__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

s p é c i a l

l a U s a N N E


les +

de Matière et Couleur :

sabaitalia.it

l’étude personnalisée de votre décoration intérieure : un service gratuit pour profiter des conseils de votre spécialiste.

Au cœur d’Annecy

À Menthon-Saint-Bernard

Avec 250 m , un concept unique de décoration globale.

au sein d’un nouvel espace où découvrir la dernière gamme de parquets, peintures et papiers peints.

2

l’Atelier, 33 route de Talloires Menthon-Saint-Bernard 9 rue Sommeiller Annecy +33 4 50 51 28 30 ENERGIA NATURAL

parquet

FLAMANT TOLLENS

peinture

ÉLITIS

papier peint

www.matiereetcouleur.com


h o r s s é r i e

s p é cial lausa n n e

sommaire

5/

104 /

6 / les savoie en bref 8 / lausanne en bref 10 / l’aimant du lac

110 /

edito Lara porteuse

10

Swiss dreams

16 /

vue de quartier Chatoyant Rôtillon

Pascale Cornu La belle de l’art xenia lucy laffely Comment j’ai mangé mon père

86

vue de quartier A fond le Flon !

126

archi made Rolextraordinaire

132 / 134

/ benoit violier Une étoile s’éteint

De la poutre aux yeux

110

48 / christophe Marchand moody sur mesure Good Mood !

148 /

lausanne à table Aux tables Lausannois !

60

/ nicolas le moigne Mon épée contre un crayon

150 /

mercredi frouze French camaraderie !

66 /

Sibylle stœckli Au-delà des apparences... thomas kral Le design pour de rire

126

152 /

be curious tv La curiosité n’est pas un vilain défaut

158 /

80 /

valentin bussard L’électron suisse

162 /

juridique Comment ouvrir une maison d’hôtes

Luciano dell’orefice Un truc en plus !

92 /

164 /

98 /

166/ 170/

mâle et diction Genevois pas de quoi tu parles...

Sur des bancs design L’Ecal décolle laure paschoud De Laure entre les mains

toy story

Lego centré

86 /

54

Atelier 180° Cake aux agrumes de l’or en bouteille Il faut raisin garder

54 /

72 /

140 / 143 /

Marchand de talent

42

Portes ouvertes

A l’art’bordage

36 / wood concept Objectif Big Game

122 /

/ pascale Hug Exercices de styles

28 /

42 / Big game

bustier & co Des lacets & moi ! trumpet by meister Les trompettes de la renommée

23 /

28

116 /

134

astrologie abonnement

3


votre future maison archi-design 100% modulable, fabriquée en France en quelques mois seulement, à prix direct fabricant & posée en 1 journée. par booa, constructeur français nouvelle génération = designer + constructeur + poseur 06 43 63 67 20 • jplace@booa.fr

4


lara porteuse

© Fou d’images

suis-je ? I U Q A

la moindre occasion, je me glisse entre tes doigts. Dans mon plus simple appareil. Tu me prends délicatement, me serres, m’emprisonnes un peu plus pour mieux t’évader, laisser libre cours à tes pensées, des plus inattendues aux plus intimes, des plus formelles aux plus brouillons. Docile, je te laisse le contrôle. Tu maîtrises. Cette soumission, je la revendique. C’est elle qui te séduit en moi, je le sais. Je n’ai aucun tabou, mes limites ne sont que les tiennes ! En as-tu d’ailleurs ?

Tu hésites, me porte à tes lèvres pour y puiser sans doute l’inspiration, une respiration à notre histoire. Tu me mordilles, un peu trop fort, mais je ne me débats pas. J’en garderai pourtant les stigmates, l’empreinte de ce moment d’égarement… Tes doigts experts jouent avec mon corps, me tournent et me retournent… un peu trop vite. Jusqu’à prendre la pose, un instant, à peine le temps de voir filer un ange essoufflé. Et soudain, ça repart. Frénétiquement. Nous ne faisons plus qu’un, je suis ton prolongement, fusion du corps, de l’esprit. Un mot et je coule… Je suis toi. L’instrument de ton imagination. Unique et multiple à la fois. Tu me perds, tu me cherches, tu me troques, sans drame… Que me trouves-tu, toi et tous les autres ? Au premier abord, je n’ai rien d’exceptionnel. Pourquoi m’ériger au rang d’icône alors ? Les designers de Lausanne et du monde entier fantasment sur *Qui suis-je ? Vous avez trouvé ? Répondez sur notre

Lara Ketterer, rédactrice en chef

moi. Qu’avez-vous tous ? Seuls les extra-terrestres (et encore, ce n’est pas avéré) n’ont pas un jour imaginé me posséder. Et pourtant, pour quelques centimes, bille en tête, je vous donne mon corps. Et si du sang bleu coule dans mes veines, que je descends d’une lignée de barons, ma richesse est ailleurs, dans notre relation. Dans l’histoire qu’on écrit ensemble. Je laisse ta signature partout. Même là, sur cette page.

: www.facebook.com/activmag et gagnez un an d’abonnement !

Activmag (supplément mensuel d’Eco des Pays de Savoie) 8 avenue du Pré Closet - 74940 Annecy-le-Vieux - Tél : 04 50 05 64 30 I   Directrice de la publication, rédactrice en chef : Lara Ketterer - l.ketterer@activmag.fr I Secrétaire de Rédaction : Victoire Barrucand - v.barrucand@activmag.fr   Design, maquette, montage PAO : Sophie Caquineau, Pablo Cortizo I Directrice commerciale : Lara Ketterer 04 50 05 64 32 I   Attachées commerciales Savoie : Marjorie Lesca 06 60 08 24 92 - Agnès Desplantes 06 51 01 20 58 - Nathalie Attinault 04 50 33 11 04 I   Attachées commerciales Haute-Savoie : Muriel Chevallet-Gros 06 07 54 24 90 - Blandine Mathieu 06 60 60 24 94 - Sabine Long 06 61 06 24 31 I   Rédaction : Emmanuel Allait - Fabienne Bachelard - Diane Boccador - Virginie Bosc - Frédéric Charpentier - Agnès Gasiot - Christine Gil - Pascale Godin -  Sabine Léger-Juskowiak - Mélanie Marullaz - Cédric Mouthon - Sophie Parmantier I  Impression Imprimerie Brailly (69) I Distribution : Supp. de l’hebdo. Eco des Pays de Savoie. Marchands de journaux I ACTIVES SAS filiale de Sopreda 2 SA Edition, rédaction, publicité - B.P. 9017 - 74990 ANNECY cedex 9 I Tél. : 04 50 33 35 35 - Fax : 04 50 52 11 06 I

5


Un ballon, de la neige et des stars du rugby Voilà la recette du Tournoi des 6 Stations qui oppose, en février, Val Thorens (le 15), Les Menuires (le 16), Valmorel (le 17), Morillon (le 18), Saint-Gervais (le 19) et La Clusaz (le 21 pour la finale). 24 stars internationales du ballon ovale vont coacher et intégrer les équipes d’amateurs. Marc Lièvremont, Serge Betsen, Christophe Dominici, Christian Califano, Colin Charvis, Simon Shaw, Shane Williams, Olivier Magne… ont de nouveau répondu présents pour cette 4ème édition. Chaque soir, 3 matchs de snow rugby de 14 minutes sont disputés à partir de 18h30 entre les 6 équipes, jusqu’à la grande finale du 21 février. Du grand spectacle pour les amateurs de rugby et pour les vacanciers puisque le tournoi se déroule pendant les vacances scolaires des trois zones. Du 15 au 21 février - www.tournoides6stations.com

les savoie Coupe du monde de ski : le Kandahar revient ! Les meilleurs skieurs du monde s’affrontent sur la piste mythique du domaine skiable Les Houches/SaintGervais (qui n’a plus de vert que son nom !) pour un super-combiné le vendredi et une descente le samedi, comptant pour la Coupe du Monde de ski alpin hommes. L’un des plus beaux spectacles du cirque blanc au pied du Mont-Blanc organisé conjointement par le duo Saint-Gervaisles-Bains/Vallée de Chamonix. La coupe du monde de ski étant organisée pendant les vacances scolaires d’hiver, la Vallée de Chamonix-Mont-Blanc travaille déjà sur un programme d’animations sans précédent autour des épreuves créant une véritable fête du ski. Les 19 et 20 février - www.chamonixworldcup.com

Des pistes et du rock… Créé en 2011, le Festival Rock The Pistes propose un concept unique, offrir des concerts en plein cœur des pistes du domaine skiable des Portes du Soleil. Autour de 12 stations dont 8 en France : Abondance, Avoriaz, Châtel, Les Gets, La Chapelle d’Abondance, Montriond, Morzine, Saint-Jean-d’Aulps. Et 4 en Suisse : Champéry, Morgins, Torgon, Val d’Illiez-Les Crosets-Champoussin. Chaque année, le festival rassemble pas moins de 25 000 spectateurs. En résumé, le festival c’est : 5 artistes majeurs en concert sur les pistes à 13h30 (les concerts débutent dès 11h30 avec des

6

warm-up DJ set) et 30 concerts en après-ski au cœur des stations avec des artistes émergents de la scène internationale dès 18h. Cette année, le festival propose une très belle programmation, avec sur les pistes : Gotthard le 13 mars 2016 à Champéry, à 13h30, Lily Wood & the Prick le 14 mars à Avoriaz, à 13h30, Izia le 17 mars à Morzine, à 13h30, Hubert Félix-Thiefaine le 18 mars 2016 à Châtel, à 13h30 ou encore Deluxe et Izia le 19 mars à Morgins, à 13h30. Du 13 au 19 mars - www.rockthepistes.com


NOUVELLE JAGUAR XF

LâCHEz VOS HAbITUDES

À PARTIR DE 499 € TTC/MOIS(1) AVEC APPORT

À PARTIR DE 499 € TTC/MOIS(1) AVEC APPORT REY AUTOMOBILES COCHET AUTOMOBILES PRESTIGE CARS RN 6 - La Ravoire 110 route du Moulin - Gillon Rue des Frères 63170 /Aubière Chambéry - 04 79Montgolfi 71 85 00 er - ZA des Ribes -Annecy Epagny - 04 50 22 63 50 Tél. 04 73 74 65 80

REY AUTOMOBILES

11 rue de la Californie - Ville-la-Grand Annemasse - 04 50 84 59 60

THE ART OF PERFORMANCE L’art de la performance (1) Location longue durée sur 36 mois et 45 000 kilomètres maximum. Exemple pour une nouvelle Jaguar XF MY16 Pure 2L Diesel 163ch CEE BVM au tarif constructeur recommandé du 12/01/2016, L’art de la performance (1) enLocation location longue sur 3636 mois et et 45 45 000 km kilomètres maximum, soit 36 loyersExemple mensuelspour de 499 TTC après apport TTC. Offre non cumulable valable jusqu’au longuedurée durée sur mois 000 maximum. une nouvelle XF un MY16 Purede 2L6 Diesel 163ch CEE au tarif € Jaguar 990 € BVM 31/03/2016 et recommandé réservée aux particuliers dans leen réseau Jaguar participant. Sous d’acceptation votre dossier Jaguarmensuels Financial Services, nom commercial constructeur du 01/04/2015, location longue durée sur 36réserve mois et 45 000 km de maximum, soit par 36 loyers de 499 € TTC de FAL Fleet Services, SAS au après de 6- 6990 TTC. Offre non cumulable valable jusqu’au 31/03/2016 réservéeModèle aux particuliers le réseau participant. capitalun deapport 3 000 000 E rue Nicolas€ Copernic ZA Trappes-Elancourt 78190 Trappes - 413 360 181 RCSetVersailles. présenté : dans Nouvelle JaguarJaguar XF S V6 380 ch CEE avec options à : Sous réserve dossier Jaguar Financial commercial de FAL Fleet Services, illimité SAS au(hors capital de d’usure). 3 000 000 ¤ - 6 rue TTC/mois avecde unvotre apport de 6par 3 ans denom garantie et d’entretien inclus, kilométrage pièces Conditions sur jaguar.fr. 1 412 €d’acceptation 990 € TTC. (2)Services, Nicolas Copernicmixtes ZA Trappes-Elancourt 78190 Trappesde- CO2 413 360 181 RCS Modèle présenté : Nouvelle Jaguar XF S V6 380 ch CEE avec options à : Consommations (l/100 km) : 4,0 à 8,6. Émissions (g/km) : 104 Versailles. à 204. avec un apport de 6 990 € TTC. RCS 378 445€ 746TTC/mois 000 68 Annecy. 1 412 (2) 3 ans de garantie et d’entretien inclus, kilométrage illimité (hors pièces d’usure). Conditions sur jaguar.fr. Consommations mixtes (l/100 km) : 4,0 à 8,6. Émissions de CO2 (g/km) : 104 à 204.


Existe-t-il réellement une identité, une culture, une mentalité vaudoise ? C’est forcément, avant tout, une affaire collective, populaire, où jouent les sentiments. Elle se décante en une philosophie complexe qui conjugue fatalisme (qui ne peut ne peut), insouciance (ça veut déjà bien jouer), épicurisme retenu (on a eu été plus mal), emphase dans l’adversité (une soif épouvantable), prudence dans le bonheur (on veut le repayer), refus de la hâte (on arrivera ensemble à Nouvel An), pragmatisme, bonhommie, obstination, rejet viscéral du conflit et de la vanité… Le tout sans crainte des paradoxes. Mais ce sympathique portrait, hérité de plusieurs chantres, est-il authentique ? Oui et non, bien au contraire. Une exposition plus ethnographique qu’archéologique qui tente de définir cette « vaudoisitude » de nos jours. Expo prolongée jusqu’au 10 avril, à voir au Musée Romain de Lausanne-Vidy. www.lausanne.ch/mrv

LAUSANNE Brasiiiiiil ! A l’occasion des Jeux de la XXXIème Olympiade en Amérique du Sud, Le Musée Olympique s’habille, pendant six mois, aux couleurs de Rio et se met à l’heure brésilienne. Expositions et animations mettent à l’honneur la diversité, l’exubérance et l’énergie de la culture brésilienne. Le programme démarre en plein carnaval de Rio et atteint son paroxysme en été, avec les deux semaines des Jeux. Des événementiels d’envergure rythmeront la vie lausannoise en 2016 avec un carnaval, des nuits blanches, des projections uniques et un championnat européen de Capoeira délocalisé au Musée… Du 10 février au 25 septembre. www.olympic.org/cap-sur-rio-musee-olympique

Lausanne 2ème ville au monde la plus sportive

Londres BArCeLone

8

LAUsAnne

Lausanne se situe ainsi devant Barcelone et Rio de Janeiro dans un classement dominé par Londres. Les résultats du sondage des villes sportives 2015 sont le fruit des votes du public couplés aux appréciations d’un panel d’experts du sport international. Le classement compare ainsi 50 villes internationales sélectionnées sur des critères tels que l’organisation d’évènements sportifs majeurs ou la présence d’équipes sportives

professionnelles réputées. Bien entendu, l’obtention en juillet dernier des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver de 2020 n’est pas étrangère à cette deuxième place. 2015 aura également été l’année du centenaire de l’établissement du Comité International Olympique à Lausanne et les festivités liées à cette commémoration permettent ainsi à la capitale vaudoise de devancer des villes telles que Paris, Pékin, Tokyo ou Sydney !

©(VIO) / Ivo Gonzalez

! s u o n e m m co Y en a point


- Crédits photo : Baxter

BAXTER ARKETIPO VERSMISSEN BAOBAB COLLECTION MAISON DE VACANCES DIESEL BY MOROSO & TRADITION DESIGNHEURE CATELLANI & SMITH MOGG MARIE’S CORNER ANDREW MARTIN RIVA 1920 POLS POTTEN HORM SB CONCEPT GLAS ITALIA BLEU NATURE HAANS LES HERITIERS OBJET DE CURIOSITÉ ELITIS WALL&DECO PEINTURES RESSOURCE

NOUVELLE

ADRESSE

NOUVEAU

SITE WEB

Lawww.scenedevie.com BOUTIQUE . 5 rue de la poste . 74 000 Annecy . Tél. +33 (0) 450 46 96 68 Du mardi au samedi : 10h - 12h / 14h - 19h . Parkings de la Poste ou de la Gare


10


l’aimant DU LAC

swiss dreams

L'année 2016 commence par un triomphe pour Lausanne et le canton de Vaud. La modeste agglomération suisse a droit aux honneurs du prestigieux New York Times. Le quotidien d'outre-Atlantique la classe en effet parmi les 50 destinations phares pour 2016, devant - excusez du peu - Washington et Barcelone ! Pour Lausanne, c'est une consécration, « l'auréole, parce qu'elle le 'vaud' bien ! » Par Emmanuel Allait

D

© Leonid Andronov

e l’Express au Huffington Post, en passant par le Corriere della Sera, la presse internationale est unanime et dithyrambique. Elle aime Lausanne. La ville devient tendance. Et le canton de Vaud aussi. Aux yeux des étrangers ébahis, elle devient la « petite Suisse qui se métamorphose », et serait, pour le quotidien britannique Metro, à conseiller, avant Amsterdam ou Paris. Le « Huff » en fait même une San Francisco suisse. Inutile cependant d’y chercher une maison bleue et sa communauté hippie, n’en déplaise à Maxime Le Forestier, la comparaison repose sur les rues pentues qui descendent vers le Léman. Quelle revanche en tout cas pour une cité malmenée à plusieurs reprises par l’histoire ! Occupée pendant plus de deux siècles par les Bernois, elle a en effet pris des coups, des « Nyon » même. Lausanne aurait pu finir au fond du trou, comme Bâle, s’assoupir sombrer dans le silence des « anneaux » (olympiques) ! Pourtant, point de moral en « berne » ou de concert de Léman-tations !

Switzerland is not only about clocks, William Tell and chocolate… Observers are unanimous in noting that thanks to its numerous assets - stunning natural surroundings, rich history, architectural heritage, culinary delights - Lausanne is an absolute hit! Switzerland’s fourth largest city even seems to overshadow Geneva and Zurich in terms of image. There certainly are good reasons for the inhabitants of the “Canton of Vaud” to be proud of their capital...

11


© Mihai-Bogdan Lazar

l’aimant DU LAC

c’est une belle romande, c’est une belle histoire…. En consacrant ainsi une bourgade de 140 000 habitants, n’est-on pas en train de prendre l’Helvétie pour une lanterne ? Lausanne n’est-elle pas plutôt, derrière une façade avenante, une ville néobourgeoise et bien trop sage, comme l’affirment certains réseaux sociaux ? C’est à se demander si les journalistes étrangers ne sont pas tous des topios et des bobets, qui auraient sifflé des décis de chasselas au fond d’un carnotzet. Sur quoi repose cet engouement soudain ? Sur le fait que Bowie s’y soit marié ? Sur la présence des plus belles filles de Suisse, aux jambes impeccablement galbées par les côtes interminables de la ville de Lausanne  ? Jean-Luc Godard, dans son chef-d’œuvre «  A bout de souffle  », le reconnaît  : “les seules villes où toutes les filles sont assez jolies, pas sublimes mais charmantes, à qui

12

on peut mettre par exemple 15/20 ne sont ni Rome, ni Paris, mais Lausanne et Genève”, (Jean-Paul Belmondo à Jean Seberg). Ou, plus sérieusement, au bon job de l’office du tourisme ? Tous les éloges mettent en avant, outre le cadre idyllique de la métropole lémanique, la combinaison fructueuse entre une créativité contemporaine (la métamorphose du quartier du Flon en est un bon exemple) et un riche patrimoine architectural. Les musées abondent. Musées du design, musée olympique, futur musée Chaplin…, et même un… musée de l’Elysée, où la crainte d’y croiser quelque ancien chef d’Etat français confit dans la naphtaline est rapidement dissipée, puisque ce musée est consacré à la photo. Plus pointue culturellement que Genève ou Zurich, cette audace étonne et séduit, bien loin du


© djama

« fondue enchaînée sur Lausanne  » chanté par Alain Bashung dans «  Helvete underground  ». Culture, sport, olympisme, patrimoine, architecture, gastronomie… Autant d’atouts qui attirent également les grandes multinationales, telles Philip Morris ou Nespresso. What else ? Le plus petit et le plus raide métro du monde se trouve à Lausanne. Y en a point comme nous ! La réussite lausannoise et vaudoise attise la fierté, (ou la suffisance, selon les détracteurs) des habitants, de feu l’ancien conseiller fédéral Jean-Pascal Delamuraz, au jeune auteurcompositeur lausannois Bastian Baker. Comme le dit avec

humour Pierrick Destraz, le fils du chanteur suisse Henri Dès, dans une vidéo de l’office du tourisme, “Lausanne est la ville la plus belle, la plus fun, la plus accueillante de toutes les villes du globe. Je le sais, j’y suis né !” Une chance : il n’est pas né à Gland. Ce « petit pays en un pays », selon les mots de Bastian Baker, fier de son patrimoine, serait un peu à l’image de la Suisse, un pays nageant en plein bonheur. Emploi, logement, santé, environnement, sécurité, la Suisse se classe en tête du world hapiness report de 2015, devant 157 pays. L’homo lausannicus ne serait-il donc pas l’archétype du Suisse heureux ? Si tu n’as pas de Rolex à 50 ans, c’est que tu as raté ta vie, disait Jacques Séguéla. C’est peut-être finalement pour cela que Lausanne a bâti le Rolex learning center !  

13


DÉCOUVREZ TOUTES NOS RÉSIDENCES www.priams.fr

QUINTESSENCE À ANNECY-LE-VIEUX HORIZON 180 À ARGONAY LES VERGERS DE CŒUR VILLAGE À METZ-TESSY CŒUR VILLAGE À METZ-TESSY ECO-QUARTIER LES PASSERELLES À CRAN-GEVRIER LE GRAND LARGE À SEYNOD LA VOILE À SEYNOD CITY PARK À RUMILLY LE RIVE GAUCHE À SAINT-JORIOZ LES AIRELLES À THORENS-GLIÈRES LUMINESCENCE À SAINT-JULIEN LE SÉQUOIA À CHENS-SUR-LÉMAN DIVONNA LODGE À DIVONNE-LES-BAINS


LA QUALITÉ DE VIE

LE PATRIMOINE EN PLUS

ESPACES DE VENTE 46, Avenue Gambetta 74000 ANNECY Tél. +33(0)4 50 23 19 13 24, Rue Carnot 74000 ANNECY Tél. +33(0)4 50 64 51 86

visite

Logements éligibles à la loi Pinel sous réserve du respect des dispositions légales y afférentes. N° d’admission à la certification NF Logement/Démarche HQE 378 08 039 – Tous nos programmes sont certifiés à l’exception du Sequoia à Chens-sur-Léman. Illustrations à caractère d’ambiance. Libre interprétation de l’artiste. Document non contractuel. Priams - 46, Avenue Gambetta 74000 Annecy - RCS Annecy B 488 462 730 - SARL au capital de 10 000 000 € - Le réservataire dispose d’un droit de rétractation de 10 jours (article L 271 61 du code de la construction et de l’habitation).- TOUTELA3D.com Imagination : Les Alchimistes - Architectes : Van Den Driessche / AER / Patriarche /Unamime Architectes Alpes / Aktis / Cabinet Archigroup.


16


vue de quartier

Chatoyant

Rôtillon Pendant près d'un demi-siècle, le camaïeu de gris du Rôtillon, un des plus anciens quartiers du cœur de Lausanne, abandonné et déliquescent, n'imprimait la rétine que par le gâchis qu'il représentait. Rénové et paré aujourd'hui de couleurs éclatantes, il attire irrésistiblement l'œil, la lumière et les hipsters. Par Mélanie Marullaz

L

© LT/www.diapo.ch

ausanne est construite sur trois collines, la Cité, SaintLaurent et la rue de Bourg, au milieu desquelles coulent deux rivières : le Flon et la Louve. A l’origine, le Rôtillon était un lieu ouvrier composé de tanneries et de moulins qui suivaient les berges du Flon et ses méandres, mais après l’enterrement du cours d’eau au XIXème siècle, le quartier est démembré, déclaré insalubre et détruit en grande partie. Dans le siècle qui suit, on parle régulièrement d’en faire table rase, afin d’y aménager un marché couvert, d’élever des tours assez hautes pour voir le lac ou d’édifier de quoi abriter 540 places de stationnement… entre 1957 et 1989, alors qu’il n’est plus que friches et parking à ciel ouvert, la municipalité présente quatre plans de réhabilitation, qui échouent les uns après les autres. Ils ont un point commun : ils prévoient tous, sur le site, l’implantation de gros blocs.

Le Rôtillon, one of the oldest part of Lausanne, has long looked shattered and deserted. After decades of architectural arguments however, it finally got rehabilitated and re-opened in 2014. Included now are 40 apartments, trendy shops and a gourmet restaurant… painted in bright colors, it now irresistibly catches the eye, the light… and hipsters.

17


vue de quartier

Au début des années 1990, quand elle rachète, morceau par morceau, les terrains délaissés par les promoteurs, les derniers artisans ont quitté les lieux. Les bâtiments qui tiennent encore debout sont couverts de tags anarchistes, restes de leur occupation, 10 ans plus tôt, par les libertaires de « Lôzane Bouge », et servent toujours de refuge à des collectifs de squatteurs. Mais un Plan Partiel d’Affectation (PPA) est mis sur pied, qui est enfin adopté. Retour au Moyen-Age Pourtant, il faut encore attendre 2001 pour que soit décidé le financement de l’aménagement des ruelles du Rôtillon, en même temps que ceux de la rue Centrale et de la place Pépinet, leurs voisines. Et si les premières constructions sortent de terre en 2005, les nouveaux espaces publics, phase finale du projet, ne

18

sont inaugurés que près de 10 ans plus tard. La rénovation, portée par trois cabinets d’architecture différents, s’appuie sur une configuration du quartier datant du Moyen-Age et respecte sa topographie, ses limites de parcelles, ses passages et ses ruelles pavées étroites, permettant toujours aux piétons de relier, en quelques minutes, la « colline » (St François) à la « vallée » (rue Centrale). L’artiste-peintre Claude Augsburger réalise la mise en couleurs des bâtiments : des teintes vives à l’origine, qui doivent peu à peu perdre leur intensité et atteindrent un nuancier idéal au bout de deux ans. Cette palette redonne évidemment de la vie à l’ensemble, mais permet surtout, d’après Ivo Frei, l’un des architectes, « de rendre compréhensible cette volumétrie très complexe (…) Si tout avait été blanc, on aurait eu une impression de bloc stérile, plus dure. Grâce aux couleurs, les volumes se dissocient, se parlent. »* Pour y insuffler encore plus de fantaisie, plusieurs artistes sont invités à s’approprier les façades et les


N o u s c o n s t r u i s o n s j u s q u’ a u b o u t d e v o s r ê v e s . . .

D E V E N E Z P R O P R I É TA I R E M G M , un investissement judicieux pour profiter aujourd’hui et transmettre demain.

