Page 1

NUMÉRO DEUX - octobre & novembre 2007


SKATEBOARD MEDECINE OCTOBRE & NOVEMBRE 2007 Rédaction

FRED DEMARD fred@somaskate.com DAVID TURAKIEWICZ tura@somaskate.com Direction artistique

DAVID LANASPA (DA) da@somaskate.com

Responsable de la publicité

DAVID TURAKIEWICZ 06 76 08 67 75 Photographes

ÉRIC ANTOINE LOÏC BENOÎT OLIVIER CHASSIGNOLE JEAN FEIL NICOLAS HUYNH JELLE KEPPENS HADRIEN PICARD BERTRAND TRICHET DELAROCCA JULIEN DENIAU JONATHAN PETERS IAN DYKMANS MARK OWENS Rédacteurs

SCOTT BOURNE JELLE KEPPENS NICOLAS HUYNH LOÏC BENOÎT

Directeur de la publication

FRED DEMARD

NUMÉRO DEUX / LES TOURNÉES

S O M M A I R E

Rédaction

13, rue de l’Isère 38 000 Grenoble Soma est une publication éditée par LES

ÉDITIONS DU

GARAGE

SARL au capital de 8000 euros SIRET 499687200 www.somaskate.com info@somaskate.com Scans

Trium 38 170 Seyssinet

Impression

Tuerlinckx N.V. 3294 Molenstede / Belgique ISSN : en cours

12 LE

JEUNE

54 SHUT UP AND SKATE /

14 LE

VIEUX

60 CHECK POINT CHARLY – TRAUMA TOUR

Un jeune et un trick original. Bizarre. Pierre Jambé, légende belge.

LES SIMPLES

C’est comme des séquences, mais avec moins de photos.

M ERCI : Stéphanie Protet / Trium / Etienne Lobelson / Jelle K. Grat’ / Mika / Toni B. / Affif / Luigi / Julien Duval / Samir La tagueuse Soma / Aurélia / Phil / Alex Collignon

Des sportifs en camp d’entraînement intensif en Allemagne.

16 ORGY - PORGY

Scott Bourne fait encore ses e-mails à la main, comme au moyen age.

18 SHUT UP AND SKATE /

LES SÉQUENCES

Frontside lipslide to backside lipslide ?

72 KING

OF

Ici : Thibault HETROIT Wallride, Lyon © OLIVIER CHASSIGNOLE

WOOD

Maxime Genin a mangé (du) brésilien tout le weekend...

COUV’ : Julian FURONES BS crailslide, Malmö © BERTRAND TRICHET

74 HELLFEST Slayer !

76 BASEL

84 LE

VRAC

36 POULAIN

80 NICKY GUERRERO J’ai eu une board Nicky Guerrero,

90 LA

QUESTION

44 FIVE BORO

82 LA

92 BUY

28 SRACKA – VOLCOM N’importe quoi !

EN

BELGIQUE

Sylvain est un ouf-malade. Mais il cache bien son jeu. Un article sur l’avant-dernier album des Beastie Boys.

Philip Schuster über alles.

une G&S, elle étaitvoilée alors je l’ai revendue à un gamin. BÉDÉ

Morgan Navarro se la joue freestyle gay années 80 bite à l’air.

Plein d’infos pratiques et notamment un programme télé bien utile. Moi je suis pour, sauf dans certains cas, ou alors contre, mais pas toujours. OR DIE

Le thème de base c’était « fun – flash – fluo – 80’s »…


L. RESSICAUD

BAM MARGERA THIS IS MY ELEMENT AN ELEMENT AUDIO VISUAL PROJECT NEW VIDEO OUT NOW ! THISISMYELEMENT.COM GSM EUROPE: PH: +33 (0)5 58 700 700 V7 DISTRIBUTION (HARDGOODS) PH: 01 56 73 97 77

FEATURED PRODUCT CITY SLICKER JACKET FEATURING 10,000 MM WATERPROOF COATING, MP3 FEATURES & REMOVABLE FUR TRIM HOOD SHOWN IN SOLID BLACK WITH STICKER PRINT LINING T.I.M.E GIFT BOX INCLUDING TIME DVD, TIME BELT, TIME WALLET COLLAGE TEE, TIME TEE ELEMENTSKATEBOARDS.COM


INTRO

TEXTE FREDD PHOTOS O.CHASSIGNOLE

LES TOURS, C’EST FANTASTIQUE, on skate tous les jours des spots nouveaux, originaux et parfois même exotiques. On voit du pays, on rencontre des gens, on rigole, on picole aussi même si c’est mal. Quand on n’est pas trop maladroit de ces dix orteils, le tout est payé par un ou plusieurs mécènes, votre team manager s’occupe de tout (et vous ne lui accordez aucune reconnaissance en retour hein, pas besoin)... Tout est parfait… En apparence. Mais demandez à ceux qui sont constamment en tour : les pros, les médias, les team managers qui sont toujours entre deux avions ou entre deux vans. Et bien neuf fois sur dix ils vous diront que le tour dont ils rêvent vraiment c’est celui qu’ils feraient avec leurs « vrais » potes, sans photographe, ni filmeur, ni nounou, pas même dans une destination de dingue. Alors voilà, le tour ultime, celui dont rêve votre pro préféré, il est plus que jamais à votre portée. Il vous suffit d’être assez vieux pour que vos parents vous laissent partir, il vous faut aussi trouver un moyen de locomotion (train, voiture, mobylette…), un peu d’argent de poche, un K-way, des copains… et hop vous êtes partis pour le tour dont vous vous rappellerez toute votre vie. Alors bien sûr, vous parler de ça alors que la plupart d’entre vous viennent à peine de reprendre les cours, ou le boulot, n’est peut-être pas la meilleure idée qui soit mais bon, ce deuxième numéro de Soma est quasi entièrement rempli de tours, alors, voyez-vous, ça m’arrange. Merci de votre compréhension. 10

soma


LE JEUNE

OLIVIER DUROU

Date de naissance 04 juin 1986 Lieu de naissance Fumel (47) Lieu de résidence actuel Toulouse 12

soma

Skater de référence Andrew Reynolds Années de skate 7 ans Vidéo de référence Flip «Sorry» Que feras-tu dans 15 ans ? Oumpff… Je redresserai des petites cuillères tordues dans une cantine...


L E V I E U X PIERRE JAMBÉ Date de naissance

15 décembre 1967 Lieu de naissance Watermael-Boitsfort (Bruxelles) Lieu de résidence actuel Louvain-la-Neuve

Portrait © Ian DYKMANS

Skater de référence Ian Dykmans Années de skate 30 Vidéo de référence Skateboard Sliders Où étais-tu et que faisais-tu il y a 15 ans ? Je m’occupais de ma fille née depuis un an, et j’entamais des études de lettres

Fs air à COURTRAI / © Loïc BENOIT

14

soma


E SCOTT BOURN E D E U Q I N O R LA CH

through Carolina prison systems. Aaron would promptly write him back and post the letters. At this time I had very little correspondence through the mail and certainly never wrote anyone who had been locked up. At this time I shared a 3 bedroom flat with Aaron as well as his wife Katrina. (Also a good friend of mine) They had taken me in when I had no place to go. It was known that when Craig got out he too would come live in the spare room in our flat until he could get on his feet. Aaron and Katrina were those kinds of people, still are ! It was less than a year after Craig came to live with us that I left for California. After several months bouncing around the U.S. and then San Francisco, I finally got a flat. It was shortly after that when letters started to arrive from Aaron and later on Craig. I began to return their letters and began writing letters to other friends I had known in Carolina or had met along my journey West. r pa t ot Sc & Audrey com l. ai gm Going to my mailbox in the @ to ho markowensp early hours of the morning soon became part of a daily ritual. The mail ! The mail ! The mail ! What is my obsession with the As the years have passed I have mail ? Where did it come from and how continued to keep the post with these two did it start? I guess it began with Craig people as well as countless others. Aaron Gore. He’d been locked up for a 2-year and I have been sending mail to one anostint. The only way to have contact with ther for close to 15 years. him had been through the post. At this Nearly every one of his letters bare a time I never wrote Craig. post mark from Carolina and there are a We had known one another but were never short series of letters from Georgia, close. My close friend and flat mate at while my letters have been postmarked all the time, Aaron Strickland, had grown up over the world. with him. To look through these boxes of letters I remember Craig’s letters arriving at it is easy to see how we have grown, the the house with various postmarks from women we have loved, our problems, facilities he was in as he did the rounds 16

soma

addictions, divorce, depression, utter joy, loves and hates. We exchange photographs that when laid side by side illustrate our ageing lives. Young boys evolving into the men we are now. I cannot tell you how many time the simple act of getting a letter from a loved one has save me. Aaron has sent me many, what we call, “LIFE SAVERS”. The act of sending a letter is an act of love in itself. To take a moment to sit down and express your emotions to a friend, then to find an envelope, a stamp and a drop box. You cannot imagine how difficult this can be while traveling worldwide on a mad skateboarding ride. How many times did I find a stamp and by the time I found a drop box, I was in another country and the search began all over again. To show your bad handwriting, your bad spelling and the raw temper of your emotions in general is completely revealing. When I think of the men and women in my life that I have kept the post with, I know that we have a history together. We know one another in a way that cannot be expressed to other people outside of our letter writing. Just last week Aaron applied for a passport and is planning a trip out to France in late August or early September. I cannot wait to see him. To show him things that he has only experienced through the letters and photos I have sent to him. He has spent his life as a welder on the Cape Fear along the Carolina coast and now builds motorcycles. After washing dishes and workin odd jobs for quite sometime, Craig put himself through film school in Chicago and now works for CBS in Hollywood. Instead of his letters being post marked by the U.S Prison system they now bare a postmark from CBS in Hollywood California. He now teaches kids about the film business and writes his own material on the side. How’s that for a 180. He’s been out to Paris a couple times to see me. We always

have a laugh at who we are, what we are and where we are from. And every time I see Craig, whether we are in Hollywood or Paris, I can not help but wonder about the post, all the letters that have passed between us and all the people that we have known and kept the post with. These days I keep regular post with about 15 people and get random post from another 15. I am never sure whom I might find in my mailbox in the morning when I start my day and I am always happy to find a long lost letter from a distant friend. I literally have boxes of letters in my possession.... stored away in a basement in San Fran, or stuffed under my bed here in Paris. Each one bares a tiny piece of history, my history, our history, my loved ones and I. Each one embossed with a stamp, a date, and a postmark. Each one is a small piece of someone who has meant something to me. It’s strange to think that a tiny stamp could go so far, could mean so much, and could have the power to change ones life. I often think about this when I look at the faces of the men and women that adorn these stamps I send and receive, for these are men that are loved. They are artist or thinkers, leaders, pioneers, revolutionaries. Men and women that changed the face of the world we live in. They are a daily reminder to me to do more with this life as they bring me the love of friends from around the world.

