Issuu on Google+


Page 3 Edito

Page 4

Arles, un mois de juin en enfer !

Page 5

Moulins, hommage

Page 6

Taubira inaugure le Carlton des voyous

Pages 8 et 9

Lettre ouverte à Mr. Le Président de la République

Pages 10, 11 et 12 Mobilisations

Page 13

Appel à l’unité

Page 14

Allons voir ce que font nos voisins

Page 15

Dessin humoristique sur l’article 29

L’ESPOIR PENITENTIAIRE REVUE TRIMESTRIELLE D’INFORMATION DU SYNDICAT NATIONAL DES PERSONNELS PENITENTIAIRES - servir sans subir -

ISSN.0245-8373 2ème trimestre 2013 N° Commission Paritaire : 1214-S-06324 Dépôt légal N°24767 Imprimerie COMPEDIT BEAUREGARD ZI Beauregard - 61600 - LA FERTE MACE Tél : 02.33.37.08.33 Travail exécuté par des Ouvriers Syndiqués - prix 0,30 euros Rédaction Administration S.N.P.F.O. 79 route de Grigny “Les Iris” 91136 Ris-Orangis cedex Tél : 01.69.43.00.44 Fax : 01.69.43.63.62 www.fopenitentiaire.fr E-mail : secretariat@fopenitentiaire.fr Directeur de Publication : Emmanuel GAUTHRIN Rédacteur en chef : David DAEMS Composition et réalisation : Joël HAUG

En utilisant du papier issu de forêts gérées durablement et certifié PEFC, le Syndicat National Pénitentiaire Force Ouvrière veille à ne pas contribuer à la déforestation.


Chers collègues,

édito

Le 5 juin 2013, aura été un moment important avec la création d’une unité syndicale nationale : FO, SPS, CFTC pour le bien de l’ensemble des Personnels en tenue afin de faire plier nos dirigeants qui insultent les Personnels avec leurs projets nauséabonds. Le temps de l’unité syndicale est porté haut et fort par toutes nos structures du national au local. Je profite de la circonstance pour souligner l’action des militants qui, à tous les niveaux, œuvrent pour faire vivre cette entente syndicale malgré les difficultés et les coups bas ; qu’ils en soient ici remerciés car tôt ou tard les évènements et le temps leur donneront raison. D’autres préfèrent ne pas rentrer dans l’unité syndicale Nationale tant attendue par l’ensemble des Personnels de Surveillance. Certaines organisations syndicales ont pris le pari de nous « toiser » de leur plus beau mépris ! En attendant, cela fait le jeu de notre Ministre et du DAP. Que chacun s’assume, mais la division n’a rien de bon pour notre profession, mis à part servir les intérêts de nos dirigeants et patronat directorial !!! En tout état de cause, la cruauté et le déchaînement des actes de sauvagerie à l’encontre des Personnels dans les détentions continuent et s’amplifient jusqu’à l’indicible ! Ceux qui pensent que la dangerosité de nos métiers s’arrête à un mini plan de 33 millions d’euros ou à un exercice de «ripolinage» de notre profession, se trompent lourdement… Quid de l’autorité des Personnels ? Quid de la procédure disciplinaire bafouée ? Que dire des méthodes employées par certains partenaires pour permettre de contourner les peines de cellules disciplinaires ? A cela rajouté l’article 57 de la loi pénitentiaire qui a rendu les détentions perméables et transparentes en matière de sécurité (armes, munitions, portable, drogue, explosifs, etc … ) L’article 29 de la loi pénitentiaire, véritable hymne à la voyoucratie qui vient renforcer l’idée d’impunité envers une certaine frange des basses fosses carcérales ! Nos gouvernants sont aujourd’hui pieds et mains liés face aux associations de voyous (OIP, Envolée, etc...etc.). La seule réponse portée par Taubira à l’aube de sa nouvelle politique d’exécution des peines, et de sa future loi pénale c’est une mesure emblématique : les peines de probation ! Quelle vaste fumisterie ! Tout cela pour vider les Prisons à n’importe quel prix ! Non satisfaite de la portée symbolique et politicarde de sa « conférence de consensus » TAUBIRA a décidé d’en rajouter avec sa nouvelle loi pénale, sincèrement où prendra-t-elle les 300 emplois de Personnel d’insertion et de probation ? Encore une fois de nombreux services vont être dépouillés ici ou là pour répondre à la commande ministérielle, au détriment d’autres missions tout aussi importantes ! Nous pensons, par exemple, à nos collègues des PREJ qui subissent un démantelement des effectifs ! Depuis quelques temps, la nouvelle équipe du SNP FORCE OUVRIERE subit les foudres de certains dirigeants et les attaques ciblées des syndicats patronaux (SNDP notamment) .Certains ont donc décidé de « criminaliser » l’activité syndicale de FO trop indépendante à leurs gouts et pas assez aux ordres de la hiérarchie ! A chacun ses valeurs, à FORCE OUVRIERE nous avons décidé d’être la voix et l’étendard des «Travailleurs Pénitentiaires» qui triment et souffrent sur les coursives ! Je terminerai mon édito en apportant tout mon soutien fraternel et indéflectible aux Personnels qui subissent les agressions des voyous et plus particulierement à celles et ceux qui ont été pris en otage récemment. La politique pénitentiaire mise en place par la ministre de la justice, encourage indéniablement de tels faits. La rentrée de septembre s’annonce mouvementée face aux différents projets gouvernementaux et notamment sur le dossier des retraites. Bien évidemment, le SNP FO sera aux côtés de la Confédération pour manifester son mécontentement le 10 septembre 2013. Bonne lecture, Le Secrétaire Général Emmanuel GAUTHRIN


