Issuu on Google+

Mars 2011, n°19

DOSSIER : Plans Nationaux d’Actions Les actions des Réserves Naturelles Catalanes

La parole à Réserves Naturelles CATALANE

Patrick BOUDAREL, coordinateur des Plans Nationaux d’Actions en faveur des espèces menacées à la DREAL Languedoc-Roussillon (SBEP/BTM)

Conat

Les Plans Nationaux d’Action Espèces menacées et les Réserves catalanes Forêt de la Massane Jujols Mantet Mas Larrieu Nohèdes Prats-de-MolloLa-Preste Py Vallée d’Eyne avec la participation : Réserve Naturelle de Cerbère-Banyuls

La politique des plans nationaux pour les espèces menacées, mise en place progressivement dans les années 1990 par le Ministère en charge de l’écologie s’est fortement amplifiée depuis 2007 suite aux engagements du Grenelle de l’environnement (multiplication du nombre de plans par 3). C’est une politique complémentaire à celle de la préservation des espaces naturels (réserves naturelles, APPB, Natura 2000, etc…). Les plans nationaux espèces menacées présentent l’intérêt de fournir des diagnostics et lignes d’actions à l’échelle de leur aire de répartition nationale, tandis que les espaces naturels contribuent à leur application locale. Un plan est avant tout un cadre destiné à animer et rassembler autour d’objectifs les partenaires de niveau national ou multi-régional les plus concernés par l’espèce (les espèces) considérée(s), ses (leurs) milieux de vie et leurs usages. En France métropolitaine on compte à ce jour 53 plans actifs ou en cours de rédaction et le Languedoc-Roussillon est concernée par 33 d’entre eux, certains plans concernant des groupes d’espèces (par exemple chiroptères). Le département des Pyrénées-Orientales abrite, avec celui de l’Aude, le plus grand nombre d’espèces relevant d’un plan national. Le réseau des réserves naturelles nationales catalanes grâce à son ampleur et par la diversité de milieux naturels abrite au moins 83 espèces concernées par les plans nationaux*. Il a donc un rôle important à jouer en partenariat avec les opérateurs de plans désignés par les DREAL. Les gestionnaires des réserves s’impliquent d’ores et déjà fortement dans les Plans Loup, Desman des Pyrénées, Gypaète barbu, Vautour percnoptère, Grand-tétras et Chiroptères, comme cette lettre vous le montrera… * rappel : il y a des plans multispécifiques (Chiroptères, Odonates…)

Réserve Naturelle Régionale de Nyer Lettre éditée sur papier recyclé avec le soutien de :

1


SOMMAIRE

L’écho des réserves : 2 Le bestiaire pyrénéen offre l’apéro de l’automne ...plus de 230 participants !, 2 Réserve Naturelle de Jujols : nouvelles découvertes pour le deuxième « inventaire Araignées », 3 Mortalité du Gypaète barbu dans les Pyrénées, 4 Loup y es-tu vraiment ?, 4 Grand Tétras : pose d’une clôture pour une meilleure cohabitation, 5 Eyne fait son Agenda 21 !, 5

Plans Nationaux d’Actions : les actions des Réserves Naturelles Catalanes : 6 Participation de la FRNC au PNA Desman des Pyrénées,7 Gypaète Barbu et Vautour Percnoptère, 9 Plan National d’Actions en faveur des chiroptères : la FRNC souhaite s’engager, 10

Découvrir notre patrimoine : 12 Nohèdes vous invite le 28 mai à son opération Fréquence Grenouille !

Communication et pédagogie

Le bestiaire pyrénéen offre l’apéro de l’automne ... plus de 230 participants ! Quoi de commun entre les chants basques, la garbure bigourdane, les fromages ariégeois, les châteaux cathares, le Pic du Canigou, et le Gypaète barbu, le Vautour percnoptère, le Desman ? Ils sont tous des éléments du patrimoine pyrénéen. Les structures du réseau Education Pyrénées Vivantes mettent à l’honneur ces espèces emblématiques lors des apéros du bestiaire qui ont lieu en fin d’année. Ce sont des soirées conviviales où toutes les générations sont rassemblées autour d’un apéritif animé. Au menu cette année

dans les réserves naturelles catalanes : loto oiseaux à Prats de Mollo, théâtre forum sur la rivière à Sahorre, contes sur le desman à Nohèdes le tout saupoudré d’une touche de créativité, d’originalité et de convivialité. Au total 230 personnes ont participé à ces 3 soirées organisées par les réserves naturelles catalanes. Dans la vallée de la Rotjà, cette soirée a fait germer l’idée d’organiser une journée collective d’entretien des canaux au retour des beaux jours. Une expérience concluante à renouveler !

Les Réserves naturelles catalanes membres du réseau « Pyrénées vivantes» Multipartenarial et transfrontalier, le réseau « Pyrénées Vivantes »vise trois objectifs relatifs à la conservation du patrimoine naturel pyrénéen : connaître, prendre conscience, et agir. Ces objectifs se traduisent par la mise en place de nombreuses opérations dans les domaines du suivi environnemental de nombreuses espèces patrimoniales, de la communication, de l’éducation à l’environnement et par la mise en place d’opérations de gestion et de valorisation. Les Réserves Naturelles Catalanes participent à de nombreuses actions du réseau dont la réalisation d’événementiels destinés à sensibiliser le public à la richesse et à la fragilité de la biodiversité pyrénéenne.

