Page 1

1


PROGRAMME DE LA RENCONTRE Mot de bienvenue et présentation des personnalités Les présidents de la SNQL et du MQFL vous accueillent Performance du slameur IVY Allocution des élus Conférence de Christian Vézina Remise du Prix d’excellence en français Gaston-Miron, catégorie Individu Seconde performance du slameur IVY Remise du Prix d’excellence en français Gaston-Miron, catégorie organisme Hommage spécial Remerciements des partenaires Mot de la fin Réception

LE COMITE ORGANISATEUR SNQL

MQFL

Diane Arsenault

Réjean Arsenault

Claudette Bouchard

Joanne Céré

Gilles Broué

Lise Desjardins-Garant

André Marion

Pierre Marie Lagier 2


MOT DES PRESIDENTS MESSAGE DE BIENVENUE Le Mouvement Québec français des Laurentides (MQFL) et la Société nationale des Québécoises et Québécois, région des Laurentides (SNQL), sont heureux de vous accueillir pour la huitième édition de la remise des Prix d’excellence en français Gaston-Miron. Par ce rendez-vous annuel de la Francophonie, nous manifestons notre attachement à la langue française par laquelle s’exprime notre riche culture québécoise. Nous félicitons chaleureusement toutes les personnes et tous les organismes qui sont en nomination aujourd’hui pour recevoir les Prix d’excellence en français Gaston-Miron et ce, afin de reconnaître leurs efforts de promotion et de valorisation de la langue française en 2018. Lors de la remise de ces prix, nous soulignons également le mois de la Francophonie. Ce mois nous rappelle que la langue française est parlée sur les cinq continents. Le 20 mars de chaque année, les Québécoises et les Québécois commémorent la Journée internationale de la Francophonie avec des millions d'autres locuteurs des cinq continents qui expriment le plaisir de vivre en français. Au Québec, la langue française, c’est le fondement même de notre identité et de notre culture. Son rayonnement se fait par notre façon de la chanter, de la parler, de l’aimer et de la garder vivante. Elle mérite d’être enseignée avec soin, car elle est pleine de pièges et d'exceptions même avec son charme poétique. Nous sommes fiers de notre langue, nous sommes fiers de notre grand poète national Gaston Miron et nous sommes fiers de pouvoir honorer, à notre manière, son œuvre, tout en rendant hommage à ceux et celles qui travaillent aujourd’hui, tout comme lui hier, à façonner le visage français des Laurentides. Au Québec, nous sommes huit millions ayant l’obligation de défendre et de promouvoir quotidiennement le français en Amérique du Nord, car c’est une exigence pour la survie de la nation québécoise. Le grand Gilles Vigneault, à sa manière, nous le rappelle : « La meilleure façon de défendre une langue, c'est de la parler bien, de l'écrire le mieux possible et de la lire beaucoup». Avec la volonté et le plaisir de vivre en français nous vous souhaitons une belle rencontre.

Réjean Arsenault, président MQFL

Gilles Broué, président SNQL 3


GASTON MIRON 1928-1996

N

é à Sainte-Agathe-desMonts en 1928, Gaston Miron a une passion pour le livre qui l’amène à jouer un rôle de premier plan dans l’édition québécoise et en étant cofondateur des éditions de l’Hexagone, qu’il a dirigées de 1953 à 1983. La Délégation du Québec à Paris s’est souvenue de cet engagement envers le rayonnement du livre en inaugurant la bibliothèque Gaston-Miron à Paris. L’Université de Montréal a créé le Centre d’archives Gaston –Miron (CAGM), voulant ainsi contribuer à la mise en valeur des archives de la littérature québécoise et du discours culturel. Ce poète national s’est employé à faire connaître notre littérature par des tournées de conférences dans les universités d’Europe et des Amériques, par des lectures de poèmes et des prestations dans nombre de pays lors de colloques ou de rencontres littéraires avec divers publics. Homme engagé, il milite tour à tour au Nouveau Parti Démocratique (NPD), au Rassemblement pour l’indépendance Nationale (RIN), au Parti Socialiste Québécois (PSQ), au Parti Québécois (PQ), au Mouvement Québec Français ainsi que dans divers mouvements humanitaires. Poète très impliqué dans les débats de la société québécoise, il a été arrêté et incarcéré lors de la fameuse crise d’octobre en 1970. Gaston Miron est décédé le 14 décembre 1996. L’État québécois lui a offert des funérailles nationales. Il repose à Sainte-Agathe-des-Monts, son ultime demeure, tout près du lac des Sables.