S.H. Bourne - Paris August 15th, 2007. (Traduction en page 88).

soma 17


JOSEPH BIAIS BS 360, MONTPELLIER © Jean FEIL

18

soma

soma 19


SCOTT BOURNE Layback grind tailslide, LE HAVRE / © TURA


DANY HAMARD Nose wheeling nollie heel flip nose wheeling, LAS PALMAS, CANARIES / © Eric ANTOINE

22

soma


POLO MAI FS lipslide to BS lipslide, BARCELONE / © Julien DENIAU

24

soma


LUCAS PUIG Switch BS flip, TOULOUSE / © BORIS FRANTZ

26

soma

soma 27


OUI JE SAIS, CECI EST UN ÉNIÈME SKATE TOUR, les déplacements s’effectuaient en van, non il n’y avait pas de démos au programme et oui, bien sûr, tout le monde s’est bien marré. Il s’est aussi passé des trucs complètement dingues à la nuit tombée mais “what goes on tour, stays on tour” donc vous ne saurez rien… Cette histoire, si vous n’en êtes pas à votre premier magazine de skate, vous la connaissez par cœur, il n’y a que les protagonistes qui changent, et encore... Alors essayons d’oublier les skateboards, les “spots de ouf”, les histoires de vieilles qui râlent et de cailleras qui ne servent à rien. Fermez les yeux et imaginez… euh, non, gardez les ouverts. Imaginez donc que vous avez les yeux fermés et que vous arrivez quand même à lire l’histoire, incroyable et absoluement fausse, d’une tournée du plus grand groupe de Heavy Metal au monde. Ils s’appellent les “Sracka” (prononcez “Srashka”), ils sont jeunes, ils portent des blousons de cuir noirs, des pantalons qui moulent l’entre-jambe et ils détruisent tout sur leur passage. Parents, planquez vos filles voici l’histoire sordide et macabre de la tournée mondiale, mais juste en Belgique, d’un groupe sorti tout droit du plus profond des ténèbres de l’enfer (au fond à droite)… Grrrr, ça fait peur. par JELLE “the Hellrider“ KEPPENS

28

soma

soma 29


Enis FASILOV BS nosegrind pop over

Chris PFANNER BS 360°

COMME VOUS VOUS EN DOUTEZ sûrement, les mem- les faits sont là, chacun de leur show est une explobres de Sracka ne sont qu’une ramassée de cas so- sion d’adrénaline pure. Dans la fosse personne ne ciaux, incultes, incapables et évidemment violents, ressort indemne de la bataille permanente qui s’y que seule la musique semble apte à sauver de la dé- tient, les filles s’évanouissent, les oreilles de tout le monde saignent, et à ce jour, générescence totale. Ils viennent aucune salle de concert n’a pu d’un peu partout en Europe, se « DANS LA FOSSE PERSONNE NE rouvrir après leur passage… Sesont rencontrés on ne sait comRESSORT INDEMNE DE LA BATAILLE » rais-je en train d’en faire un peu ment, et à vrai dire, je n’ai aucutrop ? Peut-être oui, mais on ne ne envie de le savoir. Comment une bande d’incapables pareille réussit-elle à pro- battit pas des légendes sans forcer un peu les traits, duire une musique aussi créative, inventive et tout d’ailleurs, laissez-moi vous présenter les membres simplement géniale ? Cela reste un mystère. Mais du groupe. 30

soma

soma 31


THE BANDMEMBERS Le bassiste Chris “ the Hellhammer” Pfanner. Chris a grandi à Bregenz en Autriche où il a terrorisé la Bodensee pendant des années avec ses lignes de basse. Hellhammer est l’eyecatcher de Sracka. Ses boucles et son teint mat garantissent à chaque fois de longues files de groupies devant la porte du backstage. Très pro, Hellhammer se charge à chaque fois de les satisfaire une à une, dût t-il passer la nuit à l’ouvrage. Enis “Grave Violator” Fasilov. Certainement le membre le plus mystérieux du groupe. Enis ne parle pas et ne laisse jamais transparaître la moindre émotion. Ses racines scandinaves (finlandaises) garantissent la crédibilité du groupe dans le monde du Metal. Si sa double pédale pouvait parler, elle dirait : “death to false metal !”. Fabian “Angelripper” Verhaeghe. Le flamand de l’ouest avec ses doigts plus rapide que les éclairs est depuis plusieurs années le prince de la subculture belge. Angelripper donne une allure tellement sombre au groupe que même Ozzy Osbourne et ses chauve-souris décapitées peuvent aller se rhabiller. Hans “the Crusifer” Claessens. Tout aussi Belge qu’Angelripper, c’est depuis la France qu’il exerce son rôle de manager de Sracka. Mais n’allez pas croire qu’Hans passe ses journées le cul collé à une chaise. Il se lâche aussi totalement sur les claviers (oui, il joue du piano debout) et seules les touches noires résistent aux assauts des ses doigts rapides et puissants.

Fabian VERHAEGHE BS lipslide

soma

33


Cherry “the Hellrider“ Garcia. Avec son 6-string, ce guitariste intérimaire belge arrive à surpasser tout le côté cliché du métal. C’est lui qui documente la vie du groupe, toujours l’appareil photo à portée de main, il est toujours le dernier couché pour être sûr de ne pas louper la moindre photo. Mais le public le connaît surtout pour ses « killer riffs » responsables de milliers de migraines chroniques et de surdités partielles à travers le monde. Le chanteur Peter “the Witch Hunter” Molec. Le frontman aux cheveux longs, petit et teigneux, nous vient de Slovaquie. C’est sans aucun doute celui qui a la meilleure culture Metal. Peter ne fait qu’un avec son micro, en concert, sa voix glaciale vous transperce les tympans et fait passer Bruce Dickinson pour une chanteuse d’opérette. 34

soma

Peter MOLEC FS nose-bluntslide

QUAND D’AUTRES GROUPES CHANTENT LEUR “FEAR OF THE DARK” C’EST PARCE QUE SRACKA EST LÀ , TAPI DANS LE NOIR, PRÊT À BONDIR … OUI BON… TOUT ÇA, C’EST DES CONNERIES BIEN SÛR. IL N’Y A PAS PLUS DE MEMBRES DE GROUPE DE HEAVY METAL DANS LE TEAM VOLCOM QUE DE JOURNALISTES DANS CE MAGAZINE. CE GENRE D’HISTOIRE FARFELUE POURRAIT À LA LIMITE PASSER DANS UN MAGAZINE BELGE, MAIS PAS CHEZ NOUS, NON MÔSSIEUR. CE QU’IL VOUS FAUDRA RETENIR DE CE TOUR VOLCOM EN BELGIQUE (QUI A RÉELLEMENT EU LIEU CET ÉTÉ), C’EST QUE LES GARS ONT SKATÉ À PEU PRÈS 24H/24, ET QU’À LA FIN, ILS EN REDEMANDAIENT. JE SAIS PAS À QUOI ILS TOURNAIENT LES GARS, MAIS EN TOUT CAS C’EST EFFICACE !


INTRO & ENCADRÉ PAR LOÏC BENOÎT (PLUS OU MOINS) INTERVIEW PAR TURA

SYLVAIN TOGNELLI, PLUS COMMUNÉMENT APPELÉ « POULAIN », a eu 22 ans le 13 octobre. Nous lui souhaitons donc un bon anniversaire. Il est originaire du Jura, une région montagneuse peu réputée pour ses champions de skateboard et où la jeunesse en pantacourt du petit Sylvain s’est déroulée sans encombre majeure. Tout s’est tragiquement gâté le jour où un mystérieux personnage répondant au nom de « Serge la pute » (s’agit-il d’un pseudonyme ?) l’initia aux joies du skateboard. C’est sans doute ce qui a conduit le jeune homme à venir étudier à Lyon où, depuis trois ans, il est en sociologie et skate beaucoup, notamment à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit. Une occupation qui lui vaut de se retaper une quatrième année de fac, avec une dispense « d’assiduité de cours » pour cause de skateboard… Son assiduité sur la planche et une approche originale et créative de la chose lui valent aujourd’hui de skater sur du Blueprint via Templar, le distributeur français, mais si tout se passe comme prévu, il ne devrait pas tarder à être titularisé. C’est en tout cas tout le mal qu’on lui souhaite. Parce que Poulain c’est un mec bien !

36

soma

soma 37


Qu’est-ce qui t’a orienté vers la sociologie ? Mon parcours scolaire, économie et social au lycée, un prof qui m’a fait découvrir ça en terminale... Et puis la possibilité de faire des études ou sans trop t’en faire ! Ah ah ! Et aussi parce que j’aimerais bien changer un peu le monde... Et qu’est-ce que tu y as découvert en arrivant ? Hmmm... 15 heures de cours par semaine. Mais qu’est-ce qui te plaît dans la sociologie ? Tu découvres un peu les mécanismes de la société, comment ça marche, tu vas un peu plus loin dans la réflexion. Tu creuses un peu les choses qui t’interpellent... Est-ce que tu as tout de suite appliqué ça au skate ? Forcément, oui...En fait le truc c’est que tu y penses un peu tout le temps, par exemple en voyant des trucs qui se passent dans la rue tu penses à des théories que tu as étudiées... Les skaters, c’est un groupe intéressant à étudier, non ? Tous les groupes sont intéressants à étudier. En première année j’avais fait un petit mémoire sur une association d’adultes qui jouaient aux Lego à Lyon. C’était fou, les mecs étaient à fond. Je me souviens être entré chez un

«

L E M E C V E N A I T D E RE C E V O I R U N É N O R M E C O L I S D E L E G O , I L A V A I T M I S T O U T S O N S A L A I RE D E D A N S ! »

des mecs, sa copine était en pleurs, le mec venait de recevoir un énorme colis de Lego, il avait mis tout son salaire dedans ! Je crois savoir que tu as fais un mémoire sur le skate... J’ai fait une recherche sur le skate pour valider ma licence, que je n’ai jamais terminée, donc je n’ai jamais pu vérifier mes hypothèses et du coup c’est juste une esquisse. Ca s’appelait : «skaters et places publiques, logiques d’appropriation et interactions dans l’espace public lyonnais». Pendant un an je suis allé à Bachut (un spot avec des petits ledges à Lyon - ndlr) et je notais discrètement tous les déplacements qu’il y avait sur le spot, avec une couleur différente pour chaque skater. Lorsque quelqu’un intervenait, j’allais voir le skater et je lui demandais ce que la personne voulait, ce qu’on lui avait dit...J’ai plein de cartes de déplacements, des journées entières à observer les mecs...Personne n’était au courant, je parlais avec les skaters pendant des heures avec un dictaphone dans ma poche ! Je notais où ils allaient s’asseoir pour boire de l’eau, tout ! J’essayais de noter plus ou moins tout ce qui me frappait,

À

38

même si c’était assez difficile puisque en tant que skater rien ne m’interpelait spécialement. J’ai dû essayer de me mettre à la place de quelqu’un qui ne connaissait rien de tout ça. Parle moi peu plus de cette recherche... Ok... Donc voilà, mon approche était ce qu’on appelle l’interactionnisme, c’est une approche où on ne va pas s’intéresser à l’histoire de l’individu pour expliquer sa façon d’agir, mais plutôt à comment il se comporte dans les échanges avec les autres gens. On pense en adoptant ce point de vue que l’individu est défini par les relations qu’il entretient avec les autres (d’ou le nom «inter-action). Donc ce qui m’intéressait dans tout ça c’est de savoir comment un groupe d’individu s’appropriait un espace qui est par définition appropriable que de façon éphémère (l’espace public). Comment une place publique devient un spot reconnu par les skaters et les non skaters. Par exemple on peut remarquer qu’il y a deux façons de s’approprier le spot de skate dans le temps : premièrement la revendication du spot tous les jours, en montrant que tu es là aux deux vieux qui sont assis sur le ledge par exemple.

