Issuu on Google+

08-09-JST045 V3.qxd

16/11/11

16:56

Page 8

On s’informe, o L’enquête en cours sur l’adhésion de Saint-Ouen à la communauté d’agglomération Plaine Commune a recueilli à ce jour 3 000 réponses. Elles feront l’objet d’une soirée de restitution à la population, mercredi 30 novembre à 20 heures, salle Barbara. Du 9 au 12 décembre, tous les Audoniens majeurs, quelle que soit leur nationalité, français et ressortissants étrangers, pourront voter sur les enjeux de l’intercommunalité.

Prochaines réunions Elles se déroulent toutes à 19 h. Vieux Saint-Ouen : mardi 22 novembre, maison de quartier du Landy ; Debain/Michelet : mercredi 23 novembre, médiathèque Lucie-Aubrac ; Rosiers/les Puces : jeudi 24 novembre, école élémentaire Joliot-Curie.

_ _ _

8

Les réunions publiques organisées par la Ville concernant l’intercommunalité battent leur plein. Les habitants du quartier Victor-Hugo/Arago ont été conviés à débattre le 8 novembre ; le lendemain, c’était le tour des riverains du centre-ville, puis le 15 novembre celui des habitants du quartier Ottino*. Impôts, votation et sécurité ont constitué les principales interrogations de la cinquantaine d’Audoniens réunis le 8 novembre à l’espace Gavroche. Face aux craintes exprimés par plusieurs habitants sur l’augmentation des impôts, la maire Jacqueline Rouillon précise que « depuis deux ans, au vu des difficultés que connaît une grande partie de la population de la ville, nous ne voulons pas augmenter les impôts. Tout ce qui concerne les taxes reste une décision de la Ville de SaintOuen. L’intercommunalité ne crée pas en soi une augmentation d’impôts. De plus, une partie de la taxe professionnelle transférée à Plaine Commune sera ensuite reversée à Saint-Ouen ». Une position qu’elle a réaffirmée le 15 novembre devant les riverains du quartier Ottino, s’engageant à ce qu’il n’y ait pas d’augmentation d’impôts en 2012. Paul Planque, premier adjoint en charge des finances, a rappelé pour sa part

du jeudi 17 au mercredi 30 novembre 2011

que « mis à part Vaujours, nous avons le taux d’imposition le plus faible de la Seine-Saint-Denis. Cet état de fait ne sera pas modifié si on rejoint Plaine Commune ». A propos de l’organisation de la votation proposée par la municipalité à toute la population, la question qui brûle les lèvres est exprimée à plusieurs reprises : « Et si les Audoniens disent non à l’intercommunalité, irez-vous quand même à Plaine Commune ? » François Giunta, adjoint au maire en charge du logement, et Paul Planque répondent de concert que « si la population décide de ne pas y aller, le conseil municipal n’ira pas en force. Nous respecterons ce que les Audoniens exprimeront et c’est eux, in fine, qui auront le dernier mot ». Pour les élus de la majorité, « dans la mutualisation, il existe des économies d’échelle (…). Saint-Ouen est considérée comme une ville riche grâce à sa taxe professionnelle, mais sa population n’est pas riche. Il vaut donc mieux défendre nos intérêts en les mettant en commun avec d’autres communes et être ainsi plus forts ». Autre question prégnante exprimée lors la réunion du quartier Arago : « L’intercommunalité va-t-elle changer quel-


08-09-JST045 V3.qxd

16/11/11

16:56

Page 9

, on échange, on vote ! Votation citoyenne, du 9 au 12 décembre Tous les Audoniens âgés de 18 ans et plus ont le droit de voter, quelle que soit leur nationalité. Une liste électorale spécifique sera constituée. Les étrangers non-communautaires (hors UE), qui ne peuvent d’habitude participer aux scrutins nationaux, doivent s’inscrire, munis d’une pièce d’identité et d’un justificatif de domicile de moins de trois mois, au service des élections situé au centre administratif Fernand-Lefort, 6 place de la République. Attention : clôture des inscriptions le 2 décembre ! A noter que les personnes figurant déjà sur les listes électorales (Français et ressortissants de l’Union européenne) n’ont pas besoin de s’inscrire, sauf celles arrivées récemment sur la ville.

e

n savoir plus

Tél.:01 49 45 66 60 ou 01 49 45 66 61

que chose à la sécurité à Saint-Ouen ? ». Ce à quoi les élus répondent : « Qu’on aille ou pas à Plaine Commune, la mobilisation de la population doit continuer mais il est vrai que l’intercommunalité permet d’exiger à plus nombreux que la sécurité soit assurée pour les habitants. »

