Page 1

Sophie Guindon Portfolio Architecture | 2011


1ère année

Liste des projets 01. Réflexion

2e année

02. Arborescence 03. Maison du collectionneur 04. L’Artéfact

3e année

05. Bibliothèque Marc-Favreau 06. Living Circles, Amsterdam 07. Villégiature et acériculture


01. Réflexion Les métamorphoses du cube : un lieu d’observation et de détente Atelier de 1ère année : Automne 2009 Tuteur : Christian de Coninck Projet développé individuellement Durée du projet : 26 octobre au 3 décembre 2009

L’exercice a pour objet principal l’étude des relations entre l’espace intérieur et l’espace extérieur. Il s’agit de concevoir un espace en le faisant correspondre adéquatement à un site et à des usagers connus d’avance. C’est un processus logique (analyses contextuelles et fonctionnelles) qui rapproche l’exercice à un projet d’architecture, même si l’espace de base et sa matérialité ont été imposés (ossature, enveloppe et mobilier en bois) dans le cadre de ce projet. Souhaitant bénéficier des vues à partir d’un promontoire rocheux situé aux limites d’une propriété et au bord de l’eau, trois usagers désirent se doter d’un abri cubique en bois, polyvalent d’usage et déployable dans l’espace. Cet abri, principalement voué à l’observation et à la contemplation d’une nature inspirant au rêve et à la réflexion, doit fournir des espaces favorisant cette vocation tout en s’ouvrant généreusement. L’abri ne sert qu’en été, alors il ne nécessite aucun vitrage ni isolation. Démarche conceptuelle L’abri d’été nommé Réflexion peut se voir de différentes manières : il est possible de voir chacune de ses façades indépendantes ou de le considérer comme un tout. Chacun de ses côtés possède des proportions de tiers qui se répètent, tout comme les habitations verticales séparées en tiers sur l’esplanade de la ville de Mers-les-bains, un site choisi pour ses falaises de craies blanches qui réflètent la lumière et les couleurs. Cet abri, une fois fermé à l’arrivée, possède des dimensions égales de 2.4m x 2.4m x 2.4m. Ses volumes ont été étudiés en fonction des tiers, mais l’endroit ne se veut pas rigide à l’intérieur pour les usagers. Au contraire, il offre un espace commun à l’entrée, 2 aires de contemplation opposées au-dessus de la falaise, une aire de méditation avec vue panoramique et lorsque le toit est soulevé, les usagers peuvent y monter pour profiter de la vue à un niveau supérieur. Les ouvertures ont été créées dans le but d’intimiser la méditation et de projeter le paysage par la réflexion à l’intérieur grâce à l’insertion de la couleur bleue aux panneaux pivotants côté Sud afin de rappeller le ciel et la mer et ainsi permettre la modulation de la lumière au gré de l’usager. Le pavillon de réflexion et de détente absolu!


Implantation

Maquette schématique

Élévation Nord Plan Niveau 0

Plan Niveau 1

Déploiement

Élévation Sud


02. Arborescence Habiter le territoire générique : la maison à patio Atelier de 1ère année : Hiver 2010 Tuteur : Donald Potvin Projet développé individuellement Durée du projet : 11 janvier au 6 mai 2010

Cet atelier propose une réflexion critique sur la maison de banlieue à travers l’exploration de la typologie de la maison à patio comme alternative à la maison détachée déposée sur un lot générique. L’idée du lotissement générique sur un terrain vague est préservée comme l’une des contraintes caractéristiques liées au mode de développement de la banlieue contemporaine. La démarche proposée est donc basée sur l’utilisation de dispositifs architecturaux génériques comme outils d’exploration et supports de découverte dans le processus de conception. La maison fera parti d’un développement générique de 16 parcelles dont 4 pourront être utilisées pour des usages collectifs. Les dimensions des parcelles allouées sont de 12m x 12m et chaque maison devra avoir une superficie intérieure chauffée entre 144 m2 et 216 m2. Démarche conceptuelle Arborescence est un ensemble organisé d’habitations collectives qui offre des espaces signifiants aux occupants par successions de paliers d’intimité. Ces occupants pourront donc s’approprier diverses parties des parcelles grâce à un aménagement succint de transitions entre les espaces publics de la rue, les espaces semis-privés des entrées de logements, l’espace central est public et collectif ainsi la circulation à travers les terrasses qui peuvent être interreliées et partagées. La volumétrie du dispositif est très ouverte entre chacun et fermée côté rue pour permettre la majorité des échanges à l’intérieur de l’îlot. La modularité apporte également une dynamique à l’ensemble et intègre plusieurs paliers d’intimité. Le centre est réservé à la communauté, et chaque habitation possède un patio ainsi que deux terrasses dont une qui peut être partagée avec les habitations avoisinantes et l’autre privée se situe au niveau du toit. La stratégie de conception a été basée autour d’un élément structurant, qui fait office de noyau et alliant les divers paliers : l’escalier et son mobilier intégré traversant tous les étages. Pour une banlieue densifiée et de qualité, peut importe la position de l’habitation dans l’ensemble. Mon intention première fut de développer un projet contemporain qui réponds à des demandes et des contraintes plutôt que contraindre celles-ci à l’intérieur d’un volume défini. Promouvoir les valeurs familiales et le partage de valeurs sociales à travers une forme conceptuelle signifiante fut l’étude de mon projet.