A venir riailles, aux «Rendez-vous des cimes» à Ma Conques las de Camporells et au chalet 2

Pour en savoir plus : www.pourdespyrénéesvivantes.fr Karine CHEVROT, technicienne RNN MANTET Karine GESLOT, conservatrice RNN JUJOLS


Etudes et suivis

RÊserve Naturelle de Jujols : nouvelles dÊcouvertes pour le deuxième  inventaire AraignÊes  Un premier inventaire avait ÊtÊ rÊalisÊ en 2002. Compte tenu des potentialitÊs du milieu, un complÊment a ÊtÊ estimÊ nÊcessaire. Ce fut chose faite au cours des annÊes 2008 et 2009 durant lesquelles plusieurs campagnes de rÊcoltes et de piÊgeage ont ÊtÊ rÊalisÊes. Les rÊcoltes ont ÊtÊ effectuÊes par Maxime GAYMARD et Jean-Claude LEDOUX. Les opilions ont ÊtÊ ÊtudiÊs par Michel EMERIT Une fois capturÊes, les araignÊes ont fait l’objet de dÊterminations poussÊes. Les rÊsultats sont très intÊressants, tant au niveau du nombre d’espèces ainsi dÊterminÊes qu’au niveau des espèces à enjeu de conservation.

Un grand nombre d’espèces chênes vert

Le tableau ci-contre permet de faire quelques dĂŠcomptes. En 2002, pour le premier inventaire, il avait ĂŠtĂŠ rĂŠcoltĂŠ 204 espèces. En 2009, 188 espèces ont ĂŠtĂŠ rĂŠcoltĂŠes dont 71 espèces ont ĂŠtĂŠ ajoutĂŠes Ă  l’inventaire de la RĂŠserve. Parmi les espèces rĂŠcoltĂŠes en 2002, 117 espèces ont ĂŠtĂŠ retrouvĂŠes en 2009, soit 57 %. Ceci permet d’estimer très approximativement, en utilisant le raisonnement des estimations d’effectifs Ă  partir de marquages et recaptures, qu’un inventaire “correctâ€? devrait comprendre de l’ordre de 350 espèces.

Richesse spÊcifique (total) Espèces rÊcoltÊes en 2009 Espèces rÊcoltÊes en 2002 Proportion (%) d’espèces

landes Ă 

prairie

forĂŞts

genĂŞts

d’altitude,

d’altitude

87 38 77 36

73 62 27 59

102 69 48 35

101 86 43 67

43

33

38

37

autres

92 8 89 6

retrouvÊes en 2009 Nb d’sp. seulement dans ces milieux

Espèces à enjeu de conservation En 2002, plusieurs espèces Êtaient nouvelles pour la France. Plusieurs d’entre elles ont ÊtÊ capturÊes à nouveau, confirmant que leur prÊsence n’Êtait pas accidentelle. Ce sont : Macrargus carpenteri (O. P.-Cambridge), Meioneta equestris (L. Koch), Micaria triguttata Simon. D’autres sont remarquables : Diaea livens Simon, Steatoda albomaculata (Degeer) et S. albocincta (Lucas) , Gonatium occidentale Simon, Mecynargus brocchus (L. Koch) Cineta gradata Simon, Agroeca lusatica (C.L. Koch).

Deux autres espèces sont venues augmenter la faune française

RÊpartition p des espèces p par p milieux

Les rĂŠcoltes ont ĂŠtĂŠ faites par chasse Ă  vue essentiellement, avec les moyens habituellement utilisĂŠs par les entomologistes, en distinguant trois strates :         ture Ă  vue, en ĂŠcartant les herbes, en les arrachant et en les triant, ou en tamisant la litière) ;             50-70 cm, selon la vĂŠgĂŠtation, rĂŠcolte au filet-fauchoir ; ce mode de rĂŠcolte n’est pas toujours utilisable, Ă  cause de la structure de la vĂŠgĂŠtation : les espèces vivant habituellement dans cette strate sont alors rĂŠcoltĂŠes avec la faune du sol ;       

     1 m et 2 m du sol, rĂŠcolte avec le parapluie japonais.

* Zodarion machadoi Denis. — Espèce dÊcrite au Portugal, nouvelle pour la France. Un seul exemplaire seulement a ÊtÊ rÊcoltÊ. Les Zodarion sont des prÊdateurs de fourmis * Chalcoscirtus nigritus Thorell — Bien que la dÊtermination soit incertaine, l’espèce est nouvelle pour la France. Au total, 5 ou 6 espèces ont donc ÊtÊ trouvÊes pour la première fois en France sur la rÊserve de Jujols, ce qui, même compte tenu de l’incomplÊtude de la connaissance des araignÊes, fait une forte proportion.

Indicateurs de la qualitĂŠ Utilisation du parapluie japonais

Ostearius melanopygius (O. P.-Cambridge). Cette espèce est caractÊristique de milieux perturbÊs (dÊpôts d’ordures, Êlevages intensifs, serres). La rÊcolte d’un seul individu au Peiro indique bien un certain degrÊ de surpâturage, mais n’est pas inquiÊtante : cette station n’a pas livrÊ d’autres indicateurs de milieux anthropisÊs.

