Page 1

eBook 4e année

Cours de Laura Lehmann (InApps) - Salah Benzakour (Puissance E) – Gilles Auberger (The Connecting Place) avril 2011


Si l’être humain n’est pas animé et motivé par ce qui l’entoure, il dépérit. « Si l’être humain ne vibre pas, il meurt… »


Ne pas prévoir ni anticiper le futur nous fait manquer des occasions précieuses. L’entrepreneur doit être en veille constamment pour faire évoluer son entreprise afin qu’elle reste compétitive. Ne pas anticiper c’est enrichir votre adversaire à tous les niveaux et lui laisser l’avantage.

Ne pas anticiper c’est déjà gémir


Sophie RIBER

Curiosité, doute, innovation

Le doute

La curiosité, c’est un phénomène en constante évolution qui nous rend service au quotidien auquel nous cherchons le mode de fonctionnement. En effet, le net fait partie de notre quotidien, les utilisateurs ne cherchent pas comment limiter cet utilisation mais au contraire de la comprendre afin d’aller de plus en plus loin et d’avancer dans l’innovation. Le doute porte sur la sécurité et le respect de la personne. Besoin de sécurité car le net pourrait grâce à ses avancées mettre en danger certains métiers. Et certaines personnes restent réticentes à acheter sur internet : où va mon argent ? Est-ce vraiment sécurisé ? Qu’est -ce que je risque ? Piratage de mon compte bancaire ? Le doute rend l’utilisateur plus exigeant. L’innovation est si rapide que vous pouvez être et ici et partout en même temps. Vous pouvez très bien être à l’autre bout du monde et discuter via webcam avec votre famille en temps réel en France. Vous pouvez effectuer des achats tout en étant chez vous ou à votre travail. Cette innovation permet de faire plusieurs choses en même temps et sans se déplacer : « tout vient à moi sans que je me déplace » et « tout, tout de suite ».


Sophie RIBER

Emotion : souvenir associé au produit

Lorsqu’une personne achète un produit, elle se souvient du rapport qu’elle a eu avec celui-ci. Cela rentre dans une démarche d’attachement au produit. Que ce soit par sa praticité qui a marqué l’esprit, ou par l’odeur qu’il dégage et qui nous rappelle de bons souvenirs (l’enfance, les joies de la vie) ou par l’image qu’il dégage. C’est là que joue la mémoire consciente et/ou inconsciente sur l’achat. Pour l’inconscient, le fait de l’avoir vu sans y prêter attention rend le produit familier, ce qui mène à l’achat.


Aujourd’hui, on vit dans une nouvelle ère, celle de l’économie de l’expérience. Il est nécessaire de prendre du recul et de changer d’objectifs. Au lieu de vouloir proposer un produit plus perfectionné que celui de la concurrence, on peut fabriquer un produit plus simple, mais plus agréable à utiliser. Plusieurs exemples concrets : Ce qui fait vraiment la différence entre deux restaurants, ce n’est plus la nourriture, ni le service, c’est l’atmosphère. Ce qui fait la qualité d’une console de jeu, ce ne sont plus ses caractéristiques techniques, c’est le bon temps qu’on peut passer avec (voir l’exemple de la Wii). Ce qui fait la différence entre deux logiciels, ce ne sont plus leurs fonctionnalités, ni les offres de services associés, c’est leur interface. La liste des exemples peut être longue. Ce nouveau concept s’applique à tous les secteurs d’activité. Bref, ce que cherche le client, c’est à passer un bon moment, à vivre une expérience agréable. Et aujourd’hui, il est prêt à y mettre le prix.

« On n’achète plus un produit, mais une expérience » Takeaway message : L’expérience doit être unique, intense. Le produit apparaît au prisme du moment dans lequel il va être utilisé. Un bon produit est un produit que le consommateur oublie. La seule chose qui assure sa pérennité, ce sont l’expérience et l’émotion que le client peut vivre avec. Bianca Boldis

Aller plus loin : http://interactiondesign.org/encyclopedia/user_experience_an d_experience_design.html http://gregorypouy.blogs.com/marketing/201 1/02/le-marketing-de-lexp%C3%A9rience-et34-id%C3%A9es-sur-le-design-thinking-.html


Les entreprises ont bien compris que le simple fait de vendre un produit ne suffisait plus. Il faut désormais proposer aux consommateurs une expérience unique dont le produit de base serait accompagné de services et d’accessoires pour arriver à une utilisation du produit particulière. La dernière production des studios Walt Disney, « Tron, l’héritage », explore un univers futuriste et totalement numérique. Il était donc indispensable d’inviter le public à une séance de cinéma moins classique : voir en 3D un film futuriste dont la bande son a été confiée au groupe de musique électronique Daft Punk.