4


CONFERENCIER CHRISTIAN VÉZINA Quelques années de radio consacrées principalement à la chanson puis quelques décennies à faire voir et entendre la poésie sur scène. Scènes théâtrales, scènes étudiantes, scènes provisoires autant qu'improvisées. Récent retour à la radio comme chroniqueur et billettiste à l'émission Dessine-Moi un dimanche sur la Première chaîne de Radio-Canada. Né en 1958, entre le Cap Tourmente et le Cap Diamant, poète, homme de scène, de radio, de passion et indépendantiste non négociable, Christian Vézina anime aussi depuis plus de neuf ans une série de rencontres littéraires intitulée Le Poète en robe de chambre. Il a publié deux livres en 2018: Un dimanche à ma fenêtre (recueil de textes radiophoniques) et Pêche à la ligne (un recueil d'aphorismes).

SLAMEUR IVY IVAN BIELINSKI (IVY) – Associé au « spoken word » montréalais, pour avoir notamment fondé la scène québécoise de slam, le poète-musicien explore depuis plus de vingt ans les rapports entre le rythme oral et musical sans parti pris de genre ni d’esthétique, si ce n’est celui de célébrer la richesse de notre langue française. Outre ses livres (Les corps carillonnent, Éd. Du Noroît; Slam à toi, Bayard Canada), ses projets musicaux épousent chaque fois les formes de ses collaborations : chanson électro-folk et arrangements classiques avec Philippe Brault (Slamérica, Hors des sentiers battus); jazz et spoken word avec le trio Misc et Yves Desrosiers (S’armer de patience). Ses tournées l’ont conduit à travers la francophonie (Québec, francophonie canadienne, France, Belgique, Suisse, Sénégal, Nouvelle-Calédonie). Il donne de nombreux ateliers et dispense à l’occasion du mentorat tout en s’impliquant dans l’essor du slam francophone. 5


6


LES LAUREATS PRÉCÉDENTS 2012

Journal Le Nord pour Les Grands Prix Littéraires Le Nord . Mention d’honneur pour La plume en soi 2011 du Cégep de SaintJérôme.

2013

Les Jardins du précambrien pour son œuvre collective  L’Arbre de la mémoire de la langue française .

2014

La Société d’histoire et de généalogie des Hautes-Laurentides (SHGHL) de Mont-Laurier pour l’ exposition Histoire de lettres . Mention d’honneur: La Ville de Blainville et Le Studio de la Relève.

2015

Catégorie individu: Marc Sauvage pour  Le marchand d’idées.  Catégorie individu: Prix Coup de cœur : Pascale Dupré pour L’Arbre à mots. Catégorie organisme: Association des auteurs des Laurentides, pour Histoire d’été 2, les trésors de mon village. Catégorie organisme prix Coup de coeur pour Les Francopolys

2016

Prix Coup de coeur: Ugo Monticone pour son livre numérique immersif Le vendeur de goyaves. Catégorie individu, Renée-Claude Lorimier du Cégep Lionel-Groulx pour son travail de valorisation de la langue française à travers toute la communauté du cégep. Catégorie organisme: Les éditions McGray de Saint-Eustache pour leur travail favorisant l’apprentissage des nouveaux mots et le goût de la lecture auprès de la clientèle jeunesse et adolescente.

2017

Prix Coup de coeur: Journal Le Sentier, de Saint-Hippolyte pour son journal communautaire mensuel. Catégorie individu: Roxane Turcotte, auteure jeunesse. Catégorie organisme: revue Étendart. La revue littéraire et artistique du cégep de Saint-Jérôme.