FAITES ENTRER LA MONTAGNE DANS VOTRE UNIVERS. BRING THE MOUNTAINS INTO YOUR WORLD.

MGM & VOUS France - Tél.

+ 33 (0)4 50 09 62 62

MGM Londres - Tél : +0044 20 7494 0706 www.mgm-constructeur.com

©MGM -01/2016 - Crédit photos : Studio E.Bergoend - 123 RF

Become an MGM owner, ashrewd investment to enjoy today.


vue de quartier

Homcheval et Femrenarde, sculptures de Nikola Zaric

coursives des différents îlots : sur le mur aveugle du bar-restaurant le Byblos, une gigantesque fresque, imaginée par le dessinateur suisse Zep, perche le célébrissime Titeuf et sa banane au sommet d’un arbre au pied duquel l’attend sa bande de copains  ; ils surplombent «  Femrenarde  », qui cherche «  Homcheval  » du regard, plus loin au-dessus de la rue du Flon, deux créations animalières pensives du sculpteur de Martigny Nikola Zaric. Nouvelle enveloppe, nouvelle âme ? Le quartier reprend donc vie. Il abrite aujourd’hui une quarantaine de logements, du subventionné au luxueux, un complexe socio-éducatif et son café-restaurant, des boutiques branchées et le resto gastro de Guillaume Raineix, qui a récemment quitté Anne-Sophie Pic et le Beau-Rivage pour s’y installer. On parle aussi de l’ouverture d’un multiplexe, mais le projet suscite

20

quelques grincements de dents, car Lausanne en compte déjà trois. Références au passé obligent, le Musée de la Chaussure et un artisan cordonnier-bottier y ont également déballé leurs cuirs, juste à côté de la ruelle des Tanneurs et de l’escalier des Savetiers. Mais malgré l’intention affichée de conserver son identité populaire, on est loin de l’ambiance de village captée encore en 1976 par la documentariste Liliane Annen pour la TSR**. Au détour des ruelles délabrées, elle croisait des brocanteurs, des costumiers de théâtre, une serveuse de bar rêvant de poésie ou un vitrier nourri par l’Armée du Salut, des fenêtres ouvertes, du bruit, de la musique… Aujourd’hui, à deux pas seulement de la bouillonnante Place Centrale, le Rôtillon brille comme un soulier neuf, mais il paraît bien calme.… + d’infos : * « La mue du Rôtillon, ou le renouveau du pittoresque au centre-ville », Géraldine Schönenberg, Le Temps, 4 février 2014. ** « Le Village dans la Ville », Liliane Annen, RTS, Octobre 1976.


PROMOTION IMMOBILIERE

CIS Promotion CIS Immobilier AB Serti Méribel agence Amont-Aval AGENCES IMMOBILIERES

JS Constructions

RCS Chambéry 391 539 046 - SA au capital de 2 300 000 € - Illustrations non contractuelles à caractère d’ambiance

Alpes-Horizon.com

Traditionnelle - Ossature Bois

CONSTRUCTION MAISONS INDIVIDUELLES

04 79 69 16 45

116 quai Charles Roissard 73000 CHAMBÉRY www.groupe-habiter.com

LOCATION DE VACANCES


22 Š Mobimo


vue de quartier

A FOND LE FLON ! Le Flon poursuit sa métamorphose. De réhabilitations en mutations, l'ancien quartier bohême se gentrifie et devient le cœur branché de Lausanne. Au risque de perdre son âme ? Le Grand Pont et les Alpes

L

e quartier du Flon bruisse d’une foule constante. De jour comme de nuit, Lausannois et touristes flânent dans les rues piétonnes, envahissent les cafés et les restaurants, s’attardent sur les œuvres d’art exposées à ciel ouvert. 7,5 millions de visiteurs s’y baladent chaque année. Et la vaste plateforme, située en plein cœur de ville, est aujourd’hui l’une des réhabilitations urbanistiques les plus intéressantes de Lausanne. ON TOUCHE LE FLON !

L’histoire du Flon passe par toutes les vies. Quartier de tanneries, puis d’entrepôts à la révolution industrielle, il tombe en déshérence dans les années 1950. A cette époque, la ville évolue, les modes de production aussi. Et les entreprises s’installent à la périphérie. Les 55 000 m2 du Flon appartiennent alors à LO Immeubles SA, un acteur privé. Un cas de figure

Par Pascale Godin

presque unique en Europe. Et la vaste plateforme représente un enjeu d’importance. Les projets de réhabilitation fleurissent, ils avortent tous. Difficile de trouver un terrain d’entente entre la ville et le propriétaire. Les deux entités cherchent une solution commune pendant que le quartier devient un lieu alternatif, interlope, peu sécurisé : “Il y avait de la prostitution, de la drogue, des squats, personne ne s’y aventurait !”, se souvient André Baillot, Chef du service de l’urbanisme de la ville. L’identité atypique de Flon attire pourtant, peu à peu, d’autres acteurs. Des friperies, des boutiques d’artisanat, des dancings, des galeries d’art un peu off, séduites par les loyers modestes, s’installent dans les bâtiments. On qualifie même le quartier de « Petit Soho ». Jusqu’à ce que la ville et LO Immeubles trouvent un terrain d’entente, que décrypte André Baillot : “Un plan partiel d’affectation a été adopté dans les années 90 pour les espaces publics. Il autorisait de nouvelles constructions, et la conservation de certains bâtiments aux qualités patrimoniales.

The Quartier du Flon is characterized by a distinctive identity. It has now become an innovative district, yet standing up to the strength of its industrial past. Even its name reminds us of its origins. And keeps the best from the past, using it to build for the future. But does its soul remains the same ?

23


© Mobimo

vue de quartier

De son côté, LO a développé le projet « Flon Vision ». Cette réhabilitation du quartier a poussé l’alternatif hors le Flon, remplacé par des restaurants, des bars, des cinémas. C’est un processus assez normal…” L’ART ET LES FLON-FLON Aujourd’hui, l’ensemble du Flon appartient à la société privée Mobimo. Et incarne la vie branchée de Lausanne. Une nouvelle peau arty chic gomme désormais l’atmosphère bohème du passé, dont certains habitants se souviennent avec une pointe de nostalgie. Le photographe Jacques Betant, installé rue

24

Côtes-de-Montbenon depuis plus de 25 ans, déplore cette gentrification excessive : “Quand j’ai ouvert mon studio, il y avait encore beaucoup d’artistes et d’artisans. Malgré les prostitués, l’ensemble était assez tranquille, beaucoup plus tranquille que maintenant ! A l’époque, je cherchais un grand espace au loyer modéré, c’était parfait. Avec la rénovation, tous les artistes sont partis à cause de la hausse des prix. Les enseignes installées aujourd’hui ont quand même moins de sens ! Mobimo est un acteur de Lucerne, il installe des enseignes lucernoises qui tiennent à peine un an, les loyers sont beaucoup trop chers aujourd’hui. Le Flon est devenu bobo, il perd son âme.” Même si une quarantaine d’artistes vivent encore dans le


A U E V U O N

Illustrations LIMPID STUDIO non-contractuelles - Crédit photos: Fotolia / Claire BOULANGEAT / Laurent DEBAS

Une réalisation signée

RENSEIGNEMENTS ET VENTES

04 50 10 07 34 74 000 ANNECY 22 Avenue d’Aléry


© Mobimo

vue de quartier

quartier, les anciens bâtiments rénovés et l’architecture ultra contemporaine des nouveaux abritent désormais des galeries d’art, des boutiques design, des restaurants et des cafés. Et André Baillot ne nourrit pas les réticences de Jacques Bétant : “Malgré sa vision un peu commerciale, Mobimo organise des évènements très sympathiques !”, poursuit André Baillot. “Des évènements artistiques, avec notamment les 5 cages de verre qui exposent des œuvres d’art en pleine rue, des vernissages, des expositions. Le Flon est devenu le quartier emblématique de Lausanne, c’est très agréable d’y flâner. Il est le point de départ des « soirées chaudes » de la ville ! Nous regardons son évolution d’un œil bienveillant”. FLON D’INVESTISSEMENTS Le Flon poursuit aujourd’hui sa mutation. Pour redynamiser le sud du quartier, Mobimo créera de nouvelles surfaces modulables pour accueillir des activités artistiques et

26

artisanales. Les travaux du projet «Doors» débuteront cette année, livraison prévue en 2017. Et Jacques Betant s’en réjouit, même s’il reste prudent sur sa vocation finale : “C’est un très beau projet ! Cela pourrait rendre au quartier son esprit artistique, à condition que les données de départ soient respectées. Les loyers doivent être bon marché pour être accessibles aux artistes, à moins de 150 ou 180 francs le m2. Et les enseignes commerciales doivent rester en dehors de ce lieu. Pour l’instant, le projet suit son cours. Il faut voir…” L’esplanade centrale sera également réaménagée au cours de l’hiver 2016-17. Un hôtel pourrait aussi voir le jour côté Est de la plateforme, pour augmenter l’activité touristique du cœur de ville. Et la valorisation des « jumeaux », deux entrepôts classés aux Monuments Historiques, est actuellement à l’étude. L’ouverture de l’enseigne « Eataly », dans l’une d’entre eux, fait un peu bobo. Mais c’est une autre vie, dans le Flon !    + d’infos : www. flon.ch/fr


SINCE 1959

SINCE 1959

The Hotel Le LanaHHHHH and Courchevel share a common history : they grew up together and played together, one developing into a prestigious hotel, the other a world famous resort.

The Lana’s location in the heart of Courchevel is pure magic ; leave the hotel slopeside from the ski-room and ski 30 seconds to the first lift or walk two minutes to shop Courchevel’s prestigious boutiques.

B.P. 95 - 73121 COURCHEVEL Cedex - Tel. +33Cedex (0)4-79Tel.08+33 01 10 79 08(0)33 36 704 79- info@lelana.com - www.lelana.com B.P. 95 - 73121 COURCHEVEL (0)4- Fax 79 08+33 01 10(0)33 - Fax4+33 08 36 70 - info@lelana.com - www.lelana.com


28


ROLEXTRAORDINAIRE ! Une vague de béton et de verre ondule sur les rives du Léman. Entièrement dédié à la connaissance, le Rolex Learning Center de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) révolutionne l'architecture. Tout en créant du lien. Par Pascale Godin

29

© EPFL - Alain Herzog

nom chambre archi d’hôtemade lieu


@ EPFL Jamani Caillet

archi made

U

n retraité déplie son journal en sirotant un café. Les voix bourdonnent, des étudiants papotent. Certains travaillent sur les bureaux disséminés dans l’espace. D’autres font la sieste, vautrés sur des poufs colorés, un moineau traverse l’espace et épouse à tire d’aile les ondulations du bâtiment. Pas de doute, le Rolex Learning Center a quelque chose d’organique et de convivial. Inauguré en 2010, il incarne une volonté de décloisonner les savoirs et de favoriser l’échange.

UN COUTEAU SUISSE En 2004, l’EPFL lance un concours architectural. Son campus est un ensemble disparate, fragmenté, sans lien. Pour mieux vivre, il a besoin d’un bâtiment interdisciplinaire, accessible au public. Et d’une bibliothèque capable d’accueillir 500 000 volumes, 8000 étudiants, les enseignants et les chercheurs. Les stars de l’architecture participent au concours, Zaha Hadid et

Built on the campus of EPFL Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, The Rolex Learning Center, designed by the Japanese architectural practice, SANAA, serves as a laboratory for learning, a library with 500,000 books and an international cultural hub for EPFL, open to both students and public. Spread over one single fluid space of 20,000 sq metres, it provides a discrete network of services, libraries, information gathering, social spaces, studying rooms, restaurants, cafes and beautiful outdoor spaces.

30


Promotion immobilière

Architecture

Maitrise d’œuvre Suisse et Rhone-alpes +33 (0) 6 1 4 2 9 3 8 1 0


Jean Nouvel, entres autres, proposent un projet. Mais l’agence SANAA s’avère la plus novatrice. Cyril Veillon, Directeur de la plateforme d’échanges sur l’architecture Archizoom, installée sur le campus de l’EPFL, explique le choix de l’agence japonaise : “Leur concept était parfait. SANAA proposait un bâtiment isolé du reste du campus, un seul espace ouvert avec une seule entrée centrale, pour que tout le monde puisse se croiser et se rencontrer. Et l’esthétique était extraordinaire”. Le cahier des charges est complexe. Outre la bibliothèque, le bâtiment doit accueillir un hall d’exposition, un restaurant gastronomique, des bureaux, une cafétéria, des espaces de travail, une librairie, une salle de conférences. Et faire en sorte que tous les utilisateurs se rencontrent. Un couteau suisse fédérateur, en somme.

32

© DR

© DR

© Amaia Uriarte

archi made

UN PARC ET UN ARC Les cultures japonaises et occidentales pensent différemment l’architecture. Espaces liés contre espaces cloisonnés. Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa, fondateurs de SANAA, imaginent le Learning Center comme un parc. Ils le soulèvent pour créer le point d’entrée central. Et l’ancrent en 5 endroits convergeant vers le centre. En le décollant du sol, ils gomment les frontières entre l’extérieur et le bâtiment. On se promène dessous. 190 poteaux étroits séparent le toit du bâtiment de son assise. A l’intérieur, des collines et des vallées définissent les espaces, 20 000 m2 sans murs, sans portes, sans couloirs. Pour faire pénétrer la lumière, les architectes percent le


Rolex ou epfl ? Les 2, mon capitaine ! Le coût total du Rolex Learning Center est de 110 millions de francs suisses. Le projet a été financé par la Confédération et par de grandes entreprises suisses. La participation de Rolex est le fruit d’une longue collaboration de l’entreprise @ EPFL Alain Herzog

avec l’EPFL pour la recherche en sciences des métaux et en micro technologie pour le design des montres.

© DR

UN BÂTIMENT à VIDES

bâtiment de 14 trous de tailles et de formes différentes, parés de panneaux de verre incurvés. Facile sur le papier, quasiment impossible à réaliser. Une coque mince et trouée s’écroule ! Mais en observant un arc, les ingénieurs trouvent une solution. Une corde maintient sa courbure ? Un tirant d’acier noyé dans le béton maintiendra celle des voûtes. Et le béton, dont la formule reste secrète, ni trop compact ni trop fluide, sera coulé en une seule fois, en continu, pendant 48 heures. Un week-end qui fait encore sourire Cyril Veillon : “Nous avons eu une chance inouïe, il pleuvait partout sauf ici ! Chaque camion avait une adresse GPS pour venir couler le béton à un endroit précis dans le coffrage.” L’extraordinaire complexité de la structure reste imperceptible. Et les 14 trous deviennent des patios que les étudiants s’approprient comme des lieux de vie.

Le vide représente plus de la moitié de la surface du bâtiment. Et SANAA le justifie sans peine : “Le vide est un espace de rencontre. Selon nous, c’est aux hommes d’inventer la fonction d’un espace. Plus on leur laisse de la liberté, plus ils auront de l’imagination, plus une fonction intéressante pourra voir le jour”, précise Kazuyo Sejima aux journalistes. Cyril Veillon confirme : “au-delà du défi technique, l’intérêt d’un tel bâtiment est dans son appropriation par les utilisateurs. Il y avait beaucoup d’incertitudes, aucun bâtiment de ce type n’avait été conçu auparavant !” Aujourd’hui, le Rolex Learning Center s’impose en lieu d’apprentissage comme en lieu social. Rudi vient à la cafétéria chaque matin. Le retraité en aime autant l’architecture que l’atmosphère ouverte et conviviale : “Même si tout le monde parle, c’est un endroit reposant, on a l’impression de respirer. J’ai discuté avec pas mal de jeunes que je ne rencontrerais jamais si j’allais dans un café en ville ! Et la lumière est très belle au crépuscule, quand on voit les reflets du soleil sur le lac rentrer dans le bâtiment”. Deux étudiants s’installent à sa table, il les salue. Et déplie son journal en sirotant son café.

33


LO G O AR

la maison bois aspire au bien-être par la noblesse

pôle périscolaire de reignier esery Cabinet d’architecture strates - photo : p. vallet

© studio sémaphore - maitrise d’œuvre brière architectes//www.brierearchitectes.com

© studio sémaphore - maitrise d’œuvre brière architectes // www.brierearchitectes.com

Conception: Jean François et Corine mermillod, sarl d’architecture

Maisons ossatures Bois • Maisons poteaux poutres Charpente • Couverture • Zinguerie pae la Caille - Zi De l’arnY - 74350 allonZier-la-Caille - 04 50 27 15 92 - w w w. l p c h a r p e n t e . c o m


RCHI D OM O CM J N

ConstruCteur de villa d’arChiteCte

Conception architecturale exclusive : www.archidomo.fr

w w w. e d e n - h o m e . f r pae la Caille - Zi De l’arnY - 74350 allonZier-la-Caille - 04 50 57 50 78


wood concept

DE LA POUTRE AUX YEUX Jules Desarzens est d'une génération charnière. L'ébéniste suisse trace un chemin sans langue de bois, entre design et artisanat. Audacieuses et rigoureuses à la fois, les créations charpentées de Wood Concept poussent au cœur d'un univers sans compromis. Par Pascale Godin - Créateur découvert par Actives en novembre 2012

A

llure juvénile, cheveux en bataille, Jules Desarzens a l’air de sortir d’un rock band anglais. Le look de sa génération. Le créateur de Wood Concept affiche 37 ans au compteur et la lueur pétillante de ses yeux clairs révèle un esprit touche-à-tout. Chez Wood Concept, la tête et les mains travaillent à armes égales. Le designer se revendique clairement des deux univers. Il refuse les chapelles et creuse un sillon jusque dans l’art. Les copeaux d’abord Un sujet simple, 4 planches de bois (en platane massif tout de même), 4 fonctions. Bibliothèque, siège, escabeau, objet décoratif, « Le Chien » brille d’une sobriété polyvalente. Ou inversement. Jules Desarzens cite Enzo Mari en exemple,

rien d’étonnant. Créativité, logique, un rien de calvinisme et beaucoup de curiosité, l’esprit du designer italien est là. Et le jeune Lausannois, passé par l’Ecole des Arts et Métiers, aime la confrontation directe à la matière, il maîtrise son sujet de l’Alpha jusqu’à l’Omega : “L’école des Arts et Métiers est une école technique, où l’on apprend la vision globale de l’objet en même temps que les techniques anciennes. C’est incontournable si l’on veut progresser”. Oui mais. Jules est d’abord un créatif, pas question d’exécuter les projets pensés par d’autres. En autodidacte, il se forme aux logiciels, prend des cours de design. Et ouvre son atelier d’ébénisterie en 2007. Un choix d’indépendance plutôt risqué. Mais il a trop besoin de liberté pour être autre chose que son propre patron. Wood Concept naît la tête aux étoiles et les mains dans les copeaux.

Jules Desarzens uses technology to create a wooden world which mixes architecture and design. He’s been nominated at the swiss design objects’ top-5 for his shelf « Mi-Bois ». He’s committed to sustainable development and consideres himself both as a craftsman and a designer.

36


Š Jean-Marie Michel

Jules Desarzens

37


wood concept

eH qu ini om ©D

réputation mondiale, n spécificité, un sens du d préserver. Personnelleme tant ma réputation que l’a bien fait qui prévaut. J’ai a les mains avant de touch bois, c’est une question de

n ugo

La Carène, table basse Plateau interchangeable disponible en plusieurs coloris

PLUS PURE SERA

ugo

eH

qu

ini om

© D

Le Copeau, siège minimal et zen Inspiré du mouvement artistique japonais «Mingei», la courbure de l’assise La Carène, table basse permet un léger balancement. Plateau interchangeable disponible en plusieurs coloris

n

©W ood

Con cep t © W ood

Projets enracinés

secret des nuages, sculpture.

Derrière chacune de ses créations, sur mesure et souvent uniques, Jules raconte une histoire. C’est ce qui donne de l’épaisseur à son style. Rien n’est conçu sans une approche globale de l’environnement dans lequel l’objet s’insère : “Je ne peux pas dessiner un meuble d’après un croquis, il faut que je me déplace, que je rencontre les gens, chaque projet doit être cohérent et faire partie d’un tout”, précise-t-il. Le designer donne aussi libre court à son imagination et invente «La Carène», une table basse dont le plateau en forme de nappe, interchangeable, dissimule un espace de rangement. Puis, s’engage sur un projet aux côtés de l’architecte Alain Wolff, construit les garde-fous d’une maisonnette après avoir créé une sculpture pour une exposition sur le thème des rayons cosmiques. Entre autres. Motivé par les rencontres, curieux de tout, Jules Desarzens exploite tous azimuts ce savoir-faire d’ébéniste authentique en le dégageant de ses aspects trop traditionnels : “Les ébénistes suisses, français et italiens ont une

+ d’infos wood-concep

Le secret des nuages, sculpture.

© Dominique Hugon

© Dominique Hugon

Derrière chacune des créations, sur mesure et souvent uniques, Jules raconte une histoire. Rien n’est conçu sans une approche globale de l’environnement dans lequel l’objet s’insère : “Je ne peux pas dessiner un meuble d’après un croquis, il faut que je me déplace, que je rencontre les gens, chaque projet doit être cohérent et faire partie d’un tout”, précise-t-il. Le designer donne aussi libre cours à son imagination. Il invente « La Carène », une table basse dont le plateau en forme de nappe, interchangeable, dissimule un espace de rangement. Puis s’engage sur un projet au côté de l’architecte Alain Wolff, construit les garde-fous d’une maisonnette, crée une sculpture pour une exposition Le sur le thème des rayons cosmiques. Entre autres. Motivé par les rencontres, curieux de tout, Jules Desarzens exploite tous azimuts ce savoir-faire d’ébéniste authentique en le dégageant de ses aspects trop traditionnels : “Les ébénistes suisses, français et italiens ont une réputation mondiale, nous avons une spécificité, un sens du détail qu’il faut préserver. Personnellement, ce n’est pas tant ma réputation que l’amour du travail bien fait qui prévaut. J’ai appris à me laver les mains avant de toucher une pièce de bois, c’est une question de respect”.

38

CHAQUE PROJET DOIT ÊTRE COHÉRENT

Con cep t

Le Copeau, siège minimal et zen Inspiré du mouvement artistique japonais «Mingei», la courbure de l’assise permet un léger balancement.

Jules ne fait pas feu de s’en faut. Et Dieu sait matériau qui s’invite en l’histoire du design : “Nou le plastique, le béton, la mais le bois perdure. C’es de chaud, de vivant, d on peut presque tout fa l’époque actuelle, sensibi et au développement d ce sens”. Il l’aime au po parfois de travailler su particulière. Le teck, pa lequel il est intransigean à tracer : “Je cherche touj la provenance du bois - e n’est pas pour surfer sur fonctionne, ça fait partie une question de bon se tout ce qu’il faut à prox travailler avec du «pin d provient du Chili, alors q pin des Landes dans les L bien embêter un peu m ajoute-t-il en souriant. Aujourd’hui, Jules se déf ébéniste/designer et assu son statut d’artisan : “Je r image, même si le mot g sens un peu trop «image l’esprit des gens. En France manuel a une connota mais il faut en passer par l meubles”. Décidément, est un atelier branché.


Photos : © Michel Bonvin

wood concept

Mi-Bois, étagères - (protégé Ldes) 2013 Design, Jules Desarzens - Edition, Wood-Concept

Bois-Bois, étagères - (protégé Ldes) 2015 Design, Jules Desarzens - Edition, Wood-Concept

Plus pure sera la chute Jules ne fait pas feu de tous bois, loin s’en faut. Et dieu sait s’il l’aime, ce matériau qui s’invite en constante dans l’histoire du design : “Nous avons exploré le plastique, le béton, la fibre de verre, mais le bois perdure. C’est quelque chose de chaud, de vivant, de renouvelable, on peut presque tout faire avec lui. Et l’époque actuelle, sensibilisée à l’écologie et au développement durable, va dans ce sens”. Il l’aime au point de refuser parfois de travailler sur une essence particulière. Le teck, par exemple, sur lequel il est intransigeant. Trop difficile à tracer : “Je cherche toujours à connaître la provenance du bois” explique-t-il “C’est aussi une question de bon sens. Nous avons tout ce qu’il faut à proximité. Pourquoi travailler avec du « pin des Landes » qui provient du Chili, alors qu’on trouve du pin des Landes dans les

40

Landes ??? J’aime bien embêter un peu mes fournisseurs” ajoutet-il en souriant. Jules se définit comme un ébéniste/designer et assume totalement son statut d’artisan. Même s’il maîtrise toutes les technologies : “Je revendique cette image, même si le mot garde encore un sens un peu trop « image d’Epinal » dans l’esprit des gens”. Nominé pour les 5 objets design en Suisse avec son étagère « Mi-Bois », Jules présente aujourd’hui «  Bois-Bois  », inspirée des étagères à crémaillère. Tout en poursuivant ses collaborations avec les architectes et les designers. Décidément, Wood Concept est un atelier branché.   + d’infos : www.wood-concept.ch


VIVET

tout CorpS d’etat - rénovAtion - extension - neuf - Agencement

D ’ E X P ERI

S IONMME T A EST GA PR T DE U HA

exterieur

NC

interieur

E

BOIS E

Rêvez vos terrasses, passerelles et piscines, nous les réalisons !

AménAgements Bois - terrAsses Bois - piscines complètes rénovAtion - dégrisAge - isolAtion - hABillAge de votre mAison pAr l’extérieur

Saint Germain la Chambotte i 06 20 72 54 48 i info@vivet-bois.com

www.vivet-bois.com


42


Big GAME

Objectif : big game !

Grégoire, Augustin, Elric... Ces trois jeunes designers respectivement

suisse,

français

et

belge

s'étaient

lancé un pari en forme de gag verbal : devenir ce que l'on appelle, dans le langage de la chasse, du «gros gibier», qui se traduit littéralement, en anglais dans le texte, par «big game». L'expression en disait long sur l'ambition non feinte de ces trentenaires, mais c'était aussi un facétieux clin d'œil à leur premier succès : un trophée d'élan en kit, qui a déjà fait le tour du monde. Par Fabienne Bachelard - Photos Milo Keller Créateurs découverts par Actives en novembre 2008

A

u début installés dans une impasse du centre de Lausanne, c’est aujourd’hui dans un grand atelier que le collectif BIG-GAME s’ingénie à dessiner des objets, ceux-là même qui peuplent peut-être votre quotidien. Et, question imagination, force est de constater que ces «bidouilleurs» éclairés ont plus d’un tour dans leur poche. Même si les trois acolytes n’ont pas du tout l’air de se prendre au sérieux, cela ne les empêche pas d’avoir des idées bien arrêtées sur leur travail. Leur collaboration “envisage le monde du design comme une vaste aire de jeux” non sans y avoir préalablement ajouté des “contraintes techniques liées à la production industrielle contemporaine”. Les designers nous en disent un peu plus sur leur démarche créatrice, passant en revue la longue liste d’objets sortis de leurs imaginaires respectifs.