« Je n’achète plus un produit mais une expérience » Paul RISSE


Nous avons beau tous savoir ce qu’est un Smartphone, à quoi il sert et les applications disponibles, on ne peut savoir à l’avance ce qui se présentera sur l’écran d’accueil. Chacun choisit les applications qui lui seront utiles. Ainsi, on personnalise son outil qui devient une aide quotidienne.

Chaque Smartphone devient unique &

incomparable « Un Smartphone est un produit fini – mais non achevé : c'est un objet que chacun parachève avec sa propre singularité ! » Anne-Laure VOLLMER


Anne-Laure VOLLMER

« Il y a de la place pour les bonnes idées » Quelqu’un ayant une bonne idée arrive toujours à aller jusqu’au bout, à doubler les autres pour arriver jusqu’au sommet (de la gloire). Une bonne idée se différencie des autres, par son concept, sa pertinence et trouvera toujours son chemin vers le succès. (une bonne idée, c’est bien, mais il faut savoir la porter)


« Une campagne de communication online ne peut être autonome » (il faut d'autres supports de communication)

Lancer une campagne de communication uniquement online reviendrait à agir en circuit fermé sans bénéficier du pouvoir d’attraction des autres médias. Le célèbre affichiste JCDecaux a décidé de lancer une application Smartphone pour scanner les affiches publicitaires afin d’être redirigé vers un contenu interactif sur le web. Le lancement de cette application a été appuyé par une campagne… d’affichage bien sûr. Paul RISSE


Construire et gérer son image, c’est anticiper son avenir. Les traces numériques sont indélébiles ou presque, c’est pourquoi il vaut mieux bien les maîtriser…

« Pour maîtriser sa communication digitale, il faut communiquer avec sa communauté » Claire STASZAK


Les blogueurs font la pluie et le beau temps sur internet : leurs avis comptent et modifient de plus en plus le comportement de leur communauté de suiveurs.

« Les blogueurs sont des influenceurs » Claire STASZAK


« Les bloggeurs sont des influenceurs »

Tenus par des anonymes, les blogs ont une meilleure crédibilité auprès des Internautes, contrairement aux sites de marques. Chacun peut s’identifier au bloggeur !

Pauline ELGER


Une nouvelle ère, une plus grande influence de ce qui nous entoure : l’Internet et son ouverture vers le monde. Les bloggeurs y on bien trouvé leur place. Grace à leur site régulièrement mis à jour, ils arrivent à exprimer leurs idées, à trouver des adeptes pour les reprendre et à influencer l’évolution des différents secteurs dans lesquels ils interviennent. Ils sont devenus des interlocuteurs privilégiés des marques, de vrais porte-paroles. Grâce à un langage simple, mais direct, ils arrivent à raconter des expériences de produits ou de services, ils interprètent leur propres émotions et en les mettant sur leur blog, ils arrivent à créer un nouveau phénomène de société, à exercer une pression médiatique sur les internautes.

« Les bloggeurs sont des influenceurs » Takeaway message : La montée en charge des nouveaux profils de consommacteurs et la capacité du réseau à donner aux gens le moyen de trouver entre eux, et plus seulement dans le marketing traditionnel, des éléments de décision dans leurs choix de consommation, constituent un nouveau phénomène de société. Se focaliser sur les blogs en excluant formellement le reste des possibilités d'avis et de commentaires proposé sur la toile est effectivement caricatural, mais on ne peut nier la symbolique et le caractère représentatif du blog dans le paysage.

