Page 1

PURE VÉLO

pour

Sarah

CHRONIQUE -Christian Meier OLUMN C L’ANCÊTRE DU SKI

GRATUIT Vol. 1 N o 1 cyclepresse.com

-B7 THE FOREFATHER OF SKIING

2011

Buyer’s guide Guide de l’acheteur


Dites adieu à la crème de chamois.

teammachine SLR01

Même les pavés sont ressentis comme de l'asphalte fraîchement posé : le teammachine SLR01 est un vélo extrêmement confortable construit pour les courses les plus difficiles sur la planète. Son équilibre parfait combine une légèreté absolue, une rigidité extrême et une sensation fantastique de la route, en plus de permettre de couvrir de longues distances à grande vitesse - le tout grâce au TC-Concept. De plus, le système Angle-Lock du teammachine SLR01, permet de régler la hauteur de la selle plus facilement que jamais. Pour plus d'information et une liste des détaillants, visitez le www.ogc.ca


uN

SIGNE QuE C’EST BIENTôT LE

Éditorial editorial

par Pat Wells

PRINTEMPS spring here’s a sign that

Cyclepresse | RIDE+ voit le jour; ce premier numéro vient souff ler un vent de fraîcheur sur le monde du vélo au Québec. Notre équipe est fière de vous présenter sa toute première parution bilingue, distribuée au Québec trois fois l’an, avec un tirage de 40 000 copies par parution. Notre objectif est de vous informer des nouvelles tendances et de vous faire vivre diverses expériences de vélo. Cyclepresse | RIDE+, un magazine qui vous fera rêver, pendant un moment, à vos prochaines sorties de vélo, sur la route comme en montagne. À consulter tranquillement, en savourant un bon café, en attendant que le soleil brille et que la neige disparaisse.

is on it’s way!

Cyclepresse has arrived… a breath of fresh air for the world of cycling in Québec. Our team is proud to present its very first bilingual issue. From now on, Cyclepresse will be distributed in Québec three times a year, with a press run of 40,000 per issue. Our objective is to inform you of the latest trends and allow you to live a range of cycling experiences, some personally, some vicariously. Cyclepresse | RIDE+ is a magazine that will set you to dreaming about your next ride. It’s a treat to savour as you enjoy a good cup of coffee and wait for the sun to shine and the snow to melt. Pat Wells Éditeur / Editor

Bonne lecture ! Enjoy your reading!

sOMMAIRe RÉDACTION Mari-Jo Lamarche Peter Oliver COllAbORATeuRs Christian Meier Lyne Bessette

ÉDITION, VeNTes eT DÉVelOPPeMeNT Directeur général / Éditeur Patrick Wells patwells@cyclepresse.com 819 216-5312

RÉVIsION Peter Oliver Mari-Jo Lamarche

eN COuVeRTuRe / ON COVeR Crédit photo / Photo credit © Kip Pierson photography

TRADuCTION Anne Johnston Mari-Jo Lamarche

Cyclepresse | RIDE+ est publié trois fois l’an, de février à juin : en édition bilingue.

GesTIONNAIRe Des OPÉRATIONs Dominique Paquette dpaquette@cyclepresse.com INTeRNeT Développeur Web et soutien technique Patrick Leith GRAPHIsMe Domna communication Geai bleu graphique

www.cyclepresse.com

Pour établir un partenariat avec nous, contactez patwells@cyclepresse.com

TAble Of CONTeNTs

Éditorial Editorial .............................................. 3 Prologue ............................................. 4 La chronique Meier The Meier report ............................ 6 B7 Chronique B7 Report .......................................... 8 Entrevue Interview ..........................................10

VENTE ET SERVICES Salle de montre. Vente de vélos de route et de montagne. Mise au point de base. Mise au point complète. Saignage frein disque. Montage de roue. Collage de boyau. Service de suspension.

Sur la route On the road ....................................14 Guide d’achat Buyer’s guide ................................. 20 Destinations printemps Spring destinations .......................32

IMPRIMÉ PAR Solisco Revue de produits DIsTRIbuTION Product review .............................. 34 Marc Allard et Diffumag ISSN 1205-2043 © 2011 Ski Press News Inc. Tous droits réservés. Le magazine Cyclepresse | RIDE+ a pris toutes les précautions nécessaires pour s’assurer de l’exactitude des renseignements mentionnés dans ses pages. Le magazine ne peut être tenu responsable des erreurs ou des négligences commises dans l’emploi de ces renseignements. Veuillez noter que les prix mentionnés dans le magazine sont sujets à être modifiés sans préavis. Ce magazine peut être recyclé. Veuillez le recycler là où c’est possible.

www.cybercycletremblant.com CYBERCYCLE 1908, Chemin du Village Mont-Tremblant (Québec) J8E 1K4 819 425-3308

cyclepresse | 3


par Peter Oliver

PROLOGUE

LOGUE © Hugo-Sebastien Aubert @ Team Spidertech

SpiderTech on a Roll.

SpiderTech sur une lancée. Une équipe canadienne au Tour de France ? Ce serait une première, mais l’équipe SpiderTech espère y arriver d’ici quelques années. L’équipe, dirigée par Steve Bauer et J o s é e L a r o c q ue, c o n n a i t un début impressionnant, devenant la première équipe canadienne à obtenir une l icence Cont i nent ale profession nel le de l ’ UC I . Composée de neuf Québécois dont David Boily, Guillaume Boivin, Martin Gilbert, Hugo H o u l e , Ke ve n L a c o m b e , Simon Lambert-Lemay, Bruno Langlois , François Parisien et Charly Vives, l’équipe entame un calendrier nord-américain chargé. P lusieurs g randes courses sont au programme dont le Tour of California, Le Tour de Beauce et TD Bank International à Philadelphie. Le plus excitant sera peut-être la performance de SpiderTech lors des deux épreuves UCI Wo r l d To u r d u C a n a d a qui auront lieu au Québec l’automne prochain. Et la façon dont les membres de l’équipe se compor teront face aux meilleurs cyclistes européens

pourrait convaincre les têtes dirigeantes du cyclisme de sa participation aux grands tours.

Pourquoi blanc ? Chez les pros, la tendance, c’est la selle blanche. Évidemment, l’effet domino se fait sentir sur nos routes; de plus en plus de cyclosportifs sont maintenant conver t is au blanc. Vous pourriez penser que le blanc, à cause de l’usure, la pluie et la sueur, tendrait à se décolorer au fi l des kilomètres, mais les matériaux synthétiques (par rapport au cuir), sont plus résist ants aux tâches et à l’humidité. Pourquoi le blanc est si à la mode ? « La réponse est simple, c’est cool ! », dit un pro américain. Mais attention avant de vous rendre en boutique pour changer votre selle noire: certains pensent qu’un nouveau penchant rétro privilégiant le noir serait en train de prendre place.

La mort du Ti? Il n’y a pas si longtemps, le titane (titanium) faisait fureur. Un métal super-léger qui, avec des origines dans l’industrie aérospatiale, semblait idéal p ou r l a c on s t r uc t ion de cadres. Aujourd’hui, la fibre de

4 | cyclepresse

5321_CP_RP_v1n1.indd 4

carbone est à la mode et les vélos en titane se retrouvent à l’arrière des boutiques. Alors, le titane aura-t-il encore une place dans la construction de vélos? Le titane possède quelques avantages par rapport à la fibre de carbone. « Extrêmement durable, parfait pour rouler sur un pavé cahoteux, il résiste aussi à la corrosion », rapporte un détaillant. (Plusieurs cadres de carbone contiennent des éléments en aluminium pouvant rouiller). De plus, le titane offre la sensation souple de l’acier, à une fraction du poids. Mais le titane est coûteux et c’est un métal avec lequel il est difficile de travailler. Il est donc devenu le matériau de choix des petits manufacturiers spécialisés, tandis que pour les plus grands, l’utilisation de la fibre de carbone est plus logique. Mort ? Pas tout à fait. Mais pour la construction de cadres, il est peu probable que le titane retrouve son statut glorieux d’autrefois.

A Canadian team in the Tour de France? It has never happened before, but Team SpiderTech is hoping to make it happen within the next few years. Led by former Tour star Steve Bauer and Josée Larocque, SpiderTech got off to an impressive start in its fi rst season, earning the fi rst UCI continent al pro license ever awarded a Canadian team. M an ne d almost ent irely by Canadian riders, including nine from Québec such as David Boily, Guillaume Boivin, Martin Gilber t, Hugo Houle, Keven Lacombe, Simon Lambert-Lemay, Bruno Langlois, François Parisien and Charly Vives, the team will take on a power-packed North American schedule this year. The Tour of California, the Tour de Beauce, and the TD Bank International in Philadelphia will be among the big races the team will be focused on. Perhaps most important will be SpiderTech’s performance in the two UCI World Tour events that will be held in Québec this fall. How the team fares against top riders from Europe will go a long way toward convincing European cycling bigwigs of the team’s worthiness for competing in the grand tours.

Why the White? The fashion these days in the pro peloton seems to favor white saddles. And of course that has had a trickle-down effect – more and more recreational riders have

been going white. You might t h in k wh ite would become discolored by sweat, but synthetic materials – rather than good, old leather – are more stain-resistant. And the reason white saddles are in vogue? “Simple answer, really – they look cool,” says one top U.S. racer. But be careful before you head to your local dealer to swap out your boring, dark-shaded saddle. Some insiders believe that a new, retro move back to black is starting to take hold.

Has Ti Died? Not long ago, titanium frames were the rage. A super-light metal with an aerospace pedigree, ti seemed ideal for building bike frames. Now carbon fiber is the rage, and titanium bikes appear relegated to the back of the shop. Is there any ti in bike-building’s future? T i t a n iu m d o e s h ave s o m e advantages over carbon fiber. “It is extremely durable, is great for riding rough roads, and is corrosion-resistant,” says one major bike dealer. (Many carbon frames still incorporate aluminum elements that can corrode.) Ti also rides with the supple feel of steel, at a fraction of the weight. Ti does have negatives, though. It’s expensive, and it is a material that’s hard for builders to work with. So ti’s niche appears to have settled in as the material of choice for smaller, specialty manufacturers. For bigger bike companies, carbon fiber generally makes more sense. Dead? Not quite. But ti’s once -g lor ious posit ion as frame-building’s “gold standard,” as our dealer friend put it, is unlikely to be recaptured.

www.cyclepresse.com

10/02/11 9:43 PM


par Christian Meier

LA CHRONIQUE MEIER THE MEIER REPORT

AU

SEIN DU

PELOTON FROM THE © Miriam Kleingeltink

Pro

© Miriam Kleingeltink

Bonjour à vous, lecteurs de Cyclepresse. Mon nom est Christian Meier, cycliste professionnel pour l’équipe UnitedHealthcare Pro Cycling. J’adore ce que je fais et je me considère chanceux. Peu de gens sont en mesure de convertir ce qu’ils aiment en une carrière, et je suis l’un d’entre eux.

CE QUI PRIME POUR F CANCER, C’EST LE « PRÉSENT » : QUE PEUT-ON FAIRE PRÉSENTEMENT POUR EMPÊCHER LE CANCER DE FAIRE D’AUTRES VICTIMES ?

Je fais de la course au niveau professionnel depuis maintenant cinq ans. J’ai porté les couleurs d’équipes comme Symmetrics et Garmin Transitions, et j’ai également représenté le Canada à plusieurs Championnats du monde. Mes courses favorites sont les classiques d’Ardennes et les grands tours. Étant Canadien, je partage mon temps entre Langley, en Colombie-Brit annique, et Girona, en Espagne, mon « chez-moi » européen. En plus d’adorer mon travail, j’aime aussi la cuisine ainsi que la femme que j’ai épousée. Amber est une fi lle absolument merveilleuse. Ainsi, grâce à ce court résumé, vous savez maintenant qui je suis, mis à part quelques détails que je partagerai avec vous dans mes prochaines chroniques. 6 | cyclepresse

5321_CP_RP_v1n1.indd 6

Alors, en plus de faire du vélo, qu’est-ce qui suscite mon intérêt ? Depuis un peu plus d ’un an, quand mon frère est décédé suite à une tumeur au cerveau, je suis devenu passionné de la cause contre le cancer F@#$ ! Cancer ou F Cancer. Ce qui prime pour F Cancer, c’est le « PRÉSENT » : Que peut-on présentement faire pour empêcher le cancer de faire d’autres victimes ? On peut éduquer les gens à la détection préventive, à dépister et leur enseigner à identifier leurs facteurs de risque reliés aux différentes formes de la maladie. Je veux faire tout ce que je peux pour empêcher cette terrible maladie de toucher t ant de gens. Si je peux aider, même si ce n’est qu’en « passant le mot » en disant que 90 % des cancers s ont g ué r i s s able s lor s qu’ i l s sont identifi és au stade 1, alors je sentirai que j’aurai fait une différence.

Peloton

Hel lo Cyclepresse re ader s. My name is Christian Meier, a professional cyclist who rides for UnitedHealthcare Pro Cycling. I absolutely love what I do, and I consider myself lucky. Not many people are able to turn what they love to do into a career, but I am one of them. I have been racing professionally for five years now, and have been on teams such as Symmetrics and Garmin Transitions. I have also represented Canada at numerous world championships. My favorite races are the Ardennes classics and t he g rand tours. Being Canadian, I split my time between Langley, British Columbia, and my European home in Girona, Spain. While I love my work, I also love food and the woman I am married to. Amber is the most wonderful lady imaginable. That’s me in a nutshell, save for a few small details, some which I will be sharing with you in upcoming issues. So besides riding my bike, what else rouses my interests? One t h i n g I have be come quite

passionate about is supporting a c a nc e r move me nt c a l le d “F@#$! Cancer“ or “F Cancer“, after my brother passed away from a brain tumor little over a year ago. F Cancer is all about the now: How do we stop cancer from killing people NOW. The answer is educating people on early detection, and teaching them what to look for and what their risk factors are for different forms of the disease. F CANCER IS ALL ABOUT THE NOW: HOW DO WE STOP CANCER FROM KILLING PEOPLE NOW.