Philodromus lividus RĂŠcolte au sol

Karine GESLOT, Conservatrice, RNN JUJOLS Textes extraits du rapport : J.-C. Ledoux & M. Emerit, 2010 - AraignÊes de la rÊserve naturelle de Jujols: deuxième inventaire, 2008-2009. 3


Mortalité du Gypaète barbu dans les Pyrénées Les causes de mortalité du Gypaète barbu dans les Pyrénées sont étudiées sur les deux versants des Pyrénées. Sur le versant français, cette étude est nommée « Vigilance poison » et s’inscrit dans le Plan National d’Action (PNA) en faveur de ce rapace menacé d’extinction en Europe. Après un court descriptif des modalités de cette étude ayant pour but de solliciter la coopération des lecteurs, nous présenterons les résultats obtenus sur les deux versants des Pyrénées durant la dernière décennie. L’étude des causes de mortalité du Gypaète barbu dans les Pyrénées françaises est réalisée par le réseau Casseur d’os (dans les Pyrénées orientales : Fédération des Réserves Naturelles Catalanes, ONCFS, Groupe Ornithologique du Roussillon, Cerca Nature, ONF et FDC-66) et coordonnée par la Ligue pour la Protection des Oiseaux dans le cadre du PNA Gypaète, en coopération avec le réseau SAGIR piloté par l’ONCFS ; elle comprend trois niveaux d’actions : - la collecte de cadavres des rapaces nécrophages (ils sont des « indicateurs » pour le Gypaète barbu): dès qu’un observateur du réseau ou un randonneur découvre un cadavre de Gypaète barbu, Vautour fauve, Vautour percnoptère ou de Milan royal, il se met en contact avec les personnes autorisées à le collecter (agents de l’environnement ou techniciens munis de cartes vertes SAGIR) ; les cadavres sont congelés. - l’autopsie et les analyses toxicologiques : le vétérinaire Dr. Lydia Vilagines en Ariège collecte régulièrement les cadavres de ces 4 espèces sur les 6 départements du massif, (autopsie, radiographie) et effectue des prélèvements qui sont envoyés au laboratoire d’écotoxicologie de l’Université de Lyon qui effectue une série d’analyses toxicologiques sous la responsabilité du Pr. Philippe Berny. - la discussion des résultats : un comité scientifique constitué de vétérinaires et de spécialistes de ces espèces détermine la ou les causes de mortalité de chaque cas étudié.

Les Pyrénées abritent 80% de l’effectif européen de Gypaètes barbus dont un quart réside sur le versant français. Entre les années 2000 et 2010, 52 cas de mortalité et d’accident ont été recensés sur l’ensemble du massif (48 gypaètes morts et 4 relâchés) : 79% en Espagne et 21% en France ; 69% des cas de mortalité de Gypaètes barbus concernent des oiseaux adultes, ce qui est extrêmement inquiétant chez une espèce longévive dont la stratégie évolutive est basée sur une faible mortalité des adultes ; la moitié des cas concerne des gypaètes équipés d’émetteurs ou de bandes alaires permettant de les identifier ; moins de 15% de la population est équipée, ce qui donne une idée du nombre de cas de mortalité qui échappe à nos études et conforte notre choix méthodologique consistant à nous appuyer sur l’étude d’espèces indicatrices. Le tir qui fut la principale cause de mortalité non naturelle du Gypaète barbu dans les Pyrénées entre 1980 et 2000 est une menace relativement bien maîtrisée : 1 seul cas enregistré en vallée d’Aspe en 2008, aucun en Espagne. Les collisions avec des câbles aériens tuent encore sur les deux versants des Pyrénées : un jeune volant depuis moins de 2 mois a trouvé la mort en 2009 près de Gavarnie. L’intoxication par ingestion de pesticides (insecticides, raticides etc...) et par saturnisme ou bien par ingestion d’appâts empoisonnés utilisés illégalement pour détruire d’autres espèces, est de loin la principale cause de mortalité ces 10 dernières années (58% des cas étudiés). Les cas d’intoxication avec des produits utilisés légalement (dont le plomb) constituent plus de la moitié des cas. Le nombre de cas de mortalité de Gypaètes barbus a clairement augmenté ces 5 dernières années sur les deux versants du massif, une tendance qui ne peut s’expliquer par l’accroissement de la population ni par l’augmentation de l’effort de détection, et qui requiert toute notre attention : si vous découvrez un grand rapace blessé ou mort, contactez-nous ! Martine RAZIN Ligue pour la Protection des Oiseaux, Coordination Casseur d’os

Loup y es-tu vraiment ?

4

Il ne se passe pas une journée d’été, où dans les conversations entre randonneurs sur les hauteurs des Pyrénées-Orientales, il n’est pas question de nature, de pastoralisme et de Loup. Sujet récurent, médiatisé à moins qu’il ne soit récurent parce que médiatisé. A son corps défendant, cet animal occupe les conversations comme il nourrit des polémiques. Il est vrai que le Loup peut impacter fortement le quotidien des éleveurs de brebis et de chèvres. Mais, sur le terrain, depuis plus de 10 ans maintenant, sa présence reste discrète. Les Réserves Naturelles Catalanes participent au suivi de cette espèce dans les massifs où sont présentes des réserves naturelles : Madres-Boucheville, Canigou. Voici un petit aperçu du suivi par le réseau Loup dans les Pyrénées. L’hiver 2009-2010 a été caractérisé par des chutes de neige nombreuses, mais chacune de faible quantité . La fréquence des chutes a entrainé de nombreux reports de pospections. Ce facteur a modifié le résultat de la campagne de pospection. Dans la Zone de Présence Permanente du Carlit-Campcardos, 7 “indices loups” ont été validés : observation visuelle (commune de Bolquère), traces dans la neige... durant la période de novembre 2009 à juillet 2010. Toutefois peu d’indices ont été relevés en hiver. Cette zone de présence est transfrontalière avec l’Espagne.

Dans la Zone de Présence Temporaire du Madres-Boucheville, des indices hivernaux et printaniers on été relevés dans les communes de Rabouillet et Monfort sur Boulzane : 3 observations visuelles classées comme probables. Dans la Zone de Présence Permanente du Canigou-Ripollès, seuls des indices ont été relevés côté espagnol. Cette zone de présence est transfrontalière. L’absence de données génétiques faisant suite aux indices relevés dans le massif Madres-Boucheville ne permet pas de savoir s’il s’agit du même individu que celui présent dans le Carlit. La proximité de ces deux massifs et le territoire potentiel du Loup rendent tout à fait possible cette hypothèse. Si localement, la population de Loup reste limtée à quelques individus, à l’échelle nationale, l’extention du Loup se confirme avec l’augmentation du nombre de communes où l’espèce est présente : Alpes, Jura, Massif Central et certains massifs des Pyrénées : Canigou, et Madres-Boucheville. Le protocole de suivi hivernal 2011 se termine, à la fin du mois de mars, nous ne manquerons pas de vous informer du bilan lié à ce suivi au début de cet été. Rendez-vous est pris. Olivier SALVADOR, Technicien FRNC


Gestion et aménagement

Grand Tétras Pose d’une clôture pour une meilleure cohabitation entre l’élevage ovin, bovin, et les Grands Tétras. Espèce emblématique disparue des Alpes, en mauvaise situation dans les Vosges et dans le Jura, le Grand Tétras voit ses effectifs pyrénéens diminuer depuis plus de vingt ans. Dans les Pyrénées il est encore temps, d’inverser la tendance. Quelques actions peuvent y contribuer. Certaines infrastructures peuvent nuire au Grand Tétras et aux autres espèces aviennes. Ainsi, les “clôtures acier”, en cas de collision, constituent des obstacles parfois mortels ou très dangereux pour les oiseaux. La collaboration entre les éleveurs de la vallée, le Groupement Pastoral de l’estive de Nohèdes, les différents services de l’ONF et la Réserve Naturelle de Nohèdes a permis la mise en place d’un nouveau type de clôture conforme à une meilleure sécurité pour les oiseaux et à une bonne compartimentation des troupeaux de vaches et de brebis. La pose de cette clôture à vocation pastorale s’est effectuée dans une zone de sensibilité du Grand Tétras (présence régulière et site vital). Les services techniques de l’ONF ont démonté l’ancienne clôture et procédé à la pause de nouveaux piquets. La réserve naturelle a assuré l’installation d’un ruban souple. Le temps de travail pour ces actions est intégralement pris en charge par ces organismes. Les éleveurs, partenaires de cette action, ont financé l’achat du ruban et des piquets.

Clôture “sécurisée” rabaissée durant l’automne et le printemps en zone à Tétras.

Olivier SALVADOR, technicien RNN Nohèdes

Eyne fait son Agenda 21 ! Une gestion territoriale locale plus responsable et solidaire des enjeux planétaires! Le chapitre 28 de la Déclaration du Sommet de Rio de 1992 et le Grenelle de l’Environnement incitent les collectivités à élaborer des plans d’actions pour relever les défis planétaires du XXIème siècle ! Pour faciliter la mise en place des agendas 21 locaux, le MEDDTL a élaboré un cadre de référence pour les projets territoriaux de développement durable A partir de son diagnostic territorial, Eyne et ses habitants vont établir un plan stratégique d’actions en les hiérarchisant selon des thématiques (environnement, solidarité, énergies, eau, déchets….) et établir des indicateurs pour en mesurer la valeur ajoutée et l’efficacité attendue : une vraie stratégie d’amélioration continue pour répondre aux besoins spécifiques d’évolution d’Eyne. La Réserve Naturelle de la Vallée d’Eyne est un partenaire précieux pour l’Agenda 21 car elle apporte son expertise scientifique (ex : rapport d’études sur l’impact de l’activité humaine sur les habitats), conseille en matière de gestion environnementale et sensibilise au patrimoine vivant en organisant des événements « Tous publics» . Avec ces différentes compétences, la Commission Environnement de l’Agenda 21 étudie déjà des pistes d’actions autour du thème « Nature protégée et Nature ordinaire ». Sylvie GISSOIT, Chargée de projet Agenda 21. Mairie d’Eyne Pour en savoir plus Méthodologie Agenda 21, labellisation http://www.notrevillage.asso.fr/ Contexte juridique http://www.developpement-durable.gouv.fr/Strategie-nationale/ 5


Les brèves «Et pourquoi pas une balade en forêt à Prats de Mollo La Preste, juste à côté de la réserve naturelle ? Ce serait chouette ! Observez et découvrez les différentes facettes de la forêt de montagne,ce qu’elle génère, ce qu’elle nous offre. La forêt de montagne endure les contraintes du climat montagnard. Malgré cela elle fournit du bois et un grand nombre de services : protection des sols, pâture du bétail en son sousbois, biodiversité originale et spécialisée... La balade est de niveau facile. A chaque balise, un commentaire et un thème sont proposés sur le livret de découverte : le bois mort, les fourmis, un arrêt d’entraînement au repérage de la faune qui se cache... Balade recommandée de mai à octobre, se munir de vêtements chauds (1600m d’altitude). Où se procurer le livret (4€): Office Municipal du Tourisme, Librairie, Maison de la Presse à Prats ou au Chalet-resto/gîte des Conques toujours ouvert et au point de départ du sentier.» Pascal GAULTIER, conservateur, RNN de Prats de Mollo la Preste

Mantet : la journée de la raquette à neige Le 9 janvier 2011, la dixième édition de la journée nationale de la raquette à neige a eu lieu à Mantet organisée communément avec l’APAM 66, les équipes des réserves naturelles de Py et de Mantet et la commune de Mantet. Si la neige n’était pas au rendez-vous, une soixantaine de personnes se sont quand même mobilisées pour l’évènement. Un premier groupe est parti en quête des sommets, raquette sur le dos sait-on jamais ! Un peu plus tard, le public familial est parti se balader dans la vallée de Caret où alternaient contes et recherches de traces et indices d’animaux. A l’heure du goûter, tout le monde s’est retrouvé à la maison de la nature pour tirer les rois et la tombola... et la neige a fait honneur à cette journée en faisant virevolter des flocons au moment des au revoir. Karine CHEVROT, technicienne RNN MANTET

