Page 1


On s’était pas trompés en étiquettant « freemestriel » sur le premier numéro de SkatouzeMonde. Presque deux ans se sont écoulés depuis le premier numéro... Esprit skateboard oblige, ce n’est ni le sérieux, ni la constance qui nous étouffe ! Pourtant il fallait bien qu’on le sorte ce second volet ! D’abord parce qu’on sort enfin l’interview tant attendue du phénomène des internets Aurélien Machu et que si on peut clouer quelques becs avec, on va pas s’en priver ! Ensuite, parce que notre photographe officiel était invité au Bowl a Rama d’Algorta, où il a esquivé la sécu pour prendre des photos depuis la plate-forme du pool et qu’on va pas cracher sur des photos de Grant Taylor et consorts... En plus, le siège du mag est maintenant bien installé à Toulouse, autant vous dire qu’on va bien s’amuser ! Pour la couv, on a choisi un Ollie à l’arrêt d’Andrew White (plus connu sous le nom d’André Blanc) sur le pont St Pierre à Toulouse... Un truc aussi suicidaire que de sortir un magazine en ces temps de crise. Place à 16 pages de skateboard frisson..


Grant Taylor, Frontside Five-O Le 6 septembre on était au Bowl-A-Rama, au skatepark de la kantera. Temple de la margelle, avec sa pool mythique, tout laissait présager un week end magique. Vous comprendrez plus tard pourquoi il n’en fut rien .C’est donc avec Kiki, La Mondz et Léo (qui bizarrement n’a pas un surnom à la con) qu’on s’est rendus là bas avec les yeux qui brillaient, prêts à visualiser des figures de patin complètement folles. On a dormi là bas la veille, en tente et pas très loin de la pool. Le matin, donc, après quelques San Miguel et tortillas en terrasse, je me suis approché de la pool et là, l’horreur : Impossible de voir quoi que ce soit, tous les photographes agglutinés autour de la pool et les gens entassés dans des gradins (seul le premier rang y voyait un peu d’ailleurs).. Ajoutez à ça des barrières de CRS et la police basque qui vérifie bien les petits bracelets et vous obtenez une organisation de merde. Faisant fi de tous ces obstacles et à l’initiative de Peter (le mec s’appelle Péter...) et Gv, je rentre en me faisant passer pour un photographe de magazine de patin. A partir de là j’ai passé trois bonnes heures sans qu’on vienne m’emmerder et j’étais au plus près de la petite partie de la pool. C’est pour moi l’occasion de vous décrire ce que j’y ai vu. Déjà la compète des vieux (les fossiles).Un seul mot me vient à l’esprit: Merdique. Même pas de casquettes monstre ou red bull, tous avec de vieux set ups tout claqués et le comble de la chimitude: des rails sous le plateau. On aurait dit qu’ils sortaient d’une machine à voyager dans le temps. Après j’dis pas, ils ont réussi à caler quelques rock par ci par là mais pas de quoi se taper le cul par terre, honnêtement. Y’avait même Steve Alba et ses protecs gigantesques tigrées : le mec aurait mis des matelas sur ses coudes qu’on aurait pas vu la différence. Quand il ridait c’était un peu le cirque: les tirettes par dessus l’échelle que même ma grand mère sous prozac le fait, mais comme lui c’est une légende tout le monde lui suce la bite et lui fait des high five. Y’en a un qui m’a marqué parceque j’ai cru que c’était un clochard de la kantera avec son combo calvitie/cheveux longs/tout suant dans des habits dégueux. Apparemment ce mec (Sean Goff) c’est une sorte de dieu du skate de l’époque mais moi il m’a juste donné envie d’aller me rechercher une binouze bien fraîche et de me poser à l’ombre parce que ca devenait long cette histoire..