01 Enfants

Espace vert

Enfants

Entrée

Plan d’ensemble 1:750

02

Plan Rez-de-chaussée 1:200

Cuisine

05

Terrasse privée

Terrasse pouvant être partagée

06

04 Parents

Séjour

03

Plan niveau 1 1:200

Plan niveau 2 1:200


Élévation Avant Nord

Élévation Arrière Est

Coupe A-A

Coupe B-B

Matérialité et textures Vues

01

02

03

04

05


06


03. Maison du collectionneur Atelier de 2e année : Automne 2010 Tuteur : Cécile Baird Projet développé individuellement Durée du projet : 17 septembre au 8 octobre 2010

Ce projet consiste à concevoir une maison de ville pour un collectionneur et sa famille dont la superficie totale de ce petit édifice n’occupera pas plus de 75% du terrain. Cette parcelle de terrain (7m x 19,5 m) est située sur la rue Baile, au nord du centre canadien d’architecture (CCA) dans l’arrondissement ouest du centre-ville de Montréal. L’érection des constructions avoisinantes se développèrent vers 1985 pour faire place à la Maison Shaughnessy et du Centre Canadien d’architecture qui fait face à la rue Baile. Il est important de tenir compte du caractère vert de la ruelle avoisinante et que le bâtiment dialogue avec les valeurs patrimoniales de l’ensemble bâti. Démarche conceptuelle Conçue pour un collectionneur et sa famille, le mandat du projet était d’inclure, en plus des pièces fonctionnelles de base, une salle de réception et d’exposition dans une résidence de 250 m2 sans sous-sol. Outre le programme, le parcours architectural à travers les étages et plusieurs dispositifs de rangement ont été réfléchis afin de rendre possible divers types d’expositions et de collections au gré du client. Adressée à un public sur invitation, la collection changeante de cette maison regroupe divers documents reliés à l’architecture. Suite à mes hypothèses d’implantation en croquis et en maquettes d’exploration, mes intentions furent également d’intégrer le bâti existant comme élément primordial à ma composition. Une matérialité neutre a été utilisée (l’enveloppe sera en béton et les planchers en bois rappellent la continuité du sol : l’arbre de l’avant vers l’arbre de la cours arrière) afin que les couleurs et textures des œuvres soient mises en valeur et ce, peu importe leur emplacement dans la maison. Mes intentions furent de ne pas négliger le contenu (les collections) au profit du contenant (l’architecture). L’arbre conservé en façade fera parti intégrante du parcours de l’entrée puisqu’il faudra le contourner, tout comme les décrochés des bâtiments adjacents qui seront importants pour l’articulation de la forme et pour ne pas obstruer le passage de la lumière. Il est important que le bâtiment profite de tous les points de vues possible, du meilleur ensoleillement et de la meilleure ventilation possible, mais ces éléments ne pourraient être valides si les bâtiments voisins immédiats n’en profitaient plus également. Selon moi, l’architecture doit être considérée dans son ensemble et c’est à partir de ces prémisses de bases qu’est venue la forme du bâtiment, l’alignement des ouvertures et des hauteurs afin de conserver l’harmonie d’ensemble qui règne sur la rue Baile.


