Page 1

square MAGAZINE

2.4

Jennifer Hudson Frank Rothe Melissa Steckbauer Tom Farmer Ronny Behnert Denis Rouvre Florian Reischauer Lea Golda Holterman Jean Christophe Sartoris


Jennifer Hudson

6

frank rothe

18

melissa steckbauer

32

tom farmer

44

Ronny Behnert

56

Denis rouvre

66

Florian Reischauer

78

Lea Golda Holterman

90

jean christophe sartoris 102

2


2.4 editorial

T

he great thing about photography is its

could be argued that the myriads of images shared

diversity. This might not be due to the in-

via social network sites, or emails, are not pho-

herent diversity of the world around us. In-

tographs. Or that they are photographs of a new

deed, the more we progress as a species, the more

kind, the result of a universal vision, quite sepa-

uniform our environment becomes. No, this is due

rate from the unique photograph of an artist vision.

to the diversity of the photographers’ visions. This

If new technologies in image making have showed

is particularly visible in the way Rothe’s portraits

anything, it is that photography is now more a pro-

are intimidating and somewhat violent, whereas

cess than it is the result of a process. One could

Golda Holterman’s are subdued, fragile and ambi-

say that photography, like other art forms, has

guous. And when artists don’t think that the reali-

grown up. It is now more about the journey than

ty in front of the camera is diverse enough, they

the destination.

build their own, as is the case with Hudson’s work, or they revisit and in a way mutilate anonymous snapshots, the way Steckbauer does. This goes to show that photography is more a mat-

Christophe Dillinger, Jan 2012

ter of viewing than it is a matter of showing. It

3


4


2.4 éditorial

C

e qui est bien avec la photographie, c’est

des sites de réseaux sociaux, ou des courriels, ne

sa diversité. Elle n’est pas due à la diver-

sont pas des photographies. Ou qu’elles sont une

sité inhérente au monde qui nous entoure.

photographie d’un genre nouveau, résultat d’une

En effet, plus nous progressons en tant qu’espèce,

vision universelle, bien distincte de celle propre à

plus notre environnement devient uniforme. Non,

la vision unique de l’artiste. Si les nouvelles tech-

cela est plutôt dû à la diversité des visions des

nologies nous ont montré quelque chose, c’est que

photographes. C’est particulièrement visible dans

la photographie est aujourd’hui davantage un pro-

la façon dont les portraits de Rothe sont intimi-

cessus que le résultat d’un processus. On pourrait

dants et même violents, alors que ceux de Golda

dire que la photographie, comme d’autres formes

Holterman sont tamisés, fragiles et ambigus. Et,

artistiques, a grandi. Ce qui compte maintenant,

quand les artistes ne trouvent pas face à leur ob-

c’est le voyage, et plus forcément la destination.

jectif la réalité assez diversifiée, ils construisent leurs propres univers, comme pour les travaux d’Hudson, ou encore revisitent-ils voire mutilent

Christophe Dillinger, jan 2012

des clichés anonymes, comme le fait Steckbauer. Cela montre que la photographie est plus une question de voir que de montrer. On pourrait faire valoir que les myriades d’images partagées via

5


6


Jennifer Hudson

Medic

M

edic is a sensitive, intricate glimpse into

exploring the weight of partnership, the sacrifi-

human relationships during times of

cial life perspective, and the burdened, selfless

need and recovery, and a heartfelt ex-

decision-maker. In some chambers, we witness

ploration of sacrificial love. The work began wholly

life changing moments; mercy, healing, hum-

on one sentence whispered by my husband while

bling choices, memories recorded and legacies

we endured a deeply unsettling time together. He

written. In others we see an exchange; affection,

held my hand, lay close to me and said softly: ÂŤI

tenderness, and sacrifice. In the making of this

just wish I could take the pain from your body, and

work, I sought to begin to understand some of the

put it into mineÂť. I have been fortunate to know

most rare and beautiful relationships in the world,

incredible love all my life, but at that moment I be-

to expose their most frail, vulnerable moments,

came suddenly and intensely aware of the magni-

times of great intensity, and most cherished inner

ficent power that exists between people who care

workings.