Grant Taylor, Frontside Five-O

Raven Tershy, Backside Ollie Y’avait aussi Sergie Ventura qui lui m’a fait clairement dégueuler. Le mec faisait à la fois speaker et rider du contest et on sentait bien le côté ricain asiat gros beauf (heureusement il avait un casque Rockstar d’énergie ce qui le rendait un peu crédible) . Je crois que le moment le plus gênant c’est quand il faisait tout pour virer les gens de la pool parce qu’ils n’avaient pas le fameux bracelet jaune. Il s’en est même pris à un pauvre gamin qui voulait juste voir du skate. Mais j’étais content parce qu’au moins j’y voyais mieux. Je sais même plus qui a gagné, une sorte d’indien qui faisait des rock slides (le plus gros tricks de la matinée, c’est vous dire). Ensuite on est allés manger et la compèt a repris en suivant. J’étais déjà tout frémissant à l’idée de voir enfin du skate de haut niveau et des athlètes sponsorisés par des marques de boissons énergisantes. Je ne vous raconte pas l’ascenceur émotionnel que j’ai subi quand j’ai vu débouler Sky Siljeg. Autant avec Sean Goff, vu qu’il avait des protecs, on pouvait se douter que c’était peut être un skateur et pas un clochard obèse, mais avec ce gonze là le doute n’était plus permis. Roux, barbu, débraillé et pourvu d’une hateba de haute voltige le tout combiné à un t shirt verdâtre et de vieilles grolles toutes déchirées.. Le mec ridait quand même pas mal pour un hobo alcoolique et nous a gratifié d’un backsmith to boardslide par dessus la deathbox. J’ai pas la photo parce que j’étais malheureusement trop occupé à signer des autographes à des fans du dernier skatouze monde (venus par centaines à la suite d’un tweet malencontreux de ma part où j’annoncais que je me rendais au Bowl A Rama). Je trépignais comme une pucelle devant un concert de tokyo hotel rien qu’à m’imaginer les runs de barjo qu’allait sortir Grant Taylor dans la pool (une pataugeoire pour lui), mais le


mec n’a même pas été capable de faire autre chose que des five-o tous moisis. Le seul air qu’il a fait, je l’ai même pas vu, trop occupé à m’ouvrir une énième bière. Grosse déception pour le skater of the year. La même pour Rune Glifberg. Le mec te fait rêver pendant des années et là il arrive au contest on dirait un touriste allemand sur la costa brava : combo short chaussettes/ coupe de hipster savamment taillée. Un stalefish et le mec n’avait même pas le jus pour tenir jusqu’au bout du run de 25 secondes . Totale désillusion encore une fois. Quant au trio de tête (Barros, Sorgente et Leon), je vous passerai les détails . Faire des photos de ces cyborgs me déprimait tellement que je ne prenais même plus de plaisir (déjà que j’en avais pas beaucoup avant...). Le seul truc cool c’est qu’ils avaient tous les trois des casquettes taureau rouge et ça, ça fait plaisir (d’ailleurs Sergie l’a bien fait remarquer quand ils étaient sur le podium et ça rajoutait de la classe à l’évènement j’ai trouvé). Fallait franchement être endurant pour se taper le cagnard espagnol à regarder des boardslides toutes la journée. Le speaker espagnol qui prenait le relais de sergie encourageait tous les

chorizos présents à gueuler comme des putois ce qui a rendu l’expérience encore plus traumatisante. Je m’attendais à voir des sportifs de haut niveau et finalement ceux qui skataient le mieux (et ils faisaient même pas de mc twist) étaient de véritables sans abris. Raven Tershy était complètement torché et n’a même pas daigné participer à la compèt (de peur de se faire humilier probablement...), si c’est ça être pro je veux bien ! Il a quand même réalisé quelques pirouettes pieds nus manière de se faire mousser et se ramener quelques nanas : Et oui le style «employé de la DDE à 3 grammes» ça paye apparemment. Après ce weekend déçevant sur tous les plans je suis rentré et je me suis rematé des parts de Tony Hawk, manière de ne pas perdre totalement mon envie de skater. ça c’est du vrai skate de bonhomme ! Je vous rappelle d’ailleurs la sortie du jeu Ruc Lichard’s Underground jeu éponyme du skater of the year 2015. Texte & Photos par D.

LES


Aurélien Machu n’est pas comme vous et moi. Aurélien ne talkshitte pas sur les autres skateurs, Aurélien ne porte pas de chaussettes acidulées avec un ourlet au dessus, et des clés qui lui pendent du pantalon. Aurélien n’essaie pas d’être cool à tout prix et on l’en remercie ! Aurélien fait du skate et se fout bien de ce que vous pouvez penser de lui, il continuera à poster ses vidéos ! Depuis 2006, il a filmé plus de parts que certains « pros » français, réussi à créer un skatepark au fin fond du Tarn et donne des cours de skate aux gamins de son quartier. Vous avez fait quoi vous pour le skate ces derniers temps ? On peut continuer de rire si on veut ! Mais à l’heure où la plupart d’entre nous n’existent que par une accumulation de likes sur facebook et par la légère sensation d’être hype en mimant les mecs de Supreme, Aurélien Machu est sûrement plus intéressant qu’un énième sosie de Dylan Rieder ! Mes collègues et moi ne sommes pas peu fiers de vous présenter son interview. Une interview qui dérange...


Back Tail à Toulouse Tu peux te présenter vite fait ? Je m’appelle Aurélien Machu, j’ai 24 ans, j ‘ai commencé le skate à l’age de 12 ans, j’habite à Castres dans le Tarn. C’était comment de commencer le skate à Castres? Tu peux nous parler un peu de ta ville ? A l’époque j’ai commencé, en 2002, en pension, j’ai vu des gars skater, je savais pas quoi faire le mercredi, alors j’ai ressorti un vieux skate de supermarché qui trainait chez moi et sur lequel il y avait le ying et le yang ! C’était la bonne époque, il y avait 4 skateshops à Castres. Comment ça se fait qu’il y ait si peu de skateurs à Castres? Les spots ne donnent pas envie? Non, je sais pas, il y a certainement plusieurs facteurs, le travail, les études, et puis maintenant il y a des panneaux d’interdiction, des arrêtés municipaux et des amendes si tu skates en ville ! Il y a bien le skatepark, mais tu peux avoir le meilleur park au monde, si il n’y a pas

une bonne ambiance ça ne donne pas vraiment envie ! Ouais j’ai vu sur facebook que t’envoyais des courriers aux mairies pour construire des parks! Tu es surmotivé qu’est ce qui te pousse à faire ça ? Le Skate ce n’est pas que construire des skateparks privés ! Il faut aussi savoir donner dans le skate !! Du coup, la mairie de Sémalens a fini par en construire un, grâce à Line et à l’asso que j’ai crée là bas, c’est un petit park en béton ! Pourquoi avoir fait ça là bas ? J’étais en train de prêcher, j’ai vu une surface lisse avec un jeune qui faisait de la trot ; je me suis dit qu’il fallait y faire un park, c’est là que j’ai monté le dossier. Tu prêchais ? C’est à dire ? On faisait du porte à porte. Mais je mêle pas la religion et le skate, chacun de son coté, chacun fait partie de ma vie quand même  Tu fais ça souvent ? En ce moment pas trop... J’essaie de le faire une fois par semaine..


Gap to Grind à Castres

À un moment je le faisais 100 heures par mois. Bizarrement, je skatais trois fois plus, je m’étais fait un planning de fou pour cumuler les deux ! Je prêchais beaucoup et je skatais beaucoup ! J’en viens à autre chose ! Le skate est un drôle de milieu et plus tu donne plus les gens te critiquent ! Y’a des choses qui t’énervent dans le skate ? Que penses tu de l’état d’esprit général ? En général, c’est chacun pour soi ! C’est assez rare qu’il y ait de vraies amitiés qui naissent ! Par rapport aux amitiés, je dirais que c’est plus un facebook à ciel ouvert des fois... Skatez plus, critiquez moins. Tu peux me parler un peu de tes vidéos ? Et de l’auto film ? Ce concept ce n’est pas moi qui l’ai inventé, mais j’ai commencé à l’utiliser en 2006, je n’arrivais pas à trouver de caméraman, et ceux que je trouvais n’étaient pas forcément bien donc je me suis dit : on n’est pas mieux servi que par soi même, j’ai posé ma caméra sur trépied et voilà ! Peux tu dire ce que tu aimes dans le street ? Je me sens mieux en street, je me sens plus à l’aise, je veux dire dans mon élément, il y a des spectateurs, donc tu parles avec les gens, on peut se balader dans la ville, quand on a marre d’un spot on change ! Il y a aussi plus de possibilités de tricks, certaines structures ne sont pas fixées, on peut les bouger, du coup il y a plus d’inventivité et ça c’est génial ! Et Alma ? Ça vient d’où ? De la bible, j’étais avec un pote et on cherchait un nom court dans une bible espagnole, quand j’ai tilté ça résumait bien l’âme du skate ! Pour en revenir un peu à tes vidéos...Qu’est ce que tu penses des commentaires que laissent les gens? Il y a de tout, des gens qui trouvent ça formidable, d’autres non, moi je continue de skater ! Je suis allé deux semaines à Paris et des gars m’ont contacté pour skater avec moi, je les connaissais pas du tout, c’était cool ! Tu cherches quelque chose à travers ces vidéos? Oui, la popularité comme tout le monde ! Mais pas à n’importe quel prix ! Et aussi je cherche à attirer des sponsors, mais bon c’est pas facile avec la crise ! Putain de crise!Tu bouges vachement... ça doit pas être facile? Ouais, je bouge surtout en train et en bus grâce à Midi-Py-


rénées emploi j’ai les transports gratuits et je prend rarement la voiture parce que j’ai pas beaucoup d’argent ! Alors comme ça on dépense l’argent de pôle emploi pour bouger sur les spots plutôt que pour chercher du travail !?? Hé, je veux devenir skateur professionnel moi !! Ça tombe pas du ciel !! Les contrats faut aller les chercher ! Donc je cherche du travail, non ? Ya pas de C.A.P. skateur professionnel, il faut peut-être en parler au ministère de l’éducation nationale? Peut être...Et pôle emploi ? Ils en disent quoi ? Bin j’y vais pas Tu travailles en ce moment ? Non. J’ai fini de bosser à Domino’s pizza... Il y avait une très mauvaise ambiance et je faisais tout : pizzas, commandes, livraisons... En plus t’es mal payé ! On était même chronométré pendant le boulot. Du coup je m’occupe de mon asso, j’ai quatre adhérents... Je les fais progresser au cours d’initiation, j’essaie de leur donner le meilleur de moi même ! Les choses que tu aimerais voir changer dans le skate ? Les mentalités, surtout chez les plus jeunes qui ne respectent plus rien et se moquent des skateurs ouvertement ! La street league et peut être le skate aux Jeux Olympiques un jour... t’en pense quoi ? Pour moi le skateboard c’est le sport le plus difficile au monde ! Il serait tant qu’ils le mettent aux J.O. Oui, la streetleague c’est bien, c’est un beau modèle pour ceux qui veulent créer des events, mais c’est devenu beaucoup trop commercial, ça me fait penser au bigdil avec la voiture à gagner ! T’as pas peur que ce soit pareil avec les JO ? Pour les JO, je pense que ça fera pas de mal au skate parce qu’il y aura toutes les nations représentées ce sera vraiment in-

téressant de voir les différents niveaux de chaque pays ! On le voit un peu avec la streetleague, et la malloof money cup, déjà ! Mais aux J.O. ce sera énorme parce que les pros devront assurer !! Derrière il y aura leurs pays !! Des Projets ? Partir de Castres... Faire des vidéos plus dynamiques ! Des remerciements ? Je remercie Luc Richard pour sa prise de risques car il s’est pris ma board en pleine face alors que je tentais un kickflip au dessus de lui, David Lestrade pour les photos, l’équipe de Skatouze Mag, et l’Astuss qui prend bien soin de ses astussiens et astussiennes, Didier Valles mon photographe de Castres. et sans oublier le plus important bien sûr, tous les gens qui me suivent sur Facebook, et qui regardent mes vidéos sur Youtube ! Un Grand Merci à tout le Monde !

Nosewheeling


Andy White Frontside Ollie Ă Toulouse


Djer Ollie North Ă Albi


Pierre Subra - Frontside Wallride à Toulouse Nico ‘Chico’ Dansan - Backside Hurricane à Dalavas


Pierre Subra - Frontside Wallride à Toulouse Nico ‘Chico’ Dansan - Backside Hurricane à Dalavas


«Pigeon, oiseau à la grise robe Dans l’enfer des villes À mon regard tu te dérobes Tu es vraiment le plus agile» Benoit Poelvoorde

Profile for skatouze monde

Skatouzemonde2  

Andy white cover Bowl o Rama report Aurélien Machu Interview et plus...

Skatouzemonde2  

Andy white cover Bowl o Rama report Aurélien Machu Interview et plus...

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded