Page 1

Secret méditerranéen

CORSICA Vol. 3 N o 3 : : juin/June 2013 : : cyclepresse .com : : GRATUIT/FREE

Mediterranean secret

Un parcours atypique A climber’s dream


CIRCUITS

CETTE ANNÉE, ON A 175 TRÈS BONNES RAISONS D’ALLER F JEAN. S LÈBRE C’ES S F ! 175 très bonnes raisons de visiter le :

saguenaylacsaintjean.ca/175raisons

141


*

NOUVEAU QU’EST-CE QUE C’EST ? Le nouveau maillot manches courtes ASSOS. Techniquement, le SS.corporate est basé sur la même conception que celle utilisée pour le maillot de la Fédération Suisse.

OÙ ACHETER WWW.ASSOS.COM * Sponsorisez-vous

ASSOS Amérique du nord 7 Ave de la Baie de Valois Pointe-Claire, QC H9S 5H3 Montreal CANADA

Tel 1 800 266 4903 HQ@assosnorthamerica.com www.assos.com


par/by Peter Oliver

SOMMAIRE / MOT DU RÉDACTEUR EN CHEF TABLE OF CONTENTS / FROM THE EDITOR-IN-CHIEF

La nouvelle ère du cyclisme

J

’ai commencé à m’intéresser au Tour de France à la f in des années 1970, alors que le cyclisme professionnel était perçu, en Amérique du Nord, comme une absurdité. Trois semaines de vélo pour parcourir 4000 kilomètres ? Complètement fou ! On s’en tenait à des sports comme le baseball et le football.

VENTE ET SERVICE Vente de vélos de route et de montagne Mise au point Montage de roue

La scène professionnelle était alors totalement eurocentrique ; pendant 25 ans, entre 1961 et 1985, le Tour fut gagné 21 fois, soit par un Français soit par un Belge. Mais 1986 fut une année charnière : Greg LeMond est devenu le premier non-Européen à gagner le Tour et pour la première fois, une équipe nord-américaine, commanditée par 7-Eleven, était invitée (au Tour), avec à bord Alex Stieda et Steve Bauer. La suprématie du cyclisme changeait radicalement.

Positionnement Service de suspension

Ha ndm ad e in

Can ada

DO

MI N

AT OR

CR IT ER I UM

> Fait main au Ca nada

Fabriquant distributeur des roues

En fait, la victoire de Bernard Hinault en 1985 fut la dernière victoire française ou belge. Cette année, selon le nouvel ordre mondial, les coureurs nord-américains, australiens et britanniques écartent les coureurs français et belges de la liste des aspirants au podium – des gars comme Chris Froome, Bradley Wiggins, Cadel Evans, Tejay van Garderen, et Ryder Hesjedal y figurent, avec plusieurs Canadiens et Américains dans le peloton. Quel bonheur de pouvoir encourager nos compatriotes et de pouvoir regarder chaque étape en direct à la télé. Nul besoin de dénicher un journal en kiosque pour lire quelques lignes portant sur l’étape de la veille, comme je le faisais il y a 35 ans. Le Tour appartient toujours à la France mais il fait maintenant partie de notre culture sportive nord-américaine, et je m’en réjouis.

Cycling’s new era

T

he Tour de France first caught my eye in the late 1970s, when pro cycling was largely viewed in North America as a freakish oddity. Three straight weeks of cycling for 4,000 kilometres ? Suicidally crazy ! Tame stuff like baseball and football was more like it. The professional scene was totally Eurocentric ; in the 25 years between 1961 and 1985, a French or Belgian rider won the Tour 21 times. But 1986 was a watershed year in the sport. Greg LeMond became the first non-European Tour winner, and the first legitimate North American team, sponsored by 7-Eleven, got a Tour invite, with Canadians Alex Stieda and Steve Bauer on board. The balance of cycling power was undergoing a tectonic shift. In fact, Bernard Hinault’s 1985 win was the last for a French or Belgian rider. In cycling’s new world order, North American, Australian, and British riders crowd out the French and Belgians on everyone’s list of this year’s podium favourites – guys like Chris Froome, Bradley Wiggins, Cadel Evans, Tejay van Garderen, and Ryder Hesjedal, with plenty of Canadians and Americans in the field. How nice it is now to have continental compatriots to root for and to be able to watch live daily coverage of every stage. No need to scrounge around newsstands for a paper that might have a few measly lines about the previous day’s racing, as I did 35 years ago. It’s still France’s tour, but it has become an established part of our North American sporting culture, and I’m grateful for that. Enjoy the Tour ! Peter Oliver

Suivez-nous sur Facebook et Twitter Follow us on Facebook and Twitter www.facebook.com/pages/ Cyclepresse/147504288642007 twitter.com/# !/cyclepresse

EN COUVERTURE 2013, GIRO D'ITALIA TAPPA 03 SORRENTO - MARINA DI ASCEA

Bon Tour ! Peter Oliver

©Sirotti

ERRATUM EN PAGE 42 DU VOL. 3 NO2, LE CASQUE GAGE DE BELL AURAIT DÛ ÊTRE ANNONCÉ À 220 $. NOS EXCUSES. Vol. 3 N o 3 :: Juin / June 2013 RÉDACTEUR EN CHEF EDITOR-IN-CHIEF Peter Oliver RÉDACTION Peter Oliver Mari-Jo Lamarche Laurent Martel Phil Gale Jenny Kallista Emilie Corriveau TRADUCTION Mari-Jo Lamarche Anne Johnston RÉVISION Peter Oliver Mari-Jo Lamarche GRAPHISME Geai bleu graphique

www.cybercycletremblant.com CYBERCYCLE 1908, Chemin du Village Mont-Tremblant (Québec) J8E 1K4 819 425-3308

IMPRIMÉ PAR Solisco ÉDITION, VENTES & DÉVELOPPEMENT DIRECTEUR GÉNÉRAL / ÉDITEUR PUBLISHER / GENERAL MANAGER Patrick Wells patwells@cyclepresse.com 819 216-5312 VENTES/ACCOUNT EXECUTIVE Benoit Beauregard Diane Poirier 450 773-6028 DISTRIBUTION Marc Allard et Diffumag

ISSN 1205-2043 © 2013 Ski Press News Inc. Tous droits réservés. Le magazine Cyclepresse Ride + a pris toutes les précautions nécessaires pour s’assurer de l’exactitude des renseignements mentionnés dans ses pages. Le magazine ne peut être tenu responsable des erreurs ou des négligences commises dans l’emploi de ces renseignements. Veuillez noter que les prix mentionnés dans le magazine sont sujets à être modifiés sans réavis.

4 | cyclepresse 

ON PAGE 42 OF VOL. 3 NO2, THE PRICE OF THE BELL GAGE HELMET SHOULD HAVE READ 220 $. OUR APOLOGIES.

SOMMAIRE SOMMAIRE / MOT DU RÉDACTEUR EN CHEF TABLE OF CONTENTS / FROM THE EDITOR-IN-CHIEF . . . . . . . 4 PROLOGUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8, 10 CHRONIQUE / COLUMN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 VOYAGE À DEUX ROUES TWO-WHEEL ROAD TRIP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 DANS L’OREILLETTE / UP CLOSE & PERSONAL . . . . . . . . 18 RUBRIQUE EUROPÉENNE EUROPEAN COLUMN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

Ce magazine peut être recyclé.

LA FLAMME ROUGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

Veuillez le recycler là où c’est

REVUE DE PRODUITS / PRODUCT REVIEW . . . . . . . . . . . 32

possible. Cyclepresse Ride + est publié quatre fois l’an, en édition bilingue. Pour établir un partenariat avec nous, contactez patwells@cyclepresse.com . Le magazine est aussi disponible en version électronique sur cyclepresse.com .

TEST DE VÉLOS / BIKE TEST . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 LE MUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 VENTS DE TRAVERS / CROSSWINDS . . . . . . . . . . . . . . . . 40 www.cyclepresse.com


TREK DOMANE 4.5 /

LE MEILLEUR VÉLO D’ENDURANCE PLUS DE CONTRÔLE, PLUS DE PUISSANCE, PLUS DE CONFORT.

GÉOMÉTRIE ENDURANCE

L’équilibre parfait

« Le vélo le plus stable jamais utilisé sur des pavés » Fabian Cancellara

TECHNOLOGIE ISO SPEED

Absoption des chocs

POWER TRANSFERT CONSTRUCTION Pour plus de vitesse - CONSEILLERS EXPÉRIEMENTÉS. - SERVICE DE POSITIONNEMENT OPTIMAL. - MISE AU POINT ET RÉPARATION PAR UNE ÉQUIPE DE TECHNICIENS QUALIFIÉS DISPONIBLE SUR PLACE.

NOUVELLE BOUTIQUE POUR MIEUX VOUS SERVIR !

600, Bouvier, Québec | 1-888-347-7678

/LaVieSportive


vous invite invites you

12 QUÉBEC

SEPTEMBRE 2013

CYCLOS L A QUÉBÉCOISE L A MONTRÉAL AISE

14 MONTRÉAL

2 CYCLOS DES DÉFIS SUR MESURE CHALLENGES FOR ALL

SEPTEMBRE 2013

S. C E S I O C E B SQUE

LO C Y C | NOW R E T S I G E | R S U EN MARGE DES O V Z E V I R IN CONJUNCTION WITH C S N I

OM


par/by Cyclepresse

PROLOGUE

Prototypes à la Sea Otter

Sea Otter intros

À la mi-avril, la Sea Otter Classic, à Monterrey, en Californie, est plus qu’une simple course de vélo. C’est un festival regroupant une panoplie d’activités reliées au vélo – courses sur route, courses de vélo de montagne, expositions, musique live. Véritable célébration du vélo, la Sea Otter est l’un des évènements les plus populaires dans le monde du vélo.

T he S e a O t t e r C l a s s ic , i n M o n t e r r e y, C a l i f o r n i a i n mid-April, is more than just a bike race. It is a festival of all things related to cycling. Road races, mountain bike races, an expo, live music, and a general celebration of the sport make the Classic one of the coolest events in the cycling world.

Avec des milliers de coureurs et de fans – de route et de montagne

– rassemblés pour l’évènement de quatre jours, des manufacturiers comme Marin profitent de l’occasion pour dévoiler leurs dernières innovations. Cette année, Marin y a présenté de nouveaux modèles de vélos de montagne dont quatre prototypes : l’Attack Trail, le Mount Vision, le Rocky Ridge, et le Cortina (cyclocross), tous recouverts de collants « 08.01.2013 », date à laquelle la peinture et les spécifications officielles seront dévoilées, soit le 1er août 2013.

La Montréalaise et La Québécoise Deux nouveaux défis cyclistes Chaque année, Montréal et Québec accueillent des milliers d’amateurs de cyclisme d’ici et d’ailleurs dans le cadre des Grands Prix, les deux seules épreuves UCI WorldTour à se dérouler en Amérique du Nord. En 2013, les deux villes seront non seulement hôtes de ces événements, mais également des cyclosportives La Montréalaise et La Québécoise, des défis cyclosportifs d’un jour s’adressant aux sportifs aguerris. « Nous voulions faire de ces deux rendez-vous-là quelque chose de plus que les deux courses. Nous voulions qu’ils deviennent des rendez-vous tour istiques mondial. C’est pour cela que nous avons ajouté les deux cyclos, La Montréalaise et La Québécoise. Ce seront les deux seules cyclosp or t i ve s au monde qu i se tiendront dans le cadre de grands prix », précise Serge Arsenault, ©S.Larose

maître d’œuvre des Grands Prix Cyclistes de Québec et Montréal. Ceux qui participeront à La Québécoise le 12 septembre prochain pourront se lancer sur un parcours de 85 km à l’Île d’Orléans ou de 130 km à Stoneham et Tewkesbury. Quant à ceux qui participeront à La Montréalaise le 14 septembre, ils auront le choix entre trois boucles différentes de 90, 145 ou 190 km. Tous entameront leur parcours à partir du même point, soit l’avenue du Parc, comme les professionnels, mais certains resteront en ville alors que d’autres sillonneront les routes de la Montérégie. Pour cette première année, M. Arsenault dit préférer ne pas se fixer d’objectif en termes de participants et plutôt miser sur le positionnement de l’événement en vue de futures é d it ion s. « Ce que nou s visons, confirme-t-il, c’est d’avoir des parcours intéressants, une sécurité à toute épreuve et que les gens soient ravis de leurs séjours. »

With thousands of riders and fans – both roadies and mountain bikers – gathered for

the four-day event, companies like Marin use the Sea Otter as a stage for introducing new and exciting innovations. This year, Marin was in Monterrey to show off new mountain-bike protot ypes: the Att ack Trail, Mount Vision and Rocky Ridge as well as the Cortina cyclocross bike. T he four models were covered in stickers that read “ 08.01.2013 ”, the date when the f inal specs and paint will be revealed August first 2013.