I have found myself wanting to do whatever I can to keep this horrible disease from affecting as many people as possible. If I can help, even if only in a minor way, by spreading the word that over 90 percent of cancers are curable when caught in stage one, then I will feel I have made a difference.

www.cyclepresse.com

10/02/11 9:12 PM


© Miriam Kleingeltink

J’ai rencontré des gens incroyablement forts qui se battent pour la vie. À mes yeux, ils sont de véritables inspirations et de vrais champions. Moi, à vélo, je choisis mes moments de souffrance; pendant une course, je peux décider d’arrêter de souffrir quand le tempo est trop rapide. Mais les gens qui luttent contre le cancer ne peuvent arrêter la douleur, et en course, c’est ce qui m’inspire à repousser mes limites. Pour plus d’informations sur F Cancer, visitez : www.letsfcancer.com

In an attempt to get the word out about F Cancer, I decided to affi x a sticker to my bike this season with the words “I am riding for…“, followed by the name of a person suffering from cancer. E ach mont h I w i l l r ide for a dif ferent person and will share their story on my personal website. www.bikingbros.com/i-am-riding-for I have met some incredibly strong people who are battling for their lives, and to me they are a true inspiration and true champions. I get to choose when I am suffering on the bike; in a race, I can choose to end the suffering when the tempo is too high. But people who are fi ghting cancer don’t get to choose to stop the pain, and that’s what inspires me to push myself to my limits when I am racing. For more info on F Cancer visit: www.letsfcancer.com

© Miriam Kleingeltink

BIENTÔT POUR MIEUX VOUS SERVIR !

OUVERTURE PRINTEMPS2011

Cette saison, afi n de faire connaître F Cancer, j’ai décidé de poser un collant sur mon vélo avec les mots « Je roule pour… », suivis du nom d’une personne souffrant du cancer. Chaque mois, je roulerai pour une personne différente et partagerai son histoire sur mon site web. www.bikingbros.com/i-am-riding-for

5321_CP_RP_v1n1.indd 7

10/02/11 9:12 PM


par Lyne Bessette

B7

CHRONIQUE REPORT

W

Je vous écr is «en direct» de mon s a lon à To p s f ie ld , au Massachuset ts. Une neige légère tombe maintenant du ciel ; la dernière tempête ayant laissé plus de 60 cm de neige la semaine dernière ! À mes côtés, Vitesse, mon chien adoré, me garde au chaud.

I a m w r i t i n g t o you f r o m my living room in Topsf ield, Massachusetts. As I write, snow is falling gently outside. T he mos t re cent s tor m dumpe d more than 60 centimeters on us just last week. My beloved dog Vitesse (“Speed”) is beside me, keeping me warm.

Même si je ne peux rouler à l’extérieur, il m’est encore possible de sentir l’odeur du bord de mer de la Floride, revenant tout juste d’un camp d’entraînement avec l’équipe paracycliste canadienne. Para quoi ?

PARA : signifie «parallèle» : qui poursuit le même programme que l’équipe nationale. C YCLISTES : ce sont des cyclistes comme vous et moi. PARACYCLISTES : ce sont des athlètes inspirants, combatifs, passionnés, sou riants et extraordinaires.

8 | cyclepresse

© Suzan Arsenault

hat could be better than a new cycling magazine to k ick-st ar t the coming season ! I’m ver y enthusiastic about joining Cyclepresse; through it, I’ll be able to share with you my life as an athlete, woman, cyclist and committed sports enthusiast.

© Rob Jones

© Lyne Bessette

Q

uoi de mieux qu’un nouveau magazine de vélo pour commencer la saison qui approche ! C ’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que je me joins à l’équipe de Cyclepresse ; je partagerai avec vous ma vie en tant qu’athlète, femme, cycliste et passionnée de sports.

Tout a commencé en juin 2010, lorsque j’ai l’opportunité, pour une seconde fois (ayant déjà refusé l’offre de Louis Barbeau en 2008) de devenir pilote de tandem. Cette fois-ci, j’accepte ! A insi, un mois avant les Championnats canadiens, je ne connais pas encore ma partenaire. Tout ce que je sais d ’elle, c’est qu’elle a participé au x Je u x p a r a l y mpique s e n s k i d e f o n d , q u ’e l l e v i e n t de T hunder Bay et qu’elle a cont acté la Fédération car le tandem l’intéresse. Bon, OK, et quoi encore ? Quelques jours plu s t ard, je me pré sente à Bromont pour essayer le tandem avec Eric Van den Eynde, mon entraîneur de longue date. Il m’explique, me donne quelques conseils, on fait les ajustements nécessaires sur le t andem et puis voilà, nous sommes prêts pour le test #1. Ma première expérience de tandem à vie ! Mais comme Eric pèse presque 200 livres (et moi 140) et qu’il attend pour se faire opérer la hanche droite, il pédale tout croche ! Et moi, j ’ai toujours cette peur de chuter…

While I can’t go rolling along outside, I can still smell the t a n g y s c e nt of t he F lor id a coast, because I just returned from a training camp with the Canadian paracycling team. The para what? PAR A basically means “parallel” – in other words, following the same program as the national team. C YCLI NG means t hat t hose who are doing it are cyclist s like you and me. PAR ACYCLISTS, therefore, are inspiring, combative, passionate, smiling and extraordinary athletes. It all st ar ted for me in Ju ne 2010, w hen I h ad t he opportunity, for a second time – having already refused Louis Barbeau’s offer in 20 08 – to be the front rider of a tandem. This time, I accepted! Yet a month before the Canadian championships, I still didn’t know who my partner would be. All I knew about her was that she’d taken par t in the Paralympic Games in cross-country skiing,

that she came from T hunder Bay and that she had contacted the Federation because she was interested in r iding t andem. Okay, so what else? A few days later, I showed up at Bromont to try tandem riding with Eric Van den Eynde, my long-time coach. H e ex pl a i ne d how t a nde m riding worked and gave me a few tips, we made the needed adjustments to the bike, and there we were, ready for test #1. My first-ever experience in tandem riding! But Eric weighs almost 200 pounds (and I weigh 140), and because he’s waiting to have his right hip operated on, he pedals crooked! And I’ve always been afraid of falling…. But away we went. However, Eric’s handlebars, in the rear, weren’t on tightly enough and after a few zigzags we almost lost it. My heart rate hit about 200. Test#2: we tightened the handlebars and got back on the road, with the coach as passenger. All I can tell you is that what en sue d completely chan ge d my life. Robbi Weldon and I met t he even i n g before t he Canadian championships. She’s an amazing woman, and a very ag g ressive c yclist . She’s also h ig h ly compet it ive. She was exactly the teammate I needed, a nd we s o on b e c a me go o d friends, as well. And while we suffered somewhat against the clock because of our lack of experience, we still managed to win the road race. www.cyclepresse.com


© Guy Napert-Frenette

Et hop ! Nous voilà en route. Mais aaah ! Le guidon d’Eric à l’arrière n’est pas assez serré et, après quelques zigzags, on passe tout près de la catastrophe. Mes pulsations sont à 200 ! Test #2 : on resserre les guidons et on reprend la route, avec le coach comme passager ! Et bien ce que je peux vous dire, c’est que la suite a totalement changé ma vie ! Robbi Weldon et moi avons fait connaissance la veille des Championnats canadiens. Une femme extraordinaire ; très agressive sur le vélo, Robbi est aussi très compétitive. J’avais besoin d ’une coé quipière exactement comme elle. Nous sommes vite devenues de très bonnes amies. Bien que nous ayons souffert au contrela-montre par notre manque d’expérience, nous avons quand même réussi à remporter la course sur route.

Finalement, ce n’est pas le fait d’avoir gagné les Championnats canadiens ni même les Mondiaux qui a changé ma vie, mais plutôt tout le temps passé avec l’équipe. Ils m’ont tous impressionnée et m’ont fait réaliser à quel point la vie est belle, que tout est possible, que l’amitié est plus fort que tout et que vraiment, la victoire ne représente qu’un petit morceau du casse-tête. Je me souviens, la veille de la course sur route, j’étais sur le parcours, assise sur la pelouse à encourager mes coéquipiers. Lorsque le peloton est arrivé à ma hauteur, j’ai vu l’intensité dans leurs yeux, j’ai senti les efforts qu’ils avaient tous fait pour être ici. Pour la première fois, je vivais une émotion très intense ; la fierté de faire partie de ce groupe exceptionnel d’athlètes. J’ai pleuré…

Malheureusement, le monde du paracyclisme est encore très méconnu dans notre société. D’abord, les Jeux paralympiques, aussi excitants à regarder que le sont les Jeux olympiques, ne sont pas diffusés à la télé. De plus, les médias ne parlent que très peu des performances des athlètes paralympiques. Dommage…

Grâce à cet article, il m’est possible de remercier publiquement ce groupe de gens extraordinaires : Jay, Brayden, Matthieu, Eric B, Marc B, A lex , Steph, G enev iève, M ark L , Arnold, Rico, Bobby, Mark B, Daniel, S h e l l e y, C h a n t a l e e t W i l l i a m . Encore une fois, merci!

U n f o r t u n a t e l y, t h e w o r l d o f para cycling is relatively unknown to the general public. For starters, the Paralympic Games, which to me are as exciting to watch as the Olympic Games, are not televised. And the media hardly mentions the athletes’ performances. It’s really too bad….

I remember, the evening before the road race, I was on the course, sitting on the grass beside the track so I’d be there to encourage my teammates. When the peloton got to where I was, I saw the intensity in their eyes and felt the effort they’d all made to get there. For the very first time, I experienced an intense emotion: a pride in being part of this group of exceptional athletes. I started to cry.

Finally, it’s not the fact of having won the Canadian championships or even the Worlds that changed my life, but the time spent with the team. They all impress me enormously and have made me realize just how great life is, that everything is possible, that friendship is more important than anything else and that truly, winning is just a small piece of the puzzle.

In writing this article, I want to publicly thank a group of extraordinary people: Jay, Brayden, Matthieu, Eric B., Marc B., Alex, Steph, Geneviève, Mark L., Arnold, Rico, Bobby, Mark B., Daniel, Shelley, Chantale and William. Again, thank you !

Qui a dit que

les filles ne savaient pas

rouler ?

Partagez

votre opinion sur

kslsport.com

Katy St-Laurent Ex-cycliste professionnelle

4323 rue St-Denis, Montréal 89 boul. Bromont, Bromont

www.cyclepresse.com

cyclepresse | 9


par Peter Oliver

ENTREVUE INTERVIEW

MARIÉE AU

CYCLISME MARRIED Cycling

© Suzan Arsenault

celui dont je suis le plus fière », dit-elle. Ces paroles sont celles d ’une cycliste ayant pourtant connu une car r ière r iche en titres, avec des victoires à des courses prestigieuses comme le Tour de l’Aude, la Classique de Fitchburg-Longsjo, la Sea Otter Classic, les Championnats c a n a d i e n s , e n p l u s d ’avo i r représenté le Canada aux Jeux olympiques de 2000 et 2004.

« Ce fut le moment le plus satisfaisant, celui dont je suis le plus fière ». “It was my most satisfying, proudest moment“.

La vie d ’une cycliste professionnelle engendre de nombreux moments de solitude. Entre les heures d’entraînement « solo » et celles consacrées aux courses, tu te retrouves souvent seule. Et lorsqu’en plus, tu es mariée à un cycliste professionnel qui, à cause d’un calendrier de courses hyper chargé, est absent de la maison plus souvent qu’à son tour, tu peux passer des mois sans voir ton mari. Pas surprenant alors que Lyne Besset te ( mar iée au cycliste amér icain professionnel Tim Johnson), affirme que sa victoire la plus satisfaisante, malgré une carrière très bien couronnée, soit survenue l’an dernier, aux Championnats du monde de paracyclisme (voir en page 8). Pilote de tandem pour Robbi Weldon, sa coéquipière aveugle, Bessette eut alors la chance de partager son triomphe. « Ce fut le moment le plus satisfaisant, 10 | cyclepresse

5321_CP_RP_v1n1.indd 10

Elle avoue posséder « d ’assez bons gènes » lui ayant permis de devenir une cycliste professionnelle. Malgré un début de carrière tardif, à 21 ans, et après avoir fait de la course à pied de longue distance au secondaire et au cégep, elle se tourne vers le vélo et goûte vite au succès; à sa première année chez les pros, elle remporte la troisième place aux Championnats du Québec. Dès lors, une championne est née. Mais si posséder de bons gènes représente un bon début, alors « avoir la fl amme » est essentiel. Bessette est une fi lle qui aime se réaliser et qui ne craint pas de jouer du coude dans les coins. « Je battais toujours les gars », dit-elle avec plaisir, en parlant de ses années de course à pied au secondaire. Une photo d’elle traversant la ligne d’arrivée aux Mondiaux de paracyclisme (avec Weldon), le sourire aux lèvres, dévoile bien la joie que seule la victoire peut provoquer chez une athlète dévouée. Et ce succès, en paracyclisme, ne f a i t que r e n fo r c e r s o n appréciation pour la pureté du sport de compétition. Elle n’ éprouve d ’ai l leurs aucune sympathie en ce qui concerne les mésaventures de Geneviève

TO

The life of a professional cyclist can be a lonely one. Hours are spent on solo training rides, and even in a race, you are pretty much on your own. When you are married to another professional cyclist, away in the world on a jam-packed race schedule, you might go months at a time without seeing your husband.

competitive cyclist. Although she got a late start, at age 21, in committing to cycling after being a distance runner in high school and college, she obviously got the hang of it quickly. In her fi rst year as a cyclist, she fi nished third in the Québec provincial championships. A cycling star was born.