Their first trophy to build by yourself is emblematic of BIGGAME. Gregoire Jeanmonod, Augustin Scott de Martinville and Elric Petit get inspired by daily life they recreate as a game. Their creativity and reputation are worldwide today. 


Big GAME

La nouvelle garde 
du design

Des galeries 
au design industriel

Grégoire Jeanmonod, Augustin Scott de Martinville et Elric Petit se sont rencontrés à l’ECAL. Acte I de leur collaboration : la naissance de BIG-GAME en juin 2004. Après un «workshop» commun, ils décident de présenter leur première collection «Heritage in progress» au Salon du Meuble à Milan, le rendez-vous absolu, dans un espace réservé aux jeunes pousses du design : “Nous sommes partis un peu naïvement, après avoir été sélectionnés sur dossier” racontent nos interlucteurs. On est alors en 2005. Le propos était de mettre en parallèle deux notions radicalement opposées, celle de l’héritage qui parle de continuité, et celle du mode de vie contemporain, où tout va vite. “L’héritage, ce sont les têtes d’animaux que l’on n’a pas chassés, les tables trop lourdes à déplacer et les lustres impossibles à dépoussiérer”. Résultat de ce premier travail introspectif : des tréteaux en forme de pied de table Régence, une lampe de chantier réhabilitée en tissu et acier chromé, une patère évoquant les camées du XVIIIème siècle... Où l’on retrouve aussi trois trophées de chasse à monter soi-même, improbables têtes d’animaux à accrocher au mur dont la ligne esthétique impeccable et l’humour décalé assureront au collectif «BIG-GAME» son tout premier succès. Eclatant. Les trophées, vendus à plus de 30 000 exemplaires, connaissent un succès commercial jusqu’à ce jour non démenti.

Suite à ce premier coup de maître, Grégoire, Augustin et Elric signent avec leur deuxième collection intitulée «New Rich» une série d’objets d’esprit «bling bling», née cette fois-ci de la confrontation entre le monde des produits de masse et celui du luxe. Les designers avancent : “Nous avons voulu renverser les codes en transformant des objets démocratiques et fonctionnels en articles haut-de-gamme”, alors va pour des bouchons de stylo Bic, des écouteurs de baladeurs ou des punaises... mais en or ! Plus tard, avec «Pack sweet pack», l’univers du packaging et l’univers domestique ne font plus qu’un. Boîte de rangement se transformant en tabouret, lampe en polystyrène expansé inspirée des emballages industriels ou encore tapis façonné comme un simple carton posé à terre. Toujours à contre-courant, le team continue de décliner alors des objets qui vont au-delà des modèles préétablis. La ligne «Plus is more» exploite ainsi habilement les objets de veine minimaliste, à l’image de la chaise «Bold», qui est entrée en 2013 dans la collection permanente du MoMa à New York. A peine 2 ans après la création de BIG-GAME, les premières distinctions viennent saluer et encourager les designers dans leurs recherches et créativité. BIG-GAME a reçu de nombreux prix et distinctions, du Good design Award japonais au iF Design Award

44


Chaise Bold

45


Big GAME

Trophée de chasse Moose

allemand en passant par le Swiss Design award à trois reprises. En 2015, le studio a notamment reçu le DESIGN PREIS SCHWEIZ pour récompenser l’ensemble du travail des dix dernières années ansi que le prestigieux HUBLOT DESIGN PRIZE. Partageant le goût des objets fonctionnels et bien dessinés, Grégoire, Augustin et Elric travaillent aujourd’hui pour des entreprises comme Alessi en Italie, Hay au Danemark, Habitat et Lexon en France, Karimoku et Muji au Japon ou encore Logitech et Nestlé en Suisse. La nouvelle collection de tasses dessinée pour Nespresso vient d’être lancée sur le marché. Grégoire, Augustin et Elric sont aujourd’hui à leur tour professeurs de design à l’Ecal. What else ?   Coat peg

46

+ d’infos : www.big-game.ch


agence-cactus.fr AGENCE CONSEIL EN COMMUNICATION

(RE)

VIVEZ ! en Oxygène

maisonsoxygene.com


Christophe Marchand

Christophe Marchand

Marchand de talents Le Design made in Switzerland est jeune et foisonnant. Epuré, mais foisonnant. A Renens, Christophe Marchand accompagne toute cette vitalité, en assurant le lien entre plusieurs générations de créateurs et recherchant l'équilibre entre transmission et innovation. Par Mélanie Marullaz

Moodo Chair

In Switzerland, young furniture designers are numerous and very productive. With a distinctive uncluttered style but very productive. In Renens, a few kilometres from Lausanne, Christophe Marchand coaches their vitality, linking several generations of designers with one another, searching for the perfect balance between tradition and innovation.

48


hristophe Marchand n’est pas un rapide. Il le dit lui-même. Il n’est pas dans l’urgence, mais dans la réflexion. Il se dégage donc, de ses yeux clairs et son élégance grisonnante, une sorte de sérénité communicative, le genre de calme que seules l’expérience et la maturité professionnelle peuvent insuffler, et qui rassérènent les designers en devenir dont il est entouré. A l’ECAL d’abord, où il a commencé à enseigner très jeune, convaincu de l’importance de la transmission. “J’ai appris le design aussi comme ça, à Zurich, on était quasiment assis à table avec les profs, ils dessinaient avec nous, et j’ai toujours ressenti ça comme quelque chose d’exceptionnel, à l’inverse de l’université où un enseignant parle à 100 ou 200 personnes. Et puis, c’est extrêmement enrichissant, les jeunes requestionnent, remettent en question, on les aide à trouver LEUR fil conducteur, développer un caractère personnel de créateur, avoir une certaine logique dans leur démarche… On investit beaucoup d’énergie et on les voit ensuite sur orbite, dans une sorte de continuité.” Marlo & Isaure, Mathieu Girel, Raphaël Lutz… Au sein du Design Studio Renens, qu’il a créé en 2012, Christophe Marchand a coaché une partie de la jeune garde lausannoise du design pour qu’ils prennent leur envol après l’ECAL. “L’objectif, c’est qu’ils ne se retrouvent pas tout seuls à bricoler dans leur cuisine ; la formation à l’école est très axée sur la création, mais moins sur le concret et la valorisation des idées. Quand ils en sortent, les jeunes sont plein d’énergie, mais ne savent pas comment se lancer.” S’ils y sont entrés à l’origine pour 2 ans, bien à l’abri dans l’open-space ultralumineux d’une ancienne fabrique de métal rénovée, les petits jouent les Tanguy et tardent à quitter le nid ; l’incubateur n’a pas perdu sa vocation d’accompagnement, mais il devient peu à peu une agence, et ça fonctionne très bien.

© Robert Huber

C

Marchand Chair

49


Christophe Marchand

Wogg 54

Aller à l’essentiel Christophe Marchand, lui, a vite trouvé sa voie. Eveillé par ses parents à la notion de beau, il visite très jeune des expos de Giacometti, d’Achille Castiglioni ou le Musée des Arts Décoratifs et sait rapidement qu’il fera du design son métier. “Je voulais travailler dans le mobilier ; c’est dans notre environnement direct, là où on vit, là où il y a des moyens de faire des expériences de forme et de matériau, quelque part entre la mode, la tradition, l’histoire… avec la possibilité de réfléchir à des solutions.” Il suit donc une formation de menuisier, apprentissage obligatoire à l’époque, avant d’entrer à l’école d’art de Zurich. A la sortie, il fait des premiers travaux de scénographie, puis entre très vite en contact $avec des éditeurs, “parce que j’avais la conviction de pouvoir vivre avec ça” et dessine pour Alias, Luceplan… En 1994, il n’a que 25 ans, quand il décroche, avec son associé Alfredo Hägerli, la Carte Blanche VIA (Valorisation de l’Innovation dans l’Ameublement), une bourse française qui distingue des designers «  dont l’originalité et la maturité de la démarche créative sont notables dans l’époque » comme Gaultier, de Castelbajac ou plus tard, Philippe Starck. Il conçoit ensuite beaucoup de mobilier de bureau, comme Embru, cette chaise en multipli, qui “marie tout ce

50

que j’aime bien : la déformation de la matière pour lui donner une expression formelle, avec une identité forte. Là, le bois est déformé pour aller vers un confort maximum.” Sans rechercher l’exclusivité à tout prix, Christophe Marchand s’interdit toute impression de déjà-vu et aimerait concevoir des objets “qu’on aime longtemps autour de soi” et pour la grande liberté qu’ils offrent, les plastiques


Intensément déco... L u m i n a i r e s D e u x s h o w - r o o m s 6, rue de Montréal - Ville-la-Grand T. + 3 3 ( 0 ) 4 5 0 8 3 4 8 3 0 16, Bd. du Pré-Biollat - Anthy-sur-Léman T. + 3 3 ( 0 ) 4 5 0 7 1 4 0 0 8 info@carrelumiere.fr

I

M e u b l e s

I

D é c o


Christophe Marchand

© Robert Huber

le fascinent. “Ils ouvrent de multiples possibilités d’expression dans les textures, les surfaces, les couleurs, les qualités de transparence, jeux de lumière, et on est totalement libre par rapport aux formes… Même si je ne suis pas un fou des formes, j’aime aller à l’essentiel, je serai plutôt… calviniste ? Comme j’expliquais aux étudiants, mon processus de travail, c’est comme l’artichaut, on décortique, pour arriver au cœur, au meilleur, à l’essence et à une certaine pureté.”

Revenir aux sources

Lounger Marvin

Pureté que l’on retrouve dans l’un de ses projets les plus récents, pour la marque Wogg, une ligne de mobilier conçu à partir d’un contreplaqué très fin, “à l’esthétique de lame de rasoir, entre art, sculpture et objet fonctionnel.” Un projet personnel dans lequel il est heureux de pouvoir remettre de l’énergie : “aujourd’hui, je veux me reconcentrer sur mon travail ; en enseignant, on s’éloigne un peu de la création, pour laquelle il faut pourtant un entraînement perpétuel et si je ne crée plus, je ne peux pas enseigner…”  S’il continue à gérer le Design Studio Renens, Christophe Marchand n’exerce donc plus à l’ECAL et revient à ses premières amours. “Je veux retrouver la feuille de papier blanche devant moi, la table sous ma main, le crayon… parce que c’est tout ce que j’aime en fin de compte.”   + d’infos : www.christophemarchand.ch / www.designstudiorenens.ch

52


© hometrotter.it

Le bois pour sublimer votre habitat

© Adler

Réalisation de terrasse bois ou composite, pose de parquet, aménagement de combles, travaux d’isolation par l’extérieur, bardage, véranda bois, sauna, cave à vin...

Eric Ginollin - 74540 GRUFFY - 06 23 82 64 45 - www.ginollin.com


Chaises Les ProstituĂŠes

54


moody sur mesure

Good

Mood !

Entre design et cuisine, bricolages et déco, Moloudi Hadji déploie ses talents là où son envie la porte et ne s'impose aucune frontière ! Par Virginie Bosc - Créatrice découverte par Actives en novembre 2013

P

© Marie-Pierre Cravedi

as si simple de trouver sa place dans un monde aussi normé que le nôtre, a fortiori quand on s’appelle Moloudi Hadji ! Baptisée Moody par ses proches, la jeune trentenaire est une vraie femme orchestre ; plasticienne, designer, illustratrice, décoratrice, scénographe, traiteur, organisatrice d’événements, chaque univers a sa raison d’être, et il existerait bien un fil rouge entre tous ses champs d’expression : celui de la créativité. “En fait, je n’ai qu’un seul univers, mais plusieurs façons de l’exprimer !”, reconnaît Moody. Vous voilà prévenue, la jeune femme est aussi inclassable qu’indomptable…

Wild, fun and incredibly creative, Mouloudi Hadji works with her heart and soul. Nicknamed Moody, she’s off limits and creates in a variety of fields from design to cooking design and DIY. A melting-pot of influences she shares with designers, painters and visual artists into her association Atelier 6. Her leitmotiv ? « To have fun ! »

55


moody sur mesure

Piercing brosse à dent

Bulldog XXL

En électron libre D’origine iranienne par son père, suisse par sa mère, Moody débute son parcours par le design, en intégrant l’ECAL, dont elle sort diplômée en 2006. Problème, Moody se sait incapable de travailler dans une entreprise classique qui, forcément, lui imposera ses codes. “Pour moi, c’est le truc le plus flippant au monde ! J’ai bien trop peur des contraintes et des jugements de valeur !” confie-t-elle. Préférant poursuivre sa quête d’unicité, elle déniche à Lausanne son propre espace de travail. La surface qui avoisine les 200 m2 deviendra l’actuel Atelier 6, qui compte aujourd’hui une multitude de talents. Architectes, plasticiens, peintres, réalisateurs se retrouvent autour d’un café avant de vaquer à leurs occupations… Au milieu de l’atelier, le bureau de Moody, encombré d’objets en tout genre et de boîtes en

56

carton, dont elle seule peut percer les mystères, est un véritable capharnaüm ! La jeune femme aurait pourtant un sens aigu de l’organisation. “Lorsque je suis arrivée à l’atelier, j’ai commencé par monter des événements, des vernissages que j’accompagnais de design culinaire en lien avec les thématiques abordées. Très vite, j’ai été sollicitée pour d’autres mandats, c’est comme ça que j’ai développé en parallèle ces deux activités”. Pour exercer librement, Moody obtient son certificat d’aptitude de cafetier restaurateur, rappelant que “la cuisine est un moyen magique de transmettre son art. La nourriture, en vous traversant, offre un rapport très intime… J’aime aussi son caractère éphémère et son unicité”.


ANTONIOLUPI - BANG & OLUFSEN - FLEXFORM - FOCUS - LUMITHÈQUE - VISCOTI DESIGN

AMÉNAGEMENT DÉCORATION EXPOSITIONS D’ART RESTAURANT

Parc du Calvi, face au Grand Épagny - 55 rue de l’Artisanat - 74330 POISY +33 (0) 450 245 137 - www.espace55.com


moody sur mesure

Cabane à oiseau

Canapé Takht

Patchwork créatif ! Même démarche lorsque Moody s’intéresse aux objets. “D’abord, je dois vous dire que je suis un peu animiste. Quand j’étais petite, je choisissais toujours le sapin de Noël le plus moche, persuadée que personne n’en voudrait ! Le rapport que j’entretiens avec les objets n’a pas changé. J’aime leur âme, leurs défauts, leur histoire, leur pérennité… L’idée de surproduction actuelle m’écœure, je préfère partir de l’existant !” C’est donc avec une certaine bienveillance que Moody récupère de vieilles chaises abandonnées sur le trottoir. La série baptisée « Prostitute-chairs » a comme un air de rédemption ! Nettoyées, relookées, maquillées, les vieilles dames s’offrent une seconde chance, mais conservent fièrement les stigmates du passé : ressorts qui pendouillent artistiquement, assise revêtue d’une toison léopard, illusion d’optique qui nous ferait croire qu’elles ont perdu un pied dans la bataille, aucune chaise ne se ressemble, mais toutes ont une histoire à conter… Tout aussi décalé, le piercing brosse à dent. Un objet typé, dont l’originalité lui vaut une exposition au Moma de New York, avant de partir à Paris et en Belgique ! “Le piercing est né d’un workshop qui demandait de réaliser un objet hybride. J’avais remarqué que les gens jouaient souvent avec leur piercing de langue en le passant sur leurs dents. J’ai pensé que ce n’était pas forcément très bon pour l’émail, d’où l’idée de le transformer en petite brosse à dent !” L’imagination débordante de Moody fera encore naître bien

58

d’autres objets, comme une cabane à oiseau dont le système d’ouverture permet de choisir l’espèce qu’elle souhaite accueillir (merle ou mésange ?), une tasse en forme de verre à pied destinée à un café grand cru (The « grand cru » cup), ou encore un canapé multi-usage (canapé Takht) qui puise son inspiration dans des origines persanes… Autant d’idées sur mesure que Moody ne manque pas de transposer dans d’autres domaines dès qu’elle en a l’occasion. La preuve… Mandatée pour concevoir un stand au salon du mariage, Moody se fait remarquer avec une ambiance apocalyptique “qui fait un peu tâche dans le décor !”. La fois suivante, elle organise une scène de ménage, invitant le public à casser de la vaisselle, histoire de se défouler AVANT le mariage ! Objectif ? Générer du trafic. Un pari réussi qui tient aussi à une certaine philosophie : « D’abord s’amuser ! », ce qu’elle fait le plus sérieusement du monde. Aujourd’hui, l’Atelier 6 fait des petits. Moody et ses associés ouvrent d’ici peu, au centre de Lausanne, à Tivoli. « Patchwork » proposera des espaces de travail créatifs et collaboratifs aux artistes, plasticiens et créatifs de tous poils. Deux points névralgiques de culture, de création, d’expositions, d’inspiration, d’échanges, de rencontres, d’apprentissage, de collaborations, bref de beaux terrains de jeux en perspective !  


A LT E R N A T I V E

A LT E R N A T I V E

CrĂŠdits photos : DDerisbourg - Thinkstock.

Un joUr, toUs ceUx qUi ont constrUit votre maison feront Un peU partie de la famille...

T 04 50 01 13 14 I w w w.maisons-ar tis.com


Nicolas LE MOIGNE

Mon épée contre un crayon  Nicolas Le Moigne surprend PAR UN design tantôt léger et coloré, TANTOT brut et fonctionnel. et LE CREATIF ne se lasse pas d'explorer un univers qui ne devait pas être le sien... Par Virginie Bosc - Créateur découvert par Actives en novembre 2009

D'

Nicolas Le Moigne

origine française, Nicolas arrive en Suisse à l’âge de 8 ans. Son père est nommé entraîneur national de l’équipe suisse d’escrime. “J’ai grandi dans l’univers du sport qui est plutôt assez éloigné du monde du design !” s’amuse-t-il. Passé par l’ECAL, il se fait remarquer à plusieurs reprises. Ce sans-faute tient peut-être à une certaine autodiscipline : “J’ai longtemps pratiqué l’escrime, mon père est un ancien militaire, je crois que tout cela m’a apporté une certaine rigueur  !” Un mot devenu principe de vie. Et aujourd’hui, Nicolas ne s’encombre que de l’essentiel  !

Nicolas le Moigne’s designs are a celebration of juxtaposition. They show an understanding of, and capacity for, complexity and contrast : seemingly fragile yet resilient, at once artisanal yet also industrial, assertively sophisticated yet without guile. He mixes  opposing materials, forms and conventions to produce designs that are structured and balanced.

60


Frame, tapis


© Nicolas Le Moigne

© Anoush Abrar

Nicolas LE MOIGNE

Horloge Publique, l’heure est affichée en toutes lettres grâce à des flaps rotatifs.

Scraps Stolls, tabourets en ciment

Verso Diverso, embout en plastique permettant de transformer n’importe quelle bouteille en arrosoir.

Intemporel, le design  ? Pourquoi troquer l’épée contre un crayon ? “Je crois que je n’avais pas l’ambition d’un sportif de haut niveau  !”, sourit Nicolas. “Le design est arrivé par hasard. Je n’avais aucune culture artistique, mais j’adorais dessiner. A 20 ans, je dessinais des comic strips pour un journal fribourgeois, j’ai eu ensuite l’occasion de faire un stage chez un ami de mon père, un designer industriel. Ça m’a plu tout de suite !” Nicolas réussit le concours d’entrée de l’ECAL. Et le choix ne repose peut-être pas entièrement sur le hasard. “J’ai toujours été sensible à l’art, mais j’ai trouvé dans le design une dimension supplémentaire, celle de la fonctionnalité  ! J’aime cette notion d’esthétisme rattaché aux notions fonctionnelles et pratiques. Le design n’est rien d’autre qu’une forme d’art utile  !”

62

Jouer avec les fonctions de l’objet est une signature chez Nicolas. “Certains designers travaillent plus sur l’image. Moi, je suis attiré par la fonctionnalité !” Un parti pris risqué. Car l’ascension est parfois plus rapide quand la création repose sur des objets typés ! “C’est vrai ! J’ai longtemps été fasciné par des objets très graphiques, comme ceux de Starck, je trouvais incroyable tout ce que ces designers arrivaient à véhiculer dans un objet. Aujourd’hui, je suis beaucoup plus attiré par ceux qui traversent les années. On a vu les objets en plexi découpés, les objets baroques revisités, mais en termes de durabilité, d’écologie ou même de crise, l’objet ne peut plus reposer seulement sur l’image ou les tendances du moment !”


&

M o B I L I e R d e S I G n

d e

B U R e A U

H A B I T A T

d y n A M I C B U R e A U 510 Avenue d’Aix-les-Bains • Seynod Sortie autoroute Seynod sud +33 4 50 69 29 24 www.dynamic-bureau.fr


Nicolas LE MOIGNE

Le sens du détail Nicolas Le Moigne n’emprunte pas les raccourcis faciles. Mais ses objets un peu « tape à l’œil » lui valent de se faire rapidement un nom. L’arrosoir Verso Diverso, un embout simple et coloré, à visser sur n’importe quelle bouteille, est un vrai hit : “Verso Diverso m’a servi de tremplin, mais m’a aussi donné la liberté de faire des choses qui me ressemblent davantage  ! J’aime la sobriété et la simplicité, avec cette petite touche colorée, ou structurale, qui fait la différence !” Illustration avec le tapis Frame, en forme de 33 t percé en son centre, pour mieux mettre en valeur la trame d’un autre tapis persan, ou celle d’un parquet marqueté. Autre style, les tabourets en ciment, réalisés à partir de chutes empilées dans un moule, incarnent un objet intemporel et sculptural. Nicolas aime jouer avec les effets opposés de la matière. Sa série de plats est emblématique : “Un céramiste les a réalisés à partir d’un moule en plâtre, et a appliqué

© Federico Berardi

Alps Express, module métallique empilable

Plats, réalisés à partir d’argile appliquée à la main dans un moule en plâtre.

64

de l’argile à la main. Le contraste entre l’intérieur du plat, lisse, propre, industriel, et l’extérieur brut, artisanal et imparfait, est saisissant !” Il ajoute parfois une dimension poétique à son travail. Son horloge, réalisée pour la ville de Genève, semble parler de manière humaine, dans un monde devenu numérique. L’heure ne s’affiche plus, elle se donne ! “Ça n’a pas été facile, le cahier des charges imposait une horloge ronde. J’ai pris le risque de casser les codes attendus et d’inscrire l’heure en toutes lettres. Bizarrement, le projet a été retenu !” dit modestement Nicolas. En 2012, le designer remporte le Prix Fédéral du Design avec Alps Express, un module métallique empilable, simple et fonctionnel. Aujourd’hui Responsable du master luxe à l’ECAL, Nicolas Le Moigne se partage désormais entre enseignement, design industriel et galeries d’art. Et prouve que rigueur et audace font parfois bon ménage !   + d’infos : www.nicolaslemoigne.com


améNagemeNt iNtérieur, ageNcemeNt, décoratioN : Hôtels, buReaux, commeRces, appaRtements et Villas

bureau d’études / showroom de tissus Résidence du centre 74410 saiNt-JorioZ

156 route du Villard +33 (0) 450 680 399

www.design-dazur.fr


© Pénélope Henriod

Sofa Hermann R., canapé de différentes hauteurs

66


sibylle stœckli

Sibylle Stœckli

© Marie Taillefer

Au-delà des apparences...

On connaissait le célèbre tableau de Magritte, « ceci n'est pas une pipe ». Voilà qu'il faut compter maintenant avec les créations surprenantes de Sibylle Stœckli ! Détourner les objets, scénariser, scénographier, la Lausannoise

Airfork One

touche à tout. Et élargit le champ du design. Par Virginie Bosc et Pascale Godin Créatrice découverte par Actives en avril 2009

Le design expérimenté  !

S

ibylle Stœckli travaille en spectre large. La jeune designer au look androgyne affirme son tempérament d’une voix douce, presque humble. Nous l’avions rencontrée en 2009, elle surprenait déjà par sa maturité. Créait tous azimuts, de l’objet au trompel’œil, en passant par le textile avec sa marque Louise Blanche. Elle ajoute désormais la scénographie et la sociologie à son champ d’action.

“J’aime travailler les détails, expérimenter des sensations visuelles”, explique Sibylle. Pari réussi. Si vous allumez la mèche de cette bougie, elle n’est pas prête de fondre… Et pour cause ! La mèche est bien réelle. Mais la bougie, elle, est en céramique. Réalité ou illusion   ? Un peu des deux, la bougie céramique se transforme en réceptacle pour bougies chauffe-plats, “l’idée était aussi de redonner un peu de noblesse à ces petites bougies”. Pour Sibylle,

Sibylle Stoeckly creates products that are neutral enough to be versatile. She sees them as tools that facilitate the staging of the things we most cherish, in an unlimited variety of arrangements. This idea of modularity mingles with the desire to perpetuate her objects, to continually rearrange them to suit the evolution of tastes and circumstances. She’s interested in different aspects of research, notably through reflecting on our relationship to manufactured objects.

67


Le Cageot


sibylle stœckli

Bibliothèque DINA

Modular Soft Bags

Le détail comme signe distinctif ! le design est avant tout champ d’expérimentation. Un mélange d’instinctif et de réflexion  : “le concept de base doit être intéressant. Soit sur l’aspect de la construction, soit sur le sens”. Mais la réflexion n’exclut pas l’amusement : “je crois qu’il y a une fonction ludique dans chaque objet !”, précise-t-elle. A l’image de la fourchette Airfork One, réalisée en 2002 dans le cadre d’un concours d’école sur le thème des relations parents enfants, qu’elle transforme pour l’occasion… en avion  ! Simplissime, évident. Qui n’a pas fini par piloter une fourchette, dans le seul but de faire avaler une bouchée de purée à son enfant  ? Le succès est au rendez-vous. En 2008, l’objet est édité par une entreprise américaine. Et vendu dans le monde entier !

