Page 1

www.labodeshistoires.com

No.01/Janvier-Juin 2013

LABOVORE

ES TOLÉRÉES

ÂGÉ PERSONNES

Avoir 15 ans en 2013

Cyprien : “je suis un grand gamin” Mode : comment être “swag” culture : nos icônes

Le Labovore, c’est quoi ? A l’initiative du Labo des histoires, huit élèves du collège Françoise Dolto à Paris se réunissent et créent un magazine qui leur ressemble : Le Labovore. Sous la direction de Thierry Keller, rédacteur en chef d’Usbek & Rica, les plumes acérées de Prosper, Juliette, Yuma, Pierre, Luna, Leila, Martin et Lucien s’interrogent sur ce qu’est avoir 15 ans en 2013 et donnent leur vision de la jeunesse d’aujourd’hui.


Mini-trottoir

DICO jeune — par Juliette Loubens —

kikoo lol

On peut dire que c'est un adjectif, mais c'est plus un style d'écriture et de position sur les photos. Rien ne nous échappe, chaque signe sur une photo et tu es répertorié dans une catégorie de personnes, alors pas d'erreur ! Les kikoo lol sont le plus souvent des personnes qui utilisent beaucoup Facebook, avec un langage très spécifique où divers accents et lettres triplées s'ajoutent aux mots sans raison particulière. Un exemple avec l’expression commune "je t'aime" qui donne en langage kikoo : "J'teiiÏÏÏiimmmeeuuuh." Effrayant, n'est ce pas ? Pour ce qui est des photos, les kikoo lol ont tendance à se prendre la bouche en canard accompagnée d'un peace and love de la main (ou d'un doigt d'honneur pour les plus coriaces). Ce mot... Beaucoup de gens l'utilisent mais peu connaissent son sens ! Avec toutes ces rumeurs selon lesquelles swag voudrait dire "je suis homosexuel", difficile de savoir la vérité ! À la base, swag est un adjectif pour décrire le style américain, mais aujourd'hui, on l'utilise pour dire d’une personne ou d’une chose qu'elle est très stylée.

Swag

Mot religieux qui sert à jurer devant dieu. Mais aujourd'hui, on l'utilise à la moindre contradiction, sans penser réellement à son sens... Il va falloir aller se confesser si on continue comme ça !

wallah

Petit mot qui a plusieurs orthographes : wsh, ouech, ouesh, uech, oesh... Il sert à saluer ou à exprimer son mécontentement. C'est un mot très varié !

wesh

Mot pour désigner un blanc. Ce n'est pas une insulte, mais à consommer avec modération !

babtou

S E N U ES JE CE SONT

L

boloss

Un boloss est une personne qui n'est pas dans le mouvement, souvent à part ou avec d'autres boloss. Le boloss s'habille en général mal. Dans l'extrême cliché, il a des boutons, adore les maths et rêve toujours d'avoir une copine à 26 ans !

MDR

Initiales de “mort de rire” ! Équivalent de LOL en francais. Vous l’aurez compris, c'est pour montrer qu'on rigole beaucoup ! Mais certaines personnes le disent sans même un sourire et ça perd tout son sens... Peut-être rigolent-elles intérieurement ?

Fraicheurs Les fraîcheurs sont des ados riches et populaires qui ont tous les derniers vêtements à la mode, qui boivent du café en sortant des cours et qui ont autant de paires de chaussures que de followers sur Twitter. Derrière l'usage de cette expression se cache bien souvent de la jalousie ! Synonyme de "la honte". Mais c'est aussi un adjectif : un mec peut être ficha ! Nous, on sait se faciliter la vie ! Vous ne pouviez pas dire à quelqu'un qu'il était "la honte" à votre époque !

Ficha

Sentiment fait de mécontentement et de déception. Par exemple : “J’ai le seum, j’ai perdu en demi-finale ! “

Seum

Valérie, 49 ans “J'espère que vous réussirez à avoir un avenir correct, mais je trouve que vous vous êtes trop fondus dans la société. Il faudrait que vous vous démarquiez et que vous échappiez à la société de consommation d’aujourd’hui !”

Hélène, 44 ans Voilà, maintenant vous pouvez parler courament (ou presque) le langage so 2013 !

2

LABOVORE

“Pour moi, les jeunes sont soit très cons, soit très courageux. Certains sont égoïstes et ont peu d'attention pour les autres, sont trop embrigadés, trop peu cultivés...”


UI EN PAR

edito

S VIEUX LE Q

LENT LE M

— par Juliette Loubens, Luna Noujaim et Pierre Jequier-Zalc —

IEUX ?

Sylvie, 61 ans “Je les trouve dégourdis et lucides, moins paumés dans la société que nous. Ils sont vraiment dans le courant du monde ! Niveau mode, ils sont un peu futiles, très conformistes. Par rapport à Facebook, je pense qu'ils feraient mieux de se trouver de vrais amis plutôt que des amis virtuels, et ils devraient préserver leur intimité. Je trouve qu'ils se débattent avec euxmêmes. Sinon, j'aime beaucoup les gens de votre génération !”

Hind, 32 ans “Les gens de votre âge sont inconscients. Comment le monde a-t-il pu en arriver là ? Les jeunes ont un manque de savoir énorme, ils sont beaucoup trop dans la technologie. Ils se prennent trop la tête et trouvent tout has been. On va dans un monde sans détermination.”

François, 59 ans

DR

“J'ai une relation de confiance avec les jeunes. Ils sont un peu égocentriques, je dirais qu'ils évoluent en même temps que le monde... très vite. Leur aptitude à la technologie m'épate ! Je pense que nous avons des choses à apprendre d'eux.“

Bertrand, 34 ans “Si je devais vous qualifier avec des adjectifs de votre vocabulaire, je dirais : geeks, nerds et swag.”