2018

Prix Coup de cœur : Gaétane Léveillé pour l’ensemble de sa carrière et la réalisation du Théâtre Gilles-Vigneault. Catégorie individu : Dave Blackburn pour la francisation d’un projet de recherche auprès des anciens combattants. Catégorie organisme : Joey Cornu Éditeur, pour la publication d’auteurs âgés entre 14 et 24 ans. 7


NOS PARTENAIRES MERCI

8


LES FINALISTES CATÉGORIE INDIVIDU Jean-François BEAUCHEMIN Diplômé en études françaises de l’Université de Montréal, auteur de nombreux romans, dont un pour la jeunesse, résident de Sainte-Anne-des-Lacs, monsieur Beauchemin, après avoir longtemps travaillé à la radio de Radio-Canada comme réalisateur et adaptateur, se consacre maintenant depuis plus de vingt ans à l’écriture de langue française. Il a notamment publié Le jour des corneilles qui a obtenu le prix FranceQuébec en 2005 et La fabrication de l’aube, prix des libraires du Québec en 2007. En 2017, il a été lauréat du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil de la culture des Laurentides. Ainsi qu’il décrit lui-même son travail, Jean-François Beauchemin sonde inlassablement « l’âme humaine » à travers des textes courts. Son dernier ouvrage Archives de la joie (2018) en fait aussi manifestement un chantre de notre environnement, celui que lui inspirent sans doute nos belles Laurentides. Salomé CORBO Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Montréal, la comédienne Salomé Corbo est très appréciée tant par les téléspectateurs que par les amateurs d’improvisation et de théâtre. Depuis longtemps, madame Corbo est une ardente défenseure de la langue française; elle s’implique dans plusieurs organismes pour faire rayonner notre langue notamment dans le programme La lecture en cadeau de la Fondation pour l’alphabétisation, dont elle est porte-parole. L’objectif de ce programme, particulièrement mis en œuvre en 2018 dans les HautesLaurentides, est de distribuer des livres neufs aux enfants de 0 à 12 ans, afin de les mettre en contact avec la lecture dès leur plus jeune âge, un souci qui tient à cœur à Mme Corbo. Celle-ci vient elle-même de publier Ma vie en Instagram, ouvrage où elle montre les quatre saisons de sa vie à travers le prisme d’Instagram, avec une touche de couleur et de poésie.

9


LES FINALISTES CATÉGORIE INDIVIDU Angèle COURVILLE Musicienne, auteure-compositrice, enseignante, Angèle Courville est une parfaite basse laurentienne qui s’est fait connaître non seulement par la qualité de ses œuvres, mais aussi par l’originalité de ses projets. Ainsi il y a eu Nuances, album créé tout au long d’une démarche à travers les Laurentides. Ambassadrice de notre région en France, elle a été aussi boursière du Conseil des arts et des lettres du Québec. Avec son partenaire Philippe-Emmanuel David, elle a créé à Sainte-Thérèse l’école «Musique sur mesure » qui offre initiation et perfectionnement en chant, en écriture ou en pratique instrumentale. En 2018, Angèle Courville a mis sur pied le projet La boîte à bonheurs, poursuivant, à travers les Laurentides, l’objectif de favoriser l’écriture créative en français.

Jérôme LAFOND Soutenu par divers organismes culturels dans le cadre du partenariat territorial des Laurentides, le romancier et poète Jérôme Lafond a créé en 2018 une résidence en écriture à la bibliothèque Marie-Antoinette-Foucher, au centre-ville de Saint-Jérôme. Cette résidence a pour objectif non seulement de permettre à l’auteur de recueillir quotidiennement des observations in situ, mais aussi d’accueillir et de recueillir dans Le langage des lecteurs la parole poétique des personnes fréquentant pour une raison ou une autre la bibliothèque. Ainsi M. Lafond se fait médiateur culturel et littéraire des visiteurs.

10


LES FINALISTES CATÉGORIE INDIVIDU Bernard MARCOUX Diplômé de l’Université de Montréal, Bernard Marcoux a longtemps enseigné le français avant de se plonger résolument dans l’écriture et devenir un de nos romanciers québécois dont l’œuvre s’attache particulièrement à l’éternel féminin dans toute sa sensualité. À travers pas moins de sept romans déjà, M. Marcoux est devenu un fin défenseur de la langue française et de la culture québécoise. En 2018 il a publié La Mandragore aux éditions Marcel Broquet, un roman qui garde le lecteur en haleine tout au long d’une intrigue policière.

