Page 1

Les classiques du printemps Spring classics

Giro D’ITALIA

vol. 2 N o 2  : : Avril / April 2012 : : cyclepresse.com  : : gratuit/FREE

Les cols légendaires des Pyrénées The legendary passes of the Pyrenees

L’essor du Canada Canada Rising


^

MEILLEUR AVAILABLE TRACTION INTÉGRALE CHOIX ALL-WHEEL DISPONIBLE DRIVE SÉCURITÉ

LE SORENTO THE 2012 SORENTO. 2012. Équipé Conquer pour winter vouswith aider available à dominer all-wheel l’hiverdrive, : traction performance-enhancing intégrale disponible, optional boîte automatique Steptronic Steptronic automatic transmission, améliorant la performance, and the safetycontrôle of electronic électronique stability de and stabilité traction etcontrol. antipatinage Plus with vous available procurant seating une conduite for seven, des there’s plus sécuritaires. enough room Enfor plus, six l’agencement lucky people. optionnel de sept Well-equipped from places $28,360. assises fera le bonheur de vos six passagers. Bien équipé à partir de 28 360 $. Starting Le PDSF MSRP de base fordu 2012 Sorento Sorento LX LX BAAT (SR75BC) (SR75BC) estisde $28,360 28 360and $ etincludes inclus les delivery frais deand livraison destination et de préparation fees ($1,650), deRecycle 1 650 $, Quebec les frais fees de Recycle ($15) and Québec A/C tax de ($100). 15 $ et la Registration, taxe de 100insurance, $ sur le climatiseur. licence, costs L’immatriculation, of the RDPRMles (upassurances, to $67) andles applicable coûts du permis, taxes are les extra. frais Dealer d’inscription may sell aufor RDPRM less. See (jusqu’à your dealer 67 $) et for les alltaxes the details. applicables 2012 Sorento sont en sus. awarded: Le concessionnaire the 2012 Top Safety peut vendre Pick byàthe prixInsurance inférieur. Institute Voyez votre for Highway concessionnaire Safety –pour visit www.iihs.org les détails. Lefor Sorento details. 2012 KIAaismérité a trademark le prix of meilleur Kia Motors choixCorporation. sécurité par l’Insurance Institute for Highway Safety – visitez le www.iihs.org pour les détails. Kia est une marque déposée de Kia Motors Corporation.


MAILLOT JERSEY

NOUVEAU ! NEW! WHAT IS IT?QUE C'EST ? QU'EST-CE C'est OUR IT’S le nouveau NEW maillot STANDARD cycliste PERFORMANCE à manches courtes, CYCLING succession JERSEY, et évolution THE SUCCESSOR du légendaire TO AND maillotEVOLUTION SS.uno. A combiner OF THE toujours avecSS.UNO LEGENDARY un sous-vêtement JERSEY. ALWAYS interactif IN ASSOS COMBINATION commeWITH première THE couche ASSOS àINTERACTIVE même la peau, BODY pourINSULATOR.3 obtenir un efficacité AS THE parfaiteLAYER, FIRST de votre DIRECTLY SS.UNOON YOUR SKIN. THIS ALLOWS YOUR SS.UNO TO OPERATE PERFECTLY.

WHERE TO BUY? OÙ ACHETER?/WWW.ASSOS.COM WWW.ASSOS.COM

Tel 1du 800nord 266 4903Tél 1 800 266 4903 ASSOS North America IncAmérique ASSOS HQAmerica@assos.com 7 Ave de la Baie de7Valois Ave de la Baie de Valois HQAmerica@assos.com www.assos.com Pointe-Claire, QC H9S 5H3 Pointe-Claire, QC H9S 5H3 www.assos.com Montreal Montreal CANADA CANADA


THEFACTOR LE GIRO ™ FACTOR DE GIRO™

WITH SUPERNATURAL FIT AVEC AJUSTEMENT SUPERNATURAL At feathery 255de grams each, the Factor offers aa precision Auapoids-plume 255 grammes, Factor le Factor offers offre precision un ajustement précis avec fit with a unique, SuperNatural Fit System le système uniquerider-adjustable SuperNatural d’ajustement SuperNaturaldu Fitsupport Systemd’arche réglable arch thelamost direct, aux powerful connection to par lesupport. cycliste.It’s C’est connexion pédales la plus directe powerful connection to et puissante the you canobtenir, get, without compromise. quepedals vous puissiez sans compromis. compromise.

giro.com/shoes Pour To find trouver a Canadian un détaillant dealercanadien in your area dans www.ogc.ca votre please région,visit: visitez le : www.ogc.ca


partOne international / www.cooleurostuff.com / 1.866.727.8663

L’IMPOSSIBLE EST POSSIBLE... IMPOSSIBLE IS POSSIBLE... Cento1 Ultegra Fulcrum R5R5 / 46TON high modulus carbon Cento1 Ultegra Fulcrum / 46TON high modulus carbon Pro team Lampre tested / Italian design

$4799.00 prix detail... $4799.00 retail...

wilier.it

Wilier Triestina is an official supplier to UCI World Tour team Lampre-ISD.

Appelez-nous sans frais pour un détaillant près de chez vous / 1.866.727.8663 Call us toll free for a retailer near you / 1.866.727.8663

Rossano Veneto, Italy. Founded in 1906.


SOMMAIRE / MOT DE L’ÉDITEUR TABLE OF CONTENTS / FROM THE EDITOR

Un printemps animé

VenTe eT SerViCeS Vente de vélos de route et de montagne Mise au point de base Mise au point complète

L

T

Le Giro d’Italia, en mai, devrait aussi susciter beaucoup d’intérêt. Un Giro difficilement prévisible, ouvrant la porte à plusieurs prétendants. Mais une chose est certaine : les supporteurs italiens seraient ravis de voir l’un des leurs revêtir le maillot rose.

The Giro d’Italia, in May, should also be very interesting, with an unpredictable outcome, leaving the door open to a wide crowd of contenders. But one thing is for sure: rabid Italian fans will be eager to see one of their countrymen in the winner’s pink jersey.

ors des classiques printanières, Tom Boonen a su soulever l’enthousiasme ; le Belge a repris le flambeau des mains de Philippe Gilbert, lui qui avait tant épaté au printemps 2011.

Saignage frein disque Montage de roue Collage de boyau Service de suspension

Hot spring

En mars, pendant qu’en Europe, les classiques prenaient leur envol, une vague de chaleur frappait le Québec et l’Ontario, invitant les cyclistes à en profiter. Trois de mes copains ont transformé leur printemps en une expérience extrême : le 4 avril, Louis Lamoureux, Pierre Perron et Eric Wiseman ont participé au challenge Paris-Roubaix – une version plus sympathique du Paris-Roubaix des pros, pour les amateurs. Plus sympathique, peut-être, mais pas plus facile – un parcours de 152 kilomètres à travers le nord de la France, incluant 19 secteurs de pavés. Je suis certain qu’ils ont eu du plaisir et je suis même un peu jaloux. Ou peut-être pas tant que ça… considérant la dure épreuve qu’ils ont traversée! Bon printemps de vélo !

Errata

Dans notre publication précédente, à la page 32, on aurait dû voir la photo du Wilier Trestina Zero7. Et à la page 22, on aurait dû lire : le Basso Laguna est disponible en deux couleurs, avec les roues DT Swiss 1900, à 2 300$ + taxes . Pour plus d’info, consultez www.velosarabais.com ou visitez la salle de montre, sur rendez-vous, au 4710 Saint-Ambroise, local 101-A, Montréal. In our last issue, the photo on page 32 should have been of the Wilier Trestina Zero7. And on page 22, we should have said: The Basso Laguna comes in two colors, with DT Swiss 1900 wheels, at $2,300 + taxes. For more info, go to www.velosarabais.com or visit the showroom, by appointment, at 4710 Saint-Ambroise, local 101-A, Montréal.

om Boonen has brought some real excitement to the spring campaign. The Belgian native has taken over the brilliance that Philippe Gilbert showed us in the spring of 2011.

This year, March was a total surprise. As the spring classics got underway in Europe, a heat wave in Québec and Ontario encouraged cyclists to take advantage of the unusual weather. I rode earlier this spring than I ever have. A couple of my friends took this springtime to a high, personal level. Louis Lamoureux, Pierre Perron and Eric Wiseman made an incredible journey to be part of the Paris-Roubaix challenge, held on April 4th -- a friendlier version of the Paris-Roubaix pro race for amateur riders. Friendlier maybe, but not easy -a 152 kilometer course across northern France with 19 pavé sections. I am sure they had fun, and their ride made me really jealous. Or maybe not… considering the beating their bodies must have taken!

2012, MontePaschi Strade Bianche, Acqua e Sapone 2012, Bmc Racing 2012, Radioshack - Nissan 2012, Corioni Claudio, Pinotti Marco, Lucignano d’Asso

IMPRIMÉ PAR Solisco ÉDITION, VENTES & DÉVELOPPEMENT Directeur général / Éditeur Publisher / General Manager

Prologue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9, 10

Collaborateurs Lyne Bessette Yves A. Delvallé

La Flamme Rouge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

TRADUCTION Mari-Jo Lamarche Anne Johnston

Patrick Wells patwells@cyclepresse.com 819 216-5312

chronique du PELOTON Chronicles . . . . . . . . . . . 16 Produits raffinés / finest products . . . 20,28,34

CyberCyCle 1908, Chemin du Village Mont-Tremblant (Québec) J8e 1K4 819 425-3308

couverture cover ©sirotti.it

RÉDACTION Peter Oliver Mari-Jo Lamarche Laurent Martel Phil Gale Stéphanie Drolet

SOMMAIRE / MOT DE L’ÉDITEUR TABLE OF CONTENTS / FROM THE EDITOR . . . . . . . . 8

www.cybercycletremblant.com

Suivez-nous sur Facebook et Twitter Follow us on Facebook and Twitter www.facebook.com/pages/ Cyclepresse/147504288642007 witter.com/#!/cyclepresse

Have a great cycling spring !

vol. 2 N o 2 :: Saison/Season 2012

Sommaire

© Miguel A. Pena

par/by Pat Wells

chronique B7 report . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22 Sur la route / on the road . . . . . . . . . . . . . . . 26 Profil / Profile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30 Évasion en sentiers / trail escape . . . . . . . . . 36 RUBRIQUE EUROPÉENNE / EUROPEAN COLUMN . . 40 GROS PLAN / ZOOM IN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 46 8 | cyclepresse 

Peter Oliver

RÉVISION Mari-Jo Lamarche

GRAPHIsme Geai bleu graphique ISSN 1205-2043 © 2012 Ski Press News Inc. Tous droits réservés. Le magazine Cyclepresse Ride + a pris toutes les précautions nécessaires pour s’assurer de l’exactitude des renseignements mentionnés dans ses pages. Le magazine ne peut être tenu responsable des erreurs ou des négligences commises dans l’emploi de ces renseignements. Veuillez noter que les prix mentionnés dans le magazine sont sujets à être modifiés sans réavis.

ventes/account executive Benoit Beauregard Michel Bienvenue Diane Poirier 450 773-6028 DISTRIBUTION Marc Allard et Diffumag Ce magazine peut être recyclé. Veuillez le recycler là où c’est possible. Cyclepresse Ride + est publié trois fois l’an, en édition bilingue. Pour établir un partenariat avec nous, contactez patwells@cyclepresse.com . Le magazine est aussi disponible en version électronique sur cyclepresse.com .

www.cyclepresse.com


Prologue

par/by Cyclepresse

Les freins à disques prennent la route En vélo de montagne, ça fait au moins 10 ans que les coureurs utilisent des freins à disques.

©Pete Beers

Réveillez-vous ! Le vélo vous tient à cœur ? Plus qu’un sport, c’est votre passion et votre moyen de transport ? Alors, impliquez-vous ! Comme Tim Johnson, couronné champion national américain à six reprises (et mari de Lyne Bessette, de Cyclepresse), sautez sur votre vélo et roulez. Il y a deux ans, après s’être joint à la League of American Bicyclists’ National Bike Summit, à Washington, DC, Johnson décida que d’assister à l’événement n’aurait pas autant d’impact que d’y participer concrètement, en roulant ; un périple de 800 kilomètres, débutant dans la région de Boston, où il habite, jusqu’à Washington. Cette année, Johnson roula pendant cinq jours, accompagné de 20 cyclistes, s’arrêtant chaque soir à des réceptions organisées, prenant la parole publiquement pour partager sa passion pour son sport.

Il y a deux ans, l’UCI les a légalisés en cyclocross. Cependant, pour ce qui est de la course sur route, des craintes concernant la sécurité ainsi que le manque d’essais empêchent toujours l’UCI à les autoriser. Les manufacturiers de vélos et de freins craignent que s’ils sont incapables de vendre l’idée des freins à disques (compatibles avec les vélos) à l’instance dirigeante de la course, alors les cyclistes de tous les niveaux, coureurs ou pas, ne seront pas portés à s’en procurer. Mais comme la technologie de freins à disques pour les vélos de route se développe rapidement, quelques manufacturiers ont décidé de faire le saut. Colnago a récemment conçu une version à disques de son cadre populaire, le C59. Quant à Volagi, une petite entreprise américaine, elle a pris le virage « disque ». Alors, tandis que l’industrie demande à l’UCI de changer sa position contradictoire – freins à disques en cyclocross mais pas pour la route ? – il se peut donc que les disques aboutissent bientôt sur un vélo de route près de chez vous.

Alors, Québécois et Ontariens – à quand un périple à vélo à destination d’Ottawa pour promouvoir le cyclisme ? Si vous souhaitez que le gouvernement s’implique davantage ou que les organismes et les citoyens de votre communauté vous appuient en tant que cycliste, le meilleur moyen, c’est de sauter sur votre vélo et de rouler…pour la cause. Pour en savoir plus, visitez le site rideonwashington.org.

Wake up everybody ©Pete Beers

If you really love cycling, both as a sport and a means of transportation, what do you do about it ? If you are Tim Johnson, a six-time U.S. national champion (and, of course, American husband of Cyclepresse’s Lyne Bessette), you get on your bike and ride. Two years ago, after attending the League of American Bicyclists’ National Bike Summit in Washington, DC in March, Johnson decided that simply being at the event made less of an impact than riding to it. In Johnson’s case, that meant a 800-kilometer journey from the Boston area, where he lives, to Washington. This year, he recruited 20 others to join him on the five-day ride, stopping every evening at scheduled receptions to engage in impassioned talks about an appreciation of, and advocacy for, the sport he loves. So wake up, Canada – why not a Johnson-like ride on Ottawa to raise awareness about cycling ? To see how it’s done, go to the website, rideonwashington.org. If you want the government, community organizations, and ordinary people to be more supportive of cycling, nothing beats hopping on your bike and riding for the cause.

©Colnago

Disc brakes hit the road Mountain-bike racers have been using disc brakes for 10 years or more. Two years ago, disc brakes became UCI-legal for cyclocross racing. Yet concerns about safety and lack of testing have kept the UCI from approving discs for road racing. And bike and brake manufacturers fear that if they can’t sell the idea of disc-compatible bikes to racing’s governing body, riders at all levels, racers and non-racers alike, won’t buy discs either. But as disc-brake technology for road bikes improves rapidly, a few bike companies are taking the plunge. Recently, Colnago created a disc version of its popular race frame, the C59. Volagi, a small U.S. company, has made a full commitment to discs. With the bike industry urging the UCI to change its contradictory stance – disc brakes for cyclocross but not for the road ? – discs may soon be coming to a road bike near you.

World Bicycle Relief Cet hiver, chaque jour de la semaine –malgré la neige, la glace, la pluie ou la gadoue – Griffin Donavan Schneider, neuf ans, s’est rendu à l’école à vélo. Il avait un objectif : amasser des sous pour acheter des vélos à des gens dans le besoin à travers la planète grâce à l’organisme World Bicycle Relief. Avec l’aide de personnes comme Griffin, l’organisme en a distribué gratuitement plus de 100 000 à des victimes de désastres, des étudiants, et des enfants.

Every weekday this winter – through snow, ice, rain or mud – nine-year-old Griffin Donavan Schneider rode his bike to school. He had a purpose : to raise money to buy bikes for needy people around the world, through an organization called World Bicycle Relief. With the help of people like Griffin, the organization has distributed more than 100,000 free bikes to disaster victims, students, kids and others.

Pendant ce temps, ayant déjà amassé plus de 3 000 $, Griffin Donavan Schneider continue à rouler à vélo. Et vous?

Meanwhile, having raised more than $3,000, Griffin Donavan Schneider keeps on riding on. And you?

www.cyclepresse.com

www.worldbicyclerelief.org

cyclepresse | 9


Prologue

Grand Prix Cycliste Gatineau

Le

Du 18 au 21 mai 2012, ne manquez pas le Grand Prix Cycliste Gatineau Hydro-Québec et le Chrono Gatineau, les deux plus importantes épreuves féminines au Canada sanctionnées par l’UCI. Ces courses regrouperont les meilleures coureuses de la planète rassemblées en guise de préparation pour les Jeux olympiques de Londres. . Également au programme, une course masculine interprovinciale (sanctionnée par la FQSC), un gran fondo dans le parc de la Gatineau pour les cyclosportifs (110 km ou 55 km), une randonnée familiale nocturne dans les rues de la ville, un salon du vélo, et le lundi, une « mini course » d’un kilomètre pour les enfants de quatre à neuf ans qui auront la chance de rouler avec les cyclistes professionnelles. Un événement incontournable pour tous les amateurs de vélo !