Frédérique, 62 ans “Les jeunes d'aujourd'hui ne sont plus du tout ceux d'avant. Ils ont une maturité précoce largement supérieure à la nôtre au même âge.”

Whitley, 20 ans “Vous êtes une nectée et pas

génération controp confiante.”

Annie et Paul, couple, 81 ans “Vous êtes une génération remarquable ! Malheureusement, certains d’entre vous sont mal éduqués, mais pour la plupart, vous restez tout de même respectueux. Pour ce qui est du négatif, vous êtes enivrés de technologie superficielle, accros à vos téléphones portables, ce qui coupe la communication. C'est dommage car sans ça, vous êtes ouverts ! “

avoir 15 ans en 2013 ? — par Pierre Jequier-Zalc —

Une bonne question à laquelle tout le monde ne peut pas forcément apporter de réponse. Mais étant nous-mêmes dans ce cas, nous allons essayer de vous en fournir une, claire et précise. Pour ceux qui craignent que notre génération ne soit faite que de geeks accros à Internet et aux jeux vidéo, ne vous inquiétez pas car nous savons aussi faire autre chose. Effacer les préjugés que vous avez à notre égard, comprendre cette période étrange et redoutée des adultes appelée adolescence, et connaître nos icônes culturelles, voilà les objectifs que s’est fixés Le Labovore. Après avoir lu attentivement ce journal, vous devriez regarder les jeunes d’une manière différente. Si c’est le cas, nous aurons atteint notre but. Au programme de ce magajeune unique, une interview exclusive de Cyprien, l’un des plus grands Youtubeurs français. C’est l’une des personnes qui représentent le mieux notre génération. Lors de votre promenade dans l’univers Labovore, vous trouverez une ambiance chaleureuse et, si vous cherchez bien, quelques touches d’humour cachées entre les lignes. Et au final, c’est ce qui compte.

ils ont participé à ce numéro

Rédacteur en chef : Pierre Jequier-Zalc Société : Juliette Loubens Culture : Yuma Nadaud Dossier : Prosper Garon, Lucien Debouverie Chroniqueurs : Leïla Izem, Luna Noujaim Iconographie : Martin Depouilly Directeur de publication : Philippe Robinet Editeur : Sonia Prévost Directeur de rédaction : Thierry Keller Coordination éditoriale : Aurélie Laurière Directeur Artistique : Baptiste Pépin Illustration couverture : Rémi Mercier Régie Médias : Ophélie Daize Édité par le Labo des histoires 14 bis rue des Minimes, 75003 Paris Imprimé en U.E LABOVORE

3


DOSSIER / AVOIR 15 ANS EN 2013

Le labovore contre les prÉjugÉs (ou pas) Le jeune est flemmard ? Le jeune est égoïste, désintéressé de tout et mal élevé ? N’en soyez pas si certain. Car si le jeune est ignorant, drogué et violent, il est au moins capable d’écrire un article pour vous prouver le contraire, pour chacun des préjugés que vous avez à son égard. — par Lucien Debouverie et Prosper Garon —

Le terme préjugé désigne une opinion adoptée en l’absence d’informations ou de pratiques suffisantes (source Wikipédia). Le Labovore est là pour vous donner ces informations et rendre compte des pratiques de ces jeunes qui vous paraissent si étranges et lointaines. Car la plupart des préjugés sont portés par les adultes et non par les jeunes. Souvent nostalgiques de leur jeunesse à jamais perdue et jaloux des jeunes vivant à l’époque de leur vieillesse, ils se consolent en répétant que leur adolescence à eux était plus pure, plus innocente, bref beaucoup mieux. Mais n’ont-ils jamais été eux aussi traités de garnements, de chenapans où même de petits sapajous ? N’ont ils jamais été eux aussi impolis, désobéissants, et même parfois rebelles ? N’ont-ils jamais été tentés par le côté obscur de la force ? C’est là qu’une petite citation s’impose : “Pour devenir centenaire, il faut commencer jeune” (proverbe russe). Petit tour d’horizon des préjugés les plus couramment colportés sur les jeunes d’aujourd’hui. À chacun d’entre eux, l’équipe du Labovore a attribué un degré subjectif de validité objective.

!

Vulgaires (75%) Lorsqu'un jeune s'exprime, il se peut qu'une bonne centaine de mots barbares vienne écorcher vos oreilles délicates. La plupart ne sont pas vulgaires mais appartiennent au langage doux et suave de la jeunesse. Mais il est vrai que certains ne sont pas aussi charmants qu'on pourrait le penser. Nous vous invitons donc à réprimander votre jeune quand il s'adresse à vous de cette manière. Il ne pourra pas parler comme ça toute sa vie, mais ne lui demandez pas non plus de s'exprimer en vers comme Molière, il ne pourra pas le faire. Et surtout, le jeune est souvent ignorant du sens des mots qu'il utilise, il a inventé un vocabulaire bien à lui.

Accros à la technologie (70%) On connaît le discours : “Si les jeunes sont fatigués, ont du mal à suivre à l’école, c’est à cause de l’ordinateur, des portables et de tous ces engins technologiques !” Non, non et NON, tous les jeunes ne passent pas leur vie sur l’ordinateur, ils peuvent faire d’autres choses, des activités, avoir des passions, voir leurs amis. Nous vous accordons que les adolescents vont tous les jours sur l’ordinateur, mais modérément ! Et puis, c’est tout à fait normal de faire usage de toutes ces technologies en 2013, il y en a, on s’en sert ! On nous dit : “Dans le temps, moi, je jouais avec un bâton et une pelote de ficelle, et je m’estimais heureux !” D’accord, mais si “dans le temps”, il y avait eu tous ces engins technologiques, vous vous en seriez servi tout autant que nous !