Arles, un mois de juin en enfer ! C’est une Loi des séries qui se poursuit à la Maison Centrale d’Arles en matière de violence ! Les jours ne peuvent se suivre sans relater le moindre fait divers dramatique qui vise encore et toujours les Personnels Pénitentiaires. La prise d’otage du 14 juin dernier, avait déjà eu un effet retentissant, dans les médias mais surtout au sein d’une profession qui agonise sous les haussements d’épaules de Dame TAUBIRA. Mais la terrible double agression du vendredi 28 juin 2013 a fini par nous (Personnels de Surveillance) radicaliser dans nos propos, qui étaient déjà très virulents, vis-à-vis de celle qui persiste et signe dans son utopie de bons voyous, victimes des Lois de la République. Madame la Garde des Sceaux, un de vos Agents a eu une nouvelle fois la gorge tranchée sur les dangereuses coursives des Etablissements dont vous avez la responsabilité ! Une nouvelle fois, des vies seront marquées à jamais, au sens physique tout comme au sens psychologique ! Les ordres de mobilisation ont été donnés, les 17 juin et 02 Juillet 2013, afin de faire entendre raison à celle qui, par sa politique désastreuse, met en danger quotidiennement les défenseurs de l’Ordre Républicain. Avant de retourner sa veste, la Garde des Sceaux, militait pour l’indépendance de la Guyane, défiant ainsi la République Française. Comment peut-on croire que ce genre d’individu ait une once de respect des problèmes de notre Institution ? Camarades d’Arles et d’ailleurs, le SNPFO sera toujours à vos côtés et ne laissera pas le tandem politico-voyoucratique vous agresser impunément ! L’Unité est la Résistance du XXIème siècle !


Hommage Il y a 10 ans, le 18 juin 2003, devant l’entrée de la Maison Centrale de Moulins, un surveillant était retranché depuis le matin dans un mirador. Il s’est rendu le soir, peu avant 18 heures. Dans la matinée, vers 9h15, il avait soudainement ouvert le feu avec son arme de service, depuis son mirador. Dans sa ligne de mire, un groupe de Personnels de l’Administration Pénitentiaire qui arrivait à la Maison Centrale pour prendre leur service. L’économe de la prison, une jeune femme de 32 ans, mère d’une petite fille de 10 ans, n’avait pu éviter les tirs. Criblée de cinq balles, Véronique est morte dans les bras d’un collègue.

Ce bien triste personnage, âgé de 30 ans, s’était ensuite cloitré dans le mirador. Une psychologue et la directrice de l’établissement étaient entrées en contact par téléphone avec lui pour essayer de le raisonner, mais la communication était rompue dans la journée. Le GIGN était rapidement arrivé sur place en hélicoptère. « Le surveillant » avait finalement accepté de se rendre. Cette année, quelques fleurs ont été déposées en ce 18 juin 2013 comme tous les ans. Avec toujours cette pointe d’amertume…de dégout car cela se fait toujours sans la présence d’une personnalité de la Direction de l’Administration Pénitentiaire… Sans la présence d’une personnalité de la chancellerie ! Les Personnels de Moulins, eux toujours présents, montrent l’attachement et le respect pour Véronique. L’hommage rendu à Véronique est toujours pour nous l’occasion terrible de penser ensemble à sa petite fille, qui a 20 ans cette année et a grandi sans son Papa… sans sa Maman. Les lettres de cette petite fille qui résonnent dans nos têtes…qui envoie depuis dix ans des poèmes à la fête des mères pour sa maman chérie. Il faut vivre avec ça… mais sans jamais oublier que l’assassin de sa mère avait un comportement particulier avant les faits … et avait été signalé pas ses collègues de l’époque. Ce n’est pas sans dégout que nous avions appris que, durant son passage à Fleury avant de venir à Moulins, il était interdit de mirador en raison de son profil « psy » !... Oui, le mieux pour nos dirigeants, c’est de ne pas venir… on oublie plus facilement sans doute… Nous, à Moulins, on n’oublie pas cette petite fille de 10 ans… qui aujourd’hui est une jeune femme aux tiroirs remplis de dessins, de lettres, de cartes de vœux bricolées à la maison, de lapins de Pâques boiteux, de chat en poterie, de certificats et de médailles. Et rien ni personne ne pourra la persuader…jamais de s’en séparer… James VERGNAUD Secrétaire Général Adjoint


Monsieur le Président de la République

S/C Mmes & Mrs les Préfet(e)s

S/C Mmes & Mrs les Sous-préfet(e)s

Lettre ouve

OBJET : Mobilisation du 24 Juin 2013 de l’entente syndicale FO - SPS - CFTC en faveur du retour de la sécurité dans les Etablissements Pénitentiaires Monsieur le Président de la République, Mesdames et Messieurs les Préfet(e)s, Mesdames et Messieurs les Sous Préfet(e)s, La France a un rayonnement et une exemplarité mondiale qui fait la fierté de ses concitoyens et honore la mémoire de celles et ceux qui se sont battus afin que l’idée de Démocratie, la force de la Liberté, le principe d’Egalité et la philosophie de Fraternité soient toujours le ciment de notre chère Patrie. Nos concitoyens sont le sang de la Nation, nos Institutions en sont les piliers, piliers viscéralement scellés par ce ciment ! Les valeurs fondamentales de cette France garantissent à chacun le Droit à la sûreté (Article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789). Aussi la Sécurité Publique, entre autre, dans un Etat de Droit, se doit d’être exemplaire, tant dans son fonctionnement que dans son organisation, pour répondre à cet impératif de « sûreté ». Le monde évolue, tout un chacun peut se rendre compte que le bienfait de l’évolution de notre société (Recherche, Médecine, Technologie…) s’accompagne malheureusement d’une évolution inquiétante et radicale de la violence. Cette violence est une réalité, celle-ci vise en majorité les innocents, ceux que notre chère Patrie se doit de défendre. Les Forces de Sécurité Publique et l’Armée sont les premières à être témoin de cette évolution inquiétante. Le combat, que chacune d’entres elles mène au quotidien, contribue au maintien du Droit de tous à la Paix et à la sécurité. Mais cette Paix et cette sécurité restent précaires. La 3ème Force de Sécurité Publique, que nous sommes, maintient l’Ordre et la Sécurité des Etablissements Pénitentiaires. Mais le Personnel de Surveillance qui la compose est confronté depuis des années à une violence qui dépasse largement les moyens humains, matériels et législatifs qui lui sont alloués pour répondre à ses missions régaliennes. Violences, insultes, prises d’otages, évasions, les Surveillants sont les cibles inéluctables de toutes ces attaques.