Chut, on roule! L e Tou r du S i le nc e est une sortie cycliste annuelle se déroulant simultanément sur quatre continents en mémoire de cyclistes blessés ou mor tellement happés sur la route. Le 16 mai p r o c h a i n , à 18 h 3 0 , 10 000 cyclistes de tous les niveaux sont invités à participer à l’un des 30 Tours à travers le Québec. Le but de l’évènement est de sensibiliser les automobi l istes et les cyclistes à la sécurité routière et à un meilleur partage de la route. Ainsi, sur un parcours d’environ 20 kilomètres, les cyclistes rouleront, en si lence, sous escor te policière. La randonnée est gratuite et le port du casque est obligatoire, évidemment !

10 | cyclepresse

From May 18 to 21, 2012, don’t miss the Grand Prix Cycliste Gatineau Hydro-Québec and the Chrono Gatineau, the two most important UCI women’s races in Canada. The world’s top elite women cyclists will be racing in preparation for the London Olympic Games. Also in the mix will be a men’s provincial, FQSC-sanctioned race, a gran fondo in the Gatineau Park open to amateur cyclists (110km or 55km), an evening family outing through Gatineau, and an outdoor bicycle fair. On Monday, kids four to nine years old will also get a chance to ride with the women pros on a 1km loop. A thrilling weekend for anyone who loves cycling ! www.grandprixcyclistegatineau.com

Silence ! Rolling… The Tour du Silence is an annual cycling event that takes place simultaneously on four continents in memory of cyclists struck and injured or killed on the road. On May 16, at 6 :30 p.m., 10,000 cyclists of all levels will participate in one of the 30 Tours that will take place across Québec. The goal of the event is to sensitize car drivers and cyclists on road safety and better road sharing. Over a course that covers about 20 kilometres, the cyclists, with a police escort, will ride in silence. Participation in the event is free of charge and helmets must be worn…of course !

Tour CIBC Charles-Bruneau

Tour

« un défi à votre mesure » Soutenir la cause des enfants atteints de cancer et vivre une expérience inoubliable, ça vous intéresse ? Alors joignez-vous au peloton, le 6 juillet prochain, en participant à la Journée Ambassadeurs du Tour CIBC Charles-Br uneau. Chaque cycliste prendra le départ à Trois-Rivières et sera jumelé à un enfant atteint de cancer. Un encadrement sécuritaire, assuré par une équipe professionnelle, vous permettra de rouler sur une distance d’environ 150 kilomètres, en petits groupes, jusqu’au parc Maisonneuve, à Montréal. Vous franchirez le fil d’arrivée en compagnie de Pierre Bruneau, Paul Doucet, et Pierre Jobin. Tous les profits seront remis à la Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau.

©charlesbruneau.qc.ca

par/by Cyclepresse

“a challenge tailored to you” Here ’s a chance to suppor t the cause of children battling cancer and live an unforgettable experience. Interested ? Come join the peloton on July 6 and participate in the Ambassadors’ Day of the CIBC Charles-Bruneau Tour. Every cyclist will start from Trois-Rivières and will be matched in support of a child fighting cancer, a concept tour organizers call “pairing based on caring.” A professional support team will have you cycling safely in small groups for about 150 kilometres. The ride ends with arrival at the Parc Maisonneuve in Montréal, where you’ll cross the finish line with Pierre Bruneau, Paul Doucet and Pierre Jobin. Proceeds go to the Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau.

Pour vous inscrire / To register : 514 256-0404 / 1-877-256-0404 http://www.charlesbruneau.qc.ca/tour-cibc/fr/ Photo : Yvan Martineau, cycliste 4 jours du Tour CIBC Charles-Bruneau, en compagnie de Laurence Chagnon, 8 ans, héroïne de l’événement. Photo : Yvan Martineau, 4-day cyclist of the CIBC Charles-Bruneau Tour, with Laurence Chagnon, age 8, heroine of the event. ©TS Sherbrooke

http://www.fqsc.net/cyclosportif/ le-tour-du-silence-provincial http://www.tourdusilencemontreal.org/

www.cyclepresse.com


par/by Laurent Martel

La Flamme Rouge

Les classiques du Spring Classics

Giro D’ITA Part 2

A

fter the Flandrian Classics, at the end of March and early April, the cycling calendar moves into the Ardennes Classics at the end of April. Then it is time for the first grand tour of the season in May, the always surprising Giro d’Italia. Here’s what you must know to enjoy watching these races on the Réseau des Sports (RDS) or its affiliated TV station, RDS2.

The Ardennes Classics T he r e a r e t h r e e A r de n ne s C l a ssic s : t he A m s tel G old Race (Nederlands), the Flèche Wa l l o n n e ( B e l g i u m ) a n d Liège-Bastogne-Liège (Belgium).

©Sirotti

Les tifosi au Giro d’Italia Tifosi at the Giro d’Italia

A

près les classiques flandriennes, fin mars et début avril, la saison de cyclisme professionnel enchaîne, fin avril, avec les classiques ardennaises. Place ensuite au premier grand tour de la saison, le Giro d’Italia, en mai. Voici ce qu’il vous faut savoir sur ces courses mythiques sachant qu’au Québec, vous pourrez les suivre sur la chaîne Réseau des Sports (RDS) et sa chaîne satellite (RDS2).

Les Ardennaises Elles sont au nombre de trois : l’Amstel Gold Race (Pays-Bas), la Flèche Wallonne (Belgique) et Liège-Bastogne-Liège (Belgique). Contrairement aux classiques flandriennes (voir Cyclepresse vol2 #1), les longues ascensions des 12 | cyclepresse

classiques ardennaises favorisent les coureurs filiformes, dotés d ’un rappor t poids-puissance avantageux. Deux seuls coureurs ont réussi, à ce jour, à remporter la même année les trois classiques ardennaises, soit l’Italien Davide Rebellin (en 2004) et le Belge Philippe Gilbert (l’an dernier).

Unlike the Flandrian Classics (see the previous issue of Cyclepresse), t he A rdennes Classics have many long climbs that suit good climbers with a high power-toweight ratio. Only two riders have won all three classics in the same year : Italian Davide Rebellin in 2004 and Belgium Philippe Gilbert last year.

The Amstel Gold Race (April 15) It’s Holland’s only pro bike race on the UCI WorldTour calendar. Started in 1966, the race, which is supported by the Amstel Beer Company, is 257 kilometres long in the Limburg province. After 30 climbs, including the famous Keutenberg, with sections featuring 20 % grades, the finish is on top of the Cauberg, in the Valkenburg municipality. Rabobank riders are the ones to watch, as they always want to shine at home !

The Flèche Wallonne (April 18) From Charleroi to Huy, the race, started in 1936, is 201 kilometres long but is usually won in the last kilometre, on the famous Huy wall with its 22 % grades. A strong man always wins on top of this hill, which requires an all-out aerobic effort. Canadian Ryder Hesjedal was 9th in 2010 and will be Canada’s best chance this year again.

Liège-Bastogne-Liège (April 22) This is also called “La Doyenne des classiques” because it is the oldest of cycling races, started in 1892 ! Liège-Bastogne-Liège is a beautiful race, certainly one of the hardest on the cycling calendar. It is a race of attrition, where climbs come at regular intervals all along the 256 kilometres of the course. The finale is very difficult with three famous climbs, the Côte de la Redoute, the Côte de la Roche aux Faucons and the Côte de Saint-Nicolas. The final selection will be made there for sure and the best always win. Only one racer has won this classic five times : the incomparable Eddy Merckx. www.cyclepresse.com


printemps

TALIa DEUXIÈMe partie

July/21/Juillet

MedioFondo~100K/GranFondo~170K/SuprFondo~220K GiroPreFesta/GiorneJaveFesta/FondoFesta/SeraFesta PaccoDiFama/VIP/Expo

Les courses cyclistes professionnelles sont maintenant présentées sur les ondes de RDS et RDS 2.

Course

Date

Liège-Bastogne Dimanche 22 avril -Liège Mardi 24 avril 13h30

12h00

TD

Samedi 5 mai 10h00 live

13h00

rep

Dimanche 6 mai 10h00 live

13h00

rep

La Flèche Wallonne Samedi 5 mai

9h00

Sommaire

Lundi 7 mai 15h00 rep

10h00

live

Mardi 8 mai 10h00 live

19h00

rep

Mercredi 9 mai 10h00 live

16h00

rep

Jeudi 10 mai 10h00 live

19h00

rep

Vendredi 11 mai 10h00 live

19h00

rep

Lundi 14 mai 10h00 live

19h00

rep

Mardi 15 mai 10h00 live

19h00

rep

19h00

rep

Pédalez à fond, ressentez la puissance, voyez grand, GranFondo! Stomp the Pedals, Feel the Power, Think BigRide, GranFondo!

Samedi 12 mai 10h00 live Dimanche 13 mai 10h00 live Lundi 14 mai 00h00 VTR

Tour d’Italie

Mercredi 16 mai 10h00 live Jeudi 17 mai 10h00 live Vendredi 18 mai 00h00 VTR Vendredi 18 mai 10h00 live Samedi 19 mai 12h00 TD Dimanche 20 mai 00h00 VTR

12h30

TD

Lundi 21 mai 10h00 live

AUBERGE CHEZ ISAÏE ***

Ferme-Neuve | 1 866 587-3988 ou 819 587-3977 www.aubergechezisaie.com

Mont-Laurier | 1 866 523-2628 ou 819 623-2628 www.auberge-quebec.ca

Mercredi 23 mai 10h00 live

290$

6 au 8 juillet / 17 au 19 août

AUBERGE & AVENTURE RÊVE BLANC ***

Mardi 22 mai 10h00 live

AUBERGE DE LA VIEILLE GARE ***

Nominingue | 819 278-3939 www.aubergedelavieillegare.com

Vendredi 25 mai 10h00 live Samedi 26 mai 10h00 live

† Tarif + taxes, par personne, occ. double. Service inclus.

Dimanche 27 mai 10h00 live

319

271$

• 2 nuits en auberge 3 étoiles • 2 petits déjeuners • 2 dîners dont 1 pique-nique • 1 souper 6 services • 2 collations • 2 bières en fût ou vin local • Coquetel de bienvenue • Guide pour 1½ journée • Souvenirs

| 1 888 560-9988 www.velo-hautes-laurentides.qc.ca

POUR PLUS D’INFORMATIONS SUR LA RÉGION HÔTE cyclepresse | 13

Forfait idéal pour les amateurs de vélo sur route et ceux cherchant un défi tout en ayant l’esprit en paix ! Le forfait comprend

$†

14 au 16 septembre

Jeudi 24 mai 10h00 live

www.cyclepresse.com

1er au 3 juin


L’Amstel Gold Race (15 avril)

Liège-Bastogne-Liège (22 avril)

Il s’agit de la seule épreuve néerlandaise écrite au calendrier UCI WorldTour. Créée en 1966, la course, commanditée par la populaire marque de bière Amstel, est longue de 257 kilomètres et se déroule essentiellement dans la province du Limbourg. Après 30 ascensions dont le célèbre Keutenberg et ses pentes à 20 %, l’arrivée est jugée au sommet du Cauberg, dans la municipalité de Valkenburg. À surveiller, les coureurs de l’équipe Rabobank qui veulent toujours gagner à domicile !

Aussi appelée « La Doyenne des classiques » car elle est la plus ancienne épreuve cycliste sur route, créée en… 1892 ! Une épreuve magnifique, certainement parmi les plus difficiles de la saison cycliste. Liège-Bastogne-Liège est une course d’usure, les ascensions se succédant régulièrement au long du parcours de 256 kilomètres. La redoutable « trilogie » formée de la côte de la Redoute, la côte de la Roche aux Faucons et la côte de Saint-Nicolas, dans les 30 derniers kilomètres, suffit à faire la sélection finale où les meilleurs émergent toujours. Un seul coureur s’y est imposé à cinq reprises : nul autre qu’Eddy Merckx.

©Sirotti

Giro d’Italia (May 5 to 27) Every year, the organizers of this famous stage race find something new. In 2012, the race will start in Denmark, a first. The race should be decided in the last week, which includes the most important mountain stages. The last two days will be spectacular : the second-tolast stage ends at the top of the

infamous Passo di Stelvio, another Giro first. The last day features a time trial in the streets of Milan and will provide a last chance to win the coveted Maglia Rosa. Canadian fans should keep tabs on Ryder Hesjedal, who will be the designated team leader for the Garmin- Barracuda team.

Le Giro d’Italia (5 au 27 mai)

©BMC - Swiss Cycling Technology

La Flèche Wallonne (18 avril) De Charleroi à Huy, la course est longue de 201 kilomètres mais se joue habituellement dans le dernier kilomètre durant l’ascension du mur de Huy comportant des passages à 22 %. Un homme en forme gagne toujours au terme de cette montée qui exige un effort aérobique extrême. Créée en 1936, le Canadien Ryder Hesjedal s’y était classé 9e en 2010 et il représentera cette année encore, les meilleures chances canadiennes de succès.

À chaque année, les organisateurs de cette course mythique surprennent. En 2012, c’est du Danemark - une première - que le Giro d’Italia s’élancera. La course se jouera dans la dernière semaine qui regroupe l’essentiel des difficultés en haute montagne. Le final de la course sera spectaculaire et à ne pas manquer : l’avant dernière étape se termine en haut du légendaire Passo di Stelvio, une autre première. Le lendemain, un contre-la-montre dans les rues de Milan donnera l’occasion d’une dernière passe d’armes entre les tout premiers.

©BMC - Swiss Cycling Technology

14 | cyclepresse

www.cyclepresse.com


Toujours

preT ^

• Laval • DDO • Montréal

• Gatineau • Québec • Brossard


par/by Peter Oliver

chronique du peloton Peloton Chronicles

L’essor du Canada Canada rising D e jeunes coureurs canadiens au sein du peloton européen nous permettent d’espérer revoir le Canada au plus haut niveau du cyclisme.

*

$Only

15

Info: Service d’abonnement Nouvelles Ski-Presse inc. 655, avenue Sainte-Anne Saint-Hyacinthe, QC J2S 5G4 Tél.: 450 773-6028 Téléc.: 450 773-3115 mlaliberte@dbccomm.qc.ca

Veilleux, 24 ans, en est à sa deuxième saison complète en Europe. Il y a 10 ans, il n’aurait jamais imaginé que c’est ce qui se produirait. Plus jeune, comme plusieurs jeunes Canadiens, il se voyait devenir un athlète professionnel – un joueur de hockey – et ce n’est qu’à l’adolescence qu’il se consacra au vélo de route, un sport qu’il connaissait alors à peine. « La seule chose que je connaissais du cyclisme européen, c’était les images que j’avais vues sur des cassettes de classiques et de Roubaix que mon premier entraîneur nous faisait visionner », dit Veilleux.

*+ ta xes pour /for C anada

En Amérique du Nord, il a obtenu une série de résultats impressionnants, notamment sept titres de champion canadien, en plus de remporter le classement général à Fitchburg Longsjo, une prestigieuse classique, en 2010. Mais en passant de la scène nord-américaine à la scène européenne, il réalisa qu’entre le succès connu de ce côté de l’Atlantique et de celui de pro à temps plein en Europe, il y avait un monde de différence. « Ça m’a pris du temps à m’habituer », dit-il. « Lors des courses, les distances à parcourir sont plus longues et le niveau du peloton est beaucoup plus élevé ; alors quand la course se durcit, tu as avantage à être bien positionné si tu veux être capable de suivre. » Aussi, habitué à gagner en Amérique du Nord – ou du moins, à viser une place sur le podium – il dut s’adapter au rôle de domestique, devant épauler les meneurs de l’équipe, des coureurs européens davantage expérimentés. Comme la plupart des jeunes recrues, c’est à titre d’apprenti qu’il passa ses deux premières années en Europe, apprenant les rouages du métier à travers l’expérience des vétérans. Pour l’égo d’un jeune coureur, renoncer à un rôle de partant acquis aux courses de niveau inférieur peut parfois être difficile, mais Veilleux semble s’en être tiré relativement bien. « Pour moi, grâce à mon expérience dans les sports d’équipe (hockey et basketball), je trouve 16 | cyclepresse 

©Sirotti

nt

me

le Seu

3 numéros / 3 issues

abonnement Subscription

David Veilleux est bien loin de chez lui. Seul Canadien au sein de la formation Europcar en Europe, Veilleux se retrouve donc en terre étrangère comme très peu de ses prédécesseurs l’ont fait. Un rêve que les Canadiens réalisent rarement – se frotter aux meilleurs cyclistes au monde, sur le circuit le plus compétitif au monde.

David Veilleux

Y

oung Canadians in the European peloton raise hopes for a Canadian resurgence at the highest level of the sport.