Pierre MONDOU À ne pas confondre avec son homonyme le joueur de hockey des Canadiens, Pierre Mondou, psychologue de formation, est peut-être mieux connu dans nos Laurentides et au Québec sous le pseudonyme du poète qu’il est, Pierrot de lune. Animateur de soirées littéraires, chroniqueur dans les journaux de notre région, monsieur Mondou a fondé une maison de production poétique et dirige Poésie Académie qui s’exprime au Café Carrousel de Saint-Jérôme tous les 4e samedis du mois. Il en est lui-même à son 3e recueil de poèmes publié avec succès sous le titre de Derrière le masque des rêves. Tome III.

11


LES FINALISTES CATÉGORIE INDIVIDU Jocelyne PATRY Infatigable correctrice, soucieuse d’une belle langue écrite, Jocelyne Patry a longtemps enseigné avant de tenir elle-même des chroniques historiques dans un journal mensuel de notre région et de devenir correctrice pour le musée virtuel de la Société du patrimoine (Sopabic). Par son style, son orthographe, le choix judicieux des mots et la précision de ses descriptions, madame Patry est non seulement une ardente militante de la « bonne tenue » de notre langue, mais aussi une magnifique « passeuse » de notre mémoire collective.

Serge PROVENCHER Diplômé en études françaises de l’Université de Montréal, Serge Provencher s’est d’abord fait connaître par une longue carrière d’enseignant comme professeur au cégep de Saint-Jérôme et chargé de cours dans les Départements d’Études littéraires et des Sciences de l’Éducation de l’UQAM. Mais il se révèle aussi maintenant dans une carrière d‘écrivain à travers la publication d’ouvrages sur les curiosités langagières de notre belle langue. Sa dernière œuvre, toute récente, 27 expressions de la langue française REVISITÉES, allie pour le plaisir de tous, à la fois la recherche sur la langue et la beauté de l’art pictural ou photographique.

12


LES FINALISTES CATÉGORIE INDIVIDU Marie-Hélène RENAUD Généreuse de son temps et de son énergie, MarieHélène Renaud enseigne le français en secondaire V à l’école secondaire Émilien-Frenette de SaintJérôme. Mais, soucieuse de faire progresser le plus grand nombre d’élèves, elle a mis au point ce qu’on appelle « des pratiques gagnantes » dans le projet JIMINY dont elle est à la fois l’instigatrice auprès des élèves et la promotrice auprès de ses collègues, projet qui augmente considérablement les compétences en écriture du français à la veille du diplôme d’étude secondaire. Non seulement elle partage ainsi sa passion de la langue française avec ses élèves et ses collègues, mais elle fait la preuve par le pairage entre élèves (aidant/aidé) de la richesse du travail en équipe et du partage des idées.

13


REFLEXIONS DE MIRON DÉCOLONISER LA LANGUE Quelle est la situation de la langue au Québec? Je veux préciser que je ne suis pas linguiste. Lorsque je parle de langue, la mienne, la nôtre, c’est en relation avec un travail de parole et d’écriture qui est le mien comme écrivain. Mon propos découle davantage d’une réflexion sur la langue et d’observations sociolinguistiques que d’étude de la langue en soi. En cours de route, soit pour communiquer, soit pour m’exprimer, j’ai pris conscience de carences linguistiques, de difficultés du même ordre, qui avaient provoqué des traumatismes et des conflits chez moi. C’est alors que je me suis remis en question non seulement dans ma pratique d’écrivain, mais comme sujet parlant dans ma société. J’ai fait pour mon compte une sorte de procès de mon langage, et principalement de la langue qui est une modalité particulière du langage, qui est instrument de communication dans sa fonction essentielle, de « compréhension mutuelle », dit André Martinet. J’ai cherché à comprendre comment la langue fonctionnait chez moi et quel était le fonctionnement de la langue commune à l’échelle de mon entourage et de la communauté. Peu à peu s’est imposé à moi le constat que j’étais devenu, pour une bonne part, étranger à ma propre langue, que celle-ci subissait à mon insu l’intrusion d’une autre langue, en l’occurrence l’anglais. Je ne savais pas l’anglais, et cependant j’étais un unilingue sousbilingue: je savais une centaine d’expressions toutes faites comme Where is Peel Street ?, qui me permettent d’être fonctionnel et directionnel dans cette société. 14