La Montréalaise and La Québécoise Two exciting new events Every year, Montréal and Québec host thousands of cycling fans from home and away for the Grand Prix races, the only UCI WorldTour events held in North A mer ic a. In 2013, t he t wo cities will host not only these events, but two cylcosportives – mass-participation cycling events – called La Montréalaise and La Québécoise, which are one-day events for seasoned riders. “We wanted to make these Grand Prix events more than just two races. We wanted them to become world-wide tourist attractions. That’s why we added the t wo spor t ives, L a Mont ré alaise and La Québécoise. They’ll be the only cyclosportives in the world held i n conjunc t ion with Grands Prix,” says Serge

A rsenault, President of t he Québec and Montréal Grands Prix Cyclistes. Participants in the September 12 La Québécoise will confront either an 85 km course on the beautiful Île d ’Orléans, or a 130 km course in Stoneham and Tewkesbury. Those participating in La Montréalaise on September 14 will have their choice of three different courses measuring 90, 145 or 190 kilometres. Like the professionals, all riders will leave from the same place, avenue du Parc, but some will ride through Montréal, while others will ride the roads that crisscross the scenic Montérégie. For this first year, Arsenault says he’d rather not establish a goal in terms of the number of participants, preferring to focus on building a foundation for future events. “What we want to achieve,” he adds, “is to have interesting courses, unbeatable security and participants who have a wonderful stay in either or both cities.”

Pour s’inscrire ou pour plus de détails : To sign up or for more information : cyclosquebecoises.com

8 | cyclepresse

www.cyclepresse.com ©Y Perret


Take a spin and unwind Roulez vers un moment de détente Tour the magnificent St. Lawrence in South Eastern Ontario. Discover the gentle charm of the Rideau Heritage Route, visit vibrant Kingston, take a wine tour in Prince Edward County, or travel the Long Sault Parkway near Prescott and Cornwall. Explorez le magnifique fleuve Saint-Laurent dans le sud-est de l’Ontario, découvrez le charme bucolique du circuit patrimonial Rideau, laissez-vous emporter par le dynamisme de Kingston, faites la tournée des vignobles du comté de Prince Edward ou faites une balade sur le chemin du Long-Sault près de Prescott et de Cornwall.

Great cycling itineraries at:

www.thegreatwaterway.com/cycling Découvrez de superbes circuits vélo à :

www.lagrandevoiedeau.com/velo BAY OF QUINTE BAIE DE QUINTE

PRINCE EDWARD COUNTY COMTÉ DU PRINCE ÉDOUARD

LAND O’LAKES LAND O’LAKES

KINGSTON KINGSTON

RIDEAU HERITAGE ROUTE CIRCUIT PATRIMONIAL RIDEAU

1000 ISLANDS LES MILLE-ÎLES

CORNWALL AND THE COUNTIES CORNWALL AND THE COUNTIES


Q

PROLOGUE

W

hen my friend Geoff Farnsworth invited me to participate in the CIBC 401 bike challenge last August, my first reaction was : “Toronto to Montréal, 580km in a little over two days. . . Ouch !” But I accepted the challenge.

uand mon ami Geoff Farnsworth m’a invité à participer au Défi vélo CIBC 401 en août dernier, ma première réaction a été : « De Toronto à Montréal, 580 km en un peu plus de deux jours… Ouch ! » Mais j’ai accepté le défi. 

L’évènement s’avère possible grâce à la famille Piccoli – Gene, son épouse Angie, et leurs deux enfants, James et Lauren – impliquée depuis la création du défi en 2005. « Le 401 a déjà amassé 900 000 $ en seulement huit courtes années d’existence avec très peu d’infrastructure ou d’organisation », soutient Gene.

The event is made possible by the Piccoli family – Gene, his wife Angie, and their two children, James and Lauren – involved since the ride’s creation in 2005. “The 401 has succeeded in raising $900,000 in its short eight-year history with very little infrastructure or organization,” Gene said.

Le défi a été difficile du début à la fin ; le jour deux, on a dû braver un fort vent de face et une pluie battante de Belleville à Cornwall (260 km). La difficulté de rouler sous la pluie, les courbatures, le manque de sommeil, et tout ce kilométrage… c’était difficile. Mais en voyant le montant d’argent amassé – 275 000 $ – la douleur s’est dissipée et a vite été remplacée par un sentiment d’accomplissement.

The entire ride was a challenge ; we faced strong headwinds and pouring rain from Belleville to Cornwall 260km on day two. The difficulties of riding in the rain, the soreness, the lack of sleep and all that mileage… it was tough. But at the end, seeing the money raised – 275,000 $ – made all the pain go away, supplanted by a feeling of accomplishment.

Donnez à cet évènement remarquable parce qu’il mérite votre appui. Merci à Geoff, à la famille Piccoli, à tous les cyclistes et à l’équipe de soutien pour cette opportunité incroyable que je garderai en mémoire pendant plusieurs années.

Jour 1 – 190 km Toronto – Belleville – Day 1 Jour 2 – 260 km Belleville – Cornwall – Day 2 Jour 3 – 130 km Cornwall – Montréal – Day 3

Le courageux Mark Schachter roulant solo pendant près de 200 kilomètres, de Belleville à Cornwall.

The courageous Mark Schachter riding solo for close to 200 kilometres from Belleville to Cornwall.

www.401bikechallenge.ca

Give to this amazing event because it deserves your support. Thank you Geoff, the Piccoli family, the riders and the support team for this amazing opportunity that I will keep in memory for many years.

TouT se passe ici ! inscrivez-vous, commencez et terminez votre défi au château mont-sainte-anne. réservez votre séjour au château mont-sainte-anne. chambres, suites, studios avec cuisinette, spa, piscine et confort contemporain !

la saTisfacTion par le dépassemenT

chateaumsa.com 1 800 463-4467

mont-sainte-anne cÔte-De-BeaUprÉ QUÉBec

dernière chance de vous inscrire ! granfondomsa.com an

fo

ndomsa.

co

m

gr

sUivez-noUs sUr

22 eT 23 juin 2013 venez rencontrer et roUler avec mÉlanie tUrgeon !

ra

m

g

merci à nos partenaires

nf

ondomsa

.co

Photo : Yan Lassalle

©SteveGoldberg/Memoriesfx

par/by Pat Wells


CHRONIQUE COLUMN

par/by Peter Oliver

L’art de grimper The art of climbing L

a grimpe, dans toute sa beauté et sa souffrance, est presque considérée comme une forme d’art et représente l’épreuve ultime en cyclisme. Cette année, au Tour de France – comme à chaque année – un coureur, lors d’une montée importante, réalisera une attaque décisive qui déterminera l’issue de la course. À la 15e étape, au mont Ventoux ? À la 18e, à l’Alpe d’Huez ? Deux des ascensions les plus redoutables seront parmi les moments forts du parcours de cette année. Grimper est un art qui se présente dans une variété de styles ; en selle, en danseuse, gros ou petit braquet, rythme régulier, pointes d’accélération, redressé ou couché sur les guidons – à chacun son style. « Plusieurs me questionnent à propos de la stratégie (lors de la grimpe), » soutient Marti Shea, excel lente g r i mpeuse nord-américaine ayant remporté l’ascension du mont Washington à plusieurs reprises et de nombreuses courses à étapes majeures. « C’est une question complexe parce qu’honnêtement, il n’y a pas de stratégie qui fonctionne pour tout

T

he beauty and suffering of climbing are cycling as artistic inspiration, the sport’s ultimate litmus test. At some point in this year’s Tour – as in every year’s Tour – a rider will make a gloriously decisive move on a decisive climb, and the outcome of the race will be determined. Stage 15 up Mont Ventoux ? Stage 18, up Alpe d’Huez ? Two of the most venerated climbs in Tour lore are highlights of this year’s route.

le monde. » L’un des plus grands affrontements de styles de l’histoire du Tour : Lance Armstrong, en danseuse, petit braquet, tournant les jambes à une cadence rapide, face à Jan Ulrich, en selle, poussant de gros braquets à environ 20 rpm plus lentement qu’Armstrong.

Climbing is an art, which is to say, it comes in many stylistic variations. In the saddle, out of the saddle, big gear, small gear, a steady pace or frequent spurts, upright or low over the handlebars – different strokes for different folks, as the saying goes.

Pour gagner un grand tour, en plus de pouvoir grimper, il faut inévitablement exceller en contre-lamontre. Ce dernier est important, certes, mais l’épreuve en solitaire n’est ni aussi excitante ni aussi intense que le duel lors d’une ascension légendaire. En 1989, le dénouement dramatique de Greg LeMond remportant le Tour par huit secondes aux dépens d’un Laurent Fignon complètement vidé et démoralisé, au contre-lamontre final, est une exception.

“Many people have asked me about racing strateg y (when climbing ),” says Marti Shea, a pre -eminent

North American rider who has won the Mt. Washington hill climb several times as well as several major stage races. “It is a loaded question, because, honestly, there is no one strategy that works for everyone.” One of the classic clashes of styles in Tour history pitted Lance Armstrong, out of the saddle and turning a small gear at a high cadence, against Jan Ulrich, always seated and pushing a bigger gear at about 20rpm slower than Armstrong. To win a grand tour, of course, climbing skill must be supplemented by good time trialing. But as important as time trialing is, it is a lonely, esoteric business lacking the compelling, mano-a-mano excitement of

©Sirotti

www.cyclepresse.com

cyclepresse | 11


©Sirotti

HINAULT VS. LEMOND Cependant, les duels mémorables en montées – Hinault vs. LeMond, Armstrong vs. Ulrich, Contador vs. Schleck – transforment le Tour en épopée légendaire. Aussi, les grandes ascensions demeurent à jamais gravées et toujours respectées. Les fans de vélo auraient de la difficulté à nommer un parcours épique de contrela-montre, mais à eux seuls, les noms d’ascensions importantes – Col du Galibier, Plateau de Beille, Col de Tourmalet, Alpe d’Huez, mont Ventoux, entre autres – résonnent comme des symboles dans l’histoire du Tour.

©Sirotti

ARMSTRONG VS. ULRICH CONTADOR VS. SCHLECK ©Sirotti

Être un bon grimpeur est principalement un coup de chance de la génétique. La plupart des grimpeurs naturels de l’histoire de Tour – comme Marco Pantani, Gilberto Simoni, et Contador – ont été choyés par une physionomie poids plume, pesant souvent sous les 65 kilos. Supporter un poids moindre facilite la grimpe, évidemment, mais ce n’est pas aussi simple que ça, sinon, des bambins de 25 kilos gagneraient des étapes du Tour. Le ratio puissance-poids – la puissance produite par un squelette – ce que les scientifiques appellent la loi des carrés et des cubes (en mesurant la relation entre la taille d’un coureur et sa masse corporelle), entre aussi en jeu.

an epic climb. The drama of Greg LeMond winning the 1989 Tour by eight seconds by outriding a spent and distraught Laurent Fignon in a Tour-ending time trial is a rarity. Climbing encounters, on the other hand – Hinault vs. LeMond, Armstrong vs. Ulrich, Contador vs. Schleck – are the Homeric stuff of Tour legend. In addition, the great climbs of the Tour are forever remembered and revered. Cycling fans would be hard-pressed to name a legendary Tour time-trial course, but just the names of the great climbs – the Col du Galibier, the Plateau de Beille, the Col de Tourmalet, Alpe d’Huez, Mont Ventoux, and others – resonate as icons of Tour history. Being a good climber, of course, is largely a matter of genetic dumb luck. Most of the great, natural climbers in Tour history – in recent years, guys like Marco Pantani, Gilberto Simoni, and Contador – have been blessed with butterfly physiques, usually weighing in at less than 65 kilos. Obviously, carrying less weight uphill makes climbing easier, although it isn’t entirely that simple. Otherwise,

25-kilo kindergarteners would be winning Tour de France stages. Strength-to-weight ratio – how much power you can pack into a small frame – and something scientists call the square-cube law, measuring the relationship between a rider’s height and body mass, come into play. And while there are as many different climbing styles as there are riders in the Tour, the science of modern cycling inevitably comes into play, turning climbing into a physiological numbers g a me. Wat t age, he a r t rate, cadence, and blood values are among the leading benchmarks that professional cyclists use to determine how fast to climb, when to attack, and an overall team strategy. Says Tim Kerrison, Team Sky coach : “We use our power meters to be able to pace