Logement et emploi « De nombreuses personnes sont sur liste d’attente pour obtenir un logement social. Faudra-t-il partager avec ceux de Plaine Commune ? » demande une habitante du centre-ville. Non, répondent en substance les élus présents à la réunion du 9 novembre à l’Espace 1789. Pour la construction et l’attribution de logements sociaux, « Saint-Ouen dispose de ses propres outils et entend les garder ». « Nous avons signé avec les promoteurs une charte» au terme de laquelle le prix du mètre carré reste trois fois moins cher que de l’autre côté du périphérique, développe Jacqueline Rouillon. Un moyen de « garantir la mixité sociale », rappelle-t-elle. Saint-Ouen s’est d’ailleurs engagée dans une politique volontariste qui se traduit par un taux de logements sociaux de 40 %, y compris

dans les nouveaux programmes ; une charte promoteur qui permet de maîtriser les prix d’accession à la propriété ; la lutte contre l’habitat insalubre et les marchands de sommeil. C’est bien ce « projet de ville » que les élus audoniens entendent placer dans le « panier de la mariée ». Autre question, celle de l’emploi. « Les jeunes sont nombreux dans notre département et surtout les jeunes chômeurs. Plaine Commune dispose déjà de nombreuses missions pour l’emploi, estce qu’à Saint-Ouen le Plie/Action emploi va disparaître?» demande une jeune femme. « Non, répond la maire. Cette structure a développé une relation précieuse de proximité avec les Audoniens. Nous travaillerons à ne rien perdre des atouts de notre ville. » Certes, on observe sur le territoire de Plaine Commune une croissance importante de l’emploi (+18 % contre +9 % en Ile-de-France). Saint-Ouen est tout aussi dynamique (+20%). Mais « il n’y a pas d’adéquation entre le développement économique et les besoins de la population», estime Rémi Fargeas, adjoint au maire. Ce dynamisme, dit-il en substance, concerne en grande partie des emplois de services, c'est-à-dire le transfert de sièges sociaux. De plus, la majorité des salariés ne sont pas résidents du territoire – seuls 3 actifs sur 10 résident et travaillent à Plaine Commune. Enfin, les emplois proposés sont généralement très qualifiés. De ce point de vue, on observe un décalage entre le nombre d’emplois cadres présents sur le territoire (22%) et le nombre d’habitants ayant un emploi de cadre (7%). « C’est pourquoi, souligne l’adjoint au maire, nous avons intérêt à travailler ensemble sur un développement économique tourné vers la satisfaction de la population en termes de pouvoir d’achat, mais aussi pour une politique qui a comme objectif de fournir un emploi aux jeunes qui en sont exclus faute de qualification.» Plaine Commune a signé avec 106 entreprises une charte territoire-entreprises visant à développer l’insertion et la formation professionnelle, de sorte que les emplois créés reviennent en priorité aux habitants. Un outil qui peut-être élargi à Saint-Ouen. La qualité du service public a d’autre part été abordée lors de la réunion du 15 novembre à la crèche Ottino. «Une nouvelle administration rendra-t-elle de meilleurs services que les services de proximité que nous avons déjà, notamment celui de la propreté?» Nicole Amédro, adjointe au maire, a précisé que la réforme en cours du service propreté de la Ville, prévoyant notamment un nettoiement des rues du lundi au dimanche, sera respectée dans le cadre du transfert de la voirie à l’intercommunalité. Les élus ont ensuite donné rendez-vous aux habitants le 30 novembre pour la restitution de l’enquête publique à laquelle ils ont pu participer et pour le lancement de la votation citoyenne (lire encadré ci-dessus).

Dossier réalisé par Isabelle Terrassier et Jacqueline Martinez Photos: Pascal Raynaud, Jérôme Panconi et Hervé Boutet *Les élus Verts ont également organisé une rencontre le 3 novembre, en présence des élus Rémi Fargeas, Paul Planque et Mamadou Keita, ainsi que de Michel Bourgain, maire de l'Ile-Saint-Denis.

Questionnaire

3000 Audoniens ont répondu, et vous ? Quarante “consultacteurs” âgés de 20 à 55 ans proposent depuis quelques semaines aux Audoniens de remplir un questionnaire sur l’intercommunalité. Objectif : rappeler que le conseil municipal du 27 juin a voté le principe de rapprochement de SaintOuen avec les huit villes composant la communauté d’agglomération Plaine Commune, solliciter l’avis de la population sur les modalités de cette adhésion et inviter aux réunions publiques d’information qui se déroulent dans les quartiers avec les élus municipaux. Vous pouvez les rencontrer dans les lieux publics (mairie, centre administratif, centre municipal de santé), mais ils peuvent aussi frapper à votre porte. Il est également possible de prendre le questionnaire, de le remplir tranquillement chez soi et de le ramener en mairie avant le 28 novembre. Tous ces questionnaires seront dépouillés et analysés par Harris Interactive.

Restitution de l’enquête publique et lancement de la votation citoyenne, mercredi 30 novembre à 20 h, salle Barbara. Quelle place pour le sport ? La salle du conseil municipal de l’hôtel de ville abritera, mercredi 30 novembre à 18 heures, un débat sur la place du sport audonien sur le territoire : « Du département à l’intercommunalité». Il sera animé par Gilbert Haustant, président de l’Office municipal du sport (OMS), en présence de Jacqueline Rouillon et d’Henri Lorrain, conseiller municipal chargé de la politique sportive

du jeudi 17 au mercredi 30 novembre 2011

9


JSO 45 - Interco