06 Rangement à vélos

Terrasse

Bureau

Relation int-ext

03

Terrasse 05 privée

Cuisine

Séjour

01

Atelier

Visiteurs Chambre des maîtres

02 04 Mezzanine

Entrée

Puit Terrasse

Implantation 1:250

Rez-de-chaussée 1:250

Plan niveau 1 1:250

Plan niveau 2 1:250

Croquis d’études d’implantation 01. Déterminer les éléments existants à conserver (arbres, ruelle verte, cours voisine adjacente incluse pour l’agrandir)

02. Déterminer l’empreinte au sol et aligement avec la cours voisine existante (25 % d’espaces verts à conserver)

03. Positionner les accès et le parcours Avant : Contourner l’arbre existant Arrière : Porte cochère revisitée entrées séparées

Contourner l’arbre de la rue Baile

04. Étude volumétrique/circulation 1/3 alloué à la circul. ext/int/ext 2/3 pour l’habitation et expositions

1/3

2/3


Façade Avant - Rue Baile

Façade Arrière - Ruelle verte


Parcours architectural

1

Parcours architectural (suite et fin)

1

2

01 3

1

2

Façade Avant - Rue Baile 1:250

3

Parcours architectural (suite et fin) 3

7

02 4

8

5

3

4 03

5

Façade arrière - Ruelle verte

5

7

1:250

8

6

04

5

9

106

05

9

10

Coupe longitudinale A-A 1:250

06


04. L’Artéfact Recherches et expérimentations sur la matérialité et les caractéristiques du bois Atelier de 2e année : Hiver 2011 Tuteur : Sébastien Saint-Laurent Projet développé individuellement Durée du projet : 7 janvier au 20 janvier 2011

L’exercice a pour objet principal l’étude de la matérialité : le bois. Cette étude permettra de mieux comprendre cette matière et son plein potentiel à intégrer pour le projet de la Bibliothèque Marc-Favreau. Ce projet, situé dans l’arrondissement Rosemont, sera l’occasion de mettre en valeur par l’enveloppe, une vitrine ou un espace d’exposition dédié à cette matière première. Ce travail vise à explorer le parcours d’une matière depuis son lieu d’extration/exploitation jusqu’à sa mise en scène en tant que matière architecturale. Cette première recherche au projet de bibliothèque permettra d’alimenter la réflexion sur la matière pour en exploiter ses propriétés physiques et poétiques. Même si l’artéfact n’a pas d’échelle définitive, ses dimensions minimales sont de 300 x 300 x 300 mm et un relevé photographique sera réalisé afin de retracer le parcours conceptuel et les transformations du matériau. Ces explorations peuvent être faites de façon instinctives, sans idées préconçues du résultat final. Il s’agit donc d’agir sur la matière à partir d’une liste de verbes d’action de Richard Serra. Démarche conceptuelle Mes recherches explorations sur le bois ont été effectuées à partir d’une buche de bois récupérée, choisie pour son côté brut qui rappelle la nature. Mes recherches se sont ensuite orientées sur l’architecture brutaliste; dont la structure se compose de formes géométriques qui frappent par leur répétition et qui gardent souvent l’empreinte du coffrage. Ce «brut-à-lisse» a donc été repris dans l’artéfact afin d’observer le bois et ses transformations de gauche à droite. Un peu à la manière d’une ligne du temps, l’artéfact démontre l’aspect naturel du bois non traité jusqu’à diverses transformations qui se détache de sa matière initiale brute. L’insertion du gougeon au centre de l’artéfact a permis d’éloigner les pièces selon leurs caractéristiques et le nombre de transformations réalises. L’artéfact n’est donc pas dissimulé sous une autre apparence, malgré ses modifications, il est toujours possible de reconnaître le bois plutôt que d’imiter son aspect.


Étapes de réalisation abrégées

Artéfact |Artefakt| (lat. artis facta, effets de l’art) “Phénomène d’origine artificielle ou accidentelle, rencontré au cours d’une observation ou d’une expérience”.