for one another. When I was anxious and fighting

Medic is a dark and sentimental collection of sto-

to fall asleep each night, I began to invent miracle

ries about great tests in life, purpose, and the most

machines; contraptions that heal, deliver hope,

painful, but also the most glorious times to love.

legacy, remedy, and redemption. Each image from Medic is a thoughtful invention, strange and tender, revealing facets of the delicate human heart. In ten isolated chambers we are witnesses to emotional happenings, exchanges, confrontations, and life decisions. I became particularly fascinated with illustrating the depth of a loving relationship by portraying only the individual in many images,

www.jenniferhudsonfineart.com

7


8


9


10


11


Jennifer Hudson

Medic

M

edic est un aperçu sensible et complexe

confrontations et de décisions. Je suis devenue

des relations humaines en temps de be-

particulièrement fascinée par la possibilité d’il-

soin et de guérison, et une exploration

lustrer la profondeur d’une relation amoureuse en

profondément ressentie de l’amour sacrificiel. La

n’incorporant qu’un seul individu dans beaucoup

série a débuté par une seule phrase chuchotée par

d’images, explorant le poids du partenariat, la

mon mari à une époque ou nous endurions tous

perspective du sacrifice, et sous leur poids le déci-

deux une période profondément déstabilisante. Il

deur magnanime. Dans certaines chambres, nous

me tint la main, s’allongea près de moi et me dit

sommes témoins des moments qui changent la vie

doucement : « J’aimerais pouvoir prendre la dou-

; la miséricorde, la guérison, les choix humbles,

leur de ton corps, et la mettre dans le mien ». J’ai

les souvenirs enregistrés et les legs écrit. Dans

eu la chance de connaître un amour incroyable

d’autres, nous voyons un échange ; l’affection, la

toute ma vie, mais à ce moment je devins sou-

tendresse et le sacrifice. Dans la réalisation de ce

dainement et intensément consciente de la puis-

travail, j’ai cherché à commencer à comprendre

sance magnifique qui existe entre deux personnes

certaines des relations les plus rares et des plus

qui prennent soin l’une de l’autre. Quand j’étais

belles au monde, d’exposer leurs moments les

anxieuse et que je luttais pour m’endormir chaque

plus fragiles et vulnérables, leurs périodes de

nuit, j’ai commencé à inventer des machines à

grande intensité, comme les plus chéris de leurs

miracle ; des bidules qui guérissent, donnent es-

fonctionnements internes.

poir, réconfort et rédemption. Chaque image de cette série est une invention réfléchie, étrange et tendre, révélant certaines facettes du délicat c?ur humain. En dix chambres isolées, nous sommes témoins d’événements

12

émotionnels,

d’échanges,

de

www.jenniferhudsonfineart.com


Page de droite : dfkj qùsdf ùqskjf kqjsù -------Page de droite : dfkj qùsdf ùqskjf kqjsù

13


14


15


16


17

17


Frank Rothe

German guns

A

s a species it is remarkable how much

man beings’ with their weapons of choice because

creative energy we have concentrated on

there isn’t anything in the images distinguishing

the design of devices that so clearly iden-

the subjects as specifically German. In fact, it is

tifies us as beings whose core is based on fear

fascinating to me that one subject is wearing a

and aggression. These primal emotions, existing

‘Harvard’ sweatshirt, another with a hat that reads

at the edges of our consciousness, have followed

‘Subway’ (the sandwich shop chain), someone has

us as we moved through time. The notion that we

a ‘Wind Surf Group’ t-shirt, and yet another sub-

are advanced creatures is unveiled as delusional

ject is wearing a ‘Rag & Bone Denim’ shirt. If the

when we take a sober look at our collective past;

photographer didn’t inform us the people in his

confirmed by our present and does not offer much

photographs were German we would believe we

promise for our future. As individuals we are the

were looking at Americans. This is the result of

defective cells that carry the ‘violence gene’ res-

the overwhelming international impact television,

ponsible for infecting our societies and govern-

the news media and Hollywood has had on how we

ments. Frank Rothe’s photographs place us under

think. Rothe’s ‘Germans’ with their weapons are

the microscope of his vision.

unable to escape the powerful gravitational pull of our externally influenced preconceived notions.