Standardisés (50%) “Quand je vois un jeune dans la rue, j'ai souvent l'impression de voir un clone des quatre que j'ai vus avant”, me confie Lauréline, une adulte résidant à Laboville. Lauréline n'est peut être pas si éloignée de la vérité, nous direz-vous, ou peut-être a-t-elle des problèmes de vue. Non, non, non, Lauréline ne connaît simplement pas bien les jeunes. Car si nous nous arrêtons à l'apparence, il est vrai que les jeunes peuvent avoir de nombreux points en commun aussi bien au niveau capillaire que vestimentaire. Mais si vous soulevez la mèche du jeune, une fois l'étonnement de voir autant de boutons par cm² de peau passé, vous plongerez alors dans un univers captivant, unique et regorgeant de surprises. De la même manière, si le jeune ne soulève pas les rares cheveux sur le crâne dégarni des adultes, il ne voit, lui aussi, que des clones. 4

LABOVORE

Détachés de leurs études (10%) Avec tous les profs qui nous font stresser tous les ans par rapport à notre avenir et nos études, n’allez pas dire que nous en sommes désintéressés ! En Troisième, c’est le lycée qu’on choisit et le brevet qu’on nous rabâche à toutes les sauces. En Seconde, c’est pour la voie littéraire, scientifique, on en passe et des meilleures, que les profs nous pressent. Toute notre scolarité, c’est comme ça ! Alors, c’est normal que nous prenions quelques repos bien mérités et, par moments, que nous ne fassions pas l’exercice de maths demandé pour le lendemain ! Mais dans l’ensemble, nous sommes plus qu’impliqués dans nos études, sans savoir forcément quel métier nous désirons faire plus tard.


© Lucille Souève

DOSSIER / AVOIR 15 ANS EN 2013

C’est ça les jeunes pour vous ?

Drogués (40%) Lorsque qu'un adolescent rentre chez lui avec les yeux rouges, les parents ont plus tendance à penser qu'il vient de se fumer un petit “zdah” avec une bouteille de bière, plutôt que de penser à la fatigue ou à une malheureuse allergie au pollen. Bon d'accord, s’il titube, qu'il empeste l'alcool et qu'il se met soudainement à vider le frigo, il y a des chances pour que les parents aient raison. Mais ce n'est pas pour ça qu'il faut faire des généralités. Le cannabisme chez les adolescents a beaucoup baissé depuis les années 60 et peu de jeunes boivent beaucoup. Alors la prochaine fois que votre enfant rentre avec les yeux rouges, demandez-lui plutôt si ce n'est pas la fatigue avant de crier à l'alerte cannabis. Mais sentez quand même son haleine, on ne sait jamais...

Précoces (90%) L'argument qui est le plus utilisé par les parents pour interdire au jeune de sortir le soir ou le réprimander de quelque bêtise est sûrement : “À mon époque...” ou alors “Quand j'avais ton âge...” Il est vrai qu'en ce moment les jeunes font toujours tout plus tôt, mais n'est-ce pas la preuve d'une plus grande maturité chez les jeunes d'aujourd'hui, d'une plus grande indépendance ? Même si ce n'est pas toujours pour le mieux, les jeunes veulent devenir grands plus vite, oubliant parfois qu'ils sont encore en train de se construire. Par exemple, ils commencent à fumer plus tôt, comme pour se prouver quelque chose. Nous parlions d'indépendance et de maturité, mais ce n'est pas toujours ça qui pousse les jeunes à vouloir devenir plus grands, plus vite. Souvent, c'est en voulant ressembler à leurs idoles et à vouloir faire les mêmes choses. Par exemple dans la série Skins. Donc oui, les jeunes sont précoces, certes ce n'est pas toujours pour le mieux. Certains se comportent comme des adultes mais à l'intérieur, ce sont toujours des enfants.


DOSSIER / AVOIR 15 ANS EN 2013

Mal élevés (15%) Égoïstes (30%) Il est vrai que les adolescents peuvent se montrer parfois très égoïstes, voire égocentriques. Ceux-là sont les moins matures et évolués du tas. C’est entre 8 et 11 ans que culmine l’égoïsme chez les jeunes, mais, au fur et à mesure du temps, ils prennent en compte le monde extérieur et commencent à regarder autre chose que leur nombril. D’après une étude Ipsos publiée dans le journal Le Monde, les jeunes sont à 63% égoïstes. Nous, nous réduisons ce chiffre de moitié car nous trouvons cela injuste que la faute retombe sur nous. Si le jeune est égoïste, c’est peut-être aussi la faute de l’éducation qu’on lui a donnée ? Peut-être pas entièrement, mais le rôle des parents est primordial dans cette histoire.

Le cliché le plus répété à travers toutes les générations, et pourtant le plus erroné. Peut-être qu’entre eux, les adolescents parlent mal, enchaînent juron sur juron, s’insultent, etc. Mais si vous vous adressez à eux, ils vous répondront tout à fait correctement, faisant preuve de politesse. Si nous prenons l’exemple classique de la vieille dame dans le bus qui n’a pas de place où s’asseoir, la plupart du temps, contrairement à ce que vous pensez, un jeune se lève pour lui laisser son siège. Par contre, si c’est vous qui êtes incorrect, passez vite votre chemin, car le jeune sait se montrer très sarcastique et possède, quand il le veut, une répartie cinglante.

Violents (20%)

Flemmards (80%)

Vous marchez tout seul dans la rue et soudain, vous apercevez une bande de jeunes entre 14 et 17 ans que vous allez inévitablement croiser. Quel comportement adoptez-vous ? a. Vous changez de trottoir, de peur de vous faire agresser. b. Vous continuez à marcher droit devant vous, confiant. c. Vous êtes inquiets mais ne changez pas de trottoir pour autant. Eh bien dans la plupart des cas, vous verrez que ces ados ne vont pas faire attention à vous, trop occupés à se chamailler entre amis, et vous croiseront sans que vous ayez eu quelque problème que ce soit. En revanche, il n’est pas à exclure certaines exceptions. Vous pouvez éventuellement vous faire un peu embêter par ces personnes, mais sans grand danger. Si vous êtes malchanceux et tombez sur la minorité de jeunes violents, il ne reste plus qu’à faire vos prières !