So perhaps it is no surprise that Lyne Bessette (married to U.S. pro cyclist Tim Johnson) says that the most satisfying victory in a well-decorated career came last year in the paracycling world championships (see page 8 ). Riding a tandem with visually impaired partner Robbi Weldon, Bessette had the rare opportunity to share the glory of winning with someone else. “It was my most satisfying, proudest moment,” she says. And that comes from a cyclist with a career full of proud moments, including wins in such prestigious races as the Tour D’Aude, the Fitchburg Longsjo Classic, the Sea Otter Classic, and t he C anadian nat ional championships, as well as riding in the 2000 and 2004 Olympics.

Good genes are only a start, though. A f ire within is also a deep competitive intensity. Bessette is someone who clearly relishes putting herself on the line and taking on all comers. “I used to kick all the guys’ asses,” she says contentedly of her high-school running days. A photo of her crossing the fi nish line (with Weldon) at the paracycling worlds reveals an unrestrained and joyful smile, something only winning can bring to a dedicated competitor.

She conce des t hat she has “pretty good genes” to be a top

And winning in the paracycling environment only reinforced for her an appreciation for the purity of athletic competition. Hence, she has no sympathy or kind words for the misfortunes of Geneviève Jeanson, the cycling phenom who was Bessette’s Québécoise arch-rival during the peak of her www.cyclepresse.com

11/02/11 1:01 PM


EUROPCAR PRO CONTINENTAL TEAM COMING TO THE 2011 TOUR DE FRANCE OUTFITTED IN LOUIS GARNEAU QUARTZ HELMET, MONDO JERSEY AND LAZER BIB

black

DAVID VEILLEUX, Europcar Team Rider

white

LEARN FROM YESTERDAY, LIVE FOR TODAY, NEVER GIVE UP.


© Suzan Arsenault

Jeanson, sa rivale québécoise lorsqu’elle était à l’apogée de sa carrière. « J’étais meilleure », affirme-t-elle. « Elle a triché », faisant allusion à sa confession, en fin de carrière, de consommation de produits dopants. Bien que dépasser ses rivaux, hommes ou femmes, la motive, elle éprouve un malin plaisir à repousser ses limites physiques. À 35 ans, maintenant officiellement retraitée du cyclisme professionnel à temps plein, elle n’est pas pour autant devenue pantouf larde. Récemment, elle a pu se « tester » en participant à des épreuves comme des triathlons Ironman et des courses longues distances en sentiers, notamment la Vermont 50, l’automne dernier. Contrairement à son mari qui lui peut arrêter l’entraînement pendant près de deux mois, Lyne apprécie la discipline d’un régime d’entraînement régulier. Actuellement, elle s’entraîne en fonction des Paralympiques de 2012. Avec Weldon, elle aimerait se hisser en tête et vise les podiums.

Tim qui, depuis les dix dernières années, est devenu le coureur de cyclo-cross connaissant le plus de succès aux États-Unis.

E l le p e ut é g a le me nt r e s t e r en contact avec le high de la compétition grâce à la réussite de Tim qui, depuis les dix dernières années, est devenu le coureur de cyclo-cross connaissant le plus de succès aux États-Unis. Depuis 2000, il a remporté trois titres nationaux et accumulé des victoires à d’autres courses importantes, tout en participant, au pr i ntemps et en été, au calendrier de courses sur route à titre de pro. Puis, en septembre dernier, il a démontré être fin prêt pour la saison de cyclo-cross en prenant la seconde place au 12 | cyclepresse

5321_CP_RP_v1n1.indd 12

classement général lors de la très relevée course à étapes Green Mount ain (course à laquelle Bessette a participé en 2002, dans la catégorie Élite hommes, peut-être encore pour battre des gars. Elle s’était bien débrouillée mais a dû se retirer après la deuxième de quatre étapes). Toutefois, à 34 ans, la semi-retraite n’est peut-être pas si loin pour Johnson. « Il y a tellement de bons cyclistes qui s’en viennent », dit Bessette, faisant référence à la pression constante de performer à un niveau élevé, même si, encore en janvier, Johnson se classait régulièrement parmi les meilleurs coureurs nord-américains sur la Coupe du monde européenne de cyclo-cross. De plus, les nombreux déplacements, par tout en Amérique du Nord et en Europe, peuvent devenir épuisants. « Il sent que ce quotidien le rattrape », avoue-t-elle. Il y a aussi de vagues conversations à propos de fonder une famille, mais leurs horaires respectifs sont si différents, les séparant si souvent, que mai ntenant n’est pas le bon moment. Juste le fait de se retrouver, après des mois d’absence, demande une « adaptation continuelle ». Et même lorsqu’ils sont les deux à la maison, ils ne s’entraînent pas nécessairement ensemble puisqu’ils ont des plans d’entraînement très différents. En attendant, Bessette relève un nouveau défi en se joignant à Cyclepresse à titre de collaboratrice. Cette cycliste accomplie, se donnant toujours à fond dans tout ce qu’elle entreprend, saura certainement nous démontrer son talent de journaliste.

career. “I was better,” says Bessette, succinctly, her voice clipping the words. “She cheated,” referring to Jeanson’s end-of-career confession to having used performanceenhancing drugs. But bettering her rivals, male or female, is only part of what motivates her. She also gets an almost perverse enjoyment in pushing herself to her physical limits. At 35, she is officially retired as a full-time professional cyclist, but retirement has hardly turned her into a homebody. She has recently been testing herself in such grueling trials as ironman triathlons and long-distance trail runs like the 50-mile Vermont 50 this past fall. Unlike her husband, who she says can take a couple of months at a time away from training, she enjoys the regularity of a disciplined training regimen. The main focus of the training discipline now is a push with Weldon to top the podium at the 2012 Paralympics. She can also draw a kind of c o m p e t i t o r ’s c o n t a c t h i g h from the successes of husband Tim, who over the last decade has arg uably been the most successful cyclocross racer in the U.S. Since 2000, he has won three elite national titles and scores of other important race s, wh i le f i l l i n g out t he race c alendar in spr ing and sum mer as a top road pro. Last September, he showed he was ready for the cross season by t ak in g second overal l in the highly competitive Green Mountain Stage Race. (That is a race, incidentally, that Bessette rode in 2002 in the elite men’s

Tim, who over the last decade has arguably been the most successful cyclocross racer in the U.S.

field, perhaps tr ying again to kick some guys’ asses. She held her own before pulling out after two of four stages.) But Johnson, who is 34, might not be far from following his wife into semi-retirement. “There are so many good guys coming up,” says Bessette of the constant pressure to continue to perform at a high level, although in January, Johnson was still placing consistently as the top North A mer ic an on t he Europe an cyclocross World Cup. But the travel, all over North America and Europe, takes its toll. “He feels the grind of it getting to him,” she says. T here has been some vague talk of starting a fa m i ly, but t hei r c u r rent schedules draw them so far apart so often that it can’t happen now. Just getting together often after months apart requires “constant readjustment.”Even when they are both home, they are often off on separate training rides, with individual training objectives being very different. I n t he m e a nt i m e, B e s s e t t e takes on a new challenge as a regular contributor to Cyclepresse. A s someone who has never given any thing less than full ef for t to any endeavor, she w i l l s u r e l y pr ove t o b e a s accomplished a journalist as she is an accomplished cyclist. www.cyclepresse.com

11/02/11 1:03 PM


par Pat Wells

SUR LA ROUTE ON THE ROAD

pour Sarah

… le défi de pédaler plus de 600 km, de grimper plus de 18 000 pieds et tout ça, en seulement trois jours! … the challenge of riding more than 600 kilometers and climbing more than 18,000 vertical feet in just three days.

Le grand patron de la Vuelta The Big Boss of La Vuelta William A. Medina © Kip Pierson photography

C

es dernières années, j’ai participé à l’organisation du Tour de Lance des Cèdres et du Tour CIBC Charles-Bruneau, deux événements ayant déjà amassé des millions de dollars pour la lutte contre le cancer. Cette année, j’ai décidé de m’impliquer autrement en me rendant à Puerto Rico, me lançant à fond dans La Vuelta PR, que j’ai d’ailleurs renommée « La Vuelta pour Sarah ! », l’aventure ultime pour tout cycliste d’endurance : parcourir à une cadence soutenue, plus de 600 km en trois jours, soit le tour de l’île de Puerto Rico. http ://www.coachpat.ca/la-vuelta-for-sarah.html Ainsi, le 24 janvier dernier, Mari-Jo et moi prenons l’avion pour Puerto Rico. Une fois arrivés à l’aéroport de San Juan, notre amie Donelys nous accueille chaleureusement. Ma première mission : assembler mon vélo. Donelys nous conduit directement à la boutique B-Bikes où José, le propriétaire, nous donne un super service. Avec son accent portoricain, il me dit : « Pat, ton vélo sera prêt demain matin, 10 h ». À partir de ce moment, je suis rassuré, plus rien ne peut m’inquiéter… Sauf peut-être le défi de pédaler plus de 600 km, de grimper plus de 18 000 pieds et tout ça, en seulement trois jours ! Et le pire, c’est

14 | cyclepresse

le premier jour, avec une distance de 250 km. Vraiment, avec mon 1 h 30 minutes de rouleau comme préparation, j’ai une certaine crainte...

La Vuelta PR Jour ZÉRO Comme La Vuelta ne commence officiellement que le vendredi, je décide de participer à l’activité optionnelle du jeudi : un départ au lever du soleil, une boucle de 70 km autour de San Juan, avec escorte policière et près de 150 cyclistes. Une sortie parfaite pour récupérer. J’avais tout de même pédalé le mardi et le mercredi, parcourant

I

n recent years I’ve participated in organizing the Cedars Tour de Lance and the CIBC Charles-Bruneau Tour, two events that have brought in millions of dollars for the fi ght against cancer. This year I decided to get involved in a different way and headed for Puerto Rico to throw myself body and soul into La Vuelta PR, which I have renamed “La Vuelta for Sarah”. It’s the ultimate adventure for an endurance cyclist: riding – fast – more than 600 kilometers in three days, a tour around the whole island of Puerto Rico. http://www.coachpat.ca/la-vuelta-for-sarah.html So on January 24th, Mari-Jo and I hopped a jet plane for Puerto Rico. When we got to the San Juan airport, we were warmly greeted by our friend Donelys. My fi rst mission was to put my bike together. Donelys took us straight to the B-Bikes shop where José, the owner, provided super service. In his charming Puerto Rican accent, he told me, “Pat, your bike will be ready tomorrow morning at 10 a.m.” From then on, nothing daunted me…except perhaps the challenge of riding more than 600 km and climbing more than 18,000 vertical feet in just three days. And the hardest of it is the

first day, with a distance of 250 km. Frankly, with only my 1.5 hours of riding on the rollers as preparation, I was just a little worried….

La Vuelta PR, Day ZERO La Vuelta only starts officially on Friday, so I decided to participate in the optional Thursday activity: a dawn departure for a 70 km ride around San Juan with police escort and close to 150 cyclists. The perfect outing to help me recuperate. I had gone out Tuesday and Wednesday, pedaling 90 and 95 km respectively, to get my legs working and run up as many kilometers as possible www.cyclepresse.com


Il y a trois groupes officiels pour La Vuelta, avec des vitesses moyennes de 40 à 48km/h pour le « A », de 32 à 40km/h pour le « B », et de 28 à 32km/h pour le « C ». Au mois de janvier, le « A » n’est pas une bonne option pour moi ! Ma décision de faire cette première sortie a vraiment « payé » lorsque j’ai rencontré quatre cyclistes du Québec : André, Rémi, Pascal et Julien. Quatre amis et collègues, tous bien préparés pour La Vuelta PR puisque deux d’entre eux y étaient l’an passé.

La Vuelta PR Jour 1 : San Juan à Ponce

Après avoir roulé à la noirceur pendant près d’une heure, la première pause arrive et c’est là que ça commence pour le vrai. Le groupe « A » part en premier, avec moins d’une centaine de cyclistes, des vrais de vrais ! Pascal décide de se joindre à eux et moi, je retrouve finalement mes nouveaux « chums » du Québec. Je les suis comme si ma vie en dépendait. Puis, quand le groupe « B » se met en route, je réalise que c’est en fait un peloton de près de 250 cyclistes, et que chacun essaie de rouler en avant pour éviter les ennuis. Rapidement, je tombe dans un mode de concentration extrême et je m’accroche aux roues d’André, de Julien et de Rémi. Ce n’est pas compliqué : on roule « à bloc » pendant environ

before the start of the expedition. In addition, the Thursday outing was a way to get answers to my questions about what kind of shape I was in. The results came in loud and clear: not group “A”! There are three official groups for La Vuelta PR, with an average speed of 40 to 48 km/h for the “A”, from 32 to 40 km/h for the “B”, and from 28 to 32 km/h for the “C”. In the month of January, “A” was not a good option for me. My decision to do this initial outing really paid off when I met four riders from Québec: André, Rémi, Pascal and Julien. Four friends and colleagues, all well prepared for La Vuelta because two of them had done it the year before.

La Vuelta PR Day 1: San Juan to Ponce Okay, so here we go. It starts off with a taxi at 4:30 a.m., direction Old San Juan. At the starting line, close to 600 cyclists from 15 countries. I – we – are both excited and nervous. I look for my new friends from

Québec but can’t find them in the dark among hundreds of cyclists, each of them just as giddy as I am. Then all of a sudden…we’re off. It’s an incredible sight, with the lights on all the bicycles starting to move as the riders embark on the first and biggest day of the tour, the queen stage of this three-day event. This is clearly not a bicycle club outing, or a race, but rather a major challenge. After riding in the dark for close to an hour, we come to our first break and that’s when things really get started. Group “A” leaves first, with less than 100 cyclists, the real hard-core riders! Pascal decides to join them and I finally find my new buddies from Québec. I follow them like my life depends on it. Then when group “B” takes to the road, I realize that it’s actually a peloton of close to 250 cyclists, and that every one of them is trying to ride at the front to avoid any problems. I

© Kip Pierson photography

© cyclepresse

OK. Ça commence avec un taxi à 4 h 30 du matin, direction Old San Juan. Au départ, près de 600 cyclistes provenant de 15 pays. Un moment rempli d’excitation et de nervosité. Je cherche

mes nouveaux amis du Québec mais impossible de les trouver dans cette noirceur, parmi des centaines de cyclistes, tous aussi étourdis que moi. Puis soudain, ça y est, c’est le départ. Un spectacle de lumières animé par tous ces vélos se mettant en route pour la journée épique du tour, l’étape « reine » de cet évènement de trois jours. Il ne s’agit pas d’une sortie de vélo de club, ni d’une course mais d’un challenge de taille.

www.cyclepresse.com

cyclepresse | 15

© Kip Pierson photography

des distances de 90 et de 95 km, pour me faire un peu les jambes et accumuler le maximum de bornes avant le périple. Cette sortie du jeudi allait également répondre à toutes mes questions concernant ma forme. Le résultat fut assez pour me convaincre que je ne roulerais pas dans le groupe « A ».