soma

Et le bruit produit par un ollie peut être un signe pour leur faire comprendre qu’il va falloir bouger ! Deuxièmement, il y a aussi la légitimation du spot à long terme. Personne n’oserait remettre en cause la présence des skaters à Hôtel de Ville à Lyon ou à Bastille à Paris par exemple, c’est une «tradition d’occupation». A Bastille, depuis le temps, les gens savent qu’il y a des skaters donc ils vont essayer d’éviter de traverser au milieu. C’est flagrant, les gens traversent la place soit du côté des grilles, soit devant. Il n’y a que les touristes qui passent au milieu. Les skaters se sont appropriés le spot dans la durée puisqu’au bout d’un moment les gens ont commencé à faire le tour. Mais tout ça s’inscrit encore plus dans une culture générale, et si tu veux vraiment généraliser : par exemple en France, un banc aura plus tendance à être fait exclusivement pour s’asseoir. Si tu commences à vouloir en faire autre chose, il y a des chances pour que tu vois fleurir un arrêté municipal te disant qu’il est interdit de skater sur ce banc. [suite page 43]

gauche : Pop shove it hippy jump en cinq coups, devant l’église St Ambroise, à Paris. Allez-y et voyez le spot par vous-même… © TURA


Nose grind maj elop. Nose grind pole jam à l’envers quoi. Lyon. © LOÏC BENOIT

LE POULAIN CLASSÉ X Poulain est étudiant, il ne travaille pas, et vit donc en soutirant de l’argent à ses parents. C’est le seul jeune que je connaisse qui arrive à faire la fête et se saouler sans argent. Sa méthode pour arriver à ses fins (et surtout à plus soif) sans mettre la main à la poche reste un mystère. Sous l’emprise de l’alcool donc, et fort d’une éducation délurée, dispensée par ses dangereux camarades jurassiens, le Poulain sait ne faire preuve d’aucune retenue. Mais alors aucune. Il est donc tout à fait capable de s’attirer des ennuis avec une bande de Michels et même de mettre ses copains au cœur de l’embrouille, comme ça, pour rire… Il peut également pisser dans le sac d’une meuf qu’il trouve « trop conne » ou s’encanailler avec une autre dans les toilettes de la boîte parce qu’il la trouve « trop cool ». Non, rien de cela ne l’effraie. Il a l’air calme et timide comme ça, mais ne vous laissez pas abuser… Poulain c’est un ouf !

À gauche : Il faudrait tout un paragraphe pour décrire cet enchaînement de tricks… Il faut juste savoir que ça a été rentré du premier coup. Pour trouver ce spot, trouvez la Tour d’Argent, à Paris.

soma 41


A Barcelone, c’est complètement différent : on vit plus dans la rue qu’en France, la façon de voir l’espace public est différente... Aux Etats-Unis, c’est l’amende tout de suite. Comme la polémique autour du Love Park à Philadelphie, c’est devenu un gros truc, et aujourd’hui il y a des plaques qui disent «300 dollars si tu montes sur un skate ici». C’est intéressant dans la mesure où les skaters revendiquaient la propriété du spot face aux passants, aux flics, et c’est passé du truc où les gens s’engueulaient dans la rue jusqu’à ce que ça se transpose aux médias, et c’est presque devenu un débat politique.

«

Est-ce que le fait d’étudier le comportement des gens t’a donné envie de ne pas faire comme tout le monde ? Non. Quand tu commences la sociologie on te le dit clairement : ce n’est pas parce que tu vas connaître les mécanismes que tu vas y échapper ! Au contraire, quand tu les connais, tu vois la force qu’ils ont et c’est parfois déprimant de voir que tu ne peux rien faire pour les éviter ! Ca mène où la sociologie ? ... Aux Assedic ! Ou tu peux éventuellement travailler dans un skateshop, ouvir des cartons chez un distributeur... Sinon tu peux faire chercheur sociologue, prof de socio, ou tu peux

TU VOIS QU ’ IL Y A DES ENJEUX DERRIÈRE LE PETIT SKATER QUI VA ALLER SKATER SON SPOT TOUS LES JOURS »

Il y a même DC qui proposait une grosse somme pour que la place reste aux skaters... C’était un débat important, et c’est là que tu vois qu’il y a des enjeux derrière le petit skater qui va aller skater son spot tous les jours. Il y a parfois de gros enjeux sociaux, culturels, politiques... J’aurais pu me faire tuer par la CIA en faisant cette recherche ! Enfin voilà, je ne vais pas raconter les 80 pages de mon rapport de recherche mais c’était assez amusant à réaliser. C’était parti d’où, tout ça ? J’ai commencé cette recherche parce que j’avais vu des architectes qui parlaient de»détournement d’usage» en parlant des skaters qui waxaient les bancs publics. L’expression « détournement d’usage » en architecture induit qu’un espace possède une manière d’être utilisé qui lui est propre, une fonction qui lui interdit tout usage différent sous peine d’être désigné comme détournement. En tant que skater ça me choque.

t’orienter vers d’autres trucs comme le développement culturel, c’est ce que j’ai envie de faire en ce moment, aider les villes à établir des plans pour développer l’accessibilité à la culture et tout, mais je dois d’abord finir mon master... Il y a aussi le marketing... Oui, tu peux faire de la sociologie économique et travailler à augmenter la consommation jusqu’à ce que la terre explose ! Qu’est-ce que tu conseillerais comme lecture pour aborder la sociologie ? Pierre Bourdieu «Sur la télévision» par exemple, c’est un bon début... J’aime bien ce livre parce que c’est bien accessible et pas cher (5 euros environ). Sinon n’importe quel manuel de sociologie c’est assez accessible en général. Sur l’interactionnisme, lisez Erving Goffman «la mise en scène de la vie quotidienne». Mais honnêtement plutôt que de lire un livre, je coneillerais plutôt d’aller skater, de toute manière la sociologie ce n’est que ce qu’on constate tous les jours dans la rue mais dit avec des mots compliqués pour faire plus intelligent !

Ollie, hippy jump, wheeling. La Défense. © TURA

42

soma


texte & photos NIKWEN

Après être venu chez nous l’année dernière, les gars de chez Five Boro ont cette année reçu leurs copains de la France chez eux, à New York. Pour que tout se passe dans les meilleures conditions, Luigi, qui se charge de la partie française de Five Boro, s’est occupé de l’organisation intégrale de notre périple, avec tout ce que cela implique… « Luigi is the man ! »


GUILLAUME DULOUT ! GUILLAUME A EU LA MALCHANCE de se faire une cheville au tout début du voyage. De quoi être blasé d’entrée, quand on sait combien New York fout ‘la motive’ pour aller skater, et quand on sait combien Guillaume apprécie Bobby Puleo. Mais pas moyen d’être en tour pendant 15 jours dans sa ville de skate préférée sans même pouvoir bouger le petit orteil… Du coup, malgré sa blessure, il a skaté quand même, à l’aide d’une chevillière achetée à la pharmacie du coin, et de sa pommade de compète. Le spot de cette séquence se trouve pas très loin de l’appart de Billy Rohan, chez qui nous avons dormi, voire squatté, à Brooklyn donc. Et par le plus grand des hasards, la couleur du mur ‘matchait’ parfaitement avec celle du pantalon de notre Loutre nationale. Ce frontside pop shove it manual re-

46

soma

vert a été exécuté de manière élégante au niveau des coloris, et douloureuse au niveau de l’entorse située à droite, pile poil sur le pied qui subit tout le poids du corps durant le trick. Hormis le fait d’être assortit aux tenues des skateurs, l’autre truc cool à propos des spots de New York, ce sont ces marchands de glaces ambulants qu’on voit dans les films. Eh bien dans la vraie vie ils passent aussi dans les rues, avec leur petite musique bien stridente, qui annonce qu’ils ne sont plus très loin. Un cornet à la vanille coûte un dollar et fifty cents, et c’est tout aussi agréable et rafraîchissant que de boire une bonne bière bien fraîche pour se détendre après la session, et puis de toute façon y’a pas trop le choix vu qu’en Amérique il est interdit de boire de l’alcool dans la rue.

soma 47


JULIEN « JUTIX » VIALLET ! A NEW YORK, si on veut gratter une cigarette à quelqu’un, il est plus poli dans un premier temps de lui demander si on peut lui acheter, et si la personne est cool, elle vous l’offre, sinon ça coûte 25 ou 50 cents selon l’humeur. Dans Manhattan, un paquet coûte à peu près sept euros, ceci explique peut-être cela… Lors de cette session c’est le patron en personne, Steve Rodriguez, qui nous a guidé dans les rues en skatant de spots en spots. C’était assez génial comme expérience de skateboard, mais avec Steve, il vaut mieux être au top de sa condition physique. Parce que pour arriver à le suivre après trop de clopes achetées aux gens, une bonne semaine à dormir par terre dans le salon entre le meuble télé et la table basse, c’est pas de tout repos. Déjà, lui il a des Spitfire en 58 toutes neuves alors que toi tu skates les mêmes roues de 51mm depuis plus de six mois, et en plus il a des mollets tellement musclés que t’as le cafard en regardant les tiens. Et comme il a une hygiène de vie plutôt saine comparée à des skateurs français tout maigrichons avec du décalage horaire dans les pattes, quand

48

soma

il pousse une fois, il fait 500 mètres, alors que toi tu t’accroches dès que tu peux aux taxis, entre deux crachages de poumons, pour ne pas être trop à la traîne. Mais pour le coup, il nous fait découvrir la ville et les spots dans la tradition des vidéos de la côte Est, à slalomer entre les voitures, passer dans les p’tites rues, faire des p’tits ollies par dessus les plaques d’égouts, et à s’arrêter sur un spot, faire pleins de tricks dessus et repartir aussi vite à la conquête d’un autre. Et Jutix, en terme de skatage et conquête de spots newyorkais, il ne plaisante pas du tout ! Surtout si le spot en question est une « jersey barrier », pourvue de courbettes faites à la main, et avec le dessus waxé aléatoirement. Sur celle-ci, le but du jeu était de réussir à grinder d’un côté a l’autre de la barrière à l’aide des deux courbettes sans faire tomber sa planche dans la flaque d’eau qu’il y avait derrière. Jutix a estimé que le backside smith grind était la façon la plus logique d’y arriver. Je vous laisse apprécier la précision et la manière avec laquelle il le tend.

soma 49


DAN PENSYL ! NOUS N’AVONS VU DAN PENSYL QUE DEUX JOURS car il était en partence pour la Finlande pour une tournée de skate. Il possède les qualités que chaque skater new yorkais se doit d’avoir, j’entends par là un style bien particulier et la capacité de pouvoir skater n’importe quel spot. Peu importe la surface, briquettes ou béton éclaté, courbe ou plan incliné, Dan va skater le spot et surtout, il va le rosser. C’est assez impressionnant à voir. Ce jour-là, nous nous sommes rendu à cette fameuse barre du new jersey, qui se situe dans une école. C’est important de le préciser car Dan m’avait averti dans le van de ne surtout pas prendre de photos des enfants qui jouaient et de m’en tenir qu’au skate. Parce que l’école a eu des problèmes avec des pédophiles et du coup ils prennent plein

de précautions d’américains et interdisent aux gens de prendre des photos. Dan a toujours un truc de fou à raconter. Par exemple, il pourra vous narrer la prochaine fois que vous le croiserez, comment il s’est battu devant le Maxfish la veille de son voyage en Finlande, alors qu’on fêtait son départ. En voulant défendre les siens, Dan a, en un coup de board, pété le nez d’un gars… Il est donc allé en prison pour voir comment était la cellule de dégrisement et expliquer aux policiers pourquoi il s’était battu. C’est toujours comme ça avec Dan apparemment, il lui arrive toujours des histoires incroyables avant un truc important c’est du moins ce qu’en dit le reste du team, mais pas aussi incroyable à mon goût que ce frontside nosegrind.