Étapes d’explorations Récupérer | Percer

| Sculpter

apes de réalisation abrégées

cielle ou accidentelle, rencontré au cours d’une obser»

Récupérer

| Sculpter

Percer

|Couper et tailler

Sculpter

|Creuser, découper, percer et assembler


Boulevard Rosemont

05. Bibliothèque Marc-Favreau

Projet développé en équipe avec Catherine Gagnon-Leblanc Durée du projet : 24 janvier au 15 avril 2011

Rue des Ateliers

Rue Saint-Hubert

Tuteur : Sébastien Saint-Laurent

Rue Saint-Denis

Atelier de 2e année : Hiver 2011

Avenue de Châteaubriand

Réinterprétation du concours d’origine (CCC-2009)

Le présent projet propose de repositionner la bibliothèque municipale au centre de la vie sociale montréalaise, en tant qu’institution municipale et de lieu de rencontres pour la communauté, et ainsi contribuer à une définition d’un nouveau modèle de bibliothèques publiques. Le site s’inscrit sur l’axe civique en bordure du Boulevard Rosemont et le bâtiment devra s’implanter en mitoyenneté avec l’aménagement du futur 700 Rosemont. Il faut également considérer l’aménagement du parc « Luc-Durand» et une aire de jeux totalisant près de 3700 m2 au Sud et établir un lien cyclable à l’Est. Le nouveau bâtiment de 3000 m2 a une hauteur maximale de 3 étages et tient compte des infrastructures souterraines du métro adjacent. Démarche conceptuelle Le projet s’implante au coeur du quartier Rosemont-Petite-Patrie, un arrondissement montréalais qui se développa en grande partie grâce à deux matières; le textile et la pierre. Le chemin des carrières passant au Sud de l’îlot d’implantation de la bibliothèque, rappelle les carrières de pierres anciennement exploitées dans le secteur qui amenèrent de nombreuses familles à s’établir dans le quartier. À l’ouest du site, on retrouvait de nombreuses industries de textiles, qui contribuèrent également au développement du quartier. Le projet rend hommage à ces deux matières qui relatent l’histoire du contexte. Elles s’articulent selon une transition du lourd au léger, de la pierre au textile, en réaction aux différences d’échelles retrouvées sur le site. La matière prend un aspect de plus en plus léger vers le coeur du projet: la cour minérale. La lourdeur de la pierre sert à asseoir le projet et à se détacher du contexte très passant et bruyant de l’Ouest. Le textile, lui, s’exprime à la fois dans le bois et le verre. Dans le bois, il crée une impression de mouvement, alors que dans le vitrage il exprime les points d’arrêts des usagers dans la bibliothèque qui sont les espaces de lectures. Dédié au poète Marc Favreau, le projet intègre sa poésie ainsi qu’un clin d’oeil aux personnages Sol et Gobelet dans la transition matérielle entre l’accueil et la cour. Il conduit l’usager du mouvementé Boulevard Rosemont vers le calme de la cour minérale à travers un mur massif de bois et de verre. La poésie est intégré au mur à la manière de rubans qui, avec le bois, tissent le mur. L’usager est donc guidé à travers le site et de la bibliothèque grâce au parcours de la matérialité changeante et traversante du sol jusqu’aux toitures.


Plan Rez-de-chaussée

Plan Niveau 1

Plan Niveau 2

RENCONTRE DE CES DEUX MATIÈRES EN UN POINT: LA BIBLIOTHÈQUE

Passage du textile, au livre, à la pierre


Élévation Nord-Ouest

1. Périodiques et nouveautés 2. Audiovisuel,références 3. Rayonnage enfants 4. Espace de travail d’équipe 5. Nouveauté et références 6. Rayonnage adolescents 7. Salon de lecture 8. Rayonnage adultes

Coupe longitudinale B-B

BIBLIOTHÈQUE MARC FAVREAU

Élévation Sud-Ouest

On a beau avoir fait le sot toute sa vie, le plus dur c’est le dernier moribond.

7

Si tous les poètes voulaient se donner la main, ils toucheraient enfin des doigts d’auteur!

La vanille appartient à ceux qui se lèvent tôt; il faudrait écrire ça tous les soirs dans son cornet.

4

s’agisse du rire ou des prochaines vacances.

