Page 1

Quelques notes sur deux controverses autour des matières plastiques et sur leur traitement mÊdiatique Laura Maxim Institut des Sciences de la Communication du CNRS


Structure de la présentation ¾ Littérature en sciences sociales et interdisciplinaire du risque ¾ Analyse empirique du traitement médiatique de ces deux controverses, sur un corpus choisi comme exemple ¾ Deux controverses: •

Les perturbateurs endocriniens (Bisphenol-A, phtalates)

Le devenir des déchets plastique dans l’environnement

¾ Image médiatique des chimistes


Les perturbateurs endocriniens: le risque (1) ¾ Controverse cristallisée autour: •

du rôle des faibles doses dans les effets toxiques

de la relation dose – effet non-monotone

de l’efficacité du contrôle réglementaire des risques chimiques

¾ Structure de la controverse pour les chercheurs en toxicologie du BPA: •

si les mécanismes d’action de la substance à basses doses sont compris,

si la population est exposée à de niveaux assez importants pour qu’un effet se manifeste,

si la voie orale d’exposition est la seule pertinente,


Les perturbateurs endocriniens: le risque (2) ¾ BPA (suite): •

si le BPA est conjugué par le système digestif,

si les études animales peuvent être extrapolées à l’homme,

si les effets observés chez les animaux exposés au BPA sont consistants d’une étude à l’autre, et

¾ Conséquence => expertise : « risque pour tous ou pour personne » => dépendance des conditions procédurales de l’expertise ¾ Controverse centrée sur l’expertise dans l’évaluation réglementaire du risque; corolaire économique: politique de l’innovation, modes de production et de consommation; corolaire social: inégalités dans l’accès au pouvoir de se protéger


Le plastique pour les sciences sociales (1) ¾ Très peu d’études sur le devenir des déchets plastique (1) ¾ Quelques études de la controverse autour des PEs ¾ Etudes de « perception du risque » (Brewer et Ley): • • • •

la familiarité avec le BPA; les préoccupations vis-à-vis de sa toxicité; le soutien aux mesures d’interdiction; les comportements visant à réduire l’exposition personnelle aux plastiques contenant cette substance

Ces attitudes sont directement corrélées à deux facteurs (« raccourcis ») : •

l’usage des médias (à savoir, les journaux et l’internet)

le niveau de confiance dans les acteurs - clé de la controverse


Le plastique pour les sciences sociales (2) ¾ L’usage des médias traditionnels a une influence directe: •

sur le niveau de familiarité avec le sujet et

les comportements individuels protectifs

¾ Internet > journaux: •

la préoccupation,

les attitudes favorables à l’interdiction et

les comportements protectifs

¾ La télé = 0 ¾ L’interdiction de la substance: la confiance dans les acteurs (industrie et FDA Ð, scientifiques Ï)


Le plastique pour les sciences sociales (3) ¾ Historiens et sociologues des controverses: •

Sheldon Krimsky (« Hormonal chaos »)

Sarah Vogel (« The Politics of Plastics: The Making and Unmaking of Bisphenol A “Safety” »): 9

9

l’inadéquation entre les normes d’évaluation du risque, toujours en vigueur depuis environ 20 ans aux Etats-Unis et les avancées scientifiques sur les effets des bases doses polarisation des études de l’industrie (11 études) et de la recherche publique (90% des 115 études)

Chateauraynaud: 3 vagues dans l’émergence de la question des « faibles doses »

PNRPE: JP Gaudillère

Communication incertitude scientifique autour des PEs: L. Maxim


La presse ĂŠcrite : les effets des PEs sur la fertilitĂŠ


Les effets des PEs sur la fertilité dans la presse écrite : 5 pics ¾ la sortie du documentaire « Notre poison quotidien » (15 mars), ¾ l’examen de la proposition de loi sur les phtalates le 4 et 5 juin (9 articles), ¾ la publication de la liste de médicaments contenant du parabène, le 24 juin (7 articles), ¾ la proposition d’un député d’étiquetter les produits contenant des perturbateurs endocriniens, le 13 et 14 juin (9 et 5 articles) ¾ la publication du rapport Dirty Laundry 2 sur les produits toxiques fabriquées en Asie, le 24 août (16 articles).