Rothe states he decided to photograph Germans

In this way we are reminded of the many contri-

for this series because, “… Germans are widely

butions American culture has made to our violent

unknown with weapons in their hands.” And, “…

world.

Americans with weapons are known…and are often

18

loaded with a certain stereotype.” While these sta-

In many of his photographs we are shown skillfully

tements reflect his motivation for producing this

designed images that refer to the mythologizing of

body of work, the viewer is confronted with ‘hu-

the subject; the Hero, the Warrior, the Hunter and


the Fool.

easily as a human heart.

We also see people we might think are Gangbangers or criminals, the elderly who feel they need

I am reminded of Adolf Eichmann’s War Crimes

to protect themselves, and children learning about

trial in 1961. He was wearing a suit and tie as he

a culture of guns at an early age – one, in particu-

stood in the bulletproof enclosure provided for his

lar, appears to be practicing his sniper technique.

safety. A concentration camp victim who was tes-

As a photographer, who happens to be European,

tifying against him suddenly collapsed after taking

Rothe sees these weapons in his photographs as

the witness stand. When revived the witness ex-

disturbing elements, but for me, as an American, I

plained, “It wasn’t until I saw him for the first time

see the weapons in the hands of his subjects as fa-

without his uniform did I realize he was human”.

miliar – a kind of contemporary fashion accessory related to their interests. The photographs depict average citizens wearing everyday clothes – not

Steven Benson

police or military uniforms normally associated with weapons – yet, his subjects seem to be very comfortable holding objects that can kill. The individuals in the photographs are presented in a neutral state. Their expressions give us few clues to what is going on inside them, and they are not in the act of firing their guns or drawing back their bows. This in-between state holds back information from the viewer related to what the subject’s next move might be. Rothe’s photographs ask important questions concerning ‘potential’, in this instance, the human potential to inflict great harm. There is a profound appreciation for the skill of the archer or the marksman. But, while the Zen of their actions are understood as the desire for perfection, we are also aware of witnessing the

www.eleonoracalvelli.com

ability to accurately hit the center of a target as

www.frankrothe.com

19


20


21


22


23


Frank Rothe

German guns

E

24

n tant qu’espèce, il est remarquable de

teur quant à lui est confronté à «des gens» ayant

noter le degré d’énergie créative que nous

entre leurs mains leurs armes préférées, et il n’y

avons concentré sur la création d’objets

a rien qui les distingue comme éminemment alle-

qui nous identifient sans conteste comme une

mand. En fait, il m’est fascinant de noter que l’un

race axée sur la peur et l’agression.

d’eux porte un maillot «Harvard», un autre une

Ces émotions primaires, qui existent à l’orée de

casquette «Subway» (la chaîne de sandwicherie),

notre conscience, nous ont accompagnés tout le

un autre un T-shirt «Wind surf group» et un der-

long de notre voyage au travers de l’évolution. La

nier une chemise «Rag and bone demins «. Si le

notion que nous serions des créatures dévelop-

photographe ne nous avait pas dit à l’avance que

pées se révèle comme une illusion si on examine

nous avions affaire à des Allemands, nous les

d’un peu plus près notre passé collectif, une ana-

aurions pris pour des Américains. Ceci montre

lyse confirmée par notre présent et qui ne montre

bien l’impact international et incommensurable

pas vraiment de promesses de changement pour

qu’ont la télévision, les nouveaux médias et Hol-

le futur. En tant qu’individus, nous sommes des

lywood sur notre façon de penser. Les allemands

cellules défectueuses, portant en nous le «gène

de Rothe sont incapables de résister à l’attraction

de la violence», qui infecte nos sociétés et nos

quasi gravifique de ces notions préconçues. Tout

gouvernements.