Le vol du Gypa, du 25 juillet au 03 août 2011 dans les Réserves Naturelles de Jujols et de Nohèdes Durée : 10 jours, séjour itinérant Lieux : de Jujols jusqu’à Nohèdes Ages :10 à 13 ans, 12 jeunes maximum Prix : 535 € En compagnie de deux ânes de bât, les enfants s’aventurent à pieds vers les merveilles des Réserves Naturelles de Jujols et de Nohèdes. Ce sera l’occasion de jouer dans la forêt, autour des rivières et des lacs d’altitude, faire un affût, veiller auprès du feu et rêver sous les étoiles. Aidés par des ânes de bât pour le portage, encadrés par des animateurs diplômés et des accompagnateurs en montagne, les enfants cheminent en toute sécurité au coeur de la nature sauvage. Ils rencontrent aussi un berger qui leur parle de son métier et des bêtes dont il a la responsabilité. Un soir, lors d’un camp en altitude, ils sont rejoints par un garde des réserves naturelles catalanes. Avec lui ils organisent deux affûts au pays des animaux sauvages. Ce séjour itinérant est un voyage, une traversée où chaque enfant tisse une relation profonde avec la nature, avec les autres, où chaque individu prend confiance en lui. Olivier SALVADOR, technicien FRNC

6


DOSSIER : Plans Nationaux d’Actions Les actions des RÊserves Naturelles Catalanes La sauvegarde de la biodiversitÊ est devenue une des prÊrogatives de l’État français. Plusieurs outils d’application ont ainsi ÊtÊ crÊÊs, dont les plans nationaux d’actions (PNA), initialement intitulÊs  plans de restauration . CrÊÊs il y a une quinzaine d’annÊes, les PNA visent à prÊserver et à restaurer les populations d’espèces menacÊes d’extinction en France. Le Grenelle de l’environnement a soulignÊ leur importance et a demandÊ à augmenter le nombre d’espèces bÊnÊficiant d’un plan à 131. Les espèces concernÊes jouissent, pour la plupart, d’une protection nationale. Quelques exceptions sont faites notamment pour les espèces ne bÊnÊficiant d’aucune protection mais dont les populations très vulnÊrables nÊcessitent des actions concrètes pour leur prÊservation. Les actions proposÊes s’articulent en gÊnÊral autour de trois axes :  

                                           "         #    leurs populations,                ##          #  tÊgrer la protection des espèces dans les activitÊs humaines et dans les politiques publiques. Le ministère initie les diffÊrents plans et dÊsigne une DREAL coordinatrice. Comme de nombreux partenaires et acteurs de la prÊservation de la biodiversitÊ, la FÊdÊration des RÊserves Naturelles Catalanes met en place plusieurs actions entrant dans le cadre des PNA. En effet, ces deux outils de prÊservation de la biodiversitÊ nationale s’avèrent complÊmentaires. Les PNA rÊdigÊs avec l’appui de nombreux experts proposent les actions les mieux adaptÊes aux situations des espèces concernÊes et au contexte actuel. Les rÊserves permettent leur application grâce à leur compÊtence et à la connaissance qu’elles ont de leur territoire et des acteurs locaux. La FRNC participe ainsi aux PNA du Gypaète barbu, du Percnoptère d’Egypte, du Desman des PyrÊnÊes et des chiroptères.

CĂŠline QUELENNEC       FRNC 7


Participation de la FRNC au PNA Desman des Pyrénées Ce petit mammifère aquatique est devenu une espèce incontournable pour la Fédération des Réserves Naturelles Catalanes (FRNC). Présent dans six réserves naturelles, Nohèdes, Py, Mantet, Prats-de-Mollo, Eyne et Nyer, il est classé parmi les espèces prioritaires dans le schéma fédéral de coordination scientifique de la FRNC. En 2009, un Plan National d’Actions est élaboré (cf. article « le desman des Pyrénées» : un Plan National d’Actions pour sa conservation, par Mélanie Némoz, Natura Catalana n° 17), et c’est tout naturellement que la FRNC participe activement à sa réalisation à travers deux actions principales : - la mise en place d’une première étude d’évaluation des petits aménagements hydrauliques dans le massif du Madres-Coronat en 2010, - l’actualisation de la carte de répartition du desman des Pyrénées à l’échelle des Pyrénées-Orientales, à partir de 2011.

Petits aménagements hydrauliques et impact sur le desman De nombreux petits aménagements hydrauliques, captages, seuils, canaux, rejets parsèment le Massif du Madres-Coronat et constituent un risque important pour le desman des Pyrénées. En effet, ces aménagements se sont révélés mortels dans certains cas. Des desmans ont été retrouvés noyés dans plusieurs structures : le château d’eau de Nohèdes, le canal de Nyer, coincés dans des captages, dans des pièges à invertébrés ou à poissons (bouteille de 5 litres avec le goulot inversé).

Cet inventaire a permis de constituer un catalogue des aménagements avec leur localisation, leurs caractéristiques, l’évaluation de leur dangerosité et la proposition de solutions concrètes. En effet, plusieurs grilles de notation ont été créées afin d’établir des priorités d’actions sur les différents risques relevés.