MARCO PANTANI ©Sirotti

Et bien qu’on retrouve plusieurs façons de grimper, la science moderne entre inévitablement en ligne de compte, transformant la grimpe en un jeu de données physiologiques. Watts, rythme cardiaque, valeurs sanguines sont au nombre des références principales utilisées par les pros afin de déterminer la vitesse à laquelle grimper, le moment d’attaquer, et la stratégie d’équipe à adopter. Selon 12 | cyclepresse

www.cyclepresse.com


©Sirotti

ALBERTO CONTADOR Tim Kerrison, entraîneur de Team Sky, « On utilise nos capteurs de puissance pour établir la cadence de nos coureurs en montée. Grâce à nos tests, on connait leurs limites alors, dépendamment de la montée, on peut établir à quelle intensité ils doivent rouler. » L’idée est de maintenir un effort aérobique tout près de la redoutable zone rouge, sans toutefois la franchir ; sinon, la récupération, suite à une longue et abrupte ascension, est impossible.

the riders up the climbs. We know through testing what their sustainable outputs are, so depending on the climb, we can set the level they need to ride at.” The idea is to maintain an aerobic effort close to, but not crossing into, the dreaded red zone, from which recovery during a long, steep climb is impossible. Empowered by the data, the team can then determine its climbing tactics for any particular stage : which rider rides

GILBERTO SIMONI

More than 200 cycling holidays across over 30 countries Plus de 200 itinéraires à vélo dans une trentaine de pays

NEW DEDICATED CYCLING WEBSITE NOUVEAU SITE DE VOYAGES À VÉLO

worldcyclejourneys.com

©Sirotti

OTTAWA

www.cyclepresse.com

cyclepresse | 13

MONTRÉAL

1.800.567.2216

1.866.606.1721

78 George St., Ottawa (ON) K1N 5W1

1705 rue St-Denis, Montréal (QC) H2X 3K4

TICO retailers & wholesalers permits

Permis du Québec


Grâce aux données amassées, l ’équipe peut déterminer ses t a c t ique s e n m ont é e s l o r s d’étapes spécifiques : tel coureur, roule à tel tempo, pendant telle partie de l’ascension. L’objectif ? Permettre au leader de l’équipe un positionnement optimal lors des moments impor tants. La course devient alors une lutte entre les principaux aspirants, avec Chris Froome, désigné cette année comme étant le leader chez Sky, lors du Tour de France. L’an dernier, en guise de préparation pour la Vuelta a España, Team Sky a fait subir à Froome une batterie de tests et de sessions d’entraînement. L’objectif principal était d’augmenter sa puissance explosive afin qu’il puisse répondre plus efficacement aux attaques de ses adversaires. « Notre but (était) d’identifier à quel tempo Chris doit rouler afin de reprendre le terrain perdu lors des attaques, au moment où les autres ralentissent. On a pratiqué ça lors d’intervalles spécifiques en montées et on a aussi fait plusieurs séances de motor pacing (derrière une moto) en côtes. »

©Sirotti

14 | cyclepresse

La science ne peut cependant contrôler toutes les variables. Qui attaquera à quel moment ? Quelles seront les conditions météo ? Comment se sentira Froome pendant la montée ? Tous les coureurs connaissent de bonnes et de mauvaises journées. Les données de Kerrison peuvent dire une chose mais la condition physique de Froome en plein cœur du combat peut laisser entrevoir autre chose. Cette année, si tout se déroule comme prévu au Tour, on risque de voir le scénario suivant : Joaquim Rodriguez, le petit Espagnol, sera l’attaquant, poussant à fond dans les montées comme le mont Ventoux. Contador réagira, en danseuse, pour rejoindre Rodriguez. Et Froome, amené par Bradley Wiggins, à un rythme stable, tentera de rejoindre Rodriguez et Contador lorsqu’ils ralentiront afin de récupérer. Trois styles distincts de grimpeurs, mais aucun gagnant assuré. Des variations classiques de la plus grande forme d’art du cyclisme.

at what tempo during what part of a climb, with the objective of putting the team leader in an optimal position when it matters the most. At that point, the race is transformed into combat among the top contenders, with Chris Froome being designated as Sky’s leader for this year’s Tour. In preparation for last year’s Vuelta a España, Team Sky put Froome through a battery of tests and training sessions. The main objective was to increase his explosiveness to be able to respond more effectively to the attacks of other contenders. “Our aim (was) to find a tempo that Chris can ride so that he can regain the lost ground when the attack goes, when the other riders slow down. This has been done with a lot of specific hill intervals and also motor pacing on the climbs during many of his training sessions.”

when ? What weather conditions will prevail ? How will a rider like Froome feel on a critical climb ? Every rider has good days and bad days. Kerrison’s data might say one thing, but Froome’s physical condition in the heat of the battle might say something else. If this year’s Tour goes according to form, a scenario like this will probably unfold : Joaquim Rodriguez, the tiny Spaniard, will be the attacker, charging forward on the slopes of, say, Mont Ventoux. Contador will be the reactor, jumping out of the saddle to chase Rodriguez down. And Froome, paced by teammate Bradley Wiggins, will be the steady man, hoping to rejoin Rodriguez and Contador when, predictably, they slow down for recovery. Three different climbing styles, but no sure-fire winner. Classic variations on cycling’s greatest art form.

Science, however, can’t control all of the variables. Who will attack

www.cyclepresse.com


ON FAISAIT DU VÉLO DE ROUTE AVANT QUE ÇA S’APPELLE DU VÉLO DE ROUTE À L’ACHAT D’UN VÉLO, OBTENEZ 15% DE RABAIS SUR LES ACCESSOIRES DE VÉLO. • • •

PLUS DE 100 MODÈLES DE VÉLOS POSITIONNEMENT INCLUS 5 ANS DE SERVICE SUR LES AJUSTEMENTS DE VÉLO

LAVAL MONTRÉAL SAINT-HUBERT LACORDEE.COM


VOYAGE À DEUX ROUES TWO-WHEEL ROAD TRIP

Cycliste western Cowboy Rider

© Pascale O’Bomsawin

par/by Emilie Corriveau

Pascale O’Bomsawin

A

© Alain Gilbert

© Alain Gilbert

vocate pétillante et un brin originale, Pascale O’Bomsawin confie avoir un penchant marqué pour les bottes. Bottes équestres, bottes espagnoles, bottes rouges à la Wonderwoman, en autant que celles-ci soient de sa pointure ! Aussi, lorsque l’occasion s’est présentée de participer à un voyage de groupe en Arizona, un eldorado pour les cyclistes mais également pour les amateurs de bottes western, Pascale n’a pas hésité à embarquer dans l’aventure. Adepte de vélo depuis plusieurs années, l’avocate n’en était pas à son premier voyage cycliste lorsqu’elle s’est jointe à un groupe d’une trentaine de personnes l’hiver dernier pour découvrir les joies de l’Arizona. Avec son conjoint, qui était également du périple, elle avait effectué plusieurs randonnées à travers le Québec, les États-Unis, l’Amérique latine et l’Europe. Suite aux recommandations de couples d’amis qui avaient beaucoup apprécié leur expérience, Pascale a décidé de se fier à Voyages Gendron pour orchestrer ses vacances en Arizona. « C’était la première fois qu’on faisait affaire avec eux. On avait entendu de bonnes choses à leur sujet, mais on

16 | cyclepresse

n’avait jamais essayé. On n’a pas été déçu. Ça a été un voyage vraiment très agréable », confie Pascale. Dès son arrivée en sol arizonien, l ’avoc ate se sent dépaysée. Contrastant avec la grisaille hivernale québécoise, les paysages de cet Ét at du Sud- O ue s t américain sont pavés de soleil, voir désertiques. L’air y est dépourvu d’humidité et la température permet de rouler confortablement en cuissards courts. Au cours des premiers jours du voyage Gate Pass, Pascale apprend à connaître les membres de son groupe. Il y a le sympathique guide Jean Marchaland, la chauffeuse d’autobus Nathalie surnommée « la

S

he’s a sparkling lawyer with a twist, and Pascale O’Bomsawin admits to having a soft spot for boots. Riding boots, Spanish boots, red boots like Wonder Woman’s…just as long as they’re her size. And when the occasion presented itself for a group trip to Arizona – which is a goldmine for cyclists and people who lust after cowboy boots – Pascale didn’t think twice about taking off on the adventure. A keen cyclist for some years, the lawyer was not heading out on her first cycling vacation when she joined a group of 30 or so fellow cyclists last winter to discover for herself the joys of Arizona. With her spouse, a fellow traveller, she had enjoyed a number of trips across Québec, the United States, Latin America and Europe. Following the recommendations of a few couples they knew who had loved their experience, Pascale decided on Voyages Gendron to organize the Arizona vacation. “It was our first time travelling with them,” she says. “We’d heard good things about them but had never tried them ourselves. We were very

pleased. It was a terrific trip,” she continues. From her first moments on Arizona soil, Pascale felt a real change of scene. In contrast with the grey cold of Québec winters, the landscapes of this Southwestern American state are saturated with sunshine – even desert-like. The air is dry and the temperature allows cyclists to ride in shorts. Over the first days of the Gate Pass trip, Pascal got to know the other members of the group. There was the friendly guide Jean Marchaland, bus driver Nathalie (nicknamed “la chaufferette”), Bernard Gendron himself and

www.cyclepresse.com


chaufferette », Bernard Gendron lui-même et une trentaine de mordus de vélos comme elle. Si elle craint au départ s’être embarquée dans une épopée trop éprouvante physiquement, Pascale se rend vite compte qu’elle n’est pas la seule à rouler à son rythme. Les duos se défont momentanément, le groupe se morcèle ; chacun roule avec les compatriotes qui pédalent au même tempo que soi. Le soir, on se retrouve autour d’un barbecue maison ou d’une bonne table au restaurant. Chaque jour, contemplative et munie d’un appareil photo, Pascale immortalise les différents paysages des destinations visitées. Il y a d’abord le parc national de Saguaro Rincon Mountain District, puis la ville de Tucson, le parc national de Sonora, le mont Kitt Peak à la frontière mexicaine ainsi que le myhique mont Lemmon. À travers tout cet asphalte parcouru, Pascale et son conjoint s’accordent une journée de repos. Ils en profitent pour apaiser la fixation que fait la cycliste sur la botte western depuis de nombreuses années. « Depuis la fin de mon cégep, je rêvais de bottes de cowboy, dit Pascale. Mais je n’en avais jamais trouvé qui soient vraiment à mon

www.cyclepresse.com

goût. Avant de partir pour l’Arizona, j’ai fait mes recherches et j’ai trouvé une boutique qui avait l’air bien. C’est devenu ma mission. Il fallait que je me trouve des bottes ! » Les re cherches i nter net de l’avocate ont porté fruit. Elle est tombée sur un sympathique bottier qui a su lui dénicher la paire parfaite. Un brin surpris de voir une cliente débarquer en cuissards, davantage habillée pour enfourcher un vélo qu’une monture chevaline, le boutiquier d’expérience a admis qu’il pensait jusqu’à ce jour en avoir vu de toutes les couleurs… Mais une cycliste québécoise débarquant drôlement attriquée dans son showroom, ça, c’était définitivement une première. Lorsqu’elle a retrouvé la bande en fin de journée, Pascale a fait des envieux. Certains l’ont imitée et ont déniché une paire à leur image. D’autres ont exprimé leur intention de se servir de cette occasion manquée comme excuse pour revivre l’expérience l’an prochain. Chose certaine, de son côté, Pascale n’est pas prête d’oublier ce voyage. « C’est clair que je vais m’en souvenir longtemps », assure-t-elle. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on devient une cycliste western en Arizona !

30 or so other biking enthusiasts like herself. Although she had worried at first about heading off on an adventure that would be too physically demanding, Pascale soon realized that she was not the only one riding at her own speed. Couples quickly split up, the group broke up and reformed ; everyone rode with others who pedaled at about the same speed. In the evening, they gathered around the barbecue or in a good restaurant. Every day, contemplative and armed with a camera, Pascale immor t alized the various landscapes of the places they visited. First there was the Saguaro Rincon Mountain District National Park, then the city of Tucson, then Sonora National Park, Kitt Peak mountain at the Mexican board and legendary Mount Lemmon. At one point as they were riding all this asphalt, Pascale and her spouse treated themselves to a day of rest. They used it to calm the cowboy boot obsession that she had suffered for so many years. “Since the end of college, I’d dreamed of having cowboy boots,” says Pascale. “But I’d never really found the perfect pair. Before leaving for Arizona I did some

research and found a shop that looked promising. So it became a mission. I had to find my boots !” The lawyer’s Internet research bore fruit. She lucked into a friendly boot maker who was able to find her the perfect pair of boots. Somewhat sur prised to see a client come into the shop in biking shorts, dressed more for a bike saddle than a horse’s saddle, the experienced shop owner admitted that he had thought he’d seen everything. But a cyclist from Québec in full gear in his showroom… well, that was a definite first. When she rejoined the group at the end of the day, Pascale made some of her co-travellers thoroughly envious. A few followed her lead and found their own special pair of boots. Others said they intended to use this missed opportunity as an excuse to return the following year. One thing’s for sure : Pascale will never forget this trip. “I’ll certainly remember it for a long time,” she says. After all, it isn’t every day that you get to be a cowboy-style cyclist in Arizona !

© Alain Gilbert

www.voyagesgendron.com

© Alain Gilbert

We want to thank Gendron Travel for making this trip possible.

© Alain Gilbert

Merci à Voyages Gendron de nous avoir permis de faire partie de ce voyage.

© Alain Gilbert

Gendron Travel offers you custom-made bicycle trips with daily departures.

© Alain Gilbert

Voyages Gendron vous propose des voyages à vélo sur mesure avec des départs quotidiens.

cyclepresse | 17


par/by Peter Oliver

©Sirotti

DANS L’OREILLETTE UP CLOSE & PERSONAL

©Kramon

©Kramon

©Kramon

H

H

Cyclepresse : Est-ce que quitter le Québec pour t’installer en Europe a été une transition difficile ? C’était une grosse transition ; tout était donc plus facile. Mais à Grenoble, il nouveau et m’habituer à un autre n’y a que des montagnes et je dois mode de vie a été difficile. J’habite à conduire pendant une heure si je veux Grenoble avec un ami québécois, c’est m’entraîner sur le plat !

Cyclepresse : How hard was the transition from being home in Québec to being based in Europe ? It was a big transition, with everything new, and it so that has made it a lot easier. But in Grenoble it is was hard getting used to a new lifestyle. I have been all mountains, and I must drive an hour if I want a living in Grenoble with a French Canadian friend, flatter training ride ! CP : What is the adjustment like in joining a new team at the WorldTour level ? I am very happy with my new team. They Milan-San Remo, the Tour of Flanders, and have given me good races to compete in. I did Paris-Roubaix. But I did other races before that.

ugo Houle, de Sainte-Perpétue, Québec, avait terminé quatrième l’automne dernier aux Championnats du monde U-23. Il en est maintenant à sa première année comme néo-pro sur le circuit WorldTour avec l’équipe AG2R-La Mondiale après avoir passé la saison dernière avec la formation SpiderTech. Cyclepresse lui a parlé alors qu’il était de retour au Québec lors d’une pause mi-saison.

ugo Houle, from Sainte-Perpétue, Québec, was fourth last fall in the under-23 world championships. He is now a first-year neo-pro riding for the WorldTour AG2R-La Mondiale team after being a SpiderTech team member last year. Cyclepresse caught up with him in his Québec home during a mid-season break from European racing.

©Kramon


CP : Comment se déroule l’adaptation quand on se joint à une équipe de niveau WorldTour ? Je suis très heureux avec ma nord-américaine et d’atteindre instannouvelle équipe. Ils m’ont donné tanément le top niveau européen. La un bon calendrier de courses. J’ai stratégie est très différente. C’est pour fait Milan-San Remo, le Tour des ça que c’est bien d’être avec AG2R-La Flandres, et Paris-Roubaix. Mais Mondiale, parce qu’ils savent toujours j’en ai fait d’autres avant ça. C’est ce qui se passe (pendant la course) et impossible de passer de la course ce qu’il faut faire. CP : Et de passer d’aspirant à la victoire lors de courses nord-américaines à un rôle d’équipier sur une équipe WorldTour, ça se passe comment ? Je faisais aussi beaucoup de travail je performe bien, ils vont me (de support) avec SpiderTech. Alors supporter. Quand l’un de nos je comprends le travail d’équipe. coureurs gagne, on partage tous la Et avec AG2R-La Mondiale, si victoire. CP : Comment envisages-tu ta carrière dans l’avenir ? Comme un coureur de classiques ? Un coureur sur le Tour de France ? Je ne peux pas encore dire dans Je peux bien faire dans les courses quoi j’excelle. Je dois le découvrir. en l i g ne ( en circuit fer mé ) À ce niveau, les coureurs sont tous présentant de petites montées forts alors c’est difficile de savoir parce que j’ai le punch nécessaire comment tu peux te démarquer. pour ce genre de côtes. CP : Aimerais-tu voir davantage de courses de niveau élite en Amérique du Nord ? C’est ce qu’on doit faire. C’est et ça contribue à la croissance du toujours mieux d’être à la maison sport. Les courses importantes et de courir à la maison. Ça fait que suscitent l’intérêt et font que les gens tout le monde s’intéresse au cyclisme veulent se mettre au vélo.

It is impossible to go directly from North American racing to the top level in Europe. The strategy is very different. That’s why it has

been good to be with AG2R-La Mondiale, because they always know what is happening (in a race) and what to do.

CP : How about the transition from being a contending rider in North American races to playing a supporting role on a WorldTour team ? I did a lot of (support) work for riders win, we SpiderTech, too. So I understand all share teamwork. And with AG2R-La in the Mondiale, if I do well, they will victory. support me. When one of our CP : How do you see your career progressing in the future ? As a classics rider ? A Tour de France rider ? I can’t say yet what I am really because I good at. I need to figure that out. have the Everybody is so good at this level punch to that it is hard to know where you get over can stand out. I can do well in those hills. circuit races with smaller climbs, CP : Would you like to see more elite-level races in North America ? It is what we need to do. It is attract attention always better to be home and and are what to race at home. And it makes make people everyone interested in cycling and want to get into helps to grow cycling. Bigger races the sport.

©Kramon

Toujours

preT ^

• Laval • DDO • Montréal

• Gatineau • Québec • Brossard

1 866-411-7225


par/by Phil Gale

RUBRIQUE EUROPÉENNE EUROPEAN COLUMN

Secret méditerranéen Mediterranean secret

A

ssis sur la place tranquille, face au port de Bastia, en Corse, mon copain Paul Whitefield et moi sirotons un café, nous frottant les yeux pour nous réveiller (ayant manqué de sommeil lors du trajet de nuit depuis Toulon.) Tôt le matin, alors que la ville s’anime peu à peu, nous analysons les routes de la Corse, lesquelles se retrouveront bientôt dans la mire des médias du monde entier. Le 29 juin, cette île française, au sud de Nice dans la mer Méditerranée, sera le site du Grand Départ du 100e Tour de France. La Corse se trouve à proximité de la Sardaigne et de l ’Italie continentale qui elle, a grandement influencé l’historique de l’île. Autrefois contrôlée par la République de Gênes, elle fait partie de la France depuis 20 | cyclepresse

1769 mai s pousse toujour s pour son indépendance. Située dans le riche bleu azur de la Méditerranée, elle est prisée des touristes pour ses plages. En observant ses rochers escarpés qui s’élancent de long du littoral, on

I

n the quiet square next to the port in Bastia, Corsica, my friend Paul Whitefield and I sit sipping an earlymorning coffee, rubbing the sleep (or lack of same on the overnight ferry from Toulon) out of our eyes. As the town slowly comes to life in the early morning, our thoughts turn to the roads of Corsica, soon to be the focus of the world’s media. This French island, south of Nice in the Mediterranean Sea, will be the site of the 100 th Tour de France’s Grand Départ on June 29. Corsica is close to Sardinia and mainland Italy, which clearly has had a large influence on the island’s history. Once ruled by the Republic of Genoa, it has been part of France since 1769, but it is still pushing for independence. Set in the rich,

azzurro-blue Mediterranean Sea, it is famous among tourists for its beaches. Look inland, where rugged mountains spring up from the water’s edge, and the island’s appeal for road riders becomes evident. www.cyclepresse.com


©Phil Gale ©Phil Gale

1-4-PubRackE-COUL-Ride_Layout 1 11-01-27 16:32 Page 1

Pour mieux vous ÉVADER! RACKS ET BOÎTES DE TRANSPORT VENTE | LOCATION | INSTALLATION

comprend vite pourquoi l’île attire aussi tant les cyclistes. En prenant notre petit-déjeuner et notre deuxième café, le mercure grimpant graduellement, on a scanné une carte puis établi notre plan de match, optant pour les www.cyclepresse.com

Over breakfast and our second coffee, with the day warming, we scanned a map and a plan was made. Head inland on the smaller roads the island could offer. For our route, we did not want to replicate the Tour route. With road closures and police support, cyclepresse | 21

VÉLO SKI/PLANCHE À NEIGE KAYAK PORTE-VÉLO À ATTACHE-REMORQUE INSTALLATION D’ATTACHE-REMORQUE AUTRES LOISIRS...

1258, rue Laurier Est, Montréal • 514 523-3333 • 866 523-3334

www.rackevasion.com


Chaque virage nous réser vait un point de vue magnifique des hautes montagnes ou de la côte. Each corner would reveal another stunning vista of either high mountains or rugged coastline.

routes secondaires à l’intérieur des terres. On ne voulait pas reproduire le parcours du Tour – grâce à la fermeture des routes et au support des policiers, les coureurs rouleront sur les routes principales –, on désirait plutôt découvrir les endroits plus tranquilles de la Corse, île que les Français qualifient de « très belle », pour voir ce qu’ils avaient à offrir à deux cyclistes venus y passer deux jours. En franchissant la crête de notre premier col, apercevant l’autre côté de l’île, notre café du matin dégusté avec vue sur le port de Bastia n’était plus qu’un lointain souvenir. On

entamait alors la première route étroite de la journée. En regardant le terrain et le sommet bas des montagnes, entre 600 et 1000 mètres, on croyait redescendre à un niveau plus bas, après chaque montée complétée, avant d’entamer la prochaine montée. Au lieu de ça, on a plutôt parcouru des routes étroites et cahoteuses, dénudées de panneaux de signalisation. À peine plus larges qu’une voiture, ces routes, qui semblent tissées le long des montagnes, relient un petit village à un autre. Un peu comme si elles suivaient les traces d’un ivrogne déambulant à la sortie d’un bar, elles s’accrochent au

©Phil Gale ©Phil Gale

22 | cyclepresse

www.cyclepresse.com


• LONGUEUIL 550 Roland-Therrien • ST-HUBERT 5430 Boul. Cousineau • QUÉBEC 1100 rue Bouvier www.velo2000.qc.ca

ad-cyclepresse.pdf

1

13-01-28

11:03 AM

Technologie moderne et légale ! Xpresso 12 Carbon Ti Seulement 155 gr/paire

Xpresso 2

220 gr/paire

Xpresso 4

225 gr/paire

Xpresso 6

205 gr/paire

Xpresso 8 Carbon 195 gr/paire


flanc des montagnes jusqu’à la vue du prochain village. On a vite réalisé que ce qui s’annonçait comme de courtes distances sur notre carte prendrait en réalité beaucoup de temps à parcourir. Les routes sinueuses de la Corse offrent aux cyclistes une expérience unique. Contrairement aux cols des Alpes, des Pyrénées ou des Dolomites, celles-ci – des sentiers de chèvres pavés, en fait – semblent ne jamais se terminer. On oublie les distances puisque le parcours se calcule mieux en temps. Une randonné « corsée », c’est le moins qu’on puisse dire. Mais comme récompense pour le travail ardu, un panorama sans égal. Point de vue topographique, les plus hautes montagnes de la Corse se trouvent au centre de l’île. En roulant dans cette direction, on a traversé des forêts semblables à celles de la Toscane, un climat sec et un sol foncé. Parfois, la route bifurquait et des rebords rocheux apparaissaient puis, à un prochain lacet, une riche et verte terre agricole se dessinait, laissant entrevoir des reflets de la Méditerranée. Ainsi, en suivant une liste d’endroits – les petits villages devenus nos points de repère – on progressait tranquillement. Chaque tournant nous réservait un point de vue magnifique des hautes montagnes ou de la côte. Comme un roman passionnant, la route nous attirait et nous propulsait vers l’avant. Chaque village, avec ses rues étroites et ses grands édifices, offrait un net contraste avec la richesse de la nature qui nous entourait. À l’occasion, on voyait un chien endormi sur la route d’un village, ou, si on était chanceux, un café ouvert. ©Phil Gale ©Phil Gale

Comment s’y rendre : Navire-traversier SNCM, départ de Toulon vers Bastia, aller-retour de nuit. (Vols/départs partant d’endroits différents aussi disponibles.) Travel : Ferry overnight both ways, Toulon to Bastia SNCM Ferries. (Flights, or other departure locations available). Port : Bastia (nord-ouest de l’île) Base : Bastia (northwest of the island).