Aller plus loin : http://www.journaldunet.com/0606/060605 -blogs.shtml http://blog.lefigaro.fr/medias/2008/10/buzzblogs-reseaux.html

Bianca Boldis


On pouvait l’imaginer, mais désormais, c’est prouvé ! On a tous le réflexe d’aller consulter des avis sur internet, dès que nous prévoyons de faire un achat impliquant et/ou pour lequel nous n’avons pas d’autres informations : un appareil photo numérique, la réservation pour un spectacle… Internet nous permet de confronter les avis, les conseils pour nous faire notre propre opinion. Les blogs d’aujourd’hui sont devenus de vrais prescripteurs pour de nombreuses personnes et on ne compte plus le nombre de blogs d’influence. Le blogueur influent doit être reconnu dans son métier. Il est très rare d’être influent dans les médias sans y travailler. Pareil pour la mode ou la cuisine. Les blogs d’aujourd’hui ne sont plus des médias personnels où l’on raconte sa vie et ses passions mais ils sont devenus un vrai média, capable de faire ou de défaire une marque, un nom.

« Les bloggeurs sont des influenceurs » DUTT Benjamin


« Je partage donc je suis »…. Tout le monde est capable d’avoir une idée. Avoir une idée, une passion, peut être exprimé sur Internet à travers un blog, un myspace.

« S’exprimer et partager de l’expérience, pour créer de l’estime de soi » Frédéric HERTER

Le fait de créer un blog et de donner un avis sur un sujet, un sport, ou de la musique permet de partager ses expériences et ses connaissances.


La propagation d’un buzzz se fait de la même manière qu’une division cellulaire - raison pour laquelle on utilise à présent le terme Viral. En effet un auditeur qui apprécie un site, une vidéo ou une image va le partager avec ses amis qui font de même et ainsi de suite, ainsi l’information se répand de manière

exponentielle.

« Le terme viral est plus représentatif que le terme Buzzz » Erwan Ghesquiere


« Pour qu'une vidéo crée le buzz, il faut y mettre des bébés et des animaux … »

Aujourd’hui, les gens ont envie de rire et de voir des choses agréables pour se détendre. Les marques se servent de cette tendance afin de les sensibiliser et ainsi les faire adhérer au produit et à l’entreprise.

Pauline ELGER


Claire STASZAK

« L’accès au web devient portable » Le web mobile dépasse la simple notion d’accès à des sites via le navigateur embarqué sur le terminal. Les usages sont variés : applications, email…


Les internautes intéressés par un produit sont de plus en plus nombreux à demander des avis de consommateurs en passant par des blogs et/ou des forums internet. Logiquement, les moteurs de recherche ont suivi cette mouvance et apporte crédibilité et visibilité aux paroles des particuliers, parfois plus qu’à celle des entreprises. Paul RISSE

« Les moteurs de recherche valorisent les contenus publiés par les internautes » ( UGC = User Generated Contents)


Les consommateurs sont devenus méfiants envers les avantages annoncés par les marques : celles-ci vendent toujours leurs produits comme le meilleur et ne sont donc pas objectives. A présent les consommateurs préfèrent interroger les forums de consommateurs et de passionnés avertis ayant testé le produit sur le terrain et pouvant donner un retour objectif.

« Les moteurs de recherche valorisent les contenus publiés par les internautes » Erwan Ghesquiere

De ce fait l’internaute ira sur des forums ou des blog pour se faire son idée du produit, le site web de la marque n’étant qu’un moyen d’obtenir toutes les informations techniques.


Logique propagande Logique réputation La logique de propagande désigne l’ensemble des actions psychologiques effectuées de manière à faire penser et agir une personne d’une certaine manière. La propagande permet donc de contrôler une personne, de lui dire quoi penser, quoi aimer et quoi faire. La réputation correspond à l’image que chacun se fait d’une personne ou autre. On peut la décrire comme un mécanisme de contrôle social hautement efficace. Pour être plus précis, une personne possédant bonne réputation aura plus de facilité à obtenir quelque chose qu’une personne bénéficiant d’une mauvaise réputation. La réputation est basée dans toutes les strates de notre société, du simple produit de consommation aux Etats qui possèdent un indice de confiance et ainsi une réputation. Qui pourrait penser que réputation et propagande sont liés, les deux mots étant plutôt contraire ? Pourtant, une personne ou une marque qui veut jouir d’une bonne réputation va devoir communiquer, faire parler d’elle. Elle va devoir faire comprendre aux gens qu’elle est mieux que les autres, qu’elle est unique. Lorsque les communistes distribuaient leurs tracts, ils tentaient exactement de réaliser la même chose. Les logique de propagande et de réputation se recoupent sans cesse, la réputation ayant besoin de la propagande pour exister.

DUTT Benjamin


Ebook  

L'Ebook des EXE 4 de l'ISEG Group - Campus de Strasbourg

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you