DANNY FALLA ! CE SPOT S’APPELLE LE FISH GAP si j’ai bien compris, peut être à cause de l’odeur. Ne vous fiez pas à sa photogénie, ce spot pue réellement, en tout cas à coté du pneu là, c’est insupportable, voire nauséabond. Avec Tombo, le gars qui filme pour Five Boro, on y est resté collé pendant quelques essais. Quand c’était au tour des goofys, c’était vraiment insupportable. En plus, l’élan est un peu sketchy, le gap est vraiment long et les rabbins propriétaires de l’immeuble ont essayé de nous taxer de la thune pour nous laisser la permission de skater « leur » trottoir. Et ils ne se laissent même pas prendre en photos sous prétexte qu’on leur vole leurs âmes ou j’sais pas quoi… Bref, Danny Falla, qui n’est pas rabbin mais Péruvien d’origi-

50

soma

ne, s’est chargé de rentrer son sw flip en quelques essais et à toute vitesse, tout comme Polo qui lui a exécuté un fs big spin mirifique. Si vous ne connaissez pas encore Danny, sachez qu’il est resté au Pérou jusqu à ses onze ans, qu’il est sympa, drôle et fort en skate. Son ancienne petite amie travaille à Red Bull, et quand on la croisait pendant sa ronde en camion Red Bull, on avait droit à plein de cannettes gratuites. Après on était tous des hyper actifs frôlant la taticardie, mais hé, c’était gratuit... Danny lui, il en boit un chaque matin de Red Bull, et à jeun s’il vous plait, parce que le café, ça l’excite trop… Voilà, c’est tout. Ça va vous ?

soma 51


PAUL ALLARD ! JE VAIS CONCLURE CET ARTICLE avec notre Polo national. Pour lui aussi c‘était sa première fois à New York. On craignait qu’il sombre dans les excès de sex and drugs and rock’n’roll que Manhattan offre chaque soir de la semaine, pour au final ne pas skater la journée… Mais on s’était trompé, Polo a autant assuré en soirées folles que sur chaque spot qui passait sous ses Spitfires. Ce wallride, il nous l’a sorti de derrière les fagots, lors de notre dernière session du tour. Pour l’anecdote, ce fameux bank to wall to bank se trouve juste en bas de l’immeuble de Billy (Rohan), sur Gran street plus précisément, pour ceux qui partent bientôt à New York. Laissez-moi vous dire que skater un truc pareil est impossible ! Déjà les plans inclinés mesurent une board de long, ce qui n’est vraiment pas pratique pour faire claquer le tail. En plus de ça ils sont super raides, et les petits carreaux en verre sur le dessus là, ils font chier parce qu’ils

52

soma

gondolent. Et si jamais vous parvenez à passer outre tout cela, il reste l’écart entre les deux murs qui fait bien une brique de large au moins . Pour le coup, le flip wallride fakie de Dustin Dollin, c’est n’importe quoi… Skatable exclusivement le dimanche, on l’a gardé sous le coude en attendant de s’être fait à la sketchitude du goudron de la East Coast my man... Polo s’est d’ailleurs tellement bien habitué qu’il est resté là-bas avec les gars de Five Boro quelques semaines de plus après notre départ. Nous, ça servait pas à grand chose qu’on reste, on savait pas faire wallride sur ce truc ! Donc les kids, si vous lisez ce texte aussi sketchy que ce spot, ne retenez qu’une seule chose : apprenez à faire wallride à tous les coups, ça vous procurera d’agréables sensations et vous pourrez aller shredder les spots des vidéos américaines, et également vous faire plein de nouveaux potes à New York New Yooooork…


DANIEL HAAKONSEN Lien air, PONTUS ALV FS air, MALMÖ © Bertrand TRICHET

54

soma

soma 55


FLORENT MIRTAIN BS fifty fifty, TOULON / © Nicolas HUYNH 56

soma

DAVID SALAUN Fakie wallride, MORLAIX / © HADRIEN PICARD

soma 57


LIONEL DOMINONI Switch nose bump bs 180°, PARIS / © TURA 58

soma

WILLOW FS Nosepick, BAGNOLET / © TURA

soma 59


CHECKPOINT CHARLY TOUR Trauma en mission à BERLIN texte & photos: TURA ambiances : JONATHAN PETERS

IL Y A ENCORE DEUX ANS, BERLIN croulait sous les travaux, entamés après la chute du Mur, en 1989. Aujourd’hui, le béton a séché, les grues ont disparu, et seuls quelques bouts de Mur subsistent ici et là… L’est est passé à l’ouest. Ou l’inverse. Les touristes ont remplacé les espions de la Stasi (cf. « La vie des autres » le film étranger oscarisé cette année) et ce qui pourrait être le berceau du punk en Europe continue de produire des quantités folles d’insoumis à crêtes et à pointes. Je l’affirmerai bien haut ici même : le nouveau Barcelone s’appelle BERLIN !

60

soma

soma 61


CHECKPOINT CHARLY était le point de passage en ville du mur, contrôlé par les américains. Charly, c’est aussi l’homme qu’on ne voit jamais dans « Drôles de dames », celui dont on n’a pas besoin de voir la tronche pour savoir qui a le charisme d’un big boss. Un peu comme Charly Mellec, le type qui dirige Trauma Skateboards du haut de son mètre 85 et de son 45-46. Ses drôles de dames à lui, ce sont des p’tits gars, pas farouches mais assez téméraires pour aller casser du spot chez les boches. Une sacrée équipe de bras cassés quand même. NICOLAS ROUQUETTE champion de forcissage, fut, il n’y a pas si longtemps que ça, l’un des meilleurs skaters français. Peut-être même le meilleur, qui sait, mais lui ne s’en est jamais soucié, au grand dam des types comme moi qui auraient pu se faire des millions sur le dos de types comme lui, en vendant à la terre entière ses exploits sur pellicule (oui, c’était un peu avant l’ère numérique). Nico a trente ans, il a forci un peu d’après certains, mais il n’a rien perdu de son énergie. Il hésite entre la Suède et Montpellier, s’est mis à la photo et veut bien réessayer de faire des blunt to fakie en big sans protecs, comme en 1996. C’est aussi le Bosley de Charly, pas le grand patron, mais une sorte de chef de chantier sans qui, rien ne pourrait avoir lieu. Un team-manager comme on dit dans les hautes sphères du marketing du skateboard. BENJAMIN DELABOULAYE c’est un peu le Denis Busenitz français, capable de skater un ledge aussi bien qu’un coping ou qu’un mur, ou que des marches, ou ce que vous voulez. Enfin bon, on est quand même allé sur un spot où Busenitz a fait tré-flip, et personne, ni Ben, n’aurait pensé à faire ollie (un truc avec des marches, un rail et un gap à sauter en bas…). Mais Ben a vraiment un don, c’est l’incarnation de l’avenir du skate parisien, l’antéchrist du old-schooler des forums internet, ou encore le Aldo Maccione de la classe. Un vrai champion quoi. NICOLAS LEVET alias MDV (Marre De Vivre) ou FLM (Fous La Merde) est aussi lourd qu’un rugbyman dans un bar gay et n’avait rien trouvé d’autre de plus amusant que de hurler « muschi » (la chatte) dans les couloirs du métro ou dans la rue. J’avoue que si un Berlinois avait osé lui en coller une, ça m’aurait aussi bien fait marrer. Peut-être que son accent l’a sauvé, mais bon, « muschi », ça doit au moins être aussi facile à dire que « bite » pour un allemand. Même que ça veut dire « s’il vous plaît »… Cela dit, Nico était le seul à se lever le matin et à aller visiter la ville pendant que les autres se donnaient rendez-vous sur MSN au cyber-café du coin…

62

soma

Franchement, est-ce qu’à un seul instant, en arrivant sur ce spot, vous auriez pensé à faire slappy 50-50 to five-o frontside shove-it out ? WALID lui, ne s’est même pas posé la question, il l’a juste fait…


BENOIT FRUITIER est l’un des skaters français les plus sous-médiatisés, si l’on se base à leur potentiel, et le nombre de photos de lui dans cet article confirmera ce fait, indépendant de ma volonté. WALID MAMIME avait approximativement zéro an lorsque le Mur de Berlin est tombé. Son intérêt pour cette tranche historique de l’Europe contemporaine était donc à peu près égal à au nombre de Dômeurs sachant faire un texas plant. Mais on le comprend, et on ne lui en voudra pas, Wallid a sûrement autant appris au cours de ce petit séjour à Berlin que pendant six mois de BEP. En plus de ça, il a survolé sans broncher tout ce qu’on a pu lui mettre sur son passage, en digne petit frère de Max Génin et Charles Collet… Vous aurez été averti. GUILLAUME FINCK lui, aime bien faire des tirettes, bien qu’il soit capable d’à peu près tout sur un skateboard. Mais les tirettes c’est son truc en ce moment, le reste ne semble plus trop valoir le coup. Quoique c’est pas le dernier non-plus à faire des lignes tech à base de nollie switch crooks et de half-cab crooks 180 out. Ce qui est sûr, c’est que c’est un bon adversaire au jeu de dés, celui où l’on attaque les gens parce qu’on a une bonne raison de les attaquer, et qu’il faut, bien entendu, dire laquelle. Les tatouages de MDV, par exemple, lui ont été une ressource quasi-inépuisable lors de ses mortelles attaques à trois. Un jour, je ferai un papier sur ce jeu, ça occupe bien les jours de pluie à Berlin.

NICOLAS « MDV » LEVET, slappy backside lip roll in

BENJAMIN DELABOULAYE n’est pas un type super bavard, son skate parle beaucoup plus que lui. Hardflip au méga-spot du Philarmony, skatable uniquement le lundi, ou après 18h en semaine. 64

soma

soma 65


Jour de pluie. NICO ROUQUETTE a passé plus de temps à discuter avec la fille à l’entrée du park qu’à skater, si bien qu’à la fin, elle lui a remboursé son entrée. Blunt ollie tail grab dans le bowl.

GUILLAUME FINCK tente de cacher un immonde pochoir Fiat en fs wallride tirette (et en prenant soin de ne pas se prendre le tuyau).

soma 67


BEN, switch backside wallride.