Le manque de commerces ouverts – cafés, boutiques ou boulangeries – scénario qui se répète dans tous les villages français à l’intérieur des terres, s’est avéré problématique. Notre petit-déjeuner avalé à 7 heures était bien loin. Six heures plus tard, avec peu d’eau, on manquait de jus. Après une longue attente, un lunch tardif (16 h) nous a fourni l’énergie nécessaire pour terminer notre route. Être autosuffisant est un must en Corse ; assurez-vous de débutez votre journée avec suffisamment de carburant. Remplissez vos bidons dès que vous le pouvez sinon, comme nous, vous pourriez parcourir 30 km avant de trouver un café.

Hôtel : Posta Vecchia (port de Bastia) Hotel : Posta Vecchia (Bastia old port). Restos : Plusieurs restaurants à Bastia Food : Plenty of restaurants throughout Bastia. Quand y aller : En haute saison (juillet à août), les prix sont élevés et l’île est très achalandée. La saison morte s’avère plus calme, mais la température moins prévisible. When to go : High season (July to August) is when the prices are highest and island at its busiest. Off-season is quieter, but weather can be more unpredictable. Conseil de pro : Apportez-vous de la bouffe et dès que vous en avez la chance, remplissez vos bidons (fontaines ou cafés) ! Top tip : Take food with you, and if you can fill up your bottles at fountains and cafés, do so !

Après huit heures en selle, notre première journée tirait à sa fin. Pour le souper, après 200 kilomètres de vélo, on a marché jusqu’à Bastia. Entourés de bâtiments colorés illuminés par la lumière orangée des lampadaires et de bars bondés, le temps était au bilan. Cette première journée nous a dévoilé une île splendide et un terrain magnifique et très varié. Après avoir souffert du manque d’eau et de bouffe, et de l’inconfort causé par un coup de soleil, on a commencé à penser au lendemain. Encore une fois, une carte fut posée sur la table et des routes étroites furent sélectionnées. Même avec la fatigue d’une longue journée dans les jambes et la nuit de la veille passée sur le traversier, on débordait d’énergie. On avait aussi hâte de savourer d’autres routes magnifiques, d’autres villages perchés en montagne et d’autres paysages saisissants. On a seulement effleuré la Corse en surface mais on planifie déjà notre retour. Cette année, au départ du Tour, l’île proposera aux meilleurs coureurs au monde une épreuve unique. La victoire finale ne sera pas nécessairement gagnée sur ces routes difficiles mais elle pourrait facilement échapper à ceux qui sous-estimeront le terrain.

24 | cyclepresse

www.cyclepresse.com


LE VÉLO E

À VOTR E MESUR LUI LLE ET POUR E

u Promotion d Tour riders can ride on the biggest roads. Our aim was to find out what the quieter areas of Corsica, an island that any French person will describe as “très belle,” had to offer two riders in two days. Sipping coffee while overlooking the port of Bastia was now a long-forgotten memory as we crested our first col, giving us a view to the other side of the island. We then dropped onto our first small road of the day. By looking at the terrain, with its low mountain peak s, t y pically bet ween 60 0 and 1,000 metres, we thought that after e ach complete d cl i mb, we would descend to lower levels and on to the next ascent. Instead we encountered a common theme of threading our way along narrow, unsigned roads with rough surfaces. These roads, barely wider than a car, would weave along the side of a mountain, from one small village to the next. As if following the path of a drunk stumbling home from the local bar, these roads weave along until the next village, clinging to the mountainside, comes into view. It soon became clear that what looked to be only a short distance on our map would in fact take a long time. The winding roads on Corsica offer a unique riding experience. Unlike the high mountain-pass roads of the Alps, Pyrenees or Dolomites, these roads, not much more than paved goat paths, seem to wander aimlessly. Distances soon become forgotten, as the ride length is better calculated in time. The riding in Corsica is testing to say the least. But as a reward for the hard work, the scenery is second to none. Topog raph ic al ly, Cor sic a’s h i g hest mountains are in the centre of the island. Heading toward them, we rode through forests similar to those in Tuscany, dry with dark soil. Then the road would take a turn, and the forest would give way to open, rocky outcrops. Around the next corner, a rich, green farming plain might spread out below, with glints of the Mediterranean in the distance. By following a list of place names – the small villages that became our waypoints – slow yet rewarding progress was made.

Each cor ner would reveal another stunning vista of either high mountains or rugged coastline. Like an addictive novel, the road drew us in and carried us onward. Each village, with its narrow streets and high buildings, offered a stark contrast to the rich nature that surrounded us. Occasionally, we would find a local dog asleep in the village road or, if we were lucky, an open café. The lack of open cafés, shops or even boulangeries – a shortcoming found in all mainland French villages – became an issue. Our 7am breakfast was a thing of the past. Six hours later, with little water left, we were running on fumes and needed fuel. It took a while, but a late lunch (4pm) provided the energy needed to finish the ride. Self-sufficiency is a must on Corsica ; make sure you start you day with plenty of fuel. Fill up wherever you can, because, like us, you could be left riding for 30km to the next café. After eight hours of riding, our first day on Corsica came to a close. We walked into Bastia for dinner after covering 200 kilometres. With the town’s colourful buildings glowing in the orange streetlights and the bars full, it was time to reflect. Day one on Corsica showed us what beauty and variety the island has to offer. We only scratched the surface of this amazing riding locale. After the suffering of being caught short of food and water, plus tending to some sunburnt skin, thoughts began to turn toward the following day. Again the map was laid on the table, and the smaller roads were picked. Even with the fatigue of a long day in our legs, made all the more intense after the night before on a ferry, we were full of energ y. We were also hungr y to enrich ourselves with more amazing roads, impossibly perched mountainside villages and stunning vistas. We on ly scratche d t he sur face of Corsica and are already planning our return. It will also offer some unique racing for the world’s best for this year’s Tour start. The final victory may not be won on these deceptively tough roads, but it could be easily lost by those who underestimate the terrain.

500

JUSQU’À

$

en certificat cadeau*

À L’ACHAT D’UN VÉLO Voir détails en magasin et sur notre site internet.

www.cyclesperformance.ca

Saint-Basile-le-Grand

191, Boul. Sir Wilfrid Laurier, J3N 1R1

450.441.6615

NOUVELLE ADRESSE

Chambly

1684, av. Bourgogne, J3L 1Z1

450.447.3450

Financement AccordD disponible *Valide du 29 juin au 21 juillet 2013. Le certificat cadeau ne peut être appliqué sur l’achat d’un vélo. Ne peut être jumelé à aucune autre promotion. La valeur du certificat cadeau varie selon la valeur du vélo acheté. Détails en magasin et sur notre site internet.

317_-CyclesPerformance_1-4p_CyclePresseJuillet13.indd 1

LE FORFAIT COMPREND ◗ 2 nuits en auberge 3 étoiles ◗ 2 petits déjeuners ◗ Collations ◗ 1 coquetel de bienvenue ◗ 1 souper 6 services ◗ 1 dîner ◗ Les pourboires * Le forfait ne comprend pas les taxes.

939, boul. A.-Paquette Mont-Laurier (Qc) J9L 3J1

1 866 385.2511 www.cyclepresse.com

cyclepresse | 25

13-05-15 12:16

Détenteur d’un permis du Québec

julie@voyagesdeslaurentides.com

Pour plus d’information sur la région hôte

velo-hautes-laurentides.qc.ca


par/by Laurent par PatMartel Wells

LA FLAMME ROUGE

Un parcours atypique pour la 100e édition A climber’s dream for

U

the 100th edition

n départ en Corse, visitée par le Tour pour la première fois, deux courts contre-la-montre individuels situés après les Pyrénées et avant les Alpes, le mont Ventoux et une difficile dernière semaine sont les temps forts du Tour cette année. Sur un tel parcours, des favoris perdront le Tour presque tous les jours, le travail d’équipe sera plus important que d’habitude, et la course, plus imprévisible que jamais. Quatre anciens vainqueurs seront au départ, une situation que nous n’avons pas vue depuis 2009, et feront face à de nombreux coureurs cherchant un premier sacre. Petit guide d’emploi du Tour de France 2013, pour mieux comprendre la course et ses enjeux.

Le parcours D’entrée de jeu, les coureurs seront sous pression lors des trois premières étapes disputées sur les routes de Corse, souvent étroites, accidentées et surchauffées par un soleil de plomb. Ajoutez à cela la nervosité du peloton dans les premiers jours de la course et vous avez là tous les ingrédients nécessaires à de multiples coups de théâtre, notamment en raison des chutes. Le travail d’équipe fera certainement la différence à ce moment pour offrir aux favoris un passage sécuritaire à travers ces étapes. De retour sur le continent, le sort des favoris reposera de nouveau sur leurs équipiers durant le 26 | cyclepresse

contre-la-montre par équipe du côté de Nice, lors de la 4e étape. Cette première semaine très usante se terminera par la traversée des P yrénées et notamment deux étapes difficiles. La 8 e étape se terminera en altitude à Ax 3 Domaines et constituera le premier vrai test individuel pour les favoris qui ne pourront alors plus se cacher dans le peloton. Le lendemain, les coureurs devront affronter pas moins de cinq cols en route vers Bagnères-de-Bigorre. Ce sera usant, surtout que la fatigue commencera réellement à s’installer sur le Tour. Le premier jour de repos du lendemain sera le bienvenu !

A

start on Corsica, which is being visited by the Tour for the first time, two short individual time-trials after the Pyrenees but before the Alps, the Mont Ventoux and a difficult last week of racing are the key points of the Tour this year. On such a course, the big favourites could lose the Tour on almost any day; thus, teamwork will be crucial and the race will be as unpredictable as ever. Four former winners of the Tour will be at the start, a situation not seen since 2009, and will face many others who want to win for the first time. Here’s your guide to the 2013 Tour de France in order to better understand the race and its challenges.

The course Right from the beginning, riders will be under pressure during the first three stages on Corsica. The roads are very often narrow, leg-breaking and very hot under the sun. Add to this the fact that the peloton is always very nervous at the beginning of a three-week race, and you have all that’s needed for the unexpected, often related to crashes. Teamwork will likely make the big difference for

the leaders at the start of the Tour for a safe trip on Corsica. Back on the mainland, the leaders will rely once more on their teammates in the team time-trial in Nice, on Stage 4. The first, difficult week will end with the crossing of the Pyrenees, with two hard stages. The eighth stage will finish on top www.cyclepresse.com


Deux rendez-vous lors de la 2e semaine Si la deuxième semaine et son incursion en Bretagne sera moins usante que la première, elle comporte toutefois deux grands rendez-vous à ne pas manquer. Le premier est le court contrela-montre de 33 kilomètres lors de la 11e étape d’Avranches vers le Mont-Saint-Michel. Ce sera la première vraie occasion pour les rouleurs de reprendre du temps aux grimpeurs qui se seront illustrés dans les Pyrénées.

Le second est la longue étape de 242 kilomètres (15e étape) qui amènera les coureurs au sommet du mythique et redouté mont Ventoux. Spectacle garanti dans ces paysages lunaires, surtout que le Ventoux peut devenir une véritable fournaise sous le soleil de la Provence. Les grimpeurs explosifs comme Contador ou Rodriguez ne devront pas manquer cette chance de dynamiter la course !

Two key stages during week 2

The first is the short individual time-trial of 33 kilometres on Stage 11 from Avranches to scenic Mont-Saint-Michel. This will be the real first opportunity for the rouleurs to take back time lost to the climbers in the Pyrenees. T he second is Stage 15, the Tour’s longest at 242 kilometres, bringing the riders to the summit of the legendary and feared Mont Ventoux. A big show is in store on this stunning moonscape, with the added challenge of the summer heat of the Provence region. It’s a stage for explosive climbers such as Contador or Rodriguez to take action if they want to blow the race apart!