Quand je lisais: Glissant si humide, je croyais que c’était du français, je comprenais parce qu’en même temps je lisais Slippery when wet, alors que c’est de l’anglais en français, c’est l’altérité. Pendant dix ans j’ai emprunté des centaines de fois les autoroutes sans tiquer au sujet de la signalisation: Automobiles avec monnaie exacte seulement/Automobiles with exact change only – Partez au vert/Go on green, etc., et j’ai constaté que des milliers d’usagers en faisaient autant. Un jour, j’ai ressenti un étrange malaise, presque schizophrénique. Je ne savais plus dans ce bilinguisme instantané, colonial, reconnaître mes signes, reconnaître que ce n’était plus du français. Cette coupure, ce fait de devenir étranger à sa propre langue, sans s’en apercevoir, c’est une forme d’aliénation (linguistique) qui reflète et renvoie à une aliénation plus globale qui est le fait de l’homme canadien-français, puis québécois, dans sa société, par rapport à sa culture et à l’exercice de ses pouvoirs politiques et économiques. Cette situation prévaut-elle toujours ? Revue Maintenant, no 125, avril 1973, tiré de l'Homme Rapaillé, Gaston Miron, l'Hexagone, 1994, page 193

15


LES FINALISTES CATÉGORIE ORGANISME Atelier de l’Île est un pôle culturel offrant un lieu de travail, d’échanges et de partage de connaissances essentielles à l’écosystème artistique de la région. L’activité, Dialogues laurentiens 2018, met en valeur la langue française par la poésie et l’estampe. Il s’agit d’un travail de création artistique, sous l’inspiration de messieurs Achard et Matte, jumelant l’art de l’estampe au monde de la poésie. Cette activité prolonge dans le temps le travail de ces onze poètes québécois jumelés à ces onze graveurs: Achard/Acquelin, Arnaud/Benjamin, Bloom/Barry, Campeau/Saint-Éloi, Gagné/Forget, Goulet/Lafond, Julie/Thébalt, Ménard/Annab, Piché/Matte, Pinard/Hébert, Thibault/Dubé.

La deMois'aile est un projet conçu pour les adolescentes de 12 à 17 ans visant à améliorer l’estime de soi par l’écriture via la plateforme numérique blogue. Cette activité qui prend de l’ampleur dans la région permet à des adolescentes d’utiliser le blogue de façon adéquate et en rédigeant en français un billet par mois. L’originalité de ce projet de madame Marie-Ève D’amours reçoit un bel accueil des responsables et des élèves des polyvalentes Curé-Mercure de Mont-Tremblant, Augustin-Norbert-Morin de Sainte-Adèle ainsi que celle de Mirabel. Longue vie à ce blogue.

16


LES FINALISTES CATÉGORIE ORGANISME Le Petit Théâtre du Nord est un organisme du domaine de la culture théâtrale dont la mission est de créer et produire du théâtre inédit en commandant des textes à des auteurs québécois. Depuis 20 ans, ce théâtre contribue de façon remarquable à la vie culturelle et à l’émergence de créateurs de la relève. Son théâtre innovant, son marathon d’écriture avec Amnistie internationale et son concours de lettres d’amour à la Saint-Valentin sont, entre autres, quelques concrétisations de la mission de ce théâtre. Cette longévité rend hommage aux fondateurs/amis Luc Bourgeois, Louise Cardinal, Sébastien Gautier et Mélanie St-Laurent qui ont fait preuve d’une persévérance dans ce déploiement de la culture francophone dans les Basses-Laurentides.

Loisirs Laurentides est un organisme se donnant pour mission d’être un acteur central reconnu par le gouvernement du Québec en matière de loisir, de sport et de plein air sur tout le territoire des Laurentides. L’engagement particulier dans des manifestations culturelles telles que Secondaire en spectacle pour la jeune relève amateur démontre l’importance du loisir culturel pour cet organisme. En effet, depuis plus de 20 ans, cette activité permet aux jeunes du secondaire de s’exprimer sur scène dans un contexte francophone au niveau de l’interprétation, de l’humour, de la musique et des autres formes de l’art. Bravo à celles et ceux qui se sont rendus aux sélections des finales locales, régionales ou nationales.