C’est indéniable : le jeune se décourage vite, n’a pas de motivation, ou parfois n’essaye même pas de faire les choses. Mais compreneznous : entre les cours, les devoirs, les activités parfois imposées par les parents, la croissance, les hormones qui font travailler tout notre corps, nous avons forcément besoin d’un peu de repos ! Alors, quand vous demanderez à votre adolescent avachi devant la télévision de ranger sa chambre, soyez indulgent, laissez-lui deux ou trois semaines de réaction pour qu’il se décide enfin à aller mettre ses chaussettes sales dans la machine à laver ! Si vous lui laissez plus de liberté, vous verrez que le jeune sait se montrer très coopératif ! Il faut juste lui laisser un peu de temps…

Matérialistes (60%) Désengagés politiquement (50%) Ne lui parlez surtout pas de politique : le jeune se fiche de tout, il n'est pas curieux. Si votre seule référence est Le Petit Journal présenté par Yann Barthes (il faudrait lui envoyer un exemplaire du Labovore à celui-là) vous ne pouvez qu'avoir raison. Mais si l'envie vous prend de sortir de chez vous et, comme Yann, d’interviewer les adolescents dans la rue, vous serez très vite déçus. Car oui, le jeune est cultivé, certes un peu blasé, mais curieux. Bon, si vous cherchez un peu, vous trouverez toujours des jeunes pour vous dire que, oui, Jacques Chirac est toujours président et qu'ils n'ont aucune idée de qui est Charles de Gaulle. Il reste que certains jeunes voudront débattre de politique avec vous en se rendant au meeting de leur politicien préféré.

6

LABOVORE

C’est vrai, presque tous les jeunes possèdent un objet, un bien (souvent un portable), dont ils ne peuvent se détacher et dont ils ont besoin en toutes situations. On l’admet, cette fascination pour les objets peut être parfois agaçante du point de vue d’un adulte. Il est vrai que si, dès qu’il se réveille, votre adolescent se rue sur son portable, ça peut poser un problème pour la communication. Pareil pour les vêtements, si votre ado ne peut s’empêcher d’acheter des habits de marque chaque semaine, vous risquez au bout d’un moment d’en avoir pour votre compte en banque. Mais il faut en vouloir à la société qui nous fait rentrer des centaines de publicités chaque jour dans la tête, pour n’importe quel produit. Et nous, les jeunes, proies facilement influençables, nous tombons dans le piège. Alors, quand votre enfant rentre chez lui avec un sac Longchamp et des chaussures Vans dernier cri, ayez le réflexe d’en vouloir aux publicités plutôt qu’à votre petite progéniture victime de la société de consommation…


Contrairement à ce que vous pensez, les jeunes de notre génération sont impliqués dans la vie politique. La preuve : Pierre et moi avons participé à la manifestation pour le mariage homosexuel. Nous y sommes allés pour défendre une cause qui nous tenait à cœur car, d'après nous, à notre époque, il est anormal que l'homophobie soit encore d'actualité. D'ailleurs, nous n’étions pas les seuls jeunes à défendre cette cause – loin de là ! Beaucoup d’autres, de tous âges, ont également manifesté à nos côtés. Selon un sondage BVA publié le 3 novembre 2012 dans Le Parisien-Aujourd'hui en France, les jeunes étaient même les plus enthousiastes à l’idée du mariage pour tous (77 %). Alors préparez les bureaux, aux prochaines élections présidentielles, nous aussi nous votons ! - JL et PJZ

Facebook : on like ? Comment parler des adolescents sans parler de Facebook ? Nous passons un temps fou dessus ! En peu de temps, Facebook est devenu un outil presque indispensable pour certains. Depuis son lancement en 2004, le réseau social ne cesse d’attirer un nombre croissant d’utilisateurs. Les adolescents ne sont d’ailleurs pas les seuls à l’aimer, les jeunes adultes s’en servent autant que nous, si ce n’est plus. Ce qui reste le plus étonnant, c’est que nos parents s’y sont mis également (parfois même nos grands-parents, mais c’est plus rare) ! Cette nouveauté a été dure à digérer pour les rebelles qui ont une vie très intime sur Facebook, même si parler d’intimité n’est pas vraiment approprié pour parler de Facebook... Des rumeurs, qui sont maintenant fondées, disent qu’il y a beaucoup de désinscriptions de Facebook ces derniers temps. Ça dérangerait donc tant que ça les jeunes d’avoir des membres de leur famille en amis ? Nous avons interrogé Fabien Benoit, auteur de Facebook expliqué aux vieux (10-18 / Usbek & Rica). Plutôt bien renseigné sur le sujet, il nous a donné son avis sur cette envie de quitter Facebook : “D’après moi, un des problèmes de Facebook, c’est qu’il y a trop de choses à faire, trop de choix, ce n’est plus assez simple, les jeunes ne veulent pas de prise de tête, ils préfèrent se tourner vers des réseaux sociaux plus simples. Actuellement, les jeunes s’inscrivent de plus en plus sur Twitter parce que c’est tout récent, mais il n’y a pas le milliard de personnes comme sur Facebook. Les générations ne sont plus confondues et peuvent retrouver leur petit monde.” Twitter serait donc le nouveau réseau social dans le vent. C’est tout aussi pratique, même si la notion de concurrence règne sur ces nouveaux réseaux sociaux qui se transforment souvent en course au follower. Ce qui est sûr, c’est que Facebook est encore loin de se faire dépasser. - JL

DR

oui au mariage pour tous !