©Sirotti

The second week of the Tour, with its short trip to the Bretagne region, should be easier than the first. But there are two key stages not to be overlooked by the favorites.

of Ax 3 Domaines and will be the first real individual test for the leaders, who no longer will be allowed to hide in the pack. In the following days, the riders will be challenged by five categorized climbs on the Stage 9 route to Bagnères-de-Bigorre. This stage, officially termed “hilly” by the Tour organizers, will wear down the riders, with the fatigue of the previous stages starting to show. The first rest day will be more than welcomed ! www.cyclepresse.com

Spectacle garanti lors de la 15e étape (242 km) dans le paysage lunaire du mont Ventoux, lui qui peut devenir une véritable fournaise sous le soleil de la Provence. A big show is in store on Stage 15 (242km) on the stunning moonscape of the Mont Ventoux, with the added challenge of the summer heat of the Provence region.

cyclepresse | 27


©Sirotti

Une troisième semaine redoutable

A very difficult third week

Après un deuxième jour de repos du côté de Vaucluse, les coureurs du Tour devront affronter pas moins de quatre étapes difficiles sur les six étapes les séparant encore de Paris.

Following the second rest day at Vaucluse, the Tour riders will face not less than four difficult stages in the six remaining to get to Paris.

Le dernier chrono individuel de 32 km lors de la 17e étape sera la dernière occasion pour les rouleurs de prendre du temps sur les grimpeurs.

Enfin, la 20e étape est courte (125 km) mais se termine également en alt it ude, au Semnoz sur les hauteurs de la magnifique ville d’Annecy. Les 20 derniers kilomètres de l ’étape seront donc la dernière chance pour les coureurs d’améliorer leur sort au classement général.

The 32km individual time trial on Stage 17 will be the last oppor tunity for the rouleurs to gain maximum time on the climbers. On the following day, the riders will have to climb the mythical Alpe d’Huez twice. After this difficult stage with a hilltop finish, the winner of the race will likely be revealed.

Stage 19 to Le Grand-Bornand has no less than five climbs, including the difficult Glandon and Madeleine passes in the first 80 kilometres. This will be a good terrain for an early breakaway for good climbers who are no longer a threat for the overall lead. Finally, Stage 20 will be short (125 k i lome t r e s ) bu t w i t h anot her mount aintop f in ish on the Semnoz, close to the beautiful city of Annecy. The last 20 kilometres of the stage offer the last opportunity for riders to improve their overall classification.

©Sirotti

Le lendemain, les coureurs devront escalader deux fois l’Alpe d’Huez, qui appartient à la Légende du Tour. Il est probable qu’au soir de cette difficile étape se terminant en altitude, nous connaitrons le vainqueur du Tour.

La 19e étape vers Le Grand-Bornand comporte pas moins de cinq cols, dont les difficiles cols du Glandon et de la Madeleine dès les premiers 80 kilomètres. Ce sera le terrain propice pour une longue échappée de coureurs moins menaçants au classement général.

28 | cyclepresse

www.cyclepresse.com


Les maillots / The jerseys Le jaune/Yellow  Leader au classement général, soit le coureur disposant du meilleur temps cumulé sur chaque étape. Prix : 450 000 euros. Chaque victoire d’étape rapporte par ailleurs 8 000 euros. Overall leader of the race – the rider with the best cumulative time over all stages. Prize money: 450,000 euros. A stage win is worth 8,000 euros. Le vert/Green Meilleur sprinteur, soit le coureur disposant du plus grand nombre de points attribués dans les sprints (en cours d’étape et aux arrivées). Prix : 25 000 euros. Best sprinter – the rider with the largest number of points accumulated during both intermediate and finishing sprints. Prize money: 25,000, euros. À pois/Polka-dot Meilleur grimpeur, soit le coureur disposant du plus grand nombre de points attribués au sommet de côtes ou de cols. Plus les ascensions sont difficiles, plus le nombre de points attribués à leur sommet est important. Prix : 25 000 euros. Best climber – the rider with the largest number of points accumulated on the top of categorized climbs and mountain passes. The steeper and longer the climb, the greater the number of points awarded. Prize money: 25,000 euros. Le blanc /White  Meilleur jeune de 25 ans ou moins, sur la base du meilleur temps cumulé sur chaque étape. Prix : 20 000 euros. Best overall rider aged 25 years or less, based on the best cumulative time over all stages. Prize money: 20,000 euros.

LA BOUTIQUE SPÉCIALISÉE

À QUÉBEC

En 1969, Eddy Merckx a remporté le maillot jaune, le maillot vert, le maillot à pois et son équipe s’est imposée au classement général par équipe. Merckx a également gagné pas moins de six étapes ! In 1969, Eddy Merckx won the yellow, green and polka-dot jersey, and his team won the team classification, the only time this has ever happened. Merckx also won no fewer than six stages that year !

www.performancebegin.com 3688, de l’Hétrière, Québec •

418 877-4018

313 Ave. Victoria, Westmount

PROFITEZ DE NOTRE GRANDE SÉLECTION DE VÉLOS!

Route

Triathlon

Montagne

Hybride

LE MEILLEUR SERVICE APRÈS-VENTE À MONTRÉAL store@martinswiss.net

www.cyclepresse.com

514-488-9717 cyclepresse | 29

www.martinswiss.com

VENDÔME


Les favoris / The favourites

CHRIS FROOME (SKY). Désigné leader de la puissante formation Sky, Froome aura à cœur de prouver qu’il peut gagner le Tour, ayant dû attendre son leader Wiggins l’an dernier dans les cols. Compte tenu du parcours montagneux et de son excellente saison jusqu’ici, c’est le favori numéro un. The designated leader of the powerful Sky team, Froome wants to prove that he can win himself, after supporting his leader Wiggins last year on the climbs. Considering the mountainous course this year and his excellent start of the season, he is the number-one favourite.

L’ÉCOLE DE MÉCANIQUE CYCLISTE DENISE BELZIL

Cours de mécanique de vélo pour particuliers et entreprises

Néophyte

(1 JOUR)

Réparation d’une crevaison. Ajustement des systèmes de freins et de vitesses. Trucs de dépannage ; trousse d’outils. (2 JOURS)

Mécanicien – niveau 2

(2 JOURS)

Mécanicien – niveau 3

(2 JOURS)

Exécution d’une mise au point et réparations courantes. Installation complète d’un système de transmission et de freins.

› ALBERTO CONTADOR (SAXO-TINKOFF). Il est le coureur le plus doué de sa génération et seul coureur encore en activité à avoir remporté le Tour à plusieurs reprises. Il a besoin d’une victoire pour faire oublier son déclassement en 2010 pour dopage. He is simply the most talented rider of his generation, and the only contender this year having won the Tour multiple times. He needs a victory in order to make up for the title lost in 2010 for doping.

Préparation d’un cadre pour l’assemblage : surfaçage, taraudage et alésage. Fourche : redressement, filetage et installation. Roulements : pédalier, direction, moyeux.

COURS DE SPÉCIALISATION :

©Sirotti

Freins à disque Fourche à suspension Montage de roues Pour connaître l’horaire des cours, s’inscrire ou pour commander les manuels, consultez le

www.technocycle.ca ou appelez-nous au

514 846-1486

©Sirotti

Les manuels édités par Denise Belzil

BRADLEY WIGGINS (SKY). Le vainqueur de l’an dernier a multiplié les déclarations controversées depuis le début de l’année et, même si Froome a été désigné très tôt comme le leader chez Sky, il affirme maintenant vouloir gagner le Tour à nouveau. Un remake du duel fratricide Hinault-LeMond du Tour 1986 n’est pas impossible au sein de la formation Sky ! Last year’s winner has made many controversial declarations to the press since the start of the season, even though Chris Froome was designated early as Team Sky’s leader, saying he wants to win the Tour again. A replay of the internal war between teammates Hinault and LeMond during the 1986 Tour might be in store this year for the Sky team ! ‹ JOAQUIM RODRIGUEZ (KATUSHA). Numéro un mondial à la fin de la saison 2012, très explosif dans les cols, c’est l’année où jamais pour le petit grimpeur espagnol compte tenu du peu de kilomètres contre-la-montre que comporte le Tour 2013. Joaquim Rodriguez (Katusha). The explosive climber, ranked number one in the world at the end of the 2012 season, knows that the 2013 Tour offers his most likely chance at victory, considering the few time-trial kilometres against the clock.

©Sirotti

facebook.com/ Technocycle

©Sirotti

Chaque participant travaille sur son propre vélo. Démontage et ajustement du jeu de pédalier, de la direction et du moyeu arrière. Ajustement des systèmes de freins et de vitesses.

©Sirotti

Mécanicien – niveau 1

› RYDER HESJEDAL (GARMIN-SHARP). Le Canadien a prouvé qu’il peut gagner un grand tour après sa victoire sur le Giro d’Italia 2012. Il sait également que seule une victoire sur le Tour couronnerait sa carrière. Il partira également avec le désir de venger son abandon sur chute l’an dernier. The Canadian has already proved that he can win a three-week race at the 2012 Giro d’Italia. He also knows that only a Tour de France win can top that accomplishment. He will start the race to redeem himself after his abandon last year following a crash in the first week. 30 | cyclepresse 

www.cyclepresse.com


› ANDY SCHLECK (RADIOSHACK). Vainqueur du Tour 2010 sur déclassement d’Alberto Contador, Andy

©Sirotti

Schleck veut prouver qu’il peut s’imposer sur le vélo et ainsi confirmer son incroyable talent. Il a cependant connu un début de saison difficile. Designated winner of the 2010 Tour following the disqualification of Alberto Contador, Andy Schleck wants to prove he can win the race on his bike. He has a huge talent for cycling, but his start to the season has been difficult. C A DEL E VA NS (BMC). À 36 ans, Cadel Evans prendra le départ du Tour sachant que c’est probablement sa dernière chance de démontrer que sa victoire sur l’épreuve en 2011 n’était pas qu’une victoire sans lendemain. S’il gagnait, il deviendrait le coureur le plus âgé à s’imposer sur la Grande Boucle, éclipsant Firmin Lambot qui l’avait emporté en 1922 à l’âge de 36 ans et quatre mois. At 36, Cadel Evans knows the 2013 Tour is his last chance to prove that his victory in 2011 was not a one-shot deal. If he does win this year, he will become the oldest winner, a record held till now by Firmin Lambot, winner of the 1922 Tour at the age of 36 years and 4 months.

©Sirotti

©Sirotti

TEJAY VAN GARDEREN (BMC). Le meilleur jeune du Tour 2012 et cinquième au classement général final est le coureur qui pourra surprendre en juillet prochain. Âgé de seulement 24 ans, l’Américain aura la confiance de son équipe BMC pour succéder à Greg LeMond au palmarès du Tour, seul coureur américain à l’avoir remporté à ce jour. The best young rider of the 2012 Tour and fifth overall is the rider who could be the big surprise this year. Only 24 years old, the American has the confidence and support of his BMC team to follow in the footsteps of the Tour-winning American Greg LeMond.

536 rue St-Georges, St-Jérôme 450 432-4686 • www.cyclescadieux.ca


testé par/tested by Pat Wells

REVUE DE PRODUITS PRODUCT REVIEW

Maillot SS.mangusta_s7, ASSOS « Les vêtements ASSOS sont précieux : fonctionnels et high-tech », peut-on lire sur le site Web d'ASSOS. Ça décrit très bien le SS.mangusta_s7. De nombreux détails qui font toute la différence : fermeture éclair pleine longueur et couverte à l’avant, mesh sous l’aisselle, bande élastique à l’arrière du maillot (l’empêchant de remonter), trois poches arrière et une quatrième avec fermeture éclair. Et le tissu utilisé, le Type 151, récemment développé par ASSOS, réagit rapidement au changement de votre température corporelle.

ASSOS SS.mangusta_s7 jersey “ASSOS apparel is precious : functional and high-tech,” according to the ASSOS website. The unisex SS.mangusta_s7 is no exception. Lots of first-class details make all the difference : the covered, full-front zip, the vented arm pits, an elastic hem at the bottom back of the jersey (keeps it in place), and three back pockets with an additional zipped one. The main fabric used, Type 151, is a new fabric that reacts quickly to changes in your body temperature. www.assos.com

199 $

RAPHA J’ai eu la chance de porter les mêmes vêtements que porte Bradley Wiggins, ou du moins, la version légère. Établi à Londres, Rapha fabrique des vêtements exceptionnels. J’ignore pourquoi, mais on se sent spécial quand on roule en Rapha. Ces trois items vous feront sentir extra spécial lors des chaudes sorties d’été.