Au départ, près de 600 cyclistes provenant de 15 pays. At the starting line, close to 600 cyclists from 15 countries.


© Kip Pierson photography © cyclepresse

Après la fameuse « montée de malade », vient la pause du lunch, au phare. Ensuite, mon coup de cœur de la journée : en partant d’une magnifique ville sur le bord de la mer, le peloton se lance dans une montée. Contre toute attente, je me sens mieux, capable de fournir un effort supplémentaire pour rejoindre mes trois collègues. Soudainement, on se retrouve un petit groupe, détaché du peloton. Je suis dans un break, pas possible ! Quel beau moment ! Ça roule à fond mais on nous ramène à l’ordre ; on doit ralentir pour attendre le reste du groupe. Finalement, la journée qui m’a semblé être la plus longue de ma vie a finalement pris fin. Je me sens comme si je venais de faire un critérium de 250 km ! Maintenant arrivé à Ponce, c’est le temps de me doucher, manger et récupérer.

© cyclepresse

La Vuelta PR Jour 2 : Ponce à Mayaguez

On se croirait au Tour de France… You might think you were riding in the Tour de France….

Une autre journée, mais le même scénario. La seule différence : environ 120 km de moins que la précédente, mais quand même, une distance de plus ou moins 130 km à franchir avant d’arriver à Mayaguez. Je reprends donc ma position avec le groupe « B », mais mes copains du Québec se sentent d’attaque et se joignent au « A ». Me voilà seul avec le peloton et les HOYOS ! (oui, ça veut dire trous et ça représente le plus grand danger sur la route). Par contre, la police et l’organisation font un travail absolument incroyable pour neutraliser la circulation. On se croirait au Tour de France… Je garde ma stratégie et tente de rouler en tête de peloton. M a l he u r e u s e me nt , s u r v ie nt une diffi culté que je n’avais pas calculée : le terrain est beaucoup 16 | cyclepresse

… tout le monde roule « à bloc », comme s’il n’y avait pas de lendemain. … the whole mass of riders is steaming along full speed like there was no tomorrow. plus montagneux que celui du jour précédent. Les conséquences se manifestent très rapidement et pour les derniers 40 km, je saute dans le gruppetto afin de relaxer et profiter un peu du paysage. Le bon côté des départs tôt le matin, c’est que une fois arrivé à Mayaguez, j’ai tout l’après-midi devant moi. Mon premier réflexe est de faire une petite sieste. Ensuite, je pars faire le touriste dans cette magnifique ville. Café latté à une terrasse, puis un souper dans un resto local servant la cuisine typique de Puerto Rico, le fameux steak churrasco et la purée de banane plantain.

La Vuelta PR Jour 3 : Mayaguez à San Juan Aujourd’hui, 210 km à franchir avant de rejoindre notre point de départ. Par contre, une petite variante très importante puisque ce matin, les groupes partent à l’inverse : le peloton « C » part à 6 h, le « B », à 7 h 30 et le « A », à 9 h. Qu’est-ce que ça signifie ? Eh bien, ça veut dire que le « B » roule dans le tapis car le « A » tente de le rattraper, et que le « B » roule lui aussi à fond car il tente de rattraper le « C ». Bref, tout le monde roule « à bloc », comme s’il n’y avait pas de lendemain. Tu ne veux pas te faire larguer, c’est ça que ça veut dire !

quickly fall into an extreme concentration mode and stick close to the wheels of André, Julien and Rémi. It isn’t complicated: we ride all out for about 40 km, then take a break and gather some fresh energy, refuel and then we start off again…and so on, until we get to Ponce. After the famous “heartbreak hill ” comes the lunch break at the lighthouse. T hen my favourite part of the trip: leaving a magnifi cent seaside town, the peloton takes off up a hill. And for whatever reason, I feel better and perfectly able to give the additional effort needed to rejoin my three colleagues. Suddenly, we’re in a small group, separate from the peloton. Hey, I’m in a break! Not possible, but true, and what a fantastic feeling! We keep riding like the wind but are eventually brought back to order; we have to slow down and wait for the rest of the group. Finally, the day that feels like the longest day of my life is over. I feel like I’ve just done a 250 km criterium! Now that I’m at Ponce, it’s time to shower, eat and recuperate.

La Vuelta PR Day 2: Ponce to Mayaguez It’s another day, but the scenario is the same. The only difference: the distance to be covered is © Kip Pierson photography

40 km, ensuite on fait une pause, on se ravitaille, et on recommence jusqu’à Ponce.

about 120 km less than we covered yesterday, but it’s still about 130 km to Mayaguez. So I resume my position in the “B” group, but my Québec buddies are feeling strong and join the “A” group. I’m alone with the peloton and the HOYOS! – and yes, that means holes and they’re the biggest danger on the road. On the other hand, the police and the organization are doing an absolutely incredible job of keeping the traffic away. You might think you were riding in the Tour de France…. I keep to the same strategy and try to ride at the front of the peloton. Unfortunately, a problem crops up that I hadn’t anticipated: the terrain today is a lot more mountainous than yesterday’s. The consequences become evident very quickly and for the final 40 km, I sink into the gruppetto to relax and enjoy the views and the countryside. The nice thing about these early morning departures is that once I get to Mayaguez I have the whole afternoon ahead of me. My fi rst reaction is to take a little nap. Then I leave to do the tourist bit in this magnificent town. Cafe latte on a nice terrace, fi rst, and then supper in a local restaurant that serves typical Puerto Rican fare, the famous steak churrasco and plantain puree.

La Vuelta PR Day 3: Mayaguez to San Juan We have 210 km to cover today to get back to our starting point. On t he ot her hand, t here’s one important little difference because this morning, the groups leave in reverse order: peloton “C” leaves at 6 a.m.; “B” leaves at 7:30 a.m.; and “A” leaves at 9 a.m. What does it mean? Well, it means that “B” rides with the pedal to the metal because “A” is trying to catch up with it, and “B” is also riding its fastest because it’s trying to catch up with “C”. In other words, the whole mass of riders is steaming along full speed www.cyclepresse.com


566 Il n’y a pas de mot pour décrire un tel confort. Seulement trois chiffres.

566 : l’alliance idéale du Confort et de l’Efficacité. Cadre 100% carbone monobloc élaboré à partir d’un mélange de différentes fibres carbone permettant d’obtenir le compromis idéal entre rigidité et confort. Les bases, haubans et tube horizontal présentent des sections aplaties absorbant les vibrations et augmentant la rigidité latérale. Géométrie «sloping» pour une position plus confortable. Fourche 100% carbone monobloc spécifique au 566, développée pour accroître la stabilité du poste de pilotage.

Retrouvez toutes les informations sur le 566 sur :

www.lookcycle.com


© cyclepresse

Old San Juan, destination finale

• Prendre un vol à partir de Burlington 350 $ US aller/retour • Fly out of Burlington: $350 US return ticket • Dormez à l’hôtel à Burlington (stationnement inclus) • Sleep at a Burlington hotel (parking included) • Arrivez le lundi et repartez le lundi • Plan to arrive Monday and leave the following Monday • Louez un condo pour une formule économique à Isla Verde • Rent a condo for an economical stay in Isla Verde • Louez un hôtel si vous arrivez en milieu de semaine • Rent a hotel room if you arrive mid-week • Réservez votre place tôt; la limite étant de 600 cyclistes

Il faut donc jouer de façon sûre. Ne connaissant pas le terrain, je décide de prendre le train « C ». Bonne décision, c’est plus relax et je roule en avant parmi les 30 premiers cyclistes. Ça roule bien jusqu’au dernier segment de 40 km, juste avant la pause du grand rassemblement, lorsque les groupes « A-B-C » se retrouvent en formant un imposant peloton pour terminer le dernier tronçon. Je réalise alors que mon vélo fait un drôle de bruit et je crains le pire. Pas vrai, un rayon cassé ! Je dois m’arrêter et regarder la totalité du peloton passer devant moi, impuissant face à mon malheur. Puis finalement, le camion de service me donne une autre roue et me souhaite bonne chance. Bonne chance ? J’ai vite compris pourquoi ; je me retrouve seul, plus d’escorte policière, au beau milieu de la circulation. Un seul choix s’offre à moi : chasser le peloton qui lui, roule beaucoup plus vite que je le voudrais. Finalement, je demande à un scooter de l’organisation de m’aider en me servant de lui comme d’un bouclier contre le vent. Je chasse pendant 45 minutes et je réussis finalement à rejoindre la queue du peloton « C ».

Plus on s’approche de San Juan, plus le peloton se gonfle d’énergie. Il y a même un transformateur qui « saute » devant nous, comme par magie ! Puis, j’aperçois Old San Juan. Je reconnais les remparts, le vieux fort et, dans la foulée et la folie du moment j’entends « PAAAAT, PAAAAT ». Je me retourne et je vois Mari-Jo avec Donelys et Miguel, nos amis de Puerto Rico. Je m’arrête, finalement. Oui, après trois jours, plus de 600 km, des côtes et encore des côtes, du vent et de la pluie, je mets le pied à terre. Épuisé, complètement trempé mais fi er d’avoir relevé le défi, non pas pour moi, mais pour Sarah.

Probably a good idea to play it safe. Because I don’t know the terrain, I decide to take the “C” train. Good decision. It’s more relaxed and I roll along at the front with the first 30 cyclists. It goes well until the fi nal 40-km segment, just before the break when groups “A-B-C” get back into an impressive single peloton to complete the final portion of La Vuelta PR. It’s just at this point that my bike makes a funny noise and I fear the worst. Sure enough, I’ve broken a spoke. I have to stop and watch the whole peloton go past me, powerless in the face of this misfortune. Then, finally, the service truck gives me another wheel and wishes me good luck. Why good luck, I wonder…but then suddenly I understand. I’m alone, without the police escort, in the middle of all the traffic. There’s only one choice open to me: to chase the peloton, which is riding much faster than I want to go. I finally ask one of the organization’s scooters to help me and, using him as a shield against the wind, chase along for 45 minutes and finally succeed in catching up with the end of the peloton “C”.

Old San Juan PR, our final destination The worst is behind me. All I have to do is ride my bike for an hour and a half, manage not to fall, and I will have met my challenge. But Mother Nature has another trick up her sleeve and unleashes a torrential downpour. No rest for the weary. But actually, I appreciate this last challenge because I think of Sarah Cook, battling every day against cancer. Her courage and determination have motivated me to take on this adventure and I even think that Sarah has brought me luck, because I’ve been able to avoid all the dangers along the way. The closer we get to San Juan, the more energ y there is in the peloton. T here’s even a “transformer” who jumps in front of us, like magic. Then I see Old San Juan. I recognize the ramparts and the old fort, and then, in the crowd and craziness of the moment I hear “PAAAT! PAAAT!” I turn and see Mari-Jo with Donelys and Miguel, our PR friends. I stop, fi nally. Yes, after three days, more than 600 kilometers, hills and more hills, wind and rain, I put my feet on the ground. Exhausted, completely soaked, but proud of having met the challenge, not for myself, but for Sarah. © Kip Pierson photography

© Kip Pierson photography

SUGGESTIONS LA VUELTA

Le pire est derrière moi. Il ne me reste plus qu’à rester debout pendant 1 h 30, évitant les chutes, et mon défi sera relevé. Mais Dame Nature décide de nous tester encore une fois avec une pluie torrentielle. Aucun répit. Mais au fond, j’apprécie ce dernier défi car je pense à Sarah Cook qui elle, doit se battre tous les jours contre le cancer. Son courage et sa détermination m’ont permis de traverser cette aventure et je pense même que Sarah m’a porté chance, ayant su éviter tous les dangers encourus sur ma route.

like there was no tomorrow. You don’t want to be left behind, that’s what it means!

• Reserve early; entries are limited to 600 cyclists

WWW.VUELTAPR.COM

LES BONNES ADRESSES GOOD ADDRESSES

Dame Nature décide de nous tester encore une fois avec une pluie torrentielle.

• Boutique de vélo bike shop B-Bikes b.bikes@yahoo.com 787-727-1233 • Visitez Old San Juan de jour et aussi en soirée Visit Old San Juan in the daytime and in the evening

Mother Nature has another trick up her sleeve, unleashing a torrential downpour. 18 | cyclepresse

www.cyclepresse.com


cooleurostuff.com / partOne international

contact us for a dealer near you / 1.866.727.8663

collection 2011

no compromises Stability, responsiveness and comfort in perfect balance: the Wilier Triestina Granturismo, a bike for those who demand unrelenting innovation and superior quality, whether or not they choose to race.

For over a century, Wilier has demonstrated that a properly engineered bike can be both eďŹƒcient and comfortable.

Our unique overlapped head tube design melds together top and down tubes at the front end, formed to provide maximum stability.

U N R E L E N T I N G I N N O VAT I O N

The rear triangle is asymmetrical, both in terms of the shape and the composition of the carbon. The non-drive chainstay is reinforced to counteract the lateral force produced by t he chain and to impart greater stiness to the frame.