David Veilleux is a long way from home. As the only Canadian riding for the French Europcar team in Europe, Veilleux is literally and figuratively on foreign soil, going where few have gone before. He is fulfilling a dream that Canadians rarely pursue – to go head-to-head with the best cyclists in the world, on the most competitive circuit in the world. The 24-year-old Veilleux is in his second full season in Europe. Ten years ago, he could hardly have imagined that this was where he would be. As a kid with visions of a future as a professional athlete, he imagined himself as many Canadian kids do – as a hockey player. It wasn’t until his teens that he dedicated himself to cycling, a sport he really didn’t know much about. “The only thing I knew about European www.cyclepresse.com


Mais juste le fait que Veilleux se retrouve là où il est en dit long, non seulement par rapport à son niveau de persévérance, mais également à l’émergence des coureurs sur route canadiens sur la scène internationale. Encore peu nombreux sur le WorldTour, ils se font tranquillement remarquer. Pendant des années, la course professionnelle fut dominée par les Européens. Il faut reculer de 30 ans, au Tour de France de 1981, pour retrouver deux coureurs non-Européens – l’Australien Phil Anderson et l’Américain Jonathan Boyer – parmi ceux qui le complétèrent. S’imposèrent ensuite Greg Lemond, puis Lance Armstrong, venant bouleverser l’idée que seuls les Européens pouvaient dominer. Maintenant, Américains et Australiens sont bien représentés – et respectés – au sein du peloton européen. Environ un dixième des 450 coureurs sur le WorldTour sont des Australiens ou des Américains. Même la Nouvelle-Zélande, avec une population de 4,4 million, y est bien représentée avec ses sept coureurs. La suprématie a assurément changé de façon significative ; depuis la victoire en 1985 de Bernard Hinault, il y a maintenant 27 ans qu’un coureur de France ou de Belgique, deux cultures cyclistes européennes dominantes combinant 54 victoires en 72 Tours, n’eut triomphé à la Grande Boucle. Cependant, suite à une incursion prometteuse dans les années 80, le Canada a quelque peu stagné. Alex Steida fut, en 1986, le premier Canadien – le premier Nord-Américain – à revêtir le maillot jaune au Tour de France. En 1988, Steve Bauer connu encore plus de succès, le portant pendant cinq jours, terminant quatrième au classement général, sa meilleure performance à ses 11 Tours. Les Canadiens semblaient sur le point de prendre d’assaut le plus haut niveau du sport. Par la suite, la gloire canadienne au sein du peloton européen s’atténua. Les fans, pour se consoler, se tournèrent vers d’autres sports, notamment le vélo de montagne grâce à la performance d’athlètes féminines. L’incomparable Alison Sydor gagna 11 médailles, dont quatre d’or lors de compétitions internationales dans les années 90 et au début des années 2000. Après la retraite de Sydor, Catharine Pendrel et Marie-Hélène Prémont prirent le flambeau et continuèrent à connaître du succès. Mais pendant ce temps, en cyclisme sur route, où se trouvaient hommes ? Plus ou moins absents, semble-t-il. En fait, on entendu que très peu parler des cyclistes canadiens jusqu’en 2010, le jour où Ryder Hesjedal termina sixième au www.cyclepresse.com

cycling was the video cassette of Roubaix and other classics my first coach used to show to us,” Veilleux says. Riding in North America, he recorded a string of noteworthy successes, including seven Canadian national titles and a generalclassification win in the prestigious Fitchburg Longsjo Classic in 2010. But he discovered, in the jump from the North American scene to Europe, that success in North America and success as a full-time European pro were worlds apart. “It took me a while to get used to it,” Veilleux says. “Just the distances are longer at every race. The strength of the field is much higher, so when it’s going hard, you had better be in the right spot to be able to follow.” Not only that, but as a rider in North America used to winning – or at least competing for the podium – he had to be content, as a newcomer among established Europe riders, with playing a subordinate role, as a domestique supporting designated team leaders. Like most young pros, he has basically spent his first couple of years riding as an apprentice, learning the ropes from seasoned pros.

Steve Bauer et Lance Armstrong

©Sirotti

juste normal que je doive aider les leaders », dit-il. Malgré ça, il a obtenu quelques très bons résultats, notamment une 25e place, l’an dernier, au difficile Paris-Roubaix.

Relinquishing the starring role earned in lower-tier races can be a blow to young rider’s ego, but Veilleux seems to have handled it with relative ease. “For me, with my background in team sports (hockey and basketball), it’s only normal that I help the stronger riders,” he says. Still, he has scored a few solid results, most notably a 25th-place finish in last year’s edition of the brutal Paris-Roubaix.

14-16 s e Septem

ptemb re

ber 14

2012

-16, 20 12

Roule z2 pour l 4 heures po e défi, ur le p pour l a caus laisir, e! Ride 2 4 hour s for fu for the n, challe nge, fo r the c ause!

But the fact that he is here at all says a lot not only about the perseverance of Veilleux himself but also about the budding development of Canadian road racers at the international level. Canadian riders are hardly a major presence on the WorldTour circuit yet, but they are slowly making themselves known. cyclepresse | 17

24htremblant.com


classement général au Tour de France ; la meilleure performance c anadien ne lor s de la plus importante course de vélo au monde depuis la quatrième place de Steve Bauer, 22 ans plus tôt. Au cours de la dernière décennie, avec Michael Barry, l’exemple parfait du domestique tenace, Hesjedal a su porter le drapeau canadien au niveau de l ’élite mondiale. Aujourd’hui, ils ne sont pas seuls. Cinq Canadiens figurent sur les listes d’équipes du WorldTour : Barry, Hesjedal, Christian Meier, Dom i n ique Rol l i n et Svei n Tuft. Techniquement, Europcar, l ’équipe de Veilleux, est une é quipe cont i nent ale professionnelle UCI, le palier sous le WorldTour. Mais, grâce à la popularité de son leader Thomas Voeckler, Europcar se voit régulièrement invitée à participer à des événements du WorldTour, incluant le Tour de France.

For years, of course, elite racing in Europe was totally Eurocentric, dominated by European professionals. Look back 30 years ago to the 1981 Tour de France, and you’ll find just two non-Europeans – Australian Phil Anderson and Jonathan Boyer of the U.S. – among the finishers.

Maintenant, avec Veilleux et d’autres coureurs, renforçant la présence canadienne, le Canada a de bonnes raisons de rêver à un avenir prometteur. Et l’adaptation au circuit européen n’a jamais été aussi facile. Les frontières culturelles s’effritent sur tout grâce aux précédents engendrés par les coureurs américains et australiens. Il existe maintenant une marche à suivre pour un coureur non-Européen qui fait ses débuts sur la scène européenne – où loger, comment s’entraîner, comment gérer la rigueur de la course, la variété de langues, les allégeances nationales et ainsi de suite.

Then along came the likes of Greg Lemond, fol lowe d by Lance Armstrong, to deliver a wrecking ball into the idea that only Europeans could succeed at cycling’s highest level. Now U.S. cyclists and Australian cyclists are well represented – and well respected – in the European peloton. About one of every 10 of the roughly 450 riders on WorldTour rosters is either Australian or American. Even New Zealand, drawing from a population of just 4.4 million, has managed to put seven riders into WorldTour uniforms. Indeed, the balance of power has shifted

But after that, Canadian glory in the European peloton dimmed. Canadian cycling fans could take comfort in finding success elsewhere, especially in the performance of Canadian women in mountain biking. The

Veilleux se considère comme un cycliste complet qui excelle au contre-la-montre. Le succès modeste qu’il connut

©Sirotti

Ryder Hesjedal

Il y a aussi SpiderTech, une équipe cont inent ale professionnelle comme Europcar, dirigée par Steve Bauer (voir Cyclepresse Vol. 1, No. 2). Les coureurs de SpiderTech, malgré un petit nombre de départs sur le WorldTour, sont parvenus à percer sur la scène européenne, obtenant des résultats raisonnables face à quelques-uns des meilleurs coureurs professionnels. Tuft, par exemple, a si bien fait l’an passé

Svein Tuft

©Sirotti

©Sirotti

Neverthless, Canada seemed to have languished after a promising incursion into the pro ranks in the 1980s. Alex Steida was the first Canadian – the first North American – to earn the leader’s yellow jersey in the Tour de France, which he wore briefly in 1986. Steve Bauer bettered that performance by wearing the yellow jersey for five days in 1988, on his way to finishing fourth overall in his best performance in 11 Tours. Canadians seemed poised to make an assault on the top level of the sport.

©Sirotti

©Sirotti

Christian Meier

18 | cyclepresse

cycling cultures that combined for 54 wins in the first 72 Tours, has won the Grande Boucle.

Michael Barry

Dominique Rollin

avec SpiderTech qu’il a obtenu une promotion cette année, accédant au WorldTour avec l ’équipe GreenEdge. S’il était plutôt rare, il y a quelques années, de voir des coureurs canadiens en Europe, c’était pratiquement inconsolable d’imaginer une équipe canadienne en Europe.

significantly ; it has been 27 years, since Bernard Hinault’s 1985 victory, that anyone from France or Belgium, Europe’s two dominant

incomparable Alison Sydor won 11 medals, including four golds in world-championship competition in the 1990s and early 2000s. After Sydor’s retirement, the likes of Catharine Pendrel and Mar ie-Hélène Prémont took the baton and carried Canadian mountain-biking success onward. But Canadian men on the international road scene ? More or less missing in action.

www.cyclepresse.com


Steve Bauer

©Sirotti

à Paris-Roubaix tend à laisser croire qu’un podium lors d’une classique printanière risquerait de se produire bientôt. Cette saison, chez Garmin-Barracuda, Hesjedal a été désigné comme leader au Giro d’Italia et, avec une puissante formation – incluant des vétérans comme Christian Vande Velde – il a de bonnes chances de finir sur le podium ou non loin de ce dernier. Quant à Rollin, il en est encore à déchiffrer les astuces du positionnement et à la gestion de sa puissance, les atouts des meilleurs sprinteurs. Plusieurs observateurs pensent qu’il possède les habiletés pour devenir une puissance parmi ceux capables de maximiser leur vitesse dans les 200 derniers mètres d’une course.

www.cyclepresse.com

Barely a whisper was heard from Canadian cyclists until Ryder Hesjedal’s sixth overall in the 2010 Tour de France. That was the top Canadian performance in the world’s most important bike race since Bauer’s fourth 22 years earlier. Along with Michael Barry, the prototypical, hard-working domestique, Hesjedal has carried the Canadian flag in elite road cycling through the last decade. Now, at last, they have company. Five Canadian riders are on the rosters of WorldTour teams : Barry, Hesjedal, Christian Meier, Dominique Rollin, and Svein Tuft. Technically, Europcar, Veilleux’s team, is a pro continental team, a notch below the WorldTour level. But largely due to the popularity of team leader Thomas Voeckler, Europcar is invited regularly to participate in WorldTour events, including the Tour de France.

Steve Bauer, portant le maillot jaune à l’Alpe d’Huez, 1988. Steve Bauer, wearing the yellow jersey at Alpe d’Huez, 1988.

Pendant que des gars comme Rollin et Veilleux apprivoisent la vie sur un continent étranger et au sein du peloton professionnel, et qu’un gars comme Hesjedal cimente sa position comme leader chez Garmin-Barracuda, les Canadiens se préparent peut-être à reprendre là où Bauer a laissé à la fin des années 80. Les fans, habitués ces vingt dernières années à l’absence quasi totale de coureurs canadiens pourront peut-être de nouveau crier « Go Canada ».

There is also the two-year-old SpiderTech team, a pro continental team like Europcar, under the guidance of none other than Steve Bauer (see Cyclepresse Vol. 1, No. 2). While SpiderTech riders have had few WorldTour starts, they have managed to make inroads in the European scene with respectable results in races often stacked with some of the world’s best pros. Tuft, for example, rode strongly enough for SpiderTech last year to have earned a promotion this year to the WorldTour team GreenEdge. If Canadian riders in Europe were rare just a few years ago, a Canadian team in Europe was all but unimaginable. Now, with Veilleux and others increasing the Canadian presence, Canada has good reason to hope for better things to come. And the

shift to European racing now is easier than it has ever been. Cultural barriers are falling, thanks in large part to the precedents set by U.S. and Australian riders. There is now a template in place for dealing with the logistics of being a non-European on the European scene – where to live, how to train, how to cope with the rigors of racing, how to deal with the multiplicity of languages, cultural idiosyncrasies, national allegiances and so on. Veilleux considers himself an all-rounder and a good time trialer, and his modest success already at Paris-Roubaix suggests a podium finish in a spring classic might not be far off. Hesjedal has been designated team leader for Garmin-Barracuda at this year’s Giro d’Italia, and with a powerful team – including such strong men as American Christian Vande Velde – as his supporting cast, he has a great chance of finishing on or near the podium. Rollin is still learning the tricks of clever positioning and wattage management that are the hallmarks of top WorldTour sprinters. But many observers believe he has the ability to become a force among the guys who know how to maximize their speed in the last 200 metres of a race. As guys like Rollin and Veilleux become more comfortable with life on a foreign continent and life in the pro peloton, and as a guy like Hesjedal cements his position as a leader of Garmin-Barracuda, Canadians may be preparing to pick up where Bauer left off in the late 1980s. Canadian cycling fans who had become used to something close to “no Canada” for two decades may soon be singing “Go Canada” again.

cyclepresse | 19


par/by Cyclepresse

Produits raffinés finest products

L

a renommée de la cuisine française et de sa haute gastronomie n’est plus à faire. Le bon vin et la traditionnelle baguette de pain sont des symboles liés à la France tout comme l’est, d’ailleurs, le plus grand, le plus difficile et le plus prestigieux événement sur la planète cycliste, le Tour de France. Une fantastique épopée à travers l’histoire qui se propage perpétuellement dans l’industrie du cyclisme français grâce à des produits toujours aussi innovateurs.

T

he fame of French cuisine and gastronomy reaches worldwide. Great wine and the traditional baguette are cultural icons affixed forever to France, as is the reputation of the hardest and most prestigious event in the cycling world, the Tour de France. The epic character of the Tour spills over into the French cycling industry, which continues to develop products with innovation and true French style.

Nouvelles pédales : quand moins, c’est plus. Ceux pour qui la légèreté n’a pas de prix apprécieront les pédales I-CLIC 2 Titan Carbon, de Time. À 175 grammes la paire (excluant les cales), ils sont parmi les systèmes pédales/cales les plus légers sur le marché. Cette deuxième génération de la I-CLIC 2 présente une nouvelle cale qui permet un meilleur angle d’entrée. Au lieu d’un ressort d’acier, la pédale bénéficie d'un système fort efficace avec une lame de flexion en carbone qui maintient une tension ; un procédé assurant l'attache et le maintien du pied.

New pedals – less means more For riders to whom lightness at any price is the way to go, Time’s I-CLIC 2 Titan Carbon pedals, at 175 grams a pair (excluding cleats), are featured in one of the lightest pedal/cleat systems on the market. This second generation of the I-CLIC2 has been designed with a new cleat to allow a better angle of entry. Instead of a steel spring, the I-CLIC2 features a carbon blade to maintain tension and to assure that the foot is well connected and held in place. Pédales I-Clic2 Titan Carbon pedals  459 $ www.time-sport.com

Un soulier bien ajusté

Le summum des roues

Un système de fermeture bien conçu, c’est le secret d’un bon ajustement de soulier, principalement pour permettre au cycliste de procéder à des ajustements précis, parfois même en pédalant.

Lorsqu’il est question de performance, de vitesse et d’aérodynamisme, Mavic ne cesse d’épater.

Attraction, le tout dernier modèle haute per for mance de Car nac, présente un nouveau système de serrage magnétique très performant. Les deux bandes d’ajustement sur le dessus du pied, reliées au système magnétique, permettent au pied d’être parfaitement maintenu dans la chaussure. La semelle, bénéficiant du système d’aération Integrated Air Intake, de Carnac, garde votre pied au frais et confortable, tout en combinant légèreté et rigidité.

A well-adjusted shoe A well-designed closure system is key to a bike shoe’s fit, especially in allowing a rider to make quick and accurate adjustments, sometimes on the fly. Carnac’s latest high-performance shoe, the Attraction, features an ultraefficient magnetic closure system. Two adjustment bands on the top of the shoe are linked to a system of magnets, allowing the foot to be properly secured and positioned in the shoe. The sole, equipped with Carnac’s Integrated Air Intake, helps keep your foot cool and comfortable while still providing lightness and rigidity. Attraction by Carnac  500 $ www.carnac-sport.com

Selon la « marque jaune », la Cosmic Carbone 80, suite à d’intensifs tests en soufflerie, représente son système roue à rayons/pneu le plus aérodynamique qu’elle ait jamais développé. Si vous avez besoin de roues assez robustes, durables et rigides pour l’entraînement et rapides, stables et aérodynamiques pour vos courses sur terrain plat ou le contrela-montre, alors la Cosmic Carbone 80 est la candidate qu’il vous faut.

Top wheels When performance, speed and aerodynamics are involved, Mavic never ceases to amaze. The “yellow brand” claims that the Cosmic Carbone 80, after intensive tests in a wind tunnel, is the most aerodynamic and fastest wheel/tire system it has ever developed. If you need a wheelset durable and stiff enough for training as well as being fast, stable and aerodynamic for race day, the Cosmic Carbone 80, designed for flat road racing and time trials, is your best bet.

M

Y

CM

MY

CY

CMY

Cosmic Carbone 80 by Mavic  la paire (avec pneus) 4250 $ a pair (with tires) www.mavic.com

Gonflez vos pneus sans « pomper » ! Vous n’en pouvez plus de ces pompes de plastique qui tremblent – ou qui se brisent – quand vous appliquez la pression de pompage nécessaire ? Avec la pompe à pied Husky de Zéfal, robuste et d’une stabilité exceptionnelle, votre problème sera vite réglé. Avec sa base en fonte et ses repose-pieds repliables, elle permet de gonfler les pneus à des pressions bien au-dessus de 100 psi, tout en demeurant bien stable.