ceci sert aussi à nous rappeler les nombreuses

Rothe nous dit qu’il a décidé de prendre des Alle-

contributions de la culture américaine au niveau

mands en photo car «un Allemand avec une arme

de violence dans le monde.

dans les mains, on ne le voit pas souvent», et que

Dans la plupart de ces photos, Rothe nous montre

«des Américains avec armes, ça on connaît...

des mises en scène visant à mythifier le sujet : le

C’est un stéréotype». Si cette décision informe sa

Héros, le Combattant, le Chasseur et l’Idiot. Nous

motivation pour produire ces images, le specta-

regardons des gens que nous pourrions prendre


pour des chefs de gang ou des criminels, des per-

quand bien même nous acceptons que le « zen »

sonnes âgées éprouvant le besoin de se protéger et

de leurs actions comme une poursuite de la per-

des jeunes apprenant très tôt la culture de l’arme –

fection, nous nous rendons bien sûr conjointement

il y en a un qui semble perfectionner sa technique

compte que nous sommes les témoins du type de

de tireur d’élite. En tant que photographe, qui plus

savoir-faire, de la sorte de précision qui trouverait

est de photographe européen, Rothe considère ces

le centre d’une cible aussi bien qu’un c?ur humain.

armes peuplant ses images comme des éléments

Cela me remet en mémoire le procès en crimes

qui nous interpellent, mais pour moi qui suis amé-

contre l’humanité contre Adolf Eichman en 1961.

ricain, je considère ces mêmes armes ainsi por-

Il portait pour l’occasion un complet-cravate, de-

tées comme quelque chose de normal – un peu

bout dans l’espace pare-balles où on l’avait mis,

comme un accessoire de mode contemporain qui

pour sa propre sécurité. Une victime des camps de

refléterait le passe-temps de son propriétaire. Ces

concentrations, témoin à charge, s’évanouit dans

photos nous montrent monsieur Tout-le-monde,

le box des témoins. Revenu à lui, le témoin expli-

affublé de ses habits de tous les jours – et non pas

qua : « Ce ne fut que quand je le vis pour la pre-

d’uniformes de police ou d’armée, plus communé-

mière fois sans son uniforme que je me suis rendu

ment associés au port d’arme. Ceci dit, ces sujets

compte que c’était un être humain ».

semblent tout à fait à l’aise à manipuler ainsi des objets qui peuvent tuer. Les individus adoptent des poses neutres. Leurs

Steven Benson

expressions ne nous laissent rien deviner de ce qui peut bien se passer à l’intérieur de leur crâne et ils ne sont pas pris en photo en train de viser ni de tendre la corde de leurs arcs. Cet état de neutralité enlève au spectateur toute information sur ce qui pourrait se passer ensuite. Les photos de Rothe soulèvent des questions importantes quant à la notion de « potentiel », en l’occurrence le potentiel qu’a l’homme d’infliger la douleur sur autrui. Nous sommes impressionnés par le savoir-faire de l’archer ou du tireur. Néanmoins,

www.frankrothe.com

25


26


27


28


29


30


31


32


Melissa Steckbauer

Untitled

T

echnically speaking, I take subjective photographs that address intimacy and exposure, in this case family photos, and collage

S

ur le plan technique, j’utilise des images liées à l’intimité et à l’exposition – ici, des photos de famille. Je les découpe ou les

or cut them in a way that is strictly about ornamen-

colle, d’une manière uniquement ornementale et

tation and aesthetic properties. To do this I either

esthétique. Pour y parvenir, soit je tisse les pho-

weave the photographs with different images and

tos entre elles, soit je fais des découpes en mo-

materials or make multiple, patterned geometric

tifs géométriques. Les surfaces ornementales

cuts.

sont censées divorcer gentiment de l’image et du

The formal, ornamental layer is meant to gently

contexte personnel. Je traite toutes mes créations

divorce the image from its personal content. I

comme des travaux « en cours ».

treat all of this work as «in progress».

www.melissasteckbauer.com

33


34

34


www.phototvdd.be

35


36

3


37


50, rue des Bains | CH-1205 Geneva - Tel: +41.22.329.05.51 - Web: www.tafkaj.com

38


39


41


42

42


43


44


Tom Farmer

A life between brackets

F

rom 2006-2010 Norbert Mbu Mputu

the UK more than 7 years ago.

struggled to cope with the stresses

He survived these years of uncertainty by

and strains of life as a failed asylum

sheer determination, ingenuity and not a

seeker. Forced to flee his native Congo he

little luck. He is a kind and generous man.

initially lived on the streets in London before

I hope that these images show a little of the

being given temporary accommodation and

human cost the complex asylum system has

eventually being relocated to Newport, until

on individuals left in limbo for such long pe-

his asylum application was rejected in early

riods of time, not only to their physical cir-

2006.

cumstance but their mental condition as well.

Dubbed a ‘sofa surfer’ by many, he lived a transient life between Newport and London, sleeping on friends floors and sofas, sometimes for as little as 3 hours a night. He had no home, no income and no right to work and support himself in the UK. Norbert left behind a wife, 3 daughters and a young son, all of whom he has not seen since arriving in

www.tomfarmerphotography.com

45


46


47


Tom Farmer

Une vie entre parenthèses

D

e 2006 à 2010, Norbert Mbu Mputu a

il y a plus de sept ans de cela.

lutté pour faire face au stress et aux

Il a survécu à ces années d’incertitude grâce

aléas de la vie de celui qui a vu sa de-

à sa détermination, son ingéniosité et pas mal

mande d’asile refusée. Contraint de fuir son

de chance. C’est un homme bon et généreux.

Congo natal, il a d’abord vécu dans les rues

J’espère que ces images montrent le coût hu-

de Londres, puis en hébergement temporaire,

main que la complexité du système d’asile a

pour être finalement transféré à Newport,

sur les individus laissés dans les limbes pen-

jusqu’au rejet de sa demande d’asile début

dant ces longues périodes, non seulement

2006.

sur leur situation physique, mais aussi sur

Surnommé « surfeur de canapé » par beau-

leur état mental.

coup, il a vécu une vie transitoire entre Newport et Londres, à dormir sur le plancher et les canapés d’amis, parfois seulement trois heures par nuit. Il n’avait ni foyer, ni revenu, et pas le droit de travailler ou de subvenir à ses besoins. Norbert a laissé derrière lui une épouse, trois filles et un jeune fils, qu’il n’a pas vus depuis son arrivée au Royaume-Uni,

48

www.tomfarmerphotography.com


49


50


51


52


53


54


55


Ronny Behnert

U.A.E

W

ith the series U.A.E. (United Arab Emirates), I wanted to go back to my roots, back to when I started taking photos.

A

vec la série U.A.E (Emirats Arabes Unis), je voulais retrouver mes racines, au temps où je commençais la photographie. Je vou-

I wanted to capture scenes of small and lonely

lais capturer des scènes où figuraient des indivi-

people in the midst of beautiful and awe inspiring

dus esseulés parmi une architecture majestueuse

architecture. Everything I saw seemed to be the

et merveilleuse. Tout ce que je voyais avait des airs

biggest things in the world. I especially liked Dubai

du «le plus grand du monde». J’ai particulière-

by night, with its lights and traffic. Everything is full

ment aimé Dubaï de nuit, avec ses lumières et sa

of magic and time passes by very slowly.

circulation. Tout est magique et le temps y passe très lentement.

www.bewegungsunschaerfe.de

56


57


www.malikagaudindelrieu.com

58


59


60


61


62


63


64


65


Denis Rouvre

Portraits

L

e portrait est pour moi une proposition

fabrication, seules, et de déclencher elles-mêmes

de réalité, et non la réalité elle-même.