Our internal cable routing represents optimal form and function. Esthetically preferable, our ICS routing protects shift and brake cables, keeps them out of your way, and provides smooth actuation.


par Peter Oliver

GUIDE D’ACHAT / REVUE DE VÉLOS BUYER’S GUIDE / BIKE REVIEW

Évaluation de vélos

Rating the Rides A

À

Vous cherchez un nouveau vélo? Consultez les pages suivantes pour découvrir notre sélection de vélos haut de gamme. Looking for a new bike? The star-studded lineup on the next few pages gives you plenty to choose from.

première v ue, tous les vélos de route se ressemblent. Pourtant, ils diffèrent à plusieurs niveaux puisqu’ils sont conçus à des fins différentes. Par exemple, un cycliste sur le Pro Tour participant au Tour de France en utilise plusieurs : un vélo de baroudeur, solide et fiable pour braver de longues heures en selle, un autre super léger, spécialement conçu pour grimper, et une véritable machine de vitesse pour le contre-la-montre. Chaque vélo est donc construit en fonction d’un usage spécifique.

ll bikes, despite similarities in appearance, are not created equal. A Tour de France rider, for example, might have three or more bikes to choose from: a steady, workhorse road bike, a superlight climbing specialist, and a fully tricked-out time-trial machine. Each is best suited for a specific type of riding.

Évidemment, la plupart d’entre nous n’avons ni les moyens, ni la chance de posséder trois vélos. Nous cherchons donc celui qui correspond le plus au type de cycliste que nous sommes et au genre de sorties que nous effectuons le plus fréquemment.

Most of us, of course, don’t have t he oppor t unit y or t he limitless income to own three, ver y expensive bikes. Instead, we look for a single bike that best matches who we are as r id e r s a n d t he k i n d of t he riding we do most often.

Alors, avant d’investir plusieurs milliers de dollars dans « le vélo de vos rêves », posez-vous quelques questions essentielles : rencontrez-vous plusieurs côtes dans vos sor ties habituelles ? Si oui, un vélo léger, vif, et qui répond rapidement peut s’avérer le meilleur choix. Et les routes sur lesquelles vous roulez, ont-elles un pavé en bon état ou accidenté ? Si le pavé est accidenté, un vélo ayant une conduite faci le et dont le train arrière n’est pas trop r igide serait un choi x sensé. Finalement, sur la balance, vous êtes un poids léger ou un poids lourd ? Les cyclistes plus lourds 20 | cyclepresse

préfèrent souvent des cadres plus rigides qui ne flex pas et ne s’affaissent pas lorsqu’une charge est appliquée, tandis que les plus légers se tournent souvent vers des cadres moins rigides, plus confor t ables, absorbant davant age les nombreuses bosses rencontrées sur surfaces raboteuses. Ainsi, le choix et l’achat d’un vélo répond à des critères très personnels et ce, à plusieurs niveaux. Un bon vélo, c’est un peu le prolongement de soi ; vous et votre vélo serez en parfaite harmonie.

À première vue, tous les vélos de route se ressemblent. Pourtant, ils diffèrent à plusieurs niveaux. All bikes, despite similarities in appearance, are not created equal.

Mais une chose est cer t ai ne : tous les vélos que nous avon s passés en rev ue sont d’admirables « machines ». L e d é f i n ’e s t d o n c p a s d e t r o u ve r u n b o n vé l o, m a i s plutôt de choisir celui qui vous convient parfaitement.

So before unloading several thousand dollars on a dream machine, ask yourself a few essential questions: Do you encounter a lot of hills in your usual rides? If so, a light, quickly responsive bike might be the

way to go. Are the roads you ride smooth or rough? If the answer is rough, a bike that isn’t too stiff in the tail and has good handling characteristics may be the best choice. Are you a little guy or a heav y weight? Heavier guys often prefer stiffer frames that don’t flex and sag when weight is applied; lighter guys often prefer something a bit softer, so every little bump in the road won’t toss them around. In many ways, a bike is one of t he most per sonal pieces of athletic equipment you will ever buy. A good bike is like an extension of yourself; in effect, you and your bike join forces as a single, unified unit. O ne t h i n g i s cer t ai n : al l of t he bikes rev iewed here are g re at r idi n g mach i nes. Your cha l len ge i s not choosi n g a great bike; it is choosing the great bike that is right for you. www.cyclepresse.com


E

n septembre, l ’ indust r ie de vélo se réunit à Las Vegas pour l ’Interbike, le salon annuel où sont dévoilées les dernières nouveautés en ce qui concerne le monde du vélo. Cyclepresse était là, profitant de l’occasion pour faire l’essai sur route de 21 vélos. Alors voici ceux que nous avons essayés et nos commentaires par rapport à chacun d’entre eux. Prenez note que nous avons testé les vélos avec les roues, les composants et les accessoires fournis par les manufacturiers. Vous pourriez facilement remplacer les roues et composants pour l’équipement de votre choix, ce qui pourrait faire varier le prix d’un vélo déjà monté. Aussi, le poids des vélos est approximatif, variant selon la grandeur du cadre et selon les composants du vélo.

I

n September, the bike industr y gathered in Las Vegas for Interbike, the annual show where the newest, latest, and greatest in cycling gear is unveiled. Cyclepresse was there, taking the oppor tunit y to test-ride 21 top road rides. Here is what we rode – and what we thought of what we rode. Note that we tested bikes with the wheels, components, and accessories provided by the bike companies. You could easily swap out wheels or components for equipment you prefer, which could change the price of a fully built bike considerably. And weights are approximate, variable according to the size and components of the bike you purchase.

$ 2000-3000 $$ 3000-4000 $$$ 4000-5000 $$$$ 5000-7000 $$$$$ 7000 et +

fibre de carbone 7000 Hm carbon-fiber, monocoque sr am red sr am s40 15,2 lbs

$$$$$

Points forts HigHligHts

Argon 18 Gallium Pro

54 cm

En 2011, un nouveau moule du manufacturier canadien qui maximise la grosseur du tube. Conçu pour les cyclistes « capables de déployer une grande puissance » i. e. les sprinters. A new, 2011 mold from the Canadian builder maximizes tube size where appropriate. Designed for riders “capable of putting out serious power” – i.e., sprinters.

C O N F O R T• C O N D U I T E •V E R S AT I L I T É • C O M F O R T• H A N D L I N G •V E R S AT I L I T Y Il est facile de comprendre pourquoi le Gallium Pro est le choix de l’équipe professionnelle canadienne SpiderTech. C’est une conduite combinant une attitude de course et une rigidité accrue. Vous vous sentirez comme sur un vélo à pneus larges et mous, mais baisserez la tête pour réaliser que vous roulez à toute vitesse, à plus de 40 km/h. « Bravo, bravo, bravo », a écrit notre testeur enthousiaste.

rÉsUltAts :

TEST RESULTS : It is easy to understand why the Gallium Pro is the choice of riders on Canada’s elite SpiderTech team. It is a ride that manages to combine race-ready handling and stiffness with plush, century-ride rideability. You might feel as if you’re pedaling a balloon-tire softie down your neighborhood street, then look down to discover you’re powering away on the open road at more than 40kph. “Bravo, bravo, bravo,” wrote our enthusiastic tester.

carbone monocoque carbon ultegra reynolds nv32 16,3 lbs

$$

Points forts HigHligHts

BH Prisma Ultegra

53 cm

Un poids léger à un prix modeste ; c’est le but visé par BH avec la série Prisma. Une géométrie et une construction de cadre comparable à ceux de la G5, sa ligne supérieure. Light weight at a modest price – that’s the goal BH has in mind with the Prisma series of bikes. Frame construction and geometry are comparable to BH’s top-of-the-line G5 bikes.

C O N F O R T • B O N N E V A L E U R • C O M F O R T • V A L U E le vélo parfait pour effectuer de longues distances ; tellement confortable, un peu comme un La-Z-Boy sur deux roues, avec un petit côté sportif.

rÉsUltAts :

TEST RESULTS : Aaaahhh.

Riding the Prisma feels like kicking back on the sofa after a long, hard ride. If long-distance riding is your thing, jump on board the machine our tester likened to a La-Z-Boy recliner with wheels.

carbone simil aire au vélo Haut de gamme sl01 simil ar carbon tubing as tHe top-of-tHe-line sl01 shimano 105 dt swiss r1800 17,6 lbs

$

54 cm

Points forts HigHligHts

BMC Roadracer SL02 Une version moins dispendieuse du roadracer SL01. À noter, son concept «éléments de renfort squelettiques », pour une meilleure distribution de l’énergie et d’absorption des chocs, et sa tige de selle carbone 73.5. A budget version of BMC’s elite SL01 racer. Notable features are BMC’s “ integrated skeleton concept” for better distribution of energy and shock absorption and the aerodynamic Streampost 73.5 Carbon seat post.

C O N F O R T • B O N N E V A L E U R • C O M F O R T • V A L U E rÉsUltAts : un bon choix si vous cherchez un vélo solide et fi able, sans pour autant vous ruiner. Bien que confortable, le SL02 a aussi un look de course, un atout important pour remporter quelques sprints lors de vos sorties de fi n de semaine.

www.cyclepresse.com

TEST RESULTS : If all you need is a solid, dependable ride and don’t want to raid your kid’s college fund, this is a great choice. You might get dusted by guys on stiffer, race-responsive machines, but for relaxed and steady riding – with the occasional town-line sprint thrown in – the SL02 will work just fi ne.

cyclepresse | 21


Cervélo R3 Points forts HigHligHts

tube de carbone squoval carbon-tube sr am red fulcrum 7 15,2 lbs

$$$$

54 cm

En 2011, Cervélo a complètement redessiné son R3, ce qui plaira sans doute aux grimpeurs puisqu’il est conçu « pour faire la différence en côtes et en terrain montagneux ». Cervélo reports that the R3 is completely re-engineered for 2011 and is billed as a climber’s delight, “ designed to make the difference on the hills and mountains.”

C O N F O R T• G R I M P E U R• C O N D U I T E • C O M F O R T• C L I M B I N G • H A N D L I N G une innovation canadienne qui a déjà fait sa marque partout dans le monde grâce à ses victoires sur le Pro Tour et au Tour de France. Notre testeur a vraiment été impressionné par le génie de son design : « Le vélo a complètement dépassé mes attentes ». Notez que cette année, l’équipe Garmin a opté pour Cervélo et a déjà remporté la première course du Pro Tour qui avait lieu en Australie.

rÉsUltAts :

TEST RESULTS : Firing up hills and charging confi dently around corners – it is no wonder that Cervélo has established itself as one of the top bikes on the Pro Tour. Even so, our tester was amazed. “My expectations were exceeded,” he wrote. That a thoroughbred racing machine can still be so comfortable is pure design genius.

cadre de carbone monocoque columbus genius monocoque carbon fr ame chorus 11 fullcrum 7 N/A

$$$

Points forts HigHligHts

Cinelli Strato

54 cm

Le Strato est perçu comme « le cadre purement de course» du manufacturier italien. Le but premier est d’offrir au cycliste de bonnes sensations sur la route. Les haubans sont dessinés pour éliminer l’effet de torsion au triangle arrière. The Strato is billed as the famed Italian company’s “purest race frame.” The main goal is to give the rider a good feel for the road; rear seat stays are “ designed for zero torsional f lexion of the rear triangle.”

C O N D U I T E • V E R S A T I L I T É • H A N D L I N G • V E R S A T I L I T Y le match parfait pour le cycliste qui fait un peu de course et le guerrier de fi n de semaine. Avec sa peinture unique, vous vous démarquerez lors de vos sorties de club.

rÉsUltAts :

TEST RESULTS : For most cyclists, looks do matter. Our tester praised the Strato for “a very cool paint job.” The bike is a perfect match for the race enthusiast as well as the week-end warrior. When it comes to a combo of performance and looks, you will defi nitely stand out on your club ride.

carbone monocoque rouge leo sl r ace red carbon monocoque sr am force easton ea90 slX 15,5 lbs

$$$

Points forts HigHligHts

Devinci Leo Race

54 cm

Devinci construit ses cadres en utilisant des couches de carbone multidirectionnel ; en résulte un vélo léger, rigide et confortable. Devinci builds its frames using multi-directional layers of carbon in seeking to achieve a maximal interface between lightness, stiffness, and comfort.

B O N N E VA L E U R • C O N F O R T • V E R S A T I L I T É • VA L U E • C O M F O R T • V E R S A T I L I T Y rÉsUltAts : très confortable, le Leo est parfait pour de longues sorties. Défi nitivement un « A » pour le confort, même après des centaines de kilomètres passées en selle.

TEST RESULTS : The

Leo grows on you. Or, put another way, the longer you ride it, the more comfortable you feel. Rather than amazing you with an instant wow, it woos you with a slow seduction. Hardcore racing? Maybe not, but this could be the perfect companion for a relaxed, steady century ride

fibres de carbone uHc advanced carbon-fiber pédalier en cér amique fsa K-force cer amic cr anK dura-ace, di2 electronic shifters mavic r-sys 14,5 lbs

$$$$

54 cm

Points forts HigHligHts

Felt F2 Le design d’une pure machine de course, ce poids plume présente maintenant un système intégré de passage de câbles pour améliorer la performance aérodynamique. Designed as a pure racing machine, this super-featherweight boast such features as internal cable routing to improve aerodynamics.

G R I M P E U R•V E R S AT I L I T É • C O N F O R T• C L I M B I N G •V E R S AT I L I T Y• C O M F O R T rÉsUltAts : pas de faiblesse pour cette machine certes rigide, mais aussi admirablement confortable. Bien qu’un peu nerveux dû à son pedigree de course, le F2 brille par son caractère versatile.

22 | cyclepresse

TEST RESULTS : Despite featuring the stiffness of a classic race machine, our tester found the ride comfort of the F2 “amazing.” Although the ride can be a bit nervous, like a pure breed horse can be, the F2 still boasts surprising versatility for a bike with such a racing pedigree.

www.cyclepresse.com


25 %

*

sur les ensembles souliers-pédales ainsi que 15 % sur les vêtements 2011.

25 %

*

sur les roues 2011.

25 30 %

*

à

sur tous les vélos 2010 et années antérieures.