I got to wear the same stuff that Bradley Wiggins wears, or the lightweight version of it, anyway. Rapha is based in London and is a maker of magical apparel. I’m not sure exactly why, but you feel special when riding in Rapha. These items will make you feel extra special when riding in the heat. www.rapha.cc

Maillot Lightweight Lightweight Jersey Un maillot conçu pour les longues et chaudes sorties d’été. Le tissu léger favorise un transfert d’humidité maximal, et la fermeture à glissière intégrale à l’avant facilite le contrôle de la température. This jersey is designed for going long and hard in the heat of summer. The lightweight fabric provides maximum moisture transfer, and a full-length zip allows for a wide range of temperature control. 205 $

Cuissard Lightweight Lightweight Bib Shorts Alpina Twist Four VL+ blanc-vert /Varioflex Des lunettes de soleil tellement légères et confortables ! Un design élégant et des caractéristiques super intéressantes comme des articulations de branches réglables, pour un ajustement parfait et pour prévenir l’embuage ou les courants d’air. Et comme elles sont dotées de la technologie Varioflex+ Black d’Alpina permettant aux lentilles de s’adapter aux conditions de luminosité, vous pourrez les porter sous un soleil éclatant ou lorsque qu’il fait plus sombre.

Alpina Twist Four VL+ White Green/Varioflex I couldn’t believe how light and comfortable these sunglass were ! A stylish design included some pretty cool features, such as multiple-inclination adjustable temple joints, allowing you to find the perfect fit to prevent fogging or shielding from any draft. They also featured Alpina’s Varioflex+ Black technology, with lenses that adjust from a clear to a dark tint depending on the light condition, allowing you to wear them in bright sunlight or riding in the dark.

199 $

32 | cyclepresse

Ce cuissard à bretelles est parfait pour braver la canicule. Des spécificités techniques super appréciées : un tissu très léger fait d’une maille en filet évacuant l’humidité ainsi qu’un chamois à construction perforée pour une aération optimale. These bibs are ideal for riding when it is scalding hot. The techy features : a light fabric made of a high-wicking mesh and incorporating a perforated pad for extra ventilation.

240 $ Sous-vêtement Pro Team Pro Team Base Layer Un sous-vêtement conçu par des designers italiens, idéal pour l’entraînement ou la course par temps très chaud. Il est doté d’une maille en filet ouverte assurant une aération remarquable, et de panneaux latéraux en lycra, pour un confort douillet. Italian designers came up with this beauty for training and racing in hot weather. The open-mesh body is great for breathability, while the Lycra side panels assure a snug and comfy fit. 80 $ www.cyclepresse.com


Cosmic Carbone SLE Selon le site Web de Mavic, « La Cosmic Carbone SLE fait la part belle à l’aérodynamique et à la rigidité, tout en conservant sa légèreté. » Totalement d’accord. Mavic travaille depuis des années avec la technologie de jantes en carbone/aluminium. Résultat : une jante à pneu au roulement lisse et une roue très rigide capable de jouer plusieurs rôles. Des roues qui donneront à votre vélo un look très racé. Malheureusement, pour goûter au grand luxe, il y a un prix à payer !

Le Pneumo, de Giro Giro a pris une décision géniale en ramenant sur le marché le populaire casque Pneumo, véritable leader de sa catégorie pendant des années. Il bénéficie maintenant d’un système d’ajustement simplifié et amélioré. Grâce à plusieurs canaux d’aération additionnels placés stratégiquement, le Pneumo est bien ventilé, multifonctionnel, et a du style. Enlevez la visière et portez-le sur la route, lors d’une sortie de club, ou gardez la visière et enfilez votre vélo de montagne.

La technologie Exalith 2 exclusive de Mavic a été améliorée pour garantir un haut niveau de durabilité et de freinage dans toutes les conditions. Utilisez les patins de frein Exalith 2 Mavic spéciaux noirs, pour un freinage silencieux et précis et pour assurer la longévité de vos jantes.

Cosmic Carbone SLE According to the Mavic website, “The Cosmic Carbone SLE offers a high level of aerodynamic efficiency and stiffness with no sacrifice in weight.” I’ll vouch for that. Mavic has been playing with carbon/ aluminum rim technology for many years now, and the result is a clincher that gives you a very smooth ride but that is still a very stiff wheel that can play many roles. And the look of these wheels on your bike will be stunning. Unfortunately, luxurious pleasure has its price. Mavic’s exclusive Exalith 2 technology for aluminum rims has been refined to provide a very high level of durability and braking performance in all weather conditions. Make sure to use the special black Mavic Exalith 2 brake pads to ensure quiet and accurate braking and rim longevity. www.mavic.com

2900 $

GIRO Pneumo Giro made a smart decision to bring back this popular helmet. For many years it reigned as a leader in its category. Now it is great to see a simple and improved fit system. And an added number of strategically placed vents make this a breathable, stylish and multifunctional helmet. Wear it for your club ride when you remove the visor, or keep the visor on for a mountain-bike outing. www.giro.com

200 $ Bicycle Line – maillot et cuissard Rekord Quel plaisir de tester le maillot et le cuissard à bretelles REKORD ! Dès que vous touchez au tissu, vous réalisez que ce n’est pas un vêtement de vélo ordinaire. Ces produits Bicycle Line forment presqu’une seconde peau et, lorsque vous roulez, ils respirent au même rythme que vous le faites. Un look raffiné et élégant qui plaira à ceux qui n’aiment pas ressembler à des panneaux publicitaires ambulants. Des vêtements que je porterais à chaque sortie. C’est en 1987 que Gastone Coghetto créa Bicycle Line. Aujourd’hui, l’entreprise italienne propose une gamme complète de produits de vélo, tous conçus et produits dans son département de recherche et développement.

Bicycle Line - Rekord jersey and bib shorts What a pleasure to road test the REKORD jersey and bib shorts. From the moment you touch the material, you realize that this is not your run-of-the-mill cycling apparel. These Bicycle Line products feel as if they are part of your skin and they breathe as you breathe on the bike. The classy and elegant look is also pleasing for those who prefer not being an advertising billboard when riding. I could wear this stuff on any ride. Gastone Coghetto has established his Italian company Bicycle Line in 1987. Today Bicycle Line offers a complete range of cycling items, designed and produced in its research-development department. http://en.bicycle-line.com

Cuissard à bretelles / Bibshort 229 $ maillot / jersey 199 $

www.cyclepresse.com

cyclepresse | 33


par/by Pat Wells / Laurent Martel

TEST DE VÉLOS BIKE TEST

J’ai testé le vélo de PETER

L

e SuperSix Evo Red est fait d’un carbone BallisTec ultra robuste, permettant à Cannondale de produire un vélo extrêmement léger, sans avoir à sacrifier de rigidité ou de robustesse. La fourche présente aussi ce type de carbone. Le design unique de zones de flexion dans les bases arrière et les haubans améliore la vitesse, la maniabilité et le confort. Les composants SRAM Red complètent le vélo et, bien que les Mavic Ksyrium Elite S soient adéquates, des roues plus performantes seraient recommandées. J’avais très hâte d’essayer ce vélo pour plusieurs raisons – pour sa peinture éclatante et pour tous les honneurs qu’il a remportés. Ma première impression : tellement léger ! On a vraiment la sensation de flotter au-dessus de l’asphalte. Un bolide bien équilibré qui répond à merveille, peu importe la situation : en danseuse, en ©Pierre Goyette montée, ou en selle, lors d’une plus longue ascension. Sur le plat, il offre une réponse aussi géniale. Après 30 minutes, j’avais l’impression que le vélo était une extension de mon corps, comme s’il avait été conçu pour moi. J’ai adoré son look traditionnel de course et vraiment aimé sa conduite, que ce soit à vitesse élevée en descente, en virages serrés, dans des bosses courtes et abruptes, ou lors de plus longues montées. Je comprends pourquoi Peter Sagan est si performant sur ce vélo. Et même si c’était tentant, je n’ai pas fait de wheelie comme il fait souvent à la ligne d’arrivée. Un super bon vélo, à un super bon prix.

34 | cyclepresse

SAGAN ’s bike tested T

he SuperSix Evo Red is made from BallisTec High Strength carbon, allowing Cannondale to build an extremely lightweight bike, without sacrificing stiffness or strength. The fork also features BallisTec carbon construction. The unique design of subtle flex zones at the chainstays and seatstays improves speed, handling and comfort. SRAM Red components complete the bike, and Mavic Ksyrium Elite S wheelset are adequate, but a wheelset upgrade would be a smart idea. I was eager to try this bike for many reasons – for its cool paint job and for all the awards it has earned. My first impression was how light the bike felt. You really have the sensation of floating over the asphalt.

temping, I didn’t pull a wheelie like Sagan might at the finish. But I did feel like celebrating a great ride, and at a great price.

4800 $

I found an amazingly balanced bike that responds well in all aspect of cycling. Standing up to climb or sitting on a longer climb – responsive either way. On flat sections, the bike was equally awesome. After 30 minutes of riding, I felt as if the bike was an extension of my body, as if it had been built just for me. I loved the traditional racy look of the bike and felt good whether handling a high-speed descent, winding, sharp curves, climbing short steep hills or on long steady climbs. I can see why Peter Sagan can fly on this bike. Although it was

©Sirotti

www.cyclepresse.com


J’ai testé le vélo de CADEL

EVANS ’s bike tested

L

T

Avec sa géométrie étudiée, ses détails de pointe et la sensation de précision qu’il procure, ce bolide est clairement un produit d’ingénierie suisse. La peinture est impeccable et la qualité de sa construction, évidente. Bien que ce soit le vélo le plus rigide sur lequel j’ai roulé ces dernières années, j’ai été agréablement surpris par sa souplesse de roulement. On ne sent jamais sa rigidité jusqu’au moment où on le pousse ; il répond alors instantanément.

From the sleek geometry to the fine details, this bike is clearly a product of Swiss engineering, as evidenced in the precise feel. The paint job is awesome, and the quality of the construction is obvious everywhere on the frame. This is one of the stiffest bikes I’ve ridden in years, but what sur prised me was how smoothly it rode. You never feel that this bike is stiff until you push it and it responds instantaneously.

e Teammachine SLR01 Race de BMC est un vrai champion, ayant propulsé Cadel Evans à une victoire au Tour de France et Philippe Gilbert, à une victoire aux Championnats du monde. Ça s’explique facilement : le concept T TC (Tuned Compliance Concept) utilise un mélange de fibres de carbone offrant la rigidité souhaitée pour la performance, et plus de souplesse dans d’autres zones, pour davantage de confort. Monté sur le gruppo SRAM Red et les roues Mavic Ksyrium Elite S, celui que j’ai essayé s’est avéré un véritable missile.

©Sirotti

www.cyclepresse.com

Le vélo est à son meilleur au-delà de 40 km/h. À moins que vous ne le poussiez à fond, ce monstre reste un gentil géant. Mais je sentais un transfert d’énergie à la moindre pression sur le pédalier. Pas surprenant de voir la fougue de Gilbert dans les petites bosses, ou la cadence à plein régime d’Evans, être récompensées par ce cadre. C’est un engin conçu pour la vitesse et la course. Plus vous le poussez, plus il réagit.

he BMC Teammachine SLR01 Race is a proven champ, having carried Cadel Evans to a Tour de France win and Philippe Gilbert to a world championship. It’s easy to understand why. BMC’s Tuned Compliance Concept uses a varied mix of carbon fibers to provide stiffness where needed for performance and more flex in some zones to allow added comfort. When fully built with SRAM Red gruppo and slick Mavic Ksyrium Elite S wheels, the bike I climbed on to was a rocket ready to be launched.

The bike is at its best at over 40kph. Unless you push hard, t h i s be a s t rem ai n s a gent le giant. But I could feel a real energy transfer when pressure was applied to the cranks. It’s no sur pr ise to se e Gi lber t ’s s h o r t- h i l l p o w e r o r E v a n s high-energ y stroke being rewarded by this stiff frame. T h i s i s a m ach i ne bu i lt for spe e d and raci n g , pure and

simple. The more you put into it, the more it gives.



7700 $

©Pierre Goyette

cyclepresse | 35


J’ai testé le vélo de RYDER

C

HESJEDAL ’s bike tested S

adre légèrement « sloping », bases asymétriques, tubes de forme carrée, haubans très fins, boîte de pédalier massive, voilà quelques-unes des caractéristiques du cadre Cervélo R5 2013 que j’ai récemment testé dans le parc de la Gatineau. Équipé d’un groupe SRAM Red et de roues Fulcrum 5.5, l’ensemble a fière allure et la peinture, mat, du plus bel effet !

loping frame, asymmetrical chain stays, square-shaped tubes, thin seat stays, massive bottom bracket – these are a few characteristics of the 2013 Cervélo R5 frame that I recently tested in the Gatineau Park. Mounted with a SRAM Red gruppo and Fulcrum 5.5 wheelset, the whole bike was looking good, with the matte-black paint job adding a classy touch.

D’entrée de jeu, la rigidité de la boîte de pédalier frappe. La transmission de la puissance est intégrale. Le confort du vélo surprend également, comme son excellente stabilité, même lancé à plus de 70 km/h en descente.

The stiffness of the bottom bracket is the first thing I noticed. The power transfer is maximal. The ride is also very comfortable and the bike very stable, even descending at more than 70kph.

Sur le plat, bien que le vélo s’accommode parfaitement de toutes les allures, à 25 comme à 55 km/h, on sent davantage le rendement au delà de 40 km/h, lorsqu’on envoie les watts. Aussi, il est facile de rapidement trouver la bonne position grâce à la géométrie étudiée du cadre.

On the flats, the bike reacts well at any speed, from 25 to 55kph. However, the bike is made for speed, for when you are registering high wattage. Also, it is very easy to find a powerful position quickly, as the frame has been well designed. On the hills, this bike is a rocket ! I had a blast climbing, and the bike responded even better going out of the saddle on the steepest sections. I often had the good feeling of climbing one gear higher than I usually do on each climb. While the bike reacted perfectly well when I was out of the saddle, I enjoyed climbing seated even more. I could feel all my effort going directly into moving the bike forward. My only regret was not having feather-light wheels, as the Fulcrum 5.5 were

Photo : © Vaude - R. Attenberger

©Laurent Martel

Dans les côtes, ce vélo est une bombe ! Quel plaisir de grimper et de relancer l’allure avec ce vélo qui se moque des pourcentages. On a souvent l’impression de pouvoir mettre une dent de mieux partout. S’il réagit parfaitement bien en danseuse, c’est en montant bien calé sur la selle que j’ai eu le plus de plaisir, avec la sensation que chaque watt était employé à propulser le vélo vers l’avant. Mon seul regret est de n’avoir pu tester le vélo avec des roues vraiment légères, les Fulcrum 5.5 étant clairement un frein pour ce genre de vélo.

clearly too heavy to get the most out of the bike. 5900 $

©Sirotti

VÊTEMENTS DE VÉLO VÊTEMENTS TECHNIQUES VÊTEMENTS DE VOYAGE SOULIERS ET BOTTES DE MARCHE SACS DE COUCHAGE SACS À DOS BÂTONS DE MARCHE Tout est réduit tout le temps chez

36 | cyclepresse

* sur le prix régulier vendu dans les boutiques spécialisées

www.cyclepresse.com

1451, av. du MONT-ROYAL Est 514-525-5309


TEST DE VÉLOS: NOTRE VERDICT BIKE TEST: OUR VERDICT CERVÉLO R5

CANNONDALE EVO

BMC

POUR GRIMPER / FOR CLIMBING

QUALITÉ DE ROULEMENT / SMOOTH RIDE

LA QUALITÉ DU CADRE / WELL-DESIGNED FRAME

LA TIGE DE SELLE / SEATPOST

ROUES / WHEELS

SELLE / SADDLE

Type de pratique / Type of riding Compétition Cyclosport

* * *

* * *

* * *

* *

* *

* *

Récréatif

Racing Cyclosport Recreational

Terrain / Terrain Plat

* *

* * *

* * *

Flat

Vallonné

* * *

* * *

* * *

Rolling terrain

Montagne

* * *

* * *

* *

Climbs

Comportement / Characteristics Rigidité

* * *

* * *

* * * *

Stiffness

* *

* *

* * *

Handling

Confort

* * *

* * *

* * *

Comfort

Stabilité

* * *

* * *

* * *

Stability

Relance

* * *

* * *

* *

*

* * *

* * *

Conduite

Sprint

Responsiveness Sprinting

Fiche technique / Specs 53

5900 $

4800 $

7700 $

Tucson

El Tour20 au 27 novembre 2013 Camp d’entraînement accompagné Toutes les semaines de mars et avril

Frame size tested Price

©Piere Goyette

54

©Laurent Martel

Prix

51 ©Piere Goyette

Tailles testées

Boston

Cape Cod, Martha’s Vineyard

17 au 20 mai \ 24 au 27 mai \ 5 au 8 juillet 6 au 9 septembre - Complet 27 au 30 septembre

Niagara

Vélo et vignes

13 au 16 août - Complet 20 au 23 août

Boston Cape Cod et Nantucket 31 mai au 3 juin 21 au 24 juillet - Complet 20 au 23 septembre

www.cyclepresse.com

cyclepresse | 37


par/by Cyclepresse

LE MUR

©Café du Cycliste

All the way from sunny Nice on the Côte d’Azur comes Café du Cycliste, a small French clothing brand that is creating waves. The company’s aim is to move away from the habit of wearing Lycra while on a bike. With two lines, performance-based Sur la Bitume and the more urban Sur la Zinc, looking sharp on a bike was never so easy.

Want to take along some wine on your ride but don’t want to carry a bag ? This leather-and-brass carrier is exactly right for those evenings when you’re in the saddle and want some wine on board. Handmade in Montréal, the bicycle wine racks are available at :

©Gian Paul Lozza

In San Francisco, delivery vans may have some competition. Since 2009, Bicycle Coffee Co has been providing locally roasted organic coffee to more than 250 local businesses – offices, grocery stores, cafés, restaurants, hotels, fine markets via bikes. Always fresh, always delivered by bicycle.

The Galibier, on a track bike ? No way...unless you’re Patrick Seabase. On his Brascona bike, starting in Saint-Michel-de-Maurienne, he first tackled the col du Télégraphe (1566m), a 12km climb, and then braved the col du Galibier (2556m). A total of 34 kilometres of climbing with an average gradient of 6.6 percent. No brakes and a fixed 47X17 gearing. The reward ? The speedy and breathtaking downhill !


LE MUR

“We are the Keepers of the Cog. In so being, we also maintain the sacred text wherein lie the simple truths of cycling etiquette known as The Rules.” This is not the title for Dan Brown’s next novel ; it’s the intro for the famous 91 Rules found on the velominati website. There’s lots of good info on the site, but most important : obey the rules.

par/by Cyclepresse

In this year’s Tour, Team Sky will do battle with Team BMC, or Saxo-Tinkoff, or Garmin-Sharp, right ? Not necessarily – at velogames.com, your own fantasy team can go head-to-head with your training partners’ teams. Pick nine riders whose combined results you think would form the best team, let your friends pick theirs, and let the games begin.

©Bruno Florin

Through La roue libre, Narbru, a French national now established in Montréal, and his colleague Emilie (along with a few sporadic collaborators who love bikes) share their enthusiasm for biking and aesthetics. They write well, their photos are excellent, and their finds intriguing. Check it out if you read French and appreciate good visuals.

Heading south of the border and want to check out one of the coolest collections of vintage bikes anywhere ? Old Spokes Home in Burlington, Vermont is a bike store with a spectacular added attraction : a museum with more than 70 classic bikes, including “vélocipèdes” dating back as far as 1868.


by/par Jenny Kallista

VENTS DE TRAVERS CROSSWINDS

C

et été, le Tour de France, la plus ancienne tradition du cyclisme, sera au rendez-vous et des pros du monde entier prendront le départ de cette course de trois semaines. Coureurs, passionnés et amoureux du vélo de route, tous partagent l’excitation de cette course ultime…mais qu’en est-il des adeptes du vélo de montagne ? On observe présentement une tendance croissante vers ce type d’épreuve off-road au style légendaire, échelonnée sur plusieurs jours.

T

his summer, the oldest tradition in cycling begins anew, with pro cyclists from all over the world lining up for the three-week race that is the Tour de France. Road racers, cycling enthusiasts and lovers of sport share in the excitement over this ultimate race...but what about mountain bikers ? Interestingly, there is a growing trend towards this type of grueling, epic style of multi-day racing, off-road. It seems to have all started in Costa Rica two decades ago. La Ruta de Los Conquistadores follows the route of the ruthless historic conquistadors and is considered one of the most difficult mountain-bike races

Barry Wicks, de Team Kona, négociant l'un des magnifiques sentiers à voie simple de Powell River, C.-B. Barry Wicks of Team Kona negotiating some sublime singletrack in Powell River BC. © Margus Riga Photography

40 | cyclepresse

in the world. For four days, competitors slog through the jungles of Central America (often in shin-deep mud). Since the race began in 1992, it has steadily increased in size and attracted racers from all over the world. I www.cyclepresse.com


©San Juan Hut Systems – rolling pass bike ride

C RO S S - C O U N T R Y E T V É L O - PA R C

Roulez have myself worked on bikes returning from La Ruta, and it ain’t pretty...the rugged conditions create months worth of wear and tear in just those 4 days ! Cross the ocean to Europe for the Craft bike TransAlp. Begun in 1998, this eight-day stage race goes through some of the most scenic, beautiful terrain in the Alps of Italy, Germany, and Austria. In teams of two, more than 1,200 racers from more than 40 countries ride over 600 kilometres, gaining 18,000 metres of elevation. Staged in the month of July, the Craft bike TransAlp likely steals a little attention from the Tour. Back in Nor th A mer ica, the TransRockies Challenge (since 2002) in Canada and the newer (2007) BC Bike Race are each one-week events through the most www.cyclepresse.com

tt beautiful singletrack of British Columbia, Alberta, and Whistler. And in Africa, racers can subject themselves to the Absa Cape Epic in the Western Cape of South Africa. Another team-of-two st yle race, it feat ures eight days of racing and 15,000 metres of elevation gain over mountain passes. This race has been going on for 10 years and has been heralded as one of mountain biking’s most difficult races (but on their websites, all the races say that !). In the last few years, a few stage races have cropped up in the U.S. and have steadily grown. The Pisgah Mountain Bike Stage Race (since 2009) is a five-day event, winding through the incredibly beautiful terrain of western North Carolina, with fun amenities like movies and live entertainment each cyclepresse | 41

tout

l’EtE

52

pour

© Sam Clark – Stage 3 – Absa Cape Epic

$

Taxes incluses

Plus de 15 km de sentier cross-country et un vélo-parc.

T 450.451.0000 514.990.1286

montrigaud.com


WWW.ADVENTURERACE.COM WWW.BIKE-TRANSALP.DE WWW.TRANSROCKIES.COM WWW.BCBIKERACE.COM WWW.CAPE-EPIC.COM WWW.BLUERIDGEADVENTURES.NET/STAGE WWW.TSEPIC.COM WWW.BRECKEPIC.COM WWW.SANJUANHUTS.COM/MOUNTAIN-BIKE-ADVENTURES/DURANGO-TO-MOAB WWW.HELLROARINGSTAGERACE.BLOGSPOT.CA night. The Trans-Sylvania MTB Epic promises seven days of fun in the mountainous region of Pennsylvania. The Breck Epic is a fully supported, six-day “slugfest” in Colorado. More stage races have started to take shape in recent years, with two- to three-day races like the San Juan Huts race from Durango to Moab, and the Hellroaring Mountain Bike Stage Race in Montana.

Bien que les conditions à la BCBR peuvent parfois être mouillées, elles sont toujours plaisantes. Conditions at the BCBR can be wet at times, but always fun. © Margus Riga Photography

disent que l’attrait n’est pas le même, qu’elles ne permettent pas le même type d’opportunité pour le spectateur. C’est vrai. Il est difficile de suivre un parcours en plein bois. Pour les vidéographes et les caméras de télé, saisir l’esprit d’une course en sentier représente un défi complexe. Cependant, la compétition féroce, les défis techniques, et la beauté des terrains, éléments qui permettent aux courses à étapes d’être si populaires, sont aussi au cœur de la course de vélo de montagne. Je suis certaine que ce n’est qu’une question de temps avant que ces courses ne reçoivent l’attention qu’elles méritent. 42 | cyclepresse

Mountain-bike stage races have indeed been growing in popularity. They feature varied amenities, prize money, race-support and sanctioning that make them attractive for racers, including many pros, and they sell out regularly. But compared to the Tour de France, or the Giro, they are way off the back when it comes to media coverage, prize money and sponsorships. Some say that the allure is not the same, as mountain-bike racing doesn’t afford the same kind of spectatorship opportunities, and that is absolutely true. It is hard for spectators to line a race route in the woods, and it’s also challenging for videographers and TV cameras to capture the essence of trail racing. However, the fierce competition, technical challenges, and varied gorgeous terrain that make road stage races so popular are also at the heart of mountain-bike racing. I’m pretty sure that it is simply a matter of time before off-road stage races get the full attention they deserve. www.cyclepresse.com


© Sven Martin – Stage 4 – Absa Cape Epic

© Kelvin Trautman – TransRockies Challenge

© Nick Muzik – Prologue – Absa Cape Epic

www.cyclepresse.com

cyclepresse | 43


www.marinbikes.com

Cp3no3 qc  
Cp3no3 qc  

Cycle presse volume 3 numéro 3 version Québec

Advertisement