le temps de douze photos. Pas de retouche ni de

L’Image d’une personne se construit ainsi,

validation ultérieures, telle était l’idée.

aussi riche que le permettra une multitude de pro-

En 2011, en commande pour le journal Le Monde,

positions.

j’ai photographié les personnalités en recherchant

Dans cette idée, le portrait de célébrités devient

à mettre en valeur leur « matérialité ». J’avais une

d’année en année un exercice de plus en plus diffi-

carte blanche et le choix de la personnalité mise

cile. La célébrité est mise en avant comme un pro-

en avant chaque jour dans le quotidien me reve-

duit de consommation, avec tout ce que cela com-

nait. Cela m’a permis de travailler sans soumettre

porte. Elles sont mises en avant pour vendre des

mes images à la validation des célébrités et de

produits de beauté, elles deviennent les égéries

leur équipe, et d’imposer une image non retou-

des créateurs de mode et le rôle du photographe

chée.

portraitiste disparaît peu à peu derrière ces enjeux

Le portrait de célébrités est devenu à mon sens

commerciaux. Il devient alors pour lui de plus en

un chemin imposé pour obtenir des commandes

plus difficile de se singulariser. En 2004, j’avais

mais c’est aussi le piège qui mène ainsi à une cer-

déjà mis en place l’Automaton dans une sorte de

taine uniformisation des regards, une absence de

réaction à cet état de fait, pour échapper au diktat

diversité.

des publicitaires, attachés de presse et maisons de couture. J’avais proposé à toutes les personnalités de poser dans une cabine mobile de ma

66

www.rouvre.com

66


67


68


Denis Rouvre

Portraits

F

or me, a portrait is a proposition of reality, not reality itself. The image of someone is created this way, as rich as a multitude of

or editing afterwards. In 2011, commissioned by Le Monde, a French newspaper,

I took pictures of famous people,

propositions will allow.

trying to put forward their « materiality ». They

Thus, year after year, creating portraits of cele-

gave me carte blanche and the choice of who

brities becomes more and more arduous. Cele-

would be published on the day in the newspaper

brities are put forward as consumer products,

was mine. This enabled me to work without sub-

with all that this implies. They are put forward to

jecting my images to the validation of the celebrity

sell beauty products, they become the symbols of

or their PR teams and to offer undoctored pictures.

fashion designers and the rôle of a portrait pho-

Photographing famous people is, I think, a way to

tographer tends to disappear behind these com-

get work, but its danger is that it brings with it a

mercial imperatives. It is getting more and more

kind of levelling of the images and a lack of diver-

difficult for him to stand out. In 2004, I created the

sity.

« Photomaton », as a reaction against this, to escape from the diktats of the advertisement agencies, press agents and fashion houses. I proposed to celebrities to pose in this mobile booth I had built, on their own and I asked them to release the shutter themselves, for 12 shots. The idea was that there was not going to be any post production

www.rouvre.com

69


70


71


72


73


74


75


76


77


Florian Reischauer

Pieces of Berlin

B

erlin. For most young people around the planet today, the German capital is the focal point of what is contemporary, hip

B

erlin. Pour la plupart des jeunes aujourd’hui, la capitale allemande focalise tout ce qui est contemporain, hip et cool.

and cool. Yet beyond the neo-bohemian gloss of

Et pourtant, sous le vernis néo-bohémien de la vie

the virtually infinite nightlife and the creative class

nocturne, virtuellement infinie, et de l’élégance

sleekness visible in myriads of galleries and art

du monde créatif, remarquable dans une myriade

spaces, lies the other, the “normal” Berlin. And it

de galeries et de lieux artistiques, il y a un autre

is this still rather poor and transformative, stagge-

Berlin, un Berlin «normal». C’est ce Berlin un peu

ringly ordinary city that has become the obsession

pauvre, mouvant et incroyablement ordinaire, qui

of 26 years old, Austrian-born, long-standing Ber-

est devenu l’obsession de Florian Reischauer, un

lin resident Florian Reischauer.