Offre d’un positionnement GRATUIT pour tous les membres de club cycliste de la province d’une valeur de 60$ *. *

Offre valide jusqu’au 15 avril 2011.

Depuis 30 ans à votre service! 1109, Route de l’Église Sainte-Foy (Québec) 418 653-9652 jp@bicyclesrecord.com mike@bicyclesrecord.com


Focus Izalco Team 1.0 Points forts HigHligHts

carbone team level HigH-module dura-ace fulcrum 5 14,5 lbs

$$$$$

52 cm

« Un pur vélo de course », selon le manufacturier qui travaille dans le même esprit que l’ingénierie automobile allemande. Des câbles intégrés dans la paroi du tube, une nouveauté efficace pour 2011. The company calls this “a pure road racer,” in the spirit of classic German automotive engineering. New for 2011 is internal cable routing, even through the chain stay.

G R I M P E U R • C O N F O R T • C L I M B I N G • C O M F O R T rÉsUltAts : certains

vélos sont conçus pour répondre « à la vitesse de l’éclair » et d’autres, pour une conduite plus confortable. Rares sont ceux qui parviennent à marier les deux. L’Izalco Team 1.0 offre le confort d’une Cadillac, et le fit et la conduite sportive d’une BMW ; vif et confortable, il répond aussi très bien dans les montées.

TEST RESULTS : Some bikes are designed for lightning-quick racing responsiveness, some aim for a more easy-going touring feel. Rare is the bike that can achieve both. Stand up on the pedals on a steep climb, and the Izalco Team 1.0 will zip you right to the top. Then relax back in the saddle, and it’s like kicking back in the shock-absorbed back seat of a stretch limo.

cadre carbone HigH-modulus d-6 fr ame dura-ace oval w-945 carbon 15,5 lbs

$$$$

Points forts HigHligHts

Fuji Altamira 1.0

54 cm

Un boîtier de pédalier surdimensionné pour un transfert de puissance rapide et des haubans plus petits, améliorant le confort. An oversized bottom bracket is designed for quick and complete power transfer. But somewhat undersized (more pliant) seat stays are designed to add comfort to the ride.

G R I M P E U R • C O N D U I T E • C L I M B I N G • H A N D L I N G rÉsUltAts : le gars que vous avez vu dans la boutique de vélo, l’air un peu stupéfait, encore sous le choc, venait sûrement de faire l’essai de l’Altamira 1.0 ; un vélo qui vous donne le goût de pédaler. Il n’y a qu’une façon de rouler sur ce vélo : rapidement. « Vite, comme si vous l’aviez volé ! », a écrit notre testeur.

TEST RESULTS : That crazed guy you saw drooling at your local bike shop was probably someone who just dismounted after test-riding the Altamira 1.0. This bike inspires not just love at fi rst ride but infatuation. It is the equivalent of Mona Lisa perfection. “There is just one way to ride this bike – fast,” wrote our tester.

cadre en carbone composite frame ultegra dt swiss tricon r1700 N/A

$$$

Points forts HigHligHts

Giant Defy Advanced 1

54 cm

Il est rigide à l’avant, pour une conduite précise, et rigide au boîtier de pédalier, pour un transfert de puissance efficace. Sa géométrie relax est très confortable. Aussi disponible, une géométrie spécialement conçue pour la femme. Stiff in the front for steering precision, stiff in the bottom bracket for power transfer, with a relaxed geometry for riding comfort. Women’s geometry also available.

V E R S A T I L I T É • B O N N E V A L E U R • V E R S A T I L I T Y • V A L U E rÉsUltAts : « Classique » est la meilleure façon de décrire le Defy Advanced 1. Ainsi, un vélo qui plaira au cycliste conventionnel. Une performance équilibrée ; rien d’étonnant, mais rien de décevant non plus.

TEST RESULTS : “Classic” is the word our tester chose to describe the Defy Advanced 1 – a classic road bike for a classic rider. Balanced performance is the name of the game here: nothing will astonish you, but nothing will disappoint you, either.

cadre carbone monobloc Hm ultra ligHt modulus carbon sram red Zipp 101 15,5 lbs

$$$$$

53 cm

Points forts HigHligHts

Look 695 IPack Le 695 IPack vient avec son propre pédalier en carbone, le Look ZED 2. Look affirme que sa nouvelle fourche rigide HSC 7 est la plus légère. The 695 IPack comes with Looks own ZED 2 carbon crankset. Look claims that the new, stiffer fork is the lightest fork available.

C O N F O R T• G R I M P E U R• C O N D U I T E • C O M F O R T• C L I M B I N G • H A N D L I N G rÉsUltAts : on vous met au défi de lui trouver des faiblesses. Un look d’enfer et une performance irréprochable. Une intégration exemplaire des éléments ; en résulte une expérience de pilotage ultime. Clairement, l’un des meilleurs vélos sur la route.

24 | cyclepresse

tEst rEsUlts : Go on, we dare you – try and fi nd a weakness in this bike. Its cool, super-sleek, all-red look is matched by an incredibly well-rounded performance. Our tester held back nothing in his praise, with the word “ultimate” coming up repeatedly in his write-up. “Clearly one of the best rides out there,” he wrote.

www.cyclepresse.com


Plus de 100 modèles à la fine pointe de la technologie !

www.youtube.com/feltbicyclestv

Détaillants FELT au Québec • AUX GALERIES DES SPORTS - Acton Vale - 450 546-7665 • BELISLE OXYGEN Source du Sports - Rouyn-Noranda - 819 762-7729 • BICYCLINIQUE - Gatineau - 819 770-2092 • BICYCLE BRISÉ - Valleyfield - 450 371-7822 • BOUTIQUE COURIR - Montréal - 514 499-9600 • BOUTIQUE LE PÉDALIER - Vill.-H.-Wendake - 418 842-2734 • BOUTIQUE X-CYCLE - Piedmont - 450 227-8356 • CYCLE ENDURANCE - Pierrefonds - 514 305-1913 • CYCLES FLEURY - Montréal - 514 664-4612 • CYCLOSPHERE - Mirabel - 450 430-8356 • CYCLO SPORT LAVAL - Laval - 450 681-4827 • INTERSPORT YVANDUSPORT - Chibougamau - 418 748-4243

• LAFERTE Est - Trois-Rivières - 819 374-9172 • LAFERTE Ouest - Trois-Rivières - 819 377-5887 • LARO SPORTS - Boisbriand - 514 461-1700 • MARTIN SWISS REPAIR SHOP - Westmount - 514 488-9717 • MESSIER BICYCLETTES - St-Jean-Sur-Richelieu - 450 347-4925 • OBERSON Laval - Laval - 450 669-5123 • OBERSON Brossard - Brossard - 450 462-4040 • PRO-VÉLO - Warwick - 819 358-9224 • RAOUL CHAGNON SPORTS - St-Hyacinthe - 450 774-8232 • SPORTS JMD - Rimouski - 418 723-9494 • ST-HILAIRE BICYCLES - St-Lazare - 450 455-3622 • VELO ST-JOSEPH - Terrebonne - 450 492-5073


Marin Stelvio Dura-Ace Points forts HigHligHts

cadre en carbone full cXr t3 carbon frame tube inférieur plus gros oversiZed downtube dura-ace / pédalier fsa K-force crank mavic Ksyrium sl 16,1 lbs

$$$

53 cm

Le Stelvio est le pilier chez Marin depuis maintenant trois ans. Ses haubans sont conçus pour absorber les chocs quand le pavé devient plus cahoteux. The Stelvio has been a Marin mainstay for three years. Arced seat stays are designed to smooth out the ride when the road gets rough.

C O N D U I T E • B O N N E V A L E U R • H A N D L I N G • V A L U E rÉsUltAts : avec la fi abilité d’un homme à tout faire, le Stelvio vous accompagnera pendant de nombreuses années. Un look classique et une conduite agréable grâce à sa stabilité. Un vélo à considérer si votre budget est limité.

Think like a guy who owns his own company. You want workers who are dependable, willing to get their hands dirty, and can do whatever is asked of them without putting up a stink. The Stelvio is like that kind of employee. And like a good employee, wrote our tester, the Stelvio “will serve you proudly for many years.”

tEst rEsUlts :

Orbea Orca SDR Points forts HigHligHts

construction monocoque carbone gbs tHree-level carbon monocoque construction dura-ace mavic Ksyrium N/A

$$$$

53 cm

L’obtention de vitesse est l’objectif visé par l’Orca SDR, spécifiquement conçu pour la course. Il paraîtrait qu’une version pour la femme sera prochainement disponible. Speed, not necessarily pure lightness or aerodynamics, is the objective of the newly re-designed race-specific Orca SDR, originally introduced by Spanish bike-maker Orbea in 2004. Reportedly a women-specific version is also in the works.

CONFORT•GRIMPEUR•CONDUITE•VERSATILITÉ•COMFORT•CLIMBING•HANDLING•VERSATILITY rÉsUltAts : aucun défaut à signaler. « Comme si vous rouliez à l’intérieur d’une pièce immaculée et calme », relate notre testeur. Un vélo excessivement confortable et versatile.

tEst rEsUlts : The main tester comment: “It rides as if you were resting in a perfect white room of calmness. No fl aws!” That sounds like some super drug able to put you magically at ease. The result is an incredibly comfortable and versatile ride.

cadre de fibre de carbone HigH-modulus carbon-fiber frame fourcHe en carbone carbon forK ultegra 4Za cirrus 16,5 lbs

$$

Points forts HigHligHts

Ridley Noah RS

54 cm

Le manufacturier belge vise ici l’aérodynamisme. La construction R-Flow est utilisée pour minimiser les turbulences, expulsant l’écoulement de l’air loin des rayons. Aerodynamics are the focus here from the Belgian bike-maker. R-Flow construction is designed to reduce drag by drawing air f low away from the spokes. R-Surface paint job is a further attempt to reduce drag.

A É RO DY N A M I S M E • B O N N E VA L E U R•A E RO DY N A M I C S •VA L U E rÉsUltAts : un vélo qui fend l’air. Grâce à son design novateur, Ridley devient de plus en plus respecté en Amérique du Nord. Peut-être pas le meilleur choix pour les montagnes, mais très stable sur le plat, quand vous luttez contre un puissant vent de face.

“It slices through the air like a hot knife through butter,” wrote our tester. It might not be the best choice if you live in a mountainous world, but if you are regularly battling headwinds, perched on the saddle of a Noah RS is where you want to be.

tEst rEsUlts :

cadre en carbone monocoque super ligHt HigH-modulus carbon monocoque frame ultegra / pédalier fsa carbon crank fulcrum racing 5 N/A

C

O

N

D

U

I

$$

T

54 cm

E

si vous êtes un fervent des critériums, le Solo 90 RSL est le vélo qu’il vous faut. Un pilotage précis, une excellente tenue de route, il est aussi très léger et tourne les coins à merveille.

rÉsUltAts :

26 | cyclepresse

Points forts HigHligHts

Rocky Mountain Solo 90 RSL

H

L’entreprise basée à Vancouver cherche à créer des vélos pour les « millions de différents types de cyclistes». Offert à un prix modéré, le Solo 90 RSL vise celui qui fait de la course. Vancouver-based Rocky Mountain bills itself as “semi-custom bike manufacturer” that aims to build bikes for the “million different types of riders out there.” The Solo 90 RSL is for the rider with an interest in road racing but at a moderate price.

A

N

D

L

I

N

G

If criterium riding is where you excel, or perhaps dodging in and out of cars on busy city streets, the Solo 90 RSL might be the machine for you. Precise cornering and handling is where the bike really shines. Even though our tester praised a “ light feel,” there are better choices if climbing is your thing. But if you want to squeeze confidently between two traffi c-stalled taxis in Montreal, climb on board.

tEst rEsUlts :

www.cyclepresse.com


ÇA ROULE, LES AFFAIRES ! En 15 ans, l’ACDA est devenu le club cyclosportif incontournable de la région de Montréal pour le réseautage d’affaires. Ceci grâce à la fidélité de ses membres et au soutien de ses partenaires.

Association cycliste en développement des affaires

www.acdaquebec.com

www.creation-samarkand.com

merci à tous !


cadre de carbone fact 11r carbon frame sram red / pédalier s-works fact crankset roval rapide sl 45 15,1 lbs

$$$$$

Points forts HigHligHts

Specialized S-Works Tarmac SL3

54 cm

Specialized est fier de présenter son SL3, un phénomène du ratio « rigidité vs poids ». Une ligne de course qui a signé de nombreuses victoires sur le circuit professionnel européen. Specialized boasts about the SL3’s “phenomenal stiffness to weight ratio.” It’s a pure racing thoroughbred, with numerous wins on the European pro circuit, and a thoroughbred price to match.

C O N F O R T• G R I M P E U R• C O N D U I T E • C O M F O R T• C L I M B I N G • H A N D L I N G le SL3 a gagné le Tour de France et il performe en champion. C’est un excellent grimpeur, un outil de pilotage génial, capable de réagir rapidement. Que voulez-vous de plus ? Ah oui, il est aussi très confortable et offre une bonne tenue de route. Incroyable.

rÉsUltAts :

tEst rEsUlts : Climbing – excellent. Handling – brilliant. Responsiveness – top of the charts. What more do you want? Well if you’re look for an impressive credential on the SL3’s resumé, how about victory in the Tour de France? Equally impressive is that, despite being an insect-light racing specialist, it rides with the comfort and stability of a sturdy Clydesdale. Amazing.

cadre en carbone 5 series tct carbon frame ultegra bontrager race light 16,5 lbs

$$

Points forts HigHligHts

Trek Madone 5.2

54 cm

Léger et offert à un prix abordable, le Madone 5 Series se situe une catégorie en dessous de celui utilisé par Lance Armstrong, le Madone 6 Series. Le modèle 2011 est également plus léger que celui de l’année précédente (150 gr de moins). The Madone 5 series bikes are a rung down from the series 6 models ridden by the likes of Lance Armstrong. But a 2011 redesign has trimmed 150 grams off the frame. Not quite Tour de France lightness, but pretty close, and very affordable.