Inflate tires effortlessly Tired of wimpy, plastic pumps that wobble – or even break – when you apply pumping pressure ? Problem solved with the Zéfal Husky, a floor pump of exceptionally stability and durability. The cast-iron base, along with folding foot rests, produces a pump that stays stable even when inflating to pressures well above 100psi. Pompe Husky pump de Zéfal 70 $ www.zefal.com

20 | cyclepresse

C

www.cyclepresse.com

K


CANNONDALE.COM

le CAAD10 de Cannondale entre dans la légende. Les plus grandes critiques du monde ne cessent de le louanger. Ils le comparent en confort ainsi qu'en rendement aux cadres en carbone haut de gamme de l'industrie, mais à une fraction du prix. CAAD10 1

UN CADRE EN ALUMINIUM SUFFISAMMENT BON POUR LES PROS

CAAD10 3

CAAD10 5

MAINTENANT TROIS SUCCURSALES POUR MIEUX VOUS SERVIR

LAVAL 1545, boul. de l’avenir

| 450 901-2444 QUÉBEC 989, boul. Pierre-Bertand | 418 683-2444 SAGUENAY 251, de la Normandie | 418 545-4747

GTHSPORTS.com

Toujours la boutique

NO

AU CANADA

CAAD10 4


par/by Lyne Bessette

B7

chronique report

En route vers Londres et les Jeux paralympiques D

Heading for London and the Paralympic Games

ans cette série de textes intitulée « En route vers Londres et les Jeux paralympiques », je veux vous informer et vous faire vivre ce qu’est le paracyclisme.

Lyne Bessette

Mon aventure en tant que pilote de tandem a commencé il y a déjà deux ans mais pour les athlètes que je côtoie, le mot « para » fait partie de leur vie depuis Sébastien Travers beaucoup plus long temps… J’ai donc demandé à quelques Entraîneur Coach athlètes qui m’ont inspirée à « Pour moi, le paracyclisme représente devenir une meilleure « MOI », des athlètes qui atteignent un haut niveau de me dire ce que représente le de performance et qui font preuve d’une paracyclisme pour eux. détermination hors du commun. Le travail continuel d’ajustement de l’entraîJe les laisse vous parler avec nement selon la réalité de chaque athlète, leur cœur… l’adaptation de l’équipement en fonction du type d’handicap ainsi que l’immense désir de performer de ces athlètes, c’est ce qui rend le paracyclisme si stimulant au niveau du coaching. » “For me, para-cycling means athletes who achieve a high level of performance and show unusual determination. The ongoing work to adjust the training to suit the reality of each athlete, adaptation of the equipment to fit the type of handicap as well as the immense desire of these athletes to perform well – this is what makes para-cycling so stimulating on a coaching level.”

5 en poursuite, 6 au kilomètre sur piste aux Jeux paralympiques de Beijing (2008), et quatre fois médaillé d’or aux Jeux parapanaméricains (2007). Amputé du tibia gauche. e

I’ll let them speak to you straight from the heart.…

Mark Beggs Vélo à main : médaillé d’or aux Jeux parapanaméricains (2007). Accident de la route (1999).

Hand cyclist. Gold medalist in the Parapan American Games (2007). Road accident casualty.

“It’s the opportunity to make my dreams come true and push back my limits. It’s become a way of life and a very motivating way to travel, meet interesting people and earn my living.” ©www.canadiancyclist.com

Luc Dionne 5 in pursuit, 6 in the one-kilometre on the track at the Beijing Paralympic Games (2008) and four-time gold medalist at the Parapan American Games (2007). Left tibia amputation. th

th

« Pour certains, le paracyclisme représente l’occasion de relever de grands défis et pour d’autres, de devenir des athlètes accomplis. Je reste toujours surpris de voir la passion et la détermination chez certains athlètes ayant des handicaps parfois très lourds. En 2004, lorsque j’ai commencé le paracyclisme, mon objectif était de pouvoir performer sur la scène internationale face à des athlètes ayant le même handicap que le mien. Suite aux Mondiaux (2005), la passion du vélo et le désir de vouloir me dépasser ont grandi en moi. »

Lyne Bessette

My experience as the pilot of a tandem started two years ago, but for the athletes I mix with, the prefix “para” has been part of their lives for much longer. So I asked a few people in the para-cycling community, including athletes who have inspired me to become a better “me,” to say what para-cycling means to them.

« C’est l’opportunité de réaliser mes rêves et de repousser mes limites. C’est devenu un mode de vie et une façon très valorisante de voyager, de rencontrer des gens intéressants et de gagner ma vie. »

Eric Bourgault e

I

n this series of texts, I want to tell you about, and give you, a better understanding of, the spirit and soul of the world of para-cycling.

Pilote de tandem pour Alexandre Carrier : médaillé de bronze aux Championnats du monde match sprint de Manchester (2009).

Tandem pilot for Alexandre Carrier. Bronze medalist at the World Championships Match Sprint Race in Manchester (2009) .

« C’est un sport qui va bien au-delà de la performance. Il m’a permis de grandir en temps qu’individu, de rencontrer des gens remplis d’histoire et m’a fait réaliser que presque tout est possible quand on ne s’apitoie pas sur son sort. » “It’s a sport that goes well beyond performance. It’s allowed me to grow as an individual and meet people with a story to tell and has made me realize that almost everything is possible when you don’t waste time on self-pity.” ©Hélène Grenier

“For some people, para-cycling represents a chance to face big challenges and for others, to become accomplished athletes. I’m always surprised to see the passion and determination of some athletes who have handicaps that can be major. In 2004, when I started para-cycling, my objective was to perform on the international stage against athletes with the same handicap as I have. Following the Worlds (2005), my passion for cycling and a desire to surpass myself grew in me.” 22 | cyclepresse

www.cyclepresse.com


Évadez-vous.

Équipé. Passionné. S’évader.

VÉLO DEVINCI MILLENIUM 2012

119999$ RÉG. 134999$

VÉLO DEVINCI CX1 2011

159999$ RÉG. 189999$

LAVAL

MONTRÉAL

SAINT-HUBERT

LACORDEE.COM


©Martine Salomon

Geneviève Ouellet Tandem : médaillée de bronze sur route aux Jeux paralympiques de Beijing (2008). Malformation congénitale (colobome) à l’œil droit et perte de vision à l’œil gauche.

Tandem rider. Road bronze medalist at the Beijing Paralympic Games (2008). Congenital malformation (coloboma) of the right eye and loss of vision in the left eye.

« Le paracyclisme, c’est l’opportunité de faire du vélo de compétition mais c’est aussi un travail d’équipe, autant sur le tandem qu’avec le reste de l’équipe ; une belle collaboration qui crée une ambiance géniale lors des camps d’entraînement et les compétitions. » “Para-cycling is an opportunity to compete in cycling but it’s also teamwork, both on the tandem and with the rest of the team. It’s working together in a way that creates a great atmosphere at training camps and competitions.” Lyne Bessette

Marie-Claude Molnar C4 : record du monde en poursuite individuelle. Heurtée par une voiture lors d’une paisible randonnée à vélo.

Myriam Adam Vélo à main : médaillée d’or sur route aux Jeux parapanaméricains, au Mexique (2011). Accident de la route en bas âge.

C4 athlete. World record setter in individual pursuit. Hit by a car while on a peaceful bike ride.

Hand cyclist. Road gold medallist in the Parapan American Games, in Mexico (2011). Road accident casualty at a young age.

« C’est la liberté de dépasser les limites que l’on se fixe soi-même. Outre le désir de vaincre, cette soif de victoire, c’est le sentiment du devoir accompli lorsqu’une barrière est franchie. »

« J’aime l’adrénaline, la vitesse et faire du sport à l’extérieur, c’est pour ces raisons que j’ai choisi le paracyclisme. Ça me permet de rencontrer des gens qui ont des déficiences comme moi, c’est encourageant ! »

“It’s the freedom to go beyond the limits we impose on ourselves. Besides the desire to win – that thirst for victory – it’s the feeling of mission accomplished when an obstacle is overcome.”

“I like adrenaline, speed, and doing a sport outdoors ; these are the reasons why I chose para-cycling. It lets me meet people like me who have disabilities. It’s encouraging !”

Matthieu Parent Lyne Bessette

C2 : champion canadien sur route (2011), 2e au kilomètre sur piste. (« Mais mon plus grand exploit reste encore à venir… », dit-il !) Amputé de la jambe droite à 2 ans.

C2, Canadian road champion (2011), 2nd in one-kilometre track racing. (“But my biggest achievement is yet to come,” he says.) Right leg amputation at the age of two .

« Le paracyclisme me permet d’être compétitif et de faire mes preuves face à des rivaux aux prises avec un handicap semblable au mien qui partagent le même objectif : gagner ! À la différence des sports olympiques, il ne faut pas que de l’acharnement, de la discipline, des efforts, du courage, et de la volonté pour réussir dans les sports paralympiques, il faut aussi vivre avec un handicap et le surmonter à tous les jours » “Para-cycling allows me to be competitive and to prove myself against rivals who are grappling with a handicap like mine and who share the same objective : winning ! As far as the difference with Olympic sports is concerned, it’s not just a matter of having perseverance, discipline, courage and will to succeed in paralympic sports ; you also have to live with a handicap and overcome it every day.”

Martin St- Laurent Physiothérapeute

Physiotherapist

« En tant que cycliste et physiothérapeute du sport, je ne pouvais trouver meilleur sport dans lequel travailler ; joindre mes services professionnels à ma passion pour le vélo est l’une des plus belles choses qui me soit arrivée. Voir ces athlètes se dépasser et réaliser des performances à faire rougir les cyclistes sans déficits physiques est quelque chose d’exceptionnel. En compétition, on retrouve un esprit sportif que je n’ai jamais retrouvé parmi tous les sports que j’ai couverts. D’un point de vue biomécanique, il est très impressionnant de voir les adaptations techniques et les vélos permettant à ces athlètes de compétitionner. On réalise à quel point le vélo peut être une passion dans la vie de ces athlètes. » “As a cyclist and sports physiotherapist, I couldn’t possibly find a better sport to work in. Putting together my professional services with my passion for cycling is one of the best things that’s ever happened to me. Seeing these athletes go beyond themselves and achieving performance that would make non-handicapped cyclists blush with pride is really exceptional. In competition, you find a sporting spirit that I’ve never found elsewhere in all the sports I’ve covered. “From the point of view of biomechanics, it’s impressive to see the technical adaptations and the bikes that allow these athletes to compete. You realize how much biking can be a passion in their lives.”

24 | cyclepresse

Lyne Bessette

Marie-Ève Croteau T2, tricycle : double championne du monde. Paraplégie incomplète au niveau des jambes et syndrome compartimental au poignet. Victime de trois accidents de voiture. (« Mais mon sourire est intact ! » dit-elle.)

T2, tricycle ; double world championship. Incomplete paraplegia of legs and compartment syndrome of wrist - casualty of three car accidents (“but my smile is intact !” she says).

« Pour moi, le paracyclisme, c’est un nouveau départ, une nouvelle vie, un baume qui vient atténuer mes blessures. C’est ma soupape d’évacuation pour toutes les frustrations et les obstacles auxquels je dois maintenant faire face et ce, à tous les jours. Actuellement, je suis comme un poisson dans l’eau, je nage dans le bonheur, totalement comblée. Je crois que je n’échangerais pas ma vie malgré toutes les embuches que celle-ci m’a réservées. Toute petite, j’ai toujours rêvé aux Jeux olympiques et me voilà à deux pas d’y aller (Londres) ! Sportive dans l’ âme, je ne pouvais espérer mieux ! » “For me, para-cycling is a new start, a new life, a balm that soothes my injuries. It’s my vent valve for all the frustrations and obstacle I have to face every day. Right now I’m like a fish in water, swimming in happiness, completely fulfilled. I believe that I wouldn’t trade lives with anyone in spite of all the pitfalls that this one had for me. When I was very young I always dreamed of the Olympics, and now I’m just steps from them (London). As an athlete in my soul, I couldn’t hope for anything better !” Alors vous, quelles sont vos excuses ? Moi…je vais rouler. À bientôt. Lyne

So, you there – what are your excuses for not getting out there ?

As for me…I’m going for a ride. See you soon. Lyne www.cyclepresse.com


D

23

DE

UIS PLUS EP

CE

ÀV

O T ans R E S E R VI

NOUVELLE ADRESSE POUR MIEUX VOUS SERVIR !

3688 de l’Hêtrière, Saint-Augustin-de-Desmaures (Québec) G3A 2L8

418 877-4018 performancebegin@videotron.ca

Vélos

à rabais.com

35

% de rabais et plus Rouler intelligement % off Ride smart ! or more

35

WWW.VELOSARABAIS.COM


par/by Yves A. Delvallé

Destination

cols

Les

légendairesPyrénées des

legendary passes of the Pyrenees

Quelques agences de voyages à vélo offrent la traversée des Pyrénées, notamment l’agence québécoise Sur la route. A few travel agencies offer guided cycling vacations in the Pyrenees, notably Québec-based Sur la route. Pour plus d’info, visitez: For more info, go to: http://www.surlaroute.ca/ voyages/pyrenees.html www.duvine.com/ pyrenees-bike-tour http://www.thomsonbiketours.com/trips/ Pyrenees-01/index.html

N

otre aventure dans les Pyrénées commence. Nous sommes cinq « guerriers de la route », Nicolas Magnan*, David Magnan, Joseph Labalette, Bernard Chevalier, et moi-même, prêts à affronter tous les cols qui nous entourent. Nous descendons du train qui nous amène de Ruffec (en Charente), à Lourdes, et arrivons à notre repaire, le gîte Le Béout, situé à près de 800 mètres d’altitude, sur le Béout dominant Lourdes. Les vélos sortis des boîtes sont hâtivement remontés, nous sommes fin prêts, habillés et casqués. Nous voici donc sur l’invitante descente de cinq kilomètres qui nous amène d’Ossun en direction d’Argelès-Gazost, un endroit paisible, presque bucolique, longeant le gave de Pau. Dans la pimpante agglomération d’Argelès-Gazost, nous bifurquons sur la droite puis nous commençons la célèbre montée vers Hautacam ; ce lieu mythique, témoin de combats homériques entre les dieux de la route. Des images sans fin défilent devant mes yeux extasiés. Mon premier grand col en compagnie de mes

amis, mes meilleurs potes ! La rêverie s’arrête lorsque David me met la main sur l’épaule et me dit qu’il nous reste 14 kilomètres de montée. Notre grupetto monte au train, mais en quelques instants, le groupe explose. Je me retrouve seul…ou presque, car de grands noms, peints sur la route me font des clins œil complices m’invitant à pousser sur les pédales : Jans, Thomas, Fränk et Andy. Ils sont là, ils sont tous là : Lance, le sublime. Pantani, le « pirate » et ses secrets. Hinault, le Blaireau. Eddy, le plus grand de tous.

* Nicolas Magnan, caporal-chef membre du Royal 22e régiment en Afghanistan, a défrayé l’actualité le 22 août 2007, lorsque que son véhicule a sauté sur un engin explosif improvisé (IED). Nicolas fut grièvement blessé aux jambes. Pendant de longs mois, l’amputation semblait inévitable, mais grâce à la qualité des soins reçus dans les hôpitaux américains à Bagram (Afghanistan), en Allemagne et à Québec, sans oublier sa détermination inflexible, Magnan était de retour sur son vélo un an plus tard, après avoir subi douze opérations.

26 | cyclepresse

©Sirotti

The

O

ur adventure in the Pyrenees begins with five “road warriors” : Nicolas Magnan,* David Magnan, Joseph Labalette, Bernard Chevalier and I, ready to take on the high passes of the mountains that surround us. We exit the train that has brought us from Ruffec (in Charente) to Lourdes, and we arrive at our inn, Le Béout, located at an altitude of about 800 metres on the Béout, overlooking Lourdes. We take our bikes out of the travel boxes, assemble them, and prepare to ride, dressed and helmeted. Soon we are on the five-kilometre descent that takes us from Ossun towards Argelès-Gazost, a peaceful, bucolic spot beside the Pau river. In the fresh, tidy community of Argelès-Gazost, we turn right and begin the famous climb towards Hautacam, a mythical spot in cycling lore that has witnessed Homeric battles among the gods of the road in the Tour de France. Dreamlike images of great climbing prowess dance before me. I am on my first, legendary pass, and I’m sharing the climb with my best

friends ! I am abruptly awakened from the dream when David puts a hand on my shoulder and tells me we have 14 kilometres of climbing to go. Our grupetto keeps pedaling at a steady, determined pace, but a few moments later the group explodes. I find myself alone, kept company only by the big names painted on the road, inviting me to keep pushing those pedals : Jans, Thomas, Fränk and Andy. They’re there with me ! Lance, the sublime. Pantani, the “Pirate,” and his secrets. Hinault, the Badger. Eddy, the greatest of them all.

* Nicolas Magnan, master corporal with the Royal 22nd regiment in Afghanistan, was in the news on August 22, 2007, when his vehicle was blown up by an IED (improvised explosive device). His legs were badly injured, and for many months amputation seemed likely. But thank s to the care he received at American hospitals in Bagram (Afghanistan), in Germany and in Québec, plus his unwavering determination, Nicolas was riding again a bit more than a year and twelve operations later.

www.cyclepresse.com


V O Y A G E S

Finalement, le plateau est atteint, les sourires amicaux m’accueillent, les accolades suivent, je dégouline, mais je suis heureux d’avoir grimpé ce premier vrai grand col ! Les jours suivants sont du même ordre et les cols se succèdent à un bon rythme : le col de Spandelles, de la Croix Blanche, d’Aspin, Luz-Ardiden, le grandiose Tourmalet,

Finally, I reach the top, where friendly smiles welcome me, and accolades follow. I’m pouring with sweat but happy to have climbed this first real, high, pass.