Berlinois d’origine autrichienne de 26 ans.

With the blog “Pieces of Berlin”, founded in early

Avec son blog « Pieces of Berlin », fondé au début

2010, Reischauer has found his very own, unique

de 2010, Reischauer a trouvé sa propre perspec-

perspective on one of the world’s most interesting

tive sur la plus intéressante et merveilleuse des

and marvellous cities and its inhabitants. Approa-

capitales et de ses habitants. Il approche les rési-

ching the average citizen with a restrained and

dents avec une attitude calme et posée, accompa-

calm attitude, relying on the incorruptible view of

gné de son appareil photo vintage. C’est grâce au

his analogue vintage camera, the artist attempts

caractère incorruptible de cet appareil qu’il peut

to lay out and capture a profile of Berlin’s everyday

capturer un profil de la vie quotidienne de Berlin

life in its entirety, thereby documenting the cur-

dans sa totalité, documentant le courant d’agita-

rent bustle and the constant change of this exci-

tion et de constant changement de la métropole.

ting metropolis. This allows the viewer to see the

Le spectateur peut la découvrir d’une façon nou-

city we know so well is a new, different and unex-

velle, différente et inattendue.

pected way Henning Lahman Henning Lahman

78

piecesofberlin.com


79


80


81


82


83


85


86


87


88


89


90


Lea Golda Holterman

Orthodox Eros

T

he symbolic figure is the ruling force that

The aesthetic of an orthodox man is a concern

maintains its power by remaining invisible

of his ethics, because practicing Torah retrains

while retaining maximum supervision,

the man’s aesthetic and defines his Eros. Accor-

the ideological prisons that mold the political

ding to Jewish perception, Eros is an expression

reality. Modern images traditionally rely on the

of the tension between passion and desire. The

stylized visual, which transmits the ideology of

photographs were composed using documen-

the image without drawing attention to its indoc-

tary principles, while at the same time utilizing

trinating message.

the aesthetic values of staged photography as in

The construction of the images was based on

fashion and art history.

Roland Barthes’ theory: the replacing of the

In this work, the body is presented as a visual

symbol and the symbolized in order to create an

text and the elements that are taken from

image as a myth. When the replacement slips

fashion photography and art history mediate and

into a familiar mold of visual and philosophical

appropriate routine perceptions in order to distill

cultural elements which are deeply ingrained in

them, and thus transfer the viewer’s mind into

the collective cultural consciousness of the West

a new associative cultural and emotional space.

(like fashion poses and collective culture knowledge of art history), it makes it possible to burrow beneath the old myth and re-create a more contemporary, relevant myth. The series examines the relation between ethics and aesthetic through the Eros, in conjunction to the myth of the orthodox Jewish boy/man.

www.lea-golda-holterman.com

91


Lea Golda Holterman

Orthodox Eros

L

a figure symbolique est la force immi-

éthique, car pratiquer la Torah reforme son es-

nente qui garde son pouvoir, en demeu-

thétisme et définit son Eros. Selon la perception

rant invisible et ainsi conservant un maxi-

juive, l’Eros est l’expression de la tension entre

mum de supervision, les prisons idéologiques

passion et désir. Les images furent composées

qui façonnent la réalité politique. Les images

en utilisant les principes de la photographie

modernes dépendent traditionnellement du vi-

documentaire, mais en y incorporant les valeurs

suel stylisé, qui transmet l’idéologie de l’image

esthétiques de la photographie de mode en stu-

sans pour autant attirer l’attention sur le conte-

dio et de l’histoire de l’art.

nu doctrinaire de son message.

Dans ce travail, le corps est présenté comme

La construction des images repose sur une

un texte visuel et les éléments provenant de la

théorie de Roland Barthes : le remplacement du

culture de la photographie de mode et de l’his-

symbole et du symbolisé afin de créer une image

toire de l’art agissent comme des médiateurs

mythique. Quand ce remplacement glisse vers le

vis-à-vis des routines des perceptions appro-

moule familier d’éléments culturels visuels et

priées pour mieux les distiller, et ainsi trans-

philosophiques qui font partie intégrante de la

férer l’esprit du spectateur dans un nouveau

conscience collective de l’Ouest (tels les poses

monde d’associations culturelles et un nouvel

des mannequins et la connaissance culturelle

espace émotionnel.

collective de son histoire de l’art), il devient possible de fouiner au-delà des vieux mythes et d’en créer de nouveaux et de plus pertinents. Cette série examine les relations entre l’éthique et l’esthétique au travers de l’Eros, conjonction avec le mythe de l’homme/enfant juif. L’esthétique d’un homme orthodoxe est relative à son

92

www.lea-golda-holterman.com

92


93


94


95


96


97


98


99


100


101


Jean Christophe Sartoris

Le dernier sur la piste de danse

D

es photos noir et blanc avec un personnage seul en bord de mer. Solitude, quiétude, abandon ? Histoire vraie

Pas de réseau

Where r u ?

Retardataire, je mesuis trompé de siècle mais on est mardi. 5h16

Je n’ai pas envie 9 Milliards !

12 354 amis sur Facebook et tout seul àprendre son café le midi. Démontrer qu’il existe un unique polynôme Slow ou bip hop ?

Tas de deux grains de sable

Trois mois à attendre la prochaine saison

Heureux de vousfaire-part

Hey, leave me alone

Les photos sont prises avec un appareil photo Holga. Mais qui donc lit les textes de présentation ?

jcsartoris.com

102


103


104


105


106


107


108


109


110


111


112


113


The Square team > Rédacteur en chef : Christophe Dillinger www.cdillinger.co.uk > Direction artistique : Yves Bigot www.yvesbigot.com - www.studiobigot.fr Design Team UK: Alison Francis - www.gingercowdesign.co.uk > Aide précieuse, conseils avisés : Carine Lautier > Tête chercheuse éclairée : Audrey Lamandé > Traduction : Vanessa Coquelle - www.vanshawe.wordpress.com > Relecture : Jimmy Hublet, Aymeric Capello > Assistants UK: Timothy Coultas

> Sites internet et blog sur mesure > Template pour Wordpress > Animations Flash et Bannieres > XHTML/CSS conforme W3C > Référencement naturel

Lemonfig creative a réalisé le site internet de Square Magazine.

www.lemonfig.ie

> Editeur de livres photographiques & tirages d’art > Communication institutionnelle & événementielle > identité visuelle

Le Studio Bigot a créé la maquette et réalise la mise en pages de Square Magazine.

www.studiobigot.fr


square MAGAZINE

Vous souhaitez participer à Square

2.4

Do you want to contribute

Magazine ? Rien de plus simple :

to this magazine?

envoyez-nous un message à

Drop us a line to

contribute@squaremag.org.

contribute@squaremag.org

Soyez sûrs de ne nous envoyer que des

Please

photos au format carré. Nous acceptons

photographs. We accept anything, even

toute image dans ce format, que ce soit

24x36 or digital cropped, or Polaroid.

du film 24x36, du numérique recadré ou

Square is in the mind, not necessarily in

du Polaroid… Un carré, c’est dans l’œil,

the camera.

send

only

square

format

pas seulement dans l’appareil. We need a coherent series of around Nous avons besoin d’une série cohérente

15 pictures max as well as an artist

d’une quinzaine de photos maximum et

statement about your work.

d’une description de votre travail.

+ d’infos ? More news? > Abonnez-vous à notre newsletter > Subscribe to our newsletter

www.squaremag.org/contact/

Square Magazine 2.4 English/Francais  

Featuring work by Jennifer Hudson, Frank Rothe, Melissa Steckbauer, Tom Farmer, Ronny Behnert, Denis Rouvre, Florian Reischauer, Lea Golda...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you