B O N N E V A L E U R • C O N D U I T E • V A L U E • H A N D L I N G rÉsUltAts : en peu de temps, vous réaliserez l’héritage de perfection légué au 5.2, grâce au feedback continu donné par Lance Armstrong pour les modèles de la série Madone. Jouissant d’un prix relativement modeste, le 5.2 a su dépasser les attentes de notre testeur : « Un mélange parfait des éléments », a-t-il dit.

No – this isn’t the same Madone model that Lance and company rode to killer effect on the European pro scene. It is the working man’s model – almost Lance-like performance available for a working-man’s budget. Our tester expressed surprise at a bike that surpassed expectations, given its modest price tag. “A perfect blend of the crucial elements,” was our tester’s summary.

tEst rEsUlts :

cadre de carbone composite mitsubisHi 46 ton composite carbon frame sram red easton ec90 15,2 lbs

$$$$$

Points forts HigHligHts

Wilier Cento 1

54 cm

Avec son look du tonnerre et son poids plume, le Cento 1 se retrouve dans une classe à part. If a bicycle were about looks alone, the Cento 1 would stand at the top of its class. This lightweight is about as handsome as a bike gets.

C O N F O R T• G R I M P E U R• C O N D U I T• C O M F O R T• C L I M B I N G • H A N D L I N G un véritable chef-d’œuvre italien au design et à la conduite exceptionnels. Lorsque l’intensité sur le pédalier accroît, ce vélo de luxe réagit « en bombe », comme s’il n’y avait pas de lendemain !

rÉsUltAts :

If money is no object, go ahead and splurge. The Cento 1 is what our tester called “a true piece of Italian mastercraft,” a thing of beauty both to look at and to ride. This is a bike that lives up to its price tag. “Increase the intensity on the cranks, and it comes alive like there is no tomorrow,” wrote our tester.

tEst rEsUlts :

Il y a plusieurs excellents vélos que nous n’avons pu essayer. Nous vous présentons d’autres modèles à considérer. There are a lot of great bikes out there that we were not able to test. Here are a few other top models that you might want to consider.

cadre de carbone Hi-modular full carbon frame sram red mavic Ksyrium N/A 28 | cyclepresse

$$$

Non-testé / not tested

Points forts HigHligHts

Cannondale Supersix Hi-Mod 2 Red Ici, pensez course. Le Supersix est conçu pour la compétition, « dessiné pour gagner », comme la compagnie le dit. Champion du Giro d’Italie, il offre une performance digne des pros. Think racing here. The Supersix is designed for competition – “engineered to win,” as the company puts it. It has proven itself as a Giro d’Italia champion and a top pro performer. www.cyclepresse.com


NOUVELLE BOUTIQUE

À LAVAL

PLUS QUE QUELQUES

JOURS AVANT L’OUVERTURE

S E T U H C S E D PROFITEZ

1 1 0 2 X I DE PR

ED R M A R S D O SYNAPSE HI-M 99

4 799 $

DÉTAILS ET PHOTOS EN LIGNE AU

www.gthsports.com lbs Poids : sous les 15 red Équipement : sram

du 1er au 31 mars 2011

24

CAAD10 4 SRAM RIVAL

1 899 99 $

VERSEMENTS SANS INTÉRÊT e Pédalier : carbon Poids : 17 lbs rival Équipement : sram

www.gthsports.com

Toujours la boutique NO

SAGUENAY 251, de la Normandie | 418 545-4747 QUÉBEC 989, boul. Pierre-Bertand | 418 683-2444

AU CANADA LAVAL 1545, boul. de l’avenir | 450-901-2444

* Le financement est sujet à l’approbation du crédit


cadre de carbone Hi-modular carbon-fiber frame cadre seulement / frame only cadre seulement / frame only N/A

$$$

Points forts HigHligHts

Guru Evolo

Non-testé / not tested

Cette compagnie montréalaise offre un vélo polyvalent. Ses nouveaux haubans seront grandement appréciés puisqu’ils ajoutent une touche de confort à une conduite qui serait sinon, un peu trop rigide. This Montreal-based company has some classic Italian in its design pedigree. Nice feature: the slightly arced chainstays that add a little cushion to an otherwise stiff, racy ride.

nouveau système laminé dans un cadre carbone HigH module ud carbon frame new lamination system dura-ace dt-swis r1900 14,4 lbs

$$$$

Points forts HigHligHts

Kuota KOM Evo

Non-testé / not tested

Un nouveau tube de direction et un boîtier de pédalier en fibre de carbone qui aident à réduire le poids du cadre de presque 10 % . Les haubans ont été révisés pour améliorer le confort. New head tube and completely carbon-fiber bottom bracket has helped reduce the weight of the 2011 frame by almost 10 percent. Seat stays have been reconfigured to improve comfort.

cadre monocoque carbone Hm ud carbon moncocque frame ultegra Ksyrium equipe black m10 16,2 lbs

$$$

Points forts HigHligHts

Lapierre Xelius 400

Non-testé / not tested

Le manufacturier le nomme « la petite bombe conçue pour aller vite ». Elle semble être une machine de course hardcore, une réplique du modèle utilisé au Tour de France par l’équipe la Française des Jeux. The Company calls the Xelius 400 a “ little bomb” that is “made to go fast.” Sounds like a hardcore racing machine, a replica of the Tour de France model ridden by the Française des Jeux team.

cadre de carbone Hum avec liage nano HigH-modulus carbon frame witH nano bonding dura-ace dura-ace N/A

Points forts HigHligHts

Louis Garneau Gennix R1 Pro + C24

$$$$$ Non-testé / not tested

Garneau le décrit comme étant léger, rigide et « très exclusif ». En effet, jusqu’à maintenant, la plus grande réalisation du manufacturier en ce qui concerne sa série de course. Garneau describes this bike as “very exclusive.” Indeed, it is the company’s top-of-the-line race model seeking to maximize lightness and stiffness.

cadre monocoque en fibre de carbone, avec tige de selle intégrée carbon moncoque frame witH integrated seat post dura-ace mavic cosmic carbon sl 16 lbs

30 | cyclepresse

$$$$

Non-testé / not tested

Points forts HigHligHts

Opus Vivace Le design du cadre a évolué, utilisant maintenant des tubes élargis plus « f luides », pour obtenir la meilleure fusion de rigidité, confort, et légèreté. Frame design has been modified using larger tubes with “more f luid shapes” in search of the best blend of rigidity, comfort, and lightness.

www.cyclepresse.com


1-4-PubRackE-COUL-Ride_Layout 1 11-01-27 16:32 Page 1

Pour mieux vous ÉVADER! RACKS ET BOÎTES DE TRANSPORT VENTE | LOCATION | INSTALLATION

298

$

par pers. occ. double

TAXES ET SERVICES INCLUS

Forfait idéal pour les amateurs de vélo sur route et ceux cherchant un défi tout en ayant l’esprit en paix ! Paysages spectaculaires garantis !

LE FORFAIT COMPREND

2 nuits en auberge 3 étoiles 2 petits déjeuners 2 dîners dont 1 pique-nique 1 souper 6 services 2 collations 2 bières en fût ou vin local Coquetel de bienvenue Guide pour 2 journées Souvenirs

POU R R É SERVAT ION

Auberge Chez Isaïe 300, 12e rue, Ferme-Neuve 1 866 587-3988 ou 819 587-3977 www.aubergechezisaie.com

POUR PLUS D’INFORMATIONS SUR LA RÉGION HÔTE

1 888 560-9988 •

VÉLO SKI/PLANCHE À NEIGE KAYAK PORTE-VÉLO À ATTACHE-REMORQUE INSTALLATION D’ATTACHE-REMORQUE AUTRES LOISIRS...

www.velo-hautes-laurentides.qc.ca

1258, rue Laurier Est, Montréal • 514 523-3333 • 866 523-3334

www.rackevasion.com

MAINTENANT AU COMPLEXE M | SORTIE 133 DE L’AUTOROUTE 20

L’ÉTÉ,

C’EST CHEZ VERTIGE QUE ÇA SE PASSE ! La boutique Vertige est fière de vous offrir des produits spécialisés dans les domaines du vélo et du plein air.

1384, Boul. Casavant Est, Saint-Hyacinthe (Québec) J2S 0G2 | 450 771-0854


DESTINATIONS PRINTEMPS SPRING DESTINATIONS

SPRINGBIRDS

A

ussitôt que le mois d’avril se pointe le bout du nez, Pat et moi faisons nos valises, mettons les vélos dans l’auto et nous partons; road trip ! Vous connaissez les snowbirds ? Nous sommes les springbirds ! Et évidemment que Quick, notre Labrador adoré, vient toujours avec nous. Pendant quelques semaines, nos journées entières tournent autour du vélo. Nos soucis de la vie quotidienne évaporés, nous roulons, mangeons sainement, repérons des cafés sympathiques, lisons, louons des fi lms, sortons pour une crème glacée ou

© Cyclepresse

C’est ce que j’apprécie de la Virginie au début du printemps; après quatre mois d’abstinence, je peux finalement retirer mes arm warmers, rouler sur le doux pavé des routes de campagne (pas besoin de faire attention aux trous, y’en a pas !), entourée de montagnes, saluant chevaux, moutons et chèvres. Chaque année, je suis éblouie par la beauté de la vallée de Shenandoah et séduite par le parfum enivrant des lilas, des arbres et arbustes débordant de fleurs roses et violettes. Tellement paisible. Même le gazon semble plus vert !

32 | cyclepresse

5321_CP_RP_v1n1.indd 32

© Cyclepresse

par Mari-Jo Lamarche

restons simplement à la maison, savourant un agréable repas, arrosé d’un p’tit verre de rouge. Et parfois, après une éprouvante sortie,on se permet même une petite sieste. Pas facile ! Je me souviens d ’une année, soucieux de commencer mollo et de se mettre en jambes pour les collines de la Virginie, nous nous sommes arrêtés à Easton, une ville à l’architecture victorienne et coloniale, située sur la côte est de Chesapeake Bay. Un terrain plat, parfait pour la première sortie de l’année. Une boucle facile, en passant par Oxford, l’une des plus vieilles villes en Amérique. Avec à peine mille habitants, ses maisons multicolores, ses aménagements paysagers frôlant la perfection, et ses arbres en fleurs, le village semblait sur réal iste. C ’ ét ait comme si nous pédalions dans un monde virtuel. Et de prendre le traversier pour se rendre de l’autre côté de la Tred Avon River, très rafraîchissant pour un jour de semaine ensoleillé ! Ce qui est plaisant quand je voyage avec Pat c’est qu’en plus d ’être un chef étonnant et créatif, il a la capacité de dénicher les plus beaux circuits de vélo. Je pense sérieusement qu’il a avalé un GPS quand il était jeune ! C’est mon « Garmin humai n ». Une fois, pensant êt re perdus au beau m i l ieu de Luray, en Virginie (connue pour ses cavernes), je me levai la tête et aperçus de magnifiques chevaux, le long d’une rivière sc i nt i l l a nte, nou s re g a rd a nt paisiblement passer. Loin d’être égarés… Une boucle « à la Pat ». Un aut re endroit que nous adorons est A sheville, en

S

pring training. To me, it means going away. As soon as April steps in, Pat and I pack our bags, set the bikes in the car and head south. You’ve heard of snowbirds, here come the springbirds! And of course, our beloved black Lab, Quick, gets to come along! For a few weeks, we get the luxur y to allow our lives to revolve around cycling. Putting our daily worries aside, we just ride our bikes, eat healthily, hang out at coffee shops, catch up on some reading, rent movies, go for ice cream or simply chill at the house with a nice dinner and a glass of red wine. And sometimes, on a really challenging day on the bike, we even throw in a recovery nap. Oh yeah! Over the years, we’ve visited lots of bike-friendly places. One year, to prepare for the rolling hills of Virginia, we started with one day of easy, flat terrain. First stop: Easton, Maryland, on the Eastern Shore of the Chesapeake Bay. A classy town, with colonial and Victorian architecture, and with an easy loop down to Oxford. One of the oldest towns in America, Oxford is a charming water front village with a p o p u l at ion of le s s t h a n a thousand. With its multi-colored houses, top-notch landscaping, and flowers in full bloom, the village seemed somehow surreal. It’s like pedaling in a virtual world! Taking the Oxford-Bellevue Ferry with our bikes, and crossing Tred Avon River on a stunning weekday surely was refreshing! What’s nice about traveling with Pat, aside from the fact that he’s www.cyclepresse.com

11/02/11 2:08 PM


Boutique Le Yéti : www.leyeti.ca Le Groupe Centrifuge : www.groupecentrifuge.com Sur la route : www.surlaroute.ca

Caroline du Nord. Nous y sommes allés à deux reprises et chaque fois, nous sommes restés un mois, louant une maison dans Montford, le quartier historique. Asheville est une ville à caractère décontracté, envahie de bons restaurants et de cafés. La musique y tient une place importante; plusieurs musiciens et groupes performent live dans les rues. Même si cette destination se trouve plus au sud (18 heures de route à partir de Montréal), ces heures supplémentaires valent la peine, à condition d’avoir deux semaines de vacances devant vous. Ainsi, vous découvrirez un terrain de jeux idéal pour le vélo de route ; route s de c a mpag ne tranquilles, côtes et collines, ainsi que de longues montées épiques. Il n’y a rien de plat à Asheville. En fait, nous n’avons trouvé qu’une route sans dénivelé : Riverside Drive, qui longe la rivière French Broad. Située près des Great Smoky Mountains, la Pisgah National Forest, le Mount M itchell (une montée de 42 km et de 2 037 mètres d’altitude) et le Blue Ridge Parkway, Asheville r e p r é s e nt e u ne d e s t i n at ion unique. Vous serez bouleversés par la beauté de ces immenses montagnes qui, déjà au début a v r i l , s o n t t e i n t é e s d ’u n e multitude de tons de vert. Je me souviens de la première fois que nous avons pris Sunset Drive, une rue vraiment étroite, pour ensuite affronter Cherokee Street, un mur « casse-pattes » ave c u n dén ivelé de 20 % . Puis, après seulement quelques minutes, nous nous sommes retrouvés sur Town Mountain Road, une montée longue et con s t ante, jusqu’au som met du Blue Ridge. Le bonheur de www.cyclepresse.com

5321_CP_RP_v1n1.indd 33

pédaler, profitant de points de vue spectaculaires. Nous avon s vé c u plusieur s moments magiques à vélo, mais pour moi, le plus mémorable fut notre boucle à Marshall. Un matin chaud et ensoleillé, nous avons d’abord traversé la rivière French Broad, avons tourné à droite sur Old Lanceister, et avons grimpé pour aller rejoindre Bear Creek Road. Après quelques kilomètres à un rythme assez mollo, je me sentais si forte et confiante que je décidai d ’attaquer chacune des bosses, pé d alant « d an s l ’t api s », g ag n a nt tout e s le s pancar tes (panneaux routiers de municipalités), et dépassant Pat à tous les sprints. C’était ma journée, je « tripais » ! Arrivés à Marshall, nous nous sommes ar rêtés à un char mant pet it café, le Zuma, pour un espresso et un biscuit tr iple chocolat absolument savoureux. Sur le chem in du retour, je commençai à payer pour mon agressivité irréfléchie. Les jambes lourdes, je n’avais plus de « jus », et demandais sans cesse à Pat : « Combien de miles reste-t-il ? 5, seulement 5 ! », me répétait-il pendant près de deux heures. Épuisée, j’essayais simplement de rester dans sa roue. Je souffrais, évidemment, mais j’apprenais aussi à me connaître, évaluant mes limites, creusant très loin dans mes réserves pour revenir à la maison. Finalement, en avril ou en mai, que nous choisissions la Virginie ou la Caroline, nous savons qu’une panoplie de boucles nous attendent, nous, les springbirds avides de kilomètres.