Sylvain Dauré, Chargé d’Étude à la Fédération des Réserves Naturelles Catalanes, aidé d’Évelyne Giné, stagiaire, ont parcouru l’ensemble des rivières du massif et une grande partie des canaux d’irrigation pour inventorier ces aménagements. Soit un total de 41 km de rivières et 38 km de canaux, parcourus en 2 mois et demi. Grilles de notation utilisées pour évaluer les captages La note finale est la somme des notes obtenues à partir des deux grilles 8


Les mesures de protection ProtÊger les captages par une crÊpine conventionnelle Les solutions principales proposÊes sont de munir tous les captages, de crÊpines conventionnelles et de limiter l’accès aux canaux et aux prises d’eau des stations hydro-Êlectriques par des grilles constituÊes de barreaux espacÊs de 2 cm pour Êviter que le desman n’y pÊnètre et ne s’y noie. Les rejets directs doivent au maximum être ÊvitÊs, car la pollution qui en rÊsulte peut modifier les caractères physico-chimiques de la rivière et engendrer une baisse ou la disparition des proies du desman. S’ils ne peuvent être ÊvitÊs, les tuyaux devraient être cependant sur-ÊlevÊs afin d’être inaccessibles.

Limiter les risques par le mise en place d’une grille de protection Sur les 22 canaux contrôlÊs, huit prÊsentent des risques importants. Ils sont longs de plusieurs kilomètres (ce qui expose d’autant plus les desmans à la prÊdation), prÊsentent de nombreux amÊnagements et parfois même des parties intÊgralement tubulÊes, qui, totalement immergÊes, sont susceptibles d’être source de noyade pour le Desman.

Mulot retrouvÊ mort dans un rÊservoir fermÊ captant l’eau d’un canal d’irrigation de Mosset. Le captage n’est pas protÊgÊ et reprÊsente le seul moyen de s’Êchapper. Pouvant être dangereux.

Captage protĂŠgĂŠ avec une crĂŠpine conventionnelle. Sans danger.

Canal de Ria, tubulÊ sur plus de 1 567m et rÊgulièrement immergÊ reprÊsentant un danger potentiel pour le Desman. Très dangereux.

Captage en aluminium sans protection posÊ en continu dans la rivière d’Urbanya permettant de remplir une cuve d’eau (diamètre=7,5cm). EvaluÊ très dangereux.

Actualisation de la carte de rÊpartition du desman des PyrÊnÊes à l’Êchelle des PyrÊnÊes-Orientales En ÊtÊ 2011, dÊmarreront les premières prospections pour la rÊactualisation de la carte de rÊpartition du desman en France dans le cadre du PNA. La mise en place d’une fiche et d’un protocole unique permettra d’Êtablir cette carte sur l’ensemble du massif pyrÊnÊen. Afin de pouvoir estimer l’Êvolution des populations du desman de ces 20 dernières annÊes, seront parcourus prioritairement les tronçons prÊalablement prospectÊs en 1989-1990 par Alain Bertrand, PrÊsident du Conservatoire RÊgional des Espaces Naturels de Midi PyrÊnÊes. Le protocole consiste en la recherche de fèces de desman qui indiquent la prÊsence de cette espèce très discrète. La FRNC se propose de rÊaliser ces prospections sur le dÊpartement des PyrÊnÊes-Orientales. Sa participation a dÊmarrÊ par des journÊes de formation rÊalisÊes en janvier et organisÊes par le CREN MP avec au programme, l’Êcologie de l’espèce, la formation aux captures, et la prÊsentation de ce suivi standardisÊ. Rendez-vous en ÊtÊ 2011 pour les premières prospections. CÊline QUELENNEC       FRNC 9


Gypaète Barbu et Vautour Percnoptère : deux espèces, deux Plans Nationaux d’Actions Les Réserves Naturelles Catalanes s’engagent pour la conservation des deux rapaces les plus emblématiques mais aussi les plus menacés de nos Pyrénées . Les deux « plans d’actions nationaux » : Vautour Percnoptère et Gypaète Barbu viennent d’être validés.... D’ores et déjà, les Réserves naturelles catalanes s’investissent pour la protection et la conservation de ces espèces. Afin de sensibiliser les habitants de nos vallées ainsi que les estivants, ces plans prévoient également un volet pédagogique. Les Pyrénées abritent la plus grosse population française de Vautours Percnoptères. Pourtant cette espèce est aujourd’hui en voie de disparition. La population pyrénéenne française s’élève en 2010 à 68 couples. Sur ces 68 couples, 61 se reproduisent et ont donné 48 jeunes à l’envol. Le département des Pyrénées Orientales abrite 1 seul couple reproducteur. Afin d’accroître la population existante et ainsi assurer la pérénité de l’espèce, les Réserves naturelles catalanes ont créé des placettes de nourrissage « Eleveurs ». L’objectif est de rendre à la nature ce qu’elle produit sur place. Partant du constat que la disponibilité alimentaire favorise l’expansion de cette espèce tous nos efforts s’orientent dans cette stratégie. A ce jour, dans les massifs du Canigou et du Madres, les éleveurs engagés dans cette démarche déposent les cadavres d’animaux sur ces placettes spécifiques. Cela permet d’ accroître la ressource alimentaire pour cette espèce et donc de favoriser la venue de nouveaux individus ou bien de favoriser l’élevage d’un jeune. A chaque dépôt fait par les éleveurs un suivi régulier est mis en place. Afin de connaître au mieux l’évolution de cette espèce, chaque printemps, les agents des Réserves naturelles catalanes prospectent les sites favorables à la nidification. Cela nous permet d’être réactifs si de nouveaux couples se forment dans nos Pyrénées Catalanes. 10

Pour le Gypaète Barbu la problématique est un peu la même, les Pyrénées abritent la plus grosse population européenne. Dans la partie française des Pyrénées 35 couples sont recensés à ce jour. Sur ces 35 couples, 29 sont reproducteurs et ont donné 11 jeunes à l’envol. Les Pyrénées Orientales abritent 3 couples dont 1 est reproducteur. Tout comme pour le Vautour Percnoptère, les Réserves naturelles catalanes ont créé des sites de nourrissage spécifiques à cette espèce. Etant donné que le Gypaète Barbu est une espèce qui vit plus haut en altitude et que l’époque du soutien alimentaire coincide avec celle où le bétail est rentré à l’étable ou à la bergerie, les sites sont alimentés par les agents des Réserves naturelles catalanes. Dans les massifs du Canigou et du Madres, du 15 novembre au 15 mai, les sites sont alimentés une fois par semaine avec 15 kg d’os de boucherie. A chaque dépôt, les agents effectuent un suivi afin de connaître le nombre d’individus qui fréquentent ces sites. Dans le Canigou la Fédération départementale des chasseurs est associée à cette action. Dans le Massif du puigmal,un autre site de nourrissage est, lui, géré par l’Office nationale des forêts. A l’identique du Vautour Percnoptère, durant l’hiver, nous effectuons des suivis dans les secteurs favorables à la nidification avec comme objectif d’être réactifs quant à l’installation d’un nouveau couple sur les Pyrénées catalanes. Afin de mieux connaître ces deux espèces pyrénéennes, la Fédération des réserves naturelles catalanes vous propose des animations spécifiques. Rendez-vous dès ce printemps pour le retour du Pernoptère autour du festival nature des Réserves naturelles catalanes. Source: Erick Kobierzicky et Martine RAZIN, coordinateurs pour le massif des Pyrénées française.

Olivier GUARDIOLE, technicien Réserve Naturelle de Prats de Mollo la Preste


Plan National dâ&#x20AC;&#x2122;Actions en faveur des chiroptères : la FRNC souhaite sâ&#x20AC;&#x2122;engager La France mĂŠtropolitaine est riche de 34 espèces de chiroptères. Toutes sont protĂŠgĂŠes. Depuis le dĂŠbut du XXe siècle, les activitĂŠs humaines entrainent des modifications des milieux naturels menaçant la pĂŠrennitĂŠ de certaines populations. Les menaces auxquelles les chiroptères sont soumis sont multiples : modification du paysage (densification du rĂŠseau routier, abandon du pâturage extensif, retournement des prairies, destruction des haies et autres corridors,disparition de zones humides), destructions directes et dĂŠrangements (eoliennes, impact des routes et autres infrastructures, prĂŠdation par les chats domestiques), contamination chimique (traitements de charpente insecticides et mĂŠtaux lourds, antiparasitaires), disparition ou modification du gĂŽte... Afin de maintenir les populations de chauves-souris, un premier plan national de restauration a ĂŠtĂŠ mis en   $$$&'+<      

      = >    <  #     chiroptères a ÊtÊ ÊlaborÊ pour les annÊes 2009 à 2013. Les actions de ce plan ont ÊtÊ dÊfinies selon trois grands axes de travail : protÊger, amÊliorer les connaissances, informer et sensibiliser. Ce plan national est dÊclinÊ dans chaque rÊgion.

La FRNC dĂŠsire participer, activement au plan national dâ&#x20AC;&#x2122;actions afin dâ&#x20AC;&#x2122;amĂŠliorer la connaissance de lâ&#x20AC;&#x2122;utilisation des habitats prĂŠsents dans les rĂŠserves. Câ&#x20AC;&#x2122;est ainsi quâ&#x20AC;&#x2122;elle dĂŠsire, dĂŠbut 2012, participer aux actions suivantes : - dĂŠvelopper les connaissances sur les unitĂŠs fonctionnelles des individus : terrain de chasse, rĂŠpartition spatio-temporelle des espèces Ă  forte valeur patrimoniale (menacĂŠes, mĂŠconnues). - mettre en place des suivis des populations de chiroptères selon la mĂŠthodologie nationale.

ComplĂŠter les inventaires chiroptĂŠrologiques dans les RNC Des inventaires vont ĂŞtre rĂŠalisĂŠs cette annĂŠe afin dâ&#x20AC;&#x2122;avoir un ĂŠtat des lieux actualisĂŠ pour lâ&#x20AC;&#x2122;ensemble des RĂŠserves Naturelles Catalanes. Les RNC pourront ainsi hiĂŠrarchiser les enjeux de connaissances et de conservation et participer Ă  la diffusion dâ&#x20AC;&#x2122;informations sur les chauves-souris. Lâ&#x20AC;&#x2122;inventaire des chiroptères a ĂŠtĂŠ rĂŠalisĂŠ rĂŠcemment sur la plupart des RNC (Prats de-Mollo 2004 ; Jujols 2005 ; Mas Larrieu 2007 ; Nohèdes 2008 ; Eyne 2009). Des inventaires ont ĂŠtĂŠ rĂŠalisĂŠs Ă  Mantet en 1999 et Ă  Py en 2000 mais les mĂŠthodes dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtude et le matĂŠriel utilisĂŠ ayant ĂŠvoluĂŠ, une nouvelle contribution Ă  cet inventaire partiel est nĂŠcessaire. De plus, lâ&#x20AC;&#x2122;ensemble des milieux naturels prĂŠsents sur ces deux rĂŠserves nâ&#x20AC;&#x2122;a pas ĂŠtĂŠ parcouru, un effort de prospection supplĂŠmentaire est donc souhaitable. Les rĂŠsultats obtenus lors de lâ&#x20AC;&#x2122;inventaire de Nohèdes montrent que le massif du Madres/Coronat abrite des espèces Ă  forte va-

18 espèces sont prĂŠsentes dans les RNC Molosse de Cestoni Rhinolophe euryale Grand rhinolophe Petit rhinolophe SĂŠrotine commune Vespère de Savi Minioptère de Schreibers Murin dâ&#x20AC;&#x2122;Alcathoe Vespertilion de Daubenton

Vespertilion de Natterer Noctule de Leisler Noctule commune Pipistrelle de Kuhl Pipistrelle de nathusius Pipistrelle commun Pipistrelle soprane Oreillard roux Oreillard gris

leur patrimoniale et que les lacunes en matière de connaissance sur ces espèces sont importantes. Nous ne disposons dâ&#x20AC;&#x2122;aucune donnĂŠe chiroptĂŠrologique pour la RNN de Conat et un inventaire semble donc indispensable.