En guise de conclusion, voici quelques informations pratiques pour que vous puissiez vous rendre compte par vous même de ce que Berlin a à offrir. La SNCF propose des tarifs au départ de Paris à 50 euros aller-retour en train de nuit, mais en place assise. Alors, oui, on dort mal, mais on se réveille dans un autre pays. Sinon, la Deutsche Bahn (la SNCF allemande) propose des tarifs à partir 80 euros A/R en couchette (01.44.58.95.40). Tout ça en s’y prenant quelques semaines à l’avance. Sinon il y a l’avion, mais nettement moins écologique. Et les allemands ont plusieurs longueurs d’avance dans ce domaine. Il y a par exemple, des containers de tri de verre différents selon si c’est du verre blanc, du verre vert ou du vert brun… Et la plupart des bouteilles plastiques (ou en verre) sont consignées. Si bien que les plus pauvres se font un peu de monnaie en les ramassant dans la rue. Alors, lorsque vous terminez une bouteille, posez-la à côté d’une poubelle, quelqu’un en fera bon usage. Les quartiers les plus intéressants s’appellent Kreutzberg, Mitte et Friedrischain, ça oscille entre l’est et l’ouest et ça bouge comme il faut. C’est plein d’auberges de jeunesse ou de squatts que je vous laisse le soin de trouver. Une fois sur place, optez pour un vélo, qu’on peut louer facilement au pied de la tour à Alexanderplatz. N’hésitez pas à négocier les tarifs si vous êtes plusieurs (dans les 5-7 euros par jour). Le métro est efficace mais cher (2,10 euros le ticket), et évitez de frauder, les contrôleurs sont en civil et assez teigneux. Sinon prenez une carte pour la journée pour des groupes jusqu’à 5 personnes (15 euros), à 5 c’est amorti en un aller-retour. Le skate-park couvert (métro ou tram Warschauer Strasse) offrira une bonne alternative en cas de pluie. Pas cher (3 euros), avec un bowl caché, un bar et une vert’ (www.skatehalle-berlin.de), le tout sans avoir besoin d’un casque. Pour la bouffe, comptez 6 euros pour un plat + une bière dans un petit resto, ou 2,5 euros pour un döner (ou falafel). Pensez juste au pourboire (10%) qui n’est pas inclus dans le prix (au resto, pas au kebab du coin, hein ?!), si vous voulez qu’on soit toujours aussi bien accueilli là-bas… 68

soma


AU DÉPART, en guise de texte, j’étais parti sur un QCM (questions à choix mutliples) avec des réponses débiles sur ce qu’il s’est passé pendant la nuit du 7 au 8 juillet, histoire de rigoler. Mais en me relisant deux semaines plus tard, c’était beaucoup moins drôle. Les faits ayant eu lieu cette nuit-là restent amusants, mais lorsque ceux-ci sont associés à des noms, c’est marrant pour moi, néanmoins le gonzo-journalisme a ses limites. Ces faits, les voici, et je vous laisse le soin d’enquêter vousmême si l’envie vous prend de savoir à tout prix qui a été impliqué dans : une descente de skins, un séjour à l’hôpital dû à une trop grande quantité d’alcool ingurgitée, et un ménage à trois à l’hôtel où les pros résidaient. Parce qu’en vérité, ce qui vous intéresse, c’est ce qu’il s’est passé sur le skatepark, si Max Génin mérite sa victoire, et quels tricks incroyables ont été rentrés, pas vrai ? Bon, eh bien puisque vous tenez absolument à le savoir, oui, Max a mérité sa victoire. Pas seulement pour ses runs, mais aussi pour ce qu’il apporte au skate français (et je ne dis pas

Nicolas EUSTACHE ollie air © Jean FEIL

72

soma

ça parce qu’il est de Grenoble…). Pour les tricks incroyables, il fallait être là les années précédenpar TURA tes, lorsque les brésiliens découvraient le park. Aujourd’hui Vieira et les autres sont des locaux et il n’y a que Lucas Caravalo qui a innové avec le trick que l’on peut admirer ci-dessous. Cependant, deux autres tricks fous me restent en tête, et ont tous deux été rentrés par un certain Samuel Partaix. D’abord le rock to fakie sur la verticale d’un ledge à peine plus large qu’une board posé tout en haut d’un énorme plan incliné, et le flip bs wallride sur le mur dans le coin, là où Jason Adams a fait fs wallride. Ces deux tricks sont effectivement complètement dingues. Sachez qu’il y a également eu un best trick par dessus un mur en forme de « jersey barrier » que Wagner Ramos a remporté en switch bs flip, et que l’extension du bowl (1m de vert’) en a pris pour son grade lors du « bowl carnage ». Voilà ; retenez déjà tout ça de cette version 2007 du King Of Wood, le reste n’a que peu d’importance. Bien à vous, et merci aux rouennais pour l’accueil.

1 Maxime Génin / 2 Lucas Caravalo (Brésil) / 3 Axel Cruyssberg (Belgique) / 4 Daniel Vieira (Bré) 5 William Seco Domingues (Brésil) / 6 Adrien Bulard (France, de Rouen) / 7 Wagner Ramos (Brésil) / 8 Ceral Arnost (Rep. Tchèque) / 9 Timothy Deconyck (Belgique) / 10 Rosario Danilo (Brésil) / 11 Bohms Klausbohms (Brésil) / 12 Samuel Partaix / 13 Julien Mérour / 14 Kévin Tshala (Belgique) / 15 Florent Mirtain… www.king-of-wood.com

Lucas CARAVALO K-grind nollie flip out


HELL

FE S T

BONNE NOUVELLE, LES HARDOS EXISTENT TOUJOURS. SAUF QU’ON LES APPELLE AUJOURD’HUI DES « MÉTALLEUX », AU MOINS DANS LES MILIEUX AUTORISÉS, ET QUE LE HELLFEST, AUTREFOIS APPELÉ FURYFEST, EST LEUR RASSEMBLEMENT ANNUEL. ÇA SE PASSE À C LISSON , EN L OIRE ATLANTIQUE ET AU PROGRAMME CETTE ANNÉE NOUS AVONS EU DU METAL SOUS TOUTES SES FORMES, DE LA BOUE ET MÊME DU SKATEBOARD À TENDANCE SATANISTE.

Un week-end les pieds dans la boue par TURA & Bertrand TRICHET. LE

HARDOS, C’EST UNE SORTE DE HIPPIE HABILLÉ EN NOIR. IL A

LES CHEVEUX LONGS, IL OUBLIE PARFOIS DE SE LAVER ET IL AIME SE ROULER DANS LA BOUE.

Cependant, le hardos ne semble pas revendiquer grand chose, si ce n’est le droit d’écouter du hard rock très fort. Mais il aime tout autant les grands rassemblements pacifiques, le camping et les drogues plus ou moins douces. Petit conseil cependant : n’allez pas dire à un métalleux que c’est un hippie, il pourrait lui prendre une soudaine envie de vous trancher la gorge ou de vous brûler vif… Le hardos est un peu succeptible. Cette seconde édition du Hellfest avait fait venir Korn, Megadeth, Slayer, Children of Bodom, Machine Head et des tas d’autres groupes moins connus mais tout aussi bruyants. Slayer, le meilleur groupe de metal du monde d’après mon pote French (http://funeralfrench.blogspot.

« KORN,

C’EST DE LA MERDE ET EN PLUS, C’EST DES GROS CONS.

com) a fait son job, tout comme Megadeth et tous les autres sauf Korn, qui se sont barrés en douce parce qu’il pleuvait et malgré le fait que la scène était parfaitement abritée (et après avoir pris soin d’encaisser leur chèque). La rumeur se confirme donc : Korn, c’est de la merde et en plus, c’est des gros cons. Enfin bref, moi qui suis plus dans le metal à l’ancienne, tout ça m’a un peu cassé la tête. Je suis juste allé voir Megadeth et j’ai raté Slayer. Par contre, je n’ai rien manqué de ce qu’il s’est passé du côté du petit skatepark aménagé pour l’occasion. Un park qui, vu du dessus (et du bon côté) était en forme de croix inversée : Un quarter bien rad face à un wall avec un bon mètre de vert’, croisés par une petite courbe super rad sans coping face à une sorte de jersey barrier encore plus rad. Sans oublier un pentacle peint au milieu et trois petits 6, pour rigoler. Le tout monté par les quadragénaires de chez Minus skateboards, imaginé par mon collègue de bureau ici présent et organisé par Bertrand Trichet. Une vingtaine de riders sélectionnés (d’une dizaine de nationalités) pour leur aptitudes en courbe et leur sensibilité (ou leur insensibilité) au hard rock, et pour tenter de remporter une guitare, un glaive et un blouson en cuir. Le principe du contest était le suivant : tout le monde skate, et à la fin du week-end les participants votent eux-mêmes (à bulletin secret) pour le meilleur rider, le meilleur trick et 74

soma

la meilleure ligne. Pas de juges, et on a même le droit de voter pour soi-même. Une formule à retenir…Guillaume Mocquin, malgré une énorme poche d’eau dans le genou (et donc qu’à 50% de ses capacités) a été sacré champion du week end, et repart avec une Epiphone Les Paul (pas vraiment un guitare de hardos mais bon…) ; l’inépuisable Seb Daurel, pour ses lignes remplies de cabalerials magnifiques et de body Jars repart avec un glaive (un vrai) parfait pour, selon ses dires « aller tailler les haies » de son jardin. Quant à Ferit Betir, l’autrichien de chez Yama skateboards, il repart avec un Perfecto (qu’il s’est empressé d’aller faire signer par le chanteur de Kreator), remporté avec un lipslide sur la jersey barrier posée sur le quarter et un frontside air monstrueux au même endroit. Ferit était vraiment à bloc, il passait d’un concert à l’autre et surgissait les

»

chaussures pleines de boue sur le park, avant de s’envoler à nouveau avec son pote Muki, quelques bières à la main… Je vous aurais bien parlé aussi du fs rock de David Martelleur, de Stephen Roe AKA Rogie, de Christian Vankelst et de ses variantes improbables du pivot fakie, de Gabriel Engelke, de Julian Furones et de Julian Dykmans, mais bon, on ne m’a accordé que deux pages…

Merci à Carhartt, Adrien, et Benjamin Barbaud. www.hellfest.fr

Ferit «kebab» Betir FS air au sud du paradis. Photo : Betrand TRICHET

La recette du désastre : Stephen «Rogie» Roe FS air to disaster.

soma 75


E U R O P E A N S

K

A

T

E

B

O

A

R

D

C H A M P I O N S H I P S

BASEL

Phillip Schuster, autrichien à la cheveu- non, c’était juste Philip Schuster qui au milieu d’un run lure de feu et à la casquette Redbull, est le genre parfait rempli de footplant, de no-complys et de wallies de skater que je suis content de voir dans un contest. Il venait d’assomer tout ses adversaires finalistes. Je me suis skate comme personne et produit donc une sorte d’effet alors dis que s’il y avait une justice, il devrait remporter cet euphorisant au milieu des armées de clones qui hantent ESC 2007, et justice il y a eu, et j’étais bien content ! généralement les compétitions de skateboard. C’est Et j’étais d’autant plus content que my man Hugo Liard, le genre de gars dont je me dis toujours qu’il aurait dû malgrè une nuit et une matinée très difficile (il avait gagner, plutôt que ce clown en XXL qui se prend pour rendez-vous à 5 heures du matin pour faire des photos Paul Rodriguez ou de l’autre là, qui pense qu’il est Andrew de Skate, et ça, c’est juste ce que j’ai le droit de vous raReynolds (je ne vise personne en particulier, mais ils sont conter), a terminé cinquième avec des runs qui faisaient bien plaisir. (2ème Jeremy Rheinhardt un paquet à être concernés).Bref, cette (Allemagne), 3ème Daniel Viera (Brazil), année, comme tous les ans, j’étais content d’être à Bale pour skater le « Black Cross JUSTICE IL Y A 4ème Axel Cruysberghs (Belge, 13 ans, outch !)) Halleluya ! Bowl » de Pontus, faire des descentes dans EU ET J ÉTAIS Voilà, aurais-je oublié de vous parler du les rues de la ville la nuit, faire la fête avec BIEN CONTENT bowl, de la vert’ et des filles ? C’est posmes potes et, Ooops… non, ce que je voulais sible. Alors vite fait, parce qu’il faut que dire, c’est que j’étais content de voir skater Phillip Schuster au milieu des New Era et des Nike sb des j’y aille là : le bowl, c’est Guillaume Mocquin et Julien autres compétiteurs. Comme tous les ans, je me suis dis Benoliel qui ont le plus shreddé la chose même si c’est que tout le monde skatait vraiment très bien mais que s’il y le très bon berliner Jürgen Horrwarth qui a gagné. En avait une justice ce serait un gars comme Phillip Schuster vert’, c’est Mathias Ringström from sweden (souvenez qui devrait gagner cette compétition. Comme tous les ans, vous…) qui a gagné et, bonne surprise, Joris Brichet qui je n’avais que peu d’espoir, étant donné que les jugements a fait deuxième. Chez les filles, c’est la basque Ianire font toujours dans le grand n’importe quoi et qu’il n’y avait Elorriaga qui gagne devant Evelien Bouillard et une aucune raison pour que cet ESC déroge à la règle. « Monde hollandaise bien balèze du nom de Candy Jacobs à ne de merde » me répettais-je donc en mon fort intérieur pas confondre avec Lisa Jacob from Paris qui termine quand tout à coup, PAF, le switch tre par dessus la fun cinquième et nous l’en félicitons. Voilà, tout est dit, ou box ! Alex Mizurov ? Lukas Danek ? Charles Collet ? Non, presque. Basel, c’est bien. - FD

«

Philip SCHUSTER, foot plant to tail / © TURA

ESC Julien BENOLIEL, blunt back replaqué dans la courbe © Bertrand TRICHET

76

soma

,


Mike McGill, Tony Hawk… J’ai aussi passé de bons moments en France, à Biarritz ou à Bordeaux où on mangeait dans des restos super chics. J’aime le vin français…

Nicky n’est pas le cousin de Tommy Guerrero. Mais comme son homonyme, il a fait partie de la prestigieuse Bones Brigade de Stacy Peralta à la fin des années 80. Avec le déclin de la rampe dans la décennie qui a suivi, Nicky est rentré chez lui au Danemark, et a repris une vie presque normale. Cependant, Nicky n’a jamais laissé tomber les protecs puantes et les casques humides…

EST-CE QU’IL Y AVAIT SOUVENT DES CONFUSIONS ENTRE TOI ET TOMMY GUERRERO ?