Au-delà des clins d’œil, une dimension surréaliste transcende les apparences. Cette vision modulable, cette façon de jouer avec les typologies, apportent “des détails qui vont permettre de dire : “Tiens  ! C’est une bougie. Tiens  ! C’est une tasse.”. Alors que rien, à la base, ne différencie un cylindre d’un autre cylindre  ! Des cadres trompe-l’œil qu’elle qualifie de “non-objet” à la bibliothèque Dina, qui se fait oublier pour mieux mettre en scène les objets qu’elle accueille, Sibylle surprend où on ne l’attend pas. Comment naissent les objets dans son esprit ? Elle réfléchit : “Cela dépend, ça peut naître d’une envie de réaliser un bel objet, comme d’un besoin d’avoir un canapé chez soi”. Et cette plateforme de coussins, alors  ? D’une furieuse envie de faire la sieste   ? “Non,

69


sibylle stœckli

Objets Ateliers Chalamala

répond Sibylle en riant, plutôt une opportunité  ! J’ai récupéré du gore-tex. Réaliser des gros coussins qu’on pouvait relier entre eux par de petits mousquetons, c’était tentant ! Encore quelques défis à relever… En 2013, Sibylle part en voyage. 7 mois sur les 5 continents, à la rencontre de designers et d’artisans, pour échanger sur les cultures, les coutumes, les savoir-faire, les habitudes et les traditions. Elle construit son «  Global Design Research  » sous l’angle de l’alimentation : “Tous les êtres humains mangent, c’est notre point commun. Quels choix faisons-nous ? Quels choix les designers et les artisans font-ils ?” Présenté à « Dépôt Basel », une vaste plateforme bâloise, dédiée à la création contemporaine, le projet dresse un inventaire qui mêle nourriture physique, intellectuelle et spirituelle. Une réflexion sur l’artisanat et l’industrie, sur l’homme et sa relation à l’objet. La designer élargit

70

constamment son champ de réflexion et d’action : “C’est une remise en question du métier de designer aujourd’hui. La question est  : Pourquoi continue-t-on à faire des objets  ?”. Des objets qu’elle n’oublie pas pour autant. Pour Qwstion, une enseigne zurichoise, elle crée une série sur la thématique de la feuille. 8 objets de table et de bureaux simples, interconnectés, en métal et en papier. Et prépare «  Ateliers Chalamala  », un nouveau projet pour l’automne prochain : “C’est un travail que je prépare en collaboration avec une association qui s’occupe de personnes atteintes de schizophrénie. Ils ont des ateliers dans la région de la Gruyère, je leur ai dessiné une gamme d’objets en bois, en papier et en textile. J’ai également travaillé sur la communication, le packaging, le mobilier de présentation. C’est un projet global, et c’est probablement celui dont je suis le plus fière aujourd’hui, parce qu’il est vraiment complet”. Sibylle Stoeckli mûrit, parce qu’elle a tout d’une grande.    + d’infos : www. sibyllestoeckli.ch / www. louiseblanche.com


NOS PROGRAMMES EN COURS :

DUINGT

de Fergy

SCIEZ

HAUTEVILLE S/ FIER

A 85 route de Thonon - 74800 AMANCY 04.50.07.38.90 Plus d’infos : www.maisons-alain-metral.fr


thomas kral

Le design

Clown nose

72

Š Federico Berardi

pour de rire


Thomas Kral

A

Lausanne

depuis

plus

que

10

ans, Tomas Kral n'a rien perdu de ses

racines

Pourtant, trahit

son

implantées

son

accent

intégration

à

l'est.

vaudois et

ses

créations ne se limitent pas à cette dualité. Un mixte de cultures et de savoir-faire qu'il sait lier avec un certain humour. Par Sophie Parmantier Créateur découvert par Actives en novembre 2013

U

n n père architecte, une mère qui travaille le textile… Entre les deux, son cœur balance. Tomas Kral démarre donc sa formation dans une école de textile puis, de fil en aiguille, se dirige vers la création en 3D et construit finalement sa voie dans le design. Il étudie le design industriel de masse en Slovaquie, où calcul et technique ont la part belle, puis le design de luxe à L’ECAL de Lausanne, la touche « auteur » y est valorisée. Un mixte enrichissant qui l’amène à devenir un designer de « mobilier quotidien créatif ».

Tomas est un designer du monde. Ses projets sont d’envergure internationale aux côtés des éditeurs Praxis à Hong Kong, PCM en Espagne, Petite Friture en France, Nespresso en Suisse, Fied au Etats-Unis, Nude glass en Turquie... Son fil conducteur, le travail des matériaux et le respect des procédés du pays d’origine. Mais, il n’en oublie pas ses origines, comme en témoignent ses créations autour du verre, spécialité de l’ex-Tchécoslovaquie.

© Francois Pirenne, Michel Bonvin, Tomas Kral

D’Est en Ouest

Upgrade, façon christal

Thomas Kral, the young international designer established in Lausanne definitely has a sense of humor. Specialized in furniture design, his creations possess both a utility and a playful side to them such as his storage boxes turning into cute animals.

73


Under the hat, lampes

Le trentenaire est influencé par le design italien des années 70, comme Enzo Mari ou Vico Magistretti pour le fonctionnalisme et par le Groupe de Memphis pour l’humour et enfin, par les frères Bouroullec pour le langage qu’ils ont su développer. Ce toucheà-tout explore donc les matériaux, du verre au caoutchouc en passant par le bois, la terracotta ou l’argenterie… Mais aussi les genres, de l’objet le plus populaire au plus luxueux. Il ne craint pas le grand écart. “En fait, je suis un jeune designer et je cherche encore un peu mon style” reconnaît-il, comme pour se justifier. Malgré tout, on retrouve déjà la « Tomas’s touch » : cette fraîcheur et cette pointe d’humour enfantine, tantôt ténue, tantôt flagrante. Pratico ludique Son jeu préféré ? Transformer une pièce banale en véritable objet déco, un objet qui vit, qui décore, mais avec lequel on interagit. Un vulgaire contenant en céramique se voit habillé d’un nez de clown en guise de bouchon, un bocal industriel sera réinterprété

74

Turn me !, cintre 2 positions

Big race !

© Tomas Kral

Lap counter, cuisiner assise !

© Tomas Kral

© MiloKeller / ECAl

© Felipe Kolm, Tomas Kral

thomas kral

façon cristal de baccarat pour en faire un objet design, de simples boites de rangement pour le bureau, très pratiques, se transforment en contenants au profil animal, en caoutchouc. “De quoi colorer et animer son poste de travail pour qu’il soit moins ennuyant, non ?”. En bref, des objets du quotidien, fonctionnels qu’il s’amuse à transformer. “C’est notre rôle en tant que designer de travailler la fonction en y ajoutant un peu de poésie”. Et pour Tomas, la poésie prend la forme de l’humour, sa manière de contourner le côté rigide des objets et de « créer une complicité avec celui-ci, pour qu’il nous fasse rire ».


l’excellence sinon rien*

ATRIA - 1 PLACE MARIE CURIE 74000 ANNECY - 0033 450 33 48 50 www.maisons4807.com *Prix de l’excellence multicritères, NF, BBC, HQE 2012 région Sud/Est Médaille d’or à Vienne (Autriche) « Défi Architectural Maisons 2012 » - Médaille de Bronze à Barcelone « Maisons Remarquables 2015 »


© Hartô

© Nicola Genta

thomas kral

Lubin, miroir

Torii, bancs

D’abord les accessoires, puis les luminaires et enfin le mobilier. Ses créations prennent du volume, de l’ampleur. Le jeune homme aime se lancer de nouveaux challenges. Des objets plus volumineux mais tout aussi simplistes en apparence. « Lubin », le miroir circulaire coiffé d’un chapeau circonflexe de bois « pour pouvoir plus facilement l’accrocher ». « TORII », les sièges et tables d’inspiration japonaise viennent mélanger les formes rondes et rectangulaires, comme ça, l’air de rien. Allier l’utile à l’agréable… La lampe en un cas d’école qu’il ne se lasse pas de réviser : “C’est un objet très fonctionnel à la base et je cherche à travailler la beauté de l’objet. C’est à chaque fois une nouvelle histoire par laquelle on essaye de se réinventer”, préciset-il. Pour exemple, « Blow  », la petite lampe montgolfière en verre dépoli qui semble prête à s’envoler. Son rêve ? “Ça me travaille depuis pas mal de temps… Ce serait de dessiner une chaise. Comme tous les designers !”, plaisante-t-il. “Voilà un challenge qui me permettrait de tester mes capacités”. Histoire d’asseoir sa notoriété un peu plus encore…  + d’infos : www.tomaskral.ch

76

Blow, lampe

© Nicola Genta

Toujours plus…


Venez découvrir votre nouvel espace

carrelages - sanitaires Venez découvrir découvrir lele plus plus grand grand Venez choix de de salles salles de de bains bains dans dans choix votre nouvel nouvel espace espace Au Au Fil Fil du du votre Bain. Que Que vous vous l’imaginiez l’imaginiez Bain. plutôtclassique, classique,contemporaine contemporaine plutôt ou design, design, vous vous yy trouverez trouverez ou

Venez décou Venez découvrir Venez découvrir Venez découvrir

votre nouvel es votre nouvel espace votre nouvel espace votre nouvel espace carrelages - sani carrelages - sanitaires carrelages - sanitaires carrelages - sanitaires

décou Venez découvrir le plus gran découvrir legrand plus Venez grand VenezVenez découvrir le plus de sall de de bains da de choix salles desalles bains dans choixchoix de salles de bains dans choix votre votreespace nouvel espace Au Fil d nouvel Fil dunouvel votrevotre nouvel espace Au Fil Au du Bain. Que v Bain. Quel’imaginiez vous l’imagini vous Bain.Bain. Que Que vous l’imaginiez plutôt classiqu plutôt classique, contemporai classique, contemporaine plutôtplutôt classique, contemporaine ou ydesign, ou vous design, vous trouverv ou design, y trouverez ou design, vous y trouverez

aufildubain.fr aufildubain.fr

114av. av.du duMont-Blanc Mont-Blanc 114 74950CLUSES-SCIONZIER CLUSES-SCIONZIER 74950 0450 5098 9854 5454 54 04

81rue ruede delalaPlaine Plaine 81 74190LE LE FAYET FAYET 74190 0450 5047 4701 0101 01 04

215av. av.Saint SaintSimond Simond METRAL-PASSY METRAL-PASSY 215 73100AIX-LES-BAINS AIX-LES-BAINS 73100 0479 7935 3506 0673 73 04 deChamonix ChamonixààChambéry Chambéry de

ADRESSES 33 ADRESSES

aufildubain.fr

aufild aufildubain.fr aufildubain.fr 114 av. du Mont-Blanc 81 rue de la Plaine 215 av. Saint Simond METRAL-PASSY 114 av. du81Mont-Blanc 81 la av. Plaine av. SaintMETRAL-PASSY Simond av. du Mont-Blanc 81 larue de la Plaine 215 Saint 215 Simond 114 av. 114 du Mont-Blanc rue de Plaine 215rue av.de Saint Simond METRA METRAL-PASSY 74950 CLUSES-SCIONZIER 74190 LE FAYET 73100 AIX-LES-BAINS

3 ADRESSES

3 ADR 3 ADRESSES 3 ADRESSES

74950 CLUSES-SCIONZIER 74190 FAYET 73100 AIX-LES-BAINS 74950 CLUSES-SCIONZIER 74190 LE FAYET 73100 AIX-LES-BAINS 74950 CLUSES-SCIONZIER 74190 LE FAYET 73100 LE AIX-LES-BAINS 04 50 47 01 01 04 79 35 06 73 de Chamonix à Chambéry 04 50 98 04 54 50 54 470401500147 01 01 04 50 04 79de35Chamonix 06 de 73 Chamonix 04 50 980454505498 54 54 79 47 350401 067901 7335 06 73 de Chamon à Chambér à Chambéry

04 50 98 54 54


zinguerie

ossature bois couverture

une pASSion Au Service de voS envieS et de voS beSoinS

charpente

SAvoir fAire expérience

mAteriAux n o b l e S le boiS, cœur de métier Charpente, couverture, zinguerie, mais aussi spécialisée dans les travaux de rénovation, dans la réalisation d’extensions, de terrasses. Kalispe couvre l’ensemble des activités bois pour les particuliers

comme pour les professionnels, architectes et promoteurs. la confiance est une des clés nécessaires et importantes dans la constitution d’une relation.

KALISpE,

savoir-faire

DES hOmmES pASSIONNéS pOUR AbRITER VOTRE pROjET ET VOTRE fAmILLE.

ecoute

passion

Groupe ArkéAl 4 avenue des regains - Seynod 04 50 10 02 10 - contact@arkeal.fr - www.arkeal.fr www.facebook.com/arkeal

U

N

E

N

O

U

V

E L

L

E

G

E

N E

R

A T

I

O

N


bien-etre

innovation

un interlocuteur unique pour votre projet

connectivite

© ecomodula

Crédits photos : NK photographies - pedro photos studio - Kalispé - patrick Meo

confectionnez votre projet à lA dimenSion de votre budGet

un printempS hAut en couleurS et en performances…

© ecomodula

Bois perspectives active une nouvelle gamme de maisons contactez-nous au 04 50 05 53 67.

D

E

C

O

N

S

T

R

U

C

T

I

O

N

S


L'électron

Suisse...

Valentin Bussard

Il n'a pas attendu le nombre des années, ni d'être diplômé, ni d'être révélé par quelque professionnel averti... Valentin Bussard est un gars décidé. Bien décidé à vivre ses rêves plus qu'à rêver sa vie. A 22 ans, il retrousse les manches de sa chemise à carreaux soigneusement repassée pour se lancer. Dans son garage, avec sa perceuse et sa visseuse, naissance d'un designer mu par une force tranquille, le panache en plus. Par Agnès Gasiot - Photos : Dominique Green Créateur découvert par Actives en novembre 2008

Valentin Bussard

A

près une année préparatoire à l’artistique à Lausanne, un CFC design industriel à Genève, Valentin suit une formation en alternance au Swiss Design Center de Lausanne. Cette formation qui allie théorie et pratique par le biais de stages va lui permettre de se confronter à trois univers professionnels différents, mais complémentaires : 6 mois en cabinet d’architecture, un an dans une manufacture de verre et au sein d’une entreprise d’architecture de marque : « The Brandstorm » en tant que chef de projet. En très peu de temps, il acquiert une vision globale : celle du monde industriel, d’un chantier, d’un projet mené de A à Z. Tout cela parallèlement à sa 3ème année de bachelor… Pour ceux que nous aurions perdus en route, à retenir : le caractère non-oisif du sujet. Mais cela ne lui suffit pas pour « se démarquer du lot ». Il décide de mener à bien des projets personnels, à son compte. En plus de tout le reste. Car très vite, Valentin a envie de montrer ce dont il est capable. Et comme tout créatif qui se respecte, d’apporter sa touche perso.

Small details and simplicity inspire Valentin Bussard’s design. The young swiss designer belongs to a talented new generation. He plays both with rigorism and pragmatism. With a touch of poetry and onirism. Furniture, lamps and objects are developed in self-editing.

80


Miclinaison, miroir, Êtagère et porte-manteau

81


Valentin Bussard

Pragma, planche à découper

7 ans de malheur ? Pfff ! Un jour, il rapporte de la miroiterie où il effectue son stage, une chute d’un miroir qui s’était brisé avec la ferme intention d’en faire quelque chose. Valentin n’aime pas gâcher. Au détour d’une virée shopping avec sa petite amie à Berlin, il voit dans une boutique un miroir posé sur un chevalet. C’est l’étincelle. Il note l’idée sur un carnet. De retour chez lui, il crée son atelier dans le garage familial : “je demandais à ma mère de sortir chaque jour la voiture pour avoir plus d’espace”, confie-t-il en riant. Il achète des outils simples, de la colle et du bois de sapin clair, brut. Suisse bien sûr. Il crée Miclinaison, un meuble jamais vraiment droit, qui se

82

pose, incliné contre un mur. Miclinaison rappelle les vestiaires d’une époque qu’il n’a pourtant pas connue. Il en conserve le pragmatisme (miroir, étagère et porte manteau) dans un style très épuré. Son idée est de rendre l’objet ludique, peu encombrant. Il produit lui-même les 20 premiers exemplaires, toujours dans le garage familial, qu’il numérote et qu’il vend 100 francs pièce pour le rendre accessible. Même vendus plus du double dans les magasins qu’il démarche (contraint d’aligner ses prix à ceux du marché), c’est un succès. Il en écoulera près d’une centaine, tous fabriqués entièrement de ses mains.


ArtS de lA tAble • Architecture d’intérieur

Arts de la table : Alessi, baccarat, bernardaud, christofle, daum, ercuis, Gien, haviland, hermès, lalique, Saint-louis, Puiforcat, raynaud, riedel, robbe & berking, rosenthal, Villeroy & boch, Wedgwood... Global Home Design : baccarat luminaire, élite, Fendi, lalique maison, leucos, Masiéro, thG, Valenti… Touzeau annemasse Place de l’Hôtel-de-Ville 74100 annemasse +33 4 50 38 13 89

Touzeau GenèVe Rue du Rhône 65, 1204 Genève +41 22 312 36 66

www.touzeau.com

Touzeau monTReux avenue du Casino 28, 1820 montreux +41 21 966 30 10


Valentin Bussard

Génération Y Il a beau apprécier la visibilité que lui procure internet, Valentin Bussard regrette son côté virtuel, l’objet réduit à une image. Alors que le design fait appel à d’autres sens inaccessibles sur le net : l’odeur sensuelle du bois, le toucher et l’émotion qui s’en dégagent. Les Design Days à Genève lui permettent d’exposer ses créations, de tisser son réseau professionnel et de construire sa notoriété. En 2013, son projet « Pragma » est plébiscité. Cette planche à découper le pain, en bois de hêtre clair, son couteau d’inox et de bois intégrés, son assemblage astucieux font de l’objet une création dont la praticité n’est pas sacrifiée sur l’autel de l’esthétisme. Original épuré et bien pensé, quand les influences du design scandinave rencontrent la précision suisse, le résultat est simplement beau. Qui plus est, quand le bois est local et qu’une collaboration avec la société AFIRO, employant des personnes souffrant de difficultés psychologiques, lui donne une dimension sociale. Valentin crée encore Oon, une gamme de lampes lunaires inspirées de la fin du monde. Tous azimuts Peu à peu, l’audace prend le pied sur la simplicité. Valentin multiplie les expérimentations, dans les formes, les matériaux, les techniques, les rapprochements qu’il initie dans les milieux du graphisme, de la photo, du marketing… Il s’associe à un ami graphiste pour créer sa marque de prêt à porter : « Valentoine ». Des t-shirts blancs plastronnés d’une immense poche plaquée sur le devant. Avec le designer genevois Soren Henrichsen, c’est le projet Irot qui voit le jour, sous la forme de trois bougeoirs en MDF brut noirs, déclinables en plusieurs positions. Le résultat est graphique, élégant. Une collaboration que le duo entend poursuivre en éditant un objet par an. Pour promouvoir et soutenir le travail des jeunes designers, il crée également une fondation : Artetrea. Parti vivre outre-Manche pour perfectionner son anglais, s’ouvrir au monde et sortir de sa zone de confort, Valentin projette de se réinstaller en Suisse cette année. Riche de ces nouvelles expériences, la tête fourmillant de projets, de nouvelles réalisations devraient bientôt voir le jour… de céramique et de verre (je nierai vous l’avoir)… soufflé.   Bel, trois objets créés à partir d’une bouteille

84

+ d’infos : www.bussarddesign.ch


&

CONCEPTEUR MAÎTRE D’ŒUVRE EN RÉNOVATION IMMOBILIÈRE

R É N O V AT I O N G L O B A L E E T É N E R G É T I Q U E , A G R A N D I S S E M E N T, A M É N A G E M E N T I N T É R I E U R

Siège social : 213 rue de Gerland - Lyon 7e - 09 70 14 99 79 Haute-Savoie : 2 chemin de Golemme - 74600 SEYNOD / Savoie : 159 allée A Sylvestre - Tour le Signal - 73000 CHAMBÉRY


luciano dell’orefice

Un truc en plus ! Il y a des petits riens qui font beaucoup !  Et quand un détail donne à l'objet une valeur d'usage supplémentaire, c'est tout le design qui trouve sa raison d'être !  Celui de Luciano Dell'Orefice, par sa vision très personnelle, ne déroge pas à la règle... Par Virginie Bosc - Créateur découvert par Actives en novembre 2011

origine italienne, Luciano Dell’Orefice est né en Suisse, mais surfe habilement entre les deux cultures. Son local ? Un ancien entrepôt de peinture, situé dans une ruelle de Lausanne, dont il réaménage l’espace en 2006. A l’intérieur, des objets qui l’ont marqué, des prototypes en pagaille et des projets « en devenir » punaisés, un peu partout, sur les murs. Le bureau du jeune designer ressemble à un bric à brac fourmillant d’idées, même s’il assure avoir fait un brin de ménage avant mon arrivée !

© Felix Imhof

D’

Luciano Dell’Orefice

Luciano Dell’Orefice works as a free lance designer and a researcher teaching in Geneva and Lausanne. His works explore many sides of design such as product, furniture and small architecture. Between pure function and poetry !

86


© true design. srl

Pincettes, nouvelle génération d’objets acoustiques

87


© true

desig

n. srl

luciano dell’orefice

Aller-retour !

romande sait mieux communiquer ses compétences et qu’elle compte des designers de moins en moins complexés. Il y a, ici, une tendance plus libérée, mais qui a su conserver la rigueur si chère à la Suisse !”. Luciano trouve alors un emploi d’assistant aux Arts Appliqués de Genève, et s’offre la petite assise financière dont il a besoin pour se lancer. Il fait bien, car les premiers mandats arrivent, comme celui de la Ville de Genève pour laquelle il étudiera une série de mobilier urbain. Et si aujourd’hui, il fait encore quelques interventions au sein d’établissements privés, c’est bien au design qu’il consacre la majeure partie de son temps. Ses domaines de prédilection ? Les objets du quotidien, le mobilier, l’agencement d’espace …

© Luciano DellOrefice Studio

D’abord formé à l’architecture, Luciano comprend très vite que si la notion de projet l’intéresse, l’architecture est pour lui “trop normée ! Je sentais bien que ce n’était pas tout à fait ça !” . Il s’intéresse alors au design et frappe à la porte du directeur de l’ECAL pour commencer la formation qui le mènera jusqu’au diplôme. C’est en Italie qu’il passera sa dernière année d’étude au sein d’un bureau de design, “histoire de vérifier, là-bas, ce qu’on m’enseignait ici !” Une expérience qu’il qualifie de décisive, “car le bureau était en quête de nouvelles forces, et m’a offert la possibilité de soumettre des projets à des entreprises de rêve !” Il rentre à Lausanne en 2006, d’abord par amour, et parce qu’il est intimement convaincu qu’il existe un bassin créatif sur l’arc lémanique qui ne demande qu’à éclore. “Je crois que la région

Wrap, collection de canapés collectifs

Home-desk, recherche accessoires de bureau

88


Slight, collection de canapés collectifs sign. srl

© true de

Chandelier souple © Ecal

Carafe

© A3 studio

Teinté d’ironie, le regard que Luciano porte sur ce qui l’entoure ne s’exerce jamais au détriment de la fonctionnalité de l’objet. Une carafe reste une carafe, mais lorsque celle-ci se voit dotée d’un étui à bouchon, elle prend soudain une tout autre allure ! Intégrée et exposée à la collection permanente du MUDAC de Lausanne, “l’objet est né d’un jeu de beuverie nommé la vache qui tâche !” dit-il avec un sourire en coin. Un jeu qui consiste pour les participants à répéter des phrases, sauf qu’à chaque mot oublié, le joueur malheureux se voit affublé d’une tâche appliquée via un bouchon de liège brûlé, et doit lever son verre ! On imagine la suite sans peine, mais au bout du compte, “le seul fait d’insérer un support à une bouteille, pour y ranger son bouchon, permet surtout de ne plus le perdre !” C’est cette même carafe ainsi qu’un

© Ecal

  Entre-design !

Coal-bakcpack, sac à dos en papier

89


luciano dell’orefice

tire bouchon qui ont été sélectionnés en septembre dernier pour représenter la Suisse à l’exposition de Milan sur le thème « Il gusto del design ». Luciano ne cherche pas à créer la révolution à tout prix, mais il s’attache certainement à trouver l’objet « juste », c’est-à-dire celui qui présente le parfait équilibre entre le dessin, la fonction et l’identité. “Qu’un objet réponde à ce qu’on lui demande est un minimum, je cherche un peu plus !”. Pour illustrer son propos, le designer n’hésite pas à sortir d’un tiroir la cuillère Kraft dessinée par Castiglioni et dont la forme asymétrique, profilée pour racler les pots de mayonnaise, offre une parfaite adéquation de l’objet au geste. “Voilà typiquement un objet juste ! On sait ce que c’est, on imagine bien à quoi il sert et il a vraiment de la personnalité !” dit-il en rangeant l’instrument. Une quête dont Luciano n’est finalement pas si éloigné, lorsqu’il transforme le porte bagage de son vélo en cadenas U ! “L’idée de faire cohabiter les 2 objets était intéressante, d’autant que le U présentait déjà, dans sa forme, une surface plane sur laquelle on pouvait s’appuyer”. Et lorsque le designer n’apporte pas de nouvelles fonctions aux objets, c’est avec poésie qu’il les détourne, à l’image de cette cabane à oiseau qu’il fait entrer dans nos maisons. “il s’agit en fait d’un portemanteau mais la cabane, située tout en haut, fait office de vide-poches !”.  C’est beau, c’est simple, c’est malin, et ça fait autant de trucs en plus qui facilitent la vie et la rendent plus pertinente ! 

© crembruley

Collection New Basics, porte-manteau, vide-poche, porte-parapluie

+ d’infos : www.luciano-dellorefice.com

© DR

Good Lock , cadenas porte-bagage

90


Film de sécurité

Covering Marquage pub.

Film de protection solaire

Nettoyage automobile

Film de décoration

Protection de carrosserie

Film à économie d’énergie

Vitres teintées


sur des bancs design

L'ECAL © Ecal /Younès Klouche

DÉCOLLE Alexis Georgacopoulos, Directeur de l’ECAL

L

e bâtiment a du chien. Stores colorés, résille en façade, l’ancienne usine de textile IRIL abrite l’ECAL depuis 2007. Un choix judicieux, orchestré par Pierre Keller, son ancien directeur. Hauteurs de plafond vertigineuses, puits de lumière, ambiance industrielle, le bâtiment est une ruche créative. 600 élèves s’y bousculent au quotidien, pour étudier le design, le cinéma, la photographie, les arts graphiques et visuels. Un vrai succès, après un long sommeil.

DES BOTTES-CUL POUR RENAITRE Elle pointe au top 5. Avec les écoles d’Helsinki et d’Eindhoven, le Royal College of Art de Londres et l’ENSCI en France, l’ECAL incarne l’excellence en Europe. Elle revient pourtant de loin. Et doit aujourd’hui sa réputation à Pierre Keller. Quand il

L'Ecole cantonale d'art de Lausanne incarne le savoir et le faire. En s'ouvrant au monde, en créant des passerelles, elle rayonne désormais à l'international. On vous fait un design ? Par Pascale Godin

quitte l’école en 2011, il laisse à Alexis Georgacopoulos, son remplaçant, un outil d’exception. Selim Atakurt, Responsable de la Communication de l’école, est intarissable sur le sujet : “Quand Pierre Keller est arrivé en 1995, l’école était pratiquement exsangue, avec à peine 150 étudiants ! Il a su redorer son blason en organisant des expositions, en accroissant sa présence sur le terrain, comme dans les médias, en faisant venir des intervenants de renom. En 2002, il a invité 40 designers à remanier le botte-cul, une chaise à traire traditionnelle. L’évènement a rencontré un succès phénoménal au salon du meuble de Milan ! Et si le design industriel a relancé l’école, les autres disciplines participent aujourd’hui à son succès. Nous sommes très réputés pour le design interactif, la photographie et les arts visuels. Et le cinéma marche bien, nous avons eu plusieurs prix au festival de Locarno, entre autres !”