de sein du Ministère sont succédés au se de i oi qu ctr es l’o iqu et lit es et femmes po ons de détention ration des conditi d’années, les homm lio e mé ain l’a diz e e qu un ire is Depu priorita nt comme objectif s’accompagner la Justice, n’avaie politiques doivent pénale. ion lat pu po la Etat de Droit, ces ur po un nctionnée pour s sa ns oit da l’a Dr té i de qu ssi s ce té plu envers la socié utablement une né le, isc na pé ind ion. Or, force nt ert ion so s ns lat jet réi pu Si ces su cette même po se d’une bonne de ba irs de vo ipe de résentés par inc de pr e rep d’une exigenc bon sens est le agées par l’Etat, ou criminels. Ce s, ni même envis avement et ls ée gr tue qu nt lic pli cte dé ap pa s ts im pa fai des igences ne sont e telle politique ex un s d’ ce x e au qu tér . er us lla tat est de cons s et des Déten dommages co nnels, des Citoyen Tutelle. Pire, les r le quantum e, notamment su nos Ministres de sements, des Perso lis pté ab da Et ina s t de es é ire rit tia cu sé en stricte mais la nit t rce pé en fo on em la ati us isl dangere es, sur l’usage de nstate que la lég av co gr le, nts ica raient par me nd ite ue ns Sy nq Ainsi, L’Unité upables de ma s illicites qui tra et des substance le aux détenus co us tab ten pu dé im s e de air lin ôle discip ns de contr ues que sur les moye ire de 2009). s Personnes déten nécessaire ainsi de la loi Pénitentia à l’implication de t de 57 an qu vis cle rti es -à(A riv vis dé re de leur opinion de dangereuses leur intermédiai r une consultation nstate également ). pa co s 09 le, ire 20 ica tia de nd en ire Sy nit tia L’Unité sements Pé la loi Péniten ement des Etablis us (Article 29 de désapprobation dans le fonctionn de criminels déten nifester leur totale ou ma ts de an é qu cid uctures lin dé dé t de ! Blocage de str les personnels on leurs conditions biguïté d’Echec ipaux rience décennal, am pé inc ns ex pr sa d’ rs r fie teu ou ali ac ret qu le Suite à ce , contacts avec les l’Unité Syndica res e ités ctu qu ior éfe e pr pr s iqu us de lit e so po ns soit au centr quant à cette les préfectures et dans nos détentio é estations devant rit nif cu ma sé s, la ire e tia qu en pénit eront, pour que…, se multipli e fouille à corps, de notre Républi en l’occurrence un el, nn sio es of pr t. ertion. Il est qualifie un geste sécurité et réins du Gouvernemen inistre assimile et qu’un Ministre M eff tre modèle n en no ’u le qu ut tab le rto su ret tab Il est reg es. Il est regret Personnels, mais ur les tat ls dic ue x at de Droit xq au Et au re ts un gravité des fai de moyen prop ires au retour à er que malgré la positions nécessa tat dis ns co les s de pa le ne tab en regret stre ne pr nfrontés, un Mini de société sont co ! n’est plus assuré . ir les exigences dans nos Prisons l’ordre républicain vous fait parven ue C sq FT lor -C ce PS pla -S sa FO s pa le protection des a ica n’ de nd e té Sy sm ssi Le fatali entiaire, L’unité mpérative néce nit l’i pé à e se dr cri on tte rép ce de Aussi, face à ivent permettre lsaine Ces exigences do Cette opinion ma des personnels. n’a pas de sens. te la ine tou . ma tat ve hu é ou l’E r nit pr pa t, dig en ns la concitoye e du Gouvernem ce la sécurité et rti ren pa être ur nt d’ nc fo s co plu ins en ns rta e ce nous ne tolérero Le fait de mettr politiques, dont us diriger. Aussi no rtain nombre de és ce ns un se r nt pa so e i du défen s et ceux qu du terrain de celle et Messieurs les la sécurité. méconnaissance t(e)s, Mesdames renforcement de le e lam réc n l’o essieurs les Préfe e M qu et vous assurer que s rce de me e pa da és ain es lic ult M ins la République, ponsabilité répub de res nt tre ide vo és de Pr t le es Monsieur pectés. sont graves. Il les circonstances publique soient res re, nous vous Sous-préfet(e)s, action en la matiè reté » de notre Ré sû tre « vo de er ls tat ne ns on co uti de tit ns ut co rto s su ipe is inc ma les pr contrer, pouvoir vous ren ct. Dans l’attente de tre profond respe no de n sio res xp l’e r rée ag d’ s ion pr in 2013 Le Mercredi 19 Ju icale nd Sy é nit l’U Pour