1

D’abord faut savoir que la Terre c’est une boule , toute ronde

8 5

6 2

3


T1 Ép. totale : 600 mm Film d’air extérieur Membrane de toiture blanche EPDM Panneau de support en fibre de bois ignifuge 25,4 mm Isolant de pente 2% en polystyrène expansé laminé de fibre de bois Membrane pare-air/pare-vapeur de bitume élastomère Dalle de béton 200 mm Espace d’air (entreplafond) Plafond suspendu en tuiles acoustiques 13 mm Film d’air extérieur M1 Ép. totale : 325mm Film d’air extérieur Parement en bardage de bois horizontal 19mm x150 mm Fourrures métalliques verticales 22mm @ 400 mm c/c Panneau d’isolant en fibre minérale et barres “Z” ajustables 75 mm Membrane pare-air/pare-vapeur de bitume modifié au SBS Panneau de gypse renforcé de fibre de cellulose 16 mm Montants métalliques 152 mm @ 400 mm c/c Fourrures métalliques 22mm @ 400 mm c/c Panneaux de gypse 16 mm fini peinture Film d’air extérieur PL1 Ép. totale : 675mm Film d’air extérieur Fini de plancher appliqué sur panneaux amovibles Plancher surélevé pour charges élevées Panneaux 610 mm x 610 mm sur plots en acier galvanisé Espace d’air pour mécanique (entreplancher) Dalle de béton 200 mm Espace d’air (entreplafond) Plafond suspendu en tuiles acoustiques 13 mm Film d’air extérieur PL2 Ép. totale : 675mm Film d’air extérieur Fini de plancher appliqué sur panneaux amovibles Plancher surélevé pour charges élevées Panneaux 610 mm x 610 mm sur plots en acier galvanisé Espace d’air pour mécanique (entreplancher) Dalle de béton 200 mm Membrane pare-air/pare-vapeur de bitume modifié au SBS Panneau d’isolant en fibre minérales et barres “Z” ajustables 75 mm Système de suspension en acier galvanisé 38 mm Fourrures en acier galvanisé 22 mm Soffite perforé en fibro-ciment 16 mm Film d’air extérieur PL3 Ép. totale : 205mm Film d’air extérieur Fini de plancher Dalle de béton 150 mm avec chauffage radiant Pare-vapeur Isolant rigide haute densité 51 mm Fondation granulaire F1 Ép. totale : 301mm Membrane d’étanchéité jusqu’au bas de l’empattement Mur de fondation 250 mm Isolant rigide 51 mm @ 1500 mm sous le niveau du sol


06. Living Circles

Latitude/Longitude 52°21’25 N 04°59’30 E

Conception d’un archipel à Amsterdam (Académie Van Bouwkunst Van Amsterdam) Atelier Hors les murs de 3e année : Été 2011

Ijburg baai

Tuteur : Sinisha Brdar Projet développé en équipe avec Julie Asselin et Jeffrey Perron Durée du projet : 13 juin au 22 juillet 2011 (5 semaines)

La culture architecturale des Pays-Bas est une des plus remarquables et prolifiques au monde, notamment dans le domaine de l’habitation où les vagues successives d’expérimentation et de réalisation ont généré une variété de typologies exceptionnelles. Partant de ce contexte expérimental, l’atelier vise à explorer et à développer des scénarios contemporains d’habitation. Plus particulièrement, l’atelier examinera le paradigme de « low-rise high-density ». En poursuivant la conquête des zones marines, le projet d’atelier proposera une île à teneur principalement résidentielle. L’ensemble des interventions constituera un archipel : un nouveau paysage urbain et un fragment d’une utopie nouvelle. Chaque île devient donc un laboratoire autonome d’expérimentations des scénarios d’habitation. Les paramêtres normatifs de design sont les suivants : - Chaque île a une superficie d’environ 7 hectares d’une densité urbaine de 75 habitations/hectare; - Seulement un quart des habitations peuvent se trouver à plus de 4 étages ou 12m; - Les unités doivent être d’au moins trois tailles diffrentes, variant entre 100 m2 et 200 m2, et doivent répondre à différents scénarios contemporains d’habitations en générant au moins six types d’unités; - Une solution pour le stationnement doit être fournie pour au moins 60% des unités. Démarche conceptuelle Construite au-dessus de la baie de Ijburg et connectée à la ville par la rue Daguerrestraat, cette île artificielle se veut plutôt un archipel dans lequel il y aurait 12 îles interreliées dont chacune aurait sa propre caractéristique. L’accès peut donc se faire à travers la rue ou encore en bateau puisque chacune des habitations se situant au niveau 1 ont un quai qui permet l’accès à l’eau. Chacune de ses îles rondes a une cours intérieure définie selon des thèmes divers tels que : jardins publics, animés, végétaux, minéraux, productifs, etc. La caractérisque des unités dans une forme circulaire permet d’obtenir des vues traversantes dont une qui donne sur l’eau et l’autre sur le jardin du côté intérieur. L’apport de lumière et de spatialité est donc considérable dans chacune des habitations peu importe son emplacement sur le site.


ASTERPLAN

Niveau 0 : Stationnement souterrain

Niveau 1: Quai en bois continu

Niveau 1: Jardins dynamiques

Distance de marche : 5 min.max.

THE DECK Plan d’ensemble vu de haut

aménagés selon des thèmes

Niveau 4 : Toits verts

non accessible excepté celui du Café près de la plage

GARDEN IN A RING THE BIRCH FOREST VERSATILITY OF THE ACTIVITIES

Vue depuis le centre du quai

UNIT 45/2 EXTENSION OF THE SPATIALITY

Forêt thématique de bouleaux

Vue de l’intérieur d’une unité


Paramètres de conception des îles d’habitations

N

in Th un its

Jardin

E

W

ep De nits u

SECTIONS

île dont le diamètre varie : & PUBLIC SPACES UNITS 35m - 45m - 60 m

Unités traversantes (2 vues)

S

The ring Section_A-A’

The ring

deck

Section_A-A’

water

marina

deck

water

deck

parking

parking

Jardin privé

Jardins thématiques (Végétal, minéral, animé)

garden

units

deck

water

Animated garden Mineral garden Planted garden

traversantes

Private garden separating the public & private space

Private deck facing the central garden

Section_B-B’

beach

Terrasse privée

Units facing water & garden or facing deck & garden

Private deck facing the water or the deck

Fencing that allows plant to grow & separates each private decks

SECTIONS UNITS & PUBLIC SPACES Plantations Unités d’habitations

Quai privé

RING CHARACTERISTICS

parking

Central garden

deck

water

RING CHARACTERISTICS

Semi private terrace

RING CHARACTERISTICS

Units

Private terrace

RING CHARACTERISTICS

Fix orientation on the oustide of the perimeter Multiple orientations inside the circle

units

beach

water

water

Section_C-C’ Section_B-B’

water

units

water

garden

units

marina

parking

deck

deck

parking

deck

units

units

garden

garden

units

units water

water


07. Villégiature et acériculture Réinterprétation et modernisation de la cabane à sucre

in hem

r

ze wei

Sch

C

Atelier de 3e année : Automne 2011 Tuteurs : Stéphane Chevalier et Sergio Morales Projet développé individuellement Durée du projet : 19 septembre au 9 décembre 2011

Situé au sommet du Domaine Schweizer sur le chemin du même nom à Sutton, le projet consiste à réinterpréter la cabane à sucre afin d’y intégrer un centre de villégiature et d’acériculture en lien avec l’environnement et les services uniques qu’offrent l’Auberge à l’arrivée. L’approche conceptuelle du projet est d’afficher les couleurs de l’érable afin de mettre en évidence la production, les produits au coeur du projet et de signaler un parcours de l’érable afin de diriger les gens dès l’approche de la halte panoramique située sur la zone publique jusqu’au bâtiment principal. Une halte ouverte que l’on aperçoit depuis le chemin permet d’être accessible à l’année pour les résidents et les visiteurs qui souhaitent prolonger leurs activités (intérieures et/ou extérieures) selon les saisons. Cette halte mène à un observatoire derrière où a lieu la transformation de l’eau d’érable et la réception des produits au rez-de-chaussée. Le parcours se poursuit au sol vers le bâtiment principal: la station gastronomique ancrée dans le sol afin de maximiser les contacts avec la nature. Ce bâtiment contient 25 unités aux étages supérieurs, dont 19 d’entre elles ont une vue directe au Nord et 6 sont orientées plein sud avec des vues sur la montagne et des espaces restreints à la circulation publique. Par ailleurs, les 12 unités de l’étage supérieur sont traversantes et bénéficient des deux vues dans l’axe Nord-Sud. Malgré les 3 typologies d’unités, chacune d’entre elle possède une terrasse extérieure qui est un prologement de l’intérieur vers le paysage. Un mobilier intégré dans chaque unité vient lier ce prolongement par plis et replis de la matière. La matérialité monochrome en cèdre blanc grisonné permet de s’intégrer dans les strates de la montagne et de s’harmoniser avec le paysage. La couleur ambiante est apportée par les produits de l’érable et par le paysage qui vient s’imprégner à l’intérieur des espaces. La matérialité a été choisie par souci d’écologie afin de favoriser des produits locaux et la recherche de matériaux écologiques. Chaque espace a été conçu afin d’optimiser les regards nouveaux vers cette nature omniprésente en plus de respecter l’environnement du site par la conservation des arbres et par l’orientation des bâtiments qui favorisent les vues, les gains solaires et lumineux. Créer des contacts avec l’environnement immédiat, prolonger les espaces intérieurs à l’extérieurs, intégrer un parcours signalétique de l’érable d’or et favoriser des moments de relaxation et de ressourcement sont les thèmes de ce projet.


