Sports Concept #6

Page 16

HISTOIRE DU SPORT

Frédéric Huillet

Gérard Cauville

LE MÉMORIAL DU CYCLISME

CALÉDONIEN 1889 À 1968

1

Gérard Cauville a une retraite très active. Il passe des heures devant son ordinateur pour rédiger l’histoire du sport calédonien. Il a notamment commencé par le Le Mémorial du cyclisme calédonien de 1889 à 1968. Ce gros livre de 500 pages raconte les premiers tours de pédale sur l’hippodrome de Nouméa jusqu’au tour de Nouvelle-Calédonie. Il lui a fallu cinq années pour collecter les informations et les photos.

Le second tome est déjà en court d’écriture. Gérard Cauville se rend auprès des familles d’anciens cyclistes pour glaner les informations. Pourtant, il n’était pas un passionné de la petite reine. Il était surtout entraineur de boxe sur laquelle il a aussi rédigé un autre mémorial. La première course sérieuse “d’engins avec des pédaliers à chaîne” a eu lieu le 24 septembre 1889 sur l’hippodrome de Magenta. Cette compétition n’avait rien à voir avec les simples et sympathiques “randonnées” familiales alors organisées le week-end par Charles Loupias, le futur maire de la ville de Nouméa (de 1899 à 1907). Les organisateurs des courses de chevaux avaient en effet accepté de “meubler” leurs programmes hippiques pour y distraire les spectateurs en y confrontant ce jour-là sur ces curieux “engins” deux hommes : Ernest Brock et Herbert Russ. Qu’importe le résultat, ce sport était lancé.

Premier vélodrome en 1895

Sans tout de même détrôner ni même détourner l’intérêt porté par les Calédoniens au hippisme, cette première démonstration de vitesse à vélo en public avait été très appréciée des Nouméens et Nouméennes. Ainsi, le Véloce Club Calédonien voit le jour en 1891 et ses dirigeants géreront le cyclisme durant des décennies avant que le Comité Régional ne soit créé en 1953. Les courses se multiplient dans Nouméa et sa périphérie. Partout dans le monde, des vélodromes sortent de terre et Nouméa n’est pas en reste puisque celui de l’Anse Vata (qui deviendra plus tard le Stade-Vélodrome Georges Brunelet) est inauguré le 15 juillet 1895 en grandes pompes. Les notables de la capitale sont présents. Les premiers cracks ont pour noms : Romand, Brock, Leleu, Calimbre, Nielly, Creugnet, Lerrant, Gubbay, Trouillot , Tranchand, Dillenseger, Malaval, Vincent, Marillier, Eyssartier, Dolbeau, Legras et tant d’autres vont se distinguer comme encore les Guépy et Delessert. Dans les années 20, les épreuves comportent des parcours de 100 km sur route sans jamais dépasser la borne 50. Deux cyclistes émergent des nombreux adeptes et deviendront rivaux : Maxime Ulm et Clément Germain. Ils seront même envoyés en Australie pour se frotter aux meilleurs mondiaux sur la piste du Polo Ground de Sydney.

16

1968

Daniel Cornaille remporte le Tour de Calédonie.

1898

Le 31 juillet, pour la première fois eu lieu une course de dames. Sur un tour de piste Mme Anne Pitard pris le meilleure sur mesdames Varigault et Martin.

1927

La première grande course calédonienne s’est déroulée et fut une véritable aventure : Nouméa-Bourail et retour en deux étapes qui fut remportée par Clément Germain.