QUE TU TRAVAILLAIS AVEC DES ENFANTS… QUEL EST TON QUOTIDIEN ?

40 ANS L’ANNÉE PROCHAINE. EST-CE QUE CELA

AFFECTE TA FAÇON DE SKATER ? COMMENT TU TE SENS ?

Je me dis qu’il faut que je fasse de plus en plus attention à ne pas me blesser. J’ai eu pas mal de chance ces dernières années. Donc je fais beaucoup de stretching avant les sessions, et je m’échauffe doucement. Je n’ai plus la même énergie non-plus, avant je pouvais skater 5 heures d’affilée, aujourd’hui je skate une heure, je fais une pause, et puis je 80

soma

UNE PLACE AU SOLEIL ?

Hmmm… Il y a quelques kids, en particulier ce petits gars qui s’appelle Emile. Il est tout petit mais il droppe déjà et fait des backside airs... Il n’a que 7 ans ! Il y a aussi un rider de bowl qui s’appelle Frederic, il a 16 ans. C’est un malade dans le bowl, il fait des ollies to nosegrind reverse… Il n’a vraiment pas peur de tomber… Mais il n’y a pas qu’un seul rider, nous avons une scène solide !

Sweeper à La Vague. Paris.

J’AI ENTENDU DIRE

TU AURAS

LE PROCHAIN RAMP-RIDER DANOIS À SE FAIRE

« C’EST COOL D’AVOIR PRESQUE 40 ANS ! »

Oui il y a toujours eu des confusions, les gens nous demandaient si on était de la même famille. Mais on ne l’est pas du tout ! Il vient de San Francisco, a des origines espagnoles et ma famille vient des Philippines, avant d’avoir émigré aux USA après la seconde guerre mondiale.

ENTRETIEN ET PHOTOS PAR HADRIEN PICARD

Je travaille à plein temps dans une maternelle avec des enfants de 3 à 6 ans. J’ai fait quatre années d’études pour devenir instituteur/ travailleur social donc je peux travailler avec différents enfants. Parmi mes projets à l’école je peux leur apprendre à faire du skate… Parfois je termine à 13h, parfois à 17h. Si je ne suis pas trop épuisé, je rentre chez moi et me relaxe, je mange un truc et je vais skater. L’été c’est surtout au park extérieur où il y a une vert’ et une aire de street. L’hiver c’est seulement une ou deux fois par semaine au park indoor. L’été on va aussi souvent au bowl de Malmö…

IL Y A EU TOI PUIS RUNE GLIFBERG, QUI SERA

re-skate encore une heure ou plus si je suis en forme. Mais c’est cool d’avoir presque 40 ans ! QUI T’INSPIRE AUJOURD’HUI ? Il y a beaucoup de gens que j’aime regarder skater. Quand je vais aux contests, voir les autres m’inspire parfois à essayer de nouveaux tricks une fois rentré à la maison… Voir Marc Haziza et d’autres skaters français m’inspire aussi, on se voit aux gros contests où les américains viennent. Rune Glifberg aussi… QUELS SONT TES SOUVENIRS DE L’ÉPOQUE

DE LA BONES BRIGADE ? Il y a beaucoup de bon souvenirs. L’hiver j’avais l’habitude d’aller en Californie, on allait skater la rampe Airwalk. Il y avait cette grande grille à travers laquelle tu voyais la minirampe, le bowl et un peu plus loin la big rampe. C’était fou de skater là… Les tournées étaient folles, elles aussi, lorsqu’on faisait le tour de l’Europe avec Lance Mountain,


E

N

V

R

A

C

LE JEU CONCOURS DVS Juste un trick à rentrer... pour gagner une paire de DVS Keith Hufnagel 5 et le DVD Huf.

S KAT E C R E W C E R A M I K S Avant toute chose, il faut savoir que la céramique est un alliage minéral et non ferreux, qu’on utilise dans la composition des freins de F1 ou des fusées de la NASA. Un matériau qui chauffe moins lorsqu’on l’expose à des conditions extrêmes. Et le skate, tout le monde le sait, EST un sport extrême. Il n’en fallait pas moins pour donner l’idée à Alex Collignon d’appliquer la chose à ses roulements (uniquement aux billes, pour être précis). Alors oui, ça coûte horriblement cher (130 euros les 8), mais quand Nicolas Eustache vous affirme que ça fait deux ans qu’il roule avec le même jeu (et quand on connaît la façon dont il martyrise les spots), ça peut valoir le coup... Chaque roulement est emballé individuellement et c’est livré avec les entretoises, les rondelles, les écrous. - DT Contact : 0610771503

L A

LE BOUQUIN SANS IMAGE

Guillaume NOYELLE - FS «trollie» 84

soma

Avant même de commencer à écrire, Guillaume Noyelle faisait du skate. Il en fait toujours, le week-end ou en soirée, même qu’il a un pop de dingue. La semaine, il bosse. Il fait un de ces jobs où l’on est obligé de porter une cravate, et où la moustache est cependant prohibée. Le reste du temps, il écrit. «Jeune professionnel» raconte ses débuts dans la vie active au sein d’une multinationale et où il ne comprend pas l’utilité de la fonction qu’on lui a attribuée. Cependant, cela ne semble déranger personne. Alors il passe ses journées à rêvasser en prenant soin de faire semblant de travailler. Il en profite, et ira même jusqu’à demander une augmentation. A défaut d’un salaire plus élevé, on lui donnera un CDI ! Une critique ouverte, cynique, de la vie d’une entreprise où la seule chose qui compte est de convaincre sa hiérarchie que vous effectuez la tâche qu’on vous a confiée… Et non, le bouquin ne parle pas du tout de skate. – DT Editons Bartillat, 144 pages, 14 euros.

V I D E O

D E

M O T O

Pray For Me – The Jason Jessee Film Alors ça y est, Jason Jessee a son documentaire, lui aussi. « Pray for me » que ça s’appelle. J’ai vu ça hier soir, et j’ai eu besoin de laisser passer la nuit avant de faire cette chronique. Il me fallait laisser s’estomper l’énorme effet de surprise. Seulement voilà, même aujourd’hui, je ne sais toujours pas quoi penser de ce que j’ai vu. Pourtant j’ai bien dormi, merci de demander. Ce qui est sûr, c’est que je trouve un peu ridicule tous ces documentaires sur les anciennes gloires du skateboard. Celui sur les Z-boys m’a franchement fatigué (ils ont « inventé » le skateboard et à part le crier haut et fort sur tous les toits, béh, rien, ils font juste pitié), ceux d’Hosoi et Duane Peters n’ont pas réussi à me captiver plus d’un quart d’heure. Ah si, celui de Gator par contre, il était vraiment bien. Mais bon, il s’est donné du mal pour rendre son histoire intéressante aussi… Oui, oui, c’est de celui de Jason Jessee dont je suis censé parler ici. Déjà, je dois dire que j’en attendais énormément. Ayant toujours été fan du gars, pas tant de sa façon de skater même s’il est absolument indiscutable qu’il a le meilleur frontside ollie en vert et les meilleurs inverts to fakie et airs to fakie au monde. Non, ce qui me plaisait surtout, c’est le personnage. Un type un peu fou, qui raconte et fait n’importe quoi dans les vidéos et ses interviews mais qui semble être absolument génial en même temps. Alors oui, ça m’a captivé ce « Pray for me », mais je suis toujours incapable de dire ce que j’en pense. Jason Jessee n’est-il qu’un gros beauf complètement taré ou est-ce un pur génie ? Ou bien est-il simplement un clown passé maître dans l’art de brouiller les pistes ? À vous de voir, moi je donne ma langue au chat. Scott Bourne qui est un des meilleurs potes de Jason Jessee disait que ce documentaire le faisait passer pour le fou qu’il n’est pas et que c’était dommage. Mais qu’en même temps, c’est vrai qu’il est un peu taré… Bref, si vous comprenez l’anglais et que vous n’avez pas peur des armes à feu et des motos, essayez de jeter un œil à ce documentaire pour vous faire votre propre idée sur la chose. Voilà, désolé pour cette non-chronique. Bon, qu’est ce qu’on fait maintenant ? Eh bien on attend gentiment que sorte le documentaire sur Steve Rocco. Celui-là, il va être bien ! Ou pas, on verra. - FD

photo : Bertrand TRICHET

Le trick : FS SHOVE - IT TO FS 5-0 FS SHOVE - IT OUT . Qui gagne ? Les trois premiers à rentrer le trick et à en renvoyer la preuve. Les règles : le trick doit être filmé et l’on doit pouvoir comprendre clairement le trick sur la vidéo. Tous les formats sont acceptés, à condition qu’on puisse le lire ! Le mieux est encore de mettre tous les formats possibles sur un CD, que vous enverrez à cette adresse : SOMA - Jeu Concours DVS Original Intent 13, rue de l’Isère 38000 GRENOBLE ou de les envoyer par e-mail sur info@somaskate.com (la taille de l’e-mail ne dépassera pas 10mo).

soma 85


E

T R O I S

N

V

Q U E S T I O N S

Qui est Monsieur T ? Personne ne sait... (rires) Monsieur T est un label de t-shirt que j’ai fondé en 2004, moi, le Lyonnais expatrié aux States. C’est ma passion pour la culture skate et la scène artistique alternative qui m’a poussé à créer cette marque. Monsieur T collabore avec des artistes du monde entier dont une grande partie travaille en relation avec l’industrie du skateboard. Comme par exemple, Fernando Elvira (www.cocobula.com) qui a notament fait des graphiques pour Cliché skateboards ou Emil Kozak (www.emilkozak. com) qui a récemment fait toute une série de designs pour Element. Pour la saison automne/hiver 07, Monsieur T commence une collaboration avec Ruben Sanchez (le directeur artistique de Alai Skateboards (www.alaiskateco.com). et sponsorise aussi des artistes talentueux comme : Andrew Dickson, un acteur de Portland (www.andrewdickson. com), Naughtyjames un photographe déjanté de Londres (www.naughtyjames.com) et aussi son pote, la désormais megastar Fred Mortagne (www.frenchfred.com)… Comment un gars de Villeurbanne apparemment sans histoire atterrit-il un jour à Portland ? Le bon vieux coup de foudre ! J’ai rencontré une américaine

U N

À

:

R

A

M O N S I E U R

C T

quand je travaillais à Lyon. Je suis parti la rejoindre et maintenant je ne veux plus repartir. Portland est vraiment une super ville pour y vivre, très différente du reste des US… Pour tous les Francais qui veulent aller aux States, oubliez la Californie, venez skater les parks de rêves gratuit de l’Oregon ! Où peut on trouver Monsieur T ? Pour l’instant en France, seulement sur 2 points de ventes: «Nozbone» à Paris (www.nozbone.com) et à «Tant que l’animal chill» à Grenoble (www.animalchill.com). Ou alors sur le site : www.monsieurt.net Mais je suis sûr qu’après la parution de cet article, il en aura beaucoup plus (rires) ! Special thanks : Fred Mortagne et tous les artistes qui travaillent avec MT.