Enjoying international recognition and regularly featuring amongst the world’s top ten universities of art and design, ECAL currently offers six Bachelor programmes. Over the years ECAL has significantly increased the number of students and collaborative projects with universities of art and design around the world.

92


93 Š Ecal /Nicolas Faure


© Ecal /Emile Barret

sur des bancs design

Exposition ECAL Bachelor Photography

UN VRAI COLLABORATOIRE Elle peaufine son installation. Accroupie dans l’une des salles d’expositions, Morgane Erpen, étudiante en Arts visuels, observe attentivement le chemin en tubes de plexiglas, relié à une bonbonne de gaz et piqueté de chardons. Elle en précise la fonction : “Je m’intéresse à l’ère post-révolution industrielle et à l’évolution des espèces. Avec le gaz, de petites flammes apparaissent sur les chardons. Cette installation met en scène des plantes qui doivent poursuivre leur évolution en milieu hostile. J’ai réalisé ce projet avec l’aide d’étudiants en design. Le gros avantage de l’ECAL, c’est la transversalité des matières”. Car

94

l’école encourage vivement les collaborations entre étudiants de différentes chapelles. A la clef, une ouverture d’esprit et un accès à de multiples angles de réflexion : “Les matières ne sont pas des silos verticaux”, martèle Alexis Georgacopoulos. “En 2014, « Delirious Home » un projet réalisé par des étudiants en Design Industriel et en Media & Interaction Design, a remporté le Milano Design Award pour la meilleure exposition. Même chose l’an passé avec « #ECAL #PhotoBooth », réalisé par des étudiants en photographie et en design.” Des ponts entre les savoirs, la force de l’ECAL.


© Ecal/Axel Crettenand

sur des bancs design

Tournage dans le Studio Cinéma d’un film pour la marque Camper

Et de valoriser l’école tout en accroissant sa visibilité. En 2015, 5 projets d’étudiants côtoient la gamme créée par Philippe Starck, pour la marque de robinetterie de luxe Hansgrohe Axor. Et Christofle expose aujourd’hui, dans son show-room parisien, une série de couverts dessinée par les étudiants. JE PENSE, DONC, JE SUISSE L’ENTREPRISE, C’EST PRATIQUE ! L’imprimerie tourne à plein régime. Cartons d’invitation, publications de l’école, tout est produit sur place. Plus loin, les studios de montage bourdonnent studieusement. Une odeur de bois flotte dans l’atelier maquettes, des prototypes attendent une petite main sur les établis. Des objets aboutis, à quelques détails près. Faire, concrétiser, construire, le leitmotiv est constant. Ici, la pratique supplante la théorie, même si cette dernière s’avère indispensable. Ce que le directeur confirme : “N’oublions pas que nous formons avant tout des créateurs, il faut mettre la main à la pâte. Nous enseignons des savoir-faire”. Incubateur d’idées, l’ECAL développe aussi des collaborations avec les entreprises. Un élément incontournable, qui permet de vérifier la qualité du travail des étudiants, comme la pertinence de l’enseignement.

96

L’ECAL s’ouvre à la ville. En présentant le travail des étudiants, en organisant des conférences et des expositions auxquelles elle convie le public, elle construit des passerelles. Des intervenants prestigieux, internationaux, animent des sessions parfois iconoclastes. La présence des frères Bouroullec n’a rien d’incongru. Mais celles de la comédienne Louise Bourgoin ou de Michel Houellebecq témoignent de sa volonté d’élargir son horizon. Et de penser les modèles du futur. En 2009, l’ancien directeur Pierre Keller, graphiste touche-à-tout amoureux de jazz et de bon vin, obtient le Prix de Lausanne pour sa contribution au rayonnement de la ville dans le monde. Aujourd’hui, l’ECAL incarne une identité suisse, en pleines formes. + d’infos : www.ecal.ch


Villas confidentielles au cœur d’Annecy-le-Vieux 110 m2 à partir de 695 000 €

CONCEVOIR VOS ESPACES DE VIE Création, conception, construction, rénovation & extension

6 rue du Bulloz, Parc des Glaisins 74940 Annecy-le-Vieux

+33 4 56 20 24 13

ORCHESTRER LEUR mISE EN œUVRE Conseils d’archictecture et design Maîtrise d’œuvre

info@terradelie.com

www.terradelie.com


98


laure paschoud

De Laure entre les mains Dans les petites ruelles qui s'échappent derrière la Place de la Riponne, se concentrent talents et énergies créatrices. Laure Paschoud, jeune designer lausannoise, y instille son goût pour les lignes japonisantes au cœur de la cité vaudoise. Par Mélanie Marullaz - Photos : Ziehli & Suter

C

e n’est pas la clarté du Soleil levant sur le Léman qui a inspiré à Laure Paschoud son attrait pour le design nippon. Elle aurait d’ailleurs pu tomber amoureuse de la flamboyance italienne, au cours de ses premiers stages, ou de l’audace anglaise côtoyée à Central St Martin’s, la prestigieuse école de mode d’où sont notamment sortis John Galliano, Stella Mc Carney ou Husein Chalayan. Mais c’est effectivement à Londres, au contact d’étudiants asiatiques, que son penchant s’affirme et que l’influence japonaise devient visible dans son travail. Après un passage à Paris, avec le créateur allemand Lutz Huelle, auprès duquel elle apprend la gestion, le suivi de production et la réalité sans fard du métier - “Il était vendu dans le monde entier, mais dormait sur un canapé-lit dans son atelier, car il n’avait pas de quoi payer un loyer, il préférait aussi mettre son argent dans sa création plutôt que dans un grand appartement, c’était une éthique qui me parlait” -, elle s’envole enfin pour Tokyo.

In a small street behind the Place de la Riponne, Laure Paschoud, a 34-year-old designer, subtly distills her passion for Japan into the clothes she creates. Simple lines and natural fabrics for timeless pieces that can be worn in multiple ways, her latest collection being sprinkled with porcelain buttons made by the Swiss ceramist Sylvie Godel.

99


laure paschoud

Métissage eurasien Visa vacances-travail en poche, elle se rapproche de designers locaux dont le duo Matohu, anciens collaborateurs de Yohji Yamamoto ou Comme des Garçons, fans absolus de kimonos, dont les créations oscillent entre habit traditionnel et contemporain. “En Occident, certains aspects du corps sont mis en avant, très soulignés, mais au Japon, même si les corps sont différents à la base, on ne souligne pas les fesses ou les hanches ; leur façon de construire les vêtements me convient mieux, j’aime leurs tombés et le fait qu’on ne comprenne pas tout de suite comment ça marche.”

100

Si le dessin et la silhouette la séduisent, Laure adhère également au mode de fabrication des collections : les deux Japonais créent eux-mêmes leurs tissus, imprimés et tissage, qu’ils font fabriquer par des artisans. “Il est plus facile de faire des petits métrages là-bas. Ici, les artisans n’existent pas forcément et ce ne serait pas rentable, il faut commander de grosses quantités.” Au bout d’un an, à expiration de son visa, il lui faut pourtant regagner l’Europe, et c’est un déchirement. Les options à Lausanne n’étant pas très nombreuses, elle décide de monter son propre atelier, rue du Nord, et en 2010, sa marque voit le jour.


laure paschoud

5 ans, 5 sens, 5 éléments Lignes épurées, matières naturelles, peu d’imprimés, ses premières collections s’inspirent des cinq sens ; elle puise ensuite dans les cinq éléments, pour aboutir, à l’automne dernier, à ‘Travelling Light’, collection anniversaire, qui se concentre sur les classiques de la marque, agrémentés des boutons en porcelaine argentés de la céramiste lausannoise Sylvie Godel. “Au début, j’essayais des choses. Mais aujourd’hui, je sais ce que je veux. J’aime les pièces modulables, qui durent dans le temps, comme la jupe qui se transforme en robe ou la veste-cape. Il faut que les gens puissent se les approprier, tout en étant un peu différents. Je réfléchis également à un autre mode de fonctionnement, j’aimerais sortir du calendrier, pour

102

un rythme en dehors des saisons qui correspondrait plus à la réalité.” A 34 ans, Laure Paschoud estime avoir fait un “bon bout de chemin”. Ses créations sont présentes dans une dizaine de points de vente en Suisse, en Autriche ou en Allemagne, et tout en tendant vers une stabilité financière “jamais acquise”, elle aimerait continuer à collaborer avec d’autres artistes, trouver les solutions les plus écologiques et responsables possibles pour sa production, mais surtout “tenir sur la durée en tant que créatif, savoir se renouveler tout en restant fidèle à ce qu’on est.”   + d’infos : www. atelier-laurepaschoud.ch


pascale cornu

LA BELLE

DE L'ART Pascale Cornu porte l'art en bandoulière. Elle s'inspire des courants majeurs et tatoue les matières naturelles en douceur. Un nouveau label suisse, doublé d'une belle éthiquette ! Par Pascale Godin - Créatrice découverte par Actives en mars 2014

L

e mélange d’enthousiasme et de réserve attire d’emblée la sympathie. Assise au fond d’un café à l’ambiance cosy, Pascale Cornu sirote un thé vert. La voix peine parfois à dépasser le brouhaha intense, le charme à la Charlotte Gainsbourg agit. Pas besoin, pourtant, de tendre l’oreille. Les mots sont précis. Et si le label de la styliste lausannoise est encore jeune, ses créations surprennent par leur maturité.

Pascale Cornu

Pascale Cornu is an independent fashion designer, she has created her own label in 2012. Her collections are inspired by different artistic currents born again through new and innovative ways. Everything is in the details. Each collection is unique, characterized by a particular print that changes with each season. The preferred materials are natural, environment and sustainable development friendly. Pascale Cornu also works with young artists such as sculptor Géraldine Singy.

104


w w w . l l e d . f r ANNECY 17 rue de l’Annexion

+33 (0) 4 50 77 89 07

AIX-LES-BAINS 67 rue du Casino

+33 (0) 4 79 35 43 92

Armani Jeans, Michael Kors, Paul & Joe, Hugo Boss, High, Ba&sh, Les Petites et bien d’autres.


© Photos Olivier Lovey

pascale cornu

Ça sent le sapin ! En 2013, Pascale Cornu reçoit un coup de fil surprenant. Eric Tissot, responsable de la communication de La Chaux-de-Fond, lui demande de promouvoir le patrimoine architectural de la ville. Pas question d’un scénario didactique, la capitale suisse de l’Art Nouveau veut une mise en scène décalée. Et la collection de la créatrice s’inspire directement du style « sapin », une variante suisse du mouvement. Le shooting dépoussière l’ancienne usine électrique de la ville. Et les motifs géométriques de la garderobe signée Pascale Cornu donnent de l’écho aux volumes, emblématiques et cadencés, du bâtiment. Pascale vient à peine de créer son label et saisit l’aubaine. La chance du débutant ?

106

Elle rit franchement : “Certainement ! La télévision est venue, j’avais d’excellents photographes, ça m’a vraiment donné du crédit. D’autant que c’était ma première collection et que je n’avais pas du tout confiance en moi !”. Rien de plus normal. La Lausannoise, en partie autodidacte, ne doit son travail qu’à la curiosité et à l’imaginaire : “J’ai toujours fait des vêtements plus ou moins portables. Pour moi, pour mes amies. Je voulais en faire mon métier, il me fallait apprendre la technique. J’ai donc pris des cours du soir. L’inconvénient d’être autodidacte, c’est la quête de la légitimité personnelle. Mais il y a un gros avantage ! Celui de ne pas être formaté et d’être libre de ses choix !”.


decembre 2015 et garantis jusqu’au 31 juillet 2016 avec TVA 20 % incluse. Sous réserve d’erreurs ou d’omissions. Ne pas jeter sur la voie publique. CERALP SA – Siret 314747890 – sec@ceralp-sa.com – Crédits photos : Fotolia, Thinkstock, Essilor, Arnaud Garrabey, Alexandre Pinard, Ceralp, BLI/DBP, Zenka, Groupe Oxibis, X.

Donner une nouvelle dimension à votre vision !

gaillard

127 rue de Genève

w w w. op t i q ue -s a nd oz . c om

+33 (0)4 50 38 54 48 www.optique-sandoz.com

PERCEPTION... Connectez-vous

Donnerune unenouvelle nouvelle dimension à votre ! Donner dimension à votre visionvision !

PERCEPTION...

COLLECTION 2015 / AUTOMNE-HIVER


pascale cornu

Explication de textile

La permanence de l’Art

La styliste respire l’art. Elle en aspire les courants historiques et les expire dans ses créations. Mais s’en inspire sans jamais tomber dans la reproduction littérale. Le détail reste un détail. Loin de l’exemple emblématique de la robe Mondrian signée SaintLaurent. Et si Pascale s’enthousiasme pour l’art, elle en tempère les influences : “C’est une source inépuisable, une ouverture sur d’innombrables univers. Mais j’essaie de conserver une certaine distance et de rester dans la petite touche. Elle intervient comme un rappel, qui donne sa cohérence à l’ensemble d’une collection”. L’une d’elles puise à l’œuvre d’Aloïse Corbaz. Et la figure emblématique de l’Art brut imprègne une collection singulière que la styliste résume en quelques mots : “Aloïse était schizophrène, elle vivait dans 2 mondes. C’est pourquoi tous les modèles se déclinent en 2 versions, une en couleur, l’autre en noir et blanc”.

La styliste appartient à la génération des créateurs solidaires. Elle marche à la collaboration et suit parfois des pistes inattendues. Comme quand elle intègre à ses vêtements les pièces de bois de la sculptrice Géraldine Singy. Décalage, poésie, avec une touche d’humour subtil. Mais elle souhaite aujourd’hui créer une collection permanente : “J’ai créé des pièces intemporelles que je reprendrai à chaque saison, en modifiant quelques détails, quelques motifs, selon le thème. J’adore créer les imprimés, c’est tellement plus personnel ! Les thèmes seront toujours inspirés de la nature et de l’art. Tout devrait bouger au printemps !” Avec les bourgeons, dans la fleur de l’art. 

Un mouvement artistique majeur ? L’art Déco. C’est un tournant, pour l’art et pour la mode. Soudain, il y avait une respiration, comme un souffle de liberté Un créateur incontournable ? Coco Chanel ! Ce qu’elle a créé est énorme. Le fait qu’elle soit une femme résonne, parce que je suis une femme, et parce que les grands créateurs sont plus souvent des hommes. Côté contemporain, j’aime les Belges et les wwwNordiques, Dries Van Noten en tête. Sa vision de la femme est très moderne et très particulière. Et son humilité est une leçon. La ville la plus mode ? Je pense que Londres devance aujourd’hui Paris. La capitale française semble un peu trop redondante et rangée. Berlin est une ville jeune et dynamique, mais n’a pas encore suffisamment de moyens. Votre principale qualité ? Je pense que c’est ma curiosité. Elle me donne envie de faire constamment quelque chose, de découvrir toujours plus, de ne jamais m’ennuyer. Et votre principal défaut ? Mes doutes constants, mon incapacité à me vendre, un certain manque de confiance en soi. Il faut que je travaille là dessus !

108

+ d’infos : www.pascalecornu.ch


OFFRE

E

102 TIR D À PAR

OIS*

PAR M

LOI PINEL 2016

“CETTE ANNÉE AVEC PRIAMS, JE TRANSFORME MES IMPÔTS EN PATRIMOINE IMMOBILIER“ C O N S T I T U E Z - V O U S U N PAT R I M O I N E , P R É PA R E Z V OT R E R E T R A I T E SÉCURISEZ VOTRE FAMILLE & ÉCONOMISEZ JUSQU’À 63’000€ D’IMPÔTS** P R O F I T E Z D ’ U N C O N C E P T D ’ I N V E S T I S S E M E N T P E R F O R M A N T, D E G A R A N T I E S O P T I M A L E S , DE PRODUITS VARIÉS ET DE QUALITÉ, D’EMPLACEMENTS GARANTISSANT U N E E X C E L L E N T E R E N TA B I L I T É & D ’ U N S E R V I C E G L O B A L

www.priams.fr 46, AVENUE GAMBETTA • 74000 ANNECY TÉL. +33(0)4 50 23 19 13 *Epargne moyenne sous réserve d’acceptation du dossier par nos partenaires bancaires. Lot D01 Résidence City Park à Rumilly. Prix TTC en vigueur au 16/01/16 sous réserve des stocks disponibles à l’exclusion, notamment, des places de stationnement, des frais de notaire et des Travaux Modificatifs Acquéreurs. Ce couple de 30/40 ans est propriétaire de sa résidence principale et a un prêt immobilier en cours. Il n’a aucun autre prêt et souhaite défiscaliser via un investissement locatif Loi Pinel sur 9 ans. Il souhaite acquérir un appartement 3 pièces à Rumilly à un prix de 189 000 € TTC avec un apport de 15 000 €. Estimation Frais de notaire : 5040€. Estimation de garantie bancaire : 2200 €. Frais de dossier : 600€ - Taux effectif globale de 2.84%. Coût total du crédit 55 394€ (intérêts et cotisations d’assurances compris). Montant du prêt de 181 240 € sur 240 mois à un taux fixe de 2.25%. Taux moyen en vigueur au 15/01/2016, non contractuel, susceptible d’évoluer. Mensualités hors assurances : 938€. Assurance 50% chacun (estimation) : 45€. Sous réserve de la validation de la compagnie d‘assurance suite aux questionnaire de santé. La cotisation d’assurance est de 0,30%, l’an du capital pour un capital assuré à 50% Mr et 50% Mme. TEG annuel (assurance décès, perte totale et irréversible d’autonomie et incapacité de travail comprises). Echéances totales : 983 € par mois. Sous réserve d’acceptation du dossier par nos partenaires bancaires. Loyer moyen sur 9 ans (frais de gestion et assurances non déduits). Dispositif Loi Pinel pour une durée de location de 9 ans soit une réduction d’impôts de 18%, sous réserve notamment du respect des engagements de location. Rappel des disposition légales : La réduction d’impôt en Loi Pinel varie en fonction de la durée de location. Pour une durée de location de 6 années de locations, la réduction d’impôts est de 12%. Pour une durée de location de 9 années de locations, la réduction d’impôts est de 18%. Pour une durée de location de 12 années de locations, la réduction d’impôts est de 21%. Le non-respect des engagements de location entraîne la perte du bénéfice de la réduction d’impôt. Réduction d’impôt valable pour l’acquisition d’un logement neuf, répondant à des exigences de performances énergétiques (Label BBC 2005 ou RT 2012), situé en zones Abis, A, B1, et B2 en cas d’agrément du préfet. Le logement doit être destiné à la location pendant 6 ans, 9 ans ou 12 ans. Le montant du loyer et des ressources du locataire sont plafonnés. Le pourcentage de réduction d’impôt s’applique sur le prix de revient du bien immobilier dans la limite de 300’000 € et d’un plafond de prix de vente de 5’500 €/ m². Les conditions sont définies à l’article 199 novovicies du code général des impôts tel que modifié par la loi de finances pour 2015. Conditions détaillées sur www.priams.fr ou sur simple demande. L’emprunteur dispose d’un délai de réflexion de 10 jours. La vente est subordonnée à l’obtention d’un prêt et si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit lui rembourser les sommes versées (article L312-5 du Code de la Consommation). Document non contractuel. Priams - 46, Avenue Gambetta 74000 Annecy - RCS Annecy B 488 462 730 - SARL au capital de 10 000 000 € - Document non contractuel. Crédit photos : Istockphoto© - - Imagination : Les Alchimistes.


© Manon Wertenbroek


xenia Lucy laffely

COMMENT J'AI MANGé MON PèRE Fringues éraflées, arabesques religieuses, accessoires perlés, les garçons de Xenia Lucy Laffely sont des fils égratignés. Délivrés du père, cousus de fantasmes, ils révèlent les fantômes de la créatrice et recréent son histoire. Par Pascale Godin - Créatrice découverte par Actives en mars 2014

X

enia Lucy Laffely reste discrète sur son âge. Mais elle appartient à cette jeune génération issue de l’ECAL et de l’HEAD de Genève. Un mélange des genres, salutaire, entre mode et design. Ses cheveux blonds coupés courts, sa fine bouche tracée au carmin vif, son regard azur esquissent une personnalité presque rêveuse. L’énergie électrique de sa collection contredit pourtant l’a priori. Attention, caractère complexe.

Young designer Xenia Lucy Laffely turns the ghosts of her chilhood into creation. She brings her fantasies, spirituality, accessories and pearls to dress fathers and sons, only men. Xena knows no boundaries. Fashion, illustrations, collages, her art is made of different universes. Colorful and very personnal.

111


Photos : © Florian Luthi

xenia Lucy laffely

Entrer en mode comme en religion Hyères, villa Noailles, 2013. Une collection tourneboule le jury du Festival International de Mode et de Photographie. “Tu n’auras pas d’autre icône que moi et tu mangeras ton père” dévoile un univers bizarre. Une fantasmagorie vestimentaire enracinée dans des souvenirs d’enfance. Petite, Xenia pousse à l’ombre d’un père convertit au rite orthodoxe. Tout le monde à l’église le Dimanche ! Les codes et les symboles religieux fascinent la petite fille. Elle grandit dans l’histoire de l’art, passe par l’HEAD de Genève. Et décide de transformer l’iconographie en travail artistique. Non sans craindre la réaction de papa :

112

“J’avais peur de le froisser en créant cette collection, il était toujours dans mon esprit ! Et un jour, une de mes professeurs m’a dit : « mais votre père, il faut le tuer ! »”. Œdipe, es-tu là ? La question la fait sourire mais elle biaise malicieusement : “Cette collection exprime une liberté. Celle de transformer mes fantômes personnels en quelque chose de nouveau. C’est un peu le sens de ce titre, qui amuse et qui interpelle à la fois. J’ai aimé cette idée de manger quelque chose et de le digérer. Créer ses propres icônes pour laisser de côté celles qui nous hantent, s’en servir comme point de départ.”


*

* *

*

*

*

** ** ** % % -12 -12

** % ** -12 % -12

Except on services, food, and subject to government regulations. Except on services, food, and subject to government regulations. Except on services, food, and subject to government regulations.

GALERIES LAFAYETTE ANNECY made on the same day, in the same store. ExportANNECY limit outside the E.U: 3 months. GALERIES LAFAYETTE 25 AV ENon U E total D U PA R M EL A N over – +3 3175 (0) 4€5 net 0 3 3(after 82 12 Non European Union residents. 12% tax refund purchase discounts deducted) 25 tourist AV EN U tax E DU PA R Mcan EL A N – added +3 3 (0) 4 5the 0 33 82 12 The 12% refund be to5 10% discount. 25 AV EN U E D U PA R M EL A N – +3 3 (0) 4 0 33 82 12 M Oday, N DAYinTO FR I DAY 9.3 0 AM – 7.3 0limit P M Aoutside N D S AT U R DAY 9.3 AM – 8 PM made on the same the same store. Export the E.U: 3–0months. M OTo N DAY TO FR I DAY 9.3 0 A M – 7.3 0 P M A N D S AT U R DAY 9.3 0 A M 8 PM benefit from your please go the service. M O N DAY TONFR DAY 9.3D 0discount, M I –D7.3 P0 MÀ AN DHto S3AT UT Rcustomer DAY A P3M0 À 20 H D U tourist LU D I IAU V EN RA ED E 90 H3 19 0 E L E discount. S9.3 A M0 ED I MD – E 8 9H The 12% tax be D U LU N D I AU V EN D Rrefund ED I D E can 9H30 À added 19 H 3 0 to E Tthe L E 10% S A M ED I D E 9 H 3 0 À 20 H D U LU N D I AU V ENon DR ED I D Efood, 9 H 3and 0 Àsubject 19 H 3 0 T L E S A Mregulations. ED I D E 9 H 3 0 À 20 H Except services, to E government To benefit from your discount, please go to the customer service.

** % -12

*la destination mode **Détaxe -12%. Voirregulations. conditions en magasin. Except*la ondestination services, food, subject to government modeand **Détaxe -12%. Voir conditions en magasin. *la destination mode **Détaxe -12%. Voir conditions en magasin.

TO U R I S TLAFAYETTE TA X R E FUND GALERIES ANNECY

116 329 RCS PARIS

T O U R I S T TA X R E F U N D T O 12% U Rtax I GALERIES Srefund T TA EFUN D 175 € net (after discounts deducted) Non European Union residents. onX totalR purchase over LAFAYETTE ANNECY

WEDNESDAY Agency - 44 GLGL 552 116 329 RCS PARIS WEDNESDAY Agency - 44 552 116 329 RCS PARIS 4 GL 552 116 329 RCS PARIS

Non European residents. 12% tax refund onpurchase total purchase over € net discounts (after discounts deducted) Non European UnionUnion residents. 12% tax refund on total over 175 € 175 net (after deducted) Non European Union residents. 12% tax refund on total purchase over 175 € net (after discounts deducted) the same day, the same limit outside the3E.U: 3 months. mademade on theon same day, in the in same store. store. ExportExport limit outside the E.U: months. made on the same day, the same store. can Export limit outside the E.U: 3 months. Thetourist 12%in tourist tax refund be added thediscount. 10% discount. The 12% tax refund can be added to the to 10% The To 12% tourist tax refund can be added to the 10% discount. benefit fromdiscount, your discount, go to the customer service. To benefit from your pleaseplease go to the customer service. To benefit from your discount, please go to the customer service.