DOSSIER / AVOIR 15 ANS EN 2013

Vulgaire, siliconée, manucurée... Même Nabilla a le droit au respect !

êTRE UNE FILLE AUJOURD’HUI Être une fille en 2013... Ce n’est pas de tout repos ! En ces années où l’apparence compte beaucoup, nous devons prendre soin de nous si nous ne voulons pas être rejetées, ce qui n’est pas si simple. Quelle fille n’a jamais songé être un garçon juste une fois ? C’est si facile d’être un garçon : pas besoin de se maquiller, de se coiffer, de s’épiler... Mais ce qui reste le plus dur pour une fille en 2013, c’est le regard des autres ! Quoi que nous fassions, nous sommes jugées : le moindre faux pas provoque des rumeurs dures à supporter, la moindre mini-jupe fait de vous une “pouf”, la moindre petite plaisanterie mal placée fait de vous une aguicheuse. Essayez de mettre des talons, alors là, vous serez immédiatement cataloguée comme LA fille facile. Bien sûr, on se réfère aux années collège/lycée et on espère que plus tard, dans le monde du travail, les gens se permettent moins de juger ! On souhaite faire passer un message à tous les hommes qui draguent les filles dans la rue (parce que oui, en 2013, une fille bien apprêtée ou pas se fait obligatoirement arrêter dans la rue, subit des remarques pas méchantes mais très agaçantes comme “Eh poupée, t’as une minute “, “Très charmante, on fait connaissance ?” ou se fait siffler). Donc à tous ces relous : sachez qu’aucune fille ne vous répondra “Oui, bien sûr j’ai une minute !! Chez toi ou chez moi ?!” Arrêtez ces flirts inutiles, les filles ne s’en porteront que mieux ! Alors, certes, c’est mieux qu’au siècle dernier où les femmes n’avaient ni le droit de voter ni le droit de porter un bikini, mais il y a encore des progrès à faire ! - JL et LN LABOVORE

7


CULTURE

NOS ICôNES

DR

DR

BD, séries, cinéma, musique, livres, sport, jeux vidéos... Une petite sélection des produits culturels les plus appréciés de notre génération. La base quoi.

skins

- Diva de velours -

par Yuma Nadaud

Skins est la série par défaut qui brave les interdits sans pour autant aller trop loin. En abordant des sujets assez tabous dans le monde de l'adolescence comme la religion, l’anorexie ou l'homosexualité, elle fait le portrait trash d'un groupe d'ados entrant au lycée à Bristol. Les personnages sont travaillés et il est facile de s'identifier à eux, ce qui rend la série assez addictive. Et sans se mentir, tout adolescent qui regarde Skins adorerait fréquenter les mêmes fêtes que le groupe d'amis aux limites toujours repoussées.

call of duty - Tuez-les tous -

par Yuma Nadaud Le jeu vidéo est un domaine vaste et ce ne sont pas toujours les meilleurs jeux qui sont les plus joués, c'est donc tristement mais sûrement que l'on trouve au moins un opus de la saga Call of Duty chez n'importe quel joueur. Pourquoi ça marche alors que ça fait cinq ans que l'éditeur Activision nous ressort le même jeu, toujours à un prix au-dessus de la moyenne ? Une seule phrase pour y répondre, même pas sortie de mon imaginaire : “Call of, c'est comme la cantine, c'est pas bon mais comme il y a les copains, on y retourne...”

cherub

- Inspecteur précoce -

DR

DR

par Lucien Debouverie Nous avons choisi la chanteuse Lana Del Rey, une star déjà culte parmi les adolescents. C’est avec l’album Born To Die, sorti en 2012, qu’elle réussit à se faire connaître du grand public. Elle a un style bien à elle, radicalement différent de certains tubes de notre époque. De sa voix si singulière, elle arrive à mélanger musique vintage et moderne dans chacune de ses chansons. Il n’y a pas que sa voix qui nous fait l’aimer, car la musique derrière compte aussi beaucoup. Elle y introduit des cordes, de la guitare électrique et des rythmes lents qui s’associent à merveille à sa voix ensorcelante.

- Le trash dans la peau -

DR

lana del rey

sent supérieur à sa femme. Quand un média lui a demandé ce qu’il allait lui offrir pour Noël, le joueur a répondu : “Rien, elle a déjà Zlatan”… Enfin, Zlatan a son propre verbe (zlataner, verbe du premier groupe qui signifie dominer), qui va peut-être entrer dans le Petit Robert. Maintenant qu’il a conquis la France, il va peut-être zlataner la planète lors de la prochaine coupe du monde de football à Rio en 2014.

zlatan iBRAHIMOVIc - L’arrogant du foot -

par Pierre Jequier-Zalc Depuis l’arrivée de Zlatan Ibrahimovic au Paris Saint-Germain l’été dernier, tout le monde ne parle que de lui. Avec son charisme assez particulier, ses 1,92m et son énorme appendice nasale, il ne peut passer inaperçu. Ibra vient d’un milieu social compliqué, ce qui donne du courage aux jeunes d’aujourd’hui qui sont dans le même cas. Ils voient qu’ils peuvent réussir s’ils persévèrent et sont tentés de se comparer à lui. Mais toutes les valeurs que Zlatan montre ne sont pas excellentes. Par exemple, il se

par Lucien Debouverie Cherub, écrit par Robert Muchamore en 2004, est sûrement le roman le plus lu par les adolescents. On y suit pendant 12 tomes la vie de James Adams, un jeune espion au service du gouvernement anglais. Mais on ne s'arrête pas là, car notre héro est un "James Bond" junior qui, au cours de ses missions, enchaîne les conquêtes malgré sa petite amie qui l'attend au campus. Dans les deux derniers tomes, l'agent Adams, trop grand pour continuer à jouer les mini-espions, est remplacé par Ryan, un jeune ado de 12 ans. Ce qui fait de Cherub “le roman des adolescents” n'est pas le mystère ni le suspense des missions, mais plutôt les histoires des agents. Tous adolescents, ces agents ont des histoires d'amour et trahisons en tous genres. Résultat : il est plus facile de s’identifier à eux.