Les effets des PEs sur la fertilitĂŠ dans la presse ĂŠcrite


PE et fertilité ¾ Les scientifiques lors des pics médiatiques •

Revues (Fertility and sterility et BMC Developmental biology)

Chercheurs en toxicologie / santé publique (Université de Guelph, INRS, CNRS, Hôtel-Dieu, Université de Copenhague, Inserm).

¾ Substances citées: Bisphenol A, phtalates, formamide (tapis puzzles), parabènes, résidus de médicaments, éthoxylates de nonylphenol et pesticides, œstrogènes présents dans le soja ¾ Aucun article n’accorde un rôle important à la substitution, à l’innovation en matière de substances « bénignes par conception » ou aux chercheurs chimistes


La presse écrite: les plastiques (1) ¾ Mars 2011 : 355 articles, 83% presse régionale, 17% presse nationale; presse grand public (majorité) et professionnelle/thématique (Les Echos) ¾ Catégories identifiées : 1. 2. 3. 4.

Collecte de déchets dont plastique ; Vie des entreprises ; Entreprises de chimie verte ; Actions pédagogiques autour du recyclage des déchets dont les plastiques ; 5. Actions pédagogiques sur la chimie où l’on aborde la question des plastiques ; 6. Actions artistiques valorisant le plastique ;


La presse écrite: les plastiques ¾ Catégories: 7. Substances considérées toxiques contenues dans les plastiques ; 8. Contribution du plastique au développement durable ; 9. Accidents chimiques impliquant des plastiques ou toxicité occupationelle dans la production du plastique ; 10. Appel à la collecte de déchets ; 11. Actions volontaires des entreprises identifiés comme limitant les effets environnementaux du plastique ; 12. Actions humanitaires ou à caractère social (ex. : insertion) associées aub recyclage du plastique ; 13. Impacts des déchets plastique sur l’environnement ; 14. Incivilités associées aux déchets plastique ; 15. Recherche en chimie verte ; 16. Description et analyse de l’état du tri et du recyclage du plastique, en France


La presse ĂŠcrite: les plastiques


La presse télévisuelle: deux documentaires (1) ¾ Les perturbateurs endocriniens •

décalage entre des résultats obtenus par des toxicologues (« la science du risque ») et l’évaluation réglementaire du risque (« la politique du risque »)

traitement opposé de la grande industrie chimique et des petits industriels

les scientifiques qui ont le premier rôle sont des toxicologues ; les chercheurs chimistes apparaissent peu (John Warner), on ne voit quasiment pas leur rôle de trouver des substances intrinsèquement moins dangereuses

responsabilité : entièrement associée avec les industriels et les autorités d’expertise; le consommateur – victime

message global plutôt optimiste – incitatif – pédagogique que pessimiste – catastrophiste – « sans espoir ».


La presse télévisuelle: deux documentaires (2) ¾ Le devenir des déchets plastique: •

on remonte, par rapport au consommateur, dans la chaîne de la responsabilité (pas jusqu’au labos, mais jusqu’aux producteurs)

les chercheurs chimistes sont plutôt ceux qui trouvent des solutions

Ù certaines controverses (ex.:« chimie ou alimentation ») ne ressortent pas


Quel image médiatique pour les chimistes ? ¾ Différence dans le traitement scientifique et médiatique des chimistes – chercheurs (à rôle neutre ou positif) et celui des chimistes – industriels / chercheurs travaillant pour la « grande industrie » (image négative) ¾ Les chercheurs chimistes sont soit absents soit présents de manière positive, comme potentiellement à l’origine de solutions aux problèmes existants


Merci de votre attention !

Impact Environnemental & Sociétal des Plastiques  

mpact Environnemental & Sociétal des Plastiques. Analyse des controverses autour des matières plastiques à travers son traitement médiatique...