WEDNESDAY Agency - 44 GL 552 116 329 RCS PARIS

TR OU T XTA EN FD UND TO OU U SR TIS TA RX EF FRU U T R II S T TA X R E ND


xenia Lucy laffely

L’homme, cette perle

© Florian Luthi

Xenia Lucy Laffely ne s’adresse qu’aux hommes. Les pères, les fils, de sains esprits qu’elle dévore, évidemment. Mais avec les yeux : “J’aime regarder la façon dont les hommes s’habillent, surtout les hommes d’âge mûr. C’est très émotionnel, mais j’ai une réelle affection pour cette espèce de maladresse qu’on retrouve souvent chez eux. En général, les codes de la mode féminine me stressent. Les talons hauts dans les défilés, par exemple. Les femmes ne sont pas ancrées, elles sont en déséquilibre. Les hommes sont plus terre à terre !”. Du coup, pour contrebalancer cette virilité triomphante, Xenia offre des perles aux garçons. Et traitées comme un paradoxe, les petites billes nacrées réconcilient les genres  : “La perle est un accessoire féminin très connoté, très traditionnel. Mais elle est aussi très utilisée dans la religion orthodoxe pour décorer les chapeaux, ceux des évêques notamment. C’est intéressant d’utiliser un même objet qui symbolise à la fois la féminité et le pouvoir masculin dans la religion”. Un tissu perméable La créatrice peine à se définir comme une styliste. Trop cadré, trop limitatif. Elle peine d’ailleurs à se définir tout court et touche à tous les mondes. Et préfère dire qu’elle raconte des histoires. La mode, l’illustration, les objets et les collages sont des univers poreux auxquels elle goûte au coup par coup. Elle termine cette année son Master à l’HEAD de Genève et réfléchit à d’autres projets : “j’envisage une série d’accessoires et j’aimerais travailler avec des entreprises locales. Je n’ai pas l’ambition d’une grosse structure, je veux rester autonome pour garder du sens. Pour l’instant, j’essaie d’accepter, et d’assumer, que mon univers soit global. C’est encore assez vague, mais je veux simplement travailler autour de l’humain”. Un choix de vie peu orthodoxe, en mode XLL.  + d’infos : www.xenialaffely.com

114

Activmag : Un vêtement incontournable ? Xénia : Pour moi, une petite robe noire. Ça me correspond et c’est toute l’histoire de la mode. Et d’une façon plus générale, un vêtement dans lequel on se sente fort. Entier et fort. Une époque préférée ? J’aime tout ce qui est moyen-âgeux. Ce sont des codes très éloignés de nous, que je trouve forcément plus curieux. Sinon, je suis très bien dans la nôtre, dans le présent. Autant s’intéresser à ce qu’on voit, à ce qu’on vit et à ce qu’on connaît ! Une icône de la mode ? Pas vraiment. Je suis surtout touchée par les univers des créateurs de ma génération, des univers bizarres, étranges, sans concessions et sincères.


CHAMBÉRY Le Magasin • 2, av. Général de Gaulle • +33 (0)4 79 33 43 52 La Boutique • 63, rue Macornet • +33 (0)4 79 33 57 11 Perrier Contact • 6, rue Général Ferrié • +33 (0)4 79 70 54 27

www.opticienperrier.com


Des lacets

116

&

moi !


Bustier & co

Du vieil adage « il faut souffrir pour être belle », Sylvie Gimmi a pris le contre-pied ! Plus question de voir dans le corset un instrument de torture qui affine la taille jusqu'à l'étouffement, mais un objet de désir qui ne se lasse pas d'explorer les courbes de notre féminité...

Sylvie Gimmi

Par Virginie Bosc - Photos : Maurence Laborie Créatrice découverte par Actives en mars 2011

Adieu corset, bonjour bustier...

C’

est dans sa maison de style art déco, située sur les hauteurs de Lausanne, que Sylvie Gimmi s’évertue à m’expliquer ce qui distingue un corset d’un bustier. J’avoue qu’à première vue, la différence ne saute pas aux yeux ! J’ai tort, car si les deux ont en commun de modeler le buste, le premier qui apparaît à la renaissance est à ranger dans la catégorie «lingerie», tandis que le second se porte déjà comme un vêtement dès les années cinquante. “Le corset répondait à des critères esthétiques comme un tour de taille qui ne devait pas excéder deux fois la largeur de cou ! Le bustier est issu du corset, c’est un dérivé auquel on a ajouté des bonnets”. Une chose est sûre, durant des décennies, l’un sera presque aussi inconfortable que l’autre ! Mais ça, c’était avant...

Issue d’une famille de tisserands, Sylvie passe une partie de son enfance au milieu des étoffes, lesquelles en grandissant continueront d’agir sur elle comme la madeleine sur Proust : “il suffit que je voie un bout de tissu pour qu’il m’évoque quelque chose !” Lorsqu’elle décide de se mettre à son compte, ce n’est pas pour devenir la énième styliste d’un secteur déjà bien encombré, mais pour s’approprier un produit de niche qui promet de multiples possibilités. Dans cette démarche, le bustier s’impose alors naturellement. “D’abord parce qu’il y avait une certaine ambiguïté sur ce produit. Le bustier n’existait qu’à l’état de lingerie, façon guêpière, ou alors seulement en très haute couture. Entre les deux, il n’y avait pas grand-chose. Ensuite, je trouvais qu’il véhiculait des symboles forts qui reflètent assez bien

Sylvie Gimmi has created a range of bustiers, all designed to embrace the female body, while combining comfort with the luscious world of high fashion. The beauty of the fabric and its plush material are handled like a painter’s palette, the needle replacing the brush to forge exclusive and unique pieces achieved with precision and craftsmanship.

117


Bustier&co

118


Bustier & co

la représentation que je me fais des femmes. Enfin, je venais de trouver un produit original dont je n’allais pas me lasser puisqu’il imposait de vrais défis techniques. A commencer par le confort !” L’habit fait la femme ! Adieu les baleines qui grattouillent et les compressions abdominales de fin de soirée, exit la pause figée coincée qui évite de se retrouver les seins à l’air dès qu’on agite les bras, Sylvie

va redoubler d’ingéniosité pour pallier toutes nos doléances... Elle travaille d’abord les baleines de ses bustiers, les rendant indéformables grâce à l’utilisation de petites spirales métalliques, puis les positionne à l’extérieur du vêtement pour augmenter son confort, ce qui est totalement nouveau, considère ensuite les bonnets comme de vrais soutiens gorges et non comme une simple extension du bustier, et bien sûr, mise sur la souplesse des tissus avec lesquels elle prend un malin plaisir à jouer. Quant au système d’attache, il se situe désormais à l’avant du bustier, ce qui est d’une logique implacable quand on sait à quelles contorsions

119


Bustier & co

disgracieuses il fallait jusqu’ici se livrer ! De l’original, Sylvie conservera intacte la «paresseuse», ce petit nœud situé au milieu du dos qui permettait un délaçage discret lorsqu’on suffoquait, et qui, ma foi, s’avère toujours utile après un dîner trop copieux... En développant des pièces uniques dans chacune des tailles qu’elle propose, en misant sur une confection artisanale, des améliorations techniques, et des imprimés sublimes, Sylvie réussit à rendre au bustier ses lettres de noblesse et apporte un accent de modernité. D’autant que le port d’un bustier n’est pas un geste anodin. Mis a même la peau, ou superpose a une chemise bouffante, sur un

120

jean ou avec une jupe de soirée, le bustier ne véhicule pas le même message. “je crois qu’il faut voir dans cet objet beaucoup plus qu’un vêtement. Quand vous portez un bustier, vous êtes obligée de vous tenir droite, vous vous sentez un peu l’âme d’une conquérante. En même temps, c’est un habit qui agit comme un bouclier, quand vous êtes dedans et que vous êtes maintenue à l’intérieur, vous vous sentez complètement protégée !” Bustier&co n’a pas fini de lever son armée...   + d’infos : www. bustier.ch

l’Atelier a été sélectionné par le Canton de Vaud comme artisan d’art, et ouvrira ses portes pour les jema (Journées Européennes des Métiers d’Art) qui auront lieu les 15-16 et 17 avril prochains.


M O V I N G

14 Place Notre Dame ANNECY +33 4 50 51 79 10

D I A M O N D S

www.artiste-joaillier.com


© Shaheen Thaha

Trumpet by Meister

LES TRUMPET DE LA RENOMMéE « Trumpet by Meister » défie la grisaille. Du fond de ses

Indes

d'adoption,

Vanessa

Meister

récolte

les

imprimés radieux et donne un coup de soleil à la mode. La trentenaire pétille de projets et pourrait bien plonger dans le grand bain de la production. On fait trompette ? Par Pascale Godin - Créatrice découverte par Actives en mars 2012

E

lle se sent plutôt designer que styliste. Logique, Vanessa Meister vient de l’ECAL. Section design industriel. Et dessine le début de son parcours en cousant de petits objets de tissu. De stages en voyages, la lausannoise a fini par tomber dans son propre univers en arpentant celui des autres. Aujourd’hui installée en Inde, elle continue de développer sa mode éthique bigarrée. Sans tambours, mais avec beaucoup de trompettes !

Trumpet by Meister is a fashion label designed by Swiss stylist Vanessa Meister Varma trained in Switzerland (ECAL) and the United Kingdom (Vivienne Westwood). Characterised by a bold use of colour, the womenswear and accessories line combine fabrics and prints in a fun, experimental manner. In 2010, Vanessa opened a studio in Cochin, India, where she designs and produces in collaboration with skilled tailors using indigenous techniques and local raw materials.

122


© Shaheen Thaha

A l’Westwood, tout est nouveau !

Un comptoir des Indes

En 2009, Vanessa Meister décroche un stage chez Vivien Westwood. Rien ne prépare la jeune créatrice à cette pétarade anglaise, ses goûts plutôt classiques se heurtent d’emblée à l’élégance déjantée de la lady flamboyante : “Un jour, j’étais en train de coudre un ourlet sur un tapis et Vivienne m’a demandé de le défaire. Elle voulait que les fils pendouillent ! Je ne comprenais pas qu’on puisse vendre aussi cher une pièce si mal terminée, c’était un véritable affront à ma conception du stylisme. Il a fallu que je me force à voir au-delà !”. Vanessa intègre peu à peu l’approche Westwood. Au-delà d’une suite ininterrompue de collections de vêtements, sa mode porte l’esprit anticonformiste qui fait toute sa grâce : “La personnalité et l’univers de Vivienne suscitent le désir. Certaines de ses créations sont incompréhensibles, mais elles font naitre une sorte de mystère, qui va bien au-delà du simple vêtement  !” L’expérience fait murir Vanessa. Qui lance sa propre marque en pensant à l’adage anglais « Blow your own trumpet  ». Blow your own trumpet, mets-toi en avant, joue ta propre musique. Et dans la foulée, la créatrice emporte« Trumpet by Meister » vers les Indes.

L’inde, un vieux rêve. Avant son stage chez Westwood, Vanessa travaille dans une ONG au Kerala. Elle tombe amoureuse du pays, des couleurs, des tissus. Et comprend d’emblée les possibilités qu’un tel pays peut offrir à un jeune créateur. Elle rencontre des couturiers locaux, s’intègre, prend de nombreux contacts. Coup du hasard ? 2 ans après son retour, sa trajectoire heurte, à Zürich, celle d’un architecte indien. Dont le plus grand souhait est de revenir au Kerala, son pays d’origine. Coup de foudre, le conte de fée devient comptoirs des Indes. Un mariage plus tard, le couple aménage dans la maison familiale et Vanessa ouvre son atelier. Mais découvre que les Indiens et les suisses ne travaillent pas toutà-fait de la même manière : « Les codes de la mode sont vraiment différents  ! Certains couturiers ont du mal avec mes créations. Une femme qui s’occupait de mes broderies m’a dit un jour : « je ne peux pas faire ça, ça va être moche ». Elle l’a finalement réalisé à contrecœur, mais n’a pas du tout aimé le résultat ! » Lance-t-elle en éclatant de rire. Vanessa Meister suscite en Inde les réactions que la Westwood avait fait naître en elle. Et c’est probablement bon signe.

123


Trumpet by Meister

© Shaheen Thaha

Trafic d’influences

124

En 2011, la griffe « Trumpet by Meister  » décroche la seconde place des «  Ethical Fashion Days  » de Genève. Et surprend la mode éthique un peu pâlotte au détour d’imprimés criants de couleurs qu’elle teint elle-même : « La plupart des étoffes étaient unies, très sobres. Je voulais que ça claque, je les ai teints avec des épices. Le jaune, par exemple, est à base de curcuma. C’était un vrai défi, mais je m’en suis sortie !  ». Plutôt bien, d’ailleurs. Aujourd’hui, Vanessa rentre de Delhi. Elle vient de passer une année dans les studios de Manish Arora, un célèbre designer indien. Et délaisse pour un temps le vêtement pour développer une ligne de foulards en soie et de sacs à mains pétillants. Elle envisage aussi de créer une plateforme de production : « Quand je rentre en Suisse, on me demande souvent si j’ai la possibilité de produire, d’imprimer. Aujourd’hui, je travaille déjà avec une petite équipe pluridisciplinaire. Pour développer des patrons, dessiner des imprimés. A Delhi, j’ai rencontré des designers et des producteurs avec lesquels le courant est bien passé. Nous nous sommes dit que nous pourrions travailler avec les créateurs qui souhaitent produire en Inde, faire le lien avec l’Europe. » Vanessa Meister construit aujourd’hui son propre univers du haut d’un tapis volant chatoyant. Effiloché, et sans ourlets. + d’infos : www.trumpetbymeister.com


VACANCES ? PENSEZ CROISIÈRE...

+33 (0)4 79 26 59 60 www.croisiland.com

conseil en communication

1er distributeur de croisières en région Rhône-Alpes !

www.creapluriel.com

DEMANDEZ VOTRE AVANTAGE ACTIVES !


PASCALE HUG

EXERCICES DE STYLES Pascale Hug pioche aux coups de cœur pour scénariser la mode. Son parcours atypique lui inspire des histoires pleines d'idées rebelles. Le poids des shows, le rock des photos ! Par Pascale Godin - Styliste découverte par Actives en mars 2014

L’

appartement donne dans l’Almodovar chic. Un zest de tequila frappée en plus. Pour l’ivresse. Papillons naturalisés, bondieuseries grappillées, Barbie® et babioles encadrées, suspendues, réincarnées, l’atmosphère tient du cabinet de curiosités. Cuisine comprise. Pascale Hug habille son âme collectionneuse d’une chevelure rose flashy. Belle dame au rire en cascade, elle cultive la passion de l’objet, la folie du marché aux puces pour étoffer les sagas mode qu’elle raconte. Le bon génie Pascale Hug imagine aujourd’hui des images de mode. Rien ne prédisposait pourtant la styliste photo à cet exercice. Elle réservait son âme de conteuse et sa personnalité bigarrée à

son entourage. Jusqu’à cette soirée particulière : “je venais de plaquer ma vie genevoise, j’étais installée à Lausanne, il fallait que je trouve un emploi. Au cours d’un repas, j’ai rencontré le photographe Christian Coigny. Je lui dois tout ! Il cherchait un mannequin assez particulier, un homme à l’allure de banquier, mais capable de faire la position du lotus ! Il m’a mis au défi de lui en trouver un, j’aurais pu lui en trouver 10 ! C’était une opportunité fantastique !”. Elle déniche le banquier au lotus idéal, le photographe lui propose de chiner la garde-robe dans la foulée. Elle n’y connaît rien, il lui fournit les pistes, elle se lance. Et la campagne est un succès. Suivront un catalogue pour Chopard, un autre pour le Bon Génie. Elle éclate de rire, les souvenirs affluent : “Je n’avais aucune formation, je marchais au feeling, c’était angoissant !”

Pascale Hug creates stories. She works both for fashion, jewellery, advertisement. The fashion stylist loves to write scenarios she imagines from a melting-pot of different currents. From hoboes to luxury and rock n’roll, she follows her instinct and brings special colours in her work. She doesn’t like look-books. She mixes styles, materials, her work is both rebel and chic. She as no influences but her own.

126


PASCALE HUG

En mode intuitif Pascale Hug prend de l’assurance. Elle se présente, toque aux portes des boutiques, crée son propre réseau. Sa méthode est empirique ? Tant mieux. Elle suit un fil rouge intuitif, qui la conduit sur des pistes inexplorées : “Quand un magazine me donne une thématique, 12 000 idées me percutent la tête ! Alors, je pars à la chasse. C’est plus difficile à Lausanne, nous ne sommes pas à Paris ou à Londres, le choix est plus restreint ! Je fouine dans les boutiques, je pioche et tout à coup, je flashe sur une pièce. Ou sur une matière, une couleur, qu’importe ! J’imagine l’univers autour

128

d’elle, la cohérence image après image. Ensuite, je rentre chez moi pour réfléchir, pour déployer mon univers. Et quand je retourne chercher la pièce, mon fil conducteur, je croise les doigts pour qu’elle n’ait pas été vendue entre-temps !” Pascale gagne peu à peu la confiance des boutiques, des marques et des photographes. Et celle des magazines, qui aiment ses scénarios soigneusement débridés et ses spectaculaires histoires silencieuses. Qu’elle va jusqu’à construire avec le groupe rock berlinois Bonaparte, pour le très luxueux « Uomo Vogue ». Choc and Roll.


Bijoux à partir de 99 € Montre 249 € SWAROVSKI.COM Prix publics conseillés. Les prix actuels peuvent varier. Pour plus de renseignements, rendez-vous dans votre point de vente Swarovski le plus proche.

12 RUE CARNOT, ANNECY – TÉL. : 04 50 01 67 63


PASCALE HUG

Activmag : La mode, c’est futile ? Pascale Hug : C’est quelque chose de très sérieux, au contraire ! La mode touche la musique, l’art, c’est devenu majeur. C’est un art en soi d’ailleurs. Et les créateurs sont évidemment des artistes. Derrière la mode, toute une entreprise bourdonne ! Un mannequin iconique ? Kate Moss ! Pour toutes les raisons que vous connaissez déjà… Elle est sublimissime, sa beauté est complètement particulière, sa personnalité me touche. C’est une interprète, elle a ça dans la peau. Ça n’est pas un hasard si elle a inspiré autant d’artistes ! Un autre métier que vous auriez pu exercer ? J’aurais rêvé d’être peintre, ou sculpteur. L’acte de création doit être proche d’une piqûre d’héroïne ! (elle éclate de rire). Mais j’aurais pu, aussi, exercer un métier d’écoute, d’aide aux femmes en prison par exemple. Ou simplement des personnes qui ont besoin d’être entendues. Un péché capital ? Elle rit encore. L’ivresse ! Dans tous les sens du terme !

Au beau Punk La créative n’aime pas travailler au look-book. Trop canalisé, trop impersonnel. Elle préfère chercher ailleurs, puiser dans son imaginaire, creuser des sentiers qui lui appartiennent. On lui demande une atmosphère Hobo (vagabond, en anglais) ? Un antiquaire accueille le shooting. Et Pascale mélange les lainages et les tweeds, exhume une vieille étole en renard de sa propre garde-robe. Et fleurit d’une dentelle vintage la paume d’un mannequin chancelant. Hobo bobo. Une série punkitude ? Elle dégaine des clous et des pointes et les plante en cartouchière

130

sur un manteau emplumé. Et pour la haute joaillerie, Pascale et la photographe Aimée Hoving imaginent des femmes mûres en Balenciaga rose et rubis. Rides assumées, bourgeois bonbon : “J’ai adoré faire ça ! Ce côté Dallas, ce passage du temps revendiqué ! Pourtant, la série n’a pas été appréciée”, se désole-t-elle. Ça arrive. Mais Pascale Hug retient peu les échecs, elle préfère les shoots au bonheur. Elle a du style, en somme.  + d’infos : www.pascale-hug.ch


portes ouvertes

A l'art'bordage ! Chaque année, durant 2 jours, plus d'une centaine d'artistes, sculpteurs, dessinateurs, peintres, photographes et vidéastes de Lausanne vous invitent à entrer dans leur monde. Poussez leur porte, c'est « Aperti » ! Par Sophie Parmantier

L

es 16 et 17 avril prochains, Aperti (« ouvert » en italien) propose aux amateurs et néophytes en tout genre de se rendre sans complexe dans l’un des 100 ateliers ouverts partout en ville de 10h à 18h. Sans complexe et en baskets car l ‘événement a des faux airs de parcours de fond, entre quartiers industriels, centre-ville lausannois et chemins bucoliques. “Chaque atelier reçoit une centaine de visites. C’est l’émulation en ville”, reconnaît Barbara Bonvin, peintre et présidente de l’association de l’Aperti. Les plus motivés arrivent à visiter 5 à 6 ateliers en un jour. Après, ça relève du marathon ! Un beau pied de nez à l’élitisme qui colle souvent à la peau de l’art. Du classique à l’avant-garde, il y en a pour tous les goûts.

chasse aux tres’arts

Par la photographe Maya Rochat - Atelier de Mallet

On 16th and 17th April, 100 artists in Lausanne will open their studio to the public. The event takes place every year and for its 10th edition, the Aperti association will edit a book “artists’ studios and intimacy”. The event is a great way to enjoy art (photography, video, paintings, ceramics, etc.) in an cosy environment and learn more about the world of the artists and their work process.

132

Armés d’un plan de la ville pointant les repaires des artistes, vous entrez dans l’atelier, quand ce n’est pas tout bonnement leur domicile. Une intimité qui favorise l’échange, surtout quand l’artiste offre l’apéro, histoire de briser la glace ! Avant de découvrir ses œuvres, mais aussi sa manière de travailler, son atelier, ses outils… Une manière de combler le fossé que l’on retrouve parfois en galerie où l’œuvre est accrochée au mur et où il est parfois difficile d’approcher, voire intimidant d’aborder son auteur. Le rencontrer dans son salon permet de relativiser… Pour l’artiste, “c’est l’occasion d’un grand rangement !” plaisante Barbara Bovin. L’événement rencontre un franc succès et, à l’occasion de sa 10ème édition, l’association Les Amis de l’Aperti édite un livre anniversaire « Atelier et intimité » dans lequel les artistes participants soumettent une œuvre centrée sur ce thème.  + d’infos : Retrouvez la liste et la carte des ateliers participants sur www.aperti.ch


INN O

50

N TI O VA

ans

EXPERIENC E

196

Des

6 - 2016

iDées N TIO VA

moyens ans

50

N TIO VA

ans

EXPE R I E N

196

6

-

vie

à vos projets !

St-Pierre-en-Faucigny - 98 rue des Champs plans - Za des Jourdies + 3 3 ( 0 ) 4 5 0 0 7 9 7 9 7 - w w w. m u g n i e r- c h a r p e n t e . f r

EXPE R I E N

6

pour Donner CE

CE

01

20

16

50

INN O

INN O

et Des

1966

-2


benoit violier

une étoile s'éteint Nous l'avions rencontré en janvier dernier dans son restaurant... Benoît Violier, 44 ans, chef franco-suisse à Crissier - Meilleur Ouvrier de France, triplement étoilé, à la tête de la Meilleure table du monde 2015 La Liste - a mis fin à ses jours à l'aide d'une arme à feu, dimanche 31 janvier 2016 à son domicile. Par Christine Gil - Photos Pierre-Michel Delessert

U

ne cuisine millimétrée, la chasse comme passion… ce chef talentueux avait su conquérir le palais des Vaudois et devenir le digne héritier des illustres chefs suisses Fredy Girardet et Philippe Rochat, ses mentors. A Crissier, le lundi 7 janvier dernier, nous avions rencontré Benoît Violier et son épouse Brigitte. Et bien que le couple soulignait chacun avec ses mots combien il était exigeant de maintenir un établissement de renommée internationale, à la suite de deux chefs prestigieux, rien ne laissait présager une issue aussi tragique. Vitrées avec vue sur le jardin, ce lundi matin, dans les cuisines affairées du restaurant de l’Hôtel de Ville, le maître d’œuvre

distribuait les derniers rôles. Etrangement, aucune odeur ne venait chatouiller les narines (une performance technologique). Le temps de découvrir la fresque qui pare le mur latéral, en hommage à ses « pairs » spirituels… le solide gaillard (coupe en brosse poivre et sel, sourire carnassier, l’œil vif) m’avait rejointe et saluée d’une poignée de main, franche et chaleureuse. Un débit rapide, un ton décidé, et un accent encore empreint de sa Charente-Maritime natale : “C’est unique ! Trois chefs sans lien de parenté… conservant 20 ans de trois étoiles Michelin.” A 6 km de Lausanne, depuis 1996, le fou de cuisine avait gravi tous les échelons de la hiérarchie jusqu’à devenir l’un des rares élus en Suisse.

Three stars awarded Chef Benoit Violier, aged 44, ended his life at home on Sunday 31th. Best table of the world 2015, his restaurant based in the pretty village of Crissier is famous all around the world. Benoit Violier, trained by Joel Robuchon, cooked with precision a seasonal cuisine with subtle tastes.

134


135


© Lenaka.net

benoit violier

Sole caviar

Brigitte & Benoît Violier

La truffe au vent

Un surdoué qui tombe à pic

Le cuisinier chasseur, évoquait alors avec nostalgie son enfance près de la Rochelle où il giboyait avec son père chasseur et viticulteur : “La connaissance des oiseaux d’Europe… les odeurs, les champignons… j’aimais pêcher aussi.” A l’âge où la plupart des gourmands ont le bec sucré, le gamin adorait tailler les légumes : “avec ma mère, dans la cuisine, à faire la salade, les radis, la soupe, les petits pois…” Une vie au rythme des saisons, une école de la nature fondatrice pour ce coureur par monts et bois. En 1987, son maître d’apprentissage Philippe Prévôt le poussait à découvrir, s’améliorer : “Cuisiner avec un grand professionnel, c’est différent. Les premières huîtres chaudes… c’était juste merveilleux  !” Fort de cette complicité incroyable et décisive, il avait obtenu deux CAP (cuisinier et pâtissier) : “il disait qu’un bon chef de cuisine doit savoir peser.” Son Tour de France comme Compagnon sera tout aussi exigeant… et enrichissant  : “J’ai chassé, découvert la montagne (les Pyrénées) et le ski pour la première fois !”

Formé avec rigueur et discipline à la cuisine du détail, à Paris, Joël Robuchon l’avait recommandé auprès du pape des cuisiniers, Fredy Girardet à Crissier : “Je découpais toutes ses recettes… En 1986, qui avait l’idée de mettre une crème de romarin avec du rouget ?” Contraint de patienter une saison d’hiver 1995-1996 à Courchevel, il y avait débusqué celle qui le soutiendrait dans ses ambitions, sa future épouse Brigitte : “Benoît avait déjà beaucoup de projets. Il était d’une ténacité incroyable. Et ses objectifs, il les a tous tenus !”, confiait-elle. Ce printemps-là, l’intrépide chef rejoignait celui qui forçait son admiration. Chez Girardet “ça ne bronchait pas d’une oreille”. Plus abordable, Philippe Rochat prenait le relais en 1997 : “les meilleurs produits locaux… son œuf en surprise à la truffe blanche. Merveilleux !” Devenu son bras droit, le chef Violier ajoutait sa touche rochelaise.

