Sports Concept #5

Page 36

37

ème

MARATHON INTERNATIONAL DE NOUVELLE-CALEDONIE Dimache 24 Août 2019 aura lieu l’un des grand rendez-vous annuel en Nouvelle-Calédonie pour tous les amateurs de courses à longue distances : marathon, semi-marathon, 10 km, et le Challenge “Agnès BERNARD” pour les enfants de 6 à 13 ans sur 2 km.

S

ymbole de la longue relation entre le marathon international de Nouvelle-Calédonie et le Japon, les rythmes des tambours traditionnels nippons accompagnent les coureurs dans leur effort le long des baies de Nouméa et apportent une atmosphère particulière. Un événement sportif dans un décor de rêve où les Japonais se sentent à l’aise, c’est sûrement ce qu’entrevoyaient, messieurs YAMADA et HIRAMITSU originaires de Tachikawa, lorsqu’ils le créèrent en 1983 avec le soutien du président de la ligue d’athlétisme de l’époque Roger Kaddour.

gieuses qu’il s’est popularisé. De nos jours il est utilisé dans les temples et les sanctuaires japonais et accompagne aussi les représentations théâtrales ou culturelles. D’ailleurs sur la plupart des marathons du pays du soleil levant on peut assister à ces démonstrations musicales, et l’influence de ces tambours traditionnels appellé aussi “Taiko” ou ”waidaiko” ne s’arrête pas là... en 1975 déjà, Les membres d’une école de “Taiko” jouèrent sur scène après avoir couru le prestigieux marathon de Boston. Allez savoir, vous aurez surement la chance de rencontrer une troupe jouant du tambour traditionnel Japonais sur les bords d’un Marathon à l’étranger !

Courir au rythme des tambours wadaiko Pour la petite histoire, ce sont des élèves d’une section de tambours traditionnels japonais, venus jouer sur le marathon à l’occasion des 30 ans du marathon de l’amitié entre Nouméa et Tachikawa qui firent don de leurs instruments à la fin de leur séjour. De cette rencontre une association locale de tambours japonais s’est formée, et depuis ces sons puissants et profonds continuent de résonner sur le marathon calédonien.

Une amitié et un partenariat de longue date Chaque année la ville de Tachikawa organise un semi-marathon au mois de mars durant la saison hivernale. Fidèle au partenariat qui lie la ville organisatrice au Comité organisateur du marathon International de Nouvelle-Calédonie, elle y invite les meilleurs Calédoniens ayant participé au marathon de Nouméa, une opportunité de se confronter aux meilleurs coureurs locaux. Dans une ville où le sport tient une place importante, qui bénéficie d’excellentes infrastructures sportives, d’un stade d’athlétisme, et qui accueillera les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo en 2020, les Calédoniens ont souvent fait honneur à leur rang et réalisé de bons chronos, en 2018 Nathalie Chrétien-Schmitt obtenait même la deuxième place chez les femmes en terminant son semi-marathon en 1 h 24’42. Et dans un peu moins de deux mois, ce sont les Japonais qui s’élanceront du peloton du marathon international de Nouvelle-Calédonie, avec toujours autant d’ambition, peut-être verrons nous la 22ème victoire nippone ?

Un instrument populaire au Japon et à l’international Cet instrument de percussion des temps anciens était présent sur les champs de bataille pour remonter le moral des troupes militaires, mais c’est avec les premières cérémonies reli-

36

renseignements sur www.marathon-nouvellecaledonie.com