17


LES FINALISTES CATÉGORIE ORGANISME La maison des mots des Basses-Laurentides est un organisme communautaire offrant des ateliers de lecture, d’écriture, de théâtre, d’informatique et d’éducation populaire. Sa contribution à la valorisation de la langue française est orientée par sa volonté de rendre les participants plus autonomes au niveau de leur maîtrise de la langue dans les différentes activités proposées. Les approches utilisées sont élaborées avec le désir de placer le vécu des participants au centre des apprentissages et de favoriser la création de liens sociaux. Les participants sont intégrés à la structure de l’organisme par leur présence au sein de différents comités.

Poésie Académie est un organisme littéraire faisant, entre autres, la promotion de l’écriture et de l’art oratoire par le biais de la poésie. Son rayonnement s’étend depuis plus de sept ans dans la grande région de Saint-Jérôme par ses micros ouverts, par ses activités clair de lune sous l’inspiration de Pierre Mondou, par ses ateliers d’écriture sous la direction de Gleason Théberge, par sa troupe de théâtre Poesia dell’Arte, par ses après-midi les beaux dimanches à la résidence La Noblesse, par ses cafés littéraires diffusés sur les ondes de Radio Infocité.com et par sa rubrique mensuelle dans le journal Le Sentier de Saint-Hippolyte. Cette complémentarité des activités avec certaines autres formes d’art concrétise une facette de la culture dans les Basses-Laurentides qui englobe une grande variété de participants, tout à l’honneur de Poésie Académie.

18


LES FINALISTES CATÉGORIE ORGANISME La maison populaire d’Argenteuil est un organisme communautaire œuvrant, depuis 27 ans, dans le domaine de l’alphabétisation des adultes sur le territoire de la MRC d’Argenteuil. La créativité dans les différentes activités et l’impact sur le milieu en regard de l’acquisition des compétences en lecture et en écriture du français sont des éléments essentiels. Certaines activités, en particulier à l’égard des immigrants, telles que la journée internationale de l’alphabétisation, le journal la petite maison bleue, le plateau de librairie en librairie, et les correspondances populaires animent ce désir de la communication générale en français.

19


NOS PARTENAIRES MERCI

Youri Chassin Député de Saint-Jérôme

20


NOS PARTENAIRES MERCI

21


NOS PARTENAIRES MERCI

22


NOS PARTENAIRES MERCI

23


NOS PARTENAIRES MERCI

24


NOS PARTENAIRES MERCI

25


NOS PARTENAIRES MERCI

Eric Girard Député de Groulx Ministre des Finances Ministre responsable de la région de Laval

450 430-7890 Eric.Girard.GROU@assnat.qc.ca

26


NOS PARTENAIRES MERCI

Mme Sylvie D'AMOURS, députée de Mirabel, ministre responsable des Affaires autochtones et ministre responsable de la région des Laurentides

27


LES ORGANISATEURS Depuis plus de 65 ans, la SNQ des Laurentides travaille à la sauvegarde et à l’épanouissement de notre culture, de notre histoire et consacre ses efforts à faire du français la seule langue officielle du Québec. Elle déploie également beaucoup d’efforts pour accroitre le sentiment de fierté nationale, sans négliger pour autant ses implications sur les plans communautaire, social et économique Fondé en janvier 2010, l’organisme a pour mission de promouvoir l’usage de la langue française, veiller à ce qu’elle demeure la langue officielle du Québec, à appuyer ceux et celles qui ont à cœur son épanouissement sur notre beau territoire des Laurentides. Pour le MQFL, la protection et la valorisation de la langue française constituent une affaire de première importance. Dans un environnement anglophone nord-américain, nous devons résister et lutter pour l’avenir de notre langue et de notre culture

487, rue Laviolette, Saint-Jérôme, Québec, J7Y 2T8 Tél. (450) 438-4129 SNQL : info@snq-laurentides.quebec MQFL : mqfl@videotron.ca 28

Profile for snq-laurentides

Programme 2019  

Prix d'excellence en français Gaston-Miron 2019. Laurentides

Programme 2019  

Prix d'excellence en français Gaston-Miron 2019. Laurentides

Advertisement