Sports Concept #3

Page 24

Portrait

Mo

CHAUVIN J’ai commencé la voile quand mon père a eu son premier bateau : Blue Dude, lorsque j’avais 9 ans. Je faisais les régates du crépuscule du mercredi soir, avec mon père et Patrick Baldi. J’y allais toutes les semaines sans faute, ce qui a permis de m’entraîner régulièrement et d’apprendre beaucoup de chose au niveau du voilier habitable.

P

lus tard, au collège j’ai fais 2 ans d’Elliott 6, et ai participé au trophée des jeunes marins avec un équipage de copains. Nous avons gagné l’édition de 2016, et avons pu partir en stage à Sydney, dans le club du CYCA. Très vite j’ai été attirée par le large. J’avais une passion particulière pour la course au large, sur du long terme, sortir de sa zone de confort. Ce que j’adore c’est lorsque je tourne la tête, et que tout autour du bateau, il n’y a que l’horizon à perte de vue, sans voir la terre, ça me permet de m’évader. En mer, il n’y a pas de moment de répit, l’adrénaline est constante, nous sommes livrés à nous même, soumis aux phénomènes naturels. Lorsque j’ai eu 18 ans, je suis partie à Sydney où j’ai pu continuer mon expérience en régatant sur des bateaux d’exception, qui exigent une technicité. J’ai beaucoup enrichi mon savoir en naviguant avec des équipages professionnels, sur plusieurs régates. De bouche à oreille et en discutant sur les pontons, j’ai eu l’occasion de naviguer à travers l’Australie, en faisant plusieurs traversées. J’ai ensuite élargi mes horizons en allant régater en Nouvelle-Zélande, où le vent et la mer sont plus violents et froids. Je n’ai navigué qu’à bord de bateaux sportifs, pour des régates ou des convoyages.

Mes Rencontres

Mes plus belles rencontres en voile se sont toutes faites autour d’une bière, en rentrant au port. Par exemple, j’ai eu la chance de rencontrer Matt Allen, propriétaire du bateau Ichi Ban, lors d’une Groupama Race, qui m’aura permis de commencer mon réseau de bateaux australiens. Ou encore Steeve Mair, le skipper de Clock Work. Je lui ai demandé comment s’organisait le convoyage retour , et quelques jours après, j’étais à bord du bateau, pour retourner vers Auckland. Aussi très enrichissant, plus jeune, j’ai eu la chance de naviguer avec Franck Cammas, lors des entraînements pour la Groupama Race 2014. Il naviguait sur Keel Bill. Il reste aujourd’hui un exemple à suivre pour moi, et m’apporte beaucoup.

/24

Sports Concept.nc / Fév. 2019