À

V É L O

GRANDS ESPACES

The ensuing days are much the same, with one pass following on the heels of another : the Col de

Pour ceux que les grands espaces appellent et qui aiment la beauté préservée des parcs nationaux. Lorsque le vélo de route ne permet pas d’aller au cœur de l’action, nous lui préférons le vélo de montagne.

CULTURE &HISTOIRE Pour ceux que l’histoire interpelle et qui sont intéressés à aller à la rencon-

Lors de nos escalades, nous sommes surveillés par de splendides aigles aux ailes largement déployées et une foule d’autres rapaces qui, désormais, grâce aux efforts des hommes, reprennent leur juste place dans ces immensités. Aussi, au sommet de tous ces cols, ânons, chevaux, chèvres et moutons, nous attendent en totale liberté. Quel spectacle ! Mais notre gîte étant perché à près de 800 mètres d’altitude, à chaque journée consacrée à l’ascension de ces routes d’anthologie, nous devons toujours en garder « sous le soulier » pour être en mesure, en fin de randonnée, de revenir à notre camp de base posé dans les hauteurs de Lourdes. En plus de la myriade de clichés et d ’ images f inement gravées, cet te première incursion dans les Pyrénées a resserrée notre amitié. Elle contribue également à nous faire respecter davantage ceux qui gagnent leur vie en escaladant à des vitesses folles de telles pentes et surtout, elle nous donne le goût d’y retourner. www.cyclepresse.com

Spandelles, the Croix Blanche, the Aspin, the Luz-Ardiden, the great Tourmalet, where heaven and earth seem to merge into one, the Soulor and the Aubisque. On our ascents, we are watched by splendid eagles, their wings spread wide, and by a crowd of other birds of prey that now, thanks to the efforts of humans, are recapturing their rightful place in these grand spaces. And at the top of all these passes, little donkeys, horses, goats and sheep greet us – the life of the high country. What a show ! Because our inn is at 800 metres, we have to be careful about conserving our energy. After climbing these mythic routes, we have to keep enough energy in reserve to be able, at the end of the day, to climb back to our base camp above Lourdes. This first incursion into the Pyrenees leaves us with myriad photos and remembered images, but more important, it has strengthened our friendship. It also raises our respect for the people who earn their living racing up t hese climbs at insane speeds. And above all, it makes us want to go back. cyclepresse | 27

tre de l’autre. La meilleure façon de découvrir le monde est de voyager à vélo.

ÉPICURIEN Pour ceux qui aiment les vins, la bonne bouffe, les massages et autres plaisirs de la vie. Parcourir le monde sur deux roues n’a jamais été aussi agréable. SLR0112_19

là où le ciel et la terre ne font plus qu’un, le Soulor et dans la foulée, l’Aubisque.

www.surlaroute.ca Titulaire d’un permis d’agent de voyages du Québec (702071)


par/by Cyclepresse

Produits raffinés finest products

L

Efficacité en toute simplicité

’Amérique du Nord est un vaste territoire aux possibilités infinies. La mentalité du toujours plus gros, toujours plus fort est bien présente et elle a parfois ses bons côtés. Le développement du cyclisme est en plein essor en Amérique et la présence d’épreuves du circuit WorldTour n’est pas étrangère au succès des Nord-Américains au niveau international.

Une chaîne qui déraille n’est pas seulement désagréable, ça peut également être dangereux. C’est la raison pour laquelle plusieurs coureurs professionnels, en courses, utilisent l’anti saut de chaîne K-Edge, un accessoire simple mais très efficace. Il empêche la chaîne de dérailler, d’abîmer la peinture du cadre ou encore, de rester emprisonnée entre votre pédale et le jeu de pédalier. À seulement 10 grammes, cette petite pièce est compatible avec Shimano, Campagnolo et SRAM.

T

Here’s the catch

he North American mindset of always-bigger, ever-stronger carries on and can produce many positives. The development of cycling is booming in America, and the success of North Americans on the WorldTour circuit has helped spread the word internationally. With that has come a surge in the development of creative, new products from the North American bike industry.

A dropped chain is not only annoying, it can be potentially dangerous. That’s why many professionals in the biggest races use the K-Edge Chain Catcher, a simple but valuable accessory. The K-Edge prevents the chain from slipping off the chainring and scratching the frame paint or getting caught between your pedal and bottom bracket. At only 10 grams, this little piece of equipment is compatible with Shimano, Campagnolo and SRAM. K-Edge 40 $ www.acecosportgroup.com

Un groupe gagnant

Une protection confortable

Le nouveau gruppo SRAM Red est encore une fois l’un des chefs de file pour la légèreté et l’ergonomie, le tout dans un style magnifique. SRAM soutient que, pour sa version 2012, « nous avons commencé par ce que nous connaissions, puis nous avons conçu une toute nouvelle transmission ». Pour un gruppo qui était déjà le choix de huit équipes du WorldTour, ça veut tout dire ! La nouvelle forme aérodynamique de ses freins, notamment, est très intéressante. Les cyclistes exigeants seront impressionnés puisque SRAM Red, déjà considéré comme l’un des meilleurs gruppos, présente une version 2012 encore meilleure qu’elle était.

Tous les casques vous protègent relativement bien la tête ; mais c’est par le confort que les meilleurs se démarquent. Votre casque devrait vous procurer un bon ajustement et une ventilation optimale et c’est là que le WIT-R se distingue. Grâce à son système de réglage micro-rotatif (M-R.A.S.) muni d’un verrouillage automatique, il s’adapte fermement et confortablement à votre tête. Sa sangle ajustable sous le menton maintient le casque bien en place, et ses 25 trous favorisent la ventilation.

A winning group The SRAM Red gruppo is once again a winner in terms of lightness and ergonomics, not to mention stunning aesthetics. SRAM claims to have “designed a brand new drive train from scratch” for the new and improved 2012 edition. That’s really saying something for a gruppo that was already the choice of eight WorldTour teams. Also of interest is the new aerodynamic shape of the brakes. Demanding cyclists will find that SRAM Red, already one of the world’s best gruppos, has become in 2012 even better than before. Gruppo SRAM Red 2500 $ US www.sram.com

Stay comfortably protected All helmets do a pretty good job of protecting your noggin ; what separates the best from the rest is comfort. A helmet should fit well and ventilate well, and that’s where the WIT-R, Scott’s latest helmet, stands out. Thanks to its micro-rotary adjustment system (M-R.A.S) and automatic locking, the helmet snuggles firmly around your head. The easily adjustable chin strap assures that the helmet stays in position and 25 ventilation holes allow a great air flow. Casque/Helmet WIT-R de Scott 140 $ www.scott-sports.com

Pédales haut de gamme

High-performance pedals

Légèreté, facilité à ajuster, à enclencher et à désenclencher, voilà les caractéristiques que les cyclistes réclament d’un système cale/pédale. La Zero, de Speedplay répond parfaitement aux attentes. À seulement 234 grammes la paire, elle offre plusieurs options de réglages et d’ajustement. L’enclenchement (et le désenclenchement), grâce à l’engagement à double-face, devient un jeu d’enfant, tandis que son réglage avant-arrière, côte à côte et en rotation (allant d’une position fixe jusqu'à 15 degrés de flottement) assurent un positionnement précis, une liberté angulaire et l’ergonomie que vous recherchez. Disponible en ChromeMoly, inox ou titane, en quatre longueurs différentes.

Lightness, ease of entry and exit and adjustability are the features cyclists want most in a pedal-cleat system, and the Speedplay Zero delivers. Weighing in at as little as 234 grams per pair, the Zeros offer a wide spectrum of tuning and adjustment options. Dual-side entry makes getting in and out literally a snap, and fore-aft, side-to-side and rotational adjustments, ranging from a fixed position up to 15 degrees of float, assure the precise positioning and ergonomics you are looking for. Available in chrome-moly, stainless steel or titanium, and in four different lengths.

28 | cyclepresse

Pédales Zero, Speedplay Cr-Mo : 180 $, SS : 250 $, Ti : 480 $ www.speedplay.com www.cyclepresse.com


A. Vincent - Joliette | Atelier Mon Vélo - Montréal | Bicycle Record - Québec | Bicyclettes de Hull - Hull | Bicyclettes Montréal-Nord - Montréal-Nord Centre du Vélo de Repentigny - Repentigny | Procycle Aylmer - Aylmer | Cycle & Sports Robert - Lasalle | Cycle Paul - Pointe Claire | Cycle Régis - Montréal Demers Bicyclettes - Québec | GTH - Chicoutimi | GTH - Laval | GTH - Québec | Oberson - Brossard | Oberson - Laval | Passion Vélos - Trois-Rivières Sport Olympe - Ancienne Lorette | Sport Olympe - Beauport | Ubac - Bromont | X Cycle - St.Sauveur des Monts


par/by Mari-Jo Lamarche

Profil Profile

«Traiter, corriger, ajuster» “Treat, tweak and retune” F ©Slipstream Sports

Matt Rabin, chiropraticien de l’équipe Garmin-Barracuda. Matt Rabin, Team Garmin-Barracuda’s chiropractor.

ans, cyclistes passionnés, ou “suiveux” sur Twitter, nous connaissons la plupart des pros sur le WorldTour. Mais derrière ces athlètes se cachent le personnel des équipes ; ceux qui travaillent dans l’ombre, jour après jour, pour les maintenir dans une forme optimale et s’assurer que tout soit réglé au quart de tour : mécaniciens, cuisiniers, soigneurs, chauffeurs, relationnistes, agents de marketing, directeurs... Et si la phrase « C’est une victoire d’équipe » nous semble si familière, c’est probablement parce qu’elle reflète la réalité. « Avec une équipe de 29 coureurs provenant de 13-14 nationalités vivant à travers l ’Europe, il importe de connaître l’état de chacun afin de gérer efficacement les blessures », est ime Mat t Rabin, chiropraticien de l’équipe Garmin-Barracuda. Rabin voyage avec l’équipe une centaine de jours par année et pratique à sa clinique de Londres le reste du temps. « Mais mon cellulaire reste toujours ouvert pour assurer le suivi de certains coureurs », a-t-il dit à Cyclepresse, par courriel, à son retour de Paris-Nice, en mars dernier. www. theperformancechiropractor.com

À sa cinquième saison avec l’équipe, Rabin gère l’aspect biomécanique et les blessures lors des camps d’entraînement, des courses et sur la route, en plus de superviser le programme de nutrition. Cette saison, il assure aussi la coordination des traitements. « Les blessures surviennent pour diverses raisons, en course comme à la maison. En gardant un suivi de l’état de santé de chacun, je peux aider les directeurs des opérations et des soins médicaux dans leur planification des déplacements de nos thérapeutes. » Voici quelques faits saillants d’un chiro chez les pros. ©Slipstream Sports

Paris-Nice Travailler sur une course comme Paris-Nice n’est pas facile. « Ça fait quatre ans que je fais cette course ; une course géniale qui marque le début de saison », soutient Rabin. Mais tôt en saison signifie aussi beaucoup de stress en général. « Et une conduite ner veuse engendre plus de chances de chutes. » La température froide, le temps gris et pluvieux du nord de la France n’aident pas non plus. Plus la course se rapproche de Nice et que le soleil et la chaleur se pointent, plus l’humeur des coureurs change. « Quelques degrés de plus et soudainement, les blessures semblent plus tolérables ! » Pour un chiro, une autre difficulté à Paris-Nice, c’est de travailler dans des chambres d’hôtels exigües, « avec peu de place pour circuler autour de ma table. » 30 | cyclepresse

A

s fans, avid cyclists or Twitter followers, you can probably name most WorldTour racers by their first names. But behind those athletes are the teams’ more anonymous staffers. These are the people who work day in and day out to keep the pros in optimal shape and keep everything running smoothly : mechanics, cooks, soigneurs, drivers, press managers, marketing people and directors, just to name a few. If the statement “winning is a team effort” sounds familiar, it may simply be because it’s true. “With a roster of 29 riders from about 13-14 different nationalities living all over Europe, it’s important that we know how our riders are in terms of an injury-management perspective,” says Matt Rabin, Team Garmin-Barracuda’s chiropractor. Rabin travels with the team 100 days of the year and spends the rest of his time at his clinic in London. “But my phone is always on, and I continue to keep tabs on certain riders to assist them remotely with advice,” he told Cyclepresse via email, just a few days after coming back from Par is-Nice last March. w w w. theperformancechiropractor.com

In his fifth year with the team, Rabin takes care of the riders’ biomechanical needs and manages injuries while on the road, at races and at training camps. He also oversees the team’s nutritional program and, starting this season, will be taking on the role of physicaltherapies coordinator. “Injuries may occur for a number of reasons, not only at races but at home also. By keeping tabs on how everyone is, I can assist in helping our operations and medical directors in planning where our treatment personnel should be,” says Rabin. Here are some race highlights from a chiro’s perspective.

Paris-Nice Working at a race like Paris-Nice is challenging. “I’ve done this race for four years now ; it’s a great one and really marks that the season has arrived,” says Rabin. But early in the season also means a lot of stress in general. “And nervous riding often leads to an increased chance of crashes.” The cold, gray and wet weather of northern France doesn’t help either. As the race gets closer to Nice and the sun starts shining, the mood of the riders changes. “A few degrees warmer, and it seems like some aches and pains become more bearable !” As a chiro, another big challenge at Paris-Nice is the cramped hotel rooms he has to work in. “With little space to move around the table, it can be tough.”

Paris-Roubaix “Such a hard race with so much history, it’s unbelievable !” says Rabin about Paris-Roubaix, his favorite race. Three days prior to the event, the team stays in a spacious hotel, which is very relaxing for everyone. On race day, it’s another story. Each member of the staff will cover three or four pavé sections with bottles and wheels. “This means you get to see the race go past you three times and each time, the field has been whittled down, with www.cyclepresse.com


Thomas Duclos Propriétaire depuis 29 ans

CENTRE DU BICYCLE Rive-Sud

La plus grande surface de vente spécialisée sur la rive-sud Plus de choix, plus de qualité, plus de service ! Vélos pour toute la famille

LES VRAIS SPÉCIALISTES DU VÉLO

PLUS DE 1000 VÉLOS EN STOCK !

SPÉCIAUX SUR VÉLOS 2010-2011 BMX

AVANT

KHS Flite - 223 2012

Votre cuisine en mélamine,

629,99$ Modèle 24 volts à 995$ Photo non contractuelle

Plus de 25 modèles en magasin

50%

Rabais RRaba abai abais bais jju jusqu’à usqu’à sur Vêtements sur VVêêtements em meents ccy cycliste ycliste

vous n’en voulez plus?

Consultez notre nouveau service designer pour vos projets de rénovations. Douze ans d’expérience et une équipe d’artisans pour réaliser vos rêves.

Vélo de route

60% %

Rabais jusqu’à sur souliers de vélo (plus de 25 modèles)

* sur modèles sélectionnés

Rabais de

30%

sur casques GIRO

* sur modèles sélectionnés

Des artisans qui ont le souci du détail et de la qualité

Anne Dubé Designer

C’est simple, rapide et abordable

Nous avons des équipes dans les régions suivantes: • Grand Montréal • Laval • Basses-Laurentides • Rive-Sud 450 979-1937 1 877 979-1937 www.multilaques.com

Ecolo-Watt Moteur 500 W maximum • Batterie 36 volts, 10am/h lithium manganèse à haut débit • Se recharge en roulant • Cadre en aluminium léger 6061• Poids net 23 kg incluant la batterie • Dérailleur 7 vitesses Shimano Acers • Autonomie jusqu’à 90 km en mode assistance en pédalant à niveau 1 • Système d’assistance programmable à 6 niveaux avec contrôleur digital • Odomètre et indicateur de vitesse intégrés à l’écran LCD • Assistance et poignée d’accélération programmable

Vente et installation d’attache remorque

3646, av. des Églises Charny, Qc, G6X 1X4

www.centredubicycle.com info@centredubicycle.com

*Détail en magasin

DEUX ENDROITS POUR VOUS SERVIR 635, Pierre Bertrand Vanier, Qc, G1M 2E4

www.veloelectriquequebec.com info@veloelectriquequebec.com

536 rue St-Georges, St-Jérôme 450 432-4686 • www.cyclescadieux.ca


Paris-Roubaix « Une course tellement difficile, avec tellement d’histoire, c’est incroyable ! », confie Rabin à propos de Paris-Roubaix, sa course préférée. Trois jour avant, l’équipe séjourne dans un hôtel luxueux, ce qui est très reposant pour tout le monde. Puis, le jour de la course, c’est une autre histoire. Chaque membre du personnel couvre trois ou quatre secteurs pavés avec bouteilles et roues. « Ça te permet de voir la course défiler devant tes yeux trois fois. Chaque fois, le peloton s’affaiblit, les visages grimacent et la foule s’emballe. Un vrai combat de gladiateurs ! » L’an passé, Rabin était dans le vélodrome lors de la victoire de Johan Vansummeren. « Une récompense pour un travail d’équipe acharné, sans oublier l’effort de Johan. » (Regardez les derniers 3,6 km de la course : http://youtu.be/0_XHQpVavWU

Johan Vansummeren, Paris-Roubaix 2011

Une journée au Tour de France Il n’y a pas de « journée typique » au Tour de France. « Un sprint un peu fou de trois semaines », avoue Rabin. Avec le physio, il alterne, couvrant la course pendant trois jours, assurant le transfert d’hôtel pendant les trois jours suivants. Il essaie de faire du jogging aux deux jours, « mais plus la course progresse, moins j’y vais. »

©Sirotti

Après le déjeuner, servi vers 7 :30, il fait ses bagages mais laisse sa table montée pour des traitements. Pour vérifier l’état physique des coureurs, il fait le tour des chambres. Puis, sachant que le véhicule transportant le matériel à l’hôtel suivant l’attend, il défait sa table. « C’est toujours une course folle pour la descendre et la mettre dans le camion. »

Dans l’autobus de l’équipe, en route vers le départ - un trajet parfois interminable à cause de la circulation dense - Rabin s’occupe du « tapping » ; « genoux, dos, tendon d’Achille et poignets. » Quand la course commence, il reste dans l’autobus ou saute dans la voiture avec l’attaché de presse. À un ou deux kilomètres de l’arrivée, il descend et, avec le physiologiste de l’exercice, marche jusqu’à l’arrivée « pour nous délier les jambes et pour partager des informations qui n’étaient pas dans le plan de course. » De retour dans l’autobus, il se tient à l’écart. « Si les gars ont besoin de moi, ils savent où me trouver. » Ils se rendent ensuite à l’hôtel suivant où Rabin s’entretient avec le docteur, le physio et les directeurs sportifs. « La pression est intense et tout le monde court dans tous les sens. » Pendant que les gars relaxent ou se font masser, Rabin fait sa tournée. Habituellement, il en traite six ou sept. Il essaie de finir avant le souper mais ce n’est pas toujours possible. « À quelques occasions, l’an passé, j’ai terminé juste avant minuit. »

Contre-la-montre par équipe Son plus beau souvenir du Tour 2011 ? La victoire de Garmin lors du contre-la-montre par équipe. « Gagner en équipe a été un moment très spécial et je pense que personne ne l’oubliera. »

Alliez-vous payer…

TOUT EST RÉDUIT JUSQU’À

60

faces grimacing more and the crowds more raucous. It’s gladiatorial ! ” Last year, Rabin managed to make it to the velodrome to see Johan Vansummeren win the race. “That was the end reward for all the hard work by everybody, not least Johan.”(Watch the final 3.6 km here : http://youtu.be/0_ XHQpVavWU )

A day at the Tour de France T here is no such thing as a “typical day” at a race like the Tour de France. “It’s a massive, three-week blur,” says Rabin. With the physio, he rotates, heading to the race three days, doing the hotel transfer three days. He tries to squeeze in a run every other day. “But I tend to fall afoul of this plan as the race goes on.” After breakfast, which is usually served around 7 :30 am, he packs his stuff, leaving his work table up for morning treatments. Then he goes room to room to check on the riders, making sure no issues have arisen. When the van taking all the supplies to the next hotel is waiting, he takes his table down. “It’s always a mad rush to get my table packed away and down to the van.” As they head to the start on the bus - which can be an interminable

trop cher ?

%

32 | cyclepresse

MONTRÉAL : 1451, av. du MONT-ROYAL Est

trip due to heavy traffic - Rabin begins taping, “usually knees, backs, Achilles tendons and wrists.” When the race starts, he stays on the bus or hops in a car with the team’s press officer. When they get to the finish, he walks the last kilometre or two of the race with the sports scientist, “to stretch the legs and to relay the information on anything that wasn’t in the race book.” He hops back on the bus as the guys make their way back. “I stay a little out of the way as they are exhausted. If they want me, they find me.” Then, they “whiz back” to the hotel, where Rabin catches up with the doctor, the physio and the sport directors. “Everything t a ke s p l a c e u n d e r i nt e n s e pressure, as there seem to be a million people moving in different directions,” he says. While the guys are unwinding or at massage, Rabin makes his rounds. Typically, six or seven guys need him. He tries to get all the treatments done before dinner, but it’s not always possible. “A few times, last year, I didn’t get finished until nearly midnight.”

Team time trial From last year’s Tour, Rabin’s greatest memory is when Garmin won the team time trial. “To win as a team was a very special

VÊTEMENTS DE VÉLO VÊTEMENTS TECHNIQUES VÊTEMENTS DE VOYAGE SOULIERS ET BOTTES DE MARCHE SACS DE COUCHAGE SACS À DOS BÂTONS DE MARCHE SOULIERS DE COURSE À PIED Tout est réduit tout le temps chez

• 514-525-5309

www.cyclepresse.com


Lorsque la dernière équipe a franchi la ligne et que Garmin réalisa non seulement qu’elle avait gagné mais que Thor (Hushovd) était en jaune, « j’ai sauté de l’autobus rejoindre les coureurs et tout le reste de l’équipe ; on sautait de joie ! »

Le retour de Vande Velde Giro d’Italia, étape 3, 2009. Vous vous souvenez de la chute de Christian Vande Velde roulant à 60 km/h, se fracassant cinq côtes, son bassin et trois vertèbres ? Rabin s’en allait au Giro mais à la dernière minute, on lui a demandé de se

Christian Vande Velde, Giro d’Italia 2009.

©Sirotti

www.cyclepresse.com

rendre à la résidence de Vande Velde, en Espagne. « On a commencé par traiter son cou et le haut de son dos et, dans les régions où il ressentait pas trop douleur, à travailler les tissus mous avec du Kinesio Tape (bandes thérapeutiques) et du NIS (intégration neurologique), se souvient Rabin. Une semaine après sa chute, Vande Velde montait sur son vélo stationnaire, puis sept semaines plus tard, prenait le départ de Tour de France. Rabin avoue que de le voir terminer en huitième place à ce Tour fut sa plus belle expérience en cyclisme. « Il n’était pas complètement rétabli et on ne savait pas comment ça se passerait. Je l’ai traité à tous les jours pendant cette course, parfois même deux fois par jour. » Clairement, le rôle de chiro, pour l ’ é quipe Gar m i n-B ar rac ud a, implique plus que de la gestion et prévention des blessures. Pour Matt Rabin, c’est un privilège : « J’ai la chance de travailler avec des athlètes des plus hauts échelons et avec des individus à l’idéologie progressiste qui font confiance à leur personnel. À part ça, nos vêtements The North Face et nos chaussures de sport New Balance – ou running, comme vous dites en Amérique du Nord – sont pas mal cool ! »

moment I am sure nobody will ever forget. On the bus, you could cut the atmosphere with a knife. As every team came around the finishing corner, it always looked as our time would be beaten. Each time our time wasn’t beaten, there was massive relief, but the tension was unbearable.” When the final team crossed and Garmin realized not only that it had won but that Thor Hushovd was in yellow, the scene became very emotional. “I jumped out of the bus, as the riders and the rest of the staff were going mad !”

Vande Velde’s impressive recovery Giro d ’Italia, Stage 3, 2009. Remember when Christian Vande Velde went down going 60 km/h, breaking five ribs, his pelvis and three vertebras ? Rabin was heading to the Giro but at the last minute was asked to fly to Vande Velde’s house in Spain. “We gently started treating his neck and upper back, and did some soft-tissue work, using Kinesio Tape and Neurological Integration (NIS) on areas that were not painful,” recalls Rabin. One week after his crash, Vande Velde was back on a stationary bike. Seven weeks later, he was at the start of the Tour de France.

Thor Hushovd, Tour de France 2011

Dans l’autobus, l’atmosphère était très tendue. À chaque fois qu’une équipe sortait du dernier virage, on pensait toujours qu’elle battrait notre temps. Chaque fois, on ressentait un énorme soulagement. La tension était insoutenable. »

©Sirotti

To this day, Rabin says that his greatest experience in cycling was seeing Vande Velde finish eighth in that Tour. “He wasn’t fully healed, and we had no idea how he would do. I worked with Christian every day of that race and sometimes twice a day.” Clearly, being Team GarminBarracuda’s chiropractor involves more than managing and preventing injuries. Matt Rabin sees it as a privilege : “I get to work with athletes of the highest caliber and with a progressive group of individuals who think outside the box and trust their staff. Aside from that, the North Face gear is pretty cool, as are the New Balance trainers – or sneakers, as you may say in North America !”

cyclepresse | 33


par/by Cyclepresse

Produits raffinés finest products

L

e pays en forme de botte est reconnu pour servir les meilleures pâtes alimentaires au monde. La haute couture et les souliers luxueux sont également une distinction propre aux Italiens toujours tirés à quatre épingles. Côté cyclisme, le Giro d’Italia innove chaque année avec un parcours de plus en plus corsé qui emprunte les plus grands cols. Et, d’une saison à l’autre, les nouveautés cyclistes italiennes sont parmi les produits les plus haut de gamme sur le marché.

T

he country, so famously shaped like a boot, is also known for serving the world’s best pasta. And Italians are also among the world’s best dressed, thanks to the country’s high fashion and luxury shoe industries. On the cycling side, the Giro d’Italia offers something new annually with a route more demanding every year as it tracks over the highest mountain passes. And every year, the newest cycling goodies from Italy are among the coolest and most advanced gear available.

L’animal en vous Fi’zi :k présente sa nouvelle gamme de selle haut de gamme : la Kurve. La première selle qui vous procure une sensation de confort en s’adaptant aux mouvements engendrés lors du pédalage. Deux innovations majeures : le Tuner est une pièce interchangeable (en bout de selle) qui permet au cycliste d’ajuster la rigidité pour obtenir un flex sur mesure - souple ou rigide - et la coquille RE :FLEX agit comme un capteur sensoriel, s’ajustant aux mouvements du cycliste sur la selle. Un concept propre à fi’zi :k et unique sur le marché. Disponible en trois formes différentes selon le « Spine Concept » : Bull, Chameleon, et Snake. Mark Cavendish est un Snake ; et vous, quel animal êtes-vous ? Pour le savoir, faites le test : www.fizik.it/spineconcept.

Find the animal in you Fi’zi :k introduces its new high-end saddle line : the Kurve. It’s the first saddle that provides comfort by adapting to every move you make as you pedal. Two major innovations : The Tuner is an interchangeable nose piece that allows the rider to customize the flex – soft or rigid – and The RE :FLEX shell behaves like a sensory receptor, adjusting to the rider’s movement in the saddle. This is a unique concept created by fi’zi :k and different from any saddle on the market. Available in three different shapes which refer to the three standard shapes of the “Spine Concept” : the Bull, the Chameleon, and the Snake. Mark Cavendish is a Snake ; what are you ? Take the test at www.fizik.it/spineconcept. Kurve by fi’zi:k 315 $ www.fizik.it/kurve

Le triomphe est important !

Winning does matter In cycling history, Diadora has been on the podium of the most prestigious races. Cadel Evans, en route to victory at last year’s Tour de France, wore the ProRacer 2.0. Light and well ventilated, the ProRacer 2.0 has a thin carbon sole that minimizes shoe thickness while maintaining its rigidity for efficient power transfer when pedaling. The removable interior sole is designed to ensure maximum breathability while wicking away moisture and Protéger votre tête avec style Le casque MOJITO, de KASK, est un modèle haut de gamme keeping your feet dry. qui allie confort, sécurité et style à l’italienne, grâce à une ProRacer 2.0 de Diadora 225 $ attention aux détails irréprochable. Son système « In moulding » www.diadora.com assure une meilleure absorption des chocs tandis que son ajustement est précis et confortable. Ses 26 trous d’aération Innovative components permettent une ventilation optimale et ses coussinets, amovibles As club riders, occasional racers, avid cyclists, et lavables, favorisent l’évaporation de la sueur. Des bandes we’re all looking for a good bike fit. Women réfléchissantes à l’arrière du casque et sur les sangles en font are no different and they should not have un casque sécuritaire et visible. L’équipe Sky le porte fièrement to compromise on comfort. 3T (Turin Tube sur le circuit du WorldTour. Technology ) has updated it s component s Protect your head…with style desig ned for smaller r iders, par t icularly The MOJITO helmet, from KASK, is a high-end model that women. Developed in collaboration with perfectly combines comfort and safety with Italian styling. It Team Garmin-Cervélo’s female road riders, shows a close attention to details in every feature. The “In the ARX handlebar stem now comes in shorter moulding” system insures a better shock absorption while lengths, as short as 70mm. The Ergonova LTD retaining a precise and super comfy fit. Its 26 vents provide handlebar, available in widths down to 38cm optimum air flow, and the removable and washable pads allow has a compact shape, ideal for riders with for the clean absorption of sweat. Reflective strips on the back small hands and narrow shoulders ; it of the helmet and on the straps make the helmet safe and easy provides easy handling and effortless to see. Team Sky wears it proudly in WorldTour races. access to brake levers.

Dans l’histoire du cyclisme, Diadora s’est souvent retrouvée sur les podiums des courses les plus prestigieuses. Cadel Evans, lors de sa victoire au Tour de France 2011, chaussait les souliers ProRacer 2.0. Léger et bien ventilé, le soulier bénéficie d’une mince semelle de carbone qui minimise l’épaisseur de ce dernier, tout en conservant sa rigidité et favorisant, lors du pédalage, une transmission maximale de l’énergie. La semelle intérieure amovible est conçue pour assurer un maximum d’aération en éloignant l’humidité, gardant ainsi vos pieds au sec.

Des composants appropriés Cyclosportifs, coureurs, cyclistes de club, tous recherchent le meilleur ajustement ; les femmes aussi. Et en termes de confort, elles ne devraient pas faire de compromis. 3T (Turin Tube Technology) a mis au point des composants conçus pour les cyclistes de petites tailles, en particulier les femmes. Développées en collaboration avec les coureuses de l’équipe Garmin-Cervélo, les potences ARX, plus courtes, sont disponibles à partir de 70 mm. Le guidon Ergonova LTD, offert à partir de 38 cm, est compact ; l’idéal pour les cyclistes aux épaules étroites et aux petites mains, puisque l’accès aux leviers de frein est facilité.

3T fit Ergonova LTD 400 $ www.3tcycling.com 34 | cyclepresse

MOJITO de KASK 220 $

www.kaskhelmets.com www.cyclepresse.com


NOUVEAUTÉS 2012

Pour mieux vous ÉVADER! RACKS ET BOÎTES DE TRANSPORT VENTE | LOCATION | INSTALLATION

VÉLO SKI/PLANCHE À NEIGE KAYAK PORTE-VÉLO À ATTACHE-REMORQUE INSTALLATION D’ATTACHE-REMORQUE AUTRES LOISIRS...

89, boul. Bromont Bromont (Qc) J2L 2K5 450 534-2112 / www.ubac.ca

1258, rue Laurier Est, Montréal • 514 523-3333 • 866 523-3334

www.rackevasion.com

The best mountain biking trail network in North America now brings you downhill. Le meilleur réseau de pistes de vélo de montagne en Amérique du Nord vous offre maintenant de la descente.

– Bike Magazine Reader’s Poll

bromonT

Kingdomtrails.com

Visit Vermont and experience the best for yourself on 100 miles of XC trails or lift-served downhill at the Burke Bike Park.

Venez au Vermont pour explorer nos 160 kilomètres de sentiers de vélo de montagne ou vivre l’expérience de la descente au Burke Bike Park, avec son service de remonte-pente.


par/by Stéphanie Drolet

Évasion en sentiers trail escape

Q

uand les adeptes de vélo de montagne natifs du Vermont planifient un voyage de vélo, ils choisissent Kingdom Trails, dans le nord-est du Vermont. Ça vous donne une idée à quel point le vélo de montagne est incroyable à cet endroit. Ils savent qu’ils ne pourront trouver meilleur réseau de sentiers de vélo de montagne ailleurs au Vermont, et ça, c’est assez convaincant.

C RO S S - C O U N T R Y E T V É L O PA R C

Roulez

tout

l’EtE

Situé à East Burke, dans le nord-est du Vermont, à environ 2h30 de Montréal, Kingdom Trails « en a pour tous les goûts », selon CJ Scott, directeur des sentiers à la Kingdom Trails Association. Il y a des sentiers dans lesquels un enfant de cinq ans peut rouler en toute sécurité et d’autres, où les amateurs de sentiers super techniques à voie simple peuvent s’éclater. On comprend alors pourquoi le magazine Bike a qualifié Kingdom Trails de meilleur réseau de sentiers en Amérique du Nord.

La saison s’échelonne du début mai jusqu’à la fin octobre et plusieurs événements et activités y sont organisés. Le NEMBAfest, par exemple, est une grande célébration présentée par la New England Mountain Bike Association, du 22 au 24 juin. Au programme: musique, sorties de groupe et la chance d’essayer de nouveaux vélos et de nombreux produits. Mais que vous y veniez dans le cadre d’un événement ou non, le véritable attrait de Kingdom Trails demeure dans la conception de son réseau de sentiers. Raphaël Gagné, membre de l'équipe Rocky Mountain Factory, soutient que « les sentiers ont beaucoup de flow, ce qui veut dire qu'ils sont rapides et pas trop serrés, donnant une impression de vitesse. Même les gens très habiles techniquement ont du plaisir dans les sentiers de niveau moyen

Au total, plus de 160 kilomètres de sentiers qui sont continuellement améliorés. L’an passé, grâce au centre de ski Burke Mountain, le vélo de descente avec remonte-pente a été inst auré et cet te saison, de nouvelles possibilités restent à venir. Selon Tim Tierney, directeur exécutif à KTA, « Cette année, nous ajouteront une piste de descente pour les débutants au Burke Bike Park et un sentier pour rejoindre la piste Lower J-Bar. »

pour

49

$

Taxes incluses

AVANT LE 1er JUIN Les passes d’été vélos sont à rabais ©Ryan Thibault

©scott-sports.com

T 450.451.0000 514.990.1286

montrigaud.com

©scott-sports.com

36 | cyclepresse 

www.cyclepresse.com


L’ÉCOLE DE MÉCANIQUE CYCLISTE DENISE BELZIL

H

ere’s a clue about how good the riding is at Kingdom Trails in Vermont’s Northeast Kingdom: When Vermont mountain bikers plan a road trip, this is the place they go. They know that there is no better trail network in a state known for great mountain biking, and that’s a pretty convincing stamp of approval.