HRIN Emmanuel GAUT SNP-FO

Jérôme MASSIP SPS

Armand MINET CFTC

Pour rappel : - 27 Mai 2001 : Tentative d’Evasion assaillants blessent grièvem ent un Surveillant L’évasion échoue mais un sac d’armes à feu e sont pris en otage toute la nuit, la reddition des - 8 Février 2003 : Mutine rie MC Clai - 12 Mars 2003 : Prise d’a ssa ut du CP pour but de faire évader le détenu Ferrara, en f ainsi que le barreaudage de la cellule. Les Surv guerre. - 16 Avril 2003 : Mutinerie MC Clairv - 30 Avril 2003 : Attaque arm ée d’un fo à s’échapper sous un feu nourri, aucun blessé n’ sains et saufs. - 6 Mars 2006 : Mutinerie à la MC de C - 14 Juillet 2007 : Evasion du détenu Pa - 30 Septembre 2009 : Eva sion du CP M « visiteurs » ont introdu it des explosifs et des arm la cavale. - 17 Novembre 2009 : Pris e d’otage d’u - 6 Janvier 2010 : Prise d’o tage d’un offi - 7 avril 2010 : prise d’otag e d’un médec - 18 Octobre 2010 : Prise d’otage d’un p - 8 septembre 2011 : Prise d’otage d’un p - 29 Mai 2012 : Evasion d’un détenu lor complicité extérieure ouv re le feu sur un véhicule - 5 Juillet 2012 : Prise d’o tage d’un perso - 21 Août 2012 : Prise d’o tage d’un surve - 10 Mars 2013 : Tentative d’Evasion du - 13 Avril 2013 : Evasion du CP de Seque par explosifs, 4 Surveillan ts sont pris en otage. - 14 Juin 2013 : Prise d’otag e de 2 Survei - … Les professionnels Péniten tiaires constatent avec inq divers ne sont pas endigu és. Ils constatent égalem en radicalisation des modes opératoires qui, à ce ryth m à la mort de l’un d’entre eux. De ce fait, ils espère nt et ambitieuse de l’Etat en matière de moyens hum ain matériels et législatifs.


erte à Mr. Le Président de la République

n du CP Fresnes par hél icoptère. Lourdement arm és les posté au mirador par arm es à feu depuis leur aérone f. est lancé et récupéré par les détenus. Trois Survei llants détenus se fera le lendem ain matin. irvaux. de Fresnes par 10 individ us. Un acte de guerre qui avait faisant exploser une por te d’entrée de l’Etabliss ement veillants aux miradors ont essuyé des tirs d’armes de

vaux. ourgon Pénitentiaire à Mu lhouse. Le Personnel réu ssit ’est à déplorer. Le Person nel et le Détenu s’en sor tent Clairvaux. ayet par Hélicoptère. Moulins de détenus par exp losifs lors des parloirs. Des mes. 2 Surveillants sont pris en otage et libérés pen dant un surveillant à la MC de Clairvaux. ficier à la MC d’Ensishei m. cin psychiatre à Paris la Santé. personnel médical au CD de Montmédy. personnel médical au CP Fleury-Merogis. rs d’une extraction médic ale à Sarreguemines. Un e pénitentiaire. onnel médical au CP de Fresnes. eillant à la MC de Poissy . CP de Réau par explosifs. edin de Rédouane FAID

illants à la MC d’Arles.

quiétude que ces faits nt une accélération et une me, aboutiront à nouvea u t une réponse claire ns, financiers,



L'Espoir Pénitentiaire