B O U Q U I N

D ’ I M A G E S

La fascination plus ou moins malsaine qu’entretient Ed Templeton, skateboarder trentenaire et artiste de son état, pour l’adolescence, s’exprime ici sous la forme d’un petit bouquin à couverture souple qui mérite bien qu’on s’y attarde un peu. Il s’agit en fait de photos prises lors d’un tour Emerica, en Harley Davidson, avec les jeunes et pimpants Spanky, Leo Romero, Kirchart (oui bon), Brian Herman, Braydon Szafranski etc. Le résultat est plutôt chouette, si vous me permettez cette analyse pointue, mais si seul le skateboard vous intéresse, passez votre chemin malheureux, car vous ne trouverez ici que portraits et paysages tristes de bord de route. Voilà, c’est très bien, c’est pas cher, c’est pour vous. 50 pages, distribué par V7. - FD

L E

P R O G R A M M E

D E

C E

D E U X

A U T R E S

B O U Q U I N S

D ’ I M A G E S

Pour les fainéants comme moi, voici deux livres sans le moindre petit texte, à feuilleter et éventuellement à aligner à côté de ce magazine dans votre bibliothèque. Le premier s’intitule «I wait here for you forever as long as it takes», de Stefan Marx, l’artiste lunaire du skateboard allemand, et recueille des tas de petits dessins, volontairement simplistes voire enfantins, parfois abstraits, mais toujours remplis de poésie, tout en noir et blanc et sur 96 pages. Le second est d’Alexis Zavialoff, et a été sobrement intitulé «Distance». 48 pages de photographies argentiques couleur prises au cours de ses pérégrinations dans l’est européen, loin, très loin, du strass et des paillettes du skateboard. Le tout est publié chez Nieves (nievesbooks.ch), et il vous en coûtera 28 dollars pour le premier et 22 pour le second (ajoutez 7 dollars, merci la Suisse, pour le port). - DT

S O I R

L E

P R O G R A M M E

D E

S O I R

C E

TFONE

LA 2

LA 3

BANAL +

HARTE

M666

16.30 Les années fun (série) 18.15 Skate Academy (télé-réalité) en direct de Montpellier 20.00 Journal 20.50 Boxe : Cheb Sarlot VS Denis Joël. Finale du championnat de France légers/ lourds. En direct du palais des sports de Dijon. Une rencontre très attendue après plusieurs combats soldés par un match nul. Le poids lourd de St Etienne aura-t-il cette fois raison du kid de Montreuil ? 22.40 Vis ma vie. Magazine. Le temps d’un soir, Benjamin Heudebert va devenir Annick Guinot et inversement. 23.15 Combien ça coûte? Magazine. Ce soir : le bowl de La Muette / Trauma Skateboards. 1.35. Chasse, pêche et croix gammées.

16.05 Récré à trois (divertissement jeunesse) 17.55 On a tout essayé mais on a rien réussi 19.25 Queudalle (série) 20.00 Journal 20.50 Crasheur France. Film d’horreur (USA, 2006, VF). Après plusieurs échecs professionnels, un homme décide de se venger en écrasant ses anciens collaborateurs à l’aide d’un rouleau compresseur. Notre avis : si les films d’horreur sont souvent assez médiocres, celui-ci ne fait pas exception. 22.40 Docul. Magazine, présenté par Nicolas De Vivre. Ce soir : skate et exhibitionnisme, deux notions qui s’associent souvent. 23.50 Le journal de la nuit noire 0.10 Jour de skate Magazine présenté par une femme mûre mais qui s’y connaît. 0.30 Destins ultimes. Magazine, présenté par deux gros nazes.

16.00 Des tricks et des lettres (jeu) 17.00 Trop cooool (série à la con) 17.55 Questions pour un champion du monde. Invité spécial : Andy MacDonald. 18.59 Informations régionales 19.20 Tune mon skate (presenté par Kool Shen) 20.10 La soupe aux chansons (divertissement) 20.45 Football Lyon/PSG Coupe de la ligue, demi-finale (commenté en direct par O.Chassignole). Lyon doit marquer 12 buts pour rester en L1. Du grand spectacle en perspective. 22.35 Pouzzle. Magazine de culture urbaine (presenté par Robert Teriitehau). Ce soir : la coupe du monde de fun en Palestine. 23.50 Débat : Contre ou contre le skate aux JO ? Invités : un mec de la fédé et autre type important. 0.35 La mire.

19.05 Le grand journal (en clair) Présenté par une blonde bien équipée. 19.55 Les Simessonnes 20.20 Goreland 20.50 Wassup & B-Boys Docufiction de Stacy Clark (USA, 2001, VO) L’histoire vraie d’un groupe de skateurs qui décident d’aller surfer à Beverly Hills. Une panne de tire-fesse les oblige à monter en auto-stop... Notre avis : un film authentique, d’autant plus que les acteurs jouent leur propre rôle. A voir. 22.20 Dogtown Rockers Film de Larry Peralta (USA, 2005, VF) L’histoire d’un groupe de punk mexicain fan de glisse et de chewing gum. 0.00 Le journal du hard rock 0.10 Cinéma cinéma ciné-cinéma tchi-tcha 0.11 Les quatre ass. Film pornographique (USA, 2006, VOST) Titre original : triple X-Men. La version hard des trois mousquetaires.

19.00 Trucks (magazine) Ce soir : dans la peau d’un chien capuche, les punks à chien, piercings et camouflage. 20.00 Le chournal 20.30 Alice aux pays des Marvel. Film de Albert Dupontel (France, 1994) Alice s’embarque dans un road movie détonnant ! Son chemin est long mais semé d’embûches. 22.10 Téma (la meuf) 22.40 Découverte. Ce soir : le coussin péteur. 23.00 L’insoutenable légèreté de l’avoir Adaptation au théâtre du célèbre roman de Candeloro. Avec Ryan Jourdain et les triplés Lootz. 0.35 1989 (documentaire) Retour sur la chute du mur : un planchiste à roulette aurait provoqué son effondrement après avoir roulé dessus.

17.10 Des clips et des clopes 18.05 Fréquenskate présenté par Laurent Culé. Invité : Sébastien Salamalekoum. 19.10 Love Park Story (télé-réalité) en direct de Philadelphie. 20.50 La nuit de la glace. Documentaire. Le meilleur des sports extrêmes : BMX sur glace, monocycle sur glace, diabolo sur glace, monoski sur glace, saut à l’élastique sur glace, pétanque sur glace… De quoi satisfaire tous les mordus de la glisse et autres amateurs de sensations fortes ! 23.30 Culture skate. Magazine, présenté par Bernard de la Jaquette. Ce soir : Plan A, Duane Péteur, le beni-hana. 0.20 Emmanuelle à la Villette. Téléfilm érotique (France, 1978) Emmanuelle part à la découverte des plaisirs interdits de la Villette. Réservé à un public averti. 1.55 Des clips et des claques.

86

soma

soma

87


LA CHRONIQUE DE SCOTT BOURNE TRADUCTION :AURELIA RUETSCH la Géorgie, tandis que mes lettres portent des cachets du monde entier. En fouillant dans ces cartons remplis de lettres, il est facile de voir à quel point nous avons mûri et d’apprendre les femmes que nous avons aimées, nos problèmes, nos dépendances, nos divorces, nos dépressions, nos moments de pure joie, nos amours et nos aversions. Nous avons échangé des photos qui, lorsqu’elles sont aujourd’hui placées l’une à côté de l’autre, illustrent nos vies vieillissantes. Un temps nous étions de jeunes hommes, aujourd’hui nous sommes devenus des hommes. Je ne peux pas vous dire combien de fois le simple fait de recevoir une lettre de quelqu’un qui m’aimait m’a sauvé. Aaron m’envoyait beaucoup de ces lettres que nous appelions des « BOUÉES DE SAUVETAGE ». L’ acte d’envoyer une lettre est en soi un acte d’amour. Il faut prendre le temps de s’asseoir et d’exprimer ses émotions à un ami, puis trouver une enveloppe, un timbre et une boîte aux lettres. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point c’est parfois difficile lorsqu’on se retrouve à parcourir le monde embarqué dans une folle épopée skateboardistique. Combien de fois m’est-il arrivé de trouver un timbre et ensuite de ne trouver une boîte aux lettres que dans un autre pays et de devoir recommencer à zéro tout le processus ? Exposer sa mauvaise écriture, sa mauvaise orthographe et le caractère brut de ses humeurs et de ses émotions est en général très révélateur. Quand je pense aux hommes et femmes de ma vie avec qui j’ai entretenu une correspondance, je sais que nous avons un passé commun. Nous nous connaissons d’une manière impossible à expliquer aux autres personnes en marge de notre relation épistolaire. La semaine dernière, Aaron a effectué des démarches pour obtenir un passeport et prévoit de faire un voyage en France fin août ou début septembre. Je suis impatient de le revoir pour lui montrer les choses qu’il n’a connues qu’au travers des lettres et des photos que je lui ai envoyées. Il a passé sa vie à travailler en tant que soudeur à Cape Fear, sur la côte de la Caroline, et aujourd’hui il monte des motos. Après avoir fait la plonge et cumulé les petits boulots, Craig

JEU CONCOURS TEENAGE TOUR 5 paires de «Francis» série limitée (250 paires) à gagner pour les plus rapides à répondre à cette question : Lequel de ces skateurs n’a pas gagné le TEENAGE TOUR ? - Gauthier Rouger - Dany Hamard - Stephen Khou

- Lucas Puig - Maxime Génin - Mascis Thildian

s’est inscrit à une école de cinéma à Chicago et travaille actuellement pour CBS à Hollywood. Désormais, au lieu de porter le cachet du système pénitentiaire des États-Unis, ses lettres portent le sceau de CBS venant d’Hollywood, en Californie. Aujourd’hui, il enseigne également aux enfants les rudiments de l’industrie du cinéma et écrit ses propres œuvres sur le côté. Pas mal comme virage à 180°, hein ? Il est venu à plusieurs reprises me rendre visite à Paris. Nous avons toujours rigolé de ce que nous sommes devenus et de l’endroit d’où nous venons. Et à chaque fois que je vois Craig, que ce soit à Hollywood ou à Paris, je ne peux pas m’empêcher de m’interroger sur toute la correspondance et toutes les lettres que nous nous sommes échangées, ainsi que toutes les personnes que nous avons connues et à qui nous avons continué à envoyer des lettres. En ce moment, j’entretiens une correspondance avec une quinzaine de personnes et je reçois de manière aléatoire des lettres de 15 autres personnes. Je ne suis jamais sûr de qui je vais retrouver dans ma boîte aux lettres, le matin, lorsque je commence ma journée et je suis toujours heureux de découvrir une lettre lointaine et oubliée d’un ami distant. Je possède littéralement des cartons entier de lettres… rangés dans un sous-sol à SF, ou sous mon lit à Paris. Chacune comporte un fragment d’histoire, mon histoire, notre histoire, celle de mes proches et la mienne. Chacune est frappée d’un timbre, d’une date et d’un cachet. Chacune est un petit morceau de quelqu’un qui m’est cher. C’est étrange de penser qu’un tout petit timbre peu aller aussi loin, exprimer tant de choses et avoir la puissance de changer la vie de quelqu’un. J’y pense souvent en regardant les visages des hommes et femmes qui ornent ces timbres que j’envois et que je reçois, parce que ces êtres sont aimés. Ce sont des artistes, des intellectuels, des leaders, des pionniers, des révolutionnaires. Ces hommes et femmes ont changé la face du monde dans lequel nous vivons. Et non seulement ils m’apportent l’amour de mes amis éparpillés dans le monde entier, mais en plus ils me rappellent quotidiennement que je dois profiter encore plus de cette vie.