In all, there are more than 160 kilometres of trails, a smorgasbord that keeps getting better and better. Last year, thanks to Burke Mountain ski area, lift-serviced downhill became an option, with more on the way this year. According to Tim Tierney, KTA’s Executive Director, “This year we will add an entry-level downhill trail at the Burke Bike Park as well as a connector to Lower J-Bar.”

Located in East Burke, about two and a half hours from Montréal, Kingdom Trails “has something for everyone,” says Kingdom Trails Association Trails Manager CJ Scott. There are rides a five-year-old can safely enjoy and rides for those who get their kicks on technical single-track trails. No wonder Bike magazine named Kingdom Trails the best trail network in North America.

The season runs from early May until the end of October, highlighted by numerous cool event s and activities. NEMBAfest, for instance, running from June 22 to June 24, is a major celebration sponsored by the New England Mountain Bike Association. Music, group rides, and a chance to try out new bikes and products are all part of a fun-packed weekend.

Cours de mécanique de vélo

pour particuliers et entreprises

Néophyte

(1 JOUR)

Réparation d’une crevaison. ◆ Ajustement des systèmes de freins et de vitesses. ◆ Trucs de dépannage ; trousse d’outils. ◆

Mécanicien – niveau 1

(2 JOURS)

Mécanicien – niveau 2

(2 JOURS)

Chaque participant travaille sur son propre vélo. ◆ Démontage et ajustement du jeu de pédalier, de la direction et du moyeu arrière. ◆ Ajustement des systèmes de freins et de vitesses.

Exécution d’une mise au point et réparations courantes. ◆ Installation complète d’un système de transmission et de freins. ◆

Mécanicien – niveau 3

(2 JOURS)

Préparation d’un cadre pour l’assemblage : surfaçage, taraudage et alésage. ◆ Fourche : redressement, filetage et installation. ◆ Roulements : pédalier, direction, moyeux. ◆

COURS DE SPÉCIALISATION :

Freins à disque Fourche à suspension Montage de roues Pour connaître l’horaire des cours, s’inscrire ou pour commander les manuels, consultez le www.technocycle.ca ou appelez-nous au 514 846-1486 .

NOUVEAU !

© Ben Haulenbeek

www.cyclepresse.com

cyclepresse | 37


et facile car ça va très vite. C’est donc par la vitesse à laquelle vous les négociez que vous pouvez les rendre plus difficiles, selon votre niveau ». Ici, les gens travaillent très fort pour proposer de beaux sentiers uniques et écologiquement viables. « Nous mettons beaucoup d’énergie et de ressources dans les sentiers et je pense que c’est pour ça que nous avons si bonne réputation », soutient Tierney. La communauté est également très impliquée, les gestionnaires des sentiers ayant obtenu plusieurs droits de passages de propriétés privées. Vous pouvez rouler sur tous les genres de surfaces imaginables : boue, roches, sable, gazon, feuilles, racines – et sur du terrain très roulant jusqu’au mur cassepattes. Les amateurs de sentiers à voie simple ont tendance à fréquenter Darling Hill, où les pistes sont conçues autant pour les novices que pour les plus avancés. Parmi les sentiers les plus populaires, on retrouve Tap N Die, Sidewinder, Webs, Todys Tour and Pines. Le nombre de boucles possibles est presque illimité.

© Ben Haulenbeek

D’après Scott, environ 60 000 adeptes visitent Kingdom Trails chaque année. Ils viennent, non seulement pour la grande variété de sentiers, mais

Pilot: Richie Schley

Sent…

Handmade in Germany. 38 | cyclepresse

www.cyclepresse.com


© Ben Haulenbeek

aussi pour la beauté des lieux, particulièrement à l’automne, lorsque le feuillage déploie ses couleurs. Malgré la popularité de l’endroit l’achalandage, compte tenu de l’ampleur du réseau, n’est jamais problématique. Après votre journée de vélo, vous pouvez aussi faire un tour à East Burke, un charmant petit village typique du Vermont qui s’anime lorsque la saison de vélo bat son plein. Et quand la saison se termine en octobre, ne rayez pas Kingdom Trails de la carte ; en hiver, le réseau de sentiers devient une fabuleuse destination de ski de fond. Pour le vélo ou le ski, les résidents vous le diront : au Vermont, c’est le meilleur endroit.

Actually, whether you come for an event or not, it is the well-designed trail network that is Kingdom Trails’ real draw. Raphaël Gagné, member of the Rocky Mountain factory team, reports that, “The trails have a lot of flow, which means that they’re fast and not too tight and give an impression of speed. Even riders who are technically very skilled have fun on the intermediate and easy trails, because you can go really fast. It’s the speed at which you take them that can make them easier or harder, depending on your (ability) level.”

Roughly 60,000 riders visit Kingdom Trails every year, says Scott. They come not only for the great variety of trails but also for the beauty of the surrounding countryside, especially when Vermont’s famous foliage shows off its radiant colors in the fall. Yet despite Kingdom Trails’ popularity, you never have the problem of rider congestion on the trails, given the size of the network. After riding, you can also enjoy the rural character of East Burke, a classic Vermont town that can get pretty lively in the middle of the riding season.

The people here work hard to offer beautiful, environmentally sustainable and unique trails. “We put a lot of energy and resources into the trails and I believe it’s why we have a good reputation,” says Tierney. It is also why they have strong support from the local community. Numerous private landowners have made trail access possible by providing legal rights of way across their properties.

And when the riding comes to an end in October, don’t take Kingdom Trails off your radar. In winter, the trail network doubles as a great destination for cross-country ski touring. On wheels or on skis, Vermonters can tell you: This is about as good as it as good as it gets in the state.

You can encounter almost every surface imaginable – dirt, rock, sand, grass, leaves, roots, mud – and everything from pancake flat to killer steep. Single-track enthusiasts tend to head for Darling Hill, where trails are designed for novices as well as more skilled, experienced riders. Among the most popular trails are Tap N Die, Sidewinder, Webs, Todys Tour and Pines. The number of possible loops is virtually countless.

Delivered.

X-King 2.2 /2.4 www.cyclepresse.com

Mountain King 2.2 / 2.4

Baron 2.3 /2.5

Trail King 2.2/2.4 cyclepresse | 39


par/by Phil Gale

RUBRIQUE EUROPÉENNE EUROPEAN COLUMN

Rouler avec style

Vêtements européens,

Riding in style première partie

I

l existe une grande variété de vêtements de vélo. Lorsque nous magasinons de nouveaux produits, nous sommes bombardés d’information concernant les matériaux, les coupes, la respirabilité et les types de tissus. Évidemment, les marques tiennent à souligner la technologie qu’elles utilisent, mais qu’en est-il des entreprises, à l’arrièreplan, qui font en sorte que cette technologie fonctionne ? Comment ont-elles commencé, et comment améliorent-elles notre façon de rouler ? Dans ce numéro et ses publications suivantes, Cyclepresse vous présentera des marques d’entreprises européennes bien connues, vous dévoilant ce qui se passe à huis clos.

Italie, tailleur des pros L’Italie affiche non seulement une riche histoire en cyclisme, mais le pays jouit aussi d’une renommée mondiale au niveau de la mode. Connaissant une longue tradition de haute couture et de travailleurs qualifiés, plusieurs des plus grandes maisons de couture y sont installées. C’est donc un peu normal que quelques-uns des plus grands manufacturiers de vêtements de vélo soient Italiens. Deux marques italiennes ont retenu notre attention et voici leur histoire – comment elles en sont arrivées à habiller des champions du monde et des gagnants du Tour de France.

Moa Sport, Nalini Parfois, le pire des échecs peut nous propulser vers les plus grands exploits. Pour connaître les origines de Moa Sport, il faut retourner en 1964, lors de l ’obtention d’une médaille d’argent aux Jeux olympiques de Tokyo. Pourtant, une seconde place et une médaille olympique semble être le couronnement d’une carrière réussie, mais pas pour l’Italien Vincenzo Mantovani. Très bon cycliste amateur, cer tes, sa médaille d’argent remportée en poursuite par équipes, à une seconde des vainqueurs, l’a longuement tracassé :il voulait absolument trouver comment reprendre cette seconde perdue. Perfectionniste, il examina chaque détail, de son vélo 40 | cyclepresse

jusqu’à ses souliers et ses vêtements. Il a vite réalisé qu’il pourrait facilement obtenir de meilleures performances en améliorant ses vêtements. En travaillant avec des couturières près de chez lui, à Verona, il développa des vêtements sur mesure lui permettant d’aller plus vite. Évidemment que ses adversaires ont remarqué ce qu’il portait, et Mantovani, en homme d’affaires aguerri, décida de vendre ses produits après les courses. C’est ainsi que Moa Sport vint au monde. Mantovani vu, en Moa Sport, un potentiel certain. Lui et son frère, ex-joueur de soccer professionnel pour Milan AC dont la carrière fut écourtée à cause d’une blessure

Euro clothing,

part one

T

he variety in cycling clothing is vast. We are bombarded with information about materials, cuts, breathability and fabric types when we shop for new products. Naturally, various brands want to highlight the technology used in their products, but what about the companies behind making the technology work ? Where did they begin, and how are they making riding better for us ? Over the next few issues, Cyclepresse will look at a few major European clothing brands, showing what goes on behind closed doors.

Italy, tailor to the pros Italy is not only a country with a long and rich history in cycling, it is also world-renowned for its fashion and clothing. Many of the world’s top design houses are based here, with Italy having a long tradition of fine tailoring and skilled workers. It is only natural that some of the most famous names in cycling clothing are Italian. Two famous Italian brands are especially noteworthy, and this is their story – how they have become the tailors to world champions and Tour de France winners.

Moa Sport, Nalini Sometimes, the hardest shortcoming can lead to the greatest achievement. Moa Sport’s roots go all the way back to a silver medal in the 1964 Tokyo Olympics. Second place and an Olympic medal might seem a crowning achievement for any career, but not for Italian Vincenzo Mantovani. He was already a strong amateur cyclist, but his silver medal in the team pursuit, just one second arrears, started his brain ticking. Mantovani’s focus was on how he could get back that lost second. A perfectionist, he looked at every detail of his riding, from his bike right through to shoes and clothing. He soon realized that he could achieve performance gains from improved clothing. Working with local seamstresses near his home in Verona, he developed

custom clothing to make him faster. Naturally his competitors noticed what he was wearing, and Mantovani, being an instinctive businessman, decided to sell his products after the races. From those post-race sales of custom clothing, Moa Sport was born. Mantovani saw a huge potential in Moa Sport. He and his brother, an ex-professional football player for AC Milan whose career was cut short due to a knee injury, came up with a synthetic leather for making mock chamois pads. This revolutionary design was more practical, comfortable and hygienic than existing fabrics. Named Nalini Chamois, its sales took off, and it was used by many other clothing companies. Nalini soon became more widely www.cyclepresse.com


au genou, créèrent un cuir synthétique pour la confection d ’un chamois rembourré ; un desi g n révolut ion nai re plus pratique, plus confortable et plus hygiénique que les tissus déjà existants. Baptisé le Chamois Nalini, ses ventes grimpèrent et il fut utilisé par plusieurs autres compagnies de vêtements. Nalini devint rapidement plus connue que Moa Sport, et l’entreprise décida de garder ce nom pour désigner la marque. Aujourd’hui, Nalini compte 340 employés et appartient toujours à la famille Mantovani. Paolo Pizzamiglio, directeur des ventes à l’international, ajoute : « Malgré la demande d ’une baisse des prix et l’économie italienne en situation difficile, nous respectons les principes de Vincenzo. Notre entreprise est purement italienne : l’ensemble de notre production se fait en Italie, de l’achat des tissus jusqu’au produit f inal. Pour nous, c’est une marque de respect à l’égard de Vincenzo. » Malheureusement, en 1989, Vincenzo perdu la vie dans un accident d’avion, laissant à son frère les rênes de l’entreprise. « Mais encore aujourd’hui, nous respectons tous ses principes », soutient Pizzamiglio. Il fut lui-même un champion et fournissait les meilleurs coureurs. Nous travaillons encore avec les meilleures équipes, et en 2012, travaillons de près avec huit équipes professionnelles. « Comme elles exigent le meilleur produit, nous procédons constam­ m ent à de petits changements pour y

arriver. Les coureurs viennent aussi à l’usine pour un ajustement personnalisé. Pour nous, c’est l’idéal. Nous sommes tous motivés à produire ce qu’il a de meilleur, et les exigences des équipes nous forcent à développer des nouveautés. Tout cela se répercute dans la confection de nos vêtements, à travers nos lignes et nos marques. » Moa Sport possède maintenant trois marques : Nalini, une ligne suivant les tend ances et la mode, Moa Sport, pour la haute performance et Bianche Milano, une marque historique. Pizzamiglio ajoute : « Notre histoire nous tient à cœur. Plusieurs générations provenant de même famille travaillent avec nous depuis nos débuts, certains de nos distributeurs ont fait de la course avec Vincenzo, et nous avons collaboré avec certains des meilleurs coureurs dont l’équipe de Miguel Indurain, Banesto, qui était notre numéro 1. Cette expérience, jumelée à notre contrôle de qualité grâce à notre main d’œuvre italienne qualifiée, fait en sorte que nous pouvons encore fabriquer les meilleurs produits. Je pourrais vous dire à quel point nos vêtements sont techniques, mais nous croyons que ce sont les petits détails qui font une différence, laquelle est appréciée par les coureurs. Nous cherchons toujours à nous améliorer et ce, depuis nos débuts. Récemment, nous avons eut une rencontre avec la FDJ dans le but de collaborer pour de nouveaux designs et des essais en soufflerie. Notre développement ne s’arrête jamais. »

known than Moa Sport, and the company decided to use it as its own brand name. Today Nalini has 340 employees and is still owned by the Mantovani family. Paolo Pizzamiglio, international sales manager, explains : “With modern demands for a lower price and also with the difficult times in the Italian economy, we still stick to Vincenzo’s original principles. We are an Italian company, honestly Italian. All our production is in Italy, from fabric purchasing through to final product. We feel it is out of respect for Vincenzo.” Sadly, in 1989 Vincenzo died in a light aircraft accident, leaving his brother to run the company. “Today we stick to all of Vincenzo’s principles,” says Pizzamiglio. “He was a champion himself who supplied the best to the top riders. We still work with the top teams today, and 2012 sees us working closely with eight pro teams. Each team demands the best equipment, so we constantly make small changes to achieve this. We also have the riders come to the factory to get personally fitted. For us this is the best situation possible. All of us are motivated to make the best,

and the demand from our teams keeps us working hard to develop new products. This trickles down to clothing throughout our ranges and brands.” Moa Sport now has three brands : Nalini, which is fashion-based, Moa Sport, for higher performance, and Bianche Milano, an historic brand. Pizzamiglio continues : “Our history is very important to us. We have many generations of the same family who have worked with us since the beginning, some of our distributors are riders who raced with Vincenzo, and we have worked with some of the best riders, with Miguel Indurain and his Banesto team being our Number 1. All of this experience, linked with our quality control by using top Italian workers, means we can keep making the best products. I could tell you about how technical our clothing is. But for us it is the small details that make the difference, a difference that is noticed by the riders. From our beginnings to today, we are always looking to improve. Recently we had a meeting with FDJ about working with them in the wind tunnel on some new designs. Our development never stops.”

« L’ensemble de notre production se fait en Italie, de l’achat des tissus jusqu’au produit final. » “All our production is in Italy, from fabric purchasing through the final product.”

©Photos : Phil Gale

www.cyclepresse.com

cyclepresse | 41


« Le logo de Castelli était inspiré du signe astrologique d’une femme avec laquelle Maurizio eut une liaison. » “The Castelli logo was the (astrological) sign of (a woman in) an affair that Maurizio had.”

Castelli Le scorpion, célèbre logo de Castelli, évoque l’image d’une autre entreprise italienne bien connue dans le monde du vélo. Castelli existe déjà depuis 1935 lorsqu’un jeune et talentueux t a i l le u r, A r m a ndo C a s t el l i , devient apprenti pour Vittore Gianni. À l’époque, Gianni, qui produisait des vêtements de sport depuis 1876, avait déjà beaucoup d’adeptes. Le jeune Castelli reconnu le potentiel de la compagnie ; ayant plusieurs n o u ve l l e s i d é e s , i l a c h e t a l’entreprise de Gianni en 1939. Sous ce même nom, Castelli devint le fournisseur des plus grands de cette ère : Coppi, Bartali, Bobet et Anquetil. Tous payaient pour ces vêtements signés Gianni. Coppi engageait même Castelli pour qu’il lui confectionne sur mesure, ses vêtements tout-aller. C ’e s t e n 1948 que n aqu it Maurizio Castelli, fils d’Armando et futur fondateur des vêtements Castelli. Maurizio grandit dans le monde du cyclisme, rêvant d’une carrière professionnelle, mais une fracture à la hanche mis fin à ce rêve alors qu’il était junior et débordait de talent. Plongé dans l ’entreprise familiale, le jeune Castelli, comme son père, 42 | cyclepresse

Castelli avait le souci du détail. Mais les deux ne s’entendaient pas. Incapable de travailler selon la méthode d’affaires traditionnelle de son père, Maurizio quitta la compagnie en 1974. La marque Castelli prit naissance. En ce qui concerne le logo, S t e ve S m i t h , d i r e c t e u r d e marque, explique. « D’après nos recherches, c’était le signe (astrologique) d’une femme avec laquelle Maurizio eut une liaison. » Castelli mit de côté les liaisons dangereuses et les querelles familiales pour se concentrer à l’amélioration de la marque. Smith ajoute : « Castelli a toujours tenté de concevoir les vêtements les plus performants. Aujourd’hui, nous travaillons toujours selon ces mêmes principes. Avec notre équipe professionnelle, nous avons développé des produits incroyables et récemment, avons produit le vêtement de route le plus rapide (aérodynamique). » Le San Remo Speed Suit fut conçu après la défaite d’Heinrich Haussler à la course Milan-San Remo de 2009. Smith explique : « Depuis 1981, Castelli reconnaît que la friction de l’air est le pire ennemi du cycliste. Nous avons donc conçu un vêtement de

The iconic scorpion logo of Castelli conjures images of another Italian company tailoring for speed. Castelli has a history which runs back to 1935, when a young and talented tailor, Armando Castelli, was taken on as an apprentice for Vittore Gianni. Gianni had been producing clothing for all sports since 1876 and had a very large following. The young Castelli saw the potential of the business, had many new ideas and ended up buying Gianni’s company in 1939. Working under Gianni’s old name, Castelli became a supplier to the greats of that era : Coppi, Bartali, Bobet and Anquetil, all of whom paid for Gianni-branded clothing. Coppi even used Castelli as his personal tailor for casual clothes.

As for the logo, Steve Smith, the brand manager, explains. “From our limited research, it was the (astrological) sign of (a woman in) an affair that Maurizio had.” Dangerous liaisons and family feuds aside, Castelli put his mind to taking cycling clothing to the next level. Smith continues : “Castelli has always worked to make the fastest and best performing clothing. Even today, we still work by the same principles as when Castelli started. Working with our professional team, we have developed incredible products. Most recently we have produced the fastest piece of clothing in road racing.”

In 1948, M aur i z io Castel l i, A r m a ndo’s son a nd f ut u re founder of Castelli clothing, was born. Naturally, Maurizio grew up surrounded by cycling and dreamt of a professional career, but a broken hip ended this dream when he was just showing his talent as a junior. Whisked into the family trade, the younger Castelli, like his father, had a keen eye for detail. But their personalities clashed. Unable to work under his father’s traditional business practices, Maurzio left

The San Remo Speed Suit came into being after the narrow defeat of Heinrich Haussler in the 2009 Milan-San Remo race. Smith explains : “Since 1981, Castelli has known that drag is the biggest enemy of the cyclist. So we worked hard to make a piece of race wear which had the low drag of a skin suit but had pockets and a full zip for road racing. Working with the Garmin-Barracuda team we have developed something which wins races and allows all riders to go faster.”

the company in 1974. Castelli as a brand was born.

www.cyclepresse.com


SAGUENAY– LAC-SAINT-JEAN

The Véloroute des

Bleuets

More than a circuit...

An experience!

ASSOS

COLLECTION 2012

MAINTENANT DISPONIBLE !

Lunette : ZEGHO WERKSMANNSCHAFT Camisole : nS.superLeggera Cuissard : T FI.13_S5 Gants : summerGloves

NOUS CRÉONS DESHOMES MAISONS WE CREATE FORPOUR LIFE LA VIE

LAVAL NOUVEAU 1680, BOUL. DE L’AVENIR

450 934-1150 SAINTE-THÉRÈSE 234, RUE SAINT-CHARLES

450 420-2222

256 km of bike path

MONTRÉAL(Located 2 hours 2650, RUE MASSON from Quebec city)

give you a lifetime of satisfaction.

Nous apportons un soin méticuleux à tous les aspects de nos travaux. Nous sommes toujours l’écoute de vos besoins de Every aspect of our work is àcarefully executed, we afin create réaliser la maison de vos rêves. healthy wood homes, we build for life. Contactez-nous maintenant pour visiter notre maison modèle à Call us now to visit our model home in Mont-Tremblant (Qc) Mont-Tremblant.

514 842-1121

1 866 550-4541

bicycleholidays.ca

Chez Bois VPwe’ll nous devote concevons maisons saines et At VPMaisons Wood de Homes, thedes time and attention durables faites de bois massif dont vous serez satisfait pour la will vie. required to make the home of your dreams, a home that

bicyclesquilicot.com

MAISONS DEHOMES BOIS VP INC. VP WOOD INC. T T: 819 : 819688-3636 688-3636| |www.maisonsdeboisvp.com www.vpwoodhomes.com


course à faible traînée, comme un skin suit, avec des poches et une fermeture complète à l’avant. En collaboration avec l’équipe Garmin-Barracuda, nous avons développé un produit qui gagne des courses et permet à tous les coureurs d’aller plus vite. » E n 2011, à Pa r i s-Roub a i x , Vansummeren mena le Speed Suit à sa première victoire ; Castelli croit que la diminution de la friction a joué. Selon Andrea Peron,

ex-professionnel et directeur de la performance en course chez Castelli : « Nos essais démontrent que le Speed Suit, à 40 km/h, fait épargner de 10 à 15 watts. Sans ce vêtement, Vansummeren aurait obtenu une avance de 7 secondes, et non de 19. Cancellara aurait été capable de le rejoindre, puis probablement de le battre au sprint. » Comme l’entreprise est située à Fonsazo, au pied des Dolomites,

Vansummeren rode to the first victory in a Speed Suit at Paris Roubaix in 2011, and Castelli believes the reduced drag helped. Andrea Peron, ex-professional and member of Team Liaison reports : “Our tests show that the Speed Suit saves 10 to 15 watts at 40kph. Without the suit, Vansummeren would have had a lead of 7 seconds and not 19. Cancellara would have been able to bridge that and then probably out-sprint Vansummeren.”

With the company situated at the foot of the Dolomites in Fonsazo, Castelli’s designers share in both development and testing. Soren Jensen, Castelli’s international communication manager, explains : “Our design ideas come about quickly, so we need to test them all the time. Many lunchtime rides are spent doing this. After the ride, we roll into the design office to give feedback. We can then quickly refine the product before we give it to our team.”

Rêvez l’Italie.

Dream Italy. Roulez Nalini. Ride Nalini. La motivation

Everything we make derrière chacun de is geared to provide nos produits est de you with the vous procurer une ultimate riding expérience ultime experience

à chacune de vos sorties de vélo.

e de voyag venu otre e n d e e v d n rê ies, ons le s am rofit est u Chère et moi p talie. C’ à couper I le et… Nadie filles en ages sont nd iJnucliroey, ab de a e s n t d y i a e v a s p lo Lile vé yle trip atlléos s é. Le ousftfinea,et oup de sctlinm gmes ry réalit e,arlaChbri ee beauucr g,irlnsoucsy soe. sSucpeenrb D le f t f n u o i ru o o id and ni ttte s s g n e m n e i m li e y s o rè reamroucvé c e amliaezninneg Naalind . ta re er njo p I a s le We. aHie hssent d a n d t s i t li i a w s y n t e . Itt’s avo d aned vélo ite s endo ng an charm qu Tour shoppi Itsainlyer e lar, Feonots nsd arePro cling magaspecdteacvuêteem aplieas du we went pparel ,cy are t I i , a o e h u y marqguirlss..ie. utrs éYqestyeardbale! le Italian ouCr itaeams lu rming. incro credib Pro T rie que pcham t in lu en hat that many g stuff!Ma n Abso ound t i i f amaz Nalin brand g. Simply n weari

44 | cyclepresse

Ciao,

n Roby

iane e, Viv Isabell ie lér gnons e et Va esisaPiand Juli dL e u r , stina c 12C3hri l, Q reet on3t,réGaear St o M12 9 J J 2o, Ontari H2 Toront a

Canad

www.cyclepresse.com


©Photos: Phil Gale

les designers peuvent effectuer leur développement et leurs essais sur place. Soren Jensen, directeur des communications à l’international, ajoute : « Nos designers ont continuellement de nouvelles idées, on doit donc sans cesse les vérifier. À l’heure du midi, plusieurs sorties y sont consacrées. Ensuite, en revenant au bureau, on donne not re feedback. De cette façon, on peut facilement ajuster le produit avant de le donner à notre équipe. »

Le scor pion signif ie donc beaucoup plus qu’un cœur brisé par une maîtresse, conclut Peron. « Nous ne produisons pas des vêtements pour y afficher les logos des commanditaires ou pour y imprimer de jolis motifs. Les produits Castelli sont conçus pour of f r i r la per for mance optimale, même pour les cyclistes les plus exigeants. Nous tenons à produire les meilleurs produits, d e s ch au s s e t t e s ju s qu’ à l a casquette cycliste. »

The small scorpion logo means much more than a broken hear t over a mistress, Peron concludes. “We do not make clothing to hang logos of sponsors or to print nice designs on . C a s t e l l i p r o du c t s are designed to give the highest performance to even the most demanding of riders. We are driven to make the best, from socks right up to cycling cap.”

De Gauche à droite: / from left to right Fausto Coppi et le jeune Maurizio, Fausto & young Maurizio / Tissus à l’entrepôt, Fabrics at the warehouse / Maurizio Castelli / Impression en sublimation, Sublimation printing / Équipe ONCE team / Atelier de production, workshop / Francesco Moser / Prix et distinctions, Castelli’s prizes and awards

Rêvez l’Italie. Dream Italy. Roulez Nalini. Ride Nalini. Cher E Nous ric et S é p vélo e rofitons bastien, n Ita tous Pierr lie. V de no e e o t aD sceeanrs Rto Luc co us auriez re voyage de du ve diWxe a ion bdeand MPambatifs ni anres ap u d o l, a nt ns la r. Hier CI’etsatly. Y llluesnjojeyuinneg e Dasda d e rn ière ou na pa c laPegtaer uann rêvsehoduld h souur la ra d Jim evenuave c ycplihnogtot.ri issant n p to ome. es pa raci réali solouofkfingg. tL e H té poere a le n y ng roIutlo’sn a, que yde’hars syaoges uspo M u tore, s d istoiunger nt oànte r D u lesspeIcta,c larebaomufcom re pa on th coupastdaen t f e rt u e pic er le a o u t e dafnosod aanlidenlasr, chhiasteo ettru le .viSn cen ou nt u ry o u rm usre. very ne bw a ev w inecry i Club c tro uvénice. ounteiqaumaznts.ery Hi here royable e ycli es go, t defovuénd icnetteYessuteerdadeinvgéloandertapw rè 12 m 3, rue ste , lo a h p y I i erbe , aft nouse Ita di, c a ProtaTlian Ictyalilo l m e avonlisans d Tour our e clienngne bqiukee shaorquer tdhee ri ntréal, es Pignons team ndoss brand plusp tha vêtde we GeMaors s are ent. Nali ieurs t inc ement Qc C Simp y n re c s A é H i w li q d 2 b e t at uipesible ly am a s 123, JG 2J9 ng Club azing C ring. olumehnt many du e a I r Stre ncroy Pro stuifafo, Toront able! ! et

Sergi

o

www.cyclepresse.com

Ciao,

Pete

o, Ont ario a

Canad

La motivation derrière

Everything we make is chacun de nos produits geared to provide you estthe de ultimate vous procurer with une expérience riding experienceultime

à chacune de vos sorties de vélo.

cyclepresse | 45


par/by Peter Oliver

Gros plan Zoom in ©

sc

ot t- s

po r ts

.c o

m

I

l y a très longtemps, un grand philosophe a dit que la roue n’avait nul besoin d’être réinventée. Mais peu importe qui était cet homme, il ne comprenait rien au monde moderne du vélo de montagne. Depuis trois ou quatre ans, on assiste à l’émergence rapide des vélos de montagne conçus pour des roues de 29 pouces. Et en termes de popularité, les 29ers surpassent maintenant les vélos avec des roues de 26 pouces qui ont longtemps été la norme. Speciali zed, par exemple, of f re maintenant 33 modèles dans sa ligne de 29ers, environ la moitié des modèles que l’entreprise produit, selon Hannah Parish, gérante de marketing chez Specialized Canada. Et ce nombre risque d’augmenter pour une simple et bonne raison : les 29ers se vendent.

Pendant que les ventes des 29 ers montent en flèche, celles des autres gammes ne bougent presque pas ou connaissent même une baisse. Aux États-Unis, notamment, la Bicycle Products Suppliers Association soutient qu’entre 2010 et 2011, les ventes des 29ers ont augmenté de plus de 120 %. Darryl Musgrave, coordonnateur de marque division vélo chez Mica Sports Canada, distributeur de Scott, relate une augmentation de 70 % des ventes de 29ers cette année. Une tendance tellement populaire qu’on retrouve même un site Web, twentynineinches. com, entièrement consacré au concept.

Chez les manufacturiers, les ingénieurs continuent à améliorer le design du 29er. La première génération était basée sur une géométrie de 26er, mais avec de plus grandes roues, et « la maniabilité était mauvaise », dit Musgrave. Maintenant, les cadres présentent une géométrie reconfigurée adaptée aux roues de plus grand diamètre. « Le cadre est différent à presque tous les niveaux », dit Parish, pour garantir un transfert de puissance adéquat. » Aussi, de plus en plus de roues et de composants (i.e., fourches et différentes configurations de braquets) sont disponibles pour que les adeptes de 29ers profitent pleinement de leur vélo. Visiblement, les 29ers sont ici pour rester. Mais alors, qu’en est-il de l’avenir des 26ers ? Musgrave dit que chez Scott, les coureurs professionnels les préfèrent souvent sur les parcours étroits et très techniques, où les virages à court rayon sont impliqués. Et pour les débutants, la feuille de route des 26ers est attirante. Mais la roue de vélo de montagne s’est réinventée, et les grosses roues continuent toujours à rouler.

©specialized

Mais pourquoi ? Qu’est-ce que des vélos avec des roues de trois pouces de plus ont de si excitant ? Rebecca Rusch, qui a gagné la difficile Leadville 100 avec son 29er, l’a vanté, disant « qu’il m’a permis de rouler le terrain avec plus de facilité », réduisant la fatigue engendrée lors d’une telle épreuve d’endurance. Et même si le confort, lors d’une randonnée de plusieurs heures, peut représenter un argument de vente, des coureurs sur la

Coupe du monde ont aussi commencé à gagner des courtes distances avec des 29ers. Selon Parish, les 29ers ne sont pas seulement plus rapides sur le plat, des essais chez Specialized ont indiqué qu’ils sont aussi plus performants dans les montées.

46 | cyclepresse

A

long time ago, some great philosopher conceived the now oft-cited advice that there is no need to reinvent the wheel. But whoever that wise guy was had no understanding of the modern mountain-bike world. The last three or four years have seen the rapid emergence of mountain bikes designed for 29-inch wheels, and 29ers now exceed the popularity of the 26-inch-wheeled bikes that for years have been the sport’s standard. Specialized, for example, now includes 33 29ers in its mountain-bike line-up, about half of the models the company produces, says Hannah Parish, Specialized Canada’s marketing manager. And those numbers are likely to grow for one, simple reason : 29ers are selling.

point, riders in shorter World Cup races have begun winning regularly on 29ers, too. Not only are 29ers faster on the flats, says Parish, Specialized tests have indicated they outperform 26ers going uphill as well.

While the sales figures for other bike categories are more or less flatlining or even declining, 29ers are riding a sales frenzy. In the U.S., for example, the Bicycle Products Suppliers Association reports that 29er sales rose more than 120 percent between 2010 and 2011. Darryl Musgrave, Bike Brand Coordinator for Mica Sports Canada, distributor of Scott, reports a 70 percent increase in 29er sales this year. The trend has such momentum that there is even a web site, twentynineinches.com, completely dedicated to the concept.

Engineers at bike companies continue to tweak and improve 29er design. The first generation of 29ers was based on 26er geometry only with bigger wheels, and “the handling was terrible,” says Musgrave. But now frames feature the reconfigured geometry necessitated by a larger wheel size. “Almost everything about the frame is different,” says Parish, “to guarantee the right power transfer.” In addition, more and more wheels and components (e.g., forks and different gear ratios) are coming onto the market to allow riders to get the most out of 29ers.

But why ? What’s so great about bikes with wheels three inches larger in diameter ? Rebecca Rusch, who won the grueling Leadville 100 race on a 29er, praised her bike for “allowing me to roll over things more easily,” thereby reducing fatigue over the long haul of an endurance race. And while comfort for a multi-hour ride might be one selling

Clearly 29ers are here to stay, but what about the future of 26ers ? Musgrave says that Scott’s pro racers often prefer 26ers on tight, technical courses, where a short turning radius is necessary. And the proven track record of 26ers still has an appeal for entry-level riders. But the mountain-bike wheel has been reinvented, and big wheels just keep on rolling. www.cyclepresse.com


Cyclepresse Ont  

Cyclepresse Vol2 no2

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you