Etudier les unitĂŠs fonctionnelles des populations prĂŠsentes dans les RNC Afin de pouvoir mettre en place des modes de conservation et de protection efficaces, il est indispensable dâ&#x20AC;&#x2122;amĂŠliorer nos connaissances sur les diffĂŠrentes unitĂŠs fonctionnelles des populations prĂŠsentes. En effet, les chiroptères utilisent des habitats diffĂŠrents pour rĂŠaliser lâ&#x20AC;&#x2122;ensemble de leur cycle : zone de chasse, gĂŽtes hivernaux, estivaux... et agir sur un seul habitat nâ&#x20AC;&#x2122;est pas suffisant. La connaissance de lâ&#x20AC;&#x2122;ensemble des habitats utilisĂŠs nous permettra dâ&#x20AC;&#x2122;orienter nos actions. Karine GESLOT, conservatrice,RNN JUJOLS Textes extraits du rapport : C.QUELENNEC , 2010    

        

des RĂŠserves Naturelles Catalanes Source : PNA Chauves-souris

Zoom sur la RNR de Nyer La RĂŠserve de Nyer se distingue par son importante implication dans lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtude des chauves-souris : les inventaires menĂŠs sur le territoire ont permis dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvaluer la richesse spĂŠcifique Ă  au moins 22 espèces, soit plus de 2/3 des espèces françaises ! Parallèlement, une ĂŠtude tĂŠlĂŠmĂŠtrique rĂŠalisĂŠe sur lâ&#x20AC;&#x2122;une des plus importantes colonies de Petits rhinolophes du Languedoc-Roussillon a conduit Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠgration de leurs territoires de chasse dans le site Natura 2000 ÂŤChiroptères des PyrĂŠnĂŠesOrientalesÂť. Recherche de gĂŽtes dâ&#x20AC;&#x2122;hibernation, mise en ĂŠvidence dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠchanges entre colonies, etc. sont autant dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtudes quâ&#x20AC;&#x2122;il reste Ă  engager pour amĂŠliorer les connaissances et donc la prĂŠservation de ces espèces. Emilie Barthe chargĂŠe de mission chiroptères RNR Nyer-CG66 11


A vos agendas ! Nohèdes vous invite le 28 mai à son opération Fréquence Grenouille ! Du 1er mars au 31 mai 2011, a lieu, sur toute la France, Fréquence Grenouille, évènement porté par les Conservatoires d’Espaces Naturels et les Réserves Naturelles de France. Il s’agit cette année de la 17ème édition de cette campagne de sensibilisation en faveur de la préservation des milieux humides et des espèces qu’ils abritent. Au total, près de 400 animations sont prévues sur le territoire français !

La Réserve Naturelle de Nohèdes participe à cet évènement, et met les amphibiens à l’honneur le samedi 28 mai à partir de 19h30...Au cours de cette soirée les participants (re)découvriront les espèces, surtout d’ici (pyrénéennes) mais aussi d’ailleurs... Ce sera l’occasion d’aborder l’état actuel de ces animaux à l’échelle de la planète : comment se portent-ils ? quelles sont les menaces qui pèsent sur eux ? comment peut-on les protéger ? Il sera aussi question de sensibiliser les participants à l’importance majeure des zones humides : milieux de vie remarquables pour leur biodiversité ainsi que pour les fonctions écologiques qu’ils accomplissent.

Au programme : petit film d’introduction, inauguration d’une exposition (qui alliera superbes photos de batraciens et panneaux explicatifs). Histoires, contes et anecdotes rythmeront la soirée... Enfin, notre équipe exposera, à travers un diaporama, les actions qui sont menées à ce jour sur la réserve de Nohèdes, en faveur de ces animaux fragiles.

Une soirée évènement pour mieux connaître grenouilles, crapauds, salamandres et tritons... à ne pas rater !

Samedi 28 mai à 19h30 RDV à la salle des fêtes de Nohèdes Animation gratuite Tous publics Apéritif offert

Nathalie GUENEL, stagiaire Maria MARTIN, technicienne, RNN NOHEDES

Lettre d’information N° 19, mars 2011

Réalisation, publication, diffusion : F.R.N.C - Directeur de la publication : Roger Fons - Rédactrice en chef : Florence Lespine - Conception, animation : Karine Geslot - Rédaction : Karine Chevrot, Sylvie Gissoit, Karine Geslot, Pascal Gaultier, Olivier Guardiole, Nathalie Guénel, Maria Martin, Céline Quelennec, Olivier Salvador, Martine razin - Crédit photographique et illustrations : Pierre Cairan ( p 8), Karen Corley, Sylvain Doré, Evelyne Giné, Pascal Gaultier, Karine Geslot, Olivier Grosselet (p12), Jean-Claude Ledoux ( araignée p3), Alain Mangeot, Dimitri Marguerat (p1 et p10),Thierry et Ghislaine Nicaise (p7), Olivier Salvador N°ISSN- 2106-6698 Fédération des réserves naturelles catalanes, 24 rue Jean Jaurès, 66500 Prades, tel: 04.68.05.38.20- conf.reserves.catalanes@espaces-naturels.fr 12


Lettre d'info