Issuu on Google+

FAITS DIVERS PETITS MEURTRES QUOTIDIENS...


Un vieux est retrouve nu comme un ver au milieu des ordures !

Ce matin, alors  qu’ils s’apprêtaient à ramasser de banals sacs poubelle, les éboueurs ont découvert un corps gisant aux milieux des ordures. Il s’agissait d’un homme d’une soixantaine d’année, totalement nu, dont la cause de décès à certainement été le froid de cette nuit d’hiver. Le  corps  a   pu   être rapidement  identifier   par   les    riverains:  Raymond, 73 ans était SDF et vivait dans les rues du quartier depuis déjà plus de seize ans. Très apprécié des habitants qu’il surnommait  affectueusement “ses gentils voisins”, sa mort a causé beaucoup de chagrin. A ce jour les enquêteurs tentent de comprendre la raison pour laquelle le brave Raymond se trouvait nu cette nuit là. Ses quelques affaires personnelles  et  vêtements  restent introuvables, cette curieuse disparition intrigue les policiers qui suggèrent l’éventualité d’un meurtre. L’enquête est lancée!


LE COMBLE ! l’enjOleuse de la rue du dard coincée entre deux enjoliveurs.

C’est sous une voiture garée rue du dard que fut découvert le corps sans vie d’une jeune femme. La victime était une prostituée ayant pour habitudes d’arpenter les trottoirs de la rue dans laquelle elle a été tuée. Claire Dufresnes se faisait appeler “l’enjôleuse” dans le milieu de la prostitution. Son meurtrier a prit soin de la déshabiller complètement et de la déposer  sous la voiture après l’avoir tuée en lui brisant la nuque. Les raisons de cet homicide restent un mystère mais déjà plusieurs hypothèses sont émises. Passe avec un client qui a mal tournée? Proxénète trop violent? Les enquêteurs envisagent toutes les possibilités, mais la question qui suscite le plus leur attention est la suivante :existe t-il un lien entre la mort de Raymond, dont le corps a lui aussi été trouvé dénudé est déposé à un endroit stratégique ou ces deux morts survenues dans le même quartier à deux jours d’intervalles n’ont -elles rien à voir entre-elles? Cette macabre découverte suscite bien des interrogations.


Des pigeons picorent le corps de celui qui les as nourris jour après jour !

Ils étaient plus d’une trentaines à se régaler, à picorer goulûment un amas de miettes de pain déposé à leur attention sur le toit d’un immeuble. Une trentaine ,voire une quarantaine de pigeons, affamés c’est bruyant ! Les habitants de l’appartement du dessous, énervés par les piaillements et les battements d’ailes que faisait cette horde de si bon matin, se sont plaint à leur concierge. Armé d’un balai pour éloigner les volatiles,  quelle ne fut sa surprise quand il découvrit que sous les pigeons de trouvait un corps! Plus particulièrement celui de Jean-Yves Millet, un homme d’une quarantaine d’année dont le passe-temps préféré était d’aller nourrir ces derniers au   parc de la Pigelle !  Tout le quartier se demande qui a pu en vouloir à cet homme sans histoire au point de le tuer et de lui faire subir ce sort. Il  s’agit maintenant  du  troisième  corps  retrouvé  nu  et  déposé dans la ville. Le victimes sont toutes des habitants du quartier connus par la majorité des riverains. La police  cherche   toujours à déterminer  les motifs de ces meurtres  à  répétitions mais surtout l’auteur de ces crimes.


Inouï ! le facteur tué alors qu’il allait faire la levée du courrier!

Le meurtrier du quartier a encore frappé  ! C’est au tour de Monsieur Paillard,  le facteur d’être la victime du tueur en série qui sévit depuis une semaine. C’est une femme sortie de bonne heure ce matin pour promener son chien qui a découvert le corps, assis contre un abris de bus juste à côté d’une boite aux lettres. Monsieur Paillard s’apprêtait à relever le courrier ,comme il le faisait tous les jours depuis plus de neuf ans.  Il a été retrouvé nu,  comme les autres victimes et le sac de courrier qu’il venait de sortir lui aussi été dérobé. Des habitants de  l’immeuble d’en face disent avoir entendus    des bruits suspects vers 5h   ce matin,  ils seront entendus par les enquêteurs qui espèrent trouver d’autres témoins. Il n’existe pour l’instant aucun lien évident entre les victimes,  ce qui laisse supposer qu’elles sont choisie au hasard. La police met en place un  couvre-feu ainsi que des rondes de contrôle visant à protéger les riverains.


FAITS DIVERS , petits meurtres quotidiens...