136


Design, Qualité et Passion. La passion Bulthaup s’éveille lorsque le savoir-faire, le coup de crayon deviennent nécessaires pour concevoir une cuisine. Marcille Studio 11 rue du Commerce 74100 Annemasse Tél. +33 (0)4 50 92 21 75 www.marcille.bulthaup.com Studio Concept 1 avenue de Chambéry 74000 Annecy Tél. +33 (0)4 50 60 96 86 www.studioconcept.bulthaup.com Espace de vie 57 avenue de Neuchâtel 25300 Pontarlier Tél. +33 (0)3 81 39 62 24 www.espace-de-vie.bulthaup.com


benoit violier

Chassez le naturel… “Je ne vivais que pour la cuisine !”, assurait-il. “Le goût des concours, des chefs les plus exigeants… s’entourer des meilleurs. C’était dur…” Une stratégie qui permit au couple Brigitte et Benoît de reprendre l’établissement confié par l’ami Rochat (décédé en 2015). En 2012, après 6 ans à préparer la succession, le quadra relayait le maître : “On a épuré. Une cuisine de saison aux goûts simples… les meilleurs produits du terroir suisse et européen. Une continuité dans le renouveau !” Côté organisation : “On a tout changé : la façon de servir, d’accueillir, les réservations… la décoration. Tout.” Brigitte gérait l’accueil au quotidien, apportait sa touche féminine : “Il faut être très organisé pour tenir une maison de 54 personnes, dont 22 en cuisine. Imposer son style après deux noms illustres. Un choix qui nécessite des sacrifices familiaux.” La réussite fut immédiatement au rendez-vous  : “80 % des clients sont des habitués. Des Suisses. Ils participent à notre réussite. C’est unique !” L’Escoffier plume poil Benoît Violier possédait un art du goût incomparable : “Je fais la cuisine comme j’aime la manger : un ingrédient principal sublimé, des textures.  Le visuel est très important !” L’artisan d’art aimait provoquer des émotions : “Sans ce côté créatif de la recherche… je serai très malheureux !” Hors de sa cuisine, le passionné s’inspirait de la nature ; les plats de chasse faisaient l’originalité de la carte. Chasseur depuis 28 ans, il évoquait avec nostalgie : “le goût unique de la chair de lièvre cuite dans la réduction de vin rouge. Indescriptible !” Il était un encyclopédiste reconnu des viandes sauvages d’Europe. Naturalisé Suisse depuis un an, l’élu romand projetait une annexe avec boutique et cours de cuisine, tout en pistant à son tour les talents prometteurs pour le remplacer dans 10 ans. La mort brutale de Benoît Violier intervient neuf mois après celle de son père et six mois après celle de son mentor et ami Philippe Rochat. Laissant sa femme et son jeune fils, son équipe et ses proches inconsolables, la nouvelle de son décès sidère ses pairs et amis : “C’était un élève que j’ai beaucoup

138

Langoustine citron

aimé. Je suis complètement abasourdi…” confiait Fredy Girardet au quotidien suisse romand 24 heures. Pour le Haut-Savoyard Marc Veyrat : “cette nouvelle me rappelle Bernard Loiseau, je suis effondré… Je pense qu’il a craqué sous la pression.” Sur twitter, le lyonnais Paul Bocuse invoque le « grand chef, grand homme, gigantesque talent » tandis que l’ami et chef Emmanuel Renaut partage « toutes nos pensées à la famille et les proches de Benoît Violier. » La rédaction d’Activmag se joint à eux pour dire son émotion et sa sympathie à Brigitte et à toute l’équipe du Restaurant de l’Hôtel de Ville. + d’infos : www.restaurantcrissier.com


Plaisirs gourmands par

Envie de douceur acidulées et sucrées ? J'ai créé pour vous une recette facile et délicieuse. A vous de jouer maintenant ! Par Cédric Mouthon, chef à L’atelier 180°, promotion Masterchef saison 3 Photo : semaphore-photo.com

Cédric Mouthon

Appareil à cake - Cuisson à 165 ° : 40 min

Commencez par beurrer votre moule à cake. Réservez au frais. Dans le bol du batteur ou à la main pour les courageux, faites blanchir le beurre pommade avec le sucre glace. Ajoutez la poudre d’amande. Versez les 5 œufs entiers et mélangez à grande vitesse pendant 10 minutes. Raclez avec une maryse (spatule souple) les parois du bol si nécessaire. Ajoutez les zeste et le jus du citron, puis le jus des clémentines. Mélangez bien à nouveau. Ajoutez la farine tamisée et la levure. Mélangez l’ensemble. Versez la pâte dans le moule beurré. Enfournez à four préalablement chauffé à 165°C. Laissez cuire 40 minutes en surveillant la cuisson. Vérifiez que le gâteau est cuit en y plantant la lame d’un couteau. La lame doit ressortir sèche. Démoulez sur une grille à pâtisserie (ou volette). Chauffez dans une casserole la gelée avec 20 g d’eau. Versez-la sur le cake. Bien mettre un plat sous la grille pour récolter l’excédant. Décorez avec des quartiers de clémentines. 5 œufs I 180 g de beurre pommade I 260 g de farine I 220 g de sucre glace I Les zestes et jus d’1 citron jaune I Le jus de 3 clémentines I 1 clémentine pour la décoration I 1 sachet de levure chimique I 45 g de poudre d’amande I 200 g de gelée d’abricot I 20 g d’eau

140

Cake

aux Agrumes


Crédit photo Grupo Grafico

Catherine et Jennifer vous accueillent du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h30 à 18h30 et le samedi non-stop de 10h à 18h30. Fermé uniquement le lundi matin.

ABSOLU CUISINE 15 boulevard Charcot 73100 Aix-les-Bains Tél. 09 81 02 00 50

Catherine VIBERT & Jennifer MARIMON une alliance mère-fille, riches de plusieurs années d’expérience dans le domaine de l’aménagement de l’espace cuisine (14 ans pour Catherine et 7 ans pour Jennifer). Pour votre plus grand plaisir, venez découvrir la diversité de la gamme de mobilier de cuisine proposée : contemporaine, classique, montagne…, diversité des matériaux : stratifié, thermo-structuré, acrylique, laque, bois… Catherine & Jennifer sont tout à votre écoute et

mettent à votre disposition leur savoir-faire pour composer la cuisine de vos envies, au prix le plus juste. Qualité du produit, esthétisme, technicité et confort d’utilisation sont au rendez-vous. Une adresse à retenir et à recommander !


Vue sur le village d’Epesses et le Dézaley

© Régis Colombo / diapo.ch

nom chambre d’hôte lieu


de l’or en bouteille

Il faut raisin garder ! Bacchus vit à Lavaux depuis plus de 8 siècles. Inscrits au Patrimoine de l'Unesco, les vignobles suisses tracent une ligne verte, parfois escarpée à l'extrême, entre les bleus du ciel et du Léman. Et décline un paysage inoubliable et gourmand. Par Pascale Godin

L

es pentes vertigineuses éblouissent le regard. Lavaux est l’un des 10 domaines viticoles les plus escarpés au monde. Et ses 800 hectares de vignobles s’épanouissent sur 14 communes et 7 lieux de production. Des villages pittoresques, 10 000 habitants, beaucoup de vignerons. Ici, les vins blancs sont charnus. Ils ont la vigueur d’un raisin baigné de 3 soleils. Un pour le ciel, un pour les reflets éblouissants du Léman, un pour la chaleur des murets construits par des moines.

PETITS, MAIS COSTAUDS Les cisterciens découvrent Lavaux au XIIème siècle. Ils pressentent immédiatement l’extraordinaire potentiel du lieu. Patiemment, ils défrichent les kilomètres de forêts qui déboulent jusqu’à l’eau. Et bâtissent des murets suffisamment solides pour stabiliser la terre, avant de planter la vigne. 8 siècles plus tard,

l’inscription du vignoble au patrimoine de l’Unesco couronne sa formidable histoire. Emmanuel Estoppey, le responsable du site, détaille les critères de cette inscription : “Les habitants de Lavaux ont su s’adapter aux conditions de terrain et développer une activité économique viable et transmissible de générations en générations. Certaines familles sont là depuis l’an 1500 ! Les hommes se sont approprié un terrain, ils en ont fait un outil de développement tout en préservant sa beauté naturelle, ils ont su préserver cette région dans son contexte économique et résister aux pressions immobilières. Et pourtant, le prix du terrain n’a cessé d’augmenter !”. On imagine effectivement les yeux doux des promoteurs immobiliers. Peine perdue ! En 1976, les quelque 250 vignerons de Lavaux votent une loi communale visant à rendre inconstructible toute la région. Seules quelques infimes parcelles échappent à cette loi. Sur la question, l’inscription à l’Unesco ne change donc pas grand-chose. Par contre, elle

The terraced vineyards of the Lavaux site unfold above Lake Geneva for some 18 kilometres, forming a real link between Lausanne and Vevey-Montreux. Not only does the listed status of Lavaux as a Unesco World Heritage site pay tribute to an age-old vineyard, it is also a living “cultural landscape”, a remarkable testimony of an authentic and energetic civilisation. Called as well « the 3 suns landscape », the Lavaux site is one of the most beautiful vineyards in Europe.

143


©Didier Jordan

de l’or en bouteille

Le Dézaley, le Clos des Moines et le Clos des Abbayes

fédère les viticulteurs et donne de la visibilité à leurs vins. JeanPaul Forestier, dont la famille vit à Chardonne depuis le XVIIème siècle, en détaille les bénéfices : “Elle nous a rapprochés entre viticulteurs, elle nous a rendus forts et solidaires d’une identité. La promotion dont nous bénéficions aujourd’hui est exceptionnelle et donne une plus-value à nos produits. Nous sommes de petites entités. Tout seul, le vigneron ne peut pas grand-chose, il est trop petit pour faire sa promotion et sa communication. L’inscription a marqué une reconnaissance de notre travail que nous n’avions pas auparavant”. LE CORPS DES FENDANTS Côté cépage, le chasselas est roi. Certains le prétendent sans grande particularité, pas vraiment prestigieux. La Suisse

144

est d’ailleurs un des rares pays à le mettre en avant. Mais le chasselas (ou fendant) serait né à Lavaux. C’est l’enfant du bercail, à l’aise sur sa terre natale. Et si son arôme est un peu léger, sa finesse reste incomparable. Définitivement marié à son terroir, il charpente le vin des terres lourdes, et donne du fruité et de la délicatesse à d’autres plus légères. En vins rouges, les pinots-gamay et pinots noirs dominent, mais ne représentent que 17 % de la production. Certains viticulteurs en produisent de petites cuvées très confidentielles. Comme Emmanuel Hug et son plant Robert : “En surface, le vignoble suisse est à peu près équivalent au vignoble alsacien, nous sommes tout petits à l’échelle internationale ! Depuis une quinzaine d’années, l’élan qualitatif est énorme, mais ça n’est pas suffisant pour que nous soyons reconnus dans le monde. Petites parcelles, entretien des murets, nos vins nous coûtent cher, nous n’avons pas les moyens


L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

caviste • conseils accords mets et vins w w w. l e s v i n s d a l e x i s . f r Du mardi au samedi de 15h30 à 19h30 76 route Nationale - 74500 Lugrin + 33 (0) 4 50 73 62 98


© Montreux Vevey Tourisme

de l’or en bouteille

Le village d’Epesses et ses maisons anciennes

de rivaliser avec les grosses productions”. Mais d’un domaine à l’autre, les saveurs se multiplient joyeusement, certaines plongent même le palais dans une quasi-béatitude. Pari gagné pour les moines. ENTRE ECONOMIE ET TOURISME Les petits chemins sillonnent les vignobles. A pied, à vélo, la balade séduit les visiteurs sur 18 kilomètres entre ciel et lac. L’occasion de rencontrer les vignerons au détour d’un cep. Et la conversation débute parfois sur un malentendu : “Les gens s’arrêtent, nous posent des questions, ça nous plaît bien ! Mais ça déclenche aussi des paradoxes  ! Lorsque les piétons nous voient rouler sur les chemins en voiture, ils nous regardent de travers, comme si nous

146

devions aller à pied nous aussi ; sauf que nous, on travaille ! Après, on discute, on goûte le vin, ça se finit toujours bien  !” raconte Maurice Neyroud, viticulteur et président de la Commission intercommunale de Lavaux. Mais ce tourisme œnologique ne doit pas prendre le pas sur l’activité économique. Emmanuel Estoppey est très clair à ce sujet : “l’inscription au patrimoine mondial ne sert pas à réduire Lavaux à un paysage magnifique pour touristes, elle sert à transmettre des connaissances, à valoriser le travail du vigneron, à témoigner, tout en gardant une activité économique. Il ne faudrait pas que l’activité touristique qui découle de l’inscription minore le travail du vigneron !”. Sous les 3 soleils de Lavaux, il faut raisin garder.  + d’infos : www.lavaux.ch


Notre expérience au service de votre projet BOIS

Ligne

BOIS

85 route de Thonon - 74800 AMANCY 04.50.07.38.90 Jean-François OMAR 06.84.64.32.81 / jf@maisons-alain-metral.fr


Lausanne à table

aux tables lausannois ! On le savait déjà, la capitale du canton de Vaud abrite certaines des meilleures tables au monde. Lausanne est donc gourmande, d'une gourmandise conviviale qui sort des sentiers battus, sous l'impulsion, notamment, de « Lausanne à Table ». Par Mélanie Marullaz

© Lausanne à table

T

out commence en 2012, avec « Lausanne Ville du Goût ». Ou plutôt juste après. Une fois l’événement terminé, un groupe de copains, du genre épicuriens, veut poursuivre l’aventure. Parmi eux, le chef Philippe Ligron, maître d’enseignement, animateur radio et télé, passionné d’histoire en générale, et d’histoire des aliments en particulier. “C’était vraiment dommage de ne pas continuer, mais la Ville a souhaité se désengager et nous a proposé de prendre notre envol.” Ainsi naît Lausanne à Table, portée par une quarantaine de cuisiniers, restaurateurs, producteurs, artisans, blogueurs culinaires… Philippe Ligron en tête de fil. L’association regroupe et relaie tous les événements en rapport avec la gastronomie pour faire connaître aux Lausannois leur terroir. “Il n’y a pas de spécificité à proprement parler, mais la gastronomie lausannoise a cette particularité d’être très créatrice, très fédératrice, avec une vraie envie de passer du bon temps ensemble.” Menu complet A l’arrivée des beaux jours, les papilles s’affolent et les contours du menu s’affinent autour des événements-phare proposés par l’association, comme le Food Truck Festival et sa trentaine de camions-restaurants sur la Place de la Riponne, ou encore les Tables Uniques, qui permettent de découvrir les coulisses

d’une cuisine renommée ; le Restaurant Day où chacun peut faire connaître ses talents culinaires en ouvrant son propre petit restaurant dans la rue, dans un parc ou dans sa maison ; la Grande Table des Lausannois, quand des amis restaurateurs se retrouvent pour cuisiner ensemble dans un lieu habituellement fermé au public, comme la caserne de pompiers ou l’Orangerie de la Bourdonnette ; et le désormais traditionnel pique-nique du 1er août à Montbenon, où l’on compose son panier sur un petit marché d’artisans locaux avant d’aller le déguster sur les pelouses… Lausanne bouge Et la mayonnaise prend… “Les entreprises que nous sollicitions pour des partenariats, et qui ne nous répondaient pas au début, se bousculent presque pour nous soutenir aujourd’hui. Même des start-ups de l’EPFL utilisent Lausanne à Table comme labo, en installant, par exemple, des bornes bluetooth sur le Food Truck Festival, avec les menus et des propositions de repas. Lausanne est une ville jeune avec une population dynamique, internationale, qui amène une grande richesse, d’autres cultures, et des rencontres insolites parfois.” + d’infos : Programme 2016 à partir du 31 mars sur www.lausanneatable.ch

Lausanne hosts some of the world’s finest restaurants and is a dream place for gourmets, people who enjoy getting together and exploring new paths, like the members of the epicurean association « Lausanne à Table », created in 2012. They organise tasty events like the Food Truck Festival, Restaurant Day or the now traditional Picnic on August 1st.

148


CUISINE > SALLE DE BAIN > AMÉNAGEMENT

© photos Cuisine Stöermers

DEPUIS 1972

IMAGINÉ PAR NOUS, RÉALISÉ POUR VOUS

NOUS TRAVAILLONS AVEC LES MEILLEURS PARTENAIRES POUR VOUS GARANTIR LES PLUS BELLES PRESTATIONS

43 Route de l’Aiglière - 74370 ARGONAY Tél. 04 50 27 49 37 www.interieur-littoz.com


mercredi frouze

L

Cyrielle Douchant

a jeune femme m’a donné rendez-vous dans une brasserie chic (un peu bruyante) avec terrasse et vue sur le lac (une de ses bonnes adresses). Yeux clairs, traits harmonieux, pas tout à fait la trentaine, d’une voix douce, Cyrielle raconte son aventure lausannoise : “Bien que j’ai du sang suisse par mon arrière grandmère paternelle, c’est la première fois que je vis en Suisse.” HautSavoyarde d’origine, travaillant à Genève et son mari à Nyon, la frontalière tombe sous le charme de la ville olympique où le couple s’installe fin 2011 : “Notre principal obstacle : la recherche d’un appartement… et le montant du loyer ! A notre arrivée, les soirées Mercredi Frouze nous ont permis de rencontrer nos premiers amis... des Français.” Le concept : “se réunir dans un bar, un restaurant ou autour d’une activité, chaque fois différents, les mercredis, une fois tous les 15 jours, pour papoter et rencontrer de nouvelles personnes”. On s’inscrit à l’adresse mercredifrouze@ gmail.com ou sur facebook et on reçoit l’invitation.

Ça joue ou bien ?

french

camaraderie! Fraîchement arrivé à Lausanne, le Frouze (Français), comme le surnomme péjorativement le Suisse romand, cherche rapidement quelques compatriotes pour tout connaître de la secrète capitale vaudoise. Avec humour, des expatriés créent « Mercredi Frouze » qu'anime la bloggeuse

Franco-Suisse

Cyrielle

Douchant

:

des

rencontres bimensuelles entre Français autour d'une verrée. par Christine Gil

Fin 2013, Cyrielle accepte d’animer Mercredi Frouze : “créé en 2008, des couples s’y sont même formés”. Pour renouveler la liste des inscrits, elle se sert des réseaux sociaux et de son blog « Une chouquette à Lausanne » où elle barjaque sur ses adresses coup de cœur dans une ville dont elle aime ganguiller les rues pentues. Une cité d’affaire et universitaire accueillant 42% d’étrangers dont 10 760 Français friands de bons plans. Fin 2015, le boucheà-oreille a permis de fidéliser deux cent nonante Frouzes : “au fil des rencontres, un réseau s’est constitué… un appartement libre, une piste de travail… Il est devenu compliqué de trouver des restaurants accueillant un groupe de 40 personnes”, assuret-elle. En 4 ans, la binationale est devenue une vraie Suissesse qui vit, travaille et pense Lausanne ! Son blog cumule 6 000 visiteurs francophones et, en 2016, l’ancienne timide transmet le flambeau Mercredi Frouze à d’autres complices. Tout de bon !   + d’infos : www.facebook.com/mercredi.frouze

« Mercredi Frouze » welcomes every year nearly 300 french expatriates in Lausanne. They meet twice a month, on Wednesdays, in bars, restaurants, or gathering for an activity. A solidarity network to discover new friends, good ideas and good adresses in the city !

150


L’AUDACE DE LA QUALITÉ

LIGNE ACCESS votre maison DEPUIS 1971, L’UNIVERS MCA POUR CONSTRUIRE AUJOURD’HUI économique avec tousL’UNIVERS DEPUIS 1971, MCA DEPUIS DEPUIS 1971, 1971, L’UNIVERS L’UNIVERS MCA MCA les atouts MCA !

LE MEILLEUR DE DEMAIN www.mcalpes.com www.mcalpes.com www.mcalpes.com www.mcalpes.com DEPUIS 1971, L’UNIVERS MCA

www.mcalpes.com LIGNE ELITE BOIS Urban ou Nature, l’ossature bois signée MCA !

LIGNE PATRIMONIALE votre maison MCA sur-mesure ! LIGNE ACCESS

LIGNE ACCESS Des maisons traditionnelles ou ossature bois - 10 agences de LIGNE LIGNE ACCESS ACCESS votre maison ANNECY 04 50 22 86 89 ALBERTVILLE 04 79 32 49 83 ANNEMASSE 04 50 38 90 44

LIGNE ACCESS votre maison votre votre maison maison économique avec tous votre maison BOURG-EN-BRESSE 04tous 74 24 68 25 économique avec économique économique avec avec tous tous les atouts MCA ! 72 économique avec tous CHAMBÉRY 04 79 30 36 les atouts MCA lesatouts atouts ! 41 les les atouts MCA MCA ! ! 51! CLUSES 04MCA 50 98

L’AUDACE DE LA QUALITÉ

GRENOBLE 04 76 48 48 88 PONT-DE-BEAUVOISIN 04 76 93 29 20

ST JEAN 04 79 05 THONON

POUR CONSTRUIRE AUJOURD’HUI LE MEILLEUR DE DEMAIN

LIGNE PATRIMONIALE votre maison MCA LIGNE PATRIMONIALE ! LIGNEsur-mesure PATRIMONIALE

LIGNE LIGNE PATRIMONIALE PATRIMONIALE votre maison MCA votre maison MCA votre maison MCA votre maison sur-mesure ! MCA sur-mesure ! sur-mesure sur-mesure ! !

LIGNE ELITE BOIS Urban ou Nature, LIGNE ELITE BOIS LIGNE ELITE BOIS l’ossature bois signée LIGNE LIGNE ELITE BOIS BOIS Urban ouELITE Nature, MCA ! Urban ou Nature,

Urban Urban oubois Nature, ou Nature, l’ossature signée l’ossature bois signée l’ossature l’ossature bois bois signée signée MCA ! MCA ! MCA MCA ! !

L’AUDACE DE LA QUALITÉ POUR CONSTRUIRE AUJOURD’HUI

L’AUDACE DE QUALITÉ LE MEILLEUR DE LA DEMAIN L’AUDACE DE LA QUALITÉ L’AUDACE L’AUDACE DE DE LA LA QUALITÉ QUALITÉ

Des traditionnelles ossature bois - 10 sur agences de proximité Plus maisons de 700 offres maisons +ou terrains à AUJOURD’HUI découvrir www.mcalpes.com POUR CONSTRUIRE ANNECY 04 50 22 86 89 ALBERTVILLE 04 79 32 49 83 ANNEMASSE 04 50 38 90 44

POUR CONSTRUIRE AUJOURD’HUI POUR POUR CONSTRUIRE CONSTRUIRE AUJOURD’HUI AUJOURD’HUI BOURG-EN-BRESSE 04 74 24 68 25 GRENOBLE 04 76 48 48 88 ST JEAN-DE-MAURIENNE LE MEILLEUR DE DEMAIN LE MEILLEUR DE DEMAIN CHAMBÉRY 04 79 72 30 36DE PONT-DE-BEAUVOISIN 04 79 05 00 30 LE LE MEILLEUR MEILLEUR DE DEMAIN DEMAIN CLUSES 04 50 98 41 51 04 76 93 29 20 THONON 04 50 81 67 93


be curious TV

La Curiosité n'est pas un vilain défaut Le 8 mars 2015, journée de la Femme. Aux portes de Lausanne naît, notamment de la volonté d'une femme, une petite chaîne de télévision qui serait tentée de donner principalement la parole... aux femmes. Mais ses caméras élargissent leur focale : Be Curious TV, comme son nom ne

Leila Delarive

A

© Lo

le cache pas, se veut curieuse, mais pas seulement.

l’origine, il y a Leila Delarive, 38 ans, brune par ascendance, éloquente par expérience, millionnaire par amour - elle est d’origine iranienne, avocate spécialisée dans l’immobilier et épouse de l’homme d’affaires vaudois Patrick Delarive. Il y a aussi Elie Wenger, tout en douceur et discrétion, réalisateur de l’émission juridique « Droit Chemin », qu’elle anime et qu’ils coproduisent sur la chaîne régionale romande « La Télé ». Et il y a surtout une « envie commune de produire du contenu ». “On savait qu’on voulait porter un regard différent sur la société, raconte Leila Delarive”. Traditionnellement, les médias sont dirigés par des hommes, les femmes y parlent plus de choses pratiques que de sujets de fond, or elles ont des choses à dire,

Par Mélanie Marullaz

une manière de voir et de faire différentes. Mais on nous aurait vite catalogués comme un truc de nanas pour les nanas, ce qui est très réducteur, donc on est parti sur le principe de la curiosité, de ce qui nous meut.” Naissance d’une curieuse

Le duo hésite d’abord à racheter Max TV, diffusée à Morges et Yverdon, mais bâtir sur l’ancien ne s’avère pas ce qu’il y a de plus facile ou rentable, ils décident donc de monter leur propre chaîne, de A à Z… ou de B à V. Un hangar dans la zone industrielle de Préverenges pour le contenant, un ami archi

2015, March 8th, International Women’s Day. Leila Delarive, a 38-year-old Lausanne tycoon, dark-haired thanks to genetics, eloquent thanks to her experience, rich thanks to love, launches what could have been a Ladies Only TV channel… But ‘BeCurious TV’ is more than that: obviously curious, it claims to be involved, independent and interactive. With short programs and freedom of speech, it explains without patronizing, listens and looks without judging, with the aim of gathering a community rather than an audience.

152


Émission Qu’est-ce qu’elle a ma girl?

153


be curious TV

Émission Si tu savais

d’intérieur pour la déco, du matériel dernier cri, “un des critères essentiel, c’était la qualité de l’image, insiste Elie Wenger, même si on voulait faire de la télé comme si ce n’était pas de la télé, à la manière des Youtubeurs, qui travaillent en lumière naturelle, brisent les codes de montage et de prise de vue”. Il leur faut ensuite monter une équipe, dont va dépendre le contenu, “d’où la volonté de Leila de travailler le moins possible avec des journalistes formatés”. Ils sont quand même quelques-uns à bord, comme Fred Valet, le rédacteur en chef de la chaîne, qui a quitté le Matin pour rejoindre l’aventure, ou la chroniqueuse Ariane Ferrier. Mais globalement, “on est tous

154

issus de milieux différents, il n’y a donc pas de côté microcosme, s’enthousiasment Robin Chessex, c’est ce qui fait la richesse de BeCurious. On est parti de rien, et c’est incroyable tout ce qu’on a fait en une seule année, surtout en Suisse Romande où il y a une forme d’immobilisme. Mais ce genre d’opportunité-là, même à Paris, ça n’existe pas. On a une liberté extraordinaire, on nous fait confiance.” D’où « Rance », la mini-série humoristique sur laquelle Robin travaillait et qu’il a pu programmer sur les écrans de la télé curieuse, fausse étude sociologique d’individus en phase de rupture sentimentale, qui révèlent des aspects inattendus de leur personnalité, puis reviennent en arrière.


avant plaisir Faites-vous

le 5 avril passage Ă la TNT HD

VOURIOT

CLUSES 04 50 98 06 70 2 av. des Lacs - La Sardagne www.vouriot-magnin.com

ANNECY 04 50 52 89 01 5 avenue Berthollet


be curious TV

Émission En faim !