Twilight

Lou !

par Juliette Loubens

par Martin Depouilly

Lou ! est le nom d'une BD en six tomes, mais surtout le nom du personnage principal de cette BD à qui les lecteurs s'attachent beaucoup. Dans le premier tome, on suit son enfance, ses amours, ses problèmes, etc. Au fur et à mesure du temps, on la voit devenir adolescente avec des problèmes plus sérieux, des copains, des bêtises... Puis dans le sixième opus, sorti il y a quelques mois, elle devient une jeune adulte bien construite. On se reconnaît tous un peu dans cette BD et c'est ça qu'on aime ! Cette jolie jeune fille rigolote a été créée par Julien Neel, un dessinateur maintenant connu du grand public. Au début, la BD ne paraissait que dans le magazine Tchô !, puis le premier tome est sorti et les cinq autres ont suivi. Le dernier paru s'appelle L'Âge de cristal. D’autres tomes sont prévus et on a hâte de continuer à dévorer la petite vie mouvementée de la grande Lou ! Elle existe maintenant en dessin animé mais SURTOUT, commencez par lire la bande dessinée !

Nous avons choisi le film le plus représentatif de notre génération : Twilight. Cette saga de 5 “chapitres” est très appréciée, surtout des jeunes filles. Twilight est une histoire d’amour entre une lycéenne et un vampire. Cette lycéenne, Bella, doit choisir entre une vie parmi les humains et une vie de vampire. Mais notre jeune héroïne est tourmentée par d’autres personnages surnaturels (loups-garous). Elle et son amoureux vampirique se débrouilleront comme ils peuvent dans un univers dark et attirant. Vous trouverez toujours des gens qui diront que les livres sont bien meilleurs que les films… Faites-vous une idée par vous-même ! DR

- La trilogie aux dents longues -

DR

- L’héroïne du quotidien -

La junk food se fritte

Un terrifiant combat entre le burger et le kebab qui, à eux deux, occupent la moitié des repas des jeunes d'aujourd'hui. Qui gagnera ce féroce combat de junk food ? Qui sera adulé par les ados de -18 (ou +) ?

Burger

— par Pierre Jequier-Zalc —

Kebab

— par Leila Izem —

— par Yuma Nadaud —

Prix : Le burger fait rêver presque tout le monde lorsqu’on a faim. En fonction de l’endroit où on l’achète, le prix peut varier d’1 € (cheeseburger au McDo) à 15,50 € pour un très bon et gros burger dans un restaurant ou un bar branché. 3,5/4

Goût : La promesse d’un bon burger peut vous faire saliver jusqu’au moment tant attendu où le goût du steak se mélange à votre salive et éveille vos sens… Malheureusement, beaucoup d’autres n’ont pas la même saveur. Entre steak de cheval et composants inconnus, les burgers de fast-food peuvent nous réserver quelques surprises un peu douteuses ! 3/4

DR

Satiété : Un bon gros burger cale assez facilement, mais, c’est bien connu, le sandwich vénéré de McDo ne rassasie pas, il donne faim ! Vous pensez que c’est exagéré, mais faites le test, mangez n’importe quel burger acheté chez McDo, attendez un moment et une petite faim vous titillera l’estomac. 2/4

Prix : Cinq euros en poche : “Je ne vais jamais trouver à manger avec ça…”, dit le jeune non habitué à la galère du “23h paumé dans Paris et trop la dalle…” Eh bien détrompe-toi, jeune inculte, car le kebab est là pour toi. Rarement proposé à un prix supérieur à cinq euros, il pourra dépasser sept euros dans les coins les plus chics de Paris. Il est accessible à tous. 4/4

VS.

Satiété : Sans le surestimer, il est rare que le kebab ne rassasie pas, surtout avec son huile accompagnée de quelques frites et sa sauce (si elle n’est pas blanche, honte sur vous). 3,5/4

Goût : Tout dépend du restaurant, il peut être extra comme immonde, mais le jeune attentif sait différencier les kebabs « craignos » des bons. 3/4 Prise en main : Bon, on ne va pas se mentir, sauf pour les plus expérimentés, il est impossible de manger un kebab sans en mettre partout… 2/4 Accessibilité : Un seul mot nous vient à l’esprit : PAR-TOUT. Vous ne pouvez pas vous promener plus de cinq minutes à Paris sans trouver un kebab, aussi appelé “grec” ou “ke-gré”. 4/4

Accessibilité : Les burgers se trouvent partout, dans les fast-foods et même dans les restaurants plus chics. Il y a presque autant de McDo que de banques. On peut même trouver des burgers dans les kebabs. 4/4

VERDICT. DR

Prise en main : Le principe d’un sandwich, c’est qu’on peut le manger debout, en réunion, ou encore dans les transports. Le burger faisant partie de cette famille se mange sans difficulté. Les principaux burgers des fast-foods sont, si on est dégourdi, assez faciles à déguster dans n’importe quelles conditions. 3/4

Le verdict est sans appel : le kebab gagne face au burger ! Son prix, sa variété dans les aliments et son accessibilité ont charmé les ados. 9 LABOVORE Que dire de plus ? À table !!


MODE LE T-SHIRT Eleven Paris, le moustache t-shirt ! Choisissez votre personnage parmi un grand nombre : stars, présidents, personnages de dessins animés, animaux (tout y passe), rajoutez une moustache sur un doigt et vous avez votre t-shirt. LE BAS Le legging galaxie ! Pour l’originalité, vous êtes servis. Voies lactées roses, constellations noires ou éclaircies bleues : à vous de choisir le temps qu’il fait sur votre legging !

Le fameux Eastpak qui, depuis des années, ne cesse de grimper en popularité. Aujourd’hui, presque tous les étudiants en ont un ! Et les designers ne sont jamais à court d’idées. De nouveaux modèles sortent régulièrement, et ils sont parfois très... inattendus ! (Par exemple, le Eastpak sushi sorti l’année dernière...)

LES SACS Le Longchamp, le sac que beaucoup (un peu trop d’ailleurs) de filles ont. S’il est très sobre niveau esthétique, il n’est pas si simple à porter ! Existe en plusieurs couleurs. L’ACCESSOIRE Le bandana style cow-boy, autour du cou pour les garçons, dans les cheveux pour les filles, et même autour du bras, pourquoi pas ! Ça donne un côté rustique très sympathique !

Prix : de 50 à 60 €. Prix : 39 €. Prix : 119 €. Estimation Labovore : 20 €. Estimation Labovore : 7 €. Estimation Labovore : 7 €.

comment être “swag”

Prix : 25 €. Estimation Labovore : 5 €.

Prix : 5 €. Estimation Labovore : 5 €. (Pour une fois, on est d’accord !)

Vous voulez savoir ce qui est au top en ce moment ou tout simplement vous mettre à jour sur ce que portent les adolescents aujourd'hui ? Alors voici LES vêtements – et tout ce qui va avec – les plus portés en cette année 2013 ! Vous verrez qu'il y a pas mal de ressemblance avec la mode des années 70, ça finit toujours par revenir ! (Peut-être même que dans quelques années, les pattes d'éléphant reviendront...). LES MANTEAUX

— par Juliette Loubens — LES CHAUSSURES

Prix : 695 €. Estimation Labovore : 150 €. Le Canada Goose, pour filles et garçons ! C’est un très gros manteau (presque aussi gros que son prix, malheureusement) avec une capuche en fourrure et la marque sur la manche. Muni de ce manteau, vous montrerez à tout le monde que vous avez de l’argent de poche !

10

LABOVORE

Prix : de 150 à 195 €. Estimation Labovore : 30 €.

Prix : 380 €. Estimation Labovore : 100 €. Cette année, les Timberland sont beaucoup porPour les garçons, toujours tées par les filles et les très chaud, le North Face garçons. C’est une de leurs est un manteau du même qualités, ces chaussures genre, avec fourrure et sont mixtes ! Elles exismarque sur la manche. Sa tent en plusieurs couleurs, particularité ? Il plaît aux celles qui se voient le plus rebelles. Le petit plus : souvent sont les marronses poches font la taille de beiges. la moitié d’un sac à main. Très pratique !

Prix : 75 €. Estimation Labovore : 20 €.

Pour ceux qui n’ont pas froid aux... pieds, les Vans sont également dans le top 3 des chaussures les plus portées ! Il y a quelques années, ce n’était que des chaussures de skateur, mais aujourd’hui, ce sont les baskets les plus stylées du moment. Leur plus grande qualPrix : de 150 à 195 €. ité ? Leur diverEstimation Labovore : 3 €. sité ! On en trouve Seulement pour les filles des multicolores, (quoique certains garçons noires, panthère, en portent !), les Ugg sont avec ses diffédes bottes extrêmement rentes épaisseurs fourrées à l’intérieur. Avec de semelle,... Bref, ça, aucun risque d’avoir il y en a pour tous froid. En prime, elles font les goûts ! tellement de gros pieds que les jambes paraissent forcément fines à côté ! Idéal pour les complexées.


CULTURE / MODE

interview

CYprien : “ Je suis un grand gamin ”

— par Yuma Nadaud —

DR

Le rendez-vous est fixé en milieu d'après-midi, à la sortie d'une station de métro. La cible : une star de l'Internet. But de la mission : lui extirper le plus d'informations possibles avant la fin du temps imparti... Cyprien, une star de la scène Youtube connue pour ses podcasts, est soupçonné d'avoir créé un buzz autour de plusieurs vidéos présentes sur la toile. Nous avons décidé de l'interpeller sur son lieu de travail pour en savoir un maximum sur ses plans machiavéliques... Le Labovore : Pour les quelques-uns qui Jamel Debbouze ou Gad Elmaleh, des pro- man show. J'ai eu l'occasion de faire de la dormiraient au fond, qu'est-ce qu'un pod- grammes TV comme la série H ou Les Robins scène et l'écriture est assez similaire à celle casteur ? des Bois. d’une vidéo dans sa chambre. Quand on voit ce qu'ils font aux États-Unis — des choses Cyprien : Déjà, le terme est mal utilisé. Un Que penses-tu des nouveaux arrivants sur la qui vont arriver en France dans quelques podcast est, à la base, un flux audio ou vid- scène Youtube ? années —, on remarque qu'ils ont gardé la éo qu'on peut écouter sur son mobile. Je ne même base en modifiant certains éléments, me présente jamais comme un podcasteur Selon moi, faire des vidéos sur le Net, c'est un et ça marche toujours autant. mais plutôt comme un Youpeu le futur. Les chaînes tubeur, quelqu'un qui fait Youtube qui ont peu de Que penses-tu des jeunes de la nouvelle des vidéos sur Youtube. Je me suis juste dit : notoriété maintenant génération ? vont peut-être devenir “Tiens, j'ai une Comment t'est venue cultes dans quelques Disons que s’ils me regardent, ils ne peuvent l'idée de faire des vidéos années. Youtube peut qu'être gentils... caméra, une chamsur Youtube ? servir de piste d'envol vers la célébrité pour bre, pourquoi ne Quand je suis arrivé en beaucoup de gens. Ce 2007, il y avait déjà quelques pas tenter quelque que je conseillerais à ces Américains qui en faisaient nouveaux arrivants, c'est chose ?” et on pouvait trouver tout et de toujours privilégier la n'importe quoi. Je me suis qualité. juste dit : “Tiens, j'ai une caméra, une chambre, pourquoi ne pas tenter quelque chose ?” Comment vois-tu l'avenir, l'évolution de ton Je me suis rendu compte que les gens aim- message et de ton public ? aient ça et j'ai continué... J'ai quelques projets, notamment du cinéma L’équipe du Labovore à la Est-ce une volonté de ta part de toucher un avec Norman (une autre star du Web). On va rencontre de Cyprien public majoritairement adolescent ? s'adresser à d'autres types de personnes, des gens qui vont au cinéma, des gens plus âgés Quand j'écris une vidéo, je fais comme si je que notre public sur Internet. Mais j'espère Top 5 de la rédaction m'adressais à moi. Sachant que je suis un pouvoir continuer à faire mes vidéos sur la grand gamin, les sujets ont tendance à plus toile. Quand j'ai une idée, je pense d'abord à la 1. Le Japon intéresser les ados. Je pense aussi que les manière dont je vais pouvoir l'aborder en vidadultes traînent moins sur Youtube. C'est un éo avant de penser à d'autres moyens comme 2. Quand j’étais petit espace colonisé par les jeunes, donc les vid- le cinéma ou la musique. éos sont regardées par des jeunes. 3. Les États-unis Mais cet humour si propre au net, tu penses 4. les jeux vidéos Quelles étaient tes icônes quand tu étais qu'il va durer longtemps ? ado ? 5. critique musicale cenna De l'humour, c'est de l'humour. Quand j'écris LABOVORE 11 J'adorais les comiques de la scène comme une vidéo, c'est comme si j'écrivais un one


CONTRIBUTEURS

portraits Juliette, l’enthousiasTE

Juliette, 1997. Aime l'été, les réseaux sociaux, les séries télévisées, les habits de bonne qualité. Vous trouvez ça cliché ? Eh bien vous vous trompez : je suis, sans me vanter, tout ce qu'il y a de plus singulier ! Malgré mes goûts parfois légèrement décalés, je peux sans exception tout le monde charmer, bien sûr en amitié, ou plus si affinités ! (Je ne suis pas narcissique, c'est pour la rime)

Prosper, Le Lover

Salut, je suis un jeune homme de 14 ans, célibataire et à la recherche d'une relation sérieuse et sincère. Amour nouveau, tu es le bienvenu. J'aime rire, écrire et les femmes mûres. Pourquoi ne pas se rencontrer autour d'une table dans mon restaurant préféré ? Je t'attends avec impatience, fais-moi signe !

Pierre, LE BOSS

Bonjour, je m’appelle Pierre Jequier-Zalc, j’ai 14 ans. Je suis né le 18 juin 1998. J’habite à Paris et je suis au collège Dolto. J’adore le sport, particulièrement le foot et le tennis, et je joue au tennis toutes les semaines. Je suis châtain clair aux yeux marron et je mesure 1,64 m.

luna, La rêveuse

Bonjour, je m’appelle Luna, j’ai 15 ans, je suis rousse et je suis au collège Dolto en classe de 3e. J’adore les cupcakes, sortir, lire des BD et aller à la plage.

Lucien, le poète

Yuma, LE sarcastique

Lucien, 14 ans. Perdu tout espoir de faire quelque chose de concret avec ses cheveux. Aime faire de la musique et des quatre-quarts, du handball et des batailles de boules de neige. Et accessoirement, lire et écrire. “Écrire est un acte d’amour. S’il ne l’est pas, il n’est qu’écriture.” Jean Cocteau

leïla, la girly

Moi, c’est Leïla ! Curieuse et hyperactive, je croque la vie à pleines dents. J’aime les blogs, la mode, le kawaii et les cupcakes. Je n’aime pas les sushis, le sport et la couleur verte. Bref, tournez la page !

Se caractérise par des blagues non drôles et un comportement plutôt bizarre. Grand fan de jeux vidéo, de cinéma presque intéressant et de musique en tout genre, il a le talent particulier de toujours trouver comment exaspérer quelqu'un. Il a écrit pour les plus grands comme... sa professeure de français.

Martin, le détendu

Né en 1997, il devient très rapidement un être unique et se fond dans le décor de notre société. Il fait de la musique sa passion principale, et la partage le plus possible. Bien entouré, il se trouve un personnage et l'interprète à merveille tout dans la gentillesse, l'humour et la nonchalance.

remerciements Le Labovore a pu voir le jour grâce à la motivation, l’intérêt et le sou-tien de plusieurs personnes partenaires. L’équipe du Labo des histoires tient à remercier Thierry Keller, rédacteur en chef d’Usbek & Rika, Aurélie et Baptiste ; M. Prabel et M. Auvigne, principal et principal adjoint du Collège Françoise Dolto (Paris 20e) ; l’EDL du quartier Belleville-Amandiers, en particulier Édouard Razzano et Laure Montchauzou ; Fabien Lecointre, coordinateur RSS ; la bibliothèque Couronnes ; Rémi Mercier, illustrateur; la fondation SNCF et son appel à projets “Entre les lignes” 2013, ainsi que tous nos partenaires financiers et bien entendu nos journalistes en herbe !

Exemplaire gratuit. Ne pas jeter sur la voie publique.

LABOVORE #01  

A l’initiative du Labo des histoires, huit élèves du collège Françoise Dolto à Paris se réunissent et créent un magazine qui leur ressemble...