Photo : Benoit Copin / Conception : tmn

Le courrier ! Le courrier ! Le courrier ! Comment définir mon obsession pour le courrier ? D’où vient-elle et comment a-t-elle commencé ? Je suppose que tout a débuté avec Craig Gore. Il s’est fait coffrer pour 2 ans. La seule manière de le contacter c’était par la poste. À l’époque je n’écrivais jamais à Craig. Nous nous connaissions, mais n’avions jamais été proches. Mon bon ami et colocataire de l’époque, Aaron Strickland, avait grandi avec lui. Je me souviens des lettres de Craig qui arrivaient à la maison avec les cachets postaux des différents établissements où il séjournait parmi le circuit des systèmes pénitentiaires californiens. Aaron lui répondait toujours rapidement et postait ses lettres. À l’époque j’entretenais très peu de correspondance postale et je n’avais absolument jamais écrit à quelqu’un qui purgeait une peine de prison. À cette époque je partageais un F4 avec Aaron et sa femme, Katrina (également une bonne amie à moi). Ils m’avaient proposé un logement alors que je n’avais nulle part où aller. Lorsque Craig sortirait de prison, il était entendu qu’il pourrait lui aussi venir habiter dans la troisième chambre de l’appart jusqu’à ce qu’il retrouve ses marques. Aaron et Katrina étaient des gens comme ça, et ils n’ont pas changé ! Moins d’un an après que Craig soit venu habiter avec nous, je suis parti en Californie. J’ai passé quelques mois à bouger aux États-Unis et j’ai fini par prendre un appartement à San Francisco. Peu après, des lettres ont commencé à arriver dans un premier temps d’Aaron, puis de Craig. J’ai commencé à leur répondre et à rédiger des lettres à d’autres amis que j’avais rencontrés en Caroline ou dont j’avais fait la connaissance au cours de mon voyage dans l’Ouest. Aller jusqu’à ma boîte aux lettres aux petites heures du matin est très vite devenu un rituel quotidien. Avec les années, j’ai continué à entretenir une relation épistolaire avec ces deux personnes ainsi qu’un t’as d’autres gens. Aaron et moi nous écrivons depuis près de 15 ans maintenant. Presque chacune de ses lettres comporte un cachet de la Caroline et seulement une courte série d’entre elles ont été postées depuis

TROIS TRICKS PÉPÈRES POUR REPRENDRE APRÈS « UNE CHEVILLE » - Chinese (crack nollie) - Wheeling - Firecracker

TROIS SITES WEB À VISITER www.scsmag.be > le mag skateboard et snowboard belge à télécharger www.mixlawax.com > underground hip-hop webradio Envoyez votre réponse à : SOMA le concours Teenage Tour 13, rue de l’Isère 38000 GRENOBLE 88

soma

www.magnetik.tv > de la vidéo de skate made in France (Rhône-Alpes) chaque mois

Alex Carolino www.zeropolis.fr


L A

Q U E S T I O N

Illustration : Prunelle / Prunodagen.free.fr

POUR OU CONTRE LE SPONSORING DES MOINS DE 14 ANS ?

« ON NE DOIT PAS SPONSORISER LES KIDS de moins de 14 ans parce ça leur ruine les vraies sensations que le skate peut apporter. Le sponsoring change tout, et puis il faut bosser ! De plus, un gamin peut se faire arnaquer et pourquoi s’arrêter à 14 ans ? Je mettrais ça à 16 ans pour qu’ils puissent au moins atteindre leur brevet ! Eh oui, le skate n’est pas du boulot, mais de l’éducation ! De toute façon, les gamins feront toujours ce qu’on leur interdira de faire... Oh, et pour confirmer ma réponse, il suffit de regarder Ryan Sheckler... » - Ralph LLOYD-DAVIS

«

IL SUFFIT DE REGARDER

R YAN S HECKLER ... » - R ALPH L LOYD -D AVIS

« POUR ET CONTRE, tout dépend comment le kid-am l’a obtenu et le vit. A cet âge là, si le skateur a chopé trop facilement un soutien, il peut perdre la notion de la valeur des choses, et c’est l’effet pourri gâté qui risque de naître. Capricieux à souhait, voire même caractériel selon le tempérament. Quand on obtient quelque chose, il est toujours bon d’avoir galéré un certain temps avant afin de mieux l’apprécier. Le sponsoring devrait être interdit aux moins de 18 ans ! Ca va, je plaisante. Le sponsoring doit intervenir quand le skateur a le niveau qui le justifie, mais pour les moins de 14 ans (voire même n’importe quel âge), un entourage mature est conseillé pour recadrer les écarts de conduite, genre grosse tête, car ça empêche de voir le skate. » - Yannick GUINOT « MOI JE SUIS POUR, du temps que le mec à 14 ans se prenne pas la tête avec, et arrête pas l’école pour le skate non plus (on sait jamais) ! » - Vincent CEGIELSKI « JE SUIS ÉVIDEMMENT POUR le sponsoring avant 14 ans ! Surtout par un shop... par contre, il faut que le gamin prodige continue ses obligations scolaires ! S’il fait trop de skateboard, il va vite se lasser de cette activité ; dès qu’il va avoir des boutons sur la gueule et les poils qui poussent, il va passer à autre chose ! Il faut les aider, mais pas leur faire croire que ça sera le métier de leur vie ! » Sebastiano BARTOLONI « Personnellement, je pense qu’il faudrait même attendre la limite légale pour BOIRE DANS LES BARS, ça ferait déjà une sélection naturelle ! » - Damien DESCOTIS « Je skate depuis plus de 17 ans maintenant avec des hauts et des bas. C’est dans mon sang et ça partira plus jamais je pense... C’EST POURQUOI JE VOTE CONTRE, le sponsoring j’ai jamais connu ça, je comprends qu’on puisse se faire aider financièrement contre un peu de pub (attention à ne pas devenir homme sandwich !) mais de là à avoir un esprit 90

de compétiton comme j’ai pu voir chez les jeunes, un truc de dingue avec des challenges, genre « c’est moi le meilleur » ou bien le développement des compétitions qui ne fait que les engrener dans le système du WINNER, un gros truc de capitaliste d’être WINNER, nan ? J’en ai des exemples où les gamins te snobbent parce que tu rentres pas telles ou telles figures... Le Skate c’est du plaisir avant tout. C’est la base même. Si t’as pas de plaisir c’est mort, tu arrêteras dans 2 ans, un tri sélectif de motivation naturelle on va dire... Le Skate je l’ai connu comme çà, naturellement... Laissez-les s’amuser ces gamins, la compétition tue le plaisir. » - SHIME

soma

« MOI JE SUIS CONTRE le sponsoring des moins de 14 ans, j’en ai moi même 15 (et pas le niveau d’être sponso) mais je pense que c’est une connerie parce que quand on a moins de 14 ans on se rend moins compte du côté business du skate. Et puis il y a le problème des parents. C’est eux qui touchent la thune, pas le gamin, et sur plein de familles c’est comme ça. Les parents empochent et dépensent à la place du gamin. Et puis quand on est plus petit on fait du skate moins propre et on a les os plus fragiles ! » Antoine MEUNIER « Bien que la question du premier numéro pouvait impliquer des « pour » ou des « contre », je crois que la Question de ce mois-ci ne peut impliquer que des « contre », et si vous continuez dans ce sens on va finir avec une rubrique « contre ou contre » avec des trucs du genre « contre ou contre la pauvreté » ou « contre ou contre mon poing dans ta gueule »... et là ce sera totalement chiant. BREF MOI JE SUIS CONTRE parce que : - le sport intensif en général en pleine croissance c’est pas forcément bon pour les djeun’s, surtout le skate qui est une activité traumatique. - Y en a marre de croiser des minis P Rod sur les spots avec la tête grosse comme une pastèque et suivi par quatre de ses potes cachés derrière leur (fish-eye) Century. - A quatorze ans on se met des downhills assis sur sa planche, on met des pétards dans la boite aux lettres de la vieille conne du dessus, on louche sur les nibards qui poussent en classe et on essaie de fumer une clope aux chiottes du collège, mais, et dites moi si je me trompe, à quatorze ans on a rien à faire dans une tournée avec une bande de motards / skaters à fumer quatre tonnes de zouzou avec un team manager qui te force à faire switch flip merde reverse contre trois tee-shirts par mois… » Louis-Gilles MEINER Merci pour vos réponses. Pour la question du prochain numéro, rendez-vous sur www.somaskate.com


BUY OR DIE

6

17

5

18 16 8

9

7

19

1

10 14

15

12

4

11 2

3 13

1 Une guest board Krooked pour Henry Sanchez / 2 un t-shirt Krooked Gonz-Blind-Powell / 3 un t-shirt Nike SB blanc 4 une chaussure Etnies Ryan Sheckler multicolore / 5 un t-shirt Circa rouge et jaune / 6 une chaussure droite Lakai Telford Quiet Life / 7 un caleçon M&M’s à Fred / 8 un t-shirt Altamont / 9 une chemise de bûcheron Nike SB de sport 10 quatre roues Spitfire oranges / 11 un truck Thunder Busenitz phosphorescent / 12 des roues 5Boro en 51mm 13 huit vis Skate Crew / 14 une chaussure DVS Munition CT / 15 un citron de ouf / 16 une casquette Lakai / 17 une board de cruising Krooked Zip-Zinger / 18 une casquette Independent pour aller à la pêche / 19 une board ZooYork en hommage à Harold Hunter 92

soma


DIE OR BUY

1

14

18 2

5 19

6

3 13

4

8

16

7 9 11

12

17

10 2bis

15

1 Une chaussure Supra Muska skytop de toute beauté / 2 un t-shirt vert Split / 2bis des roues Cliché basiques mais efficaces / 3 une chemise de bûcheron Element-Vallely / 4 une board 5Boro amusante / 5 une casquette Circa assortie à la chaussure / 6 un caleçon Kiuu 7 un t-shirt Cliché à pois / 8 une chaussure Circa AL50 assortie à la casquette / 9 une chaussure Consolidated Drunk SB / 10 des roulettes 5Boro en 51mm / 11 des lunettes Volcom dont on a perdu les verres 12 un t-shirt Enjoi vert et rose / 13 un plateau Cliché Ricardo Fonseca / 14 un fond blanc d’ordinateur / 15 un t-shirt Krew qui brille / 16 une boîte de maïs Géant Vert / 17 un t-shirt Lakai prédécoupé / 18 la première «vraie» board de Fred (circa 1985) / 19 une casquette Krew tachetée 94

soma


« Le Soma avait commencé à agir. Les yeux étaient brillants, les joues étaient rouges, la lumière intérieure du bon vouloir universel débordait sur chaque visage en sourires heureux et amicaux. » Aldous HUXLEY / « Le Meilleur des Mondes »


SOMA #2  

Octobre - Novembre 2007

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you