Période d’essai

D’où aussi, autour du Talk-show phare « Qu’est-ce qu’elle a ma girl ? », animé par Leila Delarive et Fred Valet, une vingtaine d’émissions aux thématiques et formats variés, du sport extrême à la littérature en passant par un concours d’éloquence, des séquences cuisine - avec un transfuge d’Activmag, Cédric Mouthon - ou un magazine de décryptage de la culture porn. Le tout, sans étude de marché au préalable, sans regarder les chiffres d’une audience qui finit pourtant toujours par parler. “Au départ, on avait la volonté de remplir le canal, on a donc fait des choses qu’on ne voulait pas vraiment, reconnaît Elie Wenger. Mais on a vite arrêté les émissions dont nous n’étions pas satisfaits ou sur lesquelles nous n’avions pas de bon retour. Si on revenait en arrière, on commencerait peut-être par lancer une Web TV pour tester les émissions avant l’antenne. Mais nous sommes encore tout jeune, le public n’est pas fidélisé et nous avons la possibilité de changer.” Premiers ajustements en septembre, puis nouvelle grille en janvier, avec pour vocation ultime : “la volonté de créer une communauté plus qu’un public, avec des formats courts, sympas, sur un ton libre, où on essaie de décrypter sans être donneurs de leçons, d’entendre et de voir tout, dans le non-jugement” résume Leila Delarive.

156

Émission The Spot

Petite télé deviendra grande ?

Au bout d’un an, l’heure est au bilan. Il a fallu s’affranchir du jugement, élaguer, se recentrer et faire les comptes. Produire du contenu nécessite de la main-d’œuvre, “on crée des emplois, c’est magnifique, mais c’est lourd et cher.” La petite chaîne privée, qui ne perçoit pas un centime de redevance, compte donc plus sur des échanges commerciaux que sur un marché publicitaire vaudois restreint et verrouillé. Elle prend doucement ses marques. “C’est comme une petite fille qui devient une femme : d’abord elle fait tout pour plaire à ses parents, puis à ses copains, puis elle devient elle-même… on va donc encore évoluer.”   + d’infos : www. becurioustv.com


LEGO CENTRÉ 158 Ascension de l’Everest


toys story

Le « Musée des Suisses dans le Monde » case des briques. Au Domaine de Penthes, près de Genève, il revisite l'histoire de la Suisse en LEGO®. Une solution ludique, pour répondre à une problématique scolaire. Par Pascale Godin

E

Guillaume Tell

n Suisse, l’histoire suit son cours. Ou pas. Sujet à polémique, sa quasi-absence des programmes scolaires fait débat. A tel point qu’en 2014, un étudiant, appuyé par La Nouvelle Société Helvétique, lance une pétition. « Pour un enseignement de l’histoire suisse et genevoise » recueille 2300 signatures, une vingtaine de personnalités d’envergures locales et nationales soutiennent la pétition. Rebelote en 2015. Cette fois-ci, 3 historiens vaudois lancent un « Appel pour l’histoire, discipline scolaire fondamentale » à l’occasion des élections fédérales. Oui mais. La problématique entendue, comment motiver les différents acteurs autour d’une thématique réputée lénifiante ?

The art of bricks is back ! To familiarise children with their history, the « Swiss around the World Museum », in Geneva, presents « Histoire en briques ». The exhibition is entirely made of LEGO® bricks. Beautiful, colorful, design, learning history can be fun !

159


toys story

L’EMPIRE CONTRE ATTAQUE Amener les enfants à s’extasier devant un fauteuil Empire ? Essayez pour voir. Et bon courage ! Pourtant, il existe un moyen. Pour attirer le jeune public, il faut rendre l’histoire ludique. Et pour lui faire découvrir son passé sans le faire bailler, le Domaine de Penthes repeint ses grandes dates aux couleurs LEGO®. Et choisit des thèmes auxquels la collection muséale fait écho. Pari gagné, l’histoire en briques est un succès. Réalisée par des modélisateurs professionnels, ultra-fans de la marque danoise, l’exposition trace au plastique mythique une nouvelle chronologie historique. Guillaume Tell, sa pomme et son carreau, le célèbre couteau Victorinox et la période industrielle, Napoléon dans les Alpes et l’expédition Wyss-Dunant à l’assaut de l’Everest, une maquette du château de Penthes forte de 10 000

Fauteuil style Empire

Bonaparte franchissant les Alpes

pièces, l’ensemble séduit par son dynamisme et par l’originalité de sa conception. Au détail près. Sur le bureau Empire de la collection muséale, l’acte de médiation de Bonaparte la joue LEGO® grandeur nature. Entre autres. Un minutieux travail de recherche historique et iconographique enrichit la précision des reconstitutions. Et le design impeccable et rigolo simplifie la compréhension des dates majeures de l’histoire suisse. En fin de parcours, un atelier récréatif stimule l’imagination des enfants, et celle de tous ceux qui le sont restés. En suscitant l’émerveillement pour transmettre, l’exposition invente une autre façon d’enseigner. Par tous les moyens LEGO®.   + d’infos : Exposition jusqu’au 14 février : www.penthes.ch

160


Nouvelle Porsche 911. La meilleure 911 Carrera de tous les temps. La nouvelle 911 évolue en profondeur. Elle adopte désormais la technologie Turbo développée par Porsche depuis plus de 40 ans et jusqu’à présent réservée à la gamme 911 Turbo, la référence absolue des GT. À l’arrivée, la plus légendaire des voitures de sport gagne en performance et en efficience, pour vous offrir simplement la meilleure 911 Carrera

Nouvelle Porsche 911. de tous les temps.

La meilleure 911 Carrera de tous les temps. La nouvelle 911 évolue en profondeur. Elle adopte désormais la technologie Turbo développée par Porsche depuis plus de 40 ans et jusqu’à présent réservée à la gamme 911 Turbo, la référence absolue des GT. À l’arrivée, la plus légendaire des voitures de sport gagne en performance et en efficience, pour vous offrir simplement la meilleure 911 Carrera de tous les temps.

Centre Porsche Xxxxxxoox oxooox XX xxx Xxxxxxx ooxooxoox oxxxxx oox 00000 Xxxxxxx Xxxxxx Porsche Annecy Tél. : Centre 00.00.00.00.00 Fax : 00.00.00.00.00 902 route de Bellegarde Site Internet xx xxx xxxxxxx ooxoox 74330: Epagny e-mailTél. : xx :xxx ooxoox 04xxxxxxx 50 57 89 38 xx xxx

Retrouvez toute notre actualité sur notre page Facebook.

Fax : 04 50 57 89 39 www.centreporsche.fr/annecy

Nouvelle 911 Carrera Cabriolet (boîte PDK) - Conso. mixte : 7,5 l/100 km - Émissions de CO2 : 172 g/km. Selon le NCCE (Nouveau Cycle de Conduite Européen).


juridique

Comment ouvrir

une maison d'hôtes ?

Cette activité commerciale est de plus en plus répandue © soniaC - Fotolia

sur tout le territoire français, que ce soit suite au départ des enfants du foyer familial, laissant des chambres vides, ou par un changement de vie pour s'installer à la campagne... Par Sabine Leger Juskowiak

Côté juridique…

E

t s’il a autant le vent en poupe, c’est aussi que ce nouveau modèle de logement touristique séduit largement les voyageurs. Le nombre de nuitées vendues est exponentiel chaque année. Mais quelles sont les obligations à respecter ?

Les 7 commandements La chambre d’hôtes est réglementée dans le Code de tourisme depuis 2007 et doit répondre à 7 critères obligatoires. A commencer par le fait qu’elle doit être meublée et donner accès à des sanitaires complets, le plus souvent individuels. Elle doit également être aménagée chez l’habitant (mais peut être dans une annexe directe, un corps de ferme...) en vue d’accueillir des touristes, être louée pour une ou plusieurs nuitées, être accompagnée de prestations comme le petit déjeuner, comprendre le linge de maison et être nettoyée sans surcoût de la part de l’exploitant, et être en conformité avec les réglementations en vigueur dans les domaines de l’hygiène, de la sécurité et de la salubrité.  Le nombre de chambres est limité à 5 pour une capacité maximale de 15 personnes. Le prix des chambres et des prestations doivent être affichés à l’extérieur du bâtiment, à la réception et à l’intérieur de la porte d’entrée des chambres. L’assurance habitation doit couvrir tout spécialement cette exploitation. 

162

Cette activité commerciale implique une déclaration en mairie, une immatriculation au RCS qui transmettra les données à l’Insee, aux impôts, au RSI ... En effet, l’affiliation au RSI est obligatoire, mais la Fédération des Gîtes de France a obtenu un assujettissement à partir d’un seuil spécifique de 4945 euros de revenus imposables. Au dessous du seuil du RSI, les revenus sont soumis aux cotisations sociales classiques applicables aux revenus du patrimoine de l’ordre de 15,5 %. Fiscalement, les revenus sont taxés en tant que BIC (bénéfices industriels et commerciaux), ou sous le régime du micro BIC si le chiffre d’affaires hors taxes ne dépasse pas 82 200 euros.  En dessus de certains seuils, l’exploitant doit aussi s’acquitter de la TVA au taux de 10%, sans oublier les impôts locaux, les cotisations foncières des entreprises et la taxe de séjour pour les communes qui l’ont choisie.  Il n’est pas obligatoire d’adhérer à un label qui soumet l’hôte au respect de son cahier des charges... Mais en y souscrivant, l’hôte bénéficie de nombreux services comme un accompagnement sur la législation, des formations ou stages linguistiques ou encore des conseils fiscaux et comptables. La visibilité est également beaucoup plus importante auprès de la clientèle française et étrangère permettant un remplissage plus aisé.  + d’infos : www.notaires.fr


mâle & diction

GENEVOIS

PAS DE QUOI TU PARLES... MADAME INTERPELLE MONSIEUR : « TU SAIS QUE BELLE-MAMAN M'A BIEN ENERVÉE L'AUTRE JOUR QUAND ELLE M'A PARLÉ DU LAC DE GENEVE ?  » LUI : « MA MèRE T'ENERVE ?   C'EST NOUVEAU !   VOUS QUI ÊTES LES DEUX MEILLEURES AMIES DU MONDE... MAIS C'ETAIT QUOI TON PROBLèME ? » Par Frédéric Charpentier - Illustration Sophie Caquineau

E

lle : “C’est juste que vous, les Genevois, vous avez cette manie insupportable de vous approprier le lac, je te rappelle que chez nous, à Lausanne, et mêêême en France, il s’appelle le lac Léman !” Lui : “Stop ! Et tu vas me dire que notre jet d’eau est un symbole phallique, une Tour Eiffel liquide… Si on se permet une petite annexion de la rade, c’est qu’on est un peu connu quand même !” Il lève les bras, tel un Chevalier de la Tablerone, il en serait presque beau s’il n’y avait pas ces 2 magnifiques auréoles : “Qui c’est LA capitale des lettres capitales ? Genève ! Oui madame ! L’OMS, l’OMC, l’Unesco, l’ONU, et 40 autres qui servent sûrement à quelque chose…” Elle, hilare, rit (Clinton) : “Oui… au moins à employer les familles des diplomates ! Et pourquoi vous ne privatisez pas les falaises du Salève pour faire comme à Hollywood, afficher les banques en lettres géantes ?” Je te précise, lectrice, toi qui aimes le glamour, que ce couple suisse s’est rencontré dans le caquelon bouillonnant de matière grise qu’est Lausanne, elle étudiante autochtone à l’EPFL, lui à l’ECAL, un bel exemple d’union inter-ethnique… Puis, monsieur l’a déracinée, en l’enlevant dans sa voiture immatriculée « GE », elle jubilait : “Tu es ma première Gueule Elastique”, alors que lui, amoureux, n’avait pas osé la traiter de « Vache Dangereuse », comme l’aurait permis son « VD » au doux parfum de terroir… L’Amour rend aveugle selon où vous mettez vaudois !

164

Alors ça joue entre eux ou bien ? Ils aiment la Démocratie et les votations, ils adorent pinailler et ce n’est pas cette petite Escalade qui va les arrêter ! Madame met le feu au lac et monsieur diplomatise : “Le calviniste qui sommeille en moi ne répondra pas par la violence, reprends donc un chocolat ! Je n’aborderai donc pas les thèmes du CIO, de l’UCI, du dopage, de la FIFA, de Sepp Blatter et de Platini !” Madame met de l’eau dans son Chasselas : “Ok, ok. Tu sais, je kiffe Genève, c’est vivant, trépidant, international, mais je retournerais bien me poser à Lausanne - ses yeux s’embuent prendre mon temps, le métro, retrouver mon ¼ d’heure vaudois, flâner au marché, respirer au Port d’Ouchy…” Monsieur tente une fondue-enchaînée : “L’idéal pour retrouver un terrain neutre, le comble, serait d’aller habiter en France…”. Maso malgré lui, il vient de dégoupiller madame : “Peut-on côtoyer sans risque des Frouzes ? Qui mangent des escargots, des grenouilles, du foie gras et qui ne mettent pas de vacherin fribourgeois dans leur fondue ? Des citoyens dont seulement 30 % votent, qui sont tellement chétifs qu’ils ne travaillent que 35 heures par semaine en prenant 1 mois et demi de repos sans compter les jours de grève ? Un peuple qui ne fait confiance qu’à des présidents faisant une tête de moins que leurs femmes ? Je ne sais pas si je pourrais survivre dans un tel climat de décadence !” Cela lui en ôte sa voix…  


www.piste-noire.com - Š ADELAC SAS - JL Balfroid - Ingimage.com - Jonathan Stutz - Fotolia.com

Autoroute A41 Nord

www.liane-autoroute.com

contact@adelac-a41.com

Liane Services


astres & desastres - Février 2016

Par Diane BOCCADOR

Bélier

Taureau

(21 mars-20 avril)

(21 avril - 20 mai)

Vie active 1er décan : en 2ème partie de mois, vous zappez, vous faites des promesses en l’air. Une vraie tête de linotte ! 2ème décan : jusqu’au 15, c’est le taureau d’arène qui domine. Entre implacable et féroce, votre cœur balance. 3ème décan : une réponse positive vous réjouit (avant le 14) ; un vent d’agressivité vous excite (après cette date). Cœur 1er décan : après le 17, vous n’en faites qu’à votre tête et vous le menez par le bout du nez… 2ème décan : c’est top et ça vous fait vibrer jusqu’au 10 février ; ça flope après le 25. 3ème décan : St Valentin au sommet ! Cupidon ne vous lâche pas des yeux (entre le 9 et le 17) et risque bien de vous toucher en plein cœur.

Vie active 1er décan : après le 13, un vent de liberté souffle sur vos idées, vos rencontres, vos désirs. C’est fun et original. 2ème décan : avant le 10, vous rouspétez, vous ruminez… Après le 21, la vie est plus drôle et l’inattendu est au rendez-vous. 3ème décan : entre le 5 et le 18, notre Bélier est en mode « tour d’ivoire ». Circulez, y’a rien à voir ! Cœur 1er décan : après le 17, complicité au sommet. C’est un ami autant qu’un amant. 2ème décan : jusqu’au 10, le chéri vous prend la tête ; après le 25, il vous rassure et vous donne des preuves d’amour. 3ème décan  : mais pourquoi êtes-vous si froide ? Il y a de la contrariété dans l’air et la St Valentin ne réchauffera même pas l’atmosphère…

Gémeaux

Cancer

(22 juin - 22 juillet)

(21 mai - 21 juin)

Vie active 1er décan : après le 13, tout est différent, amusant et votre esprit vif, réactif et original mène la danse avec succès. 2ème décan : plus posée, plus sérieuse, plus assurée, très perspicace et pleine de bonne volonté… On vous écoute, on vous fait confiance. 3ème décan : toujours un peu excessive mais rien de bien compromettant. Cœur 1er décan : après le 16 février, vous aurez plein d’idées pour le faire rire, l’étonner, le surprendre. C’est inattendu et parfois bien coquin… 2ème décan : pour zapper les soucis, changez vos habitudes, improvisez, soyez fous en duo et donnez à vos amours un petit air de fête ! 3ème décan : pas d’aspect, rien de suspect !

166

Vie active 1er décan : on se ressource jusqu’au 19 ; on croit que le meilleur peut arriver après le 20. 2ème décan : investissez-vous sans compter (jusqu’au 15) ! Sortez vos pinces et montrez-vous tenace, sans relâche. 3ème décan : avant le 14, la communication bugge  ; après le 14, motivation et opiniâtreté réclamées pour des résultats bétons. Cœur  1er décan : après le 19, votre intarissable envie d’aimer vous faire croire au miracle. Et pourquoi pas ? 2ème décan : jusqu’au 10 février, vous piquez, vous soupçonnez, vous maugréez, vous râlez… 3ème décan : entre le 9 et le 18, un grief vous prend la tête et vous boudez ostensiblement. Une St Valentin bien tristounette.


Lion

Vierge

(23 juillet - 22 août)

(23 août - 22 septembre)

Vie active 1er décan : après le 19, on vous déçoit, on vous embrouille ou on vous fait faux bond. 2ème décan : c’est fou ce que vous pouvez être convaincante quand vous le voulez. 3ème décan : une démarche importante tourne en votre faveur, avant le 15 ; par la suite, vous prenez le taureau par les cornes. Droit au but et pas de quartier ! Cœur 1er décan : c’est le mois de la St Valentin et alors  ? ça ne vous marquera pas  ! 2ème décan  : jusqu’au 10 février, c’est caliente et ça vous laisse sens dessus dessous. Perdre un peu la tête est aussi une vraie fête. 3ème décan : voilà une St Valentin au-dessus de la mêlée pour des Vierges ultra-chouchoutées. A vos amours !

Vie active 1er décan : en 2ème partie de mois, au diable la suite dans les idées ! C’est quand vous voulez, comme vous le voulez et ça peut générer de petits ratés. 2ème décan : jusqu’au 15, notre Lion a la dent très dure et ne se fait pas que des amis au passage. 3ème décan  : après le 11, un vent d’hostilité se lève et vous serez toutes griffes dehors. Cœur  1er décan  : après le 17, pourvu que l’on ne vous scotche pas trop ! Vous trouvez que l’exclusivité et les concessions sont de véritables tue l’amour… 2ème et 3ème décans  : jalousie obsessionnelle, chantage affectif ou autoritarisme déplacé. Vous aimeriez bien pouvoir le contrôler mais est-ce vraiment ça l’amour ?

Vie active 1er décan : après le 13, la vie s’anime, les envies s’expriment, les idées fusent et l’ambiance se déride. Un tempo un peu fou. 2ème décan  : jusqu’au 10, on se demande qui pourrait bien trouver grâce à vos yeux ; après le 21, c’est pétillant, amusant, surprenant. 3ème décan  : entre le 5 et le 18, vous attendez tout le temps. C’est crispant. Cœur 1er décan  : après le 17, Vénus vous émoustille. Entre coquine, canaille et espiègle, votre cœur balance… 2ème décan : jusqu’au 10, vos humeurs passent du chaud au froid et y’a toujours quelque chose qui ne va pas ; après le 25, on vous surprend… 3ème décan : un petit froid voulu ou subi gèle vos relations (entre le 9 et le 18).

Balance

Scorpion

(23 septembre - 22 octobre)

(23 octobre - 21 novembre)

Vie active 1er décan : c’est moins euphorique que le mois dernier mais après le 20 février, vous voyez encore facilement la vie en rose. 2ème décan  : volontaire, tenace, coriace… Notre Scorpion s’impose et les autres n’ont plus qu’à s’accrocher (jusqu’au 14). 3ème décan  : tout vous réussit jusqu’au 13  ; rien ne vous résiste, après le 13. Cœur 1er décan : après le 17, le « chacun chez soi » serait bien votre choix. De l’air, de l’air  ! 2ème décan : jusqu’au 10 février, la passion ne fera pas que vous effleurer. Le diable au corps… encore ! 3ème décan : Cupidon vise le cœur (entre le 9 et le 17). Le bonheur est à portée de main pour une superbe St Valentin.

167


astres & desastres - Février 2016

Sagittaire

Capricorne

(22 novembre - 20 décembre)

(21 décembre - 19 janvier)

Vie active 1er décan : voici un mois en mode « relâche ». Ne pas trop s’en faire n’est pas un péché. 2ème décan : jusqu’au 14, vous avez une manche à gagner, des personnes à convaincre… Ils vont voir ce qu’ils vont voir ! 3ème décan : avant le 15, vous avez la parole et le ciel vous dit « oui ». Après le 15, c’est par l’action que vous aurez raison. Cœur 1er décan : après le 20, c’est romantique à souhait et ça vous convient très bien. 2ème décan : jusqu’au 10, vous êtes irrésistiblement attirée ou délicieusement troublée… On espère que vous allez craquer. 3ème décan  : vous devriez vous souvenir longtemps de cette St Valentin bénie des astres. Haut les cœurs !

Vie active En ce mois de février, vous êtes un boute-en-train rêvé, on aime vos idées, vous pétillez, vous avez une sacrée répartie, vous retombez brillamment sur vos pieds. Impossible pour vous de passer inaperçue : un charisme impertinent ou insolent vous accorde bien facilement la part du lion. Cœur 1er décan : entre le 17 et le 27, on ne fait rien comme hier et vos amours deviennent tellement plus légères… 2ème décan : communiquer permet de se rapprocher. Echanger sincèrement, faire le point sur ses sentiments, savoir où l’on en est vraiment : c’est le mood du moment ! 3ème décan : rien de particulier à signaler.

Poissons

(20 janvier - 18 février)

(19 février - 20 mars)

Vie active 1er décan : après le 14, notre Verseau est enjoué, libéré, parfois culotté… Une envie chasse l’autre, une idée surpasse l’autre : c’est exactement comme ça qu’on vous aime ! 2ème décan  : bagarreuse et mordante… C’est votre profil jusqu’au 15. 3ème décan : après le 11, on vous cherche des poux et vous ne penserez plus qu’à riposter. Cœur  1er décan : après le 17, vive les idées coquines et les scénarios sexy  ! On choisit le mode « polisson » pour égayer ses nuits. 2ème et 3ème décans : il a intérêt à filer droit car vous ne rigolez pas avec l’infidélité. La jalousie transforme facilement l’amour en rage et pour la St Valentin, ce serait vraiment dommage…

168

Visuels : ©stokkete - Fotolia

Verseau

Vie active 1er décan : ça plane un peu du côté de chez vous, après le 20. Gardez quand même les yeux en face des trous ! 2ème décan : motivation à fond, détermination béton et vous laisser faire, pas question ! Notre Poissons met les points sur les « i » jusqu’au 15. 3ème décan : après le 11, on découvre votre facette jusqu’auboutiste et vous nous épatez ! Cœur 1er décan : le mood du moment ? Pardonner, oublier les erreurs, croire au bonheur. Oui mais ne pas trop rêver quand même… 2ème décan : croquer l’amour à pleines dents parce que s’encanailler est bien d’actualité (jusqu’au 10). 3ème décan  : voilà une St Valentin idéale pour envisager des projets constructifs en duo.


l’a thuria.com Crédit photos : S. Cochard - A. Thiebaut

Z l’aVEnturE En XXl ! the experience in xxL !

+

+

+ +

+ +

thuria.com Crédit photos : S. Cochard - A. Thiebaut

VIVEZ l’aVEnturE En XXl ! VIVEZ l’aVEnturE En XXl ! Live the experience in xxL ! Live the experience in xxL !

dE sEnsatIons aVEc lE Fantas AdrenALine kicks with FAntA

+ +

dE sEnsatIons

dE GlIssE aVEc la lIaIson AdrenALine kic supEr châtEl / lInGa super châteL / LingA ski LiFts dE GlIssE aVEc tion: more time For onLy ski

+

supEr châtEl / super châteL / dE sEnsatIons aVEc Pour lE plusFantastIcablE d’infos : Tél :with 04 50 73 34 24 more tim tion: AdrenALine kicks FAntAsticAbLe www.chatel.com

dE GlIssE aVEc la lIaIson supEr châtEl / lInGa Pour plus d’info super châteL / LingA ski LiFtsTél : connec04 50 73 34 tion: more time For onLy skiing For onLwww.chatel.co

e Pour plus d’infos : Tél : 04 +33(0) 450 Tél : 50 73 34733 24 424

www.chatel.com


d é c a l a g e

i m m é d i a t

11 N° ACTIVmag + 11 N° ECO DES PAYS DE SAVOIE

= 38

i a t i m m é d

a g e d é c a l

l

e

s

s

a

v

o

i

e

2,00 € -

N°42/1366

DU 16 AU

22 OCTOBRE

2015 - ÉDITION

73

Nom...................................................................... Prénom......................................................................... COOPÉRAT ION INTERCOMM UNALE Les préfe leur copiets rendent AGROALIM Les recet ENTAIRE tes du succè de la brass s erie du Mont Blanc

AÉROPO

RT DE CHAMBÉ

EN PIST LA NOUVE POUR ELLE SA ISON

supplément

IE

- 145 e année

ITÉ

Code Postal....................................................... Ville...............................................................................

du magazine

11/01/16 15:52

hoix.indd

Couv2016_c

Adresse........................................................................................................................................................

MUNICIPAL

PETITS AMBITIOMOYENS MAI DE CHAMNS POUR LE S GRANDES BÉRY, MIC MAIRE HEL DAN TIN

2,00 €

plaisirs gourmands

RY-SAVO

Tél......................................................................... e-mail...........................................................................

1

Ci-joint mon règlement par chèque à l’ordre de ACTIVES SAS et à retourner à : Activmag - 8 avenue du Pré Closet - 74940 Annecy-le-Vieux

Absolu 3 D / Absolu Cuisine / Adelac / Arkéal / Artis / Berger Jardins / Boaa / Carré Lumière / Casino Grand Cercle / CIS Promotion / Crédit Agricole / Croisiland / Cuisine Littoz / Decilab / Design Azur / Domokit / Domus / Dynamic Bureau / Eden Home / Edifim / Espace 55 / Galeries Lafayette / Ginollin / Home made / ISL / Jaguar / JJ Bonnet Joaillier / Le Lana / Lled / LP Charpente / Mairie d’Evian / Maison Oxygène / Maisons 4807 / Maisons Alain Metral / Maisons Optimales / Maison XXL / Marcille / Matière et Couleur / MCA / Metral Passy / MGM / Mugnier Charpente / Opticien Perrier / Optireno / OT Châtel / Porsche / Priams / Sandoz Optique / Scène de Vie / Selection Design / Swarovski / Terradelie / Touzeau / Vins d’Alexis / Vivet Bois

nos annonceurs

170


Agence de chAmbéry (73000) 241 av. du Grand Verger - Les Rives de l’Hyères 04 79 33 17 02

www.maisons-optimales.fr


nouveau magasin de mobilier design à annemasse

seleCTion DESIGN by Nadine Desmures

© Photo Triss

Architecte d’intérieur

4 Rue de la Résistance - 74100 ANNEMASSE Tél. : +33 (0) 4 50 79 33 06 - selection.design@orange.fr

Profile for Sopreda 2

Activmag - Spécial Lausanne - Février 2016  

Les Pays de Savoie et Lausanne côté femmes

Activmag - Spécial Lausanne - Février 2016  

Les Pays de Savoie et Lausanne côté femmes

Profile for sopreda2
Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded