Issuu on Google+

Des iDées oriGinales Pour Vos Prochaines Vacances ! Randonnées - Balades en mer Plongées sous-marine - Immersion en tribu - Tables d’hôtes

Des articles insolites Des interVieWs, Des brÈVes, Découvrez tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Le Nord !

le GuiDe Des bonnes aDresses en ProVince norD Hôtels, accueil en tribu, campings, restaurants, activités…

n°2

DECEMBRE

2012

VO S VACANCES D’ÉTÉ EN PROVINCE NORD

Jouez

J’aime

!

avec

Les ambassadeurs du Nord

Partagez vos coups de coeur !

PoinDimié

Zoom sur la région et ses activités

P16

P4

DOSSIER SPÉCIAL HIENGHÈNE

un tourisme bien réfléchi

Des randonnées, des balades en mer, des plongées sous-marines, des balades à cheval, des coup de chasse…il y a tant de chose à faire en province Nord !

Formations

on Passe à table !

P6

P8

le GranD norD Une mine de trésors

P10

Hébergements

Dormez Differents !

P7

www.tourismeprovincenord.nc


Le JournaL

à nouz

aut’!

VO S VACANCES D’ÉTÉ EN PROVINCE NORD

eDito

sommaire

Tous En ProVinCE norD ! Pour les voyageurs comme les citadins, la province Nord est l’endroit des grands espaces, des paysages à couper le souffle, mais aussi des rencontres en tribus où l’on sait prendre le temps de partager les cultures. Et s’il y a encore quelques années, les structures d’accueil et les activités n’étaient pas légion, ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui. On trouve de tout, pour tous les goûts. De l’hôtel trois étoiles à l’accueil en tribu, des activités traditionnelles au jet-ski… C’est vous qui décidez ! L’idée de cette deuxième édition du Journal à Nouz’aut’ est de vous montrer cette diversité, vous aider à faire votre choix ou encore de vous faire découvrir des endroits originaux. La province Nord mérite le déplacement et une fois qui vous y serez allé, vous ne pourrez plus dire le contraire. Bonne route !

PoinDimié

témoiGnaGe

Poindimié joue la carte de l’écotourisme

Une lune de miel au paradis...

Tourisme reponsable et authenticité.

P4-5

P3

formation

heberGement

Toujours plus pro !

Dormez differents !

Changer l’ordinaire de vos séjours dans le Nord.

Formation cuisine à Bas-Coulna.

P7

P6

ours

Le Journal à nouz’aut’, vos vacances en Province Nord - GIE Tourisme Province Nord Directrice de Publication : Jacqueline RIAHI - Conception graphique et réalisation : Agence Demain - Rédaction : Mathurin DEREL Photographes : Stéphane DUCANDAS, Eric DELL’ERBA, Mathurin DEREL, Denis CALLÉ , TPN, Sylvain WISS, DR

Îles Bélep

le GranD norD

hienGhÈne Un tourisme bien réfléchi !

Oono Wéaa

Îles Bélep

Waala

Une mine de trésors

La commune a été la première à l’échelle du territoire à adopter un schéma de développement.

Dépaysement et activités tout azimuts.

nouVeautés

le GuiDe

P8 -9

Eva

P10-11

Pairomé

Les découvertes à ne pas manquer !

Taaniô

Yandé

Baaba

Annuaire des prestataires Suivez le guide !

P12

Poingam

P13-14-15

Yenghapane Tie Tiabet Narai Titch

Réserve de Faune

Pangai

Poum

Pum

Malabou

Arama

Pam

Tiari

St-Denis

Bwalayet

Ouégoa

Pouébo

Wegoa

Pweevo CAS

Poum

Tchamboene

cade

Yambé

Oubatche

Ouénia

Koumac

CAS cade

Ouégoa

Bouélas

Wanap 2 Wanap 1

Ouéholle

Pouébo

Wegoa

CAS cade

Païta Ouayaguette

Bas-Coulna Wahat

Koumac Taom

ari s up

Kongouma

Tiendanite

Touho

Vieux Touho

Tiouandé Tiaoué

(Bweeyen)

Tuo Cèmuhi

Koé Hienghène

Hyehen

Kokengone Wagap

Ouélisse (Wéélic)

Bopope

(Pwöpwöp)

(Kawewath)

il

Tiéta

Tié

Pombeï Tiwaka

Atéou

Tiéti

la Hi no e H ng Bo ou hèn K u a e Bo aala loupïlou Ko ur -G ar Ca né ail om is en FarKounala Ko ino aou H u La ien mac a g H M o Fo hè Ka oi uaïloa ne Na n Ko épla-G douu Nn o o K o é ui men O oua umé K u P ou ég ou a La oindmac oa a P M on Fo imi Po oin ériha é N u o P é éb do ue Noouepou o u n P m i O ou um b Po ué m éa out P y g S oin a oa Po arramdim T n i P hi é éa é Tooué o rihou P n T ou to bo en Po ouhembuta V u o Po oh m out Y y Sa até a r Th ramé i a To o nto To u uta Vo ho Ya h té

ulo

CAS cade

Témala (Cata)

na

Voh

Far i

(Webwihoon)

233 276

160

71

85

128

148

282

193

304 250

153

200

111

222

168

120

101

111

45

59

188

300

211

322 268

135

37

52

59

50

39

72

161

72

183

74

163

170

271

18

258

129

157

116

382

335

246 357 303

100

235

146

160

206

117

131

368

279 247 336

60

192

103

160

128

356

267 378 324

180

136

47

158

184

47

62

48

46

135

35

203

73

174

102

7

281

88

354

70

336

28

117

124

263

174

188

231

45

232

143

254 200

152

154

243 250

462

Tiaoue (CèWè)

Koniambo (Göröbwau)

(Xujo)

5

196

(Aucaakana)

Oundjo

219

104

Tiakana

Vook

Gatope

308

214

Lindéralique Koulnoué

Ganem Kaavac Poindjap (Pwôjep) Wérap

Boyen

Kaala-Gomen

Ca 54

Tendo

CAS Hyehen cade

(Waré)

(Hwaago)

Ouaco

Hienghène

Ouen Pouest

Ouengo

Kaola Göme

ura

Bo

Bo 111

(Wâyém)

Ouenghip (Wâjik)

Gamaï

Kaola Göme

57

Panié Ouaième

cade

Haut-Coulna

Kaala-Gomen

42

Hyehen

Tao

Pweevo CAS

Pangou Ouaén Ouémou

Troulala Tégon

96

P16

Colnett

Chagrin Pagou

89

Ils y vivent, y travaillent ou ne font que passer, ils nous livrent leur coup de cœur pour le Nord.

St-Louis Ste-Marie

St-Pierre St-Michel

Bondé

Pum Ancien village de Tiébaghi Paagoumène

leurs couPs De cŒur !

Col d’Amos

Bouarou

Koné

Bako

Koohnê

St-Thomas

Näèmî

Pwêêdi Wiimîâ Tibarama

Touho

Tuo Cèmuhi

Néssapoué

CAS cade

Noeli

(Näwéèlé)

Netchaot (Hêcaalolè)

Tchamba

Poindah (Pwaadë)

Poindimié

Paouta

Nébouéba

Tiakan L’Embouchure

Ponérihouen Poindimié

Pwäräiriwâ

Pwêêdi Wiimîâ

Grande Terre

Goyeta 264 Tamaon Mou Forêt Plate St-Denis Goa CAS 89 Voh cade 182 82 Pouembout Vook Monéo CAS 96 111 Pwèbuu cade 40 309 227 Ouate Néavin 42 57 54 282 18 100 327 Bwa CAS Gohapin 308 219 233 276 cade 123 245 163 64 263 Nétéa Kau’aa Koné Ponérihouen Houaïlou 160 71 85 128 148 Grotte Né kwé Koohnê 110 232 150 77 250 13 Waa WiPwäräiriwâ Luu Montfaoué Nessa Kouya d’Adio 282 193 304 250 153 264 (Nérhexa i Kwéaa) Parawiy 143 110 37 248 137 124 111 Forêt CAS Gondé Poro Français Nédivin cade 200 111 222 168 120 182 82 Pouembout (Go mö dè) (Pöröö) 234 356 274 175 374 111 124 235 (Nédii varaâ) Néareu Népoui Poya Ouendji Né waa Coula (Mèè aree) 101 111 45 59 188 Pwâmat Basse Pwèbuu Poya 248 53 135 362 35 29840285309172227409 Nékö (Kuru raa) Nérin Kua Népou (Né arhrââ) (Wa’) 300 211 322 268 135 Nédjaara 75 167 85 115 185 198282185 18 122100309327173 CAS Moindah cade 37 52 59 5 271 123 245 163 64 263 46 196 114 86 214 169 156 151 280 202 29 WénééHouaïlou Ny 50 39 72 18 258 110 232 150 77 250 13 Kouaoua Waa Wi Luu 208 93 180 248 75 331 318 217 442 40 133 162 Kaa wi Paa Station Né-Awa 161 72 183 129 157 143 110 37 248 137 124 111 Bouirou Ouassé Méa-Mébara Azareu 174 90 8 219 108 155 142 29 266 143 93 122 181 de Ouanéko Station Potê de Beaupré 74 163 170 116 382 234 Wabe Néméara 328 74 156 383 56 319 306356193274430175 80374241 111 270124120235164 Poya Canala 335 246 357 303 100 248 Nékö Konoé-Chaoué Nandaï 118 146 64 163 164 99 86 53 25 135210362199 35 14929817828523717256 409220 Haouli 235 146 160 203 73 75 Koh Nakéty 133 255 173 53 273 10 23 167134 85 121 115308185208198179185346122165309329173109 (Xêwîrî) CAS Emma cade 206 117 131 174 102 46 Bourail 120 328 246 80 346 83 96 196207114 120 86 281214281169166156419 151238280402202182 29 93 (Amââ) Thio Kouaoua 368 279 247 336 60 Cöö 188 310 228 129 328 6520878 93 189180 462483637526333123431839621722044238440 164133 75 162 74 Gouaro Kaa wi Paa Ouindo Nessadiou St-Ph Coindé Oua-Oué St-Paul 192 103 214 160 128 Grand Couli St-Philippo 103 157 75 143 175 226174213 90 112 8 337219145108 28 155 57 142105 29 83 266231143139 93 236122309181 291 Sarraméa Farino Oui-Poin 356 267 378 324 180 328 74 156 383 56 319 306 193 430 80 241 270 120 164 St-Michel Petit Couli Canala Moméa 214 50 32 259 68 195 182 69 306 103 117 146 141 40 124 96 205 278 260 107 St-Pierre Fonwhary 136 47 158 104 184 Kouaré 314 436 354 255 454 191 118204146315 64 80 163489164389 9936086522 25346210510199290149 201178200237126 56 417220336

47 Distances en kilomètres entre localités 46

62

48

7

281

133

255

173

53

273

10

23

134

121

308 208

179

346

165

329

109

135

35

88

354

120

328 246

80

346

83

96

207

120

281

166

419

238 402

182

281

93

28

117

124

70

336

188

310

228

129

328

65

78

189

46

363 263 234 396 220 384

164

75

263

174

188

231

45

103

157

75

143

175

226

213

112

337

145

28

57

105

83

231

139

236 309

232

143

254 200

152

214

50

32

259

68

195

182

69

306

103

117

146

141

40

124

96

205 278 260

107

436 354 255 454

191

204

315

80

489 389 360 522 346

510

290

201

417

154

243 250

196

462

314

Distances en kilomètres entre localités

74

200

291 126

336

Grande Terre

Kéré

Moindou Téremba Bourail

Poquereux La Foa Kouma

Kouerga

CAS cade

Forêt Noire Oua-Tom Ouaméni

Farino Ouichambo

Moindou

Gilles

Nassirah

Sarraméa Boulouparis La Foa

Berepwari Ouenghi

Ouinané


tÉMoIGnaGe

Je t’aime !

3

EXPERIENCE VÉCUE

VoYaGe De noces

Je m’appelle Alessio Tasca, j’ai 28 ans et je suis Italien. Au mois de juin, j’ai eu la chance de faire mon voyage de noces en Nouvelle-Calédonie avec ma femme Elisa. En effet, travaillant depuis quelques années comme interprète sur le stand de la Nouvelle-Calédonie lors des Salons du Tourisme en Italie, au moment de choisir la destination de notre voyage de noces, nous avons décidé de vivre personnellement les rêves que jusque-là nous avions seulement faits en voyant les brochures, les photos et les vidéos sur la Nouvelle Calédonie.

lune De miel au ParaDis «Notre itinéraire avait été très bien organisé par «  Arc-en-Ciel Voyages », qui nous a tout préparé dans le détail, afin de nous assurer un voyage… inoubliable. Aussi merveilleuses soient les îles Loyauté ou l’île des Pins, elles correspondent bien à ce que la plupart des gens imaginent en songeant à la Nouvelle-Calédonie. Par contre, notre voyage nous a vraiment appris que la Nouvelle-Calédonie est bien plus que ça et qu’elle a vraiment d’autres merveilles à nous faire découvrir. Faire le tour de la Grande Terre en voiture nous a permis de découvrir de nombreux lieux très typiques de ce pays, qui peut-être s’éloignent du stéréotype que la plupart des touristes (au moins les Italiens) auraient en pensant à une île du Pacifique, mais qui se révèlent absolument incroyables et inoubliables. En partant de Nouméa, nous avons remonté la côte ouest, en direction de Koné. Nous nous sommes arrêtés plusieurs fois au long de la route pour prendre des photos d’un paysage qui changeait radicalement sous nos yeux au fur et à mesure qu’on avançait. Cela nous a vraiment frappés, parce que en l’espace de seulement une centaine de kilomètres, nous nous sommes retrouvés au milieu des prairies et des pâturages peuplés par des troupeaux de vaches et de chevaux. Notre itinéraire prévoyait de traverser la Grande Terre vers la côte Est, pour arriver jusqu’à Hienghène. La route montait et redescendait au beau milieu des montagnes, au milieu du vert d’une végétation très riche, avec un panorama à couper le souffle.

Le JournaL

à nouz

aut’!

Une des choses que nous avons beaucoup appréciées de ce voyage, ce sont les nombreuses aires de repos au long de la route, très bien aménagées et soignées. Cela nous a permis de nous arrêter très souvent pour prendre des jolies photos et pour bien profiter des vues (ce jour-là souvent avec un merveilleux arc-enciel). Au long de la route vers Hienghène, nous avons fait connaissance avec une spécialité typiquement calédonienne : les nombreux petits bancs en bord de route ou l’on peut acheter des fruits ou des plantes locales, tout simplement en payant directement dans une petite boite le prix marqué sur chaque article. Nous avons vraiment apprécié cette idée, ainsi que le délicieux pamplemousse que nous avons goûté (et énorme par rapport à ceux que l’on trouve en Italie). À Hienghène, nous sommes partis voir la célèbre «  Poule ». Sans doute est-elle le symbole le plus connu de Hienghène, mais il faut dire que toutes les formations rocheuses qu’on peut admirer dans cette baie sont vraiment ravissantes et il faut absolument les voir pour s’en rendre compte. Une chose que nous avons vraiment beaucoup aimée de notre voyage en Nouvelle-Calédonie, c’est l’amabilité et la cordialité des gens. Dès qu’on s’arrêtait dans un restaurant, dans un hôtel, ou pour simplement demander quelques renseignements le long de la route, les gens ont toujours été absolument disponibles et cordiaux, prêts à nous aider et à nous raconter quelques petites anecdotee intéressantes, en voyant que nous n’étions pas du pays. On a vraiment eu l’impression d’être les bienvenus et que les gens du lieu

www.tourismeprovincenord.nc

souhaitent faire connaitre leur pays et ses merveilles. En redescendant au long de la côte, encore une fois on s’apercevait du paysage qui au fur et à mesure changeait, jusqu’à nous retrouver au milieu d’une mine à ciel ouvert, traverser une route complètement rouge, dans un paysage ou la couleur bleu de la mer en distance se mélangeait au vert des arbres et au rouge du terrain. C’était quelque chose de vraiment unique et, encore une fois, ce parcours nous a pris plusieurs heures car on s’arrêtait vraiment très souvent pour prendre des photos et profiter du panorama. Maintenant, quand je me retrouve à travailler à nouveau sur le stand de la Nouvelle-Calédonie en Italie, j’ai vraiment plein de choses, d’anecdotes intéressantes et d’infos à raconter aux touristes. Bien sûr je peux maintenant leur raconter que j’ai vu des énormes tortues, des raies, des requins, des dauphins et que deux jours après j’étais au milieu des « cowboys » dans un restaurant à Koné, je peux aussi leur raconter que de l’aire de repos en face de la Poule de Hienghène partait un fantastique arc-en-ciel qui se jetait en bas dans la mer, et que l’on se serait cru au sommet de l’arc-en-ciel…Mais avec tout le monde je conclus toujours en disant que pour se rendre vraiment compte de ce qu’est la Nouvelle-Calédonie il faut s’y rendre et vivre personnellement les émotions que ce pays est à même de donner à un touriste ».


4

POINDIMIÉ

C’est Vert !

La côte Est étale outrageusement ses beautés naturelles contrairement à sa sœur occidentale, plus aride. Au programme, tourisme responsable et authenticité dans une végétation luxuriante garnie de fraîches cascades et lagon turquoise.

Poindimié joue la carte de l’écotourisme

D

Canoë en rivière

ans la région de Poindimié, les contreforts de la chaîne centrale s’avancent jusqu’au bord de mer. Plusieurs rivières d’importance comme la Tchamba ou l’Amoa ont taillé dans cette façade escarpée de profondes vallées. La rivière Tiwaka, au Nord de Poindimié, serpente entre rocs, collines et larges plaines. Bassin maritime naturel fermé à deux kilomètres par le grand récif barrière, le lagon est le paradis des plongeurs et des pêcheurs. Les longues plages de sable fin entre Tiéti et Wagap sont le plus souvent prolongées par un platier de corail. Commencer à découvrir la région par ses rivières peut être une formidable façon de s’imprégner et de s’évader.

Le Journal

à nouz

aut’!

A Nevaho, Jean-Pierre et Serra Zenkuro vous accueillent chez eux. Sur leur terrain privé de 75 hectares, ils ont aménagé un chalet tout équipé. D’une capacité de dix couchages, le logement possède l’équipement nécessaire pour s’installer rapidement. L’espace disponible permet de piquer facilement les toiles de tentes sur la propriété. Pour un confort optimal, sanitaires et douches sont à disposition. Côté activités,

Au milieu des palétuviers, crabes et poissons deviennent des attractions. les amateurs d’eau douce vont se régaler. JeanPierre propose 1 h 30 à 2 heures de descente sur la rivière Yahoué en canoë. Bordée de mangroves, la rivière est le royaume des animaux sauvages. Il est courant de croiser la route de canards sauvages, poules d’eau, hérons et même de cerfs passant la rivière. Au fil de l’eau, JeanPierre, installé sur son bateau tôlé, se fait un plaisir d’expliquer l’écosystème environnant. Les six kilomètres de descente s’effectuent avec facilité. Pas de rapides ou de difficultés techniques. L’objectif est de prendre son temps. Pour les moins sportifs, Jean-Pierre vous embarque pour une promenade en bateau, direction la mangrove

de Nevaho. Au milieu des palétuviers, crabes et poissons deviennent des attractions. Vous rentrez le ventre vide ? Serra sert chez elle de succulents plats traditionnels. Bougnas marmites et poissons frais réveillent les papilles. Pour digérer, rien de tel qu’une petite balade à pied. Né d’un père japonais et d’une mère mélanésienne, JeanPierre a créé un musée d’objets japonais sur sa propriété. Ambassadeur de l’association Okinawa Nouvelle-Calédonie, crée en 2007, il a à cœur de partager ses racines avec les visiteurs.

L’Est authentique Si votre cœur balance entre mer et montagne, contacter la centrale de réservation Brousse O’thentik. Alain et Aurore organisent depuis cinq mois des activités sportives et culturelles pour les visiteurs. Au départ de la montagne de Kokingone, partez à cheval pour une sortie de trois heures, accompagné d’un guide diplômé. N’oubliez pas le maillot de bain car les baignades dans de majestueuses cascades sont prévues. Au sommet, une vue à 180° sur le lagon donne l’envie d’un pique-nique avant de redescendre. Les bons marcheurs peuvent aller découvrir la cascade de Kokingone en une heure et demie. Plongée dans la forêt luxuriante garantie !

VO S VACANCES D’ÉTÉ EN PROVINCE NORD


RENCONTRE

avec Valérie Kasanwardi, animatrice du tourisme et du développement local, en charge du point I de Touho

« L’ACCUEIL EN TRIBU SE DÉVELOPPE PLUTÔT BIEN »

développe également plutôt bien par rapport aux autres années. Une nouvelle structure a ouvert et il y a des gens presque tous les weekL’objectif du point I de Touho est de qui sont passés chercher de l’information au point I. Au niveau de la ends. Des activités sont proposées aux visiteurs comme du tressage, recenser toutes les activités suscep- fréquentation, nous avons surtout des Métropolitains qui viennent pour de la confection de pain marmite ou encore aller au jardin. Il y a également des promenades en pirogues qui sont organisées. tibles d’intéresser les touristes et de la découverte. faire le lien entre eux et les prestaY a-t-il des projets concernant le tourisme sur la commune ? taires. C’est Valérie Kasanwardi qui Quel est le rôle du point I ? est chargée de mener à bien cette Je suis l’intermédiaire entre les guides et les personnes qui veulent Au niveau de la communication, nous allons essayer de créer un site mission. Chaque jour de la semaine, pratiquer des activités. Je les renseigne et prend les réservations. Internet. Sinon, nous travaillons avec les associations pour développer les animations, comme l’association pour l’initiative et l’animation de elle vous accueille au point I situé au cœur de la commune. Quelles sont les principales activités à faire sur la commune ? Touho. L’idée est de créer des marchés à thème. L’année prochaine, Les gens pratiquent surtout la randonnée pédestre. Il y en a plusieurs nous aurons aussi les dix ans de la fête communale qui se tiendra du Comment se porte le tourisme sur Touho ? qui varient selon la durée et la difficulté. La plupart du temps, les gens 23 au 25 août, toujours avec le grand concours de pêche. Nous allons Les derniers chiffres étaient relativement faibles, mais depuis le début optent pour des randonnées courtes et facilement accessibles. La plus continuer le travail avec la commune de Poindimié pour le festival de l’année, ça s’est amélioré. Cinq cents personnes ont fait des acti- fréquentée est celle du couloir de la tribu de Tiaouè. La roche a été ânûû-rû âboro et essayer d’accueillir le Grand prix des raids de la vités ou ont été en hébergement sur la commune, sans compter ceux creusée par l’eau et au fond, il y a une cascade. L’accueil en tribu se province Nord.

tés à confectionner eux-mêmes le bougna avec l’aide d’une personne de la tribu. Dégustation garantie ! Si vous n’arrivez pas à choisir parmi la multitude d’activités, ce n’est pas bien grave puisque la société met à disposition des packages, de la location de VTT (sorties en groupe ou individuel, à la journée ou demi-journée) ou de pédalo, de l’initiation au lancer d’épervier ou encore de la pèche à la crevette.

L’éco-tourisme en deux roues

Les aventuriers des rivières iront apprendre à diriger un radeau traditionnel. Fabriqué en bambou, il se déplace à l’aide de pagaies. La descente d’environ deux heures sur la rivière d’Amoa est ponctuée d’une initiation à la pêche Visiter la côte Est, à l’épervier. Toujours en c’est être au cœur de la rivière, à la tribu de Napoéculture kanak. mien, apprenez à attraper vous-même la crevette à l’aide de sagaies, sorte de pic en bambou à cinq fourches. Vous souhaitez découvrir les techniques de construction d’une case traditionnelle ? Brousse O’thentik vous mène en tribu. Coutume faite, vous entrez dans une case pour découvrir pendant deux heures cet habitat typique. Brousse O’thentik propose également du tourisme participatif. Les gourmands sont invi-

Le Nord secret

c’est écrit Dans la Pierre Mystère et boule de gomme… Des pétroglyphes, on ne sait rien ou pratiquement. Qui les a faits, quand et pourquoi ? Autant de questions sans réponses. On retrouve pourtant en NouvelleCalédonie près de 350 sites de ces gravures rupestres qui ras-

semblent près de 6 000 motifs, souvent géométriques. Les sites présentent des cercles, des spirales, des croix mais aussi des silhouettes plus figuratives, comme celles d’êtres humains ou d’animaux. De nombreuses interprétations ont été avancées, notamment par Maurice Leenhardt. Selon les témoignages oraux qu’il avait collectés, les pétroglyphes seraient, entre autres, une marque de serment (Kibo) ou encore le lieu d’affrontements entre clans. D’autres récits racontent qu’ils sont des traces laissées

Le JournaL

à nouz

aut’!

Enfin, une manière nouvelle et originale de découvrir la côte Est et sa population est d’enfourcher un VTT. C’est ce que propose la jeune société Nord loisirs. A travers sa société, le gérant, Fabien Court, participe à un nouveau modèle de développement : l’écotourisme. Il s’agit « d’un voyage responsable dans des environnements naturels où les ressources et le bienêtre des populations sont préservés ». De là, ce féru de sport a concocté un programme sur mesure, 100 % nature : un parcours à vélo de trois heures (ou six heures en bivouac), reliant la tribu de Névaho à Tchamba. D’un niveau dit « intermédiaire », le parcours de vingt kilomètres s’adresse à un public âgé entre 10 et 77 ans. La restauration et l’hébergement sont assurés par Hélène Nimbayes, propriétaire d’un gîte à la tribu de la Tchamba. Les visiteurs souhaitant dormir dans la nature pourront choisir l’option bivouac. Sinon, ils ont la permission du conseil des anciens de la Tchamba de s’installer sur une terre coutumière. Une opportunité pour développer les échanges culturels et sa connaissance de la culture kanak.

par des sorcières et des géants. Mais il n’y a pas de raison d’en avoir peur, surtout que la province Nord recense des lieux parmi les plus importants de toute la Calédonie. Si la plupart sont difficiles d’accès, ce n’est pas le cas de tous. Certains peuvent même se découvrir grâce à un guide. Ce sera le cas des gravures de Poro, à Houaïlou, à l’occasion de la fête communale les 15 et 16 décembre prochains. Pour ceux qui auraient manqué la fête, les pétroglyphes se trouvent sur la piste en bord de mer reliant Poro

à Kouaoua, au niveau du cap des trois sapins. Un autre site très étendu a été découvert, ou plutôt redécouvert par Pierre Routhier en 1947, à la tribu de Montfaoué, à Poya. La tribu entretient le site qui regroupe de nombreuses gravures d’assez grande taille, dispersées sur près de 200 mètres. Guillaume Boko Gowé propose des visites. Il faut le contacter via la mairie ou demander Césarine, sa femme, à l’école de Montfaoué. Quelques pétroglyphes sont également visibles à Nétéa. Si vous êtes

www.tourismeprovincenord.nc

JÉHUDIT DÉCROCHE LE PRIX SKÄL Créé il y a deux ans, le club Skäl, qui regroupe les professionnels du tourisme au niveau mondial, a récompensé, le 12 octobre, Jéhudit Pwija à l’occasion du salon du tourisme de Koné. L’idée du club était d’apporter son soutien à ce guide de la tribu de Napoémien, à Poindimié, en lui remettant un chèque et du matériel de bureau. Jéhudit, qui propose des sorties pédestres s’est distingué par son professionnalisme et la qualité de ses prestations.

accueilli chez Reine Pourudeu, il suffit de lui poser la question. Jéhudit Pwija, guide à la tribu de Napoémien, dans les hauteurs de Poindimié, offre éga-

lement la possibilité de découvrir des pétroglyphes au cours d’une balade dans la vallée. Il est conseillé de réserver par téléphone au 47 28 28.


6

tourIsMe et ForMatIon

À table !

TROIS QUESTIONS À gabriel Levionnois, chef du Ptit Café et formateur

« DONNER DU SENS À NOTRE BESOIN DE MANGER » Quel objectif vous étiez-vous fixé pour le stage ? Je suis parti faire une formation et je suis revenu grandi et bouleversé. Je me suis rendu compte que l’on était davantage dans l’échange que la simple formation. Mon idée, plus qu’une formation classique était de révéler ce que les stagiaires savaient déjà. J’ai donc axé l’intervention sur l’intérêt du sel. C’est symbolique puisque, le sel permet de révéler la beauté cachée d’un ingrédient. Les femmes qui ont participé ont des connaissances, leur culture. Mon objectif était de leur dire : « à vous de trouver le sel pour les révéler ». On dit souvent que la cuisine kanak n’est pas salée. J’ai découvert que les anciens allaient à la mer chercher des pierres gorgées de sel. Ils les utilisaient ensuite pour saler les soupes. Plus qu’une formation, vous leur avez proposé un espace de réflexion ? En mettant mon grain de sel, j’ai voulu faire en sorte qu’elles se rendent compte qu’elles ont de la valeur. Ça les a un peu déstabilisées, mais l’idée était de réfléchir sur le tourisme. Qu’est-ce qu’il recherche, pourquoi il vient ? Mais aussi pourquoi vous avez décidé de l’accueillir. Les Occidentaux ne se rendent pas toujours compte des nuances de la cuisine kanak. Le sel peut justement être une passerelle pour permettre à l’occidental de mieux percevoir ces nuances. C’est aussi une réflexion sur la cuisine et l’accueil. L’acte de manger la culture de l’autre, celle dont le touriste est curieux, c’est quelque chose d’important. Lors de la formation, vous avez insisté sur l’importance d’utiliser les produits locaux… Si je vois une papaye sur le papayer, je me pose la question de savoir pourquoi il y a des fruits au sirop dans l’assiette. Ce n’est pas un discours théorique mais un retour à la simplicité. On se rend compte que se nourrir de la nature n’est pas si compliqué et permet de mieux vivre. On doit donner du sens à notre besoin primaire de manger. Ida a d’ailleurs un projet de livre sur la cuisine de ses vieux qui est très intéressant. Ce projet va l’emmener à redécouvrir sa propre culture, les recettes de son enfance et aussi permettre de synchroniser les savoir-faire d’autres tribus.

Fabiola

ce n’est Qu’un au reVoir… Une page du GIE Tourisme province Nord va se tourner. Après 20 ans de bons et loyaux services, Fabiola Pouihamboutte, Fabi pour les intimes, quitte le GIE le 15 décembre.

Le JournaL

à nouz

aut’!

toujours Plus Pros Pour améliorer la qualité du service, le GIE Tourisme province Nord dispose d’un service dédié à la formation. Régulièrement, il propose aux prestataires, qu’ils soient guides, animateurs ou responsables de structures d’hébergement, des programmes visant à mieux répondre aux attentes des touristes.

l

e tourisme est un métier qui nécessite un véritable savoir faire, en plus de la bonne volonté. C’est pour répondre à ce besoin que le GIE Tourisme province Nord a créé son service formation. Chaque année, il offre aux professionnels et porteurs de projet touristique, la possibilité de compléter leur formation. Kayak, randonnée pédestre et à cheval, cuisine ou encore travail administratif, tous les aspects des différents métiers sont abordés. Des formations Pour répondre aux attentes des qui passent touristes, nous retournons à nos parfois par le traditions pour mieux les partager. creek, à pêcher les crevettes ou dans les haies, à cueillir les framboises sauvages. C’est ce qu’on fait un groupe de six femmes, toutes responsables d’accueil en tribu ou de gîtes, du 23 au 26 octobre dernier à Hienghène. Reçues chez Ida, à la tribu de Bas-Coulna, elles ont suivi une formation cuisine avec Gabriel Levionnois, chef du Ptit café à Nouméa. Au-delà de l’aspect technique, les stagiaires se

Entrée en 1993 au service du tourisme, elle commence sa carrière sur le terrain comme agent d’accueil. En 2003, lors de sa création, elle intègre logiquement le groupement d’intérêt économique en tant que chargée d’évenements. C’est une bonne partie de la mémoire de l’équipe qui s’en va. « C’est une véritable personneressource. Elle peut vous donner de tête le numéro d’une stationservice, d’un prestataire et même celui du gars qui habite près du

vieux kaori… », plaisante une de ses collègues. Plus sérieusement, Fabiola, nourrie auprès des vieux routiers du tourisme comme Gilbert Tong ou Stanley Camerlynck a su s’imposer, en tant que femme de Tiwaka, toujours élégante avec sa robe popinée assortie aux chaussures, sac et boucles d’oreilles, mais surtout en tant que professionnelle. « Elle est vraiment carrée et a le sens du détail qui fait toute la différence, note une autre de ses collègues. S’il le faut, elle

sont davantage penchées sur le côté humain de l’accueil afin de mieux comprendre les attentes des touristes venant en tribu. « C’est intéressant de se mettre à leur place, explique Juliette qui assure l’accueil à la tribu de Haut-Coulna. Mon objectif est de mieux satisfaire les clients et ce qu’ils cherchent, c’est de voir comment on fait la cuisine, mais aussi comment on s’occupe des champs ». Même chose pour Ida, qui recevait chez elle les stagiaires. « Nous apprenons à cuisiner d’une manière dont on n’a pas forcément l’habitude. Mais pour répondre aux attentes des touristes, nous retournons à nos traditions pour mieux les partager. C’est important. Quand je vois ce que nous avons fait, en utilisant des bambous et des feuilles, je me sens vraiment moi-même en tant que Mélanésienne. Ça me fait quelque chose ». Les formations sont également l’occasion pour ces femmes qui font le même travail de se rencontrer. « On ne se connaît pas forcément et c’est toujours intéressant de pouvoir échanger entre nous », souligne Reine, la gérante du gîte de Nétéa, à Poya. Les participantes n’auront qu’un seul regret, que le stage soit si court.

serait prête à plonger au milieu de la rivière pour aller chercher la fleur qu’il faut pour tel stand. Elle donne tout ! ». Un trait de caractère qui laissera quelques anecdotes, comme la fois où le GIE s’est retrouvé à garder les sacs à dos de touristes Hongrois, ou encore celles où Fabiola devait prendre la voiture à minuit pour aller chercher des touristes lors d’un week-end découverte. Un dévouement qui s’est retrouvé dans l’organisation des événements du GIE ou

VO S VACANCES D’ÉTÉ EN PROVINCE NORD

l’animation de la Maison de la province Nord, dont elle était responsable ». « Elle a aussi son caractère. Quelques animateurs communaux ont essayé de s’y frotter et doivent encore s’en souvenir, confie une collaboratrice. Mais on n’arrive pas à lui en vouloir. Elle veut toujours faire mieux et est tellement attachante ! » Pour Fabi qui va retrouver sa province Nord, c’est une nouvelle aventure qui commence. Et ce qui est sûr, c’est qu’elle manquera à ses collègues.


HeBerGeMents-aCtIVItÉs

Ça gère !

7

Dormez Différent ! En matière d’hébergement, il existe de nombreuses possibilités dans le Nord. Vous avez envie de changer un peu de l’accueil en tribu ou de l’hôtel classique ? Pas de problème, voici quelques petites idées alternatives pour changer l’ordinaire de vos nuits.

P

our le visiteur qui ne connaît pas la Calédonie, l’accueil en tribu est toujours un moment fort. Mais si vous cherchez autre chose, sans forcément tomber dans l’hébergement hôtelier classique, certaines structures originales devraient faire votre bonheur. Basé à 3 kilomètres de Ouaco, le Refuge du cerf vous propose une plongée dans l’ambiance broussarde, au cœur d’un des hauts lieux de l’élevage et de la mine. Vous serez reçu dans un chalet de style savoyard avec vue à 360 degrés, sur le lagon d’un côté et la chaîne de l’autre. Question hébergement, le Refuge qui a ouvert il y a sept ans, dispose de 4 bungalows permettant de coucher 3 à 4 personnes et d’une villa d’une capacité de dix couchages. Mais pas question de rester chacun chez soi puisqu’au refuge, c’est le principe de « qui dort dîne » qui prime, et en compagnie des hôtes du Refuge. Stéphan Nottret, le gérant vous garantit une restauration du terroir et de saison, entièrement faite maison, excepté le vin et le whisky, à consommer avec modération. Pour vous faire une petite idée des menus, les visiteurs ont récemment pu déguster une cuisse de cerf au barbecue et une terrine de langouste et thon rouge… Côté activités, outre la piscine du Refuge, vous pourrez pratiquer la chasse avec Stéphan sur la centaine d’hectares que compte la propriété. Le gérant est également guide du village de Ouaco et travaille avec d’autres guides, comme Jacques Loquet, qui fait découvrir le cœur de Voh. Ambiance conviviale et familiale assurée.

RENCONTRE

Autre adresse pleine de charme et tout aussi familiale, l’Hibiscus, en plein cœur de Koné, offre le petit service supplémentaire peu courant dans le Nord et qui fait la différence : le saunahammam et la présence d’une esthéticienne sur place. Laurine, une fille du pays esthéticienne diplômée, prendra soin de vous en vous prodiguant soins du visage et du corps ou encore des massages. Votre relaxation ne s’arrêtera pas là. Vous pourrez également profiter du jardin balinais, endroit zen aménagé lors des travaux de rénovation en 2007. Si vous cherchez le calme, demandez une des chambres qui est autour. L’Hibiscus s’apprécie pour son calme et sa bonne cuisine de saison, mais aussi pour son accueil chaleureux. « Nous avons recréé une petite tribu, note Yannick, le responsable de la communication. La grande majorité des gens qui travaillent à l’hôtel sont de la région et sont « familles » ce qui donne une ambiance très conviviale ». Dans un tout autre registre, le gîte Néwé Jié, qui se trouve à un peu plus de deux kilomètres du centre de Poindimié vous fera voyager dans votre voyage. Cette structure ouverte en 1998, entre gîte de Nouvelle-Zélande par la qualité des équipements et retraite balinaise pour la déco, se trouve pourtant bien sur la côte Est calédonienne. Les matériaux et les structures ont beau être hétéroclites, ils n’en sont pas moins harmonieux. Au total, le gîte situé sur les terres de la tribu d’Ina dispose de six bungalows et d’une case. Mais ce qui fait l’originalité de Néwéjié, en dehors des constructions, c’est sa cuisine. Récemment réaménagée et agrandie, elle est tout

simplement énorme. Entièrement équipée, elle permet de passer des soirées aux petits oignons. C’est le lieu central du gîte où tout le monde se retrouve à l’heure de l’apéro, mais aussi en rentrant d’une petite baignade dans le creek situé en contrebas ou d’une petite rando au Koyaboya. Si vous cherchez le calme, vous le trouverez sûrement là-bas, au milieu des arbres et des animaux qui feront le bonheur des enfants. Attention, le gîte sera fermé du 21 décembre au 12 janvier inclus.

avec Clarisse Tonchane, gîte Kuinet Canala

« PROMOUVOIR LE TOURISME VERT » Comment est née l’idée d’ouvrir le gîte de Kuinet ? Clarisse Tonchane : L’idée n’est pas venue tout de suite. Au départ, en 1996, nous avons créé l’association Méréko dont le but était d’œuvrer pour la protection de la nature, promouvoir l’embellissement de la tribu et développer les activités socioculturelles. C’était surtout pour nos enfants. Il y avait beaucoup d’échec scolaire faute de moyens financiers. L’association avait cette idée de permettre aux parents de récolter des fonds pour assurer la scolarité des enfants. Petit à petit nous avons eu des échos, de la province Nord et de la mairie qui nous encourageaient à faire de l’accueil en tribu. On s’est dit pourquoi pas, mais ça a pris du temps. Petit à petit, nous avons construit les cases, les sanitaires. L’accueil a vraiment commencé en 2006. Que viennent chercher les gens à la tribu ? La tranquillité. Il y a des gens de Nouméa qui découvrent encore Cana-

Le JournaL

à nouz

aut’!

www.tourismeprovincenord.nc

la. Quand ils viennent ici, ils se reposent, au calme et font le plein d’oxygène. Après, il y a aussi des activités. Ils peuvent visiter les tarodières, les champs, la cascade n’est pas loin et ils ont la possibilité d’aller faire des activités en mer avec madame Raleb, de la balade ou des pêches de nuit. Et nous proposons toujours nos confitures… Citrouille, bananes, cocos caramélisés. Les gens savent et certains viennent spécialement pour ça. L’association a-t-elle des projets pour développer le gîte ? Il y a un projet de construire de nouvelles chambres, en plus des deux cases et du grand faré. Mais aujourd’hui, on s’est dit : « bon, maintenant que l’association est lancée et qu’elle tient bien, on va chacun essayer de faire nos propres projets ». J’ai construit trois chalets sur mon terrain où les gens peuvent aussi camper. L’idée est de promouvoir le tourisme vert : montrer aux touristes les techniques de cultures, comment on plante le manioc, le récolte. Il y a aussi le verger où l’on peut faire de la cueillette. Le but est de créer des échanges autour de notre environnement tout en montrant nos traditions.


8

Ça roule ma poule !

HIENGHÈNE

Hienghène en chiffres Tourisme

Un tourisme bien réfléchi A Hienghène, le tourisme occupe une place bien particulière. La commune a été la première à l’échelle du territoire à adopter un schéma de développement. Il permet aujourd’hui d’offrir aux visiteurs un large choix d’activités, de préserver le patrimoine naturel et d’assurer le maximum de retombées pour la population.

E

n une décennie, la commune de Hienghène est devenue l’une des principales destinations de la province Nord. Et ce n’est pas un hasard. A Hienghène, on trouve à peu près tout ce qui existe en matière d’hébergement et d’activités. De l’hôtel Koulnoué et ses trois étoiles, en passant par l’accueil en tribu qui a véritablement commencé dans les vallées dominées par le Mont Panié, à la chambre d’hôte au pied des Lindéralique. Et si les touristes viennent, c’est pour découvrir les beautés naturelles de la commune, à commencer par les falaises de Lindéralique et la Poule couveuse. Les fameuses roches de calcaires noires sont la partie visible des nombreux attraits de Hienghène. La balade vers les tribus de la chaîne demande un peu Le changement est le résultat plus de temps qu’un simple d’une véritable volonté politique arrêt le long de la route provinciale mais elle vaut le dont les bases avaient été jetées détour. C’est l’occasion d’y par Jean-Marie Tjibaou. découvrir le cœur de cette partie du Nord de la province et surtout ses habitants, chaleureux et prêts à partager leur culture. Il y a à peine dix ans, le pari d’asseoir le développement de Hienghène sur le tourisme n’était pourtant pas gagné. « Quand les choses ont été lancées, il a fallu faire comprendre l’intérêt aux gens et leur montrer que l’on pouvait avoir de véritables retombées économiques », explique Sylvana Binet, la directrice de l’Office du Tourisme. « Au début, Abel ne voulait pas accompagner les touristes. Il avait peur, il ne savait pas quoi leur dire. Mais avec le temps, les choses ont changé. Maintenant il s’occupe des randonnées à cheval et me donne aussi la main », explique Ida qui tient le gîte au Bon accueil, à la tribu de BasCoulna. Mais le changement n’est pas venu tout seul. Il est le résultat d’une véritable volonté politique dont les bases avaient été jetées par Jean-Marie Tjibaou.

Le Journal

à nouz

aut’!

En 1998, cette volonté se traduit par la création de l’Office du Tourisme de Hienghène qui regroupe les prestataires de la commune. Sept ans plus tard, les élus formalisent le cadre du développement touristique par un schéma. L’idée en est simple : partir de l’existant et l’améliorer en mettant l’accent sur l’authenticité. L’accueil en tribu y contribue largement et permet aux visiteurs de partager la vie des habitants de la commune et leur culture. Cet état d’esprit particulier a permis de développer le tourisme sans qu’il y ait de concurrence entre les structures. « La volonté de la commune est un véritable atout, estime Didyme Bouaoui, enseignant à la retraite qui s’est reconverti dans le tourisme en ouvrant sa chambre d’hôte Koune We Foinbanon en 2009. Grâce à l’office du tourisme, on travaille tous ensemble et dans la même direction ». Une direction que les habitants décident et que la commune accompagne. Une grande partie de ses investissements vont dans ce sens, que ce soit la marina, le marché ou encore le projet de navettes maritimes. L’année prochaine, les élus auront à se prononcer sur le sujet. Un bateau pourrait relier les tribus du bord de mer au centre du village et remonter vers les premières tribus de la chaîne. En attendant, en partenariat avec la province, la mairie s’est attelée à un autre gros chantier

Il y a dix ans, Hienghène passait difficilement la barre des 1 000 visiteurs chaque année. Les choses ont bien changé puisqu’aujourd’hui, l’Office du tourisme estime leur nombre à plus de 14 000. Les tribus d’accueil ont reçu la visite de 2 470 personnes en 2011 (chiffre qui ne prend pas en compte les gens qui ont réservé directement auprès des structures) ce qui a permis de générer un chiffre d’affaires de plus de 7,3 millions de francs directement pour les tribus. Au total, le tourisme donne de l’activité à une trentaine de prestataires.

Population

La commune de Hienghène comptait 2 399 habitants au recensement de 2009. Un peu plus de 80 % de la population vit au sein des 20 tribus que compte le territoire. 379 kilomètres, c’est la distance qui sépare Hienghène de Nouméa. très attendu par la population : la transversale qui reliera Hienghène à Gomen. Actuellement, il faut près de deux heures pour se rendre jusqu’à Ouayaguette, une des tribus les plus enclavées de Calédonie où Cécile Dounote accueille les visiteurs. Mais attention, c’est seulement par beau temps… Emprunter cette route par temps de pluie et avec une petite voiture, c’est l’assurance de s’attirer de gros ennuis. La future route profitera aux structures d’accueil chez l’habitant mais pas seulement, comme le prévoit le schéma de développement intégré. Les infrastructures financées par les collectivités doivent avant tout servir la population, en plus de contribuer au développement touristique. Pour structurer davantage le secteur, des associations ont également été créées autour de

VO S VACANCES D’ÉTÉ EN PROVINCE NORD


La mer

un Patrimoine uniQue inscrit à l’unesco Une partie des récifs de Hienghène a été inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en juillet 2008. Les trois zones, Hienga, Doïmen, les Charpentiers (qui comprend le banc de Tipindjé), étaient pourtant déjà l’objet de nombreuses attentions de la part des coutumiers avant leur inscription. Ils travaillent désormais en collaboration avec la province Nord, qui assure la gestion

le

des aires marines protégées, le WWF ainsi que Babou côté Océan, le centre de plongée de Hienghène exploité par Thierry Baboulenne. C’est là-bas qu’il faut se rendre pour découvrir la beauté des fonds sous-marins ou profiter plus tranquillement du sentier sous-marin de l’îlot Hienga. « Déjà en 2000, nous avions le projet de mettre en place un sentier, rappelle Thierry Babou-

l’Office du tourisme à l’initiative de la mairie. L’Association de développement de Hienghène s’occupe notamment d’accompagner les porteurs de projets dans des domaines aussi variés que l’agriculture, le développement local ainsi que le tourisme. En matière de rando, L’ADH est chargée de must de Hienghène reste faire le relais entre la population et les instila réserve botanique tutions qui apportent du Mont Panié des financements, telles que la province. Depuis sa création en 2007, près de 200 projets ont été suivis dont la majorité concerne l’agriculture vivrière (130 projets). « La politique de la province est d’aider les gens à améliorer leurs exploitations de manière à assurer leur autoconsommation et ensuite, vendre à l’extérieur, explique Nina qui travaille à l’ADH depuis un peu plus d’un an. En matière de tourisme, c’est un peu la même idée. Nous aidons surtout les petites structures avec le financement de blocs sanitaires, de cuisines, de vaisselle ou encore pour des démarches administratives ». « Au même titre que les formations du GIE Tourisme province Nord et de l’Office du tourisme, l’ADH a permis aux porteurs des projets de se professionnaliser », relève Nina qui travaille actuellement sur un gros dossier. Un gîte équestre est actuellement en cours de création sur Tiendanite pour un montant de 10 millions de francs. Ce projet s’inscrit précisément dans le cadre d’une des missions confiées à l’association à savoir de développer l’écotourisme, avec en ligne de mire, l’idée de créer un « parc naturel régional ». Un plan local de randonnées a été réalisé et permet aujourd’hui aux amateurs de se promener sur des sentiers entretenus avec des fiches topographiques. Mais en matière de rando, le must de Hien-

RENCONTRE

lenne. Mais nous n’étions pas sûrs d’être capable de tenir l’activité tous les jours. Avec la création des aires marines protégée et le développement de la randonnée palmée, on s’est dit que cela allait être possible ». Et ça a marché. Après trois ans d’activité, le centre de plongée reçoit environ 1 000 personnes par an pour le sentier sous-marin (pour environ 1 500 plongeurs bouteilles) qui présente une biodiversité exceptionnelle. L’îlot Hienga concentre pas moins des trois quarts de l’ensemble des coraux présents en Nouvelle-Calédo-

nie. La sortie est également l’occasion de découvrir l’îlot à proprement parler où les jeunes des tribus de Koulnoué et de Lindéralique ont installé des structures. L’association Dayu Biik et la Société calédonienne d’ornithologie ont également été sollicitées pour créer un sentier de randonnée. Le comité de gestion de l’aire organise également des actions de préservation, comme le nettoyage des bois flottés sur les îlots pour

faciliter la ponte des tortues ou encore les réensemencements d’Hippopus hippopus, ça ne s’invente pas, plus communément appelés bénitiers rouleurs. Pour découvrir Hienghène côté mer et rivière, il existe également la base nautique en contrebas de la mairie.

L’équipe de Nord Aventure vous propose la location de kayaks pour découvrir la Tiwaka, la lagune, faire le tour de la poule ou encore visiter les roches de Lindéralique. Des balades sont également proposées avec des bivouacs sur les magnifiques îlots au large de Hienghène.

ghène reste la réserve botanique du Mont Panié visitée par 292 personnes en 2011. Sa gestion est assurée par Dayu Biik, une autre association qui regroupe les guides. Suite à une réforme de leur diplôme, les visites ne sont pour le moment plus assurées. Il faudra attendre que les guides suivent une nouvelle formation pour que les randonnées sur deux jours puissent reprendre. Toutes ces activités contribuent à faire de Hienghène un haut lieu du tourisme naturel mais également culturel. Et le centre culturel Goa Ma Bwarhat n’y est pas étranger. Fermé pour extension et rénovation, il offre aux visiteurs un bon aperçu de l’art ainsi que des traditions de la région. Mais plus que destiné aux touristes, ce lieu de vie important pour la commune a une symbolique toute particulière. C’est grâce à la volonté de Jean-Marie Tjibaou qu’il a été construit en 1982.

avec sylvana Binet, directrice de l’Office du tourisme de Hienghène et Joannes Bouanou, troisième adjoint au maire en charge du tourisme.

« ON VA SE POSER ET AMÉLIORER L’EXISTANT » aujourd’hui, ça sert la population. C’est le cas aussi pour la boulangerie, la pharmacie, le cybercafé… Les touristes en ont besoin et les gens de Hienghène aussi. Joannes Bouanou : Au niveau des prestataires, la politique était de les lancer, c’est-à-dire arrêter de les assister. La première opération menée en 2000 a été de mettre en place des sanitaires. C’est la base pour accueillir des gens. La mairie a fourni le matériel et les gens se sont pris en charge.

Quelle est l’idée générale du développement touristique à Hienghène ? Sylvana Binet : Le développement touristique est venu d’une volonté communale qui s’est concrétisée en 1998 par la création de l’Office du tourisme. A cette époque, le maire a dit, « on va arrêter de faire un peu tout en même temps et on va regrouper les prestataires. Cela a permis d’alléger la charge de travail pour la mairie qui a pu s’atteler à tout ce qui était équipement. Il y avait différentes demandes auxquelles le maire a répondu, à l’image de la marina. Au début tout le monde disait « oui c’est pour les touristes » et en fait,

Le JournaL

à nouz

aut’!

Que représente le tourisme pour la commune de Hienghène ? J.B. : Sur la côte Est, nous n’avons pas la mine. C’est par le biais du tourisme que l’on arrive à avoir des revenus dans les tribus. L’accueil en tribu occupe-t-il une place particulière sur la commune ? J.B. : On a été un peu les précurseurs de ce qui se passe aujourd’hui en province Nord. On a servi de modèle pour tout ce qui est accueil en tribu. Le touriste recherche quoi ? Le partage de la culture. Quand on a mis en place l’accueil en tribu, les gens ont eu peur. Ils disaient que ce n’était pas possible, qu’ils ne savaient pas comment faire pour recevoir les touristes. Aujourd’hui ils ont compris que les toursites ne

www.tourismeprovincenord.nc

viennent pas pour que l’on s’adapte à leur façon de faire. S.B. : Pour faciliter les choses, l’Office du tourisme s’est occupé des réservations. En 98, il fallait réserver une semaine avant. Aujourd’hui, on peut réserver le jour pour le lendemain. La mise en place par la mairie du réseau mobilis dans la vallée a apporté beaucoup, mais encore une fois, s’il sert le développement touristique, il sert d’abord la population. Lors des vacances, il est parfois difficile de trouver un hébergement, y a-t-il des projets de structures ? J.B. : Enormément de choses ont été lancées. Maintenant, on en est à se dire : « on va se poser et améliorer l’existant ». S.B. : Au niveau de l’OTH, nous proposons des formations à nos prestataires sur les bases de l’accueil touristique et la petite gestion. Avec la mise en place des équipements, il y a eu une évolution flagrante et les gens savent qu’ils peuvent se lancer dans le tourisme. Mais il ne faut pas faire n’importe quoi. Nous voulons redonner les bases de la professionnalisation, faire en sorte que les produits proposés soient sécurisés.


10 LE GRAND NORD

sans creuser !

Le Nord, une mine de trésors Connu pour ses mines et ses paysages sauvages aux pistes désertiques, le Grand Nord recèle de nombreuses activités sur terre, dans les airs, dans l’eau et même sous terre. De l’ancien village minier de Tiébaghi aux îlots paradisiaques de Poum, embarquement immédiat pour l’extrémité septentrionale du caillou.

M

Dans les airs

élange d’authenticité et de traditions, la région aux allures de far-west séduit. Petite commune du Nord, l’avant dernière avant la pointe, Koumac est connue pour sa marina bien équipée (Pandop). De là, les départs en mer pour un coup de pêche, une plongée ou la visite des neuf îlots que compte la commune sont aisés. La notoriété des fonds sous-marins du grand récif de Koumac n’est plus à faire. Depuis quelques années, les activités autour des richesses naturelles de la localité s’étoffent.

Vous aimez prendre du recul ? Envolez-vous en ULM pour visiter Koumac par les airs. Vu du haut, les dégradés de couleur du lagon et le spectacle de la grande barrière et du récif Infernet laissent un souvenir impérissable. Le voyage aérien permet de découvrir d’une manière originale le massif de Tiébaghi mais aussi l’Etoile du Nord,

Sur les sentiers du Nord

le point culminant de la commune (823 m). A découvrir non loin de la commune, le cœur de Voh, cette clairière en forme de cœur, connue de par le monde grâce aux clichés aériens du photographe Yann Arthus-Bertrand.

Longeant la rivière, le site de la Haute-Néhoué enchantera vos balades en famille. Le parcours se concentre en forêt, avec possibilité de planter sa tente (camping sauvage). A quinze kilomètres du village, en direction de Ouégoa, les roches de Notre-Dame offrent quant à elles un parcours idéal pour une petite randonnée (45 minutes). Situé autour d’un massif karstique, ce sentier, en partie forestier, culmine à 185 mètres d’altitude. Dans la partie ouest du parcours, des aménagements permettent un pique-nique confortable. Les plus sportifs préféreront le Mont Yago. Les quatre heures de marche seront vite oubliées à la vue des paysages à couper le souffle sur le lagon et la Baie de Néhoué. Koumac est également connu pour ses grottes. Une manière originale de les visiter est d’enfiler le baudrier. La jeune société Vertikalédonie y propose 15 parcours d’escalade sur différents niveaux. Cachées dans une épaisse forêt, les grottes et galeries percent avec grace les falaises de calcaire.

Dodo à la maison Après autant d’efforts, un stop au nouveau gîte Panouna vous fera le plus grand bien. Depuis mars dernier, Stéphanie et Michael Enderlin ont décidé d’ouvrir leur maison aux touristes. Des hôtes à l’image de la commune, simple et authentique. Chambre et table d’hôtes à la fois, le gîte Panouna est situé à six minutes du village, dans l’une des trois tribus de Koumac, Pagou. Avec sa capacité d’accueil de sept personnes en dortoir, c’est le mode backpacker garanti ! Une chambre individuelle double est proposée pour les visiteurs en mal d’intimité. Stéphanie invite à sa table les visiteurs pour goûter à sa cuisine familiale. Des bons plats simples, de tous les jours, déclinés matin et soir. Côté détente, une piscine permet de délasser les muscles les plus torturés.

Le Journal

à nouz

aut’!

Vous aimez prendre du recul ? Envolez-vous en ULM pour visiter Koumac par les airs.

D’île en îlots Quitter la terre ferme pour d’autres. C’est ce que propose le relais de la presqu’île de Golone. Depuis un an, Jean-Pierre Séraphin et sa femme Emilie, embarquent les visiteurs (6 maximum) pour une journée en mer, direction… des îlots de rêve. Palmes, masques et tubas sont obligatoires. Au programme, l’îlot Neba. Ce site inhabité est aujourd’hui le fief des tortues vertes, entre décembre et mars. Retour sur le bateau, direction l’île Gou pour un déjeuner en tribu. Poissons du jour, ignames, papayes vertes et riz remplissent les assiettes. Un vrai régal pour les gourmands de produits vivriers locaux. Puis direction l’îlot Yenghebane, où la tribu vous accueillera pour l’occasion. Une petite balade sur ses hauteurs permet de déboucher sur un panorama à 360°. Le top pour un petit cours de géographie des îlots du Nord. Daos du sud , île Arte, île Pote, les îles Surprise, Baaba, Boat Pass, la baie de Banaré et l’île de Neba puis les Daos du Nord. Vous n’avez pas pris de notes ? Pas grave, tirez la photo et partez avec des souvenirs pleins la tête.

Au cœur du village minier de Tiébaghi Visiter le Nord, c’est aussi aller à la découverte de son histoire minière. En 19 ans, l’association pour la sauvegarde du patrimoine minier et historique du Nord calédonien a réussi à reconstituer une bonne partie du village minier chromatique de Tiébaghi. Le minerai extrait en roche était par sa teneur (50 à 55 %) l’un des plus riches au monde. Les employés et leurs familles, venus des quatre horizons, vivaient à côté des mines. Les 1 500 habitants avaient à disposition commerces, école, dispensaire, foyer, terrain de jeux, église, poste… Classé au patrimoine historique de la province Nord, le site peut être visité sur deux plages horaires, le jeudi ou samedi matin. Pensez à prendre chaussures fermées et couvre-chefs. Obligatoirement groupées et accompagnées, les visites sont commentées par un bénévole de l’association, permettant de s’immerger dans la vie sociale de l’ancien village. Au programme, un tour à la boulangerie, à l’infirmerie puis la chapelle. En parallèle, deux musées offrent aux visiteurs un aperçu de l’histoire de la mine via l’exposition du matériel d’époque et un espace minéralogique. Le visiteur plonge dans la vie quotidienne des habitants à travers des objets de leur vie courante. Enfin, anecdotes et explications historiques alimentent la visite de trois heures. A noter la possibilité de casser la croûte sur place en prévenant à l’avance.

VO S VACANCES D’ÉTÉ EN PROVINCE NORD


En territoire extrême

Du sel dans les baskets

Après les mines de Tiébaghi, direction la pointe Nord. Plus qu’une véritable région, elle est un monde à part. C’est sur ses côtes déchiquetées que la chaîne centrale vient mourir. Des forêts denses aux savanes à niaoulis, Poum étale ses longueurs de plages au sable blanc et fin. Sur la route de Poum, faites un stop chez Christina Gagne, au col d’Arama. Au-delà de l’accueil en case traditionnelle et des repas qu’elle propose, Christina vous amènera en reconnaissance des nids de tortues. Plus loin, ne loupez pas la visite de la Chapelle, fraîchement repeinte. Entrez par la porte de derrière et glissez-vous dans ses entrailles. La beauté de son architecture lui vaut d’être le théâtre de Alors que la Nouvelle- nombreux mariages de couples venus de loin. Calédonie comptait Une fois dans la comencore de nombreux mune, ne possédant marais salants au début ni commerce ni stadu siècle dernier, il ne tion-service (bien préreste aujourd’hui qu’une voir l’essence !), une sensation de bout du seule exploitation, rou- monde vous envahira. verte il y a trois ans par Tournée vers la pêche, la commune de Poum Jean Broudissou. a développé ses activités touristiques sur l’eau. D’ici fin 2012, Benjamin Dahma sera l’interlocuteur idéal pour qui veut faire un tour en mer. Deux formules seront proposées. La première, adaptée aux familles, se déroule sur une demi-journée ou sur une journée. La sortie permet d’apprendre, grâce à un guide, les techniques locales de pêche (à la ligne, en plongée…). Si vous souhaitez passer à l’action, Benjamin propose une journée entière, en dehors du lagon. L’initiation à la pêche au gros est le meilleur moyen de se régaler à Poum. Vous préférez jouer au Robinson Crusoe ? Débarquez sur un îlot inhabité, avec possibilité de planter la tente pour la nuit. A vous le farniente sur les plages de sable fin, le calme et la sérénité.

Alors que la Nouvelle-Calédonie comptait encore de nombreux marais salants au début du siècle dernier, il ne reste aujourd’hui qu’une seule exploitation, rouverte il y a trois ans par Jean Broudissou. Gérant du Relais de Poingam, avec son épouse Josy Duprat, ce passionné de nature a réussi à produire vingt-deux tonnes de sel l’an dernier. Ouverts à la visite, la vingtaine de bassins, situés au lieu-dit Kô, sont accessibles par trois types de sentiers. Appelé Alan Malep, le parcours découverte est entièrement balisé et très fourni en panneaux explicatifs. Il mène de la vallée des chevaux sauvages à la mare aux anguilles en passant par la crête des alizés. Le sentier d’Ussel, plus long d’un kilomètre, part du relais et fait une boucle. La montée sur les crêtes offre un point de vue à 360° sur le lagon et ses îlots. Au loin, Baaba, Yande et Yenghebane se dessinent. La province Nord entend faire bientôt de cette boucle un sentier de Petite Randonnée (PR). Un troisième sentier permet de rejoindre les marais par le bord de mer. Se renseigner avant sur les horaires de marées basses ! Une fois aux marais salants, les bassins entourés de digues se distinguent facilement. Un panneau explicatif fournit aux visiteurs les principales informations sur le fonctionnement du marais. Si vous souhaitez entrer sur le site, il convient de se renseigner auprès du Relais de Poingam pour être accompagné d’un guide local.

Poum aVEnTurEs, LEs minEs En LignE DE mirE Créée par des professionnels du tourisme et financée par la commune, l’association Poum aventures compte aujourd’hui une dizaine de membres actifs. Ses actions s’insèrent dans le cadre d’un développement des activités touristiques. Depuis sa création début 2011, la structure porte un projet d’envergure : la revalorisation des mines du Nord, en collaboration avec la commune de Ouégoa. L’une d’entre-elles, la mine Pilou, vient d’être inscrite au registre du patrimoine historique de la province Nord. Des travaux ont commencé pour faciliter l’accès à cette ancienne mine de cuivre ayant appartenu à John Higginson. En attendant la réouverture du site prévue pour la fin d’année prochaine, vous pouvez joindre l’association pour plus de renseignements au 47 30 06 ou par courriel à poumaventure@gmail.com.

Le Nord secret

Prenez la tÔnGente ! En matière de routes, les cartes offrent peu de choix. En dehors de la RT1 et des grandes routes provinciales, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la roue. Enfin ce n’est pas tout à fait vrai puisqu’il existe de nombreuses alternatives un peu moins connues.

Le JournaL

à nouz

aut’!

RENCONTRE avec Jacques Loquet, président de l’association patrimoine et histoire de Voh

« L’ÉCO-MUSÉE VA CONTINUER À SE DÉVELOPPER » Jacques Loquet est le président de l’association Patrimoine et Histoire de Voh qui porte le projet de l’éco-musée du café de Voh. Un musée qui, au bout de trois ans, est parvenu à trouver son public puisque les responsables estiment qu’il reçoit désormais près de 5 000 visiteurs par an. Petit tour du propriétaire avec Jacques Loquet. Qu’est-ce qui a motivé la création de l’éco-musée du café de Voh ? En 1999, nous avons commencé par une réflexion sur notre histoire qui nous a conduit sur l’idée de créer un outil. La réflexion a continué en 2000 autour d’une structure orientée vers un patrimoine commun, le café. Le café, amené par la colonisation est très important. Il a fait travailler et a été exploité par les différentes ethnies de la région. Pour les Mélanésiens, cela a été la première démarche d’intégration de la notion de production commerciale. Ça nous a paru intéressant de traiter ce thème sous tous ses aspects, d’où la réflexion sur la création d’un éco-musée du café. Comment le lieu, sur la route menant à la tribu de Gatope, a-t-il été choisi ? Après inventaire des hauts lieux de la production de café, nous avons opté pour ce site qui se trouve sur les terres de la tribu de Gatope. Compte tenu de la démarche engagée pour bâtir un destin commun, il nous a également semblé que ce projet permettait de créer des passerelles entre les ethnies. Nous nous sommes rendus à la tribu avec une coutume afin de demander les autorisations. Nous avons attendu cinq ans mais la tribu a finalement décidé de nous accompagner dans ce projet. Au début de la colonisation, ces terres étaient occupées par la caféiculture, mais les constructions qui s’y trouvaient étaient abandonnées. La réalisation s’est concrétisée en 2009 avec la rénovation du bâtiment et le lancement de la première phase en 2010. L’idée est de présenter la caféiculture de 1892 à la fin du siècle dernier. La construction a également été complétée d’une parcelle de café qui produira d’ici à deux ans. Il y a en parallèle un programme pour rénover les vieilles machines pour recréer totalement la filière à l’ancienne, de la plantation à la transformation. L’éco-musée a vocation à produire du café ? Pour construire le destin commun, notre histoire est capitale. L’éco-musée a un volet plutôt culturel, mais nous sommes aussi fortement intéressés par la redynamisation de la filière café en Calédonie. A Voh, on produisait 300 tonnes de café par an. Aujourd’hui, sur toute la Calédonie, on en produit à peine 20. La démarche n’est pas de faire de l’assistanat, mais de mettre en place des projets économiquement viables. Le développement durable a fortement marqué la réflexion sur le contenu de l’éco-musée. Le café est une des pistes pour faire en sorte que le nickel devienne un support à des activités durables. A long-terme, l’objectif est de produire un café haut de gamme labellisé, de manière à pouvoir toucher différents marchés. Concrètement, que va trouver un visiteur qui se rend à l’éco-musée ? Lorsqu’il arrive, il est réceptionné et on lui fait découvrir l’exposition permanente où sont brossés les différents aspects du café, en Calédonie et dans le monde, afin d’avoir un aperçu comparatif des contextes régionaux et mondiaux. Le café est tout de même la deuxième activité mondiale derrière le pétrole. Dans la petite salle du fond, il pourra découvrir les expositions temporaires qui changent environ trois fois par an. Les employés suivent d’ailleurs des formations pour assurer eux-mêmes la rotation de ces expositions. Elles sont axées sur les différentes phases de préparation du café, la technique mais aussi la culture. Le café a transformé le comportement des gens au quotidien. A la fin de la visite, il y a une boutique où l’on vend du café, mais aussi des produits dérivés. Et l’on peut bien sûr déguster du café de tout le pays, y compris du Leroy, à un prix très modique.

Ces chemins des écoliers, s’ils ne sont pas tous accessibles aux véhicules de tourisme, offrent des panoramas et des points de vue exceptionnels. C’est le cas, par exemple, de la piste de Kua qui relie Poro à Kouaoua. En venant de Houaïlou, juste avant d’arriver à Poro, il faut emprunter la piste qui part à droite au pied du col de Poro. Elle longe le bord de mer et passe par la tribu de Kua, véritable bijou niché au cœur de sa vallée, dont on a une vue magnifique en haut du col de Poro. En cas de pluie, la piste peut-être impraticable pour les véhicules légers. Plus au nord, du côté de Hienghène,

il existe une autre voie que la KonéTiwaka pour rejoindre la côte Ouest. La route qui part du village et mène à Gomen, est la même que celle qui permet d’accéder aux tribus de la chaîne, comme Ouyaguette, Haut et Bas-Coulna. Si la piste en partie goudronnée à certains endroits, peut être empruntée par des véhicules légers par beau temps, ce n’est pas le cas par temps de pluie. Un tronçon est également très délicat entre Ouyaguette et Gomen et uniquement franchissable avec un 4x4. Pour plus d’informations, vous pouvez contacter l’Office du tourisme de Hienghène.

www.tourismeprovincenord.nc

Toujours plus au nord, il existe une petite route reliant Ouégoa à la tribu d’Arama. Aussi appelée Mérétrice, du nom d’une ancienne mine d’argent et de plomb, elle permet de découvrir le passé minier du Nord de la Calédonie et de ramasser notamment des minerais de plomb dans les déblais. Mais attention, pour circuler sur la Mérétrice que certains surnomment la route maudite, mieux vaut avoir un 4x4, même par temps sec. Pour plus de précautions, la mairie de Ouégoa pourra vous donner des renseignements sur l’état de la piste.


12 À retenIr

Quoi de neu f?

EXPERIENCE

l’aVenture Verticale...

c’est nouVeau ! KoniamBo EVasion L’appel du lagon

LE CoLiBri Un petit coin de paradis

Passionnés de sports nautiques, Jean-Sébastien et Jean-Pierre, ont décidé de créer leur société en janvier 2012. Installés à la plage de Gatope, chaque week-end, ils offrent la possibilité aux amateurs de faire des tours en jet-ski, en kayak et en planche à voile. Une parfaite occasion de découvrir ce morceau de lagon de Voh, idéalement abrité. Que ce soit en kayak ou en jet-ski, Koniambo Evasion propose de la location simple ou de la balade guidée. En jet-ski, deux formules sont disponibles. La première est un tour de 2  heures qui permet de découvrir les récifs de Gatope et de Koné. Une fois arrivé à la barrière, on peut se baigner dans une véritable piscine naturelle. La formule étant adaptable, il est aussi possible de s’approcher du port de Vavouto pour se rendre au pied de l’usine du Nord. L’autre formule, qui devrait prochainement passer de 3 à 5 heures est destinée aux plus aguerris. Les « randonneurs » effectuent environ 80 kilomètres aller-retour. Au programme, farniente, pique-nique sur l’îlot Dewaere et plongée autour des patates de corail. Les formules sont relativement similaires pour le kayak. On peut partir librement, après avoir bien noté les bons coins, ou faire une excursion en groupe avec toutes les explications sur le milieu naturel. Des planches à voile sont également à la disposition des amateurs. Koniambo Evasion n’est pas une école de voile, mais les notions de base pourront vous être expliquées. La base nautique est encore récente mais a de nombreux projets. Jean-Sébastien et Jean-Pierre espèrent pouvoir rapidement proposer de la bouée tractée et d’autres excursions, comme une descente de la Témala. Réservations nécessaires par téléphone au 99 46 57 ou au 99 45 09.

Situé à la sortie Nord de Koné, derrière la Néa,

le Colibri est un véritable havre de paix. Ouvert en avril dernier, ce « Bed and Breakfast » offre 16 chambres doubles et 4 avec des lits séparés. Niveau confort, tout y est, de la piscine, au WiFi en passant par le frigo, une grande salle de bains et, bien sûr, une bonne literie. Autre détail d’importance, toutes les chambres sont insonorisées pour garantir un sommeil sans un seul bruit. Mais ce qui fait le charme et le calme de cet endroit, c’est le jardin central arboré. Lieu de détente autour duquel sont réparties les chambres. L’idée de départ de Philippe Hautcoeur et de Nang sa femme, était d’offrir un cocon aux gens de passage. « Beaucoup viennent pour faire des activités à la journée, explique le gérant. Le « Bed and Breakfast » leur donne la liberté d’aller manger ailleurs, notamment quand ils vont en tribu, mais aussi de manger tranquillement autour de la piscine ». Si vous êtes en manque d’activités, le Colibri peut vous aider à organiser des sorties. Il est notamment en lien avec le centre de plongée Gatope Diving de Voh.

assoCiaTion CanaLa TourismE Découvrir les trésors de Canala

Canala, ne se résume pas à la fête de la mandarine ou à la route à horaire. C’est aussi des cascades magnifiques propices au canyoning, des sources d’eau chaudes et de nombreuses ran-

Le Nord secret

Kaala-Gomen sur la Piste Du tourisme

On y passe, mais s’y arrête rarement. La commune de Kaala-Gomen présente pourtant beaucoup d’atouts. Elle a longtemps été et reste un centre d’élevage important, mais aussi minier et ses tribus cachent de véritables petits coins de paradis. C’est ce qu’ont pu apercevoir les participants au Week-end découverte, organisé pour la première fois sur

Le JournaL

à nouz

aut’!

la commune. Située sur la route menant au Grand Nord, Kaala-Gomen est restée à l’écart du développement touristique. La commune a pourtant eu un passé plutôt actif, notamment avec la conserverie qui a rendu Ouaco célèbre pour son corned-beef et l’exploitation minière. Les sites naturels de la région restent néanmoins aussi parfaitement préservés que méconnus des visiteurs de la province Nord. Mais les choses sont peut-être en train de changer… notamment grâce au dernier week-end découverte, organisé

du 2 au 4 novembre. Mis en place en 2003 lors de la création du GIE Tourisme province Nord, l’objectif fixé était de relayer l’événement sur l’ensemble des 17 communes de la province afin de motiver l’accueil touristique. Kaala-Gomen était la 16ème commune, il ne reste plus désormais que Bélep dont le tour pourrait arriver dans le courant 2013. Cette première édition des weekends de Kaala-Gomen a touché son but puisque plusieurs prestataires, qui ne pensaient pas réussir à accueillir des touristes,

dos. L’objectif de la toute nouvelle association Canala Tourisme, créée en milieu d’année, est justement de faire découvrir les trésors méconnus de la commune. « Nous voulons vraiment changer l’image de Canala, qui a parfois mauvaise presse, et faire venir les gens jusqu’ici », indique Marcel Oujanou, son président. Face à l’augmentation du nombre de prestataires qui souhaitent se lancer dans le tourisme, l’association cherche à créer un lieu pour conseiller les visiteurs, à côté de la médiathèque et de la salle omnisports. « Nous avons fait une demande de subventions pour acheter un bungalow où installer notre bureau. Nous espérons être opérationnels l’année prochaine », souligne Marcel Oujanou. En attendant, les touristes peuvent s’adresser au syndicat d’initiative. Ils pourront découvrir la diversité des offres proposées à Canala comme les sorties en VTT, les balades en kayak ou la visite de tarodières.

PaCifiC Lagon VoYagE À KonÉ La première agence du Nord Début mai 2011, Pacifique Lagon, du groupe Carlson Wagonlit, a ouvert la première agence de voyage en province Nord avec l’idée de répondre aux besoins grandissants de la zone. «  Etant donné le développement sur VKP, nous nous devions d’y être, explique Jean-Jacques Cocquet, le directeur de Pacifique Lagon. L’investissement a été très important mais nous croyons dans le Nord. Nous avons même frôlé le trophée de l’entreprise de la Chambre de commerce et d’industrie pour cette installation novatrice ». Située à l’entrée de Koné, l’agence propose exactement les mêmes prestations que celle de Nouméa. Simple billetterie, voyages internationaux, packages, mais aussi séjours dans les hôtels sur tout le territoire… On n’a que l’embarras du choix. Grâce à sa présence sur place, Pacifique Lagon a également récupéré l’assistance des vols d’Aircal Nouméa-Koné, Koné-Nouméa, dont elle gère les escales et assure la représentation. Petite anecdote, l’agence participe à la promotion des artistes locaux en les aidant à exposer à l’aérodrome.

sont désormais intéressés par l’activité. Une activité de randonnée équestre pourrait voir le jour ainsi qu’un camping. Les 125 participants au week-end on put goûter à ces activités ainsi qu’à la descente de la Yuanga en canoë, un atelier de pressage d’huile de coco, la visite d’une mine, d’une station d’élevage ou encore de la conserverie. En attendant que les prestataires montent leurs structures, le Refuge du cerf, situé au sud de Ouaco est le point de départ idéal pour découvrir la région.

VO S VACANCES D’ÉTÉ EN PROVINCE NORD

12077 - Photo © TPN - Ducandas

Ce matin, nous nous sommes levés tôt. Au programme de la journée : canyoning à la cascade de Kho, sur la commune de Canala. L’approche est rude et le chemin escarpé. Il nous faudra plus d’une heure pour parvenir au sommet de la cascade. Il est 10h00, nous cheminons entre les rochers à une centaine de mètres de la chute. Je ne la vois pas mais je l’entends, je me presse d’arriver, La vue sur la vallée est magnifique, le bord est large et dégagé, la rivière se faufile discrète et limpide sur un manteau de roche noire, avant de s’élancer et rebondir 130 mètres en contrebas dans un brouillard de gouttelettes qui laisserait à penser qu’elle a envie de remonter. Puis elle poursuit son chemin et s’apaise dans une petite vasque bordée de grands arbres, de palmiers et de fougères. Nous avons fixé une main courante pour sécuriser l’approche de la verticale, il y a un aplomb, un petit équipement technique est nécessaire avant d’atteindre le point d’accrochage du premier rappel. Nous avons le cœur serré, les pieds dans le vide, dès le démarrage. Soixante dix mètres nous séparent de notre premier relais, une petite corniche creusée au fil du temps par la pression de l’eau. Je laisse filer la corde dans le descendeur, la sensation est intense, je me rapproche de la gerbe d’eau, la paroi est très glissante, je n’insiste pas trop. J’ai déjà oublié le petit frisson du départ. Arrivée au relais je relève la tête pour assurer les équipiers qui me suivent, le contre-jour estompe les couleurs et ils ne sont plus que des ombres aspirées par l’écume jaillissante. Le deuxième rappel ne présente aucune difficulté et nous le franchissons sans encombre. Tout le groupe est arrivé, nous avons rangé les cordes dans nos sacs. Assis au pied de la cascade nous savourons un moment de tranquillité et échangeons nos impressions, chacun notre tour avant de reprendre le chemin qui nous ramènera au départ.

2.3.4 NOVEMBRE

KAALA-GOMEN

IMMERSION EN TRIBU : TRESSAGE - TEINTURE FABRICATION HUILE DE COCO - PERCUSSIONS TRADITIONNELLES… ÉLEVAGE : VISITES DE FERMES MARQUAGE DU BÉTAIL… ACTIVITÉS : RANDONNÉES PEDESTRES ET ÉQUESTRES - SORTIE BATEAU BALADE DANS LA MANGROVE - PÊCHE - KAYAK PATRIMOINE : VISITE DE MINE - VISITE DE OUACO …

INFORMATIONS, RÉSERVATIONS & RÈGLEMENTS : TOURISME PROVINCE NORD 27 78 05 INFORMATIONS : OFFICE DU TOURISME NOUVELLE-CALÉDONIE : 05 75 80 27 73 59 www.tourismeprovincenord.nc


! e d i u g e l z Suive RENCONTRE avec Henri Jewine, chef de la Néa

« IL FAUT SURPRENDRE LE CLIENT » Des cuisines du patrouilleur la Glorieuse aux plateaux télé de Match en cuisine, il y a plusieurs pas. Henri Jewine, le chef de la Néa les a franchis un à un à force de travail. Petit tour derrière les fourneaux de ce chef reconnu qui joue sur le mariage des produits locaux et des techniques classiques de la cuisine française. Comment avez-vous commencé la cuisine ? Au départ, ce n’était pas du tout mon truc. J’ai passé un CAP agricole à Do Neva. Et puis j’ai été appelé pour mon service militaire dans la marine. On m’a mis en cuisine et c’est là que j’ai découvert ce métier dont je suis tombé amoureux. A la fin de mon service, l’armée ne m’a pas laissé tomber. Ils m’ont dirigé vers le Méridien où j’ai commencé tout en bas, comme commis. Du Sextant, je suis passé au Transat café, à la Kasbah. Je suis ensuite entré au Kuendu beach et au Grand Chêne avant de revenir au Méridien, au restaurant gastronomique l’Hippocampe. J’ai quitté le Méridien au bout de quatre ans et demi pour rejoindre le Monitel de Koumac où je suis devenu chef. Depuis bientôt deux ans, je suis à la Néa où je me sens bien. Par rapport à Nouméa, est-ce que vous rencontrez des difficultés pour vous approvisionner en produits locaux ? Au contraire. Je n’ai pas besoin d’aller à Nouméa pour acheter quelque chose. Nous avons développé de bonnes relations avec les producteurs de la région. Nous travaillons avec les tribus, mais aussi des producteurs du Nord, de Bourail et Helmut, un pêcheur qui nous fournit tous les poissons et fruits de mer du lagon. Quelle cuisine proposez-vous au restaurant de la Néa ? Ce qui m’intéresse, c’est de créer des plats à base de produits locaux. J’ai par exemple enlevé de la carte le thon, le mahi-mahi et le saumon pour les remplacer par des poissons lagonaires. Les gens veulent des choses qui changent et on a moins l’habitude de manger de la loche bleue. Et il y a des produits que j’adore travailler, comme la patate douce. On peut en mettre partout et la cuisiner de manières très différentes. Ce qu’il faut, c’est surprendre le client dès qu’il voit arriver l’assiette. Il doit ressentir ce que tu as mis dans ton travail. C’est pour ça qu’il faut aimer ce métier pour pouvoir le faire. Sinon, le client ne ressent rien. Comment avez-vous abordé l’émission de télévision, Match en cuisine, dont vous êtes un des coachs ? Au début, je ne savais pas trop. J’ai pris une semaine de réfl exion et puis j’ai fini par accepter. Ça m’a beaucoup appris, de sortir de ma cuisine, manager une autre équipe, des gens qui ne sont pas forcément des professionnels et en fin de compte, ça se passe de la même manière. Il n’y a pas de secret, pour que les choses soient bien faites, il faut du travail. Beaucoup de travail. Avez-vous des projets ? J’aimerais bien approfondir mes connaissances en m’ouvrant vers l’extérieur. Pour un chef, c’est important de tourner, ça lui permet d’enrichir son savoir faire. C’est pour ça qu’il ne faut pas rester trop longtemps au même endroit. Après, cela devient trop répétitif et tu n’arrives plus à surprendre les clients.

Les PrestataIres

13

liste Des Prestataires en ProVince norD HÔTEL POYA auberge le Passage 4 Petit hôtel de passage situé dans le village minier de Népoui. Tél. : 47 12 28 - Fax : 47 12 68

KONÉ le colibri Le Colibri vous accueille à Koné avec sa formule Bed & Breakfast. Tél./Fax : 47 54 04 colibri2254@yahoo.fr

hôtel hibiscus 4 Havre de paix où l’hébergement et l’authenticité de la cuisine locale en font une adresse de charme. Tél. : 47 22 61 - Fax : 47 25 35 hibiscus@canl.nc www.hotelhibiscusnc.com

hôtel la néa 4 *** L’hôtel La Néa est la première étape d’une formidable aventure en Province Nord. Tél. : 47 30 40 - Fax : 47 30 50 reservations.hotellanea@sofinor.nc www.grands-hotels.nc

relais de Poingam 4 Découvrez un petit nid douillet à l’extrême nord de la Nouvelle-Calédonie. Tél. : 47 92 12 - Fax : 47 92 33

relais de la presqu’île de Golone 4 Situé sur la presqu’île de Golone, à 15 minutes de l’hôtel Malabou. Tél. : 47 20 00 - Mob. : 97 54 42 gitedegolone@yahoo.fr

HIENGHÈNE Koulnoué Village 4 À 10 km du village, le Koulnoué Village est situé dans une très belle cocoteraie en bord de mer. Tél. : 42 81 66 - Fax : 42 81 75 reservations.koulnouevillage@sofinor.nc www.grands-hotels.nc

Gîte Ka Waboana 4 Bungalows sur les hauteurs du village, face à l’office de Tourisme de Hienghène et à la marina. Tél. : 42 47 03 - Mob. : 91 81 37 kawaboana@canl.nc kawaboana@yahoo.fr

TOUHO

hôtel le Koniambo 4 ***

relais alison

L’hôtel Koniambo est votre point de départ pour découvrir les immenses paysages de la côte Ouest. Tél. : 47 39 40 - Fax : 47 39 41 reservations.hotelkoniambo@sofinor.nc www.grands-hotels.nc

Petit hôtel situé dans la commune de Touho. Tél. : 42 70 26 - Mob. : 97 57 19 tourisme.touho@yahoo.fr

l’escale de Koné Situé au coeur du village de Koné, l’Escale est un hôtel d’étape très bien tenu. Tél. : 47 21 09 - Fax : 47 21 31

KOUMAC hôtel le Grand-cerf Petit hôtel avec piscine, en plein coeur du village de Koumac. Tél./Fax : 47 61 31 legrandcerf@lagoon.nc

hôtel le Passiflore 4 Charmant petit hôtel avec piscine situé dans le centre du village de Koumac. Tél. : 42 71 71 hotel-lepassiflore@canl.nc

Gîte mangalia 4 Gîte situé en bord de mer dans la paisible commune de Touho. Tél. : 42 87 60 - 42 70 26 Mob. : 79 21 32 tourisme.touho@yahoo.fr

POINDIMIÉ hôtel tiéti tera beach resort 4 L’esprit du Nord à Poindimié. Tél. : 42 64 00 - Fax : 42 64 01 resa.tieti@tera.nc www.tera.nc

MEUBLÉS DE TOURISME VOH auberge De Gaulle Tél. : 42 88 71 - Mob. : 98 50 42 aubergedegaulle@lagoon.nc

monitel Koumac Hôtel agréable situé à l’entrée sud de Koumac. Tél. : 47 66 66 - Fax : 47 62 85 reservation@monitel.nc accueil@monitel.nc www.monitel.nc

Gîte du lagon Agréable gîte situé en bordure de plage avec bungalows et cases équipés. Tél./Fax : 42 39 49 - Mob. : 83 67 78 gitedulagon@canl.nc

POUM malabou beach hôtel 4 *** Situé à l’extrême nord de la Grande Terre, en bord de plage, dans la somptueuse baie de Néhoué. Tél. : 47 60 60 - Fax : 47 60 70 reservations.hotelmalabou@sofinor.nc www.grands-hotels.nc

4 = Membre du GIE Tourisme Province Nord

POUÉBO relais de ouané batch Plusieurs bungalows en bois situés en bord de mer avec terrain de camping. Tél. : 42 47 92 ouanebatch@lagoon.nc

POINDIMIÉ Gîte les Pouroa Petit gîte agréable situé en bord de rivière dans la vallée verdoyante de Napoémien. Tél./Fax : 42 72 98 andierichard@gmail.com

néwéjïé 4 Petite structure familiale, le gîte Néwéjïé vous accueille sur les terres de la tribu d’Ina. Tél./Fax : 42 70 74 gite_newejie@yahoo.fr

relais le mo.sa.sa Camping et bungalows situés en bordure de plage, sous une cocoteraie, face à l’ilôt Tibarama. Tél. : 42 48 66 - Fax : 96 63 65 mosasap@hotmail.fr www.mo-sa-sa.com

ACCUEIL EN TRIBU POYA Gîte Porin-néa Paisible petit gîte et camping situé dans la magnifique tribu de Netea. Tél. : 42 39 51

MAISONS/CHAMBRES D’HÔTE POUEMBOUT le Kopéto Cette chambre d’hôte se situe à la sortie nord du village de Pouembout avec vue sur le Kopéto. Tél. : 42 58 61 - Mob. : 91 78 43 joel.surriray@yahoo.fr

Paddock de la boutana 4 Jolie maison d’hôte située au beau milieu d’un écrin de verdure au lieu dit «La Boutana». Tél. : 47 16 17 paddockboutana@mls.nc paddockboutana@gmail.com www.paddockboutana.com

KAALA-GOMEN le refuge du cerf 4 Maison d’hôte au charme rustique, sur une propriété de 100 ha avec un panorama à 360°. Tél. : 42 72 02 - Fax : 42 43 13 Mob. : 76 26 73 lerefugeducerf@mls.nc www.lerefugeducerf.nc

KOUMAC Gîte Panouna Maison d’hôte située sur la route des grottes Tél. : 42 33 00 - Mob. : 76 47 56 gitepanouna@gmail.com

HIENGHÈNE Koune We foinbanon 4 En bord de mer, au coeur de la tribu de Lindéralique, ce gîte est idéal pour se reposer. Tél. : 42 70 51 - Mob. : 87 14 99

POINDIMIÉ chez my Situé à la tribu de Tibarama, à 10 minutes au sud de Poindimié. Tél. : 42 72 43 - Mob. : 82 50 40

au Petit niaouli Petite chambre d’hôte située au coeur de la tribu de Tibarama. Tél. : 42 89 85 - Mob. : 80 05 19

KOUMAC camping de Kebo La famille Whaap vous accueille chez eux sur leur terrain de camping en bord de mer Mob. : 87 18 39

HIENGHÈNE chez cécile Plongez au coeur de la chaîne, pour des moments inoubliables d’échange et de partage. Tél. : 42 81 29

au bon accueil 4 Charmant petit accueil en tribu situé en bordure de rivière, au fond de la vallée de la Hienghène. Tél. : 42 54 43

l’oasis Charmant petit accueil en tribu dans la chaîne centrale. Tél. : 47 15 25

office du tourisme de hienghène 4 Organise et réserve les séjours et activités dans différentes tribus de la commune. Tél. : 42 43 57 - Fax : 42 43 56 hienghen-tourism@mls.nc

TOUHO louise Peï Charmant petit accueil en tribu dans la commune de Touho. Tél. : 47 94 31 - 42 70 26 tourisme.touho@yahoo.fr

POINDIMIÉ chez simone 4 Simone vous accueillera dans sa maison d’hôte située en plein coeur de la tribu de Nessapoué. Tél. : 42 74 84 - Mob. : 96 91 03 ppswc@lagoon.nc http://chezsimone.lagoon.nc

PONÉRIHOUEN nateawe Dans la vallée verdoyante de la Tchamba, Hélène vous accueillera à bras ouverts dans sa tribu. Tél. : 47 26 16


Quand est-ce qu’on mange ?

14 Les prestataires

SAMEDI 15 ET DIMANCHE 16 DÉCEMBRE

AU VILLAGE DE PORO

CANALA

Camping de Tiakan

En dortoir ou en case, le centre d’accueil de Kuinet vous accueillera les bras ouverts. Tél. : 42 84 42

Situé en bord de plage dans une immense cocoteraie, non loin de la rivière La Tchamba. Tél. : 42 85 14 - Mob. : 79 16 72

CAMPINGS VOH Camping de Gatope Situé à 5 km de Voh sur la plage de Gatope, le camping fait face au massif du Katepai. Tél. : 47 27 68 - Fax : 42 48 47 Mob. : 86 27 60

KOUMAC Camping OPAO Jeanine Bouteille vous accueille dans un cadre de verdure aux abords de la Fridoline Tél. : 47 68 00 - Mob. : 87 52 21

FÊTE COMMUNALE

OUÉGOA Camping chez Bouli Petit camping situé en bordure du fleuve Diahot. Mob. : 79 42 98

Camping d’Amos

DE LA FÊTE

> Stands de restauration, letchis et produits vivriers... > Ateliers vivants > Manège > Musique, danses, chants > Soirée DJ’s > Noël des enfants > Divers concours > Feux d’artifice

Situé en bord de mer dans une cocoteraie. Tél. : 42 42 11 - Mob. : 77 92 00

WEEK-END

DÉCOUVERTE

HIENGHÈNE

> Hébergement chez l’habitant > Activités : Canoë/kayak, randonnée pédestre et ds équestre Les Week eNnord > Excursion en Province T sur les îlots L’HABITAN ENT CHEZ > Visites NG) HÉBERGEM TE, CAMPI (MAISON D’

Camping aire de repos Khaa Bilou

- 12094

PROGRAMME

à partir de

MAIRIE 52 20 00 MAIRIEDE DEHOUAILOU HOUAÏLOU>>Tél. Tél.:: 42 52 Jean-Christophe > Tél. : 80 75 17 - Nénette > Tél. : 97 19 17 OFFICE DU TOURISME DE NOUVELLE-CALÉDONIE > Tél. : 27 73 59

Ce petit camping et aire de pique-nique vous offre un instant magique de détente. Tél. : 42 43 57 - Fax : 42 43 56 hienghen-tourism@mls.nc

Camping Chambonnier

1 50 0 F

Camping agréable et calme, en bordure de plage au nord de la cascade de Tao. Mob. : 83 93 56

ASSOCIATION PEWAKE I BA

www.tourismeprovincenord.nc

PONÉRIHOUEN

Centre d’accueil de Kuinet

Camping chez Maria Camping en bord de mer Tél. : 42 43 57 - Fax : 42 43 56 hienghen-tourism@mls.nc

Babou Côté Océan 4 Au pied des roches noires, à deux pas de l’embouchure de la lagune de Lindéralique. Tél./Fax : 42 83 59 info@babou-plongee.com www.babou-plongee.com

HOUAÏLOU Camping de Kaora Situé en bord de plage à 5 mn de la cascade de Bâ. Mob. : 82 15 93 - 91 04 62

KOUAOUA Camping Faré de l’îlot Camping gratuit situé en bord de plage. Tél. : 42 64 64 - 42 41 86

CANALA Camping chez Charles Mob. : 90 90 73

Camping chez Christian Mob. : 96 38 95 - 86 35 66

Camping chez Monique Tél. : 42 31 76

Camping chez Jeanette

Le Skipper Savourez de bons petits plats sur la terrasse du Skipper avec vue sur la mer. Tél. : 42 59 44 - Fax : 42 44 01 sonia.skipper@gmail.com www.skippergourmand.com

TABLES D’HÔTE KONÉ Chez Kiwi 4 Située à la sortie nord de Koné, Chez Kiwi est une agréable table d’hôte. Tél./Fax : 42 86 01 - Mob. : 83 20 38 winds2001@hotmail.com

POUM Chez Alida Petite table d’hôte vue sur mer Tél. : 47 13 87 - Mob. : 93 08 32 alida.polo@gmail.com

POUÉBO Chez Marylou Au Relais Ouané Batch, Marylou vous fera goûter ses meilleures recettes. Tél. : 42 47 92 - Mob. : 96 70 72

Mob. : 85 36 97 - 96 46 07

Camping chez David Camping en bord de mer. Tél. : 42 60 61 - Mob. : 88 15 11

Camping chez Miguel Terrain de camping ombragé. Tél. : 42 31 42

Camping chez Daniella Camping en bord de mer. Mob. : 96 76 58 - 85 96 06

Camping des Cascades Terrain ombragé en bordure de rivière. Tél. : 42 60 61 - Mob. : 94 27 56

Camping chez Jerry Terrain de camping situé à l’entrée de la vallée de La Crouen. Tél. : 42 70 69

RESTAURANTS KONÉ Tumbala Café Une bonne halte dans votre tour de Calédonie. Tél. : 42 44 39

VOH

Camping du Billet de 500

Restaurant Katysa

Camping et aire de pique-nique situés face à la mer. Tél. : 42 43 57 - Fax : 42 43 56 hienghen-tourism@mls.nc

Située à l’entrée sud de Voh, ce restaurant vous propose entre autre une excellente salade de trocas. Tél. : 42 55 30 - Fax : 47 28 47

POINDIMIÉ

KOUMAC

Jean-Pierre Zenkuro

Le Western

Situé dans la vallée de Névaho, rive gauche de la rivière de la Tchamba. Vue sur la rivière. Tél./Fax : 42 80 24 - Mob. : 96 38 12 jp.zenkuro@gmail.com

Le Western est un endroit accueillant et chaleureux où l’on peut déguster de bons plats calédoniens. Tél. : 47 54 08 western@mls.nc

POINDIMIÉ Le Névaho Avec une vue imprenable sur le lagon et la Tchamba, une pause thé s’impose! Tél. : 42 89 60 - Mob. : 78 17 60 lenevaho@yahoo.com

ACTIVITÉS TERRESTRES POUEMBOUT Paddock de la Boutana 4 Maison d’hôte située à Pouembout. Tél. : 47 16 17 paddockboutana@mls.nc paddockboutana@gmail.com www.paddockboutana.com

KONÉ Koné Rando A cheval, vous découvrirez les paysages somptueux de la région de Koné. Tél. : 47 23 68 - Mob. : 79 36 80 konerando@gmail.com

VOH Ranch du Carré 9 4 Randonnées à cheval dans la chaîne vers la tribu de Tiéta. Mob. : 75 02 63 marion.carre9@hotmail.fr

Association Patrimoine et Histoire de Voh A pied ou en 4x4 sur le massif Katepai du haut duquel on peut apercevoir le fameux Coeur de Voh. Tél. : 42 38 78 - Mob. : 78 54 51 asso.pbvt@canl.nc

Evasion et découver t e avec ce Tour de la Grande Terre

Le Journal

à nouz

aut’!

VO S VACANCES D’ÉTÉ EN PROVINCE NORD


Envie de bouger ou farniente ?

Les prestataires

Hélène Nymbayes Dans la vallée verdoyante de la Tchamba, Hélène vous fait découvrir sa culture et visiter sa tribu. Tél. : 47 26 16

CANALA Association Méréko Propose des visites de tarodières à la tribu de Mia. Tél. : 42 84 42

Marcel Oujanou Marcel vous fait découvrir la commune de Canala et ses cascades dont celle de Ciu en VTT ou à pied. Tél. : 42 60 61 Mob. : 94 27 56 - 98 86 83

La Maison des Artistes Tout l’art et le savoir-faire des artistes de Canala est exposé et vendu à la Maison des artistes. Mob. : 90 78 92 - 96 42 12

KOUMAC Capitainerie de la Marina de Pandop Située à 5 minutes du village, elle accueille le centre de plongée et d’autres services. Tél. : 47 88 43

La Crinière Dans un petit coin de paradis, à 400km de Nouméa, se trouve le centre équestre la Crinière. Tél. : 47 90 20 panaelmelkior@mls.nc www.lacriniere.nc

HIENGHÈNE Association Dayu Biik Propose des randonnées pédestres dans l’immense réserve de nature sauvage du mont Panié. Tél./Fax : 42 87 77 dayubiik@lagoon.nc

TOUHO Jacques Thy Randonnées sur Touho, visite de grottes, Jacques est votre guide. Tél. : 42 70 26 - Mob. : 85 16 65 tourisme.touho@yahoo.fr

POINDIMIÉ Jehudit Pwija Dans le creux de la vallée de Napoémien, Jehudit vous fera découvrir sa tribu et son mode de vie. Tél. : 47 28 28 - Mob. : 81 82 98

Nord Loisirs Tél. : 93 28 89 nordloisirs@canl.nc

Brousse O’thentik Découverte de la région de Poindimié et Touho au travers d’activités touristiques variées. Tél. : 42 78 70

PONÉRIHOUEN Clément Eurisouké Initiation sculpture sur bois... Mob. : 89 03 27

Christian Kona Randonnée pédestre guidée à travers la forêt de Kaoris géants... Mob. : 96 38 95 - 86 35 66

ACTIVITÉS NAUTIQUES HIENGHÈNE Babou Côté Océan 4 En bord de mer, dans la tribu de Koulnoué, Thierry vous accueille dans son centre de plongée. Tél./Fax : 42 83 59 info@babou-plongee.com www.babou-plongee.com

Nord Aventure 4 Basée à Hienghène, Nord Aventure propose diverses activités nautiques. Tél./Fax : 42 84 28 nord.aventure@canl.nc

KONÉ Terre-Mer Sortie en mer à la demi-journée ou à la journée avec possibilité de pêche. Tél. : 47 22 61 - Fax : 47 25 35 Mob. : 87 57 69 - 77 70 61 hibiscus@canl.nc

VOH Koniambo Evasion La découverte de Voh par la mer, à travers des activités nautiques proposées par Koniambo Evasion. Mob. : 99 46 57 - 99 45 09 koniambo-evasion@lagoon.nc http://koniambo-evasion.nc

plongée du Nord-Ouest de la Calédonie. Tél. : 42 45 64 - Mob. : 97 83 12 revebleucaledonie@internetnc.fr www.revebleucaledonie.com

Rêverie Croisière Découverte du lagon Nord et de ses magnifiques îlots en croisière école, de 1 à 7 jours. Mob. : 96 02 81 reverie.croisiere@gmail.com www.reverie-croisiere.toile-libre.org

Centre de plongée située sur la plage de Gatope Mob. : 96 37 56 gatope.diving@gmail.com

Croisières et excursions en catamaran sur le lagon, au départ de Koumac. Mob. : 76 26 46 - 78 16 01 pleinordnc@gmail.com

Tâânlo Fishing Safaris 4 Votre guide sur le lagon pour des moments de pêche sportive inoubliables. Mob. : 93 05 15 olivier.stiquel@hotmail.fr http://taanlofishingsafaris.over-blog. com

POUM Relais de la presqu’île de Golone 4 Jean-Pierre propose des sorties en mer avec tour des baies en bateau. Tél. : 47 20 00 - Fax : 47 20 05 gitedegolone@yahoo.fr

Themamake Taxi boat sur les îlots en face de l’hôtel Malabou. Tél. : 47 27 95 - Mob. : 78 52 10 vohfishing@lagoon.nc

OUÉGOA

Au départ de la plage de Gatope, vous embarquerez pour un coup de pêche mémorable avec Christian. Mob. : 78 52 10 vohfishing@lagoon.nc

Descente du fleuve Diahot en bateau et visite de la mine de Pam. Mob. : 79 42 98

POINDIMIÉ

Médiathèque Medouest Cyberbase et médiathèque. Tél. : 47 20 65

Eco-musée de Voh 4 Venez découvrir la fabrication traditionnelle du café à l’écomusée de Voh. Tél. : 47 37 36 - Mob. : 75 95 65 ecomusee.cafe@gmail.com

POINDIMIÉ

Garage Decoux

Consultation de magazine ou emprunt de livre ou CD. Tél. : 42 67 00 - Fax : 42 67 08 info@mednord.nc

Location de voitures. Tél. : 47 65 81

CANALA Médiathèque de Canala Point internet et médiathèque. Tél. : 42 43 48

Syndicat d’Initiative de Canala Situé au coeur du Village et à quelques mètres de la mairie de Canala. Tél. : 42 60 61

LOCATION DE VOITURE POUEMBOUT

Syndicat d’Initiative de Voh 4

ADA VKP

Randonnées pédestres, découverte du coeur de Voh et de sa région. Tél. : 47 27 68 - Mob. : 86 27 60

Location de véhicules. Tél. : 42 86 54 - Mob. : 75 47 37 adavkp@lagoon.nc

KOUMAC

Garage Pamiès Location de voitures. Tél. : 47 62 28

POINDIMIÉ ALV Location de véhicules. Tél./Fax : 42 58 00 alvpoindimie@lagoon.nc

TRANSPORTS MARITIME KOUMAC Trans Express Nord Transport en bateau vers Bélep, départ depuis la marina de Koumac. Tél. : 42 57 74 - Fax : 47 57 18

KONÉ

Médiathèque Louis Bastien

Nord Auto

Une espace d’exposition ouvert tout au long de l’année. Tél./Fax : 47 12 22 mediathequekoumac@lagoon.nc

Location de voitures (Représentant Hertz). Tél. : 47 12 02 - Mob. : 83 42 63 nordauto@canl.nc

Point I de Koumac 4

Pony Express

Le Point «I» de Koumac vous informe sur les sites à visiter, où dormir, où manger et les activités. Tél./Fax : 42 78 42 kmctourism-admin@lagoon.nc communication@mairie-koumac.nc

Location de voitures. Tél. : 42 59 25 - Fax : 42 59 26 ponyexpress@lagoon.nc

Association Djowero 4

KOUMAC

Médiathèque Nord

Auto Point Location de voitures Tél. : 47 23 23 - Fax : 47 23 24 autopointkone@mls.nc

Vente d’artisanat traditionnel: sculpture, tressage, vannerie. Tél. : 47 52 13

Point I de Pouebo

Loupiot Sea Diving

Informations touristiques sur les différentes activités et hébergements proposés sur Pouebo. Tél. : 42 70 42 mireillewedio@hotmail.fr

Les plus beaux sites de plongées de Poindimié à portée de palme, avec le Funny Shark d’Eric. Tél./Fax : 42 78 81 - Mob. : 91 09 74 loupiot.sea.diving@live.fr www.loupiot-sea-diving.com

HIENGHÈNE Centre Culturel Goa Ma Bwarat 4

Tiéti Diving 4 Centre de plongée sous-marine situé à Poindimié, à l’hôtel Tieti Tera. Tél./Fax : 42 42 05 tieti.diving@offratel.nc www.tieti-diving.com

CANALA

Situé au bord de la rivière La Hienghène : musée, exposition permanente. Point internet & médiathèque Tél. : 42 80 74 - Fax : 42 64 10 culturehienghene@mls.nc

Office du Tourisme de Hienghène 4

Pour tous les aventuriers en herbe, avides de sensations et découvertes hors des sentiers battus. Tél. : 42 31 42

Informations touristiques sur la région et réservations de séjours et activités en tribu. Tél. : 42 43 57 - Fax : 42 43 56 hienghen-tourism@mls.nc

TOUHO

Balade en bateau dans la baie de Canala. Tél. : 42 59 10 - Mob. : 92 86 33

KOUMAC

Point i de Koné Informations touristiques sur les différentes activités et hébergements proposés sur Koné. Tél. : 47 31 11 - Fax : 47 20 86

POUÉBO

Chez Bouli

Albertine Raleb

Voh Fishing 4

KONÉ

VOH

Plein Nord 4

Terraventure

Gatope Diving

AUTRES ACTIVITÉS

15

Point i de Touho Touho, tout près... les vacances qu’il vous faut. Sur le littoral accueillant de la côte Est... Tél. : 42 70 26 - Fax : 42 87 51 tourisme.touho@yahoo.fr

Rêve Bleu Calédonie 4 Profitez des plus beaux spots de

Hôtel RestAurant

HIBISCUS Koohné - province nord

FORFAIT DÉCOUVERTE 15 800 Frs par personne

Nuitée pour deux en Chambre Jardin Petit Déjeuner pour deux en Buffet ½ heure de Hammam pour deux ½ heure de Massage pour deux Dîner pour deux, aux saveurs locales

Forfait Valable le Vendredi et le Samedi, jusqu’au 26 décembre 2012, réservation au 47.22.61

Le Journal

à nouz

aut’!

www.tourismeprovincenord.nc


16 CouP De Coeur

J’aime !

PartaGez leurs couPs De cŒur !

Ils y vivent, y travaillent ou ne font que passer, mais ils ont craqués pour le Nord, ils nous livrent leur coups de cœur !

« L’authenticité et la simplicité »

« Un gros coup de cœur »

« Un lagon très peu fréquenté »

maGali leches, directrice de l’agence Arc-en-ciel

lélé Pélo, chorégraphe de l’association New Tonga Koloa

Ce que j’aime dans le Nord, c’est l’accueil des gens. Il y a une vraie relation qui s’installe. Au niveau des hébergements, ce qui ressort c’est l’authenticité et la simplicité. Il y a des petits hôtels et des gîtes plein de charme comme l’Hibiscus ou le Relais de Poingam. C’est convivial. Et on ne s’ennuie pas au niveau des paysages. Les sites sont magnifiques et à chaque étape, il y a quelque chose d’intéressant : le cœur de Voh, ça fait rêver. Poingam, Hienghène… C’est juste à couper le souffle tellement c’est beau. Il y a le côté far-west, cow-boy de la côte ouest puis de l’autre côté, l’intensité totale de la côte est. Le Nord, c’est aussi un autre rythme de vie que la ville. Je retrouve la Calédonie d’il y a vingt ans… à part les routes goudronnées. Il y a une vraie volonté de développer le tourisme. C’est dynamique. Il y a des excursions et des manifestations proposées tout au long de l’année. En tant que professionnelle, c’est vraiment une destination facile à vendre.

J’aime le Nord parce que c’est vraiment autre chose, un autre visage, d’autres paysages. Et l’accueil est vraiment différent. En fin de compte, pour moi, c’est le vrai visage de la Nouvelle-Calédonie. J’ai eu pas mal d’occasion de me rendre un peu partout, mais je vais le plus souvent à Koné et à Poum, où j’étais encore récemment pour un festival. Mais en dehors de la danse, j’y vais avec des amis pour changer d’air. C’est la priorité, sortir de Nouméa et se reposer, que ce soit chez des amis, à l’hôtel ou pour un coup de camping. Il y a vraiment plein de lieux formidables dans le Nord, pleins de bons coins qui ont chacun leur histoire. Personnellement, celui qui m’a marqué, c’est la poule de Hienghène avec son coucher de soleil. On a souvent l’occasion de la voir en carte postale, mais la première fois que je l’ai vu, j’en ai eu des frissons. Je m’en souviens comme si c’était hier. La province Nord, c’est un gros coup de cœur, il y a vraiment quelque chose de particulier qui s’en dégage et j’espère qu’elle va rester comme ça.

« Des coups de fêtes en toute simplicité » GérarD salaÜn, président du comité régional de cyclisme J’ai été élevé en brousse, à Houaïlou et ma mère est de Hienghène. Pour moi, le Nord, c’est la nature, les grands espaces et la liberté. Maintenant, j’habite en ville, mais je ne suis pas devenu citadin. Quand je monte dans le Nord, je vais un peu partout, j’ai des amis tout autour de la Calédonie. J’y vais plutôt régulièrement, une trentaine de fois par an et le tour de Calédonie est aussi l’occasion de garder le contact. Il y a de très bons souvenirs de l’époque où il y avait les bals. Les gens se déplaçaient de commune en commune. On se couchait à trois heures du matin et le lendemain, il fallait être debout pour l’étape. Aujourd’hui, c’est bon de se retrouver dans le bain et de faire des coups de fête en toute simplicité sur les grandes propriétés. Je vais aussi faire des coups de pêche et des coups de chasse. Avant j’allais vers Ouaco, maintenant plus vers Bourail. A Houaïlou, c’est la vraie chasse, celle où il faut marcher une bonne heure avec le cerf sur le dos.

nathalie baillon,

directrice du Conservatoire des espaces naturels en NouvelleCalédonie

J’habite dans le Nord depuis treize ans maintenant. Je m’y suis installée pour mon travail. Je vis à Koné mais j’aime aller sur la côte Est, c’est dépaysant. Je vais plonger à Poindimié ou à Hienghène. Habitant à Koné, je n’ai pas l’impression que l’on soit isolé. La zone est en train de se développer. J’ai un petit bateau et ce que j’aime avant tout, c’est aller sur le lagon de la province qui est très peu fréquenté. On a encore la possibilité de partir dormir sur des îlots où l’on est tout seul. Dans le Nord, nous avons plus campé que fréquenté les établissements hôteliers. J’ai beaucoup sillonné la province aussi de par mon travail : Ouégoa et même Bélep, que j’ai découvert et qui mériterait d’être mieux connu s’il y avait les accueils nécessaires. J’aime bien cet endroit. Mais avec les heures passées sur les routes pour le travail, j’ai davantage privilégié les sorties en mer.

« On aime habiter dans le nord ! » Patrice laliberté, géologue pour Koniambo Nickel Depuis que nous sommes arrivés, nous essayons de profiter au maximum de la Nouvelle-Calédonie. Le Nord nous intéresse beaucoup et il y a une grande ressemblance avec l’endroit d’où l’on vient, à 700 km au nord de Montréal. Il y a plein de petites municipalités qui font chacune leur festival. Nous avons été à la foire de Koumac, celle de Hienghène, à Voh, ma femme va régulièrement au marché chercher des fruits de saison. Nous avons aussi fait une grosse découverte avec la saison des raids. Nous les avons presque tous faits. Cela permet d’aller dans des endroits auxquels on n’aurait pas pensé et l’accueil en tribu est vraiment fantastique. Nous sommes aussi allés trois fois au Koulnoué, à Hienghène. On découvre la plongée en apnée sur le récif, le kayak de mer, que l’on emmène un peu partout. On n’avait pas vraiment l’habitude de ça. Il y a pleins d’activités à faire, même culturelles. Et ce qui change aussi, c’est que les gens prennent le temps de se saluer. On aime habiter dans le nord.

Vous aussi PartaGez Vos couPs De cŒur ! J’aime !

Les ambassadeurs du Nord

eur ! partagez vos coups de co

rendez-vous GAGNEZ des cadeaux et des séjourssur dans le Nord Participez au tournage du prochain spot de pub du Nord ! www.tourismeprovincenord.nc

rEnDEZ-Vous le

10 Décembre

sur www.tourismeprovincenord.nc


Le Journal - Tourisme en province Nord de Nouvelle Calédonie