves around displaying the graphical beauty we can see in them, if only we took a minute out of our hectic lives, and simply look at them. I chose to portray them in a very graphical way. Using carefully composed and balanced square photographs with lots of lines and symmetries.

60

Étant principalement photographe de paysage, je fais tout mon possible pour éliminer dans mon travail autant de composantes humaines que possible. Avec cette série, je voulais accomplir le contraire. Il s’agit d’une série sur l’électricité : les différents poteaux électriques, les lampadaires et autres pylônes de Cochrane, ma ville natale en Alberta. Ces poteaux mènent une vie souvent anonyme. Nous ne les remarquons plus et nous ne réfléchissons plus sur les merveilles qu’ils apportent à notre monde. En fait, ils occupent aujourd’hui une place très spéciale dans notre société. Ils nous offrent protection, chaleur, lumière et beaucoup d’autres choses – tel Internet - que nous prenons aujourd’hui pour acquis. Sans ces poteaux, nous vivrions dans un monde entièrement différent. Cette série a pour but de montrer la beauté graphique que nous pourrions trouver en eux si nous leur accordions quelques secondes de nos vies trépidantes pour tout simplement les regarder. J’ai choisi de les présenter d’une manière très graphique et de créer des photos carrées soigneusement composées et équilibrées, contenant beaucoup de lignes et de symétries.


61


62


63


64


65


66


67


68


69


Mary Mattingly House and universe www.marymattingly.com

House and Universe décrit la dualité et l’interdépendance du local et de l’universel : c’est une série relatant la façon dont chaque maison ajoute une pierre à l’édifice de notre univers. En utilisant des objets fabriqués en série pour créer des sculptures en formes de rochers qui agissent comme des icônes signifiant le monde moderne, je mets l’accent sur les déchets de nos économies mondiales en tant que symboles de l’exploitation des gens et de la Terre. Les sculptures, faites de ficelles d’emballages, sont inextricablement liées aux cycles de production - à travers une chaîne d’échanges formels et informels, un objet est extrait, manufacturé, distribué, acheté, échangé pour finir jeté et il devient autre chose. Pourtant, à travers mon propre projet personnel de réutilisation, qui implique le regroupement complet de mes affaires personnelles en forme de rochers, ces constructions sont aussi comme mon foyer. Les photographies de ces objets font écho aux objets euxmêmes : mélangées avec des images de paysages disparates, de moments et d’espaces, elles sont à la fois

70

familières et étrangères. En racontant l’histoire d’un lieu sans foyer, elles finissent par devenir de nouvelles visions du foyer lui-même.


71

71


72


73


74


75


Mary Mattingly House and universe www.marymattingly.com

House and Universe describes the duality and interdependence of the local and universal; it’s about how each house adds to the making of our universe. By using mass-produced objects to create boulder-like sculptures that act as icons for a modern world, I am highlighting the leftovers of our global economies as symbols for exploitation of people and the earth. The sculptures’ rope wrappings are inextricably intertwined like cycles of production – through a chain of formal and informal exchanges, an object is mined, made, distributed, bought, exchanged, eventually thrown away, and it becomes something else. Yet through my own personal project of reuse, involving

76

the complete consolidation of my belongings into boulders, these constructions are also like homes to me. The photographs of these things echo the things themselves: pieced together with images of disparate scenery, time, and space, they are both familiar and foreign. By telling a story of a place without a home, they ultimately become new visions of home itself.


77


78


79


80


81


82


You are, or you know a poor rectangular photographer who would you like to try their hand at the square format and be published in the magazine? If so, the Square Residencies program is just what you need. It is free, it last three to six months and is open to all, regardless of age, gender or nationality (or indeed photographic gear). Here’s what you need to do: Gather some of your work and some info about yourself. Put together a proposal, highlighting your visual project and why you think the square format would fit. Email the lot to editor@squaremag.org What you’ll get: On-going assessment and feedback on your project from members of the Square Magazine team (email, phone and Skype). Academic help if needed (for instance art history and contextual studies). A slot in the magazine at the end of the residency. Promotion of the project via social networks and the magazine’s website.

83


Krzysztof Wladyka Heroes www.krzysztof-wladyka.com

This series was my first one, it is me at the beginning of my photographic path, and it was done step by step, in parts as an impulse, without thinking in terms of series. It was some kind of escape from reality, a game with props, colours and lights. After a few years I decided to stick all these parts together and gave them the title “Heroes”. Why “Heroes”? Well, it is mainly due to the Superman shirt. But I think the title has also a deeper meaning. Most people think that a hero is someone with supernatural powers. Someone who sacrifices themselves for some greater good, for all humanity. In contrast to this definition my heroes are regular Joes, anonymous people. People without superpowers but with passions and hobbies. They live in the real world where sometimes doing routine things means something more, something “super”.

84

Cette série a été ma toute première, c’est moi au tout début de mon chemin photographique, et elle fut créée étape par étape, de manière parfois impulsive, sans vraiment penser en terme de série. C’était une sorte de fuite de la réalité, un jeu avec des accessoires, des couleurs et des lumières. Après quelques années, j’ai décidé de réunir toutes ces pièces ensemble et de leur donner le titre Heroes. Pourquoi Heroes? Eh bien, c’est principalement à cause du t-shirt de Superman. Mais je pense que le titre a aussi une signification plus profonde. La plupart des gens pensent que le héros est quelqu’un qui possède des pouvoirs surnaturels. Quelqu’un qui se sacrifie pour le bien de tous, pour toute l’humanité. Contrairement à cette définition, mes héros sont des gens normaux, des personnes anonymes. Des personnes sans pouvoir secret, mais des gens avec des passions et des hobbies. Ils vivent dans le monde réel où parfois faire quelque chose de routinier signifie quelque chose de plus, quelque chose de «super».


85

85


86


87


88


89


90


91


92


93


94


Vous êtes, ou vous connaissez quelqu’un qui est, un pauvre photographe qui se débat avec le rectangle, et qui aimerait essayer le format carrée et etre publiée dans le magazine? Le tout nouveau programme d’artistes en résidence peut vous aider. C’est gratuit, ça dure de 3 à 6 mois est c’est ouvert à tous, quelque soit votre age, votre sexe ou votre nationalité. Ce qu’il nous faut : Rassemblez des extraits de vos travaux et quelques info sur vous-mêmes. Mettez sur pied une proposition, mettant en lumière votre projet visuel et les raisons pour lesquels vous pensez que le format carré serait approprié. Envopez le tout à editor@squaremag.org Ce que vous pouvez espérer de nous : Une évaluation et un retour sur votre projet d’un des membres de l’équipe de Square Magazine (mèl, téléphone ou Skype). Une aide académique si necéssaire (par exemple en histoire de l’art ou en études contextuelles). Un article dans le magazine à la fin de la résidence. La promotion de votre travail via les sites de réseaux sociaux et via notre site web

95


Paola Leonardi Undrawn hours www.leonardiphoto.com “Undrawn Hours” presents a photographic exploration of the remote Skagi peninsula in Northen Iceland. Scourged by winter storms and drained by the economic recession, this area is littered with abandoned farms and unused summer cabins, broken sheds and decommissioned boats, a stark reminder of the depopulation and decay of local farming and fishing industry. Leonardi uses the photographic medium to trace the human imprint on the territory, a lyrical depiction of the shift in human geography that has lead to the abandonment of the countryside and decline of manual industry. The harsh weather made human encounters rare and the structures that remain have become relics abandoned in a sea of hay and ice, reminders of a past human presence.

96

Undrawn hours nous présente une exploration photographique de la péninsule de Skagi, éloignée de tout, en Islande du Nord. Fouettée par les tempêtes hivernales et épuisée par la récession économique, cette région est parsemée de fermes abandonnées et de cabines de plage inutilisées, de hangars en ruine et de bateaux mis au rebut. C’est un rappel brutal du dépeuplement, de la chute de l’agriculture et de l’industrie de pêche locale. Leonardi utilise le support photographique pour tracer l’empreinte humaine sur le territoire, une représentation lyrique de l’évolution de la géographie humaine qui a conduit à l’abandon de la campagne et au déclin des manufactures. Le mauvais temps rend les rencontres humaines rares et les structures qui restent sont devenues des reliques abandonnées dans une mer de prés glacés nous rappelant une présence humaine passée.