Station gastronomique (Restaurant et unitĂŠs)

Halte et Observatoire panoramique

Niveau 2 Niveau 1

Niveau 1

Chemin Schweizer

Niveau 0

Vue sur la ville de Sutton en contrebas

Niveau 0


Élévation Est (Station gastronomique)

Élévation Est (Halte et Observatoire)

Élévation Sud (Halte et Observatoire)

Artéfact conceptuel du projet

Maquette finale en bois


Coupe B-B

Coupe C-C

Coupe D-D

Intérieur de la halte

Passerelle - Cabane

Entrée du restaurant

Vue d’une unité type


Détail Conceptuel Relation intérieure /extérieure

02

01. Détail choisi : la relation int. / ext.

Coupe-élévation de nuit A-A

02. Détail agrandi en plan

03. Isométrie

Coupe-élévation de nuit B-B


T1 - Membrane élastomère (Soprema) - Panneau asphaltique - Isolant de pente en polyisocyanurate - Contreplaqué 19mm embouveté - Poutrelle @ 400mm c./c. - Laine isolante (R40) - Pare-vapeur de polyéthylène 0,15 mm - Barre résiliente @ 400mm c./c. - 2 Gypse Type «X» 13mm M1 - Bardeau ext. de cèdre blanc de l’EST (matériau local) 25 mm (protégé avec un scellant de marque Sansin, hydrofuge et sans COV) - Fourrures verticales (25 x 75 mm @ 400 C/C) - Pare-air -Contreplaqué 20 mm - Montants (50 x 150 mm @ 400 C/C) - Laine isolante en matelas R24 - Fourrures verticales (25 x 75 mm @ 400 C/C) - Pare-vapeur de polyéthylène 0,15 mm - Panneau de gypse coupe-feu 15 mm - Lambris int. de cèdre blanc de l’EST (matériau local) 20 mm protégé avec une teinture de marque Sansin Classic translucide couleur bois de grange (hydrofuge, sans COV et produit local québécois) P1 - Chape de béton 50mm - Contreplaqué 19mm Embouveté, - Poutrelle @ 400mm c./c. sur poutre apparente en bois d’ingénierie - Laine de verre insonorisante 150mm - Barre résiliente @ 400mm c./c. - 2 Gypses Type «X» 13mm P2 - Chape de béton 50mm fini poli - Contreplaqué 19mm embouveté - Poutrelle @ 400mm c./c. - Laine de verre insonorisante 150mm - Barre résiliente @ 400mm c./c. - 2 Gypses Type «X» 13mm - Planches de bois embouvetées P3 - Dalle de béton sur plots - Membrane élastomère (Soprema) - Panneau asphaltique - Contreplaqué 19mm embouveté - Poutrelle @ 400mm c./c. - Pare-vapeur de polyéthylène 0,15 mm - Sous-face ventilée de planche de cèdre blanc de l’Est protégée avec une teinture de marque Sansin Classic translucide D1 - Dalle de béton radiante (avec agrégats de schiste expansé) 100 m (mélange de béton écologique développé par des entreprises québécoises) (le produit rencontre les normes pour l’obtention de points LEED) - Pare-vapeur de polyéthylène 0.15 mm - Isolant rigide Polystyrène 50 mm extrudé R12 50 mm - Pierre concassée 19 mm (Net) - Sol compacté

Coupe de mur (Côté Sud)


Sophie Guindon sophie.guindon@umontreal.ca

>>>


<<<

portfolio Architecture SG-11  

B.Sc. Architecture - Udem 2009/2011

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you