For spring cycling camps in Virginia, here are a few suggestions: Boutique Le Yéti: www.leyeti.ca Le Groupe Centrifuge: www.groupecentrifuge.com Sur la route: www.surlaroute.ca

a wonderful and creative cook, is that the guy has a special gift for fi nding the most astonishing bike routes. Seriously, I think that he might have swallowed a GPS when he was younger! I like to call him my “human Garmin.” Somet imes, when I ’ d t h in k we were lost in the middle of Luray, Virginia (well known for its caverns), I’d look up and see dozens of beautiful horses running beside us along a sparkling narrow river. The scenery – always a part of his plan! Another stunning place we love is Asheville, North Carolina. We’ve been there twice, and both times, we stayed for a month, renting a lovely house in the Montford Historic District. Asheville is a free-spirited kind of town fi lled with musicians, live bands, good restaurants and tons of coffee shops. Although it’s a bit further south (an 18-hour drive from Montreal), the extra hours are well worth it, as long as you have two weeks of vacation time to spare. It is the ideal playground for roadies – quiet country roads, rolling hills and challenging and long, epic climbs. Nothing is flat around Asheville. In fact, we could find only one flat road: Riverside Drive, which runs along the French Broad River. Loc ate d nex t to t he Gre at Smoky Mountains, the Pisgah National Forest, Mount Mitchell (a 42-km climb to 2,037 meters of elevation) and the Blue Ridge Parkway, Asheville is a one-ofa-kind cycling destination. You can easily be overwhelmed by the beauty of those massive mountains bursting in different shades of green, even in early April. I remember the first time we

took Sunset Drive, a very narrow street and got onto Cherokee Street, a 20-percent “killer wall.” Within a few minutes, we were on Town Mountain Road, on a long and steady climb that took us on top of the Blue Ridge. The joy of pedaling was embellished by absolutely spectacular views. We’ve had many magical moments on the bike, but perhaps most memorable was our r ide to Marshall. On a very warm and sunny morning, we crossed the French Broad River, took a left onto Old Lanceister, and went up to reach Bear Creek Road. After a few kilometers at a mellow pace, I felt so strong and confident that I decided to attack every single hill and go all out at every town-line sign we saw, outsprinting Pat like there was no tomorrow. The day belonged to me, and I was having a blast! When we got to Marshall, we stopped at Zuma, a cute and cozy coffee shop, for a quick espresso and one of the best triplechocolate cookies I’ve ever tasted. On our way back, however, I started to pay for my careless aggressiveness on the outbound ride. My legs were heavy and I was out of gas. I kept asking Pat, “how many more miles? ” He kept answering, “5 more, only 5 mores.” Totally spent, I simply tried to hold on to Pat’s wheel. I was suffering, for sure, but was also learning about myself, my limits and digging deep inside to make it home safely. So, in April and May, whether we drive to Virginia or North Carolina, we know that there will be plenty of striking and challenging rides awaiting us, the hungry springbirds.

That’s what I love about going to Virginia in early spring; after four months away from my bike, I get to pull down my arm warmers, ride on top-notch country roads (no need to watch out for potholes, they aren’t any), surrounded by mountains and wave to dozens of horses, sheep and goats. Overwhelmed by the breathtaking decor of the Shenandoah Valley, I can become totally seduced by the wonderful perfume of lilacs and the dazzling pink blooming trees. Even the grass seems greener.

© Cyclepresse

Voici quelques suggestions de camps de vélo en Virginie :

cyclepresse | 33

11/02/11 2:09 PM


GIRO

revue de produits product review

par mari-Jo lamarche

de la tÊte auX Pieds

From head to toe Cette année, Giro Sport Design fera ses prem ier s pas d ans le marché des chaussures de vélo. Pat, notre éditeur chez Cyclepresse, a eu la chance d ’e s s aye r le s P r ol i g ht SLX à l’Interbike show de Vegas : «Tellement lé ger s et super confortables ! »

mince et légère, cette semelle est aussi très rigide, ce qui assure un transfert de puissance optimal. La chaussure haut de gamme présente une empeigne microfibre Teijin, 3 attaches en bandes de velcro, une semelle intérieure EVA et un SuperNatural Fit Kit complet offrant un ajustement plus personnalisé.

La nouvelle venue dispose d’une semelle carbone Easton, la EC90SLX;

Prix de vente suggéré : 349,99 $ uS Couleurs : noir, blanc. www.giro.com

LOuIS GARNEAu De bonnes nouvelles pour nos Québécois : pendant que David Veilleux signe un contrat avec l’équipe professionnelle Europcar, L ouis Gar ne au dev ient le fournisseur officiel de vêtements et de casques pour cette même formation française. Les membres de l’équipe porteront le Quartz, un casque reconnu pour sa ventilation optimale. utilisant la technologie MSB pour une protection maximale, il a été conçu avec d’énormes canaux de ventilation permettant une circulation de l’air vers l’arrière, tout en évacuant l ’humidité; une caractéristique que vous apprécierez davantage en juillet ou lors de très longues montées ! Le casque présente également de s re n for t s e n c omp osite fournissant un bon support, le système stabilisateur Spiderlock SL permettant d’ajuster le casque avec une seule main, et finalement, des coussinets en mousse ergonomique, pour un fit parfait. Prix suggéré : 149,99 $ CAD Couleurs: Noir, Blanc, Rouge. www.louisgarneau.com

While David Veilleux signs a contract with the uCI Continental Pro Team Europcar, Louis Garneau announces a t wo-year c lot h i n g a nd hel met sponsorship for the French team. The riders will be wearing t he Q u ar t z, a l i g ht wei g ht , s t ron g a nd wel l vent i late d helmet. using MSB technology for enhanced protection, the lid is designed to let the air flow and exit at the back, keeping the head cool while wicking away moisture, an attribute that you’ll most likely appreciate on those hot summer rides or during long, epic climbs. The rider-friendly helmet also features lightweight composite reinforcements, an easy-to-adjust, one-hand retention system and ergonomic padding for a perfect fit. suggested retail price: CAD $149.99 Colors: Black, White, Red. www.louisgarneau.com

This year, Giro Sport Design is making its first steps into the cycling shoe market. Pat, our editor at Cyclepresse, tried the Prolight SLX at the Interbike show in Vegas. He was totally stoked. “They’re super light and so comfy!” was his enthusiastic review. Giro’s top-end shoe features Easton’s lightest EC90SLX carbon plate outsole; a very thin, light, yet stiff sole to ensure maximum

power transfer. This first-class newcomer also comes with Teijin microfiber uppers, 3 velcro straps, Titanium thread inserts, an EVA footbed and a full SuperNatural Fit Kit with adjustable arch support for a more “customized” fit. suggested retail price: uS $349.99 Colors: black, white. www.giro.com

EN SOL EuROPÉEN

hits the euroPean roads

TRIO VERSATILE

Versatility at its Best

Anxieux de commencer la saison malgré le froid, les nuages menaçants et la pluie ? Adieu séances d’entraînement au sous-sol, le P.R.O. Softshell 3x1 de Pearl Izumi est arrivé ! La veste offre une doublure Primaloft détachable pour vous garder au chaud, une coquille externe en tissu Cocona et un balaclava amovible pour vous protéger du vent violent et de la pluie. Plus qu’une simple veste, le Softshell 3x1 deviendra votre allié idéal pour rouler malgré de rudes conditions climatiques. Prix de vente suggéré : 350,00 $ uS Couleurs : Black/Black, True Red/Black.

Anxious to start your season even though it’s still chilly, cloudy and wet outside? So long indoor trainer – here comes the P.R.O. Softshell 3x1 Jacket from Pearl Izumi! T he jacket combines a r e m ov a b l e , P r i m a l o f t liner to keep you warm, an outer shell made of Cocona fabric to protect you f rom w i nd y a nd rainy conditions and a det achable balaclava to save you from what might seem bitter arctic conditions. Thanks to its versatility, this mix-and-match, 3-in-1 jacket sure is your best bet against a nasty headwind. suggested retail price: uS $350.00 Colors: Black/Black and True Red/Black. Available only for men. www.pearlizumi.com *

*

34 | cyclepresse

sPort design

Disponible seulement pour homme. www.pearlizumi.com

www.cyclepresse.com


11 AU 13

MARS 2011

26e SALON INFO-VÉLO DE QUÉBEC Venez découvrir les nouveautés de l’industrie, des produits variés, des suggestions de sorties ou de voyages, et quoi encore ! Vous trouverez, sous un même toit, toutes les informations qui vous aideront à passer un bel été.

ENTRÉE GRATUITE

Vendredi 11 mars Samedi 12 mars Dimanche 13 mars Infos : 418 623-0852 clemelin@sdvmag.com

,

16 h à 21 h 9 h 30 à 17 h 9 h 30 à 17 h

L incontournable !

Terminal de Croisières Ross Gaudreault, 84, rue Dalhousie, Port de Québec (Québec)

www.sdvmag.com

TOUS LES PRODUITS GARNEAU SOUS UN MEME TOIT FAITES L’EXPÉRIENCE GARNEAU CONCEPT •

La plus grande sélection de vêtements et d’accessoires Garneau au Québec

Toute la gamme de vélos Garneau sur un seul plancher

5 BOUTIQUES POUR VOUS SERVIR

Service et conseils par une équipe de passionnés du vélo

NOUVEAU

5430, Boul. Cousineau

3230, Avenue des Grandes Tourelles

550, Roland-Therrien

760, Boul. Le Corbusier

1100, Bouvier, suite 310

www.velo2000.qc.ca

www.studiocycle.ca

www.velo2000.qc.ca

www.studiocycle.ca

www.velo2000.qc.ca

ST-HUBERT

BOISBRIAND

LONGUEUIL

LAVAL

QUÉBEC


NOTRE ENGAGEMENT, PLUS VIVANT QUE JAMAIS PRÉSENTÉE DU 5 AU 8 JUILLET 2011, LA 16e ÉDITION DU TOUR CIBC

Date : Parcours :

CHARLES-BRUNEAU REGROUPERA UNE CENTAINE D’HOMMES ET DE FEMMES D’AFFAIRES QUI ENFOURCHERONT À NOUVEAU

Frais d’inscription : Collecte de dons :

4 JOURS Du 5 au 8 juillet 600 km Tadoussac Baie St-Paul Québec Sorel Montréal

2 JOURS Du 7 au 8 juillet 300 km Sherbrooke Granby Montréal

JOURNÉE AMBASSADEURS Le 8 juillet 150 km Sorel Montréal

1 500 $ 10 000 $

500 $ 5 000 $

150 $ 2 500 $

LEUR VÉLO EN SOUTIEN AU COMBAT QUOTIDIEN QUE LIVRENT LES ENFANTS ATTEINTS DE CANCER. CHARLESBRUNEAU.QC.CA/TOUR-CIBC

INSCRIVEZ-VOUS DANS LE CADRE DU SALON DU VÉLO DE MONTRÉAL ET RECEVEZ UN CHÈQUE-CADEAU DE 150$ CHEZ UN DÉTAILLANT DE VÉLOS.

VENEZ NOUS VISITER AU KIOSQUE 239 !

Applicable sur réception du formulaire d’inscription reçu entre le 18 et le 25 février 2011. 1 877 256-0404

Les mini-tours IGA Charles-Bruneau représentent l’événement cycliste par excellence pour les familles qui désirent combiner plaisir et générosité. Présentée partout en province en juin 2011, l’activité familiale permettra d’amasser des fonds pour la Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau, dans le cadre du Tour CIBC Charles-Bruneau. Toutes les informations concernant les mini-tours IGA Charles-Bruneau seront disponibles en mai prochain. www.charlesbruneau.qc.ca. SOYEZ-Y! Depuis 20 ans, la Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau a pour mission de procurer aux enfants atteints de cancer les meilleures chances de guérison en soutenant la recherche et en finançant la création, l’aménagement et le développement du Centre de cancérologie Charles-Bruneau du CHU Sainte-Justine. www.charlesbruneau.qc.ca

Cette publicité a gracieusement été offerte par un fier participant.

REFACING www.multilaques.com info@multilaques.com

R.B.Q. 8285-1411-01

CyclePresse Vol.01 No.01  

CyclePresse V01 N01

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you