97

97


98


99


100


101


102


103


104


105


Adam Paczuk Karczey

www.adampanczuk.pl

In one of the dialects spoken in the east of Poland, which is a mixture of Polish and Belorussian, people strongly attached to the soil they had been cultivating for generations were called «Karczebs». With their bare hands Karczebs cleared forests in order to grow crops. The word Karczeb was also used to describe what remains after a tree it is cut down - a trunk with roots, which remains stuck in the ground. This also applied to people - it was not easy for the authorities to root them out from their land, even in the Stalinism era. The price they paid for their attachment to their soil was often their freedom or their life. After death, buried near their farmland, a Karczeb became the soil itself, later cultivated by his descendants.

106

Dans l’un des dialectes parlés dans l’est de la Pologne, qui est un mélange de polonais et de biélorusse, on appelle «Karczebs» ceux qui sont fortement attachés au sol qu’ils ont cultivé depuis des générations. Avec leurs mains nues, les Karczebs ont abattu des forêts pour en faire des champs. Le mot Karczeb est également utilisé pour décrire ce qui reste après qu’un arbre soit coupé - un tronc avec des racines qui restent coincées dans le sol. Cela vaut également pour les gens - il n’était pas facile pour les autorités de les extirper à leurs terres, même à l’époque du stalinisme. Le prix qu’ils ont payé pour leur attachement à leur terre fut souvent leur liberté ou même leur vie. Après sa mort, enterré près de son champ, un Karczeb devient le sol cultivé lui-même, plus tard, par ses descendants.


107


108


109


110


111


113


The Square Team ◆ ◆ ◆ ◆ ◆ ◆ ◆

Rédacteur en chef : Christophe Dillinger www.cdillinger.co.uk Direction artistique : Yves Bigot www.yvesbigot.com • www.editionsdejuillet.com Traduction : Bea Fresno, Friederike Schneider, Catherine Gaffiero, Idelma Ovalle Relecture : lepoSs www.stephanepossamai.com, Stéphane Biéganski Residency lecturer: Robert Gibb Corporate advisor: Lara Ratnaraja Design intern: Will Parslow (FEED)

Square Magazine is published by squaremag (uk).cic, registered at Companies House, Cardiff, UK, number 8933748

◆ Sites internet et blog sur mesure ◆ Template pour Wordpress ◆ Animations Flash et Bannieres

Éditeur de beaux livres d’images depuis 2004

◆ XHTML/CSS conforme W3C ◆ Référencement naturel

◆ Square Friends

114

www.editionsdejuillet.com


Vous souhaitez participer à Square Magazine ? Rien de plus simpl e : envoyez-nous un message à contribute@squaremag.org.

Do you want to contribute to this magazine? Drop us a line to contribute@squaremag.org

Soyez sûrs de ne nous envoyer que des photos au format carré. Nous acceptons toute image dans ce format, que ce soit du film 24x36, du numérique recadré ou du Polaroid. Un carré, c’est dans l’œil, pas seulement dans l’appareil.

Please send only square format photographs. We accept anything, even 24x36 or digital cropped, or Polaroid. Square is in the mind, not necessarily in the camera.

Nous avons besoin d’une série cohérente d’une quinzaine de photos maximum et d’une description de votre travail.

We need a coherent series of around 15 pictures max as well as an artist statement about your work.

+ d’infos ? More news? > Abonnez-vous à notre newsletter > Subscribe to our newsletter

www.squaremag.org/contact/

115

Profile for Yves  Bigot

Square Magazine issue 5.1  

Featuring Adam Panczuk, Alma Haser, Anastasia Taylor-Lind, Krysztof Wladyka, Mary Mattingly, Odeta Catana, Olivier Du Tré, Paola Leonardi an...

Square Magazine issue 5.1  

Featuring Adam Panczuk, Alma Haser, Anastasia Taylor-Lind, Krysztof Wladyka, Mary Mattingly, Odeta Catana, Olivier Du Tré, Paola Leonardi an...

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded